Page 1

7,5 € – N°5 – MARS 2002 – ISSN : 1561-0802

N°5 / MARS 2002


ITEBE

ÉDITO NOUVEAU SOUTIEN NOUVELLE VERSION Chers lecteurs et amis, Toute l’équipe de l’ITEBE est heureuse de vous adresser ce nouveau numéro de la revue Bois-énergie. Comme vous le constaterez la formule bilingue français/allemand est remplacée par des éditions séparées en français, allemand et anglais, ceci pour un meilleur confort de lecture. Cette nouvelle formule est réalisée en partenariat avec le centre scientifique de Jyväskylä en Finlande, l’agence régionale de l’énergie en Bavière CARMEN et les deux autres partenaires historiques de la revue : Énergie-bois Suisse et la Chambre d’agriculture de Styrie en Autriche. Cette nouvelle édition reçoit également une aide financière de lancement de la part du programme ALTENER II et de l’ADEME en France. Je tiens à attirer votre attention sur le fait que nous disposons de quelques trimestres d’aide uniquement et que rapidement la revue devra trouver son autonomie financière. Il est donc indispensable que chacun d’entre vous règle rapidement son abonnement ou son adhésion pour garantir la pérennité d’une publication que vous nous réclamez vivement depuis son interruption en 2000. L’équilibre se fera bien sûr également grâce aux annonceurs que nous remercions par avance. Ceci étant dit, je vous invite à la lecture de nos sujets d’actualité sur une filière industrielle qui bouge. Enfin, je vous remercie de nous adresser vos avis ou communications pour nous aider à encore mieux vous

Bois-Energie Revue de l’Institut Technique Européen du Bois-Energie (Association de professionels) Soutenez la filière bois-énergie en adhérant à l’ITEBE et recevez cette publication, parmi les services offerts. Editeur : ITEBE Tel : + 33 3 84 47 81 00 Fax : + 33 3 84 47 81 19 E-mail : revue@itebe.org Web : www.itebe.org 28, boulevard Gambetta, BP 149 39004 Lons Le Saunier Cedex – France Directeur de la publication : Jean François Bontoux Rédacteur en chef : Frédéric Douard Ont participé dans cette revue : Frédéric Douard, Dan Asplund, Josef Planck, Jean-Christophe Pouet, Youmna Wehbe, Samuel Neuville, Marie Maud Gérard, Giustino Mezzalira, M. Brocchi Colonna, Mia Savolainen, Pirjo Nikku, Kalevi Kaukanen, Sylvain Martin, Horst Jauschnegg, Ruth Brokeland, Markku Paananen, Jeremy Hugues Dit Ciles. Traduction : I. Imreh, D. Santoro, J. Hugues Dit Ciles Création graphique : www.alexis.montpeyroux.net Imprimé sur du papier 100 % recyclé en 6 000 exemplaires (2 000 en français) par Imp. Bernard Mourier, Lons-le-Saunier (Jura-France)

informer.

ISSN 1561-0802. Le contenu peut être reproduit librement avec mention de la source.

Chaleureusement,

Numéro 5 / version française (La revue est également éditée en allemand et en anglais)

Frédéric DOUARD, directeur de l’ITEBE

Enregistrement du copyright : mars 2002 Abonnement : 30 euros / 4 numéros Bien que la plus grande attention ait été apportée à ce numéro pour donner les informations les plus exactes possibles, ni l’éditeur ni les rédacteurs ne se porteront responsables des erreurs ou oublis commis. Les opinions exprimées ne sont pas nécessairement celles de l’ITEBE.


N°5 / MARS 2002 STRATÉGIES

6

Politique nationale 13 Plan d’action pour les énergies renouvelables en Finlande

Produire des granulés dans son atelier

PORTRAITS 16 British Biogen 16 FINBIO 17 AIEL est née ! Quand la tradition épouse la haute technologie 8 200 MAP/heure en souplesse 9 Formation : " Wood Fuel Basic Information Pack " Les bases du bois-énergie en anglais 10 www.itebe.org : le nouveau portail multilingue du bois-énergie 11 Espace Pro Bois-Énergie

COMBUSTIBLES Plaquettes forestières 18 FORENERGY une solution pour les besoins futurs en énergie TIMBERJACK

7

24 Le développement des granulés en Europe Classification 27 Le manuel d’assurance qualité pour les combustibles bois en Finlande

CHAUFFAGE Grande puissance 30 Trop grandes, trop chères, trop peu rentables ? Contracting 32 Le contacting à la carte dès 60 kW

TORREN ENRGY

ACTUALITÉ

ITEBE

S O M M A I R E

Couverture : Cette tête d’abattage à accumulation (la combinaison du couteau et de la pince permet d’augmenter le rendement de l’abatteuse, car elle peut couper plusieurs bois avant de les ranger) est une des solutions techniques en cours de R&D pour la production de bois-énergie à grande échelle. Voir Forenergy Une revue éditée par :

ITEBE

En partenariat avec :

Taillis à courte rotation 20 Un combustible qui décontamine les nappes phréatiques Granulés 22 French Pellet Club la filière du granulé français s’organise

MR. HANNU VALLAS / LENTOKUVA VALLAS OY

P. 36 Alholmens, la plus grande centrale biomasse à cogénération du monde.

Chauffage domestique 34 90 % de rendement avec une chaudière bûche Normalisation 36 Lancement du label qualité " flamme verte " 38 Certification des chaudières alimentées avec un combustible bois

COGÉNÉRATION Gazéification 40 Énergie d’une nouvelle génération : Centrale cogénération de Tervola Grande puissance 42 Alholmens Kraft, Pietarsaari 46 Au Canada la cogénération biomasse fait ses preuves

Avec le soutien de :

DIVERS 48 Itebe Éditions 49 Bulletin d’adhésion à Itebe 51 Index des sociétés citées

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 3


ACTUALITÉ AGENDA

Vous souhaitez annoncer un événement ou une publication ? Ces lignes vous sont ouvertes. ÉVÉNEMENTS

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE 23-27 AVRIL 2002 SHK BRNO 2002 à Brno - République tchèque : Salon international Chauffage, Sanitaire, Climatisation, Automation du Bâtiment, Installation et Équipement International Trade Fair for Sanitation, Heating and Air Conditioning Brno, Czech Republic www.mdna.com/shows/shkbrno.html

FRANCE 4 AU 7 AVRIL 2002 BOIS-ÉNERGIE 2002 Le salon international du boisénergie, Lons-le-Saunier (39) Contact : ITEBE, François Bornschein, Cécile Pierron Tél. : +33 384 47 81 07 - Fax : +33 384 47 81 19 info@itebe-expo.com www.itebe-expo.com

29 AU 31 MAI 2002 CARREFOUR INTERNATIONAL DU BOIS Nantes Contact : Carrefour international du bois Tél. : +33 240 73 60 64 - Fax : +33 240 73 03 01 www.timbershow.com info@timbershow.com

5 AU 7 JUIN 2002 FOREXPO 2002 – Bordeaux Salon des Professionnels de la Sylviculture et de l’Exploitation Forestière 6, parvis des Chartrons 33075 BORDEAUX CEDEX - France Tél. : +33 557 85 40 18 - Fax. : +33 556 81 78 98 info@forexpo.fr - www.forexpo.fr

CANADA 2 AU 4 MAI 2002 Salon de la machinerie et des équipements Bois-Energie Technibois 2002, Québec (Canada) Organisation : Gestion TB Adresse : CP 1010, Victoriaville (Québec) Canada G6P 8Y1 Tel : +1 418 845 8247 - Fax : +1 418 845 8516 gesttb@videotron.ca www.technibois.com

ITALIE 23-26 MAI 2002 SOLAREXPO 2002 International Conference &

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 4

Exhibition on Renewable & Alternative Energies Piazzetta Trento Trieste 10 b I - 32032 Feltre BL - Italy Tel : +39-0439840922 / +39-0439849855 Fax : +39-0439849854 conference@solarexpo.com www.solarexpo.com

SUÈDE 9 AU 13 SEPTEMBRE 2002 Conférence Pellets 2002, Stockholm, Suède www.pellets2002.com Information : Frederik Lagergren SVEBIO, Torsgatan 12, SE-111 23 Stockholm Tél. : +46 8 441 70 83 - Fax : +46 8 441 70 89 frederik@pellets2002.com

ALLEMAGNE / AUTRICHE 29 AOÛT AU 1ER SEPTEMBRE 2002 INTERNATIONALE HOLZMESSE Salon international du bois Klagenfurt, Autriche Contact : Messe Klagenfurt Tél. : +43 463/568 00 20 - Fax : +43 463/568 00 28 www.ktn-messen.co.at office@ktn-messen.co.at

30 OCTOBRE AU 2 NOVEMBRE 2002 New Energy Husum Contact : MESSE HUSUM / HWG mbh Kielsburgerstraße 8 - 10 D - 25813 Husum Tél. : + 49 4841 - 90 21 04 Fax : + 49 4841 - 90 22 66 info@messehusum.de www.messehusum.de www.new-energy-husum.de

PÉRIODIQUES

Holz-Zentralblatt Unabhängiges Organ für die Forstund Holzwirtschaft Journal hebdomadaire allemand du bois et de la forêt DRW-Verlag Weinbrenner GmbH & Co Fasanenweg 18 D-70771 Leinfelden-Echterdingen Abonnement fax : +49 - 7591-3 68 www.holz-zentralblatt.com

Forst & Technik Revue mensuelle allemande sur l’exploitation forestière. Zweigniederlassung der BLV Verlagsgesellschaft mbH Postfach 35 03 65, 10212 Berlin* Fax : +49 30 293974-59 www.blv.de/forst&technik

DOCUMENTS Le Répertoire des professionnels vendeurs de bois de chauffage, édité par la Bourse des Travaux Forestiers du Centre vient de paraître. Des coordonnées, des informations techniques sur le conditionnement, les essences de bois et les services sont proposés dans cet annuaire. Contact : Bourse des Travaux Forestiers du Centre ZA Champ Chardon, 41250 Mont-Près-Chambord Tél. : +33 254 55 38 17 - Fax : +33 254 70 81 26

Poêle, insert et autres chauffages au bois Éditions Terre Vivante Claude Aubert en collaboration avec l’AGEDEN 1999 - 96 p. Prix de vente : 83 F, 12,65 Euros Tél. +33 476 34 80 80 terrviv@alpes-net.fr

Livre Vert : vers une stratégie européenne de sécurité d’approvisionnement énergétique. Communautés européennes, Luxembourg, 29 novembre 2001 ISBN : 92-874-0320-9 La Commission Européenne a mis en consultation un document très important sur la sécurité d’approvisionnement énergétique en Europe. Ce document insiste sur l’importance de la maîtrise de l’énergie et le recours aux énergies renouvelables. Il ne met pas assez l’accent sur le rôle des collectivités territoriales. Le document peut être téléchargé sur le site de la commission : http://europa.eu.int/comm/energy_transport/fr/lpi_fr.html

Energies-Cités publie une série d’études de cas, disponibles en anglais, allemand et français. Téléchargeables sur le site, rubrique publications (www.energie-cites.org) 1. Les expériences utilisant les nouvelles technologies de petite et moyenne cogénération Peter Schilken, Energie-Cités pour l’ADEME Valbonne - Besançon, 2001 62 p. : ill. 2. Local energy policies in Poland and the Czech Republic Energie-Cités, PNEC, Islenet et SEVEN avec le spoutien de la commission européenne DG TREN, 2001 - 112 P.


ACTUALITÉ RÉFÉRENCES 3. Libéralisation des marchés énergétiques : les politiques locales de relations contractuelles public-privé Martin Cahn et Peter Schilken, Energie-Cités pour l’ADEME Franche-Comté - Besançon, 2001 46 p. ill. 4. Energy Policies in French Municipalities - Examples of best practice Peter Schilken, Energie-Cités pour l’ADEME Besançon, novembre 2001 - 56 p. Contact : Béatrice Alcarazbalcaraz@energie-cites.org

Contribution du bois-énergie au développement durable en Belgique Rapport final, Ivan Sintzoff, GEB, juin 2001. http://www.belspo.be/belspo/ostc/geninfo/publ/pub_ost c/CG2131/rCG25_fr.pdf

Proceedings of the 1st World Conference on biomass for Energy and Industry Mai 2001 21x29,7 - 1800p. Prix de vente : 240 US $ Contact : James & James (Science Publishers) Ltd 35-37 William Road GB-London NW1 1 ER UK Tél. +44 20 7387 8558 - Fax. + 44 20 7387 8998 Email : jxj@jxj.com Web : www.jxj.com/catofpub/world_conf_biomass_ 2000.html

Deux nouvelles publications de l’Agence Internationale de l’Énergie : International Energy Agency BP 586 - 75726 Paris Cedex 15 France Tel : +33 140 57 66 90 - Fax : +331 40 57 67 75 Email : books@iea.org

Energy Policies of IEA Countries : 2001 Review International Energy Agency ISBN : 92-64-19659-5 Prix : US$ 120

Wood Fuels Basic Information Pack Ce livre contient des informations sur les techniques de production et l’utilisation du bois-énergie en Finlande et Suède. BENET Bioenergy Networks Jyväskylä Science Park Ltd P.O. Box 27 Tél. +358 14 4451 116 - Fax. +358 14 4451 199 FIN-40101 Jyväskylä - FINLAND markku.paananen@jsp.fi

LE BOIS ENERGIE – Guide pratique pour les communes Guide pour les décideurs locaux Rassemble les informations depuis l’étude jusqu’à la mise en œuvre et l’exploitation de la chaufferie 36 pages – Juillet 2001 – Edition Région Alsace Pour plus d’informations : Région Alsace 35, av. de la Paix - 67000 Strasbourg Tél. : +33 388 15 69 17 - Fax : +33 388 15 69 19 environnement@region-alsace.fr www.cr-alsace.fr/

Comparaison des coûts de chauffage. Ressources naturelles Canada. Office de l’efficacité énergétique. 1999. ISBN 0-662-83835-1 Cette présente fiche vous indique comment calculer et comparer les coûts de chauffage annuels en fonction de divers systèmes de chauffage et sources d’énergie. Contact : disponible auprès des Publications Énergie, l’Office de l’efficacité énergétique, a/s Groupe Communication Canada, Ottawa K1A 0S9. Tél. : +1 800-387-2000 - Fax : +1 819 994-1498 http://publications-econergie.rncan.gc.ca

Le bois-énergie est aussi sur internet! V www.itebe.org Portail du bois-énergie, par l’Itebe, Institut Technique Européen du Bois-Energie. V www.enerdev.org Site de Cirad-forêt, dédié à l’énergie pour le développement durable des pays du sud. V www.fao.org/forestry/ Programme lié à la l’exploitation forestière, de la Food and Agricultural Organisation, organe des Nations Unies. V www.iea.org International Energy Agency, basé à Paris, est une agence liée à l’OCDE.

CO2 Emissions from Fuel Combustion : 1971 - 1999 (2001 Edition) International Energy Agency. Oct 2001. 540p. – Prix : US$ 150 ISBN : 92-64-08745-1

Biocombustibles sólidos de origen forestal Ce livre, rédigé par un professeur d’université de Madrid, décrit l’ensemble des biocombustibles solides. Version en Castillan uniquement. AENOR - Francisco Marcos Martín 300p. - 2000 - 17,5x25 ISBN : 84-8143-272-5 Contact : AENOR, Génova, 6 - E-28004 Madrid Tel. 902 102 201 - Fax 91 310 36 95 Email : comercial@aenor.es - Web : www.aenor.es

V www.worldenergy.org/wec-geis/ Conseil Mondial de l’Energie. V www.stem.se Agence de l’énergie suédoise. V www.nrcan.gc.ca/es/main_f.htm Le site de Ressources naturelles du Canada est très vaste, avec un secteur spécifique à l’énergie, où l’on peut trouver par exemple le Réseau Canadien des Energies Renouvelables, ResCER,et d’autres sites comme celui du Centre de la technologie de l’énergie de CANMET (CTEC). V www.wettinc.ca/wettweb/contentshell.html Wood Energy Technologic Transfer (WETT). À travers la formation des professionnels et la communication vers le public, WETT Inc. fait la promotion d’un usage sûr et efficace des systèmes de chauffage au bois au Canada. V www.agores.org/SECTORS/BIO/default.htm Un regard général sur les sources d’énergies renouvelables. V www.biomasseverband.at Association autrichienne de la biomasse. V www.biomasster.nl Site des bioénergies des Pays-Bas.

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 5


ACTUALITÉ NOUVEAUTÉ

Produire des granulés de bois dans son atelier Une entreprise suédoise propose une nouvelle micro-presse pour granuler les copeaux de menuiserie.

Suède

ne usine de granulés de bois doit vendre plusieurs milliers tonnes à l’année pour fonctionner. La plupart des acteurs de ce marché l’a bien compris, la production de ce combustible est une affaire d’industriels.

U

Or, il se pourrait qu’une nouvelle machine puisse permettre des miniproductions très localisées. Lors de la foire internationale ELMIA WOOD 2001 à Jönkoping en Suède, la société suédoise MiniPell AB a présenté son premier produit : une presse à granuler ayant un débit de 50 kg/h et vendue 8 000 euros. Dans une menuiserie fonctionnant huit heures par jour, elle permettrait une production mensuelle de huit tonnes. Il s’agit en fait d’une mini extrudeuse à mouvement linéaire alternatif qui ne peut granuler que des copeaux de bois secs et donc pas de sciure. Si la qualité du combustible produit répond aux normes actuelles du granulé de bois, cette technologie pourrait peut-être offrir un débouché aux copeaux des petites menuiseries. Ces dernières pourraient ainsi vendre à quelques particuliers de leur agglo-

Minipell est en fait une mini-extrudeuse.

mération, un combustible moderne et écologique. Enfin la même société propose également un broyeur pour ramener les déchets bois à la granulométrie désirée. Le carnet de commande de Minipell AB compterait déjà plusieurs centaines de machines dont les premières ont commencé à être livrées depuis le 1er mars. 5 JHDC

CARACTÉRISTIQUES Longueur : 1 200 mm Largeur : 1 050 mm Hauteur : 600 mm Poids : 200 kg Moteur : 5,5 kW Production : 50 kg/h Prix : 8 000 euros

L’Itebe ne manquera pas de revenir sur ce produit quand suffisamment de retour d’information lui sera parvenu. Pour plus de renseignements, contacter la société :

MINIPELL AB Mühlbocks Företagscenter SE – 668 31 Ed Tel/fax : + 46 534 100 65 Email : minipell@telia.com

FLASH Chaufferies collectives, tertiaires et industrielles en France L’ADEME a réalisé un état des lieux pour l’année 2000. Nombre d’installations engagées en 2000 : • Chaufferies collectives/tertiaires : 94 (soit + 40 % par rapport à 1999) • Chaufferies industrielles : 48 (soit – 22 % par rapport à 1999) Le bilan national s’élève à : • 515 chaufferies collectives, représentant 433 MW de puissance installée et une consommation de bois équivalente à 155 500 TEP/an (+15%) • 900 chaufferies bois dans l’industrie du bois représentant 1 970 MW de puissance installée et une consommation équivalente à 530 000 TEP/an (+ 6 %) (sur les 2 200 chaufferies des entreprises de ce secteur ayant un chiffre d’affaires > 8 MFF/an). • Plusieurs centaines de chaudières-générateurs d’air chaud, poêles industriels, dans l’industrie de 2e transformation du bois (menuiserie, agencement, meuble…) non recensés. 5 JCP

« Lothar » dope de 4 % la consommation de bois de feu Le programme promotionnel Lothar a entraîné une hausse durable de 4 % de la consommation de bois-énergie en Suisse. C’est ce que montrent des statistiques d’Énergie-Bois Suisse. Les chauffages à bois nouvellement construits grâce au programme absorbent annuellement 93 642 m3 de bois d’énergie supplémentaire. Cela correspond à 17 900 tonnes de mazout, soit un train de 15 km formé de 940 wagons-citernes. Les émissions de CO2 en Suisse diminuent en contrepartie de 57 000 tonnes par an, ce qui correspond à 1,6 % de l’objectif prévu par le protocole de Kyoto. Communiqué de presse, 31 janvier 2002, Office fédéral de l’énergie. 5 http://www.energieschweiz.ch/bfe/fr/aktuelles/artikel/00134/index.html

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 6


ACTUALITÉ NOUVEAUTÉ

Quand la tradition épouse la haute

technologie

Le poêlier autrichien MAESTRO s’est allié avec la société WGS pour proposer un poêle masse à régulation électronique Lambda alimenté en granulé de bois. i l’avènement de l’électronique a permis le renouveau du boisénergie en proposant des chaudières automatiques au bois, les systèmes de chauffage domestique traditionnels n’avaient encore que très peu bénéficié de cette révolution technologique. Lors du salon de l’habitat de WELS 2001, la société MAESTRO a présenté FLAMMAX, son nouveau poêle masse (Kachelhofen). Ce produit construit dans les très strictes règles de l’art est équipé d’un automate de régulation basé sur une sonde de température et une sonde à oxygène appelée aussi sonde Lambda. Comme dans tous les poêles de ce type, la convection est bien entendu naturelle et en fonction de l’option choisie, c’est soit un petit

S

ITEBE

Panneau de contrôle du poêle avec allumage automatique.

Le poêle masse en faïence

Poêle masse en faïence au granulé de bois régulé par sonde Lambda.

est un système de chauffage que l’on trouve de façon traditionnelle dans les pays scandinaves, en Alsace, Allemagne, Suisse, Autriche et en général en Europe de l’est. Entièrement maçonné à partir de matériaux réfractaires et recouvert de délicats carreaux de faïence peints à la main, chacun de ces poêles est une pièce unique.

ITEBE

Autriche

Particularité : tous les granulés sont brûlés comme un chargement de bûches.

moteur qui fait varier l’ouverture d’air primaire et secondaire, soit l’utilisateur, souhaitant rester indépendant du réseau électrique, qui gère manuellement l’arrivée d’air. Par ailleurs l’Autriche étant l’un des deux pionniers européens du granulé, il était devenu nécessaire aux artisans du poêle masse en faïence de pouvoir proposer à leur clientèle le confort de ce combustible moderne. Aussi ce poêle fonctionne-til à la fois à la bûche classique et au granulé de bois. L’automate permet la programmation d’un allumage automatique via une résistance électrique. Il est à noter que contrairement au principe du foyer de poêle à granulé classique alimenté en continu par une vis sans fin, le poêle masse consume la quantité de granulés nécessaire au cours d’une unique flambée. Le produit est également proposé avec une version à production d’eau chaude sanitaire. 5 JHDC

ITEBE

POUR PLUS D’INFORMATIONS CONTACTER : Maestro Handwerk & Partner GmbH Mitterfeldstrasse 6, A-4600 WELS Tel : + 43 7242 20 72 82 Fax : + 43 7242 20 72 82-33 Email : office@ilmaestro.com Web : www.maestro.com ou bien www.wgs.at En France M. Chavot, Poêles en Faïence Place Dominique Parrenin 25 210 Le Russey Tel: +33 381437193 Fax: +33 381437761

FLASH Wallonie : un plan boisénergie & développement rural (Belgique) Le protocole d’accord relatif au plan bois-énergie et développement rural en Wallonie a été signé en mai 2001 entre le ministre wallon des transports, de la mobilité, de l’énergie et le ministre wallon de l’agriculture et de la ruralité. Ce plan pour les communes wallonnes a pour objectifs en trois ans : - d’initier et de réaliser une dizaine de projets de chaufferies au bois sur le territoire wallon, - de valoriser écologiquement et économiquement une ressource locale, - et de participer, localement, au développement durable et notamment à la production d’énergie verte, à la réduction des gaz à effet de serre, à l’utilisation rationnelle de l’énergie et au développement d’une économie rurale. La Wallonie, avec un important potentiel forestier (550 000 ha de forêts et 400 000 tonnes de sousproduits d’exploitation forestière produit annuellement), est bien partie pour développer le bois-énergie. 5 SN Fondation Rurale de Wallonie (FRW) Rue du Carmel 1, B-6 900 MARLOIE Tél. +32 84 22 03 65, Fax. +32 84 22 02 12 Email : frw.zone3b@skynet.be Équipe Régionale Biomasse Energie (ERBE) Chaussée de Namur, 146 B-5 030 GEMBLOUX Tél. +32 81 61 25 01, Fax. +32 81 61 58 47 Email : erbe@cragx.fgov.be

Autriche : la tendance s’oriente clairement vers les granulés IHB rapporte, dans un article du 5 mars 2002, que plus de 18 100 systèmes bois-énergie ont été installés en 2001 portant à 16 % la proportion des résidences principales chauffées au bois. La majorité des particuliers autrichiens ont choisi des installations à granulés de bois (+ de 5000 appareils vendus). 5 JHDC Source : www.industrieholz.de Osterreich Biomass Verband

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 7


ACTUALITÉ NOUVEAUTÉ

200 MAP/heure en souplesse

LHM Hakkuri Oy propose une déchiqueteuse, qui permettrait de produire tout type de plaquette à partir de tout type de matériau brut avec flexibilité.

LHM HAKKURI OY

Finlande

• conçu un très large système de chargement par l’arrière de 18 m 2 avec convoyeur automatique Cette déchiqueteuse conviendrait parfaitement aux fagots de rémanents forestiers compressés (voir photo de forêt). 5 JHDC

POUR PLUS D’INFORMATIONS, CONTACTER : LHM Hakkuri Oy Ylistönmäentie 26 FIN-40500 JYVÄSKYLÄ, FINLAND Tel : +358 400 656 045 Fax : +358 14 216 128 Email : info@lhmhakkuri.com www.lhmhakkuri.com Déchiquetage de rémanents forestiers en balles.

ors de la foire forestière internationale d’ELMIA WOOD à Jonkoping en Suède en juin dernier, la société finlandaise LHM Hakkuri Oy a présenté, Giant, sa dernière déchiqueteuse portée sur camion. Grâce à cette machine, un opérateur pourrait par exemple dans la même journée produire le matin en forêt de la plaquette de haute qualité à partir de rémanents et de la plaquette grossière à partir de déchets de scierie pour une grosse chaufferie l’après midi. Le d é bit p o ur r a it a t t ein d re 2 0 0 MAP/heure. Pour cela, le fabricant a : • installé des couteaux et une grille de calibrage rapidement interchangeables, • doublé la vitesse d’éjection des plaquettes,

L

FLASH Un porte-tronçonneuse simple, mais intelligent. Au cours d’un voyage d’étude en Finlande sur la mécanisation forestière, l’Itebe a découvert un outil très simple, mais très efficace pour couper les petits bois. Il s’agit d’un adaptateur en aluminium permettant au bûcheron d’abattre des petits diamètres au ras du sol sans se baisser. L’appareil permet un certain gain de rentabilité, mais apporte surtout un grand confort de travail (voir photo de couverture). 5 JHDC

POUR PLUS D’INFORMATIONS, CONTACTER : Reo-Tuote Ky Keratie 24 FIN-81720 Lieksa – Finlande Tél. : +358 13522188

Informations techniques Déchiqueteuse à tambour Diamètre du tambour : 900 mm Largeur : 1 440 mm Couteaux : 4 x 720 mm Grille ajustable Dimension des plaquettes : 25-35 mm Moteur Deutz BF12L513 367 kW, 2 300 tr/min Système d’alimentation hydraulique: 18 m2 Largeur : 1 400 mm Hauteur : 600 mm Convoyeur à chaine : 1 400 x 4 500 mm Rayon d’action du grapin : 10 040 mm Moment de levage du grapin : 101 kNm Capacité : 120-200 MAP/heure

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 8

ITEBE

LHM HAKKURI OY

Broyage de déchets de scierie.


ACTUALITÉ NOUVEAUTÉ

« Wood Fuel Basic Information Pack » Formation : les bases du bois-énergie Finlande – Suède

Dans le cadre du programme européen ALTENER II, des experts finlandais et suédois ont produit un module de formation disponible en anglais sur le bois-énergie. La formation a déjà été donnée plus de dix fois dans différents pays d’Europe et le retour d’expérience est positif. n nombre croissant de personnes a besoin d’informations spécifiques sur les sources d’énergies renouvelables, des systèmes d’approvisionnement aux questions financières et environnementales en passant par toutes les technologies de valorisation. Pour la plupart de ces personnes en Europe, les bioénergies et plus particulièrement le boisénergie sont des sujets nouveaux. Aussi y a t il une demande pour une information de base dans ce secteur. C’est pourquoi le réseau finlandais BENET et la société suédoise Energidalen Ltd ont soumis un projet appelé " Package de formation de base sur le

U

ITEBE

Markku Paananen – Jyväzskylä Science Park

bois-énergie " à l’appel d’offre du programme ALTENER II. Le projet a été reçu et est terminé. L e produit consiste en un cours qui se déroule sur deux journées et un livre de 190 pages qui est remis aux participants. L’enseignement couvre tous les domaines : la description de la situation du bois-énergie en Europe, l’approvisionnement (techniques de production, manutention et chaînes de traitement) en combustible, les technologies de conversion et de distribution de l’énergie (chaleur, électricité), les questions d’impact environnemental ainsi que le métier et le commerce du bois-énergie. Le cours proposé en anglais, en suédois ou en finlandais peut être dispensé dans tous les pays. En Finlande et en Suède, il peut-être combiné à une journée complémentaire de visites d’installations. La taille de groupe optimum se situe entre 15 et 20 personnes qui peuvent être des professionnels de la forêt ou de l’énergie, des enseignants, des étudiants, des décideurs, des journalistes ou des animateurs d’associations de promotion ayant besoin d’une formation de base sur le bois-énergie. Le module s’adapte facilement à l’auditoire. Aujourd’hui ce produit à déjà donné lieu à dix stages dans toute l’Europe et les retours sont positifs. Il peut servir de base à des forums où des personnes clefs viennent apprendre et discuter des problèmes du développement du bois-énergie. Dans certains cas, la formation a été utilisée comme étape initiale de projets de promotion du secteur. 5

POUR DE PLUS AMPLES INFORMATIONS Visitez les sites internet des organisateurs : www.finbioenergy.fi/benet www.energidalen.se

t WIP à BOIS-ENERGIE 2002 Le cours condensé sur une journée sera dispensé pour la première fois en France à l’occasion du salon BOISENERGIE 2002 à Lons le Saunier le mercredi 3 avril.

POUR S’INSCRIRE, CONTACTER MRS. KIRSI KNUUTTILA Email : kirsi.knuuttila@jsp.fi Fax : +358 14 445 1199.

LE PROGRAMME EN ANGLAIS EST CONSULTABLE SUR : www.itebe.org/fr/wiplons.html

Couverture du livre de formation WIP.

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 9


ACTUALITÉ NOUVEAUTÉ

www.itebe.org Jeremy Hugues Dit Ciles

Le bandeau d’accueil du site web portail, qui constituera un point d’entrée privilégié dans le domaine du bois-énergie.

Dans le cadre du développement de son centre de ressources, l’ITEBE mettra en ligne un portail du bois-énergie à l’occasion du salon BOIS ÉNERGIE 2002 au début du mois d’avril.

vec le soutien de l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), l’ITEBE travaille depuis plus d’un an au développement de son centre de ressources du bois-énergie. Parmi les outils de promotion et de développement mis en œuvre, l’association européenne des professionnels du bois-énergie a choisi de créer un véritable portail international spécifique aux besoins de la filière. Il viendra remplacer l’ancien site lors de son lancement le 4 avril au salon international BOISENERGIE 2002. Bénéficiant des dernières technologies d’internet, le portail offrira entre autres les services suivants :

A

Le tour de France des chaufferies au bois sur internet L’ADEME a mis en ligne une base de données cartographique des chaufferies répertoriées en France classées par catégorie (chaufferies industrielles, chaufferies collectives) et par département. Consulter le site à l’adresse suivante : http://www.ademe.fr/collectivites/boisenergie/Carto/default.htm

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 10

• Forums de discussions thématiques, privés et publics. • Petites annonces gratuites (matériels, combustibles, offre et demande d’emploi, appels d’offre). • Une boutique en ligne (vente par correspondance des éditions de l’ITEBE et documents sur le boisénergie d’autres éditeurs). • Téléchargements de documents (films, revues, fiches de la route du bois-énergie). • Une lettre d’information mensuelle ITEBE INFO et ses archives (la première lettre date du mois de septembre 2001). • Des informations générales pour tout savoir sur le bois-énergie (les différents combustibles et systèmes de conversion d’énergie, l’impact environnemental, la réglementation). • Des informations sur le bois-énergie en Europe et dans le monde : une page de descriptif spécifique au bois-énergie pour chaque pays de l’Union Européenne et d’autres pays avec les chiffres et les organisations clefs. • Un annuaire des professionnels classés par métier et par zone géographique (base de données limitée aux coordonnées des adhérents dans la version gratuite). • Un répertoire de tous les évène-

MONTPEYROUX

France

Le nouveau portail internet multilingue du bois-énergie

ments (salons, foires, conférences) relative au bois-énergie. • Un répertoire thématique des sites internet du bois-énergie. • Une page FAQs (Questions fréquemment posées). • Des galeries thématiques de photos en téléchargement libre (ce service sera mis en ligne dans le courant de l’année). • Un espace publicitaire intelligent permettant à l’annonceur d’afficher son bandeau sur les pages liées aux mots-clefs de son choix. • L’accès à l’Espace Pro Bois-Energie réservé aux professionnels adhérents de l’ITEBE (cf. article suivant). Grâce à son outil de modification en ligne et son aspect multilingue illimité, l’ITEBE peut confier à ses partenaires techniques la traduction et la gestion du portail dans leur propre langue. 5

POUR PLUS D’INFORMATIONS, CONTACTER : Sarah Paquet, documentaliste du centre de ressources Tel : + 33 (0)3 84 47 81 00 Fax : + 33 (0)3 84 47 81 19 Email : sarah.paquet@itebe.org


ACTUALITÉ NOUVEAUTÉ

Espace Pro Bois-Énergie Le site de partage des connaissances dédié aux professionnels du bois-énergie

Jeremy Hugues Dit Ciles – Itebe

ans le cadre du développement de son centre de ressources du bois-énergie, l’ITEBE se consacre de puis 18 mois à l’élaboration d’un serveur de partage des connaissances professionnelles du bois-énergie sur Internet. Le concept, caché derrière ces termes un peu abstraits, permet aux spécialistes du monde entier d’échanger leur savoir-faire. Bien que l’idée de partage dans ce monde concurrentiel puisse paraître un peu naïve à première vue, c’est pou r ta nt son a ppli ca ti on qu i a permis, il y a dix ans, aux fabricants danois d’éolienne de professionna-

D

France

La page d’accueil du serveur de connaissances bois-énergie.

ITEBE

Parallèlement au lancement au mois d’avril prochain du portail du bois-énergie ouvert au grand public, l’ITEBE mettra en ligne en juillet un serveur de connaissances conçu spécialement pour les professionnels du bois-énergie. Outre la mise en ligne d’informations de haut niveau traitées spécifiquement pour les besoins de chaque métier du secteur, ce nouvel outil permettra surtout aux experts de capitaliser leur savoir-faire entre collègues du monde entier.

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 11


ACTUALITÉ NOUVEAUTÉ

liser et de propulser ce secteur industriel alors encore balbutiant. Dans le cas du bois-énergie où toute contre-

ITEBE

cant de chaudières connaisse les erreurs à ne pas commettre lors de la conception d’une chaudière bois, faute de quoi, devant l’intérêt d’un marché grandissant, il risque de vendre des produits dont les défauts vont porter préjudice à toute la profession.

Page d’accueil dédiée aux métiers d’associations et d’institutions.

Figure 1 (ci-dessous) : Le transfert de connaissances entre les membres de la filière bois-énergie est organisé en s’appuyant sur une architecture " documentaire " à trois étages.

Exemples d’utilisation du serveur Un installateur autrichien de chaudières automatiques pourra, par exemple, mettre en ligne une synthèse technique sur les différents systèmes d’alimentation des chaudières (pneumatique, vis souple, vis rigide) et consulter le document, concernant les bonnes pratiques d’installations des silos à plaquette, déposé par un homologue suédois. L’ingénieur d’une institution de promotion française pourra télécharger un logiciel de dimensionnement des installations domestiques solaire-bois développé par une association Suisse et diffuser ses documents d’information grand public sur les combustibles. La force du système repose également sur le fait que chaque métier dispose d’une page internet unique conçue pour répondre aux besoins de sa profession. Nul besoin donc de naviguer vers d’autres pages. Pour chacun des métiers, l’internaute trouvera des fiches d’informations qui se rapportent à son métier parmi : • Des bibliographies • Un annuaire des professionnels du bois-énergie sous la forme d’un moteur de recherche par métier et par zone géographique • Des documents (support électroniques, papier, CD-ROM, vidéo) • Des événements (salons, conférences)

référence peut encore compromettre son développement, le partage des connaissances est un atout pour structurer ce secteur. En effet, il est important par exemple qu’un fabri-

« Il en est des connaissances comme de l’argent. Lorsqu’elles dorment, elles ne créent pas de valeur. Elles ont cependant une caractéristique unique : plus on les partage, plus on s’enrichit ! » Patrick Michels

Membres de la filière bo

is-énergie

Documents opérationnels

Documents opérationnels

Documents de contribution Mots-clés et requêtes

Synthèses Exem ples / Retours Ou techniques tils et d’expérience supports

Publications Sites internet Formations

Pratiques recommandées

Documents

Contraintes réglem

entaires Normalisation

Nouveautés tech

Réseau et spéc

niques

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 12

POUR PLUS D’INFORMATIONS, CONTACTER :

Évènements Bibliographie Contacts / fourni

sseurs

ialistes de l’IT

EBE

• Des formations • Des outils (logiciels, feuilles de calculs…) • Des pratiques recommandées • Des fiches sur les contraintes réglementaires et la normalisation • Des résultats d’études • Des retours d’expériences • Des sélections de sites Internet • Des synthèses techniques • Des notes de veille • Un forum de discussions • Un glossaire et un thésaurus du bois-énergie dans les 5 langues du serveur. Le serveur peut en effet être consulté en anglais, en allemand, en espagnol, en français et en italien. Une fonctionnalité de ‘push’ très intéressante permet à l’internaute de s’abonner par email dans sa catégorie de métier aux sujets qui l’intéressent. Dans un intervalle de temps à définir (journalier, hebdomadaire ou mensuel), le professionnel est ainsi prévenu par courrier électronique de l’ensemble des nouveaux documents qui ont été saisis dans le serveur au cours de la dernière période. Le serveur couvre plus de 150 métiers du bois-énergie et il est évident que l’ITEBE et son réseau d’experts ne pourront remplir le système pour chaque profession dès la première année. La mise en ligne se fera donc progressivement, métier par métier, dès le 4 avril prochain. Le service est réservé aux professionnels adhérents de l’ITEBE, cependant une démonstration en ligne sera disponible prochainement sur le portail du bois-énergie www.itebe.org. 5

Sarah Paquet, documentaliste du centre de ressources Tel : + 33 (0)3 84 47 81 00 Fax : + 33 (0)3 84 47 81 19 Email : sarah.paquet@itebe.org


STRATÉGIES POLITIQUE NATIONALE

Plan d’action pour les énergies renouvelables en Finlande Professeur Dan Asplund – Jyväskylä Science Park

Déjà en tête des pays de l’Union pour la part importante du bois-énergie dans sa production d’énergie, la Finlande a mis en place un plan d’action dans lequel le bois est doté de 40 millions d’euros. Le programme se concentre sur la plaquette forestière, la production d’électricité verte, le soutien à l’innovation et l’élimination des obstacles administratifs.

Finlande

LES ACCORDS DE KYOTO PROPULSENT LES BIOÉNERGIES Ce ne sont pas les arguments qui manquent pour augmenter l’utilisa-

Hydroélectricité 4%

Autres 4%

Quand ces dernières sont gérées et cultivées intelligemment, ces ressources sont illimitées si les conditions de croissances ne sont pas gravement altérées. Les bioénergies permettent aussi d’améliorer le degré

Importation nette d'électricité 3%

Total fioul 28 %

Tourbe 4% Bois-énergie à usage domestique 3% Bois-énergie pour les grandes puissances 6%

Un autre facteur important pour lancer un plan d’action pour le développement des énergies renouvelables est le document de Stratégie pour l’Energie en Finlande annoncé par le parlement en 1997.

L’UTILISATION DE LA BIOMASSE A DOUBLÉ EN FINLANDE

Liqueurs noires et autres résidus de l'industrie du papier 11 %

Charbon 8%

Énergie éolienne 0% Gaz naturel 11 %

Ordures ménagères 0% Énergie nucléaire 18 %

Figure 1 : Répartition de la consommation d’énergie en 2000 en Finlande pour un total de 31,2 MTEP (Source : Energy statistics).

de la commission européenne sont de doubler la part des énergies renouvelables d’une proportion de 6 % (74 MTEP) en 1995 à 12 % (182 MTEP) en 2010. On estime que 80 % de cette augmentation doit provenir des bioénergies. La part des bioénergies représentera alors 9 % de l’énergie totale. Actuellement l’Europe produit 45 MTEP de bioénergies alors que l’objectif est fixé à 135 MTEP. En ce qui concerne l’électricité, l’objectif de la commission est de faire passer la part produite à partir d’énergies renouvelables de 22,5 TWh à 230 TWh en 2010. Pour stabiliser les émissions de dioxyde de carbone et des autres gaz à effet de serre au niveau de 1990, le protocole de Kyoto requiert que l’Union Européenne réduise ses émissions de 8 % par rapport à la dite date. En ce qui concerne précisément la Finlande, il faut qu’elle réduise ses émissions de 0 % ce qui signifie qu’elle doit conserver le niveau de 1990.

tion de la biomasse. Le plus notoire d’entre eux est que la substitution des bioénergies aux énergies fossiles permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre. D’autre part, les biocombustibles proviennent de ressources locales et renouvelables.

d’autosuffisance de production d’énergie, de créer de nouvelles entreprises et de nouveaux emplois et de favoriser l’export de technologies et d’équipements liés à ce domaine. D’après le Livre Blanc sur les sources d’énergies renouvelables, les objectifs

En Fi nla nd e , la cons ommation d’énergies renouvelables est la troisième plus importante des pays de l’Union Européenne. En 1999 les énergies renouvelables représentaient 24 % de l’énergie totale consommée (premier rang pour la biomasse parmi les pays industrialisés). L’usage des bioénergies est actuellement de 26 % soit environ 91 TWh (7.8 MTEP) portant ainsi la Finlande au premier rang des pays industrialisés. En Finlande le bois-énergie représente 20 % de la consommation d’énergie primaire (Figure 1). La part de l’électricité produite à partir de biomasse est la plus importante de toute l’Union Européenne à la fois au niveau relatif (12 %) comme au niveau absolu (Figure 2). À l’avenir

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 13


STRATÉGIES POLITIQUE NATIONALE

8000 Gwh 7000

Eurostat 1997, KTM

10 %

6000 5000 1%

4000 5% 3000 0%

2000 1%

1000

0%

MTEP 8

3%

3%

2%

1%

ch e lem ag ne Fin lan de

tri

Al

Au

èd e

.

quettes, granulés, charbon de bois, biogaz et huile de pyrolyse).

Su

Fr an ce Gr an de Br et

e Es pa gn e Da ne m ar k Po rtu ga l Pa ys -B as

qu Be lg i

g

les sources de biomasse pour ce marché proviendront de la plaquette forestière et des bois de récupération. La consommation de bois-énergie a évolué de son plus bas niveau avec 3 millions de TEP en 1975 à presque 8 MTEP au cours de l’année 2000 (figure 3). Le bois-énergie est principalement utilisé sous la forme de bûches, de plaquettes forestières (rémanents forestiers et coupes d’éclaircies), de sous-produits de l’industrie du bois (écorces, plaquettes et sciures de scieries, déchets de panneaux de particules, copeaux de menuiserie et liqueurs noires) et de combustibles bois raffinés (bri-

Figure 3 : Évolution de la consommation de bioénergies en Finlande de 1970 à 2000. Source : Energy Statistics (en MTEP).

2%

0%

4%

èc e Lu xe m bo ur

e an d Irl

0%

Ita lie

0%

0

Gr

Figure 2. Comparatif absolu et relatif de la production d’électricité à partir de biomasse (valeurs absolues en GWh).

la consommation totale d’énergie.

UN OBJECTIF CHALLENGE POUR 2010

DES EFFETS ENVIRONNEMENTAUX ET ÉCONOMIQUES POSITIFS

L’objectif du gouvernement est d’augmenter la part des énergies renouvelables de 50 % par rapport à 1999 (soit 3 MTEP) dans la consommation totale d’énergie. Cette augmentation proviendra essentiellement de la biomasse. Cet objectif dépasse d’un million de TEP celui spécifié dans le document de Stratégie Nationale pour l’Énergie. Les énergies renouvelables représenteront alors 27 % de

Les objectifs du plan d’action national auront un impact environnemental positif évident. Il permettra en effet d’éviter les émissions de 3 à 6 millions de tonnes de CO2 et de 1 à 1.9 millions de tonnes de méthane de décharges (converties en équivalent CO2). Par ailleurs les bioénergies ont déjà pris une place importante dans l’économie nationale puisqu’elles

Tourbe Bois-énergie Déchets de l'industrie du bois Liqueurs noires

7

6

5

4

3

2

1

0 1970

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 14

1975

1980

1985

1990

1995

1997

1998

1999

200 0


STRATÉGIES POLITIQUE NATIONALE Évolution de la production d'énergies renouvelables

Tableau 4 : Objectifs finlandais pour le développement des énergies renouvelables.

Total bioénergies Industrie Réseaux de chaleur Usage domestique Petite hydroélectricité (<10 MW) Énergie éolienne Énergie solaire Photovoltaïque Thermique Pompes à chaleur Total Proportion dans la consommation d’énergie primaire Proportion dans la production d’électricité

Energie primaire, augmentation pour les EnR

1990 MTEP 4.0 2.87 0.08 1.07

1995 MTEP 5.0 3.72 0.19 1.07

1997 MTEP 5.7 4.31 0.28 1.12

1995 ->2010 MTEP % 2.8 1.5 40% 0.8 400% 0.5 45%

0.92

1.1

1.03

0.09

8%

420

1.0

0

0.0009

0.0014

0.09

100 000%

500

1.1

0 0 0 4.9

0.0001 0.0002 0.01 6.1

0.0001 0.0002 0.03 6.8

0.004 0.004 0.1 3.1

4000% 2000% 1000% 50%

40

0.05

2010

8.35

18.1%

21.3%

22.1%

30%

27%

27%

représentent un marché de 2 500 millions d’euros. La Finlande investit aujourd’hui environ 15 millions d’euros dans les aides à l’investissement et dans la démonstration des nouvelles technologies. Et 17 autres millions d’euros sont dépensés dans les programmes de recherche et développement. On estime que le développement du

27% 31%

est le programme technologique pour le bois-énergie dont l’objectif est d’augmenter la consommation de plaquettes forestières. Le budget pour ce prog r a m m e e st d e 40 m i lli ons d’euros. Pour ce qui est de la taxation de l’énergie, la Finlande va continuer la même politique. Aujourd’hui il existe une taxe sur les énergies fossiles ainsi

45.00

1990 1991

mk/MW 40.00

1992 1993 1994

35.00

1995 1996 1997 1998 1999

30.00

25.00

20.00

15.00

10.00

5.00

0.00 Fuel domestique

Figure 5 : Évolution des taxes sur les différentes énergies de chauffage de 1990 à 1999 en Finlande (valeur en mark finlandais 1 euro = 5.94573FIM).

Fuel lourd

Augmentation de la puissance installée et de la production d’électricité avec les EnR 1995 -> 2010 MW TWh 1050 6.2 500 3.5 550 2.7

Charbon

secteur des énergies renouvelables va créer près de 10 000 emplois d’ici 2010.

PROGRAMME DU PLAN D’ACTION Ce plan d’action va continuer à donner la priorité aux programmes de recherche et de développement. Pour l’instant, le programme principal

Gaz naturel

Tourbe

que sur la tourbe utilisée dans le chauffage. On peut voir l’évolution et la répartition de ces taxes dans la figure 5. De par la complète dérégularisation du marché de l’électricité en Europe du Nord, il n’est pas possible d’avoir un niveau de taxation de l’énergie électrique équivalent à celui de l’énergie pour le chauffage. Le consommateur paie deux types de taxes sur l’électricité : la première est

la taxe environnementale qui est de 4.2 euros par MWh, la seconde est la taxe générale qui est de 7 euros par MWh. Quand l’électricité est produite à partir de bois, le producteur reçoit un retour de ces taxes de 4.2 euros par MWh. Les aides à l’investissement seront données en priorité aux projets permettant de lancer les nouvelles technologies. Pour ce qui est du boisénergie, le niveau d’aide est limité à 30 % et dépend de la taille de la centrale et du degré de technologie. En raison des difficultés dans le passé à la nce r d e nou ve a u x p rojets de démonstration de grande puissance, le gouvernement a également mis en place un nouvel appel d’offre (entre 16 et 33 millions d’euros tous les trois ans). Le plan consiste parallèlement à implémenter des actions de promotion, des enquêtes et des recensements, des études, la formation, la dissémination de l’information, le développement de méthodes volontaires ainsi que l’identification et l’élimination des obstacles administratifs. 5

POUR PLUS D’INFORMATIONS, CONTACTER : Professor Dan ASPLUND Jyvaskyla Science Park PO Box 1601 40101 Jyväskylä Tel : +358 14 445 11 12 Fax : +358 14 672 597 Email : dan.asplund@jsp.fi

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 15


PORTRAIT

British Biogen FLASH Grande-Bretagne

L’association britannique des bioénergies. ritish Biogen, l’association britannique de l’industrie des bioénergies, a été créée en 1995 pour donner à ce secteur prometteur la place qu’il mérite dans le marché de l’énergie au Royaume-Uni. Sa mission est la promotion et la coordination du développement de la biomasse en tant que source d’énergie renouvelable. Sous le terme biomasse, British Biogen soutient particulièrement les cultures énergétiques, telles que le taillis à courte rotation et le miscanthus1, les rémanents forestiers, ainsi que les sousproduits de l’agriculture et de l’industrie du bois. Du point de vue des technologies de conversion, l’association s’intéresse à la combustion, la gazéification, et la digestion anaérobie. British Biogen compte aujourd’hui 150 membres dont de nombreuses PME, des syndicats professionnels du monde agricole, des bureaux d’études, des univ e r s it és et d es in s t it ut io n s . L’association fait un très gros travail de communication en faveur des bioénergies auprès du gouvernement. 5 JHDC

POUR PLUS D’INFORMATIONS CONTACTER : BRITISH BIOGEN Tel +44 20 7831 7222 Fax +44 20 7831 7223 Email : info@britishbiogen.co.uk Web : www.britishbiogen.co.uk

Ecotech Business Centre à East Anglia équipé d’une chaufferie bois de 250 kW.

BRITISH BIOGEN

B

1

Le ministère de l’énergie de Grande Bretagne a accordé le 4 février dernier une subvention de 40 % sur un investissement de 11,85 millions d’euros pour un projet de centrale thermique biomasse (taillis courte rotation, plaquette forestière, et sous-produits de l’agriculture) auquel participent Alstom Power UK Ltd et First Renewables Ltd.

URL du site du ministère de l’énergie britannique : http://www.dti.gov.uk/energy/

BRITISH BIOGEN

Le miscanthus est une espèce de la famille des graminées proche de la canne à sucre.

4.7 millions d’euros de subventions pour l’électricité biomasse

UNE TAXE AU NOM DU RÉCHAUFFEMENT DE LA PLANÈTE

Silvan Robinson, CBE, président de British Biogen.

Depuis le 1er avril 2001 en Grande-Bretagne, l’énergie est taxée au titre de la lutte contre les gaz à effet de serre. Le tarif appliqué dépend de la source d’énergie et des rabais sont accordés à des cas particuliers. Les tarifs sont les suivants : Électricité : 0.43p/kWh (0.7 cts €/kWh) Gaz : 0.15p/kWh (0.24 cts € /kWh) Charbon : 1.17 p/kg (1.9 cts € /kWh) GPL : 0.96 p/kg (1.56 cts € /kWh) Cette taxe devrait rapporter un milliard de Livres Sterling qui serviront à réduire les charges sociales de 0.3 % pour les employeurs. Pour plus d’informations : http://www.climate-change-levy.com/

FINBIO – L’association finlandaise des bioénergies fête ses dix ans. La Finlande figure parmi les pays d’Europe les plus en avance dans le domaine des bioénergies. La valorisation énergétique de la biomasse couvre plus de 25 % de la consommation d’énergie primaire et 20 % de la consommation d’électricité (90 TWh). FINBIO est l’association finlandaise la plus importante dans le domaine des bioénergies. Elle représente tous les acteurs de la filière. C’est une organisation à but non lucratif, financée par ses membres, qui est affiliée à l’association européenne pour la biomasse (AEBIOM). Pour parvenir à son objectif de développement de l’usage des bioénergies, FINBIO travaille en collaboration étroite avec ses membres : associations, sociétés privées, organismes d’Etat, collectivités ou encore des organisations de R&D. Elle assure la promotion des intérêts communs, tant au niveau national qu’international, et fournit un service de veille technologique à ses membres. L’association compte aujourd’hui 70 personnes morales et 200 professionnels. Le 4 avril dernier, elle a nommé quatre membres d’honneur : • Pr. Dan ASPLUND (Jyväskylä Science Park Ltd) • Pr. Pentti HAKKILA (VTT Energy) • M. Pekka LAURILA (PDG de Biowatti Ltd) • M. Seppo SANKIAHO (Directeur de Vapo Ltd) Pour célébrer ses dix ans, FINBIO en partenariat avec d’autres associations nationales va marquer l’année 2002 par de nombreux évènements de promotion. L’anniversaire officiel aura lieu le 13 novembre 2002 à Helsinki pendant les désormais notoires JOURNEES DES BIOENERGIES. Un grand salon international sur les technologies de l’énergie se tiendra en même temps dans la capitale. Par ailleurs AEBIOM organisera son assemblée générale à la même occasion. 5 P.O.Box 27– FIN-40101 Jyvaskyla, FINLAND Tel. +358 14 4451 115 – www.finbioenergy.fi

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 16


PORTRAIT

AIEL est née ! Dr Marino Berton – AIEL

L’Italie, le deuxième plus gros consommateur de bois de chauffage domestique en Europe, a désormais elle aussi une association nationale de promotion et de développement du bois-énergie. u cours de ces derniers mois, est née en Italie l’AIEL, l’Association Italienne pour l’Energie du Bois. Promue par la Confédération Italienne des Agriculteurs, une des principales associations du monde agricole de la péninsule, AIEL vise haut et se propose de franchir les différents obstacles qui empêchent le bois d’être considéré comme ce qu’il est déjà : la plus importante source d’énergie renouvelable !

A

Les principaux objectifs de l’association sont de : – donner la parole à tous ceux qui sont intéressés par la valorisation du bois pour produire de l’énergie ; – contribuer, à travers l’implication du monde agricole, forestier et des communautés rurales, à promouvoir le développement local, en diffusant les opportunités offertes par l’utilisation énergétique du bois ; – faire connaître à la population les grands avantages environnementaux, économiques, sociaux, liés à l’utilisation du bois comme source d’énergie naturelle et renouvelable ; – favoriser l’adoption de mesures réglementaires et administratives afin d’encourager l’utilisation du bois à des fins énergétiques ; – stimuler et valoriser le bois présent dans les forêts et dans les champs pouvant potentiellement être destiné à des buts énergétiques ; Contrairement à ce qui a déjà été mis en place dans de nombreux pays européens, et bien que les potentialités italiennes du bois-énergie soient vraiment assurées, aucune structure de représentation spécifique à la filière bois–énergie n’avait été encore constituée en Italie. La disponibilité nationale de bois pouvant être utilisée à des fins énergétiques est estimée à 25-30 millions de tonnes par an et la consommation de bois de chauffage en Italie est déjà une réalité tout sauf

négligeable ; en effet, d’après des enquêtes effectuées par l’ENEA (Office pour les nouvelles technologies, l’énergie et l’environnement), on en consomme chaque année 21,5 millions de tonnes. L’utilisation du Pellet (granulé de bois) connaît également un grand succès en Italie, si l’on considère que l’année dernière on en a consommé 70 000 tonnes et les prévisions de marché pour les prochaines années sont de l’ordre de 250 000300 000 tonnes. La plupart des forêts italiennes appartiennent à des agriculteurs (environ 4 500 000 hectares de forêts s’avèrent être la propriété de particuliers, soit 60 % de la surface boisée nationale), et c’est également pour cette raison que AIEL s’adresse avec une attention toute particulière au monde agricole. Dans les territoires montagneux, la valorisation du bois peut justifier la présence d’exploitations agricoles vitales, en mesure de garantir une action de gestion du territoire et de prévention des dégradations liées à l’abandon. En plus de la forêt, l’agriculture produit des quantités considérables de résidus de bois qui peuvent être valorisés dans u n b ut én erg éti qu e : pre nons l’exemple des 3-4 tonnes de sarments de vigne produits par un hectare de vignoble chaque année. En outre, à travers les mesures agroenvironnementales du Plan de Développement Rural, les exploitations agricoles sont encouragées à planter des haies champêtres, des arboretums, des taillis à courte rotation ; la production de bois pour des fins énergétiques est une des voies les plus prometteuses pour donner un sens économique aux activités forestières ! En plus des producteurs de boisénergie et des propriétaires de terrains boisés, AIEL se propose de représenter les fournisseurs de matériels et d’installations pour la récolte, le déchiquetage/broyage, le stockage,

la combustion, la distribution ; les exploitants de chauffage ; les techniciens agricoles et forestiers spécialisés dans les biomasses ligneuses énergétiques et les techniciens thermiques du secteur ; les chercheurs et les experts du monde académique qui travaillent dans ce secteur ; les collectivités locales comme les communes et les Communautés de monta g ne qu i ont l’i nte nti on d e promouvoir et de réaliser des installations bois-énergie et tous ceux qui sont intéressés par la promotion et le développement du bois-énergie, y compris les citoyens-utilisateurs de cette ressource énergétique. En plus de représenter, associer, mettre en relation tous ces sujets, AIEL se propose également d’exercer une fonction d’agent de liaison avec les Institutions locales, régionales, nationales, européennes et internationales pour promouvoir et valoriser le développement du bois comme ressource énergétique et pour trouver les opportunités économiques pour la croi ssa nce e t la d i ffu si on d u secteur. 5

Italie

CONTACT AIEL : Marino BERTON Via Mariano Fortuny, 20 ROMA Italie Tel : +39 0632 687 200 Fax : +39 0632 687 200 Email : aiel@cia.it URL site web : www.aiel.cia.it

Marino Berton, président d’AIEL.

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 17


COMBUSTIBLES PLAQUETTES FORESTIÈRES

FORENERGY une solution pour les besoins futurs en énergie

Europe

TIMBERJACK

Sylvain Martin – Timberjack Oy

Fagotage de résidus d’une coupe de régénération de résineux.

Le bois-énergie se développe et s’installe ! Une révolution verte est en cours à travers le monde depuis les accords de Kyoto et plus spécialement depuis l’engagement de l’Union Européenne dans le Livre Blanc de 1998. Pour donner au bois-énergie une dimension économique réelle, il est nécessaire d’expérimenter des méthodes innovantes et de développer de nouvelles technologies. armi les actions en cours, le fabricant de machines forestières TIMBERJACK entouré de 6 autres industriels et instituts de recherche, a proposé un projet européen de 3 ans baptisé FORENERGY. L’objectif de ce projet est de développer des systèmes de collecte de rémanents forestiers à grande échelle. La commission européenne a accepté cette proposi-

P

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 18

tion et a proposé un financement à ha u te u r d e 35 % ( 1,72 m i lli on d’euros) du budget total (4,9 millions d’euros). Le projet a commencé le 1er mai 2001. La collecte à grande échelle des rémanents forestiers, qui sont d’habitude laissés sur place sans valorisation après les coupes d’éclaircies, de net-

toyage ou de régénération, va permettre de concevoir des systèmes efficaces pour la production d’énergie renouvelable. L’idée principale consiste à développer des concepts généraux reproductibles et adaptables à des conditions locales très variées, permettant ainsi d’obtenir des solutions optimales aussi bien au niveau économique, que productif ou encore environnemental. Les partenaires effectueront des travaux de recherche dans leurs régions respectives de façon à ce que les équipements conçus dans le cadre du projet puissent être utilisés largement à travers l’Europe (pays de l’Est compris). Le coordinateur du projet, Timberjack, va développer des méthodes et des machines pour la collecte et la manutention de la matière première. UPMKymmene aura un rôle d’utilisateur final et testera les technologies développées sur ses propres sites de pro-


TIMBERJACK

COMBUSTIBLES PLAQUETTES FORESTIÈRES

duction. Les sociétés Shotton Paper et Caledonian Paper, des filiales d’UPM, vont utiliser et modifier ces technologies pour leurs usines au Royaume - U n i . L e s tr a v a u x d e recherche concernant les méthodologies, l’économie, la logistique et les émissions seront conduits par les partenaires en Autriche (ARC), en France (CEMAGREF et AFOCEL) et en Italie (CNR). En complément, le CEMAGREF contribuera à la conception du système de collecte et le CNR étudiera les possibilités d’adaptation de cette technologie aux conditions des pays d’Europe du Sud.

Cela fera bientôt un an en mai 2002 que le consortium travaille sur les différentes tâches du projet, en particulier sur la recherche et le développement, les simulations, les méthodes et les tests. Une première campagne expérimentale s’est déroulée de septembre 2001 à janvier 2002. En complément d’un suivi permanent organisé en Finlande par UPM, une abatteuse TJ870A

équipée d’une tête accumulatrice TJ720 a été testée dans différentes conditions de travail en France, en Italie et en Allemagne : éclaircie sélective dans une coupe de charme, nettoyage de fossés et canaux d’irrigation peuplés de platanes et d’acacias ainsi qu’une coupe rase dans une plantation de peupliers. Ces tests ont confirmé le potentiel de cette technologie aussi bien dans les coupes d’éclaircies que dans les coupes blanches, que ce soit pour des bois durs ou des bois tendres. Un autre centre d’intérêt de ce projet est la collecte des rémanents de coupe de régénération. Une seconde

campagne d’expérimentation est prévue pour tester la technologie de compactage - fagotage (cf. photo 2) dans différentes conditions et avec diverses essences. Ces tests seront organisés en Pologne, en Autriche, en Italie, en France et éventuellement en Espagne. 5

Le cycle du bois-énergie pour les grosses puissances.

POUR PLUS D’INFORMATIONS CONCERNANT CE PROJET, consulter le site web site : www.timberjack.com Sylvain Martin – Coordinateur du projet : sylvain.martin@fi.timberjack.com

Machine test TJ 870/720 avec tête à accumulation dans une coupe d’éclaircie de charme. Mulhouse, Sept 2001

TIMBERJACK

Les objectifs scientifiques et techniques de FORENERGY sont : t La conduite de recherches à haut niveau sur le développement de technologies bioénergies propres et renouvelables. t La modélisation, le développement et l’optimisation de la chaîne d’approvisionnement complète : de la forêt à l’utilisateur final (chaufferies et centrales ou usines de pâte à papier). t Le développement d’un système de production du combustible pour les centrales électriques à un coût compétitif (inférieur à 8 euros par MWh produit). t Le développement d’un système de production d’énergie neutre vis-à-vis des émissions de CO2 et maintenant le niveau des autres émissions en dessous des limites réglementaires. t Le développement de machines et d’équipements permettant de réaliser ces objectifs. t La conduite de tests visant à démontrer la validité des solutions développées dans plusieurs pays d’Europe.

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 19


COMBUSTIBLES TAILLIS À COURTE ROTATION

Un combustible qui

décontamine

les nappes phréatiques G. Mezzalira, M. Brocchi Colonna – Paulownia Italia Srl

Des chercheurs, entrepreneurs et agriculteurs Italiens cherchent à produire des granulés de bois à partir de taillis à courte rotation dont la culture, soutenue par la Politique Agricole Commune, absorbe les nitrates des sols.

Italie

GRANULER DE LA PLAQUETTE…

PAULOWNIA

Jusqu’à présent, la production du granulé de bois se basait sur certains résidus de la première transformation du bois : copeaux et sciure provenant des grandes scieries et des autres industries du bois. Le granulé de bois est donc né d’une recherche de " solutions élégantes " au problème de l’élimination des déchets en devenant ai n s i u n e " d eux ièm e m a t ière première ". Le succès du granulé de bois a cependant été tel qu’il devient difficile aujourd’hui de trouver la matière première qui, paradoxalement, pourrait devenir un facteur limitant le futur développement de ce filon prometteur du bois-énergie. Depuis longtemps, il a été envisagé de produire le granulé de bois à partir d’autres sources, comme les déchets des activités de sylviculture ou de cert ai n es a ct iv it és a g r ico les (p a r exemple les sarments des vignes). Les essais qui ont été menés se sont cependant heurtés à des coûts de production supérieurs à ceux de la filière traditionnelle. Ce qui pèse le plus sur le coût du granulé du bois produit à partir des déchets des activités agricoles et forestières sont le coût de récolte de la biomasse et le coût du broyage pour obtenir la granulométrie nécessaire pour procéder à l’extrusion.

UNE NOUVELLE TECHNOLOGIE DE GRANULATION Récemment, une nouvelle presse à granulés a fait son apparition sur le

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 20

marché et elle a été présentée au public à l’occasion du salon international « Bois-Energie 2000 » à Lons le Saunier (France). Ce système de granulation se base sur une technologie originale, brevetée, qui diffère radicalement des systèmes traditionnels de granulation. La caractéristique principale – et sans doute la plus intéressante – réside dans l’extrême versatilité de la machine, qui dans notre cas permet d’alimenter la machine avec du bois déchiqueté d’origines différentes ayant une humidité sensiblement variable, ce qui ouvre la voie à l’utilisation de matériaux ligneux beaucoup plus variés que les résidus agricoles et forestiers. Le cœur de la machine est constitué d’une ou de deux matrices ayant une surface externe cylindrique opportunément profilée et des trous de formation des granulés situés dans les points de pression maximale. Un deuxième aspect très important réside dans la géométrie particulière utilisée qui conduit à une production très efficace d’un point de vue énergétique. Les puissances électriques installées varient d’environ 60 CV à 400 CV en fonction des types de matériaux à traiter, du modèle de machine et de la production requise. Dans le cas de matière première comme le bois déchiqueté ou la sciure, c’est-à-dire des matériaux ligneux ayant une humidité moyenne comprise entre 10 et 30 %, la production horaire est de 600- 4 000 kg /he u re , a ve c u ne consommation électrique de 6040 Wh par kilogramme produit. Le coût total du traitement, comprenant une opération de granulation complète, s’élève à environ 18 lires/kg

(9.3 euros/tonnes), valeur très inférieure à celle que l’on obtient avec des machines traditionnelles. En se ba sa nt su r u n fonction nant de 24 heures par jour, malgré les inéluctables frais d’exploitation, d’entretien et d’amortissement, le coût de transformation reste toujours intéressant et compétitif.

UN TAILLIS À COURTE ROTATION QUI DÉNITRIFIE LES SOLS Le premier problème à résoudre pour élargir la gamme des matériaux ligneux pouvant être granulés semblerait donc solutionné. Reste le second, essentiellement lié aux coûts de récolte du bois disponible dans les forêts et entre les champs. Une idée innovante est en cours de développement en Italie septentrionale : au lieu d’utiliser comme matière première à granuler des déchets agricoles et forestiers épars ou difficiles à récolter, on a pensé partir de cultures d’arbres cultivés en taillis à courte rotation (TCR) de plein champ et en forme linéaire. Dans les deux cas nihil sub sole novum ! En effet, jadis, les haies et les bosquets en taillis coupés tous les 3 ans pour en faire du bois de chauffage étaient communs dans les plaines fertiles de la vallée du Pô. Les premiers étaient principalement plantés le long du dense réseau de cours d’eau naturels et de canaux d’irrigation et de drainage, obtenant ainsi, en même temps, des effets positifs en termes de soutien des berges et de contrôle du développement des herbes aquatiques (freiné par l’ombre produite par les haies en bordure). Par contre, les seconds étaient essentiellement plantés sur des terrains où le drainage des eaux était plus difficile, utilisant des espèces hygrophiles très productives (saule blanc, peuplier noir, aulne noir, platane hybride). De récentes études ont démontré qu’aussi bien les haies que les bosquets plantés dans des conditions où


COMBUSTIBLES TAILLIS À COURTE ROTATION

En partant des considérations exprimées ci-dessus, la société Paulownia Italia S.r.l. est en train de développer une filière bois-énergie qui se caractérise par les points suivants : • Mise au point de modules de composition et structuraux de TCR en mesure d’exercer de manière optimale et contextuelle les fonctions de zone tampon et de production de grandes quantités de bois destiné à la

nécessaires, ces valeurs justifient et confirment le grand intérêt qui est en train de naître pour cette innovante culture ligneuse des terrains agricoles, en accord avec l’évolution actuelle du rôle de l’agriculture européenne prévue par la PAC. 5

POUR EN SAVOIR PLUS, CONTACTER : Dr Giustino MEZZALIRA Paulownia Italia Srl Via Monte Sabotino, 1 I-30171 MESTRE VE Tel : + 39 041 92 05 92 Fax : + 39 041 92 05 92 Email : forlener@paulownia.it Web : www.forlener.it

À partir d’une première analyse effectuée dans le nord de l’Italie, la comparaison avec les coûts pour le consommateur des énergies fossiles a ct u elles les p lu s r é pa nd u e s démontre une marge significative et avantageuse même en termes financiers. En conclusion, bien que d’autres enquêtes plus approfondies soient

PAULOWNIA

UNE ÉTUDE EN TROIS PARTIES

p ro d u ct io n d ’ é ne rg i e ; d a ns ce contexte, on est également en train d’expérimenter de nouvelles espèces qui jusqu’à présent n’étaient pas utilisées pour la réalisation de SRF linéaires ou de plein champ, comme par exemple le paulownia, un arbre originaire de la Chine et cultivé en Europe uniquement à titre ornemental mais qui s’est avéré être très valable dans l’arboriculture de bois précieux. • Mécanisation de toutes les phases du cycle de culture, de l’installation à la récolte. Une attention particulière est en train d’être mise sur la mécanisation de la gestion des installations linéaires, les plus prometteuses parce qu’elles n’occupent pas de manière significative les terrains destinés aux cultures agricoles, ont une productivité élevée, fournissent plus que toute autre installation un ensemble de services collatéraux (couloir écologique pour la vie sauvage, coupev en t , em b elli sse m e nt du paysage, etc.). • Estimation économique de la filière intégrée SRF-pellet, dans le cas où elle pourrait être gérée par un unique sujet économique (par exemple une société coopérative) qui planterait, cultiverait, récolterait les TCR et transformerait les plaquettes en granulés dans un rayon de 20 kilomètres en utilisant, sauf pendant la période de récolte du bois, des machines et des structures déjà disponibles parce que liées à la filière des céréales (à grain, à ensiler).

Complément à l’activité agricole, la culture énergétique des haies dénitrifie les sols, protège les cours d’eau et leur biotope.

PAULOWNIA

leurs racines entrent en contact avec l’eau de la nappe phréatique ou avec l’eau que le canal draine du champ voisin, sont en mesure d’éliminer une grande partie de l’azote nitrique qui y est dissout ; de cette manière, les mêmes plantations linéaires ou de plein champ, qui autrefois étaient plantées pour produire du bois de chauffage et réduire les frais de gestion des cours d’eau et des canaux, peuvent être aujourd’hui appréciées en tant que " dépurateurs diffus " utiles qui interceptent les nutriments lessivés des champs où ils sont produits, améliorant ainsi la qualité globale des eaux de surface et des nappes phréatiques. Les plantations d’arbres entre les parcelles, aussi bien de manière linéaire que de plein champ, sont depuis des années soutenues par la Politique Agricole Commune (PAC), et, plus récemment, par les fonds des Plans de Développement Rural (PDR). Dans les régions de l’Italie septentrionale, la fonction de filtre qu’ils peuvent exercer est particulièrement appréciée, vu les graves problèmes d’eutrophisation de la lagune de Venise et de la haute mer Adriatique ; par conséquent la réalisation de plantations avec fonction de filtre est particulièrement soutenue dans le cadre des PDR.

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 21


COMBUSTIBLES GRANULÉS

French Pellet Club la filière du granulé français s’organise Afin de protéger des contre-références Jeremy Hugues Dit Ciles – Itebe

fatales le marché naissant, mais en plein essor du granulé de bois, l’ITEBE a réuni les professionnels de la filière française au sein d’un club. Le programme de travail est chargé : charte qualité pour les combustibles et les appareils, système de formation pour les installateurs et revendeurs ainsi que des outils de marketing et de promotion sont à construire, et il n’y a pas de temps à perdre. é dans les années soixante-dix aux USA, le granulé de bois est un combustible moderne encore méconnu du grand public. Les " pellets " (dénomination désormais adoptée dans toutes les langues) présentent tous les avantages d’une énergie du troisième millénaire :

N

t Écologique : le CO 2 émis est absorbé par la croissance du bois et donc contrairement aux énergies fossiles, il ne participe pas au problématique réchauffement de la planète. t Économique et stable : 2,7 à 3,5 cts euros /kWh en vrac contre 5 cts euros/kWh pour le fioul domestique

- son prix est indépendant du cours des produits pétroliers et ne dépend que de la main d’œuvre locale. t Efficace : son pouvoir calorifique élevé (proche de 5 kWh/kg) et les technologies des brûleurs donnent des rendements supérieurs à 80 %. t Confortable : sa granulométrie permet une automatisation totale des poêles et chaudières qui offrent aujourd’hui le même niveau de commodité que les installations à fioul et à gaz. t À la mode : le design des poêles à granulés en fait souvent l’objet principal du séjour. t Enfin c’est un moyen de développement local durable : sa fabrication et sa distribution créent des emplois, éliminent intelligemment les déchets de l’industrie du bois et augmentent l’autonomie énergétique du pays. De par les nombreux atouts que présente le granulé de bois, son développement a connu un essor vertigineux au début des années 90 en Amérique du Nord. Malheureusement, cette nouvelle industrie n’était pas prête et elle a été rapidement victime de son propre succès. En effet, au vu de l’envol du marché, de nom-

La formation des professionnels Parmi les professionnels du chauffage qui ont découvert les appareils à granulés, nombreux sont ceux qui ont compris le potentiel énorme de développement de ce nouveau type de produits. Toutefois les chaudières et les poêles à granulés ne sont pas des systèmes comme les autres et nécessitent une compétence spéciale de la part des installateurs et revendeurs. Le bon fonctionnement de ces appareils dépend complètement de la qualité de l’installation et requière un excellent niveau de service après-vente. Si le marché se développe à travers un réseau de professionnels non formés, d’importants problèmes vont apparaître et risquent de mettre ainsi toute la filière en péril. Le French Pellet Club a donc travaillé à l’élaboration d’un système de formation dont le premier stage sera donné le 3 avril prochain à l’occasion du salon BOIS-ENERGIE 2002 à Lons le Saunier. Les inscriptions peuvent se faire jusqu’à la veille du salon. Les intéressés doivent pour cela contacter l’ITEBE.

PHOTOS SB THERMIQUE

France

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 22


COMBUSTIBLES GRANULÉS

Charte Qualité Granulé breuses sociétés inexpérimentées ont tout de suite commercialisé des copies de poêles et des granulés de mauvaise qualité. D’autre part, au vu de l’intéressante marge sur les poêles à granulés, de trop nombreux revendeurs d’appareils de chauffage incompétents ont vendu ces appareils sans pouvoir et/ou vouloir offrir le nécessaire service après vente de qualité. Les incidents et les mécontentements ont immédiatement suivi et une mauvaise image a été attribuée à ce nouveau mode de chauffage. Les industriels ont alors réagi en se regroupant au sein d’une association de professionnels, qui a depuis organisé la filière, créant l’Institut des granulés (Pellet Fuels Institute). Cette structure a aussitôt mis en place une norme volontaire sur le combustible et un système de formation des revendeurs d’installations. Sauvé de justesse par ce redressement de situation, le marché Nord-Américain du granulé de bois est reparti avec plus de 700 000 tonnes et 37 000 appareils vendus sur la saison 2000-2001. En Europe, ce nouveau combustible a également rencontré un grand succès en Suède (700 000 tonnes), en Autriche (100 000 tonnes) et récemment en Italie (70 000 tonnes)*. Son industrie a tout de suite pris les devants en instaurant des outils de normalisation et de formation permettant ainsi au consommateur de choisir un produit de qualité. Cette organisation préventive a permis d’éviter l’expérience américaine. En France, les récents évènements climatiques, les hausses sensibles des prix des énergies fossiles et l’intérêt sans cesse croissant de l’opinion publique pour la protection de l’environnement se mettent en phase avec l’engagement politique national grandissant en harmonie avec le livre Blanc de l’Union Européenne (12 % d’énergies renouvelables en 2010) et les accords de Kyoto (réduction des émissions de gaz à effet de serre de 8 % par rapport au niveau de 1990 d’ici 2012). La demande de solutions économiques et non polluantes se multiplie et le bois-énergie y répond parfaitement. Cette orientation se ressent déjà dans le marché du granulé. Aussi l’Institut Technique Européen du Bois-Energie (ITEBE) a-t-il choisi de suivre les modèles nord-améri* Tonnages évalués par les institutions nationales pour la saison 2001

Bien que tous les objectifs du French Pellet Club soient urgents, la priorité est la création et l’adoption par les professionnels d’une charte qualité sur le combustible. A priori, l’orientation prise est de choisir les valeurs les plus contraignantes des normes Allemandes, Autrichienne et Suédoise. Néanmoins les professionnels français veulent profiter de ce travail pour aller plus loin. En effet, les normes existantes n’apportent pas de solutions aux deux problèmes suivants.

Les bois contaminés Le granulé destiné au marché du chauffage de petite et moyenne puissance est fabriqué exclusivement à partir de bois propre. Cependant, la problématique des bois de rebut a trouvé dans la granulation une porte de sortie très intéressante et l’on trouve déjà sur le marché européen des ‘pellets’ de bois contaminés à très bas prix. Ces derniers granulés sont réservés à l’usage exclusif des chaufferies équipées d’électrofiltres. Il est donc très important que ces deux catégories de combustibles soient clairement différenciées. C’est pourquoi les membres du French Pellet Club vont créer une classe spéciale distinguant les granulés de bois contaminés par un diamètre supérieur à 16 mm. L’adjonction d’un colorant est également envisagée.

La sensibilité des poêles Si la technologie des chaudières domestiques autorise une variation des valeurs des différents paramètres des granulés, les poêles eux, ne sont pas équipés de sonde Lambda (sonde mesurant l’oxygène et permettant ainsi au régulateur d’optimiser la combustion). Aussi, lorsque la qualité des granulés varie, tout en restant conforme à la norme, les poêles peuvent présenter des dysfonctionnements. Les professionnels français vont donc certainement séparer le granulé destiné aux chaudières ( 8-9 mm de diamètre) de celui destiné aux poêles (6 mm). Il sera ainsi possible d’enrichir la charte des granulés pour poêles sans ajouter de contraintes supplémentaires et inutiles à la production des granulés pour chaudières. La charte devrait être annoncée officiellement à l’occasion du salon BOIS-ENERGIE 2002 au mois d’avril.

cains, suédois et autrichiens en créant le French Pellet Club, l’organisation francophone de la filière du granulé de bois. Dans le cadre de RECITE, un programme européen cofinancé par le conseil général du Jura, l’ITEBE a réuni la plupart des industriels et professionnels des combustibles bois compressés (briquettes et granulés) impliqués sur le marché français, belge et suisse. Depuis le 22 mai 2001, date de la création, les acteurs français de la filière travaillent à la construction d’outils de soutien à leur développement. L’idée principale consiste à synthétiser les expériences et les outils des organisations des pays en avance et à les mettre en place le plus rapidement possible. Quatre groupes de travail appelés commissions ont été créés pour répondre aux objectifs : t Charte qualité combustible : afin d’uniformiser la qualité des combustibles, qui peut engendrer de forts dysfonctionnements dans les appareils de chauffage, un groupe travaille à l’implémentation rapide d’une charte qualité française s’inspirant des normes nord-américaines, sué-

doises et autrichiennes (cf. encart). t Charte qualité appareils : en partant des normes déjà en place en Suède et en Autriche, un groupe travaille à la construction d’une charte qualité pour les poêles et chaudières. t Formation des professionnels : un groupe de travail se concentre sur la création d’un programme de formation technique destiné aux installateurs de chaudières et aux revendeurs de poêles à granulés. Ce système de formation garantira des installations effectuées dans les règles de l’art et un service après-vente de qualité (cf. encart). t Promotion de la filière : ce dernier groupe de travail élabore un plan de communication auprès du grand public et des institutions. Le but de cette commission est également d’aider les professionnels de la filière à mieux vendre leurs produits et services. 5

POUR PLUS D’INFORMATIONS CONTACTER : Jeremy HUGUES DIT CILES, animateur du French Pellet Club Email : info@pelletclub.org Site web : www.pelletclub.org

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 23


COMBUSTIBLES GRANULÉS

Le

développement des granulés en Europe D i p l . - I n g . D r. H o r s t J a u s c h n e g g – L a n d e r s k a m m e r S t e i e r m a r k

L’association autrichienne de la biomasse décrit ici le marché de cette nouvelle technologie de chauffage en Suède, Autriche et Allemagne. Elle analyse le potentiel dans un futur proche et donne des conseils pour un développement plus rapide et plus solide.

Europe

ien que leur actuelle part de marché dans le secteur des bioénergies soit très faible, les granulés disposent d’un marché potentiel considérable dans le domaine du chauffage. Leur relative haute densité énergétique, leur granulométrie régulière offrant un très haut niveau de confort dans les systèmes de chauffage automatiques, et leur prix compétitif (particulièrement dans les pays

ITEBE

B

ayant une certaine politique sur l’énergie) expliquent l’existence de ce potentiel. C’est en particulier dans le cas des petits systèmes que les granulés ouvrent une nouvelle dimension dans le chauffage au bois et dans certaines circonstances représentent une véritable alternative aux énergies fioul et gaz. Les challenges principaux de la filière sont nombreux. Il faut proposer un combustible de haute qualité (faible teneur en poussières, pas d’additifs dangereux, pas de sciures de bois contaminés), des systèmes de chauffages sûrs, efficaces et offrant tout confort, des solutions de transport et de stockage respectueuses du granulé, développer et standardiser les systèmes d’alimentation et profesBOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 24

sionnaliser l’installation et le service après-vente. Les problèmes actuels de communication et de compétition entre les acteurs rendent la coordination difficile. C’est souvent l’inexistence d’infrastructures de chauffage (cheminée, réseau hydraulique) qui freine l’installation de systèmes à granulés. Les potentiels intéressés sont fréquemment découragés par l’absence ou la fragilité des réseaux de distribution du combustible, des appareils et par conséquent de service après-vente de qualité. Les " traditions " et les habitudes sociales de chauffage sont d’autres obstacles. C’est l’aspect économique qui reste malgré tout le facteur principal : les coûts du combustible (qui sont dans certains pays européens très compétitifs par rapport à celui des autres énergies classiques) et de l’installation sont les clefs décisionnelles. Ces obstacles non techniques sont pourtant amenés à avoir bien plus d’impact sur le développement du marché que les barrières techniques. En ce qui concerne les stratégies de pénétration du marché, une orientation et un soutien politiques restent indispensables si les engagements de réduction d’émissions de gaz à effet de serre doivent être tenus. Il faut donc encourager la filière des granulés qui a un important rôle à jouer dans ce domaine. Pour permettre au granulé de percer le marché, la filière doit également développer sa coordination, la coopération et l’information. Le développement technique de l’industrie des ‘pellets’ – systèmes de chauffages, de manutention, de transport et de stockage, la qualité du combustible et le réseau de distribution en général – doit continuer et se professionnaliser. L’infrastructure du marché, les réseaux de marketing régionaux et la

normalisation de l’approvisionnement et des appareils devraient se poursuivre. Le marketing et la publicité pour ce nouveau mode de chauffage devraient s’intensifier. La définition d’une image de marque est aussi un élément d’importance. Les différentes activités et l’engagement des sociétés, des bureaux d’études et des institutions actives sur ce marché montrent que ces barrières peuvent être surmontées, et que le nouveau combustible que sont les granulés de bois, va voir son usage croître, augmentant ainsi la part du bois dans le chauffage et renforçant en même temps les économies régionales. Pour illustrer cette analyse, nous proposons un rapide état des lieux du marché du granulé en Suède, en Autriche et en Allemagne.

LA SUÈDE La capacité de l’outil de production est d’environ de 1 000 000 tonnes/an. D’autre part selon les industriels, la matière première (bois blancs sous la forme de sciures, de copeaux ou de plaquettes) est disponible en quantité suffisante pour produire ce million de tonnes annuel. Cela signifie que les futurs projets de granulation devront trouver une autre matière première telle que les rémanents forestiers. Tableau 1: Capacité de production de granulés en Suède.

année 1995 1996 1997 1998 1999 2000

Capacité de production estimée en tonnes 180,000 200,000 400,000 600,000 780,000 1,000,000

La plupart des usines récemment construites, les plus importantes en taille en particulier, ont installé des unités de séchage pour pouvoir granuler une matière première très humide. Une usine produit des granulés d’écorces.


COMBUSTIBLES GRANULÉS

Importation de granulés En 1998, ce sont approximativement 100 000 tonnes qui ont été importées principalement du Canada mais aussi des pays Baltes, de la Pologne et des Pays-Bas. Il semble apparemment très intéressant de transporter les granulés à travers l’Atlantique et ce en raison du faible coût des transports maritimes. Les usages des granulés En Suède, les usages des granulés peuvent être classés en trois groupes : 1. Les grandes chaufferies Les chaudières de ces chaufferies sont pour la plupart équipées de brûleurs à poudre de charbon adaptés à la sciure qui est le véritable combustible : les granulés sont en effet broyés avant d’être injectés dans le foyer. C’est leur densité qui permet de diminuer les coûts de transport et de stockage. On trouve également des chaudières à grilles mobiles initialement conçues pour le charbon qui ont été adaptées pour brûler des granulés. Qu’ e lles ai e n t é t é ad a p t ées o u construites pour, toutes les chaudières de grosses puissances fonctionnent très bien. 2. Les chaufferies moyennes (0.5 à 4 MW) utilisant le plus souvent des technologies à grilles mobiles Bien que le marché des chaudières de moyenne puissance soit considérable, l’offre technologique reste encore réduite. Il s’agit donc pour les industriels de développer des produits adaptés pour saisir cet important marché. 3. Les systèmes de chauffage domestique (1.0 à 25 kW) Les systèmes de chauffage domestiques à granulés sont en Suède encore en plein développement. Actuellement, la majeure partie des technologies existant sur le marché national présente des dysfonctionnements.

L’AUTRICHE Gisement potentiel en matière première En Autriche, les scieries débitent en moyenne 11.5 millions de mètres cubes par an et produisent environ 3.5 millions de mètres cubes de déchets essentiellement constitués de sciure. L’industrie des panneaux de particules en consomme 2 millions, il reste donc 1.5 millions auquel il faut rajouter encore 1 million de mètres cubes d’écorces que l’on peut granuler. Les menuiseries et ébénisteries disposent également d’un demi-million de mètres cubes de déchets de bois secs. Par ailleurs des études théoriques annonceraient un potentiel de 10 millions de mètres cubes. Cependant une partie importante de ces déchets est actuellement valorisée en interne par les industriels pour des process thermiques. Les experts estiment la quantité de matière première utilisable pour la granulation réellement disponible dans une fourchette située entre 600 000 et un million de tonnes.

KWB

Production totale et consommation en 1998 La Suède a brûlé entre 570 000 et 600 000 tonnes de granulés en 1998 et en a produit environ 470 000. Parmi ces 470 000 tonnes produites (pour une capacité de production alors de 600 000), 220 000 ont été consommées par une seule chaufferie et les autres 250 000 livrées à des chaufferies de taille moyenne. Comme on peut donc le voir, les particuliers ne représentent pas encore une part très importante du marché.

Les usages des granulés et les technologies employées L’essentiel des granulés autrichiens est brûlé dans des poêles, des chaudières domestiques, ou encore dans des chaudières alimentant des micro-

Chaudière domestique à foyer volcan.

Tableau 2: Estimation du potentiel de matière première disponible pour le granulé de bois en 2003

Matière première Déchets secs Sciure très humide

potentiel en tonnes 200,000 600,000

Les spécialistes s’intéressent aussi à l’immense gisement que représentent les rémanents forestiers et les coupes d’éclaircies non valorisés. Cependant, à l’heure actuelle, le coût important de la main d’œuvre et le faible prix de l’énergie freinent le développement de la filière granulé dans cette direction.

Quantité déjà utilisée en tonnes 100,000 (pour la briquette) 5,000 (pour les granulés en 1999) réseaux de chaleur (deux habitations). Il est très vraisemblable que le marché du chauffage domestique et plus particulièrement des habitations ne u ve s à ba sse consom m a ti on d’énergie soit amené à croître fortement. L’utilisation dans les réseaux de chaleur est en effet limitée en raison

Tableau 3 : croissance et tendance du marché autrichien (valeurs en milliers de tonnes)

Production Importation Exportation Consommation nationale - part des systèmes domestiques**) - part des réseaux de chaleur ***) * ** ***

1996

1997

15 1 14 13 1

20 1 19 18 1

1998 1999 2000 en milliers de tonnes 30 35 45 1 1 5 2 2 5 29 34 45 28 33 44 1 1 1

* 2010 200 20 20 200 190 10

estimation faite à partir des engagements européens du Livre Blanc chaudières de puissance inférieure à 100 kW chaudières de puissance supérieure à 100 kW

Développement du marché Le tableau 3 montre la croissance du marché des granulés au cours des dernières années et donne une idée de la tendance pour la décennie à venir. L’estimation a été effectuée après de nombreux entretiens avec les principaux acteurs de la filière.

du coût beaucoup plus faible du bois déchiqueté. Quand des systèmes de chauffage collectif consomment du granulé, c’est en raison de la disponibilité de ‘pellets’ de mauvaise qualité impropre (proportion de fine trop importante) à l’usage dans les petits appareils.

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 25


COMBUSTIBLES GRANULÉS

Système de chauffage Poêles Chaudières domestique à granulés Chaudières à plaquettes pour réseau de chaleur

Quantité consommée (tonnes) 4,000 10,000 26,000

dernières années, la quantité de granulés de bois utilisée dans des systèmes de y Ces chauffage automatique a augmenté considérablement.

Tableau 5 : recensement des systèmes de chauffages à granulé en Autriche entre 1997 et 2000

année

Système de chauffage central automatique Avec trémie nécessitant un réapprovisionnement hebdomadaire ou mensuel

1997 1998 1999 2000 total

Avec système d’alimentation mécanique automatique du silo à la chaudière

Total

nombre total kW nombre total kW nombre total kW nombre total kW 220 4,111 190 4,547 15 270 425 8,928 503 8,750 710 13,514 110 1,875 1,323 24,139 592 9,672 1,219 23,272 317 5,452 2,128 38,396 425 7,107 2,239 39,149 802 13,737 3,466 59,993 1,740 29,640 4,358 80,482 1,244 21,334 7,342 131,456

L’ALLEMAGNE

Poêle à granulé offrant esthétique et confort d’un chauffage moderne.

Avec système d’alimentation pneumatique avec silo intermédiaire

La production commerciale de granulés de bois a commencé dans différentes régions de l’Allemagne au cours des deux dernières années. Les experts en ‘biomasse’ évaluent entre 800 000 et 1 100 000 tonnes de matière première disponibles pour la granulation. Dans le cas où la demande dépasserait cette capacité, les déchets des seconds de transformation pourraient être détournés pour la production des granulés. C’est essentiellement le prix fixé par les fournisseurs qui décidera si ces produits seront utilisés à des fins énergétiques ou non.

PELLET PLUS

L’usage des granulés Tout comme la production, la consommation des granulés en Allemagne n’en est q u ’ à s es d éb u t s . Cependant, l’engouement pour les systèmes de chauffage à granulés semble se développer rapidement. Le marché du granulé a llem a n d es t u n m a rch é n ich e d e p a v illo n s à fa ib le consommation d ’ én erg ie ut ilis a n t environ 1 500 kg pour

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 26

chauffer 100 m2. Il existe donc une forte demande pour développer des technologies de chauffage de très faible puissance. Les fabricants allemands ont déjà répondu à cette nouvelle demande, cependant la plupart des appareils proviennent d’Autriche, du Danemark et de Suède. Les technologies des poêles à granulés (2 à 8 kW) et des petites chaudières (8 à 25 kW) ont considérablement évolué au cours des dernières années. La tendance actuelle qui est soutenue par un programme d’aide national pousse à améliorer l’environnement sonore de ces systèmes.

PERSPECTIVES POUR LES FABRICANTS EUROPÉENS Aujourd’hui de nombreuses PME s’enthousiasment pour ces nouvelles technologies et se lancent dans la fabrication de poêles et de chaudières. Pourtant la plupart d’entre elles n’ont pas assez de moyens financiers pour effectuer les travaux de recherche et développement nécessaires pour produire des appareils de qualité sans vices de fonctionnement. Ces entreprises doivent donc vendre leurs produits avant d’avoir terminé le développement afin de permettre à la société de survivre. Et il n’est pas rare de voir se réaliser l’aboutissement du produit une fois installé chez le consommateur. Ce genre de

situation ne joue pas vraiment en faveur de l’idée révolutionnaire que représentent ces technologies. Presque toutes les grandes entreprises implantées dans le marché du chauffage s’intéressent vivement à ce nouveau mode de chauffage. On peut donc s’attendre à ce qu’elles rentrent sur ce marché une fois que les PME auront suffisamment travaillé pour assurer un bon retour d’investissement. Cette entrée des ‘grands’ se fera bien entendu au détriment des petites sociétés pionnières mais d’un autre coté, c’est l’unique solution pour que le granulé change d’échelle financière et géographique. Le travail et l’investissement de ces deux catégories d’acteurs sont nécessaires pour amener rapidement la production de masse des appareils. Ce n’est que de cette manière que le prix des systèmes à granulés pourra concurrencer celui des systèmes à énergies fossiles. Chaudière à granulé à sonde lambda.

ITEBE

Tableau 4 : répartition de la consommation de granulés de bois en fonction des technologies

En attendant que cela arrive, l’Union Européenne et les pays membres devraient soutenir fortement les sociétés actuelles avec des prêts préférentiels et des programmes d’aide tout en promouvant l’idée nouvelle de chauffage ne participant pas au réchauffement global de la planète. 5

SOURCE : HAHN B., U. MALISIUS, H. JAUSCHNEGG, B. NILSSON, S. RAPP, A. STREHLER, H. HARTMANN, R. HUBER, D. KESSLER (2000) : Woodpellets in Europe, public report, January 2000, Industrial network on woodpellets – From the production to the marketing of a comfortable biomass fuel, THERMIE-project, Contract no. DIS/2043/98-AT.


COMBUSTIBLES CLASSIFICATION

Le manuel d’assurance qualité pour les combustibles bois en Finlande

Finlande

Jeremy Hugues Dit Ciles – Itebe

Alors que les experts travaillent actuellement sur la nouvelle norme européenne de classification des bio-combustibles solides CEN 335, voici un rappel résumé de la référence finlandaise sur ce sujet important. LA RÉDACTION DU MANUEL

Les grandes centrales cogénération biomasse finlandaises peuvent brûler une grande variété de combustibles bois de différentes qualités.

En janvier 1998, l’association finlandaise des bioénergies (FINBIO) a publié un manuel d’assurance qualité pour les combustibles bois solides pour la Finlande. Ce document définit les paramètres de qualité des combustibles bois-énergie (plaquettes,

centrales, et les fabricants de combustibles en font également largement usage.

sciures, écorces…) ainsi que leurs protocoles de mesure, ce afin de pouvoir enfin les décrire sans ambiguïtés. Le manuel d’assurance qualité et la classification des combustibles sont principalement utilisés comme annexes dans les contrats d’approvisionnement de combustibles. Les bureaux d’études chargés de la conception des chaufferies ou des

Cet ouvrage a été rédigé par un groupe de travail sur la classification des combustibles qui comprend des représentants des producteurs et des consommateurs de bois-énergie, des exploitants forestiers et des chercheurs du centre technique VTT Energy. Le travail a été réalisé au cours des années 1996-1997. Les m e m bre s d e ce g roup e ont été nommés par FINBIO, par le comité du programme sur les technologies de manutention des " polycombustibles " (Programme MF) financé par le Centre Finlandais pour le Dévelop-

Tableau 1 : Le pouvoir calorifique inférieur (PCI) minimum à la réception du combustible par mètre cube apparent (MWh/MAP)

E1 E2 E3 E4

Bois déchiqueté Sciures 0.9 0.7 0.8 0.6 0.7 0.5 0.6 0.4

Écorces 0.7 0.6 0.5 0.4

Tableau 2 : Taux d’humidité sur brut maximum en %

K1 K2 K3 K4

Bois déchiqueté Sciures 40 30 50 50 60 60 65 65

Écorces 40 50 60 65

VTT ENERGY

Tableau 3 : la granulométrie (95 % en masse du combustible doit avoir une taille inférieure à la dimension déterminée)

(mm) Bois déchiqueté Sciures P1 30 5 P2 45 10 P3 60 20 P4 100 30

Écorces 60 100 200 illimité

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 27


COMBUSTIBLES CLASSIFICATION

Le mode de classification retenu est le suivant : 3 catégories de combustibles : • bois déchiqueté • écorces • sciures 3 caractéristiques, chacune ayant quatre niveaux de qualité • E : le pouvoir calorifique inférieur (PCI) minimum à la réception du combustible par mètre cube apparent (MWh/MAP) • K : l’humidité sur brut (%) • P : la granulométrie (95 % en masse du combustible doit avoir une taille inférieure à une dimension de tamis) Les tableaux 1, 2 et 3 indiquent les valeurs typiques des combustibles. Dans la rédaction des contrats d’approvisionnement, tout un chacun est libre de fixer les paramètres et leurs vale urs . Ce pe n d an t le m a n u el conseille de se référer aux valeurs typiques pour les différents combustibles. Dans le cas de livraisons de combustibles mélangés (par exemple écorces/sciures ou broyats/fines de broyag e … ) , l e s c on t r a ct a n t s devraient au préalable déterminer des valeurs adaptées aux caractéristiques techniques de l’installation pour ces trois paramètres. Bien entendu, le contrat peut inclure d’autres contraintes. Il est également important de prévoir une variation de la qualité au cours de la saison de chauffe.

Le bois déchiqueté est le combustible bois qui varie le plus en qualité.

POUR PLUS D’INFORMATIONS OU POUR SE PROCURER LE MANUEL D’ASSURANCE QUALITÉ (LANGUE ANGLAISE), CONTACTER : Risto Impola and Eija Alakangas VTT Renewable Energy E-mail : risto.impola@vtt.fi or eija.alakangas@vtt.fi

VTT travaille à l’élaboration de la norme sur les bio-combustibles solides CEN-TC335-Solid. Eija Alakangas est la secrétaire du groupe de travail 2, chargé d’établir les caractéristiques techniques, les classes et l’assurance qualité. Elle est également le coordinateur des réseaux européens sur les bio-énergies (http://afbnet.vtt.fi/).

ITEBE

LA CLASSIFICATION CHOISIE

MONTPEYROUX

pement des Technologies (TEKES), par des sociétés privées du secteur et VTT Energy. Les résultats de ce travail sont basés sur des travaux de recherche et des données acquises par VTT Energy au cours d’un projet de recherche de deux années également financé par le programme MF.

La sciure sèche est un sous-produit des menuiseries et ébenisterie.

L e s mét h o d e s e t pro t o co les d e mesures des combustibles sont détaillés dans le manuel. 5

VT

TE

NE RG

Y

Source : Eija ALAKANGAS Risto IMPOLA

Les scieries représentent un gisement important d’écorces, un combustible humide de granulométrie très irrégulière.

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 28


Application du nouveau grappin débiteur. COMBIBOIS " AFICOR " Le stère de bois de chauffage débité, fendu, cerclé : un produit fini.

Treuil hydraulique "Aficor" extra plat. Modèles de 5 à 15 T. >100 m de câble, toutes positions.

AFICOR SA

Distributeur en France

CH 1409 Chanéaz Tél. 00 41 24 433 11 24 Fax 00 41 24 433 17 10

F-55600 MARVILLE Tél. 00 33 (0) 329 88 10 20 Fax 00 33 (0) 329 88 10 21

FMS Foret Matériel Service


CHAUFFAGE GRANDE PUISSANCE

Trop grandes, trop chères, trop peu rentables ? D r. R u t h B r o k e l a n d – C A R M E N e . V Allemagne

Suite à une étude technico-économique menée dans un but de pérennisation de la filière boisénergie, le land de Bavière ne soutient plus que les projets rentables.

a fourniture de chaleur par des chaufferies au bois est techniquement faisable et se justifie au plan écologique. On dispose de quantités suffisantes de combustibles sous forme de plaquettes forestières et industrielles et les frais logistiques demeurent contrôlables. Pour les clients de ces chaufferies, la fourniture d’énergie par réseau de chaleur constitue une alternative à la fois confortable et fiable au chauffage central conventionnel. Cependant le manque de rentabilité de plusieurs installations suscite des préoccupations.

L

et en Thuringe. Cette évaluation avait pou r bu t d e re cu e i lli r, à ti tre d’exemple, des données et informations les plus complètes possibles sur des centrales pilotes et de démonstration, et d’en extraire des éléments de connaissances et des indicateurs de référence les plus complets possibles, susceptibles de revêtir de l’importance dans l’étude et la réalisation de futures chaufferies au bois, et dans l’optimisation de celles déjà en place.

point de vue des politiques régionales car il raccourcit les distances de transport, et les fonds débloqués pour fournir la chaleur ne quittent pas la région. Enfin, dernier aspect et non des moindres, le bois constitue une énergie renouvelable, sollicitable ponctuellement, au moment où l’on en a besoin. Autant de bonnes raisons, donc, de pousser et d’amplifier l’exploitation énergétique du bois. D’où le nombre logiquement élevé d’installations pilotes et de démonstration, dédiées à l’utilisation énergétique du bois, qui furent construites en Allemagne au cours des années 90. Ri e n qu e le La nd d e Bavière a a ccord é , d e pu i s 199 0, p lus de 300 millions de DM (153 millions d’euros) de subventions destinées à des projets sur les bioénergies. Cet argent a servi à cofinancer plus de 80 chaufferies bois, certaines centrales thermiques et centrales de cogénération. Les experts continuent de voir un énorme potentiel de croissance de la consommation de bois sur le marché de la chaleur.

ITEBE

UN JUSTE ÉQUILIBRE ENTRE LE COÛT DU COMBUSTIBLE ET LE MONTANT DES INVESTISSEMENTS

UN RETOUR D’EXPÉRIENCE DE 12 CHAUFFERIES Tels sont les résultats d’une étude qui vient d’être publiée. L’association bavaroise C.A.R.M.E.N e.V., agence de coordination pour les matières premières renouvelables, a enquêté sur les volets techniques, organisationnels, économiques et écologiques de 12 chaufferies bois de différentes tailles implantées dans le Bade-Wurtemberg, en Bavière, en Basse-Saxe

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 30

UNE ÉNERGIE RENOUVELABLE À SOUTENIR Car un principe demeure : le bois, c’est de l’énergie solaire accumulée. Fondée sur une matière première qui se renouvelle, l’exploitation thermique du bois, comparée à la combustion des combustibles fossiles, offre l’avantage d’être neutre dans le cycle du CO2. Par ailleurs, le bois, en raison de sa nature indigène, est une matière première intéressante du

La fourniture de chaleur par une chaufferie bois ne constitue pas une innovation particulièrement originale. Une chaufferie bois typique ne résulte de rien d’autre que de la combinaison d’une installation de chauffage au bois conventionnelle et d’un réseau de chaleur proche ou à distance. Seule la combinaison de la technologie de combustion du bois avec différents combustibles issus de la biomasse (tels que la paille, au point de fusion des cendres particulièrement bas) et l’adaptation à ceux-ci, ainsi que la logistique des combustibles qui l’accompagne, constituent les aspects véritablement novateurs. Cependant, l’évaluation de plusieurs installations a mis en évidence des vices d’étude et de conception qui, aggravés par des


manquements au niveau de l’assurance-qualité, ont généré des coûts d’amélioration relativement élevés ; elle a fait ressortir le rendement énergétique singulièrement faible de la génération de la chaleur et de sa distribution, ainsi que des déficits économiques. En outre, la fourniture d’énergie par un réseau de chaleur est liée à une problématique fondamentale, à savoir que seul un combustible très bon marché pourra compenser le coût élevé engendré par la distribution de la chaleur et permettra de vendre cette dernière à des prix compétitifs. Par conséquent, plus les réseaux de chaleur sont coûteux et plus le combustible doit être bon marché. D’où l’on peut logiquement inférer que seul un réseau de chaleur dense, à forte densité de consommateurs, peut suivant les circonstances justifier une source de chaleur un peu plus chère. Mais voilà, la chaleur produite p ar u n e c h au ffer ie b o is implique un investissement technique et organisationnel relativement élevé, aucunement qualifiable de particulièrement bon marché.

UNE DENSITÉ THERMIQUE MINIMUM DE 1,5 MWH/M CARMEN a tiré plusieurs recommandations de cette étude. Par exemple dans les conditions cadres actuelles, il ne faudrait réaliser que les projets de réseau de chaleur à haute densité thermique : l’étude demande d’atteindre au minimum 1,5 MWh par mètre de réseau et par an. En outre, il faut minimiser autant que faire se peut l’investissement total consenti dans la centrale de chauffage, réseau de chaleur compris. On peut employer comme formule approximative le prix moyen de la chaleur réalisable sur le marché multiplié par 7,5. Selon cette formule, l’investissement maximal justifiable s’élèverait, pour un prix moyen de la chaleur chiffré à 100 DM le MWh, à 750 DM par MWh et par an. Une saine prise de conscience des coûts s’impose donc plus que jamais. Un potentiel considérable d’économies réside dans les bâtiments. Par le passé, on n’a que trop voulu mettre en exergue le caractère "exemplaire" des projets bioénergétiques, ce qui conduisit plus une fois à des solutions

architecturales démesurées. Les projets futurs devront se restreindre au strict minimum : au stockage temporaire d’une quantité de combustible raisonnable, à l’isolation thermique des installations. Les solutions en conteneur, relativement peu coûteuses, sont tout indiquées jusqu’à une puissance thermique requise de 500 kW.

PAS DE SUBVENTIONS AUX PROJETS NON RENTABLES Les recommandations émises par cette étude ont été intégrées depuis par la Bavière dans l’encouragement des projets sur les bioénergies. Le parlement de ce Land a décidé d’amender la réglementation en conséquence. Dorénavant, seules seront subventionnées les centrales de chauffage au bois dont on pourra attendre le respect d’indicateurs de référence sévères. En outre, à la date de son entrée en service, la centrale devra déjà avoir trouvé acquéreur d’une grande partie de la chaleur pronostiquée. Un lotissement en construction, où le nombre de résidents n’augmente que lentement, n’a selon ces critères pratiquement plus aucune chance d’être desservi. Le projet « Évaluation des installations pilotes et de démonstration préexistantes en Allemagne, dédiées à la génération d’énergies renouvelables à partir du bois » a été financé par la Fondation allemande pour l’environnement. 5 Sur le site www.carmen-ev.de, vous pouvez télécharger un abrégé de cette étude. Ce document est également disponible sous forme d’imprimé, auprès de la Fondation allemande pour l’environnement, à l’adresse suivante : An der Bornau 2, D-49090 Osnabrück, Téléphone +49 541 / 96 33-0

POUR PLUS D’INFORMATIONS : C.A.R.M.E.N. Schulgasse 18 D-94315 STRAUBING Tel : + 49 94 21 960 300 Fax : + 49 94 21 960 333 Email : contact@carmen-ev.de Web : www.carmen-ev.de

FLASH SwissPellet Le label qualité du granulé de bois suisse Le 1er janvier 2001, l’Association Suisse de l’Energie du Bois (ASEB) a instauré la norme volontaire " SWISSPELLET ". Ce label va permettre d’éliminer rapidement du marché les combustibles de mauvaise qualité. En effet en l’absence de références approuvées par les professionnels, les distributeurs, revendeurs et les consommateurs n’avait pas de critères pour recommander ou choisir leur granulé. Ce nouveau label requiert entre autre : • Que les granulés soient fabriqués en Suisse, uniquement à partir de bois non traité sans adjonction de liants, • Un PCI minimum de 4,8 kWh/kg, • un taux d’humidité maximum fixé à 12 %, • un taux de cendre maximum de 1.5 %, • un taux de poussière limité (valeur non définie à ce jour), • Un affichage avec les indications suivantes : a) nom ou marque du fabricant, b) désignation des granulés de bois (catégorie de dimension), c) poids nominal, d) informations permettant un stockage et une combustion appropriée en précisant que les granulés ne doivent être brûlés dans des foyers agréés, e) éventuellement la marque DIN, si le produit répond à la norme. 5 MS

POUR PLUS D’INFORMATIONS, CONTACTER : Markus Sorg Énergie Bois Suisse Zurich Seefeldstr. 5a CH-8 008 Zurich Tel : + 41 1 250 88 11 Fax : +41 1 250 88 22 Email : info@holzenergie.ch Web : www.energie-bois.ch/

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 31


CHAUFFAGE CONTRACTING

Le

contracting Jeremy Hugues Dit Ciles – Itebe

Le système des « big bag » permet de livrer proprement les plaquettes forestières dans des situations normalement impossibles par bennage classique.

Pas d’investissement, pas de maintenance et un prix du kWh garanti pendant cinq ans. L’exemple de cette solution proposée par une entreprise écossaise serait à développer en Europe.

TORREN ENERGY

Grande-Bretagne

à la carte dès 60 kW ans le cœur d’Andrew Sutherland, le bois-énergie a toujours eu sa place en Écosse. En 2000 il créa Torren Energy, une société multiservices : bureau d’études, fournisseur de combustible, chauffagiste, et exploitant de chauffage. Seulement la filière bois ne croyait pas vraiment à la plaquette forestière, et il était alors impossible de trouver la matière première. Afin de pouvoir démarrer son activité et de démontrer à tous les acteurs locaux la faisabilité de l’idée, la société a acheté une coupe de bois. Elle l’a exploitée pour produire la plaquette forestière en vendant le bois d ’œu vre com m e sous-p roduit. Aujourd’hui l’intérêt du bois-énergie a été reconnu et Andrew trouve désormais aisément de la matière première de qualité pour ce nouveau marché en développement en Écosse. Malgré les nombreux avantages de la solution de chauffage au bois, certains clients potentiels hésitent. Certains ne peuvent pas investir, d’autres

D

t Les intérêts du contracting dans le bois-énergie pour les utilisateurs

WWW.DUMPSTERMONKEY.COM

• Pas d’investissements • Pas de maintenance • Un coût énergétique contrôlé et constant (le coût du combustible bois-énergie est essentiellement lié à celui de la main d’œuvre et indépendant des cours du pétrole et du gaz) Avec les avantages du bois-énergie : • Image verte de l’entreprise ou de la collectivité – participation active à la lutte contre l’effet de serre – entretien des forêts et du paysage • Création indirecte d’emplois locaux • Augmentation de l’indépendance énergétique de la région Liste de quelques fabricants proposant un service de contracting en Europe : • SCHMID SA – www.holzfeuerung.ch • HT Engineering – www.htlaser.fi/bio.html • Sermet Oy – www.sermet.fi

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 32


CHAUFFAGE CONTRACTING

Afin de réduire les investissements matériels et de réduire la maintenance au minimum, l’entreprise a choisi une marque de chaudière finlandaise dont elle maîtrise totalement la technologie simple, économique et éprouvée. L’équipe de production et de livraison du combustible et de maintenance se limite à deux techniciens. Ces derniers gèrent actuellement un parc de 14 chaufferies de 60 kW à 420 kW. Ils livrent 50 à 110 tonnes de plaquette par mois. En fonction de la puissance installée, ils livrent et visitent les chaufferies 1 à 4 fois par mois. Ils se chargent également de la collecte des cendres qui sont valorisées comme fertilisants. Enfin, le contrat est signé pour une durée de 5 ans durant laquelle le coût du kWh est garanti. Initialement un kWh global pour l’offre tous services compris était facturé 5.4 cts €/kWh. Désormais la société a séparé le financement de l’installation sur 60 mensualités et vend les kWh consommés à moindre coût. En Europe, les exploitants de chauffage et les chauffagistes devraient largement s’inspirer de cette expérience. En effet de nombreuses collectivités

et sociétés s’intéressent au boisénergie mais n’ont pas toujours les moyens d’investir. Le contracting leur permet de tester le concept, de s’impliquer dans le développement local durable et l’environnement sans prendre de risques et en conservant voire en réduisant leur budget de chauffage. Comme on a pu le voir dans l’exemple des écossais, toutes les solutions doivent être envisagées et tout est encore à inventer dans l’offre de services pour les petites puissances.

Torren Energy a opté pour une technologie de chaudières simples et robustes.

TORREN ENERGY

ne veulent pas de maintenance. C’est pourquoi cette société écossaise a mis en place une offre de contracting à la carte qu’elle propose depuis l’année dernière. Le client peut choisir entre une offre tous services compris ou un panache parmi : l’ingénierie d’études, la vente de la chaudière et de ses équipements, le financement, les travaux de construction et d’installation de la chaufferie, la maintenance et la fourniture du combustible. Le client peut, par exemple, investir dans l’installation, mais confier l’exploitation à l’entreprise, qui ne facture que le kWh consommé. Pour ce faire, l’entreprise d’Andrew a choisi la simplicité et la flexibilité. En ce qui concerne l’approvisionnement, Torren Energy dispose d’une plateforme de stockage et de préparation de la plaquette. Une partie du combustible est produite par des sous-traitants locaux. L’originalité et l’une des clefs de la réussite de cette société est de livrer le bois déchiqueté à ses clients avec des " big bags ", de très gros sacs. Cette technique autorise une réduction importante des investissements de génie civil pour le stockage et permet une livraison propre.

TORREN ENERGY

TORREN ENERGY

Le choix du silo métallique réduit fortement les coûts de génie civil.

Les détails du fonctionnement de cette société et les clefs de son succès feront l’objet d’une conférence présentée par son directeur lors du salon BOIS-ENERGIE 2002 à Lons-le-Saunier (Jura-France). 5

POUR PLUS D’INFORMATIONS SUR TORREN ENERGY, CONTACTER : Andrew SUTHERLAND Torren Energy Ltd Glencoe - Argyll PH49 4HX - Ecosse - UK Tel : +44 1855 811 836 Fax : +44 1855 811 295 Email : Info@torren-energy.com Web : www.torrenenergy.co.uk

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 33


CHAUFFAGE DOMESTIQUE

90% 90%

de rendement avec une chaudière bûche

Samuel Neuville – Itebe

ette nouvelle technologie de chaudière bûche performante est réussie grâce à différentes techniques : - une combustion latérale inférieure avec buse de tourbillonnement spéciale à injection d’air secondaire, - une chambre de combustion cyclonique avec un tunnel céramique breveté, - une régulation de combustion active par microprocesseur, plusieurs capteurs et sonde lambda, - une très bonne isolation, - un fonctionnement avec hydroaccumulation.

C

La chambre de combustion cyclonique et la sonde lambda optimisent la combustion des bûches.

Fonctionnement : Le chargement s’effectue manuellement par la porte avant de la chaudière, qui accepte l’utilisation des bûches jusqu’à une longueur de 50 cm. Après l’allumage, un lit de braises se forme sur la grille, les gaz se consument dans le tunnel céramique pendant un long séjour ce qui se traduit par une combustion sans résidus. Les gaz brûlés viennent ensuite dans l’échangeur de chaleur vertical. L’air primaire et secondaire sont optimisés grâce à un ventilateur des gaz de combustion et à un clapet. Le nettoyage d’entretien s’effectue grâce à des turbulateurs actionnés par un levier extérieur. Le décendrage se réalise manuellement à l’aide d’un tiroir à cendres. Couplée avec un ballon hydroaccumulateur de 1200 à 2200 litres, la chaudière, disponible en 20 kW ou 30 kW, fonctionne à son maximum de rendement. 5

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 34

SCHMID SA Chauffages au bois Rue St Michel 10 CH – 1 510 MOUDON Tél. +41 21 905 35 55 Fax. +41 21 905 35 59 Email : schmid.moudon@bluewin.ch Web : www.holzfeuerung.ch

BUNDESANSTALT FÜR LANDTECHNIK (BLT) Federal Institute of Agricultural Engineering Postfach 43 Rottenhauser Straße 1 A-3250 Wieselburg Tél. +43 74 16 52 17 50 Fax. +43 74 16 52 17 545 Email : direktion@blt.bmlf.gv.at Web : www.blt.bmlf.gv.at

ÉNERGIE BOIS SUISSE Case postale 126 Chemin de Mornex 6 1 001 Lausanne Tél. +41 21 310 30 35 Fax. +41 21 310 30 38 E-Mail : info@energie-bois.ch Internet : www.energie-bois.ch

SCHMID SA

La société suisse Schmid propose une chaudière bûche très performante : elle atteint plus de 90 % de rendement au test autrichien du BLT et répond aux exigences de l’homologation Énergie Bois Suisse.

Suisse


CHAUFFAGE NORMALISATION

Lancement du label qualité « flamme verte »

Les fabricants signataires de la Charte sont :

Marie-Maud Gérard – Itebe

Dans une démarche d’amélioration des performances énergétiques et environnementales des inserts et cheminées bois, l’ADEME, le GIFAM et 13 fabricants français de cheminées ont lancé au mois de mai 2001 une charte de qualité. ’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) s’est fixé deux grands objectifs pour son programme Bois Energie 20002006 : • Améliorer les performances énergétiques et environnementales du chauffage domestique au bois et maintenir, au minimum, les consommations de bois de feu à leur niveau actuel. • Structurer les réseaux de distribution de bois de chauffage qualifié, vers les consommateurs urbains et périurbains notamment.

L

Dans ce cadre et afin de garantir la qualité du chauffage au bois chez les particuliers, une charte " FLAMME VERTE " a été élaborée et signée au mois de mai 2001, avec le concours de l’ADEME et du GIFAM (Groupement des Industriels et Fabricants des Appareils Ménagers), par les principaux constructeurs d’appareils de chauffage domestique au bois. Elle permet d’assurer aux clients des produits modernes et plus performants tant sur le plan énergétique que sur le plan environnemental. GODIN

France

Tableau 1: performances requises

Spécifications Seuils Rendement Le seuil minimum à respecter est de 60 %. énergétique (rapport de l’énergie utile produite sur l’énergie consommée) Émissions de Le seuil minimum à respecter est gaz polluants CO ≤ 1,0 % (1) Pas de seuil minimum. L’indication fournie Puissance par le constructeur portera la puissance à marche nominale. (1) le seuil maximum à respecter est CO ≤ 1,0 % v/v à 13 % v/v en O2 (2) NFD 35-376 avec chargement fractionné en 1 heure.

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 36

Unité

Protoc.mesure

Taux en % NFD 35-376

Taux en % NFD 35-376 (2) kW

NFD 35-376

B.H. Industrie Chinvest-cheminées Chazelle Deville Cheminées Seguin Duteriez Cheminées Richard Le Droff Fondis Franco-belge Godin Invicta Cheminees Philippe Cheminées B.V Industries Supra Turbofonte

La charte peut s’appliquer à tous les inserts, foyers fermés et poêles fonctionnant au bois, mixtes ou transformables (types C continus et I intermittents), à l’exclusion des appareils d’agrément (catégorie A et cheminées ouvertes) Les signataires s’engagent à respecter, au minimum, les performances présentées dans le tableau ci-dessous. Les seuils fixés par la charte pourront évoluer, après débat au sein du comité de pilotage, vers des exigences plus strictes afin d’améliorer les performances des appareils de chauffage au bois domestique. Les consommateurs peuvent identifier les produits label " FLAMME VERTE " grâce au logo (présenté cidessous) apposé à l’appareil.

Tout constructeur souhaitant adhérer à la charte de la FLAMME VERTE doit en faire la demande auprès du comité de pilotage qui instruira et donnera suite à la demande d’adhésion. 5

POUR CELA, CONTACTER : Catherine SEGUIN-JACQUES, ADEME Communication Agriculture Email : catherine.seguin@ademe.fr Tél. : + 33 147 65 24 04 Web : www.ademe.fr/htdocs/ actualite/dossier/flamverte.htm ou www.flammeverte.com


CHEMINÉES RICHARD LE DROFF

CHAUFFAGE NORMALISATION

Les artisans du Feu Il existe en France une autre charte qualité, " Les Artisans du Feu ", créée en 1996 par un groupe d’intérêt économique (GIE) qui porte le même nom et qui regroupe actuellement 40 artisans créateurs indépendants. Néanmoins cette charte se concentre plus sur la qualité du travail de l’artisan que sur le rendement des installations. La promotion est assurée par le GIE qui diffuse une brochure d’information. Il est intéressant de noter que ces artisans utilisent cette même structure pour former leur personnel. Les signataires de la charte s’engagent à respecter 14 points pour l’assurance d’un travail bien fait et de la qualité des services. 1 Concevoir, créer des cheminées artisanales sur mesure, personnalisées, adaptées aux attentes de chaque client. 2 Réserver le meilleur accueil à chaque client. 3 Établir un devis gratuit précis et détaillé après une visite technique chez le client. 4 Informer le client sur les technologies récentes et les produits les plus adaptés. 5 Proposer à un juste prix un produit conforme au budget et aux besoins du client. 6 Utiliser des matériaux de premier choix, des inserts et foyers fermés conformes à la norme NFD 35-376. 7 Respecter scrupuleusement les règles de mise en œuvre et d’installation des cheminées définies par les Documents Techniques Unifiés DTU 24.2.1 et 24.2.2. 8 Respecter la date de livraison et de pose. 9 Être assuré pour les travaux de fourniture et d’installation de cheminée. 10 Réaliser les travaux proprement et discrètement en créant le moins de gêne pour le client. 11 Réceptionner le chantier en dressant un procès verbal d’achèvement des travaux. 12 Expliquer clairement le fonctionnement et l’entretien de l’installation. 13 Assurer le service après vente avec des pièces d’origine. 14 Effectuer une visite gratuite la première année qui suit l’installation, sur simple demande du client. Pour plus d’information appeler le numéro vert : 0 800 01 26 38 (appel gratuit)

Combinés pour Grumes Fixes ou Mobiles

Le Forestballer Autonome, simple, met vos stères en ballots s’utilise sans tracteur, sur sols durs ou mous, sans tasser ni abîmer, ni les sols, ni les racines, ou avec tracteur, grâce au « Porteur » sur 3 points. Économe, il évite 3 à 5 prises en main. Ballots ronds bien serrés. 16 Modèles de 0,1 à 2,5 stères en 0,25 à 3 m 2 Pinces pour débardage et 1 pour le chargement. 1 Palettiseur pour bûches s’utilisant sans tracteur.

Matériels adaptés à vos besoins et construits

SCMH

par : ZA Les Cités – 38 470 Vinay

06 18 03 70 18 – 04 76 36 87 48

Multilames 1 m et 2 m

Documentation gratuite sur demande. Vidéo, contre 10 €, remboursés dès le 1er achat. Le Forestballer a été primé lors de deux concours.

Forestballer Sarl F-53100 FONTAINE - DANIEL Tel / fax +33 (0)2 43 00 35 60 Site internet : http://www.forestballer.com E-mail : info@forestballer.com

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 37


CHAUFFAGE NORMALISATION

Certification des chaudières alimentées Yo u m n a W e h b e – C E T I AT

France

avec un combustible bois

Le CETIAT fait le point sur la nouvelle norme européenne NF EN 303.5 et son application en France. a norme européenne NF EN 303.5 « Chaudières spéciales pour combustibles solides, à chargement manuel et automatique, puissance utile inférieure ou égale à 300 kW. Définitions, exigences, essais et marquage » a été publiée en août 1999. Cette norme s’applique aux chaudières de chauffage, ayant une puissance utile nominale inférieure ou égale à 300 kW, à alimentation

L

manuelle ou automatique, et destinées à brûler des combustibles solides (combustibles issus de la biomasse et combustibles fossiles). Les combustibles issus de la biomasse peuvent être sous forme de bûches, de copeaux, de bois comprimé (briquettes et pastilles) ou de sciures. La norme NF EN 303.5 définit des exigences concernant la construction, la

Tableau 2 : Limites d’émissions en CO (source NF EN 303.5)

Chargement Puiss. ut. nom. (kW) Manuel

Automatique

≤ 50 > 50 à 150 > 150 à 300 ≤ 50 > 50 à 150 > 150 à 300

CO (mg/m3 à 10 % d’O2) Classe 1 Classe 2 Classe 3 25000 8000 5000 12500 5000 2500 12500 2000 1200 15000 5000 3000 12500 4500 2500 12500 2000 1200

t En France, la norme NF EN 303.5

n’a pas de caractère obligatoire, aucun décret ni directive n’imposant au constructeur de vérifier les performances de son appareil dans un laboratoire d’essai reconnu par l’Organisme notifié (Afnor). La norme fait état d’une condition nationale particulière pour la France : le paragraphe 4.2.6 concernant les limites d’émissions n’est pas applicable aux appareils figurant dans le domaine d’application de la norme, et qui sont disponibles sur le marché et/ou mis en service sur le territoire français, et cela jusqu’en 2004. Cependant, cette norme reste un référentiel, permettant de caractériser les chaudières bois de puissances utiles inférieures ou égales à 300 kW, et de plus, défini et validé par différents pays européens. Les chaudières vendues sur le territoire français doivent respecter les exigences de sécurité électrique de la Directive Basse Tension 73/23/CEE et celles de compatibilité électromagnétique de la Directive CEM 89/336/CEE. On peut également noter que le Comité technique TC 295 a défini un projet de norme, relatif aux appareils à alimentation manuel et automatique, de puissance inférieure ou égale à 50 kW, et pouvant être installés dans un volume habitable, dont la fonction principale est de pouvoir chauffer de l’eau pour le chauffage central et/ou pour l’usage sanitaire.

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 38

Tableau 1 : Rendement de la chaudière (source NF EN 303.5)

Classe Classe 1 Classe 2 Classe 3

Rendement (%) 47 + 6 log Qn 57 + 6 log Qn 67 + 6 log Qn

Avec Qn : puissance utile nominale en kW

sécurité, la conception et les exigences de performances de la chaudière, qui permettent ainsi d’évaluer et de caractériser le fonctionnement de la chaudière. • Exigences de construction : Ces exigences portent notamment sur les matériaux utilisés lors de la fabrication de l’appareil, et sur les contrôles de fabrication. • Exigences de sécurité et de conception : Différents paramètres doivent être vérifiés, en particulier le fonctionnement des thermostats de régulation et de sécurité de la chaudière, les températures de surface de l’appareil et la capacité du cendrier de l’appareil. • Exigences de performances : Les performances de l’appareil sont caractérisées en particulier par le rendement et les émissions dans les produits de combustion, la puissance utile minimale, l’autonomie. Cette norme définit trois classes (classe 1 à 3) en fonction des niveaux de rendement et d’émissions des appareils de chauffage. Pour satisfaire aux exigences d’une classe, toutes les limites de rendement et d’émissions (émissions de CO, d’imbrûlés gazeux CnHm et poussières) de cette classe doivent être respectées. Les seuils définis pour caractériser le rendement de l’appareil et les émissions de CO sont précisés dans les tableaux 1 et 2. La norme NF EN 303.5 définit également les instruments de mesure, les combustibles à utiliser et la méthodologie des essais. 5


CHAUFFAGE NORMALISATION

t Le CETIAT est un Centre Technique Industriel, c’est-à-dire un établissement d’utilité publique, créé en 1960 à la demande des industriels de l’aéraulique et de la thermique. Les fabricants français de matériel de chauffage, ventilation, conditionnement d’air, dépoussiérage, filtration, humidification de l’air, séchage, constituent l’ensemble des membres représentés. La profession détermine chaque année un programme d’études d’intérêt général à travers lesquelles le CETIAT développe ses compétences. t Les travaux du CETIAT sur les appareils de chauffage au bois s’articulent autour de trois axes : - essais de conformité en laboratoire aux normes NF EN 303.5, aux Directives Basse Tension 73/23/CEE et CEM 89/336/CEE, - aide à la mise au point et au développement d’appareils de chauffage au bois (chaudières et poêles) : caractérisation de la qualité de la combustion, des émissions dans les produits de combustion (CO, CO2, imbrûlés gazeux CnHm, NOx, poussières), de la régulation, de qualité de conception et de la sécurité de l’appareil… - diagnostics et opérations de démonstration sur site, sur des installations de moyenne et forte puissance. Les campagnes de mesures peuvent comporter des mesures d’émissions plus poussées : caractérisation des dioxines, furanes, métaux lourds, HCl…

POUR PLUS D’INFORMATIONS CONTACTER : Youmna WEHBE CENTRE TECHNIQUE DES INDUSTRIES AÉRAULIQUES ET THERMIQUES (CETIAT) Domaine Scientifique de la Doua 25, avenue des Arts BP 2 042 F-69603 VILLEURBANNE Cedex Tél. : + 33 472 44 49 00 Fax : + 33 472 44 49 49 Web : www.cetiat.fr Email : cetiat.commercial@cetiat.fr

fsi-franskan international Avec récupérez la biomasse, et économisez les combustibles fossiles! Déchiqueteuses de branches FSI-TP:

Chaudières et alimentations automatiques au bois déchiqueté, de 30 à 120 kW:

FSI distribue aussi des cannes à planter en mottes et des matériels de débardage MOWI avec grues à parallèlogramme.

Pour tout renseignement et références:

fsi-franskan international sarl ZAC du Chêne 28, Rue des Tisserands - F- 72610 ARÇONNAY Tél. 00 33 (0)233 31 84 65 - (0)680 15 60 66 Fax 00 33 (0)233 29 75 81 e-mail FSI3@wanadoo.fr - www.fsi-franskan.com

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 39


COGÉNÉRATION GAZÉIFICATION

Énergie d’une nouvelle génération : Centrale cogénération de Une nouvelle centrale électrique en cogénération vient d’être construite dans la ville de Tervola. D’une puissance électrique de 2 MW, elle produit 90 % de l’énergie du réseau de chaleur de la municipalité et couvre 10 % de la demande d’électricité de la région de Tervola. La ville de Tervola a ainsi substitué sa consommation de fioul par le bois-énergie (copeaux, écorces et sciures) collecté dans la région. La réussite du projet est due à une innovation technologique dans la gazéification.

Finlande

LA MUNICIPALITÉ DE TERVOLA S’EST CONVERTIE AUX BIOÉNERGIES Il n’y a pas longtemps de cela encore, la ville de Tervola utilisait le fioul pour alimenter son réseau de chaleur. Mais quand le jour fut venu de ENTIMOS OY

Pour augmenter son rendement, le gazéificateur produit deux gaz différents.

rénover la chaufferie, le conseil municipal décida de changer et de consommer dorénavant une énergie locale. Au début la municipalité pensait installer une centrale class i q u e à v a p eu r. C ep en d a n t les conseillers et les ingénieurs de la ville avaient été informés que Kustaa

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 40

Saares, l’un des ingénieurs-chercheurs du centre de recherche technique de la ville, avait développé une nouvelle technologie en coopération avec la société Entimos Oy. L’idée de Monsieur Saares et de son fils avait pu voir le jour grâce, entre autres, à l’important soutien du programme de recherche TEKES. Quand le produit fut prêt, la ville fit mener une étude comparative entre cette nouvelle technologie et les solutions classiques de cogénération. Il s’avéra que dans le cas présent, le système d’Entimos était beaucoup plus rentable que celui de ses concurrents. Par ailleurs la décision fut également influencée par le haut niveau de soustraitance locale impliquée par le projet. En effet plus de la moitié des 1.2 millions d’euros du projet allaient être re-injectés chez les sous-traitants de la ville ou des communes voisines. Enfin, la ville de Tervola savait également qu’elle recevrait 10 à 12 % d’aide supplémentaire pour investir dans de nouvelles technologies. Le projet a donc pu ainsi recevoir une aide de 27 % du montant total soit environ 320 000 euros. C’est donc clairement l’intérêt économique qui a influé sur la décision de la municipalité. Comme il s’agissait d’investir dans la première version commerciale du produit, la ville a également demandé l’étude d’une analyse de risque qui, elle aussi, a penché largement en faveur de la nouvelle technologie. Ce n’est que bien après la construction de la cen-

Tervola ENTIMOS OY

Kalevi Kaukonen – Entimos Oy

La nouvelle technologie de gazéification de la biomasse de la centrale cogénération de Tervola a porté la ville au rangs des plus avancées au monde.

trale que les conseillers municipaux ont réalisé que leur décision avait fait entrer leur ville au rang international des plus avancées dans le domaine des bioénergies.

UNE CENTRALE GAZ QUI PRODUIT SON PROPRE GAZ Le fabricant Entimos Oy a développé une nouvelle technologie de production d’énergie. Elle repose sur la base d’une centrale classique au gaz mais qui produit son propre gaz. La clef du système est un générateur de gaz (breveté) qui permet de gazéifier tout aussi bien de la biomasse que des déchets municipaux en portant la matière première à 1 200 °C. L’aspect innovant de ce gazéificateur est sa biproduction de deux gaz différents. Le premier qui contient des goudrons est brûlé dans une chaudière qui alimente le réseau de chaleur. L e second, propre, et est injecté dans un moteur à gaz qui produit l’électricité et fournit l’énergie thermique au même réseau de chaleur. Ainsi équipée, la centrale de Tervola a pu être entièrement automatisée et ne nécessite pas de personnel. Dans le cas d’un dysfonctionnement, un signal d’alarme est envoyé sur le téléphone mobile et l’ordinateur du responsable de la maintenance, qui peut alors contrôler les différents organes et les paramètres à distance. L e sy stè m e é ta nt con stitué de


COGÉNÉRATION GAZÉIFICATION

Cette technologie regroupe la production combinée d’électricité et de chaleur, appelée cogénération, qui permet d’obtenir un haut rendement énergétique. Dans sa gamme de puissance, le système d’Entimos a un rendement électrique élevé avec une valeur de 30 % de l’énergie totale produite. La dérégularisation du marché de l’électricité a ouvert les portes à la production décentralisée qui rend la cogénération désormais économiquement intéressante et ce particulièrement dans les petites régions. Ce tte s o l u t i o n e s t ég a lem en t attrayante pour des industriels ayant à la fois des besoins d’électricité et de chaleur (scieries, serristes) et des déchets de biomasse. Une étude a encore récemment démontré le grand bénéfice économique apporté par la cogénération dans un projet entre une commune et une scierie. L’objectif était de produire de l’électricité pour une scierie et un industriel voisin, à partir de ses déchets de bois, et de fournir l’énergie thermique pour le séchage du bois ainsi que pour le réseau de chaleur municipal. On a pu ainsi calculer un retour sur l’investissement de moins de quatre ans. Dans le cas de la centrale de Tervola, le retour sur l’investissement est de 7 à 8 années.

L’INDUSTRIE DE L’ÉNERGIE EN PLEINE EFFERVESCENCE Actuellement, les nouvelles technologies de production d’énergie conduisent progressivement à l’installation d’unités de puissance plus réduite. En Amérique du Nord, en 1990 la puissance moyenne des installations est revenue au niveau de celui des années quarante et cette

exemple, les fournisseurs d’électricité du réseau national sont obligés de racheter l’électricité des petites centrales de puissance électrique infé-

ENTIMOS OY

PRODUCTION SIMULTANÉE DE CHALEUR ET D’ÉLECTRICITÉ

tendance à la baisse continue. Le but est de décentraliser complètement la production d’électricité. Dans le cas du bois-énergie, la logique économique va également dans ce sens car la décentralisation permet de réduire les rayons de collecte et de diminuer ainsi les coûts de transport. Par ailleurs le montant des investissements se réduisant avec la taille des installations, les risques financiers sont beaucoup plus contrôlables. Les bioénergies vont prendre une place de plus en plus importante dans les pays industrialisés au cours des années à venir. L’Union Européenne doit en effet doubler la part des énergies renouvelables par rapport à celle de 1995 (6 %) d’ici 2010 (12 %). La majorité des experts est d’accord sur le fait que plus de 80 % de cette augmentation ne peut provenir que de la biomasse. La production de bioénergie devra donc tripler, d’ici là, pour atteindre une proportion de 8 .5 % d e la p rod u cti on tota le d’énergie. La Finlande s’est engagée dans plusieurs accords internationaux pour la r éd uct io n d e la consom m a ti on d’énergie et l’augmentation de la part des énergies renouvelables. Traditionnellement, son industrie a toujours valorisé thermiquement ses déchets bois mais la Finlande doit aujourd’hui étendre cette production d’énergie à d’autres gisements. C’est pourquoi, dans le cadre du programme bois-énergie du Centre Technique du Développement (TEKES), il a été décidé que la consommation de plaquettes forestières sera multipliée par cinq entre 1998 et 2003. D’autre part, de grands changements vont également s’imposer dans le domaine des ordures ménagères. D’ici 2005, la plupart de ces déchets devront être recyclés et le reste devra être entièrement valorisé pour produire de l’énergie. Les protocoles de Kyoto (1997) et de Bonn (2001) vont forcer l’industrie de l’énergie à modifier ses méthodes et technologies de production. La solution de la centrale cogénération d’Entimos est une alternative permettant de répondre à ces nouvelles contraintes et de diminuer ainsi la quantité d’émissions de gaz à effet de serre. En effet, l’installation de Tervola n’émet aucun gaz participant au réchauffement de la planète ni de petites particules polluantes nuisibles à la santé publique. Les pouvoirs publics savent qu’il faut faire de plus en plus attention aux problèmes d’énergie et d’enviro n n em en t . E n A lle m a g ne pa r

rieure à 5 MW au prix de 100.9 euros par MWH. La même obligation de rachat est appliquée dans tous les autres pays de l’Union à l’exception de la Belgique et de la Finlande. Cependant une nouvelle directive e u ropé e nne e n pr é pa r a ti on va contraindre ces deux derniers pays à suivre la même règle. 5

Le moteur consomme le gaz de bois pour produire 2 MW de puissance électrique.

POUR PLUS D’INFORMATIONS : Kalevi Kaukonen, master of arts, Entimos Oy board member kalevi.kaukonen@entimos.fi Puukivillantie 95300 TERVOLA Finlande Tel. +358 16 - 439 200 Fax. +358 16 - 439 202 Web : www.entimos.fi

La chaudière brûle les gaz goudronnés et alimente le réseau de chaleur.

ENTIMOS OY

modules, cette technologie autorise un investissement progressif. En effet on peut commencer par installer une chaufferie pour le réseau de chaleur puis si besoin, on peut par la suite ajouter l’unité de production d’électricité. Enfin si la demande de production d’électricité croît, il est facile d’augmenter la puissance électrique installée qui peut varier entre 2 et 15 MWel.

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 41


COGÉNÉRATION GRANDE PUISSANCE

Alholmens Kraft, Pietarsaari

Finlande

La plus grande centrale cogénération biomasse du monde UN PEU D’HISTOIRE Fondée en 1652, Pietarsaari est située dans la zone de la côte ouest de la Finlande où les habitants parlent essentiellement le Suédois. Elle couvre 93 km2 et compte 19 600 habitants. 56 % de la population active travaille dans les services, 1 % dans le secteur de la forêt et de l’agriculture et 40 % dans l’industrie, le plus grand employeur étant le producteur de pâte à papier UPM-Kymmene. Au cours des dernières années, l’utilisation à grande échelle des biocombustibles était focalisée sur les sites de l’industrie du bois disposant d’importantes ressources. Quand la conception de la nouvelle centrale électrique (AK2) d’Alholmens Kraft a débuté, les objectifs principaux étaient alors : • De produire de l’électricité à un prix compétitif. • D’exploiter le maximum de la

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 42

Avec la mise en route en octobre 2001 de la nouvelle centrale de 240 MW électriques, le bois-énergie est entré dans une nouvelle ère. Bien qu’étant également alimentés avec de la tourbe et des liqueurs noires, les 550 MWth de la chaudière LFC ont nécessité la mise au point de nouvelles méthodes pour fournir les 200 000 m3 de rémanents forestiers annuels. vapeur produite pour l’usine de pâte à papier ainsi que pour le réseau de chaleur municipal. • D’exploiter au maximum les sousproduits de l’usine de pâte à papier et des scieries avoisinantes. • D’optimiser la taille de la centrale et les paramètres de process. • De trouver suffisamment de combustible disponible à des distances de transport économiques.

L’INNOVATION PRINCIPALE Alholmens Kraft Ltd a construit la centrale électrique en cogénération à biocombustibles la plus importante au monde et l’une des chaudières à lit circulant fluidisé les plus grosses. La centrale produit de la vapeur pour l’industrie du bois ainsi que pour le TIMBERJACK

MR. HANNU VALLAS / LENTOKUVA VALLAS OY

TEKES


COGÉNÉRATION GRANDE PUISSANCE réseau de chaleur de la ville. Le système d’approvisionnement est également innovant puisque basé sur un système de fagotage des rémanents forestiers. Il est prévu qu’Alholmens Kraft Ltd consomme ainsi plus de 300 000 fagots à l’année. Description du projet La centrale d’Alholmens Kraft est en quelque sorte un condensé de bonnes pratiques de la cocombustion de biocombustibles et d’énergies fossiles permettant de consommer une grande variété de combustibles. En effet, elle permet de brûler simultanément des combustibles fossiles classiques et toute sorte de boisénergie et de tourbe. Sa conception serait reproductible presque partout en Europe. L’objectif de ses concepteurs est de démontrer les nombreux intérêts d’une centrale poly-combustibles. Cette dernière devait également répondre à de stricts critères environnementaux et économiques. L’étude du projet a débuté en 1996, et en 1997, la société Alholmens Kraft était créée. Quand la décision finale d’investissement fut prise en 1999, la construction commença immédiatement. La mise en route commerciale a débuté en octobre 2001. Description de la centrale La centrale Alholmens Kraft a été construite à côté de l’usine de pâte à papier d’UPM Kymmene. C’est cette

situation qui permet la double valorisation des sous-produits de cet industriel du papier (liqueurs noires essentiellement) comme combustible d’un côté et la vapeur en sortie de turbine pour les process de la fabrication de la pâte à papier de l’autre. La centrale combine la cogénération et la condensation des fumées. La ch a u d ière a ét é constr u i te pa r Kvaerner Pulping. Le dimensionnement des turbines permet de fonctionner uniquement en mode de condensation. Dans ce cas la vapeur de process et la chaleur du réseau sont produites par la centrale déjà existante. La taille de la chaudière est en moyenne deux fois plus grande que les chaudières à biocombustibles. C’est grâce au choix de la technologie de chaudière à lit circulant fluidisé qu’il est possible de brûler un ou plusieurs combustibles. Le combus-

Détails techniques Puissance électrique : 240 Mwel Puissance de production de vapeur : 100 MWth Puissance de production d’eau chaude pour le réseau de chaleur : 60 MWth tible optimum pour laquelle la chaudière a été conçue est le bois-énergie. La chaudière a une section de 8,5 m x 24 m et une hauteur de 40 m. Les caractéristiques principales de la chaudière sont : 1. Un haut rendement et une grande souplesse avec : • Une production de vapeur stable tout en autorisant une variation de charge (en raison de l’usine de pâte à papier et du réseau de chaleur). • Une homogénéisation efficace et sûre du mélange de combustible. • Un risque minimum de corrosion

Tourbe 45 %

Écorces et déchets de bois 45 %

Fuel lourd et charbon 10 %

Production de chaleur 700 GWh

Centrale de Alholmens Kraft Production d'électricité 1300 GWh

Figure 1 : Consommation de combustible et production d’énergie annuels.

grâce à une excellente sélection des matériaux. 2. Des niveaux d’émissions très faibles • Les émissions de NOx sont minimisées grâce à un système d’étagement de l’air et d’injection d’ammoniac.

TIMBERJACK OY

La puissance maximum est atteinte en mélangeant de la tourbe et/ou des combustibles fossiles au bois. Il est également possible d’atteindre ce maximum en utilisant uniquement du bois relativement sec. Il n’y a pas moins de 11 points d’alimentation dans cette chaudière. Les exigences Puissance thermique de la chaudière : 550 MWth Débit de vapeur : 194 kg/s Pression de vapeur : 165 bars Température de la vapeur en sortie des surchauffeurs et réchauffeurs : 545 °C Rendement de la chaudière : 92 %

Turbine vapeur fournissant 240 MWel.

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 43


COGÉNÉRATION GRANDE PUISSANCE La collecte des rémanents forestiers est directement liée à la production de bois d'œuvre

Fagotage des rémanents forestiers

Débardage des fagots sur porteur

TIMBERJACK OY

Transport des fagots sur des grumiers

Déchiquetage des rémanents forestiers en bord de route Rangement des rémanents en tas

Centrale d'Alholmens Kraft

Débardage des rémanents forestiers sur porteur

Broyage des fagots à la centrale

sur le système d’approvisionnement sont très importantes puisqu’il faut entrer pas loin de 1 000 m3 à l’heure. Le turbo-générateur est une turbine surchauffée à condensation à triple blindage qui dispose de sortie pour la vapeur de process et l’eau chaude du réseau de chaleur. L’alternateur refroidi à l’hydrogène fournit une puissance de sortie de 306 MVA. La centrale emploie un total de 50 personnes qui sont chargées de la gestion et de la maintenance des équipements. La centrale a également créé 400 emplois liés à l’approvisionnement en combustible (production et transports).

LES COMBUSTIBLES

Figure 2 : schéma descriptif de la chaudière à lit fluidisé construite par Kvaerner Pulping.

Turbine Vapeur directe : 194 kg/s, 162 bars, 545 °C Vapeur surchauffée : 177 kg/s, 37 bars, 545 °C

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 44

L’une des premières étapes de la conception du projet de la centrale fut de maximiser l’utilisation des gisements d’écorces, d’autres combustibles bois et de tourbe des sites environnants et du port commercial permettant d’importer du charbon. Les ressources de chacun des com-

bustibles peuvent en effet varier en fonction des saisons. La ce ntr a le e st conçue p our consommer entre 150 et 200 milliers de m3 de rémanents forestiers chaque année. Ces rémanents sont transportés de la forêt à la centrale soit sous la forme de fagots, soit déjà déchiquetés en plaquettes forestières. La société qui gère la centrale s’est engagée dans un projet (cf. article FORENERGY) dont l’objet est le développement d’une nouvelle méthode de collecte où les rémanents forestiers sont fagotés sur la coupe. L’idée principale consiste à exploiter les équipements forestiers traditionnels. Quatre entrepreneurs forestiers ont déjà fait l’acquisition de fagoteuses qui sont actuellement en production commerciale. La fagoteuse en question produit jusqu’à 20 fagots à l’heure. Les fagots ont un volume d’environ 0,5 m 3 et pèsent 450 à 500 kg pour 3.3 mètres de long. Un grumier traditionnel peut donc transporter entre 60 et 70 fagots. Il existe actuellement 5 à 6 chantiers de fagotage et leur chaîne logistique qui alimentent la centrale. Les fagots sont

TIMBERJACK OY

Transport des plaquettes forestières par semi-remorque à fond mouvant

TIMBERJACK OY

Figure 2 : chaîne d’approvisionnement de la forêt à la centrale.


COGÉNÉRATION GRANDE PUISSANCE Consommation annuelle de combustible Combustible Source Déchets de l’industrie du bois Usine de pâte à papier Déchets de scierie et Scierie dans un court rayon et rémanents forestiers industrie forestière Tourbe Sites de production proches de la centrale Charbon ou fioul Les combustibles fossiles Sert au démarrage et à l’appoint sont importés Niveaux limites d’émissions SO2 100 mg/MJ NOx 50 mg/MJ Particules 30 mg/m3 normal ensuite broyés sur le site de consommation. La société Metsäteho a estimé que le coût de production de cette méthode de fagotage se situe entre 7.2 et 9.2 euros/MWh quand la distance de transport est inférieure à 80 km et que la distance de débardage sur la coupe est inférieure à 300 m. La production se fait pendant 10 mois de l’année et est effectuée en relais de deux équipes.

INFORMATIONS ÉCONOMIQUES

sont brûlés dans la centrale, de la chaux est injectée dans le foyer pour absorber les oxydes de soufre afin de limiter à 100 mg/MJ les émissions. Lorsque la proportion de combustible bois augmente, le débit de chaux est automatiquement réduit car les alcalis des cendres réagissent naturellement avec le soufre. Les cendres volantes et le gypse résultant de la désulfuration sont recyclés. Les émissions d’oxyde d’azote (NOx) sont contrôlées grâce à l’aide de technologies " low-NO x ". Si le niveau d’émissions dépasse 50 mg/MJ, de l’ammoniaque est diffusée dans les cyclones.

3 500 GWh/a Proportion 30-35 % 5-15 % 45-55 % 10 %

d’électricité finlandais Pohjolan Voi m a ( P VO) , Ka tte nö, Ou lu n Seudun Sähkö et Revon Sähkö. UPMKymmene, la ville de Katternö Kokkola et Päijät-Hämeen Voima possèdent le capital de Pohjolan Voima. 5

Les fagots de rémanents forestiers sont livrés par des grumiers classiques.

POUR PLUS D’INFORMATIONS, CONTACTER : TEKES Adresse postale : P.O. Box 69 Siège : Kyllikinportti 2, Länsi-Pasila FIN-00101 Helsinki - Finland Tel. +358-105 2151 Fax +358-9-694 9196 Email : tekes@tekes.fi Web : www.tekes.fi/opet/

Les maîtres d’ouvrage Alholmens Kraft Ltd appartient aux électriciens suédois Graninge et Skelleftea Kraft ainsi qu’aux producteurs

La combustion de biomasse réduit les émissions de CO2 et limite ainsi l’impact de la production d’énergie de la centrale sur le réchauffement de la planète. L’installation a également été équipée de nouvelles technologies à haut niveau d’élimination du SO2 et des NOx. Enfin, grâce à la cogénération (valorisation de la chaleur résiduelle sous forme de vapeur de process pour l’usine de pâte à papier et d’énergie pour le réseau de chaleur de la ville de Pietarsaari), le projet d’Alholmens Kraft démontre la faisabilité de centrales à haut rendement et faible impact environnemental. Les énergies fossiles, charbon et fioul lourd, servent uniquement au démarrage de la chaudière et en appoint lors de rupture de la chaîne d’approvisionnement. Lorsque des combustibles à haute teneur en soufre (charbon et tourbe)

Bois d’œuvre, bois d’industrie et rémanents forestiers en bord de coupe. Les fagots sont transportés en camion et broyés sur le site de la centrale.

TIMBERJACK OY

IMPACT ENVIRONNEMENTAL

TIMBERJACK OY TIMBERJACK OY

Le coût total de la centrale s’élève à près de 170 millions d’euros. 70 % des capitaux proviennent d’investisseurs nationaux. Le projet a été subventionné par l’Union Européenne dans le cadre du programme THERMIE.

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 45


COGÉNÉRATION GRANDE PUISSANCE

Au Canada la cogénération Jeremy Hugues Dit Ciles – Itebe

biomasse fait ses preuves En octobre 2001, la société CHI Energie Inc. a mis en route sa centrale bois-énergie de St. Félicien au Québec. La chaudière produit 100 tonnes/heure de vapeur, permet de fournir 23 MW de puissance électrique et consomme 290 000 tonnes d’écorces annuellement. vec 417.6 millions d’hectares de forêts, le Canada possède une industrie forestière et papetière des plus importantes au monde. Hormis chez les fabricants de pâte à papier, il y a dix ans encore, il n’existait pas de centrale électrique en cogénération à biomasse. Ce sont les accords de Kyoto et l’intérêt des consommateurs pour les énergies renouvelables qui ont amené plusieurs producteurs d’énergie à se tourner vers l’électri-

A

CHI Energy Inc, producteur d’énergie verte, a vendu les premiers kWh électriques et thermiques de sa centrale de St Félicien au Québec au mois d’octobre dernier. L’unité produit en cogénération de l’électricité qu’elle revend à la société Hydro Québec dans le cadre d’un contrat de 25 ans et de la vapeur à une scierie située à

CHI ENERGY INC.

Le système des certificats verts et le rachat de l’électricité au tarif de l’APR-91 par Hydro-Québec ont permis de financer la nouvelle centrale biomasse de St. Félicien.

chaleur ne peut être entièrement revalorisée.

un kilomètre également dans un contrat à long terme. Malgré l’absence de tarif de rachat du kWh électrique spécifique à la biomasse, CHI Energy Inc. revend son électricité au même prix que celui des petites centrales hydroélectriques et biogaz convenu lors de l’appel d’offre APR 91 d’Hydro Québec. L’intérêt économique de l’opération se trouve surtout dans les primes de capacité (l’opérateur doit fournir telle puissance pendant telle durée de temps). Bien qu’équipée de brûleurs à fioul pour le démarrage et la stabilisation d e la pu i ssa nce , la chaudière consomme essentiellement des écorces que l’exploitant va chercher chez les scieurs situés dans un rayon allant jusqu’à 300 kilomètres. Depuis l’automne 2001, époque à laquelle l’industrie du bois canadienne a subi un certain ralentissement, il est nécessaire d’aller puiser dans les gisements se trouvant dans les centres d’enfouissements techniques où ont été ‘stockées’ des quantités très importantes de ces écorces. Les cendres volantes et de grilles sont entièrement revalorisées pour l’amendement agricole. Le projet a coûté 63 millions de dollars canadiens et emploie aujourd’hui 21 salariés. Le projet n’a reçu aucune aide mais Interior Power Generation basée en Ontario a pu financer une partie des investissements grâce au système des certificats verts, solution en grand développement aux USA et au Canada. Les travaux de construction d’une autre centrale biomasse en cogénér a ti on d e 28 M W électriques devraient s’achever prochainement à Senneterre. 5

La turbine Mitsubishi produit 23 MW électriques.

cité verte. On compte aujourd’hui cinq grands fournisseurs de kWh électriques produits sans énergies fossiles ou nucléaire. Les centrales biomasses seraient au nombre de sept actuellement. Le prix du gaz naturel en Amérique du Nord est en effet actuellement trop compétitif pour construire de telles installations quand la

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 46

CHI ENERGY INC.

POUR PLUS D’INFORMATIONS, CONTACTER : Philippe Jünger Vice-président Environnement CHI Canada Inc. 1155, Boul. René-Lévesque Ouest, bureau 1715 Montréal, Québec H3B 3Z7 Tel : +1 514 397-0463 #228 Fax : +1 514 397-0284 E-mail : pjunger@chienergy.com Site web : www.chienergy.com


Projets APR-91

Transport Nb

Distribution

MW

Total

Nb

MW

Nb

MW

En service En construction En dévelop.

18 -

315 -

50 -

259 -

68 -

574 -

Total

18

315

50

259

68

574

En service En construction En dévelop.

2 4

47 62

1 2 5

10 27 21

3 2 9

57 27 82

Total

6

87

5

58

14

145

24

403

58

316

Centrale en exploit.

Centrale en const.

En dévelop.

Type Hydraulique Énergie éolienne

Autres projets

Biomasse forestière

Grand Total

82

Valorisation déchets Turbine gaz naturel

719

TERRITOIRE EST 39

Sept-Îles

TERRITOIRE NORD

32

Abitibi 33

Lac St-Jean 166

Gaspé

131 38 TERRITOIRE EST

Rimouski

135

TERRITOIRE SUD TERRITOIRE OUEST

Québec

Trois-Rivières Montréal

TransÉnergie Une division d'Hydro-Québec DIRECTION COMMERCIALISATION 1 février 2002

No

45

Hull

Sherbrooke

TERRITOIRE SUD

Producteurs privés d'électricité au Québec

32 33 38 39 131 135 166 45

Projets Projet APR-91 Domtar - Lebel-sur-Quévillon Boralex - Senneterre SCQ - St-Félicien SCQ - Chapais Domtar - Dolbeau Tembec - Témiscaming Donohue - St-Félicien Autres projets Windsor

*MW

kV

50,0 31,0 23,0 31,0 28,8 9,5 7,1

120 120 161 25 161 120 161

25,5

120

*Puissance installée

La centrale de St Félicien consomme 35 tonnes d’écorces à l’heure.

CHI ENERGY INC.

En Colombie-Britannique, Finlay Forest Industries Inc. exploite une centrale de 14 MW électriques à Mackenzie. Cette centrale comprend une chaudière à lit fluidisé bouillonnant produit 103 tonnes/heure de vapeur à 65 bars et 482 °C et consomme de 226 m3/hr de déchets humides de scierie. C’est la société Sandwell qui a été chargée de la gestion du consortium et du projet, de l’intégration du groupe de production d’énergie de ABB et, en coentreprise avec JV Driver Construction, de la construction des infrastructures et de la partie classique de la centrale.

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 47


ITEBE EDITIONS EN DIRECT Bon de commande à remplir (ci-contre) et à retourner accompagné de votre règlement à ITEBE : 28, boulevard Gambetta BP 149 – F-39004 Lons-le-Saunier cedex

Nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

DIRECT

Société . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .....................................................................................

E-mail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Tél, Fax . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Les paiements extérieurs à la France devront impérativement être effectués par carte bancaire ou virement, sans frais pour le bénéficiaire. Références bancaires : BPFCMA LONS LE SAUNIER (00010) 10807 00010 62021737283 / 44 Je désire une facture. 5 Je paie en euros ........................................ par : chèque en euros à l’ordre de l’Itebe 5 virement 5 carte bancaire (pour des montants sup. à 18 €) 5 Les informations ci-dessous peuvent être cédées à des organismes partenaires, sauf si vous cochez la case ci-contre. 5 Le déclarant dispose d’un droit d’accès et de rectification aux informations le concernant.

* L’adhésion à l’Itebe vous donne droit à un abonnement à la revue Bois Energie.

quantité prix unitaire x quantité

LE BOIS-ÉNERGIE MAINTENANT ! Film d’information de 18 mn sur le chauffage au bois, allant de la bûche au réseau de chaleur. Les reportages montrent des exemples en Autriche, France et Suisse. Ce film est disponible en anglais, allemand ou français. Édition 1999, VHS Pal. Cassette : 33 € TTC

LE CHAUFFAGE AUTOMATIQUE AU BOIS Film technique de formation de 15 mn destiné aux techniciens, aux étudiants et aux animateurs. Les reportages montrent des exemples en Autriche, France et Suisse. Ce film est disponible en anglais, allemand ou français. Édition 1999, VHS Pal. Cassette : 33 € TTC

Eng Deu Fra Eng Deu Fra

FICHES DES SITES DE LA ROUTE DU BOIS-ÉNERGIE Nous avons réuni dans des séries de fiches, les cas de figure les plus représentatifs des chaufferies bois adaptées aux régions forestières de climat continental (France et Suisse). S1 Série 1 : (en français) Dix fiches sur des installations différentes par les filières d’approvisionnement, par les combustibles bois utilisés, par les technologies de foyer employées, par leur puissance, par les fabricants de chaudières représentés, et par les maîtres d’ouvrage des installations (collectivités publiques ou privés). S2 Série 2 : (en français) Dix fiches sur des installations de grosses puissances pour du chauffage collectif et de moyenne puissance en industries du bois. Série 2 bis en anglais. Série 3 : (en français) Huit nouvelles fiches sur des sites professionnels en particulier dans l’industrie S2B du bois et l’agriculture ; plusieurs sites sont destinés à faire connaître l’amont de la filière bois-énergie en présentant des plates-formes de production de combustible. S3 Chaque série de fiches : 3 € TTC

ANNUAIRE 2002 DES PROFESSIONNELS DU BOIS-ÉNERGIE Toutes les coordonnées et l’activité des professionnels du bois-énergie adhérents de l’Itebe (Eng, Deu & Fra). L’annuaire : 5 € TTC

RECUEIL DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES RELATIFS AUX CHAUFFERIES AUTOMATIQUES AU BOIS EN FRANCE Inédit - Un outil indispensable pour la conception des chaufferies bois. Regroupés pour la première fois dans un seul document, les références des textes réglementaires français, qu’il est nécessaire de consulter lors de la conception d’une installation de chauffage automatique au bois (en français). Le recueil : 5 € TTC

ANCIENS NUMÉROS DE LA REVUE BOIS-ÉNERGIE Vous avez manqué un article ou un dossier paru dans une des revues précédentes ? Commandez-le ! Les revues sont également téléchargeables au format PDF sur le site < www.itebe.org >. VN°1 : (Deu & Fra) La route du bois-énergie - Le gazogène - Co-génération dans l’industrie - Foyers BE1 à grilles tournantes - Dossier réseaux de chaleur - Dimensionner la puissance d’une chaufferie. VN°2 : (Deu & Fra) Sylviculture et bois-énergie - Comment déchiqueter des petits bois pour l’énergie Dossier Finlande, le pays du bois - Le froid par le bois-énergie. BE2 VN°3 : (Deu & Fra) Bois-énergie et réseaux de chaleur en France - Bois-énergie, du présent au futur Déchiqueter des petits bois pour l’énergie, à quel prix ? - Bilans suisse et autrichien - Amélioration de la rentabilité des chaufferies bois - Régulation des chaudières automatiques. (Plus que 50 dispo.) BE3 VN°4 : (Deu & Fra) Le marché du chauffage domestique au bois en France - Les nouveaux poêles à bûches - Le marché du poêle à granulés aux USA - Cocombustion pour la production d’électricité Importance de l’hydraulique dans les chauffages automatiques au bois. Epuisé, téléch. < www.itebe.org >. VN°HS1 : (Eng & Fra) Des gazogènes pour bientôt - Plaquette forestière en Finlande Bois-Énergie 2000, un salon qui tombe bien ! - Une géante finlandaise - Cycle organique de Rankine - Réseaux de chaleur, un choix objectif. BE HS1 Le numéro : 5 € TTC

ABONNEMENT À LA REVUE BOIS-ÉNERGIE * Pour être toujours au courant de l’évolution de la filière bois-énergie (une édition par langue). Les 4 prochains numéros : Europe 30 € TTC, autres pays 40 € TTC

Eng Deu Fra

Sous-total TTC Remise adhérents Itebe (-15 %)

Total TTC franco de port Carte bancaire n°

l ı ı ı l ı ı ı l ı ı ı l ı ı ı l BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 48

Expire en mois

Signature obligatoire

l ı l

année

l ı ı ı l


Institut Technique Européen du Bois Energie 28, boulevard Gambetta, BP 149, F-39004 Lons-le-Saunier cedex, Tel. +33 3 84 47 81 00, Fax. +33 3 84 47 81 19, E-mail: info@itebe.org, Web: www.itebe.org

10 bonnes raisons

de faire partie du réseau bois-énergie ITEBE!

Amplifier l’effort de promotion du bois-énergie Figurer dans l’annuaire électronique de l’ITEBE pour l’année en cours Figurer dans l’annuaire papier de l’ITEBE pour l’année suivante Recevoir la revue Bois Energie Recevoir les newsletters d’information de l’ITEBE Pouvoir participer aux commissions thématiques (Clubs ITEBE) Accéder en exclusivité au serveur de connaissances du bois-énergie (à partir de juillet 2002) avec accès gratuit aux bases de données de l’ITEBE 8 Bénéficier de conseils personnalisés 9 Diffuser votre documentation commerciale papier au centre de documentation de l’ITEBE et en version électronique sur le serveur INTERNET (à partir de juillet 2002) 10 Bénéficier de réductions de prix sur les publications, colloques et voyages de l’ITEBE

J’adhère à l’Itebe en 2002 Associations, institutions, collectivités, organismes de formation Professionnels du bois-énergie

Usagers du bois-énergie et particuliers

5 Chiffre d’affaires < 150 000 € 5 150 000 € < Chiffre d’affaires < 500 000 € 5 Chiffre d’affaires > 500 000 € 5 Chiffre d’affaires < 500 000 € 5 500 000 € < Chiffre d’affaires < 1 000 000 € 5 1 000 000 € < Chiffre d’affaires < 2 000 000 € 5 2 000 000 € < Chiffre d’affaires > 10 000 000 € 5 10 000 000 € < Chiffre d’affaires < 50 000 000 € 5 50 000 000 € < Chiffre d’affaires > 100 000 000 € 5 100 000 000 € < Chiffre d’affaires > 250 000 000 € 5 Chiffre d’affaires > 250 000 000 € 5 Particulier 5 Collectivité : population < 10 000 habitants 5 Collectivité : population > 10 000 habitants 5 Collectivité : population > 50 000 habitants 5 Entreprise – Chiffre d’affaires < 1 000 000 € 5 Entreprise – Chiffre d’affaires > 1 000 000 € 5 Entreprise – Chiffre d’affaires > 10 000 000 €

design : www.alexis.montpeyroux.net

1 2 3 4 5 6 7

Bulletin à renvoyer à:

ITEBE - 28, boulevard Gambetta - BP 149 F-39004 Lons-le-Saunier cedex - France Les paiements extérieurs à la France devront impérativement être effectués par carte bancaire ou virement, sans frais pour le bénéficiaire. Références bancaires : BPFCMA LONS LE SAUNIER (00010) 10807 00010 62021737283 / 44 Dès réception de votre règlement, vous recevrez une facture acquittée.

60 € 120 € 240 € 110 € 220 € 430 € 650 € 1100 € 1200 € 1300 € 1400 € 30 € 90 €

Je règle en euros mon adhésion à l’Itebe d’un montant de : ........................................................... par

5 chèque 5 virement 5 carte bancaire

120 €

l ı ı ı l ı ı ı l ı ı ı l ı ı ı l

180 €

Expire en

60 € 90 € 120 €

Mlle 5 Mme 5 M. 5 Nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

mois

Signature obligatoire

l ı l

année

l ı ı ı l

Les informations sont destinées à l’Itebe et peuvent être cédées à des organismes extérieurs, sauf si vous cochez la case ci-contre. Le déclarant dispose d’un droit d’accès et de rectification aux données le concernant.

Structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Secteur d’activité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Rappel : L’adhésion à l’ITEBE vous donne droit à un abonnement à la revue « Bois Energie ».

Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code postal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . État . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

E-mail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Web . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Nombre de salariés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chiffre d’affaires total ou Nombre d’habitants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Précisez votre activité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ................................................................................................................................................

NB : Afin que nous puissions prendre en compte votre adhésion, il est indispensable de complèter le dos de ce document. Attention : ces renseignements seront utilisés pour votre rubrique sur l’annuaire ITEBE et sur Internet. S’ils sont incomplets ou mal renseignés, votre présentation sera erronée.

REVUE BE5 – 03/2002

Pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fax . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Adhésion Itebe 2002 : Précisez votre activité (obligatoire) Acteurs de la forêt et du bois 6 Artisan du bois 6 Association ou institution de la forêt ou du bois 6 Bureau d’ingénieurs forestiers 6 Coopérative ou groupement forestier 6 Entrepreneur de travaux forestiers 6 Entreprise de seconde transformation du bois 6 Expert forestier 6 Négociant en bois 6 Producteur de pâte à papier ou panneaux 6 Propriétaire forestier 6 Scieur / exploitant forestier 6 Transport de bois / logistique 6 Autre (préciser) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Fournisseurs de combustibles bois 6 Distributeur de briquettes 6 Distributeur de bûches 6 Distributeur de granulés 6 Fournisseur de bois de rebut 6 Fournisseur de plaquettes 6 Producteur d’allume feu 6 Producteur de bois pulvérisé 6 Producteur de bois torréfié 6 Producteur de briquettes 6 Producteur de bûches 6 Producteur de produits de pyrolyse 6 Producteur de charbon de bois pour barbecues 6 Producteur de granulés 6 Fournisseur de sous-produits de la transformation du bois 6 Autre (préciser) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Services tertiaires 6 Assureur 6 Bureau d’études techniques 6 Centre technique 6 Laboratoire d’analyses 6 Laboratoire d’essais 6 Organisme certificateur 6 Organisme de contrôle 6 Organisme de normalisation 6 Organisme promotion du bois-énergie 6 Organisme de recherche 6 Organisme d’enseignement/formation 6 Organisme financier 6 Autre (préciser) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Services d’installation & d’exploitation 6 Âtrier 6 Chauffagiste 6 Exploitant de chauffage 6 Fumiste 6 Installateur de fours alimentaires 6 Poêlier 6 Ramoneur 6 Autre (préciser) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Marques commerciales fabriquées :

Marques commerciales distribuées :

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 50

Fournisseurs de matériels

cocher Constructeur 6 C ou Distributeur 6 D Matériels pour la production de combustible & l’approvisionnement 6 C 6 D Abatteuses & têtes d’abattage 6 C 6 D Broyeurs conditionneurs 6 C 6 D Chargeurs & élévateurs 6 C 6 D Combinés scies-fendeuses 6 C 6 D Convoyeurs & systèmes de transfert 6 C 6 D Déchiqueteuses à couteaux 6 C 6 D Extracteurs de silo 6 C 6 D Fagoteuses de bûches ou de branches 6 C 6 D Fendeuses 6 C 6 D Fours à charbon de bois 6 C 6 D Grappins & godets 6 C 6 D Grues forestières 6 C 6 D Hangars de stockage 6 C 6 D Machines d’emballage & fournitures 6 C 6 D Palettiseurs 6 C 6 D Petits matériels d’exploitation forestière 6 C 6 D Pneus & chaînes 6 C 6 D Ponts roulants 6 C 6 D Porteurs & remorques forestières C 6 D Presses à briqueter 6 C 6 D Presses à granuler 6 6 C 6 D Remorques & conteneurs routiers 6 C 6 D Remorques agricoles C 6 D Scies à bûches 6 6 C 6 D Silos de stockage 6 C 6 D Tracteurs agricoles & forestiers C 6 D Tracteurs et porteurs routiers 6 6 C 6 D Treuils & câbles forestiers 6 C 6 D Tri-calibrage C 6 D Tronçonneuses & chaînes 6 6 C 6 D Vêtements et protections personnelles 6 C 6 D Autre (préciser) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . Matériels de production d’énergie C 6 D Âtres 6 6 C 6 D Barbecues 6 C 6 D Chaudières à bûches 6 C 6 D Chaudières à granulés 6 C 6 D Chaudières automatiques 6 C 6 D Chaudières industrielles 6 C 6 D Cogénérateurs 6 C 6 D Cuisinières 6 C 6 D Fours alimentaires 6 C 6 D Foyers et inserts de cheminées C 6 D Gazéificateurs 6 6 C 6 D Générateurs d’air chaud & poêles d’ateliers 6 C 6 D Générateurs de vapeur 6 C 6 D Poêles à bûches & foyers 6 C 6 D Poêles et inserts à granulés 6 C 6 D Poêles-cheminées 6 C 6 D Autre (préciser) : . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Composants pour la production d‘énergie 6 C 6 D Alternateurs 6 C 6 D Automates 6 C 6 D Bétons réfractaires 6 C 6 D Briques réfractaires 6 C 6 D Fers & aciers 6 C 6 D Fontes 6 C 6 D Fournitures électriques 6 C 6 D Céramiques 6 C 6 D Matériaux isolants 6 C 6 D Moteurs électriques 6 C 6 D Moteurs thermiques 6 C 6 D Pierres décoratives 6 C 6 D Réducteurs 6 C 6 D Sondes et capteurs 6 C 6 D Autre (préciser) : . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Usagers du bois-énergie 6 Maître d’ouvrage d’un réseau de chaleur au bois 6 Usager d’un four à bois 6 Usager d’un gazéificateur à bois 6 Usager d’un générateur d’air chaud à bois 6 Usager d’un poêle à bûches 6 Usager d’un poêle ou inserts à granulés 6 Usager d’une chaudière à bûches 6 Usager d’une chaudière à granulés 6 Usager d’une chaudière automatique (hors granulés) 6 Usager d’une cheminée à bûches 6 Usager d’une cogénération au bois 6 Usager d’une cuisinière à bois 6 Autre (préciser) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Autres acteurs 6 Association ou institution de l’énergie 6 Association ou institution de l’environnement 6 Association ou institution du bâtiment 6 Association ou institution du commerce 6 Association ou institution (autres) 6 Commerçant en produits naturels 6 Distributeur de combustibles (hors bois) 6 Élagueur, paysagiste 6 Entrepreneur bâtiment & travaux publics 6 Exploitant agricole 6 Maître d’œuvre, architecte 6 Maître d’ouvrage privé 6 Maître d’ouvrage public 6 Particulier 6 Pizzaiolo, restaurateur, boulanger 6 Producteur d’énergies 6 Quincaillerie, jardinerie 6 Autre (préciser) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Médias Périphériques de production d’énergie 6 C 6 D Accessoires de cheminées 6 C 6 D Condensateurs de fumée 6 C 6 D Conduits de fumées 6 C 6 D Entretien & nettoyage 6 C 6 D Hydraulique de chauffage 6 C 6 D Mesure 6 C 6 D Récupérateurs de chaleur 6 C 6 D Régulation 6 C 6 D Conduites de chauffage à distance 6 C 6 D Traitement de fumées 6 C 6 D Traitement des fluides caloporteurs et des condensats 6 C 6 D Autre (préciser) : . . . . . . . . . . . . . . . . . .

6 Radio 6 Télévision 6 Presse quotidienne 6 Presse hebdomadaire 6 Presse bi- ou mensuelle 6 Presse bi- ou trimestrielle 6 Agence de presse 6 Journaliste indépendant 6 Newsletter sur Internet 6 Newsletter sur papier 6 Service de presse 6 Site web / Webmaster 6 Autre (préciser) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


ITEBE INDEX DES SOCIÉTÉS CITÉES DANS LA REVUE

INDEX

ABB INSTALLAATIOT P.O.Box 181 00381 Helsinki - Finlande +358 10 22 2020 +358 10 22 27966 kari.mattila@fi.abb.com www.abb.com/fi ADEME (AGENCE DE L’ENVIRONNEMENT ET DE MAÎTRISE DE L’ENERGIE) 27, rue Louis Vicat 75737 Paris cedex 15 France +33 147 652 000 +33 146 455 236 catherine.seguin@ademe.fr www.ademe.fr/htdocs/ actualite/dossier/flamverte.htm

ÉNERGIE BOIS SUISSE Case postale 126 Chemin de Mornex 6 1 001 Lausanne +41 21 310 30 35 +41 21 310 30 38 info@energie-bois.ch www.energie-bois.ch AUSTRIAN RESEARCH CENTRE SEIBERSDORF (ARC) Environmental Planning 2444 Siebersdorf Autriche +43 2254 780 3874 +43 2254 74060

CETIAT (CENTRE TECHNIQUE DES INDUSTRIES AÉRAULIQUES ET THERMIQUES) Domaine scientifique de la Doua 25, avenue des Arts BP 2042 69603 Villeurbanne Cedex - France +33 472 444 900 +33 472 444 949 cetiat.commercial@cetiat.fr

www.cetiat.fr CHEMINÉES B.V

markus.knoflacher@arcs.ac.at INDUSTRIES

www.arcs.ac.at

CONSEIL GÉNÉRAL DU JURA 17 rue Rouget de Lisle 39000 Lons le Saunier France +33 384 87 33 00 +33 384 24 68 65 bhuber@cg39.fr DEVILLE 76 rue Forest 08013 CHARLEVILLE MEZIERES cedex France +33 324 56 83 83 +33 324 59 27 13 contact@deville.fr www.deville.fr

204, Route du Plan 83120 Sainte Maxime France +33 494 56 67 00 +33 494 96 77 77

DR GIUSTINO MEZZALIRA AEBIOM PAULOWNIA ITALIA (ASSOCIATION SRL cheminees.brisach@wanadoo.fr Via Monte Sabotino, 1 EUROPÉENNE POUR http://renebrisach.com 30171 Mestre Ve - Italie LA BIOMASSE) Croix du Sud 2 bte 11 +39 041 92 05 92 BRITISH BIOGEN 01348 Louvain-la-Neuve +39 041 92 05 92 Rear North Suite 7th Floor CHEMINEES Belgique PHILIPPE forlener@paulownia.it Hatton Garden 63-66 +32 10 47 34 55 ZIA-avenue Kennedy www.forlener.it Londres - Angleterre +32 10 47 34 55 62400 BETHUNE France +44 20 7831 7222 jossart@ecop.ucl.ac.be +44 20 7831 7223 +33 321 617 070 ÉQUIPE RÉGIONALE www.ecop.ucl.ac.be/aebiom/ info@britishbiogen.co.uk www.cheminees-philippe.com BIOMASSE ENERGIE (ERBE) www.britishbiogen.co.uk AFNOR CHEMINÉES Chaussée de Namur, 146 5030 Gembloux 58, rue du Rocher RICHARD LE DROFF BUNDESANSTALT Belgique 75008 PARIS - France 28 Rue du Général FÜR LANDTECHNIK +32 81 61 25 01 +33 147 543 436 Leclerc (BLT) +32 81 61 58 47 +33 142 940 430 67216 OBERNAI Federal Institute of thierry.lacome@email.afnor.fr Agricultural Engineering France erbe@cragx.fgov.be +33 388 95 12 00 Postfach 43 AFOCEL FINBIO +33 388 95 13 85 Rottenhauser Straße 1 rld@france-cheminee.com (ASSOCIATION Site de l’Etançon 3250 Wieselburg www.france-cheminee.com FINLANDAISE DES 77370 Nangis - France Autriche +33 160 670 030 BIOÉNERGIES) +43 74 16 52 17 50 CHEMINÉES SEGUIN P.O. Box 27 +33 160 670 040 +43 74 16 52 17 545 publi@afocel.fr 40101 Jyvaskyla direktion@blt.bmlf.gv.at DUTERIEZ ZA de Lhérat www.afocel.fr Finlande www.blt.bmlf.gv.at 63310 RANDAN +358 14 4451 115 France AIEL ASSOCIAZIONE C.A.R.M.E.N. E.V. bioenergia@jsp.fi ITALIANA ENERGIA www.finbioenergy.fi (CENTRALES AGRAR- +33 470 561 600 +33 470 561 609 DAL LEGNO ROHSTOFFcontact@chemineesVia Mariano Fortuny, 20 MARKETING- UND FONDATION seguin.com 00196 Roma - Italie ALLEMANDE POUR ENTWICKLUNGSwww.cheminees-seguin.com L’ENVIRONNEMENT +39 0632 687 200 NETZWERK) +39 0632 687 200 An der Bornau 2 Schulgasse 18 CHINVESTaiel@cia.it 49090 Osnabrück 94315 Straubing CHEMINÉES www.aiel.cia.it Allemagne Allemagne CHAZELLE +49 541 / 96 33-0 +49 9421/960- 300 Route de Marthon ALHOLMENS KRAFT +49 9421/960- 333 LTD FONDATION RURALE contact@carmen-ev.de 16380 CHAZELLES France PL 250 DE WALLONIE (FRW) www.carmen-ev.de +33 545 23 50 50 68601 Pietarsaari Rue du Carmel 1 +33 545 23 53 09 Finlande 6900 Marloie - Belgique CEMAGREF info@chazelles.com +358 204 16 115 +32 84 22 03 65 2 rue de la Papeterie www.cheminees-chazelles.com +32 84 22 02 12 +358 204 16 8550 BP 76 - 38402 St www.alholmenskraft.com Martin d’Hères - France CNR/ISTITUTO PER frw.zone3b@skynet.be LA RICERCA SUL +33 476 92 40 72 ASSOCIATION LEGNO FONDERIES FRANCO +33 476 51 38 03 AUTRICHIENNE DE Via barazzuoli 23 BELGE info@cemagref.fr LA BIOMASSE 50136 Firenze - Italie 2 rue Orphée Variscotte www.cemagref.fr/ Franz Josef-Kai 13 +39 055 661886 BP41 1010 Wien - Autriche /661750 59660 MERVILLE +43 1 533 07 97 +39 055 670624 France spinelli@service2.area.fi.cnr.it +33 328 434 343 +43 1 533 07 97-90 www.cnr.it +33 328 434 399 B.H. INDUSTRIE France +33 324 526 900 accueil@bh-industrie.fr

francoisxn@francobelge.tm.fr

www.francobelge.com/

FONDIS Z.I. du Vieux Thann 68801 THANN cedex France +33 389 377 500 +33 389 377 589 fondis@wanadoo.fr

GIFAM (GROUPEMENT DES INDUSTRIELS ET FABRICANTS DES APPAREILS MÉNAGERS) 39, avenue d’Iéna 75783 Paris cedex 16 France +33 153 230 653 +33 147 202 073 ebarthares@gifam.fr www.gifam.fr GODIN 532, rue sadi Carnot 02120 GUISE - France +33 323 057 000 +33 323 604 105 frecon@godin.fr www.godin.fr

ITEBE (INSTITUT TECHNIQUE EUROPÉEN DU BOIS ENERGIE) DOCUMENTATION 28, bd Gambetta - BP 149 39004 Lons le Saunier France +33 384 478 100 +33 384 478 119 sarah.paquet@itebe.org www.itebe.org Jeremy HUGUES DIT CILES (ITEBE) animateur du French Pellet Club info@pelletclub.org www.pelletclub.org KALEVI KAUKONEN MASTER OF ARTS ENTIMOS OY BOARD MEMBER Puukivillantie 95300 Tervola Finlande +358 16 439 200 +358 16 439 202 kalevi.kaukonen@entimos.fi

www.entimos.fi

KVAERNER PULPING OY P.O. Box 109 33101 Tampere Finlande +358 20 141 21 http://intergran1.graninge.se +358 20 141 2210 info.kpoy@kvaerner.com HT ENGINEERING www.kvaerner.com/ Pulttitie 1 00880 Helsinki Finlande LHM HAKKURI OY +358 975 943 043 Ylistönmäentie 26 +358 975 943 073 40500 Jyväskylä helsinki@htlaser.fi Finlande +358 400 656 045 HYDRO-QUEBEC +358 14 216 128 75, boul. Renéinfo@lhmhakkuri.com Lévesque Ouest www.lhmhakkuri.com 20e étage H2Z 1A4 Montréal MAESTRO Québec - Canada HANDWERK & +1 514 385 8888 PARTNER +1 514 289 4084 Mitterfeldstrasse 6 www.hydroquebec.com 4600 Wels - Autriche +43 72 42 207 282 INVICTA +43 72 42 207 282 33 Rue de la sonde - B.P 03 office@ilmaestro.com 08350 Donchery www.ilmaestro.com/ France +33 324 277 171 METSÄTEHO OY +33 324 266 242 PO Box 194 invicta@invicta.fr 00131 Helsinki www.invicta.fr Finlande +358 9 132 521 +358 9 659 202 www.metsateho.fi/ GRANINGE AB Box 733 182 17 Danderyd Suède +46 8 753 50 00 +46 8 753 50 99 info@graninge.se

MINIPELL AB Mühlbocks Företagscenter 66831 Ed - Suède +46 534 100 65 +46 534 100 65 minipell@telia.com

PELLET FUELS INSTITUTE 1601 North Kent Street Suite 1001 22209 Arlington - USA +1 703 522 6778 +1 703 522 0548 averill@vgernet.net www.stoveshow.com POHJOLAN VOIMA Töölönkatu 4 P.O. Box 40 00100 Helsinki Finlande +358 9 693 061 +358 6930 6335 www.pvo.fi PROF. DAN ASPLUND MARKKU PAANANEN JYVÄSKYLÄ SCIENCE PARK PO Box 1601 40101 Jyväskylä Finlande +358 14 445 11 12 +358 14 672 597 dan.asplund@jsp.fi markku.paananen@jsp.fi ROGER CHAVOT Place Dominique Parrenin 25210 Le Russey France +33 381 437 193 +33 381 437 761 SANDWELL 620 René-Levesque Ouest H3B 4V8 Montréal Québec - Canada +1 514 866 1221 +1 514 866 0804 svenne@sandwell.com SCHMID SA Rue Saint Michel, 10 01510 Moudon, VD Suisse +41 21 905 35 55 +41 21 905 35 59 schmid.moudon@bluew in.ch www.holzfeuerung.ch SERMET OY Teollisuustie 12 74700 Kiuruvesi Finlande +358 017 768 811 +358 017 768 8211 team@sermet.fi www.sermet.fi SKELLEFTEA KRAFT AB Kanalgatan 71 93180 Skelleftea Suède +46 910 77 25 00 +46 910 77 28 78 info@skekraft.se www.skekraft.se

SUPRA 28, rue du général Leclerc 67210 OBERNAI Cedex France +33 388 951 207 +33 388 951 208 supra.dir@wanadoo.fr TEKES P.O.Box 69 00101 Helsinki Finlande +358 105 2151 +358 9 694 9196 tekes@tekes.fi www.tekes.fi/opet TIMBERJACK FRANCE Les Portes de Crolles Rond Point du Raffour 38920 Crolles - France +33 476 08 19 54 +33 476 08 14 55 timberjacksarl@wanadoo.fr

www.timberjack.com TORREN ENERGY +44 1855 811 836 +44 1855 811 295 Info@torren-energy.com www.torrenenergy.co.uk TRANSÉNERGIE Complexe Desjardins Tour de l’Est 12e étage Case postale 10 000 H5B 1H7 Montréal/Québec Canada + 1 514 289-2211 #2813 + 1 514 289-3519 otis.linda@hydro.qc.ca www.hydroquebec.com/tr ansenergie TURBOFONTE 270, Avenue Pasteur 33608 PESSAC Cedex France +33 557 263 960 +33 557 263 969 contact@turbofonte.com www.turbofonte.com UPM-KYMMENE Eteläesplanadi 2 - P.O. Box 380 00101 Helsinki Finlande +358 204 15 111 + 358 204 15 110 info@upmkymmene.com http://w3.upmkymmene.com VTT ENERGY PO Box 1603 40101 Jyväskylä Finlande +358 14 672 542 +358 14 672 597 risto.Impola@vtt.fi www.vtt.fi

BOIS ENERGIE N°5 < MARS 2002 > 51


SALON INTERNATIONAL 4ème édition

4 jours pour découvrir le bois, source d’énergie !

4 au 7 avril

Juraparc

Lons le Saunier Salon professionnel ouvert au public Entrée : 6€

www.itebe-expo.com INSTITUT TECHNIQUE EUROPÉEN DU BOIS-ENERGIE BP 149, 28 boulevard Gambetta - F-39004 Lons-le-Saunier Cedex - Tél. : +33 (0) 384 47 81 07 - Fax : +33 (0) 384 47 81 19 Email : info@itebe-expo.com - Web : www.itebe-expo.com

Revue bois-energie numero 5  

P6 Produire des granulés dans son atelier P8 200 MAP/heure en souplesse P9 Formation : "Wood Fuel Basic Information Pack" Les bases du bois...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you