Page 1

p. 28 à 36 moal

7/03/13

19:26

Page 28

Implantologie :

ARMATURES IMPLANTAIRES

De la cire perdue à la CFAO

28

Tech. Dent. N° 314 - 02/13


p. 28 à 36 moal

7/03/13

19:26

Page 28

Implantologie :

ARMATURES IMPLANTAIRES

De la cire perdue à la CFAO

28

Tech. Dent. N° 314 - 02/13


p. 28 à 36 moal

7/03/13

19:26

Page 29

«

Jean Michel MOAL

: Implantologie

Prothésiste Dentaire Laboratoire ALL PROLAB

“Cela fait donc plus de vingt ans que je donne des cours pour les laboratoires et j’ai donc formé plus de 1500 prothésistes .”

D

ans ma vie professionnelle, j’ai toujours eu beaucoup de chance. En 1965 j’ai débuté dans un laboratoire qui employait un coursier plâtrier, ce qui était très rare à l’époque. Cette tâche ne m’a donc pas été confiée et j’ai pu entrer très vite dans le vif du sujet. Ensuite, vingt-cinq années passées au cabinet du Professeur Michel à Toulon m’ont permis d’apprendre correctement mon métier.

dû batailler dur pour “ J’ai arriver à produire ces

:

armatures de manière correcte mais j’y suis arrivé... Dès 1985, un de mes employeurs, le Dr. Pierre Michelon a été un des premiers en France à s’équiper de la trousse d’implan-

tologie distribuée par NobelPharma à l’époque. Nous avons commencé, lui, à poser les célèbres implants du Pr P.I. Branemark, et moi à produire des prothèses sur implants. En voyant cet accastillage industriel de série la première fois, je pensais que la tâche allait être facile, mais la suite me prouva le contraire. Mon employeur voulait à juste titre des armatures parfaitement passives, ce qui m’a poussé dans mes derniers retranchements. J’ai dû batailler dur pour arriver à produire ces armatures de manière correcte, mais j’y suis arrivé. La société NobelPharma me demanda alors d’animer les cours de prothèse sur implants et Cannes en 1991 fut mon premier stage. Cela fait donc plus de vingt ans que je donne des cours pour les laboratoires et j’ai donc formé plus de 1500 prothésistes. Au départ le protocole reprenait la méthode de la cire perdue et pendant toutes ces années nous avons connu tous les aléas du manque de passivité, de coulée de mauvaise qualité, de bulles...

Tech. Dent. N° 314 - 02/13

29


p. 28 à 36 moal

7/03/13

19:26

Page 30

Implantologie : 1

Cylindres or retouchés.

2

A

Maquette en cire.

3

C

Armature coulée.

La cire perdue et brasures Durant cette période, j’avais mis au point une technique où je ne laissais pas les cylindres en or pendant la coulée. Je les brasais après, ce qui me permettait de choisir l’alliage, de couler de manière monolithique et de ne m’occuper de la passivité qu’à la fin de la partie métallurgique de la réalisation (photos 1 à 8). 30

Tech. Dent. N° 314 - 02/13

A


p. 28 à 36 moal

7/03/13

19:26

Page 31

: Implantologie

4

Armature dégrossie.

5

Cylindres or brasés sur l’armature.

7

Armature passive vissée sur les répliques.

6

Vue de l’intrados des cylindres.

8

Cosmétique terminé.

Tech. Dent. N° 314 - 02/13

31


p. 28 à 36 moal

7/03/13

19:26

Page 32

Implantologie : 9

10

1

Scanner Optimet.

A

11

1

Armature zircone dento-portée.

Pilier Procera.

12

P

1

Scanner et logiciel CAO Aujourd’hui, avec l’arrivée massive du CAD CAM , ces principes de travail sont complètement obsolètes. Nous sommes arrivés à la cinquième génération de scanners avec l’Optimet (photo 9) et pouvons produire presque tous les produits en prothèse dento et implanto-portée avec le système Nobel Procera (photos 10 à 16). Armature zircone dento-portée.

32

Tech. Dent. N° 314 - 02/13

A


p. 28 à 36 moal

7/03/13

19:26

Page 33

: Implantologie

13

Armature PIB titane à céramiser.

14

PIB titane céramisé.

15

16

Armature zircone à céramiser.

PIB zircone céramisé.

Tech. Dent. N° 314 - 02/13

33


p. 28 à 36 moal

7/03/13

19:26

Page 34

Implantologie : 17

Objectifs multiples Cette avancée technologique indéniable permet à tout laboratoire équipé de relever la qualité de sa production. Nos formations s’adaptent donc tout naturellement à cette évolution technologique. Nos objectifs sont multiples mais peuvent se résumer en quelques grandes lignes : l Compréhension des différences entre les diverses connectiques. l Maîtrise des protocoles de réalisation, du pilier de cicatrisation à la prothèse finale. l Réalisation d’une maquette en résine pour la scanner et concevoir un pilier implantaire en titane ou en zircone. l Réalisation d’une maquette de bridge ostéo-ancrée pour la scanner et réaliser une armature. l Manipulation du logiciel Nobel Procera l Partage de 25 ans d’expérience avec trucs et astuces à travers un diaporama. Le stage se déroule sur 3 jours, soit deux jours pratiques au laboratoire et une journée de conférence.

Copie d’écran pilier Procera.

18

Le premier jour ... ...met l’accent sur les trois connexions d’implants commercialisées par Nobel Biocare avec les différents types de plateformes et leurs avantages. Vous réalisez un Procera implant bridge (PIB) en passant par les différentes étapes : la barrette d’occlusion, le montage esthétique, puis, après avoir pris des clés en silicone, réalisation de la maquette en vue de son scannage pour l’obtention d’une armature de PIB en titane. Le façonnage d’une maquette de pilier implantaire anatomique en résine.

Copie d’écran maquette résine scannée.

19

Cette étape prépare à la deuxième journée ... ...et au scannage des maquettes, à la modélisation à l’écran d’un pilier implantaire anatomique, ainsi que d’une armature de PIB (photos de 17 à 23). Le contrôle de l’armature se fait par un test de passivité. La finition de cette prothèse ostéo-ancrée passe par les étapes de grattage et de polissage et d’apport des dents et de la résine. 34

Tech. Dent. N° 314 - 02/13

Copie d’écran maquette résine scannée.


p. 28 à 36 moal

7/03/13

19:26

Page 35

: Implantologie

20

21

Copie d’écran maquette de PIB modélisée.

Copie d’écran maquette de PIB modélisée.

22

Armature modélisée et usinée.

23

Armature modélisée et usinée. Tech. Dent. N° 314 - 02/13

35


p. 28 à 36 moal

7/03/13

19:26

Page 36

Implantologie :

“Derrière un logiciel et une machine-outil il y a un homme qui finalise la cosmétique et valide la réalisation finale.” Enfin, pour clôturer le stage.. ... et à travers un diaporama, le troisième jour est consacré aux différentes réalisations et cas tels unitaire et plurale, coulé et usiné. Sont évoquées également la prophylaxie et l’occlusion. Le prix des alliages précieux a atteint des sommets qui les rendent quasiment inaccessibles surtout en prothèse implantaire où les masses métalliques sont importantes afin de respecter l’homothétie.

Oublions le précieux Aujourd’hui les praticiens et les laboratoires qui utilisent la céramique titane procurent à leurs patients une prothèse esthétique en utilisant le bon coffret de céramique, une prothèse biocompatible (le titane faisant partie des trois produits bio avec la zircone et l’alumine), une prothèse usinée donc passive, monobloc, sans brasure ni soudure et à un prix bien moindre que celui des alliages précieux.

Une page est définitivement tournée Pour conclure, je sais qu’une page est définitivement tournée. Les jeunes générations de prothésistes doivent se mettre à la CFAO si cela n’est pas déjà fait. Derrière un logiciel et une machine-outil il y a un homme qui finalise la cosmétique et valide la réalisation finale. La formation est donc une nécessité. Il faut connaître les dernières évolutions de la technologie et l’appliquer au laboratoire pour offrir à sa clientèle un service de pointe et une qualité de travail optimisée. Jean Michel Moal Prothésiste Dentaire Laboratoire ALL PROLAB

36

Tech. Dent. N° 314 - 02/13

Témoignage de Claude Borel A la veille de l’ouverture de notre entreprise (1995), je décidai de faire appel à NobelBiocare pour valider mes acquis en prothèse sur implants et démarrer grâce à leurs propositions de stages un cycle de formation continue que je n’ai jamais quitté. A ce moment-là, les possibilités étaient réduites et seule la société NobelBiocare nous donnait les moyens d’apprendre et de suivre l’évolution de la prothèse ostéo-ancrée. Tout naturellement, dès mon installation je mettais en œuvre ces acquis et commençais à réfléchir à l’importance de la CFAO dans nos structures. Après une phase de sous-traitance avec un laboratoire local, j’investissais dans un premier scanner puis un deuxième et je travaille actuellement avec le système NobelProcera et le scanner Optimet.

La qualité des produits que “nous fabriquons ayant toujours

été le premier critère dans mes décisions professionnelles…

J’ai subi toutes les difficultés de conception, de coulée, d’échecs de passivité... et sans les stages dispensés par NobelBiocare et Jean-Michel Moal j’aurais sûrement connu plus de périodes de découragement. La qualité des produits que nous fabriquons ayant toujours été le premier critère dans mes décisions professionnelles, je ne regrette pas une seconde d’avoir toujours et encore (prochaine journée de formation en avril 2013) collaboré avec cette équipe performante et utilisé ces produits de haute qualité. Notre génération est la charnière entre les techniques entièrement artisanales et l’utilisation quotidienne de la CFAO au service des patients pour toujours plus de qualité et de tranquillité. Les pionniers nous ont ouvert la voie, nous l’avons suivie avec enthousiasme, les jeunes l’amélioreront encore à leurs côtés grâce à leur expérience et leurs innovations. Bonne route à tous.

Implanto  
Implanto  
Advertisement