Issuu on Google+

Calcul de la participation Une situation fiscale sur exercices antérieurs potentiellement non stabilisée  Les données    Les instruc+ons fiscales (code général des impôts) portant sur la  détermina+on de la valeur ajoutée disposent dans l’ar+cle 1586  sexies  que  les  moins  values  de  cession  des  établissements  financiers  peuvent  faire  l’objet  d’une  déduc+on  dans  le  calcul 

 Les conséquences possibles de ce0e situa3on      En  appliquant  le  retraitement  des  ventes  sous  le  PAR à la valeur ajoutée (qui baisse en conséquence 

de la valeur ajoutée (VA). 

   La société X acquiGe (comme toutes les entreprises soumises à 

de  130M€  sur  les  trois  dernières  années),  le  trop 

ceGe  règle  fiscale)  une  taxe  sur  la  valeur  ajoutée  égale  à  1,5% 

versé de taxe sur la VA serait d’environ 2M€, d’après 

de celle‐ci (à quelques ajustements près), 

les calculs de votre Direc+on 

    Les  ventes  sous  le  PAR  constatées  entre  200N‐2  et  200N  s’élèvent à un peu plus de 130M€. 

    Les  pertes  sur  ventes  sont  par  ailleurs  déduites  fiscalement  dans le calcul du bénéfice fiscal. 

  La baisse de la valeur ajoutée en 200N‐1 serait alors  de 60M€    CeGe diminu+on entraînerait une augmenta+on du 

  La Direc+on financière nous a indiqué avoir fait une demande à  l’administra+on  fiscale  sur  la  possibilité  de  procéder  à  ce  re  calcul  de  la  VA  ;  ceGe  demande  serait  restée  sans  réponse  depuis deux ans. 

Raison sociale

ra+o S/VA du calcul de la réserve de par+cipa+on      La  réserve  pourrait  dans  ce  contexte  varier  à  la  hausse de 2M€ selon nos calculs 

1


Calcul de la participation Le projet X : des perspectives de résultats fiscaux potentiellement négatives sur les années futures   Les données     Un apport par+el d’ac+f en vue d’un transfert du solde  des ac+vités NV vers la PLC (en juillet 200N : projet X) 

    Un  déficit  reportable  de  160M€  au  niveau  de  la  NV  (notons qu’il était de 200M€ au moment de la fusion en  200N‐2) 

 dLes conséquences probables      Entre  autres  conséquences,  le  transfert  d’une  par+e du déficit fiscal AA vers BB.     Ce transfert est es+mé à 80 M€.       Ce  transfert  permeGrait  d’obtenir  une  situa+on 

Conclusion:  l’u+lisa+on  des  leviers  fiscaux  pourrait priver les salariés de par+cipa+on.  En  partant  du  principe  que  la  Direc+on  cherche  à  réduire  son  impôt  et  non  pas  à  ne  pas  verser  de  la  par+cipa+on,  il  nous  semble  nécessaire  de  rechercher  des  moyens  subs+tu+fs  à  ceGe  situa+on,  notamment  en  ma+ère d’intéressement. 

Raison sociale

fiscale  nulle  pendant  un  nombre  d’exercices  indéfini au regard des derniers résultats fiscaux et  du trend sur lequel est placé la succursale.      La  Direc+on  es+me  que  le  taux  de  réussite  de  ceGe « opéra+on » est entre 10 et 15 %.      Dans  ce  contexte,  il  n’y  aurait  plus  de  par3cipa3on  de  manière  certaine  pendant  plusieurs exercices. 

2


Calcul de la participation