Page 1

Gratuit - n° 4 - Année 1 - Novembre 2019

Le journal culturel numérique des étudiants de Louvain-la-Neuve

« L'art de persuader consiste autant en celui d'agréer qu'en celui de persuader » Blaise Pascal

Controversus

Fin connaisseur de l'Etincelle que tu es, tu te rappelles sûrement de cette belle rubrique parue l'an passé, je ne parle de nulle autre que le Controversus. Pour ceux qui l'ignoreraient, le Controversus a pour objectif d'aborder une thématique actuelle et de poser une vision contrastée. En effet, sur cette page, tu trouveras deux avis opposés afin que tu aies une vision globable pour te constituer ta propre opinion. Je tiens à rappeler que l'objectif étant de présenter différentes visions d'un même sujet, les propos écrtis ne reflètent pas forcément la pensée de ceux qui les ont rédigés.

Les lanceurs d'alerte

« We all only live once. So we are obligated to make good use of the time that we have and to do something that is meaningful and satisfying. That is my temperament. I enjoy creating systems on a grand scale, and I enjoy helping people who are vulnerable. And I enjoy crushing bastards. » Julian Assange

POUR Les surveillances illégales de la NSA, les frappes aériennes sur des civils en Irak, la corruption au sein d’Etats africains, voilà Par quelques faits qui, malgré Pépito leur aspect scandaleux, ne seraient jamais arrivés à vos oreilles si quelques personnes ne s’étaient pas levés et n’avaient pas tout risqué au nom de la vérité.

S

nowden, Assange, Manning, tous ces noms vous sont probablement familiers et avec raison. Ces personnes ont secoué la scène mondiale par leurs actes, par les informations qu’ils ont divulgué, tout cela au prix de leur propre liberté. L’objectif que ces gens poursuivent est simple: en ce jour où nombreux médias ne sont plus forcément libres, en ce jour où les Etats cachent des pans entiers d’informations, certains entendent rétablir l’équilibre de force qui se joue entre le pouvoir politique et la population. En effet, ils critiquent l’asymétrie d’informations existant entre le gouvernement et le plus grand nombre. Comment pertinemment élire des dirigeants et soutenir des politiques si la moitié de ce qui est fait est dissimulé ? Comment lutter contre la violation de nos droits ? Pour pallier ce fossé informationnel, plusieurs personnes utilisent l’Internet pour partager ce qui est enterré loin du grand public. Cette quête de vérité a mené à la création d’un contre-pouvoir formé de lanceurs d’alerte. De tout temps, il a toujours fallu une contre-mesure face à l’entité dominante, un modérateur permettant de prévenir toutes dérives. Au 19ème et au 20ème siècle, il s’agissait de la presse papier mais à la fin du siècle précédent, une perte de confiance est apparue. Certains journaux, possédés par quelques conglomérats, ont démontré une absence d'objectivité et ont relayé de fausses informations de gouvernements. Attention, cet article n’affirme pas que la presse papier est incompétente.

Depuis lors, elle a encore de nombreuses fois démontré qu’elle était vitale au bon fonctionnement de la société. Toutefois, la presse n’est plus le seul contre-pouvoir fortement médiatisé. A l’heure d’Internet, les lanceurs d’alerte disposent d’un outil fantastique pour transmettre la vérité à un grand nombre de personne. La presse s’est d’ailleurs souvent intéressée à ces dossiers brûlants et a poursuivi le travail des lanceurs. Il est parfois dit que ces gens ne respectent pas la loi. Néanmoins, peut-on réellement reprocher à ces personnes de bafouer la loi pour arrêter les actes illégaux commis par des gouvernements, peut-on reprocher à quelqu’un de vouloir restaurer les droits bafoués? Il s’agit là d’une confrontation entre moralité et légalité. Quand on observe l’empressement que les gouvernements, dont de nombreuses démocraties, mettent à tenter de faire taire les lanceurs d’alerte, il semble évident que leur rôle est nécessaire. La vérité a souvent fait peur à de nombreux gouvernements, mais, avoir accès à la vérité, n’est-ce pas là un droit fondamental de tout peuple ? Tous les scandales sont mis en lumière, peu importe la nature de celui-ci. La ligne de conduite de base reste la vérité et ce n’est point une volonté de biaiser des élections qui guide ce combat. Des reproches peuvent sûrement être faits à ces lanceurs d’alerte, mais au final, ce sont ce genre de personnes qui assurent la survie de l’Etat de droit. Par conséquent, ils assurent le bon fonctionnement de nos régimes démocratiques et luttent contre les dérives de ceux-ci, tant à l’étranger que dans le pays-même. Pour conclure, voici une citation de Julian Assange résumant toute la philosophie des lanceurs d'alerte: "If wars can be started by lies, peace can be started by truth."

CONTRE

Par Jonas

I

Dans un monde où nos démocraties sont sans cesse remises en question, les lanceurs d’alerte viennent perturber l’opinion publique. Véritables héros ou dangers pour le bon fonctionnement des Etats ?

l est difficile de ne pas vouloir soutenir des gens qui ont sacrifié jusqu’à leur vie pour révéler crimes et viols envers nos démocraties, à la population. Cependant, il y a quand même quelques éléments qui dérangent avec ce statut qui leur a été octroyé. La notion de lanceur d’alerte a été créée en 1996 à partir du terme anglais « whistleblower », initialement traduite par « dénonciateur » ou « prophète de malheur ». La dénonciation n’est en général pas connotée positivement, surtout quand celle-ci se transforme en délation. Le principe de la délation repose que le fait que c’est un individu ou un groupe de personnes, qui agit pour son propre gain. C’est là, dans ces derniers mots de la définition que réside le premier problème. Comment savoir si un lanceur d’alerte agit dans le simple but d’avertir la population, sans rien attendre en retour ? Assange, Snowden, Ellsbert, tous ont rendu accessibles des documents confidentiels. Il suffit de quelques clics sur le web pour comprendre ce qu’il ont révélé. Mais que connaît-on vraiment d’eux ? Comment peut-on affirmer qu’ils ont fait ce sacrifice avec comme seule motivation leur éthique ou leur activisme ? Révéler des informations confidentielles, ce n’est pas toujours une bonne idée. Dans les cas les plus connus, nous sommes tous convaincus qu’il s’agissait d’actes héroïques. Mais que se passerait-il si des informations sur la sécurité de l’Etat, si des informations secrètes qui le restent justement pour notre protection venaient à fuiter ? Ne sont-elles pas secrètes pour une bonne raison ? Certaines informations doivent le rester

pour ne pas tomber entre de mauvaises mains ou ne pas être utilisées contre les régimes mis en place. Si tout le monde pouvait aller fouiller dans les dossiers confidentiels, on tomberait très vite dans une anarchie totale. Voire pire, dans un monde bercé par les théories du complot. Certains Etats ont rendu criminels les lanceurs d’alerte. Barack Obama était lui même contre ce statut. Tout le long de sa carrière, il a souvent eu recours à une loi, l'Espionnage Act (loi de 1917), Celle ci a été mise en place pendant la Première Guerre mondiale afin de protéger les documents et des informations détenues par le gouvernement d’aboutir dans de mauvaises mains. Obama l’a utilisée à sept reprises contre des employés fédéraux qui avaient révélé des informations liées à la défense ou au renseignement. Les présidents précédents avaient utilisé seulement trois fois ce recours. On est alors en droit de se demander pourquoi un président qui a été en majeure partie pour la protection des minorités et des droits humains se montre aussi sévère envers les lanceurs d’alerte. Je pense que c’est tout simplement pour la sécurité de l’Etat. De plus, la réponse réside peut-être dans la relation entre espionnage et lanceur d’alerte. Espionner est interdit, et l’on n’espionne jamais sans vouloir en retirer quelque chose. Il y a donc bien cette notion de gain, de bénéfice pour soi qui rentre en jeu. Que ce soit pour la recherche de gloire, pour une idéologie quelconque, le profit économique ou la popularité. Un homme n’agit jamais sans raison, sans vouloir en tirer profit. Il faut donc faire attention et ne pas faire passer nos émotions avant notre sens critique.


L'E-tincelle du fun

2

« Absurde, il n'y a que toi qui soit pur » - Cesar Vallejo

Concours de don de sang du Kot Croix Rouge Le concours de don de sang du KCR a été lancé cette semaine et durera jusqu’en S10 (du 4 novembre au 17 novembre). Les kots à projets motivés sont Par Justine déjà inscrits et publient leurs événements pour aider les participants (Kap’s) sur Facebook. Leur objectif est d’avoir le plus de points avant la fin des trois semaines. Il y a également, chaque fin de semaine, un premier total de points avec des cadeaux à la clé !

P

our récolter des points (et à votre intention pour les aider), il suffit de donner soit son sang pour deux points (même essayer compte pour un point), soit ses plaquettes, soit son plasma (les deux pour trois points), soit s’inscrire comme donneur de cellules souches (pour trois points). Si vous faites un selfie, cela vous fait un point de plus attribué au Kap que vous soutenez. Avant de donner votre sang, vous passez chez un médecin et répondez à un petit questionnaire pour voir si vous êtes dans les conditions. Après le feu vert du médecin, vous voilà parti pour faire votre bonne action. Mais où vont tous ces dons ? En faisant un petit tour sur le site de la Croix rouge, vous pouvez en apprendre beaucoup, comme le fait que la poche de sang est centrifugée pour être séparée en trois pro-

duits : les globules rouges, les plaquettes et le plasma. En effet, on transfuse au patient uniquement ce dont il a besoin. En même temps, des tests sont réalisés sur les poches que vous avez données (pour vous donner un ordre d’idée, le prélèvement est de 450ml de sang en moyenne), s’il y a une anomalie, elles sont détruites et vous en êtes avertis. Après cette deuxième étape, les poches sont dispatchées dans les 300 hôpitaux que le Service Sang de la Croix Rouge dessert. La durée de conservation pour les trois produits varie. Elle est de 42 jours pour les globules rouges, de 5 jours pour les plaquettes et d’un an pour le plasma. A l’instar du concours, il est important de rappeler que donner votre sang peut aider un grand nombre de personnes et ne vous coûte qu’une demi heure (pour le sang, plus longtemps pour les plaquettes et le plasma). Vous stressez ? Ne vous inquiétez pas ! Les infirmiers de la croix rouge sont là pour s’occuper de vous pendant votre don. Vous recevez une collation, à boire et vous êtes bien installés. Alors foncez (les réserves de sang sont pour l’instant fragiles) ! Pour l’une ou l’autre question, n’hésitez pas à aller voir le site de la Croix Rouge : donneurdesang.be.

Les sorties de la semaine... La planète Terre se réchauffe, l’univers se refroidit, tout ce qui a un début a

une fin, je rends cet article en retard, notre étoile va engloutir notre système Par Frodon solaire et d’autres systèmes vont broyer ce qu’il en restera, tous nos actes sont

d’insignifiants rouages dans l’Horloge Cosmique. L’Art nous sauve. Voici 6 bonnes raisons de se réjouir d’exister jusqu’à la semaine prochaine :

Horoscope des Kaps CSE TOURNOI: Venus nous dit que si vous ne vous étiez pas fait les croisés, vous seriez sûrement déjà pro maintenant. AKAPELLA: "Ténor ?" "Non, plutôt à l’ouest." (On était sûrs que vous alliez la do ré.) LATINO: Coup dur pour votre interne qui ne voit plus beaucoup sa copine maintenant qu’elle s’implique dans tous les projets de l’étincelle... Sorry, on compte pas te la rendre de sitôt. ASTRO: L’étincelle manque d’inspiration, des volontaires pour devenir notre Mme Irma ? KOT AMNESTY: “Et les droits dl’homme m’sieur Mais tu vas te les prendre dans la figure les doigts de l’homme si ca continue enfin” Les Inconnus. KOT GRATTE CENTRE: Jupiter se demande si vous avez recruté des frères et soeurs exprès pour provoquer un réel inceste. RADIO: Sachez que les flammes ont épargné la photo de notre kot que vous aviez souillée. Vous ne perdez rien pour attendre. SAC DE BILLES: JOFFO Joseph, Editions JeanClaude Lattès, 1973. KOT CITOYEN: Saturne nous informe que vous pouvez déjà commencer à réfléchir à des fiches explicatives sur les rôles suivants dans la formation du gouvernement : débroussailleur, prestidigitateur et fossoyeur. KOTEXTILE: L’alignement de Jupiter avec Pluton vous donne 50% de chances de survivre à votre première année en tant que kap. Vous êtes dans de beaux draps.

Les testaments – Margaret Atwood : 7 novembre La suite de la Servante Ecarlate, roman dystopique dont l’adaptation en la série The Handmaid’s Tale a connu un franc succès. Sad day - FKA Twigs : 8 novembre Nouvel album, dont le titre Sad day est disponible depuis le 4 novembre, et ça promet du lourd. Les sonorités de cette artiste (« post-dubstep » selon Wikipedia) sont à la fois rafraichissantes et plaisantes : on évite le consensuel, mais on ne se prend pas la tête (comme Angèle, il y a un an, IL Y A UN AN). Mon kiff du moment. The Mandalorian - Disney : 12 novembre Je vais pas vous mentir : j’y connais rien en série, et en vrai, j’aime pas trop ça, mais bon, là c’est Star Wars, quoi. Et apparemment, ils ont mis le paquet niveau budget : cent millions de dollars. Donc, un peu de décence, s’il-vous-plait, à ce prix-là, essayez au moins le pilote. Le personnage principal sera campé par Pedro Pascal (Oberyn Martell, Javier Pena, etc.). On lui souhaite de garder toutes ses dents et de choper Pablo le Hutt. J’accuse - Roman Polanski : 13 novembre. Roman Polanski s’attaque ici à un épisode crucial de la Troisième République. Pour ceux qui dormaient en cours d’histoire et de français (et pour les gens du haut de la ville) : Alfred Dreyfus est un officier de l’armée française accusé à tort de trahison en 1894. Sa condamnation sur fond d’antisémitisme rampant a suscité des tensions très fortes dans l’opinion publique française, et a suscité des prises de positions publiques restées célèbres (Emile Zola). Avec un casting prestigieux (Jean Dujardin, Mathieu Amalric, Emmanuelle Seigner, Olivier Gourmet et Louis Garrel) et mené par un réalisateur majeur (peut-être un homme beaucoup moins super, mais ce n’est pas le propos, merci), le film a remporté « il leone d’Argento » à Venise, derrière Joker. Blacksad : Under the Skin - Pendulo Studios et Microïds : 14 novembre Adaptation de la célèbre BD à succès, c’est un peu une roulette russe avec la franchise, hâte de voir ce que ça donne !

Novembre 2019 - n° 4 - Année 1 L’Étincelle - Rue des Bruyères 17 (301-309) - 1348 LLN Tél. : +32 472 36 14 43 E-mail : etincelle@kapuclouvain.be - Page : Join us on Facebook! Rédaction : Thomas Alaimo, Justine Closset, Florian P. de Clippele et Jonas Marko Éditeur responsable : Florian P. de Clippele Responsable : Thomas Alaimo, Justine Closset, Florian P. de Clippele et Bruno Nicoletta Mise en page : Florian P. de Clippele Pour nous soutenir, n’hésitez pas à faire un don au BE42 3631 9263 3754.

Profile for Florian de Clippele

Les lanceurs d'alerte - E-tincelle 4  

Pour cette toute nouvelle E-tincelle, nos charmants journalistes vous ont rédigé une toute nouvelle rubrique: le Controversus ! Une thématiq...

Les lanceurs d'alerte - E-tincelle 4  

Pour cette toute nouvelle E-tincelle, nos charmants journalistes vous ont rédigé une toute nouvelle rubrique: le Controversus ! Une thématiq...

Profile for cx1195ges
Advertisement