Page 1

LE PALLADIUM DU SAINT MONASTÈRE

«La Dame la Faneromeni». L’icône protectrice miraculeuse portable argentée du Saint Monastère de la Vierge Faneromeni, 1874. Première édition française © Saint Métropole d’ Ierapetra et Siteia Textes - Edition: Archimandrite Cyrille Diamantakis, Vicaire Général de la Sainte Métropole d’ Ierapetra et Siteia Traduction en français: Maria Mastoraki Photos: Diacre Amvrosios Skarvelis

Τό παρόν ἔντυπο ἐκδίδεται ἀπό τό Ἐπίσημο Δελτίο τῆς Ἐκκλησίας Κρήτης «Ἀπόστολος Τίτος» καί διατίθεται δωρεάν.

1


MONASTÈRE DE LA SAINTE VIERGE FANEROMENI D’IERAPETRA

PROLOGUE

Dès que le pèlerin entre dans les limites de la Sainte Métropole d’ Ierapetra et Siteia, après le village de Kalo Chorio et avant le site archéologique de la ville minoenne de Gournia, il regarde l’historique et glorieux Saint Monastère de la Sainte Vierge Faneromeni d’ Ierapetra. Niché sur le roc avec l’impressionnante église caverneuse et les caractéristiques forteresses avec les créneaux remarquables, l’ensemble du complexe monastique fait penser à une batterie fortifiée de l’esprit. Les attaques constantes des Sarrasins et d’autres conquérants nous rappellent la défense continue des moines contre les dangers extérieurs. En même temps, cependant, ils confirment qu’ils se battent en permanence, comme gardiens saints de notre foi orthodoxe sans tache, de garder ses remparts, les monastères, vivants. Le moine se bat quotidiennement pour tenir le fort de son âme droite et d’avoir la paix intérieure et l’équilibre afin de diffuser à tous les pèlerins le sens de la présence vivante du Dieu éternel et vrai, de notre Sainte Vierge, des Saints, des Saints-pères et des Ascètes. Le Monastère de la Sainte Vierge Faneromeni a commencé comme un ermitage. «D’innombrables ascètes sont passés par ici. Oh, si seulement vous pouviez les voir!» comme Porphyrios le feu Ancien de Kafsokalyvia, qui s’est endormi en 1991, avait l’habitude de dire. Ceci est confirmé par l’église caverneuse du Monastère, mais aussi par les nombreuses grottes qui existent dans la région environnante, où les saints 2


et les ascètes vivaient dans le jeûne, les veilles et la prière et nous ont laissé la sainteté de leur vie comme un héritage sacré. Les fidèles qui visitent le Saint Monastère sentent ce parfum de la sainteté et de l’élévation spirituelle. L’élévation naturelle lève-nous en haut vers le ciel, à un lieu de transcendance spirituelle et d’ascension loin de la terre et des soucis quotidiens. Les pèlerins prennent conscience et bénéficient spirituellement de leur pèlerinage. Les Pères les accueillent chaleureusement et avec un amour authentique et les aider à communiquer avec le Dieu, notre Sainte Vierge, et leurs frères humains. En préfaçant ce bref guide de pèlerinage, nous souhaitons, paternellement, à chaque pèlerin, qui vient à ce Monastère historique et qui invoque avec de la foi et de la piété, les Médiations maternelles de la Gardienne et Protectrice, de notre Sainte Vierge Faneromeni, de se sentir dans son cœur de la joie spirituelle inexprimable et de tout cœur, nous bénissons l’effort de rénovation et d’équipage de ce lieu sacré et historique, qui -depuis le 12ème siècle- maintient la flamme de la foi inassouvie et le témoignage de l’esprit vivant. «Cherchez les choses d’en haut, affectionnez-vous aux choses d’en haut et non à celles qui sont sur la terre» (Col 3, 1-2). Notre-Dame Theotokos et toujours Vierge Marie nous invite tous à une fête spirituelle et Elle rembourse généreusement le labeur et la sueur de chaque pèlerin anonyme et connu. Ierapetra 2011 Avec des bénédictions paternelles

Métropolite Evgenios d’ Ierapetra et Siteia 3


1

MONASTÈRE DE LA SAINTE VIERGE FANEROMENI D’IERAPETRA

FONDATION ET LOCATION DU MONASTÈRE Le Monastère de la Sainte-Vierge Faneromeni d’ Ierapetra, aussi connu comme «la Sainte Vierge de Gournies», se trouve au sud-ouest de Pachia Ammos de la Municipalité d’ Ierapetra et au-dessus de la ville minoenne de Gournia et il est construit sur une altitude de 540 mètres sur le versant d’une branche de la montagne de Diktys. La ville d’Agios Nikolaos et la magnifique baie de Merambello avec ses côtes pittoresques et ses îlots peuvent être vus à partir du Monastère de vue panoramique. Il n’y a aucune inscription dédicatoire ou d’autre inscription avec la date exacte de la fondation du Monastère. Seules les inscriptions les plus récentes sont conservées, celles qui se réfèrent à des travaux de construction qui ont eu lieu au 19ème siècle, bien que le complexe de bâtiments présent, selon son architecture, soit probablement une construction du 16e siècle, une ère des attaques prédatrices fréquentes des Turcs sur la côte nord de l’île. L’année exacte de la fondation du Monastère n’est pas connue. Toutefois, selon toutes les sources historiques et les indicateurs chronologiques, le Monastère a peut-être été fondé pendant la période byzantine moyenne (961-1204), à savoir plus tôt que la conquête de la Crète par les Vénitiens en 1211. Le Catholicon du Monastère construit à l’intérieur de la cavité d’un gros rocher en surplomb, dans une grotte, est entièrement décoré avec des icônes, et il est dédié à la Dormition de la Mère de Dieu et à la Source Vivifiante. Le sanctuaire communique avec une autre grotte. Là-bas, l’eau est recueillie par des surfaces capillaires et les fidèles reçoivent l’eau bénite (Agiasma). Selon la tradition, à l’intérieur de l’église caverneuse du Catholicon du Monastère, l’icône de la Vierge a été révélé à un berger et c’est pourquoi le Monastère a été nommé Sainte Vierge Faneromeni (Elle qui se révèle). Plus précisément, ce berger perdait son

4


L’entrée du Monastère.

guide, le bélier de tête de son troupeau, chaque jour vers midi. Un jour, il a décidé de quitter son troupeau et d’observer le bélier qui est allé à une roche brisée d’où un peu d’eau coulait et il buvait. Il s’est approché et il a trouvé l’icône de la Vierge. Lorsque, cependant, il l’a pris avec lui et l’a placé dans son sac afin de le ramener à la bergerie, l’icône a été disparu. Le lendemain, le berger est venu à la même place et il a retrouvé l’icône. Cela a été répété plusieurs fois jusqu’à ce que le berger était certain que l’icône retournait toujours à l’endroit où il a été trouvé; pour cette raison, il l’a laissée à sa place où le Monastère a progressivement été construit. L’icône elle-même, à certains moments, en particulier pendant les quinze jours du jeûne en Août (en l’honneur de la Dormition) et les autres fêtes mariales, réapparaît aux fidèles et, d’une manière mystérieuse, disparaît à nouveau. Cependant, en dehors de pèlerinage et de fierté religieuse de l’ensemble de la Crète orientale, le Monastère est aussi un lieu historique où les révolutionnaires crétois ont trouvé refuge et renforcement dans les années difficiles de la domination vénitienne et turque. L’emplacement et la forme fortifiée du Monastère-forteresse prouvent amplement son caractère défensif. En effet, les créneaux et les embrasures survivent encore dans les zones du complexe de la forteresse du Monastère, comme ils le font dans la plupart des Monastères qui ont été construits au cours de la même période.

5


2

MONASTÈRE DE LA SAINTE VIERGE FANEROMENI D’IERAPETRA

L’ASSEMBLÉE DE 1293

Dès le début, au moins, du 13ème siècle, le Monastère est devenu le sanctuaire révérenciel, le refuge miraculeux, et la protection des chrétiens persécutés de la région et de l’ensemble de la Crète. C’était le lieu secret à distance des assemblées révolutionnaires, sur lesquels la présence invisible de Notre-Dame Faneromeni Théotokos présidait. Selon le récit décrit par V. Psillakis dans son histoire, après que le Génois victorieux, Pescatore, a conquis la Crète en 1204 et l’a vendu aux Vénitiens en 1211, les Crétois se sont rassemblés autour de Alexios Kallergis et l’année 1282 se sont révoltés contre les Vénitiens. Même si tout indiquait que les révolutionnaires seraient des conquérants, les Génois ont offert à Kallergis un soutien considérable à travers l’amiral Doria sans rien demander en retour. Cependant, Alexios a refusé, il y avait une agitation parmi les chefs révolutionnaires et l’unité, ce qui était nécessaire dans les circonstances, a été sérieusement endommagée. Des factions ont été créés et la moitié ont soutenu la soumission aux Génois, l’autre moitié l’accord avec Kallergis, alors que certains commandants adjoints ont commencé à quitter l’armée. Dans cette atmosphère, l’abbé du Monastère de Faneromeni d’ Ierapetra a invité tous les commandants militaires à l’église du Monastère le dimanche des Rameaux de 1293. Après avoir reçu la Sainte Eucharistie, il les a fermés à l’intérieur de l’église et il l’a transformée en parlement avec lui en tant que président. Des litiges et des querelles intenses ont eu lieu et les gens rebelles sont entrés dans l’église en tenant la bannière de l’Empereur Byzantin, Andronic Paléologue. Les commandants sont partis et seulement sept des territoires ruraux sont restés. Après un certain temps, ils sont sortis de l’église, chantant l’hymne de la victoire avec des branches et

6


des feuilles de laurier, ils ont juré leur fidélité et leur soumission à Andronic, et ils l’ont acclamé. L’abbé a béni la bannière et ils l’ont placée à côté du Christ crucifié. Cette chronique, indépendamment de l’issue de l’Assemblée (les révolutionnaires ont malheureusement été divisés en cinq partis différents), est témoin du fait que le Monastère est le plus ancien de la Crète de l’Est et il a joué un rôle de coordination dans les situations de crise pour la nation.

Icône portable de la Vierge.

7


3

MONASTÈRE DE LA SAINTE VIERGE FANEROMENI D’IERAPETRA

LA PÉRIODE DE L’OCCUPATION TURQUE Le Monastère, en raison de son emplacement stratégique sur une pente inaccessible et de l’endroit où il domine, était la forteresse et la base des combattants chrétiens révolutionnaires de la province contre les nombreuses années du joug turc. Il a été directement lié avec les luttes dures et difficiles de libération, il était la cachette et la base des chefs combattants et leur lieu de rassemblement, dans lequel des décisions de portée historique ont été prises. Révélateur de son caractère défensif était le trou au-dessus du linteau de l’entrée centrale, connu comme un «trou échaudage», d’où l’huile bouillante était versée vers le bas sur les ennemis qui tentaient de pénétrer dans la zone du Monastère. Lorsque le Monastère était entouré par les conquérants, la petite grotte au sudouest de l’église caverneuse de la Transfiguration du Sauveur, qui est l’église du cimetière du Monastère, reliait le Monastère avec le monde extérieur et elle était utilisée pour la fourniture et la sortie des combattants. L’offre nationale du Monastère de Faneromeni ou «Gourniotissa» était immense pendant les années difficiles de l’occupation turque et il a fonctionné comme un bastion pour les combattants des révolutions crétoises. En effet, il a également renforcé financièrement les diverses révolutions contre les Turcs, comme tous les autres Monastères de Crète. Beaucoup de chrétiens qui croyaient en révolution grecque et qui avaient clairement vu l’aide et la protection de la Sainte Vierge - comme le célèbre chef de Kato Chorio d’Ierapetra, Fragios Tsantirakis ou Papadakis qui avait trouvé refuge dans le Monastère de Faneromeni plusieurs fois - dédiaient principalement des champs au Monastère afin de renforcer financièrement la lutte pour la liberté. La coopération discrète mais admirable du Monastère et des révolutionnaires est également

8

Vue de l’iconostase en bois sculpté du Catholicon.


9


MONASTÈRE DE LA SAINTE VIERGE FANEROMENI D’IERAPETRA

attestée par la lettre de l’Abbé Neophytos en 1878 au commandant militaire Emmanuel Lakerdas d’Anatoli, avec laquelle il a demandé la protection du Monastère de Faneromeni des déprédations et des raids des Turcs. En outre, la caisse du Monastère a toujours contribué, avec des sommes d’argent respectables, à des causes charitables, tels que l’éducation, la préservation de divers magasins, et d’autres. En 1839, lorsque Chatzi-Gerasimos est devenu abbé, le Monastère a été rénové, il a commencé à être organisé et à être connu. Gerasimos qui était très actif, a donné à l’Eglise caverneuse la forme qui a aujourd’hui et il l’a meublée avec des iconostases et des icônes. Il attirait des pèlerins, qui consacraient de divers objets de valeur et des biens au Monastère, il a acheté des terres, et il a mis les fondations de sa croissance économique.

Vue de la grotte où l’icône de la Vierge Faneromeni a été révélée.

10


4

L’ÉCOLE SECRÈTE ET L’HÉROÏNE RODANTHI KRITSOTOPOULOU

Les moines du Monastère de Sainte-Vierge de Faneromeni enseignaient la lecture et l’écriture, non seulement aux jeunes qui avaient trouvé refuge dans le Monastère, mais aussi aux enfants des villages environnants. Même si les conquérants turcs avaient interdit le fonctionnement des écoles, dans l’espoir que de cette façon la flamme de la révolution serait éteinte, la première école secrète de Crète a exploité dans le Saint Monastère de Faneromeni. Pendant les années sombres de l’occupation turque, dans cette école, le prêtre-enseignant a allumé la flamme de la foi pour la religion et la patrie dans les âmes des enfants grecs, il a fomenté le désir en plein essor de la liberté et il a augmenté la décision de la lutte pour la résistance nationale. Dans le Monastère de Faneromeni, sous la douce lumière de la lampe à huile ou de la veilleuse, les enfants chrétiens ont appris, avec les lettres sacrées, sur Alexandre le Grand, le roi de marbre, et sur l’ancienne gloire de l’hellénisme. Dans cet atelier de la foi et du patriotisme, ils ont appris, sauf les lettres de base, la façon qui les aiderait à sanctifier leurs pensées, leurs sentiments et leur caractère interne, et les moyens qui pourraient les conduire efficacement au renversement du joug turc et à la résurrection de notre nation. Dans ce lieu, la conscience nationale et la foi pour le Dieu ont été renouvelées, l’esprit militant des Crétois esclaves a été renforcé et ravivé, et leur désir pour la liberté de la nation a été augmenté. La chambre, dans laquelle l’École Secrète exploitait, est située au sud-ouest du Monastère et à droite de son entrée centrale et de sa cour. Il s’agit d’une chambre avec une grande mezzanine incorporée dans l’ensemble des bâtiments du Monastère, avec de petites fenêtres, prêtes au combat, comme les conditions de la période où il a été construit exigeaient. Une des élèves de cette École était la légendaire Rodanthi, la Kritsotopoula, la fille de Protopappas (prêtre supérieur) de Kritsa,

11


MONASTÈRE DE LA SAINTE VIERGE FANEROMENI D’IERAPETRA

L’entrée de l’endroit dans lequel l’école secrète a fleuri.

qui est devenue plus tard la «garde du corps» du chef Kazanomanolis. À l’âge de cinq ans, elle a été conduite par son père en secret dans le Monastère de Faneromeni. Ci-dessous le peu de lumière humble que la flamme de la lampe à huile émettait, l’éducation «dans les voies et les avertissements du Seigneur» que ses pieux parents lui avaient donné, a été achevée et elle se consacrait entièrement aux idéaux éternels de la foi orthodoxe et de la patrie. Rodanthi, cette merveilleuse et inspirée jeune femme crétoise considérait le Monastère de Faneromeni comme une école de piété et de patriotisme. Avec son aide et sa protection elle a réalisé des actions indépassables de superbe héroïsme et de sacrifice de soi, des réalisations qui ravivaient le moral des esclaves Crétois et qui provoquaient la crainte et le respect aux conquérants turcs. Cette héroïne a tué Hursit Aga dans le village de Choumeriako de Merambello parce qu’il a empiété de son honneur. Ensuite elle s’est déguisée en homme et sous le pseudonyme de «Spanomanolis» (qui signifie imberbe Manolis) s’est enrôlée dans l’armée du capitaine Kazanis et elle était un terrible fléau pour les Turcs de la région. Enfin, elle est morte en combattant dans la bataille de Kontaratos en 1823.

12


5

LES DÉDICACES AU MONASTÈRE ET LA PÉRIODE MODERNE

«La Source Vivifiante» icône portable de l’iconostase, 1843.

Dans les documents qui sont liés à la situation financière du Monastère (documents de consécration, contrats de vente, et fergatia) on peut voir la piété vivante de nos ancêtres non seulement des villages environnants mais aussi en dehors de la province d’Ierapetra, qui a été exprimé à travers les œuvres d’une disposition pieuse. En même temps, le Monastère a également joué un rôle protecteur pour les propriétés de beaucoup de chrétiens qui ont consacré tous leurs biens, ou une partie de ceux-ci, au Monastère afin de les sauver de l’oppression turque. Le dévouement des terres au Monastère dans la mémoire et pour le pardon des péchés des

13


MONASTÈRE DE LA SAINTE VIERGE FANEROMENI D’IERAPETRA

Vue panoramique du monastère.

parents décédés, c’était très émouvant. Parce que les Turcs trouvaient des diverses raisons afin de priver le Grec esclave de ses terres, sauf si les terres devenaient «Vakoufika». C’est-à-dire, elles étaient consacrées à une fondation de bienfaisance et elles étaient sauvées. Grâce à ces dons des chrétiens, le Monastère avait acquis une grande propriété rurale pendant la période de l’occupation turque et il y avait comme des dépendances les Saints Monastères de Armos, Exakousti et Kayrdiani d’Ierapetra. En effet, sa grande fortune a été la cause des contentieux intenses avec les agas turcs d’Ierapetra, les Tsagalides qui avaient des terres voisines du Monastère et ils essayaient de les saisir. Le Monastère a été obligé de recourir à des batailles juridiques pour préserver ses propriétés. Lors du recensement de 1893, le Monastère possédait la zone qui s’étendait jusqu’à la mer (environ dix mille hectares), quatre dépendances (Pyrovolous, Assari, Achlada, Vrygiomenou) et des champs dispersés qui se trouvaient dans 239 endroits différents

14


«La Dormition de la Vierge». Icône portable de l’iconostase.

des provinces d’Ierapetra, de Merambellou et de Siteia. Toutefois, le Fond des combattants réservistes de Crète, conformément à la loi 3345 du 22 Juin 1925, a pris les trois cinquièmes de la fortune du Monastère pour le soulagement et la restitution des familles pauvres des combattants réservistes de la campagne militaire d’Asie Mineure, tandis que des terres considérables étaient vendues par l’Agence de gestion de la propriété monastique de la Préfecture de Lassithi. En 1881, le Monastère avait sept Moines, tandis que en 1901, il numérotait dix-neuf Moines à cause du fait que les Monastères restants d’ Ierapetra (Exakousti et Karydiani) ont été considérés solubles. La Loi Constitutionnelle 276 de 1900 de l’Eglise orthodoxe a prononcé le Monastère de Faneromeni soluble. Avec la loi 553 de 1903, le Monastère a été reconstitué, mais avec un nouveau décret du 8 juillet 1930, le Monastère a été de nouveau jugé soluble. Avec la loi du 24 octobre 1935 il a été préservé. Enfin avec la loi 4149/1961 «sur la Charte de l’Eglise orthodoxe de Crète»,

15


MONASTÈRE DE LA SAINTE VIERGE FANEROMENI D’IERAPETRA

«La Source Vivifiante». Représentation en relief - revêtement d’Evangile en argent, Saint Monastère de Faneromeni, don de l’évêque d’Ierositeia, Hilarion, 1866.

le Monastère a été classé monument historique et actif, continuant ainsi à écrire son histoire jusqu’à nos jours, fidèle à sa tradition lourde et de longue date. Pendant l’occupation allemande-italienne de 1941-1944 beaucoup de patriotes de résistance persécutés avaient trouvé refuge au Monastère comme leur base. Les Pères et les bergers de Faneromeni cachaient les hommes des Forces alliées dans les grottes de la région environnante, ils leur ont offert l’asile, et ils les ont aidés à échapper en Egypte.

16


«La Dormition de la Vierge». Représentation en relief - revêtement d’Evangile en argent, Saint Monastère de Faneromeni, don de l’évêque d’Ierositeia, Hilarion, 1866.

Aujourd’hui deux moines vivent dans le Monastère et sous la direction sage, les soins et l’affection paternelle de Son Eminence, le Métropolite d’Ierapetra et de Siteia Evgenios, ils maintiennent la tradition riche et lourde qu’ils ont héritée. Ils sont quotidiennement au service de la Divine Liturgie selon le rituel byzantin. L’ensemble de la rénovation et de la restauration de ce Monastère historique sans altérer son caractère architectural et sa forme, constitue une vision de vie.

17


6

MONASTÈRE DE LA SAINTE VIERGE FANEROMENI D’IERAPETRA

LA FÊTE DE LA DORMITION

Vêpres de la fête de la Dormition, le 14 Août 2011.

Le Monastère historique de Faneromeni célèbre la fête de la Dormition de la Mère de Dieu le 15 Août. Une multitude de fidèles inonde le Monastère chaque année, surtout pendant le jour de la fête. La Sainte Vierge Faneromeni est miraculeuse et c’est pourquoi Elle est célébrée dans toute la Crète et en particulier dans le département de Lassithi, les provinces de Pediada, de Viannos et dans le département d’Héraklion. Ainsi, en Août le mois de la Sainte Vierge qui est consacré à elle, le Monastère est l’un des plus grands lieux de pèlerinage de la Crète orientale. Un grand nombre de personnes fatiguées et épuisées par les épreuves et les conditions de la vie affluent tous les jours au Monastère afin qu’ils puissent déposer leurs problèmes intérieurs en face de Son icône miraculeuse. Beaucoup de patients cherchent à être guéris. D’autres montent au Monastère à pied pour accomplir leur vœu; Des mères vêtues de noir et pieds nus ont

18


entre les mains leurs bébés et les offrent à la Mère du monde entier; d’autres viennent, avec des larmes dans leurs yeux, pour mendier la maîtresse du monde de réaliser un de leurs désirs; beaucoup à remercier et glorifier la Reine et Notre-Dame de tout pour Ses bienfaits en chantant: «celui qui recourt à vous, ne procède pas de vous déshonoré ô Vierge Marie ...». En plus de nombreux pèlerins qui se rassemblent de nombreuses régions de l’île pour vénérer l’icône miraculeuse dans l’église caverneuse qui semble comme un endroit de l’autre-monde, inaccessible, recueilli, et rempli de grâce, pendant les quinze jours de l’Assomption des fidèles de tous âges sont hébergés dans les chambres du Monastère. Ils continuent une tradition ancienne. Ils viennent au Monastère pour passer les quinze premiers jours d’Août dans les chambres d’hôtes rénovées au jeûne et à la prière, ils participent aux Liturgies Divines quotidiennes, aux Vêpres, aux Invocations, aux Services Complies et de cette façon, ils remplissent un de leurs vœux. La fête de la Sainte Vierge dans le Monastère a quelque chose d’unique. Les fidèles, en continuant la tradition de plusieurs générations, viennent avec du respect et de l’humilité, avec de la spiritualité et de la foi, afin de prier la Dame Faneromeni et de communiquer véritablement avec le Dieu. La Sainte Vierge Faneromeni les récompense avec les choses sacrées effectuées dans sa maison et leur offre de la tranquillité de l’âme et de la paix spirituelle afin qu’ils puissent continuer sur la route de la vie. Parce que le fidèle peut placer ses espoirs et ses aspirations seulement devant la Sainte Vierge Mère avec de la certitude et de la foi et il peut demander Sa protection Son abri puissant en chantant: «Je mets mon espoir en vous, Mère de Dieu, gardez-moi sous votre protection».

19


MONASTÈRE DE LA SAINTE VIERGE FANEROMENI D’IERAPETRA

«La Dormition de la Vierge». Icône portable de l’iconostase, de la main d’Ioannis Nikolaides, 1843.

20


7

ÉVÉNEMENTS ET GUÉRISONS MIRACULEUX

Les fidèles qui ont manifestement vu d’agir thérapeutiquement dans une maladie physique ou mentale la grâce du Dieu avec la médiation de la Vierge Marie, Notre-Dame Faneromeni, confirment à des moments qu’il y a beaucoup de miracles qui ont lieu dans le Monastère. Une preuve des miracles et des bienfaits que Faneromeni offre généreusement aux chrétiens, sont les innombrables ex-votos - offrandes qui sont offerts par les fidèles bénéficiaires et guéris et qui sont suspendus sur la sainte icône miraculeuse. À titre indicatif, nous citons quelques miracles. 1) Il est mentionné que dans les années entre les deux guerres difficiles (Seconde Guerre mondiale), une mère d’Ierapetra, qui avait déjà trois enfants, a donné naissance à un autre. Malheureusement, son quatrième enfant, alors qu’il est né en bonne santé, il est devenu entièrement paralysé après avoir gelé comme il est resté exposé au froid, dans la région d’Assaris où ils habitaient. Il avait environ quatre ans. Elle ne pouvait pas l’élever en raison de sa grande pauvreté et elle a décidé de le remettre au Monastère de Faneromeni. La nuit, elle est venue au monastère à pied et elle a laissé l’enfant en dehors de la porte. «Pourvu que la Sainte Vierge se charge de l’enfant et soit Elle va le guérir soit Elle va le prendre avec elle», elle a pensé. Le lendemain, les moines ont trouvé l’enfant hors de la porte du Monastère. Ils ont décidé de le donner à la gendarmerie, quand ils descendraient du Monastère. Cependant, la nuit, le Révérend Père supérieur du monastère a vu dans son sommeil la Sainte Vierge lui disant: «Dans la matinée, prends l’enfant que vous avez trouvé devant la porte et va l’enterrer dans le sable, sur la plage.» Le lendemain, le Père Abbé a mentionné aux Pères du Monastère le rêve étrange qu’il avait vu.

21


MONASTÈRE DE LA SAINTE VIERGE FANEROMENI D’IERAPETRA

Les Frères se demandaient. Ils estimaient que c’était peut-être un message de la Sainte Vierge mais ils étaient hésitants de faire ce qu’elle a demandé. Le lendemain soir, le Père Abbé a vu la Sainte Vierge à nouveau et elle a répété avec intensité les mêmes mots qu’elle lui avait dits la nuit précédente. Dans la matinée, après l’office, le vieux homme a annoncé aux Pères du Monastère la réapparition de la Sainte Vierge et sa commande d’enterrer l’enfant dans le sable. Les Frères ont refusé encore une fois de le faire. Pour la troisième nuit, la Sainte Vierge est apparue au Père Abbé dans son sommeil et Elle lui a intensément ordonné de faire ce qu’elle avait dit, sinon un grand mal viendrait sur eux. Le lendemain matin, les Pères du Monastère qui avaient maintenant été convaincu que c’était l’ordre de la Sainte Vierge d’enterrer l’enfant dans le sable, ils l’ont posé sur un drap, ils sont descendus à la plage et ils ont fait ce qu’Elle avait commandé. Ils ont enterré l’enfant dans le sable et ils ont laissé être vu au-dessus du sable sa petite tête. Ils sont partis pour le Monastère avec beaucoup d’hésitation et de confusion quant à ce qui allait suivre. Dans l’après-midi, tous les Pères ensemble, ont chanté une invocation à la Sainte Vierge, et le lendemain ils ont célébrée la Divine Liturgie pour mendier la Dame Faneromeni à révéler immédiatement Son plan pour eux. Le troisième jour, un villageois est venu au Monastère, tenant un enfant dans ses bras. C’était l’enfant que les Pères avaient enterré à la plage. Il leur a dit qu’il avait entendu crier comme il passait près de la plage, il l’avait pris dans ses bras et il l’avait porté au Monastère parce que l’enfant lui-même lui avait dit qu’il souhaitait être mis au Monastère. La Sainte Vierge l’avait complètement guéri! 2) Nombreux sont les couples qui viennent pour prier devant l’icône de grâce de la Sainte Vierge Faneromeni pour qu’elle les aide à avoir un enfant. Beaucoup de parents viennent au Monastère pour la remercier de l’enfant qu’Elle leur a permis de donner naissance et pour le dédier à Sa grâce en lui donnant son nom, Maria,

22


Marios, Panagiotis, Despina, Faneromeni, Faneros, et d’autres, ou encore en le baptisant dans son église recueillie et caverneuse, mais aussi pour recevoir la bénédiction des Quarante jours au Monastère. a) Il y a trente-cinq ans, une femme d’Héraklion qui avait un grand désir d’avoir un enfant y est venue. Elle a prié la feue Nonne Filothei, qui était alors Le Canon de la Paraclisis lors de la fête de la Dormition. en poste au Monastère, de l’accompagner à l’église pendant la nuit et faire une invocation à la Sainte Vierge. En effet, juste avant minuit, elles sont allées à l’Eglise, ils ont fait l’Invocation et, lorsque la messe a fini, la Nonne a donné à la femme un petit morceau de la mèche de la lampe à huile de la Sainte Vierge. Elle lui a dit: «Il faut le manger, après avoir jeûné». Après un certain temps, la femme a donné naissance à un garçon en bonne santé. Le médecin sortant de la salle d’accouchement a demandé à la femme: «Avez-vous donné naissance à cet enfant par un miracle?» «Oui, par un miracle. Pourquoi demandez-vous?» a dit la mère. «Parce que je peux voir cette marque sur le pied du bébé». Puis, la mère, surprise, a vu une petite marque, comme «une croûte», sur la cheville du bébé. Cette petite marque était exactement la forme et la taille de la mèche qui elle avait mangé de la lampe à huile de la Sainte Vierge! Cette marque est restée sur le pied de l’enfant pendant plusieurs années. b) Un couple de La Canée essayait d’avoir un bébé pendant

23


MONASTÈRE DE LA SAINTE VIERGE FANEROMENI D’IERAPETRA

douze ans. Ils ont fait beaucoup d’efforts et ils ont également demandé l’aide de la science médicale (assistance médicale), mais sans résultat. Ils étaient déçus. Pour la dernière fois ils essaieraient de concevoir en utilisant la fécondation in vitro. Quelques jours avant la procédure, la femme a rêvé d’une jeune femme vêtue de noir debout sur un rocher escarpé, tenant un bébé dans ses bras. Elle lui a dit: «Le bébé que je tiens sera le vôtre si tu viens m’adorer». La femme a demandé: «Qui êtes-vous?». La Sainte Vierge a répondu et Elle a disparu: «La Sainte Vierge Faneromeni». Le lendemain matin, la femme a raconté à son mari le rêve qu’elle avait vu la veille et elle l’a prié d’apprendre où il y a une église ou un Monastère, dédié à la Sainte Vierge Faneromeni, afin qu’ils puissent aller vénérer. Son mari, dans l’incrédulité, l’a rassurée en lui disant qu’il demanderait pour savoir où il y avait un tel Monastère pour qu’ils le visitent. Il ne croyait pas ce que sa femme lui avait dit et dans quelques jours, l’événement de l’apparition de la Vierge avait été oublié. Quelques soirées plus tard, la Très-Sainte Vierge vêtue de noir est réapparue à la femme et Elle lui a dit pour la deuxième fois: «Viens me vénérer, et le bébé que je tiens sera le vôtre». Le lendemain, la femme avec des larmes aux yeux a encore une fois demandée à son mari de chercher et de trouver où il y avait une église ou un Monastère de la Très-Sainte Vierge Faneromeni afin qu’ils puissent aller vénérer. Encore une fois, son mari n’a pas attaché de l’importance et il a essayé de la rassurer. A la veille de la procédure, la Sainte Vierge est apparue pour la troisième fois à la femme dans son sommeil et Elle lui a intensément et fortement dit: «Viens me vénérer et le bébé que je tiens sera le vôtre, sinon je vais le laisser aller de mes mains et tu n’auras jamais d’enfant!» La femme, troublée, s’est réveillée et en sanglotant elle a demandé à son mari d’aller vénérer la Sainte Vierge Faneromeni. «Allons chez le médecin, pour faire la procédure et je te donne ma parole que le lendemain, immédiatement, nous allons savoir où se trouve l’église de la Vierge Faneromeni et nous irons La vénérer», il a répondu.

24


Fête 2010, Vêpres.

Ainsi il s’est passé. Ils sont allés à la clinique pour la procédure in vitro, mais la femme ne voulait pas procéder à la préparation de l’opération. Le médecin qui l’a vue très anxieuse et stressée, hésitait à commencer. «Laissez-la aller vénérer la Très-Sainte Vierge, se calmer et revenez ensuite pour que nous puissions continuer. D’ailleurs, son état d’âme ne permet rien faire», il a conseillé au mari. En effet, le lendemain ils ont demandé et ils ont été informés sur le Monastère de la Sainte Vierge Faneromeni à Ierapetra. Ils sont venus avec dévotion. C’était en 2000. Ils sont montés les marches et ils se sont trouvés hors de l’Église caverneuse de la Très Sainte Vierge. Des larmes d’émotion et d’émerveillement se sont montées aux yeux de la femme. Les rochers escarpés et la région environnante dehors de l’Église était exactement le même endroit où elle avait vu trois fois dans son rêve, la Sainte Vierge vêtue de noir, tenant maternellement le bébé dans ses bras! Elle s’est agenouillée dans la crainte devant l’icône de la Très Sainte Vierge, elle a vénéré en sanglotant et ils ont quitté le Monastère. Après quelques jours, le couple est à nouveau allé à la clinique

25


MONASTÈRE DE LA SAINTE VIERGE FANEROMENI D’IERAPETRA

pour être examiné par le médecin. Après un certain temps, le gynécologue a annoncé qu’il n’y avait pas besoin de tenter une assistance médicale pour concevoir un enfant. La femme était enceinte! Elle avait raison de ne pas vouloir la procédure il y a quelques jours. Si elle avait accepté, elle aurait perdu l’enfant qu’elle portait déjà comme elle était déjà dans la sixième semaine de grossesse! Ils ont baptisé au Monastère la petite fille que la femme avait donné naissance et ils lui ont donné le nom de «Faneromeni». 3) Il y a quelques années, une mère et son fils qui avait un grain de beauté à côté de son œil depuis qu’il était un enfant, sont venus au Monastère du village d’Anatoli d’ Ierapetra. Le grain de beauté a grandi au fil des années et il s’est infecté. Il coulait souvent du pus et du sang. Il a dû subir une opération pour l’enlever. Quand ils sont venus au Monastère, ils ont pris un peu d’huile de la lampe à huile de la Sainte Vierge et il a quotidiennement oint le grain de beauté. Dans quelques jours, il avait entièrement disparu! 4) Récemment, en 1999, lorsque la nouvelle route nationale était ouverte, un énorme rocher a écrasé exactement sous le Monastère, il a écrasé une excavatrice et il a piégé pour un certain temps l’opérateur de la machine. Dès que l’opérateur a été sauvé, une partie de la montagne, où des travaux étaient effectués, s’est effondrée et elle a entièrement enterré l’excavatrice, sans toutefois mettre en danger l’opérateur ni les autres travailleurs qui étaient à proximité! 5) Le jour de Pâques en 2006, un soldat qui faisait son service militaire dans la base aérienne de Ziros à Siteia est venu pour vénérer la Sainte Vierge. En quittant le Monastère, il a perdu le contrôle de sa voiture et il a chuté en tombant dans une falaise qui avait environ cent cinquante mètres de profondeur. Quand les pompiers l’ont sauvé et l’ont emmené à l’hôpital, ils ont découvert qu’il n’avait que quelques écorchures superficielles. Le jeune homme a survécu intacte par un miracle de la Sainte Vierge tandis que sa voiture était complètement détruite!

26


6) En 1997, au début des quinze jours du jeûne d’Août, un groupe de pèlerins d’Héraklion est arrivé très tôt le matin au Monastère. Depuis plus de dix ans, la famille avait l’habitude pieuse de monter au Monastère à pied pendant les quinze jours d’Août. Ils partaient tous ensemble d’Héraklion, les parents, les enfants, les oncles et les cousins, et ils venaient à Faneromeni à pied! Leur randonnée durait environ deux jours. Quand nous leur avons demandé sur quel événement de la Sainte Vierge miraculeuse était du leur vœu, ils nous ont dit: Ils avaient une fille de dix ans, qui souffrait de leucémie. L’enfant a subi des examens et des traitements médicaux sans avoir les résultats attendus. Dans leur déception et le chagrin, quelqu’un leur a parlé du Monastère de Faneromeni et de la façon dont la grâce de la Très-Sainte Vierge était si miraculeuse. Ils sont venus au Monastère avec leur petite fille, ils ont vénéré l’icône de la Sainte Vierge, ils ont pris de l’huile, et ils ont oint leur enfant. Quand ils partaient, les deux parents, sans se consulter, ils ont fait le même vœu: si la grâce de la Très-Sainte Vierge aide leur enfant à être guéri, ils viendront de leur maison au Monastère à pied, autant d’années que leur fille avait, c’est-à-dire dix ans. Avec les traitements suivants qu’ils ont faits, les résultats étaient très encourageants, et ainsi en peu de temps, la jeune fille était complètement guérie! 7) En 1947, une mère d’un village de la province de Merambello avec son fils de deux ans sont venus au Monastère pour passer les quinze jours du jeûne d’Août. L’enfant affrontait un grave problème de naissance. Il se réveillait brusquement dans la nuit avec des cauchemars et il criait tout effrayé. Et c’est là que la

27


MONASTÈRE DE LA SAINTE VIERGE FANEROMENI D’IERAPETRA

pauvre mère a promis qu’elle viendrait avec son fils à la Sainte Vierge Faneromeni et ils resteraient pour les quinze jours avant la grande fête de l’Assomption. Elle croyait fermement que seulement la grâce de Faneromeni pourrait aider son enfant unique et bien aimé. En effet, dans le Monastère, l’enfant s’est calmé et il a été guéri avec sa participation continue dans les Services Saints quotidiens, les Liturgies Divines, les Vêpres, les Litanies et les Complies. La Dame Faneromeni l’a complètement guéri et l’enfant s’est libéré du terrible problème qu’il affrontait. Depuis ce temps, cette femme fidèle venait au Monastère presque chaque année et jusqu’à sa vieillesse profonde pour passer les quinze jours d’Août, comme une expression de gratitude envers la Sainte Vierge, alors que son fils s’est instruit, il a été ordonné Prêtre et il sert dignement l’Église de notre Christ jusqu’à nos jours.

28

MONASTERE DE LA SAINTEVIERGE FANEROMENI D'IERAPETRA  
Advertisement