Page 1

Le monde en classe Dossier mensuel pour l’enseignement primaire, en lien avec le calendrier 11.11.11 ISSN : 2033-6756-Numéro 6

JUIN 2012

Kirghizstan Thème : L’ETE


EDITORIAL

SOMMAIRE

Chères lectrices, chers lecteurs, Partout au monde la production de nourriture dépend du temps qu’il fait et de comment se déroulent les saisons. Les agriculteurs, les éleveurs, organisent leur travail en fonction du rythme de celles-ci - été, hiver, saison humide, saison sèche, etc. Dans beaucoup de régions du monde l’été est une saison clé. Par ailleurs, si dans un pays industrialisé comme la Belgique les agriculteurs et éleveurs ne représentent que 2 à 3% de la population, ils forment une proportion beaucoup plus forte dans des pays en développement comme le Kirghizstan. A l’échelle mondiale, 4 personnes sur 10 travaillent dans l’agriculture ou dans l’élevage. Une grande part de l’humanité dépend donc fortement du système des saisons pour son travail. Et comme tout le monde sur terre doit se nourrir, nous en dépendons tous. Avec le réchauffement climatique, le système des saisons risque cependant d’être de plus en plus perturbé ! Lutter contre les changements climatiques, c’est aussi donner une chance aux éleveurs du Kirghizstan de continuer à vivre dignement et à se développer décemment. Nous vous souhaitons un été agréable et de bonnes vacances… et nous vous fixons rendez au numéro de septembre. Amitiés estivales et solidaires !

L’actu 11.11.11

2

Editorial

3

Informations du mois

4&5

Fiches par cycle

6 - 18

2e cycle (de 6 à 8 ans)

6

Feuillet A : D’où vient le lait ?

7

Feuillet B : Guide ton troupeau !

8

3e cycle (de 8 à 10 ans)

9

Feuillet C : La lettre d’Aline

10

Feuillet D : Mots croisés

11

4e cycle (de 10 à 12 ans)

12

Ressources complémentaires

13

Feuillet E et F : Le pistolet à eau de Jamilia

14 & 15

Feuillet G : L’art de conter

16

Feuillet H : Sans livres, ni montre

17

Feuillet I : Dessin de la photo

18

A vous la parole!

19

Photo en miroir

20

Arnaud Zacharie, secrétaire général Alexandre Seron, responsable du département campagne

COLOPHON © 2012

Le Monde en classe est une publication du CNCD-11.11.11 (Quai du commerce, 9 à 1000 Bruxelles T 02 250 12 30 – F 02 250 12 63)

Wereldreis (version néerlandophone) est une publication de Studio Globo (Rue des Tanneurs, 165 à 1000 Bruxelles)

Lien Web

www.cncd.be/lemondeenclasse

www.studioglobo.be/wereldreis

Editeur responsable

Arnaud Zacharie

Piet Spanhove

Abonnement : lemondeenclasse@cncd.be – 02/250.12.57 Rédaction et collaborateurs: Patrick Vanden Berghe (récit), Mélusine Mallender, Marijke Huvenne, An Van den Broeck, Jill Vervoort, Joris Cools, Stefaan Van den Abbeele, Jan Debonnet (rédaction) Adaptation francophone : Antonella Lacatena (Switch asbl) et Alain De Mûelenaere (CNCD-11.11.11) Dessins : Jos Verhulst

Photo du calendrier : Thoma Grabka / LAIF

Mise en page : Marc Vermeiren

Photo en miroir : Roza De Mayer

Traduction : Virginie Gosselin Tous droits réservés. Acquisition exclusivement réservée à des fins éducatives et non commerciales. Obligation de mentionner "Le monde en classe/Wereldreis" pour toute reproduction éducative. Imprimé sur papier certifié FSC. Avec le soutien de 11.11.11 et de la Coopération Belge au développement.

Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – 3


Informations du mois LE KIRGHIZSTAN Géographie Le Kirghizstan se trouve en Asie centrale, dans le massif du Tianshan (qui culmine à 7 439 m). Le Kirghizstan est entouré par la Chine, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan. Ce pays d’une superficie de 198 500 km² possède un paysage extrêmement varié : des alpages verdoyants peuplés ci et là de forêts de conifères et de feuillus, aux paysages lunaires de roches colorées, en passant par les montagnes aux sommets enneigés et les nombreux grands lacs. Les jailoos (pâturages) sont utilisés au printemps et en été par les bergers pour faire paître leurs troupeaux de chèvres ou de moutons, mais aussi de bœufs et de chevaux. En hiver, les jailoos recouverts de neige sont désertés car la température y descend sous les -30 degrés. Histoire Le Kirghizstan est peuplé par des ethnies kirghizes depuis le 8e siècle. Au début du 13e siècle, le pays a été annexé à l’Empire mongol et est resté sous son influence pendant plusieurs siècles, jusqu’à ce qu’il soit envahi par la Chine au dix-huitième siècle. En 1876, il a été annexé à l’Empire russe et conquis en 1918 par l’Armée rouge. Entre 1924 et 1936, il est progressivement devenu l’une des 15 républiques soviétiques. Le Kirghizstan est devenu une république indépendante en 1991. À la fin 2011, les élections ont été remportées par

l’ancien premier ministre Atambajev. Population et culture Le Kirghizstan compte 5,5 millions d’habitants, dont 852 000 dans la capitale, Bichkek. De nombreux Kirghizes sont nomades : au printemps et en été, ils se déplacent avec leurs troupeaux, et en hiver, ils reviennent chez eux ou établissent leur yourte dans les régions de basse altitude. De plus en plus de Kirghizes gagnent les villes pour y étudier et travailler. Cependant, la plupart des citadins possèdent également des animaux, qui constituent leur richesse. Dans ce cas, ils confient leurs animaux à des bergers qui les soignent. Les Kirghizes mangent beaucoup de pain, de riz, de beurre, de fromage… Ils réservent la viande pour les grandes occasions. Le thé et le koumys sont leurs boissons préférées. Les enfants apprennent à monter à cheval dès leur plus jeune âge car il s’agit du principal moyen de transport. Lorsqu’ils sont assez grands, les garçons peuvent aller aux jailoos. Quatre enfants sur cinq vont à l’école. La plupart des enfants n’ont pas beaucoup de jouets ; ils jouent avec ce qu’ils trouvent dans la nature (pierres, bois, etc.). La langue officielle est le kirghize, une

langue proche du turc. Comme le russe, elle utilise l’alphabet cyrillique. La plupart des Kirghizes parlent aussi le russe et, dans une moindre mesure, l’allemand. La population est essentiellement composée de musulmans et de chrétiens orthodoxes russes. Economie Jusqu’en 1991, l’économie était entièrement axée sur l’Union soviétique. Dans les vallées, outre les denrées alimentaires, on cultive le coton et le tabac tandis que l’élevage produit de la laine et de la viande. Le sol contient de l’or et des minéraux rares. L’industrie est peu présente. Un demi-million de travailleurs immigrés en Russie et au Kazakhstan génèrent un quart du PIB. IDH (Indice de Développement Humain) : 112ème avec un modeste 0,598.

AS-TU DÉJÀ ENTENDU PARLER DES… YOURTES ? Les nomades d’Asie centrale vivent dans des yourtes, des tentes rondes en feutre. Une yourte se compose d’une porte d’entrée ou d’une tenture et d’un toit rond avec une ‘couronne’ traversée par le tuyau du poêle. Sur cette couronne se trouve le drapeau du Kirghizstan. Lors de la construction d’une yourte, on érige d’abord un châssis en bois, sur lequel on place des bâtons qui se rejoignent au centre. Ensuite, on recouvre la charpente de bois avec une toile en feutre et on pose des tapis sur le sol. Chaque yourte possède un poêle qui permet de cuisiner et de se chauffer. Les combustibles utilisés sont les déjections d’animaux. À l’arrière de la yourte, il y a toujours une pile de couvertures. Plus il y a de couvertures, plus la famille est riche. Les couvertures sont évidemment utilisées pour avoir chaud pendant le sommeil.

Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – Informations sur le pays – 4


kilomètres, le long de la route. Les femmes s’occupent également des animaux et de la fabrication du fromage, ainsi que des ruches qui fournissent le miel qu’on mange tel quel le matin, ou qu’on vend. À la tombée de la nuit, tout s’arrête : on vit au rythme du soleil.

INFORMATIONS SUR LA PHOTO La photo a été prise dans le sud du Kirghizstan, entre Osh (deuxième plus grande ville) et Sary Tash, non loin de la frontière entre le Kirghizstan, le Tadjikistan et la Chine. On voit une image caractéristique, avec des yourtes devant un paysage verdoyant et vallonné, de nombreuses femmes et des enfants, du bétail et un tas de bouses séchées.

INFORMATIONS SUR LE THEME : L'ETE L’été est la plus belle période de l’année, c’est le moment où l’on peut enfin sortir de la maison sans avoir froid. Bref, c’est le moment où l’on peut sortir tranquillement, surtout au Kirghizstan. Au début de l’été, lorsque le long hiver commence à montrer des signes de faiblesse, on organise la montée en alpage. Toute la famille fait les préparatifs et dès que les yourtes sont démontées, l’escalade de plusieurs jours commence. Une fois dans les plaines de haute altitude, où il est impossible de vivre en hiver mais où l’herbe est plus nourrissante, le campement de yourtes s’établit à nouveau pour les trois mois d’été, et les animaux sont lâchés dans les pâturages. C’est alors que de nombreux hommes se séparent de leur famille : ils partent pour la Russie à la recherche d’un emploi mieux payé

qui leur permet d’assurer une partie du revenu familial. Les femmes et les enfants restent seuls avec l’espoir de voir revenir leur époux et père à la fin de l’été. Les occupations sont réglées selon des habitudes ancestrales. Il faut donner du lait aux petits veaux qui viennent de naître. Le lait est l’aliment de base dans ces régions. Des gens le boivent chaud ou froid, en font de la crème à étaler sur le pain, ou du beurre et un peu de fromage pour fournir les graisses indispensables pour traverser l’hiver à venir. Chaque soir, les vaches qui vivent en semi-liberté, sont réunies dans des enclos pour la traite. Les enfants, souvent responsables de la traite, doivent veiller à ne pas sortir tout le lait du pis pour qu’il en reste assez pour le veau resté en pâturage. Pendant tout ce temps, on entend les veaux appeler leur mère à pleine gorge pour qu’on les entende dans la vallée. Ils ne s’arrêtent que lorsque les vaches sont revenues auprès d'eux. Quand les hommes sont absents, les femmes se serrent les coudes et sont solidaires. Leurs occupations sont simples. Après la traite et la transformation du produit laitier, les enfants vendent les produits à quelques

Cependant, malgré cette vie difficile et retirée, l’été est une période pleine de joie où l’on rit beaucoup. C’est très agréable de se sentir libre, de pouvoir courir sans être dérangé ou surveillé. Pas de vent piquant, pas de froid mordant qui vous pousse à vous réfugier autour du poêle dans la yourte. Il arrive même que le soleil brûle ces femmes et ces enfants qui sont habitués au froid. Mais quel plaisir de ne plus avoir à porter toutes ces couches de protection sur le dos ! Chaque moment est donc une ode à la joie, un prétexte au jeu, et les rires résonnent en permanence dans la montagne. Car bientôt, dans trop peu de temps, le froid sera de retour… Il faudra alors démonter à nouveau les yourtes, rassembler les animaux et redescendre dans les vallées de basse altitude. Et une fois que l’hiver de huit mois arrivera, parfois de manière très rude, on se souviendra des parties de plaisir de l’été passé… et on aspirera au jour où elles seront de retour !

VOCABULAIRE DU VOYAGEUR jailoo : estivage dans les montagnes, où les nomades laissent paître leurs troupeaux (< yaylak : estivage). koumys : boisson nationale du Kirghizstan préparée avec du lait de jument fermenté d’une teneur en alcool de 0,5 à 3 %. nomades : personnes ou groupes ethniques qui n’ont pas de domicile fixe et qui se déplacent avec leur bétail pour les faire paître. yourte: habitation traditionnelle des nomades en Asie Centrale.

Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – Informations sur le pays – 5


2e cycle (de 6 à 8 ans) DECOUVERTE DE LA PHOTO Regardez la nouvelle photo avec les enfants. Demandezleur de raconter ce qu’ils voient. “Qui vois-tu ? Que font-ils ? Qu’y avait-il dans ce pot ? Que tient l’autre femme dans les mains ? Comment est l’ambiance ? À quelle saison a été prise la photo ? Comment le sais-tu ? Comment est l’habitation ? Est-ce vraiment leur maison ? Qu’y a-t-il sur le sol ? Où sont les hommes ?” Quelle pourrait être la signification des proverbes suivants ? • Un homme sans son cheval est comme un oiseau sans ailes. • Qui n’a pas de cheval n’a pas de pied.

Et toi que fais-tu pendant l’été ? Est-ce que chez nous aussi, nous avons pour tradition de quitter la ville durant l’été pour aller ailleurs ?

FABRIQUONS UN TAPIS ! Sur la photo, on aperçoit des tapis usés. Peux-tu en fabriquer un nouveau ? Tout le monde reçoit un morceau de tissu (feutre) de 15cm sur 15cm ou un peu plus. Les élèves peuvent le décorer selon les aptitudes acquises : coudre des morceaux, broder un motif, peindre à la peinture pour tissu, coller des fils de laine de couleurs en suivant un modèle… Tous ces morceaux sont cousus ensemble pour fabriquer une couverture en patchwork.

D’OU VIENT LE LAIT ? Sur le feuillet A, vous trouverez quelques exercices afin de découvrir le lait et les mammifères. Qui produit du lait et quel lait consommons-nous chez nous ? Que pouvons-nous produire avec du lait ?

GUIDE TON TROUPEAU !

DEPART POUR LES ALPAGES Ce mois-ci, nous voici au Kirghizstan, un pays montagneux, éloigné de la mer. Lorsque vient l’été, de nombreuses familles Kirghizes quittent la ville pour rejoindre les alpages. Pendant que les hommes partent dans les pâturages avec les troupeaux ou vont travailler à l’étranger, les femmes et les enfants s’occupent du campement et produisent les réserves pour l’hiver.

Divisez la classe en deux camps. Chaque camp choisit un guide. Le guide doit faire en sorte que chaque membre de son camp arrive de l’autre côté de la pièce en lui donnant des indications. Le guide se trouve aussi de l’autre côté. Les membres de chaque camp ont les yeux bandés. Le camp qui arrive au complet de l’autre côté en premier a le meilleur guide. Attention : il y a deux guides qui parlent en même temps. Les membres doivent suivre la voix de leur guide pour arriver dans le bon camp.

Ils vivent alors dans une yourte, une tente couverte de peau ou de feutre. L'été est une période de bonheur pour tout le monde. Plus besoin de rester autour du feu pour se réchauffer, ni de porter de lourds vêtements. En montagne, l’alpage est comme un immense jardin où l’on peut jouer en toute liberté. Il faut toutefois aussi penser à travailler, et tout le monde participe ! Les enfants traient les chèvres, et avec le lait, les femmes font du beurre, du yaourt et du fromage. Il faut également rassembler les déjections des animaux et les faire sécher : elles serviront comme combustible pour se réchauffer et cuisiner. Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – 6


D’où vient le lait ? 1. Qui produit le lait ? Trace une flèche vers la bouteille ainsi qu’une flèche vers le petit garçon, si tu penses que ce lait est consommé par l’homme. chevaux moutons poissons oiseaux chèvre serpents panthères vaches 2. Comment appelle-t-on les animaux qui produisent du lait ? Les m _ _ _ _ _ _ _ fères.

3. Le lait est un aliment de base que l’on utilise pour fabriquer de nombreux autres produits. Pourrais-tu en citer quelques uns ?

1. _____________________ 2. _____________________ 3. _____________________ 4. _____________________ 5. _____________________


Guide ton troupeau ! Il n’est pas facile de diriger un troupeau. Peux-tu guider quelqu’un dans une direction ? Mission 1. La classe est divisée en deux groupe. 2. Les groupes se placent de part et d’autre de la classe. 3. Laissez les bancs et les chaises afin de multiplier les obstacles. 4. Désignez un guide dans chaque groupe. 5. Les autres élèves se bandent les yeux. 6. Le guide devra diriger un à un les membres de son groupe de l’autre côté de la classe, uniquement en leur donnant des indications. 7. Attention ! Les deux guides parlent en même temps. Les membres doivent suivre la voix de leur guide pour arriver dans le bon camp. 8. Le groupe qui arrive au complet de l’autre côté en premier aura gagné !

Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – Feuillet B – 8


3e cycle (de 8 à 10 ans) LUCKY LUKE AU KIRGHIZSTAN Les élèves se mettent en cercle. L’un d’entre eux se met au milieu et tient un pistolet à eau (rempli ou non). Il tourne sur lui-même, il s’arrête quand il le veut, dirige son pistolet sur la personne qui se trouve devant lui et crie son nom. Cet élève X se baisse ; ses deux voisins se font face et font d’abord un tour sur eux-mêmes, font comme s’ils tenaient un pistolet et crient “pang”. Le dernier qui se retourne et crie “pang” doit s’asseoir. L’élève X se redresse et le ‘premier’ peut continuer à jouer. Le jeu est terminé lorsqu’il ne reste que deux élèves dans le cercle.

AUTOUR DE LA PHOTO • • • • •

Que vois-tu ? Des montagnes, des tentes, des enfants et des femmes, des bouses de vaches séchées, de l’herbe… Que se passe-t-il ? Deux femmes jouent et rient ensemble. A l’arrière, des femmes et des enfants les regardent en riant. À quoi ressemblent les habitations ? Ils vivent dans des tentes en peau qu’on appelle des « yourtes ». Pourquoi penses-tu qu’ils partent dans les montagnes ? Que penses-tu qu’ils mangent et boivent ? Du lait (froid ou chaud), du fromage, du yaourt, du pain, du thé, de la viande…

LA LETTRE D’ALINE Ensemble, lisez la lettre d’Aline sur le feuillet C. Qu’avez-vous appris de plus sur la vie des nomades ? Avez-vous résolu la petite devinette d’Aline ? Où se trouve-telle en ce moment ?

JE VAIS DANS LES MONTAGNES… Ecrivez sur le tableau les mots cités dans la lettre d’Aline : yourte / pâturage / moutons / vaches / beurre / fromage / (voir les mots de la lettre et de la discussion en classe) et complétez avec des mots qui ne correspondent pas : éléphants, immeubles, télévisions,…

SAYNETES Sur des petites cartes, écrivez les actions suivantes : battre le beurre / dresser une yourte / traire les moutons / vendre le beurre / garder le troupeau / entasser le fumier… Formez des petits groupes de trois élèves et donnez une carte à chaque groupe. En cinq minutes, chaque groupe prépare une saynète mimée et la présente ensuite au reste de la classe afin de faire deviner l’action inscrite sur leur carton. Le groupe qui dévine est le suivant à jouer sa saynète !

MOTS-CROISES Sur le feuillet D, vous trouverez un petit jeu de motscroisés. Les élèves devineront-ils le mot qui se cache au centre ?

Un élève commence par “Je vais dans les montagnes au Kirghizstan et je vois…” et complète avec un mot approprié, l’élève suivant répète et complète par un autre mot. Si un élève se trompe en oubliant un mot ou en citant un mot innaproprié, il est éliminé. Le jeu est terminé lorsque tous les mots corrects ont été cités.

Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – Fiche par cycle – 9


La lettre d’Aline Salam, mes amis ! Vous ne devinerez jamais où je suis ! Quelque part dans les montagnes… Non, pas en France ! Prenez la carte du monde. Ce pays se trouve en Asie, à gauche de la Chine. Il y a beaucoup de pays dans cette région. Celui où je me trouve commence "Ki" et se termine par "stan". Je suis contente d’être venue en été parce qu’on m’a dit qu’en hiver, il peut parfois faire – 30°C dans les montagnes ! À cette période de l’année, les gens vivent en ville ou dans des villages à plus basse altitude. Au printemps, quand la température remonte, ils vont s’installer dans les montagnes. Ici, il y a de l’espace et des pâturages pour les chevaux, les vaches, les chèvres ou les moutons. Dès que le soleil se lève, Jamilia et moi quittons la yourte*. Nous devons d’abord traire les vaches mais pas trop pour en laisser aux petits veaux. Pendant ce temps, la maman de Jamilia fabrique du fromage et du beurre avec les autres femmes. Chaque jour, nous devons aussi ramasser les excréments des animaux pour les faire sécher. Ça m’a d’abord semblé un peu dégoutant, mais je ne savais pas qu’on pouvait utiliser les bouses de vache à la place du charbon ou du bois pour faire du feu ! Ici, on travaille tous les jours mais ce n’est pas pour ça qu’on ne s’amuse pas ! Hier, Jamilia a ramené un pistolet à eau qu’elle a acheté au village. Elle s’est amusée à asperger sa mère qui ne s’y attendait pas du tout. Qu’est-ce qu’on a rigolé ! Plein de bisous Aline

* c’est le nom de la tente en feutre dans laquelle ils vivent ici ! Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – Feuillet C – 10


Mots croisés Trouve les mots qui correspondent à chaque définition et découvre le mot caché ! 1. Espace montagneux où est amené le bétail en été. 2. Mammifère ruminant de la famille des bovidés. 3. Tirer le lait des mamelles d’une vache, d’une chèvre,… 4. Aliment obtenu à partir des matières grasses du lait. 5. Habitation traditionnelle des nomades d’Asie Centrale. 6. Personne qui n’a pas de lieu d’habitation fixe. 7. Il y en a beaucoup au Kirghizstan. 8. Une fois séchés, ils peuvent servir de combustible. 9. Ouvrage textile destiné à couvrir le sol.

A

1.

V

2.

T

3.

B

4. 5.

Y

6.

N

7.

M

8.

E

9.

T

Le mot caché est : …………………………… Connais-tu la définition de ce mot ? ……………………………………… ………………………………………………………………………................... ……………………………………………………………………….................... Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – Feuillet D – 11


4e cycle (de 10 à 12 ans) INTRODUCTION

AUTOUR DU RECIT

Sur la photo, on peut voir une scène caractéristique de Les élèves lisent le récit sur les feuillets E, F et G. Ensla vie quotidienne au Kirghizstan des femmes et des uite, ils racontent chacun un passage avec l’intonation enfants de nomades. Tu peux voir comment ils vivent et l’expression adaptées. en été et ce qu’ils font. En lisant le feuillet H, ils approfondissent leurs conLes hommes travaillent à l’étranger ou partent dans naissances sur certains aspects de la culture kirghize. les montagnes avec leurs troupeaux à la recherche de pâturages. L’ART DE CONTER Les récits occupent une place importante au Kirghizstan. Les beaux et grands évènements sont racontés sous forme d’histoires. Les ‘teukmeu-akyn’ sont des conteurs professionnels qui racontent les histoires avec beaucoup d’émotion, c’est ce que préfèrent les gens. Étant donné qu’autrefois rien n’était écrit, et que les récits se transmettaient oralement de génération en génération, il existe de très vieilles histoires sur les différentes tribus. Les anciens racontent des histoires sur leurs ancêtres à leurs enfants et petits-enfants. Nous savons rarement qui sont nos ancêtres mais les Kirghizes connaissent les histoires de leurs familles et de leur peuple. Certains connaissent même les noms de leurs aïeuls jusqu’à la septième génération. Autrefois, on ne connaissait pas le calendrier : on comptait en générations.

On voit partout de grandes plaques brunes qui sèchent. Tu vois la pile à droite de la photo ? Est-ce que tu sais ce que c’est ? À quoi ça sert ? Qu’y a-t-il dans le pot ? Avec quoi on fait cela ? D’où vient le lait ? Avec quelle matière sont faites les toiles qui se trouvent sur le sol ? Tu vois leur maison d’été, la yourte. En quoi est-elle faite ? Pourquoi est-ce plus facile, pour ces familles, de vivre Il y a encore des gens qui vivent sans montre car cela ne fait que les mettre sous pression. Ils adorent discuter sans dans une yourte en été ? souci, de tout et de rien, devant une tasse de thé. Il se En général, les familles vivent regroupées et travaillent peut donc qu’un Kirghize arrive quelques jours en retard ensemble. On voit plusieurs yourtes sur ce terrain. Les à un rendez-vous en invoquant une explication banale. femmes font leurs tâches quotidiennes ensemble. Comment est l’ambiance pendant le travail ?

Fais une comparaison avec la vie chez nous. Certaines personnes vivent aussi dans une autre maison en été. Donne quelques exemples. Pourquoi déménagent-elles ? Au Kirghizstan, la température est très élevée en été et très basse en hiver : elle passe de + 30° à – 30°. C’est pour cette raison que les bergers amènent leurs animaux dans le village dans la vallée en hiver, pour les protéger contre la neige et la glace. Ils vivent alors avec leur famille dans une maison en bois ou en pierre, qui est plus solide et plus résistante au froid. Les gens vivent pour leurs animaux et grâce à eux. Que font-ils pour leurs animaux ? Comment vivent-ils grâce à leurs animaux ?

Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – Fiche par cycle – 12


Ressources complémentaires Les supports repris ci-dessous ont été sélectionnés par la Bibliothèque Centrale de la Province du Luxembourg. Nous espérons qu’ils vous aideront à faire « un petit pas de plus » avec vos élèves.

LIVRES

VIDEO

• L’été / Mouans-Sartoux : PEMF, 2001 (Quatre saisons)

• Kirghizes, des sourires en or / Réalisé par Agnieszka Ziarek France, 2004 (52 min)

Les caractéristiques de l’été, tant au point de vue de l'évolution de la nature que de la météorologie, sont présentées dans cet ouvrage. Il permet de découvrir la vie animale, la végétation, les travaux d'agriculture (la moisson) et les temps forts qui la caractérisent.

• Les fêtes de l’été / Karine Delobbe Mouans-Sartoux : PEMF, 2004 (Histoire de fêtes)

Les fêtes d'été, nombreuses et variées, sont des fêtes collectives se déroulant à l'extérieur de la maison. Cet ouvrage retrace l'histoire de ces fêtes de leurs origines à l'époque actuelle.

• Nomades du Kirghizstan / Réalisé par Wolfgang Mertin Allemagne/France, 2009 (52 min)

• Kirghizistan : une république en Asie centrale / Christoph Schutz, Ekaterina Lousanova, Zemfira Salpagarova…[et al.] Genève : Olizane, 2001

Cet ouvrage illustré de superbes photographies fait découvrir cette ancienne république soviétique d'Asie centrale et ses habitants évoluant dans leur environnement naturel.

• Le livre de l’été / Rotraut Susanne Berner Genève : La joie de lire, 2010

A travers les personnages et les lieux d’une petite ville, les enfants découvrent l’été et remarquent les transformations dues au changement de saison. Vous retrouverez ces ouvrages et bien d’autres, en consultant le catalogue en ligne du Réseau Public de Lecture de la Communauté Française : www. samarcande-bibliotheques.be ou en contactant la bibliothèque publique la plus proche de chez vous (liste complète sur : www. bibliotheques.be).

Au Kirghizstan, les Kirghizes, descendants des tribus indo-européennes, perpétuent encore de nos jours leur tradition nomade, suivant leurs troupeaux par delà les frontières. Ni la révolution russe, qui leur a appris à se sédentariser, ni l'indépendance retrouvée en 1991 n'ont rien changé à leurs traditions. Les HLM ont beau pousser en plein milieu des steppes, il n'y a pas plus de véhicules à moteur que d'hôtels ou de restaurants en ville pour accueillir les touristes. Un peuple étonnant dont le seul signe extérieur de richesse réside sur leurs dents recouvertes d'or issu des nombreuses mines du pays. Disponible en ligne sur : www.vodeo.tv

Une transhumance avec une famille de bergers kirghizes et ses troupeaux. À la fin de l'hiver, il faut conduire les bêtes vers de nouveaux pâturages. Au mois de mai, Bachit rassemble ses troupeaux de vaches, de moutons, de chevaux et de yacks et les mène à un herbage perché à 3 000 mètres d'altitude...

WEB

• w w w . q u i z z g e o g r a p h i e . c o m / q u i z z . php?jeux=Kirghizstan Un site proposant un quizz sur le Kirghizstan afin de tester les connaissances de vos élèves. • www.kirghizistan.free.fr/index.html Cinq amis français ont sillonné pendant un mois les terres du Kirghizistan. A travers ce site, ils nous font part de leur expérience et nous font découvrir le pays et ses habitants.

Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – Ressources complémentaires – 13


Le pistolet à eau de Jamilia “Arrête, Daniar, je vais tomber !” Jamilia s’agrippe fort au dos de Daniar, qui vient d’inciter son cheval à galoper plus vite. Quand il sent les ongles de Jamilia dans sa chemise en feutre, il ralentit. Ils s’arrêtent au pied de la colline. “Daniar, promets-moi de ne plus jamais galoper si vite. Je sais que Karanagh est le meilleur cheval du jailoo, mais tu m’as vraiment fait peur” dit Jamilia haletante. “Et tu sais très bien que ma maman ne veut pas que nous nous éloignions tant !” “Ok, poule mouillée”, répond Daniar en riant, “je te ramène à la yourte.” Daniar et Jamilia vivent sur les rives d’un lac au Kirghizstan. Chaque année, leurs parents montent leur yourte à côté l’une de l’autre, si bien qu’ils ont grandi ensemble. Daniar a quelques années de plus. Depuis l’année dernière, il peut accompagner les adultes pour aller dans les grands jailoos dans les montagnes. Au printemps, lorsque la neige commence à fondre, les hommes emmènent leurs troupeaux dans les pâturages verdoyants. Ce matin, Daniar est passé devant la yourte de Jamilia qui était en train d’aider sa maman à baratter le beurre. Pour ce faire, elle avait rempli une peau de chèvre avec du lait et avait suspendu la peau recousue à deux gros bâtons. Ensuite, Jamilia avait battu ce sac jusqu’à ce que ses bras deviennent lourds comme du plomb. Elle était donc très contente d’avoir la visite de Daniar. Le soleil avait entamé s a d e s c e n t e ve r s l’horizon quand ils ont vu s’approcher les dix yourtes que compte leur petite implantation. Un petit panache de fumée s’échappe de l’ouverture ronde qui se trouve au-dessus de chaque yourte. Tout le monde se prépare pour le repas du soir. Daniar descend de Karanagh avec agilité et aide Jamilia à descendre de la selle qu’il a posée sur le dos musclé de son cheval spécialement

pour elle. Jamilia court en direction de la toile qui sert de porte d’entrée. “Jamilia,” lui chuchote Daniar, “attends, j’ai quelque chose à te demander !” Deux jours plus tard, Jamilia se lève de bonne heure. Elle a plié un grand shirdak* pour en faire un sac à dos dans lequel elle a mis quelques vêtements, des ustensiles de cuisine en bois et une poupée qui appartient à Irfan, son petit frère. Dehors, les hommes s’affairent. Les chevaux de trait sont attelés et les musettes d’avoine sont attachées. Daniar non plus n’a pas le temps de faire attention à Jamilia, qui se perd un peu dans ce remue-ménage et s’occupe d’Irfan. Soudain, on entend crier : “Il est temps de partir !” Ilytch, le chef de tribu, donne le signal de départ. La maman de Jamilia se tourne vers sa fille. “Jamilia, prends soin de toi et n’oublie surtout pas de…”. “… ne pas laisser cailler le koumys". "Je sais, maman”, l’interrompt-elle soudain. “Si tout va bien, je serai de retour avant trois pleines lunes !” Sa maman essaie de cacher son inquiétude en tirant sur son foulard. Peu après, la caravane se met en marche : à l’avant, quelques hommes prennent de l’avance pour trouver un bon campement, puis il y a Jamilia et Daniar qui doivent faire attention au matériel et enfin, les bergers qui guident le grand troupeau de chèvres. C’est la première fois que Jamilia participe au grand voyage. Une des jeunes filles qui a cuisiné les dernières années attend un bébé. C’est pourquoi le chef de tribu a décidé que Jamilia la remplacerait. Jamilia pense que Daniar n’y est pas étranger. Jamilia arrive enfin à l’endroit qui a été choisi pour établir le campement provisoire. Au cours des prochains jours, les bergers iront chercher de l’herbe et de l’eau. S’il y en a assez pour les troupeaux, ils resteront là. Jamilia a pour mission de regrouper les déjections des yacks*. Ceux-ci restent à cette altitude en hiver aussi car ils résistent aux températures les plus rudes. Leurs déjections durcies sont utilisées depuis des siècles comme combustible pour le poêle. Cette année, les yacks sont moins nombreux et Jamilia doit monter de plus en plus haut. Elle grimpe vers une grosse pierre d’où elle peut avoir une vue sur les environs. Arrivé à un rocher, elle entend quelque chose, comme un grognement. Ce matin, Daniar l’a encore avertie de la présence de loups qui se cachent entre les rochers durant cette période. Mais sa curiosité l’empêche de rebrousser chemin et elle continue prudemment. Elle arrive à

Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – Feuillet E – 14


l’entrée d’une grotte quand elle aperçoit soudain deux yeux verts. Un loup ? Alors qu’elle pense à s’enfuir, elle repense au conseil de Daniar : “Ne t’enfuis pas, reste là et ne baisse pas les yeux. Le loup prendra peur et te laissera tranquille !” Il faut un moment avant que ses yeux s’habituent à l’obscurité. Non, ce n’est pas un loup, mais … un chien ! “Que fais-tu ici”, demande-t-elle, “tout seul ?” La peau du chien a une couleau jaunâtre, comme s’il n’avait plus vu la lumière du jour depuis longtemps. Jamilia prend une décision. Elle prend son panier rempli de déjections séchées, en tire une corde et l’attache prudemment au cou du chien. Elle redescend lentement vers la plaine. Le chien la suit fidèlement, comme s’il lui appartenait depuis longtemps. “Non, c’est hors de question”, dit Ilytch. “Si ce chien a été mordu par un loup, il représente un danger pour le troupeau. Je ne veux pas qu’il attaque un des moutons. Par conséquent, tu le ramèneras dès demain.” – “Premièrement, il n’a pas été mordu et deuxièmement, ce chien s’appelle Petit Jaune !” Jamilia s’étonne elle-même de ses mots. Elle vient de convaincre Daniar et maintenant, elle ne cèdera pas au chef de la tribu. “Je le garderai à l’écart du troupeau et je m’occuperai de lui toute seule !” Pour Ilytch, la discussion est close. Daniar fait un signe de tête à Jamilia. Si elle ne veut pas se mettre dans de beaux draps, elle ferait mieux d’écouter Ilytch. Mais Jamilia n’en a pas l’intention et décide de ne pas chasser Petit Jaune. La journée, elle l’attache à un bâton ; le soir, lorsque les bergers reviennent, elle l’enferme dans la cage qu’elle a demandé à Daniar de construire. Maintenant qu’Ilytch ne voit plus le chien, on dirait qu’il en a oublié son existence. Quelques jours plus tard, il n’y a plus de combustible pour le poêle. Jamilia s’est proposée pour aller chercher de nouvelles déjections. Ce faisant, elle peut sortir un peu Petit Jaune et elle a encore un peu de temps pour elle. Elle arrive à nouveau près des rochers où elle a trouvé son camarade de jeu. Il fait chaud et elle cherche l’ombre. Devant la grotte, elle trouve un petit sentier qui mène vers une autre plaine. Soudain, Petit Jaune commence à grogner. Jamilia suit son regard et voit deux camions au pied du rocher. Quelques hommes sont en train de poser une clôture, comme s’ils voulaient délimiter une

partie de la plaine. Jamilia attend qu’ils aient fini et qu'ils repartent dans leurs camions. Avec Petit Jaune, elle descend en toute hâte. Quand elle arrive au campement, elle voit une énorme pagaille : des boîtes métalliques, des restes de nourriture, des paquets de cigarettes piétinés… Mais dans ce fouillis, elle aperçoit aussi un objet totalement inhabituel… “Un pistolet à eau”, ricane Daniar. “Ces Chinois pensent qu’ils vont nous faire peur avec ça !” Jamilia a le regard triste. Elle aurait aimé un peu plus de respect. En effet, à son arrivée, elle a immédiatement raconté ce qu’elle avait vu à Daniar, qui en a informé Ilytch. Celui-ci, contrarié, a expliqué à tout le monde que les Chinois traversent la frontière parce que leurs pâturages ne sont plus verts ni tendres à cause des sécheresses. Ils occupent les jailoos et tendent un fil autour pour que les Kirghizes ne puissent plus utiliser les terres qui leur appartiennent depuis des siècles ! Après le repas du soir, alors que les hommes étaient déjà couchés, Jamilia a montré à Daniar ce qu’elle avait vu dans le campement des Chinois. “Si le pistolet à eau ne te plaît pas, je le donnerai à Irfan ou à maman quand nous rentrerons. Cela leur fera un souvenir de moi quand je ne suis pas là”, a-t-elle dit. Le lendemain, Ilytch et ses hommes sont allés à la rencontre des Chinois. Après avoir beaucoup discuté et échangé du koumys et des cigarettes chinoises, ils ont trouvé un accord. Les Chinois occuperont une partie du jailoo qui n’est pas encore utilisée et après l’été, ils retireront leur clôture. Et Petit Jaune…? Ilytch donne la permission à Jamilia de le garder ! ___________________ • shirdak : grand tapis en feutre, composé de plusieurs motifs • yack : bovidé d’Asie centrale ayant une épaisse fourrure

Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – Feuillet F – 15


L’art de conter L’art de conter du ‘teukmeu-akyn’ kirghize est remarquable. Teukmeu-akyn veut dire : “celui par qui les mots s’écoulent”. Lorsqu’il raconte, il joue aussi la comédie. Par son récit, il doit rire ou pleurer à outrance, crier ou chuchoter selon ce qu’il raconte. Mission 1. Raconte une partie du récit à la manière du teukmeu-akyn. Tu ne peux pas lire le texte et tu dois donner vie à l’histoire avec des gestes et des expressions. 2. Ecris à présent une petite histoire en t’inspirant des personnages du récit. Tu devrais ensuite la raconter à tes camarades. Votez ensuite pour celui qui aura raconté son histoire avec le plus d’émotion. Le lendemain, Jamilia et Daniar _______________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________ _____________________________________________________________

Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – Feuillet G – 16


Un signe d’espoir Généalogie Beaucoup de Kirghizes ne sachant pas lire, ils gardent beaucoup d’information en mémoire. Il n’est pas rare qu’ils connaissent le nom de leurs ancètres jusqu’à sept générations. Et toi, jusqu’où arrives-tu ? Tu peux demander de l’aide à tes parents ou tes grands-parents. Mission Cherche tes ancêtres en ligne féminine (c.-à-d. écris ton nom, celui de ta maman, celui de ta grand-mère maternelle…) ou en ligne masculine (toi, ton père, son père, etc) ou choisis à chaque fois un des deux.

L’heure La montre ne fait pas vraiment partie des accesoires d’un Kirghize. Il faut toujours être à l’heure partout quand on sait quelle heure il est. Ils aiment vivre dans une ambiance agréable et oublient les rendez-vous. Ils inventent alors une excuse. Ils aimeraient peut-être porter une montre si celle-ci n’affichait pas les heures, mais des évènements et quelques excuses à tout hasard. Mission Dessine une montre sur laquelle on voit les évènements de la journée en petits dessins au lieu des heures. Et au moins une excuse pour les retards éventuels. Commence par un lit pour le lever et lorsque tu as fait le tour, termine par un lit également pour le coucher.

Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – Feuillet H – 17


Le monde en classe – 2012/Numéro 6 – Feuillet I – 18


“Ca y est, l’été est enfin là! Tout le monde au jardin pour jouer et profiter du beau temps! Et toi, que feras-tu de tes vacances?”

Le Monde en classe 06/2012  

Vous êtes instituteur/trice ? Partez à la découverte du monde avec vos élèves ! Eveillez vos élèves à la solidarité internationale dès la pr...