Page 1

1re année du 1er cycle du secondaire

Français

Matière

• Patrice Gagnon • Maxime Lachance • Guy Lessard • Hélène Lévesque • Marie-Josée Lévesque • Serge Lirette

première

Cahier d’apprentissage • Textes et activités • Grammaire et exercices • Référentiel

Améliorer ses performances à un jeu vid

éo

Lire dans l’

Prép

auto b us , le

are r

d iq er un nt se mm Pré Co

mé tr o ,l a

ue

ra

vo i tu re ,

ve c

le

so n

le

sp

ain

on

c ex es

l er mu

er s onn Rais

For

re

tr

us es

ai

on

cl

à

e

m

f it pet

re

un

en

am ie

t

eq rèr

un

e

ui ad

id

éch

ée

iré sa

ba nd e

des sin ée

Pa r pr é

fér é

en tr ée

ma

t iè

re

•C

Vi vr eu

sa

ne

las s

er sa co

ren con tre ino

ble

ubliab

y llection de cartes de hocke

le avec son artiste préféré

du com ité étud iant

•D

ire à

ta ge

e

en

r sa

se s

am is

qu ’

on pen se

souv ent à eu x

pr em ièr e im

pre ssio n

Conforme à la progression des apprentissages


Table des matières

Présentation du cahier..........................................IV

Les modes de discours. .............................................1 La description..............................................................................2 Entrée en matière .....................................................................................2

1 Lire un article de dictionnaire..........................................................6 2 Lire des capsules d’information ......................................................8 3 Lire des quatrièmes de couverture ............................................... 10 4 Lire une procédure......................................................................... 12 5 Lire un article sur le web................................................................ 14

La justification......................................................................... 18 Entrée en matière.................................................................................... 18

1 Lire des quatrièmes de couverture................................................ 22 2 Lire l’appréciation d’une œuvre littéraire...................................... 26

La narration................................................................................. 30 Entrée en matière.................................................................................... 30

1 Lire des extraits de romans d’aventures....................................... 34 2 Lire des extraits de romans de fantasie......................................... 49 3 Lire une bande dessinée ............................................................... 61

La poésie. ....................................................................................... 66

Entrée en matière.................................................................................... 66

1 Lire un poème ludique.................................................................... 70 2 Lire un poème à trame descriptive................................................ 72 3 Lire un poème à trame narrative................................................... 75

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Table des matières

I


Les ressources de la langue......................... 77 Les classes de mots.............................................................. 78

1 Le nom............................................................................................ 78 2 Le déterminant .............................................................................. 82 3 L’adjectif.......................................................................................... 85 4 Le pronom....................................................................................... 88 5 Le verbe ......................................................................................... 91 6 Les classes de mots invariables ................................................... 94 Synthèse. .............................................................................................. 102 Pratico-pratique.................................................................................... 103

Les groupes de mots........................................................... 104

1 Le groupe du nom (GN)................................................................ 104 2 Le groupe de l’adjectif (GAdj)....................................................... 109 3 Le groupe du verbe (GV)............................................................... 111 Synthèse. .............................................................................................. 114 Pratico-pratique.................................................................................... 115

La phrase...................................................................................... 116

1 La phrase et ses constituants...................................................... 116 2 Les types et les formes de phrases............................................. 117

3 Les phrases subordonnées.......................................................... 124 4 Des phrases à construction particulière...................................... 130 5 La coordination et la juxtaposition............................................... 132 Synthèse. .............................................................................................. 134 Pratico-pratique.................................................................................... 136

Les fonctions syntaxiques

. ........................................ 138

1 Les fonctions dans les groupes de mots...................................... 138 2 Les fonctions dans la phrase....................................................... 146 Synthèse. .............................................................................................. 153 Pratico-pratique.................................................................................... 154

La conjugaison et la valeur des temps verbaux. ............................................................ 156

1 Les modes et les temps des verbes............................................. 156 Synthèse. .............................................................................................. 172 Pratico-pratique.................................................................................... 173

Les accords................................................................................ 174 1 Les donneurs et les receveurs d’accord...................................... 174

2 Les accords dans la phrase.......................................................... 175 3 Les accords dans le groupe du nom............................................ 179 Synthèse. .............................................................................................. 189 Pratico-pratique.................................................................................... 191 II

Table des matières

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Le lexique. ................................................................................... 192

1 La formation des mots................................................................. 192 2 Le sens des mots.......................................................................... 195 Synthèse. .............................................................................................. 202 Pratico-pratique.................................................................................... 203

La grammaire du texte. ................................................... 204

1 Le discours rapporté direct.......................................................... 204 2 La reprise de l’information........................................................... 207 3 L’harmonisation des temps verbaux............................................ 212

4 Les marqueurs d’organisation du texte....................................... 214 Synthèse. .............................................................................................. 217 Pratico-pratique.................................................................................... 218

La ponctuation........................................................................ 220

1 Les points .................................................................................... 220 2 La virgule...................................................................................... 221 3 Le deux-points, les guillemets et le tiret..................................... 224 Synthèse. .............................................................................................. 226 Pratico-pratique.................................................................................... 227

Le référentiel................................................................. 229 Les stratégies de lecture ............................................ 230 Les manipulations syntaxiques................................. 250

1 L’effacement................................................................................. 250

2 Le déplacement............................................................................ 250 3 L’ajout (ou addition)...................................................................... 251 4 L’encadrement.............................................................................. 251 5 Le dédoublement.......................................................................... 252 6 Le remplacement......................................................................... 252

L’orthographe grammaticale....................................... 253

1 La formation du pluriel des noms et des adjectifs...................... 253 2 La formation du féminin des noms et des adjectifs..................... 255

3 Les préfixes et les suffixes........................................................... 257 4 Les homophones.......................................................................... 259 5 La majuscule................................................................................ 260 6 L’apostrophe................................................................................. 261 7 Le trait d’union............................................................................. 261

Glossaire des modes de discours............................ 262 Index...................................................................................................... 265 Sources iconographiques..................................................................... 269 Liste des abréviations, symboles et pictogrammes............................. 270 © 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Table des matières

III


Présentation du cahier Le cahier de savoirs et d’apprentissage Matière première constitue une . ressource complémentaire de tout matériel de base. Ses entrées notionnelles en font un outil simple et efficace pour mettre en pratique la progression des apprentissages en français. Le cahier de savoirs et d’apprentissage Matière première comporte . deux volets : Les modes de discours et Les ressources de la langue.

Les modes de discours 1. La description 2. La justification 3. La narration 4. La poésie

Les ressources de la langue 1. Les classes de mots 2. Les groupes de mots 3. La phrase 4. Les fonctions syntaxiques 5. La conjugaison et les valeurs des temps verbaux 6. Les accords 7. Le lexique 8. La grammaire du texte 9. La ponctuation Un référentiel placé à la fin du cahier complète ces deux volets. On y . trouve une section sur les stratégies de lecture, des tableaux sur les . manipulations syntaxiques et l’orthographe grammaticale, ainsi . qu’un glossaire des modes de discours. Chacun des volets de Matière première . est divisé en sections, elles-mêmes . subdivisées en plusieurs séquences. • La table des matières détaillée . reprend la couleur de chaque . volet pour un repérage visuel . immédiat des notions et . exercices dans le cahier. • À l’endos de la couverture figure . la liste des abréviations, des . symboles et des pictogrammes . employés dans le cahier. IV

Présentation du cahier

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Les modes de discours La PDA (Progression des apprentissages) accorde une importance déterminante aux modes de discours. De fait, ces derniers constituent l’ancrage sur lequel s’arriment les compétences et les connaissances. Chaque section correspondant à un des modes étudiés (description, justification, narration, poésie) est structurée selon le modèle ci-dessous.

Au début de chaque section, un exposé théorique . décrit le mode de discours à l’étude. Cet exposé théorique est suivi d’un texte annoté . illustrant les caractéristiques du mode de . discours à l’étude. Ce texte peut servir à . des fins de modélisation pour l’élève. Pour chacun des quatre modes de discours, Matière première présente . plusieurs exemples de textes, accompagnés chacun d’exercices . permettant l’exploitation et la modélisation de divers genres de . textes au regard du mode de discours concerné.

Des questions de compréhension et d’interprétation du texte ainsi que des questions en vue de susciter et de développer une réaction au texte viennent clore chaque séquence. La flèche bleue indique un renvoi qui permet de consulter . rapidement une notion . grammaticale liée à la . matière présentée.

Tout au long du volet Les modes de discours, des mots . liés aux notions et concepts à enseigner renvoient au . glossaire des modes de discours, à la fin du référentiel.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Présentation du cahier

V


Les ressources de la langue La PDA insiste sur le lien entre les modes de discours et les ressources de la langue. Ce volet fait donc une large place aux notions grammaticales. Pour chaque section, notions et exercices alternent, les exercices visant en chaque cas à favoriser chez les élèves l’acquisition de connaissances et un maximum d’autonomie. La rubrique indique l’utilité de la notion abordée. Les notes sur fond jaune proposent des astuces ou des informations pratiques en lien avec les exposés théoriques présentés. Elles . rappellent en quelques mots une notion déjà présentée, mais la . plupart du temps génératrice d’erreurs fréquentes pour les élèves. La rubrique permet à l’élève de faire son exercice avec autonomie en lui donnant un indice ou en . lui suggérant le recours à un outil. La rubrique traite les manipulations syntaxiques en lien avec les notions abordées. Dans certains cas, on trouve en marge un renvoi au référentiel..

L’exercice proposé sous cette rubrique est l’occasion pour l’élève . de mettre en application l’une ou l’autre des notions grammaticales précédemment abordées et de vérifier qu’il ou elle les connaît et . les maîtrise.

Un résumé de toutes les notions vues dans la section permet . aux élèves d’en retenir les faits saillants.

À la fin de chaque section, les élèves sont invités à réviser . les connaissances acquises à partir d’un texte continu.

VI

Présentation du cahier

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Les modes de discours La description. ...................................................................................

2

La justification.....................................................................................

18

La narration.........................................................................................

30

La poésie...............................................................................................

66

Améliorer ses performances à un jeu vid

Lire dans l’

éo

auto

Prép

bus , le

are r

mé t

so n

vo it ur

se cu ex es

rd te en

er

e,

en tr ée

le

tr ain

en

u

s Pré

iq un mm Co

ro ,l a

un e

le

re

t iè

re

am

ie

•C

las s

Vi vr e un sp

on

sa

s

à

av ec

ma

Dir eà

ses

am

ble

er

du

er sa co

e nc ontr e

com

is q u’on pen se

ité

llection de cartes de hocke

inoub li

étu

souv e nt à eux

y•

é• able avec s on artiste préfér

dian

t•


La description

En

trée en ma t i

ère

La description est un texte, ou une séquence textuelle, qui présente les caractéristiques d’une réalité de façon détaillée.

L’utilité de la description La description sert notamment à : – mieux faire connaître un personnage ; – présenter les lieux où se déroule l’action ; – détailler les caractéristiques d’un objet ou d’un animal ; – rendre compte d’un évènement ou d’une situation. Certains genres de textes, tels le mode d’emploi ou l’article encyclopédique, . sont essentiellement de type descriptif. On peut cependant trouver des. séquences descriptives dans d’autres genres de textes, par exemple dans . un roman ou dans un conte.

Le plan de la description Lorsqu’on présente une réalité (animal, objet, lieu, fonctionnement, etc.), . on procède généralement de la façon suivante : – on présente le sujet du texte (de quoi il est question) ;

Introduction.

– on détermine les aspects (caractéristiques, . composantes, catégories) sur lesquels on compte s’attarder ;

Développement.

– on développe, pour chacun des aspects, . des sous-aspects ; – on fait un rappel du sujet en résumant les principaux aspects.

Conclusion.

Une description bien construite permet de cerner efficacement . le sujet décrit. Voici le schéma d’une description. Sujet 1er aspect 1er sous-aspect 2

La description

2e sous-aspect

2e aspect etc.

1er sous-aspect

2e sous-aspect

etc.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Voici des exemples d’aspects et de sous-aspects qu’on peut traiter dans . une description. Sujet de la description Une personne

Un animal

Un objet

Un lieu

Aspects

Sous-aspects

portrait physique

taille, visage, cheveux, mains, etc.

habillement

vêtements, tissus, couleurs, motifs, formes, etc.

personnalité

qualités, défauts, habitudes de vie, etc.

traits physiques

pelage (plumage), couleur, taille, forme, etc.

caractéristiques physiologiques

alimentation, reproduction, gestation, longévité, etc.

caractéristiques sociales

habitat, mode de vie (en bande ou seul), façon de chasser, etc.

apparence

parties, forme, couleurs, matériaux, etc.

utilité

avantages, inconvénients, etc.

fonctionnement

mode d’emploi, mise en garde, etc.

situation géographique

continent, pays, province, région, ville, village, etc.

dimensions

superficie, forme, etc.

climat

température, végétation, etc.

L’organisation des informations dans la description Dans une description, les aspects sont souvent présentés selon : – une organisation par thème : les organisateurs textuels présentent, dans un ordre logique, les aspects et les sous-aspects du sujet selon ses parties ou ses caractéristiques, ses qualités, ses défauts, ses propriétés, son . fonctionnement, etc. (ex. : d’abord, ensuite, enfin, etc.) ;

➠ Page 214 4.1 Les organisateurs textuels

– une organisation dans l’espace : les organisateurs textuels présentent les aspects et les sous-aspects du sujet selon des repères géographiques, selon un axe vertical ou horizontal, de l’intérieur vers l’extérieur, etc. . (ex. : devant, derrière, plus loin, près de, à côté, à droite, au-dessus, en bas, etc.).

Les éléments caractéristiques de la description Dans une description, on retrouve souvent les éléments suivants : – des renseignements généralement vérifiables ; – un vocabulaire juste et précis et, au besoin, un vocabulaire évocateur, . susceptible de créer une image mentale ou de susciter une émotion ; – des comparaisons et des énumérations permettant aux lecteurs . de se faire une idée plus précise de la réalité décrite ; – des pronoms à la 3e personne (il, elles, on, ceux-ci, etc.) faisant . référence à la réalité décrite ; – des GAdj compléments du nom permettant de caractériser . la réalité décrite ; – plusieurs formes de reprise de l’information pour faire référence à . la réalité décrite tout en évitant les répétitions.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

➠ Page 207 2 La reprise de l’information

La description

3


Nom :

  Groupe :

  Date :

Voici un exemple de texte descriptif.

Plan du texte Introduction

Le porc-epic Perché dans un arbre ou tapi sous les buissons qui bordent la route, le porc-épic est quasi invisible pour qui n’est pas très observateur et peut même passer inaperçu s’il n’est pas trahi par sa mastication un peu bruyante.

Développement Premier aspect : . caractéristiques physiques Sous-aspect 1 : classe et famille Sous-aspect 2 : . masse et taille Sous-aspect 3 : pelage Sous-aspect 4 : tête Sous-aspect 5 : démarche Sous-aspect 6 : sens Deuxième aspect : comportement Sous-aspect 1 : . habitudes de vie Sous-aspect 2 : alimentation

Un physique singulier Ce mammifère de la famille des rongeurs est un animal plutôt costaud pesant environ 5 kg et mesurant de 75 à 100 cm. Son corps, couvert d’un duvet noir très dense parsemé de longs poils lustrés de couleur brune, est pourvu d’environ 30 000 dards. Sa grosse tête au museau aplati cache des petits yeux ronds et des oreilles bien peu apparentes. Campé sur de courtes pattes arquées, le porc-épic se déplace nonchalamment à la façon d’un ours. Bien qu’il jouisse d’une ouïe très fine et d’un odorat bien développé, le porc-épic a une vue plutôt faible.

Un comportement qui ne manque pas de piquant ! Le porc-épic est un animal arboricole plutôt nocturne, toujours en quête de nourriture. En été, il se nourrit essentiellement des bourgeons et des feuilles de certains arbres et arbustes, de petits fruits et de noix. L’hiver, il se contente de ronger l’écorce des pins, des épinettes, des mélèzes et des petits érables.

4

La description

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Quand il fait face à un ennemi, le porc-épic opte d’abord pour la fuite, dans un galop maladroit, vers l’abri le plus proche : sous une roche, sous

Sous-aspect 3 : . moyens de défense

une souche, dans un arbre. S’il en est empêché, il se pelotonne en cachant soigneusement sa tête vulnérable entre ses épaules. Puis, tous ses piquants dressés, il pivote de manière à présenter son dos au prédateur, qu’il menace en fouettant l’air avec son épaisse queue musclée. Qu’on soit rassuré, le porc-épic ne lance pas ses dards. C’est en essayant d’effrayer son ennemi avec sa queue que certains dards se détachent et s’accrochent à l’agresseur. Considéré par plusieurs comme un animal nuisible parce qu’il détruit l’écorce de certains arbres, qu’il ronge des outils et qu’il ravage des

Sous-aspect 4 : nuisibilité

champs de maïs ou des jardins, le porc-épic joue malgré tout un rôle non négligeable dans la nature. En effet, en éclaircissant des peuplements de jeunes arbres, en leur permettant donc de disposer de plus d’espace pour croître et se développer, il contribue à la conservation des forêts. Bref, cet animal à l’instinct défensif si particulier gagnerait sans aucun doute à être mieux connu.

Sous-aspect 5 : utilité Conclusion

Le tableau suivant résume les aspects et sous-aspects du texte . Le porc-épic. Sujet : le porc-épic 1 aspect ses caractéristiques physiques

2e aspect son comportement

Sous-aspects

Sous-aspects

er

– sa classe et sa famille – sa masse et sa taille – son pelage

– sa tête – sa démarche – ses sens

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

– ses habitudes de vie – son alimentation – ses moyens de défense

– sa nuisibilité – son utilité

La description

5


Nom :

  Groupe :

  Date :

1 Lire un article de dictionnaire Chacun des mots faisant l’objet d’un article dans un dictionnaire est . appelé entrée. Voyons donc ce qu’on trouve à l’entrée « matière », dans . le Petit Larousse illustré 2011.

Matière n.f. (lat. matera) 1. Substance, réalité constitutive des corps, douée de propriétés physiques. ◊ BIOL. La matière vivante : la matière dont sont faits les êtres vivants. 2. CHIM. Quantité de matière : nombre de moles. 3. PHILOS. Corps, réalité matérielle (par oppos. à âme, à esprit). 4. Substance particulière dont est faite une chose et connaissable par ses propriétés. Matière combustible. Matière picturale d’un tableau. 5. Matière première : matériau d’origine naturelle qui est l’objet d’une transformation et d’une utilisation économique. (On distingue, communément, les matières premières agricoles [animales ou végétales], les matières premières minérales et les matières premières énergétiques.) 6. ASTRON. Matière noire ou sombre : matière obscure, de nature inconnue, révélée par ses effets gravitationnels et dont la masse totale dans l’Univers excéderait largement celle de la matière lumineuse. 7. Ce qui peut constituer le fond, le sujet d’un ouvrage, d’une étude. Il y a là matière à un roman. Ces questionnaires lui ont fourni la matière première de son enquête. ◊ Entrée en matière : introduction d’un exposé, d’une étude, etc. – Entrer en matière : aborder un sujet. – Table des matières : liste fournissant l’indication des sujets traités dans un ouvrage, et leur référence. (Elle est placée en fin d’ouvrage, par oppos. au sommaire.) 8. Ce qui est l’objet d’une étude systématique, d’un enseignement. Matières artistiques, littéraires. 9. a. Ce qui fournit l’occasion, ce qui est la cause de. Donner matière à discussion. Être, donner matière à rire. b. En matière de, en matière (+ adj.) : en ce qui concerne tel domaine. En matière de sport, en matière sportive. 10. Domaine déterminé en droit par la nature même des choses dont a à connaître une autorité. Le Petit Larousse illustré 2011, © Larousse 2010.

Comprendre

et interpréter

1 Dans l’article ci-dessus, extrait du Petit Larousse illustré, combien . trouve-t-on de définitions différentes du mot « matière » ?

6

La description

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 À quelle définition du mot matière fait-on référence dans chacune des phrases suivantes ? a) La matière préférée de Charlotte est le français.

b) Le pétrole est la matière que l’on surnomme « l’or noir ».

3 D’après vous, pourquoi ce cahier d’exercices porte-t-il le titre de Matière première ? Justifiez votre réponse en vous basant sur les définitions de l’article.

4 Au début d’un dictionnaire, on trouve habituellement une liste des abréviations employées dans l’ouvrage. À l’aide de cette liste, trouvez la signification des abréviations ci-dessous. n.f. :

lat.. :

BIOL. :

CHIM. :

PHILOS. :

ASTRON. :

R é a gir 5 Donnez trois raisons pour lesquelles on consulte un dictionnaire. 1re raison :

2e raison :

3e raison :

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire un article de dictionnaire

7


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 Lire des capsules d’information L’expression « capsule d’information », qui désigne une petite chronique spécialisée dans un domaine et diffusée dans un média, n’est utilisée qu’au Québec : c’est un québécisme. Ainsi, on peut lire des capsules de divers types : sportives, financières, linguistiques, scientifiques, etc.

Pourquoi ils rient

5

10

Quand ils se chamaillent, les jeunes chimpanzés poussent des grognements de plaisir. Selon le neurobiologiste états-unien Robert Provine, grand spécialiste du rire, ces « hmpf ! hmpf ! » ont évolué pour devenir des « ah ! ah ! » humains. Comme chez nos cousins poilus, ces productions sonores nous servent à établir un contact social positif dès le plus jeune âge. Les poupons commencent à rire vers l’âge de trois mois et se bidonnent de plus en plus à mesure qu’ils vieillissent. À l’adolescence, le rire se fait moins fréquent et change de nature : plutôt que d’accompagner les jeux et les chatouillis, il sert à ponctuer les rapports sociaux et à démontrer sa bienveillance, même quand la conversation est banale. Ce n’est vraiment pas parce qu’on rit que c’est drôle ! Pascale MILLOT, « Pourquoi ils rient », Québec Science, [En ligne], illustration de Michel Hellman. . [http ://www.quebecscience.qc.ca/qs/actualites.php ?bid=20100729174824].

Pourquoi ils pleurent Pleurer est l’un des premiers réflexes de l’être humain : à peine sorti du ventre de sa mère, le nourrisson pousse des cris déchirants.

5

10

Dépourvu d’autre moyen de communiquer, il continuera de pleurer pour exprimer sa faim, sa soif, son ennui ou sa douleur. Il attire ainsi l’attention de ses parents, le temps que son système nerveux en développement lui permette d’émettre d’autres types de sons, tels que les rires et les gazouillis. À mesure que l’enfant gagne en indépendance, ses pleurs se complexifient : sanglots de tristesse ou de rage, et parfois même larmes de crocodile. Quand maman comprend le petit manège, elle cesse d’accourir à tout coup ; et les crises de larmes se font plus rares. Pascale MILLOT, « Pourquoi ils pleurent », Québec Science, [En ligne], illustration de Michel Hellman.. [http ://www.quebecscience.qc.ca/qs/actualites.php ?bid=20100729175520].

8

La description

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Comprendre

et interpréter

Pourquoi ils rient 1 a) Dans le texte, pourquoi l’auteur utilise-t-il l’expression « nos cousins poilus » (ligne 6) ?

b) Que signifie le verbe se bidonner (ligne 9) ?

2 Relevez la comparaison employée dans le texte.

3 À quoi le rire sert-il dès le plus jeune âge ?

Pourquoi ils pleurent 4 Dans le deuxième paragraphe (lignes 3 à 6), soulignez chaque reprise . du GN « le nourrisson ».

➠ Page 207 2 La reprise de l’information

5 Quelle expression signifie que l’enfant fait semblant d’avoir du chagrin ?

6 Relevez l’énumération contenue dans le texte.

7 Comment peut-on réduire la fréquence des crises de larmes chez l’enfant ?

8 Complétez le tableau suivant en y indiquant l’aspect manquant pour chaque capsule. Pourquoi ils rient

Pourquoi ils pleurent

1er aspect : Le rire chez le poupon

1er aspect :

2e aspect :

2e aspect : Les pleurs chez l’enfant qui grandit

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire des capsules d’information

9


Nom :

  Groupe :

  Date :

3 Lire des quatrièmes de couverture La « quatrième de couverture » désigne le texte figurant sur la quatrième face de la couverture d’un livre, laquelle correspond au dessous du livre. Dans le cas d’un roman, il s’agit généralement d’un bref résumé de l’histoire. Avec la « première de couverture », la quatrième de couverture joue un rôle très important par l’attrait qu’elle peut exercer sur les lecteurs potentiels.

Le journal d’Aurélie Laflamme, Plein de secrets (tome 7) Aurélie entame sa dernière année au secondaire. Puisque tout va très bien dans sa vie personnelle, elle a envie, plus que jamais, de se consacrer à ses études. Mais son attention est facilement détournée de ses ambitions scolaires (et pas seulement à cause des vidéos rigolotes sur You Tube), surtout lorsque tout son entourage se met à agir mystérieusement ! Sa mère, avec qui elle semblait avoir atteint une complicité inégalée, se transforme de façon aussi subite qu’incompréhensible en Godzilla. Sa meilleure amie adopte des comportements étranges avec un ex. Et Aurélie découvre rapidement qu’avoir un chum, même si c’est celui dont on rêvait depuis longtemps, peut entraîner certaines complications. Comme si ce n’était pas assez, elle n’a aucune affinité avec ses nouveaux professeurs et fige complètement lorsqu’on lui pose des questions sur son avenir. Ce qui la fait douter de toutes ses décisions passées. Aurélie sera placée malgré elle devant plusieurs choix importants. Pour s’y retrouver, elle devra sortir de sa coquille et faire face à ses véritables émotions. India DESJARDINS, Le journal d’Aurélie Laflamme, Plein de secrets, tome 7, Montréal, . Les Intouchables, 2010. Cet extrait a été reproduit aux termes d’une licence accordée par Copibec.

Avant de devenir romancière, India Desjardins a été journaliste et chroniqueuse pendant dix ans. Puis, en 2005, elle publie un premier roman pour adultes, Les aventures d’India Jones. Elle se consacre ensuite à l’écriture de romans pour les jeunes, un public qu’elle affectionne particulièrement. Avec plus . de 650 000 exemplaires vendus au Québec depuis sa sortie en 2006, . Le Journal d’Aurélie Laflamme s’est hissé au premier rang des séries . les plus populaires auprès des jeunes.

10

La description

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Des millions pour une chanson Vous êtes jeunes. Vous êtes pleins de talents. Vous venez de créer le groupe de musique The Nexxtep dont les chansons connaissent instantanément le succès. Vous rêvez alors de gloire et de fortune. Puis un jour, en plein Stade olympique, devant une foule en délire, vous constatez que vous avez été floués par votre agent, qui a eu la malhonnêteté de vendre une de vos chansons au groupe U2. Vous êtes fous de rage. Vous intentez une poursuite contre votre agent. Vous êtes persuadés que ce sera un jeu d’enfant. Mais tout se retourne contre vous. À la fin, c’est vous qui êtes au banc des accusés ! Et si vous perdiez votre procès ! André VANASSE, Des millions pour une chanson, collection Titan, Montréal, Québec Amérique, 1989, . 4e de couverture.

Comprendre

et interpréter

1 Surlignez les mentions des personnages dans les quatrièmes de couverture des romans Le journal d’Aurélie Laflamme et Des millions pour une chanson. 2 Dans la quatrième de couverture du roman Des millions pour une chanson, soulignez cinq GN appartenant au champ lexical du monde de la musique. 3 Décrivez brièvement dans vos propres mots le personnage d’Aurélie tel que vous le percevez à la lecture de la quatrième de couverture.

R é a gir 4 Après avoir lu les quatrièmes de couverture présentées ci-dessus, lequel des deux romans avez-vous le plus envie de lire ? Justifiez votre choix.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire des quatrièmes de couverture

11


Nom :

  Groupe :

  Date :

4 Lire une procédure Bien lire les consignes et les comprendre vous permet non seulement de réussir vos travaux scolaires, mais également d’utiliser adéquatement tous les objets et produits, technologiques ou non, qui vous entourent. L’expérience qui suit est un bel exemple de procédure simple qui mettra vos capacités de lecteurs et lectrices à l’épreuve.

Le labo du Dr Maboule Une marmite de sorcière Il te faut : • un bol à mélanger • de l’eau • une cuillère • un bol transparent (type aquarium) • du colorant alimentaire • cinq sachets de cristaux de gelée pour plantes (au rayon horticulture des grands magasins) • insectes, serpents et araignées de plastique 1. Dans un bol à mélanger, verse une tasse d’eau et ajoute quelques gouttes de colorant alimentaire. 2. Ajoute cinq sachets de cristaux de gelée. 3. Après un moment, l’eau du bol aura été absorbée par les cristaux de gelée. 4. Dépose tes cristaux dans le bol transparent. 5. Recommence l’opération en changeant de colorant alimentaire et ajoute quelques éléments de décoration (serpents, insectes, araignées…). Que se passe-t-il ? Les cristaux de gelée pour plantes sont faits de polyacrilate de sodium. Grâce à leur immense pouvoir absorbant, ils maintiennent la terre humide par temps sec. Yannick BERGERON. « Le labo du Dr Maboule », Les nouvelles expériences des débrouillards, La science s’éclate, © Bayard Canada Livres inc., 2010.

12

La description

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

Comprendre

  Date :

et interpréter

1 Dans la liste des ingrédients et ustensiles nécessaires pour réaliser . l’expérience, il manque un élément que l’on trouve dans une des consignes de l’expérience. Nommez-le.

2 À quel champ lexical appartiennent les GN suivants : marmite, bol à mélanger, eau, cuillère, colorant alimentaire ?

3 En horticulture, pour quelle raison se sert-on des cristaux de gelée pour plantes ?

4 Est-ce que cinq sachets de cristaux de gelée suffiront si vous voulez . produire des cristaux de plusieurs couleurs ? Justifiez votre réponse.

5 a) À quel mode a-t-on conjugué la majorité des verbes de la procédure ?

➠ Page 158 1.3 Les valeurs du présent

b) À l’étape 3 de la procédure, pourquoi n’y a-t-il pas de verbe à l’impératif ?

6 Relevez deux compléments de phrase qui nous donnent des indications précises sur la façon de procéder.

➠ Page 116 1 La phrase et ses constituants

R é a gir 7 La réalisation de l’expérience se conclut-elle par une réussite ou par un échec ? Justifiez votre propos.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire une procédure

13


Nom :

  Groupe :

  Date :

5 Lire un article sur le web Le texte Architecture du Musée de la civilisation est un exemple de description d’un lieu. Lors de votre lecture, vous remarquerez que l’énonciateur adopte un point de vue favorable à l’égard de cet endroit. La raison en est simple : . on désire vous y inviter en vous louant les particularités architecturales de . ce bâtiment remarquable.

Architecture du Musée de la civilisation L’harmonie entre hier et aujourd’hui Enraciné dans l’histoire et partie prenante1 d’un site archéologique exceptionnel, le Musée est situé sur la rue Dalhousie au cœur de la Vieille Capitale, près de la place Royale, 5 à deux pas du Vieux-Port. Construit spécifiquement pour assurer ses multiples fonctions culturelles, il agit comme moteur de développement du quartier historique. […] Le Musée est un agréable bâtiment de

10 plus de 20 000 m2, lumineux et accueillant.

Grâce à un jeu de terrasses et d’escaliers, l’architecture extérieure permet aux Musée de la civilisation de Québec promeneurs de passer, en été, d’une rue à l’autre et de découvrir, du haut des terrasses, 15 l’étendue du fleuve et la beauté de l’environnement. Un heureux mariage
 […] Au bâtiment moderne s’intègrent des éléments du passé : une maison historique datant de 1752, la maison Estèbe, un quai construit vers 1751, les voûtes de la maison Pagé-Quercy qui datent de 1764 ainsi que l’ancienne Banque de Québec édifiée en 1865. Par ailleurs, le Musée expose en permanence une grande barque marchande, 20 découverte lors des travaux d’excavation. 1 Partie prenante : participant important à un projet.

14

La description

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Le choix des matériaux Les matériaux utilisés pour l’extérieur du bâtiment ont été choisis avec un souci constant d’intégration à l’environnement et proviennent en majorité de la grande région de Québec. Les toits de cuivre non traité prendront, en s’oxydant2, la même coloration verdâtre 25 que ceux du Château Frontenac, un édifice imposant, devenu, au fil du temps, l’image fétiche de la ville de Québec. La pierre calcaire, grise et discrète, constitue le revêtement des murs extérieurs et s’harmonise à la pierre des édifices environnants. Le verre, utilisé en abondance, crée des puits de lumière, des murs transparents et abat les frontières entre l’intérieur et l’extérieur du Musée. 30 À l’intérieur, les architectes ont privilégié le granit et le chêne, matériaux nobles et

solides. Les portes des salles d’exposition sont en chêne ; le granit rose recouvre le sol alors que le granit noir poli est utilisé pour le comptoir d’accueil et le kiosque des Amis du Musée. Un grand espace intérieur


Lorsque l’on pénètre dans le Musée par

35 l’entrée principale de la rue Dalhousie,

on est saisi par l’aspect spacieux et dégagé du hall. Dès les premiers pas, les liens entre le passé et le présent surgissent : omniprésence de la maison Estèbe que 40 l’on aperçoit à travers une gigantesque verrière, rappel de la place initiale du fleuve sur le site par les quais du XVIIIe siècle et déploiement de « La Débâcle », sculpture Vue aérienne du hall du Musée de la civilisation environne­mentale d’Astri Reusch. Choisie 45 par voie de concours national dans le cadre du programme national d’intégration des arts à l’architecture, l’artiste a créé une œuvre inspirée par le fleuve et le mouvement impressionnant de ses glaces, provoqué par le dégel printanier. […] 2 S’oxydant : en réagissant avec l’oxygène de l’air, le cuivre change de couleur.

LE MUSÉE DE LA CIVILISATION. Architecture du Musée de la civilisation, [En ligne], 2011. [http ://www.mcq.org/fr/mcq/lieux_mcq.html]. . [Date de consultation : octobre 2011].

Comprendre

et interpréter

1 Trouvez un synonyme de l’adverbe spécifiquement (lignes 5-6).

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire un article sur le web

15


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 D’après le dictionnaire, que signifie le mot voûte (ligne 17) ?

3 Encerclez la bonne réponse. Si « le Musée expose en permanence une grande barque marchande » (ligne 19), cela signifie qu’il l’expose : a) parfois ; ➠ Page 192 1 La formation des mots

b) jamais ;

c) toujours.

4 Observez le mot dérivé omniprésence (ligne 39) et complétez la phrase suivante. Comme le préfixe omni- signifie

 , omniprésence

veut dire

 .

5 Expliquez le choix de chacun des intertitres en présentant dans vos mots chacun des aspects. − L’harmonie entre hier et aujourd’hui :

− Un heureux mariage :

− Le choix des matériaux :

− Un grand espace intérieur : 6 Dans la première phrase du texte (lignes 1 à 5), relevez un adjectif . qui permet d’affirmer que l’énonciateur a un point de vue favorable à l’égard du Musée.

➠ Page 214 4.1 Les organisateurs textuels

7 a) Dans le troisième paragraphe (lignes 16 à 20), relevez un organisateur textuel qui permet d’introduire une nouvelle information.

b) Remplacez cet organisateur par un autre sans modifier le sens de . la phrase.

8 Relevez, dans le texte, quatre groupes de mots qui situent dans l’espace. • • • •

16

La description

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

9 Afin de reconstituer le plan du texte, complétez le tableau en identifiant . le sujet et les sous-aspects du texte. Sujet : Aspect 1 :

Aspect 2 :

Aspect 3 :

Aspect 4 :

localisation

éléments du passé

matériaux

espace intérieur

Sous-aspects :

Sous-aspects :

Sous-aspects :

Sous-aspects :

• quartier historique • près du fleuve

• les matériaux extérieurs

• les voûtes

• la sculpture « La Débâcle »

• 10 Ce texte descriptif ne comporte pas de conclusion. Rédigez-en une de . trois ou quatre lignes qui tienne compte de tous les aspects abordés.

R é a gir 11 Lequel des aspects présentés dans le texte vous donne envie de visiter . ce musée ? Justifiez votre réponse.

12 Le texte Architecture du Musée de la civilisation est un article du Musée de la civilisation, publié dans Internet. Pouvez-vous faire confiance à cette source ? Justifiez votre réponse.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire un article sur le web

17


Nom :

  Groupe :

  Date :

La justification

En

trée en ma t i

ère

Une justification permet de démontrer le bien-fondé d’une idée ou d’une opinion. Pour justifier une idée ou une opinion, on doit présenter les raisons, ou critères, qui la supportent. Lorsque les raisons exposées sont exactes et pertinentes, la justification est valable.

Comment justifier ? Pour émettre une justification bien fondée, il faut tout d’abord énoncer une affirmation. Cette affirmation de départ peut être reliée à une matière scolaire, comme la réponse à une question de grammaire. Elle peut aussi être une opinion personnelle sur un sujet d’actualité ou encore une préférence d’ordre alimentaire ou vestimentaire. Par la suite, il faut démontrer le fondement de cette affirmation à l’aide de différents procédés : la citation, la comparaison, la définition et l’exemple. Le tableau qui suit les présente brièvement. Procédés de justification Citation

Une citation est la reprise exacte des propos d’un auteur ou d’une auteure. On utilise les guillemets pour la signaler.

Comparaison

Une comparaison met en évidence des éléments communs ou des différences entre deux réalités à l’aide de termes comparatifs.

Définition

Une définition permet d’expliquer de façon précise le sens d’un mot ou d’une idée.

Exemple

Un exemple est le renvoi à une réalité (être, objet, évènement, expérience) illustrant une idée.

Une justification peut comprendre trois parties : deux de ces parties sont essentielles et la troisième est facultative. Plan d’une justification 1. L’introduction Parties essentielles

Partie facultative

18

La justification

Affirmation de départ Courte présentation des critères qui fondent l’affirmation

2. Le développement

Commentaire appréciatif : présentation détaillée des critères qui fondent l’affirmation à l’aide des procédés appropriés

3. La conclusion

Reformulation de l’affirmation initiale

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Exprimer une justification Des mots pour exprimer une justification objective Pour exprimer une justification relevant d’un domaine du savoir, on emploie un vocabulaire précis, plutôt neutre et spécifique au sujet dont on parle. Par exemple, dans le domaine culinaire, on utilisera des mots comme ceux présentés dans le tableau suivant. Vocabulaire du domaine culinaire texture

moelleux, tendre, sec, feuilleté, croustillant, fondant

couleur

foncé, pâle, doré

saveur

acide, sucré, doux, piquant, amer

quantité

cuillerée, pincée, litre, millilitre, gramme, milligramme

cuisson

au four, au bain-marie, à feu doux, à la vapeur, jusqu’à ébullition, mijoter, braiser, gratiner

conservation

au frais, à la température ambiante, congeler, surgeler

Des mots pour justifier une appréciation personnelle Pour exprimer une appréciation personnelle, on emploie un vocabulaire expressif. Le tableau suivant présente quelques exemples. Vocabulaire expressif Adjectifs

Exemples

à valeur méliorative

meilleur, excellent, percutant, prodigieux

à valeur péjorative

désolant, ennuyant, pire, mauvais

Adverbes

un goût trop prononcé, un goût peu prononcé

Mots exprimant la comparaison

comme, plus… que, moins… que, différemment, pareil à

Mots exprimant la cause

car, voici pourquoi, parce que, puisque

Mots exprimant la conséquence

aussi, en conséquence, par conséquent

Des mots pour organiser ses idées Les organisateurs textuels permettent de structurer un texte en organisant les idées selon une certaine logique. Fonction des organisateurs textuels

Exemples

Ajouter un complément d’information

or, de plus, en outre, de même, de surcroît, aussi

Présenter une information différente

dans un autre ordre d’idées, par ailleurs, par contre

Conclure le propos

donc, bref, en conclusion, pour conclure

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

La justification

19


Nom :

  Groupe :

  Date :

Voici un exemple de texte contenant des justifications.

Le meilleur gâteau au chocolat Les membres de l’équipe se sont

Introduction : Affirmation de départ et présentation des critères d’évaluation

longuement questionnés sur ce qu’ils aiment véritablement dans un gâteau au chocolat. Pour 1

mie ? Intérieur du gâteau.

Ricardo, la mie doit être moelleuse

moelleuse ? Douce et molle au toucher.

et le demeurer au moins deux ou trois jours. Tous

Les 4 critères du meilleur gâteau

s’entendaient sur la nécessité d’avoir un gâteau à 2

3

la saveur intense de chocolat, de couleur très foncée. 4

Il fallait aussi qu’il soit assez chocolaté pour ne pas s’effacer sous un glaçage trop présent. Et quel glaçage choisir justement : traditionnel, crème au beurre ou ganache ? Nous avons opté pour le plus chocolaté : ganache ? Mélange de crème et de chocolat.

la ganache.

Développement : Commentaire appréciatif Critères 2 et 4 (ganache)

Beurre ou huile Après plusieurs essais, nous constatons que le beurre a tendance à assécher la mie du gâteau. L’huile de canola donne un gâteau très moelleux qui conserve sa texture durant plusieurs jours.

Critère 1 (huile de canola)

Crème sure Note : La justification est introduite par puisque.

Nous utilisons ici de la crème sure puisque cette source d’acidité supplémentaire contribue au moelleux et à la saveur du gâteau au chocolat. Toute autre source d’acidité,

babeurre ? Liquide obtenu lorsqu’on bat la crème en beurre.

comme le yogourt nature ou le babeurre, pourrait aussi être utilisée. Extrait de « Gâteau au chocolat », magazine Ricardo, vol. 9, no 3, p. 43.

20

La justification

Critères 1 et 2 (crème sure) Note : L’exemple est introduit par comme et est placé entre virgules.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Chocolat ou poudre de cacao Le cacao donne un gâteau plus intense en Note : Tandis que annonce une comparaison.

Critères 2 et 3 (cacao)

couleur et en saveur, tandis que le chocolat lui ajoute du moelleux et en rehausse la saveur également, sans le rendre pâteux. Pour ces raisons,

Critères 1 et 2 (chocolat)

nous utilisons les deux. On choisit un chocolat de bonne qualité, entre 57 % et 64 % de cacao.

D’autres facteurs de succès Au cours des tests, nous nous sommes aperçus que le sel Note : Les deux-points introduisent une conséquence.

Critère 2 (sel)

est un élément important dans l’équation : il permet à la saveur chocolatée de ressortir et de prendre la place qui lui revient. Dans les recettes de gâteau, on utilise souvent du sucre blanc. Dans celui-ci, nous avons choisi un mélange de sucre et de cassonade pour une texture et une saveur

Critères 1 et 2 (sucre et cassonade)

plus riches. Extrait de « Gâteau au chocolat », magazine Ricardo, vol. 9, no 3, p. 43.

Le tableau suivant présente un résumé schématique du texte. Le meilleur gâteau dépend de 4 critères :

1 mie moelleuse durant deux ou trois jours

2 saveur intense de chocolat

huile de canola

ganache

3 couleur très foncée

4 glaçage qui n’efface pas le goût du gâteau

cacao

ganache

crème sure (ou yogourt ou babeurre) Il nécessite les ingrédients suivants :

chocolat cacao sel mélange sucre et cassonade

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

La justification

21


Nom :

  Groupe :

  Date :

1 Lire des quatrièmes de couverture Pour plusieurs d’entre nous, la quatrième de couverture est le premier contact avec une œuvre. C’est pourquoi elle constitue un espace de choix pour les éditeurs, qui l’utilisent pour nous convaincre des qualités de l’œuvre et nous inviter à la lire.

Le tour du monde

en 80 jours

1 2

Classique collège

3

Jules Verne

Le tour du monde en 80 jours En 1872, un riche gentleman londonien, Phileas Fogg, parie vingt mille livres qu’il fera le tour du monde en quatre-vingts jours. Accompagné de son valet de chambre, le dévoué Passepartout, il quitte Londres pour une formidable course contre la montre. Et au prix de mille aventures, il va s’employer à gagner ce pari.

4

Texte intégral. Jules Verne est l’un des premiers auteurs à mêler avec autant de succès aventure, science-fiction, et fantastique. Ses romans, d’une extraordinaire créativité, ont donné lieu à de nombreuses adaptations cinématographiques.

5

6

www.livredepochejeunesse.com Jules VERNE, Le tour du monde en 80 jours, Paris, Le livre de poche, 2008.

Comprendre

et interpréter

1 Identifiez les principales parties de la quatrième de couverture présentée ci-dessus. Choisissez vos réponses parmi celles qui vous sont proposées dans la liste suivante et inscrivez-les au bon endroit, à gauche du texte. Titre du roman / Commentaire appréciatif / Auteur / Résumé de l’histoire / Site Internet / Collection ➠ Page 30 La narration

2 Dans une quatrième de couverture, le résumé d’un roman comporte souvent certains éléments du schéma narratif. Soulignez l’élément déclencheur dans le résumé du roman Le tour du monde en 80 jours. 3 Une quatrième de couverture présente souvent des raisons d’apprécier une œuvre. Surlignez les passages qui constituent des arguments pour inciter à lire ce roman.

22

La justification

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Les secrets

William Nicholson

1

d’Aramanth

2

Dans la cité d’Aramanth, chacun ne vit que pour les examens qui garantissent à l’individu bien-être et promotion sociale en cas de réussite – ou le condamnent à la pauvreté et au mépris général en cas d’échec. Mais un jour, Kestrel se rebelle contre ce système. Obligée de fuir, la jeune fille part alors à la recherche de la clef du mystérieux Chanteur du Vent pour restaurer le bonheur et l’harmonie dans la ville.

3

Premier volume d’une trilogie fantastique, ce grand roman d’aventures extraordinaires est aussi une réflexion puissante sur la tolérance et la résistance à la tyrannie.

4

à partir de 11 ans

5

www.gallimard-jeunesse.fr

6

William NICHOLSON, Les secrets d’Aramanth, illustration de Peter Sis, collection Folio Junior, © Éditions Gallimard.

Comprendre

et interpréter

1 Identifiez les principales parties de la quatrième de couverture présentée ci-dessus. Choisissez vos réponses parmi celles qui vous sont proposées dans la liste suivante et inscrivez-les au bon endroit, à droite du texte. Titre du roman / Commentaire appréciatif / Auteur / Site Internet / Résumé de l’histoire / Âge recommandé 2 a) Soulignez l’élément déclencheur dans le résumé du roman. b) Surlignez les passages qui constituent des arguments pour inciter à lire ce roman. 3 Relevez dans le texte un adverbe qui a un sens d’addition.

➠ Page 94 6.1 L’adverbe

➠ Page 214 4.2 Les marqueurs de relation

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire des quatrièmes de couverture

23


Nom :

  Groupe :

  Date :

L’héritage des Darcer

Lorsqu’on s’appelle Mydria, qu’on est la fille unique et chérie des puissants Siartt et qu’on a pour objectif principal d’accéder à un pouvoir plus grand encore en épousant le prince héritier du royaume, la vie ne peut pas être ennuyeuse. Jusqu’au jour où Mydria découvre ses vraies origines. Elle n’est nullement Siartt, mais l’ultime héritière d’une dynastie renversée depuis des générations ! Et pour couronner le tout, à la suite de ses ancêtres, elle est tenue de se lancer à la recherche du trésor familial, recevant pour seules aides un sifflet et le Don d’aile, cet étrange pouvoir capable de vous métamorphoser à volonté… Le pire danger ne l’attend peut-être pas derrière l’errance, la bataille et les cloques aux pieds. Le pire danger pour un cœur confiant ne tient peut-être qu’en un seul nom : Orest.

1

« Un grand bravo à Marie Caillet » Anne Robillard, auteure des Chevaliers d’Émeraude.

2

« De la fantasy pure, un futur incertain et des passés oubliés… Un roman plein de finesse et de belles valeurs. » Barry Cunningham, éditeur d’Harry Potter. Marie Caillet a remporté le concours du nouvel auteur jeunesse à 18 ans. Un jury prestigieux l’a élue à l’unanimité.

3

Marie CAILLET, L’héritage des Darcer, Neuilly-sur-Seine, Michel Lafon, 2010. Illustration : Patrice Garcia. Photographie : D.R. Michel Lafon.

24

La justification

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

Comprendre

  Date :

et interpréter

1 Identifiez les principales parties de la quatrième de couverture présentée à la page 24. Choisissez vos réponses parmi celles qui vous sont proposées dans la liste suivante et inscrivez-les au bon endroit, à gauche du texte. Commentaires appréciatifs / Résumé de l’histoire / Prix remporté 2 a) Soulignez l’élément déclencheur dans le résumé du roman.

➠ Page 30 La narration

b) Quelles parties du schéma narratif ne sont pas du tout évoquées dans le résumé ?

c) Pourquoi ces parties du schéma narratif sont-elles absentes ?

3 Surlignez les passages de la quatrième de couverture qui constituent des arguments pour inciter à lire ce roman. 4 Dans cette quatrième de couverture, on emploie la citation, un procédé de la justification, pour rapporter des commentaires appréciatifs. Selon vous, quel effet ce procédé produit-il sur les lecteurs potentiels ?

5 Relevez dans le texte des adjectifs ou des groupes de l’adjectif à valeur méliorative. •

➠ Page 85 3 L’adjectif

➠ Page 109 2 Le groupe de l’adjectif (GAdj)

R é a gir 6 Laquelle parmi les trois quatrièmes de couverture présentées vous donne le plus envie de lire le roman ? Justifiez votre choix.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire des quatrièmes de couverture

25


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 Lire l’appréciation d’une œuvre littéraire L’appréciation d’une œuvre littéraire rend compte d’une lecture et incite à la découvrir. Pour être efficace, l’appréciation doit être construite sur le modèle d’une justification. Plan du texte

L’honneur d’Edward Finnigan

Vocabulaire

rentré dans le corps :

Introduction Allons-y d’emblée avec une affirmation forte : L’honneur d’Edward Finnigan, du duo suédois Roslund & Hellstrom, est un des meilleurs romans policiers publiés cette année ! Rarement un récit de ce genre me sera-t-il autant rentré dans le corps que cette tragique histoire d’erreur judiciaire et de vengeance qui vous prend aux tripes et vous laisse songeur bien après avoir terminé votre lecture.

(déf.)

prend aux tripes : (déf.)

Développement Aux États-Unis, Edward Finnigan n’a qu’une obsession : l’exécution prochaine de John Meyer Frey, le meurtrier présumé de sa fille. Mais sa soif de vengeance est contrariée quand le condamné meurt d’une crise cardiaque avant le jour fatidique. Quelques années plus tard, sur un ferry reliant la Suède à la Finlande, John Schwarz, chanteur médiocre, s’en prend à un passager qui importunait une jeune femme et le tabasse sauvagement.

fatidique : (déf.)

Intrigué par le rapport de police, le commissaire Ewert Grens décide d’enquêter sur l’agresseur. Ce qu’il découvre va relancer une ancienne affaire qui prend soudain un tour tout à fait

26

La justification

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

inattendu. Dès lors, le lecteur est entraîné dans les méandres d’une intrigue ingénieuse, originale, riche en émotions fortes et en tension dramatique, dans laquelle les auteurs s’interrogent sur les notions de vengeance personnelle et de justice, et sur la valeur éthique de la peine de mort. Le dénouement est un véritable coup de poing qui nous laisse pantois.

méandres : (syn.)

intrigue : (déf.)

valeur éthique : (syn.)

Conclusion

Ce polar exceptionnel (le troisième après La Bête et Box 21) est la preuve évidente que l’on peut défendre une cause, exposer des idées complexes, sans pour autant sacrifier l’histoire, qui pantois : (syn) est ici particulièrement bien pensée. Remarquable et prenant… Norbert SPEHNER, Trois polars venus du froid, publié dans La Presse du vendredi 2 décembre 2011, dans le Cahier Arts et spectacles.

Comprendre

et interpréter

1 Afin de bien comprendre le texte, complétez la section Vocabulaire dans la marge de droite en donnant une définition des mots et expressions qui y figurent ou en proposant un synonyme. 2 Cet article est construit selon le plan de la justification. Placez les réponses ci-dessous au bon endroit, dans les espaces réservés à cet effet dans la section Plan du texte. Rappel de l’affirmation / Titre / Affirmation de départ / Présentation des critères qui fondent l’affirmation / Commentaire appréciatif / Résumé du roman 3 Sur quelles notions d’ordre moral et éthique les auteurs du roman L’honneur d’Edward Finnigan font-ils réfléchir les lecteurs ?

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire l’appréciation d’une œuvre littéraire

27


Nom :

  Groupe :

  Date :

4 Dans l’introduction, le critique présente les deux critères d’appréciation suivants du roman L’honneur d’Edward Finnigan. Reformulez-les dans vos mots. Critère 1 : Une histoire prenante ou émouvante. Critère 2 : Un roman qui laisse songeur. Citez les passages du développement qui renvoient aux deux critères d’appréciation. a) Les deux passages suivants renvoient au premier critère :

b) Le passage suivant renvoie au deuxième critère :

5 Dans chaque parenthèse ci-dessous, associez chacun des passages de la conclusion au critère d’appréciation mentionné au numéro 4 (1 ou 2) qui lui correspond. Ce polar exceptionnel est la preuve évidente que l’on peut défendre une cause, exposer des idées complexes (critère

 ), sans pour autant

sacrifier l’histoire, qui est ici particulièrement bien pensée (critère ➠ Page 214 4.1 Les organisateurs textuels

 ).

6 Les organisateurs textuels permettent de structurer un texte. a) Dans le développement, quel organisateur textuel permet d’amorcer la partie du commentaire appréciatif ? b) Encerclez la bonne réponse. Cet organisateur est employé pour :

➠ Page 85 3 L’adjectif

• ajouter un complément d’information

• présenter une information différente

• conclure le propos

7 Pour rendre compte de son appréciation, l’auteur a utilisé un vocabulaire expressif. Dans la conclusion, surlignez trois adjectifs à valeur méliorative. 8 Dans l’introduction, relevez :

➠ Page 94

a) un adverbe à valeur méliorative exprimant le temps :

6.1 L’adverbe

➠ Page 214

b) un marqueur de relation exprimant une comparaison :

4.2 Les marqueurs de relation

28

La justification

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

R é a gir 9 Les romans policiers sont très appréciés du grand public. Vous avez sans doute eu l’occasion d’en lire quelques-uns. Faites comme Norbert Spehner et rédigez une appréciation d’un roman policier de votre choix. Pour vous aider, suivez le plan proposé ci-dessous. Introduction

• Mention du titre • Affirmation de départ • Critères d’appréciation

Développement

• Bref résumé de l’histoire

• Commentaire appréciatif (présentation détaillée des critères d’appréciation)

Conclusion

• Rappel de l’affirmation initiale

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire l’appréciation d’une œuvre littéraire

29


Nom :

  Groupe :

  Date :

Les classes de mots 1 Le nom Les mots désignant des peuples ou les habitants d’un pays, d’une ville ou d’une région sont des noms propres et ils commencent par une majuscule. Lorsqu’ils sont employés comme adjectifs, ils commencent par une minuscule. Ex. :  les Chinois une coutume africaine

1.1 Les caractéristiques du nom • Il existe deux sortes de noms : le nom commun et le nom propre. – Le nom commun commence par une minuscule. Il désigne les réalités d’une même catégorie ou espèce (êtres, objets, actions, qualités, etc.). Ex. :  un lion, ce fauteuil, la colère, le sport, une fourgonnette – Le nom propre commence par une majuscule. Il désigne une . réalité unique. Ex. :  Suzie, des Néo-Zélandais, le Brésil, le Nouvel An, le Cosmodôme

Le nom sert à... – désigner diverses réalités : des personnes, des animaux, des lieux, . des objets, etc. ; – ajouter une précision, s’il est le noyau d’un GN complément du nom.

La plupart des noms ont un genre fixe. On dit un avion, un trampoline, un pétale, un autobus ; une aérogare, une orque, une échappatoire, une orbite.

• Le nom est variable. Il peut varier en nombre (singulier ou pluriel) . et parfois en genre (masculin ou féminin), selon la réalité qu’il désigne. Ex. :  le ballon / les ballons   une course / des courses m. pl. f. s. f. pl. m. s. un nageur / une nageuse f. s. m. s. • Le nom donne son genre et son nombre au déterminant et à . l’adjectif qui l’accompagnent. Il est un donneur d’accord.

➠ Page 253 1 La formation du pluriel des noms et des adjectifs

➠ Page 255 2 La formation du féminin des noms et des adjectifs

78

Les classes de mots

Adj Dét N Ex. :  une soupe brûlante f. s.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

• Le nom a une forme simple ou complexe (composée, dérivée). – Le nom simple est formé d’un seul mot. Ex. :  guitare, malaise, Bruno, printemps – Le nom composé est formé de plusieurs mots. Ex. :  planche à neige, libre-service, États-Unis – Le nom dérivé est formé par l’ajout d’un préfixe ou d’un suffixe. Ex. :  incohérence, impolitesse, crevaison, Manitobain

➠ Page 257 3 Les préfixes et les suffixes

1 Écrivez la lettre qui convient au début de chaque mot en gras selon . qu’il s’agit d’un nom propre, d’un nom commun ou d’un nom employé comme adjectif. D / d B / b M / m oîtes et les eubles a) Les déménageurs transportent les V / v oisins. de nos B / b E / e eaulieu occupe un nouvel mploi dans b) Monsieur O / o ntarienne. une entreprise S / s M / m F / f c) Dès la emaine prochaine, arika et son rère fréquenteront É / é C / c une cole primaire située à andiac.

À l’aide !

2 Ajoutez le déterminant un ou une selon le genre du nom. Si le nom peut avoir les deux genres, indiquez les deux déterminants. Ex. :  une cheminée a)

oubli

k)

autoroute

b)

clé

l)

horloge

c)

escalier

m)

élève

d)

écran

n)

école

e)

hésitation

o)

horaire

f)

exemple

p)

hôpital

g)

chimiste

q)

imprimante

h)

alibi

r)

échelle

i)

hélicoptère

s)

erreur

j)

artiste

t)

ambulance

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Vous pouvez vérifier le genre du nom dans le dictionnaire.

Le nom

79


Nom :

  Groupe :

  Date :

3 Lisez le texte ci-dessous. Il contient des erreurs d’accord. a) Indiquez au-dessus des noms en gras leur genre (m. ou f.) et leur nombre (s. ou pl.). b) Corrigez, s’il y a lieu, l’accord des déterminants et des adjectifs.

À l’aide !

le vieil m. s. Plusieurs personnes racontent que la vieille hôtel de la rue

du Boisé est hanté. Il est abandonné depuis de nombreux années,

et plus personne n’y habite. Pourtant, quand je suis passé devant,

la semaine dernière, mon chien tirait sur sa laisse, comme

s’il sentait une présence suspect. Un passant aurait vu une lumière

intermittent à l’intérieur. Il aurait même aperçu un ombre à l’étage.

Il a alerté les policiers, qui ont barricadé l’immeuble délabrée.

Quelque jours plus tard, lors de ma promenade quotidien,

j’ai remarqué avec stupeur que la porte d’entrée battait au vent !

MS Le remplacement… pour repérer le nom

Pour d’autres facons de repérer le nom, consultez votre gra mmaire.

Pour vérifier si un mot est un nom, on peut, par exemple, le remplacer par un nom qui nous est familier. Si le remplacement est possible, c’est que le mot en question est bel et bien un nom. N N une parole sincère Ex. :  une amitié sincère ➔ 4 Identifiez les neuf noms du texte suivant en les remplaçant par d’autres noms de même genre et de même nombre. Essayez de conserver un sens à ce texte.

voisine sculpteure Ex. :  Ma grand-mère était chapelière. Ma grand-mère était chapelière. Elle créait des chapeaux très variés. Elle travaillait dans un petit atelier très encombré renfermant une foule de modèles et d’innombrables étoffes. Ses créations se seraient retrouvées dans plusieurs défilés. 80

Les classes de mots

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

5 Classez les noms de la liste dans le tableau ci-dessous. pomme de terre

arc-en-ciel

intolérance

table

blé d’Inde

baignade

Canada

livraison

malchance

grand-mère

carte

coupeongles

main

Montréalais

maison

Noms simples

Déjo u e

z le piè ge

Noms composés

Noms dérivés

 !

Les mots en gras sont-ils des noms ?. Justifiez vos réponses.

Oui Non

1 Le père a donné un baiser à son enfant avant de le coucher. 2 Clara admire le coucher de soleil. 3 Pour arriver au promontoire, nous devons gravir cent vingt marches. 4 Tu marches tous les jours pour te rendre au travail.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

❍ ❍ ❍ ❍

❍ ❍ ❍ ❍

Le nom

81


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 Le déterminant 2.1 Les caractéristiques du déterminant • Le déterminant introduit un nom. Il peut parfois y avoir un ou plusieurs mots (un adjectif, un adverbe) entre le déterminant et le nom. GN Dét Adv Adj N Ex. :  sa très grande chambre • Le déterminant a une forme simple ou complexe. – Le déterminant est simple quand il est formé d’un seul mot. Ex. :  mon chapeau, plusieurs fois – Le déterminant est complexe quand il est formé de plusieurs mots. Ex. :  tous les jours, beaucoup de patience • Le déterminant est un receveur d’accord : il reçoit le genre et le nombre du nom qu’il accompagne. N Dét Ex. :  Il mange une collation. f. s.

t à... Le déterminant ser – indiquer la quantité de façon précise ou approximative ;

À l’aide !

– lier la réalité désignée par le nom à un être ou à une chose ; – lier des éléments d’un texte dans la reprise de l’information.

2.2 Les catégories de déterminants Le tableau suivant présente les différentes catégories de déterminants. Catégories de déterminants

Pour savoir quels autres déterminants entrent dans ces catégories, consultez votre gra mmaire.

82

Les classes de mots

Exemples

Déterminant défini

le / la / l’, les, du, au, des, aux

Déterminant indéfini

un / une, des, plusieurs, tout / toute, chaque, etc.

Déterminant partitif (réalité qui ne se compte pas) du, de la, des Déterminant numéral

un / une, deux, trente-trois, mille, etc.

Déterminant démonstratif

ce, cet / cette, ces

Déterminant possessif

mon / ma, ton / ta, votre, mes, nos, etc.

Déterminant interrogatif

quel / quelle, quels / quelles, combien de

Déterminant exclamatif

quel / quelle, quels / quelles, que de © 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

1 Pour chaque déterminant mis entre parenthèses : –  soulignez le nom qu’il accompagne ; –  récrivez le déterminant en l’accordant, s’il y a lieu, avec ce nom. a) Il ne sait pas (quel)

(son)

tableaux choisir pour décorer

école.

b) (Certain)

ponts doivent être réparés, sinon ils s’écrouleront !

c) Ils iront (au)

pommes (ce)

d) Rassemble (ton)

(cinq)

e) (Le)

(le)

f) (Quel)

(votre)

automne.

minutes ! orangs-outans se pendent (au)

branches de

arbre. triste mine tu as depuis (quelque)

jours !

photos pour réaliser

• le déterminant cet pour le masculin (cet accident, cet hiver).

collages.

h) Il a dormi seulement (quatre)

Déjo u e

Devant un mot commençant par une voyelle ou un h muet, on emploie : • le déterminant élidé l’ ou d’ (l’abat-jour, peu d’économies) ; • les déterminants mon, ton, son pour le féminin (ton offre, son horloge) ;

affaires. Nous partons dans

g) Choisissez (divers)

Les déterminants numéraux sont généralement invariables.

z le piè ge

heures (ce)

nuit.

 !

Les mots en gras sont-ils des déterminants ? . Justifiez vos réponses. 1 Liu, je n’ai pas le temps de venir te voir. 2 Je leur avais demandé de m’attendre ! 3 Tout en faisant la vaisselle, elle les surveillait de la fenêtre. 4 Ils cherchaient leur chien qui s’était échappé.

Oui Non

❍ ❍ ❍ ❍

❍ ❍ ❍ ❍

2 Écrivez le déterminant démonstratif qui convient devant les noms suivants. colimaçon

i)

immeuble

vêtements f)

habit

j)

élèves

c)

autoroutes g)

fille

k)

école

d)

autobus

arbre

l)

horloge

a)

potage

b)

e)

h)

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Le déterminant

83


Nom :

  Groupe :

  Date :

3 Écrivez le déterminant possessif qui convient devant les groupes du . nom suivants. a)

guitare électrique (à lui) f)

auditions (à eux)

b)

pièces préférées (à toi) g)

partitions (à vous)

c)

public (à nous)

h)

saxophone (à elle)

d)

clarinette (à moi)

i)

local insonorisé (à eux)

e)

groupe (à toi)

j)

instrument (à moi)

4 Écrivez le déterminant qui convient devant les groupes du nom suivants. a) (Défini) À

horizon,

soleil couchant dore

montagnes.

b) (Partitif) Ton entraîneur a été clair : « Il faut que tu fasses

efforts et que tu y consacres

temps si tu veux t’améliorer. »

c) (Possessif) En quelques minutes, elle prend

enfile

uniforme et prépare

d) (Exclamatif)

douche, déjeuner.

curieux personnage habite l’immeuble voisin !

e) (Numéral) Roman a atteint l’âge de la majorité : il fête aujourd’hui

ses ans en compagnie de Carlos, Xavier, Safa et Victor.

f) (Démonstratif)

infirmière dévouée soigne dans

hôpital de brousse

g) (Interrogatif) nécessite-t-elle ?

bons amis : .

jeunes enfants qui souffrent de malnutrition. quantité de sucre et de farine cette recette .

h) (Possessif) Samuel, dis-moi la vérité. Je ne crois pas un mot

de

histoire abracadabrante.

i) (Indéfini) Il était très malade.

fois

j) (Partitif) As-tu pensé à acheter recette ? k) (Interrogatif) Dans l) (Exclamatif)

fils

sucre pour ta

minutes l’autobus arrivera-t-il ? belle surprise vous m’avez faite ! fruits et

n) (Défini) Connaissez-vous

histoire du Petit chaperon rouge ?

Les classes de mots

crème et

m) (Indéfini) Tu dois manger

o) (Démonstratif)

84

pauvre paysan qui avait

légumes

jour.

échelle n’est pas assez grande pour peindre

plafond.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

3 L’adjectif 3.1 Les caractéristiques de l’adjectif • L’adjectif exprime une qualité (adjectif qualifiant) ou une caractéristique (adjectif classifiant). • L’adjectif est variable : il peut varier en genre et en nombre. Ex. :  u  n passage secret (masculin singulier) des cachettes secrètes (féminin pluriel) • L’adjectif est un receveur d’accord : il reçoit le genre et le nombre du nom ou du pronom auquel il se rattache. N Adj Pron Adj Ex. :  Elle m’a envoyé des cartes postales.  Ils sont patients. f. pl. m. pl.

➠ Page 253 1 La formation du pluriel des noms et des adjectifs

➠ Page 255 2 La formation du féminin des noms et des adjectifs

• Le participe passé employé sans auxiliaire est un adjectif participe. . Il s’accorde comme les autres adjectifs. Ex. :  des fruits séchés (participe passé du verbe sécher) • Certains adjectifs sont issus d’un verbe au participe présent. . Ils s’accordent comme les autres adjectifs. Ex. :  une fille charmante (adjectif issu du participe présent du verbe charmer) • Les adjectifs qualifiants peuvent être mis en degré par un adverbe . d’intensité ou de comparaison.

➠ Page 94 6.1 L’adverbe

Ex. :  un endroit peu fréquenté   le chemin le plus long adverbe d’intensité adverbe de comparaison

L’adjectif sert à... – qualifier une réalité : personne, animal, objet, lieu, etc. ; – préciser une description et enrichir un texte.

MS L’ajout… pour distinguer l’adjectif qualifiant de l’adjectif classifiant Un adverbe d’intensité peut être placé devant un adjectif qualifiant pour . le différencier de l’adjectif classifiant. Ex. :  

Voici un logiciel très performant. (adjectif qualifiant) Voici un autobus très scolaire. (adjectif classifiant)

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

L’adjectif

85


Nom :

  Groupe :

  Date :

1 Dans chacune des phrases ci-dessous : –  soulignez le nom précisé par chaque adjectif entre parenthèses ; –  récrivez l’adjectif en l’accordant avec ce nom. a) Lors du (dernier)

cours, elle nous a initiés

à la peinture (abstrait)

 .

b) Elle nous a fait découvrir les œuvres (original)

de (grand)

peintres (québécois)

c) Les œuvres (abstrait)

➠ Page 255 2 La formation du féminin des noms et des adjectifs

 .

exploitent le contraste

des couleurs, des formes (géométrique)

à l’inverse, le raffinement des lignes (épuré)

ou,  .

2 Classez les adjectifs dans le tableau en les mettant au féminin selon la règle de formation qui s’applique à chacun. aérien

paresseux

absurde

poli

pareil

délicat

sensible

épais

fugitif

ultérieur

gros

inachevé

naturel

exigeant

sot

stupide

naïf

jaune

propre

roux

doux

blanc

capricieux

mignon

enchanteur

vrai

habile

bovin

gentil

rouge

ancien

nouveau

chaud

menteur

moyen

Formation du féminin des adjectifs

Exemples

absurde a)  Sans changement

b)  Ajout d’un -e

c)  Consonne finale doublée et ajout d’un -e

d)  Changement de la finale

86

Les classes de mots

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

3 Dans le texte suivant, soulignez les adjectifs mis en degré par un adverbe d’intensité ou de comparaison. Depuis un bon moment, le vieux druide arpentait la forêt à la . recherche d’une plante médicinale très rare. Un seul plant permettait . de soigner une tribu entière, avait-il lu dans un vieux grimoire peu . connu. C’était le moyen le plus efficace pour guérir certaines . maladies très répandues. Déjà, le jour tombait et les ombres . menaçantes qui envahissaient le petit bois n’avaient rien pour . le rassurer.

Déjo u e

z le piè ge

À l’aide !

 !

Les mots en gras sont-ils des adjectifs ?. Justifiez vos réponses. 1 Ils mangent un repas consistant avant d’aller skier. 2 La femme surveillait l’enfant sautant sur les rochers. 3 Le chauffeur de taxi évite cette artère passante. 4 Nous avons reçu un message troublant. 5 Elle avançait, regardant droit devant elle.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Oui Non

❍ ❍ ❍ ❍ ❍

❍ ❍ ❍ ❍ ❍

Pour vérifier si un mot est un adjectif ou un participe présent, on peut l’encadrer par ne... pas. Si l’encadrement est possible, ce mot est un verbe au participe présent, et non un adjectif.

L’adjectif

87


Nom :

  Groupe :

  Date :

3 Complétez le tableau ci-dessous en indiquant les numéros des phrases correspondant aux cas d’utilisation de la virgule indiqués dans la première colonne. Cas d’utilisation de la virgule

Numéros des phrases

La virgule détache une phrase incise indiquant qui parle.

(2 cas)

Elle détache le complément de phrase lorsqu’il a été déplacé au début ou à l’intérieur de la phrase.

(3 cas)

Elle sépare des groupes juxtaposés dans une énumération.

(1 cas)

Elle détache un complément du nom.

(1 cas)

4 La phrase (2) se termine par un point ; aurait-elle pu se terminer par des points de suspension ?

5 Quel est le rôle des points de suspension à la fin de la phrase (12) ?

6 Rédigez une fin différente à ce court récit, à partir de la fin de la phrase (9). Votre texte devra compter six à huit lignes. Vous devez utiliser au moins une fois les signes de ponctuation suivants : ( !) (–) ( :) ( ?). Surlignez ces signes dans votre texte afin d’en faciliter le repérage.

228

La ponctuation

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Le référentiel Les stratégies de lecture............................................................

230

Les manipulations syntaxiques. .................................................

250

L’orthographe grammaticale....................................................

253

Glossaire des modes de discours. .........................................

262

Prése nter For des exc mu use sà l er une cla R a

ais onn er s

on

ire

m

en

mie

tu ne

pet it frè re q

ui

id

ée

ad éch

iré

Pa r

Dir e

ta

às

ge rs

sa ba nd ed ess iné e

es a

a

mi s

qu ’on

pe ns e

so

uv en t

à

eu

x

p

m re r iè

e

es pr

e• é ré

im

f pré

sio n •


Les stratégies de lecture

Sommaire 1 Planifier sa lecture....................................................................... 231 2 Prédire le contenu d’un texte....................................................... 233 3 Activer ses connaissances........................................................... 234 4 Se représenter la structure d’un texte de genre descriptif ou d’une séquence descriptive.................................... 236 5 Utiliser le schéma du récit dans un texte de genre narratif........ 238 6 Cerner le contenu d’un texte de genre descriptif ou justificatif................................................................................. 240 7 Cerner le contenu d’un texte de genre narratif........................... 242 8 Reconnaître les marqueurs d’organisation d’un texte................ 244 9 Reconnaître et repérer les formes de reprise de l’information... 246 10 Clarifier ses incompréhensions en cours de lecture................... 247 11 Réagir à un texte........................................................................... 248

230

Les stratégies de lecture

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

1 Planifier sa lecture QUOI ? Planifier sa lecture, c’est se préparer à lire un texte en fonction de . différents critères : • son intention de lecture ; • ses habiletés en lecture, ses goûts et ses intérêts ; • ses connaissances sur le genre de texte à lire ; • ses connaissances sur la provenance du texte ; • la tâche à réaliser, s’il y a lieu.

POURQUOI ? Planifier sa lecture permet… • de vérifier que le texte pourra répondre à son intention de lecture ; • de déterminer s’il faut lire le texte en entier ou si on peut en sélectionner seulement certains passages ; • de se donner des moyens de recueillir de l’information ou de réagir au texte en cours de lecture ; • de prévoir, s’il y a lieu, les outils nécessaires pour répondre aux exigences de la tâche à réaliser.

COMMENT ? 1 On précise son intention de lecture. Cela détermine le genre de texte . à lire. Les textes de genre descriptif donnent différents types d’information. • Pour se renseigner sur un sujet donné, on consultera un livre documentaire, un article de revue, un article sur le Web, un dictionnaire encyclopédique, etc. • Pour se renseigner sur une personne, on pourra lire sa biographie. • Pour découvrir le sujet d’un livre, on lira la quatrième de couverture. . S’il s’agit d’une œuvre littéraire, on pourra aussi lire une critique. • Pour réaliser une recette ou utiliser un appareil, on lira des consignes ou une marche à suivre. Les textes de genre narratif procurent le plaisir de lire en permettant au lecteur ou à la lectrice de donner libre cours à son imagination, d’accéder à différentes représentations du monde et de s’identifier aux personnages.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Planifier sa lecture

231


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 On active ses connaissances, on survole le texte et on se pose certaines questions. Dans un texte de genre descriptif ou narratif • D’où vient le texte ? • Qui l’a écrit ? • Que sait-on de l’auteur ou l’auteure ? Dans un texte de genre descriptif • Ce texte est-il publié sur Internet, dans une revue spécialisée, dans un quotidien ou dans un livre documentaire ? • Est-ce que l’auteur ou l’auteure connaît bien son sujet ? Son point de vue est-il plutôt neutre (ou objectif) ou plutôt subjectif ? • Ce texte est-il crédible (publié dans une revue spécialisée ou sur . le site Internet d’une institution reconnue) ? Est-il peu crédible . (auteur ou auteure difficile à identifier, présentation peu soignée, . fautes d’orthographe, etc.) ? • Qu’est-ce que le survol du texte permet de découvrir ? Que révèlent le titre et les intertitres ? Le texte est-il soutenu par des schémas et des illustrations ? Dans un texte de genre narratif • Quelle est la réputation de l’auteur ou l’auteure ? A-t-il ou a-t-elle publié d’autres livres ? Où et quand le texte a-t-il été écrit ? • Que sait-on de l’Éditeur ou de l’Éditrice ? Le livre fait-il partie d’une . collection ? • Le texte est-il récent ? Est-ce que l’histoire se situe à l’époque où il a été écrit ou à une autre époque ? 3 On s’assure que le texte répond aux exigences de la tâche. • Quelle est la nature de la tâche ? Faut-il répondre à un questionnaire ? remplir un tableau ? faire une recherche ? analyser un personnage ? • De combien de temps dispose-t-on pour réaliser la tâche ? • Quels moyens doit-on se donner pour réaliser la tâche ? Faut-il annoter le texte ? créer des fiches d’information ? tenir un journal de lecture ? • S’agit-il d’une tâche à réaliser individuellement ? en petits groupes ? Est-ce que le mode de travail influera sur la lecture du texte ?

QUAND ? Il faut toujours planifier sa lecture. L’étape de planification demandera peu de temps si le texte à lire correspond à ses habiletés en lecture, ses champs d’intérêt et ses goûts, et s’il n’y a pas de tâche à réaliser à la suite de la . lecture. Elle exigera plus de temps si le texte traite d’un sujet complexe . ou peu familier, ou s’il y a une tâche à réaliser.

232

Les stratégies de lecture

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 Prédire le contenu d’un texte QUOI ? Prédire le contenu d’un texte, c’est formuler des prédictions sur son contenu avant la lecture ; c’est aussi faire des hypothèses sur le sens du texte ou sur la suite du récit en cours de lecture, en se servant de ses connaissances et des indices fournis dans le texte.

POURQUOI ? Avant la lecture

 , faire des prédictions permet… Dans un texte de genre descriptif ou justificatif (article de revue, critique d’une œuvre littéraire, biographie, etc.) • d’activer ses connaissances en émettant des hypothèses sur le contenu . du texte. Dans un texte de genre narratif (bande dessinée, roman, conte, etc.) • de se poser des questions sur le récit : l’époque et les lieux où il se déroule, les personnages, leurs actions. Pendant la lecture  , faire des prédictions permet… • de vérifier sa compréhension du texte ; • de se poser des questions sur le contenu du texte ; • de comparer ses prédictions avec l’information donnée dans le texte.

COMMENT ? Avant la lecture

 , on survole le texte pour y repérer des indices. Dans un texte de genre descriptif ou justificatif • On observe le titre, les intertitres, les illustrations, les légendes, . les graphiques ou les tableaux. Dans un texte de genre narratif • On observe le titre, les titres de chapitres, les illustrations et la quatrième de couverture. Pendant la lecture  , on s’arrête pour se poser des questions, formuler . des hypothèses, puis comparer celles-ci avec le contenu du texte. Dans un texte de genre descriptif ou justificatif • On note d’autres informations que l’on voudrait obtenir. Dans un texte de genre narratif • On se pose des questions sur le déroulement du récit et sur les . personnages ; • on compare ses prédictions ou ses hypothèses avec l’information donnée dans le texte. Si ses prédictions ne se confirment pas, on fait d’autres . prédictions sur la suite du texte.

QUAND ? Avant de lire un texte, quel que soit son genre, il faut toujours s’efforcer d’en prédire le contenu de façon à pouvoir activer ses connaissances. Il faut aussi faire des prédictions pendant la lecture pour donner du sens au texte. © 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Prédire le contenu d’un texte

233


Nom :

  Groupe :

  Date :

3 Activer ses connaissances QUOI ? Activer ses connaissances, c’est établir des liens entre le texte et les connaissances que l’on possède sur un sujet ou les expériences que . l’on a vécues. C’est aussi s’assurer… Dans un texte de genre descriptif ou justificatif • d’utiliser ses connaissances sur le sujet traité et sur ses différents aspects. Dans un texte de genre narratif • d’utiliser ses connaissances sur le genre narratif : le schéma du récit, les personnages principaux et secondaires, les lieux, l’époque, l’atmosphère, etc. Dans tous les genres de textes • de tirer parti de ce que l’on sait du contexte de diffusion (texte imprimé . ou en ligne, extrait d’un journal, d’un roman, etc.) ; • de tirer parti de ce que l’on sait du contexte de production (l’intention de l’auteur ou l’auteure ; le lieu et l’époque où le texte a été écrit) ; • d’utiliser ses connaissances générales pour saisir les références à des évènements historiques, des œuvres artistiques, des lieux connus, etc.

POURQUOI ? Activer ses connaissances permet de mieux comprendre des textes à toutes les étapes du processus de lecture. Avant la lecture

 , activer ses connaissances permet… Dans une description • de prédire le sujet traité et ses différents aspects, de faire le point sur les connaissances que l’on possède et sur celles que l’on veut acquérir, et de se faire une idée de la fiabilité des informations fournies. Dans une justification • de prédire les raisons qui ont motivé l’opinion émise par l’énonciateur et d’évaluer la crédibilité de ses propos. Dans une narration • de prédire le déroulement du récit, de se faire une idée du genre de texte (roman, fable, conte, etc.) auquel appartient le récit et de l’univers (réalité, science-fiction, fantastique ou merveilleux) qui y est exploré.

234

Les stratégies de lecture

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Pendant la lecture  , activer ses connaissances permet… Dans une description, une justification ou une narration • de prédire la suite des évènements au fil des paragraphes, de faire des . inférences à partir des éléments fournis dans le texte et de comprendre certaines références (évènement historique, œuvre artistique, coutume ancienne, etc.). Après la lecture  , activer ses connaissances permet… Dans une description • de faire le bilan des connaissances que l’on a acquises en cours de lecture. Dans une justification • de comparer l’opinion émise dans le texte avec la sienne. Dans une narration • d’apprécier le texte que l’on vient de lire et d’enrichir son répertoire de lectures.

COMMENT ? 1 O  n survole le texte et on se pose des questions pour mobiliser l’ensemble des connaissances que l’on possède sur le sujet. Pour un texte de genre descriptif ou justificatif, on fait des liens entre ses connaissances et certaines caractéristiques du texte (intertitres, tableaux, graphiques, etc.). Pour un texte de genre narratif, on fait le point sur les connaissances . que l’on possède sur le genre auquel il appartient. On réfléchit au sens du titre et on lit la quatrième de couverture pour avoir une idée du contenu. 2 Pendant la lecture d’un texte de genre descriptif ou narratif, on s’arrête en cours de lecture pour se poser des questions, prédire la suite du texte et s’interroger sur les références à des éléments que l’on connaît. On relève l’information nouvelle dans chaque paragraphe, on . se demande si la lecture vient modifier ses connaissances sur . le sujet, sur le personnage ou sur l’intrigue, et on vérifie si le . texte permet de formuler d’autres questions sur le sujet traité . ou sur l’évolution du récit.

QUAND ? Il faut toujours activer ses connaissances avant, pendant et après . la lecture d’un texte, quel que soit son genre. Activer ses connaissances . facilite énormément la compréhension et l’interprétation d’un texte.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Activer ses connaissances

235


Nom :

  Groupe :

  Date :

4 S  e représenter la structure d’un texte de genre descriptif ou d’une séquence descriptive QUOI ? Les textes de genre descriptif traitent des différents aspects et sous-aspects d’un sujet donné. Les articles de magazines, les capsules d’information et les biographies sont des textes de genre descriptif. Dans les textes de genre narratif, on trouve des séquences descriptives qui décrivent les aspects et sous-aspects de personnages (portraits), de lieux, d’époques, etc. Les romans d’aventures et les romans policiers, qui sont . des textes de genre narratif, contiennent de nombreuses séquences . descriptives. Les textes de genre descriptif et les séquences descriptives présentent . une structure que l’on peut représenter sous la forme d’un graphique . ou d’un schéma. Voici le schéma d’un texte de genre descriptif. Sujet 1er aspect 1er sous-aspect

2e sous-aspect

2e aspect 3e sous-aspect

1er sous-aspect

2e sous-aspect

3e sous-aspect

POURQUOI ? Se représenter la structure d’un texte de genre descriptif ou d’une séquence descriptive permet… – de dégager l’organisation du texte ou de la séquence et de mieux relier les idées entre elles ; – de relever les idées importantes et de les mémoriser plus facilement ; – de mieux visualiser l’objet de la description.

236

Les stratégies de lecture

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

COMMENT ? 1 On se pose les questions suivantes sur les aspects et les sous-aspects décrits pour déterminer la façon dont ils sont organisés. • Comment les aspects et les sous-aspects du sujet sont-ils présentés ? Est-ce que le titre et les sous-titres permettent de dégager une . structure ou un ordre ? • Les aspects sont-ils énumérés les uns après les autres, chaque . aspect comportant plusieurs sous-aspects (description de catégories d’aliments, d’animaux, d’objets) ? • S’agit-il d’un texte qui compare deux éléments (animaux, objets, villes, etc.) ? • Les différents aspects sont-ils organisés de façon séquentielle, selon un ordre logique ou chronologique (étapes d’une démarche, description du cycle de l’eau, métamorphose d’une chenille, histoire de la conquête spatiale) ? 2 On dégage le plan d’une structure descriptive. On lit la séquence descriptive pour vérifier de quelle façon elle est organisée. • Est-ce que la description va du plus lointain au plus proche (paysage, personnage) ? de gauche à droite (décor) ? de l’extérieur vers l’intérieur (maison, ville) ? • Est-ce que la séquence compare les aspects et les sous-aspects de deux réalités ou de deux personnages ? • Est-ce que la séquence décrit une réalité selon un ordre chronologique ? • Est-ce que la description va plutôt du général au particulier (parler d’abord des mammifères pour en arriver à décrire les dauphins) . ou plutôt du particulier au général ?

QUAND ? Il est toujours utile de se représenter la structure d’un texte de genre . descriptif ou d’une séquence descriptive. S’en faire une représentation visuelle aide à mieux comprendre les informations fournies. Les schémas . et les structures de texte sont aussi très utiles pour rédiger des textes de genre descriptif ou des séquences descriptives.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Se représenter la structure d’un texte de genre descriptif ou d’une séquence descriptive

237


Nom :

  Groupe :

  Date :

GLOSSAIRE DES MODES DE DISCOURS Adjectif à valeur méliorative : adjectif qui présente un aspect positif. En description, il permet de reconnaître la position favorable de l’énonciateur à l’égard du sujet décrit. Ces adjectifs font partie du vocabulaire connoté (voir Vocabulaire connoté). Ex. :  Une jolie robe Adjectif à valeur péjorative : adjectif qui présente un aspect négatif. En description, il permet de reconnaître la position défavorable de l’énonciateur à l’égard du sujet décrit. Ces adjectifs font partie du vocabulaire connoté (voir Vocabulaire connoté). Ex. :  Un accident horrible Champ lexical : ensemble de mots reliés par le sens à un même thème. Ces mots peuvent être notamment des synonymes, des antonymes, des mots de même famille (composés ou dérivés), des mots spécifiques d’un terme générique, des mots représentant les parties d’un tout ou des mots se rapportant à un même domaine. Voici un exemple du champ lexical de la voiture :

automobile, auto, bagnole (synonymes) voiture-école, covoiturage (mots de même famille)

voiture

compacte, limousine, décapotable (spécifiques)

carrosserie, pneu, moteur (parties d’un tout) pilote, kart, démarrer (mots du domaine de la voiture)

Comparaison : figure de style qui consiste à rapprocher deux réalités qui ont un point commun au moyen d’un terme comparatif. Ex. :  Les cerfs-volants voltigent dans le ciel comme des oiseaux multicolores. La comparaison comprend quatre éléments : 1) la 1re réalité, ou ce que l’on compare (Les cerfs-volants) ; 2) le point commun aux deux réalités (voltigent dans le ciel) ; 3) le terme comparatif (comme) ; 4) la 2e réalité, ou ce à quoi on compare la 1re réalité (des oiseaux multicolores).

262

Glossaire des modes de discours

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Connoté : voir Vocabulaire connoté. Dénoté : voir Vocabulaire dénoté. Énonciateur : personne, ou regroupement de personnes, qui émet un texte (oral ou écrit) et s’en porte responsable. Généralement, il s’agit de l’auteur. Dans un texte narratif, l’énonciateur est le narrateur. Énumération : série constituée d’au moins trois mots de même classe, ou groupes de mots de même sorte, qui correspondent aux parties d’un tout. Ex. :  Il me faudra encore trouver des carottes, du basilic frais et de l’ail des bois. Figure de style : moyen d’expression qui consiste à jouer avec les mots et avec leurs différents sens pour créer des images expressives. Il existe de nombreuses figures de style. On les utilise dans tous les modes de discours, mais plus particulièrement en poésie. Intention : but poursuivi par l’énonciateur ou le lecteur d’un texte. Par exemple, l’énonciateur peut vouloir convaincre, informer ou divertir. C’est ce qu’on appelle l’intention d’écriture. À l’inverse, une personne qui lit un texte a un objectif appelé l’intention de lecture. Ainsi, on peut lire pour se divertir, pour s’informer, etc. Mélioratif, méliorative : voir Adjectif à valeur méliorative. Métaphore : figure de style qui consiste à rapprocher deux réalités qui ont un point commun sans utiliser de terme comparatif. La 2e réalité est généralement exprimée au sens figuré. Ex. :  Elle a reçu une pluie de compliments. (Sens propre : Elle a reçu de nombreux compliments.) La métaphore comprend généralement trois éléments : 1) la 1re réalité, ou ce que l’on compare (les compliments) ; 2) la 2e réalité, ou ce à quoi on compare la 1re réalité (une pluie) ; 3) le point commun aux deux réalités (l’abondance). Péjoratif, péjorative : voir Adjectif à valeur péjorative. Point de vue : le point de vue correspond à l’attitude de l’énonciateur face à son sujet. − Un point de vue est objectif si l’énonciateur n’exprime pas son opinion personnelle. − Un point de vue est subjectif si l’énonciateur exprime son opinion ou démontre son engagement.

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Glossaire des modes de discours

263


Nom :

  Groupe :

  Date :

Séquence descriptive : séquence qui sert à décrire une réalité, c’est-à-dire à présenter les différents aspects d’un sujet (qualités, propriétés, parties, composantes, etc.). Séquences textuelles : catégories qui permettent de regrouper des textes qui ont une structure et des caractéristiques communes. Il existe cinq catégories de séquences textuelles : descriptive, narrative, explicative, dialogale et argumentative. Vocabulaire connoté : le vocabulaire est dit connoté lorsque les mots utilisés révèlent le point de vue de l’énonciateur. Selon l’intention de l’énonciateur, le vocabulaire peut être connoté positivement ou négativement. – Le vocabulaire est connoté positivement lorsque les mots choisis montrent que l’énonciateur a une opinion favorable du sujet dont il parle. Ex. :  Ce livre passionnant raconte la vie héroïque d’un personnage prodigieux. (Le choix des adjectifs à valeur méliorative permet de comprendre que l’énonciateur a aimé le livre.) – Le vocabulaire est connoté négativement lorsque les mots choisis montrent que l’énonciateur a une opinion défavorable du sujet dont il parle. Ex. :  Ce livre insignifiant raconte la vie banale d’un personnage des plus ternes. (Le choix des adjectifs à valeur péjorative permet de comprendre que l’énonciateur n’a pas aimé le livre.) Vocabulaire dénoté : le vocabulaire est dit dénoté lorsque les mots utilisés ne permettent pas de reconnaître le point de vue de l’énonciateur. Ex. :  Ce livre décrit les nombreux voyages de l’explorateur français Samuel de Champlain. (Le choix des adjectifs ne permet pas de reconnaître le point de vue de l’énonciateur.)

264

Glossaire des modes de discours

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Index Abrègement, 194 Accord(s), 174-190 dans la phrase, 175, 189 dans le groupe du nom, 179 de l’adjectif dans le GN, 186, 190 Donneurs et receveurs d’, 174 du déterminant, 183 Règles d’, 174 Adjectif(s), 85 Accord de l’, 186 Caractéristiques de l’, 82 classifiant, 85, 95 Féminin des, 255 Pluriel des, 253 qualifiant, 85, 95 Rôles de l’, 82

Attribut du sujet, 144 Capsules d’information Lire des, 8 Champ lexical du poème, 67 Classes de mots, 78-103 invariables, 102 Synthèse des, 102 variables, 102 Complément de phrase, 146-147 direct du verbe, 141 du nom, 138 du pronom, 140

Adverbe complexe, 94 Rôles de l’, 94 Sens de l’, 95 simple, 94

Complément de phrase, 147, 153 Repérer le, 147

Ajout (ou addition), 251

Conditionnel passé, 165 présent, 165

Allitération, 67 Antonymes, 198 Apostrophe, 261 Appréciation d’une œuvre littéraire, 19, 24 Des mots pour justifier son, 19 Aspects et sous-aspects, 3

Complément direct, 141 Composition, 192

Conjonction, 100 Rôle de la, 100 Sens de la, 100 Conjugaison, 156-173 Coordination, 132, 135 Dédoublement, 252 Déplacement, 250

© 2012, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Index

265


Matière

première

La collection Matière première, destinée à l’enseignement du français au 1er cycle du secondaire, constitue un ensemble de ressources complémentaires conforme à la progression des apprentissages (PDA). On y trouve des entrées notionnelles se rapportant à deux volets : « Les modes de discours » et « Les ressources de la langue ». Jumelés aux contenus théoriques, les exercices permettent d’actualiser l’enseignement du français et d’en soutenir l’apprentissage.

Les composantes de la collection Les cahiers d’apprentissage Les modes de discours • Entrée en matière, une présentation théorique du mode de discours à l’étude, suivie d’un texte annoté ; • des textes et des activités sur les divers modes abordés : La description, La justification, La narration et La poésie ; • des extraits de texte accompagnés d’exercices de compréhension et de modélisation ; • des mots renvoyant à un Glossaire des modes de discours ; • des renvois au volet grammatical. Les ressources de la langue • Des encadrés théoriques et des exercices de grammaire en conformité avec la PDA ; • des rubriques signalant les pièges à éviter et invitant à utiliser les manipulations syntaxiques, entre autres ; • des renvois au référentiel ; • une Synthèse des encadrés théoriques à la fin de chaque section ; • Pratico-pratique, une activité de révision des connaissances acquises, à partir d’un même texte. Le référentiel • Des Stratégies de lecture aisément applicables ; • Les manipulations syntaxiques et L’orthographe grammaticale en tableaux ; • un Glossaire des modes de discours ; • un index des notions traitées dans les deux volets.

Les guides-corrigés • Le corrigé en couleurs de chaque cahier d’apprentissage; • des notes pédagogiques donnant une vue d’ensemble des contenus abordés dans les deux volets ; • de nombreux documents reproductibles et leur corrigé (fiches de récupération, de consolidation, d’enrichissement) : –  Pour « Les ressources de la langue » – Pour « Les modes de discours » ✓  Des textes supplémentaires à annoter ✓  Des tests diagnostiques ✓  Des situations d’écriture ✓  Des activités d’évaluation

Offre numérique Pour l’animation en classe et la correction collective, le Guide-corrigé, version numérique, permet : • de projeter, d’annoter et de feuilleter le cahier ; • d’afficher le corrigé du cahier au moment de son choix ; • d’accéder à tout le matériel reproductible. Le Guide-corrigé, version numérique, s’utilise avec ou sans tableau blanc interactif (TBI).

Les composantes de la collection (1er cycle du secondaire)

Cahier d’apprentissage 1

Cahier d’apprentissage 2

Guide-corrigé 1

Guide-corrigé 2

Guide-corrigé 1, version numérique

Guide-corrigé 2, version numérique

Code de produit : 211844 ISBN 978-2-7617-3770-8

9 782761 737708

Matière première_1re sec  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you