Page 1

APP5

FORUM DES EDUCATRICES AFR CA (FAWE)

ES

Compte Rendu Annuel et les Comptes Verifies de 1995


,

r

I

II "

, •

e

1996 Forum des Educa trice s Af ricaine s 12e Etage Internation al House B.P 53168 N AIROBI, KENYA

Tous droits reserves ISBN 9966-908-24-2

Mise en page: Promotion Dynami cs B.P 48647 Nairob i


FORUM DES EDUCATRICES AFRICAINES (FAW E) COMPTE RENDU ANNUEL ET LES COMPTES VERIFIES DE 199 5

Table des matieres Mot de 1a Presldente

2

1.

Resume de la Direcmce Execut ive

·.··.········

3

2.

Vision , mandat et objectifs du FAWE

6

3.

Compte rendu des activites de I'Annee 1995

7

4.

Pe rsp ectives: m ise au poin t de la vision du FAWE

18

5.

Bilan financier par Price Waterhouse Assoc iates Ltd

19

6.

Les Comptes verifies

27

Annexes

Annexe 1

Lis te de membres du FAWE

39

Annexe 2 Lisle d 'Antennes nation ales e t une su ccinte m ise it jour

41

Annexe 3 Lis le d e p ublications et d 'au tre ma teriel du FAWE

49

Annexe 4 Lis te de bailleurs de fonds

51

Annexe 5 Liste du personnel FAWE et des membres du Co m ite tech n iq ue

52

Annexe 6 Liste de subventions

53

1


r

I

II

"

... • ,

MOT DE LA PRESIDENTE C h e rs amitels du FAWE En 19951e FAWE s'est affirme comme une nouvelle force dan s le dorname de l'education en Afrique . Depuis sa cre a tion, le FA\VE a s u re vi gcrer la re vu e et 1.1 reforme des po litiques scol aires tout en faisa nt figurer I'ed uce tion des filles et des femmes en tete des preoccupations natlonales. La Quatn eme Conference Mondiale sur les Femmes tenuc a Pekin en septernbre 1995 a souligne d erechef I' im p ort ance de 1.1 vision e t du m a n d at d u FA\ VE d'accelere r la participatio n femi nine a l'educetion en Afriq ue . L'ed uca tion feminine fu t reco nnue cam me ou til d'engendre r l'a u todete rrn ina tion d es femmes dans tou s IE'S d omaines, et d'a mehore r, de facon s ignifica tive, Ie bien-etre familial, le co n trcle d e fecondite, la sa n te maternell e et in fanti le , et les possibllltes d'auto-emploi che z les femmes . A Pekin, les Etats com m e les O NG furent d'accord qu e si lcs pays Africains sen t de sireu x d e rel e ver le def d'essu re r le deve loppeme n t d an s Ie proc h a in rr ulleniu m , i1 fau d ra fa ire d e 101 scola ri sa tion des fill es e t des femmes une pn orrte absolue. A tr a vers le Prog ra m me d e tr a va il du FA\VE recouvran t 101 planification s tre t e gi q u e des ressou rces e n e d u c a t io n , la dem onstration et l'expe ri men ta tion , les prix p ou r les innov ati ons, le pl aidoyer et la sensibiHsa tio n du g ra nd p ub lic, les membres du FAWE a n t m ontre q u e une cam p a gne conce rtee, co ncrete et deliberee . qui vi se a corrtger les inegalites e ntre 11"5 se xes e n edu cation en Afri que, peut ch a nger la d o nne . Ce co m p te rendu annuel traite des realisations de l'ann ee demiere tout en exposant Jes defis de demain . La mobilisation d es ressources vers la scola risation d e s li lies et des femm es co ns ti tue une preoccupation cen tra le du FAWE tou t co m m e la sensibilisa tion du grand publi c au x av antages sociau x et economiques de scola riser les lilies et le s femmes . Sa n s Ie co nco u rs des partenaires du FAWE on aurait pas eu les accomplissemen ts de l'annee demiere. Les Etats, les ONG, les ba illeurs de fonds, les particuliers et les co m m un a u te s ant cahcu n apporte son grain de sel afin de n ous aider a re aliser nos o bjec tifs . En 1996, le FAWE ente nd ren forcer les partenaria ts sur place et d 'en creer des nou vea u x. Da ns cette optique, les propos d e l'Hon . Fay C h ung, p remiere Preslden te du FAW E, me viennen t a l'espr lt et servent de defi de co n tin ue r la lutte: " N o us ne sommes pOI!> desesperees co m rne groupe . II nous Iaut u ne vision de noire destinatio n, to u t en sach an! que c he q ue jour nous offre une occasion de f ai re quelque chose de positif." L' Ho n . G erm e! Ze w ide Presiden te du FAWE

.Uinis tre de I'Education , Etbiopie,

2


1 MOT DE LA DIRECTRICE EXEcUTIVE Le FAWE est en regis tre comm e ONG intemationale au Ken ya depuis deux an s et derrue . II en resscrt que ce compte rendu marque la deuxieme annee pl eine d e no s operations . L'annee nous a perm is de consolid er et d 'ameliorer Ie m and at e t 101 mi ss ion d u FAWE. d e se faire un e vision cla ire d u processu s necessa ire pour rea liser n otre objec tif de favo riser la scolarisati on des fille s e t des femmes en Afrique . Et ce rtes , a u co u rs de ce tte annee animee e t p leine d'a ctivites, nous a verts pu : •

elargir notre adhesion avec 15 nouvelles Anten nes nalionales et la participation des hommes membres associes dans Ie cadre du suivi de la Consultation de Maurice sur I'abandon sco laire et la Grossesse precoce.

lancer lirutiative-pifote de la planification strategique des ressources sous le nom "L'egal ite entre les sexes et l' En sei gn em cnt pri maire" .

commemorer le feu Agathe Uwilingiyimana avec 1,1 prem iere serie de prix en son honneur pour reconnaitre les projets novateurs en matiere d 'experimentation ct de demonstrations.

jouer Ie premier roll' dans 101 coordination de 1.1 partici patio n africaine au Secteur des ONG pour l'Educa tion a I' occasio n de 1,1 Quatrieme Conference Mondiale sur les Femmes et du Forum des ONG tenus a Pekin. organiser une rencontre de nos membres bases da ns les universi tes avec pour corolla ire un no uvea u vo let au Programme de travail pour 1996: Raffermir Ie leaders hip de femmes au niveau tertiaire.

renforcer les relations avec les partenaires de la DAE. Nous avons egalement effectue une mission speciale en vue de s'entretenir avec les principaux bailleu rs de fonds a Wash ington et a New York ou nous ave rts renco ntre cga lemen t un eventai! de nouveaux et de potentiels bailleurs de fonds . Notre base collaborative s'avere beaucoup plus soltde suite a ces discussions.

Au coeur de to utes ces actlv ites et ai t Ie plaidoye r cible ,l UX gro upes critiques et is la soci ete civ ique don t les att itudes et les com portements on t un e in cidence sur la provisi on et 101 livraison des se r vices de l'educa tton. un milieu scolelre sur et favorable, Ja pression d es parents et 1,1 reusstte scolaire .

3


, •

I

U Dif i flu fA W[ cons is te a [ a ire integrer r egillitf entre If'S sexes dam. toutes les, politiques t d Ut'li t h't's en v ue de f aoorise r l 'uccroi ssem ent d'une base intellectueltc neccssaire pour In SIIM-,je et la prosperiU des populations afri cainee. Les m('",bres

[AWE sont stratcgiqucrnent places pour p oursuirrc s ~s thnt' educ at if et pour insi ster qu 'il y lIit lies mesures "osih l't'S et affirmatil't's 1'01/r co rrige r les inigalites. Les mernbre pos<;edl"rt, ell o ll t re, la eapacil e d e f anoriser 1m des discussions t't des revu es regillirrcs des politiqucs sacial es car riles affectent to mis t' en ot'uv rt des potitiques rducatives , .III

" cquiti sexuelte a tous les niveau x till

A cc propos, nous a vo ns el abo re e t diff u se d es p ub lica tion s et d'e utres materiels in formation nel s . Notre objec tif-cle demeure -assure r l'assistance mutuelle et la colla boration d ans le developpemen t d e la cap acite nationale pour accelerer la pa rticipation d es filles e t des fem m es a l'educat ion a to us le s niveaux en Afrique . En 199 5, le FAWE, pour relevcr ce deft, et rnal gr e son tendre age, a s u c reer des synergies su r les p la ns national. regional e t internationa l. Un grou pe d'affini te comp ren a nt les hommes mi nistres de l'Education engages a la cause pour la sco la ris a tio n des li lies vien t s;ajou te r a u x 44 fe mmes et 17 Anten ne s Na tio nales du FAWE. Gra ce a la cclaboration d e ces personnes et u n resea u x d 'ONG natio nales, regionales e t in ternationales le FAWE a pu je ter des bases solides p our la mise en oeuvre concrete de son programme de travai l a quatre volets, e n l'occu rre nce: 1. La planification et la repartition strategjques des resso urces pour l a realisation de la Scolarisalion de base pour Taus (SPT) et la prevention du gaspillage.

4

a

2.

Elargir et fortifier l'edhesion FAWE; mobiliser du so uti en, la base comme au nive au national ; et developper les capacites au niveau de I'enseignement superieur.

3.

identifier et appuyer d'une part les experiences locales en matiere de demonstration, et d 'autre part les innovations en education qui constituent des modeles de "bonne pratique" .

4.

Plaider en faveur de I'education feminine approches multi-medias .

a travers des

La for ce d u FAW E reside dans I'engageme nt pol itique d e ses memb res et leur ca p acite d e m obili ser les autres, sa ns parler de leu r cla rte d e vis ion quant it leurs responsabth te . Au cou rs de 1995, le FAWE a su forger de nombreux pertenana ts avec ONGS e t agences du devcloppements interessees a l'edu cation des hiles en Afriqu e. L'annee s'avere d 'au ta n t p lus memora ble q ue le FAW E a demon tre sa cap aci te de mobiliser les ONG af ricaines d an s Ie d om aine de l'ed ucation lors des preparatifs d u Forum des ONG e t d e la Qua trreme Conference Mondtale sur les Femmes a Pekin en Chine. Le FAWE oeuvrere a ve c les pa rtenaires, n ouveau x et anciens, e n v ue d'assurer u ne meilleure diff usion


e t e xec u tion des prov is io ns ed ucatives figu rant d an s 1l's l' tat e-f o rm cs D'Act icn de Da kar ddt' I'ckm . C l'S p rovisions seron t i n l L'g rt' t' ~ dans hProgramme de travail de IA \ VE lit' 199h-98 . l .c Secreta riat ,1 el<1rgi 5.1 base a u cou rs de l'annee ,H I niveau d u personnel : M me G tbwa Kajubi au po vtc de Direcrncc d u Prog ra m me vt \. tlllt.' \ \ 'M.lIl hO Ki rnan i tl titre d e Do cum cn tali ste . les dcuv l; t .1I11 l),l ~e l' s ,1 Nai rob i. Nou s no us Hat tons c galcment d'a voir u ne no uvelle specialis tc- de med ias , Mrrw Ma d elei ne Ma ka . basee a Cona krv en G u in ce.Avcc u ne Idle fo rce. It' s iege pourra assurer u n meilleur appui a nos me mb re s . 1.1";' r t\\VE ,1 ac cucilli de nou veaux baillcu rs de fon d s lei s qUl' USA ID. ld Socie te S UiS~ l' pour le Dcvcloppcment (SSD ) et le Mirnsn-rc Nccrfa ndais d e s "{{.li re s Etre nge re s l.cs dona teur s .1U FA-WE depui s sa Ionda tlo n com p renn e n t 1.1 Fonda tion Rockefel ler. 1.1 StKi e tt' Cam cgtc. 1.1 t\ OR ;\D. l' ASDI. I'U i\:IC EF. I' UN ESCO, 1.1 Po nda tlon l-o rd . It' e RDt lc sec reta ri a t d t' 1,1 DAE. le FN UAP, le Comite Mo nd iol d es Minis te rcs du Mende. It' FEMNET, 1,1 SA\VO r (An tenn c PA\\T .l UX Seych el les). 1,1 Fonda tion MacAr th ur pI 1.1 Banquc M o n dial e . Leur a p p u i ,1 p e rmi " ,1U FAWE de prom ou vo f r l'cnca d rem cnt fcrr unin en Afri qu e. A tous ce s partcnal re s et .1 bien d 'autres . nou s profltons de cette occasion pour leur transmettre nos viis remerciements et leur souhaiter u ne heureuse annec 19':10. Grace .lUX partenariats ct ,lUX efforts co nc c rtes nous fercns 1.1 difference .

Edd.1h Gachukia Dlrcctrice Executi oc, liHVE

.,


II

\.'

,

2 VISION , MISSION ET OBJECTIFS LA VISIO N La Vision du FAWE cons lste .l as surer que l'e ga ll te entre les se xes fait pa rtie des pol itiq ues educatives et it elargir ses ressources humaines po ur la su rvie e t la prosperlte des popu lations a fri caines . LA MISS ION 1. Ass urer q ue les p oli nques son t exec utees d e monicre it assurer l'egali te e t it co rriger les in eg.alites (suite dUX Inct eu r s rel a ti fs a l'h ts tot re o u a l'ajustement s truc turel ) moyennant des mesures positives et affirmatives . 2. Pavortser u n d ebol t et une revision co ntin us a regard des po litiques soci ales car ces d cmieres af fcc tent 1.1 mise en oe uvre des poli tiq ues . O bjectjfs Le b u t principa l du FAWe est l'asststance et collabora tion mu tuetles dans le developpement de la ce pac ite na tiona l" pour accclere r la participation des filles e t d es femmes atcus les nivea u x en Afrique, en accord avec les fina htes de 141 Scolerise tion Pour Tous (SIT) . Si ces finalit e sen t c xplicit es, les s tra tegies d e les me ttre en oeuvre Ie so n t bien moi ns . Dep u is I'initiation du m o uve rnen t d e l a SPT en 1990, n om bre des pays ont fait un pa s decisif p OUT amehorer Ies taux d 'inscrip tion et pour corrtger les di s p a rit es en tre ga r,ons et tilles . L' Afriq ue par rapporta d'a u tres region traine le pied . Da ns ce contexte speciflque le f AWE affiche les objectifs ci-apres:

6

-

Re v ig o re r l'engagcment politi que .lUX objectifs de la SPT en so ulignant le fait que les 'U3 des enfants descolarises sont des Hiles.

I n ci ter les Etats, les bail1eurs de fonds et les ONG j accro itre leurs mises sur I'educatlon surtout de man iere it accelerer l'e n cad re rn ent des filles .

Co ntribuer au developpement des co mpetences a I'echelle nat io n al e en vue de la p lanification strategi que des resources pour le secteur de I'Education.

S 'insp irer des donnees sur place pour concevoir des progra mmes a grand impact qui s'averent altentifs .lUX beso ins specifiq ues des apprenants et enseignants de sexe fe rnl n in .

Aider l es ONG

Promouvoir les competences des femmes en matiere de leadershi p et de prise de decisions en education grace a des programmes cibles de developpeme nt des capadtes.

a elargir leur soutien a leducation

feminine .


3 RAPPORT DES ACTIVITES DE 1995 RELE VER LE D EFI

Cf'ltf' rubrique trai tc des p rincipales ac tivites e t reali sati on s du fAWE pour l' a nnee 1995, notre deuxieme a nnee pleme d'opera tion . L1 presentati on res pecte les domaines-cle de n o ir e P ro gra m m e d e trav ail, a sevoi r, le renfor ce me nt e t l'expansion de notre adhesion.La Plantfication strategique d es rcssou rces . l'c xp erirne nta tio n et la demons tration, le p la idoyer e lla sensibi lise tion d u g ran d p u blic . O n y ,1 egaleme nt in tegre d line palet te d'au tres act ivltes specta tes . II s'agi t. a eel egard . de I'organi s ation et d e 1.1 participation .l UX act ivt tes ed ucatives en vue du Foru m des Of'l:G et de la Q ua tneme Conference Mondi ale su r If'S Fe mmes to us les deux te nu s a Pekin en se p te mbre . L'IIISTOIHE A FAIT UN PAS ... Desorma is. les fem mes det icnnent lc go uverna i! .11' leur vie . Elt es retsendiqu ent l 'edu cation co m me 1m droit, CO l1l lllf lint' qu estio n de s ec urjt~ pers onnelle. r t comme lin pl acement dan s 112 disnite b u ma ine . De tlombrClI scs ,U cld,.,UOll S t)tl t eti ddop ties, IIomb,rwr so" t tes ,lays qui Ies Otlt, per suite, ,.,tifices. Or, c'est ttl mi st' en ocnore qui ' lO llS pos e 1111 grmlll ,Ii fi , 11 [ a u.l ,., ab solumcnt toucher It's dcci deurs , J\lOIlS devons "Oli.~ co ns ide rer co m rltt' responsabtes de ta mise en oeuvre .ies declarations , - Aid a C ind y, Educatrice de haul nive au At elier [AWE SliT Veduca tion, Dakar, 1994.

1.,

Avec a pei ne deu x ans et demi d'existence. le FAWE est devenu une veritable for ce sur le sol af ricain . II s'est avere " m em e d'In fl ue nccr les pol ttiques. d e sti m ul er l'exp er tmc nt a tion. et d'a lle r au -dele d u plai d oyer pour elargir l'a cces a l'educanon e t hausser 1.1 q uali te d e l'enseignemcnt dans d es te m p s de m alaise economi que . Lorsq ue le D ire cteu r-Ceneral de l'UN ESCO, M. Federico Mayor a deceme 1.1 Med aille Come nius a u fA \..... E en fin 1994, le FAW E.1 reconnu lc prix comme u n important d ef de sa nsfai re au x attentes deja creees par la [eune organisation . lE

• •

rROGRAM~IE A

Q UATRE VOLETS DU FAWE

Renforcernent et expanston/etargissement de I'adhe s fon Planification stra tegique d es rcssources Experimenta tion et demons tration Plaid oyer et sen sibilisati on du g ra nd public

En 199 5, le FAW E a rele ve Ie def en com m enca n t a d evelopper et a elargir Ie programme de tra vail a q uatre volets entam c en 1994 . A l'Issue, le FAWE a isole les p rto rlres ci-apres: • Renforcemen t des An ten nes Na tionales d u FAWE et du soutien des hommes membres associes, avec un accent particulier sur le s u iv i de 1.1 C o n s u lt a tio n de Maurice porten t sur I' Aba n do n

7


[

II "

, • scof airc ct 1.1 Crosscsse Prccoce": • L'Initiati ce -p ilotc de planificati un strategtque de s re-sources intitu lec "L'Egahte des seves et l'Ensclgrwmcnt primairc" . • Projets d'cvpcrimentation et de demon stration. ('I 1.1 mi ..c en ocuv re, dans quatrc pJ)s. de 1.1 phasc-pifote du Programme des Pri\. Agathe L\v iligf yimana pour les hmovatcurs: • Et sous -jacent J tous ccs cfforts - le plaidoycrav ant pour cibtc les groupes critiques dans 1.:1 sod tHe ci \ iquc d oni Ics .,llI tudes et le comportement [ouent sur la provision ct 1.1 livrai son d e.. services en matiere d 'education . Ccs groupes sent daut.mt plus critiques car ils affcctent 1.1 provision d'un milieu scolaire favorable et StOlT, la demandv chez lcs parents pour scolari ser lee fifles , ella reussite scolai re . On.1 {o~aII!Jllt:"nt e n m- pris trois acu vites speciah-s : • Coordination de la participation des ONe afri caines sur 1.1 themati quc de l'Education a l'occasion de I.a Qu atricme Conference Vlondialc sur les f-emmes ('I le Forum des O,\;C tcnues 1:'11 Chine. Une rcncontre hors du commun des Vicc-rccteurs mcmbrcs du FA\'·E et des unir.. eraitaires membres du FA" E en rna i au Cap en Afrique du Sud, I..a quclle rencontre a debouche sur un valet supplemcntaire au Programme de travail d u I AWE renforccment du leadership feminin au nivcau de I'Enscignement Superieur. Affermi ssrnent de 103 cooperation a vcc les partcnaires de 101 DAE, ainsi qu'une mission spcciale a Wa ..hington au mois de mal pour s'entretcnir av ec nos partenairev d 1.1 Banquc Mondialc ct oHI Bureau Africain de I'LiSAID, au bureau de' 1.1 Fondation Rockefeller a ' cw York pour prendre langue avec nos actuels. no uveauv el potcntiels baf lleurs de fonds: la Fondation Rockefeller, I'UNICEf", I'U , "II F\I , lc r UD, 1.1 Societe Carnegie ella Fondatlon lord . I.e<; IIfc'IIlI,rl'S 1111 E-I.\\'f. If t'HIt 'lin III n ;s(}{lIs II JlIin' III I" quc -Jiun de scotariscr It'!> titt c« , t l e~ (t'IIl"Il'~ unc priorit c <;I/r 1t'!' plan ... Ilirf i cII/'ll rcgitJrldf ct ill It rna t ional, de 111<11/11 rc a , j !>!>,,, I 11'1 j II . IrII Il I/t'IIH 'I t SOt illl {"i IIr(11'!t' l'I J'( hlfit/101fr I /.';; {lil t·...

RENFORCEMENT ET ElARGISSEMENT DE l 'ADHESION DU FAWE Membres .l part en tierc

8

U noyau d u FA\\' F co m p ren d des temnu-s atncaincs .H I \. Pi ISIt'S de mini stre, <it' I'Ed uca tio n (Ill dc vicc-rec teu rs d "uni\ t>r ~l te .1insi qUI' d 'e nunen te, femmes educatrices . A pn'eent. on est a H fe m mes issues d e 20 p.lyS atri cams . l.e I A\ Vr compte egalc mcnt quelquc 19 hommes rninistres de l'Ed uca rion et vicc-recte urs qu i soo t t.'n g ..l~~s il 1.1 CJ Ust' d e l'cduca tion tcmmmc. Pa r .nlleu rs. 17 An tr-nnes Nationalcs du FAW E vien nen t s'ajoutcr au r{·Sl·.llI. Ces d cmieres reunisscnt d It'S hO Tnlll e S l't Ic s femllles tires d p d i\ ('rs St' t-It'u rs, q UI S(ln t i n h~ rl'SSl'S .'1 1.1 p w mo t ion lit> I'l~d ll('a t ion it>rninin t' d ,'lIl" Ipurs p,ly".


Les membres du FAWE ctaien t bien presents au v d ivers co nferences et ca dres d e reflexions pertinent s d son ma nd at . Les mcrnbrcs ont pro fi te d e tellc s occasions pou r tenir d es d iscu ssions et a mc horer les rilles des m c m bres. co m pris ce lui de rep resen ter lc FAWF.. Pa rmi les rencon tres It's plus irn porta nt es ftgu rent Audience Afrique al'UNESCO, le Somme r Soci al ,1 Copc nha g ue. la Quetneme Mondiale de rONU stir It's femm es et le For um des ONG .1 Pekin , les reunions du G roupe de travail d e la OAE et la rencon tre bienne le de ta OAE , 1.'1 ren contre co ns ul tative des Vice-recte ur s FAW'[ e t celle des universitaircs membres du FAWE, ella rencontre du Comi te Executif d u FAWE . Ccs deu x dernieres rencontres ont eu lieu en Afrique d u Sud . En Afriq ue du Sud les membres du FAWE etaient convics .1 participer d un forum interac nf avec lcs femmes deputes issus de to us les partis politiques en Afr iqu e du Sud ,

Les Anlennes Natiunales La priorite en 1995 etait l'effermis....e ment des An tennes Na tionales du FAWE. On visait cssentiellement a d ega ger les princlpes co m rn uns d'operation malgre les pe tites va ria tio ns entre les a ntennes . Ces Antenncs FAWE rassemblent des acte u rs iss us de tou s les secteurs dont los idees a ideraienta forger un consensu s local sur les polinqucs ed uca tives . Les An tennes nationalcs ont droit dUX fonds de projets. oc troycs rnoycnnant u n co nco urs. dans Ie cad re du Programme de Subven tio ns pour F. ~ri m e n ta tion et Demonstra tion . EII ~ sen t ch argees, en outre, de 1<1 gestion du Programme des Pri x Agat he Uwilingiy im ana. A 1.1 fin de 199.1. se uls deux pa ys. â&#x20AC;˘1 sav oi r, It'S Seychelles e t le Charta . se flattaient d'avoi r une Antenne Nanonalc FA\VE enregistrec . A 1,1 fin 1995, 17 pays avaient lan ce des Antcnnes Na tionalcs d u FAWE. Us'agit, entre a utres. d u Burkina Paso, du Zimbab w e, de 1.1 Sie rr a Leo ne , d u Gabon. ell! Malawi, d e l'Ethiopie et de 1.1 C ui nec. routes 11"S antenncs eta n t it de differents nivea u x d e reco n naissance of flcielle. Au COUTS de 1995, le FAWF. ,1 aide d renforccr un certaon nombre d'n ntennes d travers de petites s ubven tion s . De p lus, un rncmbre du FAWE a ete cha rg e d'effectuer une vi site .1UX antennes FAWE, existan tcs o u en formati on, en vue d'elaborer un ca d re conccptuel et un guide pnur 1.1 mise en place et 1.1 gcstio n des Antennes Nationales du FAWE. Les Antennes au G ha na. au Burkina Paso, en C uinee et aux Seychelles sont dctees des bulletins de lia ison a g rand tirage . L' Antennc FAWE au Burki na Faso (A FED) jou it du s ta tu t d'Observateur au parlemcn t. Un ce rtain nornbre de mc mbres d u FAWe c taient nommcs au G rou pe de Tra va il National sur l'Egalite des S('XI.¡S et l'Enseignement . Le FAWE a co ntinue son concou rs, sous forme de subven tion. a l'Assoctation des femmes U ni vcrs ital res. en Ougenda pour renforcer leu rs ca pac ites de depister 1.1 mise en oeuvr e d es reformes d an s le systeme ed uca rif en Ouganda . Leos Hommes memhres asvocies Pendant toute l'annee 1995, 1(' FAWE a co nso hd e 1.1 collabo ra tio n et 1.1 co nsu lta tio n avec les membres associes du FA\\'E, e n l'occu rrenc e. les hommes ministres de (,Educati on, g race .lU X ec h,1I1gl'S ep b lola ir('S et "bites effcctuees d an s s ix polYS (Ie KC'nya, Ie Bots wana , It.' Ma l,lwi, Ie MOLamhique, Ie Gha na et Ie Zanzibar. Ct's co nsultatio ns ajoutt.>es it bie n d 'au tres on t e u pour coro lla ire 1.1 pa rt icipation de 12 hOilUllt'S ministrcs de l'Education a 1.1 presentation FAWE lo rs de la ren conlTe"d u Gwu~ de tra vail de la DA E sur la Participation Feminine, Ie-nue en octobre, .l Pari s. Su ite ,l la Consult.ltio n ~'1inis tt.' rid le d e ~101ll ri n' sur r Abandon Scolai re et 1,1 Grossesse Pri'coce , It' FAWE a porte sun appui ,lllX ,1<."ti \" i tt~ s d a ns six pa ys

!

i

9


I

,

,. "

â&#x20AC;˘

â&#x20AC;˘

africains, asavoir. Ie Botswana . le Mozambiq ue, le Ken ya. lc Ghana, le Zanzibar et Ie Mala wi. Dans chacun de C~ pays les projets du ministe rc de l'Educanon on t ete lances ell vue d 'etudier la nat ure comme l'acui te du pr oblemcd'abandons scolaires; de d ocumenter ('I de su rve iller le p roblerne delo g ro~~sse p rccoce: 10'1 d 'eveluer l'i rnpact des politiques de l' Eta t relatives a ll placement d es Hiles descolansees d an s les eccles. ACTION PAR LES HOMMES M IN ISTRES DE L'EDUCATION Les ministres afri cain s de l' Ed uc a ti o n a ssi stant a la Consul tati nn Minist enelle sur l' Abandon scolatrc ('I la C rossesse Precoce a Ma u rice en sep tembre 199-1 fu re nt si perturbes par 1.1 diserte d e strategies face au p roblemc q u 'I ls Sf' son t e ng ages a ag ir et a en Iairc un rapport d.10... un an . Les a ction s en tre p rises p ar ces mini strcs son t co mrnc su it : Botsw a n a Le Directeu r-Ge nera l du Cabine t au Mirus te ro de l'Education. M . Pe ter Mol osi. a Inforrne le FAWE de la re vue des lois et poli tiques au Bots wa na e n vu e da m el iorer, d e fa co n sig nifi cative. le pl acernent d e s Hil es d escolan see s en ra ison d e g ross esse . G ha na En juin 1995 , le Mini st re de l'Edu cation. l'Hon . Ha rr y Sawyerr..a o rg anise un seminaire nationa l su r la scolarisation des filles, lequel a non seuleme nt scnslbillse les cad res du rninistere de l'E d uc a tion .lUX pro blemcs a ffecta nt Ia scola ris a tion d es filles mais aussi propose des st ra tegies pour accr oltre Ies fau x de scola risation et redul reles raux d e desistemen t . Kenya

10

Le Mini stre d e l'E d uca tion, l' Hon . J.J Ka motho. a annonce un c nouvelle politiqu e de l'Etat q ui perme ttra aux h iles re nvoyees de I'ecole en rai son d e grossesse de paSSC"r les examens ne tionaux . Celles qui re ussissc nt auro nt la possibili te de co nti n ue r les etudes Malawi Le Mmist re de l'Education , l'Hon . S. Mpasu , cta it s i impressionn e p ar lc livret f AWE intit ule ..ABC of Gender Ana lysis" q u ' il e n a cnvoye un exem plaire it I'In stitut charge de l'Enseigne mcn t au Mal aw i. qui est en tra in de re vis er 1(.'5 progra mmes sco laires d a ns Ie pa ys . Mo zambique Le M in istre d e l'Educe tion, 1(' Dr. A. Nhavoto a org a nist' u n atelier de sensibilisa tion sur la scolarisa tion d es filles les 16 e t 17 ma i 1995. Son ministere emplo ie d es e nseigna n ts pou r la co llcc te des d onne es su r l'abandon scol ai re ct la g ro esesse pr ecoce . Tanza n ie L' Hon . Pro f. Sa rungi, Ministre de I'Education e t de 101 Cultu re a in for me le Parlemen t tanzanien qu 'i l n 'e xistai t auc un e lo i interd isant le p lace ment d es Hill'S apres l'eccou chemen t . 1\ a ega le men t en tame une re vue d es poli tiqu es p ertinentes en s' ins pi ra nt des rccornmandations a rre tees a la rencon t re d e Maurice . Za n ziba r Le Minis tre d e l'E d uca tio n, I' Hon . Oma r Mapu ri a inf orme le FAWE d e 1.1 re vue des loi s en vigueu r en vue d e lcs rcn dre pl u s se nsibl es ;\ l'egalite d es sexes e t .l UX besoins scolai res des filles . O n est , en ou tre , en tr a in d ' tn tegre r les consideration s d 'egdlile de s se xes au plan -maitre d e l'ed uca tion national e.


PlANIFICATlON STRATEGIQUE DES RESSOURCES La Plamfication stretegique des ressources (PSI{) est un des moyens de p romo u voi r l'ega li te en tre 1('5 Sl'Xl'S dans It' dorn.nne de l'educa tion . Fn gros, cl le se defin it co m me 1.1 C.lp,Kite d'iden tifier Ips resso urces h u m at nes e t financicres . de developpcr Ips rossourccs humatnes e t de les repert tr .'a bon escicnt . l.cs membres du FAWE reconnaissent qUI? Ia rnaniere doni It's ressources sont reparties et mobthsecs dans le secte u r forme) de I'educeuon determine la proportion de fille s et de gan;ons qui auront a cces al 'edu cation d t o u s les niveaux . II s 'averc done important de savoir utiliser ces ressources cfficacerne nt pour realiser lc maximum d 'effet dUX nivea ux d'ega lite. d'a cces. d e ma infien des ef fec ttfs ('I de reusslre scolaire. L'a c tivite- pi lo te de la PSR .1 debutc en juillet 1995 d ans troi s p,lyS l'Ethiopie, 1.1 Guinee et la Tan zanie , Lt.' p rojet sous la d irecti on du Prof. Christopher Colclough {expert-consei! pres le FAWE) de I'Institut des Etudes en Devcloppement -Univcrs ite de SUSM'''' . qui oeuv re en etroite collaboration avec les equipes nationales, ernploie les capacites nationales et les donnees sccondaires p rovenant des rninisteres de l'Education, des Fina nces et d u Plan pour exa miner le s prtncipeles ca u ses de faiblcs taux de scolarlsa tion chez les fille s en rega rd d e ceux chez les g.ln;ons. Le prcje t vise fI ide nti fie r It's options lc s p lus p rometre u ses en termes de reparti r les ressou rccs ac t uelles puur a ider les Etats a realiser l'ob jectif de la scolarisa tion prima ire pour tou s . A 1.1 fin 1995, les equipcs nationales avaient boucle les taches ci-apres: (1) faire le point du travail et des politiques realises par I'Etat qui etaient pertinents au travail de PSR; (2) rassembler une variete de donnees second aires pour traitemenl par Ies modetes de simulation; (3) mettre et au point et essayer des outils pour de petits cas d'etudes qualitatives; (4) analyser les donnees , De plus, Ie FAWE a pris des mesures pour marier 1.1 recherche a 1.1 formul ation des politiques en matiere d'educarton : appu! a I' Association des Fem mes Universttai res en O uganda pour survetl lcr 1.1 mise en oeuv re d u Line Blanc en Educa tio n; .1U mi n lst e re de I'Ed ucatio n e n G u inee p o ur s u rveiller l'exe cution de 1.1 poli tiq ue d e re inse rti on d es meres ad olescen tcs: c t a l'E thi opie pour une et u de s ur lcs questio ns d'egalite en tre les se xes e t leu r rap por t avec 1.1 poli tique nationale en ma tiere d 'educa tlon . PROGRAMMES DE SUBVENTIONS POUR EXPERIMENTATION ET DEMONSTRATION Le FAWE, dans le cadre de ce progra mme de subven tions par concours. porte son conco u rs a q uatre ir uttat ives -pilotes assez origin ales. On s'a ttache a stim u ler l' e xpcrl rnen ta ti o n a fi n d ' id en ti fier des m esures s uscc p nbles d'a meliore r l'ecces. 1.1 reu ss ite scoleire , 1.1 forma tion d es enseigne nts, 1.1 securite scola ire, le materiel scolai re e t 1.1 gestion des finances, ent re autres objectifs. Lc programme a recours au Corntte scientifique du FAWE pou r exa miner, ra ti fier et evaluer les projets . A u cours de 1995, 17 p rojcts etaien t ac heves sur les H subventions com pe titives consen ties en 1994. Ces demie res ont co uvert 11 pa ys c t troi s a cti vites regi ona les . Le Com i t t~ sdcntif iq ue a eg.l lemen t ratifie 9 projcts s u pp lc nw n ta ires. y co m pr is un pro jet dl' ca mp agne d e se nsi bi liS.1 tio n dans

1/


lc d istri ct de Kw e lc .1U Kcny. qu i visai t ~ demontrcr une s tratcgie de mobil iscr et d'employer l'cngagement tie'> communeutes p<lur acc roltre Iii partici pation des filics a l'educnnon . Une autre subve ntio n etait con sen tupou r surveiller 1.1 mise en oeuvre des politiques edu catives attcnnves a J'ega lite en Ouganda . Ap p ro uves eg alemcnt e taient des projets au Cameroun e t au N ige ria pour desagrcger le s dOIlIll~CS actuelles sur 1,1 participation des femmes auv sciences. au c mathcmanqucs ct .i la tec h nolog u-. Le projets ameliorent les cornpetences en matiere de recherche chez les universitaires femmes tout en Ioumissent les renscignemen ts de base en vue de fu tures interventions da ns l'e nsci g ncme nt su pe rieu r. Voir en An m-xe 6 I'eta t actuel des subven tions pour demonstra tions . Le modele convenable pour le programme des Prill. FAWf, en l'occu rrcnce le Prix Agathe Uwilingiyimana pour les lnnovateurs, etait rr us au point en 1994 . Le Prix Agathe Uwiltngiyimana. en l'honncur du fell Premier mirustrc et an cie n m inis Ire de l'Edu catio n au Rwanda e t rnem b re fo nd ate u r du FAW E, est d c ccme a u x p ar ti cu fie r s u u organisations en reconnaissan ce des realisations inno van-ices da ns le domatne de I'edu cation feminine en Afr ique, Le prix incite les innovateursa documcnrer des programmes avcrcs. miroite les stra tegies o rigi nales. rehe les experiences. inspire les educatcu rs tuu t en id en tifi a n t les p e rsonn~s mo d cles engagees d Id Scolarisetion Pour Tous. En 1995, qua trc pays, rep re ee n ta nt !a d iversi te d u con tinent e t ayan t des antenncs r od ces , ont cte choisis pou r essayer les rnecanisrnes e t les rnodalites du prix , Le Chana , le Malawi et la Cuinee ont lance le prix dans 1.1 seconde rnoi tie de l'an nee alms que le Kenya nvai t prevu de le fai re dehutI996 . Les q ua t re lau rea ts d u p r ix au rou t locca si o n de no us toi re p Mt tit' leu rs experiences lors de 1.1 trois ie me Assemblee Genera{e d u FAWE prevue pour juillet 1996 au Ke n ve .

PlAIDOYER ET SENSIBILISATION DU GRAND PUBLI C

11

Le FA\VE croi t fermem ent qu'Il fa u ! al le r a u -dele de ceux convertls e t atteindre ceux q ui so nt encore a persuader, a ccnvertir ou a habili te r pour l'actton . LR p laidoyer se doi t d 'etre enrecine dans lc co n te xte africain . l.e hu t s upreme de ce vole t, c'est de garder l'education feminine en te te des programmes su r les p lans tan t national que interna tional. ct ce faisant creer line a mbiance socia le e t des poli tiques set ncs. A ce tte fin , d'importantcs tac hes, visant de differe n ts p ublis. etaient realisees ou appuyees au co urs de 1995. En 1994, Ie FAWF.a Ini tie une sene de p rojets co-Imances en vue stimuler l'integ ra tion d es que sti o n s d 'egali te ent re lcs sexes dUX activi tes d es O ro u pes d e tra va il de la DAE . En l Y95,1t>Secre tariat du Commonwealt h, encad reur du Groupe de trav a il Sur la Profession En5eignan te , a ben~fici~ d'une subven tion supplement.,i re pour idenlifier les prohJemes des ft>mmes enseigna ntes ct assurer I'integration de ces derniers dU S)'stt-me Geslion et So u t ie n au x F. nse ign an tes lhns p lus iell fs p .l y S a fr ic ain s , ain si q ue en trep rcndrc la sensihili!'>.J tion des ac tellTs-c1e en education. Comm(' p.utit-· de celte operation,!e FAWE a p re-teste un linet, Tilt' ABC vI G C' /li.k r: A jramrn'(lrk of a"aly ~i~ ftlr th t' E,lu cati.HI :>r'ctllr (ABC de l'Egalite ""ntre les sexes: Cadre d'a nalyse p'lur Ie sedeur dt, l'Educdtion) , Ce IiHt.' t <1 connu du Sllcces a u m inistere de l'Fducatiull .HI Ken ya 0 \.1, il l'i nstar d 'u ll (f ih le, iI a se rvi a .lCcepte r ou d rt'jeter k's manueb scolaifl's, Lt, mi Ili~h>re dt, I' Ed IIc.ltion dU Maldwi s 'en St'rt egall.'menl dans I,) r",,\·ut.· des prohr,lmmes ~c<\ lairl.'s . Ll'~


Seychelles s'en est servi aussr pOU T examiner les manuel s scol ai res . Le hvret etait tredu lt en tra ncat s et c sseve dans de nombreuv rays francophones . Trois prodmt-, v isuels e t audio de p re miere importa nce unl dt~ n"', l i ~~ e n 1995 . Le ti l r n. "Cl'S f lies ont disparu" ti ll ctncastc prime. Micha el C ameri ni .1 e ll S,l p rc rruen- evant un gran d pu blic .i Pekin . Lc film d ocume nte les o bsta cles ,i ln sc ola ns nno n des fillu s ,H I Malawi et en Cu in e e lo u ! e n fo urnis s au t un c.rd n - pOU T d iscu ssi o ns et uuervenno ns en ma tie re d e poli tiq ues. La trad ucti on e n fr,'11.;.lis ct e n d'a u tres lan gues de Gu rnee est d ej.'1 co mp lete. Ln video-clip de 5 mi nu tes inntule "E nvoyez vos Iillcs a l'e cole " accompagrut d ' un e chanson au meme nt rea eti' n'a lbe en francms et en ilngl"is . En Ethtopie, n ':5:\ID a aide I' Antenne FAW F ,'1 realiser ce ma ter iel en 10 langues locales . En etroite co lla bo ra tiona v ec 1.1 Ba nq ue \ 1ondidll' /FDllt' FAW[.l rC.l lise deux cop lcs- m alt re e n fr.llH;.l is et en d ng lais d a n s le ca d re d e 1,1 sl' rit' PmsJ!('cflls it l' i ll t t'll t ioll des ,lmlldel/s I't de.. tender.. d'opinion, Le pr e m ier vise a Sl'II~1 hi Iiscr p ropcct us in ti ttl Ii- Lducut ion de 11[1~ /ll1e~ : Clti lit' I' ("WI'II ;r

les jou rna listes su r It' roll' quI." lcs me d ias p ou rraien t iou cr dans 1,1 promotion de 1.1 scola risation des hiles . I t' deuxie me, I' Accompli sscm cnt d es hil es: la re ahte ignoree ,1 po ur ciblc lcs di rectcu rs d 'ecole et fait Ie point sur les

obstacles minan t Ia reusst te des Iilles . De plus, la collaborat ion a ver' lc Pro jet de Reche rch e dl'I'AAS-fEl>.- IEU a eu po ur he ureuv resu lta t une p ub licat ion d ' u n albu m photo, I_I''' jille." l' t l'educatiO'1t' ll A fnq lit': Recherche el Act /till:; 11(111r meintenir Ii'.- fillt'!'> sur II' ", Hl t" scotaire, Le FA\\-' E a con tinue ,'I re,ll isc r son Bullettn de liaison semes tr iel . en angtais et en fran cais . leq uel re su me U11l' panopl u- d'artivl tes ent rep rt se s pa r II'S mcrnb rcs d u FAWE. Le FAWE.1. pM atlle urs. app uyc des proiets cuneus pou r elaborcr e t pu nlier des livrets da ns le cad re de I" serif' Portrait ... des Fcnunee A·flldi'k." . Voi r en An nexe 3 la list e d es p u blication s FAW E de 1995 . Plus d e 5.0UOevemplaires etaient dismbues en an g la ls et en Irancats.

ACTIVITES SPECIALES I. PEKIN: REAFF IRMER LE PROGRAMME DU FAWE

La scolatisation des filles s'avere tant pressa ntc que pertinente.

L'Education est 1.1 condition necessaire a l'amelioration de 1,1 sante et de I'environnement, de ralenrir 1,1 croissance demographique et de baisser la fecondite, e t de promouvoir les droits humains fondamentaux et une societe civile. L'Education est necessaire a I' Afrique si efle veut realiser un devcloppement auto-entre tenu , formateur des capacites el durab le .

Au cours de I(N 5, Ie FAWE s 'cst consaCTe a 1.1 coord ina tion , a I'echelle de I' Afri qw..', des eHurts des ONG africaillt''> p n (;duca t ion e n vue de la Q uatrit-me Confc-T('nce de I'ONU sur le~ h.'mml's ('t till Forum des ONG . Le FAWE. a ti lre dl' ( oo rd on n.lt e uTdu SOlls-Cmnite Afriqm' su r I'Educdtion,.l Stl gUIder 1t'3 ONG af rie,lIlll' s d.ms Il'~ p rt."p,H.ltib Ju Forum dl'S 0:,\(;. Pe kin ,Ioffert

13


«

«.

J

h

.

.

a u FA\\'E l'occasion de rcncontrer et de conn altre ses mernb res, d'explorer It's moyens d e nsser des reseaux ct des partenarrats, de s'i nformer des ac tivites des e utres ONG, et de Io umir d e s renseignement su r l'appui e t les

serv ices que le Forum peut offrir. Ct -npres quelques -o ne s des activites coo rdon nes par If:' FAW E a u en con join tem en t avec d'a u tres ON G lOTS de la Confere nce e t Forum ;

• •

La session d 'ouverture marquee des presentations issues des dectdeurs. des membres du FAWE et des participants; L'exposition des jouets africains en vue de promouvoir I'enseignement des sciences parmi les jeunes en general, et chez les filles en particulier. Les jcuets etaient rassernbles du Kenya, du Malawi et du Ghana; l 'atelier sur "Les Strategies qui marchcnt" dans 1.1 reduction de I'ecart entre Ies sexes en education . P r es e n te e s a cette occasion etaient des etudes de cas provenant de tous les coins du continent africain portent sur 1.1 mobilisalion des communautes pour 101 promotion de I'edu cation feminine (Ghana), le maintien des effectifs femirrins dans le s zones defavorisees (Kenya), I'educafion de rechange pour les Hiles descolartsees en raison de grossesse IBotswanal, les ittneraires des femmes celebres (Nigeria) et I' alp habetisafion des adultes (Kenya). II y cut egalernent des interventions sur la promolion de 101 sco l ari safion des Hiles avec h a n d ica p moteur (Ghana et Kenyaj : Expos ition sur Femmes Africaines Scienfifiques et Reussics en provenance du Burkina Faso, du Ghana , de 1.1 Gulnee. du Madagascar et du Nigeria ; Un atelier consultatif traitant du harcelement scxuel avec un jeu de role sur 101 tradu ction de 101 recherche en plaidoyer pour sensibiliser et habiliter les individus et les co flecttvttes: Partage des informations.l travers des exposf tions-photos et 1,1 distribution d'une variete de publications .

D'au tres activttes com p ren nen t le Pavilion des Scienc es du Reseau Once and Puture Action, 101 Tente Africa in e du FEMNET et "Fete specia le pour les Hiles" par I'UNICEF. Le FAWE a participe eg ele rnent .lU X activites d e 101 Ieune Hill' Africaine. De plu s , l'eq uipe FAWE a p erticip e .lUX acri vites. .l UX di scus sion s en co m miss io ns co m m e a u x presentat ion s o rgani s ees con joi n te me n t avec: d'autres orga nismes leis que I'UNESCO et I' IPPF. Le su cces du FAWE a Daka r com me a Pek in s'explique pa r son tra vail en reseau et It's synergies cree es pa r lcs agen ces , les ONG pa rtenaires et les pa rticuliers. Des le d epart le Sous-Comi te Education a percu Ie For u m des ONG comme fai san t partie d 'un processu s bee ucoup p lu s large, d urable e t qui ali a it con t in ue r a p res Pek in . A ussi a- t-o n fa vort se d es acttvit es debouch ant su r des strategies que les ONG, les e tabl issemen ts et Ies Eta ts pourraient reprodulre e t adap te r afi n d 'assure r 1.1 Scola rlsetlon Pour Tous

14

(SPT).


" A ttelnd re les Non At teints : L'Educanon. la Cle f de I" Reussite" etatt I~ th ~I1U-'

• •

dc-, ,H. li\"ites FAWE ,1 Pek in . Les ectivi tcs co m p re naie n t:

Les renliaatl ons des ONG africaines dans la promotion de leducatlon feminine ct dans l a reduction de lecart entre les se xes . Ingeniosj te dans la presentation des produits. La premiere des acti vites developpes pour Pekin et reprodu ction pour diffusion a I'echelfe internationale. Strategies pour l'cmplol des produits apres Pekin.

Les activites orgarusees par Ie Sous-Comlte it Na irobi ent re Dakar e t Pe kin on t favorise la mise au point des produits p resentes ulterieurcment a Pekin . Ce tte mise au point a reuni des exper tes du Kenya, du Malawi et du Ghana . Elles ont egalement engendre une prise de co nscience chez le public sur la Quatrieme Conference Mondiale su r les Femmes et sur lc Foru m des ONG '95 en particu lie r, et sur la q ue sti on d 'egalite en tre les sexes en general. Des a ct iv ite s de coll ecte de fonds ont etaicn t organisees e n v ue d ' impliq uer le sec te u r prlve d an s 1.1 pro motion de l'ed uca tion fe mi nine en Afriq ue . Les d efls ressortnnt des activttes app uyee s par Ie FAWE com prcnnent: 1. Traduire la recherche en action. 2. Trouver les moyens de rnettre en oeuvre des pol itiques sensibles a I'egalite entre les sexes. 3. Assurer une education favorisanl lautodetermi nation pour les deux sexes. 4. Elaborer des strategies pour atteindre les filles et les femmes non atteintes, y compris les filles el les femmes avec handicap moteur, les femmes illetrees, Ies lilIes dcscotartsces, les meres adolescentes et d ' autres groupes marginaux. 5. Operer un changement en profondeur aux attitudes soclocultu relles sexistes qui minent I'education feminine. L'engagement pc rsonel.Je genie c rea te u r, le recour s .l U X rese au x socia ux sur p la ce e lla pe rttci pat ion d es medias (tradition nels e t m od e rn es ) ernergercn t comme necessaires au developpemcn t efficace de l'edu cation feminine en Afrique et a 1.1 promotion de l'egah te e n tre les sexes.

De Pekin le Fi\l\'E est rentre a t 'l..'C un defi critique: Celui de coo rdonner Ies efforts en v ue de mettre ell oeul' r" Ies co m n os a n tes educatit' es de fa Plate -forme Globale d'Action, et Celli" d'assurer fa diffllsion de nitales informations, le tra vail cn rescau, ct lc l11aidoyer aux di vers ni veaux . 2. RENFORCER LE LEADERSHIP FEMININ AU NIVEAU TERTIAIRE

Reneontre speciale des vlce-Recteurs du FAWE avec les un iversitaires membres du FAWE En mat 1995, le vice-recteu rs du FAWE se son t e nt reten us avec les au tres u ni ve rs tta ires mcmbres d u FAWE au Cap en Afriq ue d u Sud en vue d 'explorer les moyens de real iser le mandat du FAWE au niveau tert iai re.

15


.

Ces femmes e-q-loraient tips moven s l'~alt>nlt'nt de fain ' un ernploi spccifiquc de I' ln stitut Pa na fric a in d'Etudes de Genre de maniere a fa ire d\'i1IKCT 1.1 rec berc he r en ma tiere de poh nques e t .l transformer 1.1 c ult u re insti tu tion nelle . Elles ont passe en revue une co m m u n ica ti o n inti tulee " Accelere r 1.1 Parti cipat ion Feminine dan s l'Ensei gnemcnt Superieur en Af rique" , L '('xr~e tra itait des s tra teg ies qut:' le FA\\'E p ourrail poursuiv re au ruveau du Superieur pou r engendrer un ch a n ge m e n t dans 1,1 cul t u re

in s titu tionnell e . Parm i les d om aines th e m a tiq u e s identifies e ta icnt : 1.1 definition d u role des prog rammes d'etudes pou r les femm es da ns Iii tra nsformation du m ilieu

socia l da ns 1.1 communa ute unive r sitaire p lu s large ; 1.1 creation d es possi bilites de recherche sur les problernes affectant It's filles c t lcs fem mes commc parno du tr avail du Comi to Rech e rche et Subventions a l'uruvcrsitc: lid ent ificat ion e t I" prom oti on d'u n no y,1u d u lea de rsh ip femini n : 1.1 reche rche su r It's m oy ens d 'i n itier un ch a nge mc n t en profondeur d a ns I" cu lture in sti tutionnell c des uni vcrsi tcs : e t I" collabora tion en tre FAWE e t l'Associatl on des Unive rsites A fri ce in cs (A UA ) a u n ivea u terti.ure .

lnstitut Africain d 'Etudes de Genre: Projet de Recherche sur l'Eg.llilc entre res sexes En 1994, le FAWE a porte son concours a ce proje t base a l'Unrvcrsi te d u Ca p pour des concertations it l'echelle du co nti ne nt. Les concertauon avaient pou r objet d e fourn ir It's donnees de base pour Iavorise r le formu la tion des poli tiques su r 1.1 mise e-n place d'un Institut Africa in d 'E tudes de Genre . En 1995, le FA\VE en colla bora tion avec le Proje t a orgamse une journee de concertation pour discuter d es res u lta ts des consultation s de 11.JY4 afin de dete rm iner 1.1 viabili te d'u n tel inst itut . Ou tre 1.1 Tl'V Ut' des object ifs de lius tttut. latefier s 'est pen che s u r l'identificanon des prtontes supplemen teires sous les domaines rhemanques qu i suivent : 1.1 transforma tion ins titutio nnell c: lu recherche: I c~ femmes ct It' develop pemen t du lead ersh ip; les resso ur ccs: 1,1 documenta tion et les liens: les liens a vec Ie m o n d e frencopho ne . II fut adop te a l'unani me q ue I'i n s til u t devait s ' msc nre dans It' ca d re d es au tres insti tut s a ssoctes s u r p lace qu i au raien t des roles different s mais co m ple men t.a ires . L'I nstitut ~(' d oit de renf or ce r s a b ase loca le et d e dece n t ralise r s es acn vit es .l tr nv or s 1,1 mobili sation d es co m pete nces dan s lcs di fte ren tes regions en Afriq ue . Lc devclopp em ent des lien s ct des rcscau x a l'cc helle du continen t e t.ue nt const dere co mme neccss.u rc pou r favo riscr le di al ogue vt l'echan ge des informa tions .

16

3. DAE: FORGER DES PARTE NARIATS Mission spectate En 1995, le FAW E a continue a oeuvre en e toi te collaboration dH'C I' Associatio n pou r Je Developpement de l'Education en Afrique (DAE) c t su rtou t avec le Groupe de Tra vail sur 1.1 Participation Fem inine a l'Educati on . Lc FAWE a effectu e une mission de collecte de fonds chez quelques membres du Groupe de tra vail, notamment 1.1 Ba nque Mondialc et rUSA IO a Wash ington , 1;'1 1.1 Fon dati on Rockefeller a New Yor k. Les membres du FAWE ont egalement ell des di scu ssions avec les parten aires bases it New York, y compris I'UNICEF, 1<1 Societe Ca rnegie, 1.:1 Funda tion Ford ,I'UN I FE~ 1 etle Pt-.'UO. Cr,ke il ("('tie missi on Ie FAWE a pu elargir son r&au de pa rte naires tout ""n ellfegi.strant de n O ll \" p olu .... en gagemen ts fin.lIl("iers des di ve rs org,lnismcs.


Projet sur l'Enseignement des Mathe-m.ltique-s et des Sciences aux Hlles (FEMSA) Le FAWE a continue la collabor ati on a vec le Sous-c omi te su r les Pilles d ans It's Mat he mati ques et dans les scien ces d u Groupe d e Iravail de la DAE su r la Pa rti cipation Feminine. Le sous-cornite est sous l'atmable direction d e la NORADdans Ie cad re du Projet FEM SA . Le FAWE a orga n ise une reunion en janvier 1995 it laqu ell e ont participe des representan ts de la NORAD, de la Fondation Rockefeller et du Programme de I'AAS s ur Prlorf tes d e Rech e rch e pou r les Filles et les Femmes en Afrique. Au co u rs de 1995, Ie FAWE.1 fou rn i un appu i technique au FE:v1SA sous forme de : • conseils au Comite d'organisation sur 101 participation de quatre pays mernbres du FAWE (Ie Ghana, l'Ouganda, 101 Tanzanie et le Cameroun) au x projets du FEMSA; • conseils au FE~1SA sur les besoi ns specifiques des mernbres du FAWE a l'egard de I'appui technique dans les programmes de formation d 'enseignants en mathemati ques et en science (quatre rnembres du FA\VE fonl partie du Cornite du projetf et gestion fi nanciere du FEMSA par l'{ntermedlaire de son conseiller financier, Price Waterhouse.

17


,~--------------

4 PERSPECTIVES: MISE AU POINT DE LA VISION FAWE En juin 1996, le FAWE va entrer dans sa trois it-me an nee depuis son enregistrement comme ONG in ternationale . L'adhesion se chiffre a -14 mini stres de l'Educat ion , vice-recteurs et d 'eutres decldeurs femmes representant quelque 26 pays africains . Un groupe d'affirure reunissant 19 hommes ministres de l'Education et directeurs de ca bin et est venu a'a jouter au forum . A present. on com p te 17 Antennes nauonales du FA\VE a de diffe ren ts stades de formati on . Nu l doute le FAW[ s 'es t affirme en tant que nouvelle et formidable force dans le domaine de l'edu cation en Afrique. Ave c cette croissan ce . le FA\\'E a pu ameliorer s a vision sur les moyens de promouvoir l'educatton des filles et des femmes en Afriq ue pour Ie developpemen t . Les co m p osa n tes du Programme d e Travail evol uent lentemen t gra ce .lUX efforts con jo in ts des partenaires .lUX niveaux lant na tional que interna tiona l. Desorma is , le FAWE v a sInvesttr dans la Planificatio n Stra teglque des Ressourccs au travers du renforcernent de son adhesion , de 1.1 re p a r ti ti on st rategrque des ressources en educa tion , du plaidoyer et de Ia sensibilisation du grand public, de 1.1 prevention du gaspillage, et de la mise en place des reseaux pour Iavoriser le changement Avec l'engagement polirique des membres ajou te au x conce p ts solides decoula n t de 1.1 recherche e t des exernplcs ( onere Is sur cc que I'on pcu t faire. on es pere bien q ue les me mbres a pa ri entiere. les ministeres de ('Ed ucation ct les An ten nes n e tic n ales du FAWE sau ront :

• •

18

convier les Etats a meUre en oeuvre 1.1 planification strategique des ressources et .l relever le def d'Integrer l'egalite des sexes a leurs politiques; generer des statistiques fiables et assurer 1.1 mise a jour des statistiq ues nationales desagregees sc ion les sexes; me ttre e n place et entretenir des centres de documentation avec docume n ts et donnees de base sur 101 scolarisation des Hiles; faire un plaid oyer cib le pour favoriser lc deve loppcrnent en ma tiere de politiques en emp loyant des outits pertincn ts et pratiques; ct Assurer les echanges en amont entre les ministcrcs de I'Education et les acteu rs-cle en education, et en aval avec les groupes communautaires, les parents, les enseignants et les associations des jeunes en vue de micux canaliser les efforts de senstbtllsatton, de diffusion et de pl aidoyer.


Bilan des receness etdes depenses: du 1er Janvier au 31 Decembre 1995 fDtldllll;H'l~

.... "'" SOLDE REPORTE

112,5N

SUBVENTKlNS RE CUES

"'''''

OM.

.

",

Non O_ i;l

75,000 13.~

.sa

So~'CIIl'llg.

"'''''

"'"

.... "'"

,.u ."c" ...... .... """" ... "'''' .... " ~~

IlCO

"""

A_

5.""

41,202

1.251

""" 375"" "'"

30.00)

-

OM.

23.0E7

-

40.1 00

I~TERETG AG NE

OM.

OM.

O'AUTRES ~Cc.-rrES 817,579

13,500 1200,000 1 23.0611 40,100

TOTAl·DEPENSES

412,.13

13,500

NET DES RECEITeS SUA lESDEPENSES

1&/..666

TOTAl

23,067 40,100 12,116 nt,1.

125,000

5,51 4 11,2C2

"'"

"'"

,...

OM,

.

,OM.

"'"

"'"

010,

soc

"'" "'" "'"

Oft.

65.000 15.000 80.310 15,455 22.099

1,150

..... "'"

11),310 1$,.455

&9,194 27,m

-

..... "'"

10,310 15,455 22,m 1l~

13,7-43

""' ....

"""

1,1 50

H~l

' 1ST

200)

18,000

2,""

' ,m

"-" "'"

' ,411

l ""

,T....

8.272

287.75i

-~

\ ,5fJ71Z2

. ,nG

.".

2,000 21,3"

...

•••

Oft•

21 ,38e

..51

".,.

....

"""

MS

71 ,202

1,.,000 )811,100\96 .833

MOINS

"...

,....-

Chiffres en SUS

ees

10,868

10,868

18,S50

te.sec

37,690

1,124,)"

1,304,7"

37690

51t,611

REPRESENTEPAR

CAISSEEN BANOtJE

emreccsse

.m

VERSEhlEN'TS

8,56 \

AVAN CES ET RECEVABlES

6,885

roru

, I

542460

IIIOlJflCAEOlTElJRS

I

I

I

512,215

42,f004 511,111


1-

SIGLES EMPLOYES AAS DA E CRDI KCO

NY NORAD P.Counc. Restr.

SOC SIDA Un res tr.

Acedemie Afncalne des Sciences Association pOUf le Dcvcloppcment de I'Education Afrtcaine Centre de Recherche pour le Developpement In ter national Burea u national ,1U Ken ya New York Agence Norvegienne pour 1.1 Cooperation en Developpement Conseil Pour la Population Fonds assignee Societe Suisse pour le Devcloppemcnt Agence Sue de po ur Ie Develop pernent Int ern ati onal Funds non assignes

NOTES ACCOMPAG NANT LES COM PTES AU 3 1 DECEMBRE 1995 1. POLITIQUES DE COMPTABILTES

Ba se s de co m pta b t tite le b ilan d es recet tes ct des palements se prepare en especes . Les depenses sen t reconn u es d ans la period e a u el lcs son t enCQU f UeS alors que les rece tte s sent reco n n u es dans la perlode d ' acqu isition . I' Actif L'acti f est epuise d ans l'annee d'acha t L'ecttf achet e se p resente comme suit:

vehicule Ord inatcurs Equ ipemen t d e b ureau Meubles et installatio ns

US 5 25.68\ 43.683 20.759 59.237 149,3bO

2. REPARTITION DES DEPENSES

Fond s assignes O n a recu un cer tain nombre de subven tions accorn pagnees des conditions s ur le ur mobilisation . O n les nom me les fonds asstgnes. Les fo nd s assignes s'emplolen t pour 1.1 tache ind iquee au depart.

Fonds non assignes Les fonds n o n assign es an t etc mo bilise pour realiser les objectifs g lobaux du FAW E et en accord avec le Programme de travail de 1996 et le budget.

Expli cati on detaill e des depenses 20

Voir p . 25 e t p.26 pour des precisions sur les depenses des fonds assignes et non assignes.

â&#x20AC;˘


3. SOLDE EN CAISSE On n' a pas de co rnptes ba ncai res separes pour les divers bailleu rs de fonds (exce p te p our le C RDI). Par con seque n t, Ie so ld e au 31 d ecembre 1995 cep r se n te les sold es d es d ivers fonds des baille u rs de fo nds . Le so lde to ta l s'eleve a US$ 542.-161 II la fin de l'annee:

uss A BN ~

A:\1RO -Lond res comp te en U5$ (y co m p ris verserne nrs a co u rt-ter me) ABN- AMRO -Na irobi co m p te en USS ABN - AMRO -Na irobi co m pte en KSh ABN - AMRO -Nai rob i (C RDJ) com p te e n US$

539.105 3,997 (2,303) 1,662 542,461

4. ECART DU BUDGET ECART DU BUDGET Of.pt'n~

actuelles

Depenst'S ttudgelaires

U'S

U'S

Ecart

U' S

176 26 7

240,000

61,733

79 1,0 12

1.370.000

578,988

65,264

180 .000

1' 4 ,7]6

1,0 32,544

1, 790,000

757, 457

114,683

305,000

180,317

Equipeme-nt rk bu rr-au

64,131

50,000

[14,1]2)

Depton'oM d u bureau

57,416

165,000

107,571

Divers

26,001

40 .000

l] .m

272, 244

5ftO, OOO

287,756

1,3 04, 788

2, lSO,OOO

1,0.15,212

Ren c o ntres, ateliers du l or um

Grands axes du travail CoUts aSSQ(" IPs

Sous·total .Progrilmmf' dl" trauil S,aIJ ir.., t' l appoimemems

Sous-tololl • Admin istrilltion Grolnd 101011 - D~pt'n ~ pour I' ilnn «

EXPLI CATION DES ECARTS A . PRO GRAMM E DE TRAVAIL L'ecart toted a u n ivea u d u Programme de tra vai l se ch iffre a USS 757.457. II com p re nd : Rencontres ct ateliers du forum USS 63.733 Les membres d u Corr ute execu tif e ta len t in vites it 1a rencontre du G ro u pe de Tra vail de 1a DAE su r la Participa tion Feminine a I'Education tenue a Pa ris en octobre 1995. La deuxleme reunion d u Com ite execu tif co incid a avec la ren con tre d e la DA E, ce q ui a perm is au FAWE de faire des economies.

i)

Gran ds axes de tre va i! USS 57S.9S8 Au 31 decemb re 1995 se u l US$ 791.012 ava it e te depense. II en est ai nsi ca r on n'a pas e n core debou rse les s ubven tions d e dem onstra tions a u ni vea u na ti on a l (b u d ge t US$ 450.000) . Le Com lte scien tlf ique a v ait r atifie des

ii)

21


1J'"""

subventions de CSS 300.000 sous reserve d'emendernents . Des qu'on recoi t 1('50 p rojets revises ces monta nts seront debourses. II irnportc de noter que les s ubven tio ns pou r d emon strat io n so nt eche lonees p O U T d es rai son s de su rve illance. II Y eut, par aillcurs. un retard de sh mois dans Ie la nce men t du Programme des Prix Agathc Lwilmgryimana pour honorer Ics innovations rerna rquables en ma tiere d 'education des fille s . Voila ce qui expliquc l'ccart de USS 7-l.OOO. Parm i les grands axes du prog ramme fig ure quelque USS 160 .000 po ur les rcn contres d es Anten nes nat ionales . De ce ttc somme on a ('nCO U TU seuleme nt US$ 6.191. Le FAWE <, cha rge quelques consultan ts avec la mission de Iai re Ie lour des pays membres du FAWE, qui son! rnu nis des antennes en bonne ma rche en vue d'elaborer un guide pour la mise en place et gcsuon des antennes nationales. Cette mission es t en cours. Ainsi , on n 'a pas pu organiser des rencon tres ou atel iers pour les Antennes Nationales . La premiere rencon tre es t p re vue pour 1996. Lcs An tennes FA\ \'E <HI Burkina Paso. au Gha na, aux Seyche lles et e n Ethiopi e ont p u s 'atnrer des fonds des d on at e ur s a u n iveau du p,lyS. Par conseq ue n t, le FAWE ne leu r a pas donne le capital initial p our leurs p ro jets . iii) Couts a....octes l ~S 114.736 Le Comite Scientifique se reunit deux fois par an . La deuxieme reunion prevue pou r novemb re 19Y5 a e tc rcprogremmee pour tevner 1996 pour lu i pcrmett re d e di scut er du Programme d e tra vail . Cela explique l'ccart de US$ 38.000 su r Cl>1 a xe . De nomb reu scs ve rsions e n fran cai s d es pub lica tions de 1995 ctaicnt it I'Imp rtmene a 1.1 fin de l'an nee . Cela expllque I,] sous- d cpc nsc d e US$ -l9.H55 pour Bulletin e t Annonces. Le montant de US$ 20 .000 mis de cote pour revaluation et 1.1 surveillance externes n 'a pas ~te touche. L'a ctl vite a ete reportee a 1996.

B. ADMII'ISTRATION il

Sa faires et appoir uements

Les co u ts de la gestlon du programme, Ie IOYN et les se rvices qui touchcnt dircctemen t au Progra m me de travail ont ete absorbcs sous les grands axes de travail . Voila ce qui expli qu e l'ecart sur les appointements du personnel. le lover et 1t.'S services du bureau . il Frais d'eq uipemcnt L'expansio n fu lg ura n te du FAWE, ajou tee a l'integ ra tion d u Prog ra m me de rec he rche de FEMED a cree la neccssite d e trou v er encore de l'espacc. Lc cout des reamenagmen ts et des achets supplemen taires a suscite une depcnse excedentaire de USS 1-1 .132 prist:' en cha rge pa r une ass istance spcctal e de I" part de 1.1 Fondation Rockefeller.

i

22

iii) Depcnse.. diverses USS 13.999 Une reevaluation des besoms du FA\\'E a l'egard de la Technologic de I'Inforrna tion , l'eleboratlon d'unc strategic de communication ct 1.1 revue des Sta tute du FAWE p.lf It's co ns ulta n ts juridiques d u FA\VE etaicn t rcportes .i 19%, ce qui explique l'o-art.


5. FONDS ENGAGES SUR LES I' ROJ ET S EN COURS Les fonds engages mais non depenses d la fin de l'annee s'eleve a US$ 283.157. lis ont to us affaire au capital initial pour les essais et demon stratio n au niveau national. 6 . MONNA IE Ces co rnp tes s 'exprimen t en dollars USA (USS).

23


f---- - - - - - - -

RAPPORT FINANCIER AU COMITE EXEC UTIF DU FORUM DES EDUCATRICES AFRICAINES (FAWEl Nalls avons soigneusemen t examine le rapport des recettcs ct des depenses du FAWE pour I'annee s 'ecoulant le 31 decembre 1995. NOllS confirmons que le rapport non \'erifie d-joint est en accord avec le bilen .

Conformement .lUX termes de notre contrat, nous avons prepare le rapport non vcrifie en se basant sur les chiffres dans les bilans de cornptabilite et sur les precisions apportees par 1.1 Directrlce des Finances et Administration .

Le travail ici s 'avere largement reduit en termes de domaines pour me-Titer un exemen selon Ies normes d'audit reconnuee . Le but d 'un tel examen etant

d'exprtmer une opinion sur l'ensemble du bilan financier. En consequence. nous n'exprimons point une telle opinion. Price Waterhous e Avril 1996.

24

1


Forum des Educalrices Africaines (FAWE) Analyse des depenses

,.

PROGRAMME DE TRAVAIL

eUN DESaecetree ou

~.Camfgit

ForGiiol> R......

lE AJAN.AU 31 DEC 1m

N.

.. "'"

." "m"

.... .... N.

""

"'" ""'"

"'"

Do,

, . RENCOHTRES....TELEM £1 VO YAG ESDU FOAUItl

see ..

VIli'SC

".cr, ,......

Chiffres en SUS

"""'0

.... "'" .... "'" 0'" .."'" "'"

IIOAE

•••

N.

""

on,

""'0

NY

""

MS

UNH

COlI SDC

"'" ""

Oft,

""

Do,

"'"

""

"'"

TN ~~

(Ots..

'll'1011dki

,It" 1 ·

lQll!i

2

,

l'~onOo r""" OUIl ~

(Q,4':'

d."OJ.( " ~d"'K~Il*~

SOlIS- TOl AI.

)O _~ l

24,000

a208

RtunC rlI i:lu CI)ITlCt & taI1l

17,1"

I 69,622[

28.000 I

1$.1:00

aooo

lS,OOO

I ".... '."

1

15,000

I

' .000

,...

I

15,&00

... dII l 99~

Dec 31 R.- N.....

1. L~c.,"ale

-

,'" ..... ....... ""' ....

t..-

,oe ,~72

125,0iXl

!a _Ii6~

1010000

oM,aU

so.. "

mOl

100,000

100000

\16.261

"'"

24(1 ,000 170,156

'~ ,790

1&0.000

U 221

100,000

19526& 4SO,000

12!i68

215,000

500,000 "~. 1 '"

>01.'"

&5,OIMl

B. llGNES DEfR'- VAIL

,

, •

.3:5,1

Pll~ Sl raJ'gI ~ ~, _

2. " 'll9........ dIIS Sut¥Ml Cll'I DO\lf(lo\rP'Ilf\Wal, gn

1 ~.7681 ~

.

..........,--

13 ,~ ;

SOlJS.TOTAL

10,000

"..

' .000 23,067

123,000

21,38e 15,000

10,000

20.000

5. RWICOnl",. ll ll l i MSOes

...

25,000 " 000

" .000

7.'"

8,768

Pr...dIIS W\o'<Itwl'$

Plo..,."..'" IrlClTNlen au pollak

12o,000

66,1llot

,...

10,000

"'"

10,000

15,456

"

..

2 .~ 1

&,1 ~

t .l'il

tl.l91 211,183: U,5DO

lUClCl

".~' I"..., I,,..

'." )96,005

1" .ltl K, I94 27,451

2$,(101

I u,ooo

"...,

15,455

22,Me 1,1ot

21,3<19 15,000

'.."

TIIl,D13

100,000

160.000

..

~...,

357,131

n,ooo

C. COlITS ASSOClES

I

I. e.rt"dlcltlC-.tlllonllldtf B.-dtc»"".

esss

2. Eu metl ciM;lklaImiInlSdt Prot-'

20,'£8:

a

e'*'lrlf dlIlIi!ion., Arw:ln,,"

1 15,1. 5

EYlIil.lfliall "fllfYVlllrll:ll

SOlJS.TOTAL

I .....

TOTAl I

I

H2,613 1),500

.....

500

' .000

s." ,

' .000

I ,..., I

. .... 1

U ,5O(I 123,K7 25,00'

...

.

'"

I

12.4l!'

'5 ,000

7}l>

11 ,000

32,&3 1

&5,009

1T,2l! 5

" .500

20,1.5

" .000 27,_ "."

'.'" 25 ' ,791 M,1"

27,45'

.....,

U)M 1 181,0CII

5,933 15,000 ilI •.,3 15.0155

"'''

' ,109

". ".... "....

''''

U~l

1,032,541 ,19O,1MO 580,852

20.000

...... ". ..


~ •

.

! fI •

~

>"T1

" "~

" "

'" "<3

~i

Ii"

"'",." ."

"'-", ." m

"'.

.1

i

'" 0.

"'-"

-

""n

s_

j

I•

-"", ." :) ~.

'" n ." ."

~ ~ ~. I~~l - - - - --+--+-+- - + -+- --l -'-l-'-lI- +-+---1 1 g "

D '

.

-..;;

;:

f

.-:l

1- -

~ i

-

"

.

I

-- I -'-lC-~--1

-

-

-- - I---h.--.-l-"---c--I 0.

I'

• §

..•

• -i

l

____ i __

-=i_ I _-+----1

Hg o

~

-

i

~ I ~ I~ ~ I~ ~ ~ • II

;• .-8"~ ~•

:>. n

'" '" ~

"

."

-

"T1

:...

-.•

.i

'" !: '"

i

- - I--f--+--+--+--I---1

.!!J


6 COMPTES VERIFIES

RAPPORTS FINANCIERS AU 31 DKEMBRE 1995

Table des matleres A . Me mbres du Comite et Conseillcrs professlon nels B. Compte rendu par les ve rifi cateu rs des comptes C. lc SHan D . Rap port su r les rece ttes, les d epenses et le change rnen t des so ldes E. Cornrncn taires accompegnant les rapports fina nci ers F. Le Comite execu tif et d'a u tres me mbres d u FAWE

28 29 30 31 32 39

27


-A. MEMBRES DU COMITE ET CONSEILlERS PROFESS IONNElS MEMBRES D U CO M ITE EX ECUTI F 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7.

He n . Ge nne t Zewide (Eth io pien ne ) - Presidente Prof. G race Aide-William s (Nigenane) - Vice -Presi dente S.E. Gra,a Ma chel (Mozambicaine ) - Vice- Presld ente Hon . Aicha Bah {Guineenne} • Secreta ire ho noraire Hen . Simone De Corna nnon d (Seychelloise) - Tresoriere honora ire Hon . Fa y C hu ng (Zi rnb abweenne) - Membre - Membre Pr of. Lyd ia Makh ubu (Sw a zi) 8, Hun . Paulette Moussavou-Missambo (Ca bo naise) -Me mbre • Membre 9. Dr. Memphela Ramphele (Sud Afrlcaine) - Membrc 10. H on . Alice Tiendrebeogo (Bu rkinabe)

11. Hon . Vida Yeboah (Chane cnne)

- Secretaire

12. Dr. Eddah Cachukia (Kenyane)

• Dire ct-i ce Exec u tive.

CONSEILlERS JURI DIQUES Hamil ton. Harri so n & Matthews Qucensway House Mama Ngine St ree t P.O . Bo x. 30333

Nairobi, Kenya .

CONSEILlERS EN MATIERE DE FIN ANCES ET GESTION Price Waterhouse Associates Ltd Rattansi Educational Trust Buildi ng Koinange Street P.O . Box 43963 Nairobi. Kenya . BANQUES 1. ABN-AMRO Ba nk

10] Moorgate EC2M 6SB london . 2.

ABN -AMRO Bank N yerere Road P.O .Box 30262 Nairobi.

VERIFICATEURS DES COMPTES Deloitte & Touch e ' Kiru ng H' Rin g Road, wesrlands P.O . Box 400'!2 Nairob i. Ken ya .

28


B.

COMPTE RENOU PAR LES VERlflCATEURS POUR LE fORUM OES EOUCATRICES AfRICAINES If AWE)

NOllS avons e ffectue I'audit des rapports financiers figu rent dans ce dossier, munis des rensergnernents et explications pertinentes a I'audit , Les rapports financiers relevent de I'administrati on . II ncus a pparncnt de les commenter sur la base de notre a ud it.

\

I

L'audit s 'est effectue en a ccord avec lee nor mes daudit genera lement reconnues . Ces norrnes v eulent que l'audit soit planifie et effectue de rnaniere a assurer

la precision ma te rielle des rapports financiers presentes . L'audi t comprend l'examen . sur la base de tests. des preuves justifiant les montants et Ies depenses dans les rap ports financiers . II comp rend egalement I'examen des pnncipes de comptabilite en vtgueur.Jes previsions budgeteires de la direction, et la p resentation globale du rapport financier. A notre avis, le FA\VE res pecte les principes de comptabilite et ses rapports fina ncie rs en decoulan t rcf le ten t fldelement l'e tat financier, les rece ttes et depenses du FAWE au 31 decembre 1995.

Deloitte & Tou che Nairobi , le 29 mars 1996.

\

1

29


-

~ -----------~-

C.

BllAN FINANCIER, DECEMBRE 1995

N otn

IM\,1QBllIERS

IM",QBlll[R5 ACTUELS

US<

''''''

K5h

US<

''''''

k5h

3

,

15 ,446

1lf>4,411l

8,513

382.146

s

546.769

JO.s')') ,326

101,555

13.5]7,088

56 2.! 15

11,4h 1, 744

11O.0f>8

13.9 19.234

4 2 ,604

2,184.266

22.309

1,001 ,4 71>

PASSIF "CTUf l

5 19 .611

29.079.456

187.759

12,917.758

PA$Slf NET

519,611

29.079,458

28 7,759

12,917.758

5 19,611

19 .0 79. 45tl

18 7,759

12,9 17, 758

Debueers SoIdP en banqut' et en Cdl Sor,e

l £ PASSIF ACTLEL C,t'f!itt"U1\ t't inlt"ft'l

REPRESE...,n PAR SOlOlS DES f O NDS

13

l.es bilans finan ciers figurant s ur les pages 30 et 38 on t ete ratifies par Ie Comi te Executif Ie 25 mars 1996 et signe en son nom par;

30

S.E Gennet Zewide

Pres idente

Dr. Eddah Gachukia

Directrice Execu tive


BILAN DES RECETTES. DES DEPENSES ET DES VARIATIONS DE SOLDE POUR L'ANEE SE TERMINANT LE 31 DECEMBRE 1995 11:1'1 .1/4 (17 Mo i, )

1995 (11 Moi "

Notes

US>

..h

USS

KSh

RECETTES RI:'(t"tlt-'5 dt's wbvennon s

7

1,507 ,2,22

77,7 44,9 1 1.

1,J 5J,8H

84,123.903

l ,b19

l lo 5,570

5, b40

350,900

1,.162,IlQ 2

84.7 40,373

s.o I ii

11,177,912

Gai n (Il' ( h<lngl'

n' autre,

11 ,840

1, 12(,,491

10 ,8h1l

ShO,'iB')

1,539,9]0

7'J,43 1, {)()'l

e

17f.o ,l h7

'J,091,1 14

Ligncs de travail

â&#x20AC;¢

] 'J I,Oll

4U,601 ,('('4

157,1 11 1

.ll, 210,<}()f1

Coots aSKJ(; i6

10

b 5.264

J.j b b, H l

(''i, 4 .l.l

4,el70 ,Ol l

Frolis d 'equlpcment

11

1U8,l1.1

10.7 J4,75U

35 1,4 1,5

11,f1f,'i,IO'i

Perte sur Ie change

J

M ,1H

J, 308,08 3

85,.ll1

'i, % 'i,lb'i

J ,19O

169,703

1,308,0 78

6 7,4 72,755

1,0 74 , ]]]

b 7,4 'J'J,5 17

REn THS MOINS DEPEN$lS

23 1.8 1;2

11 ,9 59 ,24 7

187,759

17,14lJ,1l4f,

SO LDE DES H mOS REPORT[

287,7':;9

12/11 7,7':;/\

Inlert'l

rt'tt'ttt's

~l! f

recertes

TOr....L IN COME

DEPENSES Rencontre s. dll'lier<; et voyages 1I11cr. du f o ru m

TOTAL DEPENSES

-

'"

AJUS HM tNT CUMUl[ f) '[( :HANCE

12

SOllJE REPORTE

1J

--

11

4,101,4 53 5 1':',6 11

2IJ,07 <J,45 R

14, 313 ,(88) 28 7,7SQ

12,QI 7,758


COMMENTAIRES ACCOMPAGNANT LES RAPPORTS FINANCIERS AU 31 DECEMBRE 1995 . 1.

Organisation et genre d'activites

le Forum des Educa trices Africaines (FAWE) est u ne Organisa tion Non Couvcmcmen tale fond ee en 1992 p a r des Femmes Afn caines Mlnistres de l'Ed uca tion, Vice-Rec tri ces et Educatrices de rc nom . Lc FA\VE se propose d'Initle r des deba te. lance r un pt aidoye r, promo uvoir e t mobiliser des ressources. en vue de favonser l'education feminine en Afrique en accord avec les ftnalites de la Scolarisation Pou r Tous (SPT) .

Le FAWE vir le jour ca r l'e xperien ce du passe avail d emontre que: (i ) l'ed ucat ion feminine est etroitement Iiee it l'amelioret ion d u bien-etre

famili al , de 1.1 sante des enfants, e t au baissement des tau ... d e fec ondite chez les fem mes . Elle engendre, en outre, encore des poss ibili tes d'euto-e mploi. entre autre's avantages: (ii) l'edu cation s 'avere un outil fort puissan t a regard de permettre aux femmes de p articiper p leinement au processus de prise de d eci sions . Les p rincipaJes sou rces des fonds de FAWE pour 1.1 perlode figurent da ns Ja No te 7.

2.

Politiques de cemptabllite

(a) Les bases de com p tabili te Le FAWE prepare d es r a p p orts finan ciers su r les bases hi storiques de co m p tab ilite. (b) Depreciation d e (' Actif

L'a ctif s'an nule a tra ve rs le comp te p our rece ttes 1.'1 depcnscs de l'annee d'a cqui sit ion . On ga rd e un re glstr e de l'a ctif pou r pou voi r lc con tr uler. (e) Les su b ve n tions

Les fond s recu s dans l'an nee e t jus te a p res l'ecou lc mcn t d e l'annee rna is apparen tes a l'annee sont com p tabi lises comme rece ttes po u r ce tte annee -la . Les fonds son t com ptebilises a l'acq uisit ion . (d) Echange de 1.1 monnaie locale en d oll ars Pou r ce qui es t de ces com pte re nd u la p roced u re d'echa nge ci-a p res a e te adoptee: 1. u s operations exprirn ees e n dolla rs a l'origt ne res ten t en US dolla rs . 2. D'eutres rece ttes e t d epenses sont e xprim ees au cou rs d'echa ng e m oyen . 3. Les a rti cles d ans Ie bilan sont exprt rnes au taux d e 1.1 fin d'a nnee.

32


COMMENTAIRES ACCOMPAGNANT lE RAPPORT FINANCIER ] .l'ACTlF

Vtohicul",

MoIIlffid de burf';Ill

US$

KSh

M lI'ubrf'~ e t ilKholblion\

US$

KSh

Compull'n

US$

Ksh

Furnitut f' .lInd fi"inl:' US$

KSh

101..1

US$

I

KSh

(OUT Au ter J<iIlVII"f

, q'J .~

I\lld i l lull~

Au 3 1 d.....emhre 10;1"','; I ' 'K lil drli ll b oIU roms

~

:.15 ,496

'.3 25 .68 1

1.717,4 3"

14 ,f141

1,0 18,6R7

n .iso

1 .s5J.l ~f>

lJ,'>Uh

l ,h 5 7, 'l!lh

85,227

S,'1f,S,lf, 5

9, 4.1'1

'i ,' 11 f>

105, 157

n ,JOJ

1, 1';Il,4lS

l 5. 711

1 . ~4 I . (If,J

h4 111

1, WfI,mn

1,74& ,8 75

2(1,7 59

1,323,844

43,&83

2,7 0 1,&8 1

59 , 23 7

3 ,5 0 1,043

149,360

9, 273,448

uc I' ,m rtCc s'es t annulI'> d a n, I.. nllllp lp 1101/1 11'0 "11'., pI tl....llPns' ...


, ~

COMMENTAIRES ACCOMPAGNANT LE RAPPORT FINANCIER

I I

4 . Df8lTE lJRS Ver5enleOl

I

1995

U>S 8. 'if> I

KSh

I

199 ] /4

I

USS

4 79,10 7 8 "'

I

KSh U9,U'i

-

A \lances

l.{lI.lO

1 11,928

ac tres de bit('Ur5

4,8RS

2 71, 38 1

hi

,U 71

1 '> ,4 4 6

864,418

8 ,513

38 2,146

J , ':1'17

ll J,b88

110.o<JY

4, 9 4lAb5

l ,JOJ

I lB,B8S

S:;,'Ul

l o'i.818

')19,105

30,170,41 8

180 , ln4

8,087.74 4

1,662

'nOll

-

5 4 2,4 1>1

] 0,358 ,233

2% ,185

13,2% ,037

4,J 08

241 ,091

'> ,.170

24 1,051

5 M' ,1 M

J OYJOJ,1 2 b

30 1,55 5

13,5 37,0 88

S. SOLDES EN 8A,NQU( £T LA

CAiSSE

Soldes en banque A, UN -AMI{O l:l,Hl k -N airo b i Co mpte ton d() lIi1r~ USA AI:lN ·AMI{O A,m k

Co mpte en ,h illing5 ke n)'J ns AB~ -M1RO

Rank- t oedres

Com pte en do ll.m USA AB~·A\1RO

Bank

-u m l

Compte en dollars USA

Toeal sotde de caiuE' ToI,,1 ll. CREDITEURS

I

Crkl iteu rs de service Autres

cr(~ile (jf,

-

J l,874

1,783.793

14,333

6 43,4 24

TOI,11

lO,7.HJ

000,4'H

7,Y?"

358,05 1

Toral

42,604

2,384,286

22 ,JO'}

1,001 ,476

34


COMMENTAIRES ACCOMPAGNANT IE RAPPORI IINAN CIER 199J /4 ( 17 M uft I

1':1'1 ')

11 2Mon i U5$

I

I

U5$

" h

h 5h

7. RECfTnS OES SUBVEN TIO NS lond.ll,n n J./r){l "fI'IIN

S]H ,SOO

1 4 ,H I'J ,' I<; <;

l H'), OOU

4IU llf"J4 .l

So< i61{> C m ll' !":If'

125 JIOtl

1,,4 4 7, 70 11

J'i7, h/J

11.,02 7, 1';4

ro.oou

1,5 4 7,4 4R

'i'i ,IlIlO

1,411 ,1." "

.

(17,01, '\

'1.1

10 ,000

l ,tlt, /',:l5 7

101ld s des Na tions Ur nes pour l'Lnfanro (UNIC! I ) Centre ric l(l'Ctw r che pour lc DClil'l0f' I"'Il 11' 1I1 (CRn lJ

h lh'IIl,ll iu l1,11

I o n d'l l ll>r1 MoIi' A rlhll l

""n t 'l olll <l! II..

I" I l A!

7 c', OIIO

1,l1/,IU ,ll l

'iO,noll

1, ll0,.';'J 5

'l 'i ,lf,·l

.1.'I I" ,h fol l

7 1,'1'1'.

4.4 7f1 ,'I4 I,

I N t l AP

II I,OOl)

1.1 1'J,fl1 4

"A W (ll '

<; 0 0

11 ,10/,

<; ,fllltl

"1 11.{Ihll

l i ,SUO

/77,1,4' 1

1.1 11

11 , 11111

1, .J,~ .I, K1 ]

84,1 2.1 ,903

N OK A l)

I,::h;c ,\" I'lhod isic

Unl l l (~'

mlll IS1('/(-',;

du mo w l"

1I,11 111U(' M ondi J le

I M,OllO

' IJ MA ,,' l

IIMN II Ac... I" 1II1(' AllI ( dlrK' d.... Sc reru e-, IA AS;

J I , I 'i ll

1,INIl 'I'; I

U Nl SCO

'H'dI H

4 .'1')4 ,HOI

U N II I M

1 ,000

) Ol .lId

4 , 771,

] 4f, 1';4

O DA

i l ,O' I"

1, l l' l.'lO l

S" d,'h\ Sub ",?IKlUl lc Developpernem

1H,lltlll

' IlH Ah' l

SID A

01 0 , 1110

I ,CH1H,41 1

1u lI d,lllOIl t ou l

fllI, OOt)

4 1 / h , 'i ~ K

IUII ,UOO

1 ~, 47 4, 4 K l1

Con~,' , l l'o ur

IN

<."

n, 11 7

101 population

lJSAI() 1" ,11 l' elO!I,· l llb•.' du S,-'U{'ld lidl d.' la I)AI )

Tol dl

l , S07, l U

n ,7"",'1 11


\

w c-,

COMMENTAIRES ACCOMPAGNANT LE RAPPORT FINANCIER

1995

1993/4

(12 Mon)

( 17 Mon)

I

U S$

kSh

. sh

U S$

8. RENCONlRES, ATELIERS ET VOYAGES A l 'ETRANGER DU FORUM

.

.

10 8,6 72

f"nO/, 92

98,669

5,08'1,5 05

8 7,230

5, 426,7 44

77, .598

4,0 02,629

19, ]J(,

1,190 ,4 81i

17&,26 7

9 ,O<J2,134

2 15,0 38

13 ,3 77 ,922

J'1<l n ifir<IIIOll stroili>g iqlJt" , I",. H'." Ollr Ct>,

184,7 80

9,531,2 41'1

44 ,22 &

2,l51, J IH

5 11l lve nl io n, illlt iilies pOlU e>' dis ..l d" rn" m lratio n, a u mv eau nati ona l

195,168

10,0 72, 236

72,& (,8

4,52 0 ,8 14

l'Iaidovcr et se nsdnhs anon du gran d public

396,005

20, 42 6,571

]40 ,1 44

14,9 1'1,8 15

Prix pour mnovatours

8,768

4 5 2, 26 7

143

8 ,8 %

Rencontrcs des Antcnncs nahon ales

6, 1<)1

31 9,3 42

.

79 1,0 12

40,801 ,b&4

35 7,181

t ' Assombtoc Co noralo Rencontros du Conute o xecuuf

Participatio n d u h'W l:. au x acnvnes de la DAE er 11 d ' iiIIIr,..."

<It

I iv i le s Ilt' rrillt"lllP'o

Total 9 . G RAN DS AXES

Tolal

22 ,220,908


COMMENTAIRES ACCOMPAG NANT lE RAPPORT FINANCIER

1~3/4

llJ'JS ( 12

(17 Months)

Month~l

US>

I

"h

USS

I

KSh

10. COU TS ASSOCIES Cenl"" de documentanon ec ba se de

donnees

12..18 7

M .tJ}Q')

8,53 4

530,qlb

holmen des documents cc P,o Jct

ll ,b II

1,681, 1.59

25,5 10

l ,58 7,Olb

Pubncenco ct d,'lusKln

20,146

1.019,1 " 1

31.378

1.9 51,08 5

b S,2M

J. 3M. ,4 21

65,422

4.0 70,0 27

104.]06

').180.170

195 .010

1l.1 3 I ,94 ]

20,1 77

1,0 51,078

1,710

106, 38 2

124,68.1

6,411 ,.148

196,720

12,238 ,325

4 .Ub8

lOY,5J 4

10,';15 4

68 1,469

10,714

l ,Ob ll,4 bl

fota l 11. COUTS "OMIN ISTRATlfS

oil Appoinlf'ments. It-munt-rat io ns et a llocations du Ap~ linlt'mt"' I', 1(;m Unt;' d l ion _ t'f

oIl1u( otll()O'

Fu rm dl lf m

rtu po:' r....mnt'1

Tul.al

~l'§Onnt'ls

b} Fr.;s d'iquiJH'ment Tfdm,x lrt ku-a l et (ouls d'en rreuen d u veh,cule Loyer ct

'\(' rv ire~

d u hun-a u

f uurmture s d u bureau

38 .151

1,.179 .66 7

8,195

421 ,7 11

I '},(.'iO

1,212,464

( o rnrnuflI( .tllnn

14,4 'i1

1,11'> 1,12 2

'i6 ,099

J,49u,UlS

Tot a l

57, 4 28

2/J62,229

12 4,95 4

7,773,b25

2,424

12'> ,0 14

3 , 7 (,(,

1bO,OOO

21,')77

1,2 H" 119

2&,U15

1,f,Y1,.] ';'

26,00 1

1,3 41,173

29 ,79 1

1,8 ')],355

20R,11 2

In,734 ,750

35 1,465

21 ,80 5,305

()

D i~l'rs

Fldl' d' <.I ud il ~ lol l S dl~S ol~~ur .m{ l '~ l'l {k~

«m-uu ams

Toldl TO TAL COU TS ADMINISTRA TlfS

37


-COMMENTAIRES ACCOMPAIGNANT lE RAPPORT fiNAN CIER (SUITE) 12 . Ajustl"mf"nt cumule de change L'ajustement cu m ul e de change resulte de l'emploi des dlfferents taux de change pour exprimer les operations en dolla rs USA en regard des raux en fin d'annee .

13. Les soldes repcrtes Les sold es CePOTte S re prese nt en t les fonds assignee pou r la pe riode mais qu i n'on t pas ete d epen ses . En consequence , ils sont report es au period e ulte rie ur.

14. Cours de change Les tau x d e cha nge so n t co mme in diq ue da ns la Note 2:

Bilen - tau x d e fin d'a nn ee Recettes e t d epenses Taux moye n

1U5$ =

1995 Kshs 55.9639

1994 Ksh s 44.89 11

1U5$ =

51.5816

62 .2119

15. Police de retra"" Le FAWE ge re u n p la n de retra ile p .u l'In termediaire d' u ne co m pagn ie d 'a ssurance locale .

38


Annexe 1

FORUM DES EDUCATRICES AFRICAINES (FAWE) L1STE DE MEMBRES A. Le Comite Executif 1. H en . C e nnet Zew ide (Pre side n te ), Min istre d e I'Educatio n , Ethiopie . 2. Pr of. G race Ale le-Williams (Pres ld en te Adjointe), Professeur d es math ematiqu es c t ancien Vice -recteur, Un iversi te d e Be nin, Nigeria . 3 . Sun Exce lle nce C raca M ache l (P re sid e n te Ad join te) , Commission nationale d e I'UNESCO, Moza mb ique . 4 . H o n . Aicha Bah, Min ist re de l' Enseignemen t Pr e-Un ive rsita ire e t de la Format ion Professi onne lle . Gulnee .

5 . Hen . Fay Chung, Chef de la Division Educa tion, UN ICEF, New York; ancien Mi n istre de l' Edu cati on, 6. Ho n . Simone de Coma rmon d, An cien Mi n istre de I'Edu ca tion e t Min is tre d u Tou ris me et du Tran s port, Seyche lles . 7. Prof. Lyd ia Makhubu , Vice- rec te ur, Universite d u Sw aziland . 8. He n . Paule tte Mo u ssa vo u-Mi ssam bo, Ministre de l'Education N atlo nale, Ga bon . 9 . Dr. Ma rnphe la Ra m phele. Vice-recteu r. U n iversite du Ca p , Afriqu e d u Su d. 10. H on . Alice Tlen drebeogo. ancien M inistre de l'Enseign em ent d e Ba se e t de I' Alph e b etisa tion d e Ma sse, Burkina Paso. 11. Hon . Vida Yeboah , Ministre d u Tou ri sme et Anci en ad joint au Ministre de L' Edu cati o n, Ghana . B. D 'autres memhres 12. Pr of. Jose phine Ab iodun , Vice-rec teu r adjoint, Uni vers ite Oba fe m i Awolowo. Nigeria 13. Hon . Pa tience Adow, Adjoint au Mini st re de l' Ed uc ation, G hana . 14. Prof . Iedesola Ak ande. a ncien Vice-recteur, Universite de l'Etat de Lagos. Nigeria . 15. H on. Katherine Chi p em be re Ad join t au Ministre d e I' Ed ucati on, M al aw i. Zi m babwe. 16. Hon . Veronica Iyabod e Anisulowo, Mi nistr e federal de l'E d u ca tion, Nigeria . 17. H on . Cl ara Bohitlle. Ad joint au Minist re de l'E ns e lgnement d e base e t de la Culture, Nam ibie. 18. Hon . Henrie tte Diaba te, ancien M in is tre de la C ult u re e t d e l'Education . Cote d' Ivoire . 19. H on . Bou li Alai Diallo, Ministre de l'E nseignemen t superieur ct de la Re cherch e, N iger.

39


20. H on . Fatoumata Camara Diallo, a n cie n Scc rctai rc d 'E ta t charge de l'Enscigncment de base, M a li . 21. Dr. Jea nne Razafi angy Dina , an cien Vicc-recteur. Univcrsitc de Tolia ra, Mada gasca r. 22. Pro f. Brenda Gou rley, Vice-rec te ur, Univereite de Natal , Af rique du Sud . 23. Hon . Sata ng [o w, Ministre de l'Educa tion , Ga mbie . 24. Hon . Ca theri ne Kainja , depu tee, ancien Min tst re de l'Educatio n. Mal a w i. 25. Prof . Florida Karani, Vice-rec teu r adjoint Universite de Nairobi . Ke nya . 26. Hon . Kabunda Ka yongo, Minis tre de la Scie nce. Technologle e t Forma tion Professionnel le. Zambie. 27. Hon . Then jiw e Lesabe, Mi n istre de l'Ed ucat ion. Zimba bwe . 28. Hen . Edna Madzongw e. Pres id e n t adjoin t du parlcment , Zimbabwe. 29. Mm e Mwarumu Malal e, Secre tai re p rincipal adjoin t au bureau du Premier Minis tre, Tanza nie. 30. Mme Elizabeth Mas lga, Ins pectr ice genera Ie des eccles. Ke-n ya . 3 1. Prof. N eo Matha be, Vice-recteur adjoin t, Univervite du ~ord Ouest, Afrique du Sud. 32. Han . Ge rtru de Mongella, Sec re tai re general, Qu at rteme Conference Mondiale d e I 'O N U sur les Femmes . 33_Prof. Rosalind Mutu a, Vice-recteur adjoint Unive rsi te agrtcole Iomo Ken yatta, Kenya . 34. Mrne Sebtu u N asser. Directeur d u Plan e t Adm in istrati on , Mini stere de l'Education, Zan zibar. 35. Hon . Eleonore Margueritte Nerine, ancien Secret aire d 'Etat ch arge de l'Ensei gnement Superie u r. 36. Prof. Dorothy Njeuma, Vice- rec te ur, Univers tte d e Buea. Ca me ro u n . 37. Prof. Conce p tia Ou insou , Presid ente d u Dep a rteme nt d u Droit , Universi te du Benin, Benin . 38 . Prof. Iune Sinclair, Principal ad join t, Universite d e w lts watersrand , Afrique du Sud. 39. Mme Bisi Soboyejo. se cretaire general, Uni versite d e I' AgricultureAbeokuta, Nigeria . 40. Hon .Esi Sutherland-Addy, ancien ad joint au Mini stre de l'Ensei gnement superieur, Ghana . 41. Hon . Aminate Tall, Ministre de la Formation Technique et professionnelle. senegal. 42. Hon . Christiana Thorpe, ancien Secretaire d 'Etat charge de l'Edu catlon, Sierra Leone . 43. Hon . Isabelle Tokpanou, Secretaire d 'Etat cha rge de l'E ducat icn Nationale, Ca me ro u n. 44 . Hon . Mme Gladness Ramadhanl Mztray, Ministre adj oint, Miru stere de l'Edu cation et d e (a C ultu re, Tan zanie .

40


Annexe 2 INVENTAIRE DES ANTENNES NATIONAlES ET UNE MISE A lO UR SUCCINTE

Ante nnes Natiunales Lc Burkina Faso Lc Cameroun L'Ethiopie Le Gabon Le G h a na La G ui nec Le Ken ya Le Mala w i Le Mali Mi~e

Le Mozambique Les Seychelles La Sierra leone L'Afrique du Sud L'Ouganda L, Za mbic Le Za nzi ba r Le Zimbab we

a

jour Les An tennes FA\\ ' E on t pOUf role essenuel d'entrep rendre le plaidoyer. lit colecte et la diffusion des informations. et de de veloppc r des stra tegies et des interventions in no va trices a l'ega rd de l'ed ucation fem in ine . Une a n ten ne se doit d'etre engage a en rave r It's inegali tcs entre les sexes dans le domai ne de l'cduca tion. Parmi d'au tres av a u teges d 'avnir ces anten nes 5 C tro u vc ccl ui d'insti tutionnaltscr It's in tcrets d u FA\VF da ns 1t'S pays membres . Ain si, u n p rojet en trep ns p.u un me mbre se co n tin ue me me apres son ma nd aI en tan t que rrunistreou vice-recteur. Dans les pays beneflctant de l'app ui financie r du FAWE pour les projct de demonstration . les antennes essureraicnt la surveillance to u t en ap pu yant les projets. Ces memes antcnnes on t eh~ Idenufiecs a titre de fa cilitateurs pour 1.1 mise en oeuv re du Prix Aga the Uwilmgiyime ne po u r ln no va teurs. Ja nce en 1995 . Un guide pour la m ise e n place d es a n te n ne s natio nales du FAWE e st disponi b le au S ec re tari at d u FAWE. Voir ci-ap res le s profils de quelq ues anten nes:

1. lE BURKI NA FASO L'a ntennc S{' no m m e l'Associa tion Femmes Edu ca tnces et Developpement (AFED) . l ' Hon . AIiC'P Tiend rebeogo en est la prestdcn tc. L'antenne se flat te des activites suivantes:

â&#x20AC;˘

Une etude

pOUT

identifier et documenter les approches.i

leducafion non Iormelle pour los filles descolarisees au niveau du Prirnaire au Burkin.. Easo . â&#x20AC;˘ UN progr'lInme d'activites pour promouvoir 1.1 scolarisaticn des filles dans les etabfissements scolaires, y compris IL'S dubs AFED dans les ecoles secondaires j Ouagadougou . L'a dhesion Lost ouverte .lUX Hiles de 12 J 18 a ns . L'H on . Alice Tiend rebeogo a fait une cornmurucation in titulee"A tteindre les Non atteln tes" aI'occasion de la Co nferen ce sur It'S Fem m es a Pekin dan... le cad re du domaine the m a tiq ue de l'ed ucation .

41


2. LE CAM EROUN L'ente nne s'e ppe lle les Femmes Scien tifiques du Cameroun (FESCICA) o u Cameroon tvomwn in Scien ce (C A ~WVOS ) . Ses objec tifs. entre a utres: • Inciter lee filles j, poursui vre des fif ieres scientifiques. • assurer 1.1 collaboration entre les femmes scientifiques du Cameroun et Ieurs homologue!'> d'autres pays. Les ectivites cc rnp renn ent la participation au processus cons u lta tif du FAWE vers 1.1 mise en place d 'un lnstitut Afri cain d'Erudes de C en re a u Ca p en Afrique du Sud . La personne a contacte r est l'Hon . Isabelle Tokpanou . Ministre d 'Etat charge de l'Educanon Nationale. 3. l'ETHIOPI E L'antennc SOll S Ie nom de I' Association des Femmes Profession nelles en Ed ucation de l' Eth iopie a vu Ie jour en fevne r 1994. Mme Bilayncsh W. Ch iorgis. Chef de Formation et du Personn el en Education au rrunistere de l'Ed ucation, es t la p residen te de I'associati on . Les flnalites de l'associat ion com prennen t: • surveiller les q uestio ns d 'egalite entre les sexes dans le domaine de I'ed ucatioru • assurer le plaidoyer; • 1.1 recherche sur 1.1 problematique de l'egallte entre les sexes; foumir du sou lien .lUX Hiles; • • defendre les droits des femmes educatrices: et • promouvoir 1.1 deontolcgie. L'antenne surveille une recherche parrainee par le FAWE pour etudier les causes des faibles ta ux de scolarisation chez les' filles et lcs femmes dans le district de Cheba . L'antenne a, par ailleurs. favorise 1.1 parti cipation des femmes liberatrices a la Qua tr ieme Conference Mondiale sur les Femmes a Pekin .

4. LE GABON L'an tenne, q ui s 'appelle l'Association des Femmes Edu catrices du Gabon (A FEG), a vu le jour en oct obre 1994. Ses statuts on t ete reconnus a Lib reville en janvier 1995. A la presldence est Mme Philomene Anyi ngonc Obi ang, cad re executi f aupres du ministere de I'Edu cation Nationa le et la conse illere technique du mi nis tre, l' Hon . Mo ussavou -Missambo, rnembre du Co mite exe cu tif du FAW E.

Les objectifs d e I'an te n ne co m pren nen t 1.1 form ati o n et Ie pl ace me n t des Hiles descolarisees en vue d 'ameliorer leur co ndition . Panni ses activi tes figurent une elude de cas s ur la part icipation des lilies et des femmes a Ia scien ce et technologie. L'antenne envisage, par aifleurs, de lancer un programme pour conscientiser les femmes el les filles en vue de leur permeltre de s'affinner. Ainsi, elles deviendraient de veri tab les agen ts du develcppement.

s. LE GHANA 42

L'antennc es t connue sous le nom de l'An tenne FA\\'E au Ghana . Elle a ete fond ee en juin 1993 et enregistree co mme O!':G . L'Hon . Vida Yeboah est est la presid en te tout etant membre du Comite executif du FA\'VE . l.es mcmbres ont tires non seulement parmi educetrices mais aussi des personnes provenant des


ONG dans les collec tivites et des autres secteu rs. La cond ition pour adhesion es t 1,1 preuve qu'ils ant travaille vers I'amelioration de la cond ition des femmes 1:"11 generale et qu'ils smte ressent au pleidoyer en faveur de 1.1 scolarisetion des tilles . Ci- ap res Ies objectifs de l'antenne: plaider en faveur de l'educarion feminine a travers les ateliers, • les medias et Ies bulletins de liaison; Initier les debars pertinents en matiere de politiques en vue de favoriser l'education feminine; • Mobif iser les ressources internes et externes pour interventions en fa veur de l a scolarisation des lilies; • choisir des domaines de recherche specifi qi.es et des interventions appropriees: et • Sensibilier les populations sur 1.1 scandeleuse sousrepresentation des filles dans les eccles. L'antenne a realise les a ctivites qui suivent: • le programme de plaid oyer conststant a creer des ponts entre les decideurs et les populations locales en vue de favoriser des changements pertinents en matiere de politiques; • trois seminaires nationaux visant a senvibif iser les populations sur 101 sons-representation des filles dans le s ys te me educatif • l'elaboratlon des materiels pour le s Points Pocaux dans les Districts pour promouvoir les programmes des communautes:

.,

le premier seminaire national sur 1.1 scolarisation des lilies sous lc theme " Ameliorcr I'acces a une education de qualite pour les filles " qui a reuni 60 dircctcurs d e l'Education dans 1,1 region, les membres associes du FAWE ainsi que Ie ministre de l'Education . L'antenne oeu vre en collaboration avec d'autres groupes pou r pouvoir executer ses programmes. Entre au tres on compte 1,1 FIOA, 1,1 Banque Mondlale, I'UNlC EF et le ministe re de l'Bducation .

b.LA GUINEE L'an tenne d e 1,1 Guinee est dlrigee par le ministre de l'Enseignement preuniversitaire et de 1,1 Formation Profession nelle. l'H on . Aicha Bah Diallo. En sus de jouer un role declsif da ns le lancement du Prix Agathe Uwilingiyimana, elle ,1 mis en place un mecanisme pour su rveille r les politiques de l'Eta t en mati ere de reinser tion des filles d escolarisees . LEs activi tes d e l'antenne comp rennent: • l'organisaticn d'un concours dans le cadre 101 Commission d'Equite en Education; • 1,1 surveillance des politiques de l'Etat en matiere de reinsertion des fi lles descolarisees: • 1,1 mise en place, avec Ie concours du FAWE, d'un centre de formation continue et des cours de rattrapage pour les filles

descolariseesr •

I'organisation des concertations ministerief les sur l'education de base avec I'accent sur la scolarisation des filles .

43


--._. L'entenne de 101 Cuinee fait pa rtie de I" phase-pi lote du Prix Agnthc Uwilingiyimana pour les Innova teurs . L'antenne abrite le noeud francophone du FAWF. S.OllS l'aimable di rect ion de Mmc Madeleine \1.11.: ,1 .

7. LE KEN YA L'an tenne s 'appelle l'Antenne FAWE.tu Kl:'ny ,l ( FA\\' EK). L'antcnne a consn lut' un C omite de tr avail sous la d irection dt' "me EliLdlll'th l\Idsiga , aussi

l'Inspectrice generate des ecoles au Kenya . pour ~e charge r de l'implantantion de I'a ntenne. Les membres du Corrute son! tires parmi educateurs. femmes et hommes. ('lONG 0\1 d'eutres secteurs d ont les domaincs de spedaIis."ltion aidcraient ,\ elabcrer des strategies rour ameliorer l'etat de la scolansation des filles. L'entenne jouit de I'appui d u rruntsten-del'Education. Ci -apres les objecnfs de l'antenne: • fo u m i r un point focal aux educateurs pour dis cuter d es questions relatives a l'edu cat ion femin ine; influen cer le s p olitiques ct la prat ique dan s lous les aspects de • I'educatlon dans lc but d 'a ssurcr r equite; lancer des programm es d e sens ib ilisa tio n mcttcnt en vedette Ie • rapport entre le d eveloppement ct la sco la risat io n d es fill es; prumouvoir et favoriser une approche hcfistiqu e pour int egrer • les Hiles et le s femme s avec hand icap m o teur au proce ssu s de l'cducarion: • creer des suceursales si besoin est so us reserve de I'approbation de I' Asscrnblee C e n e rale: Convier les Etats et lcs bailfeurs de fonds a a ccroltre leurs • invesfissemen ts dans l'educaticn de fa con .1 accc lerer la scolarisation des fillc s, s u rt o u t ,i l a c.lmp.1gn(' . 9. LEMADAGASCAR A u Ma d a ga sca r l'e n te nn e FA\\' E s'ep pellc l'Associat lon d es Fe mmes Un lvc rsi tei res d u Mad agas car. Elle ressem ble les fem mes e nsc ignn nt a l'Ur uverstte de Tolia rn en vue de favonser I'u nite et la collabore tion. l'Association. sous la direction du Dr. [e..nn e ('Din..t , a (h!po~t! ses sta tuts en se ptem b n- 1992. Depuis. e lle est im pliquee dans des .lCtil'it{'s tclles que: • dcvelopper un projet de demande de fonds pour construirc uno auberge des filles au sein de l'Universite de To liara co m m e moyen d 'ameliorer les condition s de vie pour Ies etudiantes: des projets pour cree r un centre de documentation pour les • et udlantcs a l'univcrslte. II es t en visage u ne rencon tre de re flexion au ni \'(',1u na tiona l en 1996 sous Ie the me .. Problemes de Ieu ne s Fe m mes Mal gaches il l'ega rd de I' Acres a l'Enseignement Superieur". La rencon tre est censee deboucher stir un mventaire de problemes et une ebauche des solutions .

44

9. LE M ALAWI L'antenne est conn ue sous le nom du Forum des Femmes Educatriccs du Malawi (FAWF.~IA) . Elle a etc fondec par l'Hon . Kate Kainja . deputee. en 1993. L'antcnne est enregistree comme ONG avec pl us d('.10 rm-mbres parmi eux des enseignants. des cadres du ministere de l'Educat ion . dt..'3 umversuaires. d'au tres professionnels et leaders d'opinion en education Le rA\VE~IA se dote d'un


Corr utc cxecufi f nati onal d e 10 me mbres sous 1.1 di rection de l' Ho n . Koinia.Les finalit es de l'antcnne com p ren nen t: promouvoir 1.1 scolarisation, Ie mainticn ct la reuesi te scolaire • des filles; • amefiorer 1.1 comprehension de 1.1 problematiquc d'egalite a l'egard de 1.1 participation et de 1.1 performan ce scolaires: • arne fiorer 1.1 repartition des facifites scolaires en vue de fai re integrer I'egalile entre les sexes au" programmes educatifs du

pays; promouvolr 1.1 recherche sur l'edu cation feminine et Ies etudes sur I'egalile en tre les sexes: survcif lcr I'Integration des resultats de recherche; influencer lcs decisions en matiere de pofifiques: favpriscr 1.1 creation d'une banquc de donnees ct d'un centre de documentation s ur l'educatio n femi nine et 1.1 forma tion sur I'cga li te entre les sews. On trouvc parmi cos activites des p rogrammes de conseils entre pairs et de modeles ayanl pou r cible If'S ftlles dans les eccles e t al 'uni versite: • des campagnes de mobilisation sociale sur 1.1 valeur de 1.1 scolarisaticn des filfes: • la recherche sur 1.1 problematique d 'egalitc ct res problemes des filtes scolarieces dans le s eccles: determiner lcs bcsoi ns des filll'o,; descolarisees et leur offrir une formation pratique; lana lyse des pofiriques en vue de savoir s'il est des cffcts nuisibles sur les fitles decoulant des cursus, des contcnus et des options favorisant l'megalite: l 'antenne fait partie de 1(1 phase-pilotc du Prix Aga the Uwilingiyimana pour Innova teu rs. lequel encouragt> projets. initia ti ves e t recherch e sur I'edu cation feminine a u Mala w i. L'a n ten ne OeU \'Tl' en etroite collaboration a vec d'autros ONG au Mala wi , en partlcuher celles interes sees a ux questions feminines , II s'agit il ce propos, de CONGOMA(un conso rtium d 'ONG), lcs bailleurs de fond s e t le Secre tariat d u Commonwealth. Lc ministere d e l'Education a oe u vre ctroitcmcnt avec le FAWE~tA. D'ailleurs, il a fait de la scola risation de s filles tine pnori te nationalc. •

10 . lE MALI L'antenne s'appcll e le Foru m des Femmes Educat rices du ~'I.lli avec les objecti fs s uiva nts: • diff user des informations sur 1.1 scolariafion des filles ~ tous lee ruveaux: • s urvcillcr lcs po litiques nationales portant sur l'education des filles; • i nitier des ac tions pour promouvoir la scolarisation des filles: • surveillcr une camp.lgne de sensibilisalion de masse q ui sera lancee prochaincment en vue d 'accroitre la participation des filles dans l e regions de Kayes et \topt i. La personne a

contacter- l'Hon. Camara Diallo Ideputee}. 11. lE MOZAMBIQUE L'antenne FAWE au Mozam biqu e s'appelle Assodao Pare Desevolvimento


da Communidade (ADC). Sa presidcnte est Son Excellence Grace Mach el. p residente-adjointe d u FA\VE. Une d es activites de l'entenne comprennent unc etude su r le participation des filles it l'educat ion da ns le pays. L'etude est achevee et le rapport en tra in d'etre redige. 12. LES SEYCHELLES

Sous Ie n om de I' Association des Femmes Profession nelles des Seychelles (SAWO P) l'antcn nc a vu le jour Je 10 decembre 19'J3. A la tete d u Comi to exccuti f est I'Hon . Sim on e de Comarmond. qui c ta it lc mi nis trc de l'Educa uon au lancem ent de l'a ntenne . Act uellcmm, e lle est ministre d u To urisme. La SAwor gc rc un Fonds en Fidei Co mmis po ur promouvcir let scolerisa tion de [eu nes e t hiles d ouees . Ce tte organisa tion sert de poi nt foc a l J. tou tes lcs femmes professionnelles representant les Interets et le bien-etre de to us lcs rncmbres. Us objectifs de Ja SA\VOP comp rennent:

• •

effectuer des recherches sur les questions relatives a l'egalile entre les sexes; parteger les experiences ct creer des modeles pour les jeunes femmes; assurer a sensibifisatlcn sur l'egafite des decideurs: diffuser les resultats de recherche et lee informations sur les questions d 'e-galite entre Ies sexes;

Le s actt vites de I'antenne: • des ateliers de sensibilisation et de formation sur l'egalite entre

• •

les sexes; de diverses initiatives de collecte de fonds: un diner dansant; les ventes aux encheres, les foires, les marches, la danse du Reveillon et une Tombola; Constitution d 'une equipe de formateurs pour s'occuler de loa sensibilisation; organisation d 'un forum sous Ie theme" Le role des femmes en tant que gagneuses de pain" pour commemorer le Jour International des Femmes; redaction et distribution du bulletin de liaison de 101 SAWOP; Re prese ntat ion de l'association aux forums nationaux sur 101 cond ition de la fe mme aux Seychelles.

La SAWO P a, dep uis sa cr eation, collabore avec le min is tere de l'Ed ucauon et lc FE~l NET pour 101 form a tio n sur l'e galite en tre les sexes . 13 . LA SIERRA LEONE

L'antenne de Ja Sierra Leone existe dep uis le 23 mars 1995. Au depart elle com p tai t seulement 22 membres . A la presidence es t l'Hon . Christiana Thorpe, membre d u FAWE et ancien secreta ire d 'Etat cha rge de l'Education Nationale. A present, I'a n tennc aff iche 3S membres (pa rmi em. des ministres) prnvt:'nant des di ve rs sccteurs e t ONG . L'a nten ne se p ropOS(' de reunir les educatrices ermne ntes e n vue d e cree r un env imn nemen t favorable a 101 scola nse uon des fillcs et des femmes . L'obj ecti f-cle de l'a n tenne est l'a ssistance m utucllc c t la collabora tion dans Ie developpement de 101 ca pncitc na tion alc pour accelercr la pa rticipa tion des filles et des fe mmes al'ed uca tion a to us les niveau x, e t en accord 01\' (,'( res flnali tes de 101 Scola nsa tion Po ur Tous (SPT ). Lcs objectifs specifiq ues soo t comme suit:

46


• •

initier des deba ts pertinents en matiere de pofifiq ues: en treprendre des activi tes de plaidoyer pour promouvoir I'educaticn feminine; • mobiliser les ressources en faveur de l'education feminine en Sierra Leone; • creer des pan ts essentiels en tre organisationet et perso nnes engagees a pro mouvoir I'education femi ni ne . Les activi tes de l'a ntenn es com pre nnen t: • la m ise en place des ecoles dans les camps de secours it I'int ent io n des en fan Is dep laces: Ie programme vise a occuper Jes enfants penda ntles longues vacances de juillel a scptembre: • surveilter et administrer le programme en tier. Iequel a pris fin en septembre 1995; • me ttre en place 1.1 premiere eco le FAWE; • Coordonner " le Fonds de I'Environnement au profit des Enfants Deplaces" (DICEFL Les recettes de ce fonds aideront a inscrire les enfants sco la rises mais deplaces au Departemcnt de l'Education . Les recettes serviront egalement a assurer Ies repas

a I'eco le.

D' a ut res ac tivitcs envisegees rump rennen t 101 s urve illance de l'cx tcnsion d u Programme d es Enfa n ts Deplaccs ii d'au tres regions de 1.1 Sierra Leone apres 1.1 gu erre.

15. l'AFRIQ UE DU SUD Le Dr. Mamphela Ramphele. mernbre du Comite execurif du FAWE, a dtnge 1.1 mise en pla ce d 'une antcnne FAWE en Afriqu e du Sud , le FA\'\'F$A . Les domaines-cle de ce tte antcnne se presentent comme suit: • la formu lation des politiques sur )'egalih? entre les sexes a tous Ies niveaux de l'educarion, en particulier au niveau de I'enseignement superieur; 1.1 mi se au point du concept d 'egalite et d 'equite en tre les sexes en vue d 'elaborer un cadre theo rlque au inscrire les efforts de lanterme d 'assurer I'cga lite en educa tion; • 101 creatio n des po n ts en tre la recherche en matie re de po titiques, 1.1 fo rmulation et 1.1 mise en oeuvre des pulitiques en vue de favoriser l'eq ulte des sexes. Les ec tivites de I'antenne co m p re nnen t: • la recherche; • le plaidoyer; • I'elaboration des nouveaux cadres en matiere de polttiques: • 1.1 mise en oeuvre et I'analyse des politiques; • 1.1 forma tion: et • le travail en reseaux. Parm i les ac tivi tes envisagecs tigurent la mise en pla ce d 'un secretariat comple t: un e se rie des p rojets de recherche de base sur l'e tat d es Hiles et des femmes dans lcs systcmcs edu catifs en Afrique d u Sud; u ne seric d'ateliers pou r arreter le programme de recherche du FAWESA; et reflechir sur le genre de travai l que Ie FAWESAest it meme d'encadrer. u s p lans d'action de l'antenne s'inspireronl ineluctablement des renseignements ra ssembles pM 1,1 rech erche de base susmennonnee. La personne a con tacter: Thandi,:,,·e Mct .ean .

47


16. LE ZANZIBAR L'antenne a u Zanzibar etait dirigee par Mme Sebtuu Nasser. membre du FAWE et 1.1 fem me 1.1 p lus ha ul plecce au ministerc de l'Education .

L'antenne vise a promouvoir 1.1 scolarisation des fillcs . Elle oeuvre en etroite

colla boration avec Ie minisrere de l'Education pour reviser lcs polinqucs scolaires en vue de les rend re plus attentifs am: besoms d es filles dans lc systeme d'education . Les activites envisegees de I'antenne co m p re n ne n t la promotion de l'enseign eme nt des sciences pour les fillcs: l'e tudc du ha rcelemcn t sexuel dans les eccles. L'antenne oeuv re vers l'integranon des problemcs speci flques .lUX HIles d ans Ie plan- maitre sur l'educanon pour qu'elles scient traitees avec 1.1 digni te qu 'elles mentent.

ANTENNES NATIONALES

z._ I

Aftl~( OlI SllD

48


Annexo 3 L1STE DES PUHLlCATIONS ET DOCUMENTS fAWE A.

LL I lin LJl

LlAI~O

DL I A\\ l

P u bli ee semestriellement en anglais et en francai s . L:SS ·1.00 H

QU,IIO'

BI

Fd uca t ion dfS /iIlf'f'" Pit-gt' tit' hi G rll_~ ~ t' ~ " t' ,1.I,l1l""I"I"/ It'

B2

81 114

B6

pdf J. Nvambura Yp Il Y':6 An h l,m,fFr.1.I1 'd b L SS 1.00 Educa t ion de, tillee: Prt1gramltlc p,'IIT dlll,,:,t''''!''jt polf \\' .~1 K.lbir.l /G .A . R('n.l.w. 17p / 19Q-l '\n ~ lais /fr,]n\'li s L SS 1.00 Ed uca ti on ./l's [dlc«: Pourquoi. QlItll , QIIlI·t Comment p.u S wamahiu Sp /19'l.t "n gl ai s ltr.lI \(~.li s LSS 1.00 Lln 'WIH't'llI. del'art pllll r mens .Idlll(,l"j'/Ilt':- - blum t urn Noro t Tin' de T('d umS.' I'll Afriq ue Editto rdf G . Benaars 29p/1 995 An};a b /fr.ln.;.lis LS$ 2.00 Filtc s et Education Airicoine: Rcchcrcue I'f Ad;,ms 1'(I /IT maintenir ' t":' filI rs su r le bane scolaire. 2~r / 194:; A ng lais / Ira n, a is USS H Xl

(

I'I(OCUJlIU<..,

(' I

St lll l/l ~ all FIIWE R,41J'pl.rt A ll/ w ei all FAWE, 1994

C2

C3 C-I

D, Dl

Fiene N alj""ah-> dc D,,,,,,,'..s. i"d""t", ,, du ,1" ""1"1" "''''' ''' '" /lli/ t iere d' tlllll.:a t ion r .H R. Makau 9r / 199:; Angl.,is!fr.,n<:olb AR C de f'A I/ (J fy~ t' de GC'In' pM w, \1 Kab ira / M . Ma sinjilo 2.:;r /19Y5 Anglnis US$ 2 .0n PROIILS r( 'IIlIll C~

rr

PORTRAIl S

c ui dtaJlSi'II ! la sit uat ion: DYIlI1/11iq l/c.s Duvctriccs Afrimill l's

r.n M.lrg.lrpUa Wa Cochcru .J Op/ JlI'J5 Angltli:::. US$ 2.00

D2

Portnm« ai' S Sci(' l1 t ~ri q ll ('~ F t'lIIl/It'~ j'//Afriqll l'

[13

Portroits des ~ d('llt ~fiqlll '<; Femmc<; l'1I Afriqlll' An gl.l is / f rnnca i s.

Par E. Sutberland-Add v 32p / 19Y5 A n/o;l,lis / fr.lIli;.lb US$ 2.00 :·1 p osters 1995 OOCL\lr\J re, IH I RA\, ·\II III IAWI-

@ USS 1.5U

F. l

E3 EI

In ecolonsa t ion dcs/ilks et f{,//l llle~ CIt 'V, iouc: III/ t' ~! iOll s t'l

W II(Cp tS

p.u E. Cechukia 1992 Angl.us DIl Pwsrrmw le rA~Y£: Opt itl/lS , IO lir impact , I'.u KvNam uddu 1993 Angtais Et IId('" S ur lcs capaci t t;S ell pi/In' ~'(lll r Iii cot teetc l' t analyst' dI ' Ih' / ll/(;t'S SII r La PIl r t ici1111 t Ij "/ fcnu 1/ ine l'f ~'''I f;'I'.I-/I,fl, " k /Ill sn " 1'/11/ .I( '~ pol it ill' It'S p M K . Hyde 199.1 A n gl .,i ~ . Creer WI c'H'irtHUll'JI1I" ,t (,Wtlr,Ii'lt' (poll/ ilple (1' 1 fil l/rt') ii In c....·otnr isl1thlllll..s filiI'S: lI" .it" 'l,/r IIn t Hlllll r I'.H A Bah Diallo PIY--I Angf ais Etal dcI'Educution de« [ ,lIl'" 1''' A/' it/H I' ..1"-.:11",/,, ,,/(,. PM G Zewide 19lJ-I Angl.u s


E6

Soue-inscnprion et J'(Ilwrf' qllafite de l'En eeignemeut Prima ire en

Afrique: Vers

lme

solution respt'ctllt'ust' de /' E~ali t t drs St'.u s.

r.u c. Colclou gh 199.,1 An gl ais yf'ran ca ts .

E7 E8

E9

ElO F. F1

F2

Abando'is scotaires et fa GnJ..<esse adolescente pM W. Njau / S. Wamahiu 199-1 An glais ./Pra ncai s Egillite des sexes, Education f t Formation: LJII cas pour lOll' action affirmative par E. Gach u kia 1994 Angtai s. Etat de Teducation des jil/es en Afrique: Aperpl du t},r me " Perf ormance" pa r S. Wamahiu 199-1 Angtais ZFra ncai s . Aperf ll sommaire de i'rducation ties filles ell Afrique p ar A . T iendr ebeogo 1994 Anglaia /fre ncais . PRO/ETS PARTlCUlIERS

Abandons sell/aires et /a 8 r(ls.~l'sSI' adoteecente

edite par S. wamahtu 1995 Angtais Zfra ncais USS 7.00.

Exposition ambutante des jOIl l'ts

S cif" ' t ~fiq l/ t's

d'Afriqu(',

edite par S. Wamahiu 1995 An gtats Zfre nca is lJSS 3.00. G Cl G2 G3 G4

G5 G6 H HI

H2 H3

50

RENSEIGNE~IEKTS

Prospectus d u fA WE , 1995 Anglab /franc;a is . Prospectus drs Prix Agathe UwW" Xiyi mtnlil 1995 Angl ais . Poster A gatlle Uwili l1giy im.ma par S. \Vamahiu 1994 Angfa is z fra n c.us. Poster sur /'A rbre de ta t ,jr Polf W. Njau . S. Wamahiu 1995 Anglals / fra ncais. Caiendrier FAW £ 1995/9 6 Materiel t njo rnu uionnei pour In Prrssc AUDlO-VISUEl Envogez cos fiUes Ii l'icole par S. Kibukosye Cassette aud io 4 m inutes Anglais / fra ncais USS 5.00 . £I1L'Oyez too!" fiUes iJ t:ecote par S. Kibukosya Video -dip -I m inutes Anglais Zfra nc ai s US$ 25 .00 CI'S f iliI'S nUHu/"elit par M. Ccmcrtni e t S. Robertson Film et cassette video 55 min . 1995 Anglais


Annexe 4 LES BAILLEUR S DE FONDS PO UR FAWE EN 199 5

1. L'Academ ic A fric a ine des Scie nc es (AAS) 2. L' Assoctntton pour le Developpemcnt d e l'Edu cetion Afri ca inc (Secreta ria t d e la DA E)

3 . L'A ge nce Canadiennc pou r le Developpement Int ernati ona l (AC Dn 4. La Socie te Ca rnegie it New York 5. Ministere d es Affaires Etr a ngeres a u Pays-Bas 6. L'A ge nce Norvegienne pou r le Developpement (NORAD) 7. Le Conset l po ur la Popu lation (Bu rea u de Na irobi) 8 , L' Agence Sue de pOll r le De ve loppement In te rn a tional (ASOI ) 9. L'Agence Suisse po ur Ie De vel opperncnt (ASO) to . La Fondati on Ford 11. La Ponda tion Rockefe lle r 12. Fonds du Secou rs a l'Enfance (UNI CEF) -Ne w York 13. L 'UN ESCO 14. L 'UN IFEM 15. L 'U SAJD

16. L'lED de Ja Benq ue Mond re le

51


Annexe 5 LE SECRETARIAT DU FAWE Fddah Cach ukia â&#x20AC;˘ Direc t rice Execu tive Gibwe Kaju bi - Directrice du Programme Lornah \ tur<l~e - Di n.....' tric es de ln Commun i... .uion Elizabeth L Musvoka - Direct-ice des Finance s Chart...-s Mwololo - Co m p ta blc Ma d elei n e Maka - Specialiste en mat iere des medias Wilcdn~o Kimani - Documentaliste ~ . Nancy Thiong'o - Secr e ta ire Q . Lu cy Kimcmiah - Sccre tai rc bilinguc Ill . Nelly .\1.1ny.uol - Sccretairc vreccptioni st e II Ch ristopher Kitavi -Coursier 12. Da niel Mutisya . Chauffeur

1. 2. 3 4. 5. 6. 7

MEMBRES DU CO MITE TECH NIQ UE Dr. Adesina Akinwumi , Coordinatcur. n -chcrrhe cn Sciences socr a tes. In s ti t ut International d 'Agricul t urc Tropicalc (HAT ), Cameroun. 2. Prof. Christopher Colclo ugh. Economiste, ln st itut d'Etudes en Developpement , Uni versite de Sussex, R,U. 3. Dr. lbra hi m e Diop. Coordinateu r d u programme. Pr ogramme de Mod estes Subventions. Lr uou pour les Etudes dl'!'> Populat ions Africaincs (VEPA ), 5e1ll;ga J. 4. Dr. Ka ri n H yde, Chercheur de 1<1 Sie rra leone, auciennemen t h il~e it l'Uni versit e d u Ma lawi. 5. M . Mw angi Kamungo . Spccialiste ('0 matiere de politiqucs educatives et Conscillcr en Ed uca tion . 1\ Ii ss ion Regionale de 1,1 D,l nqlll' Mo nd ia lc en Afrique O rientale . 6 . D r. Kabi ru Kin yan ju i, Res ponsable sup er ieu r du Prog ra m 1lH:', Ce ntre de Re cherche Po ur Ie De vt'l oppelllt'llll ntt'Tlhl tio nill (CHDI) . 7 . \1 . Ben Ma kau , Expert en r nat ic n - d'cducetion . Asso~il~S pOUT la Rech erche c t Eva lu ation. Ken ya . x. Prof. l'enmah Mlam a. Re spon sa ble superieur d e l'Ed uc ntion, Universite de Dar es Sa laa m. Tanznnie . ') . Pro f. Ric hard Mu snn gi. Scicn tifiq uc et a ncien Vk-c-rectc u r. Urnve rsi te Eg erton . K l'Il\"J. 10. Dr. K ,l l h eri n ~' Na III ud du. Rc prcsc nta nte d e 1a DA E ct Scien tifiqu e de haut ni vea u . Fon d a tion Rock efeller. Bureau regional . Ke nya . 11 . Dr. Steven O'Brien . C h.i rgc de mission . Mission rc~hll1.\le de la Banque Mo n diale en Afrique O rientale . 12. Dr. Ruth Iee r-Foma selli . Direc t-i ce pM in te rim. Centre d'E tudes C u ltu relles c t d es \ h:'di,lS. Un ive rs itc de Natal . Afr ique d u Sud , I.

51


Annexe 6 INVENTAIRE DES SUBVENTIONS DE DEMONSTRATION RATIFIEES PAR LE COMITE TECHNIQUE HAT DES SUBVENTIONS DE DEMONSTRATION A PARTIR DE 1993 BENEFICIAIRE

MONTAN

PROJET

ANNEE AVALISEE

HAT

RESUlTAT

A. Subvrntiol'6 POIIf' Ie plaidoyer 1. Ant""",, FAWE-Charu

Amf>tiorf'l' fa I" i... oj.. rorlVi.. nce

$1 8.'J'I5

d lel dkid('ur~e ~kUl"",rs/ruhli(" gene r,,1au CIulla ~ 1 '~,lrlJ des f,U 1"lJrS ffi lr ,W oInI do> Inf"illf'ur;

""

Ac tW'vl'

Al"h'" ... punli, al ,on f ~I"'ri ..,,(".. "' 11'101,,1,,'1''''

Puhhcanon lin..nc~ par l'UN fSCO V~'fSlorl provio;oi, .. pr r-tf'

IIl SUipl ;OI1'. rrl<linlien eI

pl"riornl.ln, p , h"l If'S fille'"

2. filnK docuInentaires r'<: 1;lO 'CfW; fill,..;man'l"pr ll" . 111m Compa~ni e Cilll"let"i..; docurnt'"l dirl' !'\l' Ia f!l'i~ de dPcisioo Pll i" mill.. sur Ia Sculari,,,1 iOIl til."!> f ill 'S ~l Alii'll)(' J . A-~sociati on del. f"m~ Prore.~ionnellel del SeycMIlH (SAWOPj

I nrn l<ltiml PI, "kll,i' ,.. d'l'g"hlP

u..s

$50.000 $1 i.OOO

UI.l.2f>

f"mldl"l"~' ~

,,1,·li. .. fJ<· ""fl'iihili""Tiflfl du flf"Nlf1flf'1 !tu

VPr<'on dPfi n,tivp prPVUf'

f'U'l1l1Pr" flu fIIm.i 101

IJOUI rTl""S 19')6 . SlliM'gi,· de difh....Ofl IK>UI1':1'1(,

n lflri-wnCf' rl<' "'" kin,

""

Ad ,.,ve

f " tn wtlOiI d~

[ n c o u ro;

Am<'liorf'f 1,1 pns- ri<[{HI"U"nce

""

19'}5

fOflTlil tf·..,r<,-dk eXI.crinll'lll "l i<H1 de I'ABC dt· l'f R"IiI~ tW< <;f' x~ .. ct l

MIN lDUC

c, w

4. Anlenne.FAWE ;)IJ Ghana

M.. Ii,_..,; fl<' ~uiv i .b' j!; 10

di'>lI;.1~

$40 .120

19'H

5. Uni~ ....it" ~ .....nyalta, Groupe ad hoc des kmmes c hr tc hrur<

P",1ta,1s Jp" (""on"", IT..::lo\I.... "U "'" flY"

$2'J.92 5

19<)5

6. Realisations SAM4.WATI

Vid(....·<;Iip el c assete audio; "' n\"oypl vos f1111"5 ,), I·k olp·

$40 .000

7. Mini........... 1'Educ;otion. Mali

Progran.-rll· pour il1formatitHll'r '\f'fl~i hi l,~atlon d.. ma~"" ~ur la sc-ol.m"'llion ,:!<-s till.... ,1",,'1 1f"S r<'gions d.. Kayl"S et Mopli au Mali.

$20.000

o<loore 1"') 5.

Atlt'nd r~ I'''(I" ~Ur I" ,,<oj.. t

O.... ' ..lr!'ait" d.... (.." ,,"'..

l'fl cours

mode ll'S pr<"seo ll'", ,), P""i"

1995

[ ncOll..

VNsions ('fI angl"is,lit"rlf,ai<Js.....allili/li'lga

199 5

Attend une Vl'rSitHl revisee du projf'l.

Accroltrc 1<1

pnse de

sur la s<-ola,i~ ati[)1l <iL." fi ll"..

COMC ,p llC p


~

~

HAT DES SUBVENTIONS DE DEMONSTRATION A PARTIR DE 1993 PROJET

BENEFICIAIRE 8. AlliaJKf de PI.lidoyer pour tes protts des Enfant s au Kenya (APDE K)

9. Mini"l er e de l'EduCOllion , 'tchad,

Cd fll p<lgm~ d~

,wJhibili 'idtion en favour

MONTA

snns

ANNEE 199 5

de la scola ns auon des filles d ans Ie d istrict d... Kwale , Kenya. Si'm in<\ire sur l'Etat dt' la sco lar isil li on

HAT

AVALI SEE

RESULTAT

Attend rapport sur ce Pns e de con science accrue SUI la valeur de p ro)...! en r-ours

scol anser It'S Iufes $8 .000

Fn emus

A( h(~\I~.

AI1t'ml le

rappm!.

dt's fille, au Tchad pour passer en revue Ie!> ccnuatntes. e t ans ter d es slJ'l teg ll.."s d-une se nsibthsatiou de ma.'>e sur I ~ d Vdll l ilg h ell-' til scolensenon des nllr-s au dcvcloppcrre ru, et de sounen <lUX programme. d u mtntster e pour promouv cir l'educauon lie. fi lll ~ .

Pr ise de co nsci ence an- Hie sur 1<1 vateu de

scclans er los fille.;.

B. Subven tions pour dimonstfo1ltions et Innontion s, et POU' p_ut', au &_n pillage10 . Assod alion femmt's Ed ucateie es 1'1

Developpemen t de l'Educ etion Non tc nnelle pour ulle, ell Ill<l rge rle I · ~ o t e

Di vel oppement (AFED) -Anten ne f AW ( au Burkin a Paso

au Burkina Ease .

I I. Trust Cambrid&e pour " ~Education Feminine (CAA1fED ) . Pro jet dtt Zimhahwe .

I'rogr;m lnw de bource aux fi lip, dklu; rl1i'>ts da ns les ecole, sec o ndaire, du d l ~lJ i d de Chikontba, l il1lbrll>we

12. Tru st Camhridgt' pour I'(duuti on H-m inine (CAMfED) 13. Ministere- de I'(duut ion , Guinee.

$3 0 .000

199 4

En co urs. Ra pport l~pi'ri~.

Ch,mge me nl de polmque s SUI voles de ft:' cl1;m ge

to.nnn

1')'14

Arll.. vp

Rill' po rt I ig lle s duec trrrr-s. Influl'rlCe d("l:ouldlll lJ'u lle ~ Yllf-'f g l e tl'",lf" n , p i la nds limite,;

Collllllll<'f I' <l >sislancc <l UX filii'S d(110UlV UL"; UU ui~ l l i cl de Chtkomba , / illlb rlbwe .

s34 .fN 1

1'l' ! s

I' ll COUIS.

Liglles dnoctnc cs. ltudn de LdS.

Mi,e ell I'lil<,t-' d 'Ull c..rure d.. fonuanon co r umue <.'1 uC'S couts de rcn appagc pour fillt'S It' fIlll< n" iH'IIH'llt I'Jl In_u!'," <It· I'ec o le ,

$10,000

1'J'J5

R<lI IOI'()tl ~pPle.

~


HAT DES SU BVENTIO NS DE D EMO NSTRATIO N A PARTIR D E lqq] BENEFICIAIRE c . Su h",",t iOM pour .lIppt.ly"

PROJET I~ di\l~l o~~nl d ~ up~itn

U . Unin n ite du C.lIp. Afrique du ....

MO NTA-N T

ANNEE AVAlI SlE

Sl Q 1.0 0

1'14 4

HAT

RE5Ul1Al

au "i",('au t l'lii",ir"

Co nsuu auons pour la mise en "Iact> d 'un In, rilll' Atr icolin If 'Egal,le a I' u mversne dn Cap

I\, 'n·.. (·

R,'p p Ofi llMiJlili t

p,i-,

" ul I11l 1'" ''

D. Su hvt' n liom pour o1ppu )'t' r I.. revue et .lIlUlyu dn poIiti.,.,~ J1U nivt'o1U t ertiair e 1S. A\\oc: i.lolion dn Uni\lt' u ilolli rn fl'mm" s 1:'"

Ou Z.londa, If> , A" oci .lliion dn Uni vt' uibo irt's fl'mmps PI' OU l!:olInda.

Prom ouv oir leo; deca ts au sein du g OllVl'fIll'fllt '1I1 o ugandals our Ie Livre bla nc Si ll 1'('d u Cdlwll

Surveiller la formul alio n c t e xec ution db po liliques e n nJiltike d ';'d uc<! tlo l1 e ll [ )lll:" lld"

.1 '1..' )00

Atd j,-, 11'1111'" d ' ·~ 'd l.

1')'J I A, 11l'''{'

<il

hcv..,

R'II'I" '. ' , UI I',lh 'l i..r, 101:1'{ 'llllllll<lllll<l lum"

$ 14 , 14H

,'I')';

In

t J R Is n

1'1'!4

11 110 111'

t HI n Ofl

1' 1'14 1oI:.II'IKltl "'I~'r,'

t } 'J Rl fl

I'1'1'i AV,III"'·

"tll'lltl It, p ro!,,1 r.....1" .

t l ')4 ~ 1

I' /'14 I n t o' I"

I ' IH'II' mfhll'l\("('r I"" l,o hll< luP, P<lrtlt 11',llion JU III" d,.,; 1111" •.

\ C., 1,1H

1'1'14

(0""

f. Suh venlion1 pour appllyf'r 1;1 recherche au nivf'alJ If'r1iair f'

17. O rZolni';llion du Tif'B-Mondf' pour S<. i ltfl lj fiqu~ Ff'mm el /Univ. du 5wuil;llnd . 18. A.\ 'WC:i;110 !";lUI 0 d;ll commun id ..de . Anlf'nnf' f AW E au Mnu mhi quf' D~f'n\l olv jllH'nlo

Etud... pour 1<1 Pilrhnp,llioll des I CIll I1l I,'~ 1'1 I d lc~ aux metiers sc toonnq oe s ell Alri 'l ul~ au , ud ,11I S<lhd' d Etude sur 101 Partic ipation des h iles MOlitm hiq lJt>.

a l'ed ucanon

ittl

atUGl lif eI tl<lll~ lit lormitlio n ~c i l>r ll i ll'l l'" lOl

20 . Minidfl-f' d e l'Eduution en Ethiup ie

EtUl IP sur la Pa ruopauon et perfOlm<ltlIT' des fille s dans les eccles p rtmaue, UII d i,u k l d.. Cht"ha

It'Chlllque. Cameroun- Rea htk et P("h ,w.ClivC'S .

2 1. Minidfo-rf' de I.. 'l ecMrch e, Anlelioret 101 per formance des l c nunos dan s de I.. Form..ti on lC'chniqllC' 1'1 de education e ! e ec ad rerent p tol"""lJlIIlllt"l ~ lOt terhniques . III Tt'chnologie, Ken y....

H . Seutot,ari..t du

~

1].

Unive n ile d 'lbad;lln.

11,11 ",,,pr d('~ w< lJI lIIrhmd" tillll' " 11 1Il,llll'rI, d.. " OIIIIl III......

Non repr esentallon des femmes dans lc p roc essus

19 . Au o cl;llion ft'fTIme-s d.oI.'u tf'lo ..c:it"fll .... Mj C lllnf"r OoUn

Com mon wf'..lth , a.u.

ftl ppllfll ·'f~ " It ; .

I n (our". ~ "PI,o' l " ~II\" r\~, <I" 1 < I'I ·l/ " ~ , 11' I,i

(r ,~ li l,

Vehc.,

Aborder les qn esuons ('I problcmes de s fem me . d ans h~n""'ignemenl e r la g.. ~!ion ,I.. " {o<lllt o\llon .

\4 0.(l (lO

1'l '14

1\11" 1,,11" 1<' mi,, ' ;'1 jOiIi.

Fvalu e r sy,t Pllw> ('1 r(.....aux d ' iflform dllon flom r illes e t I ernmes au Nigeri a .

tl 'i II l l

I' l'!'i

AV.ll ,, " , 111 ,(1 ' , 011 " lIt" ,d PflCUfl' I" l" OIl'l" ;VI.;(-

<;'11.1" 'l:",,;jid,'III11 1' ,1110 11 01" , " 111" 111.<1, 11...


, 1995 SUBVENTIO NS· IN STITUTIONS TOUCHEES N O O 'INSTITUTlONS TOU CHIES

'" ~

AN f AWE AFRIQUE DE l 'OU EST ( ;h~ ' M

( ,hA il. Hur ~ j" " I dlO

GUll"'"

M "h

AIlI'~" M ' f AWl e h.,". , Ant''fl Il' ' IAWI (; h.III•• All [") - "' ~H'1Il" f AWl -Burl-in.! I .'0 M II"'II.... . I0· I' ElJ....dlillll. C>\Ji,,,~' M"",'.,,1o" J... I' EikI "Ii,••. ~"',Ii

MINE

ONe

REC

x

x X

x

x

Uo,w'f,ill" d' II>.ld.lI1

N'Il'"" "

s..- To l~1

AUTRES

X

Atri... de "Ount

3

1

1

A f RIQU E CENTRA LE

.

IU '.1l1

( "" .,.,,,,,, 111110" "" SIJUI.-Tol.l1 Afri.... C~n't ..l..

Mu",l",,· ,10·" [d."'",,,.,. ,nM,l MS<K . , It~ I ,,"YO<"" ~.-U'l ~IIo' r' .... d" ( .III"or,,,,,, Mil';""''''

,1<- ,' , du, -"w>I'

I rl1,,'1 "' <

X I

MRI UI AUSTRAl( /" "h..lI", ,I III~JdI .....,·

C"",I,,,,I · Pro)'" rJu li"~).IIM'· coIlnrN.I · PIO,,"! ,h,/lI1lh.II,...,!'

All "1''''

I lnl \.""I .. ,. , ( " " . ,o,lfI' I'''' ,III \,,,J

oJ" \ " , j

X

x

, , X

\""ut l,,,,,1

f\V()\ .1 ,,,,,,, ,Il, \".l /d.,,,1

X

"-'"'''''·''' r'''

Ank... .." r A\VI · MOI .... II"'l"" !>,\W( 1I'

X

~'Y<

h,·II,.,.

oIl, ""...... """troll.. f ORlfNUlf (loog."..I. (h~ ...I"

x

,

l

1Suut-; AFRI

1t'·" V·1

1

A,....xHI"v, ,.. .... f .1 ' "' .... t ,,, ,\'...,,,,.,,........, (10."." ,,1.1 A'''>r i,'li ''" ,I" , I .1111 ' . ... I 'OlI H" ' " ,II"~ ''f' \ IoW,.1I " I. K.·tlV~1T ~ t 1111 \ 1'r<.,ly. ( ,lOUr.' A, 111,. ,]..... t'·11.'. '" CIl. .., hpu"

I

X X X

SA\\AW.... TI 1" UlJ,.. Ii,."

K·'f'V· K·..,V·

""'''

X

d., I~ R,. 1,,·,..1..•. d.· h f 01"" ,11,," 1,..1m, ,-,,,,', ,~ ,it- I. I... I. " ,I,.....,,· ,,,,\j llj~,.. e

It,..,).

,

Sota· l ot,l, "fri .. OriO'flI..I..

X

1

1

1

1

,

"UTllfi

'Suu!l. " lu l..1 "u'lro.. lol..1No. de ,ub~ ..nliun.

Nons : AN " nl ..nnr NalinnAlr MI NfD UC Milli\h.'re d... I'(dlKdtion ONG O r&,1 ni\,d in" Noe-gcvemment ...le Rl C

x

n... '''''l'"I .1I ~ ' it",.. J u C",n'lOI lwl'. llllo

C ~" .""" Int .

lJ,\ "

Rf'oc h,nhC"

Sp,-, .1 ~, i ~ 1

x

,

,

,

1

s

3


â&#x20AC;˘

OSER REUSSIR

Nalls sommes tou s ega ux ,

Dieu nous a cree tou s. Fille s. ga rcons. hommes et femmes To us nou s avon s un ob jectif U n bu t it a ttei nd re Osee reu ssir !

La clef de re uss ir dans la vie, Une bonne ed uca tion , Des l'en fance, N o us freq ucntons l'e cole: Aller a le quell' de savoi e, Pour une vie mei lle ure, Oser re ussi r ! Ga rcone ct filles Nous a von s les memes possibil ites A l'ecole, tin e g amme d e ma ti eres Les let tres, les scie n ces e t les langues Ai nsi, no u s osons re ussir ! Po urquoi les filles opteraient-elles p our la vole faci le? Ou b ien nous re no ncons trap vite ? NOHs sommes a u ssi for tes q ue les garcons Pa rfois mei lle ures qu'e ux ! Alors . osons re ussir Et a in si re al iser nos re ves .

Par Peace Mwige Kenya H igh Sch ool.

57


Foru m des Ed ucateices Africa ines (FA WE) 14 f'N'IW'(l(J/f/ ,*IaJDn Nll1O'l jt"';" ' M PO'" k rliwloppc_'"

ISBN 9966-908-24-2

FAWE Rapport Annuel 1995  

Ce Rapport Annuel du Forum des éducatrices africaines (FAWE) donne un compte rendu détaillé des activités de l'organisation en 1995.

FAWE Rapport Annuel 1995  

Ce Rapport Annuel du Forum des éducatrices africaines (FAWE) donne un compte rendu détaillé des activités de l'organisation en 1995.

Advertisement