Page 1

PROGRAMMES avril-juillet 2018


· HORAIRES ACCUEIL ET EXPOSITIONS lundi-samedi 9h-20h Fermé le dimanche Téléphone : +33 1 43 26 06 44 accueil@instituthongrois.fr

92, rue Bonaparte 75006 Paris GPS : N 48.849125 E 2.332606 Metro : Saint -Sulpice ; Mabillon Bus :

MÉDIATHÈQUE lundi-vendredi 10h-13h et 14h-18h Téléphone : +33 1 43 26 14 86 mediatheque@instituthongrois.fr

Nous nous réservons le droit de modifier la programmation. Nous publierons ces modifications sur notre page web (instituthongrois.fr) et sur notre page Facebook : www.facebook.com/instituthongrois

· ÉQUIPE

Directeur et conseiller culturel János Havasi j.havasi@instituthongrois.fr Chargée de programmation artistique Judit Baranyai j.baranyai@instituthongrois.fr Responsable du pôle sciences et enseignement Balázs Pálvölgyi b.palvolgyi@instituthongrois.fr Chargée de relations presse Réka Korcsák presse@instituthongrois.fr Responsable financière Nóra Bessenyei n.bessenyei@instituthongrois.fr Assistante de direction Judit Fontanarosa info@instituthongrois.fr Responsable de la bibliothèque Gábor Orbán g.orban@instituthongrois.fr Chargé de projets visuels József Keresztes-Nagy j.keresztesnagy@instituthongrois.fr Chargé de mission (informatique) Attila Huppert a.huppert@instituthongrois.fr Assistante polyvalente Emese Ladányi e.ladanyi@instituthongrois.fr Accueil Dóra Börcsök, Júlia Sándor, Orsolya Karinthi-Rébay accueil@instituthongrois.fr

· ADRESSE

· AVERTISSEMENT

La capacité d’accueil de notre institut étant limitée, nous nous réservons le droit de refuser l’accès aux salles si nécessaire. Le placement est libre, à l’exception de certains événements pour lesquels une réservation est souhaitée ou obligatoire. Dans ce cas, les places réservées mais non réclamées seront redistribuées 10 minutes avant le spectacle.

· CRÉDITS

Couverture : Géza Blattner

· PARTENAIRES


· COURS DE LANGUE

Des cours de hongrois attendent ceux qui désirent connaître une langue rare mais fascinante ou approfondir des connaissances déjà acquises. Des cours de plusieurs niveaux, dispensés par des professeurs de langue maternelle hongroise, sont proposés aux intéressés. Ils se composent de parties orales et écrites et visent à l'acquisition des compétences de base : parcours grammaticaux, enrichissement de vocabulaire à partir de contenus thématiques, capacité à conduire une conversation quotidienne, apprentissage et amélioration de la prononciation et développement de la compréhension. Les cours en groupe sont proposés par semestre (30 cours par semestre = 320 ou 350€, en fonction du nombre d'étudiants) et ont lieu dans les locaux de l’Institut hongrois, du lundi au jeudi dans l’après-midi (entre 16h45 et 18h45) et dans la soirée (entre 19h et 21h). Nos professeurs sont : Mme Krisztina Hevér, Mme Anikó Kiss, M. Dávid Lengyel, Mme Zsuzsa Sári. Vous pouvez également vous inscrire à des cours individuels. Les cours particuliers sont proposés tout au long de l’année académique, également dans les locaux de l’Institut hongrois, les horaires étant à définir avec les professeurs. Tarif: 300€/10 heures. Pour l'inscription et toute information complémentaire, merci de contacter Mme Zsuzsa Sári : coursinstituthongrois@gmail.com | +33 6 33 01 40 00


Touches Le théâtre de marionnettes expérimental de Géza Blattner dans le Paris des avant-gardes Exposition | 22 mars - 26 mai Vernissage le 21 mars à 19h Institut hongrois | Entrée libre L’exposition hors du commun que nous inaugurons au printemps 2018 met à l’honneur Géza Blattner considéré comme le fondateur du théâtre de marionnettes moderne en Europe. Né à Debrecen, installé à Paris avec ses parents en 1925, cet artiste-peintre aux idées progressistes sera fortement influencé par le concept d’œuvre d’art total ; en ce début du 20 e siècle, il crée en Hongrie et en France des ateliers d’expérimentation qui réinventent les règles régissant le jeu des marionnettes. Son théâtre Arc-en-Ciel à Paris, constitué principalement de peintres et de sculpteurs, mué en atelier pédagogique, est la première communauté artistique de marionnettistes au monde à renoncer à imiter le théâtre classique pour mettre en valeur les particularités spécifiques du genre, contribuant ainsi à son émancipation et à sa renaissance en France. Notre exposition intitulée Touches vous propose une sélection de dessins de marionnettes, de projets de décors, de documents, de photographies ainsi que des marionnettes reproduites par impression 3D dont la fameuse marionnette à touches brevetée par Blattner en 1937.

Remerciement spécial à la Fondation Sándor A.Tóth


Marguerite de Hongrie et Hélène de Hongrie - La sainteté féminine des dominicains dans la Hongrie médiévale Conférence | Entrée libre 4 avril à 19h30 | Institut hongrois Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr Marguerite (1242-1270), fille du roi Béla IV qui a mené une vie de nonne dans le monastère dominicain royal construit pour elle sur l'île des Lièvres (actuelle île Margit) au milieu du Danube, est la sainte la plus documentée du Moyen Âge hongrois. Ses légendes et les actes de son procès de canonisation (12731276) récemment réédités offrent une image détaillée de l'idéal de sainteté lié à la pauvreté volontaire, rendu populaire par les ordres mendiants même dans les cours royales. Parallèlement, l'autre idéal de ces ordres, la compassion avec le Christ souffrant, trouvait son expression dans le miracle extrême de la stigmatisation. Selon Saint François, quelques nonnes dominicaines portaient également les stigmates : cette réputation était attribuée aussi à Marguerite de Hongrie et à sa « magistra » (dame-maîtresse), Hélène, béguine au monastère St. Catherine de Veszprém. La conférence examinera les documents écrits et iconographiques de leurs légendes. Intervenant : Gábor Klaniczay (CEU, Budapest)

Remise du Prix Hungarica 2017 Cérémonie | 6 avril à 19h30 Institut hongrois | Entrée libre Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr

Le 14e Prix Hungarica , créé en 2004 par l’Association des Amis de l’Institut hongrois, décerné par le jury le 7 mars 2018, sera remis à : Julia Arikàn Bavouzet pour sa thèse de doctorat en histoire, sociologie et langues soutenue à l’université de Nanterre et intitulée « Entre technocrates et administrateurs de l’Ancien régime. Les hauts fonctionnaires des ministères hongrois du dualisme (1878-1918) ». Jean-Pierre Liotard-Vogt a obtenu un accessit pour son mémoire de master 2 en histoire, présenté à l’Inalco et intitulé « Travail de politisation et sociabilités militantes au sein de la mouvance social-démocrate à Budapest entre 1890 et 1914 ». Les lauréats seront invités à commenter leurs travaux de recherche. Le Prix Hungarica 2017 a bénéficié du mécénat d’EDF.

|3


Optimiser la pédagogie instrumentale grâce aux apports des sciences cognitives Projection – conférence-débat 10 avril à 19h30 Institut hongrois | Entrée libre Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr

Les marionnettes de Budapest Spectacle pour enfants et parents 11 avril à 17h30 Institut hongrois | Entrée libre Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr Les marionnettes de Budapest vous proposent une multitude de marionnettes dans un cycle de courtes histoires racontées avec un accompagnement musical. Ce spectacle est exceptionnel car le créateur-artiste allie un langage artistique qui lui est propre à un univers de représentations typiques d’Europe Centrale, tout en créant de la nouveauté avec chaque personnage grâce à sa collection de poupées à la fois uniques et originales. Bence Sarkadi est un marionnettiste qui vient de Hongrie. Il travaille avec ses marionnettes depuis 1999 et a commencé ses tournées de marionnettiste soliste en 2007. Il s’est déjà produit dans les rues et sur les scènes des six continents et a remporté de nombreuses récompenses prestigieuses dans le monde entier.

photo : Raffaella Vismara

Projection du court métrage : « Ballade pour un cerveau musical », réalisé par Ester Pineda. Avec pour fil conducteur la musique, le film propose une vision poétique de la recherche en neuropsychologie de la musique dans une balade-exploration de l'imaginaire musical et de l'écoute intérieure des pianistes. Faire de la musique, c'est impliquer entièrement l'être. C'est un processus complexe qui s’appuie sur de multiples facteurs et fait appel à nos capacités cognitives (perception, intelligence, mémoire, attention...) dans leur globalité. Pourquoi la musique est-elle un sujet majeur dans les recherches actuelles ? Intervenants : Ester Pineda, pianiste, réalisatrice, chercheuse et professeure de piano László Stacho, pianiste, musicologue et psychologue


L’humour juif de Pest Table ronde | 13 avril 19h30 Institut hongrois | Entrée libre Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr

À partir de son Dictionnaire amoureux de l’humour juif, paru récemment chez Plon, Adam Biro et le sociologue hongrois Viktor Karády essayeront, avec l’aide de Guillaume Métayer, modérateur, de définir ce qu’est le pesti zsidó humor, l’humour juif de Pest, Pest étant la partie basse, commerçante et populaire de Budapest. Quelles sont les caractéristiques de cet humour ? De quelle façon et pourquoi s’est-il répandu dans toute l’Europe centrale, jusqu’à Hollywood ? Si sa source est l’humour du Talmud et l’humour juif des shtetlekh, pourquoi ne parle-t-on pas d’humour juif de Prague, de Vienne ou de Berlin ? Cette discussion fournira, peut-être, un début d’explication à cette étrange et exceptionnelle rencontre entre les juifs et la Hongrie, rencontre qui a résisté à toutes les vicissitudes et toutes les persécutions et qui a indéniablement enrichi la culture hongroise. Participants : Adam Biro, écrivain, Viktor Karády, sociologue, professeur à l’Université d’Europe centrale de Budapest, Guillaume Métayer, traducteur littéraire, chercheur au CNRS

Et si Nicolas Schöffer était né en l’an 2000 ? Conférence | 18 avril à 19h30 Institut hongrois | Entrée libre Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr

Nicolas Schöffer, sans conteste un artiste majeur et précurseur du XXe siècle, a défriché bien des sentiers qui ont façonné le paysage artistique du XXIe siècle. Fondateur de l’art cybernétique, il a toujours revendiqué la nécessité pour l’artiste de travailler avec les outils de son temps. Puisant dans son œuvre foisonnante, cette conférence propose de visiter les formes qui auraient pu inspirer les avancées considérables observées depuis une vingtaine d’années dans le domaine des neurosciences et de la compréhension des mécanismes du vivant. Autour de quelques-unes de leurs œuvres et de quelques repères dans l’histoire de l’Art et des Sciences, les artistes Catherine Nyeki et Marc Denjean nous parleront des nouvelles perspectives de l’art immersif ouvertes par les technologies, de la réalité virtuelle, et de la réalité augmentée. Catherine Nyeki : Artiste plasticienne plurimédias, musicienne Marc Denjean : Designer/codeur, plasticien du langage

|5


Concert de piano de Balázs Fülei Musique | 20 avril à 20h Institut hongrois | Entrée libre Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr

Lauréat du prix Liszt, Balázs Fülei a inscrit à son répertoire une trentaine de concertos dont tous les concertos de Beethoven, Brahms et Bartók. Interprète le plus recherché de l’année Liszt (2011) et de l’année Bartók (2016), il se produit sur de prestigieuses scènes internationales (Konzerthaus de Vienne, Concertgebouw d’Amsterdam, Kioi Hall de Tokyo, NCPA de Bombay, Carnegie Hall de New York). Depuis 2012, il enseigne à l’Université de musique Ferenc Liszt de Budapest où il dirige, depuis 2015, le département de musique de chambre. Il donne des master class en Israël, en Chine, au Vietnam et aux États-Unis. Programme : Janáček : Sonate 1.X.1905 Chopin : Ballade nº 4 en fa mineur, op.52 Ján Cikker : Sonatina Op. 12, no. 1 Bartók : Huit improvisations sur des chants populaires hongrois, op.20

Amour, réalisé par Károly Makk Littérature et cinéma | Entrée libre 24 avril à 19h30 | Institut hongrois Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr

Littérature et cinéma en République populaire de Hongrie (1949-1989) : passages, résonances, surgissements Szerelem, 1971, 88min, VOSTFR Ce programme qui se prolongera tout au long de l’année propose de s’intéresser aux enjeux que soulève l’adaptation cinématographique d’œuvres littéraires dans la Hongrie socialiste, de 1949 à 1989. Il présentera dix films emblématiques dans lesquels les textes littéraires initiaux (souvent méconnus) s’ancrent dans un double processus de reconstitution poétique et de prise de distance critique. Programmation conçue par Mario Adobati, Damien Marguet et Mathieu Lericq. Luca, une femme au caractère affirmé, entretient des rapports compliqués avec sa belle-mère alitée. Toutes deux attendent le retour d’un homme, János. Mais la relation en vase clos repose sur un mensonge lié à l’arrestation de ce dernier par la police d’Etat. Inspiré par deux nouvelles, l’écrivain Tibor Déry offre au cinéaste Károly Makk la trame d’une œuvre magistrale où une chambre à coucher devient la caisse de résonance de la mainmise implacable du communisme sur les destins individuels, pendant la terrible ère Rákosi. Séance présentée par Mathieu Lericq.


« Existences précaires - études de cas : XIXe XXe, XXIe siècles » Conférence | 26 et 27 avril de 9 à 18h Institut hongrois | Entrée libre Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr

La notion de précarité apparaît de plus en plus fréquemment dans notre vocabulaire de tous les jours et dans toutes sortes de discours (politiques, culturels, sociaux, etc.). Cette fréquence – pour ne pas dire « mode » - du mot devenu par le fait même polysémique, révèle incontestablement un problème fondamental et universel - existentiel, social, politique, culturel, humain – auquel se heurtent nos sociétés d’aujourd’hui. Il devient alors impératif d’examiner d’une part les usages du concept de précarité dans un contexte proprement scientifique, celui notamment des diverses disciplines en SHS, d’autre part la diversité des réalités auxquelles il veut renvoyer. Colloque international organisé par le Centre Interuniversitaire d’Études hongroises et finlandaises (CIEH&CIEFi) de la Sorbonne Nouvelle - Paris 3 en collaboration avec La Fédération de recherche Études pluridisciplinaires sur l’Europe intermédiaire (EPEI) le Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (CERC) le groupe de travail CODHIL du Département d’Études Françaises de l’Université Eötvös Loránd de Budapest (ELTE)

Concert des éleves du Conservatoire Jean-Philippe Rameau Musique | 2 mai à 20h Institut hongrois | Entrée libre Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr

Le conservatoire municipal Jean-Philippe Rameau poursuit son partenariat fructueux avec l’Institut hongrois, dans le sillage des manifestations organisées en commun pour célébrer l’année Zoltán Kodály. Le conservatoire a conçu un programme de musique de chambre permettant de découvrir un panorama des compositeurs hongrois du 20 e siècle, voire du 21e siècle : les illustres Béla Bartók et Ferenc von Vecsey, mais aussi Endre Szervánszky, Pál Járdányi, Jenő Hubay ou encore Lajos Papp. Ce concert donnera l’occasion d’entendre la diversité des talents du conservatoire, les élèves abordant dès leurs premières années d’apprentissage un répertoire varié, classique comme contemporain, et ouvert sur le monde.

|7


Concert des lauréats de la Fondation Cziffra Musique | 3 mai à 20h Institut hongrois | Entrée : 20/10€ Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr En 1973, Georges et Soleilka Cziffra achètent l’ancienne chapelle royale Saint-Frambourg à Senlis et créent, en 1975, la Fondation Cziffra. Chaque année, un concours est organisé pour mettre à l’honneur de jeunes musiciens au talent exceptionnel. En plus de 40 ans, près de deux cents lauréats ont été distingués. Pour deux soirées, l’Institut hongrois accueille quelques lauréats récompensés récemment par la Fondation Cziffra ; présentation par Isabelle Oehmichen, pianiste et directrice artistique de la Fondation. Clément Caillier, piano - Finaliste du concours Cziffra 2017, Clément Caillier est également diplômé du CNSM. Titulaire d’une licence de musicologie, il a étudié aussi le violoncelle, l’analyse et l’écriture. Il a déjà entamé une carrière prometteuse en France et à l’étranger. Duo KBZ : Héloïse Koempgen-Bramy et Lucia Zarcone, chant-piano lauréates Cziffra 2017, 3e prix - Héloïse Koempgen-Bramy débute la musique très tôt avec l’étude du piano, du violoncelle et du théâtre musical avant de décider de se consacrer à l’art lyrique. Elle suit les cours de Mireille Alcantara à Paris et de Gabriella Ravazzi à Gênes. Lucia Zarcone obtient son diplôme de piano et d’accompagnement avec les félicitations du jury au Conservatoire de Trieste en Italie. Lauréate en 2012 du Prix national des arts pour la musique de chambre, elle obtient en 2015, son diplôme supérieur de musique de chambre à l’École normale de Paris Alfred Cortot. Elle s’est notamment produite en France, en Belgique, en Italie, en Croatie et en Pologne.

Concert des lauréats de la Fondation Cziffra Musique | 4 mai à 20h Institut hongrois | Entrée : 20/10€ Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr François Moschetta, piano Finaliste du Concours Cziffra 2017, François Moschetta poursuit son Master au CNSM après un 1er prix de piano décerné par le Conservatoire de Toulouse, Lauréat de plusieurs concours internationaux, il joue déjà régulièrement dans plusieurs festivals en France, en Belgique et en Espagne. Basha Slavinska, accordéon, lauréate 2012 et Olivia Gay, violoncelle, lauréate 2009. Basha Slavinska est l’une des plus brillantes accordéonistes virtuoses d’aujourd’hui. Enfant prodige, elle donne à 11 ans ses premiers grands concerts à Gdansk en Pologne. Lauréate de plus de 30 concours nationaux et internationaux, elle donne de nombreux concerts en Pologne puis dans toute l’Europe et aux États-Unis. Olivia Gay, née à Mulhouse, fait ses classes à Belfort, Strasbourg puis Paris avec Marc Coppey du Quatuor Ysaÿe. Elle achève ses études supérieures en Allemagne auprès de Jean Guihen Queyras, puis dans la classe de soliste de Johannes Moser à Cologne. Lauréate également de nombreux prix internationaux, elle est reconnue pour son engagement musical remarquable et donne des récitals en France et à l’étranger.


Photo : András Péter Németh

Concert à l'occasion de la présidence du groupe Visegrád Duo de Kristóf Baráti et István Várdai Musique | 8 mai à 20h Théatre du Gymnase Marie Bell 38 boulevard de Bonne Nouvelle 75010 Paris | Entrée libre Reservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr

Kristóf Baráti, né à Budapest a passé son enfance au Vénézuela. C’est à l’âge de 5 ans qu’il commence à jouer du violon, à 8 ans il se produit déjà sur scène avec le meilleur orchestre symphonique du Vénézuela. Il poursuit ses études à l’Académie de Musique Ferenc Liszt de Budapest. Salué par plusieurs prix prestigieux de musique, dont le premier prix du Concours Paganini de Moscou en 2010 et le prix Kossuth en 2014, il se produit régulièrement sur les grandes scènes internationales, notamment à New York, Vienne, Moscou, Paris ou Londres. Il joue sur un violon baptisé « Lady Harmsworth » fabriqué en 1703, mis à sa disposition par la Société Stradivari de Chigaco. István Várdai, né dans le sud de la Hongrie à Pécs, a fait ses études à Budapest, à Vienne et en Allemagne. Il est le seul violoncelliste à avoir remporté les deux prix les plus prestigieux du concours ARD dans la catégorie violoncelle. Il joue régulièrement à New York, à Vienne, à Londres, à Paris, à Berlin, à Moscou en compagnie de musiciens tels que Mihail Pletnyov, Ádám Fischer, Zoltán Kocsis, Gidon Kremer, András Schiff ou Tabea Zimmermann. Selon le Bachtrack de Londres, il était en 2017 le violoncelliste le plus recherché au monde. Il joue sur un Stradivarius légendaire, le violoncelle appelé « ex du Pré Harell », fabriqué en 1673. Au programme les œuvres de Kodály et de Ravel.

Concert de piano d’Erika Lux Musique | Entrée libre 10 mai à 20h | Institut hongrois Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr Encore étudiante, Erika Lux obtient son premier prix international en remportant le concours Liszt-Bartók de Budapest. Récompensée également à Tokyo, Leeds, Munich (Concours international de musique de l'ARD), Saint-Germain-en-Laye (Concours Debussy), elle s’est produite dans des festivals à Salzbourg, Paris, Berlin, Séoul et New York. Dirigée par Yehudi Menuhin, Kyrill Kondrashin, Miguel Gómez Martínez, Iván Fischer, Michael Jurowski, elle a joué en soliste pour différents orchestres, et en particulier pour le NHK Tokyo, le Tivoli-Orchester Kopenhagen, le Bamberger Symphoniker ou l’Orchestre de la Suisse Romande. Peter Schreier, Julia Hamari, Ivry Gitlis, Gavriel Lipkind et l’Orpheus Chamber Ensemble font partie de ses partenaires de musique de chambre. En 1990, elle devient professeure à l’académie de musique de Hanovre. Elle se produit toujours en concert, fait partie de divers jurys et donne des cours.

|9


Les Faucons, réalisé par István Gaál Littérature et cinéma | Entrée libre 16 mai à 19h30 | Institut hongrois Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr

Littérature et cinéma en République populaire de Hongrie (1949-1989) : passages, résonances, surgissements Magasiskola, 1970, 80min, VOSTFR Ce programme qui se prolongera tout au long de l’année propose de s’intéresser aux enjeux que soulève l’adaptation cinématographique d’œuvres littéraires dans la Hongrie socialiste, de 1949 à 1989. Il présentera dix films emblématiques dans lesquels les textes littéraires initiaux (souvent méconnus) s’ancrent dans un double processus de reconstitution poétique et de prise de distance critique. Programmation conçue par Mario Adobati, Damien Marguet et Mathieu Lericq. Un jeune ornithologue se rend au cœur de la steppe pour effectuer un stage au sein d’une communauté de fauconniers. D’abord fasciné par les méthodes de Lilik et de ses hommes chargés d’un programme expérimental visant à contrôler l’écosystème de la puszta, il prend peu à peu conscience de la dérive sectaire et autoritaire de ce groupe... Cette fable politique aux allures de western, inspirée d’un roman de Miklós Mészöly, est une magistrale exploration de l’espace de la grande plaine. Séance présentée par Damien Marguet.

Nuit des musées 19 mai de 19h à 24h |Entrée libre Visites guidées : 20h et 22 h Spectacle de marionnettes : 21h et 23h Vente de livres : 20h-23h Institut hongrois Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr

Dans le cadre de l’exposition Touches. Le théâtre expérimentale de Géza Blattner dans le Paris des avant-gardes, Ábel Kónya, l’un des commissaires de l’exposition, vous propose des visites guidées. Au cours de la soirée le Théâtre de marionnettes Vojtina de Debrecen présentera aux visiteurs des spectacles de marionnettes. Une sélection de livres hongrois en traduction française sera également proposée à la vente.


Edgar Morin et son ami et compagnon d'armes, Georges Szekeres Table ronde | Entrée libre 24 mai à 19h30 | Institut hongrois Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr Projection de l’enregistrement vidéo d’un entretien avec M. Edgar Morin, Docteur Honoris Causa d’une trentaine d’universités à travers le monde. Le philosophe évoque son ami hongrois Georges Szekeres. « Les arguments de Szekeres étaient nouveaux pour moi [...] il m’orienta sur Hegel » a-t-il écrit. Ils étaient frères d’armes dans la Résistance. G. Szekeres, commandant des FFI, fut décoré de la Croix de Guerre avec palme « mais en 1950 la police française l’a remis à la police stalinienne à Berlin ». Il a passé près de 4 ans dans les prisons de la police politique hongroise dont plus de 11 mois à l’isolement. Après la révolution de 1956, il travaille comme traducteur littéraire à Budapest et traduit notamment les œuvres de Victor Hugo, Arthur Rimbaud, Louis Aragon et Michel Butor. Il est mort à l’âge de 59 ans, littéralement, debout. Sa biographie est publiée chez L’Harmattan. La projection sera suivie d’une table ronde avec la participation de Vera Szekeres-Varsa, Suzanne Körösi journaliste, Ildikó Lőrinszky traductrice, György Szekeres traducteur, Jean-Pierre Frommer président des Mardis hongrois. (Les citations d’Edgard Morin sont extraites d'Autocritique, Paris 1975, Ed. du Seuil).

Rencontre avec Imre Oravecz à l’occasion de la parution de son roman Septembre 1972 Littérature | 25 mai à 19h30 Institut hongrois | Entrée libre Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr

Septembre 1972, inspiré du journal qu'il a tenu pendant près de vingt ans. Poète, traducteur et journaliste, Oravecz incarne le renouveau de la poésie hongroise des années 1980, entre lyrisme amoureux et tradition épique, entre monde matériel et monde spirituel. « Depuis un bon moment déjà, je rôdais dans le parc populaire de la capitale de ton pays, pour mettre la main sur une femme qui comblât mes désirs et dont je puisse à mon tour éveiller et combler les siens, mais comme aucun succès n'avait couronné mes efforts triviaux, je m'apprêtais à partir, quand soudain, je t'ai avisée près de la grille d'entrée... » Un homme et une femme : leur rencontre, leur amour, leur séparation et la vie qui s'efforce de reprendre plus ou moins douloureusement le dessus tandis que le passé ne cesse de ressurgir. En une série de courts chapitres qui sont autant de témoins de ses doutes, de ses joies, de ses peines, de ses manies et de ses questionnements infinis, c'est à une traversée de son existence dans ce qu'elle a de plus quotidien et de plus universel que le narrateur nous convie. Préface rédigée par Florence Delay (Académie Française). Avec la participation du traducteur Marc Martin.

| 11


Littérature | Entrée libre 26 mai de 18h à 23h | Mairie du 5e 21 Place du Panthéon 75005 Paris Informations : +33 1 43 26 06 44 accueil@instituthongrois.fr

Lectures à 18h, 19h, 20h, 21h et à 22h À l'occasion de la 6è édition de la Nuit de la littérature, le poète Imre Oravecz accompagné de comédiens sera au centre d'une série de cinq rencontres/ débats autour de son roman Septembre 1972, inspiré du journal qu'il a tenu pendant près de vingt ans. Poète, traducteur et journaliste, Oravecz incarne le renouveau de la poésie hongroise des années 1980, entre lyrisme amoureux et tradition épique, entre monde matériel et monde spirituel. En une série de courts chapitres, le poète et romancier évoque dans Septembre 1972, ses doutes, ses questionnements et sa douloureuse quête amoureuse. De la passion à la perte, cette quête universelle que transcende un verbe puissant et vibrant donne à entendre une singulière voix poétique. Comédiens : Pierre Bocabarteille, Doby Broda, Cecile Durand, Alexandre Jazédé Mise en lecture par Gerzsenyi Bea

Dédié à la littérature hongroise et à la manière dont elle est accueillie en France, le site www.litteraturehongroise.fr vous propose des interviews, critiques de livres, extraits de traductions d’œuvres inédites et fiches biographiques d’auteurs et de traducteurs.

Photo : Gáspár Stekovics

Nuit de la littérature


Mets littéraires – à la table des écrivains hongrois Exposition |8 juin - 13 juillet Vernissage le 7 juin à 19h Institut hongrois | Entrée libre « Allons-nous publier cette chronique, monsieur le rédacteur ?... C’est-à-dire que sur quatre colonnes il ne s’y passe rien d’autre qu’un homme qui mange un poisson !... », demande l’imprimeur dans Dernier jour à Budapest, roman de Sándor Márai (Albin Michel, 2017, traduit par Catherine Fay), consacré à la figure Gyula Krúdy, auteur de nombreux récits « culinaires ». Il ne s’y passerait réellement rien d’autre ? Quelle peut être la signification d’un repas ou d’un mets dans un texte littéraire ? La description minutieuse du dîner consommé par le protagoniste aiguiserait-elle notre compréhension du roman ? Notre exposition, réalisée en collaboration avec le Musée littéraire Petőfi, met sur la table un sujet rarement évoqué dans les murs de l’Institut hongrois : la littérature gourmande. Conscients que manger est rarement un acte innocent en littérature, nous articulons notre sélection de textes et d’archives littéraires autour de concepts tels que sacralité, l’identité nationale, la sensualité ou la recherche de l’extrême. Convié à la table des écrivains hongrois, le visiteur sera, contrairement aux préceptes communément admis de la bienséance, vivement encouragé à regarder dans l’assiette (la tasse à café, le plat à rôti, le sucrier ou encore la boîte à épices) de ses illustres voisins tout en se délectant du festin littéraire qu’offrent les textes mitonnés par leurs propriétaires. Car si les plaisirs de la table et la faim sont des phénomènes éternels, le discours littéraire qui s’en inspire ne l’est pas moins.

| 13


Les démocraties dites « illibérales » en Europe centrale Conférence | 12 juin 19h30 Institut hongrois | Entrée libre Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr Conférence donnée par Chantal Delsol L’association des Amis de l’Institut Hongrois a invité Madame Chantal Delsol à venir présenter son analyse des démocraties dites « illibérales » en Europe Centrale, d’un point de vue général d’abord, puis en examinant la situation dans chacun des pays concernés. Le Professeur Delsol est philosophe et écrivaine. Elle est membre de l’Institut et dirige l’Encyclopédie de l’Europe médiane. En tant qu’éditorialiste, elle écrit au Figaro, à Valeurs Actuelles et au magazine L'Incorrect.

L’homme sans sépulture, réalisé par Márta Mészáros Cinéma | 14 juin à 19h30 Institut hongrois | Entrée libre Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr A temetetlen halott, 2004, 124 min, VOSTFR Au fil des souvenirs de la fille du premier ministre de la révolution de 1956, des lettres et des documents de l’époque, le film de Márta Mészáros nous initie à l’histoire personelle et symbolique d'Imre Nagy à partir de la chute de révolution jusqu’à son exécution en 1958.


Récital de piano avec Philippe Guilhon-Herbert Musique | 15 juin à 20h Institut hongrois | Entrée : 22€ concert&cocktail Réservation obligatoire : 01 46 31 80 89 (répondeur) Musicien complet au parcours éclectique, Philippe Guilhon-Herbert commence sa formation musicale au CNSM de Paris et la poursuit en Allemagne où il obtient les Premiers Prix de piano, musique de chambre et d'accompagnement à la Musikhochschule de Fribourg-en-Brisgau. Il se produit tant en récital qu'en soliste avec orchestre, notamment à l'Opéra Bastille, à l'Athénée Louis Jouvet, au Théâtre de Poissy, à l'Unesco, au Mozarteum de Salzburg. Au programme : œuvres de Chopin, Liszt et Granados En collaboration avec l’association Arthèmes

Psaume Rouge , réalisé par Miklós Jancsó

Még kér a nép, 1972, 87min, VOSTFR Ce programme qui se prolongera Littérature et cinéma | Entrée libre tout au long de l’année propose de 20 juin à 19h30 | Institut hongrois s'intéresser aux enjeux que soulève l'adRéservation obligatoire : aptation cinématographique d'œuvres reservation@instituthongrois.fr littéraires dans la Hongrie socialiste, de 1949 à 1989. Il présentera dix films Littérature et cinéma en emblématiques dans lesquels les textes République populaire de Hongrie littéraires initiaux (souvent méconnus) (1949-1989) : passages, s’ancrent dans un double processus résonances, surgissements de reconstitution poétique et de prise de distance critique. Programmation conçue par Mario Adobati, Damien Marguet et Mathieu Lericq. À la fin du XIXe siècle, dans la campagne hongroise, des ouvriers agricoles d’une exploitation seigneuriale sont en grève. L’intendant, l’armée, les religieux, essaient de les ramener à la raison. Chantant et dansant, les révoltés parlent d’une nouvelle société, d’une redistribution des richesses, mais les soldats guettent, prêts à réprimer violemment la rébellion. Psaume Rouge, prix de la mise en scène à Cannes en 1972, se compose d’une série de plans-séquences époustouflants qui condensent toutes les recherches de Jancsó et de son équipe. Séance présentée par Damien Marguet.

| 15


NOS PROGRAMMES RÉGULIERS

Ateliers pour enfants Tous les mercredis à partir du 10 janvier, l’Institut hongrois propose des cours de hongrois pour les enfants et les jeunes de 3 à 14 ans. Les groupes sont constitués selon l’âge, et les cours ont lieu de 15h30 à 16h15 et de 16h15 à 17h. Pour les plus petits, l’enseignement est axé sur des comptines, des chants et des contes ; pour les plus âgés, l’accent est plutôt mis sur les connaissances de base de la littérature et de l’histoire hongroises. 3-4 ans de 15h30 à 16h15 et 5-6 ans de 16h15 17h - animatrice Mlle Emese Ladányi 6-7 ans de 15h30 à 16h15 et à partir de 8 ans de 16h15 à 17h - animatrice Mme Orsolya Karinthi-Rébay Inscription pour tous les cours : o.rebay@instituthongrois.fr

Lieux d’Accueil Enfant-Parent pour les familles hungarophones Programme pour enfants chaque premier samedi du mois de 10h30 à 13h Institut hongrois

Un lieu de rencontre et de loisirs pour les toutpetits (0 à 4 ans) accompagnés par un ou plusieurs membre(s) de la famille. Les futurs parents y sont également les bienvenus. L’enfant, avec la présence rassurante de l’adulte familier, rencontre d’autres enfants, partage des moments de jeux, se prépare en douceur à l’entrée en crèche ou à l’école et découvre les règles de la vie en société. Les parents, s’ils le souhaitent, jouent avec leur enfant, découvrent son comportement social en présence d'autres enfants et échangent leurs expériences de futurs parents et de parents. Pas d’inscription préalable. Libre participation à la tirelire pour assurer le bon fonctionnement du lieu.

Atelier de danse pour enfants Prochaines dates : 7 avril 10h30-11h30 5 et 26 mai 10h30-11h30 Institut hongrois

Au printemps 2018, l’Institut hongrois propose trois ateliers de danse pour les enfants. La méthode des táncház (littéralement « maison de danse ») permet aux plus jeunes de développer leur expression corporelle par la danse, de découvrir la musique hongroise traditionnelle et de partager la joie de chanter en chœur. Comptines, chants hongrois folkloriques, danse csángó de Moldavie et jeux traditionnels attendront les enfants et leurs parents. Le táncház sera animé par Zita Valéria Tóth.


Nous souhaitons vous proposer une sélection des meilleurs gâteaux de Hongrie et d'Europe centrale à l'Institut hongrois, chaque premier et troisième samedi du mois entre 13 et 18 heures. A la carte des strudels salés sucres, le fameux dobostorta, les gâteaux au pavot, aux pommes au fromage blanc et bien d'autres délices qui sauront ravir vos papilles ! Vous pourrez les déguster sur place autour d'une tasse de thé, d'une tisane ou d'un café, mais également les emporter si vous le souhaitez. Pour les commandes, veuillez nous prévenir trois jours avant « L'heure du thé » soit par téléphone au 06 64 27 51 68 ou par mail cuisinehongroise@free.fr. Délicieusement vôtre, Kati & Marianna La brigade de l'Art Culinaire Hongrois


Jardin de Luxembourg

instituthongrois.fr instituthongrois

instituthongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris lundi-samedi de 9h à 20h Fermé le dimanche @ : accueil@instituthongrois.fr T : +33 1 43 26 06 44

Inscrivez-vous à la newsletter sur notre site : www.instituthongrois.fr

http://instituthongrois.fr

MÉDIATHÈQUE lundi-vendredi de 10h à 13h et de 14h à 18h T : +33 1 43 26 14 86 mediatheque@instituthongrois.fr

Programme : avril-juillet 2018  
Programme : avril-juillet 2018  
Advertisement