Issuu on Google+

architecture


Hassene Jeljeli

Tunisie

mémoire

Shusira un centre de formation en techniques de construction en pierre

Hassene Jeljeli est un architecte tunisien qui a consacré son projet de fin d’étude à la création d’un centre de formation destiné à revaloriser les techniques de construction traditionnelles, notamment en pierre. Il est en Tunisie, mais la problématique qu’il aborde intéresse beaucoup d’autres pays, la France en particulier, où le retour à l’usage des matériaux locaux est au centre de beaucoup de réflexions. Il nous résume son travail. “J’étais, je suis et je serai toujours attiré par l’architecture sans architecte, une architecture ingénieuse, représentante du mariage parfait de la réflexion et de l’intuition de l’Homme. L’architec-

ture vernaculaire ou la graine qui prend naissance spontanément de son sol.” Il a aussi découvert les travaux de l’architecte Fernand Pouillon à Alger, “son usage moderne de la pierre, d’où l’idée de concevoir un centre de formation qui sera lui-même une vitrine de plusieurs techniques contemporaines utilisant ce matériau noble et durable. Du fait d’un manque flagrant de main d’œuvre qualifiée dans le domaine de la restauration, et de l’invasion de nouveaux matériaux de construction industriels, les nombreux sites très riches en patrimoine architectural vernaculaire, que compte la Tunisie, se trouvent menacés de

Le centre de formation en techniques de construction en pierre imaginé par Hassene Jeljeli.


Illustrations de l’utilisation de la pierre dans la construction, dans le village de Kesra.

dégradation”. La réflexion de Hassene Jeljeli est issue de l’étude du cas de l’ancienne Shusira : Kesra, un village du gouvernorat de Siliana, d’une beauté frappante par ses paysages architecturaux en pierre, ressource naturelle abondante, se défigure petit à petit. “Dans un contexte où le durable devient une nécessité, l’utilisation des matériaux locaux est primordiale. Un centre de formation professionnelle dédié à la construction en pierre qui accueillerait toute personne curieuse du passé de cette terre sur laquelle elle habite, désirant découvrir et/ou apprendre ces techniques de construction millénaire pourrait aider à la revalorisation de ce patrimoine architectural”. L’approche de Hassene Jeljeli porte sur la création d’une proposition architecturale qui participera à la revalorisation du village, son histoire, son patrimoine et son architecture. “L’objectif est aussi de revaloriser et faire renaître ses activités artisanales, faire participer les villageois dans les activités du projet et même au cours du chantier. Le centre dispense des connaissances en termes de techniques ancestrales et nouvelles de la pierre, la conception du Centre en lui-même se veut une vitrine des techniques d’aujourd’hui de construction en pierre, et cela pour montrer qu’il est toujours possible de s’inscrire dans l’architec-

ture contemporaine tout en utilisant des matériaux ancestraux afin de minimiser l’impact sur l’environnement”. Ce travail de Hassene Jeljeli, qui fait notamment référence aux projets de plusieurs architectes français contemporains, notamment Gilles Perraudin et Hervé Beaudouin, est extrêmement complet et documenté. Il lui a permis d’obtenir une mention “très bien” pour son diplôme, et tout récemment, la mention “honorable” au concours Mediterranean Mimar Sinan Prize 2016. Il ne reste plus maintenant qu’à le construire...


PIERRE ACTUAL № 954 / Shusira