Page 1

2e année du 1er cycle du secondaire

Français

Matière

• Patrice Gagnon • Maxime Lachance • Guy Lessard • Hélène Lévesque • Marie-Josée Lévesque • Serge Lirette

première

Cahier d’apprentissage • Textes et activités • Grammaire et exercices • Référentiel

Améliorer ses performances à un jeu vid

Lire da ns

l’ a u t ob

C

om m

éo

Prép

us ,l e

un iq ue r

mé t

ro ,l a

le

er nt se

r Pré ule rm Fo

av ec

de se

cl

ai

re

m

en

t

un

R

ais onn er

e

son

xc

id

us es à

ée

pet it f

are r vo itu re ,

re

sp

un e

Pa r

r èr eq

on

le

en tr ée

tr ain •

sa

en

ma

t iè

re

•C

Vi vr e un

ble

las s

e re

ncon

er sa co

y llection de cartes de hocke

tre in oubliable avec son artiste préféré

du c omit é ét udian t

am ie

ta g

ui a

so n

•D

er

ire

às es

ami s

qu’o n pe nse souv ent à eu x

sa pre miè dé c re hiré imp sa b res ande sion dess inée préfé r ée

Conforme à la progression des apprentissages


Table des matières

Présentation du cahier..........................................IV

Les modes de discours. .............................................1 La description..............................................................................2 Entrée en matière .....................................................................................2

1 Lire le compte rendu d’un évènement sportif..................................6 2 Lire un article de dictionnaire........................................................ 10 3 Lire la critique d’une œuvre littéraire............................................ 12 4 Lire une biographie......................................................................... 15

La justification......................................................................... 20 Entrée en matière.................................................................................... 20

1 Lire l’appréciation critique d’un roman.......................................... 24 2 Lire une entrevue contenant des justifications.............................. 27

La narration................................................................................. 32 Entrée en matière.................................................................................... 32

1 Lire un extrait de roman policier.................................................... 36 2 Lire des extraits de courts récits................................................... 43 3 Lire un extrait de roman psychologique......................................... 57 4 Lire une fable.................................................................................. 64

La poésie. ....................................................................................... 68

Entrée en matière.................................................................................... 68

1 Lire un poème à trame descriptive................................................ 71 2 Lire un poème à trame narrative................................................... 73

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Table des matières

I


Les ressources de la langue......................... 77 Les classes de mots.............................................................. 78

1 Le nom............................................................................................ 78 2 Le déterminant............................................................................... 81 3 L’adjectif.......................................................................................... 84 4 Le pronom....................................................................................... 86 5 Le verbe.......................................................................................... 89 6 Les classes de mots invariables.................................................... 91 Synthèse. ................................................................................................ 98 Pratico-pratique...................................................................................... 99

Les groupes de mots........................................................... 100

1 Le groupe du nom (GN)................................................................ 100 2 Le groupe de l’adjectif (GAdj)....................................................... 105 3 Le groupe du verbe (GV)............................................................... 107 4 Le groupe de l’adverbe (GAdv)...................................................... 109 5 Le groupe de la préposition (GPrép)............................................ 111 Synthèse. .............................................................................................. 113 Pratico-pratique.................................................................................... 115

La phrase...................................................................................... 116

1 La phrase et ses constituants...................................................... 116 2 Les types et les formes de phrases............................................. 117

3 Les phrases subordonnées.......................................................... 126 4 Des phrases à construction particulière...................................... 131 5 La coordination et la juxtaposition............................................... 132 Synthèse. .............................................................................................. 134 Pratico-pratique.................................................................................... 136

Les fonctions syntaxiques........................................... 138

1 Les fonctions dans les groupes de mots...................................... 138

2 Les fonctions dans la phrase....................................................... 148 Synthèse. .............................................................................................. 153 Pratico-pratique.................................................................................... 154

La conjugaison et la valeur des temps verbaux. ............................................................ 156

1 Les modes et les temps des verbes............................................. 156 Synthèse. .............................................................................................. 172 Pratico-pratique.................................................................................... 173

Les accords................................................................................ 174 1 Les donneurs et les receveurs d’accord...................................... 174

2 Les accords dans la phrase.......................................................... 175 3 Les accords dans le groupe du nom............................................ 180 II

Table des matières

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Synthèse. .............................................................................................. 186 Pratico-pratique.................................................................................... 188

Le lexique. ................................................................................... 190

1 La formation des mots................................................................. 190 2 Le sens des mots.......................................................................... 195 Synthèse. .............................................................................................. 202 Pratico-pratique.................................................................................... 203

La grammaire du texte. ................................................... 204

1 Le discours rapporté.................................................................... 204 2 La reprise de l’information........................................................... 207 3 L’harmonisation des temps verbaux............................................ 212

4 Les marqueurs d’organisation du texte....................................... 214 Synthèse. .............................................................................................. 217 Pratico-pratique.................................................................................... 218

La ponctuation........................................................................ 220

1 Les points..................................................................................... 220

2 La virgule...................................................................................... 222 3 Le deux-points, les guillemets et le tiret..................................... 225 Synthèse. .............................................................................................. 226 Pratico-pratique.................................................................................... 227

Le référentiel................................................................. 229 Les stratégies de lecture ............................................ 230 Les manipulations syntaxiques................................. 250

1 L’effacement................................................................................. 250 2 Le déplacement............................................................................ 250 3 L’ajout (ou addition)...................................................................... 251 4 L’encadrement.............................................................................. 251 5 Le dédoublement.......................................................................... 252 6 Le remplacement......................................................................... 252

L’orthographe grammaticale....................................... 253

1 La formation du pluriel des noms et des adjectifs...................... 253 2 La formation du féminin des noms et des adjectifs..................... 255 3 Les préfixes et les suffixes........................................................... 257 4 Les homophones.......................................................................... 259 5 La majuscule................................................................................ 260 6 L’apostrophe................................................................................. 261 7 Le trait d’union............................................................................. 261

Glossaire des modes de discours............................ 262

Index...................................................................................................... 265 Sources iconographiques..................................................................... 269 Liste des abréviations, symboles et pictogrammes............................. 270 © 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Table des matières

III


Présentation du cahier Le cahier de savoirs et d’apprentissage Matière première constitue une . ressource complémentaire de tout matériel de base. Ses entrées notionnelles en font un outil simple et efficace pour mettre en pratique la progression des apprentissages en français. Le cahier de savoirs et d’apprentissage Matière première comporte . deux volets : Les modes de discours et Les ressources de la langue.

Les modes de discours 1. La description 2. La justification 3. La narration 4. La poésie

Les ressources de la langue 1. Les classes de mots 2. Les groupes de mots 3. La phrase 4. Les fonctions syntaxiques 5. La conjugaison et les valeurs des temps verbaux 6. Les accords 7. Le lexique 8. La grammaire du texte 9. La ponctuation Un référentiel placé à la fin du cahier complète ces deux volets. On y . trouve une section sur les stratégies de lecture, des tableaux sur les . manipulations syntaxiques et l’orthographe grammaticale, ainsi . qu’un glossaire des modes de discours. Chacun des volets de Matière première . est divisé en sections, elles-mêmes . subdivisées en plusieurs séquences. • La table des matières détaillée . reprend la couleur de chaque . volet pour un repérage visuel . immédiat des notions et . exercices dans le cahier. • À l’endos de la couverture figure . la liste des abréviations, des . symboles et des pictogrammes . employés dans le cahier. IV

Présentation du cahier

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Les modes de discours La PDA (Progression des apprentissages) accorde une importance déterminante aux modes de discours. De fait, ces derniers constituent l’ancrage sur lequel s’arriment les compétences et les connaissances. Chaque section correspondant à un des modes étudiés (description, justification, narration, poésie) est structurée selon le modèle ci-dessous.

Au début de chaque section, un exposé théorique . décrit le mode de discours à l’étude. Cet exposé théorique est suivi d’un texte annoté . illustrant les caractéristiques du mode de . discours à l’étude. Ce texte peut servir à . des fins de modélisation pour l’élève. Pour chacun des quatre modes de discours, Matière première présente . plusieurs exemples de textes, accompagnés chacun d’exercices . permettant l’exploitation et la modélisation de divers genres de . textes au regard du mode de discours concerné.

Des questions de compréhension et d’interprétation du texte ainsi que des questions en vue de susciter et de développer une réaction au texte viennent clore chaque séquence. La flèche bleue indique un . renvoi qui permet de consulter rapidement une notion . grammaticale liée à la . matière présentée.

Tout au long du volet Les modes de discours, des mots . liés aux notions et concepts à enseigner renvoient au . glossaire des modes de discours, à la fin du référentiel.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Présentation du cahier

V


Les ressources de la langue La PDA insiste sur le lien entre les modes de discours et les ressources de la langue. Ce volet fait donc une large place aux notions grammaticales. Pour chaque section, notions et exercices alternent, les exercices visant en chaque cas à favoriser chez les élèves l’acquisition de connaissances et un maximum d’autonomie. La rubrique indique l’utilité de la notion abordée. Les notes sur fond jaune proposent des astuces ou des informations pratiques en lien avec les exposés théoriques présentés. Elles . rappellent en quelques mots une notion déjà présentée, mais la . plupart du temps génératrice d’erreurs fréquentes pour les élèves. La rubrique permet à l’élève de faire son exercice avec autonomie en lui donnant un indice ou en . lui suggérant le recours à un outil. La rubrique traite les manipulations syntaxiques en lien avec les notions abordées. Dans certains cas, on trouve en marge un renvoi au référentiel..

L’exercice proposé sous cette rubrique est l’occasion pour l’élève . de mettre en application l’une ou l’autre des notions grammaticales précédemment abordées et de vérifier qu’il ou elle les connaît et . les maîtrise.

Un résumé de toutes les notions vues dans la section permet . aux élèves d’en retenir les faits saillants.

À la fin de chaque section, les élèves sont invités à réviser . les connaissances acquises à partir d’un texte continu.

VI

Présentation du cahier

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Les modes de discours La description. ...................................................................................

2

La justification.....................................................................................

20

La narration.........................................................................................

32

La poésie...............................................................................................

68

Améliorer ses performances à un jeu vid

Lire dans l

éo

’ a ut

Prép

obu s, le

are r

so n

vo it ur

se cu ex es

rd te en

er

e,

en tr ée

le

tr ain

en

u

s Pré

iq un mm Co

mé tr o, la

un e

le

t iè

re

am

ie

•C

Vi vr

las s

e un

er

re

sp

on

sa

s

à

av ec

ma

Dir eà

ses

am

ble

du

er sa co

enc ontr e

com

is q u’on pen se

ité

llection de cartes de hocke

inoub

étu

souv e nt à eux

y•

é• liable ave c son artiste préfér

dian

t•


Nom :

  Groupe :

  Date :

La description

En

trée en ma t i

ère

La description est un texte, ou une séquence d’un texte, qui présente les caractéristiques d’une personne, d’un événement, d’un lieu, d’un objet, etc. La description peut refléter la réalité (par exemple, une biographie) ou être le résultat de l’imagination (par exemple, le portrait d’un personnage dans un roman).

L’utilité de la description Les textes descriptifs (ou les séquences descriptives) sont généralement utilisés pour fournir des informations, mais ils peuvent aussi servir à inciter à agir ou à réagir, ou à créer un univers ou une ambiance. Certains genres de textes, tels l’article encyclopédique et le portrait, sont principalement de type descriptif. On peut cependant trouver des séquences descriptives dans d’autres genres de textes. C’est notamment le cas dans les textes narratifs, comme le roman ou le conte, dont la séquence narrative dominante peut contenir plusieurs séquences descriptives. Dans une séquence descriptive, selon l’intention et le point de vue . de l’énonciateur, le vocabulaire employé sera connoté ou dénoté. Le tableau suivant présente quelques genres de textes descriptifs en relation avec l’intention et le point de vue de l’énonciateur et le vocabulaire employé. Intention de l’énonciateur Inciter à agir ou à réagir

Point de vue subjectif

Vocabulaire connoté

Genres de textes critique d’œuvres artistiques quatrième de couverture compte rendu

Faire connaître ou informer

neutre

dénoté

article encyclopédique entrée de dictionnaire

Créer un univers ou une ambiance

2

La description

expressif

connoté

extrait de roman récit de voyage

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Le plan de la description Un texte descriptif comprend généralement trois parties : 1. L’introduction :

Mention du sujet

2. Le développement :

Présentation des aspects et des sous-aspects

3. La conclusion :

Rappel du sujet et résumé des aspects principaux

Voici des exemples d’aspects et de sous-aspects. Sujet

Aspects

Une personne

Un objet

Un lieu

Sous-aspects

portrait physique

taille, visage, cheveux, mains, etc.

habillement

vêtements, tissus, couleurs, motifs, formes, etc.

personnalité

qualités, défauts, habitudes de vie, etc.

apparence

parties, forme, couleurs, matériaux, etc.

utilité

avantages, inconvénients, etc.

fonctionnement

mode d’emploi, mise en garde, etc.

situation géographique

continent, pays, province, région, ville, village, etc.

dimensions

superficie, forme, etc.

climat

température, végétation, etc.

L’organisation des informations dans la description Dans une description, les aspects et les sous-aspects doivent être organisés de façon logique. Il existe trois modèles principaux : – une organisation dans le temps : les différents aspects sont des étapes ou des phases présentées selon leur déroulement dans le temps. Pour ce faire, on peut utiliser les organisateurs textuels suivants : aujourd’hui, hier, le mois dernier, depuis ce moment, en 1881, le lendemain, maintenant, etc. ;

➠ Page 214 4.1 Les organisateurs textuels

− une organisation dans l’espace : les aspects sont présentés selon des repères géographiques, selon un axe vertical ou horizontal, de l’intérieur vers l’extérieur, etc. Pour ce faire, on peut utiliser les organisateurs . textuels suivants : devant, derrière, plus loin, près de, à côté, etc. ; − une organisation par thème : les aspects sont présentés selon les parties de l’objet décrit ou ses caractéristiques, ses qualités, ses défauts, . ses propriétés, son fonctionnement, etc. Pour ce faire, on utilise . les organisateurs textuels suivants : d’abord, ensuite, enfin, etc. Voici le schéma d’une description. Sujet 1er aspect 1er sous-aspect

2e sous-aspect

2e aspect etc.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

1er sous-aspect

2e sous-aspect

etc.

La description

3


Nom :

  Groupe :

Plan du texte

  Date :

Voici un exemple de texte descriptif.

Notions importantes

MINA HUBBARD (1870-1956), exploratrice du Labrador

Sujet du texte

Titre Sous-titre

I-Introduction

Mina Hubbard est la première femme blanche à explorer et à cartographier le Labrador.

II-Développement

[…]

Premier aspect Sous-aspects : – ses origines – sa carrière – son mariage

Le don de soi 


Deuxième aspect Sous-aspects : – expédition importante – mort de son mari

Une aventure qui tourne mal

2e intertitre

Troisième aspect Sous-aspects : – reprise de l’expédition fatidique par Mina Hubbard – tâches accomplies – arrivée à destination

Première dame du Labrador

3e intertitre

Une tournée de conférences


4e intertitre

Quatrième aspect Sous-aspects : – publication d’un livre et conférences – remariage – naissance de trois enfants – décès à 86 ans Fin du développement (Conclusion absente) 4

La description

1er intertitre

Mina Benson est née dans une famille nombreuse, modeste et catholique. Après avoir été institutrice, elle devient infirmière. Son premier patient, Leonidas Hubbard Jr, est un journaliste friand de plein air, de pêche et de chasse. Ils se marient en 1901, et elle le suit régulièrement dans ses expéditions.

Repères temporels

L’année suivante, Leonidas Hubbard planifie la traversée du Labrador pour en tirer un reportage. Il part en juin 1903 avec Dillon Wallace et George Elson. Mal équipés et mal renseignés sur la piste à suivre, ils connaissent l’échec. Leonidas Hubbard meurt de faim et d’épuisement.

Sa veuve, Mina Hubbard, décide de faire elle-même l’expédition dont son mari avait rêvé. Pendant neuf semaines, avec une petite équipe mieux outillée, mieux préparée et surtout plus compétente, elle remonte des rivières et des rapides, gravit des montagnes, cartographie le réseau hydrographique et recense la flore et la faune. Le 20 août 1905, Mina Hubbard et ses compagnons arrivent à George River Post dans la baie d’Ungava.

Mina Hubbard publie un livre sur son expédition et prononce de nombreuses conférences. En Angleterre, elle rencontre son deuxième mari, avec qui elle a trois enfants. Femme de tête, libérée et parfois opiniâtre, Mina Hubbard meurt à 86 ans, frappée par un train en banlieue de Londres.

Repère spatial Vocabulaire connoté

Mina Hubbard (1870-1956), exploratrice du Labrador, [En ligne], 4 juillet 2009. . [http ://www.radio-canada.ca/radio/profondeur/remarquablesoublies/mhubbard.html].

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

À partir des annotations dans les marges, il est possible de déduire les éléments suivants : Sujet du texte : Mina Hubbard – Organisation chronologique des évènements (nombreux repères temporels) ; – Vocabulaire surtout dénoté (à l’exception de la dernière phrase) ; – Point de vue surtout neutre ; – Intention : faire connaître la vie d’une femme.

Plan chronologique du texte (informations importantes) 1870

• 1870 : naissance de Mina Benson

1880 Leonidas Hubbard, 1903

1890

1900

• 1901 : mariage avec Leonidas Hubbard

carrière d’institutrice et d’infirmière

• 1903 : mort de Leonidas Hubbard dans une expédition au Labrador 1910

1920

1930

exploration et cartographie du Labrador par Mina Hubbard • 1905 : arrivée de Mina Hubbard à George River Post

publication d’un livre

série de conférences

mariage et naissance de trois enfants

1940

1950

1960

• 1956 : mort de Mina Hubbard en banlieue de Londres Mina Hubbard,

1905

1970

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

La description

5


Nom :

  Groupe :

  Date :

1 Lire le compte rendu d’un évènement sportif Le compte rendu d’un évènement sportif est un genre de texte descriptif. Pendant la lecture, il est important d’annoter le texte afin de mieux repérer les informations importantes. Mes annotations (vocabulaire)

Une doyenne en pleine forme

doyenne : (déf.)

Une première argentine 
 5

émaillé d’incidents : (syn.)

sacre : (déf.)

10

sous l’égide de : (syn.)

15

20

25

à l’instar du : (syn.)

30

6

La description

En 1916 :

L’ancêtre de la Copa America a vu le jour en 1916. Dans le cadre du centenaire de l’indépendance de l’Argentine, la fédération argentine décide d’organiser un tournoi de football, appelé Championnat sud-américain des sélections, réunissant l’Argentine, l’Uruguay, le Brésil et le Chili. Au final, c’est l’Uruguay qui l’emporte. Le match décisif entre la Céleste et l’Argentine, émaillé d’incidents, est arrêté après cinq minutes de jeu. La rencontre reprend le lendemain, sur un autre stade. Le 0-0 final sacre des Uruguayens qui sont les premiers à intégrer des joueurs de couleur au sein de leur équipe.

De lifting en lifting 


FIFA : (déf.)

poules : (déf.)

Sujet :

Longtemps négligée par le Brésil, la plus ancienne des compétitions continentales est en passe de regagner tout son prestige.

football : au Québec, on utilise le terme

Céleste : nom de l’équipe uruguayenne de football.

Mes annotations (informations importantes)

L’épreuve, organisée par la Confédération sud-américaine de football sous l’égide de la FIFA, a subi nombre de modifications avant de prendre sa forme actuelle. En 1967, la formule championnat est abandonnée pour adopter la configuration Coupe du monde avec des poules, puis des matches à élimination directe jusqu’à la finale. Le Championnat sud-américain des sélections, rebaptisé Copa America en 1975, prend sa forme actuelle en 1987. La compétition, programmée en général tous les deux ans, s’organise désormais dans un seul pays à l’instar du Championnat d’Europe des nations.

En 1967 :

En 1975 :

En 1987 :

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

La révolution de 1993 


30

À partir de 1993 :

À partir de 1993, les organisateurs décident d’ouvrir la compétition à d’autres pays. Ainsi le Mexique, les États-Unis, le Honduras, le Costa Rica, mais aussi le Japon, qui ne font pas partie de la Confédération sud-américaine de football, ont été invités à disputer la Copa America.

Un couple au top ! 


maître : (syn.) 40

45

Aussi incroyable que cela puisse paraître, le Brésil n’est pas maître chez lui. Fort de ses huit succès, il est devancé, et de loin, par le couple Argentine-Uruguay (quatorze victoires chacun).

Brésil : victoires Argentine et Uruguay : Adriano et le Brésil emportent le titre en 2004.

Le Venezuela, l’Équateur et le Chili sont les seuls pays sud-américains à n’avoir jamais remporté la moindre Copa America. Un seul pays n’a jamais organisé l’épreuve : le Venezuela.

Au bout du suspense 


50

Seleçao : nom de l’équipe brésilienne de football.

55

Chili, Venezuela et Équateur : victoire

En 1919 :

En 1919, la finale entre le Brésil et l’Uruguay dure cent cinquante minutes ! C’est le plus long match de l’histoire de l’épreuve. Il faut quatre prolongations de quinze minutes pour départager les deux équipes. Arthur Friedenreich, le Tigre brésilien, offre à la Seleçao son premier succès (1-0) à la 122e minute.

L  e Brésil dominateur 


Auriverde : autre nom de l’équipe brésilienne.

victoires

En 2007 :

Après avoir longtemps négligé la Copa America, le Brésil y impose depuis quelques années sa supériorité. En 2007 au Venezuela, les Auriverde ont remporté leur quatrième trophée sur les cinq dernières éditions de l’épreuve. […] Le football – Ma grande encyclopédie, Marc Ambrosiano, © 2005, . Éditions Milan, p.136-137.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire le compte rendu d’un évènement sportif

7


Nom :

  Groupe :

Comprendre

  Date :

et interpréter

1 Afin de mieux comprendre le texte, complétez les annotations dans les marges de gauche et de droite. 2 Quelle est l’intention de l’énonciateur de ce texte ?

3 Le Championnat sud-américain des sélections, ancêtre de la Copa America, voit le jour en 1916. a) Quels sont les pays participant à ce tournoi ?

b) Quel pays remporte alors la finale ? 4 Quel pays remporte la finale en 1919 ? 5 En quelle année le tournoi prend-il le nom de Copa America ? 6 En quoi consiste la révolution de 1993 ?

7 Pourquoi le texte insiste-t-il sur le fait que le Brésil gagne en prestige, alors qu’il n’est pas le meneur en ce qui concerne le nombre de victoires ?

8 Expliquez le choix des intertitres suivants. a) De lifting en lifting

b) Un couple au top !

c) Au bout du suspense

8

La description

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

9 Dans le texte Une doyenne en pleine forme, l’auteur utilise les 9 groupes nominaux répertoriés dans le tableau ci-dessous pour mentionner la . Copa America. a) Soulignez le noyau de chacun des GN.

➠ Page 100 1 Le groupe du nom (GN)

b) Répondez à la question du tableau.

Oui

Le GN ajoute-t-il une information nouvelle ? 1

Longtemps négligée par le Brésil, la plus ancienne des compétitions continentales (lignes 1-2)

2

L’ancêtre de la Copa America (ligne 4)

3

un tournoi de football, appelé Championnat sud-américain des sélections (lignes 6-7)

4

L’épreuve, organisée par la Confédération sud-américaine de football sous l’égide de la FIFA (lignes 15-16)

5

Le Championnat sud-américain des sélections, rebaptisé Copa America en 1975 (lignes 20 à 22)

6

La compétition, programmée en général tous les deux ans (lignes 24-26)

7

la compétition (lignes 31-32)

8

la Copa America (lignes 35 et 53)

9

l’épreuve (lignes 46, 49 et 56)

Non

c) Après avoir complété le tableau, que remarquez-vous ?

Première observation :

Deuxième observation :

R é a gir 10 Citez une information du texte que vous avez trouvée intéressante . et justifiez votre choix.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire le compte rendu d’un évènement sportif

9


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 Lire un article de dictionnaire Dans la critique du roman Secrets de guerre, à la page 12, il est dit que « les hommes sont au front ». En lisant l’article de dictionnaire suivant sur le mot front, vous saurez à quelle définition du mot front renvoie cette expression.

Définition du mot front

Mes annotations

Front n. m. I. 1. Partie supérieure du visage comprise entre les sourcils et la racine des cheveux, et s’étendant d’une tempe à l’autre. Un front haut, large, bombé, fuyant. Elle s’est épongé le front.

rouge =

– Partie antérieure et supérieure de la tête de certains animaux. Cheval qui a une étoile au front. – Abstrait. Loc. Courber le front,

bleu =

obéir, se soumettre. Les humiliés relèvent le front. 2. Avoir le front de, l’audace, la prétention de. ➡ culot. II. 1. Face antérieure que présentent

jaune =

des choses d’une certaine étendue. Vx. Le front d’un bâtiment. ➡ façade, fronton. Loc. FRONT DE MER : avenue en bordure de la mer. 2. Le front, la ligne des positions occupées face à l’ennemi, la zone

vert =

des batailles (opposé à l’arrière). La première ligne du front. Les combattants du front. Mourir au front. ➡ champ d’honneur. n. =

3. Union étroite constituée entre des partis ou des individus

m. =

s’accordant sur un programme commun. ➡ bloc, groupement,

Loc. =

ligue. Front populaire. Front de libération nationale (F.L.N.).

Loc. adv. = Vx. =

4. DE FRONT loc. adv. : du côté de la face, par-devant. Attaquer de front l’ennemi, sans biaiser. Aborder de front un problème. – Sur la même ligne, côté à côte. Chevaux attelés de front. Mener de front

Note : Une locution est un groupe de mots formant une expression figée.

plusieurs affaires. ➡ ensemble. 5. FAIRE FRONT loc. : se réunir pour résister. – Affronter, faire face. Il faut faire front aux dépenses. Le micro Robert, © Dictionnaires Le Robert, 2006.

10

La description

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

Comprendre

  Date :

et interpréter

1 a) Dans l’article de dictionnaire de la page ci-contre, soulignez les . différentes définitions du mot front. b) Encadrez les expressions contenant le mot front. c) Complétez la légende dans la marge de gauche. 2 Dans la critique du roman Secrets de guerre, à la page 12, à quelle . définition du mot front l’auteur réfère-t-il lorsqu’il dit que « les hommes sont au front » ?

3 Composez des phrases, différentes de celles données en exemple dans le dictionnaire, qui comprennent les expressions suivantes. a) Courber le front :

b) Avoir le front de :

c) Faire front :

4 Dans les phrases suivantes, remplacez le mot front par un synonyme.

➠ Page 198 2.3 Les synonymes et les antonymes

a) Ces soldats sont des héros qui sont morts au front.

b) Ces artistes ont eu le front de fonder leur propre compagnie de théâtre.

c) Il s’agit d’un programme pour le front des démunis.

d) L’armée a attaqué de front l’ennemi.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire un article de dictionnaire

11


Nom :

  Groupe :

  Date :

3 Lire la critique d’une œuvre littéraire Une critique littéraire se compose généralement de deux parties : le résumé de l’œuvre et l’appréciation de cette œuvre. Nous nous intéresserons ici à la partie du résumé.

Critique du roman Secrets de guerre, de Jean-Michel Lienhardt

Divisions du texte

1. Résumé de l’histoire :

Nous voici en 1943, dans l’Alsace occupée par les troupes allemandes. À Utterlech, petit village sans histoire, la vie se déroule presque normalement : les femmes travaillent, les enfants fréquentent l’école, les hommes sont au front. Et puis, un jour, la fêlure : la guerre traverse le village, fragmentant en 5

clans ennemis une petite communauté jusque-là harmonieuse. Daniel, un enfant de onze ans, devient la victime de certains camarades quand ceux-ci découvrent qu’il est juif. Les amis d’hier s’épient, se dénoncent, se battent. Dans cette lente et irrémédiable montée belliqueuse, les lieux, les péripéties, les personnages sont dessinés d’une plume précise, réaliste et touchante. L’auteur

10

établit le récit à partir des préoccupations des enfants. Il brosse le portrait troublant d’une situation de guerre comme celles dont l’actualité fait état régulièrement. Incité à la

2. Appréciation critique

réflexion par la véracité du récit, le lecteur trouve la véritable conclusion en lui-même. Cette œuvre 15

forte, bien écrite, tient en haleine et se prolonge en chacun bien au-delà de la dernière ligne. LIVRES OUVERTS – SÉLECTION DE LIVRES POUR LES JEUNES, [En ligne], © Gouvernement du Québec, 2010. [http ://www.livresouverts.qc.ca/index. php?p=il&lo=36876&sec=2].

12

La description

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

Comprendre

  Date :

et interpréter

1 Le résumé d’un roman condense certaines parties du schéma narratif. . Identifiez-les dans la marge de gauche et surlignez l’élément déclencheur. 2 Quels mots du texte signifient : a) séparant, divisant ? b) brisure, cassure ? 3 La guerre est le thème principal du roman Secrets de guerre. Dans le . résumé, quels mots font partie du champ lexical de ce thème ? Placez-les . au bon endroit dans le tableau suivant. Mots appartenant au champ lexical de la guerre Verbes

Noms

Adjectifs

• guerre • •

4 Nommez les principaux éléments de cette histoire en complétant le tableau suivant. Personnages principaux Époque Lieu de l’intrigue 5 Les adverbes permettent de modifier ou de nuancer un verbe, un adjectif . ou un autre adverbe.

➠ Page 109 4 Le groupe de l’adverbe (GAdv)

a) À la ligne 2, quelle nuance l’adverbe presque apporte-t-il à l’adverbe . normalement ?

b) Lequel des éléments de l’énumération des lignes 3-4 justifie l’emploi de . l’adverbe presque ? Encerclez la bonne réponse et justifiez votre choix.

• les femmes travaillent    • les enfants fréquentent l’école

• les hommes sont au front

Justification :

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire la critique d’une œuvre littéraire

13


Nom :

  Groupe :

  Date :

6 Les expansions du nom sont utilisées pour ajouter des informations ou des précisions.

➠ Page 100 1 Le groupe du nom (GN)

a) Quel GN est complément du nom Utterlech ?

b) Quel signe de ponctuation encadre cette expansion ? c) Quel autre nom est complété par un GN ? Écrivez le nom et son expansion.

Nom :

  Complément du nom :

7 Dans le texte, soulignez les groupes de mots et une subordonnée qui situent dans le temps (T) et dans l’espace (E). Placez-les au bon endroit dans le tableau suivant. GN (T)

GAdv •

GPrép

Sub. compl. de P

• (S)

• • 8 Laquelle des énumérations suivantes est une gradation ? Encerclez la bonne réponse. • … les femmes travaillent, les enfants fréquentent l’école, les hommes sont au front. • Les amis d’hier s’épient, se dénoncent, se battent. 9 Quelle est l’intention de l’auteur de ce résumé ? • L’auteur veut créer un univers littéraire. • L’auteur veut présenter une œuvre littéraire. • L’auteur veut décrire le quotidien d’un village lors de la Deuxième Guerre.

R é a gir 10 Ce résumé vous donne-t-il le goût de lire le roman ? Justifiez votre réponse.

14

La description

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

4 Lire une biographie Une biographie, c’est le récit de la vie d’une personne encore vivante ou décédée. Dans le cas du jeune conteur Fred Pellerin, on comprend que l’histoire de sa vie est bien loin d’être terminée…

Fred Pellerin

Plan du texte

Titre : Né en 1977, à Saint-Élie-de-Caxton en Mauricie, Fred Pellerin est un

I-

conteur très en vogue, non seulement au Québec mais également dans une grande partie de la francophonie. Depuis plus de dix ans, avec des personnages et des histoires issus de son village d’origine, 5

il sait émerveiller de nombreux spectateurs d’ici comme de France ou de Belgique. Toujours seul sur scène, avec comme unique décor une lampe et sa guitare, il transporte son public dans un univers féérique et poétique, grâce à une imagination débordante et à une

10

langue colorée.

II-Développement

Intertitre :

Premier aspect Sous-aspects :

Après ses études universitaires en littérature, ce diplômé de l’UQTR1

1-

est devenu un peu conteur « par mégarde » comme il le dit si bien. Toute son enfance a été bercée par les histoires de sa grand-mère, de son voisin et de son père, de fabuleux conteurs, selon lui. À l’âge de 19 ans, pendant l’été, c’est lui que Saint-Élie-de-Caxton 15

2-

engage pour organiser des visites historiques de ce village qui ne compte que quarante maisons. Ses animations, d’une durée de quatre heures, truffées d’histoires toutes plus fantastiques les unes que les

3-

autres, deviennent de véritables évènements. C’est avec son premier spectacle Dans mon village, 20

il y a belle Lurette… présenté

4-

plus de six cents fois en France et au Québec qu’il devient de plus en plus connu du grand public. 1  UQTR : Université du Québec à Trois-Rivières. © 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire une biographie

15


Nom :

  Groupe :

Plan du texte

Intertitre :

Deuxième aspect Sous-aspects :

  Date :

25

À la suite de son deuxième spectacle, Il faut prendre le taureau par les contes (2003), Fred Pellerin touche au monde du cinéma en

1-

écrivant le scénario du film Babine, porté à l’écran par le réalisateur et comédien Luc Picard. Avec ses spectacles Comme une odeur de muscles et, ensuite, L’arracheuse de temps, sa popularité ne cesse

230

d’augmenter ici comme de l’autre côté de l’Atlantique. Sans compter les livres-disques qu’il publie à la suite de chacun de ses spectacles et qui connaissent un grand succès. Comme auteur-compositeur-

3-

interprète, Fred Pellerin sort en 2007 un premier album aux accents folkloriques avec son frère Nicolas. Deux ans plus tard, il fait paraître 35

4-

Silence, un disque qui obtient un certain succès populaire et critique et qui remporte également de prestigieux prix de musique.

5-

Troisième aspect

Intertitre :

Sous-aspect :

Toutes ces œuvres sont conçues à Saint-Élie-de-Caxton, village que l’artiste multidisciplinaire a choisi comme lieu de résidence et qu’il fait profiter de ses créations uniques année après année. Au même moment, de nombreux jeunes quittent la région afin de s’installer à Montréal pour y faire carrière…

40

III45

16

La description

Ayant en poche de nombreux prix et honneurs, Fred Pellerin peut espérer poursuivre sa carrière encore bien des années, pendant lesquelles il continuera, ici comme ailleurs, à raconter son coin de pays et ses personnages.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

Comprendre

  Date :

et interpréter

1 a) Placez les informations suivantes au bon endroit dans les espaces . prévus à cet effet dans la marge ou entre les paragraphes du texte. ses influences / ses études / Conclusion / Ses débuts / Introduction / Saint-Élie-de-Caxton / Son lieu de résidence / ses livres-disques / son expérience de scénariste / Une carrière prolifique / sa première expérience de conteur / son deuxième spectacle / sa carrière d’auteur-compositeur-interprète / son premier spectacle / les troisième et quatrième spectacles b) Trouvez un autre titre, qui représente bien Fred Pellerin, et inscrivez-le dans l’espace prévu à cette fin, au-dessus du texte. 2 Soulignez les organisateurs textuels qui assurent l’organisation de cette biographie dans le temps. Ensuite, inscrivez dans le tableau les évènements importants qui correspondent aux dates mentionnées. Année 1977 1996

Évènement • • •

2003

• •

2007

2009

3 Quelle est l’intention de l’auteur de cette biographie ?

4 Définissez les mots suivants selon le contexte. Au besoin, consultez un dictionnaire. a) par mégarde (ligne 11) : b) truffées d’histoires… (ligne 17) : c) aux accents folkloriques (lignes 33-34) :

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire une biographie

17


Nom :

  Groupe :

➠ Page 195 2.1 Le sens propre et le sens figuré

  Date :

5 Certains mots possèdent un sens propre et un sens figuré. a) À la ligne 9, l’adjectif colorée est-il utilisé au sens propre ou au sens figuré ?

b) Que veut dire ici l’adjectif colorée ? Au besoin, consultez le dictionnaire.

6 Comment Fred Pellerin se présente-t-il toujours sur scène ?

7 Le titre du spectacle Il faut prendre le taureau par les contes fait référence à une expression populaire. a) À quelle expression ce titre fait-il référence ? Au besoin, consultez le dictionnaire.

b) Que signifie cette expression ?

8 Fred Pellerin est un artiste aux multiples talents. Complétez la phrase suivante à l’aide d’une énumération qui comprendra cinq éléments : Non seulement Fred Pellerin est conteur, mais il est également…

9 Quelles personnes ont exercé sur Fred Pellerin une influence qui a fait qu’il est devenu un conteur « par mégarde » ?

18

La description

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

10 Dans le texte, on mentionne le nom de Fred Pellerin dès la première phrase. a) Soulignez chaque reprise de ce GN dans le deuxième paragraphe.

➠ Page 207 2 La reprise de l’information

b) Classez chacune de ces reprises dans le tableau suivant. Reprise de l’information par un pronom

un déterminant possessif

un GN •

• • • 11 Dans le texte, relevez trois GN qui reprennent la mention « Saint-Élie-de-Caxton ».

R é a gir 12 Que pensez-vous du choix de Fred Pellerin de rester dans son village natal, en région éloignée, loin des grands centres urbains ? Que feriezvous si vous étiez à sa place ?

13 Afin de rédiger une suite vraisemblable à sa biographie actuelle, imaginez Fred Pellerin dans vingt ans. Vous devez tenir compte de ses champs d’intérêt et de ses talents afin de composer un paragraphe d’environ . cinquante mots qui remplacerait la conclusion du texte.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire une biographie

19


Nom :

  Groupe :

  Date :

La justification

En

trée en ma t i

ère

Une justification permet de démontrer le bien-fondé d’une idée ou d’une opinion. Pour justifier une idée ou une opinion, on doit présenter les raisons, ou critères, qui la supportent. Lorsque les raisons exposées sont exactes et pertinentes, la justification est valable.

Comment justifier ? Pour émettre une justification bien fondée, il faut tout d’abord énoncer une affirmation. Cette affirmation de départ peut être reliée à une matière scolaire, comme la réponse à une question de grammaire. Elle peut aussi être une opinion personnelle sur un sujet d’actualité ou encore une préférence d’ordre alimentaire ou vestimentaire. Par la suite, il faut démontrer le fondement de cette affirmation à l’aide de différents procédés : la citation, la comparaison, la définition et l’exemple. Le tableau qui suit les présente brièvement. Procédés de justification Citation

Une citation est la reprise exacte des propos d’un auteur ou d’une auteure. On utilise les guillemets pour la signaler.

Comparaison

Une comparaison met en évidence des éléments communs ou des différences entre deux réalités à l’aide de termes comparatifs.

Définition

Une définition permet d’expliquer de façon précise le sens d’un mot ou d’une idée.

Exemple

Un exemple est le renvoi à une réalité (être, objet, évènement) illustrant une idée ou une règle.

Une justification peut comprendre trois parties : deux de ces parties sont essentielles et la troisième est facultative. Plan d’une justification 1. L’introduction Parties essentielles

Partie facultative

20

La justification

Affirmation de départ Courte présentation des critères qui fondent l’affirmation

2. Le développement

Commentaire appréciatif : présentation détaillée des critères qui fondent l’affirmation à l’aide des procédés appropriés

3. La conclusion

Reformulation de l’affirmation initiale

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Exprimer son appréciation d’une œuvre La justification est souvent utile lorsque vient le temps d’exprimer son appréciation d’une œuvre. Lorsqu’il s’agit d’une œuvre littéraire, l’appréciation comprend presque toujours un bref résumé de l’œuvre. Dans ce cas, le plan du texte peut ressembler au suivant. Plan d’une appréciation d’une œuvre littéraire 1. L’introduction Parties essentielles

Mention de l’œuvre et affirmation de départ Courte présentation des critères d’appréciation Bref résumé de l’œuvre

2. Le développement Commentaire appréciatif : présentation détaillée des critères qui fondent l’appréciation à l’aide des procédés appropriés Partie facultative

3. La conclusion

Reformulation de l’affirmation initiale

Les critères d’appréciation d’une œuvre littéraire peuvent être les suivants : la structure narrative, l’originalité de l’histoire, la vraisemblance ou la pertinence du propos, l’intérêt des personnages et le style d’écriture. Des mots pour justifier son appréciation Pour exprimer une appréciation, on emploie un vocabulaire expressif. Le tableau suivant présente quelques exemples. Vocabulaire expressif Adjectifs

Exemples

à valeur méliorative

meilleur, excellent, percutant, prodigieux

à valeur péjorative

désolant, ennuyant, pire, mauvais

Adverbes

un goût trop prononcé, un goût peu prononcé

Termes comparatifs

comme, plus… que, moins… que, différemment, pareil à

Mots exprimant la cause

car, voici pourquoi, parce que, puisque

Mots exprimant la conséquence

aussi, en conséquence, par conséquent

Des mots pour organiser ses idées Les organisateurs textuels permettent de structurer un texte en organisant les idées selon une certaine logique. Fonction des organisateurs textuels

Exemples

Ajouter un complément d’information

or, de plus, en outre, de même, de surcroît, aussi

Présenter une information différente

dans un autre ordre d’idées, par ailleurs, par contre

Conclure le propos

donc, bref, en conclusion, pour conclure

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

La justification

21


Nom :

  Groupe :

  Date :

Voici un exemple d’appréciation critique d’une œuvre. Plan du texte

Titre

Le gamin au vélo :

Mes annotations (notes de lecture et vocabulaire)

fable touchante

I-Introduction

Lumineux et s’autorisant même une fin heureuse,

Affirmation de départ :

Le gamin au vélo voit les frères Jean-Pierre et Luc

Deux critères d’appréciation : 1 – les différences 2 – les ressemblances

Dardenne réussir le tour de force de présenter un long métrage qui se démarque de leur filmographie tout en lui demeurant fidèle.

II-Développement Premier critère : trois différences

1

Le huitième film des frangins belges s’éloigne de

Jean-Pierre et Luc Dardenne sont deux cinéastes d’origine belge. filmographie : liste de films.

frangins : frères.

la grisaille qui caractérise leur œuvre. Il a été filmé en été, d’où cet ensoleillement inhabituel dans un 2

Commentaire appréciatif

Dardenne, une actrice célèbre (Cécile de France) 3

domine l’affiche, et on peut même entendre de la musique. Deuxième critère : deux ressemblances

On reconnaît quand même la touche des cinéastes 1

de par l’exploitation d’un thème qui leur est cher, les liens entre les adultes et les enfants, ainsi que 2

par la présence, même réduite, de certains de leurs

acteurs fétiches, Olivier Gourmet, Jérémie Renier et

fétiches : préférés.

Fabrizio Rongione. […]

22

La justification

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

Intertitre Situation initiale

  Date :

Le rejet du père Le gamin du titre est Cyril (Thomas Doret), 12 ans, et vit dans un foyer pour jeunes parce que son père ne veut plus de lui. Il voudrait bien le retrouver, mais ses appels demeurent lettre morte.

Élément déclencheur

lettre morte : sans résultat.

L’espoir surgit quand il croise la route de Samantha (Cécile de France), une coiffeuse à l’âme de bonne

Bref résumé de l’œuvre

Samaritaine qui rapporte à Cyril son fameux vélo qu’il ne cesse de se faire voler. Déroulement de l’action

Elle accepte, sans que cet élan de générosité ne soit expliqué, de le prendre chez elle. Lui y voit une occasion de forcer une ultime rencontre avec son père (Jérémie Renier), qui le rejette de nouveau. D’abord réfractaire à l’affection que lui porte Samantha, le gamin finit par se laisser gagner. Mais le caïd du quartier le repère et cherche à l’impliquer

réfractaire à : insensible à. caïd : chef.

dans ses combines. Cyril devra alors décider quelle voie il suivra. III-Conclusion

Au final, Le gamin au vélo se révèle une fable

Reformulation de l’affirmation de départ

touchante, dans laquelle l’humanité l’emporte sur le désarroi. Les frères Dardenne affichent leur maîtrise coutumière de l’image, alors que les acteurs sont tous solides, en particulier le jeune Thomas Doret, impressionnant dans son premier rôle au grand écran. Cedric BÉLANGER. Le gamin au vélo - fable touchante, [En ligne], 23 décembre 2011. [http ://fr.canoe.ca/divertissement/cinema/critiques/ 2011/12/22/19157356-qmi.html].

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

La justification

23


Nom :

  Groupe :

  Date :

1 Lire l’appréciation critique d’un roman Les appréciations critiques d’œuvres littéraires comprennent souvent deux parties : le résumé de l’œuvre et le commentaire appréciatif. Dans le cadre de la justification, nous nous intéresserons ici au commentaire appréciatif.

Plan du texte

La route de Chlifa, de Michèle Marineau

À 17 ans, Karim n’a jamais connu autre chose que la tension des rues de Beyrouth en guerre civile. Un jour, alors qu’il rend visite à Nada, son amoureuse, il tombe sur un édifice en ruines. Seuls la jeune

sœur de Nada, Maha, et son frère nouveau-né, Jad, ont survécu à 5

l’explosion. Désespéré, Karim décide d’accompagner Maha sur la

route difficile qui les mène vers des parents éloignés à Chlifa. Entre

I - Résumé de l’histoire

Beyrouth et Chlifa, le chemin est semé d’embûches. Malgré la faim

torturante et la peur constante, Karim et Maha trouvent l’un dans l’autre la force nécessaire pour aborder des épreuves qui semblent 10

insurmontables. Le récit de survie de Karim à travers les montagnes du Liban constitue un retour en arrière dans ce roman qui s’amorce dans le milieu scolaire québécois, où, en tant que nouvel immigré, Karim peine à s’intégrer. La structure narrative variée du roman (narration au « je » d’une jeune Québécoise, extraits du journal

II - Commentaire appréciatif 15

1

intime de Karim et récit des épreuves au Liban) lui confère une

complexité intéressante et permet différents points de vue sur un même personnage. La portion du récit se déroulant au Liban est

dure, le dénouement, particulièrement cruel, mais l’accumulation

2

de ces difficultés rend bien les horreurs de la guerre et les injustices 20

dont sont victimes les enfants dans ce contexte. L’écriture, fluide et prenante, intègre plusieurs dialogues au registre familier et

3

naturel. Ce roman, d’une portée psychologique et sociologique percutante, s’est vu attribuer en 1993 les prix du Gouverneur général du Canada, 12/17 Brive/Montréal et Alvine-Bélisle.

III -

LIVRES OUVERTS - SÉLECTION DE LIVRES POUR LES JEUNES. [En ligne], © Gouvernement du Québec, 2010. [http://www.livresouverts.qc.ca/index.php?p=il&lo=44705&sec=2].

24

La justification

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

Comprendre

  Date :

et interpréter

1 a) Dans la marge de gauche du texte, sous Commentaire appréciatif, reportez, selon leur ordre d’apparition, les trois critères d’évaluation suivants. Pertinence du propos / Structure narrative / Style d’écriture b) Au moyen d’une barre oblique, séparez les uns des autres ces critères dans le texte. 2 À quoi correspond la dernière phrase du texte, surlignée en jaune ? Inscrivez votre réponse dans la marge de gauche. 3 Aux lignes 14 et 15, à quoi servent les parenthèses ?

4 Quel passage du texte affirme qu’il est nécessaire de rapporter certaines scènes qui sont violentes ? Passage :

5 Dans le commentaire appréciatif, quelles sont les qualités attribuées aux critères d’appréciation suivants ? – La structure narrative :

– La pertinence du propos :

– Le style d’écriture :

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire l’appréciation critique d’un roman

25


Nom :

  Groupe :

➠ Page 84 3 L’adjectif

➠ Page 105 2 Le groupe de l’adjectif (GAdj)

➠ Page 195 2 Le sens des mots

  Date :

6 Dans une appréciation critique, les adjectifs et les groupes de l’adjectif permettent généralement de préciser son opinion. Afin d’enrichir votre vocabulaire, complétez le tableau suivant. Adjectifs

Définition du dictionnaire

Synonymes 1-

Fluide (ligne 20)

231-

Prenante (ligne 21)

23-

Percutante (ligne 23)

123-

Attention ! Prenez bien note du contexte dans lequel sont employés ces adjectifs afin de choisir la bonne définition et de trouver des synonymes appropriés.

R é a gir 7 Vous avez peut-être remarqué que ce texte n’a pas d’introduction. Rédigez-en une en veillant à mentionner de quelle œuvre il s’agit, à proposer une affirmation de départ et à introduire les trois critères d’appréciation de l’œuvre.

26

La justification

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 Lire une entrevue contenant des justifications Lorsqu’une personne répond de façon élaborée à une question, elle a souvent recours aux procédés de la justification. Dans l’entrevue qui suit, des auteurs que vous connaissez peut-être parlent de leur métier d’écrivain.

Les polars forment la jeunesse –

Martine Latulippe

Mes annotations

(vocabulaire)

PREMIÈRE PARTIE

Indice… de difficulté M. L. – Considérez-vous plus difficile d’écrire du polar (ou du roman d’aventures) pour les jeunes ou pour les adultes ? C. Bouchard – Pour les jeunes. À cause des

dissemblances :

dissemblances citées, il faut rendre l’histoire 5

intéressante sans certains artifices spectaculaires. Tout repose sur le suspense et les personnages. De plus, le lecteur jeune est plus sélectif et moins tolérant

artifices :

que le lecteur adulte. Il ne faut jamais 10

le décevoir. Camille Bouchard

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire une entrevue contenant des justifications

27


Nom :

  Groupe :

Mes annotations

  Date :

B. Bouthillette – Il est beaucoup plus difficile

(vocabulaire)

d’écrire pour les jeunes. En raison du format, on ne peut se permettre de tomber dans l’épique, ce qui permettrait d’étoffer un propos,

épique : 15

une crédibilité, une pensée, comme dans le roman pour adultes. Ce qui paraît moraliste dans un roman pour adultes peut passer pour moralisateur dans un roman jeunesse. Nous

Benoît Bouthillette

sommes toujours aux prises avec les notions de bien et de mal, dans le polar. 20

Être moraliste, c’est simplement affirmer que le bien et le mal existent, et tenter d’y tracer sa voie à l’intérieur. Être moralisateur, ce serait d’affirmer qu’il existe un bien pour triompher du mal. Ça, je laisse ça aux romans de chevaliers et de porte-étendards.

porte-étendards :

[…] M. Marineau – Pour l’écriture elle-même, ça 25

s’équivaut. Quand j’arrive à dépasser toutes mes craintes et à me laisser aller au plaisir d’écrire, il n’y a pas de différence. En revanche, mes craintes ont été plus paralysantes

paralysantes :

pendant plus longtemps quand j’ai entrepris 30

l’écriture de mon seul roman pour adultes jusqu’à maintenant (La troisième lettre, 2007).

Michèle Marineau

R. Soulières – Je dirais que c’est plus difficile d’écrire pour les adultes. Il faut que l’écriture, la structure, la crédibilité et la vraisemblance 35

de l’histoire soient plus que parfaites. Le lecteur adulte m’apparaît plus exigeant, car il est plus cultivé forcément et il a lu davantage de romans policiers et vu davantage de films que le jeune lecteur.

Robert Soulières

Martine LATULIPPE. « Les polars forment la jeunesse », Lurelu, vol. 32, no 1, 2009, © Martine Latulipe et la revue Lurelu.

28

La justification

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

Comprendre

  Date :

et interpréter

1 Donnez la signification des mots écrits dans la marge du texte en choisissant parmi les définitions proposées ci-dessous. porte-drapeaux / qui se rapporte à l’épopée (long récit qui raconte les exploits de héros) / contraire de ressemblances / qui empêchent d’agir / façons d’écrire complexes ➠ Page214

2 Aux lignes 5 à 10, quel organisateur textuel ajoute un complément d’information ?

4.1 Les organisateurs textuels

3 Dans la réponse de Benoît Bouthillette, remplacez le marqueur de relation En raison du (ligne 12) par un autre de même sens. 4 Dans la réponse de Michèle Marineau, remplacez l’organisateur textuel En revanche (ligne 27) par un autre de même sens.

5 Dans sa réponse, Robert Soulières dit : « Le lecteur adulte m’apparaît plus exigeant… » (lignes 35 et 36). Quel auteur n’est pas d’accord avec lui sur ce point ? Justifiez votre réponse.

R é a gir 6 Et vous, trouvez-vous plus difficile d’écrire pour les adultes (vos parents, grands-parents, enseignants ou enseignantes) ou pour les jeunes ? Justifiez votre réponse.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire une entrevue contenant des justifications

29


Nom :

  Groupe :

  Date :

Les polars forment la jeunesse –

Martine Latulippe

DEUXIÈME PARTIE

Dites-nous tout M. L. – Jusqu’où peut-on aller quand on écrit pour les jeunes ? Peut-on parler de tout ? […] C. Bouchard – On peut leur parler absolument de tout. C’est la manière de le dire qui varie en fonction de l’âge. Dans ma série « Les Voyages de Nicolas », 5

pour les huit ans et plus, je parle de trafic humain, d’enfants esclaves, de trafic d’organes, etc. Mais on ne trouvera pas de scènes où les trafiquants battent les enfants, par exemple, ni de médecins qui fouillent le corps d’une victime pour prélever les organes… Il faut savoir limiter l’horreur sans la taire. […] M. Marineau – Je crois qu’on peut parler de tout. Mais la façon de le faire

10

change selon l’âge des lecteurs, selon les auteurs aussi. Les enfants et les ados savent déjà, à des degrés divers, qu’il y a des malheurs dans le monde, des injustices, des horreurs même. Il y a aussi de belles et grandes choses, des gens admirables… On peut parler de tout ça dans les livres. Les livres peuvent expliquer, consoler, divertir, donner à réfléchir, accompagner. De

15

toute façon, ce n’est pas à l’auteur de décider quel rôle jouera son livre. Il écrit ce qu’il a envie ou besoin de dire, du mieux qu’il peut, et les lecteurs en font ce qu’ils veulent ou ce qu’ils peuvent. Évidemment, je serais incapable de justifier qu’on présente aux jeunes de la littérature haineuse, ou méprisante, ou totalement désespérée. Ce qui ne veut pas dire qu’on ne peut pas parler de

20

suicide, de meurtre, de torture ou de haine dans des livres pour les jeunes. Il faut cependant respecter leur sensibilité, leur intelligence, leur capacité à absorber telle ou telle notion. Martine LATULIPPE, « Les polars forment la jeunesse », Lurelu, vol. 32, no 1, 2009, © Martine Latulipe et la revue Lurelu.

30

La justification

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

Comprendre

  Date :

et interpréter

1 Dans la réponse de Camille Bouchard : a) soulignez d’un trait l’affirmation de départ ; b) soulignez de deux traits la conclusion, c’est-à-dire la reformulation de l’affirmation de départ. 2 Dans sa réponse, Camille Bouchard emploie un procédé de la justification pour démontrer son affirmation. Dites de quel procédé il s’agit et surlignez-le dans le texte. Procédé : 3 Dans la réponse de Michèle Marineau : a) soulignez l’affirmation de départ ; b) soulignez de deux traits la conclusion, c’est-à-dire la reformulation de l’affirmation de départ. 4 Dans leur réponse à la question « Peut-on parler de tout ? », les deux auteurs, Camille Bouchard et Michèle Marineau, partagent-ils la même opinion ? Justifiez votre réponse.

R é a gir 5 Même si elle affirme d’abord qu’on peut parler de tout quand on s’adresse aux jeunes, Michèle Marineau précise ensuite : « Évidemment, je serais incapable de justifier qu’on présente aux jeunes de la littérature haineuse, ou méprisante, ou totalement désespérée. » Êtes-vous d’accord avec cette dernière affirmation ? Justifiez votre réponse.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire une entrevue contenant des justifications

31


Nom :

  Groupe :

  Date :

Les groupes de mots 1 Le groupe du nom (GN) 1.1 Le noyau du GN • L  e nom, commun ou propre, est le noyau du GN. Il ne peut pas être effacé, sinon la phrase est incomplète et n’a plus de sens. GN N

Ex. :  Ces campeurs partent demain. ➔

Ces

partent demain.

1.2 Diverses constructions du GN • L  e noyau du GN est généralement précédé d’un déterminant, mais il peut aussi être seul. GN Dét

GN N

N

Ex. :  Son père réfléchit à la situation.   Ève réfléchit à la situation. Voici des exemples de noms employés sans déterminant. Noms propres

Noms communs

Noms de personnes : Camille

Noms de jours ou de mois : mercredi, juin

Noms de lieux : Charlevoix

Noms précédés d’une préposition : à moteur, en métal, d’aluminium

• Le noyau peut aussi avoir une expansion qui le complète. Constructions du GN

Exemples GN

Dét. + Nom + GN

Dét. + GAdj + Nom

Dét

N

GN

Tanya a perdu son chat Gaspard . GN Dét GAdj

N

Il a fait une vilaine chute . GN

Dét + Nom + GPrép

Dét + Nom + Sub. relative

100

Les groupes de mots

Dét

N

GPrép

La casquette de son frère est neuve. Dét N

GN Sub. relative

C’est le roman que j’ai préféré . © 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

• L  es expansions du noyau peuvent être effacées sans que le sens global de la phrase change. Ex. :  Son gros chien noir le suit partout. Son chien le suit partout. 1 Surlignez le noyau de chaque GN. Ex. :  une première lecture a) mon auteur favori

d) l’avant-dernière page

b) ce rebondissement inattendu

e) huit tomes

c) la note de bas de page

f) le plus long chapitre

2 Repérez le noyau des GN en gras et remplacez-le par un autre nom qui convient au sens de la phrase.

ambulancier sportif Ex. :  Un secouriste a ranimé le jeune homme. a) Ma cousine Charlotte doit se reposer. Elle a attrapé une vilaine bronchite. b) Je lui apporte son magazine préféré et un film d’aventures pour la désennuyer. c) Son médecin pense qu’elle pourra retourner à l’école lundi prochain. d) Chaque jour, elle doit prendre un médicament bizarre qui goûte

la réglisse.

e) Elle n’a pas encore bu le bouillon que sa mère lui a préparé. f) Elle se repose plusieurs heures chaque jour pour favoriser sa guérison. 3 Complétez chaque nom avec l’expansion demandée. Ex. :  une fin (GAdj) innatendue a) le film (GN) b) un (GAdj)

studio (GAdj)

c) un soir (GPrép) d) une comédie (GAdj) e) un cascadeur (Sub. relative) f) une comédienne (GAdj) g) un scénario (GN) h) une réalisation (GPrép) © 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Le groupe du nom (GN)

101


Nom :

  Groupe :

  Date :

MS L’effacement… pour repérer les expansions du nom L’effacement est utile pour repérer les expansions du nom. Cette manipulation syntaxique permet aussi de repérer le noyau du GN. GN

Ex. :  L  e renard roux rôde près du poulailler. GN

À l’aide !

Le renard

  rôde près du poulailler.

L’expansion du nom est parfois essentielle au sens de la phrase. Dans ce cas, on ne peut pas l’effacer. Ex. :  Il a passé une nuit blanche. ➔

Il a passé une nuit

.

4 Dans le texte suivant, encadrez les huit GN et surlignez leur noyau. Même si elle est encore jeune, Laurie sait déjà quel métier elle

Certains mots peuvent etre employés comme nom ou comme adjectif. Ex. : un sportif (nom) célebre un évenement sportif (adjectif)

exercera plus tard. Elle aime observer les phénomènes naturels et réaliser diverses expériences. Comme elle est plutôt réservée et solitaire, elle ne s’ennuierait pas dans un laboratoire à manipuler des éprouvettes ou à ajuster un microscope. Elle rêve d’être une grande scientifique qui sera mondialement reconnue. 5 Dans chacune des phrases ci-dessous, repérez les GN et remplissez le tableau qui suit. a) C’est l’anniversaire de ma petite sœur. b) Nous lui préparons une belle surprise.

Le GN complément du nom peut être détaché par la virgule. N Ex. :  J’ai rencontré Christophe, GN mon voisin, à l’arrêt d’autobus.

102

Les groupes de mots

c) Malheureusement, mon frère Julien ne sera pas là. d) Comment trouves-tu le dessert que j’ai préparé ? e) Elle a reçu un beau livre de contes classiques. GN

Noyau du GN

Expansion ou Type expansions du nom d’expansion

a)  Ex. : •  l’anniversaire de ma petite sœur Ex. : •  ma petite sœur

• 

anniversaire •  de ma petite sœur •  sœur •  petite

• 

b) • 

• 

• 

• 

c) • 

• 

• 

• 

GPrép •  GAdj

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Noyau du GN

Expansion ou Type expansions du nom d’expansion

d) • 

• 

• 

• 

e) • 

• 

• 

• 

• 

• 

• 

• 

• 

• 

• 

• 

GN

6 Afin de préciser chaque nom en gras dans le texte, choisissez, parmi les expansions proposées dans le tableau suivant, celle qui convient le mieux. Dans tous les cas, portez attention au genre et au nombre du nom ainsi qu’au sens de la phrase. ennemis

humide

de soldats blessés

qui avait sauvé la vie de sept hommes

canadien

militaire

énorme

meurtrière

poilues

En 1941, un régiment

comptait, au sein de ses troupes,

un combattant spécial. En effet, le sergent Gander était doté de quatre pattes C’était un des soldats groupe

et d’un gros museau

.

Terre-Neuve, qui avait réussi à faire fuir . Un soir, il trouva une grenade près d’un  . Gander connaissait l’arme

 .

Quand il la prit dans sa gueule pour l’éloigner des soldats, la grenade a explosé. Après sa mort, au cours d’une cérémonie

 ,

on a rendu hommage au sergent

.

7 Des GN évocateurs permettent de bien rendre compte d’une réalité. Complétez la description de la tenue que porte Robinson pour faire de l’escalade. pour se protéger la tête en

Robinson porte cas de chute.

le protège des intempéries.

Il a enfilé agripper la corde.

pour bien

De façon à ne pas perdre pied, il a chaussé

 .

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Le groupe du nom (GN)

103


Nom :

  Groupe :

  Date :

1.3 Les fonctions du GN Le tableau suivant présente diverses fonctions du GN. Fonctions du GN

Exemples

Sujet

Cette artiste a exposé ses toiles.

Attribut du sujet

Elle est une parente éloignée.

Complément du nom

Le tournoi s’est déroulé au parc Jarry.

Complément direct du verbe Il taille des arbustes. Complément de phrase

Chaque dimanche, elle reçoit ses petits-enfants.

8 Observez le GN encadré dans chacune des phrases ci-dessous. – Surlignez le noyau et soulignez ses expansions. – Indiquez ensuite la fonction du GN dans la phrase. Ex. :  Le train à vapeur a révolutionné les moyens de transport . Fonction du GN :  complément direct du verbe a révolutionné. a) Au milieu du 19e siècle, des ingénieurs montréalais conçoivent un plan audacieux.

Fonction du GN :

b) L’île de Montréal pourrait être reliée au continent.

Fonction du GN :

c) On construit un pont ferroviaire qui enjambe le fleuve Saint-Laurent.

Fonction du GN :

d) Le pont Victoria a été inauguré en 1860.

Fonction du GN :

e) À l’époque, on disait que ce pont était la huitième merveille du monde.

Fonction du GN :

f) Chaque jour de la semaine, des milliers d’automobilistes empruntent ce pont pour se rendre au travail.

Fonction du GN :

g) Le pont Victoria est le pont ferroviaire le plus long du monde.

Fonction du GN :

h) Le prince de Galles, fils de la reine Victoria, a présidé la cérémonie d’inauguration du pont.

Les groupes de mots

Fonction du GN :

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 le groupe de l’adjectif (GAdj) 2.1 Les constructions du GAdj • L  ’adjectif est le noyau du GAdj. Il peut être seul ou accompagné d’une expansion dans le groupe. Constructions du GAdj Adjectif seul

Exemples GAdj

Le samedi, il pratique son sport favori , le soccer. GAdj

Adjectif + GPrép

Adj

GPrép

Ce candidat a choisi une chanson difficile à interpréter . GAdj

GAdv + Adjectif

GAdv

Adj

Le ciel est partiellement nuageux .

• Le GAdj détaché peut se placer avant ou après le nom. Ex. :  Surpris par l’orage, les randonneurs rebroussèrent chemin. Les randonneurs, surpris par l’orage, rebroussèrent chemin. 1 Complétez chaque phrase avec un GAdj qui présente la construction demandée. inquiet Ex. :  Pendant l’interrogatoire, un des témoins paraissait (Adj)

 .

a) « Vous avez mangé toute la tarte ! » « Mais, maman, Maxime et moi,

nous étions (GAdv + Adj)

 ! »

b) Tes (Adj)

(Adj)

lunettes ne passent pas .

c) Quel (Adj)

tour lui as-tu encore joué ?

Tu sembles (Adj + GPrép)

d) L’arrêt d’autobus est (GAdv + Adj + GPrép)

.

2 Dans les phrases suivantes, encadrez chaque GAdj, surlignez son noyau et soulignez ses expansions. Ex. :  Ces deux compères étaient fous à lier . a) Elle a eu une peur bleue en apercevant ta gerboise sous son lit. b) Mon père est imbattable à ce jeu. c) Es-tu bien certaine de ton choix ? d) Les mets trop épicés lui causent des brûlures d’estomac. © 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Le groupe de l’adjectif (GAdj)

105


Nom :

  Groupe :

  Date :

3 Dans chaque phrase, repérez les GAdj et remplissez le tableau qui suit. a) Ce sera un projet très facile à réaliser. b) Depuis quelques jours, il fait très froid. c) Les règles de ce jeu sont trop compliquées. d) Quand il a réussi cet exploit, sa famille était fière de lui. e) Ces bottes sont assez grandes pour toi. GAdj

Noyau du GAdj

a)  Ex. : très facile à réaliser

• 

b) • 

facile

Expansion ou expansions de l’adjectif

Type d’expansion

GAdv •  GPrép

• 

très •  à réaliser

• 

• 

• 

• 

c) • 

• 

• 

• 

d) • 

• 

• 

• 

e) • 

• 

• 

• 

• 

• 

• 

2.2 Les fonctions du GAdj • L  e GAdj accompagne souvent un nom ; il est alors complément de ce nom et il se place généralement près de lui. GAdj

GAdj

Ex. :  Elle a déposé ses livres sur la petite table ronde . • L  e GAdj se place aussi après un verbe attributif comme être ; il est alors attribut du sujet. V

GAdj

V

GAdj

Ex. :  La route est enneigée.   La chaussée semble verglacée. 4 Dans chaque phrase, soulignez les GAdj et donnez leur fonction (complément du nom ou attribut du sujet). Ex. :  Sur l’une des dalles, son nom était gravé. Fonction du GAdj : attribut du sujet nom. a) Un chemin tortueux menait au sommet de la montagne.

Fonction du GAdj :

b) C’est la seule fois où j’ai vu Gabriel faire de la bicyclette.

Fonction du GAdj :

c) Ils sont restés très attentifs pendant toute la durée du spectacle.

Fonction du GAdj :

d) Distraite par la sonnerie du téléphone, Léa a oublié ses clés. 106

Les groupes de mots

Fonction du GAdj : © 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

3 Le groupe du verbe (GV) 3.1 Le noyau du GV • Le verbe est le noyau du GV : c’est un verbe conjugué à un mode personnel, c’est-à-dire qu’il varie selon la personne (je, tu, ils, etc.).

Le verbe à l’infinitif est le noyau du GVInf. GVInf en voyager Ex. :  Léa préfère train.

GV V

Ex. :  Les enfants écoutent leur émission préférée.

3.2 Diverses constructions du GV • Le verbe peut être seul ou accompagné de mots qui forment ses expansions. Constructions du GV Verbe seul Verbe + GN Verbe + GPrép

Exemples

À midi, le soleil plombe .

Prédicat

GV

Il a oublié son parapluie . GV

➠ Page 116

Quelqu’un frappe à la porte .

1 La phrase et ses constituants

GV

Verbe + GAdj

Les marches de l’escalier sont glissantes .

Verbe + GAdv

Mon père travaille trop .

Pronom + Verbe

Le GV remplit la fonction de prédicat dans la phrase. Ex. :  Annie prépare une fête.

GV

GV GV

Il lui a répondu .

1 Dans chaque phrase, soulignez le noyau du GV encadré. a) Plusieurs chars allégoriques défilent dans les rues. b) Tous les soirs, je te raconte une histoire. c) Ce jeune bambin de trois ans explore toute la maison. d) Les infirmières à l’urgence sont complètement débordées. e) Dans la salle de conférences, tout le monde écoute le discours du ministre. 2 Encadrez les GV dans les phrases suivantes et décrivez leur construction. Ex. :  Les avions postaux survolaient la cordillère des Andes. V + GN a) Le service postal de nuit était critiqué à l’époque. b) En pleine nuit, à bord de leurs petits appareils, les pilotes

risquaient leur vie.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Le groupe du verbe (GV)

107


Nom :

  Groupe :

  Date :

c) Au terme de leur périple, ils atterrissaient à l’aéroport de Buenos Aires. d) Dans son récit, Antoine de Saint-Exupéry nous livre ses souvenirs. e) Ce grand écrivain était un pilote. f) Il a perdu la vie lors d’une mission de guerre en 1944. 3 Dans chacune des phrases ci-dessous, repérez les GV et remplissez le tableau qui suit. a) Josée a trouvé le sujet de son texte. b) Marc a répondu à son appel. c) Antoine est déçu de sa performance. d) Sophie attendait patiemment. e) Toute la famille prépare ses valises. f) Nous avons feuilleté des guides de voyage. g) Notre destination paraît idyllique. h) Demain matin, nous partirons tôt. i) Je remets mon passeport à la douanière. j) Un passager parle avec le pilote. k) Une agente de bord nous offre des rafraîchissements. GV

Noyau du GV

Expansion ou expansions du verbe

Type d’expansion

a)  Ex. : a trouvé le sujet de son texte

• 

b) • 

• 

• 

• 

c) • 

• 

• 

• 

d) • 

• 

• 

• 

e) • 

• 

• 

• 

f) • 

• 

• 

• 

g) • 

• 

• 

• 

h) • 

• 

• 

• 

i) • 

• 

• 

• 

• 

• 

a trouvé

• 

le sujet de son texte

• 

j) • 

• 

• 

• 

k) • 

• 

• 

• 

• 

• 

108

Les groupes de mots

GN

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

4 Le groupe de l’adverbe (GAdv) 4.1 Les constructions du GAdv • L’adverbe est le noyau du GAdv. Il est souvent seul dans son groupe. GAdv Adv

Ex. :  Je prends toujours un bon déjeuner. ➠ Page 91

• D  ans certains cas, l’adverbe noyau a une expansion, qui est un autre adverbe.

6.1 L’adverbe

GAdv Adv

Ex. :  Je mange assez souvent des fruits au déjeuner. 1 Soulignez les GAdv dans les phrases suivantes. a) Très souvent, Laura oublie son sac à lunch. b) Il travaille beaucoup mieux. c) Simon se soucie bien peu de toi. d) Hier, les gens sont partis beaucoup trop tôt. e) Ce chien a encore passé la nuit dehors. f) Pourtant, je l’avais bien avertie de ne pas y aller si tôt ! g) Je le savais, mais j’ai été bien surprise qu’elle l’annonce publiquement. h) Il avance bien prudemment. i) Es-tu déjà allée là-bas ? j) Tu parles trop fort. k) Il est tombé bien bas. 2 Composez une phrase avec le GAdv demandé. a) Probablement : b) Tout à fait : c) Ne… pas : d) Cependant : e) Ici : f) Trop : g) Aussi : h) Toujours : © 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Le groupe de l’adverbe (GAdv)

109


Nom :

  Groupe :

  Date :

4.2 Les fonctions du GAdv • Le tableau suivant présente quelques fonctions que peut remplir le GAdv. Fonctions du GAdv

Exemples

Modificateur du verbe

Suzie court vite.

Modificateur de l’adjectif

Manon est vraiment jolie.

Modificateur de l’adverbe

Je chante très mal !

Complément de phrase

Bientôt, la nuit tombera.

3 Indiquez quelle est la fonction des GAdv soulignés dans chacune des phrases suivantes. a) Il ne faut pas croire tout ce qu’on trouve sur la toile.

Fonction du GAdv :

b) Clara et Félix sont extrêmement chanceux de s’en être tirés indemnes.

Fonction du GAdv :

c) Tu as très bien réussi cette épreuve.

Fonction du GAdv :

d) Corinne voudra absolument y aller.

Fonction du GAdv :

e) Parfois, il faut plusieurs essais avant de réussir ce qu’on entreprend.

Fonction du GAdv :

f) Dépêche-toi de remettre ce travail avant qu’il ne soit trop tard !

Fonction du GAdv :

g) Johanne est réellement satisfaite de ce résultat.

Fonction du GAdv :

h) Regarde comme elles sont loin.

Fonction du GAdv :

i) Hier, j’ai téléchargé la plus récente chanson de cet artiste.

Fonction du GAdv :

j) Je suis vraiment désolée de vous décevoir, mais je suis bien mal placée pour vous aider à terminer votre travail de géographie.

Fonction du GAdv :

k) Écoutez attentivement pendant que la guide explique le trajet. 110

Les groupes de mots

Fonction du GAdv : © 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

5 Le groupe de la préposition (GPrép) 5.1 Les constructions du GPrép  a préposition est le noyau du GPrép. Elle a toujours une expansion, L qui peut être un GN, un pronom, un GVInf, un GAdv ou un GPrép. Constructions du GPrép

Exemples

Préposition + GN

Je parle à ma meilleure amie .

Préposition + Pronom

Je marche avec toi .

Préposition + GVInf

Ce but est facile à atteindre .

Préposition + GAdv

La balle a roulé jusque là-bas .

Préposition + GPrép

L’autobus passe près de chez elle .

➠ Page 94 6.2 La préposition

1 Surlignez les prépositions et soulignez leur expansion. Puis, indiquez si l’expansion est formée d’un groupe (en précisant la sorte) ou d’un pronom.

GN Ex. :  Je travaille avec Florence. a) Pendant la tempête, elle est demeurée dans sa maison. b) Colin m’a avertie qu’il ne reviendrait pas chez moi. c) Stéphanie reviendra malgré tout. d) Ses grands-parents sont partis depuis hier. 2 Dans les phrases ci-dessous, repérez les GPrép et remplissez le tableau qui suit. a) Les clés sont sur la table.

d) Jusqu’à maintenant, tout va bien.

b) Tant pis, nous irons sans vous. e) Le cinéma est près de chez moi. c) Il travaille fort pour réaliser ce projet. Noyau du GPrép

GPrép

Expansion de la préposition

Type d’expansion

a)  Ex. : sur la table

• 

b) • 

• 

• 

• 

c) • 

• 

• 

• 

d) • 

• 

• 

• 

e) • 

• 

• 

• 

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

sur

• 

la table

• 

GN

Le groupe de la préposition (GPrép)

111


Nom :

  Groupe :

  Date :

5.2 Les fonctions du GPrép Le tableau suivant présente des fonctions que peut remplir le GPrép. Fonctions du GPrép

Exemples

Complément du nom

J’ai regardé un documentaire sur les insectes.

Complément de l’adjectif

Elle est rouge de colère.

Complément indirect du verbe

Tu parleras avec eux.

Attribut du sujet

Il est en retard.

Complément de phrase

À cet instant, elle est partie.

3 Indiquez quelle est la fonction des GPrép soulignés dans les phrases suivantes. a) Valérie a laissé les jeux de société sur la table de la cuisine.

Fonction du GPrép :

b) Des prix ont été décernés durant la soirée.

Fonction du GPrép :

c) Charles est heureux de nous voir réunis.

Fonction du GPrép :

d) J’ai annoncé la nouvelle à tous mes amis.

Fonction du GPrép :

e) J’ai reçu mon bulletin et mes parents sont très fiers de mes résultats.

Fonction du GPrép :

f) Mon oncle a mis à l’eau son bateau à moteur.

Fonction du GPrép :

g) Vas-y ! Je crois en toi !

Fonction du GPrép :

h) Pendant des heures, elle a cherché à percer ce mystère.

Fonction du GPrép :

i) Sa lettre est demeurée sans réponse.

Fonction du GPrép :

j) Le frère de Noah est en voyage à Paris.

Fonction du GPrép :

k) Dès son arrivée, nous pourrons partir. 112

Les groupes de mots

Fonction du GPrép :

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

S y n t hèse Les groupes de mots Le groupe du nom (GN) • Le nom commun ou propre est le noyau du GN. • Le nom noyau est souvent accompagné d’un déterminant, mais il peut aussi être seul. • L  e noyau peut avoir une expansion, qui remplit la fonction de complément du nom. Des constructions du GN

Exemples

Nom seul

Kim s’entraîne chaque jour.

Dét + Nom

Cette athlète s’entraîne chaque jour.

Dét + GAdj + Nom

Cette jeune athlète s’entraîne chaque jour.

Dét + Nom + GN

Cette athlète, une skieuse , s’entraîne chaque jour.

Dét + Nom + GPrép

Cette athlète de haut niveau s’entraîne chaque jour.

Dét + Nom + Sub. relative

Cette athlète, qui a chuté , s’entraîne chaque jour.

Des fonctions du GN : Sujet • Complément direct du verbe • Attribut du sujet • Complément du nom • Complément de phrase

Le groupe de l’adjectif (GAdj) • L’adjectif est le noyau du GAdj. • L  e GAdj se place souvent après le nom qu’il accompagne. Il peut aussi se placer avant. Ex. :  Ces jeunes hockeyeurs participeront à la compétition régionale. • L  ’adjectif peut être seul ou accompagné d’une expansion : un adverbe qui remplit la fonction de modificateur ou un GPrép qui remplit la fonction de complément de l’adjectif. Des constructions du GAdj

Exemples

Adjectif seul

Une foule enthousiaste acclamait les athlètes.

GAdv + Adjectif

Une foule très enthousiaste acclamait les athlètes.

Adjectif + GPrép

L’aréna était rempli de spectateurs .

Des fonctions du GAdj : Complément du nom • Attribut du sujet

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Synthèse

113


Nom :

  Groupe :

  Date :

Le groupe du verbe (GV) • Le verbe conjugué est le noyau du GV. • L  e verbe peut être seul ou accompagné d’une expansion qui peut exercer la fonction de complément direct ou de complément indirect. Si le verbe est attributif, l’expansion a la fonction d’attribut du sujet. Si l’expansion est un GAdv, c’est un modificateur. Des constructions du GV

Exemples

Verbe seul

Le match commence .

Verbe + GN

Un joueur fait une passe .

Pronom + Verbe

Un adversaire l’intercepte .

Verbe attributif + GAdj

Le jeu est captivant .

Verbe + GPrép

L’entraîneur parle à ses joueurs .

Verbe + GAdv

L’arbitre intervient promptement .

La fonction du GV : Prédicat

Le groupe de l’adverbe (GAdv) • L’adverbe est le noyau du GAdv. Il est souvent seul dans son groupe. • D  ans certains cas, l’adverbe a une expansion : un autre adverbe qui le modifie. Ex. :  Mon petit frère patine très bien. Des fonctions du GAdv : Modificateur du verbe, de l’adjectif ou d’un autre adverbe • Complément de phrase

Le groupe de la préposition (GPrép) • La préposition est le noyau du GPrép. • L  a préposition a toujours une expansion, qui peut être un GN, un pronom, un GVInf, un GAdv ou un GPrép. Des constructions du GPrép

Exemples

Préposition + GN

Elle court derrière son amie .

Préposition + Pronom

Elle court derrière elle .

Préposition + GVInf

Elle s’entraîne afin de courir plus vite .

Préposition + GAdv

Elle court près d’ici .

Préposition + GPrép

Elle court près de chez elle .

Des fonctions du GPrép : Complément du nom • Complément de l’adjectif • Complément indirect du verbe • Attribut du sujet • Complément de phrase

114

Les groupes de mots

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Pratico-pratique À la recherche du t-shirt perdu Cela faisait trois jours que Gaby cherchait partout son t-shirt favori, mais en vain. Il songea que celui-ci avait peut-être été avalé par un trou noir. Le même trou noir qui lui avait déjà dérobé son collier avec une dent de requin, son maillot de bain à rayures et son cahier de grammaire, sans oublier un nombre astronomique de chaussettes !

Agacé par cette disparition inexplicable, Gaby se résigna à fouiller chaque centimètre de sa chambre. Pour commencer , il tria très soigneusement les monticules de vêtements, rangeant dans ses tiroirs ceux qui étaient propres et envoyant les autres au lavage. Il partit ensuite en expédition sous son lit et en rapporta plusieurs objets, mais aucun de ceux qu’il cherchait. Le visage en sueur, l’apprenti archéologue poursuivit vaillamment ses fouilles jusqu’au fond de son placard bordélique. Finalement, en tirant sa table de chevet pour vérifier derrière et dessous, il tomba sur son cahier de grammaire tout écorné et plein de poussière. « C’est un début », se dit Gaby, qui paraissait quelque peu découragé. 1 Dans les deux paragraphes du texte, observez chaque groupe de mots encadré, puis : – indiquez au-dessus de chacun le nom du groupe (GN, GV, GAdj, GAdv, GPrép) ; – surlignez son noyau et soulignez ses expansions. © 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Pratico-pratique

115


Nom :

  Groupe :

  Date :

5 Complétez le tableau ci-dessous en indiquant les numéros de phrases correspondant aux cas d’utilisation de la virgule indiqués dans la première colonne. Cas d’utilisation de la virgule

Numéros des phrases

La virgule détache une phrase incise, indiquant qui parle.

(5 cas)

Elle détache le complément de phrase lorsqu’il a été déplacé au début ou à l’intérieur de la phrase.

(2 cas)

Elle détache un complément du nom.

(3 cas)

6 La phrase (9) se termine par un point ; aurait-elle pu se terminer par un point d’exclamation ?

7 Rédigez la suite du récit, soit un dialogue d’environ huit lignes entre Vanessa et Hamed au bar laitier. Vous devez utiliser au moins une fois les signes de ponctuation suivants : (!) (…) (:) (?). Surlignez ces signes dans votre texte afin d’en faciliter le repérage.

228

La ponctuation

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Le référentiel Les stratégies de lecture............................................................

230

Les manipulations syntaxiques. .................................................

250

L’orthographe grammaticale....................................................

253

Glossaire des modes de discours. .........................................

262

Prése nter For des exc mu use sà l er une cla R a

ais onn er s

on

ire

m

en

mie

tu ne

pet it frè re q

ui

id

ée

ad éch

iré

Pa r

Dir e

ta

às

ge rs

sa ba nd ed ess iné e

es a

a

mi s

qu ’on

pe ns e

so

uv en t

à

eu

x

p

m re r iè

e

es pr

e• é ré

im

f pré

sio n •


Les stratégies de lecture

Sommaire 1 Planifier sa lecture....................................................................... 231 2 Prédire le contenu d’un texte....................................................... 233 3 Activer ses connaissances........................................................... 234 4 Se représenter la structure d’un texte de genre descriptif ou d’une séquence descriptive.................................... 236 5 Utiliser le schéma du récit dans un texte de genre narratif........ 238 6 Cerner le contenu d’un texte de genre descriptif ou justificatif................................................................................. 240 7 Cerner le contenu d’un texte de genre narratif........................... 242 8 Reconnaître les marqueurs d’organisation d’un texte................ 244 9 Reconnaître et repérer les formes de reprise de l’information... 246 10 Clarifier ses incompréhensions en cours de lecture................... 247 11 Réagir à un texte........................................................................... 248

230

Les stratégies de lecture

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

1 Planifier sa lecture QUOI ? Planifier sa lecture, c’est se préparer à lire un texte en fonction de . différents critères : • son intention de lecture ; • ses habiletés en lecture, ses goûts et ses intérêts ; • ses connaissances sur le genre de texte à lire ; • ses connaissances sur la provenance du texte ; • la tâche à réaliser, s’il y a lieu.

POURQUOI ? Planifier sa lecture permet… • de vérifier que le texte pourra répondre à son intention de lecture ; • de déterminer s’il faut lire le texte en entier ou si on peut en sélectionner seulement certains passages ; • de se donner des moyens de recueillir de l’information ou de réagir au texte en cours de lecture ; • de prévoir, s’il y a lieu, les outils nécessaires pour répondre aux exigences de la tâche à réaliser.

COMMENT ? 1 On précise son intention de lecture. Cela détermine le genre de texte . à lire. Les textes de genre descriptif donnent différents types d’information. • Pour se renseigner sur un sujet donné, on consultera un livre documentaire, un article de revue, un article sur le Web, un dictionnaire encyclopédique, etc. • Pour se renseigner sur une personne, on pourra lire sa biographie. • Pour découvrir le sujet d’un livre, on lira la quatrième de couverture. . S’il s’agit d’une œuvre littéraire, on pourra aussi lire une critique. • Pour réaliser une recette ou utiliser un appareil, on lira des consignes ou une marche à suivre. Les textes de genre narratif procurent le plaisir de lire en permettant au lecteur ou à la lectrice de donner libre cours à son imagination, d’accéder à différentes représentations du monde et de s’identifier aux personnages.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Planifier sa lecture

231


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 On active ses connaissances, on survole le texte et on se pose certaines questions. Dans un texte de genre descriptif ou narratif • D’où vient le texte ? • Qui l’a écrit ? • Que sait-on de l’auteur ou l’auteure ? Dans un texte de genre descriptif • Ce texte est-il publié sur Internet, dans une revue spécialisée, dans un quotidien ou dans un livre documentaire ? • Est-ce que l’auteur ou l’auteure connaît bien son sujet ? Son point de vue est-il plutôt neutre (ou objectif) ou plutôt subjectif ? • Ce texte est-il crédible (publié dans une revue spécialisée ou sur . le site Internet d’une institution reconnue) ? Est-il peu crédible . (auteur ou auteure difficile à identifier, présentation peu soignée, . fautes d’orthographe, etc.) ? • Qu’est-ce que le survol du texte permet de découvrir ? Que révèlent le titre et les intertitres ? Le texte est-il soutenu par des schémas et des illustrations ? Dans un texte de genre narratif • Quelle est la réputation de l’auteur ou l’auteure ? A-t-il ou a-t-elle publié d’autres livres ? Où et quand le texte a-t-il été écrit ? • Que sait-on de l’Éditeur ou de l’Éditrice ? Le livre fait-il partie d’une . collection ? • Le texte est-il récent ? Est-ce que l’histoire se situe à l’époque où il a été écrit ou à une autre époque ? 3 On s’assure que le texte répond aux exigences de la tâche. • Quelle est la nature de la tâche ? Faut-il répondre à un questionnaire ? remplir un tableau ? faire une recherche ? analyser un personnage ? • De combien de temps dispose-t-on pour réaliser la tâche ? • Quels moyens doit-on se donner pour réaliser la tâche ? Faut-il annoter le texte ? créer des fiches d’information ? tenir un journal de lecture ? • S’agit-il d’une tâche à réaliser individuellement ? en petits groupes ? Est-ce que le mode de travail influera sur la lecture du texte ?

QUAND ? Il faut toujours planifier sa lecture. L’étape de planification demandera peu de temps si le texte à lire correspond à ses habiletés en lecture, ses champs d’intérêt et ses goûts, et s’il n’y a pas de tâche à réaliser à la suite de la . lecture. Elle exigera plus de temps si le texte traite d’un sujet complexe . ou peu familier, ou s’il y a une tâche à réaliser.

232

Les stratégies de lecture

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 Prédire le contenu d’un texte QUOI ? Prédire le contenu d’un texte, c’est formuler des prédictions sur son contenu avant la lecture ; c’est aussi faire des hypothèses sur le sens du texte ou sur la suite du récit en cours de lecture, en se servant de ses connaissances et des indices fournis dans le texte.

POURQUOI ? Avant la lecture

 , faire des prédictions permet… Dans un texte de genre descriptif ou justificatif (article de revue, critique d’une œuvre littéraire, biographie, etc.) • d’activer ses connaissances en émettant des hypothèses sur le contenu . du texte. Dans un texte de genre narratif (bande dessinée, roman, conte, etc.) • de se poser des questions sur le récit : l’époque et les lieux où il se déroule, les personnages, leurs actions. Pendant la lecture  , faire des prédictions permet… • de vérifier sa compréhension du texte ; • de se poser des questions sur le contenu du texte ; • de comparer ses prédictions avec l’information donnée dans le texte.

COMMENT ? Avant la lecture

 , on survole le texte pour y repérer des indices. Dans un texte de genre descriptif ou justificatif • On observe le titre, les intertitres, les illustrations, les légendes, . les graphiques ou les tableaux. Dans un texte de genre narratif • On observe le titre, les titres de chapitres, les illustrations et la quatrième de couverture. Pendant la lecture  , on s’arrête pour se poser des questions, formuler . des hypothèses, puis comparer celles-ci avec le contenu du texte. Dans un texte de genre descriptif ou justificatif • On note d’autres informations que l’on voudrait obtenir. Dans un texte de genre narratif • On se pose des questions sur le déroulement du récit et sur les . personnages ; • on compare ses prédictions ou ses hypothèses avec l’information donnée dans le texte. Si ses prédictions ne se confirment pas, on fait d’autres . prédictions sur la suite du texte.

QUAND ? Avant de lire un texte, quel que soit son genre, il faut toujours s’efforcer d’en prédire le contenu de façon à pouvoir activer ses connaissances. Il faut aussi faire des prédictions pendant la lecture pour donner du sens au texte. © 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Prédire le contenu d’un texte

233


Nom :

  Groupe :

  Date :

3 Activer ses connaissances QUOI ? Activer ses connaissances, c’est établir des liens entre le texte et les connaissances que l’on possède sur un sujet ou les expériences que . l’on a vécues. C’est aussi s’assurer… Dans un texte de genre descriptif ou justificatif • d’utiliser ses connaissances sur le sujet traité et sur ses différents aspects. Dans un texte de genre narratif • d’utiliser ses connaissances sur le genre narratif : le schéma du récit, les personnages principaux et secondaires, les lieux, l’époque, l’atmosphère, etc. Dans tous les genres de textes • de tirer parti de ce que l’on sait du contexte de diffusion (texte imprimé . ou en ligne, extrait d’un journal, d’un roman, etc.) ; • de tirer parti de ce que l’on sait du contexte de production (l’intention de l’auteur ou l’auteure ; le lieu et l’époque où le texte a été écrit) ; • d’utiliser ses connaissances générales pour saisir les références à des évènements historiques, des œuvres artistiques, des lieux connus, etc.

POURQUOI ? Activer ses connaissances permet de mieux comprendre des textes à toutes les étapes du processus de lecture. Avant la lecture

 , activer ses connaissances permet… Dans une description • de prédire le sujet traité et ses différents aspects, de faire le point sur les connaissances que l’on possède et sur celles que l’on veut acquérir, et de se faire une idée de la fiabilité des informations fournies. Dans une justification • de prédire les raisons qui ont motivé l’opinion émise par l’énonciateur et d’évaluer la crédibilité de ses propos. Dans une narration • de prédire le déroulement du récit, de se faire une idée du genre de texte (roman, fable, conte, etc.) auquel appartient le récit et de l’univers (réalité, science-fiction, fantastique ou merveilleux) qui y est exploré.

234

Les stratégies de lecture

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Pendant la lecture  , activer ses connaissances permet… Dans une description, une justification ou une narration • de prédire la suite des évènements au fil des paragraphes, de faire des . inférences à partir des éléments fournis dans le texte et de comprendre certaines références (évènement historique, œuvre artistique, coutume ancienne, etc.). Après la lecture  , activer ses connaissances permet… Dans une description • de faire le bilan des connaissances que l’on a acquises en cours de lecture. Dans une justification • de comparer l’opinion émise dans le texte avec la sienne. Dans une narration • d’apprécier le texte que l’on vient de lire et d’enrichir son répertoire de lectures.

COMMENT ? 1 O  n survole le texte et on se pose des questions pour mobiliser l’ensemble des connaissances que l’on possède sur le sujet. Pour un texte de genre descriptif ou justificatif, on fait des liens entre ses connaissances et certaines caractéristiques du texte (intertitres, tableaux, graphiques, etc.). Pour un texte de genre narratif, on fait le point sur les connaissances . que l’on possède sur le genre auquel il appartient. On réfléchit au sens du titre et on lit la quatrième de couverture pour avoir une idée du contenu. 2 Pendant la lecture d’un texte de genre descriptif ou narratif, on s’arrête en cours de lecture pour se poser des questions, prédire la suite du texte et s’interroger sur les références à des éléments que l’on connaît. On relève l’information nouvelle dans chaque paragraphe, on . se demande si la lecture vient modifier ses connaissances sur . le sujet, sur le personnage ou sur l’intrigue, et on vérifie si le . texte permet de formuler d’autres questions sur le sujet traité . ou sur l’évolution du récit.

QUAND ? Il faut toujours activer ses connaissances avant, pendant et après . la lecture d’un texte, quel que soit son genre. Activer ses connaissances . facilite énormément la compréhension et l’interprétation d’un texte.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Activer ses connaissances

235


Nom :

  Groupe :

  Date :

4 S  e représenter la structure d’un texte de genre descriptif ou d’une séquence descriptive QUOI ? Les textes de genre descriptif traitent des différents aspects et sous-aspects d’un sujet donné. Les articles de magazines, les capsules d’information et les biographies sont des textes de genre descriptif. Dans les textes de genre narratif, on trouve des séquences descriptives qui décrivent les aspects et sous-aspects de personnages (portraits), de lieux, d’époques, etc. Les romans d’aventures et les romans policiers, qui sont . des textes de genre narratif, contiennent de nombreuses séquences . descriptives. Les textes de genre descriptif et les séquences descriptives présentent . une structure que l’on peut représenter sous la forme d’un graphique . ou d’un schéma. Voici le schéma d’un texte de genre descriptif. Sujet 1er aspect 1er sous-aspect

2e sous-aspect

2e aspect 3e sous-aspect

1er sous-aspect

2e sous-aspect

3e sous-aspect

POURQUOI ? Se représenter la structure d’un texte de genre descriptif ou d’une séquence descriptive permet… – de dégager l’organisation du texte ou de la séquence et de mieux relier les idées entre elles ; – de relever les idées importantes et de les mémoriser plus facilement ; – de mieux visualiser l’objet de la description.

236

Les stratégies de lecture

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

COMMENT ? 1 On se pose les questions suivantes sur les aspects et les sous-aspects décrits pour déterminer la façon dont ils sont organisés. • Comment les aspects et les sous-aspects du sujet sont-ils présentés ? Est-ce que le titre et les sous-titres permettent de dégager une . structure ou un ordre ? • Les aspects sont-ils énumérés les uns après les autres, chaque . aspect comportant plusieurs sous-aspects (description de catégories d’aliments, d’animaux, d’objets) ? • S’agit-il d’un texte qui compare deux éléments (animaux, objets, villes, etc.) ? • Les différents aspects sont-ils organisés de façon séquentielle, selon un ordre logique ou chronologique (étapes d’une démarche, description du cycle de l’eau, métamorphose d’une chenille, histoire de la conquête spatiale) ? 2 On dégage le plan d’une structure descriptive. On lit la séquence descriptive pour vérifier de quelle façon elle est organisée. • Est-ce que la description va du plus lointain au plus proche (paysage, personnage) ? de gauche à droite (décor) ? de l’extérieur vers l’intérieur (maison, ville) ? • Est-ce que la séquence compare les aspects et les sous-aspects de deux réalités ou de deux personnages ? • Est-ce que la séquence décrit une réalité selon un ordre chronologique ? • Est-ce que la description va plutôt du général au particulier (parler d’abord des mammifères pour en arriver à décrire les dauphins) . ou plutôt du particulier au général ?

QUAND ? Il est toujours utile de se représenter la structure d’un texte de genre . descriptif ou d’une séquence descriptive. S’en faire une représentation visuelle aide à mieux comprendre les informations fournies. Les schémas . et les structures de texte sont aussi très utiles pour rédiger des textes de genre descriptif ou des séquences descriptives.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Se représenter la structure d’un texte de genre descriptif ou d’une séquence descriptive

237


Nom :

  Groupe :

  Date :

GLOSSAIRE DES MODES DE DISCOURS Adjectif à valeur méliorative : adjectif qui présente un aspect positif. En description, il permet de reconnaître la position favorable de l’énonciateur à l’égard du sujet décrit. Ces adjectifs font partie du vocabulaire connoté (voir Vocabulaire connoté). Ex. :  Une jolie plante Adjectif à valeur péjorative : adjectif qui présente un aspect négatif. En description, il permet de reconnaître la position défavorable de l’énonciateur à l’égard du sujet décrit. Ces adjectifs font partie du vocabulaire connoté (voir Vocabulaire connoté). Ex. :  Une mort horrible Champ lexical : ensemble de mots reliés par le sens à un même thème. Ces mots peuvent être notamment des synonymes, des antonymes, des mots de même famille (composés ou dérivés), des mots spécifiques d’un terme générique, des mots représentant les parties d’un tout ou des mots se rapportant à un même domaine. Voici un exemple du champ lexical de la voiture :

automobile, auto, bagnole (synonymes) voiture-école, covoiturage (mots de même famille)

voiture

compacte, limousine, décapotable (spécifiques)

carrosserie, pneu, moteur (parties d’un tout) pilote, kart, démarrer (mots du domaine de la voiture)

Comparaison : figure de style qui consiste à rapprocher deux réalités qui ont un point commun au moyen d’un terme comparatif. Ex. :  Les cerfs-volants voltigent dans le ciel comme des oiseaux multicolores. La comparaison comprend quatre éléments : 1) la 1re réalité, ou ce que l’on compare (Les cerfs-volants) ; 2) le point commun aux deux réalités (voltigent dans le ciel) ; 3) le terme comparatif (comme) ; 4) la 2e réalité, ou ce à quoi on compare la 1re réalité (des oiseaux multicolores). Connoté : voir Vocabulaire connoté. Dénoté : voir Vocabulaire dénoté.

262

Glossaire des modes de discours

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Énonciateur : personne, ou regroupement de personnes, qui émet un texte (oral ou écrit) et s’en porte responsable. Généralement, il s’agit de l’auteur. Dans un texte narratif, l’énonciateur est le narrateur. Énumération : série constituée d’au moins trois mots de même classe, ou groupes de mots de même sorte, qui correspondent aux parties d’un tout. Ex. :  Il me faudra encore trouver des carottes, du basilic frais et de l’ail des bois. Fable : la fable est un texte relativement court, généralement en vers, qui vise à enseigner quelque chose aux lecteurs. Cet enseignement s’exprime par la morale, une pensée le plus souvent exprimée à la fin du texte, plus rarement au début. Parfois, celle-ci n’est pas explicitement formulée. Il appartient alors aux lecteurs de la déduire. Exemples de morales tirées des fables de Jean de La Fontaine : – Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. (Le Lièvre et la Tortue) – On a souvent besoin d’un plus petit que soi. (Le Lion et le Rat) – Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. (Le Petit poisson et le Pêcheur) – Il ne faut jamais vendre la peau de l’Ours qu’on ne l’ait mis à terre. (L’Ours et les deux Compagnons) Figure de style : moyen d’expression qui consiste à jouer avec les mots et avec leurs différents sens pour créer des images expressives. Il existe de nombreuses figures de style. On les utilise dans tous les modes de discours, mais plus particulièrement en poésie. Gradation : énumération dans laquelle les termes suivent un certain ordre. Cet ordre peut être croissant ou décroissant, aller du général au particulier ou inversement. Ex. :  Cette musique, je l’apprécie, je l’aime, je l’adore. (gradation croissante.) Intention : but poursuivi par l’énonciateur ou le lecteur d’un texte. Par exemple, l’énonciateur peut vouloir convaincre, informer ou divertir. C’est ce qu’on appelle l’intention d’écriture. À l’inverse, une personne qui lit un texte a un objectif appelé l’intention de lecture. Ainsi, on peut lire pour se divertir, pour s’informer, etc. Mélioratif, méliorative : voir Adjectif à valeur méliorative. Métaphore : figure de style qui consiste à rapprocher deux réalités qui ont un point commun sans utiliser de terme comparatif. La 2e réalité est généralement exprimée au sens figuré. Ex. :  Elle a reçu une pluie de compliments. (Sens propre : Elle a reçu de nombreux compliments.) La métaphore comprend généralement trois éléments : 1) la 1re réalité, ou ce que l’on compare (les compliments) ; 2) la 2e réalité, ou ce à quoi on compare la 1re réalité (une pluie) ; 3) le point commun aux deux réalités (l’abondance). © 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Glossaire des modes de discours

263


Nom :

  Groupe :

  Date :

Morale : voir Fable. Péjoratif, péjorative : voir Adjectif à valeur péjorative. Personnification : figure de style qui consiste à représenter une chose inanimée sous les traits d’une personne. Ex. :  La nuit m’a embrassé, et je me suis endormi. Point de vue : le point de vue correspond à l’attitude de l’énonciateur face à son sujet. − Un point de vue est objectif si l’énonciateur n’exprime pas son opinion personnelle. − Un point de vue est subjectif si l’énonciateur exprime son opinion ou démontre son engagement. Séquence descriptive : séquence qui sert à décrire une réalité, c’est-à-dire à présenter les différents aspects d’un sujet (qualités, propriétés, parties, composantes, etc.). Séquences textuelles : catégories qui permettent de regrouper des textes qui ont une structure et des caractéristiques communes. Il existe cinq catégories de séquences textuelles : descriptive, narrative, explicative, dialogale et argumentative. Vocabulaire connoté : le vocabulaire est dit connoté lorsque les mots utilisés révèlent le point de vue de l’énonciateur. Selon l’intention de l’énonciateur, le vocabulaire peut être connoté positivement ou négativement. – Le vocabulaire est connoté positivement lorsque les mots choisis montrent que l’énonciateur a une opinion favorable du sujet dont il parle. Ex. :  Ce livre passionnant raconte la vie héroïque d’un personnage prodigieux. (Le choix des adjectifs à valeur méliorative permet de comprendre que l’énonciateur a aimé le livre.) – Le vocabulaire est connoté négativement lorsque les mots choisis montrent que l’énonciateur a une opinion défavorable du sujet dont il parle. Ex. :  Ce livre insignifiant raconte la vie banale d’un personnage des plus ternes. (Le choix des adjectifs à valeur péjorative permet de comprendre que l’énonciateur n’a pas aimé le livre.) Vocabulaire dénoté : le vocabulaire est dit dénoté lorsque les mots utilisés ne permettent pas de reconnaître le point de vue de l’énonciateur. Ex. :  Ce livre décrit les nombreux voyages de l’explorateur français Samuel de Champlain. (Le choix des adjectifs ne permet pas de reconnaître le point de vue de l’énonciateur.)

264

Glossaire des modes de discours

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Index Abrègement, 193 Accord(s) avec le complément direct, 178-179 avec le sujet, 175 dans la phrase, 175-179, 186 dans le groupe du nom, 180-185, 187 de l’adjectif dans le GN, 184 Donneurs et receveurs d’, 174 du déterminant, 182-183 Règles d’, 174 Adjectif(s) Accord de l’, 84, 184-185 attribut du sujet, 106 Caractéristiques de l’, 84 Féminin des, 255 Modificateur de l’, 146 participe, 84 Pluriel des, 253 Rôles de l’, 84 Adverbe complexe, 91 Modificateur de l’, 146 Rôles de l’, 91 Sens de l’, 92 simple, 91 Ajout (ou addition), 251 Allitération, 69 Antonymes, 198-199 Apostrophe, 261 Attribut du sujet, 106, 145-146

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Classes de mots, 78-99 invariables, 91-97 Synthèse des, 98 variables, 78-90 Complément de l’adjectif, 140 de phrase, 149-152 direct du verbe, 142-144 du nom, 138-140 du pronom, 140-141 indirect du verbe, 142-144 Complément de phrase, 149-152 Repérer le, 149 Composition, 192 Conditionnel passé, 166-167 présent, 166-167 Conjonction, 96-97 de coordination, 96 de subordination, 96 Rôle de la, 96 Sens de la, 96 Conjugaison, 156-173 Coordination, 132 Dédoublement, 252 Déplacement, 250 Description, 2-19 Aspects et sous-aspects dans une, 3 Organisation des informations dans la, 3 Plan de la, 3 Utilité de la, 2 Index

265


Matière

première

La collection Matière première, destinée à l’enseignement du français au 1er cycle du secondaire, constitue un ensemble de ressources complémentaires conforme à la progression des apprentissages (PDA). On y trouve des entrées notionnelles se rapportant à deux volets : « Les modes de discours » et « Les ressources de la langue ». Jumelés aux contenus théoriques, les exercices permettent d’actualiser l’enseignement du français et d’en soutenir l’apprentissage.

Les composantes de la collection Les cahiers d’apprentissage Les modes de discours • Entrée en matière, une présentation théorique du mode de discours à l’étude, suivie d’un texte annoté ; • des textes et des activités sur les divers modes abordés : La description, La justification, La narration et La poésie ; • des extraits de texte accompagnés d’exercices de compréhension et de modélisation ; • des mots renvoyant à un Glossaire des modes de discours ; • des renvois au volet grammatical. Les ressources de la langue • Des encadrés théoriques et des exercices de grammaire en conformité avec la PDA ; • des rubriques signalant les pièges à éviter et invitant à utiliser les manipulations syntaxiques, entre autres ; • des renvois au référentiel ; • une Synthèse des encadrés théoriques à la fin de chaque section ; • Pratico-pratique, une activité de révision des connaissances acquises, à partir d’un même texte. Le référentiel • Des Stratégies de lecture aisément applicables ; • Les manipulations syntaxiques et L’orthographe grammaticale en tableaux ; • un Glossaire des modes de discours ; • un index des notions traitées dans les deux volets.

Les guides-corrigés • Le corrigé en couleurs de chaque cahier d’apprentissage; • des notes pédagogiques donnant une vue d’ensemble des contenus abordés dans les deux volets ; • de nombreux documents reproductibles et leur corrigé (fiches de récupération, de consolidation, d’enrichissement) : –  Pour « Les ressources de la langue » – Pour « Les modes de discours » ✓  Des textes supplémentaires à annoter ✓  Des tests diagnostiques ✓  Des situations d’écriture ✓  Des activités d’évaluation

Offre numérique Pour l’animation en classe et la correction collective, le Guide-corrigé, version numérique, permet : • de projeter, d’annoter et de feuilleter le cahier ; • d’afficher le corrigé du cahier au moment de son choix ; • d’accéder à tout le matériel reproductible. Le Guide-corrigé, version numérique, s’utilise avec ou sans tableau blanc interactif (TBI).

Les composantes de la collection (1er cycle du secondaire)

Cahier d’apprentissage 1

Cahier d’apprentissage 2

Guide-corrigé 1

Guide-corrigé 2

Guide-corrigé 1, version numérique

Guide-corrigé 2, version numérique

Matière première_2e sec  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you