Page 1

work sample

Françoise Walthéry Mars 2013


Françoise Walthéry

Introduction

The tram makes a return

1. The tram makes a return

2. TramStore21 project

Tramway (tram) networks were very commonplace in Europe until the middle of the 20th century. However, they were often replaced in the 1960s and 1970s by bus networks, which were considered to offer greater flexibility at lower cost, particularly in the United Kingdom and France. Over the past two decades, this trend has been reversed and many new tram lines have been built throughout the world. There has been a rediscovery of the tram’s advantages:

2.1 Project presentation

¡ high capacity: a large, modern tram can carry twice as many people as an articulated bus; ¡ electric propulsion: no urban pollution and can run in a tunnel; ¡ comfort: trams running on well-maintained tracks offer unbeatable ride comfort; ¡ predictability: the presence of a tram line provides a solid backbone for people’s activities and journeys; ¡ public space: building a tram line provides an opportunity to re-align public space. Grassed tram track beds give roads the ‘green’ touch that they so often lack; they also combine perfectly with pedestrian thoroughfares. Blackpool, the only town in the United Kingdom to have kept its trams in the 20th century, has decided to modernise the whole system. The inauguration of two tram lines in Dijon in 2012 marks the culmination of the metropolitan area’s extensive eco-mobility efforts. Rotterdam and Brussels have invested large sums of money in their tram networks since 2000 (new vehicles, line extensions).

TramStore21 is a European public-sector cooperation project. It forms part of the European Union’s regional policy, which aims specifically to boost cohesion between Europe’s various regions through the INTERREG funding programme. This cooperation made it easier for TramStore21’s five partners to resolve local difficulties that they would have found hard to overcome by themselves, chiefly by conducting detailed studies of other local situations. Transnational working groups were set up to review the projects of each partner and amend them wherever useful. The partners’ technical departments also shared their expertise, in order to expand the project and select best practices. The partners are also suggesting ways to improve national and European policies, with a view to enhancing the sustainable aspect of public-transport infrastructure. The project partners are: STIB-MIVB (the main public-transport operator in Brussels, Belgium, and project leader), RET (public transport in Rotterdam, Netherlands), the Dijon metropolitan area (Communauté de l’Agglomération Dijonnaise, France), Blackpool (United Kingdom), and the Fraunhofer Institute for Material Flow and Logistics (IML) (Dortmund, Germany).

2.2 Objectives

INTROducTION

New Bombardier Flexity tramways in Starr Gate depot, Blackpool

to benefit more quickly from exchanges outside the traditional mechanisms.

The aim of the TramStore21 project is to ensure that the construction of tram depots – vast hangars used for maintaining and stabling tramway vehicles – abides by the three aspects of sustainable development: economic, social and environmental.

The peer reviewing process applied within TramStore21 consisted of three steps: ¡ Describe: the peer-reviewed partner describes its project, highlighting specific topics on which the partner request comments from its peers, e.g. to help make a decision ¡ Review: the peers respond to the requests for comments and formulate an opinion, while offering advice, and sharing their own experience of similar circumstances ¡ Evolve: the peer reviewed partner analyses the feedback from the partners and reacts to the suggestions made.

TramStore21’s three main challenges: ¡ Pooling existing good practices in North-West Europe for the construction of depots and efficient infrastructure in terms of sustainable development; ¡ Constructing four benchmark tram depots; ¡ Creating a favourable local and overall context for the production of high-quality public-transport infrastructure. Given the strong growth in urban public transport today and the need to build tram depots in many towns and cities, it was important to consider how best to integrate such industrial infrastructure within urban settings.

The exchanges took place during technical meetings of the partnership as well as remotely, through structured peer-review documents, which were exchanged electronically.

2.3 Peer-reviewing process

2.4 INTERREG support

The peer-reviewing process consists of structured exchanges between experts from partner organisations, who work on common issues in their respective environment. Peer reviews was an important element for the transnational aspect of the TramStore21 cooperation initiative. When planning public-transport infrastructure, it is fairly rare for planners to look at a range of experiences. Moreover, knowledge exchange is mostly done within national and international public transport associations. A European transnational cooperation like this creates opportunities for the partners

TramStore21 is a cooperation project in North-West Europe co-funded to the tune of 50% by the European Union (INTERREG IVB programme). Further details about the INTERREG IVB programme for North-West Europe: www.nweurope.eu

New Alstom Citadis tramway, Dijon

INTROducTION

13

Building sustainable and efficient tram depots for cities in the 21st century

“I hope the United Kingdom will now see a greater future for tramways.” Paul Grocott, Blackpool Council, 2009

4. Presentation of the partners

FLEETWOOD

4.1 Blackpool Council (UK) description of the project partner Blackpool Council, as a unitary single-tier local authority within England, is constituted to deliver and has responsibility for all local government functions within its area. Blackpool Council is the local highway and transport authority and as such has ultimate legal responsibility for the provision, operation and performance of the Blackpool Bus and Tramway services. Blackpool Transport Services Ltd (BTS) is a limited company, its shares wholly owned by Blackpool Council. It was set up under the Transport Act 1985 as a completely ‘arm’s length’ company at the time of deregulation and privatisation of the bus industry in the UK. The building of the depot resulted in the establishment of a real partnership between Council’s and BTS team members. Political context BTS operates with its own Board of Directors (five local councillors, one council officer and four executive directors) and reports its annual accounts to Companies House like any other UK business. It has to run commercially and receives no funding from the local authority, except for concessionary travel reimbursement (to which all UK bus operators are entitled under law). BTS also receives a Bus Service Operator Grant for fuel, which again all operators in the UK receive. 16

BTS operates in an entirely commercial world, providing bus and tram services in the Fylde area. The buses are registered (like all other bus services in the UK) with the Traffic Commissioner (regulator) and operate under strict regulations. The trams are operated under payment of a concession to Blackpool Council through an operating and maintenance agreement. The company owns some of the rolling stock, but the Council owns the new Bombardier trams. The Council also owns the Starr Gate depot and is responsible for its structural upkeep (as it already is for the tram buildings at Rigby Road). The day-to-day upkeep of the buildings and new trams is done by Blackpool Transport, as part of the operating and maintenance agreement. Blackpool Council is further responsible for the tramway infrastructure on which Blackpool Transport operates the trams.

The resident population of Blackpool itself is estimated at 140,000; if the whole of the Fylde Coast area is included, this figure increases to around 328,000. These figures rise greatly during the summer months and ‘illuminations’ period (from Easter to November), with around an additional 40-45,000 visitors to Blackpool alone on an average summer’s day. This factor impacts significantly on tramway operations during the months of May to October every year.

urban context Blackpool is a large seaside town located in Lancashire County in North West England. It covers an area of 34.86 square kilometres within the urban area stretching along the Fylde Coast, and is one of the most densely populated authorities in the UK.

The tramway also had historic constraints, having been in continual operation for over 125 years. Elements such as traffic interfaces, infrastructure, vehicles and their facilities were all outdated, and needed upgrading to comply with required legislation and ensure the continued operation of a passenger service.

The tramway and new depot are situated on the Fylde coastline of the Irish Sea. This area, can at times, be a very exposed marine environment, with strong winds and high levels of wind-borne sand and salt spray. This makes for a very aggressive environment from an abrasive and corrosive viewpoint, so the depot, tramway infrastructure and trams had to be of a suitable specification in order to effectively resist these adverse factors.

TOWER RIGBY ROAD DEPOT

PLEASURE BEACH

0 View of the central promenade, Blackpool

© Google Earth

STARR GATE DEPOT

5 KM


WORK SAMPLE

Building sustainable and efficient tram depots for cities in the 21st century

Building sustainable and efficient tram depots for cities in the 21st century

Presentation of the partners

4.2 Grand Dijon (F)

tram network and fleet The current tram network is of a linear configuration, 18 km in length, running north/south along the Fylde coast from the new Starr Gate depot to Fleetwood ferry. The tram fleet consists of 16 new Bombardier Flexity2 trams, 10 heritage (1930s era) double-deck balloon trams, altered to be able to use the new raised platforms (for use at busy periods to supplement the new passenger service), two engineering vehicles, four externally illuminated heritage trams, and up to 16 other vintage vehicles that are used during the summer and illuminations periods. starr gate depot Blackpool Council initially intended to build its new depot on the site of the old one. However, the old site was too cramped and the narrow access ways located in an urban area were so densely built up that the Council ultimately embraced an alternative solution: building the new depot at the southern terminus of the line, adjacent to sea defences. This larger, less densely populated area will offer adequate space to stable and maintain the new tram vehicles and even to increase the number of vehicles required by any future line extensions.

description of the project partner Dijon is a city in eastern France and the capital of the Côte-d’Or department and the Burgundy region. Twentytwo municipalities surrounding Dijon have been federated into one sole entity, Le Grand Dijon, for the following: transportation, urban development planning, spatial planning, urban renewal, housing, protection and improvement of the environment, and economic development. Grand Dijon decided in 2007 to upgrade its public-transport network, by building two tram lines that will radiate to the north, south and east of the municipality.

3D sketch of the Starr Gate depot, Blackpool

tram type

manufacturer

capacity (passengers)

Flexity2

Bombardier (2011/12)

74 seated 148 standing

16

Double Deck Balloon tram

English Electric, Preston (1935)

94 seated 6 standing

10

Vintage vehicles Example: Great Western

Specific to each vehicle Blackpool Corporation Transport (1962)

Specific to each vehicle 95 seated

15 1

Quantity

Political context Although traffic in the Dijon area is moderate, local authorities intend to boost the attractiveness of public transport by developing a tram network. This project is completely changing the inner city’s appearance, resulting also in more secure spaces for pedestrians and cyclists. 3D sketch of the Place Darcy, Dijon

Flexity2

18

INTROducTION

Rapport TramStore 21 pour la STIB via le bureau d’études Espaces-Mobilités (144 pages, 4 langues, + un DVD interactif) Création graphique, mise en page, schémas, cartes et infographies, gestion partielle du projet.

Double Deck Balloon tram

Vintage vehicle : Great Western

Grand Dijon is responsible for the construction investments for the tram network and the depot. Grand Dijon delegated the operation of the urban public-transport network to the private-transport firm Keolis Dijon1 for the period 2010 to 2016 through a ‘Délégation de Service Public’’’ (DSP) contract.

1. Keolis is a large private French transport group running passenger railways, trams, (trolley-)bus networks, and airport services. It operates the urban transport network in Dijon and today has 650 employees. Its buses travel about 10 million km a year.

19

P. 3


Françoise Walthéry

Muntpunt - Exposition «I Book you» Conception graphique, réalisation et suivi de la mise en place de l’exposition d’une surface de 400 m2 place de la Monnaie. En collaboration avec bluefish design.


WORK SAMPLE

P. 5


Françoise Walthéry

d’iCi un Cadre léGal

un Cadre léGal

diversité culturelle et radiodiffuseurs locaux : une équation « naturelle » ?

La représentation équitable des minorités visibles : une obligation légale pour les radiodiffuseurs canadiens

pour en savoir plus ¡ Aboriginal Peoples Television Network (APTN) (Décision CRTC 99-42) www.crtc.gc.ca/fra/archive/1999/db99-42.htm ¡ Accessibilité des services de télécommunication et de radiodiffusion (Politique réglementaire de radiodiffusion et de télécom CRTC 2009-430) www.crtc.gc.ca/fra/archive/2009/2009-430.htm

¡ Réaction du Conseil au rapport final de l’Association canadienne des radiodiffuseurs sur la présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées à la télévision (Avis public de radiodiffusion CRTC 2006-77) www.crtc.gc.ca/fra/archive/2006/pb2006-77.htm

¡ Modification de la politique d’équité en matière d’emploi du Conseil (Avis public CRTC 1997-34) www.crtc.gc.ca/fra/archive/1997/pb97-34.htm

¡ Réaction du Conseil au rapport du groupe de travail sur la diversité culturelle à la télévision (Avis public de radiodiffusion CRTC 2005-24) www.crtc.gc.ca/fra/archive/2005/pb2005-24.htm

¡ La politique télévisuelle au Canada : Misons sur nos succès (Avis public CRTC 1999-97) www.crtc.gc.ca/fra/archive/1999/pb99-97.htm

¡ Code sur la représentation équitable (Avis public de radiodiffusion CRTC 2008-23) www.crtc.gc.ca/fra/archive/2008/pb2008-23.htm

¡ Pratiques exemplaires recommandées par l’Association canadienne des radiodiffuseurs en matière de diversité à la radio privée; exigences de rapport sur la diversité culturelle imposées aux exploitants de la radio commerciale (Avis public CRTC 2007-122) www.crtc.gc.ca/fra/archive/2007/pb2007-122.htm

¡ Politique relative à la radiodiffusion à caractère ethnique (Avis public CRTC 1999-117) www.crtc.gc.ca/fra/archive/1999/pb99-117.htm ¡ Rapport sur la distribution des services à caractère ethnique par les entreprises canadiennes de distribution de radiodiffusion, janvier 2003 www.crtc.gc.ca/fra/publications/reports/ethnic2003.htm

¡ Ordonnance d’exemption relative à certaines entreprises de télévision en langues tierces (Avis public de radiodiffusion CRTC 2007-33) www.crtc.gc.ca/fra/archive/2007/pb2007-33.htm ¡ Améliorer la diversité des services de télévision en langues tierces (Avis public de radiodiffusion CRTC 2004-96) www.crtc.gc.ca/fra/archive/2004/pb2004-96.htm ¡ Politique en matière de radiotélédiffusion autochtone (Avis public CRTC 1990-89) www.crtc.gc.ca/fra/archive/1990/pb90-89.htm ¡ Ordonnance concernant la distribution du Aboriginal Peoples Television Network (APTN) (Avis public CRTC 1999-70) www.crtc.gc.ca/fra/archive/1999/pb99-70.htm

Un entretien avec Jean-Louis Radoux (directeur RTC Télé-Liège) et José-Manuel Martinez Ferreira (président Radio Alma)

¡ Représentation de la diversité culturelle à la télévision – Création d’un groupe de travail réunissant des représentants de l’industrie et de la collectivité (Avis public CRTC 2001-88) www.crtc.gc.ca/fra/archive/2001/pb2001-88.htm

Plusieurs modes de représentation de la diversité culturelle ont été mis en œuvre au sein de RTC Télé-Liège. « À l’origine, les expériences canadiennes, avec des conceptions telles que le canal ouvert qui consistait en la mise à disposition de créneaux horaires pour tous, avaient été prises pour modèle. Toutes les communautés pouvaient donc venir s’exprimer ». Cependant, il n’y a pas eu d’appropriations spontanées, bien que l’évolution du matériel le favorisait. « À part une démarche proactive de la chaîne qui, dans ses programmes, veille à assurer la diversité, la simple ouverture à la diversité ne fonctionne pas. Il faut qu’il y ait une dynamique, une attitude volontariste derrière ». Ce manque de demandes de coopération, Jean-Louis Radoux le déplore tant au sein des communautés ethniques que dans le chef d’autres minorités, comme les organismes représentant les personnes sourdes et muettes. « Nous pourrions faire le pas de la technique et eux, le pas de la connaissance du

langage signé. C’est une communauté qui réclame une représentativité, mais qui ne s’empare pas de l’outil ». La réalité est toute autre au sein de Radio Alma. Son président, José-Manuel Martinez Ferreira, rend compte d’une « bonne volonté » des auditeurs qui s’impliquent quotidiennement dans la pérennité et le renouvellement des programmes de radiodiffusion de sa chaîne radio. « Nous fonctionnons avec le bénévolat. Les personnes qui font de la radio, ce sont essentiellement des auditeurs ou d’anciens auditeurs. Nous leur présentons les contraintes de fonctionnement, leurs obligations vis-à-vis du média. Et puis, ils sont libres de présenter le projet de leur choix. Il y a ainsi 70 ou 80 collaborateurs qui tournent au sein de la radio. » L’auditeur est donc mobilisé dans les activités de la station et de nombreuses associations font appel à elle pour relayer leurs animations. « Nous ne sommes pas des professionnels du média. Nous vivons la radio plus comme un outil d’expression qui soit le plus proche possible de nos attentes et inquiétudes ».

L’évoLution des supports À l’heure actuelle, Jean-Louis Radoux se questionne sur la pertinence de l’ouverture de créneaux horaires à des communautés spécifiques. « C’est sans doute une idée qui, à la limite, n’a plus sa place aujourd’hui. À l’époque du satellite et d’Internet, ça n’a plus beaucoup de sens. Sur Liège, je voulais faire une émission pour les différentes communautés arabes, mais elles regardent Canal Al Jazeera qui a une diversité plus grande et d’autres moyens. Chacun peut davantage s’approprier sa

© Csa

Ces politiques et ces mesures soutiennent la production d’émissions dans la langue maternelle des Canadiens afin de donner une voix aux groupes ethnoculturels et aux groupes sous-représentés dans le système de radiodiffusion. En outre, elles facilitent l’intégration et l’engagement sociaux et sauvegardent les cultures et les langues. ¢

Améliorer la représentativité de la diversité culturelle dans l’audiovisuel est la pierre angulaire du soutien à l’inclusion sociale. En Belgique, tout comme au Canada, une attention particulière est portée aux approches novatrices. À la suite du Baromètre diversitéégalité 2012, une question s’est posée : la diversité ne serait-elle pas davantage présente au niveau local ? Le critère de proximité pourrait en effet atténuer les discriminations en matière d’égalité et de diversité. Réactions aux propositions émises dans l’article du CRTC traitant des « lois et pratiques exemplaires en matière de diversité culturelle ».

CC Flickr — michael swan

chaque année un rapport sur les mesures qu’ils ont prises pour instaurer des pratiques exemplaires en matière de diversité. Pour leur part, les exploitants de taille moyenne doivent, depuis novembre 2012, déposer tous les cinq ans un rapport sur la diversité. Enfin, les petits exploitants ne sont pas tenus de soumettre un rapport, mais on s’attend à ce qu’ils adoptent des pratiques exemplaires.

Jean-Louis Radoux

communauté. Celui qui vient d’une communauté qui n’est pas directement représentée par une chaîne satellitaire peut aller chercher de l’information sur le Web. Les communautés se sont déplacées du média télévision ou radio vers d’autres supports ». Si le public n’est plus demandeur, du moins plus autant, ce serait en raison de l’existence de ces autres canaux. Les sources d’approvisionnement ayant changé, la question ne devrait plus se poser de la même façon. Cependant, le constat est différent au sein de Radio Alma qui émet en cinq langues (en français, espagnol, italien, grec et portugais). Celle-ci se veut pluraliste, indépendante et s’efforce d’offrir une programmation riche en diversité culturelle.

34

35

d’ailleurs Comité Permanent et réFérent

Comité Permanent et réFérent

les quatorze chantiers de france télévisions

Au vu de ses missions, ce référent diversité occupe un certain niveau de pouvoir dans la structure hiérarchique de chaque chaîne : « Le référent diversité ne doit pas ‘ramer’ pour avoir les infos. Il faut qu’il ait un peu de pouvoir de persuasion ». Les objectifs que les référents doivent atteindre sont précis et les résultats de leur mission sont comptabilisés dans leur salaire, au sein de la part variable d’ajustement. Un processus à la frontière entre l’émulation et la quantification des objectifs. « Comme chacun se fixe son résultat et que c’est dans la part variable, au bout du compte il y a une espèce de surenchère de ‘je vais bien faire’. C’est comme ça qu’on peut y arriver : si on verrouille trop et qu’on crée des sas, on va se retrouver avec des gens très contrariés et qui ne seront pas motivés ».

un référent diversité La première mesure cible l’organisation des structures contribuant à la réalisation des programmes : « J’ai demandé que chaque chaîne identifie un collaborateur dont la mission est d’organiser et d’assurer le suivi de la politique diversité, de rendre compte, de nourrir par des propositions le fonctionnement

un répertoire d’experts issus de La diversité L’un des outils à l’utilisation desquels les référents doivent veiller repose sur la constitution d’un répertoire recensant les spécialistes issus de la diversité dans tous les domaines de l’information. La

12

Panorama des bonnes pratiques en matière de diversité - CSA Adaptation d’une ligne graphique existante, création de la couverture, mise en pages, recherche iconograpique, suivi impression. En collaboration avec l’Agence Alter.

un outiL d’auto-évaLuation Les chaînes de France Télévisions ont également été dotées d’un outil de suivi permettant de mesurer leurs efforts sur les contenants (la visibilité) et les contenus des programmes. Il s’agit d’une grille visant à répertorier, semaine après semaine, les initiatives intégrant la diversité dans les productions. « Les conseillers de programmes comptabilisent ces efforts. C’est un suivi au plus près du réel ». Cet outil se situe au confluent de l’évaluation externe et de l’évaluation interne. En effet, s’il relève de l’aide mémoire visant à renseigner au CSA en fin d’année les mesures mises en place au sein des programmes, il permet également à chaque chaîne de s’auto-évaluer. Une dimension qui permet, selon Marijosé Alie, d’accroître la responsabilité de chacun en la matière : « Les gens détestent être évalués. Donc leur confier la responsabilité de faire, eux-mêmes, leur propre évaluation, ça leur donne une responsabilité supplémentaire qu’ils sont prêts à prendre ».

Marijosé Alie

spécificité de ce répertoire réside en sa capacité de contourner le problème de la stigmatisation inhérent à toute tentative de classification des experts sur la base des critères ethnoculturel, socioculturel, voire de handicap. En effet, sa construction repose sur l’agrégation d’un spécialiste issu de la diversité à une association amenée à proposer le nom de l’expert en question : « Je me suis dit : ‘Comment faire pour trouver des personnes qui viennent de nos quatre espaces de la diversité ?’ C’est là que j’ai eu l’idée de m’adresser aux associations parce que les associations, elles, mènent un combat. Ce combat, les idées qu’elles défendent leur permettent d’identifier les personnes adéquates ». Ainsi, cent personnes ont été retenues, après un entretien avec chacune d’entre elles, sur la base des listes suggérées par un panel d’associations. Ce carnet d’adresses, à usage exclusivement interne, est partagé au sein des chaînes de France Télévisions. Il offre la possibilité à chaque collaborateur qui y a accès de trouver l’expert dont il peut avoir besoin dans son émission. L’objectif étant non pas de valoriser des spécialistes sur les matières relatives à la

des partenariats avec Les écoLes et Les universités Entretien avec Mariejosé Alie, directrice déléguée aux programmes de France Télévisions

Si des partenariats entre les chaînes de télévision et les écoles de journalisme existent de longue date, France Télévisions cherche désormais à instaurer des collaborations plus spécifiques avec des écoles et des universités, en proposant des cursus audiovisuels et cinéma, afin de garantir la prise en charge

par les unités de programmes de ses chaînes d’un certain nombre de stagiaires issus de la diversité.

© Ftv/France 2 François lefebvre

diversité, mais bien d’enclencher une participation naturelle d’experts issus des différentes composantes de la diversité au titre de leurs compétences (politique, société, culture, environnement, etc.).

L’objectif de la démarche est double : répondre aux exigences du label AFNOR auquel la chaîne concourt en ouvrant les canaux de recrutement et renouveler les espaces de production des programmes. Il s’agit donc d’ouvrir des espaces de formation et d’apprentissage pour répondre à ces deux objectifs : « Qu’est-ce qu’on attend d’un programme ? Qu’en est-il de l’éditorial d’une chaîne ? Comment ça fonctionne ? Quelles relations entretenues avec les boîtes de production ? Comment un programme est-il analysé ? Comment est-il comptabilisé ? Comment travaille-t-on sur son contenu ? C’est une manière d’attirer les gens là où tout se faisait auparavant par cooptation. On était en train de se reproduire entre soi ! ». Les partenariats avec les écoles et les universités répondent néanmoins à une condition préalable : ces institutions doivent être elles-mêmes ouvertes à la diversité, notamment par l’attribution de bourses aux étudiants les plus défavorisés. « L’idée est d’ouvrir les portes pour permettre à un peu d’air de rentrer, mais en postulant que la diversité est déjà inscrite dans les écoles et les espaces universitaires avec lesquels on travaille ». La mission des référents diversité est aussi de promouvoir ces partenariats en région.

vers L’obtention du LabeL diversité Les mesures mises en place par France Télévisions pour stimuler la diversité au sein des contenus des programmes fixent des objectifs très concrets, sans pour autant être quantifiés. Elles associent

© Ftv/Fr4 delphine Ghosarossian

Dans le cadre des démarches pour obtenir le label Diversité, enclenchées par France Télévisions en janvier 2011, quatorze chantiers ont été mis en place en juin de la même année. L’un de ces chantiers est exclusivement réservé aux programmes et à l’information. Marijosé Alie, directrice déléguée aux programmes de France Télévisions et chargée de la diversité, s’est attelée à stimuler la diversité au sein des programmes. À cette fin, elle a mis en place neuf mécaniques axées sur les contenus éditoriaux des programmes, mais aussi sur la visibilité des différentes composantes de la diversité : le genre, le socioculturel, l’ethnoculturel et le handicap. Détaillons quatre de ces mécaniques.

de cette diversité et de veiller à ce qu’il y ait un suivi des engagements qui sont pris », explique Marijosé Alie. Interlocuteur privilégié au sein de chaque chaîne pour les questions liées à la diversité, ce « référent diversité » s’est vu attribuer des missions très concrètes : il sensibilise les équipes au quotidien, relaye les informations et les bonnes pratiques, veille à l’utilisation et à l’actualisation des outils mis en place, contribue à la définition des objectifs et à la mise en place des partenariats avec les écoles, dresse le bilan des actions, etc.

© nathalie Guyon

Le 3 juin 2009, France Télévisions installait un Comité permanent de la diversité, composé de huit collaborateurs du groupe et de huit personnalités extérieures. Ce Comité a reçu pour mission de promouvoir la diversité tant dans les structures du groupe qu’à l’antenne et dans les contenus des programmes. Il possède un rôle de vigilance et de conseil auprès du président de France Télévisions à qui il remet chaque année un rapport. Cet engagement en matière de diversité a pris la forme de quatorze chantiers.

Série «Caïn» réalisée avec la participation de France Télévision. Magazine mensuel «Viens dîner dans ma cité» de France 4

l’émulation et l’obtention de résultats, l’évaluation externe et l’auto-évaluation. Elles responsabilisent les partenaires, mais leur offrent aussi des instruments de valorisation de leurs résultats. Les mesures ciblant les programmes participent à un chantier global visant à promouvoir la diversité et à lutter contre les discriminations. Un chantier via lequel France Télévisions espère obtenir le label Diversité délivré par AFNOR Certification, dont les retombées sur l’image de la société et l’audience de ses chaînes ne sont pas à négliger. ¢ 13


WORK SAMPLE

partie 1 SE FIxER DES OBJECTIFS une mission de service public Comité permanent et référent une responsabilité sociale d’entreprise

partie 2 DES OUTILS POUR SUSCITER LA DIVERSITé ET L’éGALITé de l’intérêt des bases de données investir dans la formation continuée un cadre légal

Panorama des bonnes Pratiques pour l’égalité et la diversité dans les médias audiovisuels de la Fédération Wallonie-bruxelles

P. 7


Françoise Walthéry

n°352-353

16e année – bimensuel sauf juillet, août et décembre : 1 parution/ mois – N° d’agréation : P402024

25 janvier 2013

n°347

Belgique – België P.P. Charleroi X 1/3120

www.alterechos.be

Rebondir sur l’innovation sociale

Belgique – België P.P. Charleroi X 1/3120

www.alterechos.be

Rebondir sur l’innovation sociale

numéro spécial

5€

¢ S’arrêter _ L’accompagnement post-institutionnel (API) des mineurs ¢ Dialoguer _ Housing First : une clef contre le sans-abrisme ¢ Suivre _ Situation figée pour les centres d’entreprises

Cohésion soCiale mieux vivre © Agence Alter asbl — Ed. resp. Aude Garelly – rue Guillaume Tell 57 – 1060 Bruxelles – ISSN 1372-6455 – Photo : cc Flickr – Joris Louwes

ensemble à Bruxelles

n°348

26 octobre 2012

Rebondir sur l’innovation sociale

Femmes dans la ville : plus vulnérables ? 16e année – Bimensuel sauf juillet, août et décembre : 1 parution/ mois – N° d’agréation : P402024

n°349

Belgique – België P.P. Charleroi X 1/3120

www.alterechos.be

5€

16 novembre 2012

¢ S’immerger _ Maisons de retour : une drôle de liberté ¢ Rencontrer _ Jimy se rit de son handicap ¢ Suivre _ La Ferme Delsamme : le maraîchage bio pour credo

© Agence Alter asbl — Ed. resp. Aude Garelly – rue Guillaume Tell 57 – 1060 Bruxelles – ISSN 1372-6455 – Photo : Shutterstock

burnout

Le frappe aussi le secteur social

Création de la nouvelle maquette de Alter Echos, bimensuel d’actualité sociale de l’Agence Alter (et mise en page). en collaboration avec Bluefish design.

Rebondir sur l’innovation sociale

¢ S’immerger _ Genappe : la reconversion du site de l’ancienne sucrerie fait polémique ¢ Dialoguer _ Statut d’artiste : se trompe-t-on de cible ? ¢ Suivre _ Petite leçon d’énergie pour travailleurs sociaux

© Agence Alter asbl — Ed. resp. Aude Garelly – rue Guillaume Tell 57 – 1060 Bruxelles – ISSN 1372-6455 – Photo : Shutterstock

© Agence Alter asbl — Ed. resp. Aude Garelly – rue Guillaume Tell 57 – 1060 Bruxelles – ISSN 1372-6455 – Photo: Lieven Soete (Creative Commons Flick’r)

16e année – Bimensuel sauf juillet, août et décembre : 1 parution/ mois – N° d’agréation : P402024

12 octobre 2012

Anticiper

l’HIVER

16e année – Bimensuel sauf juillet, août et décembre : 1 parution/ mois – N° d’agréation : P402024

Belgique – België P.P. Charleroi X 1/3120

www.alterechos.be

5 €


WORK SAMPLE

s’arrêter _ chiffrEs Et définitions

la cohésion sociale en qUelqUes dates projet de décret cohésion sociale ¡ Le décret est voté par l’assemblée de la Cocof (Commission communautaire françaie). ¡ objectif : favoriser le développement harmonieux des différentes communautés vivant à Bruxelles.

2004

Entrée en vigueur du décret Cinq thématiques prioritaires pour 2006-2010 : ¡ soutien et accompagnement scolaires ; ¡ alphabétisation et lutte contre la fracture numérique ; ¡ accueil des primo-arrivants, dont l’apprentissage du français ; ¡ actions intergénérationnelles ; ¡ mixité et égalité femmes-hommes.

2006

réforme du décret Le décret Cohésion sociale intègre le Plan bruxellois pour l’alphabétisation (PBA) mis en place en 2002 et coordonné par l’asbl Lire et écrire.

nouveau programme quinquennal Trois thématiques prioritaires pour 2011-2015 : ¡ Le soutien et l’accompagnement scolaires, ¡ L’alphabétisation et l’apprentissage du français pour adultes peu ou non scolarisés, ¡ L’accueil et l’accompagnement des primo-arrivants, Une thématique transversale : Le «mieux vivre ensemble» passe par des actions autour des quatre mixités (de genre, culturelle, sociale et d’âge).

2009

lancement d’un parcours d’accueil pour les primo-arrivants Un décret relatif au parcours d’accueil pour les primo-arrivants devrait être voté mi-2013. il devrait être mise en place début 2014.

2011

2014

nouvelle programmation quinquennale Nouveaux contrats pour 2016-2021. il devrait y avoir une légère adaptation sur la priorité « primoarrivants ».

2016

acteurs et actions ¡ 13 communes concernées : Anderlecht, Auderghem, Bruxelles-Ville, etterbeek, evere, Forest, ixelles, Jette, koekelberg, Molenbeek-saint-Jean, Saint-Gilles, Saint-Josse-ten-Noode et de Schaerbeek. elles ont été sélectionnées sur base des difficultés sociales rencontrées par leur population dans certains quartiers et des espaces prioritaires tels que définis par le Plan Régional de Développement (eDRLR). ¡ 50 projets régionaux permettent d’intervenir sur plusieurs communes ou dans d’autres communes non reprises dans les 13 communes concernées ; ¡ 233 associations soutenues dans le cadre des contrats Cohésion sociale ; ¡ 457 actions mises en oeuvre sur le terrain ; ¡ 8 000 000 euros, budget annuel, consacré à l’ensemble des actions.

la Cohésion sociale, c’est quoi ?

© LieVeN SoeTe (CReATiVe CoMMoNS FLiCk’R)

La cohésion sociale consiste en un « ensemble des processus sociaux qui contribuent à assurer à tous les individus ou groupes d’individus, quelle que soit leur origine nationale ou ethnique, leur appartenance culturelle, religieuse ou philosophique, leur statut social, leur niveau socio-économique, leur âge, leur orientation sexuelle ou leur santé, l’égalité des chances et des conditions, le bien-être économique, social et culturel, afin de permettre à chacun de participer activement à la société et d’y être reconnu. Ces processus visent en particulier la lutte contre toute forme de discrimination et d’exclusion sociale par le développement de politiques d’intégration sociale, d’interculturalité, de diversité socioculturelle et de cohabitation des différentes communautés locales. ils sont mis en oeuvre, notamment, par le développement d’une action communautaire de quartier et du travail en réseau. »

les « primo-arrivants » ¡ Par « primo-arrivant », il faut comprendre – au sens « Cocof » : « Les personnes de nationalité étrangère séjournant légalement en Belgique depuis moins de 3 ans et disposant d’un titre de séjour de plus de 3 mois. » La Cocof prévoit de définir des publics prioritaires, tels « les étrangers qui rencontrent des difficultés sociales, qui ont des enfants en âge scolaire, qui n’ont aucune connaissance de la langue française ou qui ne savent ni lire ni écrire ». ¡ Les Primo-arrivants représentent 10 % de la population bruxelloise ¡ Près de 37 % des primo-arrivants de Belgique vivent à Bruxelles. ¡ 40 000. C’est le nombre approximatif de primo-arrivants qui arrivent chaque année à Bruxelles. 35 % sont issus de pays hors Ue, dont 2 % des USA et du Canada. En savoir plus : Centre régional d’appui en cohésion sociale (CRAcs) c/o Centre Bruxellois d’Action interculturelle asbl - CBAi Avenue de Stalingrad, 24 - 1000 Bruxelles – Tél. : 02 289 71 61 Site : www.cbai.be/page/66/

source : cracs – cbai

www.alterechos.be

4

5

n°352/353 – 25 janvier 2013

s’arrêter _ lEs nouvEllEs miGrations : unE réalité à prEndrE En comptE

suivre _ surtitrE

Cohabitation interculturelle : des projets pour

moins dE tEnsions

P

rôner un maximum d’échanges entre les communautés au sein de projets porteurs, artistiques, sportifs ou autres, est au centre des préoccupations de bon nombre d’associations d’éducation permanente et de cohésion sociale. Mais la cohabitation interculturelle ne se vit pas sans heurts par la simple bonne volonté des formateurs comme des participants. Des formateurs qui ne peuvent rien laisser au hasard, et surtout pas à l’improvisation. L’asbl Tremplins s’adresse aux jeunes de 12 à 21 ans, de tous horizons, désireux de participer à des projets artistiques dont le fameux festival Bruxelles Babel. Elle brasse de nombreuses communautés pour « n’en former qu’une seule, celle de citoyens à part entière ». Medhi Beduin, coordinateur de projet : « Le festival a beaucoup évolué en 30 ans. Il y a eu un risque, à un certain moment, que le projet ne devienne plus que celui d’une branche communautaire bien précise, à l’encontre justement de notre mission interculturelle. Une reprise s’est opérée il y a un an et nous connaissons enfin un retour à un festival ouvert sur les autres avec un thème cette année « Tous les rêves ». Un thème essentiel à l’adolescence. Rêver son avenir c’est se donner la chance de l’écrire plus tard. »

le manque de diversité crée aussi des tensions Comment percevoir l’autre ? Se projeter ? « Des ateliers du nord de Bruxelles préparent un spectacle où les participants se projettent dans des jeunes de Woluwe-Saint-Lambert, d’un tout autre milieu que le leur. Mais la même

6

Bien des associations œuvrent pour plus de mixité culturelle. Une cohabitation harmonieuse entre communautés n’est-elle qu’une naïve utopie ? Comment gérer les conflits dans les différents groupes et ateliers ? La cohésion sociale ne se fait pas en ignorant une réalité souvent compliquée et en pleine évolution. par gilda Benjamin démarche est vécue aux Ateliers du Temps Libre à Woluwe ! Les rêves ne sont pas les mêmes pour tous, c’est intéressant qu’ils les partagent. Aujourd’hui, nous brassons de nombreuses cultures et nous comptons aller vers une plus grande mixité, notamment la communauté néerlandophone ou des personnes à mobilité réduite. La mixité réside aussi en cela. Notre projet représente vraiment un outil culturel important pour tous ces jeunes. Optimiste ? Je le suis carrément ! » Nacer-Eddine Nafti, directeur de Tremplins, ajoute son point-de-vue : « On pourrait croire que les tensions surgissent de par une trop grande mixité. Au contraire, elles sont nées lorsque le festival pêchait d’un manque de diversité : les mêmes quartiers, les mêmes populations qui se retrouvent entre elles. Où est l’intérêt ? Bruxelles est sans doute la ville la plus cosmopolite d’Europe, à nous de nous nourrir de cette réalité. Une de nos recettes pour que tout se passe au mieux ? Mettre devant ces jeunes des intervenants de qualité pour qu’ils se sentent respectés et reconnus et faire montre de souplesse. » L’asbl Avenir à Saint-Josse propose plusieurs formations et ateliers dont des échanges interculturels et intergénérationnels. Laïla El Bied, responsable : « Nous observons de véritables chocs de

culture entre des Hispanophones, des Maghrébins, des Turcs, des Arméniens. Nous avons aussi des gens issus d’Amérique Latine, beaucoup d’Equatoriens. La religion se retrouve souvent au centre des conversations, mais le respect prime la plupart du temps. Les propos sont rarement malveillants. »

ne pas juger mais éduquer Alexandre Ansay est coordinateur au Cracs, Centre régional d’appui en cohésion sociale, émanant du CBAI. Pas de doute, la gestion de conflits est une réalité dont il faut impérativement prendre compte dans la formation des intervenants. « L’interculturalité n’est pas un vœu naïf où, systématiquement, le mélange serait idyllique, mais répond à des recherches bien précises permettant de faire face à certaines situations de conflit où intervient la dimension culturelle. Tous les conflits n’ont pas cette dimension, ils naissent aussi, le plus souvent, d’une situation sociale et d’une précarité. Nous proposons donc, au CBAI, des outils pour encadrer au mieux ces conflits. Il ne s’agit pas de les empêcher, mais de faire en sorte qu’ils se jouent de façon constructive. Il faut d’abord définir le problème (est-ce lié à la culture, aux traditions de l’intervenant ou à sa situation sociale ?). Ensuite, prendre conscience

www.alterechos.be

festival babel 2012 Jeunes artistes de l’athénée fernand blum © TReMPLiNS

de ses propres valeurs pour éviter de juger de façon trop radicale le participant qu’on a en face de soi. En effet, il ne s’agit pas de juger mais d’éduquer, d’expliquer comment les choses se passent ici. On ne s’improvise pas intervenant social, il faut acquérir des compétences, notamment quand on travaille avec des immigrants. L’afflux des primo-arrivants sur Bruxelles est permanent depuis 1995. Certains intervenants sociaux se sentent débordés, dépassés face à une population de plus en plus multiculturelle. C’est donc un très bon signe quand ils expriment le besoin d’être formé à cette approche interculturelle. » ¡

En savoir plus

¡ Tremplins, rue du Meiboom, 14 à 1000 Bruxelles – site : www.bruxellesbabel.be ¡ Avenir, rue du Moulin, 150 à 1210 Saint-Josse – site : www.asbl-avenir.net ¡ CBAI, Centre Bruxellois d’Action interculturelle, av. de Stalingrad, 24 à 1000 Bruxelles – site : www.cbai.be ¡ Le Germe, ULB, institut de Sociologie, av. F.D. Roosevelt, C.P. 124 à 1050 Bruxelles – site : www.ulb.ac.be/socio/germe ¡ Arthis, la Maison culturelle BelgoRoumaine, 33, rue de Flandre, 33 à 1000 Bruxelles – site : www.arthis.org

n°352/353 – 25 janvier 2013

ne pas commettre d’impairs Lisa Dumont, coordinatrice à l’asbl Avenir a appris à gérer les conflits qui peuvent surgir. « Nous travaillons avec le CBAi pour avoir parmi nous des stagiaires formés en échanges culturels et nous développons alors les notions de partage et de découverte de l’autre. Certaines communautés, en conflit dans leurs pays, peuvent ici se parler. De temps en temps, le ton monte, le sujet qui fâche étant majoritairement la religion. Parfois, les situations dégénèrent, on en vient presque aux mains, même entre femmes ! en tant qu’animateurs, nous devons nous former à la gestion de conflits pour arriver à temporiser. Nous n’hésitons pas à parler de nos propres différences : «Moi aussi j’ai une autre religion que la vôtre et pourtant je vous parle.» il faut venir avec des explications simples pour que tout le monde puisse se rasseoir autour de la table. De quoi débloquer quelques épisodes assez chauds. Nous suivons régulièrement l’un ou l’autre séminaire sur la gestion de groupe et de conflits. Avec la pratique, vous apprenez à repérer les solutions qui marchent. Nous avons, une fois par mois, des petits-déjeuners autour de thèmes très divers. Là les gens communiquent vraiment, s’écoutent entre communautés. L’intergénérationnel comporte aussi ses richesses et ses frictions. Des grandmères se retrouvent face à des jeunes et réprouvent certains comportements qu’elles jugent inappropriés. «on ne crache pas en rue», «Fumer ce n’est pas bien», «on ne décroche pas son portable pendant les cours»… elles n’hésitent pas à leur faire des remarques. Ces jeunes se soumettent le plus souvent à l’autorité du plus âgé, parfois plus que lorsque la remarque vient de nous. il est primordial de connaître les cultures, les us et coutumes des communautés afin de ne pas commettre d’impairs. A nous de nous informer, d’échanger pour les comprendre au mieux. Mais comprendre ce n’est pas tout accepter, il y a des choses qui ne se font pas et qui ne se disent pas. il faut à la fois se montrer à l’écoute et rester ferme. »

7

P. 9


Françoise Walthéry

BruXitizen est une initiative de l’Agence Alter, inspirée de la formule à succès de l’Ecole d’été de l’Institut du Nouveau Monde (INM) de Montréal. Lancé en 2004, cet événement incontournable de la jeunesse québécoise réunit chaque année entre 400 et 600 jeunes pour réfléchir ensemble à la société de demain.

Meet, Shake

Bienvenue !

and Move !

La première édition de BruXitizen est donc lancée ! Merci à tous de tenter l’aventure avec nous pour un festival jeune citoyen hors du commun qui veut vous donner vraiment la parole, l’inspiration et les moyens de concrétiser vos projets.

BruXitizen est organisé en collaboration avec Het werkt! Ça marche!, la plateforme bilingue des opérateurs de jeunesse à Bruxelles, sous le haut patronage de l’Unesco

Le programme que l’équipe vous a concocté est volontairement ambitieux, varié et festif. Il est le fruit d’un travail en association avec une cinquantaine de partenaires qui ont préparé avec nous près de 60 activités : tables rondes, ateliers, conférences, mais aussi théâtre, expo, ciné-débat, expression créative, concerts… Vous y retrouverez sûrement les grands thèmes qui vous intéressent, que ce soit l’alimentation durable, l’emploi des jeunes, la création artistique, le logement, le tourisme durable, les nouveaux médias ou la mobilisation politique. Ensemble, pendant quatre jours, nous allons ainsi esquisser les contours d’une nouvelle place pour les jeunes citoyens dans une ville multiculturelle et durable. Vous aurez ainsi l’occasion d’en savoir plus sur une foule d’initiatives, de mieux comprendre certains enjeux, de rencontrer d’autres jeunes motivés, des responsables et des élus, de réfléchir, de rêver, d’innover mais aussi d’agir ! Car avec BruXitizen, nous avons voulu vous présenter des moyens concrets pour monter le projet qui vous tient à cœur, à vous. Vous êtes là parce que vous êtes motivés et c’est ce qui compte. Alors sentez-vous libre ! De poser vos questions, de demander des précisions, de changer d’atelier sur la pointe des pieds, de faire une pause café… Avec une seule règle : le respect de l’autre. Vous retrouverez toutes les consignes pratiques dans les pages qui suivent.

Commission belge francophone et germanophone pour l’UNESCO

sommaire

ok Le bruxibo Bruxelles

ion/De - La Tentat

Markten

Nous avons rêvé BruXitizen. Après de longs mois de préparation, le voici en action ! Nous souhaitons donc remercier très chaleureusement tous les conférenciers, les bénévoles, les soutiens financiers et les sponsors de BruXitizen qui nous ont fait confiance et ont fait avec nous ce pari fou d’une jeunesse citoyenne à Bruxelles.

Les parcours citoyens

4

le programme

5

Mercredi jeudi vendredi samedi

ce qu’il faut savoir

En collaboration avec

Avec le soutien de

! s e l o v é n Bé BruXitizen needs u Commission belge francophone et germanophone pour l’UNESCO

L’équipe de BruXitizen Samira Adib, adjointe administrative Karima Djedidene, responsable de la mobilisation Christine Englebert, responsable des bénévoles Aude Garelly, directrice de l’Agence Alter Guillaume Goor, responsable des soirées Aurélie Grimberghs, responsable de la logistique Philippe Lambotte, webmaster Salima Nadiri, adjointe finances Martin Ophoven, facilitateur de la participation Virginie de la Renaudie, responsable communication Magali Ronsmans, attachée de presse Françoise Walthéry, graphiste Jonathan Willems, coordinateur du festival

14

informations pratiques

15

Les bons plans

16

le répertoire Une initiative de

A vous participants, merci pour votre présence et votre motivation. Et à vous de jouer pour, à votre tour, rêver et concrétiser vos projets !

5 6 9 12

18

les Remerciements

20

Notes

22

3

2

I 23 NoVEMBRE

I 23 NoVEMBRE

PRogRAMME - VENDRED

PRogRAMME - VENDRED

23.6 : Les Community Land Trusts Espace rose 13h45-15h15 Pour comprendre comment on peut devenir propriétaire de son logement avec les Community Land Trusts quand on a de faibles revenus. „„Animé par Thomas Dawance - Plateforme CLT Bruxelles

17h00 : Le ‘5 à 7’

23.12 : Expression artistique : «Corps et liens» Espace orange 15h30-17h00 Le théâtre, la danse ou l’improvisation pour s’exprimer avec son corps et récréer du lien dans la ville. „„Animé par la MJ NOH

23.7 : L’industrie du tourisme Zone blanche 13h45-15h15 Pourquoi et comment concilier droit aux vacances pour tous et respect des populations et de l’environnement ? „„Animé par François Polet – CETRI et Marie-Paule Eskénazi – Tourisme Autrement

Wanted !

23.14 : Décoder l’envahissement publicitaire et y résister Zone blanche 15h30-17h00 Des clés pour comprendre le système de la pub et ne pas laisser coloniser son imaginaire. „„Animé par Jean-Baptiste Godinot – Respire 23.15 : Ciné-débat «Seulement libre» Bruxifilms 15h30-17h00 Parler émancipation personnelle et indépendance à partir des documentaires réalisés par les jeunes de l’émission Coup2pouce. „„Animé par Zaky L-Bakkaly, Farah El-Boughlidi, Kevin Gamy - Coup2Pouce

23.9 : Rap et Slam (atelier double) De Markten – Salle De Witte Zolder 13h45-17h00 Voyez les choses autrement et découvrez des formes de prise de parole et d’expression fortes pour être acteur de sa vie ! „„Animé par Lezarts urbains 15h15-15h30 : PAUSE

23.10 : Créer son association Espace violet 15h30-17h00 Toutes les clés pour lancer votre asbl à travers des exemples concrets : les vôtres ! „„Animé par Véronique Van Lerberghe - Idéji

BruXitizen needs u

© Valérie Fraser - INM

Bénévoles !

23.11 : «Printemps érable» : pourquoi une telle mobilisation ? Espace bleu 15h30-17h00 Des intervenants québécois nous livrent leur regard sur la mobilisation des jeunes et ce qu’elle a révélé comme malaise dans la société. „„Animé par Miriam Fahmy et Louis-Philippe Lizotte – Institut du Nouveau Monde

10

19h00 - Temps libre Découvrez les nombreux restos et snacks du quartier, le temps d’une pause

Hall 17h00-19h00 Un verre à la main, découvrez à votre rythme une dizaine de projets citoyens innovants : leurs responsables seront là pour vous les présenter sous forme créative et visuelle. A vous de vous inspirer et de poser librement vos questions !

23.13 : L’habitat groupé solidaire Espace rose 15h30-17h00 Découvrir d’autres solutions de logement, à partir des expériences d’habitat groupé. „„Animé par Daniel Mignolet - Habitat et Participation

23.8 : Shopping durable et pas cher (atelier double) Hall 13h45-15h15 Comment choisir des produits qui respectent les gens et l’environnement ? „„Animé par Rob Renaerts – Coduco

Expo interactive

Amikaro (L’Autre lieu) : mettre en relation une personne qui se sent isolée avec un/e «pote» ouvert/e aux rencontres et prêt/e à partager quelques heures par mois à partir de centres d’intérêts communs.

Le G1000 : un processus de démocratie participative qui permet aux citoyens de délibérer concrètement sur les enjeux de notre société plutôt que de seulement laisser faire les représentants du peuple.

Ateliers urbains (Centre Vidéo de Bruxelles et de Plus Tôt/Te Laat) : une foule d’activités pour stimuler la réflexion et susciter l’imagination sur Bruxelles côté urbain

J’ai un peu d’avance : le grand batelage des seniors (Alternative culture asbl) : redonner un rôle social à nos ainés, trop souvent abandonnés, en valorisant les initiatives en faveur de seniors et les liens intergénérationnels.

20h30 : Soirée Cabaret

Soirée cabaret et karaoké

Abdel Fakir yéyé vollegas Hall 20h30-23h00 Meet, Shake and Move ! C’est le thème de cette soirée pleine de surprises avec l’humoriste Abdel Fakir et le karaoké live avec de vrais musiciens, les Yéyé Vollegas ! Les couche-tard ne seront pas en reste, avec un DJ surprise !

Carrot Mob : la mobilisation positive des Kino(b) : un collectif de consommateurs pour productions vidéo libres et soutenir des entreprises indépendantes pour tous qui s’engagent concrètement en matière sociale ou les créateurs pour «Faire bien avec rien, faire mieux environnementale. avec peu, mais le faire Conseil des Jeunes maintenant !», telle est leur d’Ixelles : un lieu d’échange, devise. de réflexion et d’action Projet formation jeunes permettant aux jeunes de 10/30 (Mission locale s’exprimer, de prendre position et d’intervenir sur le Schaerbeek) : mobiliser de jeunes demandeurs monde qui les entoure. d’emploi à la construction Douche Flux : des d’un projet professionnel douches, des endroits pour via les Arts du spectacle. se ‘refaire une beauté’ et reprendre confiance en soi : Réseau bruxellois des GASAP : ces groupedes solutions concrètes pour aider les plus pauvres ments d’achat soutiennent l’agriculture paysanne d’entre nous. locale travaillant selon des Génération précaire / méthodes respectueuses Young & Poor : un collectif de l’environnement et des pour la reconnaissance des savoir-faire traditionnels. droits des stagiaires a créé Swishing : une façon de une agence de notation renouveler sa garde-robe des politiques en matière en faisant du troc. d’actions en faveur de la jeunesse.

11


WORK SAMPLE

Meet, Shake and Move ! Doe- en denkfestival

NL

Voor jongeren van 18 tot 35 jaar

FESTIVAL

ProgrAmmE

INScrIPTIoN

PrATIqUE

mErcI

BrUXIBLog

PrESSE

coNTAcT

Horaire Thèmes Intervenants

BruXitizen sur

Une rencontre citoyenne aux airs de festival Suivre Bruxitizen sur

Solidarcité sera à BruXitizen salle de presse perszaal

rue de laeken lakenstraat

gelijksvloer / rez de chaussée

hall ac on cueil th aa l

entrée ingang entrée

Een initiatief van

www.alter.be

ver

diep eta ing ge

iwa l

ve

l

st

iair

e www.bruxitizen.be

bruxitizen

Un autre article sur BXZ

Lounge

bar

bruxifilms

WC hall ac on cueil th aa l

1ste verdieping

Vous êtes ici u bent hier br ux

WC

ve

iair

bruxifilms

Lounge

ve

diep eta ing

ge salle de2de/e presse perszaal witte ruimte zone Lounge blanche

st

bar

bruxifilms

iair

e

WC

ie ih

Espace

r

entrée ingang entrée

vlunch erdi ep eta ing ruimte ge

hall

ac 1er étage on cueil th aa l

BruXitizen Uptaernature cus est quiandam voluptatur? endunt inum natemporro conserunt. Nos modist optatum adicide conseque exero blab pratendae .

sitas

essus

cum

aute

ime

Everatum doluptas aliae

Un autre article sur BXZ

WC ver

hall

Thèmes en vrac

Por atur? Reium qui quam ero earum que int ad qui occumquis comnimendit mos ipiet eatem rectota ipsum ressuscias repudam veritatin conse pliquatibus dus molendi quis ut utatesene volorio qui doluptat. Ecaboresti nati aliae moluptatem as molut atatenti velibea et dolenis […]

salle de presse perszaal Espace expo ruimte

bar

ic

rue de laeken lakenstraat

e

ac entrée on cueil br ingang th ux gelijksvloer aa iwa entrée/ rez de chaussée l ll WC

1ste verdieping

1er étage

iwa gelijksvloer / rez de chaussée ll

st

rue de laeken lakenstraat

entrée ingang entrée

Espace lunch ruimte

ver

diep eta ing ge

Exprime-toi sur le BruXiBlog

br ux

WC

salle de presse perszaal

gelijksvloer / rez de chaussée rue de laeken lakenstraat

bar

bruxifilms

Por atur? Reium qui quam ero earum que int ad qui occumquis comnimendit mos ipiet eatem rectota ipsum ressuscias repudam veritatin conse pliquatibus dus molendi quis ut utatesene volorio qui doluptat. Ecaboresti nati aliae moluptatem as molut atatenti velibea et doleni […]

nosam voluptatia enihiliam, nobistem

vendus voluptatur

maximillis cuptaectium aut

Por atur? Reium qui quam ero earum que int ad qui occumquis comnimendit mos ipiet eatem rectota ipsum ressuscias repudam veritatin conse pliquatibus dus molendi quis ut utatesene volorio qui doluptat. Ecaboresti nati aliae moluptatem as molut atatenti velibea et dolenis […]

quaerovid qui ut eatus.

Ipicide in rem et lam, volupitat

br ux

iw

al WC l Espace expo ruimte ve st

iair

e

Lounge WC WC

Espace lunch ruimte

2de verdieping 2e étage 2de/e

1ste verdieping

witte ruimte

1er étage

Espace expo ruimte

1er étage

ProgrAmmE Horaires Thèmes Intervenants

WC

paars ruimte Espace lunch ruimte

3 de / e

2

verdieping 2 étage

mErcI! Soutiens Partenaires Bénévoles

BrUXIBLog Join us on Facebook Join us on Twitter

PrESSE

coNTAcT

En collaboration avec

Avec le soutien de

2de/e

Commission belge francophone et germanophone

zone blanche

e

PrATIqUE Prix et modalités Lieu

espace violet

Espace expo ruimte witte ruimte

de

INScrIPTIoN Formulaire

espace oran/g/j/e ruimte Une initiative de

zone blanche WC

1ste verdieping

FESTIVAL Présentation Parrains Organisateur

pour l’UNESCO

WC

© Agence Alter 2012. Tous droits réservés. Etc 2de/e

espace oran/g/j/e ruimte witte ruimte zone blanche paars ruimte espace violet

3de verdieping 3e étage

pink ruimte

3 de / e

espace rose

2de verdieping 2e étage

espace oran/g/j/e ruimte blauwe

paars ruimte

ruimte espace bleu

espace violet

2

/e 2de verdieping 2e3 étage de

groene ruimte espace vert

Festival Bruxitizen, création de la ligne graphique et de tous les supports de communication de cet événement organisé par l’Agence Alter (à l’exception du logo) : Divers brochures : programme, rapport, dossier de sponsoring, layout du site, création de banners internet, signalisation interne et externe, t-shirts, tickets, etc.

espace oran/g/j/e ruimte 3de verdieping 3e étage

pink ruimte 3 de / e

espace rose

blauwe ruimte

paars ruimte groene ruimte espace vert

espace violet

P. 11


Françoise Walthéry

Rencontres interculturelles

1

entre des Echanges de savoirs et de savoir-faire des résidents et ur Nam de nce provi la de habitants » d’Yvoir bleue e Pierr « du Centre Croix-Rouge

Rencontres interculturelles Remerciements

Contexte

Nous aimerions remercier les participants qui se sont impliqués dans le projet, résidents du Centre Croix-Rouge d’Yvoir, participants du RERS Mangrove et habitants de la province de Namur. Mais aussi les animateurs et volontaires internationaux.

Suite à une demande du Centre Croix-Rouge « Pierre bleue » de rencontres interculturelles régulières avec les participants du RERS « Mangrove », diverses rencontres centrées sur l’échange de savoirs ont vu le jour au cours de l’année 2011 comme des échanges autour de la ville ou encore de l’art.

Nous remercions aussi la Fédération Wallonie Bruxelles et le Centre Croix-Rouge « Pierre bleue » d’Yvoir.

Suite à la réussite et la richesse de ces rencontres, le Centre d’Action Laïque de la province de Namur et le

Objectifs Centre Croix-Rouge « Pierre bleue » ont voulu les développer et ouvrir ce projet à tous les habitants de la province de Namur. Ce livret a été réalisé en coconstruction par les participants des rencontres afin de vous faire part de la richesse des échanges qui ont eu lieu lors des différentes activités.

2

Pour le CAL Namur, réalisation d’une brochure de conclusion sur les rencontres interculturelles menées pendant une année : création graphique et mise en page.

L’objectif principal du projet est d’amener les habitants de la province de Namur et les résidents du Centre Croix-Rouge « Pierre bleue » à s’engager collectivement de manière citoyenne autour d’une activité de rencontres interculturelles. Le but de ces rencontres est de favoriser les échanges interculturels ainsi que l’approche et la compréhension d’une autre culture en mettant en place des activités de lien social. Ce projet vise aussi à renforcer l’estime de soi, l’autonomie et la responsabilité des participants tout en permettant aussi l’intégration des résidents du Centre Croix-Rouge « Pierre bleue » dans leur nouvel environnement.

3


WORK SAMPLE

Echange autour des prénoms Au Togo, les prénoms sont attribués en fonction du jour de la semaine où la personne est née. Ces prénoms sont en langue EwE. Si deux enfants d’une même famille naissent tous deux un lundi on appellera l’ainé Kodjo grand et le cadet kodjovi (Kodjo petit).

16

Les prénoms au Togo Lundi - Jodagbe Mardi - Blalagbe Mercredi - Korogbe Jeudi - Yaolagbe Vendredi - Fidagbe Samedi - Memelagbe Dimanche - Kossilagbe

Garçon Kodjo Amevi Kokouvi Ayao Kofi Messan Kossi

Fille Adjouvi Amele Akouvi Ayawovi Afi Massanvi Akosiwa

En Belgique, les prénoms courant sont des prénoms français en Wallonie (François, Louis, Pierre, Pol…) ou hollandais en Flandre (Dirk, Peter, Jan,…). Aujourd’hui, on donne aux enfants des prénoms de toutes les influences notamment anglaises, arabes, américaines, ceci est en partie dû au brassage des cultures, la télévision …

17

(Photos Kokouvi plantant de la rhubarbe juillet 2012) choisies par Kokouvi – mai et

6

On explique qu’ici aussi à l’époque, tout le village venait donner un coup de main pour la récolte et ce jusqu’à la deuxième moitié du 19e siècle. Aujourd’hui, ce sont les particuliers qui cultivent et on appelle quelques amis pour aider. Sinon ce sont de très grandes exploitations et la récolte est mécanisée. Ici on utilise le tracteur mais au Togo on utilise encore la houe, qui fut utilisée en Belgique jusqu’au début du 20e siècle dans certaines campagnes. Au Togo, Kokouvi nous explique, qu’au lieu de faire des petits trous avec les mains comme nous le faisons dans nos potagers familiaux, ils tapent avec un bâton pour faire des trous afin d’y mettre les graines.

« Comme en Afrique, ici on a fait appel à  toute la communauté pour travailler au potager »  M. Kaba Mamady

7

La culture qui se mélange  dans l’agriculture Le potager en Mai 2012 (photo choisie par Pol et Médine)

Les croyances populaires Edith, une habitante de la province de Namur explique à Platini, résident du Centre, ce que sont les boutesfeux. Selon une croyance populaire, certaines personnes ont le pouvoir de guérir les brûlures même à distance, par téléphone. La question de la transmission a aussi été abordée, Platini demande à Edith ce que signifie son bracelet. Elle lui raconte que c’est un porte-bonheur qui a appartenu à sa grand-mère. Platini lui dit que dans son pays, la

(Photo et texte de Platini en Mars 2012)

Echange autour de la vie en Belgique

Guinée, il n’y a pas de porte bonheur mais des gri-gris qui protègent des mauvais sorts. C’est de la sorcellerie, mais il y a aussi des grands-pères qui laissent leur gri-gri à leur fils ou petitfils. Sur la question de la transmission plusieurs participants nous expliquent qu’en Afrique, les parents racontent l’histoire familiale depuis plusieurs générations sous forme de conte. Mais que cette tradition orale est en train de disparaître.

Plusieurs personnes ont posé des questions sur des aspects pratiques comme les démarches à effectuer lorsque l’on désire acquérir une maison et sur certaines valeurs liées à la vie en Belgique. Ils ont questionné la surconsommation et disent vouloir rencontrer un partenaire qui partage leurs valeurs sur ces questions.

Ils ont aussi posé des questions sur la Belgique, ses coutumes, son histoire et ont voulu sortir de leur lieu de résidence temporaire pour rencontrer les habitants de la province de Namur, choisir et préparer avec eux les prochaines rencontres interculturelles. Deux rencontres se sont donc déroulées

dans d’autres lieux, une première rencontre a été organisée chez un habitant de Jambes (Namur) autour du pain et plus particulièrement du cramique, une seconde à la citadelle de Namur autour des citadelles d’ici et d’ailleurs.

21

20 Photo choisie par Ousmane prise en août 2012

P. 13


Françoise Walthéry

Rapport d'activités 2009

Rapport annuel Rapport annuel 2010

Agence Alter. Rapports d’activités 2008, 2009, 2010, 2011. Conception et réalisation.


WORK SAMPLE

Sommaire

Positionnés sur les bonnes plus-values

L’Agence Alter, catalyseur de l’innovation sociale

Les questions sociales et la manière dont les politiques publiques et les acteurs de terrain tentent d’y répondre sont continuellement décrites, analysées et mises en lumière dans nos colonnes et dans nos activités de conseil. Ces activités, nous les faisons régulièrement évoluer depuis quinze ans, pour coller au plus près de nos valeurs et de notre mission : outiller les acteurs pour renforcer les droits économiques, sociaux, politiques et culturels des générations actuelles et futures.

6

Département Publications : une information sociale de première ligne

10

— Alter Echos : les news du social — Labiso : une fenêtre sur des pratiques sociales innovantes — Echos du crédit et de l’endettement : à l’écoute et au service du terrain

11 19

Département AlteR&I : susciter le débat, encourager la réflexion

28

— Les trois missions d’AlteR&I — Focus sur quelques chantiers d’AlteR&I — Alter&I en 2011

23

L’Agence Alter, catalyseur de l’innovation sociale

29 30 35

Annexes

36

— Les sites Internet — Partenariats et soutiens — Données financières — L’équipe

36 37 38 39

Promouvoir les droits économiques et sociaux, accompagner l’innovation sociale, encourager le décloisonnement et la transversalité dans le traitement des questions sociales… : tels sont les fondamentaux de l’Agence Alter. Ce qui ne veut pas dire qu’Alter n’est pas en constante évolution, pour ne pas dire… innovation.

Rédaction : Nathalie Cobbaut / Graphisme : Françoise Walthéry / Impression : Enschede / Photos : Shutterstock

5

« Il faut oser ou se résigner à tout » La mission d’Alter

L’Agence Alter, catalyseur de l’innovation sociale La mission d’Alter n’a pas bougé d’un iota depuis sa création en 1995. Promouvoir les droits économiques et sociaux, accompagner l’innovation sociale, encourager le décloisonnement et la transversalité dans le traitement des questions sociales… 2010 a été l’année des concrétisations avec, surtout, la mise en œuvre du Plan stratégique et le renforcement de notre offre d’information en ligne. C’est que l’environnement évolue. Il s’agit donc, pour rester fidèles à notre mission et nos valeurs, de s’adapter, et plus que ça, de chercher à innover. Faire bouger les lignes, c’était toujours notre ambition dans un contexte d’Année européenne de lutte contre la pauvreté où l’information facile aurait pu s’avérer une réelle tentation.

4

Nous sommes une asbl indépendante qui œuvre au renforcement des droits économiques, sociaux, politiques et culturels des générations actuelles et futures. Grâce à nos deux métiers complémentaires que sont le journalisme et le conseil, nous voulons informer, stimuler et animer des démarches entre acteurs économiques, politiques et sociaux, pour favoriser l’innovation sociale, c’està-dire l’émergence de solutions nouvelles et collectives qui répondent à des besoins sociaux non satisfaits ou mal rencontrés.

La mission d’Alter

Editorial

Concrétiser la nouvelle dynamique Dans un contexte de situation financière interne assainie, qui permet d’envisager le changement avec plus de sérénité, 2010 aura été l’année de la mise en œuvre opérationnelle du Plan stratégique d’Alter. Désormais, tous nos collaborateurs utilisent ce cadre de référence commun pour toutes les décisions à prendre, aussi bien en matière de gestion interne que d’offres de services ou de partenariats. Evidemment, il a fallu s’adapter, donc apprendre à faire évoluer nos pratiques de management : pour mettre en place un fonctionnement par objectifs, pour renforcer nos méthodes de communication interne, pour améliorer la visibilité de notre offre et pour innover… Des changements et non des moindres pour une équipe accueillant simultanément quatre nouvelles recrues, soit un tiers des effectifs d’Alter ! Mais le résultat est là : un nouveau souffle pour l’Agence Alter, une dynamique humaine très motivante et des innovations à la pelle. Stimuler l’innovation… et montrer l’exemple ! Susciter de nouvelles collaborations, développer des partenariats, proposer des services novateurs… Autant de pistes fécondes pour stimuler l’innovation sociale qu’Alter ne manque pas d’encourager, aussi bien dans son activité d’éditeur de presse professionnelle qu’en conception et accompagnement de dispositifs de soutien. Mais nous entendons bien aussi appliquer ces bons conseils à nous-mêmes ! Investir et innover sur nos domaines d’expertise, c’est même l’axe prioritaire de notre Plan stratégique. Pour nous, 2010 a ainsi été une année Web. Et l’effort porte déjà des fruits : e-colloque, dossiers spéciaux en ligne, fil d’info, réseaux sociaux, flux RSS… Nous sommes désormais qualitativement présents sur le Web, au service des acteurs sociaux. Réaffirmer notre rôle de relais, dans un contexte de crises D’un point de vue thématique, l’enjeu de 2010 était pour nous de profiter de cette Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion pour proposer un regard différent, positif et transversal sur la pauvreté : en valorisant les bonnes pratiques, en croisant les perspectives. C’est d’ailleurs une attente que nous avons relevée chez de nombreux acteurs sociaux, de

5

(Tite-Live)

Nous sommes une asbl indépendante qui œuvre au renforcement des droits économiques, sociaux, politiques et culturels des générations actuelles et futures. Grâce à nos deux métiers complémentaires que sont le journalisme et le conseil, nous voulons informer, stimuler et animer des démarches entre acteurs économiques, politiques et sociaux, pour favoriser l’innovation sociale, c’est-àdire l’émergence de solutions nouvelles et collectives qui répondent à des besoins sociaux non satisfaits.

Cela passe par : ƒ Le développement de canaux d’information en ligne, en phase avec les manières particulières qu’ont les acteurs sociaux d’utiliser les technologies du web dans leur cadre professionnel. ƒ Le suivi de nos thématiques habituelles (emploi/ formation, action sociale, santé, logement, développement territorial, jeunesse) avec un travail journalistique qui maintient ses exigences de qualité de traitement de l’information, et qui améliore et diversifie ses pratiques d’écriture et de mise en forme. ƒ La publication trois à quatre fois par an de numéros spéciaux d’Alter Echos sur des questions émergentes et transversales dans les secteurs sociaux : mobilité et impacts sociaux, perspectives et enjeux de développement du monde rural, et tout juste sorti de presse, les potentiels d’innovation du niveau communal ou local... ƒ Le développement de dispositifs de soutien à l’innovation, comme le programme «AMO Marques, prêts, innovez!» en Aide à la jeunesse, avec appel à projets etc., clôturé par un colloque fin mars 2012. ƒ La concrétisation de plusieurs années de réflexions et de recherches sur un grand événement citoyen entièrement formaté pour susciter et valoriser l’engagement des jeunes.

7

« Bien informés, les hommes sont des citoyens : mal informés, ils deviennent des sujets » (A. Sauvy)

plus en plus curieux de connaître les réponses apportées à leurs bénéficiaires par d’autres organisations confrontées aux mêmes réalités de précarité, d’exclusion et d’injustice. Or vision à 360° et transversalité sont dans l’ADN d’Alter. En 2010, nous avons ainsi lancé des passerelles intéressantes entre, par exemple, droits sociaux et mobilité, ou action sociale et santé mentale : une belle affirmation de nos spécificités… fidèle à notre Plan stratégique !

Alter Echos : améliorer sans cesse notre offre

Nos valeurs Une vision à 360°. Nous envisageons l’accès aux droits individuels et collectifs dans toutes ses dimensions, nous voulons tenir compte de points de vue aussi pluriels que possible et les considérer en transversalité, pour encourager l’émergence de solutions efficaces et globales.

Département Publications : une information toujours plus qualitative

Une démarche critique. Nous voulons comprendre les réalités au-delà de ce qu’en disent les acteurs et les institutions, mettre en question, croiser et confronter les opinions, les discours et les idées et prendre la parole en toute indépendance de toute institution, entreprise, lobby ou mouvement associatif. Une exigence de qualité. Nous voulons être un interlocuteur de référence, aux productions fiables, respectant les règles déontologiques de nos métiers, évaluant régulièrement la pertinence de nos apports et dans une optique de développement durable. Cette exigence de qualité se traduit aussi par un devoir d’audace et de créativité au profit du renforcement des droits individuels et collectifs.

Alter Echos, Labiso, Les Echos du Crédit et de l’Endettement : nos trois périodiques d’actualité professionnelle n’ont pas seulement vocation à informer les acteurs du social. Mais aussi à proposer des liens, faire émerger des idées, susciter des innovations. Sur le fond comme sur la forme, 2010 a largement tenu ces promesses !

Un principe d’intelligence collective. Nous croyons à la démarche collaborative. Nous mettons ainsi à disposition des acteurs de terrain et des décideurs nos ressources et nos compétences, dans une optique de renforcement des droits sociaux et, plus largement, d’éducation permanente. En interne, nous appuyons le développement de l’asbl sur une participation organisée des membres aux décisions stratégiques et opérationnelles, car chaque travailleur est dépositaire de facto d’une partie d’Alter.

6

Depuis 1997, Alter Echos propose deux fois par mois aux professionnels des différents secteurs des politiques sociales une information d’actualité, indépendante, rigoureuse et spécialisée. Déclinée en version papier et Web, avec un fil d’infos quotidiennes, elle propose une analyse transversale traitant aussi bien d’action sociale, de jeunesse, d’emploi et de formation, de logement et de développement des territoires. L’accès aux droits en est le fil rouge. Pauvreté, mais aussi soins de santé et situation du non marchand ont été les thèmes forts de la cuvée 2010. Mais le magazine lui-même a fait l’objet de nombreuses innovations cette année : dossiers thématiques, numéros hors séries en mode magazine, nouvelle couverture, réaménagement de la home page de site... Sur le fond comme sur la forme, nous restons à la pointe de l’actualité du secteur social.

Envisager la pauvreté autrement En 2010, Année européenne oblige, les rédactions ont toutes été saturées d’information relative à la pauvreté et à l’exclusion. Tout l’enjeu, pour notre équipe de journalistes, a été de rester fidèle à la démarche transversale et innovante qui fait la spécificité d’Alter Echos : ne pas se contenter de rediffuser les mêmes textes, les mêmes témoignages que partout ailleurs. Au contraire, nous voulions proposer aux 1000 organisations qui suivent notre édition papier et aux 7000 abonnés à nos canaux Web un traitement original et interpellant des

questions de pauvreté et d’exclusion. C’était le défi : l’équipe d’Alter Echos l’a relevé sans angélisme et sans tabou, avec des dossiers spéciaux et quelques sujets sensibles comme : ƒ Des recherches sur les sans-abri : et après ? (n°303 – 17 octobre 2010) ƒ La participation des personnes précaires : éviter le piège de l’alibi démocratique (n°302 – 4 octobre 2010) ƒ L’accès aux soins de santé pour les SDF bruxellois (n°303 – 17 octobre 2010) et pour les femmes enceintes et enfants précarisés (n°304 – 29 octobre 2010).

focus

Des portraits et deux expositions

Dans le cadre de l’Année européenne de la lutte contre la pauvreté, l’Agence Alter a proposé un projet qui lui tenait à cœur : rendre hommage à des acteurs du quotidien qui, chacun à leur manière, contribuent à lutter contre la pauvreté. Gérant d’hôtel, gardien de parc, policier, puéricultrice, huissier, pharmacienne… La lutte contre la pauvreté n’est pas leur métier, mais un combat individuel qu’ils mènent souvent discrètement. Nous avons donné la parole à quinze personnalités qui ont ainsi choisi d’humaniser leur métier et d’adapter leur pratique au public en situation de pauvreté : autant d’exemples inspirants et mobilisateurs qui restent pourtant à la portée de tous. Chacun de ces portraits a été confié à un journaliste et un photographe. Ils seront édités sous forme de recueil en 2011et ont été rassemblés en une exposition mise à la disposition de tous les organismes sociaux et culturels du pays. Renseignements au 02 541 85 20 - secretariat@alter.be. Nous avons également croisé cette démarche avec l’exposition Dessine-moi un futur, organisée par la Cocof aux Halles Saint-Géry, du 2 au 31 octobre 2010 et consacrée aux travailleurs sociaux actifs auprès d’enfants démunis. Partenaire de l’événement, Alter Echos lui a consacré un « hors série catalogue » qui reprend tous les textes de l’exposition, une série d’informations contextuelles et une bonne partie des photos des 20 reportages réalisés par les photographes Gaël Turine et Loïc Delvaulx. L’exposition est ainsi prolongée en ligne puisque l’ensemble de cette édition est disponible sur le site web www.alterechos.be.

7

P. 15


Françoise Walthéry

Livre (72 p.) réalisé pour le Centre pour l’Egalité des Chances, dans le cadre de l’année européenne de lutte contre la pauvreté. Gestion (partielle) du projet, maquette, mise en pages, et photos (3/15).

pauvreté armoede armut 15 acteurs, 1 combat 15 getuigenissen, 1 strijd 15 akteure, 1 ziel


WORK SAMPLE

nico lauwers

politieagent

Daklozen straffen heeft geen enkele zin* samenvatting

* Une version en français de ce portrait peut être facilement retrouvée sur le site www.alterechos.be en faisant une

résumé

summary

Zusammenfassung

NL – Daklozen straffen heeft geen enkele zin. Nico Lauwers werkt binnen het Herscham-team in de politiezone Brussel-Hoofdstad-Elsene. Met zijn teamgenoten biedt hij een luisterend oor en, waar mogelijk, concrete oplossingen aan Belgische dak- en thuislozen. «Om iets te bereiken, heb je wederzijds respect nodig. Voor de meeste mensen is een dakloze niet meer dan een vuil, stinkend, dronken iemand. Maar deze mensen zijn niet dakloos geboren.»

FR – Ça ne sert à rien de punir les sans-abri. Nico Lauwers travaille à la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles au sein du Herscham team. Attentifs, à l’écoute, lui et ses deux équipiers tentent d’apporter des solutions concrètes aux habitants de la rue. « Pour obtenir quelque chose, il faut du respect mutuel. Pour Monsieur Tout-le-Monde, un SDF c’est quelqu’un qui pue, qui est sale. Mais les gens ne sont pas nés SDF. »

EN – Punishing the homeless is senseless. Nico Lauwers works for the Herscham team in the BrusselsCapital-Ixelles police zone in Elsene. With his fellow team members, he lends a listening ear and when possible provides concrete solutions for the Belgian roofless and homeless. «To achieve results, you need mutual respect. For most people, the homeless are no more than dirty, smelly and drunk persons. But don’t forget, these people weren’t born homeless.»

DE – Obdachlose zu bestrafen, führt zu nichts. Nico Lauwers arbeitet im Herscham-Team in der Polizeizone Brüssel-Hauptstadt-Ixelles/Elsene. Mit seinen Teamkollegen hat er ein offenes Ohr für belgische Obdachlose und bietet nach Möglichkeit konkrete Lösungen. „Um etwas zu erreichen, braucht es gegenseitigen Respekt. Für die meisten Menschen ist ein Obdachloser nur ein schmutziges, stinkendes, betrunkenes Subjekt. Aber diese Menschen wurden nicht als Obdachlose geboren.“

1978. Nico Lauwers is zeventien jaar. Hij koestert al een tijdlang bewondering voor het vak van politieagent. «Voor mij behoorden agenten tot een soort elitecorps van mannen die trots waren op hun werk.» Hij besloot zich aan te melden en zijn opleiding elektronica niet af te maken. Zijn kazerne bevond zich aan de Leuvenseweg in Brussel. Hij bleef daar tot de politiehervormingen van 2001. In die tijd leerde hij de vele facetten van zijn beroep kennen. Na de hervorming ging hij aan de slag bij de federale metropolitie met hoofdkantoor in het station Rogier.

goed, maar de politie kent haar slecht.» Op dat moment zijn er minder daklozen dan nu. De inwijkelingen uit Oost-Europa zijn er nog niet. Er zijn nog vrijwel geen Roma. Het is op dat moment nog mogelijk de daklozen in Merksplas of SaintHubert te ‘plaatsen’.

recherche avec le nom de la personne concernée.

door Baudouin Massart foto Gaël Turine

Een groot deel van het dagelijks werk van Nico Lauwers bestaat dan ook uit metropatrouilles. «Tijdens die patrouilles werd ik me bewust van het bestaan van een parallelle wereld: die van de daklozen. De sociale sector kent deze wereld

Anders optreden Ook toen al waren daklozen niet welkom in de metro. De aanwijzingen waren duidelijk en streng: «We willen ze niet! Buiten ermee!» En dat laatste gebeurde manu militari. «Maar dat leidde nergens toe, want ze kwamen daarna gewoon weer terug», vertelt Nico Lauwers. Hij probeerde altijd op een hoffelijke manier zijn werk te doen, voegt hij eraan toe. «Ze werden liever door mij buitengezet dan door een ander», lacht hij. «Ik had ook minder problemen met ze dan mijn collega’s. Die

13

nico lauwers zagen mij als een soort buitenaards wezen, maar ‘op straat’ genoot ik een zekere erkenning – hoewel we elkaar toch niet echt kenden. Ze vroegen mij steeds: ‘Waarom hou je je met die mensen bezig?’ Mijn antwoord was simpel: ‘Als alle daklozen blond waren en korte rokjes droegen, zouden alle politieagenten zich met ze bezighouden.’» Waarom ging Nico anders te werk dan zijn collega’s? Het was voor hem een uitdaging. «Ik ben altijd iemand geweest die probeerde te doen wat de anderen niet deden. En in dit geval met succes. Ik wist mijn chef ervan te overtuigen dat dit werk zin had. Daklozen worden als een vervelend (bij)verschijnsel van onze maatschappij beschouwd, maar ze zijn er, of je dat nu wilt of niet. Ik wilde weten wie die mensen zijn die in die parallelle wereld leven. Waar verblijven ze, wat doen ze? We hebben meerdere malen daklozen aangetroffen die op het spoor, op de bankjes, in de stations in slaap waren gevallen. We hebben ook dode daklozen gezien: die waren voor de metro gesprongen, doodgevroren of simpelweg niet meer wakker geworden. En we realiseerden ons dat we niet wisten wie deze mensen waren. Niemand vroeg naar ze.» De telefoon van Nico Lauwers gaat. Hij verontschuldigt zich en beantwoordt de oproep. Een kort gesprek. Hij beëindigt de conversatie en vat haar samen: «Twee van ‘onze mensen’ zijn omgekomen bij de instorting van een kraakpand.» ‘Onze mensen’ is de respectvolle formule die het Herscham-team voor daklozen gebruikt. Nico gebruikt ook graag de term ‘straatbewoner’ – uitgevonden door Diogenes, een vereniging die straatwerk met daklozen verricht – want dat klinkt minder negatief dan ‘dakloze’. Respect is voor deze politieagent van kapitaal belang. «Om iets te bereiken, heb je wederzijds respect nodig. Voor de meeste mensen is een dakloze niet meer dan een vuil, stinkend, dronken iemand. Maar deze mensen zijn niet dakloos geboren.» Een beetje vriendelijkheid … Op basis van zijn praktijkkennis stelt onze agent vast dat de relletjes die soms tussen politieagenten en daklozen ontstaan, vaak het gevolg zijn van een misverstand. Een klassiek geval: «Een dakloze is in slaap gevallen. Hij wordt wakker gemaakt door een agent, de straatbewoner denkt dat hij wordt aangevallen, verdedigt zich. De agent interpreteert dit als gewelddadigheid en de situatie ontaardt. Het eerste wat we hebben geleerd, is zachtjes tegen ze praten om ze te wekken. Je moet je op hun niveau

14

brengen – gehurkt of ter hoogte van hun gezicht – tegen ze praten, ze geruststellen terwijl ze wakker worden en ze dan vriendelijk verzoeken het station te verlaten en uitleggen waarom.» Hij benadrukt het belang van die uitleg: het station gaat sluiten, bijvoorbeeld. We gaan een paar jaar terug in de tijd. Het Herscham-team bestaat nog niet. Nico Lauwers houdt zich een halve dag per week bezig met de daklozen. Dat doet hij in zijn eentje, want hij kan geen geïnteresseerde collega’s vinden. Dan komt inspecteur Michel Delobbe hem versterken. Ze hebben dezelfde leeftijd, dezelfde visie. Voortaan maken ze hun ronde samen. De hoofdcommissaris raakt ervan overtuigd dat hun werk zin heeft. De feiten liegen niet: de overlast neemt af, het gevoel van onveiligheid ook. De twee agenten krijgen groen licht om meer tijd in dit type preventieve patrouille te steken. Hoe meer ze met daklozen in gesprek gaan, hoe vaker ze ze tegenkomen, hoe meer vertrouwen er groeit. «Jammer genoeg kon Michel na een tijdje niet meer meedoen. Ik werkte voortaan samen met inspecteur Robin Berthels. Die was nog vrij jong, maar we hadden meteen een professionele klik. Eind 2003 ontstond uit deze samenwerking het Herscham-team. We zochten een naam die aansloeg en tergelijkertijd vragen opriep. Op het internet stuitten we op een god uit een rollenspel (Warhammer) die de uitgestotenen en de bedelaars vertegenwoordigt. Vanaf dat moment vonden er meer patrouilles plaats.» Een jaar later was de aanvaarding door ‘de straat’ een feit. «Want je kunt niets afdwingen. ‘De straat’ aanvaardt je of niet», zegt Nico Lauwers. Dat is een heel ander geluid dan het klassieke politiediscours, waarin de ordediensten de straat ‘onder controle houden’. Nico Lauwers nuanceert: «De straat behoort tot de openbare orde, maar de straatbewoners niet». Hij voegt eraan toe: «Daklozen straffen heeft geen enkele zin. Die mensen hebben niets. Als we ze geen alternatief bieden, heeft het geen zin om op te treden. Als iemand in een metrostation zit en buiten regent het, heeft het geen zin om te zeggen: ‘Je moet naar buiten’. ‘Waar moet ik naartoe?’ zal de reactie zijn. En dan helpt het echt niet als je zegt: ‘Dat is mijn zaak niet. Eruit.’» Mooie momenten Eind 2005 komt Alain Magnée deeltijds bij het team werken. De ploeg draait dan op volle kracht. Met de intensievere patrouilles ontmoeten de teamleden tienmaal zoveel mensen

als voorheen. Woensdag is permanentiedag. De andere dagen houden ze patrouilles, zijn ze in de weer voor het parket en zo verder. En soms levert het werk echte kerstverhalen op. Nico Lauwers herinnert zich een dakloze wiens ouders waren overleden. Hij had recht op een erfenis, maar «niemand kon hem vinden. Wij hebben hem gevonden en hebben bemiddeld tussen hem en de notaris. Hij leeft nu niet meer op straat.» En een vertederend verhaal: «Onze mooiste herinnering is de hereniging tussen een vader en zijn dochter. Die twee hadden elkaar al twintig jaar niet meer gezien. Dat zat hem op een bepaald moment erg hoog en hij heeft er toen met ons over gepraat. We hebben zijn dochter opgezocht en haar gevraagd of haar vader haar mocht bellen. Dat mocht.» Natuurlijk is niet iedereen te spreken over dit soort activiteiten binnen de ordediensten. «Sommige mensen zeggen dat dit onze job niet is. Voor mij gaat het om pure menselijkheid», zegt de agent. Gelukkig zijn er ook mensen die het werk van het Herscham-team wel waarderen. In 2005 winnen ze de Belgische Prijs voor Veiligheid en Criminaliteitspreventie, die door het Vast Secretariaat voor Preventiebeleid wordt uitgereikt. Ze presenteren hun project daarop in Engeland tijdens de ‘European Crime Awards’ en slepen daar de tweede prijs in de wacht – na Nederland, waar in meerdere steden een vergelijkbaar project loopt. Ter plaatse wordt het werk intussen voortgezet. Tot medio 2009 is het aantal patrouilles opgevoerd. Op woensdag, de permanentiedag, onthaalt het team tussen 9 en 16 uur zo’n 60 tot 70 personen. Met zijn drieën gaan de teamleden op zoek naar oplossingen. «Gelukkig is het contact met de verenigingssector en de ziekenhuizen uitstekend», zegt Nico Lauwers. «Dit stelt ons in staat de problemen van bepaalde personen snel op te lossen.» Verlies en herstel En dan, in augustus 2009, moet het team zijn activiteiten staken. Een zware slag. «Het Herscham-team is toen opgehouden te bestaan, om redenen buiten onze wil», zegt Nico Lauwers diplomatiek. Hij voegt er wel aan toe: «Dat was geen gemakkelijke periode.» Hij bedankt zijn twee ‘spitsbroeders’ die hem trouw zijn gebleven, hem hebben gesteund en hem naar de lokale politie zijn gevolgd. Toen het Herscham-team ophield te bestaan, besloten de drie ‘hun jongens’ in de trein- en

metrostations niet te laten stikken. «Het team heeft toen unaniem besloten dat dit werk te belangrijk was om zomaar te laten stilvallen», vertelt de agent. «We hadden een werkmiddel in handen dat zijn nut bewezen had. En we hadden altijd gehoopt dat dit werk zich als een olievlek zou uitbreiden. Dus daar hebben we toen extra kracht achter gezet. Met succes. Tijdens onze patrouilles hadden we gemerkt dat we te zeer door onze sector werden beperkt, want er zijn ook veel daklozen bovengronds en die zijn afhankelijk van de lokale politie. We besloten daarom bij de Brusselse lokale politie te solliciteren – voor het domein waarin wij de afgelopen jaren actief waren geweest. Ik denk dat de Brusselse politie onze kennis van het terrein goed heeft ingeschat. Dankzij hen konden we zelf voor dat olievlekeffect zorgen en actief met preventie bezig blijven.»

« Als alle daklozen blond waren en korte rokjes droegen, zouden alle politieagenten zich met ze bezighouden. »

Op 3 mei 2010, na een afwezigheid van acht maanden, is het Herscham-team opnieuw actief. «Het uiteindelijke doel is om er voor onze jongens te zijn», vertelt Nico Lauwers. «Sinds we terug zijn, regent het telefoontjes. Twee dagen nadat het team opnieuw was opgestart, was iedereen op de hoogte. Ons volledige oude netwerk heeft opnieuw contact met ons opgenomen. Ik denk dat wij de enige politiedienst zijn waarvoor de sociale sector ooit een petitie heeft ingediend nadat de activiteiten ervan zijn gestaakt. Maar we moeten wel even acclimatiseren. We hopen dat het Herscham-team vanaf september echt weer op volle kracht zal draaien.» Het nieuwe werkterrein is veel groter: «We moeten het veld leren kennen, de straatbewoners ontmoeten. In het verleden ontmoetten we de mensen in de stations, nu gebeurt dat op straat.» Ook moet het team de tijd nemen om de andere spelers ter plaatse te leren kennen. Voorheen hadden de drie mannen 25 collega’s; nu zijn dat er maar liefst 2.500.

«Dit is voor ons een leermissie», aldus de agent. «We hopen nu op een sneeuwbaleffect bij onze collega’s. Wij vervullen voor hen een voorbeeldrol. Dit is een vrij specifieke problematiek en zij kunnen van ons leren. Sommige daklozen hebben ons al verteld dat bepaalde agenten een andere houding hebben aangenomen, dat ze beleefder zijn. En dat werkt in beide richtingen. De straatbewoner verandert ook van houding tegenover de politie.»

Nico Lauwers Politie Brussel-Hoofdstad-Elsene Kolenmarkt 30 1000 Brussel T. 02 279 74 60 herscham@herscham.be www.herscham.be

15

P. 17


Françoise Walthéry

Plan d’action de l’Agenda 21 local d’Etterbeek*

Ma commune durable

Brochure (160 p.) de présentation de l’Agenda 21 de la commune d’Etterbeek. Gestion (partielle) du projet, maquette, mise en pages.

* Disponible sur www.etterbeek.be


WORK SAMPLE

Préface

e Ma commun durable Plan d’action

de l’Agenda

erbeek 21 local d’Ett

Depuis plus de 10 ans, notre commune s’est investie avec conviction et détermination dans le développement durable.

Le développement durable, tel que nous l’entendons à Etterbeek, ce n’est pas un concept théorique, c’est une manière d’agir au quotidien.

A l’échelle de notre région, Etterbeek fut même l’une des communes pionnières en cette matière. A tel point que lorsqu’il fallut choisir une commune destinée à représenter les pouvoirs locaux bruxellois au sein de la délégation belge présente au Sommet mondial de Johannesburg en 2002, c’est à Etterbeek que revint cet honneur.

Face aux défis planétaires actuels, il ne faudrait pas se sentir dépassé et impuissant. Nos modes de production et de consommation, allant de pair avec le gaspillage massif des ressources naturelles, ont un impact énorme sur notre environnement, notre bien-être, sur la vie en société, les conditions de travail, la santé, la précarisation grandissante, les déséquilibres Nord-Sud. Il est essentiel d’en prendre conscience.

Aujourd’hui, à l’heure où le développement durable et les préoccupations qui en découlent font l’objet d’engagements concrets dans la plupart des villes et communes, Etterbeek en a, plus que jamais, fait l’une de ses principales orientations politiques. Durant cette législature, nous avons voulu concrétiser cette opération en élaborant de façon concrète notre Agenda 21 local. Il va de soi que le développement durable est un concept transversal qui mélange l’ensemble des compétences communales. C’est la raison pour laquelle, en ma qualité de Bourgmestre, je soutiens les actions menées par l’échevinat du développement durable, tout comme le Secrétaire communal le fait sur le plan des fonctionnaires. D’entrée de jeu, nous avons toutefois estimé que cet objectif n’avait de sens qu’en intégrant à notre réflexion les remarques, les critiques et les suggestions d’un maximum d’habitants et d’acteurs locaux. C’est pourquoi, en guise de prologue à la « construction » de notre A21L, nous avons organisé des ateliers participatifs.

L’Agenda 21 local, une initiative du Bourgmestre Vincent De Wolf, de l’Echevine du Développement durable Marie-Rose Geuten et de l’ensemble du Collège des Bourgmestre et Echevins d’Etterbeek.

L’énergie, la santé, le bien-être social, la propreté publique, l’embellissement urbain, la biodiversité, le commerce, le logement, la participation citoyenne, la bonne gouvernance, la culture : tous les domaines liés à la vie communale, sans exception ou presque, ont été étudiés à la loupe durant ces ateliers regroupant des agents communaux, des représentants du milieu associatif et, surtout, de nombreux habitants soucieux de s’impliquer dans la conception de l’Agenda 21 local etterbeekois.

Sommaire

Il s’agit d’un travail transversal et participatif qui a nécessité beaucoup d’énergie et de temps à de nombreuses personnes.

Préface

4

Au Bourgmestre M. Vincent De Wolf et à l’Echevine du Développement durable Mme Marie-Rose Geuten pour l’initiative A21L.

Notes et remarques

6

Au Collège des Bourgmestre et Echevins d’Etterbeek pour leur soutien.

Introduction

Remerciements

Au Secrétaire communal d’Etterbeek. Aux citoyens, membres d’associations, commerçants, agents communaux, conseillers communaux et à toutes les personnes ayant participé de près ou de loin à l’élaboration, la mise en œuvre de l’A21L et des activités qui y sont liées.

8

Diagnostic (14 axes thématiques)

21

Objectifs

61

A nos partenaires Tr@me scrl et Yuluka sprl. A la Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles Environnement, l’Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale, la Fondation pour les Génération Futures pour leur aide et leurs conseils. Et un merci tout spécial à Luc Gillmann pour la coordination générale du projet et la rédaction du Plan d’action.

Plan d’action (45 fiches-actions)

65

Vue globale des thématiques et des actions de l’A21L

160

Annexe : glossaire

163

Tel un carnet de route pour tracer et maintenir notre cap sur le chemin du 21e siècle, le plan d’action d’Etterbeek est un guide qui intègre toutes les thématiques dans lesquelles nous devons agir ensemble. Autrement dit, voici un agenda commun, un agenda 21, pour un 21e siècle durable.

Je vous invite à le consulter et, si le cœur vous en dit, à nous faire part de vos réflexions. Nous ne serons jamais trop nombreux pour construire ensemble l’avenir d’Etterbeek…

Etterbeek à l’heure du développement durable : c’est résolument maintenant.

Vincent DE WOLF

Marie-Rose GEUTEN Echevine du Développement durable

4

« Penser global, agir local »

„ Pour que l’eau potable ne devienne pas une denrée rare : dans le monde, 3 millions de personnes meurent chaque année de maladies dues à l’eau souillée par des substances dangereuses et des micro-organismes porteurs de germes nocifs. En 2050, les pénuries d’eau concerneront environ 5 milliards de personnes sur 9 milliards d’individus.

Mais il est également possible de développer des solutions à un niveau local pour répondre à ces problèmes planétaires selon la formule « penser global, agir local ».

„ Pour plus de partage : aujourd’hui, 2 milliards d’hommes et de femmes gagnent moins de 1,5 € par jour. Un être humain sur sept vit dans un bidonville, un enfant sur huit est exploité au travail, 24 000 personnes meurent de faim chaque jour. Conséquence logique : les flux migratoires vers les pays riches ont doublé en 10 ans.

En intégrant le développement durable dans ses projets, une commune constitue un niveau d’action idéal pour relever ce défi. Pour ce faire, nous avons tous – pouvoirs publics, habitants, usagers, associations, commerçants, entreprises, etc. – un rôle à jouer.

„ Pour une meilleure santé : une prise de sang effectuée sur 14 ministres de l’environnement européens a montré que leur organisme recelait 55 produits chimiques nocifs… dont certains interdits depuis des décennies ! Catastrophes de Seveso (dioxine), de Minimata (mercure), de Bhopal (gaz), « vache folle », poulet à la dioxine, amiante : les crises écologiques et sanitaires se multiplient. Il est donc grand temps d’agir !

Nord

Diagnostic

ENVIRONNEMENTAL

GOUVERNANCE

Viable

Vivable Aujourd’hui

DURABLE SOCIAL

Générations futures ECONOMIQUE

Equitable

Sud

De plus, chacun peut participer individuellement à ces solutions en modifiant certains comportements, que ce soit chez soi, à son travail, lors de déplacements ou lors de ses achats, et ainsi diminuer son empreinte écologique.

III. Le développement durable : les grandes étapes

II. Le développement durable : c’est quoi ? Selon la définition de la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement, « le développement durable (DD) est un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». Rapport Brundtland, 1987. Le DD repose sur trois piliers: économique, social et environnemental. Il intègre à la fois un développement économique plus responsable, respectueux de l’environnement et veillant à préserver les ressources de notre planète, tout en tenant compte des aspects sociaux pour accroître les solidarités et réduire les inégalités sociales. Le DD, n’est donc pas uniquement une question de croissance économique!

« Nous n’héritons pas de la Terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants » Antoine de Saint-Exupéry

L’objectif du DD est de proposer des solutions afin de trouver un équilibre cohérent et viable à long terme entre ces trois enjeux. Mettre en place un projet « durable » consiste donc à agir en même temps sur ces trois piliers. S’investir en faveur du DD implique aussi de développer une vision à long terme pour un territoire et ses habitants, en s’appuyant sur des pratiques de bonne gouvernance : proximité avec les citoyens et acteurs de terrain, renforcement de la participation dans le processus décisionnel, transparence dans la diffusion d’information. Enfin, le DD intègre également les notions de solidarité spatiale (solidarité entre les pays du Sud et ceux du Nord) et de solidarité temporelle (les besoins actuels et ceux des générations futures).

8

ble Axe 3 : gestion dura

Contexte

Des décisions politiques au niveau mondial sont nécessaires pour favoriser un développement responsable et permettre un accès aux ressources naturelles et une justice sociale pour tous, que ce soit au niveau des modes de production et de consommation, du choix des investissements, de l’orientation des changements techniques, etc.

La prise de conscience Dès 1951, le premier rapport de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature fait état des problèmes écologiques qui menacent la planète. Vingt ans plus tard, la Conférence des Nations Unies de Stockholm (1972) expose les interactions entre les aspects écologiques, sociaux et économiques. Mais il faudra encore attendre les années 1980, pour que la notion de « développement durable » émerge, avec la médiatisation du « trou dans la couche d’ozone », et de « l’effet de serre ». En 1987, la Commission Mondiale pour l’Environnement définit le développement durable (Rapport Brundtland) et en 1990, le premier rapport du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) énonce les risques dus au réchauffement climatique. Les sommets internationaux En 1992, la Conférence des Nations Unies de Rio de Janeiro (Sommet de la Terre) à laquelle participent 178 pays débouche sur une Convention qui réclame la stabilisation des émissions de gaz à effet de serre. C’est aussi là que sera créé un outil d’action pour le développement durable : l’Agenda 21. Il vise à intégrer une vision mondiale en s’organisant au niveau local grâce à deux principes clés : la transversalité et la participation des acteurs locaux. En 1994, la Charte européenne d’Aalborg sur les villes durables sera signée par plus de 1 000 villes (dont Bruxelles en 1995). Les signataires s’engagent ainsi à mettre en place un Agenda 21 local. En 1997, le Protocole de Kyoto fixe les objectifs à atteindre sur les réductions des gaz à effet de serre. En 2002, lors du Sommet de Johannesburg, les pays s’engagent à renforcer leurs actions au niveau local (A21L), à diminuer de moitié, d’ici à 2015, la pauvreté et le nombre de personnes n’ayant pas accès à l’eau, et à conserver la biodiversité et les

9

5

“Par gestion durable, il faut entendre la volonté de la Commune de prendre des mesures locales pour favoriser un développement durable et répondre à des problématiques globales telles que le réchauffement climatique. Cela implique une exemplarité de l’administration communale par l’adoption de processus d’amélioration continue et d’évaluation de ses actions ainsi que son engagement à stimuler les acteurs sur son territoire à réduire leur impact sur l’environnement.”

Introduction

„ Pour sauvegarder la biodiversité : un quart des mammifères, un tiers des poissons, 12 % des oiseaux, et la moitié des plantes à fleurs et des insectes sont menacés. Au total, un cinquième de toutes les espèces vivantes pourrait disparaître dans les 30 ans.

Ensemble, il a fallu établir un état des lieux, déterminer des objectifs, définir des actions prioritaires et les rendre réalisables. Mon rôle a été de veiller à la bonne coordination de ce titanesque chantier et je remercie tout un chacun pour l’énergie sans réserve et les incalculables heures consacrées à ce formidable projet.

A nous maintenant de poser des gestes forts pour les générations qui nous succèderont. Il nous appartient de conjuguer responsabilité écologique, réalisme économique et justice sociale. Et ce, dans tous les aspects de la vie quotidienne, la petite vie de tous les jours.

Intro

Parce qu’il y a urgence…

Car, comment élaborer une stratégie durable sans prendre en compte l’expérience quotidienne des habitants et des acteurs qui animent notre commune ? Pierre angulaire d’un processus de changement, ce Plan d’action repose sur la participation de tous. Vous peut-être, votre voisin, votre commerçant, la maison de jeunes de votre enfant, l’école, les habitants d’Etterbeek ont été sollicités pour aider à identifier les enjeux et les pistes d’action possibles.

Précisons-le d’emblée : notre Agenda 21 local n’est pas un simple « catalogue d’intentions ». C’est un véritable plan d’action, ambitieux et, osons le dire, visionnaire. Les propositions et projets qui le constituent ont, pour le Collège, valeur d’engagement à long terme.

3

I. Le développement durable : pourquoi ?

Pour ce faire, nous avons travaillé de manière participative avec les habitants, acteurs de terrain, élus de majorité et d’opposition, agents communaux.

Parmi toutes les propositions issues des ateliers – et il y en a eu beaucoup ! – le Collège a décidé d’en retenir 45, en prenant soin de ne délaisser aucune des thématiques abordées par les participants.

Député-Bourgmestre

2

La question est : comment répondre aux besoins actuels sans limiter la capacité des générations futures à satisfaire leurs propres besoins ? L’échelle communale est un niveau tout désigné pour permettre à chacun d’agir, notamment en acceptant de modifier certains comportements. C’est la raison pour laquelle, à Etterbeek, nous nous sommes lancés avec enthousiasme dans la réalisation d’un Plan d’action pour notre territoire.

Etterbeek a été l’une des premières communes à s’engager dans un Agenda 21 local (A21L) en région bruxelloise et même en Belgique. En signant la Charte d’Aalborg en 2001, Etterbeek s’est ainsi engagée à concevoir des plans d’action locaux visant à inscrire sa gouvernance dans un processus de développement durable. La prise en compte du DD doit cependant encore être accentuée dans les décisions et projets de la Commune et des acteurs etterbeekois. Certains services intègrent déjà des critères de développement durable et les Services DD, Solidarité Internationale et Environnement constituent des points d’appui précieux pour favoriser une gestion plus durable à l’administration communale et sur le territoire d’Etterbeek. La gestion durable concerne de nombreux domaines tels que la politique d’achat, l’utilisation rationnelle de l’énergie et de l’eau, la pollution de l’air et des sols, mais également la mobilité, les déchets, l’économie sociale, etc. Des projets initiés par la Commune (Label Entreprise EcoDynamique, projet PLAGE, mise en place d’un CCDD et Charte du DD) ou d’autres acteurs (élaboration d’un A21L au CPAS, éco-labellisation d’écoles) sont des atouts. De nombreuses associations intègrent également des critères DD dans leurs actions, mais de manière encore peu structurée. Ces projets sont des réponses locales à des problèmes globaux tels que le réchauffement climatique et doivent donc intégrer de nombreux acteurs et compétences tout en favorisant le lien entre la politique communale et les actions sur le terrain.

Etat des lieux Ce qui est déjà en place

„ Déclaration de politique générale 2007-2012 : intégration du DD, de la protection de l’environnement, de l’eau et de la problématique du réchauffement climatique dans le PCD et d’autres plans stratégiques (mobilité, déchets, énergie…). „ Création de l’Echevinat et du Service DD (2007) assurant la sensibilisation de la population. „ Certains services communaux développent déjà des projets et actions en intégrant des critères de durabilité (Informatique, Solidarité Internationale, Environnement) et participent activement à la promotion du développement durable. De même pour certaines structures para-communales (Cellule Chlorophylle à la Mission Locale), le CPAS (Cellule Energie et élaboration d’un A21) et certaines associations. „ Elaboration par la Commune en 2008 d’un A21L intégrant l’ensemble des compétences scabinales ainsi que les dimensions « participation » et « transversalité ». Mise en place d’un Comité de Pilotage et organisation en 2009 d’Ateliers participatifs. „ L’Hôtel communal a obtenu une étoile pour le Label Entreprise EcoDynamique (LED) en 2005. „ Campagne « to print or not to print » (2008-2009) : utilisation rationnelle du papier et des nouvelles imprimantes multifonctionnelles.

échanges d’expériences et de bonnes pratiques. Travail sur les problématiques : l’eau, relations Nord-Sud, équité et solidarité inter intergénérationnelle et spatiale, lutte contre la pauvreté, promotion du commerce équitable. „ Action de sensibilisation sur l’Empreinte Ecologique faisant le lien entre les problèmes globaux et les possibilités de solutions locales. „ Certains cahiers des charges de l’administration communale contiennent déjà des critères sociaux et environnementaux, mais ceux-ci ne sont pas systématiquement respectés. „ Plan Canicule depuis 2007 (un dépliant informatif et préventif a été réalisé et diffusé). „ Nombreuses actions sur le thème de l’eau dont la « jourjour née etterbeekoise de l’eau » (2003) avec des partenaires de terrain (Radio Samarcande, ASBL Dunia, Fédération belge de l’eau, Bruxelles Environnement, services communaux, l’école Claire-Joie, les Amis de la Terre, ...). Signature d’une motion contre la privatisation de la distribution de l’eau ; campagne « citernes d’eau de pluies extérieures » en 2003 (distribution de 100 tonneaux de récupération d’eau de pluie, d’un guide

de placement et d’une brochure « Quelques conseils pour une utilisation rationnelle de l’eau ») ; ateliers de travail sur l’utilisation rationnelle de l’eau de pluie à la Maison de Quartier Chambéry (2007 et 2008) ; actions dans le cadre du LED (consommation en eau des sanitaires, produits d’entretien écologiques et formation du personnel (2004)), fontaines à eau dans les services communaux et certaines écoles (action de la CIBE) ; action Maelbeek Mon Amour (mise en valeur du ruisseau via les plaques d’égout) ; aménagements au niveau des égouts (collecteur sous la chaussée Saint-Pierre) par le Service des Travaux Publics et lutte contre la non-imperméabilisation des parcelles, renouvellement de tous les raccordements en plomb situés entre le réseau-mère et les compteurs des immeuble par la CIBE ; primes pour l’installation de toitures vertes (2007) ; actions dans le cadre des Jardins Participatifs (marre…) ; etc.

protection des sols, nettoyage et assainissement (dépôts clandestins…), diffusion d’information sur les subsides existants pour l’assainissement de sites (stations services…), verdurisation des îlots, sensibilisation sur les rejets de substances toxiques, etc. Des pistes d’action pour aller plus loin

„ Créer un guide des bonnes pratiques (éco-gestes) pour favoriser de manière quotidienne l’intégration du DD dans les Services communaux. „ Application du volet « Aalborg +10 » de la Charte d’Aalborg. „ Favoriser la transversalité entre les différents Conseils consultatifs. „ S’inscrire dans la campagne des « Villes Européennes Durables ». „ Créer une brochure d’information sur les différents services communaux offerts aux citoyens.

„ Actions d’information sur la qualité de l’air dans les maisons (peintures, moisissures, plantes allergisantes…) par le Service Environnement et sur la pollution due au chauffage et au trafic automobile.

„ Créer un « filtre d’amélioration développement durable » pour les décisions du Collège afin de faire apparaître de manière transparente le caractère durables des projets de la commune.

„ Politique des sols : adoption de règlements pour favoriser la

„ Stimuler d’autres institutions, collectivités, entreprises, écoles,

„ Création en 2007 d’un Conseil consultatif du Développement durable. „ Etterbeek possède la première école éco-labellisée de Belgique (2001) : l’Athénée Royal Jean Absil. „ Charte du Développement durable (juin 2008) à destination des collectifs etterbeekois. „ Projet PLAGE (Plan Local d’action pour la Gestion de l’Energie) dans le but de diminuer les consommations énergétiques dans les bâtiments communaux. „ Projets A21L de catégorie 2 : création des « Jardins Participatifs » (voir axe Espaces Verts et Biodiversité) et action « Commerces Chaleureux » (voir axe Energie) „ Création d’un Guichet de l’énergie (2009) dispensant des conseils personnalisés aux citoyens. „ Adhésion de la commune à l’Alliance mondiale des villes contre la pauvreté. „ « Lien entre villes » avec Essaouira, au Maroc (2003), afin d’encourager les

26

27

P. 19


Françoise Walthéry

Le développement durable à Ixelles ?

C’est votre affaire !

Soyez acteur : venez toutes et tous donner votre avis Mardi 29 mars 2011 de 19 à 22h Athénée Charles Janssens

Avec l’aide de la Région de Bruxelles-Capitale

A l’initiative de Willy Decourty, Bourgmestre; Nathalie Gilson, Echevine de l’Urbanisme et de l’Environnement et des membres du Collège des Bourgmestre et Echevins d’Ixelles.

Passons de la parole aux actes grâce à l’Agenda 21 Affiche (et toute-boîte) pour annoncer la consultation publique dans le cadre de l’Agenda 21 de la commune d’Ixelles. Conception et réalisation.


Vous êtes habitant, commerçant, partenaire économique, éducatif ou associatif, la mise en place de l’Agenda 21 ixellois s’appuie sur votre participation. Soyez acteur : venez toutes et tous donner votre avis.

Grand Forum Inaugural Quel avenir durable voulez-vous à Ixelles ?

Attendez-vous à une expérience surprenante et enrichissante.

Agenda 21 ? Agenda provient du mot latin « agere » qui signifie « agir », « conduire ». 21 pour XXIe siècle. L’Agenda 21 reprend donc un programme d’actions concrètes qui devra être entrepris au XXIe siècle pour engager Ixelles dans le développement durable. http://agenda21.ixelles.be

Développement durable : de quoi parle-t-on ? Epuisement des ressources naturelles, crise énergétique et économique, accroissement démographique,… Aujourd’hui, afin de relever les nouveaux défis du monde, nous devons privilégier un développement durable qui allie la bonne gestion économique, le progrès social et le respect de l’environnement. La Commune d’Ixelles agit… Elle s’est engagée dans une série d’actions, comme l’amélioration

de la performance énergétique de bâtiments communaux, la réalisation de Contrats de Quartier, l’utilisation de denrées issues du commerce équitable, la mise en place de projets Nord/Sud, le développement d’écoles de devoir, ou encore le soutien aux initiatives de compostage des déchets verts. … le citoyen aussi Quel avenir durable voulez-vous à Ixelles ? En vous invitant à ce Forum, la Commune d’Ixelles souhaite créer un large mouvement participatif autour de l’Agenda 21. Cette soirée débutera par une présentation de l’Agenda 21 ainsi que de son processus d’élaboration. Chacun sera informé du rôle qu’il peut prendre dans cette démarche participative.

Au-delà des discours, une équipe d’animateurs récoltera les avis de chacun. Au sein d’ateliers interactifs, les participants auront l’occasion de faire part de leur vision concrète du développement durable à Ixelles. Et ensuite ? Le Forum inaugural est une première étape. Ensuite, nous élaborerons ensemble le diagnostic de la commune, ses points forts et ses faiblesses en regard du développement durable, nous fixerons les actions prioritaires et les mettrons en œuvre. Durant au moins… un siècle !

E.R. : Commune d’Ixelles – 168 chaussée d’Ixelles – 1050 Ixelles – Concept : yuluka.com – Photo : © Georges Strens

WORK SAMPLE

Où ? Athénée Charles Janssens (Place de Londres, n°5) Quand ? Mardi 29 mars de 19 à 22 h. Accès gratuit Contact : 02/515.67.43 ou agenda21@ixelles.be

P. 21


Françoise Walthéry

AUTEURS IN DE BRES VOOR AUTEURS

PEN VLAANDEREN – JAARBOEK 2011

JAARBOEK 2011

AUTEURS IN DE BRES VOOR AUTEURS

INHOUD

Woord vooraf David Van Reybrouck

6

Activiteitenverslag David Van Reybrouck en Xavier Roelens

9

Wat is vrijheid van meningsuiting? — Vrij spreken maar ook echt luisteren, over alle grenzen heen, Philippe van Parijs — Cartoon, GAL — Vrijheid van meningsuiting onder vuur, Karen Moeskops — Eternity, Geertrui Daem — De grenzen aftasten, Gie Goris — Het vrije woord en het cordon sanitaire, Stefan Rummens — Vrij spreken en verantwoorden in 500 woorden, Matthias Storme — Antwoord op Philippe Van Parijs, Geert van Istendael

21

Nieuws uit de PEN-schrijversflat — Inleiding, Sven Peeters — Verblijf in Antwerpen, Caroline Lamarche — De val van de grote boom, Déo Namujimbo — Brief uit België, Víctor Manuel Cárdenas

42 43 46 58 64

Congressen — Persoonlijk verslag van een WIPC-congresganger in Brussel Karel Sergen — Het internationale PEN-congres in Belgrado Peter Vermeersch

66

Oorlogsmisdadigers en de media, een reflectie Jelena Grujic

79

In je schoot Hazim Kamaledin

84

22 25 26 28 31 34 36 38

67 75

Geschiedenis van PEN Vlaanderen — Banketten en etiquette van de PEN-club in de jaren dertig, Hans Vandevoorde — Machtiger dan het zwaard? Kevin Absillis — Het bestuur van PEN-Vlaanderen van 1930 tot nu, Sanne Berwaerts

88 89 102 106

Liu Xiaobo of de redelijke gedachten van een gevangen man, Catherine Vuylsteke

108

Dreigbrief David van Reybrouck en Jeroen Theunissen

114

5

JAARBOEK 2011

JAARBOEK 2011 Réalisation du «jaarboek» de PEN Vlaanderen, ainsi que quelques supports de communication (cartes de visite, display, invitation, banner web). Conception et réalisation.

WOORD VOORAF DAVID VAN REYBROUCK

Beste lezer, In de stad Jinzhou loopt sinds enkele weken een man van 52 vrij rond. De afgelopen zes jaar zat hij vast voor subversieve stukken, althans zo oordeelde de Chinese overheid. Zijn gezondheid was zwak. Zheng Yichun heeft diabetes. Toch kreeg hij tijdens die zes lange jaren een aagepast dieet: als erelid van PEN Vlaanderen ontving hij al die tijd middelen om in zijn onderhoud te voorzien. In een kamer in de banlieues van Parijs hoopt de Congolese journalist Déo Namujimbo dat zijn gezin spoedig kan overkomen. Na de moord op zijn broer en herhaalde doodsbedreigingen, moest hij in allerijl op de vlucht. Hij had te kritisch geschreven over de situatie in Oost-Congo. PEN Vlaanderen bemiddelt in zijn gezinshereniging. In de straten van Tunis haalt Naziha Rejiba voor het eerst in jaren opgelucht adem. Als publiciste en internetactiviste werd zij meer dan een decennium achtervolgd, bedreigd en gevangen genomen door het regime van Ben Ali. Al vele jaren is zij erelid van onze vereniging. In een studio in Antwerpen kijkt dichter Sakit Zahidov naar zijn vijftienjarige zoon: hier zullen ze ons niet krijgen, weet hij. Sakit moest Azerbeidjan verlaten omwille van zijn satirische geschriften. Gedurende het eerste kwartaal van 2012 verblijft hij in onze schrijversflat. PEN Vlaanderen kwam in 2011 in de kijker met de organisatie van het tweejaarlijkse congres van het Writers in Prison Committee in Brussel, met onze opiniestukken in kranten en onze columns in het magazine Mo*. Maar achter de schermen zijn wij bedrijvig op vele fronten. Wij komen op voor schrijvers in nood, zowel rechtstreeks als onrechtstreeks. Zowel in de openbaarheid, als in de coulissen. 7

David Van Reybrouck, voorzitter van PEN Vlaanderen, is de gelauwerde auteur van o.a. Slagschaduw, Pleidooi voor populisme en Congo, en mede-initiatiefnemer van de G1000.


AUTEURS IN DE BRES VOOR AUTEURS

PEN VLAANDEREN – JAARBOEK 2012

WORK SAMPLE

AUTEURS IN DE BRES VOOR AUTEURS

Auteurs in de bres voor auteurs

JAARBOEK 2012

Belgian Dutch-Speaking Centre PEN International

Natalie Ariën Coordinator

natalie@penvlaanderen.be (+) 32 475 93 50 54 Huis van het Boek Te Boelaerlei 37 – 2140 Antwerp info@penvlaanderen.be www.penvlaanderen.be

P. 23


Françoise Walthéry

participationculturelle@cfwb.be t Santé

, Service de la Cohésion sociale

rnet : e

net.be

Réalisé avec le soutien du Fonds européen d’intégration de ressortissants de pays tiers de l’Union européenne (FEI)

Agence Alter. Guide à l’usage des primo-arrivants. Conception et réalisation.

Vivre en Belgique

administrations suivantes :

Guide à l’usage des nouveaux arrivants à Bruxelles et en Wallonie

ue

Vivre en

Belgique Guide à l’usage des nouveaux arrivants à Bruxelles et en Wallonie


WORK SAMPLE

Vivre en Belgique! S’adapter à une nouvelle société et y trouver sa place comportent de nombreux défis. Dès votre arrivée, vous serez confrontés à de nombreux changements et vivrez des expériences sans doute inédites. Comme tous les Belges, vous serez amenés à suivre une série de règles qui organisent notre vie collective. Vous serez également confrontés à une série de questions qui sont spécifiques aux « nouveaux entrants » dans la société : des obligations administratives, la maîtrise du français, l’ouverture des droits sociaux, la validation des compétences professionnelles acquises avant votre arrivée, etc. A cet effet, tant à Bruxelles qu’en Wallonie, le plus souvent en partenariat avec des associations et des services publics locaux, nous avons initié une politique d’accueil des nouveaux migrants qui a pour but de les faire participer pleinement à la vie économique, sociale et culturelle de nos régions. Trouver votre place en Belgique peut prendre du temps, en particulier si vous ne disposez pas d’une bonne information, si vous ne connaissez pas précisément vos droits, vos obligations et les procédures qu’il vous faudra suivre. Avec ce guide « Vivre en Belgique », nous voulons vous apporter une série d’informations de base sur le fonctionnement de notre société et y faciliter vos premiers pas. Ce guide vous orientera également vers des lieux où vous pourrez trouver des informations utiles et un accompagnement. Conscients qu’il ne répondra pas à toutes vos questions, nous sommes convaincus que ce guide vous apportera un éclairage sur le fonctionnement de la société belge et espérons qu’il vous sera utile dans vos premières démarches. Nous vous en souhaitons bonne lecture.

Fadila LAANAN

Eliane TILLIEUX

Charles PICQUÉ

Ministre de la Culture, de l’Audiovisuel, de la Santé et de l’Egalité des chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Ministre wallonne de la Santé, de l’Action sociale et de l’Egalité des chances

Ministre, Membre du Collège de la Commission communautaire française (Cocof), en charge de la Cohésion sociale

Emploi et formation

Si vous habitez en Flandre : le VDAB, www.vdab.be

concernant l’application de règlements et d’accords, aussi bien pour les conditions de travail individuelles que collectives. Un syndicat peut défendre vos droits dans le domaine de l’emploi et du chômage.

Si vous habitez en Communauté germanophone : l’ADG, www.adg.be

Pour être défendu par un syndicat, il faut en être membre et donc payer une cotisation. Il existe différents syndicats.

Où puis-je trouver des offres d’emploi ?

Pour trouver un bureau près de chez vous, visitez leur site internet :

Vous trouverez des offres d’emploi chez ACTIRIS, au FOREM, au VDAB et à l’ADG, dans les journaux et sur les sites de recherche d’emploi sur Internet. À Bruxelles, vous pouvez également vous adresser à une mission locale : www.mission-locale.be

FGTB (Fédération générale du travail de Belgique) : www.fgtb.be CSC (Confédération des syndicats chrétiens) : www.csc-en-ligne.be

Vous pourrez aussi vous inscrire dans les agences de travail intérimaire privées.

CGSLB (Syndicat libéral) : www.cgslb.be

Vous pouvez vous faire accompagner dans votre recherche d’emploi. Renseignez-vous auprès d’ACTIRIS, du FOREM, du VDAB ou de l’ADG.

J’ai un permis de travail et je recherche un emploi. Par où commencer ?

Salaire brut et salaire net : de quoi s’agit-il ?

Avant tout, vous devez vous inscrire comme demandeur d’emploi auprès du service public de l’emploi de votre région.

Le salaire indiqué sur le contrat de travail est un salaire brut. Le salaire net est la somme que vous recevez directement de votre employeur. Lorsque vous travaillez, une partie du salaire ne vous est pas versée. Elle part vers les cotisations de sécurité sociale et une partie des impôts. Les cotisations

Si vous habitez Bruxelles : ACTIRIS, www.actiris.be Si vous habitez en Wallonie : le FOREM, www.forem.be 24

de sécurité sociale vont dans un fonds (la sécurité sociale) qui sert à payer les frais de santé, le revenu de remplacement en cas de maladie, d’accident du travail, de chômage et de pension, et les allocations familiales. Les impôts paient les services publics dont vous bénéficiez comme citoyen (l’école, la police, etc.). C’est aussi grâce à ce mécanisme de solidarité que fonctionne le système d’aide sociale (CPAS).

Et les allocations de chômage ? Si vous êtes privé d’emploi par exemple, la sécurité sociale vous permet, à certaines conditions, de percevoir des allocations de chômage. Ces allocations peuvent vous être versées par un organisme public (la Caisse Auxiliaire de Paiement des Allocations de Chômage, CAPAC) ou un des trois syndicats mentionnés ci-dessus. Renseignezvous auprès de votre syndicat ou de la CAPAC : www.capac.fgov.be

Qu’est-ce que le travail non déclaré ? On parle de travail non déclaré (travail au noir) quand l’employeur n’inscrit pas le travailleur dans le registre du personnel et ne déclare pas son engagement à la sécurité sociale dans le but de ne pas payer les cotisations sociales et les impôts. Le travail non déclaré n’est pas légal. 25

P. 25


Françoise Walthéry

Les Carrières de la Pierre Bleue Belge

Conception : www.yuluka.com  || © photos : xxxxxxxx

Pour bâtir beau et durable

Diverses brochures pour les Carrières de la Pierre bleue belge. Conception et réalisation. sur base d’une ligne graphique existante.


WORK SAMPLE

Rechercher une qualité totale Notre pierre angulaire

Fruit de centaines de millions d’années d’histoire géologique, notre Petit Granit a des propriétés physiques qui en font un des meilleurs matériaux de construction : insensible au gel, à la pollution atmosphérique, à la pluie, aux vents chargés de sels marins, il est d’une résistance sans égal. Conscients de la richesse de ces qualités intrinsèques, nous avons à cœur de rester fidèle à cette noblesse du matériau, avec une démarche de qualité totale. Faire toujours mieux Reflet du vivant dont elle est issue. la pierre bleue est unique. Pour garantir sa qualité, nous avons engagé depuis plus de dix ans une démarche volontaire : l’agrément technique ATg-Bénor, avec certification. Blocs bruts, tranches sciées, produits façonnés et de marbrerie font l’objet périodique d’essais et de contrôle qui vont bien au-delà des normes obligatoires de qualité. L’ensemble de l’activité des Carrières de la Pierre Bleue Belge est également certifié ISO 9001 : autrement dit, notre engagement pour la qualité est au cœur de notre métier. Décliner qualité avec créativité Gris clair, bleu noir, d’aspect brut, polie ou taillée, la Pierre Bleue Belge® est façonnée par nos artisans dans plus d’une vingtaine de finitions très variées. Et nous n’avons cesse de proposer de nouveaux produits pour accompagner la créativité architecturale, que ce soit une gamme de parquets en Pierre Bleue Belge®, des parements muraux intérieurs ou du mobilier urbain conçu en collaboration avec des étudiants designers. Parce que la Pierre Bleue Belge® sait s’adapter à toutes les idées. Anticiper l’excellence environnementale Naturelle, durable, réutilisable et recyclable, la pierre a toute sa place dans l’éco-construction. De la recherche sur l’inertie thermique à la réflexion sur l’analyse de cycle de vie de notre produit, nous investissons pour faire de la Pierre Bleue Belge® la meilleure alliée d’une construction qui réponde aux enjeux climatiques et sociaux de notre époque.

«  La pierre est faite, par essence, pour durer. Mais les impératifs  de qualité sont en constante évolution. Pour y souscrire  pleinement, nous avons fait le choix d’une politique d’amélioration  continue et proactive »  Benoît Misonne, directeur Qualité Sécurité Environnement

P. 27


Françoise Walthéry

Charte graphique Version 2.0

Avril 2012

Sur base d’un logo existant, création de la charte graphique de la CCFEE. Conception et réalisation, y compris la fourniture de templates Office opérationnels. En collaboration avec bluefish design.


WORK SAMPLE

CCFEE – Commission Consultative Formation Emploi Enseignement

Charte graphique – 6

1.4. Le logo dans son contexte

Ce qu’on ne peut pas faire avec le logo :

Partout où c’est possible, on utilisera le logo couleur, placé sur fond blanc. Il doit être entouré d’une «zone neutre» ne contenant aucun autre élément. Cette zone doit être équivalente à 10% de la largeur du logo.

–1–

Introduction Cette charte graphique a pour but de fixer le logo et la ligne graphique de la CCFEE. Elle définit les formes, les couleurs, les typographies, et les règles d’utilisation du logo. Elle permet d’harmoniser les documents produits par la CCFEE tant en interne qu’en externe. Bien que les règles décrites dans ce manuel soient strictes, le système graphique mis en place se veut ouvert. Il permet le développement de nouveaux visuels sur la base des principes posés, et est au service de votre créativité.

Le logo

Le logo ne peut pas être déformé.

Table des matières 3

1.1. Le logo.............................................................4 1.2. Les couleurs ............................................5

Le logo ne peut être utilisé en dessous de la taille minimale de 32 x 19 mm. 2.2. Les documents produits en interne .............................................................. 14 a. Avis

14

b. Dossier d’instruction

15

c. Projet d’avis

15

1.3. Les interdits .............................................6

d. Etudes & analyses

15

1.4. Le logo dans son contexte ...........................................7

e. Notes & contributions

15

1.5. Le logo sur une photo ...............8 1.6. La typographie.....................................9 1.7. La courbe................................................... 10 Les documents

11

2.1. La papeterie .......................................... 12 a. Cartes de visite

12

b. Cartes de compliment

12

c. En-tête et suite de lettre

12

d. Document interne de type court 13 e. Autres documents : télécopie, convocation

13

f. Document de travail

16

g. Note de secrétariat

16

h. Note d’information

16

i. Procès verbal

16

j. Présentation Powerpoint

16

Aucune autre couleur que le rouge 484 et le noir ne peut être utilisée dans le logo.

2.3. Les documents à large diffusion ........................................... 17 a. Rapport d’activités

17

b. Autres modèles de couvertures : actes, publications, comptes-rendus

18

c. Dos de couverture

18

d. Farde à rabats

18

Il n’existe pas de version tramée du logo.

2.4. Site internet........................................................ 19

Charte graphique – 4

1.1. Le logo

CCFEE – Commission Consultative Formation Emploi Enseignement

Charte graphique – 5

1.2. Les couleurs

Le logo de la CCFEE existe sous une seule forme mais possède trois variantes : couleur, noir et blanc, négatif.

QUAdRI Cyan 0% Magenta 95 % Jaune 100 % Noir 29 %

RVB Rouge Vert Bleu

PANTONE BLACK

QUAdRI Cyan 0% Magenta 0% Jaune 0% Noir 100 %

RVB Rouge Vert Bleu

PANTONE 137

QUAdRI Cyan Magenta Jaune Noir

0% 35 % 90 % 0%

RVB Rouge Vert Bleu

– Les références utilisées dans le logo en couleur sont le rouge PANTONE 484 et le noir. – Le logo monochrome positif est en noir 100 %.

En cas d’impossibilité, nous recommandons d’utiliser la mention suivante seule : CCFEE – Commission Consultative Formation Emploi Enseignement

Une exception : les documents internes de plusieurs pages Afin d’alléger ce document qui ne doit en principe pas sortir de l’institution, en évitant de répéter le logo complet sur chaque page, une version «médaillon» du logo a été créée. Cette version n’est utilisable que dans ce document précis (en format horizontal et vertical). Taille : 27 mm x 10 mm

CCFEE – Commission Consultative Formation Emploi Enseignement

1.5. Le logo sur une photo

PANTONE 484

Il se compose des trois éléments indissociables qui sont: • L’acronyme CCFEE; • La mention «Commission Consultative Formation Emploi Enseignement» • Deux cercles entrelacés et deux flèches

S’il n’existe pas de taille maximum, il est proscrit d’utiliser le logo en dessous de cette taille (32 x 19 mm).

50 mm

5 mm

Une exception est toutefois admise. Le logo couleur peut être placé sur un fond de couleur, pour autant que celle-ci soit très claire (densité maximale : 10%).

Fond gris 10% : le logo couleur est admis

Dans tous les autres cas de figure, on utilisera : 1. le logo couleur sur un fond blanc, 2. le logo négatif blanc 3. le logo noir Le choix sera dicté par la recherche de la lisibilité maximale, et par la recherche de l’harmonie des couleurs. La lisibilité dépendra aussi de la taille du logo (plus le logo sera grand, plus sa lisibilité sera bonne, et moins le contraste avec la couleur de fond sera important).

Application : ici, le logo noir sur fond bleu assure une bonne lisibilité du logo. Mais le fond bleu, très éloigné des couleurs de la ligne graphique, dénature le logo. Il vaut mieux dans ce cas placer le logo couleur sur un fond blanc. L’identité graphique est mieux respectée.

2.5. Signature courriel ...................................... 19

CCFEE – Commission Consultative Formation Emploi Enseignement

Taille du logo

Charte graphique – 7

5 mm

Le rapport entre le dessin et la mention constituant le logo ne peut être modifié.

Le logo

CCFEE – Commission Consultative Formation Emploi Enseignement

1.3. Les interdits

– Le logo monochrome négatif est en blanc. Le jaune-orange (PANTONE 137), n’intervient pas dans le logo lui-même mais est utilisée comme couleur supplémentaire dans les publications ou documents de la CCFEE, voir exemple aux points 1.7 et 2. Afin d’éviter les conflits de couleurs, on limitera l’utilisation du jaune-orange aux documents sans photo (la question concerne principalement les couvertures de documents). Remarque : Les couleur PANTONE sont de moins en moins utilisées. Cependant, elles restent la référence dans le monde graphique, même si on utilise principalement les traductions en quadrichromie ou en RVB.

178 31 23

0 0 0

248 179 34

WEB b21f17

WEB 000000

WEB f8b304

Quand utilise-t-on quelle couleur ? Pantone : le recours à ces encres reste d’actualité pour l’impression sur tissu, autocollants, plastique, etc. Cela peut être utile dans le cas d’impression «en deux couleurs» sur papier, bien que cette technique devienne de plus en plus rare (la quadrichromie s’impose de plus en plus comme norme). La papeterie (en-tête de lettre, cartes de visite) utilise encore régulièrement ce procédé. Quadrichromie : la plupart des impressions en couleur se fait désormais en quadrichromie (imprimantes de bureau, impression d’affiches et de dépliants, posters, etc...) Noir et blanc : les impressions de bureau sont le plus souvent en noir et blanc, les photocopies ont toujours cours. Pour tous ces usages quotidiens, la version noir et blanc du logo reste utile. Néanmoins, comme les documents sont de plus en plus conçus pour une lecture à l’écran uniquement, c’est utile de les concevoir en couleur (plus agréable à l’oeil).

La règle générale est la suivante : lorsque le logo est placé sur une photo, il est toujours placé sur un fond blanc. Ainsi, il se détache parfaitement de l’arrière-plan et sa lisibilité est garantie. Le logo dans sa version couleur ne peut jamais être placé sur une photo sans fond blanc, même si le fond de la photo est clair (exception possible : le fond de la photo est quasi blanc et quasi uni). Enfin, le logo peut être utilisé dans sa version négative (blanc), sur une photo dont le fond est très foncé, et quasi uni. Ces arbitrages sont évidemment subjectifs, et laissés au bon jugement de chaque graphiste. Nous insistons pour que la lisibilité du logo soit le critère principal de choix.

Charte graphique – 8

CCFEE – Commission Consultative Formation Emploi Enseignement

Charte graphique – 9

1.6. La typographie Deux options pour deux cas de figures: 1. Les documents sont produits par un graphiste. Il utilise la typographie Univers 2. Les documents sont produits en interne. La typographie Arial La mention « CCFEE » est toujours composée en capitales. Les premières lettres des mots: Commission Consultative Formation Emploi Enseignement sont également toujours des capitales.

Arial Regular

Univers Light

1234567890 abcdefghijklmnopqrstuvwxyz ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

1234567890 abcdefghijklmnopqrstuvwxyz ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

Arial Regular italic

Univers Light Oblique

1234567890 abcdefghijklmnopqrstuvwxyz ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

1234567890 abcdefghijklmnopqrstuvwxyz ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

Arial Bold

Univers Roman

1234567890 abcdefghijklmnopqrstuvwxyz ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

1234567890 abcdefghijklmnopqrstuvwxyz ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

Arial Bold italic

Univers Oblique

1234567890 abcdefghijklmnopqrstuvwxyz ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

1234567890 abcdefghijklmnopqrstuvwxyz ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ Univers Black

1234567890 abcdefghijklmnopqrstuvwxyz ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ Univers Black Oblique

1234567890 abcdefghijklmnopqrstuvwxyz ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

P. 29


Françoise Walthéry

ULB - Coordination environnementale Charte graphique

Juin 2010 Sur base d’éléments graphiques existants, conception et réalisation d’une charte graphique d’un département de l’ULB, y compris la fourniture de templates Office opérationnels.


WORK SAMPLE

Charte graphique --- ULB - Coordination environnementale --- Juin 2010

Charte graphique --- ULB - Coordination environnementale --- Juin 2010

1. Le logo Le logo de la Coordination environnementale existe sous deux formes que nous appellerons le logo carré et le logo bandeau.

1.1. Le logo carré Il s’agit du logo tel qu’il existe fin 2009. Deux petits aménagements ont été apportés : la branche est teintée d’un dégradé de vert (pour rendre explicite la dimension environnementale) et la mention «ULB» a pris la forme de son logo officiel (avec le petit triangle sur le «L»).

Couleurs, taille et utilisation

1.2. Le logo bandeau Ce logo sous forme de bandeau permet à la fois d’apposer le logo de la Coordination environnementale comme une signature en pied des documents, en complément du logo de l’ULB (qui se trouvera plutôt dans la partie supérieure).

a. Couleurs Le logo est en bleu Pantone 287 (le même que le logo ULB) et en vert Pantone 382 utilisée en dégradé, de 100 à 0%. Traduction quadri : bleu 287 (cyan 100, magenta 68, jaune 0, noir 12) et vert 382 (cyan 30, magenta 0, jaune 100, noir 0). Pour les utilisations noir et blanc, on utilise le logo en gris tramé à 50%.

Il a l’avantage d’être proportionnellement plus lisible que la version carrée (le texte reste lisible, à une hauteur moindre du logo). Il est également plus présent, plus affirmé. En outre, il donne toute sa dimension à la couleur verte complémentaire au bleu.

Quand utilise-t-on quelle couleur ? • Pantone : le recours à ces encres reste d’actualité pour l’impression sur tissu, autocollants, plastique, etc. Cela peut être utile dans le cas d’impression «en deux couleurs» sur papier, bien que cette technique devienne de plus en plus rare (la quadrichromie s’impose de plus en plus comme norme). La papeterie (en-tête de lettre, cartes de visite) utilise encore régulièrement ce procédé.

Couleurs, taille et variante a. Couleurs Le logo est en bleu Pantone 287 (le même que le logo ULB) et en vert Pantone 382 utilisée à 100%. Traduction quadri : bleu (cyan 100, magenta 68, jaune 0, noir 12) et vert (cyan 30, magenta 0, jaune 100, noir 0).

• Quadrichromie : la plupart des impressions en couleur se fait désormais en quadrichromie (imprimantes de bureau, impression d’affiches et de dépliants, posters, etc...)

b. Taille Ce logo sera utilisé en grand sur les couvertures et affiches (cf. modèles proposés en page 3). Il trouvera sa place partout où le logo carré manque de présence et de lisibilité. Sa taille minimale d’utilisation est de 7 mm de haut.

• Noir et blanc : les impressions de bureau sont le plus souvent en noir et blanc, les photocopies ont toujours cours. Pour tous ces usages quotidiens, la version noir et blanc du logo reste utile. Néanmoins, comme les documents sont de plus en plus conçus pour une lecture à l’écran uniquement, c’est utile de les concevoir en couleur (plus agréable à l’oeil).

c. Variantes Version «dégradée» – Une version affinée et allégée de ce logo bandeau a été conçue pour les template «Office» (voir en bas de cette page). Elle est formatée de manière a pouvoir prendre place dans les pieds de page, encore une fois comme une signature présente et affirmée, sans être trop lourde.

b. Taille La limite de l’utilisation de ce logo est sa taille : • la taille d’utilisation doit ne pas être inférieure à 3 cm de côté. • Interdiction absolue de l’utiliser en dessous de 2 cm de côté (texte illisible, logo inintelligible). Son usage en petit est nuisible à l’image de la Coordination, et contreproductif.

Taille OK

Version verticale – Une version verticale existe également. Elle peut être utile dans des cas où le logo ne peut se placer horizontalement et où il doit prendre une place importante (ex. un stand).

c. Utilisation A priori, on privilégie l’usage du logo carré sur les supports «non-papier» : en pochette de t-shirt, sur des sacs, casquettes, et tout autre support non classique qui s’y adapte. Pour les supports papier, le logo bandeau est à privilégier. Nous verrons au point suivant comment le placer. On utilise également le logo carré pour les signatures où apparaissent plusieurs logos, dans la mesure où il peut être utilisé à sa taille minimale de 2 cm de côté.

Taille minimale

Trop petit

1.3. Un élément graphique indépendant : la branche Le marquage graphique de la Coordination environnementale passe également par l’utilisation de la branche présente dans le logo. Elle peut être utilisée de manière adoucie ou en filigrane sur les visuels (cf. exemples page suivante). Les couleurs autorisées sont le vert, le bleu, le noir (ainsi que leurs teintes respectives). En outre, on peut utiliser la branche en blanc transparent sur une photo.

© Yuluka --- page 2

© Yuluka --- page 3

Charte graphique --- ULB - Coordination environnementale --- Juin 2010

Charte graphique --- ULB - Coordination environnementale --- Juin 2010

3.3. Autres documents (exemples)

2. La typographie Deux options, pour deux cas de figure : 1. Les documents sont produits par un graphiste, il s’agit de documents de présentation de la Coordination environnementale : dans ce cas, on utilise la typographie définie par la charte graphique de l’ULB (à savoir la police «Meta»). 2. Les documents sont produits en interne, via des programmes de type «Word» ou «Power Point» : on utilisera alors la police «Arial», disponible sur tous les PC.

Meta book Meta Bold

Opération campus propre « J’aime mon campus »

Arial Arial Bold

Remarque importante : la mention «Coordination environnementale» doit toujours être écrite avec un «C» majuscule et un «e» minuscule. Cela contribue également à la cohérence de l’image.

3. Les visuels

• Fiches-actions (Microsoft Word)

Opération campus propre « J’aime mon campus »

Compléments potentiels

• •

Moyens de communication

• • •

Exposition d’information sur le tri (bibliothèque ou foyer). Action spéciale tri aux restaurants universitaires (à proposer : affichage + action spéciale à leur proposer comme remplir les bouteilles d’eau, poubelles de tri, inciter à venir avec son mug…) Thé dansant « environnement »à organiser un Cercle Action à la Médiathèque (affichage + action spéciale sur le papier) Groupe Facebook géré par le Cercle Vertige

• • • • • • •

Affichage Valves (papiers et électroniques) via les secrétariats Annonce ULB pratique Site Web ULB Radio campus (spot radio) Médias sociaux avec création d’un groupe sur Facebook e-mailing (secrétariat)

Indicateurs de performance

• • • •

Nombre de cadeaux distribués / participants à l’action. Nb de contacts sur le site Internet de la CE Nb et qualité des contributions sur le groupe Facebook Qualité du tri et de la propreté sur le site

Budget

En bref Description

Journée de sensibilisation à la propreté et au tri des déchets

Date et lieu

• • •

29 avril 2010 : sur une journée avec temps forts le matin et sur le temps de midi. Campus du Solbosch : av. Paul Héger, bibliothèque des sciences humaines et bâtiment F1 (expositions) Campus Erasme : déclinaison la semaine suivante.

Publics visés

• •

En priorité les étudiants du campus. Indirectement tous les présents (employés, visiteurs).

Organisateur

• •

Coordination environnementale en partenariat avec le Département Infra exploitation du Solbosch, le Département des Affaires culturelles, l’Association des Cercles étudiants, le département des services à la communauté universitaire et l’ULB Culture.

Chiffres

Description

un ive r s it é libre de brux e lle s , un ive r s it é d’e urope

Contexte

Le maintien d’un campus propre est un élément essentiel du cadre de vie des employés et des étudiants du campus. Un personnel dédié s’active quotidiennement pour maintenir le campus propre, mais c’est aussi l’affaire de tous, à commencer par les étudiants. L’application par l’ULB du principe du pollueur payeur motive d’ailleurs les responsables de cercles et d’événements étudiants à se mobiliser. Or bien jeter, c’est aussi moins jeter et bien trier ! L’action de sensibilisation à un campus propre passera donc par une démarche de sensibilisation au tri des déchets.

Objectifs opérationnels

• • • •

Déroulé

Journée d’action avec événement profitant du flux des étudiants pour son déroulement (pas de mobilisation préalable). 1. A l’entrée principale, près de la bibliothèque et derrière le bâtiment F1: installation d’un jeu de type « paniers de basket » (sous tente si nécessaire) proposant aux étudiants de bien viser selon le déchet à jeter (papier non souillé, déchets PMC, gobelets en plastique). Pour les remercier de leur participation, remise par des jobistes d’un flyer sur le tri (partenariat Fost Plus à confirmer) et d’un cadeau (une pomme). 2. Le long de l’avenue Paul Héger : installation de paniers de basket avec filets remplacés par des sacs poubelles de tri pour un jeu en libre service. 3. Réalisation d’une signalétique pour les moloks et poubelles de tri (panneaux de baskets, éventuellement marquage au sol) 4. Intervention, aux heures de pointe, du cercle d’impro de l’ULB pour inciter au tri et signaler les poubelles. 5. Film et photos des participants à poster sur le Web. 6. Tout le staff de l’opération ainsi que le personnel de nettoyage + les partenaires portent le Tshirt jaune « J’aime mon campus ». 7. Réutilisation des affiches existantes, éventuellement à compléter. 8. Les animations sont faciles à déployer sur les autres campus ou à exportée sur des grands événements (La JANE, …)

Inciter les participants à mettre leurs déchets dans la (bonne) poubelle Signaler la présence des poubelles de tri. Faire connaître l’existence de la Coordination environnementale. Identifier des responsables environnement au sein de chaque cercle.

ULB – Coordination environnementale Campus du Solbosch – ULB CP165/63 Avenue F.D. Roosevelt 50 – 1050 Bruxelles T 02 650 30 25 M environnement@ulb.ac.be

3.1. Couverture : exemple du Rapport d’activités Les propositions qui suivent visent à encadrer le travail créatif autour de la Coordination environnementale, sans le limiter. Il s’agit de définir l’esprit, pas d’arrêter un règlement exhaustif. Les options suivantes ont été prises : 1. Faire la part belle au visuel «photo», en pleine page. 2. Utiliser le logo Coordination environnementale sous forme de bandeau bien visible en bas à gauche de la page, en réponse-miroir à la version choisie du logo de l’ULB (il s’agit de la version «texte en 2 lignes», aligné vers la droite). 3. Incrustation de la branche du logo dans le visuel, en transparence. 4. Si pas de photo: fond blanc, visuel de la branche en vert tramé, logo Coordination environnementale dans sa variante dégradée.

rapport d’activités 2009

• Stand

• Banners site internet

Environnement uni v e r s i t é li br e de bruxe lle s , uni v e r s i t é d’ e uro p e

Pour un campus vert ! La Coordination environnementale Une équipe au service de la gestion environnementale de l’Université Un centre de ressources « environnement à l’ULB » Un soutien pour réaliser vos projets environnementaux

Des actions pour Le tri des déchets L’utilisation rationnelle des ressources

3.2. Pages intérieures : exemple du Rapport d’activités

Une politique d’achats durables La protection de la biodiversité sur les espaces verts …

Quelques balises : • Travailler en 2 colonnes. • Ménager des marges suffisamment grandes pour aérer le document (minimum 2,5 cm pour les marges, gauche, droite, et inférieure, si possible ménager une marge supérieure de 5 à 6 cm, dans laquelle on peut placer un en-tête). • Titres dans le même vert que le logo (Pantone 382). • Utilisation de la branche en filigrane dans l’en-tête de page. • Présence du logo ULB (ici, sur chaque double page, en haut à gauche).

rapport d’activités 2009

Et la sensibilisation de tous !

Des projets pour tous Etudes de cas, stages, actions de sensibilisation, mini-formations

Coordination environnementale Campus du Solbosch Bâtiment U - Porte D - Niveau 3 Avenue F. D. Roosevelt 50 - CP 165/63 - 1050 Bruxelles Tél +32 (0)2 650 30 25 environnement@ulb.ac.be www.ulb.ac.be/environnement

un ive r s it é libre de brux e lle s , un ive r s it é d’e urope

univer sité libre de b ruxelles, univer sité d’europe

Rapport d’activités 2009

Coordination environnementale

Introduction Luptatquam, autesti rendusam volorest quis dolupta tiasper umquam sitatio is sunt. Dicia ipitassit re nullupis si ut hil essed magni nis demque cum niam sum ea am, odisciumqui si diti cume quas molupta eum imintes erspel mosant earios et, conectiae volore laut ant la nonsequis audit ipsapis evelibust idebit dolecearitas il et quos min por am eos esecae magnihic tenimenit es qui voluptat ame maio. Et eaturia pratqui volorest que de pre nes res et faccullo blaccus nonsecea cum, sundandant ullore nimil excest, qui occusaes dolor maximin nos et as sit estius ipictam nusdaniendel mo etur sit, quo ilisque omnimint utatio beres idempos asped quid quis dollace prorereces aut volor am, quis eic toreptis esecab ipis nonsendae optatur, voluptur, quae volorerro et ut eos sitio. Itaspelese nation pra aut etuscia dolupit quo eliquiam ulparumque vel et a quosam sit dunti nullum qui te vellam is aut landitio di aditatem imint liquo minus arum non re pedion rendendandi conempor abo. Oressitam ullenet dit harissitium aciendis nobit aute earis dolessinctur modiassed molor acient ut aut ma cum venim idiciis dolo quam, non rem rerion rem re doluptiam, venditatum, cuptis suntorp orporio ssimendus. Accum voluptati nulparum ius molut qui nimaiorum nis dest qui ullia non elesti derumquam fugiam, net omnis con prest voloribus nectestrum rest, quamus ab inis eaquatur? Minvelit liquidunti que vellupta cusani blaccus eos nosa venihil essint accab illes sae vent magnimusci rem voloremolum, volutem iuriae porporatiae volore voluptae expersperae dolorati corem arum utam qui rerferum fuga. Atiatia corpori onsequatis recturiorem delibus volecere voluptur sa enist, nimolor asim est lam quidem harum, voloris rae assimpe rchitat.

Qui te nectem aborro eat Odi dusam repernatio voluptatae poreperum nimin cust, offic te pellique peresti nvellatem. Nem qui temperrum verunte ndebist eceprerat estiber ferit, et, qui apediata dolore dignati scitis sunt asped ut mo cum alignih illest, excepel imaximo lestia vollupt atibus dolecusam sam quia voloreh

endeliquas qui officabore et id que et laboreptatem aut molorepudi core est autesedi temquodit, ideligni id evelecu llestiatium quam consent iorecestrum autendi ut mo desendit et pa dem ducia corempo riost, occumquia dendescias arum audi optaspedit eosapic iliquo modis ad quatur? Lorrumet qui ium as explibus eos event ped eatur sim ex et volum quostium ipsaecto bla et omni blaborro cone nonsequia dolupta quibus ides as exceper itiantibusam dollor aborum facearunt exceritios derum, omnis eost, cus moditi conet ea sundunt volorio. Estis eatum fugiatu rehent odis dolore nimodi blabo. Sunture occuptus dolorep taquatures idipsam quame si comnien delitius et in perem asped molorrorrum et essed ma ne nullores serorem. Ut as modicatem estiamust, cus assed magnihil il ea velendi tasimil ignatur? Id que volupta sperio et estius, quam, quis accusa aliam quibus audae. Us eaqui rerchic illanda estio. Omnist et voluptatus ium re nis dusae. Parumet, quis doloreped ut expeles simolorerit, omnis audis apid et modisci psumque duntissit occus etur?

Qui te nectem aborro eat Pudam volendi sinti nobit quid erit et prorpossit, aut aliam invelectet unt facit et dolest et harciist, et pos cus, sintium expero que maxime lit laborem alicidisimi, secus debitatur atiur rem quis et venisimincti aut qui samus maxime dent estion nes venimo quid esto il im ipsam, ea con prae. Ut fugia corro quam ius aut hit et ipsundi aut pore et quisquament. Totatur as eiciaep ernatib ustintemo exped eum aut voleniti quuntus, ommos repraecerro ma ipienis cipsaperum qui ra doluptae coreperae cuptia qui officiet ut vollacest pro estrum qui di nament, uteturi aut hicaes vel iundit qui dita seressimus experio reperciis re eum rem ipsa quaturit alit ressi bea dolupid ulliqui dendio. Citatio renimus, unt atur? Quiaepe suntis aut et ad quiaest quatur aut endi odi ipsapel lorumquatem esectus derferum coreici doluptassi nulpa et quis es nus ellorem vollent et prae latur maximol uptatus doluptatem abor aspe voluptum nonem quunt voloreri qui dolore sit, quam ipides dolupta tistis dios conseque sequaspernat lias dolor sed quiat.

1

Axim quias essent es est, simust pro ipiderf erferum excesti omnimi, sit ra dus doluptat faccusa ndenis excerfero ommolor aeptaturis sum siti alit re eum ut quiberr ovitia et es atiis eaquatur, cum rent rese od molorro tendus quae. Hit volor se minis ma dit iur, ilitae reperum intem aut dit verem. Min eum reiume lamus, sit ut eveligendi volest, tempelendae. Nat hicium aligenimenet aspeliq uatur, quassequi aborae eaquia suntur secus, cor sit, od quamusam quaersperum ilibus ratur audam, corenimusda ni iliam, culpa dolores volor magnatatem eos dolecto eati consernatetAcimus ditem eat. Boremollam, sectas et ulpa dolorep ediorumetur simusda aut harum apid maximolor accusam quossunt.

catec totatur, sit, sent dite odipide sequuntibus, iminisquid et ini berrum exceaquam endel experis idest ex et mod quam ipsant delis re, namusda conessi nusapic iissint elibus aut es disquunt hilique maxim quatur, con natatur? Qui dolo expe volor sim volorem volorio. Nem es parum, verovit et doluptaqui blaborem nos doluptat ex etur mi, to officia dolorro quaerna tioreprem eaque ped quis int, tem voluptas nissitis sed eic to bea dolorende ressimi ncipis sae nobit modi del intionsedi doluptur, cone peratis assunt que ius endae exped qui consedipsam rerepta vel invelia quam, sequi culpa cus qui con providipsae nienihi libus, cus mint, omnimil luptatur sed minci debisquo exerit ut amus dellore nam si tecus ut modita aboriatem am et rehent experem porescit lam non nim evellantiis estem ea que volento blatiis alisint occum harchillecto int dist, et as exerovid qui voluptatum illa doluptur?

Qui te nectem aborro eat Bus. Rita vel et aceatur maximet aut quae ra voluptibus desciae porro mintist otatetustrum reiciis volor alitas accusdae nus sedit is aperundel idelignimus, suntia que enti a quam et volorem porerum repero occuptatem voloressitat am quatur aut il inciment velesciist, nat qui alitemquis es serumque dia nobit labor sum inctur, veriandit quate volor a quibus.

Saperunt liquae perehenis dolo berspe venduntio blanderum aut eosante mpelendania event que pora nest eum et quatem quibus as quiasseque maxime voluptiant.

Qui te nectem aborro eat Officaboria consedic tem aut omnihilitat ea quos ni od qui rerspicae dolut laborum fuga. Et ene assimporit quamus endi utet ati blacepersped maionse ceptatquo blaut aspere dolorrum eume cusandit mo quatis rem rehendant, ommodit as quam, is etur, venimenditem hic test rem quatet es pro volore ipsus quis errum duciistis as eost, et, se sit repuditio. Everit, sin repeles aliquam, omnis ut audam rem solenis elest, cor aut de mint faceari odionsequo molupid qui incturibus aut occus, sim rest, sanimilit dit quo experumqui ditiat omnihitio esectat escieturis esed moles debit vent

Omnim dipsusc idemolo runtibe aribeat uremolut voluptatusam essequi strunt faceped ma sum conet a ipi test, imi, volescitiam sum dolut pore volupta sit officiendi id maximi, conse int et, quam facient. Pidenis mollabo rehenih iliquatur sinihil et, ius moluptat dolupta tibus, cuptatatur solore volorpos mint laccab ipiet moluptate nobissi im faccum eatem quo tet officipsunt pora dem eaturehent quates rehenihit volorero verum quibustios soluptam im qui sequia quiatis nuscium nobis moluptati quae veroviderum as mo et mi, sam fugiasit volutati dolesto rehenecus, a cus, suntia doluptae. Nam, iliquam quiderat enducipis maximen tibusa quassumquam num explabo. Aque nis cuptatur?

molores tinusan tecturist, optatem quunt. Antius quam iusam faccull oreicia menimaximus exped quidel ipis conecae laborererum quamus, is quasi restias pereiumquo molorepta issi officiis corerrore, tenihicit, sinvene mporepe rempore ritium cones volore, simus cum res nis ex et aut quo od es dignien dendantin pratior epelluptatur a cuptae in net laborpo rehendiostio volorem non re et aliae. Ur sam qui temolorem faciam voloratibus ernam, sus et quas maios debit aces ea

Olorit est quame commossim res remquod itibus, officil laboo quae poreium ipieniam nonsendiae cone se cus abore lam quidige nimagnatur rerferae dolor atquis quasper uptati sitiunt. Os inusae ventio verrore peligenit ut audaecti dolorunt expero odi occus nis et autatem laccupt ae-

2

Titre niv. 1 - Ipsum fuga. Tem hilisquaspit eatur? illenist dolutatem enime prorita tiissi re core, voloritis et omnihil magnimil esto ellecep eriorpori res alit dolor abo. Mos dit alicipsum quod quissum vit aut et harum imi, officiur sed quia voluptaepra sequiam, cus, solupit ma dolent veliasp istiae deseque consecu mquuntionsed ea de ma plaborrum as molorestrum alicidunt autempore aut la iur sequid ut ex est, tem sequiant, cum hillam volo tenitate lab int aribusdae. Ut ipsandit autem versperatet alicia consequi conem. Equiam voluptaessin cuptatatat ommosam amus enisinctur min culpa volum sinvenese essin nem restecti atum fugiasimo et essum que velluptam eum lab invendio comnimod quam repudit atibus ex eum ra dolorum voluptatur, ide doluptatia acienda coriber untur?

dest, eos molecab orruntorem quos ex etum essus vel is expernatur, te doluptat parum, cus resciis que nonsequatiis inus es ellore, tendi quamet pedisqui dolutemod mint repuditis mostis exped excessequas nis illesti voluptasped etus venis mos que ipsus dolorent, aut postio et quid escitin veligen dicienis quod estruptate inti officia de nos quae iliam que ditiam recto coratec tioreribus dolupta cupietur? Quiducius alignis quiam licab ipiciis utate vidit et est, ut pelecab orrorem inis seque vendisti ut estiatibero qui aceatur sitatem aut eatentur, corpor alia velectem est verchillant ilignis estem. Ro blam que alit omnia dolut a doluptatum repudamenia sit, odi untem repudiaecus ma dolent omnimet pre enihitatis init im dolupta nonsendis voluptatur?

Ceatur, elenim qui corepratem sintur anditiis doluptas aut laccuptas venessint, ulparch itasita accum rest latet eatinctiosam nobis ut eum voluptasitet optatus sunderitas esendictem non et estia dolo imusam harunt late necti asi dolore non cus aperori qui dolorpo reprorectum, omnis eatectur?

1.1.1. perrovidero offic te aut as nim ea conem quodit harum liament uscium quiam audisci psuntur? Molupta vide aspienist, volorer chicaborem necatia quibus maioreptae ata pla quidit, antiam quibus voluptate laborata custiunt.

1. 1. Qui te nectem aborro eat

Harum dolor am, quibus exero corepernam, volupta spitam faccum facipsam ipsusap itatas ut alia cupta nis dolessincit qui rem ex et aut licia voluptin ex eos dit velentur?

Ut hiciet provitem in reperem perunt el maximos aboremperit debis dolecusa que consequos a voluptam quidus, te velent verferio esed es reperna teculla borunt.

Rapport d’activités 2009

Luptae vendelit, volendigni od qui occae voluptio. Tem rescipi scimus eati consernam que vollorem soluptaque parchilique non et architium que andae id quatus molestoris molescia anduntiur, simust, sita doluptati cullab iuntibusant et aliscipsae nonsera tquodia voloruptamus nonsendia dus ut eati delluptatus eum quam con nem dolent.

Ore volorero demporerum vent. Ped quiae in poratur, utemporit recerib earupta nos aut errum facid maion nia voluptur modis et ad molenia si asitas ut voloresectus min cus desequas non plictum quas re, aut aperfer uptate versperia veriorrum consequatum sum ad magnis re non cum seque volecti onsequi to et omnimi, nulparum ipsant ullabo. Ut ullorpo riorem fuga. Mi, nost, ut iur accae non pa velit molecatium il illuptatur mint abore porem ex et vercien tincitati aliatibus et esciam quuntio. Nam voluptae odi officitis et aperibea simus et hario et hilit aut voluptas autem volum sum faceaquae nonsendi diti cumque dit estorem arcidundae sum nam, non conseque conecus vent quiatio et utet apero to berro inis ditate con nonectium eariae et a apiendae venemquam auta ne parum est, consequi

Rianden istius eiciusdant, volum eaque remperum volorep uditiur, nimi, illita voluptatem aut ullabo. Et di debisciis eatesseque plit volese laciliatur? Qui con placi cusaectatur autem undelia dolupid ullupta tectatur reriore peditiam esed moluptatem sus aut apienisquodi dit omnistis de nam reperitati to occum hillend elibus et faci conetur? Quis eiumque est, offic tempe molenihil et ipitaeped ma dolum eatisquiae ditiostibus neseces cus simil incipictur? Nis re volut la es eaturio enis prat maxim et mo expel eosaperrovid que magnam

3

© Yuluka --- page 4

© Yuluka --- page 5

P. 31


Françoise Walthéry

Eco-guide déchets Moins jeter, mieux trier

Bouteilles en plastique, canettes, berlingots de jus… Ces emballages sont bien pratiques pour la conservation et le transport. Mais ils vous coûtent cher – jusqu’à 20% du prix du produit – et nous en utilisons trop. Heureusement, la plupart de ces emballages sont recyclables : collectés séparément, ils serviront à produire de nouveaux emballages ou d’autres produits comme des fibres de laine polaire ou des cartes à puce.

Consommez mieux    Installez une carafe et un verre sur votre bureau  pour boire l’eau des fontaines à eau : c’est bon  pour la santé, pour le portefeuille et pour le  volume de déchets !    Privilégiez les emballages réutilisables et les  grands contenants.

En savoir plus : www.sipp.be - www.ulb.ac.be/environnement

Verre alimentaire

Tous à la bulle !

Le verre a des propriétés physiques et chimiques qui en font un emballage de choix pour les produits alimentaires. Et comme le verre est recyclable quasi à l’infini, bouteilles, flacons et bocaux en verre retrouvent facilement une seconde vie. Ils ont donc leur propre filière de recyclage. Interdits de sacs poubelles, ils doivent obligatoirement être déposés dans des bulles à verre.

Consommez mieux     Privilégiez des grandes bouteilles plutôt que  plusieurs petites.     Si vous en avez l’occasion, réutilisez vos bouteilles  en verre.

Triez bien     Utilisez les bulles ou les « Molok » à verre à votre  disposition sur les campus.     N’y mettez pas de porcelaine, céramique, terre  cuite, opaline, cristal, pyrex, vitre ou miroir. Les  ampoules font aussi l’objet d’une autre collecte. 

En savoir plus : www.sipp.be - www.ulb.ac.be/environnement

Triez bien    Utilisez les poubelles bleues à votre disposition sur les  campus.    Dans les poubelles bleues, ni gobelets en plastique,  ni pailles de berlingot, ni pots de yaourts. En cas de  doute, reportez-vous aux consignes de tri affichées sur  la poubelle.    Aidez-nous ! Videz bien les emballages et aplatissez-les pour réduire l’encombrement.

Où déposer ces déchets ?

Voir plans pp. 40 à 45

s bleus de 120 l. et 1100 l. Solbosch : dans les collecteur répartis sur le campus. s bleus de 120 l. répartis sur Plaine : dans les collecteur le campus. s bleus de 120 l. répartis sur Erasme : dans les collecteur cteurs dans les zones de le campus et les grands colle déchetterie.

PMC*

Bravo les bleus !

6|7

    Attention ! Le verre souillé chimiquement ou  contaminé biologiquement fait l’objet d’une autre  collecte (cf. rubriques « déchets chimiques » et  « déchets  biologiques»).     Aidez-nous ! Videz-les bien. Inutile de les laver mais  les rincer peut être utile dans certains cas.

Où déposer ces déchets ?

Voir plans pp. 40 à 45

iners « Molok » verre Solbosch : dans les conta fferie, derrière D31). (arrière du F1, près de la chau de la zone déchetterie verre à s bulle Plaine : dans les logement. (BC 2 accès 3) et de la zone de la déchetterie nord Erasme : dans la bulle à verre Publique (Bât. A) ou celle des – devant l’Ecole de Santé ants (Bât. LA - Bât M). logements – Maison des étudi

Verre alimentaire

* Bouteilles et flacons en plastique – Métaux – Cartons à boissons

8|9


WORK SAMPLE

Pour un campus vert

Imprimé avec des encres végétales sur Satimat Green 350 gr, papier 60% recyclé et certifié FSC. Concept : Yuluka.com.

La Coordination environnementale Une équipe au service de la gestion environnementale de l’Université Un centre de ressources « environnement à l’ULB » Un soutien pour réaliser vos projets environnementaux Des actions pour Le tri des déchets L’utilisation rationnelle des ressources Une politique d’achats durables La protection de la biodiversité sur les espaces verts Et la sensibilisation de tous ! Des projets pour tous Etudes de cas Stages Actions de sensibilisation Mini-formations

Coordination environnementale Campus du Solbosch Bâtiment U - Porte D - Niveau 3 Av. F. D. Roosevelt 50 CP 165/63 1050 Bruxelles Tél +32 (0)2 650 30 25 environnement@ulb.ac.be www.ulb.ac.be/environnement

ULB. Cellule environnementale. Conception et réalisation de matériel de communication (farde, signets, fiches actions) et d’un guide de gestion des déchets.

P. 33


Françoise Walthéry

nants g i e s n e r e i s Dos

Dossier pédagogique sur l’air

Préparer la grande Aéroconférence mondiale Dossier pédagogique pour l’Agence wallonne de l’Air et du climat. Gestion du dossier, conception et réalisation. Illustrations : Pierre Weyrich

5e et 6e primaire / 10-12 ans


WORK SAMPLE

e nce mondial

Je vous invite à l’Aéroconférence grâce à l’AWAC, l’Agence wallonne de l’Air et du Climat. L’AWAC fait partie de l’administration de la Wallonie. L’Agence a ses bureaux à Jambes, près de Namur. L’AWAC veille à la protection de l’air que vous respirez et aussi aux actions à entreprendre chez nous pour protéger la planète du réchauffement climatique.

Vous trouverez dans ce dossier les éléments utiles à votre intervention lors de l’Aéroconférence mondiale : un dossier de recherche, un rapport de recherche à compléter, Centre de Recherches une affiche pour présenter vos résultats.

erez dans ce dossier ts utiles à votre intervention éroconférence mondiale : er de recherche, rt de recherche à compléter, he pour présenter vos résultats.

ce mondiale Aéroconféren

Aéroconfére

Je vous invite à l’Aéroconférence grâce à l’AWAC, l’Agence wallonne de l’Air et du Climat. L’AWAC fait partie de l’administration de la Wallonie. L’Agence a ses bureaux à Jambes, près de Namur. L’AWAC veille à la protection de l’air que vous respirez et aussi aux actions à entreprendre chez nous pour protéger la planète du réchauffement climatique.

vite à l’Aéroconférence grâce l’Agence wallonne de l’Air at. L’AWAC fait partie de ration de la Wallonie. L’Agence aux à Jambes, près de Namur. ille à la protection de l’air respirez et aussi aux actions à dre chez nous pour protéger la u réchauffement climatique.

!

e nce mondial

Aéroconfére

Vous trouverez dans ce dossier les éléments utiles à votre intervention lors de l’Aéroconférence mondiale : un dossier de recherche, un rapport de recherche à compléter, une affiche pour présenter Centre vos résultats.de

en Biologie atmosphérique

Bon travail !

Bon travail !

L’air… indispensable à la vie terrestre

Recherches en Médecine atmosphérique

Centre de Recherches en Politique atmosphérique

L’air… important à protéger

Air et santé

Aéroconférence mondiale Une expérience mystérieuse Matériel Un verre Un mouchoir en papier Une bassine remplie d’eau

Pour y répondre, tentons une autre expérience encore !

L’expérience Chiffonnez le mouchoir et enfoncez-le au fond du verre. Retournez le verre et plongez-le, bien droit, dans la bassine d’eau. Il doit être entièrement recouvert d’eau. Maintenez-le au fond de la bassine à l’aide de votre main. Sortez le verre, toujours à l’envers, de la bassine. Touchez le mouchoir. Est-il mouillé ? Echangez vos observations. Comment expliquez-vous ce phénomène ? Recommencez maintenant l’expérience en inclinant le verre. Quelles sont vos conclusions ? Discutez-en ensemble. Dans votre rapport de recherche, faites une synthèse de vos premières observations et conclusions.

Remplissez maintenant le fond des assiettes avec de l’eau. Posez les bougies sur l’eau. Allumez-les. Renversez les bocaux au-dessus. Observez bien. Que se passe-t-il ?

En 1777, un chimiste françai s nommé Lavoisier a découvert que l’air était composé de différents gaz. L’un d’eux occupe justement 1/5 du volume d’air : c’est l’oxygène. C’est donc l’oxygène de l’air qui a été brûlé par la bougie et remplacé par de l’eau dans l’expérience. Les 4/5 restant sont compo sés d’azote. S’y ajoutent aussi quelques rares molécules de vapeur d’eau, de dioxyde de carbone et des gaz précieux, comme l’Argon, le Néon, l’Hélium. Selon les endroits, l’air renferm e aussi de nombreux gaz polluan ts et des poussières.

Les bougies s’éteignent et l’eau monte dans chaque bocal.

Qu’y a-t-il dans l’air ? Matériel Deux bougies Deux bocaux de tailles différentes 2 assiettes à soupe Des allumettes Impressionnant ! Observez bien, l’eau occupe maintenant environ 1/5 du bocal. Cela veut dire qu’en brûlant, la bougie a fait disparaître quelque chose qui occupe 1/5 de l’air. Ce chiffre me dit quelque chose…

L’expérience Posez une bougie sur chaque assiette. Allumez-les. Renversez un bocal au-dessus de chaque bougie. Que se passe-t-il ? Les bougies s’éteignent. Sous le plus petit bocal, là où il y a moins d’air, la bougie s’éteint plus rapidement. Il y a donc quelque chose dans l’air qui permet à la bougie de brûler.

Des moteurs à air

Vérifions. Si on permet à l’air d’entrer en continu dans le bocal, que va-t-il se passer ? Placez 4 gommes en dessous d’un des bocaux pour le surélever et ainsi laisser l’air y pénétrer. Recommencez l’expérience. Que se passe-t-il ? Sous le bocal surélevé, la bougie ne s’éteint pas. Prenez votre rapport de recherche pour noter la conclusion de cette expérience. Génial ! La bougie ne s’éteint pas parce qu’elle a toujours de l’air à disposition pour brûler. Mais qu’est-ce qui, dans l’air, l’aide à brûler ?

Pour bien visualiser la composition de l’air, prenez des crayons de couleurs, votre rapport de recherche, et calculez !

Pour éteindre un incendie, on peut le priver d’air. C’est ce que font les pompiers lorsqu’ils enveloppent dans une couverture une personne dont les vêtements brûlent. Et voilà aussi pourquoi il ne faut pas ouvrir les fenêtres d’un bâtiment en flammes.

L’air est un gaz. Les molécu les qui constituent un gaz sont fort écartées les unes des autres. On peut donc les compre sser en les forçant à se rapprocher. C’est ainsi que l’on fabriqu e par exemple de l’air comprimé. L’air compri mé est utilisé depuis le début du 19e siècle dans les marteaux-piqueurs, les pistolets à peinture ou pour l’ouverture et la fermeture des portes des rames de métro. Des chercheurs essaient d’améliorer cette technologie pour faire rouler des voitures. Mais ce n’est pas encore très performant.

L’air chaud monte L’air chaud monte car il est plus léger que l’air froid. A vous d’imaginer une expérience pour le montrer. Dessinez l’expérience que vous avez trouvée et notez vos conclusions dans votre rapport de recherche.

P. 35


Françoise Walthéry

l’arbre. e l’énergie de é, il y a tout im pr m l’i e Derrièr de l’arbre ? -vous le soin A qui confiez

Derrière , l’imprimé te u il y a to l’énergie . de l’arbre

ukwerk gaat Achter elk dr il. n bomen schu de energie va u wt ou Aan wie vertr ? toe n me de bo de zorg voor C

bois certifié PEF uits à base de nisseurs de prod rimeurs et four Papetiers, imp en drukkerijen en drijv erbe erde hout- en papi PEFC-gecertifice

contenu 1 NL

Ce petit guide vous permet d’identifier immédiatement un fournisseur PEFC à proximité – un interlocuteur efficace pour vous guider dans l’utilisation de produits à base de bois certifié PEFC.

Toutes les informations reprises dans ce fascicule sont régulièrement mises à jour sur www.pefc.be

Bruxelles, septembre 2010

In deze beknopte gids vindt u meteen een PEFCgecertificeerde leverancier in uw buurt. Hij maakt u wegwijs in het gebruik van producten op basis van PEFCgecertificeerd hout.

Inleiding

Introduction

A qui us confiez-vo le soin ? de l’arbre

Alle informatie in deze brochure wordt geregeld geactualiseerd op www.pefc.be.

© Steve Penfold – Fotolia

Bonjour,

Qu’est-ce que PEFC ?

Le texte que vous lisez a été imprimé sur un papier certifié PEFC, lui-même issu d’un bois certifié PEFC, lui-même d’un arbre certifié PEFC ! C’est dire que toute action de communication peut avoir une influence positive sur la durabilité des forêts, clé du climat et de l’éco-sytème !

Qu’est-ce que PEFC ?

Bien gérer sa forêt ne suffit pas ; il faut pouvoir en apporter la preuve.

Vous qui gérez des campagnes de communication connaissez, mieux que quiconque, la valeur d’un imprimé. Imprimer sur du papier certifié PEFC, c’est répondre concrètement aux préoccupations environnementales de vos clients !

© Fotolia – Vitaliy Pakhnyushchyy

PEFC est le principal label de gestion durable des forêts dans le monde. En Belgique, 44% de la surface forestière est certifiée PEFC. Et près de 70% de l’approvisionnement disponible en bois certifié est estampillé PEFC. En choisissant PEFC, vous n’optez pas seulement pour une production durable, mais vous favorisez également le plus faible impact écologique en termes de mobilité !

Nous vous joignons également une jolie clé USB en bois certifié ; avec l’envie qu’elle vous connecte à l’univers de PEFC dans vos projets à venir. Nous nous tenons à votre disposition pour toute information complémentaire. Avec nos meilleures salutations, Vanessa Biebel, Secrétaire Générale

www.pefc.be

Imprimé sur Magno Matt Classic PEFC 135 gr par IPM Printing : SGS-PEFC/COC-0196 - Concept : Yuluka.com

Trêve de mots : vous trouverez ci-joint un petit guide reprenant tous les imprimeurs et papetiers certifiés PEFC en Belgique. Chacun d’entre eux sera à même de vous guider dans vos choix d’impression durable. Cette liste de contacts est constamment mise à jour sur www.pefc.be

PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification Schemes) est le système de certification forestière le plus important au monde (plus de 226 millions d’hectares certifiés). Le certificat PEFC est délivré par un organisme indépendant. Il garantit une gestion durable des forêts : respectueuse de l’environnement, socialement bénéfique et économiquement viable. La

certification forestière PEFC offre au client la garantie écrite que son choix d’achat soutient la sylviculture responsable. La procédure PEFC implique tous les acteurs dans le domaine du bois : propriétaires forestiers, industrie, organisations environnementales, scientifiques et usagers de la forêt. PEFC veille au bon respect des principes et critères stricts en ce qui concerne la certification des forêts et la labellisation des produits.

En 1999, PEFC est né à l’initiative de six pays européens. Aujourd’hui, quelque 34 pays sont représentés au sein de PEFC International. En Belgique, PEFC Belgium est responsable de la promotion du label et de sa mise en œuvre sur le territoire. A ce jour, la Belgique compte 282.197 hectares de forêts certifiées PEFC. Ce chiffre correspond à 38 % de la surface boisée belge et à 48 % des forêts wallonnes. Le bois local nécessite peu de transport et réduit donc l’empreinte écologique.

Le logo PEFC : votre garantie Vous pouvez reconnaître les produits provenant de forêts certifiées PEFC grâce au logo PEFC. Pour les produits finis, il est apposé sur le produit ou sur l’emballage. Sur un imprimé, il sera placé selon la charte graphique PEFC bien connue des imprimeurs certifiés.


WORK SAMPLE

Wat is PEFC ?

Wat is PEFC ?

en economisch leefbaar is. Het biedt de klant de schriftelijke garantie dat hij met zijn aankoop verantwoord bosbeheer steunt.

PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification Schemes) is het belangrijkste boscertificatiesysteem ter wereld (meer dan 226 miljoen hectare gecertificeerd). Het certificaat wordt afgeleverd door een onafhankelijke certificatieinstelling en staat borg voor duurzaam bosbeheer, dat milieuvriendelijk, maatschappelijk verantwoord

Al wie bij het beheer van de bossen betrokken is, speelt een rol in de PEFCprocedure: boseigenaars, de industrie, milieuorganisaties, wetenschappers en gebruikers van het bos. PEFC waakt over de naleving van de strenge principes en criteria op basis waarvan certificaten worden toegekend aan de bossen en labels aan de producten.

Un grand nombre de papetiers, imprimeurs, fournisseurs de matériel de bureau et supermarchés, proposent une large gamme de papiers et cartons certifiés PEFC.

Tal van papierwinkels, drukkerijen, leveranciers van bureaumateriaal en grootwarenhuizen bieden een uitgebreid gamma PEFC-gecertificeerd papier en karton aan.

Que ce soit de la papeterie à usage interne (papier pour photocopies, blocs notes, fardes, emballages, …) ou des imprimés pour votre communication externe (factures, enveloppes, brochures, rapports, sacs pour points de vente, …), privilégiez les papiers certifiés PEFC.

Of het nu gaat om papier voor intern gebruik (kopieerpapier, notitieblok, mappen, inpakpapier,...) of om drukwerk voor uw externe communicatie (facturen, enveloppen, brochures, rapporten, zakken voor in winkelpunten,...) het is belangrijk om te opteren voor PEFC-gecertificeerd papier.

© Fotolia

© sxc.hu © istock

© sxc.hu

Des papiers PEFC pour tous les usages

Des produits en bois certifié PEFC

PEFC ontstond in 1999 op initiatief van zes Europese landen. Vandaag zijn er 34 landen vertegenwoordigd in PEFC International. In België staat PEFC Belgium in voor de promotie van het label en het gebruik ervan op Belgisch grondgebied. Vandaag telt België 282.197 hectare bossen met PEFC-certificaat. Dat stemt overeen met 38% van de beboste oppervlakte in België en 48% van de bossen in Wallonië. Lokaal hout hoeft geen ver transport, wat de ecologische voetafdruk dus vermindert.

Het PEFC-logo: uw garantie Producten die afkomstig zijn van PEFC-gecertificeerde bossen herkent u aan het PEFC-logo. Bij afgewerkte producten bevindt het logo zich meestal op het product zelf of op de verpakking. Bij drukwerk wordt het logo aangebracht volgens het grafische charter van PEFC, dat door alle PEFCgecertificeerde drukkerijen gekend is.

© sxc.hu

PEFC-papier voor elk gebruik

© PEFCC

PEFCgecertificeerde houtproducten Het gamma van producten in PEFCgecertificeerd hout is zeer uitgebreid. Gaande van bureaumateriaal (latten, potloden, USBsticks) tot bouwmaterialen. Deze laatste kunnen gebruikt worden zowel voor nieuwbouw en renovatie van gebouwen (gevels, houtskelet,...) als voor de inrichting en decoratie (parket, trappen, tafels, deuren, ramen,...).

Les produits PEFC sont faciles à trouver dans la plupart des magasins de bricolage. Une liste complète des entreprises PEFC du secteur bois est consultable sur www.pefc.be (rubrique «rechercher un produit»).

De PEFC-producten zijn makkelijk te vinden in het merendeel van de doe-het-zelfzaken. Een volledige lijst van PEFC-gecertificeerde bedrijven in de houtsector kunt u raadplegen op www.pefc.be (rubriek «zoek een product»).

© Ralph Feiner, Malans/LIGNUM

La gamme des produits en bois certifié PEFC est très étendue, depuis les articles bureau (lattes, crayons, clés USB) jusqu’aux matériaux pour le bâtiment. Ces matériaux sont destinés tant aux constructions neuves et à la rénovation des bâtiments (bardages, ossatures bois, …) qu’à l’aménagement et à la décoration (parquets, escaliers, tables, portes, fenêtres, …).

Corinne Cuendet, Clarens/LIGNUM

© Shutterstock

Bossen goed beheren volstaat niet. We moeten ook het bewijs leveren van dat goede beheer.

PEFC – Conception et réalisation d’un mailing de promotion des produits labellisés PEFC (brochure, affichette, lettre, enveloppe).

P. 37


Françoise Walthéry

Yuluka – Louvranges Broadcast Offer 22nd of January 2010

1

Yuluka. Offre de service. Conception et réalisation, photos


WORK SAMPLE

Yuluka – Louvranges Broadcast und ihre Partner Ein Netz lokaler Experten für die Kommunikation nachhaltiger Entwicklung

Yuluka – Louvranges Broadcast and their partners A network of local sustainable development communication experts

Als Antwort auf die kommunikativen Herausforderungen des Projekts «Ticket to Kyoto» haben sich die Agentur Yuluka und Louvranges Broadcast mit den besten lokalen Akteuren im Bereich verantwortungsbewusste Kommunikation zusammengetan. Jede der fünf an diesem Angebot beteiligten Agenturen verfügt über hervorragende Kenntnisse in den Bereichen Mobilität, öffentlicher Verkehr, CO2-Emissionen und deren Auswirkungen auf den Klimawandel.

To meet the communication challenges of the «Ticket to Kyoto» project, Yuluka and Louvranges Broadcast have brought on board the best local players in the field of responsible communication. Indeed, each of the five agencies that feature in this bid is well versed in the challenges linked to mobility, public transport, carbon emissions and their impact on climate change.

Unser gemeinsames Fachgebiet ist die verantwortungsvolle Kommunikation zu allen Themen einer nachhaltigen Entwicklung. Unsere jeweiligen Stärken bilden das Kapital, mit dem wir die gestellten Herausforderungen angehen werden: visionäre strategische Reflexion (Sidièse in Paris), wirkungsvolle kreative Entfaltung (Creative Concern in Manchester), effiziente Koordination aus der Nähe (Yuluka in Brüssel) und eine straffe Umsetzung bei den Firmen vor Ort (neben Sidièse, Creative Concern und Yuluka – fairkehr in Bonn und Chapeau communicatie in Rotterdam). In Brüssel wird Yuluka «single point of contact» für die Koordinierung der T2K Kommunikation sein und die T2K Kampagne vier Jahre lang leitend koordinieren, verwalten und fördern.

On the one hand, we share an expertise in responsible communication on sustainable development-related themes. On the other hand, our respective strengths are the pillars that will allow us to bear the weight of the responsibilities entrusted to us: visionary strategic planning (Sidièse in Paris), high-impact creative deployment (Creative Concern in Manchester), efficient local coordination (Yuluka in Brussels) and rigorous local operational implementation (in addition to Sidièse, Creative Concern and Yuluka – Fairkehr in Bonn and Chapeau Communicatie in Rotterdam). In Brussels, Yuluka will be the single point of contact of the T2K project’s Communication Coordination, in charge of orchestrating, managing and conducting the T2K campaign, and keeping it on track throughout the four-year project lifetime.

Ein einzigartiges Netzwerk aus Kommunikationsagenturen – alle einer nachhaltigen Entwicklung verpflichtet – ermöglicht es uns, strategisch, zielgruppenorientiert und visionär zu handeln und dabei auch auf die unterschiedlichen Befindlichkeiten in den jeweiligen Partnerländern einzugehen: ein starkes ökologisches Bewusstsein in Deutschland und den Niederlanden oder ein weit pragmatischerer Ansatz im angelsächsischen Raum (das Motto: „I will if you will«). In Belgien ist die Bereitschaft zum nachhaltigen Handeln eng mit der Suche nach dem persönlichen Vorteil verknüpft, und die Menschen in Fankreich zeigen einen gewissen Überdruss angesichts ökologischer Botschaften, die manipulieren statt zu überzeugen und Schuldgefühle verursachen statt positiv zum Handeln motivieren.

Our unique network of communication agencies specialising in sustainable development allows us to offer a coherent strategic vision while taking on board the specific local demands of each partner: a very pronounced «green attitude» in Germany and in the Netherlands, a more pragmatic «I Will if You Will» approach among the Anglo-Saxons, the Belgians’willingness to take action if there is a promise of a personal benefit, and a certain lassitude among the French public in response to an environmental discourse that tends to apportion blame when it goes into detail and that smacks of manipulation when it remains on the surface.

Unsere Überzeugung auf den Punkt gebracht: Was dem Menschen gut tut, nützt auch der Umwelt. Globale Botschaften wirken nur, wenn sie an lokale Gegebenheiten anknüpfen und nach der einfachen Formel funktionieren: „Gut für mich, gut für uns alle!«. Yuluka, Louvranges Broadcast und ihre Partner werden T2K authentisch und glaubwürdig kommunizieren. Der beste Beweis für unsere Glaubwürdigkeit: Für T2K erstellen wir eine Klimabilanz unserer Aktionen und Kommunikationstätigkeiten. 8

In view of the above, we hold the firm conviction that there is an urgent need to give the environment a human face once again, to combine the global message with the local benefits along the lines of «If it’s good for me then it’s good for all of us!» Yuluka, Louvranges Broadcast and their close partners are intent on making their T2K communication as authentic and coherent as possible. One of the most tangible examples of our concern for coherence is our intention of providing evidence of the low carbon emissions of our communication work.

Ticket to Kyoto || Yuluka-Louvranges Broadcast Offer || 22nd of January 2010

9

II.1. Réflexion stratégique Tous responsables ! Depuis 2005, les réflexions relatives à l’environnement et aux changements climatiques sont en pleine accélération. Enjeux, conscience du public et besoins évoluent de façon exponentielle, au point que nous serions bien incapables de prévoir quel sera le niveau de compréhension, d’adhésion ou de rejet du grand public en 2013. Quelles sont les responsabilités du secteur des transports publics en particulier face aux enjeux du changement climatique ? A priori, ils occupent une position facile : de facto, ils sont les moins polluants et même presqu’irréprochables. Et pourtant, les cinq sociétés de transport impliquées dans le projet T2K ne se satisfont pas de cette position facile, en affichant leur volonté d’aller plus loin. L’innovation est toutefois dépendante de la transformation sociétale, dans un rapport d’offre et de demande. Et la demande est réelle puisque les Européens souhaitent des transports publics plus respectueux de l’environnement1. La communication se situe donc à la charnière. Communiquer un engagement durable ou vert ? En 2009, le changement climatique reste considéré comme le deuxième problème prioritaire du monde par les Européens2. L’argument vert a progressivement été mis à l’agenda des usagers européens, sur le cap de l’objectif Kyoto. Avec Copenhague, cette «Green attitude» a atteint aujourd’hui un paroxysme, avec des effets contrastés : un effet d’entraînement grâce à « une masse critique » qui légitime les comportements favorables à l’environnement, pour certains ; une forme d’attentisme dans l’expectative de solutions concrètes et compréhensibles par tous, pour d’autres (d’autant que 63% des Européens déclarent déjà agir personnellement) ; et une forme de lassitude, voire de rejet, d’un discours environnementaliste culpabilisant ou catastrophiste.

Manchester

Chapeau communicatie Rijswijk - Rotterdam Local Press Local Events

Bielefeld

Creative Concern Manchester Advertising Visual Identity Local Press Local Events

Rotterdam

Fairkehr

Bonn Local Press Local Events

Brussels

Yuluka Paris

Sidièse

Boulogne-Billancourt (Paris) Strategy Local Press Local Events

Brussels Coordination Web Local Press Local Events

Louvranges Broadcast Films TV Spots

1. Enquête TNS Sofres pour le GIE Objectif transport public, 2008. 2. Special Eurobaromètre novembre 2009 - Europeans’Attitudes towards Climate Change .

36

Ticket to Kyoto || Yuluka-Louvranges Broadcast Offer || 22nd of January 2010

35

P. 39


Françoise Walthéry

Plan communal de mobilité de la ville de bruxelles

Figure 1 : Territoire d’étude et découpage en 7 quartiers

Phase 1 - 15 avril 2010

compte tenu de l’absence de données ou de leur disponibilité parcellaire. Il s’agit donc à ce stade de données dont le niveau d’affinage est assez limité, provisoire. Les recherches seront poursuivies en fonction des besoins et les analyses du PCM se veulent donc évolutives. Les analyses menées avec les éléments disponibles permettent toutefois de cibler les enjeux et de cerner les marges de manœuvre de la Ville pour agir sur la mobilité sur son territoire. Pour les mêmes raisons, il sera probablement difficile de formuler des objectifs chiffrés pour guider la génération et l’évaluation des scénarios multimodaux (phase 2) mais il sera probablement possible d’en produire ultérieurement, par thème, secteur ou enjeu. Les analyses sont présentées d’abord à l’échelle de la Ville de Bruxelles. Le dernier chapitre présente les points saillants du diagnostic sur chaque quartier de la Ville de Bruxelles, en tachant de mettre en exergue les points forts des systèmes de transports, et les principaux dysfonctionnements rencontrés par les usagers, les exploitants, ou les institutions compétentes.

2. analyse de la situation actuelle et diagnostic

Un volume séparé présente les «zooms sur les sept quartiers de la Ville de Bruxelles». Il s’agit des présentations faites, lors des réunions citoyennes de novembre et décembre 2009, complétées par les remarques et suggestions émises par les participants lors de ces séances. groupes d’intérêt : cyclistes, motards, commerçants, PMR, … Une première rencontre a eu lieu le 22 octobre 2009. Le présent rapport fait suite à un premier rapport provisoire émis le 10 décembre 2009. Ce document a été corrigé et complété suite aux remarques reçues des membres du comité de pilotage lors de la réunion du 17 décembre ou après cette réunion. Ce rapport vise à présenter la situation existante en matière de mobilité, pour les différents modes. Il s’agit de connaître et comprendre la mobilité à Bruxelles. La tâche de collecte des données s’est heurtée à quelques difficultés,

Une première proposition pour les objectifs du PCM, à l’échelle de la Ville et des quartiers est présentée dans une note indépendante du présent rapport. Ces objectifs doivent effectivement, sans perdre de vue leur ambition, rester réalistes aux horizons concernés, avec les moyens et marges de manœuvre mobilisables. Surtout, il importe qu’ils soient compris, partagés et «appropriés» par l’ensemble des acteurs de la mobilité bruxelloise. Cette proposition sera donc discutée et connaîtra - c’est en tout cas souhaitable - plusieurs évolutions qui sont le signe de l’intérêt porté par les différents acteurs vis-à-vis du PCM. Une formulation définitive des objectifs sera proposée au cours de la phase 2 du PCM.

6

Yuluka et Espaces-Mobilités. Rapport du Plan communal de mobilité de Bruxelles-Ville. Conception et réalisation .(sauf cartes), photos

7


WORK SAMPLE

Phase 1 - 15 avril 2010

8

ƒ 54% des ménages sont des ménages d’une personne ƒ 69% des ménages n’ont pas d’enfant ƒ un tiers des ménages avec enfants sont des familles monoparentales (surtout des mères avec enfants).

100% 90% 80% 70% 60% 50% 40%

0-17 ANS

30%

18-64 ANS

20%

65 ANS ET PLUS

10%

K

N RE

MB EE

HA

EN DE

RO

VE

R-

HE E

RD NO

LA EK

ISE

0%

ST

La concentration de ménages d’une personne est la plus élevée dans le quartier Louise, aux alentours de la rue de la Loi, dans le Pentagone et dans les secteurs «Tour et Taxis» et «Heyzel». Ces différences sont étroitement liées aux types d’habitations (appartements, lofts). Les familles nombreuses habitent surtout à l’Ouest du Pentagone, dans le quartier Nord, à Laeken et dans quelques secteurs de Neder-Over-Heembeek et Haren. (Source : Observatoire de la Santé et du Social de Bruxelles-Capitale - 2006).

Figure 4 : Structure de la population (source : INS 2006)

NE

Selon les estimations du Bureau Fédéral du Plan, la population de la Belgique devrait augmenter de 24 % sur la période 2000-2060. Cette hausse serait particulièrement importante dans la Région de Bruxelles-Capitale où la population passerait de 959.000 personnes en 2000 à 1.256.000 habitants en 2030 (+23%) et à 1.327.000 en 2060 (+ 38%) en raison de l’entrée importante d’immigrés et d’un taux de fécondité des étrangers élevé. Si l’on applique cette évolution de manière linéaire à la Ville de Bruxelles, la population de la commune devrait compter quelque 178.000 habitants en 2030 contre 158.000 habitants en 2009, soit une augmentation de 20.000 habitants en 20 ans.

Si l’on s’intéresse à la structure de la population, on observe que 24% de la population a moins de 20 ans contre 62% de personnes entre 20 et 65 ans et 14% de personnes de plus de 65 ans. À l’échelle des quartiers, on remarque que la proportion de personnes âgées est plus importante dans le quartier Louise, à Laeken et à Neder-over-Heembeek et que les jeunes sont fort représentés dans le quartier Nord, à Laeken et à Haren (Source : INS 2006).

-E

2.1.1.2 Population La population de la Ville de Bruxelles a connu une croissance très forte ces dernières années en passant de 134.000 habitants en 2000, à 143.000 habitants en 2005 et à 158.000 habitants fin 2009, ce qui représente une augmentation moyenne de presque 2% par an Cette évolution de la population est généralisée à l’échelle de la Région et intervient après un long déclin au cours des dernières décennies. Le seuil de 150.000 habitants récemment franchi ramène la population bruxelloise au niveau qu’elle avait au début des années 1970. (Source :Ville de Bruxelles – 2009).

LO U

Figure 2 : Activités prédominantes sur le territoire de la Ville de Bruxelles

Sur base de la carte de densité de population, on observe que le Pentagone est assez dense à l’Ouest mais beaucoup moins à l’Est (Rue de la Loi et Quartier Royal) vu la présence de nombreuses entreprises et administrations. La densité de population est variable à Laeken, Neder-over-Heembeek et dans les quartiers Nord et Nord-Est et relativement faible à Haren et dans le quartier Louise.

AG ON E

2.1.1.1 Structure spatiale La Ville de Bruxelles est une grande commune de forme éclatée, qui s’explique par l’élargissement historique de la ville. La commune se compose de parties très différentes avec

au Nord Haren, Neder-over-Heembeek et Laeken, le quartier Nord le long du Canal, le Pentagone au centre de la Région, le quartier Nord-Est à l’Est du Pentagone et enfin le quartier Louise qui s’étire le long de l’axe Louise y compris le Bois de la Cambre. Le territoire s’étend du Nord-Ouest au Sud-Est de la Région et est fragmenté par des fractures dans le tissu comme le canal, les lignes et emprises ferroviaires, le domaine royal, et de grandes artères (Petite Ceinture, A12). En termes de superficie, la Ville de Bruxelles représente 1/5 de la Région bruxelloise soit 33 km2 sur 162 km2.

RD

données socioéconomiques actuelles

Figure 3 : Densité de population sur le territoire communal (Source : INS 2006)

NO

2.1.1

Chiffres clés : ƒ 158.400 habitants en novembre 2009 ƒ Une densité moyenne de 4.860 habitants/km2 ƒ 14% de la population régionale ƒ 20’000 nouveaux habitants d’ici 2030

NT

2.1 tendances socio-économiques et de mobilité

PE

Plan communal de mobilité de la ville de bruxelles ruxelles

Tableau 1 : Statistiques de population dans les quartiers de la Ville de Bruxelles (source : Ville de Bruxelles - 2009) LOCALITE

Neder-over-Heembeek

POPULATION (novembre 2009)

MENAGES (novembre 2009)

17.046

7.503

TAILLE MOYENNE DU MENAGE 2,27

Nord

9.025

3.807

2,37

Louise

9.328

5.453

1,71

Nord-Est

15.169

9.033

1,68

Laeken

54.475

24.303

2,24

Haren

4.460

1.587

48.929

26.806

1,83

158’432

78’492

2,02

Pentagone TOTAL

2,81

9

P. 41


© Max Havelaar Nederland

© Max Havelaar France

Françoise Walthéry

Guide de campagne

Communes du commerce équitable © Frédéric Raevens

Le commerce équitable dans ma commune ? Je participe ! 1

© Didier Gentilhomme

Je stimule l’administration communale à s’engager dans la campagne et à consommer des produits équitables

2

J’encourage les commerces et Horeca à proposer des produits équitables

3

Je soutiens les entreprises, associations et écoles à consommer des produits équitables

4

Je diffuse le commerce équitable et la campagne autour de moi lors d’événements

5

Je participe au comité de pilotage de la campagne

6

J’appuie une nouvelle initiative pour des produits locaux durables

www.cdce.be

Communes participantes, outils et ressources disponibles sur :

www.cdce.be

www.cdce.be

Ed. resp. : Lily Deforce, rue d’Edimbourg, 26, 1050 Bruxelles.

© Didier Gentilhomme


WORK SAMPLE

www.cdce.be

© Max Havelaar Nederland

n de la campagne s du commerce équitable » ar Belgique 46 27 – Email : info@cdce.be

votre commune est déjà engagée dans la établir un contact avec les responsables e pilotage ou savoir où trouver des produits e équitable près de chez vous, consultez et de la campagne :

ce.be

© Georges Strens

Ed. resp. : Lily Deforce – Max Havelaar Belgique – Rue d’Edimbourg 26 – 1050 Bruxelles – Imprimé sur papier recyclé – Avril 2012

www.cdce.be

www.cdce.be

6 critères pour un titre : 1

2

Choisissez le commerce équitable pour votre commune

3

Consommation de produits équitables par l’administration Des produits équitables dans les commerces et l’horeca Des produits équitables dans les entreprises, écoles, associations

4

Médiatisation et sensibilisation

5

Un comité de pilotage local

6

Soutien aux produits locaux durables

Communes participantes, outils et ressources disponibles sur :

www.cdce.be Max Havelaar. Création d’une ligne graphique spécifique pour la campagne «Communes du Commerce équitable», et réalisation de matériel de communication (dépliant, affiche, display, brochures).

P. 43


Françoise Walthéry Graphiste - Photographe 0478 27 10 84 fwalthery@skynet.be


Portfolio Graphic design FW 2013  

Portfolio Graphic design FW 2013

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you