Page 1

magazine

# 0 4 Septembre-octobre-novembre 2013 /// GRATUIT /// Montpellier


Re(PO)s

é(PO)ustOuflantes

• © P. Palau • 08/2013

Pyrénées- Orientales

B

GRIZETTE magazine #04

www.visitpo.com


Nos points de distribution “partenaires” où vous trouverez toujours le magazine Grizette Café Gourmand 5 place de la Canourgue - 04 67 54 99 50

www.grizette.com // Facebook : Grizette

CHIC & BOHÈME 31 rue Proudhon - 04 67 10 99 94 www.chic-boheme.com CUBIK, LA GALERIE-BOUTIQUE 6 rue des Teissiers - 04 11 75 05 77 www.cubik-lagalerieboutique.com CREMERIA VIENNA 1 rue en Rouan - 04 67 54 16 24 DAILY STORE 2 rue de la Carbonnerie - 09 83 09 45 53 www.dailystore.fr DIDASKALI 16 rue Jules Latreilhe - 09 80 34 49 48 www.didaskali.com FAIRVIEW COFFEE 6 rue Loys - 09 80 56 39 39 www.fairview-coffee.tumblr.com LE DÉPÔT-VENTE DES COPINES 10 rue de l’Argenterie - 04 67 91 01 87 LE PANIER D’AIMÉ 6 rue du Plan du Palais - 09 83 29 98 62 www.lepanierdaime.fr MADEMOISELLE & CHOCOLAT 10 rue Roucher - 04 99 63 18 45 www.mademoiselle-et-chocolat.fr MOA CC Polygone - 04 67 64 70 30 NATURE DES SENS Port Marianne, 191 rue Shirin Ebadi 09 82 55 54 45 OFFICE DE TOURISME 30 allée Jean de Lattre de Tassigny 04 67 60 60 60 - www.ot-montpellier.fr QU’IMPORTE LE FLACON 8 rue du Petit Saint-Jean - 04 67 58 88 70 www.quimporteleflacon.com

Le nouveau numéro d’un magazine est le fruit du travail de toute une équipe, vous vous doutez bien ! Il y a ceux qui écrivent, font des recherches, se creusent la cervelle pour trouver de bonnes idées, réalisent des interviews, d’autres qui dessinent, mettent en page... Et puis il y a des personnes sans qui les pages mode du magazine ne pourraient même pas exister… En effet, les shootings mettent en scène les nouvelles tendances de la saison avec des vêtements, des sacs, des chaussures, des bijoux… Pour trouver tout cela, je chausse mes baskets les plus confortables et je pars faire les boutiques… Waouh, le kif total, je me sens à chaque fois comme Pretty Woman… Richard Gere en moins ! L’objectif est de constituer des silhouettes en choisissant des articles à emprunter dans différents magasins, toutes marques confondues, et à Montpellier, on n’est pas en reste ! Pour le premier numéro de Grizette, ce n’était pas évident : personne ne connaissait le magazine, donc difficile de confier des fringues juste sur un sourire, on peut le comprendre ! Chaque numéro m’a donné l’occasion de rencontrer plus de monde, de découvrir de nouvelles adresses et d’élargir les collaborations avec des marques différentes. C’est la raison pour laquelle je voulais rendre hommage aux commerçants qui depuis presque un an nous font confiance. Merci pour votre gentillesse et votre disponibilité, cette fois encore, les séries mode sont à tomber !

Suerthé, “Si le thé m’était conté” 11 bis rue Saint Firmin - 04 67 02 81 57 www.si-le-the.com YÖMI 16 rue St Guilhem et 43 Grand rue Jean Moulin 04 99 61 86 74 - www.yomi.fr

Johanne Vinay Directrice de rédaction

1


DeBonneville-Orlandini Crédit photo : ©Alex Mahieu

ÉCOUTEZ MANU DANS LE 6/9 À 7H05 ET 8H05 SUR NRJ

2

*Jeu ouvert du 19 Août 2013 au 27 Juin 2014 inclus. Participation réservée aux personnes salariées, dont le salaire net mensuel pour le mois précédent la participation est inférieur ou égal à 2.000 euros maximum. Le gagnant remporte une somme égale à une fois le montant du salaire net du mois précédant sa participation (montant figurant dans la rubrique «net à payer» du bulletin de paie du mois précédant sa dernière inscription au jeu sur le site www.nrj.fr), dans la limite de 2.000 euros maximum. Règlement complet et inscription sur le site www.nrj.fr. Règlement déposé chez SCP Stéphane EMERY, GRIZETTE Thierry magazine #04 ALLIEL, huissiers de justice associés, 11 rue de Milan 75009 Paris. LUCIANI, Jacques


sommaire

© Mark Maggiori

© Dmitrimaruta - Fotolia.com

28.

16.

22.

18.

34. En couverture : Anne Lise Photographiée par Basaltart Maquillée par Nyels Anders Coiffée par Nancy Manresa Blouse Swildens chez Carré Féminin

1. Edito 7. Making-of 8. Contributeurs 10. Agenda 16. dossier société Les slasheuses inventent une nouvelle façon de travailler

18. Interview Lily Wood and the Prick

04

22. Tendances Ladies d’automne 22. Bourgeoisie Party ! 24. Masculin /Féminin 26. NYC Fashion Tour

28. Mode PUNK’S NOT DEAD 34. mode ACCESSOIRES 38. psycho Oser être soi-même

40. BEAUTé 40. Tendances automne/hiver 42. Nouveautés

44. Love 44. Les complexes... 45. Connais-toi toi-même

46. sexo Amantoscope

48. créatrice Carlos Arthémis, la déesse du cuir

3


sommaire

50.

66.

© Ripauste

62.

© Deuz

© Etsy - Thibaut Malet

72.

95.

50. Mode ETE INDIEN

74. DIY

58. Vu par lui

76. CULTURE

58. Le blues du lundi matin 59. Rockeur sage

60. Testé pour vous La gym poussette

62. pitchouns Du nouveau pour les mamans

64. welcome to montpellier Culture Shock Treatment

66.Talents La Ripauste des Gazelles

68. Evasion London Calling

70. DéCO 70. “Chai” Julia 72. Tendances 4

GRIZETTE magazine #04

Une chaise relookée 76. Exposition / 77. Théâtre 78. Danse / 80. Concert 81. Musique / 82. Cinéma 83. Livres

84. Ma planète Génération bien-être

86. BONS PLANS 86. Restauration 88. Shopping 90. Beauté

92. Horoscope 94. GRIZETTE 94. Partenariats 95. Blog & Web

96. adresses

77.

© Ensad

© Metrocentric

68.

Grizette Magazine numéro 04 Septembre-octobre-novembre 2013 Directrice de la rédaction : Johanne Vinay johanne@grizette.com Directeur de la publication : Laurent Lecler 06 80 35 39 94 - laurent@grizette.com Contact annonceurs : pub@grizette.com Courrier des lectrices : lectrices@grizette.com Blog : www.grizette.com Conception maquette : Mine de rien Imprimé en France Imprimeur : Pure Impression - Imprimeur Eco-responsable Diffusion : Cart’Com Languedoc-Roussillon Grizette Magazine est un périodique d’information gratuit, édité par la SARL Agence WIP. Siège social : 6 rue de la Poésie - 34000 Montpellier. RCS Montpellier 750 997 298 Téléphone : 09 80 88 98 58 Périodicité : trimestrielle avec 4 numéros par an Tirage : 10 000 exemplaires - Septembre 2013 Dépôt légal à parution - ISSN 2266-0194 Nous ne faisons pas de publicité rédactionnelle, les commerces sont cités dans les bons plans pour signaler à nos lectrices que leur qualité a retenu notre attention. Les prix ne sont donnés qu’à titre de renseignement : étant sujets à fluctuation, ils n’engagent en aucun cas notre responsabilité. Grizette Magazine, tous droits de reproduction réservés pour tous pays. La reproduction, même partielle, des articles et illustrations parus dans Grizette Magazine est interdite sans autorisation préalable. L’éditeur décline toute responsabilité quant au contenu des publicités fourni par ses annonceurs.


Crédits photos : Getty images. ENJOY Montpellier RCS B382 591 881. 08/2013

! ctobre o 5 1 i d > Mar

ée à 1 entrréduit tarif s Mesdames

u pour vo

5

!


T’as une boutique à Montpellier et t’es pas dans Grizette ? Non mais...

... Pour faire de la publicité dans magazine

09 80 88 98 58 6

GRIZETTE magazine #04


making of

Images de shooting… le Making-Of ! Shooting mode PUNK’S NOT DEAD ai du Verdanson ur était investi le Qu , un graffe Nous avons séance photo arrivés ! cette de ue nous sommes le temps lorsq re à l’œuv urs d’aille

“Le flash n’est

pas parti, on la

refait !”

de l’Etang de l’Or, des Paysage camarguais au bord des mûres délicieuses, vaches, des chevaux et même sans oublier les moustiques !

Shooting mode ETE INDIEN

Je peux voir, dis j’peux voir ? 

Attention on va lâcher les taureaux ! 

Retrouvez le film du Making-of des shootings mode sur la page du blog www.grizette.com/grizette-magazine-04 Vous pouvez aussi flasher ce QR-code pour voir la vidéo directement sur votre smartphone.

7


n o s co n tr i b u t e u rs

Basaltart

Coline Chavaroche

Photographe autodidacte. Elevé au grain camarguais, il est passionné par la lumière naturelle. Écoute, simplicité et partage sont les maîtres mots de ses photos humaines.

Journaliste de formation et blogueuse à ses heures perdues. Elle est férue de mode et de littérature, deux domaines différents mais pas incompatibles. En témoignent les chroniques girly, un brin cyniques, qu’elle publie sur fashioneiric.blogspot.com.

Isabelle Follador

Maeva Joly

A travers son travail d’illustratrice, Isabelle nous embarque dans un univers situé entre autobiographie et mythologie personnelle. Itinéraire d’une fille cash et sans tabous, folle frivole mais surtout authentique. Entre trash et strass, chacune de nous y trouve sa place.

Etudiante en communication, Maeva ne tient pas en place. Après avoir vécu à Londres, cette passionnée de mode est sans cesse à la recherche de nouveaux projets.

Marine Bohin

Jane Hayward

Journaliste cinéma pour la radio et pour la presse, présentatrice pour la Montpelliéraine WebTv, modèle, comédienne. Consomme beaucoup d’adrénaline, d’imprévus et d’éthanol.

Kathryn Harrison English teacher, translator, ballerina, social butterfly. Kat is a passionate linguist with diplomas in French and Spanish. She left New Zealand for Le Midi 7 years ago and she’s still on top of the world.

A lover of languages, laughter and life; English teacher, translator and traveller, Jane spent 5 years in Mexico before moving to Montpellier in 2008. Brighton born, but moving around. Always smiling.

Vincent Pourrageau Journaliste radio et presse écrite culture et société, mais aussi designer sonore pour le spectacle vivant et les arts plastiques, histoire de se passer un peu des mots.

Perrine Brisson Issue du milieu de la communication, Perrine aime aussi travailler de ses 10 doigts. Dynamique et créative, elle vient de créer M Factory avec Anne-Charlotte : une sélection d’objets et mobiliers chinés revisités. Découvrez leurs réalisations colorées sur mfactorydesign.tumblr.com

8

GRIZETTE magazine #04

Merci également à Agnès, Anne-Charlotte, Audrey, Aurélia, Caroline, Dafne, Nancy, Stéphanie, Tatiana, Zazazen, Laurent, Marc, Nyels et PMP qui ont contribué à ce numéro.


9


ACT U S

Agenda

Septembre > novembre

CONCOURS DE MODE Du 2 septembre au 30 novembre MPT Rosa-Lee Parks / Montpellier

C’est une autre paire de manches !  Dans le cadre du festival De fil en aiguille, les dossiers de candidature et de projet sont à retourner par courrier ou à déposer au secrétariat Maison pour tous Rosa-Lee Parks Concours créateurs de Mode de Montpellier 10 rue François-Henry d’Harcourt - 34080 Montpellier. Télécharger le dossier de candidature sur www.montpellier.fr rubrique Actions/Loisirs/Les Maisons pour tous/Les Maisons pour tous du quartier Hôpitaux-Facultés/Rosa-Lee Parks Le défilé-concours se déroulera le 26 mars 2014 à la MPT Rosa-Lee Parks.

Le café, huile sur toile, 100x100 cm

EXPO PEINTURE 13 septembrE > 12 octobre Galerie de l’Ancien Courrier / Montpellier

Oliver Bevan Lueurs et Délices

www.galerieanciencourrier.com

septembre EXPO 12 septembre > 31 décembre Pierresvives / Montpellier

Pierres, Papiers, Peintures : Arts urbains et Architectures Le graffiti est un mouvement artistique ! Si vous en doutez encore, rdv à pierrevives. L’institution accueille une exposition sur les rapports paradoxaux entre arts urbains et architecture. Aux manettes : Al, le colleur montpelliérain, qui met en scène 14 artistes sur 400 m2 dans une scénographie contextualisée.

© Supakitch et Koralie NYC

EXPO 14 septembre > 31 octobre Galerie At Down / Montpellier

ZEST, exposition personnelle

www.galerie-atdown.com

Gastronomie du 16 au 22 septembre Grandes tables de France et du LR

Tous au Restaurant

www.tousaurestaurant.com 10

GRIZETTE magazine #04

ZEST © Shine


musique 19, 20 et 21 septembre Paloma / Nîmes

Marsatac Pour la deuxième année consécutive, le grand festival électro marseillais de la rentrée exporte trois de ses soirées dans le Gard, et pas des moindres ! C’est festif, dansant, il y a certes de la techno mais aussi de la house et de la pop : on adore ! Avec Laurent Garnier, Vitalic, Cassius, Juveniles… www.marsatac.com Laurent Garnier ©DR

Epicycle ©Philippe Cibille

FESTIVAL 21 et 22 septembre Saint-Jean-de-Védas

Festin de Pierres Saint-Jean-de-Védas devient un carrefour pour les arts de la rue, le temps d’un week-end. Sur place, il y aura à voir et à rêver à même le bitume, avec une machine à jongler, des déambulations musicales, des spectacles de cirque et de théâtre participatif. Les artistes éclectiques - chanteurs, comédiens, danseurs, acrobates provoqueront toute une gamme d’émotions chez les spectateurs, des frissons aux rires.

EXPO PHOTO 19 septembre > 3 novembre MID / Sète

FESTIVAL 27, 28 et 29 septembre Montpellier

Massimo Berruti (Agence VU) Les Lashkars

5è Rencontres du Court

www.la-mid.fr

Ce “Festival solidaire du Court-Métrage” investit pour sa 5è année la Comédie et Odysseum, où seront projetés non-stop une centaine de court-métrages. Soutenu par Agnès B., le festival est également au profit d’associations caritatives.

EXPOS EN COURS à montpellier : EXPO > 28 septembre FRAC LR Alain Bublex EXPO photo > 6 octobre Pavillon populaire couleurs Plossu Pakistan, vallée de Swat, Imam Dherai, août 2010. Des membres armés du lashkar, sous la direction d’Idrees Khan, effectuent une “pehra” (patrouille de jour), le long de la rivière Swat. © Massimo Berruti / Agence VU / Fondation Carmignac Gestion

EXPO > 27 octobre musée fabre Signac EXPO ART CONTEMPORAIN > 15 décembre La Panacée Conversations électriques 11


ACT U S

FESTIVAL musique 28 septembre > 19 octobre Montpellier

Les Internationales de la Guitare C’est le festival incontournable de la rentrée, à la fois éclectique et pointu où, du Corum au JAM en passant par le Théâtre Jacques Cœur, se croisent têtes d’affiches confirmées mais jamais commerciales, jeunes artistes prometteurs et groupes plus confidentiels. De quoi nous faire adorer l’automne ! Avec Sanseverino, Rachid Taha, Paco Ibanez, Les Doigts de l’Homme, And also the Trees… www.les-ig.com

EXPO 4 octobre > 17 novembre Carré Sainte-Anne / Montpellier

Chiharu Shiota (voir page 76)

Rachid Taha DR

DECO 11 > 21 octobre Parc des Expositions / Montpellier

Foire de Montpellier Languedoc-Roussillon Retrouvez-nous à la Foire de Montpellier Languedoc Roussillon (voir p94). www.foire-montpellier.com

octobre CONCERT 1 > 5 octobre Park&Suites Arena / Montpellier

Mylène Farmer Timeless 2013

THEATRE 9, 10 et 11 octobre Théâtre Jean Vilar / Montpellier

Un opéra de Quat’sous

SALON PROFESSIONNEL 2 octobre Domaine d’agglomération La Providence / Montpellier

D’après Bertolt Brecht (voir page 77)

Des Métiers et des Femmes

(voir page 94)

EXPO PEINTURE ET SCULPTURE 5 octobre > 12 janvier 2014 Musée Fabre / Montpellier

Le goût de Diderot

museefabre.montpellier-agglo.com 12

GRIZETTE magazine #04

DR

CONCERT 15 octobre Zénith sud / Montpellier

Asaf Avidan


© Ph. Lebruman

CONCERT 17 octobre Théâtre Jean Vilar / Montpellier

Bertrand Belin Guitariste, auteur de chansons énigmatiques et suggestives où le verbe est rare, donc précieux.

CONCERT 17 octobre Park&Suites Arena / Montpellier

EXPO ART CONTEMPORAIN 30 octobre > 2 février 2014 CRAC / Sète

Hamish FULTON En marchant - Monographie Le “walking” et conceptuel artiste anglais Fulton, qui marche depuis 40 ans, affirme que “marcher transforme”. L’expo restitue sa marche de 23 jours dans les Pyrénées via photos, wall painting etc. Son corps devient une sculpture évoluant dans le paysage. Une remise en question de l’art dans l’espace public. crac.languedocroussillon.fr

FESTIVAL cinéma 25 octobre > 2 novembre le Corum / montpellier

35è édition du Cinemed (voir page 82)

Marisa Paredes © Nico

Patrick Bruel

Hair, 1948, 2010, tirage numérique sur papier fibre contrecollé sur aluminium Dibond, 45,7 x 45,1 cm. Collection particulière

© Stan Douglas

EXPO PHOTO 12 octobre > 26 janvier 2014 Carré d’Art / Nîmes

STAN DOUGLAS PHOTOGRAPHIES 2008-2013 Le Carré d’Art présente une exposition photo monographique de l’artiste canadien Stan Douglas. Depuis la fin des années 80, il réinterroge certains lieux et évènements du passé en s’appropriant notamment les codes et les techniques de la photographie de presse. www.nimes.fr

CONCERT 23 octobre Zénith sud / Montpellier

CONCERT 25 octobre Le jam / Montpellier

TEXAS

(voir page 94)

Beata Dreisigova

PEINTURE > 12 octobre Galerie de l’Ancien Courrier / Montpellier Oliver Bevan EXPO > 27 octobre musée fabre / montpellier Signac EXPO > 31 octobre Galerie At Down / Montpellier ZEST PHOTO > 3 novembre MID / Sète Massimo Berruti ART CONTEMPORAIN > 15 décembre La Panacée / montpellier Conversations électriques EXPO > 31 décembre Pierresvives / Montpellier Arts urbains et Architectures 13


ACT U S

CONCERT 12 novembre Le Corum / Montpellier

Stacey Kent DR

© Marc Coudrais

DANSE 8 novembre STUDIO BAGOUET agora / Montpellier

Mathilde Monnier & la ribot Gustavia

www.montpellierdanse.com

CONCERT 9 novembre Park&Suites Arena / Montpellier

novembre

Indochine

C’est l’une des dernières grandes “divas blanches” - la modestie en plus - du jazz. En neuf albums, l’américaine Stacey Kent a su imposer tout en douceur sa voix à la fois claire et terriblement swing. Elégante, discrète, profondément humaine et à mille lieues du côté un peu obtus de certains artistes du genre : la classe naturelle, version jazz. www.enjoy-montpellier

EXPO PHOTO 15 > 24 novembre Galerie Saint-Ravy / Montpellier

“Si rien ne bouge” Fabien Pio / Cahuate Milk / Benjamin Sandri www.montpellier.fr

10 et 11 novembre Quartiers Boutonnet et Beaux-Arts / Montpellier

ZAT#7 Zone Artistique Temporaire zat.montpellier.fr

DECO 13 > 17 novembre Montpellier

Design Tour Pour cette 2è édition placée sous la thématique des Territoire(s), le Design Tour voit plus grand ! Au programme : 4 expositions gratuites et de nombreuses invitations dans la ville pour découvrir le design. L’objectif : mettre en lumière les acteurs locaux et (inter)nationaux de l’innovation lifestyle. www.designtour.fr

14

GRIZETTE magazine #04

CONCERT 13 novembre Le Rockstore / Montpellier

Half Moon Run


et les EXPOS EN COURS : cirque 22 novembre > 1 Décembre Théâtre des 13 vents / Montpellier

LE CIRQUE MISère

CONCERT 21 novembre Zénith sud / Montpellier

EXPO > 17 novembre Carré Sainte-Anne / Montpellier Chiharu Shiota ART CONTEMPORAIN > 15 décembre La Panacée / montpellier Conversations électriques EXPO > 31 décembre Pierresvives / Montpellier Arts urbains et Architectures PEINTURE ET SCULPTURE > 12 janvier Musée Fabre / Montpellier Le goût de Diderot PHOTO > 26 janvier Carré d’Art / Nîmes STAN DOUGLAS ART CONTEMPORAIN > 2 février CRAC / Sète Hamish FULTON

Zazie

MOTS ET PERFORMANCES 23 novembre Salle Pétrarque / Montpellier

Zone d’Autonomie Littéraire La Zone d’Autonomie Littéraire prend ses quartiers à la salle Pétrarque de Montpellier. Des auteurs tels que Boris Crack, Christophe Siebert ou Marlène Tissot, s’emparent du micro pour partager leur verve dans ce décor voûté. Entre lectures, spoken words et concerts, l’événement organisé par la Revue Squeeze promet la découverte de talents. Des éditeurs de la région présentent aussi leur production.

EXPO DESSIN CONTEMPORAIN 27 novembre > 1 décembre Carré Sainte-Anne / Montpellier

Drawing Room013

www.drawingroom.fr/bloga

DANSE 26 novembre Théâtre de Grammont / Montpellier

Alain Buffard MAUVAIS GENRE

(voir page 78)

© Marc Domage

© V. D’Eaubonne

De Julien Candy / Cie La Faux Populaire Équilibre sur tréteaux, cerf-volant “vélo-tracté”, bilboquet sans fil... Ou comment se perdre pour se retrouver ailleurs, là où on ne s’attendait pas. Sous chapiteau dans le Parc du Château de Lavérune. www.theatre-13vents.com

PHOTO > 3 novembre MID / Sète Massimo Berruti

15


Société

Les slasheuses inventent une nouvelle façon de travailler Parce qu’elles s’épanouissent en ayant deux activités d’ailleurs souvent radicalement opposées, de plus en plus de jeunes femmes mènent une double vie professionnelle. Décryptage.

© Berc - Fotolia.com

par Aurélia

Pur produit de la génération Y, elles représenteraient 2,5 % de la population active. Elles ? Les slasheuses qui, comme Karine, travaille dans un office notarial et porte à ravir la casquette de rédactrice en chef du webzine Teck’yo. Aurélia, photographe, qui a ouvert avec son compagnon le site de vente boutique-vintage. Ou encore Louise, qui a créé avec son amie Joanna une structure de création d’évènements éco-responsables nuuuts mais travaille une partie de la semaine dans un magasin d’alimentation naturelle. Et à Paris, le phénomène est encore plus développé. Nombre de jeunes femmes, fonctionnaires, médecins ou chefs de produit le jour deviennent le soir et le week-end stylistes ou DJ. Leurs motivations ? Contrairement à celles, malheureusement aussi de plus en plus nombreuses, qui sont contraintes de cumuler plusieurs petits jobs pour pouvoir payer leurs factures, les slasheuses le sont avant tout par choix.

16

GRIZETTE magazine #04

Des artistes qui ont les pieds sur terre Créatives mais pas insouciantes, elles veulent laisser vivre leur fibre artistique sans pour autant envoyer balader un poste stable qui non seulement leur assure une certaine sécurité financière mais leur procure également du plaisir. C’est certainement le plus frappant dans ce nouveau phénomène de société : parce qu’elles s’éclatent dans leurs deux jobs, elles ne veulent renoncer ni à l’un ni à l’autre. Bien sûr, ça demande une sacrée dose d’organisation et d’énergie. Et jamais cette tendance n’aurait pu se développer sans les progrès technologiques de ces dernières années. Hyperconnectées, les slasheuses n’arrêtent en effet jamais vraiment de travailler. Et seules celles ayant un chéri/des enfants/des amis compréhensifs qui les soutiennent dans leur marathon quotidien, heureux de les voir s’épanouir, tiennent sur la durée. Autre agent démotivateur bien identifié, les parents. Difficile


Où se renseigner avant de se lancer dans un projet perso ?

“... il semblerait que chaque nouvelle activité vienne toujours d’une manière ou d’une autre enrichir la précédente et l’animer d’une nouvelle force créative...”

pour leur génération de concevoir qu’on puisse jongler avec plusieurs emplois. Beaucoup y voient du dilettantisme, un refus de grandir, et ils craignent pour leur fille que son employeur ne la prenne pas au sérieux. Qu’ils se rassurent : selon un sondage Opinion Way publié en janvier 2012, 80 % des patrons trouvent les membres de la génération Y très motivés, 90 % pensent qu’ils sont bien intégrés et 70 % très créatifs. À en croire les principales intéressées, il semblerait effectivement que chaque nouvelle activité vienne toujours d’une manière ou d’une autre enrichir la précédente et l’animer d’une nouvelle force créative. Sans compter qu’elles échappent aussi au phénomène plombant de lassitude. Protégées de la peur de tout perdre Malgré tout, certaines entreprises peuvent voir d’un mauvais œil que leurs salariées tentent ainsi de se démultiplier. La crainte qu’elles ne se dispersent et soient de moins en moins performantes. Mais aussi qu’elles ne soient moins contraintes à tout accepter de crainte d’un éventuel licenciement. Quel poids aurait sur elles demain la menace du chômage puisqu’elles ont une seconde activité en parallèle ? Et c’est sûrement d’ailleurs là qu’on trouve une des meilleures explications au phénomène. Comme l’expliquent les sociologues, les slasheuses ont fabriqué leur propre stratégie de survie, à la fois matérielle et psychologique, face aux crises qui secouent le monde du travail. En ne mettant plus toutes leurs billes dans le même sac, elles sont moins dépendantes de leur entreprise. Elles savent que si elles sont licenciées, elles auront d’autres ressources. Ce qui, au final, fait dire à ces mêmes sociologues qu’en remettant le travail à sa juste place et en cherchant avant tout à s’épanouir, les slasheuses sont à leur façon en train de réinventer l’entreprise et la société.

Auprès de la CCI Vous ne savez pas trop par où commencer ? Choix du statut juridique, montage d’un plan de financement, inscription à la chambre des métiers… Des spécialistes de la question (juristes, comptables) vous donnent rendez-vous pour vous aider à y voir plus clair et à entreprendre vos premières démarches. Une matinée d’information gratuite sur inscription préalable au 04 99 51 52 00. A noter aussi dans votre agenda : le 14è Forum de la création d’entreprise qui se tiendra le 27 novembre prochain de 9h à 18h au Corum. Tous les vendredis de 8h45 à 11h30 à la CCI Entreprises : Zone aéroportuaire Montpellier Méditerranée, Mauguio. www.icf-montpellier.com Auprès d’autres femmes Créer sa boîte et travailler seule quand on est une femme, ce n’est pas forcément plus compliqué. Mais cela sous-entend certaines spécificités auxquelles il est plus facile de se frotter quand on se sent soutenue par des consœurs qui sont déjà passées par là. D’où l’idée du Centre de Ressources pour l’Entreprenariat au Féminin d’inviter les porteuses de projet et toutes celles qui se sont déjà lancées dans l’aventure de la création d’entreprise à se retrouver chaque dernier mardi du mois. L’occasion d’échanger en toute liberté et de partager son expérience. CREF : Tél. 09 72 12 99 86 / www.cref-france.com Auprès d’un cabinet de conseil à petits prix L’ISEM Junior est un Cabinet de Conseil étudiant créé en 2003 et affilié à la Confédération Nationale des Junior-Entreprises (CNJE). Un label qui lui permet de proposer des prestations de qualité certifiées à des prix beaucoup moins élevés qu’un cabinet de conseil classique. L’idéal quand on se lance et que l’on a besoin d’une étude de marché ou d’un plan de communication mais que l’on ne dispose pas forcément d’un gros budget. ISEM Junior : Bât B. Rue Vendémiaire, Montpellier. Tél. 04 34 43 20 57 / www.isemjunior.com 17


INT ERV IE W

L’interview très rock’n’pop de Lilly Wood and the Prick Propos recueillis par aurélia Photos mark maggiori

18

GRIZETTE magazine #04


Vous connaissez forcément leurs chansons, Lilly Wood and the Prick est un des groupes pop rock les plus en vue du moment. Mais si sa chanteuse Nili Hadida dégage sur scène une présence incroyable, dans les médias, elle se fait plus discrète. Avant qu’elle et ses acolytes ne fassent danser le public de Paloma le 20 octobre, nous avons voulu en savoir plus sur la punchy Franco-israélienne.

19


D’où vient le nom de votre groupe ? Aucune signification particulière, à l’époque sa consonance nous a juste beaucoup amusés. On est assez hystériques, quand un truc nous plaît, on fonce. On aurait su qu’il allait être connu, on aurait peut-être réfléchi un peu plus et évité un nom aussi improbable ! Ton duo avec Benjamin Cotto, une histoire d’amour ou d’amitié ? La folle histoire d’amitié de deux grands enfants aussi lunaires, déjantés et angoissés l’un que l’autre qui se sont bien trouvés. C’était en 2006, dans un bar parisien, par l’intermédiaire d’amis qui savaient qu’on voulait tous les deux faire de la musique. Quand on s’est revus, on a composé 3 morceaux en une journée, Ben à la guitare et moi pour les textes. Je dis ça, mais en même temps, nous avons des caractères assez opposés. Ce qui, au final, sert le projet. Tout comme la présence à nos côtés de Pierre Guimard, à la basse, et de Mathias Fisch, à la batterie. En fait, c’est une histoire d’amour amicale à quatre. Vos clips sont léchés, vous avez une vraie identité visuelle. Le look, c’est important ? On a tous les deux travaillé dans la mode avant de faire de la chanson. On a toujours aimé ça et c’est vrai qu’on travaille notre image, ça nous tient à cœur. On ne suit aucune tendance, on se fait plaisir. Et comme le groupe marche bien, on a accès à plein de belles pièces. Là par exemple, sur scène, je me régale à être habillée tout en Repetto… sauf pour les chaussures ! Vous êtes en tournée depuis des mois, ton secret pour toujours avoir autant la pêche sur scène ? Quand je suis sur Paris, je vais boire du bubble tea au Zen Zoo. Et puis mon mec est toujours là pour moi. Il n’y a pas que la fatigue. Personne n’est programmé pour se produire devant 30 000 personnes, surtout quand, comme nous, on a commencé à jouer pour les copains puis à se faire connaître sur les réseaux sociaux. Enchaîner les scènes, c’est les montagnes russes émotionnelles. Et en même temps, je n’échangerais ça pour rien au monde. C’est quand même une sacrée chance de vivre de ce qu’on aime, de travailler en ayant l’impression d’être en vacances. Qui pourrait s’en plaindre ? Vous allez vous poser un peu dans les mois qui viennent ? Pas vraiment. 40 dates sont prévues cet hiver, on sera en Allemagne en septembre, en Australie en janvier. On travaille aussi sur des musiques de film et on commence à préparer notre 3ème album. C’est ça d’être des angoissés qui ont peur de vieillir et qu’un jour ça ne fonctionne plus, on veut tout faire tout de suite.

20

GRIZETTE magazine #04


20 octobre 2013 Ă Paloma, NĂŽmes Infos sur http://lillywoodandtheprick.com/ 21


t e n da n c e s

Ladies d’automne par Stéphanie augé

Bourgeoisie Party !

Collier fantaisie. Zara. 27,95 euros.

Cet automne, on conserve les imprimés de la saison dernière mais les tissus se font plus chaleureux et chatoyants. Soie, laine, satin et voile sont les matières fortes appliquées sur des pièces à l’esprit bourgeois mais pas coincé. A l’image du style british, on mixe coupes classiques et décalées, jamais de premier degré. Une tendance chic et choc, London Calling en somme !

Blazer Jacquard. H&M. 39,95 euros.

Robe en laine Feriel. Isabel Marant. 430 euros.

Pantalon cigarette. Pull & Bear. 39,99 euros. Escarpins Jazza. Cosmoparis. 149 euros.

22

GRIZETTE magazine #04


Richelieu bi-matières Tobias. Repetto. 335 euros.

Jupe à carreaux grenat. Zara. 69,95 euros. Top Wind Oppo. agnès b. 115 euros. Top en soie imprimé Scarf Collage. Paul Smith. 225 euros.

Robe en soie. Naf Naf. 159 euros.

Jupe en tissu gaufré Jacinthe. Sandro. 145 euros.

Simple Bag Vittoria. Gérard Darel. 390 euros.

23


t e n da n c e s

Masculin/Féminin Grande tendance de la saison, le mix masculin/ féminin fait son come-back ! On aime associer des pièces structurées, géographiques, presque “froides” qui met le blanc et noir à l’honneur avec des pièces plus douces, féminines, aux teintes rosées et rouges. Sophistiquée et pointue sans être girly, la fille de l’automne !

Blouson biker matelassé en agneau. Comptoir des Cotonniers. 395 euros.

Ceinture Amiral. Claudie Pierlot. 110 euros.

Chemise bicolore Mini Jacquard. Kookaï. 79 euros.

Pochette à sequins. Lollipops. 69 euros.

Boots bi-matières. Zara. 79,95 euros.

24

GRIZETTE magazine #04

Pull chiné bicolore. Zara. 22,95 euros.


Gilet Woody Knit. Vila. 69,95 euros.

Escarpins velours Osez rouge. Mellow Yellow. 149 euros.

Combi-pantalon croisée. Mango. 69,99 euros.

Pantalon slim en velours Evy. Zadig et Voltaire. 210 euros.

Jupe droite avec surpiqûres. Gérard Darel. 135 euros.

Pantalon gold Carola. Mango. 69,99 euros. Robe tulle brodée. Pull&Bear. 39,99 euros.

25


t e n da n c e s Foulard. Promod. 16,95 euros.

Lunettes Clubmaster. Ray Ban. 129 euros.

NYC Fashion Tour Grizette s’est promenée dans la Grosse Pomme et a constaté à quel point les New-Yorkaises avaient un style personnel, avant-gardiste et assuré. On adore leur look Hispter casual très en vogue dans les quartiers de Chelsea, Greenwich ou Soho. Résultat : une silhouette unique, des must-have à la pelle et une allure folle. à adopter d’urgence ! Sac Wild young. Kiabi. 2,95 euros.

Sweat à col dentelle. H&M. 19,95 euros.

Sneakers en cuir faites main. Leather Crown. 375 euros.

Short imprimé. Pull&Bear. 19,99 euros.

26

GRIZETTE magazine #04


Sac Zoé. Petite Mendigote. 130 euros.

Salopette en jean. Pull&Bear. 49,99 euros.

Robe rayée. American Eagle. 37,53 euros. Veste bimatière. American Eagle. 57,58 euros.

Bagues à messages. Bershka. 7,99 euros.

Boots I Change. Berenice. 269 euros.

Sweat Marilyn. Maison Scotch&Soda. 91 euros.

27


MODE

C’est au milieu des graffs du Quai du Verdanson que nous avons choisi d’illustrer la tendance punk/grunge, vue dans tous les défilés haute couture automne/hiver. Photos Laurent Lecler Modèle Gala (Gala’s Mode) Coiffure/Maquillage Audrey Jadot (Frisstyle) Stylisme Coline Chavaroche et Johanne Vinay

28

GRIZETTE magazine #04


Veste en sequins or Jetson Swildens chez Paia. T-shirt Midelo Elevenparis. Short cuir Isabel Marant Etoile chez Ma première boutique.

29


Chemise à carreaux tartan rouge The Kooples. Short I.Code chez Paia. Sautoir Carlos Arthémis. Perfecto cuir Iro chez Paia. Boots compensées python The Kooples.

30

GRIZETTE magazine #04


Tunique blanche Joseph chez Carré Féminin. Foulard cabochons Isabel Marant chez Ma première boutique.Jupe en sequins Mango. Creepers blancs à strass Floana Cosmoparis. Bracelet manchette & bague Bisni chez Tainoti. Bracelet lien en cuir Carlos Arthémis. Lunettes perso.

31


Caraco dentelle et tartan Zara. Pantalon noir zippé Joseph chez Carré Féminin. Sautoir et bagues Moa. Bracelets & BO Bisni chez Tainoti.

32

GRIZETTE magazine #04


33


MODE

on the rocks Photos Laurent Lecler Stylisme Coline Chavaroche et Johanne Vinay

Bottes motard pierres Strategia chez Kromatik II. Pochette cuir Maison Scotch chez Paia.

34

GRIZETTE magazine #04


Bottes à franges Pura López chez Kromatik. Sac zèbre Joseph chez Carré Féminin.

35


Escarpins à pointes Semilla chez Transat. Bottes talon plexi Vic Matié chez Kromatik II. Sac minibox velours émeraude The Kooples.

36

GRIZETTE magazine #04


Escarpins Jianie Cosmoparis. Slippers Talaya/Pony Cosmoparis. Sac Sultan Laurence DoligÊ chez Ma première boutique.

37


PSYCHO

Oser être soi-même En 2013, même lorsque l’on a un job de rêve ou un chéri qui s’implique à la maison, être fille nous fait subir beaucoup de pressions et nous empêche encore parfois de nous épanouir totalement. Et si on essayait de changer ça ? par AUrélia

Se persuader que rien n’est figé Oui les femmes peuvent savoir lire une carte routière et avoir du mal à faire deux choses en même temps. Il faut en finir avec l’idée que certaines prédispositions seraient purement

“Le plus souvent, nul besoin d’aide extérieure pour s’auto-flageller et limiter ses envies.”

38

GRIZETTE magazine #04

féminines et d’autres masculines. Comme le souligne la neurobiologiste Catherine Vidal, “les nouvelles techniques d’imagerie cérébrale comme l’IRM ont pu montrer que les différences entre les individus d’un même sexe sont tellement importantes qu’elles dépassent les différences entre les deux sexes. Cette variabilité s’explique par les extraordinaires propriétés de plasticité du cerveau, c’est-à-dire sa capacité à se modifier en permanence en fonction de l’apprentissage et de l’expérience vécue. A la naissance, seuls 10 % de nos 100 milliards de neurones sont connectés entre eux. Les 90 % des connexions restantes vont se construire progressivement au gré des influences de la famille, de l’éducation, de la culture, de la société”. Donc si vous avez toujours rêvé de faire du rallye, rien ne devrait vous en empêcher. Laisser s’envoler (un peu) la culpabilité Pourquoi les femmes ont-elles autant de mal à prendre du temps pour elles ? Pourquoi cherchent-elles à être des wonder-women qui assurent à la fac, au bureau, dans leur couple, avec leurs enfants, voire même avec leurs ami(e)s ? Et au final se font souvent avoir ? Inutile d’aller chercher très loin, la culpabilité fait partie intégrante de la culture judéo-chrétienne qui, faut-il le rappeler, n’a jamais été très tendre avec les femmes, Eve sera la première à en témoigner. Pourtant, et le psychologue Yves-Alexandre Thalmann le souligne, “la culpabilité est à la base un sentiment plutôt sain qui nous pousse à réparer nos erreurs. Là où elle devient toxique, c’est quand on se reproche de ne pas travailler le week-end ou de laisser les enfants devant un DVD pendant qu’on prend un bain”. Les reproches de l’entourage peuvent être à l’origine de cette culpabilité oppressante. Mais le plus souvent, nul besoin d’aide extérieure pour s’auto-flageller et limiter

© Contrastwerkstatt - Fotolia.com

Sans sombrer dans un féminisme à tout crin qui nous fait parfois plus de tort qu’autre chose, il est bon de rappeler que oui, dans notre société, la “règle tacite des 20 %” est toujours d’actualité : 20 % des tâches ménagères sont accomplies par les hommes, les femmes perçoivent 20 % des salaires en moins et n’occupent que 20 % des sièges à l’Assemblée Nationale. Une situation difficile à faire bouger : ça fait des centaines d’années que ça dure et parfois, inconsciemment, nous sommes les premières à faire perdurer certains stéréotypes. Pourtant, à notre petite échelle, on peut faire bouger les choses pour gagner en zénitude et en liberté.


“Il faut aussi accepter qu’en disant oui à quelqu’un, on dit forcément non à quelqu’un d’autre.”

© Aetb - Fotolia.com

A lire

ses envies. L’idée n’est pas pour autant de culpabiliser de se sentir coupable. Mais comprendre les ressorts de la culpabilité aide à s’en débarrasser. Pour le psychologue, “quand une femme s’accuse de ne pas passer assez de temps à s’occuper de sa maison, de ses enfants ou de ses dossiers, c’est parce qu’elle est heurtée dans l’image qu’elle se fait, et que la société lui impose, de la femme parfaite, de la mère dévouée, de l’employée modèle”. Cela a aussi à voir avec le besoin de toute puissance. On aimerait pouvoir se dire “si je fais tout bien, mon enfant sera forcément heureux, je garderai toujours mon emploi”. On préfère se sentir coupable qu’impuissante car c’est une forme de protection contre le malheur. Résultat, on a tendance à tout accepter. Comment s’alléger de ce poids ? En apprenant à distinguer ce qui relève de notre responsabilité et cesser d’endosser celles des autres. Culpabiliser sans cesse pour les problèmes rencontrés par les personnes que l’on aime revient à nier leur libre-arbitre et ça ne leur rend pas service. Il faut aussi accepter qu’en disant oui à quelqu’un, on dit forcément non à quelqu’un d’autre. L’objectif est donc d’équilibrer la balance et de répartir ses “oui” de la façon la plus juste possible entre sa famille, son patron, ses amis et soi-même. Il n’est pas facile d’admettre que la perfection ne protège pas de tout, ça peut même paraître déprimant. Mais c’est finalement un constat vivifiant qui aide à relâcher la pression.

Pourquoi les femmes se font toujours avoir ? Mode d’emploi pour que cela change enfin d’Yves Deloison. Editions First Psycho. 16,95 €.

Au diable la culpabilité ! d’Yves-Alexandre Thalmann. Editions Jouvence. 15,20 €.

39


beauté

Les tendances make-up de l’automne/hiver Par Coline Chavaroche - illustrations Dafne saporito

Retour de vacances et fin d’été oblige, on se met à la page des tendances maquillage de la saison à venir. Ils étaient sur tous les visages des défilés... Mais qui ? Les jolis make-up de l’hiver bien sûr ! Si vous les avez ratés, pas de panique, Grizette a sélectionné pour vous les six tendances que l’on va adorer porter dès la rentrée.

Le nouveau smoky Exit le traditionnel smoky-eye ! Cet hiver, le contour de l’œil s’allonge et se transforme pour un regard magnétique. Inspiré par la tendance Black Swan, on étire son fard à paupières jusqu’à la pointe du sourcil. Un œil de chat ténébreux que l’on adopte en journée, comme en soirée, en dégradant simplement la couleur. On opte pour un gris métallisé plus facile à assumer en plein jour, et on n’hésite pas à accentuer le côté charbonneux pour le soir avec un mascara noir qui intensifie le regard.

Nude et mat Une des tendances les plus faciles à adopter dans la vie quotidienne. Un teint totalement nude juste rehaussé par une touche de couleur mate sur les lèvres. Lie-de-vin, brun ou noir pour les plus audacieuses ! Les couleurs se font volontiers sombres et foncées. Une touche de punk à porter avec un sourcil épais, qui se veut broussailleux mais pas désordonné. Un make-up rapide qui se mariera parfaitement avec des tenues plus osées qu’à l’accoutumée.

40

GRIZETTE magazine #04


L’écur-œil Ce n’est pas tant la forme que la couleur fauve qui sublime ici le pourtour de l’œil. Les tonalités rousses de ce make-up accompagneront idéalement les teintes et silhouettes de l’automne, en version journée comme pour une soirée plus apprêtée. Pour les moins sauvages, le fauve s’ose aussi en version mordorée qui fait fureur sur les défilés. De quoi sublimer ses paupières pour l’hiver à venir.

Le liner s’électrise Cette saison l’eye-liner se décline en teintes fraîches et pepsy pour un hiver haut en couleur ! On oublie le noir classique, et on ose des bleus turquoise ou des jaunes saisissants qui viennent sublimer les teints hâlés. Les peaux claires opteront pour des couleurs chaudes comme l’orangé ou le prune : un effet bonne mine instantané. L’eye-liner se porte seul ou avec un mascara de la même teinte, mais on évitera d’associer les couleurs de son maquillage à la tenue que l’on porte, pour ne pas tomber dans un total look ! On opte plutôt pour des tenues sobres qui feront de votre make-up un accessoire mode à lui tout seul.

La bouche voit rose Découverte cette été, la couleur fuchsia était sur toutes les lèvres... Cette saison, on continue d’aciduler son make-up avec juste une touche de couleur bien placée. Portée sur un teint uniforme ou agrémenté d’une pointe de blush de même couleur, c’est l’alliée anti grise mine idéale ! Côté tenue, on l’associe facilement avec des couleurs basiques. Ici, pas besoin d’en faire des tonnes, l’originalité de la couleur suffit à assurer le peps d’une silhouette hivernale.

Jolies paillettes Pas question d’attendre le réveillon pour sortir les paillettes. A privilégier même pour une soirée entre copines ou en amoureux, les paillettes s’associent à une tenue sobre pour éviter de se transformer en boule disco ! Appliquées au pinceau ou directement en stickers autocollants, les paillettes, portées jusque sur l’intérieur de l’œil, magnifient le regard et captivent volontiers l’attention de tous... Alors on n’hésite plus, et on ose !

41


beauté

Quoi de neuf pour la saison à venir ? Enfant, la rentrée était synonyme de nouveautés... scolaires ! C’est en grandissant, que l’on s’est prise de passion pour de nouveaux centres d’intérêts, comme la beauté par exemple. Et c’est à ce sujet, que Grizette s’est penchée, rien que pour vous, sur les nouvelles tendances de la saison. Petit tour d’horizon... par Coline Chavaroche

DR

Sortie début septembre, l’Eau de Teint de L’Oréal révolutionne nos habitudes make-up ! Ce nouveau fond de teint “antimatière” se compose d’huiles et d’essences encore plus légères que de l’eau. En version nude il existe en sept teintes, couvre les défauts et sublime le teint sans l’alourdir pour un effet bonne mine et légèreté... Un nouveau geste maquillage tout naturel à adopter pour l’hiver. Pour les plus téméraires, on poussera le vice jusqu’à vous conseiller... l’extension de cils : une nouvelle pratique en voie de démocratisation qui fait fureur dans tous les salons de beauté. Garantie sans risque, elle vous fait un regard de biche pendant plus de trois semaines. Renseignez-vous vite dans votre salon de beauté préféré ! Côté salon... Parlons un peu coiffure. Avec la coupe phare de cet hiver, fini les prises de tête ! Vu sur tous les défilés et à adopter de toute urgence, une coupe courte et gominée qui s’accompagne d’une raie plaquée sur le côté. Et si vous avez les cheveux longs, remontez simplement vos longueurs en un joli chignon mouillé. Un effet wet super tendance qui permettra en même temps de nourrir les cheveux abîmés 42

GRIZETTE magazine #04

par l’été. On n’hésite plus à les enduire d’huile de soin Protein sculpting lotion, Oil non Oil de Davines, et on la laisse poser toute la journée. Un geste esthétique et pratique, qui ne nous laisse aucune excuse pour ne pas protéger notre chevelure en prévision de l’hiver qui arrive... Enfin, on termine sur une pointe d’originalité. Avec le retour du punk, les tatouages ont la part belle cette saison. Mais avant de vous faire tatouer l’ensemble du corps sur un coup de tête, optez pour de jolis tatoos éphémères. Disponibles dans toutes les tailles et coloris, vous pourrez en changer au gré de vos envies. De quoi vous la jouer gothique tatouée pour un jour. Et pourquoi ne pas pousser la ressemblance encore plus loin avec un nail art improbable ? Parez vos ongles d’une couche de velours marine, ou misez sur la singularité de la french manucure inversée : le bord des cuticules noir, autour d’un ongle bien blanc !

Pas de doute possible, cette saison sera bien punk/rock !


coiffeur créateur // visagiste

oSer Se rapprocher De Soi

# 04 67 02 11 00

23 Boulevard Pasteur 34000 Montpellier tram Ligne 1 - arrêt Louis Blanc

Source photo Davines© - Design kchapelle.com

Du mardi au samedi sur rendez-vous

Partenaire officiel de la marque

et de la gamme de produits Biokromia

retrouvez-nous sur facebook : coiffure frisstyle

43


LOV E

Comment je me suis libérée, ma vie sexuelle… Que celle qui n’a jamais eu un complexe physique qui lui gâche la vie nous jette la première pierre… Pilosité, cellulite, taille des seins, nombreuses sont les fixettes qui nous empêchent de se libérer sexuellement. Deux femmes ont accepté de nous livrer leurs expériences et leur rapport au corps. Témoignages. Propos recueillis par Stéphanie Augé

Too big boobs

Love my pussy

Je sais bien que de nombreuses femmes rêvent d’avoir une grosse poitrine mais pour moi ce 95 D a toujours été un fardeau. On admirait ma silhouette mais j’avais l’impression d’être réduite en permanence à une paire de seins. Avec mes copains c’était catastrophique, je faisais une fixation sur leurs gestes dans l’intimité, je pensais en boucle : “il n’y a que ça de moi qui les intéresse, coucheraient-ils avec moi si j’avais des seins plus petits ?” Forcément cela créait une raideur, un blocage qui m’a poursuivi longtemps. Je ne comprenais pas pourquoi je n’arrivais pas à assumer ce corps. Cette image sexuée de moi ne m’allait pas, comme si je culpabilisais d’être désirable. En fait c’est simple, ils ne collaient pas à ma personnalité. Je suis hyperactive, j’ai un poste de cadre dans un milieu d’hommes et ma poitrine induisait pour moi une mollesse de corps et d’esprit comme si j’étais moins vive, moins “intelligente” à cause du volume de mes seins ! J’ai sauté le pas à 38 ans. Ma poitrine subissait les lois de l’apesanteur tout en restant objectivement très jolie, mais la souffrance psychologique devenait terrible, j’avais la sensation de vivre avec deux mamelles, ne me sentais plus femme, mais femelle ! Un sentiment atroce. Ma poitrine me ramenait à une image de bestialité, je ne peux pas dire pourquoi, alors que les petits seins me semblaient si sensuels. J’ai choisi minutieusement mon chirurgien esthétique. Je me suis libérée en m’offrant un petit 90 B. Je ne suis pourtant pas une fan de chirurgie esthétique, mais je l’ai fait et une nouvelle vie a commencé. Je me sens plus libre, légère, je souris plus, je n’ai plus cette impression d’aguicher en permanence sans le vouloir.

Parler de mon complexe est une épreuve indescriptible pour moi tant j’ai pensé pendant des années que j’étais la seule femme sur terre à être comme ça. Je croyais être une extra-terrestre à cause de mon sexe ou plutôt de la taille de mes petites lèvres. Pour moi, le sexe féminin était ad vitam aeternam comme dans les dessins des livres d’école. C’est à l’adolescence que ma fixette est née, pour ne plus me quitter pendant près de 15 ans. Impossible d’en parler à quiconque, j’avais trop honte. Je trouvais mon sexe inesthétique, anormal et j’y pensais tout le temps. Impossible dans ces conditions de penser avoir des relations sexuelles. Je n’osais même pas voir un gynéco de peur de devoir entendre des choses horribles. Ma parano était telle que je n’ai perdu ma virginité qu’à 20 ans. Je m’arrangeais pour faire l’amour rapidement en prenant les choses en main, genre “c’est moi qui décide où tu peux me toucher”, ce qui laissait penser que j’avais une sexualité assumée alors que c’était tout le contraire. C’est internet qui m’a sauvée ! En osant faire des recherches sur des forums – je me sentais ridicule et perverse - je me suis rendue compte que j’étais tout à fait normale, que toutes les femmes avaient un sexe différent et des lèvres plus ou moins proéminentes. Le choc ! Ça m’a définitivement libérée d’un poids qui me gâchait la vie.

Carine, 41 ans.

44

GRIZETTE magazine #04

Elise, 34 ans.


“Connais-toi toi-même” Par isabelle follador

45


s e xo

Amantoscope Vous vous êtes inscrite à une nouvelle activité en septembre. Les pronostics de Grizette sur l’amant que vous pourriez y rencontrer... par Tatiana Tissot - illustrations Dafne saporito

Cours de sculpture : L’artiste La volupté des formes qu’il façonne dans la terre glaise et sa connaissance méticuleuse du corps féminin vous laissent songeuse. Vous le séduisez, souhaitant que ses mains habiles pétrissent plutôt vos courbes ! Après avoir goûté à sa créativité dans les jeux de l’amour, vous rêvez “relation au long cours” ? Rappelez-vous que les artistes sont passionnés, mais souvent torturés. Et en plus, ils sont déjà mariés à leur Art.

Club d’échecs : Le cérébral L’erreur à ne pas faire : le battre à son jeu préféré avant d’avoir conclu. Le cérébral peut avoir un côté mauvais perdant, réminiscence de son enfance où on lui arrachait ses lunettes. Très méthodique quand il s’agit de faire l’amour à une femme, il manque un peu de spontanéité et réfléchit aux conséquences de chaque mouvement avant de placer ses pions... sauf si vous parvenez à lui faire perdre la tête ! On compte sur vos talents pour le mettre échec et mat.

N’importe quelle activité qui fait suer : Le sportif Signes particuliers : il a un corps musclé à souhait, une addiction à l’endorphine et avale (compulsivement) des compléments alimentaires à la place du dessert. Durant vos ébats, il joue des pectoraux et vous le surprenez à admirer la courbure de ses propres fesses dans le miroir adjacent au lit. Plutôt perturbant. Astuce pour une relation pimentée : dites-lui que vous avez lu dans un canard sérieux que le sexe remplace avantageusement le sport - il ne vous laissera plus dormir. 46

GRIZETTE magazine #04


Club de lecture : Le romantique Cet adepte de Jane Austen au regard doux remue ciel et terre pour vous plaire. Une fois atterri dans votre lit, les problèmes commencent. Il vous déclarera son amour pour toujours dès le second rendez-vous, vous harcellera quand vous refuserez de le revoir, et parviendra à conquérir votre cœur à grands renforts de poèmes et de bouquets de fleurs. Tout cela pour vous laisser tomber quand vous aurez baissé la garde, invoquant ses doutes soudains et l’égarement de son âme. Il a un complexe, celui du héros de roman. Ce genre d’histoire, mieux vaut les lire que les vivre, alors tournez vite la page !

Atelier de tricot : Le bobo Aucunement troublé d’être le seul homme parmi les adeptes des aiguilles, il a le DIY dans la peau. Il tricote son pull pour l’hiver - une maille à l’envers, une maille à l’endroit - et élève des levures pour fabriquer sa bière artisanale. Après révélation de vos atomes crochus, il vous emmène ramasser des herbes dans les champs, une excursion qui se termine par du sexe sauvage en pleine nature. Attachant, plein de fantaisie, il semble un bon parti ! Mais attention, gardez en mémoire qu’un jour, crise personnelle oblige, il quittera son job bien payé pour élever des chèvres sur le Larzac.

Cours de cuisine (et pas de pâtisserie, de la vraie cuisine !) : L’épicurien Tout en finesse, il débite carottes et petits oignons pendant que vous sucez votre doigt (d’une manière que vous espérez sensuelle), parce que vous vous êtes coupée à force de le regarder lui à la place de votre émincé. Oui, il est plus appétissant, mais de grâce faites attention avec ce couteau ! Au premier rendez-vous, il vous mitonne des petits plats et évoque ses voyages exotiques. Au lit, il prend son temps : vous aurez droit à un menu entrée-plat-dessert. Le sexe est pour lui un art de vivre... D’ailleurs il aime goûter à tous les plats, vous ne le garderez pas !

47


C r é atr i c e

Carlos Arthémis, la déesse du cuir par Coline Chavaroche / Photos Laurent lecler

C’est dans une petite ruelle de l’Ecusson que se cache l’atelier-boutique de Carole, qui a accepté de nous recevoir pour nous parler de sa passion : la mode et le cuir. Grizette est allée à la rencontre de cette belle artiste pleine de sensibilité. Petite, elle voulait devenir styliste... mais il lui faudra attendre encore quelques années pour réaliser son rêve. Carole, silhouette frêle et rock n’ roll, nous accueille dans sa boutique, qui fait aussi office d’atelier de création. C’est entre sa machine à coudre et les dernières pièces réalisées - bracelets manchettes, besaces en cuir et autres ceintures à boucles - qu’elle se livre à cœur ouvert. Un parcours atypique qui débute par une dizaine d’années à courir les saisons et les boîtes de nuits branchées du Cap d’Agde, en passant par le Costa Rica, mais surtout Ibiza... une île pour laquelle elle a un vrai coup de cœur “c’est là que j’ai commencé à créer mes premiers bijoux, avec un peu de fil et des coquillages, que je revendais le soir au bar où je bossais !”. Puis elle est repérée par hasard, lors d’un de ses passages à Paris, par une employée d’un showroom de luxe qui craque pour son sac, une pièce personnelle qu’elle a entièrement réalisée. Le lendemain, elle signe pour eux une collection entière... Pendant plusieurs années, elle travaille depuis son studio montpelliérain, tandis que sa marque est distribuée entre les Champs Elysées, St-Tropez et Monaco. “Aucune des clientes pour lesquelles je travaillais n’aurait pu imaginer dans quelles conditions je réalisais ces pièces qui se vendaient pour des milliers d’euros !”, confie-t-elle dans un sourire. Mais souffrant de cet isolement, elle finit par vouloir tout lâcher... sauvée de justesse par une amie proche qui lui propose de reprendre sa petite échoppe rue de la Charrue.

48

GRIZETTE magazine #04

Et depuis cinq ans, le succès est toujours au rendez-vous. Ses créations s’arrachent et ses clientes entretiennent un réseau à grands renforts de bouche à oreille ! Une pratique qui lui permet aujourd’hui de vivre de sa passion, sans tomber dans le piège du business à tout prix “ce que je fais, plus qu’un métier, c’est une façon de m’exprimer. Si on me l’enlevait, c’est pire que si l’on m’amputait...”. Une image forte pour cette créatrice hyper-sensible qui a tout appris toute seule. Un bel exemple de réussite montpelliéraine, puisque du dessin au choix du cuir, en passant par la réalisation des pièces, tout est fait sur place ! Carole travaille directement de son atelier où elle conseille en même temps ses clients : “je reçois aussi bien des femmes de 14 à 83 ans, que des hommes qui veulent s’offrir de belles pièces. On voit ensemble ce qui leur plaît et ils me font confiance pour la réalisation. Le plus difficile, c’est de pousser la porte de mon atelier... les gens ont toujours peur de me déranger, mais non, au contraire !”. Alors n’hésitez plus, la prochaine fois que vous traversez la perpendiculaire à la rue de l’Argenterie, Carole vous accueillera avec sourire et passion !

Atelier-boutique Carlos Arthémis 3 rue de la Charrue, Montpellier. Tél. 04 67 60 38 80


“Ce que je fais, plus qu’un métier, c’est une façon de m’exprimer”

49


MODE

été indien Des teintes naturelles et des matières douces dans un paysage en camaïeu, au bord de l’Etang de l’Or. Photos Basaltart / Modèle Anne Lise Maquillage Nyels Anders (Atelier Nyels Anders) / Coiffure Nancy Manresa Stylisme Coline Chavaroche et Johanne Vinay

Blouse Swildens chez Carré Féminin. Pantalon Python Elevenparis. Bottines dorées Bootshop. Sautoir et bague Bijou Brigitte. Sac Carlos Arthémis. 50

GRIZETTE magazine #04


51


Top à franges See U Soon chez Le Comptoir du désert. Pantalon slim enduit Adriano Goldschmied chez Paia. Sac US Rockmafia chez Paia. Bracelet manchette cuir Carlos Arthémis. Colliers chaînes H&M. 52

GRIZETTE magazine #04


Robe dentelle The Kooples. Tour d’oreille Bijou Brigitte.

53


Manteau maille Sessùn chez People’s Rag. Robe dentelle The Kooples. Sautoir Moa. BO + bague Bijou Brigitte. 54

GRIZETTE magazine #04


Gilet maille American Vintage. Chemisier soie pied-de-poule Nice Things chez Sapsak. Jegging acajou American Vintage. Colliers Moa. Chapeau laine et cuir The Kooples. 55


Gilet maille American Vintage. Chemisier soie pied-de-poule Nice Things chez Sapsak. Jegging acajou American Vintage. Colliers et sac Moa. Chapeau laine et cuir The Kooples. 56

GRIZETTE magazine #04


57


V U PA R LUI

Le blues du lundi matin par marc Bastide

Matin caresse, matin tendresse (Peter et Sloane) Déjà, on essaie de se lever ensemble, c’est mieux. Ou du moins de se réveiller ensemble, quitte à traîner un peu au lit sous divers prétextes : câlins, café au lit, projets sympas pour le week-end à venir (ben oui, on ne s’y prend jamais trop tôt). J’ai d’ailleurs un couple d’amis qui, le lundi, met le réveil 20 minutes plus tôt pour, je cite “commencer la semaine en douceur” (j’ai préféré ne pas demander de détails). Autre point : cafetière et tartine sont des noms féminins mais rien n’empêche un homme de s’en occuper. Veiller cependant à ne pas en faire trop. Une amie me l’a expliqué : “le cliché pauvre petite chose fragile ça va 5 minutes, si je suis de mauvais poil, trop d’attentions peuvent avoir tendance à m’exaspérer”. Bref, c’est comme pour l’expresso : tout est question de dosage.

Encore un matin, un matin pour rien (Jean-Jacques Goldman) Si monsieur est en déplacement, il reste le petit texto du matin. S’il a travaillé jusqu’à 5 h du mat et dort encore, j’admets, c’est plus compliqué (hors cas de somnambulisme bien sûr). Et mademoiselle se retrouve à boire son café dans un silence digne de Notre-Dame de Paris, mais vide, et même pas Garou pour vous faire la conversation ou les tartines. 58

GRIZETTE magazine #04

© Monkey Business - Fotolia.com

Reprise du travail, jours qui raccourcissent, la pluie et le froid qui repointent le bout de leur sale petit nez, dimanche passé à sourire aux beaux-parents (discret message subliminal de l’auteur) : et bim ! Voilà le blues du lundi matin. Les femmes y seraient plus sensibles que les hommes. Quelques petits trucs pour vous messieurs, pour parer à l’éventuel vague à l’âme de votre dulcinée. Histoire de rendre ce moment un peu plus funky.

Solution : le petit mot sympa sur la table. Voire même (testé personnellement) le mot planqué la veille dans la trousse à maquillage ou la boîte à thé. Pas nécessaire d’être Baudelaire  : perso, mes mots relevaient plutôt de la blague Carambar mais avaient leur petit effet. Une amie m’a d’ailleurs avoué que, chaque automne, son fiancé lui préparait des compilations mystère pour sa voiture, mais uniquement avec des morceaux idiots. Il paraît que, même par 10° à 7h du mat, la Compagnie Créole à fond ça donne bien la patate. Seul effet secondaire : chanter “Le Bal Masqué” à tue-tête jusqu’à 17h, avec risque de se faire étriper par ses collègues de bureau. Reste bien sûr le petit coup de fil de la pause déjeuner, qui n’a jamais fait exploser un forfait (et quand bien même). Après, toutes ces astuces sont applicables aux autres jours de la semaine, ça va de soi. Mais pour rendre le lundi matin moins morose, ça peut être un bon début. D’ailleurs, je vous sens déjà plus souriant(e)s, non ? Par contre, si vous pouviez arrêter de me fredonner “Le Bal Masqué” dans les oreilles…

“... au baaaaaaaaal, au bal masqué, ohé ohé....”


Chemise slim fit. Lafayette Collection. 49,99 euros.

Chapeau feutre mixte. H&M. 9,95 euros.

Blouson coton clouté. Zara. 79,95 euros.

Rockeur sage Cette saison, la garde-robe masculine sera rock mais définitivement chic et sobre : coupes cintrées, accessoires pointus mais discrets, un soupçon léger d’imprimé graphique. Noir c’est noir ? Pas uniquement, car il y aura aussi un verre de blanc et une bouteille de bordeaux. Mais façon grand cru. Pete Doherty serait-il enfin devenu clean ?

Slim Red Tab. Levi’s. 80 euros.

Broche métal guitare. agnès b. 10 euros.

Bandana coton. Zeeman. 2,99 euros les 2.

Boots P Chukka Buck Velours. Fairmount chez Manfield. 160 euros.

59


T e st é p o u r vo u s

C a r o l i n e f a i t .. .

DE L A GY M P OU S S E T T E par Caroline Quilis - illustrations Dafne saporito

Débriefing au journal La rédac’ chef : “Slackline ?” Moi : “Franchement ??!!? Le sport de funambule ? Je vais finir en grosse paupiette ficelée, c’est sûr !” Vite trouve autre chose… “La Gym Poussette ??” La rédac’ chef, étonnée. Intérieurement, elle rigole déjà, sachant qu’accessoirement je n’ai pas de bébé. “Tu vas en kidnapper un ?” Moi : “Cap !” Là, c’est la peur que je lis dans ses yeux. Est-ce que j’ai bien fait ? Si c’est pour faire du gardiennage de bébés et leur courir après, c’est NO WAY !

Vendredi 9h : Vérification du matériel, feuille de route La poussette, je l’emprunte à ma pote Mary. Mon bébé a 96 mois, pèse plus de 20 kilos et refuse de s’asseoir dans une poussette : “C’est trop la honte, maman !”. 60

GRIZETTE magazine #04

Plan B : je vole un poupon Dora l’exploratrice à ma fille. Basket, short, T-shirt, bouteille d’eau et biberon à paillettes. Parcours : Circuit de 3km aller/retour, avec des ateliers sur les bords du Lez. Départ de la place du Nombre d’Or. Check !

11h : Concentration de poussettes Place du Nombre d’Or : 7 poussettes, 1 papa, 1 mamie, 5 mamans et moi, la maman avec un bébé en plastoc. Tels des fanas de tuning, on compare nos engins et leurs contenus. Les bébés ont entre 2 mois et 3 ans. Moi : “Waoouu ! Sophie, tu as du poids dans ton carrosse. Tu vas galérer plus que nous !” Simon, moqueur : “Tiens, tu as la même coupe de cheveux que ta fille, c’est trop mignon.” La coupe dégueulasse de Dora l’exploratrice, je m’en serais passée. Frange… Merci !


11h03 : Top départ ! Tour de chauffe

12h10 : Relâche et confidences

La coach sportive, Christine : “Si les bébés pleurent, arrêtez-vous si nécessaire. Sinon ils se calmeront avec la promenade. Marche rapide. Mains sur les poignets de la poussette, on respire en ouvrant la poitrine, on contracte les fesses, les abdos et le périnée.”

Place aux étirements et aux exercices de relaxation. Je suis transpirante et rouge comme un gratte-cul. “Julie, tu peux changer les fesses de ma Dora ? Je crois qu’elle a fait caca” !

Help ! J’arrive pas à tout contracter en même temps ! Rythme soutenu dans l’allée centrale d’Antigone, style petit poney. Ma vengeance a sonné : “Simon, n’oublie pas de contracter ton périnée ! Mouahahahah !”

Céline : “Faut pas se leurrer, si je ne peux pas faire garder mon bébé, je vais ressembler à une grosse vache dépressive. La Gym Poussette, c’est moins stressant que d’aller dans une salle de sport où j’ai peur à tout moment que mon périnée me lâche : un mouvement de trop, et je me fais pipi dessus (classe). Et moins relou que de le faire devant ma TV où après 5 minutes, je suis assise sur le canapé avec une tartine de Nutella”.

11h15 : Carambolage sur l’Esplanade de l’Europe Arrivée sur l’Esplanade, on se dirige vers le terrain de boules à côté de l’Australian Café… mais avant ça, il y a une pente. Et là, je fais ma maligne et je la prends en courant. “Je n’ai pas peur des descentes d’organes mOOOOOooi”. Par contre, c’est ma Dora qui se fait la malle : sortie de poussette et atterrissage sur la tête. Mauvaise mère ! Bébé réparé. Poussettes garées. On enchaîne les ateliers : courses et pas chassés entre les arbres, abdos sur les bancs. Attention aux crottes de chien !

11h30 : Ravitaillement au stand Le cardio monte. Réhydratation. Reprise des doudous et remise en bouche des sucettes. Les bébés sont cool et j’ai l’impression qu’ils se marrent bien de nous voir galérer. Progéniture ingrate !

“Va te rouler !”, me lance cette maman hilare faisant des gazouillis à son César.

Christine clôture : “Merci les filles et Simon, la semaine prochaine, pique-nique après la séance”. P’tit moment privilégié pour échanger et pas que sur les problèmes de popos mous de leurs rejetons. Pour le retour, à toi de pousser Dora !

En savoir plus montpellierforme.centerblog.net Tous les mardis (9h-10h) et vendredis (11h-12h) Quartier Antigone - Bords du Lez 10 € la séance Contactez Christine : 06 35 95 34 98

11h35 : Au boulot les copilotes ! On se harponne aux poussettes, reprise de la marche rapide, traversée du Pont Juvénal. Les passants sont agréablement étonnés de croiser un gang de poussettes. Place au renforcement musculaire. Le long du Lez, on s’installe pour faire des montées et descentes de marches, des jeux de relais, des fentes avant en prenant appui sur les poussettes. Et oui, les bébés participent aussi. Place aux squats, aux push-up (pas les soutifs) sur les murets pour nous achever. Christine nous accompagne, nous corrige. Abdos assis, gainage. Nos jambes tremblent et nos bras flagellent façon Flamby. “On ne compense pas avec les bras !!” Bourreau !

Objectif n°1 : perdre son gros lulu et tonifier le reste Objectif n°2 : éviter la déprime post-natale, retrouver une vie sociale Objectif n°3 : faire une activité avec son bébé 61


P I T C H OUN S

Du nouveau pour les mamans Parce qu’il n’y a pas que la mode et la beauté dans la vie des femmes, Grizette s’adresse aux mamans montpelliéraines et leurs chérubins. Une sélection des indispensables à connaître ou découvrir pour faire plaisir aux enfants, petits et grands ! par Coline Chavaroche

L’accessoire de la rentrée

La boutique mode

Avec la montre maternelle développée à Agde, les enfants dès trois ans peuvent apprendre à lire l’heure grâce à des pictogrammes ludiques et rigolos qui varient selon les activités de vos bambins. Pour apprendre tout en s’amusant !

Mango Kids s’est implanté en plein cœur du centre commercial Odysseum. L’occasion de revoir la garde-robe de vos enfants, de 3 à 12 ans. Filles comme garçons, il y en a pour tous les goûts à prix tout doux !

34,90 euros le coffret sur www.pam-tim.fr

Mango Kids, CC Odysseum - Tél. 04 67 50 52 73

Les tapis d’éveil de la société montpelliéraine Deuz sont 100 % bio et éco-friendly ! Fabriqués en Inde dans un atelier équitable, ils sont ensuite certifiés par un laboratoire français. Une chaîne écologique et humanitaire qui garantit des matières non toxiques. Un geste qui allie nature et plaisir… Point de vente : Au P’tit Chaperon Vert, 12 rue du Faubourg de la Saunerie, Montpellier. Et sur www.deuz.biz

© Deuz

© Deuz

© Pam Tim

Une déco ludique

62

GRIZETTE magazine #04


Coup de cœur

© Beubeul lounge

Par Tatiana Tissot

Le lieu à découvrir

Suikiri Saïra Une histoire très drôle, qui joue sur les sons et la langue. À raconter à haute voix aux petits ! Un couple de Japonais cherche un nom pour leur enfant : il faut qu’il lui porte chance, reflète son courage et son intelligence, etc. Ils baptiseront donc leur fils d’un prénom à rallonge impossible à mémoriser, de bonne augure certes, mais si compliqué ! Un livre du conteur Pépito Matéo, avec les illustrations et découpages amusants de Bellagamba.

Le Beubeul lounge c’est 160 m² d’espace pour les enfants... et leurs parents ! A la fois café et restaurant, c’est aussi un espace de jeux et d’activités pour que les petits puissent s’amuser... tandis que les grands font connaissance ! Un concept qui a déjà fait ses preuves, idéalement situé en plein centre de Montpellier. Café familial Beubeul Lounge, 6 rue Eugène Lisbonne, Montpellier. Tél. 04 67 63 55 38 - http://beubeul-lounge.fr

Éditions Winioux (Lozère). 14 €

L’atelier plein d’originalité Chez Paraty, les enfants réalisent eux-mêmes leurs peluches, avant de repartir avec ! Le temps d’un atelier, les bambins personnalisent à leur souhait le jouet de leur choix. Un cadeau novateur et unique, qui change des classiques ateliers cuisine… Paraty, l’atelier de la peluche, 6 rue Jacques d’Aragon, Montpellier. Tél. 09 64 28 48 57 - www.paraty-peluche.fr

Montpellier, dans les pas de Guilhem

© Laurent Lecler

Le chat Guilhem, qui porte le même nom que les anciens seigneurs de Montpellier, convie les 8 - 12 ans à un voyage au MoyenÂge dans l’Écusson. Ce matou érudit les invite à se balader dans les vieux quartiers à la recherche d’indices pour répondre à des quizz. L’idée est excellente, l’ouvrage pointu avec de jolies illustrations - mais les textes restent un peu austères. Par Julie Marchand et Sophie Schreurs (illustrations). Éditions La Fenêtre (Montpellier). 9 €

63


W e lco m e to M o n tp e ll i e r

Culture Shock Treatment New to Montpellier and already missing home or simply craving some home comforts? Fear not, help is at hand! The Pom and the Kiwi are here to take you on a fruitful quest to find the forbidden foreign fruits within the city that is oh so Frenchy! By Jane and Kathryn - photographs Laurent Lecler

Let’s face it, as much as we love smelly cheese, award-winning wines, crusty baguettes and strong stingy coffees, sometimes only a proper cooked breakfast and a Starbucks style latte will hit the spot. On top of that you don’t want to have to worry about being hungry at the right time (i.e. between 12-2!) or completely messing up the order with your well-honed pidgin French.

Word of mouth Speaking of speaking, whether you long for the sounds of your mother tongue or want to improve on that pidgin French, the French American Center is the answer! The bags of fun tea party, enjoyable monthly events and language partner programme are the perfect way to meet like-minded people in a welcoming home-away-fromhome environment. Pardon? Free for English speakers, you say? Oh yes! For an extra language boost, pass by Le Bookshop to peruse some English books or spend a sociable soirée at one of their convivial conversation nights.

Spill the beans On the subject of tea (well almost), if you are a lover of long coffees and that espresso shot is starting to leave a bad taste in your mouth, here’s where to go: Fairview - Cynthia and Didier’s cosy café is the place to chill, study or work. Kat and Jane’s Brownie Points go to the best café latte, spiced chai and carrot cake! Coffee Club - Soon to be opened by Montpellier’s loveliest English gentleman, Mr. Breedon. Our Brownie Points go to the quality of the beans and the long-awaited take-away factor! Art Mango Café - Calm and shady. Brownie points go to the non-stop food service and veritable classic cappuccino frappés and sinful moccacino frappés. Bonus… Free WIFI all around!

64

GRIZETTE magazine #04


Tastes of home Similarly, to fulfil guilty pleasures or to nurse an atrocious hangover, make a beeline for The Beehive - English pub serving home-made grub all day long. Brownie Points go to the full monty fry-up, fish ‘n’ chips and cheesecake. For those looking for a more modest morsel, go bagel! Yömi – Low-fat bagels and yummy frozen yoghurts. Brownie Points go to bagels ‘Chick’ and ‘Tom’. Bagel House – All-American-style bagel joint. Brownie Points go to the hotdogs and nachos (bagels aside). Hankering for a bone fide hamburger? For the best in town, rock on down to Burger‘N’Co! Eat in or get it delivered to the rock bar next door. Brownie Points go to ‘Come as You Are’ and ‘Highway to Hell’. Rock on!

Break the ice Food aside, here’s where we think you ought to go to drink and bump shoulders with fellow aliens. O’Carolans – Irish pub with a Californian twist. Alone or with friends you’ll meet people from around the world. Brownie Points go to its party potential and breath-taking terrace. Analog – Quirky Irish bar with extensive beer menu. Brownie Points go to the likeable owners Kevin and Karen.

Break the bank Amidst chaotic crowds in the city centre on a stifling Saturday, people either thrust flyers in your face or demand coins and cigarettes! You WILL reach the point where you’ll want to dodge Rue de La Loge at all costs! There is light at the end of the tunnel… Tram Line 1, Direction Odysseum where Montpellier meets the USA. Shops galore, cafes, bars, cinema complex, bowling alley, carting, aquarium, you name it, Odysseum’s got it. Make a day of it! For the perfect end to a perfect day, jump off the tram at the Comédie and duck into the Diagonal Cinéma for an international film in… drum roll please… ENGLISH! That’s all from us fruit loops. TA TA FOR NOW!

Addresses frenchamericanc enter.com - 4 ru e Saint-Louis Le Bookshop - 8 rue du Bras de Fe r Fairview - 6 rue Loys Coffee Club - 12 rue Saint-Guilhe m Art Mango Café 40 square de la Ba botte The Beehive - 15 rue du Plan d’Agd e Yömi - 16 rue Sa int-Guilhem / 46 Grand rue Jean Moulin Bagel House - 6 rue Loys Burger‘N’Co - 1 rue du Pila Saint -Gély O’Carolans - 5 ru e du Petit Scel Analog - 3 rue du Puits du Temple Diagonal Cinéma - 5 rue de Verdun

65


ta l e n ts

La Ripauste des Gazelles Au-delà d’une aventure humaine, c’est une réelle action sur le terrain que s’apprêtent à vivre dans quelques mois deux sœurs montpelliéraines. Stéphanie, 29 ans et Pauline, 27 ans, créatrices de la marque Ripauste, se lancent dans l’incroyable aventure du Rallye Aïcha des Gazelles qui se déroulera au Maroc en mars 2014. Propos recueillis par Maeva Joly - photos Ripauste

Grizette : Qu’est-ce-que le Rallye Aïcha des Gazelles ? Stéphanie : C’est un rallye dans le désert marocain 100 % féminin, international, qui dure 9 jours. Course aux kilomètres, et non au temps, avec une réduction de CO2, qui prend en compte l’environnement et les populations locales. Avec 150 équipages, voitures, camions et motos, 300 gazelles seront en compétition. Nous avons choisi de le faire en 4x4. Partage et solidarité seront les maîtres mots. Pauline : Sans GPS, la navigation se fait à l’ancienne : une boussole et une vieille carte du désert en noir et blanc qui date de 1950 ! L’aventure n’en sera que plus humaine et unique. Pourquoi vouloir devenir une Gazelle ? S : On carbure au défi. C’est improbable pour les gens qui nous connaissent de nous voir dans cette aventure, on veut aller au-delà. Pourquoi ce nom d’équipage “la Ripauste des Gazelles” ? P : La riposte pour la contre-attaque, qui montre que l’on a la niaque. S : Et “Ripauste” c’est nous. C’était une évidence ! Expliquez-nous le déroulement de ce rallye. S : Départ à 5h30 tous les matins, on a la journée pour trouver des balises grâce aux coordonnées géographiques. Le Rallye des Gazelle, c’est aussi le côté humanitaire avec l’association Cœur de Gazelle qui nous suit dans les villages pour aider les populations marocaines. P : Le rallye dure 9 jours, dont 2 fois 2 nuits de marathon, pendant lesquelles nous n’avons pas de bivouaque à l’arrivée. Nous dormons par nos propres moyens : à la belle étoile ou sous la voiture, et des rations d’armée pour s’alimenter ! 66

GRIZETTE magazine #04

On ne sait pas encore qui sera pilote et co-pilote, on peut toutes les deux conduire mais aucune ne sait s’orienter… donc on verra une fois là bas ! Comment vous préparez-vous ? P : La préparation la plus importante se fera lors du stage obligatoire de navigation et d’orientation. S : Nous sommes assez sportives, il faut juste garder une bonne condition physique, et être en paix avec soi-même ! On veut représenter Montpellier, donc on est en pleine recherche de sponsors. Nous avons jusqu’au 1er février 2014 pour réunir les fonds nécessaires pour l’inscription au rallye. (Environ 26 000 €) Qu’allez-vous mettre dans votre sac à dos ? Pauline & Stéphanie : La lumière ! (ndlr : la marque s’est fait connaître grâce à ses sacs à mains équipés d’une petite lumière). S : Le minimum. Nous n’avons pas le droit au téléphone portable, 9 jours de course ça ne me fait pas peur, mais 9 jours sans mon portable ça va être difficile ! P : De l’anti-moustique et un oreiller ! Qu’est-ce-que Grizette peut vous souhaiter ? S : D’être fin mars à Essaouira pour la soirée de clôture. P : Et surtout force et courage pour les 9 jours de course ! Pour suivre pas à pas la Ripauste des Gazelles dans le désert : facebook : laripaustedesgazelles laripaustedesgazelles.wordpress.com www.rallyeaichadesgazelles.com 24è édition du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc du 14 au 29 mars 2014.


Partage et solidarité seront les maîtres mots.”

67


e va s i o n

London calling Envie de mode et de fish & chips ? Embarquement immédiat pour la capitale anglaise le temps d’un week-end so british. Par Aurélia - Photos SP

Avec Ryanair, l’aéroport de Londres-Luton est à moins de 2 heures de Nîmes, avec un départ le vendredi midi et un retour le lundi matin. Et à condition de se plier aux règles du low cost (un bagage par personne pesant moins de 10 kg), l’aller-retour ne coûte que 47 €. Ready ? Let’s go !

A votre arrivée Direction le comptoir d’Easybus pour prendre la navette qui vous déposera en une heure au centre de Londres (11 €). Le métro vous emmènera ensuite à Notting Hill où vous aurez pris soin de booker une chambre sur www.airbnb.fr. Après avoir marché sur les pas de Hugh Grant et Julia Roberts (www.filmsdelover.com) en flânant sur Portobello Road, continuez à pied vers le quartier de Chelsea et ses maisons ultra-chic jusqu’à la Tamise. Un bus vous conduira alors à la gare de Waterloo. C’est là qu’est installée la London Eye. Une attraction intéressante mais pas forcément indispensable, à faire par temps très découvert si vous voulez vraiment apprécier la vue. Montez plutôt à bord d’une navette fluviale pour aller jusqu’à London Bridge admirer la Tour de Londres. Terminez par la traversée de la City en bus, une balade à Covent Garden et un fish & chips, dont les frites sont arrosées de vinaigre, à The Castle (225 Portobello Road).

68

GRIZETTE magazine #04

Le samedi Après avoir fait un tour au PortoBello Road Market, incontournable, un petit passage par le Museum of Brands, Packaging and Advertising s’impose pour s’amuser devant les pubs qui ont marqué ces dernières décennies. A l’heure du déjeuner, dégustez des Crab Cakes et des Blueberry Muffins chez Muriel’s Kitchen (1-3 Pelham Street, à South Kensington). Prenez des forces parce que l’aprèsmidi, c’est shopping sur Oxford Street. Et seule la perspective d’un cocktail en fin de journée au Bar Nightjar (réservation indispensable sur www. barnightjar.com) réussira à vous faire quitter Top Shop, New Look, Urban Outfitters... Mais pour faire le plein de fripes, les fans de vintage préfèreront passer l’afternoon à Breadway Market, dans Hackney.

Le dimanche Même les moins férues d’art contemporain vont aimer la visite de la Tate Modern tant l’architecture de ce musée au bord de la Tamise est époustouflante. Autre époque, autre style, ne manquez pas le Victoria & Albert Museum et son corner dédié à l’histoire de la mode. Après une pause scone and tea au très beau V&A Café, allez jusque chez Harrods, c’est à deux pas. Emerveillez-vous aux étages fashion et cosmétique, amusez-vous au Pet Kingdom. Et pour vous remettre des fous rires provoqués par la vue des blousons pour chats et du pop-corn pour chien, terminez votre week-end londonien par un pique-nique dans Hyde Park.


© Sachitha Obeysekara

HAND MADE DESIGN

www.pundesign.com boutique en ligne

On adore Le cartoville Londres délicieusement illustré par Pénélope Bagieu. 10,90 €, chez Gallimard. Comment se déplacer ? Pour utiliser à moindre coût tout le réseau de transport londonien, prenez une Oyster Card. Elle est en vente (dépôt de 6 € remboursable) et peut se recharger dans toutes les stations de métro, les centres d’information touristique et les boutiques affichant le logo Oyster. Le métro est sûr et confortable mais privilégiez les déplacements en bus à impériale, vous joindrez l’utile à l’agréable. Pour préparer votre séjour www.visitlondon.com/fr

Show room Montpellier

69


d é co

“Chai” Julia

du bois, du brut et des beaux volumes ! Par Anne-Charlotte Eriau - Photos ACE

Rencontre avec une artiste conteuse et colleuse au cœur d’un petit village au nord de Montpellier, un véritable havre de paix ! Son pari ? Redonner naissance à un appartement en ruine. Elle signe avec son compagnon un espace épuré et stylé, tout en simplicité et transparence. Allez, on entre !

Challenge accepted ! Jeune couple, Julia et son compagnon cherchent en 2004 à s’installer dans la région. Julia, qui sort de l’Ecole du Louvre, est en quête d’une maison avec une histoire ! Elle tombe sous le charme d’une bâtisse qui date de la fin du 18e - début 19e siècle, ancien chai du village apparemment. Devenu un atelier d’artistes, le morceau d’appartement de 120 m2 qu’ils achètent est à l’état de ruine ! Deux ans de travaux, une pendaison de crémaillère à Noël, les voilà installés et prêts à profiter. Un maximum d’ouverture, un minimum de fioriture Deux contraintes ont conduit les travaux de nos deux architectes d’intérieur en herbe : une énorme poutre et un mur qui partagent l’appartement en deux. Passés ces obstacles, ils cassent les murs, les sous plafonds, nettoient les sols et remplacent les fenêtres. La transformation est en cours ! Sur trois niveaux, l’appartement affiche de monumentales fenêtres en chêne et de remarquables hauteurs sous plafonds. Salon, salle à manger et cuisine ont été conçus dans un volume unique, comme un point de ralliement baigné de lumière. Barres en béton brut, parefeuille, planchers au sol, enduit à la chaux sur les murs, que des matériaux nobles et organiques sélectionnés par nos deux passionnés. L’objectif : respecter l’identité du lieu dans un esprit chic

70

GRIZETTE magazine #04


et pratique et marcher pieds nus. C’est un appartement sans limite, où l’inutile est resté à la porte. Seule excentricité : la chambre vitaminée et fleurie de leur petite fille. Combinaison de meubles IKEA et de pièces design à l’intérieur, en témoigne le fauteuil Eames Lounge Chair de Charles et Ray Eames. Mixte d’éléments modernes en acier avec leur escalier minimaliste, et d’anciens avec leurs chaises Thonet dans la cuisine. Il règne ici une déco ambivalente, entre l’homme au style épuré et la femme à l’esprit baroque ! “Cabinets de curiosités” et atelier d’artiste : piqûres arty Chargée de production sur des tournages pub & films, Julia dessine et rêve d’oiseaux à côté de son boulot. Cours de dessin, Ecole du Louvre dont une spécialité en art océanien, brocantes et père collectionneur ont formé son œil. Ses travaux ? De jolis tableaux qui combinent plusieurs techniques : la peinture, le dessin, la couture etc. Son univers se reflète par petites touches dans cet appartement élégant. Bozo (masque malien d’oiseau) dans le salon, planche botanique, tableau d’un homme en méditation aux murs et collages au toilettes. Regroupements d’objets collectionnés et rapportés, étalés sur du mobilier chiné : sorte de petits musées made in Julia. Des touches colorées et patinées qui s’accordent à merveille dans cet appartement recomposé !

En bref Un objet : un tapis brodé kilim Un blog : www.designsponge.com Une boutique déco à Montpellier : Etat d’Ame, 12 rue En Gondeau Actualités : œuvres et cahiers en vente chez MOna MArket, 16 rue Desmazes, Montpellier. Commande personnalisée de collage : www.juliadutriez.tumblr.com

71


d é co

En rangement ! Ne pas déranger Par Anne-Charlotte Eriau

4 patères Talking heads Design Sebastian Bergne pour ENO Studio Hêtre massif / 7,5 x 12 cm / 59 € > Metropolitan Art & Design

Lampe à pincer Cornette, rose Design Tsé & Tsé Associées Aluminium anodisé, existe en 5 couleurs H.18 cm / Ø 15,5 cm / Pince 27 cm Câble électrique transparent (1,80 m) / 132 € > Boutique Muse

Le Bike hanger # 01 Design Thibaut Malet Chêne massif, liège 200 x 23 cm / 4 kg / 350 € > www.etsy.com/shop/thibautmalet

Paniers bambou - NT0113 Design House doctor 2 tailles : L.35 x 35 cm / H.40 cm / 23 € et L.40 x 40 cm / H.45 cm / 29 € > Symetric Design

Chaise porte-serviette Rågrund Bambou, vernis polyuréthane / acrylique incolore L.39 x P.44 cm / H.140 cm / 35 € (éco-part incluse) > Ikea

Eclairer, accrocher, ranger et trier… c’est la saison pour réorganiser sa maison ! Bois clair, accessoires à clipper, compartimentés et ajourés, on part sur une déco utilitaire avec du caractère ! Plateau de rangements pour le bureau Design James Irvine Liège / L.39 x P.19,5 x H.5 cm / 49 € > Bensimon HOME autour du monde

72

GRIZETTE magazine #04


73


DI Y

Tapisse-moi ! Vous avez tous chez vous une de ces petites chaises pliantes, pas toujours très esthétique, mais bien pratique quand vous recevez vos amis pour dîner… un DIY seconde main et malin pour Offrir à votre chaise désuète une tenue coquette ! Par Anne-Charlotte et Perrine - Photos AC Eriau

Tissu imprimé. (dimensions : 1 x 1,40 m) + 1 paire de ciseaux, 1 agrafeuse plate, 1 pince, 1 tournevis cruciforme, 1 mètre et 1 crayon de papier

Matériel

Une chaise pliante

74

GRIZETTE magazine #04


ETAPE 1 Détachez le coussin de l’assise et du dossier du cadre, avec un tournevis cruciforme. Puis enlevez le tissu existant afin de ne garder que le molleton.

ETAPE 2 Découpez dans le tissu 2 carrés (recto + verso) correspondants à l’assise et 2 rectangles pour le dossier (prévoir environ 3 cm de débord sur les côtés).

ETAPE 3 Placez l’un sur l’autre le tissu et le molleton et attachez-les à l’aide d’une agrafeuse sur l’assise (idem avec le dossier). Agrafez le tout (tissu + molleton) sur l’assise en partant du centre. Avec le 2è carré, recouvrez le dessous de l’assise en rabattant le tissu vers l’intérieur. Attention de bien tendre le tissu sur les 2 faces afin qu’il n’y ait aucun pli. Marquez au crayon de papier sur le tissu les emplacements des vis.

ETAPE 4 Replacez le dossier et l’assise sur la structure et revissez-les.

+ de custo : Vous pouvez repeindre la structure métallique à l’aide d’une bombe de peinture !

Votre chaise est rhabillée pour la rentrée ! Vous pouvez dépareiller le dossier de l’assise. Originalité et modularité sont recommandées. Reste plus qu’à organiser un dîner pour débriefer de vos vacances d’été, le tout assis sur des chaises pratiques et atypiques. Custo pliée ! 75


c u lt u r e

Chiharu Shiota tisse sa toile au Carré Sainte-Anne ! Par Anne-Charlotte Eriau

expo

© Chiharu Shiota After the Dream La Maison rouge, Paris, 2011 (Photo : Sunhi Mang)

76

Cette japonaise née en 1972 fait partie de ces artistes qui nous marquent. Ses œuvres s’impriment sur notre rétine comme s’immobilise un insecte sur une toile d’araignée. Sa marque de fabrique : les installations spectaculaires construites à partir de matériaux simples, délicats et traditionnellement liés à la féminité (fils, tissus). Pour cette exposition, l’artiste joue avec la monumentalité du lieu, une église du XIIIe siècle aujourd’hui désacralisée. Tendus entre le plafond et les piliers, des fils noirs se croisent, s’entremêlent et s’enchevêtrent : un réseau graphique qui s’apparente à une véritable toile d’araignée. Embrigadées dans cette structure de fils, 5 ou 6 très longues

GRIZETTE magazine #04

robes blanches flottent telle une apparition. Cette impénétrable installation (physique et mentale) projette le visiteur dans un univers onirique. Ces toiles enveloppent des objets du quotidien que l’artiste tente de retenir dans sa toile, une façon de conserver la trace de ces objets. Le souvenir et l’oubli sont en effet des thèmes chers à l’artiste. Rencontre fascinante et angoissante avec une installation sculpturale qui matérialise une image mentale. Chiharu Shiota Du 4 octobre au 17 novembre 2013 Carré Sainte-Anne, Montpellier. www.montpellier.fr Facebook : Carré Sainte-Anne


Par Tatiana Tissot

Les brigands Peachum et Mackie entonneront du Brassens ou du Nougaro dans cette pièce de Brecht, revisitée par les comédiens de l’ENSAD. L’Opéra de Quat’Sous du dramaturge allemand Bertolt Brecht plonge les spectateurs dans les bas-fonds de Londres. Marchand de misère, Jonathan Peachum fournit une panoplie de mendiant aux pauvres, puis leur réclame une partie de leur argent ainsi récolté. Il voit rouge le jour où Mackie le Surineur, grand bourgeois de la truanderie, épouse sa fille sans son accord ! Peachum compte bien se venger de ce beau-fils imposé... C’est cette pièce aux situations grotesques que les comédiens de l’École supérieure d’Art dramatique de Montpellier (ENSAD) revisitent avec la metteure en scène Marion Guerrero. “J’aime cette œuvre à la fois drôle, politique et pas donneuse de leçon, dit-elle. Les personnages nous renvoient en miroir à nos bassesses, dans un grand éclat de rire. Et en musique qui plus est !” Pour rafraîchir le livret original de Kurt Weill, elle n’a pas hésité à remplacer certains airs par des chansons actuelles.

“Les paroles de Nougaro, NTM ou Johnny Cash collent parfaitement à l’intrigue de l’opéra et donnent la même distance comique que dans la pièce initiale”. Marion Guerrero s’est aussi amusée à dédoubler les personnages, en deux ou trois exemplaires. Un effet de mise en scène qui accentue leur monstruosité... tout en facilitant la distribution des rôles aux quatorze étudiants de 2è année de l’ENSAD. “Ce sont déjà de vrais acteurs, même s’ils sont encore en formation - ils ne sont pas moins bons que des comédiens diplômés” assure la metteure en scène. Comment nous convainc-elle d’assister aux représentations ? “C’est une version inédite de l’Opéra de Quat’sous, que vous ne verrez pas ailleurs ! Le fait de mélanger des chansons contemporaines à la pièce, la fait ressortir différemment”. Un rendez-vous à griffonner sur son agenda.

th é âtr e

©Ensad

Un Opéra de Quat’sous contemporain

Un opéra de Quat’sous d’après Bertolt Brecht, durée 1h30 Du 9 au 11 octobre à 20h au Théâtre Jean Vilar, Montpellier. theatrejeanvilar.montpellier.fr Du 15 au 17 octobre à 20h30 autour d’Alès, infos auprès du Cratère, Scène nationale. www.lecratere.fr

77


c u lt u r e

Que voir en danse autour de Montpellier et ailleurs ? Par Vincent Pourrageau

Après un festival de Montpellier Danse plébiscité, et un été tranquille où la danse s’est faite toute petite face aux nombreux festivals musicaux, l’art chorégraphique revient dans les théâtres de la région. Le point en quelques spectacles singuliers. Alain Buffard, Mauvais Genre © Marc Domage

Les filles du coin et le flamenco

DAN S E

Rencontre entre danse contemporaine, flamenco et piano : Concerto pour zapateado de la Cie montpelliéraine Les Herbes Folles, nous plonge dans un univers partagé entre émotion et fantaisie. Les deux danseuses, échappées du Conservatoire de Montpellier et leur complice pianiste, explorent une terre espagnole rêvée, au travers de son héritage musical et de sa danse. Un spectacle qui se joue des traditions et qui cultive les expériences hybrides !

78

Samedi 5 octobre à 19h30 au Théâtre de Villeneuve lès Maguelone. www.theatredevilleneuvelesmaguelone.fr

Le hip-hop et la diversité Quatre garçons et autant de filles - ce qui est loin d’être courant dans le monde du hip-hop - s’animent autour d’un drapeau et deviennent une foule qui questionne le vivre ensemble. Observant la société et refusant de limiter la symbolique de la bannière française à un parti, dans Standards, le chorégraphe Pierre Rigal s’interroge sur l’uniformisation et le formatage, et offre une danse énergique et rythmée. Mercredi 9 octobre à 19h au Théâtre de Nîmes. www.theatredenimes.com

GRIZETTE magazine #04

Une expérience originale avec des chorégraphes en pagaille ! Les sexes se confondent, s’échangent dans Mauvais Genre, pièce déconseillée aux moins de 16 ans, d’Alain Buffard, artiste inspiré par la performance et le body art. Le premier soir, il remonte la pièce originale, créée en 2003 à Montpellier Danse et le deuxième soir, il propose une version improvisée. On retrouve une distribution de choix avec des chorégraphes de la région : Rita Cioffi, Germana Civera, Matthieu Hocquemiller, Mitia Fedotenko ou encore Fabrice Ramalingom ! Mardi 12 novembre à 20h et mercredi 13 novembre à 19h au Théâtre de Nîmes. www.theatredenimes.com Mardi 26 novembre à 20h au Théâtre de Grammont, Montpellier. www.montpellierdanse.com

Le troisième âge et l’incontournable sacre... Des extraits des Cahiers de Nijinski, le Sacre du Printemps d’Igor Stravinsky, dirigé par Pierre Boulez et vingt-cinq danseurs seniors, qui ont participé à un atelier pendant sept ans, voilà les éléments principaux de... Du printemps !, pièce créée à Avignon en 2011 par Thierry Thieû Nang et Jean-Pierre Moulères, avec une guest star annoncée - mais non confirmée - en la personne de Patrice Chéreau. Le metteur en scène et comédien lira les mots de Nijinski, tandis que les interprètes amateurs se livreront à une course contre la mort. Mardi 26 novembre à 20h30 au Théâtre Molière, Sète. www.theatredesete.com


Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau

Nouveau Théâtre Molière en

Novembre

Licences : 1042655 (I) (en cours) - 1063799 (II) – 1063798 (III)

Les Femmes savantes Molière, mise en scène de Denis Marleau (Canada) mar 12, mer 13, 20h30

Place du marché 76 de Jan Lauwers & Needcompany (Belgique) jeu 21, ven 22, 20h30

…du printemps de Thierry Thieû Niang avec Patrice Chéreau mar 26, 20h30

Michel-Ange écrit et mis en scène par Hervé Briaux avec Luc-Antoine Diquéro jeu 28, ven 29, 20h30

04 67 74 66 97 Achetez vos places en ligne 79 w w w. s c e n e n a t i o n a l e - s e t e - b a s s i n d e t h a u . c o m


c u lt u r e

Keziah Jones Par marc Bastide

On le compare parfois un peu hâtivement à Lenny Kravitz. Certes, Keziah Jones est black lui aussi, a su se créer un public de fidèles inconditionnels et maîtrise la guitare électrique comme personne. Comme Kravitz, il réussit à marier funk/blues et influences rock, world, folk et pop. Mais Keziah Jones, ce n’est pas que ça : c’est beaucoup plus et, même si nous aimons aussi beaucoup Mister Cabdriver, peut-être même beaucoup mieux. Portrait.

keziah jones Samedi 23 novembre, 20h Paloma, Nîmes. www.paloma-nimes.fr Samedi 7 décembre, 20h30 Rockstore, Montpellier www.rockstore.fr

80

GRIZETTE magazine #04

dr

2008. Ça vous donne une idée du personnage : sous son éternel chapeau et malgré plusieurs albums, la tête de Keziah Jones n’a pas enflé. Une accessibilité et un respect de son public qui éclatent sur la scène, son point fort. Malgré bientôt 25 ans de carrière et des salles combles, Keziah Jones, c’est l’anti-star par excellence, un croisement surprenant mais terriblement addictif de griot africain, de bluesman et de rockeur seventies. Il cite d’ailleurs aussi bien Fela Kuti que Jimi Hendrix ou Prince comme références ultimes, et a collaboré avec U2. Ce 23 novembre, il viendra présenter son nouvel et sixième album à Nîmes et le 7 décembre à Montpellier. Avec, nous n’en doutons pas, toujours la même chaleur et la même générosité. Et la même virtuosité aussi, car ne l’oublions pas, par-delà l’émotion, Keziah Jones reste probablement un des meilleurs guitaristes actuels !

co n c e rt

Le bling-bling et les couvertures des tabloïds US, Keziah, ce n’est pas sa tasse de thé. Même s’il ne se défait pas d’une impressionnante collection de chapeaux et de vestes cintrées souvent portées à même la peau, il y a peu de chances de trouver des fourrures et des slims en cuir doré dans son dressing-si tant est qu’il en ait un. Question de parcours, sans doute, car ce guitariste et soulman de talent fait partie de ceux qui ont un peu “galéré”. On appelle ça “le vécu”, et la profondeur de ses textes, très beaux et souvent engagés socialement et politiquement, en témoigne. Né au Niger, Mister Jones a ensuite vécu en Algérie, puis est venu s’installer à Paris, où il a d’abord joué dans le métro. C’est là qu’un label français l’a repéré en 1991. L’homme n’oublie d’ailleurs pas d’où il vient et, pour la petite histoire, y a redonné quatre concerts en septembre


A découvrir cet automne Electro MODERAT II

français) reviennent avec un troisième album. Un mélange sautillant mais assagi de pop, de rock fluo et de bidouillages électro amusants. La transition automnale idéale, girl power mais pas too much. Rock

Moderat, c’est le trio allemand formé occasionnellement par Apparat et les deux membres de Modeselektor. Une électro calme, racée, intimiste et minimaliste, à mille lieues des dancefloors surchauffés dont on a assez profité cet été. Parfait pour les derniers couchers de soleil automnaux ou pour un dimanche matin d’hiver très cocooning. Pop CSS Planta

THESE NEW PURITANS Field of Reeds

100 % français, 100 % rock et 100 % féminin ! Le duo lyonnais composé de Vale Poher et Carine Di Vita réédite en vinyle son premier album éponyme, avec des bonus et des remixes. Brut, sensuel et écorché vif : l’album parfait pour commencer la journée par une bonne séance d’air guitar sous la douche ! Downtempo BOARDS OF CANADA Tomorow’s Harvest

Un rock lent et sombre, très inspiré par la new wave un brin autiste des années 80 (The Cure, Joy Division…). Limite dépressif, mais tellement bien fait et plein d’émotions. Le genre d’album que, bizarrement, on adore écouter quand ça ne va pas. Rock MENSCH Mensch

musique

Par marc Bastide

Après huit ans d’absence, le duo Boards of Canada, aussi culte chez les “poppeux” que chez les fans d’électro, revient avec un album sobre et lumineux. Calme, luxe et volupté : ça valait le coup d’attendre.

Portées par le succès du titre “Nightcall” de Kavinsky, où Lovefoxx, la chanteuse, pose sa voix, les brésiliennes de CSS (“Canseï de Ser Sexy”, soit “marre d’être sexy” en 81


c u lt u r e

Le cinéma aux couleurs de la Méditerranée Par Marine Bohin

films présentés ayant tous été produits dans ou par des réalisateurs de pays du pourtour méditerranéen. Le festival aura entre autres le privilège d’accueillir cet automne le comédienréalisateur Daniel Auteuil, l’iconique actrice madrilène Marisa Paredes, égérie de Pedro Almodovar et muse de Agusti Villaronga, qui sera lui aussi présent pour un double hommage à ces dignes représentants du cinéma ibérique.

cinéma

Le Corum, lieu du festival durant la semaine du 25 octobre au 2 novembre, déroulera également le tapis rouge pour une carte blanche de renom : Gilles Jacob, président du Festival de Cannes, nous fera cette année l’honneur de devenir le programmateur d’une soirée qui sans doute, n’aura rien à envier à la Croisette...

82

Si l’on savait Montpellier ville de cinéma, de par le nombre impressionnant de films et séries tournés chez nous (notamment grâce au travail actif de l’association Languedoc-Roussillon Cinéma), on la découvre également de plus en plus cinéphile. Du haut de ses 35 années d’existence, le Cinemed n’a plus rien à prouver et continue d’enrichir une programmation de qualité, entre découvertes et rétrospectives proposées à des spectateurs toujours plus nombreux. Ainsi, la compétition vous fera découvrir cette année encore une dizaine de long-métrages, de même que des courts et des œuvres expérimentales, en parallèle avec des panoramas découvertes et des rétrospectives. Le point commun de la programmation ? La Méditerranée, les

GRIZETTE magazine #04

Dans un autre registre, la traditionnelle Nuit en Enfer, nuit spécialement consacrée au cinéma de genre et se déroulant tous les ans à la Salle Rabelais, tiendra les amateurs de films de genre en haleine jusqu’au petit matin grâce à une horrifique programmation, entièrement dédiée cette année à la filmographie de Brian De Palma. Cerise sur le gâteau et parce que le cinéma ne consiste pas qu’en la théorie, le Cinemed vous proposera également de passer à la pratique, avec des ateliers organisés par l’école montpelliéraine ArtFx, qui présentera différentes techniques de création d’images animées ainsi que des ateliers d’effets spéciaux. 35è édition du Cinemed Du 25 octobre au 2 novembre Le Corum, Montpellier. www.cinemed.tm.fr


Le suspense aux trousses Par Tatiana Tissot

Ce polar au style léché nous mène du côté du Roussillon. Un homme en cavale est guidé par son otage, une fille aux cheveux rouges nommée Roxane. C’est par le train jaune de Cerdagne, symbole du pays catalan, que notre bandit accepte de chercher le salut. Roxane semble porter ce petit train touristique dans son cœur... et en vouloir à la police. Malgré deux agents résolus aux trousses et les oiseaux de fer qui survolent la zone, l’homme surnommé Tue Chien parviendra-t-il à passer la frontière espagnole ? Sa force, ce récit la doit à la verve de l’auteur, aux dialogues bruts qui donnent corps à des personnages authentiques. Né à Paris, Serguei Dounovetz a publié une trentaine d’ouvrages et vit à Montpellier. Son roman Tue Chien est le premier polar d’une collection initiée par Alter Comics, maison d’édition de chez nous spécialisée dans la BD. Éditeur : AlterComics (Montpellier), 12,50 €

DU FANTASTIQUE Le fantôme d’Anya Vera Brosgol Un roman graphique sur les efforts d’une jeune immigrée pour se fondre dans la masse. D’origine russe, Anya se heurte aux affres du lycée américain : les mecs, les clans, la difficulté d’être acceptée et de se faire des copains... Dur, dur, d’être une adolescente ! Son quotidien va cependant changer après une rencontre fantastique. Elle tombe (littéralement) sur le fantôme d’une jeune fille qui veut être son amie. Celle-ci va lui souffler les réponses des exas, la conseiller dans ses relations avec les garçons, si bien qu’Anya va négliger ses amis de chair et d’os. Mais quelles sont les réelles intentions du spectre ? Éditeur : Alter Comics (Montpellier), 25 € Traduction : Sandra Nydegger et Nicolas Grivel

UN ROMAN DÉRANGEANT Manuel de survie à l’usage des incapables Thomas Gunzig Les romans du Diable Vauvert sont souvent poignants et inattendus. Ici, l’histoire se déroule dans un futur sombre, peu éloigné de notre monde actuel. Sauf que de l’ADN amélioré se monnaie lors de la procréation, histoire de donner de meilleurs gènes à son enfant. Cela ouvre bien sûr la porte à toutes les dérives. ADN humain et animal sont mêlés, entraînant la création d’erreurs de la nature, comme les vilains héros de l’histoire, Blanc, Gris, Noir et Brun. Ces quatre frères mihommes mi-loups vivent de brigandage dans la cité glauque où leur mère les a abandonnés. Le jour où cette dernière se prend une décharge de taser mortelle, ils vont rechercher le coupable, crocs en avant. Il s’agit de Jean-Jean, qui évolue dans un quotidien fade, rythmé par le bruit des caisses enregistreuses. Pour arriver à leurs fins, les loups seront aidés par une femme froide et calculatrice, traits de caractère directement hérités du mamba vert. Ce récit se déroule dans un univers étrange, un monde sombre où l’humanité se perd dans les dérives de la science et se retrouve broyée par le système capitaliste, au nom de la productivité. À travers le filtre de la science-fiction, on découvre avec horreur un reflet de notre société !

l i vr e s

POLAR Tue Chien Serguei Dounovetz

Éditeur : Au Diable Vauvert (à Vauvert), 18 € 83


m a pl a n èt e

Génération bien-être L’été n’est pas bien loin, et avec ou sans le soleil, le sable encore dans les espadrilles, on a bien envie d’en prolonger les effets ! C’est décidé, cette année on se prépare pour rester en forme jusqu’aux prochains beaux jours ! Des remèdes de grand-mère aux dernières techniques high-tech, petit tour d’horizon du bien-être. Par Zazazen

L’incontournable de la saison, c’est la cure de raisin ! C’est à une infirmière sud-africaine, Johanna Brandt, que l’on doit le succès de cette cure. S’étant elle-même guérie d’une maladie grave en ne consommant que du raisin, elle a écrit son témoignage dans un livre qui, depuis 1927, connaît un vif succès. Qu’en est-il exactement ? Aucune preuve scientifique, simplement de nombreux témoignages décrivant un bénéfice réel sur la vitalité. Une vraie cure de jouvence. A tester donc, mais par n’importe comment. Le raisin doit être bio et on ne commence pas une cure un lendemain de fête ! Il est préférable de réduire son alimentation avant. La cure peut durer de un à plusieurs jours, selon qu’on la supporte ou non.

Côté high-tech, le tout nouveau concept à la mode, c’est le “Iyashi Dôme”. Inspiré d’une technique ancestrale japonaise de purification, cet appareil à base d’infrarouges longs fait transpirer (sans avoir trop chaud) en 30 minutes, l’équivalent d’une course à pied de 2 heures, afin d’éliminer toutes les toxines, et accessoirement les kilos en trop. Tentant ! En attendant de l’essayer, on ne lâche pas son petit footing de la semaine ! Evidemment, pour rester en forme, on n’oublie pas de manger des fruits et des légumes de saison, ainsi que des graines germées (même pas peur !). Riches en nutriments essentiels, les végétaux consommés crus sont une source de vitalité remarquable. Mais ça, vous le savez !

© Stockbyte

Pour un bien-être nature, l’aromathérapie a fait ses preuves. Prudence cependant, ces petites fioles aux vertus multiples ne sont pas sans danger. Il vaut mieux se faire conseiller par un thérapeute qualifié ou se documenter sérieusement. L’huile essentielle de référence contre les virus, c’est “Ravintsara”. On s’en frictionne tous les soirs 5 gouttes sur le plexus avec un peu d’huile végétale, en prévention des maux de l’hiver. Sinon, on peut opter pour un truc de grand-mère, pas cher, pour renforcer son système immunitaire : croquer de l’ail frais tous les jours ! Il paraît qu’en mangeant du persil on enlève l’odeur de l’ail, et on fait comment pour enlever celle du persil ?

Dans la course au bien-être, on pourra se tourner vers les techniques anti-stress. La liste est longue. La tendance est à la méditation-relaxation et au yoga, une manière d’équilibrer corps et esprit. Mais la plus branchée, c’est la psychologie positive ! Une approche qui s’intéresse à ce qui nous rend heureux. Il existe de nombreux livres sur le sujet avec plein de trucs et astuces pour pratiquer le bonheur au quotidien.

84

GRIZETTE magazine #04


Le Guide Internet des Loisirs en Famille en Languedoc-Roussillon

85


b o n s pl a n s

Le Spot © LL

Restauration par Coline Chavaroche et Laurent Lecler

Urban Fruits : Sain et simple En deux mots, Denis nous explique le concept original qu’il a développé. Le challenge ? Transformer des fruits frais et congelés... en glace, smoothies ou milkshake ! Pari réussi d’un simple coup de blender. Sur place, c’est le client qui choisit tout, de la composition au résultat final. Et avec plus de 20 fruits au choix et une cinquantaine de “topping” c’est plus de 300 combinaisons qui sont possibles ! De quoi satisfaire tous les gourmands. 4 Grand’Rue Jean Moulin, Montpellier. www.urban-fruits.com Café Noisette : Le petit café des grands amis

Le Spot des saveurs du monde L’adresse est très prisée des habitués du quartier des Beaux-Arts. L’été, on profite de la terrasse ombragée, aux premiers froids, on s’installe dans la salle cosy sur laquelle donne la cuisine, où l’on peut voir la chef s’affairer aux fourneaux. Séverine et Hubert ont longtemps habité au Maroc dont ils ont ramené épices et soleil pour inspirer leur cuisine. Tajine, Wok, Ceviche, un repas au Spot se transforme vite en voyage autour du monde. Pour finir, un shooter de rhum arrangé vous convaincra de devenir, à votre tour, un habitué ! 6, place des Beaux-Arts, Montpellier. Tél. 04 67 04 46 39.

Pour tous les âges et à toute heure, Aurore et Eloïse sauront faire votre bonheur ! On y vient bruncher ou déjeuner entre copines et en famille. Les filles organisent aussi des ateliers pâtisseries et des après-midi nail art ! On se fait faire les ongles en dévorant des cupcakes, dont le “pop” à base de madeleine à la vanille : il est fourré à la mangue et glacé au carambar. Le tout saupoudré de pop-corn. Un délice fait maison ! Du mardi au samedi, 21 bd Pasteur, Montpellier.

L’AOC : Accélérateur d’Orgasme Culinaire Niché sur les rives du Lez, L’AOC bénéficie de la douce caresse du soleil couchant à l’heure de l’apéro en terrasse. Installez-vous confortablement dans les chaises longues, le temps de goûter un vin de petit producteur accompagné de sa mise en bouche. Hervé et Jérémie vous proposent ensuite de déguster leur cuisine inspirée par les produits du Limousin, interprétés dans une carte qui sait s’adapter aux envies de saison. A noter, une fois par mois, une soirée à thème autour d’une saveur ou d’un producteur local. 290, av Théroigne de Méricourt - Port Marianne, Montpellier. Tél. 04 67 42 80 51.

Café noisette © LL

Urban Fruits © LL

86

GRIZETTE magazine #04

L’AOC © LL


87


Une histoire de lunettes © AC Eriau

b o n s pl a n s

Shopping

Par Anne-Charlotte Eriau et Marc Bastide

MademoiselleS céramique : boutique atypique pour fan de poterie

Ouvrez les yeux : nouveau shop Une histoire de Lunettes

Nouvelle adresse à faire tourner ! Derrière cette jolie porte, 2 styles, 2 filles, qui manient le tournage, l’estampage et le modelage comme personne. Venez vous initier aux techniques de la céramique sur porcelaine ou acheter de la vaisselle. Eléments de décoration également en vente. Chouette photophore ! Cours pour petits et grands. Les filles écoutent et conseillent à merveille. L’endroit idéal pour réaliser ses objets préférés.

Bien plus qu’un simple opticien, cette nouvelle boutique ouverte depuis juin crée la surprise ! Aménagé comme un appartement, Marie et Romain proposent dans leur shop à la déco vintage, une gamme colorée et variée de 10 marques ! Installezvous dans le salon, prenez un café et laissez-vous emporter par les conseils affûtés de nos 2 opticiens diplômés ! Prix accessibles, nombreux services, rééditions de modèles vintage et exclu comme les lunettes Masunaga, Lesca et French Vintage.

6, rue Roucher, Montpellier. Facebook : Mademoiselles Céramique

21, rue des Balances, Montpellier. Facebook : Une histoire de Lunettes

Icône by le Vestiaire : changement de cap Depuis mai 2013, le shop le Vestiaire a donné naissance à Icône. Cette nouvelle boutique de l’Ecusson propose une sélection de multimarques femme. Vêtements et accessoires d’une dizaine de marques comme Bel Air, Noon et Jean-Louis Scherrer ! Collections tendances présentées dans un espace élégant. On s’imagine déjà dans les jolies tenues présentées en vitrine. 2, rue Jacques d’Aragon - Ancien Courrier, Montpellier. Facebook : Icône by le Vestiaire

Le Petit Souk : à découvrir Ouverte fin juin rue de l’Ancien Courrier, cette jolie enseigne lilloise remet au goût du jour jouets, vaisselle et mobilier enfantins d’inspiration vintage et décalée. Dans cette caverne d’Ali Baba pour les plus petits (mais pas que) Karine vous aide à faire votre choix entre des centaines de modèles tous plus craquants et originaux les uns que les autres. Tissu liberty, bois vernis, PVC flashy, il y en a pour tous les styles et souvent à de tout petits prix. On aime : le poisson pour le bain à 1 € seulement, les langes à l’ancienne en coton étoilé, la boîte à goûter pirate ou cosmonaute, l’assiette mélaminée à motifs clowns… et tant d’autres choses !

Le petit souk © M. Bastide

20, rue de l’Ancien Courrier, Montpellier.

Mademoiselles Céramique © AC Eriau

Icône by le Vestiaire © AC Eriau

88

GRIZETTE magazine #04


89


b o n s pl a n s

The Body Shop © LL

Beauté

par Aurélia, Coline Chavaroche et Johanne

The Body Shop réinvente le soin

Atelier Nyels Anders © Steven Morlier

Lifting réussi pour The Body Shop qui propose un nouveau concept de boutique, “Pulse”. Entre autres nouveautés, encore plus de conseils et d’essais maquillage gratuits grâce à la présence d’une Make-Up Artist et d’une Experte Soin. Toujours plus d’engagements éthiques et durables pour la marque, qui peut désormais s’enorgueillir d’être Wood Positive (ils plantent plus d’arbres que la quantité de bois utilisée pour créer les emballages). Le Polygone, Niveau -1, Montpellier. Tél. 04 67 99 41 60. Les Secrets d’Ambre : des afterwork très zen

Atelier Nyels Anders : 2 hommes pour vous sublimer !

Parce que la beauté vient aussi de l’intérieur, Aurore Altbach propose chaque mois des afterwork gratuits consacrés au bien-être. Prochain rendez-vous le vendredi 20 septembre à 18h pour discuter “sophrologie, gestion du stress et des émotions” autour d’un mini-soin et d’un thé à la menthe. A tester aussi : ses épilations au miel. C’est bluffant d’efficacité et de douceur !

Nyels et Aurélien conjuguent leurs talents pour des prestations de maquillage et de coiffure personnalisées dans un cadre zen et immaculé. Pour des soirées, des séances mode, photo ou vidéo, ou bien des cérémonies de mariage, baptême, vous êtes entre les mains d’experts et vous serez séduite par leurs conseils beauté. Vous pouvez même privatiser l’atelier et passer l’aprèsmidi entre copines pour préparer votre soirée ! 31b rue de l’Argenterie, 3è étage, Montpellier. RV coiffure : 06 45 64 10 58. RV maquillage : 06 66 82 77 53

27, place Emile Combes, Montpellier. Tél. 04 67 79 67 39. www.lessecretsdambre.com

Bain de Gourmandises © LL

Bain de gourmandises : on fond de plaisir... Pour les chocolats effervescents, les macarons de shampoing à la framboise ou encore les tartes de savon, saveur rhubarbe et pomme granny... Chez Julie, la gourmandise n’est plus un vilain défaut ! Tous ses produits sont artisanaux et allient judicieusement beauté et gourmandise. Consciencieuse, elle pousse le détail jusqu’à la présentation, et emballe ses mignardises pour le bain dans de vrais coffrets à pâtisseries !

© Les Secrets d’Ambre

90

GRIZETTE magazine #04

3 rue Joubert, Montpellier. Tél. 04 67 66 34 68. www.baindegourmandises.fr


91


H Oro sco p e

Horoscope de la rentrée 2013 Par PMP - Illustrations Dafne Saporito

Alors, de retour de vacances, tu te remets de cet été festif, indépendant ou langoureux, avec l’idée de reprendre la vie quotidienne d’un bon pied, quelques bonnes résolutions, histoire de garder le corps tonique, et l’esprit positif et efficace. Et si la rentrée était l’occasion de trouver une nouvelle activité à faire au quotidien, ou de temps en temps ? Tout le monde pourrait commencer par la mono-diète d’automne : la cure de raisin (7 jours de raisins variés, biologiques obligatoirement) ! Ça nettoie nos intestins, et les intestins sont nos nettoyeurs de pollutions et nos fournisseurs fondamentaux : cerveau, peau, os, muscle, sang, nous disent merci de les entretenir au top ! Pour le zodiaque, à chaque signe, son endroit du corps plus sensible, plus fort et plus fragile, à ménager, travailler, libérer, assainir… Bélier : Après tes 400 coups de l’été, à moins que tu ne te sois douloureusement retenue, pour toi l’idéal, c’est un art martial qui libère ton énergie brute de pommes et canalise tes impulsions : Aïkido, Kung-Fu, Karaté, Self-Défense. Ou un sport extrême pour bien t’épuiser : kite-surf, escalade + parapente. Et de la méditation, pour t’obliger à ne pas toujours réagir trop vite… Taureau : Tu as ronronné au soleil, ou dans les bras de celui ou celle qu’il te faut. Tu devrais renforcer ta tonicité abdominale avec du Pilates. À moins que tu ne préfères respirer calmement l’air pur de l’été indien, avec des randonnées dans l’arrière-pays. Ou pourquoi pas du Taï-Chi Chuan ? Gémeaux : C’est le retour du gémeaux prodigue, celui resté à la maison reprend les rênes de la raison et de la vertu. Allez, pratique des jeux sportifs ou non pour t’amuser ! Et histoire de prendre l’air pour mieux redescendre sur terre, de la méditation zazen ou bouddhiste. Cancer : Trop de monde sur la plage pour un crabe, tu es pourtant tout à fait à ton aise près de l’eau qui te protège. Pour toi, des Qi Qong du son, en particulier celui pour ton estomac ! Et tout ce qui pourra renforcer la région de ta poitrine et ton maintien : exercices de gymnastique douce par exemple. Lion : Le soleil t’a doré la pilule, il est temps d’enfin ouvrir ton cœur, postures de yoga pour ouvrir ton plexus solaire, ou dos crawlé à la piscine qui te muscle le dos, libère tes épaules et te donne du souffle et du cœur ! 92

GRIZETTE magazine #04


Vierge : Eté fou ou sage, pour ton système nerveux, pense à assimiler du magnésium (pas une mince affaire) sans trop de sucre (chocolat noir amer avec le moins de sucre possible) ! Sinon, un peu de voile, du surf, de l’escalade, ou de l’alpinisme pour être dépassée par les éléments et enfin lâcher prise ! Balance : L’air se rafraîchit bientôt, et tu n’es pas pressée de rentrer dans quelques tanières que ce soit. Toi, ce sont tes reins et ta peau dont tu dois prendre soin. Donc cure de raisin, tisane dépurative, Hammam et Qi Qong du son pour les reins. Scorpion : Si tu es amoureuse et que tu as fait l’amour tout l’été, continue ! Si tu n’as pas rencontré l’objet de ton désir, cherche encore. Rien de mieux que d’aimer charnellement, au moins pour toi ! C’est du vrai sport et c’est bon pour ton esprit parfois trop sombre. Sagittaire : Ton appétit de la vie t’a emportée loin tout l’été. Maintenant, c’est l’heure de reprendre des forces pour la suite : un peu de vélo, de randonnée en montagne, ou de yoga postural pour ouvrir ton bassin et renforcer tes hanches et tes cuisses. Capricorne : Secrète sensible, tu n’as pas lâché l’affaire cet été non plus. As-tu un bon dentiste et un bon ostéopathe qui puissent remettre ta mâchoire et ton squelette bien en place ? Toute activité plutôt de plein air t’obligeant à ne plus penser sera aussi la bienvenue pour toi ! Verseau : Artiste rebelle, réelle ou manquée, tu reprends fort le collier de la rentrée ! Mais attention à tes petits mollets et à ta circulation sanguine, au menu : Pilates, aqua-biking, et les pieds en l’air, pour oxygéner ton cerveau et alléger la pression dans tes jambes. De bons bains aux sels de magnésium sont indiqués aussi, détente garantie ! Poissons : À force de vivre au fond des mers, tes pieds et ton système immunitaire ne sont pas ménagés ! Un peu de réflexologie plantaire et d’acupuncture te feront le plus grand bien. N’oublie pas le magnésium qu’on trouve dans les sels de mer, les bons poissons, les algues… Une petite cure de chlorure ou de spiruline si tu aimes les goûts prononcés… Voilà, tu es fin prête pour la rentrée. Et n’oublie pas, prend du temps pour toi, souvent, rien qu’à toi. Et tout le monde te dira merci ! Et toi le garçon qui lit Grizette en cachette, fait la moitié de ce que font les filles à la maison au quotidien, ça devrait te tonifier pas mal d’endroits et te sentir bien fatigué à la fin de la journée ! Toi, du temps pour toi, tu en prends déjà ! ;-) Bonne rentrée ! 93


g r i z e tt e

Prochain numéro en décembre, en attendant retrouvez-nous sur les événements dont nous sommes partenaires…

Salon professionnel “Des Métiers et des Femmes” Jeudi 3 octobre de 10h à 20h Domaine de La Providence, 1784 avenue de Toulouse, Montpellier. Infos : femmes-actives-lr.fr

Femmes Actives : L’association Femmes Actives LR organise pour la deuxième année consécutive un salon professionnel “Des métiers et des femmes” Au Domaine d’Agglomération La Providence, les membres de l’association vous feront découvrir la richesse et la diversité des métiers exercés par les femmes sur l’ensemble du bassin montpelliérain. 500 m² seront ainsi dédiés à la mixité des emplois et l’élargissement des choix professionnels, ainsi que l’accès des femmes à tous les secteurs d’activités. Une journée entière suivie d’un cocktail de clôture pour partager et échanger en toute convivialité.

Foire Expo : L’équipe de Grizette vous attend le 15 octobre lors de la Foire Internationale de Montpellier Le magazine y aura son propre stand et organisera un photocall toute la journée ! A cette occasion, un grand concours “Mademoiselle Beauté” se tiendra en partenariat avec l’Ecole des Métiers de la Beauté Giorgifont. Au cours de cette journée, les candidates seront coiffées, maquillées et habillées sur le stand de l’école. A la suite d’un entretien individuel, douze d’entre elles seront sélectionnées pour participer à un défilé qui aura lieu le 19 octobre. A l’issue de ce défilé, la gagnante du concours remportera un an de coiffure et d’esthétique à l’école privée Giorgifont... ainsi qu’une jolie parution dans le magazine Grizette !

mardi 15 octobre : Journée de la Femme à la Foire Internationale de Montpellier, et samedi 19 octobre : Défilé “Mademoiselle Beauté” Parc des Expositions, Route de la Foire, Pérols. Entrée : Tarif général 7 € / Tarif réduit 5 € pour les femmes.

BEATA DREISIGOVA, Ferveur slave Grizette est fière d’être partenaire du concert de Beata, artiste slovaque, qui écrit, compose et interprète dans sa langue. Elle rompt avec les clichés sur la musique et “l’âme” slaves, les refrains relookés pour faire “world” et refuse aussi le folklore momifié et sa dévotion confite. Travail exigeant sur la langue et la mélodie, elle restitue la liberté et la brutalité des chants traditionnels. Elle crée une folk-pop raffinée, chaleureuse. Loin de la convenue “invitation au voyage”, Beata arrache à son horizon ce qui parle de nous. Chanteuse charismatique, à contre-courant… ou plutôt celui d’un pays sans mer, une vague étrange et évidente. 94

GRIZETTE magazine #04

dr

vendredi 25 octobre, 21h15 JAM : 100 rue Ferdinand Lesseps, Montpellier (tramway 4 Saint Martin). Entrée : 10 €. Contact : 06 73 43 22 98


+2000 Facebook page fan : Grizette Pour suivre toute l’actu de Grizette, donner votre avis et nous apporter votre soutien !

Agenda du Week-end Chaque vendredi la rédaction se met en 4 pour dénicher les meilleurs plans de sortie, les évènements incontournables ou les petites initiatives secrètes ! www.grizette.com

Twitter : @Grizette_M Pour suivre notre compte ou nous tagger dans vos posts  et vos #FF

Facebook profil : Grizette Mag Montpellier Pour nous inviter à vos évènements annoncés dans FB

… et sur le web !

Instagram : @grizettemag Photographiez le magazine là où vous le lisez et taggez @grizettemag et #Grizette ! La meilleure photo sera publiée dans le prochain numéro !

95


AD R E S S E S

Notre carnet d’adresses Ils nous ont été d’une précieuse collaboration pour les shootings mode AMERICAN VINTAGE : CC Odysseum - 04 67 15 24 07 ATELIER NYELS ANDERS : 31b rue de l’Argenterie 06 66 82 77 53 BIJOU BRIGITTE : 13 Grand’rue Jean Moulin 04 67 02 00 24 BOOTSHOP : 26 rue de l’Argenterie - 04 99 62 00 87 CARLOS ARTHEMIS : 3 rue de la Charrue - 04 67 60 38 80 CARRE FEMININ : 7 place du Petit Scel - 04 67 54 58 24 COSMOPARIS : 10 Grand’ rue Jean Moulin- 04 67 92 63 12 ELEVENPARIS : 19 rue de l’Ancien Courrier 04 99 62 60 95 FRISSTYLE : 23 bd Pasteur - 04 67 02 11 00 KROMATIK : 18 Grand’ rue Jean Moulin - 04 67 60 58 19 KROMATIK II : 17 rue de l’Argenterie - 04 67 86 18 94 LE COMPTOIR DU DESERT : 22 rue de l’Ancien Courrier 04 67 60 22 99 MA PREMIERE BOUTIQUE : 14 rue du Petit Saint-Jean 04 67 60 62 89 MOA : CC Polygone - 04 67 64 70 30 NANCY MANRESA : 06 25 49 17 32 Facebook : NancyCoiffeuseADomicile PAIA : 25 rue Louis Lumière, ZAC des Commandeurs, Lattes - 04 67 99 00 00 PEOPLE’S RAG : 13 rue de l’Argenterie - 04 67 60 81 91 SAPSAK : 16 rue de l’Ancien Courrier - 04 67 60 23 70 TAINOTI : 29 rue de l’Aiguillerie - 04 67 02 12 57 THE KOOPLES : 29 rue de l’Argenterie - 04 67 02 66 04 TRANSAT : 22 rue de l’Argenterie - 04 67 60 75 82 Nos coins shopping AGNES B. : 14 rue Foch - 04 67 57 80 94 AMERICAN EAGLE : www.ae.com BENSIMON HOME AUTOUR DU MONDE : 6 rue Saint-Paul 04 67 29 67 81 BERENICE : CC Odysseum - 04 99 64 54 37 BERSHKA : CC Odysseum - 08 99 23 09 01 BISNI sur bisni-world.com et chez TAINOTI : 29 rue de l’Aiguillerie - 04 67 02 12 57 CLAUDIE PIERLOT : 19 rue de l’Argenterie - 04 67 58 53 42 COMPTOIR DES COTONNIERS : 29 rue de la Loge 04 67 60 95 03 COSMOPARIS : 10 Grand’rue Jean Moulin - 04 67 92 63 12 96

GRIZETTE magazine #04

DAVINES chez FRISSTYLE : 23 bd Pasteur - 04 67 02 11 00 LAFAYETTE COLLECTION : Galeries Lafayette, CC Polygone - 04 67 64 83 00 GERARD DAREL : 22 rue Foch - 04 67 60 90 07 H&M : CC Odysseum - 04 99 53 21 60 IKEA : CC Odysseum - 09 70 80 87 20 IN SITU : 22 rue de l’Ancien Courrier - 04 67 60 62 52 ISABEL MARANT chez MA PREMIERE BOUTIQUE : 14 rue du Petit Saint-Jean - 04 67 60 62 89 KIABI : ZAC Le Fenouillet, Pérols - 04 99 53 20 40 KOOKAÏ : 21 rue de la Loge - 04 67 66 25 07 et CC Odysseum - 04 99 64 58 13 LEATHER CROWN chez PAIA : 25 rue Louis Lumière, Lattes - 04 67 99 00 00 LOLLIPOPS : 24 rue de l’Ancien Courrier - 04 67 99 37 85 MANGO : CC Odysseum et 29-31 Grand’rue Jean Moulin - 04 67 60 72 22 MANFIELD : 1 passage Bruyas - 04 67 60 91 30 MELLOW YELLOW : 12 rue de l’Argenterie - 04 99 63 95 51 METROPOLITAN ART & DESIGN : 30 rue Foch 04 67 67 18 70 MUSE : 2 rue Draperie St-Firmin - 04 99 62 23 72 NAF NAF : CC Polygone - 04 67 65 01 93 PAUL SMITH chez PAIA : 25 rue Louis Lumière, Lattes - 04 67 99 00 00 et chez TAMISE : 28 rue de l’Argenterie - 04 67 60 62 58 PETITE MENDIGOTE chez PEOPLE’S RAG : 13 rue de l’Argenterie et GALERIES LAFAYETTE : CC Polygone PULL&BEAR : CC Odysseum - 04 67 65 98 75 PROMOD : CC Polygone - 04 67 64 29 36 REPETTO : 12 rue Jacques Cœur - 04 67 54 05 09 SANDRO : 4 rue de l’Argenterie - 04 99 61 67 49 SCOTCH&SODA chez LE COMPTOIR DU DESERT : 22 rue de l’Ancien Courrier et chez SEVEN’S : 1 allée Jules Milhau - 04 67 67 24 65 SYMETRIC DESIGN : 5 rue du Plan du Palais 06 99 21 02 01 THE KOOPLES : 29 rue de l’Argenterie - 04 67 02 66 04 THIBAUT MALET : www.etsy.com/shop/thibautmalet VILA chez MAJESTIC FEMME : 2 rue des Etuves 04 67 60 75 16 ZADIG & VOLTAIRE : 23 rue Foch - 08 99 23 24 65 ZARA : CC Odysseum - 04 67 99 84 42 et CC Polygone - 04 67 99 41 60 ZEEMAN : 17 cours Gambetta - 04 30 00 10 04


CHéQUI E R anniversaire 85 OFFRES

SHOPPING ET LOISIRS

©Blaise Pastor - Tous droits réservés - Photos non contractuelles - 08/2013

DU 20 septembre AU 19 octobre

HYPERMARCHÉ - 100 BOUTIQUES - 2H DE PARKING GRATUIT


Grizette N°4  

Grizette, le magazine féminin gratuit de Montpellier.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you