Page 1

L'aménagement des rythmes scolaires

L'aménagement des rythmes scolaires Outils pratiques et retours d'expérience

Cet ouvrage propose les outils pratiques de la mise en œuvre d’activités d’éveil, sportives ou culturelles, pour donner à chaque enfant la chance de pratiquer des disciplines vers lesquelles il ne serait pas allé faute de temps, de moyens ou d’envie. Cette édition met particulièrement l’accent sur les soutiens divers qui peuvent venir encourager les projets des collectivités locales. Pour développer un maximum de contacts, les coordonnées des partenaires ont été complétées de liens vers des sites Internet de référence. Communes rurales et grandes villes trouveront dans ce Dossier d’experts les éléments nécessaires au développement de leur politique scolaire.

Nathalie Blot a été en 1997 chargée de la mise en œuvre de la politique des ARS (aménagement des rythmes scolaires) sur un des sites pilotes du dispositif. Elle est aujourd’hui directrice générale adjointe dans une communauté de communes semi-urbaine qui regroupe 33 communes et plus de 25 000 habitants.

d’EXPERTS

L'aménagement des rythmes scolaires : outils pratiques et retours d'expérience

À la rentrée 2017, l’aménagement des rythmes scolaires est redevenu un choix des écoles et non plus une obligation. Il demeure néanmoins l’un des éléments moteurs de l’action éducative des communes et de leurs groupements.

Outils pratiques et retours d'expérience

d’EXPERTS

Nathalie Blot [Dessin Une : Patrick Lestienne] www.territorial-editions.fr ISSN : 1623-8869 – ISBN: 978-2-8186-1387-0


L'aménagement des rythmes scolaires Outils pratiques et retours d'expérience Nathalie Blot Attachée territoriale

CS 40215 - 38516 Voiron Cedex Tél. : 04 76 65 87 17 - Fax : 04 76 05 01 63 Retrouvez tous nos ouvrages sur www.territorial-editions.fr

d’EXPERTS

Référence DE 569 Février 2018


Vous souhaitez être informé de la prochaine actualisation de cet ouvrage ?

C’est simple ! Il vous suffit d’envoyer un mail nous le demandant à : jessica.ott@territorial.fr Au moment de la sortie de la nouvelle édition de l’ouvrage, nous vous ferons une offre commerciale préférentielle.

Avertissement de l’éditeur : La lecture de cet ouvrage ne peut en aucun cas dispenser le lecteur de recourir à un professionnel du droit.

Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement la présente publication sans autorisation du Centre Français d’exploitation du droit de Copie. CFC 20 rue des Grands-Augustins 75006 Paris. Tél. : 01 44 07 47 70

© Territorial, Voiron ISBN : 978-2-8186-1387-0 ISBN version numérique : 978-2-8186-1388-7 Imprimé par Reprotechnic, à Bourgoin Jallieu (38) - Mars 2018 Dépôt légal à parution


Sommaire Introduction Historique et évolution des activités périscolaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.7

Partie 1 L’importance des projets d’aménagement des rythmes scolaires Chapitres I Les impacts territoriaux et éducatifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 A - Sur le plan géographique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 1. Les zones rurales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.11

2. Les villes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.11

B - Sur le plan scolaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 1. Les écoles maternelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.11

2. Les écoles primaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.12

3. les écoles privées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.12

Chapitre II La nécessité de repenser l’organisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.13 A - Modification de l’emploi du temps. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.13 1. Des journées allégées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.13

2. Le nombre d’heures d’enseignement hebdomadaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.14

3. Temps périscolaire et temps extrascolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.14

4. Les temps de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.14

B - Modification de l’organisation de la semaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.15 1. Le projet d’organisation de la semaine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.15

2. Le cadre général. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.17

3. Les dérogations possibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.17

C - Modification des habitudes : la distinction enseignant/intervenant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.19

Chapitre III L’implication des partenaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.23 1. Le ministère de l’Éducation nationale, l’inspection académique et l’inspection de l’Éducation nationale . . . . . . . . . . . . . .

p.23

2. La direction départementale de la cohésion sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.24

3. Le groupe d’appui départemental. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.24

4. La caisse d’allocations familiales (Caf) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.24

5. Les autres collectivités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.24

B - Les partenaires locaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.26 1. Les associations et les clubs (sportifs ou culturels). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.26

2. La caisse des écoles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.26

3. Le coordonnateur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.26

Sommaire

L'aménagement des rythmes scolaires

A - Les partenaires institutionnels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.23

3


Chapitre IV Le coût du dispositif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.28 A - Les limites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.28 1. Le budget . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.28

2. Les subventions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.28

3. Le coût par enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.28

B - Le respect de ces limites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.29

Chapitre V Les objectifs et les enjeux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.30 Chapitre VI Les nouveautés introduites par la réforme de 2013 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.31 A - Le projet éducatif local (PEDT) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.31 1. Les objectifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.31

2. Le partenariat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.31

3. Les préalables. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.32

5. La mise en œuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.32

6. Le comité de suivi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.34

B - Les activités pédagogiques complémentaires (APC). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.35 1. Quel objet ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.35

2. Quels élèves sont concernés ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.35

3. Qui assure ces activités ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.35

4. Quelles démarches ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.36

5. Quel contenu ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.36

6. Qui finance ces activités ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.36

Partie 2 La mise en œuvre des projets d’aménagement des rythmes scolaires Chapitre I Le choix des activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.39 A - Les trois domaines concernés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.40 1. Le domaine sportif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.40

2. Le domaine de l’éveil et de la technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.41

3. Le domaine culturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.41

L'aménagement des rythmes scolaires

B - Les contraintes et les avantages des principales activités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.41

4

1. Sport. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.42

2. Technique et éveil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.46

3. Culture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.47

Chapitre II La recherche d’intervenants compétents. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.49 A - La recherche d’intervenants au niveau local . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.51 1. L’accueil de loisirs sans hébergement (ALSH) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.51

2. Les parents et les retraités (ou la question du bénévolat). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.51

3. Les clubs et les associations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.52

Sommaire


4. Les bibliothèques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.52

5. Les emplois d’avenir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.52

B - La recherche d’intervenants au niveau départemental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.53 C - La recherche d’intervenants au niveau régional . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.57 D – La recherche d’intervenants au niveau national. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.58

Chapitre III La mise à disposition de locaux et de matériels adaptés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.60 A - Locaux : les diverses contraintes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.60 B - Matériel : les normes à respecter. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.61 1. Les normes françaises. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.61

2. Les normes européennes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.62

Chapitre IV L’élaboration du budget . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.63 A - Les variables. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.63 B - Les ressources possibles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.64 1. La direction régionale des affaires culturelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.64

2. Les caisses d’allocations familiales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.64

3. Les autres financeurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.64

4. La ville (ou l’établissement public concerné). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.65

Chapitre V Le suivi des activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.66 A - Le comité de pilotage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.66 1. Sa composition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.66

2. Son rôle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.67

B - L’évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.67 1. Les formes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.68

2. La périodicité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.70

3. Les acteurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.70

Chapitre VI Les modalités d’accueil périscolaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.72 A - Accueil dans le cadre d’un ALSH

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.72

1. Qu’est-ce qu’un accueil de loisirs sans hébergement ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.72

2. Quelles formalités ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.72

3. Quel est le taux d’encadrement ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.73

4. Quelle qualification pour les intervenants ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.73

Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.77

Sommaire

L'aménagement des rythmes scolaires

B - Accueil dans un cadre autre que le ALSH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.76

5


Annexes Annexe I Liste des organismes agréés ou partenaires de l’État. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.81 Annexe II Liste des associations du réseau Profession Sport & Loisirs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.84 Annexe III Modèle de contrat de travail à temps partiel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.90 Annexe IV Modèle de contrat de travail à durée déterminée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.91 Annexe V Modèle de contrat de travail à durée déterminée d’un technicien saisonnier . . . . . . . . . . . . . . . . . p.92 Annexe VI Convention de mise à disposition (association Profession sport & loisirs) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.94 Annexe VII Contrat de travail (association Profession sport & loisirs). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.96 Annexe VIII Les textes de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.98 Annexe IX Circulaire nº 2013-036 du 20 mars 2013. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.100

Index des abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.105

L'aménagement des rythmes scolaires

Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.107

6

Sommaire


Introduction L’aménagement des rythmes scolaires (ARS) peut être appréhendé sous différents angles. Ainsi, si certains y voient un moyen d’intégration dans la société par le biais d’activités sportives ou culturelles, d’autres insistent sur l’amélioration de l’accès au savoir et à la découverte.   Ces opportunités offertes aux jeunes transforment l’école en un lieu où il fait bon vivre grâce à toutes les valeurs que peuvent véhiculer les activités proposées : esprit de rencontre, de citoyenneté, de découverte et de connaissance, moments de responsabilité, de réflexion et d’action.   L’appellation « aménagement des rythmes scolaires » (ARS) est réservée aux projets modifiant l’emploi du temps hebdomadaire des élèves par l’introduction de plages d’activités périscolaires (éducatives, artistiques ou culturelles) en application de la circulaire du 31 octobre 1995 portant sur l’aménagement des rythmes de vie de l’enfant et du jeune (BO n° 42 du 16 novembre 1995).   Historique   Cette idée de modifier en profondeur l’école et ses rythmes, depuis si longtemps annoncée, a enfin pris un véritable départ, chaque partenaire se donnant les moyens de mener à bien ce qui n’était jusqu’alors qu’une expérience.   Une expérience qui s’est d’abord manifestée sous la forme des Contrats bleus puis des Cate (Contrats d’aménagement du temps de l’enfant).   Dans le cadre de ces activités Cate, les enseignants, les parents et d’autres intervenants bénévoles étaient mis à contribution pour faire partager aux enfants leur expérience professionnelle (artisanat, cuisine, dessin…) ou le fruit de leur passion (football, pêche…). En fonction des disponibilités de chacun, les activités avaient lieu le mercredi matin, pendant la période de midi, ou bien encore le soir après la classe.   Cette répartition du temps scolaire et périscolaire a été revue lors de l’élaboration des programmes Arvej (aménagement des rythmes de vie de l’enfant et du jeune) qui ont vu le jour en septembre 1996, date à laquelle ont été créés les premiers sites pilotes.   Évolution   Basée sur le principe du volontariat, la mise en place de l’aménagement des rythmes scolaires a concerné lors de la première année 170 sites, soit 791 établissements scolaires. Ils ont été rejoints à la rentrée 1997-1998 par 50 autres villes qui ont elles aussi souhaité tenter l’expérience.   Les contrats Arvej avaient pour objectifs fondamentaux le respect de la vie des enfants et des jeunes, leur développement harmonieux, leur réussite scolaire, leur participation à la vie de la cité.   Dans les faits, le dispositif Arvej a favorisé l’émergence d’une grande variété de formes d’aménagement en articulant temps scolaire, périscolaire et extrascolaire.   Suite à deux rapports publiés en 1998 et 1999, cette expérimentation s’est révélée difficilement généralisable, principalement pour des raisons budgétaires. En 1998, s’appuyant sur ces expériences, les ministères de l’Éducation nationale, de la Culture, de la Jeunesse, des Sports et de la Ville ont créé les contrats éducatifs locaux. Les contrats Arvej ont été peu à peu remplacés par les contrats éducatifs locaux (CEL), qui continuent leur œuvre : il s’agit dans les deux dispositifs d’enrichir le temps de l’enfant au moyen d’activités éducatives supplémentaires. Dans l’un et l’autre cas, les partenaires éducatifs sont appelés à travailler ensemble, l’État coopérant étroitement, les communes étant la cheville ouvrière des projets.  

Introduction

L'aménagement des rythmes scolaires

Historique et évolution des activités périscolaires

7


L'aménagement des rythmes scolaires

Le CEL clarifie certains aspects, réoriente l’esprit des projets, et offre surtout un cadre permettant de les introduire en zone défavorisée notamment. D’impulsion communale, aucun projet n’a pu voir le jour sans un partenariat étroit mené entre les parents d’élèves, les associations, les enseignants, les structures locales et les collectivités territoriales. Le débat systématique autour de thèmes comme le choix des activités ou l’organisation de l’emploi du temps s’est avéré précieux pour offrir au projet de solides bases à la convenance de tous.   Cette réforme des rythmes de l’enfant s’est donc manifestée sous de multiples formes, chaque site pilote adaptant ses activités et leur répartition selon les disponibilités de personnels, de locaux et de crédits.   Par ailleurs, la chronobiologie se met en quête de nouveaux rythmes à promouvoir pour remplacer ceux qui, en l’état actuel des choses, ne sont pas adaptés aux besoins réels de l’enfant. En organisant une refonte du système en adéquation avec ces besoins, il sera possible d’apporter les solutions aux questions que soulève actuellement l’école : quel tableau dresser aujourd’hui de l’éducation en France ? Doit-on s’inspirer de nos voisins européens ? Quelle place peuvent tenir les collectivités locales ? Qui seront les destinataires de ces initiatives ?   C’est dans ce contexte que chacun s’emploie à déterminer la place de l’enfant. Avec la réforme de 2013, c’est une nouvelle page qui s’écrit, l’innovation majeure résidant dans la généralisation du concept.   À la rentrée 2013, 4 000 communes se sont engagées dans le nouveau dispositif. Cela représente : - un écolier sur 4 ; - 1,3 million d’élèves ; - 22,2 % des élèves de l’enseignement public.   Selon l’Association des maires de France, 83 % de ces communes se disent satisfaites de la mise en œuvre de cette réforme, car les activités rencontrent un vif succès. Néanmoins, les difficultés de financement, de recrutement et de locaux sont clairement exprimées.   À la rentrée 2014, l’aménagement des rythmes scolaires n’est plus l’exception, mais devient la règle. Pendant deux ans, toutes les écoles de France vont vivre au rythme des temps d’activités périscolaires, jusqu’à ce que le décret n° 2017-1108 du 27 juin 2017, dit « décret Blanquer », ne vienne donner aux communes la possibilité de revenir à la semaine de quatre jours.   Il convient donc de souligner l’importance prise par l’aménagement des rythmes scolaires et de préciser selon quelles modalités les mettre en œuvre, en gardant à l’esprit les nécessaires ajustements qui s’imposeront au législateur.  

8

Introduction


Partie 1 L’importance des projets d’aménagement des rythmes scolaires

L'aménagement des rythmes scolaires

   

Partie 1

9


Chapitres I Les impacts territoriaux et éducatifs

A - Sur le plan géographique Il faut d’abord prendre en compte des particularités locales, à commencer par la distinction villes/zones rurales. Les situations sont très variées selon que l’on se trouve à la ville ou à la campagne.  

1. Les zones rurales Ainsi, dans les zones rurales, l’aménagement des rythmes scolaires aura surtout pour but d’offrir aux jeunes la pratique d’activités qui ne sont pas proposées dans les proches alentours. Car, s’il existe ici ou là quelques clubs sportifs, les associations culturelles ou les centres d’animation sont bien souvent absents. Faute d’énergies et de volontés suffisantes ou de moyens conséquents, ces lieux de rencontre et de découverte ne trouvent plus leur place dans les campagnes. L’ouverture sur l’art, par exemple, dans le sens le plus général du terme (art plastique, art musical…) s’en trouve donc freinée.   Face à cela, l’aménagement des rythmes scolaires se veut facteur de désenclavement pour permettre aux élèves des écoles de campagne de bénéficier de conditions d’accueil et d’épanouissement telles qu’ils n’aient rien à envier à leurs camarades de la ville.   Les groupements de communes peuvent trouver là le moyen de se forger une identité. En effet, en zone rurale, les structures intercommunales sont devenues des acteurs privilégiés pour proposer aux jeunes des activités et donner ainsi attrait et dynamisme à leur territoire.  

2. Les villes En ville, les opportunités sont plus larges, mais des problèmes sont tout de même soulevés face aux difficultés sociales rencontrées dans certains quartiers. Ce type d’organisation leur est particulièrement adapté.   En effet, dans le but, notamment, de lutter contre l’échec scolaire, des projets éducatifs ont été mis en place. Ils s’inscrivent hors temps scolaire et, traités de manière concertée et cohérente, ils permettent aux élèves de trouver leur équilibre face à la découverte de structures autres que l’école, mais tout aussi éducatives.   Qui sont les pionniers de 2013 ? 4 000 communes ou EPCI dont : - 32 villes de plus de 50 000 habitants ; - 2 950 communes de moins de 2 000 habitants. Source : AMF

B - Sur le plan scolaire Toutes les écoles maternelles et primaires peuvent s’engager dans l’aménagement des rythmes scolaires.  

1. Les écoles maternelles Pour les plus petits, la question est délicate puisque les activités organisées pendant le temps scolaire sont fortement orientées vers le dessin, la musique et l’activité sportive.

Partie 1

L'aménagement des rythmes scolaires

11


Il est donc difficile d’apporter un plus au travail des enseignants sans que cela se fasse à leur détriment et à celui de l’éveil de l’enfant. Qu’ont fait les pionniers de 2013 ? 91 % des communes proposent des activités périscolaires aux élèves de maternelle. 13 % des communes ne les proposent qu’aux élèves de grande section. Deux difficultés majeures sont soulignées : - proposer des activités différentes de ce qui est fait pendant le temps scolaire ; - intégrer les nouveaux rythmes dans les demi-journées des classes de maternelle. Source : AMF

En tirant profit de l’expérience des écoles qui ont adopté les nouveaux rythmes à la rentrée 2013, le ministère de l’Éducation nationale a formulé des recommandations destinées à faciliter l’application de la réforme dans les écoles maternelles : 1. Alterner temps d’activités et de repos. 2. Proposer la sieste dès la fin du repas sans attendre que la pause méridienne soit terminée. 3. Matérialiser les différents espaces au moyen de repères pour que l’enfant distingue ce qui relève du cadre de l’enseignement et ce qui s’inscrit dans le schéma périscolaire. 4. Présenter aux enfants et aux parents les personnes qui interviennent, leur rôle et leurs fonctions. 5. Veiller à ce que les enseignants et les ATSEM assurent la transition entre le temps scolaire et le temps périscolaire. 6. Éviter un trop-plein d’activités qui pourraient produire le contraire de l’effet recherché et générer trop de fatigue.   http://www.education.gouv.fr/cid76004/nouveaux-rythmes-scolaires-les-bonnes-pratiques-enmaternelle.html

2. Les écoles primaires C’est lors de ces années charnières que l’enfant va développer des goûts et des capacités pour certains domaines, scolaires ou non. Le familiariser avec un large éventail d’activités n’en est donc que mieux pour les orientations futures qu’il aura à prendre.  

3. les écoles privées

L'aménagement des rythmes scolaires

Elles restent libres d’organiser la semaine scolaire et ne sont donc pas contraintes d’appliquer la règle des neuf demi-journées de classe.    

12

Partie 1


Chapitre II La nécessité de repenser l’organisation L’attention des enfants est variable au cours de la journée. Les chronobiologistes, qui s’intéressent aux fluctuations de l’écoute et de la vigilance, ont déterminé les plages horaires au cours desquelles les élèves sont plus ou moins attentifs.   Horaires Jusqu’à 9 h 9 h – 11 h 30

Constats Les manques de sommeil d’un jour à l’autre amoindrissent l’attention et la vigilance Moments favorables pour solliciter l’attention et la mémoire

12 h – 14 h

Forte baisse de vigilance

14 h – 16 h

Période qui se prête aux efforts intellectuels et de mémorisation

Les aménagements doivent donc tenir compte de ces remarques pour assurer la qualité recherchée et résorber les déséquilibres constatés, tant sur la journée que sur la semaine ou l’année. Cela permettra de remédier, en partie, au manque de tenue, de respect et d’attention des enfants.   En tenant compte des plages de faible vigilance (début de matinée et début d’après-midi) et des périodes de performance plus élevée (11 h – 12 h et après 14 h), la pause méridienne a donc été élargie. Elle doit durer au minimum 1 heure 30.   Les grands objectifs de la réforme visent donc à : - privilégier les temps d’apprentissage du matin ; - limiter le manque de vigilance et la baisse de motivation de la fin d’après-midi ; - respecter les rythmes biologiques des enfants, notamment leurs besoins de sommeil et les capacités d’attention qui y sont liées ; - démarrer plus tard les cours le matin, pour privilégier un temps de sommeil supplémentaire ; - élargir la pause méridienne pour instaurer des temps calmes, des temps de pause et de relaxation, à l’école ou à la maison ; - développer des activités tant ludiques qu’éducatives, basées sur la coéducation et le lien nécessaire à la cohérence des apprentissages.   

A - Modification de l’emploi du temps   Le décret du 21 janvier 2013 prévoit qu’une journée de classe ne peut excéder 5 heures 30 (3 heures 30 pour une demi-journée). Par ailleurs, il impose que la coupure du midi ne soit pas inférieure à 1 heure 30. En ajoutant 3 heures de classe le mercredi (ou le samedi) matin, les quatre autres demi-journées sont allégées d’au moins 45 minutes. Le temps ainsi dégagé permet d’introduire des activités pédagogiques complémentaires aux heures d’enseignement.   Dans la pratique, les activités périscolaires sur 45 minutes semblent difficiles à mettre en place pour des raisons évidentes d’organisation et en particulier de personnel. Des collectivités réfléchissent donc à diviser les écoles de la commune ou de l’EPCI en deux groupes. Les activités périscolaires seraient proposées au premier groupe les lundis et jeudis, et au second groupe les mardis et vendredis. Cette alternance d’après-midi de cours et d’après-midi libérés rejoint ce qui était pratiqué dans le dispositif Arvej. Une option qui permet de mieux répartir les intervenants embauchés pour l’animation du temps périscolaire.  

Partie 1

L'aménagement des rythmes scolaires

1. Des journées allégées

13


Fiche exemple Schéma d’organisation de la journée : 5 heures maximum d’enseignement (ou 3 heures pour la matinée supplémentaire) 1 heure 30 minimum pour la pause méridienne (pause déjeuner + activités périscolaires) 2 heures d’accompagnement éducatif (sur une journée pleine) Soit une amplitude horaire de 8 heures 30   Schéma d’emploi du temps : Début des cours 9 h Fin des cours du matin 12 h Pause méridienne 12 h – 13 h 30 Reprise des cours 13 h 30 – 15 h 30 Accompagnement éducatif 15 h 30 – 17 h 30

2. Le nombre d’heures d’enseignement hebdomadaire La semaine de l’élève est appelée à être modifiée lors de la mise en place des ARS.   Elle passe alors de 26 à 24 heures hebdomadaires réparties sur 9 demi-journées.   Mais des critères de choix peuvent tout de même être dégagés. Ils s’articulent principalement autour des moyens disponibles, des limites horaires posées par la journée, et de l’avis des parents et des enseignants.   Par conséquent, plusieurs types d’emplois du temps peuvent s’imaginer. En se basant sur une durée d’une ou deux heures, le lundi, mardi, jeudi ou vendredi, les combinaisons sont multiples (cf. fiche pratique nº 2 « Les différents emplois du temps possibles »).  

3. Temps périscolaire et temps extrascolaire Dans la mesure où le temps scolaire est modifié, les temps périscolaire et extrascolaire le sont également.   Le temps périscolaire est celui qui encadre le temps scolaire : le matin avant la classe, le soir après la classe, le midi entre la fin de la matinée de classe et la reprise des cours de l’après-midi.   Le temps extrascolaire est un temps éducatif d’activité ou d’accueil collectif, proposés en dehors des jours d’école : vacances scolaires, samedis, dimanches, jours fériés, mercredis après-midi quand il y a école le matin.  

L'aménagement des rythmes scolaires

4. Les temps de transport

14

Que ce soit en ville ou à la campagne, le transport scolaire modifie la vie quotidienne de l’enfant.   Dans les grandes agglomérations, les lieux d’activités sont à la fois distants les uns des autres et distants de l’école. Beaucoup de structures sportives et culturelles ne sont en effet accessibles que par bus ou par car. Le temps de transport fait donc partie intégrante de l’activité et, s’il est parfois fait appel à des parents bénévoles pour accompagner les groupes, les animateurs prennent souvent en charge les enfants dès leur montée dans le bus. Il est ainsi possible de commencer à aborder l’activité au départ de l’établissement scolaire et de préparer les enfants aux sujets qui seront développés dans l’après-midi.   Dans les campagnes, le temps de transport revêt également toute son importance si l’on en considère les deux aspects principaux.   Le premier concerne le transport traditionnel du matin, du midi et du soir. Les enfants des communes les plus éloignées n’ont plus le temps de rentrer chez eux le midi, et la meilleure solution à proposer aux parents est une restauration sur place, si elle n’existe pas encore.

Partie 1


En second lieu, le transport plus occasionnel n’en est pas moins primordial puisqu’il rend possible la découverte de sites éloignés de l’école ou de structures culturelles, que les enfants n’auraient jamais approchés en d’autres circonstances. Par toutes ces réalités, le transport est un facteur à prendre en compte, sans modération, tant il constitue un lien avec le monde extérieur. Il contribue lui aussi à modifier, en l’améliorant, le rythme traditionnel de vie de l’enfant, et doit à ce titre se voir attribuer une juste part du budget.   Fiche exemple : Retour d’expérience de sites pilotes   Site n° 1 - Classe partagée : 8 à 12 élèves sauf pour les sports collectifs. - 83 activités proposées. - Cycle de 12 séances, soit 24 heures de pratique par activité et par trimestre. -3   activités par semaine et par trimestre. Donc 9 disciplines culturelles et sportives par année scolaire. - Pas de choix de programme pour établir des plannings équilibrés et cohérents, notamment en termes de juste répartition des activités (sportives et culturelles). - Activités organisées sur les lieux habituels de pratique (centres sociaux, centres culturels, gymnases et autres salles spécialisées). Ceci favorise particulièrement l’intégration des enfants dans leur ville.   Site n° 2 - Expérience menée en maternelle : sous-groupes de 8 enfants, accueillis chaque après-midi par un animateur de référence, par ailleurs chargé de développer le maximum de sécurité, physique comme affective, et d’assurer le suivi des enfants. Après l’accueil, et pendant trente minutes ou une heure, les enfants choisissent une activité calme ou une sieste. Puis, suite à ce temps de repos, d’autres activités sont proposées. - Expérience menée en élémentaire : sous-groupes de 12 enfants à qui l’on propose une combinaison d’activités couvrant trois domaines : sport, culture, loisir. L’accueil est également assuré par un intervenant de référence qui prend les enfants en charge. L’activité principale, de 15 heures à 16 heures, est assurée par un animateur du centre ou par un intervenant extérieur.   Site nº 3 - Commencer l’école à 9 h pour terminer à 16 h 30. - Allonger la pause méridienne à 1 h 30 et ainsi reprendre la classe plus tard l’après-midi, afin de se calquer sur les besoins de l’enfant. - Les animateurs du midi restent sur place pour encadrer les activités dès 15 h 30.

B - Modification de l’organisation de la semaine   Le décret n° 2017-1108 du 27 juin 2017 modifie l’article D.521-12 du Code de l’éducation en introduisant deux adaptations qui permettent de revenir à la semaine de quatre jours. L’idée annoncée est de donner aux communes et aux écoles plus de liberté dans l’organisation de la semaine scolaire. Idéalement, le retour à la semaine de quatre jours doit être le fruit d’un consensus entre les élus, l’inspection académique, les écoles, les parents d’élèves et les élèves eux-mêmes.   À la rentrée 2017 : - 45 % des communes sont restées à 9 demi-journées ; -1  1 % ont une organisation dérogatoire, comme la classe le samedi matin au lieu du mercredi matin ; - 35 % sont revenues à la semaine de quatre jours ; - 9 % ont choisi 8 demi-journées réparties sur 5 jours. (Source : Ministère de l’Éducation nationale)   Une évaluation scientifique des différentes modalités d’organisation du temps scolaire est conduite par le ministère de l’Éducation nationale durant l’année scolaire 2017-2018.  

Partie 1

L'aménagement des rythmes scolaires

1. Le projet d’organisation de la semaine

15


Article D. 521-11 du Code de l’éducation « Article D. 521-11.- Le conseil d’école intéressé ou la commune ou l’établissement public de coopération intercommunale intéressé peut transmettre un projet d’organisation de la semaine scolaire au directeur académique des services de l’Éducation nationale, après avis de l’inspecteur de l’Éducation nationale chargé de la circonscription d’enseignement du premier degré. Le directeur académique des services de l’Éducation nationale agissant par délégation du recteur d’académie arrête l’organisation de la semaine scolaire de chaque école du département dont il a la charge, après examen des projets d’organisation qui lui ont été transmis et après avis du maire ou du président de l’établissement public de coopération intercommunal intéressé. Cet avis est réputé acquis en l’absence de notification au directeur académique des services de l’Éducation nationale d’un avis exprès dans un délai de quinze jours à compter de la saisine. »

L'aménagement des rythmes scolaires

Article D.521-12 du Code de l’éducation Modifié par Décret n° 2017-1108 du 27 juin 2017 - art. 1 « I. – Lorsqu’il arrête l’organisation de la semaine scolaire d’une école, le directeur académique des services de l’éducation nationale agissant par délégation du recteur d’académie veille au respect des conditions mentionnées aux articles D.521-10 et D.521-11. Il s’assure de la compatibilité de cette organisation avec l’intérêt du service et, le cas échéant, de sa cohérence avec le projet éducatif territorial mentionné à l’article L.551-1 du code de l’éducation. Il s’assure également que cette organisation ne porte pas atteinte à l’exercice de la liberté de l’instruction religieuse mentionnée au second alinéa de l’article L.141-2. II. – Saisi d’une proposition conjointe d’une commune ou d’un établissement public de coopération intercommunale et d’un ou plusieurs conseils d’école, le directeur académique des services de l’éducation nationale, agissant par délégation du recteur d’académie, peut autoriser des adaptations à l’organisation de la semaine scolaire définie par l’article D.521-10. Ces adaptations peuvent prendre l’une ou l’autre des formes suivantes : 1° Des dérogations aux seules dispositions du deuxième alinéa de l’article D.521-10 lorsque l’organisation proposée présente des garanties pédagogiques suffisantes ; 2° Des dérogations aux dispositions des premier, deuxième et quatrième alinéas de l’article D.521-10, sous réserve qu’elles n’aient pas pour effet de répartir les enseignements sur moins de huit demi-journées par semaine, ni d’organiser les heures d’enseignement sur plus de vingt-quatre heures hebdomadaires, ni sur plus de six heures par jour et trois heures trente par demi-journée, ni de réduire ou d’augmenter sur une année scolaire le nombre d’heures d’enseignement ni de modifier leur répartition. Ces dérogations peuvent s’accompagner d’une adaptation du calendrier scolaire national dans des conditions dérogeant à l’article D.521-2, accordée par le recteur d’académie. Les adaptations prévues au 1° et, lorsqu’elles ont pour effet de répartir les enseignements sur huit demijournées par semaine comprenant au moins cinq matinées ou sur moins de vingt-quatre heures hebdomadaires, les adaptations prévues au 2° sont justifiées par les particularités du projet éducatif territorial. Avant d’accorder les dérogations prévues au 2°, le directeur académique des services de l’éducation nationale s’assure de leur cohérence avec les objectifs poursuivis par le service public de l’éducation et avec le projet d’école, il veille à ce qu’elles tiennent compte des élèves en situation de handicap et, lorsque les adaptations doivent être justifiées par les particularités du projet éducatif territorial, il s’assure de la qualité éducative des activités périscolaires proposées. Il vérifie également que l’organisation envisagée permet de garantir la régularité et la continuité des temps d’apprentissage et qu’elle prend en compte la globalité du temps de l’enfant, particulièrement lorsqu’il est en situation de handicap. Lorsqu’il autorise une adaptation à l’organisation de la semaine scolaire dans les conditions prévues au 1° ou au 2°, le directeur académique des services de l’éducation nationale peut décider qu’elle s’applique dans toutes les écoles de la commune ou de l’établissement public de coopération intercommunale quand une majorité des conseils d’école s’est exprimée en sa faveur. III. – Avant de prendre sa décision, le directeur académique des services de l’éducation nationale consulte, dans les formes prévues par les articles D.213-29 et D.213-30 du code de l’éducation, la collectivité territoriale compétente en matière d’organisation et de financement des transports scolaires ou l’autorité compétente pour l’organisation des transports urbains. La décision d’organisation de la semaine scolaire prise par le directeur académique des services de l’éducation nationale ne peut porter sur une durée supérieure à trois ans. À l’issue de cette période, cette décision peut être renouvelée tous les trois ans après un nouvel examen, en respectant la même procédure. Les décisions prises par le directeur académique des services de l’éducation nationale pour fixer les heures d’entrée et de sortie de chaque école sont annexées au règlement type départemental mentionné à l’article R.411-5, après consultation du conseil départemental de l’éducation nationale. »

16

Partie 1

L amenagement des rythmes scolaires outils pratiques et retours d experience  
L amenagement des rythmes scolaires outils pratiques et retours d experience