Page 1

2 1 0 2 r u AlterT Le Guide

av e c

i s le n


Découvrir un autre monde

Comme des morts de FAIM… de VIVRE ! 18 avril 2012 Coup de blues. Nuit blanche après le documentaire La mort est dans le pré . Témoignages émouvants et accablants d’agriculteurs qui ont compris à leurs dépens que les pesticides sont dangereux pour la santé et l’environnement. Coup de rage ! Exactement comme pour le documentaire de Marie-Monique Robin, Le monde selon Monsanto, qui démontre implacablement d’où poussent les racines du fléau. D’un côté des producteurs victimes de leur foi dans la science et la technologie, de l’autre côté des industriels puissants, avides de profits mais sans scrupules. Et entre les deux extrémités de la chaîne : les consommateurs, qui aimeraient qu’on arrête de les prendre pour des tocards. On va pas se laisser faire, crénom !

Depuis un peu plus d’un an, les Japonais ont inauguré une nouvelle émission de télévision : la météo des radiations. En fonction du vent et de la pluie, celle-ci vous annonce où vont retomber les particules radioactives1. Sans aller aussi loin dans la peur au quotidien, nous pouvons voir, chaque soir, à 20h, notre lot de reportages télévisuels sur les malheurs du monde. La peur est ainsi distillée dans notre inconscient. La peur, cet outil politique bien connu des dominants : quand on a peur, on cherche protection. Et cela tombe bien, nos politiques se proposent pour cela ! Citoyen-ne-s, tremblez tranquilles jusqu’aux prochaines élections. La peur est aussi en lien avec la compétition : on nous fait croire que pour être moins soumis à la peur, il faut être protégés, que cela coûte cher et donc qu’il faut « Travaillez plus pour gagner plus »… Et gagnez plus pour dépenser plus. Cette course incessante vers plus de consommation, pour satisfaire des « besoins » que nous renouvelle sans cesse la publicité, nous conduit lentement mais sûrement vers la destruction de notre planète. Si les problèmes sont réels, heureusement, il existe d’autres manières d’envisager l’avenir : Une autre FAIM du monde est possible...

14 avril 2012 Retour d’une tournée de préparation de l’AlterTour dans le sud-ouest. Quelle pêche, quelle vitalité, quel entrain chez nos futurs accueillants ! Relier en vélo les alternatives, ça sera quoi cet été ? Extrait du menu à la carte :

Nos désirs font désordre

2

Ils sont de plus en plus nombreux à se tenir volontairement en marge de la compétition internationale et à expérimenter des alternatives dans leur vie, dans leur travail, dans leurs relations avec les autres, voisins ou plus lointains… Et ce n’est pas d’aujourd’hui que des hommes et des femmes ont choisi de proposer d’autres pistes pour sortir de nos modèles de domination. On (re)lira avec jubilation les ouvrages de Raoul Vaneigem et en particulier Nous qui désirons sans fin 3 qui nous prédit que nous pouvons aujourd’hui nous affranchir d’un système marchand à bout de souffle. Depuis 2008, l’AlterTour propose de prendre sa bicyclette et de découvrir cet autre monde : agriculture biologique, relocalisation, simplicité volontaire, entraide, transition énergétique, solidarités du local à l’international… Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’année après année, l’AlterTour fait sa propre relocalisation : après un tour de France exténuant la première année, la raison a conduit les organisateurs à des trajets plus « tendres» et donc à prendre le temps de sillonner de plus en plus localement et c’est ainsi que l’essentiel du trajet 2012 se fait en région Midi-Pyrénées. La revue S!lence qui depuis maintenant une vingtaine d’années, fait aussi son tour de France des alternatives à travers des numéros spéciaux, s’est très vite associée à cette déambulation sur les chemins discrets de la dissidence, y trouvant un parallèle concret avec le cheminement de ses débats.

« Créer, c’est résister. Résister, c’est créer »

4

le réseau cialités locales préparées par spé : » tte sie l’as à ine gra la de r autrement, « produire et consommeépi • Buffet garni à volonté, Na ceries équitables,… des s, grè Pro et e ent en éco-hameau Semences Paysannes tur uellement ou collectivem ivid ind : c ave va qui vie de de nst éco-co ructeurs sont sur es et le mo Domaine de Beauchamps ! Les uire des habitats écologiqu le sur c don rez Ent ). • Hors d’œuvre : constrdes nts me sources et équipe (avec mutualisation aures rneau. fou aux projets et le pel la à le chantier, du GFAM Béarn, s’opposer é côt au s ute oro aut l’énergie ou ou V LG M OG me les esse » tels que ies d’apprentis-sorcierslecom oncer le « dopage par la vitdém log hno tec les r ifie lic. yst pub • Plats de résistance : dén de gaz de schistes, l’occasion du passage de l’AlterTour pour informer destructeurs des forageetsass ociations saisiront notre tifs lec lescence programmée et nucléaire. Les col par la société de l’obsogas c’est ut üs, reb ma au Em nés z dam Che . con age ets pill obj et antidotes du les matériaux les t er ycl son D rec e et tèm rer sys upé et réc : on ati ges gin • Froma te : au Tri-cycle enchanté, ima incontinence consuméris sertion. d’in té ts, nous dégusterons edes en plus, une opportuni al. A la Plaine des Crouze rur et ain urb ieu mil en nouvelables. Girond en ue, Re + tiq + Efficacité nsition énergé ies tra nom la r Eco : lise ue réa tiq et rgé er gin éne ue Ima : eux triptyq • Desserts ser du pétrole, avec le fam bonnes idées pour se pas e. voi te cet sur ent lem vie sociale, la Transition nous guidera éga omie, la redynamisation de la con é l’ de n tio isa cal relo la : l t estiva au long de notre banque gares sur les lignes secondaires. Sans supplément et toutlics les t don – ité xim pro de pub es vic ser des e ens déf

Il ne reste plus, après avoir participé à un tronçon ou à tout le trajet de cette année, qu’à approfondir les contacts et les richesses rencontrées, et à vous lancer dans la construction d’un monde plus humain, libéré de ses carcans économiques.

Michel BERNARD, rédacteur de S!lence 1 • Les réacteurs 1, 2 et 3 de Fukushima continuent à rejeter chaque jour de la radioactivité, à raison de 600 000 fois ce qui est autorisé. 2 • Titre d’une pièce de théâtre de Christian Mousset, pastichant un slogan de 1968. 3 • Ed. Folio Gallimard, 1996, poche en 1998. 4 • Slogan cité par Stephen Hessel dans Indignez-vous !

Et les Boissons ? Désolé, sujet censuré pour cause de dopage ! En guise de couverts, nous utilisons documentaires, conférences, débats, les films du Festival Résistances, le spectacle « Art-Nature » avec les Phonies Bergères,… et la fête pour chanter qu’ « Une autre FAIM du monde est possible ». Bon appétit ! Cet été encore, chaque coup de pédale nous donnera encore plus la FAIM de VIVRE. Jean-Pierre Masson, altercycliste addictif depuis la 1ère année. Thématiques Energie • Transport Société Economie Agriculture • Environnement

Coordinateur / Rédacteur • Guillaume de CROP Rédactrice • Valérie MARQUET Maquettiste • Guillaume de CROP

Gilbert BELGRANO Michel LEFORESTIER Correcteurs • Mélanie de CROP Christian de CROP Illustration couverture • Lidwine Illustration « Le Tri-cycle enchanté » • Carole FOPPOLO Photos • Guillaume de CROP sauf : Festivale Résistances • Thomas GUILLIN Philistin / France Import Palestine • Marwan AL AALANE

2

Découvrir un autre monde

• Page 2

Supplément au N°402 de S!lence de juin 2012

14 Juillet • Festival Résistances

• Page 4

24 Juillet • Le Philistin / France Import Palestine

• Page 4

Directrice de publication • Marie-Pierre Najman

25 Juillet • Plaine des Crouzets

• Page 5

S!lence est un mensuel écologiste publié depuis 1982 Abonnement découverte • 20 euros pour 6 numéros Exemplaire spécimen gratuit sur demande S!lence • 9, rue Dumenge, 69317 Lyon cedex 04 www.revuesilence.net Imprimé par Impressions Modernes 07502 GUILHERAND-GRANGES

Papier 100% Recyclé et Encres Végétales

Périgueux

2 Août

Bordeaux 5 Août

« L’autre Faim du monde » de... Josie RIFFAUD • Via Campesina • Page 5 2 Août

• Le Tri-cycle enchanté

• Page 6

3 Août

• Domaine de Beauchamp

• Page 6

Portefolio / Affiche de l’AlterTour 2012

• Page 7-10

5 Août

• Gironde en Transition

• Page 11

6 Août

• Coordination Vigilance LGV

• Page 11

8 Août

• Réseau Semences Paysannes

• Page 12

17 Août

• Emmaüs Lescar-Pau

• Page 12

« L’autre Faim du monde » de... Guy KASTLER • Nature & Progrès • Page 13 17 Août

• GFAM Béarn

• Page 13

18 Août

• Les Phonies Bergères

• Page 14

Pour continuer la route...

• Page 14

L’AlterTour : Les mollets, les bras et la cervelle.

• Page 16

Rodez

Agen

26 Juillet

9 Août

Montauban

10 Août

Pau

16 Août

Bedous

19 Août

Auch

14 Août

Castres

Toulouse

19 Juillet

11-12 Août

Foix

11 Juillet

Limoux

3


Découvrir un autre monde

Comme des morts de FAIM… de VIVRE ! 18 avril 2012 Coup de blues. Nuit blanche après le documentaire La mort est dans le pré . Témoignages émouvants et accablants d’agriculteurs qui ont compris à leurs dépens que les pesticides sont dangereux pour la santé et l’environnement. Coup de rage ! Exactement comme pour le documentaire de Marie-Monique Robin, Le monde selon Monsanto, qui démontre implacablement d’où poussent les racines du fléau. D’un côté des producteurs victimes de leur foi dans la science et la technologie, de l’autre côté des industriels puissants, avides de profits mais sans scrupules. Et entre les deux extrémités de la chaîne : les consommateurs, qui aimeraient qu’on arrête de les prendre pour des tocards. On va pas se laisser faire, crénom !

Depuis un peu plus d’un an, les Japonais ont inauguré une nouvelle émission de télévision : la météo des radiations. En fonction du vent et de la pluie, celle-ci vous annonce où vont retomber les particules radioactives1. Sans aller aussi loin dans la peur au quotidien, nous pouvons voir, chaque soir, à 20h, notre lot de reportages télévisuels sur les malheurs du monde. La peur est ainsi distillée dans notre inconscient. La peur, cet outil politique bien connu des dominants : quand on a peur, on cherche protection. Et cela tombe bien, nos politiques se proposent pour cela ! Citoyen-ne-s, tremblez tranquilles jusqu’aux prochaines élections. La peur est aussi en lien avec la compétition : on nous fait croire que pour être moins soumis à la peur, il faut être protégés, que cela coûte cher et donc qu’il faut « Travaillez plus pour gagner plus »… Et gagnez plus pour dépenser plus. Cette course incessante vers plus de consommation, pour satisfaire des « besoins » que nous renouvelle sans cesse la publicité, nous conduit lentement mais sûrement vers la destruction de notre planète. Si les problèmes sont réels, heureusement, il existe d’autres manières d’envisager l’avenir : Une autre FAIM du monde est possible...

14 avril 2012 Retour d’une tournée de préparation de l’AlterTour dans le sud-ouest. Quelle pêche, quelle vitalité, quel entrain chez nos futurs accueillants ! Relier en vélo les alternatives, ça sera quoi cet été ? Extrait du menu à la carte :

Nos désirs font désordre

2

Ils sont de plus en plus nombreux à se tenir volontairement en marge de la compétition internationale et à expérimenter des alternatives dans leur vie, dans leur travail, dans leurs relations avec les autres, voisins ou plus lointains… Et ce n’est pas d’aujourd’hui que des hommes et des femmes ont choisi de proposer d’autres pistes pour sortir de nos modèles de domination. On (re)lira avec jubilation les ouvrages de Raoul Vaneigem et en particulier Nous qui désirons sans fin 3 qui nous prédit que nous pouvons aujourd’hui nous affranchir d’un système marchand à bout de souffle. Depuis 2008, l’AlterTour propose de prendre sa bicyclette et de découvrir cet autre monde : agriculture biologique, relocalisation, simplicité volontaire, entraide, transition énergétique, solidarités du local à l’international… Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’année après année, l’AlterTour fait sa propre relocalisation : après un tour de France exténuant la première année, la raison a conduit les organisateurs à des trajets plus « tendres» et donc à prendre le temps de sillonner de plus en plus localement et c’est ainsi que l’essentiel du trajet 2012 se fait en région Midi-Pyrénées. La revue S!lence qui depuis maintenant une vingtaine d’années, fait aussi son tour de France des alternatives à travers des numéros spéciaux, s’est très vite associée à cette déambulation sur les chemins discrets de la dissidence, y trouvant un parallèle concret avec le cheminement de ses débats.

« Créer, c’est résister. Résister, c’est créer »

4

le réseau cialités locales préparées par spé : » tte sie l’as à ine gra la de r autrement, « produire et consommeépi • Buffet garni à volonté, Na ceries équitables,… des s, grè Pro et e ent en éco-hameau Semences Paysannes tur uellement ou collectivem ivid ind : c ave va qui vie de de nst éco-co ructeurs sont sur es et le mo Domaine de Beauchamps ! Les uire des habitats écologiqu le sur c don rez Ent ). • Hors d’œuvre : constrdes nts me sources et équipe (avec mutualisation aures rneau. fou aux projets et le pel la à le chantier, du GFAM Béarn, s’opposer é côt au s ute oro aut l’énergie ou ou V LG M OG me les esse » tels que ies d’apprentis-sorcierslecom oncer le « dopage par la vitdém log hno tec les r ifie lic. yst pub • Plats de résistance : dén de gaz de schistes, l’occasion du passage de l’AlterTour pour informer destructeurs des forageetsass ociations saisiront notre tifs lec lescence programmée et nucléaire. Les col par la société de l’obsogas c’est ut üs, reb ma au Em nés z dam Che . con age ets pill obj et antidotes du les matériaux les t er ycl son D rec e et tèm rer sys upé et réc : on ati ges gin • Froma te : au Tri-cycle enchanté, ima incontinence consuméris sertion. d’in té ts, nous dégusterons edes en plus, une opportuni al. A la Plaine des Crouze rur et ain urb ieu mil en nouvelables. Girond en ue, Re + tiq + Efficacité nsition énergé ies tra nom la r Eco : lise ue réa tiq et rgé er gin éne ue Ima : eux triptyq • Desserts ser du pétrole, avec le fam bonnes idées pour se pas e. voi te cet sur ent lem vie sociale, la Transition nous guidera éga omie, la redynamisation de la con é l’ de n tio isa cal relo la : l t estiva au long de notre banque gares sur les lignes secondaires. Sans supplément et toutlics les t don – ité xim pro de pub es vic ser des e ens déf

Il ne reste plus, après avoir participé à un tronçon ou à tout le trajet de cette année, qu’à approfondir les contacts et les richesses rencontrées, et à vous lancer dans la construction d’un monde plus humain, libéré de ses carcans économiques.

Michel BERNARD, rédacteur de S!lence 1 • Les réacteurs 1, 2 et 3 de Fukushima continuent à rejeter chaque jour de la radioactivité, à raison de 600 000 fois ce qui est autorisé. 2 • Titre d’une pièce de théâtre de Christian Mousset, pastichant un slogan de 1968. 3 • Ed. Folio Gallimard, 1996, poche en 1998. 4 • Slogan cité par Stephen Hessel dans Indignez-vous !

Et les Boissons ? Désolé, sujet censuré pour cause de dopage ! En guise de couverts, nous utilisons documentaires, conférences, débats, les films du Festival Résistances, le spectacle « Art-Nature » avec les Phonies Bergères,… et la fête pour chanter qu’ « Une autre FAIM du monde est possible ». Bon appétit ! Cet été encore, chaque coup de pédale nous donnera encore plus la FAIM de VIVRE. Jean-Pierre Masson, altercycliste addictif depuis la 1ère année. Thématiques Energie • Transport Société Economie Agriculture • Environnement

Coordinateur / Rédacteur • Guillaume de CROP Rédactrice • Valérie MARQUET Maquettiste • Guillaume de CROP

Gilbert BELGRANO Michel LEFORESTIER Correcteurs • Mélanie de CROP Christian de CROP Illustration couverture • Lidwine Illustration « Le Tri-cycle enchanté » • Carole FOPPOLO Photos • Guillaume de CROP sauf : Festivale Résistances • Thomas GUILLIN Philistin / France Import Palestine • Marwan AL AALANE

2

Découvrir un autre monde

• Page 2

Supplément au N°402 de S!lence de juin 2012

14 Juillet • Festival Résistances

• Page 4

24 Juillet • Le Philistin / France Import Palestine

• Page 4

Directrice de publication • Marie-Pierre Najman

25 Juillet • Plaine des Crouzets

• Page 5

S!lence est un mensuel écologiste publié depuis 1982 Abonnement découverte • 20 euros pour 6 numéros Exemplaire spécimen gratuit sur demande S!lence • 9, rue Dumenge, 69317 Lyon cedex 04 www.revuesilence.net Imprimé par Impressions Modernes 07502 GUILHERAND-GRANGES

Papier 100% Recyclé et Encres Végétales

Périgueux

2 Août

Bordeaux 5 Août

« L’autre Faim du monde » de... Josie RIFFAUD • Via Campesina • Page 5 2 Août

• Le Tri-cycle enchanté

• Page 6

3 Août

• Domaine de Beauchamp

• Page 6

Portefolio / Affiche de l’AlterTour 2012

• Page 7-10

5 Août

• Gironde en Transition

• Page 11

6 Août

• Coordination Vigilance LGV

• Page 11

8 Août

• Réseau Semences Paysannes

• Page 12

17 Août

• Emmaüs Lescar-Pau

• Page 12

« L’autre Faim du monde » de... Guy KASTLER • Nature & Progrès • Page 13 17 Août

• GFAM Béarn

• Page 13

18 Août

• Les Phonies Bergères

• Page 14

Pour continuer la route...

• Page 14

L’AlterTour : Les mollets, les bras et la cervelle.

• Page 16

Rodez

Agen

26 Juillet

9 Août

Montauban

10 Août

Pau

16 Août

Bedous

19 Août

Auch

14 Août

Castres

Toulouse

19 Juillet

11-12 Août

Foix

11 Juillet

Limoux

3


Le Philistin / France Import Palestine

12

4

Al

« Durant la seconde Intifada de 2002, j’ai été secoué par ce que j’ai vu là-bas avec les paysans palestiniens ! ». Jean-Marie DANSETTE raconte alors avec le cœur des évènements vécus lors de sa première récolte d’olives là-bas (lire ci-dessous). On comprend mieux pourquoi il lance l’année suivante l’association Le Philistin et son pendant commercial, France Import Palestine (FIP). Les 250 000 € annuels de ventes de produits palestiniens soutiennent ainsi l’indépendance économique du pays. Evidemment, il y a l’huile d’olive palestinienne. Mais connaissez-vous le Tahiné (Crème de sésame), le Zaatar (mélange de marjolaine séchée, de sésame grillé et de sumac) ou les dattes Medjoul. FIPproposeaussidusavondeNaplouse,delacéramiqueartisanale,deschaussures,desobjetsenboisd’olivieretdeslivres. Par contre, Jean-Marie est très clair : « Nous avons le souci de ne surtout pas importer our terT notre modèle occidental dans leurs méthodes de travail. ». Allez faire un tour dans la rubrique «  Producteurs  » du site de vente. Vous y trouverez des explications e accompagnées de plein d’anecdotes ; olt réc vembre, c’est la mi-octobre à mi-no nt souvent en bas,   mais aussi des données historiques, de s, an les us « To iens so des villages palestin économiques, politiques, et sociales. Vous y découvrirez l’UAWC, une organisation ies israéliennes des olives. Les nés par les colon ers implantés en mi do , es llé va dans les agricole résistante à la pression de l’occupation. L’UAWC collabore avec « Via Campesina » champs d’olivi les s 2, ien tin les les tre pa coteaux, et en famille. Mais les en er (lire ci-contre). olt en 4 réc 4x rt se. On y pa Une fois, un terras lonies. pprocher des co stiniens ont ont peur de s’a us. Les non-pale ss de r tire t fai st Mais cela s’e er. on tég et pro est sorti humain pour les r lie uc bo s’enfuir  !!! re de fai essayé de s être obligés r au point de tou un check-point, à s foi de a continué à tire ien tinien paré à ça. Comb f d’université pales On n’est pas pré nes comme ce pro jeune soldat israélien dig ns ge s de vu n j’ai aux invectives d’u est dur !  obligé de répondre n’a pas compris grand-chose. C’ d comme s fon ité au tra i formaté, qu ant, ils sont instruits et pourt nir ces gens ute so de oix Ce sont des gens ch ne sont  !!!! C’est notre une sous-espèce me précisent en permanence qu’ils avec ns ils rio rs, au leu us ail D’ no s. n, ne tio dig cupa ts. Sans cette oc provoque pas des mendian naturels. C’est l’occupation qui société es de ng le ha dè éc eux des ent un mo t, eux me montr : pas de leur faim. Pourtan possible dans cette occupation  notre e ssion leur impose aussi structuré qu rues. Cette oppre e. » les lism ria ns pé da x l’im reu de sé é mi . C’est LE bras arm modèle occidental rié NS ET TE , Sa la Je an -M ar ie DA

r

20

La Plaine des Crouzets

« Si dans un premier temps nous commencions par consommer des produits locaux, cela permettrait aux pays du tiers monde d’avoir une autonomie en produisant pour leurs propres besoins. Il faudrait pouvoir développer les AMAP en Afrique de sorte que la population accède à l’autonomie alimentaire. Ce n’est pas le nombre de personnes sur la planète qui fait la faim mais la manière dont les richesses sont réparties. Je suis également persuadée que la traction animale peut être une solution pour l’agriculture dans les pays du tiers monde. Si on ne mécanisait pas, il y aurait du travail pour tous. Pourquoi continuer à envoyer des tracteurs en Afrique au lieu de travailler avec les animaux ? Le matériel de traction coûte bien moins à expédier, il pourrait même être fabriqué sur place. En plus il est facile et peu coûteux à réparer.  Un cheval, un âne permet de produire pour soi et de quoi nourrir l’animal, c’est simple. Quand on travaille avec les animaux, on va lentement et on respecte tout sur notre passage  : la terre, l’air et l’environnement. Le cheval ne pollue pas. Il nous apporte sa gentillesse, ses sentiments. Il y a des jours où les chevaux vont moins bien, cela nous apprend à être à leur écoute et à réfléchir sur tout ce qui est autour pour que ça fonctionne. Pour moi, la culture en traction animale est une des solutions à la faim dans le monde. » Nathalie RAITIE RE

Nathalie Raitière La plaine 12780 VEZINS DE LEVEZOU +33 (0)5 65 60 56 21 laplainedescrouzets@gmail.com

Sur la plaine des Crouzets, on ne prétend pas refaire le monde. La famille travaille dans la plus grande discrétion et ne cherche pas à donner de leçon aux autres. Il s’agit plutôt d’un choix de vie personnel. Il s’est mis en place progressivement et sereinement. Il commence en 2005 avec le projet de maison autonome. Aujourd’hui, avec une consommation journalière moyenne de 2 kilowatt/heure, l’autonomie électrique est atteinte grâce au photovoltaïque et à l’éolienne. Il faut apprendre à gérer les priorités. L’objectif est d’accéder également à l’autonomie alimentaire. La voiture est vraiment nécessaire compte tenu de l’éloignement. Mais tout est mis en œuvre pour grouper et optimiser les voyages, notamment avec un maximum de covoiturage.

Leur AMAP a vu le jour il y a 4 ans. Nathalie, passionnée de chevaux, décide logiquement de cultiver ses légumes en traction animale. C’est pour elle un grand bonheur de travailler silencieusement, en synergie avec les chevaux, de profiter de la montagne et de se sentir si proche de la nature. Ce choix de la sobriété heureuse est pour la famille une démarche, une philosophie de bonheur de vivre. Il ne trouve pas sa source dans l’austérité et il n’est pas question de se couper du monde. Les enfants ne vivent pas en marge. La ferme va bientôt accueillir une stagiaire et transmettre son savoir-faire. Et même si leur mode de vie n’est pas un acte militant, Nathalie est adhérente de l’Association pour la Promotion de l’Agriculture Biologique en Aveyron (APABA).

« L’autre Faim du monde » de...

20

24 Juillet

355, Route de Rodez 12630 MONTROZIER +33 (0)5 65 73 11 23 info@philistin.fr www.philistin.fr • www.fipsouk.fr

Alte

e Alt

Aujourd’hui sous la houlette de l’association Regard Nomade et d’une centaine de bénévoles, 4 thèmes annuels et une région du monde constituent l’ossature cinématographique. En vrac : « Bonheur intérieur brut contre PIB » en 2009 ou « H²O mon amour » en 2010, cela donne tout de suite le ton : le festival Résistances est un lieu de rencontre entre le 7ème Art et la politique au sens noble du terme. Il propose de nouveaux regards et suscite un esprit critique à aiguiser lors de rencontres/débats avec des réalisateurs, des chercheurs et des citoyens engagés. Pour 2012, en partenariat avec la revue S!lence et ses amis, « La fabrique des croyances » remplira les yeux des cinéphiles en mal de fond. Des croyances religieuses ou médiatiques, de n’importe quelle sensibilité que l’on soit, il est important de rester en mouvement, d’être capable de faire preuve d’autocritique. Et d’entrer en Résistances...

ur

25 Juillet

14 Juillet

« Je trouve le double sens de la phrase du monde es t possible » vr « Une autre FAIM aiment intére tension. Par ssant. Il génè exemple, aujo re une urd’hui, on vi écologique pe t dans une te rmanente. Ç nsion a nous oblig wEt l’on tombe e à agir, à ainsi dans le réagir.   deuxième se avoir Faim d’ ns un autre mon de cette phra de se : festival, crée r des synerg . Il y a un vrai désir de fa ire ce ies, des tem de réflexions. ps de rencon On sait qu’il tres et ne changera du coup, il a pas la vraie histoire vertu de changer notre qu le monde mais, à ot alimentaire re plusieurs. Evidemment, le idien. C’est une vient régulière thème de la faim ment dans no En 2008, no us tre programm atio l’économie m avions le thème « Altern ative locale fa n. ondiale  ». La ce à de doc’ sur nourriture re ssor le Larzac. En 20 s AMAP et sur les lutte tait au travers 11 s paysannes du pillage et , nous avons traité du br evetage du vi du de la destru vant,  ction des sa avec un do cu vo pirates du viva mentaire de Marie-Moniq irs traditionnels ue nt ROBIN, Les parlait de l’a . La même année, Du riz ut et des homm riziculteurs m onomie alimentaire au es aliens en proi travers de petits e à s’accapare r leurs terre aux multinationales cher chant s nourricière tension qui pr s. A nouvea ovoque une u une réaction posi tiv e. » G w la dy s, B én év ol e du fe st iv al R és is ta nc es

To

12

Il était une fois, une marchande de foie dans la ville de Foix, qui se dit ma foi, j’irais bien… au cinéma. Ainsi, elle est devenue l’une des spectatrices du festival ariégeois Résistances. Il a enregistré plus de 10 000 entrées en 2011. Depuis 1997, cet évènement propose durant une semaine une centaine de films, de documentaires et de fictions engagés et (donc ?) trop rarement diffusés.

2 2

24, Avenue du Général De Gaulle 09000 FOIX +33 (0)5 61 65 44 23 festival.resistances@orange.fr http://festival-resistances.fr

ur

01

Festival Résistances

rTo

Après vous être commandé un keffieh (prononcez « Kéfié »), cette écharpe emblématique de la Palestine, filez sur le site du Philistin. Là, vous y lirez des infos générales sur le pays, une galerie de personnalités palestiniennes, des extraits vidéos, des livres, des annonces de spectacles, toujours sur le thème de la Palestine. Au fait, pourquoi avoir choisi ce nom de «  Philistin  » à la définition peu glorieuse  ? Comme le précise Jean-Marie, les philistins, ancêtres des palestiniens, ont rendu le territoire prospère. Pourtant, la Bible et les Hébreux ont associé les Philistins à des bourgeois incultes car ne croyant pas en leur dieu unique. A l’instar des colons européens qualifiant les indiens d’Amérique et les africains de «  Sauvages  »  ! Ils ont donc choisi ce nom de « Philistin » afin de redonner une image noble et légitime du peuple palestinien d’aujourd’hui. Ils assument !

Josie RIFFAUD • Via Campesina

« De prime abord, cette phrase me choque. Mon plus grand souhait est qu’il n y ait plus de faim tout court ! C’est tout le sens de notre lutte au sein de Via Campesina : la défense de la souveraineté alimentaire. Il est inadmissible que la faim existe encore de par le monde ; que des paysannes et des paysans soient parmi ceux qui souffrent le plus de malnutrition. Cet état des lieux est le résultat de la mainmise des transnationales. Elles veulent tout marchandiser, devenir maîtres du monde et des politiques néolibérales qui les servent. Systématiquement l’artillerie lourde est utilisée pour prétendument apporter des solutions aux problèmes engendrés par les dysfonctionnements du système (chaos climatique, pollution des eaux, etc...). Une vraie fuite en avant techniciste : bio-ingénierie, OGM, engrais et pesticides de synthèse, marchandisation de la nature et de la biodiversité ; tout ce que nous appelons les fausses solutions et qui seront mises en avant à Rio+20 de juin lors du sommet de la Terre. Nous vivons sur une planète finie avec des riches qui ne veulent pas réduire leur consommation boulimique de matières premières. Nos comportements d’ici engendrent des conflits à l’autre bout du monde. Des conflits qui sont de nouvelles avancées coloniales, avec précisément comme toile de fond, l’accaparement des terres, de l’eau. Chaque fois, le monde rural et son agriculture sont privés de leurs capacités nourricières. Tout ceci est dû à notre relation à la planète Terre. Ce n’est pas elle qui nous donne : nous la pillons ! C’était justement tout le sens du travail mené en avril 2010 à Cochabamba en Bolivie. C’était lors du sommet des peuples sur le changement climatique, 4 mois après le bide de Copenhague. Il y a eu toute une réflexion qui a abouti à une vision différente de notre relation à la planète. De ne plus la considérer comme une ressource à exploiter remet en cause toutes les politiques extractivistes actuelles. Il faut reconnaître à la Terre le droit d’être respectée, non contaminée, d’être reconnue comme un être vivant à part entière. Cela modifie notre relation à l’environnement. Cette vision des choses s’est matérialisée sous la forme de la Déclaration des Droits de la Terre Mère, proposée par les accords des peuples. Quand le monde fonctionnera à partir des valeurs de cette déclaration, la faim révoltante d’aujourd’hui deviendra une faim de l’autre, une faim de bien vivre et bien manger, une faim de solidarité, de justice sociale, le tout dans le respect continu de l’environnement. Finalement, une autre FAIM du monde qui, au lieu de dévorer la planète, la savoure… » Plus d’info sur : http://viacampesina.org/fr/

5


Le Philistin / France Import Palestine

12

4

Al

« Durant la seconde Intifada de 2002, j’ai été secoué par ce que j’ai vu là-bas avec les paysans palestiniens ! ». Jean-Marie DANSETTE raconte alors avec le cœur des évènements vécus lors de sa première récolte d’olives là-bas (lire ci-dessous). On comprend mieux pourquoi il lance l’année suivante l’association Le Philistin et son pendant commercial, France Import Palestine (FIP). Les 250 000 € annuels de ventes de produits palestiniens soutiennent ainsi l’indépendance économique du pays. Evidemment, il y a l’huile d’olive palestinienne. Mais connaissez-vous le Tahiné (Crème de sésame), le Zaatar (mélange de marjolaine séchée, de sésame grillé et de sumac) ou les dattes Medjoul. FIPproposeaussidusavondeNaplouse,delacéramiqueartisanale,deschaussures,desobjetsenboisd’olivieretdeslivres. Par contre, Jean-Marie est très clair : « Nous avons le souci de ne surtout pas importer our terT notre modèle occidental dans leurs méthodes de travail. ». Allez faire un tour dans la rubrique «  Producteurs  » du site de vente. Vous y trouverez des explications e accompagnées de plein d’anecdotes ; olt réc vembre, c’est la mi-octobre à mi-no nt souvent en bas,   mais aussi des données historiques, de s, an les us « To iens so des villages palestin économiques, politiques, et sociales. Vous y découvrirez l’UAWC, une organisation ies israéliennes des olives. Les nés par les colon ers implantés en mi do , es llé va dans les agricole résistante à la pression de l’occupation. L’UAWC collabore avec « Via Campesina » champs d’olivi les s 2, ien tin les les tre pa coteaux, et en famille. Mais les en er (lire ci-contre). olt en 4 réc 4x rt se. On y pa Une fois, un terras lonies. pprocher des co stiniens ont ont peur de s’a us. Les non-pale ss de r tire t fai st Mais cela s’e er. on tég et pro est sorti humain pour les r lie uc bo s’enfuir  !!! re de fai essayé de s être obligés r au point de tou un check-point, à s foi de a continué à tire ien tinien paré à ça. Comb f d’université pales On n’est pas pré nes comme ce pro jeune soldat israélien dig ns ge s de vu n j’ai aux invectives d’u est dur !  obligé de répondre n’a pas compris grand-chose. C’ d comme s fon ité au tra i formaté, qu ant, ils sont instruits et pourt nir ces gens ute so de oix Ce sont des gens ch ne sont  !!!! C’est notre une sous-espèce me précisent en permanence qu’ils avec ns ils rio rs, au leu us ail D’ no s. n, ne tio dig cupa ts. Sans cette oc provoque pas des mendian naturels. C’est l’occupation qui société es de ng le ha dè éc eux des ent un mo t, eux me montr : pas de leur faim. Pourtan possible dans cette occupation  notre e ssion leur impose aussi structuré qu rues. Cette oppre e. » les lism ria ns pé da x l’im reu de sé é mi . C’est LE bras arm modèle occidental rié NS ET TE , Sa la Je an -M ar ie DA

r

20

La Plaine des Crouzets

« Si dans un premier temps nous commencions par consommer des produits locaux, cela permettrait aux pays du tiers monde d’avoir une autonomie en produisant pour leurs propres besoins. Il faudrait pouvoir développer les AMAP en Afrique de sorte que la population accède à l’autonomie alimentaire. Ce n’est pas le nombre de personnes sur la planète qui fait la faim mais la manière dont les richesses sont réparties. Je suis également persuadée que la traction animale peut être une solution pour l’agriculture dans les pays du tiers monde. Si on ne mécanisait pas, il y aurait du travail pour tous. Pourquoi continuer à envoyer des tracteurs en Afrique au lieu de travailler avec les animaux ? Le matériel de traction coûte bien moins à expédier, il pourrait même être fabriqué sur place. En plus il est facile et peu coûteux à réparer.  Un cheval, un âne permet de produire pour soi et de quoi nourrir l’animal, c’est simple. Quand on travaille avec les animaux, on va lentement et on respecte tout sur notre passage  : la terre, l’air et l’environnement. Le cheval ne pollue pas. Il nous apporte sa gentillesse, ses sentiments. Il y a des jours où les chevaux vont moins bien, cela nous apprend à être à leur écoute et à réfléchir sur tout ce qui est autour pour que ça fonctionne. Pour moi, la culture en traction animale est une des solutions à la faim dans le monde. » Nathalie RAITIE RE

Nathalie Raitière La plaine 12780 VEZINS DE LEVEZOU +33 (0)5 65 60 56 21 laplainedescrouzets@gmail.com

Sur la plaine des Crouzets, on ne prétend pas refaire le monde. La famille travaille dans la plus grande discrétion et ne cherche pas à donner de leçon aux autres. Il s’agit plutôt d’un choix de vie personnel. Il s’est mis en place progressivement et sereinement. Il commence en 2005 avec le projet de maison autonome. Aujourd’hui, avec une consommation journalière moyenne de 2 kilowatt/heure, l’autonomie électrique est atteinte grâce au photovoltaïque et à l’éolienne. Il faut apprendre à gérer les priorités. L’objectif est d’accéder également à l’autonomie alimentaire. La voiture est vraiment nécessaire compte tenu de l’éloignement. Mais tout est mis en œuvre pour grouper et optimiser les voyages, notamment avec un maximum de covoiturage.

Leur AMAP a vu le jour il y a 4 ans. Nathalie, passionnée de chevaux, décide logiquement de cultiver ses légumes en traction animale. C’est pour elle un grand bonheur de travailler silencieusement, en synergie avec les chevaux, de profiter de la montagne et de se sentir si proche de la nature. Ce choix de la sobriété heureuse est pour la famille une démarche, une philosophie de bonheur de vivre. Il ne trouve pas sa source dans l’austérité et il n’est pas question de se couper du monde. Les enfants ne vivent pas en marge. La ferme va bientôt accueillir une stagiaire et transmettre son savoir-faire. Et même si leur mode de vie n’est pas un acte militant, Nathalie est adhérente de l’Association pour la Promotion de l’Agriculture Biologique en Aveyron (APABA).

« L’autre Faim du monde » de...

20

24 Juillet

355, Route de Rodez 12630 MONTROZIER +33 (0)5 65 73 11 23 info@philistin.fr www.philistin.fr • www.fipsouk.fr

Alte

e Alt

Aujourd’hui sous la houlette de l’association Regard Nomade et d’une centaine de bénévoles, 4 thèmes annuels et une région du monde constituent l’ossature cinématographique. En vrac : « Bonheur intérieur brut contre PIB » en 2009 ou « H²O mon amour » en 2010, cela donne tout de suite le ton : le festival Résistances est un lieu de rencontre entre le 7ème Art et la politique au sens noble du terme. Il propose de nouveaux regards et suscite un esprit critique à aiguiser lors de rencontres/débats avec des réalisateurs, des chercheurs et des citoyens engagés. Pour 2012, en partenariat avec la revue S!lence et ses amis, « La fabrique des croyances » remplira les yeux des cinéphiles en mal de fond. Des croyances religieuses ou médiatiques, de n’importe quelle sensibilité que l’on soit, il est important de rester en mouvement, d’être capable de faire preuve d’autocritique. Et d’entrer en Résistances...

ur

25 Juillet

14 Juillet

« Je trouve le double sens de la phrase du monde es t possible » vr « Une autre FAIM aiment intére tension. Par ssant. Il génè exemple, aujo re une urd’hui, on vi écologique pe t dans une te rmanente. Ç nsion a nous oblig wEt l’on tombe e à agir, à ainsi dans le réagir.   deuxième se avoir Faim d’ ns un autre mon de cette phra de se : festival, crée r des synerg . Il y a un vrai désir de fa ire ce ies, des tem de réflexions. ps de rencon On sait qu’il tres et ne changera du coup, il a pas la vraie histoire vertu de changer notre qu le monde mais, à ot alimentaire re plusieurs. Evidemment, le idien. C’est une vient régulière thème de la faim ment dans no En 2008, no us tre programm atio l’économie m avions le thème « Altern ative locale fa n. ondiale  ». La ce à de doc’ sur nourriture re ssor le Larzac. En 20 s AMAP et sur les lutte tait au travers 11 s paysannes du pillage et , nous avons traité du br evetage du vi du de la destru vant,  ction des sa avec un do cu vo pirates du viva mentaire de Marie-Moniq irs traditionnels ue nt ROBIN, Les parlait de l’a . La même année, Du riz ut et des homm riziculteurs m onomie alimentaire au es aliens en proi travers de petits e à s’accapare r leurs terre aux multinationales cher chant s nourricière tension qui pr s. A nouvea ovoque une u une réaction posi tiv e. » G w la dy s, B én év ol e du fe st iv al R és is ta nc es

To

12

Il était une fois, une marchande de foie dans la ville de Foix, qui se dit ma foi, j’irais bien… au cinéma. Ainsi, elle est devenue l’une des spectatrices du festival ariégeois Résistances. Il a enregistré plus de 10 000 entrées en 2011. Depuis 1997, cet évènement propose durant une semaine une centaine de films, de documentaires et de fictions engagés et (donc ?) trop rarement diffusés.

2 2

24, Avenue du Général De Gaulle 09000 FOIX +33 (0)5 61 65 44 23 festival.resistances@orange.fr http://festival-resistances.fr

ur

01

Festival Résistances

rTo

Après vous être commandé un keffieh (prononcez « Kéfié »), cette écharpe emblématique de la Palestine, filez sur le site du Philistin. Là, vous y lirez des infos générales sur le pays, une galerie de personnalités palestiniennes, des extraits vidéos, des livres, des annonces de spectacles, toujours sur le thème de la Palestine. Au fait, pourquoi avoir choisi ce nom de «  Philistin  » à la définition peu glorieuse  ? Comme le précise Jean-Marie, les philistins, ancêtres des palestiniens, ont rendu le territoire prospère. Pourtant, la Bible et les Hébreux ont associé les Philistins à des bourgeois incultes car ne croyant pas en leur dieu unique. A l’instar des colons européens qualifiant les indiens d’Amérique et les africains de «  Sauvages  »  ! Ils ont donc choisi ce nom de « Philistin » afin de redonner une image noble et légitime du peuple palestinien d’aujourd’hui. Ils assument !

Josie RIFFAUD • Via Campesina

« De prime abord, cette phrase me choque. Mon plus grand souhait est qu’il n y ait plus de faim tout court ! C’est tout le sens de notre lutte au sein de Via Campesina : la défense de la souveraineté alimentaire. Il est inadmissible que la faim existe encore de par le monde ; que des paysannes et des paysans soient parmi ceux qui souffrent le plus de malnutrition. Cet état des lieux est le résultat de la mainmise des transnationales. Elles veulent tout marchandiser, devenir maîtres du monde et des politiques néolibérales qui les servent. Systématiquement l’artillerie lourde est utilisée pour prétendument apporter des solutions aux problèmes engendrés par les dysfonctionnements du système (chaos climatique, pollution des eaux, etc...). Une vraie fuite en avant techniciste : bio-ingénierie, OGM, engrais et pesticides de synthèse, marchandisation de la nature et de la biodiversité ; tout ce que nous appelons les fausses solutions et qui seront mises en avant à Rio+20 de juin lors du sommet de la Terre. Nous vivons sur une planète finie avec des riches qui ne veulent pas réduire leur consommation boulimique de matières premières. Nos comportements d’ici engendrent des conflits à l’autre bout du monde. Des conflits qui sont de nouvelles avancées coloniales, avec précisément comme toile de fond, l’accaparement des terres, de l’eau. Chaque fois, le monde rural et son agriculture sont privés de leurs capacités nourricières. Tout ceci est dû à notre relation à la planète Terre. Ce n’est pas elle qui nous donne : nous la pillons ! C’était justement tout le sens du travail mené en avril 2010 à Cochabamba en Bolivie. C’était lors du sommet des peuples sur le changement climatique, 4 mois après le bide de Copenhague. Il y a eu toute une réflexion qui a abouti à une vision différente de notre relation à la planète. De ne plus la considérer comme une ressource à exploiter remet en cause toutes les politiques extractivistes actuelles. Il faut reconnaître à la Terre le droit d’être respectée, non contaminée, d’être reconnue comme un être vivant à part entière. Cela modifie notre relation à l’environnement. Cette vision des choses s’est matérialisée sous la forme de la Déclaration des Droits de la Terre Mère, proposée par les accords des peuples. Quand le monde fonctionnera à partir des valeurs de cette déclaration, la faim révoltante d’aujourd’hui deviendra une faim de l’autre, une faim de bien vivre et bien manger, une faim de solidarité, de justice sociale, le tout dans le respect continu de l’environnement. Finalement, une autre FAIM du monde qui, au lieu de dévorer la planète, la savoure… » Plus d’info sur : http://viacampesina.org/fr/

5


Le Tri-cycle enchanté Grand Rue 24310 BOURDEILLE +33 (0)5 53 03 73 04 le-tri-cycle-enchante@no-log.org www.tri-cycle.org

2 Août

Al t

12

Les meilleurs déchets, c’est bien connu, sont ceux qu’on ne produit pas… Et toc ! Mais maintenant qu’ils sont là, on en fait quoi ? Et si on s’éduquait les uns les autres à ne pas en produire…

20

our erT

« Au t mond ri-cycle e n e dan s lequ chanté, n des ous n p e r l nous o b Au tri-cycle enchanté, les activités sont multiples pour lutter contre le gaspillage et montrer lém ou déme surée atiques g vivons et s intéres qu’il est possible de consommer autrement. On y va donc par plusieurs chemins : son s lo l’explo omme b d a es r it s con s au essou les. Face • Le recyclage pur et dur : recycler, détourner et relooker les déchets récupérés en partenariat des p ation des sc r c à es n a p l’explo ients avec des SIVOM locaux, puis les remettre dans un circuit de vente, en l’occurrence des at face ys qui reg ays qui re itation orgen à un gorge urelles, t de f f boutiques ouvertes par l’association encor mode n a t c e à d e ma ina e tières toujou d’agricultu de société nces ; m •  La sensibilisation  : ateliers créatifs à partir de récup’, animations pour l’éducation à par a r r , is éga serait s les mêm e appliqué de déve lemen l’environnement auprès des scolaires, organisation d’évènements (semaine Développement lo -elle es int p p t peme po érêts, artout qu d’Alte Durable,…) et création d’un festival centré sur les enjeux de la récupération. nt ou i sert r-Nativ ssible  ? une a e n A u le e c t u re faim s  : la ore e • Du concret pour la réduction des déchets : location de vaisselle et de toilettes sèches. recy Tri-cy t récu du cle etc... clage, le Comme ils ne s’en laissent pas conter, les tri-cycleux ne s’arrêtent pas là. Ils lancent s toil p, la réd nous av monde sont o u e n n d ction ttes otre q s faim u mo prochainement une activité autour du compostage : ils initient et accompagnent avec sè d savoir nde où le uotidien. N ches, le es déche en point de mire, le compostage collectif. ts s éch s et anges ous croyo compostag , sa terre n e s nous voir-faire s , ont r à un nous fo o Le tri-cycle enchanté est fier de son fonctionnement horizontal sans hiérarchie, où la ayons ffre le m nt le tou elocalisés e faim , r e sans polyvalence dans le travail est favorisée, où les salaires sont égaux et les décisions consc besoin de illeur d’ell du mond où les e, où e ience l’ m a g ê resse . » prises collectivement. L’association a ainsi montré que des emplois durables la r ave me sans c not Fabr pouvaient être créés grâce à cette activité. Elle est même reconnue d’intérêt ice S re sc que UAU ience général ! et A urélie

FALE

MPE

, sal ar

iés

Domaine de Beauchamp Beauchamp 24610 MONTPEYROUX +33 (0)5 53 82 69 98 bonjour@beauchamp24.com • beauchamp@generationrien.lautre.net http://beauchamp24.com/ our Al t

L’ex-ruine de Beauchamp est empreinte d’une belle histoire de reconstruction nous e en chantier collectif. Depuis l’an dernier, é n n tte a es tour ce conscience d s r e les 8 hectares du domaine sont lt A l’ par mme ons roposé her. Nous av re et en so rable p investis par « La Croquenaudière  » e m è c éplo natu « Le thticulièrement ur la e un impact d us avons s dans un esprit de sobriété volontaire. ie r tr a No sult dus est p de l’in fligés. Il en ré la malbouffe. edévelopper Tourné vers la permaculture et ts â g é r a r d ment humain pa d l’idée de saine é d n n o ti fo les techniques alternatives, l’ o ta n pr alimen anté de rythme qui défe sur la s choix de vie re pour une ent et du l’objectif de ce collectif autogéré la r s à fait un port à la te l’environnemes sensible vivant est aujourd’hui de tendre vers un rap ectueuse de nous sommenciers sur le aysan. l’autonomie et de s’émanciper p , p s it m t e e e fa r s et agricole ise des ier. De al que du travail aliénant. L’utilisation saisonnn de la mainmsur le mondet il est anormres par de plantes sauvages et les tests questio on implication localement e ultures vivriè ndiale o c et de s doit nourrir lacent leurs demande m ys du sur potager (BRF) font partie de e p a r la p r m La te s du sud re r satisfaire ance aux on de l’expérimentation de pratiques écologiques u d ti y o n a a p e é p r p c e s é r le tion cultu insi leur d haitons la o ia r n p o o r m adaptées au lieu qu’ils souhaitent développer. p a une réap us sou ntent arer de no me rép et aug our l’avenir et de lieux -faire pour p it une o P ir s e o . c v d n r a im s o ie n la fa résil des r t e u e d jo s e x n c n u’u lieu nnaissa rons q des co Nous espé iè r e . enaud l’Après poésie. » Croqu a L f e c ti faim de d u c o ll

L’ouverture au public leur tient à cœur, autant pour créer des synergies comme l’accueil de volontaires, que pour communiquer et diffuser auprès de publics variés notamment les enfants. Ils souhaitent en effet donner un but pédagogique à leur accueil. Aller vers l’extérieur reste important en réalisant des événements s embre politiques et culturels, en partenariat avec le réseau environnant. L’autonomie dans Les m la simplicité volontaire n’empêche pas la participation aux luttes locales, nationales et transnationales comme la lutte contre le nucléaire et la destruction de l’environnement. Un collectif qui éclôt et qui ne demande qu’à s’épanouir…

Photos : G. de CROP

6

12

3 Août

20

erT


Le Tri-cycle enchanté Grand Rue 24310 BOURDEILLE +33 (0)5 53 03 73 04 le-tri-cycle-enchante@no-log.org www.tri-cycle.org

2 Août

Al t

12

Les meilleurs déchets, c’est bien connu, sont ceux qu’on ne produit pas… Et toc ! Mais maintenant qu’ils sont là, on en fait quoi ? Et si on s’éduquait les uns les autres à ne pas en produire…

20

our erT

« Au t mond ri-cycle e n e dan s lequ chanté, n des ous n p e r l nous o b Au tri-cycle enchanté, les activités sont multiples pour lutter contre le gaspillage et montrer lém ou déme surée atiques g vivons et s intéres qu’il est possible de consommer autrement. On y va donc par plusieurs chemins : son s lo l’explo omme b d a es r it s con s au essou les. Face • Le recyclage pur et dur : recycler, détourner et relooker les déchets récupérés en partenariat des p ation des sc r c à es n a p l’explo ients avec des SIVOM locaux, puis les remettre dans un circuit de vente, en l’occurrence des at face ys qui reg ays qui re itation orgen à un gorge urelles, t de f f boutiques ouvertes par l’association encor mode n a t c e à d e ma ina e tières toujou d’agricultu de société nces ; m •  La sensibilisation  : ateliers créatifs à partir de récup’, animations pour l’éducation à par a r r , is éga serait s les mêm e appliqué de déve lemen l’environnement auprès des scolaires, organisation d’évènements (semaine Développement lo -elle es int p p t peme po érêts, artout qu d’Alte Durable,…) et création d’un festival centré sur les enjeux de la récupération. nt ou i sert r-Nativ ssible  ? une a e n A u le e c t u re faim s  : la ore e • Du concret pour la réduction des déchets : location de vaisselle et de toilettes sèches. recy Tri-cy t récu du cle etc... clage, le Comme ils ne s’en laissent pas conter, les tri-cycleux ne s’arrêtent pas là. Ils lancent s toil p, la réd nous av monde sont o u e n n d ction ttes otre q s faim u mo prochainement une activité autour du compostage : ils initient et accompagnent avec sè d savoir nde où le uotidien. N ches, le es déche en point de mire, le compostage collectif. ts s éch s et anges ous croyo compostag , sa terre n e s nous voir-faire s , ont r à un nous fo o Le tri-cycle enchanté est fier de son fonctionnement horizontal sans hiérarchie, où la ayons ffre le m nt le tou elocalisés e faim , r e sans polyvalence dans le travail est favorisée, où les salaires sont égaux et les décisions consc besoin de illeur d’ell du mond où les e, où e ience l’ m a g ê resse . » prises collectivement. L’association a ainsi montré que des emplois durables la r ave me sans c not Fabr pouvaient être créés grâce à cette activité. Elle est même reconnue d’intérêt ice S re sc que UAU ience général ! et A urélie

FALE

MPE

, sal ar

iés

Domaine de Beauchamp Beauchamp 24610 MONTPEYROUX +33 (0)5 53 82 69 98 bonjour@beauchamp24.com • beauchamp@generationrien.lautre.net http://beauchamp24.com/ our Al t

L’ex-ruine de Beauchamp est empreinte d’une belle histoire de reconstruction nous e en chantier collectif. Depuis l’an dernier, é n n tte a es tour ce conscience d s r e les 8 hectares du domaine sont lt A l’ par mme ons roposé her. Nous av re et en so rable p investis par « La Croquenaudière  » e m è c éplo natu « Le thticulièrement ur la e un impact d us avons s dans un esprit de sobriété volontaire. ie r tr a No sult dus est p de l’in fligés. Il en ré la malbouffe. edévelopper Tourné vers la permaculture et ts â g é r a r d ment humain pa d l’idée de saine é d n n o ti fo les techniques alternatives, l’ o ta n pr alimen anté de rythme qui défe sur la s choix de vie re pour une ent et du l’objectif de ce collectif autogéré la r s à fait un port à la te l’environnemes sensible vivant est aujourd’hui de tendre vers un rap ectueuse de nous sommenciers sur le aysan. l’autonomie et de s’émanciper p , p s it m t e e e fa r s et agricole ise des ier. De al que du travail aliénant. L’utilisation saisonnn de la mainmsur le mondet il est anormres par de plantes sauvages et les tests questio on implication localement e ultures vivriè ndiale o c et de s doit nourrir lacent leurs demande m ys du sur potager (BRF) font partie de e p a r la p r m La te s du sud re r satisfaire ance aux on de l’expérimentation de pratiques écologiques u d ti y o n a a p e é p r p c e s é r le tion cultu insi leur d haitons la o ia r n p o o r m adaptées au lieu qu’ils souhaitent développer. p a une réap us sou ntent arer de no me rép et aug our l’avenir et de lieux -faire pour p it une o P ir s e o . c v d n r a im s o ie n la fa résil des r t e u e d jo s e x n c n u’u lieu nnaissa rons q des co Nous espé iè r e . enaud l’Après poésie. » Croqu a L f e c ti faim de d u c o ll

L’ouverture au public leur tient à cœur, autant pour créer des synergies comme l’accueil de volontaires, que pour communiquer et diffuser auprès de publics variés notamment les enfants. Ils souhaitent en effet donner un but pédagogique à leur accueil. Aller vers l’extérieur reste important en réalisant des événements s embre politiques et culturels, en partenariat avec le réseau environnant. L’autonomie dans Les m la simplicité volontaire n’empêche pas la participation aux luttes locales, nationales et transnationales comme la lutte contre le nucléaire et la destruction de l’environnement. Un collectif qui éclôt et qui ne demande qu’à s’épanouir…

Photos : G. de CROP

6

12

3 Août

20

erT


de France Un autre Tour

t

11 Juillet • 19 Aoû

e

ur

Relier les Alternati

ves à Vélo

Languedoc-Roussillon • Midi-Pyrénées • Aquitaine •

w w w. a l t e r t o u r. n e t

Alter T om ty me Do e : tt ue aq M & in ss De


de France Un autre Tour

t

11 Juillet • 19 Aoû

e

ur

Relier les Alternati

ves à Vélo

Languedoc-Roussillon • Midi-Pyrénées • Aquitaine •

w w w. a l t e r t o u r. n e t

Alter T om ty me Do e : tt ue aq M & in ss De


Gironde en transition

m’évoque le est possible »titule La faim de on m du in i s’ FAIM «  Une autre in, Hugues Stoeckel, qu le 20ème siècle si pa faim. livre d’un co ns lequel il explique que ra celui de la du monde , da la voracité, le 21ème se ir plutôt que subir ag de i et lu choisir a été ce valiers notre enjeu : les tristes ca Ceci pose bien it dans la douleur, avec re et la maladie. ra er fe car cela se que sont la famine, la gu it accompagné du d’Apocalypse ent de notre société sera tout prix éviter. à m Cet effondre ’est ce qu’il nous faut ent et localement C collectivem r un ns totalitarisme. vo de us ensemble su oi no C’est pourqu radigme : faire et vivre if ; réinventer une at pa changer de et plus coopér vivre « hors‑sol ». concurrentiel mode moins n homme/nature, ne plus ne doit pas nous tio t une nouvelle rela catastrophiste de l’avenir de rupture es Cette lecture , cette période uveau monde plus ire ra nt co Au démobiliser. able de construire un no ramsci, « il nous G id de chance form solidaire. Comme le dit à l’optimisme juste et plus ssimisme de l’intelligenceles semblent nous pe faut allier le ême si les courbes actuel e n’est pas la fin C M la volonté ». tastrophe, rien n’est écrit. la naissance d’un mener à la ca s la fin de celui-là ! Et ai du monde, m nouveau. » ansition ironde en Tr -animateur G co , IS O G R Pascal BOU

5 Août

Al t

12

A la source de la Transition, des constats : épuisement des matières premières, pic du pétrole atteint, réchauffement climatique, etc... L’énergie va manquer : le besoin est en hausse et l’offre est en baisse. L’agriculture productiviste est une machine à transformer du pétrole en nourriture. L’analyse de toutes les conséquences montre le fort impact de l’énergie « rare et chère ». Alors que faire ? Se suicider, acheter un plus gros 4 x 4, noyer son chagrin au Mc Daube ou se poser les bonnes questions ? Il faut faire le deuil de ce modèle social. C’est à nous, les citoyens, de privilégier les actions «  Pour  » plutôt que les combats « Contre » ; retrouver l’autonomie, la simplicité, la sobriété ; ne pas attendre l’homme ou la femme providentiel(le). La transition est possible en prenant en charge individuellement ces changements avec optimisme. L’approche de la Transition, initialement basée sur la permaculture, est de travailler à la résilience des territoires, notamment en relocalisant. En relocalisant l’énergie avec le bois, les biogaz, le solaire, l’éolien. En réinventant la santé, l’éducation, la culture, l’habitat, les transports. Le tout en prenant mieux en compte le « Putain de facteur humain ».

20

our erT

3, Rue de Tauzia 33000 BORDEAUX +33 (0)5 57 84 18 88 pascalbourgois@aol.com www.gironde-en-transition.org/ www.transitionfrance.fr/

ur

2 2

Coordination Vigilance LGV

« «  Pas de LGV, ni ici, ni aille d’ordre depuis le début. Nous urs ! » C’est notre mot tenons à cette façon de poser les choses et cela a été bien repris et compris.   Nous ne rejetons pas ce projet dans le Sud‑Gironde pour qu’il soit implanté loin de chez nous. Non ! Remettre en cause le principe de la grande vitesse, c’est remettre en cause le principe même du mod induit par la LGV. A travers cette èle de développement lutte, il s’agit de connaître et faire connaître les richesses natu ce territoire, de les défendre colle relles et humaines de ainsi une autre forme de rapport ctivement et développer et des humains entre eux. Aujo des humains à la Terre dans la Vallée du Ciron. Cett urd’hui le projet passe en biodiversité, est encore prése zone naturelle, riche Elle est classée Natura 2000ervée, non fragmentée.   protégées très rares comme le  , avec des espèces quand on pense au nombre de vison d’Europe. Et puis jeunes agriculteurs qui ne trouvent pas de terres pour s’ins taller. Les projets comme la LGV défigurent des villages, des fermes, des hectares de forêtdétruisent des maisons, et artificialisent toujours plus les surfaces arables alors que le réseau ferré existe déjà !!! »

BP 3 33720 LANDIRAS coordination-asso-vigilance-lgv@orange.fr www.vigilance-lgv.fr/ (avec liens vers les asso signataires)

Ah !?!? Encore des anti-progrès ! Mais de quel progrès parle-t-on ? De celui des Lignes à Grande Vitesse « Bordeaux-Toulouse  » et «  Bordeaux-Espagne  ». Les militants de Coordination Vigilance Ligne à Grande Vitesse Gironde (CVLGV33), se classent plutôt côté progrès social, à l’encontre du dogmatique « Toujours plus vite, toujours plus loin ». Ils ne s’opposent pas au TGV en tant que tel, mais au concept des LGV : elles ne servent qu’à des TGV qui ne desservent que les grandes métropoles. Une certaine forme de colonialisme des grandes villes sur les territoires environnants : elles y mettent leurs poubelles, pompent les nappes phréatiques. Ces mégapoles imposent LGV, autoroutes et aéroports, indispensables Den ise, Coo rdin atio n Vigi lanc e LGV à leur croissance boulimique. Cette Logique à Grande Vitesse incite à toujours plus de transports énergivores, fragmente l’espace, enclave, et détruit toujours plus la biodiversité. Les LGV accaparent des milliards d’euros, entraînant un endettement insensé des collectivités publiques. En parallèle, le réseau ferroviaire existant manque d’entretien. La CVLGV33 est signataire de la Charte d’Hendaye, comme de très nombreuses associations françaises, italiennes, basques, espagnoles et allemandes. Cette charte s’oppose aux transports indécents et plaide pour le progrès social et environnemental. CVLGV33 promeut logiquement l’aménagement beaucoup moins coûteux des voies déjà existantes, reflet d’un réseau ferré de proximité au service de tous. C’est également le moyen de développer le fret ferroviaire. CVLGV33 soutient des associations mobilisées contre d’autres Grands Projets Inutiles comme l’aéroport de Notre Dame des Landes où l’AlterTour a fait escale en 2009.

6 Août

rTo

01

Alte

Gironde en Transition est un collectif, un lieu d’échange, de convergence, d’information et d’accompagnement des groupes locaux. Tous pollinisent les initiatives : production d’énergie de proximité, Système d’Echange Local, AMAP, pédibus, jardins et vergers partagés, permaculture, fermes coopératives, école alternative, covoiturage, monnaie locale, non violence, etc… Les projets de Transition sont pléthoriques. Le collectif souhaite aujourd’hui organiser des actions d’information par la diffusion de films. L’heure est à l’optimisme. De plus en plus de personnes se rendent compte que cette société est dans l’impasse et rentrent concrètement dans l’action.

11


Gironde en transition

m’évoque le est possible »titule La faim de on m du in i s’ FAIM «  Une autre in, Hugues Stoeckel, qu le 20ème siècle si pa faim. livre d’un co ns lequel il explique que ra celui de la du monde , da la voracité, le 21ème se ir plutôt que subir ag de i et lu choisir a été ce valiers notre enjeu : les tristes ca Ceci pose bien it dans la douleur, avec re et la maladie. ra er fe car cela se que sont la famine, la gu it accompagné du d’Apocalypse ent de notre société sera tout prix éviter. à m Cet effondre ’est ce qu’il nous faut ent et localement C collectivem r un ns totalitarisme. vo de us ensemble su oi no C’est pourqu radigme : faire et vivre if ; réinventer une at pa changer de et plus coopér vivre « hors‑sol ». concurrentiel mode moins n homme/nature, ne plus ne doit pas nous tio t une nouvelle rela catastrophiste de l’avenir de rupture es Cette lecture , cette période uveau monde plus ire ra nt co Au démobiliser. able de construire un no ramsci, « il nous G id de chance form solidaire. Comme le dit à l’optimisme juste et plus ssimisme de l’intelligenceles semblent nous pe faut allier le ême si les courbes actuel e n’est pas la fin C M la volonté ». tastrophe, rien n’est écrit. la naissance d’un mener à la ca s la fin de celui-là ! Et ai du monde, m nouveau. » ansition ironde en Tr -animateur G co , IS O G R Pascal BOU

5 Août

Al t

12

A la source de la Transition, des constats : épuisement des matières premières, pic du pétrole atteint, réchauffement climatique, etc... L’énergie va manquer : le besoin est en hausse et l’offre est en baisse. L’agriculture productiviste est une machine à transformer du pétrole en nourriture. L’analyse de toutes les conséquences montre le fort impact de l’énergie « rare et chère ». Alors que faire ? Se suicider, acheter un plus gros 4 x 4, noyer son chagrin au Mc Daube ou se poser les bonnes questions ? Il faut faire le deuil de ce modèle social. C’est à nous, les citoyens, de privilégier les actions «  Pour  » plutôt que les combats « Contre » ; retrouver l’autonomie, la simplicité, la sobriété ; ne pas attendre l’homme ou la femme providentiel(le). La transition est possible en prenant en charge individuellement ces changements avec optimisme. L’approche de la Transition, initialement basée sur la permaculture, est de travailler à la résilience des territoires, notamment en relocalisant. En relocalisant l’énergie avec le bois, les biogaz, le solaire, l’éolien. En réinventant la santé, l’éducation, la culture, l’habitat, les transports. Le tout en prenant mieux en compte le « Putain de facteur humain ».

20

our erT

3, Rue de Tauzia 33000 BORDEAUX +33 (0)5 57 84 18 88 pascalbourgois@aol.com www.gironde-en-transition.org/ www.transitionfrance.fr/

ur

2 2

Coordination Vigilance LGV

« «  Pas de LGV, ni ici, ni aille d’ordre depuis le début. Nous urs ! » C’est notre mot tenons à cette façon de poser les choses et cela a été bien repris et compris.   Nous ne rejetons pas ce projet dans le Sud‑Gironde pour qu’il soit implanté loin de chez nous. Non ! Remettre en cause le principe de la grande vitesse, c’est remettre en cause le principe même du mod induit par la LGV. A travers cette èle de développement lutte, il s’agit de connaître et faire connaître les richesses natu ce territoire, de les défendre colle relles et humaines de ainsi une autre forme de rapport ctivement et développer et des humains entre eux. Aujo des humains à la Terre dans la Vallée du Ciron. Cett urd’hui le projet passe en biodiversité, est encore prése zone naturelle, riche Elle est classée Natura 2000ervée, non fragmentée.   protégées très rares comme le  , avec des espèces quand on pense au nombre de vison d’Europe. Et puis jeunes agriculteurs qui ne trouvent pas de terres pour s’ins taller. Les projets comme la LGV défigurent des villages, des fermes, des hectares de forêtdétruisent des maisons, et artificialisent toujours plus les surfaces arables alors que le réseau ferré existe déjà !!! »

BP 3 33720 LANDIRAS coordination-asso-vigilance-lgv@orange.fr www.vigilance-lgv.fr/ (avec liens vers les asso signataires)

Ah !?!? Encore des anti-progrès ! Mais de quel progrès parle-t-on ? De celui des Lignes à Grande Vitesse « Bordeaux-Toulouse  » et «  Bordeaux-Espagne  ». Les militants de Coordination Vigilance Ligne à Grande Vitesse Gironde (CVLGV33), se classent plutôt côté progrès social, à l’encontre du dogmatique « Toujours plus vite, toujours plus loin ». Ils ne s’opposent pas au TGV en tant que tel, mais au concept des LGV : elles ne servent qu’à des TGV qui ne desservent que les grandes métropoles. Une certaine forme de colonialisme des grandes villes sur les territoires environnants : elles y mettent leurs poubelles, pompent les nappes phréatiques. Ces mégapoles imposent LGV, autoroutes et aéroports, indispensables Den ise, Coo rdin atio n Vigi lanc e LGV à leur croissance boulimique. Cette Logique à Grande Vitesse incite à toujours plus de transports énergivores, fragmente l’espace, enclave, et détruit toujours plus la biodiversité. Les LGV accaparent des milliards d’euros, entraînant un endettement insensé des collectivités publiques. En parallèle, le réseau ferroviaire existant manque d’entretien. La CVLGV33 est signataire de la Charte d’Hendaye, comme de très nombreuses associations françaises, italiennes, basques, espagnoles et allemandes. Cette charte s’oppose aux transports indécents et plaide pour le progrès social et environnemental. CVLGV33 promeut logiquement l’aménagement beaucoup moins coûteux des voies déjà existantes, reflet d’un réseau ferré de proximité au service de tous. C’est également le moyen de développer le fret ferroviaire. CVLGV33 soutient des associations mobilisées contre d’autres Grands Projets Inutiles comme l’aéroport de Notre Dame des Landes où l’AlterTour a fait escale en 2009.

6 Août

rTo

01

Alte

Gironde en Transition est un collectif, un lieu d’échange, de convergence, d’information et d’accompagnement des groupes locaux. Tous pollinisent les initiatives : production d’énergie de proximité, Système d’Echange Local, AMAP, pédibus, jardins et vergers partagés, permaculture, fermes coopératives, école alternative, covoiturage, monnaie locale, non violence, etc… Les projets de Transition sont pléthoriques. Le collectif souhaite aujourd’hui organiser des actions d’information par la diffusion de films. L’heure est à l’optimisme. De plus en plus de personnes se rendent compte que cette société est dans l’impasse et rentrent concrètement dans l’action.

11


Les adhérents du RSP, 60 associations aujourd’hui, sont engagés dans une tâche de la plus haute importance : sauvegarder et diffuser ces variétés paysannes de céréales, légumes, fruits et de plantes prairiales. P a tr ic k m e m b re d e S e m e n ceD E K O C H K O Avec les semences, les savoir-faire associés font aussi l’objet d’un travail s P a ys a n n es de diffusion. De la culture à la transformation, par exemple en pain, en pâtes ou en jus de fruit, en passant par le stockage, ces pratiques se partagent lors de rencontres organisées un peu partout en France et en Europe. En parallèle, le Réseau veut faire reconnaître les droits inaliénables des paysans à produire et échanger leurs propres semences. Il assure pour cela une veille juridique et participe activement à la construction d’un réseau international pour la défense de ces droits.

Emmaüs Lescar-Pau Chemin Salié 64230 LESCAR +33 (0)5 59 81 17 82 amis-emmaus.pau@wanadoo.fr www.emmaus-lescar-pau.com/fr/accueil.php

Al t

Depuis 2008, les mobil-homes du site disparaissent au profit de maisons éco-construites, plus stables, à l’image des compagnons qui les bâtissent pour y habiter : «  L’éco-habitat pour reconstruire l’homme ». Point d’orgue de la communauté, son estival festival. Vitrine extérieure du travail réalisé, il ancre la communauté dans son territoire. Durant 3 jours, « Un autre monde est possible » pour les 30 000 personnes qui s’y rendent. Germain, fondateur de cette communauté, veut qu’elle soit « provocatrice, innovatrice, créative d’alternatives qui permettent la vraie reconstruction de la personne en tant que citoyen inscrit comme acteur de la société ». L’AlterTour est aussi un des nombreux enfants d’Emmaüs Lescar-Pau. C’est grâce à son soutien que la première édition de 2008 a pu exister et continue à faire découvrir, à vélo, de nombreuses alternatives implantées partout en France...

Autre problème : cette loi ne pause aucune limite à la brevetabilité des gènes de plantes. Cela signifie que sur une même semence, il peut maintenant y avoir brevets ET C.O.V.. Ils verrouillent le système de toutes parts. Une fois de plus, une minorité s’enrichit tandis que la recherche au service de tous, et notamment de la souveraineté alimentaire, est quasi‑inexistante faute de budget. Les nations et les peuples aspirant à cette souveraineté dépendent toujours plus des 4 ou 5 sociétés mondiales détenant l’immense majorité des droits de propriété sur les semences. C’est le partage inversé des avantages : l’industrie n’a jamais rien payé aux paysans à qui elle a pris toutes les graines qui lui ont permis de sélectionner ses semences. Et maintenant, ces mêmes firmes exigent des royalties aux paysans qu’elles ont biopiratés ! Pour l’anecdote, l’acronyme « C.O.V » en rappelle étrangement un autre : la « C.V.O. ». Ce dernier signifie « Contribution Volontaire Obligatoire » ! C’est le nom donné à une autre forme de royalties exigées en France depuis 2001 pour les semences de ferme de blé tendre. La résistance s’organise avec de fortes mobilisations dans tous les départements : des bourses d’échanges de semences paysannes voient le jour. A grand renfort de presse, beaucoup se réunissent et sèment sans versement de royalties, soit dans les champs mais aussi sur des terres communales en présence d’élus. A cette occasion, ils leur sont aussi remis des sachets de semences « illégales » au regard de cette loi. Ces élus de la République deviennent ainsi des recéleurs de contrefaçon. C’est de la désobéissance civique non-violente. D’ailleurs, de plus en plus de communes et de conseils régionaux et généraux demandent l’abrogation de cette loi scélérate. Oui, la fin de ce monde au profit d’un autre est possible, elle a déjà commencé. » Plus d’info sur : www.semonslabiodiversite.com

GFAM Béarn Maison Priou - Route des Bois 64230 ARBUS http://gfambearn.jimdo.com/ www.codebearn.org/

Pour mener à bien un projet d’installation, il faut acquérir des terres. Malheureusement, our erT tous les agriculteurs n’ont pas les fonds nécessaires. « Ar Un Groupement Foncier Agricole Mutuel (GFAM) rassemble des finances Produrêtons d’a par le biais de porteurs de parts afin d’acheter collectivement des terrains. moins isons che ller chez z no p les a le us pla our no utr Le GFAM Béarn a permis à 3 fermes d’élevage de voir le jour en Vallée d’Aspe depuis Les g isir de leus alimen ce dont es pour te 1988. Leur fierté ? La bergerie, auto-construite en 6 mois par des membres bénévoles ! comp ens qui ur rendre r  ! Allonnous avo les explo Que te qu’ils ro utilisent le visite, p s chez lens besoin iter. Avec à ce jour 518 porteurs de 1865 parts, le GFAM est bien sûr une structure au d’avio les utilise ulent sur ds autorou as pour s autres r capitalistique. Mais sa particularité, est d’y agir dans un esprit non-capitaliste  : impôtsn «  Low- , c’est va es terres tes devra les appa pour u ie n vienn . Les dépCost  » s lider cette ourricière nt se re vrir. ici, la part est sociale, donc non rémunérée. La revente, qui n’est d’ailleurs jamais « faiment dans artementsont payés destructi s massac ndre arrivée, ne doit impacter ni l’ensemble ni le travail induit. Avec 30 parts maximum, avons  » du mo nos aéro payent p par nou on. Les brées. s p il o n a vion besoin, de serait orts  ! Qu ur que les tous via lets chaque porteur ne possède qu’une seule voix lors de l’Assemblée Générale. ou d’im de i le les co 12

onde t le m rité u o t e ajo qu c’est ui la m sans ! ccupe Aujourd’h y o a é r p p us des te,   im. qui no er à sa fa faim sont e la sor x   e C   « d e ng uer au rent d strie e ma puiss s qui meu l’agro-indu rrête de jo st elle L’abbé Pierre et son appel de l’hiver 54, n a ’e e des g veloppant l faut qu’on -Nature. C rès ne I le mouvement Emmaüs, tout le monde connaît g é . e En d ans le mur avec Dam nce et pro avec e a d r s s ou presque. Il fédère aujourd’hui près de 120 communautés, r a iv is t rcie cro si v on v tis-so randir. Dé l faut aus p souven   n e r leurs 4000 compagnons et un petit millier de salariés. p I o g tr ap e. s. mes ividualism us fait atible Parmi elles, celle de Lescar-Pau  : 30 bougies cette année. 30 années de s d qui no s incomp nous som t l’in riel de pa sont mps. Mais orgueil e pect maté autant liberté de parole et d’actions grâce à 30 années d’indépendance financière  : s l’ e par l’a jamais eu rd’hui. son t és par s tous les projets d’aujourd’hui sont financés par les projets d’hier. é r vo u ’a ss dépa ommes dé me. On n e qu’aujo nous La ferme alternative ne se contente pas d’assurer une partie de d , s lis Nous , le capita s le mon de pointe avec l’autonomie alimentaire bio de la communauté. Elle s’inscrit dans une s s n n chose uvreté da chnologie os relatio n fait, n e E t a démarche globale de maintien de la bio-diversité cultivée et animalière. s . p de mme e la éreux dan re d c l’ho è e is Ce n’est pas un hasard de retrouver en son sein Kokopelli Euskal l’ v m a s A e es trè nt comm là ! » é m t u m Herriko Laborantza Ganbara, la chambre d’agriculture alternative a o e t n s s m mmu onne reté e la co e du Pays Basque. Tous développent ensemble l’agriculture paysanne. l’envir raie pauv d v mbre e, me notre il c é C

Aujourd’hui, les premières causes de faim sont la privation d’accès à la terre, aux semences et à l’eau. Or, le principe même de cette loi est de limiter encore plus l’accès des paysans à leurs semences pour les contraindre à acheter celles de l’industrie. En premier lieu, elle interdit de façon générale de replanter les graines récoltées. Puis elle prévoit des « dérogations », pour l’instant sur 21 espèces : les céréales, des cultures fourragères, les pommes de terre, des protéagineux… à condition de payer des royalties aux propriétaires de C.O.V. sur les graines industrielles. Concrètement, tous les producteurs/reproducteurs/utilisateurs de semences sont soumis à une police des semences. Ceux qui utilisent des graines protégées par C.O.V. seront ainsi obligés de payer. Les autres devraient donc logiquement refuser ce paiement. Mais il y a alors fort à craindre que beaucoup ne diront rien. Ils paieront afin d’éviter le contrôle sur l’origine de leurs semences, souvent paysannes, donc libres de droit mais interdites de commercialisation.

20

17 Août

12

12

20

our erT

« Une autre Faim du monde est possible… Je ne sais si c’est un slogan humoristique. Mais ce que je sais, c’est que la toute récente loi française sur les Certificats d’Obtention Végétale (C.O.V.), parue au Journal Officiel début décembre 2011, organise une vraie faim à venir. Et celle-là ne fera rire personne !

avec de pe se co mpag agine sait Pau/O nser aux des trans r se dé ntenter de ? Une nies a p p p lo la o r c o r e r c ts b o e lè n est dont utre que n r au qui mes La productivité à outrance n’a jamais été le credo du GFAM. Au contraire, il met Nous ous avon d’autant énergétiq endommagtrement qnous en avant l’agriculture « paysanne » : elle mise à la fois sur les valeurs sociales des Nous nous effo s fait le c plus vécueues. Pour ent la na u’en transp refusons rçons de hoix de n comme nous, la ture,  emplois créés, la solidarité du tissu rural et sur les valeurs environnementales r qui e orte tout de pâti nous fourne pas avo une agres oute   dans le respect du milieu naturel et la qualité des produits. Ces valeurs et plus l’indu xiste d’hum à travers r d’un s ir et vend ir de trac sion des strie de p ain, d’an le mon ystème é re localemteur.   directement la ferme de Marc et Mireille sont mises en danger. Le projet de voie d N’oubproduction roximité. Aimal, ainsi e au dé nergivore ent. nouvelle dite « Pau-Oloron » traverse des parcelles du GFAM. Pour cette seule bulleti lions pas s locales, vec les im que de l’ triment de qui a n de vote  que notre nous allo portations rtisanat et ce   route  : 450 hectares de terres agricoles sacrifiées, des villages défigurés, ! » ns to au dé d pouvo u trim e s ir d’ach d les eaux polluées, un environnement exceptionnel détruit sans parler des at es ans le ment t toujo u Mireil pollutions sonores et visuelles ! Le GFAM n’accepte pas que ces terres soient urs u r. le BO n NHOM ME, m subtilisées et détournées de leur utilisation d’origine. Il se bat au côté du Code Béarn afin de embr e du sauvegarder leur ferme et pour que ce projet n’aboutisse « NI ACI, NI ‘N LOC ! ». GFAM

17 Août

Al t

« Nous, on fait un trava il qui dépa individuelle sse l’activité sur notre ferme. C’e collective d st une act e conserva ion tion pour le futures. C s génératio ’est le mo ns yen de le possibilité d ur assurer e rester da la n s et de pou l’autonomie voir se no alimentaire urrir saine on pense ment. En à n fait,   sait très bie os enfants, tout simp lement. On n que pou r nourrir le m garder une paysanneri e nombreuse onde il faut Les seme et autonom nces pays e.   annes en naturel évid sont un le ent. » vier

Guy KASTLER • Nature & Progrès

Al t

8 Août

Le Réseau Semences Paysannes (RSP) est né en 2003 du terrible constat de nombreux paysans : la disparition des semences adaptées aux pratiques agricoles respectueuses de l’environnement. Depuis la sortie de la guerre, l’industrie semencière s’efforce de développer des variétés uniformes nécessitant de grandes quantités d’engrais de synthèse et réclamant toujours plus de pesticides. De plus, les brevets et autres C.O.V. sur ces mêmes semences privent les paysans du droit de les ressemer (lire page13).

« L’autre Faim du monde » de... 12

3, Avenue de la Gare 47190 AIGUILLON +33 (0)5 53 84 44 05 contact@semencespaysannes.org www.semencespaysannes.org

our erT

20

Réseau Semences Paysannes

13


Les adhérents du RSP, 60 associations aujourd’hui, sont engagés dans une tâche de la plus haute importance : sauvegarder et diffuser ces variétés paysannes de céréales, légumes, fruits et de plantes prairiales. P a tr ic k m e m b re d e S e m e n ceD E K O C H K O Avec les semences, les savoir-faire associés font aussi l’objet d’un travail s P a ys a n n es de diffusion. De la culture à la transformation, par exemple en pain, en pâtes ou en jus de fruit, en passant par le stockage, ces pratiques se partagent lors de rencontres organisées un peu partout en France et en Europe. En parallèle, le Réseau veut faire reconnaître les droits inaliénables des paysans à produire et échanger leurs propres semences. Il assure pour cela une veille juridique et participe activement à la construction d’un réseau international pour la défense de ces droits.

Emmaüs Lescar-Pau Chemin Salié 64230 LESCAR +33 (0)5 59 81 17 82 amis-emmaus.pau@wanadoo.fr www.emmaus-lescar-pau.com/fr/accueil.php

Al t

Depuis 2008, les mobil-homes du site disparaissent au profit de maisons éco-construites, plus stables, à l’image des compagnons qui les bâtissent pour y habiter : «  L’éco-habitat pour reconstruire l’homme ». Point d’orgue de la communauté, son estival festival. Vitrine extérieure du travail réalisé, il ancre la communauté dans son territoire. Durant 3 jours, « Un autre monde est possible » pour les 30 000 personnes qui s’y rendent. Germain, fondateur de cette communauté, veut qu’elle soit « provocatrice, innovatrice, créative d’alternatives qui permettent la vraie reconstruction de la personne en tant que citoyen inscrit comme acteur de la société ». L’AlterTour est aussi un des nombreux enfants d’Emmaüs Lescar-Pau. C’est grâce à son soutien que la première édition de 2008 a pu exister et continue à faire découvrir, à vélo, de nombreuses alternatives implantées partout en France...

Autre problème : cette loi ne pause aucune limite à la brevetabilité des gènes de plantes. Cela signifie que sur une même semence, il peut maintenant y avoir brevets ET C.O.V.. Ils verrouillent le système de toutes parts. Une fois de plus, une minorité s’enrichit tandis que la recherche au service de tous, et notamment de la souveraineté alimentaire, est quasi‑inexistante faute de budget. Les nations et les peuples aspirant à cette souveraineté dépendent toujours plus des 4 ou 5 sociétés mondiales détenant l’immense majorité des droits de propriété sur les semences. C’est le partage inversé des avantages : l’industrie n’a jamais rien payé aux paysans à qui elle a pris toutes les graines qui lui ont permis de sélectionner ses semences. Et maintenant, ces mêmes firmes exigent des royalties aux paysans qu’elles ont biopiratés ! Pour l’anecdote, l’acronyme « C.O.V » en rappelle étrangement un autre : la « C.V.O. ». Ce dernier signifie « Contribution Volontaire Obligatoire » ! C’est le nom donné à une autre forme de royalties exigées en France depuis 2001 pour les semences de ferme de blé tendre. La résistance s’organise avec de fortes mobilisations dans tous les départements : des bourses d’échanges de semences paysannes voient le jour. A grand renfort de presse, beaucoup se réunissent et sèment sans versement de royalties, soit dans les champs mais aussi sur des terres communales en présence d’élus. A cette occasion, ils leur sont aussi remis des sachets de semences « illégales » au regard de cette loi. Ces élus de la République deviennent ainsi des recéleurs de contrefaçon. C’est de la désobéissance civique non-violente. D’ailleurs, de plus en plus de communes et de conseils régionaux et généraux demandent l’abrogation de cette loi scélérate. Oui, la fin de ce monde au profit d’un autre est possible, elle a déjà commencé. » Plus d’info sur : www.semonslabiodiversite.com

GFAM Béarn Maison Priou - Route des Bois 64230 ARBUS http://gfambearn.jimdo.com/ www.codebearn.org/

Pour mener à bien un projet d’installation, il faut acquérir des terres. Malheureusement, our erT tous les agriculteurs n’ont pas les fonds nécessaires. « Ar Un Groupement Foncier Agricole Mutuel (GFAM) rassemble des finances Produrêtons d’a par le biais de porteurs de parts afin d’acheter collectivement des terrains. moins isons che ller chez z no p les a le us pla our no utr Le GFAM Béarn a permis à 3 fermes d’élevage de voir le jour en Vallée d’Aspe depuis Les g isir de leus alimen ce dont es pour te 1988. Leur fierté ? La bergerie, auto-construite en 6 mois par des membres bénévoles ! comp ens qui ur rendre r  ! Allonnous avo les explo Que te qu’ils ro utilisent le visite, p s chez lens besoin iter. Avec à ce jour 518 porteurs de 1865 parts, le GFAM est bien sûr une structure au d’avio les utilise ulent sur ds autorou as pour s autres r capitalistique. Mais sa particularité, est d’y agir dans un esprit non-capitaliste  : impôtsn «  Low- , c’est va es terres tes devra les appa pour u ie n vienn . Les dépCost  » s lider cette ourricière nt se re vrir. ici, la part est sociale, donc non rémunérée. La revente, qui n’est d’ailleurs jamais « faiment dans artementsont payés destructi s massac ndre arrivée, ne doit impacter ni l’ensemble ni le travail induit. Avec 30 parts maximum, avons  » du mo nos aéro payent p par nou on. Les brées. s p il o n a vion besoin, de serait orts  ! Qu ur que les tous via lets chaque porteur ne possède qu’une seule voix lors de l’Assemblée Générale. ou d’im de i le les co 12

onde t le m rité u o t e ajo qu c’est ui la m sans ! ccupe Aujourd’h y o a é r p p us des te,   im. qui no er à sa fa faim sont e la sor x   e C   « d e ng uer au rent d strie e ma puiss s qui meu l’agro-indu rrête de jo st elle L’abbé Pierre et son appel de l’hiver 54, n a ’e e des g veloppant l faut qu’on -Nature. C rès ne I le mouvement Emmaüs, tout le monde connaît g é . e En d ans le mur avec Dam nce et pro avec e a d r s s ou presque. Il fédère aujourd’hui près de 120 communautés, r a iv is t rcie cro si v on v tis-so randir. Dé l faut aus p souven   n e r leurs 4000 compagnons et un petit millier de salariés. p I o g tr ap e. s. mes ividualism us fait atible Parmi elles, celle de Lescar-Pau  : 30 bougies cette année. 30 années de s d qui no s incomp nous som t l’in riel de pa sont mps. Mais orgueil e pect maté autant liberté de parole et d’actions grâce à 30 années d’indépendance financière  : s l’ e par l’a jamais eu rd’hui. son t és par s tous les projets d’aujourd’hui sont financés par les projets d’hier. é r vo u ’a ss dépa ommes dé me. On n e qu’aujo nous La ferme alternative ne se contente pas d’assurer une partie de d , s lis Nous , le capita s le mon de pointe avec l’autonomie alimentaire bio de la communauté. Elle s’inscrit dans une s s n n chose uvreté da chnologie os relatio n fait, n e E t a démarche globale de maintien de la bio-diversité cultivée et animalière. s . p de mme e la éreux dan re d c l’ho è e is Ce n’est pas un hasard de retrouver en son sein Kokopelli Euskal l’ v m a s A e es trè nt comm là ! » é m t u m Herriko Laborantza Ganbara, la chambre d’agriculture alternative a o e t n s s m mmu onne reté e la co e du Pays Basque. Tous développent ensemble l’agriculture paysanne. l’envir raie pauv d v mbre e, me notre il c é C

Aujourd’hui, les premières causes de faim sont la privation d’accès à la terre, aux semences et à l’eau. Or, le principe même de cette loi est de limiter encore plus l’accès des paysans à leurs semences pour les contraindre à acheter celles de l’industrie. En premier lieu, elle interdit de façon générale de replanter les graines récoltées. Puis elle prévoit des « dérogations », pour l’instant sur 21 espèces : les céréales, des cultures fourragères, les pommes de terre, des protéagineux… à condition de payer des royalties aux propriétaires de C.O.V. sur les graines industrielles. Concrètement, tous les producteurs/reproducteurs/utilisateurs de semences sont soumis à une police des semences. Ceux qui utilisent des graines protégées par C.O.V. seront ainsi obligés de payer. Les autres devraient donc logiquement refuser ce paiement. Mais il y a alors fort à craindre que beaucoup ne diront rien. Ils paieront afin d’éviter le contrôle sur l’origine de leurs semences, souvent paysannes, donc libres de droit mais interdites de commercialisation.

20

17 Août

12

12

20

our erT

« Une autre Faim du monde est possible… Je ne sais si c’est un slogan humoristique. Mais ce que je sais, c’est que la toute récente loi française sur les Certificats d’Obtention Végétale (C.O.V.), parue au Journal Officiel début décembre 2011, organise une vraie faim à venir. Et celle-là ne fera rire personne !

avec de pe se co mpag agine sait Pau/O nser aux des trans r se dé ntenter de ? Une nies a p p p lo la o r c o r e r c ts b o e lè n est dont utre que n r au qui mes La productivité à outrance n’a jamais été le credo du GFAM. Au contraire, il met Nous ous avon d’autant énergétiq endommagtrement qnous en avant l’agriculture « paysanne » : elle mise à la fois sur les valeurs sociales des Nous nous effo s fait le c plus vécueues. Pour ent la na u’en transp refusons rçons de hoix de n comme nous, la ture,  emplois créés, la solidarité du tissu rural et sur les valeurs environnementales r qui e orte tout de pâti nous fourne pas avo une agres oute   dans le respect du milieu naturel et la qualité des produits. Ces valeurs et plus l’indu xiste d’hum à travers r d’un s ir et vend ir de trac sion des strie de p ain, d’an le mon ystème é re localemteur.   directement la ferme de Marc et Mireille sont mises en danger. Le projet de voie d N’oubproduction roximité. Aimal, ainsi e au dé nergivore ent. nouvelle dite « Pau-Oloron » traverse des parcelles du GFAM. Pour cette seule bulleti lions pas s locales, vec les im que de l’ triment de qui a n de vote  que notre nous allo portations rtisanat et ce   route  : 450 hectares de terres agricoles sacrifiées, des villages défigurés, ! » ns to au dé d pouvo u trim e s ir d’ach d les eaux polluées, un environnement exceptionnel détruit sans parler des at es ans le ment t toujo u Mireil pollutions sonores et visuelles ! Le GFAM n’accepte pas que ces terres soient urs u r. le BO n NHOM ME, m subtilisées et détournées de leur utilisation d’origine. Il se bat au côté du Code Béarn afin de embr e du sauvegarder leur ferme et pour que ce projet n’aboutisse « NI ACI, NI ‘N LOC ! ». GFAM

17 Août

Al t

« Nous, on fait un trava il qui dépa individuelle sse l’activité sur notre ferme. C’e collective d st une act e conserva ion tion pour le futures. C s génératio ’est le mo ns yen de le possibilité d ur assurer e rester da la n s et de pou l’autonomie voir se no alimentaire urrir saine on pense ment. En à n fait,   sait très bie os enfants, tout simp lement. On n que pou r nourrir le m garder une paysanneri e nombreuse onde il faut Les seme et autonom nces pays e.   annes en naturel évid sont un le ent. » vier

Guy KASTLER • Nature & Progrès

Al t

8 Août

Le Réseau Semences Paysannes (RSP) est né en 2003 du terrible constat de nombreux paysans : la disparition des semences adaptées aux pratiques agricoles respectueuses de l’environnement. Depuis la sortie de la guerre, l’industrie semencière s’efforce de développer des variétés uniformes nécessitant de grandes quantités d’engrais de synthèse et réclamant toujours plus de pesticides. De plus, les brevets et autres C.O.V. sur ces mêmes semences privent les paysans du droit de les ressemer (lire page13).

« L’autre Faim du monde » de... 12

3, Avenue de la Gare 47190 AIGUILLON +33 (0)5 53 84 44 05 contact@semencespaysannes.org www.semencespaysannes.org

our erT

20

Réseau Semences Paysannes

13


Al t

12

« Nous a vons une celle des autre faim b de la con agnoles, des com du monde que sommatio ptes en n. b portée pa r la culture Notre faim est imm anque,   atérielle, . Je crois au coeur d qu es Phonie s. On drain e c’est vraiment que celles e d’autres de la soc ié v la beauté , la créati té actuelle. Les nô aleurs v tres sont ité, la frate humaines . rnité, les relations trappe. Le Aujourd’hui, tout cela pas tissu socia s e à la Phonies l s e nourrit Be l’on ne c rgères. On rencon de l’évènement roisait pa tre des g s avant. ens que intergéné Ce rationnel et intragé la génère du lien se passe n éra da Les Phon ns un lieu préserv tionnel. Le tout ies Bergè é et rema re rq médiateu r entre le s sont un peu co uable. s gens, la mme un la culture . » beauté d u site et

Mairie d’Accous 64490 ACCOUS +33 (0)5 59 34 57 57 info@festival-phoniesbergeres.fr www.festival-phoniesbergeres.fr/

18 Août

20

Les Phonies Bergères

our erT

Leur moulin à eux, c’est le Béarn. Il n’est pas rouge, mais plutôt vert nature. Vert comme la vallée d’Aspe dans laquelle Les Phonies Bergères ouvrent les portes de la culture. A ciel ouvert, l’association s’appuie sur les trois piliers de leur manifestation bisannuelle : l’art-nature, l’art de la musique et l’art de la parole.

Cette année, du 1er au 3 juin, la priorité est donnée à celui de la parole. Depuis 2 ans, une conteuse collecte localement mémoires, contes et légendes de plusieurs dizaines Ghislaine de personnes. Retranscrit dans un spectacle, « Le grand bouillonnement », l’eau et LEDIVEL EC, Co-P résidente ses traces dans le paysage y auront la part belle. Normal, c’est le thème 2012. et Conteu se D’ailleurs, certains conteurs se promèneront dans les traces imaginaires du Géant du Lac. Ils continueront avec les cœurs naturellement dessinés par le paysage, comme un clin d’oeil. Bien sûr, la musique et l’art-nature ne sont pas oubliés : des artistes plasticiens en résidence offriront des œuvres construites en extérieur, souvent à partir de matériaux naturels, histoire de révéler et mettre en valeur les éléments du paysage et du patrimoine local. Ça, c’est le plaisir des yeux. Quant aux oreilles, elles pourront traîner au gré de divers concerts.

Les Phonies Bergères aspirent à la culture pour tous. Les personnes « empêchées » (handicapées, à mobilité réduite, etc…) sont associées au festival. En interaction avec elles, les Phonies et les équipes éducatives mènent tout au long de l’année des projets de créations artistiques qu’elles viennent ensuite présenter. Entre 2 festivals, artistes et bénévoles interviennent dans les écoles, animent un atelier d’art plastique et organisent des veillées « Contes et Légendes ».

Pour continuer la route... 12 juillet 15 juillet 16 juillet

Le Vergers de Sésame

Prommata

Domaine des Côteaux d’Engraviès

• Echausses le Chalet

17•18 juillet • Le

Accueil Paysan

www.ariege.com/vergersdesesame

Traction animale

www.prommata.org

• Vignerons bio

www.coteauxdengravies.com

• Entreprise écologique locale multi‑activités

http://www.terredeliens.org

Ferme auto-gérée • Agriculture paysanne

Maquis Engagement social • Action culturelle 20•21 juillet •

La Brasserie des vignes

www.cravirola.com

• Brasserie Nature & Progrès

http://brasseriedesvignes.blogspot.fr

Promouvoir et soutenir des projets de développement durable de communautés latino-américaines, d’ordres 21 juillet • AmericaSol • • culturel, social et économique • Favoriser les échanges interculturels

22 juillet

22 juillet

Le Jardin des Funambules

La croix d’Alric

www.lesfunambules.fr

• Café associatif • Repère de " La-bas si j’y suis "

Groupement Agricole d’Exploitation en Commun • GAEC du Vialaret • • Brebis laitières, brebis viandes, céréales 25 juillet

Association pour la sauvegarde, l’étude et • Aveyron Conservatoire Régional du Châtaignier • la valorisation des variétés anciennes de chataigniers

27 juillet

14

Coqueli’causse

ADEAR du Lot

• Association de Développement de l’Emploi Agricole et Rural •

31 juillet

Terre de Jor

http://reissa.jimdo.com/caf-causse/

• Eco-hameau

http://ecohameaudandral.over-blog.org

http://boriehaute.wordpress.com

http://actualites.terredejor.fr

• Lieu d’accueil • Formation cuisine végétarienne

Agriculture bio • SCOP • Circuit court 1er août • Ferme de Ribeyrolles • • Semences populations 1er août

AgroBioPérigord

Association pour le développement de l’Agriculture bio

Achat collectif du camp militaire de Hache 1er août • Causse de l’Isle • pour développer des alternatives 3 août

Ferme du Parcot

Education à l’environnement

5 août

Projet d’éco-quartier en agglomération de Bordeaux : • Projet Darwin “la 58ème” • reconversation d’une caserne en lieu collectif créatif

www.agrobioperigord.fr

http://caussedelisle.free.fr

http://parcot.pagesperso-orange.fr

5 août

5 août

6 août

le Samovar

• Le Garage moderne • Landes Environnement Attitude

www.darwin-ecosysteme.fr

• Bar associatif • Restaurant • Librairie...

www.lesamovar.ouvaton.org

• Atelier associatif.

www.legaragemoderne.org

http://lea.asso.free.fr

http://ateliersdebousseres.free.fr

alternatif

Protection de l’environnement

• Soleimiel • Apiculture • Agriculture bio • 7 août 7 août

• CETAB - Centre d’Etude et Terre d’Accueil des Blés •

Céréales anciennes • Boulange • Formations semences

• Sensibilisation à l’environnement Au fil des séounes • La Ferme des Pibouls • Copérative de vente 10 août • Katao • Epicerie alternative 10 août • Maison de l’économie sociale et solidaire • Economie sociale et solidaire 11 août ADEPES Agence de Développement et 11 août • • Economie sociale et solidaire de Promotion de l’Economie Solidaire 9 août

12 août

12 août

CREA

• Scop Vent-debout

www.semencespaysannes.org

http://au-fil-des-seounes.blogspot.fr

www.fermedespibouls.fr

www.katao.fr

www.adepes.org

www.adepes.org

• Centre Social Autogéré

http://crea-csa.over-blog.com

• Coopérative d’éducateurs populaires

www.vent-debout.org

Imprimerie en Coopérative Ouvrière de Production • Imprimerie 34 • • Diffusion d’outils politiques et culturels • Eco-construction

CalTerra

7, place Jean Jaurès 47130 PORT SAINTE MARIE

12 août

8 rue de Bagnolet • BP 1034 31023 TOULOUSE

http://calterra.hautetfort.com

Réflexion et des actions en faveur de l’arbre hors-forêt

www.arbre-et-paysage32.com

Développement d’alternatives en matière de pratiques • EcoCentre Pierre et Terre • éco‑citoyennes

www.pierreetterre.org

Gestion écologique et démocratique de l’eau

www.caet.lautre.net

Education à l’environement

www.mne-pau.org

La Glene 12780 SAINT-LEONS

15 août

Thématiques Energie • Transport Société Economie Agriculture • Environnement

1, Larguet • Le Moulin de Lagnet • Grand Cru Saint-Emilion bio (en route vers la bio-dynamie) • 33330 SAINT CHRISTOPHE DES BARDES

14 août

http://coquelicausse.over-blog.com

Riberolles 24640 LE-CHANGE

4 août

http://lacroixdalric.over-blog.com

La Poujade 12390 RIGNAC

http://adear46.over-blog.fr

• Café associatif

Maraîchage • Production de céréales 29•30 juillet • La Borie Haute • Transformation boulangère • Elevage

www.chataignier-conservatoire.com

• Organisation de forum associatif

• Le Caf’Causse 28 juillet 29•30 juillet • Le Eco-hameau d’Andral

13 août

26 juillet • GAEC de la Poujade • Elevage Bio •

39, chemin de la Vayssière 81300 GRAULHET

• Permaculture

26 juillet

Ateliers coopératifs : taille de pierre, permaculture, 7 août • L’association des ateliers de la Boussères • création musicale, théâtrale...

Intégrer dans ce guide toutes nos rencontres durant l’AlterTour aurait été beaucoup plus satisfaisant, mais n’est malheureusement pas possible. Nous vous invitons donc à sillonner la route des alternatives rencontrées en 2012 au travers de ces quelques renseignements complémentaires. 12 juillet

28 juillet

16 août

16 août

17 août

• Arbre et Paysage

Collectif Adour Eau Transparente

• Maison de la nature et de l’environnement de Pau •

Opposant à un projet d’autoroute au profit d’une • CODE Béarn • amélioration des infrastructures routières et ferrées

existantes.

Toutes les thématiques sont interdépendantes

www.codebearn.org

15


Al t

12

« Nous a vons une celle des autre faim b de la con agnoles, des com du monde que sommatio ptes en n. b portée pa r la culture Notre faim est imm anque,   atérielle, . Je crois au coeur d qu es Phonie s. On drain e c’est vraiment que celles e d’autres de la soc ié v la beauté , la créati té actuelle. Les nô aleurs v tres sont ité, la frate humaines . rnité, les relations trappe. Le Aujourd’hui, tout cela pas tissu socia s e à la Phonies l s e nourrit Be l’on ne c rgères. On rencon de l’évènement roisait pa tre des g s avant. ens que intergéné Ce rationnel et intragé la génère du lien se passe n éra da Les Phon ns un lieu préserv tionnel. Le tout ies Bergè é et rema re rq médiateu r entre le s sont un peu co uable. s gens, la mme un la culture . » beauté d u site et

Mairie d’Accous 64490 ACCOUS +33 (0)5 59 34 57 57 info@festival-phoniesbergeres.fr www.festival-phoniesbergeres.fr/

18 Août

20

Les Phonies Bergères

our erT

Leur moulin à eux, c’est le Béarn. Il n’est pas rouge, mais plutôt vert nature. Vert comme la vallée d’Aspe dans laquelle Les Phonies Bergères ouvrent les portes de la culture. A ciel ouvert, l’association s’appuie sur les trois piliers de leur manifestation bisannuelle : l’art-nature, l’art de la musique et l’art de la parole.

Cette année, du 1er au 3 juin, la priorité est donnée à celui de la parole. Depuis 2 ans, une conteuse collecte localement mémoires, contes et légendes de plusieurs dizaines Ghislaine de personnes. Retranscrit dans un spectacle, « Le grand bouillonnement », l’eau et LEDIVEL EC, Co-P résidente ses traces dans le paysage y auront la part belle. Normal, c’est le thème 2012. et Conteu se D’ailleurs, certains conteurs se promèneront dans les traces imaginaires du Géant du Lac. Ils continueront avec les cœurs naturellement dessinés par le paysage, comme un clin d’oeil. Bien sûr, la musique et l’art-nature ne sont pas oubliés : des artistes plasticiens en résidence offriront des œuvres construites en extérieur, souvent à partir de matériaux naturels, histoire de révéler et mettre en valeur les éléments du paysage et du patrimoine local. Ça, c’est le plaisir des yeux. Quant aux oreilles, elles pourront traîner au gré de divers concerts.

Les Phonies Bergères aspirent à la culture pour tous. Les personnes « empêchées » (handicapées, à mobilité réduite, etc…) sont associées au festival. En interaction avec elles, les Phonies et les équipes éducatives mènent tout au long de l’année des projets de créations artistiques qu’elles viennent ensuite présenter. Entre 2 festivals, artistes et bénévoles interviennent dans les écoles, animent un atelier d’art plastique et organisent des veillées « Contes et Légendes ».

Pour continuer la route... 12 juillet 15 juillet 16 juillet

Le Vergers de Sésame

Prommata

Domaine des Côteaux d’Engraviès

• Echausses le Chalet

17•18 juillet • Le

Accueil Paysan

www.ariege.com/vergersdesesame

Traction animale

www.prommata.org

• Vignerons bio

www.coteauxdengravies.com

• Entreprise écologique locale multi‑activités

http://www.terredeliens.org

Ferme auto-gérée • Agriculture paysanne

Maquis Engagement social • Action culturelle 20•21 juillet •

La Brasserie des vignes

www.cravirola.com

• Brasserie Nature & Progrès

http://brasseriedesvignes.blogspot.fr

Promouvoir et soutenir des projets de développement durable de communautés latino-américaines, d’ordres 21 juillet • AmericaSol • • culturel, social et économique • Favoriser les échanges interculturels

22 juillet

22 juillet

Le Jardin des Funambules

La croix d’Alric

www.lesfunambules.fr

• Café associatif • Repère de " La-bas si j’y suis "

Groupement Agricole d’Exploitation en Commun • GAEC du Vialaret • • Brebis laitières, brebis viandes, céréales 25 juillet

Association pour la sauvegarde, l’étude et • Aveyron Conservatoire Régional du Châtaignier • la valorisation des variétés anciennes de chataigniers

27 juillet

14

Coqueli’causse

ADEAR du Lot

• Association de Développement de l’Emploi Agricole et Rural •

31 juillet

Terre de Jor

http://reissa.jimdo.com/caf-causse/

• Eco-hameau

http://ecohameaudandral.over-blog.org

http://boriehaute.wordpress.com

http://actualites.terredejor.fr

• Lieu d’accueil • Formation cuisine végétarienne

Agriculture bio • SCOP • Circuit court 1er août • Ferme de Ribeyrolles • • Semences populations 1er août

AgroBioPérigord

Association pour le développement de l’Agriculture bio

Achat collectif du camp militaire de Hache 1er août • Causse de l’Isle • pour développer des alternatives 3 août

Ferme du Parcot

Education à l’environnement

5 août

Projet d’éco-quartier en agglomération de Bordeaux : • Projet Darwin “la 58ème” • reconversation d’une caserne en lieu collectif créatif

www.agrobioperigord.fr

http://caussedelisle.free.fr

http://parcot.pagesperso-orange.fr

5 août

5 août

6 août

le Samovar

• Le Garage moderne • Landes Environnement Attitude

www.darwin-ecosysteme.fr

• Bar associatif • Restaurant • Librairie...

www.lesamovar.ouvaton.org

• Atelier associatif.

www.legaragemoderne.org

http://lea.asso.free.fr

http://ateliersdebousseres.free.fr

alternatif

Protection de l’environnement

• Soleimiel • Apiculture • Agriculture bio • 7 août 7 août

• CETAB - Centre d’Etude et Terre d’Accueil des Blés •

Céréales anciennes • Boulange • Formations semences

• Sensibilisation à l’environnement Au fil des séounes • La Ferme des Pibouls • Copérative de vente 10 août • Katao • Epicerie alternative 10 août • Maison de l’économie sociale et solidaire • Economie sociale et solidaire 11 août ADEPES Agence de Développement et 11 août • • Economie sociale et solidaire de Promotion de l’Economie Solidaire 9 août

12 août

12 août

CREA

• Scop Vent-debout

www.semencespaysannes.org

http://au-fil-des-seounes.blogspot.fr

www.fermedespibouls.fr

www.katao.fr

www.adepes.org

www.adepes.org

• Centre Social Autogéré

http://crea-csa.over-blog.com

• Coopérative d’éducateurs populaires

www.vent-debout.org

Imprimerie en Coopérative Ouvrière de Production • Imprimerie 34 • • Diffusion d’outils politiques et culturels • Eco-construction

CalTerra

7, place Jean Jaurès 47130 PORT SAINTE MARIE

12 août

8 rue de Bagnolet • BP 1034 31023 TOULOUSE

http://calterra.hautetfort.com

Réflexion et des actions en faveur de l’arbre hors-forêt

www.arbre-et-paysage32.com

Développement d’alternatives en matière de pratiques • EcoCentre Pierre et Terre • éco‑citoyennes

www.pierreetterre.org

Gestion écologique et démocratique de l’eau

www.caet.lautre.net

Education à l’environement

www.mne-pau.org

La Glene 12780 SAINT-LEONS

15 août

Thématiques Energie • Transport Société Economie Agriculture • Environnement

1, Larguet • Le Moulin de Lagnet • Grand Cru Saint-Emilion bio (en route vers la bio-dynamie) • 33330 SAINT CHRISTOPHE DES BARDES

14 août

http://coquelicausse.over-blog.com

Riberolles 24640 LE-CHANGE

4 août

http://lacroixdalric.over-blog.com

La Poujade 12390 RIGNAC

http://adear46.over-blog.fr

• Café associatif

Maraîchage • Production de céréales 29•30 juillet • La Borie Haute • Transformation boulangère • Elevage

www.chataignier-conservatoire.com

• Organisation de forum associatif

• Le Caf’Causse 28 juillet 29•30 juillet • Le Eco-hameau d’Andral

13 août

26 juillet • GAEC de la Poujade • Elevage Bio •

39, chemin de la Vayssière 81300 GRAULHET

• Permaculture

26 juillet

Ateliers coopératifs : taille de pierre, permaculture, 7 août • L’association des ateliers de la Boussères • création musicale, théâtrale...

Intégrer dans ce guide toutes nos rencontres durant l’AlterTour aurait été beaucoup plus satisfaisant, mais n’est malheureusement pas possible. Nous vous invitons donc à sillonner la route des alternatives rencontrées en 2012 au travers de ces quelques renseignements complémentaires. 12 juillet

28 juillet

16 août

16 août

17 août

• Arbre et Paysage

Collectif Adour Eau Transparente

• Maison de la nature et de l’environnement de Pau •

Opposant à un projet d’autoroute au profit d’une • CODE Béarn • amélioration des infrastructures routières et ferrées

existantes.

Toutes les thématiques sont interdépendantes

www.codebearn.org

15


L’ A l t e r To u r Les mollets, les bras et la cervelle. Ne vous fiez pas à la photo ! Elle n’est pas contractuelle. Vous ne serez pas obligéEs de pédaler sur une poutre sans les mains ! Un casque sur la tête, les AlterCyclistes prennent le départ tous ensemble puis s’égrènent à leur rythme le long d’étapes de 25 à 60 kilomètres. Lors des arrêts prévus, vous pourrez être relayéE. Vous choisirez donc de poursuivre ou de vous reposer dans l’Alter-minibus. Un coup de mou du mollet ? N’ayez crainte, les AlterCyclistes se serrent les coudes : chez nous le maillot jaune est le vélo-balai. Côté logistique, les vélos de l’AlterTour sont disponibles pour touTEs, mais votre bicyclette est la bienvenue. Remontez vos manches ! Les AlterCyclistes se répartissent les tâches quotidiennes en autogestion : le réveil, souvent artistique, la cuisine, la distribution et l’entretien des vélos sont pris en charge par les participantEs. Notre organisation n’a pas à pâlir face à celle du Tour de France : il nous faut même conduire notre immense caravane… de deux véhicules ! Les repas sont préparés par les accueillants ou le groupe. Dans tous les cas, le choix de manger végétarien est toujours possible et nous nous régalons des produits locaux et biologiques. Le campement est installé dans des fermes, des stades, des campings municipaux ou d’autres lieux insolites. Ces endroits paisibles et propices à l’expression accueillent nos échanges réguliers. Car, qui dit « Autogestion », dit « Cercle de parole ». Le bon moment pour apprendre les unEs des autres et pourquoi pas, demander son voisin ou sa voisine en…tandem !

Ou comment relier la tête et les jambes ! Et la tête ? La rencontre avec des acteurs d’alternatives nous incite à une réflexion collective et personnelle sur un autre mode de vie à développer. Ces rendez-vous prennent des formes aussi diverses que la visite de sites, des conférences, des animations, des expositions, des débats... et des soirées festives ! Tout au long de son parcours, l’AlterTour dénonce la compétition généralisée, illustrée notamment dans le sport par les Jeux Olympiques et le Tour de France, dans la finance par les paradis fiscaux, mais également par l’agriculture intensive, etc… en tant que justification du système concurrentiel dominant. La course aveugle à la performance et au profit engendre l’exploitation effrénée des matières premières, le développement de technologies brevetées, à l’utilité sociale douteuse et sans évaluation, la « bétonisation » des espaces naturels et des terres nourricières, ainsi que l’augmentation des disparités sociales. Face à cette situation, l’AlterTour défend des valeurs de solidarité, de paix, d’équité, de sobriété, en sillonnant les territoires à vélo afin de tisser des liens entre les nombreuses alternatives et résistances pour une Terre Vivante. L’AlterTour, en réponse au dopage dans le sport, l’agriculture, l’économie, l’enseignement, les télécommunications... : un tour cycliste solidaire pour des modèles agricoles, économiques et sociaux respectueux de l’être humain et de la nature ! Alors, sans limite d’âge, rejoignez-nous quelques jours ou quelques semaines tout au long de ce relais cycliste du 11 juillet au 19 août 2012. Enfourchez votre souris, et rendez-vous sur www.altertour.net afin d’y remplir le formulaire d’inscription « à la carte ». Contactez-nous si vous souhaitez vous joindre aux différentes équipes départementales afin de préparer le meilleur accueil possible aux AlterCyclistes. Mathieu (coordinateur) +33 (0)6 77 59 30 92 altertour@gmail.com • www.altertour.net AlterTour • 23, Rue du Petit Battant • 25000 BESANCON

Guide de l'AlterTour 2012  

Guide des Alternatives de l'AlterTour 2012 dans le Grand Sud-Ouest

Guide de l'AlterTour 2012  

Guide des Alternatives de l'AlterTour 2012 dans le Grand Sud-Ouest

Advertisement