Page 1

MAGAZINE MULTI-FORMAT SUR STAR CITIZEN

CitizenTVMAG Numéro 6 | Février 2018 | www.citizentv.fr

Votre magazine 100% Star Citizen

LE BUCCANEER

DRAKE INTERPLANETARY Découvrez le vaisseau parfait pour créer un futur utile et pratique.

L'AVENIR SPATIAL

Heavy Falcon de SpaceX

Retrouvez le lancement de la fusée.

STAR CITIZEN 2018

LA FEUILLE DE ROUTE Quelles sont les prochaines mises à jour ?

LES NEWS DE LA COMMUNAUTE FRANCOPHONE Découvrez les actualités des différents groupes de la communauté francophone sur Star Citizen et leurs travaux.


CitizenTVMAG CitizenTV www.citizentv.fr contact@citizentv.fr

De l'éditeur...

"L'univers de Star Citizen nous réunis tous sur un point commun : la passion." Cette phrase à été rapportée par un viewer lors d'une émission en direct de la CitizenTV et c'est le genre de commentaire qui fait plaisir à voir.

Numéro d'ISSN : 2558-4898 L'EQUIPE DU MAGAZINE Directeur de la rédaction : JONASCH Frédérick fred@citizentv.fr

Ce projet qu'est la CitizenTV est grand, rempli es d'embuches comme Star Citizen, mais nous y croyons dur comme un Freelancer !

Directeur de la publication : MERCIER Damien damien@citizentv.fr

L'idée de ce projet, c'est que lorsque Star Citizen sortira en version finale, la CTV soit stable et encrée dans les moeurs de tout à chacuns. Nous avançons avec votre soutien, le soutien de notre staff et de tous ceux qui croient au projet.

Rédacteurs : MANAC'H Franck surcouf@citizentv.fr Aquilae Star Duboismarneus (StarCitizen.fr)

Volez en toute sécurité dans le Verse !

CONTRIBUTEURS AU CTVMAG TradTeam IMAGE DE COUVERTURE Star Citizen © 2017 Hornet Fly. PARTENARIAT CitizenTVMAG est ouvert aux partenariats et collaborations. Contactez la CitizenTV pour discuter des opportunités de partenariat. SOUTENIR CitizenTVMAG Pour nous aider dans le développement de la CitizenTV et du CitizenTVMAG : www.citizentv.fr section Nous Soutenir AVERTISSEMENT L'éditeur ne peut accepter la responsabilité de tout matériel non sollicité, perdu ou endommagé dans la publication. Tout le texte et la mise en page sont protégés par CitizenTV. Rien dans ce magazine ne peut être reproduit intégralement ou partiellement sans l'autorisation écrite de l'éditeur. Tous les droits d'auteur sont reconnus et utilisés spécifiquement pour les critiques et les examens. Même si le magazine s'est efforcé de s'assurer que toutes les informations sont correctes au moment de l'impression, les informations et actualités peuvent changer. Ce magazine est entièrement indépendant et n'est affilié d'aucune façon aux sociétés mentionnées dans le présent document.

Copyright © 2017 CitizenTVMAG CopyrightFrance : n° 3LF

2 | CitizenTVMAG

Fr3d

Directeur CitizenTVMAG

Rencontre avec une partie de l'équipe ...

Surcouf Le Breton

Von

Aquilae Star

Aldenya

Rédacteur CTVMAG

Dir. publication MAG

Auteur

Animateur CTV

Je dois vous le dire franchement, je suis déçu de ce début d’année avec cette 3.0 aux performances plus que médiocre. Mais heureusement la CitizenTV est la pour rendre cette période le plus agréable possible !

Fevrier, beaucoup de travail dans la CTV, pour vous founir un magazine avec plus de contenu exclusif! Nous travaillons dur pour lancer la CitizenTV 24/7, le mag et des nouveaux projets fou ! #GG_SpaceX Vivement le mois de Mars ...

Il neige, il neige en ce mois de février! Du coup on a sortie bonnets, Mitaines et café chaud pour pouvoir vous fournir les dernières informations fraiches sur notre univers préféré.

Une 3.0.1 qui tousse, une roadmap qui étonne et un redeemer qui s'éloigne. Dures nouvelles ces derniers temps, mais point de vue interessant tout de même. La confiance dans le projet n'est pas ébranlée mais de nouveau point de vue s'ouvrent !

>>DONNEZ VOTRE AVIS SUR LE MAG OU LA CTV SUR "CONTACT@CITIZENTV.FR" ET VOUS POURRIEZ FIGURER DANS LE MAGAZINE <<


Sommaire >>

CitizenTVMAG | Numéro 6 | Février 2018

2 DE LA PART DE L' ÉDITEUR Un petit mot de la part de l'éditeur et de son équipe. Le mot est différent sur chaque magazine. 8 Nouvelle "Vengeance et remords". 10 Artcile SpaceX.

Par Aldenya.

Le lancement de la Falcon Heavy.

12 LA ROADMAP 2018

Découvrez les mises à jour.

16 Chronique d'un Citoyen ordinaire. 18 Aperçu du Buccaneer.

Un peu de jeu de rôle.

Un vaisseau pratique et maniable.

20 Interview de Mylonite. 26 Star Citizen et Internet.

Le compositeur et créateur des JDP répond à nos questions. L'histoire de confiance.

LA CITIZEN TV RECRUTE SUR WWW.CITIZENTV.FR

REJOIGNEZ UNE AGENCE DE PRESSE BASÉ SUR STAR CITIZEN

22 LES NEWS DE LA COMMUNAUTÉ

26 L'article de Dubois

22 HUNTER COMIC

Découvrez le comics Hunter de Adrian Nitisor dans l'univers de Star Citizen.

4 | CitizenTVMAG

Découvrez le dernier arcticle écrit par notre ami Duboismarneus de StarCitizen.fr. Pour son dernier article il a décidé de mettre les pieds dans le plat et s'exprimer.

30 En attendant que ...

Découvrez les différents jeux auxquels vous pourriez jouer le temps que Star Citizen sorte en release officielle. Nombreux sont les jeux d'univers spatial et nous vous en présentons quelques uns.


12 LA ROADMAP 2018

18 APERÇU

Découvrez les changements de cette année.

Le combat utile chez Drake Interplanetary.

ET SES MISE À JOUR

BUCCANEER

26 STAR CITIZEN ET INTERNET UNE HISTOIRE DE CONFIANCE La relation entre un jeu et internet est très forte !

CitizenTVMAG | 5


IL ÉTAIT UNE FOIS DANS UN UN MOIS, UNE NOUVELLE SYSTÈME ... >> >> PAR ALDENYA DATE DE PARUTION : LE 2 FÉVRIER 2018

RETOUR À CE MÊME VIEIL ENDROIT ... >> Depuis des millénaires, les nations renforcent leurs armées régulières par des contrats avec des sociétés militaires privées, autrement appelées mercenaires. Parfois, on y fait appel pour des missions de sécurisation ou de garde de lieux importants, parfois en missions de renfort des troupes dites classiques. Dans les secteurs où l'activité indépendantiste est virulante, des corporations de sécurité sont appelées en renfort de l'UEE. « Et c’est là que je l’ai vu sur mon flanc, j’étais mal. Je me sentais vraiment pas bien tu vois ? Puis il a prit un missile venu des 12h, un avenger Advocacy était là. J’sais pas si c’était de la surveillance ou un coup de chance. » Tim gratta sa barbe grisonnante, et remis sa casquette en place, puis il prit une gorgée de son café. « T’as sacrément de la chance ouai ? Un peu plus et j’venais voir ta boite » répliqua Emy. Qui finissait son café également, elle ajusta sa veste puis se releva. « Je te laisse Tim, j’ai d’la route à faire et une bonne cargaison à rendre, le patron veut que ça soit fait au plus vite...Enfin tu connais la chanson.  -Ouai, gaffe à toi Emy, les indé’ se financent en faisant de la piraterie » Elle s’éloigna après un signe de main et un joli sourire. Tim ne put s’empêcher de sourire également. Il tourna la tête vers l’extérieur et observa son Freelancer à travers l’épaisse couche de verre qui le séparait de dehors. Il fronça les sourcils en voyant quelques rayures et saletés sur la coque, puis il balaya ces pensées d’un léger geste de la tête. Castra était brillante aujourd’hui sur Cascom, ses reflets sur les neiges des hauteurs et la station étaient éblouissants. Cela faisait bien longtemps que Tim n’avait pas profiter d’autant de lumière, il prit donc le temps de s’étirer sur la banquette du café dans lequel il faisait une halte. Il activa ensuite son MobiGlass pour payer sa note, se leva et salua d’un signe de casquette le serveur. « Salut Henrique ! On s’revoit bientôt ! » Le serveur releva la tête brusquement, comme s'il sortait d’un rêve ou de pensées, chercha du regard d’où venait le salut puis sourit a Tim en levant la main. Le transporteur ouvrit la porte arrière de son appareil, entra, puis fit minutieusement l’inventaire de sa cargaison. Toutes les caisses de produits manufacturés étaient là où, quelques heures

8 | CitizenTVMAG

plus tôt, étaitent entassées des matières premières. Il devrait s’en tirer pour un bon prix, il referma la porte, puis vérifia si tout était en ordre dans l’appareil, ce qui était le cas. Il prit place dans le siège de pilote, et activa l’interface, puis les moteurs. Après un bref échange avec l’assistant des plateformes, il fit soulever son Freelancer et prit rapidement de l’altitude. La vue était superbe, Castra dessinait par ses rayons et par les ombres des formes abstraites sur la planète. Toujours aux aguets d’une éventuelle alerte des instruments de bord, il prit quand même le temps d’admirer la vue. Puis la luminosité changea à mesure qu’il prit de la hauteur, il piqua le nez de l’appareil vers le ciel qui se transformait peu à peu en nuit éternelle et poussa la manette des gaz pour rejoindre ces espaces infinis. Il écouta certaines fréquences radio, puis les coupa ne trouvant rien qui l’intéressait, il mis donc sa propre playlist. Après quelques manœuvres légères, il mit le cap dans une direction et enclencha un saut quantique. Après bien des moments en déplacement rapide, Tim reçut un signal de détresse. Il l’écouta avec attention et mis fin à son saut et coupa la musique dans son appareil. Il reprit place dans son siège correctement et tous le sens en alerte, il réécouta le message de détresse. « Est-ce que quelqu’un m’entend ? je suis aux coordonnées liées a ce message, il me reste quelque dizaines de minutes d’oxygènes tout au plus. Pitié, venez m’aider. » Le message prenait fin dans un scratch sonore des plus ignobles à toute oreille délicate. Tim fit route vers les coordonnées du message, mais il n’était pas à l’aise. Il se rappela les histoires que ses collègues lui avaient raconté.Henry avait perdu la vie ainsi, répondant a un appel de détresse qui était en fait un leurre. Il se souvient encore de ce jour pourtant si ensoleillé où ils avaient mis sous terre le corps de son pauvre ami, triste journée. Tim garde depuis sur le tableau de bord, une petite figurine d’un marine de l’UEE. Non pas qu’il aime particulièrement l’armée, mais Henry avait toujours eu cette babiole dans son vaisseau. Une marque de respect et de mémoire.


Tim secoua la tête, puis en approche du lieu du message, il coupa les moteurs, ne laissant que le strict minimum dans les systèmes. Il savait que son Freelancer n’était pas un appareil furtif comme pouvait avoir l’armée ou certains fanas des flingues, mais il savait le manier à la perfection et connaissait sa manière d’être sur le bout des doigts. Pour Tim, un vaisseau vit comme son pilote, il faut apprendre à le connaître pour bien dialoguer et travailler ensemble. Une fois l’appareil stabilisé, non loin d’un astéroïde, il se dirigea vers l’arrière, agrippa son fusil au passage, puis une fois dans la soute, ouvrit la porte vers le vide spatial. Le canon de son arme pointait vers l’extérieur, il n'était pas rassuré du tout, mais il savait le cacher aussi bien sur le visage que dans son comportement. Figé sur ses deux pieds, bien en appui il attendait. Les minutes furent longues, puis un corps flotant dans le vide s’approcha de la soute, les deux mains en l’air. L’étranger entra dans la soute et mis les pieds sur le sol métallique du Freelancer. Il ne bougeait plus. Si Tim savait masquer sa peur, lui, n’en avait même pas la moindre idée que l’on pouvait le faire. Le pilote du Freelancer fit un signe de tête au nouvel arrivant, lui ordonnant d’appuyer sur le bouton pour verrouiller la porte de la soute, ce que fit ce dernier sans discuter. Le rescapé se dirigea alors vers l’endroit indiqué pour appuyer sur le fameux bouton, ce qu’il fit sous la surveillance du fusil de Tim. La soute se verrouilla et se pressurisa, Tim fit de nouveau un signe de tête a l’inconnu, lui ordonnant cette fois de virer son casque pour discuter. Quand le rescapé le retira, Tim fit de même. « Merci monsieur, vous m’avez sauvé la… -Calme gamin, j’ai perdu des gens bien par des plans pareils. Dis -moi ton nom et raconte moi comment t’es arrivé là. » Dit Tim en lui coupant la parole mais en gardant le fusil vers lui. Le rescapé était jeune, visiblement en bonne forme, vêtu d’une simple combinaison spatiale, mais pas de premier prix. Aucune arme n'était visible sur lui. Il semblait soulagé mais habité tout de même par une tension et une angoisse.

Les instruments de bord indiquaient qu’un Sabre fonçait vers eux, toutes armes dehors. « Monsieur je vous jure que...  -Tais-toi, assies-toi et porte moi chance petit ! » Magnus s’exécuta, encore plus en stress qu’auparavant. Tim reprit les commandes, et réactiva tout ce qui était en mode « minimum ». Il poussa la manette des gaz, puis celle des manœuvres et commença a faire bouger son Freelancer rapidement. Alors qu’il slalomait entre les astéroïdes pour sortir du petit champ, le Freelancer fut secoué. Un tir percuta les boucliers qui tenaient bon. Tim râla sur Magnus qui sous le stress montant ne s’arrêtait pas de parler. Une explosion fit voler en éclats ce qu’il restait du bouclier et les paroles de Magnus qui devint pâle. Le transporteur vétéran bien que concentré rassura Tim. « Ça va aller gamin, j’suis pas à mon premier coup » puis il leva le nez comme pour parler à son appareil. « T’as compris bébé, faut que tu tiennes ! » Alors qu’il finissait sa phrase, il mit un coup de « frein » brutal, et pivota l’appareil, puis remit les gaz pour essayer de distancer par une manœuvre risqués et soudaine, le Sabre qui les collait a six heures. Après quelques manœuvres a en faire perdre la vue et des dégâts sur la coque du vaisseau, il eut enfin quelques instants de répit. Il en profita pour récupérer une destination sûre et mit en route le moteur quantique. Alors que le saut chargeait, il vit sur les radars que le sabre revenait pile dans leur six heures. Les secondes furent aussi longues que des années entières, Tim voyait déjà sa mort arriver quand d’un coup le bon quantique s’enclencha. Il s’affaissa dans son siège et soupira de soulagement. Alors que Magnus, gêné, demanda :

« Euh, d’accord, et bien, je m’appelle Boitel Magnus j’étais en retour, en 315P, de mission de récupération de quelques données. Des coordonnées et quelques informations sur des planètes. »

« Je peux emprunter les toilettes du navire ? »

Tim s’adossa sur une des parois de l’appareil tandis que Magnus continuait à raconter son histoire, toujours tendu comme si la mort le guettait. Ce qui n'était pas loin d’être le cas avec l’arme sur lui.

« Et au fait, vous venez d’où monsieur ? »

« De retour dans le secteur, je me suis fait attaquer et on m’a détruit le 315. J’ai pu m’éjecter in extremis.  -Attaqué par qui ? c’est un secteur plutôt tranquille d’habitude. » rétorqua Tim qui fronçait les sourcils. « Je...j’en sais rien en fait, ils avaient du matériel lourd, avancé et propre. Loin de ce qu’on a l'habitude de voir avec les pirates et les indé’ » renvoya Magnus.

Tim n’eut en réponse qu’un simple rire nasal.

Tim remit la musique dans son navire, et Magnus n’eut en réponse que les paroles de la chanson.

« Oh sweet home Chicago » A mon père et tous les transporteurs de la Terre et d’ailleurs.

« hmm. M’parait bizarre ton histoire gamin, t’as d’autres... » Tim fut coupé par une alerte des systèmes. Il se précipita dans le cockpit de son Freelancer. « Gamin, t’as intérêt à dire vrai, on a de la visite ! » - hurla-t-il au rescapé.

CitizenTVMAG | 9


>> DOSSIER ESPACE PAR HUGO LISOIR

"LA FIRME A MIS EN ORBITE UNE VOITURE TESLA CONDUITE PAR UN MANNEQUIN LUI-MÊME ÉQUIPÉ DE LA NOUVELLE COMBINAISON."

Space X

Le lancement de Falcon Heavy Citoyenne, Citoyen Bonjour ! A partir du mois de févriers je vais vous partager une des news que nous avons écrite pour DNDE dans le CitizenTVMag. Ensemble nous allons revenir sur un des faits marquants du mois de Février. Pour cette première contribution, je me devais de revenir sur l'événement tant il a été médiatisé. Je parle bien sûr du lancement inaugural de la Falcon Heavy de SpaceX. Après la réussite de la mise à feu statique fin janvier, le nouveau lanceur loud de la firme américaine nous a gratifiés encore une fois d’un fantastique panache de fumée. En effet, le 6 février à 21H45 heure française, les 27 moteurs merlin du lanceur étaient mis à feu. Si on peut qualifier le lancement comme une réussite, c'est parce que le lanceur a bien mis en orbite sa charge factice. Pour rappel, SpaceX a mis en orbite une voiture Tesla conduite par un mannequin lui-même équipé de la nouvelle combinaison de la firme. Le coup de communication est parfait et on imagine déjà la prochaine

10 | CitizenTVMAG

tagline de Tesla "la première voiture spatiale !".

UN ÉVÈNEMENT DINGUE L'évènement était surmédiatisé et que ça soit sur mon live twitch ou sur le live officiel de la firme américaine, vous avez été très nombreux à suivre l'évènement. Si Elon Musk n'a pas encore prouvé la viabilité de la réutilisation, il a au moins déjà réussi à réintéresser le grand public à l'espace. C'est déjà une belle victoire. Cependant, tout ne s'est pas passé parfaitement lors de ce lancement. Si les deux boosters sont bien revenus sur leurs landing zones respectives en nous offrant une vue spectaculaire, pour le core central, c'est une autre histoire. Un seul des 3 moteurs nécéssaires à l'apontage s'est allumé. Le core central a percuté l'eau à plus de 480Km/H, le détruisant totalement. Si une enquête doit bien sûr être menée sur les causes du crash du premier étage, cela n'entâche pas la réussite de ce vol inaugural.

Bref, pour SpaceX, la Falcon Heavy a été un développement assez long et compliqué. Annoncée à l’origine en 2012, c’est donc 6 ans plus tard qu’on peut la voir sur son pad de lancement. Le lanceur lourd devrait réaliser au moins deux tirs commerciaux dès cette année.


DOSSIER ESPACE <<

Ci-dessus : La société SpaceX a été fondée en 2002 par Elon Musk, devenu multimillionnaire en revendant l'entreprise PayPal. L'objectif d'Elon Musk est de concevoir des lanceurs capables de diminuer fortement le coût de mise en orbite et ainsi de permettre l'essor du spatial civil.

Ci-dessus : Cette image est devenu viral sur internet avec Spaceman et sa Tesla envoyés dans l'espace par SpaceX

Ci-dessus : Les frères Lisoir lors de la retransmission en direct du lancement de la Falcon Heavy étaient en explosion de la même manière que la fusée.

RETROUVEZ UN ARTCILE

DE HUGO LISOIR SUR

L'ESPACE CHAQUE MOIS. CitizenTVMAG | 11


LA ROADMAP 2018 de

STAR CITIZEN

Découvrez les mises à jour qui nous attendent dans les prochains mois. Retrouvez la roadmap complète de 2018 en page 14. 01

02

03

01 // Personnalisation des personnages L'intégration de la personnalisation des personnages est attendue depuis bien longtemps. Vous aurez la possiblité de modifer les cheveux, la couleur de peau, le visage, etc. 02 // Système de génération des planètes Les développeurs utilisent des algorithmes automatiques qui permettent aux artistes de réduire considérablement le temps de développement, mais qui laisse à l'artiste le choix de déterminer dans quelle direction il va. C'est-à-dire que dès le début, les artistes prennent en charge la création des textures et après la création des planètes, travaillent manuellement à la mise au point des biomes et permettent ainsi de donner plus de caractère à toutes les planètes. La végétation de la planète est déjà générée mais nécessite cependant un suivi et une mise à jour.

04

03 // Gestion d'équipement Le nouveau système de gestion de l'équipement va faire son arrivée dans le MobiGlas. Vrai point fort de Star Citizen, la possiblité de changer son équipement fait partie du coeur de ce MMO. Autant dire qu'il a tout intérêt à être maniable, sexy et pratique. Les statistiques d'objet seront de la partie.

05

06

07

04 // Reclaimer Le vaisseau emblématique de récupération de matériel va enfin faire son entrée dans le premier trimestre de 2018. 05 // Gemini R97 Shotgun Création et implémentation du nouveau shotgun Gemini R97 dans le module FPS. 06 // Armure Pirate Legacy Réviser l'ancienne armure Heritage des pirates. 07 // Escorte Payer un autre joueur pour vous escorter à un endroit différent.

12 | CitizenTVMAG


" Les métiers ... "

08

09

10

11

08 // Ravitaillement de carburant Payer un autre joueur pour vous trouver et ravitailler votre navire .

09 // Extraction minière Les systèmes nécessaires aux joueurs pour extraire les minéraux d'une planète ou d'un astéroïde dans un vaisseau ou à pied.

10 // Vente des objets récupérés La récupération fera son arrivée dans la 3.3 et va nous permettre de récupérer des objets perdus, détruits et de les revendre à des points de commerce spécifiques. 11 // Réparation personnelle Qui dit combat de vaisseau dit : réparation. Nous pourrons très prochainement avoir la possiblité d'utiliser un vaisseau spécifique pour la réparation d'autres vaisseaux. Le système actuel nous permet uniquement de réparer sur un poste de réparation positionné sur une base. 12// Support des PNJ au combat Les personnages non-joueurs sont actuellement très simple. Les prochaines itérations de l'IA permettre aux PNJ alliés de venir nous aider en combat en utilisant des systèmes de support au sol.

12

13

14

15

16

17

13 // Gemini F55 Création et implémentation du nouveau fusil Gemini F55 dans le module FPS. 14 // Hurston Création de la planète Hurston 15 // Robot de réparation Mise en place du petit robot de réparation personnelle qui a été promis dans les objectifs de dons au début du Kickstarter de Star Citizen. 16 // Personnage féminin jouable Ajouts des humains féminins en tant que personnages jouables et PNJ. 17 // ArcCorp Création de la planète ArcCorp dans le système Stanton. C'est la planète la plus impressionnante visuellement à l’heure actuelle. Alors que les autres planètes, y compris la très polluée Hurston, gardent encore une trace de leur origine naturelle, ArcCorp est à présent un monde entièrement recouvert de constructions.

CitizenTVMAG | 13


14 | CitizenTVMAG


>> UN PEU DE JEU DE RÔLE

Chronique

d'un Citoyen ordinaire. Aujourd'hui dans notre rubrique Chronique d'un Citoyen ordinaire, nous retrouvons notre chère CELESTA HUBBLE depuis la station Olisar, ou elle a pu y rencontrer Seven Austin. Seven est natif de Terra et après la fin de ses études obligatoires il se lança dans une carrière d'explorateur Freelance. A ce jour après 25 années au service de la découverte et du savoir dans les recoins les plus sombres de notre empire, il revient sur les illusions et ambitions qu'il avait à ses débuts. A 41 ans il est en pleine restructuration de sa vie et entrevoit de changer de carrière. [Celesta] Salutation Seven et merci de nous accorder quelques minutes pour répondre à nos questions. Commençons tout de suite avec une question qui orbite dans ma tête depuis que nous avons fait connaissance: Comment avez-vous pu partir à l'aventure si jeune, alors que l’exploration demande un investissement financier initial assez conséquent, tout en ayant très peu de chance de le rentabiliser avant de nombreuses années? [Seven] Bonjour Celesta et merci à vous, c'est un honneur de répondre à vos questions. Effectivement l'exploration demande de débourser un grand paquet de crédits lorsqu'on se lance. J'ai perdu mes parents, dans le crash de leurs 85x lorsque j'avais treize ans. Dans mon malheur j'ai eu la

"NOTRE FORCE EST L'ENSEIGNEMENT, NOTRE VOLONTÉ EST L'EFFICACITÉ, NOTRE BUT EST LE RESPECT."

16 | CitizenTVMAG

chance de profiter d'un petit pécule qu'ils avaient mis de côté. [Celesta] Ho, j'en suis désolée Seven. En effet c'est un bon début pour l'exploration malgré la tragédie. [Seven] Vous savez avec la carrière que j'ai, je ne les aurais que très rarement côtoyés, donc bon... Et puis avec le temps leur absence me semble quasi normale; comme ça l'est pour bon nombre d'aventuriers, qui parfois ne revoient plus jamais leurs proches après leur premier envol. [Celesta] C'est une vision de la famille qui est difficile à appréhender pour quelqu'un de sédentaire. Moi même je n'ai jamais quitté le système Stanton et ne pourrais passer plus de deux mois sans voir ma mère ou ma sœur... Mais ne nous égarons pas! Vous m'avez confié que l'exploration n'était pas aussi idyllique que les clichés que l'on pouvait s'en faire. Comme dans les films du Spectrum ou ça parle de découvertes passionnantes et d’histoires d'amour impossibles. Pourquoi ce constat? La lassitude au fil du temps peut être... [Seven] Non, ce n'est pas une histoire de lassitude mais clairement une prise de conscience. On nous survend cette carrière depuis que nous sommes gosses, en nous formatant à voir l'exploration comme l'aboutissement ultime d'une vie dans l'espace et les explorateurs comme des héros. Il n'en est rien! Et pour les histoires d'amours, il n'est jamais évident de rencontrer quelqu'un lorsqu'on passe le plus clair de notre temps à mettre ses bottes dans des endroits ou personne ne les a jamais mises avant! [Celesta] Mais vous avez une vision bien pessimiste de votre métier Seven! Et qu'en est-il de ces légendes comme Adaliz Dayan,

-Date de naissance : Née en 2915 - Métier : Journaliste - Lieu de travail : SpacioPolitain

Antoine Lebec ou encore Carla Larry? Leurs aventures et leurs découvertes ne sont pas du bluff et l'humanité entière peut leur en être reconnaissante... [Seven] Tout d'abord, pour parler de métier, il faudrait déjà que l'on arrive à gagner sa croûte convenablement et c'est rarement le cas. Ensuite pour ce qui est de mes illustres confrères, et bien ils font partie des 5 % à avoir eu la chance de tomber sur la découverte, l'anomalie, ou le lieu qui va faire changer le cours des choses. Et vous savez bien que la plupart de leurs exploits sont dû en amont à des maladresses ou des accidents. 95% du reste des explorateurs se contente d’errer dans l'inconnue en scrutant leurs écrans à l’affût du moindre signal qui leur permettrait de détecter la découverte du siècle. Mais la plupart du temps, nous survivons grâce à la découverte de boîtes noires ou de filons à miner. De la poussière d'étoiles comme on dit dans notre jargon. Parfois vient notre heure de gloire, ou nous mettons la main sur quelque chose d'un peu plus intéressant comme une vieille épave recherchée. Mais la chance ne dure jamais vraiment longtemps, et on retourne vite à dériver désespérément en quête du moindre écho radar. [Celesta] Vu comme ça, ça ne donne plus vraiment envie de partir à l'aventure. Moi qui


Ci-dessous : Seven Austin paraît serein sur son avenirs en tant qu'explorateur freelance.

UN PEU DE JEU DE RÔLE <<

me disait que je serais sûrement exploratrice dans une autre vie, je vais devoir revoir mes plans. Et aujourd’hui alors, comment voyez-vous votre avenir? [Seven] Je le vois très différent. Je pense revendre mon vieil explorateur pour faire l’acquisition d'un Prospector d'occaz. J'ai encore quelques filons sous le coude qui n'ont jamais réussi à trouver acheteur et pourtant je suis sûr qu'il y a du fric à se faire! Si j'arrive à me mettre une petite retraite de coté, j'aimerais finir ma vie sur Terra à profiter de ma première passion qui était le surf. [Celesta] Et bien! Tout un programme! Si jamais vous atteignez vos projets, n'hésitez pas à m'envoyer une petite notif sur Spectrum. Et qui sait... Peut être que je prendrais mon courage à deux mains et que je quitterais enfin Stanton pour aller faire un reportage sur les surfeurs de Terra. [Seven] Ce sera avec grand plaisir Celesta. [Celesta] Et bien, avant de vous laissez retourner à vos explorations; l'explorateur ultime, pour vous c'est? [Seven] Sans hésitation : le Freelanceur Dur! [Celesta] Bien! Nos chers lecteurs, explorateurs en herbe, n'ont plus qu'à contacter le revendeur MISC le plus proche de chez eux. S'ils n'ont pas été refroidis par votre témoignage bien évidemment... [Seven] Ce n'était pas le but mais seulement d'avertir que cette vocation est loin de la mythologie que le Spectrum aime décrire. [Celesta] C'est noté! Et bien je vous remercie d'avoir répondu sincèrement à toutes mes questions et vous souhaite bonne chance dans les étoiles! [Seven] De rien Celesta et peut être à un de ces jours sur Terra. [Celesta] Quand à moi chers lecteurs, je vous retrouve le mois prochain pour l’interview de Diego Strendi, technicien de maintenance sur la station Olisar.

Vous voulez participer à une interview en jeu de rôle ? Contactez la CitizenTV pour avoir la chance d'apparaître dans l'un de nos magazines !

Par Aquilae Star CitizenTVMAG | 17


>> APERÇU VAISSEAU

LE BUCCANEER

DRAKE INTERPLANETARY Créer le Futur Utile !

Ci-dessus : Le vaisseau a été disponible pour la première fois en vente conceptuelle le 27 mai 2016 et jusqu'au 6 juin 2016.

INFOS TECHNIQUES - Genre : Petit - Rôle : Combat - Longueur : 15 mètres - Largeur : 16 mètres - Équipage max : 1 personne - Capacité de cargaison : 0 unités - Vitesse max SCM : 20 mètres/sec. - Vitesse BOOST : 1317 mètres/sec.

18 | CitizenTVMAG

"UN BLINDAGE COMPOSITE RENFORCÉ FOURNIT À L'ÉQUIPAGE ET AUX ÉQUIPEMENTS DU CHAR UNE PROTECTION MAXIMALE." L'ARMEMENT ARMES : 4X1 des tailles S2 MISSILES : 2X 2 des tailles S3 TOURELLE : 1X2 des tailles S3

Ci-dessus : Sandi Gardiner a posé devant le Buccaneer. Elle y a été ajoutée en photomontage.


APERÇU VAISSEAU <<

DANS L'UNIVERS Quand Drake Interplanetary s’est décidé à développer un pur vaisseau de combat, ils n’ont rien laissé au hasard : ils voulaient un vaisseau qui fonctionnerait en synergie avec le reste de leur gamme. Cette dernière entrée dans le catalogue de Drake est un vaisseau agile, quelque chose qui peut prendre des coups sans être trop coûteux à réparer et à entretenir. Le Buccaneer avait aussi besoin d’apporter un support considérable au Cutlass ou au Caterpillar, tout en ayant la portée utile lui permettant d’escorter un Herald. Pour atteindre ces ambitions, les ingénieurs de Drake ont opté pour un chasseur monoplace agile, construit expressément pour le combat, suffisamment flexible pour pouvoir rapidement passer d’une configuration de support à courte portée à une configuration

d’escorte longue portée. Conçu sur mesure, le Buccaneer est prêt à tenir tête à n’importe quel autre chasseur de sa catégorie. DANS LE JEU

à toucher, qui soit un plaisir à piloter…avec un nez inspiré des avions d’assaut que seul un dur à cuire de la frontière pourra apprécier ! Obtenez plus d’informations sur le Buccaneer

Le Buccaneer de Drake est prévu de Drake sur https://robertsspaceindustries. pour offrir une alternative civile com/comm-link/transmission/15350-Theaux vaisseaux comme le Hornet et Drake-Buccaneer-Sets-Sail le Gladius. Il a été développé avec une attention particulière, afin de **Rappel : CIG propose ces pledges pour aider pouvoir travailler en synergie avec à financer le développement de Star Citizen. le Cutlass, offrant aux pirates (et Les fonds levés par des ventes telles que celleaux autres !) un chasseur solide et ci leurs permettent d’aller plus loin et d’ajouter maniable. des fonctionnalités non liées au combat dans le Le Buccaneer va aussi être intégré en tant qu’agresseur PNJ dans l’univers persistant de Star Citizen, ainsi que dans la campagne solo. Si Drake a conçu le Buccaneer dans l’objectif d’accompagner le Cutlass et/ou le Caterpillar dans des groupes d’assaut, il sera aussi efficace seul, et n’aura rien à envier aux autres modèles déjà en service. Nous voulons que le Buccaneer soit un vaisseau agile et difficile

monde de Star Citizen. Tous les vaisseaux seront disponibles avec des crédits du jeu dans l’univers final, et ils ne sont pas nécessaires pour débuter dans le jeu. Le but est d’avoir plus de vaisseaux disponibles pour donner aux joueurs différentes expériences plutôt qu’un véritable avantage quand l’univers persistant sera lancé.

Traduit par la TradTeam © 2017. Cloud Imperium Games Corporation et Cloud Imperium Games UK, Ltd. Tous droits réservés. Star Citizen® est une marque déposée de Cloud Imperium Games Corporation.

CLASSEMENT CTVMAG

CitizenTVMAG | 19


>> INTERVIEW

MYLONITE INTERVIEW

Après avoir suivi les indices qu'a laissé Mylonite dans son jeu de piste, nous l'avons trouvé et il a bien voulu répondre à nos questions. >> [CTV Mag] Dis-nous en plus à ton sujet :

Heu nan ça je ne dois pas le dire je crois…

[Mylonite] Moi c’est Mylonite, je suis un auteur, compositeur, interprète et créateur de vidéos. J’ai rejoint la communauté en composant des musiques pour l’émission Star Pirate News et depuis j’en ai composé pour plusieurs membres de la communauté comme Lomelinde, Aaron Kane et CobraR44. J’ai également composé le thème officiel de la Pari’Verse 2947, et depuis fin 2017 j’organise des jeux de piste dans l’univers persistant de Star Citizen.

[CTV Mag] On y a presque cru! Mais c'est la blette sur Uranus qui t'a trahi ... ^^

[CTV Mag] Que crée-tu dans la communauté de Star Citizen ? [M] J’ai pour projet de créer un élevage de mouches afin de les entrainer pour le combat. A terme, avec mon armée de mouches tueuses, je souhaite imposer ma suprématie sur l’humanité pour par la suite coloniser Uranus afin d’y faire pousser des blettes !

[M] Plus sérieusement, mon projet numéro un en ce moment dans le cadre de Star Citizen se nomme : In Game - Jeu De Piste. L’idée c’est de réunir des acteurs et des viewers de la communauté francophone SC dans des parties inspirées par « la carte au trésor » dans le PU de SC. Pour gagner une partie, une équipe doit trouver une personne dans le PU et être la première à la ramener en vie à Port Olisar. Pour savoir où est la personne à trouver, les joueurs doivent résoudre des énigmes, car c’est en échange des bonnes réponses aux énigmes que les joueurs reçoivent l’information qui permet de trouver la personne. Les joueurs peuvent récupérer des indices à des endroits précis du PU afin d’avoir de l’aide pour

résoudre les énigmes (mais franchement elles sont faciles). Ces indices sont gardés par des pirates et un électron libre traque les joueurs toute la partie avec pour objectif de les éliminer. Ces parties sont retransmises en direct via plusieurs streams. Dans un IG-JDP il y a de l’action, de la réflexion, de l’humour (et parfois de l’amour), de la poésie, un peu de culture (mais rien à voir avec les blettes) et même des cadeaux pour le premier viewer qui trouve les solutions des énigmes ! [CTV Mag] Comment t'es venu l'idée de ce jeu de piste ? [M] Concernant les parties d’In Game - Jeu De Piste, je suis à l’origine de l’idée originale. Celle-ci a commencé à germer (une fois de plus rien avoir avec les blettes) dans mon esprit alors que j’étais à la recherche de Daium par triangulation. Il s’était crashé

<< C’EST EN PARTIE GRÂCE À LA COMMUNAUTÉ ET À SES ACTEURS QUE JE DOIS LA CRÉATION D’IG-JDP, CAR POUR ORGANISER DES ÉVÈNEMENTS COMME CELUI-CI IL FAUT BEAUCOUP DE MOTIVATION. >> 20 | CitizenTVMAG


INTERVIEW << sur Daymar au milieu de rien lors d’un stream d’Aaron Kane. J’ai trouvé cet aspect recherche vraiment plaisant, du coup j’ai complexifié un peu le truc et paf ! Les IG-JDP furent créés. [CTV Mag] Et tu les crées tout seul ? [M] Ho que non ! J’ai la chance d’être entouré d’une équipe fixe qui est composé de gens vraiment talentueux. Je vais les citer par ordre alphabétique car ils ont tous des égos surdimensionnés et j’ai peur des représailles. L’équipe est composée d’Akthurya qui a créé la plateforme web, de Dovah qui s’occupe du montage vidéo et de l’ambiance visuelle, et de Felris qui vérifie les énigmes, les codages, et la structure des parties. En complément de leurs missions spécifiques, ils assurent la logistique et le bon déroulement de chaque jeu. Si je suis le chef d’orchestre des IG-JDP ils sont l’orchestre, sans eux pas de musique, alors n’hésitez pas à leur dire un grand merci pour ce qu’ils font !

il digresse… graisse ?). Je suis un contemplatif (nan là pas de jeu de mot) et ce jeu vidéo est une ode à la contemplation. Il est fait par et pour des rêveurs. Ce que propose Star Citizen va au-delà de l’effet cathartique pour moi, il fait partie des baumes qui m’apaisent, il est de ces onguents que j’applique sur mes blessures crées par notre monde et sa folie. Et même si vous vous dites « il ne va pas un peu loin là l’artiste torturé ? », c’est ainsi que je le ressens. [CTV Mag] Depuis combien de temps as-tu backé Star Citizen ? [M] Je suis backer depuis un peu plus de deux ans seulement. Honnêtement avant de backer je suivais le projet de très loin, et un jour je suis tombé sur la vidéo « Star Citizen : From Pupil to Planet », et là j’ai pris une claque mais version galactique ! Depuis je suis accroché à ce projet comme un Banu à son Merchantman. [CTV Mag] Tu es donc compositeur musical, parles nous en.

[M] J’ai plus de 10 ans d’expérience dans le C’est en partie grâce à la domaine de la composition communauté et à ses acteurs musicale. En ce moment que je dois la création d’IGje compose surtout pour JDP, car pour organiser des le secteur spatial (et pour évènements comme celui-ci il la communauté SC). Vous faut beaucoup de motivation, pouvez d’ailleurs écouter et cette communauté est mon mes compositions sur « motive pen ». des images du télescope Chandra X-ray de la NASA Le mouvement entraine ainsi que sur des images le mouvement. L’impulsion de l’ESO (Observatoire initiale donnée par Hawk, Européen Austral), qui est l’énergie folle apportée par Ci-dessus : "Victoriae mundis et mundis lacrima" Cf. Kaamelott la série. la première organisation Snakem, les idées de malade intergouvernementale pour de Silkinael, l’équipe de choc de la Trad Team et leur l’astronomie en Europe et pour laquelle je suis réactivité, l’engagement constant des membres ambassadeur musical. de SPN, les fous de la CTV qui en plus de tout ce qu’ils font déjà, ont créé un vrai magazine qui vous En 2947 j’ai sorti un album de 21 compositions permets de lire ces mots, et tous les créateurs de originales au style très aérien nommé Horizons, il contenus, voilà ce qui me motive ! est disponible sur toutes les plateformes (Deezer, Spotify, Itunes…). Et pour toi qui me lis et qui hésite, n’hésite plus, rejoins le mouvement ;) C’est également en 2947 que j’ai décidé de proposer via mon site web, de rendre mes compétences [CTV Mag] Quel est ton avis sur Star Citizen ? accessibles au grand public afin d’essayer de vivre de ma passion ! [M] Star Citizen est pour moi plus qu’un jeu en développement, car il rend presque palpable un de mes rêves qui consiste à m’arracher à la gravité de Un indice exclusif pour le jeu de piste du 16 février qui sera notre barque cosmique pour explorer l’univers et diffusé en multi-stream sur la CTV, a été dissimulé sur cette son immensité. double page. À vous de le trouver ... Le terme « citoyen des étoiles » a une résonnance spéciale pour moi, car cela nous amène au-delà de nos querelles terriennes et territoriales (ca y est

Retrouvez Mylonite sur sa chaîne Youtube, Et sur son site internet : musiqueaoffrir.com

CitizenTVMAG | 21


Trad : TradTeam


Trad : TradTeam


ARTICLE EXCLUSIF DUBOISMARNEUS POUR CTVMAG

STAR CITIZEN ET INTERNET

Une histoire de confiance Nous vivons dans une drôle d’époque. Oui, une drôle d’époque. Une époque qui, semblet-il, a perdu confiance. Confiance en l’innovation. Confiance en la dévotion. Confiance en l’altruisme. Confiance en la passion. Alors laissez-moi, au moins une dernière fois, m’avancer avec vous sur une route dangereuse et incertaine, celle qu’affrontent tous les créateurs de contenu, qui pour un spectateur est comme une musique d’ambiance audible mais peu discernable, celle qui glorifie l’échec et dont le sacre n’a aucune forme définie, une route pleine de paradoxes, d’impasses, de facilités à éviter ou dans lesquelles se jeter, une route qui, personnellement, n’aura eu pour moi aucun aboutissement, mais que j’espère, par ces mots, rendre plus claire pour d’autres. S’engager. C’est un mot puissant, et dans la communauté Star Citizen, ce mot possède une puissance plus grande encore. Internet est un lieu incroyable qui offre autant de possibilités qu’il a le pouvoir de nous perdre dans les méandres d’une toile trop vaste. C’est un lieu aussi hostile qu’il peut être générateur de belles choses. Et comme partout ailleurs, se côtoient le bon et le mauvais ; cet immense vecteur d’échanges n’a que le pouvoir d’exacerber, par son immédiateté et son anonymat, les penchants de l’âme humaine. Quiconque s’avance en ces lieux doit donc en apprendre les codes (car, comme n’importe quel outil social, il entretient des codes ; le premier paradoxe d’un “monde libre”). Il devra apprendre que c’est un lieu où l’on glorifie l’intégrité, mais qu’on ne la voit nulle part ; qu’on attache une telle importance à la vérité qu’elle se transforme souvent en un fantasme complotiste ; que quiconque cherchant à faire du mal en possède tous les moyens, et s’en sert souvent, mais que n’importe qui peut aider et soutenir, et le fait trop peu ; que s’affrontent les paradoxes de valeurs d’une multitude de personnes qui dévoilent leur vraie nature ; et que dans tout ça, il faut se faire une place. Le jeu de la confiance. Mais comment ? Comment faire pour se tailler la part du gâteau, un gâteau parfois trop petit, et dont les parts s’arrachent souvent au prix de nos valeurs ? Laissez-moi vous parler du principe de confiance, et pourquoi elle joue une part non-négligeable de nos échanges au travers d’internet ; justement parce qu’internet exacerbe tous les principes sociaux connus. N’étant pas le plus doué luron pour cela, et n’ayant que d’ennuyeux mots à vous proposer, je vous incite, pour mieux comprendre, à jouer un petit

26 | CitizenTVMAG

"S’ENGAGER. C’EST UN MOT PUISSANT, ET DANS LA COMMUNAUTÉ STAR CITIZEN, CE MOT POSSÈDE UNE PUISSANCE PLUS GRANDE ENCORE. INTERNET EST UN LIEU INCROYABLE QUI OFFRE AUTANT DE POSSIBILITÉS QU’IL A LE POUVOIR DE NOUS PERDRE DANS LES MÉANDRES D’UNE TOILE TROP VASTE. C’EST UN LIEU AUSSI HOSTILE QU’IL PEUT ÊTRE GÉNÉRATEUR DE BELLES CHOSES."


jeu nommé “L’évolution de la Confiance”, par Nicky Case, un créateur qui s’est fait comme spécialité d’apprendre au travers de petits jeux des concepts et des paradigmes, très souvent avec une étonnante et indéniable justesse (faites-le avant de lire la suite de cet article, allez). Savez-vous dorénavant quel est le profil auquel vous vous identifiez le plus ? Pour la majorité d’entre-vous, ce sera certainement celui de l’Imitateur. L’imitateur, c’est Bill (Be Like Bill). C’est tout un chacun. C’est le personnage lambda qui veut “vivre et laisser vivre”. Le “Tricheur” se complait dans l’absence d’interactions, et quand le monde en est rempli, plus personne ne gagne quoique ce soit, la méfiance est absolue. L’imitateur fait le choix d’échanges équitables. Il est gentil, mais pas totalement naïf, il jouera selon les règles de son interlocuteur. Mais l’Imitateur devient rapidement le Tricheur si insuffisamment d’interactions sociales ont lieu, ou si trop d’erreurs sont commises. Un faux-pas, une mésinterprétation, un propos trop mal tourné, la volonté de ne pas comprendre,...sont autant d’erreurs qui pourrissent nos relations et mènent à la méfiance absolue envers tout et tous. Cette vision des choses mathématiques et inhumaines possède indéniablement un fond de vérité ; nombreux serons nous à critiquer cette “scientification” des rapports humains, au travers du cynisme ou par le manque de spontanéité, de variations, d’incongrus, moi le premier. Mais les rapports de confiance restent d’une justesse marquante, et la confiance sur internet est un sacre soit trop rare, soit trop vite accordé. Tout ça pour dire quoi ? Eh bien, qu’internet fonctionne selon ces règles, que ce grand jeu est un équilibre dans lequel nous sommes une majorité d’Imitateurs, et une minorités d’autres choses, mais que nous sommes influencé par la tendance majoritaire. l’absence d’échange, sur un lieu qui est conçu autour des échanges, quel impressionnant paradoxe, n’est-ce-pas ? Pourtant, lorsque nous faisons le choix de nous fermer, nous choisissons également de nous fermer au bénéfice mutuel, et ultimement, nous créons une situation de méfiance qui ne profite à personne. Cet isolement volontaire profite sans doute un temps à celui qui en fait le choix, jusqu’à ce que plus personne ne se fasse confiance et que nous soyons tous perdants. Au milieu de tout ça, je voudrais m’arrêter un instant sur le profil du “Coopérateur

Constant”. C’est l'épitomé des bons sentiments, l’incarnation de la confiance absolue, idéaliste. Celle qui veut changer le monde quitte à perdre tout ce qu’il possède. Les mathématiques des sciences sociales nous disent que c’est le premier à disparaître à la moindre “poussière” ; et rien n’est sûrement plus vrai, mais est-ce que cela nous oblige à le mettre au rabais, à le considérer comme l’image manichéenne à éviter au possible ? Essayez, lors de la cinquième étape du jeu, d’augmenter considérablement le gain de la confiance, et de diminuer le gain de la tricherie, et vous observerez que ce profil idéaliste devient majoritaire, et fini par le rester si le gain est suffisant, même en prenant en compte les “erreurs de communication”, à faible degré. Qu’en conclure ? Comme le dit Nicky Case, à court terme, le jeu nous défini, mais à long terme, nous définissons le jeu. Soyons plus intelligents que le jeu. Y a-t-il tant de gens mal intentionnés ? En plébiscitant la confiance, nous amenons la confiance (doublons, triplons ses bénéfices !) ; en pardonnant les fauxpas, nous évitons les erreurs de communication ; en marginalisant la méfiance, nous ne lui donnons pas de socle pour se développer. Nous ne vivrons jamais dans un monde parfait, et, soyons honnête, ça serait parfaitement ennuyeux, mais en tendant vers lui, nous générons assez de bonnes choses pour que l’Humanité progresse dans le bon sens, au travers de l’innovation. La confiance est le moteur premier de l’innovation, et la passion, son carburant. Star Citizen, dans tout ça ? Pensez-vous que ce discours a la moindre implication pour Star Citizen ? Eh bien, je ne vous surprendrai pas en disant que oui. Star Citizen EST une innovation. Il disparaîtra sans la confiance des milliers de passionnés, sans cet élan qu’ils ont initié et qui a amené le projet à ce qu’il en est aujourd’hui. Et comme tout projet, il affronte moult difficultés liées à la question de sa viabilité. Risque-t-il de s’effondrer sous le poids de ses promesses ? N’a-t-il pas déjà une folie des grandeurs nocive à sa bonne réalisation ? Est-il correctement informé au grand public ? La passion créatrice surpasse-t-elle vraiment l’appât du gain ? Sera-t-il toujours innovant à sa sortie ? N’estce-pas qu’une énorme fraude de l’ampleur d’un complot Illuminati du plus bel effet ? Nonobstant cette dernière interrogation, que je place par ironie car j’espère que nous avons depuis longtemps dépassé ce genre de suppositions ridicules -petite dédicasse aux théoriciens du complot qui ont soit renversé la vapeur, soit perdu toute crédibilité depuis lors-, elles sont toutes parfaitement légitimes et prouvent que notre passion ne s'accompagne d’aucune naiveté excessive. Peu d’entre-elles peuvent être confirmées ou infirmées par A+B, et qu’elles soient vraies pour nous n’implique pas qu’elles le seront pour la grande majorité. Internet est aussi un lieu où la désinformation, la mésinformation, l’ignorance (voulue ou non voulue) et la bêtises sont de puissantes dynamiques.

CitizenTVMAG | 27


ARTICLE EXCLUSIF DUBOISMARNEUS POUR CTVMAG

Dans cette rédaction, il n’est que peu possible de faire preuve d’objectivité. Notre expertise dans le domaine s’accompagne d’une impossibilité à juger partialement, car nous avons tous ici fait le choix de la confiance. Personne ne sait si Star Citizen sortira un jour. Personne ne sait si l’argent que nous donnons est bien utilisé. Personne ne sait s’il y a plus de vertueux que de vénaux à développer ce rêve. Mais ce rêve nous parle, nous passionne, nous évoluons avec lui, et nous avons choisi d’en être proche, d’avoir foi en lui, jusqu’à lui dévouer une partie de notre temps et de notre énergie. Tout cela doit bien avoir un sens, non ? Et moi, créateur de contenu, que suis-je ? Le terme est déstabilisant. Star Citizen est en lui-même une gigantesque création de contenu. Un contenu ordonné, codifié, réfléchi. A notre humble niveau, notre frustration de passionné s’accumule jusqu’à vouloir en faire partie à un bout ou un autre. Mais nos possibilités sont limitées, et c’est le manque de confiance en telle ou telle capacité qui finit souvent par prendre le dessus, et nous convaincre de ne rien faire, de n’être qu’un observateur. Mais par-dessus tout, nous questionnons notre légitimité, notre impact. Soumettre au grand public est aussi gratifiant que frustrant et démotivant. Il faut savoir distinguer les critiques progressistes et accepter le fait que quelque part dans cette immense toile existera quelqu’un qui pour une raison ou une autre n’aimera pas ce que vous faites. Et plus que pour d’autres contenus, créer pour Star Citizen ouvre la voie à de nombreuses problématiques d’acceptation par le public. Elaborer la confiance n’est pas une mince affaire. Et puis, au milieu de tout ça, il y a nous-mêmes. Infime chose dans un océan d’autres, qui semblent plus grandes, plus talentueuses,

inaccessibles. Un dicton enseigne qu’internet est le paradis des névrosés, une manne pour tout psychologue en manque de cas pratiques. Créer devient souvent un échappatoire, un besoin de reconnaissance, un pari décisif, un oubli temporaire que le succès consacre ou effondre. L’envie d’informer, de divertir, de créer, cachent ou reflètent notre personnalité, même si les masques ne tiennent que rarement. Sommes-nous à la hauteur ? Ne faisons-nous pas fausse route ? A partir de quand le devoir remplace-t-il l’envie ? Composer avec nos compétences et nous-même est un challenge qui n’est pas adoucit par l’affrontement avec la critique. L’espace créé se compose premièrement de passionnés, mais viennent toujours avec le temps ceux qui, à tort ou à raison, empoisonneront le tableau. Connaissez-vous le dicton : on récolte ce que l’on sème ? C’est un dicton qui rencontre sa limite lorsque la jalousie, l’envie et la haine s’invitent à la fête. Elles ajoutent de l’imprévu, celui que les faux-semblants et la bêtise peuvent, sans forcément de raisons freiner, vos velléités. Apprenons la confiance, apprenons à encourager. Innover, créer, construire. Dans l’optique du partage, c’est ce pour quoi internet existe. C’est ce qu’il permet, un espace libre de contraintes, et s’adressant directement à tout un chacun. Si le temps nous a montré qu’il peut être perverti, soit pour construire de mauvaises choses, soit pour abattre de bonnes, il reste qu’à notre niveau de simples internautes, nous avons un pouvoir. Le pouvoir de soutenir. Le pouvoir, qui à notre niveau parait dérisoire, d’accorder notre confiance, de soutenir un élan créatif, qu’il soit voué à réussir ou non. Et vous savez quoi ? Cette réussite dépend pour au moins de moitié sur ce soutien bienveillant. Star Citizen, puisqu’il est la raison première de notre confiance et de notre soutien, mais au-delà, toutes les initiatives communautaires qui se sont misent en place ces dernières années. Les chaînes Youtube, Twitch, les fictions,

les organisations, les événements, tant d’autres choses. Nous avons, tous ensemble, contribué à ces réussites, dans l’ombre de Star Citizen, auquel nous contribuons au moins autant, et pour lequel notre soutien est une clef de voûte. Certains voudraient réduire tout cela en un rapport d’argent, qu’il soit frauduleux ou purement matérialiste. L’argent ! Il sert à toutes les mauvaises intentions, et si on ne l’a pas donné pour n’en vouloir qu’un produit, on ne l’a donné que pour enrichir un businessman à la réputation douteuse. Être réaliste, est-ce vraiment de n’attendre de Star Citizen que le bref amusement d’un jeu intéressant ? Un choix dénué de passion, d’implication communautaire, de soutien enthousiaste de ce qui semble être une création innovante, rafraichissante. L’argent comme bouc émissaire, comme némésis, brandi par un néo-réalisme qui ferait pâlir de jalousie tous les émogothiques des 40 dernières années. Une haine qui ne s’embarasse pas de contexte ou de circonstances, et met au pilori toute personne qui oserait s’approcher de cet objet de détestation, quelque soit ses raisons, ses intentions. Nous glorifions la gratuité, mais à quel prix ? J’ai rejoint cette communauté en 2014. Presque quatre ans plus tard, j’ai pu observer tout ce qui s’est fait de bon et de mauvais autour de la communauté Star Citizen. La plupart du temps, ce mauvais n’était que le fruit pourri d’un manque de communication, d’une méfiance naturelle, de faux-pas non pardonnés. Nous gagnons tellement à communiquer activement, et à faire confiance. Car je sais que tout ce qui advient de nos jours, et que les plus anciens constatent, n’est pas “naturel”. Nous avons choisi de nous faire confiance, d’échanger, et de créer en commun, en bonne entente. Alors oui, le net est rempli de profiteurs, de vendus, de pourris, d’agents de la NSA ; mais apprenons à faire confiance avant de condamner, à encourager avant de détruire ; ne tombons pas dans le piège des fauxsemblants, ou de la haine primaire de l’argent. Toute chose se paye, dans un sens ou dans l’autre ; ce qui sera gratuit pour nous ne le sera pas pour un autre, et il n’y a pas que l’argent qui pèse dans la balance

"STAR CITIZEN EST UNE INNOVATION. IL DISPARAÎTRA SANS LA CONFIANCE DES MILLIERS DE PASSIONNÉS, SANS CET ÉLAN QU’ILS ONT INITIÉ ET QUI A AMENÉ LE PROJET À CE QU’IL EN EST AUJOURD’HUI. ET COMME TOUT PROJET, IL AFFRONTE MOULT DIFFICULTÉS LIÉES À LA QUESTION DE SA VIABILITÉ."

28 | CitizenTVMAG


de l’engagement (la qualité du contenu, espèce en voie de disparition par manque de moyens ?). Pour moi, l’aventure ne se conclut pas aussi bien que pour d’autres. Nous avons tous nos démons, et nos batailles. Avoir conscience que tout le monde affronte les mêmes à plus ou moins divers degrés doit aider à rendre plus humains les “créateurs”. Mais créer est une aventure difficile, qui profite à peu, et pas toujours à ceux qui le méritent le plus. Imaginez ce que serait internet, si nous nous soutenions plus souvent que nous ignorons ou détruisons, imaginez son pouvoir culturel ! Alors pour tous ceux présents et à venir, qui cherchent leur place dans le “game” d’internet, je vous demande ceci : Ayez confiance. Encouragez. Soyez indulgents. Je m’excuse par avance pour le manque criant de concret de cet article. Il marque l’arrêt de ma contribution à la fois pour le CitizenMag et pour SCFR, du moins pour un temps. Je tenais, j’avais à coeur de vous parler de ce que je sens être un problème pour tous les créateurs de contenu, et je n’ai cependant pas pu aborder tout ce qui était à mes yeux

important. Comme dit plus haut, nous avons tous nos conflits, et je considère personnellement avoir suffisamment donné de ma personne dans le cadre de ma contribution à la communauté au cours des dernières années. Je n’ai pas la prétention d’avoir suffisamment d’impact pour que cet article influence tout internet, ça non, mais ce devoir que je me sentais d’au moins “faire quelque chose”, dans la mesure de mes pauvres moyens, et dans la restreinte sphère de mes lecteurs, est accompli. Je sais la communauté Star Citizen être plus indulgente que la moyenne envers ses créateurs de contenus, et je trouve ça formidable. Nous avons encore un long chemin à faire, qui ne fera que commencer vraiment lorsque le jeu sortira pour de bon. Je sais que d’ici là la communauté aura construit de belles choses, et je vous encourage à continuer sur cette lancée pour qu’elle ait toujours la possibilité d’aller de l’avant. Du changement approche, et il aura besoin de tout votre précieux soutien.

Je vous souhaite une bonne continuation à tous dans les étoiles.

Un grand merci à Duboismarneus de StarCitizen.fr pour cet article exclusif pour CitizenTVMAG.

CitizenTVMAG | 29


EN ATTENDANT QUE

LE JEU STAR CITIZEN SORTE

Découvrez une liste de jeux que nous vous faisons découvrir.

01

01 // MASS EFFECT 2 Mass Effect 2 sur PC est un jeu de rôle futuriste dans lequel vous créez un personnage que vous envoyez dans l'espace pour accomplir différentes quêtes. Ce deuxième volet se déroule après les événements du premier et vous pourrez reprendre votre sauvegarde pour retrouver le commandant Shepard, le Normandy ainsi que son équipage et faire face à une nouvelle menace !

02 // FREELANCER

02

Père de Star Citizen, Freelancer est un space opera sur PC qui vous met aux commandes d'un vaisseau spatial, et vous lâche dans l'infinité de l'espace. Parcourez un monde fascinant en 3D, aux panoramas à plus de 360°, rencontrez d'autres voyageurs inter-galactiques, acceptez des missions, gagnez de l'argent, améliorez votre coucou ... mais surtout, gare aux pirates !

03

03 // HOMEWORLD 2 Homeworld 2 est un jeu de stratégie spatial sorti sur PC. Suite scénaristique du premier épisode, ce second volet vous plonge à nouveau dans le vide intersidéral où vous devrez vous constituer une flotte afin de vous battre contre de nombreux ennemis.

30 | CitizenTVMAG


COUP DE COEUR RÉDACTION

04

04 // WING COMMANDER III C'est un jeu d'action sur PC se déroulant dans un univers de science-fiction. Comme pour les précédents opus, Wing Commander III se présente comme un mélange entre des phases de batailles spatiales à bord de vaisseaux et des phases de cinématiques racontant l'histoire avec des acteurs en chair et en os.

05

05 // DUAL UNIVERSE Dual Universe est un jeu MMORPG sandbox à la première personne situé dans un univers de science-fiction. Le monde est entièrement modifiable, et le jeu se concentre sur du gameplay émergent autour de l'exploration, la construction de voxel, le commerce, la politique et la guerre.

06 // DEAD SPACE 2

06

Dead Space 2 est un survival-horror qui fait suite au premier opus de la série. Isaac est en mission sur une station géante dévastée, The Sprawl, et doit de nouveau faire face aux Nécromorphes, avec un panel d'armes plus large et dans des environnements plus variés.

07

07 // SPACE ENGINEERS Space Engineers est un jeu de bac à sable sur l'ingénierie, la construction, l'exploration et la survie dans l'espace et sur les planètes. Les joueurs construisent des vaisseaux spatiaux, des stations spatiales, des avantpostes planétaires de différentes tailles, pilotent des vaisseaux et voyagent dans l'espace pour explorer des planètes et rassembler des ressources pour survivre.

CitizenTVMAG | 31


Numéro 6 | Février 2018 | www.citizentv.fr

Star Citizen® is a registered trademark of Cloud Imperium Rights LLC and Cloud ImperiumRights Ltd. Designs used with permission.

CitizenTVMAG Numéro 6 / Fevrier 2018  

Découvrez le numéro 5 du CitizenTVMAG pour le mois de Fevrier 2018. Votre magazine 100% Star Citizen. Bonne lecture. www.citizentv.fr

CitizenTVMAG Numéro 6 / Fevrier 2018  

Découvrez le numéro 5 du CitizenTVMAG pour le mois de Fevrier 2018. Votre magazine 100% Star Citizen. Bonne lecture. www.citizentv.fr

Advertisement