Page 1

Réussir l'accueil d'enfants en situation de handicap

Réussir l'accueil d'enfants en situation de handicap Méthodologie pour les accueils collectifs de mineurs

Adossée à la loi Handicap du 11 février 2005, la refondation de l’école engagée en 2013 fait de l’inclusion en classe et dans les loisirs éducatifs un enjeu pour toute la communauté éducative. Pourtant, la prise en compte du handicap reste actuellement un important point aveugle des PEdT. Pour concrétiser les ambitions du législateur, il faut aujourd’hui répondre aux questions que se posent les professionnels des accueils collectifs de mineurs et lever les craintes, les inhibitions individuelles pour déverrouiller les accès aux structures et loisirs éducatifs.

Les centres de loisirs éducatifs sont un des lieux privilégiés du développement complet de l’enfant, promu par la loi de refondation de l’école du 8 juillet 2013. Leur accessibilité pour chacun est donc indispensable.

Philippe Courtesseyre a exercé les fonctions d'inspecteur de la jeunesse et des sports au sein de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations des Landes. Depuis 2009, il est directeur adjoint de la jeunesse et des sports au conseil départemental des Landes. Titulaire d'un BPJEPS, Julien Fernandez est chargé de mission auprès du comité départemental des Landes de la Jeunesse au plein air. Il anime deux dispositifs d'accompagnement à l'inclusion : la mission « accès aux loisirs pour tous » qui, depuis 2012, favorise l'accueil des enfants en situation de handicap au sein des structures de loisirs et le dispositif « petite enfance » qui, depuis 2014, soutient les animatrices des relais assistants maternels (RAM). Soizig Laîné coordonne la mise en œuvre des politiques éducatives territoriales dans les Landes où elle est également chargée de l'accompagnement pédagogique et du contrôle des accueils collectifs de mineurs. Elle y a impulsé la réflexion sur l'accueil des enfants en situation de handicap et a contribué à la création de la mission « loisirs pour tous ».

d’EXPERTS

Réussir l’accueil d’enfants en situation de handicap

Construit à partir d’une expérience de terrain mobilisant depuis 10 ans, dans les Landes, l’ensemble de la communauté éducative et les acteurs du handicap, cet ouvrage présente une démarche à mettre en œuvre sur les temps de loisirs périscolaires et extrascolaires. À travers des références théoriques et pratiques relatives au champ du handicap, des retours d’expérience d’animateurs, de parents, elle détaille toutes les étapes de l’accueil d’un enfant en situation de handicap, des premières interrogations jusqu’au bilan.

Méthodologie pour les accueils collectifs de mineurs

d’EXPERTS Philippe Courtesseyre Julien Fernandez Soizig Laîné Préface de Charles Gardou

[Dessin Une : Matthieu Méron] www.territorial-editions.fr ISSN : 1623-8869 – ISBN : 978-2-8186-1343-6


Réussir l’accueil d’enfants en situation de handicap Méthodologie pour les accueils collectifs de mineurs

Philippe Courtesseyre

Directeur adjoint de la jeunesse et des sports au conseil départemental des Landes

Julien Fernandez Chargé de mission « Loisirs pour tous » auprès de la Jeunesse au Plein Air des Landes

Soizig Laîné Conseillère d'éducation populaire et de jeunesse, direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations Préface de Charles Gardou Anthropologue, professeur à l’université Lumière Lyon 2

CS 40215 - 38516 Voiron Cedex Tél. : 04 76 65 87 17 - Fax : 04 76 05 01 63 Retrouvez tous nos ouvrages sur www.territorial-editions.fr

d’EXPERTS

Référence DE 828 Décembre 2017


Vous souhaitez être informé de la prochaine actualisation de cet ouvrage ?

C’est simple ! Il vous suffit d’envoyer un mail nous le demandant à : jessica.ott@territorial.fr Au moment de la sortie de la nouvelle édition de l’ouvrage, nous vous ferons une offre commerciale préférentielle.

Avertissement de l’éditeur : La lecture de cet ouvrage ne peut en aucun cas dispenser le lecteur de recourir à un professionnel du droit.

Ce pictogramme mérite une explication. Son objet est d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour l’auteur de l’écrit, particulièrement dans le domaine de l’édition technique, le développement massif du photocopillage.

Nous rappelons donc que toute reproduction, partielle ou totale, de la présente publication est interdite sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC, 20 rue des Grands-Augustins, 75006 Paris).

© Territorial, Voiron ISBN : 978-2-8186-1343-6 ISBN version numérique : 978-2-8186-1344-3 Imprimé par Reprotechnic, à Bourgoin Jallieu (38) - Janvier 2018 Dépôt légal à parution


Sommaire Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.7 Préface D’idée en expérience . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.9 Introduction La jeunesse au plein air, du comité départemental des Landes à la mission « loisirs pour tous » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11

Partie 1 Du cadre de la loi à un dispositif local innovant et impliqué Chapitre I Les premières mobilisations locales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.15 Chapitre II Un partenariat qui s’élargit et se renforce. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.16 Chapitre III Un rôle d’interface dédié à « la mise en société » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.17 Chapitre IV Les outils au service de la prise en compte du handicap . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 Chapitre V Le cadre législatif et réglementaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.20 A - Références juridiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.20 B - La loi française aborde cette thématique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.20 C - Ce que nous disent les textes réglementant les accueils collectifs de mineurs . . . . . . . . . . . . . . . . . p.21 D - La charte JPA. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22

Construire et déconstruire la notion du handicap dans le cadre des loisirs éducatifs Chapitre I L’enfant en situation de handicap, un enfant différent comme tout un chacun ?. . . . . . . . . . . . . p.27 A - La notion de handicap. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.28 B - Le handicap et ses typologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.28 1. Les troubles visuels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.28

2. Les troubles auditifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.29

3. Les troubles mentaux et cognitifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.29

4. Les troubles moteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.30

5. Les troubles psychiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.30

6. Les troubles autistiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.31

Sommaire

Réussir l'accueil d'enfants en situation de handicap

Partie 2

3


7. Les troubles « DYS » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.31

8. Le polyhandicap. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.32

9. Les maladies invalidantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.32

Chapitre II Quelle complémentarité éducative pour accueillir l’enfant en situation de handicap ?. . p.33 A - Engager les parents. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.33 B - Les établissements et services pour enfants handicapés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.34 C - L’Éducation nationale déploie des outils diversifiés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.35 D - Les acteurs des loisirs éducatifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.35 E - Les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.36

Chapitre III Doit-on recruter un spécialiste (du handicap) pour accueillir un enfant avec handicap dans un temps de loisirs ordinaire ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.37 A - « Je ne suis pas formé pour ça ! ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.37 B - Une démarche éducative et endoformative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.37 C - « Nous ne sommes pas assez nombreux pour accueillir un enfant handicapé ! ». . . . . . . . . . . . . . p.38

Chapitre IV Puis-je inscrire mon enfant auprès d’un accueil collectif de mineurs ? Le point de vue des parents. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.39 A - L’institution MDPH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.39 B - Du point de vue des « parents » : témoignages. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.39 C - Le rôle des professionnels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.40

Chapitre V Les limites et les défis. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.41 A - Les limites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.41 B - L’anticipation pour dépasser ces (et ses) limites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.43

Partie 3

Réussir l'accueil d'enfants en situation de handicap

Construire l’accueil : les principes méthodologiques

4

Chapitre I L’ambition inclusive : du projet éducatif de territoire (PEdT) au projet pédagogique . . . . . . . p.49 A - Le changement de référentiel au profit des enfants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.49 B - L’accueil d’enfants en situation de handicap comme outil « d’imagination narrative ». . . . . . . p.53

Chapitre II L’appui des institutions – L’exemple de la Caisse d’allocations familiales des Landes . . . . . p.54 Chapitre III Préparer, observer, adapter : une démarche pour l’accueil d’un enfant en situation de handicap en structure collective de loisirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.56 A - En amont de l’accueil : le temps de la réflexion, de la mobilisation et de l’implication des acteurs au sein de la communauté éducative d’un territoire pour anticiper et construire l’inclusion. . . . . p.56

Sommaire


B - Avant l’accueil : lors d’une sollicitation d’un parent ou d’un partenaire, le temps de préparation de l’accueil de l’enfant en situation de handicap . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.56 1. Organiser une rencontre entre les parents et l’équipe de direction de la structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.56

2. Finaliser le projet d’accueil par un dialogue entre la direction et l’équipe d’animation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.59

3. Informer les enfants de l’arrivée sur le centre d’un enfant en situation de handicap : ne pas surinvestir sa venue mais répondre à leurs questions pendant l’accueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.60

C - Pendant l’accueil : l’enfant vit son expérience collective et l’équipe d’encadrement anime, observe, intervient, évalue et adapte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.61 1. Organiser les adaptations pédagogiques pour l’accueil de tous. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.61

2. Observer les comportements de l’enfant pour réguler sa pratique éducative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.65

3. L’adaptation des règles de vie pour l’accueil de tous les enfants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.65

4. L’adaptation des activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.66

D - Des points de vigilance cruciaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.67 E - Après l’accueil : le temps d’évaluation de la pertinence des choix réalisés, de formalisation des bonnes pratiques et d’amélioration pour le prochain accueil. . . . . . . . . . . p.68 1. Réalisation d’un bilan avec les parents et les partenaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.68

2. Au-delà de l’accueil. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.69

Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.70

Annexes Annexe I Circulaire n° 2003-135 relative à l’accueil en collectivité des enfants et adolescents atteints de troubles de la santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.73 Annexe II Annexe 2 de la circulaire n° 2003-135 relative à l’accueil en collectivité des enfants et adolescents atteints de troubles de la santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.81 Annexe III Règlement intérieur de la mission « loisirs pour tous ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.83 Annexe IV Dossier de demande d’aide financière. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.85

Annexe VI Fiches bilans d’accueil. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.91 Annexe VII Témoignages d’accueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.94 Sigles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.96 Remerciements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.99

Sommaire

Réussir l'accueil d'enfants en situation de handicap

Annexe V Projet d’accueil personnalisé de loisirs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.88

5


Avant-propos Je me réjouis de l’élaboration d’un guide dédié aux réponses apportées aux situations de handicap car il répond à deux objectifs de l’institution que je représente. Le premier objectif de la branche famille, et de la Caf des Landes dans son ressort territorial, est de favoriser l’accueil des enfants dans les structures de droit commun, en conformité avec le principe de l’universalité des services aux familles. Cela passe par des moyens financiers et humains, mais aussi par une culture de l’accueil pour tous, fondée sur l’accompagnement bienveillant des professionnels. À l’image des contributeurs multiples à cet ouvrage, ces objectifs seront d’autant plus atteints qu’ils sont poursuivis dans le cadre d’un partenariat institutionnel qui fait déjà notre force localement. Le second objectif est de favoriser l’accès aux droits des personnes handicapées tout au long de la vie. Le traitement rapide et coordonné des demandes d’allocation d’enfant et d’adulte handicapé, ainsi que de l’aide au séjour, restera notre priorité dans ce domaine. Michèle BRAGA Présidente de la Caf des Landes La participation active des personnes handicapées, à tous les âges et dans tous les domaines de la vie, constitue plus que jamais une priorité du gouvernement. Cette volonté d’intégration revêt une importance majeure pour les enfants et les jeunes fragilisés par une maladie ou un handicap. Permettre, dès les premières années, leur accueil dans un cadre éducatif ordinaire, constitue une démarche de mixité et de justice sociale, garantissant un droit fondamental qu’est celui de l’accès de tous à l’ensemble des espaces de vie qui jalonnent la vie d’un enfant. En ce sens, les accueils de loisirs avec ou sans hébergement constituent des espaces privilégiés de rencontre, de découverte, de jeu, de socialisation, de créativité et de partage. Espaces d’apprentissage et d’éducation, ils jouent un rôle fondamental dans la vie d’un enfant, l’accompagnant en dehors de toute dimension de performance ou de résultat, dans le processus de scolarisation et dans le développement de son autonomie. Il est donc naturel de permettre à tout enfant ou jeune, quelles que soient ses singularités, de vivre comme ses pairs, avec et parmi ses pairs.

La cellule départementale landaise pour l’accueil de tous les enfants constitue un témoignage fort de cette démarche d’éducation partagée. Christophe DEBOVE Directeur départemental de la cohésion sociale et de la protection des populations des Landes Il est fondamental de permettre à chaque enfant, quel que soit son handicap, d’accéder aux activités de loisirs et de vacances, comme les autres et avec les autres. Depuis sa création, la Maison landaise des personnes handicapées, en lien avec le conseil départemental des Landes, accompagne les enfants en situation de handicap et leurs familles afin qu’ils accèdent à leurs droits à la santé, à l’éducation, à la culture, aux loisirs…

Avant-propos

Réussir l'accueil d'enfants en situation de handicap

Cette volonté de permettre à tous de vivre ensemble et de faire monde commun est partagée par les pouvoirs publics, les associations, les organisateurs d’accueils collectifs de mineurs. Elle nécessite pour sa mise en œuvre un partenariat solide capable de partager des valeurs, établir des objectifs, communs, mutualiser des outils, s’entendre et dialoguer pour placer l’enfant au centre d’une démarche de coéducation.

7


La mobilisation commune des partenaires (Caf, DDCSPP, conseil départemental, MLPH, JPA, FCPE, Éducation nationale…) à la rédaction de ce guide est le gage de cette volonté d’inclusion des enfants en situation de handicap. J’espère ainsi que vous trouverez dans ce guide les réponses qui permettront d’offrir à l’ensemble des enfants fréquentant les structures d’accueils collectifs les valeurs qui nous réunissent pour une société de partage et d’épanouissement pour tous.

Réussir l'accueil d'enfants en situation de handicap

Xavier FORTINON Président de la Maison landaise des personnes handicapées

8

Avant-propos


Préface D’idée en expérience En même temps qu’elle consacre le principe d’une école inclusive, marquant ainsi une évolution essentielle des conceptions du handicap et des réponses à lui apporter, la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République du 8 juillet 20131 fait du projet éducatif territorial (PEDT) une composante à part entière du paysage éducatif. Par-delà une organisation renouvelée du temps scolaire, elle propose une matrice basée sur le développement intégral de l’enfant, à l’appui de la mobilisation de l’ensemble des acteurs de la communauté éducative : de l’école jusqu’aux temps périscolaires et extrascolaires, assurés par les collectivités territoriales. Ce que confirme, deux ans plus tard, la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : « L’enfant doit être aujourd’hui accompagné sur ses différents temps, avant, pendant, après l’école (…) Il s’agit à la fois de lui faire acquérir des compétences fondamentales, mais aussi de l’aider à se développer personnellement, socialement, culturellement. Et pour remplir ce rôle-là, nous avons besoin de l’école, mais aussi des collectivités locales, des associations d’éducation populaire qui l’entourent, des entreprises même. »2 La démarche engagée procède, d’une part, d’un modèle politique d’éducation, d’un récit qui décrit les fins de l’école ; et, d’autre part, d’une forme qui lui est liée, c’est-à-dire d’un cadre administratif et juridique fondé sur la cohérence, la complémentarité, la continuité des temps scolaires et périscolaires, comme le veut le Code de l’éducation : « Des activités périscolaires prolongent le service public de l’éducation et, en complémentarité avec lui, peuvent être organisées dans le cadre d’un projet éducatif territorial (…) Celui-ci vise notamment à favoriser, pendant le temps libre des élèves, leur égal accès aux pratiques et activités culturelles et sportives et aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. Les établissements scolaires veillent, dans l’organisation des activités périscolaires à caractère facultatif, à ce que les ressources des familles ne constituent pas un facteur discriminant entre les élèves. »3 En dépit des affinités électives entre l’Éducation nationale et le champ des loisirs éducatifs, la gageure est de taille. Aussi, malgré l’arsenal législatif et réglementaire déployé, est-il légitime de s’interroger sur la réalité de cette ambition lorsque s’y superposent la question du handicap et la visée inclusive.

La mise en accessibilité des activités périscolaires est un gage de la réussite éducative de tous les enfants. Cependant, cet objectif n’est pas un viatique, un secours, mais bien une propédeutique, un apprentissage préparatoire, qui donne chair à l’ambition d’une pleine réalisation pour chacun d’eux. Ce projet d’éducation place, au cœur de l’ensemble des temps d’un enfant, « la capacité à imaginer l’effet que cela fait d’être à la place d’un autre, à interpréter intelligemment l’histoire de l’autre, à comprendre les émotions, les souhaits et les désirs qu’il peut avoir (…) ; la capacité à voir le monde avec les yeux d’autrui »4, selon les mots de Martha Nussbaum, dont l’œuvre est consacrée à la lutte contre les inégalités et à l’édification d’une démocratie plus aboutie. Immense défi. Car, si le principe d’une école inclusive représente en soi une réelle avancée, la scolarisation, qui semble désormais admise comme un droit commun, continue de buter contre la prégnance de la norme, dont

1. Loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République, JORF n° 0157 du 9 juillet 2013. 2. Propos de Najat Vallaud-Belkacem en date du 13 février 2015. 3. Article L.551-1 du Code de l’éducation. 4. Martha Nussbaum, Les émotions démocratiques. Comment former le citoyen du XXIe siècle, Climats, 2011, p. 121-122.

Préface

Réussir l'accueil d'enfants en situation de handicap

Cet ouvrage, que j’ai grand plaisir à préfacer, constitue une réponse à cet enjeu. À partir d’une expérience de terrain, éprouvée dès la mise en œuvre de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, il promeut une démarche permettant de donner corps, sur les temps et les espaces éducatifs des territoires, à l’ambition, non pas d’une école, mais d’une éducation inclusive. Au travers des principes mis en œuvre dans leur dimension politique – au sens premier du terme – et de l’engagement des institutions ou des associations, on mesure le sens profond d’une société inclusive : une société sans privilèges, exclusivités et exclusions, sans hiérarchisation des vies, qui fait une priorité de l’émancipation de chacun de ses membres.

9


on fait un absolu, oubliant qu’elle est culturellement construite. Le récit de la réussite éducative n’est guère délié de la carrière scolaire, comme il se devrait afin de recentrer les relations entre les enfants sur l’attention éthique, en lieu et place de la compétition interpersonnelle. L’éducation ne saurait se concevoir exclusivement selon les besoins d’une économie de marché, aux orientations éloignées d’une optique inclusive, où la performance prime l’émancipation, la sélection et la concurrence sur les collaborations créatives. Parce que le handicap, expression d’une fragilité humaine partagée, reste communément perçu comme une charge sociale, nous voilà obligés de légiférer pour éduquer, instruire, « faire place », respecter les droits inaliénables des personnes concernées. Nous voilà contraints de décréter des lois, des règlements, pour empêcher de les reléguer, de les exclure du patrimoine matériel ou immatériel de nos territoires. Tout enfant, en situation de handicap ou non, a droit au meilleur parcours éducatif. Telle est la règle : que tout ce qu’il peut réaliser soit réalisé, en valorisant ses ressources et en lui offrant les appuis nécessaires. Nul ne peut être privé de ce droit, qui appartient à tous et doit pouvoir s’exercer pour chacun. Quand cessera-t-on de penser que l’on peut faire advenir une société inclusive sans transformer cette idée en expérience à faire vivre aux enfants ? Comment y arriver sans le concours d’adultes déterminés à agir sur le contexte éducatif qui les façonne, très tôt, de manière décisive ?

Réussir l'accueil d'enfants en situation de handicap

Charles Gardou Anthropologue, professeur à l’université Lumière Lyon 2 Auteur de La société inclusive, parlons-en ! Il n’y a pas de vie minuscule (Érès, 2012)

10

Préface


Introduction La jeunesse au plein air, du comité départemental des Landes à la mission « loisirs pour tous » Depuis leur création, les comités départementaux de la Jeunesse au plein air militent pour le départ de tous les enfants en vacances en soutenant financièrement leur départ. Ils assurent également une activité de veille et d’information sur le secteur des vacances et des loisirs des enfants et des jeunes. Enfin, ils agissent auprès des pouvoirs publics pour que les accueils collectifs de mineurs, colonies de vacances et centres de loisirs soient reconnus comme des temps éducatifs complémentaires à ceux de l’école et des familles. Le comité des Landes participe à cette mission et il rappelle également que ses actions ont également pour but de faire vivre les valeurs de laïcité, de solidarité et de citoyenneté. Le soutien financier du comité landais n’est plus son activité principale car l’appel à dons de la campagne annuelle de solidarité ne le permet plus, et par ailleurs, les aides importantes des organismes financeurs (conseil départemental, Caf, MSA) représentent un soutien essentiel pour les familles. Lutter contre les inégalités est un enjeu majeur et le comité landais s’est mobilisé pour un meilleur accueil des jeunes en situation de handicap au sein des accueils collectifs de mineurs, pour faire reconnaître et accompagner l’égal accès de tous aux vacances et aux loisirs non spécialisés. À qui s’adresse ce livre ? Ce document est le témoignage d’une démarche originale, d’une rencontre volontaire interinstitutionnelle et interassociative. Il a vocation à partager des réussites, à parler des blocages, à soumettre des démarches des « bonnes pratiques » et à analyser les situations à améliorer. Les responsables et animateurs des structures organisatrices y trouveront intérêt et un appui dans leur pratique professionnelle. Nous avons l’espoir qu’il serve et alimente leurs ambitions éducatives. Les maires et présidents d’intercommunalités, les parents et leurs associations comprendront qu’ils ont un rôle d’acteurs indispensables. Ce recueil en forme de « guide » porte l’espoir des progrès en cours sur les territoires (les PedT en sont garants) pour que les différentes logiques éducatives coopèrent afin que la complémentarité des temps éducatifs devienne la pratique commune.

Favoriser dès les premières années l’accueil dans un cadre éducatif ordinaire concourt à une pleine mixité sociale, à une vie ouverte sur les autres. Tolérance, respect des autres dans leurs différences, solidarité. C’est cette ambition et ces valeurs que vous retrouverez mises en vie dans les pages qui suivent.

Introduction

Réussir l'accueil d'enfants en situation de handicap

La JPA est le lieu qui met l’éclairage sur ces dispositifs, elle les recueille et les valorise, mais elle n’oublie pas de remettre les réussites au bon endroit : la rencontre des institutions, des acteurs de l’éducation populaire et de l’intervention sociale qui enrichissent les travaux de la cellule technique et créent des références qui sont reconnues. Dans une rencontre volontaire.

11


Réussir l'accueil d'enfants en situation de handicap

Partie 1 Du cadre de la loi à un dispositif local innovant et impliqué

Partie 1

13


Chapitre I Les premières mobilisations locales En 2001, le ministère de la Jeunesse et des Sports élabore des recommandations portant sur l’accueil des enfants atteints de troubles de la santé ou de handicap en accueils de loisirs et séjours de vacances. Le but est d’aider et de sensibiliser les organisateurs de ces accueils en préconisant des démarches de préparation avant, pendant et après les accueils. Le ministère édite aussi un guide de sensibilisation à ces accueils dans le cadre des formations Bafa et BAFD. En 2004, dans les Landes, un groupe de travail constitué des représentants de la DDASS, de l’inspection académique, de la DDJS, des Francas des Landes et des Pupilles de l’enseignement public se questionne sur les moyens à mettre en œuvre dans le département pour favoriser, soutenir et améliorer l’accueil des enfants en situation de handicap dans les structures collectives de loisirs avec ou sans hébergement. L’année suivante, la loi du 11 février 2005 promeut l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Elle garantit à l’enfant en situation de handicap le principe d’accessibilité à l’ensemble des lieux d’accueil collectif comme étant un droit fondamental. En 2006, dans le prolongement de la loi, ce groupe se constitue en cellule technique départementale. Son action s’inscrit dans l’esprit de la charte de déontologie pour l’accueil des personnes handicapées dans les structures de loisirs et de vacances non spécialisées (24 juillet 1997), dont le secrétariat est assuré par la JPA nationale, et sur l’article 31 de la Convention internationale des droits de l’enfant. Deux enquêtes sont alors diligentées, l’une en direction des organisateurs d’accueils collectifs de mineurs non spécialisés et l’autre en direction des familles d’enfants en situation de handicap. Le but est alors de mieux connaître les conditions d’accueil de ces enfants, les pratiques éducatives, les freins et de repérer les éventuels difficultés, besoins et attentes des structures d’accueil et des familles. Côté animateurs, l’accueil d’enfants en situation de handicap est perçu par les équipes comme une opportunité d’interroger et mettre à plat les projets éducatif et pédagogique et une ouverture sur la différence et la tolérance, tant auprès des enfants que des parents. Les parents, eux, expriment leur crainte à confier leur enfant à des professionnels de l’animation qu’ils connaissent mal. Ils redoutent parfois de se voir essuyer un refus quant à l’accueil de leur enfant en milieu ordinaire de loisirs.

Les parents, eux, demandent à être mieux informés des possibilités d’accueil, à être rassurés sur le professionnalisme des équipes d’animation et sur une prise en compte réelle et adaptée du handicap dans le projet d’accueil. En tout état de cause, les deux enquêtes mettent en évidence le besoin d’une prise en compte individuelle des demandes d’accueil avec un accompagnement et des modalités d’accueil envisagés au cas par cas.

Partie 1

Réussir l'accueil d'enfants en situation de handicap

L’analyse de ces enquêtes met clairement en évidence des besoins tant du côté des professionnels de l’animation que de celui des familles. Les équipes éducatives sont demandeuses d’informations et de formations leur permettant de mieux accueillir les enfants. Elles souhaitent approfondir leurs connaissances du handicap, des dispositifs de soins, des autres structures d’accueil collectif, spécialisées. Elles expriment leur besoin de développer la collaboration et le dialogue avec les familles, les établissements scolaires, les établissements de soins, de renforcer l’encadrement, de mutualiser des outils ou des ressources pédagogiques. Enfin, elles sollicitent une aide à la réflexion pour inscrire l’accueil de l’enfant en situation de handicap dans leur projet pédagogique et l’adapter (préparation de l’accueil, aménagement de l’organisation, adaptation des locaux, du matériel…).

15


Chapitre II Un partenariat qui s’élargit et se renforce Pour développer des actions qui répondent aux besoins repérés, la cellule, qui n’a pas de statut juridique, organise des temps de rencontre et d’échange en direction des équipes d’animation, des AVS, des établissements de soins, des représentants des familles en vue de favoriser les échanges de pratiques et la coopération entre les acteurs des différents temps de l’enfant : école, famille, loisir, et un quatrième temps, celui du soin. À la suite de ces rencontres et des demandes apparues, la cellule constitue des malles pédagogiques de livres, de jeux à l’intention des enfants. Très vite, apparaît le besoin de sensibiliser les élus à la loi 2005, de renforcer les équipes d’animation pour développer les accueils et en améliorer la qualité, d’informer l’ensemble des acteurs qui gravitent autour de la question du handicap de l’enfant ou du jeune, d’engager une coopération départementale institutionnelle et associative pour porter une parole cohérente et apporter une légitimité à l’action engagée dans le département des Landes. En 2008, la Jeunesse au plein air, qui rassemble les fédérations de jeunesse et d’éducation populaire participant à la dynamique enclenchée, accepte de piloter le dispositif d’accès aux loisirs pour tous. Forte de son expérience de terrain et des rencontres diversifiées avec les acteurs départementaux et locaux, la « cellule » élabore progressivement une réponse commune avec des postures et des modalités d’accueil finement construites qui sera portée collectivement dans le département de manière à véhiculer une parole partagée. Elle incite à une préparation en amont des accueils réunissant l’ensemble des acteurs qui gravitent autour de l’enfant ou du jeune dans ses différents temps de vie, à commencer bien sûr par ses parents. Ils constituent les premiers interlocuteurs et rien ne peut être fait sans qu’ils soient associés aux démarches et choix qui leur sont proposés. Y compris en termes d’échange d’informations, les parents décident à qui ils souhaitent que les informations relatives à leur enfant soient adressées. Progressivement, la cellule affine ses outils méthodologiques et dessine les contours d’une démarche. Elle constitue des grilles de lecture et d’évaluation des projets afin de soutenir les équipes d’animation dans leur volonté d’offrir à l’enfant un cadre d’accueil sécurisant qui garantit son épanouissement et offre un espace de qualité éducative pour tous. Les sollicitations de la cellule sont de plus en plus nombreuses. Aussi, afin de clarifier le cadre de son intervention, son règlement intérieur inscrit la nécessité pour bénéficier des aides de déclarer l’accueil auprès de la DDCSPP et de n’intervenir financièrement que lorsque l’enfant bénéficie d’une allocation d’éducation à l’enfant handicapé (AEEH). Pour diversifier ces aides, les Chèques-Vacances de la JPA sont aussi mobilisés.

Réussir l'accueil d'enfants en situation de handicap

En 2011, la signature d’une convention de partenariat et de cofinancement entre la Caf et le comité départemental de la JPA s’appuie sur la volonté des partenaires que sont le conseil départemental des Landes, la DDCSPP, la DSDEN, la JPA, pour promouvoir la mise en place de la cellule technique départementale. La MDPH, la Caf et la MSA sont associées à ce partenariat en faveur de l’accueil des enfants et des jeunes en situation de handicap dans les accueils de loisirs collectifs et séjours de vacances ordinaires.

16

En 2011 et avec la signature de cette convention, une fonction de chargé de mission « accès aux loisirs pour tous » salarié du comité JPA est créée. Le chargé a pour mission de mettre en œuvre et d’animer les orientations arrêtées par les différents partenaires. Son rôle est très précisément décliné dans la convention et consiste à : - favoriser l’accès aux mineurs dans les ALSH et séjours de vacances en mobilisant les organisateurs afin qu’ils s’engagent à accueillir des enfants bénéficiaires de l’AEEH ; - accompagner les responsables et directeurs d’accueils via la mise en œuvre d’un centre de ressources, la mise à disposition de jeux et livres, l’organisation de journées de formation ; - assurer l’accueil et l’orientation des familles d’enfants bénéficiaires de l’AEEH en complémentarité avec les services assurés par la MDPH. Des liens sont assurés également avec l’ensemble des institutions engagées dans le parcours de vie des enfants et des jeunes en situation de handicap ainsi qu’avec les réseaux d’information des familles ; - participer aux actions de formation habilitées et continues avec les organismes de formation de la JPA (Bafa, BAFD, BPJEPS…) ; - contribuer et favoriser de bonnes pratiques. La convention prévoit une gouvernance du dispositif avec un comité de pilotage chargé de l’élaboration et de l’évaluation du dispositif qui détermine en particulier des règles d’arbitrage et de décision afin de préserver le partenariat. La cellule technique départementale constitue dans ce cadre ainsi établi un groupe mixte de professionnels représentants du Copil, des associations éducatives réunies au sein de la JPA. Partie 1

Reussir l accueil d enfants en situation de handicap methodologie pour les accueils collectifs de mi  
Reussir l accueil d enfants en situation de handicap methodologie pour les accueils collectifs de mi