Issuu on Google+

Plan d’action de l’Agenda 21 local d’Etterbeek*

Ma commune durable

* Disponible sur www.etterbeek.be


L’Agenda 21 local, une initiative du Bourgmestre Vincent De Wolf, de l’Echevine du Développement durable Marie-Rose Geuten et de l’ensemble du Collège des Bourgmestre et Echevins d’Etterbeek. Il s’agit d’un travail transversal et participatif qui a nécessité beaucoup d’énergie et de temps à de nombreuses personnes.

Remerciements Au Bourgmestre M. Vincent De Wolf et à l’Echevine du Développement durable Mme Marie-Rose Geuten pour l’initiative A21L. Au Collège des Bourgmestre et Echevins d’Etterbeek pour leur soutien. Au Secrétaire communal d’Etterbeek. Aux citoyens, membres d’associations, commerçants, agents communaux, conseillers communaux et à toutes les personnes ayant participé de près ou de loin à l’élaboration, la mise en œuvre de l’A21L et des activités qui y sont liées. A nos partenaires Tr@me scrl et Yuluka sprl. A la Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles Environnement, l’Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale, la Fondation pour les Génération Futures pour leur aide et leurs conseils. Et un merci tout spécial à Luc Gillmann pour la coordination générale du projet et la rédaction du Plan d’action.

2


e n u m m Ma co durable

’Etterbeek d l a c lo 1 2 a n de l’Agend Plan d’actio

Sommaire Préface4 Notes et remarques

6

Introduction8 Diagnostic (14 axes thématiques)

21

Objectifs61 Plan d’action (45 fiches-actions)

65

Vue globale des thématiques et des actions de l’A21L 160 Annexe : glossaire

163

3


Depuis plus de 10 ans, notre commune s’est investie avec conviction et détermination dans le développement durable. A l’échelle de notre région, Etterbeek fut même l’une des communes pionnières en cette matière. A tel point que lorsqu’il fallut choisir une commune destinée à représenter les pouvoirs locaux bruxellois au sein de la délégation belge présente au Sommet mondial de Johannesburg en 2002, c’est à Etterbeek que revint cet honneur. Aujourd’hui, à l’heure où le développement durable et les préoccupations qui en découlent font l’objet d’engagements concrets dans la plupart des villes et communes, Etterbeek en a, plus que jamais, fait l’une de ses principales orientations politiques. Durant cette législature, nous avons voulu concrétiser cette opération en élaborant de façon concrète notre Agenda 21 local. Il va de soi que le développement durable est un concept transversal qui mélange l’ensemble des compétences communales. C’est la raison pour laquelle, en ma qualité de Bourgmestre, je soutiens les actions menées par l’échevinat du développement durable, tout comme le Secrétaire communal le fait sur le plan des fonctionnaires. D’entrée de jeu, nous avons toutefois estimé que cet objectif n’avait de sens qu’en intégrant à notre réflexion les remarques, les critiques et les suggestions d’un maximum d’habitants et d’acteurs locaux. C’est pourquoi, en guise de prologue à la « construction » de notre A21L, nous avons organisé des ateliers participatifs. L’énergie, la santé, le bien-être social, la propreté publique, l’embellissement urbain, la biodiversité, le commerce, le logement, la participation citoyenne, la bonne gouvernance, la culture : tous les domaines liés à la vie communale, sans exception ou presque, ont été étudiés à la loupe durant ces ateliers regroupant des agents communaux, des représentants du milieu associatif et, surtout, de nombreux habitants soucieux de s’impliquer dans la conception de l’Agenda 21 local etterbeekois. Parmi toutes les propositions issues des ateliers – et il y en a eu beaucoup ! – le Collège a décidé d’en retenir 45, en prenant soin de ne délaisser aucune des thématiques abordées par les participants. Précisons-le d’emblée : notre Agenda 21 local n’est pas un simple « catalogue d’intentions ». C’est un véritable plan d’action, ambitieux et, osons le dire, visionnaire. Les propositions et projets qui le constituent ont, pour le Collège, valeur d’engagement à long terme. Je vous invite à le consulter et, si le cœur vous en dit, à nous faire part de vos réflexions. Nous ne serons jamais trop nombreux pour construire ensemble l’avenir d’Etterbeek…

Vincent DE WOLF Député-Bourgmestre

4


Préface

Le développement durable, tel que nous l’entendons à Etterbeek, ce n’est pas un concept théorique, c’est une manière d’agir au quotidien. Face aux défis planétaires actuels, il ne faudrait pas se sentir dépassé et impuissant. Nos modes de production et de consommation, allant de pair avec le gaspillage massif des ressources naturelles, ont un impact énorme sur notre environnement, notre bien-être, sur la vie en société, les conditions de travail, la santé, la précarisation grandissante, les déséquilibres Nord-Sud. Il est essentiel d’en prendre conscience. La question est : comment répondre aux besoins actuels sans limiter la capacité des générations futures à satisfaire leurs propres besoins ? L’échelle communale est un niveau tout désigné pour permettre à chacun d’agir, notamment en acceptant de modifier certains comportements. C’est la raison pour laquelle, à Etterbeek, nous nous sommes lancés avec enthousiasme dans la réalisation d’un Plan d’action pour notre territoire. Pour ce faire, nous avons travaillé de manière participative avec les habitants, acteurs de terrain, élus de majorité et d’opposition, agents communaux. Car, comment élaborer une stratégie durable sans prendre en compte l’expérience quotidienne des habitants et des acteurs qui animent notre commune ? Pierre angulaire d’un processus de changement, ce Plan d’action repose sur la participation de tous. Vous peut-être, votre voisin, votre commerçant, la maison de jeunes de votre enfant, l’école, les habitants d’Etterbeek ont été sollicités pour aider à identifier les enjeux et les pistes d’action possibles. Ensemble, il a fallu établir un état des lieux, déterminer des objectifs, définir des actions prioritaires et les rendre réalisables. Mon rôle a été de veiller à la bonne coordination de ce titanesque chantier et je remercie tout un chacun pour l’énergie sans réserve et les incalculables heures consacrées à ce formidable projet. Tel un carnet de route pour tracer et maintenir notre cap sur le chemin du 21e siècle, le plan d’action d’Etterbeek est un guide qui intègre toutes les thématiques dans lesquelles nous devons agir ensemble. Autrement dit, voici un agenda commun, un agenda 21, pour un 21e siècle durable. A nous maintenant de poser des gestes forts pour les générations qui nous succèderont. Il nous appartient de conjuguer responsabilité écologique, réalisme économique et justice sociale. Et ce, dans tous les aspects de la vie quotidienne, la petite vie de tous les jours. Etterbeek à l’heure du développement durable : c’est résolument maintenant.

Marie-Rose GEUTEN Echevine du Développement durable

5


Notes et remarques sur l’Agenda 21 local D’où viennent les informations contenues

Les moyens humains

dans ce document ?

Chaque fiche-action est portée par un service communal, ou plus rarement, par une personne pilote (un agent communal). Cependant, certains services communaux ne sont parfois représentés que par un fonctionnaire qui se trouve déjà débordé. Dans ce cas, la mise à disposition, voire l’engagement d’un fonctionnaire supplémentaire, est fortement recommandée pour pouvoir suivre les actions et développer ces projets A21L. Il ne s’agit pas d’engager une personne pour chaque fiche, mais de fournir des recommandations pour porter un ensemble cohérent d’actions.

L’élaboration du présent document A21L fut une tâche particulièrement complexe qui a nécessité de rechercher, rassembler, synthétiser et vulgariser un nombre important d’informations. Les informations contenues dans le présent document sont une synthèse : ­— du travail effectué depuis 2008 par l’administration communale, basé sur des documents officiels tels que la Déclaration de politique générale (20072012), des interviews d’agents communaux et des recherches de diverses informations. — du travail effectué lors des Ateliers participatifs (2009) auxquels ont participé des citoyens, commerçants, associations et collectifs etterbeekois ainsi que des agents communaux et des élus locaux.

Calendrier Un calendrier de mise en œuvre est systématiquement inclus dans chaque fiche-action. Cependant, il est très difficile d’estimer à quel moment précis tel ou tel élément d’une action sera mis en œuvre, d’autant plus si celui-ci dépend de l’obtention de subsides ou de moyens humains. Les calendriers pourraient donc subir des remaniements au niveau des dates ou des éléments à mettre en œuvre. Ces différentes modifications seront toutefois indiquées sur le site Internet communal.

Une volonté de la Commune d’Etterbeek L’Agenda 21 local exprime la volonté de la Commune d’Etterbeek de s’engager à long terme sur la voie du développement durable, mais ce, dans la mesure de ses moyens. Les fiches-actionss présentées dans ce document constituent des déclarations d’intention et, en aucun cas, des règlements. Certaines actions seront plus difficilement réalisables que d’autres et pour celles qui sont tributaires de moyens humains et/ou de subsides, la Commune ne peut assurer avec certitude le respect du calendrier de mise en œuvre des partenaires associés aux actions ou des différents éléments décrits participant à la réalisation des actions.

Acteurs et partenaires La mise en place des actions de l’A21L implique tout particulièrement la participation de nombreux services communaux et d’acteurs etterbeekois : citoyens, associations, commerçants, écoles, etc. Mais tous les acteurs ne seront pas nécessairement associés à tous les éléments repris dans le calendrier.

Budget

Les différents Conseils consultatifs seront également associés aux actions entrant dans leurs compétences, pour remettre des avis.

Estimer un budget pour la réalisation de nouvelles actions A21L, en général très complexes, est souvent difficile voire impossible. De plus, la Commune disposant d’un budget limité, certaines actions nécessiteront impérativement l’octroi de subsides. Dans ce cas, ces actions devront également entrer dans les objectifs des pouvoirs subsidiant qui seront alors associés en tant que partenaires. Lorsque les budgets sont indiqués, ils constituent généralement une estimation.

La participation des citoyens est un élément clé du succès de l’A21L. Il s’agit de permettre une appropriation des actions par les citoyens et acteurs de terrain (associations, commerçants, écoles…) afin de faire perdurer ces actions. La Commune assurera toutefois un suivi.

6


Intro

Des actions étendues dans le temps….

La transversalité est un autre élément clé du succès de l’A21L. En effet, chaque service communal dispose de compétences, de connaissances, de savoirs et savoirfaire, de contacts avec des personnes ressources pour permettre la réalisation efficace des actions de l’A21L.

L’Agenda 21 local est un outil destiné à faire du développement durable un moteur du développement de la commune. C’est un outil évolutif et destiné à perdurer. Ainsi, de nouvelles actions respectueuses des trois piliers du développement durable pourront par la suite être intégrées dans l’Agenda 21 local. Dans le but de donner une pérennité à ces actions, elles seront intégrées progressivement et feront l’objet d’une approbation par le Collège des Bourgmestre et Echevins.

La mise en œuvre Des recherches et des échanges : pour chaque ficheaction des recherches préalables ont été effectuées afin de définir la meilleure manière de réaliser l’action. Le développement durable ne se limitant pas aux frontières d’une commune, l’expérience acquise par d’autres communes (ou CPAS) engagées dans un A21 (ou similaire) constitue donc un atout considérable et certaines furent donc largement consultées. En outre, les responsables de projets liés au développement durable s’échangent volontiers et régulièrement des conseils, outils ou méthodes de travail. Ces recherches et ce partage se poursuivront tout au long de la mise en place de l’A21L et pourront dès lors entraîner certains changements dans la manière dont une action sera mise en œuvre. Ces modifications éventuelles seront indiquées sur le site Internet communal.

Les actions ne pouvant humainement et budgétairement pas être mises en œuvre toutes en même temps, un choix a dû être effectué : certaines actions ont déjà été mises en place, d’autres le seront prochainement, et certaines ne le seront que dans quelques années. L’Agenda 21 local n’a pas de date limite.

Communication La communication est un élément essentiel de ce vaste projet. Différents outils de communication seront donc élaborés pour informer la population sur les avancées des actions et de l’A21L en général. En outre, de nombreuses fiches-actionss prévoient la réalisation d’outils d’information et/ou de sensibilisation. Chacune des 45 actions inclura systématiquement un plan de communication spécifique. Différents canaux d’information (bulletin communal, site Internet communal, site Internet Agenda Iris 21…) seront systématiquement utilisés pour informer les citoyens sur l’état d’avancement des actions, sur les événements et activités organisés, etc.

Mettre en place des groupes de travail : certaines actions particulièrement complexes nécessiteront la formation de groupes de travail spécifiques composés d’agents communaux mais aussi de citoyens et d’acteurs locaux chargés de réfléchir à la meilleure manière d’accompagner la mise en place de ces actions. Chaque création de groupe de travail (ainsi que leur composition) fera l’objet d’une validation par le Collège des Bourgmestre et Echevins. Il en va de même pour les collaborations avec des experts, des recours à des bureaux d’études, etc. De manière générale, le Collège sera largement consulté.

En outre, des appels à la participation seront également lancés pour inciter les citoyens etterbeekois à participer activement à la réalisation des actions A21L. De même, différents canaux de communication seront utilisés pour informer plus spécifiquement l’ensemble du personnel communal.

Réaliser et accompagner une action : chaque action est portée par un service communal pilote. Celui-ci sera toujours chargé de la mise en œuvre technique d’une action. Cependant, les citoyens et acteurs locaux seront régulièrement appelés à accompagner cette réalisation technique, par exemple via la promotion de l’action à travers différentes activités.

7


Introduction I. L  e développement durable : pourquoi ? Parce qu’il y a urgence… „„ Pour sauvegarder la biodiversité : un quart des mammifères, un tiers des poissons, 12 % des oiseaux, et la moitié des plantes à fleurs et des insectes sont menacés. Au total, un cinquième de toutes les espèces vivantes pourrait disparaître dans les 30 ans. „„ Pour que l’eau potable ne devienne pas une denrée rare : dans le monde, 3 millions de personnes meurent chaque année de maladies dues à l’eau souillée par des substances dangereuses et des micro-organismes porteurs de germes nocifs. En 2050, les pénuries d’eau concerneront environ 5 milliards de personnes sur 9 milliards d’individus. „„ Pour plus de partage : aujourd’hui, 2 milliards d’hommes et de femmes gagnent moins de 1,5 € par jour. Un être humain sur sept vit dans un bidonville, un enfant sur huit est exploité au travail, 24 000 personnes meurent de faim chaque jour. Conséquence logique : les flux migratoires vers les pays riches ont doublé en 10 ans. „„ Pour une meilleure santé : une prise de sang effectuée sur 14 ministres de l’environnement européens a montré que leur organisme recelait 55 produits chimiques nocifs… dont certains interdits depuis des décennies ! Catastrophes de Seveso (dioxine), de Minimata (mercure), de Bhopal (gaz), « vache folle », poulet à la dioxine, amiante : les crises écologiques et sanitaires se multiplient. Il est donc grand temps d’agir !

II. Le développement durable : c’est quoi ? Selon la définition de la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement, « le développement durable (DD) est un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». Rapport Brundtland, 1987. Le DD repose sur trois piliers : économique, social et environnemental. Il intègre à la fois un développement économique plus responsable, respectueux de l’environnement et veillant à préserver les ressources de notre planète, tout en tenant compte des aspects sociaux pour accroître les solidarités et réduire les inégalités sociales. Le DD, n’est donc pas uniquement une question de croissance économique !

« Nous n’héritons pas de la Terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants » Antoine de Saint-Exupéry

L’objectif du DD est de proposer des solutions afin de trouver un équilibre cohérent et viable à long terme entre ces trois enjeux. Mettre en place un projet « durable » consiste donc à agir en même temps sur ces trois piliers. S’investir en faveur du DD implique aussi de développer une vision à long terme pour un territoire et ses habitants, en s’appuyant sur des pratiques de bonne gouvernance : proximité avec les citoyens et acteurs de terrain, renforcement de la participation dans le processus décisionnel, transparence dans la diffusion d’information. Enfin, le DD intègre également les notions de solidarité spatiale (solidarité entre les pays du Sud et ceux du Nord) et de solidarité temporelle (les besoins actuels et ceux des générations futures).

8


Intro

« Penser global, agir local »

Nord

Des décisions politiques au niveau mondial sont nécessaires pour favoriser un développement responsable et permettre un accès aux ressources naturelles et une justice sociale pour tous, que ce soit au niveau des modes de production et de consommation, du choix des investissements, de l’orientation des changements techniques, etc.

ENVIRONNEMENTAL

GOUVERNANCE

Viable

Vivable Aujourd’hui

Mais il est également possible de développer des solutions à un niveau local pour répondre à ces problèmes planétaires selon la formule « penser global, agir local ».

DURABLE SOCIAL

Générations futures ECONOMIQUE

Equitable

En intégrant le développement durable dans ses projets, une commune constitue un niveau d’action idéal pour relever ce défi. Pour ce faire, nous avons tous – pouvoirs publics, habitants, usagers, associations, commerçants, entreprises, etc. – un rôle à jouer.

Sud

De plus, chacun peut participer individuellement à ces solutions en modifiant certains comportements, que ce soit chez soi, à son travail, lors de déplacements ou lors de ses achats, et ainsi diminuer son empreinte écologique.

III. L  e développement durable : les grandes étapes La prise de conscience Dès 1951, le premier rapport de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature fait état des problèmes écologiques qui menacent la planète. Vingt ans plus tard, la Conférence des Nations Unies de Stockholm (1972) expose les interactions entre les aspects écologiques, sociaux et économiques. Mais il faudra encore attendre les années 1980, pour que la notion de « développement durable » émerge, avec la médiatisation du « trou dans la couche d’ozone », et de « l’effet de serre ». En 1987, la Commission Mondiale pour l’Environnement définit le développement durable (Rapport Brundtland) et en 1990, le premier rapport du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) énonce les risques dus au réchauffement climatique. Les sommets internationaux En 1992, la Conférence des Nations Unies de Rio de Janeiro (Sommet de la Terre) à laquelle participent 178 pays débouche sur une Convention qui réclame la stabilisation des émissions de gaz à effet de serre. C’est aussi là que sera créé un outil d’action pour le développement durable : l’Agenda 21. Il vise à intégrer une vision mondiale en s’organisant au niveau local grâce à deux principes clés : la transversalité et la participation des acteurs locaux. En 1994, la Charte européenne d’Aalborg sur les villes durables sera signée par plus de 1 000 villes (dont Bruxelles en 1995). Les signataires s’engagent ainsi à mettre en place un Agenda 21 local. En 1997, le Protocole de Kyoto fixe les objectifs à atteindre sur les réductions des gaz à effet de serre. En 2002, lors du Sommet de Johannesburg, les pays s’engagent à renforcer leurs actions au niveau local (A21L), à diminuer de moitié, d’ici à 2015, la pauvreté et le nombre de personnes n’ayant pas accès à l’eau, et à conserver la biodiversité et les

9


ressources naturelles. En 2004, plus de 1000 signataires adoptent les 10 Engagements d’Aalborg lors de la 4e Conférence d’Aalborg (Aalborg +10). Les Sommets de Montréal (2005) et de Bali (2007) poursuivent la mise en place de Kyoto, notamment pour les Etats-Unis et les pays en voie de développement. Enfin, la Conférence de Copenhague de 2009 sur le climat a permis de renégocier un accord international sur le climat remplaçant le protocole de Kyoto.

IV. L’Agenda 21 local Agenda = un programme d’actions 21 = pour un 21e siècle durable Local = mis en œuvre au niveau local tel qu’une commune, une école, une entreprise, une association, etc.

Définition Un Agenda 21 local, ou A21L, c’est donc à la fois : „„ Un outil pour faire du développement durable à un niveau local, c’est-à-dire à Etterbeek. „„ Un programme de planification, élaboré avec la participation des habitants et des acteurs locaux, pour mettre en place des actions durables à court, à moyen et à long terme. Ce programme comprend un diagnostic, des objectifs, des actions détaillées, les moyens pour les mettre en œuvre et des indicateurs de réussite. „„ Un ensemble de projets cohérents, intégrant les 3 piliers du développement durable et traitant de nombreuses thématiques pour un « mieux vivre ensemble », un « mieux vivre dans son environnement », et une « meilleure économie locale ».

Bilan et évaluation

Mise en œuvre du plan d’action

Engagement politique

L’A21L Un processus d’amélioration continue

Diagnostic et état des lieux

Objectif et participation citoyenne

Validation politique Etablir un plan d’action cohérent

Les différentes étapes d’un A21L

„„ Un document de référence, le Plan d’action de l’A21L d’Etterbeek, qui doit permettre de sensibiliser un large public sur le développement durable et de communiquer pour montrer ce que l’on fait pour un développement durable de la commune et comment on le fait. Dans une commune, l’Agenda 21 Local implique des changements „„ Au niveau politique : la participation citoyenne occupe une place essentielle dans un A21L. Elle permet aux décideurs politiques d’être au plus proche des problèmes et besoins auxquels les citoyens et acteurs locaux sont régulièrement confrontés via le dialogue et la concertation. Dans un Agenda 21 local, ces derniers sont en plus invités à proposer des idées d’actions concrètes et durables pour la commune et tous ses habitants, puis à accompagner ces actions dans leur mise en œuvre. En effet, les citoyens, associations, commerçants et agents communaux connaissent bien le terrain local et ont donc une expertise à apporter. Cette participation active permet ainsi l’élaboration d’un Plan d’action ambitieux ainsi que l’appropriation des projets de l’A21L par la population dans le but de favoriser les changements de comportement des citoyens en matière de développement durable.

10


Intro

„„ Au niveau du contenu : les décisions politiques doivent être cohérentes avec la perspective de développement durable. Les objectifs économiques, environnementaux et sociaux doivent être intégrés dans une politique globale durable. „„ Dans la méthode de travail : mettre en place des projets durables implique de pouvoir s’appuyer sur de nombreuses compétences, c’est-à-dire sur l’expertise, les connaissances, l’expérience et le savoir-faire de tous. C’est ce qu’on appelle le travail en « transversalité » qui est une clé du succès d’un A21L. Dans une commune, cela s’illustre notamment par des collaborations entre des échevinats et des services communaux. La transversalité permet à la fois de favoriser la prise en considération des 3 piliers du DD et d’enrichir un projet, de sa conception jusqu’à sa mise en œuvre. Les mesures regroupées dans un Agenda 21 Local concernent tous les citoyens puisqu’elles sont définies pour garantir à chacun une meilleure qualité de vie dans une multitude de domaines (environnement, alimentation, sécurité, circulation, économies d’énergies, solidarité sociale et internationale, etc.).

V. Les débuts du DD et de l’A21L à Etterbeek C’est en 2001 que l’histoire du DD commence à Etterbeek … En signant en 2001 la Charte d’Aalborg, Etterbeek s’est engagée à élaborer son Agenda 21 local (Conseil communal du 22/10/2001). En Belgique, Etterbeek fut d’ailleurs « commune pilote » en la matière. C’est à l’initiative de feu l’Echevin Michiel Vandenbussche qu’une politique de développement durable a été mise en place à Etterbeek. Dans un premier temps, c’est sous l’angle de la solidarité internationale que cette politique s’est manifestée et que l’Agenda 21 a démarré. Un certain nombre de réalisations et d’actions de sensibilisation ont vu le jour „„ accord de coopération et établissement d’un « Lien entre villes » avec la ville marocaine d’Essaouira, basé sur le soutien mutuel des Agendas 21 locaux et l’amélioration des conditions de vie des populations défavorisées dans les deux villes (2002) ; „„ campagne de sensibilisation à l’usage rationnel de l’eau et distribution de fûts de récupération d’eau de pluie (2003) ; „„ mise en place d’une politique d’achats durables et participation à la campagne « Ça passe par ma Commune » (2005) ; „„ obtention du label d’Entreprise éco-dynamique (2005) ; „„ organisation sur deux journées d’ateliers « Agenda 21 » (2004) et organisation d’ateliers « de la mobilité » (2005) ; „„ nombreuses actions de sensibilisation au DD et à l’Agenda 21 telles que l’édition d’un agenda de poche etterbeekois à l’image de l’Agenda 21 (2006) ; „„ soutien aux projets DD pour les écoles, associations et groupement d’habitants via des subsides (2006).

11


VI. Le DD pendant la législature 2007-2012 Dès le début de la nouvelle législature (2007-2012), une nouvelle impulsion a été donnée au développement durable par la création d’un échevinat DD et d’un service DD à part entière, compétence reprise par l’Echevine MarieRose Geuten. Quelques exemples de réalisations : 2007 „„ Mise en place d’un Conseil consultatif du développement durable (CCDD) „„ Prime communale pour les panneaux solaires, panneaux photovoltaïques „„ et toitures vertes 2008

Et bénéficiez d’une prime communale !

Comment ça marche ?

ale, commun La prime pouce coup de e! un petit d bénéfic an gr pour un

© fotolia.com

2 Une COUCHE LAVABLE : Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur les langes lavables ! Ils n’ont rien à voir avec ceux qu’utilisaient nos grands-mères : ceux d’aujourd’hui sont faciles à utiliser, confortables pour bébé et même jolis. Leur usage permet de faire une double économie :

© nat.urpur.com

Passez aux langes lavables

2 une économie financière : les langes jetables pèsent en moyenne 1300 euros par enfant et par an dans le budget annuel des familles. Avec les langes lavables, vous investissez nettement moins, une seule fois, et vous êtes équipé(e) jusqu’à ce que votre enfant soit propre !

2 un bénéfice pour l’environnement : pour fabriquer

12

C’est pourquoi, au sein du Collège des Bourgmestre et Echevins, nous avons souhaité encourager l’utilisation des langes lavables, en instaurant des primes communales : une façon de permettre à chaque parent etterbeekois de découvrir les avantages de ce système moderne et durable. N’hésitez pas à nous faire part de votre expérience ! MARIE-ROSE GEUTEN Une initiative de Marie-Rose GEUTEN Echevine du Développement durable Avec le soutien du Collège des Bourgmestre et Echevins

ECHEVINE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

INSERT EN COTON augmente la capacité d’absorption des langes si nécessaire. Elle est utilisée pour la nuit ou les longues siestes.

2 Une PROTECTION EN PAPIER : © nat.urpur.com

„„ Sensibilisation/information sur le DD et sur l’A21L lors d’événements: Semaine européenne de la Démocratie Locale (« la participation est une histoire de goût », le 13/10/2009, Salle du Bataclan), « Etterbeek Village » (20/09/2009), Fête de l’Environnement (07/06/2009), etc. „„ Lancement de la première édition des « Rendez-vous Annuels du Bio et du Développement durable à Etterbeek » (marché bio, animations, conférences et expositions), fruit d’une collaboration entre service DD et le service des brocantes, foires et marchés (12/09/2009, Place Jourdan) „„ Conférences sur l’alimentation durable en collaboration avec le Service Environnement et le CRIOC „„ Lancement du Guichet de l’Energie „„ Participation à la campagne « Ça passe par ma commune » „„ Projet Agenda Iris 21 : « Commerces chaleureux » (début 2009 à avril 2010), fruit d’une collaboration entre le service DD, le service Classes moyennes et Atrium.

les langes jetables, il faut une grande quantité de cellulose, d’eau, de pétrole et d’additifs chimiques et ce, pour une utilisation unique. Sans parler du volume de déchets qu’ils représentent : 14.000 tonnes de langes sont ainsi jetées chaque année en Région de BruxellesCapitale, soit 280 kg par an et par enfant ! Les langes lavables ne génèrent pratiquement pas de déchets, ils sont fabriqués à partir de produits naturels et peuvent être utilisés par plusieurs enfants.

elle sert à récupérer les selles pour les jeter directement dans les WC. Pour les fesses sensibles, en cas de poussée dentaire ou d’allergie, le voile en bourette de soie favorise la cicatrisation.

2 Une CULOTTE DE © nat.urpur.com

2009

elle ressemble à une couche jetable sauf qu’elle est en coton. Fermée par une bande velcro ou des boutons à pressions, elle est munie d’élastiques aux cuisses et à la taille.

2 Une DOUBLURE ou © nat.urpur.com

„„ Actions de sensibilisation à l’empreinte écologique vers les citoyens. „„ Invitation des collectifs etterbeekois à s’engager en faveur du DD par le biais de la Charte DD „„ Subsides DD auprès des collectifs etterbeekois „„ Sensibilisation/information sur diverses thématiques DD et l’A21L lors d’événements tels que la Fête de l’environnement (01/06/2008) „„ Ateliers urbains participatifs sur le projet de réaménagement de la place Jourdan „„ Projet PLAGE (Plan Local d’Action pour la Gestion de l’Energie) pour les bâtiments communaux

PROTECTION : imperméable mais respirante, elle protège des éventuelles fuites.

Il existe de nombreux modèles de langes lavables, notamment des systèmes «tout-en-1» où la couche lavable et la culotte de protection ne font qu’un. A découvrir principalement dans les magasins bio ! Infos : www.etterbeek.be ou 02 627 27 73.


Intro

2010 „„ Deuxième édition des Rendez-vous du Bio et du DD (19/06/2010, Place Jourdan) „„ Mise en place de nombreuses actions de sensibilisation sur l’alimentation durable (expositions, conférences, projection de films…) à travers les « Menus » de l’alimentation durable „„ Instauration des primes « langes lavables » et sensibilisation à leur utilisation „„ Mise en route du projet « Commune Ferme à la Ville » sur l’alimentation durable „„ Sensibilisation/information sur des thématiques DD et A21L lors d’événements : « Etterbeek Village » (19/09/2010, place Jourdan), Fête de l’Environnement (06/06/2010)

VII. Un véritable A21L : les étapes de son élaboration La mise en place d’un A21L nécessite plusieurs étapes 1. Un engagement politique C’est à l’initiative du Bourgmestre Vincent De Wolf et de l’Echevine du Développement durable Marie-Rose Geuten qu’Etterbeek s’est engagée lors de la législature 2007-2012 à élaborer un véritable Agenda 21 local, s’appuyant sur la participation des citoyens et collectifs etterbeekois et concernant l’ensemble des compétences scabinales et de nombreux services communaux. Ce nouvel élan, soutenu par l’ensemble du Collège des Bourgmestre et Echevins, a permis à Etterbeek d’être encore plus ambitieuse pour son avenir. En 2008, Etterbeek était l’une des huit communes bruxelloises à bénéficier d’un subside de la Région de Bruxelles-Capitale pour élaborer son Plan d’action Agenda 21 local et engager un coordinateur chargé de ce vaste projet. Un Comité de Pilotage chargé du suivi de l’élaboration de l’A21L a été mis en place. 2. La phase diagnostic, première étape (mars 2008-janvier 2009)

Lancement de l’A21L à l’Hôtel communal le 12 juin 2008

L’objectif de cette étape est de réaliser un premier état des lieux du territoire d’Etterbeek et de repérer ses atouts et ses faiblesses, en s’appuyant sur les Engagements d’Aalborg. Ce diagnostic est basé sur l’analyse de documents officiels, tels que la Déclaration de politique générale ou le Plan Communal de Développement, et des interviews d’agents communaux, d’élus ou de représentants d’associations. 3. La phase participative et les Ateliers participatifs de l’A21L (2009) L’objectif de cette étape est de réunir un maximum d’acteurs locaux et de citoyens afin d’établir ensemble une proposition de Plan d’action A21L concret et durable, en faveur de tous et traitant de plusieurs thématiques. C’est dans cette optique que les citoyens, les usagers, les élus, les collectifs, les commerçants, les entreprises, les institutions et autres acteurs locaux ont été invités à se mettre autour de la table à l’occasion des Ateliers participatifs de l’A21L pour définir ensemble le contenu de cet A21L. Cette phase participative s’est déroulée en collaboration avec une société experte en participation citoyenne.

13


Le forum public Agenda 21 local Organisé le 16 février 2009 à l’Hôtel communal, ce forum a réuni une centaine de participants parmi lesquels des représentants d’associations, des commerçants, des mandataires politiques et des habitants. Ce forum avait trois objectifs principaux : „„ présenter la démarche de l’Agenda 21 local, „„ expliquer le processus de participation citoyenne, „„ recruter les personnes intéressées à prendre part aux Ateliers participatifs de l’Agenda 21 local. Les participants ont également pu donner leur avis sur les matières qu’ils estimaient être les plus importantes pour l’A21L d’Etterbeek. Cette enquête a fait émerger certaines thématiques prioritaires qui ont servi de base de travail pour préparer les Ateliers participatifs et en constituer les groupes de travail. Les Ateliers participatifs de l’A21L Les Ateliers participatifs furent organisés entre mars et juin 2009. En moyenne, plus de 50 participants (habitants, élus, agents communaux, commerçants et représentants d’associations) se sont investis activement dans ces ateliers. Les participants furent répartis en 3 groupes de travail : „„ le groupe « Territoire & Environnement » qui traite des thématiques comme la gestion urbaine, la mobilité, les espaces verts, l’énergie, la gestion des déchets, … „„ le groupe « Vivre ensemble » qui traite des thématiques comme la culture, la santé, le sport et les loisirs, la cohésion sociale, … „„ le groupe « Gestion durable et économie locale et vivante » qui traite des thématiques liées à la valorisation du commerce et de l’artisanat local ainsi que de l’image d’Etterbeek. Six ateliers de travail ont été organisés, ce qui a représenté pour les participants plus de 18 heures de travail dans chaque groupe (sans compter l’investissement personnel de nombreux participants !). Ce précieux travail a servit de base aux futures actions du Plan d’action de l’A21L d’Etterbeek.

Le Forum de restitution Suite à cette production, chacun des 3 groupes a présenté son travail aux autres groupes, à la population et aux élus lors du Forum de restitution, organisé le 18 juin 2009 à l’Hôtel communal.

14


Intro

La naissance du Plan d’action A21L lors des Ateliers participatifs 1. Etablir un « diagnostic partagé » Cette étape consiste à utiliser les connaissances de terrain des participants dans le but d’identifier les atouts et les faiblesses d’Etterbeek en matière de développement durable. Dans chacun des 3 groupes, une carte des atouts et une carte des faiblesses d’Etterbeek ont ainsi été réalisées (1). Ces points forts et points faibles ont ensuite été rassemblés à l’aide de post-it (2). A partir des faiblesses identifiées, un « Arbre à Problèmes » (3) a été réalisé dans lequel différentes problématiques se sont dégagées et ont été mises en relation. La base de ces « Arbres à Problèmes » correspond aux problématiques « racines » sur lesquelles il est important de se focaliser car c’est de ces dernières que découlent les autres problèmes.

(1) Cartographie des atouts et faiblesse du territoire d’Etterbeek Risque de gentrification

Déchets

Propreté publique

Moyens pour la Mixité

Accessibilité des logements

Délinquance dans la cité Jouet-Rey

Population

Prevention santé

Santé

Turnover de la population

Gentrification

Pas de politique de prévention en matière de santé Problème de propreté publique

Pas de récolte des déchets verts compostables

Pas de promotion du réemploi (ateliers de dépôts électro-ménagers, atelier boutique, dev. éco sociale)

Manque d'infrastructure sportives

Crottes sur le trottoir et poubelles sorties avant le jour de collecte

Responsabilisation des professionnels/ commerçants (ex pas donner de sacs plastics) Manque de pression sur les producteurs d'emballage

Fréquence insuffisante des marchés et marchés bio

Pas d'espaces jeux pour enfants

Rareté de grands logements

Manque de salles et de lieux pouvant être mis à disposition pour des animations Rareté des lieux communautai res

Prix exhorbitant des crèches privées Manque de crèche communale

Manque de civisme à Etterbeek

Très peu de répression en matière de propreté publique

Fermeture des chauffoirs la nuit et le WE

Manque d'intérêt des acteurs de terrain pour une coordination

Manque de vision à long terme

Echevinat de la santé est neuf

Non placés!! Immeubles abandonnés

Morcellement des logements

Prix immobilier

Manque d'outils (info, éducation, campagne) pour prendre sa santé en main et faire de la prévention

Pas de fonctionnaires communaux habitants la commune

Vétusté des logements Rentabilité des marchés pour les organisateurs

Pas assez de groupes d'achats solidaires (produits locaux) et panier Bio, énergie verte

Légende

Manque d'info et de sensibilisation sur l'alimentation saine

Manque de coordination entre l'échevinat de la santé et les acteurs de terrain en santé

Locaux précaires pour les asbl

Parcs peu accueillants pour familles et enfants

Pas assez de logements sociaux

Problème du coût du tri sélectif

Multiplicité de l'information

Manque d'encadrement pour les personnes dépendantes le soir, la nuit et le WE

Manque de projets incitants concernant intergénérationel

Accessibilité à des logements abordables

Manque d'info sur comment réduire les déchets

Trop peu de lit dans les maisons de repos Fermeture Home Jourdan

Pas de synergies/ complémentarité entre acteurs de terrain santé

Mal-être du à la dualisation de la Commune

Manque d'incitation pour faire venir les familles à Etterbeek

Mauvaise communication entre service com, police, et service associatif cc sécurité

Dépôts clandestins, à côté des bulles à verre et av. de la chasse, d'Auderghem, V. Jacob et pl. Ste Antoine

Pas de centre de compostage Régional ni communale

Absence de familles

Jeunes dans la rue

Gouvernance: manque de liens entre politique et terrains

Densité élevée de population

Proximité des institutions européennes

Pas d'incitants à la consommation responsable

Problème éducation des parents

Décrochage scolairel

Niveau d'enjeu

Problème

A21 Etterbek - GT2 Social - 23/03/2009 Arbre à problèmes

2. Etablir les objectifs à atteindre

(2) Regroupement des points faibles

Ces problématiques racines identifiées ont ensuite été reformulées en thématiques auxquelles ont été associés un ou plusieurs objectifs répondant aux différents problèmes. Des pistes de solutions concrètes découlant de ces objectifs commencent alors à émerger. Cet ensemble constitue alors un « Arbre à Solutions » (4).

(3) Elaboration d’un « Arbre à Problèmes » Propreté publique & Déchets

Consommation responsable Promouvoir la consommation durable/ responsable à Etterbeek?

Rendre Etterbeek plus propre?

Renforcer la propreté publique

Gentrification, mixité, population

Accessibilité des logements

Encourager le Vivre ensemble?

Elargir l'accessibilité des logements?

Développer une consommation responsable

Education au civisme dans les écoles (1 pm en 6°, intégrant les stewarts) Education des adultes au civisme

Davantage de répression en matière de propreté publique

Généraliser poubelles sélectives sur la commune

Nettoyage des rues après enlèvement des poubelles

Mieux répartir les stewarts sur l'ensemble du territoire Etterbeek

Création d'un groupe porteur conso responsable & éthique Développer microcrédit pour des initiatives DD Incitants financiers pour citerne d'eau de pluie

Améliorer l'accessibilité au logement

Sensibilisation à la consommation de l'eau du robinet Campagne d'info sur comment acheter responsable Guide sur la conso responsable

Supporter création des groupes d'achats solidaires (produits locaux) et panier Bio, énergie verte

Créer des logements sociaux Rénover les immeubles abandonnés & vétustes Créer des grands logements

Mise à disposition d'un point de livraison pour paniers bio Voir comment imposer un quota de produits éco-bio dans les marchés

Développer des projets intergénérationels GT1

Diminuer la taille des sacs jaune et bleus pour les petits appartements Promouvoir le réemploi (ateliers de dépôts électro-ménagers, atelier boutique, dev. éco sociale)

Améliorer la communication entre service com, police, et service associatif cc sécurité

Améliorer la sécurité dans certains quartiers

GT3

Faire pression sur les producteurs d'emballage

Créer un agenda culturel Etterbekois Promouvoir la visibilité de toutes les institutions culturelles, maison des jeunes, maison des enfants Relancer le parcours des artistes Avec les artistes organiser des ateliers pour encourager la pratique des arts en amateur

Créer un festival/concert pour les jeunes Relancer le prix Louis Schmitt Créer une meilleure synergie entre services et échevinats de la culture Promouvoir le patrimoine

Encourager la mixité

Equilibrer répartition logement/association dans certains quartiers Locaux pour asbl

Diminuer la production de déchets ménagers Inciter les professionnels/ assoc. de commerçants à ne plus donner de sacs plastics)

GT3

Créer un centre de compostage communale Créer des petits lieux de compostage dans les grands immeubles Récolter les déchets toxiques +fréquemment +efficacement Récolter les déchets verts compostables

Répartir les rôles des acteurs de terrain (stewards) entre prévention & répression GT1

Santé

Loisirs (culture, sport ..) Renforcer pour tous les loisirs

Développer une ambiance culturelle à Etterbeek

Faciliter l'octroi à taux avantageux pour ménages à revenus intermédiaires Incitants financiers pour garder les jeunes dans la commune Créer une bourse au logement

Développer l'offre d'infrastructures pour le sport & les loisirs Créer plus d'infrastructures sportives Créer des actions pour inciter les non sportifs à faire du sport

Mettre des salles et de lieux à disposition pour des animations Favoriser les fêtes de quartier Création de Comité de quartier et interaction

Intégrer les aspects santé au quoptidien?

Définir une politique de prévention en matière de santé Cantines Bio pour les crèches & les écoles

Créer des parcours santé dans chaque quartier

Créer un service communal "seniorssanté en lien avec le service des affaires sociales

Créer des outils, d'info et de sensibilisation sur l'alimentation saine

Améliorer l'encadrement des personnes dépendantes et fragilisées Effectuer un Etendre le service recensement des volontariat de la personnes agées et/ commune (ouverture des ou isolées résidant chauffoirs le WE) sur la Commune Organiser l'encadrement (ressource: plan pour les personnes canicule) dépendantes & fragilisées Analyser si nécessité le soir, la nuit et le WE de créer plus de lits par des professionnels dans les maisons de repos Créer des restaurants sociaux décentralisés (bio & locaux) = lieux de socialisation par excellence des personnes isolées

Attirer les familles à Etterbeek Mettre des jeux pour enfants dans les espaces verts Rendre les parcs accueillants pour familles et enfants

Créer une crèche communale +

Faciliter l'accès à la bonne info

Accès à certaines cours d'écoles le WE pour les enfants (ex. Paradis des enfants)

GT3

Définir une vision à long terme (=?) Renforcer la coordination entre l'échevinat de la santé et les acteurs de terrain en santé Stimuler l'intérêt des acteurs de terrain pour une coordination

Stimuler l'efficacité des acteurs de terrain sur le terrain Développer les synergies/ complémentarité entre acteurs de terrain santé

GT1

Gouvernance Priorétisation du 5/4 Créer une boutique urbaine = guichet d'info pour les habitants

3. Fixer les objectifs prioritaires

Améliorer la clarté de l'information sur la position de la Commune cc aménagement du territoire et moyens de pression

Développer + de liens entre politique et terrains Etoffer le service info à la Commune + pers. supplémentaire

Revoir/améliorer le mode de fonctionnement de la Commission Consultative des jeunes

Organiser des rencontres thématiques (santé, cohésion sociale, etc) entre acteurs de terrain et commune

Développer l'affichage communal Placer bornes interactives dans les lieux de passage (cfr. belgo pocket)

A21 Etterbek - GT2 Social - 05/05/2009 Arbre à solutions

(4) Elaboration d’un « Arbre à Solutions  »

Un nombre important d’objectifs ayant été identifiés, des priorités ont donc dû être établies de manière à retenir des objectifs qui soient concrètement atteignables. Ces derniers constituent les objectifs prioritaires de l’A21L (5).

Bien vivre à Etterbeek santé publique

civisme

Favoriser un meilleur partage de l'espace public par une circulation locale (piétonne, voiture, cycliste, Tec) sécurisée et une cohabitation harmonieuse des usagers.

Encourager et favoriser les modes de déplacements doux et lents

Finaliser et mettre en œuvre les plans de circulation et de stationnement dans les quartiers

Actions et stratégie de sensibilisation aux modes doux et au respect entre usagers dont usagers faibles (stewards)

Plan de circulation de quartier en boucle, itinéraire sécurisé et confortable, limité au stationnement riverain

Aménagements spécifiques usagers vulnérables

Revaloriser l'espace actuellement utilisé pour le parking au profit d'usagers faible et pour une qualité paysagère l

Aménagements cyclables continus (maillage) Parking vélos et accès écoles sécurisés

Limiter le nombre de véhicules par ménage (cambio, carte riverain à tarification progressive)

Actions écoles : sensibilisation usage, ateliers réparations, actions de lien social par le vélo

Possibilités et test d'espace partagés et aménagements pour modes doux

Atténuer la pression automobile et les phénomènes de pointe du trafic auto

Piétonniers commerciaux (rue des Tongres, Pl. Jourdan)

péage urbain

Mettre en place des navettes de toute espèce entre parkings dissuasifs et centres commerciaux

4. Choisir les actions

Renforcer le maillage du transport en commun en desserte locale

Etoffer l'offre de tec et la fréquence soir et we Véritables sites propres pour tec

De même, un nombre important d’actions ont été associées aux objectifs prioritaires retenus. Un choix a donc du être fait en fonction de la pertinence des actions, de leur faisabilité (technique, financière, …) et de leur impact. Le but étant de retenir des actions qui participent fortement à la réalisation des objectifs fixés. Ces actions constituent les actions prioritaires de l’A21L (6).

transports en commun gratuits sécuriser les montées et descentes des tec

Améliorer l'offre de parking en périphérie Améliorer la desserte tec vers la périphérie

Renforcer diversité, accessibilité, mobilité et efficience énergétique du logement Développer incitants à la construction durable, l'écorénovation et la gestion durable du logement Créer des guichets énergie (infos, orientation, conseils personnalisés Actions de sensibilisation aux économies d'énergies dans les logements collectifs audits énergétiques pour insertion des jeunes (?) programme et mécanisme de financement de l'isolation des immeubles énergivores

Participation des locataires sociaux dans les capteurs solaires (extension de la prime communale)

Entretenir la mixité sociale

Accès à la propriété pour le logement (ex. : droit d'accès au bâti et non au sol) social et maintien d'une offre suffisante Incitants pour les jeunes ménages Habitat kangourou intergénérationnel Habitat adapté personne à mobilité réduite (% réservé)

Encourager la gestion sélective et adaptée des déchets Augmentation, accessibilité et diversification des poubelles publiques, enfouissement des conteneurs

Poubelles déchets à côté des bulles à verre

encourager les plantations dans les jardins/terrasses/ balcons/cours /jardins suspendus

conteneurs de couleurs pour la sélection des déchets des petits logements

Préservation des jardinets à rue

Convention de fleurissement de l'espace public Parrainage des bacs à arbre

Primes à la réhabilitation et déduction fiscale concernant l'entretien des citernes à eau de pluies

Renforcer le respect du bien commun et la propreté publique

réaménagement des intérieurs d'ilôts (verdurisation)

Création d'un service logement

Octroi de permis urbanisme : obligation de toitures vertes pour toitures plates

favoriser le regroupement de jardins pour créer des parcs privés ou publics

Multiplier les possibilités de dépôt des déchets dangereux renforcer le rôle et la légitimité des stewards dans la gestion civique des déchets Sensibilisation au tri et à la gestion des déchets dans les complexes de logements sociaux Compostage collectif de quartier

Potagers et vergers collectifs bio Accès à des cours de jardinage

légende

Objectif création d'espaces publics vrais points de rencontre et de convivialité

Actions de sensibilisation de l'impact sur la santé de la pollution automobile

objectif transversal

Promoteur : intégration d'aires de jeux pour ensembles immobiliers

Lieu de concertation entre les Régions pour améliorer les tec et valoriser le RER (schéma global)

Carrefour Chasse = Projet pilote ou démonstratif

Maillage vert et biodiversité

révision urbanistique , modification de la législation pour renforcer la protection des intérieurs d'îlots verts

Valoriser l'expertise de l'Observatoire du logement

Descendre le seuil de déclenchement des plans de restriction d'utilisation de la voiture (mauvaise qualité de l'air)

Garantir l'accessibilité ferroviaire (Germoir)

Favoriser la préservation, la réhabilitation et l’accès aux espaces verts et à la biodiversité

Objectif opérationnel renforcer un accès sécurisé au parc du 50naire

Projet logement durable pour les casernes

Actions renforcer l'accessibilité aux espaces verts et publics

A21 Etterbek - GT1 Territoire 04/05/2009 Mise en œuvre de propositions issues du PCD

Arbre à objectifs

(5) Fixer les objectifs prioritaires

5. C  onceptualiser des projets et rédiger les ébauches de fiches-actions

(6) Choisir les actions prioritaires

Cette dernière étape, particulièrement créative, consiste à conceptualiser les actions prioritaires, c’est-à-dire à décrire tous les aspects à prendre en considération pour que les actions choisies puissent se concrétiser. Tous ces éléments rassemblés constituent une ébauche de « fiche-action » (7). Celle-ci reprend l’objectif à atteindre, un descriptif de l’action, les moyens nécessaires à sa mise en œuvre (moyens techniques, financiers, humains,…), les partenaires à associer, un calendrier de mise en œuvre et les résultats attendus.

(7) Conceptualiser des projets et rédiger les ébauches de fiches-actions

15


4. La finalisation et la rédaction du Plan d’action de l’A21L d’Etterbeek La finalité des différentes étapes de l’élaboration de l’A21L est d’arriver à réaliser un Plan d’action, c’est-à-dire un document qui détaille les étapes et la manière de rendre notre commune plus durable. Il reprend ainsi le diagnostic et l’ensemble des fiches-actionss. „„ Choisir les actions de l’A21L Au final, plus de 310 actions potentielles ont émergé des réflexions entamées depuis le lancement de ce vaste projet qu’est l’Agenda 21 local. Elles rassemblent des actions en cours ou prévues, des actions existantes mais devant être redynamisées, des actions reprises dans des documents officiels tels que la Déclaration de Politique générale (20072012) et de nouvelles actions issues du travail réalisé par l’administration communale et lors des Ateliers participatifs (71 actions y ont été formulées). Afin de réaliser un Plan d’action réaliste, il a donc fallu faire des choix ! Le Collège des Bourgmestre et Echevins a donc décidé de retenir prioritairement 45 actions selon le degré d’élaboration des fiches-actions mais surtout selon leur faisabilité et leur impact. Mais les autres pistes d’actions sont gardées en réserve ! „„ Structurer le Plan d’action de l’A21L Ces 45 actions sont réparties en 14 thématiques qui reflètent les préoccupations de la collectivité : mobilité, gestion des déchets et propreté publique, espaces verts et biodiversité, culture, santé, alimentation durable, urbanisme et logement, économie locale, solidarité internationale, énergie, cohésion sociale, gouvernance, participation et gestion durable. Ces actions sont reparties en deux types d’enjeux : certaines concernent principalement l’administration communale, mais la majorité concerne le territoire d’Etterbeek, ses habitants, travailleurs et usagers. „„ Rédiger le Plan d’action de l’A21L Un important travail de rédaction et de mise en forme du diagnostic et des fiches-actions fut réalisé en 2010 afin de pouvoir présenter le Plan d’action de l’A21L à l’ensemble de la population etterbeekoise. ƒƒ le diagnostic : le diagnostic de l’ensemble du territoire d’Etterbeek présenté plus loin dans ce document est une synthèse croisée de l’état des lieux établi par l’administration communale (mars 2008 – janvier 2009) et du « diagnostic partagé » réalisé lors des Ateliers participatifs. ƒƒ Les actions : une large majorité des actions retenues par le Collège sont issues des Ateliers participatifs. Les ébauches de fiches-actions décrivant ces dernières ont cependant dû être complétées (moyens, calendrier de mise en œuvre, partenaires, indicateurs, etc.) en collaboration avec des agents communaux, des élus, des membres d’associations et des experts. Les autres fiches-actions ont été réalisées en interne de l’administration communale avec l’aide de personnes ressources. Pour chaque action, et dans la mesure du possible, les trois piliers du développement durable ont été intégrés. Les 45 fiches-actionss furent validées lors du Conseil communal du 29 novembre 2010. 5. La mise en place des actions de l’A21L Chaque action de l’A21L est portée par le service communal dont la compétence se rapporte à l’action. Cependant, dans notre société très spécialisée, il est important de pouvoir compter sur l’expertise, les connaissances, l’expérience et le savoir-faire de tous afin d’enrichir un projet et de le rendre durable. On parle alors de transversalité. Cette transversalité est essentielle à la mise en place d’actions durables telles que celles reprises dans l’A21L.

16


Intro

Dans une commune, elle s’illustre par des collaborations entre des échevinats et des services communaux qui furent associés à la réflexion lors de l’élaboration du Plan d’action et qui le seront encore au moment de la mise en œuvre de ces actions. La mise en route des premières actions de l’A21L a débuté en 2010. Certaines seront mises en place à court terme, d’autres à moyen terme et certaines, nécessitant des moyens financiers et humains importants, à plus long terme. 6. Informer et sensibiliser sur le DD et l’A21L L’information et la sensibilisation sur le DD et l’A21L sont des éléments essentiels à la bonne mise en place d’un A21L. „„ Informer pour mieux faire participer Mettre à disposition de tous et diffuser de manière transparente une information claire est un préalable à l’engagement et à la participation des citoyens dans l’A21L. De nombreuses informations sont ainsi disponibles sur le site Internet communal et dans le bulletin mensuel « La Vie Etterbeekoise ». En outre, des outils de communication ont été réalisés début 2011 en collaboration avec une agence spécialisée dans le DD afin de pouvoir présenter ce Plan d’action A21L à la population. Des flyers et brochures sur différentes thématiques sont également disponibles dans les présentoirs du hall de l’Hôtel communal. Les avancées de l’A21L seront régulièrement mises à jour sur le site Internet communal. En outre, des appels à la participation seront régulièrement lancés vers les citoyens et collectifs etterbeekois pour accompagner les actions de l’A21L dans leur mise en œuvre et permettre aux Etterbeekois de s’approprier l’A21L de leur commune.

Article sur l’A21L tiré de la «Vie Etterbeekoise de février 2011

„„ Sensibiliser la population pour favoriser les changements de comportements La sensibilisation aux enjeux du développement durable est un travail qui doit être mené en continu afin de favoriser le changement des mentalités et de faire évoluer les comportements liés à notre mode et nos habitudes de vie. Chacun de nous peut trouver des pistes d’action à sa portée pour diminuer son empreinte écologique ! De nombreuses activités (conférences, ateliers, projection de films, expositions, activités diverses) sont menées par différents services communaux, par exemple, lors d’événements sur le terrain ou en soirée à l’Hôtel communal. Les nombreuses associations etterbeekoises effectuent également un travail de sensibilisation remarquable dans leur(s) domaine(s) respectif(s) et constituent des relais importants pour diffuser toutes sortes d’informations.

Inaugauration de l’exposition sur l’alimentation durable à l’Hôtel communal le 18/10/2010

Présence d’un stand DD/A21L de sensibilisation et d’information lors de la Journée sans voiture (« Etterbeek Village », 19/09/2010)

17


De plus, des midis thématiques de sensibilisation destinés aux agents communaux, les « Midis 21 », sont également organisés 4 fois par an à l’Hôtel communal en compagnie d’experts. Ils ont pour objectif d’approfondir un thème particulier lié au développement durable et à l’environnement à travers des séances d’information, des ateliers pratiques ou des conférences.

Dynamic

21

Newsletter Etterbeekoise de l’Agenda 21 Local et du label Eco-Dynamique

n°10 juin ‘10

„„ La sensibilisation se fait aussi en interne à l’administration communale Une newsletter interne bimestrielle, la « Dynamic 21 » informe les agents communaux des avancées de l’A21L et du label Entreprise écodynamique de l’Hôtel communal. Cet outil de communication permet également de sensibiliser les agents communaux sur divers aspects liés au développement durable en leur fournissant des informations pratiques à appliquer chez soi ou sur le lieu de travail pour favoriser les changements de comportements et diminuer leur impact sur l’environnement.

Les graines germées : sain, délicieux et amusant à voir pousser ! « Vous souhaitez égailler vos toasts, faire découvrir de nouvelles saveurs à vos amis et faire le plein de vitamines ? Alors, devenez adepte des graines germées ! »

Quelles graines ? Brocoli, chou rouge, luzerne, fenouil, radis, lentilles roses, tournesol, blé, orge … le choix est vaste ! Les pousses obtenues par germination des graines peuvent être dégustées en agrément de salade, tartine, soupe, galette ; dans un plat de riz, de taboulé, dans une omelette ou dans de la purée ; en accompagnement de poisson ou de viande ; sur du fromage frais… ou simplement nature, elles se consomment sans modération on ! Excellent pour la santé ! La germination des graines a de nombreux avantages sur la santé : Les protéines et sucres sont réduits en substances plus petites et plus digestes, les pousses sont une véritable mine de vitamines (vitamines B, C etc.) et de minéraux (Calcium, zinc, fer, magnésium…), les toxines et acides qui empêchent la digestion sont réduits voir éliminés et le contenu en eau est augmenté, et la présence de chlorophylle est favorable à notre cœur, nos poumons, notre foie et nos reins ! Où en trouver ? : Dans tous les magasins bio, pour un prix très « dédémocratique », vous trouverez différentes sortes de graines sèches. Pour 2 à 5 €, vous pouvez vous procurer 250 0 grammes de graines soit 15 portions de graines germées ! (Un magasin bio près de chez vous s? voir http://www.bio-info.be/pages/pagesdistrib/Bruxelles.htm). Envie de vous lancer mais besoin d’un petit coup de pouce et de conseils supplémentaires ? Rejoignez-nous le mercredi 30 juin entre 12h et 14h pour un nouvel atelier MIDI 21.

Manger BIO c’est aussi :

L’Eco-Team en action !

F Fournir à l’homme et à l’animal des aliments de qualité garantissant des conditions de culture et d’élevage non polluantes et respectueuses du bien b e être animal et des écosystèmes. Soutenir une agriculture durable, moderne, S dont les techniques de production préservent la fertilité de la terre (engrais verts, rotation des cultures), respectent l’environnement et les animaux (espace vital, alimentation saine,...). Contribuer à maintenir des structures agricoC lles dans le tissu rural, Favoriser la compréhension entre producteur F et consommateur par l’information sur les conditions de production et de transformation, par la et par la transparence des garanties. ttraçabilité tr a Aussi contribuer à un monde durable préserA vant la biodiversité avec moins de pesticides et moins de polluants.

L’Eco-Team de l’administration communale d’Etterbeek s’est réunie pour la première fois le mardi 27 avril 2010. Cette première rencontre a été l’occasion, pour la quinzaine de participants, de se rencontrer et de bien comprendre les objectifs et le fonctionnement de l’Eco-Team.

Vous voulez goûter la différence ? rendez-vous au marché du Bio et du Développement durable ce samedi 19 juin de 8h à 18h sur la s, ate s atet place Jourdan. Conférences, rme liers du goûts, animaux de ferme e… et bal Folk sont au programme liste des exposants présents et horaire détaillé sur www. etterbeek.be

Avis aux cyclistes

(et futurs adeptes):

la prime vélo s’élève à présent à 0,20 €/ km (au lieu de 0,15), avec effet rétroactif au 1er janvier 2010. Plus d’informations ? Service mobilité, 4ème étage.

Il a donc été décidé de travailler en sous groupe sur les 4 thèmes suivants : l’eau, le papier, la mobilité et les achats. Une réunion par thème est prévue ; après une présentation de l’état des lieux de la consommation de papier (par exemple) dans l’Hôtel communal, l’Eco-Team réfléchira à des actions réalisables qui permettrait d’améliorer ou de réduire cette consommation. D’ici là, vous êtes vivement invité à nous faire part de vos commentaires sur la gestion de l’eau, du papier (et des déchets), des achats et de la mobilité dans l’Hôtel communal. Contact : enviro@etterbeek.be

Savez-vous que le concombre peut vous sauver dans certaines situations ? -D Déodorant oublié ? Coupez un morceau de concombre et frottezen vos aisselles. Aussi bizarre que ça paraisse, le concombre est un déodorant efficace. d é Coups de soleil ? Placez un concombre au congélateur quelques - C instants, puis coupez-le en rondelles pour recouvrir vos meurtrissures. s u Gerçures aux mains et aux pieds ? Broyez un morceau de concom-G bre b r pour l’appliquer sur les parties gercées. Piqûres de fourmis ? Une tranche de concombre sur la piqûre - P apaisera la douleur Ces conseils et bien d’autres, vous pourrez les re retrouver dans ‘Le dictionnaire à tout faire’ de Inès s PEYRET (éditions Dauphin) disponible à la Dédéthèque. Contact : dd@etterbeek.be ou 27 73

Contact : dynamic21@etterbeek.be Services : DD, Environnement, Affaires Générales et Information

Le « Dynamic 21 » de juin 2010

Une médiathèque du développement durable, la « Dédéthèque », destinée aux agents communaux a également été créée et propose toutes sortes de supports (films, livres, magasines, jeux…) sur des thématiques nombreuses et variées. Enfin, une Eco-Team, composée d’agents communaux de différents services communaux, a été créée à l’administration communale dans le but de mettre en place des actions pour diminuer l’impact sur l’environnement des activités de l’administration et pour sensibiliser le personnel communal à cette problématique. Fin 2009, une formation sur le DD et l’A21L a été dispensée à l’ensemble des agents communaux, administratifs et ouvriers (soit environ 650 personnes !). Cette formation avait pour but d’expliquer ce qu’est un A21L et comment il est mis en place, de sensibiliser les agents communaux au DD et à ses enjeux et de montrer ce que la commune met en œuvre pour le développement durable. En outre, elle a permis de favoriser les échanges entre employés, de renforcer les collaborations entre différents services communaux et de favoriser la participation d’agents motivés par les thématiques DD et l’A21L.

Le « Midi 21 » sur le thème « le bien-être par mon assiette » le 26/01/2011

Le logo de l’Eco-Team de l’administration communale d’Etterbeek.

Bilan et évaluation

7. L’A21L : un processus d’amélioration continue L’amélioration continue signifie que chaque action, après avoir été mise en place, est évaluée dans une optique de durabilité afin d’identifier ses points forts mais surtout ses points faibles (un pilier du DD n’est pas représenté, la participation doit être renforcée sur tel ou tel aspect, etc.). Il est alors possible de rectifier efficacement le tir si cela s’avère nécessaire.

18

Mise en œuvre du plan d’action

Engagement politique

L’A21L Un processus d’amélioration continue

Diagnostic et état des lieux

Objectif et participation citoyenne

Validation politique Etablir un plan d’action cohérent


Intro

VIII. S’investir dans l’A21L de sa commune Tout ceci ne me concerne pas ? Rien n’est plus faux ! Les mesures regroupées dans un Agenda 21 local concernent chacun de très près puisque, de manière générale, elles sont définies pour garantir à tous une meilleure qualité de vie. Pour participer à l’accompagnement de l’Agenda 21 local, nous vous invitons à consulter régulièrement la partie du site Internet communal dédiée à l’A21L. Des appels à la participation seront fréquemment lancés vers les citoyens, écoles, commerçants, institutions, entreprises et collectifs etterbeekois pour dynamiser l’A21L, assurer sa promotion, accompagner la mise en place des actions ou participer à un événement durable.

19


20


c i t s o n g Dia s e u q i t a m é h t s e x a 14 De manière à structurer la réflexion sur les éventuels projet à développer et les actions à mettre en œuvre à Etterbeek, il est primordial de connaître au préalable ce qui a été fait et ce qui se fait actuellement sur le territoire de la commune. Etablir un diagnostic consiste également à repérer les atouts et les faiblesses d’Etterbeek en termes de développement durable. Ce travail vous est présenté dans les pages suivantes.

Axe 1 Mobilité

22

Axe 2 Gouvernance

24

Axe 3

Gestion durable

26

Axe 4

Urbanisme / logement

30

Axe 5

Espaces verts et biodiversité

33

Axe 6

Propreté publique / gestion des déchets

35

Axe 7 Culture

38

Axe 8

Solidarité internationale

42

Axe 9

Economie locale

44

Axe 10 Alimentation durable

47

Axe 11 Energie

50

Axe 12 Santé

52

Axe 13 Participation

59

Axe 14 Cohésion sociale

54

21


“Par mobilité il faut entendre la reconnaissance de la relation entre transports, santé et environnement et favoriser les choix assurant une mobilité durable.” Contexte La mobilité est un problème récurrent dans la Région bruxelloise et Etterbeek n’échappe pas à la règle. Le parc et le trafic automobile ne cessent d’augmenter ce qui entraîne de nombreuses nuisances en termes d’engorgement, de pollutions, de sécurité… Ces problèmes sont notamment visibles au niveau des grands axes pénétrants, et particulièrement aux heures de pointe (de 8h à 9h et de 16h à 19h), à certains carrefours et à proximité des pôles commerciaux. L’omniprésence de la voiture pose également des problèmes en termes de sécurité, surtout pour les usagers faibles et pour les déplacements scolaires. La voiture est également responsable pour une grande part des émissions de gaz à effet de serre qui participent au réchauffement climatique et de substances chimiques (microparticules) toxiques pour la santé. Des efforts doivent encore être réalisés afin de favoriser, par un travail sur les mentalités et les comportements, une répartition des modes de transports vers les modes de déplacement doux.

Axe 1 : Mobilité

Etat des lieux  Ce qui est déjà en place

„„ Déclaration de politique générale 2007-2012 : protection des zones résidentielles contre un trafic automobile envahissant tout en préservant l’attractivité commerciale, économique et culturelle ; faciliter le déplacement des personnes à mobilité réduite ; création de nouvelles zones « vertes » (Plan de stationnement) ; augmenter le nombre de parking vélos et de projets « mobilité douce » ; renforcer la concertation pour une meilleure cohérence en termes de mobilité et de stationnement. „„ Commission Consultative de la Mobilité chargée d’émettre des avis sur les dossiers « mobilité » et sur le Plan Communal de Mobilité (créé en 2003, finalisé en 2010). „„ Elaboration d’un Plan de Circulation ainsi qu’un Plan de Stationnement (depuis 2001) disponibles sur le Site Internet de la Commune. „„ Divers aménagements : rues à contre sens pour les cyclistes, parkings vélos, stationnement pour personnes handicapées, parking publics souterrains, itinéraires cyclables régionaux et communaux, mise à disposition de nombreux plans (transports en commun, itinéraires cyclables, zones de circulation « 30 », etc.) sur le Site Internet de la Commune. „„ Mise en place croissante d’horodateurs (l’ensemble du territoire devrait être couvert d’ici 2014). „„ Création de nouveaux ralentisseurs et de rues en sens unique contre le trafic parasitaire. „„ Renforcement des Zone 30 (50% du territoire en 2009). „„ Depuis 2010, implantation de 8 stations Cambio (voitures partagées) et de 10 stations Villo! (vélos partagés). „„ Sensibilisation à la mobilité douce lors du « Dimanche sans voitures » (« Etterbeek Village »), et pendant la « Semaine de la Mobilité ». „„ Présence d’un conseiller mobilité à l’Administration Communale. „„ Acquisition de deux véhicules électriques pour les jardiniers et les balayeurs et de vélos de service (dont un électrique) pour les agents communaux. Des pistes d’action pour aller plus loin

„„ Augmenter le nombre de parkings vélos à certains endroits stratégiques (rues commerçantes, stations de métro, tram, centre sportif, centres culturels, stade de foot…). Installer aussi des parkings vélos couverts et sécurisés pour pallier à l’inadéquation des maisons bruxelloises pour le stockage des vélos et améliorer la sécurité des vélos parqués durant de longues périodes. „„ Augmenter le nombre de pistes cyclables, notamment au niveau des grands axes (ex : Bd Louis Schmidt).

22


Diagnostic „„ Créer un atelier de réparation de vélos également accessible aux personnes défavorisées. „„ Favoriser la mise en place de Plans de Déplacement pour les entreprises et écoles etterbeekoises en leur fournissant une aide méthodologique et en termes de sécurité. Valoriser les entreprises (ex : ING) et écoles (ex : Athénée Royal Jean Absil) ayant mis en place de tels plans ou des actions liées à la mobilité et adaptées à leur situation. „„ Plan de Déplacement d’Entreprise de l’Administration communale avec un remboursement à 80% (bientôt 100%) des transports publics, acquisition de vélos électriques et mise à disposition de vélos de service, formation pour la conduite en ville, aménagement de parking vélos et dédié au covoiturage… „„ Renforcer la diffusion d’information concernant les nombreux outils et aides existants (plans, cartes, fiche d’accessibilité…) et les actions ponctuelles (gravures de vélos, balades) vers les employés communaux et le citoyens. „„ Renforcer la sensibilisation à l’usage du vélo et à l’écoconduite à l’Administration Communale. „„ Renforcer la diffusion d’information sur les aménagements effectués (sites propres,

pistes cyclables, signalisation, éclairage…).

ƒƒ Sécuriser le parcage des vélos des citoyens

„„ Renforcer la prévention dans les écoles (code de la route, sécurité....).

„„ Sociaux : ƒƒ Améliorer la qualité de vie, l’état de santé des écoliers, des employés d’entreprises et des agents communaux et favoriser les liens sociaux à l’intérieur de ces catégories. ƒƒ Améliorer la sécurité et le respect des usagers faibles, favoriser la diminution du nombre d’accidents de la route ƒƒ Réduire les nuisances pour les riverains ƒƒ Favoriser un meilleur partage de l’espace public et une cohabitation harmonieuse des usagers

„„ Défi Mobilité à la Chasse et Place Jourdan pour rendre la circulation plus fluide. „„ Stimuler l’action «faire ses courses à vélo». „„ Mettre en place des itinéraires piétons avec indication des durées de déplacement.

Enjeux en termes de développement durable „„ Environnementaux : ƒƒ Réduire les pollutions atmosphériques, les nuisances sonores et l’utilisation de carburants fossiles ƒƒ Sensibiliser et responsabiliser les agents communaux, les travailleurs et citoyens aux enjeux de la mobilité durable ƒƒ Limiter l’usage évitable de la voiture ƒƒ Désengorger les places de stationnement et l’encombrement des chaussées, notamment à proximité des écoles et entreprises „„ Economiques : ƒƒ Diminuer les besoins et les demandes de stationnement ƒƒ Favoriser une mobilité économique pour les salariés d’entreprises et les ménages.

23

„„ Culturels : ƒƒ Favoriser le développement d’une « culture DD » en termes de mobilité „„ Participation : ƒƒ Favoriser la participation des différents acteurs dans la mise en place de Plan de déplacement ƒƒ Favoriser la participation des citoyens concernant les aménagements en termes de mobilité. „„ Transversalité : ƒƒ Favoriser la collaboration entre différents services communaux concernant la mobilité douce ƒƒ Favoriser l’établissement des liens entre la mobilité durable, la santé et l’environnement


e Axe 2 : gouvernanc

“Par gouvernance il faut entendre tout ce qui touche à la démocratie participative et à la prise en compte et l’intégration des critères du développement durable dans la mise en place de projets et dans le cadre des processus décisionnels.” Contexte Intégrer concrètement le concept de développement durable et ses piliers sociaux, économiques et environnementaux dans la politique et les projets de la commune implique d’avoir une vision à long terme. Bien que certains critères de durabilité soient pris en compte, notamment dans la Déclaration de politique générale (2007-2012) de la commune, ceux-ci peuvent encore largement être améliorés. La mise en place des actions de l’A21L constitue également un tremplin pour favoriser la généralisation de ces critères dans les projets (commune, associations ou projets citoyens). Pour cela, la communication sur le DD et autour de l’A21L doit être renforcée. En termes d’aide à la décision, le développement d’outils d’analyse et d’évaluation des projets est également important pour favoriser la transparence et l’exemplarité de la Commune. Etterbeek développe une politique de proximité avec ses citoyens mais les liens avec les acteurs de terrain doivent continuer à être encouragés. L’ensemble de ces aspects joue un rôle capital en matière de gouvernance.

Etat des lieux  Ce qui est déjà en place

„„ Déclaration de politique générale 2007-2012 : attention particulière aux critères de responsabilisation du public ; respect des critères de durabilité du RCU ; insertion de clauses sociales et environnementales dans les cahiers des charges ; renforcer la diffusion d’information, la transversalité et la participation dans les projets ; renforcement des bonnes pratique au sein du personnel communal ; associer d’avantage les partenaires de terrain. „„ Exemplarité de l’administration communale : Label Entreprise EcoDynamique (LED), mise en place d’un Agenda 21 local, actions sur les déchets, critères environnementaux dans certains cahiers des charges, formation aux produits écologiques, sensibilisation du grand public au DD, mise en place d’un PDE, promotion du commerce équitable, etc. Diffusion d’information vers le personnel communal sur le DD, le LED, l’A21L via une newsletter et des midis thématiques issus d’une collaboration entre services. „„ Mise en place d’un Comité de Pilotage de l’A21L interne à l’administration. „„ Recrutement d’éco-conseillers. „„ La Commune dispose d’un Plan d’urgence et catastrophe ainsi que d’un Plan canicule. Prévention des risques d’incendie dans plus de 500 sites par les Services Urbanisme et Environnement. „„ Mise en place de Conseils consultatifs, dont le Conseil consultatif du Développement durable (2007) chargé de remettre des recommandations pour améliorer la durabilité de projets et les soutenir. „„ Mise en place d’une Charte du Développement durable à destination des collectifs etterbeekois. „„ Diffusion d’informations vers la population (site Internet, le bulletin mensuel « la Vie Etterbeekoise », courriers, brochures explicatives, etc.). De nombreux documents d’information sont également disponibles à l’entrée de l’Hôtel communal. „„ Participation à des événements de sensibilisation (Etterbeek VillageDimanche Sans Voitures », Fête de l’Environnement, les « Rencontres d’Etterbeek », etc.). „„ Participation annuelle à la campagne « Ça passe par ma commune ». „„ De nombreux agents communaux participent aux « Pics-Nics » organisés par le PCS. „„ Organisation de séances d’information pour les nouveaux habitants : présentation des services communaux et structures communales. „„ Une expertise continue : le Bourgmestre et le Secrétaire communal restent à l’écoute des avis des experts techniques et administratifs communaux.

24


Diagnostic „„ Jumelage avec les villes de Fontenay-sous-Bois (France) et de Forte-dei-Marmi (Italie) ; lien entre ville avec Essaouira (Maroc). Des pistes d’action pour aller plus loin

„„ Renforcer la collaboration et la transversalité entre les Services communaux et les Echevinats. La mise en place des actions de l’A21L et d’une Eco-Team devrait y contribuer. „„ Obtenir la 2e étoile pour le Label Entreprise EcoDynamique en 2011. „„ Encourager les collectifs, entreprises, commerces, écoles, à s’engager dans des processus de gestion environnementale (EMAS, ISO, écolabellisation) ou, de manière moins contraignante, dans la Charte du Développement durable. „„ Créer une grille d’analyse développement durable. Cet outil d’aide aux décisions du Collège garantira les pratiques de bonne gouvernance, permettra d’évaluer la bonne mise en œuvre des actions de l’A21L et de renforcer l’intégration des piliers du DD dans les projets communaux. „„ Renforcer la politique d’achat durable de la commune dans les marchés publics (favoriser les produits issus du commerce équitable et les produits respectueux de l’environnement).

„„ Organiser des formations pour le personnel communal sur le DD et l’A21L.

„„ Centraliser l’information, pour la rendre plus accessible, notamment concernant les services à l’emploi, dans une structure de type « boutique urbaine ».

„„ Création d’une maison des associations : un lieu de rencontre et d’échanges pour mieux collaborer et se concerter sur des projets.

„„ Renforcer les rencontres entre services communaux, paracommunaux et collectifs ainsi que les échanges sur diverses thématiques lors d’activités (comme les « PicNics » organisés une fois par mois par le Programme de Cohésion Sociale). De manière générale, les rencontres de ce type améliorent la coordination, les synergies et la complémentarité entre la Commune et les associations locales pour une meilleure efficacité sur le terrain.

„„ Rénover ou fournir de nouveaux locaux pour les associations dont certaines se trouvent dans des locaux relativement précaires.

Enjeux en termes de développement durable „„ Favoriser la durabilité des futurs projets communaux et actions de l’A21L en développant leurs aspects environnementaux, économiques, socioculturels et éthiques. Favoriser la transparence dans les décisions du Collège et la prise en compte du développement durable

„„ Elaborer une charte de l’A21L afin de favoriser le respect des piliers du DD par les différents partenaires impliqués lors de la mise en place des actions (prévention des déchets, l’écoconception des impressions, l’utilisation du recyclage, la mise en valeur de l’alimentation durable, etc.).

„„ Participation : favoriser l’évaluation et la conception participative des actions et projets de l’A21L par les citoyens, les agents communaux et le Collège

„„ Planifier l’octroi de primes sur plusieurs années afin d’être cohérent avec la volonté de développer une vision à long terme. Actuellement, les primes communales sont accordées chaque année en fonction des moyens budgétaires, mais ne sont pas systématiquement reconduites.

„„ Transversalité : favoriser la transversalité entre Echevinats et services communaux et para-communaux en intégrant différentes compétences dans les projets et actions A21L

Nord

ENVIRONNEMENTAL

GOUVERNANCE

Viable

Vivable Aujourd’hui

DURABLE SOCIAL

ECONOMIQUE

Equitable

Sud

Grille d’analyse développement durable

25

Générations futures


able Axe 3 : gestion dur

“Par gestion durable, il faut entendre la volonté de la Commune de prendre des mesures locales pour favoriser un développement durable et répondre à des problématiques globales telles que le réchauffement climatique. Cela implique une exemplarité de l’administration communale par l’adoption de processus d’amélioration continue et d’évaluation de ses actions ainsi que son engagement à stimuler les acteurs sur son territoire à réduire leur impact sur l’environnement.” Contexte Etterbeek a été l’une des premières communes à s’engager dans un Agenda 21 local (A21L) en région bruxelloise et même en Belgique. En signant la Charte d’Aalborg en 2001, Etterbeek s’est ainsi engagée à concevoir des plans d’action locaux visant à inscrire sa gouvernance dans un processus de développement durable. La prise en compte du DD doit cependant encore être accentuée dans les décisions et projets de la Commune et des acteurs etterbeekois. Certains services intègrent déjà des critères de développement durable et les Services DD, Solidarité Internationale et Environnement constituent des points d’appui précieux pour favoriser une gestion plus durable à l’administration communale et sur le territoire d’Etterbeek. La gestion durable concerne de nombreux domaines tels que la politique d’achat, l’utilisation rationnelle de l’énergie et de l’eau, la pollution de l’air et des sols, mais également la mobilité, les déchets, l’économie sociale, etc. Des projets initiés par la Commune (Label Entreprise EcoDynamique, projet PLAGE, mise en place d’un CCDD et Charte du DD) ou d’autres acteurs (élaboration d’un A21L au CPAS, éco-labellisation d’écoles) sont des atouts. De nombreuses associations intègrent également des critères DD dans leurs actions, mais de manière encore peu structurée. Ces projets sont des réponses locales à des problèmes globaux tels que le réchauffement climatique et doivent donc intégrer de nombreux acteurs et compétences tout en favorisant le lien entre la politique communale et les actions sur le terrain.

Etat des lieux  Ce qui est déjà en place

„„ Déclaration de politique générale 2007-2012 : intégration du DD, de la protection de l’environnement, de l’eau et de la problématique du réchauffement climatique dans le PCD et d’autres plans stratégiques (mobilité, déchets, énergie…). „„ Création de l’Echevinat et du Service DD (2007) assurant la sensibilisation de la population. „„ Certains services communaux développent déjà des projets et actions en intégrant des critères de durabilité (Informatique, Solidarité Internationale, Environnement) et participent activement à la promotion du développement durable. De même pour certaines structures para-communales (Cellule Chlorophylle à la Mission Locale), le CPAS (Cellule Energie et élaboration d’un A21) et certaines associations. „„ Elaboration par la Commune en 2008 d’un A21L intégrant l’ensemble des compétences scabinales ainsi que les dimensions « participation » et « transversalité ». Mise en place d’un Comité de Pilotage et organisation en 2009 d’Ateliers participatifs. „„ L’Hôtel communal a obtenu une étoile pour le Label Entreprise EcoDynamique (LED) en 2005. „„ Campagne « to print or not to print » (2008-2009) : utilisation rationnelle du papier et des nouvelles imprimantes multifonctionnelles. „„ Création en 2007 d’un Conseil consultatif du Développement durable. „„ Etterbeek possède la première école éco-labellisée de Belgique (2001) : l’Athénée Royal Jean Absil. „„ Charte du Développement durable (juin 2008) à destination des collectifs etterbeekois. „„ Projet PLAGE (Plan Local d’action pour la Gestion de l’Energie) dans le but de diminuer les consommations énergétiques dans les bâtiments communaux. „„ Projets A21L de catégorie 2 : création des « Jardins Participatifs » (voir axe Espaces Verts et Biodiversité) et action « Commerces Chaleureux » (voir axe Energie) „„ Création d’un Guichet de l’énergie (2009) dispensant des conseils personnalisés aux citoyens. „„ Adhésion de la commune à l’Alliance mondiale des villes contre la pauvreté. „„ « Lien entre villes » avec Essaouira, au Maroc (2003), afin d’encourager les

26


Diagnostic échanges d’expériences et de bonnes pratiques. Travail sur les problématiques : l’eau, relations Nord-Sud, équité et solidarité intergénérationnelle et spatiale, lutte contre la pauvreté, promotion du commerce équitable. „„ Action de sensibilisation sur l’Empreinte Ecologique faisant le lien entre les problèmes globaux et les possibilités de solutions locales. „„ Certains cahiers des charges de l’administration communale contiennent déjà des critères sociaux et environnementaux, mais ceux-ci ne sont pas systématiquement respectés. „„ Plan Canicule depuis 2007 (un dépliant informatif et préventif a été réalisé et diffusé). „„ Nombreuses actions sur le thème de l’eau dont la « journée etterbeekoise de l’eau » (2003) avec des partenaires de terrain (Radio Samarcande, ASBL Dunia, Fédération belge de l’eau, Bruxelles Environnement, services communaux, l’école Claire-Joie, les Amis de la Terre, ...). Signature d’une motion contre la privatisation de la distribution de l’eau ; campagne « citernes d’eau de pluies extérieures » en 2003 (distribution de 100 tonneaux de récupération d’eau de pluie, d’un guide

de placement et d’une brochure « Quelques conseils pour une utilisation rationnelle de l’eau ») ; ateliers de travail sur l’utilisation rationnelle de l’eau de pluie à la Maison de Quartier Chambéry (2007 et 2008) ; actions dans le cadre du LED (consommation en eau des sanitaires, produits d’entretien écologiques et formation du personnel (2004)), fontaines à eau dans les services communaux et certaines écoles (action de la CIBE) ; action Maelbeek Mon Amour (mise en valeur du ruisseau via les plaques d’égout) ; aménagements au niveau des égouts (collecteur sous la chaussée Saint-Pierre) par le Service des Travaux Publics et lutte contre la non-imperméabilisation des parcelles, renouvellement de tous les raccordements en plomb situés entre le réseau-mère et les compteurs des immeuble par la CIBE ; primes pour l’installation de toitures vertes (2007) ; actions dans le cadre des Jardins Participatifs (marre…) ; etc.

protection des sols, nettoyage et assainissement (dépôts clandestins…), diffusion d’information sur les subsides existants pour l’assainissement de sites (stations services…), verdurisation des îlots, sensibilisation sur les rejets de substances toxiques, etc. Des pistes d’action pour aller plus loin

„„ Créer un guide des bonnes pratiques (éco-gestes) pour favoriser de manière quotidienne l’intégration du DD dans les Services communaux. „„ Application du volet « Aalborg +10 » de la Charte d’Aalborg. „„ Favoriser la transversalité entre les différents Conseils consultatifs. „„ S’inscrire dans la campagne des « Villes Européennes Durables ». „„ Créer une brochure d’information sur les différents services communaux offerts aux citoyens.

„„ Actions d’information sur la qualité de l’air dans les maisons (peintures, moisissures, plantes allergisantes…) par le Service Environnement et sur la pollution due au chauffage et au trafic automobile.

„„ Créer un « filtre d’amélioration développement durable » pour les décisions du Collège afin de faire apparaître de manière transparente le caractère durables des projets de la commune.

„„ Politique des sols : adoption de règlements pour favoriser la

„„ Stimuler d’autres institutions, collectivités, entreprises, écoles,

27


commerces etterbeekois à s’engager dans des démarches durables (LED, A21L, EMAS, ISO 14000, Charte du DD, etc.) et leur fournir une aide méthodologique.

citoyenne lors d’actions ou d’événements mis en place par la Commune en impliquant les Conseils consultatifs.

„„ Créer une Eco-team à l’Hôtel communal.

„„ Effectuer un Bilan Carbone afin de repérer efficacement les domaines sur lesquels travailler en priorité.

„„ Installer des panneaux d’information dans les bibliothèques communales pour promouvoir les projets et initiatives relatives au développement durable et à la solidarité internationale.

„„ Relancer le lien avec Essaouira et informer la population etterbeekoise sur les actions développées dans ce cadre. Sensibiliser les citoyens sur la coopération au développement.

„„ Consacrer un espace d’expression aux Conseils consultatifs dans « La Vie Etterbeekoise ».

„„ Promouvoir, par des campagnes d’information auprès des maîtres d’ouvrage et des professionnels du bâtiment, l’utilisation de matériaux de construction respectueux de l’environnement.

„„ Développer la politique d’achats durable de l’administration communale, conformément au « Plan Fédéral de Développement » : privilégier l’achat, à travers l’insertion de critères sociaux et environnementaux dans les cahiers des charges pour les marchés publics de la Commune, de produits fabriqués de manière socialement responsable et respectueuse de l’environnement (produits labellisés). Créer un groupe de suivi de l’application des clauses. „„ Renforcer la transversalité entre les Services communaux, surtout en ce qui concerne les aspects DD et le lien « du local au global ». „„ Renforcer la participation

„„ Développer des aides pour permettre aux petites entreprises d’économies sociales de soumissionner pour des gros marchés. „„ Politique de l’eau : incorporer l’obligation de récupération d’eau de pluie pour les nouveaux bâtiments dans le RCU ; installer des citernes de récupération d’eau de pluie dans certains bâtiments communaux, voire sur la Place Jourdan pour son nettoyage après le marché dominical, restaurer les citernes abandonnées existantes et créer des primes pour l’installation de citernes chez les particuliers ; diminuer la consommation

28

d’eau dans les bâtiments communaux ; diffuser le « Manifeste Belge de l’eau » et promouvoir l’utilisation rationnelle de l’eau auprès des citoyens, des écoles et des centres de loisirs. „„ Créer un panneau public indiquant la qualité de l’air. „„ Créer une campagne d’information sur la pollution des sols.

Enjeux en termes de développement durable „„ Environnementaux ƒƒ Diminuer les consommations en énergie et en eau potable ƒƒ Diminuer la pollution de l’eau, de l’air, du sol ƒƒ Diminuer l’impact environnemental des bâtiments communaux ƒƒ Limiter l’exploitation des ressources naturelles par une consommation durable et responsable, des comportements respectueux de l’environnement et la diminution de la production des déchets à l’administration communale et sur le territoire ƒƒ Diminution de l’empreinte écologique des collectivités, organismes, commerces, entreprises présentes sur Etterbeek „„ Economiques : ƒƒ Diminuer les dépenses liées au transport, à l’énergie, à l’eau potable et aux consommables à l’administration communale et chez les organismes, collectivités, commerces et entreprises présentes sur le territoire d’Etterbeek ƒƒ Mise en valeur des collectifs et commerces œuvrant pour le DD : les rendre attractifs à l’intérieur et à l’extérieur de la commune ƒƒ Favoriser l’achat de produits écologiques et de produits issus du commerce équitable ƒƒ Améliorer l’exemplarité de la Commune en matière de consommation durable,


Diagnostic ƒƒ

ƒƒ

ƒƒ

ƒƒ

soutenir le commerce équitable et l’économie sociale „„ Sociaux : ƒƒ Stimuler les achats éthiques et la prise en compte des critères sociaux dans les cahiers des charges à l’administration communale et auprès des collectivités/organismes présents sur le territoire ƒƒ Favoriser la mise au travail de personnes peu qualifiées et l’insertion professionnelle ƒƒ Améliorer les conditions de travail du personnel communal ƒƒ Favoriser la mixité sociale en interne (fonctions) et renforcer la cohésion sociale au sein de l’Administration Communale ƒƒ Favoriser les partenariats avec des prestataires d’économie

sociale afin de promouvoir l’insertion sociale par le travail et faciliter l’accès à un emploi pour les personnes en difficultés ƒƒ Favoriser les rencontres entre les acteurs locaux et encourager leur mise en réseau ƒƒ Développer une image positive et la reconnaissance publique des collectivités/organismes engagés dans une démarche durable „„ Culturels : Favoriser le développement d’une culture « DD » à Etterbeek „„ Participation : ƒƒ Favoriser l’implication et la participation de l’ensemble du personnel communal dans les

29

actions du label « Entreprise Eco-Dynamique »  et de l’A21L Responsabiliser et impliquer le personnel communal et les ouvriers sur les problématiques liées à l’eau Renforcer la participation des différents services communaux lors de leurs achats Favoriser la participation des collectivités, organismes, entreprises et commerces dans les projets liés à une gestion plus durable Favoriser, lors de rencontres, réunions ou activités la participation des collectifs engagés dans des processus durables

„„ Transversalité : ƒƒ Favoriser l’implication des Services communaux et Echevinats compétents dans les actions liées à la gestion durable ƒƒ Favoriser la collaboration entre les services et l’esprit d’équipe en intégrant dans l’Eco-Team des personnes de différents services. ƒƒ Favoriser la transversalité à travers la mise en place d’une Eco-Team ƒƒ Impliquer les différents services communaux concernés par les thématiques abordées par les collectifs et organismes engagés dans des processus durables ƒƒ Favoriser la mise en réseau des collectifs et organismes autour de leur engagement en faveur du DD.


gement lo t e e m is n a b r u  : 4 Axe

“Par urbanisme et logement, il faut entendre le rôle stratégique dans la planification et la conception urbaines en y intégrant les aspects environnementaux, sociaux, économiques, de santé et culture, au profit de tous.” Contexte Etterbeek affiche une densité de population particulièrement élevée qui se reflète au niveau urbanistique. Le logement (85 % d’appartements, 15 % de maisons unifamiliales) s’y inscrit donc dans une trame urbaine serrée, composée principalement d’immeubles mitoyens et d’îlots construits en ordre fermé. Les problématiques qui sont liées au logement et à la gestion urbanistique apparaissent donc comme primordiales. Dans un contexte où le prix de l’immobilier est en hausse et où les logements sont rares ou parfois peu adaptés, la commune souhaite attirer de nouveaux ménages et favoriser la mixité sociale. Désireuse de développer une vision durable (en accord avec le PRAS et le PRD) Etterbeek souhaite augmenter le potentiel et la qualité des logements, lutter contre le morcellement des habitations, améliorer la performance énergétique des bâtiments (PEB) et leur accessibilité, et de manière générale, offrir un environnement et un cadre de vie propice à la fonction résidentielle.

Etat des lieux  Ce qui est déjà en place

„„ Déclaration de politique générale 2007-2012 : suivi du PCD adopté durant la législature 2000-2006 ; création d’une compétence Logement au sein du Collège; poursuite des programmes de rénovations par la Régie Foncière et maintien d’une politique de location accessible aux revenus moyens ; lutte contre le morcellement des logements ; intégration des sociétés de logement sociaux dans une politique globale du logement avec priorité à la rénovation avec utilisation de matériaux d’éco-construction et PEB ; construction de logements moyens, notamment sur le site des « Jardins de la Chasse »; renforcement des programmes de cohésion sociale dans les logements sociaux (ASBL Logement et Harmonie Sociale), etc. „„ Echevinat et Service de l’Aménagement du territoire avec une Division Urbanisme et une Division Observatoire du Logement (créé en 2001), ainsi que d’un Guichet du Logement (créé en 2008) à la Régie Foncière. „„ Création d’un Plan Logement adopté en 2008. „„ Intégration de certains critères DD dans le PCD de la Commune. „„ Ordonnance sur l’habitation, l’hygiène et la surpopulation (1998) pour déterminer l’insalubrité des logements. „„ Ouverture d’une Agence immobilière sociale communale (2009). „„ Création d’une Table Ronde du Logement afin de mener des actions coordonnées et cohérentes avec la politique de la Commune, favoriser la transparence, échanger des expériences, etc. Elle regroupe une grande majorité d’institutions, de services ou d’associations actifs dans le domaine du logement à Etterbeek : la Régie foncière, l’Aménagement du territoire,

30


Diagnostic „„ Poursuite des actions déjà menées en matière de sécurisation des piétons, d’éclairage public, de plantations en voirie et de l’aménagement esthétique de l’espace public.

Des pistes d’action pour aller plus loin

l’IBGE, le CPAS, la Mission Locale d’Etterbeek, le Foyer etterbeekois, la SA Assam Sorelo, ATD Quart-Monde, etc. „„ Action « les jeunes etterbeekois au travail » : travaux de rénovation et d’amélioration de l’habitat chez des personnes âgées et des ménages précarisés (voir axe n°9). „„ Ouverture prochaine d’une Maison de transit (en collaboration avec le CPAS) regroupant plusieurs «logements d’urgence» pour accueillir des familles ou des personnes isolées avec enfants à charge lorsque celles-ci sont inopinément privées de logement. Quatre chambres « d’urgence », gérées par le CPAS, sont aussi à disposition dans une aile vide de la Fondation Jourdan. „„ Réalisation de deux opérations d’acquisition d’appartements et de maisons en droit de superficie. „„ Création et rénovation de centaines de logements par la Régie foncière qui a aussi supervisé la réhabilitation de la bibliothèque Hergé, de la maison Abbeyfield, du home Beauport ou encore de tout le quartier de la place Jourdan, des rues Gray et de l’Etang. „„ Disparition des derniers chancres et terrains en friche,

réaffectés, dans la plupart des cas, au logement. Au total, sur une période de 10 ans, environ 2035 logements ont été créés dans la commune et on évalue à près de 400 le nombre de logements neufs en cours de construction. „„ Logements sociaux : 1.466, répartis majoritairement en 6 ensembles (avenue Nouvelle, rue Commandant Ponthier, rue Joseph Buedts, rue de Haerne, rue du Fort de Boncelles, rue Louis Hap.) et gérés par Sorelo et le Foyer Etterbeekois. L’ASBL Logement et Harmonie Sociale y coordonne les actions de cohésion sociale avec différents partenaires et des associations très actives (L’Aile, L’Aigle…). „„ Maisons de repos et de soins : Etterbeek compte environ 685 lits, soit une moyenne de 14,6 lits pour 100 personnes âgées de 70 ans et plus, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne régionale. „„ Présence de logements adaptés pour les personnes âgées, isolées, en difficulté, malades ou handicapées, avec un encadrement par des associations telles que Les Trois Pommiers, Les Jardins du Béguinage, Arémis, Centre de jour, etc. „„ Elaboration d’un règlement spécifique aux trottoirs.

31

„„ Au niveau de la politique du logement : ƒƒ Vu la faiblesse des réserves foncières disponibles, se focaliser sur le maintien et l’amélioration des bâtiments existants (rénovation) notamment au niveau de l’efficacité énergétique. ƒƒ Soutenir et encourager la mixité de fonctions lors de réaffectation d’immeubles vers le logement. „„ Au niveau de la communication : ƒƒ Renforcer la communication sur l’attractivité du logement à Etterbeek pour attirer les familles. ƒƒ Intensifier la promotion de l’éco-construction/l’éco-rénovation. ƒƒ Intensifier la diffusion d’information sur l’isolation des bâtiments (avantages, moyens, coût, primes…), en particulier lors de travaux de rénovation. ƒƒ Renforcer la communication sur les missions et réalisations de l’Observatoire du Logement. ƒƒ Renforcer la sensibilisation et la communication sur les actualités urbanistiques et le patrimoine etterbeekois, ainsi que sur les conséquences financières dues au non respect des lois et des règlements d’urbanisme. „„ Création d’un Service Logement pour des conseils personnalisés et une meilleure proximité avec les citoyens. „„ Réhabiliter les étages vides se trouvant au-dessus des commerces.


„„ Favoriser la participation et l’investissement des logements sociaux dans les énergies vertes.  „„ Stimuler la création de Quartiers Durables et participer à l’appel à projet de l’IBGE. „„ Développer des primes pour favoriser les travaux d’isolation chez les particuliers, puis l’installation de panneaux solaires ou photovoltaïques ainsi que de toitures végétales. Informer les citoyens sur l’existence de ces primes et leurs fournir des conseils personnalisés. „„ Redynamiser le « Quartier des Casernes ». „„ Réalisation d’un nouveau RCU (Règlement communal d’urbanisme, qui complète le Règlement régional d’urbanisme) en y intégrant des cirières de durabilité, notamment des critères énergétiques pour améliorer la PEB des bâtiments, des critères pour favoriser l’utilisation de matériaux d’éco-construction (rénovation et nouvelles constructions). Intégrer également ces critères pour les logements sociaux et lors de la réaffectation vers le logement d’immeubles précédemment utilisés à une autre fonction. „„ Intensifier la lutte contre la division non conforme des logements en petites entités tout en prenant en compte la demande de logements moins chers et la taille des unités de ménages (voir statistiques au niveau de la population). „„ Améliorer le suivi de l’ordonnance sur l’hygiène. „„ Faire du projet de réurbanisation du site des « Jardins de la Chasse » un exemple en matière de durabilité à tous les niveaux et de participation (citoyens et acteurs locaux). „„ Renforcer les programmes de cohésion sociale dans les logements sociaux en augmentant le soutien accordé à l’ASBL « Logement et Harmonie Sociale ».

„„ Mise à jour et évaluation du PCD. „„ Augmenter le nombre de lits en maisons de repos.

Enjeux en termes de développement durable „„ Environnementaux : ƒƒ Faire disparaître les logements insalubres, sources de grande consommation d’énergie ƒƒ Promouvoir l’éco-construction et l’éco-rénovation ƒƒ Favoriser la prise en compte systématique de l’environnement lors de travaux de construction ou de rénovation „„ Economiques : ƒƒ Proposer des logements de qualité peu consommateurs d’énergie pour les ménages ƒƒ Améliorer la PEB des logements et bâtiments (construction et rénovation) ƒƒ Favoriser la création d’emplois dans le domaine de la construction et de la rénovation durable. ƒƒ Favoriser les commerces à travers la réhabilitation des logements et la revitalisation des quartiers et rues „„ Sociaux : ƒƒ Susciter l’installation de familles à Etterbeek et favoriser la mixité sociale ƒƒ Contribuer à améliorer le bienêtre collectif et la qualité de vie

32

dans les quartiers ƒƒ Lutter contre les logements inoccupés et l’insalubrité ƒƒ Lutter contre le sentiment d’insécurité après la fermeture des commerces ƒƒ Fournir des logements adaptés à la demande (taille des ménages, logements sociaux, personnes âgées et handicapées, etc.) et accessibles à tous. „„ Culturels : ƒƒ Favoriser la sauvegarde de l’harmonie et des caractéristiques architecturales de certains quartiers ƒƒ Favoriser le développement d’une culture « développement durable » à Etterbeek „„ Participation : ƒƒ Favoriser la participation des services communaux et conseils consultatifs ƒƒ Favoriser la participation des citoyens lors d’enquêtes publiques au niveau de l’urbanisme et du logement ƒƒ Favoriser la participation des propriétaires d’immeubles et commerçants dans la revitalisation des rues commerçantes „„ Transversalité : ƒƒ Améliorer la transversalité dans les services communaux pour favoriser un développement durable de la commune au niveau du logement ƒƒ Favoriser la transversalité entre les compétences Urbanisme, Environnement et Développement durable dans l’élaboration du RCU ƒƒ Favoriser le travail en réseau et la collaboration étroite des acteurs et partenaires concernés par cet axe (Régie Foncière, Guichet du Logement, Classes Moyennes, Observatoire du Logement, AIS, Atrium….)


diversité io b t e ts r e v s e c a p s Axe 5 : e

“Par espaces verts et biodiversité nous entendons l’engagement à assumer entièrement la responsabilité dans la protection et la préservation de ces biens naturels communs, dans la garantie d’un accès équitable à ceux-ci et dans l’encouragement à verduriser la commune.” Contexte La commune d’Etterbeek, densément bâtie, possède peu d’espaces verts de grande surface. Ces zones se présentent majoritairement sous forme d’îlots clairsemés, non connectés entre eux et cette disposition ne tend pas à favoriser la biodiversité. Bien que la Commune s’évertue à maintenir et à améliorer les espaces verts existants, le manque de plaines de jeux, d’espaces conviviaux, de loisirs et d’espaces de calme constitue une réelle préoccupation des Etterbeekois, qui sont de plus fort sensibles à la thématique « biodiversité ». Nombreux considèrent également comme prioritaire d’améliorer la sécurité, la propreté et l’entretien de ces zones.

Etat des lieux  Ce qui est déjà en place

„„ Déclaration de politique générale 2007-2012 : favoriser la diffusion d’informations et la participation sur les thématiques environnementales (biodiversité, verdurisation, compostage individuel et collectif, Fête de l’Environnement, etc.) ; poursuivre le fleurissement et la verdurisation de la commune, la rénovation des parcs et l’utilisation de bonnes pratiques de gestion environnementale. „„ Projet A21L cat. 2 (2008) : Création des Jardins Participatifs situés Avenue Nouvelle avec participation d’associations locales et des riverains du site. Organisation dans ce cadre de cycles de conférences informatives (2008, 2009, 2010). „„ Organisation de soirées d’information publique avec témoignages (par ex : Projets Quartier Vert, soutenus par la commune) et conférences données par des associations locales sur des thèmes liés à cet axe (2004, 2007). „„ Mise à disposition d’informations sur les espaces verts (site Internet de la commune et fascicule « Etterbeek à la Carte »). „„ Plantations annuelles d’arbres, vasques fleuries et préservation des jardinets à rue. Recensement des arbres et de leur état de santé. „„ Organisation annuelle du « concours façades et jardins fleuris ». „„ Augmentation budgétaire pour le réaménagement et l’entretien des espaces verts publics. „„ Développement d’un réseau d’itinéraires pédestres inter-quartiers. „„ Consultation de la population lors d’aménagement ou de réaménagement des espaces publics (ex : parc de Fontenay-Sous-Bois en concertation avec le Comité de Quartier Fontenay). „„ Mise en valeur du parc Felix Hap (biodiversité, espace didactique consacré au jardin écologique). „„ Nombreux aménagements (pelouses, haies, parterre fleuris, etc.). Un architecte paysager a été engagé à cet effet. „„ Engagement de douze gardiens de parcs (sécurité et respect de l’environnement).

Des pistes d’action pour aller plus loin

„„ Renforcer, en réponse aux demandes récurrentes des citoyens, la présence d’espaces verts et de zones de loisirs, mais surtout améliorer la visibilité et la mise en valeur de ces zones. Cela pourrait être fait de manière participative (réalisation de panneaux pédagogiques ou

33


préventifs) afin de favoriser l’écocitoyenneté et le civisme. „„ En réponse aux demandes récurrentes, mettre à disposition des citoyens des parcelles à cultiver. Développer et encourager la création de projets de jardins collectifs, communaux ou citoyens. „„ Continuer le développement des Jardins Participatifs et renforcer les activités vers les écoles et les citoyens. Créer une exposition permanente illustrant les actions possibles dans les jardins bruxellois (promotion de la biodiversité, compostage, gestion écologique …). „„ Poursuivre les soirées d’information afin d’encourager les plantations (dans les jardins, les intérieurs d’îlots, les cours), la verdurisation des quartiers (au niveau des façades et balcons) et l’installation de toitures végétales ou de jardins verticaux suspendus. „„ Renforcer la diffusion d’information sur les primes communales éventuelles, les différents moyens de verduriser et les appels à projets (par ex. « Quartiers Verts ») via le site Internet, le bulletin communal et lors d’événements (marché bio et du DD, marché aux fleurs…). „„ Promouvoir, par des campagnes de sensibilisation, un usage rationnel des pesticides dans l’entretien des jardins privés et limiter l’usage des pesticides dans la gestion des espaces verts publics (selon les besoins et l’efficacité des produits). „„ Améliorer l’aménagement, la restauration, la protection et l’entretien des intérieurs d’îlots et renforcer leur interconnexion pour augmenter le maillage écologique. Prendre ce dernier en considération dans les permis d’urbanisme. „„ Renforcer la communication sur les choix quant aux essences d’arbres et leur taille. „„ Mener en concertation avec les différents acteurs concernés une

réflexion sur l’entretien complexe de la partie écologique du parc Félix Hap. „„ Développer des actions de sensibilisation sur la nature et la biodiversité dans les parcs et les espaces verts.

Enjeux en termes de développement durable „„ Environnementaux : ƒƒ Favoriser la prise de conscience de notre empreinte écologique ƒƒ Renforcer la sensibilisation à la préservation de la biodiversité et les méthodes de gestion naturelles ƒƒ Renforcer la présence de la nature en ville et favoriser le développement de la biodiversité en milieu urbain ƒƒ Diminuer la présence de déchets dans les parcs et espaces verts „„ Economiques : ƒƒ Promouvoir les avantages économiques liés à la verdurisation des bâtiments ƒƒ Favoriser le développement de la dimension « économie locale » dans le projet des Jardins Participatifs ƒƒ Favoriser l’économie locale en améliorant l’image de marque des quartiers ƒƒ Promouvoir les avantages économiques du compostage et de la gestion écologique „„ Sociaux : ƒƒ Soutenir les associations locales impliquées dans des projets environnementaux ƒƒ Favoriser le sentiment de bienêtre de la population via la verdurisation et les aménagements conviviaux ƒƒ Favoriser l’éco-citoyenneté et le civisme dans les parcs et les espaces verts ƒƒ Intensifier les liens sociaux interculturels et intergénérationnels ainsi que les échanges de savoirs et savoir-faire via des

34

projets collectifs (jardinage, verdurisation) ƒƒ Favoriser le développement d’activités dans les parcs et espaces verts „„ Culturels : ƒƒ Favoriser le développement d’une culture « DD » à Etterbeek ƒƒ Favoriser le développement d’activités culturelles liées à la nature et à la découverte de la biodiversité ƒƒ Favoriser l’identification des Jardins Participatifs comme un lieu d’éducation et d’échanges. ƒƒ Mettre en avant la multiculturalité des participants au projet des Jardins Participatifs et dans les projets collectifs „„ Participation : ƒƒ Favoriser la participation et la mise en réseau des citoyens et associations locales dans des projets collectifs ƒƒ Favoriser les échanges de savoirs et de savoir-faire sur le jardinage, la verdurisation et l’environnement ƒƒ Favoriser la participation de la population pour la mise en valeur des espaces verts et parcs et lors de réaménagements ƒƒ Encourager le développement d’activités citoyennes et de projets collectifs de promotion de la nature, de la biodiversité, du jardinage, du compostage et de verdurisation „„ Transversalité : ƒƒ Favoriser la transversalité entre services communaux impliqués dans l’environnement ƒƒ Favoriser la mise en réseau d’associations etterbeekoises et partenaires de terrain


chets  é d s e d n o ti s e g & e bliqu Axe 6 : propreté pu “Par propreté publique et gestion des déchets il faut entendre ce qui se situe en aval de la consommation et des habitudes de vie et la volonté d’encourager une consommation responsable et une production durable.” Contexte Nous produisons de plus en plus de déchets : près de trois fois plus aujourd’hui qu’en 1950  ! L’Agence Bruxelles-Propreté collecte près de 440.000 tonnes de déchets triés et non triés par an. Et ces chiffres n’intègrent pas les deux millions de tonnes de déchets générés chaque année par l’activité économique et sociale (industrie, commerces, hôpitaux, constructions, etc.). En Région bruxelloise, comme ailleurs, la gestion des déchets (organisation des collectes, traitement, recyclage) représentent un défi permanent et a un impact direct sur la qualité de notre environnement. De plus, cette thématique est également liée à la consommation et à la production durable. Le respect de la propreté publique est un autre enjeu de premier plan en matière d’embellissement urbain. La propreté publique est encore considérée comme une priorité pour un grand nombre d’etterbeekois et ce malgré la mise à disposition d’une quantité importante de matériel et d’infrastructures sur le territoire.

Etat des lieux  Ce qui est déjà en place

„„ Déclaration de politique générale 2007-2012 : évaluation de l’efficacité de la déchetterie itinérante ; promotion participative du compostage (à domicile et collectif), installation d’infrastructures ; diffusion d’informations sur le compostage, la déchetterie communale, le soutien aux maitrescomposteurs, le tri des déchets ; formation du personnel communal au tri sélectif et limitation de la consommation de matériel ; renforcement de la prévention en matière de propreté publique (séances d’information, animations dans les écoles, réalisation d’un guide canin, dépôts clandestins), opérations « quartiers propres » ; renforcement des infrastructures (logiciel de gestion de la propreté), augmentation du nombre de corbeilles publiques, renforcement des équipes, des machines et de la collaboration avec l’ABP (Agence Bruxelles Propreté) pour le nettoyage des voiries, renforcement de la propreté autour des bulles à verre ; renforcement de la répression via la formation d’agents verbalisateurs, la lutte contre les tags, la mise en œuvre d’amendes administratives pour les actes de malpropreté. „„ Sur le territoire communal : ƒƒ Entretien de la voie publique (44 km) : 24 ouvriers, charrettes, balayeuses, cureuses, camionnettes électriques. ƒƒ Mise en place d’une déchetterie mobile (2005) : les cinq quartiers de la commune accueillent la déchetterie une fois par mois (gratuit). ƒƒ Optimalisation de la récolte des déchets chimiques ménagers (coins verts mobiles et fixes) trois fois par mois sur la commune et accessibilité aux sites des autres communes.

35


ƒƒ Plan Environnement de la Commune : localisation des différents équipements installés tels que les bulles à verre (19 en tout), les canisites (21, dont 2 nouveaux en 2009 et une quarantaine de distributeurs de sacs à déjection), les points de collecte des déchets verts, guérites à vêtements, etc. Etterbeek a le réseau de poubelles le plus dense de la région Bruxelloise. ƒƒ Organisation par la Commune de formations théoriques et pratiques au compostage pour la population sur le premier site de compostage collectif à la Cité Jouët-Rey, deux fois par an (2008) ƒƒ Le bulletin communal « La Vie Etterbeekoise », relancé en 2008, permet d’éviter l’envoi de courrier en toutes-boîtes (diminution des impressions et économie de papier). ƒƒ Création d’une page détaillée « Que faire de vos déchets » sur le site Internet communal. ƒƒ Projet pilote concluant : installation en 2009 d’une poubelle solaire sur la Place Jourdan. ƒƒ Projet Pilote : collaboration avec ATRIUM pour faire du quartier de la Chasse le quartier le plus propre. ƒƒ Projet d’installation de bulles à verre enterrées. ƒƒ Les campagnes de sensibilisation et la valorisation du tri et du recyclage ont permis une diminution de la quantité de déchets incinérés et mis en décharge. ƒƒ Séance d’information et réunion publique organisées le 10/12/2008 en collaboration avec la commune d’Ixelles concernant le Plan Déchets (« Etterbeek et Ixelles, videz votre sac ! »). ƒƒ Travail sur la problématique des déchets au sein du CCDD. ƒƒ Distribution gratuite et régulière d’autocollants « stop pub ». ƒƒ Sensibilisation au tri sélectif lors de la soirée d’accueil des nouveaux habitants.

ƒƒ Organisation de visites du dépôt communal et de la déchetterie mobile lors d’activités (« la piste recyclable » organisée par la bibliothèque communale, la journée « place aux enfants »…). ƒƒ Utilisation de matériaux recyclés, notamment pour le réaménagement des voiries et la construction de bâtiments financés par le secteur public. ƒƒ Sanctions administratives en cas de non respect de la propreté publique. „„ A l’Hôtel communal et dans les bâtiments communaux : ƒƒ Récolte des piles et des bouchons de liège à l’Hôtel communal. Les produits dangereux sont récoltés par un acquéreur agréé. ƒƒ Tri sélectif du papier (depuis 2003), sensibilisation à l’usage du papier recyclé et aux impressions recto-verso. ƒƒ Installation de photocopieuses/ imprimantes multifonctionnelles dans les services communaux, diminuant la consommation de papier et de cartouches d’encre. ƒƒ Sensibilisation des différents services au tri sélectif, au compostage, etc. ƒƒ Participation aux réunions de l’ABP et de l’ARDIC sur la gestion de la propreté et des déchets. ƒƒ Projet de mise en place d’une Eco-Team (2009). Des pistes d’action pour aller plus loin

„„ Créer un Plan Déchet Communal qui veillera spécialement aux aspects de salubrité publique. „„ Renforcer la lutte (surveillance, sensibilisation et répression) contre les dépôts clandestins, notamment près des bulles à verre et certains lieux habituels (av. de la Chasse, av. d’Auderghem, place St. Antoine, av. Victor Jacobs, etc.) avec assainissement du sol

36

si nécessaire. Inviter les habitants à identifier et à communiquer au Service de la Propreté Publique les lieux souvent « souillés » et les dépôts clandestins récurrents. „„ Créer et diffuser un guide d’information reprenant en détail l’ensemble des éléments concernant les déchets et la propreté publique (infrastructures à disposition, services, règlements, sanctions…) ainsi que des « bonnes pratiques » (tri sélectif, recyclage et réutilisation, réduction de la quantité de déchets, etc.). „„ Renforcer la diffusion des outils créés par Bruxelles Environnement sur les déchets et leur gestion. „„ Créer et diffuser un guide d’information et de sensibilisation destiné aux propriétaires canins (usage de sacs à déjection, localisation des canisites, sanctions administratives, etc.). „„ Mettre en ligne sur le site Internet communal des jeux interactifs et éducatifs pour le grand public sur les déchets et la propreté publique. „„ Dans les écoles : renforcer l’éducation à la propreté publique et au civisme par l’organisation d’activités pédagogiques et de séances interactives avec présence d’un technicien de voirie qui présentera les aléas de son métier ; renforcer la sensibilisation au niveau de la consommation responsable et de la réduction des déchets et du suremballage ; créer des outils de sensibilisation adaptés au public jeune sur la gestion des déchets et la propreté publique. „„ Lors d’activités/événements sur le terrain : utiliser des poubelles de tri sélectif ; renforcer la sensibilisation au tri sélectif, au compostage, à la gestion des déchets (diffusion de guides, brochures, animations, présentation de projets…). „„ Dans les bâtiments communaux : favoriser les achats durables ; renforcer la sensibilisation sur


Diagnostic les possibilités d’économies de papier ; installation de fontaines à eau ; mettre en place le tri des PMC ; sensibilisation sur le recyclage, la réutilisation, le compostage ; élaborer une analyse du cheminement de tous les types de déchets de l’Hôtel communal, etc. „„ Intensifier l’organisation d’opérations conviviales, solidaires et participatives « quartiers propres ». „„ Sensibiliser sur l’impact des sacs plastiques sur l’environnement et favoriser la diminution de la distribution de sacs plastiques via une campagne de sensibilisation et la participation des commerçants et ambulants. „„ Sensibiliser les organisateurs de brocantes et marchés à la gestion et au tri des déchets. „„ Développer des sites de compostage collectifs communaux et améliorer la visibilité des sites de compostage existants. „„ Mettre en place un Plan de gestion spécifique et réglementaire par hôpital concernant la gestion des déchets hospitaliers. „„ Créer un atelier/une entreprise d’économie sociale de réemploi pour les appareils électroménagers. „„ Renforcer la sensibilisation sur le tri des déchets auprès du public défavorisé et dans les logements sociaux. Développer des alternatives aux sacs bleus et jaunes peu adaptés à des logements exigus (ex : containers de tri). „„ Augmenter la durée des heures de dépôts pour les sacs verts pour les rendre plus accessibles aux personnes non motorisées ou aux personnes âgées. „„ Renforcer la sensibilisation et la répression en matière d’actes inciviques. „„ S’assurer lors de la délivrance de permis d’urbanisme, de la présence de locaux adéquats pour le stockage des déchets. 

Enjeux en termes de développement durable „„ Environnementaux : ƒƒ Diminuer la quantité de déchets produits à Etterbeek et la pollution engendrée par les déchets. ƒƒ Diminuer la quantité de déchets sur la voie publique et la quantité de déchets organiques dans les poubelles ƒƒ Favoriser la préservation et la protection de l’environnement et des ressources naturelles. ƒƒ Diminuer la présence de déchets aux abords des écoles. ƒƒ Diminuer la quantité de déchets produits par l’administration communale ƒƒ Favoriser la diminution de la quantité de déchets à la source par la sensibilisation et l’information „„ Economiques : ƒƒ Réaliser des économies d’énergie (collecte, transport) liées à la gestion des déchets ƒƒ Favoriser la valorisation des déchets, le recyclage et la réutilisation ƒƒ Favoriser l’adoption de nouveaux comportements permettant de réduire la facture des ménages „„ Sociaux : ƒƒ Favoriser le civisme, l’écocitoyenneté et les éco-gestes par des actions de prévention et d’éducation ƒƒ Améliorer la qualité de l’environnement, le sentiment de bien être et de sécurité ƒƒ Rendre la commune plus propre, plus agréable, conviviale, accueillante et plus respectueuse de l’environnement ƒƒ Sensibiliser les Etterbeekois à la problématique globale des déchets et à la propreté publique ƒƒ Développer des outils de sensibilisation à la propreté publique et à la gestion des déchets adaptés au public jeune et aux personnes défavorisées ƒƒ Renforcer le lien social autour

37

de projets liés à la gestion des déchets et à la propreté publique „„ Culturels : Favoriser le développement d’une culture « DD » à Etterbeek en termes de gestion des déchets „„ Participation : ƒƒ Favoriser la participation de la population etterbeekoise lors de réunions, ou d’opérations concernant la propreté publique et les déchets ƒƒ Favoriser les initiatives citoyennes liées à la propreté publique et à la gestion des déchets (compostage collectif, animations et actions sur le thème des déchets…) ƒƒ Favoriser l’implication des commerçants, des jeunes, des écoles et des personnes défavorisées autour de la thématique des déchets et de la propreté publique. „„ Transversalité : Renforcer la collaboration entre les services communaux et partenaires concernés par cette thématique.


7 : culture

Axe “Par culture, il faut entendre la volonté de promouvoir les différents types de cultures, d’assurer l’accessibilité à la culture pour tous et de valoriser notre héritage culturel urbain.”

Contexte La culture est une composante importante et souvent oubliée du Développement durable en ce sens qu’elle contribue à une cohabitation harmonieuse entre des citoyens d’origine et de cultures différentes en favorisant les échanges, la solidarité et la cohésion sociale. La Commune organise ou participe à un certain nombre d’activités culturelles. Cependant, malgré la diversité et le nombre d’activités et d’installations culturelles, de nombreux citoyens ressentent le manque d’une « ambiance et d’une ambition culturelle » à Etterbeek. En outre, la culture est souvent considérée comme peu accessible, notamment par le public défavorisé ou peu attrayante, notamment par le public jeune.

Etat des lieux  Ce qui est déjà en place

„„ Déclaration de politique générale 2007-2012, avec notamment : ƒƒ La culture française : accessibilité à la culture pour tous en étendant « l’article 27 » aux chômeurs et aux plus démunis ; valoriser le travail des Académies ; réactivation du prix Louis Schmidt qui sera ouvert au public ; installation d’une œuvre d’art dans l’espace public ; relayer les programmes et informations des organismes (socio-)culturels; développer un programme interculturel et multiculturel d’éducation permanente ; soutenir les associations et organismes culturels ; créer, organiser et collaborer à des événements culturels ; accueillir, en partenariat avec d’autres services, des expositions dans le hall d’entrée de l’Hôtel communal ; réalisation d’un guide culturel fr/nl ; créer des festivals (poétique, littéraire et musical ; du film arabe ; festival carabistouille en rue pour enfants et adultes) et un spectacle de poésie en rue. ƒƒ La culture néerlandophone : réalisation d’un Plan de Gestion Politique 2008-2013 englobant, de manière concertée, les plans des partenaires culturels et les écoles néerlandophones. Le fil rouge : « Participer davantage, participer mieux et participer autrement ». Ce plan comporte six objectifs stratégiques dont la multiculturalité et la jeunesse. Réalisation de projets en concertation avec des partenaires des réseaux socio-culturels et culturels francophones (fêtes de quartier, événements) ; favoriser la communication (bilingue) vers la population, la participation et le débat, les rencontres intergénérationnelles autour de projets axés sur la littérature, la langue, la poésie, l’histoire orale et le récit documentaire ; accorder une attention au public jeune à travers une programmation multiculturelle adaptée et de qualité ; encourager les fêtes de quartier multiculturelles, mise en place de projets dans le cadre du lien entre villes ; un partenariat authentique avec le Conseil consultatif

38


Diagnostic néerlandophone, les écoles néerlandophones, les académies, la Maison de Quartier Chambéry et divers partenaires afin de favoriser la participation citoyenne. Etterbeek jouit d’une forte tradition culturelle néerlandophone. Elle était la première commune bruxelloise à s’inscrire dans le cadre légal du décret portant la stimulation d’une politique culturelle locale qualitative et intégrale du gouvernement flamand. ƒƒ Bibliothèques : revalorisation et encouragement de la lecture, être un relais pour les écoles, les groupes d’alphabétisation, les associations d’insertion professionnelle, etc. ; améliorer la visibilité des bibliothèques, favoriser l’accès à l’information sur des problématiques DD contemporaines, renforcement du lien social, sensibilisation au développement durable ; développer l’infrastructure informatique ; diversifier l’offre de livres dans différentes langues ; développer un réseau de collaborateurs volontaires et favoriser les rencontres interculturelles. „„ Deux Echevinats et deux Services de la Culture francophone et néerlandophone, mais d’autres compétences participent également directement ou indirectement à la dimension culturelle (Patrimoine, Animation, Tourisme, Histoire d’Etterbeek, Egalité des Chances, Enseignement, Cohésion Sociale). Le Service de la Culture néerlandophone collabore aussi activement aux activités culturelles lors du Mois de la Solidarité Internationale. „„ Patrimoine : quelques ensembles architecturaux d’époques et de styles différents (cités JouëtRey et Coquilhat, place du Roi Vainqueur) ; des témoignages sur l’architecture urbaine allant de la fin du XIXème au XXème siècle : art nouveau (deux immeubles de Cauchie, un de Strauven), modernisme (A. Pompe), néo-renaissance

(Serneels), quelques édifices publics de l’époque présentant un intérêt architectural (crèche Sainte-Gertrude), les Casernes, certaines façades ; quelques témoignages du passé rural de la commune (« Baronnie », impasse du Pré) ; le parc Félix Hap contient des arbres remarquables et est un lieu d’histoire (Maison du notaire) et de biodiversité (l’étang naturel alimenté par une des sources du Broebelaar, affluent du Maelbeek) ; le bâtiment de l’académie des Beaux-Arts RHOK est un ancien immeuble industriel (anciennement : imprimerie belge PHOBEL dont les machines d’impression utilisées par les ateliers de gravure et de graphisme font partie du patrimoine industriel). Ce bâtiment dispose également d’une cour intérieure avec jardin, mise en valeur par la direction en collaboration avec des associations telles que le Réseau d’Echanges de Savoirs. „„ Rénovation et maintien du patrimoine existant, et ce par la protection du patrimoine qui n’est pas couvert par le code bruxellois de l’aménagement du territoire (petit patrimoine). „„ Mise en valeur du patrimoine etterbeekois sur le site Internet communal et par des publications.

„„ La Commune participe aux « Journées du Patrimoine ». „„ Sensibilisation de la population sur le patrimoine existant et sur les conséquences financières du non-respect des lois et des règlements d’urbanisme. „„ Création d’une carte de balade et d’une brochure « Etterbeek à la Carte ». „„ Un espace culturel, aménagé dans le hall de l’Hôtel communal, accueille des expositions dont le programme est élaboré conjointement par les deux Echevinats de la Culture. „„ Centres culturels : ƒƒ l’Espace Senghor, centre

39

culturel francophone, accueille des expositions, conférences, spectacles, représentations théâtrales, projection de films… Son projet culturel comporte plusieurs facettes : multiculturalité (« les rencontres d’ici et d’ailleurs »), écoles des devoirs pour les enfants, la Ducasse aux gosses, journée de quartier de la place des Theux sous forme de projet de développement communautaire, programmation jeune public (« Petits quatre heures »). ƒƒ Pour les espaces culturels néerlandophones, les Etterbeekois peuvent faire appel aux infrastructures du Gemeenschapscentrum De Maalbeek (qui dépend de la Commission communautaire flamande) : une salle de spectacles et d’activités (rue du Cornet), un centre administratif et d’accueil avec des salles de réunion (Der Moriaan) et un centre sportif (Avenue d’Auderghem). Ce centre chapeaute les associations culturelles et socio-culturelles néerlandophones. Proximité du Gemeenschapscentrum Elzenhof (commune d’Ixelles) situé avenue de la Couronne ainsi que du campus de la VUB. „„ Nombreuses associations travaillant ou étant liées au domaine culturel sur le territoire ainsi qu’un « Cercle d’Histoire et du Patrimoine historique d’Etterbeek Jean-Paul Delfeld ». Travail en synergies entre le monde associatif francophone et néerlandophone et les institutions culturelles (celles-ci étant déjà fort sensibilisées au DD), au-delà des clivages linguistiques. Les associations issues de l’immigration développent également des actions de promotion des cultures et des actions interculturelles. La Maison de Quartier Chambéry dispose de ses propres installations (salles de réunion, salles d’activité, restaurant social, Point d’Information


Social) dans la rue Chambéry (Quartier de la Chasse). „„ Les bibliothèques : La Commune compte en tout trois bibliothèques publiques francophones (dont la bibliothèque communale Hergé) et une bibliothèque communale néerlandophone ainsi qu’une ludothèque. Celles-ci participent activement à la promotion de la culture mais aussi du développement durable via la réalisation d’actions ponctuelles. „„ Les théâtres : théâtre Saint-Michel (musique, danse, théâtre, expositions), théâtre Yvan Baudouin (réputé pour la création de pièces de théâtre contemporaines), les cafés-théâtres « Bouche à oreille » (théâtre et musique), « Petit chapeau rond rouge » et l’Arrière Scène ; l’Atelier 210. „„ Les Académies : Jean Absil (musique, danse et art de la parole), Constantin Meunier (arts et métiers), Muziekacademie Frédéric Chopin, R.H.o.K. (Rijkscentrum Hoger Kunstonderwijs). „„ Différentes fêtes de quartier ont lieu tous les ans à Etterbeek et une plate-forme a été créée pour assurer leur coordination et leur cohérence. Participation de la Commune (et des Comités de Quartier) à la « Fête des voisins »

avec de nombreuses activités citoyennes.

etterbeekois, notamment au niveau des arts urbains.

„„ Création de chèques culture pour les «Article 27» au CPAS, de chèques cultures (Cultuurwaardebon) à l’initiative de la VGC et de chèques sport (subsides socio-culturels) pour les enfants en fonction du revenu des ménages.

„„ Renforcer la communication sur les différentes institutions culturelles et les activités culturelles à Etterbeek via une centralisation et une diffusion groupée de l’information à travers différents canaux. Créer un Agenda de la Culture à Etterbeek pour les valoriser.

Des pistes d’action pour aller plus loin

„„ Renforcer la « démocratie culturelle » en rendant plus abordables les prix de certains théâtres, centres culturels, etc.

„„ Renforcer « l’ambiance culturelle à Etterbeek » via : ƒƒ la mise en valeur du patrimoine, l’amélioration ou la création de nouvelles infrastructures (locaux pour associations, cinéma…). ƒƒ l’organisation d’événements culturels récurrents en s’appuyant sur la proximité des institutions européennes et la dimension européenne d’Etterbeek. Impliquer les nombreux commerces spécialisés vers les différentes cultures européennes et favoriser la participation des ressortissants européens dans les projets de la Commune. ƒƒ le fait de favoriser l’intérêt pour la culture chez les jeunes et promouvoir les talents artistiques

40

„„ Renforcer les synergies entre les deux Services de la Culture et la collaboration avec d’autres services communaux associés directement ou indirectement à la culture. „„ Développer des liens avec d’autres opérateurs culturels extérieurs (notamment l’ULB et la VUB) et auprès des institutions européennes (partenariat). „„ Développer une stratégie touristique à Etterbeek : recenser les atouts touristiques et uniques à valoriser, améliorer le référencement d’Etterbeek dans les guides existants, la visibilité et la valorisation du patrimoine architectural, culturel et historique, des espaces verts et îlots, améliorer les liaisons entre les pôles attractifs du territoire, etc.  


Diagnostic „„ Favoriser le maintien et mettre en valeur le « savoir-faire » etterbeekois (artisanats, chapeliers, petites industries, tailleurs, etc.) en créant par exemple un parcours des artistes, artisans et du savoir-faire. „„ Renforcer la protection et la mise en valeur du patrimoine architectural et du « petit patrimoine » : réaliser un inventaire et un état des lieux de ce patrimoine en vue de faciliter sa gestion ; renforcer la sensibilisation et l’information vers les habitants et les entrepreneurs pour conserver les châssis et façades de valeur ; offrir une prime pour inciter à la conservation du petit patrimoine lors de travaux de rénovation ou de restauration (non couvert par la Région) ; faciliter également l’accès du public à l’information tant sur l’actualité urbanistique que sur le patrimoine etterbeekois, diffuser et exploiter l’ouvrage « Patrimoine monumental de Belgique » ; diffuser des prospectus par quartier sur le patrimoine existant ; installer des panneaux didactiques à certains endroits stratégiques de la commune sur le patrimoine remarquable, organiser des soirées d’information et des animations (visites guidées) sur le patrimoine existant via les Comités de Quartier par exemple ; renforcer la participation de la Commune, des citoyens et des acteurs de terrain à la « Journée du Patrimoine » ; renforcer l’intégration d’éléments permettant la protection du petit patrimoine et des façades à travers la révision du RCU et dans le PPAS. „„ Restaurer la « Maison du Notaire », bien communal classé, qui est à l’abandon et qui se dégrade. „„ Développer une architecture contemporaine de qualité et en harmonie avec les architectures voisines lors des travaux de construction ou de reconversion. Créer un prix d’architecture, décerné par exemple tous les trois ans, à la meilleure réalisation sur le territoire communal.

„„ Créer un projet « patrimoine oral » avant les travaux de reconstruction/rénovation de l’ancien internat de l’Académie de Musique (rue du Clocher) où seront prochainement transférées les activités du Gemeenschapscentrum De Maalbeek. „„ Développer des lieux d’expressions culturels pour les jeunes, notamment pour la musique.

Enjeux en termes de développement durable „„ Environnementaux : ƒƒ Favoriser la prise en compte de l’environnement lors d’événements, activités, festivals culturels, et de leur organisation ƒƒ Favoriser la prise en compte de l’environnement et du développement durable auprès des différentes institutions, organismes et partenaires culturels à Etterbeek ƒƒ Favoriser la prise en compte de l’environnement et du développement durable lors de restauration d’éléments du patrimoine etterbeekois „„ Economiques : ƒƒ Favoriser le développement du tourisme à Etterbeek ƒƒ Favoriser le développement économique des structures culturelles et artistiques à Etterbeek ƒƒ Favoriser le développement de l’économie locale et des commerces spécialisés proposant des produits issus d’autres états membres européens ƒƒ Favoriser le développement économique des artisans etterbeekois „„ Sociaux : ƒƒ Favoriser l’accès à la culture à des prix attractifs pour les personnes défavorisées ƒƒ Favoriser la création et le développement de liens sociaux et de solidarité interculturelle ƒƒ Favoriser le développement d’une confiance réciproque

41

entre les ressortissants européens et la commune ƒƒ Valoriser les artisans et artistes etterbeekois ƒƒ Valoriser et positiver l’image de la jeunesse etterbeekoise ƒƒ Favoriser le développement d’une confiance réciproque entre les jeunes et la commune et susciter le sentiment d’appartenance à la commune „„ Culturels : ƒƒ Donner une identité culturelle à la commune, la rendre attractive et vivante culturellement et économiquement ƒƒ Favoriser le développement d’une culture « développement durable » à Etterbeek ƒƒ Favoriser le décloisonnement des catégories culturelles. ƒƒ Offrir la possibilité aux différentes pratiques culturelles minoritaires et/ou marginalisées d’émerger ƒƒ Promouvoir les structures culturelles présentes sur Etterbeek ƒƒ Promouvoir et valoriser la diversité et la richesse culturelle européenne ƒƒ Favoriser la culture comme centre d’intérêt chez les jeunes. ƒƒ Favoriser la découverte du patrimoine culturel d’Etterbeek et de son savoir-faire et le valoriser. „„ Participation : ƒƒ Favoriser la participation des structures ou « groupes linguistiques » européens ƒƒ Favoriser la participation d’associations etterbeekoises culturelles et linguistiques ƒƒ Favoriser la participation des citoyens et notamment des jeunes et des commerçants dans les événements et activités culturelles „„ Transversalité ƒƒ Favoriser le travail en collaboration entre plusieurs services communaux, partenaires extérieurs et les institutions européennes


tionale a n r te in é it r a d li o s Axe 8 :

“Par Solidarité Internationale il faut entendre la volonté collective et commune de changer, à travers diverses actions, les inégalités, les injustices, les déséquilibres entre les pays du Nord et du Sud et de lutter contre la pauvreté.” Contexte Suite à la signature de la Charte d’Aalborg en 2001, la commune s’est engagée en faveur du développement durable et démarre son A21L sous l’angle de la Solidarité Internationale en se focalisant sur la problématique Nord/Sud (équité et solidarité spatiale et temporelle). Un «  Lien entre villes » fut ainsi établit avec la ville d’Essaouira au Maroc, basé sur l’échange de savoirs et d’expériences réciproques. En outre, le Service de la Solidarité Internationale met en oeuvre des actions concrètes, mène la sensibilisation au commerce équitable, la lutte contre la pauvreté, la coopération au développement et apporte son soutien à des organisations bénévoles.

Etat des lieux  Ce qui est déjà en place

„„ Déclaration de politique générale 2007-2012 : favoriser l’achat et la consommation de produits durables et éthiques et promouvoir le commerce équitable à l’administration communale et vers les citoyens ; soutien logistique et financier aux organisations bénévoles. „„ Etablissement d’un « Lien entre villes » avec la ville d’Essaouira au Maroc (2002) : sensibilisation au DD, travail sur le thème de l’eau, construction d’une Maison de Quartier à Essaouira en collaboration avec la Maison de Quartier Chambéry, échanges entre écoles… „„ Nombreuses activités menées par l’Echevinat et le Service de la Solidarité Internationale en collaboration avec de nombreuses structures (groupe 11.11.11, le Gemeenschapscentrum de Maelbeek, le groupe Etterbeek Tiers-Monde, les deux magasins Oxfam, ASBL Bambou Vert, Nazca, Beltog, la Plateforme « Citoyenneté en Solidariteit, la TRESI, …) : « Mois de la Solidarité Internationale » (repas issus du commerce équitable, films-débats, conférences, échanges interculturels, expositions, etc.) ; promotion d’actions et d’événements organisés par différents partenaires (Fête « Karibu », « Fête du Monde », « Repas de la Solidarité », « Made in Dignity »…) ; participation au marché bio et du DD, à « Etterbeek Village » ; action « vêtements propres » (expositions, concours, défilés…) avec l’ASBL Bambou Vert et des enfants… „„ Mobilisation pour apporter une aide d’urgence (un budget communal est prévu) à certains pays pauvres en cas de catastrophes naturelles (Haïti

42


Diagnostic 2010) ; accueil et accompagnement de réfugiés politiques et dedemandeurs d’asiles (Service de Médiation Sociale du Contrat de Sécurité et Prévention). „„ Table Ronde Etterbeekoise de la Solidarité Internationale (TRESI) : coordination des activités des associations etterbeekoises actives dans le domaine de la coopération au développement, rôle consultatif, promotion du commerce équitable, lutte contre la pauvreté, le racisme… „„ Politique d’achat responsable : choix de produits alimentaires, produits équitables lors de vernissages, objets artisanaux ou matériel pédagogique fabriqués de manière socialement responsable et respectueuse de l’environnement (labels). Des clauses sociales et environnementales sont progressivement insérées dans les cahiers des charges de la commune, mais aussi d’autres structures communales (CPAS, centre culturel…). „„ Contact avec les antennes locales d’organisations telles qu’Amnesty International, la Ligue des Droits de l’Homme, la coordination « Extrême droite, Non merci », etc. Des pistes d’action pour aller plus loin

„„ Renforcer la promotion et les actions sur le terrain pour les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) qui prévoient l’éradication de la pauvreté d’ici 2015. Ces objectifs couvrant de nombreux domaines, le travail en transversalité entre services (para-)communaux est donc nécessaire ainsi que l’implication des citoyens et collectifs etterbeekois. Renforcer l’implication des jeunes via les associations et le Contrat de Sécurité et Prévention. Renforcer également la collaboration entre les communes bruxelloises (échanges d’expériences, soutien mutuel).

„„ Renforcer la promotion et la diffusion d’information sur le commerce équitable, les labels, la consommation responsable à l’administration communale et vers les citoyens. Réaliser une brochure rassemblant les informations relatives aux projets de la Commune et des organisations en matière de solidarité internationale. „„ Développer des actions concrètes sur le commerce équitable et les OMD en impliquant les commerces locaux. „„ Renforcer la sensibilisation sur la solidarité Internationale, les relations Nord/Sud, le commerce équitable et les OMD dans les écoles en favorisant la participation. „„ Renforcer la coopération internationale entre villes de manière à développer des réponses locales à des problèmes globaux en partenariat avec les gouvernements locaux, les communautés et les acteurs concernés. Relancer le Lien entre ville avec Essaouira (ou une autre ville). „„ Renforcer l’adhésion à l’Alliance des villes contre la pauvreté en développant des projets transversaux et participatifs.

Enjeux en termes de développement durable „„ Environnementaux : ƒƒ Conscientiser les Etterbeekois aux diverses problématiques environnementales des pays du Sud et du Nord ƒƒ Favoriser la préservation de la nature dans les pays du Sud et du Nord „„ Economiques : ƒƒ Conscientiser les Etterbeekois aux diverses problématiques économiques des pays du Sud ƒƒ Favoriser le développement économique des pays du Sud par la promotion du commerce équitable ƒƒ Lutter contre la pauvreté

43

„„ Sociaux : ƒƒ Conscientiser les Etterbeekois aux problématiques sociales, au mode et à la qualité de vie des habitants du Sud ƒƒ Soutenir la création de liens sociaux, d’échanges et de solidarités entre générations et entre territoires ƒƒ Favoriser l’éducation dans les pays du Sud ƒƒ Favoriser l’équité sociale et l’égalité entre les sexes „„ Culturels :  ƒƒ Promouvoir la diversité culturelle et l’ouverture au monde à travers diverses activités ƒƒ Développer une culture DD à Etterbeek pour favoriser les changements de comportements et les habitudes de consommation „„ Participation : ƒƒ Favoriser la collaboration entre la population, les commerçants, les associations et l’administration autour de projets sur les OMD ƒƒ Fédérer et favoriser l’implication des acteurs locaux autour de projets sur les OMD ƒƒ Favoriser la participation des divers services communaux dont les compétences sont liées aux OMD „„ Transversalité : Favoriser la transversalité entre les différents services communaux à travers l’organisation d’activité et projets liés aux OMD


“Par économie locale nous Axe 9 : entendons créer et soutenir une économie qui donne accès à l’emploi sans porter préjudice à l’environnement, développer de nouvelles filières d’insertion socio-professionnelle durables et favoriser le développement du commerce local”

Contexte Bien qu’Etterbeek affiche un taux de chômage moins élevé que l’ensemble de la Région bruxelloise (16,4% contre 19% respectivement) et que les chômeurs ont tendance à rester moins longtemps au chômage, des efforts doivent encore être fournis pour favoriser l’emploi, notamment auprès des catégories peu qualifiées et des jeunes. La Commune peut s’appuyer sur les structures d’aide à l’emploi présentes sur son territoire pour stimuler la création de nouvelles pistes d’emploi dans des secteurs émergents liés aux nouvelles technologies respectueuses de l’environnement, aux métiers verts, au tourisme durable ou à la mobilité douce. Etterbeek est une commune de classes moyennes à supérieures qui affiche un relatif éparpillement des activités économiques. La mixité des fonctions qui en résulte est une réelle richesse pour la commune. Outre la création d’un environnement favorable au maintien du commerce, les autres activités économiques sont essentiellement administratives et Etterbeek a bien su tirer parti de la reconversion de bâtiments désaffectés et de la proximité des institutions européennes (série d’investissements commerciaux partiellement tournés vers la clientèle européenne). Toutefois, les moyens sont assez limités pour accueillir des activités économiques supplémentaires sur le territoire. La Commune mise ainsi sur la redynamisation du secteur commercial, la revitalisation des quartiers commerçants en favorisant la concertation et sur la mise en avant de ses atouts touristiques.

économie locale

Etat des lieux  Ce qui est déjà en place

„„ Déclaration de politique générale 2007-2012 : ƒƒ Tourisme : s’appuyer sur la proximité des institutions européennes pour développer la capacité d’accueil et d’hébergement en créant des « chambres d’hôtes » ou « Bed & Brekfast » chez l’habitant ; création et diffusion d’une brochure d’information sur les atouts d’Etterbeek, son histoire et patrimoine, les sites à visiter, les itinéraires piétons, etc.; création dans les quartiers fort fréquentés de panneaux d’information sur leur histoire. ƒƒ Commerce : revitalisation du quartier de la Chasse en concertation avec les acteurs impliqués; redynamisation du commerce dans le piétonnier Jourdan et réaménagement participatif de la Place Jourdan. ƒƒ Emploi : inventaire régulier des offres d’emploi disponibles dans les PME et chez les indépendants ; la commune comme partenaire entrepreneur dans le cadre des Titres-Services ; faciliter l’accès à l’information auprès des demandeurs d’emploi ; organisation d’une « bourse d’emploi » pour offrir aux personnes en recherche d’emploi un forum qui puisse répondre à leurs questions ; consultation des différents partenaires quant à la faisabilité d’éventuels « job-happenings » avec possibilité de trouver des offres d’emploi et des formations ; offrir aux indépendants la possibilité de se faire connaître et d’aller à la rencontre des demandeurs et/ou de leurs collègues entrepreneurs. „„ Politique de l’emploi  ƒƒ Les acteurs : la Mission locale pour l’emploi (MLE), l’Agence Locale pour l’Emploi (ALE), le guichet unique destiné aux indépendants, le CPAS. ƒƒ Le CPAS, par le biais de la mesure Article 60, met à l’emploi chaque année près de 150 personnes, dont 40 en économie sociale, et d’autre part, remplit sa mission d’insertion socioprofessionnelle (partenariat avec ACTIRIS). Création au CPAS de sa propre Table Emploi (collaboration avec la MLE). ƒƒ Réinsertion socioprofessionnelle grâce à l’instauration de clauses sociales lors de la passation de marchés publics (recours à des chômeurs de longue durée, mise au travail de jeunes sans emploi, formation professionnelle sur chantier, etc.). ƒƒ La MLE incite les chômeurs et titulaires de l’aide sociale à suivre des formations qualifiantes et renforce les collaborations avec les partenaires de l’ALE (ONEM, ORBEM, Mission Locale, CPAS,…).

44


Diagnostic ƒƒ Action « les jeunes Etterbeekois au travail », une initiative de la MLE en collaboration avec la Commune, le CPAS, la Maison de Quartier Chambéry… : encadrement d’équipes de personnes remises au travail effectuant des travaux de rénovation, d’amélioration de l’habitat chez des personnes âgées et ménages précarisés. ƒƒ Augmentation de l’effectif des APS et organisation de formations et d’évaluations spécifiques. ƒƒ Etude de faisabilité pour la création d’un système d’approvisionnement alimentaire basé sur les circuits courts. „„ Politique du commerce ƒƒ Construction de 6.000 m² de commerces au Cours SaintMichel, extension du GB (Carrefour) et du Brico de la place du 4 août ; rénovation de la galerie du Cinquantenaire, liée au réaménagement de la rue des Tongres. ƒƒ Conseil consultatif des Classes Moyennes, dont le but est d’associer les commerçants à la vie communale et de favoriser la mixité logements/commerces. ƒƒ La Régie foncière propose des espaces commerciaux à la location ou à la vente. ƒƒ Soutien des associations de commerçants pour l’organisation de festivités (braderies, brocantes…). ƒƒ Création d’un cadastre des commerces existants et des locaux commerciaux mis sur le marché (propriétaires, loyers demandés…) qui devrait être finalisé pour l’automne 2009. ƒƒ L’action « j’achète à vélo » est relayée à Etterbeek et certains commerçants y participent. ƒƒ Marché dominical Place Jourdan et création d’un nouveau marché le samedi matin rue de Pervyse. Organisation occasionnelle de marchés à thèmes (marché médiéval, marché aux fleurs), en collaboration avec des associations, commerçants,

comités de quartiers, etc. ƒƒ Renforcement de l’attractivité des noyaux commerciaux : concentration de commerces, embellissement de l’espace public (ex : rue des Tongres), amélioration de leur accessibilité (desserte en transport en commun et rotation du stationnement). ƒƒ Une attention est portée sur le sort des espaces économiques inoccupés ou sous-utilisés (rue de la Gare, rue du Brochet) et mise en œuvre, si nécessaire, de la taxe sur les immeubles inoccupés. ƒƒ Charte du Développement durable et action « Commerces chaleureux » (voir axe n°3). ƒƒ Associations de commerçants très actives sur le territoire d’Etterbeek. Des pistes d’action pour aller plus loin

„„ Politique de l’emploi ƒƒ De manière générale, stimuler et soutenir l’emploi local ainsi que les entreprises émergentes et les « métiers verts ». ƒƒ Créer des formations pour les

45

personnes peu qualifiées et/ ou au chômage dans le secteur de l’isolation des logements. A moyen terme, créer une entreprise d’économie sociale dans ce secteur qui fournira aussi des services personnalisés à la population pour économiser l’énergie. A long terme, créer des emplois dans le secteur des énergies renouvelables. ƒƒ Créer un atelier ou une entreprise d’économie sociale de réparation de vélos afin d’encourager la mobilité douce et l’usage du vélo par la récupération et la remise en état de vieux vélos, la réparation de vélos électriques et pliables…). Valoriser ce mode de transport auprès des personnes précarisées en leur fournissant des services adaptés. Mettre en place une formation reconnue en mécaniques cycliste pour favoriser l’emploi de personnes peu qualifiées/de chômeurs dans cette filière. ƒƒ Créer un Service de l’Emploi pour renforcer la coordination entre la Commune, l’ALE, le CPAS et la MLE et centraliser ces services sur un même site. ƒƒ Renforcer l’accompagnement


ƒƒ

ƒƒ

ƒƒ ƒƒ

des jeunes en fin d’étude en identifiant de manière concertée avec les acteurs de l’emploi de nouveaux créneaux et pistes d’emploi (synergies avec le niveau régional). Action de sensibilisation sur l’esprit d’entreprendre auprès des jeunes et des femmes par la MLE. Renforcer le recours à des prestataires d’économie sociale lors de marchés publics et renforcer l’insertion et le contrôle de clauses sociales dans les cahiers des charges, par ex. pour la construction du nouvel Hôtel communal (« Réurbanisation des Jardins de la Chasse ») ou pour l’entretien des espaces verts. Développer des possibilités pour permettre aux petites sociétés d’économie sociale de soumissionner pour de gros marchés publics. Installation d’une antenne Actiris sur la Commune. Simplifier les règlements/ apporter une aide pour la création d’activités économiques sur le territoire.

„„ Politique du commerce ƒƒ Fournir des conseils personnalisés aux candidats commerçants en se basant sur les expériences tirées d’autres contrats de

ƒƒ

ƒƒ

ƒƒ

ƒƒ

ƒƒ

ƒƒ

ƒƒ

noyaux commerciaux. Réaliser un mémento à leur l’intention (législation et procédures administratives pour mettre en place un commerce) en collaboration avec l’Union des Classes Moyennes. Mettre en place une permanence juridique. Promouvoir le fait que la Régie Foncière propose des locaux commerciaux. Redynamiser et donner une identité au quartier de la Chasse, en collaboration avec ATRIUM et le Conseil consultatif des Classes Moyennes. Diversifier également l’offre des commerces en favorisant la mixité (éviter le caractère monofonctionnel). Renforcer le caractère attractif des marchés, y stimuler la vente de produits locaux et biologiques et l’adoption de pratiques respectueuses de l’environnement (guide des bonnes pratiques). Relancer le projet Commerces Chaleureux et créer un guide des bonnes pratiques pour les commerçants. Renforcer la collaboration avec les entreprises locales dans la promotion et l’application de bonnes pratiques environnementales et l’intégration de critères de durabilité. Valoriser et promouvoir l’artisanat et le « savoir-faire » local.

„„ Politique du tourisme : de manière générale, créer des liaisons entre les différents pôles attractifs du territoire, en particulier les pôles commerciaux.

Enjeux en termes de développement durable „„ Environnementaux : ƒƒ Favoriser la prise en compte de l’environnement et l’intégration du DD dans les activités des commerces et entreprises

46

ƒƒ Diminuer l’impact sur l’environnement dû à la surconsommation d’énergie chez les particuliers et dans les commerces ƒƒ Eviter la production de déchets encombrant en favorisant la récupération et la remise en état de vélos ƒƒ Favoriser une mobilité douce, notamment auprès des personnes précarisées „„ Economiques : ƒƒ Favoriser la création d’emploi et le développement de « métiers verts » et de filières technologiques vertes ƒƒ Créer une employabilité durable ƒƒ Favoriser les investissements économiseurs d’énergie ƒƒ Favoriser la création d’entreprises d’économie sociale „„ Sociaux : ƒƒ Offrir des formations de qualité aux demandeurs d’emploi de longue durée, aux personnes peu qualifiées et aux personnes précarisées ƒƒ Favoriser la réinsertion sociale et professionnelle „„ Culturels : Favoriser le développement d’une culture « développement durable » à Etterbeek „„ Transversalité : Favoriser la collaboration entre différents services communaux, la Mission Locale et le CPAS „„ Participation : Favoriser la participation des commerçants, des artisans et des entreprises à des actions en faveur du DD.


on durable ti ta n e m li a  : 0 1 e x A

“Par alimentation durable, il faut entendre la promotion d’une alimentation saine, équilibrée et de saison, en favorisant la production locale, bio et équitable, ainsi que la promotion de comportements responsables pour favoriser une production et une consommation durable” Contexte L’alimentation occupe une place importante dans le budget des ménages et a un impact direct sur notre santé mais elle est également liée à de nombreuses autres problématiques (problèmes des agriculteurs et économie locale, surconsommation, gaspillage, pollution liée aux cultures, au transport et au suremballage, impact socio-économiques sur les pays moins développés et les pays du Sud, impact socio-environnemental de l’industrie agro-alimentaire, perte de la biodiversité, etc.). Afin de faire évoluer les mentalités et de devenir des « consomm’acteurs » responsables, la sensibilisation sur ces aspects est nécessaire dans une perspective de développement durable. Bien que la Commune d’Etterbeek soit active dans ce domaine depuis quelques années déjà de nombreuses possibilités d’action existent, notamment au niveau des écoles et des personnes défavorisées. Des initiatives citoyennes telles que les GAS ou des jardins collectifs se développent peu à peu et de nombreux magasins bio et équitables s’installent progressivement, fournissant une alternative aux produits des grandes surfaces. Ces projets illustrent les possibilités de développer des réponses locales à des problèmes globaux.

Etat des lieux  Ce qui est déjà en place

„„ Création d’un Echevinat et d’un Service DD (2007) proposant des actions ponctuelles de sensibilisation et de promotion autour de l’alimentation et de la consommation durable. „„ De manière générale, les produits équitables, locaux, de saison, et idéalement bio sont préférés par la Commune pour les activités de sensibilisation et de promotion à l’alimentation durable. Renforcement de la politique d’achat : des produits durables sont utilisés pour certaines activités à l’administration communale (clauses environnementales et sociales dans les cahiers des charges) „„ A l’administration Communale : actions ponctuelles de sensibilisation à l’alimentation durable dans le cadre des « Midis 21 » ; conseils ponctuels dans la newsletter bimestrielle « Dynamic 21 » ; distribution de pommes bio aux agents communaux ; organisation de repas durables conviviaux pour l’ensemble du personnel communal à diverses occasions liées aux activités du service DD ou à l’A21L entre 2007 et 2009 à l’Hôtel communal ; organisation des « petits déjeuners équitables » pour le personnel communal une fois par an par le Service de la Solidarité Internationale. „„ Sensibilisation dans les écoles (Service Enseignement) : opération « fruits et légumes à l’école » (2004) ; opération sur l’alimentation saine et équilibrée dans les écoles communales : spectacle de marionnettes « Vitamine contre Virus » (2005), distribution d’un livre de recettes,

47


création d’une chanson (2007). Une brochure contenant des conseils a été réalisée en collaboration avec le Centre d’Enseignement Secondaire Ernest Richard. Présentation de l’action et du recueil de recettes sur le site Internet communal. Nombreux projets en collaboration avec les Services DD et Solidarité Internationale entre 2007 et 2008 avec les écoles secondaires techniques et professionnelles et des associations (promotion des légumineuses et des graines germées, visites et activités pédagogiques…). „„ Actions de sensibilisation sur le terrain : Projection du film « We feed the world » à l’Espace Senghor et dégustation « Slow food » (2007, collaboration Services DD et Solidarité Internationale, l’Asbl Karikol et le groupe Getmo) avec présence d’un “café-citoyen” (débat et échanges) et de stands d’information ; participation de la Commune à la Semaine du DD à la Maison de Quartier Chambéry (octobre 2008), à la Fête de Quartier Chambéry et à Etterbeek Village (avec calculateur d’empreinte écologique, distribution de pommes bio et sensibilisation à l’alimentation durable) ; projection du film (2008) « Réservoirs plein, assiettes vides » suivi d’un débat (lien entre les agrocarburants et leurs impacts au niveau de l’alimentation mondiale) ; action « la participation est une histoire de goût » lors de la Semaine de la Démocratie Locale en 2009 avec de nombreux partenaires (écoles et associations) ; action « sac de course réutilisable » et sensibilisation sur la consommation durable (Services Classes Moyennes et Solidarité Internationale),… „„ Deux conférences à l’Hôtel communal (2009) sur l’alimentation durable présentée par le CRIOC : « l’alimentation durable :

quels choix de consommation ? » et « les gaspillages de toute nature ». „„ Projet A21L (de cat. 2) : « les Jardins participatifs », avec création d’un verger et d’un potager collectifs. „„ Organisation de plusieurs « Café-DD » en 2006 dont un sur l’alimentation. „„ Création au sein du CCDD d’un groupe de travail « éco-consommation » : travail sur l’alimentation durable et sur les groupes d’achats collectifs. „„ Subsides Développement durable : octroyés chaque année par la Commune à des projets citoyens axés sur le DD. „„ Diffusion d’appels à projets tels que « Alimentation saine pour les groupes socialement défavorisés » (2007) par le Service DD. „„ Participation à la réalisation de la charte du RABAD « pour une alimentation durable, je m’engage à …» (2008). „„ Présence de magasins bio et équitables, de restaurants bio et de GAS, sur le territoire. „„ Distribution de paniers bio (par la ferme d’économie sociale Den Diepen Boomgaard) et restaurant social (avec repas équilibrés ou végétarien et légumes de saison) à la Maison de Quartier Chambéry. „„ Soutien du Service DD à l’action de sensibilisation concernant l’empreinte écologique organisée par la Maison Médicale du Maelbeek (2008) dans le cadre de son projet « Alimentation saine » avec une distribution de pommes bio et locales. „„ Le CPAS, via la Cellule médiations des dettes, incite également à une consommation responsable. „„ Création d’un projet communal « Commune Ferme à la Ville » (2009).

48

Des pistes d’action pour aller plus loin

„„ Créer des menus bio, voire des cantines bio, dans les crèches et les écoles etterbeekoises : impliquer l’ensemble des acteurs (élèves, cuisiniers, directeurs, enseignants et parents, Commune) ; travail sur les cahiers des charges ; etc. „„ Renforcer la présence de conseils, de liens Internet, d’adresses utiles sur l’alimentation durable sur le site Internet de la Commune. „„ Renforcer les actions d’éducation et de sensibilisation à l’alimentation saine, locale, de saison et bio dans les écoles en collaboration avec des associations ou acteurs locaux à travers des projets pédagogiques favorisant la participation du personnel des écoles. „„ Renforcer les actions concrètes de sensibilisation et d’éducation sur le terrain (et lors d’événements) concernant l’alimentation durable (ateliers cuisine, ateliers du goût, cours, visites, films, conférences, rencontres et échanges de savoirs et savoir-faire…), en partenariat avec des associations locales, des magasins bio, des commerces locaux présents à Etterbeek, et des fermes avoisinantes, etc. „„ Renforcer la présence de produits durables lors de réception et d’activités organisées par les différents services à l’Hôtel communal (travail sur les clauses environnementales dans les cahiers des charges). „„ Soutenir les GAS existants (leurs activités) et favoriser leur création à Etterbeek. „„ Organiser des marchés bio à Etterbeek durant lesquels différents services participeraient à la sensibilisation au développement durable et à l’alimentation durable. „„ Diffuser les brochures d’information de Bruxelles Environnement et d’associations sur l’alimentation


Diagnostic et les crèches afin de favoriser la bonne santé des élèves et enfants ƒƒ Favoriser la mise en valeur des métiers de cuisiniers, fermiers et agriculteurs ƒƒ Favoriser la création de liens sociaux et de solidarité, d’échanges de savoirs et de savoir-faire autour de projets sur l’alimentation durable ƒƒ Favoriser les changements de mentalité et de comportement en matière d’alimentation „„ Culturels : Favoriser le développement d’une culture DD » dans les crèches et écoles etterbeekoises, auprès des enfants et parents et de la population en générale durable lors d’événements ou d’activités. „„ Intégrer davantage les commerçants etterbeekois dans l’organisation de la « Semaine du Commerce Equitable » et créer des collaborations avec d’autres services communaux. „„ Renforcer la présence de produits équitables et durables dans les structures (para-)communales et les écoles. „„ Renforcer les liens entre aliments équitables et bio et les collaborations entre les Services Solidarité Internationale, DD et l’A21L sur l’alimentation durable. „„ Réaliser un « Guide de bonnes pratiques pour une consommation responsable »  avec des trucs et astuces, des adresses et liens utiles, etc.

Enjeux en termes de développement durable „„ Environnementaux : ƒƒ Favoriser et soutenir l’agriculture paysanne respectueuse de l’environnement et promouvoir l’alimentation durable ƒƒ Favoriser les produits locaux et de saison pour diminuer la pollution due au transport ƒƒ Lutter contre la pollution due à

l’emploi de produits chimiques (engrais, pesticides) dans l’industrie alimentaire et favoriser les modes de production respectueux de l’environnement et de l’animal ƒƒ Limiter l’impact de l’alimentation et des consommations des Etterbeekois sur l’environnement ƒƒ Favoriser la réduction des déchets liés à l’alimentation et promouvoir le compostage ƒƒ Favoriser le maintien de la biodiversité, une meilleure gestion de l’eau et des ressources naturelles „„ Economiques : ƒƒ Soutenir les agriculteurs et fermiers locaux proposant des produits durables ƒƒ Soutenir les commerces bio et équitables d’Etterbeek ƒƒ Favoriser la création d’emploi dans le secteur agricole ƒƒ Proposer et favoriser l’accès à des aliments d’excellente qualité (sains, frais et savoureux) à un prix attractif ƒƒ Renforcer le lien entre santé et alimentation durable ƒƒ Favoriser le développement de liens de solidarité entre citoyens et producteurs „„ Sociaux : ƒƒ Proposer une alimentation saine et de qualité dans les écoles

49

„„ Participation : ƒƒ Favoriser la participation du personnel des établissements scolaires et des crèches dans la démarche bio ƒƒ Favoriser la création et le maintien de groupes d’achats solidaires ƒƒ Favoriser la participation des commerces bio locaux, des associations locales et des citoyens dans les projets autour de l’alimentation durable „„ Transversalité : ƒƒ Favoriser la collaboration de plusieurs services communaux autour de projets sur l’alimentation durable auprès de différents publics ƒƒ Favoriser le travail en transversalité et la mise en réseau entre les différents partenaires et acteurs de terrain impliqués dans les thématiques autour de l’alimentation durable


“Par énergie, il faut entendre tout Axe 11 : énergie ce qui permet d’effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement. Ce bien commun regroupe des notions économiques (coût, isolation), sociales (accès équitable) et environnementales (nouvelles technologies, comportements…).”

Contexte L’énergie est une notion qui touche tout le monde au quotidien, que ce soit pour se chauffer, s’éclairer ou se déplacer. En ces temps de crise (augmentation sans précédent du prix de l’énergie due à l’épuisement des réserves d’énergies fossiles) les dépenses liées à l’énergie occupent une place importante pour les familles. Un ménage bruxellois dépense en moyenne 1600 euros par an pour payer son énergie et les premières personnes touchées par cette hausse des prix sont les familles à faibles revenus. Le secteur résidentiel représente près de 41% de la consommation énergétique bruxelloise! L’excès de consommation participe, en outre, au réchauffement climatique.

Etat des lieux  Ce qui est déjà en place

„„ Déclaration de politique générale 2007-2012 : promotion des énergies renouvelables, URE à l’Hôtel communal. „„ Création d’un Echevinat de l’Energie (2006), en accord avec la Déclaration de politique générale 2007-2012 et d’une cellule Energie. „„ Campagnes de sensibilisation sur l’URE dans le cadre du LED de l’Hôtel communal et formations pour les membres du Collèges et les agents communaux. „„ Groupe de travail « énergie » au sein du CCDD. „„ Intégration de critères énergétiques par différents services communaux : Urbanisme (normes thermiques des nouvelles constructions), Régie Foncière (techniques d’URE pour les bâtiments à construire ou rénover), Informatique (matériel performant). „„ Plan PLAGE (Plan Local d’Action pour la Gestion de l’Energie) : établissement d’un cadastre énergétique dans les 32 bâtiments communaux pour diminuer la consommation d’énergie de 30% : nouvelle chaudière à haut rendement (2008), éco-gestion des chaufferies (2009), luminaires LED, isolation des tuyauteries et bâtiments… „„ Obtention d’audits énergétiques portant sur la cogénération, l’énergie solaire et la performance énergétique du Centre des Sports, très énergivore. „„ Application de la PEB pour les bâtiments publics et privés lors de construction ou de rénovation. „„ Réalisation d’un Plan Lumière : éclairage public. „„ Actions de sensibilisation aux économies d’énergie par la Cellule Chlorophylle de la MLE. „„ Cellule Energie au CPAS : information, sensibilisation et aide aux allocataires du CPAS faisant face à des problèmes de paiement de leur facture énergétique (ex : distribution d’ampoules économiques). „„ Organisation d’une exposition-jeu pour les enfants : «L’énergie est entre nos mains» (2009). „„ Projet pilote A21L (cat. 2) en 2009-2010 «Commerces chaleureux» : sensibilisation des commerçants etterbeekois aux économies d’énergie (collaboration services DD, Classes moyennes, ATRIUM et Cellule Energie). „„ Communication régulière sur les thématiques de l’énergie vers les habitants via le site Internet, le bulletin communal mensuel (primes régionales et communales, conseils pour une URE), l’organisation de conférences depuis 2006

50


Diagnostic „„ Sociaux : ƒƒ Réduire les dépenses énergétiques via l’information et la sensibilisation chez les personnes défavorisées. ƒƒ Fournir des informations personnalisées aux Etterbeekois afin de favoriser les changements de comportements. „„ Culturels : Développer une culture « DD » à Etterbeek .

(isolation, toitures vertes, PEB, énergies renouvelables…). „„ Instauration de primes communales (2007) pour l’installation de panneaux solaires ou photovoltaïques et de toitures vertes. Des pistes d’action pour aller plus loin

„„ Mettre en place un Guichet de l’Energie : fournir des conseils personnalisés en matière d’énergie aux citoyens, assurer la sensibilisation à l’URE (éco-gestes) et l’isolation ainsi que la promotion des énergies renouvelables (conférences, expositions, visites, participation à des événements de terrain), diffusion d’outils pédagogiques, relayer des initiatives (défi Energie), informer sur les primes existantes et à long terme réaliser des bilans énergétiques chez les particuliers. „„ Diffuser l’information concernant les possibilités de remboursement à hauteur de 50% par la Région lors d’audits énergétiques. „„ Réaliser, via la mise en place d’une Eco-Team, des économies d’énergie dans l’Hôtel communal en travaillant sur les comportements des employés (éco-gestes) : sensibilisation au gaspillage et à la surconsommation.

„„ Promouvoir les groupes d’achats solidaires énergie verte et impliquer des sociétés de logements sociaux dans cette démarche. „„ Effectuer les réglages nécessaires dans le chauffoir du CPAS afin de répondre aux besoins des plus démunis à la recherche d’un endroit où se tenir au chaud durant la période hivernale. „„ Mettre en place, via la Mission Locale, des formations qualifiantes pour les chômeurs de longue durée afin d’identifier les possibilités d’action concernant l’isolation des logements chez les particuliers.

Enjeux en termes de développement durable „„ Environnementaux : ƒƒ Réduire les émissions de gaz à effet de serre et la consommation énergétique. ƒƒ Diminuer l’impact sur l’environnement dû à la surconsommation énergétique. „„ Economiques : ƒƒ Réduire la facture énergétique (habitants, collectifs, écoles, commerçants). ƒƒ Développer les filières technologiques vertes. ƒƒ Favoriser les investissements économiseurs d’énergie.

51

„„ Participation : ƒƒ Inciter les citoyens et commerçants à témoigner des bonnes pratiques en matière d’économie d’énergie. ƒƒ Favoriser la participation dans les projets liés aux économies d’énergie. „„ Transversalité : ƒƒ Favoriser la mise en réseau des commerçants sur la thématique de l’économie d’énergie (action « commerce chaleureux »). ƒƒ Favoriser la collaboration de plusieurs services communaux, la Mission Locale et le CPAS dans les projets liés auxéconomies d’énergie.


“Par actions locales pour la santé il faut entendre protéger et promouvoir la santé et le bien-être des concitoyens.”

Contexte Bien que la santé soit une compétence communautaire, la Commune assure largement son rôle de relais dans ce domaine. En moyenne, 25.5% des personnes interrogées lors de l’enquête socio-économique en 2001 à Etterbeek estimaient que leur état de santé n’était pas satisfaisant. La santé implique d’intégrer certains comportements préventifs, chez soi, sur son lieu de travail, dans les écoles, etc. Les personnes âgées, particulièrement sensibles à cette thématique, représentent une part importante de la population etterbeekoise. En outre, la commune possède un très grand nombre d’écoles sur son territoire qui constituent des acteurs privilégiés pour sensibiliser les jeunes à devenir des acteurs de leur propre santé via les pratiques sportives, une alimentation saine, etc. La Commune organise des séances d’information ciblées sur certaines maladies ou problèmes liés à la santé en collaboration avec des experts mais un certain manque de proximité sur le terrain et de coordination entre les nombreux acteurs de la santé est encore ressenti par la population.

Axe 12 : santé

Etat des lieux  Ce qui est déjà en place

„„ Déclaration de politique générale 2007-2012 : Création d’un Echevinat de la Santé ; être un relais local pour les opérations de promotion de la santé, campagnes de prévention (vaccination) et de dépistage; renforcer le lien avec les acteurs de la santé qui allient les approches sociales et médicales ; programme d’éducation à la santé par l’ensemble des écoles communales et le Service de l’Enseignement, etc. „„ Création d’un Conseil consultatif de l’aide aux Personnes Handicapées (2003). Une brochure «Handi Guide» est également disponible à la Commune. „„ Possibilité de commander au CPAS des repas équilibrés et de saison livrés à domicile. „„ Actions de sensibilisation sur la santé : à la Maison Médicale du Maelbeek, action « Vis-ta-mine » sur l’alimentation saine et équilibrée à l’école La Colombe de la Paix (en collaboration avec l’école Ernest Richard et le Service Enseignement) et réalisation d’une brochure « Vitamines contre Virus ». „„ Promotion de la santé dans les écoles par le Centre de Santé : suivi de la santé et du bien-être des enfants dans leur environnement, prophylaxie des maladies transmissibles, campagne d’information sur les allergies (pollen), et sur les moisissures, (information permanente sur le site web et exposition en 2000 dans le hall communal), etc. Les services de ce centre sont gratuits. „„ Campagne de sensibilisation sur la pollution dans les maisons : risques d’intoxication au monoxyde de carbone, les plantes allergènes, l’amiante, les accidents dus au gaz et aux incendies, etc. „„ Organisation de conférences en compagnie d’experts à l’Hôtel communal. Ces conférences sont renseignées dans la « Vie Etterbeekoise », sur le site Internet communal ainsi que dans la brochure « Allô, Docteur » (2009), qui contient aussi des informations pratiques sur les acteurs de la santé à Etterbeeek. „„ Mise à disposition par l’Administration Communale de chèques taxi et

52


Diagnostic d’un véhicule adapté pour les Etterbeekois à mobilité réduite et les personnes âgées pour bénéficier des soins santé ou chercher des médicaments dans la Région de Bruxelles-Capitale. „„ Mise en œuvre d’un Plan Canicule communal (2006) et création d’un dépliant informatif.

„„ Améliorer la visibilité des différents acteurs de la santé et des services offerts (via le site Internet de la Commune). „„ Développer des outils préventifs d’information (brochures) sur les différents dispositifs de santé à Etterbeek.

„„ Présence d’institutions et organismes de la santé à Etterbeek ainsi que de médecins, de structures paramédicales et de santé mentale, d’hôpitaux, d’associations pour les personnes âgées ou handicapées, etc.

„„ Poursuivre les cycles de conférences sur la santé à l’Hôtel communal en développant de nouvelles thématiques transversales (ex : « les graisses hydrogénées ou saturées », « l’alimentation saine », « les pollutions à l’intérieur des logements », « l’hygiène », etc.).

„„ Appels aux volontaires (2002) pour aider les personnes malades, les seniors, les personnes handicapées.

„„ Evaluer le bilan dressé par l’Observatoire de la Santé et du Social de Bruxelles-Capitale pour Etterbeek.

Des pistes d’action pour aller plus loin

„„ Améliorer la coordination entre les acteurs de terrain et la Commune : développer des actions et des outils d’information et de sensibilisation pour promouvoir durablement la santé. La Création d’une Table-Ronde de la Santé permettrait ainsi de rassembler les différents acteurs et développer des actions concertées répondant aux attentes de la population. „„ Renforcer la prévention en matière de santé dans les écoles, notamment liée aux comportements. De nombreuses collaborations entre services peuvent être envisagées : Enseignement, Santé, Environnement, Sport, Développement durable, … mais aussi des passerelles entre mouvements, associations, clubs sportifs, etc. En outre, des projets sur l’alimentation saine ou l’hygiène pourraient être mis en place dans différentes écoles. „„ Renforcer les projets spécifiques sur la santé concernant les personnes fragilisées, les personnes handicapées et les séniors.

„„ Diminuer les nuisances liées au bruit, particulièrement dans les zones commerçantes, le secteur HORECA et les zones de chantier en renforçant la sensibilisation et les contrôles. „„ Renforcer l’information sur la pollution de l’air et ses effets sur la santé (les particules fines émises par les pots d’échappements entraînent les décès prématurés de 1100 bruxellois par an !) „„ Renforcer l’encadrement à domicile pour les personnes dépendantes et les services à domicile la nuit et les week-ends. „„ Encourager la population à recourir aux soins de première ligne.

Enjeux en termes de développement durable „„ Environnementaux : ƒƒ Favoriser la préservation et la protection de l’environnement en promouvant une alimentation saine, équilibrée et responsable auprès des Etterbeekois et dans les écoles. ƒƒ Favoriser la prise de conscience entre santé et environnement. „„ Economiques : ƒƒ Diminuer les dépenses liées à

53

la santé en favorisant la prévention, l’alimentation saine, les pratiques sportives et l’hygiène. ƒƒ Diminuer les coûts liés aux actions de prévention pour les acteurs de la santé via la mise en réseau des différents acteurs (projets communs). ƒƒ Réduire la charge des soins de santé et les coûts sociaux de la maladie et du mal-être. ƒƒ Renforcer le soutien à l’agriculture locale et biologique et favoriser son développement. „„ Sociaux : ƒƒ Renforcer et créer du lien social et de la solidarité entre les différentes catégories de la population autour de la santé. ƒƒ Développer les services de proximité liés à la santé pour les personnes précarisées, handicapées et les seniors. ƒƒ Améliorer l’état de santé, la qualité de vie et le bien être de la population. ƒƒ Favoriser une meilleure santé chez les jeunes et les enfants en développant une éducation à la santé dans les crèches et les écoles. „„ Culturels : ƒƒ Favoriser les échanges culturels autour de la santé. ƒƒ Favoriser le développement d’une « culture santé » et d’une « culture DD ». „„ Participation : ƒƒ Favoriser la participation des différents acteurs de la santé autour de projets communs. ƒƒ Favoriser la participation de la population, des associations et des écoles autour de projets sur la santé. „„ Transversalité : ƒƒ Favoriser les collaborations entre services communaux dont les activités sont liées à la santé. ƒƒ Favoriser les collaborations et la mise en réseau des acteurs de la santé à Etterbeek.


on Axe 13 : participati

“Par participation nous entendons favoriser la démocratie participative dans le cadre des processus décisionnels et favoriser les initiatives citoyennes cohérentes avec la politique communale”

Contexte En matière de gouvernance, les pratiques participatives sont recommandées pour assurer un développement durable à long terme d’une commune. La mise en place d’un Agenda 21 local à Etterbeek ne peut, par définition, se faire sans la participation des citoyens et collectifs etterbeekois. Etterbeek a été l’une des premières communes bruxelloises à se lancer dans la réalisation d’un A21L, mais la sensibilisation et l’information à grande échelle doivent se poursuivre afin de favoriser la participation de toute la population. Ce n’est donc pas un hasard si la participation a été définie comme une compétence à part entière durant la législature 2007-2012.

Etat des lieux  Ce qui est déjà en place

„„ Déclaration de politique générale 2007-2012 : sensibilisation sur l’A21L ; promotion et information sur les processus participatifs ; associer des acteurs de la société civile aux activités de la Commune ; s’appuyer sur le CCDD pour apporter un soutien et une vision durable aux projets de la Commune. „„ Consultation de la population sur la fonctionnalité des espaces publics dans les projets urbanistiques et d’aménagement du territoire (parcs, places…). Des soirées d’information sont aussi organisées. „„ Organisation d’Ateliers participatifs pour le réaménagement de la Place Jourdan (2008). „„ Organisation de soirées participatives par quartiers en collaboration avec la police où les citoyens expriment leurs problèmes et attentes. „„ Six Comités de Quartier existent à Etterbeek, certains étant très actifs. „„ Mise en place de nombreux Conseils consultatifs (CC) : Mobilité, Classes Moyennes, Affaires Européennes, Développement durable, Jeunesse, Solidarité Internationale, Personne Handicapée, Egalité femmes-hommes. „„ Renforcement de l’information : mensuel « la Vie Etterbeekoise », distribué en toutes-boîtes, site Internet communal constamment actualisé et proposant de nombreux documents. Création d’une plateforme Irisbox (administration en ligne) et d’un blog communal.

54


Diagnostic „„ Mise en place d’un Agenda 21 local, un outil participatif pour faire d’Etterbeek une commune plus durable. Organisation d’Ateliers participatifs (2009). Création d’outils de sensibilisation interne (newsletter « Dynamic 21 » et midis thématiques « Midis 21 »). Mise en place de projets participatifs (« les Jardins Participatifs » et « Commerces Chaleureux »). „„ Mise en place de la Charte du Développement durable pour les collectifs etterbeekois. „„ De nombreux acteurs de terrain et notamment les associations stimulent fortement la participation et sont des relais majeurs pour la diffusion d’information. De même pour le Programme de Cohésion Social, notamment à travers la Plateforme Citoyenneté & Solidariteit et pour le Contrat de Sécurité et Prévention. „„ Mise à disposition de salles communales pour les particuliers, groupes de citoyens ou associations. Certaines associations mettent aussi à disposition des salles (Maison de Quartier Chambéry).

centraliser et diffuser des informations, pour répondre aux attentes des acteurs de terrain et des associations. „„ Créer un Service de la Participation et un plan communal global de participation. „„ Favoriser le développement d’initiatives et de projets citoyens (les quartiers durables, les projets « quartiers verts », etc.). „„ Renforcer l’implication des citoyens et collectifs etterbeekois dans l’A21L par la mise en place d’un organe participatif autour de l’A21L afin de le dynamiser. Cet organe permettrait en outre de favoriser la coordination et la transversalité entre les services (para-)communaux et les acteurs de terrain et de mobiliser les citoyens, associations, conseils consultatifs, etc. „„ Créer un Conseil consultatif (CC) pour les Aînés et redynamiser les CC moins actifs. „„ Faire du projet urbanistique des « Jardins de la Chasse » un modèle en termes de participation. Relancer le projet « Commerces Chaleureux ».

„„ Possibilité d’interpeller le Conseil communal.

„„ Insister sur les aspects « durabilité » lors des réunions d’information pour les nouveaux habitants.

Des pistes d’action pour aller plus loin

Enjeux en termes de développement durable

„„ Favoriser la création et la pérennisation des comités de quartier. Beaucoup de comités de quartiers se créent pour réagir à un problème spécifique ou pour des projets ponctuels mais peu perdurent. Développer une vision à long terme permettrait de stimuler la participation à travers des discussions de concertation, et un investissement dans des projets de plus longue haleine. „„ Créer un espace dédié à la participation citoyenne, telle qu’une Maison de la Participation, pour

„„ Environnementaux : ƒƒ Limiter l’impact sur l’environnement lors de la mise en œuvre des actions de l’A21L. ƒƒ Favoriser le développement de projets à caractères environnementaux. ƒƒ Améliorer et valoriser le cadre de vie des quartiers. „„ Economiques : ƒƒ Favoriser les acteurs économiques locaux et leur implication lors de la mise en place des actions de l’A21L. ƒƒ Favoriser le développement de

55

projets citoyens bénéfiques à l’économie locale. „„ Sociaux : ƒƒ Développer et renforcer les liens sociaux, la dynamique et la cohésion sociale dans les quartiers via l’animation du quartier, l’information, le débat et l’organisation de manifestations. ƒƒ Restaurer la confiance des habitants sur leur capacité à être des acteurs dans leur quartier. ƒƒ Renforcer les liens de proximité entre les citoyens et les élus locaux. ƒƒ Renforcer les liens sociaux entre les citoyens et collectifs etterbeekois. „„ Culturels : ƒƒ Favoriser le développement d’une culture « DD » à Etterbeek. ƒƒ Favoriser la dimension multiculturelle dans les projets A21L et dans les actions menées par les Comités de Quartier. „„ Participation : ƒƒ Inciter les citoyens et collectifs etterbeekois à s’engager activement pour un développement durable de leur commune. ƒƒ Impliquer les citoyens et les différents acteurs concernés par les actions de l’A21L et les projets de la commune. ƒƒ Mobiliser les habitants lorsque des événements se déroulent dans leur quartier. „„ Transversalité : ƒƒ Favoriser les collaborations entre les nombreux services communaux et partenaires extérieurs dans les actions de l’A21L et dans les projets citoyens. ƒƒ Favoriser la mise en réseau des collectifs et habitants concernés par le DD, l’A21L et les projets citoyens.


ociale Axe 14 : cohésion s

“Par cohésion sociale, il faut entendre la volonté d’unir les citoyens par des valeurs et des règles de vie communes, acceptées par tous et de développer des valeurs de solidarité et d’intégration à travers des buts communs.”

Etat des lieux  Ce qui est déjà en place

Contexte En 2008, la population etterbeekoise a atteint 42.902 habitants. La population etterbeekoise est globalement plus âgée, contient plus de ménages d’une personne, de ménages sans enfant, de familles monoparentales (surtout dans les quartiers de logements sociaux) que l’ensemble de la région bruxelloise. De plus, 37.8% de la population est de nationalité non belge et est, de part la proximité des institutions européennes, pour 59.9% originaire des 15 pays membres de l’Union Européenne (ce qui illustre la grande diversité culturelle d’Etterbeek). Cependant, la commune est confrontée à un renouvellement important de la population et à une certaine difficulté à attirer les familles sur son territoire. La proportion de la population qui vit d’un revenu minimum d’insertion ou d’une allocation de remplacement est plus basse à Etterbeek que dans l’ensemble de la région (un huitième de la population active et un jeune sur sept vit d’une allocation de remplacement). Etterbeek est une commune de classes moyennes à supérieures avec beaucoup d’actifs. Une disparité s’observe cependant entre certains quartiers, entraînant une dualisation de la commune qui se reflète également au niveau

urbanistique (rues moins aérées, moins vertes…). Un renforcement de la mixité sociale permettrait de lutter à la fois contre « l’appauvrissement » de certains quartiers et contre la gentrification d’autres quartiers. Toutefois, malgré la diversité culturelle et de revenus dans certains quartiers, la cohabitation demeure relativement sereine. Le Programme de Cohésion Sociale et les nombreuses associations partenaires, ainsi que le Contrat de Sécurité et Prévention et les agents de prévention effectuent depuis plusieurs années un travail de terrain considérable pour favoriser la cohésion sociale et la sécurité. Les jeunes constituent un point d’attention particulier d’autant qu’Etterbeek possède le plus grand nombre d’élèves sur son territoire. Cependant, de nombreuses personnes déplorent le manque d’activités et de lieux de rencontre adaptés à Etterbeek. La cohésion sociale touche de nombreux domaines et les actions sociales mises en place à Etterbeek s’adressent à toutes les catégories de la population : personnes démunies, handicapées, à mobilité réduite, les jeunes, les seniors, les sportifs, les personnes issues de l’immigration, etc. Cette cohésion pourrait toutefois être renforcée en développant l’aspect participatif et la coordination entre les différents acteurs de terrain et la Commune.

56

„„ Déclaration de politique générale 2007-2012 : Programme de Cohésion Sociale : développer et soutenir des actions de prévention de manière cohérente et transversale ; suivre les réflexions des groupes de travail ; favoriser la cohabitation; mettre en place des espaces de rencontres, de réflexion et de convivialité avec le monde associatif ; soutenir et pérenniser les associations travaillant sur la cohésion sociale et les thématiques liées ; favoriser la participation dans les quartiers ; coordonner les actions des partenaires de terrain et favoriser le travail en réseau ; création d’un site Internet qui reprend le Guide Social comprenant l’ensemble des organismes présents sur la commune ainsi que les différents partenariats développés ; mise en place de groupes de réflexion pour la coordination des écoles de


Diagnostic devoirs et pour les fêtes de quartiers ; Plate-forme « Citoyenneté en Solidariteit » en collaboration avec divers partenaires sociaux pour mener un travail préventif de réflexion et d’action, en collaboration avec divers partenaires sociaux, sur la citoyenneté, la démocratie, la tolérance, le respect de l’autre. „„ Echevinats et services communaux : Cohésion Sociale, Action sociale, Politique d’insertions sociale et professionnelle, Emploi, Egalité des Chances, Sport, Animation, Jeunesse, Participation, Sport… „„ Politique d’engagement de la Commune : insertion sociale, personnes à mobilité réduite etc. Adoption par la Commune de la Charte Sociale en 1997. „„ Le Programme de Cohésion Sociale (PCS) a permis une professionnalisation du secteur associatif. Les associations partenaires sont : Samarcande, l’école des jeunes du Royal Racing Club, le Centre de Guidance, le Centre Psycho-Etterbeek, la Maison des Jeunes, Welcome Babbelkot, la Maison Chambéry,… „„ Exemples d’activités : Rencontres dans les parcs d’Etterbeek avec des associations, écoles ou dispositifs communaux pour s’informer et créer des synergies ;

les « Pics Nic » ; l’événement annuel« les Rencontres d’Etterbeek » ; plateforme «Citoyenneté en Solidariteit» et création d’un groupe de travail qui a mis en place un projet de discussion sur la place Saint-Antoine (2008). „„ Contrat de Sécurité et Prévention : il travaille sur différents volets liés à la (socio-) prévention et la sécurité : animations de rues (activités sportives et culturelles) pour les jeunes ; maison de la prévention ; médiation sociale ; médiation scolaire et cellule de veille ; service des mesures judiciaires alternatives (SEMJA) ; stewards de nuits, APS, gardiens de parcs ; campagnes de prévention ; etc. „„ Réunion annuelle de concertation locale en présence des différents acteurs communaux, de l’Echevin de la Cohésion Sociale et du monde associatif. „„ Associations : actions vers le public fragilisé (alphabétisation et français langue étrangère, soutien scolaire, défense des droits de l’homme, lutte contre la fracture numérique, etc.) ; travail communautaire et d’éducation permanente (sensibilisation à la question du genre, éducation à la santé, échanges de savoirs...) avec soutien financier et mise en réseau par le PCS ; Maison de Quartier

Chambéry : activités pour différents publics (jeunes, personnes isolées et/ou précarisées), restaurant social, école des devoirs, projets intergénérationnels, etc. ; Samarcande : Service d’Aide aux Jeunes en Milieu Ouvert pour les 9 à 18 ans ; L’Aile (sur le site du Fort de Boncelles) et l’Aigle (sur le site du Rolin) gérées et administrées par des habitants du quartier, proposent des activités à destination des adultes (alphabétisation, (re)mise à niveau en français) et des enfants (un animateur a été engagé à destination des jeunes), etc. „„ Le CPAS dispose d’une cellule 18/24 qui fournit un accueil en première ligne au niveau de l’aide légale, sociale, financière, matérielle, psychologique, pour les moins de 25 ans, par le biais d’un projet individualisé d’intégration sociale. La Cellule Secours fournit ces mêmes services pour les plus de 25 ans. Le CPAS est également actif en matière de médiation de dettes, logement, insertion socioprofessionnelle, emploi, formation, culture (Article 27 et Cultuur Waardebon pour personnes défavorisées), consultation juridique, aide aux seniors, etc. „„ Service de Médiation sociale et scolaire : service d’aide sociale de première ligne (conseils et orientations), à l’Hôtel communal et au Contrat de Sécurité et Prévention. „„ Projet de Cohésion Sociale dans les logements sociaux de Rolin et du Fort de Boncelles, en partenariat avec les sociétés immobilières, des associations, les CoColos, Logement et Harmonie Sociale et la Commune. Il a pour objet de résoudre les conflits entre les locataires des logements sociaux et entre les locataires et leur société de logement, de créer une dynamique collective (tolérance, solidarité) via des activités interculturelles et intergénérationnelles, telles que les fêtes de quartiers, et de soutenir les jeunes en difficulté.

57


„„ Pour les personnes handicapées : Handi Plus ASBL (travail sur le changement des « a priori »), Vademecum de la personne handicapée (Handi Guide), chèques-taxi et service de transport avec véhicule adapté, carte de stationnement, allocations. Les Services des Affaires Sociales et Animation sont aussi à disposition. „„ Pour les jeunes : Maison des Enfants ASBL (0 à 12 ans) avec ludothèque, espace famille, aide aux devoirs, jeux divers, etc. ; Maison de Jeunes la Clef ASBL (12 à 26 ans) qui organise de nombreuses activités socioculturelles, sportives, de création, et qui favorise le développement d’une citoyenneté active et responsable. La Commune diffuse des informations sur les clubs et mouvements de jeunesse, octroie des chèques-sports pour les familles à faibles revenus et va élaborer un Plan Jeunesse en concertation avec d’autres compétences (sport, action sociale, le Programme de Cohésion Sociale). Un journal communal destiné aux jeunes («Salut les jeunes») a été édité par le Service des Sports et de la Jeunesse, mais il n’est actuellement plus publié. „„ Pour les seniors : nombreuses maisons de repos, centres d’accueil, clubs, associations.

Etterbeek est commune pilote pour des services à domicile aux seniors. Création d’un dépliant reprenant les services et activités pour les seniors ; création d’un habitat groupé participatif, la Maison Abbeyfield (« Entre Voisins »), qui promeut le bien-être, la dignité et l’autonomie (autogestion) des aînés. L’association Jardins du Béguinage mène des opérations de soutien à domicile pour les personnes âgées dans un habitat groupé participatif (cité Jouët-Rey). „„ Participation à la Fête des Voisins : organisation de nombreuses activités citoyennes. „„ Infrastructures sportives (centre sportif, piscine, terrains de sport, stade) et culturelles (bibliothèques, théâtres, centres culturels). „„ Répression et prévention : mise en place d’amendes administratives pour sanctionner les actes de malpropreté ou autres infractions et incivilités. Augmentation du nombre de caméras de surveillance dans les noyaux commerciaux ainsi que dans certains lieux qualifiés de « sensibles ». „„ Projet des Jardins Participatifs : développement de l’aspect social via la participation des riverains du site et d’une dizaine d’associations

58

locales dont plusieurs travaillent avec des publics fragilisés. „„ Lutte contre la violence : organisation d’une semaine annuelle de sensibilisation à la violence faite aux femmes et d’activités dans le cadre de la Journée Internationale de la Femme par le biais d’activités grand public (projections de films, théâtre, expositions, conférences, débats,…) ; organisation de formations à l’autodéfense par l’ASBL Garance pour les femmes de 55 ans et plus désireuses de développer des attitudes et des comportements de prévention ; dépliant informatif «Etterbeek dit stop à la violence entre partenaires», activités de prévention (CSP, PCS…). „„ Présence de lieux et places conviviales : Les rues Baron Dhanis et Commandant Ponthier, les places Saint-Antoine, Jourdan, Van Meyel, la place et la plaine de jeux du Rinsdelle, etc. „„ Education : 18 écoles sur le territoire, plusieurs prégardiennats, 4 établissements d’enseignement primaire, un établissement d’enseignement spécial, une école technique, un institut de formation continue et deux académies. Une attention particulière est réservée à l’accueil des parents, aux liens entre l’école et le monde associatif, aux actions novatrices, à


Diagnostic la sélection du personnel et à la pérennité de certaines actions et collaborations. „„ Voir également axes n°9 (Emploi), n°7 (Culture), n°14 (Participation) et n°12 (Santé). Des pistes d’action pour aller plus loin

„„ Créer une structure de concertation et de coordination, notamment avec le PCS, le CSP, la police, les services communaux et le monde associatif pour favoriser les rencontres et les échanges (communication) et permettre de monter des projets communs cohérents (surtout au niveau de la sécurité : concilier prévention et répression) avec le travail des différents acteurs de terrain et la Commune pour une meilleure efficacité. „„ Renforcer la prévention et la présence d’agents de prévention dans certains lieux d’Etterbeek, souvent théâtre de conflits et de délinquance. Renforcer également la lutte contre les actes d’incivilité par la prévention mais également par des sanctions administratives.

„„ Créer un Conseil consultatif de la Jeunesse et favoriser l’implication des jeunes dans les projets de la Commune. „„ Renforcer le contact entre la Commune et les jeunes, notamment via le CSP (organisation d’activités) et les agents de prévention (dialogue) afin de restaurer le sentiment de confiance et de sécurité dans certains quartiers. „„ Elaborer un Plan Jeunesse, en partenariat avec le PCS et ses partenaires de terrain intégrant différents aspects tels que la culture, le sport, l’action sociale, la prévention, etc. „„ Créer un Plan Local de l’Egalité des Chances intégrant notamment des kits d’animation pédagogiques sur ce thème pour les écoles et les mouvements de jeunesse (concours, expositions…) „„ Développer un Service d’Aide Administrative à la Commune. „„ Mettre à disposition des locaux et des infrastructures nécessaires à l’organisation d’activités par et pour les jeunes afin de permettre l’expression artistiques des jeunes talents etterbeekois. Mettre également à disposition plus de salles communales (ou via

les associations locales) pour les citoyens, groupes de citoyens et associations locales (la demande dépasse l’offre). „„ Création d’une AMO supplémentaire avec l’ASBL Logement et Harmonie Sociale : s’adresser aux jeunes via un accompagnement individualisé dans la participation à des projets collectifs et communautaires avec les CoCoLos (plantation sur les façades des logements sociaux, ramassage des papiers, petites techniques visant à réduire les factures énergétiques). „„ Poursuivre et développer le dialogue et les actions de cohésion sociale vers les logements sociaux. „„ Accorder de nouveaux moyens au Bureau d’Aide aux Victimes et mieux informer le public quant à l’aide offerte. „„ Inciter à la mise en place d’activités citoyennes dans l’espace public pour favoriser les rencontres. Permettre la mise à disposition de certaines rues pour accueillir par exemple des jeux pour les enfants durant les vacances scolaires. Créer également des festivals ou événements dans l’espace public, notamment à destination des jeunes et des différents ressortissants européens présents sur le territoire et à proximité. „„ Développer un aménagement participatif des petits bouts de voiries, squares et petites places de manière à en faire des lieux de rencontre conviviaux pour les jeunes et les familles (y inclure les infrastructures : bancs, bacs à fleurs, panneaux didactiques, poubelles, etc.). „„ Améliorer la visibilité des parcs et îlots verts souvent peu visibles ou méconnus, via installation de grands panneaux indicateurs à proximité de ces parcs et sur la voie publique. Renforcer la convivialité de ces espaces par certains

59


aménagements (aires de jeux pour les enfants, aires « de calme » pour la lecture, etc.) „„ Développer davantage de projets intergénérationnels et interculturels afin de diminuer le sentiment de solitude chez les seniors et favoriser la mixité sociale. „„ Mettre en place un bureau d’information et d’accueil à destination des ressortissants de l’Union Européenne résidants à Etterbeek et créer une page Internet sur le site Internet de la Commune rassemblant toutes les informations utiles (activités, écoles et crèches, commerces, etc.). Impliquer les agences immobilières et propriétaires qui louent des logements au personnel des institutions européennes. „„ Intégrer davantage le DD dans les actions, activités et événements autour de la cohésion sociale, notamment auprès des jeunes et des personnes défavorisées (par exemple, dans les logements sociaux). „„ Améliorer l’accessibilité, notamment financière, aux infrastructures sportives pour les faibles revenus et diffuser les services et les offres qui y sont liées ; maintenir les terrains publics de jeux et de sports à Etterbeek et développer d’autres infrastructures sportives ; développer des facilités ou incitants de manière à promouvoir les activités sportives chez les femmes. „„ Prévoir plus de lits et de maisons de repos en prévision de l’augmentation du nombre de personnes âgées (et de la prochaine disparition du Home Jourdan). „„ Diffuser de l’information concernant les SDF, leurs problèmes et leurs besoins. „„ Redynamiser le quartier des Casernes. „„ Offrir des leçons de code de la route aux écoles primaires et mener des campagnes de prévention en collaboration avec l’IBSR.

Enjeux en termes de développement durable „„ Environnementaux : ƒƒ Favoriser les comportements respectueux de l’environnement dans les lieux publics et lors d’activités ou d’événements sur le territoire. ƒƒ Renforcer la sensibilisation au développement durable lors d’activités dans l’espace public. ƒƒ Encourager l’intégration du développement durable et du respect de l’environnement dans des projets autour de la cohésion sociale. ƒƒ Encourager le développement de projets collectifs et participatifs liés à l’environnement. „„ Economiques : ƒƒ Favoriser le développement et le maintient du commerce local de proximité en créant des zones de convivialité à proximité de ces commerces. ƒƒ Favoriser l’économie locale en attirant des visiteurs via l’amélioration de la visibilité et de l’attractivité des parcs et l’organisation d’événements culturels et interculturels. „„ Sociaux : ƒƒ Encourager la mixité sociale. ƒƒ Favoriser le bien-être de tous et le « mieux vivre ensemble ». ƒƒ Favoriser l’éco-citoyenneté et le civisme dans l’espace public et lors d’activités ou d’événements. ƒƒ Favoriser le respect de l’autre. ƒƒ Favoriser l’établissement de liens sociaux interculturels et intergénérationnels. ƒƒ Favoriser la prévention et le dialogue à la répression lors de « conflits ». ƒƒ Favoriser la solidarité interculturelle et intergénérationnelle via l’établissement de projets. ƒƒ Renforcer le sentiment de sécurité dans certains lieux. ƒƒ Renforcer la sensibilisation sur les problèmes d’isolement des seniors. ƒƒ Renforcer le sentiment

60

d’appartenance à la commune auprès des jeunes, notamment à travers la connaissance de l’administration et de ses services et restaurer la confiance réciproque entre les habitants et la Commune. „„ Culturels : ƒƒ Favoriser les activités culturelles et interculturelles dans l’espace public. ƒƒ Favoriser la découverte des cultures des Etterbeekois. ƒƒ Favoriser le développement d’une culture « développement durable » à Etterbeek. „„ Participation : ƒƒ Favoriser la participation des services communaux, des structures préventives et répressives, des associations et citoyens dans les projets et activités autour de la cohésion sociale. ƒƒ Améliorer la concertation entre les structures impliquées et liées à la cohésion sociale. ƒƒ Développer la participation citoyenne lors d’activités ou d’événements organisés par la Commune. ƒƒ Encourager la participation à des réunions de concertation et de consultation sur l’aménagement ou le réaménagement de certains lieux publics. ƒƒ Encourager le développement de projets et d’activités intergénérationnelles et interculturelles d’origine citoyenne dans l’espace public. „„ Transversalité : ƒƒ Favoriser le travail en transversalité entre les structures répressives et préventives pour une meilleure coordination et efficacité sur le terrain. ƒƒ Favoriser les collaborations entre plusieurs services communaux dans les projets de cohésion sociale. ƒƒ Favoriser les collaborations et la coordination entre les services (para-)communaux et le monde associatif


s f i t c e j b O

61


L’établissement d’un diagnostic du territoire d’Etterbeek a permis de mettre en évidence certaines faiblesses et problématiques sur lesquelles il est important de se focaliser dans une optique d’un développement plus durable de la commune. Mais ce diagnostic a également permis de dégager des pistes de solutions qui ont été regroupées en axes ou thématiques. Pour chacun de ces 14 axes, un ou plusieurs objectifs à atteindre leur ont été associés afin de répondre à ces différentes faiblesses. Remarque : Les « objectifs généraux » sont vastes et englobants, les objectifs spécifiques, sous-jacents à ces derniers, sont plus ciblés.

Objectifs Axe 1 : Mobilité Objectif général

Favoriser une mobilité douce et durable pour tous Favoriser une mobilité douce et durable pour les agents communaux Favoriser une mobilité douce et durable pour les déplacements scolaires

Objectifs spécifiques

Favoriser une mobilité douce et durable pour les employés d’entreprises Favoriser les déplacements cyclistes et l’utilisation du vélo

Objectif Axe 2 : Gouvernance Objectif général

Assurer une bonne gouvernance à Etterbeek et à l’administration communale

Objectif spécifique

Créer un outil d’aide à la décision pour le Collège afin de favoriser la prise en compte du développement durable

Objectifs Axe 3 : Gestion durable Objectif général

Favoriser une gestion plus durable dans les structures communales Améliorer les performances environnementales de l’Hôtel communal

Objectifs spécifiques

Améliorer la gestion de l’eau dans les bâtiments communaux Favoriser une consommation responsable à l’Administration Communale et stimuler l’achat de produits écologiques et équitables

Objectifs Axe 4 : Urbanisme / logement Objectif général

Améliorer la prise en compte du développement durable au niveau urbanistique

Objectif spécifique

Renforcer les critères de durabilité dans les prescriptions urbanistiques

Objectif général

Augmenter le potentiel et la qualité des logements

Objectifs spécifiques

Valoriser l’expertise de l’Observatoire du Logement Lutter contre la présence de logements laissés vacants

62


Objectifs Objectif Axe 5 : Espaces verts et biodiversité Objectif général

Objectifs spécifiques

Favoriser la préservation et le développement des espaces verts, de la nature en ville et de la biodiversité Développer un projet illustrant les possibilités d’actions au niveau du jardinage en milieu urbain et favorisant la biodiversité Encourager la présence de la nature à Etterbeek

Objectif Axe 6 : Propreté publique / gestion des déchets Objectif général

Rendre Etterbeek plus propre, réduire les déchets et améliorer leur gestion Améliorer la gestion des déchets sur le territoire communal Encourager et améliorer le tri des déchets

Objectifs spécifiques

Diminuer la quantité de déchets produits Développer des outils de sensibilisation adaptés à différents publics sur la gestion des déchets et la propreté publique

Objectif Axe 7 : Culture Objectif général

Développer une ambiance culturelle accessible à tous à Etterbeek Mettre en valeur les artistes, les artisans et le savoir-faire etterbeekois

Objectifs spécifiques

Mettre en valeur les talents des jeunes etterbeekois Mettre en valeur le caractère multiculturel et la dimension européenne d’Etterbeek

Objectif Axe 8 : Solidarité internationale Objectif général

Encourager la solidarité internationale

Objectif spécifique

Favoriser les comportements solidaires et conscientiser les Etterbeekois comme étant des « citoyens du monde »

Objectifs Axe 9 : Economie locale Objectif général

Objectifs spécifiques

Encourager le développement de l’économie locale et la création d’emploi dans les secteurs émergents Stimuler l’emploi et l’établissement de nouvelles entreprises d’économie sociale dans les filières liées à l’énergie Stimuler l’emploi dans les filières liées à la mobilité douce et la mise en place d’ateliers de réparation de vélos

63


Objectif Axe 10 : Alimentation durable Objectif général

Promouvoir les modes d’alimentation et de consommation durables Promouvoir l’alimentation bio locale et de saison auprès des Etterbeekois

Objectifs spécifiques

Sensibiliser les Etterbeekois et les agents communaux à l’alimentation durable Promouvoir l’alimentation durable dans les écoles et les crèches etterbeekoises

Objectif Axe 11 : Energie Objectif général

Favoriser les économies d’énergie chez les Etterbeekois

Objectif spécifique

Informer, sensibiliser et conseiller les habitants et collectifs etterbeekois en matière d’économie d’énergie

Objectif Axe 12 : Santé Objectif général

Intégrer les aspects « santé » au quotidien de la vie des Etterbeekois Renforcer l’intégration des aspects « santé » dans les écoles et les crèches

Objectifs spécifiques

Renforcer la coordination entre l’Echevinat de la Santé et les acteurs de terrain

Objectifs Axe 13 : Participation Objectif général

Objectifs spécifiques

Encourager une participation active des citoyens et collectifs etterbeekois Favoriser l’implication des citoyens et collectifs etterbeekois dans la vie de leur commune et dans ses projets Favoriser l’implication des citoyens et collectifs etterbeekois dans l’A21L

Objectifs Axe 14 : Cohésion sociale Objectif général

Encourager le « vivre ensemble » dans les quartiers etterbeekois Favoriser les rencontres et les activités dans les lieux publics

Objectifs spécifiques

Renforcer la concertation entre les acteurs impliqués dans le domaine de la cohésion sociale et la coordination de leurs actions

64


n o i t c a ’ d Plan L’énorme travail d’état des lieux et de formulation d’objectifs que le lecteur a pu découvrir dans les pages qui précèdent, n’a de valeur que s’il débouche sur de l’action concrète. Voici donc le Plan d’action dont Etterbeek s’est doté. Il est le fruit d’une somme incalculable d’échanges transversaux tant avec des habitants ou des associations (via les Ateliers participatifs) qu’avec les différents échevinats et services communaux ou para-communaux. Il comprend 45 fiches-actions détaillées qui représentent un engagement réel de la commune pour les années à venir.

65


AXE 1 : MOBILITé Fiche 1 Renforcer le Plan de Déplacement d’Entreprise (PDE) de l’Administration 

69

Fiche 2 Mettre en place des Plans de Déplacements Scolaires (PDS) 

71

Fiche 3 Promouvoir les Plans de Déplacements d’Entreprises (PDE) 

73

Fiche 4 Renforcer la sécurité et la praticité des déplacements cyclistes

75

AXE 2 : GOUVERNANCE Fiche 5 Elaborer une grille d’analyse développement durable pour les nouveaux projets de la Commune

77

AXE 3 : GESTION DURABLE Fiche 6 Renouveler le label «Entreprise Eco-Dynamique» de l’Hôtel communal 

79

Fiche 7 Mettre en place une Eco-Team à l’Hôtel communal

81

Fiche 8 Installer des citernes de récupération d’eau de pluie 

83

Fiche 9 Généraliser l’application de clauses environnementales, sociales et éthiques dans les cahiers des charges

85

Fiche 10 Redynamiser la «Charte du Développement durable»

87

Fiche 11 Stimuler les entreprises/institutions/organismes à s’engager dans des processus durables 

89

AXE 4 : URBANISME / LOGEMENT Fiche 12 Promouvoir l’Observatoire du Logement

91

Fiche 13 Elaborer un Règlement Communal d’Urbanisme (RCU) durable 

93

Fiche 14 Réhabiliter les logements au-dessus des commerces

95

AXE 5 : ESPACES VERTS ET BIODIVERSITé Fiche 15 Poursuivre le développement des Jardins Participatifs 

97

Fiche 16 Encourager la verdurisation des façades, terrasses, balcons, cours et jardins 

99

66


n o i t c a ’ d Plan AXE 6 : PROPRETé PUBLIQUE / GESTION DES DéCHETS Fiche 17 Créer un « Plan Déchets Communal »

101

Fiche 18 Expérimenter l’installation de poubelles sélectives

103

Fiche 19 Promouvoir le compostage collectif de quartier

105

Fiche 20 Promouvoir les langes lavables 

107

Fiche 21 Créer et diffuser un « Guide des déchets et de la propreté »

109

Fiche 22 Renforcer le contrôle des dépôts clandestins

111

Fiche 23 Réaliser une vidéo éducative sur la propreté publique et la gestion des déchets

113

Fiche 24 Renforcer la sensibilisation sur le tri et la gestion des déchets dans les logements sociaux

115

Fiche 25 Renforcer l’éducation en matière de respect de la propreté publique et le civisme dans les écoles

117

AXE 7 : CULTURE Fiche 26 Mettre en place un « parcours des artistes, des artisans et du savoir-faire » 

119

Fiche 27 Créer un festival culturel et artistique des arts urbains 

121

Fiche 28 Créer un événement culturel et festif autour de l’Europe 

123

AXE 8 : SOLIDARITE INTERNATIONALE Fiche 29 Renforcer la sensibilisation sur les « Objectifs du Millénaire » et de la coopération au développement

125

AXE 9 : ECONOMIE LOCALE Fiche 30 Mettre en place des formations liées aux économies d’énergie et à l’isolation

127

Fiche 31 Créer une formation reconnue en mécanique vélos 

129

AXE 10 : ALIMENTATION DURABLE Fiche 32 Mettre en place un marché bio récurrent 

131

Fiche 33 Créer un organe de sensibilisation à l’alimentation durable 

133

Fiche 34 Mettre en place des menus bio pour les crèches et les écoles

135

67


AXE 11 : éNERGIE Fiche 35 Mettre en place un Guichet de l’Energie

137

AXE 12 : SANTé Fiche 36 Développer les différents aspects préventifs liés à la santé dans les écoles et les crèches 

139

Fiche 37 Créer une «Table-Ronde de la Santé» 

141

AXE 13 : PARTICIPATION Fiche 38 Créer une «Maison de la Participation» 

143

Fiche 39 Stimuler la création de nouveaux Comités de Quartier 

145

Fiche 40 Créer et mettre en place un organe d’accompagnement  de l’A21L

147

AXE 14 : COHéSION SOCIALE Fiche 41 Favoriser les activités citoyennes dans l’espace public

149

Fiche 42 Renforcer la convivialité des lieux de rencontres citoyens

151

Fiche 43 Améliorer la visibilité et la mise en valeur des espaces verts 

153

Fiche 44 Développer des projets intergénérationnels et interculturels dans les lieux publics

155

Fiche 45 Créer une « Table-Ronde du Vivre Ensemble »

157

68


action n°

1

Promouvoir le Plan de Déplacement d’Entreprise (PDE) de l’Administration Enjeu

Pour l’Administration Communale d’Etterbeek

Axe

Mobilité

Objectif

Favoriser une mobilité douce et durable pour les agents communaux

Description Un plan de déplacement d’entreprise (PDE) est une démarche d’analyse et d’optimisation des déplacements du personnel d’une entreprise ou, ici, d’une administration. Ce plan (étude, mise en œuvre et suivi) a pour but de réduire l’impact sur l’environnement en favorisant les modes de déplacements doux (cyclistes, pédestres) ou collectifs (covoiturage) plutôt que l’usage individuel (et parfois évitable) de la voiture. L’Administration Communale, se devant de montrer l’exemple en matière de mobilité douce et de l’encourager auprès de son personnel, a réalisé son PDE en 2004. Plusieurs mesures ont été prises pour favoriser des modes de déplacements alternatifs à la voiture, que ce soit pour les déplacements professionnels ou les trajets domicile-travail. La sensibilisation de l’ensemble du personnel communal, devra être renforcée à travers des actions de communication (conférences, ateliers, midis-thématiques, participation au projet « Friday Bike Day »), la mise en place d’incitants ou l’amélioration de certains aménagements (parking vélos, parking dédié au co-voiturage…). L’Eco-Team créé à l’Hôtel communal se penchera notamment sur cette thématique, l’objectif étant d’agir sur les comportements et d’inciter l’ensemble du personnel (y compris le CPAS, le Service de Prévention…) à modifier, sans le contraindre, ses pratiques de mobilité. La communication sur le PDE de l’administration sera également renforcée notamment lors de la participation à des événements sur la mobilité tels que « Etterbeek Village ».

Où en sommes-nous ? Structure ou personne pilote

Le PDE existe depuis 2004. Les actions concrètes mises en place depuis 2004, les nouvelles mesures (2010) et les actions et outils d’information et de sensibilisation sont disponibles sur le site Internet communal.

Service Mobilité 2010 :

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Développement durable, Personnel, Economat, Santé, Prévention

Calendrier de mise en œuvre 2010

„„ Sensibilisation à l’éco-conduite : ƒƒ Septembre : midi thématique (« Midi 21 ») destiné au personnel communal sur l’éco-conduite avec simulateur (Ecoconso ASBL). ƒƒ Inciter les chauffeurs et utilisateurs fréquents de véhicules communaux à suivre une formation sur l’éco-conduite (Ecoconso ASBL)

2011

„„ Evaluer l’état du PDE de l’AC : Etat des lieux, mise en place d’un suivi des modes de déplacements du personnel communal (et para-communal) et communication des résultats au personnel.

„„ Autres sur la commune : CPAS „„ Autres hors commune : Bruxelles Environnement, L’ASBL Pro Velo, GRACQ ASBL, L’ASBL Taxistop, Cambio, Villo !, Ecoconso ASBL

Eco-Team, groupe de travail mobilité : travail en cours.

(et tous les 3 ans)

69


action n°

1

Moyens nécessaires

Chaque année

„„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : mise à disposition d’un agent communal pour les missions de sensibilisation ƒƒ Effectif : Eco-Team

„„ Mise en place d’un calendrier d’actions de sensibilisation et d’information récurrentes sur la mobilité douce, notamment via l’Eco-Team (éco-conduite, réparation de vélos, mobilité et santé, opération « Friday Bike Day »…) à destination du personnel communal et en particulier des chauffeurs.

2011

„„ Mise à jour de la fiche d’accessibilité de l’administration communale (ex : les stations Villo !) et affichage à certains endroits stratégiques dans l’Hôtel communal (en particulier dans les parkings vélos et voiture) et dans les autres bâtiments communaux.

2011

„„ Offre de tarifs préférentiels/d’un système d’abonnement aux agents communaux intéressés par les services Villo ! (déplacements professionnels).

2011

„„ Encourager les déplacements en transports en commun : encourager, via une communication annuelle, l’achat d’abonnements annuels STIB pour les agents communaux utilisant les transports en commun pour leur déplacement domicile-travail.

2012

„„ Etendre les primes accordées aux agents communaux pour les déplacements domicile-travail à vélo, à pied ou en utilisant le co-voiturage. „„ Etudier la possibilité d’étendre les primes pour les déplacements professionnels (vélo et pédestre).

2011-12

„„ Encourager l’usage de la flotte de vélos de service : ƒƒ Informer les agents communaux du prêt de vélos de service. ƒƒ Diffusion et affichage dans le parking vélo de l’Hôtel communal d’une liste de recommandations sur la sécurité pour les cyclistes et piétons. ƒƒ Remise de kits de sécurité (veste fluo, carte d’itinéraire cyclistes, casques, bombe anti-crevaison) aux agents se déplaçant à vélo pour les trajets domicile-travail. ƒƒ Entretien/nettoyage régulier de la flotte de vélos et du parking vélos. ƒƒ Mise en place d’un système de prêt du vélo électrique afin de stimuler son usage. ƒƒ Création de parking vélos et de pools vélos dans les autres bâtiments communaux, notamment au CPAS. ƒƒ Investissement dans un 2ème vélo électrique modèle homme et/ou un vélo pliable.

2012

„„ Stationnement dans le parking de l’Hôtel communal : Mise en place d’un système de remboursement dégressif des frais de stationnement des agents communaux en fonction de la distance entre leur domicile et leur lieu de travail et de l’existence de transports en commun concurrentiel à l’automobile.

2012

„„ Mise en valeur de l’exemplarité de l’Administration Communale via la présentation de son PDE lors de l’événement « Etterbeek Village » (dimanche sans voiture)

„„ Budget (estimation) ƒƒ Aménagement de parkings vélos et vestiaires : 12.500 €/an ƒƒ Usage du car-sharing : 240 € /an ƒƒ Information/ sensibilisation : 2500 €/an ƒƒ Mise à jour de la fiche d’accessibilité : 350 €/2 ans ƒƒ Inventaire annuel des déplacements : fait en interne ƒƒ Investissement dans un 2ème vélo électrique et/ou un vélo pliable : 1200 à 2000 €

Indicateurs „„ Suivi de la répartition modale des déplacements domicile-travail tous les 3 ans chez les agents communaux. „„ Nombre de véhicules électriques (voitures et vélos) „„ Nombre de primes accordées (primes vélos, primes pédestre) „„ Nombre d’employés ayant un abonnement transport en commun annuel/utilisant les transports collectifs „„ Nombre de cartes de transport en commun fournies pour les déplacements professionnels „„ Nombre d’employés pratiquant le co-voiturage „„ Nombre d’employés venant à pied au travail „„ Nombre d’employés ayant suivi une formation d’éco-conduite (particulièrement les chauffeurs). „„ Evolution du kilométrage du charroi communal

Voir aussi Fiches-action n°2, n°3, n°4, n°6, n°7

Rem. : Les dates reprises ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements. Le PDE de l’Administration Communale implique tous les agents communaux dans les différents bâtiments communaux

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











70


action n°

2

Mettre en place des Plans de Déplacements Scolaires (PDS) Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Description

Axe

Mobilité

Un Plan de Déplacement Scolaire (PDS) est un ensemble de mesures, prises au sein d’une école, en concertation avec les différentes parties concernées, visant à améliorer l’accessibilité de l’école et à promouvoir une gestion durable des différents modes de déplacements.

Objectif

Favoriser une mobilité douce et durable pour les déplacements scolaires

La commune d’Etterbeek possède un nombre important d’écoles sur son territoire d’où la pertinence d’inciter celles-ci à mettre en place des PDS. Certaines écoles, telles que L’Athénée Royal Jean Absil, ayant mis en place un PDS (année 2009-2010) pourraient servir de relais pour convaincre d’autres écoles de se lancer dans cette démarche. Concrètement, un PDS permet notamment de renforcer la sécurité sur le chemin et aux abords des écoles, d’améliorer l’apprentissage des élèves à l’autonomie dans leurs déplacements, de sensibiliser les élèves, les parents et les enseignants à la mobilité durable et à la sécurité routière, de favoriser l’évolution des habitudes concernant l’usage évitable de la voiture au profit de modes de déplacements doux (vélos, transports en commun, à pied). Les écoles qui s’engagent à mettre en place un PDS sont accompagnées par des ASBL spécialisées lors de la première année du PDS. Chaque PDS est adapté à la situation particulière de l’école. Ces PDS peuvent notamment permettre d’organiser des actions multipartenaires (scolaires ou extra-scolaires) ou de mettre en place des projets pédagogiques participatifs sur la sécurité ou l’environnement.

Structure ou personne pilote „„ Structure ou personne pilote : Responsable du Service Mobilité (en collaboration avec la Région de Bruxelles-Capitale et une ASBL spécialisée pour la mise en œuvre) / Enseignement

Acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Mobilité, A21L, Développement durable (pour la sensibilisation), Voiries, Animation, Prévention „„ Autres sur la commune : Ecoles, Associations de parents, Police „„ Autres hors commune : Bruxelles Environnement, Bruxelles Mobilité, STIB, de Lijn, ASBL spécialisées (ex : Coren, GRACQ, Pro Velo…), éventuellement Cambio, Villo !

Un PDS se déroule en 4 phases : mise en place d’un groupe de travail, réalisation d’un diagnostic, réalisation d’un plan d’action, évaluation des actions. Le plan d’action comprend en outre l’amélioration des infrastructures, des aspects d’information, de sensibilisation, d’éducation, de propositions de projets, d’organisation des déplacements, etc.

Où en sommes-nous ? En fonction des demandes d’écoles voulant mettre en place un PDS, des informations leur sont fournies sur les moyens d’y parvenir.

Calendrier de mise en œuvre 2011

„„ Diffusion des appels à candidature proposés par Bruxelles Mobilité.

2012

„„ Campagne de sensibilisation sur les avantages et les moyens pour la mise en place d’un PDS auprès des écoles etterbeekoises. „„ Rassembler plusieurs écoles autour du projet PDS.

2012

„„ Mise en place d’une collaboration écoles / communes / ASBL spécialisée / Région pour la mise en œuvre des PDS.

2012

„„ Lancement des groupes de travail PDS dans le but de mutualiser la démarche (validation par le Collège). 71


action n°

2

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : Directeurs d’écoles motivés et personnes relais (parents, enseignants…) motivées pour participer à la mise en place du PDS dans les écoles. Mise à disposition de Gardiens de la Paix et de policiers ƒƒ Service : Mise à disposition d’agents communaux (notamment au niveau du Service Animation et Enseignement) dans le cadre de missions de sensibilisation „„ Budget (estimation) ƒƒ Pour la sensibilisation (budget à prévoir) ƒƒ Pour les aménagements de voirie (budget à prévoir) ƒƒ Pour l’engagement éventuel de Gardiens de la Paix (budget à prévoir) ƒƒ Possibilité de subsides de la Région de Bruxelles-Capitale (Bruxelles Mobilité)

2012

„„ Evaluation du système d’abonnement des enseignants et du personnel administratif de l’école au niveau du stationnement.

2012

„„ Projet d’amélioration des infrastructures.

20132017

„„ Mise en œuvre des aménagements sécurisants nécessaires au niveau de la voirie pour les PDS

2012

„„ Nombre d’écoles engagées dans un plan de déplacement scolaire „„ Taux de transfert modal dans chaque école engagée „„ Nombre d’aménagements traités suite aux diagnostics des PDS

„„ Diffusion auprès des écoles engagées dans un PDS des informations pertinentes (primes vélos, actions comme Friday Bike, événements tels que Etterbeek Village et concours (Bike to Work) entrant dans le cadre d���un PDS pour les inciter à y participer.

2013

„„ Mise en valeur des écoles ayant mis en place un PDS (ou des actions ponctuelles) sur le site Internet communal

Voir aussi

Rem. : Les dates reprises ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Indicateurs

Fiches-action n°1, n°3, n°4, n°31, n°36

Chaque „„ Suivi et évaluation de la mise en place du plan d’action des PDS. année

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











72


action n°

3

Promouvoir les Plans de Déplacements d’Entreprises (PDE) Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Mobilité

Objectif

Favoriser une mobilité douce et durable pour les employés d’entreprises.

Description Un Plan de Déplacement d’Entreprises (PDE) est l’étude, la mise en œuvre et le suivi d’un ensemble de mesures, prises au sein d’une entreprise en concertation avec les employés visant à améliorer l’accessibilité de l’entreprise et à promouvoir une gestion durable des différents modes de déplacements liés à l’activité de l’entreprise. Chaque PDE est adapté spécifiquement à l’entreprise qui s’y engage. Depuis 2004, les entreprises de plus de 200 employés sur un même site1 sont dans l’obligation de mettre en place un PDE, comme l’a fait l’entreprise ING. Les entreprises de plus de 100 employés doivent fournir des informations sur les déplacements domicile-lieu du travail de ses travailleurs (obligation fédérale) et seront probablement dans l’obligation de mettre en place un PDE prochainement. Bien qu’Etterbeek ne possède que peu de « grosses » entreprises sur son territoire, l’instauration d’un PDE devient pertinente à partir d’une trentaine d’employés. Aussi, la Commune souhaite inciter les entreprises de plus de 30 employés à mettre en place leur PDE, sur base volontaire. Ce PDE englobe les déplacements domicile-travail des employés, leurs déplacements d’affaires et les déplacements des fournisseurs, voire des visiteurs.

Structure ou personne pilote Responsable du Service Mobilité en collaboration avec une ASBL spécialisée ou bureau d’étude privé

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Mobilité, Classes Moyennes, Cellule A21L et Développement durable (pour la sensibilisation), Voiries. „„ Autres sur la commune : Entreprises déjà engagées dans un PDE ou dans un label entreprise éco-dynamique ou similaire. „„ Autres hors commune : Bruxelles Environnement, Bruxelles Mobilité, STIB, de Lijn, SNCB, ASBL spécialisées (ex : Coren, GRACQ, Pro-vélo, Cyclo…)), Cambio, Villo !

Cela implique normalement la mise à disposition d’un coordinateur mobilité chargé d’effectuer un diagnostic des modes de déplacements des employés, de réaliser un plan d’action, d’en assurer le suivi et les aspects communication (information et sensibilisation), le tout en favorisant la participation de l’ensemble des employés. Cette démarche relativement lourde pour les PME pourrait être remplacée par certaines mesures plus ponctuelles favorisant la mobilité douce. Une ASBL ou un bureau d’étude pourrait ainsi être mandaté par la Commune et serait chargé d’assister les entreprises dans leurs démarches (ex : aide à la signature d’une convention tiers-payant avec la STIB ou la SNCB). Ces PDE comprennent différents aspects : favoriser les changements de comportements concernant l’usage évitable de la voiture au profit de modes de déplacements doux par des incitants (primes), des aménagements (parkings vélos, organisation du stationnement, parking dédié au co-voiturage), de l’information (carte d’accessibilité), de la sensibilisation à l’environnement et au développement durable, de formations sur la sécurité, etc. Une cellule de suivi de Bruxelles Environnement est à disposition des entreprises engagées dans un PDE en assurant notamment un soutien méthodologique ou en fournissant des informations et contacts utiles. 1

 n site est défini comme un ensemble de sièges d’activités dont les entrées principales sont distantes de U moins de 500 mètres par le trajet à pied le plus direct.

Où en sommes nous ? En fonction des demandes des entreprises voulant mettre en place un PDE, des informations leurs sont fournies sur les moyens d’y parvenir (documentation, personnes ressources à Bruxelles Environnement, etc.) 73


action n°

3

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : ASBL/bureau d’étude spécialisé (voire un coordinateur mobilité au sein de l’entreprise) ; personnes relais au sein de l’entreprise motivées à participer à la mise en place du PDE „„ Budget (estimation) ƒƒ Prévoir un budget pour l’accompagnement par une ASBL spécialisée (à prévoir) ƒƒ Possibilité de subsides de la Région de Bruxelles-Capitale (Bruxelles Mobilité)

Indicateurs „„ Nombre d’entreprises engagées dans un plan de déplacement d’entreprise à Etterbeek „„ Taux de transfert modal dans chaque entreprise engagée dans un PDE „„ Nombre d’aménagements réalisés dans les entreprises suite aux diagnostics des PDE „„ Nombre d’entreprises participant à des actions/événements sur la mobilité

Voir aussi Fiches-action n°1, n°2, n°4, n°11, n°31

Calendrier de mise en œuvre 2011

„„ Diffusion auprès des entreprises identifiées des appels à candidature/ réunions/colloques organisés par Bruxelles Environnement/Bruxelles Mobilité sur les PDE et la mobilité en générale.

2012

„„ Communication auprès des entreprises sur les avantages à promouvoir leur PDE.

20112012

„„ Mise en place d’une collaboration Entreprises / Commune / ASBL spécialisée pour la mise en œuvre du PDE ou de mesures plus ponctuelles (validation du Collège).

2012 et chaque année

„„ Diffusion auprès des entreprises engagées dans un PDE des informations pertinentes sur les primes vélos, les actions (Friday Bike), les événements (Etterbeek Village), les concours (Bike to Work) entrant dans le cadre d’un PDE pour les inciter à y participer.

2013

„„ Mise en valeur des entreprises ayant mis en place un PDE ou des actions ponctuelles (site Internet communal, Région de Bruxelles-Capitale).

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











74


action n°

4

Renforcer la sécurité et la praticité des déplacements cyclistes Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Mobilité

Objectif

Favoriser le déplacement des cyclistes et l’utilisation du vélo

Description La Commune entend inciter ses citoyens à recourir à des modes de déplacements doux, notamment au vélo. De nombreuses actions et aménagements ont déjà été mis en place pour favoriser son usage (rue à contre-sens pour les vélos, itinéraires cyclistes, casse-vitesse, actions de sensibilisation). Le principal problème concerne l’inadéquation de nombreuses maisons bruxelloises au niveau du « rangement » des vélos (étages, peu d’espace disponible, pas de garages). De nombreux cyclistes sont donc dans l’obligation de laisser leur vélo en rue, accrochés à un support faisant office de parking improvisé, au risque de voir leur vélo dégradé ou volé. Plusieurs possibilités sont à envisager pour pallier ces problèmes. „„ Piste 1 : Renforcer le nombre et la solidité des arceaux en « U renversé ». Les parkings de type arceaux présentent l’avantage d’être solidement encastrés dans le sol et de permettre l’usage de plusieurs cadenas simultanément sur un même vélo, diminuant ainsi les risques de vol. Ce type de parking est de plus en plus présent sur la commune. Cependant, ces arceaux sont généralement creux ce qui les rend vulnérables. L’idée est donc d’en renforcer la solidité (pour ceux déjà installés et ceux à venir) en augmentant leur épaisseur ou en remplissant l’espace creux afin d’empêcher qu’ils puissent être sectionnés. Cette mesure devra être accompagnée d’une pose d’autocollants informatifs sur les parkings (comment attacher le vélo, type de cadenas à utiliser). De nouveaux parkings pourraient également être installés à proximité des zones commerçantes, des lieux de forte fréquentation (parcs, espaces culturels, pôles sportifs…), des écoles, et des bâtiments communaux1. „„ Piste 2 : Installer des box vélos individuels fermés et sécurisés.

Structure ou personne pilote „„ Service Mobilité

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Travaux Publics, Développement durable, Urbanisme, Prévention, Jeunesse. „„ Autres sur la commune : commerçants et associations etterbeekois, comités de quartier, centres culturels et sportifs concernés, etc. „„ Autres hors commune : Firme(s) pour la construction des box vélos et leur placement (se renseigner). Associations : GRACQ, Ateliers de la Rue Voot, Pro Velo

Les parkings vélos de type « box » individuel présentent de nombreux avantages en termes de sécurité et de protection matérielle : les vélos sont enfermés dans un endroit fermé à clé, opaque, fortement ancré au sol et à l’abri des intempéries. Deux types d’utilisation pourraient être envisagés : ƒƒ Stockage du vélo à proximité du domicile du propriétaire du vélo (selon les demandes). ƒƒ Stockage du vélo dans l’espace public : le but est de favoriser l’intermodalité des transports. Les personnes pourraient alors effectuer une partie de leur trajet à vélo, laisser celui-ci dans un box sécurisé puis continuer leur trajet via un autre mode de transport. Les zones ciblées concernent notamment les stations de métro (Mérode, Thieffry) et les arrêts de bus/tram très fréquentés à l’intersection d’autres lignes de transport. L’espace disponible constituera dans ce cas un élément majeur à prendre en compte. L’aménagement de box vélos devrait idéalement se faire en limitant l’impact sur les places de parkings voitures. Enfin, bien que les règlements d’urbanisme soient rarement complets en Belgique, le nouveau RRU de la région bruxelloise prévoit un emplacement pour vélo pour 200 m² de bureaux et un local vélos/poussettes avec un emplacement vélo par appartement dans les nouveaux logements. 1

Rem. : en général, quatre emplacements en « U renversé » pour une place de voiture

75


action n° Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : 1 ETP (voir possibilités en 2011) „„ Budget (estimation) ƒƒ Box vélo : 1200 € - 1500 € / box (achat, hors placement et entretien) ƒƒ Pour la gestion et l’entretien des box (à définir) ƒƒ Pour les outils d’information et de sensibilisation : brochure/autocollants (budget à définir) ƒƒ Pour renforcer la solidité des parkings en « U renversé » (budget à définir) ƒƒ Possibilités d’octroi de subsides auprès de la Région pour la création de box vélos

Où en sommes-nous ? „„ Des parkings vélos couverts (toit) sont installés à différents endroits d’Etterbeek et près des bouches de métro (ex : Mérode). „„ Journées « gravure de vélos » (Police et Service de Prévention) : 2 jours/an, lors d’événements (Etterbeek Village, fête de l’avenue de Tervuren) et lors d’actions ciblées. „„ De nombreux parkings vélos en « U renversé », non couverts, sont déjà installés sur le territoire d’Etterbeek. „„ Parkings vélos pour les employés communaux et les visiteurs. „„ Plan communal de mobilité (2003) disponible sur le site Internet communal. „„ Inauguration de dix stations « Villo ! » en juillet 2010.

Calendrier de mise en œuvre 2011

„„ Sensibilisation du Service Urbanisme : prévoir un espace pour les parkings vélos dans les nouveaux logements/bureaux (RCU). „„ Diffusion de l’information sur les possibilités de gravure de vélos au Service Prévention

2012

„„ Parkings en « U renversé » : ƒƒ Consolidation des parkings vélos en « U renversé ». ƒƒ Installation de parkings vélos consolidés. ƒƒ Diffusion d’une brochure de conseils et apposition d’autocollants : « attacher son vélo en toute sécurité, quels types de cadenas », etc.

20112012

„„ Parkings « Box » : ƒƒ Définition des types de box à installer (étude de marchés), des autorisations, des modalités d’entretien, de la gestion. Mise en place d’un système de location (abonnement), d’un système de sponsoring… ƒƒ Identification de la demande (habitants, commerçants, associations, écoles, centres culturels et sportifs …). ƒƒ Identifier les lieux susceptibles d’accueillir des parkings vélos couverts et sécurisés (en minimisant l’impact sur les places de parking voitures). ƒƒ Consultation des citoyens etterbeekois sur les possibilités d’emplacement.

2013

„„ Evaluation de l’action (ou des réalisations liées aux pistes évoquées).

Indicateurs „„ Nombre de box vélos installés „„ Nombre de demandes pour l’installation de box vélos „„ Nombre de demandes d’installation de box vélos satisfaites „„ Taux d’utilisation des box vélos „„ Nombre de parkings vélos en U renversé consolidés „„ Nombre de parkings vélos en U renversé installés par an

4

Voir aussi Fiches-actions n°1 à 3, n°31

Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











76


action n°

5

Elaborer une grille d’analyse DD pour les nouveaux projets de la Commune Enjeu

Pour le territoire et l’Administration Communale d’Etterbeek

Axe

Gouvernance

Objectif

Créer un outil d’aide à la décision pour le Collège afin de favoriser la prise en compte du développement durable.

Description Une grille d’analyse développement durable (DD) est un outil d’aide à la décision, à la planification et à l’évaluation d’un projet ou d’une action dans une optique de durabilité. L’objectif de cet outil est d’étudier la pertinence d’un projet ou d’une action selon les piliers du développement durable (environnementaux, sociaux, économiques et éthiques) et d’en mesurer la durabilité : tous les axes sont-ils représentés ? Quels aspects ont été oubliés ? En quoi le projet améliore les aspects environnementaux, économiques, sociaux et culturels ? Quels sont les objectifs du projet ? Quelles sont ses forces et ses faiblesses? Comment l’améliorer  ? Etc. Cette grille pourra être utilisée dans toutes les phases de la gestion d’un projet (étude, mise en œuvre, évaluation) et ce, dans une optique d’amélioration continue. Idéalement, elle devra être à la fois intelligible, efficace, simple d’usage et non contraignante, claire et cohérente, pertinente pour l’aide à la décision et adaptable à différents projets. Elle devra aussi tenir compte des spécificités de la commune et favoriser l’intérêt collectif. La grille d’analyse DD permettra également d’avoir une représentation visuelle globale d’un projet selon les piliers du DD, ce qui favorisera une prise de décision rapide et efficace et facilitera la communication sur le projet. Elle favorisera ainsi la transparence lors de la prise de décision et la bonne gouvernance (le projet est-il en cohérence avec la politique communale ?). Concrètement, elle sera remplie par les différents services communaux désirant mettre en place de nouveaux projets. Son utilisation devra être considérée comme une démarche évolutive, à l’image d’un système de gestion environnemental. De manière à exploiter pleinement cet outil, il est primordial d’avoir une connaissance approfondie des différents aspects du projet qui influencent sa durabilité (financiers, légaux, temporels,���) et de définir la portée et les limites du projet. Au préalable, les objectifs de l’analyse devront être clairement définis.

Structure ou personne pilote

Calendrier de mise en œuvre 2011

„„ Création d’une grille développement durable adaptée à Etterbeek et aux projets communaux. „„ Définition de l’application qui sera faite de la grille

Autres acteurs / Partenaires

2011

„„ Echevinats et services communaux : L’ensemble des services communaux, le Collège (voire le Conseil communal), les éco-conseillers

„„ Sensibilisation du personnel aux avantages de l’utilisation de la grille (éco-responsabilité) et formation à l’utilisation (personnel communal et Collège).

2012

„„ Mise à disposition de la grille pour les citoyens ou collectifs etterbeekois qui souhaitent mettre en œuvre un (ou des) projet(s).

2013

„„ Evaluation de l’outil : taux d’utilisation et de satisfaction.

Service Développement durable et A21L

„„ Autres sur la commune : Le CCDD et les autres Conseils consultatifs.

Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

77


action n° Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : responsable du Service Développement durable ƒƒ Effectifs : éco-conseillers

5

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité













„„ Budget (estimation) ƒƒ Tout se réalise en interne

Nord

Indicateurs „„ Fréquence d’utilisation de la grille sur une année „„ Nombre de projets validés par le Collège après utilisation de la grille „„ Taux de satisfaction des utilisateurs de la grille

ENVIRONNEMENTAL

GOUVERNANCE

Viable

Vivable Aujourd’hui

DURABLE SOCIAL

ECONOMIQUE

Equitable

Sud

78

Générations futures


action n°

6

Renouveler le label « Entreprise éco-Dynamique » de l’Hôtel communal Enjeu

Pour l’Administration Communale d’Etterbeek

Axe

Gestion durable

Objectif

Améliorer les performances environnementales de l’Hôtel communal

Description Le label « Entreprise Eco-Dynamique » est une reconnaissance officielle en région bruxelloise des bonnes pratiques de gestion environnementale mises en œuvre dans les entreprises et les organismes. Il récompense le dynamisme environnemental et les progrès en matière de gestion des déchets, d’utilisation rationnelle de l’énergie, de gestion de la mobilité des travailleurs, etc. Une entreprise peut obtenir de 1 à 3 étoiles en fonction de son dynamisme. Le label est octroyé pour une durée de trois ans. Après quoi, si l’entreprise souhaite continuer dans sa démarche, elle doit rentrer un dossier de renouvellement du label. Les entreprises sont accompagnées dans la préparation de leur dossier de candidature comprenant une analyse et un programme environnemental. En 2005, l’Hôtel communal a obtenu sa labellisation (une étoile) suite à son engagement volontaire dans une démarche d’amélioration continue au niveau de ses performances environnementales et de son impact sur le milieu qui l’entoure. L’Administration Communale d’Etterbeek souhaite ainsi montrer l’exemple en matière d’éco-gestion. Dans le dossier de renouvellement introduit par la Commune en mars 2008, la priorité a été mise sur l’information et la sensibilisation du personnel à des comportements plus respectueux de l’environnement plutôt que sur les améliorations du bâtiment. En effet, l’Administration Communale doit déménager dans un nouvel l’Hôtel communal d’ici quelques années. Les changements de comportements du personnel pourront être transposés dans les nouveaux locaux. Par ailleurs, le nouvel Hôtel communal sera conçu en vue d’une gestion environnementale optimale.

Structure ou personne pilote Division Environnement - Responsable Label « Entreprise Eco-Dynamique »

Où en sommes-nous ? 2004 : Introduction du dossier de candidature au label Entreprise Eco-Dynamique. Analyse environnementale de l’Hôtel communal et mise en conformité avec la législation environnementale. 2005 : L’Hôtel communal est labellisé Entreprise Eco-Dynamique, 1 étoile.

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : tous et plus spécifiquement : Energie, Mobilité, Travaux Publics, Développement durable, Solidarité Internationale, Economat, Achats, Informatique, Information. „„ Autres hors commune : Bruxelles Environnement, éco-conseillers et autres responsables « Label Entreprise Eco-Dynamique » travaillant dans d’autres communes.

De 2005 Actions principales : mise en place d’indicateurs pour le suivi de la gestion à 2008 : environnementale, du tri du papier et constitution d’un groupe de travail en interne. 2008 : Introduction du dossier de renouvellement et obtention du label « Entreprise Eco-Dynamique », 1 étoile. De 2008 Actions principales  : Suivi des indicateurs, installation de copieurs à 20010 : multifonctionnels, création d’une newsletter interne, constitution d’une Eco-Team, mise en place de quatre midis thématiques annuels, calcul de l’empreinte écologique de l’Hôtel communal, achat d’un vélo électrique pour les déplacements au travail, transports en commun remboursé à 100%, tri des PMC, enquête sur les « eco-comportements » au bureau. 79


action n° Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : ½ ETP (responsable Label « Entreprise Eco-Dynamique ») est en place pour la coordination „„ Budget (estimation) ƒƒ Actions de sensibilisation et petits investissements : 2500 € ƒƒ Si il n’y a pas de budget dédié, le service concerné par l’action la finance ƒƒ Le label et l’expertise proposée par Bruxelles Environnement sont gratuits

Indicateurs „„ Nombre d’acrions réalisées „„ Nombre d’indicateurs en amélioration „„ Suivi du tableau de bord de la gestion environnementale „„ Résultats des cartes météo1 Les cartes météo sont des questionnaires simples et rapides permettant d’avoir une idée du sentiment des différents acteurs (réponses sous forme de symboles) 1

Voir aussi

6

Calendrier de mise en œuvre 2010 - 2011

„„ Elaboration d’un plan d’action avec l’Eco-Team et approbation du Collège pour sa mise en place. „„ Action pour la diminution de la consommation d’eau : placement de bouteille dans les chasse d’eau et placement de mitigeurs sur les robinets. „„ Achats durables : 4 cahiers des charges seront analysés et modifiés en fonction des critères environnementaux, sociaux et éthiques. „„ Mise en valeur de l’Eco-Team : création d’outils de communication sur l’Eco-Team. „„ Création d’outils de sensibilisation et d’information à destination du personnel sur les actions de l’Eco-Team.

Premier semestre 2011

„„ Renouvellement du label : viser l’obtention de deux étoiles

2011 - 2014

„„ Mise en place du programme environnemental du dossier de renouvellement. Ce programme environnemental comprendra le plan d’action de l’Eco-Team.

Tous les 3 ans „„ Renouvellement du label. A définir

„„ Introduction de la candidature au label pour d’autres bâtiments communaux (sous réserve)

Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité













Fiches-action n°1, n°7, n°9.

80


action n°

7

Mettre en place une Eco-Team à l’Hôtel communal Enjeu

Pour l’Administration Communale d’Etterbeek

Axe

Gestion durable

Objectif

Améliorer les performances environnementales de l’Hôtel communal

Description Une Eco-Team est une équipe d’une dizaine d’employés volontaires, ayant des fonctions diversifiées sur leur lieu de travail. Idéalement, chaque service doit être représenté. L’Eco-Team aborde des thématiques du développement durable en lien avec les activités de l’administration communale (déchets, eau, mobilité, énergie, consommations). Pour chaque thématique, les participants réfléchissent aux actions à mettre en place au sein de l’organisation pour amener leurs collègues à modifier leurs comportements. Les réunions ont lieu pendant les heures de travail, à raison de 2 heures tous les deux mois. Une sélection des différentes propositions est ensuite opérée, suivant leur faisabilité. La direction doit être ouverte aux propositions du groupe, tout en restant bien entendu décisionnaire. Cette démarche permet ainsi l’appropriation par les membres de l’EcoTeam et du personnel communal des actions à mettre en place. La présence d’une Eco-Team au sein de l’Administration Communale d’Etterbeek permettrait de renforcer l’information, la sensibilisation et la participation du personnel communal à une gestion durable de l’Hôtel communal en créant une dynamique interne parmi le personnel. En visant d’abord les changements d’attitude par l’information, l’Eco-Team va favoriser les comportements respectueux de l’environnement du personnel sur leur lieu de travail. En encourageant les actions positives et concrètes émanant du personnel, l’Eco-Team va également encourager la transversalité entre les services. Ces actions, pour être reconnues, doivent aboutir à des résultats mesurables (ex : diminution de la facture énergétique, diminution de la consommation de papier, etc.) Remarque : Cette action entre également dans le cadre du Label Entreprise Eco-Dynamique de l’Hôtel communal.

Structure ou personne pilote

Où en sommes-nous ?

Division Environnement – Responsable du Label Entreprise Eco-Dynamique,

Avril 2009 :

Affaires générales – coordinateur de l’Agenda 21 local

Septembre 2009 : Présentation de la démarche au personnel technique dans la salle du Conseil de l’Hôtel communal. Janvier 2010 :

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Développement durable, Responsable Plage, Mobilité (Plan de déplacement d’Entreprise), Information, Informatique, Economat, Solidarité Internationale.

Accord du Collège pour la création d’une Eco-Team

Diagnostic des éco-comportements (éco-scans1 anonymes).

Mars 2010 :  Résultats de l’enquête et recrutement des futurs membres de l’Eco-Team. 27 avril 2010 : Réunion de lancement de l’Eco-Team (15 personnes). Choix des thématiques de travail : l’eau, le papier et les déchets, la mobilité, les achats durables. Première réunion de travail sur la thématique de l’eau. 1 Les éco-scans sont des questionnaires dont les réponses permettant de se faire une idée du type de comportement d’une personne en matière de respect de l’environnement.

„„ Autres hors commune : Espace Environnement ASBL 81


action n°

7

Calendrier de mise en œuvre Juin 2010

„„ Première réunion thématique sur le thème de l’eau.

Septembre à „„ Trois autres réunions thématiques „„ Définition du plan d’action de l’Eco-Team et validation par le Collège décembre „„ Présentation de l’Eco-Team et de son plan d’action aux chefs de Janvier/ services, aux agents communaux et au Collège. Fin de la mission février 2011 d’Espace Environnement ASBL. Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Services : collaboration entre le coordinateur A21L et le responsable « Label Entreprise Eco-Dynamique » ƒƒ Effectif : 10 à 15 volontaires pour constituer l’Eco-Team. Encadrement pour la création et l’animation de l’Eco Team : Espace Environnement ASBL „„ Budget (estimation) ƒƒ Mission d’Espace Environnement : 4800 € HTVA ƒƒ Budget pour les actions : 1500 €

2011

„„ Réunions de suivi des actions et évaluation.

2011

„„ Participation à la semaine européenne de la réduction des déchets : ƒƒ mise en place d’un projet (ex : sacs réutilisables, gobelets réutilisables…).

2011

„„ Réunion stratégique visant à faire perdurer l’Eco-Team (définition de nouvelles actions et/ou axes de travail).

2011 - 2012

„„ Collaboration avec CPAS, Service Prévention, Cellule Chlorophylle de la Mission Locale et du PCS.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité













Indicateurs „„ Nombre de membres de l’Eco-Team „„ Nombre d’actions menées „„ Economies réalisées par l’administration communale „„ Suivi du tableau de bord des indicateurs de la gestion environnementale de l’Hôtel communal

Voir aussi Fiches-action n°1, n°6, n°8, n°9.

82


action n°

8

Installer des citernes de récupération d’eau de pluie Enjeu

Pour l’Administration Communale d’Etterbeek

Axe

Gestion Durable

Objectif

Améliorer la gestion de l’eau dans les bâtiments communaux

Description L’eau est une ressource précieuse. Etterbeek a mené vers les citoyens de nombreuses actions et campagnes de sensibilisation sur ce sujet, notamment à travers la campagne « récupération d’eau de pluie ». Ainsi, en 2004, 100 tonneaux ont été mis à la disposition des habitants, d’associations et de certaines écoles etterbeekoises dans le cadre d’un projet local visant à sensibiliser les citoyens à la problématique mondiale de l’eau. L’Administration Communale entend montrer l’exemple en continuant dans cette voie à travers l’installation de citernes de récupération d’eau de pluie pour deux de ses bâtiments : le garage communal et le dépôt communal. Ces installations ont pour but d’économiser l’eau potable, de sensibiliser le personnel communal à un usage plus rationnel de l’eau et d’éviter le gaspillage. L’eau récupérée pourra notamment servir au lavage des véhicules communaux, aux machines de nettoyage de la commune, au nettoyage du sol, à l’arrosage des plantes et éventuellement pour les douches et sanitaires. Concrètement, une étude préalable de faisabilité devra être réalisée pour vérifier que la structure des bâtiments se prête aisément à ces aménagements. Un diagnostic sur la consommation d’eau utilisée, une étude sur le type de citernes à installer selon les besoins en eau ainsi qu’une estimation du budget nécessaire devront également être réalisés.

Où en sommes-nous ? Structure ou personne pilote Service des Travaux Publics

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Division Environnement, Urbanisme, Développement durable. „„ Autres sur la commune : Architectes

2003 : Campagne de promotion de l’utilisation rationnelle de l’eau, récupération de l’eau de pluie (concours ouvert à la population et aux associations d’Etterbeek), 100 fûts de 200 L. distribués. 2004 : Ateliers DD sur la consommation d’eau, la restauration des citernes hors d’usage ; Journée de l’eau (placements de fûts de récupération des eaux de pluie dans des installations communales et démonstrations) ; réalisation de guides sur l’installation des réservoirs de récupération de l’eau de pluie et sur l’utilisation rationnelle de l’eau. 2009-2010 : Evaluation, via le groupe « eau » de l’Eco-Team, de la quantité d’eau utilisée dans le dépôt communal. Fiches techniques des bâtiments et recherches préalables effectuées.

„„ Autres hors commune : Architectes, Entrepreneurs, Bruxelles Environnement

83


action n° Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : mise à disposition du responsable du Service des Travaux Publics ƒƒ Effectif : Eco-Team, Entrepreneur, Architecte „„ Budget (estimation) ƒƒ A évaluer notamment en fonction des éventuelles difficultés techniques de réalisation dans les bâtiments existants ƒƒ Se renseigner sur la possibilité d’octroi d’une prime/ de subsides de la Région de Bruxelles-Capitale

Calendrier de mise en œuvre Fin 2010

„„ Réalisation d’un diagnostic sur la consommation d’eau dans le garage communal et le dépôt communal.

2011

„„ Etude de pertinence (quantité d’eau consommée) et de faisabilité pour l’installation de citernes de récupération d’eau de pluie (aspects financiers : temps de retour sur investissement. Aspects techniques : taille de la citerne, nombre de citerne, superficie nécessaire pour le placement).

2011

„„ Sensibilisation du personnel du garage et du dépôt communal aux problématiques de l’eau et à son utilisation rationnelle (« les bonnes pratiques »), notamment via l’Eco-Team.

2015

„„ Installation des citernes, si l’étude de faisabilité est convaincante et avec l’accord du propriétaire du site du garage.

A définir

„„ Formation et information (création d’outils) sur le fonctionnement et l’entretien des citernes de récupération d’eau de pluie à destination des ouvriers du garage et du dépôt communal.

A définir

„„ Mise en place d’un suivi régulier de la consommation à partir des factures et des relevés aux compteurs.

A définir

„„ Evaluation : volume d’eau économisé et économies réalisées. „„ Evaluation au niveau des changements de comportements des employés communaux.

A définir

„„ Mise en place d’une action de sensibilisation à destination du personnel communal organisée par l’Eco-Team en collaboration avec des ouvriers communaux sur les citernes de récupération d’eau de pluie à l’occasion de la « journée de l’eau » (à définir).

A définir

„„ A plus long terme, étude de faisabilité pour l’installation de citernes de récupération d’eau de pluie dans d’autres bâtiments communaux, voire d’autres lieux.

Indicateurs „„ Economies réalisées sur base des consommations d’eau (factures) „„ Niveau d’implication de l’Eco-Team (nombres de « missions » liées au projet) „„ A long terme, nombre de bâtiments équipés en citernes de récupération d’eau de pluie

Voir aussi Fiche-action n°7

8

Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements..

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité









84


action n°

9

Promouvoir l’application de clauses environnementales, sociales et éthiques dans les cahiers des charges Enjeu

Pour l’Administration Communale d’Etterbeek

Axe

Gestion Durable

Objectif

Favoriser une consommation responsable à l’Administration Communale et stimuler l’achat de produits écologiques et équitables

Description La question du développement durable dans les achats publics constitue un enjeu important. En effet, l’Administration Communale pourrait ainsi réduire considérablement son impact sur l’environnement tout en favorisant une économie sociale et éthique. L’Administration Communale souhaite donc renforcer sa politique d’achats responsables à travers la promotion, l’insertion et la généralisation de critères environnementaux, sociaux et éthiques dans ses cahiers des charges afin de renforcer la durabilité des marchés publics qu’elle passe. Cela lui permet d’assurer sa responsabilité sociale, économique et environnementale en accord avec les principes du développement durable. De part son exemplarité, elle participe ainsi à promouvoir les changements de comportements dans les habitudes de consommation de ses employés, mais aussi des citoyens etterbeekois, en favorisant certains produits, appareils ou matériaux durables. L’insertion de ce type de clauses présuppose de passer en revue un nombre important de cahiers des charges. L’idée consiste à fournir des cahiers de charges type et/ou des informations simples et facilement utilisables (selon la pertinence) pour faciliter le travail des rédacteurs des cahiers des charges. Cette action sera instaurée de manière progressive, en laissant de la place à une réflexion concernant les différents besoins des personnes utilisant les produits, des personnes qui achètent les produits, etc1. Cette action implique également la mise en place d’un système de contrôle concernant l’application de ces clauses.

Structure ou personne pilote Division Environnement, Service de la Solidarité Internationale, A21L

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Achats, Développement durable, Economat, Finances, Travaux Publics et l’ensemble des services communaux en général. „„ Autres sur la commune : Eco-Team „„ Autres hors commune : Bruxelles Environnement

La sensibilisation et l’information en interne seront primordiales (personnes chargées de passer les marchés et de rédiger les cahiers des charges, personnel qui utilise les produits ou services) en vue de favoriser les changements d’attitude et de comportements. La récente création d’une Eco-Team au sein de l’Hôtel communal est un atout important dans cette action. Un groupe de travail « Achats » a été créé pour travailler sur cette problématique, ce qui devrait permettre de travailler également sur les cahiers des charges des autres structures communales (CPAS, services para-communaux, écoles, etc.)2. 1 L’insertion de ces clauses se fait en respectant la législation en matière de marchés publics, en tenant compte du coût pour l’administration communale, de la qualité des produits fournis ou du travail effectué. 2 Le département Achats du Service des Travaux Publics s’occupe des cahiers des charges pour les travaux et les fournitures dans les écoles.

Où en sommes-nous ? „„ Des clauses environnementales, éthiques et sociales sont déjà insérées dans certains cahiers de charges mais leur application n’est pas toujours scrupuleusement respectée (cf. législation sur les marchés publics, coûts et qualité). „„ Le Collège a marqué son accord pour privilégier les marchés durables à condition que le coût n’excède pas 5% par rapport au marché le moins cher. „„ Des commandes ponctuelles ont déjà été passées sur certaines fournitures (papier recyclé, aliments et boissons bio lors de soirées/réunions/événements). „„ Eco-Team : mise en place d’un groupe de travail « Achats » (2010).

85


action n° Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : Eco-Team, personnel motivé ƒƒ Seervices : Achats, Economat „„ Budget (estimation) ƒƒ Tout se fait en interne

Indicateurs „„ Nombre de cahiers de charges intégrant des critères environnementaux, sociaux et éthiques „„ Type de clauses insérées dans chaque cahier des charges „„ Nombre de marchés publics passés intégrant des clauses sociales, éthiques et environnementales par an „„ Nombre de personnes ayant bénéficié d’une (ré)insertion professionnelle grâce aux clauses sociales des cahiers des charges „„ Nombre de produits inclus dans le guide des achats durables „„ Nombre de produits achetés figurant dans le guide des achats durables

Calendrier de mise en œuvre Août 2010

„„ Etat des lieux (types de clauses, identification des dysfonctionnements, liste des produits disponibles à l’Economat…).

Sept 2010

„„ Sélection de cahiers de charges qui serviront de modèles et réécriture.

Sept 2010

„„ Recherches de fournisseurs pour les cahiers des charges sélectionnés.

Sept 2010

„„ Mise à disposition des catalogues de produits respectueux de l’environnement et éthiques.

Fin 2010

„„ Organisation ou participation à des formations pour la réécriture des cahiers des charges et l’insertion de clauses environnementales et éthiques (voire sociales).

Fin 2010

„„ Test des échantillons, sensibilisation et information sur leur utilisation et leurs avantages (Eco-Team).

2011

„„ Mise en place d’un contrôle sur la conformité des produits fournis par rapport au cahier des charges (système de vérification du respect des clauses).

2011

„„ Organisation de séances d’information et de sensibilisation sur les nouveaux produits et leur utilisation.

2011

„„ Mise à disposition pour les services communaux d’un guide des achats durables, adapté à leurs besoins et aux réalités d’une commune.

2011

„„ Réécriture progressive de l’ensemble des cahiers des charges et soumission au Service de relecture des cahiers des charges de Bruxelles Environnement (consultatif).

Voir aussi Fiches-action n°6, n°7, n°34

9

A Long terme „„ Etudier la possibilité de s’instituer en centrale de marché de manière à ce que les ASBL, écoles, structures para-communales d’Etterbeek puissent se fournir dans les mêmes conditions que l’Administration Communale (sous réserve de l’accord du Collège et du Secrétaire Communal). Rem . : - Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements - Dans un premier temps, l’action se focalisera sur les marchés passés à l’ordinaire (marchés courants annuels). - L’action portera essentiellement sur les clauses environnementales et éthiques (les clauses sociales étant surtout pertinentes pour les marchés de type construction, aménagements … et passant à l’extraordinaire).

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











86


action n°

10

Redynamiser la « Charte du Développement durable » Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Gestion durable

Objectif

Encourager les collectifs et commerces etterbeekois à s’engager sur la voie du développement durable

Description La Charte du Développement durable (DD) est un moyen pour les collectifs etterbeekois de s’engager en faveur du DD. Il s’agit concrètement d’encourager les commerçants et les collectifs (écoles, associations, organisations, entreprises, etc.) à signer cette Charte qui illustre leur volonté de s’engager, de manière dynamique, dans un ou plusieurs domaines liés au DD (mobilité, énergie, déchets, biodiversité…) en se fixant des objectifs clairs et mesurables. Ils seront encouragés à mettre en place des actions concrètes et à partager leurs expériences (coopération via le dialogue, l’échange de savoirs, de savoir-faire et d’expériences) via des rencontres et/ou des actions communes. La création d’une dynamique locale a pour objectif d’inciter les personnes engagées à être des relais d’informations auprès de leurs publics. Enfin, les collectifs et commerçants engagés sont également encouragés à s’investir dans l’Agenda 21 local de la Commune (participation, mobilisation d’un maximum d’acteurs). Les collectifs engagés seront mis en valeur sur le site Internet de la Commune ou lors de divers événements liés au développement durable afin de mettre en exergue l’exemplarité de leur démarche. Pour ceux qui désirent aller plus loin dans la démarche et bénéficier d’une reconnaissance officielle, il leur sera proposé de s’engager, avec un soutien méthodologique de la Commune, dans des processus durable de type éco-label (Voir fiche-action 11)

Structure ou personne pilote Service Développement durable

Où en sommes-nous ? Mai 2008 : une invitation à signer la charte a été envoyée via un mailing de ± 3.000 adresses Juin 2008 : 33 signataires. Peu de suivi depuis.

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : A21L, Classes Moyennes, Enseignement. „„ Autres sur la commune : commerçants et collectifs etterbeekois (institutions, associations, entreprises, écoles, bibliothèques, clubs sportifs, etc.), Programme de Cohésion Sociale, CCDD.

Calendrier de mise en œuvre Fin 2010

„„ Revalorisation de la Charte DD en collaboration avec le CCDD.

Fin 2010

„„ Mise en valeur des signataires de 2008 ayant développé des actions concrètes en faveur du DD sur le site Internet de la Commune et relance de ceux-ci.

1er trim. 2011 „„ Appel à l’engagement et auprès des collectifs et commerçants etterbeekois (communication). „„ Validation des candidatures. Avril 2011

„„ Soirée de lancement de la nouvelle Charte : présentation des actions des signataires de 2008, engagement et signatures des nouveaux candidats. 87


action n°

10

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Services : responsable Service DD ; Agenda 21 local (démarches auprès des collectifs), Service des Classes Moyennes (démarches auprès des commerçants), Service Enseignement (démarches auprès des écoles) „„ Budget (estimation) ƒƒ Pour des activités et/ou rencontres : 1000 € ƒƒ Eventuellement : abonnement pour le logiciel Eco-tips

Mai-Juin 2011 „„ Visite de terrain auprès des signataires de 2008 pour les nouveaux signataires : rencontres et échanges (mise en réseau). Fin 2011

„„ Réunion annuelle des signataires engagés : présentation des actions (sur base du rapport remis à la Commune par les signataires) et échanges d’expériences.

Fin 2012

„„ Mise en valeur des signataires de 2010 „„ Appel à l’engagement

Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











Indicateurs „„ Nombre de signataires déjà engagés en 2008 „„ Nombre de nouveaux signataires „„ Nombre d’actions mises en place „„ Nombre de rencontres (réunions) entre signataires et d’activités (visites de terrain)

Voir aussi Fiches-action n°11, n°34, n°35

88


action n°

11

Stimuler les entreprises/institutions/ organismes à s’engager dans des processus durables Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Gestion Durable

Objectif

Favoriser une gestion durable des entreprises/ institutions/ organismes sur le territoire etterbeekois

Description Depuis 2005, l’Hôtel communal d’Etterbeek est labellisé « Entreprise Eco-Dynamique ». Ce label est une reconnaissance officielle de la Région de Bruxelles-Capitale des bonnes pratiques de gestion environnementale. L’engagement dans ce type de processus permet à l’Administration Communale de valoriser son image auprès des acteurs locaux. La Commune souhaite encourager d’autres institutions, entreprises, hôtels, écoles, associations ou organismes à s’engager sur la voie du développement durable en les soutenant dans leur volonté d’instaurer des systèmes de management environnemental ou des processus d’éco-labellisatation. En matière de management environnemental, il existe trois systèmes de reconnaissance officielle, plus ou moins contraignants (temps, efforts à fournir, coûts) pour les entreprises et organismes : le label « Entreprise EcoDynamique », l’enregistrement EMAS et la certification ISO 14001. L’obtention du label « Entreprise Eco-Dynamique » constitue un tremplin vers d’autres systèmes de management environnemental. Etterbeek possède déjà sur son territoire quelques organismes et collectivités engagés dans une démarche de processus durable (Banque ING, Athénée Royal Jean Absil, entre autres). Les actions mises en place peuvent être nombreuses et variées : économies d’énergie, plan de déplacements d’entreprise, gestion des déchets, gestion de l’eau, insertion de clauses environnementales et sociales dans les cahiers des charges, produits de nettoyage écologiques etc. Afin d’encourager les organismes et collectivités etterbeekois à s’engager, certaines de leurs actions seront mises en valeur à l’occasion d’événements ou à travers différents outils de communication. Les organismes et collectivités engagés seront également invités à se rencontrer pour discuter et échanger des idées de bonnes pratiques environnementales. La participation des employés est, tout comme le caractère transversal de la démarche, un élément clé dans le succès du processus.

Structure ou personne pilote Division Environnement

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Développement durable, Classes Moyennes, Brocantes Foires et Marchés, l’ensemble des services en général selon les thématiques abordées

Les petites structures comme les commerces locaux ont également la possibilité de s’engager sur la voie du développement durable de manière moins contraignante en signant la « Charte du Développement durable » proposée par la Commune (Voir fiche action 10). De même, des actions en faveur du développement durable sont et seront également développés au niveau des marchés ayant lieu sur le territoire.

Où en sommes-nous ? Octobre 2010 : Signature d’une Charte « pour un marché durable de proximité et de qualité sur la Place Jourdan » par les commerçants et marchants ambulants et mise en œuvre d’une action de promotion à l’utilisation de sacs réutilisables.

„„ Autres sur la commune : CPAS „„ Autres hors commune : Bruxelles Environnement. 89


action n°

11

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : mise à disposition d’½ ETP pour la coordination ƒƒ Effectif : coordinateur pour chaque organisme ou collectivité désirant s’engager dans un processus durable „„ Budget (estimation) ƒƒ A préciser. Le label « Entreprise Eco-Dynamique » est gratuit ainsi que la réalisation de l’analyse environnementale initiale par un bureau d’étude agréé

Indicateurs „„ Nombre de collectivités/organismes engagés dans chaque type de processus durable à Etterbeek „„ Nombre d’actions à mettre en place pour chaque processus durable choisi „„ Nombre d’employés impliqués dans la démarche par collectivités/organismes engagés

Calendrier de mise en œuvre 2012

„„ Appel à l’engagement auprès des organismes et institutions etterbeekois (entreprises, hôtels, écoles, associations…).

2012

„„ Définition de la collaboration entre collectivité ou organisme / commune/région (au cas par cas) et du type de processus durable adéquat pour chacun. „„ Mise en relation des organismes/collectivités intéressés avec une personne ressource de Bruxelles Environnement.

2012 2012

„„ Mise en place de groupes de travail entre la Commune et le personnel de l’organisme désirant s’engager : comment démarrer le processus, actions à mettre en place, etc. (validation par le Collège).

Tout au long „„ Mise en valeur des organismes/collectivités etterbeekois engagés : journal communal, site Internet communal, etc. Invitation à exposer du processus leurs actions (conférences, événements…). „„ Suivi et évaluation des collectivités/organismes engagés et de leurs actions. Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











Voir aussi Fiches-action n°3, n°10, n°35

90


action n°

12

Promouvoir l’Observatoire du Logement

Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Urbanisme/Logement

Objectif

Valoriser l’expertise de l’Observatoire du Logement

Description En 2001, la Commune d’Etterbeek a créé le premier Observatoire du Logement communal. L’Observatoire répertorie la totalité des parcelles de logements existants sur Etterbeek. Une base de données très complète, fiable et détaillée permet de répertorier, sous forme de cartes, l’ensemble des traits caractérisant chaque logement etterbeekois : nombre de pièces, commodités, surface ou encore photo du bâtiment. Au sein de l’administration, la centralisation et la mise à disposition de ces données facilite le travail d’autres services et agents communaux (Urbanisme, Recensement, Assistants Sociaux, Guichet du Logement…) en leur fournissant les informations nécessaires et en faisant le lien entre ces services. De manière plus générale, ces informations sont également précieuses pour lutter contre la mise en location de logements insalubres à des prix excessifs, pour lutter contre la division anarchique des logements, pour lutter contre les travaux illégaux de transformation des logements et contre les logements inoccupés. Au niveau politique, connaître l’état exact du logement sur le territoire permet également d’investir à bon escient. L’Observatoire a également un rôle important à jouer vis-à-vis de la population : il est chargé de répondre aux plaintes des habitants concernant des problèmes d’habitabilité et d’insalubrité, d’effectuer des contrôles sur place, via une ordonnance créée à cet effet (hygiène, superficie, lumière…), d’inciter le propriétaire à effectuer les travaux adéquats et le cas échéant, prendre les mesures nécessaires par arrêtés (fermeture du logement). L’action consiste à améliorer la visibilité de l’Observatoire du Logement et des services qu’il offre à la population à travers une communication adaptée vers différents publics.

Structure ou personne pilote Aménagement du Territoire (divisions Urbanisme et Observatoire du Logement), Information. Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Guichet du Logement, Régie Foncière, AIS, Recensement, Taxes „„ Autres sur la commune : CPAS, Police, Service incendie, agents de quartiers, assistants sociaux.

Où en sommes-nous ? Mises à jour des données récoltées par l’Observatoire du Logement

Calendrier de mise en œuvre 2010

„„ Rédaction d’un article dans la Vie Etterbeekoise et mise à jour des informations sur le site Internet communal

2011

„„ Réalisation d’une brochure d’information sur l’Observatoire du Logement (rôle, fonctionnement, quels services offre-t-il à la population, etc.) se focalisant sur les aspects hygiène et habitabilité.

2011

„„ Publications des analyses statistiques et résultats obtenus grâce aux données récoltées par l’Observatoire du Logement (nombre de logements déclarés insalubres, nombre de logements améliorés, etc.).

Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements

91


action n°

12

Moyens nécessaires „„ Budget (estimation) ƒƒ Budget pour la réalisation de la brochure (à définir)

Indicateurs „„ Nombre d’appels téléphoniques pour des problèmes d’habitabilité „„ Nombre de visites sur le terrain „„ Nombre de dossiers traités „„ Nombre d’arrêtés signés

Voir aussi Fiche-action n°14

Enjeux Environnement

Economie

Social







92

Culturel

Participation

Transversalité




action n°

13

Elaborer un Règlement Communal d’Urbanisme (RCU) durable Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Urbanisme

Objectif

Renforcer les critères de durabilité dans les prescriptions urbanistiques

Structure ou personne pilote Service Urbanisme

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Responsable Projet PLAGE, Guichet de l’Energie, Développement durable, Division Environnement, Classes Moyennes, Travaux Publics, Mobilité, Régie Foncière. „„ Autres sur la commune : Conseils consultatifs, Commission de Concertation, Administration de l’Aménagement du Territoire et du Logement (AATL), promoteurs, particuliers. „„ Autres hors commune : Entreprises : fabricants de matériaux, Centre Scientifique et Technique de la Construction (CSTC), Centre de Recherches Routières (CRR), Région de Bruxelles-Capitale, professionnels des aménagements et de la construction, auteurs de projet, …

Description Un Règlement Communal d’Urbanisme (RCU) est un ensemble de dispositions essentiellement relatives aux constructions. Il vise à déterminer les aspects formels du développement du territoire communal à travers un projet urbanistique cohérent et harmonieux. Le RCU constitue donc un instrument d’aménagement, traduisant sous une forme obligatoire, les orientations urbanistiques choisies par les autorités locales. Il est élaboré au niveau communal, édicté par le Conseil communal et couvre tout ou une partie du territoire communal. Ce règlement concerne les bâtiments, la voirie et les espaces publics. Les matières visées sont nombreuses et variées : les permis d’urbanisme et de lotir, la salubrité et l’habitabilité, l’accessibilité, la qualité thermique et acoustique, l’isolation, la hauteur des bâtiments, l’esthétique des constructions et des aménagements en voirie, les normes régissant les chantiers en voirie, la sécurité, la protection des arbres, etc. Dans une perspective de développement durable, la Commune d’Etterbeek souhaite renforcer certains critères de son RCU dans le but de rendre les constructions et rénovations plus durables (éco-constructions et éco-rénovations) et d’améliorer, de manière générale, la gestion environnementale sur le territoire communal. Ces critères concernent notamment l’utilisation de techniques, de technologies et de matériaux plus respectueux de l’environnement (développement des énergies renouvelables, limitation de l’imperméabilisation des sols, le chauffage, les matériaux de couverture, de revêtement et d’isolation, etc.). Les modalités de mise en œuvre sont également prises en compte (gestion des déchets de chantiers, possibilités de recyclage). Dans une perspective de DD, la révision du RCU permettra, en outre, d’augmenter la surface perméable en intérieur d’îlot. La révision du RCU intègrera également les aspects sociaux et économiques sous-jacents. L’adoption d’un nouveau RCU durable permettra enfin de mettre en valeur l’image de la commune d’Etterbeek, en cohérence avec sa politique de développement durable.

Où en sommes-nous ? „„ Le règlement actuel date de 1948. „„ Une révision globale a été réalisée en collaboration avec l’AVCB et plusieurs autres communes afin de préparer un «canevas général» contenant certains éléments devant être maintenus. „„ Prise de contact avec d’autres services concernant certains éléments pouvant être également intégrés dans ce RCU (terrasses, logements, ...).

93


action n°

13

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : 0,4 ETP chef de service pendant 1 an + 0,3 ETP supplémentaire administratif „„ Budget (estimation) ƒƒ Pour les enquêtes publiques, et principalement pour sensibilisation (budget à prévoir) ƒƒ Possibilité de subsides via Bruxelles Environnement pour la révision du RCU

Calendrier de mise en œuvre 2011 - 2012 „„ Définition des critères de durabilité qui seront repris dans le nouveau RCU. 2011 - 2012 „„ Réalisation d’une première version durable du RCU complété par les différents services. 2012

„„ Approbation de la première version au Conseil communal.

2012

„„ Enquête publique et grande sensibilisation. Modifications du RCU.

2012

„„ Deuxième enquête publique.

2012

„„ Approbation définitive par le Conseil communal puis par le Gouvernement.

Indicateurs

2012

„„ Publication de l’arrêté du Gouvernement au Moniteur Belge.

„„ Nombre de critères de durabilité insérés dans le nouveau RCU „„ Nombre de permis d’urbanisme délivrés en éco-construction ou en éco-rénovation „„ Nombre d’installations favorisant les économies d’énergie „„ Taux d’imperméabilisation des voiries

2012

„„ Mise en application du nouveau RCU. „„ Suivi et Evaluation du RCU.

Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











94


action n°

14

Réhabiliter les logements au-dessus des commerces Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Urbanisme / Logement

Objectif

Lutter contre la présence de logements laissés vacants

Structure ou personne pilote Atrium et Cabinet du Bourgmestre (Logement)

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Urbanisme, Classes Moyennes, Finances, Guichet du Logement, Régie Foncière, Observatoire du Logement, Taxes „„ Autres sur la commune : propriétaires de logements vides, commerçants concernés, AIS, Conseils consultatifs des Classes Moyennes, Associations de commerçants, le Foyer etterbeekois s.a. „„ Autres hors commune : Région de Bruxelles-Capitale, bureaux d’études et/ou bureaux d’architectes/ géomètres pour les travaux et la rénovation.

Description Etterbeek, comme de nombreuses communes bruxelloises, est confrontée au problème d’inoccupation de certains logements situés au-dessus de commerces. Ces logements, plus ou moins laissés à l’abandon, entraînent une diminution de l’attractivité des rues et une dévalorisation des bâtiments due au délabrement progressif des façades par manque d’entretien. A Etterbeek, ce problème concerne essentiellement les zones commerçantes des quartiers de la Chasse et de la rue des Tongres. La Commune souhaite renforcer sa politique de lutte contre les logements vides, d’autant plus que le besoin en logements reste criant. La réhabilitation de ces logements est complexe car elle fait intervenir de nombreuses compétences communales, mais également régionales. En outre, des experts, architectes et géomètres doivent également être associés. Différents aspects sont à prendre en compte, notamment les problèmes liés à l’accessibilité des logements aux étages, les coûts des travaux de rénovation et les aspects juridiques sous-jacents (servitude de passage pour les accès communs, copropriété si revente, etc.). Il faut aussi tenir compte du type de bail proposé aux commerçants locataires, de la coexistence de deux types de baux (habitation et commerciaux), des incitants (primes) proposés et des contraintes (taxes). Enfin, il faut également considérer la définition d’une stratégie au niveau de l’implication des différents acteurs et partenaires (AIS, Régie Foncière, Commune, sociétés privées …), pour la gestion des immeubles. Les études de faisabilité pour la réhabilitation des logements se feront donc au cas par cas afin de proposer une solution qui conviendra à l’ensemble des parties. Un important travail de sensibilisation sera nécessaire pour convaincre les propriétaires de la rentabilité de l’opération. Pour cela, différents types d’assistance (technique, financière, juridique et fiscale) devront leur être proposées.

Où en sommes-nous ? 2005 : Recensement et état des lieux des logements vides au-dessus des commerces rue des Tongres par l’Observatoire du Logement. 2005 : Proposition à la Région d’une résolution fixant le principe et les conditions d’accès aux primes de réhabilitation des espaces vides au-dessus des commerces (sans suite). Depuis 2008 :

l’agence Atrium La Chasse – De Jacht travaille sur ce projet au niveau du quartier de la Chasse.

95


action n°

14

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : Atrium (coordinateur) pour la Chasse ƒƒ Service : Engagement/mise à disposition d’1/2 ETP au Service Urbanisme „„ Budget (estimation) ƒƒ Un important budget sera nécessaire pour les premiers investissements. Ce budget pourrait être complété par des subsides régionaux (acquisition de logements à rénover, rénovation…) ƒƒ Au niveau de la Région, la mise en place d’une prime « réhabilitation des logements vides » pour les propriétaires serait un avantage

Indicateurs „„ Nombre de logements réhabilités après x années „„ Nombre de propriétaires contactés et ayant répondu favorablement à la demande „„ Nombre de familles installées à Etterbeek

Voir aussi Fiche-action n°12

Calendrier de mise en œuvre „„ Recensement et état des lieux des logements vides au-dessus de commerces. „„ Identification des propriétaires des immeubles vacants et analyse des raisons de la vacance. „„ Incitants pour les propriétaires de logements vacants destinés à réhabiliter ces logements : ƒƒ mise en place d’une prime communale (sous réserve d’accord du Collège). ƒƒ solliciter l’octroi d’un subside à la Région de Bruxelles-Capitale. „„ Définition des rôles des différents acteurs, des stratégies et scénarios d’intervention spécifiques envisageables (par ex. accès par la rue arrière, accès commun, système de passerelles…). „„ Développement d’une série d’argumentaires selon les différents cas recensés afin de convaincre les propriétaires de réhabiliter leurs logements (notamment lors du renouvellement du bail). „„ Mise en place de mesures préventives pour lutter contre les logements vides (bail « tout immeuble ») „„ Faire connaître les procédures et les solutions aux propriétaires, via l’édition d’un document, pour les inciter à réhabiliter leurs logements. Rem. : Cette action sera mise en place de manière progressive et continue. De par son caractère complexe, les différents aspects concernant la réhabilitation seront envisagés au cas par cas. Le calendrier ci-dessus reprend quelques « grandes étapes ».

Enjeux Environnement

Economie

Social







96

Culturel

Participation

Transversalité






action n°

15

Poursuivre le développement des Jardins Participatifs Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Espaces Verts et Biodiversité

Objectif

Développer un projet illustrant les possibilités d’actions au niveau du jardinage en milieu urbain et favorisant la biodiversité.

Description La commune d’Etterbeek dispose de très peu d’espaces verts mais son tissu associatif est très développé. Le public etterbeekois manifeste également beaucoup d’intérêt pour les animations telles que les formations au compostage ou pour des conférences sur la biodiversité. Le projet des « Jardins Participatifs » met ainsi à disposition d’associations locales et régionales des parcelles pour des projets collectifs et de démonstration au public (visites guidées et animations). Ces jardins de 2700 m² se situent le long de la voie ferrée à l’arrière de l’avenue Nouvelle et servent de site de démonstration de tout ce qui peut être réalisé dans un jardin en milieu urbain. C’est un lieu d’information et de formation, mais aussi de rencontre, d’échange et de détente pour la population. Les jardins sont également destinés à sensibiliser les habitants à la nature et à la biodiversité qui nous entoure. Ils permettent aussi de favoriser les échanges entre les associations et d’allier la cohésion sociale, l’économie sociale, la promotion et la préservation de la biodiversité en milieu urbain. De plus, des cycles de conférences sur le monde des plantes sont organisés chaque année dans le cadre des Jardins Participatifs et drainent un public important.

Structure ou personne pilote Division Environnement – Responsable du projet Jardins Participatifs

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Agenda 21 local, Développement durable, Enseignement, Travaux Publics, Prévention „„ Autres sur la commune : ƒƒ Ecoles (fondamentales et secondaires), groupes d’habitants. ƒƒ Collectifs : Centre Paul Duvigneaud, Réseau Echange de Savoirs, S.R.A.B.E., Maison Médicale du Maelbeek, Foyer Etterbeekois et Logement et Harmonie Sociale, Centre de jour « Le Grain », Maison de Quartier Chambéry „„ Autres hors commune : Début des Haricots ASBL, Natagora ASBL, Flore et Pomone ASBL, Histoires de Plantes ASBL, Intercompost ASBL, Seuil ASBL, Infrabel, Bruxelles Environnement, Fondation pour les Générations Futures.

Une dizaine d’associations (sociales et environnementales) participent à ce projet qui comprend notamment une zone de détente, un site de compostage collectif, un verger et des potagers, une mare, des nids pour les oiseaux et un rucher. Les habitants sont invités à participer de manière active, via les différentes associations, au développement de projets selon les principes du développement durable. Rem. : Ce projet a débuté en décembre 2007 dans le cadre de l’appel à projet Agenda Iris 21 de catégorie 2.

Où en sommes-nous ? Actuellement : ƒƒ Les jardins sont aménagés : matériel, délimitation des zones (vergers, mare, rucher, etc.) et plantations. ƒƒ Le 2e cycle de conférences est en cours (dix conférences sont données chaque année depuis 2009). ƒƒ Les associations ont pris en main la gestion de leurs zones/parcelles et organisent des activités (cours sur la culture potagère, initiation à l’entomologie, …). ƒƒ Les habitants des logements adjacents s’impliquent progressivement. ƒƒ Suivi par la Division Environnement : quatre réunions par an avec les partenaires présents sur les jardins. ƒƒ Communication : information et sensibilisation (La Vie Etterbeekoise, affiches, newsletter, site Internet de Bruxelles Environnement, distribution de folders et de flyers à des endroits stratégiques, e-mails). ƒƒ Obtention de subsides en collaboration avec la Maison Médicale du Maelbeek pour la création d’une zone de compost collectif et pour la création de panneaux explicatifs sur le compostage.

97


action n°

15

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Le projet fonctionne sur base du volontariat (autres services, adhérents et autres habitants)

Calendrier de mise en œuvre 5 sept. 2010 „„ Journée porte ouverte/inauguration des Jardins Participatifs. Cette activité sera rééditée annuellement. Fin 2010

„„ Budget (estimation) ƒƒ Location du terrain (bail emphytéotique jusqu’en 2039) : 1000 € par an (loyer indexé) ƒƒ Budget annuel à l’ordinaire : 12 645 € (matériel, formation, conférences, etc.)

„„ Poursuite du projet : finaliser l’aménagement de la zone d’accueil, renforcer le rôle de l’ASBL Logement et Harmonie Sociale pour renforcer l’implication des habitants des logements adjacents, création et placement de panneaux explicatifs sur le site.

Fin 2010

„„ Phase de prise en main de la gestion des parcelles par les habitants (autonomie).

Fin 2010

„„ Affichage de la « charte » des Jardins Participatifs sur le site des jardins et communication sur cette charte.

Indicateurs

„„ Création d’un programme d’animation « nature » à destination des Fin 2010/ écoles etterbeekoises. début 2011

„„ Nombre d’associations qui participent au projet et qui renouvelleront la signature de la convention (tous les 3 ans) „„ Nombre d’habitants intégrés aux différents projets „„ Nombre de participants aux conférences „„ Production d’aliments (quantité, variétés) et bilan annuel de chaque parcelle (points forts, points faibles) „„ Nombre de visiteurs à la journée porte ouverte „„ Nombre d’animations proposées aux écoles „„ Nombre d’appels pour des demandes d’informations sur les jardins „„ Nombre de visites organisées à la demande

2011

„„ Décoration du mur (peinture) longeant la voie de chemin de fer (sur subsides), en collaboration avec d’autres services communaux (Culture, Jeunesse, Animation…).

2011

„„ Créer et afficher un règlement des Jardins Participatifs sur le site.

2011

„„ 2e Journée porte ouverte des Jardins Participatifs.

2011

„„ Développement des animations et des ateliers via un renforcement de la participation des habitants dans le but de favoriser la cohésion sociale.

2011

„„ Partenariat économique avec des artisans locaux à partir de la production fruitière des jardins.

2011

„„ Nouveau cycle de conférences.

2011

„„ Développer des systèmes de récupération d’eau de pluie.

2011

„„ Promotion du projet des jardins vers les autres communes bruxelloises dans le but de favoriser le développement de projets du même type. Les soutenir au niveau méthodologique.

Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Voir aussi Fiches-action n°19, n°23, n°24, n°25, n°33, n°34, n°36, n°44

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











98


action n°

16

Encourager la verdurisation des façades, terrasses, balcons, cours et jardins Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Espaces Verts et Biodiversité

Objectif

Encourager la présence de la nature en ville

Structure ou personne pilote Service des Travaux Publics (Voirie) / Service du Fleurissement de la commune et Entretien des espaces verts

Autres acteurs / Partenaires

Description Bien qu’Etterbeek ne possède que peu d’espaces verts de grande surface, tous les etterbeekois peuvent contribuer à rendre leur commune plus verte. Cette verdurisation contribue à l’embellissement de la commune et à l’amélioration du cadre de vie tout en préservant et en enrichissant la biodiversité locale (« renforcement du maillage vert »). La verdurisation peut se décliner d’abord par la préservation des arbres existants, ensuite à travers des plantations dans les jardins mais aussi sur les façades (plantes grimpantes), balcons (pots, jardinières, plantes suspendues aux appuies de fenêtres), terrasses ou toits des bâtiments. Le choix des plantes dépend des goûts et de l’exposition de la façade, mais celles-ci doivent être adaptées à l’usage qu’il en est fait. La Commune participe, dans le cadre du Plan d’Embellissement de la commune et à travers le concours « façades et jardins fleuries », à l’embellissement du territoire et se veut exemplative au niveau de la verdurisation des espaces publics. Mais la richesse de la faune et de la flore en ville peut encore être renforcée via la plantation d’espèces indigènes (c’est-à-dire de chez nous), de préférence non allergisantes et de taille moyenne (pour les intérieurs d’îlots). Ces plantes sont mieux adaptées à notre environnement, moins sujettes aux maladies et nécessitent peu d’entretien, d’autant plus si elles sont vivaces (repoussent chaque année). Par exemple, il est possible, avec l’accord de la Commune et du propriétaire, de retirer une ou deux dalles de trottoir collées au mur afin d’y planter des espèces grimpantes. La Commune souhaite renforcer l’information et la sensibilisation sur les différentes façons de verduriser afin de renforcer la présence de la nature en ville. En effet, la verdurisation présente également de nombreux avantages pour les habitants tels que l’atténuation du bruit, la protection des bâtiments, la purification de l’air, la retenue des eaux de pluie, un sentiment de bien-être des habitants, une meilleure convivialité dans l’espace public, le plaisir du jardinage, etc. Alors qu’elles demandent peu d’espace au sol, celles-ci sont capables de recouvrir beaucoup de surfaces verticales. L’information et la sensibilisation sur les avantages de la verdurisation, sur le choix des plantes et leur entretien seront renforcées.

Où en sommes-nous ? „„ Chaque année : « concours façades et jardins fleuris ».

„„ Echevinats et services communaux : Développement durable „„ Autres sur la commune : Associations etterbeekoises (à définir), Quartier Durable „„ Autres hors commune : Bruxelles Environnement, Inter-Environnement Bruxelles (IEB)

„„ Possibilité de retirer une dalle de trottoir avec accord de la Commune pour des plantations (2008). „„ Concours «Quartiers Verts» de Inter-Environnement. „„ Mise en place des corbeilles fleuries sur le territoire communal (± 350 au total en collaboration avec Atrium et les commerçants de la Chasse pour 50 d’entre elles).

99


action n°

16

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : spécialistes de la verdurisation (façades, toit végétal, etc.) „„ Budget (estimation) ƒƒ Budget pour l’organisation de conférences et d’actions de sensibilisation et d’information ƒƒ Budget pour la réalisation d’un guide sur la verdurisation ƒƒ Budget pour la mise en place d’une prime communale pour les façades vertes et les toitures végétales

Indicateurs „„ Nombre de demandes par an d’enlèvement de pavés pour la plantation „„ Nombre de façades fleuries, de façades vertes et de toitures végétales installées par an „„ Nombre de demandes de primes à la verdurisation (façades et toitures) „„ Nombre de participants au « concours façades et jardins fleuris »

Calendrier de mise en œuvre 2011

„„ Organisation de conférences sur la verdurisation des façades et les moyens d’y arriver (démarches et conseils) avec distribution de plantes/graines et de flyers explicatifs.

2011

„„ Mise à disposition d’un guide des plantes adaptées à la verdurisation des façades et des moyens pour y arriver.

2011

„„ Diffusion des appels à la participation dans le cadre du projet « Quartiers verts (IEB) et renforcement le soutien méthodologique ».

2011

„„ Renforcement de la sensibilisation à l’environnement lors des concours « façades fleuries ». Inclure les « façades vertes » dans le « concours façades et jardins fleuris ».

2011

„„ Prévoir la présence d’un stand d’information sur les façades vertes et les toitures végétales lors du marché aux fleurs annuel.

2011

„„ Communiquer sur la possibilité qu’ont les citoyens de demander à la Commune de réserver des emplacements pour les plantations de façades lors de réaménagements des trottoirs.

2012

„„ Mise en place d’une prime communale pour la verdurisation des façades, l’aménagement de toitures végétales, et notamment lors de travaux de rénovation ou de nouvelles constructions.

2012

„„ Organisation d’une journée de visite des maisons ayant des façades vertes et fleuries et des toitures végétales à Etterbeek.

Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











100


action n°

17

Créer un « Plan Déchets Communal »

Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Propreté Publique / Gestion des déchets

Objectif

Améliorer la gestion des déchets sur le territoire communal

Description Un Plan Déchets Communal est un ensemble de mesures pour une meilleure gestion des déchets et une plus grande propreté sur le territoire communal. Ces mesures incluent des actions concrètes (collecte, tri, recyclage, valorisation, réduction de la quantité des déchets) mais également des aspects de prévention grâce à des actions de sensibilisation et d’information sur la problématique des déchets et de la propreté. La propreté urbaine est un souci récurrent pour de nombreux citoyens. Bien que de nombreuses actions aient déjà été mises en place par la Commune et que le tri des déchets soit obligatoire depuis début 2010, d’autres actions ou initiatives sont encore possibles pour améliorer la propreté à Etterbeek. C’est dans ce but que la Commune souhaite mettre en place ce Plan comportant une série d’actions, dont quelques-unes font également partie des actions A21L (voir actions 18 à 25). Une fois rédigé, ce Plan Déchets Communal sera mis à disposition de la population etterbeekoise pour consultation. L’Administration Communale se veut également exemplaire en matière de gestion des déchets. Cette thématique est un axe de travail de l’Eco-Team (voir fiche-action n°7) qui accordera notamment une attention particulière à la question du papier (tri, consommation, etc.).

Structure ou personne pilote Service des Travaux Publics / Cabinet du Bourgmestre (Participation)

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Enseignement, Finances (taxes), Jeunesse, Information, Petite Enfance, Logement, Classes Moyennes, Personnel ouvrier de la Propreté Publique, Animation, Prévention, Brocantes Foires et Marchés „„ Autres sur la commune : Ecoles, Police, Sociétés de logements sociaux. „„ Autres hors commune : Bruxelles Environnement, Bruxelles Propreté, Inter-Compost ASBL

Où en sommes-nous ? De nombreuses informations concernant les déchets se trouvent sur le site Internet communal  : Que faire de vos déchets ? Informations sur la déchetterie mobile, le plan environnement (distributeurs de sacs pour les déjections canines, guérites à vêtements, bulles à verre, canisites), taxes sur le nettoyage, actes inciviques et amendes administratives, Service de Prévention, etc.

Calendrier de mise en œuvre 2012

„„ Rédaction et mise à disposition du Plan Déchets Communal.

2012

„„ Organisation d’actions de sensibilisation (à définir) sur le terrain à l’occasion d’événements (ex : Semaine Européenne de Réduction des Déchets). Présentation du Plan Déchets Communal et des actions le composant.

Fin 2012 „„ Organisation d’une réunion de dialogue avec la population etterbeekoise concernant l’évolution de la propreté publique à Etterbeek (améliorations, problèmes persistants…). Fin 2012 „„ Bilan des actions constituant le Plan Déchets Communal. Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements

101


action n°

17

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : responsable Service des Travaux Publics pour la rédaction du Plan Déchets Communal (ETP : 1 mois)

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation









„„ Budget (estimation) ƒƒ Pour la sensibilisation (budget à prévoir) ƒƒ Les reste est réalisé en interne à l’administration

Indicateurs „„ Diminution des plaintes (courrier et appels téléphoniques) „„ Impression globale des agents de terrain concernant la propreté publique „„ Nombre de consultations du Plan Déchets Communal „„ Nombre de participants à la réunion de dialogue sur l’évolution de la propreté publique à Etterbeek

Voir aussi Fiches-action n°18 à 25 et n°7

102

Transversalité


action n°

18

Expérimenter l’installation de poubelles sélectives Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Propreté Publique / Gestion des déchets

Objectif

Encourager et améliorer le tri des déchets

Description L’installation de poubelles sélectives répond à l’obligation du tri des déchets, obligatoire depuis début 2010. Afin d’encourager ce tri sélectif et de renforcer la propreté publique, la Commune souhaite généraliser la présence de ce type de poubelles sur la voie publique. L’installation de ces poubelles sera testée dans un premier temps à certains endroits stratégiques, puis sera progressivement généralisée à l’ensemble du territoire communal. Concrètement, il s’agit dans un premier temps de mener une expérience pilote à un (ou plusieurs) endroit(s) pertinent(s) en y installant trois types de poubelles côte à côte ou en en installant une poubelle divisée en trois compartiments (papiers, PMC, divers). L’installation de ces poubelles sélectives est également l’occasion d’informer les Etterbeekois sur le tri sélectif, sur la manière de gérer leurs déchets et sur les services mis à leur disposition (déchetterie mobile, etc.).

Où en sommes-nous ? Actuellement, une discussion est en cours avec le cabinet Kir et l’ABP pour un test commun sur une voirie régionale et dans un parc.

Calendrier de mise en œuvre Structure ou personne pilote

2010-11

„„ Choix du type de poubelles (critères : durabilité, originalité/visibilité, esthétisme, praticité)

2010-11

„„ Identification d’un (ou deux) endroits stratégiques sur Etterbeek où pourraient être installées les poubelles sélectives (ex : Place Jourdan).

2010-11

„„ Organisation d’une formation à destination des Gardiens de la Paix sur tri sélectif et sur l’utilisation des poubelles sélectives.

2011

„„ Mise en place des premières poubelles sélectives et mise à disposition de quelques Gardiens de la Paix pour veiller à la bonne utilisation des poubelles.

2011

„„ Inauguration des premières poubelles sélectives (avec animation éventuelle).

Service des Travaux Publics

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Information, Prévention „„ Autres hors commune : ABP, Bruxelles Environnement

A définir „„ Mise en place d’une action de sensibilisation au tri des déchets via l’implication des commerçants locaux. A définir „„ Evaluation de l’action. 2020

„„ Généralisation progressive des poubelles sélectives sur l’ensemble du territoire communal si l'expérience se révèle concluante.

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

103


action n°

18

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : quelques Gardiens de la Paix, un responsable « animation » (à définir)

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité









„„ Budget (estimation) ƒƒ Pour la journée d’animation (budget à définir) ƒƒ Pour la formation des Gardiens de la Paix (budget à définir) ƒƒ Prix des poubelles et de leur installation (budget ordinaire de la Commune)

Aides financières mobilisables ƒƒ Possibilités via la Fondation Roi Baudouin à travers l’appel à Projet « Quartier de Vie » ƒƒ Etudier la possibilité de sponsoring via les commerçants de la Place Jourdan (sponsoring des poubelles ou de l’animation)

Indicateurs „„ Impression générale de Bruxelles Propreté et des Gardiens de la Paix : le tri est il effectué correctement ? „„ Nombre de Gardiens de la Paix participant à la formation sur le tri sélectif „„ Nombre de poubelles sélectives installées sur le territoire d’Etterbeek

Voir aussi Fiches-action n°17, n°19 à 25, n°42

104


action n°

19

Promouvoir le compostage collectif de quartier Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Propreté Publique / Gestion des déchets

Objectif

Diminuer la quantité de déchets produits

Description Le compostage collectif consiste à installer un site de compostage accessible aux habitants d’un quartier, d’une rue, d’un groupe d’habitat ou d’un immeuble afin qu’ils puissent y amener leurs déchets organiques et ainsi diminuer la quantité de déchets se retrouvant dans leurs sacs poubelles. Ces sites, gérés de manière collective, permettent aux habitants de réaliser des économies sur les sacs poubelles tout en contribuant à la préservation de l’environnement. Les ménages bruxellois produisent en moyenne 30% de déchets organiques, provenant soit de la cuisine, soit du jardin et leur transport et incinération consomment beaucoup d’énergie. Le compostage permet d’éviter cette dépense d’énergie et de valoriser ces déchets organiques qui seront transformés en terreau utilisable dans les jardinières, potagers, etc. Concrètement, il s’agit dans un premier temps d’identifier la demande (environ 10 personnes pour un site) et des emplacements propices à l’installation de sites de compostage collectif (logements groupés avec présence d’un espace vert, cités-jardins…), avec l’accord des propriétaires. Des écoles et/ou des maisons de repos pourraient également être associées à la gestion des sites de compostage collectif. Une fois les compostières installées, des séances d’informations seront organisées pour expliquer le fonctionnement de la compostière collective. La promotion du compostage collectif est également une occasion de sensibiliser les etterbeekois à la problématique générale des déchets et à la propreté urbaine.

Structure ou personne pilote

Où en sommes-nous ?

Division Environnement „„ Etterbeek organise des formations sur le compostage pour la population depuis 2002 (formation théorique suivie d’un volet pratique). Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Travaux Publics, Développement durable, Information, Animation, Brocantes Foires et marchés. „„ Autres sur la commune : Associations (Réseau Echange de Savoirs…), Quartier durable

„„ Des sites de compostage collectif existent à Etterbeek : aux Jardins Participatifs de l’avenue Nouvelle (2009) et au jardin collectif de la rue Gray, au Jardin des Arts (2006) et à la Cité Jouët-Rey (2007). L’ASBL Worms aide à la mise en place de sites de compostage collectif. „„ Les déchets verts des habitants sont actuellement collectés sur trois sites chaque dimanche par l’ABP et seront normalement récoltés en porte-à-porte à partir de 2011.

„„ Autres hors commune : Bruxelles Environnement, ABP, Worms ASBL, maîtres composteurs/associations spécialisées dans le compostage (Comité Jean Pain …), Début des haricots ASBL 105


action n°

19

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : maîtres composteurs/ animateurs, référent du site de compostage collectif (ou équipe d’encadrement) ƒƒ Service : mise à disposition d’un employé communal pour la coordination „„ Budget (estimation) ƒƒ Installation des compostières collectives ƒƒ « bio-seau » ƒƒ Panneaux explicatifs ƒƒ Animations Bruxelles Environnement subsidie les projets de sites de compostage collectif chaque année depuis deux ans (pour le matériel)

Indicateurs „„ Diminution de la qualité des déchets verts collectés „„ Diminution de la quantité de déchets organiques dans les sacs poubelles blancs „„ Nombre de sites de compostage collectif créés „„ Nombre de demande pour aménager un site de compostage collectif

Voir aussi Fiches-action n°15, n°17, n°18, n°20 à 25, n°44

Calendrier de mise en œuvre 2011

„„ Identification de la demande, des sites propices à l’installation et du type d’encadrement (référent, équipe…).

2012

„„ Installation des compostières collectives et de panneaux explicatifs. Mise en place des groupes d’utilisateurs et d’un référent qui veillera à la bonne utilisation de la compostière.

2012

„„ Distribution de « bio-seaux1 » aux utilisateurs de la compostière collective.

2012

„„ Organisation d’un système d’accompagnement des utilisateurs des compostières collectives en collaboration avec une association spécialisée et/ou des maîtres composteurs. „„ Organisation de séances d’informations pour les utilisateurs sur les sites de compostage collectif afin d’expliquer le fonctionnement de la compostière.

2012

„„ Invitation des utilisateurs de compostières au marché bio et du DD (et d’autres événements liés).

2012

„„ Organisation d’animations, démonstrations, conférences, formations sur les sites de compostage collectif

1

Un « bio-seau » permet de stocker les déchets organiques avant le dépôt dans la compostière collective

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité









106


action n°

20

Promouvoir les langes lavables Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Propreté Publique / Gestion des déchets

Objectif

Diminuer la quantité de déchets produits

Description Les langes lavables, par opposition aux langes jetables, offrent plusieurs avantages considérables : pratiques, confortables et esthétiques, ils permettent une économie financière (investissement moindre et unique) et un bénéfice pour l’environnement (réduction des déchets de 280 kg par enfant1). En outre, ils sont fabriqués à partir de produits naturels, diminuant ainsi l’impact environnemental dû à leur fabrication. La Commune a instauré une prime afin d’encourager les jeunes parents à l’utilisation de ces langes. Ils sont vendus, entre autre, dans les magasins naturels et bio. Des actions de sensibilisation et d’information à destination de la population etterbeekoise ont lieux à diverses occasions (Etterbeek Village, Marché bio et du DD, séances d’informations à l’Hôtel communal, etc.). Des flyers explicatifs (utilisation, règlement, prime) sont disponibles à l’Hôtel communal ainsi que dans les crèches, les hôpitaux, les magasins bio et autres touchant à la petite enfance. La promotion de ces langes auprès de ces structures se fera de manière continue. 1

Source : www.ecoconso.be

Où en sommes-nous ? Depuis le 1er janvier 2010 : création d’un règlement et instauration de la prime communale pour l’utilisation de langes lavables. Structure ou personne pilote

2010 :

Service Développement durable

„„ Réalisation d’un flyer pour la promotion des langes lavables et de la prime communale (en collaboration avec une agence de communication spécialisée dans le développement durable).

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Petite Enfance, Information „„ Autres sur la commune : crèches, hôpitaux, magasins de produits naturels et bio, Planning Familial, consultation ONE, kiné prénatale, gynécologues, Centre Médico-Social

„„ Distribution des flyers auprès de différentes structures médicales et lors d’événements sur le terrain. „„ Communication : article de promotion de la prime dans le bulletin communal (avril 2010), article dans la presse et sur des sites spécialisés. „„ Acquisition d’un kit de démonstration très complet de langes existants sur le marché.

„„ Autres hors commune : Bruxelles Environnement, sociétés de vente et de nettoyage de langes

107


action n°

20

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : mise à disposition d’½ ETP pour la promotion des langes et l’explication auprès des structures médicales touchant à la petite enfance. ƒƒ Effectif : partenaires extérieurs pour l’organisation des séances d’information (ex. Bruxelles Environnement, témoignages de parents, de professionnels dans le secteur des langes lavables, etc.) „„ Budget (estimation) ƒƒ Création des flyers et impression : 4.000 € ƒƒ Achat d’un kit de démonstration langes lavables + accessoires : 500 € ƒƒ Montant annuel des primes : 3.500 € (2010) ƒƒ Séances d’information sur les langes lavables : ± 100 €/séance ƒƒ Possibilité de mise à disposition gratuite d’un expert par Bruxelles Environnement pour la promotion des langes lavables dans les crèches

Calendrier de mise en œuvre Juin 2010

„„ Diffusion du flyer explicatif et démonstration auprès de partenaires pertinents et des crèches etterbeekoises (collaboration avec le Service de la Petite Enfance) et lors d’événements ou d’actions sur le terrain.

Dès novembre 2010

„„ Organisation de réunions de suivi à destination des bénéficiaires de la prime communale langes lavables (groupes d’environ 10 personnes).

Septembre „„ Mise à jour des informations sur le site Internet de la Commune. 2010 2011

„„ Organisation de réunions d’information dans les crèches pour promouvoir l’utilisation de ces langes.

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité









Indicateurs „„ Nombre de citoyens etterbeekois ayant demandé des informations sur les langes lavables „„ Nombre de bénéficiaires de la prime communale „„ Nombre de crèches utilisant les langes lavables „„ Nombre de parents faisant la demande pour l’utilisation de ces langes dans les crèches

Voir aussi Fiches-action n°17 à 19, n°21 à 25, n°36

108


action n°

21

Créer et diffuser un « Guide des déchets et de la propreté» Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Propreté Publique / Gestion des déchets

Objectif

Développer des outils de sensibilisation adaptés à différents publics sur la gestion des déchets et la propreté publique

Description De nombreux ouvriers de la propreté œuvrent quotidiennement pour rendre la commune plus propre. Par respect pour ce travail et pour leur lieu de vie, les citoyens se doivent également de participer au maintien de la propreté de leur commune en adoptant des gestes et des comportements civiques et respectueux de l’environnement. De manière à informer au mieux les habitants, les commerçants et les collectifs sur la bonne gestion des déchets, sur la propreté publique et sur les comportements à adopter, la Commune souhaite créer et diffuser un « Guide des déchets et de la propreté ». Ce guide contient toute une série d’informations utiles et pratiques sur le tri sélectif, les heures de sorties des poubelles, les risques d’amendes administratives (dépôts clandestins, graffitis, actes inciviques de malpropreté, etc.), les encombrants et la déchetterie mobile, les points de dépôts pour les piles usagées, les bouchons en liège, les huiles usagées, les vêtements, le verre, les déchets dangereux, les déchets de jardin, ainsi que des adresses et numéros de téléphones utiles. En outre, un accent particulier (information et sensibilisation) sera mis sur les problèmes liés aux déjections canines et sur les moyens pour diminuer leur présence sur la voie publique (sacs adaptés au ramassage, plan des canisites, risques d’amendes). De même, les problèmes liés à la nidification des pigeons et à la colombine (fientes) seront également abordés. Enfin, ce guide reprendra également les actions mises en place par la Commune dans le cadre de son Plan Déchets Communal (voir fiche-action n°17).

Où en sommes-nous ?

Structure ou personne pilote Service des Travaux Publics

Autres acteurs / Partenaires

„„ Un dépliant reprenant le calendrier de la déchetterie mobile et des informations sur les déchets (bulles à verre, canisites…) est disponible à l’Hôtel communal et sur demande. „„ De nombreuses informations sont également disponibles sur le site Internet de la Commune.

Calendrier de mise en œuvre

„„ Echevinats et services communaux : Développement durable, Division Environnement, Information

2011

„„ Mise à jour / création d’une série de plans thématiques reprenant les différents lieux sur Etterbeek où se trouvent des éléments liés à la gestion des déchets.

„„ Autres sur la commune : ouvriers de la propreté et agents de prévention, magasins proposant des points collecte pour certains déchets

2011-2012

„„ Rédaction du « Guide des déchets et de la propreté ». „„ Diffusion du guide auprès d’acteurs pertinents pour favoriser l’information et la sensibilisation.

„„ Autres hors commune : ABP

Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements

109


action n°

21

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Services : mise à disposition d’un agent communal pour la réalisation du guide

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité









„„ Budget (estimation) ƒƒ Budget pour la réalisation du guide, son impression et sa diffusion (environ 2.500 €)

Indicateurs „„ Nombre de guides diffusés „„ « Feedback » des agents et ouvriers de la propreté publique concernant les actes inciviques de malpropreté

Voir aussi Fiches-action n°17 à 20 et n°22 à 25

110


action n°

22

Renforcer le contrôle des dépôts clandestins Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Propreté Publique / Gestion des déchets

Objectif

Développer des outils de sensibilisation adaptés à différents publics sur la gestion des déchets et la propreté publique

Description Les dépôts clandestins sont malheureusement courants à certains endroits généralement isolés et ce malgré la présence d’auxiliaires de police et d’agents communaux, faisant la chasse aux dépôts clandestins. La déchetterie mobile permet à tous les Etterbeekois de se débarrasser de leurs encombrants et les informations la concernant sont reprises sur le site Internet de la Commune et dans le journal communal. Des panneaux dissuasifs indiquant les risques d’amendes ont également été mis en place à certains endroits fréquemment utilisés comme lieux de dépôts. Toutefois, les dépôts clandestins persistent à certains endroits, c’est pourquoi la Commune souhaite renforcer davantage les contrôles, soit par des actions de prévention (information et sensibilisation), soit par des actions de répression. Cette lutte contre les dépôts clandestins passe aussi par un renforcement des actions de sensibilisation et d’information sur la problématique des déchets et de la propreté publique ainsi que sur les différents moyens mis à disposition pour se débarrasser de ses déchets et encombrants.

Où en sommes-nous ? „„ Actions ponctuelles de lutte contre les dépôts clandestins sur le terrain et permanence journalière. „„ « Planques nocturnes » du Service des Travaux Publics en compagnie de la police et de l’ABP sur des lieux « stratégiques ». „„ Intervention rapide des services communaux lorsqu’un dépôt clandestin est signalé. Structure ou personne pilote Service des Travaux Publics

„„ Une brochure sur les déchets existe déjà depuis deux ans et est rééditée chaque année.

Autres acteurs / Partenaires

„„ 38 Gardiens de la Paix (Service de Prévention) effectuent des patrouilles, informent et sensibilisent les habitants à la problématique des dépôts clandestins. En cas de constats de dépôts, un rapport est envoyé au Service de la Voirie.

„„ Echevinats et services communaux : Information, Prévention „„ Autres sur la commune : Police et inspecteurs de proximité „„ Autres hors commune : Bruxelles Propreté (ABP)

111


action n°

22

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : mise à disposition de Gardiens de la Paix „„ Budget (estimation) ƒƒ Prix de 15 panneaux dissuasifs (budget extraordinaire de la Commune) ƒƒ « Guide déchets et de la propreté » (voir fiche-action n°21) (environ 2.500 €)

Indicateurs „„ Nombre de dépôts clandestins recensés par an „„ Nombre d’appels signalant des dépôts clandestins „„ Nombre d’amendes administratives

Voir aussi Fiches-action n°17 à 21, et n°23 à 25

Calendrier de mise en œuvre Depuis 2010

„„ Renforcer le passage et la vigilance des Gardiens de la Paix et des patrouilles de police en soirée sur les lieux habituels de dépôts clandestins.

2011

„„ Participation des Gardiens de la Paix à des campagnes ciblées de sensibilisation à la propreté

2011

„„ Révision des panneaux dissuasifs : « risque d’amendes + montant + logo/ dessin explicatif », n°de téléphone de la déchetterie mobile, rappel des jours et heures de passage de la déchetterie mobile dans le quartier.

2011

„„ Réalisation d’un guide déchets complet où sont reprises toutes les informations pertinentes liées aux encombrants et autres déchets (voir fiche-action n°21).

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











112


action n°

23

Réaliser une vidéo éducative sur la propreté publique et la gestion des déchets Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Propreté Publique / Gestion des déchets

Objectif

Développer des outils de sensibilisation adaptés à différents publics sur la gestion des déchets et la propreté publique

Structure ou personne pilote Services : Travaux Publics/Enseignement

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Division Environnement, Développement durable, Information, Animation, Jeunesse, Prévention „„ Autres sur la commune : écoles (par ex : Ernest Richard), comités de quartier, associations (à définir), Maison des Jeunes, Samarcande ASBL, Ettercité ASBL, Mission Locale (projet JEEP1), Régie Mobile, ouvriers de la propreté publique, jeunes, commerçants et citoyens etterbeekois. „„ Autres hors commune : Service « Propreté et Espaces verts » à Schaerbeek. Possibilité : l’ASBL Caméra Enfants Admis aux camps du Hachy. 1

Description De nombreux ouvriers communaux contribuent chaque jour au maintien de la propreté publique à Etterbeek (nettoyage des voiries communales par une équipe de balayeurs, passage de cureuses et balayeuses automatisées). Ils s’occupent également de la vidange des poubelles communales et sont présents lors de manifestations et d’événements. De plus, des agents de prévention veillent au respect des heures de sorties des poubelles par les habitants. Le travail de ces agents et ouvriers n’est cependant que peut valorisé auprès des habitants, et particulièrement auprès du jeune public, et les petits actes inciviques de malpropreté compliquent souvent leurs tâches. Afin de favoriser le respect du travail des agents et ouvriers de terrain, la Commune souhaite développer un outil de sensibilisation et d’information, sous forme de vidéo, sur la propreté publique, la gestion des déchets et le rôle de chacun, y compris des citoyens et des commerçants. Ce moyen de communication permettra de mettre en valeur les employés œuvrant pour la propreté de la commune et d’amener ainsi le public à respecter davantage leur travail. Il a en outre pour objectif d’illustrer les gestes « de bonne conduite », d’informer sur les risques encourus en cas de non respect de la propreté publique et d’informer sur les moyens mis à disposition des Etterbeekois pour se débarrasser de leurs déchets. Deux types de vidéos sont envisagées : une vidéo « grand public », destinée aux citoyens et une vidéo « à caractère éducatif et didactique », plus destinée aux jeunes. De jeunes etterbeekois pourraient être sollicités via certaines associations, la Maison des Jeunes ou les écoles pour participer à la réalisation de ce projet afin de s’approprier la problématique. Ces vidéos seraient diffusées lors d’événements et dans les écoles.

Calendrier de mise en œuvre 2011

ƒƒ Mise en place d’une collaboration entre les différents partenaires pour la réalisation de la (des) vidéo(s). ƒƒ Définition d’un (des) scénario(s) et des « acteurs ».

2011

ƒƒ Organisation d’une récolte de fonds par les jeunes impliqués dans la réalisation de la vidéo (organisation d’un événement, action lors d’une manifestation…) et/ou par les commerçants (à définir).

2011

ƒƒ Réalisation de la vidéo. ƒƒ Réalisation d’un DVD.

Jeunes, Ecoles, Emploi

113


action n°

23

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : jeunes, « organe » d’encadrement de ces jeunes (association ou autres), équipe « vidéo » ƒƒ Services : Service Jeunesse, mise à disposition d’un agent communal pour la coordination. „„ Budget (estimation) ƒƒ Pour la réalisation de la vidéo ƒƒ Pour la réalisation d’un DVD ƒƒ Total : 5.000 à 10.000 €

Aides financières mobilisables „„ Possibilité via la Fondation Roi Baudouin à travers l’appel à projet « Quartier de Vie », « Coups de jeunes » „„ Récolte de fonds par les jeunes et les commerçants (ex. organisation de brocantes) (à définir)

2011-2012

ƒƒ Action de sensibilisation grand public : projection de la (des) vidéo(s) (ex : Espace Senghor….).

2011-2012

ƒƒ Diffusion du DVD dans les écoles (ex : projection lors de la « Semaine Européenne de Réduction des Déchets »).

2011-2012

ƒƒ Mise en ligne de la (des) vidéo(s) sur le site Internet de la Commune (à étudier).

2011-2012

ƒƒ Diffusion de la vidéo lors d’événements ou de manifestations sur le terrain (ex : marchés).

Indicateurs „„ Nombre de partenaires impliqués dans la réalisation de la (des) vidéo(s) „„ Nombre de jeunes impliqués dans la réalisation de la vidéo „„ Nombre de DVD distribués (associations, écoles…)

Voir aussi Fiches-action n°15, n°17 à 22 et n°24, n°25

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujets à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











114


action n°

24

Renforcer la sensibilisation sur le tri et la gestion des déchets dans les logements sociaux Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Propreté Publique / Gestion des déchets

Objectif

Développer des outils de sensibilisation adaptés à différents publics sur la gestion des déchets et la propreté publique

Structure ou personne pilote Cabinet du Bourgmestre (Logement social et Agences immobilières sociales)

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Division Environnement, Travaux Publics, Logement „„ Autres sur la commune : AIS, Logement et harmonie Sociale ASBL, quelques ALE, s.a. « Le Foyer etterbeekois », Assam-Sorelo s.c., L’aile ASBL „„ Autres hors commune : ABP, Bruxelles Environnement, Société du logement de la Région bruxelloise (S.L.R.B.), Cabinet du Secrétaire d’Etat bruxellois au Logement, Fost Plus

Description Bien qu’obligatoire depuis janvier 2010, le tri des déchets ne constitue pas une priorité pour les personnes fragilisées qui sont quotidiennement confrontées à d’autres difficultés. Or la gestion des déchets dans les logements sociaux constitue une problématique récurrente et le non-respect des obligations dans ce domaine est souvent source de nuisances importantes pour les habitants et riverains mais également pour l’environnement. Dans le cadre de son Plan Déchets Communal, la Commune souhaite renforcer la sensibilisation sur le tri des déchets (et sur les possibilités de réduction des déchets) dans les logements sociaux. Concrètement, il s’agit de développer des actions de sensibilisation et d’information sur cette thématique destinées aux locataires de ces logements. Différentes pistes sont possibles : organisation d’animations à caractère pédagogique, pose d’affiches près des « locaux conteneurs » et à certains endroits stratégiques, distribution gratuite de sacs poubelles et de « pack » contenant différentes brochures d’information (dont le guide des déchets et de la propreté – voir fiche-action n°21), etc. Un ambassadeur du tri pourrait également être désigné et serait chargé d’effectuer des animations et des actions de communication régulières auprès des locataires (consignes de tri, diminution des emballages, services offerts par la Commune et la Région bruxelloise, collecte des déchets, enjeux globaux). Des sacs poubelles réutilisables, lavables, compartimentés et adaptés aux logements de petite taille pourraient également être distribués afin de permettre aux locataires de réaliser des économies et de participer plus facilement au tri sélectif.

Où en sommes-nous ? Communication sur le tri dans les logements sociaux.

Calendrier de mise en œuvre 2011

„„ Affichage de panneaux d’information/d’autocollants sur le tri des déchets dans les locaux à conteneurs et dans certains endroits stratégiques des logements sociaux.

2011

„„ Installation de conteneurs sélectifs dans les logements sociaux qui en sont dépourvus. „„ Organisation de séances d’information destinées aux locataires des logements sociaux et distribution de sacs de tri sélectifs et de brochures d’information.

2011-2012 „„ Désignation ou mise à disposition d’un référent « tri des déchets » ou d’un ambassadeur du tri dans chaque logement social.

115


action n° Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : référent tri dans les logements sociaux, ambassadeur tri ƒƒ Service : mise à disposition d’un agent communal pour la coordination „„ Budget (estimation) ƒƒ Pour la mise en place de conteneurs sélectifs et de panneaux d’information dans les logements sociaux ƒƒ Pour les outils d’information (brochures, « pack »…) et la distribution de sacs poubelles sélectifs ƒƒ Pour la création de sacs réutilisables ƒƒ Pour les animations

24

2011

„„ Organisation d’animations dans les logements sociaux sur le tri des déchets.

2011

„„ Mise en place d’une collaboration avec Fost-Plus pour la création de sacs réutilisables.

2012-2013 „„ Distribution des sacs réutilisables et séances d’information sur leur utilisation. 2013

„„ Renforcement des contrôles.

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











Indicateurs „„ Nombre de logements sociaux concernés „„ Nombre de locataires des logements sociaux participant aux actions „„ Quantités de déchets triés „„ Nombre de sacs distribués/de conteneurs installés

Voir aussi Fiches-action n°15, n°17 à 23, n°25

116


action n°

25

Renforcer l’éducation en matière de respect de la propreté publique et de civisme dans les écoles Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Propreté Publique / Gestion des déchets

Objectif

Développer des outils de sensibilisation adaptés à différents publics sur la gestion des déchets et la propreté publique

Description Bien que certaines écoles participent activement au tri des déchets et également à la propreté urbaine aux abords de leur établissement, bon nombre d’entre elles restent encore confrontées à des problèmes de propreté dus en général à un manque de civisme et de respect de l’espace public de la part des élèves. Les écoles ont un rôle à jouer auprès de leurs élèves, en intégrant la problématique des déchets et de la propreté publique de manière pédagogique et ludique afin de favoriser la prise de conscience et de stimuler les « bons réflexes » à l’école, mais aussi sur la voie publique et à la maison. Les écoles seront invitées à développer des projets éducatifs sur ces thématiques (compostage, tri, récupération, recyclage et gestion des déchets, etc.) en favorisant la participation des élèves. La sensibilisation passe autant par un renforcement du volet préventif lié à la production de déchets (par exemple, le « sur-emballage ») que par la mise en place d’actions concrètes dans écoles (tri des déchets, ateliers récupération et recyclage, ateliers compostages…). Afin de renforcer le civisme, il est également important de mettre en avant le travail des agents de la propreté publique. Des actions de terrain (participation au nettoyage, animations), des visites (centres de tri) ou des témoignages de divers acteurs pourraient par exemple être intégrés dans les programmes scolaires en vue de renforcer la sensibilisation.

Où en sommes-nous ?

Structure ou personne pilote Service Enseignement

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Division Environnement, Travaux Publics, Développement durable, Animation, Jeunesse „„ Autres sur la commune : Contrat de Sécurité et Prévention, APS, ouvriers de la propreté publique, bibliothèques, centres culturels, associations (à définir) „„ Autres hors commune : ABP, Bruxelles Environnement, réseau associatif.

Certaines écoles etterbeekoises mettent en place des actions ponctuelles concernant la gestion des déchets. L’Athénée Royal Jean Absil (éco-labellisée) a mis en place le tri des déchets et des actions de sensibilisation.

Calendrier de mise en œuvre 2011

„„ Diffusion des appels à projets liés aux déchets et à la propreté et appel à la participation auprès des écoles etterbeekoises.

2011

„„ Définition d’une collaboration écoles/Commune/autre structure éventuelle pour la mise en place de projets (éventuellement inter-écoles)

2011

„„ Diffusion d’outils pédagogiques sur les déchets et la propreté auprès des écoles etterbeekoises.

2011

„„ Organisation d’une journée de visite dans un centre de tri et d'enfouissement.

2011

„„ Organisation de séances de témoignage d’agents de la propreté publique (sensibilisation).

117


action n°

25

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectifs : Porteurs de projets dans les écoles (professeurs, associations, etc.), directeurs et personnel motivés, agents de la propreté publique ƒƒ Service : ise à disposition d’un agent communal pour la coordination des projets „„ Budget (estimation) ƒƒ Pour équipements pédagogiques dans les écoles (à estimer) ƒƒ Pour le développement de projets (à estimer) ƒƒ Pour l’organisation de visites de terrain (à estimer) ƒƒ Possibilités de subsides via le programme fédéral de la Politique des Grandes Villes pour installer des poubelles sélectives dans les écoles.

Indicateurs „„ Nombre d’écoles développant un projet lié à la problématique des déchets et/ou de la propreté publique „„ Nombre d’activités organisées par les écoles liées aux déchets et/ou de la propreté publique „„ Nombre d’élèves impliqués dans ces activités/projets „„ Quantité de déchets produits par an dans les écoles et type de déchets. „„ Evolution du poids des poubelles communales aux abords des écoles.

2011-2012 „„ Organisation d’actions de nettoyage aux abords des écoles couplées à des actions de sensibilisation (diagnostic des déchets, …). 2011-2012 „„ Diffusion du Guide des Déchets et de la Propreté dans les écoles et auprès des élèves. 2012

„„ Organisation de séances d’information en lien avec les déchets et la propreté publique dans les écoles en collaboration avec des associations ou autres partenaires.

2012

„„ Projection de la vidéo réalisée sur la propreté publique (fiche-action n°23) et témoignage d’ouvriers de la propreté.

2013

„„ Installation de poubelles sélectives dans les écoles (voir subsides).

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











Voir aussi Fiches-action n°15, n°17 à 24

118


action n°

26

Mettre en place un « parcours des artistes, des artisans et du savoir-faire » Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Culture/Economie Locale

Objectif

Mettre en valeur les artistes, les artisans et le savoir-faire etterbeekois

Structure ou personne pilote Service de la Culture fr. et Service de la Culture nl.

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Animation, Information, Développement durable, Cabinet du Bourgmestre (Participation), Tourisme, Classes Moyennes, Cohésion Sociale, Jeunesse, Prévention. Histoire d’Etterbeek, Patrimoine. „„ Autres sur la commune : artistes et artisans etterbeekois, associations de commerçants, associations liées à la culture, clubs de danse, écoles etterbeekoises, centres culturels (Espace Senghor, Gemeenschapscentrum De Maalbeek), CPAS, Maison des Jeunes, comités de quartiers, bibliothèques francophone et néerlandophone, établissements artistiques (académies)… „„ Autres hors commune : Cocof, Région de Bruxelles-Capitale, Communauté française et flamande, Fondation Roi Baudouin, Institutions européennes.

Description De nombreux artistes célèbres sont nés et ont vécus à Etterbeek, qu’ils soient peintres, sculpteurs, dessinateurs de bande dessinées, musiciens, etc. Les plaques, constructions, sculptures disséminées sur la commune sont autant de témoignages de leur présence. Actuellement, Etterbeek compte un certain nombre de lieux culturels (théâtres, bibliothèques, l’atelier du maître-verrier Pierre Majerus, la Fondation René Carcan, le Théâtre Saint-Michel, le Centre Culturel « Espace Senghor », …) et de monuments, sites et édifices remarquables. De nos jours, le potentiel artistique d’Etterbeek demeure remarquable. Des peintres, sculpteurs, graveurs, musiciens, danseurs, acteurs, comédiens, écrivains, photographes, architectes, calligraphes (…) de tout âge, professionnels ou amateurs, sont présents sur le territoire. Etterbeek compte également un certain nombre d’établissements d’enseignement artistique (Académie Constantin Meunier, Académie Jean Absil, Rijkscentrum Hoger Kunstonderwijs, Muziekacademie Frederic Chopin, etc.) ainsi que de nombreux ateliers permanents ou périodiques où les etterbeekois peuvent se familiariser ou s’initier à des disciplines et savoir-faire artistiques. Côté artisanat, Etterbeek compte également de nombreux métiers : encadreur, marbrier, fondeur, verrier (vitraux), chocolatiers, orfèvre, ferronnier d’art, luthier … La Commune souhaite valoriser ses artistes et artisans (professionnels et amateurs) et mettre en valeur leurs savoir-faire en mettant en place un « parcours des artistes, des artisans et du savoir-faire etterbeekois ». Ce parcours sera l’occasion de (re)découvrir le patrimoine culturel existant, les établissements artistiques mais surtout de permettre aux artistes et artisans etterbeekois de présenter leurs œuvres et leur métier. Durant la période du parcours, de nombreux vernissages et spectacles seront organisés et de nombreux ateliers, commerces et établissements seront accessibles. Concrètement, ce parcours consiste en une promenade conviviale à travers les rues d’Etterbeek ponctuée d’arrêts dans différents lieux pour découvrir les expositions, spectacles, ateliers, etc. Des animations spécifiques pour les enfants et les jeunes pourraient également être intégrées au parcours.

Où en sommes-nous ? 1998 :

Participation à « Bruxelles ma découverte ».

2008-09 : Tentative de mise en place d’une « semaine des amateurs d’arts » (n’a pas abouti). Il existe déjà plusieurs initiatives visant à mettre en valeur le travail des artistes etterbeekois : du côté francophone (voir avec le centre paroissial et le groupe CDH : journée des talents!), du côté néerlandophone, le Gemeenschapscentrum De Maalbeek prépare (pour 2012) un « Parcours d’artistes », pour lequel De Maalbeek demandera également la collaboration des partenaires francophones. L’initiative « foire aux savoir-faire » de RES 59 est devenue un élément de certaines fêtes de quartier (ex : Chambéry). Le Service de la Culture organise des expositions d’artistes dans le Hall de l’Hôtel communal. 119


action n° Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : 1 personne pour organiser des visites guidées, Gardiens de la Paix ; bénévoles (aide à l’organisation), personne ressources dans les centres culturels. ƒƒ Service : mise à disposition d’un agent communal pour l’organisation, (voire engagement d’un agent communal (1 ETP)) „„ Budget (estimation) ƒƒ Besoin de sponsors/ mécénat ƒƒ Nécessité de subsides (Cocof, Fondation Roi Baudouin, Région de Bruxelles-Capitale, Communauté française et flamande, …)

Indicateurs „„ Nombre de parcours organisés „„ Nombre d’artistes et d’artisans participant au « parcours » „„ Nombre d’ASBL et de bénévoles impliqués „„ Nombre de visiteurs (inscriptions)

26

Calendrier de mise en œuvre A définir

„„ Recherche de sponsors / subsides.

A définir

„„ Appel à la participation auprès des artisans et artistes etterbeekois. „„ Création d’un groupe de travail : définition des lieux d’expositions en concertation avec les partenaires impliqués dans l’action (Validation du Collège).

A définir

„„ Définition d’un nom pour le parcours, de la durée etc.

A définir

„„ Etude de la possibilité de créer des fresques murales sur des façades ou des murs aveugles, notamment pour l’inauguration du parcours.

A définir

„„ Mise en place du parcours et évaluation.

A définir

„„ Etude de la possibilité de créer un marché des artistes et des artisans à Etterbeek (sous réserve).

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











Voir aussi Fiche-action n°41

120


action n°

27

Créer un festival culturel et artistique des arts urbains Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Culture (Jeunesse)

Objectif

Mettre en valeur les jeunes talents etterbeekois

Structure ou personne pilote Service de la Culture fr. et Service de la Culture nl. / Service Jeunesse

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Jeunesse, Animation, Information, Cohésion Sociale, Prévention, Histoire d’Etterbeek, Patrimoine, Cabinet du Bourgmestre (Participation), Développement durable, Tourisme. „„ Autres sur la commune : associations travaillant avec les jeunes, écoles, Police, centres culturels (Espace Senghor, Gemeenschapscentrum de Maalbeek), bibliothèques francophone et néerlandophone, Comités de Quartier, Quartier durable, Maison des Jeunes, mouvements de jeunesse, Théâtres, Académies, Lauréats du prix Louis Schmidt, … et de manière générale les lieux culturels d’Etterbeek

Description La culture est un élément essentiel dans l’optique d’un développement local durable car elle permet notamment l’établissement de liens dans de nombreux domaines (cohésion sociale, environnement, insertion socio-professionnelle, jeunesse, etc.). Etterbeek possède un certain nombre de structures culturelles sur son territoire (théâtre, académies, centres culturels, bibliothèques…). Elle possède également de nombreux talents artistiques, chez les adultes mais aussi chez les jeunes. Afin de promouvoir et de valoriser ces jeunes talents, la Commune souhaite mettre en place un festival culturel, artistique et durable destiné aux jeunes. Ce festival s’intègre également dans la volonté de la Commune d’élaborer un Plan Jeunesse en concertation avec d’autres compétences. Ce festival sera organisé en partenariat avec de nombreux acteurs locaux (Maison des Jeunes, associations, Service de Prévention, etc.) et permettra également de mettre en valeur le travail de ces différentes structures, d’améliorer la visibilité de leurs actions et projets auprès de la population. Différentes disciplines y seront mises à l’honneur, pour différentes catégories d’âges : musique, cinéma, peinture, sculpture, dessin, fresque, spectacle et animation, théâtre et arts de la scène, tables de discussion thématiques, poésie …). Ce festival sera également l’occasion de mettre en avant le patrimoine culturel d’Etterbeek et son histoire. Les jeunes seront invités à participer au festival, à sa programmation et à son organisation, en collaboration avec les acteurs de terrain et l’administration communale. Cela permettra de favoriser les rencontres entre jeunes de culture et d’origines différentes, de créer des liens de solidarité interculturels, de partager leurs savoirs et leurs savoir-faire. L’idée est de commencer par une programmation relativement simple mais adaptée, puis, après évaluation, de passer progressivement à un festival plus ambitieux. Enfin, ce festival permettra également de promouvoir la participation de personnes défavorisées et de leur fournir un accès à des activités culturelles. Rem. : possibilité de coupler cette action avec l’action n°28

Où en sommes-nous ? 2006 : Festival Carabistouille, théâtre de rue pour enfants et adultes, Maelström reEvolution FiEstival, Festival d’arts poétiques, littéraires et musicaux à l’Espace Senghor. Mai 2010 : Festival « Party Fun Live Festival » pour les jeunes au Parc du Cinquantenaire (partie etterbekoise).

„„ Autres hors commune : Cocof, Région de Bruxelles-Capitale, Communauté française et flamande, Fondation Roi Baudouin, programmateur spécialisé 121


action n° Moyens nécessaires

27

Calendrier de mise en œuvre

„„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : mise à disposition d’un agent communal au Service de la Culture et/ou de la Jeunesse pour la coordination, voire engagement d’un agent communal ƒƒ Effectif : pour renfort des Services Jeunesse et Animation, faire appel à un programmateur / organisateur d’événement (durable) selon la nature et la taille de l’événement

A définir

„„ Définition du concept du festival et du rôle de la Commune. „„ Inventaires des « organisations » qui pourraient ou devraient participer. „„ Recherche de sponsors/subsides.

A définir

„„ Appels à la participation et recensement des partenaires, artistes, etc.

A définir

„„ Mise en place d’un groupe de travail pour l’organisation du festival (Validation du Collège), définition d’un lieu pour le festival et des rôles des partenaires. „„ Recherche d’un programmateur spécialisé (contrat).

A définir

„„ Réunion de concertation avec les jeunes : définition des activités… „„ Consultation des membres du Conseil consultatif de la Jeunesse.

„„ Budget (estimation) ƒƒ Pour la mise en place du festival (à définir) ƒƒ Besoin de sponsors (par ex. via les commerçants locaux) ƒƒ Nécessité de subsides (Cocof, Fondation Roi Baudouin, Région de Bruxelles-Capitale…)

A définir

„„ Organisation du festival.

A définir

„„ Festival culturel et artistique (création d’une œuvre collective artistique).

A définir

„„ Réitérer le festival tous les 2 ans.

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Indicateurs

Enjeux

„„ Nombre d’associations participantes au festival „„ Nombre de jeunes participants à l’organisation du festival „„ Nombre de jeunes exposant leurs « talents » „„ Nombre de stands tenus par des jeunes lors du festival „„ Affluence lors du festival

Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











Voir aussi Fiches-action n°41, n°45

122


action n°

28

Créer un événement culturel et festif autour de l’Europe Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Culture

Objectif

Mettre en valeur le caractère multiculturel et la dimension européenne d’Etterbeek

Structure ou personne pilote Service des Affaires Européennes / Services de la Culture fr. et nl. / Service Animation

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Information, Cabinet du Bourgmestre (Participation), Tourisme, Développement durable, Cohésion Sociale, Prévention „„ Autres sur la commune : Centres culturels (Espace Senghor, GC de Maalbeek), Comités de Quartier, associations liées à la Culture, bibliothèques francophone et néerlandophone, Police, Commission Consultative des Affaires Européennes, CPAS, artistes, Comité des Régions : Communautés locales de chaque pays membre, Bureau de Liaison Bruxelles-Europe. „„ Autres hors commune : Cocof, Région de Bruxelles-Capitale, Communauté française et flamande, Commission Européenne (culture), Ambassades des pays membres, Institutions culturelles européennes (Goethe Institut, Instituto Cervantes…), Fondation Roi Baudouin, CGRI.

Description Par la proximité des Institutions Européennes, Etterbeek dispose d’un fort potentiel européen au niveau culturel et a ainsi vocation de commune européenne. La Commune souhaite mettre en valeur et impliquer les communautés européennes locales et ressortissants des états membres présents sur son territoire à travers l’organisation de festivités autour de la culture européenne. Plusieurs possibilités sont envisagées en fonction des partenaires impliqués, des moyens humains et des subsides disponibles. L’idée consiste à inviter les états membres (un, plusieurs, voire l’ensemble des 27 états selon les possibilités et moyens) à présenter des groupes folkloriques et/ou fantaisistes représentatifs de leur culture, qui proposeront, durant quelques jours, des animations dans les rues et espaces culturels d’Etterbeek (fanfares, spectacles, danses, expositions…). La gastronomie et la promotion du tourisme seraient également abordées. Les communautés locales des états membres seront associées aux festivités. Ces festivités sont l’occasion pour les Etterbeekois de découvrir de façon ludique d’autres cultures européennes. La programmation des festivités devra être réaliste la première année mais, après évaluation, cet événement festif a pour vocation de prendre de l’ampleur. Ainsi, un ou deux groupes représentatifs et « facilement identifiables » d’un nombre limité de pays membres pourraient être invités la première année et rayonner vers les centres culturels et les bibliothèques, mais aussi vers des structures comme les homes, certaines écoles, les logements sociaux, etc. De manière générale, les Institutions Européennes seront également invitées à impliquer le territoire d’Etterbeek dans des démarches thématiques « grand public » (jeunesse, environnement, multilinguisme, santé…). Rem. : possibilité de coupler cette action avec l’action n°27

Calendrier de mise en œuvre A définir

„„ Mise en place d’un groupe de travail avec les partenaires etterbeekois concernés et notamment la Commission Consultative des Affaires Européennes (validation du Collège) : définition détaillée de l’événement, contact avec les pays, définition des moyens et des rôles des partenaires…

A définir

„„ Recherches de subsides (régions, communautés, Europe) : profiter des moyens consacrés par les différents pays membres à la promotion de leur pays lors de la période de présidence.

A définir

„„ Appels à la participation de groupes représentatifs via les ambassades/ les représentations européennes des états membres

A définir

„„ Organisation de l’événement (groupe de travail : aspects pratiques…). Invitation des résidents européens etterbeekois à s’associer à des activités issues de leur pays/région.

A définir

„„ Mise en œuvre de l’événement „„ Réitérer l’événement tous les 2 ans, voire tous les ans, selon les moyens.

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

123


action n° Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : mise à disposition d’un agent communal pour la coordination et l’organisation, voire engagement d’un agent communal (1 ETP) ƒƒ Effectif : Gardiens de la Paix, bénévoles (aide à l’organisation), personne ressources dans les centres culturels

28

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











„„ Budget (estimation) ƒƒ Nécessité de subsides (européens, Région de BruxellesCapitale, Fondation Roi Baudouin…) pour la mise en place du projet

Indicateurs „„ Nombre d’états membres participants „„ Nombre de groupes représentatifs d’un état membre participant à l’événement „„ Nombre d’événements organisés „„ Nombre de visiteurs (affluence)

Voir aussi Fiches-action n°41, n°44

124


action n°

29

Renforcer la sensibilisation sur les « Objectifs du Millénaire » et la coopération au développement Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Solidarité Internationale

Objectif

Favoriser les comportements solidaires et conscientiser les Etterbeekois comme étant des « citoyens du monde »

Structure ou personne pilote

Description Depuis plusieurs années, le Service de la Solidarité Internationale met en œuvre, en collaboration avec de nombreuses associations, diverses actions illustrant la volonté de la commune d’Etterbeek d’être un réel acteur de la coopération au développement. La promotion du commerce équitable, en contribuant à diminuer la pauvreté dans les pays producteurs du Sud, constitue un moyen de participer au niveau local à la réalisation des « Objectifs du Millénaire ». Les « Objectifs du Millénaire pour le Développement » (OMD), sont un ensemble de 8 objectifs adoptés par 191 pays lors du Sommet du Millénaire (2000). Ces pays se sont engagés à lutter contre la pauvreté et la faim, à améliorer l’éducation pour tous, à améliorer la santé maternelle, à promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, à préserver l’environnement, à réduire la mortalité infantile, à combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d’autres maladies et à mettre en place un partenariat mondial pour le développement. La date limite pour atteindre ces objectifs a été fixée à 2015.

Service de la Solidarité Internationale.

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Développement durable, Egalité Hommes-Femmes, Division Environnement, Prévention, Cabinet du Bourgmestre, Enseignement et de manière générale, les services liés aux thématiques des OMD. „„ Autres sur la commune : TRESI, comprenant : Getmo (Groupe Etterbeek Tiers-Monde), les magasins du monde Oxfam, le comité 11.11.11, Nazca ASBL, Mieux vivre à Tienkouakro ASBL, Bambou Vert ASBL, Beltog ASBL, CPAS, Programme de Cohésion Sociale, CCDD et autres Conseils consultatifs. „„ Autres hors commune : au niveau fédéral, DGCD (Direction Générale de la Coopération au Développement), VAIS (Vlaams Agentschap voor Internationale Samenwerking).

La Commune souhaite renforcer sa participation à la réalisation de ces OMD. Concrètement, il s’agit de mettre en place des actions d’information, de sensibilisation et d’éducation sur les OMD auprès des habitants et dans les écoles (leur état d’avancement, les possibilités d’action à différents niveaux, etc.). Ces actions seront mises en place soit de manière ponctuelle, soit à l’occasion d’événements ayant lieu sur le territoire de la commune, tels que le Mois de la Solidarité Internationale. Différents outils et brochures seront créés afin de toucher un large public. Un soutient sera également apporté aux associations locales désirant développer des projets dans les pays du Sud. En fonction des thématiques abordées, différents services communaux et paracommunaux seront invités à développer, de manière transversale, des actions en lien avec les OMD.

Où en sommes-nous ? 2009 : Aide méthodologique pour la rédaction de deux projets subsidiés à mettre en place en Afrique. 2010 : Réalisation de brochure d’information sur les OMD. 2010 : Campagne de soutien pour Haïti : actions sur le terrain et récolte de fonds. Juin 2010 : Organisation d’un match de football pour la 10e Journée Mondiale des Réfugiés. De nombreuses actions d’information et de sensibilisation à la solidarité internationale et au commerce équitable (produits, alimentation…) ont lieu chaque année à travers des actions ponctuelles (spectacles, concerts, débats, conférences, ateliers, expositions, repas, rencontres, échanges d’expériences) ou lors du Mois de la Solidarité Internationale et de la Semaine du Commerce Equitable. Parmi les autres événements, on peut citer la Fête « Karibu », la « Fête du Monde », les « Repas de la Solidarité », les petits déjeuners « Made in Dignity », etc.

125


action n°

29

Calendrier de mise en œuvre 2010

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : bénévoles (citoyens, associations, écoles, etc.) „„ Budget (estimation) ƒƒ Pour les outils de communication et matériel : 1500 € ƒƒ Pour l’organisation d’événements : 3000 € ƒƒ Se renseigner sur la possibilité de subsides régionaux

Indicateurs „„ Nombres d’activités locales organisées autour des OMD. „„ Nombre de services communaux participants à des projets/activités/ événements autour des OMD. „„ Nombre de participants aux activités (associations, citoyens, structures paracommunales…) „„ Nombre de demandes visant à développer un projet lié aux OMD vers les pays du « Sud » „„ Nombre de projets réalisés.

„„ Création d’un « Laboratoire itinérant sur les Objectifs du Millénaire et la Solidarité Internationale » (discussions/réflexions, promotion de produits équitables, projection de films, conférences/débats, affiches sur les activités organisées pour les OMD…). „„ Création de groupes de réflexion par quartiers avec les habitants et acteurs locaux sur les possibilités d’action en faveur de la Solidarité Internationale et des OMD.

Sept.-Oct.- „„ Diffusion de brochures/flyers d’information et de sensibilisation vers les Etterbeekois, les associations locales et les structures paracommuNov. 2010 nales sur les OMD notamment à l’occasion du Mois de la Solidarité Internationale (17/10 au 21/11) et de la Semaine du Commerce équitable (29/9 au 9/10). „„ Travail à l’obtention du titre «Commune équitable», promotion de l’éthique du commerce équitable et des produits équitables, notamment au niveau de l’alimentation équitable. Janvier-mai „„ Organisation de collectes de matériel scolaire non utilisé dans les écoles primaires et secondaires d’Etterbeek (tous réseaux confondus) 2011 en collaboration avec les élèves du Centre d’Enseignement Ernest Richard autour de projets de développement de « pays du Sud ». „„ Conscientisation et sensibilisation des élèves aux problèmes du développement des pays « pauvres » et aux réalités quotidiennes dans le domaine du l’éducation. 2011-2015 „„ Organisation d’un événement annuel sur les OMD en collaboration avec différents services communaux (Environnement, DD, Education, Santé, Egalité des Chances), paracommunaux, ASBL etterbeekoises et autres partenaires, où différentes thématiques seront abordées. En continu „„ Diffusion des appels à projets dans le cadre des OMD auprès des différentes associations etterbeekoises et de la TRESI. Soutien méthodologique pour la rédaction des projets (3 projets pour 2010). „„ Sensibilisation à la dimension mondiale du développement durable au niveau local et au commerce équitable lors des différents événements. „„ Développement de projets liés aux OMD, au commerce équitable et à la solidarité internationale en collaboration avec la TRESI et des associations etterbekoises, à Etterbeek et vers les pays du Sud. 2015

„„ Bilan des actions réalisées pour les OMD à Etterbeek.

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité













126


action n°

30

Mettre en place des formations liées aux économies d’énergie et à l’isolation Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Economie Locale

Objectif

Stimuler l’emploi et l’établissement de nouvelles entreprises d’économie sociale dans les filières liées à l’énergie

Structure ou personne pilote Cabinet du Bourgmestre (Politique d’insertions sociale et professionnelle) / Mission Locale

Description Les filières d’éco-rénovation et d’éco-construction se développent de plus en plus en Belgique. Bien que l’investissement au niveau de l’isolation des bâtiments et des logements des particuliers (toitures, façades, sol, châssis-fenêtre…) demeure important, la mise en place d’incitants au niveau régional ou communal a contribué au succès de cette filière. L’information et la sensibilisation sur ces matières de la part du secteur associatif, de la Région et des communes bruxelloises permettent progressivement de toucher un plus large public. Afin de contribuer au développement de ces filières et à la création d’emploi dans ce secteur, la Commune souhaite mettre en place une formation qualifiante à l’isolation et aux économies d’énergie. L’objectif est de se donner les moyens de créer une économie transversale, soit via la mise en place d’une formation, soit via le Programme de Transition Professionnel, qui, suite à une étude de faisabilité, s’accompagnerai de la création d’une entreprise d’économie sociale. Cette formation, mise en place via la Mission Locale d’Etterbeek, s’adressera prioritairement aux demandeurs d’emploi n’ayant pas de diplômes d’enseignement secondaire et aux chômeurs de longue durée. Cette formation comprendra des aspects théoriques (législation, règle de qualité et de sécurité, etc.) et pratiques ainsi qu’un accompagnement socioprofessionnel. Elle permettrait ainsi aux participants d’acquérir un savoir-faire et une expérience professionnelle concrète dans ce secteur dans une perspective de (ré)insertion professionnelle. L’entreprise d’économie sociale proposera notamment d’effectuer des travaux dans les intérieurs des logements et bâtiments et donnera des conseils pour économiser de l’énergie. A long terme, l’idée est d’attirer des entreprises engagées dans ce domaine sur le territoire d’Etterbeek, de pérenniser les incitants afin de favoriser les investissements dans l’isolation des bâtiments et des logements et de créer des emplois durables pour les personnes formées dans ces domaines.

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Emploi, Classes Moyennes, Cellule Energie des Travaux Publics, Développement durable, Guichet de l’énergie

Où en sommes-nous ? Renseignements sur la manière de mettre en œuvre cette action avec la Mission locale pour l’Emploi.

„„ Autres sur la commune : CPAS, Atrium, AIS „„ Autres hors commune : entreprises dans le domaine de l’isolation des bâtiments, Actiris Etterbeek, Forem, partenaires régionaux dans le secteur de l’isolation et des économies d’énergie, Brusoc-SRIB, Bruxelles-Formation 127


action n°

30

Moyens nécessaires

Calendrier de mise en œuvre

„„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Services : service Formation à la Mission Locale, coordinateur pour la mise en place du projet ƒƒ Effectif : formateurs, directeur de l’entreprise d’économie sociale

2010-2011 „„ Etude de faisabilité via la Mission Locale : formation/PTP et/ou collaboration avec CPAS (Art.60), statistiques sur l’état d’isolation des habitations à Etterbeek, prospection et recherche de formateurs dans le domaine de l’isolation des bâtiments et logements, définition des compétences à avoir pour la formation, cibler la demande des employeurs, etc.

„„ Budget (estimation) ƒƒ Budget pour la mise en place de la formation ƒƒ Frais généraux ƒƒ Budget à déterminer lors de la création de l’entreprise d’économie sociale ƒƒ Se renseigner sur les possibilités d’aides financières et de subsides régionaux

2010-2011 „„ Recherche de débouchés et développement des partenariats avec des entreprises de ce secteur.

Indicateurs „„ Nombre de personnes ayant suivi une formation liée aux économies d’énergie/à l’isolation par an. „„ Nombre de personnes ayant trouvé un emploi dans le domaine des nouvelles technologies vertes/de l’isolation par an „„ Nombre d’entreprises travaillant dans le domaine des nouvelles technologies/énergie/isolation s’étant installées à Etterbeek.

2011-2012 „„ Mise en place des formations et communication. A définir

„„ Mise en place de primes communales récurrentes pour les habitants, commerces, entreprises, incitant aux investissements dans cette filière

A définir

„„ Recherche d’un entrepreneur et création d’une entreprise etterbeekoise d’économie sociale locale pour ce secteur.

A définir

„„ Mise en place d’un plan de communication pour inciter des entreprises de ce secteur à s’implanter à Etterbeek.

2014-2017 ? „„ Engagement des personnes ayant suivi cette formation lors de la construction du nouvel Hôtel communal et des logements (« Réurbanisation des Jardins de la Chasse ») (clauses sociales dans les cahiers des charges) (sous réserve). Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











Voir aussi Fiche-action n°35

128


action n°

31

Créer une formation reconnue en mécanique vélos Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Economie Locale

Objectif

Stimuler l’emploi dans les filières liées à la mobilité douce et la mise en place d’ateliers de réparation de vélos

Description Dans une optique de développement durable, la Commune souhaite développer de nouvelles filières d’insertion socioprofessionnelle. La création d’ateliers de réparation de vélos et la mise en place d’une formation destinée à faciliter leur mise en œuvre permettent ainsi de faire le lien entre l’emploi et la mobilité douce. Suite à une étude de faisabilité sur les différentes possibilités de développer cette filière de réparation de vélos (formation, Programme de Transition Professionnel), la Mission Locale (avec une éventuelle collaboration du CPAS) proposera une formation de réparateur vélo/mécanicien cycle s’adressant à des demandeurs d’emploi n’ayant pas de certificat d’enseignement secondaire supérieur et des chômeurs de longue durée. Cette formation comprendra des aspects théoriques, pratiques (apprentissage de la mécanique vélo, réparation de vélos électriques…) et un accompagnement social et professionnel. Elle leur permettra d’acquérir une expérience professionnelle et leur offrira des débouchés dans ce secteur. Cette formation se ferrait en partenariat avec une structure spécialisée dans ce secteur. Une étude de faisabilité sera également réalisée afin d’analyser les différentes possibilités de créer, avec un éventuel partenariat avec le CPAS, un atelier de réparation de vélos. Cet atelier proposera des contrôles, des entretiens, et des réparations de vélos à des prix attractifs pour favoriser son accessibilité aux personnes précarisées. Il se chargera également de récupérer de vieux vélos et de les remettre en état. Ces vélos pourront éventuellement être vendus ou loués à bas prix. L’objectif est en effet d’encourager l’usage et les déplacements à vélo ainsi que de sensibiliser les citoyens etterbeekois à la mobilité douce. Les aspects prévention (sécurité routière, gravure des vélos), conseils (entretien du vélo) et pédagogiques pourront également être développés.

Structure ou personne pilote

Calendrier de mise en œuvre 2011

„„ Mission Locale : ƒƒ Etude de faisabilité : formation/PTP/collaboration avec le CPAS (Art.60) ; recherche de formateurs, prospection et recherche de débouchés dans ce secteur. ƒƒ Etude de faisabilité pour la création d’un atelier de réparation de vélo : statut (ASBL/ entreprise d’économie sociale, …), collaboration éventuelle avec le CPAS…

„„ Echevinats et services communaux : Emploi, Mobilité, Développement durable

2012

„„ Mise en place de la formation réparateur vélo/mécanicien cycle.

2013

„„ Création de l’atelier de réparation de vélo.

„„ Autres sur la commune : CPAS

2013

„„ Activités de sensibilisation autour du vélo par les personnes formées. (exemple : explication du cheminement de la 2ème vie d’un vélo récupéré).

Chaque année

„„ Participation à des événements sur la mobilité (par ex. « Etterbeek Village »).

Cabinet du Bourgmestre (Politique d’insertions sociale et professionnelle) / Mission Locale

Autres acteurs / Partenaires

„„ Autres hors commune : ASBL : Cyclo (projet DyNAMO), Ateliers de la Rue Voot, GRACQ ; Forem, Actiris Etterbeek, Bruxelles Formation, partenaires régionaux dans ce secteur, Brusoc-SRIB

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

129


action n° Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : Service Formation à la Mission Locale, coordinateur pour la mise en place du projet ƒƒ Effectif : formateurs, responsable de l’ASBL/entreprise d’économie sociale de réparation de vélos

31

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité









„„ Budget (estimation) ƒƒ Budget pour la mise en place de la formation ƒƒ Frais généraux ƒƒ Budget lors de la création de l’ASBL/entreprise d’économie sociale de réparation de vélos (à déterminer) ƒƒ Se renseigner sur les possibilités d’aides financières et de subsides régionaux.

Indicateurs „„ Nombre de participants à la formation „„ Nombre d’emplois créés „„ Nombre de demandes concernant la création d’un atelier de réparation de vélos „„ Nombre de vélos réparés/contrôlés

Voir aussi Fiches-action n°1 à 4

130


action n°

32

Mettre en place un marché bio récurrent Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Alimentation durable

Objectif

Promouvoir l’alimentation bio locale et de saison auprès des Etterbeekois

Description Suite à une demande croissante de la part des Etterbeekois, un premier marché bio a été organisé en septembre 2009, Place Jourdan, par la Commune et les Etablissements Charve, en collaboration avec l’association Bioforum (Vlanderen et Wallonie) qui fédère des producteurs et des distributeurs de produits biologiques belges. Ce marché bio vise à présenter des produits, des saveurs et des solutions biologiques respectueuses de l’environnement et du développement durable. Il fut donc décidé de baptiser cette manifestation : « Les rendez-vous annuels du Bio et du Développement durable ». Les commerces bio locaux ont également l’occasion, en participant à ces manifestations, d’assurer leur promotion. Différentes associations liées à des thématiques du développement durable sont également présentes. Seuls les producteurs, distributeurs ou associations pouvant présenter un label reconnu, sont autorisés à participer à la manifestation. La sensibilisation au développement durable est également assurée par des conférences sur différentes thématiques qui se déroulent pendant la journée ainsi que diverses animations et ateliers. Un stand communal est sur place pour informer et répondre aux questions de la population sur le développement durable et sur les activités et projets du Service DD (alimentation, énergie, etc.). Ce stand a également pour but d’informer et de promouvoir l’A21L ainsi que la participation des citoyens et collectifs etterbeekois.

Où en sommes-nous ? 12 Septembre 2009 : 1er marché bio et du développement durable. Structure ou personne pilote 19 juin 2010 : 2ème marché bio et du développement durable. Service des Brocantes Foires et Marchés Pour diverses raisons, le marché bio prévu le 11 septembre 2010 a été annulé. Autres acteurs / Partenaires

Volonté de réitérer cette manifestation au moins une fois par an.

„„ Echevinats et services communaux : Développement durable, Classes Moyennes, Information, Agenda 21 local, Animation „„ Autres sur la commune : établissements Charve, Hôtel Sofitel (pour les marchés Bio à la Place Jourdan), exposants, associations liées au développement durable, commerces bio. „„ Autres hors commune : Bioforum, associations liées au développement durable. 131


action n°

32

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : Coordinateur du projet : Service des Brocantes Foires et Marchés ; personnes ressources internes (Services concernés) ƒƒ Effectif : 1 équipe de 4 personnes le jour du marché. Autres : déménageurs, ALE, service nettoyage… „„ Budget ƒƒ Marché bio du 12/09/09 : Total : 1.372,58 € ƒƒ Marché bio du 19/06/10 : Total : 11.361,61 € (tente pour bal folk et conférences comprises)

Indicateurs „„ Nombre de personnes inscrites sur les listes au stand DD et A21L „„ Nombre d’exposants participants „„ Nombre de visiteurs aux conférences „„ Degré de satisfaction des exposants et des visiteurs via un questionnaire „„ Empreinte écologique du marché

Voir aussi

Calendrier de mise en œuvre De fin 2010 à avril 2011 (et pour chaque édition)

„„ Mise en forme de la prochaine édition (date, lieu, thématique, exposants, conférences, ateliers, …). „„ Création d’outils de communication et d’information sur les activités/projets du Service DD et sur l’A21L (brochure, flyers, stand1, etc.). „„ Réalisation d’outils d’information sur le prochain marché (attention particulière vers les écoles) et diffusion tout azimut.

Prévision : Mai-Juin 2011

„„ 3e édition : « Les rendez-vous du bio et du développement durable ». „„ Diffusion de questionnaires de satisfaction (exposants et visiteurs).

Fiche-action n°33

Selon les possibilités, un second marché pourrait être organisé en septembre 2011.

Juillet-Août 2011 „„ Calcul de l’empreinte écologique du marché (Développement durable et A21L) „„ Communication : résultats des questionnaires et du calcul de l’empreinte écologique (journal communal et site Internet communal). Prévision : Mai-Juin 2012

„„ 4e édition : « Les rendez-vous du bio et du développement durable » Selon les possibilités, un second marché pourrait être organisé en septembre 2012.

1 Certains de ces outils seront réalisés en collaboration avec une agence de communication spécialisée dans le développement durable.

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité













132


action n°

33

Créer un organe de sensibilisation à l’alimentation durable Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Alimentation durable

Objectif

Sensibiliser les Etterbeekois et les agents communaux à l’alimentation durable

Description Particulièrement active dans le domaine de l’alimentation durable, la commune d’Etterbeek s’est lancée dans un projet pilote largement participatif, baptisé « Commune Ferme à la Ville » (CFV), dont l’objectif est de permettre aux citoyens etterbeekois de consommer plus durablement. Ce projet est basé sur le modèle des AMAP en France (Associations pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) qui a pour but de créer des liens privilégiés entre un groupe de citoyens et des fermiers bio de proximité (principe du circuit court) afin de soutenir ces derniers et, en retour, de pouvoir s’approvisionner en aliments de qualité. La production de l’agriculteur est garantie par un système de préfinancement d’une récolte via les abonnements des consommateurs. « Commune Ferme à la Ville » a une double mission : „„ Sensibiliser les Etterbeekois à l’alimentation durable à travers diverses activités de formations, d’information et d’éducation (ateliers de cuisine, ateliers du goût, journées pédagogiques à la ferme, films, conférences, rencontres et échanges, animations). CFV se chargera de la gestion, de la coordination et de la pérennisation des diverses activités. Elle se chargera également de relayer les actions des associations ou commerces liés à l’alimentation durable.

Structure ou personne pilote Responsable du projet «  Commune Ferme à la Ville » et Service Développement durable

„„ Soutenir et favoriser le développement de groupes d’achats auprès des citoyens etterbeekois (rôle de liaison). CFV a aussi un rôle de gestion des groupes d’achats pour les personnes adhérentes au projet. Les produits proposés aux adhérents se présentent sous la forme de paniers bio directement constitués qui pourront se décliner selon différentes formules (légumes, viande, crèmerie, etc.). A plus long terme, CFV jouera un rôle de « guichet de l’alimentation ».

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Animation, Cabinet du Bourgmestre (Participation), Classes Moyennes „„ Autres sur la commune : CPAS, L’Aile ASBL, Logement et Harmonie Sociale ASBL (LHS), Maison Mosaïque d’Etterbeek, Foyer Etterbeekois. „„ Autres hors commune : fermes bio et locales, agence de communication spécialisée dans le DD, RABAD (Réseau Bruxellois pour l’alimentation durable), Bruxelles Environnement.

Où en sommes-nous ? 2007 :

Définition du projet

2008 :

Consultation externe auprès d’experts

2009 : Etude sur la faisabilité du projet ; conférence de presse (08/10/2009) ; création d’un logo. 2010 : Réalisation de sacs et caddies « Commune Ferme à la Ville » ; paniers bio : phase test auprès du personnel communal et para-communal. Etude de satisfaction. Constitution d’un groupe pérenne avec le personnel communal. Ateliers du goût, expositions et conférences sur l’alimentation durable.

133


action n° Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : responsable du projet : ½ ETP ƒƒ Effectif : équipe/personnel lors des activités/événements „„ Budget (estimation) ƒƒ Estimation : ± 10.000 € / an

Calendrier de mise en œuvre Juin 2010

„„ Développement de la fourniture de paniers bio auprès des structures communales et para-communales (CPAS, Service de Prévention …) et évaluation.

Sept.-Oct. 2010

„„ Réalisation d’un dépliant informatif sur le projet CFV.

Oct.-Nov. 2010

„„ Menu d’automne : « Bon appétit ou bonne chance ? » et présentation du projet « Commune ferme à la Ville » : ƒƒ Exposition sur l’alimentation durable dans le hall de l’Hôtel communal (14 octobre). ƒƒ Projection du documentaire «  Solutions locales pour un désordre global » suivi d’un débat (21 octobre). ƒƒ Conférence sur l’alimentation durable à l’Hôtel communal (25 octobre).

Fin 2010

„„ Ateliers du goût à l’attention des allocataires sociaux en partenariat avec le CPAS.

2011

„„ Conférence d’information sur le projet CFV destinée à la population.

2011

„„ Lancement d’un « Défi Alimentation » destiné à la population.

2011

„„ Appel à la constitution de groupes d’achats auprès de la population „„ Développement de la fourniture de paniers bio auprès des groupes d’achats formés

2011

„„ Menu de printemps : ateliers du goût et ateliers de cuisine à l’attention de la population, projection de films, débats et conférences.

2011

„„ Journée pédagogique à la ferme.

2011

„„ Charte durable à destination des commerçants associés au projet.

2011

„„ Repas trimestriel entre les adhérents et les agriculteurs associés au projet.

2011

„„ Diffusion du calendrier du 1er cycle de conférences.

2012

„„ Lancement du Guichet de l’alimentation.

2013

„„ Activité(s) de sensibilisation à l’alimentation durable auprès des écoles etterbeekoises (à définir).

Indicateurs „„ Nombre de paniers bio commandés. „„ Nombre d’activités organisées chaque année „„ Nombre d’adhérents „„ Nombre de groupes d’achats constitués „„ Nombre d’associations et commerçants impliqués dans le projet

Voir aussi Fiches-action n°15, n°32, n°34, n°36

33

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











134


action n°

34

Mettre en place des menus bio pour les crèches et écoles Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Alimentation durable

Objectif

Promouvoir l’alimentation durable dans les écoles et les crèches etterbeekoises

Description Depuis quelques années, la Commune est particulièrement active dans le domaine de l’alimentation durable. Afin de lutter contre les mauvaises habitudes alimentaires dans les écoles et de préserver la santé des écoliers et des jeunes enfants, la Commune souhaite appuyer le développement de menus, voire de cantines, bio dans les crèches et écoles se trouvant sur son territoire. Concrètement, il s’agit d’intégrer progressivement des pratiques et des produits « durables », dont des produits issus de l’agriculture biologique, des produits locaux et de saison, dans les menus proposés dans les crèches et les écoles. Cette intégration devra tenir compte des impératifs et contraintes de chaque école et se fera en minimisant l’impact sur le fonctionnement interne des cuisines (budget disponible, charge de travail du personnel). La sensibilisation des parents, mais aussi des directeurs, des enseignants et des membres du personnel des écoles et crèches est absolument nécessaire pour la bonne réussite de cette action. L’ASBL Bioforum Wallonie et Bruxelles Environnement proposent des formations et des outils d’accompagnement pour la mise en place de pratiques alimentaires durables, notamment des conseils pour réduire les surcoûts, rédiger les cahiers des charges et trouver des fournisseurs. Des séminaires à destination du personnel distribuant ou préparant les repas dans les écoles sont également proposés pour une bonne intégration des produits bio. La présence d’une personne ressource dans chaque crèche et école permettrait de coordonner la mise en place des menus bio et de répondre aux éventuelles questions des parents.

Structure ou personne pilote Service Enseignement / Service Développement durable

Afin de faire accepter les nouveaux menus et la présence de certains aliments, voire de provoquer un changement dans les habitudes alimentaires à la maison, les élèves seront également sensibilisés au goût et à la diététique, via des activités éducatives et des ateliers pédagogiques. La participation des enseignants constituera un atout non négligeable. Des collaborations avec le Service Développement durable, dans le cadre du projet « Commune Ferme à la Ville », ou avec des associations locales pourront être planifiées.

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Santé, Achat „„ Autres sur la commune : écoles et crèches etterbeekoises, associations (ex : ASBL La Base)

Où en sommes-nous ? L’école de St-Anne offre depuis septembre 2010 à ses élèves un repas chaud bio et durable (de saison).

„„ Autres hors commune : producteurs d’aliments bio/durables, distributeurs, Bruxelles Environnement, Bioforum Wallonie

135


action n°

34

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : une personne ressource dans chaque école/crèche pour suivre le processus ƒƒ Service : mise à disposition d’un agent communal pour la coordination „„ Budget (estimation) ƒƒ A estimer selon les activités développées ƒƒ Possibilités de subsides de la Région de Bruxelles-Capitale

Indicateurs „„ Nombre de parents intéressés par la possibilité d’un repas durable dans une école „„ Nombre d’enfants consommant le menu bio/durable dans chaque école „„ Nombre d’écoles et de crèches offrant des menus bio/durables à Etterbeek „„ Taux de satisfaction des élèves et des parents (questionnaire) „„ Quantité d’aliments bio introduits dans les menus

Calendrier de mise en œuvre 2011

„„ Enquête auprès des parents et sensibilisation : pourcentage de parents intéressés par la possibilité d’un repas bio/durable pour leurs enfants (partenariat avec une ASBL).

2011

„„ Partenariat avec des producteurs et distributeurs pour les écoles et crèches etterbeekoises.

2011

„„ Réunions d’information pour le personnel de l’école/la crèche. „„ Réunions d’information pour les parents.

2011-2012 „„ Travail sur les cahiers des charges des cantines scolaires. 2012

„„ Mise en place des menus bio/durables et information sur les produits et repas à destination des parents.

2012

„„ Appel à la participation à des séminaires proposés par Bruxelles Environnement et Bioforum Wallonie pour le personnel de cuisine des écoles et crèches (sensibilisation et information).

2013

„„ Création d’une aide pour les familles à faibles revenus pour compenser le surcoût des repas bio par rapport aux anciens repas.

Voir aussi Fiches-action n°9, n°10, n°15, n°36, n°33,

2011-2012 „„ Organisation d’une activité pédagogique autour de l’alimentation durable pour les écoles (ateliers du goût, visite des Jardins Participatifs…). „„ Evaluation de l’action. Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











136


action n°

35

Mettre en place un Guichet de l’Energie Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Energie

Objectif

Informer, sensibiliser et conseiller les habitants et collectifs en matière d'économie d'énergie

Description Un Echevinat de l’Energie fut créé en 2007, illustrant la volonté de la Commune de s’engager concrètement en faveur d’une utilisation rationnelle de l’énergie (électricité, gaz, eau, carburant) dans ses propres bâtiments et infrastructures tout en assurant auprès du public la promotion des énergies renouvelables. Le Guichet de l’Energie est un guichet d’information à destination de la population etterbeekoise. De par le haut degré d’urbanisation de la commune et du faible nombre de nouvelles constructions, ce guichet concerne surtout les travaux de rénovation.

Autres acteurs / Partenaires

Le Guichet de l’Energie a pour mission de : ƒƒ fournir aux habitants gratuitement (et sur demande) des informations claires et des conseils pratiques personnalisés pour améliorer la performance énergétique de leur logement, diminuer leur consommation d’énergie (comportements) et les aider à planifier leurs investissements. ƒƒ fournir des renseignements sur les primes et aides financières disponibles (fédérales, régionales, communales) concernant les investissements économiseurs d’énergie dans les habitations. ƒƒ organiser l’information et la sensibilisation de la population etterbeekoise sur les énergies renouvelables, l’éco-rénovation, l’éco-construction, l’utilisation rationnelle de l’énergie, etc. ƒƒ fournir des informations sur la liste des opérateurs agréés pour la réalisation d’audits énergétiques ou l’installation de systèmes d’énergies renouvelables (solaire, thermique ou photovoltaïque) ainsi que des réponses sur les fournisseurs et les tarifs les plus avantageux selon le profil individuel de consommation. ƒƒ faire la promotion des initiatives des associations pour les questions liées à l’énergie. ƒƒ aller à la rencontre des citoyens, assurer une permanence, organiser des conférences ou des visites. ƒƒ proposer, à moyen terme, un « diagnostic énergétique » gratuit aux habitants d’Etterbeek et adapté à leur habitation.

„„ Echevinats et services communaux : CPAS (Cellule énergie)

Où en sommes-nous ?

„„ Autres sur la commune : projet PLAGE, écoles, entreprises et commerçants etterbeekois, Habitat et rénovation ASBL

2009 : Projet pilote A21L de catégorie 2 : « Commerces chaleureux » : sensibilisation des commerçants à l’utilisation de l’énergie. Récolte d’informations liées au domaine énergétique, constitution de bases de données.

„„ Autres hors commune : Strata.Jm (Fabr. & Gross), Centre urbain ASBL – Agence Bruxelloise pour l’Energie (ABEA), Bruxelles Environnement (Cellule Energie), APERe ASBL, Environnement et Découverte ASBL

2010 : Acquisition d’une mallette de démonstration d’ampoules LED.

Structure ou personne pilote Service Développement durable Responsable du Guichet de l’Energie

Avril 2010 : Engagement du responsable du Guichet de l’Energie. Mise à jour des primes disponibles.

137


action n°

35

Moyens nécessaires

Calendrier de mise en œuvre

„„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : responsable du Guichet de l’Energie. (½ ETP)

„„ Mise à jour des informations (personnes de contact, primes …) sur le Juilletsite Communal et d’autres sites de référence (Bruxelles Environnement, Septembre Centre Urbain ASBL…). 2010

„„ Budget (estimation) ƒƒ A estimer selon les actions ou les activités

Fin 2010

„„ Lancement officiel du Guichet de l’Energie (communication).

Fin 2010

„„ Création et diffusion d’une brochure d’information sur les rôles du Guichet de l’énergie.

Indicateurs

A définir

„„ Appel à la participation au concours « Défi énergie » organisé par Bruxelles Environnement auprès des citoyens et des écoles etterbeekoises.

A définir

„„ Atelier éclairage : conseils pour économiser l’énergie pour les citoyens et commerçants (à rééditer tous les 2 ans). Appel à la participation : témoignages.

A définir

„„ Visites de terrain : ex. maisons passives (à définir).

A définir

„„ Exposition sur l’énergie et sensibilisation aux économies d’énergie à destination des enfants.

A définir

„„ Lancement des audits énergétiques chez les particuliers.

2012

„„ Réédition de l’action « Commerces Chaleureux » (collaboration avec le Service des Classes Moyennes).

„„ Nombre d’appels téléphoniques au Guichet de l’énergie „„ Nombre de bilans énergétiques réalisés (à long terme) „„ Nombre de visites, de conférences et d’activités organisées „„ Nombre de primes communales accordées chaque année

Voir aussi Fiches-action n°6, n°10, n°11, n°30

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité









138


action n°

36

Développer les différents aspects préventifs liés à la santé dans les écoles et les crèches Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Santé

Objectif

Renforcer l’intégration des aspects « santé » dans les écoles et les crêches

Structure ou personne pilote Service Enseignement

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Santé, Petite Enfance, Développement durable, Sport, Jeunesse, Prévention „„ Autres sur la commune : les écoles et crèches etterbeekoises, les services de l’ONE et de «Kind & Gezin», tous les acteurs des écoles (directeurs, enseignants, équipe de cuisine…), Centre de Santé des écoles de la commune d’Etterbeek, Centre psycho-médico-social, Centre sportif communal d’ Etterbeek, ASBL Action sport „„ Autres hors commune : en collaboration avec Vivaqua, IBDE, Observatoire bruxellois de la Santé

Description Les écoles et les crèches ont un rôle important à jouer au niveau de l’apprentissage de gestes et de comportements favorisant le maintien d’une bonne santé chez les jeunes et les petits enfants. La thématique santé est liée à de nombreux aspects de la vie quotidienne : type d’alimentation, pratique d’activité physique, gestion de son habitat, hygiène de vie, sécurité lors de déplacements, etc. En outre, la santé est liée aux habitudes et comportements que l’on développe au cours de sa vie. La Commune souhaite renforcer l’intégration des différents aspects préventifs liés à la santé auprès des jeunes et des enfants. ƒƒ Au niveau des crèches, il s’agit de fournir au personnel des outils d’information et de sensibilisation destinés aux parents illustrant les différents aspects à prendre en compte et susceptibles de nuire à la santé de leur enfant, notamment dans les habitats. Ces aspects concernent par exemple le contact avec des substances chimiques (couches, biberons, langes, alimentation…), les pollutions d’intérieur de l’habitat (peintures, produits d’entretien, moisissures, substances allergènes), la sécurité et la prévention, la promotion de l’alimentation bio, etc. Des explications sur les maladies infantiles et des adresses utiles seront également à disposition. ƒƒ Au niveau des écoles, il s‘agit de développer des activités pédagogiques sous différentes formes pour promouvoir les comportements favorisant la santé. Elles peuvent se dérouler à l’école ou lors de visites de terrain. La sensibilisation et l’information auprès des élèves, notamment sur la pratique d’activités physiques, l’alimentation saine et l’hygiène de vie seront largement développées. L’acquisition de notions plus théoriques sur le fonctionnement du corps et les risques à long terme (obésité, maladies cardio-vasculaires…) liés à certains comportements seront également abordés. Enfin, des actions pourront être mises en place dans les écoles telles que l’installation de fontaines à eau, le remplacement de distributeurs de boissons et d’aliments sucrés par des produits sains ou par des « collations santé », l’offre de repas bio dans les cantines et la surveillance diététique, la réalisation d’un diagnostic sur « l’état de santé de l’école », l’organisation d’événements sportifs, etc. La sensibilisation et l’information sur les aspects à prendre en considération pour assurer le maintien d’une bonne santé des élèves et jeunes enfants seront développés via la réalisation et la diffusion d’outils adaptés auprès des directeurs, des enseignants et membres du personnel des écoles et des crèches et auprès des parents. Les nombreuses associations etterbeekoises liées à la santé, les centres sportifs, les bibliothèques (…) seront invités à contribuer à la réalisation de cette action en développant des initiatives auprès des publics concernés.

Où en sommes-nous ? „„ Action « Vitamine » (sport et alimentation), Service Enseignement et Centre d’Enseignement Secondaire Ernest Richard : site Internet et brochure (action stoppée). „„ Certaines écoles etterbeekoises proposent des repas bio et des activités en lien avec l’alimentation (école Saint-Anne, école Colombe de la Paix, Athénée Royal Jean Absil, etc.) 139


action n° Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : mise à disposition d’un agent communal du Service Enseignement pour la sensibilisation et l’aide à la mise en place de projets ƒƒ Effectif : personne relais dans les écoles, directeurs motivés „„ Budget (estimation) A déterminer en fonction des activités et projets à mettre en place : ƒƒ Budget pour la remise en place de chèques sport ƒƒ Budget pour la fabrication et la distribution de gourdes et boites à tartines ƒƒ Budget pour la mise en place de fontaines à eau ƒƒ Budget pour l’organisation d’un événement sportif ƒƒ Budget pour la mise en place de menus bio ƒƒ Budget pour le projet « Vitamine » ƒƒ Possibilités de subventions par la Région de Bruxelles Capitale (Bruxelles Environnement,…)

Indicateurs „„ Nombre d’écoles développant des projets ou activités liés à la santé „„ Nombre de projets, activités, conférences développés dans chaque école en lien avec la santé „„ Nombre d’écoles participant à l’événement sportif „„ Pourcentage d’écoles équipées en fontaines à eau potable „„ Pourcentage d’aliments biologiques entrant dans la composition des repas de chaque crèche et école „„ Nombre d’écoles proposant des menus bio „„ Nombre d’écoles ayant réalisé un diagnostic santé „„ Nombre de crèches utilisant des langes lavables

Voir aussi

36

„„ Certaines crèches font la promotion des langes lavables auprès des familles. „„ Parcours santé : parc du Paradis des Enfants (côté rues Baron de Castro et Commandant Lothaire). „„ 2009 : chèques sport via le Ministère de la Communauté française (stoppé en 2009). „„ Stages sportifs pendant les vacances, mérites sportifs, brochures d’information sur l’offre sportive, soutien matériel au club sportifs.

Calendrier de mise en œuvre 2010-2011 „„ Poursuite de la promotion des langes lavables dans les crèches et autres structures « santé ». 2011

„„ Relancer le projet « Vitamine » dans les écoles et développer le site Internet.

2011

„„ Mise à disposition de brochures d’information sur les pollutions intérieures des habitats et sur l’alimentation (…) dans les crèches et les écoles.

2011

„„ Organisation d’une campagne de promotion de la santé dans les écoles (à définir).

2011

„„ Réalisation d’un diagnostic « santé » dans chaque école etterbeekoise.

2011

„„ Fournir un service de relecture/révision des cahiers des charges sur l’alimentation pour les écoles et crèches afin de favoriser l’alimentation bio.

2011

„„ Organisation de visites dans les « Jardins Participatifs » (avenue Nouvelle) et actions pédagogiques.

2011

„„ Organisation de conférences sur les assuétudes (drogues et alcool) dans les écoles secondaires (Service de Prévention).

2011-2012 „„ Développement d’un partenariat écoles/commune/fournisseurs et producteurs d’aliments bio pour la mise en place de repas bio dans les écoles etterbeekoises. 2011-2012 „„ Organisation d’ateliers du goût dans les écoles etterbeekoises. 2011-2012 „„ Distribution de gourdes et de boites à tartines dans les écoles etterbeekoises. 2011-2012 „„ Relancer l’action « chèques sport ». 2012

„„ Organisation d’un événement sportif (nombreuses épreuves) dans Etterbeek auquel participeront les écoles etterbeekoises.

2012

„„ Organisation de conférences dans les écoles à destination des parents sur les aspects santé des enfants.

2013

„„ Installation de fontaines à eau dans les écoles etterbeekoises, voire de distributeurs d’aliments sains.

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité













Fiches-action n°2, n°15, n°22, n°33, n°34, n°37 140


action n°

37

Créer une « Table-Ronde de la Santé»

Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Santé

Objectif

Renforcer la coordination entre l’Echevinat de la Santé et les acteurs de terrain

Description De nombreux spécialistes s’accordent sur le fait que l’environnement et la santé sont étroitement liés. Les habitants des grandes villes sont ainsi confrontés à de nombreux éléments de leur environnement et de leur mode de vie qui influencent leur santé (activités physiques, hygiène, pollution des intérieurs d’habitat, alimentation, bruit, etc.). L’aspect psychologique prend également de plus en plus d’importance (dépression nerveuse liée au stress). La Commune est déjà très active en matière de santé et compte en outre de nombreux acteurs dans le secteur médical, paramédical ou psychosocial. Dans une optique de développement durable, la prévention joue un rôle majeur dans ce domaine, en particulier pour les plus démunis.

Structure ou personne pilote Echevinat de la santé

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Sports, Développement durable, Information, Animation, Affaires Sociales „„ Autres sur la commune : CPAS, médecins et professionnels de la santé dans les domaines paramédicaux ou psychosociaux, hôpitaux et cliniques, Croix Rouge, maisons de repos et de soins, Conseil consultatif de la Personne Handicapée, ASBL Handi Plus, ASBL La Vague, Bataclan ASBL, Les centres ONE et «Kind & Gezin», Centre de Santé des écoles de la commune d’Etterbeek, Maison Médicale du Maelbeek, Centres sportifs et Clubs sportifs, Centres de planning familial, le Pivot ASBL, A.T.D. Quart Monde Belgique ASBL, Centre de Guidance d’Etterbeek ASBL, Psychosport ASBL, PsychoEtterbeek ASBL Service de Santé Mentale, les volontaires

De manière à renforcer sa politique de santé, la Commune souhaite créer une « TableRonde de la Santé », plate-forme de concertation, qui réunira les différents acteurs et professionnels liés à la santé présents sur le territoire. Cette Table-Ronde permettra de renforcer la coordination entre les différents acteurs de la santé et la Commune et de développer une approche participative de la santé. L’objectif principal de cette « Table-Ronde de la Santé » sera de donner les moyens à chaque citoyen de devenir un acteur de sa propre santé par des gestes simples et en adoptant des comportements préventifs. Pour ce faire, des projets locaux de promotion et d’éducation de la santé seront conçus en s’appuyant sur l’expérience des différents acteurs de la santé. Les associations, les institutions et les professionnels de la santé seront impliqués dans des projets communs de santé publique (mise en réseau), au sein des quartiers. La collaboration des différents acteurs et professionnels de la santé autour de projets communaux sera encouragée. La diffusion et l’accès à l’information en matière de santé seront renforcés par une meilleure coordination des différents acteurs et une démarche proactive vers la population (et en particulier vers les personnes précarisées). Les citoyens seront mieux informés sur la diversité des services, des moyens et des activités offerts à la population dans le domaine de la santé. Les avantages de la mise en place d’un tel organe sont nombreux : mise en valeur du travail de chacun (commune et acteurs de terrain), stimulation de la créativité pour développer de nouveaux projets, mise en place d’actions sur le terrain, développer/concevoir des outils d’information performants, etc.

Où en sommes-nous ? „„ Maintien et développement d’une polyclinique et d’une unité de chirurgie de jour (one day), véritable service médical de proximité sur le site Baron Lambert. „„ Création d’un Echevinat de la Santé (2007).

„„ Autres hors commune : Observatoire de la Santé et du Social, Bruxelles Environnement, Bruxelles VilleRégion en santé ASBL, Institut Scientifique de Santé Publique

„„ Réalisation d’une brochure « Santé 2009 » contenant une série de renseignements liés à la santé, des adresses utiles et le programme des conférences organisées à l’Hôtel communal par l’Echevinat de la Santé. 141


action n° Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Services : engagement/mise à disposition d’1 ETP pour créer un « Service de la Santé » et pour coordonner la Table-Ronde de la Santé „„ Budget (estimation) ƒƒ Les coûts des projets à réaliser seront estimés à l’issue des réunions de la Table-Ronde de la Santé en novembre et en décembre 2010 ƒƒ En fonction des projets développés : possibilités de subsides à l’AVCB, à la Région de BruxellesCapitale et à la Fondation Roi Baudouin (ex : pour les centres de soin de jour, centre de santé mentale, personnes âgées, personnes handicapées, services d’aide à domicile…)

Indicateurs „„ Nombre d’acteurs engagés dans la Table-Ronde de la Santé „„ Taux de participation aux réunions de la Table-Ronde de la Santé „„ Nombre de réunions annuelles de la Table Ronde de la Santé „„ Nombre d’activités/projets sur la santé organisés chaque année à Etterbeek par la Table-Ronde de la Santé „„ Nombre de participants et de visiteurs aux activités organisées par la Table Ronde de la Santé „„ Nombre de personnes (et catégories socio-économiques) présentes aux activités/conférences santé organisées par la Commune „„ Nombre d’appels téléphoniques et type d’information demandée par la population sur la santé

Voir aussi Fiche-action n°36

37

„„ Organisation de conférences/soirées d’information et de sensibilisation sur différents thèmes liés à la santé à l’Hôtel communal (calendrier publié dans la Vie Etterbeekoise). Ces soirées attirent un nombre important de citoyens. Ces derniers ont alors l’occasion de poser directement leurs questions aux spécialistes invités. „„ Plan canicule depuis 2004 : brochure disponible dans tous les lieux publics (administration communale, CPAS, bibliothèques, centre sportif et culturels, etc.) ainsi qu’auprès des associations qui s’occupent de personnes âgées ou isolées ; call-center. „„ Le Collège a approuvé le principe de création de la Table-Ronde de la Santé (septembre 2010). „„ Demande de subside auprès de la ministre de la Communauté française (octobre 2010) pour financer la mise sur pied de la Table-Ronde ainsi que les projets qui pourraient en découler. „„ Depuis le 16 septembre 2010, les déclarations de naissance peuvent se faire, deux matinées par semaine, à la Clinique de l’Europe, site Saint-Michel.

Calendrier de mise en œuvre Octobre 2010

„„ Création d’une base de donnée sur les acteurs et professionnels de la santé et les services fournis

2010

„„ Diffuser le guide de la Santé auprès de tous les acteurs « santé » sur le territoire d’Etterbeek

30/11/2010 et „„ Mise en place de la Table-Ronde de la Santé : organisation de soirées de concertation avec les acteurs de la santé etterbeekois. 08/12/2010 2011

„„ Réalisation d’un diagnostic de l’état de santé de la population etterbeekoise et de ses attentes (consultation).

2011

„„ Soutien des initiatives des acteurs de la santé (diffusion des activités, aide logistique et matérielle).

2011-2012

„„ Organisation d’un événement/d’une journée autour de la santé et du bien-être en collaboration avec les différents acteurs de la santé.

Chaque année

„„ Organisation de 4 à 5 réunions de Table-Ronde de la Santé : mise en place de projets et d’actions concrètes sur le terrain

2012-2013

„„ Création d’un Service communal de la Santé.

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité









142


action n°

38

Créer une « Maison de la Participation »

Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Participation

Objectif

Favoriser l’implication des citoyens et collectifs etterbeekois dans la vie de leur commune et dans ses projets

Description Favoriser la mise en place d’une politique participative présente de nombreux avantages, notamment ceux de connaître les besoins des habitants et des collectifs etterbeekois, de renforcer la démocratie et le sentiment d’appartenance à la commune, de renforcer les liens sociaux ou encore de responsabiliser les habitants. L’action consiste à créer une Maison de la Participation, un lieu public et partagé, permettant des échanges variés et favorisant les rencontres entre citoyens et collectifs (mise en réseau). Ce serait également un lieu d’accueil, d’expression, de dialogue régulier permettant la transparence entre l’administration communale et les citoyens ; un espace de créativité pour construire des projets qui contribuent à un mieux vivre à Etterbeek. Sa mise en place contribuerait à impliquer les habitants et acteurs locaux dans les projets communaux (dont l’A21L) en favorisant la prise en compte de leurs avis. Elle permettrait de soutenir des initiatives citoyennes et de susciter la participation active des habitants et collectifs qui améliorent la qualité de vie dans la commune et dans les quartiers, d’expliquer le fonctionnement de l’administration communale et d’aider les citoyens dans leurs démarches. Cette Maison de la Participation serait aussi un lieu de centralisation pour toutes sortes d’informations, issues du monde associatif, de la commune, et des initiatives citoyennes. Le personnel sera chargé d’apporter un soutien méthodologique et une aide administrative et matérielle à la mise en œuvre de projets. Les locaux pourraient également (sur demande) servir de lieu de réunion pour les associations etterbeekoises.

Où en sommes-nous ? Structure ou personne pilote Cabinet du Bourgmestre (Participation)

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Agenda 21 local, Observatoire du Logement, Guichet du Logement, l’ensemble des services communaux „„ Autres sur la commune : associations et collectifs etterbeekois, citoyens et usagers de la commune, Mission Locale, CPAS, Programme de Cohésion Sociale

Déclaration de Politique générale (2007-2012) : volonté de mettre en place une Maison de la Participation 2009-2010 : définition des besoins et du projet, prise de renseignements dans d’autres Maisons de la Participation.

Calendrier de mise en œuvre „„ L’une des difficultés de ce projet concerne le lieu d’implantation de la Maison de la Participation. Celle-ci devra se trouver à un endroit bien visible, facile d’accès et relativement fréquenté. En cela, l’Hôtel communal répond aux critères, mais ne dispose pas de locaux adaptés au projet. La construction du nouvel Hôtel communal (« réurbanisation des Jardins de la Chasse ») sera l’occasion de mettre en place le projet de manière définitive, en mettant à disposition un local se trouvant à proximité des Services communaux. En attendant, la Commune envisage également à la possibilité de mettre à disposition un local provisoire.

143


action n°

38

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ mise à disposition, voire engagement de deux à trois personnes (bonne connaissance de la commune et de son fonctionnement, expérience en gestion de projet et en participation) „„ Budget (estimation) ƒƒ Budget de rénovation/aménagement pour la Maison de la Participation transitoire : à estimer ƒƒ Budget de fonctionnement de la Maison de la Participation : à estimer

„„ La mise en place du projet impliquera la définition d’un budget de fonctionnement et l’engagement ou la mise à disposition d’agents communaux pour les aspects information, gestion de projet, participation, etc. A définir

„„ Cas 1 : rénovation/aménagement d’un bâtiment qui constituera provisoirement la Maison de la Participation (sous réserve).

A partir de 2011

„„ Cas 2 : mise à disposition d’un local dans le nouvel Hôtel communal.

A définir

„„ Création d’un Service de la Participation, incluant l’information et la communication.

A définir

„„ Inauguration et promotion de la Maison de la Participation : présentation du rôle et du fonctionnement de la Maison de la Participation.

A définir

„„ Appel à la participation. „„ Réunion de concertation avec les habitants et acteurs locaux : définition des projets, mise en place d’un calendrier de fonctionnement, etc.

A définir

„„ Signalisation de la Maison de la Participation sur le territoire de la commune via des panneaux indicateurs.

A définir

„„ Rapport d’activités annuel des projets menés. Exposition des projets menés.

A définir

„„ Développer un Espace Public Numérique ouvert au public, disposant d'un projet d'accompagnement pour favoriser l'accès et l'initiation aux technologies de l'information (sous réserve).

A définir

„„ Création d’un site Internet et/ou d’un journal de la Maison de la Participation.

Indicateurs „„ Nombre et « type sociaux » de participants „„ Nombre de projets/d’activités/ d’actions mis en œuvre „„ Incidence des participants sur les décisions de la Commune „„ Taux de fréquentation de la Maison de la Participation

Voir aussi Fiches-action n°39 et n°40

Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité













144


action n°

39

Stimuler la création de nouveaux Comités de Quartier Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Participation

Objectif

Favoriser l’implication des citoyens et collectifs etterbeekois dans la vie de leur commune et dans ses projets

Description Les Comités de Quartier sont des groupes de citoyens (habitants, commerçants, associations intervenant dans le quartier) qui se réunissent de manière démocratique et volontaire afin d’améliorer, le cadre de vie et l’animation d’un quartier, le valoriser et en assurer la promotion. Ce sont des organes de réflexion, d’échanges, et d’écoute. Les thématiques abordées sont diverses (voirie, circulation, propreté, voisinage, aménagement du territoire, etc.) et concernent des questions d’intérêt général ou des préoccupations plus spécifiques au quartier. Ils assurent également une fonction de relais entre les citoyens et les élus locaux, transmettant à ces derniers leurs observations, remarques, questions et suggestions. Les autorités communales s’engagent à répondre et à transmettre en retour toutes les informations et décisions pertinentes relatives à la commune. Par un dialogue de qualité, les autorités communales essaient de mieux connaître les comités de quartier et leur rôle constructif auprès des citoyens. Les Comités de Quartier sont des acteurs importants pour la participation citoyenne. L’action consiste à favoriser cette participation active des citoyens etterbeekois en stimulant la création de nouveaux comités et en redynamisant les comités de quartier existants. L’objectif est également de faire perdurer ces comités à travers l’organisation de débats sur les préoccupations des citoyens et d’éviter ainsi les actions et réunions ponctuelles et « coup de poing ». Ces associations citoyennes permettent également de mettre en avant la spécificité et l’identité d’un quartier (histoire, architecture, contexte socio-économique) et de ses habitants.

Structure ou personne pilote Cabinet du Bourgmestre (Participation)

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Animation, Agenda 21 local, Information

Où en sommes-nous ? Actuellement, on dénombre peu de comités de quartier à Etterbeek. Certains demeurent plus ou moins actifs, d’autres se créent spontanément suite à un problème particulier mais ne perdurent pas. Calendrier de mise en œuvre Début 2011

„„ Evaluation de l’état des différents Comités de Quartier : Combien ? Quelles actions ont été développées ? Etc.

Début 2011 et tous les ans

„„ Organisation d’une réunion d’information sur les Comités de Quartier : Pourquoi et comment en créer ? Quels sont leurs rôles ? Comment fonctionnent-ils ? Quels outils sont à leur disposition ? Etc. „„ Appel à la participation et à la création de Comités de Quartier.

2011

„„ Création d’une Charte d’engagement pour les Comités de Quartier incluant la dimension « développement durable ».

A définir

„„ Création d’un budget participatif pour les comités de quartier (sous réserve).

„„ Autres sur la commune : Comités de Quartier existants, associations locales „„ Autres hors commune : Eventuellement, d’autres comités de quartier des communes adjacentes.

145


action n°

39

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : mise à disposition d’un agent communal pour la coordination (voir également action « Maison de la Participation ») „„ Budget (estimation) ƒƒ A estimer selon les activités développées ƒƒ Se renseigner sur les possibilités de subsides dans le cadre des projets « Quartiers de vie » (Fondation Roi Baudouin)

A définir

„„ Mise en relation des Comités de Quartier avec la Maison de la Participation.

Tous les ans

„„ Présentation pour chaque Comité de Quartier d’un rapport d’activités annuel au Collège. „„ Organisation pour chaque Comité de Quartier d’une soirée durant laquelle il exposera ses réflexions et présentera ses actions.

2011

„„ Mise en valeur des Comités de Quartier et des actions/projets mis en place : communication via le site de la commune et le bulletin communal, liens vers les blogs éventuels des comités, mise en ligne des comptes-rendus des réunions, etc. „„ Organisation d’un événement marquant les cinq ans de fonctionnement d’un Comité de Quartier : « balade découverte du quartier » (ses spécificités, ses aménagements mais aussi ses problèmes).

Tous les ans

„„ Diffusion de l’appel à projets « quartiers durables » auprès des Comités de Quartier.

Indicateurs „„ Nombre de Comités de Quartier existants „„ « Durée de vie » des Comités de Quartier „„ Nombre de projets ponctuels réalisés issus de la réflexion des Comités de Quartier „„ Nombre de participants dans chaque Comité de Quartier „„ Nombre d’observations faites par les habitants concernant des situations problématiques dans leur quartier „„ Nombre de réunions organisées par chaque Comité de Quartier par an

Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











Voir aussi Fiches-action n°38, n°45

146


action n°

40

Créer et mettre en place un organe d’accompagnement de l’A21L Enjeu

Pour le territoire et l’Administration Communale d’Etterbeek

Axe

Participation

Objectif

Favoriser l’implication des citoyens et collectifs etterbeekois dans l’A21L

Description Pour assurer une mise en œuvre efficace et cohérente de l’Agenda 21 local d’Etterbeek et favoriser la participation des citoyens et collectifs etterbeekois, un organe d’accompagnement de l’A21L sera mis en place. Cet organe multi-thématique, participatif et transversal permettra à chacun de s’investir activement et de structurer les différentes manières de s’engager dans l’A21L. Son rôle sera de dynamiser l’A21L et d’assurer un suivi de la bonne mise en place de ses actions selon l’évolution du contexte. A plus long terme, il interviendra dans la réflexion liée à la mise en place de nouvelles actions. Un règlement d’ordre intérieur de cet organe d’accompagnement de l’A21L précisera de manière plus détaillée son rôle et son fonctionnement.

Structure ou personne pilote

Où en sommes-nous ?

Cabinet du Bourgmestre (Participation), Coordinateur A21L

Réalisation d’un règlement pour l’organe d’accompagnement de l’A21L, en attente de validation.

Autres acteurs / Partenaires

Calendrier de mise en œuvre

„„ Echevinats et services communaux : Les différents services communaux concernés par les actions A21L et plus particulièrement les « responsables fiches-actionss » (agents communaux) „„ Autres sur la commune : les participants aux Ateliers participatifs de l’A21L, d’autres citoyens désireux de s’impliquer activement dans l’A21L, des commerçants, des membres d’associations et d’entreprises etterbeekois, des représentants des partis du Conseil communal, des membres du CCDD et des 6 autres Conseils consultatifs, des experts extérieurs et autres partenaires selon les thématiques traitées „„ Autres hors commune : des experts ou autres partenaires selon les différentes thématiques traitées ; une structure extérieure d’expertise « participation »

Fin 2010

„„ Validation du Règlement pour l’organe d’accompagnement de l’A21L.

Début 2011

„„ Recrutement d’une structure extérieure experte en participation pour le démarrage de l’organe d’accompagnement de l’A21L (sous réserve).

Début 2011

„„ Appel à la participation et à l’engagement dans l’organe auprès de la population, des collectifs etterbeekois, etc. Recrutement lors de l’événement de lancement de l’A21L.

Mars 2011

„„ Forum d’introduction : présentation du rôle, des missions et du fonctionnement de l’organe. „„ Signature du Règlement d’Ordre Intérieur de l’organe par les participants.

Juin-Juillet 2011 „„ Première réunion plénière de l’organe. Fin 2011 (et chaque année)

„„ Réunion plénière et rapport annuel d'évaluation.

Tous les 6 ans

„„ Renouvellement des membres.

Rem. : Les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

147


action n°

40

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : pour la mise en oeuvre : coordinateur A21L. ƒƒ Effectif : pour le fonctionnement de l’organe. Appel éventuel à une structure extérieure experte en « participation » pour l’animation des séances plénières.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











„„ Budget (estimation) ƒƒ Budget pour l’engagement d’une structure extérieure experte en participation : 3.000 à 5.000 € ƒƒ Budget de fonctionnement de l’organe: 2.000 à 3.000 € /an (voir subsides A21L)

Indicateurs „„ Nombre de membres de l’organe „„ PV des réunions des groupes de travail et des séances plénières. „„ Rapport annuel de l’organe „„ Nombre d’actions mises en place après un temps défini „„ Nombre d’activités organisées par l’organe chaque année „„ Questionnaire annuel d’évaluation de l’organe

Voir aussi Fiche-action n°38

148


action n°

41

Favoriser les activités citoyennes dans l’espace public Enjeu

Enjeu pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Cohésion Sociale

Objectif

Favoriser les rencontres et les activités dans les lieux publics

Description De nombreuses activités de rencontres se déroulent chaque année à Etterbeek comme la fête des voisins, les fêtes de quartier, des brocantes, etc. Ces activités sont pour de nombreux citoyens l’occasion de se rencontrer en toute convivialité. Certains événements attirent également les habitants d’autres quartiers et contribuent ainsi au renforcement de la « mobilité culturelle » des etterbeekois en leur permettant de « découvrir » d’autres quartiers. Cependant, en dehors de ces activités, la commune, de part son fort taux de bâti, n’offre que très peu de points de rencontre. Ces activités sont également l’occasion de favoriser le développement de liens sociaux interculturels et intergénérationnels. Sous certaines conditions, il est possible pour tout citoyen ou groupes d’habitants de demander au Collège la possibilité d’organiser une activité dans les rues etterbeekoises. Ces activités peuvent inclure des expositions, des jeux pour les enfants, des repas, apéritifs, des activités culturelles, intergénérationnelles, pédagogiques, etc. Afin de garantir la sécurité et la convivialité de ce type d’activités, certaines rues doivent être bloquées à la circulation. De plus, de nombreux éléments sont à prendre en compte dans l’organisation (autorisations de police, déviation pour la circulation, présence d’agents de prévention et sécurité, etc.)

Structure ou personne pilote Programme de Cohésion Sociale / Service Animation / Service de la Culture fr. et Service de la Culture nl

L’action consistera à informer les citoyens sur la procédure à suivre pour l’organisation d’activités dans les rues et parcs de la commune, des droits et devoirs des organisateurs, des recommandations et conseils divers afin de favoriser le caractère durable et citoyen des activités organisées. Une aide méthodologique et organisationnelle leur sera également fournie. Les démarches culturelles et artistiques liées à ces fêtes seront valorisées, notamment via l’implication d’acteurs de terrain dans la réalisation et l’encadrement de ces fêtes citoyennes. Des outils d’animation existent déjà et peuvent être prêtés sur demande. A plus long terme, des outils d’animation à caractère participatif et non commerciaux pourront être développés.

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Information, Prévention, Développement durable, Economat, Cabinet du Bourgmestre (Participation), Animation. „„ Autres sur la commune : plateforme « trop is te veel », Police, commerçants, réseau associatif, Comités de quartier, Quartier durable, groupes d’habitants, ligue des familles, artistes locaux, bibliothèques, ludothèque, Gardiens de la Paix, mouvements de jeunesse „„ Autres hors commune : Région de Bruxelles-Capitale, Vlaamse Gemeenschapscommissie

Où en sommes-nous ? „„ Un formulaire de demande pour organiser des activités et éventuellement bloquer certaines rues est disponible sur demande au service Animation. Ce document est soumis à l’approbation du Collège. Un document stipulant les caractéristiques des « fêtes citoyennes » est également disponible auprès du PCS. „„ La Plateforme « trop is te veel » réunit depuis plusieurs années les organisateurs de plusieurs fêtes citoyennes. „„ Les « Rencontres d’Etterbeek », organisées chaque année, ont entre autre l’objectif de remobiliser et d’encourager l’initiative citoyenne dans les quartiers. En 2009 et 2010 « Les Rencontres » ce sont déroulées sur la Place St-Antoine afin de venir en soutien au projet de dialogue (voir fiche-action n°45). „„ Possibilité de prêt de matériel pour les activités citoyennes autorisées. 149


action n°

41

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : bénévoles, organisateurs ƒƒ Service : ouvriers communaux et ouvriers de la propreté publique „„ Budget (estimation) ƒƒ Budget pour la logistique assurée par la Commune

Indicateurs „„ Nombre d’activités organisées chaque année „„ Nombre de demandes d’activités „„ Nombre d’activités autorisées „„ Nombre d’activités organisées par quartier

Voir aussi Fiches-action n°26, n°27, n°28, n°43, n°44, n°45

Calendrier de mise en œuvre Lors de chaque activité autorisée

„„ Renforcement de la communication auprès de citoyens et associations sur les possibilités, les droits, les moyens, les procédures à suivre et les aides disponibles (méthodologiques, matérielles, organisationnelles…) pour organiser des activités dans l’espace public. „„ Renforcement de la durabilité et l’aspect citoyen de ces activités via la diffusion d’informations et la mise en réseau. „„ Mise en réseau des citoyens organisateurs de fêtes, du Programme de Cohésion Social, des organisations culturelles et des associations dans la réalisation et l’encadrement des fêtes citoyennes. „„ Renforcer la visibilité des activités organisées par les citoyens et/ ou les associations, (notamment lors d’événements et de « moments prétextes» tels que la fête de voisins, Etterbeek Village, etc.) via le site Internet de la commune, le journal communal, les différentes associations, les comités de quartier, des groupes d’habitants, etc.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité







150


action n°

42

Renforcer la convivialité des lieux de rencontres citoyens Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Cohésion Sociale

Objectif

Favoriser les rencontres et les activités dans les lieux publics

Description Certains endroits ou lieux d’Etterbeek ont subis ces dernières années des réaménagements afin d’accroître leur caractère convivial et accueillant via la présence de végétation et de fleurs, de bancs, mais également de poubelles publiques afin d’améliorer la propreté. Ces lieux de rencontres favorisent le développement de liens entre voisins et usagers d’un quartier, mais également entre des citoyens d’origines et de cultures différentes, entre jeunes, familles, et seniors et entre différentes générations. La Commune souhaite renforcer le caractère convivial de certains points de rencontres, notamment des petites places et de certains bouts de voiries. D’autres endroits seraient également susceptibles d’accueillir ce type d’aménagements, notamment au niveau des pôles commerçants ou de certains commerces plus isolés. Ces différents aménagements tiendront notamment compte des personnes à mobilité réduite. De manière à favoriser l’appropriation et le respect de ces lieux par les riverains et usagers, des réunions de concertation pourraient être organisées avec les utilisateurs concernés sur les types d’aménagements à effectuer et sur la « gestion » de ces espaces.

Calendrier de mise en œuvre Structure ou personne pilote

A partir de 2011

„„ Organisation d’un processus de concertation continu avec les associations et la population sur les lieux d’Etterbeek (petites places, bouts de voiries) susceptibles d’être (ré)aménagés en « lieux de rencontres conviviaux ». Aborder également les types d’aménagements (bancs, bornes/panneaux d’information, bacs de fleurs…) à effectuer.

Lors d’aménagements

„„ Inclure lors de travaux une réflexion concertée sur la gestion et l’entretien de ces espaces. Par exemple : panneaux préventifs sur les droits et devoirs des utilisateurs (propreté publique, bruit, etc.), voire la mise en évidence d’une charte créée avec les riverains.

Service des Travaux Publics / Cohésion Sociale

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Information, Cabinet du Bourgmestre (Participation), Développement durable, Fleurissement de la commune et Entretien des espaces verts, Culture fr. Culture nl., Urbanisme „„ Autres sur la commune : Gardiens de la Paix, Police, réseau associatif

„„ Inclure, selon la pertinence, des panneaux informatifs culturels sur les éléments remarquables (statues…) se trouvant à proximité de la zone de rencontre (place et rue). Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

„„ Autres hors commune : Région de Bruxelles-Capitale (voiries régionales), organisme expert en matière d’aménagement participatif

151


action n°

42

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : agent communal pour l’organisation de la réunion de concertation  (renforcement du Programme de Cohésion Sociale) ƒƒ Accompagnement d’un organisme extérieur expert en aménagement participatif

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











„„ Budget (estimation) ƒƒ A estimer en fonction des aménagements à effectuer ƒƒ Pour la création et l’installation de panneaux de prévention (budget à déterminer)

Indicateurs „„ Nombre de placettes ou bouts de voiries réaménagés ou aménagés „„ Type d’aménagement effectué „„ Taux de satisfaction de la population „„ Taux de participation aux réunions de concertation et de consultation

Voir aussi Fiches-action n°18, n°43, n°45

152


action n°

43

Améliorer la visibilité et la mise en valeur des espaces verts Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Cohésion Sociale

Objectif

Favoriser les rencontres et les activités dans les lieux publics

Description La Commune d’Etterbeek possède peu de grands parcs et espaces verts, mais ces derniers sont régulièrement entretenus et nettoyés. Cet entretien a également pour but de mettre en avant la beauté et l’esthétisme de ces espaces. Les parcs de Fontenaysous-Bois et du Paradis des Enfants furent récemment rénovés afin de garantir un espace sécurisé, convivial, pratique pour l’organisation d’activités, contenant des jeux pour les enfants, etc. Des panneaux de prévention y indiquent également les droits et devoirs des utilisateurs. Le square Léopoldville a quant à lui été refleuri. Cependant, certains espaces verts sont situés dans des rues entre des maisons ou bâtiments, ce qui ne les rend que peu visibles (ex : parc Félix Hap). Certains seraient également susceptibles d’accueillir des activités ou des animations et de mettre en valeur, via des panneaux didactiques, les éléments caractéristiques qui les composent (arbres remarquables, statuts, etc.). Toutefois, ces activités ne doivent pas empiéter sur le sentiment de quiétude que recherche de nombreux utilisateurs des parcs et espaces verts. Les activités dans ces lieux se dérouleront donc de manière parcimonieuse pour favoriser une cohabitation harmonieuse entre les utilisateurs et préserver le calme de ces espaces. La Commune souhaite développer la visibilité et la mise en valeur de ses parcs, ses squares, ses places et ses espaces verts afin d’accroître leur caractère convivial et accueillant et favoriser les rencontres et échanges entre citoyens.

Structure ou personne pilote Cohésion Sociale / Service des Travaux Publics / Service Animation

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Information, Développement durable, Division Environnement, Culture fr., Culture nl., Tourisme, Patrimoine, Prévention, Entretien des espaces verts, Cabinet du Bourgmestre (Participation)

Où en sommes-nous ? „„ Le parc Félix-Hap possède des panneaux didactiques sur la faune et la flore. Des Gardiens de la Paix y sont présents. Les horaires d’ouverture des parcs y sont indiqués. Le Service de Prévention contrôle les parcs et l’état des panneaux. „„ Depuis 2003, la bibliothèque communale Hergé met en place chaque été l’opération « Lire dans les parcs » en collaboration avec le Comité Fontenay, la Commune d’Etterbeek, la Communauté française et la Cocof.

„„ Autres sur la commune : bibliothèques, Ligue des Familles, réseau associatif

153


action n°

43

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : ouvriers. ƒƒ Service : agent communal pour l’organisation de réunions de concertation/consultation (par exemple : renforcement de l’équipe du Programme de Cohésion Sociale) „„ Budget (estimation) ƒƒ A définir en fonction des aménagements à réaliser et des activités à organiser ƒƒ Pour la création de panneaux d’affichages/pancartes (budget à déterminer) ƒƒ Pour les réunions de concertation/consultation (budget à déterminer)

Calendrier de mise en œuvre A définir

„„ Mettre en évidence et en valeur les parcs et leurs particularités : ƒƒ Installation d’un panneau devant les entrées de chaque parc et espace vert indiquant leur présence ainsi que les droits et les devoirs des utilisateurs et les heures d’ouverture éventuelles. ƒƒ Création/mise à jour de panneaux pédagogiques et d’information sur les différents éléments présents dans les parcs et les espaces verts (arbres remarquables, statues…) pouvant être mis en valeur. ƒƒ Organisation un parcours « découverte des parcs » en s’appuyant sur la brochure « Etterbeek à la carte » (à étudier).

A définir

„„ Favoriser l’animation des parcs : ƒƒ Renforcement de la communication et de l’information sur les possibilités et les moyens d’organiser des activités (culturelles, intergénérationnelles, pédagogiques, ludiques) et des animations dans certains parcs. ƒƒ Mise en valeur et renforcement du partenariat avec des associations ou dispositifs intéressés autour d’activités existantes ou nouvelles dans les parcs (lectures pour les enfants, activités ludiques et/ou pédagogiques, …). ƒƒ Renforcement de la diffusion d’informations sur les activités organisées dans les parcs (associations, citoyens, …).

A définir

„„ Organisation de réunions de concertation avec les habitants au sujet de certains aménagements à effectuer dans les parcs etterbeekois (ex : jeux pour les enfants, accessibilité, clôtures, …) (voir aussi fiche n°42).

Indicateurs „„ Nombre et type d’activités organisées dans les parcs. „„ Nombre et types d’aménagements réalisés „„ Taux de fréquentation des parcs

Voir aussi Fiches-action n°41, n°42

Rem. : le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











154


action n°

44

Développer des projets intergénérationnels et interculturels dans les lieux publics Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Cohésion Sociale

Objectif

Favoriser les rencontres et les activités dans les lieux publics

Description Les aspects intergénérationnels jouent un rôle important dans la cohésion sociale. La mise œuvre de projets intergénérationnels permet notamment de lutter contre l’isolement des seniors et de donner une portée éducative auprès des plus jeunes, et inversement. Ces projets doivent donc être abordés dans une optique « win-win », pour toutes les générations concernées par le projet : par exemple, des jeunes apportent des connaissances liées aux technologies (ordinateurs, Internet,…), des seniors font part de connaissances pratiques, culturelles et historiques, etc. La Commune souhaite encourager le développement de projets et d’activités intergénérationnels, en tenant compte du caractère multiculturel d’Etterbeek. La mise en place de projets de ce type doit s’appuyer sur les associations travaillant sur cette thématique ainsi que sur des citoyens bénévoles de tout âge. Les projets pourront être multiples et variés : ateliers de jardinage, de cuisine ; visite et découverte d’Etterbeek, de son patrimoine et de son histoire ; lectures aux enfants par les seniors ; organisation de soirées thématiques (films, documentaires et débats…). Les activités pourront se dérouler dans différents endroits : parcs, salle des seniors, maison des enfants, écoles, bibliothèques etc. La participation de la Commune au projet « Carrefours des générations1 » serait un excellent moyen de développer ce type d’activités dans le domaine de l’intergénérationnel et de la cohésion sociale.

Structure ou personne pilote Programme de Cohésion Sociale

De manière générale, la réflexion concernant l’intégration de l’aspect l’intergénérationnel sera également renforcée à l’occasion d’activités, d’événements ou de fêtes se déroulant sur le territoire d’Etterbeek. 1

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : : Prévention, Animation, Jeunesse, Information, Développement durable, Action sociale (3ème age), Culture fr., Culture nl., Histoire d’Etterbeek (etc.) „„ Autres sur la commune : les homes, les écoles, réseau associatif au sens large, acteurs de la cohésion sociale impliqués dans l’intergénérationnel et l’interculturel (ex : Maison des Jeunes, Maison de Quartier Chambéry, 1 Toit 2 Ages ASBL, L’Aile ASBL, Atoll ASBL …), bibliothèques, ludothèque, mouvements de jeunesse, Centres Culturels … „„ Autres hors commune : Fondation Roi Baudouin et partenaires du projet « Carrefours des Générations »

Voir : http ://www.carrefoursdesgenerations.be/index_ok.php

Où en sommes-nous ? Le Programme de Cohésion Sociale et différentes associations mettent en place des projets à caractère intergénérationnel. Le Service de Prévention inclut également les volets médiation sociale et animations culturelles et sportives qui abordent des thématiques liées à l’interculturel et à l’intergénérationnel.

155


action n°

44

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Effectif : nécessité de travailler avec des bénévoles, de tout âge ƒƒ Service : renforcement du Programme de Cohésion Sociale pour favoriser le développement de nouveaux projets transversaux à travers l’engagement d’un ETP „„ Budget (estimation) ƒƒ A estimer en fonction des projets à développer ƒƒ Nécessité de subsides auprès de la Fondation Roi Baudouin, de la Région de Bruxelles-Capitale ou d’autres pouvoirs subsidiants en fonction des types de projets développés

Indicateurs „„ Nombre de projets intégrant la réflexion intergénérationnelle organisés par an

Voir aussi Fiches-action n°15, n°19, n°28, n°41, n°45.

Calendrier de mise en œuvre A définir „„ Renforcement de la réflexion intergénérationnelle et interculturelle dans les différents événements et activités de rencontres et de cohésion sociale (fêtes de quartiers…). „„ Mise en valeur des activités se déroulant tout au long de l’année (visites, expositions, rencontres) initiées par des habitants, associations, comités, mouvements (…) visant à mettre en valeur les solidarités entre générations dans différents domaines (culture et loisirs, moyens de communication, mobilité, …). A définir „„ Reconduire la participation au « carrefour des générations » et développer une série d’activités intergénérationnelles (visites, expositions, rencontres) initiées par des habitants, associations, comités, mouvements, services communaux (…). A définir „„ Etude de la possibilité de développer un site de compostage collectif à caractère intergénérationnel (au niveau de la gestion) (sous réserve). Rem. : le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité









156


action n°

45

Créer une « Table-Ronde du Vivre Ensemble » Enjeu

Pour le territoire d’Etterbeek

Axe

Cohésion Sociale

Objectif

Renforcer la concertation entre les acteurs impliqués dans le domaine de la cohésion sociale et la coordination de leurs actions

Description Certains quartiers, places ou rues d’Etterbeek sont régulièrement le théâtre de « petits conflits » tels que des conflits de voisinage ou entre les différentes composantes des quartiers (générations, cultures, habitants/passants/commerçants) qui occasionnent des nuisances dans les rues et participent à la dégradation de l’ambiance des lieux concernés. Le bruit, les dégradations et les déchets constituent des sources d’agacement pour les commerçants, les usagers et surtout les habitants. Le Programme de Cohésion Sociale (PCS) qui regroupe des associations œuvrant pour la cohésion sociale, travaille sur les aspects liés à la cohabitation dans les quartiers, la lutte contre l’exclusion et l’intégration sociale. Il est ainsi amené à collaborer avec de nombreux services communaux, le Service de Prévention et la police, mais également avec les commerçants, de nombreuses associations travaillant dans différents domaines « sociaux » (jeunesse, culture, sport, éducation, accueil des personnes…) et les habitants.

Structure ou personne pilote Programme de Cohésion Sociale

Autres acteurs / Partenaires „„ Echevinats et services communaux : Culture fr., Culture nl. , Information, Urbanisme (aménagement de l’espace publique), Travaux Publics, Développement durable, Animation, Jeunesse, Cabinet du Bourgmestre (Participation), Prévention, Economat. „„ Autres sur la commune : Plateforme « Citoyenneté en solidariteit », réseau associatif lié à la cohésion sociale et partenaires pertinents en fonction des actions traitées, Police (responsable du projet « Community Policing », commissaire …), Gardiens de la Paix, commerçants et associations de commerçants, comités de quartier, habitants et usagers. „„ Autres hors commune : Modus Vivendi ASBL (prévention drogues), médiateur/animateur (ex : Periferia ASBL), chercheurs du centre d’études sociologiques des Facultés universitaires Saint-Louis.

La Plate-forme « Citoyenneté en Solidariteit » crée en 2005 par le PCS mène un travail de prévention et de réflexion autour de la cohésion sociale dans l’espace publique, l’intolérance dans les quartiers (racisme, xénophobie), la citoyenneté et la rencontre de l’« Autre ». Un groupe de travail a été mis en place et a organisé un projet d’écoute et de dialogue (mai et juin 2008) avec et entre les différents acteurs concernant la place Saint-Antoine dans le but d’apaiser les tensions et de favoriser le « vivre ensemble » et la convivialité. Chaque partie y exprime son avis sur le(s) problème(s), et la recherche de solutions se fait ensemble. Ces réunions ont été constructives mais le travail de cohésion sociale est de longue haleine : il doit être renforcé et mené de façon continue. La Commune souhaite encourager ce travail en concertation avec l’ensemble des différents acteurs par des rencontres régulières à travers la mise en place d’une structure officielle, sorte de « Plate-forme de communication », afin de renforcer la communication entre ces acteurs, y compris les habitants, et la coordination de leurs actions autour d’un objectif commun : « favoriser le mieux vivre ensemble ». La mise en place de cette structure permettra ainsi d’éviter les incohérences dans les actions menées tout en mettant en évidence le rôle de chacun.

Description des objectifs et tâches Cette Plate-forme de communication permettrait de : „„ Favoriser les processus de dialogue et d’écoute entre différents acteurs ayant des fonctions différentes (favoriser la coordination entre cohésion sociale et répression) afin de stimuler la résolution de problèmes par la discussion. „„ Favoriser la communication entre les différents acteurs sur les actions menées ou à mener (actions coordonnées) et les difficultés rencontrées. „„ Clarifier et communiquer sur le rôle et les missions des différents intervenants de terrain. 157


action n°

45

Moyens nécessaires „„ Humains (Services, Effectif) ƒƒ Service : renforcement de l’équipe du Programme de Cohésion Sociale (1 ETP supplémentaire) ƒƒ Effectif : Modérateur/animateur lors des réunions de concertations : Programme de Cohésion Sociale et Echevin compétent. Recours occasionnel à des experts du milieu académique ou autre „„ Budget (estimation) ƒƒ Défraiement pour les experts ou invités éventuels ƒƒ Budget pour les frais des réunions et les frais logistiques

Indicateurs „„ Nombre d’actions/d’activités liées à la cohésion sociale mises en place chaque année „„ Taux de participation aux « Rencontres d’Etterbeek » et aux PIC-Nic „„ Taux de participation aux activités/ conférences organisées par les acteurs de la cohésion sociale „„ Nombre de plaintes enregistrées par la police concernant les incivilités par quartiers „„ Nombre de participants aux réunions de la « Table-Ronde » „„ Nombre de projets/activités mises en œuvre via la Table-Ronde et taux de participation

Voir aussi Fiches-action n°27, n°39, n°41, n°42, n°44

„„ Favoriser l’émergence de pistes d’action telles que : ƒƒ L’organisation d’événements/d’activités conviviales et de détente au niveau des places ou lieux publics où le « vivre ensemble » est difficile. ƒƒ Le soutien aux initiatives citoyennes. ƒƒ L’organisation de formations à la communication non-violente. „„ Favoriser l’interconnaissance entre les différents dispositifs à l’occasion d’activités de rencontres telles que les PIC-Nic et « les Rencontres d’Etterbeek ».

Où en sommes-nous ? „„ 2005 : Création de la Plate-forme « Citoyenneté en Solidariteit » par le PCS. „„ Mai et juin 2008 : réunion de dialogue et d’écoute concernant la place SaintAntoine (± 50 participants). „„ 2008 - 2009 - 2010 : Plusieurs réunions de concertation en présence d’Echevins et du Bourgmestre (2008 - 2009 - 2010) „„ Organisation des « PIC-Nic » les derniers vendredis de chaque mois (PCS et Samarcande ASBL) dont le but de renforcer l’interconnaissance entre travailleurs de terrain de la Commune. „„ Organisation annuelle des « Rencontres d’Etterbeek » (PCS) (25 octobre 2010 : place Saint-Antoine) dont le but est donc d’aller à la rencontre d’un quartier et de ses habitants, de diffuser des informations sur les services communaux et de proposer des activités ludiques et constructives. „„ Un Conseil communal extraordinaire a été organisé sur la problématique autour de la place Saint-Antoine (octobre 2009) „„ Réalisation d’affiches ludiques en collaboration avec les habitants : Quelle est la situation à la Place St-Antoine ? « Saint-Antoine : comment voyez vous votre place idéale ? » (Fin 2009, début 2010) „„ Le processus de dialogue autour de la place Saint-Antoine est toujours en cours. „„ Renforcement de la présence des Gardiens de la Paix à la place Saint-Antoine (jour et nuit) : quatre fois une demi-heure par jour. „„ Septembre 2010 : discussion sur l’intégration de nouveaux acteurs lors des réunions de concertation : Bibliothèque Hergé, Le Pivot ASBL, Le Centre du Service Social Bruxelles Sud-Est. Calendrier de mise en œuvre

Calendrier de mise en œuvre 2011

„„ Définition des objectifs, des rôles, de la forme et du cadre déontologique que prendra cette Table-Ronde.

2011-2012 „„ Mise en place de la « Table-Ronde du Vivre Ensemble » : missions et fonctionnement, calendrier des réunions et des thématiques traitées, bilans des actions mises en œuvre jusqu’à présent, etc.

158


action n°

45

2011

„„ Renforcer l’inter-connaissance à travers l’organisation des « Rencontres d’Etterbeek » : ƒƒ Renforcement de la diffusion de l’information sur les activités organisées lors de cet événement auprès des services communaux, du CSP, des habitants, des commerçants, etc. ƒƒ Renforcement de la participation et de l’implication des services communaux (activités, stands d’information, soutien organisationnel, logistique et matériel, etc.), de l’ensemble des acteurs liés à la cohésion sociale, de la police (animations, activités) et des habitants, commerçants et usagers.

A partir de 2011

2011

„„ Renforcement de la diffusion d’information et de la participation des services communaux et du CSP aux activités organisées par les structures « sociales » (ex : « PIC-Nic »…). „„ Travail sur une meilleure visibilité de la « Cohésion Sociale » sur le site Internet de la Commune reprenant l’ensemble des activités organisées par les acteurs de la cohésion sociale et de la prévention.

A définir

Chaque année

„„ Définition des pistes d’actions favorisant le dialogue dans des espaces où celui-ci est difficile, par exemple : ƒƒ Organisation par la police (projet Community Policing) et le CSP d’une journée destinée aux jeunes (activités, informations sur le travail…). ƒƒ Création d’un Comité de Quartier à la place St-Antoine. ƒƒ Organisation de séminaires de formation à la communication nonviolente, la médiation et la gestion des conflits à destination des structures « répressives », « préventive » et des habitants. „„ Renforcement de la visibilité des activités/actions menées en faveur de la Cohésion Sociale (par ex : présentation annuelle du bilan de ces activités/actions au Collège par l’ensemble des acteurs concernés).

Rem. : les dates indiquées ci-dessus constituent une estimation. Le calendrier est susceptible d’être sujet à des remaniements.

Enjeux Environnement

Economie

Social

Culturel

Participation

Transversalité











159


Plan d’action de l’A21L d’Etterbeek : vue synthétique AXE 1 : MOBILITE Objectif

Action n°

titre

Compétence principale

Favoriser la mobilité douce et durable pour les agents communaux

1

Renforcer le Plan de Déplacement d’Entreprise (PDE) de l’Administration

Mobilité

Favoriser une mobilité douce et durable pour les déplacements scolaires

2

Mettre en place des Plans de Déplacements Scolaires (PDS)

Mobilité / Enseignement

Favoriser une mobilité douce et durable pour les employés d’entreprises

3

Promouvoir les Plans de Déplacements d’Entreprises (PDE)

Mobilité

Favoriser les déplacements des cyclistes et l’utilisation du vélo

4

Renforcer la sécurité et la praticité des déplacements cyclistes

Mobilité

AXE 2 : GOUVERNANCE Objectif Créer un outil d’aide à la décision pour le Collège afin de favoriser la prise en compte du développement durable

Action n° 5

titre Elaborer une grille d’analyse DD pour les nouveaux projets de la Commune

Compétence principale Développement durable/ A21L

AXE 3 : GESTION DURABLE Objectif

Action

Compétence principale

titre

6

Renouveler le label «Entreprise Eco-Dynamique» de l’Hôtel communal

Environnement

7

Mettre en place une Eco-Team à l’Hôtel communal

Environnement / A21L

Améliorer la gestion de l’eau dans les bâtiments communaux

8

Installer des citernes de récupération d’eau de pluie

Travaux publics

Favoriser une consommation responsable à l’Administration Communale et stimuler l’achat de produits écologiques et équitables

9

Généraliser l’application de clauses environnementales, sociales et éthiques dans les cahiers des charges

Environnement / Solidarité Internationale/ A21L

Encourager les collectifs et commerces etterbeekois à s’engager sur la voie du développement durable

10

Redynamiser la «Charte du Développement durable»

Développement durable

Favoriser une gestion durables des entreprises/ institutions/organismes sur le territoire etterbeekois

11

Stimuler les entreprises/institutions/organismes à s’engager dans des processus durables

Environnement

Améliorer les performances environnementales de l’Hôtel communal

AXE 4 : URBANISME / LOGEMENT Objectif

Action n°

titre

Compétence principale

Valoriser l’expertise de l’Observatoire du Logement

12

Promouvoir l’Observatoire du Logement

Urbanisme / Information

Renforcer les critères de durabilité dans les prescriptions urbanistiques

13

Elaborer un Règlement Communal d’Urbanisme (RCU) durable

Urbanisme

Lutter contre la présence de logements laissés vacants

14

Réhabiliter les logements au-dessus des commerces

Logement / Atrium

160


AXE 5 : ESPACES VERTS ET BIODIVERSITE Objectif

Action n°

titre

Compétence principale

Développer un projet illustrant les possibilités d’actions au niveau du jardinnage en milieu urbain et favorisant la biodiversité

15

Poursuivre le développement des Jardins Participatifs

Environnement

Encourager la présence de la nature en ville

16

Encourager la verdurisation des facades, terrasses, balcons, cours et jardins

Fleurissement de la commune et entretien des espaces verts / Travaux Publics

AXE 6 : PROPRETE PUBLIQUE / GESTION DES DECHETS Objectif

Action n°

Compétence principale

titre

Améliorer la gestion des déchets sur le territoire communal

17

Créer un «Plan Déchets Communal»

Travaux Publics / Participation

Encourager et améliorer le tri des déchets

18

Expérimenter l’installation de poubelles sélectives

Travaux Publics

19

Promouvoir le compostage collectif de quartier

Environnement

20

Promouvoir les langes lavables

Développement durable

21

Créer et diffuser un « Guide des déchets et de la propreté »

Travaux Publics

22

Renforcer le contrôle des dépots clandestins

Travaux Publics

23

Réaliser une vidéo éducative sur la propreté publique et la gestion des déchets

Travaux publics / Enseignement

24

Renforcer la sensibilisation sur le tri et la gestion des déchets dans les logements sociaux

Logement social et Agences immobilières sociales

25

Renforcer l’éducation en matière de respect de la propreté publique et de civisme dans les écoles

Enseignement

Diminuer la quantité de déchets produits

Développer des outils de sensibilisation adaptés à différents publics sur la gestion des déchets et la propreté publique

AXE 7 : CULTURE Objectif

Action n°

Compétence principale

titre

Mettre en valeur les artistes, les artisans et le savoir-faire etterbeekois

26

Mettre en place un « parcours des artistes, des artisans et du savoirfaire »

Culture fr/nl

Mettre en valeur les jeunes talents etterbeekois

27

Créer un festival culturel et artistique des arts urbains

Culture fr/nl / Jeunesse

Mettre en valeur le caractère multiculturel et la dimension européenne d’Etterbeek

28

Créer un événement culturel et festif autour de l’Europe

Culture fr/nl / Affaires Européennes / Animation

AXE 8 : SOLIDARITE INTERNATIONALE Objectif Favoriser les comportements solidaires et conscientiser les Etterbeekois comme étant des « citoyens du monde »

Action n° 29

Compétence principale

titre Renforcer la sensibilisation sur les « Objectifs du Millénaire » et la coopération au développement

Solidarité Internationale

AXE 9 : ECONOMIE LOCALE Objectif

Action n°

Compétence principale

titre

Stimuler l’emploi et l’établissement de nouvelles entreprises d’économie sociale dans les filières liées à l’énergie

30

Mettre en place des formations liées aux économies d’énergie et à l’isolation

Politique d’insertions sociale et professionnelle / Mission Locale

Stimuler l’emploi dans les filières liées à la mobilité douce et la mise en place d’ateliers de réparation de vélos

31

Créer une formation reconnue en mécanique vélos

Politique d’insertions sociale et professionnelle / Mission Locale

161


AXE 10 : ALIMENTATION DURABLE Objectif

Action n°

Compétence principale

titre

Promouvoir l’alimentation bio locale et de saison auprès des Etterbeekois

32

Mettre en place un marché bio récurrent

Foires, Brocantes et Marchés

Sensibiliser les Etterbeekois et les agents communaux à l’alimentation durable

33

Créer un organe de sensibilisation à l’alimentation durable

Développement durable

Promouvoir l’alimentation durable dans les écoles et les crèches etterbeekoises

34

Mettre en place des menus bio pour les crèches et les écoles

Développement durable / Enseignement

AXE 11 : ENERGIE Objectif Informer, sensibiliser et conseiller les habitants et collectifs etterbeekois en matière d’économie d’énergie

Action n° 35

Compétence principale

titre Mettre en place un Guichet de l’Energie

Energie / Développement durable

AXE 12 : SANTE Objectif

Action n°

Compétence principale

titre

Renforcer l’intégration des aspects «santé» dans les écoles et les crèches

36

Développer les différents aspects préventifs liés à la santé dans les écoles et les crèches

Enseignement

Renforcer la coordination entre l’Echevinat de la Santé et les acteurs de terrain

37

Créer une «Table-Ronde de la Santé»

Santé

AXE 13 : PARTICIPATION Objectif Favoriser l’implication des citoyens et collectifs etterbeekois dans la vie de leur commune et dans ses projets Favoriser l’implication des citoyens et collectifs etterbeekois dans l’A21L

Action n°

Compétence principale

titre

38

Créer une «Maison de la Participation»

Participation

39

Stimuler la création de nouveaux Comités de Quartier

Participation

40

Créer et mettre en place un organe d’accompagnement de l’A21L

Participation

AXE 14 : COHESION SOCIALE Objectif

Favoriser les rencontres et les activités dans les lieux publics

Renforcer la concertation entre les acteurs impliqués dans le domaine de la cohésion sociale et la coordination de leurs actions

Action n°

Compétence principale

titre

41

Favoriser les activités citoyennes dans l’espace public

Animation/ Cohésion Sociale/ Cultures

42

Renforcer la convivialité des lieux de rencontres citoyens

Travaux publics / Cohésion Sociale

43

Améliorer la visibilité et la mise en valeur des espaces verts

Travaux publics / Animation / Cohésion Sociale

44

Développer des projets intergénérationnels et interculturels dans les lieux publics

Cohésion Sociale

45

Créer une « Table-Ronde du Vivre Ensemble »

Cohésion Sociale

162


Annexe Glossaire

163


Glossaire A21L : Agenda 21 local. AIS : Agence Immobilière Sociale. Mandatées et subsidiées par la Région de Bruxelles-Capitale, elles contribuent efficacement à la lutte contre la crise du logement. Une AIS agit en quelque sorte comme intermédiaire entre un propriétaire qui n’a pas nécessairement de temps à consacrer à son bien mais qui souhaite en percevoir un avantage et un locataire en quête d’un logement à loyer modéré. Elle s’occupe également de maintenir, de réintroduire ou de créer, dans le circuit locatif, un maximum de logements accessibles à des personnes ayant des revenus modestes. ALE : Agence Locale pour l’Emploi. Créée en 1997 et située dans l’Hôtel communal, elle offre la possibilité à certaines catégories de chômeurs, ainsi qu’aux bénéficiaires du revenu d’intégration sociale, de rester actifs en offrant, contre rémunération, leurs services aux utilisateurs de l’ALE. Ces services sont très variés et sont accessibles aux particuliers, aux autorités locales, aux ASBL ou encore aux établissements d’enseignement. Alliance des villes contre la pauvreté : créée en 1999 à l’initiative du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), cette alliance est un réseau mondial associant des villes et leurs partenaires de développement (institutions diverses) à combattre et réduire la pauvreté urbaine au sein des communautés dans leur région et à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD : voir fiche solidarité Internationale) en s’appuyant sur l’échange d’expériences. Allocation de remplacement : une allocation de remplacement de revenus (ARR) peut être accordée à une personne handicapée si son

handicap physique ou psychique limite sa capacité à travailler et donc sa faculté d’acquérir des revenus par le travail. Elle est fixée selon la situation familiale de la personne handicapée. La demande d’allocation de remplacement de revenus doit être introduite auprès du bourgmestre de la commune où la personne handicapée est inscrite, au registre de la population ou au registre des étrangers. AMO : services d’Aide en Milieu Ouvert, proposant des activités d’aide préventive (individuelle et communautaire) et d’accompagnement au bénéfice des jeunes dans leur milieu de vie et dans leurs rapports avec l’environnement social. Ce service intervient de manière non contraignante et à la demande du jeune ou de ses proches. APS : Agents de Prévention et de Sécurité, renommés « Gardiens de la Paix » et travaillant au Contrat de Sécurité et Prévention (renommé Service de Prévention). Ils sont notamment chargés d’assurer la sécurité dans l’espace public, la surveillance aux abords des écoles et à l’occasion de fêtes, de brocantes et d’événements divers. Les APS sont à l’écoute des habitants et les informent sur les services communaux. Leur présence sur le terrain contribue au renforcement du sentiment de sécurité, leur action vise à sensibiliser la population au respect des règles de vie en commun. ARDIC : Association Régionale des Directeurs et Ingénieurs Communaux. Article 27 : projet pilote créé en 1999 à Bruxelles avec comme référence ambitieuse, l’article 27 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : « Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent ».

164

Des chèques-culture sont offerts aux allocataires sociaux, aux chômeurs et aux plus démunis pour contribuer à la démocratisation de l’offre culturelle. Article 60 : plus précisément « l’article 60, §7, de la loi organique des CPAS ». Ce dispositif permet au CPAS d’engager sous contrat de travail une personne afin de lui permettre de glisser du CPAS vers le système des allocations de chômage ou d’acquérir une expérience professionnelle. Le contrat de travail est exécuté soit au sein du CPAS (on parlera d’article 60, § 7 Interne) soit auprès d’un tiers (on parlera d’article 60, § 7 Externe). ATRIUM : Agence Régionale pour l’Investissement Urbain et le Management Transversal des Quartiers Commerçants. Créée par la Région de Bruxelles-Capitale cette agence fournit des outils et des services aux investisseurs et aux commerçants et développe des partenariats entre les acteurs des quartiers sous forme de contrats de quartier commerçant. L’agence encourage l’implication des acteurs dans la rénovation et la relance de leur quartier et cherche avec eux des solutions en rapport avec la remise en état des friches urbaines, la mise à disposition de logements, la gestion de l’offre commerciale et l’attractivité des quartiers. Audit énergétique : procédure d’analyse et de description détaillant l’utilisation qui est faite de l’énergie dans un bâtiment, un magasin, une entreprise, une école, etc. Un audit permet d’identifier les principaux postes de consommation en énergie, de mettre en évidence les pistes d’amélioration et de quantifier les économies réalisables. Avifaune : ensemble des espèces d’oiseaux d’un milieu ou d’une aire géographique.


Bilan Carbone : outil permettant de comptabiliser et de visualiser par secteur les émissions directes ou indirectes de gaz à effet de serre d’une activité ou d’un site. Cet outil permet ainsi de savoir dans quel(s) secteur(s) il convient de réaliser le plus d’efforts pour diminuer ces émissions. Bio : pour « issu de l’agriculture biologique », une agriculture respectueuse de l’environnement, des cycles naturels, des être vivants (animaux, plantes, micro-organismes…) qui n’utilise pas de pesticides ni d’engrais industriels de synthèse, qui veille au bien être animal et qui favorise la biodiversité. Les produits issus de cette agriculture sont labellisés. Biodiversité : terme désignant la diversité du monde vivant à tous les niveaux : diversités des espèces animales et végétales, des populations, des écosystèmes, etc. Le maintien de la biodiversité est une composante essentielle du développement durable. Biotopes : milieu de vie homogène définit par ses propres caractéristiques qui déterminent les conditions de vie des être qui y vivent. Bruxelles Propreté (ou ABP) : Agence régionale chargée de la collecte et du traitement des déchets ménagers en région de Bruxelles-Capitale. Cahier des charges : un cahier des charges vise à définir les « spécifications de base » d’un produit ou d’un service à réaliser (description techniques d’un produit/d’un service, coûts, délais, critères écologiques éventuels, etc.).

Cellule Chlorophylle : créée en 2006 en collaboration avec le Service DD, cette cellule de la Mission Locale a pour objectif d’insuffler des changements de comportements au sein de l’équipe et de favoriser la prise en compte du DD de manière participative. L’action « les gestes du mois » a été développée en ce sens. Charte d’Aalborg : adoptée par les participants à la conférence européenne sur les villes durables qui s’est tenue dans la ville danoise d’Aalborg le 27 mai 1994, cette charte met en avant la responsabilité des villes concernant les problèmes environnementaux liés aux habitudes de vie, de production et de consommation et leur rôle pour un développement plus durable. Cette charte se décline à travers 10 engagements et illustre la volonté des villes ou communes d’établir un programme stratégique local pour le 21e siècle : l’Agenda 21 local. Cette charte a été ratifiée à Etterbeek lors du Conseil communal du 22 octobre 2001. Charte du Développement durable : charte à destination des collectifs etterbeekois (écoles, associations, entreprises, clubs, collectifs d’habitants, etc.). Les signataires s’engagent à mettre en place des actions dans diverses thématiques afin d’intégrer le DD dans leurs activités quotidiennes et réduire ainsi leur impact sur l’environnement. Ils sont aussi invités à partager leurs expériences. Mise en place en juin 2008, 33 organisations l’ont signée.

CCDD : Conseil consultatif du Développement durable.

Charte Sociale : la Charte Sociale Européenne est une convention du Conseil de l’Europe, adoptée en 1961 et révisée en 1996, pour sauvegarder les droits sociaux et économiques de l’homme. Elle traite des droits de l’homme, du logement, de la santé, de l’éducation, de l’emploi, de la protection juridique et sociale, de la non discrimination, etc.

CCM : Commission Consultative de la Mobilité. Cette commission, qui regroupe des citoyens, représentants d’associations et experts, est chargée d’émettre des avis sur le Plan Communal de Mobilité (PCM) et sur les dossiers mobilité.

Chèques taxi : ces chèques sont émis par la Commune d’Etterbeek au bénéfice des habitants à mobilité réduite et des personnes âgées, pour les aider financièrement lorsqu’elles ne peuvent pas prendre les transports en commun du fait de leur handicap.

Canisites : espaces réservés aux chiens pour qu’ils puissent faire leurs besoins.

165

CIBE : Compagnie Intercommunale Bruxelloise des Eaux, rebaptisée Vivaqua. Elle établit, exploite et développe des installations de captage, de traitement, de stockage, de distribution et d’assainissement d’eau en ce compris l’épuration des eaux usées. Elle fournit l’eau potable aux communes et gère les réseaux d’égouttage en région de Bruxelles-Capitale. CoCoLos : Conseils consultatifs de locataires des logements sociaux, élus par leurs pairs pour les représenter. Conseils consultatifs : composés d’élus, d’agents communaux, de citoyens, de membres d’associations, de commerçants (etc.), ces conseils ont pour but de faire des propositions visant à favoriser le développement de compétence en accord avec la politique de la Commune. D’initiative ou à la demande du Conseil communal ou du Collège, ces conseils consultatifs émettent des avis et font des propositions sous forme de recommandations aux autorités communales sur divers projets communaux ou citoyens. Comité de Pilotage : le Comité de Pilotage de l’A21L est composé du Collège des Bourgmestre et Echevins, de chefs de Services communaux et para-communaux. Son rôle est de garantir la bonne mise en place de l’A21L et de ses actions (transversalité, participation et portage politique), d’accompagner la mise en place et l’exécution du plan d’action de l’A21L, ainsi que de valider les grandes options à chaque étape. Comité de quartier : groupe d’habitant concerné par un problème commun ou voulant développer un projet, qui sert d’interlocuteur entre les habitants d’un quartier et les élus locaux. Leurs champs d’activité ne concernent pas la défense d’intérêts particuliers mais les questions d’intérêt général : voirie, circulation, propreté, voisinage, etc. Commerce équitable : le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité


dans le commerce mondial. Il contribue au DD en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés ainsi qu’un revenu décent, tout particulièrement au Sud de la planète. Commerces Chaleureux : ce projet A21L de catégorie 2, mené de manière participative et transversale (une collaboration entre le Service DD et le Service des Classes Moyennes), a pour but de sensibiliser les commerçants et leur clientèle aux économies d’énergie et de mettre en place des actions concrètes en ce sens. Compostage : processus biologique désignant la fermentation de déchets organiques (et donc biodégradables) qui conduit à l’obtention de compost permettant de fertiliser les sols.

de nombreuses activités et opérations en collaboration avec le tissu associatif local et les services communaux en mettant l’accent sur les animations de rues (sportives, culturelles…) et le contact immédiat, notamment avec la frange la plus jeune de la population etterbeekoise. Des animateurs sportifs, des gardiens de parcs, des gardiens de la paix, des médiateurs sociaux… composent ce Service. Cultuurwaardebon : bons de valeur culture distribués par la Commission de la Communauté flamande. Ils sont valables pour des concerts, spectacles, musés en région bruxelloise et permettent de rendre ces loisirs plus accessibles. Ces bons sont à destinations des habitants de Bruxelles et de sa périphérie, des étudiants et associations. DD : Développement durable.

Consomm’acteur : terme issu de la fusion des mots consommateur et acteur, de manière à mettre en évidence le rôle actif des consommateurs dans leurs choix de consommations (lire les étiquettes, produits de saison, produits fabriqués dans le respect des droits de l’homme…) et de ne pas subir passivement l’orientation vers certains produits très médiatisés mais peu durables. - Coopération au développement : appui de la communauté internationale pour un développement durable des « pays du Sud » à travers le fait de lutter contre la pauvreté et d’améliorer les conditions de vie dans ces pays, de favoriser l’émergence de sociétés démocratiques, de lutter contre le réchauffement climatique, de favoriser la sécurité alimentaire, la santé, l’éducation, les droits de l’enfant, etc. Covoiturage : utilisation par plusieurs automobilistes d’une seule voiture pour effectuer (une partie d’) un même trajet dans le but de diminuer la pollution atmosphérique. CSP : Contrat de Sécurité et Prévention. Désormais nommé Service de Prévention, ce Service, uniquement axé sur la prévention depuis la réforme des polices en 2001, propose

Déplacements doux : modes de déplacement peu ou non polluants, alternatifs aux véhicules à moteur, tels que le vélo, la marche à pied, le roller, etc. Droit de superficie : il permet à l’acquéreur d’un logement de ne payer que l’espace habité sans inclure le prix du terrain (pour une période limitée de 50 ans, éventuellement renouvelable) dans le but d’élargir l’accès à la propriété aux revenus bas et moyens. Le taux des droits d’enregistrement, d’ordinaire fixé à 12,5%, est réduit à 0,2%. Dynamic 21 : newsletter bimestrielle sur le Label Entreprise Eco-Dynamique de l’Hôtel communal et sur l’A21L, interne à l’administration communale, contenant également diverses informations liées au développement durable. Elle est destinée à sensibiliser et informer le personnel communal sur ces sujets et est conçue de manière transversale par les Services Environnement, DD, A21L et Information. Eco-Conseiller : l’éco-conseiller a pour mission de s’assurer de la prise en compte des piliers du développement durable dans les structures où il est employé, de favoriser le travail en transversalité et la participation dans les projets, de développer des outils

166

d’aide à la décision pour favoriser la durabilité et de promouvoir le DD à travers des outils de communication adaptés à différents publics. Eco-Team : équipe formée d’employés volontaires ayant pour but de mettre en place des actions (techniques et de sensibilisation pour favoriser les changements de comportements) sur leur lieu de travail pour réduire les impacts négatifs sur l’environnement liés aux activités professionnelles de la structure que les emploie. Ecosystème : en écologie, l’écosystème désigne l’ensemble formé par un groupe d’êtres vivants et le milieu dans lequel ils vivent. EMAS : « Eco Management and Audit Scheme » (Système de Management Environnemental et d’Audit). Règlement européen créé en 1995 pour cadrer des démarches volontaires d’éco-management utilisant un système de management environnemental (SME). Empreinte écologique : outil de mesure de la consommation humaine des ressources naturelles, et donc de la pression exercée par l’homme sur la nature. L’empreinte écologique permet d’estimer la surface nécessaire à une personne, à un groupe de personnes ou à l’ensemble de l’humanité, pour produire ce qui est consommé et absorber ce qui est rejeté. Elle s’exprime en unité de surface, l’hectare (ha), ou en nombre de planètes Terre. Energie : terme englobant l’électricité, l’eau, le gaz et le carburant, servant à s’éclairer, se chauffer, se déplacer, etc. Energie fossile : énergie produite à partir de roches issues de la fossilisation et la désagrégation des êtres vivants (pétrole, gaz naturel, houille). Ces matières sont présentes en quantités limitées et ne sont pas renouvelables à l’échelle de l’humanité. Leur utilisation génère des déchets polluants et des gaz à effet de serre. Energie renouvelable : énergie exploitée par l’homme, de telle


manière que ses réserves ne s’épuisent pas. Les principales sont l’énergie solaire, l’énergie éolienne (vent), l’énergie hydraulique (eau) et la biomasse. Energie verte (ou énergie propre) : source d’énergie qui produit une quantité faible de polluants lorsqu’elle est transformée en énergie finale puis utilisée comme telle (l’énergie solaire, éolienne et musculaire sont par exemple considérée comme des sources d’énergie vertes). Entreprise d’économie sociale : entreprise développant une activité économique, productive, commerciale et étant gérée selon des principes de démocratie (un homme – une voix), de solidarité, de participation, d’autonomie, de primauté des personnes et du travail sur le capital et le profit. GAS : Groupes d’Achats Solidaires. Groupes de citoyens volontaires désirant soutenir un ou plusieurs agriculteurs ou producteurs locaux qui travaillent selon des méthodes respectueuses de l’environnement et des savoir-faire traditionnels, dans le but de s’approvisionner en produits et aliments de saison et de grande qualité. Ces groupes de consomm’acteurs s’autogèrent et privilégient le circuit court. Ce système est un mode de commercialisation direct, du producteur au consommateur, se basant sur l’économie locale. Il permet également d’assurer des revenus plus justes aux producteurs. Gentrification : phénomène urbain d’embourgeoisement par lequel le profil économique et social des habitants d’un quartier se transforme au profit exclusif d’une couche sociale supérieure. GETMO : Groupe Etterbeek Tiers-Monde. Guichet pour le Logement : mis en place en 2008 à Etterbeek, il a pour but de centraliser au même endroit tous types de renseignements ou d’informations concernant le logement.

Guichet unique destiné aux indépendants : mis en place en 2004 à Etterbeek à l’initiative du Bourgmestre Vincent De Wolf, son objectif est de fournir des réponses aux nombreuses questions des indépendants et commerçants (avantages, autorisations, stationnement, dispositions légales, etc.) IBDE : Intercommunale Bruxelloise de Distribution d’Eau (ou Hydrobru), chargée de distribuer l’eau aux 19 communes bruxelloises, de gérer les réseaux d’égouttage et de lutter contre les inondations. IBSR : Institut Belge pour la Sécurité Routière. Intérieur d’îlot : espace situé à l’arrière des maisons, généralement non construit, formé de jardins, privés ou collectifs, ou d’espaces verts publics. On peut y trouver de la végétation, des pièces d’eau, des jeux pour les enfants, etc. ISO : organisation internationale de standardisation (ou ISO) ayant pour but de produire des normes internationales dans les domaines industriels et commerciaux (normes ISO). Il existe différentes normes dont par exemple l’ISO 9001 relative à l’assurance qualité, l’ISO 14001 relative au système de management environnemental d’un organisme, etc. Jardins de la Chasse : vaste projet de réurbanisation du site des « Jardins de la Chasse » qui couvre une large partie de l’îlot délimité par les rues Beckers, de Haerne et l’avenue des Casernes. Ce projet prévoit la démolition des bâtiments actuellement présents sur le site et la reconstruction, entre autres, d’un nouvel Hôtel communal, l’Hôtel de police, de nouveaux locaux pour le CPAS et de plusieurs immeubles de logements. Jardins Participatifs : projet A21L de catégorie 2, il s’est construit en collaboration avec des associations locales. L’objectif de ce projet est de créer un site de démonstration de tout ce qui peut être réalisé dans un jardin en ville et d’en faire un lieu de rencontre, d’échange et de détente pour

167

les Etterbeekois. Les riverains du site situé Avenue Nouvelle sont intégrés au projet. Il comprend notamment un verger et un potager collectifs, une mare, un rucher, un site de compostage, une zone de détente, etc. LED (1) : Label Entreprise EcoDynamique (ou Eco-Label). C’est une reconnaissance officielle de la bonne gestion environnementale au sein d’une entreprise, d’une administration, d’une école, etc. Il récompense le dynamisme environnemental et les progrès en matière de gestion des déchets, de consommation d’énergie, de gestion des déplacements ou encore d’utilisation rationnelle des matières premières. Selon les efforts fournis, il est accompagné d’une à trois étoiles. LED (2) : types d’ampoules utilisant des diodes électroluminescentes et permettant d’avoir un meilleur rendement car la majeure partie de l’énergie est convertie en lumière (alors que les ampoules à incandescence produisent surtout de la chaleur). Lien entre villes : bien plus fort qu’un « jumelage », le « lien entre villes » est une convention qui implique un lien d’amitié et l’élaboration de projets communs de coopération avec échanges de moyens matériels et/ou humains. Lutte biologique : méthode de lutte pour prévenir ou réduire les dégâts causés par des ravageurs (plantes ou animaux) via l’utilisation d’organismes vivants (insectes, bactéries ou un prédateur du ravageur) plutôt que de produits chimiques. Par exemple, les coccinelles sont utilisées pour lutter contre les pucerons. Maillage écologique : ensemble des voies (ou corridors) qui relient entre eux des écosystèmes ou des habitats permettant à une espèce de se déplacer. Ces voies peuvent être des haies, des groupes d’arbres, des jardins, des talus (on parle alors de « maillage vert ») ou des cours d’eau, des mares, des étangs (on parle alors de « maillage bleu »). Le maintien de ce maillage est essentiel à la biodiversité surtout en milieu urbain.


Manifeste belge de l’eau : rédigé en 1998 par le Comité International pour le Contrat Mondial de l’Eau dans le cadre de la campagne mondiale « l’eau pour tous », il reprend 9 priorités auxquelles les citoyens, collectifs, autorités communales (…) sont invités à adhérer. Métiers verts (ou métiers de l’environnement) : nouveaux métiers apparus dans les années 1990 avec l’émergence des préoccupations environnementales et du développement durable dans les administrations, les entreprises, etc. Ces métiers peuvent par exemple être liés à la gestion des déchets, à la gestion de l’eau, aux audits énergétiques et aux énergies renouvelables, au droit de l’environnement, aux systèmes de gestion environnementale, aux études d’impact, etc. Midis 21 : midis thématiques destinés au personnel communal d’Etterbeek et organisés 4 fois par an à l’Hôtel communal dans le but de sensibiliser et informer le personnel sur des thématiques liées au développement durable et à l’environnement. Cette activité est organisée en transversalité par les Services Environnement, DD, et A21L de l’administration communale. MLE : Mission Locale pour l’Emploi. Son objectif est d’aider ses bénéficiaires à retrouver le chemin d’un emploi stable et durable, en rapport avec leurs compétences. Véritable carrefour d’informations, la Mission relaye et coordonne les projets locaux sur le thème de l’emploi et de la formation. La Mission locale travaille en partenariat avec Actiris, Bruxelles Formation, la Commission Communautaire Française, la Commune, le CPAS et le Fonds Social Européen. Mois de la Solidarité Internationale : événement organisé chaque année dans de nombreuses villes et communes (dont Etterbeek en novembre), cet événement est l’occasion de mener des actions pour un monde plus juste et plus solidaire à travers des expositions, des concerts, des conférences, des filmsdébats, des présentations de projets humanitaires, etc.

Monoxyde de carbone : gaz incolore, inodore, très toxique, qui peut causer des intoxications parfois mortelles. Son émanation provient d’une combustion incomplète et est accentuée par une mauvaise alimentation en air frais et/ou une mauvaise évacuation des produits de combustion. Noyaux commerciaux : projet de redynamisation du commerce en région bruxelloise tablant sur l’amélioration de l’environnement et de la sécurité des rues commerçantes mais également sur une augmentation de la convivialité et sur une promotion plus intensive des commerces. Les projets se font en partenariat entre des associations de commerçants, la Région et les communes. Pour former un noyau commercial, la Région a édicté plusieurs critères: le projet doit être présenté par une association, le noyau doit comporter au moins 100 commerces, sa vitalité doit être faible ou moyenne, il doit se composer d’un mélange de logements et de commerces de quartier. Observatoire de la Santé et du Social de Bruxelles-Capitale : outil au service de tous ceux qui participent à l’élaboration et à la mise en place des politiques de santé et de lutte contre la pauvreté dans la région bruxelloise. Observatoire du Logement : créé en 2001 à Etterbeek, son fonctionnement a permis la création d’un système d’information géographique qui répertorie, sous forme d’éléments cartographiques très détaillés, la totalité des parcelles de logements sur le territoire communal. Concrètement, cet outil de contrôle reproduit, sur base des constats opérés sur le terrain, l’ensemble des traits caractérisant chaque logement etterbeekois. Cet instrument est très précieux dans la lutte contre le morcellement des logements et l’insalubrité, pour une meilleure habitabilité. Son action est menée en partenariat avec plusieurs autres services communaux : Recensement, Urbanisme, Classes Moyennes, Environnement. OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement. Approuvés par les gouvernements aux Nations Unies en septembre 2000, les OMD visent

168

à améliorer le bien-être de l’Homme en réduisant la pauvreté, la faim dans monde et la mortalité infantile et maternelle, en garantissant l’accès à l’enseignement pour tous, en contrôlant et en gérant les épidémies et les maladies, en abolissant la discrimination entre les sexes, en assurant un développement durable et en établissant des partenariats à l’échelle mondiale. ONEM : Office National de l’Emploi. Organisme fédéral chargé d’organiser l’assurance chômage au sein du réseau de la sécurité sociale. L’ONEM est chargé de l’indemnisation et assure un revenu de remplacement aux demandeurs d’emploi, aux prépensionnés ainsi qu’aux travailleurs salariés en interruption de carrière ou en chômage temporaire. Mais l’ONEM a aussi une mission de prévention, préservant ainsi le contrat unissant travailleur et employeur (chômage temporaire, interruption de carrière ou crédit-temps). Enfin, l’ONEM propose un éventail de mesures d’insertion favorisant la création de contrats entre travailleurs et employeurs. Il s’agit entre autres de l’activation des allocations ou des titres-services. ORBEM : Office Régional Bruxellois de l’Emploi, renommé ACTIRIS depuis 2007, dont la mission principale est de mettre en œuvre la politique de l’emploi et d’assurer le bon fonctionnement du marché de l’emploi en Région de Bruxelles-Capitale. L’office peut à cet égard prendre toutes les initiatives utiles. Il est ainsi chargé de l’inscription de tout chercheur d’emploi et de la gestion de leur parcours d’insertion, de la mise en œuvre et du suivi des programmes d’emploi, du suivi et de l’observation du marché de l’emploi ainsi que de diverses missions déléguées par le Gouvernement régional en vue de répondre à des besoins nouveaux. Cet organe est également mandaté pour coordonner l’Observatoire du Marché de l’Emploi et le Pacte Territorial pour l’Emploi. Il dispose également d’un service «Fonds Social Européen» pour traduire les soutiens de l’Europe aux actions en faveur de l’emploi à Bruxelles.


Panneaux solaires et photovoltaïques : un panneau solaire est un dispositif destiné à récupérer le rayonnement solaire pour le convertir en une autre forme d’énergie (électrique ou thermique) utilisable par l’homme. Les panneaux photovoltaïques convertissent la lumière en électricité. Participation : il existe différents niveaux de participation citoyenne impliquant un niveau d’engagement de plus en plus important. Le premier est la diffusion d’information (participation passive), puis la consultation (demande d’avis), puis la concertation (débats pour tendre vers un consensus), et enfin la co-production (élaboration et production de projets ensemble). Particules fines : particules microscopiques (aérosols, fumées, émanations, poussières, cendres volantes) notamment présentes dans l’air, elles sont un facteur de risques sanitaires. Elles peuvent être dues à la combustion de carburant (gaz d’échappement des véhicules), produites par les industries, les maisons, le brûlage agricole, etc. PCD : Plan Communal de Développement. Adopté par le Conseil communal le 28 novembre 2005 à Etterbeek, c’est un document à portée politique et stratégique qui définit les objectifs de développement et de planification urbanistique poursuivis par la commune. Il précise, dans les matières les plus diversifiées (urbanisme, aménagement de l’espace public, économie, emploi, embellissement du paysage urbain et maillage vert, mise en valeur du patrimoine, réduction des pollutions et des nuisances, développement durable et la gestion des ressources de l’eau, de l’énergie et des déchets, les déplacements et le stationnement, etc.) le programme politique général définit par les autorités communales. PCM : Plan Communal de Mobilité. Outil de planification démocratique qui détermine la politique menée par les autorités communales en matière de mobilité pour les années à venir (la lutte contre le trafic parasitaire, l’amélioration des performances des transports publics en surface et des dispositifs destinés aux usagers les plus

faibles, les zones 30, le stationnement, les personnes à mobilité réduite, etc.). Il comprend un diagnostic, des objectifs et une programmation de travaux et d’aménagements. PCS : Programme de Cohésion Sociale. Son objectif est de lutter contre les mécanismes d’exclusion, d’insécurité, de racisme et de xénophobie. Ce programme vise une action préventive. Pour mener son action, ce dispositif communal dispose de fonds liés à des conventions et en provenance du gouvernement fédéral et de la Région. Des associations solidaires assument sur le terrain des projets articulés au sein du Programme Cohésion Sociale. La coordination de ce dispositif a pour objectif la cohérence et la complémentarité des actions ainsi que la transversalité avec d’autres dispositifs. PEB : Performance Energétique des Bâtiments. La PEB mesure la quantité d’énergie nécessaire pour répondre aux différents besoins liés à une utilisation normale d’un bâtiment. Celle-ci résulte d’un calcul qui prend en compte différents facteurs (chauffage, ventilation, éclairage, isolation …) qui influencent la demande d’énergie. L’objectif est de diminuer les besoins en énergies primaires et ainsi de réduire les émissions de CO2. Permis d’environnement : autorisation administrative contenant les dispositions techniques que l’exploitant doit respecter pour que ses installations ne constituent pas une gêne ou un danger pour le voisinage immédiat et ne nuisent pas à l’environnement. Permis d’urbanisme : autorisation administrative nécessaire avant d’entamer tous travaux (construction, démolition, transformation, …) ou changement d’affectation d’un bien. Petit patrimoine : Ce vocable reprend l’ensemble des éléments ornementaux de petite taille tels que les poignées de porte, les vitraux, les sgraffites, les panneaux de céramiques, les sculptures, les boîtes aux lettres, les serrures, les châssis, les statues, les fresques murales, les fontaines les portes, les balcons, les soupiraux et les

169

divers éléments décoratifs témoins du travail d’un architecte ou d’un artisan. Pic-Nics : action organisée une fois par mois par le Programme de Cohésion Sociale et l’ASBL Samarcande pour favoriser les rencontres conviviales, les échanges et la mise en réseau entre les associations etterbeekoises, les agents et les services communaux. PLAGE : Plan Local d’Actions pour la Gestion Énergétique. Ce plan vise à réaliser des économies d’énergie au niveau des bâtiments communaux. Il intègre des méthodes de gestion de projet (diagnostic, stratégies prioritaires, objectifs, actions et évaluation) ainsi qu’une vision à long terme. Il fonctionne sur base d’un subside régional prenant en charge 50% du coût du Plan. Plan canicule : mis en place en 2007 à Etterbeek, il regroupe différentes mesures en cas de canicule : diffusion d’un dépliant informatif reprenant une série de conseils à adopter, formation spécifiques de services communaux, mise en place d’un call-center, établissement d’une liste de personnes isolées susceptibles d’être en difficulté en cas de fortes chaleurs, etc. Plan de circulation : outils de planification englobant le Plan de stationnement, l’un de ses objectifs prioritaire est de protéger, via une série de mesures, les quartiers résidentiels contre la pression croissante du trafic de transit. Ces mesures incluent par exemple des modifications de sens de circulation ou les réaménagements à effectuer dans chaque rue selon son profil (plateaux surélevés, trottoirs élargis, plantations d’arbres, meilleurs marquages au sol, etc.). Plan de déplacement : démarche globale d’analyse et d’optimisation des déplacements au sein d’une structure dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre. On parle de plan de déplacement scolaire (PDS) pour les écoles et de plan de déplacement d’entreprise (PDE) pour les entreprises ou les administrations. Ces plans sont réalisés avec la participation


de l’ensemble des acteurs concernés et contiennent des mesures pour limiter les déplacements domiciletravail et professionnels, en voiture individuelle. Plan de stationnement : plan qui règlemente le stationnement sur le territoire d’Etterbeek, rendant ce dernier plus contraignant pour les non-Etterbeekois, notamment dans certaines zones. Les tarifs et les possibilités de dérogation varient selon ces zones. Plan logement : adopté en avril 2008 par le Conseil communal, il fixe les priorités en matière de logement à Etterbeek pour la législature 2007-2012. Plan lumière : plan mis en place par l’Echevinat des Travaux Publics qui intègre l’éclairage public et les types d’appareils utilisés. Plantes allergènes : plantes pouvant causer des allergies souvent bénignes mais parfois graves. Ces plantes sont donc à éviter dans les maisons, écoles, homes, etc. Plateforme « Citoyenneté en Solidariteit » : depuis 2005, le Programme de Cohésion Sociale a mis en place cette plateforme dont le but est de mener un travail préventif et de réflexion commune sur les thèmes suivants : la montée des propos intolérants véhiculés au sein des quartiers, la citoyenneté et la rencontre de « l’Autre ». La première action fut la mise en place d’un groupe de travail autour du quartier Saint-Antoine (action communautaire, 2008). PMC : Abréviations utilisée pour le tri sélectif des déchets et désignant les déchets à mettre dans le sac bleu. Les lettres signifient : P = bouteilles et flacons en plastique ; M = emballage métallique ; C = cartons à boissons. PRAS : Plan Régional d’Affectation du Sol. Il constitue le plan de référence pour l’aménagement du territoire et détermine l’affectation générale des différentes zones dans la Région de Bruxelles-Capitale. Toute délivrance de permis d’urbanisme doit lui être conforme. Ce Plan est complété au

niveau communal par le PPAS (Plan Particulier d’Affectation du Sol). PRD : Plan Régional de Développement. Adopté en 2002, ce plan d’orientation stratégique fixe les objectifs et les priorités de développement de la Région. Il a une valeur indicative. Il couvre toutes les matières pour lesquelles la Région a des compétences ou qui concourent à son développement : logement, économie, emploi, mobilité, environnement, sécurité, recherche, patrimoine, tourisme, commerce, culture, politique sociale. Il est axé sur le plaisir de vivre à Bruxelles, le développement durable, la solidarité et la volonté de magnifier cette identité plurielle qui est une des grandes richesses de la Région de Bruxelles-Capitale. Prix Louis Schmidt : le Prix Louis Schmidt (décerné entre 1950 et 1998) a pour objectif de soutenir et encourager de jeunes artistes professionnels, peintres et sculpteurs etterbeekois. Il est décerné chaque année conjointement par la Commune d’Etterbeek et la Commission culturelle de l’Université Libre de Bruxelles. Projet Agenda 21 local de catégorie 2 : dans le cadre des appels à projet Agenda 21 local, la Région a octroyé des subsides pour la mise en place de projets ponctuels durables (budget maximum de 12 500€). Deux projets ont été mis en place dans ce cadre à Etterbeek : le projet des Jardins Participatifs (voir fiche-action n°15) et le projet Commerces Chaleureux (voir fiche-action n° 35). Prophylaxie : mesures à prendre pour prévenir l’apparition de maladies (traitements médicamenteux, campagnes de prévention, bonnes pratiques). PTP : Programme de Transition Professionnel. Ce dispositif vise l’insertion sur le marché du travail de demandeurs d’emploi, jeunes, peu qualifiés ou de longue durée par l’intermédiaire du secteur non-marchand. Les demandeurs d’emploi acquièrent ainsi une expérience de travail en bénéficiant d’un accompagnement, d’une

170

formation qualifiante et de soutien dans la recherche active d’un emploi durable. Ce dispositif permet la création d’emplois répondant à des besoins des secteurs public et non-marchand peu ou pas rencontrés dans le circuit de travail régulier. Les nouveaux emplois créés bénéficient d’un subventionnement public à plusieurs volets. Quartiers durables : projet s’appuyant sur une démarche citoyenne des habitants et des usagers d’un quartier (en s’intégrant dans la politique communale) dans le but de réduire l’empreinte écologique de ce quartier et de favoriser son développement de manière durable autour de divers enjeux: économies d’énergie, diminution des déchets, rationalisation des consommations, qualité de l’air, utilisation mieux réfléchie de l’espace, valorisation du patrimoine naturel, renforcement de la cohésion sociale, etc. Quartiers propres : opération citoyenne où chaque citoyen, école, association est appelé à participer de manière volontaire au nettoyage de son quartier. L’objectif est également de sensibiliser la population à la propreté publique et à la gestion des déchets. Quartiers verts : projet citoyen consistant à fleurir ou à « végétaliser » un quartier (façades, balcons, petits lopins de terre, etc.). La Commune soutient cette initiative (exemple : Coquilhat, Rollin, Boncelle, chaussée St-Pierre, etc.). Quartiers verts est une initiative d’Inter-Environnement Bruxelles, avec le soutien du Ministre de l’Environnement de la Région de Bruxelles-Capitale et de l’administration régionale Bruxelles Environnement (IBGE). RABAD : Réseau des Acteurs Bruxellois pour l’Alimentation Durable. Soutenu par la Région de Bruxelles Capitale, il compte une trentaine d’organisations (agriculteurs, distributeurs, restaurateurs et ONG) qui travaillent autour de l’alimentation durable. Son objectif est d’encourager la collaboration entre ses membres par l’échange d’information et de savoir-faire et par la création de projets communs, de mieux informer le grand public sur


l’alimentation durable et de rendre ces produits durables plus accessibles. RCU : Règlement Communal d’Urbanisme. Règles édictées à l’initiative du Conseil communal qui précisent les manières formelles de réaliser les objectifs communaux en matière d’urbanisme et d’architecture (implantation, gabarit, normes d’habitabilité et d’accessibilité, isolation thermique, voire d’esthétisme) et également au niveau de la voirie. Ces règles concernent l’entièreté du territoire communal ou une partie de celui-ci ; elles complètent les dispositions des règlements régionaux d’urbanisme (RRU) et ne peuvent y déroger. Ces règlements complètent les Plans d’Aménagements (PCD et PPAS pour le RCU ; PRD et PRAS pour le RRU). Réchauffement climatique : phénomène d’augmentation, à l’échelle mondiale, de la température moyenne des océans et de l’atmosphère dû à l’augmentation des gaz à effet de serre résultant des activités humaines dans l’atmosphère. A moyen et long termes, ce phénomène pourrait provoquer de nombreuses catastrophes naturelles. Régie Foncière : créée en 1973 à Etterbeek, elle avait à l’époque pour vocation l’exploitation du domaine privé de la commune en vue de la promotion du logement et de la rénovation urbaine. Une partie a été complètement réhabilitée, l’autre a fait l’objet d’une démolition systématique en vue de reconstruire de vastes complexes de logements dans un cadre urbanistique réaménagé. Cette action a permis à la commune de se trouver en deux décennies à la tête d’un patrimoine de logements dont la Régie assure la bonne gestion. Elle continue parallèlement à développer de manière active des projets de construction ou de rénovation urbaine ainsi qu’à s’occuper de la location de ses logements. Slow Food : mouvement « éco-gastronomique » qui s’oppose aux effets dégradants de l’industrie, de la modernisation, ainsi que des habitudes du fast-food (alimentation rapide) et qui encourage les uns et les autres à se réapproprier les plaisirs de la table. Manger devient dès lors un moment de

partage et de découvertes. Tous sont invités à renouer avec les traditions ou à explorer de nouvelles cultures culinaires tout en ayant un souci de durabilité. Soins de première ligne : premier accueil professionnel des soins de santé (information, conseils, collaboration avec les autres acteurs santé). Titres-Services : système subventionné par l’Etat Fédéral permettant aux particuliers de disposer d’un travailleur d’une entreprise agréée pour l’exécution de tâches ménagères au domicile ou en dehors de celui-ci. Le Titre-Service permet à de nombreux travailleurs de revenir dans le circuit du travail et de disposer d’un salaire mensuel garanti. Toitures végétales (ou vertes ou végétalisées) : toits recouverts d’un substrat végétal adapté aux toits plats ou à faible pente. Les avantages de ce type de toit sont nombreux : isolation thermique et phonique, protection des toits (stabilité et étanchéité) contre la chaleur et les intempéries, etc. De plus, cela favorise la biodiversité et la nature en ville ainsi que le sentiment de bien-être. L’entretien et les coûts sont faibles et cela ne provoque pas d’altération du bâtiment. TRESI : acronyme pour la Table Ronde Etterbeekoise de la Solidarité Internationale. Cet organe a un rôle consultatif et coordonne les activités menées par les associations actives à Etterbeek dans le domaine de la coopération au développement et la solidarité internationale. Union des Classes Moyennes : mouvement de défense, de représentation et de promotion des indépendants (chef de PME, artisans, commerçants, professions libérales). L’Union des Classes Moyennes a créé un ensemble de services pour mieux les aider. URE : Utilisation Rationnelle de l’Energie. Démarche qui consiste à déterminer et à appliquer des mesures (moyens et comportements) pour consommer moins d’énergie en conservant le même confort.

171

Verduriser : Rendre vert. On parle de verdurisation lorsque l’on implante de manière volontaire la nature en ville, sous toutes ses formes végétales (plantes grimpantes sur des façades, toitures végétales, jardins, intérieurs d’îlots, etc.). La verdurisation contribue à renforcer le maillage vert et constitue un refuge pour de nombreux animaux, renforçant ainsi la biodiversité. VGC : de Vlaamse Gemeenschapscommissie voor Cultuur c’est-à-dire la Commission Communautaire flamande pour la Culture. Villes Européennes Durables (ou Campagne Européenne des Villes Durables) : La première conférence sur les villes durables s’est déroulée à Aalborg en 1994 et a débouché sur la création de la Charte d’Aalborg et l’engagement des signataires à mettre en place un A21L. Cette campagne constitue le réseau des villes engagées dans la Charte d’Aalborg et a pour objectif de soutenir les villes souhaitant mettre en place un A21L. Zone naturelle : Les zones naturelles sont des zones dans lesquelles l’urbanisation est interdite ou admise sous forme légère. Elles présentent souvent un intérêt écologique.


Retrouvez ce Plan d’action de l’A21L d’Etterbeek ainsi que tous les contacts des services communaux sur le site www.etterbeek.be

Ed. resp. : le Collège des Bourgmestre et Echevins d’Etterbeek, avenue d’Auderghem 113-115 – 1404 Etterbeek – Document imprimé sur papier recyclé. Conception : yuluka.com. Ne pas jeter sur la voie publique SVP.

Contact : agenda21local@etterbeek.be Tél : 02 627 23 02


Brochure Agenda 21 Etterbeek