__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

Minute Papillon

Exposition du 28.09 au 4.11.2018 Cercle Cité rue du Curé L-1368 Luxembourg Commissaires d’exposition : Keren Detton (FRAC Grand Large – Hauts-deFrance), Anouk Wies (Cercle Cité) Cette exposition a été produite en 2017 par le FRAC Grand Large – Hauts-de-France et est organisée en 2018 par le Cercle Cité dans le cadre de la cinquième édition de Design City LX Festival.

Photos : Éric Benqué, Adrien Dirand, Florence Doléac, Marc Domage, Joseph Hu, Morgane Le Gall, Aurélien Mole, André Morin. Graphisme : ÉricandMarie, Paris Impression : WePrint Cet objet a été réalisé avec le soutien de DuPont de Nemours Luxembourg.

Depuis plus de vingt ans, l’artiste et designer Florence Doléac produit des objets généralement fonctionnels, souvent inutiles et parfois fugaces. Une table perforée, des assises alanguies et des luminaires masqués, insufflent un air fantastique dans l’univers domestique. Pour cette exposition rétrospective au Cercle Cité, Florence Doléac nous invite à cheminer entre ses œuvres, à aiguiser nos capacités d’observation et à expérimenter des états flottants. D’abord active au sein du groupe Radi Designers (de 1993 à 2003), Florence Doléac est sortie des contraintes liées à la production industrielle en développant une activité d’enseignement, notamment à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Après une première collaboration avec un laboratoire de recherche médicale sur des sols de stimulation plantaire, elle a ensuite travaillé avec des spécialistes de tous bords, scientifiques ou artisans, dont les échanges lui ont permis de développer son esthétique à la fois brute, synthétique et fantaisiste. Usant de la citation et du détournement d’objets, Florence Doléac bricole dans son atelier des propositions en mode mineur. Elle explore les possibilités de transformer des matériaux industriels et leur recyclage, s’intéresse aux savoirfaire traditionnels (céramiques de Vallauris, tapisserie du Kirghizstan…) et négocie, pour chaque pièce, l’invention de formes nouvelles ou la non-intervention volontaire. Inspirée par les sciences cognitives, l’ethnopsychiatrie ou encore le shamanisme, Florence Doléac révèle un intérêt persistant pour les formes molles et les postures régressives. Recourant à l’exagération enfantine et à l’humour parfois grotesque, elle piège nos gestes quotidiens autant que nos rites sociaux et distribue ses œuvres comme autant de mirages.

For over twenty years artist and designer Florence Doléac has been producing objects that are generally functional, often useless and sometimes ephemeral. A perforated table, languid chairs and masked lighting inject a touch of the zany into the world of the domestic. For this retrospective exhibition at Cercle Cité, she invites us to take a stroll among her creations, hone our powers of observation and try out nebulous states. After starting out with the Radi Designers group (from 1993 to 2003), Doléac shook off the constraints of mass production by going into teaching, notably at the National School of Decorative Arts in Paris. Following an initial research collaboration on plantar stimulation surfaces with the Institute of Posturology in Paris and with industry, she went on to work with specialists of all kinds — scientists and artisans — in situations that enabled her to develop a personal aesthetic at once unadorned, composite and whimsical. Quoting and tweaking, in her workshop she cobbles together projects in a minor mode. Exploring the possibilities of transforming and recycling industrial materials, and looking into traditional skills (ceramics from Vallauris, carpets from Kirghizstan, etc.), she negotiates for each item either the invention of new forms or deliberate nonintervention.

Bamako2005 En garde Les objets qui constituent Bamako ont été réalisés en collaboration avec des artisans locaux, à partir des matériaux courants et en mêlant les sources d’inspiration (le boli, figurine zoomorphe rituelle, le design italien des années 1960…).

The components of Bamako were made in collaboration with local artisans, using everyday materials and taking inspiration from sources including the boli, an animal-like ritual figurine, and 1960s Italian design.

Lampes, matelas de sieste Bolidodo, porte-bananes, patère. Calebasse, ébène, aluminium moulé, wax, mousse, kapok. Sur l’invitation du Centre Culturel Français de Bamako et du Musée National du Mali. Une proposition de Michel Buisson, encadrée par le designer Cheik Diallo. Prêt de l’artiste.

2010 Floating Minds

Anticipating a possible battle, Cette installation propose une this squad of seven bolsters hangs expérience sensorielle stimulant patiently from hooks on the wall. à la fois les yeux, les oreilles et le corps. L’idée est de lâcher prise, de laisser « flotter son esprit », Polochons, patères. en choisissant l’un des matelas Intérieur plume dans housse de coton, housse en tricotin de laines variées, corde résinée, piton métal. cylindriques à disposition, en Prêt de l’artiste et de la Galerie Jousse-Entreprise, Paris. essayant d’en épouser la forme à sa manière. L’univers de bienêtre est complété par la diffusion d’une bande sonore qualifiée de « comico-soporifique », commandée au compositeur Frontal. Le défi est de parvenir à « flotter » dans une bulle mentale collective, entre confort et gêne. Prêt pour une éventuelle bataille, ce semainier de sept polochons attend patiemment sur des patères murales.

2007 Garbage Saloon

This installation is a sensory experience for the eyes, ears and body. The idea is to let go, to “let your mind float free” by choosing one of the cylindrical mattresses provided and moulding your body to it as you please. This world of wellbeing is filled out by a “comical-soporific” soundtrack commissioned from the composer Frontal. The challenge is to succeed in “floating” in a collective mental bubble mingling easefulness and inconvenience.

2009

Emblematic of the zany Doléac spirit, Garbage Saloon is an homage to Michel Houellebecq; it is made up of seats that look like garbage bags full of trash. These stretch polyester items hark back wittily to Sacco, the 1968 beanbag chair one of which is to be found in the FRAC collection. Invited to sit on this piece of furniture, the visitor becomes the key figure in a veritable enigma.

Témoin de l’esprit décalé des créations de Florence Doléac, Garbage Saloon est un hommage à Michel Houellebecq ; il se compose d’assises qui ressemblent à des sacs poubelle pleins de déchets. Fabriquées en polyester stretch, ces assises évoquent avec humour Sacco, fauteuil poire conçu en 1968. Invité à s’asseoir sur cet objet d’ameublement, le visiteur devient le personnage-clé d’une véritable énigme.

Housse polyester stretch, sac jersey de coton, remplissage microbilles de polystyrène, lien satin. Réalisé suite à l’invitation d’Esther Henwood avec Éditions Norma. Prêt de l’artiste et de la Galerie Jousse-Entreprise, Paris.

Mousses, simili cuir, corde, accroches métal. Réalisé pour l’exposition Static dancing and floatings minds, FRAC Aquitaine, Bordeaux. Prêt de la Galerie Jousse-Entreprise, Paris.

Also taking inspiration from cognitive science, ethnopsychiatry and shamanism, Doléac displays a continuing interest in soft shapes and regressive physical postures. Resorting to childlike exaggeration and a sometimes grotesque humour, she booby-traps our everyday actions and social rites, and hands out her works like so many mirages.

Lit et structure avec rideaux (lit et 4 palmiers en osier réalisés par Jean-Marc Blanchard, sommier, 4 voiles imprimés, 4 ventilateurs, 10 plots en béton, 20 bambous, 1 oreiller, 1 dessus de lit tricoté). Collection FRAC Grand Large — Hauts-de-France, Dunkerque. Verre, feuille d’or. Édition et prêt de la Galerie MICA, Saint-Grégoire.

Support métallique peint, plumeau en plume d’autruche. Réalisé pour l’exposition Pom Pom Dust, Galerie Jousse-Entreprise, Paris. Prêt de l’artiste et de la Galerie Jousse-Entreprise, Paris.

Cette série de 13 miroirs peut rappeler les diagrammes circulaires de statistique dits « en camembert », ou encore une horloge. Recouverts par des feuilles d’or, ces miroirs laissent percevoir le reflet d’un monde doré. Leur rythme de progression évoque le temps qui passe et un éternel recommencement. Plus la surface du reflet est altérée par la feuille d’or, plus le miroir coûte cher.

Pom Pom Dust est un kit ménager qui use du détournement d’objet afin de transformer la vision ennuyeuse du quotidien qu’offrent les tâches ménagères en un défi sportif fantaisiste. Hissés vers le haut à la manière des pompons de pompom girls, les deux plumeaux prennent la forme d’un trophée mural évoquant une possible victoire sur l’inexorable chasse à la poussière.

Pom Pom Dust is a domestic kit that transforms the dreariness of the everyday household grind into a zany sporting challenge. Raised perkily aloft like cheerleaders’ pom poms, the two dusters resemble a trophy won in the course of an inexorable dust hunt.

Pom Pom Dust

Miroir, matériaux variés, aluminium souple. Série de pièces uniques. Prêt de l’artiste.

Miroir, batiline, aluminium souple. Édition limitée à 8 exemplaires. Prêt de l’artiste.

Se regarder devient l’occasion de se transformer. La feuille nous couvrant le chef est-elle une nouvelle mode ? Ou un moyen d’évasion vers une jungle imaginaire ?

Se regarder devient l’occasion de se transformer. La feuille nous couvrant le chef est-elle une nouvelle mode ? Ou un moyen d’évasion vers une jungle imaginaire ?

2011 Palmito I

Looking at oneself becomes a chance for self-transformation. Is the leaf covering your head a new fashion? Or a means of escape towards an imaginary jungle?

2014 Palmito II

Looking at oneself becomes a chance for self-transformation. Is the leaf covering your head a new fashion? Or a means of escape towards an imaginary jungle?

This series of 13 mirrors is reminiscent of the circular statistical diagrams known as “pie charts” or, also, of clocks. Overlaid with gold leaf, the mirrors offer a reflected glimpse of a gilded world, with their rhythm of advance, suggesting the passing of time and an eternal new beginning. The more gilded the reflected surface, the higher the mirror’s price.

2016 Miroir Statistic

La Chambre des rêves évoque la production psychique que constitue le rêve. Ainsi, sur les voilages, une accumulation visuelle des œuvres de l’artiste incite aux allers-retours entre ce que l’on voit, ce que l’on imagine et à la création de récits personnels. Inspirée par l’écrivain Maurice Sendak dans son album Max et les Maximonstres (1963), Florence Doléac en reproduit le lit évoquant l’activité qu’on lui préfère : la rêverie. Cette œuvre s’inscrit dans le projet Maxidreams, qui consiste à installer des lits dans des parcs, en vue de former une communauté internationale de rêveurs connectés.

Bedroom of Dreams sets out to transcribe the mental activity involved in dreaming. On the curtains a visual accumulation of the artist’s works stimulates a back-and-forth movement between what we see, what we imagine and the creation of personal narratives. Reproducing the bed from children’s author Maurice Sendak’s Where the Wild Things Are (1963), Florence Doléac conjures up that favourite bedtime activity: dreaming. This work is part of the Maxidreams project, which consists in installing beds in parks and so forming an international colony of connected dreamers.

2012 La chambre des rêves 2017


Vallauris 1, 2 et 3 Depuis 1968, la ville de Vallauris organise une biennale internationale de céramique contemporaine. En 2001, elle a invité le collectif Radi Designers (Florence Doléac, Laurent Massaloux, Olivier Sidet, Robert Stadler) à collaborer avec des potiers de Vallauris. Florence Doléac a donné naissance à une famille de porte-fruits et légumes (Robot, Petit, Cousin...), constituée d’anses (dites mâles) et de contenants (dits femelles). La combinaison de bols et de boudins racontent une évolution des genres au fil du temps.

Since 1968 the town of Vallauris in southern France has been organising an international biennial of contemporary ceramics. In 2001 it invited the Radi Designers collective — Florence Doléac, Laurent Massaloux, Olivier Sidet, Robert Stadler — to design new models with the local potters. Each artist worked individually. Florence Doléac came up with the family of fruit and vegetable holders — Robot, Petit, Cousin — made up of assembled handles (named male) and containers (named female).

Trou de mémoire

2003 Tapis Monster

Memory Lapse is a new breed of calendar. It comes as a kit that you put together with the help of a user’s guide. The clothes pegs become the medium for past and future events, with time making way for fragmentary recollections and memories not to be forgotten.

Peaux de mouton, plastique. Pièce unique, série limitée aux enfants. Prêt de l’artiste.

Pince à linge, scotch, mousse double face. Édition limitée à 30 exemplaires, Galerie Aline Vidal, Paris. Prêt de l’artiste.

Pour amuser les enfants, l’artiste leur a lancé un défi : réaliser une œuvre en une minute avec les moyens du bord. Fabriqué avec des peaux de mouton et des ballons en plastique, Tapis monster appartient à une série d’œuvres pour enfants. Dans la même lignée, l’artiste a créé une série d’œuvres limitée à ses amis.

Trou de mémoire est un calendrier d’un nouveau genre. L’œuvre en kit est à réaliser soi-même avec l’aide d’un mode d’emploi. Les pinces à linge deviennent le support d’événements passés ou à venir. Le temps laisse la place aux fragments de mémoire accrochés et aux souvenirs à ne pas oublier.

2016 Télélumine2002 Touché coulé

To amuse children the artist set Télélumine dresse, de manière a challenge: create an artwork in humoristique, le constat de one minute with whatever was to l’obsession de notre société hand. Made from sheepskins and pour les écrans. L’artiste plastic balls, Tapis monster is part invite à adopter de nouveaux of a series for children. With the comportements, en faisant de same idea in mind, Doléac also l’écran de télévision une source de came up with a series of works for lumière aléatoire, au programme her friends. toujours renouvelé et silencieux. Reste, toutefois, la possibilité du remord par l’activation d’une cordelette.

Télélumine is a witty summingup of our society’s obsession with screens. The artist suggests that we change our behaviour patterns, turning the TV screen into a random light source, endlessly reprogrammed and silent. And if you happen to feel any regrets, you can always pull the string.

Cloche en structure de cuivre soudée et peinte recouverte d’une housse de lycra, poulie en acier peint, table en bois laqué. Édition limitée à 30 exemplaires, Galerie Aline Vidal, Paris. Prêt de l’artiste.

Céramique émaillée. Famille de porte-fruits et légumes. Prêt de Claude Aïello, Vallauris.

Cette peinture murale est un hommage aux « empreintes de pinceau no 50 répétées à intervalles réguliers de 30 cm » de Niele Toroni, dont un exemplaire est conservé dans la collection du FRAC Grand Large. Niele Toroni, membre du groupe BMPT (Buren, Mosset, Parmentier, Toroni), né entre 1966 et 1967, à la croisée de l’art conceptuel et du minimalisme, prônait la répétition de formes afin de débarrasser l’œuvre de toute charge émotionnelle. Florence Doléac reprend son principe de fresque murale tout en proposant une digression à la rigueur mathématique. Le geste fainéant laisse couler un excès de matière, recréant un motif aléatoire.

2016 This wall painting is an homage to Niele Toroni’s Imprints of a no. 50 brush at regular intervals of 30 cm, one example of which is in the FRAC Grand Large collection. A member of the BMPT group (Buren, Mosset, Parmentier, Toroni), formed in 1966–1967 at the junction between Conceptualism and Minimalism, Toroni advocated repetition of forms as a means of stripping the work of art of all emotional content. Florence Doléac has adopted his wall painting principle, while proposing a mathematically rigorous digression. The lazy gesture lets the excess paint run, forming a random pattern.

Fresque, peinture acrylique. Réalisé pour l’exposition Sonnellino, Galerie Triple V, Paris. Courtesy de l’artiste.

Textile batiline, anneau de polystyrène, colzons, tige d’aluminium recuit. Série de 6 lampes. Prêt de l’artiste et de la Galerie Jousse-Entreprise, Paris.

Tissu, plastique, peinture, plâtre, résine. Prêt de l’artiste. Médium plaqué or fin à la feuille et vernis. Édition et prêt de la Galerie MICA, Saint-Grégoire.

Simulation d’une inondation miraculeuse venant du plafond, l’épaisse couche d’or qui coule le long du mur donne forme à une moulure décorative surprenante.

In this simulation of miraculous flooding from above, the thick coat of gold pouring down the wall forms an astonishing decorative moulding.

Un bouquet composé de la rose créée par Louis de Funès, grand amateur d’horticulture, est placé dans un vase funéraire pour former un ensemble monochrome de couleur terre. La couleur a abandonné les fleurs pour s’échapper du vase, à l’image d’une vie toujours éphémère destinée à nous quitter. La flaque qui s’épanche au sol reprend la synthèse des couleurs des fleurs fraîches orangées.

A bouquet composed entirely of the rose created by French actor and lover of gardening Louis de Funès is presented in a funeral urn; the result is an earthcoloured monochrome. Colour has quit the flowers and fled the urn, just like life, ever-ephemeral and destined to abandon us. The puddle on the floor is a synthesis of the colours of the original, orange-tinted flowers.

COULIS2011 Professeur de Funès

Balles PVC de 120 cm de diamètre dégonflées, housses simili cuir laqué cousu, sérigraphie, moquette. Réalisé pour l’exposition Living rooms, Domaine départemental de Chamarande. Prêt de l’artiste et de la Galerie Jousse-Entreprise, Paris.

Saloon vert nous place au cœur d’une situation incongrue dans laquelle un jeu de billard américain aurait été grossi assez de fois pour que les boules deviennent des assises confortables. Ambiance de salle de jeu, atmosphère légère du rêve, déformation d’un souvenir d’enfance, Florence Doléac repousse les limites du réel.

Saloon vert puts us in an incongruous situation: a set of snooker balls enlarged to provide comfortable seats. Playroom atmosphere, a slightly dreamlike feel, a childhood memory gone awry: this is Florence Doléac pushing back the boundaries of reality.

2016 Saloon Vert

Coton amidonné peint, structures aluminium, colzon, et étain. Pour l’exposition The Way Things Are avec Florence Doléac, Ulla von Brandenburg, Virgil Marti à la Locks gallery, Philadelphie, octobre 2012. Série de 2 exemplaires de 3 lampes. Prêt de l’artiste.

Ces lampes sont un hommage au designer Mathieu Matégot et à ses lampes Satellite réalisées en métal perforé dans les années 1950. Ici, les structures en aluminium mou altèrent leur forme originale. La lumière se projette sur les murs par les petits trous du coton tricoté.

These lamps are a tribute to designer Mathieu Matégot and his perforated metal Satellite lamps of the 1950s. Here the flexible aluminium structures modify the initial shapes, with the light projecting onto the walls and ceiling through the little holes in the shade and the cover.

2010 Satellite Dreams I

Ces lampes font suite à l’hommage au designer Mathieu Matégot et à ses lampes Satellite réalisées en métal perforé dans les années 1950. Ici, les structures en aluminium mou altèrent leur forme originale. La lumière se projette sur les murs et le plafond par les petits trous de l’abatjour et du chapeau. L’évocation du satellite en vol se conjugue avec la lumière filtrée et crée une nouvelle constellation adaptée aux espaces domestiques.

These lamps are in continuation of the tribute to designer Mathieu Matégot and his perforated metal Satellite lamps of the 1950s. Here the flexible aluminium structures modify the initial shapes, with the light projecting onto the walls and ceiling through the little holes in the shade and the cover. This evocation of a satellite in flight combines with the filtered light to create a new constellation for domestic spaces.

2012 Satellite Dreams II

2014

Profile for cercle_cite

Catalogue - Minute Papillon  

Graphisme: EricandMarie Tirage: 1000 exemplaires Imprimé sur papier Tyvek

Catalogue - Minute Papillon  

Graphisme: EricandMarie Tirage: 1000 exemplaires Imprimé sur papier Tyvek

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded