Page 1

Êcrire des contes de son pays en français

1


Cet ouvrage a été réalisé dans le cadre d’un projet Grundtvig Éducation tout au Long de la vie. Agrément 2013-1-RO1-GRU06-29572 7

Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication (communication) n'engage que son auteur et la Commission n'est pas responsable de l'usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

2


écrire des contes de son pays en français Introduction Les jeunes stagiaires avec qui nous travaillons suivent une formation d’insertion professionnelle intitulée « Avenir jeunes ». L’objectif de la formation est de former le public ayant entre 16 ans et 25 ans afin qu'il soit plus discipliné, autonome et professionnel avant d’intégrer une entreprise ou une formation professionnelle. La formation est financée par la région l’Ile de France et dirigée par deux centres partenaires LASER et ADPI. Elle propose une formation en vue d’élaborer un projet professionnel et d’améliorer ses compétences linguistiques - français parlé et écrit -. Cette formation dure sept mois. La majorité est un public primo-arrivant avec quelques exceptions de jeunes français ayant connu l’échec scolaire et cherchant une structure autre que l’éducation nationale. Ce projet d’écrire des contes est né de la participation de l’ADPI au projet Books like Acting. Projet européen qui regroupe des centres de formation, des universités et des bénévoles de six pays européens différents. L’objectif est de recenser les différentes manières de faire aimer la lecture auprès des adultes d'horizons divers. Le thème de la réunion à Paris est l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

écrire des contes En premier lieu, la plupart des stagiaires n’avaient pas une idée claire de ce que signifie un conte. Certains ont évoqué le terme « légende » ou d’autres « mythologie » lorsque j’ai dit que c’était une histoire qui existait depuis longtemps dans leur pays. Ensuite, j’ai ajouté qu’il s’agissait d’une histoire racontée par leurs parents qui l’ont appris eux-mêmes de leurs parents (donc grands-parents) et qui se transmettait de génération à génération. Une question d’histoire, de culture et d’éducation Avant même d’entamer la phase d’écriture, beaucoup d’éléments intéressants se sont dévoilés en lien avec l’histoire du pays et l’éducation personnelle des stagiaires. Certains n’avaient pas eu l’occasion d’entendre un conte récité par leurs parents ou alors, un stagiaire ne connaissait que des contes des pays voisins car son pays, récemment indépendant, n’en avait pas de propre. Déroulement du projet Le projet s’est déroulé en trois sessions de 3 heures (soit 9H au total) : 1ère session : aborder le sujet - le conte -, discuter sur ce que c’est qu’un conte et apprendre sa structure (5 étapes). 2ème session : écrire un conte de son propre pays à la main sur une feuille A4. 3ème sessions : le taper à l’ordinateur.

3


écrire des contes de son pays en français Pour éclaircir le mystère du conte, j’ai utilisé comme outil pédagogique un schéma de structure avec les 5 étapes essentielles pour établir un conte : Présentation du personnage principal (le héros) Problème(s) qu’il rencontre(nt) Quelle(s) solution(s) pour le résoudre Second personnage qui arrive au secours du premier personnage L’histoire se termine bien ou mal avec éventuellement un message caché sur la moralité Avec des expressions de temps qui aident à introduire les étapes : Un jour…, Il y a bien longtemps…, Il était une fois… Tout à coup…, Soudain…, Un jour…, Un matin… 4. Mais…, Heureusement…, Par chance… 5. Enfin…, Depuis ce jour…, Ainsi… Travail sur l’écriture Arrivé au stade d’écriture, j'ai donné des consignes précises, d’une part, que le récit manuscrit tienne en une page de feuille A4 et d'autre part, que les stagiaires devaient commencer le récit avec l’expression « C’est l’histoire de… » afin de rédiger le texte au présent. Je leur ai donné un exemple avec le conte du « Petit Chaperon rouge ». À ma surprise, les stagiaires ont essayé de relever le défi en utilisant les verbes au passé (passé composé et imparfait). Étant donné que la plupart avaient un niveau débutant (A1-A2), il était normal qu’ils fassent des fautes au niveau de la syntaxe et de l’orthographe. Ils ont joué le jeu en imaginant le plaisir qu’ils auraient à présenter leur conte aux participants du projet européen. Quelques difficultés rencontrées à ce stade: certains ont imaginé qu’il fallait juste trouver un conte sur Internet et le rendre tel qu’il est écrit. Je leur ai expliqué que ce qui nous intéressait était leurs propres expressions, la rédaction et non pas le plagiat. Nous leur avons conseillé de raconter d’abord aux autres l'histoire à l’oral pour que leur récit soit plus vivant et personnel. Par la suite… Il serait intéressant de reprendre la discussion sur comment chacun a vécu cette aventure, quelles ont été les difficultés rencontrées et pourquoi le conte existe. Nous pourrions creuser davantage sur la culture et l’histoire de chaque pays autour de l’écriture et de la lecture. Il serait également envisageable de demander l’avis des autres stagiaires sur chaque conte, s’il y a un conte similaire dans leur pays ou de quelle manière ils interpréteraient l’histoire lorsqu’il y a un message moral. Ces contes ont été présentés pour la première fois au centre LASER, le 19 mars 2015, à l’occasion de la venue des partenaires européens du projet « Books Like acting » en France. Roumains, Italiens, Polonais, Suédois, Espagnols et Turcs ont alors découvert le groupe d’écriture et son travail. Aïko Hashimoto 4


Êcrire des contes de son pays en français

5


6


Ommi Sissi

un Conte Tunisien

Comme d’habitude, Ommi Sissi était en train de balayer dans les rues tunisiennes en chantant les paroles d’Om Kalthoum pour réveiller le monde, tout à coup sans avertissement, elle trouve une pièce d’argent qui a une grande valeur car elle pouvait acheter tout ce qu’elle souhaitait. Et puisqu’elle a une petite fille qui s’appelle Fatima et qu’ elle aime beaucoup, elle a pensé acheter quelque chose pour elle, donc elle a décidé d’aller au poissonnier pour créer des plats magnifiques. Après les avoir préparés, elle les a cachés prés de la fenêtre de la cuisine, et ensuite, elle est retourné balayer. Après quelques instants, le chat de la voisine vint emprunter un couteau à Ommi sissi, et Ommi sissi lui a dit - « Mais tu ne vois pas que je suis occupée là ? Vas le chercher, peut-être il est dans la cuisine.» Le chat partit à la cuisine, et tout de suite il sentit l’odeur des plats de poisons, il les mangea rapidement et prit le couteau et partit. Après un moment, Fatima rentra à la maison, et comme elle avait très faim, elle ne trouva pas la surprise faite par sa mère, elle commença à pleurer, Sissi arriva et comprit tout de suite la situation dramatique, et quand le chat revint obsédé par le goût des poissons, Ommi Sissi l’ a attrapé et lui a coupé la queue, et pour la lui rendre, il doit chercher du beurre. Le chat court vite chez l’épicier et demande gentiment du beurre mais il lui dit «Je te donne du beurre à condition que tu me donnes du lait» alors le chat se dirige vers la vache et lui demande du lait, la vache lui répondit: « Je te donnerais du lait mais cherches moi de l'herbe» alors le chat partit à la prairie et demanda de l'herbe mais la prairie répondit aussi: «Je te donnerais de l'herbe si tu me ramènes de l'eau» et le chat partit à la rivière et lui demanda de l'eau alors la rivière répondit : «Je te donne de l'eau si tu me promets d'arrêter de faire des bêtises » le chat accepta et il prit l'eau et le donna à la prairie qui lui donna de l'herbe qui le donna à la vache qui lui donna du lait et le donna à l’épicier qui lui donna le beurre qu’il donna à Ommi Sissi qui lui recolla sa queue . Fatima a mangé une omelette et Ommi Sissi est retournée balayer. Morale : Dans cette vie, il faut toujours trouver une solution. 7

Rédigé par Anis BOUDHIB


BINTA ET LE BAOBAB

Conte sénégalais

Il était une fois, à une époque très lointaine, dans cette région d'Afrique de l'Ouest que l'on appelle aujourd'hui le Sénégal, une toute jeune fille prénommée Binta. Depuis sa naissance, Binta joyeuse enfant, vivait heureuse dans son village auprès de ses parents. C'est vrai aussi que son meilleur confident n'était pas un animal familier mais, un arbre, un beau et imposant baobab, arbre sacré en Afrique. Plusieurs fois par jour, mais surtout le matin en se levant et le soir avant d'aller se coucher, Binta venait s'asseoir auprès de son arbre, appuyait bien son dos contre l'immense tronc et entrait en communication avec le baobab. Elle lui racontait tout : ses joies, ses rires avec ses copines et les enfants du village, ses petites peines bien rares et ses espoirs pour cette vie à venir. Mais une catastrophe inattendue bouleversa en quelques instants cette vie heureuse : la maman de Binta tomba gravement malade et mourut au bout de trois jours. Chaque matin désormais, la jeune fille se rendait sur la tombe de sa mère et chaque matin elle pleurait. L'arbre fit tout ce qu'il put pour consoler son amie, il comprenait très bien l'angoisse de Binta mais, le baobab savait aussi que la mort fait partie de la vie et qu'il faut du temps pour accepter le départ d'un être aimé. Cette brusque séparation eut d’autres conséquences pour Binta...

Rédigé par Harouna TAMBADOU

8


LE CORBEAU GOURMAND

Conte Indien

Il était une fois un pigeon qui vivait sur un nid à proximité d'une cuisine. Les cuisiniers de la cuisine qui y travaillaient l'aimait beaucoup et souvent lui donnait du grain. Il aimait l'endroit et sa vie était très bien. Un jour, un corbeau a vu le pigeon et il a vu comment il profitait de la merveilleuse nourriture. Puis un jour, il a fait amitié avec le pigeon, et sous le prétexte de l'amitié, il a demandé de partager le nid avec le pigeon. Le pigeon lui a alors dit qu'ils pouvaient passer du temps ensemble à discuter de politique, de religion, etc.., mais en ce qui concernait la nourriture, ils devaient chacun se débrouiller par leurs propres moyens. Donc, le pigeon a suggéré au corbeau d’aller rechercher sa propre nourriture lui-même. Mais le corbeau était impatient et la raison de son amitié pour le pigeon était pour profiter de sa nourriture. Le corbeau voulait la viande et le pigeon c’était les grains de la cuisine. Le corbeau ne pouvait pas attendre plus longtemps et finalement il a décidé qu'il allait chercher la nourriture directement dans la cuisine. Ayant pensé ainsi, il se glissa furtivement dans la cheminée dans la cuisine. Il a senti l'odeur d'un poisson au curry sur le plateau. Cela aiguisa sa gourmandise et il est allé de l'avant et a essayé de voler le poisson. Mais dans le processus, il a accroché une louche, et a créé du bruit. Cela a alerté le cuisinier qui était dans la pièce voisine et il a saisi le corbeau et l’a tué. La morale de cette histoire est la suivante : Ne pas être trop gourmand. Se contenter de ce que vous avez, et ne pas souhaiter ce que vous ne possédez pas.

Rédigé par Sivassoubramaniane OUROUTTIRABADY

9


Les reines de la lune et du soleil

Conte Algérien

Il était une fois dans le Sahara (le désert) dans le sud algérien, une tribu qui s'appelait le ciel pluvieux car c'était le seul endroit où l’on pouvait trouver de l'eau en hiver, la pluie n'arrêtait jamais et en été les sources explosaient partout. Les gens racontaient à leurs enfants que le dieu de l'eau étaient amoureux des filles de cette tribu. Mais un poète- pèlerin qui a séjourné dans cette tribu, leur a dit : « La lune et le soleil ont honte et vont punir ces filles et je jurerai que les gazelles sont jalouses d’elles, oh mon dieu mes yeux restent stupéfaits ». Selon la rumeur, une fois les soldats français ont attaqué cette tribu et comme dans chaque guerre, ils ont voulu violer les femmes avant de les tuer mais les filles couraient et ont sauté dans le lac et sont mortes en se noyant et depuis ce jour-là, il n’a plus plu à cet endroit. Et en hommage, les algériens du sud jettent de l'eau derrière leurs filles le jour de leur mariage Rédigé par Mériem HAOUACHI

10


MEENA

Conte du Bangladesh

Meena est une petite fille qui vit dans un village avec ses parents, sa grand-mère, son frère Raju et sa baby-sitter Rani. Mithu le perroquet est son meilleur ami. Ce conte « Meena » est utilisé comme un outil pour transmettre des messages importants sur le genre, les droits de l'enfant, l'éducation, la protection et le développement. Les histoires de Meena présentent de nombreuses images positives d'une fille qui a réussi contre toute attente à obtenir l'égalité de traitement, l'amour, les soins et le respect. D’une manière attrayante et provocatrice, ces histoires créatives et passionnantes ont favorisé des réflexions sur le thème des questions sociales. Un jour, Meena et Mithu ont grimpé dans un grand manguier pour cueillir un fruit mûr, Meena court à la maison pour partager la mangue avec son frère Raju. La Mère coupe la mangue et partage les morceaux entre Meena et Raju. Meena était bouleversée et elle a protesté, car la grand-mère disait que les garçons doivent toujours avoir plus à manger que les filles. Un autre jour, Meena a remarqué que l’on a donné plus de nourriture à Raju. Mère lui donna un œuf, et à Meena aucun. Mithu a regardé par derrière et n’était pas du tout content. Quand les enfants sont allés se laver les mains, Mithu a coupé l'œuf en deux et a mis la moitié sur l’assiette de Meena. Quand ils reviennent, Meena doit redonner l'oeuf à Raju. Grand-mère a commencé à gronder Meena de vouloir l'œuf. Mais le père pensait que c’est injuste parce que les deux enfants ont grandi ensemble et travaillé dur pareillement. Raju n’est pas d'accord. Raju pense qu'il travaille très dur tous les jours et donc mérite plus de nourriture que Meena. Raju dit à Menna : ton travail est très simple. Donc Meena a suggéré qu'ils changent de place pour la journée afin d’échanger entre eux deux les tâches. La veille, Meena a demandé à Raju de se réveiller tôt le lendemain matin pour allumer le feu. Raju comprend que ce travail n’est pas facile. Ensuite il doit balayer la cour. Et puis nourrir les poulets qui ont faim et qui ont sauté sur lui. Meena va chercher la vache au pâturage. Raju doit laver la vaisselle, laver les vêtements, et remplir les pots avec l’eau, Meena est assise assoupie sous l'arbre. Lorsque Meena revient finalement à la maison, Raju devait s’occuper du bébé Rani. Raju était fatigué et affamé, grand-mère l’avait observé toute la journée et avait réalisé combien le travail de Meena était dur chaque jour. Au dîner, Mère a donné la part de la nourriture habituelle de Raju à Meena qui a eu une plus grand part. Raju était très déçu! regardant son visage, tout le monde a éclaté de rire. Tout le monde sait maintenant que les garçons et les filles ont besoin en part égale de nourriture pour grandir. Maintenant, Raju promet d’aider dans tous les travaux.

Rédigé par Rafikul ISLAM 11


LE CHEF DU VILLAGE

Conte Malien

Un Chef du village s’est réveillé au bout de la nuit vers 3h du matin, il a trop faim, il ne savait pas comment il allait trouver à manger, il est sorti pour se promener. Il a rencontré un jeune homme qui lui a dit : - « Que fais-tu dehors à cette heure ? et qu’est-ce que je peux faire pour toi ? ». « Tu peux m’aider à avoir quelque chose à manger ? » dit le chef « Je connais un endroit où l’on peut trouver un coq chez MR POULO, le vendeur de poulet. A cette heure, il dort chez lui, on peut rentrer chez lui pour prendre chacun deux poulets. Toi tu rentres dans le poulailler car tu as plus d’expérience que moi, et moi, je regarde de chaque coté pour surveiller et si des gens arrivent, je te fais signe, ok ça marche. » lui propose le jeune homme. Le vieux chef du village est donc rentré dans le poulailler. Mais Mr POULO a entendu le bruit des poulets et est sorti pour vérifier s’il n’y avait pas de chat dans le poulailler, il a allumé sa torche et juste à ce moment là, il y avait le chef du village à l’intérieur , il l’ a attrapé et il l’a attaché jusqu’à 9h du matin et il a regroupé les enfants et les femmes du village pour montrer le Chef du village et son complice .

Rédigé par DJIKINE Moussa

12


L'hyène et l'aveugle

Conte du Sénégal

L’hyène était là, elle n’avait plus rien à manger. Elle avait si faim qu’elle n’en pouvait plus. Dans les rues du village, chaque fois qu’elle passait, elle voyait un aveugle debout, aux entrées des maisons, disant seulement des formules magiques. Les gens lui donnaient de la nourriture qu’il mettait dans ses sacs jusqu’à ce qu’ils soient pleins à craquer.

L’hyène regardait ces sacs. Partout où elle se rendait, elle était chassée. Elle se mit à regarder cet aveugle, chaque jour, lorsque l’aveugle disait : « Lahi la la ! », on lui donnait de la nourriture, jusqu’à ce que ses sacs soient pleins à craquer. Il rentrait chez lui. L’hyène dit à l’aveugle : « Hé ! As-tu envie de retrouver la vue ? » L’aveugle dit : « C’est tout ce que je demande à Dieu le Maître ! » Elle dit : « Pour ce qui me concerne moi, je veux être aveugle ! » L’hyène ajouta : « Veux-tu que nous fassions un échange et que tu m’apprennes tes incantations ? » L’aveugle lui répondit : « Oui, je t’apprendrai les formules magiques, ainsi tu pourras demander l’aumône ! » L’hyène devint aveugle et l’aveugle retrouva la vue. L’aveugle lui remit les formules magiques. Le premier jour, elle récita les formules magiques et remplit ses sacs avec de la nourriture jusqu’à ce qu’ils soient pleins à ras bord.

L’hyène alla se coucher dans sa case et se mit à parloter. Dès qu’elle commença à sentir la faim, elle accrocha les sacs à ses épaules. Elle arriva à mi-chemin et oublia les formules ! Elle ne connaissait plus les formules magiques, et elle ne pouvait plus savoir qui était l’aveugle. Alors, elle resta là, bêtement !

Rédigé par GASSAMA Harouna

13


L’homme qui fait le bien

Conte syrien

Il y a un homme qui remplit un panier avec du pain et il le jette dans la mer pour donner à manger aux poissons. Son fils lui a dit « pourquoi tu aides les animaux et tu n’aides pas l’homme » ?. Le père lui a répondu : « ne fais jamais du bien à être humain, ne le fais qu’aux animaux, et quand je meurs, fais la même chose ». Le père est mort et le fils va au bord de la mer pour faire ce que son père lui a dit. Et sur son chemin, il a trouvé un serpent blessé, il l’a pris et l’ emporté chez le médecin pour le soigner. La semaine d’après, il est allé au bord de la mer et sur son chemin il a trouvé un aigle qui avait les ailes cassées, il l’a porté et il l’a amené chez le médecin également pour le soigner. La 3ème semaine, le fils est parti à la mer comme d’habitude et il a trouvé un homme poignardé par des coups de couteaux. Le fils se rappelle ce que son père lui avait conseillé, de faire le bien seulement aux animaux, mais le fils veut aider l’homme sur la terre et il l’a amené chez le médecin pour le soigner. Quand cet homme est devenu mieux, le fils l’a pris à sa maison pour l’héberger. L’aigle a voulu lui rendre le service et il a volé le collier de perles du roi et il a mis le collier sur la table du fils. Le roi s’est mis en colère et il a donné l’ordre de trouver le collier, et la personne qui le trouvera sera récompensée en lui donnant sa fille en mariage. L’homme hébergé chez le fils a remarqué que le collier était sur la table du fils et il a convoité l’offre du roi et il est allé le prévenir, et les gardes du roi ont arrêté le fils et ils l’ont amené en prison. En même temps, le serpent a voulu rendre le service au fils, pour ça il a décidé d’avoir un plan pour le faire sortir de prison. Le serpent a planifié avec le fils qu’il s’enroulerait autour de la fille du roi et comme ça il n’ y aura personne d’autre pour sauver la fille que le fils. Et personne ne peut tuer le serpent car la fille serait aussi en danger. Le fils et le serpent ont effectué le plan et le fils est sorti de la prison et il a raconté l’histoire au roi et il s’est marié avec la fille du roi. Rédigé par Mayar SAAD

14


Le Petit Chaperon Rouge

Conte de Grimm

Il était une fois une belle fille qui vit dans un village avec sa mère , un jour sa mère l’appelé et lui a demande une faveur, voir a sa grand-mère qui est malade, pour lui apporter une tarte aux pommes e une bouteille de miel. Sa mère dit fille me fiez-vous ! Ne vous alignez pas de votre chemin et ne parle pas aux étrangers. Le petit chaperon rouge dit oui maman je promets. Comme il fait froid elle met un foulard rouge sur la tête et part chez sa grand-mère. Elle faut passer par la fore elle très peur. Plus tard le loup a parlé avec elle, et elle a répondu, mais avec craint parce que sa mère avait déjà dit de ne parler pas aux étrangers. Ils parlaient tant qui la chaperon rouge dit elle et ou la, ouest la maison et de faire ce, plus elle dit ou revoir loup. Comme le loup était très intelligent et rusé, était le chemin de la maison de la grandmère, alors venez d'abord le Petit Chaperon Rouge. Tout content, elle arrive chez sa grand-mère mais a qui l’attend n’est pas sa grandmère, mais le loup, loup est le grand méchant qui qui avait déjà mange la grand-mère aussi voulait la manger, mais elle réussi à se échapper. Le méchant loup, qui avait déjà mangé la grand-mère et était un estomac plein , ne se souciait pas et mis à dormir. Dans la forêt, le Petit Chaperon Rouge a rencontré un chasseur qui il marchait, et lui a demandé de l'aide. Le chasseur accourut, la maison de la grand-mère et a trouvé le grand méchant loup, profondément endormi . Puis vint et vlan! Couper le ventre du méchant loup et en sortit la grand-mère, qui était encore en vie . Puis mettre à l'intérieur de diverses pierres et cousu à nouveau le ventre. Quand le loup se est réveillé, a vu le chasseur et se enfuit, pleine de crainte Le Petit Chaperon Rouge étreint sa grand-mère et a promis que ne aurait jamais désobéir à sa mère. Elle, la grand-mère et le chasseur a mangé le gâteau et le miel , heureux tout était fini ainsi . la morale de l'histoire et que nous devons obéir à nos parents , de ne pas parler aux étrangers Rédigé par Wilza Da Silva 15


Le groupe de stagiaires raconteurs

16

Livre de contes avenir jeunes  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you