__MAIN_TEXT__

Page 1

ARDENNES & ALPES 187 – 1er trimestre 2016 • revue trimestrielle du CLUB ALPIN BELGE® asbl • 129 Av. Albert 1er • 5000 Namur • N° d’agréation : P202292 • BUREAU DE DÉPÔT : Charleroi X

187

2$ʦ22 $'.)+'ʧ0ʨʦ$'.)+37'

1er trimestre 2016

FÊTE DES GRIMPEURS

M’G oun

Rätikon

Stage rand Morvan

o


WWW.BERARDE.COM / 04 76 80 50 01

ST CHRISTOPHE EN OISANS

CRÉDIT PHOTO PHO : FRÉDÉRIC CHEVAILLOT PHOTOGRAPHE

LA BERARDE

RE PROTÉGÉ UN ESPACE DE NATU NS. AU COEUR DES ÉCRI

RANDONNÉE TOUS NIVEAUX R RAND TO T OUR GOURMAND GO OURM TOUR ET TOUR DE LA BÉRARDE VI VIA-FERRATA / ESCALADE EAUX--V EA EAUX-VIVES (RAFTING-HYDROSPEED) RA AND D RANDONNÉE GLACIAIRE / ALPINISME HÔ H TEL LS, GÎTES G HÔTELS, D’ÉTAPES, CAMPING, REFUGES...

DOCUMENTATION COMPLÈTE SUR DEMANDE : TÉL.: 04 76 80 50 01 / WEB: WWW.BERARDE.COM / MAIL: INFOS@BERARDE.COM


CLUB ALPIN BELGE ® Fédération francophone asbl (CAB) Numéro d’entreprise RPM 0418.823.432 ISSN 1781-7501

www.clubalpin.be Fédération sportive reconnue par la Communauté française de Belgique • Siège social, secrétariat général et bureaux : Avenue Albert 1er, 129 – 5000 Namur • Secrétariat : Eveline Groetembril – Frédérique Gomrée informations générales, gestion des membres, facturation, le lundi de 9 h 00 à 12 h 30 et de 14 h 00 à 15 h 30 et les mercredis et vendredis de 9 h 00 à 12 h 30 et de 14 h 00 à 16 h 30 Tél. : 081/23 43 20 – Fax : 081/22 30 63 secretariat@clubalpin.be • Responsable administrative et juridique : Marianne Coupatez de 9 h 00 à 12 h 30 et de 14 h 00 à 16 h 30 Tél. : 081/23 43 21 dir.adm@clubalpin.be • Responsable Rochers Joe Dewez GSM : 0483/04 61 26 dir.rochers@clubalpin.be • Agents techniques : Paul Lejeune – Gwenaël Renard agent.technique@clubalpin.be • Gardien du site et du refuge de Freÿr : Marc Debaecke gardiendeFreyr@clubalpin.be GSM : 0491/37 80 79 • Direction technique : Geoffroy De Schutter geoffroy@clubalpin.be • Compétitions – haut niveau : Tijl Smitz GSM : 0491/08 17 41 competitions@clubalpin.be lundi au vendredi, de 9 h30 à 12 h 30 et de 13 h 30 à 16 h 30 • Centre de formation : Laetitia Vignaud lundi et mercredi, de 8 h 30 à 12 h 30 et de 14 h 00 à 16 h 00 Tél. : 081/23 43 22 formations@clubalpin.be • Coordination générale : Geoffroy De Schutter geoffroy@clubalpin.be • Bibliothèque : accessible pendant les heures d’ouverture des bureaux ou sur rendez-vous • Président : Didier Marchal president@clubalpin.be • Site Web : secretariat@clubalpin.be • Ardennes & Alpes : secretariat@clubalpin.be

N’hésitez pas à nous envoyer le récit de vos courses ou séjours escalade pour les partager avec les autres membres.

Éditorial

t du CAB Didier Marchal – Présiden Le 28 novembre 2015, nous avons fêté plusieurs de nos grimpeurs. Vous avez d’ailleurs régulièrement eu l’occasion de suivre leurs résultats dans Ardennes & Alpes. Les résultats actuels représentent l’aboutissement du travail de toute une équipe. Je voudrais remercier ici les personnes de CMBEL, du KBF et du CAB qui se sont impliquées dans la préparation de nos grimpeurs, aussi bien au niveau sportif que dans le domaine de la logistique.

l Didier Marcha

Ce 28 novembre a été la « Fête des grimpeurs ». Par l’organisation de cet événement, nous avons voulu mettre à l’honneur une des nombreuses disciplines de notre Fédération. Rappelons-nous à cet égard que, lorsque le Club Alpin Belge a été créé en 1883, il était essentiellement tourné vers l’exploration des sommets alpins. La reconnaissance systématique des rochers belges a véritablement commencé en 1929. Au départ, l’escalade des massifs rocheux belges était en effet considérée comme un « simple » entraînement pour l’ascension des sommets alpins. Par la suite, l’escalade en falaise puis en salle sont devenues des disciplines sportives à part entière. Alpinisme et escalade sont donc intimement liés. On peut y ajouter la randonnée, qui se concrétise, par exemple, dans les marches d’approche vers les sommets ou les falaises. Actuellement, le CAB, Fédération francophone d’escalade, d’alpinisme et de randonnée, est composé d’une quinzaine de cercles représentant au total plus de 3 000 membres. Outre les aspects sportifs, l’entretien et la gestion des rochers représentent une partie non négligeable des activités de la Fédération. On se souviendra à cet égard que le ministre René Collin a signé avec le CAB la première Charte pour la biodiversité dans les pratiques du sport (le 22 mai 2015). « Sport et biodiversité » : tout un programme ! L’action du 28 novembre s’inscrit dans le cadre d’une volonté du CAB d’augmenter la notoriété et le soutien de ce sport en Wallonie et en Belgique. Accroître la visibilité, c’est multiplier les actions et être plus présent dans les médias. Le CAB souhaite donc contribuer à l’évolution de l’escalade, non seulement en soutenant les sportifs, mais aussi en menant de concert une véritable stratégie de soutien et de promotion du sport lui-même. Dans cette optique, le CAB a décidé de participer à la deuxième édition de l’« Outdoor Show » de Libramont les 23 et 24 avril 2016. Nous serons particulièrement présents tant par le soutien à la compétition de bloc qui y sera organisée que par la co-organisation d’une « Nocturne du samedi » avec des projections de documentaires, la présence de personnalités de l’outdoor, un grand feu et d’autres surprises encore. Enfin, un des objectifs du CAB est d’organiser des championnats d’Europe d’escalade en 2017 ou 2018. Nous aurons l’occasion d’y revenir ! « C’est bien tout cela », direz-vous. « Mais le CAB se résume à l’escalade, alors ? » Pas du tout ! Le CAB, c’est bien d’autres sports encore, vous le savez. Mais une chose à la fois ! La mise en avant de l’escalade permettra d’accroître la visibilité du CAB. Nous poursuivrons ensuite par étapes. À suivre, donc !

3


Ardennes & Alpes Revue trimestrielle du Club Alpin Belge FÊdÊration francophone d’escalade, d’alpinisme et de randonnÊe ASBL Avenue Albert 1er, 129 5000 Namur

Sommaire er 2016 no187 – 1 trimestr e janvier – fÊvrier – mars COMPÉTITIONS

Editeur responsable : Didier MARCHAL

CoopĂŠtition ou compĂŠration ?

5

Pour fĂŞter les grimpeurs belges au top mondial, nous ĂŠtions 130 Ă la salle BeBloc de Jambes

6

FALAISES

Ardennes & Alpes est ouvert à tous les correspondants belges ou Êtrangers. Les articles n’engagent que la responsabilitÊ de leurs auteurs. Reproduction autorisÊe (sauf mention contraire) avec l’accord de l’auteur et mention de la source : extrait d’Ardennes & Alpes, revue du Club Alpin Belge, no 187

Falaises Rätikon

10

Corno di Lagoscuro (Corne du lac Sombre) – 3 150 m

15

Le goÝt du M’Goun, une première de l’amitiÊ dans les gorges de Taghia

20

HOMMAGE Jean-Claude Masson

25

Hubert Briesen

25

OPINIONS Quelques petites rÊflexions d’un alpiniste

26

SENTIERS Stage de fin de formation de moniteur en randonnÊe (niveau initiateur) – Le Morvan

27

187

VIE DE LA BIBLIOTHĂˆQUE 2$ĘŚ22

$'.)+'ʧ0ʨʌ$'.)+37'

Nouvelle acquisition

31

Le CAB enrichit les collections de la bibliothèque royale

31

Sommaire des revues

32

1er trimestre 2016

ARDENNES & ALPES 187 – 1er trimestre 2016ĂŠUĂŠĂ€iÛÕiĂŠĂŒĂ€ÂˆÂ“iĂƒĂŒĂ€ÂˆiÂ?Â?iĂŠ`Ă•ĂŠ 1 ĂŠ* ĂŠ  ÂŽĂŠ>ĂƒLÂ?ĂŠUʣәÊÛ°ÊÂ?LiĂ€ĂŒĂŠÂŁerĂŠUĂŠxäääÊ >“ÕÀÊUĂŠ cĂŠ`½>}Ă€j>ĂŒÂˆÂœÂ˜ĂŠ\ĂŠ*ÓäÓәÓÊUĂŠ 1, 1ĂŠ ĂŠ *%/ĂŠ\ĂŠ Â…>Ă€Â?iĂ€ÂœÂˆĂŠ8

FĂŠTE DES GRIMPEURS

un

M’Go

Rätikon

VIE DE LA FÉDÉ

33

INFO Des membres vous proposent

33

Stage rando Morvan

En couverture : La grande fête de l’Êquipe nationale des compÊtiteurs belges en escalade – photo : JÊrôme Vervier

AGENDA Annonce des Clubs

34

COTISATIONS

45

BOUTIQUE DU CAB

46

4


COMPÉTITIONS

Coopétition ? n io t a r é p m o c ou Jean-Marc De Laever bien dans le circuit amateur qu’au niveau international. Durant les minutes de lecture, les concurrents sont concentrés, mais s’entraident, se partagent une idée de méthode pour franchir une section qui semble un crux, ils échangent les astuces dans la zone d’isolement… On voit même des grimpeurs, et grimpeuses of course, encourager intensément de la voix un adversaire se battant dans la section à problème alors que justement, c’est l’endroit où eux-mêmes sont tombés. Magnifique image sportive dans le sens « respect » du terme.

Coupe du Monde à Puurs – crédit photographique : Jérôme Vervier Un dimanche matin parmi tant d’autres, 11 h 30, deux équipes de minimes s’affrontent afin de tenter de ne pas descendre d’un niveau alors qu’ils sont déjà en P4. Au bord du rectangle vert, des parents, bien excités par l’« importance » de l’enjeu, crient à leur rejeton : « Vasy, tacle-le ! ». Ce genre d’idée continue son voyage jusqu’au plus haut niveau. On l’a tous admiré lorsque ces magnifiques acteurs du football international interprètent avec brio le rôle A : « J’vous jure, monsieur l’arbitre, je n’ai absolument pas accroché son buste avec mes deux bras avant sa passe, qui n’aurait pu être décisive, selon moi » ; ou mieux, le gars et son rôle B qui : « tombe, est à deux doigts de l’opération sur le terrain tellement la douleur est visiblement insupportable et qui après décision de l’arbitre court comme Usain Bolt ». On a tous vu ça, le tout couplé à des ralentis d’une netteté sans faille qui prouve exactement le contraire. Avec de telles « qualités » (?), ces stars pourront, sans aucun doute, devenir des as du poker… menteur ! Le 16 avril 2016, Entre Ciel & Terre accueillera pour la troisième fois le championnat de Belgique de Lead (senior, vétérans et para). Tous les champions viendront après des semaines d’entraînement, avec l’envie de donner le meilleur d’eux-mêmes et surtout de tenir la prise la plus haute de la voie de finale. Ce désir est parfois un fantasme, souvent un rêve et, pour quelques privilégiés, une réelle option. Pourtant, et c’est une certitude, à aucun moment de la compétition vous ne verrez de comportement antisportif, injurieux ou autre. C’est tout le contraire que l’on observe lors de compétitions d’escalade, aussi

5

L’escalade sportive est annoncée, très logiquement, comme une discipline individuelle. On est, de fait, seul face à ce chemin de couleur qu’il faut suivre sans lâcher un gramme de résine. Pourtant, j’ai souvent l’impression qu’il y a de la coopération et, selon mon expérience, de façon très particulière dans le milieu de l’escalade. On pourrait dès lors parler d’un esprit de coopétition ou de compération. Le milieu de la grimpe n’en est plus à une loufoquerie près : pourquoi ne pourrait-on inventer ces deux mots concepts qui mélangeraient deux genres a priori opposés ? Pourquoi cette vision burlesque ne deviendrait-elle pas un point de la charte de tous les sports ? L’escalade sportive est aux portes de l’olympisme, et quelle discipline, mieux que la nôtre, pourrait représenter de telles valeurs proches de l’éthique originelle des jeux ? Plus loin, plus haut, plus fort… et plus solidaire ! Qu’est-ce qui fait que la mentalité des grimpeurs soit si collaborante ? Mon analyse est sans doute simpliste, mais je sous-entends que cela vient de la discipline ellemême. L’esprit de cordée est un outil de la réussite de tous les projets d’escalade, hormis les performances… en solo. Ce compagnon est indispensable pour progresser en toute sécurité ou pour rebondir dans les moments durs, moralement et/ou physiquement. Sans l’esprit de cordée, il y aurait fort à parier que beaucoup de sommets n’auraient jamais été atteints. Sans l’autre, les réalisations en montagne, en big wall, sur couenne et même en bloc ne chatouilleraient pas les niveaux réalisés à ce jour. Cette mentalité, je suis heureux de la partager au sein de mon travail à ECT. Cette manière de voir les choses grandit nos jeunes, parfois en mal de repères. Je suis sensible à ces valeurs solidaires dans ce monde qui tente de nous faire croire qu’écraser l’autre est la valeur ultime. Je préfère de loin le dépassement de soi, plus riche d’humanité. L’escalade, c’est plus qu’un sport. Nous vous donnons donc tous rendez-vous pour faire la fête et vibrer au son des encouragements de nos stars en route vers leur accessible étoile. Championnat de Belgique Lead – 16 avril 2016 – infos sur www.entrecieletterre.be.


COMPÉTITIONS

Pour fêter les grimpeurs belges au top mondial,

BeBloc de Jambes nous étions 130 à la salle

Pour la première fois, l’escalade belge ne brille plus seulement par la présence d’une étoile championne isolée, mais par la qualité d’un ensemble de championnes et de champions de différents âges et disciplines, et ce, tant du côté francophone que néerlandophone. En juniors, nous sommes sans doute devenus la seconde nation au monde, en seniors la cinquième. En senior lead, la Belgique est devenue officiellement cette année la 5e nation mondiale. C’est le fruit d’une évolution aussi spectaculaire que régulière : WC-team ranking Lead

2011

2012

2013

2014

2015

18

14

8

7

5

Chloé au top, comme toute l’équipe.

6

Geoffroy De Sc hutter


Et cette progression va continuer ! Nos jeunes sont revenus des championnats du monde d’Arco avec des médailles d’or, d’argent, de bronze, des 4e, 5e et 6e places… L’équipe belge junior est probablement aujourd’hui la seconde nation mondiale !

Stéphane commente la vidéo de ses plus belles performances de l’année.

Des discours pas trop longs mais qui disent tous l’envie d’aller plus loin et plus haut. Les questions qui sont devant nous incluent, par exemple, l’organisation d’un championnat d’Europe en Belgique.

Passage de relais chez les arbitres. Lambert l’a avait fait pendant dix ans, Wim vient d’achever un bail de 20 ans, Lieven le fera-t-il pendant 30 années ?

7


L’escalade est présélectionnée comme sport olympique pour Tokyo en 2020. Si cela se confirme, nos grimpeurs seront alors parmi les meilleurs espoirs de médailles olympiques pour la Belgique. Conjointement, la pratique de l’escalade est en pleine explosion : les salles sont combles et de nouvelles salles se créent. Cette évolution est le fruit du travail, de l’implication et de la passion de toute une équipe, soutenue par les fédérations que sont le Club Alpin Belge et le KBF (Klim- en Bergsportfederatie), réunies dans CMBEL, et avec l’aide de l’ADEPS et du BLOSO. Dès lors, nous avons voulu célébrer cela et rendre visibles cette discipline et ces résultats. Nous étions peut-être 130 dans la nouvelle salle BeBloc à Jambes ce samedi 28 novembre pour fêter cela. Les sourires étaient sur tous les visages. Le ministre était là pour partager une ambiance qui avait ce juste mélange d’informel et de planification qui permet le partage. La presse et la télé locale sont passées par là. Et chacun savait aussi que l’âme et le créateur de cette magnifique salle, Rafa, menait sa bataille à l’hosto. À travers les passions partagées, c’est aussi lui que l’on soutenait, fortement, ce jour-là. Le CAB, en collaboration avec le KBF et CMBEL, veut porter cet élan et faire encore grandir cette équipe et ce sport. À terme, nous envisageons aujourd’hui d’organiser en Belgique des championnats d’Europe en 2017 ou 2018. La passion et l’envie sont là, cela demandera avant tout d’en trouver les financements… Si vous avez des pistes, n’hésitez pas !

8


Une équipe qui, comme le soulignera le ministre, sait ne pas faire de frontières, ni de classement.

Toutes les images sont de Jérôme Vervier. Merci à lui. Vous pouvez découvrir et acquérir ses superbes images d’escalade sur www.jeromevervier.be

9


FALAISES

Falaises Rätikon

Olivier Zintz

Crédit photographique : Belgo-belgian team

L’été est fini depuis longtemps. Ces dernières semaines, beaucoup de travail et un déménagement à Saint Cergue, en Suisse, ont demandé bien du temps et de l’énergie. Maintenant, enfin, je trouve du temps pour repenser à cet été, plus particulièrement aux deux semaines passées au Rätikon ! Après un petit échauffement sur quelques cimes chamoniardes, Olivier Zintz et moi mettons le cap en direction du Rätikon. En chemin, nous prenons Sébastien Berthe et Lucas Nyssens, qui s’échauffaient quant à eux sur les magnifiques falaises de Rawyl dans le Valais. Chacun sa technique ! Nous arrivons en vue du parking marquant la fin du chemin carrossable et permettant de s’approcher des grandes faces calcaires du Rätikon. En vue ne veut pas dire que nous y sommes, il nous reste le crux du chemin à passer. Une côte, certes courte, mais intense pour le maigre grip que les pneus de la camionnette arrivent à trouver dans ce mélange de terre meuble et de gros cailloux. Nous devrons nous y reprendre à plusieurs fois, faisant monter le moteur Fiat dans le rouge et mettant à mal sa belle mécanique italienne ! Enfin, nous arrivons au parking où nous attend Christophe Henry, arrivé plus tôt dans la journée. Le parechocs avant cabossé de sa voiture témoigne du violent

Belgo-belgian team gauche à droite Lucas Nyssen, Sébastien Berte, Olivier Zintz, Tim De Dobbeler, Christophe Henry

Quatrième longueur Lilith 7a+

10


combat qu’il a aussi dû mener pour passer le crux de la route. « Allez les gars, une petite chope ? », nous lance Chris. Étant le vétéran de la bande, il prend soin de nous, tel un papa le ferait avec ses enfants. Il a donc pris avec lui quelques bonnes bières que nous savourerons après nos belles envolées, réparatrices pour le corps et l’esprit… Enfin, surtout l’esprit ! « Intifada » est une voie classique, pas très éloignée et ayant un niveau abordable. Parfait pour s’habituer au style. Après un pierre-papier-ciseau, les équipes sont constituées. Oli et moi dans une, Séba, Chris et Lucas dans l’autre. Ce dernier démarre les hostilités et se lance en tête dans la première longueur. Après quelques mètres seulement, il gratifie son assureur d’un : « Fais gaffe, je ne suis pas bien, là ! ». Le ton est donné, l’engagement et le niveau est grand ici, même notre cher et tendre Freÿr ne rivalise pas. La voie s’avère magnifique, nous prenons notre pied et grimpons dans la bonne humeur. Seul le grondement du tonnerre nous met quelque peu la pression dans la dernière longueur. Hannibal Alpstraum ! La petite sœur de Silbergeier est une véritable petite perle ! Martin Scheel et Robert Bosch ont ouvert cette voie en 1986, plaçant des points seulement aux endroits où ils pouvaient se laisser pendre à leur « crochet goutte d’eau ». L’équipement est donc bien aseptisé, conférant un certain caractère à la voie. Pour le dire avec les mots de Nina Caprez : « un mélange de mouvements très techniques et d’exigence psychologique, de la grimpe ‘old school’ ».

La belle face du Schweizereck

Nous profitons de nos bouts de doigts encore bien charnus pour attaquer ce gros morceau ! Chris, Oli et Séba forment la première cordée à s’élancer dans la voie, Lucas et moi suivons. Tandis que nous lisons le livre d’or laissé au pied de la voie, Chris mène un beau combat pour enchaîner la première longueur. Malgré une cotation raisonnable, 7a+, elle paraît difficile, très difficile. Chris et Séba réussissent tout de même à l’enchaîner à vue : chapeau ! Dans le livre d’or, force est de constater que la majorité des grimpeurs qui ont tenté cette voie sont des grands noms de l’escalade. Pour ne citer qu’eux, il y avait les frères Huber, Cédric Lachat, Nina Caprez, Stefan Glowazc, même Nico et Sean ! Un mot revient assez souvent dans ce petit livre : « Difficile » !

Cinquième longueur d’Accacia 7a+

Lucas et moi grimpons à notre tour cette première longueur, ne réussissant pas le « à vue ». Plus haut, j’aperçois déjà Chris voler dans le ciel. J’escalade la deuxième longueur en tête. Du fait d’une ouverture par le bas, les points se trouvent souvent loin sous les pas durs, le mental est mis à rude épreuve. Aucun moment de répit ! La grimpe est incroyablement technique, les prises sont minuscules et très coupantes. Séba est le seul qui s’offrira le luxe de faire une des longueurs dures à vue. Sans hésitation, la longue voie la plus dure que j’ai eu l’occasion de grimper ! Chaque plaquette clipée dans la voie est une petite victoire. Nous prendrons huit heures pour grimper les cinq longueurs que compte la voie. Même si nous n’avons pas réussi à enchaîner toutes les longueurs, tant s’en faut, nous sommes tout de même très heureux. Cette voie nous laissera à tous une saveur particulière, l’ambiance dans la face était dingue ce jour-là ! Nous avons pu goûter à ce travail de maître que Scheel et Bosch ont accompli il y a 30 ans. Un goût aussi savoureux qu’une frite du Colébi, un goût qui nous a donné faim, faim de plus de calcaire du Rätikon.

Quatrième longueur d’Accacia 7b

11


Au sommet de Sabra

Cinquième longueur Silbergeier 8b+

Deuxième longueur Silbergeier 7c+

Le jour de repos après Hannibal est le bienvenu. Grâce aux bières spéciales de Chris, toutes les calories que nous avions pu perdre étaient revenues. Nous passons notre journée à flâner au campement : entre lecture, bronzette et discussions, la journée passe vite. Le lendemain, Lucas et moi jetons notre dévolu sur « Schatila », une voie aux difficultés plus modérées. Nous manquons de justesse d’enchaîner toutes les longueurs à vue, chutant tous les deux dans la longueur dure de la voie. Pendant ce temps-là, Chris, Séba et Oli se défoulent dans Silbergeier. Alors que Lucas et moi partageons notre souper en l’agréable compagnie de Nina Caprez et Barbara Zangler, ils entament seulement la descente à pied, après avoir essuyé un bel orage dans la voie. Trois quarts d’heure plus tard, ils nous rejoignent, trempés, mais super motivés. Les réglettes acérées ont causé des dégâts : les bouts des doigts de Séba ressemblent à de la viande pour kebab ! Chris et Oli ont les doigts dans un meilleur état, mais ils semblent tout de même bien usés physiquement. Nous faisons la grasse matinée. Le réveil est synonyme de courbatures et d’un léger mal de crâne… Ben oui, une montée dans Silbergeier, ça se fête quand même ! Pendant le petit-déjeuner, nous envisageons de prendre le reste de la journée pour nous reposer. C’est sans compter sur Olivier « Duracell » Zintz. Motivé comme toujours, il est « chaud patate » pour grimper une voie

Relais cinq Silbergeier facile. Chris, Lucas et moi sommes tout de suite d’accord, et, en début d’après-midi, nous marchons en direction du pied de la voie « Schweizerzoo ». Chris et Oli forment la première cordée. Chris entame la deuxième longueur et déjà Lucas rejoint Oli au premier relais. Il entame les manips pour m’assurer, tandis que je profite du paysage pour rêvasser. Soudain, j’entends Chris hurler : « Cailloux ! ». C’est un véritable frigo qui s’est décroché de la paroi et qui fonce

12


droit sur moi, évitant de peu d’emporter Oli et Lucas dans sa chute folle… Tout va très vite, le rocher s’écrase tout près de moi. Lorsque je relève les yeux, Chris est pendu dans la corde à hauteur du relais, une quinzaine de mètres plus bas que la seconde précédente. Depuis le bas, je ne comprends pas trop la situation et crains le

Cinquième longueur Hannibal Alpstraum 7a+

Quatrième longueur Silbergeier 7a+ pire. Heureusement, je vois Chris bouger après quelques secondes ! Oli et Lucas restent lucides et directement prennent soin de descendre Chris au sol le plus délicatement possible. Pendant qu’ils mènent à bien cette délicate manœuvre, je m’occupe d’appeler les secours. Son bassin lui fait très mal et son genou gauche est dans un sale état. Après quelques rotations et pas mal de temps d’attente à cause des nuages trop bas, l’hélicoptère peut finalement se stabiliser au-dessus de nous. Le secouriste est hélitreuillé jusqu’à nous et prodigue les premiers soins. Quelques minutes à peine et voilà Chris confortablement installé dans un hamac, prêt à être hélitreuillé, accompagné par le secouriste. Il est emmené à l’hôpital de Chur, ville la plus proche.

Premiers soins

Après l’accident

13


Deuxième longueur Hannibal Alpstraum 7b+ à l’hôpital. Oli et moi restons les deux seuls plus ou moins valides et clôturons notre séjour au Rätikon avec encore deux belles voies : « Sabra » et « Lilith ». En conclusion, nous sommes tous tombés d’accord pour emprunter les mots de Nina Caprez et dire que le Rätikon c’est « old school » ! De la dalle technique et engagée dans un paysage somptueux et préservé, c’est certain, nous en sommes tombés amoureux... Du Rätikon, pas de Nina !

Quatrième longueur Hannibal Alpstraum 8a Nous lui rendons visite le soir même. Ses blessures auront tout de même besoin de quelques semaines pour guérir. C’en est fini du Rätikon pour lui. Mais, éternel optimiste, c’est avec un large sourire qu’il nous accueille et déjà il nous dit qu’il sera prêt quand les bonnes conditions automnales seront là à Freÿr ! L’aventure Rätikon continue, Chris laisse un vide certain, mais l’équipe reste vraiment motivée, seule la météo est moins radieuse. Malgré une fine pluie, nous nous lançons en direction de la voie « Acacia », autre perle de l’endroit. Un bref rayon de soleil nous accueille dans la voie, juste assez de chaleur pour éclipser nos dernières hésitations. Dès la seconde longueur, le brouillard se referme sur nous, enveloppant nos deux cordées dans un monde mystérieux et humide. Fraîchement humide serait même plus exact ! Les pieds zippent et les doigts se désensibilisent. Au fur et à mesure que l’on monte, le moral, lui, descend. La frustration de grimper aussi piètrement fera faire demi-tour à Oli et Lucas juste avant la dernière longueur, tandis que Séba et moi terminons la voie. Le Rätikon est impitoyable et fait des dégâts au sein de notre troupe : Séba est obligé de prendre quelques jours de repos pour laisser la peau du bout de ses doigts cicatriser et se régénérer ; Lucas a attrapé une intoxication alimentaire et passe ses journées entre son bol de riz et la planche des toilettes ; Chris, quant à lui, se repose

Quatrième longueur Hannibal Alpstraum 8a

14


FALAISES

ttoz Jean-Claude Vi

Corno di Lagoscuro – 3 150 m (Corne du lac Sombr e)

Crédit photographie : Jean-Claude Vittoz et Davide

Situation Italie – Lombardie – Province de Brescia Ponte di Legno – Passo del Tonale Pour changer un peu des Alpes françaises et suisses, des Pyrénées, Dolomites et autres, voici la magnifique région de l’Adamello-Presanella, qui se situe à cheval sur la Valle Camonica (Lombardie) et le Val di Sole (Trentin). La Cima Presanella est le point culminant du massif à 3 558 m. L’ensemble regroupe 14 sommets principaux et de nombreux secondaires, dont le Corno di Lagoscuro. C’est une région sauvage, peu connue de la plupart des grimpeurs belges. Dans cette contrée, vous grimperez souvent seuls... Un privilège... Je cite Davide : « Au nord-est de Brescia... Remonte la Val Camonica... Passo del Tonale. Stop. Retourne un peu en arrière... La grosse tache blanche, c’est le glacier de Pian di Neve...

Avouez qu’il a de la gueule, notre « Menhir » !

La télécabine.

15


Corno settentrionale di Lagoscuro – 3 150 m Le massif est composé de deux sommets bien distincts, la Corne centrale, qui offre une belle et facile classique, le Spigolo Nord-Est AD, qui déroule sur 250 sur un bon rocher ensemble de III avec un passage en 4-, relais équipés. À droite, c’est la Corne septentrionale, où nous gravirons Encantado, qui se développe sur la paroi sud-est. Encantado : TD Filippo Nardini, Sylvio Valzetti, août 1999 Horaire : 1 jour Approche : depuis la télécabine Paradiso-Presenal +/- 1 heure

Dans la voie.

L’approche.

Le machin noir à l’ombre c’est la face nord de l’Adamello... Elle fait peur, celle-là... Les pattes d’araignées qui sortent de la tache sur des kilomètres, ça, c’est le reste du massif... Arêtes, piliers, grandes parois granitiques parfois inexplorées... L’eau a la couleur crade des torrents glaciaires et les étoiles brillent un peu plus fort qu’ailleurs... ».

16


Montée : +/- 4 heures Descente : en rappel dans la voie où par le Sentiero dei fiori. Développement : 250 m 8 longueurs : 6c – 6b obligatoire Équipement : spits Participants : D. Vitale, J.-C. Vittoz Lors de notre passage, nous sommes seuls à la télécabine Paradiso-Presenal (une aubaine) : elle nous amènera à notre point de départ. À l’approche, il subsiste encore pas mal de neige, et à environ 200 m de la base de la paroi, la pente se redresse fortement : nous serons obligés d’enfiler les crampons. Cette fois-ci, l’attaque est barrée par une rimaye, il faut repérer un superbe dièdre blanc, peu marqué. Depuis peu, une plaque indique le départ : ça aide. La voie suit une ligne logique qui remonte une succession de dièdres, dalles et fissures, entrecoupés de terrasses, sur un solide granite. L’ensemble est bien protégé.

Descente 1 – En rappel par la voie : celle-ci est bien équipée, les relais sont tous reliés par un anneau de corde avec maillons rapides de 6 mm. 2 – Du sommet, des sangles sont en place autour d’un bloc pour réaliser un rappel de 60 m plutôt scabreux (vous verrez sur place…), pour aboutir sur le Sentiero dei fiori. 3 – Descendre par la gauche : la crête déchiquetée et incertaine est immédiatement suivie par un éboulis très instable et dangereux qui rejoint le Sentiero dei fiori. Nous concernant, nous somme redescendus par le Sentiero dei fiori, où nous avons rencontré plusieurs névés raides. Pour un de ceux-ci, il a fallu s’encorder et renfiler les crampons, car l’issue en cas de glissade ne faisait pas de doute…

17


Le Menhir del Tonale C’est une superbe tour isolée au milieu de nulle part, flanquée sur les pentes raides de la Cima Casaiole, 2 779 m. Nous nous sommes permis de la baptiser, car elle ne porte pas de nom sur les cartes IGN. Vue de loin, la Torre paraît accolée à la paroi, mais au fur et à mesure de notre approche, elle se dévoile peu à peu pour se dissocier totalement des rochers avoisinants, bien qu’elle en soit encore bien éloignée. Il faut se rendre à l’évidence, elle ne sera pas à la hauteur de nos espérances, aperçue d’ici : elle accuserait au maximum les 100 m. Sur place, la désillusion est complète en effet, la hauteur atteint +/- 80 m en face sud-est et seulement une vingtaine de mètres face amont… Nous sommes franchement déçus, non par sa beauté, mais par sa hauteur et la mauvaise qualité du rocher, qui nous obligera à renoncer à la face principale et de nous contenter de sa modeste arête amont... Ici aussi, la roche fait preuve d’une certaine nervosité et bouge joyeusement. Toutefois, rassurezvous, nous avons balancé les plus gros blocs… Qu’à cela ne tienne, le lendemain, en guise de consolation et sans pouvoir nous en empêcher, nous ouvrirons une petite variante (Non potevamo farne a meno, comme ils disent là-bas...).

Sommet

Pulsion, variante d’Encantado : 4c/5- (coinceurs) D. Vitale, J.-C. Vittoz, août 2009 1 – Au-dessus du 4 relais et au lieu de suivre le dièdre, monter directement, par une courte dalle et des « blocs » déversés, jusqu’au relais 5. R5 – Par une lame oblique à gauche, traverser la dalle inclinée sur 5 m au-dessus de l’itinéraire original. R6 – Remonter facilement sur +/-8 m une dalle inclinée, forcer un ressaut sillonné par une fissure verticale. En savoir plus : Chroniques rochassières et alpestres, infosescalade.forumup.be/

Menhir Del Tonale.

Descente Sentiero dei Fiori.

18


Les Cornes

19


FALAISES

Le goût du M’Goun

les gorges de Taghia ns da itié m l’a de e ièr em pr e Un

Bernard Marn ette

« Je me mis à vivre avec les bergers, à les observer, à les écouter et je compris que cette montagne si souvent parcourue ne m’appartenait pas, qu’elle était leur montagne et qu’enfin il me fallait y voir la montagne des autres ». Claude Lemson (B. Amy La montagne des autres, Paris, Arthaud 1972) L’Irhil M’Goun est l’un des dix sommets de plus de 4 000 m du massif du Haut-Atlas marocain, lui-même faisant partie du système montagneux de la grande chaîne maghrébine de l’Atlas, l’un des plus grands massifs montagneux du monde s’étendant du Maroc à la Tunisie sur plus de 2 500 km. Le point culminant de ce massif est le Toubkal (4 165 m), toit du Maroc et de toute l’Afrique du Nord. Le M’Goun, quant à lui, culmine plus modestement à 4 068 m. Il est cependant le sommet le plus élevé de la chaîne calcaire du Haut-Atlas central, massif majeur de l’ensemble du Haut-Atlas. En effet, s’il est moins haut que son voisin l’Atlas occidental, le massif central de l’Atlas est le plus long (200 km) et le plus large (70 km) de l’ensemble de la chaîne. Seuls des cols élevés et deux routes goudronnées permettent de franchir ses crêtes. C’est donc peu dire que le massif du M’Goun est un massif à la fois prestigieux et sauvage. Son sommet principal est probablement la cime la plus isolée du Maroc. Montagne massive, elle présente cependant une longue et magnifique crête allongée qui domine la vallée du Dades de plus de 2500 m. Le pays du M’Goun est façonné par un ensemble de sommets amples et ronds, formant un paysage doux, fait de hauts plateaux et de cimes débonnaires. Les rivières alimentées par les neiges presque permanentes des hauts sommets façonnent cependant de longues vallées marquées souvent par des gorges et des ressauts sévères : ce sont là les Akkas. Ces paysages aux charmes si particuliers et si puissants, je les ai parcourus à diverses reprises, appréhendant la vallée des Ait Bouguemez, traversant le Tilemsine, remontant l’Akka n’Tazarte, gravissant l’Oujdad, le Taoujdad, le Tagousimt N’Tsouiannt..., découvrant petit à petit toutes ces gorges, ces plateaux, ces montagnes dominées et façonnées par le M’Goun. Cette montagne omniprésente façonne ici, peut-être plus qu’ailleurs, les paysages et les hommes, car ce pays du M’Goun est une montagne habitée ! Les Berbères parcourent ces lieux depuis des millénaires, tantôt bergers nomades, tantôt cultivateurs sédentaires. Peuple à la riche culture montagnarde, les Berbères ont développé un savoir-faire particulier façonné par ces montagnes si singulières, caractérisées par des terres d’altitude sauvages et austères. Le massif de l’Atlas est aussi caractérisé par un grand isolement géographique, à la fois individualisé par la Méditerranée au nord et le Sahara au sud. Cette chaîne de montagnes est donc particulière à plus d’un titre. Sa faune et sa flore, par exemple, quoique situées en Afrique, sont plutôt de type alpin.

Paroi du Tilemsine. La voie Ikmminne se déroule au centre de la paroi. Ikmminne signifie « réfléchir » ou « penser » en langue berbère. Approche, repérage, préparation, appréhension, doutes, … Réfléchissez semble nous avoir dit la paroi. Les hommes y vivent donc au prix d’une adaptation particulière et permanente. Là comme ailleurs, hommes et montagnes font corps. Nous sommes bien ici dans une chaîne de montagnes, habitée et vivante. La parcourir, c’est aussi aller à la découverte de ses habitants ! Nous sommes ici au cœur de cette « montagne des autres », dont nous a parlé jadis Bernard Amy, une montagne au relief si puissant qu’elle influence les peuples qui l’habitent autour d’une même culture, tout en façonnant des vallées qui isolent chaque unité montagnarde en un particularisme bien marqué. Le berger de l’Atlas, bien que montagnard, ne ressemble que peu à celui des Alpes, lui-même si différent des pasteurs d’autres massifs montagneux. Ceci met en évidence que chaque montagne, chaque montagnard est autre.

20


Bivouac à la paroi de la grotte.

Mohamed AMIL à l’équipement du deuxième relais. Cette montagne des autres, je l’ai parcourue sous différents aspects. J’ai partagé le thé avec les pasteurs des hauts plateaux verdoyants, j’ai emprunté les chemins berbères suspendus au-dessus du vide, j’ai suivi les mulets lourdement chargés le long des étroits sentiers des gorges, j’ai bivouaqué dans les Akkas, écoutant la nuit les chants de bergers. « C’est le Kif » m’avait dit Mohamed. J’ai enfin partagé ma corde de grimpeur avec mes amis de Taghia. Je suis revenu encore cette année en ce pays du M’Goun, la corde en bandoulière et le sac de montagne bien chargé de tout le matériel nécessaire à l’escalade en terrain d’aventure. J’y suis revenu avec Dino (Bernard) Goubau et Albert De Cremer, des vieux de la vieille, eux aussi amateurs d’escalades exotiques.

Avec Saïd sur le chemin de Taghia.

Si nous avons grimpé dans des terrains classiques, arpentant notamment les vertigineuses perspectives de la « Voie de la réforme », nous nous sommes aventurés sur des terres plus austères. Nous avons notamment tenté une voie dans le canyon de l’Akka n’Tazarte, ce merveilleux canyon, la Gorge des Figuiers, qui remonte une vallée affluente à celle de Taghia. Cette gorge qui m’est si chère pour son aspect sauvage recèle un parfum particulier. Ses hautes et raides parois y sont évidemment pour quelque chose, mais probablement, sa grande ampleur et son immense profondeur ne sont pas étrangères à l’attrait qu’y trouve le grimpeur. Un autre trait de caractère de cette escalade dans les gorges de l’Akka n’Tazarte est aussi la particularité de « sortir » sur un vaste plateau et pas à un sommet. Le paysage insolite dont on bénéficie depuis la sortie d’une voie est effectivement typique des montagnes marocaines. Ses immenses plateaux et ses doux sommets à l’horizon marquent en effet le paysage de leur singulière beauté.

Mohamed AMIL dans la dernière longueur.

21


Mohamed MESSOUDI au départ de la troisième longueur. Je suis venu à plusieurs reprises dans cette merveilleuse gorge, et cette année mon séjour s’est terminé par une belle ascension dans le versant Tilemsine de cet Akka. Une ouverture « d’amitié » avec deux copains berbères. C’est en effet avec deux jeunes grimpeurs de Taghia que je me suis rendu dans ces gorges avec comme objectif l’ouverture d’une paroi de 200 m de hauteur qui sort sur le plateau de Tilemsine. Une expérience d’amitié et de montagne partagée. C’est Mohamed Amil et Mohamed Messoudi qui ont été mes compagnons de choix pour cette aventure. Si je ne connais que bien peu le « petit » Mohamed (Messoudi), je connais très bien Mohamed Amil (le grand !). Il y a deux ans, j’avais déjà ouvert une voie avec lui à la paroi de Machkour. J’avais apprécié ses qualités de grimpeur et ses compétences d’équipeur. Cela dit, c’était surtout son enthousiasme de grimpeur qui m’avait séduit. Il est indéniablement une personnalité marquante pour les jeunes de Taghia qui s’intéressent au tourisme alpin. Il a, à 28 ans, l’ambition de construire un gîte et de guider les gens dans les montagnes et sur les parois de son village natal. Ses moyens sont évidemment faibles, mais l’aménagement de sa maison en gîte montre une détermination sans faille. En effet, il a bâti une maison sur la croupe rocheuse qui mène à la Paroi des Sources. Bel emplacement pour un grimpeur, mais qui implique un travail de forçat. Dès que Mohamed agrandit sa maison, tout doit se faire à la main à même le roc. Burin et grosse masse sont ses seules armes pour creuser le rocher. « Ici, c’est dur », dit Mohamed, « c’est la montagne, il y a du rocher partout ». Un autre trait de caractère de Mohamed est son sérieux dans la gestion de son matériel d’escalade. Tout le matériel que lui ont laissé les grimpeurs est soigneusement conservé et entretenu, gage de sérieux pour l’avenir. Un alpiniste en devenir ? Sûrement ! Un futur guide de Taghia, peut-être. Il a en tout cas les compétences et le sérieux pour y parvenir. Il connaît ses montagnes !

Au dernier relais. leur démarche de grimpeur et qu’ils étaient enthousiastes à grimper dans des terrains d’aventure, qui plus est, si ce terrain était vierge et s’ils pouvaient de ce fait participer au développement de la culture de leurs montagnes. Leurs motivations ne pouvaient qu’être décuplées. C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés entre amis à bivouaquer à la grotte de la source dans l’Akka n’Tarzarte, là où une voie précédemment ouverte porte le nom de « Terre des Hommes ». C’est bien en un lieu particulier que nous pénétrons. À la grotte, le ligemt (le thé), l’aghrum (le pain) et le zit (l’huile) seront, selon la tradition berbère, notre principale alimentation. Le lendemain (18 octobre), malgré une météo que l’on annonçait capricieuse, le temps est superbe. Nous remontons donc vers la paroi en face de notre bivouac, paroi que je suis allé repérer la veille pour certifier qu’une tentative valait la peine.

Si Mohamed Amil est garant de sérieux et de compétences pour une ascension, je ne connais pas Mohamed Messoudi comme grimpeur. Je sais cependant qu’il a déjà réalisé quelques voies classiques de haut niveau à Taghia. Je sais également que les deux Mohamed sont bons amis. Ils grimpent ensemble quand ils le peuvent, avec les moyens du bord, c’est à dire, la plupart du temps, dans les petites voies équipées autour « des sources ». Lors de nos discussions d’escalade, j’ai vite compris que l’un comme l’autre était motivé pour aller plus loin dans

Rédaction du topo sur le sommet du Tilemsine.

22


dée pour la deuxième longueur. Un bref sentiment d’angoisse m’envahit, car je n’ai jamais vu mes compagnons mettre un coinceur, un friend et encore moins un piton. Je sais par contre que le « grand Mohamed » a l’habitude de mettre des spits. Après réflexion, nous modifions l’ordre de la cordée. Nous procédons de la manière suivante : le « petit Mohamed » devant, moi à l’assurage et le « grand Mohamed » à la consolidation des relais (nous mettons, en général, un spit et un piton par relais)1. Nous gravissons ainsi quatre longueurs jusqu’au pied du dernier ressaut. Là, c’est le « grand Mohamed » qui prend la tête pour terminer l’ascension par une dernière longueur intéressante sur du bon rocher, niveau 4c. C’est avec joie que nous atteignons le plateau de Tilemsine. Nous avons vaincu avec brio et compétence ! Il est 5 h, et nous avons donc pleinement le temps de terminer cette magnifique journée par la traversée du plateau et de redescendre à Tamdarote par le « chemin berbère ». Nous avons en effet décidé d’amener notre matériel de bivouac avec nous de manière à profiter de cette alternative.

Mohamed MESSOUDI arrive au sommet. Nous attaquons donc à la base d’un vague éperon qui se trouve au centre de la paroi. Cette face caractérisée sur sa gauche par une arête bien marquée que parcourt la voie « Au rythme des Talunts ». Notre éperon se trouve une centaine de mètres à droite de cet itinéraire. Je parcours assez aisément la première longueur, y laissant un piton. Mes jeunes compagnons, très enthousiastes dès les premiers mètres, me proposent de prendre à leur tour leurs responsabilités en tête de cor-

C’est donc au soleil couchant que nous traversons le Tilemsine, l’occasion de repenser à cette belle journée passée sous le signe de la découverte et de l’amitié. Arrivés à Tamdarote, nos chemins se séparent. Si mes amis remontent vers Taghia, je descends sur Zaouia Ahanesal où m’attendent Dino et Albert. C’est déjà la fin de ce trop court séjour. Dans la douceur de ce retour nocturne, je ne peux m’empêcher de penser à cette mémorable journée et je me dis qu’on revient toujours enrichi d’un tel voyage. On ne sort jamais indemne de la terre d’Afrique. De ce continent, d’où que l’on vienne, que l’on y ait fait court ou long séjour..., on revient toujours de loin ! 1

Les quatre premiers relais de la voie sont équipés.

Le plateau du Tilemsine, typique du Haut Atlas central.

23


Massif d’Akka N’Tazarte Tilemsine versant Sud (du côté de la source) Voie : Ikmminne 1re ascension : M. Amil, B. Marnette, M. Messoudi, le 18 octobre 2015 H : +/- 200 m P : 270 m Diff : D. Sup (5c obl.) Accès : la paroi se situe au niveau de la source bien connue à l’entrée d’une gorge de la rive droite de l’Akka n’Tazarte. Elle se trouve juste en face de la grotte située près de la source (donc rive gauche, sur le versant Tilemsine de l’Akka n’Tarzarte). Il est donc facile de trouver de quoi bivouaquer. Ceci peut être une bonne option pour qui ne connaît pas le massif. À noter que, depuis cette année, les ânes ne remontent plus très loin dans la gorge. Ils ne passent plus ce que l’on appelle « la forêt », ils ne montent plus au-delà du secteur « Soyez forts »... (voie 97 dans le topo de Christian Ravier). La voie se situe dans le secteur moyen de l’Akka n’Tazarte. Elle est donc réalisable raisonnablement dans la journée depuis Taghia (compter +/2 h 30 de marche). La voie démarre au pied d’un éperon peu marqué du centre de la face, pratiquement à l’endroit où prend naissance un petit ru qui descend directement dans l’Akka n’Tarzate. Depuis celui-ci, on peut remonter ce ravinement ou lui préférer sur sa rive droite des vires et des petits ressauts plus commodes (compter 20 min). Itinéraire : La ligne générale d’ascension est caractérisée par un vague éperon qui marque la partie centrale de la face. Attaquer à la base de cet éperon, une centaine de mètres à droite du départ de la voie « Au rythme des Talunts », qui remonte l’arête de gauche. La première longueur gravit un ensemble de vagues ressauts en direction d’une grande écaille surplombante caractéristique qui raie l’éperon de gauche à droite (ensemble de 4b avec un pas de 5), R1 sous l’écaille. – Contourner l’écaille par une traversée vers la gauche (éventuellement en légère descente sur la terrasse inférieure) pour remonter un petit mur (5c) et suivre une très Topo de la voie Ikmminne. belle fissure de type granitique qui traverse l’éperon de gauche à droite. R2 sur une terrasse. – Remonter directement l’éperon assez couché en direction d’une zone surplombante (quelques ressauts en rocher fracturé, ensemble de 4c avec pas de 5). R3 au début de la zone plus raide. – Remonter à droite du relais un mur en rocher plus fragile et traverser encore à droite, puis suivre une petite vire sur la gauche pour franchir un surplomb (beau passage, plusieurs pas de 5c) puis traverser complètement à droite pour éviter la zone surplombante, R4. – Sortir du relais par un mur puis traverser à gauche par un système de terrasses et des ressauts en mauvais rocher1. Faire relais audessus d’un gros arbre caractéristique. R5 (quelques pas de 5). – La dernière longueur franchit un petit mur (4c) puis continue sur une rampe plus facile inclinée sur la droite. Elle mène au sommet du plateau. Descente : soit traverser le plateau du Tilemsine jusqu’à Tamdarote (2 h à 2 h 30) ou descendre dans la gorge à droite de la sortie de la voie (rappel de 45 m), +/- 1 h pour redescendre dans l’Akka n’Tazarte. 1

Il y aurait probablement intérêt à franchir la zone surplombante ou à l’éviter par la gauche pour monter directement au R5. Le mauvais rocher de la cinquième longueur serait alors évité.

Infos : voici les références des 3 accueils possibles à Taghia : – Said Messaoudi : 00.212.(0)68.24.65.36 (le lundi) – Youssef Rizki : 00.212.(0)68.90.98.43 – Mohamed Amil : 00.212.(0)669.26.16.84 Pour d’autres informations, il existe de nombreux renseignements dans bon nombre de revues (notamment Desnivel en Espagne ou la Lettre de Passe Murailles en France). On peut lire avec intérêt deux articles parus précédemment dans Ardennes & Alpes (nos 171 et 180). Bibliographie : – O. BERNEZAT, Hommes et vallées du Haut-Atlas, Grenoble, Glénat, 1987. – K. HUET et T. LAMAZOU, Onze lunes au Maroc chez les Berbères du Haut-Atlas, Paris, Gallimard, 2012. – C. RAVIER (éd.), Taghia : montagnes berbères, 2008. Photos et dessin de Bernard Marnette

24


HOMMAGE

Jean-Claude Masson Roger Souris

Je connaissais Jean-Claude depuis quarante ans, c’était en 1975 après mon service militaire. Je participais à un camp organisé par la jeunesse ouvrière de Couvin dans le val Martello. C’est lui qui menait la troupe. Ensuite il me proposa d’aller à Freÿr. Ensemble, nous avons grimpé dans tous les massifs : Fontainebleau, le Saussois, Berdorf, bivouacs dans les Vosges, etc. Il m’a fait connaître sa belle région, le Fondry des Chiens, Lompret. À l’été 1976, il me dit que je suis prêt pour la haute montagne. Nous voilà en route pour Chamonix, pleins de projets. Il me fait grimper en premier, c’était parti pour moi. Pendant plusieurs années, nous sommes allés dans la vallée d’Aoste qu’il aimait tant, pour nous acclimater et nous préparer pour les grandes courses. Le soir, nous faisions la fête, des moments inoubliables. Ce qu’il aimait aussi : travailler dans le bois, ouvrir des voies… Il a également équipé des voies pour le Club Alpin. Il mettait de la passion dans tout ce qu’il faisait, passion qu’il a transmise à sa fille, Alexandra. Comme le disait un ami, nous boirons une bonne Chimay bleue en pensant à toi et aux tiens, repose en paix.

Nous avons la tristesse de vous annoncer le décès de notre ami Hubert Briesen le lundi 21 décembre 2015, à l’âge de 90 ans. Hubert a tenu avec son épouse Marcelle le Chamonix pendant de nombreuses années. Il était une figure très appréciée des grimpeurs de Freÿr. Un hommage lui sera rendu dans le prochain numéro d’Ardennes & Alpes n°188.

25


OPINION

Quelques petites réflexions d’un alpinist e

Parmi les différentes rubriques de la revue Ardennes & Alpes, j’ai toujours lu avec intérêt celles qui concernent le parcours de vie de nos chers disparus. Souvent j’ai regretté qu’ils n’aient pas eu l’occasion de mieux se faire connaître de leur vivant. C’est ce que je vais tenter en insistant sur la préoccupation principale qui m’a toujours guidé : la sécurité. Ma carrière alpine s’est terminée en 2007, à l’âge de 81 ans, par l’ascension de l’Index, dans les Aiguilles Rouges et de la Petite Aiguille Verte, dans le massif du Mont-Blanc. La première question que je me pose est : quel alpiniste étais-je ? Un sportif ? Certainement pas. La compétition ne m’a jamais intéressé. Les efforts physiques n’ont été pour moi qu’un moyen de découvrir la nature et les émotions qu’elle procure. C’est ce qui m’a conduit à pratiquer l’alpinisme, la spéléo, la descente de rivière et le ski hors-pistes, toutes activités où la tête compte plus que les muscles. Un aventurier ? La réponse est non, car l’aventure laisse trop de place au hasard, donc à la chance. Je me suis, au contraire, toujours efforcé de préparer soigneusement mes courses en montagne, que ce soit l’étude du topo, la météo, l’horaire, la préparation du sac, le choix des compagnons et surtout l’état de la montagne. Un insensé ? Non plus. J’ai toujours gardé la tête froide, mais en essayant d’entreprendre des courses plus belles que celles que j’avais déjà faites, et cela, jusqu’à l’âge d’environ 54 ans. Par la suite j’ai accepté d’en réaliser de plus faciles, mais qui, rarement faites, ouvraient de nouveaux horizons, comme la face nord de la Lex Blanche : montée sérieuse demandant du flair et descente splendide. J’ai toujours eu horreur de refaire des courses que j’avais déjà faites, même lorsque, de 60 à 66 ans, j’ai joué le rôle de moniteur pour le stage de Taconnaz. J’ai quelquefois entraîné mes stagiaires dans des courses que je ne connaissais pas, voire qui n’étaient mentionnées dans aucun topo ! Une course m’a toujours paru plus difficile lors d’une répétition. Le feu sacré n’y était-il plus ? Sans doute étais-je un passionné.

comme Terray ou Comici se sont tués lors de descentes. C’est dans une rando, que je croyais sans danger, que j’ai vu la mort de plus près. Dès qu’il y a du vide, il y a du risque. C’est aussi un autre facteur qui m’a permis de sortir vivant de 60 ans d’alpinisme. Je l’appellerai le sixième sens. Grâce à lui et contre toute logique, j’ai préféré longer le bord inférieur d’une grande crevasse qui a avalé une énorme chute de séracs venue de nulle part, m’évitant d’être enseveli sous des tonnes de glace. C’est aussi ce sixième sens qui m’a fait faire un détour semi-circulaire de 10 mètres de diamètre pour éviter une méchante crevasse totalement insoupçonnable. Mon second qui a voulu couper au court y est tombé et est resté suspendu à la corde grâce à laquelle j’ai pu l’en retirer. Ceci aussi parce que, quelques minutes plus tôt, je l’avais obligé à chausser les crampons qui semblaient parfaitement inutiles dans cette bonne neige. Le meilleur itinéraire. À maintes reprises, j’ai volontairement abandonné la voie décrite au topo pour m’engager en terrain inconnu, et cela, pas pour de petites variantes. Même quelquefois dans des grandes courses, comme la face nord du Triolet, l’éperon Frendo à l’Aiguille du Midi, les Grandes Jorasses, la face sud de la Marmolada ou le Spigolo del Velo à la Cima della Madona. Curieusement, l’itinéraire que j’ai adopté s’est révélé meilleur que celui du topo. Je n’ai donc pas été surpris que, dans les topos publiés ultérieurement, beaucoup de mes itinéraires aient été repris. Je ne prétends cependant pas avoir fait des premières.

La prudence alors. Bien sûr elle est indispensable. Mais faire de grandes courses est par nature imprudent, car la montagne présente des dangers dits « objectifs » et, de toute façon, les imprévus ne sont pas rares.

Il y a aussi une autre grande course, de niveau D, où j’ai choisi de quitter la voie du topo. Je ne la citerai pas, car c’est une devinette. Partis à 7 h de la station supérieure du téléphérique du Plan de l’aiguille (2 310 m), nous sommes arrivés à l’Aiguille du Midi (3 790 m) à 15 h 30, en ayant consacré une demi-heure au pique-nique. Pour savoir si certains de nos membres connaissent bien le massif du Mont-Blanc et… lisent Ardennes & Alpes, je leur propose de me dire de quelle voie il s’agit, en m’envoyant un e-mail à mon adresse pauldegenst@hotmail.com. Si la réponse est correcte, je demanderai à Marianne de citer leur nom dans le prochain Ardennes & Alpes.

L’expérience qu’on acquiert en montagne est très utile. Dans les courses rocheuses, par exemple, elle permet, grâce à de petits détails de terrain, de savoir si on est bien dans la bonne voie. J’ai vu de jeunes guides se fourvoyer.

P.S. Les alpinistes qui voudraient en savoir plus sur les dangers de la haute montagne et comment les éviter peuvent acquérir le petit livre de 60 pages que j’ai publié en 2009. Il est intitulé : 60 ans d’alpinisme, folie ou passion.

L’attention qu’on porte à tout moment est primordiale. La moindre distraction peut être fatale. C’est souvent lors des descentes que le danger est le plus grand, car, une fois le but atteint, la concentration diminue. De grands alpinistes

Ce livre est en vente à Namur, au siège de la Fédération.

La sécurité. Comment ai-je pu réussir 300 courses en haute montagne et en revenir toujours sur mes deux jambes ? La chance direz-vous. Je ne nie pas qu’elle joue un certain rôle, mais la théorie des probabilités rend ce rôle insignifiant lorsqu’il s’agit d’un grand nombre de tentatives.

Je peux aussi l’envoyer à ceux qui vireront la somme de 3,60 € au compte BE62 2600 0906 8761 de De Genst Paul.

26

Paul De Genst


SENTIERS

Le Morvan

onnée (niveau initiateur) nd ra en r eu nit mo de n tio ma for Stage de fin de

François Lambert

Mardi 30 juin 2015, après 6 heures d’un voyage sans histoire, mais en pleine canicule, Caroline, Safia et moimême, arrivons au gîte « Les Fleurs » à Crot Morin, au beau milieu du parc naturel régional du Morvan. C’est le point de départ de notre stage de mise en situation : 4 jours et demi de randonnée en autonomie.

Avant l’apéro, nous assistons, rêveurs, au travail de deux apiculteurs disposant de ruches un peu à l’écart du gîte, qui nous expliquent le b.a.-ba de leur beau métier. Et en guise de dessert, Alain nous distille le tout dernier cours théorique de notre formation, à propos des manœuvres d’héliportage.

L’endroit est splendide, et l’immense propriété du gîte est pleine de charme. Les quatre autres stagiaires (Serge, Damien, Jean-François et Laurent) et les titulaires (Alain et Dominique) sont déjà présents et se prélassent dans des chaises longues, sur un ponton en bois au bord d’un étang. Notre stage ressemble jusqu’à présent à un séjour au paradis !

Sur indication du propriétaire du gîte, nous avons installé nos tentes au bord de l’étang. Malheureusement, la nuit fut particulièrement bruyante. À cause des ronflements de certains spécialistes de la bande ? Pensez-vous ! Personnellement, je ne les ai pas entendus, tellement les coassements des grenouilles de ce maudit étang les surpassaient en décibels !

Mais très vite Alain nous fait un premier briefing pour nous rappeler les instructions et nous informer sur le déroulement du séjour. Les stagiaires prendront la direction du groupe à tour de rôle, soit deux fois chacun sur l’ensemble de cette randonnée itinérante, ce qui permettra une évaluation de leurs capacités d’orientation et de conduite de groupe. En ce qui concerne l’orientation, nous devrons respecter trois ou quatre points de passage imposés qui nous avaient été communiqués il y a plusieurs semaines, sous forme de coordonnées UTM, le dernier représentant le point théorique de bivouac.

Mercredi : en route !

Sur base d’une liste de sujets relatifs au Morvan, également fournie plusieurs semaines au préalable et répartie entre les candidats, il est aussi prévu que nous présentions un exposé, en prenant soin de choisir le moment ou le lieu le plus approprié. Deux tests importants sont aussi au programme : d’un côté, une course d’orientation le matin du quatrième jour, et de l’autre, un test de nœuds, à un moment non précisé. Tout le monde est de bonne humeur et prêt à en découdre.

Après quelques dizaines de minutes se produit un premier incident. Safia, une des stagiaires, qui est asthmatique, a oublié son Ventolin au gîte. Le premier d’entre nous qui est en charge du groupe doit prendre des décisions...

Le voyage de Laurent commence de manière assez moyenne, car il a oublié ses semelles en Belgique ! Damien lui en prêtera une paire, mais elles sont un peu courtes. De grand matin, il fait déjà particulièrement chaud. Il faut dire qu’en ces premiers jours de juillet 2015, l’Europe occidentale est touchée par une canicule. Nos titulaires ricanent en repensant au stage de l’année précédente... qui s’était déroulé intégralement sous la pluie !

Crédit photographique : Laurent Vancayzeele

27

Ceci n’est en fait que la première d’une longue liste de mises en situation fictives, que nos titulaires nous demandent de jouer à tour de rôle avec le plus de « cœur » possible, pour évaluer les capacités du leader du moment ! Au détour d’un sentier, nous avons la chance d’apercevoir une pie-grièche écorcheur, oiseau qui a la particularité d’empaler ses victimes (insectes...) sur des « lardoires », à savoir des épines, se construisant de la sorte un garde-manger. En traversant le hameau de Arçentolle, composé essentiellement de fermes, Caroline en profite pour nous exposer son sujet : l’agriculture dans le Morvan. Un fermier se joignit même à nous et en profita pour enrichir l’excellente présentation de Caroline avec de nombreuses précisions et anecdotes. Très intéressant ! La pause nous donne l’occasion d’un pique-nique au bord d’un étang. Certains y feront même un petit plongeon. Safia nous y mettra l’eau à la bouche en nous parlant des produits culinaires du Morvan. Nous approchons du point remarquable du jour, le mont Beuvray, qui culmine à 821 m d’altitude. Il fut autrefois le lieu d’installation du plus imposant des sites fortifiés gaulois : l’oppidum de Bibracte, qui était réputé abriter de 15 à 20 000 personnes. L’Histoire en retient surtout qu’il a joué un rôle lors de la célèbre bataille d’Alésia.


Vercingétorix y a été nommé chef de toute la Gaule et c’est d’ici même qu’il partit pour barrer la route de César. La manœuvre était hasardeuse et se termina mal : Vercingétorix dut se réfugier à Alésia, où il fut assiégé pendant deux mois par Jules César et ses légions. Le grand chef gaulois ne put être secouru par les renforts, pourtant arrivés en masse. En effet, lors du siège, les Romains avaient fortifié leurs positions aussi bien vers l’avant que vers l’arrière, déjouant ainsi le plan de sauvetage des Gaulois ! La bataille fut effroyable et dura 4 jours. C’était en -52 avant Jésus-Christ. La Gaule venait de tomber et elle allait laisser place au monde gallo-romain. Hélas, les Gaulois n’ayant laissé aucune trace écrite, nous ne pouvons que nous rapporter aux récits de Jules César, dans sa célèbre « Guerre des Gaules ». Et comme « ce bon vieux Jules » a omis de situer précisément le lieu de cette célèbre bataille d’Alésia, sa localisation reste incertaine et alimente toujours de nombreuses théories et querelles d’archéologues ! Je reçois pour la première fois la direction du groupe lors de la longue montée vers le sommet du mont Beuvray. Serge en profite pour nous faire son exposé sur « l’économie rurale et l’exploitation des ressources naturelles du Morvan, anciennes et actuelles ». Il a un don absolument extraordinaire pour présenter un sujet, on se régale chaque fois ! Quand il prend la parole, nous nous sentons comme des enfants réunis à la veillée autour d’un conteur, prêts à nous ravir de l’histoire du jour. Il ne manque à cette ambiance que la petite touche de magie du feu brûlant dans l’âtre.

Aujourd’hui, il nous abreuve de maints détails sur la vie des galvachers (des charretiers paysans) et sur celle des nourrices morvandelles, réputées être de bonnes allaitantes, qui apportèrent leurs services dès le XIXe siècle, soit en accueillant chez elles des enfants placés par l’Assistance publique, soit en travaillant à domicile chez de riches familles parisiennes. Nos titulaires remarquant ma manie de compter régulièrement mes participants, réussirent malgré tout à s’arranger pour me faire perdre Jean-François, qui joua à merveille la mission reçue, à savoir s’arrêter et se faire oublier juste avant l’arrivée au sommet ! Dans ces cas-là, c’est la capacité de réaction du leader qui est évaluée. La vue du sommet est remarquable. Et l’endroit du premier bivouac également, il sera de loin mon préféré de tout ce périple. Jouxtant la fontaine Saint-Pierre, une fontaine ancestrale aménagée en bassins, c’est aussi le lieu parfait pour un petit bain bien mérité, car la journée fut longue, sous une chaleur hors norme et ponctuée par une petite pointe dans la dernière montée. Cet effort laisse des traces, surtout que je porte un sac à dos de 13 kg (pesé au retour en Belgique). En guise d’apéro, pendant que nos maigres pitances, composées en grande partie de nourritures liophylisées, se réchauffent, nous recevons notre premier débriefing. À une centaine de mètres de la fontaine, un banc public perdu au milieu des herbes folles nous offre une vue assez dégagée vers les reliefs à l’ouest... et sur un splendide coucher de soleil. Nous sommes plusieurs à y terminer la soirée. Nuit sans histoire et reposante, un bref instant interrompue par des fêtards (la route déparCrédit photographique : Laurent Vancayzeele

28


tementale rejoignant le sommet du mont Beuvray étant toute proche) ! Jeudi, nous nous mettons en route vers l’autre point culminant du parc naturel régional du Morvan : Le Haut Folin. Ce n’est pour moi qu’une forêt sans point de vue intéressant, où pullulent moustiques et autres insectes. En fin d’après-midi, un de nos points de passages fut l’occasion, pour la plupart d’entre nous, d’une nouvelle petite trempette dans le vaste étang de Préperny. Le lieu de bivouac fut aussi le plus désolant de ce trip : un trou à insectes où coulait un maigre filet d’eau nécessaire à la préparation de nos repas, au remplissage des gourdes, et accessoirement à un petit brin de toilette improvisé. En soirée, comme la veille, Dominique et Alain analysent et commentent la journée. Les qualités et les erreurs sont attribuées aux différents stagiaires ayant guidé ce jour-là. Parfois les critiques sont sévères et les dents grincent... Ce soir-là, ce furent les miennes en particulier, mais le métier rentre. Malheureusement, l’endroit fut le cadre d’un incident notable et bien réel celui-là : Damien s’est sérieusement entaillé un doigt en manipulant son Opinel ! Ce fut l’occasion pour Alain de sortir et d’utiliser son imposante pharmacie de randonnée. Ma coéquipière et moi dormant sous tarp, contrairement aux autres qui logent sous tente, la concentration d’insectes m’inquiète. Et alors que je redoutais une invasion nocturne organisée en escadrilles et vagues d’assaut successives, ce fut finalement une nuit comme les autres, la disparition du soleil ayant pour effet de calmer fortement l’activité des bestioles en tout genre. Le vendredi, troisième jour de marche, je suis ce matin le premier à guider le groupe et j’ai bien présentes à l’esprit les critiques constructives reçues la veille au débriefing. Je n’aurai d’ailleurs de cesse de les utiliser tout au long de mon encadrement ! Après une heure de marche, Damien nous présente le chat sauvage. En fin de matinée, la guidance est transmise aux environs de Arleuf, lors de la traversée d’une route importante. Nous suivons ensuite une jolie et agréable voie vicinale désaffectée. Le village suivant est celui de Athez, un point de passage imposé. Ici comme ailleurs, en ces jours caniculaires, nous sommes confrontés au problème de ravitaillement en eau. À cette occasion, j’ai l’impression qu’un tiers seulement des habitations du Morvan sont occupées. Heureusement, nous trouvons à Athez un adorable couple qui a la gentillesse de remplir nos 18 gourdes ! À la sortie du village, nous atteignons les premiers contreforts d’une vaste colline boisée de 5 km sur 2, nommée le mont Robert. Nous y dormirons ce soir, mais nous savons que le lendemain il sera le lieu où nous en découdrons avec la fameuse course d’orientation. Nous y pensons de plus en plus, à force que la journée s’avance. Nous suivons un GR qui longe le pied de cette colline, en légère montée, d’une beauté remarquable. Des murets anciens nous indiquent le cheminement. Le sentier n’est pas nouveau et des balises particulières nous apprennent qu’il s’agit d’une des voies vers Saint-Jacques-de-Compostelle (celle qui part de Vézelay). Nous atteignons

29

ensuite les « Roches de Velée », un petit massif non entretenu où l’on pratiquait jadis l’escalade, situé 200 m plus bas que le sommet de la colline. Après un habituel dîner frugal, nous avons plus d’une heure pour réviser nos nœuds, en prévision de l’épreuve, dont ignorons toujours le timing. Pendant ce temps, Alain et Dominique partent en repérage dans cette Roche de Velée. Nous y recevrons dans la foulée un cours de rappel des techniques d’encordement de randonnée. La chaleur est suffocante et malheureusement nos gourdes sont restées près des sacs. Pour moi, il s’agit du moment où nous avons eu le plus chaud de tout le séjour, même si nous étions principalement à l’ombre. Et il y a de quoi : il faisait 38 ° à l’ombre à 16 h et j’ai appris plus tard que ce fut le jour le plus chaud de l’été ! Damien n’a décidément pas de chance. Après s’être coupé le doigt la veille, voici qu’il casse ses lunettes pendant le cours ! Ce n’est certainement pas l’idéal pour les deux heures de lecture de carte qui nous attendent le lendemain pendant la course d’orientation. Je repense avec ironie au premier cours que nous avions reçu sur ce thème de l’encordement, dans le bois derrière les parois d’escalade de Beez, fin mars, en pleine tempête. Dans les deux cas, j’ai terminé le cours totalement trempé ! Vers 16 h, nous sortons de la forêt et rejoignons une petite route de campagne, dans le village de Velée. Le sentier longe une maison. Nous tentons notre chance pour un nouveau remplissage de gourdes, alors que le précédent avait été fait à peine 4 heures plus tôt ! Un couple très âgé eut la gentillesse de nous laisser remplir notre ribambelle de gourdes au robinet de leur cuisine, tout en nous précisant que leur eau était captée directement dans la colline et qu’ils la traitaient eux-mêmes. Nous les remercions longuement et reprenons notre cheminement. Nous devons maintenant suivre un bout de route pendant 500 m, avant de grimper sur notre droite, un raidillon de 1,5 km, dans la forêt du mont Robert, au sommet duquel nous chercherons un lieu de bivouac. Suivre cette brève bande de tarmac s’apparente vite à marcher sur un radiateur bouillant. Arrivés au pied du raidillon, l’incorruptibilité légendaire et la sagesse remarquable de nos deux valeureux titulaires Alain et Dominique furent mises à très rude épreuve devant les rumeurs insistantes, colportées par le couple âgé, certifiant qu’un café ouvert se trouverait dans le village de Vaumignon à 700 m de là ! Soirée sans histoire, veillée d’armes, qui fut sans doute la plus chaude du trek ! C’est juste tropical... La tension monte. L’important test d’orientation est pour le lendemain matin. Jean-François se plaint de la qualité de son eau. En effet, elle est infecte... Et il est le seul à avoir ce problème. Au jeu des suppositions, je privilégie celle disant que le matériau de sa poche à eau a réagi avec les produits que le couple âgé utilise pour assainir son eau. Nous dormons tous assez mal à cause de la chaleur excessive, et peut-être aussi du stress... Et voici le grand jour. La tension monte d’un cran, car la réussite de ce test est cruciale. Le test d’orientation est évidemment placé à la fin du séjour, de manière à intégrer certains facteurs inhérents à la pratique de la randonnée : la fatigue, le stress, le chrono qui tourne... et certainement la chaleur ! Tout ceci étant censé « simuler » des conditions réelles, telles que de se retrouver en fin de journée avec un groupe de clients et de ne pas trouver un refuge proche, tandis que la nuit tombe et que les gens commencent à râler.


Crédit photographique : François Lambert

Voici le déroulement de ce test : nous partons toutes les 5 minutes pour un parcours où nous devons trouver 9 balises uniquement grâce aux coordonnées UTM (elles ont été placées au petit matin par Alain, alors que nous dormions encore). Mais il y a une nouveauté et une pression supplémentaire par rapport aux tests précédents. Auparavant, le report des coordonnées sur la carte se réalisait hors chrono, alors que cette fois le chrono tournera déjà ! Le temps de parcours idéal est fixé à 1 h 40 et il permet d’obtenir la note parfaite de 20/20. Par rapport à ce temps de référence, 1 point est retiré par tranche de 6 minutes de retard. Et c’est parti ! Je reçois mes 9 coordonnées à 8 h 55 et un bon quart d’heure me sera nécessaire pour les reporter. Alain et Dominique vérifient à tour de rôle nos cartes et nos 9 points. À 9 h 10, quand je m’élance, la chaleur est déjà un problème. Dans ce genre d’exercice, où l’endurance, la clairvoyance et la lecture de terrain sont des éléments prépondérants, la plus grande confiance en soi, acquise après une balise facilement trouvée, peut faire place en quelques minutes à un sentiment de profond découragement face à une balise introuvable... et inversement ! La première balise est posée tout au pied de ce fameux raidillon monté la veille ! Soit 150 m plus bas que notre point de bivouac, et 300 m plus bas que le point culminant de la colline, que je devrai rejoindre un peu plus tard pour la balise 4 ! Après avoir pesté de longues minutes sur cette première balise, je m’en sors plutôt bien par la suite, je suis dans un bon jour. On se croise et se recroise avec les autres stagiaires, en fonction de nos différents trajets. Je ne peux m’empêcher de repenser à cet article paru dans Ardennes & Alpes n° 178, fin 2013, qui décrivait le test qu’avaient connu les initiateurs rando cette année-là dans les Cévennes. Cet article fut à l’époque une de mes grandes motivations pour m’inscrire à cette formation ! Il y a presque deux ans donc que cet article me trotte en tête, et aussi longtemps que je me demande comment je m’en sortirai le jour venu. La chance me sourit, je trouve toutes les balises et passe la ligne d’arrivée avec un bon chrono : 1 h 56 ! Mais à ce petit jeu-là, c’est bien sûr Laurent qui termine premier ! Ses excellentes qualités en orientation (ainsi qu’en faune et flore) ne sont plus un secret pour nous depuis bien longtemps. Respect ! Un 18/20 bien mérité lui sera attribué pour cette épreuve. J’ai par contre bien du mal à me réjouir de ma propre réussite, deux d’entre nous n’ayant pas obtenu la moitié... Le temps de récupérer un peu et de nous réhydrater, car l’effort a été violent, nous sortons de la forêt pour nous planter au beau milieu du premier hameau rencontré, le Chéset, juste au-dessus de Roussillon-en-Morvan. Le village semble abandonné, aucune porte ne s’ouvre à nous... C’est problématique pour notre ravitaillement en eau, mais nous finirons par utiliser un robinet extérieur jouxtant une maison ! Deux heures plus tard, à la sortie de Roussillon-en-Morvan, nous réalisons un nouveau (oui, encore !) ravitaillement en eau... cette fois au robinet du cimetière communal ! La journée continua sans histoire, nous faisant passer dans le plus bel endroit de ce périple, les gorges de la Canche, qui sont absolument splendides. Jean-François choisira intelligemment de nous y présenter son sujet sur les écrevisses à pattes blanches (pour rappel, le moment

où nous intervenons pour faire notre exposé doit avoir un rapport avec ledit sujet). Pour ma part, j’attendrai le sommet des gorges une heure plus tard, au barrage de la Canche, pour présenter le mien, sur le parc naturel du Morvan : son historique, son fonctionnement, son utilité, ses labels... et ses nombreux plans d’eau bien sûr ! Arrivée vers 18 h au point de bivouac, endroit fort agréable, à flanc de colline. Un peu plus loin coule un petit ruisseau dans lequel Damien nous préparera une petite retenue d’eau, pour nous faire profiter d’un bain de pied royal ! Pendant ce temps, Dominique et Alain préparent le test de nœuds, qui se déroule donc scandaleusement à l’heure de l’apéro ! C’est une épreuve que nous avons eu tout le loisir de répéter pendant une heure la veille et qu’on pourrait qualifier de « facile » dans des conditions normales..., mais qui fut malgré tout ratée par deux d’entre nous, ce qui est désolant. Il faut dire que nous sommes à la fin du séjour et surtout à la fin d’une longue et chaude journée. Il y avait une accumulation de fatigue évidente, mais aussi du stress, car sous les yeux inquisiteurs des titulaires qui examinent tous les détails de l’élaboration des nœuds, on peut perdre une partie de son aisance ! La dernière nuit se déroula sans histoire et, le lendemain, nous étions de retour au gîte en 3 heures, en prenant malgré tout le temps de faire un détour par le sommet de Roches de Glenne, colline juchée à 560 m d’altitude, d’où l’on profite de vastes panoramas sur la région environnante tout en foulant les vestiges d’un château féodal ! Après un dernier dîner au gîte, nous recevons les commentaires du débriefing final. Bon nombre d’entre nous ont déjà l’esprit tourné vers les cinq journées de stage prévues cet été, ainsi que vers les examens théoriques de septembre. L’ambiance est détendue et des plus conviviales. Ainsi se termine le périple des 7 (autoproclamés) « Morveux » en Morvan !

30


VIE DE LA BIBLIOTHÈQUE

n io it is u q c a e ll e v u No Jean Hermans offre un bon livre : Parois de légendes

Alain Purnode

Stéphanie Bodet et Arnaud Petit, éditions Glénat, Grenoble, 2011 Stéphanie et Arnaud sont grimpeurs professionnels, conseillers techniques et conférenciers. Ils ont conçu cet ouvrage pour présenter des voies d’escalade libre de plusieurs longueurs sur quelques-uns des plus beaux sites du monde. Escalades récentes et bien équipées, itinéraires sur coinceurs, voies historiques ou voies typées montagne, hautes de quatre longueurs ou de trente longueurs, la sélection est très éclectique et témoigne du parcours personnel des auteurs. Voici la liste des pays où ils ont gravi des parois : Italie, Suisse, France, Espagne, Maroc, Algérie, Mali, Namibie, Madagascar, Jordanie, Turquie, Canada, États-Unis, Mexique, Brésil, Chili, Pakistan et Venezuela.

L e CA B

bibliothèque royale enrichit les collections de la

Alain Purnode

Grâce à l’amabilité de bon nombre de lecteurs attentifs qui répondent aux appels lancés, notre bibliothèque reçoit régulièrement des livres et revues dont la montagne est le centre d’intérêt. Parmi ces ouvrages figurent en bonne place les revues et les bulletins édités par le Club Alpin Belge avant la parution d’Ardennes & Alpes, et plusieurs sont doubles.

C’est la raison pour laquelle un contact a été pris avec la Bibliothèque royale de Belgique (Albertine) en vue de compléter leurs collections. La liste des ouvrages en leur possession indique une absence totale de tous les bulletins et revues antérieurs à l’année 1997, correspondant au numéro 107 d’Ardennes & Alpes. À partir du numéro 107 de janvier 1997 et jusqu’à ce jour, un exemplaire de chaque livraison d’Ardennes & Alpes est systématiquement envoyé au service du dépôt légal de la Bibliothèque royale et il est disponible à la consultation. Nous tentons donc de reconstituer à partir des doubles une seconde collection destinée à rejoindre l’institution officielle. Actuellement, nous avons pu réunir tous les bulletins et revues édités par le CAB de la période de 1935 à 1996. Plusieurs bulletins portant sur les années 1925 à 1935 manquent et bien entendu aussi les rarissimes bulletins formant trois tomes édités en 1886, 1893 et 1905. De cette manière, nous répondrons non seulement aux prescriptions légales en matière de dépôt légal, mais nous aurons la satisfaction de savoir qu’une seconde collection sera conservée dans les meilleures conditions et accessible aux chercheurs et aux lecteurs dans un lieu privilégié. Encore un grand merci aux généreux donateurs.

31


VIE DE LA BIBLIOTHÈQUE

s e u v e r s e d e ir a m m So Les Alpes (CAS) – novembre 2015 – Randonnées à skis sur la presqu’île de Troll en Islande – Le comité central du CAS critique envers les restrictions disproportionnées du Parc Adula – Une Vreneli méconnue – raquettes et luge avec vue sur le Lauberhorn – Le film de montagne suisse au musée alpin – À l’assaut des parois du Cirque of the Towers dans l’État du Wyoming – Le réchauffement climatique a de plus en plus de répercussions sur l’accès aux cabanes – Photographies à 100 ans d’intervalle au mont Rose – L’intégrale du Wagital – à skis et en raquettes dans ce cirque montagneux schwyzois LES ALPES (CAS) – décembre 2015 – Courses à skis : Le Pic Chaussy dans les Préalpes vaudoises – Courses en raquettes : Du lac Noir à la Berra, entre Schwarzee et la Gruyère – Sécurité : Jamais sous une autre cordée en cascade de glace – Sciences : Les effets de la haute altitude sont peut-être sous-estimés – Art : Alexander Curtius, sculpteur grison de bois d’avalanche LES ALPES (CAS) – janvier 2016 – Suggestions de courses : Fameuse, la neige de Vals, course à skis au Frunthorn Le sensei du Mount Rishiri, à skis sur les pentes du volcan – Sécurité : Avalanche Training Centers en vogue – A chaud : Etre la star de son propre film : de l’impact des caméras embarquées sur les sports de montagne en vogue – Montagne et environnement : Le renouveau des fibres naturelles : les fabricants parient de nouveau sur la laine – Vie en montagne : La plus haute femme du 19è siècle : Fanny Bullock Workman, une pionnière de l’himalayisme au caractère bien trempé LA MONTAGNE & ALPINISME – 4-2015 – décembre 2015, janvier, février 2016 – Entretien : Ned Bouadjar et le défi des Seven Summits – Livres entretien : Mike Horn, vouloir toucher les étoiles – Entretien montagne : J.P. Tribout, 30 ans pour un degré – Sciences : Climat et montagne – Découverte : Raid à ski autour du Vignemale – Montagnes d’ailleurs : La montagne à Tahiti VERTICAL n° 55 – juillet-août 2015 – Dossier : Aiguille du Midi : 60 ans d’alpinisme et de téléphérique Des comtes à dormir debout Alpinistes et entrepreneurs La montagne à portée de main Bons plans au Plan Le téléphérique brise la glace – Voies à (re)découvrir – Punta civetta : voie Andrich-Faé

Alain Purnode

– Droites, Éperon Tournier intégral (cirque d’Argentière) – Pisón, Pyrénées, Mallos de Riglas, via Alberto Rabada – Hannibal Turm, Oberland, Conquest of Paradise VERTICAL n° 56 – septembre-octobre-novembre 2015 – Quelques courses : Civetta – Cervin – Eiger – Dossier : Fitz Roy Chalten, géant des tempêtes La découverte du bout du monde Une première mouvementée Le premier super couloir L’esprit Patagonia Afanassief et Casarotto, les derniers pionniers Les voies Mate, Porro, y todo lo Demas – Groenland : Rendez-vous en terre inconnue ; exploration du Scorbysund – Face Nord des Drus : Le Couloir, retour sur une première – Courses : Dolomites, Cima dei Lastei et Écrins : Ailefroide occidentale GR Sentiers n° 208 – automne 2015 – D’Angleur à Esneux par le GR 57 (17,4 km) – Le Tyrol préservé – Rencontre avec Claire Cath Colette : « Compostelle, la saveur du chemin’ » – Hommages aux baliseurs basques – Dans les forêts d’Oignies-en-Thiérache – Rando au pays des mille collines (lac Kivu) – Le grand tour de Belgique par le GR (1 690 km en 75 jours et 8 randonnées) – L’automne des champignons GR Sentiers n°209 – hiver 2016 – Topo GR 153 (Hautes-Fagnes) – Randos liégeoises et hainuyères – Les Auberges de Jeunesse – La Sarre Insolite – 12 000 km sur la route de la soie – Sur le GR 5 belge en 1966… – Dans les montagnes du Liban – Entre Wamme et Lhomme – Le Mont Viso – Le Corse d’Est en Ouest – Les quatre saisons – 100 km pour CAP48 – Nivelles – Braine-le-Comte : entre deux gares – RAVel, 20 ans déjà – Chouette hulotte – Patrimoine en Luxembourg ALPES MAGAZINE n°156 – décembre 2015-janvier 2016 – Alpes d’ici : petits villages et grand massif – Rencontre : Hugues Chardonnet, la foi qui déplace les montagnes – Dossier : Tarentaise hors les pistes – Dormillouse : L’hiver isole du monde – Alpes d’ailleurs : Suisse : Mürren, au service de Sa Majesté – Cimes des Alpes : La Sambuy, jardin féérique – Randonnées : Beaufortain, initiation au plaisir

32


VIE DE LA FÉDÉ

Chronique du CA Marianne Coupatez

Assurance Nos affiliés étaient assurés par AG Insurance, mais cette compagnie a résilié notre contrat à la date du 31 décembre 2015. Toutes les possibilités ont été explorées pour retrouver un partenaire vous offrant une assurance adaptée à vos activités. C’est la proposition de la société ARENA qui a été retenue et c’est elle qui vous assure depuis le 1er janvier de cette année 2016. Découvrez ce nouveau contrat sur notre site Internet www.clubalpin.be.

Calendrier des activités Vous aurez peut-être déjà découvert que le calendrier des activités de la fédé et de nos clubs se trouve maintenant sur notre site Internet plutôt que dans cette revue. Quel progrès ! Enfin, nous pourrons disposer d’un calendrier perpétuellement actualisé. Consultez-le fréquemment, sous l’onglet « Activités » de notre site Internet www.clubalpin.be.

Budget 2016 Un énorme travail a été réalisé par le Conseil d’Administration, et en particulier Jean, son trésorier, et l’équipe professionnelle guidée par Geoffroy, pour établir un budget 2016 en équilibre malgré une diminution importante de subsides en 2015. Le CAB tenait à conserver la qualité de ses services et à poursuivre son développement malgré les restrictions financières. Ce fût un exercice difficile, mais réussi.

Ce budget sera présenté à l’Assemblée Générale le 4 mars prochain.

Evolution de l’équipe professionnelle Geoffroy et son équipe professionnelle de gestion du CAB ont travaillé avec énergie sur une meilleure répartition des missions de chacun et une évolution de l’organigramme. Nous espérons ainsi être encore mieux capables de répondre à vos attentes.

Haut Niveau L’équipe de compétition d’escalade belge nous a ramené l’année dernière un nombre impressionnant de médailles, d’or, d’argent et de bronze, se plaçant ainsi parmi les meilleurs teams. Ces résultats formidables ont été fêtés le 28 novembre 2015 dans la jeune salle BeBlock à Jambes, en présence de notre Ministre du Sport et au grand plaisir des participants. Vous pouvez d’ailleurs lire à ce sujet le compte-rendu par Geoffroy de la manifestation dans les pages de ce présent numéro. Ce fut aussi l’occasion pour le CA de se pencher sur la politique « Haut Niveau » du CAB en vue de soutenir au mieux nos athlètes même en cette période de diminution des subsides.

Formations L’adaptation des formations à la réforme de l’enseignement supérieur, dite de Bologne, s’est poursuivie par la finalisation de la filière « animateurs ». L’on s’est ensuite penché sur l’évolution des recyclages.

INFO

Des membres

vous proposent…

Un de nos membres, Francis Rouly, propose une grande traversée du Dolpo-Mustang à la période de la mi-septembre à mi-octobre 2016, pour une durée de 30 jours. Renseignements : Francis Rouly – 071/.65.20.01

33


ANNONCES DES CLUBS

CA B

Bruxelles-Brabant

rs, 252 – 1190 Bruxelles : 02/343.54.00 – Av des Sept-Bonnie Président : Yves Raymaekers – Tél. 22.77.79 – eric.thille@gmail.com Secrétaire : Eric Thille – Tél. : 02/5 de la section du Brabant est toujours consultable sur le site club du ités activ des me ram La dernière mise à jour du prog http://www.cabbrabant.com. tronique le programme s désirez recevoir par courrier élec vou Si ». ités activ des ve bien inscrite nda age re vous que votre adresse mail se trou Allez voir à « Activités » ou « Not club et de la fédération, assurezdu ns atio ifest man les et ités mensuel des activ etariat@clubalpin.be chier membre de la fédération. secr dans votre fiche personnelle du fi

Réduction de 10 % pour tous les membres du CAB-B de moins de 25 ans !

CAMP FÉDÉRAL D’ALPINISME 2016 Tu aimes la montagne, les sommets agissent sur toi tel un aimant, ton piolet et tes crampons s’impatientent, alors inscristoi cet été au camp fédéral d’alpinisme ! Il aura lieu à la Bérarde, dans le massif des Écrins, du 10 au 23 juillet 2016. Ce massif encore bien préservé, offre une multitude de possibilités de courses en neige ou en rocher. Barre des Écrins, Meije, Pelvoux, Dibona, l’Ailefroide et les Bans ne sont que quelques exemples parmi bien d’autres possibilités. Les clubs Bruxelles-Brabant et NamurLuxembourg sont les organisateurs de l’activité, mais elle est ouverte à tout membre du CAB. Conditions d’admission : 1. Être capable d’évoluer en totale autonomie en haute montagne dans des courses en neige, glace et rocher de difficulté moyenne (minimum PD, PD+). 2. Être membre du Club Alpin Belge, en ordre de cotisation. Un membre d’une association/fédération avec laquelle le CAB a des accords de réciprocité peut également demander à pouvoir participer. 3. Avoir 18 ans minimum 4. À l’inscription, fournir une liste de 10 courses réalisées en tête de cordée ou en réversible dans les différentes disciplines (neige et rocher). Une première évaluation du niveau des compétences du candidat sera effectuée sur base de cette liste. Les trois premiers jours seront encadrés par Quentin Delavignette, guide de haute montagne, et consacrés à l’évaluation des participants dans les différentes disciplines (neige, glace, rocher). Ces 3 journées sont obligatoires. Le choix des courses sera ensuite laissé à votre propre appréciation. Elles seront réalisées sans l’encadrement du guide, mais avec son accord. À cette fin, il sera très régulièrement présent sur place pour vous apporter ses conseils et suggestions. Informations pratiques : Logement au choix des participants : camping, gîte « Le Chamois », hôtel… Nombre maximum de participants : 15 PAF : 299,00 € (certains clubs octroient une réduction de 25 % aux jeunes de moins de 30 ans. Renseignez-vous auprès de votre club.) Ce montant couvre les 3 journées d’encadrement avec un guide de haute montagne en début du séjour et ses conseils techniques et avisés lors des réunions de briefing et débriefing. La PAF ne comprend pas les déplacements, le logement, les repas, les nuitées et repas en refuge. Date limite d’inscription : 15 juin 2015. Pour tout renseignement complémentaire, s’adresser à : – Éric Thille – eric.thille@gmail.com – 02/522.77.79 – 0495/15.86.59 (après 17 h 00) – Jean-François Delvigne – jf.delvigne@gmail.com – 0494/43.62.53 – Quentin Delavignette – info@delavignette.com – +33.6.23.76.22.27 / +33.476.80.30.37

34


CA B

Hainaut

ues, 16 – 5030 Gembloux 0486/25.19.39 – rue de l’Entrée Jacq Président : Luc Chevalier – Tél. : om bre sans oublier Secrétaire : secretcabh@hotmail.c compétences de membre à mem qui privilégie la transmission des el ionn rité. érat sécu en rgén et inte me club ryth un son est à Le CAB Hainaut : chacun progresse e à des stages. Notre philosophie stamment les formations plus poussées, grâc de notre club. Nous y tenons con club, n’hésitez pas à visiter le site été e ont notr s ant nou cern qui con ités ns activ atio s form velle Pour d’avantage d’in récentes ainsi que les nou plus les ns catio ifi mod les avec , notre programme d’activités à jour s. http://www.cabhainaut.org. de ce numéro d’Ardennes & Alpe communiquées depuis la parution 204770464/ vous pouvez nous s://www.facebook.com/groups/73 http lien le ant des grands suiv en ; k boo la passion des larges horizons et Le CAB-Hainaut est aussi sur Face activités, … Bref, vivre avec nous des oser prop s, nce érie exp vos retrouver, échanger espaces. A très bientôt.

Le CAB Hainaut est un club transgénérationnel qui privilégie la transmission des compétences de membre à membre sans oublier des formations plus poussées grâce à des stages. Notre philosophie : chacun progresse à son rythme et en sécurité. Pour davantage d’informations concernant notre club, n’hésitez pas à visiter le site de notre club. Nous y tenons constamment notre programme d’activités à jour, avec les modifications les plus récentes ainsi que les nouvelles activités qui nous ont été communiquées depuis la parution de ce numéro d’Ardennes & Alpes : www.cabhainaut.org. Le CAB Hainaut est aussi sur Facebook, à l’adresse www.facebook.com/groups/73204770464/ : vous pouvez nous retrouver, échanger vos expériences, proposer des activités..., bref, vivre avec nous la passion des larges horizons et des grands espaces. À très bientôt.

STAGE D’ESCALADE – PRINTEMPS 2016 Ce stage est organisé par le Club Alpin Belge du Hainaut (CAB Hainaut) dans les rochers belges. Il s’adresse aux membres « Club Alpin » du CAB, ainsi qu’aux membres du CAB ayant une autre affiliation que « Club Alpin » Dates : 16, 17, 30 avril et 1er mai 2016, de 10 h à 13 h et de 14 h à 17 h ; les lieux de rendez-vous seront communiqués ultérieurement. Âge minimum : 14 ans. Les débutants sont les bienvenus. Encadrement : initiateurs ADEPS et grimpeurs expérimentés de la section, supervisés par un moniteur ADEPS (niveau 2). Un moniteur pour 3 stagiaires maximum. Renseignements : Joceline Büki – 071/47.28.83 en soirée – 0494/82.61.14 – bukij@hotmail.com.

STAGE « ACTIVITÉS EN HAUTE MONTAGNE » Ce stage a pour but de vous initier ou de vous confirmer dans la plupart des activités liées à la haute montagne. Nous vous proposons un module « initiation courses en haute montagne » avec ascension d’un sommet si la météo le permet. Encadrement : les cinq journées d’activités « haute montagne » seront encadrées par un guide de haute montagne. Nous vous proposons également un « Mont-Blanc multi pass », d’une durée de 7 jours consécutifs, vous donnant accès à tous les sites de la Compagnie du Mont-Blanc (l’Aiguille du Midi, les Grands Montets, la Mer de Glace, le domaine de Balme, etc.). Le séjour se déroulera aux Houches, petit village très proche de Chamonix, du 3 au 13 juillet 2016. Les journées durant lesquelles vous ne serez pas sous encadrement d’un guide de haute montagne seront considérées comme un rassemblement et donc, selon la législation en vigueur, il s’agira de journées « non encadrées ». Le stage devra impérativement comprendre 6 participants. Si ce quota n’est pas atteint, le stage sera annulé. Date limite d’inscription : 1er juin 2016. Renseignements : Philippe Vandeveld – philippe.vandeveld@gmail.com – 0476/48.05.88.

35


CA B

Liège

l.com /44.26.79, moniteuralpinisme@gmai Wallonie, 6 – 4000 Liège – Tél. : 0496 de i Qua – it Dew re Pier : t iden Prés oo.be Tél. : 0495/25.12.78, debaleon@v Houlbouse, 33 – 4400 Flémalle – Secrétaire : Léon Debacker – Rue – activites@cabliege.org : Virginie Halleux – 0472/56.32.71 Renseignements et inscriptions – jodylaoureux@gmail.com ureux (GHM) : +33(0)6 24 42.15.96 book ! Pour les activités avec Jody Lao e :org ainsi que sur notre page Face e sur notre site web : www.cablieg lign en ent lem éga sont ités activ Toutes nos

LES DANGERS DE LA MONTAGNE – CODE A03 Date : mercredi 17 février 2016. Lieu : local, à 18 h 30

SÉJOUR RAQUETTES À TRAVERS LE HAUT JURA – CODE RR02 Dates : du 20 au 27 février 2016. Lieu : Haut-Jura français et suisse

STAGE A.S.N.E. (A.E.) – CODE E02 Date : dimanche 28 février 2016. Lieu : Marche-les-Dames, rendez-vous à 10 h 00.

PRÉPARATION D’UNE COURSE – CODE A04 Date : mercredi 3 février 2016. Lieu : local, à 18 h 30.

RAID À SKI (EN AUTONOMIE) – CODE SR04 Dates : du 3 au 6 mars 2016. Lieu : Maurienne (France). Encadrement par un guide.

PERFECTIONNEMENT À L’ESCALADE EN COULOIRS DE NEIGE ET GOULOTTES – CODE A05 (AE) Dates : 12 et 13 mars 2016. Lieu : Vosges (Hohneck)

STAGE A.S.N.E. (A.E.) – CODE E03 Date : dimanche 13 mars 2016. Lieu : Marche-les-Dames, rendez-vous à 10 h 00.

NIVOLOGIE 1 (TRANSFORMATION DE LA NEIGE) – CODE A06 Date : mercredi 17 mars 2016. Lieu : local, à 18 h 30.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU CLUB ALPIN BELGE DE LIÈGE Date : 18 mars 2016. Lieu : à définir.

SKI DE RANDO – CODE SR05 Dates : du 17 au 20 mars 2016. Lieu : Wildstrubel (Suisse)

20 KM DE SERAING – CODE R04 Date : 20 mars 2016 à 9 h 30. Lieu : rue Mont Chéra 40, à Seraing.

STAGE A.S.N.E. (A.E.) – CODE E04 Date : dimanche 27 mars 2016. Lieu : Marche-les-Dames, rendez-vous à 10 h 00.

SKI DE RANDO-RAID – CODE SR06 Dates : du 28 mars au 2 avril 2016. Lieu : Dolomites (Italie)

36


NIVOLOGIE 2 (LES AVALANCHES) – CODE A07 Date : mercredi 31 mars 2016. Lieu : local, à 18 h 30.

RAID À SKI – CODE SR07 Dates : du 3 au 8 avril 2016. Lieu : de Chamonix à Zermatt.

VIA FERRATA DE NINANE – CODE VF01 Date : 9 avril 2016 à 9 h 30. Renseignements : Daniel Gobin – 0495/75.96.58

STAGE A.S.N.E. (A.E.) – CODE E05 Date : dimanche 10 avril 2016. Lieu : Marche-les-Dames, rendez-vous à 10 h 00.

RAID À SKI – CODE SR08 Dates : du 10 au 15 avril 2016. Lieu : Pralognan-la-Vanoise.

LA MÉTÉO – CODE A08 Date : 14 avril 2016. Lieu : local, à 18 h 30.

STAGE A.S.N.E. (A.E.) – CODE E06 Date : 23 avril 2016. Lieu : Marche-les-Dames, rendez-vous à 10 h 00.

INITIATION À L’ESCALADE DE COULOIRS DE NEIGE DANS LES ÉCRINS (COMBEYNOT) – CODE A09… (AE) Dates : 23 et 24 avril 2016. Lieu : les Écrins.

INITIATION À L’ESCALADE EN FALAISE (AE) – CODE E07 Date : 24 avril 2016. Lieu : rochers de Beez, rendez-vous sur le parking à 9 h 45. Nombre de participants : 8 maximum.

RAID À SKI – CODE SR09 Dates : du 30 avril au 1er mai 2016. Lieu : Val d’Isère.

RAID À SKI – CODE SR10 Dates : du 5 au 8 mai 2016. Lieu : Saas-Fee.

STAGE A.S.N.E. (A.E.) – CODE E07 Date : dimanche 8 mai 2016. Lieu : Marche-les-Dames, rendez-vous à 10 h 00.

JOURNÉE PORTES OUVERTES DU CLUB ALPIN BELGE DE LIÈGE Date : 21 mai 2016 de 10 h 00 à 18 h 00. Lieu : carrière de Chockier, 4400 Flémalle.

ESCALADE GRANDES VOIES PRESLES – CODE E08 Dates : du 26 au 28 mai 2015. Lieu : Vercors.

MARCHE SY-LIÈGE – CODE R05 Date : 29 mai 2016. Lieu : gare d’Angleur, à 6 h 00.

STAGE A.S.N.E. (A.E.) – CODE E09 Date : dimanche 29 mai 2016. Lieu : Marche-les-Dames, rendez-vous à 10 h 00.

37


Namur Luxembourg

CA B

Namur – Luxembour g

– president.cabnamlux@gmail.com – Rue des Viaux, 27 – 5100 Jambes Président : Jean-François Delvigne 8.89 – renard.agnes@gmail.com e, 12 – 5100 Jambes – Tél. : 081/31.0 lenn Wel de Bois – 6. ard Ren ès Agn Secrétaire : du Club Alpin Belge créée en 193 la Section Namur-Luxembourg de issu est urg mbo uxe ur-L Le Club Alpin Belge Nam ment bénévole. etés, Il en a gardé le caractère foncière érimentés, dont des moniteurs brev e la camaraderie et où les plus exp sorties d’escalade sur les rochers prim où es ontr renc de e form la t Nos activités prennen le dimanche pour des expérience. Nous nous retrouvons s regorgent d’infinies possibilités. Des ateliers techniques transmettent leur passion et leur ince prov x deu nos es uell pour lesq Les périodes de vacances et les belges et/ou pour des randonnées notamment en termes de sécurité. es, sanc nais con les ski de randonnée, et même îchir rafra de permettent également frontières : escalade, randonnée, d’alpinistes en Oisans nos de hors r ade s’év de n asio l’occ week-ends prolongés sont aussi s les Calanques, un rassemblement ée, nous organisons un séjour dan ue : Horizon Vertical. des expéditions, etc. Chaque ann Rev – e lux.b t. Site Web : www.cabnam et un stage d’escalade au 15 aoû

PROGRAMME DE LA SAISON 2016 DU GROUPE NEIGE ET MONTAGNE Le groupe Neige et Montagne est ouvert à tous les membres d’un club affilié au CAB intéressés par le ski de rando sous toutes ses formes. Les sorties sont généralement de courte durée (2, 3 ou 4 jours), principalement dans les Alpes, mais aussi dans les Vosges, la Forêt-Noire et parfois beaucoup plus loin. L’imagination et l’enthousiasme des participants et organisateurs sont les seules limites à ce jour. Le niveau nécessaire est en général décrit dans le résumé fait par l’organisateur : de relativement débutant à très engagé. Sauf exception, le minimum requis est de pouvoir skier correctement dans toutes les formes de neige de la meilleure poudreuse à la plus pourrie des neiges dégelées, regelées et bien entendu avoir une bonne condition physique. Pour vous inscrire : rien de plus simple, un mail à l’organisateur avec copie à Marc Vanden Haute – vandenhautemarc@skynet.be. Attention : le nombre d’inscriptions est limité. Du 20 au 22 février 2016 À définir (Grand-Saint-Bernard, Cab Barraud, Simplon ?) : courses PD, S3max, 1 000 m D+ max, à la journée en fonction des conditions. Ce programme peut être soumis à modification. Renseignements : Jean-Marc – jmdunstheimer@skynet.be. 20, 21, 22 février 2016 La sortie est classique en étoile sur 3 jours. L’hébergement est une maison au centre du village de Liddes quelques kilomètres avant le tunnel du Grand-Saint-Bernard. Courses éventuelles : Tour de Bavon, Val d’Arpette, Ferret, ski de piste, etc. Nombre de participants : de 6 à 8 personnes maximum. Renseignements : Albert Zapalla – bertoalpi@gmail.com. Du 26 au 28 février 2016 Engstliegenalp-Lämmernhütte. PD+, S4 max / glacier. Nombre de participants : 8 personnes maximum. Renseignements : Léon Gramme – leon.gramme@gmail.com. Du 25 au 28 mars 2016 Traversée Sud-Nord du massif de Belledonne. Bons skieurs alpins (S4 à certains endroits) et très bonne condition physique exigés. Et même ceux-là peuvent s’entraîner… ☺ Renseignements : Laurent Toisoul – +32.(0)497/41.03.06 – laurent.toisoul@gmail.com. 5-6 mars 2016 Week-end « sec ». On laisse la voiture en Suisse (7 h de route) et on dort en Italie. Course relativement facile, beau temps réservé. Nombre de participants : 8 personnes maximum. Renseignements : Luc Bontemps – luc.bontemps@skynet.be. 12, 13 mars 2016 Deux équipes. Une de garçons (8 places maximum) et une de filles (aussi 8 places maximum). Un jour à Lenk et le lendemain à Zweisimmen, dans l’Oberland bernois, en Suisse bien entendu. En jours effectifs de ski, il n’y en a que 2, mais il faut impérativement être là le vendredi en début de soirée pour les inscriptions. Date limite d’inscription : 14 février 2016. Renseignements : Jean-Marc Dickes – jeanmarc.dickes@gmail.com. Du 12 au 19 mars 2016 Monterosa Freeride. Aussi pour les skieurs « pur piste ». Séjour en montagne, sorties en étoile. Lieu : Monterosa Freeride Paradise. Hébergement : Refuge Gabiet à 2 375 m d’altitude, accès en télécabine. Nombre de participants : 4 à 10 personnes maximum. Héliski avec guide : pourquoi pas ? Inscription : avant le 1er décembre 2015, le refuge est très prisé. Renseignements : daria.jezierska@skynet.be – 0472/62.72.00.

38


Du 18 au 20 mars 2016 Mont Pourri. Raid itinérant de 3 jours, engagé, refuges non gardés, terrain glaciaire complexe (alpinisme). Bonne condition physique. Nombre de participants : maximum 4 personnes. Renseignements : Cyprien Vogels – cc.vogels@gmail.com. Du 2 au 4 avril 2016 Raid 3 jours. Un mix de ski et d’alpinisme entre Valais et Val d’Aoste. Pour bons skieurs alpinistes avec expérience de courses similaires. Nombre de participants : maximum 6 personnes. Renseignements : Benoit Henry – benoit.henry@woodnd.be. Du 8 au 10 avril 2016 Weisskugel (Autriche) par l’arête Sud. Randonnée longue et en partie glacière. BSA pour les arêtes finales. Nombre de participants : maximum 8 personnes. Renseignement : Marc Vanden Haute – vandenhautemarc@skynet.be. Du 5 au 8 mai 2016 Dans un lieu à définir au cours de l’hiver. Quatre jours en étoiles PD+, AD -, BSA (arêtes finales). Nombre de participants : maximum 8. Renseignements : Katrin Karlsson et Didier Wolf – katrin@skynet.be.

PROGRAMME ÉTÉ 2016 – NAMUR-LUXEMBOURG Ces stages sont accessibles à tous les membres du CAB en règle de cotisation. Encadrement : Quentin Delavignette : info@delavignette.com. Stage « Autonomie en haute montagne » Nombre de personnes : 6 personnes par guide maximum. Lieu : massifs des Écrins – La Bérarde. Dates : du dimanche 3 (soir) au samedi 9 juillet 2016 (après-midi). Logement : Centre Alpin Belge « Le Chamois ». Niveau requis : expérience élémentaire de montagne et condition physique raisonnable. Inscription et paiement : avant le 1er juin 2016 Rencontre d’alpinistes (rassemblement) : de l’initiation au perfectionnement Lieu : massif des Écrins – La Bérarde. Dates : 5, 6, 7 jours, du 14 au 20 juillet 2016 Logement : Centre Alpin Belge « Le Chamois ». Inscription et paiement : avant le 1er juin 2016. Perfectionnement à l’alpinisme Nombre de participants : 5 personnes par guide maximum. Lieu : massif des Écrins (La Bérarde). Logement : Centre Alpin Belge « Le Chamois ». Dates : du dimanche 31 juillet (soir) au samedi 6 août 2016 (après-midi). Niveau requis : autonomie dans des courses de niveau AD en rocher et PD en neige/glace/mixte, bonne condition physique. Acceptation sur base d’une liste de courses réalisées en tête ou réversible (5 courses en rocher/5 courses en neige/glace/mixte). NOUVEAUTÉ : possibilité de logement et nourriture en gestion libre (en refuge et en vallée). Inscription et paiement : avant le 1er juin 2016. Matériel technique nécessaire : matériel technique d’alpinisme et tenue vestimentaire adaptée. Stage « Granit » Participants : groupe de 5 personnes par guide maximum. Dates : du dimanche 21 (soir) au vendredi 26 août 2016 (après-midi). Lieu : massif des Écrins – La Bérarde. Logement : Centre Alpin Belge « Le Chamois ». Niveau requis : 5/5+ en second minimum, condition physique raisonnable. Inscription et paiement : avant le 1er juin 2016. Matériel technique nécessaire : matériel d’escalade en grande voie, tenue vestimentaire adaptée. Prêt de matériel technique possible. À savoir, pour toutes les activités proposées : Encadrement : Quentin Delavignette guide de haute montagne (UIAGM). Inscription : au moyen du formulaire à télécharger sur le site du CAB Namur-Luxembourg, « namur.clubalpin.be » – www.cabnamlux.be, dûment complété et renvoyé à : Chantal Ghyse-Detry, rue de la Maladrée, 37 – 5030 Gembloux, ou par email : ghyse.detry@skynet.be ou lechamois.cab@hotmail.com. Centre Alpin Belge « Le Chamois » : La Bérarde, 38520 St-Christophe-en-Oisans – +33.4.76.79.05.64. Pour tout renseignement : Chantal Ghyse-Detry – + 32(0)81/61.25.41 ou +32(0)494/10.81.27 – ghyse.detry@skynet.be ou lechamois.cab@hotmail.com. Remarque : pour une prise de contact, des réponses à vos questions, pour du covoiturage éventuel, etc., une réunion est prévue le vendredi 3 juin à 20 h 00 au CAB, avenue Albert 1er, 129 à 5000 Namur.

39


A Tout es Allures rdination : Deny Dufrane – Lez-Walcourt – Encadrement et coo sallures.be – Grand Rue, 28 Bis – 6440 Boussu/61.84.63 – Courriel : info@atoute 0472 : nts eme eign rens et s Info – t Culo rie Valé Secrétariat et trésorerie : l e – Facebook : A Toutes Allures Asb cordes) Site Internet : www.atoutesallures.b tif de Beaumont. (10 m de haut, 7 salle d’escalade au complexe spor la oite expl qui de cala d’es club A Toutes allures ASBL est un

Cours : Débuter ou se perfectionner en milieu vertical. L’objectif du cours est l’autonomie et la sécurité ! Le vendredi de 17 h 00 à 18 h 30 : de 4 à 10 ans Le vendredi de 18 h 30 à 20 h 00 : de 11 à … ans Le samedi de 9 h 00 à 10 h30 : de 4 à 10 ans A Toutes allures, c’est aussi : des anniversaires sportifs, des stages : escalade, multisports, langues, artistiques, …

Alpin) CR A (Centr e Routier re ssée de l’Herbatte, 93 – 1300 Wav Président : Guy Carbonnelle – chau s, 1 – 1630 Linkebeek : 0497/36.30.50 – avenue des Villa Secrétaire : Nicolas Fostier – Tél. ://www.centreroutieralpin.be http : rnet m – Site inte Courriel : secretariatCRA@gmail.co

Le Centre Routier Alpin (CRA) est créé en 1956. Il était le fruit du regroupement de plusieurs Clans Scouts (Gembloux, Schaerbeek et Uccle). Après des hauts et des bas, il a repris vigueur en 1993. Issu de la philosophie et de la pédagogie des scouts de l’époque, il en a gardé le mode de fonctionnement. C’est à travers l’exigence de notre sport que les jeunes apprennent l’autonomie, la responsabilité et l’engagement, en respectant le rythme de chacun. Les aînés transmettent leurs connaissances aux plus jeunes et il est plus question de collaboration que de compétition dans l’approche de la pratique.

Notre collaboration avec le Club Alpin Belge, et plus particulièrement avec le Club du Brabant, ne date pas d’hier. Nous avons remodelé notre structure pour pouvoir répondre aux critères de la Fédération CAB, qui nous a accueillis en tant que Club en 2010. Des cours en salles, des sorties à la journée, des week-ends, des camps écoles sont organisés tout au long de l’année pour arriver doucement à l’autonomie en falaise. Le CRA par des jeunes et pour des jeunes qui souhaitent vivre et partager la passion de la verticalité.

CAMPS Camp de mai Dates et lieu : à déterminer. Contact : Diego Najarro – 0479/59.76.27 – secretariatcra@gmail.com

Camp du Caroux Dates : du 1er au 14 juillet 2016. Contact : secrétariat CRA (Nicolas Fostier) – 0497/36.30.50 – secretariatcra@gmail.com

LES SORTIES MENSUELLES Compétition fun et amicale et souper entre membres et ex-membres Date : février 2016 (jour à déterminer). Contact : Diego Najarro – 0479/59.76.27 – secretariatcra@gmail.com

Sortie falaise Date : 24 avril 2016, toute la journée. Lieu : Freÿr. Contact : Fanny Candaele – 0474/06.17.18 – secretariatcra@gmail.com

COURS D’ESCALADE Tous les vendredis de 17 h 30 à 19 h 30 à la salle New Rock. Contact : Diego Najarro – 0479/59.76.27 – secretariatcra@gmail.com

40


er ghem Ecole d’Escalade d’Aud 75.17.60 – new.rock@skynet.be –

Auderghem – Tél. : 02/6 Chaussée de Watermael, 136 – 1160

site : www.newrockescalade.be

Présidente : Rouserez Annick

Entr e Ciel et Terr e e

jm@entrecieletterre.b – 010/45.64.76 – 0478/34.60.26 – Direction : Jean-Marc De Laever – 1348 Louvain-la-Neuve Siège social : Place des Sports, 1 – Site : www.entrecieletterre.be Courriel : info@entrecieletterre.be

STAGE MI-TEMPS Dates : du 08/02 au 12/02/16. Lieu : salle Entre Ciel et Terre, Louvain-la-Neuve. Inscription : obligatoire. Contact : info@entrecieletterre.be – 010/45.64.76

Escal’pades e.raucq@escalpades.eu de Mersch, 20 – 6700 Arlon – serg Président : Serge Raucq – Avenue u – sandrine.piedboeuf@escalpades.e Secrétaire : Sandrine Piedboeuf

FORMATION À L’ESCALADE ARTIFICIELLE EN BELGIQUE Dates : les samedis 12 et 19/03/16 de 10 à 18 h 00. Contact : Christophe Lehner (moniteur d’escalade) – 0477/46.88.91 – christophe.lehner@escalpades.eu

AUTONOMIE EN GRANDES VOIES ÉQUIPÉES EN BELGIQUE Dates : les dimanches 13 et 20/03/2016 de 10 à 18 h 00. Contact : Christophe Lehner (moniteur d’escalade) – 0477/46.88.91 – christophe.lehner@escalpades.eu

FORMATION À L’ESCALADE SUR COINCEURS EN BELGIQUE Dates : les samedis 16, 23 et 30/04/2016 de 10 à 18 h 00. Contact : Christophe Lehner (moniteur d’escalade) – 0477/46.88.91 – christophe.lehner@escalpades.eu

ESCALADE À « EL CHORRO » Dates : du samedi 13/02 au samedi 20/02/2016. Lieu : Andalousie. Contact : Christophe Lehner (moniteur d’escalade) – 0477/46.88.91 – christophe.lehner@escalpades.eu

ESCALADE À « BADEN-BADEN » Dates : du jeudi 5/05 au dimanche 8/05/2016, week-end de l’Ascension. Lieu : Forêt-Noire, Allemagne. Contact : Christophe Lehner (moniteur d’escalade) – 0477/46.88.91 – christophe.lehner@escalpades.eu

41


AUTONOMIE EN « TRAD » SUR COINCEURS Dates : du mercredi 29/06 au dimanche 3/07/2016. Lieu : dans la Pfalz, Allemagne. Contact : Christophe Lehner (moniteur d’escalade) – 0477/46.88.91 – christophe.lehner@escalpades.eu

AUTONOMIE EN GRANDES VOIES Dates : du samedi 9/07 au samedi 16/07/2016. Lieux : Cerces et Briançonnais, France. Contact : Christophe Lehner (moniteur d’escalade) – 0477/46.88.91 – christophe.lehner@escalpades.eu

ESCALADE ET CATAMARAN Dates : du samedi 24/09 au samedi 1/10/2016. Lieu : Calanques, France. Contact : Christophe Lehner (moniteur d’escalade) – 0477/46.88.91 – christophe.lehner@escalpades.eu

RANDONNÉE INSOLITE Dates : du samedi 26/03 au mercredi 30/03/2016. Lieu : Calanques, France. Contact : Christophe Lehner (moniteur d’escalade) – 0477/46.88.91 – christophe.lehner@escalpades.eu

ESK Ilibre m 0477/45.55.46 – eskilibre@hotmail.co Administrateurs : Patrick Kienen : Jean de Macar : 0476/71.81.36 peu fraîche l’hiver avec son léger Semi-ouverte, agréable l’été, un . rand -le-G Orp à de cala d’es déjà et 12 cordes maintenant ! ESKIlibre, une nouvelle salle Elle grandira chaque année. Un an es. cord 10 t, hau de m 7 e, jeun manteau. Toute déménage… de haut, 7 m d’avancée… 45°… ça NOUVEAU DEVERS ! Sept mètres rie & Patrick Kienen. Un encadrement passionné. Valé

Évolution Ver ticale ticale.be /41.03.06 – laurent@evolutionver Président : Laurent Toisoul – 0497 e.be /99.25.64 – patrick@evolutionvertical Secrétaire : Patrick Gillotay – 0476 internet www.evolutionverticale.be o ses activités, surfez sur notre site ettes, cascade de glace, ski de rand Pour plus d’infos sur notre club et g, via ferrata, randonnée, rando raqu onin cany se, falai e, nism alpi : me Au program

Soirée culturelle : « Alaska, the last frontier » Projection du film relatant les aventures de nos quatre alpinistes qui ont eu du fil à retordre avec le Denali (6 194 m) en mai dernier (cf. article paru dans A&A 185), mais qui ressortent grandis de cette expérience extraordinaire. Dates et lieux : 5 mars 2016, Mons (Salle Face Nord) 22 avril 2016, Namur (Salle Lizée) 26 mai 2016, Liège (lieu à définir)

Ne manquez pas la bande-annonce et les détails sur la page Facebook d’Évolution verticale !

42


Ski de rando – stage initiation/perfectionnement pour adultes Au programme : révision des techniques de progression et de sécurité le premier jour, courses en étoiles ensuite visant à perfectionner votre niveau. Référence, dates et lieu : SKI16-1 – du 27 février au 1er mars 2016, Beaufortin (France).

Escalade en falaise – stage pour tous – second de cordée/premier de cordée/AnimSNE Dates et lieux : J1 : dimanche 20 mars 2016, Beez J2 : dimanche 3 avril 2016, Les Awirs J3 : dimanche 17 avril 2016, Sy (Vignoble) J4 : dimanche 1er mai 2016, Comblain-au-Pont/Comblain-la-Tour J5-J6-J7 : samedi 14, dimanche 15 et lundi 16 mai 2016, week-end à Bleau J8 : dimanche 29 mai, Grands-Malades J9-J10 : samedi 25 et dimanche 26 juin, week-end à Freÿr

Canyoning – Stages clubs – perfectionnements, autonomie Références, dates et lieux : CAN16-1 – du 21 au 24 juillet 2016, Tessin (Suisse) CAN16-2 – du 21 au 27 août 2016, Pyrénées (France) Plus d’infos sur notre site Internet www.evolutionverticale.be – laurent@evolutionverticale.be

Grimpe CLT Président : Steven Van Erps : Defechereux Pascal Responsable gestion journalière www.grimpeclt.be 214.01.42 – info@grimpeclt.be – Bureau : Maertens Valentine – 086/

43


RandoCool Président : Filippo Dal Maso Secrétaire : Jean-Louis Pauwels – jl.pauwels@randocool.be e – J.-L. Pauwels – 0495/67.54.47 ol.b oco rand am@ n.ad – 1 06.6 Contacts : N. Adam – 0477/92.

SER AC inisme Club asbl Seraing Escalade Randonnée Alp laposte.net : 0498/50.11.77 – andre.lamberty@ Président : André Lamberty – Tél. l.com mai ix@g GSM : 0498/56.64.65 – jp2lacro Secrétaire : Jean-Paul Lacroix – mail.com ix@g rons, 85 – 4100 Seraing – jp2.lacro Nouveau siège social : rue des Lise dans « les activités des clubs ». nisées en plus de celles prévues De nombreuses activités seront orga be rac. sur le site du club www.lese Vous découvrirez ces suppléments activités de votre club, Pour plus de détails sur toutes les 1@gmail.com /86.46.30 (après 18 h 00) – domi305 0477 – ls contacter Dominique Wie be rac. lese ww. ://w http : site Courriel : le.serac@laposte.net –

y Stone Climbing Factor 76.72 pottercoach@gmail.com – 0475/57. cias, 21 – 1950 Kraainem – chrisde Aca des rue r, otte Dep phe isto /41.81.11 Président : Chr iane_depotter@hotmail.com – 0472 J-P Verbeyst, 22 – 1090 Jette – vinc Secrétaire : Depotter Vinciane, rue

Zone Evasion – spiroux@zoneevasion.be Président : José Feron (Spiroux) ion.be Secrétaire : secretariat@zoneevas

C’est une ambiance familiale et conviviale, un moment de détente, pour découvrir l’escalade, pour s’évader, pour organiser des anniversaires et autres événements. C’est aussi une équipe dynamique et sympathique qui encadre petits et grands et vous accueille les vendredis de 20 h 00 à 22 h 00 et les dimanches de 14 h 00 à 18 h 00. Où nous trouver ? Chaussée de la Gare, 1A à 5080 Rhisnes Nous contacter : 0498/42.53.66 – secretariat@zoneevasion.be S’informer sur notre club sur notre site : http://www.zoneevasion.be/ et notre page Facebook : https://www.facebook.com/ZoneEvasionEscalade

44


COTISATIONS

nouveautés Af filiation – Cotisations, les Vous trouverez toutes les informations pour vous affilier à un de nos clubs sur notre site Internet : www.clubalpin.be.

Tarif 2015-2016 Le montant des cotisations varie suivant l’âge et les sports pratiqués.

Activités

Questionnez votre mutue lle. Certaines in dans le monterviennent tant des cotisation s. Envoyez le fo rmulaire/ mutuelle à v o tre club et pas à la fé dération en joignant une enveloppe adressée et timbrée.

Membres « Club Alpin » : L’assurance couvre, dans le monde entier, l’ensemble des activités sportives telles que décrites dans le contrat (escalade en salle ou à l’extérieur,, alpinisme, randonnée, ski sous toutes ses formes sauf le saut, ice-climbing, canyoning, spéléologie, léologie …)) Membres « Bel-Rando » et « sympathisants » : spécialement pour nos randonneurs ou ceux qui s’affilient ou restent affiliés au CAB par sympathie : l’assurance couvre la randonnée dans le Benelux et jusqu’à 30 km autour des frontières Membres « Bel-Indoor » : spécialement pour nos grimpeurs sur structures artificielles d’escalade (salles d’escalade)

Age Antérieurement, il y avait trois catégories suivant l’âge des membres affiliés « Club Alpin ». La catégorie « jeune adulte » (18 à 24 ans) a disparu, mais, en contrepartie, la plupart d’entre eux peuvent désormais bénéficier du tarif « junior ». Découvrez nos tarifs simplifiés sur notre site Internet : www.clubalpin.be\membres\tarifs

Comment s’affilier ? Pour vous affilier à un cercle de la fédération francophone d’escalade, d’alpinisme et de randonnée, dénommée Club Alpin Belge (en abrégé CAB), consultez notre site Internet : www.clubalpin.be/Membres/Comment Il vous suffit de : – payer la cotisation ; – si vous êtes un nouveau membre, compléter et envoyer le formulaire d’inscription ; – et envoyer un certificat médical lorsque celui-ci est obligatoire : pour les membres « Club Alpin », pour toute nouvelle affiliation et ensuite tous les deux ans, et pour les membres « Bel-Indoor » participant aux compétitions nationales ou internationales. Vous trouverez les informations complémentaires pour nous inscrire au club de votre choix sur notre site Internet.

Période d’affiliation A l’origine, tous les membres du CAB étaient affiliés du 1er janvier au 31 décembre. Depuis quelques années, chaque club avait la possibilité de choisir, pour l’ensemble de ses membres, l’affiliation par année civile ou par année scolaire (du 1er septembre au 31 août). Depuis le 1er septembre 2015, cette possibilité est offerte à chaque affilié qui, par défaut, bénéficiera d’office de la période d’affiliation la plus favorable. Quelques clubs qui souhaitent inscrire leurs activités dans un projet annuel conserveront cependant une seule période d’affiliation (voir les détails sur notre site Internet : www.clubalpin.be Carte Votre carte de membre vous sera envoyée dès réception du paiement, du certificat médical lorsqu’il est obligatoire et du formulaire d’inscription pour les nouveaux membres. Accueil fédération Les lundis, mercredis et vendredis de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 16 h 30. Avenue Albert Ier, 129 à 5000 Namur – Tél. : 081/23 43 20 – fax : 081/22 30 63 – secretariat@clubalpin.be CLUB ALPIN BELGE® Fédération sportive reconnue par la Communauté française de Belgique Av. Albert 1er, 129 à 5000 Namur – Tél. : 081/23 43 20 – Fax : 081/22 30 63

1

Certifi cat médical à envoyer à la fédération : av. Albert 1 , 129 à 5000 Namur er

Le Docteur en Médecine : (nom du médecin) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Atteste que : Nom du membre : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C.P. : . . . . . . . . . . . Localité : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Date de naissance : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél. : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GSM : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E-mail : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Sexe2 :

F

/

M

Profession : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Nationalité : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Club : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S’est soumis(e) à une visite médicale en vue de la pratique des activités du Club Alpin Belge® (randonnée, escalade, alpinisme, canyoning). Fait à : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Avant de le remettre à son médecin pour signature, le membre est prié de bien vouloir remplir totalement ce certificat qui servira également à mettre notre fichier des membres à jour et ce, même si vous êtes déjà un ancien membre. 2

Barrer la mention inutile et entourer le bon choix (pour éviter les équivoques dans notre fichier comme Dominique, Camille, …)

45

Signature et cachet


Bon de Commande Bon de commande à envoyer au Club Alpin Belge, fédération francophone d’escalade, d’alpinisme et de randonnée ASBL Avenue Albert 1er, 129 – 5000 Namur

Nom : ........................................................................................ Prénom : .................................................................................................. Adresse : ................................................................................. CP : ................. Localité : ......................................................................... Tél. – GSM : ......................................................................................................... Email : .......................................................................... ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............ ............

x : Topo Awirs (édité en FR) : temporairement épuisé x : Topo Grimper à Beez (édité en FR) : 6 € ........................................................................................................... x : Topo-guide des rochers de Corphalie (édité en FR) : 8 € .............................................................................. x : Topo Durnal (NL-FR) : 9,50 € .............................................................................................................................. x : Topo Freÿr (édité en FR) : 30 € ........................................................................................................................... x : Topo Hotton (édité en NL) : 9 € ......................................................................................................................... x : Topo Plain des Fosses – Escalade en Basse-Lesse (édité en FR) : 8 € .......................................................... x : Topo Mozet (édité en NL) : 16 € ......................................................................................................................... x : Topo Yvoir – Paradou (édité en NL) : 9 € .......................................................................................................... x : Topo Marche-les-Dames (édité en NL) : 18 € ................................................................................................... x : Topo Pont-à-Lesse (édité en NL) : 12 € ............................................................................................................. x : Topo Comblain-la-Tour (bilingue FR-NL) : 9 € ................................................................................................. x : Les Andes, guide d’alpinisme : 30 € ................................................................................................................. x : Les Andes, guide de trekking : 25 € .................................................................................................................. x : Mémento Montagne été : Nouvelle édition (édité en FR) : 10 € (uniquement disponible pour les membres ayant suivi une formation CAB) ............................................... x : Mont-Blanc et Aiguilles Rouges à ski : 30 € ..................................................................................................... x : Double ascension à l’Everest : 15 € ................................................................................................................... x : 60 ans d’alpinisme, folie ou passion ? : 2 € ....................................................................................................... x : Petit lexique toponymique des Rochers et des Voies d’escalade de Wallonie : 30 € ................................. x : Il était une fois une fée au pays de la grimpe – Chloé Graftiaux (ANGLAIS)1 : 25 € ................................... x : DVD Des hommes sur la montagne : 15 € ........................................................................................................ x : Guide des promenades en Brabant Wallon : 19,95 € ...................................................................................... x : En quête de plus grand : 22,00 € ......................................................................................................................

1 À venir chercher au siège de la Fédération : avenue Albert Ier, 129 – 5000 Namur (ne sera pas expédié).

Également disponible via le site de Chloé Graftiaux Passion Together : http://www.chloegraftiaux.com/ ?p=381

Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :....................

€ € € € € € € € € € € € €

Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :.................... Soit :....................

€ € € € € € € € €

Frais de port : ................... € Total : ................... €

Frais de port : – de 1 à 3 exp. hors Freÿr : 3 € – Freÿr seul : 5 € – pour 1 Toponymie des Rochers : 9 € – de 1 à 3 exp. + Freÿr : 8 € – + de 3 exp. : 8 € No compte sur lequel effectuer le paiement : IBAN : BE43 0682 3368 0101 – BIC : GKCCBEBB Communication du paiement : nom, prénom + « topos » La commande sera expédiée à l’adresse mentionnée sur le bon de commande dès réception du paiement sur le compte du CAB.

Boutique du CAB


*Changez pour Béal Change for Béal : Esprit Libre Conception visuel : lenaturographe.fr

*Sois logique

Be logic

Mousqueton de sécurité automatique

TWIN AUTO BELAY Mousqueton de sécurité automatique sûr, rapide et facile à manipuler. Il bénéficie du concept TWIN GATE, un système de sécurité révolutionnaire. Il est remarquablement simple et se manipule d’une seule main. L’ouverture volontaire est quasiment impossible et le risque de blocage du système de verrouillage est supprimé (Brevet Grivel/Simond). Résistance grand axe 3 000 kg.

www.beal-planet.com


TIKKA ® XP Exploratrice astucieuse, illumine vos aventures.

TIKKA XP est idéale pour les activités outdoor nécessitant des déplacements rapides. Multifaisceau, compacte et simple d’utilisation, elle est dotée de la technologie CONSTANT LIGHTING qui garantit un éclairage constant dans la durée. Puissance : 180 lumens. www.petzl.com

Profile for Club Alpin Belge

Ardennes & Alpes n°187  

revue trimestrielle du Club Alpin Belge - 1er trimestre 2016

Ardennes & Alpes n°187  

revue trimestrielle du Club Alpin Belge - 1er trimestre 2016

Profile for cabsecret
Advertisement