Issuu on Google+

8

10

La

ISBN 3-906742-94-6

mode


mode

La

Es-tu pour ou contre la mode? Les fringues, sont-elles importantes pour toi? En tout cas, on ne se laisse plus habiller par maman! Le look, c’est une façon de s’exprimer. Entre le monde de l’enfance et le monde de l’adulte, le look est ton terrain d’expression privi­légié. A chacun son look! Chacun s’habille selon son tempérament. Il y a ceux qui ne portent que les marques de la dernière mode. Il y a ceux qui ne veulent pas qu’on les remarque, et il y a ceux qui sont prêts à tout pour se faire remarquer. Peu importe, l’essentiel, c’est d’être bien dans sa peau! Bonne lecture!

Sommaire p.  1 La mode, pour ou contre? p.  2 Comment fait-on la mode? p.  4 Je veux des Nike p.  6 L’histoire du jean p.  8 Reportage spécial: Mes fringues: c’est cool! c’est mondial! c’est clean! p. 10 Jouons le jeu p. 12 Métier: styliste p. 14 Pour bien posséder la langue française p. 16 Es-tu victime de la mode? p. 17 Titeuf: Tifs

Schwierigkeitsgrad leicht

mittel

La

Avant la lecture 1. Quelle est la couleur à la mode cette année? 2. Est-ce que tu fais attention à la mode? 3. Es-tu pour ou contre la mode?

Peut-on échapper à la dictature de la mode? Ou bien faut-il faire «avec»? Voyons ce que pensent les jeunes de votre âge.

Jürgen, Bremen (Allemagne) J’aime porter des vêtements à la mode. Pourquoi? La réponse est simple: on ne peut pas faire autrement aujour­ d’hui. Dans les magasins, on trouve partout les mêmes modèles. Si je voulais m’habiller autrement, je ne trouverais rien à mettre.

schwierig

Tonträger

Lehrmittel der Interkantonalen Lehrmittelzentrale

Projektleitung: Prof. Dr. Jakob Wüest, Universität Zürich Autor: Peter Klee, Speicher AR Mitarbeit: Suzanne Klee, Speicher AR Martine C. Tchang-George, Zürich Fachdidaktik: Prof. Dr. Otto Stern, Zollikerberg ZH Grafische Gestaltung: Katharina Gassmann und Markus Galizinski Illustrationen: Iris Schwarz Projektleiter Buchherstellung: Felix Reichlin © Lehrmittelverlag des Kantons Zürich 2. Ausgabe 2003, korrigiert (2001) Printed in Switzerland ISBN 3-906742-94-6 www.lehrmittelverlag.com

Lehrmittelverlag des Kantons Zürich

Kantonaler Lehrmittelverlag St. Gallen

Video

mode,  pour  ou  contre?

Ludivine, Brest (France) Dans ma famille, on ne fait pas attention à la mode. Chacun s’habille comme il veut. Bon, c’est vrai que parfois mes parents critiquent mon habillement (ils disent mon «accoutrement»), mais je crois que tous les parents sont comme ça: on n’est pas de la même génération; alors, forcément...

Roberto, Genova (Italie) La mode? Je m’en fiche complètement. Je m’ha­ bille comme je veux, selon les jours et l’humeur du moment. Ça ne me fait rien de sortir avec un pantalon de survêtement et une chemise à fleurs, par exemple. Ceux qui n’aiment pas peuvent changer de trottoir. Mathilde, Bruxelles (Belgique) La mode, moi, je suis pour. J’aime être bien habillée et je ne supporte pas les vieilleries. D’ailleurs, je jette systématiquement mes vêtements d’une année à l’autre. Même s’ils me vont encore. Je n’ai pas envie qu’on se moque de moi dans la rue.

Marine, Dieppe (France) Pour moi, pas question de suivre aveuglément la mode. J’aime bien m’habiller, mais je choisis mes vêtements en fonction de mes goûts. Un pull, un pantalon... ça doit d’abord me plaire. S’ils sont à la mode, tant mieux, mais je ne me laisse pas conditionner par ce que je vois dans les vitrines.

Ulrike, Ulm (Allemagne) Je déteste la mode parce qu’elle nous conditionne. Personnellement, je m’habille comme ça me chante, avec des trucs qui me plaisent, un peu démodés parfois. Mais les copines se moquent de moi. Le pire, c’est qu’elles sont toutes habillées de la même manière; mais

Mots les fringues (f. pl.) (fam.)

les vêtements, les habits

peu importe

ce n’est pas important

l’accoutrement (m.)

habillement ridicule

je m’en fiche

ça m’est égal

le survêtement

vêtement chaud pour les sportifs

les vieilleries (f. pl.)

vieilles choses démodées; ici: vieux vêtements

aveuglément

les yeux fermés

conditionner

influencer

comme ça me chante

comme j’en ai envie

gérer son budget

se débrouiller avec son budget

ça ne les dérange pas! Finalement, être à la mode, c’est faire comme tout le monde; et ne pas suivre la mode, c’est risquer d’être montré du doigt. La solution? Faites comme moi: changez de look le plus souvent possible.

Elias, Athènes (Grèce) Quand j’étais plus jeune, moi aussi, je m’habillais à la mode. Ce n’était pas difficile: c’étaient mes parents qui payaient. Maintenant je travaille et je dois gérer mon (petit) budget. Je compare les prix avant d’acheter quoi que ce soit. D’ailleurs, j’achète mes fringues au marché.

Autour du texte 1. Pour ou contre la mode? Parmi ces jeunes, qui est pour? Qui est contre? 2. Avec qui es-tu le plus d’accord? Pourquoi? Activités 1. Tous ces jeunes viennent de différents pays. Mais il manque un/une jeune Suisse. Pourquoi? Parce que c’est toi qui vas donner la réponse: «Es-tu pour ou contre la mode?» Ecris dans ton «journal». 2. Que pensent tes camarades? Faites des groupes. Discutez: «Etes-vous pour ou contre la mode?» 1


mode

La

Es-tu pour ou contre la mode? Les fringues, sont-elles importantes pour toi? En tout cas, on ne se laisse plus habiller par maman! Le look, c’est une façon de s’exprimer. Entre le monde de l’enfance et le monde de l’adulte, le look est ton terrain d’expression privi­légié. A chacun son look! Chacun s’habille selon son tempérament. Il y a ceux qui ne portent que les marques de la dernière mode. Il y a ceux qui ne veulent pas qu’on les remarque, et il y a ceux qui sont prêts à tout pour se faire remarquer. Peu importe, l’essentiel, c’est d’être bien dans sa peau! Bonne lecture!

Sommaire p.  1 La mode, pour ou contre? p.  2 Comment fait-on la mode? p.  4 Je veux des Nike p.  6 L’histoire du jean p.  8 Reportage spécial: Mes fringues: c’est cool! c’est mondial! c’est clean! p. 10 Jouons le jeu p. 12 Métier: styliste p. 14 Pour bien posséder la langue française p. 16 Es-tu victime de la mode? p. 17 Titeuf: Tifs

Schwierigkeitsgrad leicht

mittel

La

Avant la lecture 1. Quelle est la couleur à la mode cette année? 2. Est-ce que tu fais attention à la mode? 3. Es-tu pour ou contre la mode?

Peut-on échapper à la dictature de la mode? Ou bien faut-il faire «avec»? Voyons ce que pensent les jeunes de votre âge.

Jürgen, Bremen (Allemagne) J’aime porter des vêtements à la mode. Pourquoi? La réponse est simple: on ne peut pas faire autrement aujour­ d’hui. Dans les magasins, on trouve partout les mêmes modèles. Si je voulais m’habiller autrement, je ne trouverais rien à mettre.

schwierig

Tonträger

Lehrmittel der Interkantonalen Lehrmittelzentrale

Projektleitung: Prof. Dr. Jakob Wüest, Universität Zürich Autor: Peter Klee, Speicher AR Mitarbeit: Suzanne Klee, Speicher AR Martine C. Tchang-George, Zürich Fachdidaktik: Prof. Dr. Otto Stern, Zollikerberg ZH Grafische Gestaltung: Katharina Gassmann und Markus Galizinski Illustrationen: Iris Schwarz Projektleiter Buchherstellung: Felix Reichlin © Lehrmittelverlag des Kantons Zürich 2. Ausgabe 2003, korrigiert (2001) Printed in Switzerland ISBN 3-906742-94-6 www.lehrmittelverlag.com

Lehrmittelverlag des Kantons Zürich

Kantonaler Lehrmittelverlag St. Gallen

Video

mode,  pour  ou  contre?

Ludivine, Brest (France) Dans ma famille, on ne fait pas attention à la mode. Chacun s’habille comme il veut. Bon, c’est vrai que parfois mes parents critiquent mon habillement (ils disent mon «accoutrement»), mais je crois que tous les parents sont comme ça: on n’est pas de la même génération; alors, forcément...

Roberto, Genova (Italie) La mode? Je m’en fiche complètement. Je m’ha­ bille comme je veux, selon les jours et l’humeur du moment. Ça ne me fait rien de sortir avec un pantalon de survêtement et une chemise à fleurs, par exemple. Ceux qui n’aiment pas peuvent changer de trottoir. Mathilde, Bruxelles (Belgique) La mode, moi, je suis pour. J’aime être bien habillée et je ne supporte pas les vieilleries. D’ailleurs, je jette systématiquement mes vêtements d’une année à l’autre. Même s’ils me vont encore. Je n’ai pas envie qu’on se moque de moi dans la rue.

Marine, Dieppe (France) Pour moi, pas question de suivre aveuglément la mode. J’aime bien m’habiller, mais je choisis mes vêtements en fonction de mes goûts. Un pull, un pantalon... ça doit d’abord me plaire. S’ils sont à la mode, tant mieux, mais je ne me laisse pas conditionner par ce que je vois dans les vitrines.

Ulrike, Ulm (Allemagne) Je déteste la mode parce qu’elle nous conditionne. Personnellement, je m’habille comme ça me chante, avec des trucs qui me plaisent, un peu démodés parfois. Mais les copines se moquent de moi. Le pire, c’est qu’elles sont toutes habillées de la même manière; mais

Mots les fringues (f. pl.) (fam.)

les vêtements, les habits

peu importe

ce n’est pas important

l’accoutrement (m.)

habillement ridicule

je m’en fiche

ça m’est égal

le survêtement

vêtement chaud pour les sportifs

les vieilleries (f. pl.)

vieilles choses démodées; ici: vieux vêtements

aveuglément

les yeux fermés

conditionner

influencer

comme ça me chante

comme j’en ai envie

gérer son budget

se débrouiller avec son budget

ça ne les dérange pas! Finalement, être à la mode, c’est faire comme tout le monde; et ne pas suivre la mode, c’est risquer d’être montré du doigt. La solution? Faites comme moi: changez de look le plus souvent possible.

Elias, Athènes (Grèce) Quand j’étais plus jeune, moi aussi, je m’habillais à la mode. Ce n’était pas difficile: c’étaient mes parents qui payaient. Maintenant je travaille et je dois gérer mon (petit) budget. Je compare les prix avant d’acheter quoi que ce soit. D’ailleurs, j’achète mes fringues au marché.

Autour du texte 1. Pour ou contre la mode? Parmi ces jeunes, qui est pour? Qui est contre? 2. Avec qui es-tu le plus d’accord? Pourquoi? Activités 1. Tous ces jeunes viennent de différents pays. Mais il manque un/une jeune Suisse. Pourquoi? Parce que c’est toi qui vas donner la réponse: «Es-tu pour ou contre la mode?» Ecris dans ton «journal». 2. Que pensent tes camarades? Faites des groupes. Discutez: «Etes-vous pour ou contre la mode?» 1


Comment fait-on la mode?

Avant la lecture 1. Comment était la mode cet été? 2. Quelle était la couleur à la mode? Rouge, bleu, jaune ou violet? Qui décide? 3. Comment va être la mode l’été prochain? Est-ce qu’on le sait déjà? 4. Qui fait la mode? Comment fait-on la mode?

Mots décider

bestimmen

sentir «l’air du temps»

den Puls der Zeit fühlen

la capuche

die Kapuze

le tagueur

der Graffiti-Sprayer

2

D’abord trouver des idées Souvent, les boutiques proposent les mêmes ar­ticles en même temps. Comme si tous les professionnels de la mode avaient les mêmes idées au même moment. Mais ce sont les «bureaux de style» qui préparent la mode deux ans à l’avance déjà. Les créateurs des bu­reaux de style observent nos façons de vivre, nos goûts. Ils voyagent dans les grandes capitales comme Paris, Londres et Berlin. Ils cherchent des idées dans des boutiques

ou même aux marchés aux puces. Ils prennent des photos de vitrines et de gens dans la rue. Ils veulent sentir «l’air du temps». Pour la mode junior, les idées viennent souvent de ce qu’on voit dans les rues aux Etats-Unis. La mode des sweats à ca­puches par exemple est inspirée des tenues des premiers tagueurs: ils se cachaient le visage derrière des capuches pour ne pas être reconnus par les policiers.

Organiser des cahiers de tendances et des salons Mais personne ne peut Ensuite, les bureaux de dire exactement pourquoi style créent des «cahiers une mode prend ou ne de tendances» et organiprend pas. Même les sent des salons dix-huit mois avant le début d’une bureaux de style se trompent quelquefois. C’est nouvelle saison. Les propourquoi ils s’adaptent fessionnels du textile encore au dernier moment (modistes, stylistes mais aussi créateurs de tissus) et finissent par proposer d’autres couleurs et y trouvent toutes sortes d’autres formes. d’idées pour une nouvelle mode: tissus, couleurs, coupes pour les modèles hommes, femmes ou enfants.

Il faut s’adapter très vite Dans les grandes bou­ tiques de mode pour les jeunes, tout va encore plus vite. Si on constate que les clients achètent les vestes à gros boutons et les vêtements kaki par exemple, on peut faire fabriquer des vestes kaki à gros boutons dans des pays du Sud-Est asia­tique, et les mettre en vente dans les dix jours qui suivent.

Autour du texte 1. Que font les créateurs des bureaux de style pour trouver de nouvelles idées? 2. Qu’est-ce qui influence la mode des jeunes? D’où vient la plus grande influence? 3. Et si les bureaux de style se trompent? Comment est-ce qu’ils réagissent? 4. Nos vêtements sont souvent fabriqués en Asie. Sais-tu pourquoi? As-tu une idée? Ecris les réponses dans le «journal».

Réflexion 1. Was macht dir am meisten Eindruck in diesem Text? 2. Wodurch lässt du dich in der Wahl deiner Kleider beeinflussen? Ist eine freie Entscheidung überhaupt noch möglich? 3. Die einheitliche Mode existiert heute nicht mehr. Welche Modetrends kannst du in unserer Gesellschaft unterscheiden? Wer kleidet sich wie?

La mode peut aussi s’ins­ pirer de l’actualité cinématographique ou musi­ cale. Selon le succès d’un groupe de rap ou d’une série télévisée, on voit les jeunes s’acheter la même casquette ou le même pantalon zoulou. Aujourd’hui, il n’y a plus une seule mode, mais une grande diversité de modes, différentes selon l’âge, le milieu social... et les goûts de chacun!

3


Comment fait-on la mode?

Avant la lecture 1. Comment était la mode cet été? 2. Quelle était la couleur à la mode? Rouge, bleu, jaune ou violet? Qui décide? 3. Comment va être la mode l’été prochain? Est-ce qu’on le sait déjà? 4. Qui fait la mode? Comment fait-on la mode?

Mots décider

bestimmen

sentir «l’air du temps»

den Puls der Zeit fühlen

la capuche

die Kapuze

le tagueur

der Graffiti-Sprayer

2

D’abord trouver des idées Souvent, les boutiques proposent les mêmes ar­ticles en même temps. Comme si tous les professionnels de la mode avaient les mêmes idées au même moment. Mais ce sont les «bureaux de style» qui préparent la mode deux ans à l’avance déjà. Les créateurs des bu­reaux de style observent nos façons de vivre, nos goûts. Ils voyagent dans les grandes capitales comme Paris, Londres et Berlin. Ils cherchent des idées dans des boutiques

ou même aux marchés aux puces. Ils prennent des photos de vitrines et de gens dans la rue. Ils veulent sentir «l’air du temps». Pour la mode junior, les idées viennent souvent de ce qu’on voit dans les rues aux Etats-Unis. La mode des sweats à ca­puches par exemple est inspirée des tenues des premiers tagueurs: ils se cachaient le visage derrière des capuches pour ne pas être reconnus par les policiers.

Organiser des cahiers de tendances et des salons Mais personne ne peut Ensuite, les bureaux de dire exactement pourquoi style créent des «cahiers une mode prend ou ne de tendances» et organiprend pas. Même les sent des salons dix-huit mois avant le début d’une bureaux de style se trompent quelquefois. C’est nouvelle saison. Les propourquoi ils s’adaptent fessionnels du textile encore au dernier moment (modistes, stylistes mais aussi créateurs de tissus) et finissent par proposer d’autres couleurs et y trouvent toutes sortes d’autres formes. d’idées pour une nouvelle mode: tissus, couleurs, coupes pour les modèles hommes, femmes ou enfants.

Il faut s’adapter très vite Dans les grandes bou­ tiques de mode pour les jeunes, tout va encore plus vite. Si on constate que les clients achètent les vestes à gros boutons et les vêtements kaki par exemple, on peut faire fabriquer des vestes kaki à gros boutons dans des pays du Sud-Est asia­tique, et les mettre en vente dans les dix jours qui suivent.

Autour du texte 1. Que font les créateurs des bureaux de style pour trouver de nouvelles idées? 2. Qu’est-ce qui influence la mode des jeunes? D’où vient la plus grande influence? 3. Et si les bureaux de style se trompent? Comment est-ce qu’ils réagissent? 4. Nos vêtements sont souvent fabriqués en Asie. Sais-tu pourquoi? As-tu une idée? Ecris les réponses dans le «journal».

Réflexion 1. Was macht dir am meisten Eindruck in diesem Text? 2. Wodurch lässt du dich in der Wahl deiner Kleider beeinflussen? Ist eine freie Entscheidung überhaupt noch möglich? 3. Die einheitliche Mode existiert heute nicht mehr. Welche Modetrends kannst du in unserer Gesellschaft unterscheiden? Wer kleidet sich wie?

La mode peut aussi s’ins­ pirer de l’actualité cinématographique ou musi­ cale. Selon le succès d’un groupe de rap ou d’une série télévisée, on voit les jeunes s’acheter la même casquette ou le même pantalon zoulou. Aujourd’hui, il n’y a plus une seule mode, mais une grande diversité de modes, différentes selon l’âge, le milieu social... et les goûts de chacun!

3


Je veux des

Avant la lecture 1. Est-ce que tu trouves important de porter des vêtements de marque? Pourquoi (pas)? 2. Quelles sont tes marques préférées? Pourquoi?

Nike

Camille a écrit au maga­ zine «Okapi» pour de­mander conseil. Eric lui répond dans la rubrique «On se dit tout». On se dit tout «Moi, j’aime bien les vêtements de marque. Ce n’est pas pour la frime, car c’est souvent des produits de meilleure qualité que les autres. Mais ça, mes parents, ils ne le comprennent pas et quand je leur demande par exemple une cas­ quette ‹Nike›, ils m’achètent une casquette ‹Flunch›! Ils ne se rendent pas compte que c’est important: si on n’est pas à la mode, les autres se moquent de nous. Alors pourquoi est-ce que les parents ne veulent pas qu’on s’habille avec des marques?»

Autour du texte 1. Complète les phrases: Camille: a) Les produits de marque sont souvent de… que les autres. b) Si on n’est pas à la mode, les autres… Eric: a) Pour les parents, une casquette «Nike» ou une casquette «Flunch», c’est… Quand ils étaient adolescents, ils connaissaient moins… b) Les parents n’aiment pas que leurs enfants se comportent comme… c) Les parents doivent faire attention aux dépenses parce qu’ils ont… 2. Eric, qu’est-ce qu’il propose comme solution?

4

Mes parents ne comprennent pas, Eric! Des marques, Camille, il en existe beaucoup. Nike, Reebock, Levi’s, Doc Martens, Cat… Seulement voilà, il y a marques et marques: j’imagine la réaction de tes copains si tu arrives au collège avec une casquette «Flunch»… Mais pour tes parents, une casquette «Nike» ou une casquette «Flunch», c’est toujours une casquette! Les parents ne réalisent pas toujours l’importance des marques. Quand ils étaient adolescents, ils ne ressentaient pas ainsi la pression de la mode…

Réflexion 1. Markenartikel oder gewöhnliche Artikel! Ist das bei dir zu Hause auch ein strittiges Diskussionsthema? Welche Argumente dafür oder dagegen werden vorgebracht? 2. Was meinst du zu Erics Vorschlag, die Preisdifferenz zwischen einem gewöhnlichen Artikel und einem Markenartikel zu bezahlen? Wärest du damit einverstanden?

Aujourd’hui, tout objet, tout vêtement, est marqué, étiqueté! Et il n’est pas facile de s’y retrouver dans le «hitparade» des marques et encore moins de savoir lesquelles sont déjà «ringardes»… Et même quand ils sont très au courant, il y a des parents qui ont du mal à accepter tout ça. Pourquoi est-ce que leurs enfants devraient se comporter comme des «moutons» et tout faire comme les autres? Tu dis que les vêtements de marque sont de meilleure qualité. C’est souvent vrai mais pas toujours. En plus, il y a une autre différence, c’est le prix! Et cela saute aux yeux des parents généralement! Ils ont un budget à gérer et doivent faire attention aux dépenses. Te faire plaisir, oui! Mais pas à n’importe quel prix. Alors, si tu as vraiment envie d’un article de marque, tu peux leur proposer de payer la diffé­rence.

Activités 1. Note les arguments de Camille et les arguments des parents (Eric) dans le «journal». arguments de Camille

arguments des parents (Eric)

on n’aime pas que les autres se moquent ...

ça coûte cher ...

Mots demander conseil

um Rat fragen

pour la frime

um zu bluffen

se rendre compte

sich klarmachen

ressentir

empfinden

ringard (fam.)

aus der Mode

se comporter

sich benehmen

gérer un budget

ein Budget verwalten

à n’importe quel prix

um jeden Preis

2. Jouez le jeu: Faites des groupes (de deux ou trois) et jouez une scène à la maison: Le fils ou la fille veut acheter un vêtement de marque et les parents ne sont pas d’accord. 5


Je veux des

Avant la lecture 1. Est-ce que tu trouves important de porter des vêtements de marque? Pourquoi (pas)? 2. Quelles sont tes marques préférées? Pourquoi?

Nike

Camille a écrit au maga­ zine «Okapi» pour de­mander conseil. Eric lui répond dans la rubrique «On se dit tout». On se dit tout «Moi, j’aime bien les vêtements de marque. Ce n’est pas pour la frime, car c’est souvent des produits de meilleure qualité que les autres. Mais ça, mes parents, ils ne le comprennent pas et quand je leur demande par exemple une cas­ quette ‹Nike›, ils m’achètent une casquette ‹Flunch›! Ils ne se rendent pas compte que c’est important: si on n’est pas à la mode, les autres se moquent de nous. Alors pourquoi est-ce que les parents ne veulent pas qu’on s’habille avec des marques?»

Autour du texte 1. Complète les phrases: Camille: a) Les produits de marque sont souvent de… que les autres. b) Si on n’est pas à la mode, les autres… Eric: a) Pour les parents, une casquette «Nike» ou une casquette «Flunch», c’est… Quand ils étaient adolescents, ils connaissaient moins… b) Les parents n’aiment pas que leurs enfants se comportent comme… c) Les parents doivent faire attention aux dépenses parce qu’ils ont… 2. Eric, qu’est-ce qu’il propose comme solution?

4

Mes parents ne comprennent pas, Eric! Des marques, Camille, il en existe beaucoup. Nike, Reebock, Levi’s, Doc Martens, Cat… Seulement voilà, il y a marques et marques: j’imagine la réaction de tes copains si tu arrives au collège avec une casquette «Flunch»… Mais pour tes parents, une casquette «Nike» ou une casquette «Flunch», c’est toujours une casquette! Les parents ne réalisent pas toujours l’importance des marques. Quand ils étaient adolescents, ils ne ressentaient pas ainsi la pression de la mode…

Réflexion 1. Markenartikel oder gewöhnliche Artikel! Ist das bei dir zu Hause auch ein strittiges Diskussionsthema? Welche Argumente dafür oder dagegen werden vorgebracht? 2. Was meinst du zu Erics Vorschlag, die Preisdifferenz zwischen einem gewöhnlichen Artikel und einem Markenartikel zu bezahlen? Wärest du damit einverstanden?

Aujourd’hui, tout objet, tout vêtement, est marqué, étiqueté! Et il n’est pas facile de s’y retrouver dans le «hitparade» des marques et encore moins de savoir lesquelles sont déjà «ringardes»… Et même quand ils sont très au courant, il y a des parents qui ont du mal à accepter tout ça. Pourquoi est-ce que leurs enfants devraient se comporter comme des «moutons» et tout faire comme les autres? Tu dis que les vêtements de marque sont de meilleure qualité. C’est souvent vrai mais pas toujours. En plus, il y a une autre différence, c’est le prix! Et cela saute aux yeux des parents généralement! Ils ont un budget à gérer et doivent faire attention aux dépenses. Te faire plaisir, oui! Mais pas à n’importe quel prix. Alors, si tu as vraiment envie d’un article de marque, tu peux leur proposer de payer la diffé­rence.

Activités 1. Note les arguments de Camille et les arguments des parents (Eric) dans le «journal». arguments de Camille

arguments des parents (Eric)

on n’aime pas que les autres se moquent ...

ça coûte cher ...

Mots demander conseil

um Rat fragen

pour la frime

um zu bluffen

se rendre compte

sich klarmachen

ressentir

empfinden

ringard (fam.)

aus der Mode

se comporter

sich benehmen

gérer un budget

ein Budget verwalten

à n’importe quel prix

um jeden Preis

2. Jouez le jeu: Faites des groupes (de deux ou trois) et jouez une scène à la maison: Le fils ou la fille veut acheter un vêtement de marque et les parents ne sont pas d’accord. 5


L’

histoire

du jean

Avant la lecture 1. Combien d’élèves de ta classe portent régulièrement un jean? 2. Quelle est ta marque préférée? Pourquoi?

6

Symbole de la culture américaine D’après une enquête internationale, 80 % des jeunes portent un jean. Le jean est un produit typiquement américain. Il est devenu le symbole de la culture américaine, une mode universelle qui fait fureur en France comme au Japon. Mais quelle est donc l’histoire du jean?

Levi Strauss Dans les années 1850, un jeune émigré allemand, Levi Strauss, arrive à San Francisco. Comme tout le monde à l’époque, il veut faire fortune. Il décide de fabriquer et de vendre des tentes pour les chercheurs d’or. Mais la toile n’est pas assez résistante. Un mineur lui dit: «Tu aurais mieux fait de nous apporter des pantalons, il n’y en a pas un qui résiste.» Alors, le jeune Levi Strauss décide d’utiliser la toile de tente pour des pantalons et des vêtements de travail. En 1856, Levi Strauss ouvre son premier magasin à Sacramento.

Le brevet «Levi’s» Levi Strauss livre ses pantalons à Jacob Davis, tailleur à Reno dans le Nevada. Les mineurs se plaignent: ils disent que les pantalons se déchirent surtout aux poches.

Alors, Jacob Davis a une idée: il renforce les poches avec des rivets. En 1872 Strauss et Davis décident de monter une affaire ensemble. Un an plus tard, ils sortent un

Autour du texte Corrige les phrases suivantes et écris-les dans ton «journal»: 1. Le jean est devenu un symbole de la culture française. 2. En 1750, un jeune émigré allemand, Levi Strauss, arrive à San Francisco. 3. Il veut fabriquer des tentes pour les cowboys. 4. Il décide d’utiliser la toile de tente pour des vestes et des casquettes. 5. Jacob Davis décore les pantalons avec des rivets. 6. En 1873, Strauss et Davis obtiennent un diplôme pour leur pantalon à rivets. 7. Le nom de «Jean» vient de «genoese», c’est un tissu fabriqué à Genève en Suisse. 8. La serge «denim» est un tissu très résistant de couleur vert olive.

ailes en double arc

poche arrière

martingale

surpiqûre orange

rivets

ceinture à boutons

gousset

Jean

Le nom de «jean» Le nom de «jean» vient de «genoese»: c’était un tissu fabriqué à Gênes, en Italie. Avec ce tissu, on faisait des pantalons de marin et les voiles des bateaux. Mais il existait encore un autre tissu plus résistant: la serge de Nîmes. Ce tissu en coton de couleur indigo était seulement fabriqué à Nîmes, dans le sud de la France. Petit à petit, on a appelé ce tissu denim. Voilà comment le mot «denim» est né.

modèle qui fait fureur. Ils obtiennent un brevet pour leur pantalon à rivets. Ce pantalon est idéal pour les chercheurs d’or: il est bon marché, confortable et surtout très résistant.

Réflexion 1. Warum haben die Jeans bei den Jugendlichen so grossen Erfolg? 2. Die Jugendlichen möchten gerne anders sein als die Erwachsenen. Macht euch das etwas aus, wenn sie auch Jeans tragen? Activités Regardez le document vidéo: L’histoire du jean.

Mots la toile de tente

die Zeltleinwand

le rivet

die Niete

le tissu

der Stoff

la serge

Serge (Stoffart)

en coton

aus Baumwolle

7


L’

histoire

du jean

Avant la lecture 1. Combien d’élèves de ta classe portent régulièrement un jean? 2. Quelle est ta marque préférée? Pourquoi?

6

Symbole de la culture américaine D’après une enquête internationale, 80 % des jeunes portent un jean. Le jean est un produit typiquement américain. Il est devenu le symbole de la culture américaine, une mode universelle qui fait fureur en France comme au Japon. Mais quelle est donc l’histoire du jean?

Levi Strauss Dans les années 1850, un jeune émigré allemand, Levi Strauss, arrive à San Francisco. Comme tout le monde à l’époque, il veut faire fortune. Il décide de fabriquer et de vendre des tentes pour les chercheurs d’or. Mais la toile n’est pas assez résistante. Un mineur lui dit: «Tu aurais mieux fait de nous apporter des pantalons, il n’y en a pas un qui résiste.» Alors, le jeune Levi Strauss décide d’utiliser la toile de tente pour des pantalons et des vêtements de travail. En 1856, Levi Strauss ouvre son premier magasin à Sacramento.

Le brevet «Levi’s» Levi Strauss livre ses pantalons à Jacob Davis, tailleur à Reno dans le Nevada. Les mineurs se plaignent: ils disent que les pantalons se déchirent surtout aux poches.

Alors, Jacob Davis a une idée: il renforce les poches avec des rivets. En 1872 Strauss et Davis décident de monter une affaire ensemble. Un an plus tard, ils sortent un

Autour du texte Corrige les phrases suivantes et écris-les dans ton «journal»: 1. Le jean est devenu un symbole de la culture française. 2. En 1750, un jeune émigré allemand, Levi Strauss, arrive à San Francisco. 3. Il veut fabriquer des tentes pour les cowboys. 4. Il décide d’utiliser la toile de tente pour des vestes et des casquettes. 5. Jacob Davis décore les pantalons avec des rivets. 6. En 1873, Strauss et Davis obtiennent un diplôme pour leur pantalon à rivets. 7. Le nom de «Jean» vient de «genoese», c’est un tissu fabriqué à Genève en Suisse. 8. La serge «denim» est un tissu très résistant de couleur vert olive.

ailes en double arc

poche arrière

martingale

surpiqûre orange

rivets

ceinture à boutons

gousset

Jean

Le nom de «jean» Le nom de «jean» vient de «genoese»: c’était un tissu fabriqué à Gênes, en Italie. Avec ce tissu, on faisait des pantalons de marin et les voiles des bateaux. Mais il existait encore un autre tissu plus résistant: la serge de Nîmes. Ce tissu en coton de couleur indigo était seulement fabriqué à Nîmes, dans le sud de la France. Petit à petit, on a appelé ce tissu denim. Voilà comment le mot «denim» est né.

modèle qui fait fureur. Ils obtiennent un brevet pour leur pantalon à rivets. Ce pantalon est idéal pour les chercheurs d’or: il est bon marché, confortable et surtout très résistant.

Réflexion 1. Warum haben die Jeans bei den Jugendlichen so grossen Erfolg? 2. Die Jugendlichen möchten gerne anders sein als die Erwachsenen. Macht euch das etwas aus, wenn sie auch Jeans tragen? Activités Regardez le document vidéo: L’histoire du jean.

Mots la toile de tente

die Zeltleinwand

le rivet

die Niete

le tissu

der Stoff

la serge

Serge (Stoffart)

en coton

aus Baumwolle

7


f

c !

Mes  ringues: c’est  ool  c’est  Reportage spécial

Mes fringues: c’est cool! Les fringues, c’est cool! Voici l’avis de Jonathan et de Véronique: «J’aime être bien habillé. Mais je n’achète pas toujours des choses à la mode. Je préfère porter des vêtements confortables. J’aime avoir un style personnel, j’aime bien être différent, choquer un peu, c’est cool.»

Les vêtements sont rarement fabriqués en Suisse parce que cela revient trop cher. Beaucoup d’entreprises de textiles produisent partout dans le monde. Mais les conditions de travail dans les usines sont souvent catastrophiques.

«Porter des vêtements à la mode, c’est un moyen de s’ex­primer, d’être bien dans sa peau, d’avoir un style. Je n’achète pas de vêtements chers, mais j’aime porter ce que je vois dans les magazines.» Pourtant, avoir ou garder le look coûte souvent assez cher: en moyenne, un habitant suisse achète 15 kg de vêtements par année ce qui correspond à une valeur de Fr. 1495.–.

Activités Travaillez à deux: 1. Selon quels critères achetez-vous vos habits: marque, mode, prix, couleurs, qualité? Quel est le critère le plus important? 2. Quel est votre t-shirt préféré? Pourquoi? Imaginez l’histoire de votre t-shirt préféré. Qui l’a produit? Où? Quel voyage a-t-il fait? Notez l’histoire dans votre «journal».

Mes fringues: c’est mondial! «Je m’appelle Ruth. Sais-tu qui a J’habite en Suisse. Je fabriqué les viens d’acheter une nouvête­ments que velle robe. Elle est en tu achètes? Dans coton de Côte-d’Ivoire quelle région du monde? (filé en Turquie et tissé «Je m’appelle Julia. à Taïwan). Le tissu est J’habite aux Etats-Unis. imprimé en France avec Mon pull a été confectiondes colorants provenant né au Salvador pour de Pologne et de Chine. 56 cents de l’heure; mes Cette robe a été taillée pantalons, au Honduras, en Bulgarie pour une pour 39 cents de l’heure; firme italienne.» mes chaussettes, au Bangladesh, pour 18 cents de l’heure; mes sous-vêtements, en Haïti, pour 30 cents de l’heure et mes souliers, en Indo­ nésie, pour 17 cents de l’heure.» Le tour du monde en 80 jours  7 Vente en Suisse

2 Filature du coton en Turquie

5 Impression des tissus en France

3 Tissage à Taïwan

Mots les fringues (f. pl.) (fam.)

les vêtements

correspondre

entsprechen

filer

spinnen

tisser

weben

les conditions (f. pl.) de travail

die Arbeitsbedingungen

l’usine (f.)

la fabrique

le mois de jeûne

der Fastenmonat

les heures supplémentaires

die Überstunden

l’emploi (m.)

die Anstellung

estimer

schätzen

améliorer

verbessern

le code de conduite

die Verhaltensregeln

appliquer

applizieren, anwenden

8

mondial!c’est  clean!

1 Plantations de coton en Côte-d’Ivoire

4 Fabrication du colorant en Pologne 6 Couture en Bulgarie

«Je m’appelle Emilia. J’habite à Boga (Indo­ nésie). J’ai 23 ans et je travaille depuis 5 ans dans la confection de vêtements. J’ai travaillé dans trois différentes usines qui produisent des habits pour les grandes marques: Levi’s, Liz Claiborne, Dockers, et d’autres encore. Les conditions de travail sont partout les mêmes (...). Pendant le ramadan, notre mois de jeûne, nous avons dû travailler de 7 à 21 heures et parfois jusqu’à 23 heures. Beaucoup n’ont pas osé refuser ces heures supplémentaires imposées, par crainte de perdre leur emploi. Dans les villages, la situation est pire encore. Des enfants de 10 à 14 ans travaillent pour un salaire qui ne leur suffit pas pour vivre.»

Quand tu achètes un t-shirt à Fr. 50.–, sais-tu à qui tu donnes vraiment ton argent? Aux ouvriers et aux ouvrières? A l’entreprise? Décomposition d’un prix de t-shirt

a

a b c d e f g

b

c d

e

f

g

Salaire moyen des ouvrières et ouvriers Fr. 2.50 Fournisseur (tissu, fil...) Fr. 13.50 Transport et douane Fr. 4.– Envois postaux et frais fixes Fr. 6.– Salaires des employés en Suisse Fr. 8.75 Publicité Fr. 9.– Bénéfices de l’entre­prise Fr. 6.25

Activités Travaillez à deux: 1. Estimez la distance parcourue par la robe de Ruth avant d’arriver dans son armoire. Cherchez les pays dans votre atlas. 2. Comparez votre journée de travail avec celle d’Emilia et celle des enfants dans les villages. 3. Quel pourcentage du t-shirt revient aux ouvriers et aux ouvrières? Quel pourcentage représente le bénéfice? 4. Serais-tu d’accord de payer plus cher tes vêtements, si cela améliorait les conditions de travail?

Mes fringues: c’est clean! Aujourd’hui, les consommateurs font pression pour que les entreprises améliorent les conditions de travail des ouvriers et des ouvrières. Les fringues, c’est cool, mais seulement des fringues qui sont «clean», qui ont été produits dans la dig­nité. Beaucoup d’entreprises sont d’accord de faire respecter les droits de l’Homme au travail et elles ont adopté un code de conduite. Adopter un code de conduite, c’est bien, mais il doit aussi être appliqué. Et ce n’est pas encore le cas. Il faut surtout que les entreprises permettent des contrôles.

Réflexion Travaillez à deux: Imagine que tu vas rencontrer le patron de ta marque préférée. Quelles questions aimerais-tu lui poser? Ecrivez les questions dans votre «journal».

9


f

c !

Mes  ringues: c’est  ool  c’est  Reportage spécial

Mes fringues: c’est cool! Les fringues, c’est cool! Voici l’avis de Jonathan et de Véronique: «J’aime être bien habillé. Mais je n’achète pas toujours des choses à la mode. Je préfère porter des vêtements confortables. J’aime avoir un style personnel, j’aime bien être différent, choquer un peu, c’est cool.»

Les vêtements sont rarement fabriqués en Suisse parce que cela revient trop cher. Beaucoup d’entreprises de textiles produisent partout dans le monde. Mais les conditions de travail dans les usines sont souvent catastrophiques.

«Porter des vêtements à la mode, c’est un moyen de s’ex­primer, d’être bien dans sa peau, d’avoir un style. Je n’achète pas de vêtements chers, mais j’aime porter ce que je vois dans les magazines.» Pourtant, avoir ou garder le look coûte souvent assez cher: en moyenne, un habitant suisse achète 15 kg de vêtements par année ce qui correspond à une valeur de Fr. 1495.–.

Activités Travaillez à deux: 1. Selon quels critères achetez-vous vos habits: marque, mode, prix, couleurs, qualité? Quel est le critère le plus important? 2. Quel est votre t-shirt préféré? Pourquoi? Imaginez l’histoire de votre t-shirt préféré. Qui l’a produit? Où? Quel voyage a-t-il fait? Notez l’histoire dans votre «journal».

Mes fringues: c’est mondial! «Je m’appelle Ruth. Sais-tu qui a J’habite en Suisse. Je fabriqué les viens d’acheter une nouvête­ments que velle robe. Elle est en tu achètes? Dans coton de Côte-d’Ivoire quelle région du monde? (filé en Turquie et tissé «Je m’appelle Julia. à Taïwan). Le tissu est J’habite aux Etats-Unis. imprimé en France avec Mon pull a été confectiondes colorants provenant né au Salvador pour de Pologne et de Chine. 56 cents de l’heure; mes Cette robe a été taillée pantalons, au Honduras, en Bulgarie pour une pour 39 cents de l’heure; firme italienne.» mes chaussettes, au Bangladesh, pour 18 cents de l’heure; mes sous-vêtements, en Haïti, pour 30 cents de l’heure et mes souliers, en Indo­ nésie, pour 17 cents de l’heure.» Le tour du monde en 80 jours  7 Vente en Suisse

2 Filature du coton en Turquie

5 Impression des tissus en France

3 Tissage à Taïwan

Mots les fringues (f. pl.) (fam.)

les vêtements

correspondre

entsprechen

filer

spinnen

tisser

weben

les conditions (f. pl.) de travail

die Arbeitsbedingungen

l’usine (f.)

la fabrique

le mois de jeûne

der Fastenmonat

les heures supplémentaires

die Überstunden

l’emploi (m.)

die Anstellung

estimer

schätzen

améliorer

verbessern

le code de conduite

die Verhaltensregeln

appliquer

applizieren, anwenden

8

mondial!c’est  clean!

1 Plantations de coton en Côte-d’Ivoire

4 Fabrication du colorant en Pologne 6 Couture en Bulgarie

«Je m’appelle Emilia. J’habite à Boga (Indo­ nésie). J’ai 23 ans et je travaille depuis 5 ans dans la confection de vêtements. J’ai travaillé dans trois différentes usines qui produisent des habits pour les grandes marques: Levi’s, Liz Claiborne, Dockers, et d’autres encore. Les conditions de travail sont partout les mêmes (...). Pendant le ramadan, notre mois de jeûne, nous avons dû travailler de 7 à 21 heures et parfois jusqu’à 23 heures. Beaucoup n’ont pas osé refuser ces heures supplémentaires imposées, par crainte de perdre leur emploi. Dans les villages, la situation est pire encore. Des enfants de 10 à 14 ans travaillent pour un salaire qui ne leur suffit pas pour vivre.»

Quand tu achètes un t-shirt à Fr. 50.–, sais-tu à qui tu donnes vraiment ton argent? Aux ouvriers et aux ouvrières? A l’entreprise? Décomposition d’un prix de t-shirt

a

a b c d e f g

b

c d

e

f

g

Salaire moyen des ouvrières et ouvriers Fr. 2.50 Fournisseur (tissu, fil...) Fr. 13.50 Transport et douane Fr. 4.– Envois postaux et frais fixes Fr. 6.– Salaires des employés en Suisse Fr. 8.75 Publicité Fr. 9.– Bénéfices de l’entre­prise Fr. 6.25

Activités Travaillez à deux: 1. Estimez la distance parcourue par la robe de Ruth avant d’arriver dans son armoire. Cherchez les pays dans votre atlas. 2. Comparez votre journée de travail avec celle d’Emilia et celle des enfants dans les villages. 3. Quel pourcentage du t-shirt revient aux ouvriers et aux ouvrières? Quel pourcentage représente le bénéfice? 4. Serais-tu d’accord de payer plus cher tes vêtements, si cela améliorait les conditions de travail?

Mes fringues: c’est clean! Aujourd’hui, les consommateurs font pression pour que les entreprises améliorent les conditions de travail des ouvriers et des ouvrières. Les fringues, c’est cool, mais seulement des fringues qui sont «clean», qui ont été produits dans la dig­nité. Beaucoup d’entreprises sont d’accord de faire respecter les droits de l’Homme au travail et elles ont adopté un code de conduite. Adopter un code de conduite, c’est bien, mais il doit aussi être appliqué. Et ce n’est pas encore le cas. Il faut surtout que les entreprises permettent des contrôles.

Réflexion Travaillez à deux: Imagine que tu vas rencontrer le patron de ta marque préférée. Quelles questions aimerais-tu lui poser? Ecrivez les questions dans votre «journal».

9


jouons le  jeu

Monologue devant la glace Armoire ouverte, devant la glace, Mélanie en train d’essayer différentes tenues. Voyons un peu: qu’est-ce que je vais me mettre ce soir? Cette robe?… Non, elle est trop longue… Ou cette jupe noire? Mmh, non plus, trop banale. Alors, essayons ce pantalon… Devant le miroir, de profil Un peu étroit!? Non, c’est pas mal au fond. Avec un t-shirt blanc. Non, c’est pas assez cool. Bon,… Tiens, et ce jean avec le gilet bleu et la chemise à rayures… Zut, c’est toujours pas ça. Finalement, pourquoi pas la robe, elle est longue, c’est vrai, mais elle me va bien et avec la ceinture rouge, elle est très chouette. Et puis, aux pieds,… je vais mettre… mais, les bottes à talons, bien sûr. Se désarticulant devant la glace Ouf! ça y est, je crois que je vais lui plaire! Entre la mère, et voyant les vêtements entassés devant l’armoire Mère: Mais enfin, Mélanie, tu as vu ce désordre? Mélanie: (hausse les épaules) Mère: (énervée) Tu vas ranger ces vêtements avant de sortir!

En groupe: 1. Lisez bien les dialogues suivants. 2. Jouez les dialogues; mais ne les apprenez pas par cœur. 3. Inventez vous-mêmes une scène en rapport avec la mode.

M.: Ce soir, on dîne chez Madame de Vernon. Habilletoi convenablement! A.: En jean et en sweat, ça suffit, non? M.: Ah, non! Tu vas mettre ton pantalon bleu et ta chemise blanche. A.: … et une cravate si possible!! M.: Parfaitement! A.: Mais enfin, maman, c’est complètement ringard. Je n’ai pas envie de me promener comme papa en costard cravate! M.: Tu peux tout de même faire une exception pour aller dîner chez Madame de Vernon. A.: Bon, bon, si ça te fait plaisir (pour lui)… j’espère que je ne vais pas rencontrer les copains en chemin. Peu après: Antoine est en pantalon et en chemise blanche mais porte des baskets.

Façon de parler ringard

démodé

en costard cravate

en complet

les pompes (f. pl.) (fam.)

les chaussures

être sur son 31

mettre ses plus beaux habits

les fringues (f. pl.) (fam.)

les vêtements, les habits

B.C.B.G – bon chic, bon genre

élégant

moulant (e)

eng anliegend

chiche

je te prends au mot

10

L’air convenable Antoine (A.) et sa mère (M.)

M.: Dis, tu t’es vu dans la glace avec tes baskets? A.: C’est plus confortable que mes pompes de gala, en tout cas. M.: Je t’en prie, Antoine, pas d’histoires. Un peu plus tard: Toute la famille d’Antoine est sur son 31 et arrive chez Madame de Vernon. Elle porte un jean délavé et des baskets…

Je n’ai rien à me mettre sur le dos Véronique (V.) et Corinne (C.) au téléphone C.: Salut, Véro! V.: Salut, c’est toi, Coco? C.: Ouais,… dis, tu viens choisir des fringues avec moi, cet après-midi? V.: … ah! pour qui? pour quoi? Dis-moi tout! C.: Tu sais, Jacques… V.: Quel Jacques? C.: Le copain que je t’ai présenté la semaine passée devant l’école… V.: Je vois, je vois… le grand bouclé! Très B.C.B.G? C.: Oui, eh bien, je vais en boîte avec lui samedi soir. V.: Chouette! Il t’a invitée? C.: Oui, mais je ne sais pas quoi me mettre sur le dos. Est-ce que je m’habille en jean, en mini, en robe moulante ou…? V.: Ce qui est sûr, c’est qu’il faut des fringues confortables pour danser. C.: D’accord, mais tu comprends, je voudrais aussi me sentir bien dans ma peau… et lui plaire… V.: Ouais, je vois… C.: S’il te plaît, Véro, viens faire les boutiques avec moi, d’accord? V.: O.K. Si tu veux, ou alors,… j’ai une idée, je te passe ma robe noire. C.: Laquelle? V.: Tu sais, ma robe longue moulante et fendue sur le côté, un peu sexy… C.: Pourquoi pas… (pour elle-même) et ça me fait faire des économies. Dis, je peux venir chez toi pour l’essayer? V.: Bien sûr. C.: Chiche. J’arrive. V.: A tout à l’heure. 11


jouons le  jeu

Monologue devant la glace Armoire ouverte, devant la glace, Mélanie en train d’essayer différentes tenues. Voyons un peu: qu’est-ce que je vais me mettre ce soir? Cette robe?… Non, elle est trop longue… Ou cette jupe noire? Mmh, non plus, trop banale. Alors, essayons ce pantalon… Devant le miroir, de profil Un peu étroit!? Non, c’est pas mal au fond. Avec un t-shirt blanc. Non, c’est pas assez cool. Bon,… Tiens, et ce jean avec le gilet bleu et la chemise à rayures… Zut, c’est toujours pas ça. Finalement, pourquoi pas la robe, elle est longue, c’est vrai, mais elle me va bien et avec la ceinture rouge, elle est très chouette. Et puis, aux pieds,… je vais mettre… mais, les bottes à talons, bien sûr. Se désarticulant devant la glace Ouf! ça y est, je crois que je vais lui plaire! Entre la mère, et voyant les vêtements entassés devant l’armoire Mère: Mais enfin, Mélanie, tu as vu ce désordre? Mélanie: (hausse les épaules) Mère: (énervée) Tu vas ranger ces vêtements avant de sortir!

En groupe: 1. Lisez bien les dialogues suivants. 2. Jouez les dialogues; mais ne les apprenez pas par cœur. 3. Inventez vous-mêmes une scène en rapport avec la mode.

M.: Ce soir, on dîne chez Madame de Vernon. Habilletoi convenablement! A.: En jean et en sweat, ça suffit, non? M.: Ah, non! Tu vas mettre ton pantalon bleu et ta chemise blanche. A.: … et une cravate si possible!! M.: Parfaitement! A.: Mais enfin, maman, c’est complètement ringard. Je n’ai pas envie de me promener comme papa en costard cravate! M.: Tu peux tout de même faire une exception pour aller dîner chez Madame de Vernon. A.: Bon, bon, si ça te fait plaisir (pour lui)… j’espère que je ne vais pas rencontrer les copains en chemin. Peu après: Antoine est en pantalon et en chemise blanche mais porte des baskets.

Façon de parler ringard

démodé

en costard cravate

en complet

les pompes (f. pl.) (fam.)

les chaussures

être sur son 31

mettre ses plus beaux habits

les fringues (f. pl.) (fam.)

les vêtements, les habits

B.C.B.G – bon chic, bon genre

élégant

moulant (e)

eng anliegend

chiche

je te prends au mot

10

L’air convenable Antoine (A.) et sa mère (M.)

M.: Dis, tu t’es vu dans la glace avec tes baskets? A.: C’est plus confortable que mes pompes de gala, en tout cas. M.: Je t’en prie, Antoine, pas d’histoires. Un peu plus tard: Toute la famille d’Antoine est sur son 31 et arrive chez Madame de Vernon. Elle porte un jean délavé et des baskets…

Je n’ai rien à me mettre sur le dos Véronique (V.) et Corinne (C.) au téléphone C.: Salut, Véro! V.: Salut, c’est toi, Coco? C.: Ouais,… dis, tu viens choisir des fringues avec moi, cet après-midi? V.: … ah! pour qui? pour quoi? Dis-moi tout! C.: Tu sais, Jacques… V.: Quel Jacques? C.: Le copain que je t’ai présenté la semaine passée devant l’école… V.: Je vois, je vois… le grand bouclé! Très B.C.B.G? C.: Oui, eh bien, je vais en boîte avec lui samedi soir. V.: Chouette! Il t’a invitée? C.: Oui, mais je ne sais pas quoi me mettre sur le dos. Est-ce que je m’habille en jean, en mini, en robe moulante ou…? V.: Ce qui est sûr, c’est qu’il faut des fringues confortables pour danser. C.: D’accord, mais tu comprends, je voudrais aussi me sentir bien dans ma peau… et lui plaire… V.: Ouais, je vois… C.: S’il te plaît, Véro, viens faire les boutiques avec moi, d’accord? V.: O.K. Si tu veux, ou alors,… j’ai une idée, je te passe ma robe noire. C.: Laquelle? V.: Tu sais, ma robe longue moulante et fendue sur le côté, un peu sexy… C.: Pourquoi pas… (pour elle-même) et ça me fait faire des économies. Dis, je peux venir chez toi pour l’essayer? V.: Bien sûr. C.: Chiche. J’arrive. V.: A tout à l’heure. 11


Métier:  styliste

Qu’est-ce qu’un(e) styliste? Nous avons posé cette question à Solo-Mâtine, une jeune styliste de Genève. «Le stylisme, c’est imaginer quelque chose, puis réaliser ses rêves avec des moyens techniques, c’est faire en sorte que les gens aiment porter ce qu’on a créé.» Une interview avec Solo-Mâtine

Avant la lecture 1. Est-ce que tu aimes regarder la mode dans les magazines? Est-ce que tu aimerais t’habiller comme les mannequins? 2. Est-ce que tu fais tes vêtements toi-même? Connais-tu le métier de styliste?

Jusqu’au défilé, il y a de nombreuses étapes. Quelle est celle que vous préférez? Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier? Dessiner, c’est bien, mais le plus fort, c’est de réaliser son idée en trois dimensions, de faire «en vrai» les mêmes lignes, les mêmes formes, que vous avez imaginées. Où trouvez-vous vos idées? Je me pose aussi la même question. Partout! Je vois par exemple des gens dans la rue qui se sont mal habillés, alors ça m’inspire, ça me donne des idées. Vous trouvez les idées dans la rue, faites-vous donc aussi une mode pour la rue? Quand je présente ma mode, je ne prends pas de mannequin pour défiler. Je ne fais pas de mode pour des mannequins, mais pour la rue. Je prends des acteurs, des comédiennes, des danseurs, des gens très à l’aise. Je travaille beaucoup avec un metteur en scène: on met en scène ces défilés avec lui, on fait la musique exprès pour chaque défilé, donc ça devient vraiment une pièce. Les participants sont des acteurs – comme nous dans la vie.

12

Qu’est-ce que vous aimez moins dans votre métier? Tout le côté «brillant» de la mode. La mode des grands couturiers s’éloi­ gne souvent trop de la réalité. On prend des filles d’une beauté incroyable, c’est presque extraterrestre: moi, je trouve que la beauté est partout. Chaque personne a quelque chose qu’elle peut valoriser. Quels conseils peut-on donner à un(e) jeune qui veut se lancer dans ce métier? Il n’y a pas de recette. Il ne faut pas être trop ébloui par cette image facile de la mode, il y a beaucoup de travail derrière. Il faut être très persévérant. La persévérance est la qualité prin­ cipale dans ce métier. Que peut faire un(e) ado qui aime être bien habillé(e) et qui a très peu d’argent? Pour être bien habillé, on peut aller aux puces. Tout est dans l’invention: on peut changer un petit détail, on peut teindre, etc. Tout est dans la créa­ tivité, moins dans l’argent.

Pour être styliste, il faut être à l’affût des tendances du moment, savoir dessiner, faire des concepts, tailler des vêtements qui peuvent se por-

ter tous les jours, organiser des défilés, faire du marketing et produire deux et même quatre collections par an! C’est un stress énorme. En Suisse, il y a des créateurs passionnés qui dessinent, coupent, cousent, mais passent la plus grande partie de leur temps à téléphoner, organiser, chercher des sponsors, marchander avec les fournisseurs, organiser la production, bref, ils travaillent à 200 pour cent.

Autour du texte 1. Être styliste, c’est un métier très varié. Cherche tous les verbes à l’infinitif qui vont avec ce métier. Fais un réseau de mots dans ton «journal».

2. Relis l’interview avec Solo-Mâtine: qu’est-ce qui t’a étonné le plus dans ses réponses? Activités Tout est dans l’invention: organisez un défilé de mode et commentez les modèles que vous présentez.

Mots être à l’affût

auf der Lauer sein

le défilé de mode

die Modeschau

coudre

nähen

le metteur en scène

der Regisseur

la pièce

hier: Theaterstück

valoriser

valorisieren, aufwerten

persévérant

beharrlich, ausdauernd

13


Métier:  styliste

Qu’est-ce qu’un(e) styliste? Nous avons posé cette question à Solo-Mâtine, une jeune styliste de Genève. «Le stylisme, c’est imaginer quelque chose, puis réaliser ses rêves avec des moyens techniques, c’est faire en sorte que les gens aiment porter ce qu’on a créé.» Une interview avec Solo-Mâtine

Avant la lecture 1. Est-ce que tu aimes regarder la mode dans les magazines? Est-ce que tu aimerais t’habiller comme les mannequins? 2. Est-ce que tu fais tes vêtements toi-même? Connais-tu le métier de styliste?

Jusqu’au défilé, il y a de nombreuses étapes. Quelle est celle que vous préférez? Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier? Dessiner, c’est bien, mais le plus fort, c’est de réaliser son idée en trois dimensions, de faire «en vrai» les mêmes lignes, les mêmes formes, que vous avez imaginées. Où trouvez-vous vos idées? Je me pose aussi la même question. Partout! Je vois par exemple des gens dans la rue qui se sont mal habillés, alors ça m’inspire, ça me donne des idées. Vous trouvez les idées dans la rue, faites-vous donc aussi une mode pour la rue? Quand je présente ma mode, je ne prends pas de mannequin pour défiler. Je ne fais pas de mode pour des mannequins, mais pour la rue. Je prends des acteurs, des comédiennes, des danseurs, des gens très à l’aise. Je travaille beaucoup avec un metteur en scène: on met en scène ces défilés avec lui, on fait la musique exprès pour chaque défilé, donc ça devient vraiment une pièce. Les participants sont des acteurs – comme nous dans la vie.

12

Qu’est-ce que vous aimez moins dans votre métier? Tout le côté «brillant» de la mode. La mode des grands couturiers s’éloi­ gne souvent trop de la réalité. On prend des filles d’une beauté incroyable, c’est presque extraterrestre: moi, je trouve que la beauté est partout. Chaque personne a quelque chose qu’elle peut valoriser. Quels conseils peut-on donner à un(e) jeune qui veut se lancer dans ce métier? Il n’y a pas de recette. Il ne faut pas être trop ébloui par cette image facile de la mode, il y a beaucoup de travail derrière. Il faut être très persévérant. La persévérance est la qualité prin­ cipale dans ce métier. Que peut faire un(e) ado qui aime être bien habillé(e) et qui a très peu d’argent? Pour être bien habillé, on peut aller aux puces. Tout est dans l’invention: on peut changer un petit détail, on peut teindre, etc. Tout est dans la créa­ tivité, moins dans l’argent.

Pour être styliste, il faut être à l’affût des tendances du moment, savoir dessiner, faire des concepts, tailler des vêtements qui peuvent se por-

ter tous les jours, organiser des défilés, faire du marketing et produire deux et même quatre collections par an! C’est un stress énorme. En Suisse, il y a des créateurs passionnés qui dessinent, coupent, cousent, mais passent la plus grande partie de leur temps à téléphoner, organiser, chercher des sponsors, marchander avec les fournisseurs, organiser la production, bref, ils travaillent à 200 pour cent.

Autour du texte 1. Être styliste, c’est un métier très varié. Cherche tous les verbes à l’infinitif qui vont avec ce métier. Fais un réseau de mots dans ton «journal».

2. Relis l’interview avec Solo-Mâtine: qu’est-ce qui t’a étonné le plus dans ses réponses? Activités Tout est dans l’invention: organisez un défilé de mode et commentez les modèles que vous présentez.

Mots être à l’affût

auf der Lauer sein

le défilé de mode

die Modeschau

coudre

nähen

le metteur en scène

der Regisseur

la pièce

hier: Theaterstück

valoriser

valorisieren, aufwerten

persévérant

beharrlich, ausdauernd

13


Pour

bien posséder la 

langue française

A chacun son look

Vocabulaire thématique Dessine dans ton «journal» une armoire avec des portes ouvertes. Remplis ton armoire avec les vêtements que tu aimes. Décris tes vêtements préférés. Vocabulaire utile couleurs

motifs

vêtements

matières

un pantalon

en coton (Baumwolle) jaune, rouge, rose

un t-shirt

en soie (Seide)

noir(e), bleu(e)

un sweat

en laine (Wolle)

violet(te), blanc(he) à fleurs

un pull

en cuir (Leder)

vert-clair, bleu-foncé à pois (getupft)

une chemise, etc.

en nylon, etc.

orange, marron, etc. à carreaux (kariert)

uni(e) à rayures (gestreift)

Le skateur Vêtements larges, très, très, très larges pour un maximum de confort, bonnet sur la tête, musique entre les oreilles, le skateur ne sort jamais sans sa planche.

Le rappeur (et la rappeuse) Une tête toujours cou­ verte (capuche, bonnet ou casquette visière en arrière), le rappeur aime les fringues qui lui permettent de faire bouger son corps et d’écouter du rap à fond la caisse.

La branchée Elle aime danser et être à la mode. La vie sans parfum et sans maquillage n’a pas de goût. Les garçons se moquent d’elle mais la regardent quand même.

La «néo-baba» Du henné pour ses cheveux, un grand sac africain sur son épaule droite, une longue jupe pour ses longues, longues jambes (ou bien un pantalon très large), elle ne s’habille pas dans les boutiques de mode, mais aux puces. Ecolo, alternative, c’est la «néo-baba».

Le B.C.B.G. (bon chic, bon genre) Toujours bien coiffé, il pratique le tennis ou la guitare et aime être bien habillé. Bonnes chaussures solides et nettoyées, blouson type aviateur, jean de bonne marque, sweat à la mode.

La B.C.B.G. Cheveux longs, bien coiffés, vêtements à la mode, mais pas trop. Elle aime les bons tissus, elle choisit bien les couleurs.

L’air convenable Pour aller dîner chez Madame de Vernon, Antoine se met sur son 31, il est tiré à quatre épingles. Connais-tu des locutions en allemand ou en suisse allemand qui veulent dire la même chose?

Mots avoir l’air convenable

passend aussehen

à fond la caisse (fam.)

in voller Lautstärke

l’écolo(giste)

Umweltschützer(in)

14

As-tu du flair? Quels sont les mots parallèles en allemand, en anglais ou dans d’autres langues que tu connais?

Un bon «tuyau»: Pour comprendre un texte, utilise toutes tes connaissances des langues que tu as apprises! 15


Pour

bien posséder la 

langue française

A chacun son look

Vocabulaire thématique Dessine dans ton «journal» une armoire avec des portes ouvertes. Remplis ton armoire avec les vêtements que tu aimes. Décris tes vêtements préférés. Vocabulaire utile couleurs

motifs

vêtements

matières

un pantalon

en coton (Baumwolle) jaune, rouge, rose

un t-shirt

en soie (Seide)

noir(e), bleu(e)

un sweat

en laine (Wolle)

violet(te), blanc(he) à fleurs

un pull

en cuir (Leder)

vert-clair, bleu-foncé à pois (getupft)

une chemise, etc.

en nylon, etc.

orange, marron, etc. à carreaux (kariert)

uni(e) à rayures (gestreift)

Le skateur Vêtements larges, très, très, très larges pour un maximum de confort, bonnet sur la tête, musique entre les oreilles, le skateur ne sort jamais sans sa planche.

Le rappeur (et la rappeuse) Une tête toujours cou­ verte (capuche, bonnet ou casquette visière en arrière), le rappeur aime les fringues qui lui permettent de faire bouger son corps et d’écouter du rap à fond la caisse.

La branchée Elle aime danser et être à la mode. La vie sans parfum et sans maquillage n’a pas de goût. Les garçons se moquent d’elle mais la regardent quand même.

La «néo-baba» Du henné pour ses cheveux, un grand sac africain sur son épaule droite, une longue jupe pour ses longues, longues jambes (ou bien un pantalon très large), elle ne s’habille pas dans les boutiques de mode, mais aux puces. Ecolo, alternative, c’est la «néo-baba».

Le B.C.B.G. (bon chic, bon genre) Toujours bien coiffé, il pratique le tennis ou la guitare et aime être bien habillé. Bonnes chaussures solides et nettoyées, blouson type aviateur, jean de bonne marque, sweat à la mode.

La B.C.B.G. Cheveux longs, bien coiffés, vêtements à la mode, mais pas trop. Elle aime les bons tissus, elle choisit bien les couleurs.

L’air convenable Pour aller dîner chez Madame de Vernon, Antoine se met sur son 31, il est tiré à quatre épingles. Connais-tu des locutions en allemand ou en suisse allemand qui veulent dire la même chose?

Mots avoir l’air convenable

passend aussehen

à fond la caisse (fam.)

in voller Lautstärke

l’écolo(giste)

Umweltschützer(in)

14

As-tu du flair? Quels sont les mots parallèles en allemand, en anglais ou dans d’autres langues que tu connais?

Un bon «tuyau»: Pour comprendre un texte, utilise toutes tes connaissances des langues que tu as apprises! 15


Es-tu

victime de la mode?

Es-tu un(e) fanatique de la mode? Aimes-tu porter des vêtements que tu vois dans les magazines? Penses-tu que la mode est ridicule? Pour le savoir, fais ce test, mais ne le prends pas trop au sérieux.

Résultat Entre 22 et 27 points: La mode? Tu adores ça. Tu aimes passer des heures à chercher des vêtements. Tu fais attention à ton «look» et tu aimes bien que les gens te remarquent. Attention aux excès!

1. Le matin, tu ouvres ton armoire: a) tout tombe par terre parce qu’elle est surchargée (3 points) b) tu n’as pas de mal à choisir parce que tout est bien rangé (2 points) c) elle est vide donc tu vas voir dans l’armoire de ton frère ou de ta sœur (1 point) 2. Tu reçois 250 frs pour ton anniversaire: a) tu dépenses la moitié pour des vêtements (2 points) b) tu n’achètes pas de vêtements du tout (1 point) c) tu dépenses tout pour acheter des vêtements (3 points) 3. Où est-ce que tu achètes tes vêtements? a) dans des boutiques de mode comme Morgan, Kookaï, Benetton… (3 points) b) dans les grands magasins (1 point) c) ça dépend de ton budget et de ce que tu cherches (2 points) 4. Comment est-ce que tu achètes tes vêtements? a) tes parents te forcent à en acheter (1 point) b) tu achètes des vêtements même si tu n’en as pas besoin (3 points) c) tu achètes des vêtements seulement si tu en as besoin (2 points) 16

Entre 13 et 21: Tu es très raisonnable. Tu aimes être bien habillé(e), mais tu n’es pas victime de la mode. Tu portes des vêtements que tu aimes et dans lesquels tu te sens bien même s’ils ne sont pas à la mode.

5. Tu es invité(e) à une soirée. Combien de temps passes-tu à te préparer? a) une demi-heure (2 points) b) moins de vingt minutes (1 point) c) plus d’une heure (3 points) 6. Tu es invité(e) à une soirée. Tu veux porter ton vêtement préféré. Mais ta mère l’a lavé et il n’est pas sec. Qu’est-ce que tu fais? a) ce n’est pas important, tu mets autre chose (1 point) b) tu attends même si tu arrives en retard (2 points) c) tu vas acheter quelque chose de nouveau (3 points)

7. Ton ami(e) porte une chemise que tu trouves horrible: a) tu refuses de sortir avec lui/elle (3 points) b) tu lui demandes de changer de chemise (2 points) c) ça ne fait rien, ce n’est pas important (1 point) 8. Pour Noël, ta mère t’a acheté un pantalon que tu n’aimes pas: a) tu remercies ta mère et tu portes le pantalon (1 point) b) tu fais une scène et tu demandes un autre pantalon (3 points) c) tu ne dis rien et tu vas l’échanger (2 points)

9. Que penses-tu des marques de vêtements? a) elles ne veulent rien dire, même dans les grands magasins, les vêtements ont des marques (1 point) b) il faut acheter seulement des marques parce que les vêtements des grands magasins sont vraiment affreux (3 points) c) c’est un peu cher, mais les vêtements sont de bonne qualité (2 points)

Mots surchargé

überfüllt

affreux

schrecklich

l’excès (m.)

die Übertreibung

l’apparence (f.)

die Erscheinung

Moins de 13 points: La mode, ça ne t’inté­ resse pas du tout. Pour toi, les vêtements servent à te protéger du froid. Tu devrais peut-être faire un peu plus attention à ton apparence.

Commentez le résultat 1. Est-ce que tu es d’ac cord avec le résultat? 2. Note tes idées et com pare avec tes camara des.

Mots les tifs (m.)

die Haare (umgangssprachlich)

Bildnachweis Seite 6 u.l.: IBA/Keystone Archive Zürich Seite 12/13: Collage mit Bildern von Christophe Margot, Solo-Mâtine, Philippe Klee Quellen Seite 2/3: Comment fait-on la mode?, Okapi documents 1998, Seite 74, Christine Sallés, © Bayard Press, Paris Seite 4/5: Je veux des Nike, Okapi No. 618, page 52, 13. Dezember 1997, © Bayard Press, Paris Seite 8/9: Auszug aus der Broschüre: Mes fringues: c’est cool! c’est mon­dial! c’est clean!, © Arbeitsge­mein­schaft der Hilswerke Swissaid/ Fastenopfer/ Brot für alle/Helvetas/ Caritas, Bern 1999 Seite 16/17: Es-tu Victime de la Mode?, Ça va, Nr. 1, Sept./Okt. 1996/97, © Mar y Glasgow Magazines/ Scholastic, London Seite 17: Titeuf 7, «Le miracle de la vie», Seite 45, © Edition Glénat, Issy les Moulineaux

17


Es-tu

victime de la mode?

Es-tu un(e) fanatique de la mode? Aimes-tu porter des vêtements que tu vois dans les magazines? Penses-tu que la mode est ridicule? Pour le savoir, fais ce test, mais ne le prends pas trop au sérieux.

Résultat Entre 22 et 27 points: La mode? Tu adores ça. Tu aimes passer des heures à chercher des vêtements. Tu fais attention à ton «look» et tu aimes bien que les gens te remarquent. Attention aux excès!

1. Le matin, tu ouvres ton armoire: a) tout tombe par terre parce qu’elle est surchargée (3 points) b) tu n’as pas de mal à choisir parce que tout est bien rangé (2 points) c) elle est vide donc tu vas voir dans l’armoire de ton frère ou de ta sœur (1 point) 2. Tu reçois 250 frs pour ton anniversaire: a) tu dépenses la moitié pour des vêtements (2 points) b) tu n’achètes pas de vêtements du tout (1 point) c) tu dépenses tout pour acheter des vêtements (3 points) 3. Où est-ce que tu achètes tes vêtements? a) dans des boutiques de mode comme Morgan, Kookaï, Benetton… (3 points) b) dans les grands magasins (1 point) c) ça dépend de ton budget et de ce que tu cherches (2 points) 4. Comment est-ce que tu achètes tes vêtements? a) tes parents te forcent à en acheter (1 point) b) tu achètes des vêtements même si tu n’en as pas besoin (3 points) c) tu achètes des vêtements seulement si tu en as besoin (2 points) 16

Entre 13 et 21: Tu es très raisonnable. Tu aimes être bien habillé(e), mais tu n’es pas victime de la mode. Tu portes des vêtements que tu aimes et dans lesquels tu te sens bien même s’ils ne sont pas à la mode.

5. Tu es invité(e) à une soirée. Combien de temps passes-tu à te préparer? a) une demi-heure (2 points) b) moins de vingt minutes (1 point) c) plus d’une heure (3 points) 6. Tu es invité(e) à une soirée. Tu veux porter ton vêtement préféré. Mais ta mère l’a lavé et il n’est pas sec. Qu’est-ce que tu fais? a) ce n’est pas important, tu mets autre chose (1 point) b) tu attends même si tu arrives en retard (2 points) c) tu vas acheter quelque chose de nouveau (3 points)

7. Ton ami(e) porte une chemise que tu trouves horrible: a) tu refuses de sortir avec lui/elle (3 points) b) tu lui demandes de changer de chemise (2 points) c) ça ne fait rien, ce n’est pas important (1 point) 8. Pour Noël, ta mère t’a acheté un pantalon que tu n’aimes pas: a) tu remercies ta mère et tu portes le pantalon (1 point) b) tu fais une scène et tu demandes un autre pantalon (3 points) c) tu ne dis rien et tu vas l’échanger (2 points)

9. Que penses-tu des marques de vêtements? a) elles ne veulent rien dire, même dans les grands magasins, les vêtements ont des marques (1 point) b) il faut acheter seulement des marques parce que les vêtements des grands magasins sont vraiment affreux (3 points) c) c’est un peu cher, mais les vêtements sont de bonne qualité (2 points)

Mots surchargé

überfüllt

affreux

schrecklich

l’excès (m.)

die Übertreibung

l’apparence (f.)

die Erscheinung

Moins de 13 points: La mode, ça ne t’inté­ resse pas du tout. Pour toi, les vêtements servent à te protéger du froid. Tu devrais peut-être faire un peu plus attention à ton apparence.

Commentez le résultat 1. Est-ce que tu es d’ac cord avec le résultat? 2. Note tes idées et com pare avec tes camara des.

Mots les tifs (m.)

die Haare (umgangssprachlich)

Bildnachweis Seite 6 u.l.: IBA/Keystone Archive Zürich Seite 12/13: Collage mit Bildern von Christophe Margot, Solo-Mâtine, Philippe Klee Quellen Seite 2/3: Comment fait-on la mode?, Okapi documents 1998, Seite 74, Christine Sallés, © Bayard Press, Paris Seite 4/5: Je veux des Nike, Okapi No. 618, page 52, 13. Dezember 1997, © Bayard Press, Paris Seite 8/9: Auszug aus der Broschüre: Mes fringues: c’est cool! c’est mon­dial! c’est clean!, © Arbeitsge­mein­schaft der Hilswerke Swissaid/ Fastenopfer/ Brot für alle/Helvetas/ Caritas, Bern 1999 Seite 16/17: Es-tu Victime de la Mode?, Ça va, Nr. 1, Sept./Okt. 1996/97, © Mar y Glasgow Magazines/ Scholastic, London Seite 17: Titeuf 7, «Le miracle de la vie», Seite 45, © Edition Glénat, Issy les Moulineaux

17


8

10

La

ISBN 3-906742-94-6

mode


La Mode