Page 1

Volume 3


Production Manager : Irene Forrisi Graphic Designer : Adele Juraza Photographer : Erica Marchetti Marketing / Social Media team : Silvia MaongiĂš, Sara Petizzi Distributor : Leonardo Monteriso

@worldwidenapier https://www.instagram.com/worldwidenapier/?hl=en

World Wide Napier https://www.facebook.com/World-Wide-Napier-942742352557192/

@worldwidenapier https://twitter.com/WorldWideNapier

If you wish to publish an article in the next issue or help us financially in exchange for an advert in our magazine, please contact us at s.blanche@napier.ac.uk.

World Wide Napier

2


DEAR

READ

ERS,

Welcome or welcome back for this third issue of Worldwide Napier, a magazine designed to promote the study of modern languages and showcase a group of committed and bright students’ work.

Here at Edinburgh Napier University, our goal is to create a community of enthusiastic, empowered and confident people from all around the world and help them to have a voice in a friendly environment where we are all able to share experiences and stories. This is the reason why we have offered and will continue to offer a space for students from other institutions who are willing to express their view about interculturality.

This new issue is about attachment, nostalgia associated with speaking a different language or living in another country, attachment or detachment to society, materialistic way of life or memories. Some of us miss home, some feel that Edinburgh is their new home and some others don’t know where home is yet. We all feel some sort of attachment - or sometimes detachment, to our family, our roots, our traditions, and much more. Therefore, this issue enables us to share with you all the different faces of a cultural bond. We are proud of it.

World Wide Napier

Enjoy the read!

Irene Forrisi Languages & Intercultural Communication student Edinburgh Napier University

3

Editorial


World Wide Napier

4


6 Dond e est p ertenen å tu casa ? cia e viaje xplic - el sent ra. im a do pa - Ma ra un iento de rtina a con Birot 8 ti stant e Corri das d e - Lind a Co toros – tr n adici glave 11 on o s cruel E l sent dad? i d o de fa - Sar m a Pet ilia e izzi n nue stra m oder nidad

World Wide Napier

EspaĂąol

5


? A S CIA A N C E U EN

T T E T R Á E N T P A S E ST DE E N O D O T N C N

DO ENTIMIE RA UNA PA EL S O D A C I EXPL RA E J A I V ti Birot

Cuando estudias en Escocia, vuelves de vez en cuando a Italia (donde creciste) y estás a la vez, de Erasmus en España es difícil crear relaciones con personas. Eso sí, no hablo de las relaciones de toda la vida, de esas de las que siempre estarás seguro que sabes que no importa la distancia ellos siempre estarán contigo, sino que me refiero a otros tipos de relaciones que son más complicados de mantener con este tipo de vida que llevo. Nuevas amistades u otros tipos de relaciones son difícil de empezar si cada 4 meses te mudas a otro país y después vuelves y te vas nuevamente.

ina

Mart

Hay quien dice que “casa” no es un lugar, sino personas, y en cambio, otros, menos románticos identifican “casa” simplemente con el lugar donde vives, sin más. ¿Pero qué pasa si cambias de domicilio dos veces al año y estas siempre rodeado de gente diversa?

Cada vez que vuelves a “casa”, es decir, al lugar que antes habías identificado como casa, te das cuenta de que todo ha cambiado y tú ya no perteneces a ese lugar y a esas personas. Es un sentimiento extraño ya que tienes que empezar otra vez desde el principio. Al final eres consciente de que tú has elegido esta vida que lleva muchísimas satisfacciones, felicidad y experiencias fundamentales para el desarrollo personal, pero es justo mostrar también la otra cara de la realidad, el precio que estás dispuesto a pagar:

Me preguntan muy a menudo; ¿Dónde vives? Y la verdad es que no sé qué contestar. ¿Italia? ¿España? ¿Escocia? Es que no sé, “depende” - digo yo, ¿depende de qué?” - me preguntan casi riendo “depende de la temporada del año”, “ah vale. Entonces, ¿Cuál está tu casa?”. Y es entonces cuando me doy cuenta qué ni yo misma lo sé.

Este sentimiento de no pertenecer a ningún lugar, en ningún contexto social, la falta de algo físico (persona o lugar) asociado a la idea de “casa”.

Ya he notado que en 2019 pasaré casi 4 meses en 4 países diferentes, con personas diferentes. Y sí, sé que soy afortunada y aprecio cada uno de estos días llenos de aventuras y nuevas experiencias, pero al final del día, del viaje, me gustaría tener un lugar al que pueda llamarle “casa”, un lugar donde dejar mis cosas y siempre volver.

Así que tenemos que ir más allá de las definiciones convencionales y crear una definición personal de casa. En esta vida tienes que vivir el momento, disfrutar de cualquier ocasión, aunque sea temporal, porque son estos momentos (no un lugar, no unas personas), sino esas experiencias que al final, de una manera u otra, te hacen sentir en casa. Es una casa dinámica. Por, lo que son experiencias en las que vas conociendo diferentes hogares que al final y al cabo siempre llevaras contigo cómo un logro personal.

Desde afuera esta vida parece perfecta, siempre con la maleta lista y el pasaporte en la mano. Tren, coche, avión. En un año he pasado más horas en vuelo que con mi familia. Es cierto que es una experiencia única e increíble. ¿Hay inconvenientes? Claro que sí.

World Wide Napier

6

Donde está tu casa?


World Wide Napier

7


S O R O ? T D E A D D L S E A U D I R R C R CO CION O I D A TR Conglaves Linda

cambio, las corridas de toros se convirtieron en un “practica de plebeyos” y creció en popularidad. Los toreros, los hombres que luchaban contra los toros, eran gran celebridades, como “Paquiro” que fue un gran toreo del siglo XIX conocido como el “Napoleón de los toreos”. Muchos celebraban los toreos eran por su valentía e intrepidez, y la corrida de toros era conocido como un forme de arte que demanda destreza extraordinaria.

Pocas tradiciones despiertan tantos sentimientos como la tradición española de las corridas de toros.

Mientras sigue siendo muy popular en España, los primeros prohíbes de corridas de toros en países latinoamericanos fue introducido en el siglo XIX. En 1823 Chile prohibió las corridas por no estar “propias de costumbres civilizadas” conforme su líder nacional Manuel de Salas. No obstante, en España la práctica continuó, y el siglo XX era conocido como la “época dorada” de corridas de toros.

Algunas personas dicen que es crueldad de los animales, no ético y algo que debe detenerse. Otras personan piensan que es una tradición antigua que necesitamos proteger por el patrimonio cultural. La discusión sobre las corridas de toros es a menudo rencorosa en España, y las opiniones difieran ampliamente.

En 1996, hubo un récord de 650 corridas de toros en España, y un estimado de casi 4000 toros fue matado.

Sin embargo, hay acuerdo en que la corrida de toros es fuertemente asociada con España. Se cree que el sacrificio ritual de toros ha sido parte de la vida cultural de las civilizaciones mediterráneas desde al menos la edad bronce. Luego, en el siglo 300 a. C, las conquistadoras romanas trajeron la práctica de luchas y juegos de animales para entretenimiento. Aunque no hasta en la mediana edad las luchas se convirtieron en corridas de toros más similares a lo que está hoy.

Avance rápido unas décadas, y la época dorada parece haber terminado. La práctica de corrida de toros ya está en declive. Desde 2007, el numero anual de corridas ha disminuido con más de 60%. Una mayor conciencia de la crueldad animal, un desinterés de los jóvenes españoles y la crisis económica ha cambiado la tradición de las corridas de toros en España.

Históricamente, las corridas de toros han jugado un papel importante en los eventos de celebración, como el homenaje de Felipe II y varios otros reyes.

Hoy en día, menos de una de cada diez españolas asiste regularmente a las corridas de toros. La práctica a menudo es criticada por ser violente y causando daño no necesario por los animales. En Catalunya, el practica de corridas fue prohibido

En el siglo XVIII el Papa Santo Pius V declaró que corridas de toros era pagano y el rey Felipe V dijo que era de mal gusto practicar un deporte tan sangramiento, pero esto no detuvo la práctica. En

World Wide Napier

8

Corridas de toros – tradicion o crueldad?


en 2013, a los vítores de las organizaciones que protegen los derechos de los animales. Pero en 2016 un tribunal en Madrid decidió que las comunidades autónomas no pueden prohibir las corridas. El tribunal declaró que las corridas son protegidas como “parte del patrimonio cultural común de España”, lo que demuestra que el punto de vista oficial es que corridas de toros son parte de la cultura española. Generalmente, la generación joven no es tan adjunto de esta tradición como la generación más vieja. Las corridas de toros quizás no encajan con un moderno estilo de vida que trata de ser más amigable con el medio ambiente y los animales. También hay muchas otras diversiones hoy, otras espectáculos y deportes que por la gente jóvenes parecen más modernas y en línea con una sociedad más occidental. Además, el movimiento de los derechos de animales tiene una influyen en la opinión pública, y compaginas como por ejemplo “tortura no es cultura” ha tenido un efecto. La tendencia de menos corridas de toros cada ano no parece que vaya a cambiar.

Pero mucha gente en algunas regiones, como Catalunya, no creen que las corridas sean parte de su cultura y su identidad catalán. La cuestión si es una parte importante de la cultura o no ha provocado una división en España. Los políticos muchas veces hacen un punto de ser favor o contra las corridas de toros, con los derechistas típicamente defienden la practica por ser parte de una importante expresión cultural, mientras las izquierdistas dicen que ya no es parte de la nueva valores nacionales.

Muchas ciudades y auto comunidades han disminuido sus subsidios por las corridas de toros. Sin embargo, para las amantes de la historia y el arte las corridas tienen un fuerte enlace de cultura española. En algunas regiones, como Andalucía, la tradición de corridas de toros ya es vivo. Cada ano durante el Feria de Abril en Sevilla hay varias corridas muy populares, y cada año se agotan semanas de antelación. Si las corridas de toros continuarán o desparecerán aún no se sabe, la decisión es en el mano de los españoles.

World Wide Napier

9

Corridas de toros – tradicion o crueldad?


World Wide Napier

10


A I L I M A D F A E D I D N O R D E I D T O N E M S A EL R T S E U N EN etizzi Sara

P

Las personas en las obras de Steinbeck tienen una cosa en común : son leales y devotos el uno al otro con una ferocidad que me hace doler el corazón. Ellos se apoyan durante los momentos pejores y durante los mejores. Quizás era una era diferente o nuestra es diferente.

Para la mayoría de las personas, la casa es donde está la familia, ya sea la familia biológica o la que has decidido para ti mismo. La familia podría ser un espacio seguro donde un individuo puede ser su ser más auténtico.

Este me hizo pensar: ¿ tiene sentido esta ferocidad, esta lealdad en nuestra sociedad individualista? Mi respuesta inicial fue que no, no puede existir y tampoco la queremos. Tanta ferocidad es peligrosa. La lealdad crea expectativas a veces imposibles y nos hace vulnerables.

En una era donde estamos conectados a todos y al mismo tiempo a nadie, nuestra vulnerabilidad tiene que ser protegida y por eso, creo que nos ligamos con pocas personas de manera realmente leal.

Cuando yo estaba piensando en las familias más particulares de las literaturas mundiales, se me ocurrieron algunos nombres: Mujercitas, El secreto de Donna Tartt, los Hermanos Karamazov y Anna Karenina pero sobre todo las familias protagonistas de las obras más importantes de John Steinbeck: Las Uvas de la Ira y Las Praderas del Cielo. Publicadas en los años 30, ambas tienen como puntos focales la familia, entrelazando la intriga con elementos existenciales y religiosos. En los Estados Unidos, donde las historias se desarrollan, son famosos por ser una sociedad individualista, pero aqui Steinbeck nos presenta una cultura collectivista, donde el bienestar de la familia es lo primero. La familia Joads, protagonista de Las Uvas de la Ira, se embarca en una odisea posiblemente infructuosa que los llevarán a la parte opuesta del país. La familia inspirada en la Biblia que está en el centro de East of Eden es una fuente de buenas intenciones que acaban en tragedia y en discursos teológicos.

Sin embargo, me he dado cuenta que yo, personalmente, soy tanto leal con mis amigos como lo eran los personajes de Steinbeck. La sociedad ha cambiado y quizás ahora somos más selectivos con las personas en las que confíamos, sabemos que, a veces, nuestra familia biológica lleva tanta negatividad que solo podemos buscar a otra familia, una nueva tribu. Necesitamos todos a alguien, como dijo el poeta inglés John Donne, ningun hombre es una isla.

World Wide Napier

11

El sentido de familia en nuestra modernidad


World Wide Napier

12


World Wide Napier

14

13

La vi ta non- di un esp appa rtene atriato: il co nza Édou nf litto di ard P u eltier na

Italiano


: O T A I R T A P S E UN UNA I D A I T I D V O A T A L T Z I L N F E N N O E T C R L I A P P -A N O N rd Peltier a

Édou

Ma il resto? Sui cinque anni che ho vissuto in Francia, uno era l’anno di quando sono nato e due li ho passati a Bourges, una cittadina del centro della Francia, in mezzo al nulla, quando avevo dieci anni. L’Unica vera esperienza che ritengo francese è quella che ho vissuto a Lille, quando studiavo per le superiori. Sono stati due bei anni, ma cosa sono due anni su venti?

Essere espatriato può essere un’esperienza molto ricca e interessante in termine di sviluppo personale.

Ovviamente non si può giudicare il sentimento di appartenenza basandosi solo sul numero di anni trascorsi in un singolo paese.

Se tu, lettore, sei italiano/a, sai probabilmente di cosa stia parlando: la fuga dei cervelli non è un mito, l’emigrazione italiana è un fenomeno mondiale e la diffusione della sua cultura attraverso i suoi rappresentanti si fa da secoli. Io però non sono italiano: sono nato nella periferia di Strasburgo, in Francia. Grazie al lavoro di mio padre, ho avuto la fortuna di girare l’Europa, non come turista ma come espatriato. Ho vissuto otto anni in Italia, cinque in Francia, quattro in Germania, uno nei Paesi Bassi, uno in Repubblica Ceca e oggi vivo in Scozia. Non ho mai vissuto più di quattro anni nello stesso posto e ho conosciuto dodici case diverse. Quando condivido questa piccola storia coi miei amici, la loro domanda è sempre la stessa: a quale paese pensi di appartenere?

Il fatto è che non mi sento molto francese perché non ho vissuto l’esperienza culturale dei miei compatrioti francesi e non mi considero italiano, tedesco o di qualsiasi altra cultura. Ho avuto la fortuna di fare molte esperienze, viaggiare e scoprire cose che non avrei mai conosciuto se fossi rimasto nella periferia di Strasburgo. Oggi ho tutto e non ho niente. Non ho nessun posto che posso chiamare casa.

Devo ammettere che mi piace questa libertà, questo sentimento di sapere che ovunque andrò, potrò adattarmi. Penso soltanto che sia importante sapere chi siamo.

Io temo questa domanda. La temo perché dopo tutti questi anni di riflessioni e di esperienze, non penso di averci trovato una risposta esatta. La mia madrelingua è il francese. Sono di nazionalità francese, come il resto della mia famiglia. Ho fatto l’esame di maturità in Francia.

World Wide Napier

Oggi mi considero come un espatriato francese: non posso ignorare le mie origini o la mia lingua. Ho l’intenzione di continuare il mio percorso all’estero, adattandomi ai prossimi paesi che incontrerò nel mio cammino di crescita, senza trascurare le mie origini francesi.

14

La vita di un espatriato: il conflitto di una non-appartenenza


World Wide Napier

15


World Wide Napier

16


18 Apprend re - Ans ten A en voyage ugus ant 20 tus Profe ssi Mega on : YouT & Ha n Brown ubeur nnah , McG Anna Chi 23 uigan rnsid e La m usiqu e com surm o m - Cec nter le dé e thérap tache ilia G i aglia ment e pour 24 rdi Fast fas b esoin hion : avo - Iren d’achete ns-nous vraim r aut e For a r ent i n s t i ? 28 Portr ait « Shar d’un aute - Kas ks, Death ur : Melis , sand s ra M Surfers » a McCar 30 oosb thy rugge La maiso r n - Ma ria D fantôme e ’Aiola t les 32 souv enirs Nost vivan algie , insa ts visag tisfac e de t Fernw io 34 eh - R n, désir : le vra P aymo ourq i uoi a n d I g c - Giu binok lia G hète-t-on e reco des s 36 o u venir Là où s ? s’arr - Silv ête n ia Ma o rongi tre zone d 38 u e con Mang fort e - Jes r n’a jam sica N a atan is été si n 40 auan ostal gique Se se ntir c ! h ez so 42 i à l’ét Le pe rang tit ois er - L e isa Ja au bl 43 e nssen u-K N o o tre a n r a d Ste - Leo mour de wart nard l a vie o Mo nteri so

World Wide Napier

Français 17


T N A GE

A Y O NV

E E R END

APPRAugustus n

Anste

Mexique Une des premières fêtes que nous avons célébrées était l’indépendance mexicaine (jour férié au Mexique). Elle est célébrée le soir du 15 septembre pour commémorer l’indépendance des Espagnoles avec des grandes fêtes et des feux d’artifice. Les étudiants mexicains nous ont préparé des boissons et un plat typique vraiment, vraiment très épicé : des enchiladas (à base de tortillas, boeuf, fromage, tomates, oignons et, évidemment de piments).

Je confirme : voyager est une expérience unique ! Cela donne diverses opportunités comme créer des connexions, des amitiés uniques avec des gens et/ou apprendre diverses langues et diverses cultures. Mais il faut aussi considérer l’autre côté de la médaille : quand on part pour longtemps (étude ou travail), cela peut créer également des inconvénients. C’était le cas pour nous, étudiants Erasmus.

La plus grande fête est le 2 novembre (la Toussaint). Apparemment, ils passent la journée entière dans les cimetières à manger et à parler avec les morts devant les pierres tombales.

On s’est retrouvés à la Brest Business School, une école de commerce à taille humaine qui se trouve dans le Finistère. Grace à cet environnement-là, j’ai eu l’occasion de connaitre beaucoup de monde provenant du monde entier.

Curiosités :

C’était une expérience unique, incroyable et puissante pour tout monde et nous avons passé de bons moments ensemble même si nous avions des cultures diverses. Tout de même, un des sentiments communs était la nostalgie, le mal du pays : nos familles respectives, nos amis, la nourriture et même, dans certains cas, un certain sens de l’organisation (bureaucratique, logistique, etc.).

Les Mexicains se déplacent toujours avec une boite de piments. La nourriture doit être épicée !

Ils passent le nouvel an en famille. En plus, marcher avec une valise autour de son propre logement est une tradition pour se souhaiter bonne chance pour l’année à venir.

Ne vous asseyez pas au coin d’une table s’il y a des Mexicains : vous ne pourrez pas vous marier.

À Noël, ils mangent un gâteau similaire à la galette des rois, la Rosca de Reyes. D’une forme différente, il possède une fève. Et celui qui l’obtient doit acheter des Tamales (plat) pour le Dia de la Candelaria (la Chandeleur).

Finlande

De ce fait, nous avons essayé de célébrer (quand c’était possible) les fêtes traditionnelles des divers pays et j’ai appris beaucoup de particularités locales qui m’ont fasciné. Alors, dans cet article, je décrirai les traditions de chaque pays que j’ai trouvées uniques, bizarres et sympas.

World Wide Napier

Nous avons aussi célébré l’indépendance finlandaise (de la Finlande vis-à-vis des Russes) le 6 décembre en mangeant des plats typiques à base de saumon et de pommes de terre. Mais le meilleur était le dessert, du korvapuusti (brioche à la cannelle).

18

Apprendre en voyageant


La fête la plus importante est le 1er mai : ils font un immense pique-nique dans lequel tout le monde doit mettre un chapeau typique à exactement 18 heures. •

Pour eux, le premier étage est le rez-dechaussée. Ils trouvent que la technologie n’est pas assez développée ici : ils ne vont jamais au supermarché et commandent tout en ligne.

Curiosités : •

Pour le nouvel an, ils font fondre du métal qui est immédiatement versé dans un récipient avec de l’eau : la forme peut être utilisée pour prévoir le futur.

Chaque maison possède un sauna !

Autres Pays

Hollande Une des célébrations les plus importantes est le jour du Roi : ils fêtent l’anniversaire du roi. Ainsi, ils s’habillent et se teignent les cheveux en orange, couleur nationale du pays. Les habitants vendent dans la rue des objets d’occasion.

En Espagne, on mange douze raisins pour chacun des douze gongs de minuit le 31 décembre.

En Italie, il y a la « befana », la sorcière, qui à Noël donne des bonbons et du charbon aux mauvais enfants (tous mis dans une chaussette)

Grâce à tout cela, j’ai eu l’occasion d’apprendre diverses cultures… Sans voyager.

Curiosité : •

Pour eux, le père Noël (Sinterklaas) vient d’Espagne en bateau avec ses assistants (noirs, car ils passent par les cheminées). En plus ils commencent à donner les cadeaux le 5 décembre. Les mauvais enfants reçoivent un sac su sel.

Chine En chine, on suit un calendrier différent (de treize à quatorze mois) du nôtre. Alors, nous avons célébré la nouvelle année chinoise aves des Chinoises (qui étaient vraiment tristes d’être loin de chez elles) en mangeant divers plats et en regardant un spectacle traditionnel en ligne. Parmi les plats, nous avons apprécié les fameuses « dumplings » (boulettes), faites mains. Curiosités : •

Chez eux, la célébration dure deux semaines, jusqu’au festival de la lanterne. La préparation commence deux semaines à l’avance.

Pour la fête des femmes, les enseignantes obtiennent une demi-journée de libre.

La Saint-Valentin chinoise est le 7 juin.

World Wide Napier

19

Apprendre en voyageant


O nnah McG Y : & Ha ON

I S ide s S n r i E h nna C ROF

P

R U E B uigan UTU

,A

own r B n a

Meg

Créé en 2005, YouTube a d’abord été un site sur lequel des vidéos virales ont été postées, telles que des vidéos de musique ou des vidéos amusantes. Cependant, au cours de la dernière décennie, c’est aussi devenu un site que certains utilisent comme carrière et par lequel ils parviennent à vivre de l’argent qu’ils gagnent en mettant en ligne des vidéos de leur vie. En 2009, Lucas Cruikshank a été le premier a atteindre le million d’abonnés en jouant un personnage qui s’appelle Fred. Depuis lors, YouTube est devenu un site où les gens ordinaires peuvent devenir des sensations. En général, bien que YouTube semble constituer une carrière attrayante pour les jeunes, il peut tout de même être très difficile d’avoir du succès et de garder suffisamment d’adeptes pour en vivre. La prudence est donc de mise. Au cours des dernières années, il est certes apparu qu’il y avait beaucoup d’argent dans les coulisses de Youtube, souvent plus d’argent qu’un médecin ou un chirurgien pourraient gagner. Les youtubeurs gagnent cet argent grâce aux vues qu’ils reçoivent et aux annonces ajoutées à leur video. Si Google conserve 45 % de tous les revenus, même avec cela, leurs gains sont énormes.

Toutes les mille vues, ils gagnent en effet dix dollars et alors en cas de succès, cela peut vraiment s’accumuler assez vite.

World Wide Napier

Cyprien Lov est probablement le youtubeur le plus connu de France. Avec douze millions d’abonnés, il a une carrière très réussie. Sa vidéo la plus regardée dure tout simplement cinq minutes et il parle de l’école. La vidéo a quarante sept millions de vues. Donc, si nos calculs sont corrects, Cyprien s’est presque fait cinq cent mille dollars avec cette vidéo. Et il a plusieurs vidéos qui sont tout aussi populaires… Bref, cela représente beaucoup d’argent pour peu de travail. YouTube est maintenant considéré comme le but ultime de la carrière de la génération post-millénaire. Auparavant, beaucoup d’enfants et d’adolescents voulaient devenir des stars de la pop et des acteurs mais maintenant, ils veulent devenir youtubers. Cependant, les “influenceurs” - terme utilisé pour décrire les personnes qui mettent régulièrement en ligne des vidéos sur YouTube et disposent d’une chaîne active - sont-ils des modèles s’ils incitent les enfants à le devenir ? Une carrière sur YouTube reste imprévisible car les téléspectateurs pourraient rapidement perdre tout intérêt pour Internet où les tendances changent constamment.

YouTube serait une carrière difficile pour les jeunes car le marché y est si saturé qu’il est difficile de réussir et d’être populaire. En raison de leur vaste auditoire de jeunes, les youtubers risquent par ailleurs de subir des pressions pour publier des vidéos qui ont un contenu approprié adapté à leur auditoire, perdant ainsi leur indépendance. Bref, il n’ay aura que quelques élus pour beaucoup d’appelés et le train est sans doute déjà passer pour les youtubeurs en herbe.

20

Profession : YouTubeur


World Wide Napier

21


World Wide Napier

22


E M R E M T O N C O E M U R IQ U S S U R M U O A L P E I T P N A E R M E THÉ H C A T É LE D agliardi ia G

Cecil

souvenirs de notre pays, de notre famille et de tous les moments où on avait le sentiment d’appartenir à quelque chose. En effet, quand on déménage on se sent un petit peu perdu, comme si on n’avait plus d’identité ou de société où on est déjà intégré. Mais il y a un moyen de dépasser ces moments : la musique. Cette dernière peut nous aider à combattre la tristesse et le manque de notre pays en écoutant des chansons dans notre langue maternelle. De cette manière on peut avoir la perception d’être chez nous ou on peut quand même revivre les sensations passées.

« La musique donne une âme à nos coeurs, des ailes à notre pensée, un essor à l’imagination. Elle est un charme à la tristesse, à la gaieté, à la vie, à toute chose. » - Platon

Personnellement, quand je suis une peu triste ou que j’ai le sentiment d’être mélancolique - quand me manquent ma maison et mes parents -

Je prends mon casque et j’écoute J’ai décidé de prendre cette citation de Platon car je trouve qu’elle réussit vraiment à exprimer ce que la de la musique italienne car elle musique peut signifier pour quelqu’un. La musique n’est pas seulement une chanson qu’on écoute quand m’aide à me calmer et me rappelle on est à l’arrêt de bus, mais elle est un élément qui mon origine et la vie que j’ai vécue nous permet de donner libre cours à nos sensations pendant 18 ans. et notre état d’esprit, même si on a parfois honte de les montrer. Pour cette raison, la musique devient quelque chose d’indispensable quand on prend Je n’ai pas une playlist ou une chanson préférée, la décision de déménager, cela veut dire changer mais j’aime écouter soit de la musique italienne un complètement de vie, parfois d’une façon radicale. petit peu ancienne comme « Sere Nere » de Tiziano Ferro soit de la musique que les jeunes écoutent Tous les étudiants, surtout internationaux, savent maintenant, par exemple le groupe Boomdabash. En que, même si aller à étranger est une expérience outre, j’adore écouter des jeunes artistes comme Izi incroyable et une opportunité de connaître beaucoup ou Tedua qui font du rap, et même si je n’aime pas ce de personnes, on a des moments de solitude lorsque genre, je les écoute car ils viennent de ma ville et cela l’on se rend compte que l’on est dans un pays qui est une façon de me sentir proche de chez moi. n’est pas le nôtre, où on ne connait pas les voisins et qu’on a des difficultés à communiquer avec les autres Bref, la musique joue toujours un rôle d’ami et à cause de la langue. Par conséquent, un sentiment de confident pour nos sentiments, mais elle devient de mélancolie commence à émerger avec tous les encore plus fondamentale quand on est loin de notre milieu familial car elle a la capacité de nous transporter à la maison seulement en appuyant sur le bouton « Lecture ». World Wide Napier

23

La musique comme thérapie pour surmonter le détachement


: T N N E O I M I H ? S A T R A F N V T FAS S-NOUS ER AUTA T N E O H C AV A ' D N I O S BE orrisi Irene

F

d’augmenter et de normaliser la production de vêtements. Il est important de rappeler que toutes les innovations ne sont pas bonnes. En fait, les problèmes d’exploitation et de sécurité étaient déjà à l’ordre du jour à la suite de l’incendie qui s’est déclaré à l’usine Triangle Shirtwaist de New York en 1910. Au fil du temps, la mode est devenue de plus en plus rapide avec son boom dans les années 60, lorsque les jeunes ont commencé à adopter des vêtements moins chers, à suivre les nouvelles tendances et à rejeter la tradition vestimentaire des générations précédentes. Avec une demande croissante de vêtements bon marché, le monde a connu un développement massif des usines de textile, en particulier dans les pays les moins développés, permettant aux États-Unis et à l’Europe d’externaliser leur main-d’oeuvre.

Quand et pourquoi avons-nous commencé à être si attachés aux vêtements ? Mode rapide Considérant le long chemin de la filature de nos propres vêtements à la production mondialisée, il semble étonnant que nous vivions à une époque où nous pouvons acheter un vêtement sur notre téléphone quelques instants seulement après sa première descente sur le podium. C’est tout simplement l’objet de la Fast Fashion, la mode jetable, expression anglo-saxonne qui désigne le renouvellement aussi rapide que possible des collections d’articles de mode. De nos jours, nous n’avons plus deux saisons de mode, mais grâce à la production en série de vêtements, nous voyons de nouveaux articles arriver dans les magasins toutes les semaines, 52 semaines par an.

Aujourd'hui Afin de minimiser leurs coûts et d’optimiser leurs profits, de nombreuses grandes enseignes, telles que Zara, H&M ou Primark forcent les usines de pays comme le Bangladesh et l’Inde à se faire concurrence en matière de prix. Comme les fabricants veulent obtenir les commandes, ils jouent le jeu, acceptant de baisser leurs tarifs pour leur travail.

Il ne devrait pas être surprenant que les principaux perdants soient les ouvriers de ces usines, dont 85 % sont des femmes.

Un peu d'histoire La question de la mode jetable est un grand problème dans notre société moderne. Nous pourrions dire que tout a commencé avec la révolution industrielle, lorsque les premiers vêtements fabriqués en vrac et de tailles différentes, plutôt que confectionnés sur commande, sont arrivés sur le marché.

Les dommages causés à ces communautés par le manque d’argent ne concernent pas seulement la masse salariale, mais aussi la sécurité. Ce comportement a entraîné l’effondrement de l’immeuble Rana Plaza en 2013, tuant plus de mille travailleurs.

Au cours de la première partie du XXe siècle, la plupart des vêtements étaient encore faits maison ou créés dans de petits ateliers. C’est après la Seconde Guerre mondiale qu’il est devenu nécessaire

World Wide Napier

24

Fast fashion : avons-nous vraiment besoin d’acheter autant ?


À ce sujet, je ne peux que vous recommander le documentaire « The True Cost » sur Netflix qui m’a beaucoup fait réfléchir, documentaire dans lequel le réalisateur, Andrew Morgan, a parcouru le monde pour nous permettre de nous éduquer et de nous faire notre propre opinion sur les terribles conséquences de la Fast Fashion, non seulement sur la planète, en raison de l’énorme gaspillage de vêtements, mais aussi sur l’humanité.

Nous achetons pour avoir une interaction sociale. Comment peut-on dire « non » à une journée avec notre meilleur ami à faire les magasins du centreville ? La plupart du temps, nous n’avons pas besoin d’acheter de nouveaux vêtements et nous en sommes très conscients. Pourtant, dépenser de l’argent avec un ami nous fera nous sentir mieux, car nous ne serons pas les seuls à ouvrir le portefeuille. Une bonne alternative à ces sorties consiste à réorganiser votre garde-robe et à la rafraîchir. Demandez à un ami de venir chez vous pour vous aider à mélanger et assortir vos vêtements actuels. Quatre yeux valent toujours mieux que deux. Les vêtements dont vous n’avez pas besoin ou que vous n’aimez plus, vous pouvez les donner à vos amis, en faire don ou les recycler.

Les tumeurs, les anomalies congénitales et les suicides sont une dure réalité à laquelle de nombreux travailleurs sont confrontés chaque jour. « Je ne veux pas que quelqu’un pense moins à la mode », a expliqué Morgan lors d’une projection du film la semaine dernière. « Je ne veux pas me sentir coupable si j’aime les vêtements que j’aime porter. Ce que j’essaie de dire, c’est que nous devons tous prendre du recul par rapport à ce processus constant de consommation de mauvaises choses. Et revenons à un monde où nous investissons dans des vêtements que nous aimons, que nous allons porter, que nous allons conserver. » (Fashionista, 2015).

Nous achetons parce que nous nous sentons déprimés. Combien de fois avons-nous eu des problèmes au travail, à la maison, avons-nous eu une journée ou une semaine difficile ? Nous avons tous l’expérience des hauts et des bas dans notre vie et parfois faire du shopping ou obtenir une nouvelle garde-robe pourrait, pensons-nous, nous aider à soulager notre stress ou notre peine. Malheureusement, acheter des vêtements n’est pas comparable à un médicament que l’on peut obtenir d’un médecin ou à un bon conseil que l’on peut recevoir d’un ami.

Après avoir lu tout cela, pourquoi sommes-nous toujours aussi attachés au shopping, même si notre armoire est déjà pleine de vêtements ?

World Wide Napier

25

Fast fashion : avons-nous vraiment besoin d’acheter autant ?


World Wide Napier

26


chez Mark and Spencer à cause de la place que le magasin, avec un nom important, occupait dans la culture britannique ainsi que dans la vie de Rose (Shaw, 2010). Une bonne solution consiste à faire face à Le gouvernement a suggéré d’enseigner aux enfants à coudre à l’école pour contrer cela, mais le problème nos insécurités et à nous demander si l’achat de vêtements est la solution à nos problèmes ou si nous n’est pas qu’ils ne savent pas comment faire, c’est devons les résoudre d’une autre manière. qu’ils ne veulent pas le faire. On achète parce que c’est en solde. Comment pouvons-nous manquer la saison des soldes ? Tous ces vêtements à un si bon prix ! La crainte de « rater » est accentuée par le fait que nous sommes en concurrence avec d’autres. Pour beaucoup, cela se transforme en « sport de compétition ».

L’idée n’est pas d’acheter un vêtement pour la vie, c’est d’obtenir une autre gratification instantanée.

Avec les médias sociaux, les tenues sont mémorisées Gagner est le but, parfois même pour toujours, et il suffit de regarder les titres des plus que ce que nous achetons tabloïds pour voir combien nous jugeons les femmes pour réutiliser des vêtements (The Guardian, 2019). (Yarrow, 2013). Une bonne alternative est de faire une promenade ou d’aller à la salle de gym pour dissiper la tension. Chaque fois que je vois un article à prix réduit, je Lisez un livre ou rencontrez un ami. À la fin de votre suis toujours choquée par la façon dont les grands journée, vous serez heureux de rentrer chez vous magasins peuvent encore gagner de l’argent, même sans avoir vidé votre compte en banque. en abaissant leurs prix. C’est pendant la période des soldes que nous devrions tous comprendre à quel Nous achetons parce que nous ne nous sentons point le travailleur est peu payé pour que les grandes pas en sécurité. Parfois, avoir un nouveau pull ou marques puissent encore tirer profit de leurs produits un nouveau manteau nous fait nous sentir confiant à prix réduits. et frais. Mais parce que nous achetons beaucoup, Ebay est une bonne alternative. Si vous nous nous lassons aussi de ce que nous avons très recherchez vraiment quelque chose dont vous avez rapidement. C’est un cercle vicieux dans lequel nous sommes pris au piège qui veut que nous achetions de toujours eu envie, alors les magasins d’occasions sont la solution. En achetant d’occasion, vous évitez que plus en plus pour ne pas nous sentir en manque de l’environnement ne reçoive un autre déchet qui ne se sécurité. décomposera jamais.

Si nous pouvons nous perdre dans les magasins ou en allant faire du shopping, nous pouvons aussi nous trouver, ou une partie de nous dans eux aussi.

Nous vivons dans une société de consommation qui encourage l’acquisition de biens en quantités croissantes et la mode joue un rôle majeur dans l’économie mondiale avec des revenus annuels supérieurs à 1 000 milliards d’euros. En moyenne, les Britanniques achètent 26,7 kg d’articles de mode chaque année, contre 16.,7 kg en Allemagne, 14,5 kg en Italie et 12,6 kg en Suède. C’est devenu une partie de notre culture, surtout pour les gens qui ont grandi avec des magasins comme Primark, où nous pouvons acheter une tenue pour moins de 20 £ (The Guardian, 2019).

Et si les commerces peuvent semer la confusion et la désintégration, ils peuvent aussi restaurer la fierté, la confiance et le respect de soi. Écrivant les dernières années difficiles de sa mère souffrant de la maladie d’Alzheimer, Linda Grant (1998) décrit que sa mère Rose semblait redevenir une « vraie personne » dans un magasin. Ce n’est peut-être pas par hasard que Rose ait commencé à se sentir un peu plus à l’aise

World Wide Napier

Il nous appartient de décider quelles sont les limites et la différence entre « avoir besoin » et « avoir envie » de quelque chose et nous éduquer à acheter des vêtements plus éthiques. « Plus » ne signifie pas toujours « mieux ».

27

Fast fashion : avons-nous vraiment besoin d’acheter autant ?


: E R TEU

U A E N U ' D Y T I » H T A S R R R PORT SA MCCA H, SURFE T S I A L E E D M , S K R A gger H u r S b s « ndra Moo a

Kass

Cette année, précisément en janvier 2019, le monde de la littérature a été enrichi par le nouveau livre extraordinaire de Melissa McCarthy intitulé « Sharks, Death, Surfers ». En bref, elle discute la manière dont le surfeur, les requins et la mort (les trois éléments mentionnés dans le titre) sont entrelacés bien qu’ils soient tous séparés par des surfaces. De plus, elle établit des connections imprévues. C’est un livre tellement différent de tous ceux que vous avec lus jusqu’à maintenant. Heureusement, j’ai obtenu la possibilité de faire faire un entretien avec l’écrivain pour que vous puissiez en savoir un peu plus.

Melissa McCarthy « Sharks, Death, Surfers » n’est pas le premier livre de l’écrivain Melissa McCarthy : elle a déjà travaillé sur un livre concernant les prisons et un autre sur les cinémas documentaires puisqu’elle est journaliste spécialisé dans l’industrie du cinéma. Bien qu’elle habite à Edimbourg, elle a passé son enfance en Californie. D’où son attachement pour le surf et les plages. Son livre est de ce fait un mélange du passé et de son travail comme auteur. Étonnamment, quand elle était enfant, son travail de rêve n’était pas

World Wide Napier

28

Melissa McCarthy « Sharks, Death, Surfers »


inséparables tout en étant séparés par les surfaces auxquelles nous pouvons être confrontés de manières différentes : l’écran, la page de ce magazine ou la surface de l’eau. « Les surfaces sont pratiques comme modèle de vie.

écrivain mais plutôt chanteuse, pompier ou marin. Melissa McCarthy a commencé à rédiger son texte il y a cinq ans mais l’idée lui trottait déjà dans la tête depuis dix ans. Qu’est-ce qui exactement l’a inspirée d’écrire « Sharks, Death, Surfers » ?

La vie est comme une surface plate, tout est en ordre. Si quelque chose d’extraordinaire se passe, ça rompt la surface et influence la vie.

La genèse

Cet événement pourrait être un livre extraordinaire, une mort, tomber amoureux ou plein d’autres choses. » Puis, elle examine quels sont les équivalents des requins qui de temps en temps provoquent la mort (tels que les voitures, etc.) et elle nous laisse explorer la situation décrite par des perspectives variées - la perspective du surfeur tout comme celle du requin - avant de faire des connections pour qu’on puisse essayer de voir plus large, tout en sachant qu’on ne peut jamais tout comprendre.

Pour être capable de comprendre l’idée initiale, il faut que nous nous déplacions dans le temps. Vingt ans plus tôt, Melissa McCarthy a lu un article dans le magazine « Rolling Stone » sur un surfeur tué par un requin, ce qui l’a vraiment fascinée. A la même époque, elle s’est engagée dans un club de recherches sur l’art, la littérature et la mort.

« Toutes ces choses m’ont influencée, tout autant que l’analyse des nécrologies. »

Le message fondamental

D’abord, l’écrivain a travaillé sur un calendrier et puis sur le livre. « La vraie forme d’un projet se développe peu à peu. » En effet, il s’agit d’un projet véritablement organique !

J’ai demandé à Melissa McCarthy si le message fondamental était sa dernière phrase selon laquelle « on doit casser la vague tout en riant ». Bien qu’il s’agisse d’une image vraiment jolie, elle m’a répondu que le message fondamental, c’est que tout le monde doit lire.

Dis-moi un peu plus précisément de quoi parle ce livre !

Avec son oeuvre littéraire, elle souhaite que les lecteurs partagent sa passion et son attachement pour le thème et la lecture.

Le livre de Melissa McCarthy traite de l’aspect physique des trois composantes principales du titre « Sharks, Death, Surfers » ainsi que de leur aspect symbolique. Par exemple, le requin est une métaphore pour n’importe quel objet sous la surface dont on a peur à cause de l’ignorance. En outre, Melissa McCarthy présente les deux mondes (le monde du surfeur et celui du requin) comme

World Wide Napier

Pour conclure, « Sharks, Death, Surfers » est surtout un livre pour ceux qui disent aimer les métaphores et interpréter un livre tout comme pour ceux qui ont une vraie passion pour la lecture et connaissent le sentiment d’être attachés à une activité dans laquelle on rencontre le détachement du monde réel. Qu’en sera-t-il pour son prochain livre ?

29

Melissa McCarthy « Sharks, Death, Surfers »


T E E M Ô T N S A T F N N A O V I S I V A S R M I A N L E V U O S S LE D’Aiola Maria

C’est le 12 mars, et comme chaque année je ne peux que penser à une seule chose… « C’est du passé », dirait ma mère, bien sûr elle aurait raison, mais la vérité, c’est que quel que soit le temps passé il y a des souvenirs qui restent toujours avec nous. Je suis là, je descends de la voiture et j’ouvre le portail, et là juste devant moi il y a notre maison. C’est une maison très jolie, c’est spacieux, il y a un jardin, en face d’elle il y a le lac, une maison de vacances que tout le monde envie. En réalité, ce n’était pas une maison pour les vacances, au contraire, jusqu’à 2003 nous y habitions pendant toute l’année. – Bien, j’entre, j’ouvre la porte et je suis dans le salon. L’espace d’un instant je peux encore sentir l’odeur des plats que ma mère cuisinait et l’odeur du chemin, j’entends nos cris quand nous jouions autour de la maison et le bruit de la voiture de mon père lorsqu’il revenait du travail, et après plus rien. Soudainement tout a disparu, je ne vois plus ces souvenirs heureux, je vois un masque. Je

World Wide Napier

commence à regarder de plus près, je me promène dans la maison, comme si je ne la connaissais pas, comme si je cherchais quelque chose de perdu, c’est bizarre, tout semble être pareil mais tout est autre. Mon enfance s’est volatilisée dans l’obscurité de cette nuit-là, j’essaye de la retrouver, c’est une recherche constante, chaque fois je la retrouve et chaque fois je la perds à nouveau, une lutte continue entre ce qui était et ce qui est. J’observe, les murs sont blancs, mais pas assez blancs pour mes yeux, il y a une odeur de propre, presque un parfum, mais malgré cela je sens une autre odeur. Certains meubles sont les mêmes, je m’approche d’eux, ils sont encore chauds, certains sont noircis. J’entre dans la salle de bain, il y a une petite fenêtre dans le mur qui la relie à l’autre petit bain de service, je nous vois mon frère et moi en train de jouer à lancer une balle de tennis à travers cette fenêtre. J’entre dans la chambre et je vois ma soeur étudier et nous qui la gênions, je continue et je suis dans la chambre de mes parents, cela me rappelle d’autres souvenirs.

Je souris. Je me retourne et voilà, encore une fois tout a disparu, ce que je vois maintenant, ce sont des souvenirs fantômes. Je sors, je regarde autour et il n’y a pas grand-chose, je me sens vide et nostalgique et tout ce dont je me souviens, c’est moi et cette maison désormais fantôme.

30

La maison fantôme et les souvenirs vivants


World Wide Napier

31


, N O CTI

A F S I T A S N E ,I E G I A G S L I A V T I NOS : LE VRA R I S H É E D W N R E F DE noke gbi

dI n o m ay

R

« Il

n’y a pas de nostalgie plus douloureuse que celle de choses qui n’ont jamais été. »

Un terme intraduisible

Ce roman, qui a immédiatement rencontré un énorme succès, fait ressortir certaines des questions les plus profondément cachées dans l’esprit humain, amenant le lecteur à réfléchir à toutes celles qui, parfois, peuvent être considérées comme des pensées communes quoique éphémères. Mais la nostalgie, contrairement à ce que l’on pourrait penser, est un sujet tout sauf éphémère. Non seulement elle a été étudiée pendant de nombreuses années et par de nombreux intellectuels mais elle est traitée avec le plus grand soin et toutes les ressources qui peuvent être retrouvées sont analysées en détail. Et les exemples sont présents partout : en musique, je pense tout de suite au Concerto en si bémol majeur

Fernweh, en allemand, est un terme intraduisible qui décrit la nostalgie générée par un lieu qui n’a jamais été visité. Si, à partir du sens de ce terme, on ne sait pas comment on peut ressentir, a priori, la sensation de manque liée à un endroit sans l’avoir jamais vu auparavant, la seule interprétation allemande de Fernweh ne semble pas suffire à définir l’impact qu’un tel sentiment, avec une nuance poétique et parfois romantique, peut réellement donner à ceux qui vivent ce genre de nostalgie.

Mille hypothèses au fil des ans Pour citer des exemples liés à la littérature, il suffit de penser qu’en 1982, Fernando Pessoa, l’un des principaux représentants de la poésie portugaise du XXe siècle, écrivait dans son roman intitulé Book of Disquiet :

World Wide Napier

32

Nostalgie, insatisfaction, désir : le vrai visage de Fernweh


d’Antonio Vivaldi, hymne à la mélancolie et au désir de retrouver quelque chose qui, au contraire, semble s’éloigner de plus en plus. En art, tout le courant du décadentisme ou, plus précisément, des sculptures telles que le penseur d’Auguste Rodin ou les multiples oeuvres de peintres tels que Ensor et Munch, soulignent le caractère évocateur de la nostalgie. Il suffit aussi de penser à la passion pour les antiquités que beaucoup commencent à cultiver dans la vieillesse ou au syndrome commun de l’âge d’or, caractérisé par la nostalgie d’une époque où de précieuses découvertes et innovations ont favorisé le progrès et l’optimisation des conditions de vie, suivie par la propagation d’une attitude optimiste des peuples du monde entier. Ou encore ce noeud dans l’estomac qui s’installe quand vient le temps de refaire les valises à la fin d’un voyage mémorable :

Insatisfaction face à la vie quotidienne ennuyeuse et répétitive que nous offre l’endroit où nous vivons, envie de connaître une nouvelle culture, de goûter de nouvelles saveurs et de parler une nouvelle langue. Mais aussi la nostalgie, la nostalgie causée par la conscience que, tôt ou tard, cet endroit rêvé si longtemps sera quitté pour rentrer chez nous et qu’il ne nous en restera plus qu'un petit souvenir, presque imperceptible pour une expérience qui, au contraire, est considérée comme inoubliable. C’est peut-être à cela que le terme Fernweh fait référence, pas tellement à une condition, plutôt à une conscience qu'on ne veut pas accepter.

La dernière promenade dans un nouveau lieu où tout semblait plus beau, si spécial et accueillant comme distant et intouchable. Une nouvelle interprétation

Un vent appelé rationalité

Beaucoup ont essayé de définir, même en termes philosophiques, la nostalgie, notamment l’écrivain italien Rinaldo Caddeo, qui a affirmé que « la nostalgie, c’était de rester à l’écart du voisin, d’être proche du lointain. » Mais personne n’a jamais été capable de dire précisément si Fernweh n’est qu’un terme intraduisible ou si c’est une condition réelle dépassant les simples définitions, qu’elles soient philosophiques, populaires ou culturelles.

Quiconque rêve de visiter un lieu pense parfois pouvoir y vivre à jamais, loin de tout mécontentement. Fernweh est ce vent appelé rationalité qui pousse avec insistance nos rêves, avant même qu’ils puissent être réalisés, se déguisant en nostalgie, sans donner le temps de comprendre que nous ne pouvons pas ressentir la nostalgie d’un lieu sans l’avoir visité, mais que lors de la visite d’un lieu si désiré, la nostalgie sera imperceptiblement assise à côté de nous déjà sur le chemin du retour.

Nous devons apprendre à regarder plus loin. Ou simplement autour. Après tout, le terme Fernweh n’est pas si différent du mécontentement ou du désir. En effet, Fernweh est peut-être le résultat, le facteur commun qui fait de l’insatisfaction et du désir une chose unique :

World Wide Napier

33

Nostalgie, insatisfaction, désir : le vrai visage de Fernweh


N O T ÈTE-

H C A I O U ? Q S R R U I EN PO V U O S S E D Greco Giulia

Mais pourquoi les achète-t-on ? La raison la plus commune c’est un souhait de perpétuer quelque chose de quotidien : le shopping. Quand on est à l’étranger, faire du shopping est en effet une activité quotidienne qui a lieu dans un environnement nouveau et différent, parfois extraordinaire. Il s’agit aussi d’un rituel rassurant.

Dans notre société, le voyage est devenu presque essentiel pour l’épanouissement personnel. Peu importe où l’on va, ce qui importe c’est le voyage lui-même et les expériences que l’on vit là-bas.

En outre, ces petits objets nous permettent de nous souvenir de nos voyages et des expériences qu’on a vécues durant cette période. Le but, c’est qu’on les regarde une fois de retour à la maison et que l’on se remémore - mais aussi prouve - qu’à un moment précis de notre voyage on a vécu une émotion particulière.

Mais comment - et surtout pourquoi - se souvenir de tout cela ? Parfois les photos prises, seules, ne suffisent pas. C’est la raison pour laquelle quand on voyage, on rentre chez nous avec de petits objets connus comme ‘souvenirs’.

Pour moi, quand je voyage il est essentiel d’acheter un petit objet qui me permet de me souvenir de tout ce qu’il s’est passé pendant mon escapade dans un pays étranger.

Selon le journal Focus (Tartamella, 2018) tout a commencé en 1800 quand, après l’invention du bateau et du train, plusieurs personnes ont commencé à quitter la maison et à voyager en masse. Tous étaient animés par un souhait de ramener chez eux un souvenir de leur expérience. Ils ont commencé en détachant, petit à petit, des morceaux du Plymouth Rock - le lieu où, aux Etats Unis les Pèlerins ont débarqué - qui en 1880 avait été réduit d’un tiers de ses dimensions d’origine.

Le petit objet n’est pas seulement un objet, il s’agit plutôt d’un petit morceau de voyage. Quand je ramène un souvenir chez moi j’ai l’impression d’avoir ramené un peu de la ville - ou du pays - que j’ai visité.

Aujourd’hui on a les souvenirs « officiels », ceux qui sont produits dans des ateliers afin d’être vendus.

Bref, même si on en a beaucoup chez nous sur notre réfrigérateur, que l’on a plusieurs cartes postales et que l’on dépense beaucoup d’argent pour les acheter, les souvenirs sont utiles pour nous rappeler qui nous sommes grâce aux voyages que nous avons effectués.

Selon Focus (Tartamella, 2018), ce type de marché génère dans un pays comme l’Italie plus de 700 millions d’euros de chiffre d’affaires.

World Wide Napier

34

Pourquoi achète-t-on des souvenirs ?


World Wide Napier

35


E N O RE Z

T O N ÊTE

R R A ' S Ù O T R LÀ O F N O DE C arongiu

L’ambition de se construire une vie stable en toute sécurité, sans risques ni incertitudes, est sans aucun doute un facteur que l’on a hérité des générations précédentes. Il suffit de penser à l’importance essentielle, pour nos parents, d’acheter une maison et une voiture, de fonder une famille et de trouver un emploi permanent le plus tôt possible.

M Silvia

La majorité des gens, encore aujourd’hui, consacrent leur existence à chercher des points d’ancrage donnant de la stabilité à leur vie. Une fois cet équilibre atteint, ils feraient n’importe quoi pour ne pas risquer de le perdre.

World Wide Napier

De nos jours cette mentalité est encore largement diffusée, mais depuis quelques dizaines d’années déjà, la réalisation de ces ambitions a commencé à ne plus correspondre au rêve de la plupart des jeunes. Le travail et la famille restent certainement des objectifs communs pour la plupart des gens, comme il se doit, mais la pression sociale et psychologique liée à l’absence de stabilité, surtout à un jeune âge, commence à s’atténuer.

36

Là où s’arrête notre zone de confort


Mais malgré les multiples bénéfices provenant de ce changement, le passage à la condition d’apprentissage n’est pas chose facile à réaliser et demande beaucoup de sacrifices et d’efforts. C’est une prise de risque : nous ne pouvons pas être sûrs que cela se terminera par un succès ou par un échec, En effet, un nombre toujours croissant de jeunes mais quel que soit le résultat, on sortira forcément choisissent de quitter leur « zone de confort » plus mature de cette expérience et on ne vivra pas (l’ensemble des situations dans lesquelles on se avec le regret de ne pas avoir essayé. Sortir de sa sent en sécurité, on a ses repères et on contrôle la situation, sans prendre de risques) et de passer à une zone de confort, signifie aussi être disposé à accepter condition qui leur permet d’élargir leur vision de la vie le changement et tous les avantages ou inconvénients qui en découlent. : ce qu’on appelle la « zone d’apprentissage ». Cependant, il faut faire attention car on court le risque de dépasser la limite de la zone d’apprentissage, en retombant dans ce qu’on appelle la « zone de panique » ou « zone de non expérience ».

Sortir de sa zone de confort signifie aller vers l’inconnu, abandonner nos certitudes pendant quelques temps pour vivre de nouvelles expériences et faire de nouvelles rencontres.

Le développement personnel y est impossible, car endigué par l’incertitude, le doute et la crainte qui le privent de l’énergie nécessaire à l’apprentissage.

On se trouve dans cette zone, par exemple, quand on voyage vers un pays inconnu, on vit de nouvelles aventures, on apprend une nouvelle langue et on découvre une autre culture. C’est dans cette zone que nous expérimentons, apprenons, et surtout que nous changeons nos habitudes et nos attitudes, sans pour autant avoir à entrer en conflit avec notre mode de pensée.

Rester dans les limites de la zone d’apprentissage c’est la possibilité de se surpasser, de se surprendre et, parfois, de se découvrir. C’est pour cette raison que l’on dit que la vraie vie commence là où s’arrête notre zone de confort.

On peut donc développer une meilleure estime de nous-même et nous donner une autre vision de la vie et donc de nouvelles opportunités.

World Wide Napier

37

Là où s’arrête notre zone de confort


IS A M A J A ! ' N E U R E Q I G G N L MA NOSTA I S É T auan É tan

Na a c i s es

J

les acheter, donc on pense au temps à disposition pour faire les courses) et surtout, réfléchir à quel repas cuisiner ! Je passe un jour entier à y penser – y compris avant de dormir ! Et à la fin, je choisis toujours ce que ferait ma mère, bien sûr !

Alors, allons-y ! En dehors de la zone de confort que l’on a construite depuis toujours pour faire face aux défis les plus simples qui peuvent s’avérer les plus difficiles à relever !

On n’a pas le temps de faire des expériences culinaires quand on travaille ou étudie beaucoup. En effet, en parlant constamment de ce « petit problème de temps » avec d’autres collègues, nous avons remarqué que l’on se parle souvent de la nourriture de notre propre pays d’origine mais surtout de la cuisine de notre propre mère et très souvent de nos propres grands-parents.

Aller à l’étranger à la découverte d’un monde nouveau est une expérience naturelle mais sousestimée. Pire encore, la survie est souvent prise à la légère, c’est-à-dire que souvent on ne pense pas à bien nettoyer son appartement, à bien faire la lessive chaque dimanche ou à manger des repas complets chaque jour mais surtout le dimanche. En effet, dans notre propre cocon, à la maison, la « home sweet home », la mère ou la grand-mère, le père ou le grand-père ou bien tous les autres membres de la famille s’occupent de nous avec l’amour que seule une famille peut donner.

C’est vrai que dans un autre pays, on essaye la cuisine locale mais lorsqu’elle ne marche pas du tout, on va toujours (re)chercher dans sa propre culture. De fait, la nostalgie est des plus fréquentes car il est évident que ce n’est pas le repas même qui manque aux jeunes mais plutôt le fait de partager un des moments les plus importants de la journée, après tant d’efforts passés hors de la maison.

Mais, cela ne sera pas le sujet de cet article car celui-ci parlera plutôt de la manière dont un étudiant ou toute personne courageuse se comporte dès qu’arrive le moment exact de manger lorsqu’il se trouve dans un autre pays. À mon avis, il s’agit de la situation la plus difficile de la journée parce que l’on va calculer le temps nécessaire, vérifier les ingrédients dans le frigo (et s’il n’y en a pas, il faudra

World Wide Napier

38

Manger n’a jamais été si nostalgique !


Quand le diner arrive et que nous sommes tout seul, la créativité et le plaisir d’être autour d’une table s’affaiblit.

C’est pour ces raisons-là qu’organiser des diners de groupes, peut-être avec des gens de la même nationalité, est plutôt fréquent à l’étranger. Parce qu’on ne se sent pas tout seul. Parce que l’on partage sa propre culture à travers la cuisine de chaque mère, grand-mère, père, grand-père ou tous les autres proches qui sont bien aimés et qui nous manquent.

Même si nous pensons à la cuisine de nos proches, nous nous arrêtons à la pensée-même sans aller plus loin que cela. Beaucoup d’étudiants Erasmus ou internationaux essayent de répliquer la recette secrète de « Granny Mary » mais ils savent bien qu’elle ne sera pas la même que celle qu’ils aiment manger. Idem s’ils vont au restaurant « typique » de leur pays d’origine.

World Wide Napier

39

Manger n’a jamais été si nostalgique !


I O S EZ

H C R I T N E SE S RANGER T É ' L À nssen a

Lisa J

Quelquefois, on se sent même mieux à l’étranger que dans le pays d’origine. Tu connais bien les rues, tu es entouré de tes amis et de ta famille, tu es habitué au temps et tu es à l’aise avec l’accent régional. Bref, tu te sens chez toi. Mais que faire si tu te sens chez toi dans un autre pays ?

Donc, la culture, qui était autrefois étrangère, devient notre propre culture après quelque temps. Dans ce cas, il est important d’apprécier la diversité des deux cultures et de ne pas mettre en doute le sentiment d’attachement au pays étranger et à sa culture. Chacun est attaché à sa culture d’une manière quelconque, que ce soit aux traditions ou à la langue. Quelques-uns sont attachés aux objets matériels ou se sentent liés à un lieu particulier. D’autres sont attachés aux personnes comme la famille, les amis ou le partenaire. Néanmoins, il est possible de se sentir chez soi à l’étranger grâce à l’amour pour la langue, le paysage, la mentalité ou la cuisine.

Il y a toujours eu les nomades qui préféraient se déplacer pendant leur vie au lieu de s’installer et de rester dans un lieu. Auparavant, les nomades représentaient la majorité de la population du monde. L’évolution a changé nos habitudes et, évidemment, la mondialisation a également mené Tous les aspects caractérisant une à une augmentation des déplacements pour divers motifs. Certes, les personnes possédant des culture étrangère pourraient être ressources financières suffisantes aiment voyager ou pourraient devenir les raisons pendant les vacances, mais elles vivent presque toute leur vie dans le pays où elles sont nées. Parmi ceux pour lesquelles on tombe amoureux qui se déplacent à l’étranger, la plupart vivent un d’elle. choc culturel d’une certaine ampleur en raison des nouveautés, entre autres la langue étrangère ou le Je suis convaincue qu’on peut être aussi attaché à climat inconnu. Il existe de nombreuses difficultés à une autre culture qu’à la sienne. surmonter.

Malgré tous ces obstacles, on réussit parfois à s’intégrer et à se sentir à l’aise dans la nouvelle culture.

World Wide Napier

Après tout, le sentiment de « se sentir chez soi » contient la joie d’être au bon endroit, que ce soit dans le pays d’origine ou dans un pays où on n’avait jamais mis les pieds avant. Personne ne choisit son pays natal, mais parfois on a l’immense privilège de choisir son domicile. Donc, sentons-nous chez nous n’importe où, même à l’étranger, qui ne sera plus étrange !

40

Se sentir chez soi à l’étranger


World Wide Napier

41


EU L B AU

LE

E S I O PETIT art

ça, elle s’intéressait à moi, je le voyais, je l’entendais dans sa voix. Alors j’ai attendu et j’ai attendu mais elle n’est pas revenue. Je me suis donc promené dans le bâtiment pour voir si je pouvais la retrouver. Vous ne serez pas surpris du nombre de blondes présentes lors des fêtes. Une heure a passé alors j’ai décidé d’abandonner. J’avais le coeur brisé. Je me suis servi un verre de whisky, je me suis assis sur un fauteuil inoccupé et j’ai commencé à essayer de me souvenir de tout ce qu’elle m’avait dit qui pourrait me permettre de la retrouver, mais plus je m’en souvenais, plus je devenais triste. Après quelques heures, la plupart des gens ayant quitté la fête, j’ai décidé de retrouver mes amis et de partir aussi.

tew rad S

Kon

Il y a déjà presque quatre semaines depuis la fête mais pas un jour ne s’est passé sans que j’ai pensé à cette fille. Même si notre temps ensemble a été court, il nous a semblé beaucoup plus long. Son sourire, son rire, ses yeux, elle était un ange envoyé par Dieu. Pendant ces soixante minutes, nous avons parlé de tout, sa famille, son école, ses relations passées et même la signification derrière son tatouage d’un oiseau bleu sur sa cheville, mais la seule chose que je ne lui ai jamais demandée, c’était son nom. Peut-être que c’était sa beauté ou peut-être que c’était parce que j’étais si nerveux, mais pour une raison quelconque, je ne le lui ai jamais demandé. Bien sûr, je ne m’en suis rendu compte que lorsque je suis allé aux toilettes, mais à mon retour, elle était partie.

Même si j’étais très ivre, je n’ai pas dormi cette nuit-là. Elle était tout ce à quoi je pouvais penser. Je suis en retard pour mon travail. Je me suis habillé aussi vite que possible et je suis sorti de mon appartement. Mon arrêt de bus se trouvait à quelques mètres de moi lorsque je suis tombé sur une fille et que j’ai fait chuter ses livres. Je me suis rapidement penché pour les ramasser quand, à ma grande surprise, j’ai reconnu un petit oiseau bleu que j’avais déjà vu auparavant.

Pourquoi était-elle partie ? Elle a dit qu’elle serait là quand je reviendrais mais elle ne l’était pas. Étaisje envahissant ou effrayant ? Peut-être que je n’étais pas assez grand ? Mais non, ça ne pouvait pas être

World Wide Napier

42

Le petit oiseau bleu


ST E ' N S IE U V O A TN EL N » D O R R D E U , S S A ON MO R S I A R ST A E A I U R L B O T É E R « NO E VIEILL NOUS D ARCEL P N S U A ' P -M U S Q N AVO S E N rd

a Leon

iso

nter o M o

Ce comportement pourrait quand même s’appliquer à la société contemporaine. En effet, le sens d’éloignement est un sentiment très commun, notamment parmi les générations les plus jeunes. Pour ce qui concerne cette thématique, l’on pourrait penser au chef-d’oeuvre de Bauman, Le cout humain de la mondialisation. Selon l’auteur, avec le conformisme et le désintérêt pour la collectivité, le tissu social s’écroule de plus en plus. Par conséquent, le drame de la tragédie humaine se lie à la vie sociale, la seule qui peut nous sauver de la solitude et de l’insécurité.

Presque tout le monde aimerait revenir dans le passé et vivre un souvenir une deuxième fois. Mais pourquoi les évènements du passé nous semblent plus harmonieux, si joviaux qu’on préfèrerait vivre dans une dimension intemporelle ? Le rôle crucial est joué par notre mémoire, qui, au fil du temps rend tout plus faible et laisse planer la fantaisie. Huysmans dans son livre À rebours, explique assez clairement ce concept, avec une certaine ironie. Le protagoniste Des Esseintes par un choix dramatique se réfugie notamment dans une dimension abstraite, pour échapper à l’impasse du naturalisme, d’une vie faite de scientisme excessif. Il en résulte un homme pris de folie qui poursuit désespérément des sensations nouvelles.

En second lieu, si l’on pense à la condition des immigrés, le risque de s’aliéner est encore plus considérable. Pour commencer, qui émigre doit dire adieu à un monde connu et familier et se trouve dans un contexte adverse qui peut représenter un défi dans chaque phase de la quotidienneté. Ensuite, la différence linguistique peut signifier un enjeu ultérieur.

Notre articulation de la pensée, qui est notamment influencée par la langue qu’on parle, doit aborder des tâches très complexes.

Proust a aussi contribué à mieux définir ce qui se passe dans le comportement humain lorsque l’on pense au passé. Dans À la recherche du temps perdu, il décrit deux mémoires, la mémoire volontaire et la mémoire involontaire. La dernière est la seule capable de ressusciter le passé et de nous donner un semblant d’absolu, que les décadents appelaient épiphanie. Par ailleurs, cela permet d’échapper au présent, à une condition de crise existentielle pour trouver quelque forme de réconfort. La conclusion à laquelle Proust parvient est très sombre : on ne peut pas complètement se comprendre l’un avec l’autre, la solitude est endémique.

World Wide Napier

De ce fait, on pourrait penser qu’il n’y a pas d’échappatoire à l’aliénation individuelle. Toutefois, comme Hannah Arendt a cherché à le montrer dans ses publications, c’est juste grâce à la langue que l’individu ne perdra jamais sa propre identité et ne deviendra pas victime de l’aliénation. Bien qu’avec une pincée de nostalgie, chaque individu peut faire face aux aberrations de la vie avec la prise de conscience de son histoire.

43

Notre amour de la vie


World Wide Napier

44


46

Sehn

such

t - Ja de M eneg 1 8 ( o hini der w ie lan erwa ge m chse n zu 49 werd an brauch en) t Eine Andr , um entsc e a Lep he - Ché ri ima C idende B e hma gegn 50 k ung 65 Se kund en - E szter Ném edi-T óth 48

World Wide Napier

Deutsch 45


T H C SU

SEHNeneghini Jade

M

Zeit der Hochromantik (1805-1834) einordnen. Das Gedicht hat Strophen mit jeweils acht Versen und ist im Kreuzreim (abab cdcd) verfasst worden. Das ganze Gedicht ist in der Vergangenheit geschrieben.

SEHNSUCHT Joseph von Eichendorff 1834

Der Dichter spricht in der ersten Person und evoziert diese schöne Welt durch die Erweckung der Musik, da die Klänge der Wörter wichtiger sind, als ihre Bedeutung sind.

Es schienen so golden die Sterne, Am Fenster ich einsam stand Und hörte aus weiter Ferne Ein Posthorn im stillen Land. 5 Das Herz mir im Leibe entbrennte, Da hab ich mir heimlich gedacht: Ach, wer da mitreisen könnte In der prächtigen Sommernacht!

Zu Beginn des Gedichts steht das lyrisches Ich an einem Fenster und blickt in die weite Landschaft hinaus, bis es schließlich das Posthorn rufen hört und zwei Gesellen singend vorbei wandern sieht. Dadurch wird das Fernweh des lyrischen Ichs ausgelöst und es fühlt sich einsam und gefangen in seinem Zimmer. Durch den Ruf des Horns wird in ihm eine große Sehnsucht nach dem Fernweh ausgelöst, welches die durch die Exklamation „Ach“ (Z. 7) noch verstärkt wird.

Zwei junge Gesellen gingen 10 Vorüber am Bergeshang, Ich hörte im Wandern sie singen Die stille Gegend entlang: Von schwindelnden Felsenschlüften, Wo die Wälder rauschen so sacht, 15 Von Quellen, die von den Klüften Sich stürzen in die Waldesnacht.

Der Dichter spürt in diesem Gedicht die Sehnsucht. Er hat nämlich Fernweh: er träumt von fernen, unbekannten, exotischen Ländern.

Sie sangen von Marmorbildern, Von Gärten, die überm Gestein In dämmernden Lauben verwildern, 20 Palästen im Mondenschein, Wo die Mädchen am Fenster lauschen, Wann der Lauten Klang erwacht, Und die Brunnen verschlafen rauschen In der prächtigen Sommernacht.-

Aber die Sehnsucht ist ein Wunsch, den man nicht erfüllen kann, und der die Unzufriedenheit der Menschen verursacht. Das Fenster symbolisiert die Schwelle zwischen dem frei sein und gefangen sein. Durch die Wiederholung des Motivs am Fenster wird aber auch die Sehnsucht des lyrischen Ichs nach der Liebe deutlich.

Das Gedicht “Sehnsucht” wurde 1834 von Eichendorff geschrieben. In dem Gedicht geht es um die Sehnsucht und das Fernweh des lyrischen Ichs. Anhand vieler Merkmale lässt sich das Gedicht in die

In der gesamten Strophe sind sehr viele typisch Romantische Symbole zu finden wie zum Beispiel, das Posthorn das zum Reisen aufruft, die angesprochene Einsamkeit, das stille Land und die Sommernacht.

World Wide Napier

46

Sehnsucht - Joseph von Eichendorff - 1834


World Wide Napier

47


N A M E G N N E A S L H E I C A W R W E R D E O M U 18 ( , T CH U A ) N BR E D R E W ZU a Lepri e

Andr

ich wandle seit geraumer Zeit höre Geräusche hinter mir drehe ich mich um, denke du bist nicht weit aber merke es ist niemand hier wir behaupten uns nicht zu kennen dann müssen wir von keiner Vergangenheit wegrennen aber gesagt ist noch lange nicht getan und ich habe verstanden, dass die Zeit keine Wunden heilt dass nach jeder Handlung kann man Folgen sehen und ich habe auf die harte Tour gelernt, dass Geliebte hintergehen dass die Liebe, selbst die größte, nicht ewig weilt aber jetzt haben wir wieder eine Chance uns zu verändern etwas Neues zu beginnen

World Wide Napier

48

18 (oder wie lange man braucht, um erwachsen zu werden)


E D N E EID

H C S T N E E G N N EI U N G E BEGa Chmak Chéim

Andrea sah das Diplom in den Händen der jungen Frau, die etwas desorientiert schien. Der Zufall oder das Schicksal macht manchmal Sachen auf eine komische Weise, dachte Andrea. Diese junge Frau befand sich in der gleichen Situation, wie Andrea im Jahr 1943 war. Um ihr zu helfen, erzählte Andrea ihre eigene Geschichte. Sie erklärt Jeanne, dass die Gefühle die sie hat, ganz normal sind und dass, die gleichen Gefühle zwischen 1943 und 1945 sie nach Italien, Belgien und Frankreich gebracht haben. Ohne sie wäre sie nicht die Person, die sie heute geworden ist, ihren Mann getroffen oder Selbstvertrauen gehabt.

Andrea Kaligaris ist auf einer Parkbank gesessen in der Nähe von einer Universität. Wenn sie die Studenten sieht, erinnert sie sich… Der Sommer 1944 war sehr heiß. Ein Jahr ist vergangen, seit sie für das Rote Kreuz arbeitete. Nichts hätte sie wirklich vorbereiten können, dennoch, denkt sie, als sie vor einem Spital Zelt stand und eine seltene Brise nutze, sie würde nichts anders machen. Jedoch war es gar nicht einfach seine griechische bürgerliche Familie zu verlassen, denn sie war nur 22 Jahre alt.

Jeanne ist heute 35 Jahre alt. Sie ist als eine Krankenschwester in der ganzen Welt gereist: nach Afrika, Südamerika und wo sie heute arbeitet, nach Vietnam.

Jeanne Duclair läuft zitternd und nicht sicher wo sie gehen muss aus ihrer Fakultät. Wenige Schritte von ihr gibt es einem Park, wo sie hofft sich wieder zu fassen. Sie mochte immer die Welt zu entdecken, aber es erscheint unmöglich Frankreich zu verlassen, obwohl sie weiß, dass es nichts hier gibt um sie zu halten.

Vor einem Spital Zelt erinnert sie sich an Andrea und erkennt wie ihre Begegnung mit Andrea, ihr ganzes Leben verändert hat. Diese Geschichte ist nur eine Fiktion, aber wenn wir darüber nachdenken, vielleicht ist es mit Heimweh und Zugehörigkeit zusammengebunden. Alles in allem hängt es immer von einer Wahl ab. Wo ist mein Heimatland? Wie kann ich es definieren? Vielleicht ist es nur ein vielfältiges Gefühl?

Auf einer Parkbank sitzt eine ältere Frau. Sie ist sehr elegant und erscheint Jeanne nicht zu bemerken, wenn sie sich auf der Bank setzt. Heute kann Jeanne sich nicht wirklich erinnern wie die Unterhaltung begonnen hatte.

World Wide Napier

49

Eine entscheidende Begegnung


EN D N EKU

65 SNémedi-Tóth r

Eszte

denen ich nicht wusste, dass sie existieren, zu fliegen. Feuerwerk in meiner Brust und ein extreme schneller Herzschlag.

In nur einer Minute kann viel passieren. Zum Beispiel, 72 Herzschläge, 255 Geburten und auch 3.3 Millionen Facebook Posts. Also, stell dir vor, was fünf extra Sekunden ausmachen würden … Wir befinden uns in Mailand. In diesem Ort habe ich vor ein paar Monaten gearbeitet. Ich war auf dem Weg zu meinem Arbeitsplatz.

Ich habe alles, was nur in romantischen Geschichten existiert, erlebt. Auf diesen Moment habe ich mehr als zehn Jahre gewartet. Ich muss ihn sehr offensichtlich angestarrt haben, weil er mich nach nur einer Minute angeschaut hat. Er sah mir tief in die Augen und die Schmetterlinge und das Feuerwerk explodierten in mir. Das ist ein komisches Gefühl, den nach außen hin wirkt man wie paralysiert, aber im inneren fühlt man sich lebendiger als je zuvor. Also, so sieht er mich, das paralysierte Mädchen, das ihn seit 60 Sekunden anstarrt.

Endlich lächelt er mich an. Es war Es war ein langweiliger Tag und ich hatte ein paar langweilige Gedanken nicht nur ein Lächeln. Es war ein – in meinem Kopf als ich IHN gesehen was zum Teufel machst du- Lächeln. habe. Er hat nichts Spezielles gemacht. Er hat mir nicht zugewunken oder zugelächt, sondern er war mit etwas anderem beschäftigt. Ich, andererseits, war fasziniert von ihm. Ich starrte ihn an, vermutlich habe ich komisch ausgesehen, und in dem Moment begannen die Schmetterlinge in meinem Bauch, von

Die Wahrheit ist, dass es mich nicht interessierte. Es war mir egal, weil ich dankbar war. Dankbar, weil er mir das “Schmetterlinggefühl” gegeben hat. Durch ihn konnte ich alle diese Dinge erleben und er hatte keine Ahnung. Ich weiß immer noch nicht wer er war, den wir haben keine Nummern ausgetauscht. An der nächsten Station stieg er aus. Das war alles. 65 Sekunden meines Lebens in einer Straßenbahn in Mailand. 65 Sekunden, die ich nie vergessen werde.

World Wide Napier

50

65 Sekunden


World Wide Napier

51


T: N E M H C A S T T S A O R E C C A A L Y P sity E r e v N i R E U er Un i C p O a A P inburgh N S AJ D N cturer, Ed A E TIM Victoria, Le l

Mabe

It was one of three bedrooms in a shared university accommodation. I lived there for three years while I was doing my doctoral research. I slept, ate, and read volumes of articles and books in that room. That was where I wrote my 363-page PhD dissertation. It has been seven years since I felt the embrace of this room.

This tiny, sparsely furnished and somewhat messy bedroom evokes very powerful memories of joy, loneliness, isolation, connection, giving up and relentless determination.

Hundreds of research students from all over the world have taken turns in occupying this bedroom. But my attachment to it and all the embodied memories of people, thoughts, and feelings that it holds have remained unabated. Indeed, I always

World Wide Napier

52

Place attachment: a journey across time and space


community then I would think that it will be easier to build relationships with individuals who speak the language of the particular place. After all, language can be said to affect the quality of place in the same way that a warm conversation, as such, brightens a room and a violent confrontation, as such, makes it look sinister (Tuan, 1991, p. 694).

carry a part of that bedroom wherever I go. Attached to the ghost of this room are the enduring friendships forged during my doctoral journey – moments with Torri, Julia, Afra, and Pauline, and my PhD supervisors, Joan and Theresa inevitably invade my senses. Attachment to a place, I discovered, spans across time and space and relations. This attachment is multi-sensory evoking the lingering smell, sounds and sensation of the bedroom.

Sociolinguistics, place and language. Johnstone (2010) argues, “it is through ways of talking that arise from and evoke particular linked sets of ideas that people come to share or attempt to impose ideas about what places mean and how to behave in them”.

What is place attachment?

My strong sense of place evoked by the photo of my bedroom has transported me into a world of narratives and shared secrets with my friends. I see In scholarly literature, place attachment or sense myself reading and writing in the language of the of place implies an emotional relationship between place which is English. I see the linguistic landscapes individuals and spatial settings. This type of attachment encompasses the “symbolic relationship of the place in English. Perhaps the notion of place attachment can be used as an anchor to add layers formed by emotional/affective meanings of of linguistic richness to a study abroad setting—not individuals to a particular setting and enables them only when one reads or writes in Spanish, German or to establish a relationship with others in the setting French but also when one uses it to form relationships (Abou-Shouk, Zoair, El-Barbary, & Hewedi, 2018, with the people who inhabit this linguistic landscape. p. 173). This fascinating study of place attachment What I wish to have accomplished at the end of this has been explored from the perspective of various article is to incite a reflective journey into how one disciplines –tourism, human geography, and might be able to actively meld a sense of place with philosophy. When I think of my students going for their year abroad in their destination countries, I think the language of your destination country. of the most important function of language which is to support the performance of social activities and References social identities and to support human affiliation • Abou-Shouk, M. A., Zoair, N., El-Barbary, M. N., & Hewedi, within cultures, social groups, and institutions’ (Gee, M. M. (2018). Sense of place relationship with tourist 2014, p. 1). For the purposes of this publication, what I’m trying to do is to establish a connection between place attachment and language learning in a study abroad setting. If we manage to establish a strong sense of place with the destination country/university/

• •

World Wide Napier

53

satisfaction and intentional revisit: Evidence from Egypt. International Journal of Tourism Research, 20(2), 172–181. http://doi.org/10.1002/jtr.2170 Gee, J. P. (2014). An Introduction to Discourse Analysis. London and New York: Routledge. Johnstone, B. (2010). Language and place. Cambridge Handbook of Sociolinguistics. Retrieved from http:// repository.cmu.edu/english Part Tuan, Y. (1991). Language and the Making of a Place: A Narrative-Descriptive Approach. Annals of the Association of American Geographers, 81(4), 684–696.

Place attachment: a journey across time and space


M A E T THE

he lp is t elf-he cotland S “ . d S volve so in ed in get in aly. Arriv self busy, ne o t y t Ju my in I ead nd in born keep ays r , alw lly, I was . I like to nication a n r o t a u stubb ticke omm origin a little rgh, but my return cultural c l, r i g u n ter ed Edinb drive nd in er us am a to. I live in go, I nev guages a I . e Iren mot ars a n lan e. Hi, I’m elp” is my ion five ye iversity i n merc t h u a m t bes mall vac I started my e-co s 2017, blog and for a g and y mber n livin ve e e b Septe opened m ve . I lo I . I ha smus 2018 f Italy g my Era o h t in ou the s ce do from ly in Fran e m nt co curre and I ad. m 24 and I am oy the re a I , j a s i n r E lo a ye d!! D’A aria d foo a few am M burgh for coffee an I ! s Hi folk g in Edin ges, good in ss a usine study ing, langu nal B ll io t e a v h n tra Inter , whic

risi

For e n e Ir

ia

’Alo ria D

Ma

y s o I stud ream m als Italy. g all my d world. I a ates in , e m y Rom f realizin und the are and m o from lieve ro ome ossibility rom all a gives me rongly be c I d an he p people f agazine at we st ies, t rs old h 0 yea my stud eting new Napier m riences t in it. 2 m in e e e a , rt p I id e m x , a e e w d p d on rld an ke nd dIs Raym anish an business ts and Wo , values a ided to ta m a I p s c n h rig re! ow nd S idea have de Hi the ement a ating my d human our own I g why n t re a a u n c n o s o , a s b g ic t a a M in li e ll e r o r e p e o v th m ut ra are t nate abo talk a bit d. This is re io pass ssibility to to be sha n and o t rocca se of my o the p importan M , nch er becau really m Fre th

e

inok b g I nd

o

Raym

i nt. I a nd. E ges. stude Switzerla n langua g. s u m g i akin ras and ing fore for b nch E ermany n n e r r o i a F s le s a m a rance, G ty and lthy p k, I a hma gion of F rculturali an unhea C a ve éim order re inte love is Ch d I ha ame e at the b re I live, I owers an n y Hi! M n. I com e of whe ture of fl a s c Germ or becau taking pi s d n n i a g i r y r o Histo I love

mak h C ima

Ché

World Wide Napier

54

The team


y ers Bord s and nd one da ttish anguage a o c e S in L he n of m dying e in t villag ersity stu s a passio ll a sm si niv uage ier U om a ’m fr urgh Nap e as lang I , e d i rs hirns Edinb s cou nna C d year at chose thi . A s i n I ame seco Spain tion. My n in my mmunica France or m . a o d n eting an ve i ral c mark cultu ork and li h r t e i t w n i t e to w emen I hop anag izons. m m s or touri ew h ree in xploring n g e d a de dying le an m stu ing peop a I , r ltie spir rd Pe ing in doua e in meet É s i ts li ame My n in interes a ge at My m ngua d: I a L d an row ment the c s nage out from guages a a M s n s d e la n n y ta si man al Bu e to s ation languag o know as n r e t n t t In foreig ental of it. uden tly st to study a is fundam portance n e r r it d im cu ecide world know the sten, is An ersity. I d opolitan I , s i s r h T a iv e m folks! er Un s cos five y Hello rgh Napi in today’ time for u t ll ages Edinb elieve tha orked fu langu ou y w d b g u t n .Is truly le. Havi ty. Y Italy) Universi oject is ib n s r s e o r h p e pr (Sout Napi t this aples dinburgh Spain bu N r a E in ne at road from nish ome and Spa y year ab stance! c I d h di 21 an on m Frenc f the tti, I’m tion with t now, I’m ardless o o r i B h a g c re ina Rig muni part Mart sue! ! I’m ltural com om last is d to take o ll e H e u me fr nterc decid ral and i member art that I cultu e Inter r e st d h y e n a y a W m to m ages e North- d I r u a g e n th an La so d ar of ted in nture

ide

irns h C a

Ann

r

eltie P d r a

Edou

us

gust u A n e

Anst

ti

irot B a n i art

M

e o adve y loca . 2nd y nce t m in easide cit art a new t the cha d Spanish I’ d n t o s a n s g a a I o ld , t h o e noa he time aus ars renc t m Ge r bec 20 ye ing: F , I’m nt. I’m fro like It was ible so fa I’m study ia il c e lt red me at e is C n inc se I fe es th nage y nam rism Ma nd becau e has bee languag M ! e u o c n on To tw otla with every xperie to Sc other Hello unication to move sh. This e ctice the li a d m Com . I decide e my Eng I can pr m ly ov pier of Ita d to impr with who le! h Na oad. g r ic t e le u r t p b a n in br wa peo my nning ing a at Ed new njoy eting e years liv always pla meet you will e k r a e fiv m dm I hop nd I a e last es an

i gliard

a

ia G Cecil

lves

nca a Go

g a th ngua ures, pent ing la t I have s erent cult y d u t f s bu dif I am den, cing a and from Swe experien d n i L e is ally and food origin y nam Hi, m sity. I am rying new r t d in Unive ravelling, raise nd t e v ilan, ultural a ith . M p I lo i r in t ic w t n lt r x s u o e ie my n was b ifferent m w countr areness, e d who

Lind

n

aua atan

w t, in tn and a lived abou tuden ers’ sity s e always nd learn owledge l it to oth r e iv n n a v a k U e a e s r v h ’ r e I lo xp ople tly, to r apie dhood, s gh N or pe e to e il inbur m my ch my desir g good f y, but mo d E n t in o a n r h ie , t F w c n e . o o a s r s t sg nau s paren . s som h of our , it ha Nata lway ciety o t ssica by Filipin ts. Indeed making a h the tru of our so e J en I am in Italy y is reac the sake , ironm st to ry da Rome ltural env s me eve ry my be ether for t u g e c inter t it inspir e I always prove to a im c it. Wh nsequen row and co to g r e as a d in or eyes:

ca N

Jessi

World Wide Napier

55

The team


, oving hered fter m be decip A . ly o Ita ays t nce, Flore different w m o fr have ome . and c t cultures lturalism 1 2 u m a ’ c I h r t , i e r t d f in Lep rst-han ield o drea fi is An tnessing es in the f e m i i a My n UK and w my stud in e g h hly e t b o t to m hig ided ty. I a henever i s r I dec e niv sw nt uage I lear an pier U h Na ying lang (5 years) m g r r e u ud inb dG ol at Ed t years st igh scho rench an t n e h s F d my la ch, in nt stu taken geme ave spent and Fren ity I have a n a n rs Ih lia gM Unive in Ita ures; rketin ) Ma s and cult er tongue gh Napier s n o e (H moth inbur guag a BA I am ted in lan nity. I am rin. At Ed a d tu es inter he oppor and Man ake a t to m cision d e d i I had , German de ec ell sh best ar I d Engli s. st ye t was the ople, as w a L . e i e ly s t p s a t a I la w h , c ne ily yt in Sic to sa meet town . It’s safe ure and ll a sm dy cult om a rent to stu me fr out here tally diffe French. o c I and ving ated: e a to Giulia life by mo xperienc ought I h m ’ I h e ! t y re to m tI Hi the hange in , as I got uage tha c g ke n e e a g la m u h ra er ly. I’v ve fo ld ev of Ita rcultural h t r I cou over a lo o e t n sc nd In ism. n the as di city i guages a and activ ll a n m s ht as f La from st year o uman rig mics. r h ome i o f t c c I u y o d d an in m s an e ab rs old and I’m assionat ing book a e y p ow ad 20 very ear n nd re , I’m Sara r over a y rench. I’m guages a s i e nam otland fo ish and F reign lan ! My Hello ving in Sc with Span ovies in fo li been unication atching m ear m and ,w m Co first y drinking sicals a u m m ’ , I c I love musi olish. half P y writing d n a o j h n cottis nd I e . half S student a of movies m ’ I t t h u n c b u n g Fre our amo t with surd xemb m Lu nagemen ing an ab o r f old s Ma th watch years i sines I’m 19 tional Bu session w a b n o r ith e d t In od ion w g an nicat n love u m havin i m letely al Co ultur d, comp c r e t e d , In ages sitor. n-min angu . I’m ope ry café vi L y d ia stu ulso Austr and I omp ndra inally from d I’m a c ce. a s s a orig sic an e’s fa e is K nam gh but I’m e and mu everyon y M n ! r c o one inbu es, scien a smile every in Ed t g Hello ting here d langua ys try pu a n e Mark avelling a f all, I alw o tr ith r at with mportant d yea nication w , n o i c t h e u c s n y m e Mos in m ral Com ent in Fr m a I u e flu gh. cult Inter inbur ecom s. m Ed ages and mine to b od to pas o r f m u o f a g g o dI Lan ng goal too ying was an an Guig I am stud en a lifelo is course c M h as be ith th anna y and e is H Universit so as it h r a year w m a n o d fo y er Hi, m rgh Napi ement. I y abroad g u d a b u n n t i a s d M o E nity t eting Mark e opportu h and t

ri

Lep a e r nd

A

ni

Jade

ghi e n e M

eco

Gr a i l u i G

izzi

Pet a r a S

rt

wa e t S ad

Konr

ger

ra d n a s Kas

World Wide Napier

an

Guig c M h

a

Hann

rug b s o Mo

56

The team


n catio muni any but es. m o r Germ ural C cultu ercult I am from d foreign mester t n I f n , se to ges a inally uden g my ar-st rsity. Orig or langua nd durin e y d f a n ve in a thir r Uni assio ndar d I am rgh Napie llow my p nish, Ma n a a a is Lis t Edinbu rgh to fo ench, Sp a u ame r My n nguages Edinb arning F ussian. le a ve to R and L ed to mo rse, I am learning ns at u d d i o e c c t e r icatio a real y n a Id t m u s f m I m ad rt o as it ow ral co ture I’ve h As pa in Mosc rcultu uages as s in my fu fter this d e t a in o r r a g h ab y lan h wit ance y doo

en

anss J a s i L

n Brow

d is Fr an to stu Span en m ad to h and ar. I chose ish will op o go abro c n e r et yF d ye ve Span I stud ows m econ e n and m in my s and I beli se also all erience! w o r B r I’ 4 xp egan und 1 is cou ing e y and e is M Universit age of aro world. Th and excit m a n l e r e y h ia Hi, m rgh Napie h since th around t y benefic r u s c ber Edinb n for Fren y countrie ill be a ve w eptem n io S g s in i p h pass en in ma ly t o n k I’m h urgh the o is spo er which Edinb elling as nce to n i m d v a e sum arriv les he ch es tra

n

Mega

iso

nter o M o

y 19. I get t ho se lifest nd I’m person w ture I will oms and a ly u a t f a t cus ern It I am n the south t Napier. pe that i e differen m o r o h f t a h te ,I re me recia efore , I co ch he ardo and Fren life. Ther ng to app n o e L i IBM azing ! I’m anag Hi ya studying ve an am ntries, m d li u e o start properly more c stic. in the to nd ated dent, anta u f t i way e more a s ld r stu wo r land an is exchange cultures, explo make our , a i n i t h an Sard whic fferen ism d as e from n Thailan about di ith Tour m o c w i I w n s o d o h n i t n t k mon old a unica ng to years I spent 10 and getti al Comm 9 1 r r m s ’ e u I e o, aft ilvia, guag ercult e is S years ag new lan s and Int m a n g o e y in ag Tw re! M learn taly. angu Hi the West of I nterest in o study L i t South vered my n I chose m . o so lly fro I disc r this rea dinburgh rigina section. I E o o f , n i y d t t i n an rs phy speak, geme Unive ogra Mana apier for the bi ges and I N h g e ngua inbur or th at Ed ortraits f foreign la , t n e p in ud sted k few hy st grap ions, I too ery intere o t o h t v i m ed s) P (Hon as I a ast 2 a BA For the p is project m a Hi, I ce, Italy. art in th h. p n Flore d to take nd Englis inally a , orig ign e t y h t n s i i s a n r w a re ive h, Sp by fo as er Un Frenc Napi ascinated design w h g r t f u u b n o n e e di lay ays b t at E . My tuden s, I’ve alw an myself s r a ye vi ct. trie final d Lat proje coun esign multiple French an onderful D c i sw aph lived in sh, Engli art of thi s) Gr p (Hon ). Having I speak e A b B d a to ia I am iga (Latv ltures, an h led me u R c c i h d m w n o r a f team ages langu by WWN n e chos

ard

Leon

iu

ng o r a ia M

Silv

hetti c r a aM

Eric

aza

Jur e l e d A

World Wide Napier

57

The team


K C I RM

FO

19

20 1961-

Mick was always like a ray of sunshine coming into class, always there to help you out and give advice. I had the privilege to be his student and during this time he always pushed me in the right direction even if I didn’t agree with him in the beginning. He could tell right away if I disagreed with him, but he always knew how to make me see what he was seeing and reconsider my design decisions. Because of him, I got involved in the WWN project and I’m truly grateful for having had the chance of being taught by such a brilliant person and amazing designer. Thank you, Mick!

I had the immense pleasure and privilege to work with a great man, Mick Dean, who helped this project to reach a level that we did not know it would be possible to reach. He, as a lecturer in Graphic Design, was pivotal in the success of this magazine by asking his class to create the template but also by helping me to deal with the printing process and quite frankly, he came to rescue me on several occasions. He was always keen to collaborate with the Languages and Culture section on any kind of projects. In December, when I heard about his condition, I cried. In January, when I heard the devastating news, I cried again. Mick, we are missing you. Rest in peace.

Adele Juraza, Graphic Design student, Designer of Worldwide Napier

Sylvain Blanche, Associate Lecturer in French Founder of Worldwide Napier

World Wide Napier

58

In Memory of Mick Dean


© Reuben Paris

World Wide Napier

59


World Wide Napier

Profile for Edinburgh Napier University Languages

Worldwide Napier #3  

Worldwide Napier #3  

Advertisement