Climat / Il n'y a pas de planète B, Le Monde en classe 2019-2020, #1

Page 1

no 1 - Année scolaire 2019-2020

LE M

NDE

MAGAZINE D’ÉDUCATION À LA CITOYENNETÉ MONDIALE ET SOLIDAIRE – 6 À 12 ANS

CLIMAT

Il n’y a pas de planète B


PROF

PAGE 1

INFORMATIONS POUR L’ENSEIGNANT(E)

INTRODUCTION

Il n’y a pas de planète B Ouragans Matthew et Irma, montée des eaux au Bangladesh et aux Pays-Bas, canicules plus nombreuses en Europe, pénurie d’eau en Afrique du Sud… le réchauffement climatique est à nos portes et il fait déjà ressentir ses conséquences aux quatre coins de la planète. Le réchauffement de l’atmosphère est un phénomène qui s’est répété tout au long de l’histoire de notre planète 1. Si, par le passé, ce réchauffement s’expliquait de manière naturelle, il a pris un tournant depuis la révolution industrielle. En effet, l’utilisation massive du pétrole, du gaz naturel, du charbon, combinée à la déforestation galopante et l’agriculture intensive constituent autant d’activités qui émettent une quantité impressionnante de CO2 dans l’atmosphère que la Terre n’est plus capable de stocker de manière naturelle dans les océans et la biomasse. De ce fait, le cycle du carbone est déréglé, la température moyenne de l’atmosphère augmente et les climats s’en trouvent perturbés 2. Le réchauffement de la Terre s’explique donc, en grande partie, par des activités d’origine humaine. Selon les rapports publiés par le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), le réchauffement est estimé à 1.02 degrés depuis l’ère préindustrielle. Partout sur la planète, tant les humains que les écosystèmes souffrent de ces dérèglements climatiques. Au vu des engagements, totalement insuffisants, pris par les Etats, nous sommes actuellement sur une trajectoire qui nous mène vers un monde à + 3, voire + 4 degrés. Les scientifiques sont unanimes : il est essentiel de limiter le réchauffement à 1.5 degrés maximum, sans quoi les conséquences sur notre écosystème seront irréversibles et impacteront fortement notre mode de vie. Des organisations internationales telles que l’OMS, l’ONU ou encore la FAO partagent les conclusions du GIEC et tirent la sonnette d’alarme. En effet, une différence, même de 0.5 degrés, pourrait avoir un impact énorme en terme humain, économique et environnemental. Les risques de conflits (liées à la division des terres, de l’eau,

des ressources), de pauvreté, ainsi que l’impact sur la santé (paludisme, sous-alimentation, etc.) figurent parmi les conséquences indirectes de ces changements climatiques. Notons également qu’on évalue à 140 millions, le nombre de personnes déplacées à cause des dérèglements du climat d’ici 2050. Il faut, dès aujourd’hui, réfléchir à leur accueil dans des conditions de vie décente. Face au réchauffement, « nous sommes tous dans le même bateau », mais nous n’y sommes pas logés à la même enseigne. En effet, les conséquences du réchauffement climatique varient d’une région à l’autre, d’une latitude à l’autre. L’Europe, par exemple, fera face à des vagues de chaleur, des pluies de plus en plus fréquentes et verra le tourisme des sports d’hiver impacté. L’Afrique, quant à elle, par des risques accrus de sécheresse intense, d’inondation ou encore d’érosion des sols, risque de voir une grande partie de sa population subir des famines et gonfler ainsi les rangs de la pauvreté. Une telle situation aurait pour conséquence de maintenir davantage le continent sans une situation de sous-développement. Ce sont donc les paysans et paysannes du Sud, les habitants des mangroves qui bordent les côtes, les femmes et les enfants privés de ressources qui subissent de plein fouet les effets des changements climatiques. Les habitants des pays riches, quant à eux, trouveront plus facilement un moyen de s’adapter. Autrement dit, ce sont les populations les plus précarisées et les plus vulnérables, qui habitent majoritairement dans des pays en développement, qui seront amenés à payer la facture climatique. Quel paradoxe si l’on s’interroge sur le niveau d’émission de gaz à effet de serre, infime, émis par les populations du Sud et à leur responsabilité dans les dérèglements du climat ! Les pays du Nord, quant à eux, ont une responsabilité historique dans le réchauffement de l’atmosphère : ils sont responsables de 77 % des émissions de CO2 depuis l’ère préindustrielle et de 36 % des émissions actuelles. En tête de liste figurent les États-Unis, la Chine, le Japon, l’Allemagne, ou encore le Royaume-Uni.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 2

INFORMATIONS POUR L’ENSEIGNANT(E)

INTRODUCTION

Malgré leur responsabilité incontestable dans le réchauffement de la planète, ils subissent beaucoup moins que leurs voisins du Sud les conséquences du dérèglement du climat. Afin de rééquilibrer la balance et agir pour la construction d’un monde juste et durable, il est temps d’établir au plus vite la « justice climatique ». En effet, il importe que les citoyens du Nord s’engagent vis-à-vis du Sud en (1) adaptant leur mode de vie pour réduire drastiquement les émissions de CO2 (2) en aidant les pays du Sud à s’adapter le mieux possible au dérèglement climatique ou encore (3) en mettant en place un mécanisme international d’assistance aux victimes de ces changements. Changer individuellement et collectivement nos modes de vie est une étape essentielle en marche vers ce processus de changement, mais ne suffira pas à résoudre le problème. Il est important que les citoyens continuent de se mobiliser afin de faire pression sur les responsables politiques. C’est sous cette pression grandissante qu’un premier accord universel a été adopté en 2015 : l’Accord de Paris. 196 États se sont engagés, ensemble, à tout mettre en œuvre pour limiter le réchauffement planétaire bien en deçà de +2 degrés, voire, idéalement, à 1.5 degrés (par rapport à l’ère préindustrielle). Notons qu’ils sont responsables, ensemble, de 94 % des émissions. Ce premier accord, bien que nécessaire, n’est pas contraignant et est insuffisant à lui seul pour faire face à l’ampleur du phénomène. Des mesures politiques ambitieuses doivent être prises pour faire face à l’urgence climatique. Les grèves pour le climat et les appels lancés par les jeunes du monde entier, sur les pas de la jeune Greta Thunberg, témoignent d’une réelle prise de conscience de l’urgence de la situation et l’envie furieuse d’agir pour laisser une terre durable et vivable aux générations futures. Il faut continuer à faire pression sur les gouvernements par des initiatives citoyennes, collectives et faire entendre « la voix du climat ». La fenêtre d’opportunité sera bientôt trop étroite pour changer le cours des choses. Il faut donc agir vite car demain, c’est maintenant !

Le réchauffement climatique est un phénomène qu’il faut comprendre pour mieux agir, c’est pourquoi ce numéro du Monde en Classe est exclusivement consacré à cette thématique. Vous y trouverez des pistes d’exploitation ludiques pour amener les élèves à mesurer l’ampleur du phénomène et faire le point sur la situation actuelle. L’accent sera mis sur les causes, les conséquences du réchauffement du climat, ainsi qu’à son impact sur les pays du Sud. Organisées en trois temps (activité d’information, de création et de mobilisation), les séquences pédagogiques proposées ont pour objectif de permettre aux élèves d’être des acteurs de changement et de répondre à l’un des plus grands défis du 21e siècle : laisser aux générations futures un monde juste, durable ou il fera bon vivre pour tous 3. 1. Par le passé, les périodes de réchauffement, suivies par des périodes de refroidissement étaient tout à fait naturelles, c’est-à-dire non liées à des activités humaines. 2. On parle donc de « changements climatiques » dûs au réchauffement de l’atmosphère. 3. Nous ne manquerons pas de citer certains organismes et ONG qui ont clairement inspiré certaines de ces séquences : Annoncer la couleur, SCI ou encore Frères des Hommes.

ET LA QUESTION DU GENRE DANS TOUT ÇA ? Afin de répondre à l’importance d’inclure le genre dans nos outils pédagogiques, nous avons veillé à alterner des personnages masculins et féminins comme héros et héroïnes de nos récits et à ne pas reproduire des stéréotypes sexistes sur les activités homme/femme. Nous avons privilégié le langage épicène qui se veut favoriser les noms neutres. Ce choix est difficile par moments et, pour certains termes, nous n’avons pas encore trouvé la formule idéale. Toutes vos idées, remarques et suggestions sont les bienvenues.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 3

INFORMATIONS POUR L’ENSEIGNANT(E)

SOMMAIRE PROF

ÉLÈVE

INFORMATIONS POUR L’ENSEIGNANT(E) PAGE 1 Introduction Sommaire PAGE 3 Récapitulatif des compétences PAGES 4 À 6 SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES m S’INFORMER Lecture du livre PAGE 7 « Coup de chaleur » (Éric Walravens) S’INFORMER La banquise fond : PAGE 7 l’expérience du glaçon PAGE 8 S’INFORMER Le climat fait son cinéma ! CRÉER Sauvons la peau des animaux. Petit tour au Musée de la conservation des espèces PAGE 9

FICHES ÉLÈVE m LIVRE « Coup de chaleur » (Éric Walravens) S’INFORMER Le climat fait son cinéma ! FICHE 1 FICHE 2 CRÉER Sauvons la peau des animaux

TOUS NIVEAUX

SE MOBILISER Les Olympiades 11.11.11

For Climate et l’Opération 11.11.11

PAGE 10

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES mm S’INFORMER Lecture du livre « Coup de chaleur » (Éric Walravens) S’INFORMER La planète se réchauffe ! L’expérience de l’effet de serre S’INFORMER Pétrole ou pas pétrole ? S’INFORMER Les gros dégâts… du climat CRÉER Dessine-moi le climat SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES mmm S’INFORMER Se mettre dans le bain du climat S’INFORMER La planète se réchauffe ! L’expérience de l’effet de serre (schéma) S’INFORMER Qu’est-ce qui pollue ? S’INFORMER Qui pollue ? Jeu des chaises sur le climat S’INFORMER Bulletin météo du Monde S’INFORMER Restons sous la barre des 1.5 degrés ! SE MOBILISER À la table des négociations !

PAGE 11 PAGE 11 PAGE 12 PAGE 14 PAGE 16

PAGE 17 PAGE 19 PAGE 20 PAGE 23 PAGE 24 PAGE 26 PAGE 27

FICHES ÉLÈVE mm LIVRE « Coup de chaleur » (Éric Walravens) S’INFORMER L’expérience de l’effet de serre S’INFORMER Pétrole ou pas pétrole ? S’INFORMER Les gros dégâts du climat S’INFORMER Les gros dégâts du climat (suite) CRÉER Dessine-moi le climat

FICHE 1 FICHE 2 FICHE 3 FICHE 4 FICHE 5

FICHES ÉLÈVE mmm S’INFORMER Des nouvelles du climat FICHES 1 À 7 S’INFORMER Caricature de Kroll FICHE 8 S’INFORMER L’expérience de l’effet de serre (schéma) FICHE 9 FICHE 10 S’INFORMER Pollue plus, pollue moins ? S’INFORMER Les secteurs d’activité polluants FICHE 11 S’INFORMER Jeu des chaises sur le climat FICHES 12 ET 13 S’INFORMER Les émissions de CO2 dans le monde FICHE 14 FICHE 15 S’INFORMER Bulletin météo du Monde S’INFORMER Restons sous la barre des 1.5 degrés ! FICHE 16 SE MOBILISER À la table des négociations ! Fiches personnages FICHES 17 À 22

Coordination et rédaction : Caroline Leroy Illustrations : Jérémy Van Houtte – Graphisme : Élise Debouny et Louise Laurent Éditeur responsable : Arnaud Zacharie, quai du Commerce 9, 1000 Bruxelles

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 4

INFORMATIONS POUR L’ENSEIGNANT(E)

RÉCAPITULATIF DES COMPÉTENCES NIVEAU m Compétences

Objectifs

Français

Savoir écouter – Écouter le récit « Coup de chaleur » et répondre à des questions Savoir écrire – Écrire un mot, une phrase, une citation, un slogan, un poème pour exprimer son ressenti sur la disparition des espèces animales Savoir parler – Faire part de ses impressions et de son ressenti à propos du livre « Grosse chaleur » d’Éric Walravens – Se mettre dans la peau d’un guide musée et présenter une espèce menacée de disparition à l’ensemble de la classe

Éducation scientifique

– Découvrir le phénomène de la fonte des glaciers à travers l’expérience du glaçon

Philosophie et citoyenneté

– Découvrir des phénomènes climatiques lié au réchauffement de la planète : montée des eaux, fontes des glaces, ouragans, sécheresse, vagues de chaleur – Comprendre les conséquences indirectes du dérèglement climatique : la disparition et/ou l’extinction probable de certaines espèces animales et végétales : ours blanc, renard polaire, béluga, koala, phoque, manchot, coraux, etc. – Participer, avec sa classe, à l’Opération 11.11.11 et œuvrer pour la construction d’un monde juste et durable.

Expression artistique

– Dessiner un animal menacé de disparition (pour en garder une trace et/ou le faire revivre) – Participer, avec sa classe, aux Olympiades 11.11.11 For Climate et répondre au défi de l’urgence climatique en utilisant un support artistique de son choix : slam, kamishibaï, conte sur le climat, lettre engagée, vidéo, fresque collective, etc.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

INFORMATIONS POUR L’ENSEIGNANT(E)

RÉCAPITULATIF DES COMPÉTENCES

PAGE 5

NIVEAU mm Compétences

Objectifs

Français

Savoir lire – Lire un récit long et faire le lien avec l’actualité – Relier les informations entre elles Savoir parler – Faire part de ses impressions et de son ressenti à propos du livre « Grosse chaleur » d’Éric Walravens et répondre à des questions – Se poser des questions pertinentes sur le thème du climat

Éducation scientifique

– Découvrir l’histoire du pétrole et celle des énergies fossiles – Prendre conscience que la plupart des objets que nous consommons sont dépendants du pétrole et des énergies fossiles (fabrication, conservation, transport) – Découvrir que l’augmentation des températures s’explique, en grande partie, par des activités d’origine humaine – Comprendre que le phénomène du réchauffement climatique à travers l’expérience de l’effet de serre

Géographie

– Situer sur la carte certains pays ou régions du monde particulièrement touchés par le réchauffement climatique : Bangladesh, Afrique du Sud, Pérou, Arctique canadien, Floride, etc.

Philosophie et citoyenneté

– Découvrir les conséquences directes du réchauffement climatique : montée des eaux, fontes des glaces, ouragans, sécheresse, vagues de chaleur – Découvrir les conséquences indirectes du dérèglement climatique : cercle de la pauvreté, migrations, maladies, conflits et guerres, etc. et s’interroger sur son impact sur les populations Sud – Déconstruire les stéréotypes véhiculés sur les personnes migrantes et comprendre la notion de « réfugié climatique » – Comprendre la notion de « justice climatique » – Participer, avec sa classe, à l’Opération 11.11.11 et œuvrer pour la construction d’un monde juste et durable

Expression artistique

– Participer, avec sa classe, aux Olympiades 11.11.11 For Climate et répondre au défi de l’urgence climatique en utilisant un support artistique de son choix : slam, kamishibaï, conte sur le climat, lettre engagée, vidéo, fresque collective, etc.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

INFORMATIONS POUR L’ENSEIGNANT(E)

RÉCAPITULATIF DES COMPÉTENCES

PAGE 6

NIVEAU mmm Compétences

Objectifs

Français

Savoir lire – Lire un récit long et faire le lien avec l’actualité – Décoder une caricature et comprendre l’implicite Savoir écouter – Décoder un film d’animation sur le climat et décoder le deuxième degré, l’allégorie Savoir parler – Mobiliser l’ensemble des compétences acquises au fil des animations et prendre part à un débat citoyen – Prendre part à un jeu de rôle et défendre sa position sur le climat en utilisant des arguments pertinents et variés

Éducation scientifique

– Comprendre les causes du réchauffement climatique et découvrir les notions suivantes : énergies fossiles, CO2, effet de serre, empreinte carbone – Découvrir la notion « d’effet de serre » à l’aide d’une expérience scientifique – Découvrir que l’augmentation des températures s’explique en grande partie par des activités d’origine humaine

Géographie

– Pouvoir situer sur la carte certains pays ou régions du monde particulièrement touchés par le réchauffement climatique : Bangladesh, Afrique du Sud, Pérou, Arctique canadien, Floride, etc. – Comprendre et découvrir certains phénomènes climatiques extrêmes : montée des eaux, fonte des glaces, ouragan, sécheresse, vagues de chaleur, blanchiment des coraux, etc.

Philosophie et citoyenneté

– Découvrir les secteurs d’activité les plus polluants, s’interroger sur la société de consommation actuelle et définir des pistes d’action pour limiter son empreinte carbone, tant au niveau individuel que collectif – S’interroger sur les inégalités liées à la répartition de la population dans le monde, la répartition des richesses et l’empreinte carbone – Découvrir les conséquences du dérèglement climatique sur les populations Sud : cercle de la pauvreté, migrations, maladies, conflits et guerres, etc. – Déconstruire les stéréotypes véhiculés sur les personnes migrantes et comprendre la notion de « réfugié climatique » – Découvrir des groupes de travail, des accords ou des initiatives collectives pour lutter contre le réchauffement climatique : GIEC, Accords de Paris et marches pour le climat – Comprendre la notion de « justice climatique » – Participer, avec sa classe, à l’Opération 11.11.11 et œuvrer pour la construction d’un monde juste et durable

Expression artistique

– Participer, avec sa classe, aux Olympiades 11.11.11 For Climate et répondre au défi de l’urgence climatique en utilisant un support artistique de son choix : slam, kamishibaï, conte sur le climat, lettre engagée, vidéo, fresque collective, etc.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 7

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU m S’INFORMER

S’INFORMER

Lecture du livre « Coup de chaleur »

La banquise fond : l’expérience du glaçon

OBJECTIF : introduire la thématique du climat

en classe

DURÉE : 30 minutes + 15 minutes de discussion MATÉRIEL : le livre « Coup de chaleur »

d’Éric Walravens

Si vous cherchez un ouvrage de littérature de jeunesse qui vous permettra d’aborder la thématique du climat en classe, le livre « Coup de chaleur », écrit par Éric Walravens, répondra sans doute à vos attentes ! Cet ouvrage, conçu dans une perspective pédagogique et ludique, conviendra parfaitement à un jeune public. Proposez une lecture à haute voix à vos élèves durant un moment plus calme et recueillez leurs premières impressions : ont-ils trouvé l’histoire drôle ? Ont-ils eu peur ? Ont-ils des questions ? Laissez-les s’exprimer librement et donnez la parole à chacun.

MARIE DE MON

TII

NB : La thématique du climat étant assez complexe à aborder avec un public aussi jeune, nous avons décidé de respecter le fil conducteur choisi par l’auteur en abordant uniquement les conséquences du réchauffement climatique. Si vos élèves sont curieux d’en savoir plus sur les causes du réchauffement climatique, n’hésitez pas à vous inspirer des activités proposées aux élèves du 2e degré.

EUR COUP DE CHAL

Eric Walravens ti Marie de Mon

ur. Peut-être en dix ans, ucie, bientôt dre vient d’appren . é du pôle pingouin exil faire Que nt fondue.

, plante Eric Walravens effets : duit tous ses , mais Oui ? ible terr nir , ce livre ue et rigolote t climae changemen S

l’Opéra-

PRIX: 15 EUROS

ERIC WALRAVEN

oppement de

8/08/2019 13:38:25

OBJECTIF : comprendre le phénomène de la fonte

de la banquise à travers l’expérience du glaçon

DURÉE : une période de 50 minutes MATÉRIEL : 2 verres, 2 glaçons, un feutre (pour

marquer le niveau d’eau), une source de chaleur (une lampe ou un radiateur par exemple)

Afin d’amener les élèves à comprendre le phénomène de la fonte de la banquise, revenez sur quelques passages du livre « Coup de chaleur » et orientez l’animation à l’aide des questions suivantes :

Mise en situation – Quels sont les personnages principaux de l’histoire ? Il y a Lucie, le personnage principal, Renaud (son petit frère) et leurs parents… sans oublier Jéronimo, le professeur intéressé par la question du climat. Parmi les animaux et personnages fictifs, relevons Oscar (le pingouin), Olga le bonhomme de neige, etc. – En quelle année se déroule l’histoire de « Coup de chaleur » ? L’histoire se passe en septembre 2052. – À quel moment se passe l’histoire ? Quel problème rencontrent Lucie et Renaud ? Cela te semble-t-il surréaliste ? Il fait chaud, très chaud, horriblement chaud… Si chaud que les palmiers, les ventilateurs et même les maisons transpirent ! – À cause de cette chaleur, que se passe-t-il pour Oscar (le pingouin) et pour l’ours blanc ? Il a fait tellement chaud que toute la banquise a fondu. Oscar, le pingouin, et son ami l’ours blanc n’ont plus réussi à trouver à manger et ils ont donc dû nager jusqu’au pays de Lucie et Renaud.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 8

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU m

L’expérience du glaçon

Pour découvrir le phénomène du réchauffement de la banquise de manière ludique, proposez aux élèves de participer à l’expérience du glaçon. Remplissez deux verres d’eau froide avec la même quantité d’eau et marquez, à l’aide d’un feutre, le niveau d’eau des deux verres ; placez, dans chaque verre, un glaçon sorti du congélateur ; placez un des deux verres près d’une source de chaleur (radiateur ou lampe) ; demandez aux élèves d’observer le niveau d’eau de chacun des deux verres. Que constatent-ils ? Les élèves constatent que le glaçon fond plus vite lorsqu’il est proche d’une source de chaleur. Expliquez-leur que le phénomène de la fonte de la banquise est une des conséquences du réchauffement climatique. Attirez l’attention des enfants sur le fait que la température moyenne de l’Arctique a déjà augmenté de 2.8 degrés.

S’INFORMER

Le climat fait son cinéma ! OBJECTIF : découvrir des phénomènes climatiques extrêmes DURÉE : une période de 50 minutes MATÉRIEL : FICHE m 1 « Le climat fait son cinéma »

Poursuivez l’animation sur les conséquences du réchauffement climatique en orientant la discussion à l’aide des questions suivantes : – Dans l’histoire, il fait tellement chaud qu’Oscar et l’ours blanc doivent fuir la banquise. Le climat ne se porte pourtant pas mieux dans le pays de Lucie et Renaud. Que se passe-t-il chez eux ? Leur ville est totalement inondée (Les élèves vous rappelleront sans doute que Lucie et Renaud doivent mettre des bottes). On assiste à un scénario d’apocalypse où les bancs flottent et les élèves nagent dans la classe. Les enfants savent-ils nommer ce phénomène ? Ont-ils en tête d’autres dégâts causés par le climat ? Faites un tour de table. Remettez aux élèves la FICHE m 1 et demandezleur d’entourer les phénomènes qu’ils ont découverts dans le livre (fonte des glaces et inondation). Ils découvrent ensuite trois autres dérèglements causés par le réchauffement du climat (ouragan, chaleur, sécheresse) et doivent les relier à leur nom. Interrogez les enfants : un de ces phénomènes s’est-il déjà produit en Belgique ? Ils répondront certainement qu’ils ont subi, ces derniers mois, des vagues de chaleur extrêmes, allant jusqu’à 40 degrés par endroits. Prolongez la discussion en insistant sur le fait que personne n’est épargné : l’Afrique, l’Asie, l’Amérique latine… nous sommes tous dans le même bateau !

© Marie de Monti

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 9

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU m CRÉER

Sauvons la peau des animaux ! Petit tour au Musée de la conservation des espèces OBJECTIF : découvrir une des conséquences

indirectes du dérèglement climatique : la disparition des animaux DURÉE : une période de 50 minutes MATÉRIEL : FICHE m 2 « Sauvons la peau des animaux. Au Musée de la conservation des espèces »

– Nous sommes en 2052 et tu as 38 ans. Après des études de biologie, tu es devenu guide au Musée de la conservation des espèces. Tu as connu, dans le passé, certaines espèces animales telles que le renard polaire, le koala et l’ours blanc. À cause du dérèglement climatique, ces espèces n’existent plus et il ne te reste que ta mémoire pour t’en souvenir. Choisis, parmi les espèces menacées de disparition, ton animal préféré et dessinele. En dessous de ton dessin, tu peux écrire un petit mot, une phrase, un slogan ou un poème pour exprimer ta tristesse et/ou ton mécontentement.

Le livre « Coup de chaleur » aborde la question des conséquences indirectes du réchauffement du climat et notamment la question de la disparition progressive de notre écosystème. Revenez sur quelques moments du livre pour introduire la problématique. – On est en 2052 et dans le livre « Coup de chaleur », plusieurs espèces d’animaux ont disparues. Lesquelles ? Selon-toi, estce possible que cela se passe un jour ? Dans le livre « Coup de chaleur », le koala, le tigre, l’orang-outan et certaines espèces de poisson (le cabillaud) ont totalement disparu en 2052. Cela rend Lucie très triste. Il ne lui reste que sa peluche orang-outan pour se souvenir des animaux du passé. Les élèves peuvent-ils citer d’autres espèces animales menacées de disparition ou d’extinction ? Faites un tour de table. D’après les études menées par le GIEC, une grande partie de notre écosystème pourrait être impacté par les dérèglements liés au climat. Ainsi, le koala, l’ours blanc, le manchot, le phoque, le renard polaire, le béluga, le saumon, la tortue et les coraux sont particulièrement menacés de disparaitre.

Proposez aux élèves d’afficher leur dessin et prenez un moment pour faire le tour du Musée de la conservation des espèces (avec vos élèves dans le rôle de guides !). Profitez de cet exercice informel pour interroger les enfants sur les actions qu’ils pourraient mener, tant au niveau individuel que collectif, pour militer contre la disparition des espèces animales et végétales.

Remettez aux enfants la FICHE m 2 « Sauvons la peau des animaux. Au Musée de la conservation des espèces » et proposez-leur la mise en scène suivante :

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

©

Px

om

e.c

r he

CLIMAT


PROF

PAGE 10

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

TOUS NIVEAUX SE MOBILISER Vous venez de tester quelques animations du Monde en Classe et vous sentez l’envie de vos élèves de s’engager pour le climat ? Les deux projets que nous vous proposons ci-dessous risquent fortement de vous intéresser !

Les idées ne manquent pas pour faire retentir l’appel du climat ! Envoyez-nous vos vidéos, vos projets accompagnés d’une petite lettre explicative avant le 19 décembre 2019. Un jury se réunira pour attribuer deux prix pour chaque catégorie d’âge (6-8 ans, 8-10 ans et 10-12 ans) et récompenser vos élèves.

OBJECTIF : mobiliser vos élèves, petits et grands,

autour d’un projet fédérateur et former des citoyens responsables, engagés pour un monde juste et durable DURÉE : une après-midi, une journée, une semaine, un mois, une année MATÉRIEL : télécharger les vidéos des projets Sud (Sénégal) pour l’Opération 11.11.11 à l’adresse suivante : www.cncd.be

Les Olympiades 11.11.11 For Climate Le vendredi 8 novembre 2019, le CNCD11.11.11 propose à chaque classe ou école de répondre au défi de l’urgence climatique en mettant en place un projet artistique ou engagé de son choix à l’échelle de la classe ou de l’école. Quelques jours avant le début de la COP 25 qui se déroulera cette année au Chili, votre école aura la possibilité de se déclarer en « urgence climatique ». L’idée est de réaliser une action de mobilisation originale (création artistique ou projet) visant à sensibiliser la communauté scolaire à réduire ses émissions de CO2 pour rester sous la barre des 1.5 degrés de réchauffement global. Voici quelques exemples : Exemples de créations sur le climat : réaliser une fresque à l’aide de matériel de récupération, créer un conte kamichibaï sur le climat, rédiger une lettre à adresser aux responsables politiques, entonner une chanson sur le climat, déclamer des poèmes ou des slams engagés dans la rue, imaginer un bulletin météo fictif pour l’année 2030, etc. Exemples de mise en projet sur le climat : motiver les élèves à venir à l’école en trottinette, à pied ou à vélo, planter des arbres dans votre école, organiser un pique-nique zéro déchet, etc.

L’Opération 11.11.11 En novembre 2019 également, vous aurez l’occasion de faire participer votre classe à l’Opération 11.11.11. En vendant des sachets de cacao, votre classe aura la possibilité d’être solidaire avec les pays du Sud et participera à la construction d’un monde juste et durable. Plus concrètement, les fonds récoltés durant l’Opération 11.11.11 contribueront, entre autres, à soutenir deux organisations sénégalaises engagées pour réduire l’impact du dérèglement climatique dans le pays. Le premier projet vise à replanter des arbres dans la région de M’Bour, l’autre vise à sauver la mangrove dans le delta du Sine Saloum. Afin de mobiliser les élèves à vendre le maximum de cacao et donner du sens à ce projet, diffusez en classe deux petites vidéos explicatives qui se trouvent sur notre site à l’adresse suivante : www.cncd.be Toutes les informations concernant la participation aux Olympiades For Climate et à l’Opération 11.11.11 se trouvent sur le site internet du CNCD-11.11.11

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 11

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mm S’INFORMER

S’INFORMER

Lecture du livre « Coup de chaleur »

La planète se réchauffe ! L’expérience de l’effet de serre

OBJECTIF : introduire la thématique du climat en classe DURÉE : 30 minutes + 15 minutes de tour de table MATÉRIEL : le livre « Coup de chaleur » d’Éric Walravens

Si vous cherchez un ouvrage de littérature de jeunesse qui vous permettra d’aborder la thématique du climat en classe de manière ludique, le livre « Coup de chaleur » écrit par Éric Walravens répondra sans doute à vos attentes ! Cet ouvrage, destiné aux élèves de 6 à 9 ans, est un véritable outil didactique conçu dans une perspective pédagogique. Il vous permettra d’aborder les conséquences du réchauffement climatique pour un jeune public et constituera le journal de bord des différentes animations que nous vous proposons dans cette revue. Proposez une lecture à haute voix durant un moment plus calme et interrogez les élèves sur leur ressenti suite à la lecture de l’histoire. Quelles sont leurs premières impressions ? Sont-ils tristes ? Curieux ? Interpellés ? Ont-ils trouvé que l’histoire était drôle, surnaturelle ? Quelles images ont particulièrement retenu leur attention ? NB : Les élèves évoqueront sans doute l’épisode d’Oscar (le pingouin) qui dort dans le congélateur, le professeur (Jéronimo) qui accepte que ses élèves amènent des animaux en classe ou encore le personnage d’Olga (le bonhomme de neige et amie d’Oscar) qui a fui le Pôle Nord pour éviter de fondre. Les élèves auront sans doute beaucoup de questions à poser à l’issue de cette première lecture. Invitez-les à noter trois questions sur un morceau de papier et partagez-les ensuite à l’ensemble de la classe. Expliquez aux enfants que vous répondrez à toutes leurs interrogations, pas à pas, et qu’à l’issue des cinq animations, ils en sauront déjà un peu plus sur le climat !

OBJECTIF : comprendre le phénomène du

réchauffement de la terre à travers à travers une expérience scientifique DURÉE :une période de 50 minutes MATÉRIEL : FICHE mm 1 « Le phénomène de l’effet de serre » + le matériel : 2 verres, 2 saladiers en verre, 2 thermomètres, de l’eau et du soleil.

Mise en situation Introduisez l’animation sur le phénomène du réchauffement climatique en amenant les questions suivantes : – Quels sont les personnages de l’histoire « Coup de chaleur » ? Il y a Lucie, le personnage principal, Renaud (son petit frère) et leurs parents … sans oublier Jéronimo, le professeur, particulièrement intéressé par la question du climat. Parmi les animaux et personnages fictifs, il y a (le pingouin), Olga le bonhomme de neige, etc. – En quelle année se déroule l’histoire de « Coup de chaleur » (le passé, le présent ou le futur) ? L’histoire se passe en 2052 – Que se passe-t-il en 2052 ? Quel (gros) problème rencontre Lucie ? De quoi parle cette histoire ? Tout le monde semble avoir chaud : les palmiers, les ventilateurs et même les maisons transpirent. Il fait chaud, très chaud, horriblement chaud ! L’histoire aborde la question du réchauffement climatique.

© Marie de Monti

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 12

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mm L’expérience de l’effet de serre Afin d’amener les élèves à comprendre le phénomène du réchauffement climatique, proposez-leur une petite expérience. Remettez aux enfants la FICHE mm 1 « Le phénomène de l’effet de serre » qui leur servira de feuille de route. Ces derniers auront, sous les yeux, le détail du mode opératoire et seront invités à noter leurs observations au fur et à mesure. Voici les différentes étapes :

S’INFORMER

Commencez par remplir deux verres d’eau et mettez les thermomètres à l’intérieur des verres. Recouvrez une des deux verres avec un saladier en verre. Mettez le dispositif au soleil pendant cinq minutes minimum. Demandez aux élèves d’observer la température des deux thermomètres.

Mise en situation Afin d’amener les élèves à comprendre une des causes du réchauffement climatique, relisez en classe un extrait du livre « Coup de chaleur », et plus précisément, au moment où Lucie interroge son papa juste avant d’aller dormir : (l’explication se fera pas à pas)

Invitez-les à prendre note de leurs observations. Les élèves observent que la température augmente dans les deux verres. Cependant, elle augmente plus rapidement dans le verre recouvert par le saladier. En effet, le saladier permet une augmentation plus rapide de la température car il garde la chaleur à l’intérieur.

Pétrole ou pas pétrole ? OBJECTIF : amener les élèves à comprendre que

le réchauffement de la terre s’explique, en grande partie, par des activités d’origine humaine DURÉE : une période de 50 minutes MATÉRIEL : FICHE mm 2 « Pétrole ou pas pétrole ? »

« Dis, papa, pourquoi est-ce que la planète se réchauffe » ? Son papa hésite un peu et pousse un long soupir — C’est trop compliqué pour ce soir, dors un peu. Afin d’amener la discussion, invitez les élèves à sortir de l’enceinte de l’école et à observer la réalité qui les entoure : voiture, bus, camions, etc. font partie du décor. Les élèves établiront sans doute le lien entre ces différentes sources de pollution et vous expliqueront par eux-mêmes que ces moyens de transport nécessitent du carburant (pétrole) pour fonctionner. Quel est le lien avec le réchauffement de la Terre dès lors ? Afin d’introduire la première partie de votre explication, commencez par interroger les enfants sur l’origine du pétrole ? Qu’est-ce que c’est ? D’où vient-il ? Selon la définition proposée par le Journal des Enfants, « Le pétrole est une substance connue depuis des milliers d’années. Il s’est formé à partie de minuscules algues et animaux marins qui sont morts et qui se sont décomposés. Ces restes d’êtres vivants ont été peu à peu enterrés sous des sédiments (couches de boue, de sable). Avec le temps, ces déchets se sont enfoncés de plus en plus profondément dans le sous-sol et ils se sont lentement transformés en hydrocarbures (pétrole et/ou gaz naturel) ».

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 13

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mm Expliquez ensuite aux élèves que cette énergie fossile, une fois consumée, émet du CO2 dans l’atmosphère. À l’image du saladier en verre, la Terre est entourée d’une membrane (l’atmosphère) qui retient la chaleur du soleil. Lorsque les énergies fossiles se consument (à cause des transports, de l’industrie ou encore de l’agriculture), elles émettent des quantités impressionnantes de CO2 que l’atmosphère que la Terre n’arrive plus à stocker naturellement. Ce phénomène, appelé « l’effet de serre », contribue à réchauffer la Terre plus rapidement. Attirez l’attention des élèves sur le fait que des études scientifiques ont déjà prouvé que la température de la Terre a augmenté de 1.02 degrés en l’espace d’un siècle !

Pétrole ou pas pétrole ? Remettez aux élèves la FICHE mm 2 « Pétrole ou pas pétrole ? » et demandez-leur d’entourer les objets qui ont été fabriqués à partir du pétrole. Les élèves découvrent que les vêtements (en fibres synthétique), la tente, le tube de dentifrice + la brosse à dent, la bougie, le ballon de foot, le téléphone et la bouteille de shampoing ont été fabriqués à base de pétrole. Le savaient-ils ? La cuillère en bois, le verre, la pomme et la banane n’ont pas été fabriqués avec du pétrole. Poussez la réflexion un peu plus loin et demandez aux élèves de répondre à la question suivante : parmi tous ces objets, lesquels ont nécessité du pétrole pour arriver en classe ? À part la pomme (et encore, si elle a été cueillie dans le verger de l’école et/ou amenée à pied par le professeur !), tous ces objets ont nécessité du pétrole pour être fabriqués… ou transportés.

Exemplifiez cela de manière imagée en revenant sur le cas de la pomme. Si ce fruit provient d’un pays lointain (comme la Nouvelle-Zélande par exemple), il aura nécessité du pétrole pour être : 1. produit : les engrais et pesticides qu’on utilise pour faire pousser nos fruits et légumes fabriqués… à base de pétrole ! 2. conservé : les serres chauffées et autres systèmes refroidissement nécessitent du pétrole 3. transporté : le transport en camion ou avion nécessite l’utilisation de ces énergies fossiles. Concluez l’animation en attirant l’attention des élèves sur le fait que notre société occidentale est totalement dépendante du pétrole et de ses dérivés et que le réchauffement de la terre s’explique en grande partie, par des activités d’origine humaine (transport, industrie, agriculture, énergie, etc.) Relisez à présent l’extrait que vous avez utilisé pour introduire cette animation et demandez aux élèves de répondre à l'interrogation de Lucie « Dis, papa, pourquoi la planète se réchauffe ? » en mobilisant tout ce qu'ils ont découvert durant l'animation.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 14

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mm S’INFORMER

Les gros dégâts du climat OBJECTIF : découvrir les conséquences (directes et

Remettez ensuite aux élèves la FICHE mm 3 « Les gros dégâts du climat ». Invitez-les à associer les différents dérèglements du climat à leur nom. Les élèves découvrent les phénomènes suivants : fonte des glaces, ouragan, sécheresse, montée des eaux et vagues de chaleur.

indirectes) du réchauffement climatique

DURÉE : 2 périodes de 50 minutes MATÉRIEL : FICHE mm 3 et FICHE mm 4 « Les gros

dégâts… du climat »

Les conséquences directes Poursuivez l’exploitation du récit « Coup de chaleur » pour aborder à présent la question des conséquences (directes et indirectes) du réchauffement climatique. Introduisez l’animation en revenant sur quelques grands moments de l’histoire : – Nous sommes en 2052, la Terre se réchauffe et Lucie doit faire face à de gros dégâts du climat. Quels sont les phénomènes météorologiques (extrêmes) présents dans l’histoire « Coup de chaleur ». La banquise a totalement fondu et l’eau a fini par inonder la ville (même si l’auteur n’établit pas un lien très clair entre ces deux phénomènes). Le récit tourne à l’apocalypse : la montée des eaux est telle que l’eau finit par s’engouffrer dans la classe, les bancs flottent et les élèves nagent en classe ! – Penses-tu qu’une situation pareille serait possible en 2052 ? Est-ce surréaliste ? Poursuivez l’animation en expliquant aux élèves qu’un groupe d’experts (le GIEC) s’est réuni pour dresser le bilan sur le climat. Le réchauffement est sans équivoque : la terre s’est déjà réchauffée de 1.02 degrés depuis l’ère préindustrielle. Des phénomènes climatiques extrêmes ont eu lieu ces dernières années aux quatre coins du monde à cause du réchauffement du climat. Interrogez les élèves et demandez-leur s’ils peuvent citer des gros dégâts liés au climat en donnant quelques exemples tirés de l’actualité. Faites un tour de table et notez quelques mots-clés au tableau.

Poursuivez l’animation en expliquant aux élèves que ces évènements ont marqué l’actualité des dernières décennies. Afin de les amener à mesurer l’ampleur du phénomène, remettez-leur la FICHE mm 4 « Les gros dégâts du climat. Suite » et invitez les élèves à associer ces différents phénomènes à un titre de journal. Ceux-ci mettront en lien les informations suivantes : 1. Fonte des glaces : la température de l’Arctique a augmenté de 2.8 degrés en l’espace de quelques décennies. Qu’adviendra-t-il de la banquise ? 2. Sécheresse : 2015, une très chaude pour l’Afrique du Sud qui a connu une de ses pires sécheresse depuis… 1932 ! 3. Ouragan : septembre 2017 : l’Ouragan Irma dévaste une bonne partie du Sud de la Floride. Un véritable désastre ! 4. Montée des eaux : des pluies torrentielles s’abattent sur le Bangladesh. Le pays ressemble désormais à une piscine géante ! Est-ce possible en 2016 ? 5. Vagues de chaleur : la France a enregistré cette année son pic de chaleur : 49 degrés par région. Quel record ! Les élèves découvrent, par la même occasion, qu’aucun continent n’est épargné par le dérèglement climatique.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 15

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mm Les conséquences indirectes Afin de conscientiser les élèves aux conséquences indirectes du dérèglement du climat, revenez sur quelques moments phare du récit « Coup de chaleur » : – Comme tu as pu le constater dans le livre, certaines espèces animales ont complètement disparues en 2052. Te souviens-tu lesquelles ? Les koalas, les orangs-outans, les tigres, les poissons (cabillaud) ont complètement disparus de la surface de la Terre. Pour s’en souvenir, il ne reste à Lucie que des peluches. – Certaines espèces animales ont dû quitter leur pays, leur continent. Lesquelles ? Que s’est-il passé ? L’ours blanc et le pingouin (Oscar) ont dû fuir la banquise. En effet, la glace a totalement fondu et les animaux ne peuvent plus trouver de nourriture. Ils ont donc nagé et sont arrivés dans le pays de Lucie. – Te souviens-tu du passage où le policier interpelle le pingouin en lui disant « Ce n’est pas un pays de pingouin ici Monsieur, rentrez chez vous ! » ? Quel est ton avis sur l’attitude du policier ? (et de celle de Lucie qui décide finalement de l’emmener chez lui) ? Profitez de cet exemple pour aborder avec les élèves les conséquences indirectes du dérèglement du climat. Attirez déjà l’attention des élèves sur le fait que la question des réfugiés climatique et des migrations est une réalité. En effet, selon un rapport de la Banque Mondiale, 140 millions de réfugiés climatiques sont attendus d’ici 2050. Où ces personnes seront-elles logées ? Posez la question aux élèves et écoutez attentivement leurs réponses.

Sur base des cinq phénomènes climatiques découverts dans l’exercice précédent, poursuivez la réflexion en découvrant d’autres conséquences indirectes. Proposez aux élèves de découper les bandelettes qui se trouvent dans la deuxième partie de la FICHE mm 4 et de les associer aux phénomènes climatiques découverts. Ces derniers mettent en lien les informations suivantes : 1. Fonte des glaces : certains animaux comme l’ours blanc, le phoque, le morse par exemple ne peuvent pas survivre dans des températures aussi chaudes (impact sur la faune et la flore) 2. Sécheresse : les habitants doivent parcourir de longues distances pour avoir accès à un puits et des problèmes peuvent naitre entre les communautés pour se partager l’eau (naissance de conflits et de guerres liées au partage des ressources) 3. Ouragan : de nombreuses personnes ont perdu tout ce qu’ils/elles possédaient (maison, voiture, etc.) et doivent maintenant tout reconstruire (pauvreté) 4. Montée des eaux : les populations locales doivent trouver une autre Terre où elles pourront vivre en toute sécurité (migration) 5. Vagues de chaleur : il risque d’y avoir des vagues de décès supplémentaires et notamment de personnes âgées et d’enfants, plus vulnérables à la chaleur (santé)

© Marie de Monti

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 16

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mm CRÉER

Dessine-moi… le climat OBJECTIF : découvrir l’impact du dérèglement

climatique sur les populations Sud

DURÉE : 1 période de 50 minutes MATÉRIEL : FICHE mm 5 « Dessine-moi le climat »

+ des feuilles de dessin

Mise en situation : dessine-moi le climat Afin d’amener les élèves à comprendre l’impact du dérèglement climatique sur les populations Sud, proposez-leur l’activité créative qui suit : Par groupe, les élèves choisissent une des quatre photographies de la FICHE mm 5 « Dessinemoi le climat ». Sur chacune de ces photos est représenté une personne (ou famille) du Nord ou du Sud qui doit faire face aux conséquences du dérèglement climatique. Demandez aux enfants d’observer attentivement la photo : que voient-ils ? Dans quel pays la photo a-t-elle pu être prise ? Amenez-les à émettre des hypothèses sur les personnes qui ont été photographiées : quel pourrait être leur métier, leur âge, leur origine ? Ont-ils l’air heureux, malheureux ? Ont-ils de l’espoir ? Ont-ils peur ? Proposez ensuite aux élèves de remonter très loin dans le temps et de dessiner la période qui a précédé la photographie. Les gens étaient-ils heureux ? Comment était la faune, la flore ? Ce moment plus calme, sera l’occasion pour certaines élèves de s’interroger sur les raisons de ce changement et de vous poser quelques questions de manière informelle. Tous dans le même bateau ? Prolongez l’activité artistique en posant aux élèves la question suivante : selon vous, quelles personnes représentées sur les photographies vont semblent capables de survivre aux dérèglements du climat ? Lesquels ne le pourront pas ? Faites deux groupes. Les élèves constateront par eux-mêmes que certains personnages semblent plus pauvres et désemparés que d’autres.

Clôturez l’animation en insistant sur le fait que ce sont les populations les plus pauvres (les habitants venant de pays en voie de développement) qui subissent de plein fouet les conséquences du dérèglement climatique. Les agriculteurs, pêcheurs, commerçants, etc. sont fortement exposés aux aléas du climat et leur survie est en danger. Les femmes, les enfants et les personnes âgées sont aussi particulièrement vulnérables. Les habitants des pays industrialisés et riches, disposeront, quant à eux, de plus de ressources (matérielles et intellectuelles) pour s’en sortir. Expliquez aux élèves qu’il est important de rétablir la « justice climatique ». Les populations Nord doivent s’engager envers celles du Sud en : 1. Adaptant leur mode de vie (consommation, production et mode de déplacement responsables) afin de limiter les émissions de CO2. 2. En continuant à faire pression sur le gouvernement pour que des mesures politiques ambitieuses soient prises au niveau national et international (Évoquez, à ce propos, les marches pour le climat du jeudi). 3. En aidant les victimes du dérèglement climatique à s’adapter et à vivre le mieux possible avec les conséquences du dérèglement (assistance financière, mise en place de projets dans leur pays). Si les élèves ont envie d’agir pour la construction d’un monde juste et durable, les deux projets que nous vous proposons dans la séquence « SE MOBILISER » risquent fortement de les intéresser.

SE MOBILISER Voir « Se mobiliser » TOUS NIVEAUX page 10.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 17

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mmm S’INFORMER

Se mettre dans le bain… du climat OBJECTIF : introduire la problématique du climat à

l’aide d’un film d’animation

DURÉE : 5 minutes + 15 minutes de débat MATÉRIEL : télécharger le film d’animation

« Thermostat 6 »

Afin d’introduire le thème du climat en classe, proposez aux élèves de visionner le film d’animation « Thermostat 6 ». Ce court métrage de cinq minutes aborde la question du « déni climatique » et pourrait constituer une belle entrée en matière pour des élèves du 3e cycle. Orientez la discussion qui suivra en amenant les questions suivantes : – De quoi parle ce film d’animation ? Qui peut résumer l’histoire en deux mots ? Une famille est en train de manger et il y a une fuite d’eau dans la cuisine. Personne ne semble s’en soucier sauf Diane, le personnage principal de l’histoire. Elle prend la situation en main et monte sur la table pour tenter de réparer le tuyau. Mais la fuite s’aggrave au fil du temps et finit par inonder toute la maison.

– Quels sont autres personnages de l’histoire ? Comment se comportent-ils par rapport à la fuite d’eau ? Les autres personnages ne semblent pas préoccupés par la montée des eaux dans la cuisine et continuent de manger comme si de rien n’était. Le grand-père refuse qu’on touche aux « fondations » (autrement, dit les tuyaux), le père attend toujours le plombier (alors qu’il l’a appelé il y a trois semaines), la mère continue de servir le repas (tous les membres de la famille semblent pourtant rassasiés) et le petit frère finit par couler à la fin du film d’animation. – Si on va plus loin, de quoi parle ce court métrage ? Quel est son message ? Ce court métrage évoque la question du « déni » par rapport au réchauffement climatique (symbolisé ici par la montée des eaux). On sait que les conséquences seront graves, mais aucun gouvernement ne semble réellement s’en soucier. Ainsi, pour reprendre les termes du réalisateur, « dans notre film, la fuite d’eau qui se transforme en débordement, c’est l’emballement climatique qui arrive. On a voulu explorer le déni et l'inaction face à cette catastrophe qui est un enjeu de civilisation ».

© Maya Av-ron, Marion Coudert, Mylène Cominotti et Sixtine Dano

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 18

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mmm

© Maya Av-ron, Marion Coudert, Mylène Cominotti et Sixtine Dano

– Au regard de l’actualité de ces derniers mois, à qui vous fait penser le personnage de Diane ? Quel serait le rôle (symbolique) des autres personnages ? Diane semble se rendre compte de l’urgence climatique. On pourrait la comparer à Greta Thunberg, Anuna de Wever et à toute cette jeunesse active qui milite pour trouver des solutions malgré l’ampleur du phénomène. Les autres personnages occupent également une fonction symbolique. Le grand-père qui refuse que l’on « touche aux fondations » symbolise toute une génération de « conservateurs ». Il refuse de voir la vérité en face et est dans le déni climatique. Il a d’ailleurs les yeux rivés sur son journal dont le titre est « Tout va bien ». Le père, qui attend le plombier depuis trois semaines, représente l’indifférence d’une génération qui sait fondamentalement qu’une catastrophe est en train de se jouer sous nos yeux, mais qui est inactive ; La mère, qui continue à enchainer les plats, symbolise la société de consommation, l’un des plus grands chevaux de bataille de la « génération climat ». Le petit frère, qui coule, peut être comparé à la génération future qui risque de devoir payer la « facture climatique » et répondre aux problèmes causés par leurs ainés.

– Cette scène te semble-t-elle surréaliste ? Sans entretenir en classe un discours alarmiste, expliquez aux élèves que les conséquences du réchauffement climatique se font déjà ressentir aux quatre coins de la planète et qu’il est important d’agir vite. Profitez de cette introduction pour leur annoncer que la thématique du climat sera abordée chaque semaine sous un nouvel angle, et qu’elle aboutira, le vendredi 8 novembre 2019 à la participation des Olympiades 11.11.11 For Climate. À l’issue de ces différentes animations, les élèves auront toutes les cartes en main pour mieux comprendre le phénomène du dérèglement climatique et pour pouvoir agir pour la construction d’un monde juste et durable. Afin de garder une trace des différentes animations, proposez aux élèves de tenir un journal de bord et laissez-leur quelques minutes à la fin de chaque animation pour le remplir. À tour de rôle, demandez à un élève de résumer le contenu de la séance. Invitez-les ensuite à répondre systématiquement aux quatre questions suivantes : durant l’animation no… portant sur… j’ai appris que/ je suis surpris par/ les questions que je me pose sont/ ce que j’envisage de faire. Les différentes notes prises par les élèves pourront être utiles pour mesurer l’évolution de leurs réflexions au fur et à mesure des animations.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 19

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mmm S’INFORMER

La planète se réchauffe : l’expérience de l’effet de serre (schéma) OBJECTIFS : Découvrir le phénomène de l’effet de

serre sous forme d’une expérience scientifique

DURÉE : 1 période de 50 minutes MATÉRIEL : FICHE mmm 8 « Caricature de Kroll » + FICHE mmm 9 « L’expérience de l’effet de serre (schéma) » + FICHE mm 1 « L’expérience de l'effet de

serre »

Analyse d’une caricature de Kroll Afin d’introduire l’animation suivante, remettez aux élèves la FICHE mmm 8 (caricature de Kroll) et laissez-leur quelques minutes pour analyser les trois dessins. Invitez-les à écrire au tableau tous les mots-clés qui leur passent par la tête. Rappelez-leur qu’il s’agit d’une caricature, c’està-dire un dessin destiné à nous faire réfléchir et à nous interroger notre société.

– Quels mots clés vous viennent à l’esprit lorsque vous observez ces caricatures ? Pollution, énergie, industrialisation, usine, consommation, avion, voiture, chaleur, disparition de la planète, gaz (ou CO2)… telles pourraient être les réponses citées. – Selon vous, quel serait le point commun entre les avions, les voitures et les usines ? Les voitures, avions et usines fonctionnent avec des énergies fossiles (pétrole, charbon, etc.). Ces ressources naturelles, enfouies dans le sol depuis des millénaires, sont précieuses et épuisables. Attirez l’attention des élèves sur la disparition progressive de la planète au fur et à mesure des dessins. Les animations qui suivent tenteront d’en expliquer les causes. L’expérience de l’effet de serre Pour expliquer l'expérience de l'effet de serre, basez-vous sur la FICHE mm 1 (niveau mm) et parcourez ensuite le schéma explicatif de la FICHE mmm 9 Ne manquez pas de leur rappeler que l’effet de serre est, au départ, un phénomène naturel. Sans ce phénomène, la vie sur Terre ne serait pas possible !

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 20

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mmm S’INFORMER

Qu’est-ce qui pollue ? OBJECTIF : Amener les élèves à comprendre que les émissions de gaz à effet de serre s’expliquent, en grande partie, par des activités d’origine humaine DURÉE : 2 périodes de 50 minutes MATÉRIEL : FICHE mmm 10 « Pollue plus, pollue moins ? » + FICHE mmm 11 « Les secteurs d’activité les plus polluants » UNE PHRASE À RETENIR : « Le réchauffement climatique s’explique, en partie, par des activités d’origine humaine. Il est donc possible d’agir sur le phénomène de manière individuelle et collective. »

Une histoire de pomme Durant les animations précédentes, les élèves ont découvert que les émissions de CO2 contribuent, en grande partie à réchauffer la planète. Savent-ils cependant quels sont les secteurs et les domaines d’activités qui émettent le plus de CO2 ? Afin d’introduire l’animation suivante, amenez deux pommes en classe et placez-les sur la table. Invitez les élèves à retracer mentalement l’itinéraire de ce fruit depuis la cueillette jusqu’au magasin. Pour mener à bien cette expérience, privilégiez une pomme cueillie dans votre jardin (ou une pomme bio, issue d’un circuit court) et une deuxième pomme déjà emballée (en barquette, issue d’un pays plus lointain). Guidez la réflexion à l’aide de questions suivantes : – D’où viennent ces pommes ? Dans quels pays ont-elles été cultivées ? Laissez les élèves émettre des hypothèses sur le pays d’origine des deux pommes. Expliquezleur ensuite qu’une des pommes a été cueillie directement dans votre jardin et que l’autre vient de loin (de Nouvelle-Zélande par exemple). Demandez-leur combien de kilomètres cette deuxième pomme a-t-elle parcourus avant d’arriver dans nos assiettes ? Quelle est la réaction des élèves ? Attirez leur attention sur le fait qu’il n’est pas rare de trouver, dans nos grandes surfaces, des oignons qui proviennent de Nouvelle-Zélande ou des asperges qui viennent de Chine (alors que ces produits poussent principalement

chez nous). Invitez-les à être davantage attentifs au pays de provenance des fruits et légumes qu’ils consomment. – Laquelle de ces deux pommes est bio ? Que signifie le label bio ? Le label « bio » signifie que l’une des deux pommes est vierge de tout pesticide et de produits chimiques. Attirez l’attention des élèves sur le fait que l’agriculture intensive nécessite beaucoup d’engrais et de pesticides et qu’il faut l’équivalent de deux tonnes de pétrole pour produire une tonne d’engrais. Les engrais utilisés, une fois répandus sur le sol, produisent un gaz à effet de serre 300 fois plus élevé que le CO2. – Comment ces pommes ont-elles été cueillies ? La pomme qui provient de votre verger a été cueillie à la main. La deuxième a peut-être demandé l’utilisation de machines spécifiques (tracteurs, véhicules spéciaux), source d’émission de CO2. – À ton avis, à quel moment ces pommes ont-elles été cueillies ? (cette saison, la saison passée). Ont-elles été conservées dans des frigos ? La pomme bio vient juste d’être cueillie (septembre, octobre). La deuxième pomme (issue d'un pays lointain) a sans doute été conservée dans un frigo. Attirez l’attention des élèves sur le fait que l’énergie nécessaire liée à la conservation des aliments (en frigo, en serre chauffée ou via un système de climatisation) est gourmande en CO2.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 21

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mmm – Comment ces deux pommes ont-elles été transportées ? La pomme du verger a sans doute fait le trajet à pied, en vélo ou en voiture, de la maison vers l’école. L’autre pomme, quant à elle, a parcouru plusieurs milliers de kilomètres (en avion ou en bateau) avant d’arriver dans nos grandes surfaces. Notez que l’avion produit 60 fois plus de CO2 que le transport maritime. – Comment ces pommes sont-elles présentées ? En vrac ou sous emballage ? Expliquez aux élèves que l’emballage plastique qui a servi à protéger l’une de deux pommes a nécessité l’utilisation d’énergies fossiles (comme le pétrole), responsable des émissions de CO2. Les élèves étaient-ils conscients du coût environnemental des produits qu’ils consomment ? Sont-ils surpris ? Clôturez l’animation en rappelant aux élèves que la plupart des produits que nous consommons ont nécessité une énergie incroyable pour être produits et transportés : extraction de matière première, production, stockage, emballage, conservation, etc. Expliquez-leur que ce coût écologique a un nom : « l’empreinte carbone ». Pollue plus, pollue moins ? Les élèves viennent de découvrir que tout ce que nous consommons, même une pomme, a un coût écologique. Son transport, sa conservation, sa culture constituent différentes sources d’émission de CO2 dans l’atmosphère. Les élèves ont-ils une idée (chiffrée) des émissions carbone liées au transport d’une pomme, d’un voyage en avion ou encore de la construction d’un smartphone ? Remettez-leur la FICHE mmm 10 « Pollue plus, pollue moins ? » et invitez-les à découper les différentes cartes. Les élèves doivent classer les différents produits en fonction de leur émission, plus ou moins grande, de CO2. NB : pour les aider à se faire une idée, donnezleur déjà le coût carbone lié à la construction d’un smartphone (50 kg de CO2). Comme nous l’avons fait pour l’exercice de la pomme, amenez les élèves à retracer mentalement le parcours des produits

suivantes en s’interrogeant sur le pays d’origine, le moyen de production, la conservation, son transport, l’emballage, etc. Corrigez l’exercice en classe en leur donnant les indications chiffrées suivantes :1 kg de haricots (22 kg de CO2) ; une bouteille de ketchup en plastique (24 kg) ; 1 kg de viande de bœuf (28 kg) ; la construction d’un smartphone (50 kg) ; l’ensemble des vêtements que tu achètes sur une année (150 kg) ; un aller-retour en voiture dans le Sud de la France (300 kg), l’électricité nécessaire pour faire fonctionner tous les appareils électriques de ta maison pour une année (frigo, lave-vaisselle, ordinateur, etc.) (500 kg) ; un ordinateur avec écran plat (1 tonne) ; un allerretour pour Sidney en avion (16 tonnes)… soit l’empreinte écologique d’un Belge pour une année ! Les élèves sont-ils surpris ? Quelle est leur réaction ? Faites un tour de table et invitez-les à noter leurs observations dans leur journal de bord. Clôturez l’animation en expliquant aux élèves que d’après les études menées par le GIEC, l’empreinte écologique d’un Belge est évaluée à 16 tonnes de CO2 par habitant et par an. Sans entrer dans les détails à ce stade-ci de l’animation, amenez déjà l’idée que cette empreinte varie d’un habitant à l’autre, d’un pays à l’autre. (Cela fera l’objet de l’animation « Qui pollue le plus ? »). Secteurs d’activité polluants Afin d’amener les élèves à découvrir les secteurs d’activité les plus polluants, disposez, à différents endroits de la classe, les quatre affichettes portant les indications suivantes : 1. Industrie : pour fabriquer les produits et le plastique que tu consommes tous les jours.  2. Transport : pour te déplacer, partir en vacances. 3. Alimentation et agriculture : pour te nourrir au quotidien. 4. Énergie : pour te chauffer, recharger ton ordinateur, refroidir les aliments de ton frigo. Invitez ensuite les élèves à venir placer, en dessous de ces inscriptions, les différents produits découverts lors de l’activité précédente.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 22

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mmm Les élèves placeront donc sous les différents écriteaux, les cartes suivantes : 1. Industrie : smartphone, ordinateur, vêtements et ketchup (pour le plastique) ; 2. Transport : voiture, avion ; 3. Alimentation : haricot, bœuf  ; 4. Énergie : lave-vaisselle, frigo et ordinateur. Remettez ensuite aux élèves la FICHE mmm 11 et invitez-les à découvrir les secteurs d’activité les plus polluants. D’après les données fournies par la plateforme wallonne du GIEC concernant les émissions de CO2 en Wallonie, le secteur de l’industrie représente 30 % des émissions, les transports (25 %), l’énergie de la maison et des bâtiments administratifs (23 %), l’agriculture et l’alimentation (13 %). Les 9 % restants couvrent les déchets et autres sources d’émission.

Avant de clôturer cette animation, il nous semble important de prendre un petit moment pour que chaque élève puisse s’interroger sur son comportement de consommateur et réfléchir à son impact sur la planète. Cela dit, bien que les initiatives individuelles sont indispensables, elles ne suffiront pas à résoudre le problème. La question du transport ne se résoudra pas seulement en prenant le vélo, mais en déployant massivement les transports en commun comme remplacement de la voiture (et ceci n’est qu’un exemple). Le combat ne sera gagné que si des mesures politiques ambitieuses sont prises par nos gouvernements et il est important que les citoyens continuent de se mobiliser pour faire pression sur les responsables politiques (évoquez, à ce propos, les grèves climat du jeudi).

9%

23 %

13 %

30 %

25 %

Des initiatives individuelles et collectives À l’issue de cette animation, les élèves auront compris que les émissions de CO2 dans l’atmosphère s’expliquent en grande partie par des activités d’origine humaine (transport, alimentation, industrie, etc.). Comme ils ont pu le découvrir durant l’activité « La planète se réchauffe : l’expérience de l’effet de serre » (voir page 19), ces émissions contribuent à réchauffer l’atmosphère : la Terre n’est plus capable de stocker naturellement le CO2 dans les océans et la biomasse.

Afin d’amener les élèves à réfléchir à des mesures individuelles et collectives, proposez-leur de de réaliser l’exercice no 2 de la FICHE mmm 11 « Ça gaze et toi ? ». Pour chacun des secteurs d’activité les plus polluants, les élèves seront invités à proposer une initiative qu’ils pourraient déployer à leur échelle. Ils seront également invités à se mettre dans la peau d’une direction d’école ou d’un ministre. Rappelez-leur également de compiler leurs impressions et questions dans leur petit journal de bord.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 23

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mmm S’INFORMER

Qui pollue ? Le jeu des chaises sur le climat OBJECTIF : Amener les élèves à prendre conscience

des inégalités en terme de répartition de la population, de richesse mondiale et d’émissions de CO2 DURÉE : 1 période de 50 minutes MATÉRIEL : FICHES mmm 12 ET 13 « Jeu des chaises sur le climat » + FICHE mmm 14 « Les émissions de CO2 dans le monde » + des chaises (autant de chaises que de participants), cinq affichettes « continents » (Europe, Amérique latine, Amérique du Nord, Asie et Océanie, Afrique), feuilles de couleur à découper UNE PHRASE À RETENIR : « Les pays du Nord sont responsables des ¾ des émissions de gaz à effet de serre. Ils ont une responsabilité historique dans le phénomène du réchauffement climatique. »

Afin de sensibiliser les élèves aux inégalités Nord/ Sud, nous vous proposons d’organiser un jeu des chaises en suivant les instructions suivantes : Répartissez dans la classe en cinq zones et placez les affichettes « continents » (Afrique, Amérique du Nord, Amérique latine, Asie et Océanie et Europe). Prévoyez, à l’avance, autant de chaises qu’il y a de participants (idéalement, le centre de la classe devrait être vide et les tables seraient rangées). Le jeu se fera en trois tours et se base sur les instructions suivantes. Notez que les exemples fournis ci-dessous se basent sur l’hypothèse d’une classe composée de 20 élèves. Les FICHES mmm 12 ET 13 « Le jeu des chaises sur le climat » vous donneront la répartition exacte pour une classe composée de 10 à 25 élèves (multipliez ces chiffres si nécessaire). 1. Annoncez aux élèves qu’ils représentent, ensemble, la totalité de la population mondiale. En supposant que nous sommes plus de 8 milliards et demi d’êtres humains à peupler la Terre, chaque élève représente, à lui, seul, 317 millions d’habitants. Demandez-leur de se répartir dans les différents continents, de manière à représenter la répartition de la population mondiale. Dans l’hypothèse d’une classe de

20 élèves, la répartition serait la suivante : Europe (2), soit 11 % ; Afrique (3), soit 14 % ; Asie et Océanie (12), soit 61 % ; Amérique du Nord (1), soit 5 % et Amérique latine (2), soit 9 %. Les élèves seront certainement surpris de la densité de population en Asie. 2. Les élèves vont maintenant se répartir élèves en fonction de la richesse mondiale. Celle-ci sera symbolisée par les chaises. Les élèves vont répartir les 20 chaises qui se trouvent dans le local sous l’un des cinq continents en fonction du PIB (produit intérieur brut) qui représente, dans le cadre de ce jeu, l’indicateur de richesse d’un pays. Notez que, bien que cet indicateur soit critiquable, c’est celui pour lequel nous avons le plus de données. Ainsi, si la richesse mondiale était répartie entre 20 élèves, voici ce que cela donnerait : Europe (5), soit 26 % ; Afrique (1), soit 4 % ; Asie et Océanie (8), soit 40 % ; Amérique du Nord (4), soit 22 % et Amérique latine (2), soit 8 %. Vérifiez la répartition des chaises avec les élèves, et replacez-les correctement avant de commencer le troisième et dernier tour. 3. Les élèves, assis sur leur chaise, sont placés devant leur continent. Ils réfléchissent maintenant, par groupe, à leur empreinte écologique. Annoncez-leur que vous disposez de 20 morceaux de feuilles que les différents continents vont devoir se partager. Ainsi, l’empreinte écologique était répartie entre 20 élèves, cela correspondrait aux données suivantes : Europe (5), soit 23 % ; Afrique (1), soit 7% ; Asie et Océanie (8), soit 40 % ; Amérique du Nord (4), soit 22 % et Amérique latine (2), soit 8 % 4. À l’issue du troisième tour, demandez aux élèves de faire deux groupes : celui des pays qui consomment le plus, celui des pays qui consomment le moins. Les élèves découvrent que les pays du Nord (les pays industrialisés et émergents) ont une empreinte carbone plus grande, car ils émettent beaucoup plus de CO2 que les habitants du Sud. Informez-les que 10 pays, en plus de l’Union Européenne, sont responsables de ¾ des émissions de CO2 dans le monde. L’Europe et les États-Unis ont, en plus, une responsabilité historique dans le réchauffement climatique.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 24

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mmm Les élèves ont-ils une idée des pays qui émettent le plus de CO2 ? Faites un tour de table et écoutez attentivement chacune de leur proposition. Remettez-leur ensuite la FICHE mmm 14 : « Les émissions de CO2 dans le monde » et parcourez-la avec les élèves. En tête de liste des pays les plus pollueurs figurent les États-Unis, la Chine, le Japon, suivis de l’Allemagne et de l’Angleterre. Attirez l’attention des élèves sur le fait que dans les pays en voie de développement (Bolivie, Sri Lanka et RDC), les émissions de CO2 sont jusqu’à 20 fois moins élevées. 4. En réalité, pour rétablir l’équilibre, vous devriez ne disposer que de 16 feuilles à répartir entre l’ensemble des continents. En effet, l’empreinte écologique a dépassé les capacités de la planète depuis la fin des années 70 pour atteindre 1.7 planètes : l’humanité vit donc à crédit ! Elle ponctionne davantage de ressources que ce que la nature peut régénérer

S’INFORMER

Bulletin météo du Monde OBJECTIFS : Prendre conscience de l’impact

différencié du dérèglement climatique sur les populations Sud (pauvreté, migration, maladie, conflits, etc.) en comparaison avec les habitants du Nord. Découvrir la notion de « justice climatique » DURÉE : 1 période de 50 minutes MATÉRIEL : FICHES mmm 1 À 7 « Des nouvelles du climat », FICHE mmm 15 « Bulletin météo du Monde ». DEUX PHRASES À RETENIR : « Le dérèglement climatique a des conséquences déjà visibles aux quatre coins de la planète. Ce sont les pays les plus pauvres et les personnes les plus vulnérables qui sont les plus impactés par les changements climatiques, car elles sont moins armées pour y faire face. »

Mise en situation Proposez à l’un des élèves de se mettre dans la peau de monsieur ou de madame météo et de se prêter au jeu du bulletin météorologique de cette dernière année en Belgique. Peut-être évoquerat-il les vagues de chaleur qu’a connues notre pays au mois de février et de juin 2019. Demandez-lui ensuite de réaliser le bulletin météo d’un continent de son choix. Les élèves ont-ils en tête des

phénomènes climatiques extrêmes qui ont eu lieu ces dernières années sur l’ensemble de la planète ? Laissez-les s’exprimer et notez quelques mots-clés au tableau. Des histoires de climat Expliquez aux élèves que vous avez recueilli différents témoignages des quatre coins du monde sur le climat. Des agriculteurs, pêcheurs, commerçants et étudiants se sont exprimés sur la réalité qu’ils vivent au quotidien. Divisez la classe en sept groupes et remettez-leur un extrait des FICHES mmm 1 À 7 « Des nouvelles du climat ». Chaque groupe prendra connaissance du récit d’un habitant d’Europe, d’Amérique latine, d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Nord. Deux experts, spécialisés dans la fonte des glaces et de la vie marine, ont également livré leur témoignage (fictif) sur la question. Laissez aux élèves une dizaine de minutes pour prendre connaissance d’un des sept récits. N’excluez pas la possibilité de leur permettre de faire quelques recherches supplémentaires afin de compléter certaines informations. Les élèves découvriront les récits suivants : ELODY, victime de l’Ouragan Irma en Floride ; BARSHA, qui a perdu son petit commerce à cause de la montée des eaux au Bangladesh ; CATHY, la représentante du peuple inuit, qui mène un combat pour sensibiliser les dirigeants politiques aux conséquences de la fonte des glaciers ; AMIR, fils d’agriculteurs éthiopiens, qui a vu la terre de ses ancêtres dévastée à cause des sécheresses intenses ; MARC, un océanologue, interpellé par la disparition et le blanchiment des récifs coralliens ; DIEGO, un pêcheur péruvien, paralysé par le climat d’incertitude lié au El Niño et enfin ALICE, une jeune étudiante belge de 5e secondaire, qui participe activement aux marches pour le climat. Après chaque bulletin météo, relevez, avec les élèves, les implications directes et indirectes de ces phénomènes climatiques sur les populations locales. Remettez-leur la FICHE mmm 15 « Bulletin météo du Monde » et invitez-les à indiquer une croix dans la colonne correspondante chaque fois que leur personnage est touché par le dérèglement du climat.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 25

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mmm Tous dans le même bateau ? Demandez aux élèves de comptabiliser, pour chaque personnage, le nombre de croix (symbolisant les conséquences directes et indirectes). Quels sont les personnages qui sont les plus touchés par les phénomènes météorologiques extrêmes ? Les élèves constateront très vite que ce sont BARSHA (Bangladesh), AMIR (Éthiopie) et DIEGO (Pérou) qui sont les plus affectés. Ils cumulent, à eux trois, toutes les conséquences du dérèglement climatique: perte de ressources nécessaires à la survie, pauvreté, migration forcée, maladie et apparition de conflits dans leurs communautés. Rappelez aux élèves que : Les effets du réchauffement varient d’une région à l’autre, d’une latitude à l’autre : les anomalies météorologiques sont plus fortes dans le Sud que dans le Nord (vagues de chaleur en Europe versus sécheresse en Afrique). Les habitants des pays les plus pauvres sont plus vulnérables, car ils sont moins armés pour pouvoir y faire face. Les habitants des pays riches, quant à eux, pourront plus facilement s’adapter (Elody par exemple, disposera peutêtre de quelques réserves financières pour reconstruire sa maison, ce qui ne sera sans doute pas le cas pour Barsha). Insistez sur le fait que les femmes, les enfants et les personnes âgées sont particulièrement vulnérables, car leur capacité d’adaptation est souvent plus limitée.

Vers la notion de justice climatique Faites maintenant le lien avec les activités précédentes et indiquez en grand, la phrase suivante au tableau : Qui pollue le plus ? Qui subit le plus ? Demandez aux élèves de rétablir l’équation. Les élèves découvrent ainsi que ce sont ceux qui polluent le plus qui perçoivent le moins les conséquences du dérèglement climatique. Autrement dit, ce sont les pays qui polluent le moins (pays du Sud) qui subissent les conséquences de plein fouet. Demandez-leur s’ils trouvent l’équation équilibrée et faites un tour de table. Invitez ensuite les élèves à proposer une idée, une action à mener pour les habitants du Sud afin de rééquilibrer la balance et écoutez attentivement chacune de leurs propositions. Expliquez-leur qu’il est important de rétablir au plus vite la « justice climatique ». En effet, il est essentiel que les citoyens du Nord s’engagent pour les habitants du Sud en : 1. Adaptant leur mode de vie afin de réduire drastiquement leurs émissions de CO2. Insistez sur la responsabilité individuelle, mais aussi collective. Il est important de continuer à faire pression sur le gouvernement en multipliant les initiatives, les marches pour le climat, etc. 2. En aidant les pays du Sud en les aidant à vivre le mieux possible avec les dérèglements climatiques et en finançant certains projets destinés à renforcer leurs capacités d’adaptation. Expliquez-leur que l’Opération 11.11.11, qui aura lieu dans le courant du mois de novembre, vise à récolter des fonds pour financer des projets Sud. S’investir dans de tels projets contribue à la construction d’un monde juste et durable.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 26

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mmm S’INFORMER

Restons sous la barre des 1.5 degrés ! OBJECTIF : Découvrir les conséquences d’un monde

à +1.5 °, +2°, +4°

DURÉE : 1 période de 5 minutes MATÉRIEL : FICHE mmm 16 « Restons sous la barre

des 1.5 degrés ! »

UNE PHRASE À RETENIR : « Il est essentiel de limiter

le réchauffement climatique à + 1.5 degrés sinon, les conséquences seront irréversibles. La bonne nouvelle, c’est que c’est faisable ! »

Mise en situation Demandez aux élèves s’ils peuvent évaluer (en degrés) la hausse de température que subit actuellement la Terre ? Expliquez-leur ensuite que la température moyenne de la surface de la Terre a augmenté de 1.02 degrés depuis l’ère préindustrielle (1850-1900) et augmente de 0.2 degrés toutes les décennies. Ce réchauffement est sans équivoque et les conséquences, même d’un degré, sont déjà visibles. La planète chauffe : les conséquences d’un monde à + 1.5 degrés Demandez aux élèves s’ils ont une idée de ce qu’il se passerait si la température de la planète augmentait d’1.5 degrés, de 2 degrés ou de 4 degrés ? Remettez-leur ensuite la FICHE mmm 16 « Restons sous la barre des 1.5 degrés ! » et demandez-leur d’entourer en en bleu les conséquences d’un monde à + 1.5 degrés, en vert, celles d’un monde à + 2 degrés et en rouge, les effets d’un monde à +4 degrés. Les élèves découvrent ainsi les informations suivantes : À + 1.5 degrés Notre écosystème sera profondément modifié. D’après les scientifiques, plus de 4 % des espèces animales et végétales seront amenées à disparaitre ; le niveau de la mer pourrait s’élever d’1 mètre, ce qui augmentera le nombre de personnes exposées à des inondations ; certaines îles seront entièrement recouvertes (Tuvalu, Kiribati, etc.) ; 70 % des récifs coralliens disparaitront ; l’arctique connaitra un été sans banquise tous les 100 ans.

À + 2 degrés Notre écosystème sera profondément modifié. D’après les scientifiques, plus de 13 % des espèces animales et végétales seront amenées à disparaitre ; 99 % du récit corallien (poisson, mollusques, etc.) va disparaitre ; 1 personne sur 14 n’aura plus accès à l’eau ; certaines villes comme Londres, New York ou Delhi seront partiellement ou totalement immergées par les eaux ; l’Arctique connaitra un été sans banquise tous les 10 ans. À + 4 degrés Toute représentation d’une société organisée, équilibrée telle qu’on la connait aujourd’hui est impossible. Soyez attentifs aux réactions des élèves et évitez des discours alarmistes tout en leur faisant prendre conscience de l’ampleur du phénomène. Rappelez aux élèves qu’un premier accord sur le climat est né en 2015 suite aux nombreuses mobilisations citoyennes et à des efforts diplomatiques intenses : l’Accord de Paris. C’est le tout premier accord universel sur le climat. 196 pays (responsables de 94 % des émissions de CO2) se sont engagés à poursuivre leurs efforts pour limiter le réchauffement global bien en deçà de 2 degrés et à tout mettre en œuvre pour rester sous la barre des 1.5 degrés (par rapport à l’ère préindustrielle). Selon le dernier rapport du GIEC, du 8 octobre 2018, pour rester sous le seuil des 1.5 degrés de réchauffement, il faut réduire ses émissions mondiales de CO2 de 45 % d’ici 2030 (par rapport à 2010) et à atteindre des émissions nettes nulles vers 2050. Clôturez cette activité par un moment plus calme (une chanson, une activité dessin, etc.) et invitez les élèves à noter leurs observations dans leur journal de bord !

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 27

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mmm SE MOBILISER

À la table des négociations ! OBJECTIF : Réinvestir toutes les connaissances

acquises durant les différentes animations : effet de serre, émissions de CO2, inégalités Nord/ Sud, etc. Participer activement à un débat intergouvernemental fictif sur le climat et aboutir à l’élaboration d’une charte sur le climat DURÉE : 2 périodes de 50 minutes MATÉRIEL : FICHES mmm 17 À 22 « À la table des négociations ! » + écriteaux reprenant les prénoms, continents et fonctions des différents intervenants.

Mise en situation et objectif Afin de réinvestir l’ensemble des connaissances acquises durant l’animation, mettez les élèves en situation en leur proposant de participer à la prochaine COP sur le climat sous forme d’un grand jeu de rôle. Un représentant de chaque continent (Barsha, Diego, Elody, Alice et Amir) va être appelé au sommet mondial et aura l’occasion de prendre la parole. Chaque intervenant(e) expliquera la situation de son pays (ou continent) par rapport au dérèglement climatique. Il/elle aura également l’occasion de poser des questions aux autres délégués pour faire avancer le débat sur le climat. Trois experts seront également invités à la table des négociations. Une personne des pays émergents (Yan pour la Chine) fera également partie du débat. À l’issue du débat, des pistes de solutions et une proposition d’accord seront rédigées. Les différents rôles Placez les élèves en cercle et dressez, au sommet, une « table spéciale » sur laquelle seront préalablement placés des écriteaux contenant le nom des six intervenants ainsi que leurs pays d’origine : ELODY Floride USA ; BARSHA, Bengladesh, Asie ; AMIR, Éthiopie, Afrique ; DIEGO,

Pérou, Amérique Latine et ALICE Belgique, Europe). Notez que YAN (qui représente la Chine, un pays émergent) est un nouveau personnage créé pour encrer davantage les négociations dans le réel. Prévoyiez un emplacement spécial pour les trois experts qui feront part de leurs recherches sur le climat : Jean-Pascal VAN YPERSELE, climatologue et ancien vice-président du GIEC, Belgique ; CATHY, représentante du peuple inuit, cercle Arctique canadien et MARC, océanologue, Australie. Expliquez aux élèves que vous présiderez le sommet et que vous jouerez le rôle de médiateur. Afin de faire participer tous les élèves activement au sommet, désignez un maitre du temps, qui aura pour mission de chronométrer chacun des temps de parole, 9 secrétaires qui prendront note des différentes prises de parole par continent (et du contenu des interventions des trois experts). Désignez un secrétaire spécial qui se proposera de réécrire entièrement la charte et de la photocopier pour l’ensemble de la classe. Tous les élèves auront un rôle à jouer dans ce grand sommet mondial. Les six participants aux négociations recevront les FICHES mmm 17 À 22 « À la table des négociations ! » et prendront connaissance de son contenu. Ils disposeront d’une quinzaine de minutes pour se remémorer la situation de leur continent, préparer leur argumentaire et formuler les questions à poser aux différents intervenants. Les trois experts, quant à eux, se baseront sur les informations découvertes durant les animations pour faire un bilan 1. de la situation climatique actuelle (JEANPASCAL VAN YPERSELE) ; 2. du phénomène de blanchiment des coraux en Australie (MARC) 3. des conséquences désastreuses de la fonte des glaces en Arctique (CATHY).

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


PROF

PAGE 28

SÉQUENCES PÉDAGOGIQUES

NIVEAU mmm Cette activité pourrait également être l’occasion d’inviter un·e représentant·e d’ONG et/ou une personne travaillant dans le monde de l’industrie fossile afin de rendre le débat encore plus concret.

Prévoyez, comme pour toute activité, un moment de débriefing car la situation aura pu être tendue par moment. Orientez la discussion en vous basant sur les questions suivantes :

Déroulement des négociations en vue de la rédaction de la charte pour le climat 1. Commencez par inviter les trois experts et donnez-leur trois minutes pour dresser le bilan (informations générales sur la hausse des températures, blanchiment des coraux et fonte des glaciers).

– Comment t’es-tu senti(e) à l’issue des négociations ? As-tu trouvé que ces négociations étaient équitables/ démocratiques ? Es-tu satisfait(e) des mesures qui ont été prises. Penses-tu qu’elles le sont dans la réalité ? Qu’est-ce qui t’a marqué, étonné ? As-tu envie de t’engager dans le combat de la justice climatique ?

2. Donnez la parole, tour à tour, aux représentants des pays en développement : Barsha, Amir et Diégo. Laissez-leur à chacun cinq minutes pour exposer la situation de leur pays et poser leurs questions aux représentants des pays industrialisés. 3. Proposez ensuite aux pays industrialisés (Alice et Elody) et émergents (Yan) de prendre la parole. Ceux-ci exposeront, à tour de rôle la situation dans laquelle ils se trouvent et auront la possibilité de répondre aux questions posées par les pays du Sud.

SE MOBILISER Voir « Se mobiliser » TOUS NIVEAUX page 10.

4. Prévoyez un moment de débat de 30 minutes maximum qui marquera le début des négociations. Le maitre du temps veillera à ce que le temps de parole soit distribué de manière équitable entre les différents intervenants. 5. Clôturez l’activité par la rédaction d’une charte qui reprendra les engagements pris par les différents délégués à l’issue des négociations. En qualité de président(e), lisez cette charte à haute voix et faites-la signer à chaque délégué. 6. Une fois l’activité terminée, pensez à bien débriefer avec le groupe classe (voir supra) 7. Remettez la charte à l’ensemble des intervenants du débat et faites-la signer par tous afin de marquer le moment de manière solennelle. Lisez-la à haute voix à l’ensemble de la classe.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

m

FICHE 1

S’INFORMER

Le climat fait son cinéma ! Comme tu le sais, la planète se réchauffe et des dérèglements du climat apparaissent aux quatre coins du monde. Relie les différents phénomènes ci-dessous à leur nom. Entoure en rouge les phénomènes que tu as découverts dans le livre « Grosse chaleur ».

v

v

v

Chaleur

Fonte des glaces

v

v

Inondation

v

v

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

Ouragan

v

v

Sécheresse

v

CLIMAT


ÉLÈVE

m

CRÉER

FICHE 2

Sauvons la peau des animaux Nous sommes en 2052 et de nombreuses espèces animales ont disparu à cause du dérèglement du climat. Choisis l’animal que tu préfères et redessine-le pour le faire revivre. Exprime ton ressenti sur sa disparition par un mot, une phrase, un slogan ou un poème. Affiche ensuite ton dessin au Musée de la conservation des Espèces animales.

WANTED

Mon slogan, mon poème, ma petite phrase ou ma citation :

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mm

FICHE 1

S’INFORMER

L’expérience l’effet de serre

Mode opératoire : 1) Remplis les deux verres avec de l’eau et place les deux thermomètres à l’intérieur des verres. 2) Recouvre un des deux verres avec un saladier en verre. 3) Mets le dispositif au soleil pendant 5 minutes. 4) Observe la température des deux thermomètres.

Note ici tes observations : Dans quel verre la température est-elle la plus élevée ?

Quel est le rôle du récipient en verre ?

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

S’INFORMER

mm

FICHE 2

Pétrole ou pas pétrole ? Voici une série d’objets que tu utilises dans ta vie quotidienne. Entoure les objets qui ont été fabriqués avec du pétrole (ou qui en nécessitent pour leur transport) et discutes-en avec ton professeur.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mm

S’INFORMER

FICHE 3

Les gros dégâts du climat C’est une certitude, la Terre se réchauffe ! D’après les scientifiques, ce réchauffement est estimé à 1.02 degrés et les conséquences sont déjà visibles aux quatre coins du monde. Découpe les illustrations représentant les dérèglements du climat et associe-les à leur nom.

Fonte des glaces Montée des eaux Sécheresse Vague de chaleur Ouragan

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mm

S’INFORMER

FICHE 4

Les gros dégâts du climat (suite) Relie les titres de journaux ci-dessous aux conséquences des phénomènes météorologiques que tu as découverts dans le FICHE mm 3. TITRE DE JOURNAUX

La température de l’Arctique a augmenté de 2.8 degrés en l’espace de quelques décennies. Qu’adviendra-t-il de la banquise ?

CONSÉQUENCES v

v

2015, une année très chaude pour l’Éthiopie qui a connu une de ses pires sécheresses depuis… 1932 !

v

v

v

Septembre 2017 : l’Ouragan Irma dévaste une bonne partie du sud de la Floride. Un véritable désastre !

v

La France a enregistré cette année son pic de chaleur : 49 degrés par région. Quel record ! Des pluies torrentielles v s’abattent sur le Bangladesh. Le pays ressemble désormais à une piscine géante ! Comment est-ce possible en 2019 ?

v

v

v

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

Certains animaux (l’ours blanc, le phoque, le morse par exemple) ne peuvent pas survivre dans des températures aussi chaudes. Les habitants doivent parcourir de longues distances pour avoir accès à un puits et des conflits peuvent naitre entre les communautés pour se partager l’eau. De nombreuses personnes ont perdu tout ce qu’ils possédaient (maison, voiture, etc.) et doivent maintenant tout reconstruire. Les populations locales doivent trouver une autre Terre où elles pourront vivre en toute sécurité.

Il risque d’y avoir des vagues de décès supplémentaires et notamment de personnes âgées, plus vulnérables à la chaleur.

CLIMAT


ÉLÈVE

S’INFORMER

mm

FICHE 5

Dessine-moi le climat

Choisis l’une de ces quatre photographies ci-dessus et dessine ce qu’il y aurait pu y avoir « avant » que cette photo ne soit prise. .

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT



ÉLÈVE

Des nouvelles du climat

mmm

FICHE 1

Comme tu as pu le découvrir au fur et à mesure des animations, tant les êtres humains que les écosystèmes souffrent des perturbations liées au climat. Nous avons recueilli ici des témoignages d’habitants et d’habitantes des quatre coins du monde.

ELODY, Floride (États-Unis)

L’Ouragan Irma : une vision d’apocalypse Bonjour à tous. Je m’appelle Elody, j’ai 43 ans et je suis originaire de SaintBarthélémy, une île au sud de la Floride. Dans notre région, nous avons l’habitude des cyclones et des phénomènes météorologiques extrêmes, mais ce que nous avons vécu en septembre 2017 était proche d’une vision d’apocalypse. Vers deux heures du matin, l’Ouragan Irma nous a surpris : les fenêtres, les volets et les baies vitrées se sont mis à trembler. Le vent s’est engouffré dans notre maison avec une telle force que notre toit s’est envolé. Mon mari et moi nous nous sommes cachés derrière un

matelas que nous avons tenu de toutes nos forces pendant plusieurs heures. Une fois l’ouragan passé, nous sommes sortis, à la fois soulagés (même si le vent soufflait encore très fort) et choqués par ce terrible décor : l’île était entièrement dévastée et aucune habitation n’avait tenu le coup. Les commerces, les écoles, les hôpitaux et les voitures …tout a été entièrement détruit ! Aujourd’hui, il est très difficile de nous projeter dans l’avenir, car tout est à refaire. Heureusement, la communauté de l’île est très solidaire : nous allons nous retrousser les manches pour tout reconstruire ensemble, car c’est dans l’intérêt de tous.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

FICHE 2

BARSHA, Bangladesh (Asie)

Des pluies torrentielles et la montée des eaux du fleuve Padma Je m’appelle Barsha et je suis originaire du Bangladesh. J’ai 30 ans et j’habite à Kalidaskhali, un petit village situé sur les berges du fleuve Padma. Je suis la première femme de mon village à avoir monté un petit commerce et ma famille a investi toutes ses économies pour que je puisse réaliser mon rêve. En septembre 2018, des pluies torrentielles se sont abattues sur l’ensemble de mon pays. Les eaux du Padma, alimentées par le Gange, ont monté en quelques heures jusqu’à s’étendre, par endroits, sur plus de quatre kilomètres. Tous les champs de riz alentours ont été inondés et ma petite boutique a été sauvagement emportée par les eaux. Je me suis réfugiée sur un morceau de tôle (le toit de ma boutique)

qui m’a servi de radeau. Un bénévole de la Croix-Rouge Internationale est venu me secourir et m’a amenée dans un camp au sud du pays où je vis maintenant depuis plus d’un an. Depuis ces évènements, les morts se comptent par milliers. Des épidémies de dengue et de malaria se sont propagées dans ce contexte de chaleur et d’humidité. Hier, nous avons enterré Rifah, la petite fille de ma voisine, car nous n’avions pas les médicaments pour la soigner. Dans mon pays, les eaux avancent, les hommes et les femmes reculent. Le Padma grignote peu à peu les berges du Kalidaskhali et j’ai bien peur que mon pays soit un jour entièrement englouti par les eaux.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

FICHE 3

CATHY, Arctique canadien (Amérique du Nord)

La fonte des glaciers en Arctique nous concerne tous ! Je m’appelle Cathy Towtongie et je vis à Nunavut, une région du cercle arctique canadien. Depuis dix ans, je mène un combat intense d’interpellation des politiciens sur le sort de notre région. J’ai d’ailleurs participé à la COP 21 où j’ai représenté la voix de la communauté Inuit.

également les communautés locales qui dépendent de la chasse aux morses, aux phoques et de la pêche aux poissons. La plupart des chasseurs et pêcheurs inuits n’ont plus aucun moyen de subsistance et finissent par aller travailler dans des pêcheries où ils sont exploités.

En effet, à cause de l’augmentation des températures et de la fonte accélérée des neiges, les temps sont durs pour les espèces animales et végétales qui peuplent la banquise. Celle-ci perd chaque année un peu plus de terrain, ce qui réduit considérablement l’habitat des ours blancs, des phoques ou encore des morses qui y vivent. Leur territoire de chasse est également menacé : certains animaux doivent parfois parcourir des kilomètres pour trouver de la nourriture. Ils s’épuisent à nager en pleine mer et meurent. La disparition de ces espèces affecte

L’espèce humaine, elle aussi, est menacée. A cause de la hausse de la montée du mercure et de la fonte des glaces en Arctique comme en Antarctique, le niveau de la mer augmente d’année en année et certaines îles se retrouvent déjà sous eau. C’est notamment le cas de l’île de Kiribati qui se situe à trois mètres à peine au-dessus du niveau de la mer. Tous les habitants de l’île devront être relogés. Mais où iront-ils ? J’espère que le monde entier entendra mon message, car la fonte des glaciers et ses conséquences sur l’ensemble du monde nous concerne tous.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

FICHE 4

AMIR, Éthiopie (Afrique)

Survivre aux sécheresses intenses Je m’appelle Amir et je suis d’origine éthiopienne. J’habite dans un petit village au nord d’Addis-Abeba, la capitale. Je suis issu d’une famille d’agriculteurs et jusqu’il y a peu, nous possédions également quelques têtes de bétail. Mais un grand malheur s’est abattu sur notre pays. Peut-être en as-tu déjà entendu parler, mais l’Éthiopie connait des sécheresses extrêmes. Les saisons des pluies sont de plus en plus courtes et nous manquons cruellement d’eau. Les champs de teff (une céréale locale) que mes parents cultivaient ont totalement brûlé et nos terres sont devenues stériles. Pendant plus d’un an, nous avons survécu en mangeant des racines de bananes. Heureusement, depuis quelques mois, nous recevons des sacs de riz provenant d’Organisations internationales car les

famines guettent la région et la sousnutrition a déjà fait de nombreuses victimes. Mes parents, qui vivaient principalement de l’élevage ont perdu les quelques bœufs qu’ils possédaient. Je me souviens avoir parcouru des dizaines de kilomètres pour trouver de quoi abreuver nos bêtes. Cela a créé des conflits entre le chef du village et les éleveurs qui se sont disputé l’accès au puits. Pour aider ma famille à survivre de la misère, j’ai décidé de partir vivre à AddisAbeba. Je vends des petits journaux aux touristes qui viennent visiter les parcs animaliers. Grâce à mes petites économies, j’aimerais aider mon père à ouvrir un petit commerce et faire revivre le village. Peut-être que grâce à cela, nous ne manquerons plus de rien.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

FICHE 5

MARC, Australie (Océanie)

Le poumon des océans se meurt Je m’appelle Marc et je suis océanologue. Enfant, j’étais passionné par les poissons, les dauphins et les baleines et j’ai décidé d’en faire mon métier. Je plonge très souvent dans les profondeurs des océans australiens. Cet endroit, appelé la Grande Barrière de corail, est considéré comme le poumon de la mer et abrite des milliards d’organismes minuscules, les coraux, mais également de plusieurs milliers d’espèces de poissons, de mollusques, et six des sept espèces de tortues de mer jusqu’ici découvertes. Mais ce que j’ai découvert lors de mes dernières plongées m’a rendu très triste et je n’arrive toujours pas à y croire. En raison de réchauffement des températures, de la salinisation des eaux et de la pollution, les coraux commencent à blanchir, signe qu’ils sont en train de mourir. Ces coraux

vivent en symbiose avec les algues qui alimentent en oxygène, en sucre et en acides aminés la plupart des poissons qui y vivent. Si les coraux viennent à mourir, la plupart des espèces marines seront elles aussi amenées à disparaitre. Ces êtres vivants, essentiels à la vie marine, jouent également le rôle de rempart, contre les phénomènes naturels violents tels que les cyclones, les typhons ou les ouragans qui menacent de plus en plus nos régions. Ils sont donc très importants ! Les coraux, joyaux des océans, sont considérés par l’UNESCO comme l’un des écosystèmes naturels les plus riches de la terre. Si nous n’agissons pas d’urgence pour faire face au dérèglement du climat, ces magnifiques organismes naturels où la vie prospère pourraient bien être amenés à disparaitre. Parole d’expert !

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

FICHE 6

DIEGO, Pérou (Amérique latine)

Le climat d’incertitude lié au El Nino Mon nom est Diego, je suis pêcheur et vis à Chimboke, un des plus grands ports du Pérou. Comme tous les habitants de la région, la pêche à l’anchois est l’une de nos principales sources de revenus. Nous nous levons très tôt le matin et embarquons sur notre petit bateau de fortune, priant chaque fois que la pêche soit meilleure que la veille ! Un filet de poissons nous rapporte quelques pesos, de quoi acheter quelques empanadas et ne pas s’endormir le ventre vide. Nos conditions de travail sont rudes, mais elles sont pires encore quand El Nino s’installe. En fonction des régions, ce courant marin peut provoquer des fortes pluies, des inondations, des cyclones ou bien de fortes vagues de sécheresse. Il est irrégulier, imprévisible et apparait souvent aux alentours de Noël, d’où son nom « El Nino » qui signifie « l’enfant Jésus » en espagnol. A l’époque de mes parents, il

apparaissait peu, mais depuis quelques années, il sévit de plus en plus souvent et de plus en plus fort, plongeant la plupart des pêcheurs dans un climat d’incertitude le plus total. Ce courant d’air chaud a des conséquences particulièrement désastreuses sur notre région : en réchauffant les océans, il fait fuir progressivement les anchois qui s’acclimatent plutôt des eaux froides et qui remontent peu à peu vers le Nord. Pour nous, c’est une véritable catastrophe : les pêches sont de moins en moins abondantes et nous sommes moins bien payés. Mais je m’accroche, car je n’ai pas d’autre moyen de survivre. Le soir, couché sur mon bateau, j’entends mon ventre gargouiller. Je rêve parfois de partir aux Etats-Unis comme l’ont fait certains de mes camarades. Je pourrais peut-être y trouver un emploi, fonder une famille et manger à ma faim.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

FICHE 7

ALICE, Belgique (Europe)

Ciel, qu’il fait chaud ! Je m’appelle Alice et je suis étudiante en cinquième secondaire dans une école de la région bruxelloise. Depuis le mois de février, des manifestations étudiantes ont lieu tous les jeudis après-midi dans les rues de la capitale. Avec mes professeurs, nous participons à ces grèves pour le climat. Le mouvement a été lancé par une jeune militante suédoise, Greta Thunberg, qui est un modèle pour moi ! « Ne pas dépasser la barre des 1.5 degrés », nous rappelle-t-elle, « sinon, les conséquences seront irréversibles ». En classe, nous parlons très souvent du climat et de ses conséquences sur les pays en voie de développement. J’apprends que

le Pérou, l’Éthiopie, le Bangladesh, l’Inde, ont été particulièrement touchés par des phénomènes climatiques extrêmes. Aussi loin que je remonte dans ma mémoire, je repense à ce mois de juillet 2019 qui a été particulièrement chaud. La température a atteint jusque 40 degrés, ce qui fut exceptionnel d’après mes parents. Heureusement que les ventilateurs existent ! En allant skier dans les Alpes cette année, j’ai quand même pu constater que les glaciers commençaient à petit à petit à fondre. Les neiges éternelles, un jour, ça n’existera plus ! Je vous laisse car je dois terminer mon exposé sur le climat pour demain.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

FICHE 8

mmm

S’INFORMER

Caricature de Kroll

Savais-tu que ? La révolution industrielle (représentée par les usines) et l’invention du moteur à combustion (symbolisée par les voitures et avions) ont sonné le début d’une nouvelle ère où l’être humain brûle de grandes quantités de combustibles fossiles (pétrole, charbon, etc..) pour se chauffer, se déplacer, se vêtir ou pour s’alimenter. Ces énergies fossiles, enfouies dans le sol depuis des millénaires, sont précieuses, mais épuisables.

CLIMAT

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020


ÉLÈVE

mmm

S’INFORMER

FICHE 9

L’effet de serre L’effet de serre est un processeur naturel de réchauffement de l’atmosphère de la Terre. Sans l’effet de serre, il n’y aurait pas de vie sur Terre. Mais certaines activités humaines (émissions de C02, méthane, ozone, etc.) l’ont modifié. Ce phénomène est identique à celui qui se produit dans une serre : le verre empêche les rayons du soleil de sortir de la serre, car ils se réfléchissent sur les vitres.

Voici petit schéma de l’effet de serre pour que tu puisses mieux comprendre !

Ainsi qu’un petit complément d’information … Le soleil émet ses rayons vers la terre. Une partie des rayons qui frappent la Terre est réfléchie dans l’atmosphère (1), une autre partie (la plus importante) traverse l’atmosphère (3), une autre partie encore est absorbée par l’atmosphère (2). Les rayons absorbés réchauffent la Terre.

La Terre restitue (émet) ensuite cette chaleur en direction de l’espace (4). Une partie s’échappe vers l’espace (5) mais la majeure partie retourne vers la terre (6). Ce sont ces rayonnements qui retournent vers la Terre, combinés à ceux qui sont réfléchis par les gaz à effet de serre qui créent « l’effet de serre ». Ils sont à l’origine d’un apport supplémentaire de chaleur à la surface terrestre.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

S’INFORMER

FICHE 10

Pollue plus, pollue moins ? Classe les différents objets ci-dessous (du plus petit au plus grand) en fonction de leur empreinte en C02.

Un smartphone

1kg de haricots Un ordinateur

Un vol aller-retour Bruxelles- Sidney

Des vêtements pour une année

Une bouteille de ketchup

1kg de steak

L’électricité utilisée pour faire fonctionner le lave-vaisselle, le frigo, ton ordinateur sur une année

Un aller-retour en voiture dans le Sud de la France

L’empreinte carbone, c’est la quantité de C02 qu’une personne ou un groupe de personnes émet pour se chauffer, se vêtir, se déplacer ou se nourrir. Ces émissions se calculent en tonnes par an et par habitant. Pour te donner une idée de grandeur, l’empreinte carbone d’un Belge est estimée à 16 tonnes de C02 par an et par habitant. Savais-tu que … Si tout le monde consommait comme un Belge, nous aurions besoin de 3,8 planètes… Il faut l’équivalent de 2 tonnes de pétrole pour fabriquer 1 tonne d’engrais. Il faut 10 kg d’orge ou de blé pour produire 1 kg de viande de bœuf. Les ruminants (bœufs par exemple) émettent du méthane, un gaz qui favorise 23 fois plus l’effet de serre que le CO2 à cause de la fermentation des plantes dans leur système digestif. Un jeans peut faire plus d’une fois et demie le tour du monde avant d’arriver dans notre garde-robe. Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

S’INFORMER

FICHE 11

Les secteurs d’activités les plus polluants Découvre, à l’aide schéma ci-dessous, quels sont les secteurs d’activité qui sont les plus polluants en Wallonie :

Autres (déchets, pollution) 9%

Énergie (pour te chauffer et faire fonctionner tous tes appareils électroniques) : ° Chauffage : 15% ° Electricité : 8%

Agriculture et élevage (pour te nourrir)

30% 23%

13%

Industries et usines (pour fabriquer tous les objets que tu consommes : vêtements, téléphone, Playstation, etc.)

25% Transport (pour te déplacer et pour partir en vacances)

Ça gaze et toi ?

Quelles pistes de solutions envisages-tu, à ton échelle, pour réduire au maximum les émissions de C02 afin d’arriver à une neutralité carbone d’ici 2050 ? Mets-toi également dans la peau d’une direction d’école ou d’un ministre. À mon échelle

Si je faisais partie d’une direction d’école

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

Si j’étais ministre

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

S’INFORMER

FICHE 12

Jeu des chaises du climat informations pour le professeur

Répartition de la population mondiale Europe

Afrique

Asie et Océanie

Amérique du Nord

Amérique latine et Caraïbes

Total

Nbre pers.

739495

1277292

4560479

365918

653991

7597175

% pop mondiale

9,7%

17%

60%

4,8%

8,6%

100%

Nbre joueurs 10

1

2

6

0

1

10

11

1

2

6

1

1

11

12

1

2

7

1

1

12

13

1

2

8

1

1

13

14

1

2

9

1

1

14

15

1

3

9

1

1

15

16

1

3

10

1

1

16

17

2

3

10

1

1

17

18

2

3

11

1

1

18

19

2

3

11

1

2

19

20

2

3

12

1

2

20

21

2

3

13

1

2

21

22

2

4

13

1

2

22

23

2

4

14

1

2

23

24

2

4

15

1

2

24

25

3

4

15

1

2

25

Répartition des richesses mondiales Europe

Afrique

Asie et Océanie

Amérique du Nord

Amérique latine et Caraïbes

Total

Nbre pers.

23281

5436

49905

20160

4764

103546

% pop mondiale

22,5%

5,2%

48,2%

19,5%

4,6%

100%

Nbre joueurs

3

10

3

0

5

2

0

11

3

1

5

2

0

12

3

1

6

2

0

13

3

1

6

2

1

14

3

1

6

3

1

15

3

1

7

3

1

16

3

1

8

3

1

17

4

1

8

3

1

18

4

1

9

3

1

19

4

1

9

4

1

20

4

1

10

4

1

21

5

1

10

4

1

22

5

1

11

4

1

23

5

1

11

5

1

24

5

1

12

5

1

25

5

1

12

5

1

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

S’INFORMER

FICHE 13

Jeu des chaises du climat informations pour le professeur (suite)

Répartition de l’empreinte écologique mondiale % pop mondiale

Europe

Afrique

Asie et Océanie

Amérique du Nord

Amérique latine et Caraïbes

Total

18,2%

8,1%

50,8%

14,4%

8.3%

100%

2

1

5

1

1

Nbre joueurs 10 11

2

1

5

2

1

12

2

1

6

2

1

13

2

1

7

2

1

14

3

1

7

2

1

15

3

1

8

2

1

16

3

1

9

2

1

17

3

1

9

3

1

18

3

1

9

3

2

19

3

1

10

3

2

20

4

1

10

3

2

21

4

2

10

3

2

22

4

2

11

3

2

23

4

2

12

3

2

24

4

2

12

4

2

25

4

2

13

4

2

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

FICHE 14

mmm

S’INFORMER

Allemagne : 95

Italie : 47

Chine : 228

Japon : 220

Corée du Sud : 84

À la suite du jeu des chaises auquel tu as participé, découvre les pays qui émettent le plus de C02 par habitant et par an (en mégatonnes).

France : 57

Angleterre : 95

Les émissions de CO2 dans le monde

Canada : 53 États-Unis : 521

Inde : 63

CLIMAT

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020


ÉLÈVE

FICHE 15

mmm

S’INFORMER

...constate que la biodiversité (faune, flore, poisson, etc..) de sa région est menacée de disparition et/ ou d’extinction

...est devenu plus pauvre encore

...envisage de quitter sa ville, son pays ou son continent pour trouver du travail et/ ou de reconstruire une nouvelle vie

...a perdu l’un de ses proches à cause de la propagation de la maladie (malaria, dengue) ou doit faire face à la sous-nutrition qui dévaste sa région

...doit faire face à des conflits ou à des guerres (liées à la répartition des ressources, de l’eau, de la terre, etc.)

Relis attentivement la FICHE mmm 1 « Histoires de climat » et fais une croix dans la colonne correspondante lorsque l’un des personnages subit une des conséquences liées au dérèglement du climat.

...a perdu les ressources qui lui permettaient de survivre et de se nourrir (terre, bétail, vente de poissons, commerce, etc.)

Bulletin météo du Monde

1/ELODY et l’Ouragan Irma FLORIDE (USA) 2/BARSHA et la montée des eaux du fleuve Padma BANGLADESH (ASIE) 3/CATHY et la fonte des glaces Arctique canadien (AMÉRIQUE DU NORD) 4/AMIR et les sécheresses intenses ÉTHIOPIE (AFRIQUE) 5/MARC et le blanchiment des récifs coralliens AUSTRALIE (OCÉANIE) 6/DIEGO et le climat d’incertitude lié au El Nino PÉROU (AMÉRIQUE LATINE) 7/ALICE et les vagues de chaleur BELGIQUE (EUROPE)

...a peur que son pays puisse être un jour amené à disparaitre

Total (nombre de croix)

CLIMAT

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020


ÉLÈVE

mmm

S’INFORMER

FICHE 16

Restons sous la barre des 1.5 degrés ! Comme tu as pu le découvrir au fur et à mesure des animations, il est fondamental de maintenir la température à +1.5 degrés maximum, sans quoi, les conséquences sur notre environnement seront irréversibles ! Colorie, en bleu, les conséquences d’un monde à +1.5 degrés, en vert, un monde à +2 degrés et en rouge, un monde à +4 degrés. Discutes-en ensuite avec ton professeur. Notre écosystème sera profondément modifié. D’après les scientifiques, plus de 4% des espèces animales et végétales seront amenées à disparaitre. 99% du récit corallien (poisson, mollusques, etc…) va disparaitre. 1 personne sur 14 n’aura plus accès à l’eau.

L’Arctique connaitra un été sans banquise tous les 10 ans.

Notre écosystème sera profondément modifié. D’après les scientifiques, plus de 13% des espèces animales et végétales seront amenées à disparaitre.

Le niveau de la mer pourrait s’élever d’un mètre, ce qui augmentera le nombre de personnes exposées à des inondations. Certaines îles seront entièrement recouvertes (Tuvalu, Kiribati, etc…). 70 % des récifs coralliens disparaitront. Certaines villes comme Londres, New-York ou Delhi seront partiellement ou totalement immergées par les eaux. L’Arctique connaitra un été sans banquise par siècle tous les 100 ans.

Toute représentation d’une société équilibrée et organisée telle qu’on la connait aujourd’hui est impossible.

LES ACCORDS DE PARIS C’est le tout premier accord universel sur le climat. Il a été adopté le 12 décembre 2015. 196 pays (responsables de 94% des émissions de CO2) se sont engagés à maintenir la température « bien en dessous des 2° » et à poursuivre les efforts pour limiter la hausse à 1.5 degrés par rapport à l’ère préindustrielle. Les États qui signent cet accord s’engagent sur base volontaire à tout mettre en œuvre pour y arriver. Cet accord comporte de nombreux articles et les engagements pris par les États doivent être revus tous les 5 ans.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

S’INFORMER

FICHE 17

A la table des négociations ! Barsha, Bangladesh (ASIE - SAUF CHINE)

LA SITUATION DE TON PAYS : RAPPEL

Comme tu as pu le constater durant l’activité n°3, ton continent produit peu de gaz à effet de serre (vous polluez peu), mais vous êtes parmi les premières victimes du changement climatique. La situation est grave. Tu sais que la température tend à augmenter depuis l’ère préindustrielle (0.2 degrés tous les 10 ans) et qu’actuellement, la courbe de croissance de la température globale tend vers une augmentation de plus de 3 degrés d’ici 2100. Dans ton pays, les conséquences d’un monde à +1.02 degrés sont déjà bien visibles : les pluies torrentielles qui se sont abattues sur ton pays ont ravagé ta région. Tu as perdu ton petit commerce et tu n’as plus d’autre moyen de subsistance. D’autres pays d’Asie, quant à eux, sont frappés par des sécheresses intenses et les famines se font déjà ressentir.

LES PROBLÈMES QUE CONNAIT TON PAYS Grace au récit de Cathy sur la fonte des glaces, tu as appris, ton pays, le Bangladesh, pourrait voir 17% de ses terres disparaitre avec la montée des eaux. Plusieurs îles du Pacifique sont déjà en train de disparaitre : Tuvalu, Kiribati, les îles Marshall, etc…

LES QUESTIONS QUE TU VAS POSER AUX PAYS DÉVELOPPÉS ET ÉMERGENTS LORS DU SOMMET

1/ Au sommet du Climat, tu demandes aux délégués quels continents seraient prêts à vous accueillir, toi et ta population si ton pays était amené à disparaitre. Tu portes également la voix des habitants de Tuvalu, Kiribati, etc. 2/ Tu réclames une plus grande « justice climatique ». Vu que le PIB des pays industrialisés et émergents est nettement supérieur au tien, pourquoi ne verseraient-ils pas une partie qui servirait à indemniser les victimes des catastrophes liées au climat ? 3/ Enfin, tu voudrais que les pays industrialisés et émergents s’engagent concrètement à diminuer ses productions de gaz à effet de serre pour limiter l’impact du réchauffement climatique sur ton continent.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

S’INFORMER

FICHE 18

A la table des négociations ! DIEGO, Pérou

(AMÉRIQUE LATINE, SAUF BRÉSIL) LA SITUATION DE TON PAYS : RAPPEL

Comme tu as pu le constater durant l’activité n°3, ton continent produit peu de gaz à effet de serre (vous polluez peu), mais vous êtes parmi les premières victimes du changement climatique. La situation est grave. Tu sais que la température tend à augmenter depuis l’ère préindustrielle (0.2 degrés tous les 10 ans) et qu’actuellement, la courbe de croissance de la température globale tend vers une augmentation de plus de 3 degrés d’ici 2100. Dans ton pays, les conséquences d’un monde à +1.02 degrés sont déjà bien visibles. Manque de chance, El Niño sévit particulièrement dans tes régions et les risques d’inondations et de sécheresses sont de plus en plus grands. Toi, tu subis particulièrement les dérèglements liés au climat et tu constates que les poissons que tu pêches (les anchois) préfèrent les eaux froides à remonter vers le Nord. C’est une catastrophe pour tous les pêcheurs de ta région qui perdent peu à peu leur seule source de revenus.

LES PROBLÈMES QUE CONNAIT TON PAYS Au-delà des ressources liées au commerce de la pêche, ton pays possède un autre trésor de taille : la forêt amazonienne. Malheureusement, ce poumon de la terre (qui peut absorber énormément de C02 et joue un rôle essentiel dans la régulation du climat, au même titre que les océans) est détruit à grande vitesse. Les Européens, Américains et Chinois se sont accaparé plusieurs milliers d’hectares pour y faire pousser du soja. Ils l’utilisent ensuite pour nourrir leur bétail et produire des agro carburants et de l’huile de palme (une huile qu’on retrouve dans les margarines, les pâtes à tartiner, les biscuits, les cosmétiques, etc. Toi, tu penses que les ressources de la forêt amazonienne seraient plus utiles pour nourrir les populations latinoaméricaines, déjà affamées.

LES QUESTIONS QUE TU VAS POSER AUX PAYS DÉVELOPPÉS ET ÉMERGENTS LORS DU SOMMET

Au sommet du Climat, tu t’adresses aux pays industrialisés et tu réclames une plus grande « justice climatique ». Concrètement : 1/ Tu voudrais que les pays industrialisés s’engagent concrètement à réduire leur consommation (de bois, d’agro carburants, etc …) et qu’ils laissent les terres sud-américaines entre les mains des populations locales. En effet, ces forêts représentent une ressource alimentaire et médicinale importante pour les populations qui vivent aux alentours. 2/ Tu voudrais que les pêcheurs, les agriculteurs qui se trouvent dans une situation difficile à cause du réchauffement climatique puissent bénéficier d’une compensation financière des pays industrialisés. Tu invoqueras leur PIB, nettement supérieur à celui de ton continent.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

S’INFORMER

FICHE 19

A la table des négociations ! AMIR, Éthiopie (AFRIQUE)

LA SITUATION DE TON PAYS : RAPPEL

Comme tu as pu le constater durant l’activité n°3, ton continent produit le moins de gaz à effet de serre (vous polluez peu). Cela dit, tu fais partie des premières victimes du changement climatique. La situation est grave. Tu sais que la température tend à augmenter depuis l’ère préindustrielle (0.2 degrés tous les 10 ans) et qu’actuellement, la courbe de croissance de la température globale tend vers une augmentation de plus de 3 degrés d’ici 2100. Dans ton pays, les conséquences d’un monde à +1.02 degrés sont déjà bien visibles. Les sécheresses intenses qui frappent ton pays rendent les terres inexploitables. Tes parents ont déjà perdu une grande partie de leurs terres et les quelques bœufs qu’ils possédaient sont morts, faute d’eau pour être abreuvés.

LES PROBLÈMES QUE CONNAIT TON PAYS Sur ton continent, la situation est particulièrement grave. Tu fais partie des 30 millions d’Africains qui reçoivent une aide alimentaire parce que ta région est sujette aux famines. Ce nombre risque encore d’augmenter si les sécheresses augmentent. Tu ne supportes plus cette situation de dépendance vis-à-vis des pays développés.

LES QUESTIONS QUE TU VAS POSER AUX PAYS DÉVELOPPÉS ET ÉMERGENTS LORS DU SOMMET

Au sommet du Climat, tu t’adresses aux pays industrialisés et tu réclames une plus grande justice climatique. Concrètement : 1/ Tu voudrais qu’ils s’engagent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, responsables, en partie, des dérèglements climatiques et des sécheresses dont tu es la principale victime. 2/ Tu voudrais recevoir une aide financière de la part des pays industrialisés, pour faire face aux effets du changement climatique. Tu invoques le fait que leur PIB est nettement supérieur au tien, qu’ils ont donc la capacité de vous venir en aide, mais aussi une responsabilité historique de le faire.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

S’INFORMER

FICHE 20

A la table des négociations ! YANG, Shangaï, Chine (CHINE)

LA SITUATION DE TON PAYS : RAPPEL

Tu fais partie des pays dits « émergents » au même titre que le Brésil et l’Inde, et tu es en pleine phase d’industrialisation. Tu espères bientôt atteindre un développement comparable à celui des Etats-Unis et de l’Europe, tes modèles.

LES PROBLÈMES QUE CONNAIT TON PAYS Ton pays est aujourd’hui parmi les plus grands émetteurs de C02, mais c’est aussi le pays le plus peuplé (il y a 4 fois plus d’habitants en Chine qu’aux Etats-Unis). Ton pays pollue beaucoup, certes, mais depuis moins longtemps que les Etats-Unis ou que l’Europe. Si on se penche sur les émissions de C02 depuis 1950, les Etats-Unis ont produit 809 tonnes/habitant alors que la Chine est à 69,9 tonnes/habitants. Tu estimes que ton pays n’est pas le principal responsable de la crise climatique.

LES ARGUMENTS QUE TU POURRAS UTILISER POUR RÉPONDRE LORS DU SOMMET

Tu te doutes que les délégués des autres continents vont te demander de faire des efforts pour limiter tes émissions de C02, c’est l’un des grands défis de ce sommet. Or : 1/ Une grande partie du C02 que tu émets est lié aux demandes des pays industrialisés : les usines chinoises fabriquent des produits que l’Europe et les Etats-Unis réclament. Sont-ils d’accord de réduire leurs besoins ? 2/ De plus, ton continent subit aussi les conséquences du dérèglement climatique : certaines régions de Chine et d’Inde connaissent d’importantes sécheresses et le niveau de pollution rend certaines villes irrespirables. 3/ Tu estimes que ton pays a le droit de continuer à te développer afin d’atteindre un niveau économique comparable à celui des pays industrialisés. L’Europe et les Etats-Unis l’ont fait bien avant toi et ont une responsabilité historique.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

S’INFORMER

FICHE 21

A la table des négociations ! Alice, Belgique (EUROPE)

LA RESPONSABILITÉ HISTORIQUE DE TON CONTINENT PAR RAPPORT AU RÉCHAUFFEMENT Tu fais partie des pays qui jouent un rôle considérable dans les émissions de C02 et tu as une responsabilité historique que tu ne nies pas.

LES QUESTIONS AUXQUELLES TU DEVRAS RÉPONDRE LORS DU SOMMET Tu es conscient(e) que les délégués des différents continents vont te demander de prendre tes responsabilités et de faire des efforts. Tu anticipes déjà leurs questions concernant : 1/ La réduction des émissions de C02 : quels efforts es-tu prêt à réaliser pour réduire de 45% vos émissions de C02 d’ici 2030 ? (en supposant qu’Alice est la déléguée belge à la COP et qu’elle parle au nom de tous les pays membres de l’UE). 2/ L’aide financière aux pays victimes des dérèglements climatiques (ou financement climat international) : quel pourcentage de ton PIB es-tu prêt à investir pour aider les pays dans le besoin ? Penses-tu que c’est normal de le faire ? 3/ L’accueil des victimes du dérèglement climatique : tu sais que plus de 140 millions de personnes risquent de devoir quitter leur pays d’ici 2050 pour trouver de l’emploi, une terre d’accueil et bénéficier de conditions de vie décente. Que penses-tu mettre en place pour pouvoir accueillir les « réfugiés climatiques » ? Es-tu d’accord de les accueillir ?

LES RESTRICTIONS MINIMUM QUE TU ÉMETS AUX AUTRES DÉLÉGUÉS Évidemment, tu es prêt(e) à faire tous ces efforts :

1/ Si (et seulement si) les pays les plus pollueurs de la planète s’engagent à le faire également (Chine, Brésil, Inde et Etats-Unis). 2/ Si cela n’affecte pas trop ton économie.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


ÉLÈVE

mmm

S’INFORMER

FICHE 22

A la table des négociations ! ELODY, Floride

(AMÉRIQUE DU NORD) LA RESPONSABILITÉ HISTORIQUE DE TON CONTINENT PAR RAPPORT AU RÉCHAUFFEMENT Tu fais partie des pays qui jouent un rôle considérable dans les émissions de C02 et tu as une responsabilité historique.

Ton continent est déjà touché par le réchauffement climatique. En effet, la Floride est régulièrement dévastée par des ouragans et tu as subi les conséquence de l’Ouragan Irma récemment. D’autres régions comme le Texas sont soumises aux sécheresses provoquant des pertes économiques considérables. Enfin, les températures moyennes de l’Arctique ont augmenté de 2.8 degrés depuis l’ère préindustrielle, ce qui se traduit par une fonte de la banquise.

LES QUESTIONS AUXQUELLES TU DEVRAS RÉPONDRE LORS DU SOMMET Tu es conscient(e) que les délégués des différents continents vont te demander de prendre tes responsabilités et de faire des efforts. Tu anticipes déjà leurs questions concernant : 1/ La réduction des émissions de C02 : quels efforts es-tu prêt à réaliser pour réduire de 45% vos émissions de C02 d’ici 2030 ? Tu devras t’expliquer … 2/ L’aide financière aux pays victimes des dérèglements climatiques (ou financement climat international) : quel pourcentage de ton PIB es-tu prêt à investir pour aider les pays dans le besoin ? Penses-tu que c’est normal de le faire ? 3/ L’accueil des victimes du dérèglement climatique : tu sais que plus de 140 millions de personnes risquent de devoir quitter leur pays d’ici 2050 pour trouver de l’emploi, une terre d’accueil et bénéficier de conditions de vie décente. Que penses-tu mettre en place pour pouvoir accueillir les « réfugiés climatiques » ? Es-tu d’accord de les accueillir ?

LES RESTRICTIONS MINIMUM QUE TU ÉMETS AUX AUTRES DÉLÉGUÉS Évidemment, tu es prêt(e) à faire tous ces efforts :

1/ si (et seulement si) les pays les plus pollueurs de la planète s’engagent à le faire également (Chine, Brésil, Inde et Europe). 2/ si cela n’affecte pas trop ton économie.

Il n’y a pas de planète B - Le Monde en Classe no 1 - Année scolaire 2019-2020

CLIMAT


Le CNCD-11.11.11 regroupe près de nonante organisations actives dans le domaine de la solidarité internationale, parmi lesquelles des ONG et des syndicats. Il a pour mission la sensibilisation, le plaidoyer politique et la récolte de fonds (Opération 11.11.11). Abonnement gratuit www.cncd.be/le monde en classe

Le Monde en Classe, kesako ? Le Monde en Classe est un outil trimestriel d’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire. Il permet d’aborder, avec les élèves de l’enseignement primaire, des grands enjeux mondiaux tels que les inégalités, l’agriculture et l’alimentation, les migrations et les changements climatiques. Dans chaque dossier, nous partons de la réalité de communautés du Sud que nous connaissons via nos ONG membres. Leur situation est en général difficile, mais nous l’abordons à travers des fictions qui mettent en scène des enfants d’environ 6-12 ans. Ces fictions comportent une part de rêve et de fantaisie. Nous imaginons ainsi des histoires correspondant aux trois niveaux de complexité qu’offre Le Monde en Classe et qui couvrent les besoins de l’enseignement primaire. Ces niveaux sont symbolisés par des étoiles m. Ces histoires sont le point de départ de séquences pédagogiques. Chaque dossier en propose ainsi l’exploitation, et ce, sur des modes différents : s’informer, créer, se mobiliser. Les élèves plus âgés seront amenés à réfléchir aux problèmes concrets des communautés du Sud illustrés dans le récit, et à quelle solution leur donner. Ils découvriront

aussi les réponses réelles apportées par les associations locales du Sud avec lesquelles travaillent nos ONG membres. Et comme ce genre de situation n’est bien souvent qu’un exemple parmi des milliers d’autres, on amène les élèves à prendre conscience de la dimension souvent planétaire du problème qu’ils découvrent. Ce faisant, ils se dotent d’acquis nécessaires à exercer leur rôle de « citoyens mondiaux et solidaires ». Un dossier du Monde en Classe se compose de fiches « PROF » et de fiches « ÉLÈVE ». Les premières offrent à l’enseignant des informations et des propositions de séquences pédagogiques à faire en utilisant les fiches ÉLÈVE. Les fiches ÉLÈVE sont à photocopier et distribuer aux élèves. Elles comportent les histoires à lire et des supports graphiques pour les activités de type s’informer, créer et se mobiliser, ainsi que les informations de type « changer le monde ».