Issuu on Google+

Myriam Laporte 2e annĂŠe du 2e cycle du secondaire

N O U V E L L E

GRAMMAIRE P R A T I Q U E

Notions et exercices


Table des matières Les classes de mots et les groupes 1 Le groupe du nom (GN) 1.1 Le nom et le GN . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.2 Le complément du nom . . . . . . . . . . . . 4

2 Le déterminant 2.1 Le déterminant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

9 Les phrases à construction particulière 9.1 9.2 9.3 9.4

La phrase impersonnelle . . . . . . . . . . . .51 La phrase à présentatif . . . . . . . . . . . . .53 La phrase non verbale . . . . . . . . . . . . . .55 La phrase infinitive. . . . . . . . . . . . . . . . .56

RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

3 Le groupe de l’adjectif (GAdj) 3.1 L’adjectif et le GAdj . . . . . . . . . . . . . . 10 3.2 Les fonctions dans le GAdj . . . . . . . . 12

4 Le groupe du verbe (GV)

La subordination 10 La subordonnée relative

4.1 Le verbe et le GV . . . . . . . . . . . . . . . . 14 4.2 Les fonctions dans le GV . . . . . . . . . . 17 4.3 Le GVinf et le GVpart . . . . . . . . . . . . . 21

5 Le pronom

10.1 La subordonnée relative . . . . . . . . . .60 10.2 L’emploi du pronom relatif . . . . . . . .61 10.3 La relative déterminative et la relative explicative . . . . . . . . . .64 10.4 La réduction de la relative . . . . . . . .65

5.1 Le pronom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

11 La subordonnée complétive 6 Les classes de mots invariables 6.1 L’adverbe et le GAdv . . . . . . . . . . . . . 27 6.2 La préposition et le GPrép . . . . . . . . . 30 6.3 La conjonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

11.1 La subordonnée complétive complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67 11.2 La complétive interrogative . . . . . . .69 11.3 Diverses complétives . . . . . . . . . . . .70 11.4 La réduction de la complétive . . . . .72

12 La subordonnée complément de P

La phrase 7 La phrase et ses constituants 7.1 La construction de la phrase . . . . . . . 36 7.2 Le sujet, le prédicat et le complément de P. . . . . . . . . . . . . . . 39

12.1 Les valeurs de la subordonnée complément de P . . . . . . . . . . . . . . .74 12.2 La réduction de la subordonnée complément de P . . . . . . . . . . . . . . .81

RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83

8 Les phrases transformées 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 8.7

La phrase déclarative . . . . . . . . . . . . . La phrase interrogative . . . . . . . . . . . . La phrase exclamative. . . . . . . . . . . . . La phrase impérative . . . . . . . . . . . . . . La phrase négative . . . . . . . . . . . . . . . La phrase passive . . . . . . . . . . . . . . . . La phrase emphatique. . . . . . . . . . . . .

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

42 43 45 46 47 49 50

TABLE DES MATIÈRES

III


La ponctuation et la coordination 13 La coordination et la juxtaposition 13.1 La coordination et la juxtaposition . . 86 13.2 Les éléments à effacer ou à remplacer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90

14 Les signes de ponctuation 14.1 Les points . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 14.2 La virgule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 14.3 Le deux-points, le point-virgule, le tiret et les signes doubles. . . . . . . 97

RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

L’orthographe d’accord 18 Les accords dans le groupe du nom 18.1 Les règles d’accord dans le GN. . . 130 18.2 L’accord du déterminant . . . . . . . . 133 18.3 L’accord de l’adjectif . . . . . . . . . . . 136

19 Les accords dans la phrase 19.1 Les règles d’accord avec le sujet. . 140 19.2 L’accord avec des collectifs . . . . . 145 19.3 L’accord avec le complément direct. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 19.4 L’accord de certains mots . . . . . . . 149

RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151

La conjugaison

Le lexique 15 La formation des mots 15.1 Les familles de mots . . . . . . . . . . . 104 15.2 Les abréviations et les mots-valises . . . . . . . . . . . . . . . 107 15.3 Les emprunts et les régionalismes . . . . . . . . . . . . . . 109

16 Le sens et les relations entre les mots 16.1 Le sens des mots . . . . . . . . . . . . . . 111 16.2 Les homophones et les paronymes . . . . . . . . . . . . . . . . 112 16.3 Les synonymes et les antonymes. . . . . . . . . . . . . . . . . 115 16.4 Les génériques et les spécifiques, la relation de tout à partie . . . . . . . 117 16.5 La combinaison de mots : suite, expression, périphrase . . . . . 119 16.6 Le champ lexical. . . . . . . . . . . . . . . 122

17 L’orthographe d’usage 17.1 Les sons et les lettres. . . . . . . . . . . 123 17.2 La majuscule. . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

20 Les modes et les temps verbaux Les verbes réguliers et irréguliers . . . . . . 154 20.1 L’indicatif présent et passé composé . . . . . . . . . . . . . . . 155 20.2 L’indicatif imparfait et plus-que-parfait . . . . . . . . . . . . . . . 159 20.3 L’indicatif passé simple et passé antérieur . . . . . . . . . . . . . . . . 161 20.4 L’indicatif futur simple et futur antérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 20.5 L’indicatif conditionnel présent et passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 20.6 Le subjonctif présent et passé . . . . 167 20.7 L’impératif présent et passé . . . . . . 169

RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171

La grammaire du texte 21 L’organisation et la cohérence du texte 21.1 21.2 21.3 21.4

L’organisation du texte . . . . . . . . . . 174 La reprise de l’information . . . . . . . 182 Le discours rapporté . . . . . . . . . . . 186 Le point de vue et la modalisation . . . . . . . . . . . . . . . . 187

RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189

IV

TABLE DES MATIÈRES

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Boîte à outils 1 La phrase de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192 2 Les groupes de la phrase . . . . . . . . . . . 194 3 Les subordonnées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 4 Les classes de mots . . . . . . . . . . . . . . . . 197 5 Les manipulations syntaxiques . . . . . . 198 6 Les fonctions syntaxiques . . . . . . . . . . . 202 7 Le féminin et le pluriel des noms. . . . . 203 A La formation du féminin des noms. . . . . . . 203 B La formation du pluriel des noms. . . . . . . . 204 C La formation du pluriel des noms composés ou dérivés. . . . . . . . . 205

8 Le féminin et le pluriel des adjectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206 A B C D

La formation du féminin des adjectifs . . . La formation du pluriel des adjectifs . . . . Les adjectifs invariables . . . . . . . . . . . . . L’accord des adjectifs composés ou dérivés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E L’accord des adjectifs de couleur . . . . . .

206 207 207 208 209

9 Les préfixes et les suffixes . . . . . . . . . . 210 A Les préfixes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210 B Les suffixes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212

10 Les homophones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214 11 La ponctuation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218 12 Les marqueurs de relation et les organisateurs textuels . . . . . . . . 220 13 Les temps dans la phrase . . . . . . . . . . . 221 Liste des symboles, abréviations et pictogrammes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .223

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

TABLE DES MATIÈRES

V


Présentation du cahier Les notions et exercices du cahier NOUVELLE GRAMMAIRE PRATIQUE sont regroupés en huit parties :

1

Les classes de mots et les groupes 2 La phrase 3 La subordination 4 La ponctuation et la coordination 5 Le lexique 6 L’orthographe d’accord 7 La conjugaison 8 La grammaire du texte La Boîte à outils complète le cahier. La table des matières détaillée reprend la couleur de chaque partie pour un repérage rapide des exercices.

La ponctuation et la coordination

L’orthographe d’accord 18 Les accords dans le groupe du nom

13 La coordination et la juxtapositi on

Table des matières

19.1 Les règles d’accord avec le sujet. . 140 19.2 L’accord avec des collectifs . . . . . 145 19.3 L’accord avec le complément direct. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 19.4 L’accord de certains mots . . . . . . . 149 RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151

14.1 Les points . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 14.2 La virgule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 14.3 Le deux-points, le point-virgule , le tiret et les signes doubles. . . . . . . 97 RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

1 Le groupe du nom (GN)

1.1 Le nom et le GN . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 1.2 Le complément du nom . . . . . . . . . . . .4

2 Le déterminant . . . .7

3 Le groupe de l’adjectif (GAdj)

3.1 L’adjectif et le GAdj . . . . . . . . . . . . . . 10 3.2 Les fonctions dans le GAdj . . . . . . . . 12

4 Le groupe du verbe (GV)

4.1 Le verbe et le GV . . . . . . . . . . . . . . . . 14 4.2 Les fonctions dans le GV . . . . . . . . . . 17 4.3 Le GVinf et le GVpart . . . . . . . . . . . . . 21

5 Le pronom 5.1 Le pronom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

6 Les classes de mots invariables

6.1 L’adverbe et le GAdv . . . . . . . . . . . . . 27 6.2 La préposition et le GPrép . . . . . . . . . 30 6.3 La conjonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 3 RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 3

La phrase 7 La phrase et ses constituan ts

7.1 La construction de la phrase . . . . . . . 36 6 7.2 Le sujet, le prédicat et le complément de P. . . . . . . . . . . . . . . 39 9

8 Les phrases transformées

8.1 La phrase déclarative . . . . . . . . . . . . . 42 2 8.2 La phrase interrogative . . . . . . . . . . . . 43 8.3 La phrase exclamative. . . . . . . . . . . . . 45 8.4 La phrase impérative . . . . . . . . . . . . . . 46 8.5 La phrase négative . . . . . . . . . . . . . . . 47 8.6 La phrase passive . . . . . . . . . . . . . . . . 49 8.7 La phrase emphatique. . . . . . . . . . . . . 50

9 Les p phrases h à construction particulièr partic cu e

Reproduction interdite

La sub subord b 16ination Le sens et lesrelative 10 La mots a sub subordonn b ée

20 Les modes et les temps verbaux

Les verbes réguliers et irréguliers . . . . . . 154 20.1 L’indicatif présent et passé composé . . . . . . . . . . . . . . . 155 20.2 L’indicatif imparfait et plus-que-parfait . . . . . . . . . . . . . . . 159 20.3 L’indicatif passé simple et passé antérieur . . . . . . . . . . . . . . . . 161 20.4 L’indicatif futur simple et futur antérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 20.5 L’indicatif conditionnel présent et passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 20.6 Le subjonctif présent et passé . . . . 167 20.7 L’impératif présent et passé . . . . . . 169 RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171

les relations entre

16.1relative Le sens 10.1 .1 La a subordonnée . . . . . . . . . . . . . . 111 . . des . . . .mots . . . 60 16.2 Lesrelatif 10.2 .2 L’ homophones L’emploi ’ du pronom et . . . . . . . 61 les paronymes 10.3 .3 La a relative déterminativ . . . . . . . . . . . . . . . . 112 e Les synonymes ett la relative 16.3 explicative . . . . . . . . .et64 10.4 4 La antonymes. a réduction de la les . . . . . . . . . . . . . . 115 relative . . . . . . .. . 65 16.4 Les génériques et les spécifiques, 11 La sub subordonn b la relation de tout à partie . . . . . . ée complétive . 117 11.1 1 La 16.5 complétive a subordonnée La combinaison de mots : complément co o suite, expressi expression, . . . . suite . . . . . expression . . . . . . . . . 67 pé périphrase . . . . . 119 11.2 La complétive 16.6 Le champ.lexical. interrogative . . . . . . . . . . . . . . 122 . . . . . 69 21 L’organisation et la cohérence 11.3 Diverses complétives . . . . . ence . . . . . . 70 du texte 17 11.4 La réductionL’orthogra phe .d’usage de la complétive . . . 72 21.1 L’organisation du texte . . . . 17.1 Les sons et les lettres. . . . . . . . . . . 17 174 . . . . . . 123 12 La subordonnée 21.2 La reprise de l’information . 17.2 La majuscule. compléme . . . . . . 182 nt de. . P. . . . . . . . . . . . . . . 126 18 21.3 Le discours rapporté . . . . . 12.1 La subordonnée RÉVISION complément . . . . . . 186 ............................ 18 127 21.4 Le point de vue et de P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 12.2 Les valeurs de temps, de but, la modalisation . . . . . . . . . . . . . . . . 187 18 de cause et de conséquence . . . . RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 . . . . . . . 18 189 AUTRES 12.3 La réduction deMOTS la subordonnée CLASSES DE auxiliaire complément de P . . . . . . . . . . . . . . 79aux. adjectif Adj féminin RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .TABLE DES MATIÈRES © 2011, Les Éditions CEC inc. • . . . . . . . 81f. adverbe Reproduction ction interdite c interdit Adv

LLaa gramm gr mm m aire i ddu texte exte

Liste des symboles, abréviations et pictogrammes IV

conjonction

inf.

infinitif

Conj

déterminant

m.

masculin

Dét

nom

p. p.

participe passé

N

p. prés.

participe présent

Prép

préposition pronom

pers.

e e re personne (1 , 2 , 3 pers.)

verbe

pl.

pluriel

s.

singulier

Pron

STRUCTURES : GROUPES ET PHRASES

GAdj

La liste des abréviations, symboles et pictogrammes présente, à la fin du cahier, tous les signes employés.

La conjugaison

Le lexique

9.1 .1 La phrase impersonnelle . . . . . . . .51 La formation . . . .mots 9.2 2 La phrase 15 à présentatif . . . . . . .des . . . . . .53 Les de 9.3 3 La phrase non15.1 . . . . . . . . . . . 104 verbale . . familles . . . . . . . . . .mots . .55 15.2 Les abréviations 9.4 4 La phrase infinitive. . . . . . . . . . . . . . . .et .56 les . . . . . . . . . . . . . . . 107 RÉVISION ION . . . . . . . . . . . . . . . . . mots-valises . . . . . . . . . . . 57 15.3 Les .emprunts et les régionalismes . . . . . . . . . . . . . . 109

V © 2011, Les Éditions CEC inc. •

19 Les accords dans la phrase

14 Les signes de ponctuation

Les classes de mots et les groupes

2.1 Le déterminant . . . . . . . . . . . . . ....

18.1 Les règles d’accord dans le GN. . . 130 18.2 L’accord du déterminant . . . . . . . . 133 18.3 L’accord de l’adjectif . . . . . . . . . . . 136

13.1 La coordination et la juxtaposition . . 86 13.2 Les éléments à effacer ou à remplacer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90

subordonnant

subord.

III

TABLE DES de l’adjectif groupe MATIÈRES

PICTOGRAMMES

GAdv

groupe de l’adverbe

GN

groupe du nom

Â

GPrép

groupe de la préposition

Â

GV

groupe du verbe

Équivaut à

GVinf

groupe du verbe à l’infinitif

Différent de

GVpart

groupe du verbe au participe présent

P

phrase

Sub.

subordonnée

Emploi correct Emploi incorrect

Astuces ou informations pratiques

5

Pratique d’écriture ciblée

(P) CONSTITUANTS DE LA PHRASE

Sujet

FONCTIONS

Prédicat (groupe du verbe)

attr.

attribut

compl.

complément

compl. dir.

complément direct

compl. ind.

complément indirect

compl. de P

complément de phrase

modif.

modificateur

La Boîte à outils

Complément de P

Boîte à outils abréviations et pictogrammes BOÎTE À OUTILS • Liste des symboles,

3 223

La Boîte à outils, placée sous l’onglet rouge à la fin du cahier, présente 13 outils qui complètent les résumés théoriques des sections. Ces outils sont présentés principalement en tableaux. On y retrouve, entre autres, le modèle de la phrase de base, les manipulations syntaxiques et plusieurs notions enrichies d’exemples. D’une consultation facile, la Boîte à outils sera utile tout au long des exercices.

1 LA PHRASE DE BASE . . . . .......................... . . . . . . 192 2 LES GROUPES DE LA PHRASE .......................... . . . 194 3 LES SUBORDONNÉES . . . . .......................... . . . . . . 196 4 LES CLASSES CLASSES SSES DE MO MOTS TS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 5 LES M MANIPULA ANIPULATIONS ANIPULATI ONS SYNTAXIQU SYNTAXIQ QUE ES S ...................... . . 198 6 LES FONCTIONS SYNTAXIQU ES S ...................... . . . . . . 202 7 LE FÉMININ ET LE PLURIEL DES ES NOMS NOMS . . . . . . . . . . . . . . . . . . EXEMPLES . . . . 203 ASTUCES S 8 LE FÉMININHOMOPHONE ET LE PLURIEL DES la dune. SA ADJECTIFS DJEt CTIF 6 l’a. .vu. sur On . . . . . . . . une . . par . . . . . 206 Remplacemen la 9 LES PRÉFIXES  On l’a vu sur une dune. ET LES SUFFIXES ES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . déterminant . . . . . 210 manipulations utiles pour les repérer. On l’a vu sur la. dune. 10 LES HOMOPHONES . . . . . Remplacemen Voici les principales fonctions et des l’avait ; . . . . . . . . . .t par l’a la dune. . . . . . . . . . . . .Â. .On . . l’avait . . . . vu . . sur . 214 EXEMPLES mais impossible par une ou le pronom NS la dune. 11 sur vu LA MANIPULATIO PONCTUATION . . . . . . . . . . . On une FONCTIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . est difficile. avoir la + verbe . . . . . . . . . . . 218là. Faire des caricatures Remplacement par pronom : Éveline ne sera pas Sujet LES MARQUEU difficile. RS DE RELATION Cela/C’est  12 ce Remplacement par ici

Les fonctions syntaxiques

Prédicat

Complément de P

Compléments du verbe : – complément direct – complément indirect

Attribut du sujet

La Boîte à outils est placée sous l’onglet rouge à la fin du cahier.

Complément du nom

Complément du pronom

Complément de l’adjectif Modificateur  du verbe, de l’adjectif ou de l’adverbe

202

VI

PRÉSENTATION DU CAHIER

il, elle, ils, elles, cela, Encadrement par c’est… qui

E ET T là Â Éveline ne sera pas ici. LES (désigne un lieu) ce sac. ORGANISA remets Tu lui TEURS TEXTUELS adverbe S....................... rrs vélos. . . .voiture . 220et leurs Ils ont leur C’est toi qui lui remets ce sac. Â13 Remplacement par un/une LES TEMPS leur(s) DANS LAcePHRASE Â Ils ont une voiture et dess vélos. ........ soir.

Non-effacement Non-déplacement

ce des symboles, abréviation leur ai parlé. s et pictogramm  Andréa t par lui Remplacemen es; . . . . . . . .Je leur . .lui. .ai. parlé. . . . 223 Andréa ce soir.  Je  Est allée au centrepronom mais impossible par un/une, (pl.)

centre Andréa est allée au déterminant

Liste

ou des

soir.

Il va au café après le cours. .  Il va au café ta, mon, ton ma, Effacement va au café.  Après le cours, il déterminants Déplacement et ce, après le cours. Dédoublement (et ce, et cela)  Il va au café, m’a, t’a, ont m ont, tt’ont m’ont, Remplacement par pronom : billets. des Ian donne pronoms me et – le, la, les, en ;  Ian en donne. cela, ça après le verbe te + verbe avoir Andréa pense à son frère. – lui, leur, en, y ;  Andréa pense à lui. Prép + lui, elle, eux, elles, ont cela, ça après le verbe avoir à Cloé. verbe un billet donne Ian Non-déplacement  Ian un billet à Cloé donne. hors du GV billet à Cloé.  Ian donne, et ce, un on Non-dédoublement forme. pronom Dominique a l’air en Remplacement du verbe forme.  Dominique est en on n’ attributif par être et de  Dominique l’est. pronom + l’attribut par un pronom : bord. dene le, en, en… un/une adverbe Renata est une agente (souvent possible)  Renata en est une. ou tunnel du col. vieux conjonction le franchit Il possible Effacement souvent . tunnel  Il franchit le où taxi. hèle unrelatif Katia, le bras levé,pronom Déplacement possible pour hèle un taxi.  Le bras levé, Katiaparce le groupe détaché que veux-tu ? conjonction Lequel de ces DVD Effacement souvent possible veux-tu ?  Lequel De ces DVD, lequel veux-tu ? Déplacement possible selon  le pronom que par cerevoir. Il est heureux de vous heureux.par préposition  Il est de vous revoir Non-déplacement + pronoms :.  Il est heureux Effacement démonstratif modération. Julie mange avec ce et relatif que Effacement .  Julie mange Non-déplacement hors du peut-être mange.  Avec modération Julie groupe (GV, GAdj ou GAdv) adverbe Il sait cela parfaitement. (GV) Place : après le verbe ; peut être Elle est très sociable. (GAdj) + être souvent avant l’adjectif ; pouvoir (GAdv) bien. fort savent le Ils toujours avant l’adverbe

syntaxiques BOÎTE À OUTILS • Les fonctions

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221 Â Je des ai parlé.

des

Remplacement par un/une

J’ai choisi ma couleur. Â J’ai choisi une couleur.

Remplacement par m’avait, t’avait, nt ; t’avaient t t’avaien m’avaient, ar un/une par mais impossible pa

Elle m’a écrit.  Elle m’avait écrit. Elles t’ont écrit. écrit.  Elles t’avaientt écrit n écrit. un  Elles u

Remplacement par avaient ou n’… pas encadrement par n

Ils ont des fleurs. Â Ils avaient des fleurs. Â Ils n’ont pas de fleurs. On a prévenu sa sœur. Â Elle a prévenu sa sœur.

par il/elle Remplacement pa pas/jamais, Négation : n’… pas encadren le verbe ; etc., qui encadrent remplacement par il/elle par et Remplacement pa impossible par Remplacement im et par Remplacement pa e une conjonction exprimant puisque car… la cause : puisque, que Réponse à la question Pourquoi ? par Remplacement p l’expression par la chose que ; par tout ce que ajout de tout : pa que Réponse à la question Par quoi ?

On n’aura pas le temps. On n’est plus d’accord.  Il n’est plus d’accord. Il veut du jus ou du lait.  Il veut du jus et du lait. Le lac où il va est près.  Le lac et il va est près. Il se sent mal parce qu’il a trop mangé.  Il se sent mal, car il a trop mangé.  Pourquoi se sent-il mal ? Je suis troublé par ce que tu dis. tu  Je suis troublé par tout ce que dis.  Par quoi suis-je troublé ?

p Remplacement par probablement… sans doute, prob

Il a peut-être vu Éliane. Â Il a probablement vu Éliane.

d peut par Remplacement de t pourra, pourrait… pouvait,

Elle peut être ici. Â Elle pourrait être ici.

BOÎTE À OUTILS • Les homophones

215

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Les parties

Les classes de mots et les groupes

Pour chaque partie, les notions et exercices se succèdent et se terminent par un bloc de révision. Le contenu de chaque partie peut être facilement reconnu par sa couleur.

1 LE GROUPE DU NOM (GN) .......................... ....... 2 2 LE DÉTERMINANT . . . . . . .......................... ........ 7 3 LE GROUPE DE L’ADJECT IF (GAdj) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 4 LE GROUPE DU VERBE (GV) .......................... . . . . . 14 5 LE PRONOM . . . . . . . . . . . .......................... . . . . . . . 23 6 LES CLASSES DE MOTS INVARIABL ES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . .......................... . . . . . . 33

Un sommaire des sections en annonce le contenu.

Les notions Chaque section s’ouvre sur un résumé de la notion ciblée. Les encadrés théoriques sont présentés de la façon la plus simple et la plus concise possible. Ils mettent l’accent sur les cas généraux et les régularités du français. La démarche présentée étape par étape donne les explications et les exemples nécessaires pour mieux comprendre chaque notion et faciliter la réalisation des exercices qui suivent. 1.1

L’onglet de couleur sur chaque page rappelle la partie.

Le nom et le GN

Voici un résumé des caractéristiques CARACTÉRISTIQUES DU NOM

Il désigne diverses réalités : êtres, objets, lieux, sentiments, etc. Il a une forme simple ou complexe (composée, dérivée).

Le féminin et le pluriel des noms sont présentés dans la Boîte à outils, p. 203.

Les notes vertes proposent des astuces ou des informations pratiques en lien avec les résumés théoriques présentés.

Date :

Groupe :

Nom :

Il peut varier en genre pour des êtres et en nombre généralement. Il peut être remplacé par un autre nom.

du nom. EXEMPLES

des jeux noms communs : un artiste, le parc, Pâques noms propres : Florence, l’Europe, noms simples : côte, Afrique du Sud noms composés : garde-côte, Afrique noms dérivés : côtier, Africain euse nageuse r la nag masculin, féminin : le nageur, vaux rivaux v l, des riv rival, singulier, pluriel : un rival i train. Ces jjeunes voyageurs partent en C Ces jeunes touristes partent en avion.

 Date : Groupe : Nom : sans déterminant ’un déterminant. Il s’emploie aussi d’un Le nom est souvent accompagné ues exemples. dans certains cas, dont voici quelques Mars îles, astres) : Cartier, Oslo, Hawaï, • Noms propres (êtres, villes,, île jours. Certains mots de différentes fêtes : partir lundi, à Noël. Mai a 31 e fê • Noms de jours, de mois, de classes sont aussi employés en métal, d’érable, à hélices, en Asie n: e ou passé, est le noyau du GVinf. • Nom après une préposition L’infinitif et comme noms. Le verbe à l’infinitif, lieuprésent une locution : petit train va loin, avoir le verbe dans le GV. le participe sont Ex. : le savoir transmis, • Nom dans une expression,, un Il peut avoir des expansions comme GVinf e est vétérinaire. le pour et le contre, des modes GVinf • Nom attribut du sujet : Elle un dixième impersonnels. , après avoir pris des photos . Ex. : Ils ont choisi de partir son avoir différentes expansions dans Le verbe à ces pe peut l il et GN du noyau le cela. est fait Le nom remplacé par ce, cela ou faire cela/avoir En voici modes ne varie êtreexemples. peutdes donc variées. s sont • Le GVinf groupe. Les constructions du GN cela. pas en personne : Elle veut faire Ex. : Elle veut aller au Groenland.  c’est ce qui le GN. GN du DE EXEMPLES alors des fonctions peut avoir la valeur d’un GN : il remplit CONSTRUCTIONS DU GN distingue du • Le GVinf N coéquipiers. ses Dét N Il espère convaincre noyau du GV. Ex. : Tricher. n’est pas jouer . Déterminant + nom compl. dir. du V L’avion pourra décoller mardi L’av Pour une vue sujet du attr. sujet ou nom seul d’ensemble GAdj de prédicat. N fonction Dét la alors a il : GV d’un la valeur des groupes • Le GVinf peut avoir Déterminant + nom + GAdj . Nous verrons un pays peu connu équipiers arriver . GVinf avec sujet et sans subordonnant Nou et des classes Ex. : Je vois les subordonnant (où) GN N de mots, consultez Dét où aller . GVinf sans sujet et avec demande se GN On + nom + Déterminant la Boîte à outils, mont Everest est le toit du monde. Le m est le noyau du GVpart. p. 194 et 197. GPrép Dét Le participe présent, simple ou composé, N verbe au Déterminant + nom + GPrép à grande vitesse . le verbe dans le GV. Saphir a pris un train Saph Il peut avoir des expansions comme

4.3

Le GVinf et le GVpart

GVpart

GVpart Sub. relative N loup , il hâte le pas. , il décide de rentrer. Ayant vu un est désert. gare tombant la nuit Ex. :àLa chemin qui mène Le c du nom GAdj : il est alors un complément • Le GVpart peut avoir la valeur d’un détaché (par la virgule). expansions. ou du pronom. Dans certains cas, il s’agit d’un complément Ayant un sac , elle peut les apporter. GN des pièces datant de mille ans . Ex. : Ce sont Sub. relative GPrép N de prédicat et il a un . Dét GAdj fonction la sont bondés les quais la valeur d’un GV : il a alors peut avoir ne longue jetée •etLedont un GVpart vec une Ex. : C’est un grand port avec phrase). la de sujet du sujet exprimé (différent (= Puisque le camp est fermé, il repart.) Ex. : Le camp étant fermé , il repart. • Le GVpart peut remplacer une subordonnée.

Déterminant + nom + subordonnée relative

Les renvois à la Boîte à outils permettent de consulter rapidement une notion liée à la matière présentée et utile à la réalisation de l’exercice.

Dét

plusieurs • Dans le GN, le nom peut avoir plusie L’expansion du nom remplit la fonction de complément du nom.

GVpart

Sub. relative

d’œil . Â C’est un Ex. : C’est un glacier qui fond à vue Sub. complément de P

Parce qu’ils sont prudents , ils restent

2

GROUPES LES CLASSES DE MOTS ET LES

glacier fondant à vue d’œil . GVpart

ici. ici. Â Étant prudents , ils restent

qui est et le participe présent forment le gérondif, La préposition en de P. Reproduction interdite © 2011, Les Éditions CEC inc. • remplit souvent la fonction de complément un GPrép et qui était Ex. : En marchant sur la glace , Alec

très attentif.

Le gérondif peut exprimer la cause, la manière, l’hypothèse ou le temps.

compl. de P

EXEMPLE

RÈGLE

Le GVpart détaché et le gérondif ont un sujet non exprimé qui correspond, en règle générale, au sujet de la phrase. Cette règle est appliquée pour éviter le risque d’une mauvaise interprétation de la phrase.

© 2011, Les Éditions CEC inc. •

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

GVpart

Ayant le matériel , les alpinistes peuvent escalader la paroi glacée. paroi Ayant le matériel, l’escalade de la

Â

peut commencer. Ce n’est pas l’escalade qui a le matériel.

Reproduction interdite

PRÉSENTATION DU CAHIER

4 • LE GROUPE DU VERBE (GV)

VII

21


Les exercices Nom :

Les exercices, variés, favorisent l’acquisition de connaissances et l’autonomie des élèves.

1

Groupe :

Date :

Dans le texte suivant, soulignez les adjectifs et accordez-les, s’il y a lieu.

Étendue océane À l’ombre de la voile blanche

qui gondole, j’observe le spectacle

que m’offre la mer étincelant

. Les vagues turquoise

jusqu’au rivage couvert précieuse

Des textes variés amorcent plusieurs exercices. Ils permettent ainsi de voir divers cas en contexte.

léger

de cailloux arrondi

magique

se laissent bercer

et poli

. Le souffle du vent fredonne à mon

comme des pierres

oreille une succession de notes

et harmonieu

. L’air salin porte des arômes vivifiants et emplit mes , qui semblent respirer pour la premier fois. Des oiseaux rochers font une pause avant de s’envoler pour disparaître dans l’horizon azur . J’ai cette curieu impression que tous les éléments qui m’entourent ne forment qu’une seul entité parfait . Tout se passe comme si les rêves devenaient réel ... poumons rose

perchés

2

sur les haut

Soulignez l’adjectif dans chaque Nom : phrase, puis indiquez s’il est qualifiant ou classifiant. a) Il y avait des marais salants.

2

b) On aurait dit que le vent jouait de la flûte traversière. c) Tout à coup, ils ont senti de fortes vagues.

Des exemples ou des éléments de réponse sont donnés à titre d’indices, selon le cas.

c) Marqueur de modalité d) Adverbe modifiant un adverbe be ; écrivez aussi le groupe e) Adverbe d’intensité (synonyme me de très très)

Repérez les GAdj dans les phrases suivantes : – mettez chaque GAdj entre crochets et soulignez son noyau ; – indiquez la construction du GAdj. Ex. : Il est [fier de toi et de ton allié]. Adj + GPrép + GPrép

3

Dans chaque phrase, ajoutez un adverbe eexprimant le sens indiqué.

a) Le bateau accosta dans un port presque désert. b) Cette décision serait lourde de conséquences.

b) Négation

c) Complètement isolée du monde, cette île

Je

c) Temps

On trouve

a) Lieu

était un endroit plutôt inhospitalier.

franchir ce cap dangereux.

4 Reproduction interdite

Montons la colline, olline, il y a des cheminées de fée

d) Quantité

d) L’équipage était persuadé qu’il pourrait

© 2011, Les Éditions CEC inc. •

Date :

a) Marqueur de relation en début ut de phrase phr b) Organisateur textuel

d) Ils ont pris cette voie maritime.

3

Groupe :

Pour chaque description, donnez un exem exemple d’adverbe tiré du texte précédent.

avais

.

vu un endroit pareil. des fossiles dans la région.

Nous y sommes mes restés

e) Affirmation

Je retournerais is

f) Conséquence

Le site est immense, mense,

toute la journée. à cet endroit. restez sur le sentier.

Soulignez le noyau de chaque GAdv Adv mis entre ent crochets. a) Nous irons [plus loin] dans la vallée, [peu [peut-être que nous y verrons [Là-bas], les touristes ouristes son sont [bien peu] nombreux. b) Les paléontologues travaillent [très souven souvent] dans cette zone. c) C’est lui qui a agi [le plus sagement] lors de l’excursion.

11

3 • LE GROUPE DE L’ADJECTIF (GAdj) des ossements].

d) Certains étaient [beaucoup moins] prudents.

5

Ce pictogramme signale des pratiques d’écriture ciblées selon les notions de la section.

6

6 • LES CLASSES DE MOTS INVARIABLES

29

RÉVISION

1

Reproduction interdite

Date :

Groupe :

Les classes de mots et les groupes

Une révision, à la fin de chaque partie, permet d’intégrer les connaissances et de renforcer les apprentissages dans une synthèse de la matière étudiée.

Composez une suite de deux phrases avec des GAdv et encadrez ceux-ci.

© 2011, Les Éditions CEC inc. •

Nom :

Révision

Mettez l’adverbe au comparatif ou au superlatif dans la phrase. a) beaucoup Ce sont eux qui s’amusent le ici. b) bien Elle recule pour voir ce squelette géant. c) peu Ils ont vu des espèces fossiles connues.

ci-après. les mots en gras dans le tableau Lisez le texte suivant. Ensuite, classez

Voyage aux antipodes

heures en Nouvelle-Zélande. Après vingt L’an dernier, j’ai eu l’occasion d’aller arrivé à destination... D’abord, de vol avec deux escales, je suis finalement n assez ville du pays. C’est une agglomératio j’ai visité Auckland, la principale volcans. Sa partie centrale d’anciens par façonné été a site le étendue, dont le il y a la mer de Tasman ; de l’autre, se situe sur un isthme : d’un côté, car elle surnommée la « Ville des voiles », Pacifique. D’ailleurs, Auckland est j’ai bien de plaisanciers. Parmi les attraits, est un rendez-vous pour des milliers Maoris. des culture la connaître de permis aimé le musée d’Auckland, qui m’a ville réputée pour ses sources Ensuite, je suis allé à Rotorua, une l’activité où centre d’une région thermales sulfureuses. Elle est le souterraines y bouillonnent et, géothermique est intense : les eaux que s’échappe du sol. Un soir, tandis à certains endroits, de la vapeur cette vapeur blanchâtre qui sortait je marchais dans Rotorua, j’ai vu monter et se disperser un peu partout. Fasciné, je la regardais dans un film de science-fiction. lentement, j’avais l’impression d’être de soufre. Mon séjour à Rotorua En plus, il y avait toujours une odeur , des activités spéciales. Par exemple, Date : a été bref, en revanche j’ai pu faire Groupe : Gr ir. d’air. à matelas : Nom c’est-à-dire un ballon j’ai dévalé une pente dans un zorb, ! : c’était un spectacle hallucinantt hélicoptère en volcans des survolé J’ai aussi iis entre crochets : une soirée organisée par des Maoris. 2 Pour chaque groupe mis à participé j’ai voyage, le ; Pour conclure encadrez chaque expansion du noyau de – soulignez son noyau eet encad le haka. L’équipe néo-zélandaise du groupe, puis sa construction. Ceux-ci m’ont appris une danse rituelle, n – au-dessus, écrivez le nom GV danse avant chaque match afin d’intimider N GN rugby, les All Blacks, interprète cette GN V rela Sub. Sub. relative mes amis, N Dét maison, j’ai tenté un haka devant blanches]. l’adversaire. Dès mon retour à la observa les lieux] [a vu des fumerolles Ex. : [Un géologue qui observait mais sans succès... ]. ] [ prennent beaucoup de photos fe nt la ferme n a) [ Ces gens qui visitent

Nom Déterminants Adjectifs

troupeau de moutons ]. eement dressés , ] [ surveillent le b) [ Les chiens , spécialement

Pronoms Verbes

patiemment ]. , les borders collies ] [ attendent troup c) [ Ayant rassemblé le troupeau

Adverbes Prépositions Conjonctions © 2011, Les Éditions CEC inc. •

Reproduction interdite

Les fonctions syntaxiques sont présentées dans la Boîte à outils, p. 202.

33

les revoir à l’œuvre ]. essionn s par les chiens , ] [ espèrent d) [ Les visiteurs , impressionné

RÉVISION

3

fonction en écrivez son nom au-dessus et sa enca Pour chaque expansion encadrée, crochets. elle dépend et mettez le groupe entre dessous. Soulignez le noyau dont GAdv GPrép dissipent lentement ]. Ex. : [Les vapeurs de soufre ][se compl. du N

modif. du V

. offre une énergie d’appoint avantageuse a) Pour plusieurs , la géothermie

. les habitations . Elle est brûlante b) Ici , la vapeur sert à chauffer

mal . s’est brûlé la main . Il se sent plutôt c) Il a touché le radiateur et il

. étaient enchantés de leur séjour d) Ceux qui ont visité la région

. d’art maori qui est la plus intéressante e) Au musée , c’est la collection

34

VIII

PRÉSENTATION DU CAHIER

GROUPES LES CLASSES DE MOTS ET LES

© 2011, Les Éditions CEC inc. •

Reproduction interdite

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

Date :

La phrase

Prédicat

P

me

Sujet

nt 7 LA PHRASE ET SES CONSTITUANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 8 LES PHRASES TRANSFORMÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 9 LES PHRASES À CONSTRUCTION PARTICULIÈRE . . . . . . . . . . . . 51 RÉVISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

1 • RÉVISION

35


Nom :

Groupe :

Date :

La construction de la phrase

7.1

La phrase est composée d’une suite de mots organisés en groupes de façon à produire un sens. Les groupes forment les constituants de la phrase. Le modèle de la phrase de base permet d’analyser la plupart des phrases. Vous pouvez voir ce modèle dans la Boîte à outils, p. 192.

GN Dét N

P V

GV Dét

N

Prép

GPrép Dét

N

Ex. : Cette artiste a fait des gravures pendant plusieurs mois . sujet

prédicat

complément de P

Cette phrase correspond au modèle de la phrase de base.

• Dans une phrase de base, les constituants sont placés dans cet ordre : sujet + prédicat + complément de P Le sujet et le prédicat sont les constituants obligatoires, alors que le complément de P est facultatif : il peut être effacé. • La phrase peut contenir une subordonnée qui fonctionne comme un groupe.

Subordonnée

Ex. : Camélia créait des modèles pendant que son ami imaginait des personnages.

Les subordonnées sont présentées dans la Boîte à outils, p. 196.

sujet

prédicat

complément de P

La phrase peut aussi contenir plusieurs subordonnées, comme elle peut avoir plusieurs compléments de P.

Sub. relative

GN

Sub. compl. de P

Ex. : Ian,  qui vit à l’étranger , appelle ses amis le soir,  quand il revient de l’atelier .

Dans la phrase, les groupes occupent une place précise selon leur fonction. La place des groupes et des mots détermine aussi le sens de la phrase.

GN

N

GV V

GN GN

Dét

GV

N

V

N

Ex. : Christophe  a appelé  un artisan . ≠ Un artisan a appelé  Christophe .

sujet

compl. dir. prédicat

sujet

compl. dir. prédicat

• Le nom du constituant désigne également sa fonction dans la phrase.

La phrase est une structure à plusieurs niveaux, en voici un schéma. P

1er 2e 3e

sujet

prédicat

complément de P

GN

GV

GPrép

Dét GAdj

N

Adj

V

GN Dét

N

Prép

GN Dét

N

La jeune artiste a présenté ses créations dans une boutique. 

Le premier niveau est celui des constituants. Dans l’analyse, on identifie ces constituants, puis on les décompose pour en arriver aux classes de mots.

36

LA PHRASE

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

1

Groupe :

Date :

Dans chacune des phrases de base, mettez entre crochets les constituants obligatoires et, s’il y a lieu, soulignez le constituant facultatif. a) Meredith a suivi des cours d’art culinaire l’an dernier. b) Tous les convives ont applaudi le chef et ses adjoints dès qu’ils sont entrés dans la salle. c) Les repas gastronomiques qu’il prépare plaisent toujours aux clients. d) La directrice de l’institut a prononcé une allocution lors du banquet.

2

Dans les phrases suivantes, des groupes sont encadrés. Au-dessus du groupe

(ou de la subordonnée), indiquez son nom ; en dessous, indiquez sa fonction. a)

GN

GV

GPrép

N GPrép V GAdv GN Prép Dét N Les gens  du quartier trouvent  toujours  des produits frais  à   ce marché .

Dét

compl. du N

sujet

b)

modif. du V

compl. dir.

prédicat

compl. de P

GN

Dét

N

GV

GAdj

Une synthèse des fonctions syntaxiques est présentée dans la Boîte à outils, p. 202.

V

GAdv

Adj

GN Dét

N

Sub. relative

La  chef,  hautement  qualifiée  ,  a  reçu  une  offre  qui  l’intéresse  beaucoup .

modif. de l’Adj

compl. dir.

compl. du N

c)

compl. du N

sujet

prédicat GN

Dét

N

GV GVpart

V

GAdj Adj

GPrép

Le  cuisinier  ayant  pris  la  relève  du  chef se  montre  digne  de  confiance .

compl. du N

compl. de l’Adj

attr. du sujet

d)

sujet

GN

N

prédicat

GV

Sub. compl. de P

GVinf

V V

GPrép

Conj

GV

GN Dét

N

V

GVinf

Clara  veut  aller  à  l’auberge alors  que  son  ami  préfèrerait  cuisiner . sujet

compl. ind. compl. dir prédicat

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

compl. dir sujet

prédicat

compl. de P

7 • LA PHRASE ET SES CONSTITUANTS

37


Nom :

Groupe :

3

Date :

Complétez l’analyse des phrases. Selon le cas, indiquez le constituant, le groupe ou la classe du mot. Encadrez les constituants de la P. a)

P

sujet

GN

1er

2e Dét N GPrép 3e

Prép

4e

Dét

+

prédicat

c omplément de P

GV V

GN

Dét

GN GAdj

N

GPrép

Prép GN N

Dét N

Adj

La chef du restaurant compose de nouveaux menus pour la saison .

b)

P

sujet

1er 2e Dét

prédicat

GN N

3e

GV

Sub. relative V Prédicat GAdv

subord. Sujet Pron rel.

GN

Adj GPrép

GV

N

4e

GAdj

V

Adv Prép GN

Dét N

5e

Les clients que Félix rencontre sont visiblement ravis de leur soirée .

c)

P

sujet

prédicat

complément de P

1er GN GV Sub. compl. de P 2e N V GVinf 3e

V

4e 5e

subord. Conj

Sujet Prédicat Pron GV

GPrép

V

GN

Prép GN Dét N Dét N

Amélie   veut travailler avec ce chef   quand elle aura terminé ses études .

38

LA PHRASE

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

7.2

Date :

Le sujet, le prédicat et le complément de P

� Le sujet est souvent un GN ou un pronom. Il indique de qui ou de quoi on parle. Le prédicat est toujours un GV. Il indique ce qu’on dit à propos du sujet.

GN

GV

Ex. : Certains graffitis ornent les façades.

Pron

GV

Elles ont vu ces façades.

• Le sujet peut aussi être un GVinf ou une subordonnée. Ex. : Faire des caricatures est difficile. Qu’il ait fait ce dessin n’est pas étonnant.

Dans la phrase de base, le sujet est placé avant le prédicat : – les deux constituants ne se déplacent pas ; Ex. : Certains graffitis ornent les façades.  Ornent les façades certains graffitis. – les deux constituants ne s’effacent pas non plus, car ils sont obligatoires. Ex. : Ce dessin me plaît beaucoup.  me plaît beaucoup.  Ce dessin .

Seul le sujet peut être encadré par c’est… qui ou ce sont… qui. Ex. : Les pots à eau se vendent bien.  Ce sont les pots à eau qui se vendent bien. • Les pronoms je, tu, il, ils deviennent moi, toi, lui, eux quand ils sont encadrés. Ex. : J’irai à la galerie d’art.  C’est moi qui irai à la galerie d’art.

Le groupe sujet peut être remplacé par un pronom (il/elle, ils/elles, cela, ce). Ex. : La sœur de Samuel dirige une verrerie.  Elle dirige une verrerie.

� Le complément de P apporte une précision, par exemple de lieu, de temps, de but, de cause. Il peut être un GPrép, un GN, un GAdv, une subordonnée.

GPrép

Ex. : Sam fait un détour pour éviter la ruelle.

GN

Il prend le métro tous les jours.

Sub.

Isa ne sort pas parce qu’il fait très froid.

GAdv

Les manipulations syntaxiques sont présentées dans la Boîte à outils, p. 198.

On voit des graffitis partout.

Le complément de P peut être effacé, car il est un constituant facultatif. Ex. : L’architecte remettra les plans demain.  L’architecte remettra les plans

.

Le complément de P est aussi un constituant mobile. En général, son déplacement est possible : P de base : Hugo va à l’atelier chaque matin. – en tête de phrase :  Chaque matin, Hugo va à l’atelier. – entre le sujet et le prédicat :  Hugo, chaque matin, va à l’atelier. – entre le verbe et son expansion :  Hugo va, chaque matin, à l’atelier. • La virgule est employée pour marquer le déplacement du complément de P.

Le dédoublement par et ce, et cela, est possible devant le complément de P. Ex. : Elle ira à la galerie d’art, et ce, dès que le travail sera fini.

Seul le complément de P exprimant un lieu se remplace par un pronom, soit y. Ex. : On peut voir ses toiles ce soir, à la galerie.  On peut y voir ses toiles ce soir.

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

7 • LA PHRASE ET SES CONSTITUANTS

39


Nom :

Groupe :

1

Date :

Pour chaque phrase numérotée dans le texte suivant : – mettez le sujet entre crochets ; – soulignez le ou les compléments de P, s’il y a lieu.

La cuisine techno Faire des bulles de fruits, des cubes de pois ou des éponges de poisson

1 

est tout à fait possible grâce à la cuisine moléculaire. Cette cuisine créative et spectaculaire propose des mets qui ont l’air de petits chefs-d’œuvre. Les possibilités qu’elle offre semblent infinies.

2 

La cuisine moléculaire se base sur les principes de la chimie des aliments. Plusieurs grands chefs, parmi les plus célèbres du monde, pratiquent

3 

cet art culinaire avant-gardiste. Ils s’inspirent des techniques d’une discipline scientifique, la gastronomie moléculaire. 4 Fondateur de cette discipline, le physico-chimiste Hervé This s’est intéressé aux transformations culinaires. 5 Lorsqu’on cuisine, on peut observer effectivement que des ingrédients réagissent : les transformations qui se produisent permettent d’obtenir, par exemple, une mousse, une vinaigrette, une sauce, etc. En étudiant des compositions et des recettes, Hervé This a mis en lumière

6 

certains faits, remis en question des croyances populaires et découvert diverses possibilités. Ses expérimentations ont aussi permis de développer une cuisine techno originale. Pour créer de nouvelles recettes ou pour renouveler des plats traditionnels,

7 

les adeptes de la cuisine moléculaire utilisent des outils particuliers et des substances telles que les gélifiants et les épaississants. 8 L’azote liquide est l’un des éléments vedettes de cette cuisine. Il sert autant à la fabrication de glaces qu’à la cuisson de viandes à froid. 9 Il est apprécié parce qu’il permet de préserver la valeur nutritive des aliments et aussi parce qu’il produit une fumée blanchâtre qui, à coup sûr, fait impression. Des livres et des sites Internet proposent une variété de recettes issues

10 

de la cuisine moléculaire. 11 Même si elles paraissent compliquées à première vue, certaines recettes sont plutôt simples à préparer. 12 D’autres requièrent du savoir-faire et des outils spécialisés, dont quelques-uns sont à manipuler avec soin. Bref, il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux. 13 Si on veut être audacieux, on peut certainement ajouter une pincée de science dans sa casserole !

40

LA PHRASE

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

2

Groupe :

Date :

Pour la phrase ci-dessous :

– mettez les constituants entre crochets et soulignez le verbe du GV ; – récrivez la phrase en déplaçant le complément de P à trois endroits possibles. N’oubliez pas la virgule qui marque le déplacement. Le marché offre un grand choix de produits en période estivale . En période estivale, le marché offre un grand choix de produits. Le marché, en période estivale, offre un grand choix de produits. Le marché offre, en période estivale, un grand choix de produits.

3

Récrivez les phrases selon les indications données. a) Remplacez le groupe sujet par un pronom (il/elle, cela, etc.). Préparer ces petites billes de carottes n’était pas une mince tâche. Cela/Ce n’était pas une mince tâche.

Que ce genre de cuisine l’intéresse me surprend énormément. Cela me surprend énormément.

b) Remplacez le groupe sujet par un pronom et détachez le complément de P par dédoublement (et ce). L’intérêt pour cet art s’accroît sans cesse depuis quelques années. Il s’accroît sans cesse, et ce, depuis quelques années.

c) Remplacez par le pronom y le complément de P exprimant un lieu. Les apprentis cuisiniers prépareront un repas samedi dans ce restaurant. Les apprentis cuisiniers y prépareront un repas samedi.

J’ai vu plusieurs clients hier sur la terrasse. J’y ai vu plusieurs clients hier.

d) Encadrez le sujet par c’est… qui. Tu lui as donné la recette. C’est toi qui lui as donné la recette.

4

Composez deux phrases ayant les trois constituants. Dans l’une des phrases, incluez deux compléments de P. Mettez les constituants entre crochets. a) Réponses variables  b)  

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

7 • LA PHRASE ET SES CONSTITUANTS

41


Nom :

Groupe :

8.1 Vous pouvez voir la phrase de base et des exemples de transformations dans la Boîte à outils, p. 193.

Date :

La phrase déclarative

Il existe quatre types de phrases : déclaratif, interrogatif, exclamatif, impératif.

Une phrase est toujours d’un seul type, mais elle combine trois formes :  positive ou négative, active ou passive, neutre ou emphatique.

La phrase déclarative est le type le plus courant. Elle sert simplement à exprimer un fait, une idée. Elle correspond à la phrase de base : ––si elle est de formes positive, active et neutre ; ––si elle est construite avec les constituants, placés dans cet ordre : Ex. : L’inspecteur a vu la douanière ce matin.

sujet

prédicat

compl. de P

La phrase déclarative n’est pas une phrase de base si elle a subi une ou plusieurs transformations de forme : elle est alors une phrase transformée. Ex. : Ce matin, l’inspecteur n’a pas vu la douanière.

1

(formes : négative par ne… pas et emphatique par déplacement du compl. de P)

Pour chaque phrase, cochez les cases appropriées. B : phrase de base D : phrase déclarative T : phrase transformée

a) Marc-Olivier joue aux échecs avec ses amis.

D

P

P

T

b) Chaque année, des tournois sont organisés par son école.

P

P

c) L’année dernière, c’est son amie Iraïs qui a remporté le premier prix.

P

P

d) Il n’a pas encore réussi à vaincre tous ses adversaires.

P

P

e) Il aspire à devenir champion du monde.

2

B

P

P

Récrivez les phrases en phrases de base. Mettez les constituants entre crochets. Ex. : C’est lui qui a pris mon sac hier.

[Il] [a pris mon sac] [hier].

a) C’est la reine qui est la pièce maîtresse du jeu d’échecs. [La reine] [est la pièce maîtresse du jeu d’échecs].

b) Le fou ne se déplace pas toujours sur la même couleur. [Le fou] [se déplace toujours sur la même couleur].

c) La tour vaut-elle cinq points ? [La tour] [vaut cinq points].

d) Si l’un des deux joueurs est échec et mat, la partie est terminée. [La partie] [est terminée] [si l’un des deux joueurs est échec et mat].

42

LA PHRASE

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

8.2

Date :

La phrase interrogative

La phrase interrogative exprime une question. Elle se termine par un point d’interrogation (?). Elle est une phrase transformée par une marque interrogative. Ex. : Partirez-vous ce soir ?

P de base : Vous partirez ce soir.

Voici des exemples de transformations. MARQUES INTERROGATIVES

EXEMPLES

Déplacement du pronom sujet après le verbe (ou l’auxiliaire) + trait d’union

Elle avait fait un beau voyage.  Avait-elle fait un beau voyage ?

Ajout, après le verbe, d’un pronom qui reprend le sujet : il, elle, ils, elles + trait d’union

L’aventure finira bientôt.  L’aventure finira-t-elle bientôt ?

Ajout du marqueur est-ce que

Léo a pris son sac.  Est-ce que Léo a pris son sac ?

Remplacement : – du sujet par qui, quel, lequel, combien, qu’est-ce qui (choses) – d’un déterminant, d’un complément du nom par combien de, quel… – d’un complément, d’un attribut par qui, que, où… (avec ou sans préposition) : déplacement du sujet après le verbe ; ou ajout d’un pronom qui reprend le sujet

Ce moteur est bruyant.  Qu’est-ce qui est bruyant ? Deux avions ont atterri.  Combien d’avions ont atterri ? Cet honneur vous revient.  À qui revient cet honneur ? Léo est parti à cause de lui.  Pourquoi Léo est-il parti ?

Après un verbe se terminant par e, a ou c, on met un t entre deux traits d’union devant il, elle ou on. Ex. : a  ime-t-elle, dira-t-on, convainc-t-il

• L’interrogation totale est une question à laquelle on peut répondre par oui ou par non (parfois par peut-être, certainement, pas du tout, etc.) : Es-tu là ? Oui. • L’interrogation partielle est une question qui porte sur un élément de la phrase. Cet élément est l’information qu’on veut savoir : Maude est là. Qui est là ? • Est-ce que se combine à d’autres marqueurs ; il est utile quand l’inversion sujet-verbe est difficile ou impossible : Où est-ce que je le prends ? Est-ce que je perds ?

1

Transformez les phrases de façon qu’elles expriment une interrogation totale : déplacez le pronom sujet ou ajoutez un pronom.

a) Le soleil se lève à l’est. Le soleil se lève-t-il à l’est ? b) Elle regarde le coucher du soleil. Regarde-t-elle le coucher du soleil ? c) Nous aurions apprécié la chaleur. Aurions-nous apprécié la chaleur ? d) Nathan s’est procuré un parasol. Nathan s’est-il procuré un parasol ? e) Ces lunettes protègent les yeux. Ces lunettes protègent-elles les yeux ? f) Il a apporté de la crème solaire. A-t-il apporté de la crème solaire ? g) Vous vous êtes reposés à l’ombre. Vous êtes-vous reposés à l’ombre ? © 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

8 • LES PHRASES TRANSFORMÉES

43


Nom :

Groupe :

2

Date :

Transformez les phrases de façon qu’elles expriment une interrogation totale : déplacez le pronom sujet ou ajoutez est-ce que si le déplacement du sujet est impossible. a) J’aime jouer aux échecs. Est-ce que j’aime jouer aux échecs ? b) Je dois me rendre à la salle B. Où dois-je me rendre ? c) Je peux prendre ce siège. Est-ce que je peux prendre ce siège ?/Puis-je…

3

Transformez chaque phrase de façon qu’elle exprime une interrogation partielle. Dans la liste ci-dessous, choisissez le marqueur interrogatif qui convient pour remplacer l’information soulignée.

que (compl. dir.) • comment (attr.) • pourquoi (compl. de P) • où (compl. ind.) quand (compl. de P) • sur quoi (compl. ind.) • à qui (compl. ind.) • qui (sujet) a) Bianca présidera notre réunion. Qui présidera notre réunion ? b) Il compte sur votre participation. Sur quoi compte-t-il ? c) Elle souhaite partir plus tôt. Que souhaite-t-elle ? d) Elle se montre patiente. Comment se montre-t-elle ? e) Il marche vite parce qu’il est en retard. Pourquoi marche-t-il vite ? f) Il doit revenir chez lui à 14 heures. Quand doit-il revenir chez lui ? g) Jasmine a vécu au Pérou. Où Jasmine a-t-elle vécu ?/Où a vécu Jasmine ? h) Ce sac appartient à Samuel. À qui ce sac appartient-il ?/À qui appartient ce sac ?

4

Placez chaque marqueur interrogatif dans la phrase qui convient. Ajoutez la

préposition nécessaire dans certains cas. N’oubliez pas l’accord de quel ou lequel. combien de • pourquoi • quel • qu’est-ce qui • lequel • est-ce que combien • que • qui • où • quoi a) b)

Combien de Pourquoi

personnes ont confirmé leur présence ? l’horaire détaillé n’a-t-il pas encore été communiqué ?

c) Parmi les personnes invitées,

lesquelles

d)

À qui

doit-on s’adresser ?

e)

Combien

pèsent ces tables ?

De quoi Sur qui

vous ont déjà répondu ? faut-il parler ? peut-on compter

pour les transporter et les placer ?

44

f)

Est-ce que

g)

Par où

nous avons suffisamment de chaises ? passera-t-on ?

Quelle

Qu’est-ce qui h) Voyons les menus proposés. Qu’ en dites-vous ? LA PHRASE

est la sortie la plus proche ? serait le plus apprécié ?

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

8.3

Date :

La phrase exclamative

La phrase exclamative sert à exprimer avec intensité un fait, un sentiment,   un jugement, etc. Elle se termine par un point d’exclamation (!). Elle est une phrase transformée par une marque exclamative. Ex. : Quel beau voyage a fait Julie !

P de base : Julie a fait un beau voyage.

Voici des exemples de transformations. MARQUES EXCLAMATIVES

Ajout d’un marqueur exclamatif   en début de phrase : combien, comme, que Remplacement d’un déterminant   par un déterminant exclamatif : combien de, que de, quel, quelle… – déplacement du complément   du verbe en début de phrase – inversion possible du GN sujet

EXEMPLES

Elle est bien nerveuse ce soir.

 Comme elle est nerveuse ce soir ! Beaucoup de choses sont perdues.  Que de choses sont perdues ! Elle a fait un beau voyage.  Quel beau voyage elle a fait !  Quel beau voyage a fait Julie !

• En général, l’adverbe d’intensité est effacé dans la phrase exclamative. Ex. : Cet artiste est tellement fier. Que cet artiste est fier !

1

Soulignez le marqueur exclamatif dans chaque phrase. Ensuite, écrivez une phrase de base qui correspond à la phrase exclamative.

a) Comme le temps passe vite ! Le temps passe (si/tellement) vite. b) Que d’émotions il a vécues ! Il a vécu beaucoup d’émotions. c) Que cette chose est étonnante ! Cette chose est (très) étonnante. d) Quelle belle soirée nous avons eue ! Nous avons eu une belle soirée.

2

Transformez les phrases en phrases exclamatives. Employez le marqueur exclamatif indiqué. S’il y a lieu, accordez quel et les participes passés. a) Il y avait beaucoup de vedettes à ce gala. (que de) Que de vedettes il y avait à ce gala !

b) L’actrice était tellement contente quand elle a reçu le prix. (comme) Comme l’actrice était contente quand elle a reçu le prix !

c) Ils ont fait des blagues toute la soirée. (combien de) Combien de blagues ils ont faites toute la soirée !

d) L’interprète a livré une brillante performance. (quel) Quelle brillante performance l’interprète a livrée !/a livrée l’interprète !

e) Elle était grandement déçue de ne pas gagner. (combien) Combien elle était déçue de ne pas gagner ! © 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

8 • LES PHRASES TRANSFORMÉES

45


Nom :

Groupe :

8.4

Date :

La phrase impérative

La phrase impérative exprime un ordre, une demande, un conseil.   Elle se termine en général par un point (.) ou un point d’exclamation (!). Elle est une phrase transformée par le verbe au mode impératif. Ex. : Regarde cet avion qui décolle.

P de base : Tu regardes cet avion qui décolle.

TRANSFORMATION   AU TYPE IMPÉRATIF

Les pronoms me et te sont remplacés par moi et toi. Devant en et y, ils sont élidés : m’, t’. Ex. : donne-m’en

Effacement du sujet tu, nous ou vous : verbe mis au mode impératif ; – déplacement du pronom complément après le verbe + trait d’union – pas de déplacement à la forme négative Ordre des pronoms compléments : compl. dir. + compl. ind. compl. + en ou y

EXEMPLES

Tu prends ton sac. Tu sors de là.  Prends ton sac. Sors de là ! Tu me parles. Nous nous voyons.  Parle-moi. Voyons-nous. Vous ne lui parlez pas.  Ne lui parlez pas. Vous me le dites.  Dites-le-moi. Tu lui en donnes.  Donne-lui-en.

• À la 2e personne du singulier de l’impératif présent, les verbes se terminant par -e prennent un s devant les pronoms en et y. Le verbe va (aller) prend un s devant y. Ex. : Cherche des guides. Cherches-en. Va au bureau. Vas-y. (mais va-t’en)

1

Transformez les phrases suivantes en phrases impératives. a) Tu me passes ce livre, s’il te plaît. Passe-moi ce livre, s’il te plaît. b) Tu leur montres la couverture. Montre-leur la couverture. c) Vous êtes aimables. Vous nous invitez. Soyez aimables. Invitez-nous. d) Tu y vas et tu en achètes quatre. Vas-y et achètes-en quatre. e) Vous vous hâtez, s’il vous plaît. Hâtez-vous, s’il vous plaît ! /. f) Nous sommes discrets. Nous n’en parlons pas. Soyons discrets. N’en parlons pas.

2

Transformez chaque phrase en phrase impérative. Ensuite, récrivez la phrase impérative à la forme négative. Ex. : Tu me parles. Parle-moi. Ne me parle pas.

a) Tu m’en donnes deux. Donne-m’en deux. Ne m’en donne pas deux. b) Vous la lui rendez. Rendez-la-lui. Ne la lui rendez pas. c) Nous lui en offrons. Offrons-lui-en. Ne lui en offrons pas. d) Tu me le dis. Dis-le-moi. Ne me le dis pas. (Le pronom compl. dir., sauf en, e) Vous allez le chercher. Allez le chercher. N’allez pas le chercher. (Le pronom le est le compl. dir. de chercher.)

46

LA PHRASE

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

8.5

Date :

La phrase négative

La phrase négative est une phrase transformée. Elle s’oppose à la phrase de forme positive. Voici des exemples de transformations. MARQUES NÉGATIVES

EXEMPLES

Ajout d’un marqueur négatif qui encadre le verbe ou l’auxiliaire : adverbe ne + adverbe : pas, plus, jamais, guère, point, aucunement, nullement…

Il travaille le samedi.  Il ne travaille pas le samedi.

Ajout de ne devant le verbe et remplacement : – d’un déterminant par un déterminant   de négation : aucun, nul, pas un… – d’un GN ou d’un pronom par   un pronom de négation : aucun, nul, personne, rien, pas un/une…

    On a fait une demande.  On n’a fait aucune demande.

Tu as eu le logiciel.  Tu n’as jamais eu le logiciel.

Elle a parlé à ces personnes.  Elle n’a parlé à personne.

• Après un adverbe négatif, le déterminant de remplace un, une, des, du, de la en tête du GN complément direct : Il utilise un ordinateur.  Il n’utilise pas d’ordinateur. • Dans une phrase négative, ne peut s’employer seul avec des verbes tels pouvoir, oser, cesser, savoir (souvent suivis d’un infinitif) : On ne peut le dire. • L’adverbe pas ne se combine pas avec un mot de négation tels jamais, aucun, etc. Ex. : On n’a fait aucun commentaire.  On n’a pas fait aucun commentaire. • L’expression ne… que exprime une restriction, et non une négation. Ex. : Nous n’avons que deux bureaux. = Nous avons seulement deux bureaux.

La conjonction ni sert à coordonner des éléments dans la phrase négative. Ex. : Il a pris le scanneur et le lecteur.  Il n’a pas pris le scanneur ni le lecteur. On emploie aussi ni… ni avec ne (sans pas) : Il a pris le scanneur et le lecteur.  Il n’a pris ni le scanneur ni le lecteur. Son cellulaire et son sac sont ici.  Ni son cellulaire ni son sac ne sont ici. On emploie ni avec ne (sans pas) devant un GV coordonné : Elle donne ou prête ses livres.  Elle ne donne ni ne prête ses livres.

Une phrase négative peut équivaloir, par le sens, à une phrase positive : ––la phrase positive a alors un antonyme qui remplace la négation ; Ex. : Il n’est pas possible de le dire. = Il est impossible de le dire. Elle ne sait pas s’ils sont partis. = Elle ignore s’ils sont partis. ––la phrase négative contient un mot de sens négatif comme sans, incertain, anormal, défait, etc. Il s’agit alors d’une double négation : le sens demeure positif. Ex. : Ce n’est pas impossible. = C’est possible. Vous n’êtes pas sans savoir cela. = Vous savez cela. (et non  vous ignorez) Quand on formule une double négation, on s’assure de choisir les bons mots pour éviter d’exprimer le contraire de ce que l’on veut dire.

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

8 • LES PHRASES TRANSFORMÉES

47


Nom :

Groupe :

1

Date :

Soulignez les marqueurs négatifs dans les phrases. a) Je ne le lui ai pas pardonné. Aucun ne l’aurait fait. b) Nul ne comprend pourquoi il a menti. Plus un seul ne le croit. c) Il n’a guère appris de son erreur. Personne ne le lui a dit. d) Je n’ai aucun commentaire à ajouter. Je n’ai que des rancunes.

2

Transformez les phrases à la forme négative. Employez chacun des marqueurs suivants avec ne : jamais, personne, rien.

a) Cette personne s’intéresse à tout. Cette personne ne s’intéresse à rien. b) Tout le monde était au rendez-vous. Personne n’était au rendez-vous. c) J’ai toujours voulu voyager. Je n’ai jamais voulu voyager.

3

Complétez les phrases négatives. Employez chacun des marqueurs suivants avec ne : aucun, pas un, plus un. Faites les accords nécessaires. a) Elle

4

n’

aucune

a trouvé

b)

Pas une

solution

c)

Plus une

seule place

n’

réponse à ce problème. a encore été envisagée.

n’

était disponible hier soir.

Transformez les phrases à la forme négative. Utilisez la conjonction ni. a) Florence et Nathan partiront en croisière. Ni Florence ni Nathan ne partiront en croisière.

b) Nous prendrons l’avion et le bateau. Nous ne prendrons ni l’avion ni le bateau./Nous ne prendrons pas l’avion ni le bateau.

c) Elle veut et peut faire ce voyage. Elle ne veut ni ne peut faire ce voyage.

5

Pour chaque phrase négative, écrivez une phrase positive qui a le même sens. a) Le climat ici n’est pas sain. Le climat ici est malsain. b) Je ne savais pas cela. J’ignorais cela. c) Il n’est pas sans le savoir. Il le sait. d) La quantité n’est pas suffisante. La quantité est insuffisante. e) Ces produits ne coûtent pas cher. Ces produits sont abordables / bon marché. f) Cette matière n’est pas ininflammable. Cette matière est inflammable.

48

LA PHRASE

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

8.6

Date :

La phrase passive

La phrase passive est une phrase transformée par un verbe passif. Celui-ci est formé de l’auxiliaire être et du participe passé du verbe de la phrase active. TRANSFORMATION   À LA FORME PASSIVE

Déplacement du complément direct et du sujet de la phrase active :   le complément devient le sujet   et le sujet devient le complément   du verbe passif ; l’auxiliaire être est conjugué au temps du verbe de la phrase active ; le participe passé s’accorde aussi avec le sujet. Ajout de la préposition par (ou de), qui introduit le complément du verbe passif.

EXEMPLES

Léa accueille ces gens  .

sujet compl. dir.

 Ces gens sont accueillis par Léa  .

sujet

compl. du V passif

Certains verbes n’ont pas de forme au passif, même s’ils ont un complément direct. Ex. : Il a un chat.  Un chat est eu par lui.

Tim a écrit les lettres .

sujet

compl. dir.

 Les lettres ont été écrites par Tim .

sujet

compl. du V passif

• Le complément du verbe passif n’est pas toujours exprimé, car il peut s’agir d’une information inconnue, cachée ou non nécessaire. Le sujet de la phrase active peut être on ou quelque chose : Une collection sera créée./On créera une collection.

1

Transformez les phrases actives en phrases passives. N’oubliez pas les accords. a) Kim donne des cours de botanique le samedi. Des cours de botanique sont donnés par Kim le samedi.

b) Le comité organisera une fête au verger de la montagne. Une fête sera organisée par le comité au verger de la montagne.

c) On a planté beaucoup de pommiers l’an dernier. Beaucoup de pommiers ont été plantés l’an dernier.

d) Un jardinier avait coupé plusieurs branches. Plusieurs branches avaient été coupées par un jardinier.

e) Deux horticultrices entretiennent ce magnifique jardin. Ce magnifique jardin est entretenu par deux horticultrices.

f) Quelque chose intrigua les visiteurs. Les visiteurs furent intrigués (par quelque chose).

2

Soulignez les verbes passifs et mettez les phrases passives à la forme active. Prêtez attention au temps et à l’accord des verbes.

a) Le jardin était apprécié de tous. Tous appréciaient le jardin. b) Ces arbres seront émondés. On émondera ces arbres. c) Le potager fut envahi par des rongeurs. Des rongeurs envahirent le potager. © 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

8 • LES PHRASES TRANSFORMÉES

49


Nom :

Groupe :

8.7

Date :

La phrase emphatique

La phrase emphatique est une phrase transformée : elle met en relief un ou des éléments de la phrase de forme neutre. Voici des exemples   de transformations. MARQUES EMPHATIQUES

Devant eux, elles ou un GN pluriel, le verbe être est souvent au pluriel. Ex. : Ce sont eux.

EXEMPLES

Déplacement dans la phrase : sujet, attribut, complément de P, complément indirect

Une exception s’ajoute à ceci.  À ceci s’ajoute une exception.

Détachement par un marqueur d’emphase : sujet, attribut, compléments c’est… qui, c’est… que, ce sont… que • détachement marqué par la virgule : – ce qui/ce que/ce dont…, c’est – reprise ou annonce par un pronom de l’élément mis en relief

Ce joueur est mon ami.  C’est ce joueur qui est mon ami. On pense à Ian.  Celui à qui on pense, c’est Ian. On dort ici.  Ici, on y dort./On y dort, ici.

• Avec les marqueurs, on emploie les pronoms moi, toi, lui, eux au lieu de je, tu, il... Ex. : Il parle.  C’est lui qui parle. Tu avais la clé.  C’était toi qui avais la clé.

1

Écrivez chaque phrase à la forme neutre. a) C’est ce midi qu’on remet l’article. On remet l’article ce midi. b) Ce dont elle a besoin, c’est d’une aide. Elle a besoin d’une aide. c) Ce sur quoi il compte, c’est sur ton appui. Il compte sur ton appui. d) Ceux à qui il parle, ce sont des journalistes. Il parle à des journalistes. e) Je n’y crois pas, à ce projet. Je ne crois pas à ce projet. f) Ainsi finit l’histoire. L’histoire finit ainsi.

2

Mettez les phrases à la forme emphatique en détachant l’élément indiqué. a) complément direct par c’est… que : Elle a rencontré un expert. C’est un expert qu’elle a rencontré.

b) sujet par c’est… qui : Tu as pris ce rendez-vous. C’est toi qui as pris ce rendez-vous.

c) complément indirect par c’est… que : Il m’a demandé des conseils. C’est à moi qu’il a demandé des conseils.

d) attribut par ce que…, c’est : Tu deviendras une grande reporter. Ce que tu deviendras, c’est une grande reporter.

e) complément direct repris par un pronom : Je lirai son article attentivement. Son article, je le lirai attentivement.

50

LA PHRASE

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

9.1

Date :

La phrase impersonnelle

La phrase impersonnelle est construite avec un verbe impersonnel et le sujet il, qui ne représente aucune réalité. L’expansion du verbe remplit la fonction de modificateur ou de complément du verbe impersonnel. VERBES IMPERSONNELS

EXPANSIONS

EXEMPLES

Verbes de météorologie + modificateur

sans expansion GAdv, GPrép

Il bruine. Il a grêlé. Il vente fort. Il pleut à peine.

Falloir + complément

GN, Pron, GVinf, Sub. complétive

Il lui faut ce sac. Il faut voir. Il faut que tu partes.

S’agir (de) + complément

GPrép

Il s’agit d’être à l’heure.

Expressions + complément il est, il fait, il se fait, il est question (de/que), il y va (de), il paraît/ il semble (que), il en va/ il en est de même (pour)

GN, GAdj, GAdv, GPrép, Pron, Sub. complétive

Il est minuit. Il se fait tard. Il est question de sa sœur. Il en est question. Il paraît qu’il est ici. Il y va de ta santé. Il en va de même pour nous.

Les verbes de météorologie peuvent être employés seuls. Les autres verbes personnels doivent avoir un complément.

• La phrase impersonnelle peut avoir une marque interrogative, exclamative, négative ou emphatique. Ex. : Faut-il un parapluie ? Il ne pleut pas. C’est de ta santé qu’il s’agit. • Le sujet il impersonnel ne peut pas être encadré par c’est… qui ni être remplacé par un autre sujet. S’il est employé avec que, on ne doit pas le remplacer par qui. Ex. : Prends ce qu’il faut. (que + il) Que faut-il prendre ?  Prends ce qui faut.  C’est lui qui faut.  C’est lui qu’il faut.

Il existe une phrase transformée impersonnelle : elle est construite avec un verbe qui a un emploi impersonnel. Voici un exemple de transformation. Déplacement du sujet de la phrase : le sujet devient le complément du verbe.

Ajout du sujet il impersonnel : le verbe est à la 3e personne du singulier.

 Il arrive des accidents parfois.

GN

Des accidents arrivent parfois.

• Beaucoup de verbes ont un emploi impersonnel. La transformation est possible : ––si le verbe n’a pas de complément direct ; ––et si son sujet est introduit par un déterminant indéfini, partitif ou numéral : un, aucun, plusieurs, des, du, deux, etc. Ex. : Beaucoup de choses se passent.  Il se passe beaucoup de choses. Aucun article n’est paru sur ce sujet.  Il n’est paru aucun article sur ce sujet. Ces chiens ont leur collier.  Il a ces chiens leur collier.

compl. dir.

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

9 • LES PHRASES À CONSTRUCTION PARTICULIÈRE

Des verbes comme falloir et s’agir sont toujours impersonnels. Quelques verbes impersonnels ont aussi un emploi personnel dans un sens figuré. Ex. : L  es nouvelles pleuvent.

51


Nom :

Groupe :

1

Date :

Dans chaque phrase, soulignez le verbe impersonnel. À droite, cochez la case appropriée. 1re colonne (I) : phrase impersonnelle 2e colonne (T I) : phrase transformée impersonnelle

I

a) Il ne s’est présenté personne ce matin.

P

b) Il court une drôle de rumeur à son sujet.

P

c) Il paraît que tu participeras à la soirée de contes.

P

d) Il neigeait quand nous sommes sortis du café.

P

e) Il se bouscule tellement d’idées dans ma tête.

P

f) Il ne faut pas oublier le moindre détail.

2

TI

P

Encadrez chaque expansion du verbe ou de l’expression impersonnelle. a) Il paraît que ce sujet l’agace. Pourtant, c’est de son avenir qu’il s’agit. b) Il pleut à verse. Comment se fait-il que tu n’aies pas de parapluie ? c) Pour apercevoir le village, il nous fallait gravir la montagne. d) Il était presque 17 heures quand nous sommes parvenus au sommet. e) Il tonne si fort et il fait sombre. Il me semble que nous devrions partir.

3

Récrivez les phrases en phrases transformées impersonnelles, si c’est possible. a) Les insectes pleuvent ici ! Il pleut des insectes ici ! b) Des solutions existent pourtant. Il existe pourtant des solutions. c) Bien des choses se disent… Il se dit bien des choses… d) Le voisin appellera l’exterminateur. (Transformation impossible)

4

Rayez l’erreur dans chaque phrase. Récrivez les phrases correctement. a)  Savais-tu qui fallait lire ce livre ?  Savais-tu qu’il fallait lire ce livre ? b)  Je pense qui va pleuvoir.  Je pense qu’il va pleuvoir. c)  Tu ne sais pas de quoi qui s’agit.  Tu ne sais pas de quoi il s’agit.

5

Dans chaque cas, ajoutez un modificateur ou un complément qui convient. Exemples de réponses

de ta réussite/de ta réputation

a) Réfléchis bien avant d’agir, il y va b) Quand on rencontre des obstacles, il s’agit c) Il n’est pas question

52

LA PHRASE

de les surmonter/de les franchir

d’abandonner la partie/de reculer/que tu abandonnes

. . .

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

9.2

Date :

La phrase à présentatif

La phrase à présentatif est construite avec c’est, il y a, voici ou voilà : ce sont des présentatifs et leur expansion a la fonction de complément du présentatif. PRÉSENTATIFS

EXPANSIONS

EXEMPLES

C’est ce sont, c’était, ce sera, ce fut, que ce soit, ce doit être, ce peut être…

GN Pron GPrép GAdv Sub. complétive

C’est Christophe. Ce doit être un ami. Ce sont elles. Ce furent ceux-là. Ce serait à toi de jouer. C’était à Paris. Il semble que ce soit là. C’est trop tard. C’est que je ne peux pas lui répondre.

Il y a il y avait, il y a eu, il y aura, qu’il y ait, il peut y avoir…

GN Pron Sub. complétive

Il y a du verglas. Il y a eu une tempête. Il y eut celle-là. Il y en aurait d’autres. Il y a que nous sommes en retard.

Voici Voilà

sans expansion GN, Pron Pron + GPrép Pron + GAdj Sub. complétive Sub. relative GVinf

Veux-tu l’horaire ? Voici. Voici l’horaire. Le voici. Me voilà dans de beaux draps ! Me voici rassuré. Voilà qu’il grêle. Voici comment… Voilà qui est intéressant. Voici venir la troupe. (La voici venir. La voici qui vient.)

Les présentatifs voici et voilà sont issus du verbe voir : vois ici, vois là.

• Le mot ce (c’) du présentatif c’est n’est pas un pronom de reprise. Avec le verbe être, il sert à présenter une information. Ex. : Les coyotes rôdaient. C’était un soir de pleine lune. Comparé à : Les coyotes rôdaient. C’était inquiétant.  Cela était inquiétant. Le pronom de reprise C’ reprend la phrase précédente. • Dans les présentatifs, les verbes avoir et être peuvent varier en temps et en mode, et comporter un auxiliaire : ––Avoir : il y a eu, qu’il y ait, il doit y avoir... ; ––Être : c’était, ce peut être, c’allait être difficile… ; mais non :  ça va t’être dur, plutôt :  ce sera dur ; pluriel devant eux, elles ou un GN pluriel : ce sont eux, c’étaient elles • Selon le présentatif, la phrase peut avoir une marque : ––interrogative : Y a-t-il une solution ? ––exclamative : Que vous voilà content maintenant ! ––négative : Ce n’était pas lui. ––emphatique : C’est un beau chat que voici.

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Le verbe ne varie pas dans des expressions formées avec ce. Ex. : si ce n’est, est-ce que, qu’est-ce que, ce faisant, pour ce faire

9 • LES PHRASES À CONSTRUCTION PARTICULIÈRE

53


Nom :

Groupe :

1

Date :

Soulignez les présentatifs dans les phrases suivantes. a) Voici le comédien à qui on a rendu hommage. b) Il y a eu une longue ovation lorsqu’il a reçu son prix. c) Voilà que l’émotion le fait maintenant pleurer. d) Il y en a d’autres qui viendront le féliciter. Ce n’est pas fini ! e) Ce sont tous des admirateurs ! Les voici qui arrivent. f) Comme le temps a passé vite ! C’est déjà la fin de la soirée.

2

Encadrez chaque complément du présentatif. a) Il y aura une tempête ce soir. Voilà le vent qui commence à siffler. b) On m’a même dit qu’il y aurait une tornade. c) Peut-il y avoir du danger ? C’est à vous de me le dire. d) Me voici étonné… Ce devait être une journée ensoleillée ! e) Voilà l’éminent spécialiste. Ce météorologue vous renseignera. f) Est-ce de la pluie ? C’est que je n’ai pas fermé les fenêtres avant de partir. g) Il semble que ce soit un oubli.

3

Complétez les phrases à présentatif. Exemples de réponses

Roxanne qui l’a pris

a) Il cherche son portable. Ce doit être b) On l’attend depuis une heure.

Le

un accident sur le pont

c) Excusez mon retard : il y a eu

. .

d) Nathan est malade. Il semble que ce soit

un gros rhume

.

e) L’appareil n’est pas branché. Voilà pourquoi

il ne fonctionne pas

!

f) Si je te le dis, c’est que je

4

qui arrive enfin

voilà

.

le sais/le pense

.

Dans chaque cas, composez une phrase à présentatif qui répond à la question. Employez une fois il y a que, c’est que, voici et voilà. Exemples de réponses a) Qu’y a-t-il ? Il y a que je ne peux pas entrer dans la salle.

b) Pourquoi n’a-t-il pas appelé ? C’est qu’il a eu un empêchement. c) Je cherche des cartes. En vois-tu ? En voilà quelques-unes. d) Savez-vous comment les utiliser ? Voici comment les utiliser/il faut faire.

54

LA PHRASE

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

9.3

Date :

La phrase non verbale

La phrase non verbale est formée d’un ou de plusieurs groupes dont le noyau n’est pas un verbe : GN, GPrép, GAdj ou GAdv.

GN

GPrép

GAdj

GAdv coord.

GAdj

+

GN

Ex. : Entrée gratuite . Au feu ! Parfait ! Oui et non … Incroyable , cette crise ! Exemples de phrases verbales : L’entrée est gratuite. Cette crise est incroyable. • Dans le groupe formant la phrase, l’expansion du noyau peut contenir un verbe. Ex. : Fou à lier ! Peut-être qu’on vous préviendra. • La phrase non verbale peut avoir une marque négative, interrogative ou exclamative. Ex. : Pas si vite. À qui, ce livre ? Quelle idée !

La phrase non verbale peut aussi être : ––une apostrophe, qui désigne à qui on parle : Mika, prends ce sac. ––une interjection, qui traduit une réaction expressive : Ah ! Et hop ! vas-y. ––une onomatopée, qui imite un son (cri, bruit) : Coucou ! Miaou. Paf !

1

La phrase non verbale n’a pas de point (.) quand elle est un titre.

Parmi les phrases, soulignez celles qui sont des phrases non verbales. a) Avez-vous pensé au décor ? Oui, bien sûr. b) Ouf ! Comment allons-nous faire pour nous en sortir ? c) Tout s’est bien passé. Finalement ! Formidable, cette troupe ! d) Heureusement qu’il avait préparé un plan. C’est réussi ! e) Quelle belle surprise ! Je ne savais pas si tu viendrais. f) Pour qui, toutes ces pâtisseries ? Pour tout le monde ! g) — Coucou, me voilà ! Eh bien ! ne vous précipitez pas… — Caroline, où étais-tu ? Nous avons cru que tu nous avais oubliés !

2

Indiquez le groupe formant la phrase non verbale et soulignez son noyau. a) La suite demain... b) Plus vite ! c) Quelle idée brillante !

3

GN

d) Très étrange…

GAdj

GAdv

e) Sans blague ?

GPrép

GN

f) Évacuation immédiate !

GN

Composez un dialogue de trois répliques en y incluant des phrases non verbales. — Réponse variable — —

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

9 • LES PHRASES À CONSTRUCTION PARTICULIÈRE

55


Nom :

Groupe :

9.4

Date :

La phrase infinitive

La phrase infinitive est construite avec un verbe à l’infinitif, noyau du GVinf.

GVinf

Ex. : Regarder attentivement les pièces. • La phrase infinitive peut avoir un ou plusieurs compléments de phrase. Ex. : Verrouiller les portes chaque soir, à 20 heures. • En général, le sujet de la phrase infinitive n’est pas exprimé : il est sous-entendu. Ex. : Préchauffer le four à 180 °C. (= Vous préchauffez le four…) • La phrase infinitive peut avoir une marque négative, emphatique ou interrogative. Ex. : Ne pas le dire, ce nom. Pourquoi le dire ?

La phrase infinitive peut aussi être une subordonnée infinitive. Ex. : Nous avons entendu parler de toi. (sans sujet, sans subordonnant) J’ai entendu des gens parler de toi. (avec sujet, sans subordonnant) Ces gens savent comment procéder. (sans sujet, avec subordonnant)

1

Soulignez le verbe à l’infinitif dans chaque phrase. Cochez la case appropriée. 1re colonne (P) : phrase infinitive 2e colonne (Sub.) : subordonnée infinitive

2

P

a) Prendre une grande respiration.

P

b) Pourquoi courir un tel risque ?

P

Sub.

c) J’ai vu Antoine faire du trapèze.

P

d) Il sait comment garder l’équilibre.

P

e) Ne pas s’énerver surtout.

P

f) Faire preuve de prudence.

P

g) On ne sait plus où regarder.

P

h) Elle a entendu dire qu’il était doué.

P

Écrivez un court texte composé de phrases infinitives. Ce peut être un mode d’emploi, des consignes de sécurité, les règles d’un jeu, etc. Réponse variable

56

LA PHRASE

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

Groupe :

Date :

1

RÉVISION

La phrase Lisez le texte suivant, puis remplissez le tableau ci-après. La prison d’Alcatraz

1  

Si un jour vous passez par la ville de San Francisco, en Californie, allez visiter

2

l’île d’Alcatraz et son pénitencier. 3Voilà un endroit qui vaut le détour ! Savez-vous d’où provient le nom Alcatraz ? 5C’est le navigateur Juan Manuel

4

de Ayala qui, lors de la découverte de l’île en 1775, la surnomma « la isla de los Alcatraces », ce qui signifie « l’île aux pélicans ». 6Encore aujourd’hui, il s’agit d’un lieu apprécié par plusieurs espèces d’oiseaux marins. C’est toutefois l’histoire de l’établissement qui retient l’attention

7

de la plupart des visiteurs. 8D’abord prison militaire, Alcatraz devint ensuite un pénitencier fédéral. 9Il faut dire que l’île baigne dans les eaux froides de la baie de San Francisco. 10Quel emplacement idéal pour une prison ! 11Malgré cela, plusieurs tentatives d’évasion y survinrent, mais aucun prisonnier n’aurait réussi à s’évader de cette prison isolée.

12

Des criminels notoires y séjournèrent, dont Al Capone. 14Plusieurs artisans

13

du cinéma furent inspirés par ce lieu légendaire. 15Le prisonnier d’Alcatraz est l’un des quelques films mettant en vedette le pénitencier. 16Celui-ci, d’ailleurs, n’est plus en activité depuis 1963, 17mais le phare de l’île l’est encore. Saviez-vous qu’il fut le premier phare de toute la côte Ouest américaine ?

18

Descriptions

Nos de P

a) P de type interrogatif

4, 18

b) P de type exclamatif

10

c) P de type impératif

2

d) P de forme emphatique avec marqueur

5, 7

e) P de forme passive

14

f) P de forme négative

12, 16

g) P impersonnelle

6, 9

h) P à présentatif

3

i) P non verbale sans point

1 (titre)

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

RÉVISION

57


Nom :

Groupe :

2

Date :

Classez les phrases selon leur type ou leur construction particulière dans

les tableaux ci-dessous. Cochez la ou les cases appropriées pour chacune. a) Nombreux sont les visiteurs ici. e) Que de lieux ne sont pas encore explorés ! b) N’y va pas, à cet endroit. f) N’a-t-elle pas été inspirée par ce site ? c) C’est une petite île que voici. g) Ne faudrait-il pas partir plus tôt ? d) Pourquoi ne pas s’y rendre ? h) Quelle vue sur la baie ! Types de P

Vous pouvez voir la phrase de base et des exemples de transformations dans la Boîte à outils, p. 193.

Nos de P

passive

Déclaratif

a

Interrogatif

f

P

P

Exclamatif

e

P

P

Impératif

b

P

Constructions Nos de P particulières

3

Formes de P transformées négative

Impersonnelle

g

À présentatif

c

Non verbale

h

Infinitive

d

emphatique P

P

Marques interrogative

exclamative négative

P

emphatique

P P P

P

P

Indiquez les formes de la phrase déclarative suivante, puis écrivez la phrase de base qui y correspond. N’oubliez pas les accords ! Ce n’est pas cette espèce d’oiseaux qui a été étudiée par les chercheurs. Formes de la phrase : négative, passive, emphatique P de base : Les chercheurs ont étudié cette espèce d’oiseaux.

4

Corrigez chaque phrase : rayez l’erreur et récrivez la phrase correctement. a)  Prête-moi-z’en    Prête-m’en.

 Lance-moi-le.    Lance-le-moi.

b)  Pas personne n’est arrivé.    Personne n’est arrivé. c)  Voici ce qui faut faire.   Voici ce qu’il faut faire.

5

Écrivez deux phrases de base, puis transformez-les (types et formes au choix). a) Réponses variables b)

58

LA PHRASE

© 2011, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Boîte à outils

1 LA PHRASE DE BASE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192 2 LES GROUPES DE LA PHRASE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194 3 LES SUBORDONNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 4 LES CLASSES DE MOTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 5 LES MANIPULATIONS SYNTAXIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198 6 LES FONCTIONS SYNTAXIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202 7 LE FÉMININ ET LE PLURIEL DES NOMS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203 8 LE FÉMININ ET LE PLURIEL DES ADJECTIFS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206 9 LES PRÉFIXES ET LES SUFFIXES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210 10 LES HOMOPHONES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214 11 LA PONCTUATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218 12 LES MARQUEURS DE RELATION ET LES ORGANISATEURS TEXTUELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220 13 LES TEMPS DANS LA PHRASE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221 Liste des symboles, abréviations et pictogrammes . . . . . . . . . . . . . . . . 223


1

La phrase de base

A

La phrase de base est un modèle qui définit la phrase en tant que construction syntaxique. Voici comment elle est construite. La phrase de base (P) est construite avec deux constituants obligatoires et un constituant facultatif. CONSTITUANTS OBLIGATOIRES

1. Le sujet : c’est une fonction remplie le plus souvent par un groupe du nom (GN). 2. Le prédicat : c’est une fonction toujours remplie par un groupe du verbe (GV). P GN

GV

Ex. : Mes camarades écrivent des courriels . sujet

Les manipulations syntaxiques sont présentées au no 5, p. 198 à 201.

prédicat

CONSTITUANT FACULTATIF

3. Le complément de phrase : il est facultatif et aussi mobile ; il peut donc être effacé ou déplacé dans la phrase. Plusieurs structures peuvent remplir la fonction de complément de phrase : un GPrép, un GN, un GAdv, une subordonnée. P GN

GV

GPrép

Ex. : Mes camarades écrivent des courriels après l’école . sujet

prédicat

complément de P

Une phrase peut avoir plusieurs compléments de phrase. P GN

GV

GN

GPrép

Ex. : Mes camarades écrivent des courriels chaque jour , après l’école . sujet

prédicat

complément de P complément de P

Les fonctions indiquent les relations entre les mots qui forment des groupes et des phrases. Par exemple, le GN qui remplit la fonction de sujet est en relation avec le GV qui a la fonction de prédicat : ils forment ensemble une phrase.

La syntaxe désigne tout ce qui concerne la construction de la phrase : la place des mots, les relations entre les mots et les fonctions dans la phrase.

192

BOÎTE À OUTILS • La phrase de base


B

La phrase de base est une P déclarative, positive, active et neutre. Ses constituants sont placés dans l’ordre suivant : P

Sujet + Prédicat + Complément de P 1re place

2e place

3e place

C’est un modèle auquel on se réfère pour analyser les phrases : on compare les phrases réelles à ce modèle, qui est un point de repère. Voici des phrases transformées comparées à une phrase de base. PHRASE DE BASE

PHRASES TRANSFORMÉES

Joël a posté les cartes. Déclarative

Interrogative : Joël a-t-il posté les cartes ?

Positive

Négative : Joël n’a pas posté les cartes.

Active

Passive : Les cartes ont été postées par Joël.

Neutre

Emphatique : C’est Joël qui a posté les cartes.

• Il y a quatre types de phrases : – déclaratif – interrogatif – exclamatif – impératif • Il y a aussi les formes de phrases : – positive ou négative – active ou passive – neutre ou emphatique Une phrase est toujours d’un type, mais elle a trois formes. En voici des exemples. PHRASES

TYPE ET FORMES

Joël n’a-t-il pas posté les cartes ?

P interrogative, négative, active et neutre

Les cartes n’ont pas été postées par Joël.

P déclarative, négative, passive et neutre

Ces cartes, ne les postez pas demain.

P impérative, négative, active et emphatique

C’est une lettre qui a été postée par Joël.

P déclarative, positive, passive et emphatique

BOÎTE À OUTILS • La phrase de base

193


3

Les subordonnées

Une subordonnée est une phrase enchâssée dans un groupe ou dans une phrase avec, généralement, un subordonnant (qui, que, quand, etc.). Sub. compl. de P

Ex. : Elle ira au centre sportif quand le cours sera fini . Ici, la subordonnée est enchâssée dans la phrase avec le subordonnant quand.

Il y a trois grandes catégories de subordonnées :

La subordonnée relative est enchâssée dans un GN. Elle a la fonction de complément du nom. GN N

Sub. relative

Ex. : Les gens qui font du sport sont généralement en bonne santé. compl. du N

La subordonnée complétive est souvent enchâssée dans un GV. En ce cas, elle a la fonction de complément du verbe (direct ou indirect). GV V

Sub. complétive

Ex. : Je pense que cet ordinateur coûte trop cher . compl. dir. du V

La subordonnée complément de phrase est enchâssée dans la phrase. Elle a la fonction du constituant, c’est-à-dire complément de P. P Sub. compl. de P

Ex. : Elle ira au centre sportif quand le cours sera fini . compl. de P

Comme un groupe, la subordonnée remplit une fonction (ex. : complément). De plus, puisqu’elle est une phrase, la subordonnée a des constituants. Sub. compl. de P

Ex. : Elle ira au centre sportif quand le cours sera fini . sujet

prédicat

Cependant, la subordonnée n’est pas une phrase autonome : c’est une phrase enchâssée. Ex. : Â Quand le cours sera fini.

Ainsi, les mots constituent des groupes. À leur tour, ces groupes constituent des phrases, dans lesquelles chacun remplit une fonction.

196

BOÎTE À OUTILS • Les subordonnées


5

Les manipulations syntaxiques

Les manipulations syntaxiques sont des tests qui permettent notamment : • de repérer les mots, les groupes et leurs fonctions ; • de réviser les phrases et de vérifier les accords. Quand une manipulation est possible Â, la phrase obtenue est correcte sur le plan syntaxique, que son sens soit modifié ou non. Quand une manipulation est impossible Â, la phrase obtenue est mal construite sur le plan syntaxique. Il peut aussi être difficile de comprendre son sens. Voici les manipulations et leurs principales utilités.

A

L’ajout (ou addition) L’ajout consiste à ajouter un ou des mots dans la phrase. UTILITÉS

Distinguer un adjectif classifiant d’un adjectif qualifiant

Distinguer un complément du nom détaché d’un complément de P

198

ÉLÉMENTS À AJOUTER

EXEMPLES

Un adverbe d’intensité comme très ou peu – ajout possible : adjectif qualifiant

 Rhéa longe le canal très étroit.

– ajout impossible : adjectif classifiant

 Rhéa longe le canal peu maritime.

Le pronom relatif qui + verbe être ou avoir pour former une subordonnée relative

Rhéa longe le canal étroit. Rhéa longe le canal maritime.

– ajout possible : complément du nom

Alice, le regard furieux, sortit de la salle. Â Alice, qui avait le regard furieux, sortit de la salle.

– ajout impossible : complément de P

 Émile fera du ski qui aura à Noël.

BOÎTE À OUTILS • Les manipulations syntaxiques

Émile fera du ski à Noël.


B

Le déplacement Le déplacement consiste à déplacer des groupes dans la phrase. UTILITÉS

C

ÉLÉMENTS À DÉPLACER

Repérer le complément de P, qui est mobile

Le complément de P

Repérer le complément du nom détaché, qui est mobile

Le complément du nom détaché

EXEMPLES

Judith fera du sport après le cours.

 Après le cours, Judith fera du sport. Nathan, fatigué de marcher, décide de prendre l’autobus.  Fatigué de marcher, Nathan décide de prendre l’autobus.

L’effacement L’effacement consiste à enlever des mots ou des groupes de la phrase. Il est particulièrement utile pour repérer les compléments facultatifs. Le sens de la phrase est alors modifié. UTILITÉS

ÉLÉMENTS À EFFACER

EXEMPLES

Repérer le complément de P

Le complément de P

Repérer les compléments du nom

Les compléments du nom

Repérer le nom noyau du GN sujet pour vérifier l’accord du verbe

Le ou les compléments du nom

Repérer le complément de l’adjectif

Le complément de l’adjectif

 Ils sont furieux

Repérer le modificateur du verbe, de l’adjectif ou de l’adverbe

Le GAdv ou le GPrép modificateur

 Julie semble

Nous serons à la maison ce soir. .

 Nous serons à la maison

Ces grands ours qui vivent dans les Rocheuses sont des grizzlys. ours sont des grizzlys. Â Ces Les gens de la région aiment les fêtes. aiment les fêtes.

 Les gens

Ils sont furieux contre toi. . Julie semble vraiment forte. forte. Félix a réussi avec brio. .

 Félix a réussi

BOÎTE À OUTILS • Les manipulations syntaxiques

199


6

Les fonctions syntaxiques

Voici les principales fonctions et des manipulations utiles pour les repérer. FONCTIONS

Sujet

MANIPULATIONS

Remplacement par pronom : il, elle, ils, elles, cela, ce

 Cela/C’est difficile.

Encadrement par c’est… qui

 C’est toi qui lui remets ce sac.

Non-effacement Non-déplacement

ce soir.  Andréa  Est allée au centre Andréa ce soir.

Effacement Déplacement Dédoublement (et ce, et cela)

. Â Il va au café Â Après le cours, il va au café. Â Il va au café, et ce, après le cours.

Prédicat

Complément de P

Compléments du verbe : – complément direct – complément indirect

Attribut du sujet

Complément du nom

Complément du pronom

Modificateur  du verbe, de l’adjectif ou de l’adverbe

202

Faire des caricatures est difficile. Tu lui remets ce sac.

Andréa est allée au centre ce soir.

Il va au café après le cours.

Remplacement par pronom : – le, la, les, en ; cela, ça après le verbe – lui, leur, en, y ; Prép + lui, elle, eux, elles, cela, ça après le verbe

Ian donne des billets.

 Ian en donne.

Andréa pense à son frère.

 Andréa pense à lui.

Ian donne un billet à Cloé.

Non-déplacement hors du GV Non-dédoublement

 Ian un billet à Cloé donne.  Ian donne, et ce, un billet à Cloé.

Remplacement du verbe attributif par être et de l’attribut par un pronom : le, en, en… un/une (souvent possible)

 Dominique est en forme.  Dominique l’est.

Dominique a l’air en forme.

Renata est une agente de bord.

 Renata en est une.

Effacement souvent possible

Il franchit le vieux tunnel du col. Il tunnel . Â franchit le

Déplacement possible pour le groupe détaché

Katia, le bras levé, hèle un taxi. Â Le bras levé, Katia hèle un taxi.

Effacement souvent possible Déplacement possible selon le pronom

Complément de l’adjectif

EXEMPLES

Lequel de ces DVD veux-tu ? veux-tu ?  Lequel  De ces DVD, lequel veux-tu ? Il est heureux de vous revoir.

Non-déplacement Effacement

 Il est de vous revoir heureux. .  Il est heureux

Effacement Non-déplacement hors du groupe (GV, GAdj ou GAdv)

Julie mange avec modération. Julie mange . Â Â Avec modération Julie mange.

Place : après le verbe ; souvent avant l’adjectif ; toujours avant l’adverbe

BOÎTE À OUTILS • Les fonctions syntaxiques

Il sait cela parfaitement. (GV) Elle est très sociable. (GAdj) Ils le savent fort bien. (GAdv)


La collection NOUVELLE GRAMMAIRE PRATIQUE, Notions et exercices a été conçue pour le deuxième cycle du secondaire. Les cahiers présentent les principales notions portant sur la phrase, le lexique et la grammaire du texte, le tout accompagné d’exercices variés. Afin de favoriser l’autonomie des élèves, les notions sont résumées dans des encadrés théoriques avant chaque série d’exercices. Une Boîte à outils, présentée en tableaux, complète les résumés théoriques. Elle facilite la consultation et sera utile tout au long de la réalisation des exercices. Les notions et exercices des cahiers NOUVELLE GRAMMAIRE PRATIQUE sont regroupés en huit parties :

1

Les classes de mots et les groupes 2 La phrase 3 La subordination 4 La ponctuation et la coordination

5

Le lexique 6 L’orthographe d’accord 7 La conjugaison 8 La grammaire du texte

La Boîte à outils complète les cahiers.

Les cahiers NOUVELLE GRAMMAIRE PRATIQUE, Notions et exercices constituent une solution simple et efficace à l’apprentissage et à la consolidation des connaissances grammaticales. Ils peuvent être utilisés seuls ou avec toute grammaire. Cette collection comprend, pour chaque année du cycle, un cahier de notions et d’exercices et un guide-corrigé. De plus, pour l’animation en classe et la correction collective, une version numérique vidéoprojetable du cahier et de son corrigé (incluant les documents reproductibles et leur corrigé) est offerte sur clé USB. COMPOSANTES DE LA COLLECTION 2e cycle du secondaire Cahier de notions et d’exercices, 1re année

Cahier de notions et d’exercices, 2e année

Guide-corrigé, 1re année

Guide-corrigé, 2e année

Clé USB, 1re année

Clé USB, 2e année

CODE DE PRODUIT : 250874 ISBN 978-2-7617-3019-8 ISBN 978-2-7617-3390-8


Nouvelle grammaire pratique _Cahier Sec. 4