Gazette Crestet 111

Page 1

Albert Abou, 1965

Informations communales

La Gazette de Crestet N째111 - 1


VAISON LA ROMAINE 04 90 100 600

Véhicules utilitaires et de tourisme - Voitures sans permis

Avenue Marcel Pagnol 84110 VAISON LA ROMAINE

La Gazette de Crestet N°111 - 2


Conseil municipal : séance du 4 avril 2011 ................................................... 2 Copavo Info ................................................................................................... 3 L'association des parents d'élèves ................................................................ 4 L’école ........................................................................................................... 5 Le Patrimoine................................................................................................. 6 Le Comité de jumelage.................................................................................. 8 Le Tennis Club............................................................................................... 8 L'association paroissiale.............................................................................. 10 Le Comité des Fêtes.................................................................................... 11 Le Carnet ..................................................................................................... 16 Une conférence d'Isabelle Rolet.................................................................. 17 Les dictons de Lavande............................................................................... 20 Les pages gourmandes ............................................................................... 21 Annonces et quizz ....................................................................................... 24

L

e temps des vacances approche : c’est la fin de l’année scolaire pour les écoliers, collégiens, lycéens, étudiants avec plein de projets pour l’été ; c’est aussi le temps des départs en vacances pour certains. A ce sujet et au vu des derniers cambriolages survenus dans le village, avant de partir en vacances il est prudent de prévenir les voisins de votre absence et de le signaler à la gendarmerie. Lorsque vous vous absentez un moment (courses), ne laissez pas votre maison ouverte (vérifiez portes et fenêtres). Après ces recommandations, je vous souhaite de passer un été très agréable et de profiter pleinement de toutes les festivités qui nous sont offertes dans la région. Bonnes vacances à toutes et à tous ! Georgette Guintrand

La Gazette de Crestet N°111 - 3


Séance ouverte à 18h30. Tous les membres sont présents excepté Monsieur Florian Battestini absent. Madame Éliane Baud a été nommée secrétaire. Lecture et approbation du compte rendu du conseil municipal du 7 mars 2011. Vote des taux des trois taxes Le conseil municipal décide de ne pas augmenter les taux des bases en 2011. Ces taux restent donc identiques à ceux de 2009 : Taxe d’habitation 6,60 % Taxe foncier bâti : 9,80 % Taxe non bâti : 29 % Unanimité Portage des repas à domicile Le conseil municipal autorise Madame le Maire à signer la convention avec le CCAS de Vaison-laRomaine. Les résidents de Crestet doivent s’inscrire en mairie de Crestet. Demande de dotation d’équipement des territoires ruraux Montage du dossier avec Monsieur Daniel Peyre pour le projet de boulangerie. Subvention sollicitée : 35%.

Marché à procédure adaptée pour la maîtrise d’œuvre pour l’aménagement d’un bâtiment communal en atelier de fabrication et commerce de boulangerie Étude des offres de trois architectes. Lancement d’une négociation. Convention avec la SAUR de servitude privée pour la pose de répéteurs destinés à la mise en place d’un système de télérelève des index de compteurs d’eau sur la commune Le conseil municipal autorise Madame le Maire à signer la convention. Unanimité Travaux de l’église Demande de subvention pour la 1ère tranche de travaux d’un montant de 103.079 € H.T. Travaux mur de soutènement sous la propriété Moschietto Un courrier en recommandé avec accusé de réception sera adressé à l’entreprise Roberti qui promet d’effectuer les travaux depuis l’été dernier. Séance levée à 20h30.

La Gazette de Crestet N°111 - 4

Le Maire, Georgette Guintrand


Une collecte DEEE a été mise en place depuis le début du mois de mai, sur notre déchetterie intercommunale. Les DEEE sont séparés en quatre flux bien distincts. 1/ GEM Froid

2/ GEM

(Gros électroménager produisant du froid)

(Gros ElectroMénager)

On entend par "froid" ou "GEM Froid", tout appareil contenant des fluides frigorigènes. Ces appareils contiennent des substances chimiques (CFC) dangereuses pour la couche d’ozone. Dans cette catégorie on trouve : - Réfrigérateur - Congélateur - Cave à Vin - Climatiseur - Autres appareils à fluide frigorigène

3/ Écrans

On entend par "GEM", tout appareil de gros électroménager hormis le gros électroménager contenant des fluides frigorigène. Dans cette catégorie on trouve : - Lave-linge - Sèche-linge - Lave-vaisselle - Cuisinière - Four - Table de cuisson - Hotte - Four à micro-ondes - Radiateur - Purificateur d’eau - Chauffe-eau - Convecteur, radiateur - Sèche serviette - Autres électroménagers

4/ PAM (Petits Appareils en Mélange)

On entend par "écran", tout appareil contenant un écran à tube cathodique ou un écran plat dont la diagonale est supérieure à 7 pouces, soit 18 cm. Dans cette catégorie on trouve : - Télévision - Moniteur d’ordinateur - Écrans plats (écrans plasma, LCD,=) - Ordinateur portable - Télévision à rétroprojection - Oscilloscope

Brantes Buisson Cairanne Crestet Entrechaux Faucon Puyméras Rasteau Roaix Sablet Saint Léger du Ventoux Saint Marcellin les Vaison Saint Romain en Viennois Savoillan Séguret Vaison la Romaine Villedieu

La Gazette de Crestet N°111 - 5

On entend par "PAM", tout ce qui ne rentre pas dans les trois autres catégories, notamment le petit électroménager, les équipements informatiques, l’outillage électrique, les jouets électriques, etc. Dans cette catégorie on trouve : - Fer à repasser - Montre /Horloge - Grille pain - Cafetière - Pèse-personne - Radio, chaine hifi - Magnétoscope, lecteur DVD - Caméscope - Appareil photo - Instruments de musique - GPS -Pistolets à son - Unité centrale - Souris/ Clavier - Imprimante -Téléphone - Perceuse - Taille haie électrique - Tronçonneuse électrique - Machine à coudre - Jouets électrique - Jeux éducatif - Tous appareils électriques ne rentrant pas dans les trois autres flux


Concert de fin d’année École de musique intercommunale Pays Vaison Ventoux

« Théâtre Antique » lundi 27 Juin 21h30 Avec la participation exceptionnelle de GRAEME ALLWRIGHT Avec Les élèves et les professeurs de l’école intercommunale de musique L’Orchestre de guitares de Provence L’ensemble régional de guitares Des solistes invités

Les ensembles vocaux : la chorale adultes-ados de l’école intercommunale Vaison Ventoux l’ensemble vocal Polysonances d’Orange l'Ensemble Vocal au Chœur des Vignes les ensembles vocaux enfants du conservatoire de Carpentras les classes à horaire aménagé du collège Joseph D’Arbaud la classe Maîtrisienne des chanteurs et chanteuses solo invités et des invités surprises !

Les élèves sont partis en classe découverte après les vacances de Pâques. L'APE a financé en partie ce projet. Le vendredi 24 juin, après le spectacle des enfants, l'APE offre l'apéritif. Au cours de la fête votive, elle tiendra la buvette comme d'habitude. L'association organise le petit déjeuner du vide grenier le dimanche 26 juin et proposera des grillades à midi. Le président, Éric Marchwacki

La Gazette de Crestet N°111 - 6


Le cirque

Le jardin

Avignon

Le décloisonnement

L’OCCE nous a prêté deux malles de matériel de cirque. Nous avons pu en profiter suffisamment pour que des élèves commencent à réaliser de belles figures de jonglage. Chacun a travaillé selon ses affinités, après avoir essayé les différents objets à manipuler : les balles, les assiettes, le bâton du diable, les foulards, le diabolo et les massues. Aurélia

L’école a fait un petit potager avec des radis, des tomates, des tournesols, etc= Aimé et Frédéric ont installé un grillage pour que ceux qui jouent au foot ne tirent pas sur les plantes. Antoine Ils nous ont aussi fait des parcelles de terre. François-Pierre Mais en ce moment, des gens viennent déterrer les plantes et marcher sur nos plantations. Manon Des enfants ont eu des idées pour plus protéger le jardin, comme : mettre un portail, un grillage, etc= Jean-Baptiste B

On est allé à Avignon et on a visité le théâtre du Chêne Noir. Il y avait une dame qui s’appelait Aurélia. Jordan Le théâtre est une ancienne chapelle. Nous avons été très bien accueillis. Au début, nous avons parlé des différents métiers dans l’entourage du théâtre. Ensuite, nous avons visité les loges, l’endroit où l’on fabrique les décors, etc= Naïs Le musée était très bien. L’an dernier, nous avons déjà visité ce musée mais cette année, les œuvres étaient plus incroyables que l’an dernier. Par contre, il y avait des choses pas très jolies à voir. Paloma

Le 12 avril, à 13h20, on est partis en bus pour St Marcellin, pour fêter l’arrivée du printemps. Nous avons fait des jeux : « lancer de pétéca », « cadavres exquis », « constructions », « concours de puzzle », « tomate ». Après, on s’est déguisés et on a fait un défilé. Ensuite, on a goûté. Adrien Les « grands » ont pris en charge les différents ateliers et se sont très bien débrouillés ! Aurélia

La Gazette de Crestet N°111 - 7


vendredi 24 juin à 18 h chapelle de l'Annonciade - rue Porte de Notre-Dame ♦ Inauguration et découverte de la plaque touristique ♦ Concert classique par Le quintette à vents du Grand Avignon danses antiques de Ferenc Farkas et pièces de jacques Ibert cor : Eric Sombret, clarinette : Patrick Segard, basson : Arnaud Coic, hautbois : Fabienne Garceau, flûte : Corinne Sagnol ♦ Apéritif et dégustation de vin du domaine local Chêne bleu au Crestet

samedi 25 juin à 15 h - chapelle de l'Annonciade - rue Porte de Notre Dame ♦ Les décors de la Chapelle de l'Annonciade par Florence Bombanel Le guide-conférencier sera l'œil du public le temps de cette visite spécialement conçue pour les personnes souffrant d'un handicap visuel. Grâce à des descriptions précises et à des maquettes tactiles spécialement créées, elle permettra une découverte des décors et de l'histoire de cette chapelle. Renseignements et réservations au 06 87 96 73 49

Lundi 22 août à 18 h Place du château ♦ Parcours commenté dans les rues du village autour de l'histoire patrimoniale du Crestet par Antoine Abou, adjoint au Patrimoine et à la culture à la mairie de Crestet. Cette rencontre sera clôturée par un petit rafraichissement offert par la mairie.

24 juin : inauguration 25 juin : conférence 22 août : parcours commenté

La Gazette de Crestet N°111 - 8


Dans la précédente gazette, nous vous avons signalé le projet d’exposition pour cette manifestation : revisiter les traditions culinaires en Provence, et partager un moment convivial et instructif autour des différents aspects de la pratique culinaire quotidienne ou festive, ancienne ou plus récente, des villes ou des champs, familiale ou professionnelle. Nous vous rappelons les différentes pistes de recherche des objets, photographies, textes, récits que nous proposons à votre collaboration :

• des exemples de menus : les menus de fête (mariage, baptême, communion, fêtes religieuses comme Noël ou Pâques), menus du dimanche ou menus du quotidien, menus quand on allait aux champs, etc. ; • des exemples de recettes des mets plus courants ou plus rares, ou bien des exemples de manière de conserver les aliments (des conserves de légumes et de fruits jusqu’à la préparation des olives, la salaison de la viande) ; sans oublier les recettes des diverses boissons alcoolisées ou non ; • des livres de cuisine anciens et plus récents ; • des ustensiles qui servent à la préparation des mets ; ou bien ce qui sert à leur cuisson ; ou bien ce qui sert à leur conservation (on peut penser aux différentes poteries par exemple) ; • La vaisselle et le linge de table du quotidien ou de fête ; • des récits et des photographies des repas partagés dans des moments caractérisés : repas de famille, repas aux champs, repas de fête, etc. Ceux qui aiment la littérature mettant en scène la Provence, pourront peut-être se replonger dans les ouvrages de Pagnol, Daudet par exemple pour y retrouver des textes savoureux et nous les faire parvenir !

La Gazette de Crestet N°111 - 9


Les Auvergnats à Crestet les 2 et 3 juillet Après l'accueil des arrivants, le vendredi 1er juillet, Tourzéliens et Crestetois se retrouveront le samedi pour visiter Sault et en particulier la fabrique de nougat traditionnel Boyer, et pour pique-niquer dans un bois des environs. Le soir, tout le monde se réunit autour d'un méchoui. Le dimanche est libre en famille, et le soir un repas est offert avant le départ sur Tourzel-Ronzières.

L’été arrive, avec la belle saison notre court est davantage fréquenté par les habitués d’une part et aussi par des touristes nombreux dans notre jolie commune. 25 : c’est l’âge de notre court qui a été inauguré en juillet 1986 ! Nous retracerons son historique dans la gazette de septembre, puisque les anniversaires ne se souhaitent pas d’avance. C’est le moment d’acheter en mairie sa carte annuelle (pour la saison juillet 2011/juillet 2012) Pensez à rentrer sur le court muni soit de votre carte annuelle, soit de votre ticket invité ou passager, d’autant que nos tarifs sont vraiment abordables ! A bientôt sur le court pour préparer le prochain Roland Garros ! Le Président, Robert Bègue La Gazette de Crestet N°111 - 10

Les tarifs carte enfant -12 ans : 8 € carte jeunes -18 ans : 20 € carte adulte : 40 € (conjoint 32 €) ticket invité : 3 € l’un ou 24 € les 10 ticket passager : 8 € de l’heure.


La Gazette de Crestet N째111 - 11


Depuis les Rameaux et durant tout l'été, les messes sont données en l'église de Crestet tous les troisièmes samedis du mois. A l'issue de la cérémonie un apéritif convivial est offert. Une façon de se retrouver tous ensemble Jean Girard, pour l'Association

C

e samedi 28 mai, par un temps superbe, une quarantaine de personnes venues de Vaison, de Villedieu, de Séguret, de Sablet, d'Entrechaux, de Malaucène, de Crestet ont participé à la messe dite par le père Dominique Vallon, à l'occasion de la remise en place de la statue de l'Oratoire qui avait été dérobée. Une statue resculptée par M. Vœux. La cérémonie a été suivie sur place d'un sympathique repas tiré du sac. Comme nous le rappelle Yvette Charrasse, c'était une tradition pour les Crestétois de participer à ce pèlerinage qui réunissait les habitants des communes voisines. Elle se souvient de ce parcours qui conduisait à la source du Trignon et qu'elle avait fait petite pendant la guerre en compagnie de Jeanne Bovis, de Séraphine, Laurence et Caroline Ughetto et de quelques autres personnes. "On portait le repas et s'il ne faisait pas beau, on allait se réfugier à la Verrière. On disait qu'on allait chercher la pluie et très souvent on la ramenait".

Prébayon, en 1938

La Gazette de Crestet N°111 - 12


Les billets pour la paella sont en vente à la mairie les mercredi 22 et vendredi 24 juin de 11 heures à 12 heures Tarif : 16 euros pour les adultes et 8 euros pour les enfants. La Gazette de Crestet N°111 - 13


3 Place Montfort 84110 Vaison-la-Romaine Tél. 04 90 36 00 03

Fred Icardi, ancien propriétaire de la Garenne

La Gazette de Crestet N°111 - 14


Caveau de la Verrière 84110 Crestet 04 90 10 06 30 06 11 55 60 15 www.laverriere.com

Cuvées Héloïse Abélard Aliot

La Gazette de Crestet N°111 - 15


La Gazette de Crestet N째111 - 16


La Gazette de Crestet N째111 - 17


Les jumeaux de Florian et Audrey Battestini Matteo et Antoine ont dit bonjour à la vie le 28 mars à Avignon

Valérie Coste et Serge Raffin se sont dits oui samedi 30 avril en l'hôtel de ville de Vaison-la-Romaine

Plein de bonheur aux nouveaux nés et aux nouveaux mariés ! La Gazette de Crestet N°111 - 18


Conférence donnée le 17 décembre 2010 à l'Université pour Tous de Vaison-la-Romaine par Isabelle Rolet, restauratrice en décors peints, formatrice à l'École d'Avignon.

N

ous allons nous intéresser à ce qu'on appelle le bâtiment vernaculaire, c'est-à-dire l'habitation plus ou moins modeste par opposition au bâti de commande. Nous allons tenter un comparatif entre les principes qui régissaient les constructions anciennes et ceux qui animent la construction contemporaine. Nous verrons que les principes sont souvent antinomiques, voire parfois incompatibles. Lorsqu'on est intéressé par la restauration, la réhabilitation ou l'entretien d'un édifice ancien, il est important de savoir comment la construction a été pensée et quels matériaux ont été utilisés.

que je parle du bâti vernaculaire, commun, rural, modeste et non du bâti de commande comme les châteaux, les palais ou les églises. Ce qui a pour conséquence une adaptation "esthétique" du matériau et du bâtiment avec le lieu de la construction, une sorte d'osmose, de fusion entre la construction et le site.

Premier principe : l'adaptation locale Et d'abord quelle était la finalité de la construction ? Dans le bâti ancien, la construction est la plupart du temps adaptée au lieu, au terrain, à la géographie, au climat, aux habitants et à l'activité qui la plupart du temps est exercée soit sur place, soit dans des environs plus ou moins immédiats. Donc dans le bâti ancien, il y a ajustement de l'architecture au terrain, au lieu, à la localité, à la famille plus ou moins nombreuse, et aux activités exercées sur place ou dans un environnement plus ou moins éloigné. Ce bâti ancien se transforme au fur et à mesure que les activités des occupants évoluent dans le temps. Dans la construction contemporaine, la situation est complètement différente puisque les constructions tendent de plus en plus à s'uniformiser. Quelle que soit la région, les traces des spécificités locales sont aujourd'hui de moins en moins perceptibles. Les matériaux se distribuant de façon plus ou moins locale, régionale, nationale, voire internationale, on tend à avoir une unification du paysage urbain, rural ou péri urbain. Les changements qu'on peut avoir dans la construction contemporaine sont plutôt dus aux changements de propriétaires : on rachète et on revend beaucoup plus facilement qu'autrefois. Naguère on construisait pour ses enfants et ses petits enfants. Bien sûr, rappelons-le, il ne s'agit là que de tendances, mais toutefois de tendances nettement observables. Quand on a cela a l'esprit, on a une autre façon de regarder le bâtiment sur lequel on est censé intervenir.

Deuxième principe : souplesse et porosité Deuxième principe complètement opposé : dans le bâti ancien, on est préoccupé par l'économie des ressources et des matériaux. Une façon d'économiser les matériaux, c'est de les prendre le moins loin possible. Je rappelle

La maison Aubéry de la fontaine

En revanche dans la construction contemporaine, on a de plus en plus tendance à utiliser des matériaux qui font l'objet d'une distribution commerciale, des matériaux souvent prêts à l'emploi que l'on va retrouver dans plusieurs régions de France, sinon dans plusieurs pays. Autre différence : les matériaux et les mortiers du bâti ancien sont généralement souples et/ou poreux. Souples, c'est-à-dire qui épousent les rétractations et les dilatations du terrain en fonction de la climatologie. Poreux, c'est-à-dire, comme le disent les maçons, des mortiers respirants, qui permettent une pénétration de l'air, sachant que le meilleur isolant c'est l'air. Dans le bâti contemporain on recherche plutôt des matériaux qui présentent des qualités de dureté voire de résistance avec recherche de l'étanchéité. Il suffit de se rendre chez un marchand de matériaux pour se rendre compte de la multiplicité des produits d'isolation, résine et autres, déclinés sous toutes les formes qui sont proposés aux acheteurs. Dans le bâti ancien, ce sont des matériaux à proscrire et qui, de plus, peuvent être dangereux et incompatibles avec les matériaux anciens. L'utilisation des hydrofuges, des peintures organiques bloquantes par exemple est le plus souvent déconseillée.

La Gazette de Crestet N°111 - 19


Le système de fondation Autre différence fondamentale, dans le bâti ancien, les fondations sont en contact direct avec le sol, un sol plus ou moins résistant. Dans le bâti contemporain, on construit sur un vide sanitaire. Les conséquences sont importantes. Le fait que les fondations soient en contact avec le sol génère des remontées capillaires. On constate souvent qu'à environ un mètre au-dessus du soubassement, au rez-de-chaussée à l'intérieur comme à l'extérieur, apparaissent des tâches, des fissures, des décollements. Des sels minéraux comme le salpêtre traduisent l'évaporation de l'humidité dans les murs. Les peintures acryliques, organiques, glycérophtaliques, etc., ferment la porosité du matériau sur les quelles elles sont appliquées. Dès lors l'évaporation naturelle ne peut plus se faire. L'humidité de surcroit véhicule avec elle des sels minéraux, - des nitrates, des nitrites, des sulfites, des sulfates –, qui vont se cristalliser et par conséquent exercer une pression qui va décoller les parements, les enduits ou les peintures.

La nécessité de l'entretien Alors que dans le bâti contemporain, en général, on est soumis à des normes techniques qui sont associées à des garanties (biennales pour la peinture ou décennales pour la structure), dans le bâtiment ancien on construit pour la postérité et donc pour le plus long terme. Par ailleurs, on construit avec des matériaux souples et poreux. Il faut donc de l'entretien notamment des laits de chaux. Dans ce type de bâti, le matériau en lui-même n'a pas d'importance esthétique. Aujourd'hui, quand on entreprend la restauration d'un bâtiment ancien, ce qu'on souhaite en premier lieu, c'est montrer le matériau ancien qui va attester de l'"ancienneté" du bâtiment. Ce faisant, on risque de le mettre en péril : en décroûtant la pierre, en n'entretenant pas le badigeon sur les enduits, on met à nu un bâtiment qui va être en prise avec toutes sortes de pathologie, de ruissellements, de dégradations. Depuis quelques dizaines d'année, on observe en France et ailleurs la tendance générale de cette mise à nu du matériau ancien ; et cette pratique a déjà causé des dommages irréparables.

Un mur de pierres apparentes d'une maison restaurée

Il faut impérativement revenir en arrière et recréer ou corriger sa vision ou son esthétique du bâtiment ancien. Le bâtiment ancien ne fait pas apparaître de pierre ni de briques. Même sur les pierres de taille apparentes, on entretenait le badigeon de chaux pour la reminéraliser. Sur les moellons de roches ou les constructions de terre plus fragiles et plus irrégulières, on enduisait, et l'enduit était lui-même protégé par un badigeon de lait de chaux. On entretenait tous les cinq-dix ans en rebouchant les microfissures, les petites dégradations. Il faut savoir que c'est l'entretien du lait de chaux qui pérennise la construction ancienne. Certains d'entre vous se souviennent sans doute avoir vu chauler les granges, les fermes et autres bâtiments. A partir du moment où l'on a abandonné cet entretien, après la deuxième guerre mondiale globalement -, l'enduit s'est dégradé. Au fil du temps, il tombe, faisant apparaitre le matériau. Pour peu qu'on voit le matériau et qu'on veuille montrer que la maison est ancienne, on finit de décroûter le peu qui reste, on fait des joints en ciment, et là on a tout faux. Malheureusement, dans neuf cas sur dix, c'est ce qu'on a fait pendant quarante ans. A cause de la mode du décroutage, de la pierre apparente, 90% des décors de chapelle et d'église en Provence ont disparu définitivement dans les bennes à gravats.

Le Colombier

Et maintenant on s'interroge, parce qu'on s'est rendu compte que si le ciment est solide, il bloque les remontées capillaires avec leurs sels minéraux. Ceux-ci n'ayant plus la possibilité de s'échapper par les joints, passent par les pierres et ce sont elles qui se corrodent et se détériorent. D'ailleurs dans certains pays, la pratique de l'entretien au badigeon perdure : au Maghreb, en Andalousie, en Grèce ou en Turquie on a encore conservé cette tradition du bâti ancien au badigeon de chaux. Ce sont parfois les femmes ou les amis qui le passent. En regardant les endroits protégés sous les avancées de toitures des anciennes bâtisses, là où les décors d'origine sont préservés, on verra que les bâtiments anciens n'avaient pas du tout l'apparence qu'ils ont aujourd'hui. On prendrait un choc aujourd'hui si on reconstituait à l'identique tous nos villages tels qu'ils étaient il y a cent ou cent cinquante ans.

La Gazette de Crestet N°111 - 20


Le rôle des décors Nous allons observer quelques uns de ces décors traditionnels parfois réalisés par le maçon du village qui était en même temps peintre. A Roussillon par exemple, pour tout le monde aujourd'hui la carte postale représente un village habillé en rouge. Or, il y a cinquante ans, ce n'était pas le cas. Si le pigment ocre rouge est très courant à Roussillon, il était loin d'être le seul. Ce qui était rouge, c'était l'enduit parce qu'on utilisait la terre locale, une terre dans laquelle on mettait très peu de chaux, parce que la

Le lait de chaux coloré avec des pigments naturels présente des teintes vivantes, chaleureuses avec du moiré et non pas des aplats de couleurs plastifiés comme le rendent certaines peintures actuelles. Dans la durée, la couleur ne vieillit pas, mais se patine. Ces décors au goût du jour ont changé avec les époques. A la fin du 19e siècle, c'est le gris bleuté, le bleu charrette qui est à la mode. Dans les années 20-30, c'est l'oxyde vert qui est recherché. Le décor se substitue à l'architecture quand, dans les maisons modestes, on souligne les ouvertures par des trompe l'œil qui remplacent les pierres de taille.

Que faire aujourd'hui ?

Sur la route de Malaucène

chaux était chère. En revanche le badigeon de chaux pouvait être d'une couleur complètement différente. Il faut comprendre que la coloration à la chaux était l'esthétique réelle de l'époque. De ce point de vue la restauration de l'église de Roussillon ne respecte pas la tradition : l'enduit est teinté dans la masse, alors que la coloration doit venir du badigeon. On peut se rendre compte aisément des dommages causés à la pierre quand elle n'est plus protégée par du lait de chaux. La chaux minéralise la pierre ; et au contact de l'air elle se carbonate. Elle durcit en fixant le gaz carbonique qui est dans l'air et elle redevient dure comme le calcaire dont elle est issue à l'origine. Les matériaux ne devaient pas être vus, mais ils pouvaient être suggérés par le trompe l'œil. Ces décors ne sont pas une spécificité de la Provence. On les retrouve dans toute la France et en Europe.

Supposons que des propriétaires dans un petit village provençal inscrit veuillent remettre de l'enduit sur leur maison, quelle serait la position des Bâtiments de France ? Difficile à dire. Tous les prescripteurs ne sont pas d'accord. A notre sens, trois réponses sont possibles : 1) D'abord il faut conserver les maisons enduites et les décors quand ils existent. 2) Pour les maisons qui ont perdu leur décor et qu'on veut restaurer, il est recommandé de restituer l'enduit et une coloration discrète avec les techniques appropriées 3) Pour les maisons qui ont été décroutées et dont les joints ont été cimentés, il n'y a plus grand-chose à faire car ça coûterait trop cher de les refaire à l'ancienne. C'est le cas de la chapelle de l'Annonciade, jointoyée avec des ciments surdosés. Il faut ajouter que les architectes formés dans les années 60-70-80, n'ont pas toujours reçu une information technique appropriée et sont obligés de se fier à ce que les entreprises ont l'habitude de faire. Les normes DTU (document technique unifié)1 sont élaborées par des commissions où sont majoritaires les fournisseurs de matériaux ! Il n'empêche que les collectivités ont leur mot à dire. A Aix-en-Provence, si vous ne faites pas des façades à la chaux, vous n'avez pas de subvention= Retranscription AA

1 Les normes DTU sont applicables aux marchés de travaux de bâtiment en France, et sont établies par la "commission générale de normalisation du bâtiment/DTU", dont le Centre scientifique et technique du bâtiment assure le secrétariat.

La Gazette de Crestet N°111 - 21

Place Montfort à Vaison


L’eau L’océan même n’est fait que de gouttes L’eau court toujours vers la mer Il passera bien de l ’eau sous les ponts Les rivières ne deviennent jamais grosses qu’il n’y entre de l ’eau Les eaux grossissent, mais pas sans être troublées Les petits ruisseaux font les grandes rivières Goutte à goutte l ’eau creuse la pierre Goutte à goutte on emplit la cuve La dernière goutte d’eau fait déborder le vase Eau qui court ne porte point d’odeur L’eau trouble est le gain du pêcheur Les eaux calmes sont les plus profondes Il faut puiser quand la corde est au puits C’est folie de puiser de l ’eau au cribleau (avec son crible) A petite fontaine boit-on à son aise

Il ne faut jamais dire : « Fontaine je ne boirai pas de ton eau ! » On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve (Héraclite, philosophe grec) L’eau n’oublie pas son chemin

Le bois, la forêt Le bois a des oreilles, et le champ des yeux Qui craint les feuilles, n’aille point au bois Quand il touche la forêt, le feu dévore aussi bien le bois vert que le bois sec Le feu de bois vert donne plus de fumée que de chaleur Petits coups répétés abattent grand chêne Soyez comme le bois de senteur qui parfume la hache qui le coupe Quand le chêne tombe, le lieu se dessèche Au bois, l ’on voit plus de feuilles que d’arbres.

La Gazette de Crestet N°111 - 22


Nous avons choisi de vous proposer des recettes utilisant les légumes et fruits de saison qui trouveront leur place dans vos menus d’été, pour accompagner grillades, viandes ou poissons froids, jambon cru, etc. En particulier, la courgette et l’aubergine abondent en cette saison et méritent qu’on en diversifie les préparations.

mes u g é l s et t i u r F ison a s de

DES MOUSSES DE LEGUMES

On voit un peu partout les restaurants proposer, avant les plats du menu, ce qu’on appelle des « mises en bouche » ; nom curieux comme si on ne mettait pas dans la bouche tout ce qu’on mange ! Bref, si le terme est curieux, la pratique est intéressante. Les mousses de légumes sont faciles à faire et délicieuses, en particulier en été.

Mousse de carottes au cumin

Mousse de courgettes au pesto

Ingrédients 500g de carottes 10 cl de crème de soja* 2 cuillérées à café de curcuma, 1 cuillérées à café de graines de cumin Sel et poivre Préparation Éplucher et couper les carottes en rondelles ; les faire cuire à la vapeur pendant 10 minutes. Mixer les carottes avec la crème de soja et le curcuma. Saler et poivrer selon convenance. Répartir dans des petits bols ou verres, et parsemer les graines de cumin sur le dessus. Mettre refroidir au réfrigérateur pendant au moins 2 heures.

Ingrédients 4 courgettes 3 cuillérées à café de pesto (de préférence « al genovese ») 10 cl de crème de soja* 60 g de parmesan 20 g de pignons de pin Feuilles de basilic Sel et poivre Préparation Bien laver les courgettes, les éplucher et les couper en dés ; les faire cuire à la vapeur pendant 5 minutes. Râper le parmesan. Mixer les courgettes avec le pesto, la crème de soja et le parmesan. Faire griller légèrement les pignons de pin à sec. Saler et poivrer selon convenance. Répartir dans des petits bols ou verres, et parsemer de pignons grillés et de basilic ciselé. Mettre refroidir au réfrigérateur pendant au moins 2 heures. Remarque : il y a pour cette mousse deux variantes intéressantes : sans le pesto et les pignons, on mixe avec du persil ou de la menthe.

* Nous vous proposons dans ces deux recettes de la crème de soja pour une recette extra légère, pour ceux qui veulent réduire ou éviter le lactose. Mais bien sûr, si vous préférez, vous pouvez mettre de la crème fraîche.

La Gazette de Crestet N°111 - 23


DES GRATINS DE LEGUMES

Courgettes à l’italienne

Gratin de courgettes aux champignons

Ingrédients 8 petites courgettes 10 cl de lait 1 tranche de pain de mie sans croûte 2 jaunes d’œufs 4 cuillérées à soupe de parmesan 2 cuillérées à soupe de poudre d’amande 2 cuillérées à soupe de persil plat ciselé 6 cuillérées à soupe d’huile d’olive Sel et poivre

Ingrédients 1 kg de courgettes 75 cl de crème fraîche ou de crème de soja 3 cuillérées à soupe d’huile d’olive Sel, poivre 60 g de parmesan 500g de champignons de Paris 30 g de beurre Ciboulette

Préparation Mettre le pain tremper dans le lait. Bien laver les courgettes et les essuyer. Supprimer les extrémités ; les couper en deux dans le sens de la longueur. Les creuser à l’aide d’une petite cuillère en laissant à peu près 2 mm de chair. Hacher finement la pulpe récupérée. Préchauffer le four à 150° (th. 5). Badigeonner un plat à gratin avec de l’huile d’olive (2 cuillérées). Égoutter la mie de pain et bien la presser entre les doigts. La mettre dans un saladier avec la chair de courgettes hachée, le parmesan, les jaunes d’œufs, la poudre d’amande, le persil ciselé, sel et poivre. Bien mélanger. Remplir les courgettes de cette préparation et les ranger dans le plat à gratin. Arroser avec le reste d’huile. Faire cuire 1 heure environ. Mais surveiller la cuisson. Si la surface dore trop rapidement, couvrir en cours de cuisson. Ce plat peut se manger chaud au sortir du four ou bien froid, préparé à l’avance.

Préparation Éplucher les courgettes à l’économe, les couper en rondelles (environ 3 mm) ; puis les poêler à l’huile d’olive jusqu’à ce qu’elles soient fondantes. Saler, poivrer et égoutter. Couper les têtes des champignons en lamelles fines et les poêler au beurre. Saler et poivrer. Mettre la crème dans une casserole avec la ciboulette et faire réduire pour qu’elle épaississe légèrement. Mettre dans un plat à four les courgettes et les champignons. Verser la crème dessus et saupoudrer avec le parmesan. Faire gratiner au four environ 25 min. à four à 180°.

Gratin d’aubergines et petit épeautre Ingrédients 4 aubergines 200 g de petit épeautre 3 oignons 3 cuillérées à soupe de crème fraîche 100 g d’Emmental râpé 1 clou de girofle 1 carotte 2 cuillérées à soupe d’huile d’olive Thym Sel et poivre Préparation Préparer l’épeautre : le rincer à l’eau froide. Mettre à cuire dans de l’eau bouillante salée avec 1 oignon, 1 carotte et 1 clou de girofle pendant 20 à 25 minutes. Le laisser gonfler, puis l’égoutter. Préparer les aubergines : les éplucher et les couper en dés. Émincer 2 oignons et les faire fondre dans 2 cuillérées à soupe d’huile d’olive ; ajouter les aubergines et laisser compoter 25 minutes à feu doux en remuant régulièrement. Ajouter le thym, le sel et le poivre. Mélanger l’épeautre aux aubergines et ajouter la crème fraîche. Mettre dans un plat à four et saupoudrer avec le fromage râpé. Laisser gratiner 30 minutes à 180°. Servir bien chaud.

La Gazette de Crestet N°111 - 24


DES DESSERTS AUX FRUITS

Soupe de melon* aux épices

Tarte meringuée aux cerises

Ingrédients 2 melons 1 citron non traité 4 cuillérées à soupe de sucre en poudre 6 feuilles de menthe 1 gousse de vanille 1 bâton de cannelle 1 clou de girofle

Ingrédients 1 rouleau de pâte brisée 250 g de cerises dénoyautées 3 blancs d’œuf 150 g de sucre semoule 10 g de sucre glace 1 pincée de sel

Préparation Couper les melons en quartiers, enlever les pépins et l’écorce. Tailler les en cubes et les réserver au réfrigérateur. Préparer le sirop aux épices : prélever le zeste du citron et le tailler en filaments. Faire bouillir 50 cl d’eau avec le sucre, le jus du citron. Ajouter le zeste, le clou de girofle, la gousse de vanille fendue et la cannelle. Laisser cuire 10 minutes. Laisser refroidir le sirop ; et le verser sur le melon. Garder 2h au frais. Répartir dans des coupes ou des verres, et décorer avec les feuilles de menthe. * Il est possible de remplacer les melons par des pêches ou des nectarines.

Préparation Dénoyauter les cerises et les laisser égoutter. Faire cuire la pâte brisée à blanc pendant 20 minutes. Préparer la meringue : monter les blancs en neige (ne pas oublier la petite pincée de sel !). Quand ils commencent à être fermes, verser en pluie la moitié du sucre. Quand ils ont doublé de volume, ajouter le reste du sucre et continuer à battre jusqu’à ce qu’ils soient fermes et brillants. Avant de disposer les cerises sur le fond de tarte et afin d’absorber le jus des cerises, on peut parsemer le fond de tarte avec de la poudre d’amande ou des biscuits émiettés. Étaler la meringue sur les cerises à l’aide d’une spatule si vous n’avez pas de poche à douille. Saupoudrer de sucre glace et mettre au four pendant 8 à 10 minutes Laisser refroidir avant de déguster.

Tiramisu aux fruits rouges (et sans alcool, ni café) Ingrédients Pour le sirop : 400 ml d’eau 300 g de sucre en poudre 2 sachets de thé aux fruits rouges 200 g de mascarpone 125 g de sucre en poudre 3 œufs 1 boîte de biscuits à la cuillère 500 g de fruits rouges (framboises, fraises des bois, cassis, myrtilles, groseilles). Hors saison on peut utiliser des fruits rouges surgelés.

Préparation Préparer le sirop et le faire réduire. Mélanger les jaunes d’œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter la mascarpone. Monter les blancs en neige très ferme et les ajouter au mélange. Incorporer les fruits rouges préalablement coupés en petits morceaux. Si on utilise des fruits congelés, il faut bien les égoutter pendant la décongélation. Et on peut ajouter ce jus au sirop. Tremper les biscuits dans le sirop réduit. Dans un plat carré ou rectangulaire, disposer un rang de biscuits, puis un rang de crème jusqu’à épuisement des ingrédients. Mettre au frais pendant 4 heures au moins. Remarque : on peut remplacer les biscuits à la cuillère par des Thé Brun. Dans ce cas, il faut laisser reposer la préparation pendant au moins 8 heures pour que les biscuits se ramollissent bien.

Et puis n’oubliez pas que des fruits et des légumes peuvent se mélanger pour donner d’excellents jus de fruits, base de cocktails variés sans alcool pour les chaudes journées d’été, quand on les ajoute à des infusions de thés verts ou blancs, aromatisés ou non, de verveine, de mélisse, de menthe, etc. Emji, Camille et Flavie La Gazette de Crestet N°111 - 25


Samedi 16 à 19h C'est la faute à Bacchus Théâtre burlesque • DOMAINE DE LA VERRIERE A CRESTET

Lundi 18 à 19h Antigone de Sophocle • ESPLANADE DU CHÂTEAU DE CRESTET

Vous pouvez visiter le site pour plus d'information : Hadrien2000-vaisontheatreantique.net

Q1. Quel est le président de la République qui a décidé l'élection du Président au Suffrage universel direct ? De Gaulle Mitterrand Pompidou

Q5. Quelle fut la première femme à se présenter dans une élection présidentielle, en 1974 ? Simone Veil Arlette Laguiller Françoise Giroud

Q2. Quel est l'âge minimal pour se présenter à l'élection présidentielle ? 18 ans 23 ans 27 ans

Q6. Quel fut le premier candidat écologiste à se présenter à la présidentielle, en 1974 ? René Dumont Alain Bougrain-Dubourg Antoine Waechter

Q3. En 1969, au deuxième tour, qui Pompidou va-t-il battre ? Jacques Duclos Gaston Defferre Alain Poher

Q7. Qui termina en troisième position lors de la présidentielle de 1981 ? Georges Marchais Michel Crépeau Jacques Chirac

Q4. Pour qui, le parti communiste appela-t-il a voté, pour le deuxième tour, en 1969 ? Georges Pompidou Alain Poher Pour l'abstention

Q8. En 1988, quel est l'autre candidat de droite qui concurrença Chirac ? Édouard Balladur Charles Pasqua Raymond Barre

Bonnes réponses du précédent quiz Q1 : R3 Q2 : R1 Q3 : R1 Q4 : R2

Q5 : R1 Q6 : R1 Q7 : R2

Directeur de publication : Georgette Guintrand Comité de rédaction : Antoine Abou, Alain André, Florian Battestini, Eliane Baud, Emji Giletti-Abou, Georgette Guintrand, Odile Marie Rédaction et maquette : Antoine Abou Diffusion : 300 exemplaires

La Gazette de Crestet N°111 - 26


© aabou

CUISINE TRADITIONNELLE ET PROVENCALE

RESA : 04 90 41 99 82 - 09 63 493 078 La Glacière 84110 CRESTET (Sortie VAISON direct MALAUCENE , Mont Ventoux)

La Gazette de Crestet N°111 - 27


841 10 04 9 CREST 0 36 E 29 5 T 0

CUISINE PROVENCALE GIBIERS PIZZA GRILLADES PIERRADE LE SOIR

Fermé le lundi toute l’année Réservation souhaitable

30 années d’expérience La Gazette de Crestetqui N°111font - 28 la différence !