Page 1

Français

Cahier d’apprentissage

3e année du 2e cycle du secondaire

Textes et activités Grammaire et exercices Préparation à l’épreuve

UN VOLET ENTIER CONSACRÉ À LA PRÉPARATION À L’ÉPREUVE Maxime Lachance Guy Lessard Ginette Rochon

Conforme à la progression des apprentissages


TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION DU CAHIER. .................................................................................................. VI

LES MODES DE DISCOURS ................................................................................ 1 L’ARGUMENTATION. .................................................................................................................. 2 1. Les éléments du texte argumentatif............................................................................... 2 2. La stratégie argumentative. ............................................................................................ 2 3. L’organisation du texte argumentatif.............................................................................. 5 4. Le point de vue dans le texte argumentatif..................................................................... 5 5. Exemples de textes argumentatifs.................................................................................. 6 1 Lire un point de vue de spécialiste.................................................................................... 10 2 Lire des opinions de lecteurs. ........................................................................................... 12 3 Lire des articles sur des sujets controversés................................................................... 24 LA NARRATION..........................................................................................................................40

1 2 3

1. Le schéma narratif............................................................................................................40 2. L’univers narratif..............................................................................................................41 3. Les types de narrateurs....................................................................................................42 4. Un mélange des modes....................................................................................................43 5. Diverses catégories de récits...........................................................................................43 6. Exemples de textes narratifs...........................................................................................44 Lire une nouvelle. .............................................................................................................. 48 Lire des récits sociologiques............................................................................................. 56 Lire un récit psychologique. .............................................................................................. 71

LES RESSOURCES DE LA LANGUE .......................................................... 79 LA GRAMMAIRE DE LA PHRASE.............................................................................................80 1 Les groupes........................................................................................................................ 80 1.1 Le groupe du nom (GN).........................................................................................................80 1.2 Le groupe de l’adjectif (GAdj)................................................................................................82 1.3 Le groupe de la préposition (GPrép).....................................................................................84 1.4 Le groupe du verbe (GV)........................................................................................................86 1.5 Le groupe de l’adverbe (GAdv)..............................................................................................97 Synthèse...................................................................................................................................... 99 2 Le pronom........................................................................................................................ 101 2.1 Les caractéristiques du pronom......................................................................................... 101 2.2 Les catégories de pronoms................................................................................................. 103 2.3 Le complément du pronom................................................................................................. 108 Synthèse.................................................................................................................................... 109 3 La phrase.......................................................................................................................... 110 3.1 Les constituants de la phrase............................................................................................. 110 3.2 Les différents types de phrases.......................................................................................... 112 3.3 Les différentes formes de phrases..................................................................................... 116 3.4 Les phrases à construction particulière............................................................................. 122 Synthèse.................................................................................................................................... 125 4 La subordination.............................................................................................................. 128 4.1 La subordonnée relative...................................................................................................... 128 4.2 La subordonnée complétive................................................................................................ 133 Synthèse.................................................................................................................................... 138 © 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Table des matières

III


4.3 Les subordonnées compléments de phrase (compléments de P).................................... 140 4.3 A Les subordonnées compléments de P de temps, de but, de cause et de conséquence............................................................................................................... 141 4.3 B Les subordonnées compléments de P d’opposition, de concession et d’hypothèse....... 145 4.3 C La subordonnée complément de P de comparaison......................................................... 152 4.4 La subordonnée corrélative................................................................................................ 154 Synthèse.................................................................................................................................... 156 5 La coordination et la juxtaposition. ................................................................................. 160 5.1 Les éléments coordonnés ou juxtaposés........................................................................... 160 5.2 Le sens des coordonnants.................................................................................................. 161 5.3 Quelques règles de coordination et de juxtaposition......................................................... 162 Synthèse.................................................................................................................................... 166 6 La ponctuation.................................................................................................................. 168 6.1 La virgule............................................................................................................................. 168 6.2 Le deux-points..................................................................................................................... 171 6.3 Le point-virgule.................................................................................................................... 172 Synthèse.................................................................................................................................... 173

LE LEXIQUE..............................................................................................................................174 1 La formation des mots..................................................................................................... 174 1.1 Les familles de mots........................................................................................................... 174 1.2 La composition savante et le mot mixte............................................................................. 175 1.3 Les emprunts et les anglicismes........................................................................................ 176 1.4 Les régionalismes............................................................................................................... 177 Le sens des mots. ............................................................................................................ 178 2 2.1 Les néologismes.................................................................................................................. 178 2.2 Les figures de style.............................................................................................................. 179 Synthèse................................................................................................................................. 181

L’ORTHOGRAPHE LEXICALE ET GRAMMATICALE.............................................................182 1 Les accords dans le groupe du nom (GN). ...................................................................... 182 1.1 Règles d’accord du déterminant et de l’adjectif................................................................ 182 Synthèse.................................................................................................................................... 185 2 Les accords dans la phrase............................................................................................. 186 2.1 Règles d’accord du verbe ou du verbe auxiliaire............................................................... 186 2.2 Règles d’accord de l’adjectif attribut du sujet et du participe passé employé avec l’auxiliaire être.............................................................................................. 189 2.3 Règles d’accord de l’adjectif attribut du complément direct............................................ 191 2.4 Règles d’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir ................................ 192 2.5 Règles d’accord du participe passé des verbes pronominaux.......................................... 195 Synthèse.................................................................................................................................... 197 3 Les difficultés courantes. ................................................................................................ 200 3.1 La majuscule dans les noms propres.............................................................................. 200 3.2 Le pluriel des noms composés........................................................................................ 202 3.3 L’accord des adjectifs composés........................................................................................ 204 3.4 L’accord des adjectifs de couleur....................................................................................... 206 3.5 L’accord de tout, quelque, même, possible, tel, nu, demi.................................................... 208 Synthèse.................................................................................................................................... 212 4 La conjugaison des verbes............................................................................................... 214 4.1 L’indicatif présent et passé composé................................................................................. 214 4.2 L’indicatif imparfait et plus-que-parfait............................................................................. 216 4.3 L’indicatif passé simple et passé antérieur....................................................................... 218 4.4 L’indicatif futur simple et futur antérieur.......................................................................... 220 4.5 L’indicatif conditionnel présent et conditionnel passé...................................................... 222 4.6 Le subjonctif présent et passé............................................................................................ 224

IV

Accents, Table des matières

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


4.7 L’impératif présent et passé............................................................................................... 226 Synthèse.................................................................................................................................... 228

LA GRAMMAIRE DU TEXTE....................................................................................................232 1 L’énonciation.................................................................................................................... 232 2 La modalisation................................................................................................................ 232 2.1 Les marques énonciatives.................................................................................................. 232 2.2 Les marques de modalité.................................................................................................... 234 Les discours rapportés.................................................................................................... 237 3 3.1 Le discours direct................................................................................................................ 237 3.2 Le discours indirect............................................................................................................. 237 3.3 Le discours indirect libre.................................................................................................... 237 4 L’organisation du texte.................................................................................................... 239 4.1 Les organisateurs textuels................................................................................................. 239 4.2 Les marqueurs de relation.................................................................................................. 239 La reprise de l’information.............................................................................................. 241 5 5.1 La reprise par un pronom................................................................................................... 241 5.2 D’autres procédés de reprise............................................................................................. 241 Synthèse................................................................................................................................. 243

LA PRÉPARATION À L’ÉPREUVE.............................................................. 245 BIEN SE PRÉPARER À LA TÂCHE.........................................................................................246 1 Comprendre la consigne.................................................................................................. 246 2 Utiliser des textes de référence...................................................................................... 247 2.1 Lire et annoter un article de référence.............................................................................. 247 2.2 Prendre des notes............................................................................................................... 250 2.3 Présenter ses sources........................................................................................................ 250

CLARIFIER LES ÉLÉMENTS DE LA TÂCHE..........................................................................252 1 Reconnaître les caractéristiques de la lettre ouverte.................................................... 252 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 1.7

Mentionner explicitement le destinataire.......................................................................... 252 Manifester sa présence en tant qu’énonciateur................................................................ 254 Cerner la problématique..................................................................................................... 256 Formuler la thèse................................................................................................................ 257 Choisir des arguments pertinents...................................................................................... 258 Planifier une explication argumentative............................................................................ 259 Planifier une réfutation....................................................................................................... 261

RÉDIGER UNE LETTRE OUVERTE.........................................................................................263 1 Introduire la problématique............................................................................................ 263 2 Développer son argumentation....................................................................................... 265 2.1 2.2 2.3 3

Construire une explication argumentative......................................................................... 265 Construire une réfutation.................................................................................................... 268 Formuler des conclusions partielles.................................................................................. 271 Conclure la lettre ouverte................................................................................................ 272

RÉVISER SA LETTRE OUVERTE. ...........................................................................................273 1 Organiser son texte.......................................................................................................... 273 2 Modaliser son discours.................................................................................................... 274 3 Utiliser un vocabulaire précis et varié. ........................................................................... 275 Synthèse................................................................................................................................. 276 INDEX........................................................................................................................................277 LISTE DES ABRÉVIATIONS ET DES PICTOGRAMMES........................................................280

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Table des matières

V


ACCENT SUR…

L’argumentation............................................... 2 La narration..................................................... 40


Nom :

  Groupe :

  Date :

l'argumentation Argumenter, c’est construire un raisonnement dans le but de convaincre . ou d’influencer un destinataire. Dans un texte argumentatif (texte d’opinion, lettre ouverte, éditorial, etc.), le point de vue de l’énonciateur est subjectif et . le sujet abordé est généralement controversé, ce qui mène à la confrontation d’idées opposées.

1. Les éléments du texte argumentatif La thèse et les arguments constituent les éléments essentiels du texte argumentatif. Parfois, on y trouve la contre-thèse et les contre-arguments, notamment lorsque la stratégie argumentative est basée sur la réfutation. • Thèse et contre-thèse La thèse est la position défendue par l’auteur. Elle est souvent présentée de . façon explicite au début ou à la fin du texte. Toutefois, elle peut être exprimée . de façon implicite, par exemple dans une caricature ou une publicité. La position contraire à celle défendue par l’auteur est la contre-thèse.

Les discours rapportés Page 237

• Arguments et contre-arguments Un argument est un énoncé qui soutient la thèse ; un contre-argument est un énoncé qui appuie la contre-thèse. L’un et l’autre se fondent sur des croyances, des expériences, des faits vérifiables, des statistiques, des valeurs ou des hypothèses scientifiques. Pour citer les propos de témoins, d’experts ou de spécialistes, qui viennent souvent étoffer les arguments, l’auteur a recours au discours rapporté. Ex. : Thèse : L’électrification des transports n’est pas une solution efficace pour contrer les problèmes économiques et environnementaux actuels. Argument : En remplaçant les voitures au pétrole par des modèles électriques fabriqués à l’étranger, on ne diminue pas les importations, on ne fait que changer de marché.

Contre-thèse : L’électrification des transports est une solution efficace pour contrer les problèmes économiques et environnementaux actuels.

Contre-argument : L’électrification des transports permettrait de réduire les importations de pétrole et, par conséquent, de conserver plus d’argent au Québec en augmentant la consommation de l’électricité, produite localement.

2. La stratégie argumentative La stratégie argumentative est l’ensemble des procédés choisis pour convaincre ou influencer le destinataire. Ces procédés, de même que leur coordination, varieront en fonction de l’intention de l’énonciateur. Selon qu’il souhaite établir la valeur de la thèse ou la faiblesse de la contre-thèse, il fondera sa stratégie sur l’explication argumentative ou sur la réfutation.

2

Accents, L’argumentation

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

2.1 L’explication argumentative L’explication argumentative consiste à démontrer que la thèse est valable en présentant les arguments qui l’appuient selon divers procédés. Le point de vue subjectif de l’énonciateur, entre autres, permet de différencier l’argumentation . de l’explication. • Les principaux procédés de l’explication argumentative Procédés explicatifs

Exemples

La définition d’un mot, d’une idée ou   d’un concept

L’électrification du réseau routier consiste en l’installation des équipements nécessaires à la prolifération de voitures électriques.

La comparaison de réalités qui ont des points communs ou des différences

« Dans cette perspective, il serait plus productif de chercher à réduire l’usage de l’auto-solo que de simplement changer le carburant. » « […] la mobilité individuelle basée sur l’automobile réduit l’accès aux services (magasins, institutions scolaires, établissements de santé, etc.) de ceux qui n’ont pas de véhicule […]. » « On vise 300 000 véhicules électriques d’ici 2020, et l’on dépensera du même coup 50 millions de dollars en rabais offerts à ceux qui en achèteront [...]. »

Le recours à des exemples ou à   des énumérations L’insertion d’une séquence descriptive ou narrative

La citation d’un spécialiste ou d’un témoin « Les dépenses personnelles en transport dépassaient les 37 milliards de dollars en 2010 au Québec », nous dit   Pierre-Olivier Pineau.

« Bref, on n’aura pas retenu l’argent ici. »

La reformulation d’une idée dans un vocabulaire différent L’illustration des informations du texte

30 %

Prévision de la réduction des GES Taux de réduction

20 % 10 % 0 %

2010

2015

2020

• Des moyens linguistiques pour construire une explication argumentative L’explication argumentative nécessite divers moyens linguistiques pour exprimer des liens de causalité et des comparaisons. Moyens linguistiques

Lexique

Exemples Cause

Cette mauvaise décision provoque une vraie catastrophe.

Conséquence

Comparaison

Cette catastrophe découle d’une mauvaise décision.

Contrairement aux autres pays, le nôtre s’est engagé à agir. Cette inconnue surgit dans le salon comme une vedette salue son public.

Tout ce branle-bas Elle s’expliqua, de Phrases subordonnées parce qu’une vedette sorte que tous furent internationale nous visite convaincus. (complètes) est exagéré. Tout ce branle-bas à cause Elle s’expliqua, Phrases subordonnées de la visite d’une vedette convainquant tout le (réduites) internationale est exagéré. monde. Phrases subordonnées corrélatives

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Le succès est si aveuglant qu’on oublie qu’un héros n’est pas un être parfait.

Les subordonnées compléments de phrase Page 140

Cette inconnue surgit dans le salon, véritable vedette saluant son public. La situation est moins grave que ce que l’on avait annoncé.

Les subordonnées corrélatives Page 154 L’argumentation

3


Nom :

  Groupe :

  Date :

2.2 La réfutation La réfutation consiste à présenter la thèse adverse comme irrecevable ou inadéquate afin de mieux démontrer le bien-fondé de sa propre thèse. Il s’agit . donc d’une réponse explicite à un adversaire réel ou éventuel. • Les principaux procédés de la réfutation Procédés de réfutation

Exemples

Comment peut-on défendre de telles valeurs encore aujourd’hui ? Dénoncer les contradictions de la thèse adverse ou des On nous demande de modifier nos habitudes, mais on ne arguments adverses1. nous propose aucune solution de remplacement. Opposer une exception. Cette solution est loin de répondre aux besoins de tous : elle nuit à certaines personnes. Pousser le raisonnement de la partie adverse   Selon ce principe, on pourrait conclure que le crime est jusqu’à l’absurde. préférable au respect des lois ! Avancer une hypothèse pour mieux rejeter les Si tout le monde agissait ainsi, l’anarchie régnerait, ce qui 1 conclusions qui en découlent . n’est acceptable en aucun cas. Concéder quelque chose pour mieux affirmer sa thèse Il est vrai qu’il faut agir vite pour régler ce conflit, mais agir ou un de ses arguments1. vite ne veut pas dire faire n’importe quoi. Déclarer la thèse adverse ou les arguments adverses dépassés ou inexacts1.

1

On trouve ces quatre procédés dans le texte annoté aux pages 6 et 7.

• Des moyens linguistiques pour construire une réfutation La réfutation nécessite des moyens linguistiques pour exprimer des oppositions, des hypothèses et des concessions. Moyens linguistiques

Lexique

La coordination et la juxtaposition Page 160 Les subordonnées compléments de phrase Page 140 Les discours rapportés Page 237

Conjonctions Phrases subordonnées Phrases ou groupes incidents

Exemples Opposition

Verbes (nier),   adverbes (non, ne, guère), pronoms (rien),   déterminants (nul) J’ai raison et il a tort.

Hypothèse

Verbes (supposer), adverbes (peut-être, si, hypothétiquement),   adjectifs (probable) Pour quelle raison se battre sinon pour obtenir justice ?

Concession

Verbes (concéder),   adverbes (bien sûr),   adjectifs (vrai),   locutions (à la rigueur) Certes, il parle bien, mais il ne révèle presque rien.

Alors que vous criiez au En admettant qu’il gagne Quoique vous ayez raison sur scandale, elle restait calme son pari, que se produirait-il ? ce point, vous n’arriverez pas à et résolvait le problème. résoudre le problème. Il y avait, objectaient-elles, un grave problème.

Il y a, je suppose, une raison à Il parle bien, je le reconnais tout ce gaspillage. volontiers, mais il ne révèle rien.

© JNT Visual / Shutterstock Images LLC

4

Accents, L’argumentation

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

3. L’organisation du texte argumentatif La séquence argumentative s’élabore généralement en trois étapes : . une introduction, un développement et une conclusion. Introduction

Mise en contexte du sujet, de la problématique, de la situation ou du dilemme Prise de position selon l’une des méthodes suivantes (ou les deux) : • Présentation de la thèse ou de la contre-thèse, parfois des deux Ex. : « Le covoiturage, le transport actif et l’amélioration des transports en commun sont les clés de la réussite à court terme. » • Formulation d’un point de vue ou d’une question amenant les arguments du développement Ex. : « Serions-nous trop bêtes pour nous occuper des animaux ? » Dans ce cas-ci, le vocabulaire connoté permet de deviner la thèse implicite de l’énonciateur. Développement

Présentation des arguments destinés à convaincre selon deux procédés dominants Explication argumentative

Réfutation

Arguments fondés sur les causes et les conséquences liées à la thèse

Arguments visant à discréditer la contre-thèse

Conclusion

Reformulation de la thèse ou affirmation de celle-ci si elle est absente de l’introduction

Rejet de la contre-thèse et valorisation de la thèse (prise de position)

Ouverture sur un autre aspect du sujet

4. Le point de vue dans le texte argumentatif Une des caractéristiques du texte argumentatif est la subjectivité de l’énonciateur. On la reconnaît grâce aux marques énonciatives et aux marques de modalité dans le texte. L’énonciateur souligne plus particulièrement :

La modalisation Page 232

• sa crédibilité (en mentionnant ses compétences ou en ayant recours au . discours rapporté afin de confirmer ses dires ou de se dissocier des propos . d’une autre personne) ; • sa perception du destinataire (en tentant d’établir un rapport de supériorité, de complicité ou d’opposition avec lui) ;

© Lightspring / Shutterstock Images LLC

• son propos (en manifestant son approbation ou sa désapprobation du sujet).

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

L’argumentation

5


Groupe :

  Date :

Légende : Marque énonciative Langue familière ou populaire Conclusion partielle Interrogation rhétorique

Introduction

Titre

Texte 2 : UN COMME ÇA, UN COMME ÇA, PIS UN COMME ÇA… Tout n’est pas qu’affaire de vocabulaire, je le conçois bien. T [ Mais il y a aussi le vocabulaire et, à trop l’ignorer, on finit par parler une langue imprécise, à la limite incompréhensible.]

Concéder quelque chose [Thèse (T)]

Concéder quelque chose pour mieux affirmer son propos

[Cause du problème] [Conséquence du problème]

© Jacques PALUT / Shutterstock Images LLC

Nom :

5

Je trouve que les jeunes Québécois utilisent un vocabulaire plus étendu que celui dont nous usions à leur âge. Mais nous avons encore, collectivement, un immense fossé à combler si nous voulons ne serait-ce que nommer correctement les objets les plus familiers et les réalités les plus quotidiennes.

[La « chose » et l’« affaire » sont nos mots passe-partout. Nous les utilisons à l’envi pour nommer tout et n’importe quoi au lieu de chercher le mot juste.] [ Résultat : 10 nous n’en finissons plus de nous expliquer au lieu de nous comprendre.]

Développement Exemple 1 : illustration du problème

J’ai été témoin dernièrement d’une petite scène parfaitement québécoise qui illustre bien mon propos. [Élément déclencheur] [Déroulement]

15

Séquence narrative

du papier peint autocollant ? » Le commis, déjà excédé par l’accent de la dame et du haut de son ignorance arrogante, lui lance : « Quoi ? » La pauvre femme se répète timidement.]

[Dénouement]

[Et le commis de répondre : « Vous voulez dire d’la tapisserie contaque ? Est là ! »]

[Situation finale]

[La femme s’en fut sans demander son reste. Et pourtant c’est elle qui avait raison.]

[ContreArgument 1 (CA1)]

20

 [Tout Québécois bien né me répondra : « Tout le monde dit " de la tapisserie contaque ", qu’est-ce que t’as à chialer ? »]

CA1

[Je « chiâle » pour une raison simple : c’est que cette tapisserie n’est pas de la

[Déclarer l’argument adverse inexact] [Concéder quelque chose pour mieux affirmer son propos]

8

[J’attends au comptoir d’une quincaillerie] [quand une femme d’origine européenne s’approche pour demander un renseignement.] [ « Avez-vous, dit-elle,

[Situation initiale]

tapisserie et que ce « contact » est un anglicisme qui ne veut rien dire en français quand on l’applique au papier peint.] 25

Accents, L’argumentation

[Je veux bien qu’on ne parle pas français, mais encore faut-il le savoir, et surtout ne pas avoir la prétention de faire la leçon à ceux qui s’expriment correctement.] © 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Date :

Un autre exemple (et là [ je plaide l’ignorance comme tout le monde]) : la pâtisserie. Nous entrons dans une pâtisserie et nous nous retrouvons bouche bée devant le comptoir. Les mots nous manquent. Alors : « [Une comme ça, une comme ça, une comme ça, non pas ça… ça, non… ça, pis une comme ça.] »

[Hyperbole]

Et pourtant [ toutes ces pâtisseries ont un nom précis que tous les enfants francophones du monde connaissent], tous sauf ceux du Québec.

[Hyperbole]

[Un pithiviers, un savarin, un mille-feuilles [sic]1, un vacherin, une meringue, etc.] Il y en a vraiment pour tous les goûts et ça rend la compréhension tellement 35

plus facile. […]

[Toutes les choses ne sont pas des choses.]

[Répétition]

1  Sic : Ainsi dans le texte original. [Énumération]

[Argument 1] Développement

30

  Groupe :

La « ceinture en arrière de ton manteau » est tout simplement une martingale. La « plante que tu sais qui fait des fleurs rouges qui ressemblent à des boules » est probablement un géranium. 40

La « patente qui sert à faire d’la crème fouettée à la main » est, sans aucun doute, un fouet.

Exemple 2 : insistance

Nom :

Parallélisme de construction

Pas surprenant qu’on trouve que la phrase française est plus longue que la phrase anglaise ! À force de circonlocutions, de répétitions, d’imprécisions, on l’allonge indéfiniment.

[Il y a de la vanité dans notre refus de parler correctement (« On est pas pour parler 50 le français de France »), mais il y a aussi une sorte de masochisme.] […] [Nous sommes comme ce menuisier qui ne trouverait tout son plaisir que dans une scie mal affûtée. « Ma scie scie mal pis ça m’prend trois fois plus d’temps, mais j’aime ça comme ça, moé. »]

[[Le plaisir de la langue, c’est de pouvoir la parler sans effort.] Or, quand on 55

se refuse au départ l’effort de l’apprendre, on se condamne à parler avec effort toute sa vie.]

[Argument 2]

[Comparaison]

[Argument 3] [Antithèse]

Le mécanicien ou le plombier qui ne veut travailler qu’avec les meilleurs instruments est-il snob et prétentieux ?

60

Conclusion

45

Le « morceau d’viande, t’sais là, qu’est faite comme ça pis qui r’semble à une affaire comme ça » ne serait-il pas, par hasard, un aloyau ?

Explication argumentative

« L’affaire qu’on s’sert pour baisser et monter les lumières automatiquement » est très certainement un variateur.

Il ne s’agit pas de se complaire dans la pratique de l’art pour l’art. La correction du langage est d’abord et avant tout affaire d’utilité. Pierre BOURGAULT, « Un comme ça, un comme ça, pis un comme ça… », Écrits polémiques, Montréal, Les Éditions du Boréal, 1988, 373 p. Cet extrait a été reproduit aux termes d’une licence accordée par Copibec.

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

L’argumentation

9


Nom :

  Groupe :

  Date :

 2 LIRE DES OPINIONS DE LECTEURS Les médias réservent souvent un espace à l’intention de leurs lecteurs. On y échange des opinions parfois contradictoires sur des sujets qui prêtent à réflexion.

Mise en contexte Dans ce premier échange, deux lecteurs d’un journal débattent de la question suivante : « Les humoristes contribuent-ils à changer les mentalités ? »

Lisez les deux textes suivants.

5

10

15

20

25

12

Accents, L’argumentation

Au Québec, les humoristes jouissent d’une popularité qui ne se dément pas. Plusieurs d’entre eux sont devenus, parfois à leur corps défendant, d’excellents critiques de notre société. C’est pourquoi il faut se réjouir de voir émerger de plus en plus d’humoristes provenant de divers milieux culturels. Cette diversité de points de vue, qui est une richesse pour la société québécoise, contribue à briser plusieurs tabous et à faire tomber des préjugés.

© Dmitriip / Shutterstock Images LLC

Texte 1 : Faire voir autrement

Si ce regard particulier permet de combattre les idées préconçues, c’est entre autres parce qu’il valorise les différences culturelles. Ainsi, lorsque Boucar Diouf formule ses maximes (introduites par son célèbre « Mon grand-père disait toujours… »), il étonne les spectateurs tout en leur proposant une réflexion sur eux-mêmes. Cette fraîcheur et cette nouveauté sont d’ailleurs appréciées du public puisque les tribunes se multiplient pour ce docteur sénégalais. De plus, son cas n’est pas unique : la popularité croissante des Rachid Badouri, Adib Alkhalidey et autres Nabila Ben Youssef en fait foi. Et cette grande variété de discours ne peut qu’éveiller la conscience de la société québécoise. Ainsi, quand Badouri aborde différentes formes de racisme, il incarne une parole différente de celle du Québécois « blanc, de souche » et il révèle des aspects de notre dynamique sociale qui passent trop souvent inaperçus. On peut donc dire : « Je te donne la parole, tu me fais découvrir différentes facettes de ta culture et, par le fait même, certains travers de ma société. » De la même manière que Clémence Desrochers était la porte-parole de l’émancipation des femmes ou qu’Yvon Deschamps a remis en question la supériorité masculine de son époque, les humoristes actuels nous renvoient une image de nous-mêmes que nous refusons souvent de voir.

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

30

35

  Groupe :

  Date :

Évidemment, plusieurs pourront rechigner en évoquant les « raccourcis » souvent utilisés en spectacle. À ceux-là, je rappellerai qu’il est bien difficile de demander aux artistes de nous donner plus que ce que nous voulons. Par contre, rien ne les empêche de joindre l’utile à l’agréable, car, par leurs blagues, les humoristes permettent de faire tomber les barrières de méfiance qui nous coupent de l’autre. Leur seule présence sur la scène relève donc autant d’un enseignement que d’un loisir, et c’est là une façon de rire de nous que bien des sociétés doivent nous envier. En outre, il ne faut pas sous-estimer l’intelligence du public. D’ailleurs, est-ce que quelqu’un a déjà cru qu’Yvon Deschamps était un batteur de femmes ?

40

45

On sait que le Québec est une terre d’ouverture et d’accueil peu commune et que l’humour y est un art fort apprécié. Que ces deux caractéristiques s’unissent pour nous faire voir davantage nos travers n’est que la suite normale des choses. Avec le temps, il y a fort à parier que les raccourcis seront de moins en moins nombreux puisque notre connaissance de l’autre ira en s’améliorant. Et les humoristes issus de divers groupes culturels ne seront plus que des humoristes québécois, du moins, dans nos cœurs ! Maxime Hubert

Texte 2 : L’humoriste qui vend des frigos

5

10

15

Le principal danger qui guette celui qui prend position dans un débat, c’est de ne retenir que les faits qui soutiennent son point de vue. Ainsi, M. Hubert, j’ai lu récemment la lettre dans laquelle vous cherchiez à démontrer le rôle pédagogique de nos humoristes. Malheureusement, la partie émergée de l’iceberg cache une immense masse de lieux communs sur laquelle vous vous laissez trop facilement dériver. D’abord, vous affirmez que les humoristes combattent les préjugés. Si cela peut parfois être vrai, il faut reconnaître qu’habituellement, les vedettes de l’humour se contentent de niveler vers le bas sans chercher à refaire le monde. Que ce soit par l’usage d’un vocabulaire obscène ou de vulgaires caricatures, ils font rire, mais sans se soucier véritablement de transformer la société. De même, comment pouvez-vous croire que ces idoles osent bousculer leur public? Si ces « comiques » secouaient nos vieilles habitudes au risque de nous choquer, on pourrait alors considérer qu’ils nous éduquent. Cependant, pour plaire, les humoristes n’osent jamais aller plus loin qu’où leur public consent à se laisser mener. C’est ce que vous appelez, avec indulgence, des « raccourcis » ! Il semble donc que l’un de nous voie le verre à moitié plein.

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire des opinions de lecteurs

13


Groupe :

20

25

30

35

40

45

50

55

Pourquoi le vois-je à moitié vide ? Parce que le principal objectif de l’humoriste, tout comme n’importe quel vendeur de frigos, est de vendre. Pas seulement des billets pour le spectacle qu’il est en train de présenter, mais pour celui qu’il donnera dans six mois ou dans un an ! Et pour atteindre cet objectif, il ne doit jamais oublier qu’il est en concurrence avec d’autres humoristes et qu’il doit plaire à tout prix. Il doit donc s’assurer que le public rit et passe une bonne soirée. Jamais il ne se souciera de l’éduquer et encore moins de faire tomber ses préjugés. D’ailleurs, si c’était le cas, nous pouvons croire que nos humoristes seraient déjà en lice pour l’obtention du prix Nobel de la paix… Il est vrai que le Québec est une société ouverte et qu’à ce titre, nous sommes probablement capables de rire de nos travers. Mais de là à affirmer que ce sont les humoristes qui, avec leurs blagues, « permettent de faire tomber les barrières de méfiance qui nous coupent de l’autre », rien n’est moins sûr ! En effet, combien de blagues caricaturales suscitent une véritable réflexion sur la misogynie ou sur notre peur de l’autre ? Combien d’allusions offensantes engendrent une réelle réflexion sur nos comportements ? Vous affirmez que le public sait faire la part des choses et peut-être avez-vous raison dans quelques rares circonstances. Cependant, trop de manchettes de journaux nous indiquent le contraire. En outre, cet argument s’appuie sur votre conception du « gros bon sens » et de la capacité du public à juger de la valeur d’un discours. Expliquez-moi, alors, pourquoi il faut encore dénoncer l’exclusion des immigrants, la violence faite aux femmes et les compressions dans les programmes d’aide aux démunis. Il faut peut-être en conclure que trop de personnes sont incapables de saisir l’ironie dans l’humour et qu’elles y trouvent plutôt une confirmation de leurs propres préjugés. Doit-on interdire les ondes aux humoristes ? La censure n’est jamais la bonne solution. Mais il faudrait qu’ils s’interrogent, eux et leur public (dont je fais partie), sur l’utilisation de leur vaste influence. Les vedettes de l’humour ont certes leur place dans la société du divertissement, mais leur attribuer un rôle social aussi important que celui de faire tomber nos préjugés est une vue de l’esprit que je ne peux partager. Bertrand Valcourt

14

Accents, L’argumentation

  Date :

© antoniomas / Shutterstock Images LLC

Nom :

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Compréhension et interprétation 1

Annotez le premier texte que vous venez de lire. a) Dans l’introduction, soulignez la thèse et inscrivez Thèse dans la marge. b) Dans les 2e et 3e paragraphes, soulignez les arguments qui soutiennent la thèse et, vis-à-vis de chacun, inscrivez Argument dans la marge. c) Dans le 4e paragraphe, soulignez l’organisateur textuel qui indique qu’il s’agit d’une conclusion partielle et inscrivez Conclusion partielle dans la marge. d) Dans la marge, nommez les procédés de la réfutation que l’auteur utilise aux paragraphes 5 et 6.

2 Dans le premier texte : a) à qui l’auteur s’adresse-t-il ?

b) ce destinataire est-il mentionné explicitement ?

3 Dans le deuxième texte : a) à qui l’auteur s’adresse-t-il ?

b) quel rapport l’auteur veut-il établir avec son destinataire ?

Complicité

Supériorité

Opposition

c) soulignez les marques énonciatives qui renvoient au destinataire. Puis, dans la marge, précisez de quoi elles sont constituées (groupe, pronom, phrase, etc.). d) mettez entre crochets un exemple de chacun des procédés de réfutation suivants et nommez-les dans la marge. • Avancer une hypothèse pour en rejeter les conclusions. • Concéder quelque chose pour mieux affirmer ses arguments. • Pousser le raisonnement de la partie adverse jusqu’à l’absurde.

4 Ce deuxième texte est-il une lettre ouverte ? Justifiez votre réponse à partir des caractéristiques de la lettre ouverte énoncées à la page 252.

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire des opinions de lecteurs

15


Nom :

  Groupe :

  Date :

5 a) Dans les deux textes, encadrez les interrogations rhétoriques.

© Anderson74 / Shutterstock Images LLC

b) Transformez deux des interrogations encadrées en phrases déclaratives, tout en maintenant l’opinion de leur énonciateur.

6 L’auteur du premier texte utilise le terme raccourci pour parler de certaines blagues des humoristes.

a) Pourquoi ce terme peut-il être considéré comme un euphémisme ?

b) Bertrand Valcourt est-il d’accord avec l’emploi de ce terme ? Justifiez votre réponse.

Réaction 7 Des deux points de vue présentés, lequel correspond davantage à votre opinion à l’égard du rôle social des humoristes ? Justifiez votre réponse.

Rédaction 8 Sur des feuilles mobiles, rédigez une lettre ouverte d’environ 350 mots, au nom

de Maxime Hubert et en réponse à celle de Bertrand Valcourt. À l’aide de la réfutation comme stratégie argumentative, réitérez votre point de vue et rejetez les contre-arguments de monsieur Valcourt.

16

Accents, L’argumentation

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Grammaire en contexte Les auxiliaires d’aspect et de modalité s’emploient généralement avec un verbe à l’infinitif et forment ensemble le noyau du GV.

9 Dans les extraits suivants, soulignez les auxiliaires d’aspect et de modalité ainsi que les verbes (infinitif, participe présent ou gérondif) avec lesquels ils sont employés. Extraits provenant du premier texte : Évidemment, plusieurs pourront rechigner en évoquant les « raccourcis » souvent utilisés en spectacle. À ceux-là, je rappellerai qu’il est bien difficile de demander aux artistes de nous donner plus que ce que nous voulons. Par contre, rien ne les empêche de joindre l’utile à l’agréable, car, par leurs blagues, les humoristes permettent de faire tomber les barrières de méfiance qui nous coupent de l’autre. Leur seule présence sur la scène relève donc autant d’un enseignement que d’un loisir, et c’est là une façon de rire de nous que bien des sociétés doivent nous envier. Avec le temps, il y a fort à parier que les raccourcis seront de moins en moins nombreux puisque notre connaissance de l’autre ira en s’améliorant. Et les humoristes issus de divers groupes culturels ne seront plus que des humoristes québécois, du moins, dans nos cœurs ! Extrait provenant du deuxième texte : Pourquoi le vois-je à moitié vide ? Parce que le principal objectif de l’humoriste, tout comme n’importe quel vendeur de frigos, est de vendre. Pas seulement des billets pour le spectacle qu’il est en train de présenter, mais pour celui qu’il donnera dans six mois ou dans un an ! Et pour atteindre cet objectif, il ne doit jamais oublier qu’il est en concurrence avec d’autres humoristes et qu’il doit plaire à tout prix. Il doit donc s’assurer que le public rit et passe une bonne soirée. Jamais il ne se souciera de l’éduquer et encore moins de faire tomber ses préjugés. D’ailleurs, si c’était le cas, nous pouvons croire que nos humoristes seraient déjà en lice pour l’obtention du prix Nobel de la paix…

10 Dans la marge des extraits du numéro précédent : a) vis-à-vis des noyaux de GV comprenant un auxiliaire d’aspect, précisez le stade de déroulement des actions ; b) vis-à-vis des noyaux de GV comprenant un auxiliaire de modalité, précisez ce qu’expriment les auxiliaires dans le contexte (possibilité, obligation, etc.).

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Lire des opinions de lecteurs

17


Nom :

  Groupe :

  Date :

LA NARRATION La narration est le récit d’évènements au cours desquels un ou plusieurs personnages tentent d’établir un équilibre dans une situation qui en est privée.

1. LE SCHÉMA NARRATIF 1.1 Les étapes du schéma narratif Le schéma narratif est la structure fondamentale commune à tous les genres de récits. Il permet de mettre en lumière la manière dont un texte narratif est organisé et constitue un outil fort utile à la rédaction d’un tel texte. Il comprend cinq étapes. La situation initiale

Présente l’état d’équilibre dans lequel se trouvent les personnages avant que commence l’histoire ainsi que le contexte général de celle-ci. L’élément déclencheur

Marque le début de l’histoire en présentant l’évènement ou le problème qui brise l’état d’équilibre du départ et qui entraîne les actions et réactions qui suivront. Sans cet élément, il n’y aurait rien à raconter.

Exemple

L’homme louche sort un couteau et s’en sert pour se   curer les ongles.

Exemple

Est constitué d’une suite de péripéties (actions et réactions des personnages) découlant du déséquilibre causé par l’élément déclencheur.

Apeuré, Joël imagine des moyens d’échapper à la menace : descendre au prochain arrêt, tirer la sonnette d’alarme, aborder l’homme au couteau, le menacer… Le train s’immobilise, un jeune couple entre dans le wagon pour en ressortir aussitôt, et le train repart. L’homme fait mine de se lever. Paniqué, Joël lui assène un coup de la pointe de son parapluie.

Le dénouement

Exemple

La situation finale

Indique comment l’histoire a transformé la vie des personnages et comporte parfois une morale. Elle est souvent absente. Accents, La narration

Tard le soir, revenant du travail, Joël monte à bord du dernier train. Un homme à l’air louche s’y trouve déjà.

Le déroulement

Marque la fin de l’histoire en présentant l’action ou l’évènement qui permet de résoudre le problème et   de trouver un nouvel état d’équilibre. Parfois, le récit se termine là.

40

Exemple

Après avoir bien vérifié que la station suivante était déserte, Joël sort du train et se fond dans la nuit.

Exemple

Une femme est dévastée : elle n’a jamais su ce qui s’était véritablement produit, sinon que son mari avait été victime du fou au parapluie. © 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

1.2 L’ordre des étapes du schéma narratif Le récit ne respecte pas toujours l’ordre chronologique des évènements. Il peut, par exemple, commencer par l’élément déclencheur, le dénouement ou la situation finale. Étapes

La situation finale La situation initiale L’élément déclencheur Le déroulement

Le dénouement

Exemple de récit

Une femme est dévastée : elle n’a jamais su ce qui s’était véritablement produit, sinon que son mari avait été victime du fou au parapluie. Tard le soir, revenant du travail, Joël monte à bord du dernier train. Un homme à l’air louche s’y trouve déjà. L’homme louche sort un couteau et s’en sert pour se curer les ongles. Apeuré, Joël imagine des moyens d’échapper à la menace : descendre au prochain arrêt, tirer la sonnette d’alarme, aborder l’homme au couteau, le menacer… Le train s’immobilise ; un jeune couple entre dans le wagon pour en ressortir aussitôt. Le train repart, et l’homme fait mine de se lever. Paniqué, Joël lui assène un coup de la pointe de son parapluie. Après avoir bien vérifié que la station suivante était déserte, Joël sort du train et se fond dans la nuit.

Une étape d’une séquence narrative assez longue peut inclure une autre séquence narrative. Par exemple, chaque péripétie d’un long déroulement peut être constituée d’un élément déclencheur, d’un déroulement et d’un dénouement. Le dénouement d’une première péripétie peut alors devenir l’élément déclencheur d’une seconde. Dans certains récits, plusieurs séquences narratives sont développées en parallèle ou s’entrecroisent. Ex. : Les personnages secondaires de l’histoire de Joël sont au cœur d’une péripétie parallèle, mais secondaire : le jeune couple, en entrant dans le wagon, sent la tension entre les deux hommes. Il descend, mais n’a pas le temps d’accéder à un autre wagon avant que le train reparte. Obligés de marcher, les deux jeunes gens croisent sur leur chemin des brigands qui les dérobent de leur argent et leur font passer un mauvais quart d’heure.

2. L’UNIVERS NARRATIF L’univers narratif est le monde fictif ou réel dans lequel se déroule le récit. Cet univers se compose des éléments suivants. • Les personnages : le personnage principal (le héros ou l’héroïne) et les personnages secondaires. Ex. : Un adolescent, des copains, un détective, etc. • Les lieux : les endroits où se déroulent les évènements du récit. Ex. : Une planète, un pays réel ou imaginaire, un continent, une île, la jungle, une forêt, la campagne, un quartier en ville, le bureau du détective, etc. • Le temps ou l’époque : le moment durant lequel le récit a lieu. Ex. : Dans le futur, à l’époque actuelle, au cours du XVIIe siècle, au Moyen Âge, dans l’Antiquité, l’hiver dernier, après l’arrestation de l’adolescent par le policier, etc. • L’atmosphère ou le ton : l’ambiance générale du récit, déterminée par diverses caractéristiques. Ex. : Fantastique, humoristique, réaliste, dramatique, de suspense, etc. © 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

La narration

41


Nom :

  Groupe :

  Date :

3. LES TYPES DE NARRATEURS Dans un texte narratif, le narrateur est celui ou celle qui raconte l’histoire. Il peut être impliqué dans le récit ou non, être plus ou moins neutre, et donner la parole aux divers personnages. Voici les principaux types de narrateurs. • Les narrateurs au point de vue externe Les narrateurs de ce type ne participent pas à l’histoire. – Le narrateur omniscient, fréquemment utilisé, sait tout des lieux, de l’époque, de l’intrigue, etc. Il connaît les pensées des personnages, leurs sentiments, leurs émotions, leurs intentions ; il en sait plus qu’eux-mêmes à leur sujet. Il peut raconter ce qui se passe à plusieurs endroits au même moment, il connaît les évènements passés et il peut prévoir la manière dont les personnages réagiront. Le récit est alors raconté à la troisième personne, et il arrive que le narrateur s’adresse directement au lecteur. Ex. : Seule dans le bureau, elle lisait à voix haute, d’un ton monocorde, éteint. Ses yeux parcouraient les documents, mais sa pensée était avec ceux qui, dans la cafétéria, discutaient de sa succession et se moquaient de sa déconfiture, de l’échec qu’elle venait d’essuyer. Qu’ils la prennent, ma place, se disait-elle, ils s’apercevront que ce travail n’est pas la sinécure qu’ils croient. Bientôt, comme elle, ils démissionneront. – Le narrateur témoin ne sait pas tout et n’entre pas dans la pensée des personnages. Il agit un peu comme une caméra cachée quelque part. Le récit est alors raconté à la troisième personne. Ex. : Le garçon revient s’asseoir et la regarde dans les yeux. Amandine, cette fois, ne baisse pas la tête, ne pose aucune question, se contentant de soutenir son regard. Sa figure s’illumine alors qu’il lui sourit. Que pense-t-elle ? • Les narrateurs au point de vue interne Les narrateurs de ce type font partie de l’histoire. – Le personnage principal raconte sa propre histoire en livrant ses observations sur les évènements, les personnages, les lieux, et en expliquant ce qui se passe, comment il réagit, les émotions et les sentiments qu’il ressent devant chaque situation. Le récit, alors raconté à la première personne, peut comprendre un monologue intérieur. Ex. : J’ai le sentiment que ma vie ne m’appartient pas, que je ne suis pas fait pour elle et qu’elle me file entre les doigts. Peut-être est-ce ma faute. Ce malaise profond est omniprésent. Lorsque ma tête est sur le point d’exploser, je trouve quelques idioties à faire et les mets à exécution. – Le personnage secondaire fait partie de l’histoire sans en être le personnage principal. Il ne sait pas tout et se contente de rapporter sa perception de ce qui se passe et ses observations sur les personnages, les lieux, les évènements, etc. Le récit est alors raconté à la première personne. Ex. : Je ne m’étais pas rendu compte de la distance que nous avions parcourue, lui et moi, en silence. Il me semblait perdu dans ses pensées. Je le remarquai à l’absence de son regard, qui errait nonchalamment sur la surface glacée du chemin. Voyant l’église, il me dit : « C’est bien. Laisse-moi, maintenant. Ne me regrette pas, mais souviens-toi de notre amitié. »

42

Accents, La narration

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

4. UN MÉLANGE DES MODES On dit d’un texte qu’il est narratif lorsque ses caractéristiques dominantes sont celles de la narration. Toutefois, dans un texte narratif, des passages peuvent avoir des caractéristiques propres à d’autres modes de discours. Par exemple, le narrateur se servira de la description pour dépeindre les personnages et les lieux du récit, ou un personnage utilisera l’explication pour présenter un plan d’action à un autre personnage ou usera de l’argumentation pour tenter de le convaincre du bien-fondé de son idée. Ces passages sont des séquences secondaires. Bien que ces séquences soient elles-mêmes descriptives, explicatives, argumentatives ou autres, le texte dans lequel elles s’insèrent demeure narratif.

5. DIVERSES CATÉGORIES DE RÉCITS Le roman et la nouvelle sont des genres très répandus de textes narratifs. On les catégorise souvent selon la nature des évènements qu’on y raconte, les personnages qu’on y trouve, l’importance qu’on y donne à certains aspects du récit, et le ton ou l’atmosphère qu’on y privilégie. Il existe donc plusieurs catégories de récits, dont le récit social ou sociologique et le récit psychologique.

5.1 Le récit sociologique Le récit sociologique se veut le reflet d’une société, dont il dépeint avec réalisme les mœurs, les conditions de vie, les aspirations. On y expose généralement une problématique sociale et ses effets sur ceux et celles qui en sont victimes. Souvent, les auteurs de tels récits dénoncent des situations sociales jugées imparfaites ou excessives, et mettent en lumière les valeurs de divers groupes de personnes pour en évaluer la portée, voire les critiquer. Quelques exemples de récits sociologiques • L’étranger, d’Albert Camus ; • Oliver Twist, de Charles Dickens ; • Bonheur d’occasion, de Gabrielle Roy ; • Les raisins de la colère, de John Steinbeck ; • L’assommoir, d’Émile Zola.

5.2 Le récit psychologique Dans le récit psychologique, l’auteur accorde une importance primordiale au caractère des personnages. Il s’intéresse avant tout à leur évolution et tente de percer le secret de leurs comportements, reléguant au second plan l’intrigue et le cadre de l’histoire. Le récit psychologique s’attarde donc aux motivations des actions des personnages, dans l’esprit desquels on tente de pénétrer. Quelques exemples de récits psychologiques • Les hauts de Hurlevent, d’Emily Brontë ; • Kamouraska, d’Anne Hébert ; • Le vieil homme et la mer, d’Ernest Hemingway ; • Le vieux Chagrin, de Jacques Poulin ; • Les portes tournantes, de Jacques Savoie.

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

La narration

43


Nom :

  Groupe :

  Date :

Texte 2 : Sur la 132 Extrait de roman Je meurs de faim. Le muffin sec de ce matin est loin. Il me faut aller à TroisPistoles. Je regarde la petite maison et m’y sens bien. C’est plutôt la vie à l’extérieur qui m’inquiète un peu. Mais bon, j’ai couru après et ne pourrai pas rester enfermé ici à tout jamais.

Indices d’un narrateur interne, personnage principal

5

Situation initiale

1

S’extirper : Se sortir, s’extraire.

La majestueuse Île aux Basques, le fleuve démesuré, les champs bardassés par les vents, tout est encore là, présent.

10

Élément déclencheur

15

1re péripétie : L’extérieur du centre commercial Ton du récit : • Vocabulaire connoté négativement • Vocabulaire humoristique ou ironique 2 Bunker : Abri enterré, protégé contre les obus. 2e péripétie : L’intérieur du centre commercial 3 Hagard : Égaré et farouche.

Putréfié : Pourri, décomposé. 3e péripétie : Une pomme pourrie 5 Pachyderme : Ancien ordre de mammifères comprenant notamment l’éléphant.

20

25

4

46

Accents, La narration

Dans ma voiture, pendant un instant, l’idée de filer jusqu’à Montréal me traverse l’esprit, mais je ne pourrai fuir mes fuites éternellement.

30

35

Je roule dans les grands espaces qui séparent Saint-Simon de Trois-Pistoles jusqu’à ce que s’extirpent 1 soudainement d’une nature triomphante trois clochers d’église argentés qui claironnent la cité. J’ai le souvenir d’images qui défilent à une vitesse vertigineuse et le village qui se présente à moi ne ressemble en rien à celui qui m’est apparu hier, après avoir parcouru cinq cents kilomètres de bitume. D’abord, tout est gris. Du ciment et du béton. Un panneau annonce [le centre commercial]. Derrière un Pétro-Canada qui attire les véhicules assoiffés de la route, un infâme bâtiment rectangulaire s’impose : une épicerie GP occupe un pan entier du bunker 2 gris pâle et s’étale dans toute son horreur devant moi. Je tourne et m’immobilise dans le stationnement qui fait figure d’entrée de village, qui se présente d’abord sous cette immonde facette au visiteur. Plusieurs pick-up gisent éparpillés sur le ciment, quelques Sunfire également. Il y a comme une odeur de Pontiac et de huit cylindres dans l’air. Le centre commercial a des allures d’abri nucléaire. Dans l’entrée sombre et brunâtre, des vieillards errent sans but, le regard hagard 3, tandis que des bonnes femmes assises sur des bancs fixent le vide en quête d’un quelconque sujet de conversation. Pendant un court moment, j’ai la certitude d’être entouré de zombies attirés par l’odeur de la chair fraîche, qui n’attendent qu’un signal pour m’attaquer et me bouffer vivant. Je me planque dans l’épicerie. Tout y paraît normal. Je pourrais être à Montréal. Ou presque. De la nourriture, des paniers, des allées, quelques rares clients : je suis en sécurité. Maintenant, faire des provisions. Je me dirige vers les fruits et légumes, prends un sac de pommes que je dépose dans mon panier, en retire une du lot et y plonge mes crocs : ouach ! Je crache immédiatement cette bouchée putréfiée 4. Qu’est-ce que c’est que cette merde qu’on a osé emballer ? Une famille de pachydermes 5 me regarde choquée, au loin, dans la section des saucisses à hot-dog. Je laisse tomber la pomme qui, encouragée par un discret coup de pied, disparaît à jamais sous le comptoir.

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

40

45

  Groupe :

  Date :

En y regardant de plus près, je réalise que les bananes sont molles et flasques, que les rares poires ont perdu leur fermeté d’antan, que les oranges sont en pleine débandade et que les raisins ont pour la plupart abandonné leurs grappes, croulant tout en bas de l’étalage dans une pathétique tentative de suicide collectif. Les légumes ne sont guère mieux : les céleris font penser à des couleuvres rampantes, les oignons sont engagés dans une compétition de floraison et les poivrons se décomposent à la vitesse grand V. Pour moi qui croyais trouver en région des aliments frais et vitaminés, c’est la déprime. Et ça n’a aucun sens alors que je me trouve à la source même de la chaîne alimentaire, les producteurs cultivant les champs tout autour. Je réussis tout de même, de peine et de misère, à trouver de quoi faire une sauce à spaghetti. Je suis décidément bien loin des épiceries fines du Mile-End 6. […]

50

55

60

Je me rends dans la section des bières pour m’apercevoir que, là aussi, je devrai m’ajuster aux habitudes locales. J’opte pour une douze de Laurentide, à peu près introuvable en ville, et une vingt-quatre de 50, ouvert que je suis aux saveurs du terroir 7. Alors que je remplis mon panier de ce divin nectar 8, une jeune rousse court devant moi en poussant un panier où sont entassés une jolie blonde et deux enfants qui rient aux éclats. Ils tournent le coin sur deux roues et frôlent le face-à-face avec [une famille] à la recherche d’autres aliments riches en gras saturé. Le mâle dominant, qui porte un chandail de Slayer 9, est hors de lui et lâche un « Tabarnak de fous ! » bien senti, auquel la passagère répond par un enjoué « S’cusez » qui se faufile entre les cris des enfants surexcités. Cette rencontre inopinée me rassure quelque peu. Ainsi, le coin est habité par autre chose que des zombies et des demeurés 10 ! Cette nouvelle me redonne envie de fêter et je me dépêche de payer pour aller manger et boire à la santé de l’espoir retrouvé. Gabriel ANCTIL, Sur la 132, © Héliotrope, 2012.

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

4e péripétie : Les fruits et les légumes

Mile-End : Quartier de Montréal.

6

5e péripétie : Les bières 7 Terroir : Région considérée du point de vue de ses aptitudes agricoles. 8 Nectar : Boisson exquise.

6e péripétie : Un face-à-face 9 Slayer : Groupe américain de musique rock (thrash metal). Dénouement 10 Demeuré : Intellectuellement retardé.

La narration

47


ACCENT SUR…

La grammaire de la phrase.........................80 Le lexique...................................................174 L’orthographe lexicale et grammaticale..182 La grammaire du texte..............................232


Nom :

  Groupe :

  Date :

4 la subordination 4.1 La subordonnée relative

© Patryk Kosmider / Shutterstock Images LLC

La subordonnée relative, ou simplement relative, est une phrase enchâssée dans un GN. Son subordonnant est un pronom relatif qui reprend le noyau du GN (son antécédent). Dans l’exemple suivant, qui reprend le nom Copernic.

GN Sub. relative

Ex. : Copernic, qui était astronome et médecin , défendit la théorie héliocentrique.

compl. du N

La relative remplit la fonction de complément du nom ou du pronom. Elle apporte une précision, essentielle ou accessoire, au mot qu’elle complète. Le verbe de la relative est généralement à l’indicatif, mais on trouve souvent le subjonctif dans les deux cas suivants : • Lorsque le fait exprimé dans la subordonnée est mis en doute ; Ex. : Il faudrait trouver des alliés qui puissent appuyer cette théorie. • Lorsque la relative est précédée d’une expression d’intensité (le seul, l’unique, le premier, etc.). Ex. : Pourtant, Copernic n’est pas le seul astronome qui défende cette théorie .

Statue représentant Nicolas Copernic, à Torun (Pologne)

1 À garder en tête… Le sujet des relatives introduites par les pronoms autres que qui est parfois placé après   le verbe. Ex. : Il connaît l’astronome dont lui a parlé sa sœur .

Dans chaque phrase, encadrez la relative et surlignez le pronom relatif, avec la préposition qui le précède s’il y a lieu. Puis, soulignez l’antécédent du pronom relatif. Ex. : Nicolas Copernic, dont on connaît les travaux , a vécu au XVIe siècle. a) La théorie selon laquelle le Soleil est au centre de l’Univers a été développée par Copernic. b) La tour de la forteresse de Frombork qu’a fait aménager Copernic lui sert d’observatoire. c) Le frère de sa mère, qui sera évêque dans l’ancienne Pologne, s’occupera de lui à la mort de son père. d) Copernic ira à l’Académie de Cracovie, où il étudiera les mathématiques et l’astronomie. e) Des penseurs de l’Antiquité pour qui la mobilité de la Terre était déjà une hypothèse valable seront cités par Copernic. f) Il avait étudié attentivement ces hypothèses, dont on ne parlait pas ouvertement à l’époque. g) Les savants qui l’avaient précédé ont dû, eux aussi, expliquer les fondements de leurs théories. h) L’environnement dans lequel Copernic a grandi lui a permis de développer son intérêt pour les sciences. i) C’est grâce à son oncle, lequel influencera grandement sa carrière, que Copernic pourra poursuivre ses études.

128

Accents, La grammaire de la phrase

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

FONCTIONS DES PRINCIPAUX PRONOMS RELATIFS Pronoms

Qui et lequel remplacent un GN. Fonction : sujet.

Que remplace un GN. Fonctions : compl. dir. ou attr. du sujet.

Dont remplace un GPrép introduit   par de. Fonctions : compl. ind., compl. du N ou compl. de l’Adj.

Exemples

Il écrit un traité qui expose sa théorie héliocentrique en 1513.   sujet GN

P à l’origine de la Sub. : Ce traité expose sa théorie héliocentrique.

Ce manuscrit, qu’il présente à ses amis , est le fruit de ses recherches. compl. dir. GN

À garder en tête… Le pronom lequel varie en genre et en nombre.

P à l’origine de la Sub. : Il présente ce manuscrit à ses amis.

Copernic, dont vous connaissez la théorie , a vécu au XVIe siècle. compl. du N GPrép

P à l’origine de la Sub. : Vous connaissez la théorie de Copernic.

La théorie dont nous parlons remettait en question celle de Ptolémée. compl. ind. GPrép

P à l’origine de la Sub. : Nous parlons de cette théorie.

Où remplace un GPrép introduit par à ou dans, ou un GN, exprimant le temps ou le lieu. Fonctions : compl. ind. ou compl. de P.

Padoue, où Copernic a étudié le droit et la médecine , se trouve en Italie. compl. de P (lieu)

GPrép

P à l’origine de la Sub. : Copernic a étudié le droit et la médecine à Padoue.

Préposition + où remplacent un GPrép L’endroit d’où venait Copernic s’appelait alors le royaume de Pologne. compl. ind. exprimant le temps ou le lieu (de…, par…, jusque…, etc.). Fonctions : compl. ind. ou compl. de P.

GPrép

P à l’origine de la Sub. : Copernic venait de cet endroit.

Préposition + qui remplacent un GPrép faisant référence à une ou plusieurs personnes (à…, de…, par…, avec…, etc.).   Fonctions : compl. ind., compl. du N ou compl. de l’Adj.

Les personnes à qui Copernic montre son manuscrit sont ses amis.

Préposition + lequel et   Préposition + quoi remplacent un GPrép (à…, de…, par…, avec…, etc.).

Le milieu duquel Copernic provient est aisé, voire riche.

Fonctions : compl. ind., compl. de P, compl. du N ou compl. de l’Adj.

compl. ind.

GPrép

INFO +

Il est possible de remplacer de qui par dont ou de + lequel (duquel, desquels, etc.).

P à l’origine de la Sub. : Copernic montre son manuscrit à ses amis.

compl. ind. GPrép

P à l’origine de la Sub. : Copernic provient de ce milieu.

L’astronomie, de laquelle je suis amateur , passionnait Copernic. compl. de l’Adj GPrép

P à l’origine de la Sub. : Je suis amateur d’astronomie.

Les raisons pour lesquelles on s’oppose à ses idées sont multiples. compl. de P GPrép

À garder en tête… Les prépositions à et de s’amalgament à lequel, lesquels et lesquelles pour former auquel, auxquels, auxquelles, duquel, desquels et desquelles.

P à l’origine de la Sub. : On s’oppose à ses idées pour ces raisons.

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

La subordination

129


Groupe :

© Juergen Faelchle / Shutterstock Images LLC

Nom :

  Date :

2

Dans chaque phrase, mettez la relative entre crochets. Puis, encadrez le pronom relatif, avec la préposition qui le précède s’il y a lieu, et indiquez sa fonction.

Justifiez votre réponse en construisant, à partir de la relative, une phrase autonome. a) L’œuvre principale à laquelle Copernic a travaillé a été publiée peu de temps avant sa mort .

Justification :

b) Ils ont été nombreux , ceux que Copernic a déstabilisés avec sa théorie héliocentrique .

Justification :

c) Copernic , dont on reconnaît les compétences en astronomie , était aussi chanoine et médecin .

Justification :

3 Complétez l’énoncé suivant.

La fonction du pronom relatif correspond à celle du dans la phrase autonome.

4 Fusionnez chaque paire de phrases de sorte que la P2 soit une subordonnée

relative complément des mots en gras de la P1. Déplacez des groupes de mots si c’est nécessaire. a) P1 L’éclipse d’une étoile en 1497 est la première observation de Copernic.

P2 Le monde a eu connaissance de cette observation de Copernic.

b) P1 L’évêque a éveillé ce garçon à la science et au droit. À garder en tête… Il vaut mieux placer un complément court avant un complément long.

P2 Ce garçon était le fils de sa sœur Barbara.

5 Complétez les phrases à l’aide du pronom relatif lequel / laquelle / lesquels / lesquelles et de la préposition appropriée.

a) Copernic travaille avec l’astronome Novara. L’astronome Novara est le premier à remettre en question la théorie géocentrique.

130

L’astronome Novara, travaille Copernic, est le premier à remettre en question la théorie géocentrique.

Accents, La grammaire de la phrase

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

b) Copernic devient chanoine grâce à un oncle. L’oncle est lui-même évêque de Warmie, dans l’ancienne Pologne.

L’oncle Copernic devient chanoine est lui-même évêque de Warmie, dans l’ancienne Pologne.

c) En un clic de souris, nous avons accès à des connaissances. Des hommes ont sacrifié leur vie entière pour ces connaissances.

En un clic de souris, nous avons accès à des connaissances des hommes ont sacrifié leur vie entière.

d) Au XVIe siècle, de fausses croyances étaient courantes. Il fallait lutter contre ces fausses croyances.

Au XVIe siècle, de fausses croyances étaient courantes.

il fallait lutter

Les relatives déterminative et explicative La relative déterminative restreint la réalité désignée par l’antécédent. Elle ne peut pas être effacée sans que le sens de la phrase soit changé et ne doit pas être détachée par la virgule. Ex. : Les scientifiques qui étudient les astres sont des astronomes. = Parmi les scientifiques, seulement ceux qui étudient les astres sont des astronomes. ≠ Les scientifiques sont des astronomes. La relative explicative donne une information complémentaire sur la réalité désignée par l’antécédent. Elle peut donc être effacée sans que le sens général de la phrase soit changé et elle est détachée par la virgule. Ex. : Les astronomes, qui étudient les astres, s’intéressent à la structure de l’Univers. = Les astronomes s’intéressent à la structure de l’Univers.

La virgule Page 168

6 Dans les phrases suivantes, détachez les relatives explicatives à l’aide de virgules. a) La théorie que Copernic a avancée a été très controversée. b) La théorie géocentrique que j’ai lue avec beaucoup d’intérêt est caduque aujourd’hui.

d) Il fréquentait une université où il étudiait à la fois les mathématiques et l’astronomie. e) L’Université de Padoue où Copernic a étudié est réputée pour son enseignement en médecine. f) Les médecins qui pratiquent des dissections de cadavres humains découvrent l’anatomie au XVIe siècle. g) La théorie héliocentrique selon laquelle la Terre tourne autour du Soleil était difficile à concevoir.

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

© Tom Roche / Shutterstock Images LLC

c) Son professeur d’astronomie qui est un éminent chercheur lui a demandé de l’assister dans ses travaux.

Ancien observatoire astronomique de l’Université de Padoue (Italie)

La subordination

131


Nom :

  Groupe :

  Date :

Justifiez votre réponse 7

Récrivez chaque phrase en corrigeant l’erreur qui s’y est glissée et justifiez votre réponse. a)

Ce qu’on se rend compte, c’est que la connaissance évolue toujours. Justification :

b)

L’observatoire que je poursuis mes recherches est sur le mont Mégantic. Justification :

La réduction de la subordonnée relative La réduction est un procédé qui consiste à remplacer une subordonnée par un groupe afin d’alléger la phrase ou d’en varier le style. PRINCIPAUX PROCÉDÉS DE RÉDUCTION DE LA RELATIVE Procédés

Réduction à un GAdj Réduction à un GN Réduction à un GVpart

Exemples

Avant Copernic, on croyait à un système qui était géocentrique . Avant Copernic, on croyait à un système géocentrique . Cette femme, qui est une sommité en astronomie , a donné une conférence. Cette femme, une sommité en astronomie , a donné une conférence. Lukas, qui travaille sur le sujet , nous a parlé de Copernic et de Galilée. Lukas, travaillant sur le sujet , nous a parlé de Copernic et de Galilée.

8 Dans chaque phrase, soulignez la relative. Puis, récrivez la phrase en réduisant la relative selon le procédé indiqué.

© KENNY TONG / Shutterstock Images LLC

a) Copernic critique sévèrement la théorie géocentrique, qui est irréaliste selon lui.

Le monument des astronomes (The Astronomers Monument), de l’observatoire Griffith, à Los Angeles (ÉtatsUnis), où l’on voit Nicolas Copernic et Galilée

132

Réduction à un GAdj :

b) Alors, on rejette les théories qui contredisent les textes sacrés.

Réduction à un GVpart :

c) Galilée, qui était un ardent défenseur de la théorie copernicienne, fut condamné par un tribunal ecclésiastique.

Réduction à un GN :

Accents, La grammaire de la phrase

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


ACCENT SUR…

Bien se préparer à la tâche............................. 246 Clarifier les éléments de la tâche................... 252 Rédiger une lettre ouverte............................... 263 Réviser sa lettre ouverte................................. 273


Nom :

  Groupe :

  Date :

BIEN SE PRÉPARER À LA TÂCHE Chaque année, des milliers de finissants doivent se soumettre à une épreuve de fin d’études secondaires en français : la rédaction d’une lettre ouverte. Cette évaluation étant cruciale dans le parcours scolaire, il est important de bien s’y préparer.

1 COMPRENDRE LA CONSIGNE Quel que soit le texte à écrire, la tâche se divise en différentes étapes. L’auteur doit d’abord comprendre la consigne qu’on lui donne et qui précise généralement le genre du texte, sa longueur, son destinataire et le sujet à traiter. Souvent, une politique éditoriale spécifie les exigences complémentaires liées au texte.

Lisez la consigne suivante, puis répondez aux questions. Présentation de la tâche : L’administration de L’Hebdo du quartier a décidé d’accorder une plus grande place aux jeunes. Dans son site Web, les jeunes de moins de 20 ans seront invités à s’exprimer sur des sujets actuels et près de leurs préoccupations. Ainsi, après la parution d’un article révélant l’augmentation du taux d’endettement des jeunes adultes, L’Hebdo pose la question : Faut-il obliger les élèves de 5e secondaire à suivre un cours d’éducation à la vie économique ? Les jeunes auteurs ont une semaine pour rédiger une lettre ouverte d’environ 500 mots à l’intention des élèves finissant leurs études secondaires. L’Hebdo tient à leur rappeler que son site Web est accessible à un large public et que seuls les textes respectant la politique éditoriale seront publiés. Politique éditoriale : L’Hebdo du quartier publie des textes intéressants qui invitent les lecteurs à réfléchir, utilisent une langue standard, ne contiennent que des informations exactes et vérifiables, ne comprennent pas de propos intimes, et respectent la propriété intellectuelle ainsi que l’intégrité et la réputation de tous.

1

Précisez les éléments suivants liés à la tâche.

Genre du texte :

Destinataire :

Sujet :

Longueur du texte :

2 Pourquoi la consigne inclut-elle une politique éditoriale ?

246

Accents, La préparation à l’épreuve

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 UTILISER DES TEXTES DE RÉFÉRENCE La plupart du temps, défendre une opinion nécessite de rapporter des informations, des statistiques et des faits. Il faut donc lire attentivement les textes de référence à sa disposition, puis s’assurer de bien les comprendre et d’y repérer les données pertinentes pour son argumentation.

2.1 Lire et annoter un article de référence Annoter un texte consiste à en faire ressortir les extraits les plus pertinents et à rédiger en marge des définitions de vocabulaire, des commentaires et des réactions. Il est important de bien comprendre le propos des textes consultés. Il ne faut donc pas hésiter à les relire et à chercher des clarifications au besoin.

© Lisa S. / Shutterstock Images LLC

Lisez le texte suivant, puis répondez aux questions.

L’endettement forme la jeunesse Si l’endettement croissant des jeunes est le fruit d’une culture consumériste, il n’est pas juste d’en appeler à leur sens des responsabilités et de la discipline budgétaire sans responsabiliser l’industrie financière qui le normalise, l’encourage et en profite. 5

10

« Avant les années 1960, le fait de recourir au crédit pour effectuer des achats ordinaires était un phénomène plutôt rare. L’opinion publique y était défavorable, car le crédit à la consommation était associé à une mauvaise gestion des affaires personnelles. Aujourd’hui, les choses ont bien changé. Le crédit à la consommation fait désormais partie du mode de vie des Québécois. On emprunte généralement sans culpabiliser. […] Les gens apprécient mieux les avantages du crédit. […] Grâce au crédit, on n’est pas obligé de retarder la réalisation de certains projets comme l’achat d’une voiture, par exemple. » Cette introduction au crédit à la consommation, extraite d’un manuel d’économie pour les élèves de

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

(Titre : L’endettement inculquerait aux jeunes l’importance de consommer à crédit.) Culture consumériste : Société de consommation. Thèse. Les banques seraient en partie responsables de l’endettement des jeunes. Industrie financière : Les banques. Bien se préparer à la tâche

247


Nom :

  Groupe :

  Date :

CLARIFIER LES ÉLÉMENTS DE LA TÂCHE  1 RECONNAÎTRE LES CARACTÉRISTIQUES DE LA LETTRE OUVERTE La lettre ouverte est un texte publié dans les médias. Elle s’adresse à un destinataire spécifique et vise à le convaincre de la pertinence de son opinion. Une lettre ouverte : • se compose de trois parties (introduction, développement, conclusion) ; • porte sur un sujet controversé et d’actualité ; • défend une thèse à l’aide d’arguments ; • adopte une stratégie argumentative dominante (explication argumentative ou réfutation) ; • vise à convaincre un destinataire ; • mentionne explicitement le destinataire ; • comprend plusieurs marques énonciatives qui renvoient parfois à l’énonciateur, parfois au destinataire ; • est accessible à un vaste public.

1

Selon vous : a) quels sont les avantages de la lettre ouverte comme moyen de persuasion ?

b) quels sont les critères d’une lettre ouverte efficace ?

1.1 Mentionner explicitement le destinataire La modalisation   Page 233

La lettre ouverte se caractérise notamment par la mention du destinataire au début du texte. Ex. : Monsieur, Chère directrice de l’Académie, Lettre ouverte aux syndicats, etc. En outre, interpeler le destinataire à quelques reprises à l’aide de marques énonciatives permet de maintenir un lien avec lui.

252

Accents, La préparation à l’épreuve

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 Les extraits suivants pourraient provenir de lettres ouvertes écrites par les

élèves d’une école secondaire pour sensibiliser leurs camarades au problème du gaspillage. Dans chacun d’eux, soulignez les mots qui désignent les destinataires.

b) « Lettre à celui qui aura 17 ans en 2045, « Je ne peux qu’implorer ton pardon de ne pas avoir agi contre la prolifération des déchets, et ainsi de t’empêcher aujourd’hui de jouir d’un environnement sain et verdoyant. » c) « Nous, génération fervente d’équité, devons laisser à nos descendants une planète qui ne soit pas qu’un dépotoir à ciel ouvert. » d) « En tant que jeunes citoyens actifs, motivés et informés, nous ne pouvons tolérer la situation qui prévaut actuellement. Serons-nous des victimes de l’inaction de nos aînés ou bien des vecteurs de changement ? »

3

Dans les exemples du numéro précédent, quelle est la classe des mots soulignés ?

© Noci / Shutterstock Images LLC

a) « Vous, qui comme moi êtes friands d’écologie, ne croyez-vous pas qu’il nous faudrait une politique de gestion des déchets qui soit plus restrictive ? »

4 Selon vous, quelles marques énonciatives sont les plus appropriées pour interpeler ces destinataires ?

5 À l’aide de son chiffre, associez chacune des marques énonciatives de l’encadré au rapport qu’elle permet d’exprimer entre l’énonciateur et le destinataire.

1 Le pronom nous 2 Un vocabulaire péjoratif 3 Le vouvoiement 4 Le pronom on a) Un rapport de supériorité :

b) Un rapport de distanciation :

c) Un rapport de respect :

d) Un rapport d’adhésion :

6 Dans la consigne de la page 246, on précise que les destinataires de la lettre

ouverte sont des élèves qui terminent leurs études secondaires. Donnez trois GN qui pourraient les désigner dans votre lettre ouverte selon le rapport que vous souhaitez établir avec eux : a) Un rapport de supériorité ou de désaccord ;

b) Un rapport de complicité.

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Clarifier les éléments de la tâche

253


Nom :

  Groupe :

À garder en tête… C’est surtout grâce aux marques énonciatives   que l’énonciateur se manifeste, bien que   les repères culturels   et certains procédés stylistiques lui permettent aussi de personnaliser sa lettre ouverte.

1.2 Manifester sa présence en tant qu’énonciateur Les lettres anonymes sont des textes peu crédibles. D’ailleurs, la plupart des médias ne les diffusent pas. L’auteur d’une lettre ouverte doit préciser à quel titre il intervient et pour quelle raison son expérience est pertinente. Ces précisions contribuent à rendre le message crédible aux yeux des destinataires. Ex. : Une cardiologue écrit une lettre ouverte pour nous inciter à modifier nos habitudes alimentaires. Les marques énonciatives La lettre ouverte doit contenir des marques énonciatives qui renvoient à l’énonciateur.

1 La modalisation   Page 232

© Syda Productions / Shutterstock Images LLC

  Date :

Précisez de quel type sont les marques énonciatives en caractères gras. personnels. Ex. : J’en déduis que nous nous croyons immortels. Pronoms a) À mon avis, il est urgent que chacun agisse.

b) Dois-je conclure que personne ne se préoccupe de sa santé ?

c) Croyez-en mon expérience personnelle.

d) En tant que cardiologue, il est de mon devoir, je le crois sincèrement, de sonner l’alarme.

2 Dans la consigne de la page 246, on précise que vous serez l’énonciateur de

la lettre ouverte et que vous vous adresserez à des élèves qui terminent leurs études secondaires. Quelles informations sur vous-même devriez-vous inclure pour être un énonciateur crédible aux yeux de ces destinataires ?

À garder en tête… Les procédés argumentatifs, leur agencement et la façon de s’adresser au destinataire sont autant de choix qui appartiennent à l’auteur   et qui contribuent à créer   l’effet recherché.

254

Les repères culturels L’énonciateur se révèle de façon implicite par les repères culturels qu’il emploie. Ex. : Ainsi, nous, futurs diplômés, ne serions pas assez séraphins et dépenserions sans compter. En employant le terme séraphin selon un sens spécifique au Québec (Séraphin est un célèbre avare de la littérature québécoise), l’auteur situe son propos dans un contexte québécois et expose une partie de son bagage culturel.

3

Nommez deux repères culturels qui pourraient se trouver dans une lettre ouverte à propos de l’éducation à la vie économique. Justifiez vos choix.

Accents, La préparation à l’épreuve

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

Les procédés stylistiques Afin de susciter l’adhésion du destinataire à sa thèse, l’auteur d’un texte argumentatif peut choisir divers procédés stylistiques. Les figures de style et les interrogations rhétoriques en sont des exemples. Les figures de style Outre l’effet qu’elles produisent, les figures de style ont généralement l’avantage de démontrer une bonne maîtrise de la langue.

4

a) Classez dans le tableau les figures de style de l’encadré selon leurs effets.

b) Ajoutez un exemple pour illustrer chaque figure de style.

Construire une explication argumentative Page 265 Construire une réfutation Page 268 Les figures de style Page 179

• Euphémisme • Hyperbole • Ironie • Litote • Métaphore • Oxymore Effets

Amplifier un fait

Figures de style

Hyperbole.

Exemples

Je la connais depuis cent ans.

Atténuer un fait Comparer des éléments ou des faits Exprimer l’inverse de ce qu’on pense Créer un contraste ou une opposition

5 Justifiez l’utilisation des figures de style suivantes dans le texte Un comme ça, un comme ça, pis un comme ça…, de Pierre Bourgault (page 8), en tenant compte du sujet traité et de l’effet recherché. a) Hyperbole :

b) Gradation (Parallélisme de construction) :

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Clarifier les éléments de la tâche

255


Nom :

  Groupe :

  Date :

L’interrogation rhétorique Une interrogation rhétorique est une affirmation que l’énonciateur choisit de présenter sous la forme d’une question qui ne nécessite pas de réponse. Pour formuler une interrogation rhétorique, il faut : • énoncer une phrase déclarative exprimant une opinion ; • inverser la forme positive ou négative de la phrase déclarative initiale ; • transformer la phrase déclarative en phrase interrogative. Ex. : On ne peut pas se le permettre. (P déclarative de forme négative) Peut-on se le permettre ? (P interrogative de forme positive)

6 Transformez les phrases suivantes en interrogations rhétoriques. a) Cette situation est inquiétante. b) Nous ne pouvons pas faire autrement.

7

Inscrivez les opinions qui sont à l’origine des interrogations rhétoriques suivantes.

© kuhran / Shutterstock Images LLC

a) Savons-nous de quel tissu notre vêtement est fabriqué ? b) Le mécanicien ou le plombier qui ne veut travailler qu’avec les meilleurs instruments est-il snob et prétentieux ?

1.3 Cerner la problématique La problématique résume ce qui soulève une controverse autour d’un sujet. Elle comprend souvent une brève mise en situation (un rappel des faits, une constatation générale, etc.) et présente une question autour de laquelle s’articule le texte. Il s’agit du point de départ d’un texte argumentatif. Ex. : Dans le texte Avons-nous un devoir envers eux ? (page 24), l’auteure présente une problématique sous la forme d’un paradoxe : elle oppose notre amour inconditionnel pour certains animaux à notre indifférence quant à la souffrance de certains autres. Ce point de départ l’amène à formuler la question suivante : « Serions-nous trop bêtes pour prendre soin des animaux ? »

8 Dans vos mots, résumez la problématique soulevée dans le texte Court-circuiter le transport électrique (page 6). Votre résumé doit inclure la question autour de laquelle s’articule le texte.

À garder en tête… Dans un texte, la question liée à la problématique est parfois implicite.

256

Accents, La préparation à l’épreuve

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

RÉDIGER UNE LETTRE OUVERTE Une lettre ouverte comprend généralement trois parties : une introduction, un développement et une conclusion.

L’organisation du texte argumentatif   Page 5

 1 Introduire la problématique Il existe plusieurs modèles d’introduction, mais on y retrouve généralement les éléments suivants : • La mise en contexte (souvent nommée sujet amené) ; • La présentation du sujet (souvent nommée sujet posé) ; • La formulation de la thèse ; • La présentation des aspects de la problématique (souvent nommée sujet divisé). Bien que plusieurs le fassent, il n’est pas obligatoire de formuler la thèse dès le premier paragraphe. En effet, elle peut n’apparaître qu’à la fin du texte. De même, présenter les aspects de la problématique est facultatif : ils sont souvent absents de l’introduction d’une lettre ouverte. Divers modèles d’introduction

1

1

• Mise en contexte du sujet ; • Prise de position ; • Affirmation de la thèse (réponse à la question posée).

2

• Mise en contexte du sujet ; • Formulation de la thèse ; • Prise de position.

3

• Présentation du sujet ; • Formulation d’une question explicite ou implicite.

4

• Formulation d’une question qui prête à la controverse ; • Brève présentation des arguments ou des contre-arguments sans mentionner la thèse.

5

• Formulation d’une question qui prête à la controverse ; • Prise de position ; • Mise en contexte du sujet (possiblement dans un nouveau paragraphe).

Lisez ou relisez le premier paragraphe des textes suivants et, à l’aide des chiffres du tableau précédent, indiquez de quel modèle d’introduction il s’agit. a) Idées reçues sur les « ados » (page 10)

b) Faire voir autrement (page 12)

c) Avons-nous un devoir envers eux ? (page 24)

d) Le sport nuit-il à la santé ? (page 34)

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Rédiger une lettre ouverte

263


Nom :

  Groupe :

  Date :

La première phrase Peu importe le texte à rédiger, la première phrase doit être accrocheuse, liée au contexte et le plus originale possible. Ce peut être : A une citation provenant d’une personne célèbre ; B une donnée statistique percutante ; C un fait historique ; D une anecdote personnelle, ou une histoire réelle ou inventée.

2 Pour chacune des possibilités précédentes, rédigez une phrase qui aurait pu être la première de l’article Le sport nuit-il à la santé ? (page 34). A :

© CandyBox Images / Shutterstock Images LLC

B :

3

C :

D :

Selon la consigne de la page 246, vous devez rédiger une lettre ouverte à partir de la question suivante : « Faut-il obliger les élèves de 5 e secondaire à suivre un cours d’éducation à la vie économique ? » Pour cette lettre, composez une introduction d’environ 100 mots selon le modèle de votre choix et précisez, en marge, les éléments qui la composent.

Éléments

Introduction

264

Accents, La préparation à l’épreuve

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

RÉVISER SA LETTRE OUVERTE Réviser un texte, c’est le relire pour y apporter des modifications et y corriger les erreurs. C’est une étape cruciale durant une épreuve. En effet, les rédacteurs efficaces relisent leur texte en se demandant si leurs choix sont appropriés.  

À garder en tête… Lorsqu’on révise une lettre ouverte, en plus de vérifier l’orthographe, la structure des phrases et la ponctuation, il faut prêter une attention particulière à l’organisation du texte,   à la modalisation du discours et à l’utilisation d’un vocabulaire précis   et varié.

 1 Organiser son texte L’organisation du texte dépend de marques graphiques (le titre, les paragraphes, etc.) et de marques linguistiques, notamment des organisateurs textuels, qui structurent les parties du texte, et les marqueurs de relation, qui expriment une relation entre deux phrases ou entre deux parties d’une même phrase.

1

Parmi les organisateurs textuels courants, nommez-en trois qui introduisent : a) un argument : b) le développement d’un argument :

L’organisation du texte Page 239

c) une conclusion partielle :

2 Dans les paragraphes rédigés aux pages 266, 267, 269 et 270, encadrez un

marqueur de relation exprimant chacun des sens ci-dessous et reportez ces marqueurs dans le tableau. Puis pour chacun, proposez-en un autre exprimant le même sens. Sens

Marqueurs encadrés

Autres marqueurs

Cause Comparaison Conséquence Opposition / concession Restriction Condition / hypothèse

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Réviser sa lettre ouverte

273


Nom :

  Groupe :

  Date :

2 MODALISER SON DISCOURS La modalisation   Page 232

Une lettre ouverte doit contenir des marques de modalité. C’est par leur présence que l’énonciateur fait valoir son point de vue. Ex. : La Terre tourne autour du Soleil. Cela, on le sait déjà. (Phrase emphatique qui révèle une opinion sur l’affirmation qui précède.)

1

Dans l’énoncé suivant, encadrez la bonne réponse lorsque plus d’un choix est proposé.

On reconnaît une présence marquée de l’énonciateur et un point de vue subjectif à une faible / forte présence de marques de modalité. Dans ce cas, l’énonciateur doit privilégier : • un vocabulaire connoté / non connoté ; • une ponctuation neutre / expressive ; • des phrases de forme impersonnelle / emphatique / neutre ; • beaucoup / peu de figures de style.

2 À l’opposé, que privilégiera l’énonciateur qui veut démontrer un point de vue objectif ?

3

Parmi les paragraphes rédigés aux pages 266, 267, 269 et 270, choisissez celui que vous trouvez le plus convaincant. a) Relevez les marques de modalité que vous avez utilisées dans ce paragraphe.

b) Précisez de quels types sont les marques que vous avez relevées.

c) Que pourriez-vous faire pour améliorer ce paragraphe ?

274

Accents, La préparation à l’épreuve

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Nom :

  Groupe :

  Date :

 3 Utiliser un vocabulaire précis et varié L’emploi d’un vocabulaire précis (lié au sujet abordé) et varié (qui évite les répétitions inutiles) ajoute de la crédibilité à la lettre ouverte.

1

La reprise de l’information Page 241

Dans le texte Court-circuiter le transport électrique (page 6), relevez l’information reprise par chaque groupe de mots en caractères gras. Puis, précisez si le procédé de reprise est neutre (N) ou subjectif (S), et justifiez votre réponse.

Le sens des mots Page 178

a) Il est temps de court-circuiter cette fausse bonne idée avant qu’il ne soit trop tard. (ligne 6)

Antécédent :

Procédé (N/S) :

Justification :

b) Le gouvernement Charest a proposé en 2011 que le « Québec roule à la puissance verte ! » (Plan d’action 2011-2020 sur les véhicules électriques), un élan que le gouvernement Marois entend maintenir. (ligne 15)

Antécédent :

Procédé (N/S) :

Justification :

c) Malheureusement, ces éléments clés de l’attrait du transport en commun pour les usagers ne sont pas liés à l’électrification des autobus et des trains. (ligne 43)

Antécédent :

Procédé (N/S) :

Justification :

2 Parmi les paragraphes rédigés aux pages 266, 267, 269 et 270, relevez des

expressions ou des mots répétés. Puis, proposez des solutions de remplacement à l’aide de synonymes ou d’autres procédés de reprise de l’information. Répétitions

Corrections

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite

Réviser sa lettre ouverte

275


Nom :

  Groupe :

  Date :

Synthèse  1 RÉDIGEZ VOTRE LETTRE OUVERTE

En tenant compte des activités réalisées, rédigez, sur des feuilles mobiles, une lettre ouverte en réponse à la question de la page 246. À l’aide de la synthèse ci-dessous, vérifiez que vous avez inclus tous les éléments pertinents.

Lors de la rédaction de votre lettre ouverte, vous devez : Selon le paragraphe

Au fil du texte

Introduction

de mentionner explicitement votre destinataire ;

capter l’attention avec une première phrase accrocheuse ; cerner la problématique et la mettre en contexte ; prendre position et, au choix, affirmer la thèse. Développement Explication argumentative

Réfutation

formuler un argument lié à la thèse ; utiliser les procédés adéquats : • la définition, • la comparaison, • l’exemple, • l’énumération, • l’insertion d’une séquence • la citation, • la reformulation. conclure partiellement.

N’oubliez pas :

présenter un contre-argument ; réfuter ce qui : • est dépassé, • présente une contradiction, • comporte une exception, • permet de pousser un raisonnement jusqu’à l’absurde, • n’est que partiellement exact. valoriser votre argument ; conclure partiellement.

de marquer votre présence à l’aide de marques énonciatives, de figures de style, de repères culturels et d’interrogations rhétoriques ; d’organiser votre texte à l’aide de marqueurs de relation et d’organisateurs textuels ;

Conclusion

résumer les arguments ; affirmer ou réaffirmer la thèse ; rappeler les contre-arguments, la contre-thèse, ou les deux ; formuler un souhait ; formuler un conseil, une recommandation ou une prescription ; ouvrir sur un autre aspect du sujet.

276

Accents, La préparation à l’épreuve

de modaliser votre discours ; d’utiliser un vocabulaire précis et varié.

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Liste des abréviations et des pictogrammes Classes de mots

Fonctions

Adj

adjectif

attr.

attribut

Adv

adverbe

compl.

complément

Conj

conjonction

compl. de P complément de phrase

Dét

déterminant

compl. dir.

complément direct

N

nom

compl. ind.

complément indirect

Prép

préposition

modif.

modificateur

Pron

pronom

V

verbe Groupes et phrases

Abréviations diverses

aux.

auxiliaire

f.

féminin

GAdj

groupe de l’adjectif

imp.

impératif

GAdv

groupe de l’adverbe

ind.

indicatif

GN

groupe du nom

inf.

infinitif

GPrép

groupe de la préposition

m.

masculin

GV

groupe du verbe

p. p.

participe passé

GVinf

groupe du verbe à l’infinitif

p. prés.

participe présent

GVpart

groupe du verbe au participe présent

pers.

personne (1re, 2e, 3e pers.)

P

phrase

pl.

pluriel

Sub.

subordonnée

s.

singulier

Constituants de la phrase (P)

Pictogrammes

Sujet

Phrase, expression ou mot correct

Prédicat

Phrase, expression ou mot incorrect

Complément de phrase

Effacement Manipulation impossible Devient Est équivalent à ≠

280

Accents, Liste des abréviations et des pictogrammes

Est différent de

© 2014, Les Éditions CEC inc. • Reproduction interdite


Une nouvelle collection conçue pour les élèves de 5e secondaire. Adaptée au niveau des élèves, elle offre tout ce qu’il faut pour maîtriser les éléments essentiels du 2e cycle du secondaire.

Le cahier d’apprentissage

Le guide-corrigé

Conforme à la Progression des apprentissages, ce cahier tout-en-un comprend trois volets: • Les modes de discours • Les ressources de la langue • La préparation à l’épreuve

Le guide-corrigé comprend : – le corrigé en couleurs du cahier d’apprentissage ; – de nombreux documents reproductibles et leur corrigé ; – pour les modes de discours: des textes à annoter, des situations d’écriture et des bilans ; – pour les ressources de la langue: des fiches de consolidation et d’enrichissement et des bilans; – pour la préparation à l’épreuve : une section Cahier de l’élève, des tableaux pour élaborer son argumentation, des textes et des activités complémentaires.

Les modes de discours Dans chaque mode de discours : – des notions théoriques et deux textes annotés en exemple ; – des textes accompagnés d’activités de compréhension, d’interprétation, de réaction, d’écriture ; – des exercices de grammaire en contexte.

Les ressources de la langue Dans chaque section : – des encadrés théoriques et des exercices variés et gradués ; – des exercices Justifiez votre réponse, qui favorisent l’autonomie des élèves ; – des rubriques À garder en tête pour les éléments à ne pas oublier; – des synthèses pour réviser l’ensemble des contenus.

La préparation à l’épreuve Un volet entièrement consacré à la préparation à l’épreuve unique comprenant : – des stratégies pour utiliser des textes de référence et noter ses sources ; – les caractéristiques propres à la lettre ouverte ; – les plans pour construire son argumentation ; – les façons de réviser et d’améliorer son texte argumentatif ; – une synthèse.

L’offre numérique Le cahier d’apprentissage • Disponible uniquement dans MaZoneCEC (PC, Mac, iPad et Android) • La version numérique du cahier permet à l’élève : – de feuilleter et d’annoter chaque page ; – d’écrire ses réponses dans son cahier.

Le guide-corrigé • Disponible sur clé USB et sur MaZoneCEC (PC, Mac, iPad et Android) • Pour l’animation en classe et la correction collective, la version numérique du guide-corrigé vous permet : – de projeter, d’annoter et de feuilleter le cahier en entier ; – d’afficher le corrigé du cahier ; – d’accéder à tout le matériel reproductible. • Dans MaZoneCEC uniquement, vous pourrez aussi : – partager des notes et des documents avec vos élèves ; – corriger leurs réponses directement dans la version numérique de leur cahier.

Profile for Les Éditions CEC

Accents  

Accents