Issuu on Google+

I.T.B. BERLIN – 5/9 mars 2013

Projet:“La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée”.

O = Nation : ITALIE O =Région : LA POUILLE •

= Province : TARENTE


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Liceo Ginnasio Statale Aristosseno con indirizzi classico, linguistico, scientifico, internazionale tel.099/4539332 (presidenza)- 0994534895 (segreteria e fax) CF. 900149370730 Viale Virgilio, 15 74123 Taranto www.liceoaristosseno.it email:tapc070005@istruzione.it - email:tapc070005@pec.istruzione.it - email: tapc0002@liceoaristosseno.it

« La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée » PRÉFACE Notre communauté, dans ses différentes articulations, estengagée actuellement à construire de nouveaux scénarios de croissance et de développement. Dans ce but, il nous a semblé utile et juste d’élaborer un projet intitulé “La Terre Ionienne au Coeur de l’EuroMéditerranée”, capable de raconterau monde entire les excellences de la ville de Tarente et de la province jonienne, dans ses aspects historiques-culturels, paysagers-naturalistes et Œnogastronomiques. Le projet se présente avec une presentation riche de légendes et d'images, caractérisée par un langage de vulgarisation et bien documenté: le projet est destiné à “voyager"librement sur internet pour être connu et utilisé. L'objectif principal consiste à exposer l'unicité de notre territoire– qui a ses racines dans l'histoire millénaire de la Méditerranée –au tourisme national et international. Le projet" La Terre Ionienne au Coeur de l’EuroMéditerranée”" a été présenté par le Lycée d’État Aristosseno" de Tarente à la Foire Internationale du Tourisme de Berlin (ITB du 5 au 9 mars 2014, en qualité de chef de file d'un rosea formatif d’écoleterritoire composé de la Chambre de Commerce de Tarente, de l’ Université aux études de Bari-Pôle Universitaire Ionien, du Comité Qualité de la Vie. Pour ceux qui le désirent, la version multimédia du projet est disponibile en différentes langues aussi (Anglais-Allemand – Français-Russe et dans un procaina avenir en Chinois mandarin), il est également possible de la visionner et de la décharger du site web du lycée: www.liceoaristosseno.it Le Proviseur du Lycée « Aristosseno » Professeur Salvatore Marzo


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

LA RÉGION DES POUILLES : LES RESSOURCES D’UNE DES RÉGIONS LES PLUS PRODUCTIVES DE L’ITALIE DU SUD. ...... 5 LE PASSÉ ......................................................................................................................................................................... 5 LE PRESENT.................................................................................................................................................................... 6 LE FUTUR ........................................................................................................................................................................ 7 LA PROVINCE DE TARENTE OU PROVINCE DU IONIEN ................................................................................................. 9 LA MER: LA COTE ORIENTALE OU IONIQUE-SALENTINE. ............................................................................................... 12 LA MER: LE LITTORAL OCCIDENTAL (OU IONIEN-LUCANIEN) ....................................................................................... 21 LE PLATEAU DES MURGES TARENTINES : LES RAVINS ET LA VALLÉE D’ITRIA. .................................................................................... 26 LES RAVINS ............................................................................................................................................................... 27 VALLÉE D’ITRIA ......................................................................................................................................................... 37 LA VILLE DE TARENTE .................................................................................................................................................47 L’AXE THALASSOGRAPHIQUE: TARENTE, CAPITALE DE LA GRANDE GRÈCE ................................................................. 48 L’AXE DE LA VOIE APPIENNE: TARENTE PENDANT LA PERIODE ROMAINE .................................................................... 53 L’AXE DE LA VOIE “FRANCIGENA” DU SUD DURANT LE MOYEN AGE: DE ROME A TARENTE VERS LES LIEUX DE LA TERRE SAINTE .......................................................................................................................................................................... 55 L’AXE DES CHÂTEAUX NORMANDS, SOUABES, ANGEVINS, ARAGONAIS. ......................................................................................... 60 L’AXE DE LA TRANSHUMANCE :LES PETITES DRAILLES DES MURGES TARANTINES ...................................................... 62 L’ORIGINE DE L’ENOGASTRONOMIE: LE BANQUET ET LE SYMPOSIUM À TARENTE ...................................................... 66 TARENTE ROMAINE...................................................................................................................................................... 71 MONACHISME ET OENOGASTRONOMIE ..................................................................................................................73 LA GASTRONOMIE DES BERGERS ........................................................................................................................................... 74 LA CUISINE IONIENNE, COEUR DE L’EURO-MEDITERRANEE.......................................................................................76 LES PÂTES ........................................................................................................................................................................ 76 LE RIZ .............................................................................................................................................................................. 80 LES MOULES NOIRES TARENTINES. ......................................................................................................................................... 81 GASTRONOMIE DES BERGERS ET DES MAS ............................................................................................................................... 85 PRODUITS TYPIQUES DE LA PROVINCE IONIENNE OBTENUS APRÈS LA TRANSFORMATION DU LAIT, DE LA VIANDE ET DE LA FARINE.............. 89 LÉGUMES , PLANTES ET ARBRES ............................................................................................................................................ 94 PRODUITS CONFITS DANS L'HUILE.......................................................................................................................................... 98 L’HUILE ....................................................................................................................................................................... 101 LES VINS ...................................................................................................................................................................... 103 LES GÂTEAUX .............................................................................................................................................................. 108 ITINÉRAIRES ENO-GASTRONOMIQUES DE LA PROVINCE DE TARENTE .....................................................................109 TARENTE ..................................................................................................................................................................110 LES MANIFESTATIONS HISTORIQUES-ARTISTIQUES DE LA PROVINCE DE TARENTE ..................................................113 LIEUX D’INTÉRÊT NATURALISTE DE LA PROVINCE DE TARENTE ................................................................................117 LIEUX D’INTERET ARTISTIQUE DE LA PROVINCE DE TARENTE ..................................................................................119 MUSEES, SITES ET PARCS ARCHEOLOGIQUES DE LA PROVINCE DE TARENTE ...........................................................122 L’IMPORTANCE DES CONFRÉRIES LAÏQUES DE TARENTE ET DE SON DIOCÈSE PENDANT LA SEMAINE SAINTE..........136 POUR EN SAVOIR PLUS ............................................................................................................................................142


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Etat fondateur de l’Unité Européenne, l’Italie, pareille à une porte-avions, pénètre dans la mer Méditerranée avec ses presque 8.000 km de côtes. La Région Pouille qui incorpore la Province de Tarente ainsi que son cheflieu Tarente, côtoie la mer Ionienne, barycentre de la Méditerranée. La mer Ionienne, constituant un pont naturel de l’Europe sur la Méditerranée, n’a toutefois pas encore connu une valorisation adéquate: l’axe horizontal Est-Ouest qui relie la Turquie et les pays du Moyen-Orient à l’Espagne,au Portugal et à la France, se croise avec l’axe vertical NordSud qui relie le Nord et le Centre de l’Europe aux pays d’Afrique Septentrionale bordant le “Mare Nostrum”. Notre projet:”La terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée” désire contribuer à enrichir le scénario culturel et socio-économique d’une Europe de plus en plus attachée à ses racines Méditerranéennes et à son coeur:la mer Ionienne.

L’Italie, la Région Pouille, la Province de Tarente, la mer Ionienne: la voie vers l’EuroMéditerranée.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

La Région des Pouilles : les ressources d’une des régions les plus productives de l’Italie du Sud. LE PASSÉ La Japigie –la Pouille antique-occupée à l’origine par des peuples illyriens et grecs comprenait anciennement les territoires de la Daunia(la Pouille septentrionale, territoire actuel de la Province de Foggia), de la Peucezia(la Pouille centrale,territoire actuel de la province BAT et de la Province de Bari) et enfin de la Messapie(la péninsule Salentine,territoire actuel de Lecce,Brindisi et une partie de Tarente). En 706 avant J.-C.après avoir débarqué au coeur de la Côte Ionienne,les Spartiates fondèrent Taras(la ville actuelle de Tarente),qui devint,entre le Ve et le IIIe siècle avant J.-C.,la ville la plus riche et la plus peuplée du monde antique,capitale de la Grande Grèce(Mega Hellas).

Les”ors de Tarente”,conservés dans la section dédiée à l’art de l’orfèvrerie à l’époque hellénistique du Musée national archéologique de Tarente.

Ceux-ci constituent le témoignage le plus important sur le façonnage des métaux précieux, en particulier celui de l’or,et démontrent combien cette activité était développée dans la capitale de la Grande Grèce entre le Ve et IIIe siècle avant J.-C.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

LE PRESENT La Pouille est parvenue à marier ses traditions et son histoire aux vocations productives de son propre territoire:tourisme et biens culturels, agriculture, élevage et pêche.Voilà les aspects qui ont fait de la Pouille une des Régions les plus actives et productives du Sud de l’Italie. La région dispose en outre d’un capital humain hautement qualifié et spécialisé qui compte plus de 103.000 étudiants universitaires et presque 15.000 nouveaux diplômés universitaires chaque année. La Pouille est structurée en 6 provinces: Foggia, B.A.T (Barletta, Andria, Trani), Bari, Brindisi, Lecce et Tarente,ville candidate à devenir Capitale Européenne de la Culture.

Les six provinces de la Région Pouille:Tarente est le port principal de la mer Ionienne.

Ionian Sea


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

La position géographique de la Pouille est devenue stratégique,grâce au récent protagonisme des économies orientale et méditerranéennes,l’équipement infrastructural modéré et la solidité des rapports culturels et commerciaux avec le bassin Méditerranéen:tout ceci a contribué à rendre la Pouille une région aux grandes capacités économiques. En ce qui concerne les noeuds portuaires et aéroportuaires,les liaisons maritimes sont excellentes grâce à la présence de trois ports importants : Bari, Brindisi et Tarente. Ce dernier est le troisième port d’Italie étant donné ses dimensions et son volume de trafic. Les liaisons aériennes sont, elles aussi, fonctionnelles: l’Aéroport”Karol Wojtyla” de Bari,l’”Aéroport du Salento” de Brindisi,l’Aéroport “Gino Lisa” de Foggia et l’Aéroport “Marcello Arlotta” de Grottaglie-Tarente(ce dernier à destination cargo pour le moment bien qu’il y ait d’intéressantes prospectives de développement visant à intercepter des vols charter et intercontinentaux vers et en provenance d’Eurasie. En effet, cet aéroport possède la piste la plus longue d’Italie Centrale et Méridionale après celle de Rome-Fiumicino). LE FUTUR Les flux touristiques sont en régulière et progressive augmentation :les dépenses effectuées dans les Pouilles par les voyageurs étrangers démontrent un accroissement – dans les 10 dernières années – de 43,4%. En ce qui concerne les opérateurs du secteur, la typologie des motifs objet de la dépense touristique est intéressante : pour 47% des cas, le motif principal du tourisme étranger dans les Pouilles est d’y passer les vacances ; 27,25% est lié à des motifs personnels ; seulement 25,7% est attribué à des motifs de travail.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Les oliviers millénaires des Pouilles:témoins du passé, du présent et du futur d’une terre berceau de la civilisation.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

LA PROVINCE DE TARENTE OU PROVINCE DU IONIEN

La Province de Tarente, appelée aussi Province ionienne, a comme cheflieu Tarente (200 000 hab.) et elle est constituée de 29 communes (total hab. environ 580 000). Elle s’étend sur une superficie de 2 400 km : un peu plus de la moitié est plutôt plate (55%), tandis que le restant est formé de collines (45%). Le territoire se développe en particulier sur un plateau ( les Murges tarentines), une partie duquel présente des vallées entaillées et accidentées qui forment de vrais et propres canyons (les rochers à pic) qui s’échelonnent vers la mer (le litttoral).


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Carte géographique de la Province de Tarente: les communes et le littoral marin


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

LA PROVINCE DE TARENTE EST FORMEE DE 29 COMMUNES : Avetrana, Carosino, Castellaneta, Crispiano, Faggiano, Fragagnano, Ginosa, Grottaglie, Laterza, Leporano, Lizzano, Manduria, Martina Franca, Maruggio, Massafra, Monteiasi, Montemesola, Monteparano, Mottola, Palagianello, Palagiano, Pulsano, Roccaforzata, San Giorgio Jonico, San Marzano di San Giuseppe, Sava, Statte, Taranto, Torricella. La Province de Tarente s’étend sur un littoral marin d’environ 140 km. La Ville de Tarente, avec sa Petite Mer (premier et second golfe) et sa Grande Mer (délimitée par les îles Cheradi), divise la côte en littoral oriental (ou ionien-salentin) et littoral occidental (ou ionien-lucain).

La rade de Tarente: (de bas en haut) le premier et le deuxième golfe de la Petite Mer (une espèce de numéro huit, séparé par le pont Punta Penna), qui se jette – en passant sous le pont tournant et sous le pont de pierre (les deux ponts qui relient l’île de la vieille ville à la terre ferme) – dans la Grande Mer : on aperçoit le quai à plusieurs secteurs et, à l’horizon, l’île de Saint Pierre (la plus grande) et l’île de Saint Paul (la plus petite).


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

LA MER: LA COTE ORIENTALE OU IONIQUE-SALENTINE. La côte orientale , ou ionique-salentine, part des portes de Tarente, au sud, dans la localité de S.Vito pour arriver jusqu’à Torre Colimena (aux extrémités de la Province: Communes de Manduria et Avetrana).

Les plages de Tarente: Cap San Vito, qui-avec son phare- sépare la Grande Mer (dans le fond) de la côte ionique-salentine qui commence à cet endroit.La photo aérienne souligne les pinèdes du Cap San Vito qui bordent la plage.

Dans la partie orientale ou ionique-salentine, après les plages de Tarente (San Vito, Lama, Mon rêve, Torre Blandamura et l’ancienne batterie Cattaneo) on arrive aux plages de Leporano (Gandoli,Canneto, SaturoPorto Perone) et aux plages de Pulsano (Le Canne, Montedarena, Lido Silvana). Cette partie initiale de la côte est basse et bordée de plages adaptées à la baignade, façonnées par la mer depuis des millénaires, avec de jolies baies et de longues plages de sable blanc et fin.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Les plages de Pulsano: Le Canne. La plage prend son nom de la présence de roseaux, typiques de cette partie du littoral-dont des sources d’eau douce permettent la croissance.

Cette côte basse est enrichie de maquis, de roseaux et de sources, ainsi que de pinèdes très anciennes qui bordent souvent les plages (San Vito, Torre Blandamura, ancienne batterie Cattaneo, Gandoli, Lido Silvana).


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Les plages de Leporano: Gandoli. La première partie de la côte ionienne-salentine est caractérisée par une côte basse bordée de plages entourées de pinèdes qui descendent jusqu’à la mer, de maquis, d’eaux de sources et de roseaux.

Parmi les plages de Lizzano: Bagnara, Le Conche, Ostone, de Campomarino (Commune de Maruggio) et de S.Pietro in Bevagna (Commune de Manduria), le paysage change. En effet, sur ces plages on peut admirer des dunes très bien conservées. Ces dunes, qui atteignent 12 m de hauteur, ont une végétation méditerranéenne de genévrier, de thym, de hélichryse, et sur le terrain derrière les dunes, il est possible de trouver le citron sauvage et le fenouil marin.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Les dunes de Camporino: cette partie de la côte présente une caractéristique géophysique en tant que terrain biologique: l’exposition plein Sud. Il s’agit d’une longue et unique plage italienne exposée parfaitement au Sud, condition qui lui permet d’accueillir des biotypes que l’on ne retrouve nulle part ailleurs.

A Torre Colimena, fraction balnéaire de la commune de Manduria, se termine la côte orientale de la terre ionienne ou province de Tarente. La tour Colimena est un véritable trésor naturel et environnemental, entourée d’espaces protégés comme “La saline des moines” et le “Marais du Comte”.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

“La saline des moines” accueille des exemplaires d’oiseaux Cavaliers d’Italie. Pendant longtemps les populations ont récolté le sel servant à leurs activités et à leurs besoins alimentaires, devenant l’objet de dispute, entre les habitants des villages voisins.

“La saline des moines” s’étend derrière les dunes littorales et est reliée à la mer par un étroit canal creusé dans la roche du cordon littoral, récemment rétabli, qui a redonné son ancienne beauté à la transparence de la mer.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Le littoral ionien-salentin est riche en témoignages historiques : la côte , en effet, est une sorte de palimpseste de l'histoire millénaire de la Méditerranée. Il est possible, en effet, de visiter des installations : - de la Civilisation de l'ère du Bronze , qui remontent au XVIe siècle av. J.C. , comme celle de Torre Castelluccia, sur le promontoire boisé qui domine la crique du rivage Silvana-Marina de Pulsano. Torre Castelluccia, la tour de défense espagnole datant de 500 , donne son nom à un village de l'ère du Bronze découvert non loin d'elle. Ce village présente la base de remparts construits sur le promontoire ,ainsi que les vestiges de pièces au plan rectangulaire et de pavements. - de l’ ère de la Magna Grèce (du VIe au IIIe siècle av J.C. ), comme le port antique grec (puis romain) de Torre dell’Ovo-Commune de Torricella, qui, encore aujourd'hui, conserve une espèce de chemin en pierre semisubmergé (parfaitement praticable, surtout en marée basse ), tandis qu'au large, à une dizaine de mètres de profondeur, dans les eaux côtières de Maruggio, on trouve les vestiges d'un bâteau grec (du IVe- au Ve siècle av J.C.), exploré en 1995, qui abritait des amphores corinthiennes . Sur ce site , on a retrouvé de nombreux restes de céramiques noires émaillées , ainsi que des vestiges d'un édifice de culte , présentant une métope avec une inscription grecque. Nous soulignons que, dans la mer de Torre dell’Ovo, à quelques mètres de profondeur, il est possible d'observer un phénomène unique au monde: la “forêt pétrifiée” (ou fossile) dans le milieu marin. La recherche scientifique a démontré qu'il s'agit de sédiments de mollusques: il y a des centaines de milliers d'années –dans la période du Pléistocène - de gros gastéropodes et d'antiques polychètes (une espèce de vers gigantesques), ont construit leur habitat dans les fonds marins , en comprimant les parois et en les cimentant avec des sécrétions. Une fois les animaux morts, au fil du temps, l’érosion de la mer a déplacé les fonds marins laissant ainsi ces hautes «tours» découvertes jusqu'à une hauteur d'environ deux mètres.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Marine de Maruggio: Contrade Capoccia et Scorcialupi (Piri-Piri), lieu de la découverte du bateau grec.

Torre Ovo: la “forêt pétrifiée” ou fossile où les “troncs”,exemplaires uniques au monde, s'élèvent dans la mer ,à 4-6 mètres de profondeur. La théorie scientifique soutient que – en réalité- l'origine du phénomène ne serait pas de nature végétale , mais animale, causée par l'activité millénaire de micro-organismes qui ont creusé dans le sédiment argileux/sableux . La photo représente “la cuve sédimentaire ovale de pierre”, entourée de “troncs et branches”.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

- de l’ ère Gréco-Romaine, découvertes dans le Parc Archéologique du Port Perone-Saturo, de Marine de Leporano). Ce site surgit sur un splendide promontoire côtier et rassemble les vestiges d'un sanctuaire dédié à Athènes, ainsi que ceux d'une Villa Romaine de l'ère Impériale (située aux côtés d'une Tour de contrôle maritime et de défense du Royaume de Naples du XVIe siècle), avec diverses constructions, telles que : un atrium avec, au centre, un impluvium pour le stockage des eaux; une baignoire; un tepidarium; un vestiaire et une salle pour les banquets. La zone thermale était reliée à la Villa par un portique, dont on conserve encore aujourd'hui le tracé.

V ue aérienne du Parc Archéologique du Port Perone-Saturo, de Marine de Leporano: sur le promontoire côtier , on peut voir les vestiges de la Villa romaine (à gauche) et de la zone thermale (à droite), avec au centre la tour fortifiée côtière qui remonte au Royaume de Naples (époque de construction :1568-1570)


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

A Torre dell’Ovo, proche du port antique magno-grec, se trouve une villa romaine, dont on conserve encore certains pavements en mosaïque et certaines briques. Enfin, en se déplaçant plus au sud, vers les eaux cristallines de la plage de San Pietro in Bevagna (commune de Manduria), à quelques mètres de profondeur, il est possible d'observer plusieurs sarcophages de dimensions variées qui appartenaient à la cargaison d'un bateau romain naufragé au IIIe siècle ap.J.C.

Marina de Manduria: S.Pietro in Bevagna... A la suite du naufrage d’un bateau romain, datant de 150-300 ap. J.C. , 23 sarcophages en précieux marbre blanc, provenant de l’Egée et de l’Asie Mineure, gisent sur un fonds marin sableux à une profondeur de 3/5 mètres, non loin de la plage. Ce site , depuis 2009, est devenu un parc archéologique sous-marin.

-de la domination espagnole en Italie (XVIe-XVIIe siècle.): des tours fortifiées de contrôle maritime et de défense , construites sur ordre de l'empereur d'Espagne Carlo V depuis la première moitié du XVIe siècle pour protéger les territoires du Royaume de Naples des incursions des pirates, des turcs et des sarrasins. Sur le littoral oriental ou Ioniensalentin, fut construit un système efficace de défense de la côte et de communication de 14 tours défensives , qui allait de Torre San Vito


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

(Taranto) –tour qui contrôlait au levant l'entrée de la rade de Taranto- à Torre Colimena .

Torre Colimena: tour de contrôle et de défense de la côte, de 16 m. de hauteur, la plus haute des tours du littoral ionien-salentin. Les tours étaient proches l'une de l'autre, visibles les unes des autres et des fortifications de l'arrière-pays (châteaux et grandes exploitations agricoles fortifiées).

Entre les dunes, les rochers , le maquis méditerranéen, le sable et les vestiges de civilisations lointaines –qui permettent de poursuivre mythes et légendes -se dressent des stations balnéaires et des centres sportifs, des hôtels et des campings, enrichis par l'accueil traditionnel et l'hospitalité des “gens du Sud”. Nous soulignons aussi, que, pour la douceur de son climat, le littoral oriental ou ionien- salentin fait don de ses eaux limpides à la balnéation du mois de mai au mois d'octobre.

LA MER: LE LITTORAL OCCIDENTAL (OU IONIEN-LUCANIEN)


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Le littoral ionien-lucanien se développe dans le secteur occidental du Golfe de Tarente:au nord,il commence aux portes de Tarente,précisément du lieudit Lido Azzurro (littoral de Tarente),et il termine dans les environs du littoral de Ginosa. Dans son développement, tout le littoral occidental est assez homogène;il est presque exclusivement sableux avec un bas fond marin,le long de terrains couverts de dunes où il y a une vaste pinède de haute valeur naturaliste sur plus de 40 Km.

Littoral de Tarente: Lido Azzurro, la première plage d’où commence le littoral occidental ou ionien-lucanien de la Province. Dans l’arrière-plan ,le littoral sableux qui s’étend pour plus de 40 Km., entre la mer et la vaste pinède de pins d’Alep .

En effet, les Pinèdes du territoire Ionien constituent des formations spontanées parmi les plus étendues en Italie en ce qui concerne la présence du pin d’Alep parmi les dunes. La pinède –parfumée d’odeurs résineusesest enrichie par une variété étendue et luxuriante de plantes du sous-bois et par quelques espèces typiques de la garrigue: le lentisque, le myrte, la phyillirée, le romarin, le genévrier et le ciste rouge.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Le littoral ionien occidental. La contre-plongée met en évidence l’homogénéité du territoire qui s’étend pour plus de 40 Km.; le littoral sableux se développe parmi la mer, la garrigue et la pinède du territoire ionien. Dans l’arrière-plan, on peut entrevoir le paysage des collines des Murges.

Les dunes s’interposent entre la Pinède et la mer, en constituant une importante action de défense des zones intérieures contre l’érosion marine. A l’abri du long littoral sableux, dans la partie initiale comprise entre Tarente (le fleuve Tara) et Palagiano (le fleuve Patemisco et le fleuve Lenne),on met en évidence la présence de nombreuses sources d’eau qui émergent des nappes phréatiques(quelques sources d’eau chaude aussi).


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Littoral ionien occidental: détail de garrigue sur la plage.

Suite à son développement, le littoral sableux est caractérisé par plusieurs embouchures de fleuves et cours d’eau d’origine karstique qui contribuent à enrichir la flore et la faune du milieu. En particulier, il faut remarquer la présence de plusieurs espèces d’oiseaux palustres: la rale d’eau, les foulques, le martin-pêcheur et fréquemment des grues, des guêpiers et des hérons. Dans ce milieu naturel, où chaque saison est marquée par un climat doux et par ses merveilleuses couleurs, on pourrait rencontrer des renards, des blaireaux, des fouines, des hérissons, des grives, des bécasses et des tourterelles, surtout si l’on pénètre dans la pinède parfumée. Si on a de la chance, on peut apercevoir des belettes et des loutres à proximité des fleuves et des cours d’eau.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Le littoral ionien occidental. La vue aérienne montre l’embouchure d’un des cours d’eau d’origine karstique enrichissant la flore et la faune du territoire.

Le sable fin et léger du littoral est particulièrement apprécié , surtout près de localités balnéaires les plus connues, parfaitement équipées de structures réceptives et sportives diversifiées, très fonctionnelles et de qualité comme : Chiatona (faisant partie de l’aire urbaine de de Massafra) et Pino di Lenne (ville de Palagiano) ; Riva dei Tessali avec un village touristique, un centre de villégiature et un terrain de golf ; Castellaneta Marina offrant – dans l’ensemble touristique Nuova Yardinia- le centre de thalassothérapie le plus grand de la zone de la Méditerranéenne (les deux localités appartiennent à l’aire urbaine de Castellaneta). La Marina di Ginosa (appartenant à la commune de Ginosa) est une localité balnéaire qui a reçu plusieurs fois, grâce à la limpidité de ses eaux,


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

le prix international d’excellence Bandiera Blu, institué en 1987, Année européenne de l’Environnement, et décerné aux localités touristiques balnéaires respectant des critères rigoureux dans l’exploitation responsable du territoire.

Le littoral ionien occidental: les équipements sportifs et touristiques.La Marina di Ginosa (appartenant à la commune de Ginosa) est une localité balnéaire qui a reçu plusieurs fois, grâce à la limpidité de ses eaux, le prix international d’excellence Bandiera Blu, institué en 1987, Année européenne de l’Environnement, et décerné aux localités touristiques balnéaires respectant des critères rigoureux dans l’exploitation responsable du territoire.

LE PLATEAU DES MURGES TARENTINES : LES RAVINS ET LA VALLEE D’ITRIA. Tarente et sa côte (l’orientale, ou Ionienne-salentine, et l’occidentale ou ionienne-lucane) sont entourées d’un plateau vallonné d’origine karstique dénommé « Les Murges », qui traverse une grande partie du territoire des Pouilles centrales. Les « Murges tarentines » représentent la partie terminale de ce plateau, qui descend doucement vers la mer, Tarente et ses côtes : l’ionienne-lucane et l’ionienne-salentine. Le toponyme « Murgia » dérive du mot latin « murex », qui signifie « roche » : en effet, la roche et la pierre constituent un aspect fondamental de l’identité du territoire des Pouilles. Les « Murges Tarentines » offrent une contribution particulière à cette caractérisation avec un paysage très pittoresque.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

En effet, une espèce d’amphithéâtre naturel, constitué de 60 « canyons » distribués en deux demi-cercles de différentes hauteurs (le premier à 400500 mètres d’altitude, le deuxième à 100-300 mètres d’altitude) donne sur le golfe de Tarente. Cet amphithéâtre formé de ravins escarpés est appelé « Gravines». Au côté des ravins, se dresse un territoire de collines qui, encore aujourd’hui, témoigne d’un extraordinaire équilibre rural entre l’homme et la nature : la « Vallée d’Itria », avec ses pittoresques « trulli ».

LES RAVINS

Les Murges tarentines sont caractérisées par un paysage vallonné constitué de roches karstiques érodées par les eaux de pluie et les ancestraux cours d’eau. Ces incisions ont donné naissance : - aux « gravines », ravins constitués de parois robustes, abruptes et accidentées creusées jusqu’à 200 mètres de profondeur ; - aux « lames », sillons érosifs un peu moins profonds, qui coïncident avec le début et la fin des ravins. - aux « gorges » - aux « grottes » - et aux « galeries ». Dans la province de Tarente, on compte environ 150 de ces petits canyons. Les « gravines » évoquent un paysage similaire à celui des canyons avec une très riche et luxuriante flore et faune : forêt de « fragni » espèce de la famille du chêne) et de chênes verts, végétation rupestre, rapaces diurnes et nocturnes, oiseaux des marais, petits mammifères ( renard, blaireau, porcépic, etc…) et sangliers, peuplent les méandres de ce territoire traversé de ruisseaux et de cours d’eaux.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

La Gravina di Laterza : elle est composée de grands méandres, avec des pics rocheux et des parois en surplomb qui permettent une végétation rupicole, et qui conservent le même écosystème depuis la nuit des temps.

Au cours des siècles, de la période Néolithique (comme en témoigne le Dolmen de le « Gravina Leucaspide » di Statte) jusqu’à la moitié du XXème siècle, l’homme a toujours utilisé ces « cavités » naturelles.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Murge tarantine , Commune de Statte:le “Dolmen de S. Giovanni ou de Leucaspide”, monument mégalithique,de l’âge du bronze.

La disponibilité des grottes et des gorges ainsi que la qualité des roches karstiques des ravins -faciles à creuser- ont permis à l’homme de créer, le long des parois rocheuses et à l’intérieur de celles-ci, des villages entiers. Ce sont de célèbres habitats de la « civilisation rupestre » (longue période qui commence avec la première domination byzantine du V-VIème siècle jusqu’à la période aragonaise du XVème siècle, et habités jusqu’à la moitié du XXème siècle). En effet, les villages furent construits avec toutes les infrastructures nécessaires : sentiers, échelles, systèmes de terrasses, la collecte et la distribution d’eau de pluie et d’approvisionnements alimentaires, les entrepôts et les boutiques d’artisans, les cimetières, les églises rupestres… Les monastères et les églises étaient érigés ou creusés puis décorés de fresques grâce à la constante présence d’ermites et de moines byzantins qui fuyaient l’Orient à l’époque de la persécution iconoclaste. Il est important de rappeler que les moines basiliens, contraints à émigrer dans le sud de l’Italie en passant par l’empire byzantin, outre le transfert de la culture et des techniques des arts visuels ( peintures, icônes et sculptures) apportèrent également des variétés de plantes et d’animaux sélectionnés, des méthodes de culture et d’élevage, ainsi que des procédés de conservation, de préparation et de l’emploi des aliments.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Murgia Tarantina, territoire des « gravines » du village de Mottola: l’église rupestre de San Nicola. L’église présente une implantation à trois nefs avec absides, (dont seulement certaines parties ont résisté au temps), ainsi qu’un merveilleux cycle de fresques réalisé avec une technique de peinture à la détrempe sur plâtre (XII-XIVème siècle)

Les populations ioniennes, après le néolithique retournèrent vivre sur ce territoire pour fuir, tout comme les religieux de culte oriental, aux guerres exténuantes, à l’invasion byzantine, aux Goths, aux Lombards, aux Normands, ainsi qu’aux incursions périodiques des Sarrasins qui rendaient les villes et les agglomérations côtières peu sûres. C’est surtout entre le Xème et XIème siècle que les populations occupèrent ces sites sur falaise. L’expérience du monachisme (basilien et bénédictin) encouragea l’organisation des activités agricoles sur le territoire. Les basiliens et les bénédictins aidèrent ainsi à reconstruire de meilleures conditions de vie et de travail pour le peuple paysan, qui avait été habitué à l’expérience grecque puis romaine basée sur l’organisation des municipalités. L’influence du Christianisme fut évidente dans ce processus de reconstruction ; il introduisit la base théologique et philosophique d'une


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

approche différente des relations entre les hommes, ainsi qu’entre eux et la nature.

Les Gravines de la ville de Ginosa : le village du « quartier Rivolta », est considéré comme le village rupestre italien le plus important. Il comprend 66 grottes distribuées sur 5 niveaux. Un habitat de grand intérêt historique et naturel, où l’on découvre comment l'homme s'est adapté à la roche, en la creusant et la travaillant pour ses nécessités: maisons, réservoirs, fours, pressoir, étagères, cheminées, hangars, routes, caves viticoles, églises, cimetières...

Le diffus patrimoine de biens artistiques-culturels des gravines a été ultérieurement enrichi par les témoignages de la « civilisation paysanne » d'une époque successive : mas, trulli, maisons-grottes souterraines, murets de pierres à sec qui, en harmonie avec le réseau des champs cultivés et des milieux naturels, définissent l’identité unique de son paysage


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

La Gravine de Palagianello : le centre urbain actuel de Palagianello est adossé à la gravine homonyme, sur l’arête d’où s'est développée, à l’ époque médiévale, un village rupestre complexe et articulé. Pour de nombreux siècles, cette installation a été complémentaire et pas subalterne au centre historique « sub divo », enrichi par le château Caracciolo datant du16e siècle (en haut à droite de la photo).

Aujourd'hui, les Communes de ce territoire se caractérisent surtout pour leurs centres historiques fixés sur le bord des gravines le long d’une viabilité à arêtes, qui engendrent un paysage très suggestif. Un paysage en parfait équilibre avec le système naturel, d’où il est possible de jouïr - des nombreux « belvédères» dispersés dans les rues et sur les places - des panoramas charmants sur les vallées et sur le Golfe de Tarente.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Centre historique de Castellaneta : la vue sur la gravine met en évidence la présence d'importants escarpements morphologiques et d’ incisions fluvio-karstiques.

Récemment, on a fondé le Parc Naturel Régional « Terre des Gravines » (Loi Régionale n. 18/2005), qui s'étend sur le territoire de 13 communes de la Province de Tarente (Ginosa, Laterza, Castellaneta, Mottola, Massafra, Palagiano, Palagianello, Statte, Crispiano, Martina Franca, Montemesola, Grottaglie et S. Marzano), pour en sauvegarder le patrimoine naturaliste, du paysage et culturel. Dans ce but, on a organisé des parcours appropriés qui permettent au visiteur de découvrir et de connaître les beautés naturalistes, historiquesarchéologiques et architecturales du grand Parc « Terre des Gravines ». Une bonne opportunité pour connaître les gravines peuplées de Massafra, c'est-à-dire les gravines directement reliées à l’agglomération.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

La gravine de la Madone de l'Escalier, avec son sanctuaire homonyme (XVIIIe s.), et avec la gravine de St.Marco et la gravine de Ste Caterina est l’ une des trois gravines peuplées de la ville de Massafra.

Ou bien pour admirer les Carrières de Fantiano (aujourd'hui siège d'un théâtre naturel en plein air) de la ville de Grottaglie où se trouve, le long de la Gravine de San Giorgio, au pied du château médiéval Episcopio, le « Quartier des céramiques ». L'architecture rupestre du « Quartier des Céramiques de Grottaglie - et son unicité est témoignée par les nombreuses boutiques artisanales creusées dans la roche et dans lesquelles, depuis le Moyen âge déjà, on travaille et on produit la céramique à emploi domestique.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Grottaglie: “Quartier des céramiques”. Le quartier se compose de nombreuses grottes qui accueillent des ateliers d’artisans, parmi lesquels il y en a certains qui gardent encore à l’intérieur d’anciens fours, qui ne sont plus utilisés aujourd’hui. Dans chaque atelier on peut observer les diverses phases du travail de l’objet en céramique et, en même temps, on peut acheter le produit fini.

Les parcours de la Terre des Gorges s’articulent parmi des châteaux de templiers, normands, souabes, angevins et aragonais, parmi des couvents, des greniers, des fermes et des monastères, aussi bien que parmi les “Cent mas” du territoire de la ville de Crispiano et parmi ceux qui sont parsemés dans les campagnes de la “Murgia” tarentine.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Les mas naquirent – ainsi que le légendaire phénix – sur les débris de maisons de campagnes romaines, d’anciennes fermes, d’habitats rupestres et de monastères abandonnés (XIIIe-XVIIIe siècles) afin de réorganiser l’agriculture et l’élevage. Les mas documentent l’histoire de l’agriculture et de la société de toute la province ionienne et des Pouilles, depuis le Moyen Âge jusqu’à la réforme foncière du dernier après-guerre. Les mas furent bâtis selon le schéma de la cour agricole méditerranéenne: un mur d’enceinte haut et renforcé et un seul espace central (la cour) avec la fonction de basse-cour aussi. Les entrées des divers bâtiments de résidence et d’autres espaces de travail donnent sur cette cour; à côté de la cour il y a le caractéristique “jazzo”, délimité par de hauts murs de pierres sèches , lieu destiné à l’abri et à la garde des animaux. Habituellement , chaque mas a une porte d’entrée, barrée par une grande porte solide qui sert à l’accès des voitures et des fourgons dans la grande cour.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Tarente, mas San Pietro in Mutata – autrefois villa romaine et monastère – qui remonte à l’an 1400: la vue aérienne met en évidence le vaste espace central(cour) sur lequel donnent les diverse résidences, lieux et espaces de travail. A l’arrière plan il y a la mer petite de Tarente.

Les mas sont caractérisés par plusieurs typologies architectoniques: à cour fermée, à cour clôturée, à cour ouverte, mas-château, mas à “trulli”, masvillage, dont chacun reflète les différentes modalités d’utilisation des terres et de la main-d’oeuvre d’un système économique et productif, articulé et fonctionnel, qui n’a pas du tout changé au cours des siècles.

VALLÉE D’ITRIA

La “Vallée d’Itria” fait partie des Pouilles centrales, à cheval sur les provinces de Bari, Brindisi et Tarente: parmi ces trois chefs-lieux de province, le plus proche et mieux relié à la Vallée d’Itria est Tarente. Le territoire de la Vallée d’Itria coïncide avec la partie méridionale du haut plateau des Murge. Les principales particularités de la Vallée sont ses typiques habitations rurales, les “trulli”: c’est pourquoi la “Vallée d’Itria”


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

rentre, tout en gardant ses propres caractéristiques, dans un plus vaste territoire appelé “Vallée des trulli” ou “Murgia des trulli”

“Vallée des trulli”, ville de Martina Franca: paysage rural avec des “trulli” et des variétés de plantes cultivées.

Martina Franca est la commune qui a l’altitude la plus élevée et le plus grand nombre d’habitants (50.000 environ) de la Vallée d’Itria: ses “trulli” ont été bâtis hors de la ville, contrairement à Alberobello, où les trulli sont situés à son intérieur. Et c’est bien la campagne parsemée de trulli qui constitue la caractéristique principale de Martina Franca et des autres communes de la Vallée d’Itria: un habitat rural avec une forte, mais savante intervention de l’homme sur le territoire.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

La Vallée d’Itria est caractérisée par un paysage rural semblable à une mosaïque agropastorale, où le terrain semé s’alterne au bois ou au pâurage.Un élément de caractérisation de la Vallée d’Itria est la campagne habitée, c’est-à-dire le rapport entre résidence et production agricole de type direct, qui a une longue tradition historique et culturelle et qui trouve, dans le trullo, le lieu d’intersection parfaite.

Les trulli (du bas grec τρούλος trúlos, ancien grec τροῦλλος trûllos, "coupole") sont des anciennes structures d’habitation en pierre sèche, coniques, d’origine protohistorique qui sont typiques et exclusives du centre et du sud des Pouilles,en se référant surtout au terroir appelé “Vallée d’Itria”. Bien qu’on retrouve des pièces archéologiques d’époque préhistorique ou des fondations de cabanes en pierre qui remontent à l’âge du bronze dans les zones d’essor des trulli, il n’y a pas de trulli particulièrement anciens: cela est justifié du fait que, en cas de dommage, il valait mieux l’abattre et le reconstruire pour des raisons économiques,en remployant le matériel plutȏt que de s’occuper à réparer le trullo. Le Trullo naît comme une construction typique en fonction des activités des paysans: en effet, le cozzaro(c’est-à-dire celui qui cultivait la terre du


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

propriétaire) pouvait avoir un grabat dans lequel il dormait avec sa famille et il tenait les outils du champ. Les lits étaient composés, en général,par de simples paillasses appuyées sur le plancher et ils étaient placés dans des alcoves tirées par des niches. Les niches étaient produites à travers un procès de gemmation par la maçonnerie du trullo principal. Elles étaient séparées du trullo principal par quelques rideaux qui remplaçaient la fonction des portes à cause de la place étroite. Les trulli les plus anciens dont il reste aujourd’hui des traces ont été construits au XVe siècle : leur plus grande expansion est placée entre le XVIe et le XIXe siècle.Le système de production des trulli s’intégra parfaitement avec le système de production des mas en augmentant l’activité de ces grandes entreprises qui s’occupaient de la production et du travail de produits agricoles et de l’élevage de bovins, porcins et surtout ovins.

Crispiano, Mas L'Amastuola: situé sur un plateau qui domine complètement la plaine tarentine ,ses origines remontent au XVIe siècle. Récemment, elle a été l’objet d’un projet innovant de reconversion très intéressant, où l’agriculture est pratiquée comme « système agricole-alimentaire-environnemental-touristiqueculturel »organisé.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Les trulli,comme les mas ne sont pas seulement de bâtiments utilisés pour des activités agricoles et d’élevage mais aussi des lieux capables d’associer savamment nature, culture et terroir,de façon unique et originale(seulement aux environs de Martina Franca,on a censé 254 fermes).

Aujourd’hui, un nombre croissant de trulli et fermes(surtout celles qui ne sont plus utilisées pour des activités agricoles et d’élevage) sont restaurés et équipés pour l’agritourisme et le tourisme de plus en plus appelé à satisfaire les exigences d’un public attentif à connaître le “genius loci” du terroir, son histoire, sa culture et ses traditions.

Agritourisme dans la Vallée d’Itria. La magie des trulli : expériences de régénération qui permettent d’ apprécier l’ancienne alliance entre l’homme et la nature.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Les mas qui ne sont plus utilisés pour des activités rurales sont restaurées et équipées pour l’agritourisme et le tourisme. De cette façon, on atteint l’objectif de produire des revenus, en sauvegardant et conservant des biens historiques et culturels d’importance considérable.

Martina Franca (comme les autres communes de la vallée “d’Itria”) est célèbre, elle aussi, pour son centre historique, l’un des plus beaux de l’Italie du sud, témoignage important du style baroque et rocaille qui vise à exalter les moindres détails, même les plus cachés. Les palais, les arcs, les portails, les hôtels particuliers, les églises et les cathédrales sont caractérisés par une extraordinaire présence d’ornements et d’éléments de l’architecture locale : une recherche stylistique qui touche non seulement les monuments les plus importants, mais aussi les simples portails ou les fenêtres des maisons privées éparpillées dans une multitude de ruelles au sein du bourg.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Martina Franca : centre historique . Aux XVII e et XVIII e siècles, Martina Franca a été parmi les villes protagonistes de la grande période du baroque dans Les Pouilles. En parcourant le centre historique, on peut remarquer les ornements baroques et rocaille qui embellissent les églises et les hôtels particuliers du XVIII e siècle et qui donnent à la ville un caractère artistique homogène car les mêmes ornements sont présents eux- aussi sur des éléments architecturaux moins nobles.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Martina Franca: la Cathédrale de St. Martin. Fastueux exemple d’architecture baroque, elle se distingue par sa façade vertigineuse. La hauteur, si accentuée, pourrait se disperser dans une myriade de détails indépendants, qui se retrouvent réunifiés, au contraire, dans le noyau décoratif central sculpté dans la pierre. La façade de la Cathédrale laisse prévoir les trésors qu’elle abrite.

Les “Murges” de Tarente s’étendent jusqu’aux anciennes terres des Messapiens à Manduria et à Avetrana (respectivement à 80 et 60 mètres au- dessus du niveau de la mer) ; elles nous invitent à admirer les derniers témoignages de cette civilisation antique où les Messapiens de Manduria affrontaient les habitants de Tarente, l’une des plus importantes villes de la Grande- Grèce. Les vestiges du passé, sont aujourd’hui facilement accessibles aux visiteurs grâce à la création du Parc archéologique des Murs des Messapiens


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Au sein du parc archéologique, on peut admirer les Murs cyclopéens qui servaient de défense à la ville de Manduria en guerre contre la ville de Tarente: les murs sont entourés des fouilles qui ont découvert la plus grande nécropole des Messapiens à notre connaissance (2.500 tombeaux qui datent du VIe au IIe av.JC).

Manduria, Parc Archéologique des murs cyclopéens des Messapiens : enceinte extérieure des murs et nécropole. Dans la période de domination des Messapiens, Manduria était entourée d’un triple cercle de murs (qui datent du VIe au IIIe siècle av. JC.): une enceinte est intérieure, l’autre extérieure et, entre les deux, une dernière est placée au milieu . A côté des murs, s’ouvre la vaste nécropole des Messapiens avec de milliers de tombeaux.

Dans les environs de cet imposant centre archéologique, on trouve le “Fonte Pliniano”, grande caverne ronde, qui date, elle aussi ,de cette époque- là, extraite du sous-sol Karstique. La caverne abrite depuis des milliers d’années une source souterraine d’eau météorique (que l’on peut rejoindre facilement par des marches creusées dans le rocher) ; la source prend sa lumière grâce à l’entrée et à la fente carrée de sa voûte.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Manduria : Le “Fonte Pliniano”, symbole de la

ville A l’intérieur de la caverne ronde, il y a une source souterraine entourée d’un mur, lui aussi de forme circulaire ( à gauche dans la photo), où encore aujourd’hui coule l’eau, recueillie par les populations locales depuis de milliers d’années. Décrite par Plin l’ancien, écrivain et naturaliste romain du I siècle d. C., la source devait être un lieu sacré, cher aux Messapiens, dédié probablement aux divinités des eaux.

A partir des pentes raides et dépourvues de végétation, les « Murges » de Tarente, concluent leur parcours dans les eaux fraîches de la source « Fonte Pliniano » : un lieu sacré, chargé de significations culturelles et d’effets prodigieux invoqués et espérés.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

LA VILLE DE TARENTE

La ville de Tarente, anciennement Taras, Τάρας, fondée en 706 av. J.C. par les Spartiates de Falanto, guidés par la prédiction de l’Oracle de Delfi: «Quand tu verras pleuvoir du ciel serein, tu conquerras territoire et ville».


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

LA MILLENAIRE EXISTENCE DE TARENTE SE DIVISE EN CINQ DIRECTIVES: L’AXE THALASSOGRAPHIQUE: TARENTE, CAPITALE DE LA GRANDE GRÈCE

AXE THALOSSOGRAPHIQUE: LA MEDITERRANEE “BERCEAU DE CIVILISATION ”Les voies maritimes des villes de la Méditerranée de 1600 av. J.C. à 200 ap. J.C. (Thalassocratie , du grec “ θαλασσα”mer et “ κρατοσ” ,pouvoir : forme de gouvernement qui se fonde sur la domination de la mer).

À travers la Méditerranée, en particulier entre l’Egée et la péninsule Italienne (surtout sur la côte ionienne) entre l’Egypte, la Crète et les côtes de l’Asie Mineure (l’Anatolie, la Turquie d’aujourd’hui), se sont répandus la métallurgie du cuivre, des alliages d’étain et d’arsenic. Le réseau maritime-commercial a toujours été très intense et cela a favorisé l’homogénéité culturelle entre l’Orient et l’Occident.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

La Méditerranée, navigable durant des mois, du printemps à l’automne, était le facteur décisif pour les communications, surtout commerciales et elle assurait des échanges et des déplacements rapides. La condition des routes, en effet, rendait aussi bien difficile les transports des marchandises fragiles par voies terrestres que l’approvisionnement des grands centres habités.

Colonies joniennes

Colonies doriques

Originaires de Corinthe Originaires de Megara D’autres origines

Originaires de Focea Originaires de Mileto D’autres origines

Megara

villes fondatrices de colonies

Colonies Achéennes Centres commerciaux

LES RACINES COMMUNES ETNO-ANTROPOLOGIQUES DES PEUPLES DE LA MEDITERRANEE

(Carte 2004)

géographique tirée de l’Atlas historique, de G. Duby, Rizzoli, Larousse,


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

La Méditerranée, berceau de civilisations anciennes, a vu naître et se développer la ville de Tarente, la ville fondée par les Spartiates, capitale de la Grande Grèce. Les habitants de la ville ont lié leur fortune à la pratique intensive de la pêche dans la Petite Mer (riche en citrus, en sources sous-marines d’eau douce), en créant un vrai système industriel pour la production de pourpre, de byssos, d’huîtres et de moules qui ont été la richesse de la ville. Tout cela a rendu la ville de Tarente, entre le Ve et le IIIe siècle av. J.C., la ville la plus riche et peuplée de la mer Méditerranée (avec plus de 200.000 habitants), ville qui a connu sa période de plus grande splendeur sous le royaume du philosophe Archita (IVème siècle av. J.C.).


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Grecs et Persans Insurrection des Grecs de l’Asie contre les Persans,499-494 av. J.C. Bataille des Persans,490-479 av. J.C.. Grande Grèce et Sicile, VI siècle av. J.C . Influence grecque, influence punique, influence étrusque. Victoires grecques Expéditions de Carthagène contre la Sicile,406-405av.J.C.. Domination de Syracuse au temps de Dionisio, le vieux, 405-367 av. J.C.. Guerre du Péloponnèse,431-404 av. J.C.. Expansion de l’Empire Athénien avant la guerre du Péloponnèse. Guerre de Péricle,431-429 av. J.C. Révolte de Corfù, colonie de Corinthe. Siège de Potidea de la part d’Athène, 432-429 av. JC.. Expédition de la flotte athénienne de 432 à 430 av.J .C.. . Expédition d’Antibiade contre Syracuse, 415-413 av. J.C. D’autres expéditions. Batailles. Etats neutres. Sparte et la ligne du Péloponnèse. Alliés de Sparte de 431 à 421 av .J.C.. Expéditions de Sparte de 415 à 404 av. J. C.. La Grèce de la fin du Vème siècle, à la fin du IIIème siècle av. J. C.. Royaume de Philippe I, le Macédonien,359-336 av. J. C. Conquête romaine IIIe et IIe siècles av. J. C.. Batailles.

LA MEDITERRANEE DU VIème au IIème SIECLE historique, de G. Duby, Rizzoli, Larousse, 2004)

AV. J.C. (Carte géographique tirée de l’Atlas


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Au cours des siècles, plusieurs civilisations se sont succédées dans le bassin de la Méditerranée, parfois pour se confronter et en avoir la suprématie, parfois pour cohabiter pacifiquement. Dans ce dernier cas, les pays de l’Orient et de l’Occident ont développé un parcours antropologique et culturel commun, très avantageux. Les 3e et 2e siècles avant J.-C. sont caractérisés par la conquête romaine: après un siège de trois ans, en 272 avant J.-C., il y a la déchéance de Tarente, Rome compléta rapidement la conquête de la Grande Grèce et de toute l’Italie du sud.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

L’AXE DE LA VOIE APPIENNE: TARENTE PENDANT LA PERIODE ROMAINE

Les grandes voies de communication entre Rome, Byzance et la Méditerranée

La Voie Appienne, témoignage du génie des ingénieurs romains, répondait, en même temps, aux exigences militaires et aux buts économiques de répandre le domaine vers le centre de la Méditerranée, jusqu’à arriver aux ports de Tarente, sur la mer Ionienne, et de Brindisi, sur la mer Adriatique. Les travaux pour la construction commencèrent en 312 avant J.-C., quand Rome était en pleine expansion, projetée vers la conquête de la Méditerranée. Dès les temps anciens, la Voie Appienne fut importante, elle était appelée “insignis”, “nobilissima”, “regina viarum”, soit parce qu’elle était moderne et sûre, soit parce qu’elle liait les régions les plus riches et civilisées du


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

monde ancien: la Campanie, le Samniun, les Pouilles et les régions du voisin Orient. La Voie Appienne comprenait deux axes: l’axe Rome-Tarente-Brindisi et l’axe qui courait à côté des montagnes: Benevento-Troia-Ruvo-CanosaBari-Brindisi. Elle était la voie de communication la plus importante de l’Empire Romain. Pendant toute la période byzantine, la Voie Appienne garda un rôle important pour les communications militaires, commerciales et culturelles parce qu’elle liait la “vieille Rome” et la “nouvelle Rome”, (nommée d’abord Byzance, puis Rome-Constantinople, aujourd’hui la métropole moderne d’Istanbul).

LE COMMERCE DE L’EMPIRE ROMAIN DURANT LA PERIODE D’AUGUSTE


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Durant le règne d’Auguste, une période de grande expansion de l’Empire Romain, Tarente reste l’un des centres les plus importants pour le commerce sur la Méditerranée: après la conquête de Rome en 272 av.J.-C., la ville, grâce à la Voie Appienne, devient, sur la Méditerranée, le carrefour le plus important de la “caput mundi”, ainsi qu’un des lieux préférés de l’aristocratie romaine pour passer les vacances. Tarente était considérée “bénie des Dieux” et plusieurs intellectuels célèbres la fréquentaient et l’admiraient. On peut citer Platon, Horace, Virgile, Columella, Ciceron, Pompée, Martial.

L’AXE DE LA VOIE “FRANCIGENA” DU SUD DURANT LE MOYEN AGE: DE ROME A TARENTE VERS LES LIEUX DE LA TERRE SAINTE

Axe du tronçon de la voie “Francigena” au sud. Au Moyen- Age, ce tronçon de la vieille Voie Appiennne parsemé de monastères, de couvents et d’hôpitaux, qui de Rome aboutissait à Tarente, permettait aux nombreux pèlerins et aux croisés de s’embarquer dans les ports des Pouilles pour rejoindre les lieux saints.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Grâce aux soins continuels, la Voie Appienne fonctionna bien durant tout le Moyen Age. Voilà pourquoi pendant le Haut Moyen Age, un long tronçon de la Voie Appienne fut appelé la “Voie Francigena”, la voie qui, de Rome, aboutissait aux ports de Tarente, de Brindisi et aux autres ports des Pouilles, qui donnaient sur la mer Adriatique, lieux où les pèlerins et les croisés s’embarquaient pour rejoindre la Terre Sainte.

La Voie Francienne l’artère de liaison de la zone euro-méditerranéenne

La Voie Francienne (aussi appelée le chemin de la France ou Via Romea) reliant les trois principaux sites religieux de la chrétienne médiévale: Saint-Jacques de Compostelle (Espagne), Rome et Jérusalem. Le point de départ de la Voie Francienne était Canterbury , elle traversait


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

le territoire français, elle réunissait les pèlerins qui passaient et rejoignaient le Sanctuaire de Saint-Jacques de Compostelle, elle continuait sur Rome, dans le sud, pour enfin arriver aux ports importants des Pouilles qui constituaient un arrêt obligatoire pour tous les navires qui partaient pour le Moyen-Orient. Le voyage, ensuite, continuait par mer jusqu’à Constantinople (l’actuelle Istanbul ) pour se terminer à Jérusalem. Sur tous les territoires concernés par le circuit, il est encore fréquent de trouver d’anciens «témoins» de cette expérience : églises, couvents, fonctions, hôpitaux et commanderie des Templiers. La Voie Francienne était empruntée pour les échanges et le commerce ce qui amena un grand développement dans de nombreuses villes, villages et centres placés tout au long du parcours.

Rues et routes de communication dans l’ euro-méditerranéenne à l'époque des croisades.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Les croisades étaient une série de guerres, combattue du XIe au XIIIe siècle par les armées des royaumes chrétiens européens et les armées musulmanes principalement sur le terrain de l'Asie Mineure et la Méditerranée orientale. La voie privilégiée par les Croisés (mais ce n’était pas la seule) était la Voie Francienne . Cependant, les différents chemins empruntés convergeaient en une voie commune qui, de Constantinople (aujourd'hui Istanbul) arrivèrent à Jérusalem, traversant le plateau de l'Anatolie(Asie Mineure, l'actuelle Turquie). Ces voies de communications, étaient utilisées aussi bien par l’armée que par les pèlerins, elles étaient des voies synonymes d’intenses trafics et commerces.

L'Empire byzantin: La deuxième fondation de Tarente.

Tarente et les Pouilles faisaient partie de l’Empire Byzantin jusqu'à la deuxième moitié de l'année mille cent, pour ensuite être conquis par les Normands. Sous l’Empire Byzantin, Tarente – après sa destruction en 927 par les Sarrasins – fut reconstruite, quarante ans plus tard (en 967), par


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

l’empereur Nicéphore II Phocas, en réponse à la pression répétée des survivants de Tarente.

L’empereur byzantin (considéré le deuxième fondateur de Tarente) construisit l’ actuel centre historique, avec des caractéristiques urbaines


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

encore visibles aujourd’hui et très utilisées: le terre plein le long de la Petite Mer pour faciliter le travail des pêcheurs; la rue Mezzo, la rue Marina et « le postierle » , c'est à dire les escaliers étroits de la vieille ville (qui relient la ville basse à la ville haute) au fond desquels, sur les anciens remparts de la ville, s’ouvrent des portes secondaires ; la construction d'un pont de sept arches ( l’actuel pont « S. Egidio ») qui relie la ville à la via Appia ; la reconstruction de l’ancien aqueduc romain de 203 arches (L'aqueduc « Triglio »), qui grâce au pont, véhiculait dans la ville ( l’actuelle place Fontana) les eaux de la « Murgia ».

L’AXE DES CHATEAUX NORMANDS, SOUABES, ANGEVINS, ARAGONAIS.

Territori Normanni nell’XI secolo

Entre le XIème et le XIVème siècle la domination normande, souabe et angevine amena à de grandes transformations sociales et politiques, surtout dans les terres du Sud (en mettant à profit aussi l’expérience vivifiante du monachisme dans la réorganisation des activités agricoles) : cela eut des retentissements remarquables sur la modification du paysage lui même. Les aires internes, les centres urbains et les zones côtières réalisèrent, grâce à une activité législative intense (introduction du système féodal), un système de production articulée. Les villes côtières, grâce aux flux culturels et économiques intéressant la Méditerranée, distribuèrent- sur le vaste marché international- les denrées


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

agricoles venant des aires internes organisées autour des châteaux, des mas et des granges. Pendant cette période, sous le contrôle du pouvoir central, le territoire tarentin, comme la plupart du Sud, fut réparti en comtés divisés en fiefs et administrés par des comtes ou des barons. Alphonse IV d’Aragon, premier roi de Naples, unifia les royaumes de Naples et de Sicile : il réorganisa l’administration, le réseau des drailles et leurs règles d’emploi, organisa les Universitates aussi, les communes actuelles, en les autorisant à se doter d’un propre statut.

Après la conquête normande, Tarente devint la capitale de la Principauté de Tarente et elle le resta pendant 377 ans (1088-1465). La ville connut sa splendeur la plus grande avec Raimondo Orsini Del Balzo (1399) : les domaines de la Principauté se sommèrent à ceux du Comté de Lecce, Soleto et de quelques baronnies et seigneuries en Terra di lavoro et Terra di Bari. Ensuite, la principauté de Tarente est devenue une possession féodale remarquable du Royaume de Naples.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Le Château Aragonais Dans le château, il est possible d’apprécier plus de 300 ans d’histoire : en effet, à l’intérieur, on a retrouvé de nombreuses pièces archéologiques qui vont de la période préhistorique à l’âge moderne : des fragments de l’âge du Bronze ; de la poterie géométrique Japigienne du VIIIème siècle av. J.-C. ( aux motifs avec des dentelets , des svastikas, des losanges) ; des faïences corinthiennes, laconiques et des coupes ioniennes du VIe siècle av. J. -C. ; des faïences de pâte grise du IIe et Ier siècle av. J. -C. ; des témoignages de fréquentation du site de l’époque romaine et de la fin de la période impériale ; de la vaisselle de l’époque médiévale ; des faïences remontant à une période entre le XVème et le XVIème siècle. Parmi les matériels retrouvés, la numismatique est particulièrement remarquable ; elle remonte à une vaste période qui va de la domination romaine jusqu’au XXe siècle.La première partie du château date de 916, quand les byzantins commencèrent la construction de la « Rocca » comme protection des assauts des Sarrasins et de la république de Venise. Successivement, la « rocca » devint une forteresse normande-souabe-angevine, jusqu’au moment où François d’Aragon, roi de Naples, en fit un imposant château de défense. Ensuite, il fut modernisé par les Espagnols. Aux siècles suivants, le Château fut employé comme caserne, prison, centre de commandements militaires. Aujourd’hui, c’est un siège prestigieux de la Marina Militaire et c’est le site touristique le plus visité des Pouilles après Castel del Monte (plus de 65.000 présences en 2012).

L’AXE DE LA TRANSHUMANCE :LES PETITES DRAILLES DES MURGES TARANTINES


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

La pratique de la transhumance dans le sud de l’Italie (le terme « transumare » dérive de transporter) remonte à la nuit des temps. En partant des montagnes de l’Abruzzo et du Molise, par des drailles et de petites drailles, on amenait les troupeaux à passer l’hiver dans les Pouilles, dans les riches pâturages du Gargano, du Plateau des Pouilles et des Murges. C’était une pratique employée déjà à l’époque de l’empire romain (la transhumance était un des facteurs économiques des rentes de la Rome ancienne).Pour souligner l’importance notoire de cette pratique dans l’économie et dans la société, on a calculé que, dans la période de majeure diffusion de la transhumance (de la moitié du XVe siècle au XVIIe siècle), les drailles étaient parcourues par 3 millions et demi d’ovins et de 30 mille à 50 mille bergers par an. De nos jours, le long des parcours des petites drailles, de plus en plus de mas sont restaurés et deviennent des gîtes pour satisfaire les exigences d’usagers plus attentifs à reconnaître le genius loci du terroir, son histoire, sa culture et ses traditions.

“ Drailles” et “ petites drailles” des Apennins de la Basilicate et des Murges de Bari et de Tarente.

Dans les Murges de Tarente trois routes principales étaient utilisées pour transhumer les troupeaux : la “ Petite draille” de Tarente”, la “ Petite draille ” de Martina Franca” et la “ Draille ” de l’Orsaneo de Castellaneta”(la ligne rouge continue désigne les “ drailles ” principales; l’hachurée les “petites drailles”).Ces trois routes étaient d’ importantes voies de liaison commerciale entre le centre et le sud de l'Italie.

Dans le contexte analysé jusqu’ici , on met en évidence le rôle de Tarente – et de sa Province qui donne sur la mer Ionienne - comme palimpseste de


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

l’histoire de l’Euro-méditerranée: d’abord Polis grecque, puis centre palpitant du Municipe romain, port byzantin, ville sarrasine, capitale de la Principauté des Orsini, Universitates aragonaise, importante voie de la transhumance.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

LA NOURRITURE: LE SAVOIR, LE SAVOIR FAIRE; LE SAVOIR ETRE Les témoignages de cette histoire, qui a ses racines dans la nuit des temps, sont fondés – comme éléments culturels et ethniques – dans les traditions alimentaires du territoire ionien, coeur de l’Euro- Méditerranée. Cela explique la raison pour laquelle il y a beaucoup de bonnes raisons pour entreprendre un voyage dans la Province de Tarente, un voyage dans un patrimoine unique d’expériences et de connaissances filtrées à travers la nourriture.

Le vignoble de Dionysos. Vigne, vin et cultes dans la Grande Grèce. MArTA’ – Musée National Archéologique de Tarente, exposition temporaire du 18 mars au 20 juillet 2010.

Les activités d’exploitation et d’élevage des tarentins et des communautés de la terre ionienne, leur manière de trouver la nourriture, la préparer, la cuisiner et la présenter à table, la fonction même de socialisation de la nourriture sont le but d’arrivée d’un processus millénaire qui culmine autour de la “ table” (symposium, banquet, festin, repas, cantine, petit déjeuner, déjeuner, dîner,), assis devant une “ bonne table, “ métaphore de partage et d’échange, lieu où les désirs et les aspirations se révèlent, les cultures se mesurent et où on suggère de nouvelles solutions pour de meilleures conditions de vie et de travail.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Cela est Tarente": photo de l’ homonyme campagne de promotion touristique de la Région des Pouilles.

L’ORIGINE DE L’ENOGASTRONOMIE: LE BANQUET ET LE SYMPOSIUM À TARENTE Les exploitations agricoles dans la chora de Tarente ( la campagna grecque qui avait le mas comme unité d’habitation de base) témoignent les capacités de la colonie Spartiate – arrivée à la fin du VIIIe siècle av.JC – de savoir cultiver et de savoir faire de l’élevage. Les spartiates qui s’installèrent dans les terres fertiles situées entre le fleuve « Tara », « La Grande mer », «La Petite Mer »et les premières pentes du plateau des Murges, pouvaient disposer d’un lieu stratégique, riche de sources éternelles , défendu par la mer par trois côtés et aménagé d’un grand port. Un lieu stratégique qui devint essentiel avec l’occupation du promontoire de Saturo qui permettait de dominer et de contrôler la partie en chora située entre la côte ionienne et la rive orientale de la grande Saline.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Après la fondation de Tarente, les spartiates surent valoriser les ressources de la mer et de la terre-végétaux et animaux du territoire. Les modèles agroalimentaires de la mère patrie furent intégrés aux expériences des populations indigènes et transportés à bon escient dans le riche et luxuriant contexte naturel et environnemental . Dès la naissance de Tarente, « la Petite Mer », un ensemble écosystème d’origine karstique caractérisé par la présence de sources d’eau douce nommées « citri » a été soumis à un développement aussi lent qu’ intelligent. Les colons spartiates introduisirent dans « La Petite Mer » la pratique intensive de la culture en mer pour la production de pourpre, de byssus, d’huîtres, de moules, sources de travail et de richesse, qu’il est nécessaire de préserver encore aujourd’hui.

Plat avec un dessin de poissons. Musée archéologique Martà, Tarente

Sous le gouvernement du pythagoricien Archita –un innovateur même dans l’agriculture, qui permit un élargissement des espaces cultivés et introduisit des améliorations dans les techniques de production- les Tarentins


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

développèrent une extraordinaire culture de l’alimentation et de la bonne nourriture.

Un plat de la Tarente spartiate avec des moules, des calamars, des petits-pois, des seiches et des plantes aromatiques, devait se présenter à peu près de cette façon. Les petits-pois de l’Asie centrale, étaient déjà connus dans la culture « oenogastronomique » (Alimentation et vin) grecque (Théophastre) et furent ensuite adoptés dans la romaine((Pline e Columelle).

Dans les mers tarentines, la myticulture et la production de poissons en aquaculture devinrent toujours plus abondantes, tandis que les fermes labouraient la terre avec de nouvelles techniques de cultures intensives, elles traitaient les produits agricoles avec de nouveaux outils (meules, pressoirs, moulin à roulement) et développaient les élevages de bovins et d’ovins. Tarente devint un grand centre d’échanges commerciaux avec la cité-État « polis » et la cité de la méditerranée, lieu célèbre de la bonne nourriture et de la joie de vivre, où on pratiquait « le banquet »suivi du « symposion »(le « boire ensemble. »).


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

La banqueteuse étendue sur la Kile (le long fauteuil) avec une coupe et une lyre. À la fin du VIe siècle .av.J.C. Musée Archéologique National, Tarente.

Le banquet et le symposion- pour leur valeur rituelle et sociale- n’étaient pas une pratique purement alimentaire , mais étaient des occasions de convivialité, d’hospitalité et de dons : souvent les convives portaient avec eux un panier d’osier qui contenait de la nourriture de bon choix.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Le casse-noix : Musée Archéologique National, Tarente

Mais, de quoi se nourrissaient les habitants de Tarente? D’aliments, qui encore aujourd’hui, constituent la base de la diète méditerranéenne : huile et olives, pain et céréales, légumineuses et légumes, plantes sauvages et herbes aromatiques, fromages, poisson, huîtres, moules, mollusques, poulpes, sèches, oursins et calamars, crustacées et viande (en quantité modérée), le tout accompagné d’une grande variété de fruits aussi bien frais ( pommes, poires, raisin, grenades, figues, etc..) que secs (amandes, noisettes, noix) et arrosé de bon vin des « vignes de Dyonisius », sans oublier les gâteaux et le miel.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

La diète méditerranéenne hier comme aujourd’hui : consommation de légumes, fruits et fruits secs, accompagnés de poisson et de viande (en quantité modérée), le tout assaisonné de vin ou « jus de Dyonisius »

TARENTE ROMAINE Sous la domination romaine, Tarente était une campagne luxuriante, fruit de l’héritage de la Grande Grèce, caractérisée par une communauté bien organisée et attentive aux cycle vitaux de la nature, capable de saisir les couleurs, les parfums, les saveurs, les savoirs, l’abondance et la bonté des produits issus aussi bien de la terre que de la mer, avec une référence particulière aux riches élevages de poissons de «Petite Mer ». Les Romains par l’assignement des terres du tarentais aux légionnaires vétérans - arrivés nombreux après la seconde guerre punique - remplacèrent le petit mas de la Grande Grèce par le modèle, beaucoup plus articulé, de la villa rustique, caractérisée par une production, une organisation et une gestion agricole plus complexes. De cette façon, commencèrent les monocultures céréalières et arboricoles, capables de satisfaire non seulement les exigences internes du centre urbain, mais aussi les exigences de l’empire et de son commerce. C’est ainsi que commença le latifundium, avec des productions de grande valeur marchande (huile, vin, fruits et miel en particulier) : ce n’est pas par hasard que Pline l’Ancien définit Manduria – la terre des Pouilles la plus représentative aujourd’hui dans la production de vin avec son « Primitivo » comme « viticulosae », c’est-à-dire « pleine de vignes ».


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Domus romaine de Place Maria Immacolata, Tarente : fouilles de 1898. Vue de la grande mosaïque de pavement de la salle des banquets (salle triclinaire) de la domus (IIe- IIIe siècles après J-C). Musée Archéologique National ,Tarente.

Les Romains se nourrissaient à trois moments de la journée. Le matin, ils consommaient une collation frugale à base de pain et de fromage, précédée d’un verre d’eau (ientaculum). A midi, ils consommaient un repas léger avec du pain, de la viande froide, des fruits et du vin, souvent debout (prandium). Le repas principal, le véritable repas des Romains, était le dîner (cena), qui commençait entre 15 et 16 heures et , à l’occasion de célébrations particulières, il pouvait se prolonger dans la salle triclinaire (salle des banquets) de la domus jusqu’à l’aube du jour suivant.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Monachisme et oenogastronomie

Le mouvement du monachisme oriental et occidental a contribué de manière décisive à l’évolution de la culture de la nourriture. Après la chute de l’Empire Romain d’Occident(476 après J-.C.),alors que le monde occidental est bouleversé par les invasions barbares, les monastères Bénédictins (Saint Benoît naît en 480 après J-.C.) créent un nouveau type de société, fondé sur le principe chrétien de la solidarité collective plutôt que sur le principe romain fondé sur la propriété privée. Les Bénédictins cultivent et font cultiver les terres environnantes du monastère, les protégeant ainsi de l’abandon et de l’état sauvage. Souvent, autour de ces couvents, naissent des centres d’échanges commerciaux, des foires et des marchés. La lutte iconoclaste qui déchire l’Empire Byzantin de Léon III (726 après J.C.) contraint les moines Basiliens à émigrer en Italie méridionale. Ceux-ci apportent non seulement la culture et les techniques des arts figuratifs (les fresques, les icônes et les sculptures), mais aussi des cultivars de plantes et des animaux sélectionnés. Les monastères et les granges Bénédictines, ainsi que les couvents Basiliens et les monastères cénobitiques (du grec koinobion,”vivre en communauté”) contribuèrent à sélectionner et à diffuser tant les nouvelles techniques de cultivation de légumes et d’élevage d’animaux que de nouveaux procédés de traitement, conservation, préparation et usage de la nourriture. La règle Basilienne tout, comme la Bénédictine, prévoit une alimentation riche en légumes : la viande et le poisson sont consommés avec parcimonie et seulement lors de jours convenus. C’est au monachisme, qui, durant le XIIIe siècle voit naître les ordres franciscains et dominicains, que l’on doit la sauvegarde de la viticulture, grâce à la persévérance et l’organisation de la production vinicole. Frédéric II (1194-1250) en saisit si bien l’importance, qu’il fit planter des milliers de vignes en Pouille.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Grottaglie :ex-couvent des frères franciscains.Le monachisme eut un rôle capital dans la sauvegarde des terres puisqu’il les défendit de l’incurie et de la dégradation. Les couvents furent non seulement des lieux de prières, mais aussi des centres de réorganisation de la vie culturelle, sociale et économique des communautés.

LA GASTRONOMIE DES BERGERS La transhumance nous laisse en héritage la civilisation gastronomique des bergers. Ces derniers transhumaient les troupeaux des pâturages de montagne d’Italie centrale vers ceux des plaines du Sud, jusqu ‘à la province de Tarente et viceversa, en empruntant des sentiers spéciaux, appelés drailles et petites drailles. Au cours des années, ces mêmes sentiers ont vu le passage de soldats, pélerins et marchands. En hiver, ces drailles permettaient aux bergers et à leurs troupeaux de descendre vers les zones où il était plus facile de paître. En revanche, au printemps déjà avancé, les troupeaux abandonnaient les plaines du Sud désormais roussies par le soleil brûlant et ils remontaient vers les monts où l’herbe était plus verte. Les bergers, lors de leurs déplacements, ont acquis une grande connaissance, non seulement des cultivars indigènes de fruits et légumes, des plantes et des herbes sauvages ,des variétés d’animaux, sauvages et


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

d’élevage et de leurs habitudes, mais aussi de la gastronomie des lieux qu’ils ont parcourus lors des différentes saisons.

Moutons, vaches et mas : une grande richesse du passé que la province Ionienne et beaucoup de zones de la Pouille n’ont jamais oubliée.

La transhumance contribua à affermir la vie rurale du territoire tarentais et à donner un ultérieur élan aux activités des mas. Cette même civilisation rupestre et paysanne fut contaminée positivement par la transhumance , par le biais d’activités d’échanges, de trocs et de commerce de produits avec les bergers. Cette richesse de saveurs et de savoirs qui ont été transmis, rendent unique, pour sa qualité et sa diversité, l’offre oenogastronomique de notre terroir. Parmi les produits de cette tradition extraordinaire, nous désirons rappeler la copieuse production de fromages, produits laitiers et de mozzarella ainsi que le caractère rituel de la préparation des viandes au fourneau et du mouton braisé aromatisé aux fines herbes et plantes sauvages. Rappelons également les savoureux plats de purée de fèves et légumes (en dialecte tarentais : « fav∂ e fògghi∂ »), assaisonnés avec de l’huile d’olive extra vierge. Des mets, qui accompagnés savamment de blancs des vignobles


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

verdeca ou de rouges des vignobles primitivo ou negramaro, méritent d’être connus et appréciés dans le monde entier.

LA CUISINE IONIENNE, COEUR DE L’EURO-MEDITERRANEE Histoire, us, coutumes et traditions : quand on prépare une table sur le rivage de la mer ionienne, voilà les mets qui sont servis et consommés. La cuisine ionienne est très riche et variée grâce à l’héritage des peuples qui se sont succédés - sur son territoire – au fil du temps. Le tourisme ionien – attractif et compétitif – propose la dégustation de ses meilleurs aliments, conscient d’offrir la culture millénaire de sa mer et de sa terre, reparcourant la naissance et l’union de l’ Euro-Méditerranée. Parmis les nombreux mets qui font plaisir au palais et anoblissent la culture oenogastronomique sur le rivage ionien, nous sommes contraints –pour des motifs d’espace – de faire un choix “douloureux”. Toutefois, nous sommes certains que ceci sera une occasion pour susciter, parmis les lecteurs, une recherche personnelle dans cette direction afin de remplir ce vide.

LES PATES L’un des aliments priviligiés et préférés du territoire ionien et des Pouilles sont les pâtes. Les pâtes sont un des éléments principaux du territoire et de son histoire : on trouve des traces de pâtes alimentaires déjà parmi les Grecs, les Romains et les Arabes, mais il faudra attendre le Moyen-âge pour l’introduction d’une typologie de pâtes moderne.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Céramique de Laterza : “ Homme à table avec des anges “. L’oeuvre, mieux connue comme “ Mangeur de macaronis “ est un splendide plat remontant à la fin du XVIIe siècle.

Les orecchiette ou “ chiancarelle “ Les “ orecchiette “ ( pâtes en forme d’oreille ) ou “ chiancarelle “ ( dans le patois tarentin :“chiangarèddə” ) sont le format le plus répandu sur le territoire et représentent le symbole gastronomique de la région des Pouilles. De nos jours, au-delà de la production industrialisée, la tradition des pâtes


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

faites à la maison subsiste encore. Le travail à la main est encore très diffusé : Les “ orecchiette “ - dans la variété tarentine – sont rondes et concaves, avec une dimension d’environ ¾ de pouce, une superficie rude et un centre plus fin que son bord. Leur forme particulière associée à la superficie rugueuse, permet au condiment de pénétrer d’une façon impeccable, soit avec de la sauce fraîche de petites tomates de Manduria et du basilic – à laquelle on peut ajouter de la “ ricotta forte “ ( fromage fort de brebis ) – soit avec de la sauce “d’involtini “( appelés aussi “ brasciòle “ ) ( paupiettes de viande ) à la tomate. Toutefois, l’accompagnement parfait pour les “ orecchiette “ sont depuis toujours les “cime di rape” (genre broccoli) avec de l’huile d’olive, des anchois, de l’ail et une pincée de piment. Les “orecchiette “ sont enregistrées parmi les PAT – Produits Agroalimentaires Traditionnels des Pouilles, reconnus par le ministère des Politiques Agricoles, Alimentaires et Forestières, après une proposition de la Région des Pouilles.

Les “orecchiette “ ou “ chiangarèddə “ proviendraient des antiques “ Lixulue “, une espèce de pâtes de forme ronde avec le centre concave qui étaient préparées dans la Rome antique et dont l’historien Varrone en laisse un témoignage.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

I “Tubettini “( petites pâtes en forme d’anneaux ) aux moules. C’est un mets typique de Tarente , ville qui doit sa célébrité, depuis l’antique Magna Grecia, à la myticulture dans la Petite Mer. Au sauté à base d’huile d’olive extra vierge des terres tarentines, ail, persil, moules noires tarentines, petites tomates de Manduria et piment, on ajoute l’eau filtrée des moules. Dans cette espèce de “ bouillon “ – porté à ébullition – sont cuites les pâtes en forme d’anneaux ( rayés ou lisses ). Le plat est servi chaud et son arôme – intense et velouté – rappellent les vieilles odeurs des terres et de la mer ionienne – accompagne la délicieuse dégustation.

La moule noire tarentine se distingue des autres élevées dans les autres régions italiennes par sa dimension réduite et par sa douceur, caractéristique due à la présence de sources d’eau douce appelées “citri “, qui rendent unique la “ Petite Mer “ et son élevage de moules noires.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

LE RIZ La découverte du riz dans le monde romain n’a pas été considérée comme une céréale utile à l’alimentation mais plutôt, comme nous le rappelle Horace, comme un médicament pour soigner les maladies corporelles. La culture du riz en Méditerranée a été introduite par les Arabes et, à la Renaissance, le riz fera partie des habitudes alimentaires. Le “plat” de riz, pommes de terre, courgettes et moules tarantines. Les moules tarentines, une fois lavées et ouvertes, sont mélangées aux légumes, aux plantes et aux herbes aromatiques du terroir: petites tomates de Manduria, pommes de terre, oignons, courgettes, persil, ail, piment. Le tout est cuit avec de l’huile d’olive “Terres Tarentines”, en ajoutant l’eau filtrée des moules et le riz, et en fin de cuisson, le fromage râpé de brebis des Murges. Cette spécialité qui prend son nom du mot “tiella” (en latin “tegella”, marmite) composée de riz, courgettes et moules se mange tiède apportant une saveur unique qui lie les produits de la mer à ceux de la terre.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Le plat de riz, pommes de terre, courgettes et moules noires tarentines servies dans une assiette de céramique de Grottaglie: les saveurs de la mer et de la terre unies à un élégant objet artistique.

LES MOULES NOIRES TARENTINES. Les fruits de mer sont un aliment pour l’homme depuis le Paléolithique. La facilité de leur ramassage, par rapport aux poisons, les a mis au centre de toutes les spécialités de la mer. Depuis l’époque de la Grande Grèce, Tarente s’est développée grâce à une riche conchyliculture dans la Petite Mer ( alimentée de la présence de sources d’eau douce sous-marines appelées “citri”). Après la destruction de Tarente par les Sarrasins (927 ap. J.C.), la ville a été reconstruite par l’empereur Byzantin Niceforo Foca qui créa un système de réglementation pour la pêche et la conchyliculture. La moule tarentine est reconnue parmi les 226 PAT (Produits Agroalimentaires Traditionnels) de la Région des Pouilles.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

“Un jour l’homme rencontra une moule et la mangea: il était tarentin.” Un ancien proverbe populaire qui témoigne de l’importance de ce fruit de mer dans l’identité tarentine.

Moules noires à la tarentine (moules à la paysanne, ou en dialecte tarentin: “còzze a’puppitègne”) C’est une manière rapide de préparer les moules noires- en soulignant leur saveur exquise- faite par les paysans(en dialecte tarentin : “puèppete”) qui, au moment de la récolte des olives, obtenaient du travail dans la campagne tarentine. Les moules, aujourd’hui comme hier, enlevées du cordon sur lesquels elles sont élevées (en dialecte tarentin: “zòcha”) sont mises sur le feu dans une marmite vide, où on ajoute du persil frais haché, de l’huile d’olive “Terres Tarentines”, de l’ail et du piment. En quelques minutes, les moules s’ouvrent et sont prêtes à la dégustation : avec peu d’effort, on obtient un résultat extraordinaire.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Moules gratinées (en dialecte tarentin: còzze “ arracanate”) C’est un autre plat très savoureux de la tradition gastronomique tarentine, capable de satisfaire les palais les plus difficiles. Les moules tarentines sont ouvertes et farcies, l’une après l’autre, de chapelure, d’huile d’olive extravierge “Terres Tarentines”, de poivre, de sel. Elles sont mises dans un plat, l’une à côté de l’autre. Le plat, qui émane déjà un parfum délicat de mer et de terre, sera mis au four : après 10 minutes, l’odeur et la saveur des fruits de mer seront un délice pour le palais.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Moules gratinées (“còzze arracanate”): un plat qui renferme les antiques saveurs du terroir.

Soupe de poissons à la tarantine La particularité de cette soupe réside dans l’utilisation de poissons typiques du Golfe de Tarente : rascasse, anguilles de petite taille, marbrés, girelles, poules de mer , crustacés , calamars, petites seiches , rougets, petites poulpes et moules noires de Tarente, le tout cuit avec des tomates cerises de Manduria, de l’ail, du persil , de l’huile extra vierge d’olive “Terre Tarentine” et une pincée de poivre ou de piment. L’habileté consiste à tenir compte du temps de cuisson des différents poissons, ils seront donc mis dans la casserole, à tour de rôle, selon leur consistance : le tout est servi accompagné de pain grillé de Laterza.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Soupe de poissons à la tarentine: Le parfum des poissons du Golfe accompagné du produit le plus croustillant de la terre, savamment amalgamés.

GASTRONOMIE DES BERGERS ET DES MAS Incapriata (ou en dialecte du Sud “ ‘Ncapriata”). Le nom “Incapriata” ou “ ‘Ncapriata” dérive du grec antique “Kapyridia”, qui signifie “polenta de légumes”. C’est le plat le plus diffusé, hérité de la gastronomie des bergers, à base de fèves écossées ( produits d’ échanges que les bergers faisaient avec les fermiers : des faisselles de ricotta et du petitlait contre des fèves et de l’huile d’olive) mis à cuire sur un feu de bois dans une grande “pignatta” (une cassole bombée en terre cuite encore en production aujourd’hui à Grottaglie, terre des céramiques). Quand la cuisson était à point, on ajoutait des légumes sauvages que les bergers avaient eu soin de récolter pendant la journée avant que le troupeau de moutons ne broute : juste après, on y ajoutait de l’huile d’olive et quelques feuilles de laurier. Le tout était lentement mélangé avec une cuillère en bois (en dialecte tarantin ‘a cucchiàrƽ), ensuite la “ ’Ncapriata” était servie dans de grandes assiettes creuses et prête à être consommée. “Fave e verdura” “Fèves et légumes” (en dialecte tarentin "Fáve e fògghie"), aujourd’hui, ce plat , est l’un de la tradition


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

culinaire le plus apprécié de la population ionienne.

La magique “ ‘Ncapriata”: de nombreux gourmets jugent ce plat végétarien incomparable en ce qui concerne la saveur et la bonté. Sur la photo ci-dessus , on présente le plat selon sa recette originaire (comme nous l’avons décrite ) ; sur la photo ci-dessous, le plat est présenté avec quelques variantes, mais toujours fidèle à la composition entièrement végétarienne de la “ ‘Ncapriata” .


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Le mouton braisé (en dialecte des Murges : ’O callaridd”) Le plat “royal” de la civilisation gastronomique de la transhumance est sans aucun doute“‘o callaridd” (qui prend son nom - en dialecte des Murges - du récipient utilisé pour le cuisiner), c’est-à-dire le mouton ou la chèvre braisée avec des légumes de campagne, parsemés de fromage de chèvre râpé, préparé encore aujourd’hui - dans les trulli ou dans les mas par des mains expertes. Le secret de ce plat antique réside dans “le mélange , dans la mixture » de la verdure et des herbes aromatiques utilisées et dans le respect du temps de cuisson différent pour chaque ingrédient : consommer ce plat signifie savourer les arômes doux et pénétrants des Murges de Tarente.

“ ‘O callaridd”: un plat d’un extraordinaire savoir-faire culinaire, hérité de la gastronomie des bergers , capable de condenser les odeurs et les saveurs des Murges de Tarente.

Paupiettes d’entrailles d’agneau et de cabri cuites au four à bois (en dialecte tarentin: “Lƽ gnummarìƽddƽ”) Un autre délice de la gastronomie des bergers et des mas est composé de petits morceaux d’entrailles d’agneau ou de cabri enroulés dans des feuilles de


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

laurier et des boyaux de l’animal. “Lƽ

gnummarìƽddƽ” (c’est-à-dire les entrailles d’agneau ou de cabri) sont enfilées sur des brochettes et cuites au four à bois par rayonnement, à côté du feu vif , méthode encore utilisée dans les boucheries des communes du Parc des Terres des Gravines.

Brochettes à emporter cuites au four à bois , : “lƽ gnummarìƽddƽ”,avec d’autres types de viande, sont enfilées sur des brochettes et cuites au four à bois par rayonnement.. Un plat ancien hérité de la transhumance et des mas du territoire des Murges , aujourd’hui reconnu comme l’un des PAT (Produits Agroalimentaires Traditionnels ) de la Région des Pouilles .


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

PRODUITS TYPIQUES DE LA PROVINCE IONIENNE OBTENUS APRES LA TRANSFORMATION DU LAIT, DE LA VIANDE ET DE LA FARINE.

Caciocavallo tarentin La Murge tarentine, autrefois touchée par la transhumance, est encore aujourd’hui une région d’élevages pour la production de fromages de qualité. Il caciocavallo tarentin doit son bienfait au lait, qui rassemble le parfum des nombreuses herbes de la terre ionienne dont se nourrit le bétail. Il est considéré l’un des produits PAT (Produit Agro-alimentaire Traditionnel) des Pouilles.

Caciacavallo tarantino : succulent fromage « dur », parfumé aux fines herbes du plateau des Murges de Tarente..

Cacioricotta

Le « cacioricotta » est un fromage typique de l’extrême sud de l’Italie, lié à l’économie et à la culture de la transhumance, en effet, il composait régulièrement la provision alimentaire des bergers. Encore aujourd’hui, il reste un produit fermier du territoire tarentin. Sa


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

fabrication relève de la technique traditionnelle de transformation mixte du fromage habituel et de la ricotta. Dans sa composition, on retrouve différents ingrédients, dont le lait caprin et ovin, le sel, le caillé et une branche de figuier sauvage. Le produit final contient de la caséine, typique de tout fromage, mais aussi de l’albumine qui caractérise habituellement seulement la ricotta. C’est un produit qui compte parmi les PAT (produits agro-alimentaires traditionnels) des Pouilles.

Le cacioricotta est un fromage affiné obtenu avec une technique de fabrication entre celle du fromage et celle de la ricotta.

Ricotta forte.

La ricotta forte est un fromage à texture onctueuse, crémeuse et molle: le goût est très épicé et acidulé, son odeur est âcre et pénétrante mais agréable. La ricotta forte, encore produite de nos jours dans les entreprises agricoles ioniennes, contrairement à la ricotta fraîche, peut se conserver durant une longue période. Elle est un excellent condiment pour les pâtes, particulièrement avec les « orecchiette » (les « chiangarèddə ») assaisonnées de tomates fraîches ou d’une sauce à la viande ; la ricotta peut être utilisée aussi, comme


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

entrée, sur des tranches de pain de Laterza garnies de filets d’anchois.

La ricotta forte (en dialecte tarentin : « recòttƽ asquàndƽ »₌ ricotta piquante. Elle est produite avec du lait de brebis, et est aussi utilisée pour farcir les « panzerotti » frits. Elle aussi, reconnue en tant que PAT (Produit agro-alimentaire Traditionnel) de la région des Pouilles.

Capocollo di Martina Franca Connu et apprécié déjà au XVIIIème siècle dans tout le royaume de Naples, c’est le produit le plus représentatif dans l’art traditionnel de la charcuterie de Martina. C’est un produit obtenu artisanalement à partir d’une sélection de porcs, élevés en plein air sur un territoire frais et aéré, riche en forêts de chênes, d’oliviers et de poiriers et parfumé des essences du maquis méditerranéen.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Les qualités organoleptiques du "Capocollo de Martina Franca" enferment les arômes et les saveurs délicats du territoire de la vallée d'Itria : c’est l'un des PAT de la région des Pouilles.

Le pain et la “focacce” de Laterza Encore aujourd'hui, ces produits sont fabriqués par les boulangers de Laterza selon leur vieille recette: semoule de blé dur, mélangée au levain préparé auparavant, cuits au four à bois (chêne et olivier des Murges de Tarente). Avant la cuisson du pain et en attendant la température standard de 400 ° nécessaire au pain, ce sont les « foccace » qui sont cuites à une température moins élevée. La forme du pain (appelé « Panelle ») peut être de différentes tailles, un, deux et quatre kilogrammes selon les besoins des consommateurs.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Le pain de Laterza est inclus dans le PAT (produit agro-alimentaire traditionnel) des Pouilles et est protégé par une coopérative éponyme.

Les « friselle »


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

C’est un produit traditionnel de boulangerie de la terre ionienne ; les « Friselle » sont de consistance dure, à base de blé dur et d'orge, de forme ronde trouée au centre. La méthode traditionnelle de cuisson se déroule en deux étapes: dans la première phase, les mottes de « Friselle » demi-cuites, sont retirées du four, coupées en deux avec une corde et remises ensuite à cuire, de façon à ce que les « Friselle » complètent leur cuisson à feu doux. Les « Friselle » dans la tradition étaient enfilées sur une chaîne comme une sorte de collier et maintenues suspendues au plafond pour être bien ventilées. Elles remplaçaient le pain pour les « équipes» des moissonneurs, les cueilleurs de tabac et d'olives, les meuniers qui parcouraient la campagne ionienne. La préparation de la « frisella » est simple: elle est légèrement mouillée, "égouttée" et garnie de tomates cerises de Manduria, de sel et d'huile d'olive extra-vierge de la "Terre Tarantine." Selon les goûts, la frisella peut être farcie et / ou accompagnée d'herbes, de légumes frais ou de légumes conservés sous huile: de cette façon, les « friselle » ne se ressemblent jamais, devenant ainsi un plat très savoureux, un vrai délice pour le palais.

Les délicieuses « friselle » d’orge ou de blé dur, véritables « bases culinaires» de la province Ionienne, sont également inclues parmi les PAT (produit agro-alimentaire traditionnel) de la Région des Pouilles

LEGUMES , PLANTES ET ARBRES


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Les plaines et les collines de la province Ionienne ont été, dans les millénaires, des lieux où les peuples et les royaumes ont planté, greffé, cultivé, récolté et transformé une quantité extraordinaire de végétaux qui nous ont été légués, et que nous sommes appelés à valoriser sur tables.

Les cultivars de légumes. Parmi les nombreux légumes qui poussent sur les rives ioniennes, rappelons certains produits typiques et exclusifs de ce territoire : l'artichaut blanc de Tarente, la petite tomate de Manduria, le «carosello» et le «barattiere», le poireau, l'oignon violet aplati, le cardon et le «lampascione» et, parmi les cultivars sauvages, la roquette (en latin: "ruca sativa"), excellente dans les salades. Nous porterons une attention particulière à la petite tomate de Manduria (la Région Pouilles a inséré ce produit dans la liste des PAT –Produits Agroalimentaires Traditionnels): le produit frais peut être cuit et consommé en sauce, ou consommé cru pour assaisonner de savoureuses «friselle» et salades. L'été est la saison idéale pour la production de "sauces", les tomates en conserve qui sont utilisées comme sauces (de tomates seulement ou «ragù» (avec de la viande aussi) pour assaisonner les pâtes pendant les mois d'hiver; toujours en été, une partie des tomates sont coupées et séchées au soleil pour être confites dans l'huile, ail et/ou menthe et / ou piment. Nous citerons aussi, les «lampascioni» (en latin: «muscari comosum»), une plante herbacée aux bulbes globuleux, reconnue par le Ministère de l'Agriculture , de l'Alimentation et l’Administration des eaux et forêts , comme l'un des PAT des Pouilles . Les «lampascioni» ont un goût très «passionnel» , capable de marier des saveurs fortes et opposées : qu’ils soient consommés cuits dans une poêle ou confits dans l'huile, ils ont toujours un parfum aromatique unique qui englobe un peu de saveur amère et un doux arrière-goût, très délicat .


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Le «carosello» (arrondi) et le «barattiere» (allongé) préfèrent pousser sur la "terre rouge" de la campagne Ionienne : on peut les manger crus ou en salades savoureuses assaisonnées avec de l'huile extravierge "Terres Tarentines", du sel et des herbes aromatiques. Ils comptent parmi les produits PAT de la région des Pouilles.

Les cultivars de plantes aromatiques Sur les tables de la Terre Ionienne, on utilise de nombreuses plantes et herbes pour donner du goût à la nourriture : la sauge, l'origan et le thym, le basilic (parmi les plantes aromatiques, le basilic est essentiel dans la cuisine: il donne du goût aux salades, «ragù» et soupes), les câpres, le romarin, le fenouil sauvage, le piment, l'ail, la menthe, l'anis vert, le persil, le laurier.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Ail et piment séchés (photo de gauche) suspendus et branches de romarin (photo de droite) retombant le long d'un mur de pierres sèches: il s’agit de quelques-unes des plantes et herbes aromatiques indispensables dans la cuisine typique de la Terre Ionienne.

Les cultivars d'arbres fruitiers Le figuier et l’amandier (d’une extraordinaire variété sur les territoires des Murges); l’Olivier (olives «Leccino», «Coratina», «Ogliarola» et «Frantoio»présentes seules ou ensemble- caractérisent la marque DOP "Huile extravierge d’olive Terres Tarentines»); le Noyer; le Prunier; le Poirier; l'Abricotier; le Pêcher; la Vigne (raisin d’exportation et à vin: les cépages de rouge Primitif de Manduria et «Negroamaro» de Lizzano, avec les cépages de blanc «Verdeca» de Martina Franca caractérisent la production des vins homonymes IGT, DOC et DOCG du territoire Ionien); l’Oranger,le Mandarinier (le cultivar «Clémentines du Golfe de Tarente» a obtenu le IGP); le Citronnier; le Néflier commun; le Figuier d’Inde (ou de Barbarie); le Grenadier.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

"Clémentines du Golfe de Tarente" ( marque IGP) est un croisement entre la mandarine et l'orange. Le CAT ( Coopérative Agrumiculteurs Tarentins) pour la valorisation du produit a son siège à Palagiano, première commune de la coopérative. Les autres communes se dédiant à la production de ce doux fruit, moëlleux et parfumé sont : Massafra, Ginosa, Castellaneta, Palagianello, Statte .Les clémentines prennent leur nom d’un moine appelé Clément, qui découvrit ce fruit en Algérie : l’énième témoignage du rôle joué par le monachisme dans la diffusion de la culture de la nourriture.

PRODUITS CONFITS DANS L'HUILE Différents légumes et plantes de la Province Ionienne- préparés et bien conservés dans l'huile - contribuent à enrichir la table en accompagnant les hors-d’œuvre ou en exaltant- en tant que savoureuse garniture- les différents plats . Dans ce cas aussi, nous avons dû faire une sélection «douloureuse» parmi les nombreux produits, tous enregistrés parmi les PAT (Produits Agroalimentaires Traditionnels) de la Région Pouilles, avec quelques conseils utiles pour leur préparation.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

«Lampascioni» Depuis toujours, les «lampascioni» sont appréciés par les gourmets : le bulbe, pareil à un petit oignon , pousse à quelques centimètres de profondeur dans le sous-sol et est très riche en sels minéraux . Les confire dans l’huile est assez simple : on enlève toute trace de terre et de racines , on les lave et on les fait mi-cuire à l'eau avec du vinaigre, des feuilles de laurier et du sel. Une fois égouttés et refroidis, on dispose les «lampascioni» dans un récipient en verre étanche avec de l'huile d'olive extravierge "Terres Tarentines " en les aromatisant avec un peu de piment, de l'ail haché et quelques feuilles de menthe . Il faudrait, au moins une fois dans la vie, les manger avec une tartine de pain de Laterza .

Les "lampascioni confits dans l'huile» sont classés comme PAT (Produit Agroalimentaire de la Tradition) des Pouilles: un goût unique caractérisé par un peu de saveur amère équilibrée par un arrière-goût doux et délicat.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Les tomates séchées Un véritable régal des Pouilles, très diffusé dans le territoire de Tarente. On conseille d’utiliser les petites tomates du type allongé de Manduria. En plein été, quand les tomates sont bien mûres, il faut les couper longitudinalement, les poser sur un treillis fait de roseaux (“lu cannizzu” en dialecte salentin), les saupoudrer de sel et les mettre à sécher au soleil. Après 4 jours, il faut plonger les tomates dans du vinaigre blanc et les y laisser pendant 30 minutes; les égoutter et les mettre dans un bocal en verre, en les disposant par couches avec des feuilles de menthe pouliot, de l’ail et du piment piquant (on pourrait ajouter des câpres aussi) et couvrir enfin avec de l’huile d’olive extra vierge “Terres Tarentines”. (Autrefois on les disposait dans un récipient en terre cuite, appelé en dialecte tarentin “capasèddƽ”, c’est-à-dire petite “capasa”). On conseille de déguster les tomates séchées avec des tranches de pain de Laterza.

Un produit agro-alimentaire de la tradition des Pouilles : les tomates séchées à l’huile enlevées du bocal en verre et déposées sur une tranche de pain. L’ancien savoir d’un territoire devient saveur unique, simple et inimitable.

Les aubergines


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Il faut laver et éplucher les aubergines, les couper longitudinalement en tranches très fines, les saupoudrer de sel et les disposer par couches entre deux planches sous un poids : ce dernier passage est indispensable pour éliminer avec la pression - l’eau en excès. Après 6 heures environ, il faut égoutter les aubergines et les disposer par couches dans un bocal en verre avec des gousses d’ail et des feuilles de menthe (dans ce cas, le piment piquant n’est pas conseillé). Couvrir avec de l’huile d’olive extra vierge “Terres Tarentines” et fermer le bocal hermétiquement.

Aubergines à l’huile : on peut les déguster avec une tranche de pain de Laterza. C’est un régal qui renferme les goûts et les odeurs de l’été méditerranéen au bord de la mer ionienne. Les aubergines à l’huile se vantent de la renommée PAT.

L’HUILE


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Dans l’antiquité, l’huile était considérée le produit d’une plante sacrée : l’olivier. Pour les Grecs, l’olivier était une plante de culte, symbole de force, de foi, de paix et ceux qui l’endommageaient ou la déracinaient étaient condamnés à l’exil. Ainsi que les Grecs, les Romains aussi avaient appris à faire un large usage de l’huile (et des olives), non seulement comme un très bon aliment, mais aussi pour le soin du corps, comme détergent ou baume – enrichi de parfums extraits des fleurs et des plantes – ou bien comme combustible, pour alimenter les lampes. Aux époques successives, les pressoirs souterrains des couvents, des fermes, des mas, des trulli et de quelques habitations situées à l’intérieur des centres historiques, ont été les lieux de vie et de travail de l’art séculaire de la production huilière, base de la diète méditerranéenne. L’huile d’olive est, surtout quand elle est de qualité supérieure en tant que “huile d’olive extra vierge”, un produit qui possède des qualités organoleptiques idéales pour une alimentation correcte et équilibrée, très bon antagoniste des maladies dégénératives et des processus de vieillissement.

L’huile d’olive extra vierge est le roi par excellence de la cuisine et de la diète méditerranéenne, déclarée par l’UNESCO “Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité”.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

L’huile d’olive vierge extra AOP “Terres Tarentines” L’Appellation d’Origine Protégée « Terres Tarentines » est réservée à l’huile d’olive extra vierge que l’on obtient des variétés d’olives Leccino, Coratina, Ogliarola et Frantoio, utilisées seules ou mélangées, en mesure non inférieure à 80% du produit : 20% restant est constitué d’autres variétés mineures autochtones des oliveraies présentes dans la même zone de production. En particulier, la zone de production, de transformation et de mise en bouteilles des olives destinées à obtenir l’huile extra vierge AOP « Terres Tarentines » comprend douze communes de la Province de Tarente, situées surtout dans les zones du plateau des Murges tarentines : Ginosa, Laterza, Castellaneta, Palagianello, Palagiano, Mottola, Massafra, Crispiano, Statte, Martina Franca, Monteiasi, Montemesola. C’est un territoire idéal qui exalte les caractéristiques de l’olivier, un arbre semper virens, qui vit très longtemps, qui privilégie les terrains de colline, calcaires et argileux, le climat marin indirect, qui aime les milieux chauds et ensoleillés et craint l’humidité. L’huile, produit de la millénaire expérience agricole des gens des terres ioniennes, se présente avec une chaude couleur jaune-vert : sa saveur est fruitée, accompagnée d’une légère sensation d’amer unie à une délicate perception de piquant. L’huile d’olive extra vierge AOP « Terres Tarentines » est une excellence de la gastronomie et de la vie même qui – au cours des siècles – a caractérisé le territoire ionien, cœur du bassin euroméditerranéen.

LES VINS La vigne domine le paysage au bord de la mer Ionienne depuis trois mille ans, héritage précieux de la civilisation crétoise et mycénienne et après de la colonisation grecque. Après avoir conquis Tarente, fille de Sparte, les Romains ont célébré la fertilité et l’abondance des “champs fertiles qui furent de Phalante le Spartiate, célébrant “la liqueur de raisin”, c’est-à-dire les vins prestigieux qui étaient produits ici, à travers la poésie d’Horace. Après, les moines ont eu un rôle fondamental pour la sélection des cépages, en employant la technique du « défonçage », plus adaptée aux exigences biologiques de la vigne. En effet, le terrain était creusé et épierré par une profondeur de 70 cm.: d’abord, le sol superficiel était amassé et les pierres qui affleuraient étaient fendues en brèche pour composer un ensemble de cailloux grossiers qui avait la


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

fonction de rigole d’écoulement de l’eau de pluie. Après, cette rigole était couverte de terrain fertile qui avait été mis à part et, sur le terrain préparé, on plantait des cépages qui étaient cultivés en gobelet. Dans la deuxième moitié du XIXème siècle, après l’Unité italienne, il y a eu les premiers projets nationaux de soutien à la viticulture et ses productions. Dans les dernières décennies, l’histoire de trois cépages autochtones en gobelet de la terre Ionienne : Primitivo de Manduria, Negramaro de Lizzano (à baie noire) et Verdeca de Martina Franca (à baie blanche) ont connu un développement intéressant, surtout à travers l’amélioration du procès de vinification. Les cépages à baie rouge qui, avant, produisaient des “vins de coupage” (pour leur couleur et consistance) sont, aujourd’hui, appréciés dans le monde entier . On a valorisé le terroir à travers des créations oenologiques IGT, DOC et DOCG de grand intérêt et de développement en perspective qui continuent à conquérir des parts de plus en plus croissantes en ce qui concerne le marché national et surtout étranger. Le Primitivo (primitif)de Manduria C’est un vin de couleur rouge vif, surtout pendant le processus de vieillissement. Capiteux et harmonique, il est produit soit en quelques variétés pour le repas soit en quelques variétés liquoreuses qui ont un degré d’alcool élevé; il est indiqué pour accompagner plusieurs plats et il est apprécié pour sa capacité d’union et ses propriétés organoleptiques.

Excellence de la production oenologique italienne, le “Primitivo de Manduria” et le “Primitivo de Manduria” Réserve” se vantent du label DOC (vin d’appellation contrôlée) : les raisins du “primitivo” ne sont jamais inférieurs à 85% du produit, complété par un maximum de 15% de raisins provenant des cépages tarentins et brindisiens à baie noire, pas aromatiques. Au contraire, le “Primitivo de Manduria Doux et Naturel” a le label DOCG (vin d’appellation contrôlée et garantie) : les raisins du primitivo sont à peu près 100% du produit, capables de donner à ce vin un incomparable goût doux et velouté . Le Primitivo de Manduria est un cépage fort et résistant aux intempéries, qui donne son fruit mûr en avance par rapport aux autres raisins (d’où l’appellation de Primitivo, dérivée du latin Primativus = maturation précoce). Il est produit sur les terrains calcaires(même à pierre affleurante) et dans les


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

terres rouges des communes du secteur oriental de la Province de Tarente : Manduria, Carosino, Monteparano, Leporano, Pulsano, Faggiano, Roccaforzata, San Giorgio Jonico, San Marzano, Fragagnano, Lizzano, Sava, Torricella, Maruggio, Avetrana, et Talsano (annexe de Tarente) et même dans les territoires administrés par la commune de Tarente. Il y a aussi trois communes de la Province de Brindisi qui font partie de la zone de production (Erchie, Oria et Torre S. Susanna). Le Primitivo de Manduria mérite toujours d’être goûté et apprécié; c’est une expérience précieuse pour évoquer les récits et les légendes des anciens Dieux et héros qui habitaient le territoire, cœur de l’Europe méditerranée.

Le Primitivo (primitif) de Manduria : cépages typiques en gobelet de raisin à baie noire cultivés dans les terrains calcaires et argileux de la province de Tarente, au cours des siècles. La vendange est manuelle, à juste maturation.

Le Negramaro Un autre cépage autochtone que le territoire de Tarente partage avec les autres territoires du Salento est le Negramaro, raisin principal pour la production de vins de qualité, capable de donner un goût légèrement amer, agréable et unique, âpre au palais avec un arôme de réglisse et tabac.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Le Negramaro - “noir et amer”- est un raisin qui s’adapte facilement, très employé pour la vinification d’excellents vins rosés. On peut trouver dans le commerce soit quelques produits vinifiés en pureté soit blend. En effet, le Lizzano Negramaro DOC (comme par cahier des charges) est obtenu par des raisins Negroamaro (85% au minimum) mélangés avec du Malvasia Noir et/ou Montepulciano et/ou Sangiovese et/ou Pinot Noir (15% au maximum) qui adoucissent le goût caractéristique légèrement amer,typique du Negroamaro. Sur le territoire de la Province Ionienne, la zone de production la plus importante, en ce qui concerne le Negramaro, est la commune de Lizzano, la commune de Faggiano et quelques territoires administrés par la commune de Tarente. Ce sont des lieux où de riches témoignages historiques, artistiques et religieux s’alternent à plusieurs caractéristiques de bâtiments ruraux.

Negramaro de Lizzano : raisin à baie noire d’un cépage qui produit du vin DOC de haute qualité cultivé sur le territoire des communes de Lizzano et de Faggiano et sur les deux territoires administrés par la commune de Tarente.

+ Il Verdeca Sur le territoire ionien, le cépage à baie blanche Verdeca -en blend avec le Blanc d’Alessano, Fiano, Bombino et Malvasia Blanc donne origine au DOC


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

appelé “Martina ou Martina Franca”. La zone de production de ce cépage en gobelet fait partie du territoire des “Murges et des Trulli” compris parmi les provinces de Tarente (Martina Franca et Crispiano), Bari (Alberobello) et Brindisi (Ostuni, Cisternino et Ceglie Messapica). Les zones cultivées du “Martina Franca” DOC sont comprises entre 300 et 400 mètres de hauteur, dans un paysage agricole caractérisé par quelques bois de chênes et chênes verts mélangés avec une végétation méditerranéenne spontanée. Ces caractéristiques donnent au vin “Martina Franca” DOC une couleur jaune paille, presque vert pâle (d’où le nom “Verdeca”) : un vin qui a un goût sec unique et qui exhale un parfum vineux agréable et délicat comme le terroir des Murges qui l’a produit au fil du temps.

Le cépage Verdeca a besoin d’un terrain frais et profond du fond de la vallée; le cépage Blanc de Alessano, un peu plus rustique pousse et produit bien dans les arêtes exposées au soleil. Le premier fournit au vin le parfum et le goût, l’autre la consistance et le corps. Les deux constituent la formule pour produire l’excellent vin blanc DOC appelé “Martina”.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

LES GÂTEAUX Parmi les nombreux PAT (Plats agro-alimentaires de la tradition) on ne peut pas négliger les gâteaux, qui font revivre - pour les délices de la bouche d’anciennes traditions, en rappelant des souvenirs du passé, des sensations, des parfums. Parmi les riches variétés de beignets, petits fours, confitures et figues sèches, pâtes d’amandes et croustillons, “ scarcelle” (croustillons avec des œufs durs)et biscuits, et “ sannacchiudere”(qui signifie en dialecte « qu’ils faut fermer, arrêter d’en prendre » : petits morceaux de pâte frite sucrée aux œufs, nappées de miel, de zeste de citron râpé et de petits confettis colorés ), nous voulons attirer l’attention sur les “cartellate”, tout en faisant référence à leur origine gastronomique. “Le cartellate” (en dialecte tarentin : “lƽ cartƽddàtƽ”) C’est un délicieux gâteau de la tradition, constitué de croustillantes bandes de pâte feuilletée, dentelée et disposée en forme de panier; cuits dans l’ huile d’olive extra vierge, ensuite ils sont nappés de miel ou bien de vin cuit et recouverts d’épices. On peut affirmer que les “cartellate” représentent, à juste raison, le cœur de la Méditerranée.

Les “cartellate” ont un nom d’origine grecque, κάρταλλος (kartallos), qui en grec ancien signifie “corbeille ou panier”. Ensuite , elles seront appelées “cartellus” (c’est-à- dire “panier”) en latin vulgaire. Au fil des siècles, les “cartellate”ont connu -surtout dans la période du monachisme- une croissante diffusion gastronomique, associée à une symbologie religieuse. L’interprétation la plus connue met en relation les étroites bandes de pâte feuilletée avec les couches utilisées pour protéger le Divin Enfant. D’autres, enfin, voient dans les bandes dentelées le symbole de l’auréole divine : ce n’est pas un hasard si les “cartellate” restent les gâteaux typiques de la tradition de Noël de la province de Tarente, des Pouilles, de la Lucanie et de la Calabre.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

“Le cartellate” (en dialecte tarentin : “lƽ cartƽddàtƽ”) : délicieuses bandes croustillantes de pâte feuilletée frite, nappées de miel ou bien de vin cuit et recouvertes d’épices. Un plat de la meilleure gastronomie qui exalte les anciennes et intenses douceurs de la mer ionienne, véritable berceau de civilisation.

ITINÉRAIRES ENO-GASTRONOMIQUES DE LA PROVINCE DE TARENTE


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Tarente Juillet - Août La ville que nous désirons : itinéraire parmi les ruelles de la cité à la découverte de la musique et de la tradition. 1° décade de Septembre Fête de la Stella Maris: procession en mer de la statue de la Vierge, patronne des pêcheurs, suivie de bâteaux éclairés ; à la même occasion , on organise la fête du poisson et de la moule tarentine et on offre une dégustation de fruits de mer.

Carosino Dernière décade de Juillet Fête et exposition des produits vinicoles : de la fontaine de la place principale,sort le vin qui est offert aux visiteurs.

Castellaneta Août Fête du raisin de table à Castellaneta Marina. Fête de far'nedd' à Castellaneta: cette fête est considérée comme la plus grande d’Italie avec ses 2 km au cœur du centre historique; vous pourrez goûter de nombreuses spécialités de la tradition eno- gastronomique comme les “friselle » à l’huile, le « Pecorino Romano Dop », les fougasses, les « orecchiette » (pâtes de blé dur en forme de petites oreilles)à la sauce tomate, les salamis, les saucissons à la broche, les mozzarelle et le « cacioricotta » (fromage salé de brebis), le vin, des fruits et des gâteaux, l’excellence des plats les plus anciens du terroir Ionien.

Crispiano 9/11 Juillet Carnaval du “Fegatino” (petits morceaux de foie de veau), manifestation carnavalesque jumelée avec la Fête du “fegatino” ainsi qu’avec la fête de la glace.

Fragagnano 13 mars Fête de St. Joseph, foire commerciale et artisanale avec l’exposition des produits faits à la main, créés par des artisans locaux.

Ginosa Juillet Fête de “l’Orecchietta”, qui présente aussi une compétition gastronomique. Juillet - Août Foire ionienne (foire artisanale et gastronomique) à Ginosa Marina. Août Fête du poisson (à Ginosa Marina). Septembre Fête du raisin à Ginosa .


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Laterza Deuxième décade de Juillet. Fête du rôti, une occasion unique pour apprécier l’art antique de la cuisson des viandes à la broche.

Lizzano 18/19 Mars Fête de St. Joseph, exposition des “tables de St. Joseph” avec des plats typiques de la gastronomie locale que les visiteurs peuvent goûter, accompagnés de vins de grande renommée, le jour après la bénédiction des “taùle” (tables) . 14 Novembre Fête du vin nouveau, dégustation des vins locaux accompagnés de marrons grillés, fromages et “ bruschette »( pain grillé).

Manduria Août Exposition des vins. Fête ‘ti li pizzarieddi’ (pâtes artisanales de blé dur, semblables, dans leur composition, aux “orecchiette” mais de forme différente), arrosées par d’excellents vins « Primitivo ».

Martina Franca Septembre Fête du raisin. Fête des “Gnumarijedd” (en dialecte local) : brochettes d’abats d’agneau et d’autres spécialités de viandes rôties, accompagnées de plusieurs dégustations gastronomiques.

Maruggio Fin Juillet Fête de la pastèque, une occasion pour goûter le fruit le plus typique et savoureux de l’été au bord de la mer Ionienne. Août Itinéraire des savoirs et des saveurs, avec une dégustation de produits agroalimentaires de la tradition.

Monteiasi 19 Mars La Focara : manifestation avec des tables de plats typiques, de grands feux de joie et des feux d’artifice en honneur de St. Joseph.

Monteparano


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée 19 mars Fête de St. Joseph: tables avec dégustation de plats typiques sur la place ou bien dans les maisons qui préparent de petits autels de dévotion.

Mottola 19 mars Grand feu de joie de St. Joseph avec dégustation de produits typiques du terroir.

Palagianello 11 Novembre Fête de St.Martin, pâtes aux pois chiches avec dégustation de produits typiques du terroir à base de pâtes aux légumes secs.

Palagiano 2e dimanche d’ Octobre Fête de la Vierge de l’Etoile : dès les premières heures du matin , neuf jours avant la fête, une musique de “tambùrr e fischètt” parcourt les rues de Palagiano et réveille les habitants du village, qui apporteront, en procession, la statue du XVIII e siècle de la Vierge à la chapelle, qui se trouve à trois km du village. Dans une chaumière, à la campagne, a lieu la Fête de la « Tagghiarina » : des pâtes faites à la main en forme de rubans, assaisonnées avec une sauce très pimentée, servies aux participants. Novembre Fête des “Clémentines du Golfe deTarente” avec exposition et vente de clémentines ainsi que de produits gastronomiques à base de ces fruits délicieux.

San Giorgio Jonico 19 Mars Fête de St. Joseph avec ses feux traditionnels “ Fucazzi “ et dégustation de saucisses rôties; ,tout autour des feux, on danse en chantant “Valla valla ti San Giseppu” (d’après “valia”, ancienne danse collective albanaise), en s’échangeant “lu cuccu”, vieille cruche dans laquelle on boit du vin.

San Marzano di San Giuseppe 19 Marzo Fête du patron St. Joseph : une procession suggestive se déroule dans les rues du village pour apporter du bois que l’on utilise après, pour construire un immense feu de joie en signe de dévotion ; des “mattre” ( tables) sont en outre présentes dans la rue principale. Sur la place principale, des plats typiques sont offerts aujourd’hui aux touristes, comme auparavant aux pauvres.

Sava Novembre Du moût au vin- Fête du Vin, avec dégustation d’excellents vins dont le raisin est cultivé dans les vignobles du « Primitivo » de Manduria ainsi que dans d’autres vignobles du terroir.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Statte Septembre ensemble Fête de la “frisella” et de la ʺ salsicciata ʺ. Pas de fumée et beaucoup de rôti” : dégustation de plats traditionnels, en particulier de plats à base de ces deux produits de la gastronomie locale.

LES MANIFESTATIONS HISTORIQUES-ARTISTIQUES DE LA PROVINCE DE TARENTE TARANTO Mars/Avril: Rites de la Semaine Sainte : les Processions diurnes et nocturnes, depuis de nombreux siècles, à Pâques, accompagnées de bandes musicales, sont les manifestations les plus importantes de la ville. C’est un témoignage extraordinaire de spiritualité du peuple de Tarente, capable de susciter une forte émotion à tous ceux qui y participent. 8/10 Mai: Fête patronale de Saint Cataldo avec la procession en mer, les feux d’artifice et la distribution de "taralli", "cartellate" et "copete". Mai/Juin: Palio de Tarente -compétition de bâteaux à rames-, sur la Grande Mer, qui concerne 10 quartiers de la ville. Octobre: Congrès international des études sur la Grande Grèce: importante manifestation scientifique sur l’histoire de la civilisation de la Grande Grèce, à laquelle participent des chercheurs et des archéologues qui viennent du monde entier.

CASTELLANETA Juillet : Concours musical international "La Ghironda". Août: "Castellaneta film Festival" : le cinéma des courts-métrages : quinze minutes d’histoire sur l’art, le talent, le tourisme et les Pouilles. Juillet/Août: Festival International du Folklore, terre des Gravines (théâtre, danse, musique, expositions de peinture et de photographie), en collaboration avec Mottola, Palagiano, Laterza et Palagianello.

CRISPIANO Février : Carnaval avec défilés de chars. Avril : Représentation vivante de la Passio Christi. Juillet/Août : Été à Crispiano, riche en événements musicaux.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée 4/5 Août : Fête patronale de "La Madonna della Neve". 19 Décembre/5 Janvier : Crèche, avec 100 personnages aux dimensions réelles. 24 Décembre/6 Janvier : Crèche Vivante et Arrivée des Rois Mages dans les "Grotte Vallone".

GINOSA Mars/Avril : Commémoration de La Passion du Christ, dans les "Gravine ginosine". 1/10 Juillet : Exposition de l’artisanat de Ginosa. Août : Édition estivale de la Passio Christi, dans les splendides "Gravine di Ginosa". 1er Dimanche d’Octobre: Foire et Fête patronale des SS Medici et de la "Vergine del Rosario". Décembre: Crèche Vivante à Gravina.

GROTTAGLIE Août : Musique Mundi: Festival international de la musique et de la danse ethnique et populaire de l’été méditerranéen. La manifestation se déroule dans le splendide scénario des carrières de tuf de Fasano, théâtre en plein air avec plus de 2000 places. 31 Janvier : Fête patronale de San Ciro, procession à laquelle participent une centaine de personnes déchaussées avec la statue du Saint, transporté à dos par quatre fidèles. Enfin, on prépare le feu de bois, la focra, un ensemble de feuilles (stroma) où on pose le Saint pour en rappeler le martyre du bûcher. 23/31 Décembre : Exposition de la Crèche dans le quartier des céramiques.

LATERZA Juillet/Août : Festival International du Folklore, "terre des Gravines" (théâtre, danse, musique, expositions de peinture et de photographie), en collaboration avec Mottola, Palagiano, Castellaneta et Palagianello.

LEPORANO Juillet/Août : Été à Leporano près du Château de Muscettola : dramaturgie, récital, exposition, mode. Juillet/Août : Prix littéraire Saturo d’Argento. Concours culturel de poésie et de roman qui prime la poésie, le roman, l’essai et l’histoire, en donnant des mérites artistiques et culturels.

LIZZANO 6 Janvier : Fête des Rois et arrivée des Rois Mages, représentée selon le modèle théâtral espagnol seconde moitié du XVIIe siècle.

de la


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

MANDURIA 2ème semaine de Mars: "Foire Pessima", grande foire-exposition régionale de la production agroalimentaire, de l’artisanat, du commerce, du temps libre et des services, une précieuse occasion pour connaître le territoire.

MARTINA FRANCA Juillet/Août: Festival de la "Valle d’Itria", manifestation internationale de musique classique et des œuvres lyriques représentées au Palais Ducal. Octobre/Novembre: Prix "Umanesimo della Pietra", attribué par un jury populaire de 500 composants à un chercheur qui, dans son activité, a fait connaître l’histoire des Pouilles. Juillet/Août : La Ghironda, spectacle d’artistes dans le centre historique de la ville : la musique, l’art, la poésie et l’animation attirent les gens.

MARUGGIO 15 Août : Fête de la "Madonna dell’Altomare", procession en mer de la statue.

MASSAFRA Février/Mars: Carnaval à Massafra, défilé de chars et de groupes déguisés. 1er Dimanche de Mai: Fête patronale de la "Madonna della Scala" et le défilé part du Santuaire jusqu’aux rues du village. Septembre: Palio della "Mezzaluna": commémoration historique des luttes contre les Sarrasins, où cinq quartiers participent et se rencontrent près du Château Médiéval. Fête des jongleurs de drapeaux. MONTEMESOLA Août : Festival des "Baffi" (moustaches), la plus ancienne des manifestations.

MONTEPARANO Jeudi après Pâques: Procession de la "Madonna della Camera".

MOTTOLA


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée Juillet: Festival International de la guitare. Juillet/Août : Festival National de la "Terre delle Gravine", théâtre, danse, musique, expositions de peinture et de photographie en collaboration avec Laterza, Castellaneta, Palagiano et Palagianello. 27/30 Décembre : Célébrations en honneur de l’Archevêque de Canterbury, San Tommaso Becket, patron de la ville. Représentation théâtrale par les rues du village pour rappeler l’assassinat de l’Archevêque de Canterbury dans la cathédrale, par les chevaliers au service du roi Henri II d’Angleterre.

PALAGIANELLO Juillet/Août: Festival de la "terra delle Gravine", théâtre, danse, musique, expositions de peinture et de photographie en collaboration avec Laterza,Castellaneta, Palagiano et Mottola.

PALAGIANO Juillet/Août: Festival International du Folklore, "terre delle Gravine", théâtre, danse, musique, expositions de peinture et de photographie avec la collaboration de Mottola, Laterza, Palagiano, Castellaneta et Palagianello. 15/16 Août : Fête Patronale de San Rocco: chevauchée en costume et défilé de chevaux avec, en selle, des jeunes habillés en anges ou en princes, en rois guerriers défenseurs de JésusChrist. La fête est égayée par des feux d’artifice et des concerts.

PULSANO Août : Commémoration historique du "Polso Sano", défilé en costume dans les rues du centre et tournoi de "Polso Sano" parmi les huit quartiers.

ROCCAFORZATA Jeudi après Pâques : Fête de la "Madonna della Camera".

SAN GIORGIO IONICO Période de Pâques: Passion Vivante dans les “Tagghjiate”, ensemble d’anciennes grottes, de pierres en tuf et de végétation méditerranéenne.

SAVA Juin : Juin à Sava, compétitions sportives, manifestations de détente, culturelles et folkloriques. STATTE 25/26 Décembre et 6 Janvier : Représentation Sacrée Vivante, réalisée dans les splendides "Zuccate", pierres en tuf. Les épisodes de l’Evangile jusqu’à la


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée naissance de Jésus sont représentés en public et la participation des est remarquable.

gens

Lieux d’intérêt naturaliste de la Province de Tarente Gravina (ravin escarpé) de Castellaneta; Gravina de Laterza; Gravina de Ginosa; Gravina de Palagianello; Gravina de Massafra; Gravina de Crispiano; Parc Naturel Régional “Terre des Gravines” (13 Communes de la Province de Tarente); Réserve naturelle régionale “Dunes de Campomarino et Torrente Borraco” (Communes de Manduria et de Maruggio); Fleuve Galeso (Commune de Tarente); Iles Cheradi : île de Saint Pierre (Commune de Tarente); Réserve naturelle biogénétique ”Stornara” (Communes de Castellaneta, Ginosa, Massafra et Palagiano); Réserve naturelle régionale orientée du littoral de Tarente (zones naturelles “bouche du Chidro”, “ Saline et dunes de la Tour Colimena” : Commune de Manduria; Site d’intérêt Communautaire (SIC) “Mar Piccolo” (Commune de Tarente); Réserve Régionale Orientée “Murges Orientales” (Martina Franca); Réserve Naturelle Régionale Orientée “Bois des Pianelle” (Martina Franca); “Le Tagghijate”: ensemble de grottes anciennes et tufières (Commune de S. Giorgio Jonico); Forêt fossile sous-marine (Commune de Torricella).


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Tarente, Petite Mer (SIC – Site d’Intérêt Communautaire); un groupe de très beaux flamants roses stationne sur les eaux de la “ Petite Mer, près de l’oasis “Marais la Voile”. En arrière-plan, le pont “Punta Penna” de Tarente ( avec ses 1.909 mètres, l’ un des plus longs d’Europe) structure qui relie Punta Penna et Punta Pizzone, où un resserrement naturel crée les deux anses de la Petite Mer.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

LIEUX D’INTERET ARTISTIQUE DE LA PROVINCE DE TARENTE

Cathédrale ou Dôme de Saint Cataldo (Commune de Tarente); Saint Domenico Maggiore (Commune de Tarente); Cathédrale Gran Madre di Dio (Commune de Tarente); Palais De Beaumont-Bonelli (Commune de Tarente); Palais Pantaleo (Commune de Tarente); Palais D’Ayala Valva (Commune de Tarente); Monastère de S. Michel (Commune de Tarente); Palais Galeota (Commune de Tarente); Couvent de S. François (aujourd’hui siège de l’Université et de la prestigieuse Salle de Conférences des Etudes Internationales sur la Grande Grèce (Commune de Tarente); Palais D’Aquino (aujourd’hui, siège de l’Université; Commune de Tarente); Monastère de Sainte Chiara (Commune de Tarente); Palais Carducci (Commune de Tarente); Tour de l’Horloge (Commune de Tarente); Iles Cheradi : île de St. Paul, siège de la forteresse de Napoléon “Choderlos de Laclos” (Commune de Tarente); Paroisse mère ou Eglise Collégiale (Commune de Manduria); Palais ImperialiFilotico (Commune de Manduria); Paroisse mère (Commune d’Avetrana); Château Normand (Commune d’Avetrana); Château Aragonais (Commune de Torricella); Château de Falconibus (Commune de Pulsano); Château Féodal Muscettola (Commune de Leporano); Paroisse mère (Commune de Maruggio); Ex Couvent des Frères Mineurs Observants (Commune de Maruggio); Palais


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

des Commandeurs ou Château des Chevaliers de l’ordre de la Légion d’honneur de Malte (Commune de Maruggio); Tour de l’Horloge (Commune de Lizzano); Couvent de Saint Pasquale Baylon (Commune de Lizzano); Eglise et Crypte byzantines de l’Annunziata (Commune de Lizzano); Palais Marchesale (Commune de Lizzano); Paroisse mère (Commune de Sava); Eglise de San Francesco (Commune de Sava); Palais Baronale avec pressoir hypogé (Commune de Sava); Eglise de San Domenico (Commune de Castellaneta); Paroisse mère (Commune de Grottaglie); Château Episcopio (Commune de Grottaglie); Château Normand –Angevin (Commune de Massafra); Paroisse mère (Commune de Mottola); Paroisse mère (Commune de Fragagnano ); Paroisse mère (Commune de San Giorgio Jonico); Château Féodal d’Ayala (Commune de San Giorgio Jonico); Sanctuaire Madonna delle Grazie (Commune de San Marzano di San Giuseppe); Château Féodal d’Ayala (Commune de Monteparano); Château Normand (Commune de Ginosa); Château Féodal d’Ayala (Commune de Carosino ); Château Féodal Caracciolo (Commune de Palagianello); Basilique de San Martino (Commune de Martina Franca); Palais Ducal (siège de l’important Festival de la Musique de la Vallée d’Itria : Commune de Martina Franca); Sanctuaire de la Madonna della Scala avec ravin escarpé (Commune de Massafra); 16 Tours sur la côte pour la défense et le vissage du XVe et XVIe siècle (le long du littoral des Communes de Maruggio, Manduria, Lizzano, Pulsano, Leporano, Tarente, Castellaneta, Ginosa); Village rupestre (Commune de Palagianello); Habitat rupestre (Commune de Mottola); Trulli du Vallée d’Itria (Commune de Martina Franca); Tours sur les côtes (Commune du littoral Jonico-Salentina et JonicoLucana).


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Tarente. Cathédrale de San Cataldo : le “Cappellone”. La Cathédrale la plus ancienne des Pouilles fut bâtie par les Byzantins dans la seconde moitié du Xe siècle, durant les travaux pour la reconstruction de Tarente voulus par l’empereur Niceforo II Foca. Le bâtiment Byzantin fut remanié par les Normands au XIe siècle. La Chapelle de Saint Cataldo – appelée “il Cappellone”- construite en style baroque, protège – parmi les magnificences de ses marbres colorés, les nacres, les lapis – la statue argentée et les reliques du Saint.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

MUSEES, SITES ET PARCS ARCHEOLOGIQUES DE LA PROVINCE DE TARENTE Le terme Musée prend son origine du mot grec “museion” (en latin “ museum”), indiquant un lieu sacré capable de promouvoir la culture et les hommes de science. Les musées et/ou les sites et/ou les parcs archéologiques (musées de plein air) sont donc des lieux de beauté et de souvenirs, des expériences indispensables pour approfondir les connaissances de la «genius loci» de la Terre « Jonica ».

La commune de CASTELLANETA Musée "Rodolfo Valentino" Inauguré en 1995 et situé dans une aile de l'ancien couvent de « San Domenico » ; au sein du musée, on peut admirer une riche bibliographie du célèbre acteur du cinéma muet. Il présente une publicité chromolithographique rare de cigarettes "Valentino" de 1927 et une biographie rare de Hollywood de 1926. Enfin, il y a une collection de cartes postales et d’affiches entièrement dédiée à l'acteur. La commune de CRISPIANO Musée de l’agriculture "le mas Lupoli" Le mas “Lupoli” est situé au cœur de la Murge Tarentine. Dans les neuf salles du musée, les objets et les équipements ruraux y sont exposés. Il est possible de voir la reconstitution d'une cuisine et d'une chambre du vieux propriétaire. Il y a aussi : une pièce consacrée à l’ethnographie, une pièce pour l’exposition des machines agricoles et une pièce pour l’exposition de la cartographie de l’exploitation. Ouverture au public sur rendez-vous. La commune de GINOSA Musée de l’agriculture Le musée expose des objets et des manufactures de la civilisation rurale antique offerts par des privés. En 2006, on a ajouté une partie dédiée au Musée historique du coiffeur pour hommes et femmes, ceci voué à Vittorio Brunone le plus célèbre des coiffeurs de Ginosa. Cette salle expose des ustensiles et es


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

outils du corps de métier (coiffeur) qui datent du dix-neuvième siècle à nos jours. Ouverture au public sur rendez-vous. La commune de GROTTAGLIE Musée didactique de la Céramique Pendant l'année scolaire 1937-1938, le Musée de la Céramique pour l'éducation a été créé. Il se trouve dans les locaux d’Institut national de l'art de Grottaglie près du “Quartier de la Céramique", pour ne pas dissiper les traditions locales. Le Musée regroupe de nombreux objets liés à la production artistique et à l'enseignement de 1887 à nos jours, on a organisé un parcours thématique et un parcours chronologique. Le premier parcours présente la céramique de Grottaglie du XVIe au XVIIe siècle; le deuxième parcours présente des céramiques rares du début du vingtième siècle. Dans la dernière salle, on peut admirer des œuvres produites à l'occasion des concours nationaux et internationaux.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Grottaglie - Musée Didactique de la céramique. Depuis cinq siècles, Grottaglie est un centre de production de céramique artistique et populaire, façonnée et décorée par des maîtres artisans de Grottaglie : un phénomène artistique et culturel qui est encore présent aujourd’hui. La photo : une assiette finement décorée avec des motifs arcadiens qui date du XVIIIe siècle.

La commune de GROTTAGLIE Musée de la Céramique et des crèches Fondée en 1999, le musée est situé dans l’aile sud-est du château de l'évêque. Une exposition de 300 objets, provenant de collections publiques et privées, est divisée en trois chambres de tailles différentes. Les objets collectés, ainsi que les découvertes archéologiques, racontent l’histoire des produits manufacturés à la fois domestiques, ornementaux et décoratifs. Le musée a une zone entièrement dédiée à la Nativité, dans laquelle vous pourrez admirer tous les


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

lauréats du Festival de la Nativité qui se tient chaque année dans la ville. La commune de LATERZA Musée des Pères et de la céramique Inauguré en 2003, accueilli par l'Institut d'Art. Il est composé de deux sections : Archéologique et céramique. La section Archéologique est axée sur deux importantes découvertes préhistoriques : le néolithique de « Fragenaro » et la nécropole de « Candile ». La deuxième section, par contre, offre une large vision de la production locale de céramique. La commune de LEPORANO Parc archéologique de Saturo-Porto Perone Sur le territoire de la ville de Leporano, entre les plages de Saturo et de Gandoli, s'élève le promontoire où ont été trouvés des témoignages historiques et archéologiques d’une grande importance. D'importantes traces préhistoriques ; une zone de culte de la Grande-Grèce du IVe siècle av.J.-C, dont une partie est incorporée dans une grande villa romaine de l'époque impériale tardive avec un grand complexe thermal ; ainsi qu’une tour de guet et de défense qui date du seizième siècle de production espagnole.

La commune de LIZZANO Musée Civique de Paléontologie et de l’homme Inauguré en 2002, le musée est installé dans les chambres au rez-de-chaussée de l'ancien palais du XIXe siècle ancien Maiorano. Il est doté d'une section de Paléontologie qui expose une riche collection de spécimens de fossiles de différentes époques géologiques; une section d'archéologie, qui dispose de différents vestiges allant de l'âge du bronze à la période de la Grande-Grèce, de l'époque romaine et du Moyen-Age; une section ethnographique des cultures locales (avec une référence particulière à l’agriculture) une section de cultures africaines; une section de cultures en Océanie et une section d'art


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

contemporain.

La commune de MANDURIA Musée "ANTIQUARIUM" Certains des locaux de la bibliothèque municipale abritent une petite, mais importante collection d'objets de la proche nécropole messapique : lampes, inscriptions en messapique et en latin langue archaïque, vestiges de l’époque médiévale et de la Renaissance.

La commune de MANDURIA Parc archéologique des murs Messapiques Les murs mégalithiques construits du Ve au IIIe siècle av.J.-C sont le témoignage de la grandeur de l’ancienne Manduria Messapique. Le "parc archéologique des murs Messapiques". A l'intérieur du périmètre de ses murs, se trouve la Nécropole comprenant des centaines de tombes de différents types qui datent du VIe au IIe siècle av.J.-C., des traces de la vie au MoyenAge ont été récupérées autour de la crypte de l'église de San Pietro Mandurino (XI-XII siècle.) et autour de la "Source Plinienne" rendu célèbre par Pline l'Ancien. « La source plinienne » est une grande grotte naturelle souterraine - un ancien lieu de culte - dans lequel s’écoule, encore aujourd’hui l'eau karst, qui avaient des propriétés thaumaturgiques. La commune de MANDURIA Musée de la civilisation du vin “Primitivo” Installé dans le sous-sol du Consortium des producteurs de vin de Manduria, le Musée combine une pertinence ethnographique et une documentation importante à propos de l’agriculture, l’évolution culturelle et l'application des processus de vinification. En particulier, une riche galerie d'expositions et de manufactures, qui datent du dix-huitième au XXe siècle, plusieurs écrits font partie de l’exposition, des documents et des images originaux contemporains, liés aux us et coutumes de ceux qui ont laissé ce précieux héritage. Parmi ceuxci, un édit de Ferdinand Ier de Bourbon qui date de 1823. La dégustation des produits typiques est une occasion à ne pas manquer.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Manduria : le musée de la civilisation du vin “Primitivo” est logé dans des locaux surmontés de voûtes étoilées du dix-neuvième siècle et dans d’ anciens réservoirs de la grande cave à vin de Manduria.

La commune de MARTINA FRANCA Musée Naturaliste du Parc Pianelle Le Musée Naturaliste du Parc Pianelle est abrité dans les salles du Palazzo Ducale, remontant au XVIIIème siècle , bâti sur les ruines de l’ancien château de Raimondello de Balzo Orsini en 1338. Le Musée garde, dès 1999, des témoignages du riche et précieux patrimoine du Parc Naturel des Pianelle ; il s’agit d’un écosystème particulier, caractérisé par une flore typiquement méditérranéenne, situé dans les Murges tarentines entre Massafra, Crispiano et Martina Franca. De plus, le parcours du musée comprend : une exposition d’échantillons calcaires rocheux typiques de l’aire karstique des Murges ; de nombreuses pièces ethnographiques ; une maquette reproduisant le Parc des Pianelle à l’échelle.

La commune de MASSAFRA

Musée Historique et Archéologique de la civilisation de l’huile et du vin


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

A travers des textes explicatifs en plusieurs langues, des photos, des images, des audiovisuels, des matériels multimédias, le Musée exploite les aspects les plus remarquables de l’histoire et de la vie agricole du terroir tels que: le chemin et les établissements de production de la culture de l’olivier et de la vigne dans le bassin Méditérranéen ; les routes commerciales du vin et de l’huile dans la Méditérranée ; les centres vitivinicoles et huiliers des Pouilles; les documents anciens concernant les cultures de la vigne et de l’olivier dans la zone de Tarente.

La commune de MONTEMESOLA Musée des instruments musicaux anciens " COLLECTION SPADA" Hématologue passionné d'antiquités et de musique, Francesco Spada a commencé à acheter des instruments de musique en se promenant dans les marchés de quartier et dans les magasins d'antiquités. En quinze ans environ, le médecin Spada a recueilli 450 instruments, il les a étudiés, photographiés, catalogués et restaurés. La collection Spada comprend aussi une riche bibliothèque , consultable directement ou par courrier électronique, et elle comprend également de petites archives d'œuvres musicales.

La commune de PULSANO Musée de la Civilisation Rurale "PAPALE" Le musée est installé dans un bâtiment du XIXe siècle où autrefois on produisait du tabac et il est situé dans le quartier Crucifix. Dans le musée sont exposés environ 600 objets qui nous offrent la possibilité de reparcourir l'histoire et la vie matérielle de la civilisation rurale. Il est possible d’ admirer des objets pour la production, pour la conservation et pour le commerce du vin, de l'huile et du blé; des outils du foyer domestique


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

et une collection de vêtements des anciens paysans avec de différents objets de leur vie quotidienne.

La commune de ROCCAFORZATA Parc archéologique "PHROURION" de Mont Saint- Elie La récupération de la mémoire historique de Roccaforzata a été confiée au Parc Archéologique du Mont Saint- Elie à travers un projet de valorisation et sauvegarde de l'environnement, lancé par le Ministère des Biens Culturels et de l'Environnement, achevé en 2001. Dans cette zone, ont été retrouvés un emplacement de l'Âge de fer, des structures hellénistiques et romaines de l'Âge Impérial, des céramiques attiques et apuliennes, une grande nécropole du IVe et du IIIe siècle av. J.-C. . Une autre nécropole a été trouvée en 1994, fouillée et documentée. Elle date de la seconde moitié du IVe et des débuts du IIIe siècle av. J.-C.

La commune de TARENTE Musée Ethnographique "A. Majorano" Alfredo Majorano a été un amateur attentif de la culture tarentine, un érudit du territoire ionien tout entier. Il a voulu offrir à la ville de Tarente son grand patrimoine ethnographique qu’il a recueilli pendant toute sa vie avec sa femme Elena Spinelli. Le Musée Majorano est situé dans le centre historique de la ville de Tarente, dans le palais baroque” Galeota” du XVIIIe siècle. C’est un véritable espace de communication scientifique entre la mémoire historique et sa communauté : en effet, il offre la possibilité de retrouver - à travers les cinq salles à thème de son parcours descriptif - les traditions populaires ouvrant une fenêtre sur le présent et l'avenir. Visites guidées sur rendez-vous.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

La commune de TARENTE Musée archéologique national "MARTA" Le Musée national archéologique de Tarente “MARTA” fondé en 1887 grâce à la volonté de l'archéologue Luigi Viola, est abrité dans les locaux de l'ancien couvent du XVIIIe siècle de l'église de Saint- Pasquale de Baylon : c’est le musée le plus important de l'Italie méridionale. Le matériel exposé est classé par ordre chronologique : de la période Préhistorique et Protohistorique à la période Grecque (avec l’exposition de pièces archéologiques exceptionnelles provenant des nécropoles du IVe et IIIe siècle av. J.-C.), à celle de l'Empire Romain (riche en mobiliers sculpturaux, en statues, en planchers mosaïques de domus et en bâtiments publics, en objets, en pièces de monnaie et en orfèvrerie pour terminer avec la période de l’Antiquité tardive, byzantine et du haut Moyen Age. La ville de Tarente est au centre de toute l'exposition : son histoire, son évolution, sa culture sont témoignées par les pièces archéologiques d'identification du territoire retrouvées à l’occasion de diverses fouilles dans la ville. Parmi les découvertes faites, la collection des "Ors de Tarente," est le témoignage le plus considérable et le plus connu de l’importance de l'art de l'orfèvrerie à l'époque hellénistique dans la ville Magno-Grecque. C’était en effet l’activité la plus développée entre le IVe et le Ier siècle av. J.-C . La collection des "Ors de Tarente" a été présentée avec grand succès à Milan, à Paris, à Hambourg, à Tokyo et à Shanghai. Le musée abrite également la collection de tableaux appartenant à l’évêque Joseph Ricciardi : il s'agit principalement de peintures à huile sur toile, de thème religieux, remontant aux XVIIe et XVIIIe siècles et reconduisant à l'école napolitaine. En décembre 2013, après une période de fermeture pour restauration, le musée “MARTA’ ” a rouvert ses salles au public enrichies par des pièces archéologigues de rare beauté de la ville de Tarente qui remontent à la période romaine, toutes de nouvelle exposition.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Tarente MARTA - Musée Archéologique national de Tarente: exposition.

images de pièces archéologiques en

La commune de TARENTE Musée d'histoire naturelle "BIOS TARAS" Le Musée d'Histoire Naturelle "Taras Bios" - né à la fin des années 60 – destination importante pour les chercheurs et les étudiants, est aussi un centre d’activités qui fournit en Italie et à l'étranger des préparations scientifiques pour l'étude et pour le collectionnisme. Dans le musée - qui dispose d’ une bibliothèque très spécialisée – sont recuillies plus de 4000 pièces archéologiques qui proviennent de tous les continents tels que les coquillages, les minéraux, les produits biologiques de toutes sortes et en


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

particulier les papillons et les insectes aussi bien locaux qu’exotiques.

La commune de TARENTE Le Château Aragonais Dans le château, il est possible d’apprécier plus de 300 ans d’histoire : en effet, à l’intérieur, on a retrouvé de nombreuses pièces archéologiques qui vont de la période préhistorique à l’âge moderne : des fragments de l’âge du Bronze ; de la poterie géométrique Japigienne du VIIIe siècle av. J.-C. ( aux motifs avec des dentelets , des svastikas, des losanges) ; des faïences corinthiennes, laconiques et des coupes ioniennes du VIe siècle av. J. -C. ; des faïences de pâte grise du IIe et Ier siècles av. J. -C.; des témoignages de fréquentation du site de l’époque romaine et de la fin de la période impériale; de la vaisselle de l’époque médiévale; des faïences remontant à une période entre le XVe et le XVIe siècle. Parmi les matériels retrouvés, la numismatique est particulièrement remarquable; elle remonte à une vaste période qui va de la domination romaine jusqu’au XXe siècle. La première partie du château date de 916, quand les Byzantins commencèrent la construction de la « Rocca » comme protection des assauts des Sarrasins et de la république de Venise. Successivement, la « rocca » devint une forteresse normande-souabeangevine, jusqu’au moment où François d’Aragon, roi de Naples, en fit un imposant château de défense. Ensuite, il fut modernisé par les Espagnols. Aux siècles suivants, le Château fut employé comme caserne, prison, centre de commandements militaires. Aujourd’hui, c’est un siège prestigieux de la Marine Militaire et c’est le site touristique le plus visité des Pouilles après Castel del Monte (plus de 65.000 présences en 2012).


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

La commune de TARENTE Cloître, ancien couvent de “San Domenico” Au cœur de la vieille ville de Tarente naît l’ancien couvent de « San Domenico Maggiore », bâti au XIV e siècle et qui abrite aujourd’hui le patrimoine archéologique des Pouilles. A l’intérieur du cloître du couvent, s’étend une large zone archéologique, habitée depuis la préhistoire. Il est possible de voir les structures de base d'un grand temple grec datant du VIe siècle av.J.C. et les restes d’une cellule du temple.. Deux fragments d’architrave, avec des inscriptions, témoignent la présence romaine sur les lieux.

La commune de Tarente Zone archéologique Belvedere. Sur la colline du même nom que le quartier « Tamburi », près de Tarente, au printemps 2013, suite à une intervention dans la construction d’un parking, on a identifié une zone territoriale caractérisée par d’importantes traces archéologiques : des vestiges de la nécropole appartenant à la Grèce du Ve / IVe sec. av. J.-C., avec une chapelle typique attachée à la nécropole , témoignages d'une zone colonisée à l'époque romaine : une structure à abside constituant une petite station thermale et, à quelques mètres de distance, le péristyle en dehors du domaine domestique ; une fontaine-réservoir très intéressante, peut-être la partie terminale d'un aqueduc romain, un four médiéval; des céramiques qui datent du IVe siècle av. J.-C.au XVIIIe siècle. Certainement , une zone très intéressante, sans solution de continuité dès l’âge grec jusqu’au XVIIIe s., destinée à devenir Parc Archéologique.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Tarente, zone archéologique «Belvedere» : la fontaine monumentale émergée de la campagne lors des fouilles de 2013 .

La commune de TARENTE Sites Archéologiques Les nécropoles L’étude des nécropoles découvertes dans la ville a fourni aux archéologues une grande quantité d’informations sur la société, sur la culture, sur l'art et sur le travail des anciens peuples de la période gréco-romaine. Les nécropoles , fouillées et documentées à Tarente, sont caractérisées par deux typologies de tombe : 1) des "tombes à chambre" et des "tombe à demi-chambre", adoptées par les familles aristocrates 2) des "tombe à fosse", adoptées par les familles plébéiennes, creusées dans la roche et fermées par un roc. Les sépultures provenant de différentes campagnes de fouilles sont réparties dans les sites archéologiques suivants: : la nécropole de rue “Marche”; les tombes à chambre de162, rue “Umbria”, de rue” Sardegna» et de rue « Pio XII»; la tombe à demi-chambre de rue « Alto Adige»; l'hypogée “Genoviva” de 75, rue «Polibio »; «la"tombe des athlètes» de rue ”Francesco Crispi”; « la


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

tombe à chambre» de 55, rue «Polibio» ; la tombe à chambre de rue «Acton». Sites d’époque romaine Les vestiges d’une domus romaine de la période républicaine (IIe-Iersec.av.J.C.), aux planchers en mosaïques, peuvent se visionner au numéro civique n° 31 de la rue « Nitti. » •

Une chapelle romaine, un petit édifice culturel de la dernière période de la république (IIe-Ier sec. av. J.C.), trouvé en 1901, est visitable, sur réservation, dans la zone de l’Hôpital Militaire: probable lieu d’ une divinité féminine chthonienne, en relation étroite avec l’outre-tombe « Démétra/Kore o Artemide/Hekàte. Aqueduc romain “Aqua Nymphalis”

Tout au long de l’île de circulation du boulevard “ Italia” , on peut distinguer les vestiges d’un long aqueduc bâti – sur la base des témoignages épigraphiques – après l’an VIIIe av.J.C.. La station d’approvisionnement hydraulique, célèbre par son nom “Aqua Nymphalis”, était liée à la jouissance publique et à la gestion des installations thermales.

Ipogée - Palais” Delli Ponti”

Un important site archéologique est le Palais” Delli Ponti” du XVIe siècle : son hypogée abrite un fragment de mur grec de l’Acropole tarentin du Vème s. av.J.C. et un sépulcre de l’âge paléochrétien, où l’on a ramassé des objets et des pièces archéologiques.

Crypte du Rédempteur

La crypte est une église rupestre, hypogée située rue “Terni”: À l’origine c’était une tombe antique à chambre romaine de la période impériale reliée à un puits d’eau de source antique. La crypte a une forme circulaire, d’ un diamètre de huit mètres environ, avec des parois décorées de fresques de grande valeur artistique qui remontent au début du XIIe siècle, parmi elles, nous avons "le Christ Pantocrator entre « San Giovanni et la Vierge» dans l'abside; les parois latérales sont


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

décorées d’ images de Saints: "San Basilio", "Sant'Euplo" et "San Biagio" .

L’IMPORTANCE DES CONFRÉRIES LAÏQUES DE TARENTE ET DE SON DIOCÈSE PENDANT LA SEMAINE SAINTE ( d’après Antonio Fornaro) Les confréries laïques , expression de l’église locale, depuis plus de 500 ans opèrent à Tarente et dans son diocèse. Les confréries naquirent au lendemain des Croisades et se dédièrent surtout à l’assistance aux pauvres et aux malades et à la sépulture des morts. Aujourd’hui, dans la province de Tarente, il y a 58 confréries : 22 à Tarente, 9 à Martina Franca, 5 à Grottaglie et 22 dans le reste du diocèse. Il y a deux confréries historiques, connues en Europe et dans la plupart du monde, car elles sont à l’origine des rites religieux de la Semaine Sainte : l’Archiconfrérie de Marie Sanctissime de l’église du Carmine et la confrérie de Notre-Dame des sept douleurs et de l’église de Saint Dominique. L’Archiconfrérie de Marie Sanctissime du Carmine, fondée en 1675, commença les rites pénitents de la Semaine Sainte avec le pèlerinage- l’aprèsmidi du Jeudi Saint - des confrères déchaussés et encapuchonnés vers les Sépulcres (c'est-à-dire les autels du Reposoir) préparés dans les églises de la vieille ville et de l’Umbertina . A partir de ce moment, le suggestif rite religieux se répète chaque année en suscitant un charme incroyable : encore aujourd’hui, à 15 heures de chaque Jeudi Saint , les « Poste », c'est-à-dire les couples de Perdoni déchaussés et encapuchonnés ( en dialecte local sont nommés « le Perdùne »), sortent de la porte de l’église du Carmine et se dirigent - d’une démarche particulière, lente et oscillante (nommée en dialecte local : « nazzeccate ») - vers les églises de la vieille ville pour visiter les Sépulcres. Le pèlerinage se termine à minuit et reprend le Vendredi Saint à 7 heures du matin et se termine avant midi.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

Tarente, les rites religieux de la Semaine Sainte , Jeudi Saint, 15 heures : une « Posta » (couple de « Perdoni » déchaussé et encapuchonné) sort de l’église du Carmine pour le pèlerinage - d’une démarche lente et oscillante - qui terminera à midi du Vendredi Saint.

Le Jeudi Saint - même , exactement à minuit, le vieux simulacre de la Vierge Notre-Dame des sept douleurs sort du vieux temple de Saint Dominique Majeur du XIVe siècle en procession – pèlerinage à la « recherche du fils Jésus ». La procession-pèlerinage, dirigée par la confrérie de Saint Dominique et de Notre-Dame des sept douleurs, a un protocole rigoureux et séculaire : elle est composée du porteur de la troccola (ou la crécelle : un vieil instrument musical rythmique), de la Croix des Mystères, de deux enfants dits « pesare » parce qu’ils portent au cou deux faux poids, de 15 postes de confrères entrecoupées de 3 porteurs des Croix qui représentent les 3 chutes de Jésus. Avant le simulacre de la Vierge, on trouve le « trône », composé de la première poste et du porteur du petit bâton, symbole du pouvoir de la confrérie. La caractéristique de cette procession est que le simulacre de la Vierge ne s’arrête


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

jamais, mais il est « balancé » rythmiquement selon les mélodies des marches funèbres jouées par 2 groupes de fanfares. La procession arrive à l’Institut de Marie Immaculée vers 10 heures du Vendredi Saint pour une courte pause et termine - dans la même journée - à 15 heures à l’église de Saint Dominique. Les femmes et les hommes déchaussés , choisis par grâce, accompagnent la procession avec de gros cierges allumés très nombreux .

Tarente, les rites religieux de la Semaine Sainte , Jeudi Saint , minuit : la statue de la Vierge Notre-Dame des sept douleurs, attendue par des milliers de personnes, sort en procession-pèlerinage du raide escalier de l’église e de Saint Dominique Majeur du XIV siècle.

A 17 heures du Vendredi Saint, la Procession des Mystères Sacrés sort de l’église du Carmine, qui suit, elle aussi, un protocole assez rigoureux et séculaire : elle est composée du porteur de la troccola, dit troccolante, du porteur de la Croix des Mystères, du porteur du Gonfalone, c'est-à-dire le


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

drapeau de la confrérie bordé de noir, des 8 statues qui représentent les Mystères et, à la fin du cortège, on voit la statue du Christ Mort suivi par celle de Notre-Dame des sept douleurs, déchirée par la douleur. Les postes des confrères concluent la longue procession - qui parcourt seulement les rues du Borgo Umbertino- accompagnée de 4 groupes de fanfares pendant toute sa durée. La procession des Mystères Sacrés rejoint l’église de Saint François de Paule à minuit et, après une pause, elle reprend sa lente marche à 1 heure du Samedi Saint , qui termine à 8 heures avec le rite religieux des trois touchées du bourdon par le porteur de la troccola face au portail de l’église du Carmine. A la conclusion de la procession, lorsque la statue retourne dans l’église du Carmine, on se trouve face à un climat de très forte émotion qui porte jusqu’aux larmes, surtout parmi les confrères et parmi les chevaliers du Saint Sépulcre qui ont tenu les lacets du cercueil de Jésus Mort.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée Tarente, les rites religieux de la Semaine Sainte : le Vendredi Saint , la Procession des Mystères Sacrés sort à 17 heures du portail de l’église du Carmine, pour y retourner – sans arrêts, ni interruptions – à 8 heures du lendemain.

La procession des Mystères Sacrés , comme celle du Jeudi Saint de NotreDame des sept douleurs, voit la présence constante des bâtonniers qui ont le devoir de rendre le déroulement des deux processions assez rangé, suivi, pendant le jour et la nuit, par des milliers d’habitants de Tarente et de touristes italiens et étrangers qui – par leur présence- partagent un témoignage prestigieux de recherche existentielle, spirituelle et religieuse.


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

VOILÀ TARENTE FILLE DE SPARTE CAPITALE DE LA GRANDE-GRÈCE

MUNICIPIUM ROMAIN

PORT SARRASIN

KASTRON BYZANTIN

VILLE NORMANDE

CAPITALE DE LA PRINCIPAUTÉ DE TARENTE

UNIVERSITAS ARAGONAISE RUE DE LA TRANSHUMANCE

VILLE DES RITES RELIGIEUX DE LA SEMAINE SAINTE

CŒUR DE L’EUROMÉDITERRANÉE

MarzoS. fecit2013


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée

POUR EN SAVOIR PLUS - N.CAPUTO ,“Destinazione Dio: storia delle tradizioni popolari e delle feste religiose a Taranto”Mandese Editore, Taranto, 1984 - M. PIGNATELLI- FERRANTE,: “La cucina delle Murge: curiosità e tradizioni”, - Franco Muzzio Editore, Padova, 1991 - A. MAIORANO, “Tradizioni e canti popolari a Taranto e nei paesi di area tarantina”, . Lacaita Editore, Manduria, 1986 - C. D’ANGELA, “Taranto Medievale”- Cressati Editore, Taranto 2002. - N. GIGANTE, “Dizionario critico etimologico del dialetto tarantino” – Lacaita Editore, Manduria, 1986 - G. PELUSO, “Storia di Taranto” - Scorpione Editrice, Taranto, 1991 - C. DAQUINO, “ I Messapi. Il Salento prima di Roma” – Capone Editore – Lecce, 1999 - G. MASTROCINQUE, “Taranto. Il paesaggio urbano di età romana tra persistenza e innovazione”. – Quaderni del centro studi Magna Grecia, - NAUS Editore , Pozzuoli, 2010. - E. M. DE JULIIS, “Magna Grecia. -L’Italia Meridionale dalle origini leggendarie alla conquista Romana”. – Collana ”Guide. Temi e luoghi del mondo antico” - Edipuglia Bari 1996 - NOVELUNE SOC. COOP, IPS “F.S. CABRINI”, “ Le strade del Parco. Itinerari, luoghi ed attività nel Parco delle Gravine”, - www.novelune.cv/documents/le strade del parco.pdf , Taranto 2011 - LICEO GINNASIO STATALE “ARISTOSSENO”, NOVELUNE SOC. COOP, “Il Territorio: luogo di identità e di scambio”,- Novelune Soc.Coop, - www.liceoaristosseno.it, - Taranto, 2013 - R. CAPRARA “Società ed Economia nei Villaggi Rupestri. -La vita quotidiana nelle gravine dell’Arco Jonico Tarentino”, - Schena Editore, - Fasano (BR) 2001 - G. DUBY: “Atlante Storico Mondiale”,- Rizzoli –Larousse, Milano, 2004. -

AA.VV., (a cura di S. MARZO), “Sulle Orme del Grand Tour. La catena de: “I Giardini etnobotanici del vecchio di Corico” per la valorizzazione dei beni storico-culturali, paesaggisticoambientali ed enogastronomici del Distretto Turistico dell’Arco Jonico di Puglia, Basilicata e Calabria”, Taranto, in corso di pubblicazione

- I. PALASCIANO: “ Le lunghe vie erbose: tratturi e pastori del Sud”, Capone Editore, Lecce, 1999 - AA.VV.: “ La vigna di Dioniso. Vite, vino e culti in Magna Grecia” -, Scorpione Editrice, Taranto, 2010 - AA.VV., “Greci e Messapi in Terra di Taranto, tra Musei e parchi Archeologici”.- Tavolo per il turismo Taranto – Stampa Sud Mottola, 2003 - C. COLELLA, R. COLELLA, “ La cucina della Valle dei Trulli”, Schena Editore, Fasano (BR), 2008 - F. MONTELEONE, “Il pellegrinaggio nel Mezzogiorno Medievale”, Schena Editore, Fasano (BR), 2012 - F. CARRINO, P. MASSAFRA, “ Il centro storico di Taranto. Il Borgo”, Scorpione editrice, Taranto, 2004 -

V. POLLAZZON, “Dieci percorsi subaquei da non perdere nei mari di Taranto”, Scorpione


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée editrice, Taranto, 2012 - P. DE LUCA, “Il centro storico di Taranto. L'isola”, Scorpione editrice, Taranto 2001 - E.LIPPOLIS, “Fra Taranto e Roma. Società e cultura urbana in Puglia tra Annibale e l’Età Imperiale”, Scorpione editrice, Taranto, 2008. - A. FORNARO, “Viaggio attraverso la fede e la pietà popolare a Taranto: processioni e tradizioni di ieri e di oggi”, Scorpione editrice, Taranto, 2009 - AA.VV., “Il Museo di Taranto. Cento anni di archeologia”, Mandese Editore, Taranto, 1988 - A. DELL’AGLIO, A. ZINGARIELLO, “MARTA. Il Museo Nazionale Archeologico di Taranto”, Scorpione editrice, Taranto, 2010 - G. CARDUCCI, “I confini del territorio di Taranto tra basso Medioevo ed età moderna”, Mandese Editore, Taranto, 1988 - AA.VV. ( a cura di F.RICCI, C., D’ANGELA) , “Dal Kastron bizantino al Castello aragonese”, Scorpione editrice, Taranto, 2004 - AA.VV. “Alle origini della Magna Grecia. Mobilità migrazioni fondazioni”, Atti del 50° Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Edizioni ISAMG - Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia- Taranto, 2010 - FLY FREE IMAGINE “Tarantocitta- La storia di Taranto a Fumetti -www.tarantocitta.it/storiafumetti.htm “ - PORTALE VITIGNI: LE CANTINE DELLA PROVINCIA DI TARANTO, www.quattrocalici.it/provincia/Taranto - BIBLIOTECA E CENTRO DI DOCUMENTAZIONE SUBFOR CAMERA DI COMMERCIO TARANTO, www.camcomtaranto.gov.it/Pagine/Centro_documentazione/intro.shtml - SITO UFFICIALE DEL COMUNE DI TARANTO, www.comune.taranto.it - SITO UFFICIALE DELLA PROVINCIA DI TARANTO, www.provincia.taranto.it - SITO UFFICIALE DEL MUSEO ARCHEOLOGICO NAZIONALE DI TARANTO

“MARTA”: www.museotaranto.it - AGENZIA PROMOZIONE PUGLIA, http://www.agenziapugliapromozione.it -

PORTALE UFFICIALE DEL http://www.viaggiareinpuglia.it

TURISMO

ASSESSORATO

AL

MEDITERRANEO

- SITO UFFICIALE DEL CASTELLO ARAGONESE DI TARANTO, www.castellaragonese.it - SITO UFFICIALE DEL MUSEO ARCHEOLOGICO NAZIONALE DI TARANTO “MARTA”: www.museotaranto.it

DOVE ALLOGGIARE: http://www.viaggiareinpuglia.it/gp/DOVDOR/it/Dove-dormire

,


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée REMERCIEMENTS « Tu dois toujours avoir à l’esprit Ithaque et l’atteindre doit être ta pensée permanente. Surtout, ne pas hâter le voyage: fais qu’il dure pendant de longues années, et que, vieux, tu mettes un pied sur l'île, riche des trésors accumulés sur le chemin, sans t’attendre de richesses d’Ithaque. Ithaque t'a donné le beau voyage, sans elle, tu ne te serais jamais mis en route » (« Ithaque « de Konstantinos Kavafis)

Une grande gratitude pour les étudiants, le personnel scolaire et les parents du Lycée Aristosseno qui « firent l’exploit » de guider le réseau formatif Lycée Aristosseno- Organismes et Institutions du Territoire Ionien à l’ITB 2014 (Foire Internationale du Tourisme de Berlin) derrière les « écriteaux » du projet « La Terre ionienne au cœur de l’EuroMéditerranée » Nous remercions en particulier: -la Directrice des Services Généraux et Administratifs, Madame Maria Grazia Cammalleri, pour sa constante, passionnée et compétente gestion comptable et administrative du projet ; - l’Adjoint au Proviseur, la Professeure Tonia Torcello pour sa patiente et précieuse activité de coordination ; -les Professeurs et les Professeurs de langue maternelle qui ont rendu possible l’excellente traduction du projet dans les langues de leur compétence :Fabienne Ambrosio, Anne Marie d’Elia, Francès Hélène, Maria Galeone, Ingrid Lailler, Martine Majchrzak, Maria Mazzaracchio, Sergio Mulas, Annalisa Palmieri, Adele Parente, Maria Parente, Sabine Scheck, Giovanna Schiavone, Anna Maria Scuro, Aurore Spezia et Esther Uguen pour la langue française ; Daniela Saracino et Caterina Polidoro pou la langue allemande; Adriana Maria Cattell, Elisabetta Nucifora, Francesca Di Ponzio, Vincenzina Messina, Rosanna De Rosa, Mimma Dragone, Annarita Verde et Enrico Vetrò pour la langue anglaise ; -le Professeur Giacomo De Florio, Web Master du site du lycée; -les composants du Conseil d’Institut et son Président, Docteur Giuliano Farina

-l'Assistante administrative Luisa Allegretti, les Assistants techniciens Emanuele Zaccaria et Antonio D'Errico et l’Assistante de laboratoire Isabella Rizzo; - les élèves Rosangela Mita et Giampiero Maiorano et les Professeures Daniela Saracino et Adriana Cattell qui ont été directement engagés à gérer et animer le stand d’exposition à l’ITB de Berlin ; -le Professeur Bruno Notarnicola, Directeur du Département Ionien de « Systèmes Juridiques et Économiques de la Méditerranée : société, milieu, cultures- Pôle Universitaire Ionien- de l’Université aux Études de Bari « Aldo Moro » pour son intérêt et ses attentions adressés à l’initiative ;


La Terre Ionienne au coeur de l’EuroMéditerranée -le Professeur Carmine Carlucci et le Professeur Antonio Fornaro respectivement Président et Directeur de l’Association Culturelle « Comité pour la qualité de la Vie » de Tarente pour leur contribution à l’idéalisation offerte au projet et leur implication dans la gestion du stand de la foire ; -le Maire, l’Assesseur aux activités productives et tout le Conseil Communal de la ville de Laterza qui ont voulu faire le leur le projet en offrant leur parrainage ; -le Docteur Antonio Prota et le Docteur Luca Lazzaro respectivement Président et Conseiller d’Administration de la Société « GAL Collines Ioniennes » pour avoir partagé l’initiative, en participant directement aux activités de l’exposition Berlin ; -le Maire de la ville de Massafra, Docteur Martino Tamburrano pour son adhésion ferme au parcours de travail et sa rechute sur le territoire ; -le Conseil d’Administration de la Banque de Crédit Coopératif de Massafra(BBC) qui a estimé le projet comme une ultérieure motivation à leur engagement dans la communauté locale ; - Enfin, nous adressons un éloge sincère et juste au Docteur Francesca Sanesi, au Docteur Francesco De Giorgio et au Docteur Luigi Sportelli, respectivement Directrice, Secrétaire Général et Président de la Chambre de Commerce de Tarente, ainsi qu’au Docteur Nicola Spagnuolo, Président de l’Entreprise Spéciale Subforde la Chambre de commerce de Tarente qui ont fortement voulu soutenir l’initiative : sans leur contribution, il aurait été très difficile de mener l’exploit de Berlin à terme.

D’autres copartages et adhésions au projet, provenant d’Organismes, d’Associations et d’ Institutions du territoire sont attendus : c’est la façon la plus juste de démontrer que le projet « La terre Ionienne au Coeur de l’EuroMéditerannée » récoltera ses fruits les meilleurs après la Foire Internationale du Tourisme de Berlin 2014.

Le Proviseur du Lycée « Aristosseno » Professeur Salvatore Marzo


Itb francese