__MAIN_TEXT__

Page 1


20e Une passion commune : développer une agriculture durable !

Une passion commune : développer une agriculture durable Le président du Club Agroacton, l’agriculteur Pierre Thibault, d’Upton, est fier de présenter les réalisations de ce club conseil en agroenvironnement à l’occasion de son 20e anniversaire.

2 - La Pensée de Bagot - Mercredi 27 mars 2019 - 20 ans du Club Agroacton

Il y a déjà plus de 25 ans, c’est le syndicat local de l’Union des producteurs agricoles de la rivière Noire qui prenait l’initiative de mobiliser ses membres pour la protection de l’environnement agricole. Il formait un comité d’agriculteurs, dont plusieurs sont encore actifs aujourd’hui. Ces agriculteurs sont Jean-Marc Ménard, de Sainte-Christine, Éric Beauregard, du Canton de Roxton, Germain Laliberté, d’Acton Vale (aujourd’hui décédé) et René Poirier, de Saint-Théodore d’Acton. Ils se sont joints à Pierre Thibault pour travailler à ce qui allait devenir le club Agroacton quelques années plus tard, soit en 1998. Cette volonté de protéger l’environnement agricole n’était pas nouvelle pour ses fondateurs puisqu’au début des années 1990, ils avaient suivi des formations sur l’agriculture durable. Ces cours étaient offerts de concert avec l’Union des producteurs agricoles et plusieurs conseillers du minis-

tère de l’Agriculture, des pêcheries et de l’alimentation du Québec, dont les agronomes Jean-Louis Bolduc, Roger Rivest et le directeur Gilles Gautier, ing. agr. Dès cette époque, ces pionniers s’efforçaient d’améliorer leurs pratiques pour mieux utiliser leur fumier, éviter les excès de fertilisation et protéger la qualité du sol. En plus d’adapter ces meilleures façons de faire sur leur ferme, ils avaient également à cœur d’en faire profiter leurs voisins agriculteurs dans le but d’améliorer l’environnement agricole dans son ensemble.

Une solidarité remarquable Le directeur du club Agroacton, l’agronome et ingénieur Pierre Benoit, mentionne qu’il a tout de suite été frappé par l’esprit de solidarité qui animait les dirigeants du club lorsqu’il s’est joint à eux, il y a 17 ans. Plusieurs membres occupent ainsi d’autres tâches bénévoles dans leur milieu, que ce soit à la Société d’aide au développement de la collectivité (SADC), à la caisse populaire Desjardins, à la Coopérative agricole StAndré Acton (aujourd’hui la Coop Montéré-

gienne), à la Foire Agroalimentaire, dans les conseils municipaux, à la MRC d’Acton (maires et conseillers) et à l’Union des producteurs agricoles. Ce rayonnement fait en sorte que l’agriculture durable occupe une place de choix dans la MRC d’Acton.

La persévérance et la continuité des actions M. Benoit souligne aussi la persévérance et la continuité impressionnante du club Agroacton. Le conseil d’administration actuel est formé de Pierre Thibault et Jean-Marc Ménard, respectivement président et vice-président, et accompagnés de Nancy Thibault, secrétaire, qui sont tous les trois en place depuis les tout débuts, il y a 20 ans. Ils sont secondés par Normand St-Pierre, de la ville d’Acton Vale, Pascal Richard, du Canton de Roxton et Stéphane Gauthier, de la municipalité de SaintThéodore d’Acton qui, ensemble, totalisent près de 30 ans d’implication au sein du conseil. Les conseillers réguliers, Patrick Ménard, technicien agricole et Pascale FecteauBourque, agronome, ne sont pas en reste non plus puisqu’ensemble, ils totalisent plus de 15 années des services aux membres du Club.


20 ans pour le Club AgroActon

20e

Une passion commune : développer une agriculture durable !

La lutte à l’érosion En plus, de leurs pratiques habituelles, près de 65% des agriculteurs du Club se sont impliqués pour s’attaquer à des problèmes d’érosion des sols dans des zones plus fragiles de leurs champs. Ils ont aménagé des protections en pierres dans les talus des fossés et cours d’eau, des voies d’eau protégées, des bandes de protection riveraines, etc. Bien qu’il reste encore du travail à faire pour mieux retenir le sol dans les champs, l’efficacité des travaux des dernières années trace la voie aux objectifs futurs.

Les activités du club Agroacton en bref Le club Agroacton dessert près de 50 agriculteurs membres, pour qui les conseillers préparent des plans de fertilisation et des bilans phosphore à chaque année. Au préalable, les conseillers du Club ont réalisé un diagnostic environnemental de chaque ferme et ils ont établi avec le producteur agricole un plan d’action pour s’attaquer aux défis agroenvironnementaux de l’entreprise. Ce travail est mis à jour régulièrement selon l’avancement des travaux.

Une meilleure protection du sol sol entre les rangs de la culture principale, ou que ce soit des cultures de foin et de pâturage. C’est tout un changement lorsqu’on réalise qu’il y a 30 ans, de façon générale, les seules terres qui étaient protégées pendant l’automne, l’hiver et le début du printemps étaient les cultures de foin et les pâturages. Les capacités d’adaptation des agriculteurs et de leurs conseillers du Club ont été grandement sollicitées pour réussir cette évolution.

20 ans du Club Agroacton - Mercredi 27 mars 2019 - La Pensée de Bagot - 3

Ce sont environ 5 400 hectares de terre en culture qui sont suivis chaque année. Plus de 75% de ces superficies sont cultivées avec des techniques qui favorisent la conservation et la protection des sols agricoles que ce soit en conservant un maximum de résidus de culture sur le sol (semis direct, travail minimum), en implantant des cultures de couverture pour couvrir et protéger le sol en fin de saison, en implantant des cultures de protection qui couvrent le


20e Une passion commune : développer une agriculture durable !

Mieux utiliser les pesticides

4 - La Pensée de Bagot - Mercredi 27 mars 2019 - 20 ans du Club Agroacton

Les succès des dernières années, pour la meilleure utilisation des fertilisants sur les fermes, laissent maintenant plus de temps aux conseillers et agriculteurs pour travailler à utiliser les pesticides d’une façon plus durable. Des dépistages, réalisés sur près de 40% des fermes du club, visent à vérifier si les insectes qui affectent les semis de maïs sont en nombre suffisant pour diminuer les rendements des cultures. En effet, jusqu’à tout récemment l’industrie des semences et des pesticides fournissait, des semences prétraitées avec des insecticides dans près de 100% des cas; que ces insecticides soient requis ou non. Or, selon les résultats des recherches, cette utilisation généralisée d’insecticides sur les semences a été néfaste pour les insectes pollinisateurs et augmente les risques pour la santé des agriculteurs. Les travaux des conseillers du Club, additionnés à ceux de plusieurs autres clubs conseils en agroenvironnement et à ceux d’agronomes-chercheurs, et d’agronomes-vulgarisateurs comme ceux du CÉROM et du MAPAQ, indiquent que sous nos conditions, les champs qui pourraient être affectés représentent moins de 10% des superficies cultivées en grandes cultures. Il s’agit d’une donnée que le Club cherche à valider, pour nos conditions, par les dépistages aux champs qui sont en cours depuis quelques années. Les effets positifs de ces travaux se font déjà sentir. Les fournisseurs commencent maintenant à offrir des alternatives aux agriculteurs qui voudraient acheter des semences non traitées aux insecticides.

À l’avenir, le Club prévoit intensifier ses interventions concernant l’usage des insecticides et des herbicides. Les conseillers et les agriculteurs vont mesurer les indices de risque reliés à leur usage et, vont travailler à mettre en place les mesures pour réduire ces indices de risque.

Des diagnostics seront faits pour mesurer la pression des ennemis de culture sur les fermes. Des plans d’actions et recommandations sont en voie d’être mis en place pour optimiser les opérations de protection des cultures et, ainsi, faire diminuer les risques associés à l’utilisation des pesticides.

Profile for DBC Communications

CLUB AGROACTON INC.  

La Pensée de Bagot - Édition du 27 mars 2019

CLUB AGROACTON INC.  

La Pensée de Bagot - Édition du 27 mars 2019

Advertisement