Page 1

E 1 R E AD 201

M 8 avril au 2 u E d R E MAD 2011

vril a 8 au 2 u d

1


climat t e e i h Géograp

A l‟est de l‟Océan Atlantique et sur toute la latitude du continent africain du nord s‟étend un archipel d‟îles appelé la Macaronésie.

liens culturels (architecture,folklore, artisanat, etc), et une flore et une faune analogues : formations sèches à dragonnier, laurisylve,..).

Madère (en portugais : Madeira) est Cet archipel comprend les Açores, les îles du Cap- un archipel du Portugal composé de l'île du même Vert, les Canaries, mais aussi Madère. nom et de plusieurs autres petites îles, situées au large du Maroc : l‟île de Madère (727 km2), l'île Ce nom de Macaronésie, parfois écrit à de Porto Santo et les îlots qui en dépendent tort Macronésie, provient du grec ancien et (43 km2) ainsi que deux groupes d'ilots déserts signifie en français « les îles fortunées » (et qui sont des réserves naturelles ( îles Desertas non pas les îles en forme de pâtes italiennes!). « désertes » et îles Selvagens « sauvages » ). Ce terme était utilisé par les anFunchal, la capitale de l'archipel, est distante ciens géographes grecs pour désigner des îles situées à l'ouest du détroit de Gibral- d'environ 660 kilomètres du continent africain, 980 kilomètres de Lisbonne, 400 kilomètres tar. de Grande Canarie aux îles Canaries et 880 kiloLa Macaronésie est une entité géographique qui mètres de Santa Maria, l'île la plus proche partage une histoire, des des Açores. Madère est longue de 57 km d‟est en ouest et de 22 km dans sa plus grande dimension nord-sud ; elle se situe dans l‟Atlantique à peu près à la latitude de Rabat. Son relief est abrupt, tourmenté, sculpté par l'érosion, spectaculaire avec des sommets déchiquetés culminant à 1861 mètres au Pico Ruivo qui est la troisième plus haute montagne du Portugal. Madère rappelle la configuration de l‟île de la Réunion, avec des sommets moitié moins hauts mais 2 des retombées plus rapides sur la mer, peut-être


climat t e e i h éograp

G

Sa surface est de 801 km², pour une population de 247 400 habitants y compris les îles. 65% de sa surface a une pente supérieure à 25% et 50% de sa surface est à une altitude supérieure à 1000m. Elle est entaillée de gorges profondes (les ribeiras) qui découpent d'impressionnantes falaises côtières. Les ribeiras et les contreforts montagneux, difficiles d‟accès, sont restés sauvages.

nord, sur ce plateau venté où s‟étirent comme des fuyards les arbustes aux troncs tordus par les bourrasques fréquentes. Cette région témoigne de l‟humilité et de la pugnacité des premiers habitants, face à une nature souvent hostile, bien éloignée de l‟image presque paradisiaque de l‟île telle qu‟elle est perçue dans le monde. Une couverture nuageuse est créée par les montagnes et les vents alizés qui soufflent princi-

Son climat subtropical et ses

paysages singuliers en font une destination touristique appréciée. En effet, le climat à Madère ne change pas beaucoup pendant l‟année ; il reste agréable avec des températures comprises en moyenne entre 22ºC (maximum) et 15ºC (minimum), mais il présente des disparités nettes entre sud et nord, entre altitude et bord de mer. Et c‟est la persistance et la constance de températures modérées sans excès qui donnent ce climat subtropical, parfois perçu comme plutôt frais par les touristes que nous sommes. Ainsi, il peut neiger dans le « massif central » au

palement du nord-est. Elle provoque une pluviosité qui peut atteindre dans certains endroits 3m/an, surtout sur la côte nord. Avec parfois des violences dont l‟un des exemples est la catastrophique tempête de février 2010.

3


Economie

lace à lle laisse p l E . re è d a M r l’archipe st ique de r l’île touri i se sont abattues su détruit de su é ss e c u t avait es d’eau q s tonnes de boue e au mo ins 42 La pluie e : Les tromb d . rd n ié u o rr ti lo a s h c lu e st p di ont e in m a la déso lam sa u t h e i n le bila vendred portugais constructions. Mais ssés. s b se e de le no mbreu phe. Les ne centain ’u d s lu la catastro ue 100 000 p r t a p e é h c morts e u lq ts lée de que èrement to ce des flo La violen apitale est particuli dans la ville, peup mmercial notamo c res r des n centre c Funchal, la t retrouvé 17 cadav portant. U doutent de découvri n im o s rs lu p ie p e pom ait êtr iers re ux. t les pomp bilan pourr âmes. Le ntièrement détruit e , encore sous les ea t de la vio lence des e in e a uterr oign n ment a été arking sou res retournées tém es ponts se sont écro p le s n a d u s it D e o . fm v e re ti s s u e ic è e d v h t tr ns les rues, o ins d’une horrible e Partout da envahi la ville en m détruites. «C’était ons même v a s u o N t té é n s. o t re n i u o flots q les riviè aiso ns coup de m blaient à de véritab , une habitante. l’impém lés et beau e re ss b usa A u hurchill et footrues re e C s N e n é o L fi st t. n n in o a fray ur de par W r», a c avre flotte autrefo is fréquenté o, très fameux joue . vu un cad , ld 93 a re 9 n è 1 o d depuis l de Ma st iano R L’archipe qui a vu naître Cri connu un tel déluge si, it pas ratrice Sis ball, n’ava

devenir une grande terre. La misère a longtemps régné sur Madère et elle fut, comme les Açores, un lieu de forte émigration vers les continents européen et sud-américain dès le début du XIXe siècle.

Economie, productions Le PIB de Madère est de 6,36milliards d‟euros. C‟est le 2ème site le plus riche du Portugal après Lisbonne, et son PIB/h est un peu supérieur à la moyenne européenne (103%). Mais si la colonisation par l‟homme est intervenue dès la découverte de l‟île, Madère n‟est jamais devenue l‟eldorado tant attendu des explorateurs portugais. Son relief très accidenté, son éloignement important et une absence de richesses premières n‟ont jamais permis à ce petit caillou de

Lors de sa découverte par les Portugais, l'archipel était inhabité : la population actuelle résulte de la colonisation, essentiellement portugaise. La population est donc d'origine européenne bien que Madère soit plus proche de l'Afrique que de l'Europe.

4


Histoire

Pline mentionne certaines «îles pourpres » qui pourraient être Madère et Plutarque (75 avant JC) raconte que Quintus Sertorius, à son retour de Cadix, rencontra des îles voisines, une petite (Porto Santo) et une grande (Madère) non loin des côtes d‟Afrique, et nommées les « îles bénies ». Il est probable que l'archipel ait été connu dès l'Antiquité et notamment des Phéniciens.

portugais dans cette période des grandes conquêtes. Aussitôt découvert, l‟archipel inhabité est colonisé, essentiellement par les portugais.

Il fut un point de relâche important pendant l'époque des grandes découvertes. Christophe Colomb y séjourna, il y épousa Felipa Perestrello Moniz, fille de Bartolomeu Perestrelo. Séjour imComme les Açores, Madère était identifiée sur portant, puisque Felipa a pu faire connaître à Cocertaines cartes de Florence dès le 14ème siècle lomb (1351) ainsi que sur certaines cartes arabes. les carPlus officiellement, deux capitaines envoyés par tes de Henri son le père, Navi- qui l'ont aidé dans ses découvertes. Dès l‟arrivée des premiers colons portugais, au début du XVe siècle, l‟île fut déboisée pour mettre en place les premiers champs de céréales, puis gateur, Zarco et Vaz sont jetés en 1419 sur l‟île de canne à sucre et autres espèces d‟intérêt comde Porto Santo par une tempête dont ils réchapmercial. La grande forêt fut petit à petit grignopent. D‟où le nom de l‟île : Port Saint, petite île tée et le bois servit à la construction des habitapresque plate à quelque 30 km au nord-est de Mations. L‟histoire dit que Zarco ordonna un brûlis dère. général de l‟île pour dégager des espaces exploitaL‟année suivanbles : l‟incendie aurait ainsi duré près de sept ante, ils reviennées au cours desquelles l‟antique forêt fut pratinent et découquement réduite à néant. vrent comme Les colonisateurs rencontrèrent sur l‟île de granun gros nuage des forêts de laurier sylve, ce qui donne à l‟île son noir au sudnom d‟ « île des bois », c‟est-à-dire île de Madeira. ouest : l‟île L‟opposition entre nord humide et sud plus sec principale incite rapidement les colonisateurs à construire (Madère), qu’ils des canaux d‟irrigation du nord vers le sud , les investissent au fameux « levadas ». nom du roi du Portugal. Ils l‟abordent par l‟est sur le site de l‟ancienne capitale appelée Machico. C‟est probablement la 1ère île découverte par les 5


Histoire Outre le poisson, ils se nourrissent de blé, mais un peu plus tard, climat aidant, ils implantent la canne à sucre, mais aussi la betterave à sucre. C‟est vers 1455 que ces cultures fournissent le « sel doux » comme était appelé le sucre en ces temps, et que se développe cette industrie, en relation avec le Sicile (fournisseur des plants) et Gênes, qui finance l‟ensemble de ce commerce. Ainsi 70 navires sont engagés dans le commerce du sucre dès 1480, et Madère supplante Chypre dans cette production dès 1490. Cette industrie draine la main d‟œuvre et le commerce d‟esclaves, qui représentent 10% de la population de l‟île dès le 17ème siècle L‟île subit les razzias des pirates arabes, qui capturent ainsi plus de 1200 chrétiens de Porto Santo en 1617.

re seul et contre l‟avis de son ministre des affaires étrangères, une paix séparée avec la France, sans que son allié allemand ne le sache. Jusqu‟au moment où ses tractations aient été rendues publiques par G. Clémenceau. Son attitude lui a valu cet exil confortable à Madère. C‟est après la révolution des œillets au Portugal en 1974 que Madère obtient l‟autonomie politique le 4/09/1976. Mais elle avait obtenu l‟autonomie administrative dès 1895. Elle dépend du Portugal, comme les Açores, et appartient donc à l‟Union Européenne.

Après le 17ème siècle, c‟est le vin de Madère qui prend essor, la production de sucre étant concurrencée par celles de Sao Tomé (question au lecteur : où se situe Sao Tomé ?? ha! ha!), du Brésil, etc… Après les guerres napoléoniennes, l‟île revient aux anglais en 1807 pour une courte période puisqu‟elle redevient portugaise dès 1814. Quelques épisodes belliqueux mettent en scène des sous-marins allemands contre des bateaux alliés en 1916 et 1917. Madère accueille le dernier empereur austrohongrois en exil, Charles 1er, qui y meurt en 1922 dans le village de Monte, au-dessus de Funchal. Il avait auparavant essayé de conclu6


ologiqu é g n o i t Forma L'île de Madère est d'origine volcanique et présente un profil érodé, comme les autres îles macaronésiennes.

e

1818.

Le volcanisme de Madère est associé à une fracture océanique et comporte plusieurs épisodes d'activité éruptive, d'abord sousmarine explosive (au Miocène supérieur), puis extérieure (au Pliocène et au Quaternaire). S'épanchèrent alors d'abondantes laves basaltiques (qui donnent la couleur noir luisant à la roche), et de grandes quantités de produits pyroclastiques (qui lui donnent sa couleur rouge). Les dernières éruptions ne remontent qu'à 6000 ans.

Les falaises présentent de magnifiques et parfois sauvages et sombres panoramas. La plus haute falaise d‟Europe (et 2ème du monde) faite de roche rouge, se trouve à quelques kilomètres à l‟ouest de Funchal. Falaises souvent provenant de l‟érosion océanique puissante qui, à force de creuser la paroi sur des milliers d‟années, finit par provoquer l‟énorme effondrement de pans de montagne, créant ainsi une nouvelle falaise.

La géomorphologie de Madère, avec des falaises au Sud et au Nord, est surprenante pour une telle île volcanique de « point chaud » que l‟on croyait située sur la même dorsale atlantique que l‟archipel des Açores. En réalité, elle repose sur un plan profond presque horizontal du plancher océanique, ce qui explique l‟uniformité de l‟ensemble des falaises et sa stabilité. Aucune secousse sismique importante n‟a été enregistrée depuis sa découverte. Cependant, l‟église de Monte, au-dessus de Funchal, a dû être reconstruite après un séisme qui l‟a partiellement détruite en décembre 7


giqu o l o é g n o Formati

Cette topographie laisse peu de place aux plages sur les côtes. Il en existe cependant, si l‟on met de côté celles de l‟île de Porto Santo, qui se nichent dans le creux

e

tôt vu des gens prenant le soleil), à la fois à cause de la température de l‟eau qui reste fraîche, et parce que l‟océan puissant roule des vagues lourdes et charrie des

courants vite dangereux. La ville a créé à l‟ouest un ensemble balnéaire en pla-

de certaines petites baies au pied des falaises. En général faites de sable ou de petits galets noirs ou rouges, elles sont fréquentées plus par les mouettes comme ici sur le port de Funchal que par les baigneurs (on a plu-

teforme sur des rochers, dont la grande attraction est une piscine et un solarium, pendant que les vagues se fracassent tout contre.

8


alités n i g i r o t e e Caractèr L‟île garde la marque de son histoire volcanique, en particulier dans le nord-ouest à Porto Moniz, où la lave écoulée a créé des piscines naturelles dont l‟eau turquoise entourée d‟écume blanche contraste avec le bleu profond de l‟océan sur le bord de mer. Il en existe de semblables par exemple sur la côte nord de Ténérife dans les Canaries. L‟amoncellement de lave retient l‟eau des marées sur deux ou trois niveaux, et forme de belles sculptures naturelles au-dessus de l‟eau limpide.

et la pierre de lave noire ou rougeâtre.

Ici et là se cachent d‟anciens villages de pêcheurs aux maisons blanches. Les

églises pimpantes jouent du contraste avec de beaux effets entre le crépi blanc 9


alités n i g i r o t e e Caractèr Ainsi à Sao Vicente (SaintVincent) un autre joli village vers lequel on plonge en direction de la côte nord, depuis un col d‟arête (le lieu s‟appelle Encuemada) d‟où l‟on aperçoit la

Depuis de hauts belvédères ,on peut contempler les mer au sud rades immenses, du côté d‟un village appelé Santaet au nord. na, qui conserve aussi quelques rares maisons tyDerrière piques, blanches avec des ouvertures carmin, et cette bar- d‟épais toits de chaume ; les vieux propriétaires rière mon- les font visiter aux touristes moyennant une poitagnes gnée dressée qui d‟euparaît me- ros. naçante et infranchissable : le sud.

10


alités n i g i r o t e e Caractèr Au-dessus des hautes falaises jusque vers le sommets les plus élevés (en haut à droite tout prés du plus haut sommet déchiqueté de l‟île) fleurit une variété particulière de mimosa de couleur blanche, que l‟on retrouve aussi en altitude à l‟île de la Réunion. La majesté des paysages incite à la contemplation, quand un plateau de bord de mer fait face à cette sévère et sombre chaîne dressée, dont le pied est battu par l‟océan puissant, ou quand les terrasses cultivées s‟habillent d‟une variété éton-

nante de tonalités de verts, au surplomb d‟une baie.

11


tures c u r t s a r Inf Et dans les pentes raides, on peut encore voir de vieux madéiriens gravir les chemins ,chargés d‟un fardeau de branches sur la tête. On peut y voir aussi cet oiseau endémique, mais peu différenciables de nos oiseaux communs, appelé « bich bich ». Avec le soutien de l‟Union Européenne, Madère est sortie de l‟ère où il fallait des heures pour franchir patiemment et prudemment quelques kilomètres en empruntant les routes faites de lacets innombrables taillés à flanc de falaises sur des hauteurs vertigineuses dominant la mer

plus de 3000 mètres, s‟enchaînant les uns derrière les autres, se prolongeant par des ouvrages d‟art, viaducs à double voie en courbes. L‟impression que l‟on espère fausse est celle d‟un déchaînement excessif de moyens sans

Aujourd‟hui, et tant que la manne européenne ne se tarit pas (jusqu‟en 2013 semble-t-il), des ouvrages de génie civil, tunnels et viaducs équipent l‟île de partout. Longs tunnels doubles (un par sens), souvent

sinueux, parfois en pente comme si le profil du tunnel épousait celui de la montagne sous laquelle il est percé, longs de quelques centaines de mètres à 12

véritable ligne directrice. Au total aujourd‟hui, 158 tunnels, sur une longueur totale non mesurée.


ture L’agricul

Le nom vient du latin Laurus (laurier) et Silva (forêt, bois).

Les polos Les cultures en courtes terrasses (appelées « polos ») que l‟on aperçoit sur de nombreuses pentes s‟étagent de la mer jusqu‟à 700 mètres d‟altitude. Créées souvent à partir de terre amenée à dos d‟homme, elles illustrent la patience et l‟humble ténacité des premiers habitants. Aujourd‟hui, une partie d‟entre elles est à l‟abandon

(les jeunes cherchent d’autres activités moins ingrates) mais elles continuent de strier de manière régulière le flanc des montagnes.

La forêt De 700 à 1000 mètres, c‟est le domaine de la forêt primaire (la laurisylve), et au-dessus, un univers essentiellement minéral de lave et de cendre volcanique. Madère détient donc l‟étendue la plus grande et la mieux conservée au monde de Laurissilva, qui couvre une surface de près de 15.000 ha dans le Parc Naturel de Madère. Cette réserve a été inscrite dans la Liste du Patrimoine Naturel Mondial de l‟UNESCO en décembre 1999.

Autrefois, la Laurissilva occupait de vastes étendues du Continent européen, notamment dans tout le bassin méditerranéen, l‟Europe méridionale et le Nord de l‟Afrique ; elle a disparu du fait des glaciations et s‟est déplacée vers le sud. Les archipels de Macaronésie ont réussi à maintenir une grande partie de cette végétation ancestrale grâce à la capacité thermorégulatrice de l‟océan qui les entoure. S‟étendant originellement sur la presque totalité de l‟île, on ne la trouve plus guère aujourd‟hui que sur son versant nord, dans les vallées profondes et lointaines de l‟intérieur, s‟étageant entre 300 et 1300 mètres d‟altitude. Elle peut être considérée comme une authentique forêt relique. Ecosystème botanique très important, cette forêt est caractérisée par des arbres de grande envergure, sous la cime desquels des arbustes abondent, presque tous à feuilles persistantes. L‟ensemble donne la tonalité verte caractéristique de l‟île, tout comme la bruyère, le genêt et le cornouiller. Sous les arbustes on trouve enfin des fougères souvent très développées en crosse de pape, des mousses, des lichens, …

13


lture

L’agricu De vastes plans de reforestation ont été mis zen œuvre dès les années 1950 avec l‟introduction d‟espèces à forte croissance, pour faire retrouver à Madère son faciès forestier. Mais certaines des espèces choisies se sont révélées fortement invasives et ont au contraire appauvri la flore indigène sur des centaines d‟hectares.

ment d‟autres espèces. Il en est de même avec les Pins sylvestres dont les aiguilles en déAinsi aujourd‟hui, les composition rendent le sol acide, stérile et inapte forestiers tentent d‟é- à toute radiquer les eucalyp- replantatus par des plans d’ar- tion . rachage systématique de grande envergure. Ce grand arbre, cicontre dans la brume du nord, peut atteindre 65 m de haut. Originaire d‟Australie et de Tasmanie, il est en fait très proliférant, au détri-

Le vin de Madère est célèbre dans le monde entier, grâce à trois atouts principaux : son riche sol volcanique, un climat propice et une diversité de cépages importés notamment dès le XIIIème siècle de Venise avec le Crete Candia Malvasia. Venise était le leader du commerce de vin de la Méditerranée avec des opérations menées dans toute l‟Europe.

A partir de 1794, les Madériens, découvrant ces effets, commencèrent à rationaliser le processus et à créer diverses techniques, telles que la méthode où le vin est chauffé pendant 3 mois à 50° C. L‟autre méthode traditionnelle, appelée Canteiros, vieillit le vin pendant 20 à 100 ans à tempéra-

Mais sa notoriété provient surtout du processus de maturation du vin, qui fut découvert par hasard. Au XVIe siècle, pour les plus longs voyages dans des conditions d‟expédition difficiles, le vin de Madère était renforcé à 20 % d‟alcool pour supporter les conditions de navigation. Le tangage du bateau, la brise maritime, les chaleurs tropicales et le fait de traverser l‟équateur accéléraient le vieillissement. ture ambiante. Ces méthodes sont toujours utilisées à l‟heure actuelle. 14


sme i r u o t e L fréquentation est à son maximum en mars–avril et de juillet à octobre. Les perspectives de développement prévoient de porter la capacité hôtelière à 39 000 lits en 2012 contre environ 29 000 en 2005.

Les atouts de Madère reposent principalement sur ses paysages, montagnes d‟origine volcanique escarpées et souvent spectaculaires, sur son climat doux toute l‟année et sur sa flore abondante et variée. L‟attrait du climat tempéré, le pittoresque sauvage des falaises et de la montagne, les fleurs, les vins de Madère, ses broderies contribuent au développement intense du tourisme. Madère est aussi réputée pour son feu d‟artifice annuel, l‟un des plus grands du monde. Le tourisme contribue pour 20 % au PNB, soutenant toute l'année les activités liées au commerce et aux transports et fournissant un débouché aux productions locales. La part des hôtels et des restaurants dans le PNB (9 %) témoigne aussi de cette importance. L'île de Porto Santo, qui jouit d'un climat ensoleillé et dispose d'une plage de sable de neuf kilomètres de long, est entièrement consacrée au tourisme. Nous n‟y sommes pas allés. En 2005, Madère a reçu plus de 850 000 visiteurs, et ce chiffre a atteint récemment le million. Ces derniers viennent majoritairement de l'Union européenne, notamment du Royaume-Uni, d'Allemagne, du Portugal et de Scandinavie. La

L‟aéroport principal de Madère a été allongé à 2 781 mètres en 2000, ce qui permet de recevoir pratiquement tous les types d'avions avec aussi l'ouverture d'un nouveau terminal en 2002. Auparavant, l‟aéroport était connu comme l‟un des plus dangereux du monde.

15


das a v é l s e L Le port de Funchal peut accueillir deux à trois paquebots de croisière à la fois. On entend fréquemment la puissante corne de brume qui ap-

chargé de radars, probablement en relation avec les événements révolutionnaires d‟Afrique du Nord en Tunisie, en Egypte et surtout en Lybie.

pelle les touristes à rentrer vers eux avant le départ. Face à la statue majestueuse de Christophe Colomb, lors de notre passage il accueillait aussi un navire militaire français

L'une des principales activités touristiques sur l'île de Madère est la randonnée le long des levadas, canaux d'irrigation creusés depuis le XVIe siècle à l‟initiative de colonisateurs privés, et qui acheminent l‟eau depuis le nord où elle est la plus abondante vers le sud plus sec. Ce sont ainsi 2200 km de ces petits canaux (alors que l‟île est longue de 57 km est-ouest sur 22 km nord-sud !!) qui ont été creusés à la main, franchissant parfois de longs tunnels, autant de travaux taillés dans le roc. S‟il y en avait 1000 km au début du 20ème siècle, le complément a été créé sur décision du gouvernement pendant ce dernier siècle.

riode de construction extraordinaire de ces canaux à faible déclivité suspendues aux pentes, surplombant hardiment les précipices vertigineux, et qui ont fait l‟objet de trésors de « génie civil » avant même que ce mot existe. Ici, c‟est une levada à Rabaçal, au nord de l‟île, vers 1000m d‟altitude, au long de laquelle nous avons marché sur 11 km, dans la brume, le vent et un froid relatif.

La période esclavagiste a apporté son lot de main-d‟oeuvre périssable dans la première pé16


das a v é l s e L Ces canaux traversent parfois des tunnels dont nous apercevions l‟entrée à flanc de montagne ; nous avons aussi franchi l‟un de ces ouvrages long de 800 m munis d‟une lampe de poche ; encore un ouvrage qui a dû

nécessiter des travaux longs et difficiles, pour le confort des populations et l‟abondance des cultures au

L‟eau ruisselle de partout dans cette partie nord, et en particulier d‟un lac de plateau qui délivre une haute cascade . Là, c‟est Marlène longeant une levada.

17

sud.


das a v é l s e L

Mais ces parcours que l‟on devine d‟une grande beauté par beau temps, restent majestueux le long des pentes abruptes dont les arbustes accrochés à leur flanc masquent l‟im-

tion finale, au milieu de bosquets sauvages de rhododendrons ; en cette période du début avril commencent à peine à fleurir les agapanthes, qui tapissent en grand nombre les talus surplombant le canal avant la fin mai. Nous avons pu l‟apprécier dans une autre petite randonnée dans le Val Paraiso (ou vallée du paradis) un peu au nord de

pression de vertige.

D‟autres levadas, le soleil aidant, se présentent sous un aspect plus riant et moins hostile, quand les canaux se dirigent lentement vers les pentes du sud qui sont leur destina-

C‟est moi

18

Funchal où l‟altitude des- cend à 500 m. Les mêmes pentes regorgeaient déjà de capucines et de pervenches en fleur.


flore t e e n u a F La vigne utilise les moindres recoins des terrasses, ou bien court en petites parcelles le long des routes de montagnes.

La grande biodiversité, flore et faune confondues, et son caractère endémique ont d‟ailleurs inspiré Darwin dans son livre “Origine des Espèces”, citant Madère et les Galapagos comme preuves de sa théorie.

La richesse de la flore est mise à profit dans deux superbes jardins accrochés à 500m audessus de Funchal, et auxquels on accède par téléphérique (l‟accès par une route escarpée est aussi possible).

L'isolement géographique et le peuplement tardif ont favorisé un fort caractère endémique. Ainsi, environ 10 % des espèces végétales indigènes ne sont observables que sur cette île. La faune dénombre divers oiseaux endémiques : roitelet, pétrel, pinson des arbres...de Madère, pigeon Trocaz, sans compter les nombreuses sousespèces locales : bergeronnette des ruisseaux, moineau soulcie, pipit de Berthelot, faucon crécerelle ...

Dans cette cabine ovoïde, mon inquiétude n‟était tempérée que par la conviction autosuggérée de l‟origine autrichienne de la fabrication (qualité teutonne). Mais dans l‟œuf, le petit poussin Jeannot serrait le bec. Pas un mot, attendre que ça passe... Evidemment, magnifique panorama du port de Funchal.

Du fait de l'humidité atlantique, son relief accidenté, sa latitude subtropicale et l'influence du Gulf stream, Madère possède une flore d'une grande richesse.

19


nique a t o b n i Le Jard Le Jardin Botanique vaut surtout par la grande variétés de fleurs et d‟arbres de toutes sortes, mais aussi par une terrasse très réputée constituée de

fleurs en massifs géométriques formant une remarquable harmonie de teintes. L‟ombre des feuilles en couronne de palmiers bien droits s‟épanouit en parasols réguliers, et des arums timides et vir-

ginaux expriment leur fraîcheur discrète dans l‟ombre.

20


nique a t o B n i Le Jard Là, un hibiscus dépose une pointe écarlate sur l‟éventail d‟une palme, ailleurs un palmier en toupet joue à la vigie au-dessus de la mer.

Une classe d‟enfants est venue assister à un cours de botanique en direct. Et de prétentieuses orchidées font leur mijaurée , trop sûres de leur beauté, ou bien s‟illuminent mystérieusement dans la pénombre du sous-bois….

21


pical o r T n i d Le Jar Ce jardin est l‟une des destinations les plus prisées depuis Funchal. Il s‟agit d‟un grand jardin escarpé à vocation plutôt culturelle, qui présente sur 2 étages dans sa partie supérieure des musées, l‟un pour l‟art afri-

leurs vives. Les essences sont très diverses et bien agencées, et ici et là quelques œuvres modernes aux couleurs vives

s „intègrent très bien dans l‟environnement tropical.

cain, l‟autre pour les minéraux, dans un décor lumineux assez réussi.

La partie centrale reproduit un jardin japonais (ou asiatique) dans sa splendeur et sa sérénité, avec quelques reproductions de guerriers chinois aux cou-

22


pical o r T n i d Le Jar Plus bas encore, c‟est un petit lac artificiel

alimenté par une haute fausse cascade, d‟un effet agréable mais un peu appuyé, avec la le Portumer en gal) et qui arrièracontent rel‟histoire plan. de Madère Comet celle du me Portugal, sont mais reaussi produisent conveaussi des nus œuvres certains groupes de bronze qui entourent une artistiques belle demeure ancienne dans l‟enceinte du anciennes. jardin. Honnêtement, à qui va votre préférence cidessous? Les chemins qui ceinturent très joliment le jardin sont décorés de faïences à la façon des azulejos (voir

23


pical o r T n i d Le Jar Le jardin est surmonté d‟une église baroque, celle du village de Monte (mont en français) d‟où la vue sur la capitale et le port

teurs sont tous vêtus de blanc, coiffés d‟une sorte de canotier, et portent des bottines de cuir blanches et jaunes à semelle polie, pour maîtriser les dérapages et les coups de frein qu‟ils impriment à la luge. Il semble que est panoramique. Cette église a été par-

Et... l‟envers vaut l‟endroit.

tiellement détruite par un tremblement de terre en décembre 1818, puis reconstruite grâce à des fonds délivrés par le Kayser (empereur) Charles 1er d’Autriche. Le village en arrière de l’église ne manque pas aussi de pittoresque. Du pied de l‟escalier qui monte à l‟église se tient une attraction réputée : ce sont des sortes de luges en osier, les « carros de cestos », sur patins de bois poli, dans lesquelles embarquent deux personnes (touristes bien sûr) et qui dévalent une route bitumée au milieu de la circulation heureusement rare, retenues et guidées par deux madeiriens. La descente dure 20 mn. Les accompagna24

c‟était, dans les débuts de la colonisation, l‟un des moyens de transport pour les personnes (à la descente, mais à la montée??)


dministr a n o i t a Organis

ative

Madère est rattaché à l'Union européenne par son statut de « région autonome », avec un exécutif propre et une assemblée législative régionale. Le président du gouvernement régional actuel est Alberto João Jardim, en place depuis près de trente ans!!! Le siège du gouvernement régional est situé à Funchal (qui signifie « fenouil » en portugais), et qui en est aussi la capitale. Funchal

n‟existait pas il y a 15 ans, d‟après ce que nous disaient un anglais habitué du site.

se situe au sud de l‟île. Sans compter les jardins qui la dominent, Funchal recèle de belles architectures du 19ème siècle, mais est surtout équipée de complexes hôteliers importants qui continuent à se déve-

A l‟est , un ancien fort aux murs crépis de jaune relevé de bordures de lave scrute l‟horizon, se souvenant de l‟époque où corsaires et pirates écumaient l‟océan.

lopper vers l‟ouest de la ville, où se situait notre hôtel. Le quartier dans lequel il se trouvait

25


capitale a l , l a h Func La clarté du ciel et la richesse des chaudes couleurs confèrent à ce site un caractère pittoresque tout à fait typique. Les bâtiments administratifs hérités du passé ne manquent pas aussi d‟allure, comme le palais où siège le représentant du Portugal. Les jé-

quelles jaillissent des variétés florales innombrables… ou de petites bananeraies urbaines enfermées entre de hau-

suites qui accompagnèrent les premiers colonisateurs ont marqué la ville de bâtiments religieux mariant avec harmonie et originalité le blanc, le noir et l‟ocre, enserrant de beaux jardins publics frais et riches d‟essences diverses dans l‟ombre des-

tes murs, dont le sol est envahi de capucines mêlées à des pampres de vigne de Madère, que supportent des liteaux de bois grossier.

26


capitale a l , l a h c Fun

La ville se pare aussi de sculptures modernes quelquefois réussies (ici sur fond d‟une file de taxis jaunes), Les falaises qui la flanquent aussi bien à l‟est qu‟à l‟ouest ne sont que le prolongement de la montagne à laquelle elle est adossée comme à un large amEt le pigeon hésite à s‟envoler, pris du vertige de la mer (l‟amer?)...

phithéâtre. Les plus lointaines à l‟est renvoient sur l‟horizon, au cordon des autres îles inhabitées de l‟archipel (île Sauvages et île Déserte). La ville s‟étire entre littoral avec en son cen-

tre le port, et montagne ; elle est coupée par deux lits de rivières sans attrait taillés dans le roc au milieu de la ville, qui coulent avec parcimonie, mais qui doivent se remplir furieusement par fortes pluies. La prépondérance de l‟activité touristique est partout présente, avec le casino dont l‟en-

trée est balisée d‟un statue de bronze en pied de l‟impératrice Sissi (pour vieux touristes compassés et ringards), par l‟extension vers l‟ouest des complexes touristiques où se trouvait notre hôtel, par la présence permanente dans le port de 2 ou 3 paquebots de croisière. Il règne une atmosphère d‟activité besogneuse que marque un trafic ininterrompu de voitures aux heures d‟ouverture des bureaux, le long des routes qui épousent allègrement le profil des pentes de piémont. Le littoral le long du port est agréablement aménagé en une longue promenade qui n‟est pas dénaturée, comme par exemple à Ténérife (plage des Amériques) aux Canaries, par la densité étouffante des boutiques pour touristes.

27


capitale a l , l a h Func Une grande halle abrite le « mercado dos lavradores » (marché des laboureurs) où chaque matin se

duisant des scènes de la vie agricole ancienne. tient un superbe marché de fruits, de fleurs et de légumes, d‟articles pour touristes crédules, mais aussi de poissons frais, thon,

On y trouve bien sûr des fleurs, mais aussi des fruits exotiques typiques comme l‟anana-banane ou l‟anone, ainsi que de drôles de chapeaux chéchia colorés… qui me donnent l‟air très très

dorades, …

Le clou est l‟espada -sabre noir en français-, poisson très long et laid à grandes dents, mais dont la chair est savoureuse. Ce poisson des profondeurs (1000 m) est caractéristique de cette région de l‟océan. Les murs sont décorés de grands azulejos repro-

très intelligent… et qui vont beaucoup mieux à Marlène et aux marchandes de fleurs. 28


capitale a l , l a h Func

Notre déambulation dans la partie ancienne qui remonte au-dessus de la falaise, ou dans le centre, permet de croiser divers quartiers et maisons pittoresques, avec parfois des toits à quatre pans en courbe qui rappellent ceux des vielles maisons de Faro en Algarve au sud du Portugal (même époque certainement), mais aussi une harmonie de chaudes couleurs des façades anciennes., et la mauve tonalité des

bâtiment d‟une éclatante beauté orné d‟azulejos lumineux, probablement un ancien hôtel (appelé ici « quinta » ; notre hôtel s‟appelais ainsi la Quinta de Casa Branca, c‟est-à-dire l‟hôtel de la case blanche). Ou bien l‟escalier d‟une parfaite élégance grâce encore aux azulejos. Ou bien enfin le charme que dégage ce contraste entre une petite

maison ancienne à l‟abandon masquée par un grand bougainvilliée et sa voisine moderne à la délicate couleur fraise.

jacarandas en fleurs. Ailleurs, c‟est la hardiesse d‟architecture où la façade de maisons anciennes a été intégrée dans la façade miroitée d‟un grand immeuble moderne. Et au centre de la ville, un 29


capitale a l , l a h Func Vers l‟ouest enfin, outre la masse imposante de la couillon de Zarco, l‟un des découvreurs, figé dans plus grande falaise d‟Europe, la mer, sans être l‟attitude de celui qui réalise trop tard avec dédéchaînée, vient se fracasser contre un ancien et sespoir ce qu‟est devenue son île 600 ans après, se trouve, un ancien petit port de pêcheurs dont les

escaliers sont taillés dans le roc noir. Une

sombre aménagement portuaire dont ne restent plus que quelques moteurs ou cabestans

mi-

nuscule barque de pêche part en campagne, enveloppée d‟un vol de mouettes voleuses, à l‟affût de nourriture. J‟y ai même ma cabane, la

rouillés qui forment une sorte de sculpture sur un haut quai. Un peu plus loin, après la statue en bronze de ce

« barraca de Janota ». Pendant que Marlène tente de lire dans la main du destin... 30

L'île de Madère  

Reportage sur des vacances sur l'île de Madère

Advertisement