Page 1

Jumelés aux contenus théoriques, les exercices permettent d’actualiser l’enseignement du français et d’en soutenir l’apprentissage.

LES COMPOSANTES DE LA COLLECTION Les cahiers d’apprentissage Les modes de discours

Des encadrés théoriques et des exercices de grammaire en conformité avec la PDA ; des manipulations syntaxiques en lien avec la notion abordée ; des rubriques offrant des informations complémentaires ou des astuces à utiliser ; des renvois à d’autres notions, au volet des modes de discours et au référentiel ; une synthèse qui permet la révision et la mise en application des connaissances acquises.

Le référentiel • Les stratégies de lecture et Les stratégies d’écriture en résumé ; • Les manipulations syntaxiques, Les fonctions syntaxiques et L’orthographe lexicale et grammaticale en tableaux ; • Le glossaire des modes de discours.

Les guides-corrigés • Le corrigé en couleurs de chaque cahier d’apprentissage ; • des notes pédagogiques donnant une vue d’ensemble des contenus abordés dans les deux volets ; • de nombreux documents reproductibles et leur corrigé. ✓ Pour Les modes de discours : des textes à annoter, des situations d’écriture et des activités d’évaluation ; ✓ Pour Les ressources de la langue : des fiches de consolidation et d’enrichissement et des activités d’évaluation.

L’OFFRE NUMÉRIQUE Pour l’animation en classe et la correction collective, le Guide-corrigé, version numérique permet : • de projeter, d’annoter et de feuilleter le cahier ; • d’afficher le corrigé du cahier au moment de son choix ; • d’accéder à tout le matériel reproductible. Le Guide-corrigé, version numérique s’utilise avec ou sans tableau blanc interactif (TBI).

LES COMPOSANTES DE LA COLLECTION 1re année du 2e cycle du secondaire

2e année du 2e cycle du secondaire

Cahier d’apprentissage

Cahier d’apprentissage

Cahier d’apprentissage, version numérique

Cahier d’apprentissage, version numérique

Guide-corrigé

Guide-corrigé

Guide-corrigé, version numérique

Guide-corrigé, version numérique

• Textes et activités • Grammaire et exercices • Référentiel

éseau  Cécile B.-Lacour Patrice Gagnon Maxime Lachance Guy Lessard Ginette Rochon

FRANÇAIS

• • • • •

CAHIER D’APPRENTISSAGE

Les ressources de la langue

2 année du 2e cycle du secondaire

2e année du 2e cycle du secondaire

Une présentation théorique du mode de discours à l’étude, suivie d’un texte annoté ; des textes et des activités sur les divers modes abordés : L’explication, La narration et La poésie ; des exemples de texte accompagnés d’exercices de compréhension et de modélisation ; des mots renvoyant à un Glossaire des modes de discours ; des renvois au volet grammatical ou au référentiel.

éseau

• • • • •

• Textes et activités • Grammaire et exercices • Référentiel

La collection Réseau, destinée à l’enseignement du français au 2e cycle du secondaire, constitue un ensemble de ressources complémentaires conforme à la progression des apprentissages (PDA). On y trouve des entrées notionnelles se rapportant aux volets « Les modes de discours » et « Les ressources de la langue ».

Cécile B.-Lacour • Patrice Gagnon Maxime Lachance • Guy Lessard Ginette Rochon

éseau 

FRANÇAIS

CAHIER D’APPRENTISSAGE

e

e à la Conform n des sio progres sages is apprent


able des matières Présentation du cahier .......................................................................... VII LES MODES DE DISCOURS ...............................................................2

L’ARGUMENTATION ..........................................................................................4

1 2 3 4 5

1. Les éléments du texte argumentatif .................................................4 2. La stratégie argumentative ................................................................5 3. L’organisation du texte argumentatif ................................................7 4. Le point de vue dans le texte argumentatif .......................................7 5. Exemple de texte argumentatif..........................................................8 Lire des points de vue de spécialistes.................................................... 10 Lire des opinions de lecteurs ................................................................. 15 Lire des avis dans des forums de discussion......................................... 20 Lire une chronique .................................................................................. 24 Lire une séquence argumentative insérée dans un roman ................... 27

LE THÉÂTRE ...................................................................................................30

1. Les genres théâtraux........................................................................ 30 2. La structure et les caractéristiques du texte théâtral ................... 31 3. Les procédés concernant le théâtre ................................................ 33 4. Exemple de texte théâtral ................................................................ 34 1 Lire une comédie .................................................................................... 36 2 Lire un drame ......................................................................................... 42 3 Lire une tragédie .................................................................................... 47

LA NARRATION .............................................................................................52

1. Le schéma et l’univers narratifs, et le schéma actanciel ............... 52 2. Les types de narrateur ..................................................................... 54 3. Exemple de texte narratif................................................................. 56 1 Lire une nouvelle littéraire ..................................................................... 58 2 Lire une nouvelle littéraire à chute ........................................................ 63 3 Lire un extrait de roman psychologique ................................................. 73

LA POÉSIE .....................................................................................................78

1. Cinq aspects caractéristiques du texte poétique ............................ 78 2. La mesure des vers........................................................................... 80 3. Exemple de texte poétique ............................................................... 81 1 Lire un poème lyrique « classique » ....................................................... 82 2 Lire un poème engagé ............................................................................ 86 3 Lire le texte d’une chanson engagée...................................................... 89

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Table des matières

III


LES RESSOURCES DE LA LANGUE ..............................................92

LA GRAMMAIRE DE LA PHRASE .................................................................94

1 Le groupe du nom (GN) ..........................................................................94 1.1 Les constructions du GN ................................................................. 94 1.2 Les fonctions du GN ....................................................................... 95 1.3 La fonction de complément du nom................................................ 96 Faites le point.......................................................................................... 97 2 Le groupe de l’adjectif (GAdj) ................................................................98 2.1 Les constructions du GAdj ............................................................... 98 2.2 Les fonctions et la place du GAdj .................................................. 100 2.3 Les fonctions dans le GAdj ............................................................ 101 Faites le point........................................................................................ 103 3 Le groupe du verbe (GV) ......................................................................104 3.1 Les constructions du GV ................................................................ 104 3.2 Les auxiliaires d’aspect et de modalité......................................... 106 3.3 Les fonctions dans le GV................................................................ 110 3.4 Le GVinf et ses fonctions ............................................................... 118 3.5 Le GVpart et ses fonctions ............................................................. 119 Faites le point........................................................................................ 120 4 Le groupe de la préposition (GPrép) ...................................................124 4.1 Les constructions du GPrép .......................................................... 124 4.2 Les fonctions et les rôles du GPrép .............................................. 127 Faites le point........................................................................................ 128 5 Le groupe de l’adverbe (GAdv) ............................................................129 5.1 Les constructions du GAdv ............................................................ 129 5.2 Les fonctions et les rôles du GAdv ................................................ 130 Faites le point........................................................................................ 132 6 Le pronom ............................................................................................133 6.1 Les caractéristiques du pronom ................................................... 133 6.2 Les catégories de pronoms ........................................................... 135 6.3 Le complément du pronom ........................................................... 140 Faites le point........................................................................................ 141 7 La phrase de base, les phrases transformées et les constructions particulières .......................................................143 7.1 Les constituants de la phrase ....................................................... 143 7.2 Les différents types de phrases .................................................... 145 7.3 Les différentes formes de phrases ............................................... 151 Faites le point........................................................................................ 157 7.4 Les phrases à construction particulière ....................................... 161 Faites le point........................................................................................ 165 8 La subordination ..................................................................................166 8.1 La subordonnée relative ................................................................ 166 8.2 La réduction de la subordonnée relative....................................... 170 8.3 La subordonnée complétive .......................................................... 171 8.4 La réduction de la subordonnée complétive ................................. 175 Faites le point........................................................................................ 176 8.5 Les subordonnées compléments de phrase de temps, de but, de cause et de conséquence ............................................. 179 8.6 La subordonnée complément de phrase de comparaison ........... 185 8.7 Les subordonnées compléments de phrase d’opposition, de concession et d’hypothèse........................................................ 186 8.8 La réduction des subordonnées compléments de phrase ........... 192 8.9 La subordonnée corrélative........................................................... 195 8.10 La réduction de la subordonnée corrélative ................................ 196 Faites le point........................................................................................ 197 9 La coordination et la juxtaposition ......................................................202 9.1 Les éléments coordonnés ou juxtaposés ...................................... 202 9.2 Les sens des coordonnants ........................................................... 203 Faites le point........................................................................................ 208

IV

Table des matières

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


10 La ponctuation ......................................................................................210 10.1 La virgule ...................................................................................... 210 10.2 Le deux-points ............................................................................. 213 10.3 Le point-virgule ............................................................................ 214 Faites le point........................................................................................ 215

Le lexique ...................................................................................................217

1 La formation des mots .........................................................................217 1.1 La dérivation .................................................................................. 217 1.2 Les emprunts et les anglicismes .................................................. 219 1.3 Les néologismes ............................................................................ 221 1.4 Les mots abrégés, les sigles et les acronymes ............................ 222 Faites le point........................................................................................ 223 2 Le sens des mots et les relations entre les mots ..............................224 2.1 Les figures de style ........................................................................ 224 2.2 Les synonymes et les antonymes ................................................. 225 Faites le point........................................................................................ 227

L’orthographe lexicale et grammaticale ..........................................228

1 Les accords dans le groupe du nom (GN) ...........................................228 1.1 L’accord du déterminant et de l’adjectif ........................................ 228 Faites le point........................................................................................ 231 2 Les difficultés courantes .....................................................................232 2.1 La majuscule dans les noms propres ........................................... 232 2.2 Le pluriel des noms propres ......................................................... 234 2.3 Le pluriel des noms composés ..................................................... 235 Faites le point........................................................................................ 237 3 Les accords dans la phrase .................................................................238 3.1 L’accord du verbe ou du verbe auxiliaire ....................................... 238 3.2 L’accord de l’adjectif attribut du sujet et du participe passé employé avec l’auxiliaire être .............................................. 240 3.3 L’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir .......... 242 3.4 L’accord de l’adjectif attribut du complément direct .................... 245 Faites le point........................................................................................ 246 4 La conjugaison des verbes ..................................................................248 4.1 L’indicatif présent et passé composé ............................................ 248 4.2 L’indicatif imparfait et plus-que-parfait ........................................ 252 4.3 L’indicatif passé simple et passé antérieur................................... 254 4.4 L’indicatif futur simple et futur antérieur ..................................... 256 4.5 L’indicatif conditionnel présent et conditionnel passé .................. 258 4.6 Le subjonctif présent et passé ...................................................... 260 4.7 L’impératif présent et passé .......................................................... 262 Faites le point........................................................................................ 264

La grammaire du texte .........................................................................267

1 L’énonciation ........................................................................................267 2 La modalisation ....................................................................................268 2.1 L’énonciateur et le rapport avec le destinataire............................ 268 2.2 Le point de vue de l’énonciateur quant à son propos ................... 269 3 Les discours rapportés ........................................................................272 3.1 Le discours direct .......................................................................... 272 3.2 Le discours indirect ....................................................................... 273 4 L’organisation du texte ........................................................................274 4.1 Les organisateurs textuels ............................................................ 274 4.2 Les marqueurs de relation ............................................................ 274 5 La reprise de l’information ..................................................................276 5.1 La reprise par un pronom.............................................................. 276 5.2 D’autres procédés de reprise ........................................................ 277 4 Faites le point .......................................................................................278

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Table des matières

V


LE RÉFÉRENTIEL

...........................................................................280

Les stratégies de lecture ....................................................................282 1 2 3 4

Planifier sa lecture ............................................................................... 282 Comprendre et interpréter un texte ..................................................... 282 Réagir à un texte ................................................................................... 283 Évaluer l’efficacité de sa démarche ..................................................... 283

Les stratégies d’écriture ......................................................................284

1 Les organisateurs textuels ................................................................... 284 2 Les marqueurs de relation ................................................................... 285

Les manipulations syntaxiques .......................................................286 1 2 3 4 5 6

L’effacement ......................................................................................... 286 Le déplacement .................................................................................... 286 L’ajout (ou l’addition) ............................................................................. 287 L’encadrement ...................................................................................... 287 Le dédoublement ................................................................................. 288 Le remplacement ................................................................................. 288

LES FONCTIONS SYNTAXIQUES ...............................................................289 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

Repérer le sujet .................................................................................... 289 Repérer le prédicat ............................................................................... 289 Repérer le complément de phrase ...................................................... 290 Repérer le complément direct du verbe .............................................. 290 Repérer le complément indirect du verbe ........................................... 291 Repérer le complément du verbe passif .............................................. 292 Repérer le complément du verbe impersonnel .................................. 292 Repérer l’attribut du sujet .................................................................... 293 Repérer l’attribut du complément direct ............................................. 293 Repérer le modificateur du verbe, de l’adjectif ou de l’adverbe .......... 294 Repérer le complément du pronom ..................................................... 294

L’orthographe LEXICALE ET grammaticale ..........................................295 1 2 3 4 5 6

La formation du pluriel des noms et des adjectifs .............................. 295 La formation du féminin des noms et des adjectifs ............................ 297 Les préfixes et les suffixes ................................................................... 299 Les homophones .................................................................................. 301 Les terminaisons des verbes réguliers et irréguliers ........................ 303 La concordance des temps verbaux .................................................... 304

Le glossaire des modes de discours .................................................306 Index ...........................................................................................................308 Liste des abréviations et des pictogrammes ................................312 VI VI

Table des matières

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


RÉSENTATION DU CAHIER Le cahier d’apprentissage éseau constitue une ressource complémentaire de tout matériel de base en français, langue d’enseignement. Ses entrées notionnelles, ses exercices et sa présentation en font un outil simple et efficace, qui favorise l’acquisition des connaissances et le développement des compétences en français, et qui respecte la répartition de la Progression des apprentissages au secondaire. Le cahier d’apprentissage éseau comporte trois volets : Les modes de discours, Les ressources de la langue et Le référentiel, chacun comprenant plusieurs sections.

Les modes de discours • L’argumentation • Le théâtre • La narration • La poésie

Les ressources de la langue • La grammaire de la phrase • Le lexique • L’orthographe lexicale et grammaticale • La grammaire du texte

Le référentiel • Les stratégies de lecture • Les stratégies d’écriture • Les manipulations syntaxiques • Les fonctions syntaxiques • L’orthographe lexicale et grammaticale • Le glossaire des modes de discours

La table des matières détaillée reprend la couleur de chaque volet pour un repérage facile.

Après le référentiel se trouvent un index et la liste des abréviations et des pictogrammes employés dans le cahier. © 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Présentation du cahier

VII


LES MODES DE DISCOURS Dans la Progression des apprentissages au secondaire en français, on accorde une importance déterminante aux modes de discours. De fait, ceux-ci constituent le socle auquel s’arrime le développement des compétences. Ainsi, chacune des sections du volet Les modes de discours aborde un des types de textes prescrits par la Progression des apprentissages. Chaque section commence par un exposé théorique qui décrit et explique le mode de discours à l’étude.

Les mots en gras bleu, liés aux notions et concepts à enseigner, sont définis dans Le glossaire des modes de discours, à la fin du référentiel.

Un texte annoté illustrant les caractéristiques du mode de discours à l’étude suit l’exposé théorique.

Chaque section présente plusieurs exemples de textes accompagnés d’activités qui en permettent l’exploitation et la modélisation.

La rubrique

et interpréter permet à l’élève d’approfondir sa compréhension des notions à l’étude et son interprétation du texte proposé.

donne La rubrique  l’occasion à l’élève de s’attarder aux effets que la lecture du texte produit chez lui ou chez elle.

Des renvois en marge réfèrent à des notions abordées ailleurs dans le cahier.

invite l’élève à La rubrique rédiger un texte afin de réinvestir les connaissances acquises.

Les renvois turquoise concernent les modes de discours ; les renvois orange, les ressources de la langue ; et les renvois verts, le référentiel. VIII

Présentation du cahier

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


LES RESSOURCES DE LA LANGUE Dans la Progression des apprentissages au secondaire, on insiste également sur les ressources de la langue. Le cahier d’apprentissage éseau fait donc une large place aux notions grammaticales. Chaque section du volet Les ressources de la langue propose des encadrés théoriques et des exercices qui y sont liés, favorisant chez l’élève l’acquisition de connaissances et le développement de son autonomie. permet à l’élève La rubrique Rappelez-vous de réactiver des connaissances qui sont nécessaires à l’appropriation de la notion abordée. propose à l’élève La rubrique des moyens pour repérer les éléments à l’étude. propose des informations pratiques La rubrique liées à la notion abordée.

Coup de

La rubrique propose à l’élève des astuces ou le recours à des outils de référence.

La rubrique

justifiez votre réponse permet à l’élève de développer ses compétences à s’autocorriger tant dans des exercices qu’en situation d’écriture.

Faites

Le point

présente des activités synthèses, qui permettent à l’élève de réviser et de mettre en application les connaissances abordées dans les pages précédentes.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Présentation du cahier

1


« Les vrais gourmands lisent en remuant les lèvres, pour déguster les mots. » Yvan Audouard (1914–2004), journaliste et écrivain français


Les odes de discours L’argumentation ..................................................................................

4

Le théâtre ............................................................................................ 30 La narration ........................................................................................ 52 La poésie ............................................................................................. 78


Nom :

Groupe :

L’

Date :

rgumentation

Argumenter, c’est construire un raisonnement dans le but de convaincre ou d’influencer un destinataire. Dans un texte argumentatif (texte d’opinion, chronique, éditorial, etc.), le point de vue de l’énonciateur est subjectif et le sujet abordé est généralement controversé, ce qui mène à la confrontation d’idées opposées.

1. Les éléments du texte argumentatif La thèse et les arguments constituent les éléments essentiels du texte argumentatif. Parfois, on y trouve la contre-thèse et les contre-arguments, notamment lorsque la stratégie argumentative est basée sur la réfutation. • Thèse et contre-thèse On nomme thèse la position défendue et appuyée par des arguments. Elle est souvent présentée de façon explicite au début ou à la fin du texte. Toutefois, elle peut être exprimée de façon implicite, par exemple dans une caricature ou une publicité. La position contraire à celle défendue se nomme contre-thèse. Ex. : Thèse : « Une loi garantissant l’accès aux rives est une initiative dont nous pourrions nous inspirer. » Contre-thèse : « Une loi garantissant l’accès aux rives est inutile. » • Arguments et contre-arguments

Les discours rapportés Page 272

Un argument est un énoncé qui soutient la thèse ; un contre-argument est un énoncé qui appuie la contre-thèse. L’un et l’autre se fondent sur des croyances, des expériences, des faits vérifiables, des valeurs ou des hypothèses scientifiques. Pour citer les propos d’experts ou de spécialistes, qui viennent souvent étoffer les arguments, l’énonciateur a recours au discours rapporté. Ex. : Argument (basé sur des faits vérifiables) : « Les États-Unis ont une législation qui protège l’accès aux rives et les Américains en tirent de nombreux bénéfices. »

© Antonov Roman / Shutterstock Images LLC

Contre-argument (basé sur l’observation) : « La législation américaine ne garantit l’accès aux rives qu’en apparence ; c’est l’action des citoyens qui l’assure. »

4

L’argumentation

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

Date :

2. La stratégie argumentative La stratégie argumentative est l’ensemble des procédés choisis pour convaincre ou influencer le destinataire. Ces procédés, de même que leur coordination, varieront en fonction de l’intention de l’énonciateur. Selon qu’il souhaite établir la valeur de la thèse ou la faiblesse de la contre-thèse, il fondera sa stratégie sur l’explication argumentative ou sur la réfutation. 2.1 L’explication argumentative L’explication argumentative consiste à démontrer pourquoi la thèse est valable en présentant les arguments selon un plan de causes et de conséquences liées au sujet. Les divers procédés explicatifs servent alors à appuyer l’argumentation. Le point de vue subjectif de l’énonciateur, entre autres, permet de différencier l’argumentation de l’explication. Rappelez-vous

• Les principaux plans d’une explication sont le plan par succession et le plan par addition de causes et de conséquences. Ex. : Parce qu’il y a eu un séisme sous-marin, une immense vague s’est formée. Celle-ci provoque des inondations, qui causent la perte de nombreuses vies humaines. (plan par succession) Les mauvaises récoltes + le taux de chômage + la crise politique = un soulèvement populaire (plan par addition) • Les principaux procédés explicatifs* sont la définition, la comparaison, l’exemple, la reformulation et l’illustration. • Des moyens linguistiques pour construire une explication argumentative L’explication argumentative nécessite des moyens linguistiques pour exprimer des liens de causalité et des comparaisons. Moyens linguistiques

Exemples

Cause

Conséquence

Comparaison

Cette catastrophe découle Contrairement aux autres d’une mauvaise décision. pays, le nôtre s’est engagé à agir. Cette inconnue surgit Elle s’expliqua, de dans le salon comme une sorte que tous furent vedette salue son public. convaincus.

Les subordonnées compléments de phrase Page 179

Phrases subordonnées Tout ce branle-bas à (réduites) cause de la visite d’une vedette internationale est exagéré.

Elle s’expliqua, convainquant tout le monde.

La réduction des subordonnées compléments de phrase Page 192

Phrases subordonnées corrélatives

Le succès est si aveuglant La situation est moins qu’on oublie qu’un héros grave que ce que l’on n’est pas un être parfait. avait annoncé.

Lexique

Cette mauvaise décision provoque une vraie catastrophe.

Phrases subordonnées Tout ce branle-bas parce qu’une vedette (complètes) internationale nous visite est exagéré.

Cette inconnue surgit dans le salon, véritable vedette saluant son public.

La subordonnée corrélative Page 195

* Les mots en gras bleu sont définis dans Le glossaire des modes de discours (page 306). © 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

L’argumentation

5


Nom :

Groupe :

Date :

© Rich Lindie / Shutterstock Images LLC

2.2 La réfutation La réfutation consiste à présenter la contre-thèse comme irrecevable ou inadéquate afin de mieux démontrer le bien-fondé de la thèse. Il s’agit donc d’une réponse explicite à un adversaire réel ou éventuel. • Les principaux procédés de la réfutation Procédés

Exemples

Comment peut-on défendre de telles valeurs encore aujourd’hui ? Dénoncer les contradictions de la On nous demande de modifier nos habitudes, mais on ne nous propose contre-thèse. aucune solution de remplacement. Opposer une exception. Cette solution est loin de répondre aux besoins de tous : elle nuit à certaines personnes. Pousser un raisonnement jusqu’à Selon ce principe, on pourrait conclure que le crime est préférable au l’absurde. respect des lois ! Avancer une hypothèse pour mieux Si tout le monde agissait ainsi, l’anarchie régnerait, ce qui n’est rejeter les conclusions qui en découlent. acceptable en aucun cas. Concéder quelque chose pour mieux Il est vrai qu’il faut agir vite pour régler ce conflit, mais on doit tout de affirmer la thèse. même prendre le temps d’écouter tous les acteurs concernés. Déclarer la contre-thèse dépassée.

• Des moyens linguistiques pour construire une réfutation La réfutation nécessite des moyens linguistiques pour exprimer des oppositions, des hypothèses et des concessions. Dans l’expression de la concession, l’élément concédé est souvent placé au début de la phrase ou du groupe de phrases.

Le sens des coordonnants Page 205 Les subordonnées compléments de phrase Page 179 Le discours indirect Page 273

6

L’argumentation

Moyens linguistiques

Lexique

Exemples

Opposition

Verbes (nier), adverbes (non, ne, guère), pronoms (rien), déterminants (nul)

Hypothèse

Concession

Verbes (supposer), adverbes (peut-être, si, hypothétiquement), adjectifs (probable) Pour quelle raison se battre sinon pour obtenir justice ?

Verbes (concéder), adverbes (bien sûr), adjectifs (vrai), locutions (à la rigueur)

Conjonctions

J’ai raison et il a tort.

Certes, il parle bien, mais il ne révèle presque rien.

Phrases subordonnées

Alors que vous criiez au scandale, elle restait calme et résolvait le problème.

En admettant qu’il gagne son pari, que se produirait-il ?

Quoique vous ayez raison sur ce point, vous n’arriverez pas à résoudre le problème.

Phrases ou groupes incidents

Il y avait, objectaientelles, un grave problème.

Il y a, je suppose, une raison à tout ce gaspillage.

Il parle bien, je le reconnais volontiers, mais il ne révèle rien.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

Date :

3. L’organisation du texte argumentatif Généralement, la séquence argumentative s’élabore en trois étapes : une introduction, un développement et une conclusion. Introduction

• Mise en contexte du sujet, de la problématique, de la situation ou du dilemme • Prise de position selon la méthode suivante : – affirmation de la thèse ou de la contre-thèse, parfois des deux (et parfois d’aucune) – présentation d’une question à laquelle répondra le développement

Développement

Présentation des arguments destinés à convaincre selon deux procédés dominants Explication argumentative

Réfutation

Arguments fondés sur les causes et les conséquences liées à la thèse

Arguments visant à discréditer la contre-thèse

Conclusion

Reformulation de la thèse, ou affirmation de celle-ci si elle Rejet de la contre-thèse et valorisation de la thèse (prise est absente de l’introduction de position) Ouverture sur un autre aspect du sujet

4. Le point de vue dans le texte argumentatif Une des caractéristiques du texte argumentatif est la subjectivité de l’énonciateur. On la reconnaît grâce aux marques énonciatives et aux marques de modalité dans le texte. L’énonciateur souligne plus particulièrement : • sa crédibilité (en mentionnant son expertise personnelle ou en ayant recours au discours rapporté afin de confirmer ses dires ou de se dissocier des propos d’une autre personne) ; • sa perception du destinataire (en tentant d’établir un rapport de supériorité, de complicité ou d’opposition avec lui) ;

Le point de vue de l’énonciateur quant à son propos Page 269 Les discours rapportés Page 272

© Yuri Arcurs / Shutterstock Images LLC

• son propos (en manifestant son approbation ou sa désapprobation du sujet).

La présence de l’énonciateur Page 268

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

L’argumentation

7


Nom :

Groupe :

Date :

INTRODUCTION

TITRE (Mention de la thèse)

Une loi garantissant l’accès aux rives

Présentation de la problématique 5

SÉQUENCE NARRATIVE

Prise de position Situation initiale Élément déclencheur

10

Péripétie

EXPLICATION ARGUMENTATIVE

1er argument Discours rapporté 2e argument Exemples (faits vérifiables) démontrant la validité de la thèse 1er exemple (cause + conséquences) 2e exemple

8

15

L’argumentation

20

25

La carte du Québec est colorée du bleu de nos lacs, de nos rivières et du fleuve Saint-Laurent. Nous habitons un pays d’eau douce. À quelques exceptions près, cette richesse 1 est publique. Or 2, aucune législation n’existe pour garantir l’accès des citoyens aux rives de leurs cours d’eau. Aux États-Unis, une loi protège le droit de se baigner, de naviguer et de profiter des plans d’eau. Une initiative 1 dont nous pourrions 3 nous inspirer… Au printemps dernier, j’ai participé à une expédition en kayak autour de Montréal pour le compte de Radio-Canada. J’ai été frappé par le nombre peu élevé de Montréalais qui profitaient du fleuve Saint-Laurent ou de la rivière des Prairies. Malgré le temps splendide, notre convoi de kayakistes était le plus souvent seul sur la route bleue.

1

Richesse et initiative sont des termes synthétiques.

2

La conjonction or annonce une nouvelle information.

3

L’emploi du conditionnel est une marque de modalité.

4

Interrogation rhétorique.

5

Le verbe dénonce de la phrase incise est une marque de modalité.

Est-ce si étonnant 4 ? « Au Québec et au Canada, le grand paradoxe est que l’eau est publique, mais que les berges ne le sont pas », dénonce 5 Jean Lacoursière, de la Société des Gens de baignade. Aux États-Unis, le gouvernement fédéral donne à la population et aux États des outils légaux pour se réapproprier les rives, dont l’accès est protégé par le Coastal Management Act of 1972, qui tient compte des intérêts de l’industrie, de l’environnement, de l’accès public, des loisirs et du tourisme. En vertu de cette loi, les États ont l’obligation de préserver l’accès gratuit au littoral pour tous les citoyens. Le gouvernement fédéral octroie aux États un budget établi selon la longueur des côtes, la population et le plan de développement des rives. Des allocations sont aussi offertes à ceux dont le plan d’aménagement des côtes est jugé exemplaire. En Californie, le California Coastal Act a pour but, notamment, de « maximiser les accès publics et le potentiel récréatif des berges ». Il stipule que « le développement ne devrait pas nuire au droit du public à l’accès à la mer ». © 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

© csp / Shutterstock Images LLC

5. Exemple de texte argumentatif


40

45

50

55

60

Aux États-Unis, les côtes ont un énorme potentiel économique. Le tourisme est le secteur où se créent le plus d’emplois et se génèrent le plus de revenus étrangers. Selon le Catanese Centre for Urban and Environmental Solutions de la Florida Atlantic University, les États côtiers reçoivent environ 85 % des revenus du tourisme. En 1994, le U.S. Army Corps of Engineers a estimé que les visiteurs des rives dépensent en moyenne 64 $ pour chaque dollar dépensé pour la gestion des sites.

3e argument Fait vérifiable confirmé par deux études 1re étude 2e étude

Le cadre québécois

Intertitre

Au Québec, aucun cadre légal ou institutionnel ne garantit à la population l’accès aux plans d’eau. L’article 920 du Code civil québécois stipule que « toute personne peut circuler sur les cours d’eau et les lacs, à la condition de pouvoir y accéder légalement, de ne pas porter atteinte aux droits des propriétaires riverains, de ne pas prendre pied sur les berges ». En d’autres termes, comme le dénonce 5 la Société des Gens de baignade, la province ne « dispose d’aucune législation expresse quant à l’accès public aux rives. Ici, contrairement à ce qui prévaut dans la plupart des pays occidentaux, le droit d’accès est un attribut de la propriété ».

4e argument

Montréal semble dépossédée de son littoral. L’autoroute Bonaventure, le port, la voie maritime, notamment, coupent la population des rives. « Dans les années 1950 et 1960, on a mis nos infrastructures le long des rives, remarque l’urbaniste et chef de Projet Montréal Richard Bergeron. La réappropriation des rives est la dernière mode en urbanisme, partout sur la planète. De nombreuses villes du monde qui s’étaient coupées des plans d’eau renouent avec les rives. » Dans le cadre du 400e anniversaire de la ville de Québec, le gouvernement provincial a développé la promenade Samuel-De Champlain. Sur 2,5 km, à quelques mètres du fleuve, on marche, on roule à vélo, mais 6 on ne se trempe pas encore le gros orteil dans l’eau.

6

La conjonction mais annonce les limites de la concession.

Une loi encourageant l’accès aux rives québécoises contribuerait 3 à encourager une plus grande utilisation des plans d’eau par la population, avec entre autres bénéfices une meilleure qualité de vie dans nos villes et villages et des retombées économiques locales. Cette loi pourrait 3 participer à l’émergence d’une culture riveraine. La réappropriation du littoral, c’est une affaire citoyenne.

Fait vérifiable

Reformulation Comparaison

5e argument Exemples Fait

EXPLICATION ARGUMENTATIVE

35

Date :

Rappel thèse (comparaison avec 5e argument) Concession (fait) 6e argument

RÉFUTATION

30

Groupe :

Rappel thèse

Ouverture

CONCLUSION

Nom :

Simon COUTU, « Une loi garantissant l’accès aux rives », Nouveau Projet, no 2, automne 2012, p. 35. Cet extrait a été reproduit aux termes d’une licence de Copibec.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

L’argumentation

9


Nom :

Groupe :

Date :

© Kamira / Shutterstock Images LLC

1 LIRE DES POINTS DE VUE DE SPÉCIALISTES Selon un dicton connu, les contraires s’attirent. En ce qui a trait aux textes argumentatifs, il serait plus à propos d’affirmer que les contraires s’opposent. Les textes suivants proposent des points de vue divergents sur un même sujet.

Mise en contexte La question de la pertinence des devoirs à la maison refait surface périodiquement. Deux spécialistes font part de leurs réflexions à ce propos dans une même publication.

Lisez les deux textes suivants.

Controverse – Faut-il abolir les devoirs scolaires ? – Texte 1 Au lieu de donner des devoirs à domicile, dégageons du temps pour le travail personnel à l’école et pour d’autres activités, après la classe, entre les parents et leurs enfants. 5

L’auteure, enseignante et syndicaliste, a été présidente de la Centrale de l’enseignement du Québec de 1988 à 1999. Au début de ma carrière dans l’enseignement, il me semblait que les devoirs à domicile étaient une excellente méthode pour permettre aux élèves d’acquérir une discipline de travail. Je pensais aussi que ce serait un moyen adéquat pour vérifier leurs connaissances. J’ai vite déchanté.

10

15

Je me suis progressivement rendu compte que la plupart de mes élèves n’avaient chez eux ni un lieu qui favorise la concentration ni le matériel nécessaire à une quelconque recherche. Il arrivait fréquemment aussi que le travail soit fait par quelqu’un d’autre : une sœur ou un frère, un parent ou un ami. Et, dans certains cas, les parents ne pouvaient pas aider véritablement, ce qui constituait une frustration. Enfin, il n’était pas rare que l’aide aux devoirs devienne une source d’affrontements plutôt qu’une occasion, pour les parents, de suivre le cheminement scolaire de leurs enfants. Le lendemain, en classe, je devais prendre du temps pour vérifier si le travail avait été fait et assurer le suivi disciplinaire indispensable pour les travaux non remis ou bâclés. Ce temps, je ne l’avais pas pour enseigner. Aucun avantage

20

25

J’en ai conclu que les devoirs à la maison n’étaient pas la meilleure façon d’atteindre les objectifs que je poursuivais et j’ai cessé d’en donner. J’ai alors aménagé ma période d’enseignement pour dégager du temps de travail personnel que je pouvais superviser, m’assurant ainsi de sa qualité et de la possibilité d’aider les élèves qui rencontraient des difficultés. Je suis convaincue que la situation actuelle est encore moins favorable aux travaux à domicile. […]

10

L’argumentation

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

30

35

Groupe :

Date :

Je vois autour de moi les prouesses d’organisation que doivent déployer, au retour du travail, les parents, et plus particulièrement les mères : préparation du repas, travaux ménagers, planification du lendemain — et j’en passe. Il n’y a aucun avantage à leur ajouter la supervision d’une période de devoirs. En outre, nos élèves passent plusieurs heures à l’école. Au primaire, particulièrement, leur horaire d’études leur laisse fort peu de temps pour l’activité physique pourtant essentielle à leur équilibre. La sédentarité de trop d’enfants est néfaste à leur santé. Ne serait-il pas plus approprié, dans ce contexte, qu’ils puissent se dépenser physiquement après l’école ? […] Il faut certes inculquer à nos jeunes le sens de l’effort et le goût du travail bien fait. C’est essentiel pour assurer leur développement personnel, leur réussite scolaire et pour leur offrir des perspectives d’avenir. Les devoirs à domicile ne m’apparaissent toutefois pas le meilleur moyen pour ce faire. Lorraine PAGÉ, « Au lieu de donner des devoirs à domicile, dégageons du temps pour le travail personnel à l’école et pour d’autres activités, après la classe, entre les parents et leurs enfants », Relations, no 27, Montréal, septembre 2008, p. 28-29.

Controverse – Faut-il abolir les devoirs scolaires ? – Texte 2 En plus d’être un outil d’apprentissage et de dialogue entre les enfants et leurs parents, les devoirs contribuent au lien entre l’école et la maison tout en valorisant l’éducation. 5

L’auteure, chargée de projets à l’Office de catéchèse du Québec et étudiante à la maîtrise en andragogie, est mère de trois enfants. Malgré les exigences liées au fait d’accompagner mes enfants dans le travail scolaire à accomplir à la maison, je trouve les devoirs essentiels, non seulement à leur réussite scolaire, mais à leur éducation en général. Un outil pédagogique

10

15

En effet, le premier intérêt des devoirs est de favoriser l’implication personnelle de l’enfant dans ses apprentissages, et ce, en dehors du cadre déjà établi que fournit l’école. Les devoirs à la maison permettent à l’enfant de développer ses propres méthodes de travail. Ils lui apprennent également à gérer ses priorités pour départager le temps à consacrer aux devoirs scolaires et celui à consacrer aux autres activités de la maison. De plus, à travers ses devoirs, l’enfant s’approprie davantage les connaissances ou les compétences apprises en classe — dont il est le seul à pouvoir rendre compte à quelqu’un de sa famille. […]

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire des points de vue de spécialistes

11


Nom :

Groupe :

20

25

Date :

Un autre avantage des devoirs est de soutenir de manière presque quotidienne le lien plus étroit entre la maison et l’école. Par les devoirs, l’enfant est invité à mettre à contribution tantôt ses parents, tantôt des ressources de la maison (livres, dictionnaires ou Internet), pour résoudre un problème ou chercher des renseignements. En s’intéressant aux devoirs de leur enfant, les parents manifestent également de l’intérêt pour son monde : celui de l’école, auquel ils n’ont accès que par son entremise. Le travail scolaire à la maison peut ainsi devenir une occasion, tant pour les parents que pour les enfants, de se voir mutuellement sous un jour nouveau et de découvrir, chez l’autre, des talents, des connaissances ou des aptitudes insoupçonnés. Valoriser l’éducation

30

35

Ces avantages n’enlèvent toutefois rien aux défis, voire aux difficultés, liés à l’accompagnement des enfants pour les devoirs à domicile. Le premier de ces défis est d’aménager une place pour ces travaux dans un horaire familial déjà très chargé, généralement à l’heure du souper ou en début de soirée. Or, l’aménagement d’un espace et d’un climat propices au travail à la maison peut devenir une manière concrète de donner une importance aux apprentissages scolaires dans la vie quotidienne de la maison. […]

40

[…] Au cœur du débat sur les devoirs à la maison se trouvent non seulement l’enjeu de la place de l’éducation dans la vie quotidienne, mais aussi et surtout l’enjeu des valeurs qui sous-tendent cette éducation et qui offrent un contrepoids essentiel aux valeurs du marché : le développement de savoirs, de compétences et d’attitudes par lesquels on devient pleinement ce que l’on est, en relation avec les autres et le monde. Ce que les devoirs peuvent apporter à la maison, c’est entre autres l’occasion de remettre en question des fonctionnements centrés sur l’utile et la réussite, pour ouvrir un espace où la soif de se dépasser et le goût d’apprendre tissent des liens entre les parents et les enfants. Suzanne DESROCHERS, « En plus d’être un outil d’apprentissage et de dialogue entre les enfants et leurs parents, les devoirs contribuent au lien entre l’école et la maison tout en valorisant l’éducation », Relations, no 27, septembre 2008, p. 28-29.

et

1

interpréter

Annotez les deux textes que vous venez de lire. Dans chaque texte : a) soulignez la thèse et inscrivez Thèse dans la marge ; b) soulignez les arguments et inscrivez Argument vis-à-vis de chacun dans la marge ; c) soulignez, dans le dernier paragraphe, le passage qui rappelle la thèse et inscrivez Rappel thèse dans la marge.

12

L’argumentation

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

2

Groupe :

Date :

La crédibilité de l’énonciateur peut influencer le destinataire. a) Quelle est l’expertise de chacune des énonciatrices sur le sujet ? Lorraine Pagé : Suzanne Desrochers : b) Peut-on affirmer que l’une est plus crédible que l’autre ? Justifiez votre réponse.

3

Complétez les phrases suivantes en indiquant si les arguments de chaque auteure se fondent sur l’expérience ou les valeurs. a) Dans le premier texte, l’auteure affirme que les devoirs . Ses arguments se fondent sur

,

car

.

b) Dans le deuxième texte, l’auteure affirme que les devoirs . Ses arguments se fondent sur

,

car . 4

L’auteure du premier texte utilise l’explication argumentative comme procédé dominant. Complétez le schéma en y inscrivant les causes invoquées pour affirmer son point de vue. Cause 1 : Absence d’un lieu de travail adéquat

5

+

Cause 2 :

+

Cause 3 :

+

Cause 4 :

+

Cause 5 :

=

Aucun avantage Dans le deuxième texte, l’auteure a inclus deux concessions. a) Soulignez-les d’un double trait et inscrivez Concession vis-à-vis de chacune dans la marge. b) Encadrez les adverbes et les conjonctions de concession dans ces passages soulignés.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire des points de vue de spécialistes

13


Nom :

Groupe :

6

Date :

Si le deuxième texte n’est pas une réfutation, certains de ses passages sont des contre-arguments de la thèse du premier texte. Remplissez le tableau suivant à l’aide d’extraits du deuxième texte. Arguments (premier texte)

Contre-arguments (deuxième texte)

« la plupart de mes élèves n’avaient chez eux ni un lieu qui favorise la concentration ni le matériel nécessaire à une quelconque recherche ». (ligne 10) « Et, dans certains cas, les parents ne pouvaient pas aider véritablement, ce qui constituait une frustration. » (ligne 13)

7

Réfutez l’argument suivant en une ou deux phrases : « Au primaire, particulièrement, leur horaire d’études leur laisse fort peu de temps pour l’activité physique pourtant essentielle à leur équilibre. » (texte 1, ligne 31) Réfutation :

14

L’argumentation

8

Lequel des deux textes vous semble le plus convaincant ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur les stratégies argumentatives employées.

9

Jugez-vous que les devoirs soient un moyen d’apprentissage efficace ? Sur une feuille mobile, en un texte de 100 à 150 mots, prenez position et développez votre réponse selon le procédé de l’explication argumentative.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

Date :

© Lightspring / Shutterstock Images LLC

2 LIRE DES OPINIONS DE LECTEURS Les lettres ou les courriels des lecteurs publiés dans les journaux ou les magazines sont souvent des textes argumentatifs. Leurs auteurs y émettent une opinion plus ou moins argumentée.

Mise en contexte Voici un exemple de ce que l’on pourrait lire dans un courrier des lecteurs concernant la vie privée et l’utilisation d’Internet. Les avis sont souvent divergents à ce sujet.

Lisez les deux textes suivants.

À livres ouverts…

5

10

15

20

25

Avant l’avènement d’Internet, la vie privée et la vie publique constituaient deux sphères bien distinctes. Aujourd’hui, le monde virtuel semble avoir brouillé les cartes. Selon Mark Zuckerberg, le nouveau pontife du milieu, créateur de la bête pas encore tout à fait apprivoisée qu’est Facebook, la confidentialité n’existe plus. Exit la protection de la vie privée ! Tout le monde connaît les secrets de tout le monde. Merveilleux, n’est-ce pas ? C’est ce raisonnement qui pousse des millions d’internautes à clavarder candidement. Pourtant, la question fondamentale demeure légitime : les réseaux sociaux menacent-ils notre vie privée ? Analysons ce phénomène de plus près. Qui se cache derrière tous ces logiciels ? Bien que l’utilisateur moyen ne veuille partager ses informations qu’avec ses connaissances, il participe malgré lui à enrichir une banque monstrueuse de données qu’aucun règlement ne parvient à restreindre efficacement. Contrairement à nos gouvernements démocratiques, à la police, aux autres concitoyens membres de nos réseaux, qui ne peuvent légalement colliger autant de renseignements sur nous, les magnats du cyberespace nous guettent librement et d’un vil œil. Ce que nous donnons béatement à des intérêts commerciaux, nous le refusons à la police, qui doit d’abord obtenir un mandat avant d’enquêter. Bref, Internet fait fi de la loi. Il faut admettre que plusieurs ne perçoivent pas la Toile comme un ennemi menaçant. Il est si agréable d’acheter des biens dans le confort de son salon ! Or, chaque recherche sur Google, chaque achat sur Amazon, chaque lien cliqué sur Internet lorsque Facebook est ouvert contribue à enrichir notre profil d’utilisateur. À quel point sommes-nous connus de ces sites Internet sans que nous le sachions ? Si chaque clic est effectivement enregistré, n’est-ce pas l’équivalent d’un espion suivant nos moindres faits et gestes ? Impossible de savoir qui, exactement, possède des informations à notre sujet grâce à nos fureteurs.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire des opinions de lecteurs

15


Nom :

Groupe :

30

35

40

Date :

Par ailleurs, dans ce monde où plus rien n’est gratuit, comment se fait-il que nous puissions utiliser les divers médias sociaux sans délier les cordons de notre bourse ? La réponse est simple : nous « payons » ces services en troquant nos informations personnelles, recueillies et consultées le plus souvent à notre insu. À partir de ces informations, les agences de publicité ciblent les produits les plus susceptibles de nous plaire et nous présentent des bandeaux personnalisés. L’avocate Phillippa Lawson, directrice de la Clinique d’intérêt public et de politique d’Internet du Canada, rapporte que ces compagnies en savent parfois davantage sur nous que nous-mêmes en savons. C’est donc dire que nous sommes plus connus par des inconnus à l’échelle planétaire que nous nous connaissons nous-mêmes. Cauchemardesque, n’est-ce pas ? À la lumière de ces informations, il apparaît important et urgent de légiférer sur l’utilisation que les responsables de ces sites font des informations recueillies concernant nos vies privées. Bien que le Canada possède un Commissariat à la protection de la vie privée, ses pouvoirs sont beaucoup plus correctifs que préventifs. Mieux vaut prévenir que guérir. M. Simpson

Un internaute averti offre seulement ce qu’il veut offrir Monsieur Simpson,

5

En tant que fière internaute, je tiens à mon identité en ligne. Il est possible pour quelqu’un de se construire une identité virtuelle qui contribue à enrichir l’expérience que peut nous offrir Internet. Permettez-moi de vous exprimer, dans la lettre qui suit, un point de vue qui diffère du vôtre.

10

Pour commencer, sachez que le droit à la vie privée est respecté en tout temps, dans la mesure où les informations partagées en ligne sont celles que l’on décide de fournir. Aucun formulaire ne me force à inclure mon numéro de téléphone, par exemple, ni mon adresse complète. Les réseaux sociaux sont donc restreints par les limites que nous leur imposons.

15

De plus, au Québec, tous les citoyens sont protégés par l’article 5 (chapitre I, partie I) de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec : « Toute personne a droit au respect de sa vie privée. » Nous avons donc des recours sérieux contre n’importe qui (même les cybermagnats) s’attaquant à notre vie privée. Quant à la publicité qui m’est destinée, je trouve, contrairement à vous, qu’elle représente un avancement. Plusieurs commerces de moindre envergure survivent

16

L’argumentation

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

20

25

Groupe :

Date :

grâce à ce système de publicité ciblée, orientée vers la clientèle la plus probable, car ils ne pourraient tout simplement pas concurrencer la publicité de masse des grandes compagnies, dont les budgets sont colossaux. Les économies locales sont ainsi encouragées, et plusieurs dépendent carrément de ce type de publicité. De toute façon, Monsieur Simpson, je parierais ma chemise que vous avez déjà rempli de multiples formulaires papier contenant vos informations personnelles (bail, carte de crédit, etc.). Savez-vous vraiment qui utilise ces informations ? Pas vraiment. « Dans ce monde où plus rien n’est gratuit », comme vous l’écrivez, la vie privée de l’internaute averti est une monnaie d’échange qui donne accès à une expérience Internet personnalisée, agréable et diversifiée. G. Tremblay

et

1

interpréter

Annotez les deux textes que vous venez de lire. Dans chaque texte : a) soulignez la thèse et inscrivez Thèse dans la marge ; b) soulignez les arguments et inscrivez Argument vis-à-vis de chacun dans la marge.

2

Les marques de modalité amènent le lecteur à comprendre la position adoptée. a) Remplissez le tableau à l’aide d’extraits du premier paragraphe du premier texte.

Marques de modalité

Le point de vue de l’énonciateur quant à son propos Page 269

Extraits du texte

Vocabulaire connoté (termes ou locutions) Auxiliaire de modalité Phrase exclamative Ironie Phrase de forme emphatique

b) Selon ces marques de modalité, quelle position M. Simpson défend-il ?

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire des opinions de lecteurs

17


Nom :

Groupe :

Les discours rapportés Page 272

3

Date :

Cet extrait du premier texte est un discours rapporté : « Selon Mark Zuckerberg, le nouveau pontife du milieu, créateur de la bête pas encore tout à fait apprivoisée qu’est Facebook, la confidentialité n’existe plus. » a) Soulignez le groupe incident de la phrase. b) S’agit-il d’un discours de style direct ou indirect ? c) L’opinion de M. Simpson à l’égard de Mark Zuckerberg est-elle positive ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur les marques de modalité que contient l’extrait.

4

Les phrases interrogatives n’ont pas toutes la même fonction. a) Surlignez les phrases interrogatives que contient le premier texte. b) Parmi ces questions, trois ne sont pas des interrogations rhétoriques. Relevez-les, et indiquez pourquoi elles n’en sont pas. Question 1 : Explication : Question 2 : Explication : Question 3 :

Explication :

18

L’argumentation

5

Quel effet l’utilisation du pronom nous a-t-elle sur le destinataire ?

6

Pourquoi peut-on affirmer que le deuxième texte est une réfutation ?

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

7

Groupe :

Date :

Les marques énonciatives révèlent, entre autres, la position de l’énonciateur à l’égard du destinataire. a) Remplissez le tableau à l’aide d’extraits du deuxième texte.

Marques énonciatives qui renvoient au destinataire

Exemples La présence de l’énonciateur Page 268

Pronoms personnels

Phrases interrogatives

Phrases impératives

Apostrophes

b) Quel rapport (complicité, supériorité, opposition) l’internaute avertie veut-elle établir avec son destinataire (M. Simpson) ? Justifiez votre réponse.

 8

En tant qu’internaute, prenez part au débat : choisissez un argument du deuxième texte et réfutez-le en une ou deux phrases.

9

Les jeunes sont-ils des internautes avertis et conscients de leur identité virtuelle ? Sur une feuille mobile, en un paragraphe de 100 à 150 mots, répondez à cette question en prenant position et en basant votre stratégie sur l’explication argumentative.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire des opinions de lecteurs

19


Nom :

Groupe :

Date :

3 LIRE DES AVIS DANS DES FORUMS DE DISCUSSION Les forums de discussion sont des lieux virtuels d’échange et, parfois, de confrontation. On y trouve quelquefois des avis bien argumentés.

Les traumatismes crâniens chez les sportifs font de plus en plus souvent les manchettes, et les sports de contact sont fréquemment mis au banc des accusés. Voici un exemple de ce que l’on pourrait lire à ce propos dans un forum de discussion.

Lisez les deux textes suivants.

Victime un jour, victime toujours Nous sommes le 8 mars 2011. L’action se déroule à Montréal sur la glace du centre Bell. Environ 22 000 personnes sont assises dans les gradins. Max Pacioretty sort de son territoire avec la rondelle. Zdeno Chara, un adversaire, lui sert une rude mise en échec qui le propulse contre la bande. Résultat : 5 vertèbre fracturée et commotion cérébrale. N’en déplaise aux fervents amateurs, il faut interdire les contacts dans tous les sports afin d’éviter les commotions cérébrales, car elles entraînent de graves problèmes. Une commotion cérébrale survient lorsque le cerveau percute la boîte 10 crânienne à la suite d’un impact. Le crâne peut être intact et les dommages se situer uniquement à l’intérieur du cerveau, où plusieurs neurones meurent instantanément sous le choc. Autrement dit, chaque commotion cérébrale tue une partie du cerveau. La commotion provoque des dommages à moyen et à long termes. En 15 général, une période de repos (de une à plusieurs semaines) suffit à ce que disparaissent les symptômes : maux de tête, pertes de mémoire et étourdissements. La victime du choc n’est pourtant pas « guérie ». Elle court environ trois fois plus de risques de subir un autre traumatisme crânien au cours des semaines ou des mois suivants puisque le cerveau est alors plus 20 sensible aux impacts, même légers. Conséquemment, si un nouveau traumatisme survient, la sévérité des symptômes augmentera. Je terminerai par ceci : les commotions cérébrales ont des effets néfastes à long terme ; avec les données recueillies au cours des dernières années, nous commençons à observer des tendances claires à ce propos. Qu’attendons25 nous pour agir ? Qu’un joueur de hockey ou qu’un boxeur meure en direct à la télévision ? Dans tous les sports, nous devons bannir les contacts pouvant entraîner des commotions cérébrales. J. Fleury, étudiant de 1re année en médecine

20

L’argumentation

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

© jan Kranendonk / Shutterstock Images LLC

Mise en contexte


Nom :

Groupe :

Date :

Une fausse bonne idée

5

10

15

Il y a environ deux mille ans, à Olympie, en Grèce, se tenaient les tout premiers Jeux olympiques. Ceux-ci comptaient la lutte parmi leurs épreuves. C’est donc dire que les sports de contact ont toujours été, et seront probablement toujours, source d’intérêt. À mon avis, miser sur la prévention et le savoirfaire des médecins est la clé pour réduire les risques de commotions cérébrales. Pourquoi bannir les sports de contact alors qu’une commotion peut tout aussi bien survenir dans d’autres sports ou d’autres contextes ? Comment pourrait-on contribuer à protéger les joueurs ? Quelques réponses me viennent rapidement en tête : modifier leur équipement et les aires de jeu. La majorité des actions des joueurs sont de l’ordre du réflexe ; souvent, la collision est inévitable. En remplaçant, dans leur équipement, les matériaux durs par des matériaux souples, comme dans les équipements hybrides à base de gel, les contacts seraient beaucoup moins dommageables. En ce qui concerne les bandes au hockey, dès le lendemain de l’incident Pacioretty / Chara, le Canadien de Montréal annonçait qu’il modifiait celles du centre Bell pour les munir de coussins protecteurs. Plusieurs équipes de la Ligue nationale de hockey ont emboîté le pas, rehaussant ainsi la sécurité des joueurs.

25

Comme vous pouvez le constater, la protection du cerveau des athlètes peut et doit passer par la prévention. Eux seuls sont en mesure de contrôler leurs actions sur les aires de jeu. Fournissons-leur les moyens de pratiquer leur sport de façon sécuritaire. À cela s’ajoutent les meilleurs spécialistes médicaux, auxquels les équipes de joueurs professionnels ont recours, qui traitent les blessés et qui les empêchent de revenir au jeu prématurément. Il n’est évidemment pas nécessaire d’abolir les contacts dans le sport.

30

Imaginez un instant une course de vélo comme on en voit au Tour de France. Imaginez la chute du meneur, qui entraînerait deux ou trois autres membres de l’équipe, peut-être même d’autres compétiteurs. Même s’ils portent tous un casque, ces coureurs sont-ils à l’abri d’une commotion cérébrale ? Pas du tout ! Et le cyclisme n’est pourtant pas un sport de contact…

20

35

En fait, personne n’est jamais à l’abri des coups à la tête pouvant occasionner une commotion. Un accident d’automobile, une chute du haut d’une échelle ou n’importe quel autre incident de la vie courante peuvent occasionner ce type de blessure. Les athlètes pratiquent leur sport avec passion. Y supprimer les contacts serait l’équivalent de retirer les flèches de la pratique du tir à l’arc parce qu’elles sont dangereuses.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire des avis dans des forums de discussion

21


Nom :

Groupe :

Date :

En conclusion, il est facile de blâmer les sportifs pour les coups plus ou moins légaux qu’ils portent dans le feu de l’action. N’oubliez pas que, pour chaque commotion dans le monde du sport, des dizaines sont occasionnées par les 40 nombreux accidents de la route. La diminution des coups à la tête passe par une éducation de toute la population, qui doit connaître les conséquences graves que peuvent entraîner les commotions cérébrales. C. Massé, entraîneur sportif

et

1

interpréter

Annotez les deux textes que vous venez de lire. Dans chaque texte : a) soulignez la thèse et inscrivez Thèse dans la marge ; b) soulignez les arguments et inscrivez Argument vis-à-vis de chacun dans la marge ; c) soulignez, dans le dernier paragraphe, le passage qui rappelle la thèse et inscrivez Rappel thèse dans la marge.

2

À l’aide de la séquence explicative du premier texte, remplissez le tableau suivant, qui résume la succession des conséquences d’une commotion cérébrale.

3

Les marques énonciatives renvoient à l’énonciateur ou au destinataire.

Il y a un choc ou un impact à la tête.

a) Placez entre crochets les marques énonciatives du premier texte. b) Quels paragraphes n’en contiennent aucune ?

c) Pourquoi ces paragraphes en sont-ils dépourvus ?

22

L’argumentation

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

Date :

4

Sur quoi les arguments du premier texte s’appuient-ils ?

5

Quelle est la fausse bonne idée à laquelle le deuxième texte fait référence ?

6

Les arguments du deuxième texte s’appuient-ils sur des faits, des valeurs ou des expériences personnelles ?

7

Pour rédiger une réfutation, est-il nécessaire de réfuter tous les arguments opposés ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur les textes.

 8

L’explication argumentative et le texte explicatif ont beaucoup en commun. a) Nommez un sujet qui, comme celui des commotions cérébrales, pourrait convenir à la fois à un texte explicatif et à un texte argumentatif.

b) Rédigez une question qui permettrait d’aborder le sujet choisi dans un texte argumentatif.

9

À votre tour de soulever la polémique ! Sur des feuilles mobiles, rédigez un texte argumentatif d’environ 400 mots à partir du sujet que vous avez soumis au numéro précédent. Votre stratégie doit être fondée sur l’explication argumentative et contenir une séquence explicative.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire des avis dans des forums de discussion

23


Nom :

Groupe :

Date :

4 LIRE UNE CHRONIQUE Dans le domaine de l’alimentation, un des enjeux planétaires les plus préoccupants est la capacité de produire suffisamment de nourriture pour tous. La chroniqueuse Marie-Claude Lortie propose une solution.

Lisez le texte suivant.

Gaspillage Que vous le vouliez ou non, préparez-vous : en alimentation, les prochaines années seront celles du gaspillage. Ou plutôt, de la lutte contre le gaspillage. Déchétariens, préparez vos déclarations pour la presse.

Déchétarien : 5

Poubelles, faites-vous discrètes. […]

10

15

La conjonction sauf que permet d’exprimer une

20

Plus récemment, on a commencé à aborder aussi la question des produits sauvages, qui permettent de manger sans polluer puisqu’on n’utilise aucun engrais ou énergie pour leur production. À cela s’est ajouté, évidemment, le dossier pillage, comme on l’a vu dans les pêches. Puiser dans la nature, oui, mais jusqu’où ? Sauf que devant une crise de pénuries alimentaires qui s’allie à une crise de surabondance — celle qui fait grossir et produit les problèmes d’obésité que l’on connaît — et devant des problèmes environnementaux sans précédent, nous voilà encore obligés de réfléchir autrement. Comment nourrir le monde sans tirer encore plus d’énergie et de richesse de la planète ? Sans vider encore plus nos sols et nos océans de leurs nutriments ? En cessant la dilapidation insensée et inefficace de nos stocks alimentaires.

Dilapidation :

24

L’argumentation

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

© szefei / Shutterstock Images LLC

Traçabilité :

Depuis une dizaine d’années, on a beaucoup discuté d’OGM, de bio, de consommation locale, de traçabilité, de surindustrialisation. Entre les scandales de vache folle et les crises de salmonellose et de contamination à l’E. coli, on a fait la fête aux principes mis de l’avant par Slow Food. Ceux selon lesquels il faut manger de la vraie nourriture, qui a une histoire, un sens, une nourriture propre, donc écologiquement correcte et juste aussi, puisqu’il faut que ceux qui la produisent soient traités de façon équitable.


Nom :

Groupe :

Date :

30

« Si nous étions capables de réduire de moitié les pertes et le gaspillage, nous aurions assez d’aliments pour nourrir un milliard de personnes de plus, sans avoir à augmenter la production et sans exercer plus de pression sur les ressources », a affirmé récemment le directeur général de la FAO (l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), José Graziano da Silva, à l’ouverture du Salone del Gusto et de Terra Madre, à Turin. Un milliard de plus.

35

Pendant que Monsanto vante les vertus de ses OGM pour nourrir une planète affamée, chaque année, quelque 1,5 milliard de tonnes de denrées comestibles sont gaspillées. « Notre paradigme alimentaire doit changer ; il faut réduire les pertes », a résumé Carlo Petrini, fondateur de Slow Food, en conférence de presse au même évènement turinois.

25

La conjonction si permet d’exprimer une

Paradigme :

Le gaspillage alimentaire, au nom du « trop vieux » et du « pas assez beau », se fait de plusieurs façons.

40

45

Dans l’industrie, parce qu’on écarte les produits qui ne sont pas jugés assez parfaits, ce que Petrini appelle un raisonnement fasciste. Ailleurs, ce sont les dates de péremption dépassées qui forcent la mise à la poubelle. Dans la restauration, dans les supermarchés, à toutes les étapes, des produits vieillissent sans être achetés et, plutôt que de trouver une façon de les attraper au vol avant qu’il ne soit trop tard, on les envoie aux ordures. Et même à la maison, on jette. Si les systèmes de distribution alimentaire gaspillent quelque 200 kg de nourriture par Européen chaque année, affirme Petrini, à la maison, ce sont 90 kg qui sont jetés.

Reliefs :

Trop-plein :

[…] Qui ne jette jamais de restes ? Qui sait encore, comme nos grands-mères, cuisiner les reliefs de poulet et le trop-plein de courgettes ? […] 50

« Pourquoi aucun politique ne parle jamais de cela ? demande Petrini. Pourquoi tout ce qu’on voit sur l’alimentation, à la télé, ce sont des chefs qui remuent leur poêle à frire et ne parlent jamais de tous les autres enjeux ? » Marie-Claude LORTIE, « Gaspillage », La Presse, 12 novembre 2012, [En ligne].

et

interpréter

1

Dans la marge, inscrivez la définition des mots de vocabulaire.

2

Inscrivez chaque terme de l’encadré dans l’étiquette appropriée dans la marge du texte. Puis, soulignez les extraits du texte correspondant à chaque étiquette. • concession • conclusion • hypothèse • position • sujet

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire une chronique

25


Nom :

Groupe :

3

Date :

À partir de vos annotations, remplissez le tableau suivant. Parties du texte

Éléments du texte

Introduction (lignes 1 à 24)

Sujet

Dilemme

Objectif

Se nourrir d’aliments dont la production respecte l’environnement.

1. Trois difficultés 2. (concession) 3.

Prise de position

Développement (lignes 25 à 48)

Solution (hypothèse) Argument :

1. Exemples de gaspillage

2.

Conclusion (lignes 49 à 51)

3.

1. Trois groupes faisant partie de la solution 2. 3.

 4

26

L’argumentation

Les conséquences du gaspillage des denrées alimentaires vous étonnent-elles ? Justifiez votre réponse.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

Date :

Dans Les Misérables, de Victor Hugo, Jean Valjean est un homme transformé. Après avoir vécu 19 ans en prison, il est devenu monsieur Madeleine, un homme bon, prospère et généreux. Or, son passé revient le hanter. Un homme que l’on croit être Valjean vient d’être arrêté et accusé du dernier vol qu’il a lui-même commis alors qu’il venait de sortir de prison. Toute la nuit précédant le procès de cet inconnu, Valjean s’interroge. Doit-il se dénoncer ou non ?

Lisez le texte suivant.

Jean Gabin dans le rôle de Jean Valjean, en 1958

© AF archive / Alamy

5 LIRE UNE SÉQUENCE ARGUMENTATIVE INSÉRÉE DANS UN ROMAN

Les Misérables (extrait) [La veille du procès, Jean Valjean se parle à lui-même.]

5

10

15

20

25

— Eh bien, cet homme va aux galères, c’est vrai, mais, que diable ! 1 il a volé ! J’ai beau me dire qu’il n’a pas volé, il a volé ! Moi, je reste ici, je continue. Dans dix ans j’aurai gagné dix millions, je les répands dans le pays, je n’ai rien à moi, qu’est-ce que cela me fait ? Ce n’est pas pour moi ce que je fais ! La prospérité de tous va croissant, les industries s’éveillent et s’excitent, les manufactures et les usines se multiplient, les familles, cent familles, mille familles ! sont heureuses ; la contrée se peuple ; il naît des villages où il n’y a que des fermes, il naît des fermes où il n’y a rien ; la misère disparaît, 2 et avec la misère disparaissent la débauche, la prostitution, le vol, le meurtre, tous les vices, tous les crimes ! […] et voilà tout un pays riche et honnête ! Ah çà, j’étais fou, j’étais absurde, qu’est-ce que je parlais donc de me dénoncer ? Il faut faire attention, vraiment, et ne rien précipiter. 3 Quoi ! parce qu’il m’aura plu de faire le grand et le généreux, — c’est du mélodrame, après tout ! — parce que je n’aurai songé qu’à moi, qu’à moi seul, quoi ! pour sauver d’une punition 4 peut-être un peu exagérée, mais juste au fond, on ne sait qui, un voleur, un drôle évidemment, il faudra que tout un pays périsse ! […] 5 6 Beaux scrupules qui sauvent un coupable et sacrifient des innocents, qui sauvent un vieux vagabond, lequel n’a plus que quelques années à vivre au bout du compte et ne sera guère plus malheureux au bagne que dans sa masure, et qui sacrifient toute une population, mères, femmes, enfants ! […] Et je m’en irais me dénoncer ! Et je ferais cette inepte sottise ! 7 Mettons tout au pis. Supposons qu’il y ait une mauvaise action pour moi dans ceci et que ma conscience me la reproche un jour, accepter, pour le bien d’autrui, ces reproches qui ne chargent que moi, cette mauvaise action qui ne compromet que mon âme, c’est là qu’est le dévouement, c’est là qu’est la vertu.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

1

Figure de style :

2

Figure de style :

3

Procédé :

4

Figure de style :

5

Procédé :

6

Figure de style :

7

Procédé :

Lire une séquence argumentative insérée dans un roman

27


Nom :

Groupe :

Date :

[Le lendemain, Jean Valjean se rend au procès où l’autre homme est accusé à sa place. Là-bas, il prend la parole devant toute l’assemblée.] 8

Procédé : 30

9

Procédé : 35

40

10

11

Figure de style :

45

Figure de style :

50

— Je vous remercie, monsieur l’avocat général, mais je ne suis pas fou. Vous allez voir. Vous étiez sur le point de commettre une grande erreur, lâchez cet homme, j’accomplis un devoir, je suis ce malheureux condamné. 8 Je suis le seul qui voie clair ici, et je vous dis la vérité. Ce que je fais en ce moment, Dieu, qui est là-haut, le regarde, et cela suffit. Vous pouvez me prendre, puisque me voilà. J’avais pourtant fait de mon mieux. Je me suis caché sous un nom ; je suis devenu riche, je suis devenu maire ; 9 j’ai voulu rentrer parmi les honnêtes gens. Il paraît que cela ne se peut pas. Enfin, il y a bien des choses que je ne puis pas dire, je ne vais pas vous raconter ma vie, un jour on saura. J’ai volé monseigneur l’évêque, cela est vrai ; j’ai volé Petit-Gervais, cela est vrai. On a eu raison de vous dire que Jean Valjean était un malheureux très méchant. Toute la faute n’est peut-être pas à lui. Écoutez, messieurs les juges, un homme aussi abaissé que moi n’a pas de remontrance à faire à la providence ni de conseil à donner à la société ; mais, voyez-vous, l’infamie d’où j’avais essayé de sortir est une chose nuisible. Les galères font le galérien. Recueillez cela, si vous voulez. Avant le bagne, j’étais un pauvre paysan très peu intelligent, une espèce d’idiot ; le bagne m’a changé. J’étais stupide, je suis devenu méchant ; 10 j’étais bûche, je suis devenu tison. Plus tard 11 l’indulgence et la bonté m’ont sauvé, comme la sévérité m’avait perdu. Mais, pardon, vous ne pouvez pas comprendre ce que je dis là. Vous trouverez chez moi, dans les cendres de la cheminée, la pièce de quarante sous que j’ai volée il y a sept ans à Petit-Gervais. Je n’ai plus rien à ajouter. Prenez-moi. Mon Dieu ! monsieur l’avocat général remue la tête, vous dites : M. Madeleine est devenu fou, vous ne me croyez pas ! Voilà qui est affligeant. N’allez point condamner cet homme au moins ! […]

et

1

interpréter

Les Misérables est paru pour la première fois en 1862. Certains termes ou expressions utilisés fréquemment à cette époque ne le sont plus aujourd’hui. a) Donnez la définition de galères (lignes 2 et 43). b) Reformulez « ne sera guère plus malheureux au bagne que dans sa masure » (ligne 20). c) Trouvez un synonyme aux termes suivants

28

L’argumentation

Inepte (ligne 22) :

Providence (ligne 41) :

Pis (ligne 22) :

Infamie (ligne 42) : © 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

2

Date :

Formulez la thèse que Jean Valjean défend et celle qu’il réfute dans la première partie de l’extrait (lignes 1 à 26). a) Thèse :

b) Contre-thèse :

3

Dans les espaces appropriés en marge du texte, nommez les procédés de réfutation utilisés par Jean Valjean (surlignés en gris dans le texte).

4

Dans les espaces appropriés en marge du texte, nommez les figures de style utilisées par l’auteur pour moduler le discours de Jean Valjean (surlignées en beige dans le texte).

5

Les marques énonciatives révèlent notamment la présence de l’énonciateur. a) Nommez celles que les extraits suivants contiennent. Extraits du texte

Marques de modalité

« Moi, je reste ici, je continue. » (ligne 3) « Ah çà, j’étais fou, j’étais absurde ». (ligne 11) « qu’est-ce que je parlais donc de me dénoncer ? » (ligne 12) « c’est du mélodrame, après tout ! » (ligne 14) « Mettons tout au pis. » (ligne 22) b) Pourquoi la présence de l’énonciateur est-elle fortement marquée dans cet extrait ?

 6

Selon vous, Jean Valjean a-t-il pris la bonne décision ? Justifiez votre réponse.

© 52013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire une séquence argumentative insérée dans un roman

29


Nom :

Groupe :

Date :

3 LE GROUPE DU VERBE (GV) 3.1 Les constructions du GV • Le GV a comme noyau un verbe conjugué à un mode personnel (indicatif, subjonctif, impératif). Le GVinf et ses fonctions Page 118

• Le verbe à l’infinitif est le noyau du GVinf. Le verbe au participe présent est le noyau du GVpart.

Le GVpart et ses fonctions Page 119

• Le GV peut être formé d’un verbe seul ou avoir une ou plusieurs expansions. Remarque : Le noyau du GV peut être une locution verbale, construite le plus souvent avec un verbe et un nom sans déterminant. Ex. : avoir peur, donner cours, porter chance • Le GV remplit la fonction de prédicat. Le GV prédicat est, comme le sujet, un constituant obligatoire de la phrase de base. • Dans la phrase de base, le prédicat est placé après le sujet et il ne peut être ni déplacé ni effacé. GV

© Igor Bulgarin / Shutterstock.com

Ex. : Jason participe au match d’improvisation chaque semaine . sujet

1

prédicat

compl. de P

Dans les phrases suivantes, soulignez le verbe conjugué à un mode personnel, mettez le sujet entre crochets et encadrez le prédicat. Ex. : Hier, nous avons vu un très bon match d’improvisation au centre culturel. a) À 10 ans , il avait déjà disputé son premier match d’improvisation . b) La carrière de ce comédien en herbe me semble prometteuse . c) Procurez - vous des billets dès maintenant . d) Improviser est un de ses nombreux talents depuis toujours . e) Au club d’improvisation s’inscrivaient quantité d’élèves chaque année . f) Le joueur étoile aurait - il , lors de ce match , refusé d’affronter Kenny ?

2

Dans les phrases du numéro précédent, relevez : a) le ou les verbes conjugués à un temps simple :

Coup de

Un verbe pronominal est un verbe accompagné du pronom se à l’infinitif.

104

La grammaire de la phrase

b) le ou les verbes conjugués à un temps composé : c) le ou les verbes pronominaux :

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

Date :

• Voici différentes constructions du GV : – V + GPrép

– V + GAdv

– Pron + V

– V + GN

– V + GAdj

– V + GVinf

– V + Sub. complétive

Dans chaque phrase : • encadrez le GV et soulignez son noyau ; • au-dessus de chaque GV, indiquez sa construction. V + GN Ex. : À l’école d’improvisation, ce comédien assume la fonction de formateur .

© redsnapper /Alamy

3

– V seul

a) Finalement , Marianne ne participera pas au match de ce soir . b) Elle s’est ravisée au dernier moment . c) Notre équipe n’était pas prête à jouer . d) La semaine dernière ont eu lieu les auditions de l’école de théâtre . e) Intéressé par le théâtre , Akram aimerait devenir comédien . f) Le directeur de la troupe lui faisait confiance . g) Il le lui avait dit . h) Pendant ses études , ce comédien a fait preuve de beaucoup de détermination . 4

Dans les trois phrases suivantes, qui contiennent des subordonnées complétives : • soulignez le noyau du GV de la phrase enchâssante et de celui de la subordonnée ; • mettez la subordonnée complétive entre crochets. a) Sabrina doute que son professeur lui attribue ce rôle . b) Pourtant, plusieurs pensaient qu’elle était apte à interpréter ce rôle . c) Certains croient que cette comédienne ne joue pas suffisamment juste .

5

Écrivez le GV prédicat des subordonnées complétives du numéro précédent et indiquez sa construction. a) b) c)

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Le groupe du verbe (GV)

105


Nom :

Groupe :

Date :

3.2 Les auxiliaires d’aspect et de modalité Les auxiliaires d’aspect, de même que les auxiliaires de modalité, sont aussi appelés semi-auxiliaires.

Le gérondif est un GPrép formé de la préposition en et d’un verbe au participe présent. Ex. : En entrant dans la salle, il souriait.

• Un auxiliaire d’aspect est un verbe employé avec un verbe à l’infinitif (ou au participe présent dans le cas du verbe auxiliaire aller) pour désigner le moment ou la durée de l’action ou du fait. • Quand le verbe à l’infinitif est précédé d’un auxiliaire d’aspect, on considère qu’ils forment ensemble le noyau du GV. • Les auxiliaires d’aspect précisent le stade de déroulement de l’action : – avant l’action (aller, être près de, ne pas tarder à, etc.) ; – au début de l’action (commencer à, se mettre à, etc.) ; – pendant l’action (continuer à / de ; être en train de ; aller + participe présent ou gérondif ; etc.) ; – à la fin de l’action (cesser de, finir de, achever de, etc.) ; – après l’action (sortir de, venir de, etc.). Ex. : Le match est sur le point de commencer. (moment avant l’action)

1

Dans chaque phrase : • soulignez l’auxiliaire d’aspect qui précise le stade de déroulement de l’action ; • encadrez le verbe (infinitif, participe présent ou gérondif) qui exprime cette action. a) Massimo ne tardera pas à sauter sur la glace .

Coup de

b) Elle ne cesse de retoucher sa coiffure depuis des heures .

Notez que l’auxiliaire d’aspect peut être constitué d’un verbe ou d’une locution.

c) L’assistance à ces matchs va en augmentant . d) Cette équipe était à deux doigts de gagner le match . e) Voilà Edna qui commence à improviser en solo . f) Sa capacité à improviser va s’améliorant . g) On vient tout juste de connaître le résultat du match . h) L’arbitre achève de compter les votes du public .

© Brenda Carson/Shutterstock Images LLC

i) À la fin de l’improvisation , ils se mirent à applaudir . 2

Remplissez le tableau suivant en écrivant à l’infinitif les auxiliaires d’aspect soulignés au numéro précédent.

Avant l’action Au début de l’action Pendant l’action À la fin de l’action Après l’action

106

La grammaire de la phrase

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

3

Groupe :

Date :

Récrivez la phrase suivante en ajoutant au verbe en gras un auxiliaire d’aspect qui précise le stade de déroulement indiqué. Ils jouaient leur scène quand tu es arrivé. a) Avant l’action : Ils quand tu es arrivé.

jouer leur scène

b) Au début de l’action : Ils scène quand tu es arrivé.

jouer leur

c) Pendant l’action : Ils quand tu es arrivé.

jouer leur scène

d) À la fin de l’action : Ils quand tu es arrivé.

jouer leur scène

e) Après l’action : Ils quand tu es arrivé. 4

jouer leur scène

Dans le texte suivant, soulignez les auxiliaires d’aspect de même que les verbes (infinitif, participe présent ou gérondif) avec lesquels ils sont employés.

Mon Roméo…

Mon ami Ariel et moi préparons la scène du balcon de Roméo et Juliette pour le cours de français. Nous avons commencé à travailler il y a plusieurs mois. Mais vous savez comment ça se passe : on s’apprête à donner la réplique et, sans trop savoir pourquoi, on se met à parler d’autre chose, par exemple de la nouvelle flamme de Pablo, notre meilleur ami. « Crois-tu qu’ils sont sur le point de sortir ensemble ? » m’a demandé Ariel. « Je ne sais pas, ai-je répondu, il vient juste de rompre avec Isabelle. » Ce matin, nous étions en train de répéter une fois de plus. Mon Roméo était si nerveux à tour du pâté de maisons pour te calmer. » Quand il est revenu, j’ai constaté que la situation allait en s’aggravant. Il tremblait comme une feuille ! Nous avons repris la répétition quand, tout à coup, il s’est mis à bégayer… « Ariel, ressaisis-toi, lui ai-je crié pour le secouer. Et achevons d’apprendre cette scène, veux-tu ? Fais-le pour moi, si tu m’aimes…» Oups ! Est-ce que je lui ai vraiment dit ça ? 5

© Michael Dwyer/Alamy

l’idée de jouer la scène devant la classe qu’il en perdait son texte. Je lui ai dit : « Va faire le

Écrivez les suites de mots soulignées au numéro précédent et précisez le stade de déroulement de chaque action (lettres A à E). A Avant l’action

C Pendant l’action

B Au début de l’action

D À la fin de l’action

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

E Après l’action

Le groupe du verbe (GV)

107


Nom :

Groupe :

Les auxiliaires de modalité, comme les auxiliaires d’aspect, sont aussi appelés semiauxiliaires.

Date :

• Un auxiliaire de modalité est un verbe employé avec un verbe à l’infinitif pour indiquer le point de vue de l’énonciateur sur la réalisation de l’action ou du fait exprimé. • Quand le verbe à l’infinitif est précédé d’un auxiliaire de modalité, on considère qu’ils forment ensemble le noyau du GV. • Les auxiliaires de modalité expriment : – l’obligation (avoir à, devoir, etc.) ; – la possibilité (être à même de, pouvoir, etc.) ; – la probabilité, l’apparence (devoir, paraître, sembler, etc.) ; – la non-réalisation (faillir, manquer de, passer près de, etc.). Ex. : Cette jeune fille doit avoir quinze ans environ. (probabilité)

6

Dans chacune des phrases suivantes : • soulignez l’auxiliaire de modalité ; • encadrez le verbe (infinitif) qui exprime l’action ou le fait. a) Tout le monde te l’a dit , tu dois rester jusqu’à la fin .

© Igor Bulgarin/Shutterstock.com

b) Hier , elle a failli tomber dans l’escalier . c) Elle paraissait chercher quelque chose dans son sac quand c’est arrivé . d) Serez-vous à même de vérifier s’ils ont trouvé leurs costumes de scène ? e) Nous ne pouvons présenter notre pièce sans costumes . f) Pendant la scène , Jeanne semblait avoir eu un trou de mémoire . g) Ils ont manqué de pouffer de rire juste comme ils entraient en scène . h) Il faut commencer à répéter : nous avons à présenter cette scène demain . i) J’allais te demander si tu pouvais me donner la réplique . j) En finissant de jouer leur scène , ils devaient être très contents . 7

Remplissez le tableau suivant. Écrivez l’infinitif des auxiliaires de modalité soulignés au numéro précédent et ce qu’ils expriment. Auxiliaires

Sens

Auxiliaires

a)

f)

b)

g)

c)

h)

d)

i)

e)

j)

108

La grammaire de la phrase

Sens

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

8

Groupe :

Date :

À l’aide des auxiliaires de modalité, récrivez chacune des phrases suivantes en modifiant votre point de vue sur la réalisation de l’action du verbe en gras. a) Ces jours-ci, les élèves apprennent leurs dialogues pour la pièce de théâtre.

Coup de

• Obligation : • Possibilité : • Probabilité, apparence : b) Lili a douté d’Ariel, qui est pourtant son meilleur ami.

Le verbe devoir peut exprimer l’obligation (elle doit partir = obligation) ou la probabilité (elle doit être partie = possibilité).

• Possibilité : • Probabilité, apparence : • Non-réalisation :

9

Lisez l’article paru dans le journal de l’école et soulignez les auxiliaires de modalité de même que les verbes à l’infinitif avec lesquels ils sont employés.

Amateurs de théâtre, vous devez absolument voir Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux, présenté en ville jusqu’à la fin du mois. Ne manquez pas cette occasion, car vous ne pourrez pas revoir notre merveilleuse troupe ici avant un an. En effet, celle-ci part en tournée dès le mois prochain. Dans ce classique remis au goût du jour, le metteur en scène semble avoir pensé à tout pour séduire le public. D’ailleurs, la pièce a reçu un prix pour sa mise en scène, et elle a failli en recevoir un deuxième pour le jeu de ses comédiens et un troisième pour sa musique originale. En allant sur le site Internet de la troupe, vous serez à même de lire les critiques dithyrambiques et de voir une vidéo des acteurs à l’œuvre dans un extrait de la pièce.

© Igor Bulgarin/Shutterstock.com

Une soirée pleine de rebondissements !

Personne n’aura à faire d’effort pour se laisser captiver par ce spectacle à la fois amusant et émouvant. C’est une promesse !

10

Écrivez les suites de mots soulignées au numéro précédent et précisez le point de vue exprimé par l’énonciateur sur la réalisation de l’action.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Le groupe du verbe (GV)

109


Nom :

Groupe :

Date :

8.3 La subordonnée complétive • La subordonnée complétive est une phrase enchâssée introduite par un subordonnant, le plus souvent la conjonction que. La conjonction n’a pas d’antécédent, contrairement au pronom relatif. • La subordonnée complétive remplit souvent la fonction de complément direct ou indirect du verbe, ou encore de complément de l’adjectif. Elle apporte une précision essentielle au mot qu’elle complète. Fonctions

Complément direct du verbe : la subordonnée est enchâssée dans un GV. Complément indirect du verbe : la subordonnée est enchâssée dans un GV.

Exemples GV Sub. complétive

On dit que les marchands de soie voyageaient à cheval . compl. dir. GV Sub. complétive

Je doute que le cheval puisse traverser la plaine désertique . compl. ind.

Remarque : La subordonnée complétive complément indirect peut être introduite

par à ce que ou de ce que, selon la préposition commandée par le verbe. Ex. : Vous vous attendiez plutôt à ce que des chameaux traversent la plaine. Complément de l’adjectif : la subordonnée est enchâssée dans un GAdj.

1

GAdj Sub. complétive

Je suis convaincu que tu connaissais cette information . compl. de l’Adj

Pour chacune des phrases suivantes : • mettez la subordonnée complétive entre crochets ; • encadrez le groupe dans lequel elle est enchâssée et identifiez-le au-dessus ; • écrivez la fonction de la subordonnée complétive. a) Savva est heureux que les vestiges archéologiques soient maintenant bien protégés . Fonction de la subordonnée complétive : b) Dans l’Antiquité, les Chinois souhaitaient que ce commerce s’étende à d’autres pays . Fonction de la subordonnée complétive : c) À l’époque, des naturalistes doutent que la soie provienne des vers à soie . Fonction de la subordonnée complétive : d) Je suis certain que l’histoire de la Route de la soie te passionnera ! Fonction de la subordonnée complétive :

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

La subordination

171


Nom :

Groupe :

Date :

• La subordonnée complétive peut également avoir la fonction : – de complément du verbe impersonnel ou d’une construction impersonnelle ; © Galyna Andrushko / Shutterstock Images LLC

Ex. : Il faut que j’apprenne une deuxième langue . – de complément du présentatif. Ex. : C’est que le métier l’exige !

2

Pour chacune des phrases suivantes : • mettez chaque subordonnée complétive entre crochets ; • soulignez le mot qu’elle complète ; • écrivez à droite la fonction de chaque subordonnée. a) Tamara a constaté que les expéditions sont liées à la vente de produits rares et précieux . b) J’étais ravi qu’elle s’intéresse à la Route de la soie . c) Ils s’attendent à ce que nous indiquions les routes commerciales sur cette carte de l’Asie . d) N’oublions pas que plusieurs raisons poussent l’homme à partir en expédition . e) Je me souviens que, plus jeune, il voulait devenir explorateur . f) Faut-il que nous revoyions toutes les étapes de l’expédition ? g) Les explorateurs étaient-ils conscients que surgiraient de nombreux obstacles durant ces voyages ? h) Voilà qu’il se met à hésiter !

3

Écrivez une phrase contenant : a) une subordonnée complétive complément direct du verbe espérer.

b) une subordonnée complétive complément indirect du verbe s’apercevoir. c) une subordonnée complétive complément de l’adjectif fier ou fière. d) une subordonnée complétive complément de l’expression impersonnelle il est question.

172

La grammaire de la phrase

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

Date :

• Le mode du verbe de la subordonnée complétive est l’indicatif ou le subjonctif. Mode indicatif

• Le fait exprimé dans la subordonnée est réel ou probable. • Le verbe ou l’adjectif complété par la subordonnée exprime : – une déclaration ; – une connaissance ; – une opinion ; – une perception. Ex. : Il sait que ce candidat est bilingue .

4

Mode subjonctif

• Le fait exprimé dans la subordonnée est seulement envisagé dans la pensée. • Le verbe ou l’adjectif complété par la subordonnée exprime : – un doute ; – un ordre ; – un souhait ; – un sentiment ; – une volonté ; – une possibilité. Ex. : Il souhaite que ce candidat soit bilingue .

Transformez les phrases suivantes en subordonnées complétives. Puis, pour justifier le mode du verbe dans la subordonnée, indiquez le sens du verbe de la phrase enchâssante.

Pour trouver le mode à utiliser dans la subordonnée complétive, on peut consulter un dictionnaire à l’article du verbe ou de l’adjectif que complète la subordonnée.

La concordance des temps verbaux Page 304

a) Ils feront cette expédition. Nous souhaitons b) Elsa connaît les expéditions de l’Antiquité. Cela prouve c) Vous prenez connaissance de ces cartes anciennes. J’exige d) Il choisirait assurément l’archéologie. Kuong a dit e) Ces trésors archéologiques vont la passionner. Jade pense f) Certains ne veulent pas la suivre dans cette aventure. Elle se plaint 5

Enchâssez la P2 dans la P1 en remplaçant de quelque chose par une subordonnée complétive complément de l’adjectif en gras. Utilisez le mode qui convient dans la subordonnée. Ensuite, indiquez le sens de l’adjectif. a) P1 : Elle est triste de quelque chose. P2 : Tu ne vois pas ce documentaire. b) P1 : Je suis certaine de quelque chose. P2 : Ces explorations marqueront l’Histoire. c) P1 : Tu es content de quelque chose. P2 : Je veux visiter ce pays.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

La subordination

173


Nom :

Groupe :

Date :

• La subordonnée complétive interrogative est complément d’un verbe. • Elle est enchâssée à l’aide de si, de ce que, de ce qui, ou d’un marqueur interrogatif avec ou sans préposition (qui, quoi, où, quand, comment, quel, etc.). • La phrase entière se termine par un point, sauf si la phrase enchâssante est de type interrogatif. Elle se termine alors par un point d’interrogation. Ex. : Il sait pourquoi on menait de telles expéditions. Sait-il pourquoi on menait de telles expéditions ? • Dans la complétive interrogative, il n’y a pas : – inversion du pronom sujet ou reprise du GN sujet par un pronom ; – l’expression est-ce que ou est-ce qui. Sait-il pourquoi est-ce qu’on menait de telles expéditions ? Ex. :

La subordonnée complétive interrogative est aussi appelée interrogative indirecte.

• La subordonnée complétive exclamative est complément d’un verbe. • Elle est généralement enchâssée à l’aide de comme ou de si, ou d’un autre marqueur exclamatif. • La phrase entière se termine par un point ou un point d’exclamation. Ex. : Tu vois comme ce paysage est beau. Entends comme ces dialectes sont charmants !

La subordonnée complétive exclamative est aussi appelée exclamative indirecte.

© Maridav / Shutterstock Images LLC

6

Transformez les phrases interrogatives suivantes pour en faire des subordonnées complétives interrogatives compléments des verbes indiqués ci-après. Utilisez la ponctuation appropriée. a) Est-ce qu’Ariel connaît les pays d’Asie centrale ? Vérifie b) Pourquoi la Route de la soie est-elle si célèbre ? Sais-tu c) Quelle expédition plus récente pourrait l’intéresser ? Je me demande

7

Transformez les phrases exclamatives suivantes pour en faire des subordonnées complétives exclamatives compléments des verbes indiqués ci-après. a) Quelle aventure passionnante ce doit être ! Imagine b) Que ces jeunes exploratrices se réjouissaient de suivre la Route de la soie ! Rappelle-toi c) Comme c’est fascinant ! Tu vois

8

174

La grammaire de la phrase

Précisez le mode du verbe dans la complétive interrogative ou exclamative.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

Date :

8.4 La réduction de la subordonnée complétive Rappelez-vous

• La réduction est un procédé par lequel on remplace une subordonnée afin d’alléger la phrase ou d’en varier le style. • Voici quelques procédés de réduction de la subordonnée complétive. RÉDUCTION DE LA SUBORDONNÉE COMPLÉTIVE

Ex.: Nous voyons qu’elle est compétente en la matière .

GN

Nous voyons sa compétence en la matière . Ex.: Je crois que je peux faire cette expédition .

GVinf

Je crois pouvoir faire cette expédition .

GN compl. dir. + GAdj attr. du compl. dir.

1

Ex.: Tu doutes qu’elle soit motivée . Ex.: Il est sûr qu’il partira .

Tu doutes de sa motivation .

Il est sûr de partir .

Ex.: Nous trouvons que l’exploratrice est téméraire . GN

GAdj

Nous trouvons l’exploratrice téméraire . © MariusdeGraf / Shutterstock Images LLC

GPrép : – Prép + GN – Prép + GVinf

Observez les paires de phrases suivantes. • Dans la première phrase, soulignez la complétive. • Dans la seconde phrase, soulignez la réduction de la complétive. a) Elle est convaincue qu’elle a raison. Elle est convaincue d’avoir raison. b) Nathaniel souhaite que vous répondiez franchement à sa question. Nathaniel souhaite une réponse franche à sa question. c) Il juge que Mia est trop exigeante avec l’équipe. Il juge Mia trop exigeante avec l’équipe. d) Julio croit qu’il connaît l’itinéraire par cœur. Julio croit connaître l’itinéraire par cœur.

2

Associez chaque réduction de subordonnée du numéro précédent à l’un des procédés de réduction décrits ci-dessous. Réduction à un GN : remplacement de la complétive par un GN. Réduction à un GVinf : remplacement de la complétive, ayant le même sujet que la P enchâssante, par un GVinf. Réduction à un GPrép : remplacement de la complétive, ayant le même sujet que la P enchâssante, par un GPrép. Réduction à un GN compl. dir. avec GAdj attr. du compl. dir. : effacement de que et du verbe être

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

La subordination

175


Groupe :

Faites

1

Date :

Activité synthèse

Le point

Fusionnez les paires de phrases suivantes de sorte que la P2 soit une subordonnée relative. Au besoin, déplacez des groupes de mots et accordez les participes passés. a) P1 : L’explorateur parcourut l’Empire romain une bonne partie de sa vie. P2 : L’explorateur s’appelait Strabon.

b) P1 : Les outils devaient être rudimentaires. P2 : Le géographe Strabon travaillait avec des outils.

c) P1 : As-tu donné la biographie de Strabon à Juliette ? P2 : Tu as trouvé la biographie de Strabon dans Internet.

2

Pour chacune des phrases suivantes, inscrivez dans le tableau ci-dessous : • le pronom relatif employé, avec la préposition s’il y a lieu ; • le groupe de mots que le pronom relatif remplace (GN ou GPrép) ; • la fonction du pronom relatif, avec la préposition s’il y a lieu, dans la subordonnée. a) Les expéditions qu’il fera durant sa vie lui serviront à écrire de nombreux ouvrages. b) Toutes les personnes qui s’intéressent aux expéditions de l’Antiquité connaissent Strabon. c) Les Romains, dont on connaît les exploits, on conquis le bassin méditerranéen. d) Ses livres, dans lesquels il étudie l’homme et son milieu naturel, sont instructifs. e) L’Égypte, où Strabon se rend avec Ælius Gallus, lui donne le goût des voyages. Pron relatifs (+ Prép)

Groupes de mots remplacés

Fonctions des Pron relatifs

a) b) c) d) e) 176

La grammaire de la phrase

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

© Igor Janicek/Shutterstock Images LLC

Nom :


Nom :

3

Groupe :

Date :

Parmi les pronoms relatifs proposés entre parenthèses, encadrez celui qui convient et justifiez votre réponse. a) Le constat ( que , auquel ) Strabon arrive démontre sa clairvoyance quant à la race humaine. Justification : b) Ces livres racontent aussi la manière ( dont , que ) les voyages se passent. Justification : c) Il y eut une période ( où , que ) les ouvrages de Strabon furent délaissés. Justification : d) Strabon avait trouvé dans l’œuvre d’Homère le point de départ ( qu’ , dont ) il avait besoin pour sa réflexion. Justification :

4

Récrivez chaque phrase en utilisant le procédé de réduction indiqué. a) Réduction à un GVpart : Ce géographe, qui travaillait d’arrache-pied, a laissé une œuvre colossale. b) Réduction à un GAdj : Ce réseau routier, qui est très élaboré pour l’époque, encourage le commerce.

5

Dans les phrases suivantes : • mettez chaque subordonnée complétive entre crochets ; • soulignez le mot qu’elle complète ; • écrivez à droite la fonction de chaque subordonnée. a) Es-tu déçu que l’œuvre historique de Strabon ait été perdue ? b) Il faut que je voie la reconstitution de ces cartes de l’Antiquité . c) Je verrai à ce qu’elle puisse prendre connaissance de ces documents . d) Strabon était convaincu qu’Homère avait été le premier géographe . e) Dans l’Iliade et l’Odyssée, Homère explique que le monde est entouré par Oceanus .

6

Dans les phrases suivantes : • mettez la subordonnée complétive entre crochets ; • soulignez le verbe qu’elle complète et indiquez à droite le sens de ce verbe ; • conjuguez le verbe de la subordonnée au mode qui convient, indicatif ou subjonctif. a) Nous doutons qu’elle (pouvoir) b) Elle te prouvera que ça (valoir) le travail . c) Marco exige que tu (aller) d) Il ne faudrait pas penser qu’il (faire) les jours .

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

reproduire cette carte . la peine de lui confier le voir avant ton départ . ce travail tous

La subordination

177


Nom :

7

8

Groupe :

Date :

Enchâssez la P2 dans la P1 en remplaçant de quelque chose par une subordonnée complétive complément de l’adjectif en gras. Utilisez le mode qui convient dans la subordonnée. Puis, indiquez à droite le sens de l’adjectif. a) P1 : Je suis furieux de quelque chose.

P2 : Tu ne m’as pas appelé.

b) P1 : Êtes-vous sûrs de quelque chose ?

P2 : Elle revient demain.

c) P1 : Nous sommes ravis de quelque chose.

P2 : Tu es là.

Transformez les phrases interrogatives et exclamatives suivantes pour en faire des subordonnées complétives interrogatives ou exclamatives. Utilisez la ponctuation appropriée. a) Pourquoi Strabon faisait-il d’Homère le premier géographe ? Voilà b) Comme ces expéditions du monde antique sont fascinantes ! Voyez c) Qu’est-ce qui poussait les hommes à vouloir découvrir le monde alentour ? Savons-nous

9

Récrivez chaque phrase en utilisant le procédé de réduction indiqué. a) Réduction à un GVinf : Je me rappelle que j’ai vu un film documentaire sur la Route de la soie. b) Réduction à un GN compl. dir. avec attr. du compl. dir. : Je crois que les explorateurs sont, pour la plupart, téméraires et intrépides.

10

Dans les phrases suivantes, soulignez les subordonnées et encadrez les subordonnants. Puis, indiquez à droite de quelle sorte de subordonnée il s’agit et justifiez votre réponse. a) J’ignore qui a dessiné les premières cartes géographiques . Justification : b) Strabon est celui qui écrivit dix-sept volumes de géographie . Justification : c) Chez les Occidentaux, la fascination que la soie suscite est légitime . Justification : d) À l’époque, on était certain que les fils de soie étaient produits par une plante . Justification :

178

La grammaire de la phrase

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

Les 1

Date :

tratégies D’ÉCRITURE LES ORGANISATEURS TEXTUELS

Les organisateurs textuels sont des mots, des groupes de mots ou des phrases qui permettent de faire des liens entre les grandes parties d’un texte et d’en marquer l’ordre ou la progression. QUELQUES ORGANISATEURS TEXTUELS Sens

Organisateurs

Exemples

Espace / Lieu

à côté, à droite, à gauche, à l’est, à l’extérieur, à l’intérieur, à l’ouest, au milieu, au Québec, dans un pays lointain, de l’autre côté, derrière, dessous, dessus, en bas, en haut, plus loin, tout près, etc.

À l’intérieur du cercle familial, Louma parle arabe. C’est normal, puisqu’elle vient du Liban et n’est au Québec que depuis quelque temps. D’ailleurs, ses parents suivent des cours de français, mais non sa grand-mère, qui vit avec eux. À l’extérieur du cercle familial, elle apprend et parle le français. Ce n’est pas facile, mais ses nouveaux amis, à l’école, l’aident autant qu’ils le peuvent.

Temps

au cours du XXe siècle, auparavant, de nos jours, depuis ce jour-là, dorénavant, en 1967, jadis, le lendemain, maintenant, pendant ce temps, puis, soudain, tout à coup, etc.

Autrefois, dans les écoles, on enseignait le grec et le latin. L’enseignement de ces langues permettait aux élèves de découvrir ces civilisations anciennes. Aujourd’hui, on donne la priorité à l’enseignement de langues comme l’espagnol, plus en accord avec les besoins du marché du travail.

Ordre*

d’abord, dans un premier temps, en premier lieu, pour commencer, premièrement, etc.

Pour commencer son concert intitulé Un tour du monde en musique, la chorale a interprété quelques vieux airs de la Nouvelle-France, ainsi que quelques-uns de la France, plus particulièrement de la Provence. Nous en avons savouré les paroles.

après, de plus, deuxièmement, Ensuite, il y a eu des chansons de l’Angleterre, que nous avons pu en deuxième lieu, en outre, facilement comprendre, et des chansons de l’Allemagne et de la ensuite, puis, etc. Pologne, tout à fait incompréhensibles pour nous. Cependant, nous avons apprécié les sonorités de ces langues aux accents expressifs.

Pour terminer la soirée, les chants d’Italie et de pays hispanophones nous ont transportés de joie. En effet, ces musiques et ces textes en langues d’origine latine nous ont bercés de leurs accents colorés, pleins de soleil. à ce sujet, au contraire, dans La conseillère d’orientation a précisé que le bilinguisme était un autre ordre d’idées, d’une essentiel pour avoir accès à ce type d’emploi. part… d’autre part, en fait, par Quant à la connaissance d’une troisième langue, elle a mentionné ailleurs, quant à, etc. qu’il s’agissait là d’un atout important. à la fin, en conclusion, en dernier lieu, enfin, en terminant, finalement, pour conclure, pour terminer, etc.

Suite / Transition

* Les organisateurs textuels exprimant l’ordre doivent tous être du même type. Ainsi, si la première partie du texte est introduite par « en premier lieu », la seconde le sera par « en deuxième lieu », et non par « ensuite », et la dernière le sera par « en dernier lieu », et non par « finalement ». 284

Le référentiel

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

2

Date :

LES MARQUEURS DE RELATION

Les marqueurs de relation sont des adverbes, des prépositions ou des conjonctions qui servent à établir des liens, des rapports de sens entre des groupes de mots ou entre des phrases. QUELQUES MARQUEURS DE RELATION Sens

Marqueurs

Addition

ainsi que, aussi, de plus, également, en outre, en plus, et, puis, etc.

But

à cette fin, afin de, afin que, dans le but de, de crainte que, de peur que, pour, pour que, etc.

Cause

Choix

Exemples

J’aimerais apprendre l’italien et l’allemand.

Il est utile de connaître l’italien et l’allemand pour comprendre et apprécier les grands airs d’opéra. à cause de, attendu que, car, comme, en raison de, On peut aisément comparer la musique étant donné que, parce que, puisque, vu que, etc. au français parce que tous deux sont des langages. ou, ou bien, soit… ou, soit… soit, etc. Tu apprendras soit le latin, soit l’espagnol.

Comparaison

ainsi que, autant que, comme, de même que, moins que, plus que, tel que, etc.

Dans le langage musical, il y a des règles à respecter, comme en grammaire.

Concession

bien que, cependant, certes, excepté que, mais, malgré, malgré que, même si, néanmoins, pourtant, quand bien même, quoique, sauf, toutefois, etc.

Même s’il est né au Québec, mon ami chinois, Kabin, parle très bien le mandarin.

Condition / Hypothèse à condition que, à supposer que, au cas où, dans la mesure où, en admettant que, moyennant que, pourvu que, si, etc.

Tu peux apprendre une seconde langue assez rapidement dans la mesure où tu y travailles quotidiennement. Depuis plusieurs années, Marc-Antoine passe un mois d’été dans un camp anglophone, si bien qu’aujourd’hui, il est pratiquement bilingue.

Conséquence

ainsi, c’est ainsi que, de ce fait, de là, de manière que, de sorte que, donc, en conséquence, par conséquent, si bien que, tellement que, etc.

Explication

à savoir, autrement dit, c’est pour cela que, c’est pourquoi, c’est-à-dire, en effet, soit, etc.

Opposition

à l’inverse, à l’opposé, alors que, au contraire, cependant, contrairement à, d’autre part, mais, par contre, pendant que, tandis que, etc.

Ordre

d’abord, enfin, ensuite, puis, etc.

Faisons l’exercice, puis consultons le corrigé.

Restriction

excepté que, sauf, sauf que, sinon, etc.

Temps

à mesure que, après que, au moment où, aussitôt que, avant de, avant que, depuis que, dès que, lorsque, pendant que, quand, tandis que, etc.

Je parle allemand, sauf que j’ai un fort accent. Il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. (proverbe)

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

La langue française a ses caprices, c’està-dire quelques exceptions à ses règles. Franco comprend très bien l’italien. Cependant, il ne le parle pas beaucoup.

Les stratégies d’écriture

285


Nom :

Groupe :

Les

Date :

ONCTIONS SYNTAXIQUES

Les fonctions syntaxiques indiquent les relations entre les éléments de la phrase, c’est-à-dire les mots, les groupes et les subordonnées. Les tableaux suivants précisent comment repérer ces divers éléments dans la phrase.

1

REPÉRER LE SUJET

Le sujet est, comme le prédicat, un des deux constituants obligatoires de la phrase. Manipulations

Exemples

• Mon frère Félix mange des pommes. • Manger des fruits est bon pour la santé. Remplacement par qui est-ce qui ou qu’est-ce qui placé avant le verbe (type interrogatif)

Qui est-ce qui mange des pommes ? Mon frère Félix Qu’est-ce qui est bon pour la santé ? Manger des fruits

Remplacement par le pronom il, elle, ils, elles, cela ou ce

Il mange des pommes. (Il = Mon frère Félix) C’est bon pour la santé. (Ce = Manger des fruits)

Encadrement par c’est… qui ou ce sont… qui

C’est mon frère Félix qui mange des pommes. C’est manger des fruits qui est bon pour la santé.

Note : Le sujet peut être inversé par rapport au verbe dans des phrases transformées. Ex. : Sous ma fenêtre coule la rivière. Qu’est-ce qui coule sous ma fenêtre ? la rivière

2

REPÉRER LE PRÉDICAT

Le prédicat est, comme le sujet, un des deux constituants obligatoires de la phrase. Manipulations

Exemples

• Anne veut partir. • Je crois que tu ne viendras pas. • Manger des fruits est bon pour la santé. Déplacement impossible

Veut partir Anne. Crois que tu ne viendras pas je. Est bon pour la santé manger des fruits.

Effacement impossible

Anne veut partir. Je crois que tu ne viendras pas. Manger des fruits est bon pour la santé.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Les fonctions syntaxiques

289


Nom :

Groupe :

3

Date :

REPÉRER LE COMPLÉMENT DE PHRASE Manipulations

Exemples

• • • •

Félix mange des pommes fréquemment. Anne veut partir depuis deux jours. Je crois que tu ne viendras pas sans ton ami. Tu lui rendras visite dès que tu le pourras.

Déplacement

Félix mange fréquemment des pommes. Depuis deux jours, Anne veut partir. Je crois que, sans ton ami, tu ne viendras pas.

Dédoublement du sujet et du prédicat par et ce ou et cela souvent possible

Félix mange des pommes, et cela, fréquemment. Anne veut partir, et ce, depuis deux jours. Tu lui rendras visite, et ce, dès que tu le pourras.

Effacement possible (mais insuffisant pour déterminer la fonction)

Anne veut partir Je crois que tu ne viendras pas

4

. .

REPÉRER LE COMPLÉMENT DIRECT DU VERBE Manipulations

Exemples

• • • •

Félix mange de la tarte aux pommes. Anne veut partir tôt. Je crois que tu ne viendras pas. On t’a défendu de sortir.

Remplacement par qui ? ou quoi ? placé après le sujet et le verbe (type interrogatif)

Félix mange quoi ? de la tarte aux pommes Anne veut quoi ? partir tôt Je crois quoi ? que tu ne viendras pas On t’a défendu quoi ? de sortir

Au moins un de ces remplacements : • par le pronom cela ou ça

Anne veut cela. (cela = partir tôt) Je crois ça. (ça = que tu ne viendras pas) On t’a défendu cela. (cela = de sortir)

• par le pronom le, la, les ou en, placé avant le verbe

Félix en mange. (en = de la tarte aux pommes) Anne le veut. (le = partir tôt) Je le crois. (le = que tu ne viendras pas) On te l’a défendu. (le = de sortir)

Effacement impossible pour les verbes qui exigent un complément direct

Anne veut partir tôt.

Note : Les dictionnaires indiquent les constructions des verbes. Par exemple, on y précise que les verbes comme attraper, employer, faire, remplir, résoudre et utiliser doivent avoir un complément direct dans leur construction (ils sont transitifs directs).

290

Le référentiel

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

5

Groupe :

Date :

REPÉRER LE COMPLÉMENT INDIRECT DU VERBE Manipulations

Exemples

• • • • • • • • •

Félix se souvient de ses visites au verger. Chloé se fie à sa petite sœur. Anne nous a avertis que sa décision était prise. Le chien tire sur sa laisse. On t’a défendu de sortir. Tu habites là depuis deux ans. Vous allez en Afrique. Nous sommes arrivés à Rio. Vous êtes partis de Tokyo.

Remplacement par la préposition + qui ? ou quoi ? placés après le sujet et le verbe (type interrogatif) souvent possible

Félix se souvient de quoi ? de ses visites au verger Chloé se fie à qui ? à sa petite sœur Anne nous a avertis de quoi ? que sa décision était prise Le chien tire sur quoi ? sur sa laisse On a défendu à qui de sortir ? à toi (te)

Au moins un de ces remplacements : • par la préposition + le pronom lui, elle, eux, elles, quelqu’un, cela ou quelque chose, placés après le sujet et le verbe

Félix se souvient de cela. ( de cela = de ses visites au verger) Chloé se fie à elle. ( à elle = à sa petite sœur) Anne nous a avertis de cela. ( de cela = que sa décision était prise) Le chien tire sur quelque chose. ( sur quelque chose = sur sa laisse) On a défendu à quelqu’un de sortir. ( à quelqu’un = te)

• par le pronom quelque part, précédé ou non de la préposition et placé après le sujet et le verbe

Tu habites quelque part depuis deux ans. (quelque part = là) Vous allez quelque part. (quelque part = en Afrique) Nous sommes arrivés quelque part. (quelque part = à Rio) Vous êtes partis de quelque part. ( de quelque part = de Tokyo)

• par le pronom lui, leur, en ou y, placé devant le verbe

Félix s’en souvient. (en = de ses visites au verger) Chloé s’y fie. (y = à sa petite sœur) Anne nous en a avertis. (en = que sa décision était prise) On lui a défendu de sortir. (lui = te) Tu y habites depuis deux ans. (y = là) Vous y allez. (y = en Afrique) Nous y sommes arrivés. (y = à Rio) Vous en êtes partis. (en = de Tokyo)

Effacement impossible pour les verbes qui exigent un complément indirect

Félix se souvient de ses visites au verger. Chloé se fie à sa petite sœur. Vous allez en Afrique.

Note : Les dictionnaires indiquent les constructions des verbes. Par exemple, on y précise que les verbes comme accéder, contribuer, nuire et succéder doivent avoir un complément indirect (ils sont transitifs indirects).

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Les fonctions syntaxiques

291


Nom :

Groupe :

6

Date :

REPÉRER LE COMPLÉMENT DU VERBE PASSIF Manipulations

Exemples

• Les plants de tomates ont été abîmés par la tempête. • Cette histoire est bien connue de tous. Effacement

Les plants de tomates ont été abîmés Cette histoire est bien connue .

Transformation de la phrase passive en phrase active (le complément devient le sujet dans la phrase de base)

La tempête a abîmé les plants de tomates. Tous connaissent cette histoire.

7

.

REPÉRER LE COMPLÉMENT DU VERBE IMPERSONNEL

Pour repérer le complément du verbe impersonnel, il faut d’abord s’assurer de reconnaître le verbe impersonnel. Manipulations

Exemples

• • • • • Remplacement du pronom sujet il par un nom ou un autre pronom impossible

Il s’agit de son voyage à Rio. Il est question de la sœur de Chloé. Des pommes, il en a fallu beaucoup pour préparer ces tartes. Il a fait froid. Il vente très fort. Elle s’agit de son voyage à Rio. Chacun est question de la sœur de Chloé. Des pommes, Alex en a fallu beaucoup pour préparer ces tartes. Julie a fait froid. Qui est-ce qui vente très fort ?

Notes : • Le verbe impersonnel ne peut être conjugué qu’à la 3e personne du singulier. Il n’a donc qu’un seul sujet possible : le pronom il. • Contrairement à celui du verbe personnel, le participe passé du verbe impersonnel est invariable. • Comme le verbe personnel, le verbe impersonnel peut avoir divers compléments ou modificateurs. Pour les repérer, on se sert des mêmes manipulations qu’avec les verbes personnels. Ex. : Il fallait des pommes à Félix. Il vous faut un billet d’avion. Il faut partir avant Anne. Il faut que Chloé se fie à sa sœur. Il s’agit clairement de la sœur de Chloé. Il pleut des cordes. Il neige de gros flocons légers. Il pleut très fort. Il vente à cent kilomètres à l’heure. Il faut parfois partir.

292

Le référentiel

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

8

Groupe :

REPÉRER L’ATTRIBUT DU SUJET Manipulations

Exemples

• • • • •

Ma chatte semble attentive au moindre bruit. Chloé restera toujours mon modèle. Tout le monde paraissait à l’aise. Ses amis sont devenus les miens. Ce mot semble être un néologisme.

Remplacement du verbe par le verbe être sans modification majeure du sens

Ma chatte est attentive au moindre bruit. Chloé sera toujours mon modèle. Tout le monde était à l’aise. Ses amis ont été les miens.

Remplacement par le pronom le ou en, placé avant le verbe (Avec en, il y a souvent ajout du pronom un ou une après le verbe.)

Chloé en restera toujours un. (en = mon modèle) Ses amis le sont devenus. (le = les miens) Ce mot en semble un. (en = être un néologisme)

Effacement impossible (ou qui change complètement le sens)

Ma chatte semble attentive au moindre bruit. Chloé restera toujours mon modèle. Tout le monde paraissait à l’aise. Ses amis sont devenus les miens. Ce mot semble être un néologisme.

9

Date :

REPÉRER L’ATTRIBUT DU COMPLÉMENT DIRECT Manipulations

Exemples

• • • •

L’arbitre décrète la partie nulle. De fortes pluies ont rendu la route impraticable. On a proclamé Chloé reine de la soirée. Jade traite son frère de menteur.

Transformation de la phrase active en phrase passive (L’attribut du CD devient attribut du sujet dans la phrase passive.)

La partie est décrétée nulle par l’arbitre. La route a été rendue impraticable par de fortes pluies. Chloé a été proclamée reine de la soirée. Son frère est traité de menteur par Jade.

Effacement impossible (ou qui change complètement le sens)

L’arbitre décrète la partie nulle. De fortes pluies ont rendu la route impraticable. On a proclamé Chloé reine de la soirée. Jade traite son frère de menteur.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Les fonctions syntaxiques

293


Nom :

Groupe :

Date :

10 REPÉRER LE MODIFICATEUR DU VERBE, DE L’ADJECTIF OU DE L’ADVERBE Manipulations

Exemples

• • • • • •

Nous avons solidement attaché la malle sur le toit de l’auto. Les vagues soulevaient l’embarcation hors de l’eau. J’étais totalement incapable de parler. La nageuse était fière de sa réussite. Je trouve Anne de plus en plus jolie. Heureusement pour moi, la réunion avait été annulée.

Effacement

Nous avons attaché la malle sur le toit de l’auto. Les vagues soulevaient l’embarcation . J’étais incapable de parler. La nageuse était fière . Je trouve Anne jolie. Heureusement , la réunion avait été annulée.

Déplacement hors du groupe impossible

Nous solidement avons attaché la malle sur le toit de l’auto. Hors de l’eau, les vagues soulevaient l’embarcation. J’étais incapable de parler totalement. La nageuse était de sa réussite fière.

Attention : le modificateur du verbe est généralement mobile à l’intérieur du GV.

Nous avons attaché la malle solidement sur le toit de l’auto.

11 REPÉRER LE COMPLÉMENT DU PRONOM Manipulations

Exemples

• • • • • •

294

Le référentiel

Lequel de mes amis connais-tu déjà ? Rien de pire ne pourrait arriver. Choisis celui que tu veux parmi ces bibelots. Nous, les membres du jury, déclarons l’accusé non coupable. Quelqu’un, rouge de colère, est sorti en claquant la porte. S’étant trompé de chemin, il revint sur ses pas.

Effacement souvent possible

Lequel Nous Quelqu’un

Déplacement du complément détaché souvent possible

Rouge de colère, quelqu’un est sorti en claquant la porte. Il revint sur ses pas, s’étant trompé de chemin.

Dans certains cas, déplacement du complément

Rien ne pourrait arriver de pire.

connais-tu déjà ? déclarons l’accusé non coupable. est sorti en claquant la porte. Il revint sur ses pas.

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

Le

Date :

LOSSAIRE DES MODES DE DISCOURS

Allitération : Figure de style dont la caractéristique est le retour multiplié d’une ou de plusieurs consonnes dans une suite de mots rapprochés. À la lecture, cette répétition d’un même son évoque généralement une image. Ex. : Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? Dans cet exemple, la répétition du son s évoque le serpent. Antithèse : Figure de style dont la caractéristique est le contraste entre deux mots ou groupes de mots de sens opposés. Ex. : Je m’ennuie, le jour comme la nuit. Destinataire : Personne ou groupe de personnes à qui le message d’un énonciateur est adressé. Dramaturge : Personne qui écrit des œuvres destinées au théâtre, auteur de textes théâtraux. Énonciateur : Personne ou groupe de personnes qui émet un message à l’aide de la langue écrite ou orale et qui est responsable de sa forme et de son contenu. Un auteur qui s’adresse au lecteur et un personnage qui s’adresse à un autre sont des énonciateurs. Figure de style : Moyen d’expression qui consiste à formuler un énoncé de manière à produire un effet, notamment à évoquer des images expressives. Il existe de nombreuses figures de style. Certaines, telles la métaphore, l’antithèse et la personnification, font appel aux différents sens des mots ; d’autres, comme la répétition, l’allitération et la rime, font plutôt appel aux caractéristiques sonores des mots. On utilise les figures de style dans tous les modes de discours, mais plus particulièrement en poésie. Interrogation rhétorique : On emploie parfois une phrase interrogative non pas pour poser une question demandant une réponse, mais pour émettre une opinion ou un jugement. C’est ce qu’on appelle une interrogation rhétorique. C’est une façon de formuler un argument pour convaincre le destinataire. Cette forme de questionnement met en valeur l’opinion de l’énonciateur. Ex. : Ne devrions-nous pas mettre à la disposition des nouveaux arrivants tous les outils nécessaires à leur intégration ? (interrogation rhétorique) Que pensez-vous des conditions de vie des nouveaux arrivants au Canada ? (interrogation non rhétorique) La première question permet à l’énonciateur d’étayer son argumentation et de convaincre le destinataire ; la deuxième invite le destinataire à donner son opinion.

306

Le référentiel

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


ndex Accord(s) avec beaucoup, 238 avec beaucoup de, 229, 241 avec bon nombre, 238 avec bon nombre de, 229, 241 avec des éléments juxtaposés ou coordonnés, 229, 238, 240 avec des pronoms de personnes différentes, 238 avec la plupart, 238 avec la plupart des, 229, 241 avec le complément direct, 242-245 avec le pronom en, 241, 244 avec le pronom le / l’, 244 avec le pronom on, 241 avec le pronom relatif qui, 238 avec le pronom vous de politesse, 241 avec le sujet, 238 avec peu, 238 avec peu de, 229, 241 avec un nom collectif, 230 dans la phrase, 238-247 dans le groupe du nom, 228-231 de fait suivi de l’infinitif, 244 de l’adjectif attribut du complément direct, 245 de l’adjectif attribut du sujet, 240 de l’adjectif dans le GN, 228-229 de un, vingt et cent, 228 du déterminant, 228-229 du déterminant aucun, 229 du déterminant leur, 228 du déterminant nul, 229 308

Index

du participe passé d’un verbe exprimant une mesure, 244 du participe passé d’un verbe exprimant une valeur, 244 du participe passé employé avec avoir, 242-245 du participe passé employé avec être, 240-241 du participe passé suivi de l’infinitif, 243 du verbe, 238 du verbe auxiliaire, 238 Acronymes, 222 Acte, 31 Addition, 287 Adjectif(s) Accord de l’_ dans le GN, 228-229 Accord de l’_ attribut du sujet, 240 Complément de l’_, 101 Féminin des _, 297 Groupe de l’_, 98-103 Modificateur de l’_, 101, 294 Pluriel des _, 295 Adverbe Complément de l’_, 125 Groupe de l’_, 125 Modificateur de l’_, 125, 294 Ajout, 287 Allitération, 79 Anglicismes, 219 Antithèse, 79, 224 Antonymes, 225 Aparté, 32 Apostrophe, 147, 206 Argument, 4 Argumentation, 4-29 Plan d’_ par addition, 5 Plan d’_ par succession, 5

Attribut du complément direct, 100, 116, 293 Accord de l’_, 245 Attribut du sujet, 100, 114, 293 Accord de l’_, 240 Auxiliaire d’aspect, 106 de modalité, 108

Chœur, 32 Cohérence du texte, 274 Comédie, 30, 36 Comparatif, 101, 130 Complément Accord avec le _ direct, 242-245 Attribut du _ direct, 100, 116, 293 de l’adjectif, 101 de phrase, 143, 290 direct du verbe, 110, 290 du nom, 96, 100 du présentatif, 161 du pronom, 135, 294 du verbe impersonnel, 172, 292 du verbe passif, 292 indirect du verbe, 111, 291 Subordonnée _ de phrase, 179, 185, 186 Composition savante, 218 Concordance des temps verbaux, 304-305 Conditionnel passé, 254-255 présent, 254-255 Conjugaison des verbes, 248-266

© 2013, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Jumelés aux contenus théoriques, les exercices permettent d’actualiser l’enseignement du français et d’en soutenir l’apprentissage.

LES COMPOSANTES DE LA COLLECTION Les cahiers d’apprentissage Les modes de discours

Des encadrés théoriques et des exercices de grammaire en conformité avec la PDA ; des manipulations syntaxiques en lien avec la notion abordée ; des rubriques offrant des informations complémentaires ou des astuces à utiliser ; des renvois à d’autres notions, au volet des modes de discours et au référentiel ; une synthèse qui permet la révision et la mise en application des connaissances acquises.

Le référentiel • Les stratégies de lecture et Les stratégies d’écriture en résumé ; • Les manipulations syntaxiques, Les fonctions syntaxiques et L’orthographe lexicale et grammaticale en tableaux ; • Le glossaire des modes de discours.

Les guides-corrigés • Le corrigé en couleurs de chaque cahier d’apprentissage ; • des notes pédagogiques donnant une vue d’ensemble des contenus abordés dans les deux volets ; • de nombreux documents reproductibles et leur corrigé. ✓ Pour Les modes de discours : des textes à annoter, des situations d’écriture et des activités d’évaluation ; ✓ Pour Les ressources de la langue : des fiches de consolidation et d’enrichissement et des activités d’évaluation.

L’OFFRE NUMÉRIQUE Pour l’animation en classe et la correction collective, le Guide-corrigé, version numérique permet : • de projeter, d’annoter et de feuilleter le cahier ; • d’afficher le corrigé du cahier au moment de son choix ; • d’accéder à tout le matériel reproductible. Le Guide-corrigé, version numérique s’utilise avec ou sans tableau blanc interactif (TBI).

LES COMPOSANTES DE LA COLLECTION 1re année du 2e cycle du secondaire

2e année du 2e cycle du secondaire

Cahier d’apprentissage

Cahier d’apprentissage

Cahier d’apprentissage, version numérique

Cahier d’apprentissage, version numérique

Guide-corrigé

Guide-corrigé

Guide-corrigé, version numérique

Guide-corrigé, version numérique

• Textes et activités • Grammaire et exercices • Référentiel

éseau  Cécile B.-Lacour Patrice Gagnon Maxime Lachance Guy Lessard Ginette Rochon

FRANÇAIS

• • • • •

CAHIER D’APPRENTISSAGE

Les ressources de la langue

2 année du 2e cycle du secondaire

2e année du 2e cycle du secondaire

Une présentation théorique du mode de discours à l’étude, suivie d’un texte annoté ; des textes et des activités sur les divers modes abordés : L’explication, La narration et La poésie ; des exemples de texte accompagnés d’exercices de compréhension et de modélisation ; des mots renvoyant à un Glossaire des modes de discours ; des renvois au volet grammatical ou au référentiel.

éseau

• • • • •

• Textes et activités • Grammaire et exercices • Référentiel

La collection Réseau, destinée à l’enseignement du français au 2e cycle du secondaire, constitue un ensemble de ressources complémentaires conforme à la progression des apprentissages (PDA). On y trouve des entrées notionnelles se rapportant aux volets « Les modes de discours » et « Les ressources de la langue ».

Cécile B.-Lacour • Patrice Gagnon Maxime Lachance • Guy Lessard Ginette Rochon

éseau 

FRANÇAIS

CAHIER D’APPRENTISSAGE

e

e à la Conform n des sio progres sages is apprent

Profile for Les Éditions CEC

Réseau_Sec 4  

Réseau_Sec 4