Issuu on Google+

Février 2012

Le guide gratuit des sorties à La Réunion


MARCEL LOEFFLER + ZWAZ (Jah Pinpin)

21 h Ven. 10 fé€vrier > Tarif plein : 16 € Tarif réduit : 10

seuls à trois

+ Fabrice legrovris er > 21 h Ven. 24 fé€

Tarif plein : 16 € Tarif réduit : 10

2 95 42 16 tpierre.fr 9 6 0 : ts n e m e @mairie-sain Renseign | le-kerveguen e.fr culture-st-pierr


ÉDITO Ca y est, la France est dégradée, nous voilà relégués au rang des AA+. C’est pas encore Athènes, mais c’est déjà plus Byzance. En plus, les vacances sont finies. C’est la déprime, le marasme, et partout l’on sent monter le vent maussade des coupes budgétaires. On s’imagine déjà, ruinés, errer en peignoir dans les allées toutes vides des supermarchés, tenant dans nos mains maigres et tremblantes des tickets de rationnement froissés, secoués de sanglots pathétiques. Mais tout ne fout pas le camp, ma bonne dame. Pas encore. Les finances chauffent, brûlent, flambent, mais la culture n’est pas encore tout à fait cuite. Il y a de la fraîcheur, et de la nouveauté pour ce mois de février. Dans les rues de Saint-André, sous les toits rénovés du Palaxa, dans les arènes vibrantes des théâtres et des salles de concert, y a de la joie, et y a du lourd. Ca remonte un peu le moral. Alors pour cette rentrée culturelle 2012, on aimerait féliciter et remercier toutes les équipes des lieux où l’on peut aller se rafraîchir les idées et se réchauffer le cœur, les patrons de bars, les chargés de production, les ouvriers de l’ombre, les régisseurs, les programmateurs, les artistes surtout, et le public qui les soutient, et les lecteurs qui nous encouragent, et les annonceurs qui nous font vivre, et même les attachées de presse. Merci les gars, tyenbo, larg pa ! Bisous.

Azenda N°73 de février 2012

Mensuel culturel gratuit Tous les lieux où trouver l’azenda sur www.azenda.re

L’EQUIPE

Dir. de la publication : Sandrick ROMY Chargée de clientèle : Vanessa Leverrier Rédacteurs : Jérôme HORAT, François GAERTNER, Nicolas MILLET Directeur artistique : Freddy LECLERC Comptabilité : Isabelle MALENS Responsable distribution : Daniel DIJOUX Impression : Scanner

C’est le nombre de disques vendus par Frédéric François au cours de sa carrière

C’est le nombre de nommés aux Victoires de la Musique 2012 qui passent en concert à La Réunion ce mois-ci.

C’est le coût en euros de la rénovation du Palaxa, financée par la CINOR.

L’éditeur décline toute responsabilité quant aux erreurs éventuelles. Contactez les lieux avant de vous y rendre pour confirmer que l’information annoncée est toujours bonne. Quel que soit le procédé, toute reproduction intégrale ou partielle des pages, informations, visuels, publiés tant dans la présente publication que sur le site internet www.azenda.re, est interdite.

NOUS CONTACTER Mail : redaction@azenda.re / Tél. : 0692 66 29 47 / 0262 33 22 69

PUBLICITÉ

Mail : vanessa@azenda.re / Tél. : 0692 60 55 12


porcs s e l op r t e ss i « Si on la bouffent tout, se gaver, ils rdel. ça fout le bove de faim. » Après on crè , à propos de

ur à textes is HK, chante

Alex

cière. P.16

la crise finan

L’odyssée fantastique des

musiques noires dans le monde p.16 8 & 22 Musique / 24 Prysm / 36 Vincent Roca / 38 La Paix / 40 The Island / 41 32 rue Vandenbranden / 47 Les Hommes viennent de Mars... / 47 expos / 52 Agenda / 66 Zéroscope

42 Jeune & Folie

A partir du 29 février, le festival Toto Total déride les garnements et leurs parents : théâtre, cirque, films et même un parc d’attractions. Y a de la joie !

33 Quel Train ?

Saint-André démocratise la culture locale gratis et en pleine rue. Deux jours de théâtre, de maloya, de fun et plein de couleurs.

25 Résurrection Le Palaxa renaît le 4 février. Les musiques actuelles reviennent à Saint-Denis, après trois ans de silence et d’ennui. Champagne !


écouté Sean Paul Tomahawk Technique

La star jamaïcaine du ragga revient, deux ans après Imperial Blaze. Pour ce nouvel album, il a fait appel à des producteurs d’horizons divers, du R’n’B à la pop, pour mâtiner son dancehall suave de sonorités nouvelles.

Marlon Roudette Matter Fixed

Ex-membre du duo Mattafix, Roudette sort un premier album solo. Sa voix féminine aux accents soul, ses rythmiques reggae et R’n’B et ses compositions sentimentales augurent €99 14 d’une carrière brillante.

16€99

Malia Black Orchid Sortie : 06/02

Le dernier album de cette chanteuse de jazz à voix feutrée est entièrement dédié à l’immense Nina Simone : 10 reprises émouvantes des grandes chansons de la diva de Caroline du Nord, qui ont déjà séduit les habitués des grands clubs de jazz parisiens.

15€99

Kel Assouf Tin Hinane

Little Willies For the Good Times

Norah Jones a choisi la country pour revenir dans les bacs, au sein d’un groupe qui reprend les grands classiques des juke-box campagnards américains. C’est frais et sautillant comme une balade en roulote dans 16€99 les plaines du grand ouest !

René Lacaille ek marmaille Poksina

Voilà longtemps que René Lacaille promettait de donner sa version des grands standards de la chanson créole, de Peters à Arlanda en passant par Laope. C’est chose faite, en famille et en beauté. Un hommage fidèle et inventif aux grands anciens du séga et du maloya. Rent’ 12€99 dann ron don !

Le magnifique premier album de ce groupe emmené par le nigérien Aboubacar Harouna souffle le vent chaud et profond d’un blues saharien métissé d’influences reggae, afrobeat ou salsa. Mais Tin Hinane porte avant tout la marque des traditions touaregs, et la beauté entêtante de leurs mélodies 14€99 nostalgiques.


Common The Dreamer / The Believer

Ronnie Rashid Lynn Jr., aka Common, est peutêtre l’artiste qui illustre le mieux la trajectoire des rappeurs qui ont vu l’explosion du hip-hop en super machine commerciale mondiale, emmenée dans les années 90 par De La Soul, Biggie, Dr. Dre ou Snoop Dogg. Grand ancien de la scène underground de Chicago, Common est passé comme la plupart des survivants de ces grandes années du hall de HLM au statut de super star millionnaire en 15 ans, à mesure que le mouvement sortait du ghetto pour être monnayé successivement par les majors du disque, du cinéma, puis de l’édition. Désormais acteur, auteur publié, poète invité à la Maison Blanche, il incarne la nouvelle bourgeoisie du rap, celle qui peine à renouveler son inspiration, tiraillée entre son mode de vie nouveau-riche, les nouvelles valeurs d’une aristocratie intellectuelle aisée, et le besoin de conserver une forme de lien avec la rue, avec les thèmes traditionnels du rap américain : la réussite, l’affirmation de soi, et un machisme rugueux teinté d’homophobie rétrograde.

16€99 The Dreamer / The Believer est parcouru par cette tension entre élévation et régression. D’un titre à l’autre, Common parle avec émotion de sa fille (Windows), ou des femmes avec intelligence et empathie (Cloth), donne la parole à la poétesse et militante des droits civiques Maya Angelou pour un grand moment de spoken word (The Dreamer), avant de retomber dans la séance de vannes contre ces rappeurs «doux», qu’il juge utile de traiter de tantouses pendant tout un morceau. Mais même dans ses basses oeuvres, Common a plus de talent que la plupart des auteurs du moment. Et puis, musicalement, l’homme a du style. Connu pour son utilisation de samples soul et jazz, il a retrouvé pour ce dernier album son vieux compère de Chicago, le producteur No.ID (qui a beaucoup travaillé avec Kayne West, notamment). The Dreamer/ The Believer est donc bâti sur des pistes instrumentales nickel, entre R’n’B classieux et funk rétro, infestées de beats lourds et ventrus qui collent au trottoir. De la belle ouvrage, tantôt cradingue, tantôt lyrique, toujours groovy et pleine de grabuge.


Aide a li ! Crédit Photo : Olivier Rivet

p.8

Musique

Oeuvre caritative et collective

Gnawa music, corps et âme de Franck Cassenti

Il est toujours temps de vous procurer la compilation Aid a li, sortie en 2011 et vendue par l’asso Lézarts d’Ici au profit de la Fondation Abbé Pierre. 14 chansons de D. Waro, D. Sicard, A. Bazin, L. Païnaye, etc. et le titre original Aide a li, qui rassemble toutes ces voix généreuses et d’autres encore, comme T. Jardinot ou J-M. Colienne. 10€ sur www.lezartsdici.re et / ou en commande au 06 92 73 05 05. Aide a li don !

15 février > 20h > Léspas Culturel Leconte de Lisle > 5€

Cinéaste passionné de jazz, Frank Cassenti a signé pour la télévision de beaux portraits d’Archie Shepp, de John Coltrane ou Sun Ra. Son dernier film s’intéresse aux musiciens gnaoua, descendants des esclaves d’Afrique de l’ouest transportés au Maroc pour y servir les sultans. 55 minutes de road trip musical à la rencontre d’une musique sacrée ancienne, entêtante et bien vivante, et de ses maîtres, les sages maâlmin. Cette aventure humaine, spirituelle et ethnomusicale, la première où l’on a pu filmer dans son intégralité une nuit de transe au son du gembri, a été récompensée par le prix Sacem du meilleur doc de création l’an dernier. Soulignons que ce film est projeté en partenariat avec la Lanterne Magique, qui défriche chaque mois pour nous la jungle épaisse et inégale des documentaires musicaux pour en extraire une perle unique.

Electropicales

à Paris

Les Electropicales et Migal Productions (tourneur de High Tone) organisent une session spéciale le 16 mars prochain à la Maroquinerie (Paris). L’occasion pour des artistes électro de La Réunion et de l’Océan indien de faire entendre leurs productions à de nouveaux publics… et à de grands noms du genre. La soirée réunira Kwalud (Réunion -Bass Music), Tambour Battant (Marseille - Bass Music) et Funafuji (Af. du Sud - Dubstep).


Musique

MOUNAWAR Roots’n’future 3/02 > 20h > Léspas Leconte de Lisle 10/02 > 21h > L’Ilot 25/02 > 21h > Les Récréateurs 26/02 > 18h30 > Rondavelle les Filaos 3/03 > 20h > Le 211

Après une résidence à Léspas Culturel Leconte de Lisle de SaintPaul, Mounawar présente le fruit de son travail et les morceaux de son album à paraître. Sa musique, marquée par le rythme ternaire du M’godro et par des influences africaines et orientales, se métisse de soul, de funk, de folk et même de rock. Le phénomène Mounawar n’en finit plus de faire des émules avec son style unique et ses textes écrits en anjouanais, qui ont la plupart du temps une portée politique. Auteur, compositeur et interprète, le Comorien se produit actuellement en trio aux côtés des excellents Jérémy Lapra à la basse et Didier Dijoux à la batterie. Groove garanti !

11 février > 20h > Léspas Leconte de Lisle > 18/8€

Dans la grandissante production électro de l’île, les deux compères de Zadig se posent là en inventant un son subtil, éclectique et intelligent, où les influences musicales s’entrecroisent sans effet d’empilement, sans indigestion, avec un sens de la mélodie affûté. Dorian Zapata (batteur et percussionniste qui manie les accents métalliques du hang comme personne) et l’azimuté Zorteil, programmeur, claviériste et bidouilleur de sons bien connu, utilisent comme matière première les voix et les instruments samplés du gnawa, du blues ou du maloya pour développer un dub riche, planant, baladeur et volontiers enfumé. En résidence à Léspas avec le batteur de High Tone, Dominique Peters, ils auront l’occasion de peaufiner un set live et de mûrir leurs idées, parmi les plus prometteuses de la scène locale actuelle. A découvrir d’urgence sur Myspace : www.myspace.com/zadig2.0

p.9

Crédit Photo : DR

Crédit Photo : Ronan Lechat

Zadig 2.0 /


Dossier p.10

Alexis HK, Brigitte, Archimède : un mois avant les prochaines Victoires de la Musique (le 2 mars), trois des artistes nommés passent à La Réunion. L’Azenda déclare donc février mois de la chanson française, et passe en revue les troupes tricolores.

Branchée, bobo, ringarde, fantaisiste, casse-pied, consensuelle, conceptuelle, parfois stupide, occasionnellement sublime, la chanson française est une galaxie complexe où coexistent depuis des années le génie de Bashung, les bêlements nigauds de Christophe Maé, les constellations de québécoises beuglantes, les états d’âme des littérateurs du quotidien (Delerm), les hurlements politiques des enragés, etc.

Pour toutes ces musiques, La Réunion a toujours été une terre d’accueil enthousiaste, et cette rentrée culturelle en apporte une nouvelle fois la preuve : pas moins de 7 groupes ou chanteurs zoreils passeront sur l’île au cours du mois, dont trois nommés aux prochaines Victoires de la Musique, tandis que le dernier projet d’Ousanousava, qui réinterprète sur scène les grands morceaux de Ferré, Nougaro ou Brassens, joue les prolongations en ce début d’année (à la salle H. madoré de StPhilippe le 24 février). Des nouvelles variétoches (Mickaël Miro, p.18) au phénomène chébran du moment (Les Brigitte, p.20) en passant par la jeune scène rock (Archimède, p.21), les nouveaux chanteurs à texte (Luce, HK et Dorémus, p.14) et même l’insubmersible chouchou suranné des ménagères, Frédéric François (lire page ci-contre), les scènes créoles en février dessinent le paysage fragmentaire d’une culture musicale qui en dépit de la crise du disque témoigne toujours d’une belle vitalité. Nous avons donc voulu vous proposer une brève galerie de portraits AOC des troubadours tricolores en visite. Epinglez-les, embrassez-les ou dessinez-leur des moustaches : faites comme ça vous chante !


Dossier p.11

FREDOMANIA Les meilleurs partent toujours les premiers : Alain Peters, Elvis, James Dean, Winehouse, Cobain, Buckley... ; Frédéric François demeure. Depuis 1963, il a vendu 35 millions de disques, il a fait dix fois l’Olympia, il a chanté plus de 300 chansons en quatre langues. A 61 ans, les poches bien pleines, sa retraite assurée, il continue. Mais pourquoi ? Pourquoi diable ce vieux beau à brushing refuse-t-il de se taire ? Et pourquoi se presse-t-on encore pour l’écouter chanter ?

Frédéric François vient seul, toujours triomphant, inoxydable

Alors que la plupart des autres susurreurs de sucreries ringardes sont contraints de se coaliser pour continuer d’exister (ces tournées de vieux chanteurs qu’on dirait financées par l’industrie de la chirurgie esthétique), Frédéric François vient seul, toujours triomphant, inoxydable. A l’heure où j’écris ces lignes, la rédaction de l’Azenda, rendue folle par sa venue sur notre île, chante même en boucle, machinalement comme un disque rayé, comme envoûtée : Mon cœur te dit je t’aiiiimeu, Mon cœur te dit je j’aiiiimeu, Mon cœur te dit je t’aiiiiimeu…


illustration : Freddy Leclerc


la cacophonie foldingue d’une armée de clones bronzés tout nus chantant « Je t’aime à l’italienne »

Frédéric François et cette inamovible crinière brune fixée pour l’éternité dans une laque à prise rapide comme le moustique de Jurassic Park est prisonnier d’une bulle d’ambre. Et dans 65 millions d’années, quand l’humanité aura achevé de s’autodétruire à grands échappements de gaz cancérigène et de déchets radioactifs, quand une nouvelle race de cancrelats irradiés géants supérieurement intelligents aura pris possession de la planète, et quand ces nouveaux maîtres fouilleront la terre en quête de leurs origines, un jour, au milieu de ces inexplicables crânes humains, des restes de hamburgers fossilisés et des mystérieuses carcasses de voitures, ils tomberont sur la moumoute à Frédo, intacte, brillante comme au premier jour, volumineux toupet sauvé de l’apocalypse. Et il se trouvera bien, alors, un vieux cancrelat géant riche et fou pour en extirper l’ADN et recréer un homme à partir des cellules de Frédéric François dans son laboratoire secret situé sur une île déserte, montagneuse et lointaine de l’Océan Indien. Et comme dans 65 millions d’années, le pognon fera encore sa loi, ce vieux cancrelat cupide inventera sans doute un parc d’attraction où les cafards du futur viendront jeter des cacahuètes à des chanteurs de charme pour qu’ils entonnent dans leur cage sécurisée les grands classiques du répertoire de la Frédomania. Et tout ce qu’il restera de notre espèce éteinte qui produisit Marx, Nietzsche, Chopin et Jean-François Sita, c’est la cacophonie foldingue d’une armée de clones bronzés tout nus chantant « Je t’aime à l’italienne » à des grosses blattes radioactives mortes de rire.

Dossier p.13

Frédéric François, il a déjà enterré au moins deux générations de fans, et il enflamme encore les ventres engourdis du troisième âge. Quand sa voix torride aux accents méditerranéens résonne dans les couloirs dormants des maisons de retraite, les quelques grabataires qui ont encore la force de participer aux thés dansants poussent des cris d’extase. Frédéric François et son grand regard triste et gentil, Bambi béat, benêt bellâtre à dents blanchies, tenace comme une malédiction, immortel.


Dossier p.14

Seuls à trois

Soldes sur la chanson à textes ? 23 février > 21h > Théâtre sous les arbres > 18€ 24 février > 21h > Le Kerveguen > 16/10€ 26 février > 19h > Théâtre sous les arbres > 18€

Alexis HK + Renan Luce + Benoît Dorémus = 18 euros Trois pour le prix d’un : la nouvelle chanson française, poussée aux soldes par la crise et boudée par les radios, tenterait-t-elle d’écouler ses stocks de rimailleurs à gratte sèche par paquets de trois, comme les chaussettes de chez Célio ? – juste destin, diront certains, pour une génération d’auteurs puisant leur inspiration dans le train-train égocentrique du quotidien, les trous dans les socquettes et la petite esthétique du banal. Sauf que les loustics du package Seuls à trois comptent parmi les plus solides écrivains de chansons du moment, et qu’ils remplissent très bien les salles en solo. Les géniales fantaisies d’Alexis HK (nommé aux Victoires dans la catégorie révélation scène), les choses vues de

Renan Luce ou les états d’âme fleuris d’insultes de Benoit Dorémus pèsent chacun leur kilo de vocabulaire, matiériau rare et donc précieux dans une industrie culturelle où la richesse de langue est désormais perçue comme une forme d’arrogance, une invendable vanité. Plus qu’une simple offre commerciale, Seuls à trois est en fait une salutaire et sympathique tournée qui sent la joyeuse camaraderie (les garçons sont, dit-on, des intimes), la saine rigolade et les grandes vacances, et qui laisse entrevoir la promesse de chouettes inédits. C’est en outre l’occasion, pour les fidèles de l’un ou de l’autre, de venir découvrir les univers très différents de ses brillants complices. Lire notre interview d’Alexis HK, p.16


TÉLÉCHARGEZ L’APPLI iPhone®

infos et réservations : www.kabardock.com / 02 62 540 540 – www.monticket.re / 0892 707 974 – www.agora-culturel.re


Dossier p.16

Coup de fil à

Alexis HK Vous avez déjà écrit une chanson avec Renan Luce sur Les Affranchis. Vous profitez de la tournée pour écrire à trois ? Fabuliste imprévisible, élégant bâtisseur d’histoires, auteur original et imaginatif, Alexis HK revient à La Réunion pour la troisième fois, accompagné de ses copains Renan Luce et Benoît Dorémus. Pourquoi avoir voulu partir sur la route à trois ? Ca faisait longtemps qu’on se croisait, sur scène et en dehors. On s’est dit que ce serait sympa de partager nos chansons, nos jouets, la scène, et de rencontrer nos publics respectifs, qui sont différents. C’est d’abord une histoire de copains, on ne vient pas juste en pack, chanter nos chansons chacun son tour. On est trois sur scène presque tout le temps, de temps en temps, y en a un qui chante tout seul pendant que les autres le regardent, des fois on chante des chansons des autres, on fait des duos, des trios. On se marre beaucoup.

On a écrit quelques trucs ensemble, oui, dont une petite chanson un peu jingle sur les dangers du bodyboard - pas sur les requins - une histoire de gros tsunami qu’on est assez impatients de chanter à La Réunion. Mais on ne veut pas rentrer dans un système de groupe, c’est une tournée qu’on a voulue éphémère, une parenthèse. Après, chacun ira de son côté, fera ses albums tout seul, avec peut-être un duo ici ou là, mais c’est tout, je pense. Vous êtes plus un fantaisiste qu’un chanteur politisé, mais est-ce que l’actualité vous inspire, comme la panique actuelle autour de la crise financière ? Je crois que la leçon politique à retenir de ces dernières années, elle est vraiment très simple et évidente. On peut la résumer en une phrase : si on laisse trop les porcs se gaver, ils bouffent tout, ça fout le bordel. Après on crève de faim. C’est ce à quoi on assiste, et c’est le constat le plus clair qu’on puisse en tirer.


Dossier p.17

Qu’est-ce que ça vous fait d’être nommé aux Victoires de la Musique dans la catégorie révélation scène, alors que vous tournez depuis 15 ans ? Ca me fait rire, bien sûr. Et ça me fait plaisir, faut le dire. Parce qu’il faut du temps pour se révéler. C’est un long processus. Je me dis que si on explose tout de suite, c’est qu’on n’est qu’une petite lumière vouée à s’éteindre, un phénomène éphémère. Donc c’est à la fois étrange et drôle, et puis logique aussi : effectivement, ça fait 15 ans que je tourne, mais au moins, je pourrai dire que je ne l’ai pas usurpée, cette nomination, que j’ai pris le temps qu’il fallait pour devenir quelqu’un qui dure. C’est la 3ème fois que vous venez à La Réunion. En 2006, vous étiez même le seul artiste de Métropole à n’avoir pas annulé vos concerts en pleine panique sur le chikungunya. Qu’est-ce qui vous attire tant ici ? La Réunion, c’est peut-être bateau de dire ça, mais pour les gens de la Métropole, comme tous les DOM, c’est une parenthèse enchantée, on y rencontre des gens tellement doux et calmes… Et même dans les DOM, La Réunion, c’est spécial, encore plus paisible, encore plus cool. Passer à La Réunion, ça recharge les batteries pour l’année entière.

On a écrit une petite chanson sur les dangers du bodyboard...


p.18

Dossier

Mickaël Miro

La bonne vieille variété du prime time 11 Février > 20h > La Ravine > 25/22€

Le jeune chanteur français beau gosse du moment lance sa tournée 2012 à La Réunion, avant de passer à L’Olympia. La jolie gueule ciselée, la veste en jean élimée juste comme il faut, la tignasse noire en pagaille, la joue couverte d’un duvet savamment négligé et, surtout, la guitare sèche en bandoulière : Mickael Miro rappelle un peu le Jean-Jacques Goldman de la période Je marche seul. C’est d’ailleurs dans cette veine pop franchouille dont JJG fut l’artisan majeur que s’inscrit son premier album, Juste comme ça (2011), matraqué sur les ondes et rapidement disque de platine. Auteur-compositeur, ce nouveau fleuron de la chanson-française-qui-se-vend-bien suit donc la voie royale empruntée récemment par Grégoire, avec un répertoire fondé sur des ritournelles entraînantes et efficaces qu’on peut apprendre par coeur et chanter sous la douche sans risquer l’anévrisme. En témoigne son single phare, L’horloge tourne, dont la moitié des paroles consiste en la répétition de trois onomatopées : «Dam dam déo oh oh oh, dam dam déo oh oh oh oh.» Ne poussons pas l’analyse littéraire des textes d’un poulain dont le service com’ dit qu’il veut «chanter haut et fort son amour pour les mots», car son talent de parolier n’est pas son principal atout. En revanche, il sait créer ces petits airs entêtants dont on se souvient tout de suite, et qui font l’essence des tubes. Avec sa voix volontiers haut perchée, il chasse son public sur les terres fertiles déjà cultivées par les grands sentimentaux consensuels du répertoire contemporain, les Calogero, les Obispo ou les Christophe Maé. De la vraie chair à Enfoirés.


Dossier p.20

Brigitte LA POP CHÉBRAN 23 février > 21h > Palaxa > 15€ 24 et 25 février > 21h > Kabardock > 18€

Elles sont partout, sur les radios, à la TV, en tournée, mais pas au téléphone : les Brigitte nous ont posé trois lapins de suite. Tant pis pour l’interview, on ne leur en veut pas, on comprend qu’elles sont en plein rush. Depuis la sortie de son premier EP, Battez-vous, au printemps dernier, ce beau duo pop ambiance badine fait boum ! Leur premier album Et vous, tu m’aimes ? est déjà disque de platine, et elles sont nommées aux Victoires de la Musique dans deux catégories : révélation de l’année et révélation scène. Elles l’auront pas volé, tout ce soudain succès. Bêcheuses glamour, jeunes mamans sexy (le premier qui dit MILF est disqualifié), pétroleuses rétro-décalées, Aurélie Saada et Sylvie Hoarau (oui, son père habite Petite-Île) produisent une chanson mutine et effrontée, follement fraîche. Tantôt garces, tantôt filles faciles en pleine autodérision, elles trouvent les éructations de Lord Kossity sur Ma Benz ébouriffantes, et en font une reprise hyper sensuelle… et creusent le sillon d’une chanson française féminine volontiers libérée à laquelle Clarika avait ouvert la voie en

2001, en chantant sa fascination pour Les garçons dans les vestiaires. Labellisées « chanson coquine » par Le Figaro, elles récusent pourtant l’épithète, qu’elles trouvent réducteur. C’est vrai. Dansante, précise, léchée, gaie ou émouvante, leur musique est à l’image de leur gonzesse inventée, qu’elles décrivent comme amoureuse, désespérée, enjouée et festive. Souvent comparée à Lahaie, Bardot ou Fontaine, cette Brigitte imaginaire ressemble donc plus à la Brigit de la mythologie celtique, principe féminin universel, à la fois mère, épouse, sœur et fille de tous les autres dieux. Amen.


p.21

11 février > 21h > Palaxa > 15/10€

Dossier

ARCHIMÈDE Le rock franglo-saxon

Archimède file à l’anglaise le beau textile d’un rock français bien frais, et pique en deux bons albums la vedette à la concurrence. Bien fait ! De goualantes impudentes en vers bien vus, leur second album, Trafalgar Maigrichons dandys cintrés en blazer (nommé aux prochaines Victoires dans british du sommet desquels pleut la la catégorie meilleur album rock), est frange négligée de la beatlemania : ces peut-être ce qui est arrivé de mieux à la néo minets rétro d’Archimède pourraient scène française ces dernières années. Un aussi bien nous agacer que nous attendrir. brin titi dans le débit, ils ont l’art de la Sauf qu’il y a la musique, et les mots. Pop formule sentie qui s’accroche au cerveau espiègle pleine de brouillard anglais et (Qu’importe que tu ne sois qu’un loser d’optimisme sixties, ritournelles finaudes / Sans Rolex à ton bras / L’important, bien tournées en français vieille école : en c’est ton bras ! – Le Bonheur). L’air de deux albums, le duo formé par les frangins rien, sans trop se prendre au sérieux, ils Boisnard a su toucher le grand public cachent dans leurs refrains contents ce sans vulgarité et sans bêtise. Mi Dutronc qu’il faut d’impertinence pour donner un anglois, mi ducon la joie, ils cultivent peu de substance à leur dandysme. De une image de losers désinvoltes tout en la crise du logement (Bye bye bailleur) à l’exaspération des classes populaires (Les dérision, comme sur Je prends, où ils chantent guillerets l’art délicat de prendre petites mains), ils adressent en riant de une veste (là où l’ancien chantait celui de joyeux doigts d’honneur à tous ceux dont son retournement). la vie fleure bon la croisière. F.G


Crédit Photo : Patrick Loupy

Crédit Photo : Elux Clampin

Musique p.22

Vavangèr(s) Hommage à Alain Peters

4 février > 20h > Le K > 8€ 2 mars > 20h > Léspas Leconte de Lisle > 15/8€

Emérite jongleur de mots, Sergio Grondin s’adjoint les services d’une jeune experte en maniement du takamba (Maya Kamaty) et du rappeur la kour à flow précis, Alex Sorrès (dont on attend toujours en trépignant le prochain album, arrangé sauce Bazbaz, annoncé pour septembre ou octobre), pour un hommage innovant à l’un des artistes les plus importants du patrimoine musical réunionnais, l’incontournable Alain Peters. Innovant parce qu’on est loin de la reprise au cordeau des classiques réédités, mais dans une réinterprétation vivante de la poésie musicale du zarlor du maloya moderne. En soirée d’ouverture du Séchoir, le 4 février, ce fier trio sera accompagné d’invités de marque comme Danyèl Waro, Gilbert Pounia ou Franky Lauret. A Léspas début mars, ils seront seuls, mais fiers quand même.

Tyéri Abmon Maloya

4 février > 20h > Le K > 8€ 2 mars > 21h > Kabardock > 10€

Percussionniste de Danyèl Waro et de Ziskakan, Tyéri Abmon a lancé l’an dernier son parcours solo en beauté, en remportant le Prix Alain Peters, qui lui vaudra une date sur le prochain Sakifo. En attendant, on pourra le voir plus souvent sur scène puisqu’il est aussi soutenu par le dispositif Bekali, qui regroupe Le Séchoir, le Kabardock et Léspas pour favoriser la diffusion et l’émergence de jeunes artistes. Un coup de pouce que cet hommeorchestre virtuose n’a pas volé : il est l’un des artistes les plus prometteurs de la scène maloya actuelle.


février

Prysm

mars

Circuits Fermés

Franz, pianiste et clown

JuJu

avril

Body of Knowledge

Conte & Soul

Anthony Joseph

mai

Leu Tempo festival

L’avare

Le malade imaginaire

Escales Argentiques

Dis oui + Virus Eyes

Zenzile & Jamika + ZON

juin

Vavangèr(s) + Tyéri Abmon Tigouya

0262 34 31 38 | www.lesechoir.com


Musique p.24

Prysm

Le jazz français, ça n’est pas pas que Christian Morin 24 février > 20h > Le Séchoir > 18/8€ 25 février > 20h > Léspas Leconte de Lisle > 18/8€

Trio balèze un temps dissout, Prysm est l’exemple type d’un jazz tricolore pointu, bouillonnant et vivace reconnu dans le monde entier.

Grosse claque, grande classe : Prysm incarne ce que la France peut produire de mieux en terme de jazz vénère, à mille lieues des chanteuses à voix feutrée dont les disques interchangeables s’empilent depuis dix ans en haut des charts. Ce triangle équilatéral délimité par le piano de Pierre De Bethmann, la contrebasse de Christophe Walemme et la batterie de Benjamin Henoq a marqué la seconde moitié des années 90 en développant une impressionnante tournerie rythmique et une véritable unité de groupe, fait assez rare dans la galaxie jazz où les grands noms évoluent souvent en mercenaire solo ou en formations temporaires. Animateurs majeurs de la scène musicale européenne des 90’s, ils sont la première formation française à signer sur le légendaire label Blue Note, pour qui ils enregistrent quatre albums dont le succès

critique est assez unanime, avant de se dissoudre en 2001. Reformé par intermittence depuis 2009, Prysm a sorti un album live impressionnant en 2011, Five, disponible sur les plateformes d’écoute en ligne. On y sent le plaisir qu’ont ces virtuoses incontestés à savourer leurs retrouvailles, et la solidité d’une amitié que dix ans de projets individuels n’ont en rien entamée. Compagnons enthousiastes, leur musique est remplie d’une énergie sincère, vibrante, qui s’exprime avec une liberté d’autant plus grande que chacun a fait ses preuves de son côté. Epanouis dans un art volontiers fiévreux et électrique, vécu dans l’instant, ils manient l’improvisation avec la joie volontaire et détendue de ceux qui, ayant fait plusieurs fois le tour du monde, rentrent contents à la maison. F.G


Musique p.25 Crédit Photo : François Gaertner

Résurrection 4 février > 18h > Le Palaxa > gratuit

Pour fêter sa réouverture après de longs travaux, le Palaxa paye sa tournée de concerts gratuits.

Ami dinonysien mélomane et noctambule, réjouis-toi, car voici que s’achèvent enfin tes longues années d’errance ! Le sain vacarme des musiques amplifiées renait enfin, à l’endroit précis où elles avaient dû se taire, il y a trois ans, sur l’avis d’une commission de sécurité qui en motivant la fermeture du vétuste Palaxa t’avait poussé sur la douloureuse route en corniche de l’exil. Remise sur pied, rénovée de fond en comble, la salle de concert mythique de l’espace Jeumon rouvre ses portes dès le 4 février pour accueillir dans son ventre profond de 500 places la transe fantastique des musiques actuelles.


Crédit Photo : François Gaertner

Musique p.26

Acoustique revue et corrigée, parking, bar, accès handicapés, loges tout confort, équipe toute neuve, jeune et entièrement opérationnelle, peinture fraîche et bétons cirés : le Palaxa nouveau s’est payé un lifting à 1,5 millions d’euros (merci la CINOR). Salle de proximité ouverte sur le monde, comme dit son responsable Pierre Babef, elle accueillera des artistes locaux en résidences scéniques, des pointures extérieures et des groupes de la zone, pour une programmation qui se veut vigoureuse, populaire et éclectique, bien qu’on pressente une légère dominante reggae, ragga et dancehall. Pour fêter ce retour à la maison, le Palaxa vous invite tous gratos (le 4 février, donc) à partir de 18h pour une soirée d’ouverture 100% nord, avec six groupes du cru : Kom Zot, Christine Salem, Sabouk, Tikok Vellaye, Babiluzion, Roulèr Killer, et 2 DJs pointus : le touche à tout groovy Konsöle et Monsieur fréquence gros roots, Selectir et ses galettes reggae. Deux scènes seront montées pour l’occasion, dont une à l’extérieur, sur les ruines encore fumantes des friches industrielles, démolies pour faire de la place au futur projet de Cité des arts, qui englobera le Palaxa dans un centre culturel complet d’ici fin 2013. C’est donc aussi l’occasion de dire au revoir à un patrimoine architectural et industriel important. En dansant dessus. F.G


Musique

Davy Sicard

p.27

Mon péi

18 février > 21h > Le Palaxa > 12/8€

Retour à la maison pour ce chanteur péi qui sort tout juste un nouvel album en forme de cheminement intérieur, à la fois très personnel et profondément politique.

Partant toujours du maloya et baigné de sonorités acoustiques un peu sucrées, Mon Péi tricote un blues universel où Sicard déploie sereinement l’impeccable technique vocale qu’on lui connaît depuis ses débuts au sein des College Brothers.

C’est sur le fond qu’on trouve une réelle évolution, puisque Sicard se pose cette fois en véritable militant de la créolité. Mon péi navigue entre mémoire de l’esclavage, évocation de l’esprit républicain de Marianne et effort identitaire pour exalter les valeurs métisses d’une Réunion apaisée, libre et fière de sa langue. Ouvert sur un clin d’œil à l’hymne populaire en français de Jacqueline Farreyrol (Mon île), l’album s’achève symboliquement sur les roulements de tambour d’un hymne national en créole (Mon péi) où se mêlent les voix de chanteurs et de personnalités réunionnaises comme Olivier Araste (Lindigo) ou Luciano Mabrouk (Kom Zot), comme pour donner à l’île un nouveau chant de ralliement (Lé la pou mèt ansanm paré / Pou sobat anparé / Pou fé grandi soinyé / Fièr nout mélanjé). L’album est en outre sorti en édition limitée accompagnée d’un DVD qui contient, notamment, un documentaire où l’on voit Davy Sicard interroger des élèves, des artistes et des universitaires locaux sur leur rapport à la langue créole. A découvrir en live pour la première fois, puisque Davy Sicard a bénéficié de la première résidence scénique du Palaxa pour préparer son nouveau spectacle.

F.G


National de Barbès DO IT YOUCEF

25 février > 20h > Palaxa >15/10€ 1ère partie : Lo Griyo

Pour célébrer ses 15 ans de carrière, l’Orchestre National de Barbès entame une tournée nationale qui passe par le Palaxa le 25 février. Un concert unique pour découvrir les titres colorés du 4ème album du collectif, Rendez-vous Barbès.

Crédit Photo : Ali Mobarek

p.28

Musique

L’Orchestre

Formé en 1995 autour du bassiste algérien Youcef Boukella, l’Orchestre National de Barbès (l’ONB) réunit des musiciens franco-maghrébins passés maîtres dans l’art de marier les musiques traditionnelles du Maroc et d’Algérie à des orchestrations occidentales contemporaines. Le répertoire de l’ONB mêle ainsi les musiques gnawa, chaâbi, allaoui et raï au reggae, au rock et même à la rumba. Le collectif est à géométrie variable et s’appuie sur un dénominateur commun : le bonheur

de jouer ensemble, que l’on peut lire sur les visages radieux de ces fins techniciens du derbouka, du gumbri et du mandole. A la croisée des cultures et des influences, l’ONB doit son succès à une fusion épicée sans cesse renouvelée, ainsi qu’à son incroyable puissance scénique, capable de faire chavirer en trois mesures les publics les plus variés. A l’image de Rendez-vous Barbès, le 4ème album du groupe, la musique de l’ONB flirte avec la transe gnawa et le chaabi algérois, réinvente le dub et le ska à l’aune de superbes colorations orientales, déplaçant son centre de gravité au fil de titres lumineux. Pour ce concert unique, c’est Lo Griyo qui se charge de faire monter la température au Palaxa, la salle se situant pour l’occasion quelque part entre Oran, Paris, Saint-Denis J.H et Alger.


Evénement

Quel Train ?

Crédit Photo : DR

p.33

17 et 18 février > A partir de 18h30 à Saint-André Infos : 0262 46 63 15

Les 17 et 18 février, la ville de Saint-André va vivre au rythme de la huitième édition de Quel Train ? Une manifestation pluridisciplinaire et gratuite, qui fait la part belle à la création locale. Paré pour le départ ? ....

Initié par la Ville de St André et piloté par l’équipe de la Salle Alphonsine, Quel Train ? vise à démocratiser la culture en l’amenant dans la rue. Cette année encore, il y en a pour tous les goûts : du théâtre, de la danse, des installations et des concerts, le tout à découvrir dans la rue de la Gare et la cour de la Salle Alphonsine. La partie théâtre de la manifestation est entièrement dédiée à la compagnie Sakidi, dirigée par Lolita Tergémina. Après avoir joué en français L’ours et Une demande en mariage, deux comédies extravagantes d’Anton Tchékhov, Sakidi propose cette fois les pièces en créole. A découvrir dans la rue pendant ces deux jours, l’installation poétique Les rapporteurs d’histoires, imaginée par Florence Blanc. Une galerie de personnages réunionnais hauts en couleur, chargés de recueillir nos ladi lafé. Côté Danse, Quel Train ? accueille cette année 3 propositions chorégraphiques : Marelle(s) du collectif AléAAA, Lucky Luke de la Cie Eco, et Ews de la Cie Barra Foglia. Enfin au rayon musique, c’est Kréolokoz (élu «Afro Pépite 2012 pour l’Afrique de l’Est» par l’association Le Rêve Africain) qui ouvre le bal grâce à son maloya fonnkèr très épicé. L’autre groupe de maloya invité n’est autre que Votia, emmené par Marie-Claude Lambert. J.H


Expo p.34

Mama Africa Jusqu’au 21 juin prochain, au Moca dans les hauts de Montgaillard, une grande et belle exposition multimédia inédite en France retrace l’histoire et les courants nombreux des musiques noires dans le monde.

Hall of fame multimédia hyper technologique dédié aux dieux de la black music, passage initiatique et symbolique sur les traces des esclaves exilés, fonds documentaire et musicologique d’ampleur, Les musiques noires dans le monde est tout ça à la fois, et même bien plus encore. On s’y promène seul, isolé des autres par un casque audio relié à un smartphone-télécommande, parfaite créature urbaine autonome et connectée, image du marcheur autiste scotché sur sa bibliothèque iTunes. Inventé par Mondomix, ce dispositif innovant permet une découverte solitaire des 13 heures de documentaires et d’archives vidéo et des 2000 morceaux qui forment le socle de l’exposition. Un voyage dans l’immatériel, homogène au monumental patrimoine laissé par les musiciens africains, ceux qui sont restés sur le continent, et ceux que quatre siècles de traite ont éparpillés sur le globe. Entre histoire et géographie, portraits des légendes planétaires et détails pédagogiques sur des courants moins connus, et même si l’immense variété des sujets abordés est rendue cohérente par une approche progressive et thématique, il est impossible de tout assimiler d’un coup. Contraint au grignotage, on retient des bribes, des images, des phrases ; John Coltrane expliquant que s’il joue longtemps, c’est parce qu’il a beaucoup de choses à dire, le visage rond, rouge et tendre d’Alain Peters qui nous parle d’amour, les danses rituelles des esclaves qui perpétuent dans l’exil des traditions anciennes, le béton des ghettos où naquit le hip-hop, la


Expo p.35

la tristesse lugubre de Billie Holiday quand elle chantait Strange Fruit tristesse lugubre de Billie Holiday quand elle chantait Strange Fruit… Autant d’images en désordre à vous hanter les rêves, qui vous remontent comme des souvenirs d’enfance, parce que tout est là : ces musiques sont le berceau dans lequel nous avons tous grandi. Centré principalement sur les échanges entre l’Afrique et les Amériques, sur un espace défini comme un «Atlantique noir », le projet raconte par fragments l’épopée tragique et sublime qui conduit de l’esclavage à l’émergence des cultures démocratiques modernes, et comment les musiques noires, leurs élans rebelles, leur

fièvre revendicatrice et communicative, se sont inscrites au cœur de l’ADN contemporain. Comment, au 20e siècle, le métissage forcé par l’Histoire a donné naissance à l’incroyable richesse culturelle et créative qui fonde les musiques actuelles. Travail de mémoire collectif autant qu’hommage amoureux aux idoles de toujours, Les musiques noires dans le monde est une véritable encyclopédie, fragmentaire et sentimentale, profondément humaine et mélomane. Et ce serait bien le diable si en sortant de là, la tête pleine de chansons et d’un savoir nouveau, vous n’aviez pas qu’une seule F.G envie : y retourner de suite.

Toutes les expos du mois sur www.azenda.re


p.36

Théâtre

Vincent Roca

18 février > 20h > Théâtre Luc Donat > 25/20€ 21 février > 20h > Léspas Leconte de Lisle > 20/10€

Grand trousseur de mots devant l’Eternel, ancien chroniqueur vedette de l’émission radiophonique Le Fou du Roi, Vincent Roca nous présente son nouveau spectacle baptisé Vite, rien ne presse !

D’abord professeur de mathématiques, aujourd’hui auteur et comédien, Vincent Roca s’est rendu célèbre grâce à ses quelques 850 chroniques sur France Inter, dans l’émission qu’a longtemps animée Stéphane Bern. Ce funambule du verbe était sans doute le plus poétique de l’équipe radiophonique, l’un des plus drôles aussi. Dans le droit fil de Raymond Devos, son humour subtil repose principalement sur la langue française et ses multiples combinaisons, exploitant à merveille les jeux de mots, les doubles sens et les calembours. Un auteur aérien et passionné, un «obsédé textuel» comme il se définit lui-même.

Crédit Photo : DR

Dans ce nouveau spectacle mis en scène par Gil Galliot, Vincent Roca s’amuse avec la notion du Temps qui passe, n’épargnant rien ni personne. Entre le passé qui resurgit et le présent qui ne veut cesser, Roca est plus-que-parfait, jouant avec les phrases tel un illusionniste : «Je n’ai rien contre le temps, mais par moments, j’ai des envies de tuer le temps». En mars 2011, Vincent Roca a reçu des mains du ministre de la Culture le prix Raymond Devos, destiné à «récompenser un artiste dont l’œuvre ou l’action contribue au progrès de la langue française, à son rayonnement et à sa promotion». J.H


PROGRAMME FÉVRIER 2012 vendredi 3

vendredi 10

concert

concert

samedi 11

Mercredi 15

Zadig 2.0 +

Gnawa Music Corps et Âme

mounawar + invités concert

roots’n’future

Vendredi 17 Samedi 18 théâtre

Aristophane « la paix » Vendredi 24 danse

Clignements d’elles

matthieu Brillant projection

Mardi 21

spectacle

Vincent Roca Samedi 25

concert

Prysm Trio Jazz

conférences :

mercredi 15 18h15 « le serment d’hippocrate » | Mercredi 29 18h15 « les chemins de la minceur ... » LÉSPAS CuLtureL LeConte de LiSLe 5, rue eugène dayot - 97460 Saint-Paul

www.lespas.re 02 62 59 39 66


Crédit Photo : DR

p.38

Théâtre

La Paix !

8, 9, 10 et 11 février > Théâtre Le Grand Marché >18/4€ 14 et 15 février > Théâtre Les Bambous >10/4€ 17 et 18 février > Léspas Leconte de Lisle >18/8€

Fruit de la collaboration entre le metteur en scène Vincent Colin et la compagnie malgache Landyvolafosty, La Paix ! est une pièce inspirée d’une oeuvre d’Aristophane.

De la guerre du Péloponnèse aux conflits sanguinaires des 20ème et 21ème siècles, il n’y a qu’un pas que l’on franchit dans l’allégresse avec cette pièce d’une brûlante actualité. Si le sujet est grave, l’adaptation de Vincent Colin et Doly Odéamson reste fidèle au style comique d’Aristophane, optant pour l’humour et la loufoquerie.

L’oeuvre originelle, qui date de 421 avant Jésus Christ, avait pour but l’instauration d’une paix durable entre Sparte et Athènes. Aristophane y décrivait l’incomparable douceur de l’existence en temps de paix, en tentant de diffuser ce message pacifique auprès des habitants d’Athènes. La Paix ! est ici interprétée par Philippe Blancher et la compagnie familiale Landyvolafotsy, une troupe itinérante qui sillonne les villages de brousse de Madagascar pour offrir aux paysans des représentations théâtrales. Dans cette version moderne et déjantée, la pièce se situe dans la Grande Ile et expose le parcours d’un paysan malgache aux prises avec les puissants, dénonçant les injustices sociales dont il est témoin. Dans cette mise en scène, les comédiens de Landyvolafotsy sont également tour à tour musiciens et danseurs. J.H


LES

BAMBOUS COMPLÈTEMENT À L’EST !

scène conventionnée - expressions d’aujourd’hui - direction : Robin Frédéric

LA NOUVELLE CLAMEUR Scène ouverte

invités : FABRICE LEGROS et KILTIR

SAMEDI 11 FÉVRIER

20H00

entrée libre et gratuite

LA PAIX

d’Aristophane - cie Vincent Colin & cie Landivolafotsy

MARDI 14 FÉVRIER 14H00 MERCREDI 15 FÉVRIER 20H30 Et aussi... Au CDOI Le Grand Marché - St Denis t.0262 20 33 99 mercredi 8, jeudi 9 février 19h00 vendredi 10, samedi 11 février 20h00 À Léspas - St Paul t.0892 70 79 74 vendredi 17, samedi 18 février 20h00

THE ISLAND

d’Athol Fugard, John Kani et Winston Ntshona cie Deux Temps Trois Mouvements

JEUDI 23 FÉVRIER 14H00 VENDREDI 24 FÉVRIER

20H30

Et aussi... Au Théâtre Canter - St Denis t.0262 48 95 06 mardi 28 février 19h00 © E. Delaloy

À Léspas - St Paul t.0892 70 79 74 jeudi 1er mars 20h00

2, rue jean moulin 97470 saint-benoît billetterie@lesbambous.com

www.lesbambous.com INFOS 0262 50 38 63


23 et 24 février >Théâtre Les Bambous >10/4€ 28 février > 19h > Théâtre Canter >15/5€ 1er mars > 20h > Léspas Leconte de Lisle >18/8€

La compagnie Deux Temps Trois Mouvements présente The Island, un huis clos poignant qui réunit deux personnages liés par l’enfermement et de difficiles conditions d’incarcération.

Crédit Photo : Emmanuel Delaloy

Théâtre p.40

The Island Se faire la belle

Le Burkinabé Hassane Kassi Kouyaté a adapté en français une pièce des auteurs sud-africains Athol Fugard, John Kani et Winston Ntshona, une oeuvre représentative du théâtre des townships. The Island, l’île, c’est Robben Island, située au large du Cap en Afrique du Sud, un lieu tristement célèbre pour avoir été pendant plus de 30 ans la prison des activistes anti-apartheid, notamment des membres de l’ANC. Nelson Mandela y a été incarcéré pendant 18 ans, l’actuel président du pays, Jacob Zuma, 10 ans. C’est là que l’on suit deux prisonniers, victimes d’une oppression quotidienne, qui les détruit peu à peu. Face à l’avilissement, les deux hommes s’évadent en paroles et en pensées. Les rires et les dialogues fantasmés avec l’extérieur, tout est bon pour résister à Robben Island. Et plus encore le théâtre : nos deux compagnons d’infortune préparent en effet une représentation d’Antigone pour la fête de la prison. Et si l’imaginaire était le meilleur moyen de briser les chaînes de l’enfermement ? Hassane Kassi Kouyaté répond à cette question par une formule décisive : «Jouer et rire, pour survivre». J.H


Théâtre

Humour glaçant

p.41

Crédit Photo : Maarten Vanden Abeele

32 rue Vandenbranden

23 et 24 février > 20h > Téat Champ Fleuri > 22/10€

La compagnie belge Peeping Tom débarque avec un spectacle étrange et poétique, 32 rue Vandenbranden, inspiré d’un film du cinéaste japonais Shohei Imamura, La Ballade de Narayama. Le résultat est spectaculaire !

Mêlant danse, théâtre, musique et vidéo, la pièce s’appuie d’abord sur un décor grandiose, un paysage de montagne glaçant, où trônent deux mobil-homes. Cet environnement enneigé, où le vent et le froid sont terribles, est sans issue. Il enferme littéralement les six personnages de 32 rue Vandenbranden : un couple, une femme enceinte et une vieille dame, bientôt rejoints par deux étrangers. Cette communauté humaine en vase clos se croise et se heurte, donnant lieu à des morceaux d’une danse violente et acrobatique, parfois burlesque. A travers ces personnages solitaires, l’objet chorégraphique non identifié interroge la vie de groupe confrontée aux pulsions obscures des individus, isolés mais libre, inquiétants aussi. Entre hyperréalisme et fantastique, la force visuelle du spectacle est incomparable, empruntant au cinéma et à la prestidigitation. Cette création de Peeping Tom, mise en scène par Gabriela Carrizo et Franck Chartier, est brillamment interprété par Eurudike de Beul, Seoljin Kim, Hun-Mok Jung, Marie Gyselbrecht, Jos Baker et Sabine Molenaar. 32 rue Vandenbranden est un spectacle sombre et angoissant à l’esthétique saisissante. En tout point hors-normes. A voir absolument ! J.H


Festival p.42

Jeune & folie

Festival Toto Total, épisode 3 29 février – 8 mars > Téat Champ Fleuri

L’enfant roi, celui qu’on éveille à coups d’ateliers créa-éducatifs innovants et de stages de mini-théâtre ludico-sensoriel, qu’on confie à la bienveillance de puéricultrices new age diplômées en apnée chamanique pour qu’il se réalise, plus tard, en surhomme supérieurement épanoui, cet enfant-là n’a pas que des inconvénients : il peut vous servir de prétexte à faire un tour à Toto Total, troisième édition, le festival jeune public des TDR.

nommé Casrolparc. Vous pourrez y passer 4 heures à folâtrer de mini jeux en grosses curiosités, à tambouriner sur des batteries de cuisine, à tourner en rond de serviette, à pratiquer votre art de la gamelle sur un babyfood où les trop raides footballeurs en plastique sont remplacés par de bons vieux faitouts. Casrolparc est à la fois le Disneyland du boucan et de la bricole, et le souvenir d’un temps où une cuiller en bois et une passoire sur la tête suffisaient à divertir trois gosses tout un après-midi.

5 jours, 6 spectacles au compteur, pour les petits mais pas que, une exposition grandiose : c’est le programme solaire de cette petite école buissonnière, qui inclut également le tout premier parc d’attractions de la casserole, le bien

Allé joué don ! Tous les spectacles, toutes les dates et les infos pratiques sont dans les pages qui suivent. Retrouvez plus d’info sur www.azenda.re F.G


0262 419 325

www.theatreunion.re

DESiGN GRAPhiqUE : Rémi ENGEL

2012 / Photo © L’ESCABELLE, ARNAUD hUSSENot DESENoNGES

Info bIlletterIe


gratuit Durée : 4h en continu À partir de 5 ans Premier mini-parc itinérant de la casserole, cet espace ludique et sonore pour petits et grands enfants propose une vingtaine d’attractions essentiellement réalisées à partir d’objets usuels délaissés et récupérés : des casseroles et autres ustensiles de cuisine.

5 € (scolaire) 6 € (tout public) Durée : 30 mn À partir de 6 ans

Jardin de l’État mercredi 29 février de 14h à 18h

La magik ! met en scène ce très beau roman jeunesse de marie N’Diaye (prix Femina 2001 et Goncourt 2009) en mariant savamment le jeu ludique et frais de marie Birot et films courts. Ce vidéo-conte permet de se pencher en douceur sur nos émotions inexpliquées, nos peurs calfeutrées.

TEAT Champ Fleuri Baobab samedi 3, mercredi 7 et jeudi 8 mars de 13h30 à 17h30

TEAT Champ Fleuri Karo Kann jeudi 1er mars à 10h (scolaire) samedi 3 et mercredi 7 mars à 14h

5 € (scolaire) 6 € (tout public) Durée : 50 mn À partir de 8 ans Un spectacle de jonglerie graphique et rythmique, qui traite d’un rapport de dépendance mutuelle, porté par deux jeunes artistes de renommée internationale, lauréats Jeunes talents Cirque Europe 2009-2010. TEAT Champ Fleuri jeudi 1er mars à 13h30 (scolaire) samedi 3 mars à 16h et mardi 6 mars à 18h


5 € (scolaires) 6 € (tout public) Durée : 50 mn (scolaires) 1h10 (tout public) À partir de 7 ans Entre conte fantastique et théâtre d’objets décalés, cette adaptation du chef d’œuvre de Jules Verne propose une mise en scène spectaculaire, drôle et lyrique. Embarquement familial de 6 à 106 ans pour faire le tour du monde! TEAT Champ Fleuri vendredi 2 mars à 10h et 13h30 (scolaires) samedi 3 mars à 18h, mardi 6 mars à 14h et mercredi 7 mars à 18h

6 € Durée : 51 mn À partir de 4 ans 6 € Durée : 35 mn À partir de 2 ans métaphore de l’enfance et du désir d’indépendance, Tigouya raconte le voyage initiatique d’un jeune margouillat né à mafate. Un spectacle visuel alliant marionnettes, pop-up (découpages de papier), vidéos et jeu d’acteur. TEAT Champ Fleuri Karo Kann mardi 6 et jeudi 8 mars à 16h

Une sélection de films courts d’animation français. Contes colorés, animaux bienveillants princesse courageuse, étoiles brillantes, piscine mystérieuse, prés verts… Difficile de résister à ces aventures, à cette recette d’images animées au goût de pain d’épice ! TEAT Champ Fleuri Karo Kann mercredi 7 mars à 16h et jeudi 8 mars à 14h


PASS TOTO TOTAL 15 € les 3 spectacles

POINTS DE VENTE SAINT-DENIS __ tEAt __ Champ Fleuri Agora multimédia VILLE DU PORT __ Agora multimédia

ExposiTion gratuit

6 € Durée : 1h À partir de 7 ans Premier grand spectacle du théâtre taliipot ayant connu un succès international à partir de 1990, Adrien revient sur nos rives. Chant d’espoir de toute une génération, Adrien est une référence à l’environnement et à des mythes réunionnais universels. TEAT Champ Fleuri jeudi 8 mars à 18h

Un personnage géant assis sur un cube, un cahier sur les genoux, un crayon à la main. il est prêt à coucher sur le papier tous les rêves ou fantasmes nés de son magination. Les murs du tEAt deviennent le cadre, l’environnement du personnage. Comme une invitation au rêve et à un voyage dans l’imaginaire de l’artiste, même les adultes ont l’impression de redevenir petits. Galerie du TEAT Champ Fleuri du 1er février au 27 mars vernissage le 1er février à 18h

SAINT-ANDRÉ __ Centre Culturel multimédia SAINT-BENOÎT __ Agora multimédia SAINT-GILLES __ office du tourisme SAINTE-MARIE __ Agora multimédia SAINT-PIERRE __ Géant Casino

Info bIlletterIe

0262 419 325 www.theatreunion.re


Les Hommes viennent de Mars, les Femmes de Vénus 28 février > 20h > Théâtre Luc Donat >42€

Paul Dewandre a adapté pour le théâtre le best-seller de John Gray sur les relations homme-femme dans le couple. Le Belge a choisi l’angle de la leçon pseudoscientifique pour décortiquer ces différences fondamentales, et croquignolesques, entre les sexes. A la manière d’un professeur, il reconstitue de nombreuses scènes de la vie quotidienne pour illustrer son propos. En forçant le trait, le comédien réussit à rendre universelles les situations plus banales, en appuyant là où ça fait mal. Hilarante du début à la fin, cette conférence-spectacle connaît un succès gigantesque depuis sa création en 2006, puisqu’elle a été acclamée par plus d’un million de spectateurs.

St Pierre

Expo-vente d’Evelyne Huet (peintures) Jusqu’au 29 février

Galerie 66+1 St Pierre

Les gardiens du temps (peintures) Jusqu’au 3 mars

Médiathèque Tampon

«Dodo Vole» (livres-objets).

Jusqu’au 19 février

Maison Valliamée

St André

«Des tableaux originaux» (fibres végétales), de Michel Giraud. Jusqu’au 28 février

Là-bas, Ter là St Paul

«Surimpression des Mascareignes» (photos), d’Hubert Mary. Jusqu’au 17 mars

CAUE de La Réunion St Denis

«Patrimoine Industriel» (photos). Jusqu’au 17 février

Téat Champ Fleuri St Denis

«Imaginarium» (installation) de Gorg One. Jusqu’au 27 mars

Théâtre Le Grand Marché St Denis

«Des costumes sur mesure» (costumes) de Juliette Adam. Jusqu’au 25 mars

Moca Montgaillard St Denis

«Les musiques noires dans le monde». voir p. 34

Jusqu’au 21 juin

Musée Léon Dierx St Denis

«Potémont» (lithographies).

Jusqu’au 1er avril

Evénement

Crédit Photo : DR

Café Borja

p.47

EXPOS


La Tristesse Un homme de du samouraï tempérament Victor del Arbol, Actes Sud, (352 p.)

David Lodge, Rivages, (720 p.)

Sans doute l’un des plus intenses thrillers psychologiques de ce début d’année. Victor del Arbol commet, avec La tristesse du samouraï, une fresque familiale nerveuse, au style remarquable de maîtrise, où une faute originelle marque trois générations d’une tache indélébile : 25€88 celle du massacre.

David Lodge, romancier érudit que l’on ne présente plus, consacre son dernier livre à H.G. Wells, le mythique auteur de La Guerre des mondes. D’une plume alerte et drôle, il brosse le portrait d’un romancier hors normes, aux frasques sexuelles délirantes, et d’un témoin privilégié de son temps, féru de 28€18 politique et grandement prophétique.

L’amour dure trois ans Frédéric Beigbeder, Gallimard, « Folio », (194 p.)

À l’occasion de la sortie du film éponyme, une nouvelle édition de ce texte, paru pour la première fois en 1997, ressort en poche. Livre le plus personnel de Beigbeder, ce texte, dont la thèse tout entière tient dans le titre, retrace un itinéraire amoureux voué à l’échec. Ancien publicitaire devenu chroniqueur médiatique, Beigbeder manie le jeu €55 6 de mots avec insolence et n’a d’autres prétentions que d’être divertissant.

Monsieur Sapiro Benny Barbash, Zulma, (364 p.)

Au hasard d’un petit mensonge dans un hôtel de luxe, Miki, publicitaire israélien s’ennuyant dans son couple comme dans sa vie, devient Monsieur Sapiro. Commence alors une errance intérieure, teintée d’ironie et de jubilation, occasion pour Benny Barbash de nous dépeindre sans pudeur le dédoublement d’un €30 25 homme ordinaire. Un fascinant jeu de miroirs.


L’Ordre libertaire : La vie philosophique d’Albert Camus Michel Onfray, Flammarion, (595 p.)

25€88

À défaut d’être un philosophe de génie, Michel Onfray est un talentueux vulgarisateur. Les sartrophiles verront certainement dans ce livre des simplifications grossières, les amoureux de Camus ne supporteront pas les approximations et le parti-pris d’Onfray. Toujours est-il que l’on doit se réjouir de la publication de tels livres, qui mettent en avant deux auteurs phares des années 50. Les polémiques vaines passent, l’œuvre de ces deux engagés du 20ème siècle revit et restera.

L’Oligarchie

des incapables Sophie Coignard & Romain Gubert, Albin Michel, (368 p.)

Il y a treize ans, Sophie Coignard, grand reporter au Point, avait lancé un pavé dans la mare avec son Omerta Française, parue chez Albin Michel. Elle est depuis devenue l’une des spécialistes des secrets de la République et du renvoi d’ascenseur. Elle revient cette année avec L’Oligarchie des incapables, co-écrit avec son confrère Romain Gubert. Dépeignant un système à la soviétique, où le passe-droit sert de curriculum-vitae, certains ne manqueront pas de crier à la polémique facile ou au coup médiatique populiste. Sauf que le livre de Coignard et Gubert est largement documenté, et face à tant de faits et d’anecdotes, il est difficile de ne pas conclure, avec les auteurs, que « les voyous, dans les hautes sphères, sont devenus tendance ». Accusant notamment « la solidarité de corps » gangrénant l’Inspection des finances, les auteurs explorent les rapports pour le moins ambigus et ténus ayant cours entre les services de l’état et le monde des affaires.

23€


Les aventures de Tintin : Le secret de la Licorne Sortie : 27/02

Spielberg a lamentablement loupé le retour d’Indiana Jones il y a 3 ans. Il s’en veut. Pour retenter le coup en loucedé, il déguise Indie en journaliste belge grâce à la technologie de la motion capture et prétend adapter Hergé en animation. A la fin, personne 19€99 n’est dupe.

Un Monstre à Paris Sortie : 15/02

Dans le Paris inondé de 1910, une puce mastodonte déguisée en gentilhomme échappe à la police et pousse la chansonnette d’une voix haut perchée. Ce conte musical animé vaut surtout pour ses chansons, interprétées par Vanessa Paradis et Mathieu 19€99 Chedid, également compositeur.

De Bon Matin Nicostratos le Pelican Sortie : 22/02

Cette comédie ornithophile cocasse s’appuie sur un trio comique inédit : un gamin tristounet, son père sévère et mal rasé (Emir Kusturica) et, surtout, un grand pélican blanc blessé. Logée sur une île grecque où le blanc des maisons le dispute au bleu infini de la 19€99 Méditerranée, cette étrange famille ravira vos enfants sans trop vous barber, vous.

Sortie : 08/02

Le portrait de Daroussin en cadre détraqué qui, un matin comme un autre, abat deux supérieurs à coups de revolver avant de tranquillement s’asseoir pour penser à sa vie. La crise du capitalisme est ici vue sous l’angle existentiel, où les vies laborieuses des CSP + implosent en cataclysmes psychologiques impossibles à expliquer clairement. Du cinéma social contemporain plutôt 19€99 fin et malin.


Polisse Sortie : 22/02

Récompensée à Cannes par un Prix du Jury, Maïwenn filme avec une inventivité jubilatoire le quotidien d’une équipe de la Brigade de Protection des Mineurs. Polisse incarne ce que le cinéma du réel peut produire de plus génial. Dès le début, ça colle au trottoir, ça sent le moisi des placards de commissariat et la première scène de conversations de cantine sur fond de tintements Duralex résume la plus magistrale réussite de la réalisatrice : ça sonne vrai tout en restant enlevé, sans fadeur, et c’est incroyablement bien joué, entre autre par Joey Starr, dont la face de bull-terrier atteint de conjonctivite fait merveille à tous les plans. Même plombé sur la ligne d’arrivée par une romance superflue et par un épilogue pédagogique inutile et lourdingue, Polisse est l’un des tout meilleurs films qu’on ait vu cette 19€99 année.

Drive Sortie : 08/02

Evocation sublime du polar style Bronson des années 80, cette série B aride, classieuse et impitoyable fascine absolument. Volontiers démonstratif dans la violence, le réalisateur Nicolas Winding Refn parvient à rendre beau le vide existentiel qui hante la vie privée d’un cascadeur mutique et crapuleux, dont la routine mécanique est bouleversée par une romance imprévue avec sa voisine de palier. Amant sacrificiel, automate désespéré en quête de rédemption, ce Driver qui n’est jamais nommé rappelle les personnages du Tarantino des débuts. Mais au style ironique et gouailleur d’un Pulp Fiction ou d’un Reservoir Dogs, Winding Refn préfère le mystère élégant des films de David Lynch, leur faux rythme obsédant. Comme au ralenti, Drive s’achemine en silence vers le pire, et la lenteur rend la chute plus vertigineuse encore. Et Los Angeles la nuit, toute verre et béton et lumière électrique, et sa brutalité sauvage, explosent à chaque plan. 19€99 Magnifique.


AGENDA

p.52

L’agenda

vendredi 3/02 17H00 >St Paul >Ecole franco-chinoise Nouvel an Chinois : festivités 18H00 >St Denis >Lola K10 El hijo diabolico : cumbia bestial (Dj set)

18H30 >St Denis >Théâtre Le Grand Marché LandyvolaFotsy : les musiciens de La Paix ! voir p. 38

20H00 >St Paul >Le Planteur Koté Manouche (swing et chanson) 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Salsa Cubana 20H30 >St Louis >L’Ilot Gestion Humanitaire (théâtre) par le Rado >3€ 20H30 >St Pierre >3 Brasseurs Hocine B. (pop, reggae, jazz, chanson) 20H30 >Tampon 3 Mares >Le Vintage Le Cri de l’entonnoir (rock)

19H30 >L’Ermitage >Le Coco Beach Harm’n Blue (blues roots)

21H00 >St Leu >Le Nez Rouge Dj Rednoz (rock soul funk)

19H30 >Souris Chaude >Banga Chic Lao (chanson maloya) >3€

21H30 >St Pierre >O Pub à tapas Kozman Ti Dalon (maloya)

20H00 >St Denis >Téat Champ Fleuri Ballet de l’Opéra de Paris (danse) >28/15€

22H30 >St Pierre >Le Long Board Café Voodoo Gong (rock)

20H00 >St Denis >Les Pot’irons Sun Bailante (DJ set) : afro, latino, Caraïbe 20H00 >St Denis >Stade Jean Ivoula Frédéric François (variété) >45/32€ 20H00 >St Denis >Les Récréateurs Soirée Clandestine (électro) >5/2€ Avec : Tchoumeen, Django, Titus, Vague et VJ Cife. 20H00 >St Leu >Le 211 Grèn Sémé (maloya, jazz, reggae, rock) 20H00 >St Paul >La Cerise Purplehaze Selector (reggae sound system) 20H00 >Tampon >Le Latino Degadezo (blues festif) 20H00 >Le Tampon >Théâtre d’Azur           Des souris et des hommes (théâtre) >12€ 20H00 >Tampon 12ème >Salle Carambole Fonn Ker po in Zezere (spectacle musical) >15/12€ 20H00 >St Paul >Léspas Leconte de Lisle Mounawar + invités (world, funk) >15/8€

samedi 4/02 09H00 >St Paul >Ecole franco-chinoise Nouvel an Chinois : festivités 09H00 > Salazie >Collège Mare à Citrons Rencontre poétique : les Amis d’A. Lacaussade Débats sur la poésie malgache, concert Ti Racine… 09H30 >St Denis >Maison Carrère Atelier Floral St Valentin 0262 52 13 54 >35€ 18H00 >Possession >Le Coup de Bol Fête de la Bière au Ti Train Avec Muppet’s Blues + Nathalie Natiembé 18H00 >St Denis >Le Palaxa Soirée d’ouverture du Palaxa Avec : Tikok Vellaye, Roulèr Killer, Babiluzion, Christine Salem, Sabouk, Kom Zot, Konsole et Selectir. voir p. 25 19H30 >Souris Chaude >Banga Chic Maroner Komela + invités (maloya) >2€

voir p. 9

+ d’infos sur www.azenda.re


20H00 >St Denis >Les Pot’irons Golgot VR + UltraViolette (rock alternatif) >5€ 20H00 >St Paul >La Cerise Voodoo Gong (rock) 20H00 >St Pierre >Le Long Board Café Animation DJ 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Hip Hop et Salsa de Puerto Rico

14H00 >St Paul >Physic 2000 Stage de Salsa : 0692 00 77 37 15H00 >Tampon >Théâtre Luc Donat Ballet de l’Opéra de Paris (danse) >30/25€ 18H00 >L’Ermitage >Le Coco Beach Soirée Salsa avec DJ Greg 18H00 >St Pierre >Café de la Gare No Limit’s Sound (funk, jazz, variétés) 20H30 >St Louis >L’Ilot El hijo diabolico : cumbia bestial (Dj set) >3€

20H00 >Le Tampon >Théâtre d’Azur           Des souris et des hommes (théâtre) >12€

LUNDI 6/02

21H00 >St Denis >Les Récréateurs Ras Maron (maloya) >5/2€

18H00 >Piton St Leu >Le Séchoir The Lady (ciné) de Luc Besson >5€ Autre séance à 20h30

21H00 >Le Port >Le Kabardock Doum Maka (maloya) : 1er album.

dimanche 5/02 08H00 >St Leu >Parc du 20 décembre Fête des lanternes pour le nouvel an chinois A programme toute la journée : dégustations, initiations, musiques traditionnelles, danse, slam, démonstrations, théâtre, arts martiaux, mode...

20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Merengué

MARDI 7/02 09H00 >Ste Suzanne >Phare de Bel Air Atelier Saveurs créoles (cuisine) >35€ 18H00 >St Denis >Les Récréateurs Soirée jeux avec Kriké Kraké

L’agenda

20H00 >St Denis >Téat Champ Fleuri Ballet de l’Opéra de Paris (danse) >28/15€

09H00 >St Paul >Ecole franco-chinoise Nouvel an Chinois : festivités

p.53

20H00 >St Leu >Le K Vavangèr(s) an sosiété (spectacle musical) >8€ + Tyéri Abmon (maloya) voir p. 22


p.54

L’agenda

AGENDA

18H30 >Souris Chaude >Banga Chic Loto Quine (jeu inter-générationnel)

19H00 >St Denis >Théâtre Le Grand Marché La Paix (théâtre) >18/4€ voir p. 38

18H30 >St André >Salle Guy Alphonsine Après Béjart, le cœur et le courage (ciné docu) >5/3€

19H00 >St Denis >Les Récréateurs Funky Terrasse avec Karl Hungus (DJ set)

20H00 >St Paul >La Cerise Quintet d’improvisations théâtrales 20H00 >St Denis >Téat Champ Fleuri Mobie-Diq (théâtre) >14/6€ 20H00 >St Denis >Café Edouard Mélodie (variétés, black music) + Menu spécial marmailles à 6,5€

20H00 >St Paul >La Cerise Soirée Diaporama avec Thomas Giraud 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Docu sur le Venezuela : El Barrio «Julian Blanco» 21H00 >St Pierre >O Pub à Tapas Kara ô Pub (karaoké) avec Dj Squal

JEUDI 9/02 19H00 >St Denis >Les Récréateurs People skank : Dj Natty (reggae) 19H00 >St Denis >Théâtre Le Grand Marché La Paix (théâtre) >18/4€ voir p. 38 20H00 >St Denis >Café Edouard Soirée salsa en extérieur avec Cédric 20H00 >St Denis >Les Pot’irons Dj Vague (électro swing)

20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Andres (boleros, cumbias, chachachá, merengue, bomba). Menu à partir de 10€, réservation conseillée au 02 62 32 47 82 ou 06 92 92 42 53. 21H00 >St Leu >Le Nez Rouge Blind Test musical 21H00 >St Pierre >O Pub à Tapas ô Pub à Salsa (salsa) avec Dj Ory

MERCREDI 8/02 14H00 >St Leu >Office de Tourisme Atelier floral : 0262 34 63 30 >5€ 14H00 >Piton St Leu >Le Séchoir Tigouya (marionnettes) >10/5€ Autre représentation à 16h.

20H00 >St Paul >La Cerise Soirée Jazz 20H00 >St Louis >L’Ilot Vernissage de l’expo de Manon 20H00 >St Pierre >Les Sal’Gosses Bernard Brancard Trio (jazz world) 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Bachata 20H00 >St Pierre >Le Five Soul Braves (soul, blues, rock) 20H00 >St Leu >Le Nez Rouge Lightning Sound System & Thai One Selecta Sélection reggae ragga dancehall + open mic. 21H00 >St Denis >Menza K-fé Reggae Sound System 21H30 >St Pierre >O Pub à Tapas Tropikopub (zouk bachata) avec Dj Ory

+ d’infos sur www.azenda.re


vendredi 10/02 17H00 >Souris Chaude >Banga Chic El hijo diabolico : cumbia bestial (Dj set) >3€ 19H30 >Tampon 12ème >Salle Carambole A Mains Nues (jazz, blues)>5€ 19H30 >L’Ermitage >Le Coco Beach Donato Duo (variétés) 20H00 >St Denis >Théâtre Le Grand Marché La Paix (théâtre) >18/4€ voir p. 38 20H00 >St Paul >Léspas Leconte de Lisle Matthieu Brillant (jazz-maloya) >15/8€ 20H00 >St Paul >La Cerise Soirée Slam avec SlamLaKour 20H00 >St Denis >Café Edouard Nathalie (chansons italiennes) 20H00 >St Paul >Le Planteur No Limit’s Sound (funk, jazz, variétés) 20H00 >St Leu >Le 211 Voodoo Gong (rock) 20H00 >St Pierre >Le Long Board Café Soirée Mexicaine : Chili Con Carné, Corona et Kdos à gogo. 1 déguisement = 1 Kdo. 20H00 >Entre-Deux >l’Arbre à Palabres Soirée Théâtre avec Le Rado. Gestion humanitaire + question de volonté 20H00 >Le Tampon >Théâtre d’Azur           Des souris et des hommes (théâtre) >12€ 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Salsa Cubana 20H30 >St Louis >L’Ilot Mounawar (world, funk) >3€ 20H30 >St Pierre >3 Brasseurs Daf & Co (variétés internationales) 20H30 >St Denis >3 Brasseurs Hocine B. (pop, reggae, jazz, chanson)

1/2 Saga Rhum


AGENDA

p.56

L’agenda

21H00 >St Denis >Les Récréateurs Foldire fait son tour de Brel (chanson) >5/2€ 21H00 >St Leu >Le Nez Rouge Rit Human Quintet (homme orchestre) 21H00 >St Pierre >Le Kerveguen Marcel Loeffler + Zwaz (jazz) >16/10€ 21H30 >St Pierre >O Pub à tapas Lespri Maloya (maloya)

samedi 11/02

20H00 >St Benoît >Théâtre Les Bambous La Nouvelle Clameur (scène ouverte) Invités : Fabrice Legros + Kiltir 20H00 >St Leu >La Ravine Mickaël Miro (chanson) >25/22€

voir p. 18

20H00 >Grand Bois >Le Zinzin Dîner concert avec Ziskakan : 0262 31 10 53 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Hip Hop et Salsa de Puerto Rico 21H00 >St Leu >Le Nez Rouge Eklect-X (soul funk)

09H00 >Sainte-Suzanne >Grand Hazier Retour au Beau Pays (visite) >35€

21H00 >St Denis >Le Palaxa Archimède (pop rock) >15/10€ 1ère Partie : Bat’ Kèr voir p. 21

19H30 >Souris Chaude >Banga Chic Concert surprise >2€

21H00 >St Leu >Soluna Kafé Rocksteady sporting club (rock steady)

20H00 >St Denis >Les Pot’irons Zon + Lili Artshow + Darwill (electro rock) >5€

21H30 >St Pierre > O Pub à Tapas Voodoo Gong (rock)

20H00 >St Denis >Théâtre Le Grand Marché La Paix (théâtre) >18/4€ voir p. 38 20H00 >St Denis >Les Récréateurs Club NFR (électro) >8/5€ 20H00 >St Paul >Parc ExpoBat Désiré François et Cassiya (séga) >25€ 20H00 >St Pierre >Centre Lucet Langenier L’heureux Tour (humour) >16/10€ Le nouveau spectacle de Johny Guichard

dimanche 12/02 08H00 >St Denis >Mail du Chaudron Jour de Plage : beach volley, beach soccer... 12H00 >Souris Chaude >Le Tikus Garden Brunch & Garden avec Djs : Vague, Siane et Nayah.

20H00 >St Paul >La Cerise Lao (chanson maloya) 20H00 >St Paul >Léspas Leconte de Lisle Zadig 2.0 + Roots’N’Future (electro dub) >18/8€ voir p. 9

20H00 >St Pierre >Le Long Board Café Soirée Mexicaine : Chili Con Carné, Corona et Kdos à gogo. 1 déguisement = 1 Kdo. 20H00 >Le Tampon >Théâtre d’Azur           Des souris et des hommes (théâtre) >12€

12H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Concert du groupe A Mains Nues (Salsa) Menu à partir de 10€, réservation conseillée au 02 62 32 47 82 ou 06 92 92 42 53

+ d’infos sur www.azenda.re


18H30 >St Leu >Rondavelle Les Filaos Soadan (latin jazz, musique des îles) 20H30 >St Louis >L’Ilot Zarlor + invités (maloya) >3€

lundi 13/02 18H00 >Piton St Leu >Le Séchoir Or Noir (ciné) de J-J Annaud >5€ Autre séance à 20h30 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Merengué

mardi 14/02 14H00 >St Benoît >Théâtre Les Bambous La Paix (théâtre) >10/4€ voir p.38 18H00 >St Denis >Les Récréateurs Soirée jeux avec Kriké Kraké 20H00 >St Paul >La Cerise Savez-vous danser sur un oeil (cabaret photométrique) 20H00 >St Denis >Hémisphère sud Aéroport Hocine B. (pop, reggae, jazz, chanson) 20H00 >St Denis >Café Edouard Mélodie (variétés, black music) + Menu spécial marmailles à 6,5€ 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Andres (boleros, cumbias, chachachá, merengue, bomba). Menu à partir de 10€, réservation conseillée au 02 62 32 47 82 ou 06 92 92 42 53. 20H30 >Souris Chaude >Banga Chic Soirée Speed Dating de la St Valentin >2€ 21H00 >St Pierre >O Pub à Tapas ô Pub à Salsa (salsa) avec Dj Ory


AGENDA

p.58

L’agenda

mercredi 15/02 vendredi 17/02 19H00 >St Denis >Les Récréateurs Funky Terrasse avec Karl Hungus (DJ set)

17H00 >Souris Chaude >Banga Chic Clandestine avec Dj Vague (deep’n’house groovy) >2€

20H00 >St Pierre >Les Sal’ Gosses Soadan (latin jazz, musique des îles)

19H00 >St Leu >Rondavelle Les Filaos Angèle Dji Quintet (jazz)

20H00 >St Paul >La Cerise L’ivresque boivardage (apéro littéraire)

18H30 >St André >Rue de la Gare Quel Train ? 2012 Avec : Les rapporteurs d’histoires, Malsoufran’la, Marelle(s), Lucky Luke, Ews et Kréolokoz.

20H00 >St Gilles >Hôtel Le Récif Hocine B. (pop, reggae, jazz, chanson) 20H00 >St Paul >Léspas Leconte de Lisle Gnawa Music – Corps et Âme (ciné docu) >5/3€ voir p. 8

20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Documentaire sur le Venezuela : Au fil de l’eau 20H30 >St Benoît >Théâtre Les Bambous La Paix (théâtre) >10/4€ voir p. 38 21H00 >St Pierre >O Pub à Tapas Kara ô Pub (karaoké) avec Dj Squal

jeudi 16/02

voir p. 33

19H30 >L’Ermitage >Le Coco Beach Soadan (latin jazz, musique des îles) 20H00 >St Paul >Léspas Leconte de Lisle La Paix (théâtre) >18/8€ voir p. 38 20H00 >St Leu >Le Zat Ouistitisax (jazzmayazz) 20H00 >St Paul >La Cerise Ziia (soul, folk) 20H00 >St Gilles >Le Mex Soirée Electro avec Dj Nayah 20H00 >Tampon 12ème >Salle Carambole Taire de femmes (poésie, théâtre)>15/12€

19H00 >St Denis >Les Récréateurs People skank : Dj Natty (reggae)

20H00 >Le Tampon >Théâtre d’Azur           Des souris et des hommes (théâtre) >12€

20H00 >St Pierre >Le Five Les Vieux Amants (chanson)

20H00 >St Pierre >L’art i show Juste une illusion, par Yann Dumont (magie)

20H00 >St Denis >Café Edouard Soirée salsa en extérieur avec Cédric

20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Salsa Cubana

20H00 >St Paul >La Cerise Bagdad Fantaisie (ciné-concert)

20H30 >St Louis >L’Ilot Abazdabu (dub, punk, ska) >3€

20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Bachata

20H30 >St Pierre >3 Brasseurs Duo Affair Affair (pop-folk)

21H00 >St Denis >Menza K-fé Reggae Sound System

21H00 >St Denis >Les Récréateurs Voodoo Gong (rock) >5/2€

21H30 >St Pierre >O Pub à Tapas Tropikopub (zouk bachata) avec Dj Ory

21H00 >St Leu >Le Nez Rouge Dzord (reggae funk péi)

+ d’infos sur www.azenda.re


la ville de Saint-Pierre présente

21H30 >St Pierre >O Pub à Tapas Reggae got Soul : Karl Hungus vs Dj Natty 22h30 >St Pierre >Le Long Board Café Orphée (jazz)

samedi 18/02 09H30 >St Denis >Maison Carrère Atelier Floral St Valentin 0262 52 13 54 >35€ 18H30 >St André >Rue de la Gare Quel Train ? 2012 Avec : Les rapporteurs d’histoires, Domann’ pour marié, Marelle(s), Lucky Luke, Ews et Votia. voir p. 33

19H00 >St Pierre >Les Sal’ Gosses Soirée Expo et concerts >5€ Spéciale street art et art numérique. Avec Panda Crew 974, Zalé, Hubert Mary, Valérie Sistac, A Beautiful Rage. Concerts : De Zong à Zon. 19H30 >Souris Chaude >Banga Chic Karaya (chanson, ska-reggae-festif) >2€ 19H30 >Entre-Deux >l’Arbre à Palabres Soirée WAT (repas traditionnel éthiopien) 20H00 >St Denis >Les Pot’irons Zadig 2.0 + Roots’N’Future (electro dub) >5€ voir p. 9

20H00 >St Denis >Barachois Jazz O Barachois : World Citizen + Cafouch 20H00 >St Paul >Léspas Leconte de Lisle La Paix (théâtre) >18/8€ voir p. 38 20H00 >St Paul >La Cerise Rocksteady sporting club >3€

L’heureux tour Le one man show de Johny Guichard samedi 11 février 2012 à 20h 16€ ou 10€ au Centre culturel Lucet Langenier

20H00 >St Pierre >Le Long Board Café Soirée Pirates des Caraïbes : à l’abordage ! + Défilé de lingerie féminine avec la boutique Douce et Tendre. 1 déguisement = 1 Kdo. 20H00 >Tampon >Théâtre Luc Donat Vincent Roca (humour) >25/20€ voir p. 36

Réservations et informations : 0692 95 42 16 15, rue de la République - 97410 Saint-Pierre culturel@mairie-saintpierre.fr www.culture-st-pierre.fr


AGENDA

p.60

L’agenda

20H00 >Le Tampon >Théâtre d’Azur           Des souris et des hommes (théâtre) >12€ 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Hip Hop et Salsa de Puerto Rico

lundi 20/02

21H00 >St Denis >Les Récréateurs Soirée anniversaire : les 2 ans de PILS >5/2€

18H00 >Piton St Leu >Le Séchoir L’Ordre et la morale (ciné) de M. Kassovitz >5€ Autre séance à 20h30

21H00 >St Denis >Le Palaxa Davy Sicard (blues maloya) >12/8€

20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Merengué

voir p. 27

21H00 >St Leu >Soluna Kafé Soul Side (rhythm n’ blues) 21H30 >St Pierre >O Pub à Tapas Soadan (latin jazz, musique des îles)

dimanche 19/02 11H00 >Ste Marie > Auberge Citronnelles Déjeuner Dansant Country >25/15€ 12H00 >Entre-Deux >l’Arbre à Palabres Déjeuner-concert avec Airzik (rock alternatif) 15H00 >Souris Chaude >Banga Chic Free Market + concert Marché des créateurs et artistes. 18H00 >L’Ermitage >Le Coco Beach Soirée Salsa avec DJ Greg 20H30 >St Louis >L’Ilot Soadan (latin jazz, musique des îles) >3€ Tournée du 12 au 24 février. Sur scène le cocktail Soadan est parfois piquant, souvent relevé mais il saura aussi vous donner de la douceur. Entre traditions et sons électriques, leurs musiques et leurs chansons vous feront danser sur leurs pas, de l’Océan indien à Cuba... http://soadan.fr

mardi 21/02 18H00 >St Denis >Les Récréateurs Soirée jeux avec Kriké Kraké 19H30 >Souris Chaude >Banga Chic Carnaval avec DJ Deniz (électro-jazz-pop-rock) Dress code : perruques et lunettes. 20H00 >St Denis >Café Edouard Mélodie (variétés, black music) + Menu spécial marmailles à 6,5€ 20H00 >St Paul >Léspas Leconte de Lisle Vincent Roca (humour) >20/10€ voir p. 36 20H00 >St Paul >La Cerise Patt et Bélinda (duo piano / voix) 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Andres (boleros, cumbias, chachachá, merengue, bomba). Menu à partir de 10€, réservation conseillée au 02 62 32 47 82 ou 06 92 92 42 53. 21H00 >St Pierre >O Pub à Tapas ô Pub à Salsa (salsa) avec Dj Ory

mercredi 22/02 19H00 >St Denis >Les Récréateurs Funky Terrasse avec Karl Hungus (DJ set) 19H00 >St Denis >Théâtre Le Grand Marché Invasion (théâtre musical) >18/4€

+ d’infos sur www.azenda.re


20H00 >St Paul >La Cerise Soirée Café Repaire (débat) 20H00 >St Pierre >Les Sal’Gosses Dzord (reggae funk péi) 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Docu sur le Venezuela : La révolution ne sera pas télévisée 20H30 >St Louis >L’Ilot Roots’n’Future Hifi + Snoop Dubby Dub >5€ 21H00 >St Pierre >O Pub à Tapas Kara ô Pub (karaoké) avec Dj Squal

jeudi 23/02 14H00 >St Benoît >Théâtre Les Bambous The Island (théâtre) >10/4€ voir p. 40 19H00 >St Denis >Théâtre Le Grand Marché Invasion (théâtre musical) >18/4€ 19H00 >St Denis >Les Récréateurs People skank : Dj Natty (reggae) 20H00 >St Denis >Téat Champ Fleuri 32 rue Vandenbranden (danse, théâtre) >22/10€ voir p. 41

20H00 >St Denis >Café Edouard Soirée salsa en extérieur avec Cédric 20H00 >St Paul >La Cerise Gautier (chanson mélangée) 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Bachata 21H00 >St Denis >Le Palaxa Brigitte (chanson vintage) >15€

voir p. 20

21H00 >Le Port >Théâtre sous les Arbres Seuls à Trois (chanson) >18€ voir p. 14 21H00 >St Denis >Menza K-fé Reggae Sound System 21H30 >St Pierre >O Pub à Tapas Tropikopub (zouk bachata) avec Dj Ory


AGENDA

L’agenda

21H00 >St Pierre >Le Kerveguen Seuls à Trois (chanson) >16/10€ voir p. 14

19H30 >L’Ermitage >Le Coco Beach Projet Eklect-X (Soul, funk, blues, jazz) Avec Soul Djé et Renan de Folkom

p.62

vendredi 24/02

20H30 >St Pierre >3 Brasseurs Daf & Co (variétés internationales)

19H30 >Souris Chaude >Banga Chic Concert surprise >2€

21H00 >St Paul >Le Planteur Rock en Stock (rock)

20H00 >St Denis >Théâtre Le Grand Marché Invasion (théâtre musical) >18/4€

21H00 >St Leu >Le Nez Rouge The Soul TemptationS (soul, rythm’n blues)

20H00 >St Denis >Téat Champ Fleuri 32 rue Vandenbranden (danse, théâtre) >22/10€

21H00 >Le Port >Le Kabardock Brigitte (chanson vintage) >18€ voir p. 20

voir p. 41

20H00 >St Denis >Théâtre Canter Soirée d’ouverture avec Meddy Gerville (jazz) >15/5€ 20H00 >St Paul >Léspas Leconte de Lisle Clignements d’Elles (danse contemporaine) >15/8€

21H00 >St Denis >Les Récréateurs Soadan (latin jazz, musique des îles) >5€

21H30 >St Pierre >O Pub à Tapas Baster (reggae, sega maloya)

samedi 25/02

20H00 >St Paul >La Cerise Rit Human Quintet (homme orchestre)

19H00 >St Denis >Les Pot’irons Punky Reggae Party #2 (punk, reggae, dub) >5€ Avec Tukatukas, The Circle A et Snoop Dubby Dub

20H00 >Piton St Leu >Le Séchoir Prysm Trio (jazz) >18/8€ voir p. 24

19H30 >Souris Chaude >Banga Chic Airzik (rock alternatif) >2€

20H00 >St Philippe >Salle Henri Madoré Ousanousava (chanson française) >10€ Ces artistes qui nous lient : de Brassens à Nougaro.

20H00 >St Denis >Stade Jean Ivoula Anthony Kavanagh (humour) >60/45€

20H00 >St Pierre >Le Long Board Café Soirée Belge : moules frites à volonté. + concert de Toteem (rock) à 22h30. 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Salsa Cubana 20H00 >Le Tampon >Théâtre d’Azur           Des souris et des hommes (théâtre) >12€ 20H30 >St Louis >L’Ilot Concert surprise >3€ 20H30 >St Benoît >Théâtre Les Bambous The Island (théâtre) >10/4€ voir p. 40

20H00 >St Denis >Théâtre Le Grand Marché Invasion (théâtre musical) >18/4€ 20H00 >St Denis >Barachois Kabarachois : Lao + Sergio Grondin + Troupe Didi + Pierrette Payet + Bavol. 20H00 >St Paul >Léspas Leconte de Lisle Prysm Trio (jazz) >18/8€ voir p. 24 20H00 >St Paul >La Cerise Bluff (pop rock) 20H00 >St Gilles >Téat Plein Air Audrey Dardenne (chanson) >14/6€ 20H00 >St Pierre >Le Long Board Café Soirée Belge : moules frites à volonté.

+ d’infos sur www.azenda.re


20H00 >Petite Ile >Le Fangourin Soirée conte, fonnker et maloya >15/10€ Avec : Mami Léa, Zanmari Baré et Danyèl Waro 20H00 >Le Tampon >Théâtre d’Azur           Des souris et des hommes (théâtre) >12€ 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Hip Hop et Salsa de Puerto Rico 21H00 >St Denis >Le Palaxa L’Orchestre National de Barbès (world) >15/10€ 1ère Partie Lo Griyo voir p. 28 21H00 >St Denis >Les Récréateurs Mounawar (world, funk) >5/2€ voir p. 9 21H00 >Le Port >Le Kabardock Brigitte (chanson vintage) >18€ voir p. 20 21H00 >St Leu >Le Nez Rouge Foldire fait son tour de Brel (café-théâtre) 21H30 >St Pierre >O Pub à Tapas The Soul TemptationS (soul, rythm’n blues) 22H00 >St Gilles >Casino Hocine B. (pop, reggae, jazz, chanson)

dimanche 26/02 15H00 >Souris Chaude >Banga Chic Braderie des surfers, plongeurs et baigneurs. + DJ + Projection de films de surf. 17H00 >St André >Théâtre Conflore Cher Victor H... (théâtre) >8/6€ 18H30 >St Leu >Rondavelle Les Filaos Mounawar (world, funk) voir p. 9 19H00 >Le Port >Théâtre sous les Arbres Seuls à Trois (chanson) >18€ voir p. 14 20H00 >St Leu >Le Namasté Soadan en duo (latin jazz, musique des îles) 20H30 >St Louis >L’Ilot Les Manouches Tsé-Tsé (jazz, swing) >3€


AGENDA

L’agenda

20H00 >St Pierre >Les Sal’Gosses Soul Braves (soul, blues, rock)

18H00 >Piton St Leu >Le Séchoir Love and bruises (ciné) de Lou Ye >5€ Autre séance à 20h30

p.64

lundi 27/02

19H00 >St Denis >Les Récréateurs Funky Terrasse avec Karl Hungus (DJ set)

20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Soirée Merengué

20H00 >St Gilles >Hôtel Le Récif Hocine B. (pop, reggae, jazz, chanson)

mardi 28/02

20H00 >St Paul >La Cerise Henry (concert)

20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Documentaire sur le Venezuela : Escalade Tipuis

18H00 >St Denis >Les Récréateurs Soirée jeux avec Kriké Kraké

21H00 >St Pierre >O Pub à Tapas Kara ô Pub (karaoké) avec Dj Squal

19H00 >St Denis >Théâtre Canter The Island (théâtre) >15/5€ voir p. 40

jeudi 01/03

20H00 >St Denis >Café Edouard Mélodie (variétés, black music) + Menu spécial marmailles à 6,5€

18H30 >St Denis >Théâtre Le Grand Marché Saint-John Perse, Par Serge Meitinger

20H00 >St Paul >La Cerise Les Manouches Tsé-Tsé (jazz, swing) >3€

19H00 >St Denis >Les Récréateurs People skank : Dj Natty (reggae)

20H00 >Tampon >Théâtre Luc Donat Les Hommes viennent de Mars, les Femmes... >42€

20H00 >St Paul >Léspas Leconte de Lisle The Island (théâtre) >18/8€ voir p. 40

voir p. 47

20H00 >St Pierre >Les Sal’Gosses Boeuf jazz avec Romi Trio 20H00 >Saint Pierre >Resto Los Indios Andres (boleros, cumbias, chachachá, merengue, bomba). Menu à partir de 10€, réservation conseillée au 02 62 32 47 82 ou 06 92 92 42 53. 21H00 >St Pierre >O Pub à Tapas ô Pub à Salsa (salsa) avec Dj Ory

20H00 >St Pierre >Les Sal’Gosses The Soul TemptationS (soul, rythm’n blues) 20H00 >St Denis >Café Edouard Soirée salsa en extérieur avec Cédric 21H00 >St Denis >Menza K-fé Reggae Sound System 21H30 >St Pierre >O Pub à Tapas Tropikopub (zouk bachata) avec Dj Ory

mercredi 29/02 vendredi 02/03 14H00 >St Denis >Jardin de l’État DUT : mini-parc d’attraction de la casserole Festival TotoTotal (jeune public)

20H00 >St Paul >Léspas Leconte de Lisle Vavangèr(s) (Spectacle musical) >15/8€ voir p. 22

21H00 >Le Port >Le Kabardock Tyéri Abmon (maloya) >10€ voir p. 22

+ d’infos sur www.azenda.re


14H00 >St Denis >Téat Champ Fleuri Festival TotoTotal (jeune public) >6€ 14h : La Diablesse et son enfant (vidéo-conte) 16h : Circuits fermés (jonglerie) 18h : 20 000 lieues sous les mers (fantastique) voir p. 42

20H00 >St Leu >Le 211 Mounawar (world, funk) voir p. 9

pour figurer dans l’agenda de mars 2012 envoyez vos infos avant le 23 fevrier à redaction@azenda.re

L’agenda

09H30 >St Denis >Maison Carrère Atelier Floral 0262 52 13 54 >35€

GRATUIT

p.65

samedi 03/03


SAGITTAIRE CAPRICORNE

Depuis la nuit des temps astrologiques, les Scorpions sont maudits ! La seule solution pour enrayer ce cycle infernal consiste à ne plus avoir de rapports sexuels en février, soit 9 mois avant novembre. Ainsi, plus de Scorpion !

Les Capricornes sont toujours aussi détestables. Hautains, puérils, ignares et fainéants, les Capricornes se font souvent casser la gueule. Kaïser Sauzé, Dark Vador et Gran Mèr Kal comptent parmi les Capricornes les plus célèbres…

VERSEAU

Les Balances insistent un peu sur l’humour dirigé contre le Président. C’est souvent drôle, mais ça peut rapporter gros... Et pas facile de faire hurler de rire son assistance quand on est placé en garde-à-vue. Cela dit, certains ont essayé !

La musique n’est pas faite pour toi car tu n’as aucun sens du tempo, confondant le binaire avec le ternaire, le cha-cha avec le rock progressif... Heureusement, au niveau des oreilles, tu bénéficies de deux magnifiques antennes paraboliques...

Le mois qui s’annonce sera riche en tragédies : la boutique où tu as tes habitudes ne vend plus d’alcool, mais il va quand même falloir y payer tes dettes. Et comme tu ne peux pas travailler sans picoler, tu n’es pas sorti de l’auberge, si l’on ose dire...

POISSON

LION

Après le disco, le moonwalk et la tecktonik, les Cancers se mettent au crunk. Véritables girouettes des pistes de danse, ils ont généralement 2 métros de retard pour les pas, et toute une rame pour les fringues. Heureusement, il reste le Carnaval...

VIERGE

GEMEAUX

Les Gémeaux savent profiter de la crise : les plus costauds d’entre eux rejoignent les sociétés de recouvrement et ça, c’est bien joué stratégiquement : le secteur est en pleine expansion, voire explosion ! Pour les moins costauds : évitez les dettes !

Le Vierge désire tant rencontrer l’âme soeur qu’il en oublie les précautions d’usage, comme le brossage des dents, le lavage des pieds ou le lustrage de la belle auto tunée. Du coup, le Vierge se sent aussi mal dans sa peau qu’un Taureau...

BALANCE

TAUREAU

Les Taureaux sortent enfin la tête de l’eau, mais c’est pour mieux boire la tasse de café salé ! Après les ennuis financiers, voici les histoires d’amour compliquées. Cassetête sentimental, équation à 14 inconnues, le Taureau n’est pas fait pour l’amour !

Ils ont beau montrer les dents, les Lions n’intimident plus grand monde. Fauve d’opérette et seigneur sans vassal, le Lion est livré à luimême dans la savane hostile de la vie quotidienne. Et les hyènes du quartier ont repéré son GSM...

SCORPION

BELIER

Les Béliers attaquent fort ce nouveau cycle stellaire : il y a de la friture sur la ligne et de l’huile de moteur dans la vinaigrette. Même avec l’estomac bien accroché, ces ennuis vont être difficiles à digérer. Dégazages sauvages en perspective…

CANCER

Nous déclinons toute responsabilité vis-à-vis des propos de charlatans tenus ci-dessous. vous pouvez envoyer vos pires insultes à votre zentil mage sur redaction@azenda.fr

Pour les Poissons des 2ème et 3ème décans, rien à signaler, la situation est catastrophique, comme toujours. Par contre, pour les Balances du 1er décan, grosse inquiétude : le mois va être difficile et ça va totocher grave ! Carpaccio en perspective.


T E AT Danse

février

PLEIN AIR CHAMP FLEURI

Danseurs Du ballet De l’opéra national De paris Grands pas Classiques et les ChoréGraphes du XXème sièCle 2, 3 et 4 février TEAT ChAmp FlEuri

ThéâTre

Centre Dramatique De l’oCéan inDien Mobie-Diq

7 février TEAT ChAmp FlEuri - KAro KAnn

Danse

PeePing Tom

32 RUE VANDENBRANDEN

23 et 24 février TEAT ChAmp FlEuri

Musique

Audrey dArdenne 25 février TEAT PlEin Air - BAdAmiEr

info billetterie 0262 419 325 -- www.theatreunion.re


0262 419 325

www.theatreunion.re

DESiGN GRAPhiqUE : Rémi ENGEL

2012 / Photo © L’ESCABELLE, ARNAUD hUSSENot DESENoNGES

Info bIlletterIe


L'Azenda de février 2012