Issuu on Google+

pr og r amme janv i e r - jui n 2 013 s ai nt- P aul


édito Bonérez ané zot tout (malgré y tonm in pé tar) Si vous saviez, public réunionnais le nombre de projets de qualité que nos artistes nous préparent. Si vous saviez à quel point, malgré le contexte économique défavorable, le besoin de s’exprimer, de se questioner, de nous questioner est présent. Si vous saviez à quel point il est difficile pour nous autres, responsables de lieux de creation et de diffusion, d’être confrontés à la necessité de faire des choix. Il est pourtant bon de constater que la crise économique n’est pas celle de l’imaginaire. Avec le projet BEKALI, soutenu par le TCO, les trois scènes implantées sur le territoire de l’Ouest, se sont regroupées pour mieux oeuvrer au développement culturel de celui ci, avec plus de cohérence, de solidarité d’implication partagée dans le soutien aux projets de création. Cette mise en commun de nos moyens et de nos réflexions se poursuit et ouvrira d’autres formes de

2

partenariat, rendant plus performant le fonctionnement de nos structures. Si nou mét ansanm nou lé pli for. Nous poursuivons notre politique d’aide aux companies par des coproductions et des accueils en résidence de création. Conscients des difficultés que rencontrent de nombreuses personnes pour accéder aux salles de spectacle, nous continuerons à décentraliser notre programmation. Nous démarrons donc cette année 2013 avec des propositions qui restent dans l’esprit de celles qui nous ont fait jusqu’ici gagner votre confiance. Des artistes confirmés, des talents émergents, des conférences, du cinéma (documentaires et films à thèmes). Nous remercions tous les partenaires qui continuent à nous accompagner dans notre projet. Lés rouvér nout zié, nout zoreil, nout léspri, nout lanvi, pou nout kér i niabou partaz sat i nouri a li.


ACTION CULTURELLE L’art nous permet de transcender nos émotions. Il ne faut pas avoir peur de se laisser submerger. Faire le pas dans un théâtre, y être accompagné grâce à l’éducation artistique et culturelle, au partage des connaissances, au mélange des genres et des opinions permet d’ouvrir les yeux sur le monde qui nous entoure et développer un esprit critique. Distance et ouverture qui nous donnent la force de militer contre les injustices, pour des causes à visées humaines. Prendre le temps de discuter avec l’Autre et ses différences.

Nou lé la pou zot tout’. Léspas sé in landrwa pou tout domoun. Kiswa zén, vié, travayér, somér, zartis, confirmé konm débitan, timid, kasér lé kui, tout koulér, tout rolizion, nou aspér a zot. Malgré nou lé simp, na fé omié po don a zot lo méyér kalité. Léspas nana la mizik, téat, la dans, formasyon, cinéma, konférans…. Nou la bézwin a zot pou nou mét an lér la kiltir la Rénion

3


l au tP

Le Kabardock / Le Port Léspas Leconte de Lisle / Saint-Paul Le Séchoir / Saint-Leu

Le

ch

oi

r

/

Sa

in

tL

tr

eu

oi

s-

ba

ss

in

s

sp

as

Le

co

nt

e

de

L i sl

e

/

Sa

Le

in

La

Ka

ba

Po

rd

ss

oc

k

e ss

/

io

n

Le

Po

rt

Scènes de l’Ouest en mouvement

4

Depuis deux ans, trois salles de l’Ouest définissent ensemble les contours d’une nouvelle collaboration. Soutenues dans leur démarche par le TCO et l’ensemble des partenaires publics, ces scènes « en mouvement » souhaitent faire converger leurs projets dans une approche résolument territoriale. S’adresser ensemble au public de la Côte Ouest, soutenir les artistes réunionnais, mutualiser les moyens, s’enrichir des complémentarités tout en établissant des convergences… Tels sont les enjeux de Bekali, projet culturel en construction. En voici les grandes lignes.


Trois événements phares Leu Tempo festival en mai à St-Leu : arts de la rue, cirque, arts de la parole Festival Tam Tam en octobre à St-Paul : marionnettes et théâtre d’objet Danses et Docks en novembre au Port : danses et musiques urbaines

Le soutien à la création Choix collégial, coproduction, accueils en résidence, soutien logistique de trois projets par an. Projets déjà identifiés pour 2013 : Reflex de la Cie Soul City et Trois Tambours, un lion de Constellation

Des concerts coréalisés Une diffusion de territoire Diffusion concertée sur le territoire du TCO des trois projets artistiques accueillis en résidences. Diffusion à l’année de spectacles dans ou hors les murs sur les 5 communes du TCO.

Un travail sur la mobilité des publics Lors des créations Bekali ou des festivals, possibilité de prise en charge des transports pour les publics scolaires ou associatifs.

L’accessibilité et la sensibilisation Programmation jeune public en temps scolaire à retrouver dans les 3 salles. Ateliers de sensibilisation mis en place autour des spectacles Bekali.

La mutualisation des moyens Partage d’une grande partie du parc matériel de chaque salle lors des festivals ou opérations spécifiques. Spectacles de l’extérieur partagés entre les 3 salles sur les événements forts.

Trois grands concerts coréalisés dans l’année par les trois salles : mutualisation des moyens financiers, techniques, humains et de communication. • Sporto Kantes + Para One + Psychorigid + Karl Hungus en avril au Port. • The Abyssinians + Clinton Fearon + Rouge Reggae en juin la Ravine St-Leu. • Concert en cours de programmation à St-Paul au 2nd semestre 2013.

Des liens de communication Liens de communication dans les programmes de saison, sur les sites internet, dans les newsletters, les affichages, etc. 

La fidélisation des publics et tarifs Réflexions en cours, en lien avec le TCO, sur la création d’une « Carte Bekali », regroupant les trois salles et offrant au public des tarifs préférentiels sur l’ensemble des trois programmations. Tarifs et billetterie communs sur les opérations coréalisées.

5


Résidences Tout au long de l’année, Léspas Leconte De Lisle accompagne la création réunionnaise en offrant aux artistes un lieu et des conditions de travail nécessaires à l’aboutissement de leurs projets. Au premier semestre de cette année, nous avons le plaisir d’accueillir en résidence six projets passionnants.

Soul City - Reflex Didier Boutiana et sa compagnie préparent avec le soutien de Békali leur prochain spectacle, à voir à Léspas le 26 février (voir p. 12)

Constellation - Trois Tambours, un Lion A partie d’images tirées des films de Jean Rouch, réalisateur et ethnologue amoureux de l’Afrique, et merveilleux fondateur de l’anthropologie visuelle, l’artiste électronique Labelle compose une bande son poétique pour un cinéconcert original.

L’Alpaca Rose - Accordéovox Alexis Palazzotto et Mélanie Prochasson poursuivent leur travail sur ce spectacle musical poétique autour la relation qu’un accordéoniste entretient avec son instrument.

Les pieds sur terre - Dans l’axe Pascal Villeneuve et Jordi Puigoriol ont fondé une nouvelle compagnie à La Réunion, Les pieds sur terre. Leur première création, mise en scène par Luc Rosello, réinvente la discipline du porté acrobatique dans un spectacle de cirque catapulté dans un atelier de menuiserie, entre tréteaux, planches et rondins.

Schtrokbèn Cette compagnie de théâtre de rue travaille sur deux créations en lien avec l’histoire : une première inspirée des théâtres forains et de leur esthétique baroque (The Schtrockbèn Picture Show), et un second sur l’esclavage, logiquement intitulé Lésklavaz !

Nadjani Danse Compagnie - Lilith Nadjani Bullin propose une relecture féministe et chorégraphique de la Genèse.

6


0262 34 31 38 www.lesechoir.com


LES CONFERENCES Les amis de l’Université Diego Garcia : importante base militaire américaine au cœur de l’océan Indien par André Oraison (professeur en droit international à l’Université) Mercredi 20 février à 18h15

La Révolution française et l’espace Caraïbes au siècle des Lumières d’Alejo Carpentier, par Jean-Pierre Paute (maître de conférences à l’Université de Montpellier III) Mercredi 17 avril à 18h15

L’humanité au pluriel : la génétique et la question des races, par Bertrand Jordan (directeur émérite de recherche au CNRS) Mercredii 27 février à 18h15

Beauté du visage et souplesse articulaire : la révolution du Self Regenerin, par le Dr. Christian Muenier (spécialiste en esthétique) et le Dr Marc Stiénon (radiologue) Mercredi 15 mai à 18h15

La fabrication créole des saints par Jacqueline Andoche (maître de conférences en anthropologie à l’Université) Mecredi 13 mars à 18h15 La conscience, la justice et le droit par Darma Seethanen (docteur en physique vice-président du Conseil de la culture) Mercredi 20 mars à 18h15

8

Surprenants lézards, par Nicole Crestey (professeure de SVT) et Gaëtan Hoarau (photographe de nature) Mercredi 3 avril à 18h15

Les troubles respiratoires au cours du sommeil par le Dr Marc Di Francia (pneumologue) Mercredi 29 mai à 18h15 L’évolution du transport aérien mondial et les incidences pour La Réunion par Hélène HO (Consultante, ancienne commerciale à Air France et ancienne responsable des ventes à Air Austral) Mercredi 12 juin à 18h15


DOCUMENTAIRES MUSIQUE

Projections musicales !

Nous sommes heureux de poursuivre cette année encore notre partenariat avec la Lanterne Magique, qui nous déniche chaque mois un documentaire musical rare et précieux : Prélude au sommeil Gilles Weinzaepflen Mercredi 13 Février 2013 - 20h Ali Farka Touré : Ça coule de source Henri Lecomte & Yves Billon Mercredi 13 Mars 2013 - 20h Zao David-Pierre Fila Mercredi 17 Avril 2013 - 20h Lou Reed’s Berlin Mercredi 15 Mai 2013 - 20h Santinèl mon péi Yann Lucas & Chanteur de l’ombre Yann Lucas Mercredi 19 Juin 2013 - 20h

9


Danse Jeudi 14 février 20h tarif e Compagnie X-Press Direction artistique : Abderzak Houmi Interprétation : Abderzak Houmi, Anna Coudré Chanteuse : Najoi Bel Hadj Création lumière et régie générale : Jean Marie Lelièvre

© Benjamin Dubuis

Alifat Mat Résistance !

A voir également les 8 et 9 février au Séchoir, à Piton Saint-Leu.

10

« Alifat mat » (ce qui est passé est mort). Ce proverbe arabe, Abderzak Houmi a souvent entendu les anciens le répéter. Si la formule fataliste a peut-être aidé les immigrés maghrébins à oublier, n’a-t-elle pas aussi bâillonné la mémoire ? A travers trois duos mettant en scène deux danseurs et une chanteuse, le chorégraphe questionne la thématique de la résistance. Comment résister à l’exploitation, la mécanisation, l’assujettissement, l’arrachement ? Là où le verbe a parfois échoué, il entend donner une forme image – corps – voix à cette endurance.

En perpétuelle recherche entre académisme chorégraphique et style personnel, Abderzak Houmi travaille depuis ses débuts à conjuguer vocabulaire hip-hop et danse contemporaine. Pour cette création, il a collecté images et témoignages. Le premier duo relie avec force et douceur deux univers : celui des anciens, immigrés au milieu du 20e siècle, et celui de la quête d’identité contemporaine. Le chorégraphe déroule ensuite le fil. Un fil résistant.


Récital théâtral Vendredi 15 février 20h tarif p

© Cyril Plomteux

Collectif l’Alpaca rose Récital à trois voix Adapté du texte de Patrick Ourednik Avec Sylvie Espérance Isabelle Martinez Mélanie Prochasson Aide chorégraphique : Mariyya Evrard

Européana Une brève histoire du XX e siècle

Bref. C’est l’histoire de l’émancipation de la femme, l’invention de l’escalator, le bug du millénaire, l’attentat de Sarajevo, l’électricité, le soutien-gorge, Buchenwald, le positivisme… Bref. C’est l’histoire de ce XXe siècle où la raison s’érige au rang de déraison. Bref, c’est l’adaptation par l’Alpaca Rose du texte férocement drôle de Patrick Ourednik.

Souhaitant faire entendre la musicalité du chaos de cette œuvre sur la mémoire, le collectif a pris le parti du son et non du sens, en reconstruisant le texte de façon musicale : ouverture, premier, second, troisième mouvement, intermezzo. L’Histoire se raconte, entre fausses notes et grincements de mémoire.

11


Danse Mardi 26 février 20h tarif P Compagnie Soul City Chorégraphe : Didier Boutiana Interprètes : Didier Boutiana,Jonathan Camillot, Giovanny Paroumanou

© Jean Noël Enilorac

Réflex Du nerf !

A voir aussi le 22 mars au Séchoir, à Piton Saint-Leu.

12

Après un work in progress remarqué, en novembre dernier au festival Danses & Docks, suivi d’une résidence d’artistes, la Compagnie Soul City présente sa nouvelle création à Léspas. Didier Boutiana chorégraphie la société, les relations humaines, les sentiments, avec comme fil rouge l’énergie et la façon dont le corps répond à cette énergie. Un réflexe,

une réaction musculaire involontaire et rapide, portée par le vocabulaire hip-hop breakdance, dans lequel les trois danseurs se sont fait un nom, de l’autre côté de la mer. Guidés par l’énergie spontanée du dubstep, les corps livrent leur force intuitive, animale. Le spectacle sera suivi d’un temps d’échange avec le public.


Théâtre Jeudi 28 février 20h vendredi 1 e r mars 20h tarif P Compagnie Farfadets Mise en scène : Yves Tolila Mise en émotion : El Madjid Saindou Interprètes : Gauthier Lajoinie et David Erudel Scénographie : Geoffrey Saktini Musique : Gauthier Lajoinie Lumière : Geoffrey Saktini

Humain © DR

D’homme à homme

L’un est ancien détenu. L’autre professeur. Tous deux vivent dans des conditions précaires. Un événement important les unit : le premier a empêché le suicide du second. Ensemble, ils échangeront leurs visions de la vie, leurs valeurs, leur humanité, tout simplement. Inspiré par le film de Cormac McCarthy, The sunset limited, et par ses travaux auprès

des publics incarcérés, Yves Tolila a puisé la matière des dialogues chez Charles Baudelaire, Molière, Bernard Dimey, Rodrigo Garcia, Armand Collin, Winston Perez. Le chanteur Gauthier Lajoinie et le comédien David Erudel s’en s’ont ensuite emparés pour leur donner vie, via un travail d’improvisation, et aboutir à un vrai dialogue de cœur. Intime.

13


Cabaret Mardi 5 mars 20h tarif A Cabaret phonométrique D’après Erik Satie Par le collectif l’Alpaca Rose Avec : Sabine Deglise, chanteuse soprano dramatique Alexis Palazzotto, compositeur et musicien (accordéon et bandonéon)

© DR

Savez-vous danser sur un oeil ? Welcome au cabaret Satie !

14

C’est l’ambiance du cabaret, si chère à Erik Satie, que Sabine Deglise et Alexis Palazzotto ont choisi pour ce spectacle. Neuf tableaux, pièces musicales et chantées, textes en prose et poèmes, pièce chorégraphiée et miniatures chantées à capella, pour proposer, en duo, leur vision du compositeur. La chanteuse soprano et l’accordéoniste portaient chacun un vif intérêt artistique au compositeur du tournant du 19e et du 20e siècle. C’est donc naturellement que l’échange a débuté

autour de celui qui se définissait comme « phonométrographe », précurseur dans les domaines des techniques de traitement du son, de la musique répétitive et de la musique d’ambiance. Restait à marier voix et accordéon, à raconter ensemble leur Erik Satie, à former le duo. « L’image animalière montrerait un serpent qui se mord la queue. L’image romantique parlerait de relation amoureuse faite de matière sonore. Une autre encore parlerait de vases communiquant », confient les artistes.


Théâtre mardi 12 mars 20h tarif E

© DR

D’après Putain, récit de Nelly Arcan Adaptation et mise en scène : Ahmed Madani et Véronique Sacri Avec : Véronique Sacri Scénographie : Raymond Sarti Environnement Sonore : Christophe Séchet Sur des musiques de : PJ Harvey Lumières et régie générale : Damien Klein

Fille du paradis P***** ! Etudiante le jour, cette fille du paradis se prostitue la nuit, comme escorte, et prostituée de luxe. Avec pour seuls accessoires une chaise posée dans le noir et la puissance d’impact d’une réalité sociale et intime difficile à digérer, la comédienne Véronique Sacri, seule en scène, déchire brutalement le masque séducteur qui cache l’enfer d’une vie torturée. Dans un cri brut, dénué de finasserie, rougeoyant d’intelligence et de rage, elle livre un moment de théâtre poignant et le récit troublant et réaliste du «travail sexuel».

Ce monologue est adapté de Putain, premier roman autobiographique de la Québécoise Nelly Arcand, qui a mis fin à ses jours en 2009. Cette oeuvre d’une troublante profondeur psychologique est ici adaptée par le dramaturge Ahmed Madani : «J’ai été saisi par la fragilité et la force de Nelly Arcan, par sa beauté et son désespoir, par sa brûlure et sa mélancolie et par le nihilisme qui la traverse de part en part», raconte-t-il.

A voir également aux Bambous les 8 et 15 mars, à 20h30.

15


Mois du jazz

Concerts

Antoine Hervé Jeudi 14 mars 20h tarif S Antoine Hervé : piano Véronique Wilmart : ordinateur - acousmatique Jean-Charles Richard : saxophones Philippe « Pipon » Garcia : batterie

16

© DR

The Master

Jeudi 21 mars 20h tarif S Antoine Hervé : piano Véronique Wilmart : ordinateur - acousmatique

PMT QuarKtet

La leçon de Jazz

C’est entouré de Véronique Wilmart, Jean-Charles Richard et Philippe « Pipon » Garcia que l’excellent pianiste-compositeur Antoine Hervé revient. Un PMT QuarKtet qui ne promet rien moins que les noces réjouissantes du jazz et de la musique acousmatique. PMT, pour Pierre et Marie Tuerie. Car, en hommage au couple de scientifiques qui découvrit la réactivité, ce voyage onirique entend appliquer le principe de la désintégration des atomes à la musique acousma-jazz.

Recevoir Antoine Hervé, c’est aussi l’occasion de lui demander de nous donner une petite Leçon de jazz dont il a le secret. Après le succès de ses rendez-vous l’an dernier, il nous parlera cette fois d’électro-jazz à travers l’oeuvre sa camarade Véronique Wilmart, compositrice, membre du PMT QuarkTet et musicienne sur ordinateur.


Mois du jazz

Concert Vendredi 15 mars 20h tarif E Etienne Deconfin : piano Viktor Nyberg : contrebasse Antoine Paganotti : batterie Gael Horellou : saxophone alto

Gaël Horellou quartet © DR

Retour au bon vieux jazz

C’est un des plus grands saxophonistes contemporains. Un des plus créatifs aussi, peut-être. Fureteur, il promène depuis des années son talent et sa musicalité aussi bien du côté de l’électro-jazz, avec les formations Cosmic Connection ou NHX, que de la drum & bass ou du nu-jazz, avec Explorations, un bel album réalisé en 2007. Pour autant, Gaël Horellou n’en oublie pas sa passion pour le bon vieux jazz à la Coltrane ou Mingus, qu’il continue à jouer régulièrement.

C’est avec un répertoire original, s’inscrivant dans la continuité de ce grand jazz, qu’il vient en quartet. Entouré d’Etienne Deconfin au piano, Viktor Nyberg à la contrebasse et Antoine Paganotti à la batterie, il promet une musique radieuse et universelle de sa composition, ponctuée de quelques standards. Retour aux sources avant la sortie d’un nouvel album électro-jazz en fin d’année.

17


Mois du jazz

Concert samedi 16 mars 20h tarif P

Waloo quartet LES STANDARDS éLEVéS

18

Depuis plus de dix ans, le Waloo quartet distille un jazz frais et sincère. Luc Joly au saxophone, Nicolas Beaulieu à la guitare, David Félix à la contrebasse et Eric Lucilly à la batterie, font découvrir aux amateurs de jazz des standards peu connus. L’an dernier, il s’est produit en première partie du guitariste Nguyen Lê et s’est entouré du trompettiste mauricien Philippe Thomas et du tromboniste français Philippe Renaud pour une série de concerts dans l’île. Avec son premier album, le quartet propose des compositions teintées de touches indianocéaniques, entre modernité et tradition. Un jazz aérien, à l’énergie communicative.

© Jean-Michel Klock

Antoine Hervé : piano Véronique Wilmart : ordinateur - acousmatique Jean-Charles Richard : saxophones Philippe « Pipon » Garcia : batterie


Mois du jazz

Concert Vendredi 22 mars 20h tarif P

Katy Ramana

Filip Barret

PIANO PIANO

Bass Hysteria

Entourée d’Eric Lucilly à la batterie, d’ Alexis Espérance à la contrebasse et de Stéphane Grondin aux saxophones alto et ténor, la pianiste Katy Ramana propose des compositions originales ainsi que des standards du jazz réarrangés façon maloya, swing ou binaire. Soutenue et encouragée par plusieurs musiciens à sa sortie du conservatoire de Région, elle a fondé son groupe en 2002 et se produit depuis régulièrement sur les scènes, cafés-concert et festivals de l’île. Pour ce concert, elle invite également Steve Sautron (du groupe RISKAB) aux percussions et Nathalie Slama à la Flûte.

Figure du jazz local depuis plus de 30 ans, le compositeur, bassiste et pédagogue Filip Barret propose un programme de standards, accompagné par Jean-Jacques Harrison aux claviers et Dimitri Domagala à la batterie. D’abord guitariste, Filip Barret découvre la basse par hasard, en ayant à remplacer la bassiste. « J’ai réalisé rapidement que la basse occupe une place centrale dans le groupe dans la mesure où elle est le lien entre le rythme, la mélodie et l’harmonie. Cette sensation d’être au centre de la musique m’a beaucoup plu », confie-t-il. Considérant la musique comme un merveilleux moyen de communication, il souhaite, à travers son travail de compositeur, initier des rencontres.

19


Cinéma Du mercredi 27 au samedi 30 mars GRATUIT

Le libraire de Belfast d’Alessandra Celesia

2e Echos du festival du film d’éducation Eduquer, nou lé capab’ !

20

Pour la deuxième année, les Céméa Réunion se font l’écho, en partenariat avec l’ENPJJ, la Ville de Saint Paul, l’Académie de la Réunion, l’IRTS et l’ANCP, du Festival national du film d’éducation. Un événement culturel et citoyen qui offre aux professionnels, comme au grand public, un espace d’échange et de réflexion sur l’éducation, à partir du cinéma. Car il s’agit bien d’un festival de cinéma, avec sa sélection de films et sa programmation, ses rencontres avec des réalisateurs, des producteurs et des acteurs du monde de l’éducation.

Fictions, documentaires, animation ou courts-métrages, ces films parlent d’éducation au sens large, d’initiation ou d’apprentissage, de périodes de ruptures, de transformation de personnages au cours d’un cheminement. Cette année, les Céméa Réunion souhaitent favoriser la confrontation des regards sur l’éducation actuelle et sur l’action des familles en particulier, à travers une thématique, « éduquer nou lé capab’ ». Les séances grand public auront lieu en soirées.


Les films

Jeux criminels

toute la programmation sur www.festivalfilmeduc.cemea-reunion.org

de A. Rivollier Documentaire - France, 56 min, 2011 Parmi tous les crimes et délits, les plus bouleversants pour l’opinion publique sont de loin ceux à caractère sexuel. Quand les coupables sont des adolescents, c’est l’incompréhension.

Le libraire de Belfast d’Alessandra Celesia (Prix du Grand Jury) Documentaire France - Royaume-Uni, 54 min

Les enfants d’Hampâté Bâ d’Emmanuelle Villard Documentaire France, 50 min, 2011 Souleymane Diamanka, slammeur, a grandi à Bordeaux avec ses parents de culture peule. Il « recycle » les dires de son père et de sa mère dans sa poésie urbaine.

Un libraire sans librairie, un rappeur couvert de cicatrices, un punk dyslexique amateur d’opéra, une chanteuse adepte de X-factor, un matelas trop grand pour le lit d’antan, une énième alerte à la bombe... Le libraire de Belfast a construit son arche sur les échafaudages de sa petite maison en briques, où des centaines de volumes invendus racontent le naufrage d’une ville.

La langue de Zahra L’amour à trois têtes d’Elsa Lévy (Prix du jury jeune) Documentaire Suisse, 26 min, 2011 Une exploration des relations amoureuses entre hommes et femmes par le biais de trois générations de femmes de la même famille, la mère, la grand-mère et la réalisatrice elle-même

de Fatima Sissani Documentaire France, 93 min, 2011 Les Kabyles existent d’abord par la parole. Chaque geste, chaque instant de leur quotidien peut donner lieu à une langue de vers, de métaphores, de proverbes... Une réalité qu’on se représente mal lorsque l’on plonge dans la société de l’immigration où ces hommes et femmes, souvent analphabètes, sont relégués exclusivement au rang d’ouvriers et de femmes au foyer...

21


BD C o n c e r t Mercredi 3 avril 20h tarif A Compagnie Maecha Métis Avec Mounawar Saïd Omar

© Xavier Le Lay

Les larmes de l’assassin Planches musicales

La compagnie Maecha Métis invite à un voyage artistique hors du commun. Un spectacle hybride autour de la bande dessinée Les larmes de l’assasin, adapté du roman d’Anne-Laure Bondoux. Le musicien Mounawar accompagnera en live la projection des planches de Thierry Murat. Et cette alliance ne peut qu’être émouvante, tant la force et la poésie du compositeur

22

comorien semblent parler à l’univers graphique presque envoûtant du dessinateur. Entre chaos des décors et confusion des sentiments, Les larmes de l’assassin raconte l’improbable lien affectif qui se tisse entre un petit garçon, en Patagonie, et le meurtrier de ses parents. Un récit initiatique du bout du monde qui questionne l’intime de chacun.


Danse Samedi 6 avril 20h tarif A Chorégraphe : Soraya Thomas Interprètes : Soraya Thomas, Nicolas Givran, Yan Costa Univers sonore : Yan Costa Auteure : Barbara Robert Créateur lumière : Nicolas Henri

écoutes © DR

L’insoutenable langage de l’autre

Mais qu’est-ce que tu dis ? Tu m’entends ou tu m’écoutes ? Et ton corps, il me dit quoi ? Soraya Thomas questionne la relation amoureuse, le rapport à soi et à l’autre. Grâce à une scénographie originale, la chorégraphe associe le public à sa démonstration. Seule une petite partie des spectateurs entendra en effet, via un casque, l’intimité qui se livre à l’intérieur d’un cube transparent. Tous entendront le langage des corps - ceux de Soraya Thomas, du comédien

Nicolas Givran et du musicien Yann Costa - et l’empathie qu’ils transpirent. Et chacun en gardera son propre ressenti, sa propre interprétation, comme dans une relation amoureuse. Porté par le texte de Barbara Robert et l’univers sonore de Yann Costa, écoutes décline aussi une parabole de la danse contemporaine et de sa perception par le public.

23


electro Samedi 6 avril 21h tarif Spécial 20€ sur place, 15€ en prévente, 12€ avec la Carte Léspas et la Carte Séchoir partie : Karl Hungus, Psychorigid 2ème partie : Sporto Kantes 3ème partie : Para One Concert coréalisé dans le cadre de Bekali, scènes de l’ouest en mouvement par Le Kabardock, Léspas Leconte de Lisle, Le Séchoir 

1ère

Allez danse ! Le Kabardock, le Séchoir et Léspas joignent leurs forces pour une soirée d’anthologie, placée sous le signe de la fête et des basses profondes, avec deux grosses pointures de la scène électro française.

24

Le tandem Sporto Kantès d’abord, qui affole depuis sa création le spectrogramme des musiques actuelles avec un mélange excité de rockabilly, de ska, de funk et de sonorités synthétiques, pour un maximum d’efficacité. Ajoutez à cela que Benjamin Sportès et Nicolas Kantorowicz sont deux bêtes de scène passées par l’infaillible école du punk

(le second a même longtemps été le bassiste des Wampas), et vous obtenez de quoi déclencher dans la foule une hystérie joyeuse. Ensuite, Para One, l’un des papes de la french touch actuelle, fondateur des labels Institubes et Marble, héritier des Daft Punk et d’une électro hyper séduisante, diabolique, sucrée, groovy et follement tendance.

© DR

Sporto Kantes Para One

© Antoine Rozes

Les Quais D2, au Port


Théâtre Mardi 16 avril 20h tarif A Compagnie l’Estaminet rouge Mise en scène et écriture : Patrick Grégoire Avec : Raphaël Thiery

Avec le Théâtre sous les Arbres

© Yves Nivot

écoute Donc Voir Le monologue du mec bien

Le petit Raph est à l’hôpital. Comme chaque été. Il vient de se faire opérer des yeux. Dix jours à rester allonger dans le noir, sans même avoir le droit de mâcher. Tout ce qu’il peut faire, c’est écouter. Ecouter le grand Raph, qui lui rend visite et se souvient. Grand Raph se souvient de ses opérations annuelles à lui, de ses journées dans le noir, de son incapacité à vivre ensuite dans son corps d’enfant. Grand Raph se souvient d’avoir appris à écouter, puis d’être devenu

musicien, homme de scène. Un homme qu’on regarde et qu’on écoute. Grand Raph lui montre le chemin vers la lumière, au petit Raph. à grand renfort de musique, de danse, de théâtre, il lui montre comment la gagner, la partie de la vie, même avec des mauvaises cartes au départ. Exercice périlleux s’il en est, Raphaël Thiery joue ici sa propre vie, passée au filtre de l’écriture riche, inventive et ciselée de l’écrivain Patrick Grégoire.

25


Concert Vendredi 19 avril 20h tarif P

Mounawar © DR

Sawa du monde

26

Bonne humeur contagieuse. Mounawar invite à la fête. Sa musique métissée d’afro, de pop, de rock, de blues, et de M’gordo titille fortement les jambes. Quant à son sourire, il chatouille les zygomatiques. Pourtant, le propos de son dernier album, Sawa, est vindicatif. En Français et en Comorien, le chanteur guitariste dénonce l’irrespect des hommes entre eux et envers la planète. Un combat contre les injustices porté par une musique généreuse.


Théâtre Mardi 23 et Mercredi 24 avril 20h tarif P

© Sébastien Marchal

Texte et mise en scène : Lolita Monga assistée de : Nicolas Derieux Costumes Juliette Adam, Lumières Valérie Foury Musique JaKo Maron, Son Anou Anoaraly Avec Oliver Corista, Gaston Dubois, Cécile Fontaine, Laure Fontaine, Sylvain Gérard, Jako Maron, Lolita Monga, Manuela Zeziquel Production : Centre dramatique de l’océan Indien création 2013

Majorettes Tournez bâtons ! Elles sont chômeuses, femmes au foyer, dames de ménage. Elles, ce sont Babeth, Sofia, Gwendoline, Patricia, Virginie, Stéphanie, Coralie, Nathalie et Liliane. Une joyeuse troupe de majorettes – on dit pas majorettes, on dit twirling bâtons ! – sans peur du ridicule. On peut les voir tous les dimanches dans le quartier, au coin de la rue, là-bas. Un spectacle juste pour les gens d’ici. Ceux qui les croisent déjà, toute la semaine, passant de bloc en bloc les unes chez les autres, et tous les soirs à la salle des fêtes. Unies comme les dix doigts de la main, juré-craché.

Mais ça c’était avant. Avant l’arrivée de Jennifer, cette étrangère qui a déboulé dans leur conte de fée. Avec toute la poésie et la couleur qu’on lui connaît, Lolita Monga peint une Réunion contemporaine loin de la carte postale. Elle croque de son verbe enlevé l’acceptation de cet autre et de ses différences, les conflits de générations, et les fameuses fêtes de village, qui tournent plus ou moins bien, avec cette jeunesse qui ne tourne pas rond. Une création très attendue.

27


Concert

Teddy Iafare-Gangama Créole mon amour Fonnkézèr, ardent défenseur de la langue créole, auteur de pièces de théâtre et de contes, Teddy Iafare-Gangama fait découvrir son album, Isi Anndan, sorti l’an dernier. Quinze fonnkèr, pratique déclamatoire qui n’est ni du conte, ni du slam, portés par une musique éclectique, influencée par la soul, le funk et le maloya contemporain. Entouré de guitares, percussions, batterie et basse, l’homme porte, de sa voix grave et profonde, un message engagé, celui de la sauvegarde de la culture créole face à la mondialisation.

28

© DR

Vendredi 26 avril 20h tarif P


Théâtre Mardi 30 avril 20h tarif P

© Magali Deligny

En partenariat avec le festival Komidi Comédie de Patrick Ruggirel Avec : Annie Coudène, Patrick Coppolani et Patrick Ruggirello Mise en pieds : Charles Ribard Création musicale : Marc Gonzalez En partenariat avec le festival Komidi

Godot est arrivé Humour sur rue

Deux SDF sur un banc. Marco, aussi cultivé que prétentieux, enseigne à Gamelle, naïf et tendre, les préceptes du philosophe Marc Aurèle. Ils en sont là de leurs vies, sur ce banc qu’ils occupent toute l’année, quand arrive Germaine. SDF, comme eux, elle chamboule leurs petites habitudes par son enthousiasme et ses coups de gueule. Un premier pas hors de l’ennui qui va se prolonger

par la visite d’un ange, une nuit. Sa prédiction a de quoi éveiller l’espoir : le lendemain sera jour de chance, pour ces trois SDF. Patrick Ruggirel a fait le choix de l’humour pour traiter un sujet qui lui tenait à cœur, celui de l’exclusion. Entre rire et compassion, l’émotion est au coin de la rue.

29


Théâtre Vendredi 3 mai 20h tarif P Théâtre de l’horizon et Théâtre des possibles Avec : liocha Itovich, Jérôme Paza, Nadège Perrier, Eric Vincent, Violaine Arsac Adaptation & Mise en scène : Violaine Arsac Assisté de : Philippe Lemaire Lumières : Rémi Saintot En partenariat avec le festival Komidi

© Stefano Borghi

Bien au-dessus du silence C’est la lutte poétique !

30

Aragon, Baudelaire, René Char, Aimé Césaire, Léo Ferré, Prévert, Senghor, Balavoine, Neruda… Des poètes engagés qui ont su brandir leurs mots contre la misère, le racisme, l’inégalité ou la guerre. Soutenu par Amnesty International, Bien au-dessus du silence parle des combats menés dans le monde actuel, de la quête de liberté. Sur scène, cinq comédiens donnent vie à ces textes atemporels, dans une vraie

création théâtrale. Ils luttent, vivent, se questionnent sur notre responsabilité face au monde. Servis par un bel engagement physique des comédiens, les mots rappellent qu’aujourd’hui autant qu’hier, quand des hommes meurent de faim, subissent ségrégation ou injustice, la parole du poète, ou de l’artiste, cogne comme un coup de poing à la face du monde.


Théâtre Mardi 14 mai 20h tarif P Ecrit et interprété par Thierry Faucher, dit Titus Direction d’acteur : Servane Deschamps Production Caus’toujours

Barbe bleue assez bien raconté(e) © Darry

Conte burlesque

Il veut le défendre, le conte traditionnel ! Et il va bien finir par le raconter, celui de Perrault, Barbe bleue. Sauf que ce conteur-là se perd en digression, en explications de sa démarche artistique, en commentaires pas forcément pertinents. Travaillant dans les arts de la parole depuis quelques années (il a

notamment collaboré avec Yannick Jaulin), Titus campe-là un conteur maladroit, de mauvaise foi, aigri du manque de reconnaissance de son talent. Autour du texte de BarbeBleue, l’imposture se dessine peu à peu, entre théâtre et conte : ce conteur-là n’en est pas un. Un personnage burlesque, drôle et dérangeant.

31


Danse samedi 1 juin 20h tarif P er

La Genèse selon Lilith Les voyages forment la genèse

32

Nadjani Bulin interroge la Genèse au-delà de l’idéologie patriarcale. La chorégraphe s’intéresse à Lilith, créée par Dieu, selon la légende, en même temps qu’Adam et à l’égal de lui. Adam lui refuse ce qu’il considère comme un acte de domination, dans l’acte sexuel : le fait de s’asseoir sur

lui. Lilith, elle, n’y voit qu’un acte né du désir. Face au conflit persistant entre eux, Dieu crée Eve, à partir d’une côte d’Adam. En sept tableaux mêlant danse et vidéo, Nadjani Bulin présente une vision contemporaine de cette légende.

© DR

Chorégraphie, direction artistique : Nadjani Bulin Mise en scène : Manee Jeeanah Scénographie, vidéoprojections : Nikunja Images en temps réel, VJ : Fred Lambolez/ Jean-Marie Pernelle Lumière : Dominique Benvenuti


Danse Mardi 4 et Mercredi 5 juin 20h tarif A de Daniel Biga. Avec Robin Frédéric Sous la baguette d’Alex Grillo et le regard de Ziza Pillot Coproduction : Athénor / Nantes SaintNazaire - Les Bambous.

Octobre 68 © DR

Récital de mots d’octobre

« 3 octobre 1968 à 22 heures Prends ton Vitascorbol mon chéri Vitascorbol ! fous-le toi au cul sale guenon Si tu pouvais mourir Laisse-moi encore espérer J’ouvre la lucarne y passe la tête Avec tendresse je sors la mitrailleuse précisément la fixe sur la tourelle… » C’est la sonorité du mot, de la parole quotidienne du poète impressionniste

Daniel Biga, que le compositeur Alex Grillot donne à entendre, dans une partition taillée sur mesure pour Robin Frédéric. Une musique sans instrument qui porte un texte enlevé, journal d’un octobre 68 rythmé par l’humeur de l’Histoire et de l’intime. Crée aux Bambous en 2011 et repris l’an dernier, avec la complicité de Ziza Pillot, ce « récitallecture » offre au Robin comédien une sacrée aire de jeu. Maestro !

33


Danse/ Musique Vendredi 7 juin 20h tarif P Compagnie Artmayage Danseuse chorégraphe : Florence Boyer Musicien chanteur : David Khatile

© Guillaume Aroutzet

Charoy’ Maloya contemporain

34

Quelles traces nous laissent notre passé, notre culture ? Que charoy-t-on par delà les lieux pour construire et vivre notre quotidien ? Que charoy-t-on par et à travers nos corps ? Florence Boyer met en scène et en corps, David Khatile met en son et en corps et fécondent ensemble des éléments de leurs traditions réunionnaises et antillaises. Le maloya et le servis kabaré d’avec les bèlè, gwo-ka et autres contes créoles…

Forte de son travail de recherche anthropologique sur la danse maloya et nourrie d’entretiens auprès de dépositaires de la tradition comme Mme Baba, la famille Philéas, Christine Salem, Danyel Waro ou encore Lindigo, Florence Boyer met en scène la danse maloya dans une version contemporaine respectueuse de la tradition. David Khatile compose et interprète in vivo l’univers sonore de charoy où s’entremêlent les mondes créoles.


Théâtre

© Théâtre des Alberts

Mardi 11 juin 20h tarif P

Théodore, le passager du rêve

Théâtre des Alberts En coproduction avec Teat Champ Fleuri, Téat Plein air, le Tarmac Mise en scène : Eric Domenicone, assisté de Vincent Legrand Scénographie et création de marionnettes : Aurélia Moynot Texte : Joëlle Ecormier Adaptation : Sylvie Espérance et Joëlle Ecormier Avec : Sébastien Deroi, Stéphane Deslandes, Sylvie Espérance et Aurélia Moynot Création lumière : Laurent Filo Création musicale : Raphaël Vendramini Régie son et lumière : Laurent Filo Assistante à la scénographie et fabrication de marionnettes : Séverine Hennetier Construction des décors : Laurent Filo, Stéphane Deslandes et Olivier Le Roux

Faîtes de beaux rêves ! Attention : événement ! Elle est attendue, la création des Alberts. Parce que convoquer sur le même quai de gare les univers de l’écrivain Joëlle Ecormier, de l’illustratrice Aurélia Moynot et de la compagnie SaintPauloise, ça promet son pesant de poésie et de rêve. Et attention : vous êtes priés de déposer certitudes, vérités et principes à la consigne avant le coup de sifflet du chef de gare, Aristophane, la vieille chouette Hulotte. Théodore lui demande de le guider vers son rêve, sa quête amoureuse. Dans leur équipée, ils vont rencontrer un papillon gardien de phare en pleine ville, un

collectionneur d’objets perdus, qui traîne son trésor dans une malle, une machine à coudre ravaudeuse d’âmes, un grand porte manteau jovial et plein de gouaille, amateur de jeux de mots et tenancier du «Boute en train». Un voyage en semi-conscience dans un monde peuplé de créatures et de lieux étranges qui prennent vie sur le plateau. Marionnettes en papier kraft et matériaux de récupération, décor qui se fait et se défait, comme dans un rêve, peintures et captation vidéo en direct, jeux d’ombre, créations sonore et lumineuse soignées et jeu d’acteur et de manipulation labellisé « Alberts ». N’en jetez plus : on devrait en prendre plein les yeux… et plein le cœur.

35


Humour Jeudi 13 juin 20h tarif P De Ali Bougheraba et Didier Landucci Avec Ali Bougheraba Mise en scène : Didier Landucci Création lumière : Y. Bonnin Musique : G. Cosenza et A. Morata Décor : F. Azeau

© Jean Revertido

Ali au pays des merveilles Réjouissant Les critiques sont unanimes : Ali au pays des merveilles c’est un petit trésor. Un trésor d’humour frais, original, sensible sans être mièvre, tendre et mordant. Seul en scène, Ali Bougheraba raconte le quartier où il a grandi, le Panier, à Marseille. Les odeurs

36

d’épices orientales y côtoient celles de la sauce tomate italienne. Ali nous sert de guide, dans ce petit monde patchwork où on se fâche à mort, avant de se réconcilier autour d’un verre. Et c’est avec respect et tendresse qu’il nous présente ceux à travers lesquels il s’est construit.


concert Vendredi 28 juin 20h tarif Spécial 25€ sur place, 20€ en prévente, 18€ avec la Carte Léspas et la Carte Séchoir 1ère partie : Rouge Reggae + Sound systems 2ème partie : Clinton Fearon 3ème partie : The Abyssinians Concert coréalisé dans le cadre de Bekali, scènes de l’ouest en mouvement par Le Kabardock, Léspas Leconte de Lisle, Le Séchoir

© DR

The Abyssinians Clinton Fearon Roots Rock Reggae La collaboration inédite entre les trois salles de l’Ouest, Le Séchoir, Le Kabardock et Léspas, nous permet cette année d’offrir au public de grands rendez-vous populaires et fédérateurs, lors de concerts ambitieux, festifs, et conviviaux. Il était normal que l’un de ceux-ci soit réservé au reggae, cette vibration jamaïcaine qui résonne si profondément dans l’âme réunionnaise. C’est chose faite, et avec la manière, s’il-vous-plaît : Clinton Fearon, l’un des piliers des mythiques Gladiators, et les géniaux Abyssinians de Bernard Collins, réunis pour une soirée 100% positive dans l’écrin de La Ravine à Saint-Leu.

Fearon est l’un des musiciens les plus respectés du reggae roots. Récemment auteur de deux superbes albums acoustiques, il est un chanteur puissant à la voix profonde, un musicien d’exception, et une personnalité rayonnante. Et que dire d’Abyssinians, fournisseurs officiels d’hymnes à la mouvance rasta depuis leur formation en 1968 ! De Satta a Massagana à Forward on to Zion, ils ont bâti un répertoire fredonné bien au-delà du cercle des fans de reggae.

37


# 2 Guitares Après une première édition dédiée à l’accordéon, OPUS POCUS s’intéressera à la guitare. Plus de 25 guitaristes réunionnais seront de la fête, aux côtés notamment de Roland Dyens (France classique), Lionel Loueke (Bénin / U.S.A. - jazz), Raphaël Faÿs (France / Espagne - flamenco), Celso Machado (Brésil - afro-jazz brésilien) et Keith B. Brown (U.S.A. - blues). Spectacles et ateliers jeune public, conférence musicale, exposition d’instruments, atelier de lutherie, master classes et librairie musicale complèteront le programme. Du 1er au 11 août dans les communes du TCO, et les 8, 9 et 10 à Léspas et devant La Cerise. Programme complet disponible sur www.opuspocus.re à partir de mai.

L’équipe Dominique Carrère - Direction et programmation Angélique Verbard - Administratrice Jessica Alcméon - Responsable Billetterie Richemont Gilas - Régie générale Matthieu Bastin - Régisseur Son Claudette Perrot - Responsable entretien et Catering Daniel Nalaman - Régie Plateaux Cécile Decluy - Médiation Culturelle Délixia Pérrine - Artiste associée L’équipe Programme : Conception, réalisation et coordination : Rédaction : Isabelle Kichenin Impression : Graphica

LéSPAS CULTUREL LECONTE DE LISLE BÉNÉFICIE DU soutien de

38

DL 5537 Graphica agit pour l’environnement


infos pratiques

billetTerie où réserver ? • Billetterie Léspas par téléphone au 0262 59 39 66 du lundi au vendredi de 9h à 17h et le samedi, si spectacle, de 14h à 18h. • Billeterie MonTicket.re par téléphone au 0892 707 974 du lundi au vendredi de 8h à 18h ou sur www.monticket.re. Paiement sécurisé par CB. Billets à imprimer chez soi ou à récupérer sur place.

la carte léspas • Vendue 15 €, elle vous donne droit aux tarifs adhérents pendant toute l’année.

combien ça coûte ?

où nous trouver, nous contacter ?

• Léspas est situé au 5 rue Eugène Dayot, 97460 Saint-Paul. Au coeur de la ville de Saint-Paul, à proximité du front de mer et de la place du marché. • Léspas est ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h et 1h avant chaque représentation. Nous vous accueillons aux mêmes horaires par téléphone au 0262 59 39 66. • Sur notre site internet, notre page facebook, ou en vous abonnant à notre lettre d’information. www.lespas.re

• BILLET À L’UNITÉ : Selon le type de spectacle. e Ru

8€ 8€ 3€ 3€ 10€

t er lb Gi ai Qu ny ar eP .d eÉ Ru

n fre uf eS Ru

Le tarif réduit s’applique aux - de 25 ans, étudiants, demandeurs d’emploi, + de 65 ans, familles nombreuses. Avec le soutien du TCO, tous les spectacles sont proposés à 1€ pour les bénéficiaires du RSA. Sur justificatif de moins de 3 mois.

le ul Ga

12€ 10€ 3 € 3 € 14€

de

10€ 10€ 5 € 5 € 15€

t yo Da E.

15€ 12€ 5 € 5 € 18€

e Ru

18€ 15€ tarifs Amateur 5€ tarifs Jeune Public 5€ tarifs Spécial 20€ tarifs Pro.

G.

tarifs Extérieur

du

Type de Tarif Prévente Tarif Adhérent Adhérent spectacle Plein réduit Adulte Enfant

s iu ar eM Ru

y Ar et

39


p r og r a m m e Mercredi 13 Février 20h projection Prélude au sommeil

Vendredi 3 mai 20h Théâtre Bien au-dessus du silence

Jeudi 14 février 20h Danse Alifat Mat

Mardi 14 mai 20h Théâtre Barbe bleue assez bien raconté(e)

Vendredi 15 février 20h Récital théâtral Européana

Mercredi 15 Mai 20h projection Lou Reed’s Berlin

Mardi 26 février 20h Danse Réflex

Samedi 1er juin 20h danse La Genèse selon Lilith

Jeudi 28 février 20h Théâtre Humain

Mardi 4 et Mercredi 5 juin 20h danse Octobre 68

VENDREDI 1 MARS 20H THEÂTRE HUMAIN

Vendredi 7 juin 20h Danse / Musique Charoy’

Mardi 5 mars 20h Cabaret Savez-vous danser sur un oeil ?

Mardi 11 juin 20h Théâtre Théodore, le passager du rêve

Mardi 12 mars 20h Théâtre Fille du paradis

Jeudi 13 juin 20h Humour Ali au pays des merveilles

Mercredi 13 Mars 20h projection Ali Farka Touré : Ça coule de source

Mer. 19 Juin 20h projection Santinèl mon péi & Chanteur de l’ombre

Jeudi 14 mars 20h Concert Antoine Hervé PMT QuarKtet

Vendredi 28 juin 20h concert The Abyssinians + Clinton Fearon

er

Vendredi 15 mars 20h Concert Gaël Horrellou quartet Samedi 16 mars 20h concert Waloo quartet Jeudi 21 mars 20h Concert Antoine Hervé la leçon de jazz Vendredi 22 mars 20h concerts Katy Ramana + Philippe Barret mer. 27 au sam. 30 mars Cinéma Les échos du festival de film d’éducation Mercredi 3 avril 20h BD concert Les larmes de l’assassin Samedi 6 avril 20h Danse écoutes Samedi 6 avril 21h Electro-rock Sporto Kantes + Para one Mardi 16 avril 20h Théâtre écoute Donc Voir Mercredi 17 Avril 20h projection Zao Vendredi 19 avril 20h Concert Mounawar Mardi 23 et Mercredi 24 avril 20h Théâtre Majorettes Vendredi 26 avril 20h concert Teddy Iafare-Gangama Mardi 30 avril 20h Théâtre Godot est arrivé

Régie Espace Culturel Leconte de Lisle 5, rue Eugène Dayot 97460 Saint-Paul 0262 59 39 66 contact@lespas.re


Lespas 1er semestre 2013