Page 1

VERSION de TRAVAIL

RECUEIL de CAS PRATIQUES pour les Conseillers à l'emploi des personnes en situation d'handicap


VERSION DE TRAVAIL

2


VERSION DE TRAVAIL

INTRODUCTION One in six people in the European Union (EU) has a disability that ranges from mild to severe making around 80 million who are often prevented from taking part fully in society and economy because of environmental and attitudinal barriers. Career counsellors are one of the essential actors for implementing the policies addressed to people with disabilities, as they support them in their job search and help them get motivated and help them to get motivated for learning and finding the their way to possibilities for re-skilling and validation of not formal and informal learning. RECAR is a 2014 Erasmus+ project connecting 6 organisations. ADPI from France, SocietĂ Cooperativa Aforisma from Italy, BD Center from Poland, Diasport from Bulgaria, Fundacion Docete Omnes from Spain and Activa from Sweden. The aim of the project is to increase the efficacy of career counselling delivered to people with disabilities by developing a Casebook and two e-Courses, one for trainers of career counsellors and one for career counsellors for self-training. This casebook is addressed to career counsellors working with people with disabilities. The cases are assembled with a set of questions confronting the reader in finding ways to solve the problems occurring and starting up discussions between counsellors and trainers that will provide a mutual exchange of experiences. The casebook contains 60 cases, each of them with a set of questions to promote reflection following a description of the main issue of the case, and directions for solving or managing these issues. The casebook spans 10 topics extending from basic support to more specific challenges. In the Implementation phase the partners from the six countries produced 15 cases each in English. The 90 cases were read by each partner that gave feedback about the things that needed to be adjusted or rewritten. After edition of all cases a selection had to be done in order to reduce them to the amount of 60. Each partner gave the cases a judgment by putting between one to three stars at each case depending on given quality criteria. As leader of the activity, we, at Activa, collected the results and made sure that all the units were well represented. The 60 cases were after that translated into the partners' languages: Bulgarian, French, Polish, Spanish and Swedish Our aims is that this casebook will be of great assistance to trainers of career counsellors in giving their courses, enabling to raise critical issues of the career counsellor's job and trigger discussions among students.

3


VERSION DE TRAVAIL

For the self-learner, we wish that students of the topic of professional support to people with disabilities or counsellors on the job find tools for improving their perspective on the job and deliver better support.

Bertil Johansson

4

Activa, Sweden


VERSION DE TRAVAIL

Sommaire INTRODUCTION ................................................................................................................................... 3 Adam ................................................................................................................................................... 7 Agata.................................................................................................................................................... 9 Agnieszka ........................................................................................................................................... 14 Albert ................................................................................................................................................. 16 Alex .................................................................................................................................................... 20 Alina ................................................................................................................................................... 23 Amanda ............................................................................................................................................. 27 Annette .............................................................................................................................................. 30 Anna .................................................................................................................................................. 33 Artur .................................................................................................................................................. 36 Benjamin............................................................................................................................................ 40 Boryana ............................................................................................................................................. 44 Carmela ............................................................................................................................................. 47 Daniel................................................................................................................................................. 51 Denise ................................................................................................................................................ 54 Diane.................................................................................................................................................. 57 Hélène ............................................................................................................................................... 60 Elise.................................................................................................................................................... 63 Emma................................................................................................................................................. 67 Eve ..................................................................................................................................................... 70 Philippe .............................................................................................................................................. 74 Frédéric.............................................................................................................................................. 77 Jade.................................................................................................................................................... 81 Hélène ............................................................................................................................................... 84 Jerzy ................................................................................................................................................... 88 Jolanta ............................................................................................................................................... 92 Juan, María and Andrés ..................................................................................................................... 96 Karin .................................................................................................................................................. 99 Claude .............................................................................................................................................. 102 5


VERSION DE TRAVAIL Lola .................................................................................................................................................. 105 Luca.................................................................................................................................................. 108 Louis................................................................................................................................................. 111 Malone ............................................................................................................................................ 114 Marcos ............................................................................................................................................. 117 Marie ............................................................................................................................................... 120 Mark ................................................................................................................................................ 124 Marthe ............................................................................................................................................. 126 Martin .............................................................................................................................................. 129 Max .................................................................................................................................................. 132 Michel .............................................................................................................................................. 135 Nieves .............................................................................................................................................. 139 Nora ................................................................................................................................................. 142 Olivia ................................................................................................................................................ 145 Pawel ............................................................................................................................................... 150 Pedro ............................................................................................................................................... 153 Patrice.............................................................................................................................................. 156 Petra ................................................................................................................................................ 159 Centros de Promoción Integral ....................................................................................................... 163 Rafael ............................................................................................................................................... 166 Rachel .............................................................................................................................................. 169 Reginald ........................................................................................................................................... 172 Richard............................................................................................................................................. 175 Rocío ................................................................................................................................................ 178 Rodolfo ............................................................................................................................................ 181 Rosemarie ........................................................................................................................................ 184 Sara .................................................................................................................................................. 188 Simon ............................................................................................................................................... 191 Sven ................................................................................................................................................. 194 Tobias .............................................................................................................................................. 197 Yann ................................................................................................................................................. 200

6


VERSION DE TRAVAIL Adam

Thématiques: Droit des personnes reconnues handicapées, Communication, Suivi en entreprise Adam a 24 ans. En dépit d’une déficience intellectuelle, il est allé dans une école de milieu ordinaire. Il a un niveau 3 selon EQF. Avant d’avoir recours au service de l’emploi assisté, il a participé à un programme de formation organisé par le bureau de l’emploi, il a été aussi bénévole car il n’a jamais eu un emploi rémunéré et n’a jamais eu de contrat. Au début, une formation lui a été proposée pour développer ses capacités en communication et se préparer à travailler. Durant la formation, il s’est avéré qu’il était intéressé et qualifié pour accomplir des calculs. Le directeur d’une compagnie locale en marketing créait une nouvelle équipe. Il espérait tout spécialement donner une opportunité aux personnes handicapées dans le but d’enrichir l’environnement de travail dans la compagnie. Au départ, l’employeur pensait que le candidat devait avoir beaucoup de compétences et de savoir-faire mais ce type d’exigence était incompatible avec un handicap intellectuel. Ensuite, il fut demandé à l’employeur de changer et de réduire ses critères et de les rendre compatibles avec les différents types de handicap. Le conseiller présenta Adam à l’employeur et les collaborations potentielles, il expliqua comment se comporter et communiquer avec une personne déficiente intellectuellement. Dans la phase initiale, le conseiller en emploi forma et entraina tous les jours Adam. Les collègues étaient désireux d’aider. Adam petit à petit se familiarisa avec les tâches qu’il avait à réaliser. Les responsabilités des employés administratifs handicapés sont : scanner les factures, recevoir et traiter les documents, recevoir et diffuser la correspondance, photocopier, ajouter du papier dans l’imprimante et la photocopieuse. Son travail nécessitait une grande et constante efficacité et était l’objet d’un retour toutes les semaines en lien avec les autres employés. Au bout de trois mois, Adam a été employé 20 heures par semaine au SMIC pour une durée indéterminée. Une fois par mois et quand cela était nécessaire, en cas de problèmes avec son comportement ou ses résultats sur son lieu de travail, il recevait le soutien du conseiller. Adam participait un après-midi par semaine à une réunion lors de laquelle étaient abordés les problèmes associés au travail, à l’organisation et au développement des compétences nécessaires pour vivre de façon indépendante Travail préliminaire: Le premier travail pour une personne handicapée sur le marché de l’emploi : le motiver à conserver son emploi Comment le conseiller a préparé l’insertion professionnelle d’Adam ? 7


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I - Questions spécifiques au cas 1/ Combien de temps devrait-on continuer à soutenir Adam sur son lieu de travail ? 2/ Selon vous, pour quelle raison cette compagnie a signé un contrat d’accompagnement dans l’emploi ? 3/ Comment éviter les comportements négatifs des autres employés contre une personne handicapée II - Questions générales sur le conseil 1/ Donnez des exemples des différent types d’aides et de prestations pour les personnes handicapées 2/ Comment motiver à retourner vers l’emploi une personne handicapée qui n’a pas travaillé depuis une longue période et qui bénéficie d’une pension d’invalidité ? par 3/ Quelles sont les possibilités d’insertion professionnelle pour une personne déficiente intellectuelle ?

8


VERSION DE TRAVAIL

Agata Thèmes abordés: Pensée critique, Accompagnement à la recherche d’emploi, Suivi en entreprise Agata a 25 ans et souffre de désordres neurologiques et visuels. Elle a déjà subi deux opérations des yeux et d’autres interventions sont d’ores et déjà prévues. Elle a participé à des ateliers thérapeutiques pendant quelques années mais a dû arrêter pour s’occuper des tâches domestiques lorsque sa mère a repris la vie professionnelle. Entretemps, elle a eu l’opportunité de bénéficier d’une action d’insertion professionnelle dans le cadre d’un projet pour personnes handicapées mis en place par le Bureau du Travail. Elle s’est montrée anxieuse mais aussi très contente de voir que quelqu’un était prêt à l’aider à trouver un emploi. En effet, elle avait besoin d’argent pour aménager une partie de la maison car elle voulait devenir indépendante et, d’une certaine façon, être séparée de son père qui avait un problème d’alcool. Elle reçoit une allocation qui lui permet de « joindre les deux bouts ». Elle aide sa mère qui a un tout petit salaire et admet que sa famille vit au jour le jour. Elle souhaite désespérément quitter la maison car elle en a assez des tâches ménagères et veut faire quelque chose de sa vie. Sinon elle va « devenir folle ». Agata a été scolarisée en primaire (EQF 1). C’est une personne très ouverte qui peut déployer beaucoup d’énergie pour parvenir à ses fins ; elle a un bon relationnel et se montre très serviable. Quand elle participait aux ateliers, elle s’était spécialisée en artisanat d’art. Elle très douée de ses mains, fait de la peinture sur verre, sait cuisiner et s’occuper d’une maison ; elle rêve de fonder sa propre famille. Elle sort beaucoup avec ses amis et sait bien se servir d’un ordinateur. Son déficit visuel est son grand problème car elle ne peut pas prendre un emploi qui solliciterait trop ses yeux. Elle a travaillé pendant quelques temps comme Agent de nettoyage mais son contrat n’a pas été renouvelé. Elle a bien aimé ce travail qui n’avait pas d’effet négatif sur sa santé et elle aimerait trouver quelque chose de similaire. Elle est incapable d’expliquer pourquoi elle n’a pas travaillé pendant deux ans ni pourquoi elle n’a pas essayé. C’est probablement dû au fait qu’elle était entièrement absorbée par les tâches ménagères ; elle avait cessé de penser à elle et s’était focalisée sur les problèmes familiaux. Au centre d’insertion professionnelle, Agata a d’abord été reçue en entretiens individuels puis en séances collectives. Les entretiens avaient pour objet l’identification de son potentiel et l’élaboration d’une stratégie. Le conseiller aida Agata à établir ses outils de recherche 9


VERSION DE TRAVAIL

d’emploi et à réfléchir à son projet. Son idée était de trouver un poste d’Agent de nettoyage : « J’aime ce job et m’y sens à l’aise ». C’est ainsi que débuta la recherche d’emploi.

10


VERSION DE TRAVAIL

Ils commencèrent par les administrations : la mairie, l’Assistance Publique, mais il n’y avait pas de postes vacants. Le conseiller décida de contacter le Directeur du centre pour personnes en difficultés pour savoir s’il n’avait pas besoin d’une femme de ménage car, à sa connaissance, ils n’en avaient pas. Le directeur accepta de recevoir Agata et se montra intéressé par sa candidature mais expliqua qu’il ne pouvait pas l’embaucher faute de budget correspondant. Il lui proposa de poser sa candidature pour un stage rémunéré par le fonds de réhabilitation des personnes handicapées et c’est que qu’elle fit. En attendant la réponse, Agata participa à des ateliers ayant pour but la préparation à l’entrée dans le monde du travail. Elle fut acceptée en stage et un suivi sur le lieu de travail fut mis en place à raison d’une fois par semaine au début puis de deux fois par semaine. Agata s’en sortait très bien, elle était méticuleuse et rapide. Le directeur du centre en fut très satisfait et dit que c’était la meilleure employée de ménage de la structure. Agata utilisa ses gains pour faire réaliser les travaux d’aménagement de la maison et elle déclara qu’elle aurait son propre logement à Noël. Le conseiller entama des négociations pour essayer de faire embaucher Agata à l’issue du stage mais le directeur réitéra sa réponse : il n’avait pas le budget pour cela. Le conseiller et Agata décidèrent alors de chercher autre chose, considérant que cette expérience lui serait utile pour trouver un autre emploi. Ils obtinrent une réponse positive de la direction d’une coopérative sociale qui s’engageait à embaucher la bénéficiaire en tant que « livreur de repas » après un stage. Cependant, Agata ne put accepter cette offre car le travail était trop pénible. Le conseiller continua à prendre des contacts avec des employeurs et finalement Agata fut embauchée comme Assistante au kiosque à journaux d’une boutique. Agata est très heureuse que de nouvelles opportunités se soient présentées. Grâce à elles, Agata a vu les choses s’améliorer que ce soit sur le plan professionnel ou sur le plan personnel et familial.

Travail préliminaire:

11


VERSION DE TRAVAIL

Nommer au moins quatre obstacles rencontrés par Agata dans ses démarches d’insertion professionnelle.

12


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I – Questions spécifiques au cas

1. Que pensez-vous de l’action menée par le conseiller Emploi ? De son implication ? Du choix de ses méthodes de recherche d’emploi ? 2. Quel est à votre avis le point clef dans la réussite d’Agata à trouver un emploi ? 3. Equilibre entre vie professionnelle et vie privée. Trouvez-vous que ce cas en est un bon exemple ?

I I – Questions d’ordre général

1. Donnez des exemples d’accompagnement d’entreprises mettant en place des stages et des formations sur le tas. 2. Les personnes handicapées en milieu ordinaire : quels sont les principaux obstacles qu’elles rencontrent dans leur recherche d’un emploi rémunéré ? 3. Quelles sont les avantages et aides proposés aux structures embauchant des personnes handicapées.

13


VERSION DE TRAVAIL

Agnieszka Thématiques: Time management, Travail en équipe La bénéficiaire a 37 ans et souffre d’une déficience intellectuelle. Elle a bénéficié d’une formation à l’Institut et à l’Académie de commerce pour les personnes handicapées. Elle a un niveau 4 selon EQF. Auparavant, elle avait travaillé dans une structure en milieu protégé dans laquelle elle pliait des journaux et des magazines. Mais elle souhaitait trouver un emploi dans le milieu ordinaire pour gagner davantage. Un travailleur social du milieu protégé l’a renseignée sur les possibilités de bénéficier du soutien d’une agence pour l’emploi. Dès la première rencontre, il est apparu qu’Agnès était une personne très créative avec de nombreuses idées ; il est donc important de trouver un moyen de faire correspondre l’offre d’emploi à ses attentes et à ses recherches ciblés. Dans un club de recherche d’emploi, Agnès a appris la manière de chercher des offres intéressantes et la façon d’utiliser un ordinateur pour rédiger une lettre de motivation. Elle a également regardé une vidéo sur l’intégration et le travail de personnes touchées par un déficience intellectuelle. Elle a également eu l’occasion d’essayer de nombreuses activités : nettoyage, rangement des magazines, classement par ordre alphabétique d’ouvrages dans une librairie, rangement dans une boutique des produits dans les rayons. Pendant la phase d’élaboration de son profil professionnel et celle de sa recherche d’emploi, son plan d’action a été souvent réorienté. A la suite de cette période, Agnès a décidé qu’elle travaillerait à temps partiel. Elle souhaitait faire des tâches répétitives ne demandant pas trop de responsabilités et en lien avec la bureautique et le classement. En raison de la variabilité de son humeur, elle avait besoin d’un travail qui la stabilise, proche de chez elle et d’une nature administrative. Il était également important que le salaire soit plus élevé qu’en milieu protégé. En accord avec son conseiller, elle a contacté le siège d’une banque privée. La banque emploie 200 employés dont des personnes handicapées. Lors du premier contact, il a été évoqué la possibilité d’effectuer des tâches pour un bénéficiaire en lien avec ses intérêts et ses compétences. L’employeur était informé qu’une partie de la méthode de l’emploi aidé reposait sur la participation active d’un coach lors de la phase d’adaptation au nouvel emploi et au nouvel environnement professionnel sachant que cette période peut être plus longue que prévu. La banque était d’accord pour rencontrer Agnès et son conseiller pour un entretien d’emploi. Durant les échanges, il a été mentionné la manière de se comporter dans ce nouvel environnement professionnel et face aux nouveaux devoirs et tâches qu’elle aurait à effectuer et qui seraient adaptés pour elle. Travail préliminaire: Intégration de personnes handicapées dans un nouvel environnement professionnel, quelle est la motivation de l’employeur ? 14


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I – Case questions 1/ Quels moyens utiliseriez-vous pour préparer Agnès à intégrer un nouvel environnement professionnel et la maintenir dans l’emploi ? 2/ Quelle formation peut recevoir l’employeur afin de faciliter l’intégration sur le lieu de travail ? 3/ Comment réagiriez-vous si vous observez qu’un collègue d’Agnès a une attitude inappropriée et discriminante à son égard ?

II - Questions d'ordre générales à propos du conseil 1/ Précisez et listez les bénéfices pour la compagnie ou l’employeur dans l’emploi d’une personne handicapée 2/ Pensez-vous que la présence d’une personne handicapée au sein d’une équipe a des répercussions positive dans les relations de travail ? 3/ quelle méthode de veille peut-on mettre en place pour évaluer la bonne intégration de personnes handicapées à un nouveau poste et dans un nouvel environnement professionnel?

15


VERSION DE TRAVAIL

Albert Thèmes abordés : Analyse de la demande, Droit des personnes handicapées, Pensée critique, Communication Albert a 29 ans. Il vit dans son propre appartement et bénéficie au quotidien d’aides à domicile, ce qu’il estime à présent inutile. Il n’a pas eu d’activité professionnelle au cours de sept dernières années car il était en arrêt maladie pour dépression et attaques de panique. Il reçoit une de l’Assurance sociale et est en traitement psychiatrique. Il a aussi des problèmes de dents et souffre de gastrites. Il est dans l’attente d’une intervention chirurgicale pour l’ablation de polypes. Son état psychologique s’est sensiblement amélioré. Il est à noter qu’il a eu quelques expériences professionnelles avant de tomber malade. Son assurance sociale l’a adressé au Centre « Académie du Travail » pour un bilan de son employabilité devant durer quatre semaines. Il a eu plusieurs rendez-vous pour ce bilan avec son conseiller et a appris à réaliser des tâches administratives au service formation de l’Académie du Travail. Albert a attaché beaucoup d’importance aux relations qu’i l a eues avec d’autres personnes au cours de la journée. Il a commencé à y aller à mi-temps mais, au bout d’une semaine, il a souhaité passer à temps plein, ce qui s’est révélé trop lourd pour lui. En effet, il était très fatigué et devait lutter contre l’émergence d’attaques de panique. Il a de nouveau tenté d’allonger son temps de travail et cela s’est mieux passé même s’il a ressenti une énorme fatigue le soir. Au fur et à mesure que le temps passait, Albert était de plus en plus calme. La situation de travail et les tâches qu’il avait à réaliser s’avérant plus bénéfiques que l’on ne pouvait l’espérer. Albert a montré de l’aisance à recevoir et suivre des instructions de travail et a commencé à prendre des initiatives au travail. Les interactions sociales se sont passées beaucoup mieux que prévu. Au cours de la période d’essai, il s’est découvert un nouveau centre d’intérêt en travaillant sur les sites web au point qu’il s’y est complètement immergé. Il est finalement apparu qu’Albert n’avait pas du tout de difficultés d’apprentissage dans ce domaine, au contraire. Albert a exprimé à quel point le fait de sortir courir lui faisait du bien. Il avait noté un changement dans son comportement général. Durant le bilan, Albert a recommencé à sortir de façon plus naturelle, par exemple pour des promenades, du shopping, des balades en bus. Malgré une longue absence du marché du travail, il a montré une réelle motivation et même un savoir-faire pour rechercher et examiner les opportunités d’emploi en milieu ordinaire. Il a estimé qu’un emploi dans le secteur brasserie-restauration (qu’il avait connu) ne lui conviendrait pas compte tenu du niveau de stress que cela impliquait. Il a évoqué son expérience en librairie comme trop calme et ennuyeuse. Il avait plutôt envie de découvrir de nouveaux secteurs d’activité. Le bilan confirma son désir de retravailler ainsi que sa confiance en lui. 16


VERSION DE TRAVAIL

A la fin du bilan, il fut décidé qu’Albert poursuivrait ses recherches d’emploi. Il rédigea son CV avec l’aide du conseiller et plusieurs semaines se passèrent dans l’espoir de trouver un emploi compatible avec son profil. Le fait de rester à la maison ne réussit pas à Albert qui commença à retomber dans ses anciens travers. Afin d’éviter que son état ne dégénère, le conseiller lui proposa plusieurs rendez-vous. Six semaines plus tard, il eut une proposition de stage dans une église. Celle-ci était à l’extérieur de la ville, ce qui impliquait un trajet en bus ou à bicyclette pour aller au travail mais Albert estima que ce n’était pas un obstacle. Il aima le travail dès le début et réalisa très bien les tâches qui lui furent confiées. Sa seule difficulté était d’arriver à être ponctuel. Il était souvent en retard et on dut trouver plusieurs moyens de contourner le problème. Jusqu’au jour où Albert ne se montra pas de la journée et où tout le monde en fut très troublé. Son conseiller le rencontra pour essayer de comprendre ce qui se passait : Albert lui expliqua qu’il ne pouvait parler à personne de son entourage de son stage, car sa famille était musulmane et n’accepterait jamais qu’il travaille dans une église. Cela rendait d’un seul coup son comportement beaucoup plus compréhensible. Il fallut tout reprendre au début et préciser à quel point il est important de donner la vraie raison quand une situation particulière pose problème. De nouveau, il se passa du temps mais, quelques mois plus tard, Albert eut l’opportunité d’intégrer comme stagiaire une association éducative. Il devait gérer l’aspect administratif des activités musicales. Il se trouve que ce poste était en parfaite adéquation avec son désir d’effectuer des tâches administratives et son grand intérêt pour la musique. Il commença à travailler à temps partiel, à raison de quelques heures par semaine. Il fut très vite apprécié et les choses semblaient prometteuses. Il bénéficia du soutien financier du bureau de placement pour un allongement du stage: d’une part afin de prolonger sa période de retour à l’emploi mais aussi car l’association envisageait d’embaucher Albert. La direction de l’association devait cependant attendre les décisions relatives à la nouvelle organisation qui lui permettrait d’entamer un nouveau processus de recrutement. Parallèlement à ces perspectives de travail qui s’amélioraient de jour en jour, l’état de santé d’Albert commença à se détériorer. Il eut plusieurs infections dentaires et ses gastrites empirèrent, ce qui rendit l’intervention chirurgicale de plus en plus urgente. Le conseiller et son superviseur firent leur possible pour aider Albert à gérer la situation et les divers rendez-vous médicaux indispensables. Pourtant, la situation devint rapidement dramatique. L’état mental d’Albert se dégrada. Il ne fut plus en mesure de travailler le temps prévu et prit beaucoup de retard. Sa confiance en lui s’effondra. Tous les efforts du conseiller et du superviseur tendirent à lui rappeler à quel point il avait été performant tant que sa santé le lui avait permis. Ils essayaient simultanément d’accélérer les choses pour les soins et le traitement médical concernant infections dentaires et gastrites. 17


VERSION DE TRAVAIL

Pendant ce temps, l’association éducative étendait ses activités et se trouvait sur le point d’embaucher. Toutes les parties concernées désiraient que le poste soit offert à Albert mais, compte tenu de son état de santé, il fut décidé que ce n’était pas possible. A ce stade, cela faisait un an qu’Albert était suivi par l’Académie du Travail et cette période ne pouvait être prorogée. Le conseiller s’entendit avec l’administrateur de l’Assurance sociale pour que ses allocations soient réactivées de façon à ce qu’il retrouve un moyen de subsistance. Comme le trentième anniversaire d’Albert approchait, on lui conseilla de faire une demande d’allocation d’invalidité permanente. Travail préliminaire: Quels sont à votre avis les besoins d’accompagnement d’Albert? Que pensez-vous de son employabilité ?

18


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I – Questions spécifiques au cas

1/ A votre avis, des raisons religieuses peuvent-elles être avancées pour refuser un emploi ?

2/ Pensez-vous que le conseiller aurait dû refuser l’allongement du temps de travail souhaité par Albert au risque d’une dégradation de son état de santé ?

3/ Quels sont, à votre avis, les principaux obstacles au retour à la vie active d’Albert? Ses problèmes d’estomac ? Ses problèmes psychiatriques ? Son long éloignement du monde du travail ?

I I – Questions d’ordre général

1/ Quand une personne a de graves problèmes de santé mais souhaite néanmoins travailler, y a-t-il un point où le conseiller doit s’y opposer?

2/ Y a-t-il des règles dans votre pays concernant l’obtention d’une pension pour invalidité? Où trouver l’information correspondante ?

3/ Trouveriez-vous judicieux de proposer d’abord un retour à l’emploi en milieu protégé à une personne étant restée longtemps éloignée du monde du travail et de toute vie sociale?

19


VERSION DE TRAVAIL

Alex Thèmes abordés: Droits des personnes handicapées, Gestion de l’information, Pensée critique, Démarche créative, Communication Alex a 44 ans. Il est sorti du circuit scolaire à l’âge de 20 ans avec un diplôme de Maçon (EQF 3).Il a rapidement trouvé un emploi dans une entreprise du bâtiment mais n’a pas du tout aimé ce métier et, six mois plus tard il changeait d’activité dans la même entreprise en devenant « Mousse », c’est-à-dire celui qui s’occupe des commandes et livraisons des repas et boissons pour les ouvriers des chantiers. Lorsqu’il a quitté cette entreprise, Alex a décidé de faire de l’intérim et a travaillé comme Préparateur de commandes au cours de missions successives. Il a gardé ce mode de fonctionnement pendant deux ans puis a saisi l’opportunité qui s’est présentée en la personne d’un ami lorsque celui-ci lui a proposé de travailler comme Barman dans un night-club. Très motivé, il a appris le métier sur le tas et un an après son embauche se voyait confié de nouvelles responsabilités. Trois ans plus tard, il a ressenti le besoin d’améliorer son niveau d’anglais car il envisageait de travailler dans un restaurant gastronomique. Il est alors parti en Angleterre où il a occupé des fonctions de direction dans un hôtel-restaurant renommé. Deux ans plus tard, il est revenu en France et a été embauché comme Chef de rang dans un grand restaurant international. Il a adoré ce nouveau job et a été promu Directeur Général de l’établissement au bout de deux ans. A l’âge de quarante ans, il a eu un accident de moto. Il est resté un an à l’hôpital et a passé une autre année dans un centre de réadaptation. Puis, désireux de reprendre le travail, il a tenté un retour à la vie active comme serveur à temps partiel. Il a dû déclarer forfait au bout de trois semaines car le travail lui était trop pénible et la jambe blessée se faisait trop douloureuse. Il fut finalement licencié pour inaptitude physique. Alex est resté quelques temps chez lui à réfléchir à ses possibilités de reconversion professionnelle. Passionné par les animaux et particulièrement par les chiens, il a essayé d’imaginer une activité dont ils seraient le centre. Après moult considérations, il a commencé à fantasmer sur le métier d’éleveur de chiens. Il possédait déjà deux chiens de la race des Staffordshire et avait envie, outre l’élevage, de faire profiter les personnes fragilisées et les personnes âgées de la présence de chiens en conduisant ceux-ci dans certains services hospitaliers et dans les maisons de retraite. En effet, il est à présent communément admis que les animaux font du bien aux gens et ils sont de plus en plus souvent admis en milieu médical et dans les résidences de retraités. Tandis qu’il réfléchissait à tout cela, il en vint à la conclusion que ce serait pour lui un bon moyen de reprendre la vie active d’autant plus qu’il souhaitait partir s’installer à la campagne avec sa famille. Il commença alors à imaginer la mise en œuvre de son projet et réalisa rapidement qu’il ne connaissait rien à la création ni à la gestion d’entreprise C’est dans cet esprit qu’il s’est présenté au département Handicap de sa ville pour obtenir des informations sur les moyens de se mettre à son compte 20


VERSION DE TRAVAIL

Le conseiller qui le reçut trouva son projet intéressant et original mais estima qu’il était nécessaire qu’il le valide par une mise en situation avant de l’adresser à une structure accompagnant les créateurs d’entreprise dans leurs démarches administratives. C’est pour cette raison qu’Alex fut inscrit sur l’un de nos modules. Deux semaines avant le démarrage de la prestation, Daniel tomba dans la rue et se fractura le talon. Très motivé par son projet, il décida néanmoins de faire comme si de rien n’était et de participer à la session à laquelle il était inscrit, même s’il devait pour cela marcher avec des béquilles. Au cours de la première séance collective, il raconta brièvement son histoire et présenta son projet, générant l’enthousiasme des participants. Il était en effet charmant et avait beaucoup de charisme. Presque tous furent conquis par son projet, les seules réserves émanant des personnes qui craignaient la race « Staffordshire ». Les chiens de cette race sont en effet considérés comme des chiens de garde et peuvent effrayer les gens. Alex expliqua que ces animaux doivent être éduqués et qu’ils ne sont pas à mettre en toutes les mains. Lors de mon premier entretien individuel avec Alex, il m’expliqua qu’il avait déjà trouvé un éleveur d’accord pour l’accueillir en stage pendant deux semaines et qu’il en cherchait un autre pour une troisième semaine. Comme mentionné ci-dessus, Alex vint au centre avec des béquilles et, si l’on pouvait voir qu’il souffrait, il ne se plaignit jamais. Lorsque j’abordai la question de la compatibilité de son choix de reconversion avec ses contre-indications médicales, Alex me répondit que tout se passerait bien s’il pouvait travailler à son rythme, ce qui serait bien sûr le cas, s’il se mettait à son compte. Pour information, voici la liste de ses contre-indications: Il doit éviter de porter de lourdes charges, les positions « assis » et « debout » prolongées (il doit alterner), la marche prolongée, les positions « accroupi » et « à genoux », les escaliers (montées et descentes) le travail en milieu humide et dans le froid. Quand j’ai interrogé Alex au sujet de la dimension financière de son futur business, je me suis aperçu qu’il ne connaissait rien à l’aide dont peuvent bénéficier les créateurs d’entreprise en général et les personnes reconnues handicapées en particulier.

Tâche:

D’après la description ci-dessus, listez les atouts et obstacles que vous percevez dans le profil d’Alex au regard de son projet de reconversion professionnelle.

21


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/

Qu’est-ce qui explique l’envie d’Alex de reprendre rapidement un emploi ?

2/

Estimez-vous ses contre-indications médicales compatibles avec son projet? Argumentez.

3/

Pensez-vous qu’Alex a les qualités nécessaires pour monter sa propre affaire?

I I – Questions d’ordre général 1/

Avez-vous déjà accompagné des personnes handicapées souhaitant créer leur entreprise? Si oui, comment avez-vous géré la situation? Sinon, quels sont à votre avis les principaux aspects à prendre en considération?

2/

Avez-vous rencontré des personnes handicapées dont le projet de reconversion supposait un déménagement? Si oui, quels sont les principaux aspects à prendre en considération ? Sinon, quels sont à votre avis les principaux points permettant de valider le projet ?

3/

D’après vous, Quelles seraient les critères de réussite pour qu’un projet personnel de reconversion aboutisse ?

22


VERSION DE TRAVAIL

Alina Thèmes abordés : analyse de la demande, législation en matière de handicap, gestion de l’information Alina est une femme de 51 ans fortement touchée par un mal de dos qui rend impossible la poursuite de son ancienne profession : femme de ménage. Elle a un certificat médical qui confirme qu’elle n’est pas en mesure d’accomplir des tâches nécessitant un effort physique. Elle n’est pas encore en mesure de définir quel travail elle peut exercer dans ces conditions. Elle était vraiment déterminée à trouver le bon emploi. Après ses études secondaires, elle a reçu un certificat (niveau 4 selon EQF) dans la restauration. Dans l’optique de trouver des solutions, Alina s’est rendue à l’office du travail du district où elle a rencontré un conseiller en emploi afin d’évoquer avec lui ses chances d’employabilité.. Durant l’entretien, ils ont élaboré un plan d’action afin qu’elle puisse retourner sur le marché de l’emploi. Un nouveau CV a été créé au fil des rencontres. Les deux parties étaient impliquées dans la recherche d’emploi : le bénéficiaire trouvait les annonces dans le journal local et faisait appel à son réseau. Le conseiller en emploi disposait aussi de contacts et appelait les employeurs. Comme Alina ne savait pas vraiment ce qu’elle souhaitait faire, le centre de promotion de l’emploi a organisé deux stages (formations pour l’emploi) pour elle. La situation convenait tout à fait à la bénéficiaire. Les deux stages furent très utiles pour identifier ses forces et ses faiblesses, ses limitations et ses préférences en lien avec l’emploi. Un stage de trois mois dans une cantine, domaine qui correspondait à sa formation initiale, fut un succès et renforça la confiance en elle de la bénéficiaire. Le café où elle a travaillé emploie 5 personnes. Alina accueillait les clients de la cafétéria. La plupart d’entre eux rencontraient des problèmes sociaux et d’addiction. Pendant cette période, son mal de dos est revenu ainsi que des problèmes de vue et dentaires. De sa propre initiative, l’employeur conseilla à Alina de passer des examens pour ses yeux. Les suspicions se sont avérées exactes. Alina reçut un traitement ophtalmique et dentaire. L’amélioration de son état conduisit à une amélioration de ses chances d’obtenir et de se maintenir dans l’emploi. Alina a montré avec son attitude et son implication qu’en dépit de l’évolution de sa santé, elle a été une candidate parfaite pour le poste. Sa personnalité et son comportement ont eu un impact positif sur ses relations avec le patron de la cafétéria. Grâce à l’intervention du manager, elle a été conviée à un entretien et retenue pour l’emploi. Dans les 9 mois qui suivirent, la société a reçu des aides et des fonds pour sa rémunération Travail préliminaire: Les problèmes de santé et les limitations sont des facteurs discriminants lors de la recherche d’emploi. Trouver un emploi adapté aux précautions médicales d’une personne handicapée physiquement est un vrai défi pour une conseiller en emploi. Quelle méthode a-t-il employé dans ce cas ? 23


VERSION DE TRAVAIL

24


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I – Case questions 1/ Précisez et faites une liste des bénéfices pour une société et un employeur d’employer une personne handicapée.

2/ Pensez-vous que l’intégration d’une personne handicapée au sein d’une équipe a des effets positifs sur les comportements et les relations au travail. 3/ Quels types de contrôle et d’encadrement peut mettre en place l’employeur pour aider à l’insertion de collaborateurs handicapés, quelles en sont les risques et les avantages ?

II- Questions d’ordre général sur le conseil 1/ En tant que conseiller, avez-vous eu des connaissances claires sur la réglementation en terme d’opportunité d’emploi pour les personnes bénéficiant d’un certificat attestant la limitation de leur capacité de travail ?

2/ L’employabilité des personnes de plus de 50 ans. Pouvez-vous lister les avantages et les inconvénients de cette tranche d’âge ?

3/ Aides et activités proposées aux personnes souffrant de problèmes de santé. Citez des exemples d’outils utilisés par le conseiller en insertion.

25


VERSION DE TRAVAIL

26


VERSION DE TRAVAIL

Amanda Thèmes abordés: Analyse de la demande, Pensée critique, Travail en équipe,

Amanda a 27 ans et souffre de troubles de l’attention et de difficultés d’apprentissage. Elle vit avec ses deux enfants (3 et 5 ans) en appartement dans une grande ville. Elle est au chômage depuis trois ans mais a précédemment occupé un emploi aidé dans une cantine scolaire pendant quatre ans. Amanda s’est présentée au service d’aide à l’emploi en janvier. Elle y avait été adressée pour une action de remobilisation mais elle a exprimé le désir de recherche un emploi. Au bout de deux mois de réflexion concernant ses possibilités et besoins, Amanda a commencé à travailler dans un petit café en étant formée sur le tas. Elle y est depuis trois semaines et tout se passe très bien, notamment grâce à Monica sa responsable et tutrice. Depuis qu’elle avait quitté l’école, Amanda avait vécu d’aides émanant de divers organismes municipaux. Sa mère avait pris les choses en mains, s’arrangeant pour qu’Amanda reçoive toutes les aides nécessaires afin qu’elles puissent en vivre toutes les deux. C’est également sa mère qui avait géré les allocations mais elle était tombée gravement malade au cours de l’automne dernier et était décédée après quelques mois. Amanda est assistée par plusieurs personnes. Sur le plan médical elle est suivie par un médecin, une infirmière (qui lui fait prendre ses médicaments) et un thérapeute avec qui elle a un entretien tous les quinze jours. En tant que chômeuse, Amanda a une conseillère au service Emploi. Compte tenu du fait qu’elle ne peut pas travailler à temps plein de par son état de santé, elle est également suivie par un psychologue du travail et une assistante sociale. Elle est également accompagnée par une personne qui l’a aidée à demander une pension d’invalidité pour le mi-temps non travaillé et on lui a attribué un référent pour la future gestion de celle-ci. La pension ne lui a pas encore été allouée mais cela ne saurait tarder. Elle bénéficie d’une aide à domicile deux fois par semaine et a des relais pour ses enfants au service municipal et au jardin d’enfants. Le père des enfants souffre d’addiction et Amanda est le seul parent responsable. Elle est cependant toujours en contact avec le père (contre son gré) car celui-ci réapparaît de temps en temps dans sa vie pour lui demander le gite et le couvert. Depuis la mort de sa mère, Amanda a beaucoup de mal à gérer toutes les aides dont elle bénéficie. Elle a des difficultés pour s’organiser et anticiper les conséquences de ses actes. Elle prend souvent des décisions impulsives qui lui paraissent appropriées sur le moment. De plus, il arrive qu’elle refuse ou manque des rendez-vous et laisse traîner des courriers importants. Le fait qu’Amanda ait recommencé à travailler dans le café a fait ressortir les

27


VERSION DE TRAVAIL

très nombreux problèmes qu’elle rencontre dans sa vie quotidienne pour coordonner les différentes aides des divers intervenants. Sa tutrice, Monica, qui la voit tous les jours a découvert que ces intervenants n’avaient quasiment aucun contact entre eux, ce qui entraîne de la part des uns et des autres des décisions non concertées et crée plus de chaos que d’ordre dans son existence. Maintenant que ce problème a été identifié, la conseillère d’Amanda et sa tutrice réalisent qu’elles doivent faire quelque chose pour remédier à la situation.

Travail préliminaire: Réfléchissez aux moyens de coordonner les différents dispositifs d’aide et les intervenants concernés.

28


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions spécifiques au cas

1/

Est-ce au conseiller Emploi de réorganiser les différents aspects de la vie privée d’Amanda ?

2/

Est-ce que l’employeur peut s’en charger?

3/

Comment coordonner tous les intervenants assistant Amanda?

II – Questions d’ordre général

1/

Savez-vous s’il existe dans votre pays une administration particulière (ou un organisme social) responsable de la coordination générale des différentes sortes d’accompagnement ?

2/

Vous semble t-il judicieux qu’une personne souffrant de troubles de l’attention soit accompagnée d’autant de personnes?

3/

Lorsqu’un bénéficiaire a autant d’autres besoins, pensez-vous que le conseiller Emploi risque de perdre de vue son objectif principal?

29


VERSION DE TRAVAIL

Annette Thèmes abordés: Démarche créative, Gestion du temps, Suivi en entreprise Annette a 31 ans. Elle a souffert de dépression pendant six ans et a une mauvaise estime de soi. Elle est également sujette au stress. Elle a été scolarisée en primaire dans sa ville natale puis a suivi ses parents à l’étranger où elle a effectué une partie du cycle secondaire (EQF2). Quand elle est revenue, elle a essayé de terminer le cycle secondaire mais n’y est pas parvenue. Il fut décidé que le mieux pour elle serait de devenir aide-soignante en suivant un cycle d’études court et c’est ce qu’elle fit. Elle a ensuite travaillé pendant un an dans une maison de retraite puis, en contrat de courte durée en télémarketing. Annette eut beaucoup de mal à trouver la force de se rendre au premier rendez-vous avec sa conseillère. Elle était restée éloignée du travail et de toute formation pendant cinq ans et avait très peu de contacts sociaux. A l’issue de ce premier rendez-vous, il fut décidé qu’Annette serait accompagnée dans la recherche d’un emploi compatible avec son état de santé. Elle eut plusieurs entretiens avec sa conseillère, à son rythme, pour établir son profil professionnel. Celui-ci fit apparaître un intérêt et des compétences pour les tâches administratives. Au bout de quelque temps, la conseillère lui trouva un poste dans une société d’assurances. Elle avait à effectuer des tâches simples qui lui étaient précisées chaque jour. On lui octroya un bureau de façon à ce qu’elle n’ait pas à souffrir de promiscuité en espace ouvert. La conseillère, le tuteur et Annette se réunirent régulièrement au cours des premières semaines. Il apparut rapidement qu’Annette était hésitante dans son travail, elle se demandait sans cesse si elle ne faisait pas d’erreurs. Quand elle prit conscience de ses doutes, elle alla voir ses collègues pour leur demander conseil. Au début, ceux-ci essayèrent de l’aider mais au bout d’un moment ils en eurent assez d’être constamment dérangés. Annette expliqua qu’elle se sentait très angoissée lorsqu’elle était confrontée à de nouvelles tâches. La conseillère tenta de diverses manières de discuter avec elle et de lui proposer des stratégies pour gérer ses difficultés mais cela n’eut aucun effet. Elle prit alors contact avec le service psychiatrique qui suivait Annette, pour lui demander de l’aide, soit par thérapie soit par une autre méthode. Toutefois, l’équipe psychiatrique déclara qu’il ne s’agissait pas là de problèmes aigus et ne proposa aucun traitement. 30


VERSION DE TRAVAIL

La conseillère se trouva ainsi confrontée à la nécessité d’élaborer une stratégie visant à réduire l’anxiété d’Annette et à atténuer le stress ressenti par ses collègues Travail préliminaire: Essayez de déterminer des stratégies pour aider Annette à gérer ses difficultés.

31


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I – Questions spécifiques au cas

1/

A votre avis, que pourraient faire l’employeur et les collègues d’Annette pour l’aider à vaincre ses difficultés?

2/

Quel type d’accompagnement la conseillère peut-elle proposer pour rendre les choses plus aisées pour Annette?

3/

Quand la psychiatrie est défaillante, pensez-vous pouvoir apporter une aide thérapeutique en ses lieu et place ?

I I – Questions d’ordre général

1/

Pensez-vous pouvoir effectuer un réel suivi à l’embauche s’il ne vous est pas possible de visiter l’entreprise aussi souvent que nécessaire?

2/

Comment pouvez-vous aider l’employeur à soutenir un bénéficiaire en poste?

3/

Votre mission de conseiller est d’aider le bénéficiaire à trouver un emploi ou une formation compatible avec son état de santé. Cependant, d’autres problèmes peuvent émerger au cours de l’accompagnement, tels que des difficultés économiques, un contexte familial délicat, des problèmes de santé mentale, etc. Comment pouvez-vous aider le bénéficiaire à gérer ces diverses difficultés ?

32


VERSION DE TRAVAIL

Anna Thèmes abordés : Pensée critique, démarche créative , travail en équipe, communication Anna a 17 ans. Elle est née avec une déficience auditive. Son rêve est de devenir coiffeuse. Elle a étudié dans une école spécialisée pour les enfants malentendants (niveau 3 selon EQF). Dans l’optique d’accomplir son rêve, Anna a décidé de suivre une formation pour devenir coiffeuse (Niveau 4 selon EQF). Bien qu’elle puisse lire sur les lèvres, elle était très tendue pendant les enseignements ce qui a entravé la réalisation de travaux collectifs puisqu’elle n’était pas en mesure de suivre toutes les conversations avec les autres élèves.

Après avoir échoué lors de la réalisation d’un travail, Anna est allée parler de ses difficultés avec un enseignant. Elle lui a évoqué ce qui serait le plus efficace pour elle. Par la suite, et avec son consentement, l’enseignant a réuni l’ensemble des élèves afin de discuter avec eux des moyens qu’ils pourraient mettre en oeuvre afin de faciliter l’intégration d’Anna dans l’ensemble des cours et des activités.

Les personnes qui font appel à une stratégie d’écoute par le regard, ne sont pas en mesure de prendre des notes lorsqu’ils lisent sur les lèvres. Ainsi, il serait utile que les autres étudiants fournissent à Anna des prises de notes et des photocopies.

Le travail en groupe est très difficile pour une personne avec une déficience auditive puisqu’elle ne sait pas en avance qui va parler. Ce phénomène est particulièrement marqué lors des moments où la personne malentendante doit répondre. Ce problème pourrait être solutionné si la personne qui va prendre la parole l’indique grâce la passation d’un objet. Autre possibilité, les étudiants pourraient mettre un place une gestuelle particulière lorsqu’ils sont amener à parler.

Les étudiants sont conscients des difficultés rencontrées par Anna lorsqu’ils travaillent en groupe. Ils sont devenus plus compréhensifs et aidant afin d’assurer son entière intégration dans le travail à fournir pendant les cours. Au fur et à mesure, elle s’est mieux intégrée et a réussi dans ses études. C’est à ce moment précis qu’a eu lieu notre première rencontre. 33


VERSION DE TRAVAIL

Elle était très excitée à l’idée d’obtenir son diplôme de coiffeuse. Je l’ai aidée lors de la constitution des dossiers et nous avons commencé à lui chercher un emploi.

J’ai donc pris contact avec des employeurs qui avaient leur salon de coiffure. Malheureusement, ils manifestaient leur peur qu’Anna ne convienne pas à la clientèle et, en raison de cette crainte, personne en voulait l’embaucher. J’ai évoqué les avantages d’employer une personne handicapée. J’ai également informé certains d’entre eux sur la manière de travailler avec une personne souffrant de ce type de handicap. Toutes ces démarches se sont révélées infructueuses.

J’ai prévu Anna qu’il nous faudrait plus de temps pour qu’elle trouve l’emploi qu’elle désirait. Je lui ai proposé de se tourner vers d’autres formations mais elle rejeta cette perspective.

Un mois plus tard, un de ses amis est venu dans mon bureau pour évoquer le fait qu’il voulait embaucher Anna mais qu’il avait peur de sa réaction. Je lui ai conseillé de lui proposer tout d’abord un stage dans l’un de ses salons.

Anna accepta ce stage et, aujourd’hui, elle travaille dans un salon. Grâce à son réseau, elle a réussi à atteindre son rêve.

Travail préliminaire : En vous appuyant sur l’expérience d’Anna, pouvez-vous proposer d’autres méthodes pour faciliter la communication avec les personnes malentendantes dans le but de résoudre certains problèmes pendant les cours ?

34


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS I – Questions sur le cas 1. Comment encourager cette personne sourde à continuer sa formation si elle refuse de la poursuivre ? 2. Donnez des idées sur la façon de mieux intégrer une personne sourde dans une équipe en entreprise. 3/ Quels arguments peut-on donner aux employeurs pour les inciter à recruter des personnes sourdes

II – Questions d’ordre général 1. Que pensez-vous de l’idée de développer des cours en langage des signes ?

2. Comment un conseil en insertion professionnelle peut-il insuffler des idées créatives et donner une distance critique aux personnes handicapées ? à supprimer Par 2 / quels sont les moyens que peut utiliser le conseiller pour aider une personne sourde à être à l’aise dans l’entreprise et sur son poste de travail ? 3.

Comment les personnes sourdes peuvent bénéficier de formations de qualité et adaptées à leur besoin ?

35


VERSION DE TRAVAIL

Artur Sujets abordés: analyse de la demande, pensée critique, prise de décision, communication. Arthur est un homme sans emploi de 51 ans au physique robuste. Il est diplômé d’un établissement professionnel après des études secondaires (niveau 5 selon EQK). Sa spécialisation était la cordonnerie et la tapisserie. Il souhaiterait travailler à présent soit comme manœuvre dans la construction, soit dans un entrepôt soit dans un abattoir. Il a été orienté vers un centre communal d’aide sociale. Il a donné une très bonne impression lors de la première rencontre avec le conseiller. Il avait un but précis (monter sa propre affaire dans la réparation de chaussures). Il était convaincant, confiant et soulevait les bonnes questions. Enfin, il était informé sur le marché de l’emploi. Il affirmait qu’il allait chercher activement un emploi. Il paraissait même étrange qu’une telle personne soit sans travail. Il y avait seulement un point qui le distinguait des autres : des marques sur son visage étaient le signe de son passé de criminel. Le client semblait déterminer. Il fut donc décidé qu’il s’adresserait à une agence d’emploi pour obtenir des aides afin de créer son entreprise. Cette demande paraissait totalement justifiée en vertu du fait qu’il avait déposé une demande l’année passée. La situation semblait parfaitement justifiée : un client avec un projet bien défini, impliqué et désireux de passer à l’action. Il n’y avait rien d’autres à faire que de déposer le dossier, attendre une réponse positive et profiter des bénéfices qui arriveraient nécessairement par la suite. Le conseiller a contacté l’agence pour l’emploi pour savoir si le client avait bien déposé la demande pour commencer son entreprise. Il s’avéra que dans le passé il avait déjà déposé des demandes mais qu’il ne joignait pas tous les documents demandés. En raison de cela, il n’avait aucune chance de recevoir une réponse positive. Pourtant, le projet avait été bien définie (obtention de fonds) et il semblait disposer de toutes les compétences professionnelles nécessaire à sa réalisation. Le conseiller en insertion professionnel conseilla à Arthur de participer à un atelier de trois jours sur les travailleurs indépendants organisé par le centre d’information et d’orientation sur le travail. Arhur suivi cette formation deux jours et, le troisième, il fut absent car selon lui : “il connaissait déjà tout ça”. Après cet atelier, Arthur avait obtenu un rendez-vous avec un spécialiste de l’agence qui l’aida à remplir un questionnaire et un document écrit pour sa demande de subvention. Le client n’est pas venu pour le premier entretien et, lors du second il dit qu’il était pressé. En dépit de ces engagements, il ne remplissait pas les documents. Chaque fois qu’il devait le faire il arguait d’un problème et toutes les attentes ne débouchèrent sur rien.

36


VERSION DE TRAVAIL

Ensuite, Arthur et son conseiller se focalisèrent sur la recherche d’emploi en lien avec l’offre du marché local. Arthur, personne active, en bonne santé qui n’avait de plus pas peur de travailler n’aurait aucun mal à se lancer dans la recherché d’emploi. Des rencontres eurent lieu sur la manière de rendre un CV attractif (il s’avéra qu’il n’était pas aussi fort qu’il l’avait laissé entendre plus tôt) et sur les méthodes de présentation et de recherche d’emploi. En raison de son manque de rigueur, le conseiller en insertion professionnel contacta des employeurs potentiels pour se renseigner sur des remplacements, des plans de recrutements ou des stages. Il informa le client sur les différents endroits dans lesquels il pourrait se rendre pour proposer des remplacements ou pour déposer son CV. Comme d’habitude, Arthur affirma qu’il avait déposé son CV, rendu visite dans les structures et qu’il y avait de bonnes chances qu’il trouve un emploi. En dépit des efforts du conseiller, Arthur restait sans emploi bien qu’il continuait à affirmer qu’il en trouverait un demain. Quand son conseiller lui demandait pourquoi il n’avait toujours pas d’emploi, il disait que c’était en raison de l’inadaptation de ses qualifications. S’il n’avait pas eu l’emploi de cariste c’était qu’il n’avait pas le permis. Pourtant, le patron de l’entrepôt lui avait certifié que, s’il l’avait eu, il l’aurait embauché. Bref, il manquait toujours quelque chose pour travailler dans un entrepôt ou dans un entreprise du bâtiment. Le conseiller proposa à Arthur de changer de stratégie et demanda à Arthur de suivre une formation à l’agence pour l’emploi. Au début, Arhur ne se rendit pas à l’agence mais il finit tout de même par s’inscrire. Malheureusement, il y avait beaucoup de demandes pour les formations à cette période et il n’était pas possible de savoir quand il pourrait commencer les cours. Le conseiller en insertion essaya encore d’encourager son client à passer à l’action. Arthur reçut une liste de 42 entreprises (employeurs potentiels) situées proche de chez lui afin qu’il les contacte pour leur demander si elles cherchaient à embaucher et pour leur remettre son CV et sa lettre de motivation. Mais il échoua. Le conseiller fut contraint de rappeler à son client la nature du projet et dut clarifier le fait qu’il n’était pas un agence d’emploi. La réussite dépendait des efforts et de l’investissement fournis par Arthur. La situation était difficile mais le conseiller n’abandonna pas. Arthur avait évoqué son désir de travailler dans une entreprise de “transformation de la viande”. Après avoir exploré le marché local et contacté des employeurs de ce secteur, il proposa la candidature d’Arthur. Après négociations, l’employeur fut d’accord pour rencontrer le client et évoquer avec lui les possibilités d’emploi (il cherchait deux découpeurs de viande). Quelques jours après, l’employeur contacta le conseiller pour lui demander s’il n’avait pas d’autres candidats. 37


VERSION DE TRAVAIL

Durant l’entretien Arthur était plus intéressé par l’obtention d’un certificat attestant de sa venue et il confirma qu’il était plus là pour parler de l’emploi que pour travailler. Suite à cela, le conseiller voulut redéfinir avec lui ses buts et ses besoins et lui demanda s’il voulait vraiment travailler. En réponse aux observations de l’employeur, Arthur demanda à le revoir pour une période d’essai. Au même moment Arthur trouva un emploi au noir dans une entreprise du bâtiment. Le conseiller expliqua les avantages d’un travail légal mais Arthur lui dit qu’il ne demanderait pas un contrat en bonne et due forme à son employer actuel. Il affirmait que c’était plus pratique et qu’il pouvait gagner davantage”. Lorsqu’on lui demandait pour sa retraite et plus globalement pour son futur, il disait qu’il bénéficierait d’aides du centre fermé pour les personnes atteintes de troubles mentaux. Il conservait tous les documents médicaux et voyait fréquemment le médecin. Il disait qu’il avait tout à disposition.

Travail préliminaire : En vous basant sur les comportements décrit ci-dessus, listez les raisons principales de l’échec d’Arthur dans sa recherché d’emploi.

38


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I – Questions relatives au cas 1. En tenant compte de la difficulté d’Artur à choisir un emploi, de son absence de coopération, de son évitement des rencontres avec les employeurs –Comment évaluez-vous les méthodes utilisées par le conseiller en insertion ? Quelles autres méthodes aurait pu mettre en place le conseiller ? 2. En tenant compte du décalage entre les attentes d’Artur et ceux du marché de l’emploi local, quel est le rôle et la tâche du conseiller dans ce type de situation ?

3. Comment évaluez-vous la bonne distance du conseiller vis à vis d’Artur ?

I I Question d’ordre général sur le conseiller en insertion 1. Comment motiver un bénéficiaire qui ne veut pas être coopératif ? Donnez deux exemples pratiques, comment se comporter avec lui ?

2 Pour débuter en tant qu’auto-entrepreneur ou travailleur indépendant, listez le type de soutien financier ou d’aides qui existent dans votre pays pour monter une entreprise. 3 Les pratiques et méthodes du conseiller avec des individus éloignés du marché de l’emploi sur le long terme. Donnez deux exemples de réussite.

39


VERSION DE TRAVAIL

Benjamin Thèmes abordés: Gestion du temps, Pensée critique, Démarche créative, Travail d’équipe Benjamin a 21 ans. Il est né avec une malformation cardiaque rare, le personnel médical ayant prévu une importante opération du cœur vers sa treizième année. Toute sa scolarité en a été perturbée. Dispensé de sport, il a suivi les autres cours mais aucun effort ne lui a été demandé : pour ses parents la seule chose qui importait était qu’il vive. Comme prévu, il a été opéré à l’âge de treize ans. Ce devait être une intervention unique. Après l’opération, Benjamin a repris les études mais n’a pas pu passer l’examen. Il a ainsi quitté le collège sans diplôme (c’est-à-dire au niveau européen 2). Il a ensuite commencé des études d’auxiliaire de vie car il aime les personnes âgées. Toutefois, après un stage en maison de retraite, il a changé d’avis (il avait été affecté dans un département réservé aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer). Il s’est alors inscrit à une formation de vente en boucherie (il ne pouvait pas faire le découpage, travail trop pénible pour lui physiquement). Tout s’est bien passé jusqu’à ce que la boucherie soit vendue. Cependant, le nouveau patron a refusé de garder les apprentis et la formation s’est terminée de façon abrupte car il n’a pas trouvé de nouvel employeur pour continuer. Il est alors resté chez lui sans activité pendant une année mais il en a eu assez de ne rien faire et a décidé de chercher du travail. Il a trouvé un emploi d’assistant logistique à raison de trois heures par jour. Très content de ce poste, il en a profité pour financer son permis de conduire. Puis, il a travaillé dans un supermarché pendant les fêtes de fin d’année comme vendeur de jouets. Il aidait aussi à faire les paquets cadeaux et a aimé la relation avec la clientèle. Quelques mois plus tard, il travaillait comme aide au préparateur de commandes dans une PME. Il a ensuite eu l’occasion de travailler à l’accueil d’une piscine. A la fin de la même année, il a obtenu un CDD en tant que Réceptionnaire au sein de l’hypermarché local. Un mois plus tard, ce CDD se transformait en CDI. Jusqu’alors, Benjamin n’avait jamais mentionné ses problèmes de santé à son employeur. Toutefois, lorsqu’il a obtenu un CDI, une visite médicale lui a été automatiquement prescrite. Le médecin qui l’a reçu ayant détecté une anomalie a demandé des examens complémentaires. Ceux-ci ont mis en évidence un problème important nécessitant une nouvelle opération du cœur. Quand Benjamin s’est fait hospitalisé, il était certain que son arrêt maladie serait de courte durée mais l’intervention s’est mal passée et son cœur s’est arrêté. Les chirurgiens ont réussi 40


VERSION DE TRAVAIL

à le réanimer. A la suite de cela, Benjamin a été suivi par l’équipe médicale pendant huit mois. Après sa convalescence, il a eu envie de travailler dans l’informatique mais ne savait pas trop dans quel métier. Il a alors pris contact avec le service Handicap qui nous l’a adressé pour un accompagnement à l’élaboration d’un projet professionnel compatible avec son état de santé.

41


VERSION DE TRAVAIL

Au cours de la première séance collective, Benjamin a évoqué les possibilités de devenir Analyste programmeur ou Assistant Hotline. Il a expliqué que chez lui il utilisait un ordinateur et que cela lui plaisait. Il savait notamment comment installer des programmes. Il a ajouté que, dans sa future vie professionnelle, il aimerait être capable de prendre des initiatives et d’assumer des responsabilités. Il voulait aussi gagner un bon salaire pour vivre confortablement. Il estimait qu’il pourrait, plus tard, devenir un bon manager. Il a de plus affirmé qu’il était pressé de quitter la maison familiale pour vivre avec sa petite amie. Pour cela, il lui fallait de l’argent et il voulait travailler le plus vite possible. Benjamin a cependant expliqué que ses parents voulaient le garder à la maison, surtout sa mère. Selon eux, il pouvait rester à la maison aussi longtemps qu’il le souhaiterait et n’avait pas besoin de travailler. De temps en temps, son père faisait quelques allusions à son futur mais il n’insistait pas. Benjamin se sentait chéri par ses trois femmes bien-aimées : sa petite amie, sa sœur ainée qui ferait n’importe quoi pour lui et sa mère qui gère son planning (rendez-vous médicaux etc.…). Quand vous regardez Benjamin, vous voyez un beau et grand jeune homme. Il a l’air en bonne santé et il est impossible de deviner qu’il souffre d’une pathologie cardiaque. De plus, il s’exprime bien et est élégant. Quand on l’entend parler, on ne peut imaginer qu’il ne peut écrire correctement et qu’il est d’un bas niveau d’éducation. Voici ses contre-indications médicales: - il doit éviter les positions « assis » et « debout » (il doit alterner) et les mouvements de bras répétés - il a l’interdiction de porter.

Travail préliminaire : Dites quels sont les principaux points qui retiennent votre attention dans le profil de Benjamin.

42


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions spécifiques au cas

1/ 2/

3/

Que pensez-vous des motivations de Benjamin? Pensez-vous qu’il est dans une situation permettant aisément l’élaboration d’un projet professionnel cohérent? Pourquoi ?

Que pensez-vous de l’écart entre son apparence (bonne allure, expression orale aisée, bon relationnel) et son bas niveau d’éducation (notamment en expression écrite) au regard de son employabilité?

I I – Questions d’ordre général

1/

Quels sont selon vous les aspects délicats à gérer lorsque le handicap est invisible?

2/

Pensez-vous que le jeune âge du bénéficiaire peut avoir une influence sur l’accompagnement?

3/

Comment procédez-vous lorsqu’un bénéficiaire est attiré par un secteur d’activité sans toutefois avoir d’idée précise de métier ?

43


VERSION DE TRAVAIL

Boryana Thématiques: Gestion du temps, Accompagnement a la recherche d’emploi Boryana a 28 ans. Elle est atteinte d’un handicap visuel congénital. Elle a un frère ainé qui ne souffre pas du même handicap. En raison de sa déficience, leurs parents portent plus leur attention sur Boryana. Cette situation conduit à des tensions au sein de la famille. Le frère se sent ignoré, il est jaloux et à certains moments surgissent des problèmes entre lui et sa sœur. Avec l’aide d’un psychologue, le frère de Boryana a surmonté ses émotions. Boryana a étudié dans une école spécialisée pour les enfants atteints d’un handicap visuel (niveau 3 selon EQF) située dans sa ville natale. Avec le soutien de sa famille et de ses amis, Boryana a réussi à aller vivre et étudier à Sofia. Elle est diplômée en psychologie (niveau 6 selon EQF). Elle a également travaillé au planning familial . Son succès dans les études supérieures en plus des nombreux efforts fournis, reposait sur le recours à des technologies et des adaptations particulières réservées aux personnes atteintes d’un handicap visuel tant à la bibliothèque que dans les salles de cours de l’université. Boryana aime jouer aux échecs. Elle a participé à différents tournois et compétitions et en a gagné de nombreux. Elle confie qu’au début, il lui était très difficile d’apprendre et de se souvenir des règles et de certains aspects du jeu, notamment la position de chaque figure. Mais, elle était motivée et avait envie de surpasser toutes ces difficultés. Elle disait que c’était un vrai plaisir pour elle de jouer et de participer à des concours Boryana veut soutenir et aider les personnes touchées par le handicap et leurs familles. Ses valeurs sont l’indépendance et le dévouement. Pendant qu’elle était encore à l’université, elle a participé à plusieurs projets développés par des ONG et qui concernaient les personnes handicapées. Pendant la mise-en-œuvre du premier projet auquel Boryana a collaboré, elle est venue dans notre bureau. Elle était très motivée pour aider d’autres personnes handicapées mais elle n’était pas sûre au vue de ses savoirs faire et de ses compétences. Après plusieurs rencontres et entretiens individuels, elle a été en mesure de faire un choix informé concernant son orientation professionnelle. Maintenant, elle travaille comme conseillère -médiatrice auprès des familles dans un centre d’aides sociales. Elle donne des consultations aux enfants et aux familles à risques

44


VERSION DE TRAVAIL

Travail préliminaire : Faites des commentaires sur le rôle du conseiller dans le succès connu par Boryana

45


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions spécifiques au cas 1/ Quelle est l’importance du soutien du psychologue par rapport aux problèmes émotionnels rencontrés par le frère de Boryana ? 2/ Pensez-vous que Boryana aurait eu autant de chance de trouver un travail si elle n’était pas reconnue en tant que personne handicapée ? 3/ Est-ce que le fait que Boryana soit handicapée est un atout dans son emploi de consultante aux familles (médiatrice familiale) ?

II – Questions d’ordre général 1/ Quelle est l’importance de la durée dans l’intégration et la réalisation personnelle des personnes handicapées ? 2/ Pouvez-vous référencer différentes institutions qui viennent en aide aux personnes handicapées pour trouver un travail. 3/ En tant que conseiller comment évaluez-vous l’importance de la participation des personnes handicapées pour le développement en Europe de projets menés par des ONG pour faciliter le développement de carrière ? ou Pensez-vous que la participation d’une personnes handicapée dans une mission d’accompagnement à l’insertion de personnes handicapées est un atout ?

46


VERSION DE TRAVAIL

Carmela Thèmes : Suivi en entreprise Carmela est une jeune fille de 29 ans avec le syndrome de Down, la plus jeune d'une grande famille: elle a six frères et cinq sœurs. Toute sa famille l'aime beaucoup, s'occupe d'elle et surveille sa conduite ... clairement l'ange de la maison Elle est vraiment très jolie, mais très immature pour une femme de presque trente ans. Grâce à un accord avec l'administration publique locale, nous avions eu la possibilité de sélectionner dix employés administratifs. La principale raison de sélectionner Carmela était qu'elle avait terminé ses études en Administration (formation professionnelle initiale - CEC niveau 1) il y a cinq ans et elle a fait des cours complémentaires en TIC, médias sociaux et gestion du temps. Notre conseiller a évalué le soutien de sa famille comme un point positif, toujours prêts à collaborer avec nous pour être en mesure de donner le meilleur à Carmela. Les problèmes ont commencé dès le premier jour au travail: - Elle aime agir comme une petite fille, (différente de celle lors de nos sessions) et ses collègues lui parlèrent donc comme une petite fille; la protégeant, et n'exigeant pas d'elle qu'elle fasse son travail. - Le deuxième problème a été que ses parents ont été la visiter sur son lieu de travail pour la promouvoir auprès de ses collègues, en parlant toutes les qualités de Carmela, etc. - Certains de ses frères et sœurs ont envoyé des messages WhatsApp à Carmela afin de la motiver dans ses premiers jours au travail, et Carmela lisait les textes à ses collègues. En moins de deux heures le conseiller savait qu'il était le temps d' arrêter et agir dans ces premières étapes afin de résoudre ces dysfonctionnements et de changer les comportements, il allait: - Prendre des mesures avec la famille de Carmela - Passer à l'action avec les collègues de Carmela - Agir avec Carmela - Parler à l'employeur de Carmela La stratégie avec sa famille était clair: intervenir auprès d'eux en leur interdisant strictement tout contact avec les collègues ou les supérieurs de Carmela pendant la journée, sauf en cas d'urgence. S'ils avaient un problème, ils devraient parler au conseiller avant.

47


VERSION DE TRAVAIL

La stratégie avec ses collègues était de demander qu'ils la traitent comme une personne normale. Ils avaient à la traiter comme un collègue. S'ils avaient des difficultés, il était là pour une raison: essayer de les résoudre. Ils devaient éviter les conversations sur des sujets personnels, comme parler de ses amis et frères ou sœurs, au moins jusqu'à ce que Carmela soit intégrée sur le lieu de travail.

48


VERSION DE TRAVAIL

Pour Carmela: d'une part, elle ne devait plus utiliser son téléphone portable pendant les pauses café. Les conversations qu'elle a avec ses collègues ne peuvent être que sur des questions de travail. Nous avions à lui apprendre ses tâches correctement. Elle a dû comprendre que c'était de grosses journées pour de nombreux garçons et filles comme elle et qu'elle devait être responsable, comme elle l'a été durant ses études et avec sa famille. Nous devions parler à son employeur des problèmes et des solutions trouvées. Il était très important que le conseiller l’informe de ce qui se passait . Carmela a travaillé dans le gouvernement local pour une durée de 12 mois jusqu'à la fin de son contrat. Maintenant, elle se prépare au concours pour accéder à la zone d'administration dans les lieux de travail dédiés aux personnes handicapées. La période pendant laquelle elle a travaillé dans le gouvernement local va ajouter quelques points supplémentaires à sa note finale.

Travail préliminaire :

1. Considérant la situation: un conseiller doit travailler avec tous les intervenants, dire pourquoi. 2. Proposer d'autres solutions possibles.

49


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I - Questions relatives au cas 1 / Considérez-vous que l'intervention rapide du conseiller ait été adéquate ou non? Peut-être que, sans l'intervention rapide du conseiller, la situation aurait pu se résoudre d'elle-même ? 2 / Veuillez analyser le cas et écrire votre propre solution motivante. 3 / Analyser la posture correcte d'un conseiller avec Carmela, sa famille et ses collègues. L'employeur n'a pas de problème maintenant, devrait-il être informé?

I I - Questions générales sur l'accompagnement 1 / Ecrire la meilleure intervention d'un conseiller dans un cas comme celui-ci. 2 / Quel est le rôle exact d'un conseiller dans la situation des premiers pas en emploi ? 3 / Quelle devrait-être la présence d'un conseiller auprès des bénéficiaires au cours des premiers jours dans l’emploi lors de l'adaptation au poste de travail?

50


VERSION DE TRAVAIL

Daniel Thématiques: Droit des personnes reconnues handicapées, Accompagnement a la recherche d’emploi, Travail en équipe Daniel est né en 1989, peu de temps après sa naissance, a été diagnostiqué une paralysie cérébrale. Fort heureusement, les docteurs n’avaient pas averti les parents qu’il aurait été “préférable” de le laisser dans un orphelinat. Ils leur expliquèrent que ce dont il avait besoin par dessus tout était de la rééducation et un comportement sérieux et volontaire. A partir de l’âge de 5 ans, il alla tous les jours ou plusieurs jours par semaine dans un centre de rééducation de l’université médicale situé dans sa ville natale Quand il eut trois ans, sa mère commença à travailler et il n’eut plus la possibilité d’aller au jardin d’enfants étant donné qu’ il souffrait d’un handicap ; il n’y avait par ailleurs aucun centre accueillant des enfants handicapés pendant la journée. Il fut donc gardé par sa grand-mère, sa mère et son père. A l’âge de 7 ans, quand les autres enfants vont à l’école, il fut obligé d’aller dans un centre de jour spécialisé. Personne ne pouvait imaginer –bien qu’il sache lire- qu’il serait capable d’aller dans une école du milieu ordinaire. L’année suivante, il fut admis dans une école élémentaire, mais, Durant un an, il ne fut pas en mesure de suivre dans sa classe et il venait seulement au début des vacances d’été pour faire des devoirs supplémentaires. Ses enseignants allaient lui rendre visite chez lui deux fois par semaine. Ils lui apprenaient à écrire. Au début, il ne pouvait pas tenir son stylo, il le fixait donc avec des liens. Il lui fallait faire beaucoup d’efforts pour maîtriser l’écriture. Au collège, il devait travailler jusqu’à 11 heures par semaine en une journée et seulement par l’enseignant qui s’occupait de lui au centre. Mais, il voulait apprendre comme les autres enfants tous les jours. Ses parents insistèrent sur ce point, et le centre fit appel à un enseignant de primaire qui travailla avec Daniel et quelques autres enfants. Il réussit à finir sa 7ème année. Après la fin de sa 8ème année, il continua dans une classe spécialisée à étudier la technologie de l’information. Ce fut un rêve. Dans la même école, mais dans une classe différente, étudiaient ses camarades de classe avec des handicaps. Mais, une fois encore, il 51


VERSION DE TRAVAIL

n’eut plus de professeur pour l’assister. Les enseignants l’autorisèrent à utiliser un ordinateur pour ses écrits en langue et littérature. Le temps des examens nationaux arriva. Le principal informa les instances éducatives des problèmes de Daniel et demanda une version électronique de l’examen En dépit des difficultés il fut diplômé (niveau 3 selon EQF) et il se fit beaucoup de bons amis. Souvent, après les cours, ils sortaient et parlaient d’Internet. L’un des enseignants de Daniel est venu me voir dans mon bureau pour me demander que je sois le conseiller de Daniel afin de l’aider dans ses efforts pour étudier et commencer à travailler. Il fallut plusieurs rencontres avant que je puisse donner un conseil à Daniel. En ayant à l’esprit son intérêt pour les ordinateurs et les nouvelles technologies, je l’ai soutenu à aller plus loin dans ses études universitaires en technologies informatiques Aujourd’hui, Daniel est étudiant à l’université, mais les problèmes qu’il rencontre avec ses mouvements continuent jusqu’à maintenant. Il ne peut pas aller en classe avec son vélo puisqu’il n’y a pas la place pour le laisser. La bibliothèque régionale bénéficie d’une rampe mais le bâtiment est sur deux étages et il n’y a pas d’ascenseur. Puis, vint les difficultés pour trouver un emploi à temps partiel. Mes efforts pour lui trouver un emploi dans une entreprise ont échoué. Puis, me vint à l’esprit l’idée de chercher un travail dans un club Internet. Nous en avons visité plusieurs avec Daniel mais sans succès. Aujourd’hui, Daniel travaille dans un club Internet durant les vacances d’été et il dit que son rêve est devenu réalité en dépit de son handicap. Je continue à voir Daniel à l’université et dans le club Internet. Daniel espère trouver un bon emploi en tant qu’expert en informatique après ses études. Travail préliminaire : En raison de sa lourde pathologie (paralysie cérébrale) comment pensez-vous que Daniel puisse surmonter les barrières environnementales durant sa recherche d’emploi ? N’oubliez pas que Daniel souhaite travailler comme expert en informatique.

52


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions sur le cas 1/ Que pensez-vous des chances de Daniel de trouver l’emploi qu’il souhaite ? Quels sont les atouts de Daniel pour trouver un emploi et les difficultés qu’il rencontre ? 2/ Analysez les aides et les supports dont Daniel a besoin pour faciliter ses études à l’université ? 3/ Comment évaluez-vous le réseau de soutien dont a bénéficié Daniel ? II – Questions d’ordre général 1/ Quelles sont les chances pour une personne handicapée de trouver l’emploi de leur rêve grâce aux services d’aide à l’emploi ?

2/ Quel est le niveau de l’accessibilité des locaux pour les personnes handicapées dans votre pays ? 3/ Conseilleriez-vous à une personne handicapée en fauteuil roulant de travailler de chez elle ? Dans quelle mesure un employeur serait d’accord d’employer une personne à mobilité réduite dans le cas où elle travaillerait de chez elle ?

53


VERSION DE TRAVAIL

Denise Thématiques: Travail en équipe Denise a 23 ans. Elle est née avec une paralysie cérébrale, un léger retard mental et une parésie du côté droit. Elle a intégré le centre pour enfants handicapés à l’âge de 8 ans où, en plus des soins quotidiens, qui lui ont été prodigués, elle a pu préparer un diplôme en externe. Elle a reçu un enseignement dispensé par les professeurs d’un pensionnat. Elle est ensuite entrée en primaire dans une classe d’intégration. Elle a changé deux fois d’école jusqu’à l’obtention de son Certificat d’Etudes Primaires. Elle a continué par une formation en cuisine. Les difficultés rencontrées par Denise pendant son parcours scolaire ont essentiellement été dues à son bas niveau d’élocution, celui-ci ayant entraîné des problèmes de communication, ainsi qu’à son faible sens de l’orientation qui lui a rendu extrêmement compliqué le moindre déplacement en environnement urbain. Tout cela a eu pour conséquence une socialisation limitée. Au cours de sa petite enfance, un parent a été engagé pour l’aider à dépasser ces difficultés. Selon leur activité professionnelle et leur temps de loisirs, tous les membres de sa famille se sont ’impliqués pour l’aider dans ses activités quotidiennes. De plus, la famille s’est appuyée sur des professionnels. Denise a été suivie dans un centre de réhabilitation et d’intégration où elle a travaillé avec un psychologue, un orthophoniste, un ergothérapeute et un travailleur social. Plus tard, elle a bénéficié de l’aide d’un professeur de soutien qui s’est substitué en partie à un membre de la famille. Dans son environnement scolaire, grâce aux efforts conjoints de sa famille, des professionnels de santé et, enfin, mais non les moindres, des professeurs, Denise est parvenue à améliorer son élocution et à dépasser une certaine rigidité de pensée. Le point sur lequel elle n’a pas réussi à progresser pendant sa formation concerne la gestion du temps nécessaire à la préparation des leçons ; pour cela, elle a toujours eu besoin d’être aidée par un professeur de soutien ou par un membre de sa famille. D’un autre côté, ses difficultés ont entraîné un manque de vie sociale et elle ne s’est pas fait d’amis.

54


VERSION DE TRAVAIL

La première fois que j’ai rencontré Denise, c’est lorsqu’elle a dû choisir où poursuivre sa formation. J’ai eu besoin de beaucoup de temps pour gagner sa confiance et pour trouver quelle était la meilleure voie professionnelle adaptée à son profil. Le choix d’une orientation liée au secteur culinaire s’est avéré être le bon. En dépit de ses problèmes de santé, Denise a obtenu un diplôme de niveau 3 (EQF) à l’âge de 22 ans.

Les membres de sa famille ont beaucoup communiqué avec moi et ont fait de leur mieux pour m’aider à lui trouver un emploi qui lui convienne. Ils sont tombés d’accord avec moi sur le fait que la meilleure chance pour Denise résidait dans la possibilité d’intégrer le restaurant familial ouvert récemment. Denise a commencé à travailler en tant qu’ »Aide de cuisine » dans ce petit restaurant familial avec le soutien d’un tuteur qui lui a apporté toute l’aide nécessaire. Je visite encore régulièrement cet établissement pour rencontrer Denise et m’entretenir avec son tuteur. Elle est disciplinée dans son travail. Ses fonctions requièrent respect des règles et des interdits ainsi qu’un enchaînement d’actions auquel elle s’est habituée. Elle est à l’aise dans ce qu’elle fait car elle reçoit des instructions claires et précises. De plus en plus confiante et relativement autonome, Denise se montre satisfaite des résultats obtenus après d’énormes efforts pour prendre sa vie en mains . La mère de Denise estime que la réalisation professionnelle de personnes handicapées demande de gros efforts de la part des personnes handicapées elles-mêmes ainsi que d’une large frange d’intervenants – les membres de la famille, les professionnels des centres de formation et les législateurs. Quand toutes ces personnes œuvrent dans la même direction, les choses tournent bien, à la fois pour la personne handicapée et pour la société. A ce jour, Denise travaille toujours dans ce restaurant. Travail préliminaire : Quels sont les aides et les supports dont a bénéficié Denise au cours de son parcours d’insertion ? 55


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions sur le cas 1/ Comment résoudriez-vous le problème de l’absence de vie sociale et cas de Denise ?

d’amis dans le

2/ Faites des suggestions sur la façon d’atténuer les effets négatifs du bas niveau d’expression orale de Denise ainsi que de son faible sens de l’orientation en milieu urbain 3/ Que serait-il arrive dans le cas de Denise si elle n’avait pas bénéficié du soutien de sa famille, de ses professeurs, et des spécialistes de santé ?

II – Questions d’ordre général 1/ Quels efforts conjoints sont-ils nécessaires pour l’ insertion professionnelle de personnes handicapées? Expliquez leur synergie et son sens 2/ Quelles sont les avantages, pour la société, de l’insertion de personnes handicapées ? 3/ Expliquez l’énorme importance d’un soutien professionnel adapté en tenant compte des difficultés spécifiques de la personne et de ses compétences personnelles

56


VERSION DE TRAVAIL

Diane Thèmes abordés : Analyse de la demande, Connaissances diverses/Connaissances du marché du travail, Démarche créative, Accompagnement à la recherché d’emploi

Diane a 24 ans et des difficultés d’apprentissage ainsi qu’un bas coefficient intellectuel. Elle a obtenu un diplôme de niveau 3 (EQF) de l’école hôtelière avec la spécialisation de « Barmaid ». Elle est vive, charmante et très forte physiquement. Elle est habituée aux travaux pénibles. Elle a perdu ses parents quand elle était enfant et a été élevée par son oncle, un homme ayant les pieds sur terre. C’est un fermier qui est à son compte et leur assure une vie décente. Depuis l’enfance, Diane a toujours aidé son oncle à tenir sa maison et la ferme. L’oncle, de son côté, a toujours poussé Diane à faire des études même s’ils vivaient à plusieurs kilomètres du plus proche centre de formation. Il pensait qu’elle pourrait trouver un emploi de serveuse malgré ses difficultés. Pendant ses études, elle se levait très tôt pour attraper le train pour la ville la plus proche. Il lui fallait ensuite prendre un bus pour se rendre de la gare à l’école. Elle a dû faire beaucoup d’efforts pour étudier mais, du fait de ses difficultés, n’était pas à l’aise et avait toujours l’impression de rater quelque chose et de ne pas comprendre certains concepts. Après sa formation, elle a cherché du travail seule et s’est montrée prête à saisir toute opportunité. Elle s’est également inscrite au Pôle Emploi mais n’a rien trouver correspondant à son domaine de compétences. Diane a envoyé des CV à de nombreuses entreprises telles que des cafés, restaurants, entreprises de nettoyage jusqu’à ce qu’elle finisse par se faire embaucher par l’une de ces dernières. Elle y a travaillé quelques mois puis a été licenciée parce qu’elle était trop lente. Diane pense que si on lui avait laissé plus de temps pour prendre le rythme, elle serait arrivée au même niveau d’exécution que ses collègues. Quoiqu’il en soit, l’entreprise ignorait tout de ses difficultés et il paraissait étrange qu’elle soit si lente. Par la suite, elle a été embauchée comme Serveuse dans une pizzeria. Elle a eu besoin de temps pour se familiariser avec le travail et l’environnement. Les patrons ont été plus patients car elle n’avait pas de contrat permanent et était rarement payée pour toutes les heures qu’elle faisait. En conséquence de quoi (conditions économiques précaires et injustes), elle a démissionné et a recherché d’autres opportunités. 57


VERSION DE TRAVAIL

A chaque fois qu’elle trouve un emploi, elle est confrontée à la lenteur due à son déficit d’apprentissage. Elle a maintenant perdu toute motivation et craint de se retrouver à nouveau en situation d’échec.

Travail préliminaire : Comment accompagner la bénéficiaire à développer ses capacités d’adaptation lors de sa prise de fonctions en entreprise ?

58


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/ Pensez-vous que Diane aurait plus de chance de réussir son intégration si elle prévenait, dès le début, l’employeur de ses difficultés d’apprentissage ? Argumentez votre réponse. 2/ Comment le conseiller Emploi peut-il accompagner Diane à son démarrage dans un nouvel emploi? 3/ Quelle information pouvons-nous déduire du profil de Diane d’après sa première orientation?

II – Questions générales 1/ Comment pensez-vous qu’un conseiller puisse accompagner vers l’emploi ce genre de personne? 2/ Avez-vous déjà été confronté(e) à ce genre de situation? Si oui, comment vous y êtes-vous pris ? 3/ Comment vous y prenez vous pour guider un bénéficiaire à découvrir de nouveaux secteurs d’activité en vue d’une reconversion professionnelle ?

59


VERSION DE TRAVAIL

Hélène Thèmes abordés: Droit des personnes handicapées, Communication. Hélène a 45 ans et est malvoyante. Divorcée depuis un an et demi, elle a deux enfants à charge. Elle n’a pas de famille à proximité, excepté du côté de son ex-mari. Elle souffre de rétinite pigmentaire, maladie dégénérative de la rétine diagnostiquée à la naissance. Les aspects cliniques de cette maladie montrent lors des tests d'acuité visuelle une diminution lente et progressive de l’espace visuel . Les tests d'acuité visuelle mette en avant également une baisse des niveaux de clarté Jusqu’à l’âge de 6 ans, elle a pu voir relativement bien et n’a pas eu besoin d’aide à l’école. Puis, peu à peu, les difficultés visuelles se sont accrues et ont eu davantage d’impact sur sa vie. Hélène et sa famille n’ont pas accepté la maladie et n’ont jamais mentionné ses difficultés à l’école ni demandé d’aide. De ce fait, les professeurs pensaient qu’elle était paresseuse et qu’elle n’étudiait pas lorsque, au cours de contrôles, elle ne répondait pas à toutes les questions. En réalité, il arrivait que le soleil donnant sur son bureau l’empêche de lire sa feuille correctement. Ainsi, elle ne pouvait pas comprendre tout ce qui était écrit. A l’âge de 19 ans, elle a décidé de changer de région pour raisons économiques (elle ne trouvait pas de travail dans sa ville). Il y a 5 ans (elle avait alors 40 ans), sa maladie est devenu plus contraignante. Elle ne pouvait plus effectuer certaines tâches qu’elle avait toujours réalisées jusque là. En effet, ces tâches devenaient plus risquées du fait de ses capacités visuelles limitées. Elle peut voir 1/20 de l’œil gauche et 1/10 de l’œil droit. Sa vision est devenue moindre la nuit ou avec un faible éclairage, et elle a perdu la vision périphérique, ce qui lui cause une « vision de tunnel ». Au début de sa vie professionnelle et pendant une dizaine d’années, Hélène s’est débrouillée pour occuper différents postes en tant que vendeuse et employée de maison. Les cinq années suivantes, elle a été aide de cuisine dans un restaurant, puis a travaillé cinq autres années sur le même type de poste au sein d’un hôtel mais elle a finalement dû démissionner à cause de sa pathologie, son employeur ne désirant pas la reclasser sur un autre poste.

60


VERSION DE TRAVAIL

Elle est actuellement en recherche d’emploi, Sa situation économique est très difficile et, comme elle n’a pas de diplôme, elle aurait besoin de suivre une formation professionnelle pour trouver un autre type d’emploi. Hélène n’a aucun contact avec des institutions spécialisées dans le handicap visuel et elle n’est pas reconnue comme malvoyante. Elle ne bénéficie par conséquent d’aucune des aides qui pourraient lui être allouées si c’était le cas. Elle ne connaît rien, non plus, à la législation vis à vis de l’emploi en faveur des personnes handicapées. C’est pourquoi elle a pris contact avec un conseiller Emploi : elle souhaite obtenir des informations et un soutien afin d’être en mesure de retravailler

Travail préliminaire : Les problèmes de santé alliés aux contre-indications médicales limitent de façon significative les opportunités d’emploi. Trouver un métier compatible avec les recommandations du médecin et les capacités du bénéficiaire constitue un défi pour le conseiller Emploi. Développez.

61


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/ Que suggèreriez-vous à Hélène en priorité pour débloquer la situation? 2/ Pensez-vous qu’il soit important pour un conseiller Emploi de comprendre les difficultés spécifiquement liées à une maladie (ici la rétinite pigmentaire) pour accompagner la personne handicapée dans l’élaboration de son projet professionnel? Pourquoi ? 3/ A votre avis, en prenant en compte ses difficultés visuelles, quel(s) type(s) de fonctions Hélène pourrait-elle occuper ?

II – Questions générales 1/ Où pouvez-vous obtenir des informations spécifiques pour aider des personnes reconnues handicapées malvoyantes à rechercher un emploi ? 2/ Pouvez-vous établir la liste exhaustive des différents types d’allocations existant dans votre pays pour les personnes reconnues handicapées? 3/ Savez-vous s’il existe dans votre pays des aides et/ou avantages offerts aux entreprises recrutant des personnes reconnues handicapées?

62


VERSION DE TRAVAIL

Elise Thèmes abordés: Gestion du temps, Pensée critique, Démarche créative, Travail en équipe, Communication Elise a 41 ans Elle a obtenu un diplôme en Comptabilité de niveau 3 (EQF) à l’âge de 21 ans puis s’est installée à la campagne. Pendant trois ans, elle a vécu du ramassage de fraises et de pommes en tant qu’employée saisonnière. Après cette expérience dans le secteur agricole, Elise revint en ville avec le désir d’étudier la gestion de produits financiers. Elle reprit le chemin de l’école mais termina le cursus sans obtenir de diplôme. Elle chercha alors du travail et fut embauchée comme assistante de bibliothèque au sein d’un lycée. Il s’agissait d’un contrat aidé de deux ans sans possibilité de transformation en contrat à durée déterminée, aussi dut-elle se mettre à la recherche d’un nouvel emploi à l’issue de cette période. Pendant quelques mois, elle distribua des prospectus puis s’inscrivit dans une agence de travail temporaire où elle obtint une mission de secrétaire. Elle n’aima pas trop cet emploi administratif et s’orienta ensuite vers le secteur de la distribution où elle travailla en missions successives ponctuelles en tant qu’Animatrice commerciale. Tandis qu’elle travaillait en supermarchés, Elise eut envie de devenir infirmière. Elle connaissait bien le milieu médical car sa mère était aide-soignante. Ne pouvant s’inscrire directement pour préparer le concours d’entrée faute d’un niveau de formation suffisant (il lui aurait fallu un niveau 4 EQF), elle suivit des cours par correspondance pendant un an mais rata ses examens et se vit contrainte de revoir son projet. Elle continua son activité commerciale en supermarché et, en même temps, fit des vacations en centre de loisirs pour enfants le mercredi. Cependant, tout ceci s’arrêta lorsqu’elle tomba malade à l’âge de 29 ans. Elle présentait de nombreux symptômes cliniques qui occasionnèrent de nombreuses et de longues analyses médicales . Différentes pathologies furent diagnostiquées et les quatre années suivantes furent exclusivement consacrées aux traitements médicaux. Elle avait à la fois des problèmes neurologiques et gastro-entérologiques.

63


VERSION DE TRAVAIL

Quand Elise se sentit mieux, elle chercha un emploi et fit des remplacements en écoles primaires comme surveillante. Il s’agissait de postes à plein temps et Elise devait souvent s’absenter pour raisons de santé. Elle fut finalement licenciée.

A partir de ce moment, elle reprit ses fonctions d’Animatrice dans la distribution, fonctions qu’elle exerce encore ponctuellement à ce jour. En parallèle à cette activité commerciale, Elise commença à écrire des poèmes (un recueil de ceux-ci fut d’ailleurs publié) et à fréquenter le milieu artistique. Elle rencontra des musiciens et des chanteurs et compte à présent de nombreux amis parmi eux. Certains de ses amis chanteurs lui demandent de leur écrire des textes et elle dit qu’elle le fera certainement un jour. L’année dernière, Elise s’est plu à imaginer devenir Manager d’artistes. Elle a cherché une formation préparant à ce métier et a trouvé un module correspondant à son projet. Quand elle se tourna vers sa conseillère au service Handicap afin d’obtenir le financement de ce module, celle-ci l’orienta vers notre association afin que nous l’aidions à valider son projet. Lors de l’ouverture du groupe, Elise eut un malaise et le service d’urgence l’emmena à l’hôpital où elle resta quelques heures pour y subir divers examens. Tout le monde dans le groupe pensait qu’elle avait eu une crise d’épilepsie. Quand elle revint, une semaine plus tard, elle expliqua que le médecin l’avait autorisée à reprendre la prestation et nous remit le certificat établi par celui-ci dans ce sens. Elle nous apprit également qu’elle ne faisait pas de crises d’épilepsie. C’était « seulement » une maladie neurologique ayant les apparences de l’épilepsie. Il faut reconnaître que les signes extérieurs et la perte de contrôle étaient similaires à ceux de cette maladie. Tous les participants du groupe s’inquiétèrent quand Elise dit qu’elle avait l’habitude de conduire et que, de temps en temps, elle gardait les enfants de ses voisins. Elle rétorqua qu’elle pouvait gérer ses crises car elle les sentait venir. L’ensemble des exercices et travaux de réflexion proposés au groupe confortèrent Elise dans son projet de devenir Manager d’artistes. Etant donné qu’un stage en entreprise dans ce domaine n’était pas vraiment possible, il fut décidé qu’Elise effectuerait une enquête métier auprès de Managers d’artistes en activité. Trois semaines après le commencement de l’accompagnement, Elise eut une autre crise et fut de nouveau conduite en urgence à l’hôpital où elle resta également quelques heures pour tests et examens. Comme la fois précédente, elle revint plusieurs jours plus tard avec l’accord écrit du médecin. 64


VERSION DE TRAVAIL

Elise fréquenta notre centre pendant deux mois et demi avec des absences répétées pour raisons de santé. Chaque fois, elle revenait avec un certificat médical. Lorsque notre équipe de conseillers insista auprès d’Elise pour qu’elle donne la priorité à sa santé et revienne plus tard en meilleure forme, elle clama que tout allait bien et qu’elle voulait absolument faire l’enquête métier pour valider son projet. Effectivement, elle se débrouilla pour la réaliser et parvint à recueillir des informations très intéressantes qui lui permirent de confirmer son choix. Deux semaines avant la fin de la prestation, Elise nous annonça qu’elle devait mettre un terme à l’accompagnement car elle devait être opérée six jours plus tard. Elle ne nous donna pas davantage d’explications mais ajouta qu’elle avait été heureuse de participer à la session et d’avoir pu valider son projet. Pour information, voici les contre-indications médicales mentionnées dans sa fiche de liaison: Elise doit éviter la position accroupie, la marche prolongée, les escaliers, le port de charges, le travail en milieu bruyant et le travail prolongé sur écran. Elle doit privilégier un temps partiel.

Travail préliminaire:

Exprimez vos premières impressions sur ce cas. Quel est le principal problème que rencontre Elise ?

65


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/

Pensez-vous que le projet d’Elise consistant à devenir Manager d’artistes est en adéquation avec ses contre-indications médicales? Pourquoi ?

2/

Elise a tendance à minimiser ses problèmes de santé. Pensez-vous qu’il faille l’amener à en prendre davantage conscience ? Si non, pourquoi ? Si oui, comment?

3/

Elise a eu deux malaises au cours des séances de groupe, il y a par conséquent eu de nombreux témoins. Avez-vous déjà vécu une telle situation ? Dans l’affirmative, avez-vous ressenti le besoin d’échanger à ce propos avec les témoins ? Les témoins manifestèrent-ils le besoin d’en discuter ?

I I – Questions générales 1/

Comment réagissez-vous face à une personne ayant un projet atypique, original?

2/

Comment faites-vous pour valider un projet quand il n’est pas possible de mettre en place un stage significatif?

3/

Que faites-vous lorsqu’une personne handicapée est manifestement dans le déni au sujet de ses problèmes de santé?

66


VERSION DE TRAVAIL

Emma Thèmes abordés: Pensée critique, Démarche créative, Communication Emma a 23 ans et vit à en banlieue avec ses parents dans une maison isolée. Sa mère est femme au foyer. Elle s’occupe d’Emma et de son intérieur qui est très bien tenu et très propre. Son père se consacre essentiellement à sa vie professionnelle, même s’il s’occupe aussi d’Emma quand c’est nécessaire. De par son métier, il connaît bien la législation relative aux aides concernant les personnes reconnues handicapées. De ce fait, il a toujours été bien placé pour lui procurer tout de dont elle pouvait avoir besoin en termes de santé, de services sociaux, d’aide économique et de formation. Il est également en contact avec un certain nombre d’institutions spécialisées. Ils habitent avec leur chien dans une jolie maison spacieuse avec piscine entourée d’un jardin. Emma est née avec une triplégie spastique et un déficit visuel qui n’est que partiellement corrigé par des lentilles de contact. Elle a des difficultés de communication à l’oral comme à l’écrit. Son problème est apparu dès l’accouchement et durant ses premiers mois, elle a été suivie par une équipe pluridisciplinaire d’experts qui ont œuvré à son développement. C’est grâce à cela qu’Emma a pu tirer le meilleur parti de ses capacités. Elle a fréquenté un jardin d’enfants au nord du pays puis est revenue dans sa région natale à partir de l’école primaire. Elle a expliqué à son conseiller Emploi qu’elle n’avait pas de bons souvenirs d’école. A cette époque, elle ne savait pas entrer en contact avec les autres enfants : elle y parvenait uniquement à l’aide d’un classeur dont elle utilisait les images pour communiquer. Au cours de sa quatrième année d’école primaire, grâce à l’aide d’une orthophoniste et à son désir de réussir, elle a pu apprendre à communiquer. A présent, elle est capable de le faire oralement au moyen de syllabes et de petits phonèmes, sinon elle peut utiliser la langue des signes. Elle sait lire et est en mesure d’écrire un peu avec un stylo, même si elle utilise le plus souvent un ordinateur. Elle a acquis une autonomie partielle car elle dispose d’un fauteuil roulant électrique. Elle a obtenu un diplôme de sciences sociales de niveau 3 (EQF) en suivant un programme restreint. Elle préfère les sciences humaines aux matières scientifiques qui lui sont moins accessibles puisqu’elles demandent un haut niveau de logique. Sur la plan social, elle est quasiment seule. Elle sort souvent avec ses parents ou ses deux seuls amis (qu’elle ne peut rencontrer que sous la surveillance de ses parents).

67


VERSION DE TRAVAIL

Pendant ses études, elle n’a pas su entrer en contact avec les professeurs et les autres étudiants. Elle n’a pas bénéficié d’un environnement bienveillant. Soit on la tolérait, soit elle était en proie à l’indifférence, c’est pourquoi elle n’a pas pu établir de relations amicales avec ses camarades. Dans le passé, elle peignait dans le cadre de ses loisirs et a obtenu un prix national. Le travail du conseiller Emploi avec Emma a commencé par des entretiens individuels à raison de deux fois par semaine pendant cinq mois. Après une période de méfiance de la part d’Emma, le conseiller a essayé de créer un lien plus étroit avec elle. En utilisant la langue des signes, il a pu en apprendre davantage sur sa vie, sa famille, son contexte familial, ses compétences et ses qualités et désirs, son attitude envers le travail et ses rêves d’avenir. En fait, Emma voulait devenir peintre. Elle a effectué un stage de six mois en entreprise. Elle était responsable du courrier électronique, des commandes et avait d’autres tâches administratives. A l’issue du stage, elle était très enthousiaste et voulait commencer à suivre des cours d’informatique car elle adorait cela. A présent, elle aimerait décrocher un emploi mais craint d’être refusée du fait de son handicap. Cette peur l’amène à prendre moins d’initiatives qu’il ne le faudrait. Ses parents tentent de la stimuler et participent souvent à nos entretiens.

Travail préliminaire : Présentez les principaux aspects retenant votre attention dans le profil d’Emma.

68


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/ Pensez-vous que l’établissement d’une liste de ses compétences serait susceptible de rendre Emma plus confiante en ses capacités? Argumentez votre réponse. 2/ Quel type de soutien le conseiller Emploi peut-il apporter à Emma pour l’aider à améliorer sa confiance en elle? 3/ Que pensez-vous des motivations d’Emma? II – Questions générales 1/ Quels sont les points particulièrement délicats à gérer quand le handicap est si important 2/ Avez-vous été, ne serait-ce qu’une fois, confronté(e) à un cas similaire? Si oui, comment avez-vous géré la situation ? Sinon, comment vous y prendriez-vous ? 3/ Comment les parents pourraient-ils aider le conseiller Emploi dans son accompagnement?

69


VERSION DE TRAVAIL

Eve Thèmes abordés: Analyse de la demande, Gestion du temps, Connaissances diverse/Connaissances du marché du travail, Pensée critique, Démarche créative, Communication Eve, 25 ans, vit chez ses parents. Elle est handicapée (difformité posturale congénitale : scoliose) et reçoit une allocation spécifique pour les personnes reconnues handicapées (AAH). Cette allocation est accordée pour cinq ans, période à l’issue de laquelle le renouvellement doit être demandé et l’état de santé de nouveau évalué. Le Centre d’évaluation des handicapés lui a octroyé un certificat permanent d’incapacité. Enfant, Eve a subi plusieurs opérations chirurgicales et orthopédiques en vue d’améliorer son état de santé et sa mobilité. Elle est indépendante dans ses déplacements mais a des contre-indications médicales. Elle souffre également de problèmes à la colonne vertébrale nécessitant des soins constants et de la rééducation.. Les méthodes de rééducation proposées aux personnes souffrant de déficits posturaux incluent l’équithérapie (équitation ou thérapie par le cheval ). Eve participe avec plaisir à ce type de thérapie et cela lui plaît énormément. Elle dit que cette activité a sur elle un effet calmant et relaxant. Il y a deux ans, Eve est sortie diplômée de l’école de gestion en Hôtellerie avec le titre de « Technicienne de Gestion » (niveau 4 EQF). Elle a également effectué un stage en restauration et a été formée sur le tas à la réception, au service et à la gestion. Après ce stage, Eve a décidé de poursuivre des études dans un autre domaine. Elle aime la photographie et a souhaité développer ses compétences en ce domaine. Ainsi, soutenue par sa sœur qui l’a beaucoup encouragée, elle a suivi avec succès une formation hors temps ouvrable dans un collège enseignant les technologies de la photo. Elle a obtenu le titre de « Technicienne Photo » (niveau 5 EQF). Tandis qu’elle suivait les cours du collège le soir, Eve travaillait à l’usine de fixations en tant qu’«Inspectrice Qualité ». Au bout de six mois, son contrat de travail ne fut pas renouvelé du fait d’une restructuration avec réduction du personnel. Au cours des deux années suivantes, Eve se retrouva au chômage. Puis on lui offrit un poste d’agent de maintenance dans un centre de développement professionnel (à temps partiel : 3/4 temps). Elle aima cet emploi qui lui apporta de nombreuses satisfactions : une indépendance financière, l’opportunité de travailler avec des personnes intéressantes ainsi que la possibilité de se servir du matériel de rééducation du centre. En effet, celui-ci propose un grand nombre de services tels que la restauration, l’hébergement, l’organisation d’événements particuliers, la location de chambres, le nettoyage de vêtements ainsi que de la physiothérapie. 70


VERSION DE TRAVAIL

Eve est venue nous voir pour demander aide et conseils car elle souhaitait trouver un emploi correspondant à ses compétences de Technicienne en Photographie. Son conseiller emploi l’a accompagnée dans son orientation vers un nouveau métier. Elle a été reçue en entretiens individuels et a participé à des sessions de groupe. Son accompagnement incluait informations, conseils et évaluation des compétences, réflexion relative aux goûts et motivations, tout cela de façon à ce qu’Eve soit en mesure de choisir un emploi susceptible de lui convenir ou de se focaliser sur une création d’entreprise. Un plan de mise en œuvre du projet de création d’entreprise a été établi. Il a été construit lors des entretiens avec le conseiller et suite aux évaluations psychologiques et médicales et semble indispensables aux personnes ayant des contre-indications telles que celles d’Eve. Différentes étapes furent définies constituant le « B, A, BA » de la création d’entreprise : -

Soutien et conseil aux particuliers désireux de lancer leur propre affaire Connaissance indispensables à la création d’entreprise Communication en affaires Gestion du temps Demande de financements Accompagnement sur six mois.

Ces différents modules ont pour vocation de préparer le bénéficiaire à la création de son entreprise en le familiarisant avec les aspects économiques, législatifs et financiers, et en lui faisant connaître les structures offrant des services aux entreprises. Le programme comprend également les bases d’une étude de marché, les règles de gestion d’une entité économique, la direction d’entreprise, les règles de négociations, le marketing, la comptabilité ainsi que la présentation des formulaires officiels des impôts, de l’URSSAF et de l’INSEE. Eve a suivi toutes les étapes de cette formation et, à l’issue de celles-ci, était sûre de son projet : elle voulait démarrer une entreprise unipersonnelle proposant une large gamme de services dans le domaine de la photographie. Elle était très optimiste et enthousiaste. Malheureusement, du fait de complications médicales imprévues (notamment la nécessité de subir une importante intervention chirurgicale neurologique), tous ses projets ont dû être mis de côté. En final, la décision de poursuivre ou non dans son projet, dépendra du résultat du traitement d’Eve et de l’avis des médecins concernant sa capacité à retravailler et à persévérer dans la voie choisie. Travail préliminaire : 71


VERSION DE TRAVAIL

Essayez de définir au moyen de la description ci-dessus, les trois outils de base nécessaires à l’accompagnement d’un bénéficiaire en cours de réorientation professionnelle. Donnez des exemples d’accompagnement de jeunes désirant intégrer le marché du travail. A supprimer

72


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I – Questions relatives au cas 1/ Que pensez-vous de la coopération entre Eve et le conseiller visant une réorientation vers la création d’entreprise ? 2/ Les contre-indications médicales du bénéficiaire – Présentez votre conception et le mode d’accompagnement proposé. 3/ Pensez-vous que malgré son jeune âge, Eve soit capable de relever les défis liés à la gestion de sa propre affaire ?

I I – Questions générales 1/ Pensez-vous que les jeunes de votre pays, qu’ils soient diplômés de lycées ou d’universités, sont bien préparés à intégrer le monde du travail ? Donnez des exemples de secteurs porteurs offrant de bonnes perspectives pour le futur. 2/ Quels sont les différents types d’accompagnement pour jeunes entrepreneurs existant dans votre pays ? 3/ A votre avis, est-il plus facile d’aider des jeunes à créer leur entreprise que des personnes avec davantage d’expérience mais éprouvant des difficultés à retrouver un emploi du fait de compétences qui ne sont plus à jour sur le marché du travail? A supprimer, phrase pas claire Donnez trois exemples de freins et trois exemples d’atouts influant sur les chances de trouver un emploi pour des jeunes.

73


VERSION DE TRAVAIL

Philippe Thèmes abordés Pensée critique, Démarche créative, Communication, Suivi en entreprise Philippe a 25 ans et vit seul en ville (sa famille habite une autre région). Il a envie de travailler mais ne reçoit aucun soutien des siens pour ses recherches d’emploi. En fait, son frère et son père ne cessent de le décourager de reprendre le travail. Ils craignent qu’il ne perde sa pension d’invalidité ainsi que les divers « avantages » auxquels il a droit s’il retravaille. Ils lui ont conseillé de se contenter de ce qu’il a. Malgré cet obstacle, Philippe veut suivre une formation et avoir une activité professionnelle. On lui a diagnostiqué une schizophrénie paranoïde et les symptômes de la paranoïa ont impacté ses capacités de travail dans le passé. Il comprend qu’il est schizophrène mais doute de l’efficacité du traitement prescrit. D’une façon générale, il suit les prescriptions de son psychiatre. Toutefois, il y a environ un an, il a arrêté de prendre ses médicaments, ce qui l’a conduit à être hospitalisé pour une courte période (alors qu’il travaillait). Il a eu des problèmes relationnels dans la plupart des situations sociales. Il est souvent isolé et doit batailler pour atteindre nombre de ses objectifs du fait de sa constante méfiance vis à vis des gens et des organisations. Philippe a terminé le cycle d’études primaires (EQF2) mais, du fait de sa maladie, a été en arrêt durant deux ans tandis qu’il préparait le diplôme du premier cycle du secondaire (EQF3). Il a le permis de conduire mais est terrifié à l’idée de prendre le volant et n’arrive pas à canaliser l’euphorie associée à la conduite. Il est aimable, quoique réservé, et on lui reconnaît une intelligence au-dessus de la moyenne. Pourtant, il est convaincu d’être lent et stupide et d’avoir des difficultés d’apprentissage (tout cela étant principalement dû à ce que son père lui répète depuis son plus jeune âge). Il est grand, élégant, et se maintient dans une bonne forme physique. Il aime jouer au football et au tennis, mais, comme pour la plus grande partie de ses activités, il se décourage facilement lorsqu’il se sent inférieur aux autres joueurs. Philippe aborde toute activité avec une attitude « tout ou rien », ce qui entraîne le plus souvent un complet effacement, voire un retrait total de sa part. Les problèmes de Philippe sont aussi liés à un sentiment d’inefficacité, à une mauvaise estime de soi. Il est hypersensible aux critiques : il a l’impression que la plupart des gens le perçoivent comme inférieur, stupide, ou mentalement arriéré. Philippe a occupé plusieurs emplois à temps partiel mais n’a pas retravaillé depuis son dernier épisode psychotique intervenu alors qu’il était employé dans la restauration (il y a environ un an). Il reste traumatisé par le souvenir de cet épisode sur son lieu de travail et craint que cela ne se reproduise s’il reprend la vie active.

74


VERSION DE TRAVAIL

A l’issue de notre premier entretien, il fut décidé que nous nous rencontrerions 2 ou 3 fois par semaine de façon à ce que nous puissions envisager la meilleure façon pour Philippe de reprendre le travail. Son premier objectif était d’apprendre à gérer les symptômes de sa maladie, ce qui inclut des sentiments d’anxiété (méfiance, dépression) en de multiples situations. Dans un deuxième temps, il voulait étendre son réseau social et amical. J’ai travaillé avec Philippe pour l’aider à gérer ses émotions quand il est contrarié ou quand on lui tient des propos décourageants. J’ai suivi le plan suivant pour l’aider à trouver du travail : - Nous avons établi une liste de jobs par ordre de préférence (il est surtout intéressé par les clubs de sport et les lieux de restauration rapide). - Philippe a élaboré une liste des choses qu’il peut faire lorsqu’il sent venir l’anxiété. Je l’ai assuré de mon aide pour mettre en pratique des actions s’il se sent angoissé alors qu’il est en recherche d’emploi (ou même en poste). - Philippe ayant toujours peur de retravailler, nous avons décidé d’aller sur certains lieux de travail pour y observer le personnel en action. - Nous avons mis au point un texte que Philippe utiliserait à chaque fois qu’il se renseignerait sur un emploi ou postulerait. - Philippe a accepté de présenter une candidature par semaine. Alors que nous avions eu trois entretiens individuels, Philippe est arrivé très contrarié après une conversation téléphonique avec son frère. Celui-ci lui avait rappelé l'épisode psychotique de sa dernière expérience professionnelle en lui affirmant que cela allait se reproduire. J’ai attiré l’attention de Philippe sur le « plan stress » que nous avions mis au point. J’avais une copie de ce plan et j’ai accompagné Philippe à travers une série d’étapes afin de l’aider à diminuer son sentiment de frustration. Il est parvenu à se focaliser sur le plan stress et a commencé à se relaxer. Fort de cela, il a décidé de suivre précisément ce plan et a obtenu un entretien d’embauche dans un magasin. J’ai aidé Philippe à préparer son entretien, via une simulation, avant qu’il ne se rende au rendez-vous. L’entretien s’est bien passé et Philippe s’est vu proposer le poste. Cependant, à la sortie de l’entretien, il a commencé à lister les raisons pour lesquelles cela n’allait probablement pas marcher. A présent, Philippe est nerveux et commence à douter de sa capacité à occuper le poste, même si le directeur a semblé favorablement impressionné par son profil. Travail préliminaire: A votre avis, quel est l’aspect essentiel à prendre en compte pour les prochaines étapes de l’accompagnement de Philippe?

75


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/ Comment aider Philippe à parvenir à se stabiliser dans un nouvel emploi ? 2/ Comment comptez-vous impliquer la famille de Philippe dans le plan stress? 3/ De quel type de soutien Philippe a-t-il besoin pour être embauché et de qui doit-il venir ?

II – Questions générales 1/ Peut-on considérer l’accompagnement à l’emploi comme une chance pour les personnes reconnues handicapées? 2/ Selon vous, les proches et amis sont-ils une aide ou un frein au travail avec un conseiller emploi? 3/ Que pouvez-vous faire lorsqu’un bénéficiaire parle sans cesse de ses difficultés, limites, et problèmes divers, faisant ainsi échec à toute possibilité de travailler ?

76


VERSION DE TRAVAIL

Frédéric Thèmes abordés: Gestion de l’Information, Pensée critique, Démarche créative, Travail d’équipe, Accompagnement à la recherche d’emploi, Communication Frédéric a 40 ans. Malade du Cœur, il a dû être opéré à l’âge de douze ans. Après une longue période de convalescence, il est retourné à l’école et a commencé à étudier l’Electronique. Il a raté l’examen menant au Certificat de Formation Professionnelle (niveau européen 3) mais voulait travailler et a décidé d’entrer dans la vie active sans aucun diplôme. Il vivait alors à la campagne et a trouvé son premier emploi comme Préparateur de commandes dans un centre agricole à l’âge de 19 ans. Il y est resté un an. Il l’a quitté dès qu’il a eu la possibilité de travailler dans l’électronique. Il a été embauché par une société vendant et installant des systèmes d’alarme en entreprises et chez des particuliers. Un an plus tard il quittait la campagne pour s’installer dans la Capitale où il avait déjà trouvé un nouvel employeur. Il a été formé sur le tas à développer des jeux vidéo (programmation, installation et dépannage). Frédéric dit qu’il a réellement apprécié cette expérience où il a beaucoup appris. Au bout de quatre ans, il a été affecté à une autre filiale du groupe et a continué sur sa lancée dans les mêmes fonctions pendant trois ans. Cependant, son activité s’est mise à décliner peu à peu et son travail est devenu moins intéressant. Se sentant prêt pour le changement, il a quitté l’entreprise. Son emploi suivant l’a conduit à installer des lignes téléphoniques ainsi que des connexions ADSL. Au début passionné, il a rapidement réalisé qu’il s’agissait d’un job répétitif et ennuyeux. Il avait envie d’autre chose. Au bout de deux ans, il a de nouveau changé d’emploi pour un poste de Technicien de maintenance en Informatique et Electronique. En plus de la maintenance proprement dite, il lui revenait d’effectuer le recyclage du matériel et la mise à jour des logiciels. Dans ce contexte, il a également été amené à s’intéresser aux réseaux de télécommunications et cela a pris tant d’importance pour lui qu’il a estimé judicieux de suivre une formation sérieuse dans ce domaine. En effet, jusque là il était autodidacte. Il a jugé que le moment était venu de reprendre les études et d’acquérir un diplôme reconnu. Il avait alors 31 ans. Il a posé sa candidature et été accepté dans une école préparant au diplôme de « Technicien Supérieur en Réseaux Informatique et Télécommunications ». Ces études duraient deux ans et comprenaient plusieurs stages en entreprises. Frédéric a beaucoup aimé cette formation et brillamment obtenu son diplôme (de niveau européen 5). 77


VERSION DE TRAVAIL

Il a immédiatement été embauché comme technicien confirmé dans son nouveau domaine de compétences (les réseaux télécom). Très satisfait de son nouvel emploi, il a pu découvrir beaucoup d’applications des cours reçus et mettre en pratique ce qu’il avait appris. Au cours de cette période, il s’est fait un ami œuvrant dans le même secteur et tous deux se sont mis à rêver de créer leur propre affaire. Aussitôt dit, aussitôt fait : au bout d’un an, ils ont tous deux démissionné pour se mettre à leur compte. Ils étaient très excités par le projet de devenir leur propre patron et quelques mois plus tard leurs efforts portaient leurs fruits : une entreprise était née. Elle offrait ses services à des sociétés privées et à des hôpitaux : installation de serveurs et des applications correspondantes, puis télésurveillance. La phase de démarrage s’est bien passée et, pendant deux ans, l’affaire s’est harmonieusement développée. Toutefois, ce développement a été entravé lorsque Frédéric a de nouveau connu des problèmes de santé. Cet obstacle imprévu l’a tenu quelques temps éloigné du travail, ce qui a eu des conséquences fâcheuses sur les affaires. De plus, avec les problèmes de santé, des difficultés relationnelles sont apparues avec son associé et Frédéric a vécu des temps très difficiles. Son découragement s’est accru quand il a appris qu’une autre opération du cœur était inévitable. Obligé de répondre à cette nouvelle priorité, Frédéric a confié la gestion de ses parts à une tierce partie et s’est concentré sur sa santé. Les deux années suivantes ont entièrement été consacrées aux interventions chirurgicales (en fait, deux opérations se sont avérées nécessaires) puis aux soins et enfin à la convalescence. Au cours de cette dernière, il a entendu parler de la profession d’analyste financier (trader). Après plus ample information, il a réalisé qu’il était intéressé par ce secteur d’activité. Il savait que ce type de métier (analyste financier / trader) lui permettrait de travailler à son domicile et pouvait générer de confortables revenus. Il a alors consulté de nombreux sites spécifiques et lu quantité d’ouvrages sur le sujet : il a commencé à s’auto former ainsi qu’il l’avait toujours fait. Petit à petit, il a été convaincu que cette activité correspondait parfaitement à ses centres d’intérêt et besoins. Il a étudié les différentes possibilités de travail d’un trader et appris qu’il pouvait être indépendant en commençant avec un capital personnel s’il arrivait à se constituer un portefeuille de clients de base : il a estimé qu’il en était capable. Il a continué à lire des livres spécialisés et s’est senti de plus en plus excité par ce projet. Il a appris seul de nombreuses techniques financières jusqu’à ce qu’il réalise qu’il avait besoin d’une formation spécifique complémentaire. Après recherches, il a trouvé une école offrant des cours en adéquation avec son projet.

78


VERSION DE TRAVAIL

Partant de là, Frédéric a pris rendez-vous avec son conseiller du Pôle Emploi pour lui demander le financement de la formation susmentionnée. Le conseiller, après avoir pris en considération ses contre-indications médicales, s’est montré extrêmement sceptique quant à la faisabilité de ce projet. En effet, ces contre-indications stipulaient que Frédéric devait éviter tout effort physique, tout stress, et devait tenir compte de sa fatigabilité. Et, d’après ce que l’on en connaît, y a-t-il un métier plus stressant que celui de trader ? Le conseiller a inscrit Frédéric sur une action d’accompagnement à l’élaboration d’un projet professionnel compatible avec son état de santé, dans l’optique qu’il revienne sur son choix.

Lorsque Frédéric a intégré le groupe dont il faisait partie au sein de notre structure, il a successivement mentionné ses contre-indications médicales puis son projet de reconversion. Tous les participants ont eu la même réaction : ils ont éclaté de rire, croyant à une plaisanterie. Mais ce n’en était pas une. Patiemment, Frédéric a expliqué que ce métier n’était pas stressant en lui-même, tout dépend des conditions dans lesquelles on l’exerce. Il a proclamé qu’il était en mesure : 1/ de trouver une entreprise qui l’accueille en stage comme trader stagiaire. 2/ de recueillir des témoignages attestant qu’il était possible d’exercer cette activité dans des conditions sereines. De fait, il a ensuite décidé de relever ce double défi pendant la durée de l’accompagnement.

Travail préliminaire : Mettez en relief le fil conducteur du parcours de Frédéric.

79


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/

Comment pouvez-vous vérifier si le projet professionnel de Frédéric est compatible avec son état de santé?

2/

Après lecture de ce cas, quelles options d’action avez-vous?

3/

Frédéric est très actif : il a sans cesse travaillé jusqu’à ce qu’il soit obligé de s’arrêter pour être opéré. Pensez-vous qu’il est possible de tirer des conclusions significatives de cette observation ?

I I – Questions d’ordre général

1/

Comment pouvez-vous éviter de tomber dans le piège des préjugés? Ici, il s’agit de préjugés concernant un métier mais il y a beaucoup de sortes de préjugés. Pouvez-vous citer les préjugés auxquels vous êtes le plus souvent confronté?

2/

Comment pouvez-vous être certain de prendre en compte tous les aspects d’un problème?

3/

Comment interprétez-vous la réponse unanime des participants d’un groupe à une affirmation de l’un d’entre eux ?

80


VERSION DE TRAVAIL

Jade Thèmes abordés: Information management, Travail en équipe, Communication Jade a 20 ans et un léger déficit cognitif. De plus, elle a des difficultés d’apprentissage et de comportement. Elle vit avec sa famille composée de son père, sa mère et sa sœur cadette. Elle travaille depuis 9 ans dans une entreprise de nettoyage. Elle n’a pas eu de grosses difficultés à travailler. Elle a mentionné des troubles de comportements à cause de la situation déstabilisante qu’elle vit à l’intérieur de sa famille. Après le collège, Jade a suivi une formation de couturière. Le fait d’aller en cours, de suivre la formation, d’être en relations avec des professeurs et des élèves l’a beaucoup stimulée, même si elle n’avait pas envie de devenir couturière. Après cette formation, elle a trouvé un emploi dans une entreprise de nettoyage où elle travaille encore. Maintenant, elle a envie de changement et veut faire autre chose. Au cours de son entretien avec le conseiller Emploi, Jade a mentionné son envie de devenir dactylo même si elle ne s’en croit pas capable. Elle a expliqué au conseiller qu’elle avait eu du mal à apprendre son travail. Au début, elle était assez lente et c’est pourquoi elle travaille seule car elle n’arrive pas à être aussi rapide que les autres employés. De plus, elle n’a pas de bons rapports avec ses collègues à l’exception de deux avec lesquels elle a pu établir de chaleureuses relations. Jade est compétente et fait du bon travail. Le seul problème réside dans sa lenteur car elle est perfectionniste et a besoin de beaucoup de temps pour venir à bout de sa charge de travail. Elle a besoin du double de temps des autres employés. Depuis ses débuts dans l’emploi, nous avons essayé de travailler sur ce problème avec l’aide de sa responsable. Jade sait que si elle passe plus de temps que prévu à accomplir ses tâches, elle ne sera pas payée pour les heures supplémentaires. Un autre aspect que nous souhaiterions prendre en considération concerne les relations avec ses collègues : quand elle travaille en équipe, elle se sent stressée. De plus, ses collègues ne comprennent ni ses problèmes ni son anxiété. Depuis qu’elle travaille, Jade a développé beaucoup d’autonomie et son comportement s’est amélioré. Elle prend davantage soin d’elle, même si, de temps en temps, elle ne s’habille pas correctement et n’a pas les attitudes adéquates. Dans ces moments-là, il est nécessaire de renforcer l’accompagnement de Jade.

81


VERSION DE TRAVAIL

Ses proches ont pris conscience de ses nouvelles capacités mais ne veulent pas admettre le changement : leur fille reste le type de personne incapable de quoi que ce soit et qui n’apporte que des problèmes. Ses parents n’étaient pas d’accord pour qu’elle prenne cet emploi car ils considéraient qu’il était trop dur pour elle. En outre, ils craignaient qu’elle parte seule à vélo à 5 h du matin. Après avoir rencontré Jade, le conseiller Emploi a également rencontré ses parents. Ce fut un entretien difficile, tout particulièrement avec la mère : elle a parlé pendant plus de 30 minutes sans aucune logique et le conseiller n’a pas obtenu d’autres informations. Selon le père, la famille a de gros problèmes et si elle n’est pas bien vue, c’est de la faute de Jade. L’éducateur en charge de Jade a confirmé au conseiller Emploi que la jeune fille était le vilain petit canard de la famille. Tous les malheurs de la famille sont dus à Jade et à son handicap. La famille n’a jamais cru en ses possibilités, même quand elle commençait sa formation en couture.

Travail préliminaire : Présentez la façon dont on pourrait aider la bénéficiaire à gérer ses émotions et à trouver un moyen de faire baisser son stress

82


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/ Jade rencontre le conseiller Emploi parce qu’elle veut changer de travail. Pensez-vous qu’il s’agisse là de sa vraie priorité ? Argumentez votre réponse. 2/ Comment le conseiller Emploi peut-il accompagner les parents de Jade de façon à ce qu’ils aient davantage confiance en ses capacités de travail? 3/ Comment le conseiller Emploi peut-il aider Jade à avoir de meilleures relations avec ses collègues. Donnez des exemples concrets. II – Questions générales 1/ Pensez-vous qu’il soit important pour le conseiller Emploi de travailler également avec les proches de la personne reconnue handicapée ? Argumentez votre réponse. 2/ En plus d’une bonne réalisation du travail proprement dit, il est crucial pour tout employé, et particulièrement pour une personne handicapée, d’établir de bonnes relations avec ses collègues. Comment imaginez-vous le rôle du conseiller Emploi à cet égard ? 3/ Quelles actions peuvent être proposées aux parents pour les aider à mieux accepter le handicap de leur enfant et à se sentir moins seuls ?

83


VERSION DE TRAVAIL

Hélène Thèmes abordés: Droits de la personne handicapée, Pensée critique, Travail en équipe, Accompagnement à la recherche d’emploi, Communication, Suivi en entreprise Hélène a 55 ans. Elle a quitté l’école avec le BEPC. Après quelques petits jobs variés, elle a eu deux expériences professionnelles importantes : 1/

Elle a travaillé pendant 16 ans comme Vendeuse-caissière dans un supermarché. Les années passant, elle a assumé davantage de responsabilités et cela lui a plu. Quand le supermarché a été restructuré, elle a été licenciée pour raisons économiques.

2/

Presque tout de suite après, elle a été embauchée comme Agent polyvalent de restauration collective et a été formée sur le tas. Elle a pu être rapidement opérationnelle et a été appréciée par tous dans ce domaine nouveau pour elle. Elle est restée 18 ans dans l’entreprise mais a finalement été licenciée pour inaptitude au poste.

Quand elle s’est retrouvée sans emploi, Hélène s’est sentie perdue : elle avait toujours travaillé et ne savait pas quoi faire de ses journées. De plus, elle ne pouvait plus aller de l’avant en saisissant la première opportunité du fait de son état de santé. Ses contre-indications étaient les suivantes : elle devait éviter les efforts physiques, le port de charges, la station debout prolongée, les conditions de travail stressantes, le travail en hauteur, le travail en ambiance humide, dans le froid et dans le bruit. Elle devait également tenir compte de sa fatigabilité. Ayant toujours exercé des fonctions physiques, Hélène se demandait comment elle allait pourvoir gagner sa vie autrement. La seule possibilité qu’elle entrevoyait était de devenir Agent administratif mais elle ne savait pas utiliser un ordinateur. Etait-il possible d’apprendre à 55 ans ? De plus, était-il réaliste pour elle d’envisager une vraie reconversion professionnelle ? Lors de son rendez-vous avec sa conseillère du service Handicap, Hélène a parlé de ses préoccupations et s’est vu proposé un accompagnement à l’élaboration d’un projet professionnel compatible avec son état de santé. Elle a accepté et s’est très vite présentée dans notre centre, à la fois enthousiaste et anxieuse. Au cours de la première séance collective, Hélène s’est présentée au groupe avec beaucoup d’énergie et elle a impressionné les participants, notamment les plus âgés qui semblaient timides et peu sûrs d’eux. Elle ne savait pas quoi faire mais était manifestement déterminée à réussir sa réinsertion.

84


VERSION DE TRAVAIL

Comme l’accompagnement avançait, Hélène était de plus en plus attirée par le métier d’Agent administratif et elle a souhaité effectuer un stage en entreprise pour valider son projet. Je lui ai proposé une mise en situation au sein d’une clinique privée : il s’agissait d’aider la secrétaire travaillant au service Accueil. Hélène a accepté ma proposition et a passé trois semaines dans ce domaine tout nouveau pour elle. J’ai appelé plusieurs fois sa tutrice au cours du stage et, chaque fois, n’ai reçu que des éloges la concernant : « Elle veut bien faire, elle comprend tout, est très aimable avec les patients et leur famille,.. ». Je savais depuis le début qu’Hélène voulait bien faire mais ignorait si elle allait être à l’aise dans le secteur médical et appréciée par l’équipe en place. A la fin du stage, elle est revenue au centre avec une excellente appréciation de la directrice de la clinique, ce qui a été un facteur décisif pour valider son projet de reconversion. En effet, il n’est pas aisé d’obtenir le financement d’une formation pour une personne de 55 ans, qu’elle soit ou non handicapée… De plus, Hélène avait une surprise à annoncer aux autres membres du groupe : elle était embauchée par la clinique pour un mois pendant les vacances d’été, et ce en tant qu’aide secrétaire. Son projet de reconversion prévoyait un emploi à mi-temps mais le remplacement prévu pour l’été était un plein temps. Hélène avait accepté car c’était seulement pour un mois et elle s’était dit que cela ne poserait pas de problèmes pour une aussi courte période. Elle était heureuse, fière et presque incrédule : elle avait réussi ! Sa vie future commençait à se dessiner : une mission d’un mois, puis les vacances en famille puis la formation en automne. A la fin du premier jour de sa mission d’été, Hélène m’a téléphoné : elle était très fatiguée, bien plus fatiguée que pendant son stage. Lorsque je lui ai demandé des détails concernant son planning de la semaine, elle m’a dit qu’elle avait signé un contrat pour 33 heures par semaines, ces 33 heures devant être effectuées sur trois jours. Elle travaillait ainsi 11 heures par jour. Devant mon étonnement face à une telle organisation, Hélène m’a appris que c’était le planning de la personne remplacée et que la question d’une autre répartition horaire ne s’était pas posée. J’ai également appris à cette occasion que c’était là un mode de fonctionnement courant en milieu médical, les secrétaires préférant travailler trois « longues journées » et bénéficier ensuite de 4 jours en famille. Pendant ses trois semaines de stage, Hélène avait travaillé à temps plein, à raison de 5 heures par jour. 85


VERSION DE TRAVAIL

Elle avait tenu à ce rythme pendant le stage mais avait été très surprise qu’on lui propose de tels horaires pour la mission d’été car la directrice savait qu’elle était handicapée. Elle n’avait pas osé négocier ou refuser cette proposition mais, à présent, elle se demandait si elle pourrait supporter ce rythme pendant quatre semaines. Voyant ma réaction interloquée et mon envie d’intervenir, Hélène s’est montrée ferme : elle ne voulait pas que je parle à son patron. Elle avait eu envie de me parler de ses difficultés mais souhaitait se débrouiller seule dans la clinique. Respectant ses desiderata, je suis simplement restée « une oreille pour ses inquiétudes ». Elle a effectivement supporté le rythme prévu pendant sa mission mais ces semaines ont été beaucoup plus difficiles que les précédentes même si elle faisait 33 heures par semaine au lieu de 35. Deux aspects ont sérieusement estomaqué Hélène au cours de cette première « réelle expérience » dans un nouveau domaine : 1/

Elle a découvert que son statut de personne handicapée n’impliquait pas automatiquement la prise en considération de ses difficultés de santé sur son contrat de travail

2/

Elle a été surprise que la directrice de la clinique, c’est-à-dire d’une structure médicale, fasse si peu de cas des problèmes médicaux de son personnel.

Elle a terminé sa mission épuisée mais heureuse d’avoir tenu. Elle a néanmoins appris une leçon : la prochaine fois, elle serait attentive aux termes du contrat de travail et, si nécessaire, essaierait de négocier des conditions appropriées à son état de santé.

Travail préliminaire : Hélène a réussi à élaborer et valider son projet de reconversion. Précisez les aspects sur lesquels attirer son attention dans l’optique qu’elle réussisse sa réinsertion professionnelle.

86


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions spécifiques au cas 1/

Hélène a montré énergie et détermination depuis le début de l’accompagnement. Comment faire profiter tout le groupe de ses qualités?

2/

Comment amener Hélène à donner la priorité à sa santé au moment de choisir son futur emploi?

3/

Pensez-vous qu’Hélène sera capable de négocier des conditions de travail appropriées à son état de santé lorsqu’elle signera son futur contrat ?

I I – Questions d’ordre général

1/

Quelles sont, à votre avis, les principales difficultés rencontrées par une personne ayant toujours exercé un métier physique et désireuse de se reconvertir dans un métier administratif?

2/

Comment préparer des personnes handicapées à négocier les termes de leur futur contrat de travail en séance collective?

3/

Pensez-vous qu’il existe des circonstances nécessitant absolument l’intervention en entreprise du conseiller, que le bénéficiaire le veuille ou non?

87


VERSION DE TRAVAIL

Jerzy Thèmes abordés: Droit des personnes handicapées, Gestion de l’information, Travail en équipe, Jerzy est un homme grand et mince de 37 ans. Du fait de son handicap (épilepsie), il a étudié dans un centre spécialisé et obtenu un diplôme professionnel (EQF3). Pourtant, lors de leur premier entretien, son conseiller fut incapable de détecter le moindre problème de santé. Jerzy paraissait en bonne forme, bavard et quelque peu nerveux. Il voulait manifestement faire bonne impression sur le conseiller, ce qui était de bon augure pour la suite. Jerzy fait partie d’une association organisant des ateliers thérapeutiques. Il est responsable de la newsletter et s’intéresse au journalisme. De par ses capacités intellectuelles, il se démarque des autres participants aux ateliers et des autres membres de l’association. C’est la raison pour laquelle son conseiller lui a suggéré de faire un stage dans l’un des magazines locaux. Cette idée a beaucoup plu a Jerzy et, à cette fin, le conseiller et l’éditeur en chef se sont concertés pour faire aboutir ce projet. Ils sont tombés d’accord à une condition : Jerzy devait préalablement produire des écrits pour montrer ses capacités. C’est ce qui se passa. On demanda au journaliste novice Jerzy d’écrire deux articles, étant entendu qu’il devait lui-même trouver le sujet de l’un d’entre eux. On lui donna une date limite pour la remise des articles. Il rendit les articles avec une semaine de retard mais l’un des articles fut publié. Parallèlement au stage qui lui était proposé, un nouveau poste devait être créé au sein de l’équipe éditoriale pour la réalisation de tâches telles que la frappe des manuscrits envoyés par des lecteurs, l’écriture d’articles relatifs aux difficultés rencontrées par les personnes handicapées ainsi que la mise à jour du site web. Il y avait cependant un problème : Jerzy n’était pas inscrit comme demandeur d’emploi. Son conseiller lui demanda d’y remédier et lui expliqua les tâches qui seraient les siennes dans l’équipe éditoriale. Le succès semblait très proche. A ce moment, un problème plus important émergea : le conseiller apprit que Jerzy était sous tutelle et que sa mère, qui était sa tutrice légale, n’était pas d’accord pour que son fils travaille. Et cela, pour une raison on ne peut plus simple : les allocations de Jerzy seraient suspendues s’il était rémunéré pendant le stage. Le conseiller vérifia les divers aspects législatifs de la situation, et lorsque celle-ci fut précisée, l’exposa à Jerzy. Il laissa clairement la décision à Jerzy et à sa tutrice ; il n’essaya en aucune manière de les influencer dans un sens ou dans l’autre.

88


VERSION DE TRAVAIL

Entretemps, Jerzy écrivit un article pour le magazine mais il ne fut pas publié. Au cours d’un rendez-vous avec Jerzy, l’éditeur en chef insista sur le fait qu’il ne pouvait garantir la publication de tous ses textes. Il lui expliqua qu’il s’agissait là d’une règle de sa collaboration avec les journalistes. La décision d’accepter ou non un texte revenait à l’éditeur en chef ou au directeur. Il promit à Jerzy que si quelques uns de ses textes étaient jugés adéquats en termes de contenu, ils seraient utilisés mais ne put lui s’engager quant aux éventuelles dates de parution.

Quelques temps après, le conseiller et l’éditeur en chef reçurent des mails de menaces. Ils disaient que les articles de Jerzy n’étaient pas publiés dans le magazine, que le conseiller était un arnaqueur, etc.… Les mails étaient signés par un pseudonyme suggérant qu’ils étaient écrits par la petite amie de Jerzy. L’un d’eux était signé « Amis pour la vie ». Les lettres défendaient la réputation de Jerzy et soulignaient ses grandes qualités. Elles mettaient aussi l’accent sur les défauts du conseiller et de l’équipe du magazine. Cette dernière fut d’ailleurs accusée de conduite abusive. Après cela, le conseiller s’entretint avec Jerzy et lui expliqua qu’il était le principal suspect comme auteur des mails reçus. Le sujet fut également débattu avec le thérapeute de Jerzy qui déclara que ce type de situation s’était déjà produit auparavant, Jerzy s’en étant pris à d’autres personnes. Cet incident fut très significatif pour le conseiller : il comprit que Jerzy n’était pas prêt à travailler et que son comportement apparemment normal n’était qu’une façade. Pourtant, il continua à l’accompagner. Jerzy demanda et obtint une autre chance. Toutefois, le fait que Jerzy ne soit pas à même de prendre ses décisions continuait à poser problème. C’est pour cela que le conseiller souhaita entrer en contact avec sa mère. Un soir, à plus de neuf heures, Jerzy l’appela et lui passa sa mère. Ce fut une grande surprise pour le conseiller, d’autant plus que la femme qui prit la parole ne se présenta pas comme la mère de Jerzy mais comme sa tutrice. Quand le conseiller lui demanda si elle était bien sa mère, elle acquiesça. Après un bref échange, elle déclara qu’elle n’avait pas de temps pour un rendez-vous car elle était trop prise par ses affaires. Elle dit qu’elle rappellerait plus tard mais ne le fit pas. L’employeur était quant à lui sceptique pour une éventuelle coopération car il craignait des conflits entre Jerzy et l’équipe du magazine. Le handicap de Jerzy, sa mise sous tutelle et son état mental étaient des obstacles de taille au regard de son insertion. Jerzy avait besoin d’un accompagnement continu par un thérapeute. De plus, tous les efforts en vue de favoriser son embauche étaient réduits à 89


VERSION DE TRAVAIL

néant par le fait de sa mère, tutrice légale, qui n’était pas d’accord pour qu’il fasse un stage ou continue à être suivi par le conseiller emploi. Travail préliminaire : La peur de perdre les allocations et avantages sociaux comme facteurs empêchant les personnes handicapées de (re)prendre un emploi. Quelle est la situation de votre pays au regard des critères permettant l’accès aux avantages sociaux et allocations handicapés?

90


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I – Questions spécifiques au cas 1 /A votre avis, le conseiller a-t-il utilisé tous les moyens mobilisables pour que Jerzy puisse effectuer un stage ? 2/ Quels obstacles rencontre Jerzy dans son projet de réinsertion ? quelles solutions seraient envisageables ? Quelles sont les motivations poussant la mère de Jerzy à se positionner contre le stage de son fils au magazine et la poursuite de l’accompagnement avec le conseiller emploi ?

I I – Questions d’ordre général

1/ Les tuteurs de personnes handicapées: leurs droits et leurs responsabilités. Quels sont les recours envisageables quand un tuteur abuse de son autorité ? 2/Quels sont les plus sûrs moyens d’assurer une coopération fructueuse entre conseiller emploi, thérapeute et tuteur d’une personne handicapée ? Donnez des exemples basés sur votre expérience. 3. Exposez les méthodes d’évaluation et d’analyse des besoins utilisés par les conseillers dans votre pays.

91


VERSION DE TRAVAIL

Jolanta Thèmes abordés: Travail en équipe, Communication, Gestion du temps, Suivi en entreprise J’ai fait la connaissance de Jolanta alors qu’elle participait aux ateliers thérapeutiques. Au cours d’un entretien préalable, il apparut que sa mère, qui était sa tutrice légale, prenait toutes les décisions la concernant. Sa mère se montra d’ailleurs enchantée d’apprendre que la vie de Jolanta était susceptible de s’améliorer et surtout qu’elle pouvait envisager de travailler, ce qu’elle accepta sans aucune objection. Jolanta a 23 ans, c’est une personne mentalement déficiente qui a des difficultés à lire, écrire et compter. Elle a une reconnaissance permanente de handicap. Jolanta vient d’une famille nombreuse à problèmes vivant dans des conditions très précaires. Elle doit parfois tenir la maison et s’occuper de ses jeunes frères et sœurs. Elle reçoit une allocation pour son handicap mais ne peut jamais s’en servir pour elle-même. Sa mère gère les finances et l’allocation de Jolanta est considérée comme une ressource complémentaire pour la famille. Ses parents m’ont expliqué qu’elle a arrêté l’école en fin de primaire (EQF 2) mais Jolanta est incapable de dire quelles classes elle a fréquentées et n’a aucun certificat. Elle n’avait jamais travaillé ni même fait de stage. Elle aime chanter et écouter de la musique. C’est une jeune femme chaleureuse et souriante qui est aimée par les éducateurs et les autres participants des ateliers. Au cours du premier entretien, Jolanta était timide, renfermée, peu sûre d’elle et manifestement anxieuse. Elle n’avait pas envie de parler et s’exprimait par monosyllabes. Au cours des entretiens suivants, elle s’apaisa, prit confiance et s’ouvrit, répondant aux questions et parlant d’elle-même. Petit à petit nous fûmes en mesure d’aborder une plus large gamme de sujets. Jolanta se sentait à l’aise quand elle connaissait les gens et aimait participer aux jeux simples et aux activités. Lorsqu’elle ne comprenait pas les instructions, elle posait des questions. Elle fit de son mieux pour s’acquitter des tâches demandées. Elle ne put pas terminer les tests car il y avait de nombreux mots ou phrases qu’elle ne comprenait pas. Quand je lui ai demandé quels seraient l’activité ou l’emploi de ses rêves, elle n’a pas pu me donner de d’indications particulières, ou ses réponses manquaient de consistance. Parfois, elle déclarait qu’elle voulait travailler. D’autres fois, elle semblait s’en moquer ou disait qu’elle ne le pouvait pas à cause des tâches ménagères qui l’attendaient à la maison. Concernant un futur métier éventuel, elle évoquait celui de chauffeur, de cuisinière ou de secrétaire. Pour ce qui est des activités en ateliers, ce qu’elle préférait était de faire la cuisine et elle adorait préparer toutes sortes de plats. Elle était efficace, rapide, attentive, toutefois l’éducateur devait lui rappeler l’enchaînement des étapes. 92


VERSION DE TRAVAIL

Mon travail avec Jolanta commença par des entretiens individuels bihebdomadaires pendant quatre mois. Vu sa timidité initiale, il fallait que je gagne sa confiance. Plus tard, j’en appris davantage sur sa vie, son histoire familiale, les conditions précaires dans lesquelles elle vivait, sa santé, ses traits de caractère, ses compétences, son éducation, son attitude face au travail et ses envies pour le futur. Au cours des séances collectives, nous nous focalisâmes sur les relations interpersonnelles et les difficultés liées à la recherche d’emploi. La mère de Jolanta devait approuver toutes les décisions et la coopération avec elle s’avéra très fructueuse. Elle ne s’opposa jamais aux idées de sa fille et accepta de lui laisser faire ce qu’elle voulait. Pourtant, bien qu’elle eût une meilleure connaissance de sa fille, elle ne fut pas en mesure de nous fournir quelque piste que ce soit pour nous aider à imaginer le futur de Jolanta. Je pris alors contact avec un travailleur social ainsi qu’avec le responsable du service social municipal. Il en ressortit que la famille était bien connue des services sociaux et qu’elle bénéficiait souvent d’allocations et d’aides de toutes sortes. Nous joignîmes nos efforts pour améliorer le niveau de formation de Jolanta. Celle-ci étant surtout intéressée par l’acquisition de compétences en Cuisine, nous décidâmes de rechercher une formation dans ce domaine. Ce ne fut pas simple car elle disposait de très peu d’argent. Nous cherchâmes partout mais nous heurtâmes à des obstacles divers : pas dans cette discipline, ou seulement courts payants, lieux de formation très éloignés du domicile, cours réservés à d’autres types de publics, etc. Je me rendis compte que Jolanta avait besoin de l’aide d’un psychologue. Après une évaluation psycho-éducative, il fut établi qu’elle avait « la capacité de prendre un emploi correspondant à ses modestes compétences ». Le conseiller en conclut que le mieux serait que Jolanta puisse faire un stage en cuisine puisque c’était son secteur de prédilection. Il fut décidé que Jolanta s’inscrirait au bureau de l’Emploi, ce qui augmenterait ses chances d’être embauchée. Etant donné qu’elle n’était pas à l’aise dans tout nouvel environnement, je me suis arrangée pour qu’elle puisse faire le stage dans un endroit qu’elle connaissait et j’ai trouvé une association située à coté des ateliers.

93


VERSION DE TRAVAIL

Elle connaissait déjà sa tutrice et n’était pas non plus complètement étrangère à l’employeur. Elle pourrait ainsi acquérir de nouvelles compétences en Cuisine d’une façon non stressante. Je dus aider Jolanta pour toutes les formalités administratives relatives au stage et je l’accompagnai à la visite médicale obligatoire puisqu’elle avait besoin du certificat d’aptitude. Au début, elle bénéficia d’un suivi journalier au travail, puis celui-ci devint hebdomadaire. Elle se débrouillait bien, était assidue, ponctuelle, et réalisait toutes les tâches demandées (bien sûr sous la responsabilité de sa tutrice). Dans les premiers temps, Jolanta se montra très heureuse de son travail mais peu à peu elle dit qu’elle voulait retourner aux ateliers.

Il apparut qu’elle ne voulait pas continuer car elle ne touchait pas son salaire, sa mère en gardant la totalité. J’abordai alors la question avec la mère et celle-ci me dit que Jolanta n’était pas capable de gérer son argent, qu’elle allait tout dépenser tout de suite. Finalement, nous décidâmes que Jolanta commencerait à percevoir une petite partie de son salaire et qu’il lui serait bien précisé qu’il s’agissait là d’une part de ce qu’elle avait gagné par son travail. A partir de ce moment, des changements visibles se produisirent dans sa vie. Elle apprit à travailler en cuisine et à respecter les consignes. Cependant, elle a encore besoin de soutien et de conseils pour être tout à fait opérationnelle et se faire embaucher à la fin du stage. Travail préliminaire: Situation des personnes handicapées sous tutelle ou curatelle : que pouvez-vous dire des relations entre le conseiller Emploi et le tuteur/la tutrice légal(e), à qui revient la prise de décisions ?

94


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I – Questions relatives au cas

1. Obstacles à l’emploi rencontrés par Jolanta: que pensez-vous de l’approche et des méthodes utilisées par son conseiller Emploi? 2. Estimez-vous que Jolanta a été suffisamment accompagnée au cours de son stage ? 3. Que pensez-vous du travail effectué par l’équipe qui s’est occupée d’évaluer les possibilités d’emploi de Jolanta?

I I – Questions d’ordre général

1. Le travail du conseiller Emploi accompagnant une personne sous tutelle ou curatelle: quels sont les Problèmes légaux ? 2. Est-ce que L’allocation Handicap peut être un facteur démotivant pour rechercher un emploi ? 3. Quelle est L’offre de formations subventionnées pour les personnes handicapées en situation financière difficile et pour les personnes handicapées ayant besoin d’une actualisation de leurs compétences ?

95


VERSION DE TRAVAIL

Juan, María and Andrés Thèmes abordés : Démarche créative Dans un établissement d’enseignement hôtelier, trois étudiants déficients intellectuellement sur un total d’une cinquantaine ont participé à des cours de cuisine (niveau 3 selon EQF). Il s’agit de Juan, Maria et Andrés Précédemment le chef cuisinier de cet établissement avait donné des cours pendant 6 mois en 1987 dans notre institution spécialisée dans le handicap intellectuel. Ces cours s’adressaient à un groupe de travailleurs handicapés (niveau 1 selon EQF). C’était la première formation en cuisine pour les personnes handicapées du pays. Il n’y avait aucun matériel spécifique pour eux, il a donc été amené à créer de toute pièce la méthodologie. La région décida de donner une subvention. Les cours étaient considérées comme pilote. Manolo était très satisfait à la suite des cours et il décida de donner la possibilité aux trois meilleurs étudiants de poursuivre leur formation dans l’hôtellerie en donnant des cours sur une période de deux ans. Pendant le premier mois, le conseiller a aidé les enseignants à adapter leur méthode aux trois étudiants handicapés. En dépit du fait qu’ils avaient appris beaucoup de chose grâce à la précédente formation, la partie théorique restait difficile pour eux et le conseiller ne voulait pas qu’ils ralentissent le rythme d’apprentissage de l’ensemble de la classe. Comme solution, Manolo leur donnerait des leçons supplémentaires sur les concepts théoriques les plus importants. Il y avait également un autre problème concernant les cours pratiques et qui nécessitaient l’intervention du conseiller. Il rencontra l’enseignant pour qu’il adapte et résolve certains problèmes rencontrés avec Juan, Maria et Andres. Vous trouverez ci-dessous les quatre principaux obstacles rencontrés en cours L’enseignant se plaignait que nos étudiants (particulièrement Juan) n’étaient pas en mesure de comprendre des consignes simples. Par exemple : « Changez s’il vous plaît l’eau du seau de lavage parce qu’elle est sale. ». Mais, à quel moment savoir que l’eau est vraiment sale ? Ce n’est pas un concept facile à comprendre pour des personnes déficientes intellectuellement. Le conseiller proposa d’appliquer un système de références : « changez l’eau après X utilisations pour nettoyer X surfaces ». Un exemple : « quand vous nettoyez des chaises changez l’eau toutes les 10 chaises ». Ils avaient noté qu’il était difficile pour eux d’associer les bons couverts aux bons plats. (chaque couvert correspond à un plat). En ayant recours à la répétition, tous les étudiants ont appris à associer un couvert à un plat

96


VERSION DE TRAVAIL

Dans le module de service, ils observèrent également qu’ils avaient du mal à se souvenir des boissons. Le conseiller résolut le problème en plaçant à proximité des caisses une bouteille de chaque catégorie avec le prix indiqué. Le travail de conseiller consiste aussi à imaginer des solutions auxquelles les autres ne pensent pas. Les résultats sont parfois extraordinaires. L’enseignant était reconnaissant parce que le conseiller lui avait donné des instructions qui permirent d’aider Juan, Maria et Andres. Le fait de les aider ne permit pas seulement d’améliorer ses compétences avec seulement ces trois étudiants mais avec l’ensemble des autres. Quelques fois, les solutions que l’on trouve pour les personnes handicapées peuvent être utiles pour tout le monde. Le chef cuisinier nous a rapporté qu’il lui avait été utile de savoir donner des ordres en utilisant des termes spécifiques au lieu de rester imprécis : « Faites ça rapidement, « ne laissez pas ça trop longtemps sur le feu ». Maintenant, il avait appris à dire « cela nécessite d’être fait en 20 minutes », « le dessert a besoin d’être réalisé en 35 minutes après le plat principal ». Cette nouvelle approche des ordres a été bénéfique pour l’ensemble de la classe. Les personnes avec un handicap ne sont pas seulement des ayant droit. Beaucoup de changements liés à leur présence ont un impact positif pour l’ensemble de la société.

Travail préliminaire : Considérer la situation : expliquez pourquoi faire preuve d’inventivité est important pour adapter l’emploi aux personnes handicapées. Pensez à d’autres solutions possibles.

97


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I- Questions sur le cas 1/ Pensez-vous que la créativité soit importante pour un conseiller ? Quel est le meilleur moyen pour la développer ? 2/ Quelles autres solutions pouvait imaginer le conseiller pour adapter les apprentissages aux 3 stagiaires handicapés ? 3/ Analysez la position du conseiller dans ce cas et indiquez si vous êtes d’accord ou pas avec lui, écrivez pourquoi ?

II- Questions d’ordre général

1/ La créativité est le résultat de la combinaison de plusieurs compétences, pouvezvous lister trois d’entre elles. ? 2/ Pensez-vous que ce soit une bonne chose que le conseiller s’associe avec l’enseignant dans ce type de situation 3/ Avez-vous des exemples de situations concrètes innovantes que vous avez expérimentés pour faciliter les tâches de vos bénéficiaires ?

98


VERSION DE TRAVAIL

Karin Thèmes abordés: Analyse de la demande, Pensée critique, Accompagnement à la recherche d’Emploi, Communication Karin est une jeune femme qui vient de terminer ses études dans un lycée pour personnes mentalement déficientes (elle a le niveau EQF 3). Elle est maintenant inscrite au bureau de l’Emploi. L’objet du premier entretien est de définir comment nous allons coopérer. Karin vit dans une ville de taille moyenne avec ses parents. Au cours de notre première rencontre, elle me dit qu’elle espère trouver un emploi dans lequel elle pourra s’épanouir. Pendant ses études au lycée, elle a eu l’opportunité de faire de la vente, surtout dans le prêt-à-porter. Elle considère de ce fait qu’elle connaît ce métier : elle est attentive, a un bon contact avec la clientèle et sait prendre des initiatives. L’accompagnement se poursuit en séances collectives au cours desquelles Karin peut échanger avec d’autres participants au sujet de leurs expériences concernant les études, les stages et les divers jobs qu’ils ont découverts. Les regroupements permettent également la pratique d’exercices de motivation et d’orientation professionnelle. La rédaction du CV fait l’objet d’une attention particulière car il doit correspondre au type d’emploi recherché : c’est l’outil de base indispensable à la recherche d’un stage dans l’optique d’une embauche ultérieure. Karin se montre motivée et nous sommes vite prêts pour un premier essai sur le marché du travail, en l’occurrence un petit restaurant. Ceci pour élargir quelque peu son horizon et lui procurer un autre type d’expérience que celles qu’elle a connues auparavant. Lors de la rencontre avec le responsable du restaurant, nous précisons quelles seront les tâches de Karin au cours de sa journée : préparer les tables, laver la vaisselle, et couper les légumes pour les salades. Karin met fin à cet essai le soir du premier jour de travail : ce n’est pas ce qu’elle avait imaginé, me dit-elle au téléphone en quittant le restaurant. Elle m’explique alors qu’elle a besoin de davantage d’animation autour d’elle, par exemple un grand hôtel où il y aurait beaucoup de clients ou, encore mieux, une boutique de vêtement branchés. Soucieux de répondre aux desiderata de Karin, je lui trouve un grand hôtel où elle aura pour tâches d’aider au service du petit déjeuner et de faire les chambres. L’essai s’arrête au bout de deux semaines suite à une concertation entre le responsable et moi-même, son conseiller. 99


VERSION DE TRAVAIL

Au cours de l’entretien suivant, Karin nous dit qu’elle s’est bien débrouillée et qu’elle ne comprend pas pourquoi elle n’a pas pu continuer. Le responsable explique que Karin a du mal à suivre des instructions simples, à prendre des initiatives et à se souvenir du travail à effectuer. L’hôtel ne pouvant adapter le poste en fonction de ses besoins, on ne peut pas lui offrir le soutien qui serait nécessaire pendant le service. Je continue à accompagner Karin et nous essayons de déterminer quel pourrait être la prochaine étape. Elle persiste dans son souhait de travailler dans une boutique et je décide de répondre à ses attentes en lui trouvant un magasin où les choses sont mises au clair avec la responsable : Karin a besoin d’être étroitement encadrée, doit pouvoir poser une question quand elle en ressent le besoin et on doit lui confier des tâches très simples telles que celle de suspendre les vêtements sur les cintres. Lorsque j’ai Karin au téléphone dans les jours qui suivent, elle me dit qu’elle se plaît dans le magasin, qu’elle peut faire le travail demandé et qu’elle aime le contact avec la clientèle. Toutefois, la responsable de la boutique me tient un discours sensiblement différent : Karin n’arrive pas à réaliser les tâches les plus simples, elle ne voit pas ce qu’il faut faire même si on le lui a clairement expliqué. Elle oublie ce qu’elle doit faire, se montre rêveuse et disparaît parfois du magasin. Il est également mis fin à ce stage et il s’ensuit une période de suivi étroit avec Karine qui est déçue mais aussi en colère car elle ne comprend pas pourquoi les employeurs ne sont pas satisfaits de ses services. Nous parlons beaucoup et j’essaie, d’une part, d’expliquer à Karin les exigences du marché de l’emploi et, d’autre part, de l’aider à réfléchir à ses possibilités de travail dans le futur. Quelque temps plus tard, nous avons une réunion avec les membres de l’organisation référente et les parents de Karin pour décider de la suite de l’accompagnement. Nous aboutissons à la conclusion que Karin a besoin d’un accompagnement de longue durée et d’une formation conséquente pour atteindre son objectif d’insertion. Or, l’accompagnement par le conseiller Emploi est limité dans le temps. Il est par conséquent décidé que Karin sera accompagnée dans le cadre de l’organisation référente. Au bout de quelques semaines, Karine m’appelle, ulcérée : on ne la comprend pas et elle n’a pas l’accompagnement qu’elle désire. Nous en concluons que Karin n’est pas prête à travailler, que ce soit en milieu ordinaire ou en milieu protégé, ce qui la met très en colère. Elle veut travailler et continue maintenant ses recherches toute seule. 100


VERSION DE TRAVAIL

A ce stade, un conseiller Emploi ne peut lui proposer aucun poste : la seule chose qu’il puisse faire est de l’écouter et d’essayer de l’encourager. Travail préliminaire : Comment préparer Karin à intégrer le monde du travail?

Questions

I – Questions spécifiques au cas

1/

A votre avis, doit-on proposer à Karin d’autres stages en entreprise ?

2/

Auriez-vous établi le profil professionnel de Karin différemment de façon à repérer quel type d’emploi serait le plus susceptible de lui convenir?

3/

Pensez-vous qu’il aurait été judicieux de mettre d’abord Karin en stage en milieu protégé, au lieu de lui proposer directement une mise en situation en milieu ordinaire?

I I – Questions d’ordre général

1/

Comment procédez-vous lorsque les amis ou les parents d’un bénéficiaire ont une opinion différente de la vôtre quant à ses capacités de travail ?

2/

Comment gérez-vous la situation lorsqu’un de vos bénéficiaires surestime manifestement ses capacités de travail? Comment faire avancer les choses?

3/Comment gérez-vous la situation lorsqu’un de vos bénéficiaires sous-estime manifestement ses capacités de travail? Comment faire avancer les choses?

101


VERSION DE TRAVAIL

Claude Thèmes abordés: Analyse de la demande, Droit des personnes handicapées, Pensée critique Claude a 60 ans. Le conseiller Emploi doit juger de son employabilité. L’évaluation sera la base du plan d’action visant à lui trouver un emploi. L’étude de son parcours professionnel montre que Claude a appris le métier d’électricien et l’a exercé pendant de nombreuses années à l’étranger. Il vit dans notre pays depuis 10 ans mais n’y a jamais travaillé à l’exception de longs stages effectués au sein d’une entreprise de recyclage. Dans la ville qu’il habite à présent, il a été intégré au sein de la municipalité pour différents travaux de réfection durant plusieurs années. Son expérience professionnelle se limite à avoir réparé des vélos pendant six mois Claude souffre du dos depuis le début de sa vie adulte. Malheureusement, ses douleurs se sont accrues au cours des dernières années, ce qui l’a rendu moins mobile. Il a été suivi au sein du centre de santé et a été traité par radiothérapie, mais sans résultat notable. Il a eu quelques séances de physiothérapie mais y a mis un terme car il ne ressentait pas d’amélioration. Claude pense qu’il n’arrive pas à trouver d’emploi du fait de sa formation à l’étranger, de son niveau d’expression limité dans notre langue et de ses douleurs. Il est attiré par un travail manuel . Nous commençons l’accompagnement par une période d’observation en le mettant en stage dans une usine. Il y travaille les lundis, mercredis et jeudis de 10 à 12 h et il est censé prendre part à un maximum de tâches afin qu’il puisse prendre conscience de ses forces et faiblesses. Au bout de deux semaines, il passe de trois à deux jours par semaine car il a déjà eu deux jours d’absence et a mal au dos. Il tient beaucoup mieux à ce nouveau rythme et prend l’habitude de nous prévenir quand il ressent le besoin de s’absenter. A la fin du stage, il s’avère que Claude a seulement pu travailler à l’assemblage sur une table réglable. En ce qui concerne les autres tâches, telles que le chargement et le déchargement, le ramassage et le nettoyage, il s’y est essayé mais s’est vite rendu compte qu’elles n’étaient pas faites pour lui car ce type d’activité exige de la force et une bonne mobilité générale.

102


VERSION DE TRAVAIL

Il est évident que Claude a l’expérience du monde du travail et le sens des responsabilités. Il comprend les instructions qui lui sont données et comment un travail doit être réalisé. Il peut à la fois être autonome et collaborer avec ses collègues et il sait bien utiliser les outils. Les problèmes qu’il rencontre sont dus au fait que son endurance est fonction de sa condition physique du jour, même s’il ne travaille que pendant une courte durée. Il travaille lentement et s’arrête très souvent. Il est limité dans sa force et ses déplacements et ne peut pas travailler assis. Au cours du stage, il ne lui a absolument pas été possible d’augmenter son nombre d’heures de travail ou de tâches à effectuer. Claude réalise que ses douleurs se sont accrues. Il a de plus en plus de mal à faire le travail demandé et a besoin de davantage de repos lorsqu’il rentre du travail.

Travail préliminaire : Selon vous, comment le handicap, l’âge, et une insuffisante maîtrise de la langue du pays affectent-ils les possibilités de trouver un emploi ? La législation empêche-t-elle les personnes d’origine étrangère d’utiliser leurs compétences ? (à revoir)

103


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/ Quel est l’obstacle principal auquel se heurte Claude dans sa volonté de se réinsérer ? 2/ Voyez-vous autre chose qui aurait pu permettre à Claude de tirer un meilleur parti de sa période de stage? 3/ A votre avis, quel est le problème majeur de Claude? Le mal de dos, l’âge ou ses difficultés à s’exprimer dans la langue nationale ? à supprimer

I I – Questions générales 1/ Y-a-t-il, dans votre pays, une limite à ne pas dépasser en termes d’heures de travail par jour/par semaine pour garder le droit de rester demandeur d’emploi ?

2/ Pour les personnes étrangères qui ont une formation professionnelle acquise dans leur pays d’origine et qui peuvent justifier d’une bonne expérience professionnelle, est-il facile de valider leurs compétences dans votre pays ? 3/ Quelles sont les aides possibles qui permettraient aux seniors handicapés étrangers de se réinsérer ?

104


VERSION DE TRAVAIL

Lola Sujets abordés : analyse de la demande Parfois, les conseillers ont besoin de comprendre une situation en dehors des choses dites par leurs bénéficiaires. C’était le cas de Lola, une personne sourde qui s’était rendue au service de conseils à l’emploi pour un suivi d’orientation. Lola avait fini des études en gestion administrative (niveau 4 selon EQF) dans sa ville (à peu près 12 000 habitants) située à 42 km de la capitale provinciale. Elle n’avait pas réussi à trouver du travail sur place. Dans cette ville, il n’existe pas de service à l’emploi spécialisé pour le public handicapé et elle a donc décidé de se rendre dans la ville principale (environ, 300 000 habitants) pour tenter de trouver un travail. Lola avait connu un revers de fortune : son compagnon (père de son enfant de 4 ans) les avait quittés. Elle vivait, à la suite de cet épisode, grâce à une aide de l’Etat et d’une pension alimentaire versée par le père. Elle voulait et avait besoin de travailler de manière urgente. Elle avait travaillé dur pour obtenir son diplôme et en particulier elle était très douée pour gérer les données comptables. Au début, cela ne paraissait pas difficile de trouver un emploi. Conchi, son conseiller attitré était un SES avec des connaissances dans la langue des signes. Elle utilisait les listings des sociétés, de la confédération des hommes d’affaires et des syndicats et elle regroupait les offres correspondant au profil de Lola. L’étape suivante était d’envoyer des CV et de trouver un interprète en simultanée dans l’association provinciale pour les personnes sourdes (une association publique venant en aide aux personnes mal entendantes). Lola était capable de lire sur les lèvres et de s’exprimer mais la mise en place de ce système pouvait faciliter les choses. Ils ont vite réalisé que cela allait être difficile. En pleine crise économique dans une ville dans laquelle des milliers d’étudiants avec un haut niveau de qualification en gestion d’entreprises et spécialistes techniques en administration se rendaient dans des centres de formation professionnelle pour trouver un emploi, il allait être compliqué pour une personne sourde de trouver un emploi. Même pour des emplois réservés aux personnes handicapées dans l’administration publique, la concurrence était redoutable et le nombre de places drastiquement réduites. Lola était désespérée ; quatre mois après le début de ses recherches, elle était toujours en quête d’une opportunité et il ne semblait y avoir aucune lumière au bout du tunnel. L’administration publique connaissait une réduction du personnel et même les compagnies privées n’avaient manifesté aucun intérêt pour son profil. Pourtant, elle avait un besoin urgent de travailler. Bien sûr, elle se sentait redevable vis-à-vis de Conchi pour ses efforts. 105


VERSION DE TRAVAIL

Lola rencontra Conchi pour discuter de la situation ; ils avaient besoin de mettre en place une autre stratégie, une nouvelle manière de faire face au problème. Peut-être avaient-elles besoin d’élargir les recherches à d’autres villes plus importantes… Conchi observa Lola pendant l’entretien et elle réalisa que s’était l’une des plus belles femmes qu’elle ait eu l’occasion de voir dans sa vie. Lola avait de longs cheveux noirs et des grands yeux noisettes et était plus grande que la moyenne… Elle eut alors une idée : Conchi demanda : “Lola, je veux que tu penses à une chose. Est-il si décisif pour toi de travailler en tant qu’agent administratif dans un département de comptabilité ou y a-t-il autre chose que tu voudrais faire ? et Lola répondit : « Bien sûr il y a d’autres choses. Conchi dit alors : « regarde l’appareil s’il te plaît ». Conchi connaissait une société spécialisée, entre autres choses, dans des catalogues publicitaires pour des boutiques et des magasins situés au niveau local et départemental. Conchi demanda un entretien avec le directeur commercial de la société et lui envoya une photo. “Elle est très belle et, chose plus importante encore, elle est très photogénique. Conchi, cette fille pourrait convenir pour nos catalogues pour la mode jeunesse. J’irai même plus loin, je pense qu’elle pourrait être hôtesse pour des congrès et j’ai un contact pour elle”. Conchi pensa que c’était génial. “D’après ce que j’ai compris, elle a étudié la comptabilité, donc, la première chose dont elle a besoin est d’une agence et la nôtre pourrait être parfaite pour elle. Elle pourrait ainsi être formée pour être mannequin et apprendre à poser. En plus, cet emploi n’est pas à temps fixe et elle pourrait gagner suffisamment d’argent pour être économiquement indépendante et autonome. Elle pourrait ainsi continuer à étudier dans son domaine. Je reste persuader que cette situation de crise va finir un jour et qu’il y aura plus de possibilités dans le futur.” Conchi se renseigna sur toutes les solutions qui pourraient venir en aide à Lola. Cela ne fut pas facile mais Lola devint mannequin A présent, Lola travaille beaucoup en tant que mannequin et elle a fini par suivre des cours à distance universitaire. Elle a obtenu en deux années d’étude un diplôme en gestion d’entreprises (niveau 7 selon EQF). Son rêve ? ouvrir une agence de mannequin où elle serait la directrice commerciale. Travail préliminaire 1. Pensez-vous qu’il soit opportun qu’un conseiller réoriente le choix professionnel de son bénéficiaire ? 2. Suggérez d’autres solutions.

106


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I- Questions relatives au cas 1/ Pensez-vous que Conchi a agi favorablement pour Lola ou aurait-elle dû continuer à chercher des opportunités d’emploi en lien avec son plan de carrière initial ? 2/ Quelle est bonne place du conseiller dans ce type de situation ? Conchi est-elle trop active et trop impliquée ? Devrait-elle être plus distanciée ? 3/ Pouvez-vous imaginer d’autres solutions ? II- Questions d’ordre général 1/ Pensez-vous que chaque demande du bénéficiaire nécessite un placement adapté, est-il normal qu’un conseiller prenne ce type de décision de sa propre initiative ? 2/ Le conseiller doit-il tenir compte de la situation personnelle quand il doit analyser la situation ? 3/ Quelles sont les difficultés particulières que rencontrent les personnes sourdes dans leur insertion ? De quelles aides peuvent elles bénéficier ?

107


VERSION DE TRAVAIL

Luca Thématiques: analyse de la demande, Gestion du temps, Accompagnement a la recherche d’emploi Lucas a 22 ans et est atteint de paraplégie suite à un accident qu’il a eu à l’âge de 14 ans. Depuis lors, il se déplace en fauteuil roulant. Il vit avec ses parents dans une petite ville peu équipée pour son handicap: les bureaux de la mairie ne sont pas accessibles aux utilisateurs de fauteuils roulants et les bus n’ont pas de plateforme escamotable. Ses parents sont inquiets et conscients du fait que leur fils a besoin d’acquérir plus d’autonomie. Lucas a fréquenté une école générale et a obtenu un diplôme de niveaux 2 (EQF) avec deux ans de retard du fait de l’accident qui l’a tenu éloigné des études pendant plusieurs mois. Son parcours scolaire n’a pas été brillant et il était tout juste au niveau. Avant l’accident, Lucas n’était pas un étudiant modèle: il n’était pas très doué et ne faisait rien. De plus, il a eu du mal à s’habituer à sa nouvelle situation et a souffert d’une grave dépression. Il n’est pas arrivé à se faire d’amis dans sa nouvelle école et a seulement gardé contact avec un vieux copain, mais peu à peu leurs relations se sont espacées. Cet ami a commencé à fréquenter les discothèques et des endroits inaccessibles aux fauteuils roulants. Puis, après le lycée, il est parti s’installer dans une ville universitaire. Malgré son faible réseau relationnel et un grand sentiment d’abandon, année après année, il en est venu à accepter son état et à émerger de sa dépression, réussissant à être plus autonome : il prit des cours d’informatique, obtenu son permis de conduire et préparé des concours de la fonction publique. Ses parents auraient aimé qu’il fasse un stage au sein de la médiathèque municipale mais cela n’a pas été possible, les locaux n’étant pas accessibles aux fauteuils roulants. Grâce à son conseiller Emploi, il a pu effectuer un stage de standardiste dans une institution. Il a seulement eu besoin d’un coup de pouce pour le trouver, sans que des adaptations particulières soient nécessaires. Ensuite, il a trouvé seul un poste d’agent de bureau à l’accueil d’une autre institution. Plus tard, il a passé un concours pour travailler dans la fonction publique en tant qu’agent administratif. Malheureusement, il a échoué de par son faible niveau de compétences et son bas niveau de formation. 108


VERSION DE TRAVAIL

Son jeune âge, son peu d’expérience professionnelle et son bas niveau de qualification le rendent peu compétitif sur le marché du travail. S’il veut travailler comme agent administratif dans la fonction publique ou dans une entreprise privée, il lui faut acquérir de réelles compétences administratives et comptables. Dans sa ville, il n’est pas facile de trouver un emploi administratif, de standardiste ou de réceptionniste. De plus, les entreprises ont besoin de personnel plus flexible et capable de polyvalence en toute autonomie. Il a peur de suivre une formation qualifiante car, à l’école, après l’accident, il a toujours été aidé par le professeur assistant et il a eu tant de mal à obtenir le diplôme qu’il craint de ne pas être au niveau requis.

Travail préliminaire: Identifiez le problème, expliquez le besoin de d’accompagnement de Lucas et déterminez-lui un objectif positif.

109


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/ Comment le conseiller Emploi peut-il aider Lucas à avoir confiance en lui pour son projet d’études ? 2/ Pensez-vous qu’il serait bon que Lucas acquière davantage d’expérience, si oui, comment ? 3/ Etablissez une liste des difficultés rencontrées par Lucas en raison de son handicap

II – Questions générales 1/ Comment le conseiller Emploi peut-il se tenir au courant de toutes les propositions de stages réservés aux handicapés? (donnez des exemples de sites à consulter, d’organismes à contacter, etc.)

2/ Comment rassembler ce type d’informations?

3/ Comment pouvez vous vous informer sur les formations subventionnées proposées aux chômeurs (handicapés) ?

110


VERSION DE TRAVAIL

Louis Thématiques: analyse de la demande, Travail en équipe, Communication, Suivi en entreprise Louis a 29 ans. Il est malentendant et a un quotient intellectuel très bas. Il vient d’une famille dysfonctionnante, très pauvre sur le plan culturel et en grande précarité. Il ignore la langue des signes mais, au cours de l’année dernière et grâce à l’intervention d’experts et d’orthophonistes, il a développé une certaine habileté à l’expression verbale et arrive maintenant à bien se faire comprendre. Il a également appris à lire sur les lèvres. Il est très timide, manque d’assurance et se montre méfiant. Il a très peur d’entrer en contact avec d’autres personnes. Louis n’aime pas avoir à rappeler aux personnes qu’il a besoin d’un contact visuel direct pour les comprendre et, en général, quand il n’a pas compris une phrase, il évite d’en demander la répétition. Il parle rarement de sa famille. Il vit avec son père dans un pavillon situé dans un secteur mal desservi par les transports publics. Il n’a ni frère ni sœur. Son père est très inquiet et, malgré l’âge et les capacités de Louis, le restreint beaucoup dans ses activités et ses mouvements. Il refuse que son fils aille seul au plus proche arrêt de bus (même s’il n’y a qu’un km et 10 minutes de marche de leur maison) et, a fortiori qu’il prenne le bus seul pour se rendre au centre ville. De plus, son père a une attitude défaitiste et ne croit jamais aux opportunités d’emploi de Louis. La scolarité de Louis s’est arrêtée au premier cycle du secondaire (EQF 2). Comme il craignait de rater l’examen final, il a suivi un programme différent lors de la dernière année de collège. Ce genre de programme ne lui a pas permis d’obtenir son Brevet. Après le collège, il s’est inscrit dans un cours d’informatique afin d’obtenir le Passeport Européen en Informatique, mais, bien qu’il ait acquis de nouvelles compétences, il n’a pas réussi pas à obtenir le diplôme. Il a effectué quelques stages dans des emplois administratifs, surtout en tant qu’Opérateur de saisie et agent des expéditions. Au cours de ceux-ci, il a été encadré par un tuteur qui a mis en évidence des difficultés psychologiques : fort manque de confiance en soi, peur de montrer ses limites, ce qui l’a amené à prétendre comprendre les consignes alors que ce n’était pas le cas. En conséquence de quoi, il n’est pas parvenu à accomplir les tâches demandées.

111


VERSION DE TRAVAIL

De plus, il a fait preuve d’intolérance aux frustrations. Par exemple, à chaque fois qu’on lui faisait une remarque, même de façon constructive, il s’en irritait et la rejetait. Il a fait preuve d’une faible capacité à résoudre les problèmes et de peu d’autonomie dans la prise de décisions, même les plus simples, et cela, par peur de se tromper. A la fin des stages, quelques problèmes ont trouvé une solution grâce au tuteur. Cependant, le manque de confiance en soi persiste, entretenu par l’appréhension constante du père. Au cours des entretiens avec le conseiller Emploi, Louis a exprimé son désir d’indépendance financière et son souhait de vivre seul. Il a besoin de trouver un emploi correspondant à ses capacités. Mais il a encore besoin d’un tuteur pouvant l’aider à acquérir une plus grande confiance en lui. Enfin, il serait important que le père arrive également à dépasser ses peurs et puisse se montrer plus encourageant pour stimuler son fils.

Travail préliminaire : A partir des informations données ci-dessus, essayez de lister les principales raisons de l’échec à l’insertion professionnelle de Louis.

112


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/ Louis a étudié l’informatique dans l’optique d’obtenir le passeport européen mais ne l’a jamais eu. De plus, il a acquis un peu d’expérience dans la saisie de données et les expéditions. Comment pourriez-vous vous y prendre pour qu’il acquière davantage confiance en lui et en ses capacités ? 2/ Analysez la famille et le cadre de référence du bénéficiaire. A votre avis, pour quelles raisons le père de Louis est-il aussi réfractaire à son embauche ? Que feriez-vous pour faire changer l’opinion du père ? 3/ Comment pourriez-vous aider Louis dans sa volonté de travailler?

II – Questions générales relatives à l’accompagnement 1/ A votre avis, est-il important pour une personne atteinte d’une déficience sensorielle de prendre conscience des limites engendrées par son handicap ? Pourquoi ?

2/ Pensez-vous que la conscience de ses limites puisse améliorer les relations interpersonnelles? Pourquoi ?

3/ Comment responsabiliser le bénéficiaire? Svp, donnez trois exemples couronnés de succès et basés sur votre propre expérience.

113


VERSION DE TRAVAIL

Malone Thèmes abordés: Gestion de l’information, Pensée critique , Démarche créative Travail en équipe, Communication Malone a 27 ans. Il a terminé ses études à l’âge de 18 ans avec un baccalauréat en gestion commerciale (EQF 4). Il a obtenu son permis de conduire la même année.

Pendant ses études, Malone prit l’habitude de travailler avec son père, peintre-décorateur, le soir, le week-end et, parfois, pendant les vacances. Il aurait souhaité suivre ses traces mais son père n’était pas d’accord : il voulait que son fils ait un métier moins pénible.

Quand il obtint son diplôme, Malone ne sut pas quoi faire ni dans quelle faculté s’inscrire. Faute de mieux, il commença à travailler en intérim comme préparateur de commandes. Tout se passa bien et, au bout de quelques mois, il passa en contrat à durée indéterminée. Cependant, tous les membres de sa famille travaillaient dans le bâtiment et il mourait d’envie de les rejoindre. Ainsi, trois ans plus tard, il démissionna et s’inscrivit dans un centre de formation pour apprendre le métier de Plombier-chauffagiste. Cette nouvelle voie lui plut beaucoup et il étudia pendant un an avec plaisir et confiance. Toutefois, il eut un grave accident de voiture une semaine avant les examens. Il resta trois jours dans le coma et resta hospitalisé pendant treize mois. Il fut ensuite en rééducation pendant une année. Quand il eut suffisamment récupéré pour envisager de reprendre la vie active, ses contreindications médicales lui interdirent catégoriquement l’exercice du métier de Plombier.

Pour information, voici la liste de ces contre-indications ; Malone devait éviter : - les positions « assis » et « accroupi » - les mouvements répétitifs - le déséquilibre du tronc - le port de charges lourdes 114


VERSION DE TRAVAIL

- la position « debout » statique. Il devait alterner position « assis » et position « debout ». Il avait par ailleurs des difficultés pour lire (diplopie : Il ne voit pas lorsque sa tête est inclinée à plus de trente degrés). Lorsqu’il eut finalement accepté l’idée d’une inévitable reconversion professionnelle, Malone saisit l’opportunité offerte par un ami de travailler comme Opérateur sur machine digitale. Il apprit le métier sur le tas et celui-ci lui plut mais était pénible. Lorsqu’il fut convoqué à la visite médicale annuelle obligatoire ? le médecin le déclara inapte au poste. Malone tenta de discuter mais le médecin fut intraitable : il ne pouvait pas continuer dans cette activité. Arrivé à ce point, Malone se sentit perdu, en pleine confusion : il était jeune (26 ans) et avait déjà expérimenté plusieurs métiers. Pourtant, il devait recommencer dans un nouveau domaine et ne savait pas comment s’y prendre. Depuis la fin de ses études au lycée, il avait toujours choisi et décidé seul mais là, il se sentait d’autant plus perdu qu’il venait de perdre son père décédé quelques mois plus tôt. Malone demanda un accompagnement à son conseiller du département Handicap et arriva dans notre centre particulièrement motivé.

Lorsqu’il se présenta au groupe, il mentionna deux pistes ayant retenu son attention pour une réorientation : - Conducteur de travaux dans le bâtiment Et - Dessinateur en impression 3D.

Travail préliminaire : Dites comment vous pouvez aider Malone à réussir sa réorientation professionnelle. Décrivez les phases de réflexion que vous pouvez d’ores et déjà prévoir.

115


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions spécifiques au cas 1/

Malone a toujours voulu travailler dans le bâtiment mais il n’a pas pu. Nous voyons ici qu’il envisage de devenir « Conducteur de travaux dans le bâtiment », comment expliquez-vous cette « nouvelle » idée ?

2/

Malone a réussi ses études et a toujours été apprécié dans ses différents postes. Il aime travailler et est motivé pour prendre « la » bonne décision en ce qui concerne sa future vie professionnelle. Comment pouvez-vous utiliser ces aspects positifs pour créer une synergie lors des séances de groupe ?

3/

D’après vous, quel rôle de père de Malone a-t-il joué dans ses choix professionnels?

I I – Questions d’ordre général 1/

A quels types de difficultés est-on confronté lorsque l’on accompagne des personnes étant restées longtemps éloignées de la vie active? (Par exemple, pour cause d’accident ou de longue maladie)

2/

Un certain nombre de personnes handicapées doivent effectuer plusieurs reconversions au cours de leur vie professionnelle. Montrez comment chaque expérience peut enrichir la suivante.

3/ Malone est jeune. Pouvez-vous faire la liste des différences existant entre l’accompagnement de jeunes bénéficiaires et celui de bénéficiaires plus âgés ?

116


VERSION DE TRAVAIL

Marcos Thèmes abordés : Droit des personnes reconnues handicapées Le Docteur Marcos Martinez est un jeune ingénieur espagnol (niveau 7 selon EQF). Il a eu un terrible accident sur une partie difficile d’une autoroute reliant la montagne à la côte (50 km d’autoroute, 800 mètres au dessus du niveau de la mer). Il a heurté une pelleteuse au niveau du cou et il est devenu paraplégique. Depuis l’accident, il n’a plus remarché et souffre d’une terrible douleur dans les bras. Il doit bien entendu utiliser un fauteuil roulant. Marcos reçoit une allocation puisqu’il est considéré comme entièrement dépendant La vie de Marcos a totalement changé. Il avait l’habitude de pratiquer toutes sortes de sport, de travailler toute la journée, de voyager à l’étranger (il parle anglais et français couramment). Il sortait beaucoup avec des amis pour rencontrer des filles... Il avait une condition physique incroyable qu’il a totalement perdue. Marcos était dans une spirale dangereuse de dépression. Sa mère, Laura, a parlé à un ami de cette situation dévastatrice. Il lui a conseillé de chercher des activités adaptées à Marcos et d’aller voir un service d’orientation très réputé. Laura a conduit Marcos aux services d’orientation, « il a seulement 40 ans et il avait une brillante carrière comme docteur et ingénieur et il a besoin d’être occupé et de faire des choses.. » Laura a expliqué au conseiller : « nous espérons que la douleur dans les bras passera et qu’il pourra faire de l’ingénierie de projet. Enfin, le médecin dit que la douleur devrait s’atténuer dans quelques mois. » En attendant, il fallait trouver une activité de 2 à 3 heures par jour trois après-midi par semaine à Marcos. L’activité devait être compatible avec le versement de son allocation. Laura a contacté une ONG près de chez elle, localisée dans un quartier de la classe moyenne. L’ONG donnait des cours d’espagnol aux immigrés deux soirs par semaine. La demande de Laura et de Marcos au conseiller était très particulière... L’endroit où les cours avaient lieu n’était pas accessible en fauteuil roulant. Le bâtiment avait un escalier et l’ONG avait besoin de conseils émanant de nombreuses administrations pour voir comment le rendre accessible à une personne à mobilité réduite. L’association n’avait pas les ressources pour entreprendre les travaux, elle avait besoin de tout leur fonds pour aider les personnes et, en plus, suite à la crise économique, elle devait accueillir deux fois plus de monde que d’habitude Le conseiller leur donna toutes les informations disponibles afin qu’ils les transmettent au directeur de l’ONG Caritas dans le quartier de Marcos Deux jours plus tard, Marcos a téléphone au conseiller.... Les deux principaux responsables des bureaux de Caritas étaient un vieux couple marié, ils n’avaient pas l’habitude de remplir 117


VERSION DE TRAVAIL

tant de questionnaires. Marcos était désireux de faire ce travail avec l’aide du service de conseil. Le conseiller pensait qu’ il semblait important que Marcos soit de nouveau enfin actif . Le conseiller et Marcos ont fait appel à une aide pour adapter le poste à un fauteuil roulant (plus de 12 000 euros d’aide ont été versés afin d’adapter les locaux et les rendre accessibles aux personnes handicapés). Trois mois plus tard, ils eurent la réponse : il ne pouvait pas y avoir d’aménagement de poste seulement pour un bénévole.... Marcos était très déçu d’avoir attendu trois mois pour rien. Par la suite, le conseiller demanda aux services sociaux des administrations locales afin d’adapter une salle de cours afin qu’il puisse être en mesure d’assurer les cours. En même temps, ils firent la demande pour une autre aide : des subventions pour adapter la maison. Deux mois plus tard, ils eurent une réponse : lil n’y avait pas de salle de cours à prêter et l’aide fut refusée parce que le bâtiment de Caritas n’avait pas le statut de résidence principale. Il y avait également une aide pour adapter des bâtiments publics mais seulement les institutions publiques pouvaient y avoir droit Cinq mois passèrent depuis que Marcos avait rencontré pour la première fois le service de conseil. L’impulsion de Marcos pour se maintenir actif s’était envolée et il se sentait profondément dépressif. « il était encore plus déprimé que la première fois ». Le conseiller demanda au service entretien de l’administration locale. Plusieurs fois, comme dans cette situation, les conseillers ont fait face à des situations dans lesquelles des questions juridiques sont un obstacle pour aider le bénéficiaire. La bureaucratie, l’incapacité de s’adapter à une situation spécifique et la difficulté de réformer le droit sont les principales barrières rencontrées par les personnes handicapées. Une déficience ne signifie pas un handicap si la personne handicapée pour faire le travail comme une personne non handicapée. Parfois, le caractère inflexible des règles et des lois imposées mette des personnes en situation de handicap dans une situation handicapante. Une déficience est propre à une personne mais le handicap n’est pas la condition d’une personne mais d’un manque d’adaptation de l’environnement qui accroît et amplifie le niveau de handicap.

Travail préliminaire : En tant que conseiller, accepteriez-vous de prendre en charge ce cas ? Donnez d’autres solutions.

118


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I- Questions relatives au cas 1/ Dire les aspects positifs et négatifs des actions menées par le conseiller ? 2/ Le conseiller est-il allé au delà de sa mission ? 3/ Analysez le cas et donner d’autres solutions argumentées

II- Questions d’ordre général sur le conseil 1/ Est-ce qu’un conseiller pourrait-être plus actif ? Peut-être pourrait-il trouver d’autres activités ou doit-il suivre les désirs du bénéficiaire ? 2/ Est-ce au conseiller de se charger de l’adaptation du poste de travail ? 3/ Quel est le rôle du conseiller en matière de législation : informer le bénéficiaire, essayer de contourner les problèmes générés ou essayer de la changer quand le conseiller considère qu’elle est injuste ou préjudiciable ?

119


VERSION DE TRAVAIL

Marie Thèmes abordés: Analyse de la demande, Gestion du temps, Droit des personnes handicapées, Pensée critique, Accompagnement à la recherche d’emploi

Marie a obtenu un diplôma de niveau 3 (EQF) dans le secteur Hôtellerie-Restauration il y a six ans, l’école qu’elle a fréquentée et le programme suivi étant particulièrement adaptés aux personnes souffrant de handicaps mentaux. Au cours du dernier trimestre de formation, elle a effectué un stage dans un hôtel de la ville à raison de trois jours par semaines. Ses tâches principales concernaient le nettoyage et le service du petit déjeuner. A cette époque, elle vivait avec ses parents dans une ville proche de l’école. Soutenu par un tuteur interne à l’hôtel, elle a fait du bon travail. En mars (avant le stage), nous avions demandé à la direction de l’hôtel si Marie ne pourrait pas y travailler pendant la période estivale et cette demande fut acceptée. Elle a commencé ainsi à travailler le lundi suivant l’obtention de son diplôme. Au cours de la même période, elle a pris un appartement dans la ville où elle souhaitait travailler par la suite. Pendant l’été, Marie bénéficia du soutien d’un conseiller relevant de l’agence pour l’emploi qu’elle rencontrait une fois toutes les trois semaines. Au mois d’août, son contrat à durée déterminé fut transformé en contrat aidé à durée indéterminée. Marie constata qu’elle n’avait plus de soutien après ce changement de statut. Le conseiller Emploi se rendit compte que son tuteur était parti et n’avait pas encore été remplacé. Il insista auprès de l’hôtel sur l’importance d’un nouveau tuteur pour Marie dès que possible. Cette période fut manifestement dure pour elle car elle commença à se sentir en insécurité et connut des difficultés à s’occuper de son intérieur. Le conseiller l’aida à faire une demande d’assistance ménagère qu’elle obtint. Malgré la demande insistante conjointe de Marie et de son conseiller, l’employeur ne put nommer de nouveau tuteur et Marie connut un arrêt maladie Le conseiller l’aida à prendre contact avec un psychologue avec qui elle eut des entretiens réguliers. Son contrat de travail se termina en août de l’année suivante. Le conseiller emploi se mit d’accord avec Marie et le psychologue sur le fait qu’ils reprendraient contact quand elle se sentirait prête pour une nouvelle mise en situation. Ce qu’ils firent neuf mois plus tard. Le conseiller emploi organisa une rencontre avec Marie et le psychologue et expliqua quelles étaient les possibilités pour Marie. Celle-ci dit qu’un emploi protégé pourrait l’aider.

120


VERSION DE TRAVAIL

Peu de temps après, le conseiller avait trouvé une structure d’accueil pour un stage. Il s’agissait d’un centre de conférences dépendant de l’église locale où Marie pouvait travailler deux heures par jour, à raison de trois jours par semaine. Marie accepta cette proposition et commença en avril. Tout se passa très bien. Ses tâches comprenaient du nettoyage et, parfois, quelques menus travaux en cuisine. Le rythme était beaucoup plus mesuré qu’à l’hôtel. En août, Marie demanda s’il était possible de lui augmenter son temps de travail. Elle passa à vingt heures par semaine et une aide-ménagère vint à son domicile un jour par semaine quand Marie n’était pas en poste. Les choses se passèrent si bien que le conseiller commença à tâter le terrain pour une éventuelle embauche. En janvier de l’année suivante, Marie fut embauchée comme employée du centre de conférences. Au cours des rendez-vous de suivi en entreprise, il apparut de temps en temps que Marie manquait parfois d’application et qu’elle se montrait triste quand on le lui faisait remarquer. Le conseiller et l’employeur définirent un certain nombre de stratégies que le tuteur utiliserait pour exprimer une critique que Marie pourrait accepter. Cependant, l’état psychologique de Marie devint instable. Son tuteur essaya de l’aider autant que possible de façon à ce qu’elle puisse continuer à travailler. Marie recommença à voir le psychologue et expliqua qu’elle ne comprenait pas pourquoi elle se sentait mal. Elle trouvait son travail stimulant, avait une bonne relation avec son petit ami et se sentait bien aidée à la fois par l’assistance de l’aide ménagère et le soutien du psychologue. Marie fut de plus en plus souvent absente au travail et le conseiller emploi se rendit plusieurs fois sur le lieu de travail pour aborder le problème. Elle fut tellement absente qu’au moment de renouveler le contrat, l’employeur y renonça. Marie ne comprit pas pourquoi. Elle dit « qu’elle avait juste été malade ». Le conseiller emploi commença alors à parler de travail en milieu protégé. Après un autre arrêt maladie, Marie accepta cette suggestion. Le conseiller l’aida à s’occuper des questions légales pour qu’elle puisse bénéficier d’une place en atelier protégé. Le conseiller accompagna Marie lors de sa première visite sur les lieux de façon à lui présenter ses tâches quotidiennes. On proposa à Marie un travail protégé en externe, basé au centre de gymnastique de sa ville. Au début, elle hésita, mais après une visite du centre elle accepta avec plaisir.

121


VERSION DE TRAVAIL

Son travail consiste à essuyer les équipements de fitness, à ranger et à aider les clients du centre de gymnastique. Elle travaille 20 heures par semaine et cela lui plaît beaucoup. Elle continue à bénéficier d’une aide-ménagère et à rencontrer le psychologue un jour par semaine. Le conseiller emploi espère maintenant que Marie se sent bien et n’a plus autant de pression que lors de ses emplois précédents. En fait, Marie avait été la première à mentionner l’intérêt d’un emploi en milieu protégé.

Travail préliminaire: Comment comprendre la demande de la bénéficiaire ? Que signifie « trouver le bon degré d’accompagnement » ?

122


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I – Questions relatives au cas 1/ Le soutien conjoint du conseiller et du tuteur a-t-il été suffisant pour Marie, ou pensezvous qu’elle aurait eu besoin de davantage? 2/ Estimez-vous que le conseiller aurait dû prendre en compte le souhait de Marie d’un emploi en milieu protégé dès le début ? 3/ Si le bénéficiaire se retrouve sans tuteur pendant le stage, pensez-vous qu’il doive rester sur le lieu de travail ? I I – Questions générales 1/ Pouvez-vous expliquer comment fonctionne l’emploi protégé ? qui y a droit, ? et dans quelles conditions ? 2/ Est-ce au conseiller de s’occuper des démarches administratives pour une entrée dans un atelier protégé ? 3/ Est-ce qu’une personne peut avoir un emploi protégé dans une entreprise de votre pays, et si oui, qui l’accompagne dans ce cas ?

123


VERSION DE TRAVAIL

Mark Thématiques: Analyse de la demande, Pensée critique, Accompagnement a la recherche d’emploi ; Mark a 40 ans. Il a une déficience auditive. Bien qu’il soit qualifié dans la métallurgie (niveau 5 selon EQF) il n’a jamais eu d’emploi en lien avec ses qualifications. Pendant dix ans, il a exercé des métiers peu rémunérateurs, des travaux physiques ne nécessitant pas de savoirfaire particuliers (réparation et nettoyage). Il n’avait auparavant jamais fait appel à l’emploi aidé. Toutes les tentatives de trouver un emploi en lien avec ses qualifications ont été infructueuses. Au fur et à mesure des années, les services publics dédiés à l’emploi ne l’ont pas aidé à trouver un travail adapté à ses qualifications dans la métallurgie. Avant de contacter l’agence pour l’emploi, il a été employé pendant un an et a obtenu des aides. A cause de la longue liste d’attente, le bénéficiaire ne pouvaient pas immédiatement bénéficier des services à l’emploi. Une autre année s’est écoulée avant qu’il ait un formateur personnel et un conseiller en emploi. Pendant cette période, il a participé à des cours hebdomadaires lors desquels il a reçu des astuces sur la recherche d’emploi, sur l’écriture d’un CV et sa mise en, ligne. Pendant 5 mois, un coach l’a suivi pour une recherche intensive d’emploi. La création d’un profil de poste n’était pas nécessaire puisqu’il est arrivé au bureau de l’emploi avec toute une documentation sur son parcours scolaire et ses précédents emplois. Mark a un but précis : trouver un emploi en lien avec sa formation. Il a été actif pendant tout le processus lié à sa recherche d’emploi. Avec le conseiller, il a tout fait pour atteindre son but : envoi des documents nécessaires au recrutement, que ce soit dans des entreprises qui recherchaient à recruter ou de manière spontanée. Pour contacter les entreprises, il faisait appel à son conseiller qui connaît la langue des signes. Mark rencontrait son conseiller toutes les semaines pour remplir des formulaires de demande mais il était rarement retenu pour des entretiens. Son conseiller répondit à une annonce émanant d’une agence de recrutement spécialisée dans son domaine. L’offre provenait d’une petite compagnie de métallurgie de 12 personnes. Au début, l’employeur était réticent à employer une personne handicapée mais le conseiller lui expliqua les avantages dont il bénéficierait et lui promit une entière prise en charge en cas de problèmes. Le conseiller présenta le lieu de travail, lui expliqua l’organisation et la culture de l’entreprise et expliqua aux autres salariés la manière de se comporter avec une personne souffrant d’une déficience auditive afin de faciliter et d’augmenter les échanges. Ainsi, après deux ans d’attente et de tentatives, il a eu l’opportunité de rentrer en contact avec un futur employeur. Ce dernier, le conseiller et le bénéficiaire se sont mis d’accord sur une période d’essai de deux mois. Une semaine plus tard, l’employeur était tellement content du haut niveau des compétences de Mark qu’il a décidé de l’employer. L’employeur a nommé un tuteur dans l’équipe qui soutient Mark et lui donne des conseils. Depuis ce moment, le bénéficiaire est employé et rémunéré à temps plein. Le plus important dans 124


VERSION DE TRAVAIL

l’histoire est que son métier soit en lien avec ses compétences, ses savoir-faire et son niveau d’étude. Travail préliminaire Selon vous la détermination, la motivation et la persévérance dans la volonté de trouver un emploi en lien avec son niveau d’étude peuvent-elles être un exemple pour les personnes handicapées cherchant un emploi dans le marché du travail ?

Questions

I – Questions relatives au cas 1/ Importance de la motivation et de la persévérance dans la poursuite d’un but bien défini : avantages et inconvénients ? 2/ Quel est le rôle du conseiller en emploi dans le processus de la recherche d’emploi (communication avec les futurs employeurs) pour les personnes sourdes ou souffrant de déficiences auditives ? 3/ Quels sont les points forts de Mark dans la réussite de son parcours ?

I I – Questions d’ordre général 1/ Le bas niveau d’éducation des personnes handicapées et les exigences du marché de l’emploi, comment remédier au problème ? 2/ Les formations et les aides offertes aux personnes sourdes –Comment franchir l’obstacle de la communication. 3/ En ce qui concerne les personnes sourdes ou malentendantes, sur quelles aides humaines ou techniques sont à disposition pour adapter un poste de travail ?

125


VERSION DE TRAVAIL

Marthe Thématiques: Analyse de la demande, Pensée critique, Gestion de l’ information, Travail en équipe, Communication, Suivi en entreprise Marthe a 42 ans. Elle souffre d’anxiété sociale et de dépression, d’où des difficultés à assumer , tout d’abord au collège, et plus tard au travail. Elle a quitté l’école à l’âge de 16 ans au niveau EQF2. Cependant, de par sa pathologie (ou son état de santé), elle a été incapable de se débrouiller. Comme première expérience professionnelle, elle a décroché un emploi dans un supermarché qui ouvrait près de chez elle. Elle n’y est restée que deux mois à cause de son anxiété et de ses problèmes de communication avec ses supérieurs. Quand j’ai rencontré Marthe, elle demandait l’allocation d’invalidité et de l’aide pour rechercher un emploi. Nous nous sommes rencontrées régulièrement au cours des deux premières semaines de suivi, ce qui m’a permis de me faire une idée globale de Marthe ainsi que de ses expériences professionnelles et de ses compétences. J’ai pu comprendre comment son état de santé influait sur son parcours et instaurer une relation de confiance entre nous. J’ai travaillé régulièrement avec elle, tout d’abord en l’aidant à définir un métier susceptible de correspondre à ses goûts et compétences, puis en la préparant à l’entretien ; enfin en l’accompagnant jusqu’à sa confirmation dans le poste quand elle trouva un emploi dans un commerce de proximité. Je suis allée la voir régulièrement au cours de ses premières semaines de travail pour savoir comment elle se débrouillait dans sa prise de fonctions. Je me suis entretenue séparément avec Marthe et son responsable, puis les ai rencontrés ensemble pour me rendre compte de la façon dont les choses avançaient des deux côtés. J’ai encouragé Marthe à être entièrement honnête en ce qui concernait son ressenti face à sa charge de travail et à me faire savoir s’il y avait quelque problème que ce soit puisque j’étais là pour la soutenir vis à vis à l’employeur et, éventuellement, intercéder en sa faveur si nécessaire. Sans mon soutien lors de ses premiers jours de travail, Marthe aurait laissé tomber ou perdu son emploi de par son état dépressif et son angoisse. Par exemple, alors qu’elle était en poste depuis deux semaines, Marthe me dit que l’emploi lui plaisait et qu’elle n’avait aucun problème avec les tâches à réaliser mais que le transport et le temps de déplacement travaildomicile posaient problème et la fatiguaient trop. En fait, elle devait attendre pendant une heure après son service pour prendre le bus et tournait en rond. Avant, Marthe n’aurait pas été en mesure d’aborder cette question avec son employeur et aurait vraisemblablement laissé tomber. 126


VERSION DE TRAVAIL

Toutefois, réalisant qu’elle prenait peu à peu confiance en elle, je l’ai encouragée à en parler avec son responsable. Résultat : Marthe a obtenu un changement d’équipe qui lui a permis de prendre un bus peu après la fin de son service. L’accompagnement de Marthe dans l’emploi a duré deux ans, ce qui lui a permis de faire face à tous les problèmes, chacun étant pris en compte et résolu au fur et à mesure qu’il se présentait. Finalement, quand nous avons fait le point au bout de cette période, Marthe se sentait assez confiante pour se débrouiller seule. Marthe a continué à progresser avec l’aide de l’employeur et elle gère maintenant son propre rayon. Elle constate qu’elle a encore des moments difficiles mais sait qu’elle est à présent en mesure de réaliser quand elle a besoin de soutien. Elle a davantage confiance en elle et peut désormais se faire des amis. Elle s’est pris un appartement dans une ville proche de son travail et est indépendante. Le nouvel emploi de Marthe a eu des conséquences sur sa santé physique et mentale, elle est devenue plus autonome et plus optimiste. Avant sa prise de fonctions, Marthe disait qu’elle manquait d’énergie. Depuis, elle a perdu beaucoup de poids, est enthousiaste au sujet de son activité et continue à apprendre. Elle déclare: « mon job a changé ma vie ». Bien que Marthe ait craint de se retrouver face à d’insurmontables difficultés pour retrouver un emploi, elle a maintenant un métier qui lui plaît, son estime de soi s’est accrue, elle progresse et se montre enchantée de sa vie et de son travail

Travail préliminaire : Décrivez brièvement l’accompagnement et le mode de résolution de problèmes mis en œuvre ici pour favoriser la confirmation dans le poste

127


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/ Qu’est-ce qui a permis à Marthe de réussir son insertion en entreprise ? 2/ Pensez-vous que l’expérience de Marthe puisse servir d’exemple à d’autres personnes se trouvant dans la même situation ? 3/ Quel est le rôle du conseiller emploi dans la collaboration avec les employeurs pour valoriser les progrès individuels ?

II – Questions générales 1/ Que diriez-vous de l’accompagnement continu à toutes les étapes de l’embauche? 2/ Pouvez-vous montrer l’intérêt de l’accompagnement sur le lieu de travail au fur et à mesure que s’ajoutent de nouvelles tâches, ou que le tuteur change, ou qu’une amélioration individuelle est nécessaire ?

3/ Jusqu’à quand peut-on intervenir dans une entreprise auprès d’un bénéficiaire en emploi ?

128


VERSION DE TRAVAIL

Martin Thèmes abordés: Analyse de la Demande, Pensée Critique, Démarche Créative, Accompagnement à la recherche d’Emploi Martin aa 36 ans. Il a terminé ses études par l’obtention d’un diplôme universitaire de Commerce de niveau 5 EQF. Il a trouvé très rapidement un emploi et compte à son actif 15 ans d’expérience en tant que Délégué commercial, expérience acquise au sein de trois entreprises successives.

Martin a eu un accident de voiture il y a deux ans et depuis il ne peut plus conduire.

Il y a huit mois, il a bénéficié d’un accompagnement pour réfléchir à une reconversion professionnelle et a finalement décidé de devenir Comptable. Il a trouvé un bon centre de formation en Comptabilité et a demandé à intégrer la prochaine session, mais sa demande a été refusée. Il ignorait qu’il était obligé d’effectuer au préalable un stage sur le terrain pour valider son projet.

Très motivé par son besoin d’action, il a fait de nombreuses démarches pour trouver une entreprise d’accueil au cours des deux derniers mois. Il a obtenu plusieurs rendez-vous (neuf pour être précis), à la fois avec des comptables employés au sein d’entreprises et avec des experts-comptables en cabinet. Malgré ses tentatives, il n’est pas parvenu à obtenir leur accord pour un stage

Lors de notre premier entretien, Martin a apporté tous les éléments de preuve de ses démarches. Il m’a dit qu’il était très pressé de reprendre une vie active mais qu’il redoutait d’être obligé de rester toute la journée au même endroit. En effet, au cours de sa vie professionnelle de Commercial, il était toujours sur la route et voyageait souvent en pays étrangers. Il avait l’habitude de rencontrer des personnes très

129


VERSION DE TRAVAIL

différentes et adorait cela. Il ne vivait pas vraiment avec sa famille, seulement le weekend. D’ailleurs, son entourage s’était familiarisé avec ce mode de vie.

Il a réalisé il y a seulement quelques mois qu’il allait rester “à la maison pour toujours” (ce sont ses propres mots pour mentionner un emploi sédentaire proche de son domicile). Peu après son accident, il souffrait tellement physiquement qu’il appréciait la présence constante de son épouse qui prenait grand soin de lui (elle est femme au foyer). Cependant, le temps passant, il avait commencé à se sentir anxieux en pensant à sa future reconversion. Son appréhension s’était peu à peu accrue et il était à présent très anxieux.

Voici la liste de ses contre-indications médicales. Il doit éviter : les positions « debout » et « assis » prolongées, les mouvements fréquents, le port de charges, la conduite (en raison des effets secondaires – assoupissements – des médicaments antidouleurs qu’il prend quotidiennement).

Il doit utiliser une chaise et un bureau ergonomiques. Une hypothétique opération chirurgicale est envisagée pour sa jambe droite. Toutefois, elle ne pourra se faire que dans trois ans au minimum. Le médecin traitant préconise un emploi à temps partiel mais Martin veut travailler à temps plein

Travail préliminaire: Précisez les points qu’il serait intéressant d’approfondir dans la description ci-dessus.

130


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/ Quels aspects importants et positifs peut-on souligner dans la carrière de Martin? 2/ Comment vous y prendriez-vous pour aider Martin à appréhender ses peurs? 3/ Pensez-vous que Martin ait besoin de changer de voie et d’élaborer un autre projet professionnel?

I I – Questions générales 1/ Quels sont les aspects délicats à prendre en considération quand le projet professionnel suppose un changement complet de mode de vie?

2/ Avez-vous été confronté(e), ne serait-ce qu’une fois, à ce type de situation? Si oui, comment avez-vous géré la situation ? Sinon, comment vous y prendriez-vous ?

3 /Lors d’un accompagnement à la reconversion, faut-il prendre en considération les changements dans le mode vie impliqués par le projet professionnel ?

131


VERSION DE TRAVAIL

Max Thèmes abordés: Gestion de l’Information, Pensée Critique, Travail en Equipe, Accompagnement à l’Emploi Max a 21 ans. Un handicap visuel important et des difficultés d’élocution furent diagnostiqués au cours de sa petite enfance. A présent, il a besoin de verres très forts et peut utiliser un ordinateur sous réserve que les caractères puissent être agrandis à 150%. Il a conservé un léger défaut d’élocution mais est tout à fait compréhensible. Il a quitté l’école à 19 ans avec un CAP de restauration (niveau 3 EQF). Bien qu’il ait obtenu son diplôme, il ne peut pas travailler de façon continue en cuisine car l’ambiance humide qui y règne est incompatible avec ses problèmes oculaires. Il s’en était rendu compte pendant les stages en entreprise mais avait préféré terminer son CAP. Aussi, après l’obtention du CAP de restauration a-t-il décidé de changer d’orientation. Cependant, attiré par les métiers de bouche, il a souhaité rester dans le secteur alimentaire et a décidé de devenir Boulanger par la voie de l’apprentissage. Toutefois, ce projet a tourné court du fait d’un désaccord entre l’apprenti et son patron et trois mois après la signature du contrat, Max quittait l’entreprise. Lorsqu’il a démissionné, il pensait retrouver rapidement une autre entreprise pour continuer sa formation mais ce ne fut pas le cas et il se retrouva sans rien. Faute de mieux, il fut embauché par une société de transports en commun pour de courtes missions de comptage de clients. Il eut plusieurs contrats successifs à temps partiel mais il savait que ce type d’emploi n’était qu’une solution temporaire. Lors d’une rencontre avec son conseiller du Département Handicap, il lui parla de ses inquiétudes et elle nous l’adressa pour un accompagnement. Lorsqu’à son arrivée Max se présenta au groupe, il mentionna trois pistes qui l’intéressaient : - Agent de sécurité - Préparateur de commandes/gestionnaire de stock - Standardiste. Il ajouta qu’il avait envie de travailler directement, sans être obligé de passer par une formation complémentaire.

132


VERSION DE TRAVAIL

Très vite au cours de la prestation, Max renonça au métier d’Agent de sécurité. Il expliqua de lui-même les raisons qui rendaient cette piste inenvisageable : son handicap visuel étant incompatible avec les exigences de cette activité. Quelques temps après, considérant ses problèmes d’élocution, il déclara qu’il ne pouvait pas devenir Standardiste : il connaissait les difficultés qu’il rencontrait lors de ses conversations téléphoniques, alors comment aurait-il pu devenir un professionnel du téléphone ? La seule possibilité qui lui restait concernait la préparation de commandes et la gestion de stock. Après plus ample information, Max réalisa que la gestion de stock supposait la maîtrise d’un logiciel spécifique et il n’avait pas du tout envie de se lancer dans un apprentissage aussi court fut-il. Il décida par conséquent de se focaliser sur la préparation de commandes et de faire un stage dans ce domaine. Au cours de nos entretiens individuels, Max évoqua souvent les désirs de sa mère concernant son insertion professionnelle. En effet, il vivait encore chez ses parents et elle était très présente dans tout cela. Elle lui donnait beaucoup de conseils qu’il écoutait sans toutefois montrer d’empressement à les suivre. Quand il approfondit sa réflexion relative au stage qu’il désirait effectuer en entreprise en tant que Préparateur de commandes, Max songea qu’il aimerait trouver une structure faisant du conditionnement de plats préparés : il connaissait le secteur de la restauration et avait approché la Boulangerie, il estima qu’il serait à l’aise dans une entreprise œuvrant dans le secteur des plats tout prêts à déguster. Il devait cependant vérifier préalablement que ce type de travail ne s’effectuait pas en milieu de chaleur humide. Pour cela, il prit contact avec des professionnels de ce secteur et apprit que les plats préparés arrivaient directement en conteneurs réfrigérés, ainsi les préparateurs de commande n’étaient-ils absolument pas soumis à quelque chaleur que ce soit. Il fit appel à ses parents et amis pour trouver un lieu de stage et obtint très vite un rendezvous avec une responsable du personnel d’une société livrant des plats préparés aux restaurants d’entreprise. Tout se passa pour le mieux et Max obtint un accord pour un stage de trois semaines. Travail préliminaire: D’après la description qui précède, précisez les points auxquels il conviendra d’être particulièrement attentif au cours du stage dans l’optique pour que Max ait de réelles chances de réussir son insertion professionnelle.

133


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/

Quels sont, selon vous, les points positifs du profil de Max?

2/

Max ne veut pas envisager de nouvel apprentissage, même pour une très courte période. Pensez-vous qu’il serait judicieux d’essayer de le faire changer d’avis ? Pourquoi ?

3/

Quel rôle la mère de Max joue-t-elle dans ses décisions? Estimez-vous ce rôle plutôt positif ou négatif ?

I I – Questions d’ordre général 1/

Comment réagissez-vous lorsqu’une personne handicapée souhaite s’orienter vers une activité manifestement incompatible avec son état de santé ?

2/

Souvent, les jeunes en situation de handicap sont très entourés par leur famille et reçoivent de nombreux conseils, que ce soit de leur père, de leur mère ou des deux. Comment les aider à faire leurs propres choix sans exclure les parents ni heurter leur sensibilité ?

3/ Pensez-vous qu’il soit possible, voire souhaitable, de stimuler l’ambition d’une personne ou cela relève-t-il de sa responsabilité et de sa personnalité? 134


VERSION DE TRAVAIL

Michel Thèmes abordés: Analyse de la demande, Droit des personnes handicapées, Suivi en entreprise Michel a 36 ans et des attentes très précises: il a besoin de travailler. Il a une famille (une femme et un fils de 5 ans). Ils sont en situation difficile : sa femme travaille dans une cantine et ils vivent chez les beaux-parents. Leur fils a besoin d’être opéré. Sa classification handicap vient d’être baissée et du coup il a perdu son allocation qui était sa seule source de revenus. Il a commencé à rechercher un emploi, sans succès, cet échec étant principalement dû à la peur des employeurs d’embaucher une personne épileptique. Michel est titulaire d’un diplôme professionnel de niveau EQF 3. Malheureusement, il a perdu son ancien job car il a touché le fond sous l’influence de l’alcool. Il regrette cette erreur et aimerait beaucoup pouvoir reprendre son ancien poste mais son ex patron ne veut plus lui parler. Michel n’a pas voulu prendre part aux séances collectives ni aux ateliers. Il s’est surtout montré intéressé par les entretiens individuels centrés sur la recherche d’emploi. Quand je l’ai mieux connu, je me suis rendu compte qu’il était méfiant et manquait de confiance en lui. Il a raté deux entretiens et il lui arrivait souvent de ne pas répondre au téléphone. Au début, il ne voulait pas parler de lui ni de son ancien job. Plus tard, je me suis rendu compte que sa méfiance résultait de ce qu’il avait connu dans sa famille. Il m’a fallu préciser les règles de l’accompagnement : soit nous nous faisions confiance soit nous arrêtions l’accompagnement. N’ayant pas trop le choix il accepta de coopérer selon les règles de la prestation. Avant que nous commencions la recherche d’emploi, nous établîmes une liste des compagnies à contacter. La liste contenait 20 noms. Nous rédigeâmes un CV et une lettre de motivation et commençâmes à appeler les employeurs potentiels. Cependant, dès que le mot épilepsie était prononcé, chaque employeur potentiel mettait un terme à la conversation et nous ne parvînmes pas à décrocher un seul entretien. Tout le monde a peur de l’épilepsie. Michel était très déçu, aussi ai-je pris la décision de reprendre contact avec son ancien employeur. Il lui avait donné une chance, peut-être pourrais-je le convaincre de lui en donner une nouvelle. Cette fois, je ne pris pas la peine de téléphoner avant et m’y présentai directement, sans rendez-vous. En y arrivant, je me suis présentée et j’ai parlé du programme d’accompagnement. Le patron se montra très sympathique et intéressé par une coopération. Il se trouvait à un moment où il avait besoin d’embaucher des personnes handicapées afin d’obtenir le statut d’entreprise handi-accueillante. Quand vint pour moi le moment de faire des propositions, je ne savais pas si je devais mentionner seulement Michel pour lui donner toutes les chances mais en 135


VERSION DE TRAVAIL

prenant aussi le risque de faire échouer l’ensemble du projet ou si je devais lui présenter deux ou trois autres personnes parmi lesquelles le patron pourrait choisir. Je fis le choix de m’en tenir à la présentation de Michel car j’étais là pour lui. Nous parlâmes en détails des raisons de son licenciement.

L’employeur consulta d’ailleurs le service du personnel pour m’en dire plus à ce propos. Il me dit qu’il avait besoin de réfléchir à tout cela. J’essayai de lui expliquer que Michel avait changé : il avait une famille, il avait vraiment besoin de travailler, ses motivations et sa situation étaient différentes maintenant. Finalement, le patron accepta et il fut convenu que Michel reprendrait son poste dès le lendemain et serait en période d’essai pendant deux semaines, il viendrait seul, sans coach, et s’il ne commettait pas de bévue pendant ce laps de temps, il aurait une chance pour une période d’essai plus longue. Je m’inquiétais au cours des deux semaines. Au bout de cette période, je pris rendez-vous avec l’employeur et lorsque je le rencontrai, je pus réaliser qu’il était satisfait du travail de Michel et qu’il avait d’ailleurs besoin d’embaucher. Malgré cela, il n’avait rien dit à Michel. Après cet essai, Michel fut engagé pour un CDD de trois mois. Il était en bonne voie pour un CDI si tout se passait bien. Alors que je croyais que nos relations avaient changé, Michel « rentra dans sa coquille » quand je lui demandai une copie de son contrat de travail. Nous avions pris rendez-vous mais Michel ne vint pas et ne répondit pas au téléphone. Je lui laissai alors un message pour l’avertir que j’allais l’exclure du projet s’il ne donnait pas signe de vie. Il rappela. Je l’interrogeai sur les raisons de son comportement et il me déclara qu’il craignait que son contrat et son salaire ne tombent entre de mauvaises mains. Il ne put m’en dire davantage. A l’issue d’une longue conversation, il s’excusa pour son comportement et dit qu’il vivait un moment difficile car son petit garçon venait juste d’être opéré. Depuis, les choses ont continué plus ou moins tranquillement. Au cours des entretiens de suivi, ni l’employeur ni le bénéficiaire ne firent état de quelque problème que ce soit. J’accompagne toujours Michel. Bien que son patron lui exprime régulièrement sa satisfaction, il a peur de perdre son emploi. Je lui ai promis que nous verrions le patron ensemble à la fin du CDD.

136


VERSION DE TRAVAIL

Travail préliminaire:

Les problèmes rencontrés par un demandeur d’emploi de longue durée désirant retrouver le monde du travail et obtenir un poste stable. Présentez les différentes formes d’accompagnement individuel et en groupe. Analysez les besoins de formation.

137


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I – Questions relatives au cas

1/

Comment accompagner Michel pour qu’il gagne de la confiance en soi et puisse obtenir un CDI ?

2/ Pouvez-vous définir le rôle du conseiller Emploi dans ses contacts avec l’employeur: Médiation? Communication ? Construction d’une relation ?

3/

Comment établir une relation de confiance mutuelle avec le bénéficiaire?

I I – Questions d’ordre général

1. Quelles sont les allocations existant dans votre pays pour les personnes handicapées ayant un taux d’invalidité peu élevé? 2. Quel accompagnement existe-t-il dans votre pays pour les demandeurs d’emploi longue durée? 3. Est-ce que le conseiller peut intervenir pour trouver des solutions d’amélioration ? si oui, lesquelles ?

138


VERSION DE TRAVAIL

Nieves Thèmes abordés: Gestion du temps. Definition and priorities handling Nieves est une femme de 31 ans avec une déficience mentale. Elle a la névrose obsessionnelle, désormais bien contrôlée par un nouveau médicament. Elle a complété les niveaux de formation professionnelle obligatoire et elle a été formée pour travailler comme coiffeuse (niveau EQF 4) (avant la crise de sa maladie), elle a mené un certain nombre de cours de formation pour améliorer ses aptitudes et compétences : cours liés à la coupe, la couleur, etc. Elle a travaillé dans un salon de coiffure dans le centre-ville il y a cinq ans avant sa première grande crise. Maintenant, les clients, et son travail lui manquent. Le conseiller a été en contact avec le salon de coiffure où elle travaillait, et l'ancien patron de Nieves garantissait que si le conseiller était toujours attentif à sa situation médicale, il n'avait pas d'objection pour que Nieves retourne à son ancien poste tout en tentant d'assurer le plus bas niveau de stress possible pour elle. Le salon de coiffure recevait une prestation d'aides nationales pour l'embauche de personnes handicapées, par conséquent, un montant fixe au début et une réduction des cotisations sociales. Les entretiens avec le propriétaire du salon et ses anciens collègues ont été très positifs et cordiaux. Le conseiller estime qu'avec le bon soutien et la bonne attitude Nieves pouvait certainement s'adapter à ce travail. Au début, il avait peur parce Nieves était devenu l'objet de beaucoup de potins locaux et de nombreux clients connaissaient son histoire. En réalité, les rumeurs avaient dépassé la réalité il y avait bien longtemps. D'ailleurs, la vérité était qu'elle était d'une grande réactivité, avec l'attitude d'une coiffeuse et dans des conditions normales Nieves était une femme drôle, souriant et extravertie capable de parler sur tous les sujets de conversation; le propriétaire s'en souvenait bien. Suite à un entretien entre le conseiller et le psychiatre de Nieves, celui-ci n'était pas trop en faveur du projet. Il ne l'a pas exprimé en termes de rejet, mais il n'a pas montré beaucoup d'enthousiasme à l'idée et a vu quelques complications ayant un rapport avec la thérapie et les médicaments. Il a également recommandé une analyse minutieuse de la situation, et toujours de l'avis du psychiatre, le conseiller devait tenir compte de la vie personnelle de Nieves. Nieves avait un bébé âgé d'un an et elle était une bonne mère. Elle vivait seule, son petit ami n'avait pas voulu prendre soin de leur bébé, mais elle recevait une subvention du gouvernement qui était assez pour eux deux à l'époque. Le salaire envisageable pour travailler comme assistante coiffeuse pouvait être la même ou même un peu moins que la subvention qu'elle recevait. Elle devait choisir entre un salaire ou la subvention. Dans ces conditions, elle pouvait recevoir la subvention jusqu'à ce que son 139


VERSION DE TRAVAIL

bébé soit un adulte non à charge, après elle serait réduite, mais encore suffisante pour avoir une vie tout à fait normale.

Le conseiller a besoin de trouver la meilleure solution pour Nieves, l'aider à identifier ses priorités et décider si travailler et élever en même temps son bébé sont trop pour elle ou non. En toute honnêteté, si Nieves souffrait d'une autre grande crise, le bébé en serait la première victime. Du point de vue du conseiller, dans ce cas, il ya deux acteurs centraux sur scène. Le conseiller a été très honnête avec Nieves, elle n'était pas sûre de sa situation médicale et a demandé à son psychiatre une autorisation pour lui permettre de connaître son opinion médicale et son psychiatre a accepté. Donc, le conseiller a parlé au psychiatre à propos de toutes les étapes que Nieves a faites et il lui a proposé d'identifier tout d'abord ses priorités. Pendant ce temps, Nieves a mis ses priorités dans l'ordre. Le conseiller a suggéré une troisième option qui pouvait être pris en compte: faire un cours de formation afin de maintenir ses compétences d'un ou deux jours par semaine et attendre un peu de temps avant de commencer à travailler à nouveau. C'était aussi une façon de se déconnecter de sa routine, de sortir de sa maison, d'initier une autre occupation et de rencontrer de nouveaux collègues pendant que le bébé grandissait et pouvait aller à l'école. Nieves n'était pas encore décidé.

Travail préliminaire: Considérant la situation: Quelle est la meilleure façon de travailler avec Nieves? Comment est-il possible de découvrir ses priorités? Proposer d'autres solutions possibles.

140


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I - Questions sur le cas

1 / Comment agiriez-vous dans cette situation? veuillez énumérer au moins trois étapes à suivre au cours du parcours d’accompagnement.

2 / Comment feriez-vous pour que Nieves découvre ses priorités?

3 / Veuillez analyser le cas et proposer votre proposition argumentée.

I I - Questions générales

1 / Quel serait le comportement idéal pour un conseiller dans un cas comme celui-ci, dans lequel la famille et le travail peuvent être traitées ?

2 / Quel est le rôle exact d'un conseiller dans cette situation?

3 / Est-ce que le travail est toujours la meilleure solution?

141


VERSION DE TRAVAIL

Nora Thèmes abordés: Pensée critique, Gestion du temps: définition et gestion des priorités Nora a 27 ans et ne travaille pas pour le moment. Elle s’occupe de ses deux enfants. Quand elle avait 6 ans, elle a été attaquée par un Doberman-pinscher. Suite à cet épisode traumatisant, elle a commencé à bégayer. La thérapie mise en place n’a pas donné les résultats escomptés, Nora est donc entrée à l’école primaire effrayée et incertaine de la façon dont elle allait envisager son rôle d’écolière et des relations qu’elle allait entretenir avec ses camarades de classe Nora ne veut pas se remémorer ses années passées à l’école élémentaire puisqu’elles ont été difficiles et désagréables pour elle ; tout spécialement les remarques de ses camarades. Ce qu’elle n’oubliera jamais, ce sont les difficultés rencontrées en littérature, en histoire et en géographie. Ce sont précisément les matières dans lesquelles Nora rencontrait le plus de difficultés. Par exemple, à cause de son bégaiement, elle n’était pas en mesure de suivre les récitations et elle commettait de nombreuses erreurs de prononciation. Lire des énoncés était également une « mission impossible pour elle ». Les épreuves les plus difficiles à affronter également résidaient dans les exercices qui nécessitaient de retenir le contenu. La classe était excédée lorsqu’elle devait répéter quelque chose. Le stress ressenti à l’oral ajoutait au problème de la prise de parole. La plupart des enseignants étaient aussi stressés qu’elle. Nora confie que ses professeurs ont eu une attitude positive et qu’ils voulaient l’aider, mais le souci était qu’ils étaient impuissants à trouver une méthode pour le faire. Ils essayèrent différentes techniques dans le but de faciliter la vie en classe de Nora et de ses camarades qui manquaient de concentration dès qu’elle prenait la parole. Les problèmes avec le bégaiement sont la plupart du temps associés avec le fait qu’elle ne pouvait pas exprimer ce qu’elle avait appris et prouver de la sorte ses capacités. Bien que sa scolarité fut très problématique, elle garde en mémoire quelques bons souvenirs, souvent reliés avec ses professeurs qui tentaient de l’aider et de faciliter son apprentissage. Selon Nora, quand les problèmes ne peuvent pas être affrontés, ils doivent être évités. Ainsi, après ses études secondaires (niveau 4 selon NQF) elle a décidé de devenir un cuisinier professionnel. Pour exercer ce métier, il n’est pas nécessaire d’avoir de bonnes qualités 142


VERSION DE TRAVAIL

oratoires et une diction irréprochable. Elle est donc venue dans nos bureaux puisqu’elle avait besoin d’être guidée par rapport au choix de son école professionnelle. L’objectif étant de trouver une structure où la dimension pratique prédominait sur le versant théorique. Nous avons trouvé ce type d’établissement et deux après, elle a commencé sa formation. Les années passées dans l’école et dans les ateliers de cuisine furent les plus agréables et les plus sécurisantes de toute sa vie. Là bas, elle a commencé à nouer des amitiés, à prendre confiance en elle et ce fut également le premier endroit où elle a été reconnue comme une bonne professionnelle pouvant travailler efficacement sans délaisser la qualité. Peu de temps après sa remise de diplôme (niveau 5 selon EQF), elle a trouvé un emploi dans l’un des restaurants les plus populaires de la ville, c’est là qu’elle a rencontré son futur mari. Aujourd’hui Nora s’occupe de son enfant, mais quand il sera plus grand, elle a pour projet de reprendre des études à l’université

Travail préliminaire: Comment interprétez-vous cette phrase : “quand les problèmes ne peuvent pas être affrontés, ils doivent être évités”

143


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Case questions 1/ Comment pouvait-on aider Nora à surmonter son stress ? quel fut le rôle du conseiller ? 2/ Quels sont les atouts de Nora, ? relevez les points positifs de Nora dans son parcours 3/ qu’est ce qui a permis à Nora de réussir son insertion professionnelle ? II – Questions d’ordre général 1/ Pensez-vous qu’une méthode de conseil non-conventionnelle est une bonne approche ? 2/ Quelles connaissances et compétences devraient posséder les formateurs ou enseignants afin de faciliter les apprentissages de personnes en situation de handicap. 3/ Quelles sont les synergies possibles entre les professionnels des différents secteurs (santé, formation, emploi, social) afin d’optimiser l’insertion professionnelle ? quel partenariat possible ? quelle coordination ?

144


VERSION DE TRAVAIL

Olivia Thèmes abordés:Droits des personnes handicapées, Gestion de l’information, Pensée critique, Démarche créative, Travail en équipe, Accompagnement à la recherche d’emploi, Communication Olivia a 38 ans. Elle a brillamment réussi ses études et est sortie diplômée d’une Ecole d’Ingénieurs en Informatique réputée à l’âge de 22 ans (niveau européen 7). Embauchée dans une grosse entreprise, elle a immédiatement managé une équipe de quatre personnes en tant que chef de projet. Elle a ainsi mené plusieurs projets avec succès. Toutefois, tandis que sa vie professionnelle suivait son cours, Olivia a souffert de dépressions saisonnières récurrentes et a finalement été diagnostiquée bipolaire. Un traitement approprié lui a permis de se stabiliser (il s’agit d’un traitement à vie).

Au bout de neuf ans dans la même entreprise, Olivia a eu envie de changement et commencé à chercher un autre poste. C’est dans cet esprit qu’elle a pris des contacts avec diverses structures jusqu’à ce qu’elle pense avoir trouvé la bonne. Il était entendu qu’elle commencerait par une mission de travail temporaire et elle devait être embauchée en CDI à la fin de la mission intérimaire. Elle a ainsi démissionné sans hésitation et pris ses nouvelles fonctions. Toutefois, ses espoirs ont été de courte durée car, au lieu d’être embauchée en CDI à la fin de la mission d’intérim, elle s’est retrouvée sans travail du fait d’un mouvement imprévu des marchés financiers, lequel a amené son futur employeur à changer d’avis quant à son embauche. Olivia s’est par conséquent retrouvée sans travail et sans aucun recours car aucune promesse d’embauche n’avait été signée. Elle a obtenu d’autres missions mais s’est rapidement sentie perdue car, si depuis son enfance elle avait eu un parcours linéaire, son futur lui semblait dorénavant incertain. De plus, deux missions qui étaient supposées être renouvelées se sont terminées sans autre forme de procès.

Olivia se rendait compte que quelque chose n’allait pas mais elle n’arrivait pas à savoir quoi. Elle a fini par s’en ouvrir à sa psychiatre qui lui a prescrit des explorations cérébrales approfondies. Une maladie génétique e été découverte.

145


VERSION DE TRAVAIL

Le neurologue lui a conseillé des exercices de mémoire, des séances d’orthophonie et de kinésithérapie. Il a cependant ajouté qu’il n’existait pas de traitement spécifique à cette maladie et qu’il n’y avait rien d’autre à faire.

Pendant deux ans, Olivia n’a eu que ces séances médicales et paramédicales comme activité. Toutefois, ne supportant plus de rester seule chez elle (elle est célibataire sans enfant) sans aucun projet, elle a demandé de l’aide au département Handicap qui nous l’a adressée pour un accompagnement à l’élaboration de projet.

La première fois que j’ai rencontré Olivia en entretien individuel, elle m’a raconté ce qui précède et annoncé qu’elle souhaitait reprendre la vie active. Elle n’avait cependant pas de piste de reconversion.

La seule contre-indication médicale mentionnée dans son dossier portait sur la nécessité d’éviter des conditions de travail stressantes. Interrogée sur ces centres d’intérêt et éventuels hobbies, Olivia a eu bien du mal à répondre. Elle semblait n’en avoir aucun. J’ai réalisé qu’elle s’était toujours focalisée sur le travail : travailler à l’école pour obtenir de bons résultats puis avoir un bon métier. Ses parents semblaient avoir le travail pour valeur première. Pour eux, le travail, c’est la santé. Olivia a aimé les séances collectives qui lui ont permis de rencontrer d’autres personnes et elle s’y est impliquée tout en étant très lente à réaliser les divers exercices proposés. Comme nous réfléchissions ensemble à différentes voies de reconversion, Olivia a mentionné un double critère important pour elle : elle souhaitait un emploi simple et stable. Peu à peu, elle a envisagé de tenir un poste d’agent administratif en mairie et a souhaité effectuer un stage dans ce domaine. Dans cette optique, elle a repris contact avec une ancienne amie travaillant au sein d’une mairie parisienne et a obtenu un stage de trois semaines : une semaine au département Communication, une autre dans le service des ressources humaines, enfin une troisième au service de l’Etat Civil. Durant son stage, j’ai eu beaucoup de mal à m’entretenir avec ses tuteurs successifs. J’ai compris pourquoi lorsque j’ai appris qu’Olivia ne faisait qu’un stage d’observation et n’avait aucune tâche concrète à réaliser. Elle suivait ainsi le personnel dans ses déplacements, dans les réunions,… 146


VERSION DE TRAVAIL

Un point a cependant été respecté : elle a bien pu découvrir les trois services prévus. A son retour de stage, Olivia a exprimé des sentiments mitigés : d’un côté elle était satisfaite d’avoir pu observer la vie d’une mairie de l’intérieur, d’un autre côté, elle était déçue qu’on ne lui ait rien donné à faire. Mais, comme l’accompagnement se poursuivait, Olivia devenait de plus en plus anxieuse. Elle a fini par me demander si elle ne pourrait pas faire un autre stage, mais cette fois « un vrai » pour faire l’expérience de la vie quotidienne d’une Agent administratif de mairie. Je voyais Olivia en grandes difficultés et n’avait pas l’impression qu’elle serait en mesure de bénéficier d’un autre stage. Je lui ai par conséquent demandé s’il ne serait pas plus judicieux d’envisager un autre type d’accompagnement par exemple via la fréquentation d’un hôpital de jour où elle pourrait participer à des ateliers avec d’autres personnes mais sans la pression liée à la reprise d’une activité professionnelle à court terme. A la mention de l’hôpital de jour, Olivia m’a appris que son médecin lui avait conseillé d’intégrer ce type d’institution. Elle a ajouté qu’elle allait y penser jusqu’à notre prochain entretien. Elle est revenue deux jours plus tard avec le compte-rendu de son neurologue datant de huit mois. Dans celui-ci, le neurologue expliquait qu’Olivia perdait peu à peu ses facultés physiques et mentales. Il ajoutait qu’elle n’avait pas complètement réalisé la gravité de sa situation mais qu’elle allait devenir dépendante. Il terminait son compte-rendu en précisant qu’Olivia ne pouvant en aucune façon reprendre une activité professionnelle, aussi simple soit-elle. Olivia m’a dit qu’elle n’avait pas montré ce texte à son conseiller du département Handicap : elle ne savait ni que penser ni que faire. Par ailleurs, ses parents pensaient toujours que « le travail c’est la santé » et s’attendaient à ce qu’elle retravaille.

Finalement, j’ai ressenti qu’Olivia était soulagée : elle se sentait autorisée à lâcher-prise. J’ai réalisé à quel point elle avait dû souffrir d’essayer de faire quelque chose dont elle n’était plus capable. Elle a reconnu qu’elle n’était plus attirée par la vie professionnelle et m’a annoncé qu’elle allait prendre rendez-vous avec son psychiatre pour parler de l’hôpital de jour.

147


VERSION DE TRAVAIL

Travail préliminaire: Parfois, comme dans ce cas, l’accompagnement n’implique pas le retour à l’emploi. Pourtant, il est utile. Expliquez pourquoi et comment. Développez

148


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/

2/

Dans le cas d’Olivia, une seule contre-indication figure dans son dossier: elle doit éviter le travail sous stress. A votre avis, pourquoi n’y en a-t-il pas d’autres ? Comprenez-vous le comportement des parents d’Olivia?

3/

Comment expliquez-vous le soulagement manifesté par Olivia à la fin de la prestation?

I I – Questions d’ordre général

1/

Avez-vous déjà été confronté à une telle situation? Si oui, comment l’avezvous gérée ? Sinon, quels sont les points qui vous paraissent les plus délicats ?

2/

Dans les séances collectives, il y a beaucoup de personnes et toutes sortes de handicaps. Pourtant, nous constatons souvent que les participants bénéficient les uns des autres. A votre avis, quels sont les facteurs qui entraînent la synergie ?

3/

Quel est à votre avis l’intérêt de la fréquentation d’un hôpital de jour pour un bénéficiaire qui ne peut pas (ou pas encore) se préparer à reprendre la vie professionnelle ?

149


VERSION DE TRAVAIL

Pawel Thèmes abordés: Pensée critique, Démarche créative, Travail en équipe, Gestion du temps Pawel a 29 ans. Après le baccalauréat, il a étudié le Droit Transfrontalier et obtenu un Master dans ce domaine (niveau 6 EQF). Il a ensuite fait une spécialité en Comptabilité au sein d’une grande école, spécialité avalisée par le Ministère des Finances et reconnue par un Certificat. En tant qu’étudiant, Pawel a eu plusieurs petits boulots pour gagner de l’argent de poche et payer une partie de ses frais universitaires. Il a ensuite effectué un stage à temps partiel (3/4 temps), comme Assistant du Chef Comptable, dans une entreprise adaptée. Il y a quelques années, Pawel a eu un accident de voiture dans lequel il a perdu ses deux jambes. Il a connu une longue période d’hospitalisation suivie de rééducation. Il perçoit une pension d’invalidité, vit chez ses parents et est autonome dans ses déplacements grâce à une voiture adaptée à ses besoins. Equipé de deux prothèses, il peut se mouvoir mais doit faire face à de nombreuses difficultés. Pawel est aidé par une fondation pour personnes handicapées qui propose différents types d’Assistance telles que soutien psychologique, ateliers d’activités, programmes de réhabilitation et soutien financier pour l’ajustement des prothèses aux besoins particuliers des personnes. Pawel souhaitait être embauché à l’issue du stage mais n’étant pas sûr d’obtenir un CDI, il a fait appel au bureau du Travail pour un soutien à l’emploi. Il y a été accompagné par un conseiller Emploi et par d’autres spécialistes du monde du travail. Après une évaluation de son état de santé et de son employabilité, Pawel et son conseiller Emploi se sont mis d’accord sur un plan d’action personnalisé. L’insertion professionnelle est particulièrement difficile pour les personnes ayant un handicap lourd et les aider à trouver un poste susceptible de leur convenir est un défi pour les conseillers Emploi. Les employeurs du milieu ordinaire sont souvent réfractaires à l’embauche de telles personnes. Ils craignent leurs éventuelles difficultés à s’adapter tant aux obligations professionnelles qu’à l’environnement physique et social. D’où la nécessité pour les conseillers Emploi d’assurer, en plus du coaching du demandeur d’emploi, l’accompagnement d’employeurs potentiels. Ils doivent en effet les convaincre de l’intérêt de recruter des personnes handicapées puis effectuer le suivi en entreprise après l’embauche pour les aider à résoudre les problèmes pouvant survenir sur le terrain. Le stage comprenant l’évaluation des compétences du bénéficiaire a été suivi d’une recherche d’emploi et d’un employeur désireux d’embaucher une personne handicapée. Pawel avait au préalable préparé son dossier de candidature. Pawel et son conseiller Emploi ont chacun utilisé leur réseau pour commencer la recherche en milieu ordinaire. Pawel avait 150


VERSION DE TRAVAIL

clairement défini son objectif : un emploi en adéquation avec sa formation et son expérience acquise au sein de l’entreprise adaptée.

Ils ont trouvé plusieurs postes mais seulement deux correspondaient précisément aux attentes de Pawel. Après un entretien avec chaque employeur potentiel, le bénéficiaire a refusé les postes : dans le premier cas à cause de la distance domicile-lieu de travail (30 kilomètres) et dans le second à cause du trop faible temps de travail proposé (1/4 temps). S’est ensuivie une période de stagnation. Pawel a alors décidé de poser sa candidature sur des sites web destinés aux personnes handicapées. Au début, il s’en est tenu à quelques postes puis il a élargi son champ de recherche et postulé pour un emploi de Gestionnaire Economie et Finance au sein d’une entreprise de Comptabilité ayant des filiales dans de nombreuses villes. Cet emploi comportait, entre autres avantages, la possibilité de travailler à domicile deux jours par semaine et les trois autres jours au bureau. Pawel a été embauché en CDI et il est à présent en période d’essai de deux mois. Ces modalités lui conviennent : quand il ne se sent pas très bien, il peut travailler de chez lui et les jours où il va mieux il va au bureau, ce qui a un effet thérapeutique de par les contacts qu’il a avec ses collègues et le travail en équipe qui favorise son intégration sociale. Grâce à ce nouvel emploi, Pawel se montre très optimiste quant à son avenir ; c’est une bonne opportunité pour obtenir satisfaction professionnelle et indépendance financière.

Travail préliminaire:

L’attitude des employeurs du milieu ordinaire envers les handicapés moteurs. Enoncez les aides permettant l’adaptation des postes de travail aux besoins particuliers de ces personnes.

151


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I – Questions relatives au cas

1. Un métier comme voie d’intégration et de reclassement des personnes handicapées. Donnez des exemples issus de votre expérience. 2. Soutien, traitement et aide psychologique proposés aux personnes victimes de graves accidents. De quels spécialistes l’équipe thérapeutique accompagnant les personnes handicapées est-elle constituée ? Parlez de l’accompagnement à gérer une nouvelle situation à la fois sur les plans personnel et professionnel. 3. Réseaux et internet : quels sont les outils et services auxquels vous recourez pour la recherche d’emploi ?

I I – Questions d’ordre général

1. Enoncez les différentes formes d’emploi flexible existant dans votre pays pour les personnes en cours de reconversion professionnelle. 2. Quelles sont les institutions proposant des aides à la reconversion professionnelle de personnes handicapées dans votre pays ? 3. Rôle du conseiller Emploi dans les contacts entre employeur et employé potentiels

152


VERSION DE TRAVAIL

Pedro Thèmes abordés : pensée créatrice Pedro est âgé de 37 ans. Il est déficient intellectuel (border line) et s’est mis en retrait du système. Très jeune, il a été diagnostiqué comme victime de psychoses obsessionnelles : il polarise sur une idée réelle ou inventée et ne peut pas s’en défaire. Il a fait parti d’un projet d’insertion professionnelle pour les personnes atteintes de pathologies mentales. Des institutions et des entreprises de différents secteurs ont collaboré à différents programmes autour de l’intégration professionnelle et ont reçu des compensations financières. Pedro avait commence à travailler comme serveur dans un bar-restaurant situé à l’extérieur de la ville. Pendant la semaine, il y avait pas mal de consommateurs mais le bar n’était pas si plein, en revanche le weekend, il y avait beaucoup de familles qui souhaitaient manger des aliments frais et le service devait être rapide. Le travail de Pedro consistait à prendre les commandes des boissons à chaque table Pendant la semaine, Pedro n’avait pas énormément de travail ; il servait les clients des tables dont il s’occupait. Il prenait les commandes sur une petite tablette pendant qu’un autre serveur recevait les informations au bar et préparait les commandes. Les boissons étaient servis par un autre serveur Les problèmes de Pedro commençaient les jeudis. S’il y avait beaucoup de clients qui l’appelaient en même temps, Pedro était bloqué et était dans l’incapacité de s’occuper d’aucune table. Même quand le conseiller guidait le travail de Pedro au restaurant, il se retrouvait vite coincé. Pedro confia au conseiller qu’il entait des voix dans sa tête : « je ne peux pas m’occuper de tout le monde ; je ne peux pas m’occuper de tout le monde ».... et soudainement, il ne pouvait plus continuer à travailler. Le conseiller a essayé d’aider Pedro de toutes les manières possibles à effectuer son travail les weekend. Aucune méthode ne semble marcher. Tous les weekends Pedro sans réaction reste bloqué au milieu du restaurant Le propriétaire du restaurant est mécontent de cette situation : les autres serveurs doivent faire le travail de Pedro, les commandes sont retardées, des réclamations émergent des clients, le service des tables est déficient. De plus, la haute saison pour le restaurant est de courte durée (de mars à juin et de septembre à octobre). Si le propriétaire veut participer au projet c’est en partie parce qu’il bénéficie de subventions, mais, dans la situation présente, les inconvénients ont pris le dessus sur les avantages. La situation était devenue compliquée et Pedro et son conseiller n’avaient plus le temps de mettre en place des solutions.

153


VERSION DE TRAVAIL

Le conseiller pensait : Pedro a des pensées négatives, s’il apprend à penser de manière positive peut-être que cela l’aidera. La stratégie a consisté à faire apprendre une nouvelle phrase à Pedro : « C’est mon/ma client(e), jusqu’à ce qu’il/elle soit servi(e) les autres n’existent pas. ». Le conseiller et Pedro répétèrent cette phrase des centaines de fois comme exercice. Pedro devait la répéter dans sa tête toutes les fois où il s’occupait d’une table. Le conseiller aida également le patron à réorganiser les tables dont Pedro devait s’occuper le weekend. En le plaçant dans un angle du jardin, il devrait en prendre en charge et il n’aurait pas à traverser le reste de la salle. L’objectif principal était d’éviter que d’autres clients appellent Pedro pour passer des commandes. Certains serveurs n’ont pas bien réagi face à cette réorganisation puisqu’ils devaient servir plus de tables mais la stratégie fonctionna. Pedro commença à servir les tables une par une et à pouvoir se concentrer sur toute une journée de travail Quelques semaines plus tard, la majorité des problèmes a été résolue, le patron était satisfait de Pedro, Pedro était content de son travail, le conseiller a fait connaissance avec des collègues du propriétaire qui étaient intéressés à participer aux programmes et même la famille de Pedro a perçu des évolutions positives dans son comportement. La méthode créative du conseiller en n’abandonnant pas et en trouvant constamment des nouvelles voies, a transformé une situation d’échec en un succès avec des effets positifs multiples Pedro n’est probablement pas en mesure d’obtenir un emploi avec un salaire régulier. Il aura besoin d’un salaire aidé mais au final il fait un travail de qualité dans un restaurant

Travail préliminaire : Pensez-vous que les actions du conseiller sont adaptées ou renforcent la psychose obsessionnelle ? Proposez d’autres solutions

154


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I- Questions sur le cas 1/ Commentez les points positifs et négatifs de la solution du conseiller

2/ En tant que conseiller qu’évoque pour vous d’agir en tant que thérapeute plutôt que comme conseiller en insertion ? 3/ Analysez le cas et écrire vos solutions argumentées.

II- Questions d’ordre général

1/ Est-ce que l’expérience personnelle joue sur l’engagement du conseiller 2/ Est-ce que la créativité est un savoir-faire du conseiller ? Existe-il d’autres moyens pour approcher cette étape dans l’emploi aidé ? 3/ Quel est la bonne place du conseiller dans ce type de situation ?

155


VERSION DE TRAVAIL

Patrice Thèmes abordés: Droit des personnes handicapées, Accompagnement à la recherche d’emploi, Suivi en entreprise Patrice a 20 ans et souffre d’un léger retard mental.

Il vit depuis sa naissance dans une petite ville de province. Aidé par sa famille et ses amis, il a réussi à obtenir un diplôme de niveau 3 (EQF) après avoir fréquenté une classe destinée aux enfants handicapés. Il vient de terminer une formation professionnelle de niveau 4 (EQF) en cuisine, formation proposée par le service Emploi de sa ville.

Patrice voulait trouver un emploi, avoir une activité et gagner son propre salaire.

Sur le conseil de travailleurs sociaux du service Emploi, il a pris contact avec le service Handicap de notre ONG. En tant que conseiller Emploi au sein de cette organisation, j’ai pris en charge le suivi de Patrice et l’ai reçu plusieurs fois en entretien, à la fois au bureau et à l’extérieur.

Patrice a exprimé un grand désir de travailler sans toutefois avoir de piste d’orientation. C’est pourquoi, pensant à son certificat de cuisine, j’ai essayé de lui trouver un emploi dans un restaurant en organisant plusieurs rencontres avec des professionnels du secteur.

L’un de ceux-ci accepta d’embaucher Patrice pour une période de 3 mois. Cependant, dès la première semaine, il fut évident que Patrice ne savait pas cuisiner et il décida de lui-même de quitter le restaurant.

Me basant sur mon expérience, j’ai continué à chercher un autre emploi pour Patrice. Il m’a accompagnée en entreprises pour voir quels types de jobs étaient envisageables, quelles seraient ses tâches éventuelles, etc. J’ai tout d’abord proposé à Patrice de travailler dans un jardin pour s’occuper des fleurs mais, au cours de la visite, Patrice a réalisé que ce type d’emploi ne lui convenait pas.

156


VERSION DE TRAVAIL

Via une relation personnelle dans la ville, je me suis arrangée pour convaincre le propriétaire d’une société de traitement de déchets d’embaucher Patrice. Il devait retirer toutes les agrafes en métal et les trombones des papiers et les étiquettes adhésives des dossiers. Il lui incombait également de rassembler le papier transformé dans de grandes boîtes en carton. Ce travail a plu à Patrice et au bout d’un mois il a touché son premier salaire. Il était extrêmement content d’avoir gagné son propre argent. Ses collègues l’aidaient autant que nécessaire.

Patrice a continué à nous rendre visite à l’ONG. Avec ses premiers euros, il m’a acheté une boîte de chocolats pour m’exprimer ses remerciements.

Travail préliminaire:

Quels sont les compétences utilisées par le conseiller Emploi pour gagner la confiance de la personne handicapée dans l’optique d’obtenir le maximum d’informations ?

157


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/ Comment expliqueriez-vous le manque d’aptitudes de Patrice à travailler en cuisine malgré l’obtention de son Certificat professionnel ?

2/ A votre avis, sans l’importance des contacts personnels du conseiller Emploi, quelles auraient été les chances de Patrice de trouver un poste dans cette petite ville? 3/ Comment auriez-vous accompagné Patrice dans son désir de travailler malgré son manque total d’idées de réorientation?

II – Questions générales 1/ Ne serait-il pas plus judicieux de familiariser la personne handicapée avec l’environnement du métier envisagé avant de lui proposer une formation professionnelle ? 2/ Quel est le niveau de collaboration entre les différents services concernant l’Emploi dans votre pays ? quelle coordination y-a-t-il ?

3/ Existe-t-il des services spécialisés d’accompagnement à l’emploi par types de handicaps dans votre pays?

158


VERSION DE TRAVAIL

Petra Thèmes abordés: Analyse de la demande, Démarche créative

Petra est une femme douce et plaisante à accompagner, ce que nous appelons une femme tranquille. Elle a été diagnostiquée sourde profonde pendant son enfance. Elle est considérée comme sourde et aveugle car elle a une vue extrêmement basse. Elle souffre également du syndrome d’Usher ce qui laisse supposer qu’elle perdra complètement la vue dans le futur. Elle a 27 ans et vit avec son compagnon qui est également sourd. Ils ont deux enfants. Elle a été scolarisée en primaire dans une école spéciale pour sourds appareillés. Elle a suivi des études secondaires option « Société et média » et obtenu un diplôme de niveau 4 (EQF). Elle n’a pas suivi d’autre formation mais a effectué quelques stages : dans un « body shop », un magasin de vêtements, une épicerie et une librairie.

Petra a besoin d’un écran spécial pour travailler sur ordinateur, d’une loupe et d’un éclairage très puissant à l’intérieur. A l’extérieur cependant, elle doit protéger ses yeux. Pour communiquer, elle utilise le langage des signes, du corps, du papier et un stylo ou un ordinateur. Elle est ouverte, indépendante et a une bonne résistance au stress (grâce à ses enfants) ; elle est efficace et sait se concentrer sauf s’il y a trop de bruit autour d’elle et qu’elle doit faire des efforts pour comprendre ce que les gens disent et font (et cela lui prend beaucoup d’énergie). Elle aime planifier les choses de façon à ce qu’elles soient réalisées en temps et en heure et n’aime pas ne pas faire ce qu’elle a prévu. Elle a des facilités pour apprendre et aime découvrir de nouvelles choses. En ce qui concerne ses centres d’intérêt, elle aime lire, la Science et l’Histoire, cuisiner, les exercices d’endurance, le jogging et le tissage. Elle envisage de faire de marathon de NewYork et s’y prépare en courant 20 kilomètres par semaine.

Lors de son premier entretien avec sa conseillère Emploi, elle lui a déclaré qu’elle voulait un emploi qu’elle puisse exercer en toute autonomie sans avoir à constamment surveiller ce qui l’entoure. Idéalement, ce pouvait être un travail administratif car elle est structurée et aime

159


VERSION DE TRAVAIL

lire et apprendre. Elle a ajouté qu’elle pouvait aussi travailler dans une boutique à condition qu’elle n’ait pas à tenir la caisse ni trop de contacts avec les clients. Petra a suggéré d’elle-même de travailler dans des écoles, des hôtels, des chaînes de magasins telles qu’IKEA, en librairie ou à la Poste.

Se fondant sur son profil, sa conseillère a essayé de lui trouver le job adéquat. Elle a dû faire un effort pour ne pas trop se focaliser sur les limites de Petra : sourde et aveugle ! Elle a pris contact avec plusieurs administrations, avec des structures accueillant des personnes sourdes, avec son propre employeur, avec la Fédération de Football, avec des boutiques de sport et avec diverses autres structures.

De nombreux employeurs ont montré de l’intérêt pour la candidature de Petra tout en refusant de la recevoir. Toutefois, le service administratif d’une école a accepté de la prendre en stage. Son tuteur parlait la langue des signes et tout s’est bien passé. Elle a obtenu de bons retours mais il n’y avait pas de possibilités d’embauche et la conseillère a dû rechercher un autre emploi.

Elle s’est par hasard trouvée en contact avec la direction d’une usine de cosmétiques. Celleci recherchait quelqu’un pour prendre les commandes, les préparer et s’assurer de leur bonne expédition. Il s’agissait d’un emploi à la fois manuel et administratif. Personne ne parlait la langue des signes au sein de l’usine.

Pendant la première visite, la conseillère s’est demandé comment les choses pouvaient se passer avec le handicap de Petra. La directrice s’est exprimé posément, a mentionné les informations qui seraient transmises à Petra, a décrit l’environnement de travail et réfléchi aux moyens de communication envisageables, ce dernier point inquiétant beaucoup le personnel de l’usine.

Finalement, tout s’est passé pour le mieux et Petra a donné entière satisfaction. Au bout de quelques mois de stage, elle a été embauchée.

160


VERSION DE TRAVAIL

Maintenant, Petra a son propre bureau et celui-ci est très bien éclairé. Elle communique très rapidement via l’ordinateur qui est équipé d’un écran spécial et d’un clavier adapté.

Il y a quelques mois, Petra a eu son deuxième enfant. L’employeur lui a fait sa voir qu’il ne savait pas comment l’entreprise allait faire sans elle et qu’il attendait son retour avec impatience. Aujourd’hui elle est de retour et a repris le travail. Elle a deux enfants, un compagnon et sait gérer sa vie. On a besoin d’elle !

___________________________________________________________________________

Travail préliminaire:

Y a-t-il une limite dans le handicap au delà de laquelle une personne ne peut pas être embauchée ? Comment faire pour se focaliser sur les possibilités et non sur les limites ?

161


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I – Questions spécifiques au cas

1/

Pensez-vous que la conseillère aurait dû attendre qu’il y ait une possibilité d’embauche avec de mettre Petra en stage en entreprise ?

2/

Estimez-vous que son premier stage lui a été utile dans le processus général qui l’a menée à l’emploi ?

3/

Auriez-vous hésité à rechercher un emploi pour Petra compte tenu de la lourdeur de son handicap?

I I – Questions d’ordre général

1/

En tant que conseiller Emploi, pouvez-vous refuser d’accompagner un bénéficiaire du fait de la lourdeur de son handicap?

2/

Comment faire lorsqu’il est très difficile de repérer les possibilités, les préférences et les centres d’intérêt d’une personne ?

3/

Vers qui pouvez-vous vous tourner quand vous avez besoin d’une aide fonctionnelle ou d’une technologie d’assistance ?

162


VERSION DE TRAVAIL

Centros de Promoción Integral Sujets abordés : pensée analytique et critique Centros de Promoción Integral S.L. est une société créée en 1992 avec une visée d’intégration sociale. Elle était pionnière dans cette province et même dans le pays pendant cette période où il n’existait pas encore de cadres législatifs spécifiques pour les personnes handicapées. Au début de notre aventure, toutes les personnes souffrant d’un handicap participaient à l’évaluation de leurs compétences sur tous les postes possibles dans notre société. Elles étaient formées à tous les échelons pour exercer des tâches dans le secteur de la restauration et pour mener à bien des services dans une cantine scolaire. Nous développions une approche intégrale afin d’être au plus près des besoins au niveau de la gestion du temps et du respect de la qualité professionnelle exigés dans le marché du travail ordinaire. Pour arriver à ce résultat, nous mesurions le temps passé par une personne non-handicapée pour accomplir une tâche et nous faisions une étude des coûts nécessaires concernant les principales activités supplémentaires qu’il fallait mettre en place pour une personne handicapée. Nous avions décidé, en dehors des vingt étudiants formés, que tout ceux qui accomplissaient les tâches routinières seraient les premiers sélectionnés et que certains pouvaient s’adapter et d’autres non. Ceux qui avaient le plus de mal à accomplir ce qu’on leur demandait seraient formés pour travailler au service de nettoyage ou au service des livraisons. Plus tard, nous avons découvert qu’il y avait d’autres qualités que nous n’avions pas suffisamment mesurées, analysées et pris en considération… Fort de cette observation, nous avons sélectionné et recruté deux conseillers (spécialistes de l’emploi assisté) pour l’adaptation de personnes touchées par un handicap intellectuel sur le lieu de travail et nous avons fourni à nos conseillers une liste des activités quotidiennes. Le conseiller bénéficiant le plus d’expérience, après une analyse des tâches quotidiennes, avait noté que nous avions oublié des choses très importantes. Nous avions seulement pris en considération les tâches courantes mais aucune situation d’urgence n’avait été envisagée.

163


VERSION DE TRAVAIL

Nous avons revu tous les processus et nous avons ajouté beaucoup de situations dans lesquelles nos travailleurs pourraient être impliqués : rester enfermé dans l’un de nos bâtiments, tous les problèmes liés à la vie d’une école (vertiges, chutes), feu ou inondation Nous avons même mis en place des exercices pratiques pour savoir que faire dans ce type de situation. Nous étions reconnaissants vis-à-vis des critiques du conseiller sachant qu’il a su adapter les savoir-faire nécessaires aux employés avec les procédures d’urgence. De plus, nous avons pu introduire d’autres types de formation pour nos futurs candidats et cela a grandement contribué à accroître la valeur de nos enseignements tout en permettant parallèlement de mieux préparer nos bénéficiaires à travailler dans d’autres entreprises. C’est un exemple éclairant du rôle du conseiller pour les bénéficiaires et pour l’entreprise. S’il accompagnait uniquement les employés en situation de handicap à s’adapter à leur lieu de travail, un drame pourrait subvenir en situation d’urgence. Le conseiller doit-il terminer son suivi lorsque l’intégration du bénéficiaire se manifeste par l’exécution parfaite des tâches quotidiennes et par la manifestation de son autonomie ? La réflexion analytique et critique est en lien avec l’engagement du conseiller pour la société et pour leurs bénéficiaires.

Travail préliminaire : Considération de la situation : croyez-vous que la compétence “pensée analytique et critique” est essentiel dans la qualité du travail du conseiller ? Selon vous, comment la faculté d’analyse peut-elle se manifester ?

164


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions sur le cas 1/Quelles conséquences pourraient subvenir dans l’ entreprise si le conseiller n’avait pas été aussi expérimenté et pas aussi investi auprès d’un public handicapé ? 2/ Analysez le cas et décrire les différentes étapes concernant l’adaptation au poste de travail 3/ quel est le rôle du conseiller dans cet exemple ? II- Questions d’ordre général

1/ quel type de pédagogie est la plus appropriée pour évaluer les compétences de personnes déficientes intellectuelles ? 2/ Quel est la bonne place du conseiller dans ce type de situation ? 3/ Imaginez qu’une entreprise soit réfractaire aux changements et ne veuille pas adapter ses procédures aux situations d’urgence, qu’est-ce que le conseiller devrait faire ? Qui est en mesure d’alerter des dangers potentiels ?

165


VERSION DE TRAVAIL

Rafael Thématiques : Droit des personnes reconnues handicapées Accompagnement a la recherche d’emploi Ceci est ma plus triste histoire comme conseiller, mais un cas typique profond qui sera important pour le reste de ma carrière. Il y a vingt cinq ans, je travaillais comme conseiller pour une fondation pour les personnes mentalement déficientes. C'était mon premier emploi en tant que conseiller et j'étais très motivé et prêt à faire de mon mieux. Je travaillais dans le premier service aidant les personnes handicapées et un grand nombre de bénéficiaires et de leurs familles se sont intéressés à la conclusion de ce nouveau modèle d'accompagnement à l'emploi.

J'organisais des réunions avec des hommes d'affaires et des professionnels pour leur expliquer le modèle de l'emploi assisté, toutes les étapes du processus, les avantages de contracter avec des personnes handicapées, l'allocation dédiée des gouvernements locaux régionaux et nationaux, le mécanisme et la bonne façon de demander cette subvention.

Rafael, 23 ans, a été l'un de mes premiers bénéficiaires, avec une vision limitée et des problèmes d'apprentissage parce qu'il n'avait pas eu l'occasion d'étudier (aucun niveau officiel n'avait été atteint). Il n'avait pas de compétences précises pour travailler en cuisine, mais un cours de cuisine commençait dans notre Fondation: «Pourquoi pas?, dit-il, c'est toujours mieux que de rester seul à la maison". Neuf mois plus tard, Rafael aimait la cuisine, et il a été décidé de trouver un travail dans un restaurant, une cantine ou une entreprise de restauration.

J'ai donc contacté certains des propriétaires de restaurant qui ont assisté à nos réunions de soutien à l'emploi. Heureusement, l'un d'eux m'a dit: "Parfait, je peux l'engager à une condition: je veux les subventions, et vous avez à faire toutes les formalités". Je n'étais pas une agence spécialisée dans le traitement des obligations juridiques de l'emploi et de l'administration, j'étais un spécialiste de soutien à l'emploi (SES) au moment où l'emploi assisté était balbutiante, et même les employés de l'administration publique avait des doutes sur l'obtention des subventions et les formalités. Malgré cela, je voulais vraiment faire le travail pour Rafael, alors je suis allé voir les administrations publiques lorsque cela était nécessaire, et je préparais tous les documents juridiques et effectuais les formalités nécessaires à l'obtention de la subvention. En outre, cette expérience a été très utile pour ma carrière future. 166


VERSION DE TRAVAIL

Nous avons eu un seul problème avec le travail: les horaires. Rafael terminait à deux heures du matin et il vivait un peu loin du restaurant, dans un petit village que ne desservaient pas les transports en commun la nuit. Au début, son père venait le chercher, mais ce n'était qu'une solution temporaire, il ne pouvait pas le faire régulièrement. Je proposais de nouvelles solutions: l'embauche d'un service de taxi régulier, en payant un collègue vivant dans un appartement près de travail, en partageant une chambre ... mais sa famille ne voulait pas de mes suggestions.

Étonnamment, le père de Rafael est venu à mon bureau avec une autre solution: il avait acheté une petite moto sans permis pour Rafael. J'étais horrifié, je tentais de lui dire que c'était une très mauvaise idée, mais ... ils avaient pris leur décision: «Il a démontré qu'il est capable de travailler donc il est en mesure de conduire une moto", dit son père. Enfin, je supposais que l'idée n'était pas aussi mauvaise qu'il le semblait. Après six mois, Rafael travaillait encore au restaurant et était un homme très heureux, vraiment heureux avec sa nouvelle vie, avec son salaire, et avec ses collègues ... Le propriétaire même m'a téléphoné pour me remercier de mon choix : Rafael était le plus travailleur et le plus responsable du restaurant compensant son handicap avec une volonté inébranlable. A ce moment-là, je me sentais tellement fier de Rafael et le travail que nous avions fait ensemble. Quand il est arrivé la première fois à mon bureau, il y a 18 mois, il était l'ombre de ce qu'il est devenu.

Quelques jours après le coup de fil, revenant à la maison, Rafael a été victime d'un accident de la route et mourut. Cette pensée me bouleverse encore à ce jour. Rafael était un cas très réussi et en même temps un de mes plus grandes erreurs, et maintenant il est encore un très bon exemple pour les autres, dans tous les sens.

Peut-être, que c'était une erreur partagée ... Parfois, il n'y a tout simplement pas de fin heureuse. Travail préliminaire Considérant la situation: étudier et de définir les principales erreurs dans ce cas. Proposer d'autres solutions possibles.

167


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS I - Questions sur le cas 1 / Comment agiriez-vous dans cette situation avec le propriétaire pour les procédures légales? Et avec le père de Rafael?

2 / Comment auriez-vous accompagné Rafael une fois qu'il a commencé à travailler? Était-ce de la responsabilité des conseillers de savoir comment Rafael rentrait à la maison tous les soirs?

3 / Veuillez analyser le cas et décrire vos propres recommandations et les argumenter.

I I - Questions générales

1 / Quelles sont les étapes les plus importantes dans l'accompagnement au niveau juridique?

2 / Quel est le rôle exact d'un conseiller dans la question 1?

3 / Quel rôle joue l'enthousiasme d'un conseiller dans l'accompagnement ?

168


VERSION DE TRAVAIL

Rachel Thèmes abordés: Accompagnement à la recherche d’Emploi Rachel a 22 ans. Ses parents habitent une région rurale sans écoles ou services adaptés aux personnes handicapées. De ce fait, Rachel qui souffre d’un déficit mental a toujours vécu en résidences pour enfants et jeunes handicapés loin de son foyer. Ses parents et parfois Rachel elle-même ont constamment été guidés au cours des quinze dernières années dans ces centres. Ils ont été conseillés à chaque fois qu’une décision était nécessaire concernant les études ou la vie de Rachel. Elle a été très protégée et aimée par ses tuteurs et professeurs et ses parents se sont montrés confiants envers les enseignements dispensés à Rachel. Ils ont en effet totalement laissé son éducation entre les mains des spécialistes et des professeurs. Elle n’a d’ailleurs pas été seulement éduquée mais aussi « observée ».

Maintenant, elle ne vit plus dans l’un de ces centres réservés aux jeunes mais dans une maison recevant des adultes handicapés et financée par le département. Elle a suivi une formation de deux cents heures mise en place par le service régional de l’emploi et y a appris les rudiments du travail en librairie. Elle a beaucoup aimé cette formation et a montré qu’elle avait les capacités pour ce type d’emploi : elle travaille dur, est patiente avec ses collègues, a bon caractère et sait s’occuper du matériel.

A la fin de la formation, Julien, un conseiller expérimenté, lui a proposé un poste d’Assistante en librairie. Il a organisé une rencontre avec ses parents et a pu constater que ni Rachel, ni ses parents ne souhaitaient prendre de décision par eux-mêmes. Ils s’attendaient à ce que les choses se passent comme avant et ont même proposé à Julien de choisir à leur place ce qui lui semblait le mieux pour leur fille. Ils ont lourdement insisté sur le fait qu’ils n’étaient pas préparés à cela, même s’ils savaient qu’ils étaient les tuteurs légaux de Rachel. Ils n’osaient prendre le risque de faire le mauvais choix en donnant à Rachel plus de liberté qu’elle n’en avait connue jusque là. Ils préféraient que Julien en assume la responsabilité et se disaient prêts à respecter sa décision.

Julien a longuement réfléchi à la situation. 169


VERSION DE TRAVAIL

D’un côté, il lui incombait de donner à la famille toutes les informations relatives au job en question, mais la décision revenait aux parents qui étaient les tuteurs légaux. D’un autre côté, il pouvait comprendre le point de vue des parents : ils avaient jusque là eu le mauvais rôle dans l’éducation de leur fille car ce sont des représentants extérieurs qui en avaient assumé toutes les responsabilités. Ils aimaient beaucoup Rachel mais n’avaient pas fait partie de sa vie quotidienne car ils avaient vécu loin d’elle. Ils n’avaient pas non plus pu la voir grandir.

A la fin, il dut choisir : il n’a pas voulu nuire à Rachel et a estimé qu’il aurait été injuste qu’elle soit la victime dans cette situation. Aussi a-t-il déclaré aux parents de Rachel qu’elle allait commencer à travailler à la librairie.

En même temps, il proposa aux parents de les rencontrer en entretiens de façon à ce qu’ils puissent réfléchir ensemble à la façon d’accompagner leur fille dans la suite de sa nouvelle vie.

Rachel s’est très bien adaptée à son travail et y est à présent depuis huit mois. Ses parents ne se sont jamais présentés aux rendez-vous proposés par Julien.

Travail préliminaire : En considérant la situation, dites s’il vous semble judicieux pour un conseiller d’accepter de prendre ce type de responsabilités à la place des parents. Suggérez d’autres solutions.

170


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions spécifiques au cas

1/

Quelle position Julien aurait-il pu prendre avec les parents de Rachel ? Pensez-vous qu’il a pris la bonne décision ?

2/

A votre avis, le conseiller doit-il adopter la même stratégie avec Rachel et avec ses parents ? Ou est-il préférable qu’il s’y prenne différemment avec l’une et les autres ?

3/

Faites l’analyse du cas et donnez votre solution. Argumentez.

I I – Questions d’ordre général

1/

Pensez-vous qu’un conseiller peut prendre ce genre de décision?

2/

Quel est selon vous le rôle attendu de la part d’un conseiller dans ce genre de situation ? Croyez-vous qu’il doit s’impliquer personnellement ou doit-il garder une certaine distance ?

3/

Estimez-vous qu’il est aussi de la responsabilité du conseiller d’aider la famille du bénéficiaire?

171


VERSION DE TRAVAIL

Reginald Thèmes abordés: Droit des personnes handicapées, , Gestion de l’information, Démarche créative, Travail d’équipe, Accompagnement à la recherche d’Emploi Reginald a 56 ans. Il a quitté le lycée à l’âge de 18 ans après avoir préparé un baccalauréat technique qu’il n’a pas obtenu. Après ses études, il a voyagé pendant quelques années en Europe, travaillant occasionnellement, le plus souvent dans le bâtiment comme aide-maçon. Il s’est ensuite installé au Pays-Bas où son frère était employé dans l’industrie de la métallurgie. Il a saisi l’opportunité d’être embauché dans le même secteur et a appris le métier sur le tas. Trois ans plus tard, il est parti en Belgique où il a travaillé dans une usine de revêtements de sol pendant un an. Malade, il a été obligé de démissionner pour rentrer chez lui. Admis à l’hôpital, il y a passé plusieurs mois avant d’être soigné à domicile. Dès sa convalescence, il a commencé à réfléchir à un autre type d’activité. Tout bien considéré, il a décidé de créer une entreprise à la campagne avec un ami qui est alors devenu son associé. Ils ont ainsi parcouru la campagne à la recherche d’antiquités, de porcelaine, et d’objets présentant un intérêt historique qu’ils revendaient un bon prix après restauration si nécessaire. L’affaire a très bien marché pendant sept ans. Puis, ils ont connu de plus en plus de difficultés à trouver des objets de qualité et leur revenu a sensiblement décru plus rapidement qu’ils ne s’y étaient attendus. Les affaires périclitant, les relations entre associés sont devenus plus compliquées étant donné qu’ils ne parvenaient plus à gagner correctement leur vie. Leur association a encore duré trois ans au bout desquels ils ont déposé le bilan d’un commun accord. Reginald dit que cette affaire a été pour lui une bonne expérience et qu’il l’a aimée. Cependant, pour des raisons personnelles et familiales, il a été heureux de reprendre la vie citadine. Agé de 46 ans à son retour en ville, il n’avait pas vraiment d’économies et devait absolument travailler. Sans idée de réorientation, il a décidé de saisir la première opportunité quelle qu’elle soit. S’étant inscrit dans une agence de travail temporaire, il a rapidement décroché une mission sur un chantier de construction pour y poser des façades d’aluminium. Connaissant son état de santé, il savait que ce type d’emploi était trop dur pour lui mais avait le sentiment qu’il n’avait pas le choix. De mission en mission, il a finalement obtenu un contrat à durée 172


VERSION DE TRAVAIL

indéterminée et a travaillé dans le bâtiment pendant six ans. Toutefois, il a été obligé d’arrêter lorsque ses genoux sont devenus trop douloureux. Pendant son arrêt maladie, tandis qu’il était en soin pour les genoux, il a également eu des problèmes cardiaques. Après un arrêt maladie de deux ans, Réginald a été licencié pour inaptitude au poste. Bien qu’il ait déjà été malade auparavant, il ignorait tout de ses droits et n’avait jamais demandé quelque allocation que ce soit. Repensant à son expérience dans les antiquités, il a cherché un emploi chez un antiquaire. Il pensait se faire embaucher pour restaurer des objets anciens car il s’y connaissait et était doué et méticuleux en travail manuel. Quand il m’a raconté cela, Reginald m’a dit qu’il n’était pas certain de pouvoir tenir longtemps à faire de la restauration car il avait des tendinites et souffrait de la nuque au bout des doigts. De toute façon, il n’a rien trouvé et est resté un an sans aucun revenu. En effet, comme mentionné plus haut, il ne savait pas qu’il avait droit à des aides. Ce n’est que lorsqu’il a rencontré un conseiller au Pôle Emploi qu’il a entendu parlé de ses droits et a pu demander, puis percevoir, l’allocation chômage.

La première fois que je l’ai rencontré, Réginald semblait désespéré: “Qu’est-ce que je peux faire? J’ai 56 ans, je suis en mauvaise santé et j’ai absolument besoin de travailler. Mais je ne peux travailler qu’à temps partiel du fait de ma fatigabilité ». Il n’avait jamais entendu parler de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH).

Tâche:

Essayez de déterminer, à partir de la description ci-dessus, les profondes motivations de Réginald.

173


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas

1/

Comment commenceriez-vous l’accompagnement de Réginald?

2/

Dans son cas, quelles sont les priorités?

3/

Comment vous y prenez-vous avec une personne qui paraît si désespérée?

I I – Questions d’ordre général

1/

Pourriez-vous faire la liste des différents types d’allocations existant dans votre pays pour les personnes reconnues handicapées?

2/

A votre avis, est-il particulièrement difficile d’accompagner une personne senior?

3/

Connaissez-vous les avantages offerts, dans votre pays, aux employeurs recrutant des personnes reconnues handicapées?

174


VERSION DE TRAVAIL

Richard Thème abordé: Travail en équipe Richard a 26 ans. Il a suivi une formation de valet de chambre de niveau 3 (EQF). Il s’agit d’une formation spécifique pour jeunes ayant des difficultés d’apprentissage dans des matières abstraites telles que les maths ou la géométrie mais capables d’apprendre des tâches concrètes telles que le nettoyage. C’est un jeune homme bien élevé. Angela est la conseillère Emploi de Richard et elle l’aide à rechercher un emploi. Elle a pris contact avec des directeurs d’hôtel et trois d’entre eux se sont montrés intéressés par le recrutement de personnes handicapées. Elle est allée les voir avec Richard et, ensemble, ils ont passé en revue les pour et les contre concernant ces trois lieux de travail. Finalement, Richard s’est décidé pour un luxueux hôtel situé face à la mer. Il peut y aller à pied sans problème (il n’aime pas prendre le bus car, parfois, il a du mal à se concentrer pour ne pas rater l’arrêt, de plus il s’y sent toujours angoissé). Le directeur a accueilli Angela et Richard pour son premier jour de travail. C’est un homme extraordinaire, très motivé par l’embauche de personnes handicapées. « Je suis ici pour vous soutenir. Si vous avez quelque problème que ce soit, n’hésitez pas à me contacter ». Angela était heureuse pour Richard : un bon job, un bon hôtel et un bon directeur…que souhaiter de mieux ? Richard travaille toute la journée, à raison de huit heures par jour. Les clients sont satisfaits et félicitent le directeur pour avoir engagé Richard mais ce dernier est lent. Dans l’hôtel, les autres employés semblent avoir dix mains tant ils sont actifs mais Richard a besoin du double de temps et même plus pour faire le même travail. Il se trouve que, par décision du directeur, Richard a le même salaire que ses collègues et certains d’entre eux ne comprennent pas cet état de fait. Un matin, un collègue s’en est pris à Richard : « Je dois faire du travail supplémentaire à cause de toi…Tu ne peux pas rester ici. C’est l’été! Je ne peux pas perdre de temps avec toi! ». Richard alla voir Angela: il aimait le travail à l’hôtel, les clients et le directeur mais ne voulait plus y retourner. « Jamais ! », dit-il. Angela se trouvait devant un dilemme et devait prendre une décision : -

Parler au directeur ? Aux collègues ? Demander à la famille de Richard de le convaincre de reprendre le travail ?

175


VERSION DE TRAVAIL

-

-

Parler à Richard afin de le responsabiliser, lui apprendre à répondre à ses collègues par des phrases telles que « Désolé mais vous et moi sommes dans la même situation : nous faisons de notre mieux. Il est juste que nous percevions le même salaire ». Autre chose ?

Finalement, Angela choisit de responsabiliser Richard. Il y aurait toujours des collègues pour se plaindre d’une façon ou d’une autre et il était inutile d’essayer de les en empêcher. Les hôtels ont un rythme de travail frénétique l’été et de légères tensions entre collègues sont tout ce qu’il y a de plus normal. Elle apprit aussi à Richard à ne pas dramatiser et lui fit comprendre qu’il n’était pas le seul à rencontrer ce type de problèmes, que tout le monde en avait un jour ou l’autre et que l’on pouvait les résoudre. Comme Angela ne voulait pas obliger Richard à reprendre le travail, elle s’arrangea avec le directeur pour qu’il lui donne une semaine afin de pouvoir travailler avec lui certains aspects qui l’inquiétaient un peu mais sans toutefois entrer dans les détails. Deux entretiens suffirent et Richard reprit le travail. Aujourd’hui, c’est-à-dire trois ans plus tard, Richard est un travailleur permanent de l’hôtel où il travaille pendant les mois de haute saison (de mars à octobre). Il est heureux.

Travail préliminaire:

En considérant la situation, pensez-vous que la conseillère aurait dû informer le directeur des problèmes rencontrés dans l’entreprise avec les collègues ? Suggérez d’autres solutions pour résoudre ce cas

176


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions spécifiques au cas

1/

Estimez-vous qu’Angela aurait dû parler aux collègues de Richard?

2 / Quel est le problème principal que rencontre Richard ? 3/ Imaginez que Richard ait décidé d’abandonner son poste… Un conseiller Emploi se doit-il de le faire changer d’avis ? Est-ce éthique?

I I – Questions d’ordre général 1/

Essayez de définir la meilleure façon d’agir pour un conseiller confronté à ce type de situation.

2/

Quel est le rôle correct d’un conseiller dans cette situation?

3/

Quelles actions peuvent être mises en place en entreprise auprès des équipes qui doivent accueillir une personne handicapée ?

177


VERSION DE TRAVAIL

Rocío Thèmes abordés : Analyse de la demande, démarche créative Rocio est une belle tzigane sourde âgée de 25 ans. Elle a fini des études de coiffure (niveau 3 selon EQF). Elle est venu dans notre service d’orientation parce qu’elle veut trouver un travail et qu’elle sait que l’un de nos conseillers connaît très bien la langue des signes. La passion de Rocio est la danse. Rocio a très bien appris à danser le flamenco : elle a le rythme dans la peau et perçoit les sons à travers son estomac. Personne ne pourrait être en mesure de savoir lorsque l’on la regarde danser qu’elle est sourde. Elle a étudié la coiffure mais le flamenco est toute sa vie. Elle cherche donc à incorporer une compagnie de danse en Europe qui intègre des danseuses de flamenco. Le conseiller sait que ce sera une tâche difficile parce que Rocio ne peut pas être comprise. Toutefois, il doit exister des compagnies dans lesquelles une personnes doit connaître la langue des signes. Pour ceux qui ne sont pas familier avec l’univers du Flamenco, il faut rappeler que c’est un univers extrêmement compétitif. Chaque année, des milliers de jeunes cherchent des occasions de se faire connaître. Il y a aussi beaucoup de danseurs qui dansent depuis leur plus tendre enfance dans l’une des écoles disséminées à travers d’Espagne et spécialement en Andalousie, berceau de la danse flamenco Parmi les compagnies, le conseiller n’a pas trouvé une compagnie qui souhaite incorporée une personne sourde dans sa distribution, sauf si c’est une personne extraordinaire ou très connue, mais ce serait le premier emploi de Rocio. Le conseiller a proposé à Rocio de gagner de l’expérience dans un “tablaos’ de Grenade. Les tablaos sont des salles ou des restaurants qui offrent des spectacles de Flamenco aux touristes. Là, elle pourrait avoir une expérience qui lui permettrait de travailler dans une plus grande compagnie. Le conseiller connaît le patron d’un tablaos puisque parfois il organise des ateliers pour les enfants dans le restaurant. Rocio était ravie mais ses parents se sont opposés catégoriquement à cette idée. Rocio est très jeune et danser dans une compagnie signifie qu’elle devait être raccompagnée à la fin des spectacles. Quelqu’un devait prendre soin d’elle mais avec l’idée du conseiller, leur fille finirait à 2 ou 3 heures du matin et personne ne pourrait venir la chercher : « une jeune fille ne peut pas être seule à 2 ou 3 heures du matin ». C’est ce que disait son père pendant que sa mère opinait. De plus, ses parents avaient une épicerie et ils devaient se lever très tôt le matin. « Impossible » concluait le père.

178


VERSION DE TRAVAIL

Le conseiller ne trouvait pas de solutions pour Rocio. Il lui dit “nous devrions chercher un emploi dans le domaine de la coiffure, tu es une très bonne coiffeuse.”. Rocio bougea très vite ses mains et dit qu’elle ne voulait pas devenir coiffeuse !!!. Rocio avait l’air en colère : “je ne veux pas décevoir mes parents, ils ont travaillé dur toute leur vie pour moi et mon frère… mais, je vous en prie, aidez-moi à trouver un emploi dans lequel je pourrai danser.” Rocio suppliait, elle paraissait désespérée. Peu de personnes connaissent une passion aussi forte pour le flamenco. Le conseiller a beaucoup réfléchi sur ce cas, comment pouvait-il aider Rocio ? Le conseiller commença à rédiger sur un papier les forces et les faiblesses de Rocio : elle dansait merveilleusement bien que sourde et il ne connaissait personne qui le faisait aussi bien. Le conseiller téléphona à la famille pour organiser un rendez-vous. « Rocio, que penserais-tu d’enseigner le flamenco à des sourds ? Seulement quelqu’un comme toi est en mesure de le faire, créons une compagnie de danse pour les personnes sourdes, cela pourrait être une solution”. Le visage de Rocio s’illumina quand elle entendit l’idée du conseiller”. “Nous trouverons une local approprié près de la maison de tes parents”. Rocio était excitée bien que ses parents ne le soient pas vraiment. Cela pourrait coûter beaucoup d’argent mais d’un autre côté c’était une meilleure idée que de danser dans un tablaos. Malheureusement, après avoir fait des études sur la faisabilité du projet, ils réalisèrent qu’il était très difficile pour une académie de danse de faire du profit avec la population sourde du voisinage. Rocio était très triste mais le conseiller a trouvé une autre idée : “peut-être que tu n’as pas besoin d’ouvrir une institution, nous pouvons contacter les écoles pour les personnes sourdes pour qu’elles te laissent le soin d’organiser des cours . De la sorte, tu touchera un public plus large ». Le premier endroit que nous avons contacté a été l’école pour les sourds de Grenade. Petit à petit, Rocio a trouvé plusieurs cours de danse proche de chez elle ; Et la ville fut intéressée par sa proposition non seulement pour des cours de flamenco mais aussi pour des cours d’initiation à la danse pour les enfants sourds. Cette histoire est arrivée il y a huit ans et Rocio est maintenant sur une liste d’attende pour recevoir un implant cochléaire qui lui permettra sans doute d’entendre. “Peu importe que j’entende” disait-elle “je ne ferai rien d’autre, je suis heureuse d’enseigner la danse et le flamenco à des enfants sourds.” Travail préliminaire: Qu’avez-vous appris sur le rôle du conseiller dans ce cas ? Proposez d’autres solutions possibles.

179


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I-Questions relatives au cas 1/ Quels sont les points forts du conseiller d’après les solutions trouvées ? 2/ Que pensez-vous qu’il serait advenu, si, au lien d’une issue heureuse ce fut un échec ? 3/ Analysez le cas et rédigez des solutions argumentées

II- Questions d’ordre général sur le conseil

1/ Pensez-vous qu’il soit adapté pour un conseiller de prendre ce type de décision ? 2/ Quelle est la bonne attitude du conseiller dans ce type de situation ? Est-ce qu’un conseiller doit inventer des solutions ou juste se cantonner à celles existantes? 3/ Pensez-vous qu’un conseiller devrait avoir une attitude plus passive ou est-il souhaitable d’être plus actif et d’avoir une implication forte dans l’accompagnement ?

180


VERSION DE TRAVAIL

Rodolfo Thèmes abordés : gestion du temps, Accompagnement a la recherche d’emploi Rodolfo a 29 ans. Il a perdu une jambe dans un accident de moto et il porte une prothèse bionique adaptée qui lui permet de marcher, de prendre le bus, de monter des escaliers etc. C’est un modèle très perfectionné que ses parents lui ont pris en Autriche. Ils ont très bonne position sociale. L’accident a eu lieu à l’âge de 17 ans, juste au moment où il venait de commencer ses études pour être enseignant. Rodolfo n’a pas pu rentrer à l’université et il a abandonné ses études après le lycée (niveau 3 selon EQF). Ses parents l’aident dans sa recherche d’emploi. Ils ont travaillé durs toute leur vie et ils ont fait beaucoup de sacrifices pour constituer leur fortune personnelle. C’est accompagné par eux que Rodolfo est venu à notre service d’orientation, il souhaite trouver un emploi. Le conseiller chargé du cas a découvert que Rodolfo n’a pas de préférences claires, il l’a donc informé des opportunités d’emploi pour les personnes handicapées et en fonction de son parcours scolaire. Sa famille trouve intéressante une offre d’emploi émanant d’un magasin de reprographies : l’emploi ne nécessite pas de marcher beaucoup, il pourrait donc rester assis et le travail pourrait être adapté. Le patron est un jeune homme d’affaire qui possède plusieurs magasins de reprographies dans lesquels travaillent plusieurs personnes handicapées. Le propriétaire est sensibilisé au handicap : étant enfant, il a dû faire de la rééducation pour sa colonne vertébrale et s’est donc confronté à la difficulté d’avoir un problème de santé d'ordre physique. Le conseiller a placé plusieurs personnes handicapées dans le passé au sein de cette structure. Il connaît ainsi très bien le patron. Ce serait une très bonne chose que Rodolfo obtienne un poste dans cette entreprise puisque l’ensemble des autres employés est vraiment satisfait de l’environnement de travail, des conditions et des facilités offertes par la compagnie. Le conseiller a accompagné Rodolfo pour son premier jour de travail. Il a formé un autre bénéficiaire pour les mêmes fonctions dans la même entreprise, il est donc confiant pour Rodolfo.

Le conseiller et son bénéficiaire ont profité du trajet du retour chez Rodolfo pour établir et calculer le temps qu’il mettra pour se rendre au travail. Depuis le premier jour, le conseiller sait que Rodolfo convient pour ce poste ; en raison de la bonne éducation qu’il a reçu, il est très attentif et s’occupe poliment des clients. Le conseiller et Rodolfo ont planifié le nombre d’heures pendant lesquelles il resterait avec lui avant de le laisser complètement autonome Le jour suivant, Rodolfo est arrivé vers 10 heures au magasin de reprographie, le conseiller était en train de faire le travail à sa place depuis 9h30. Rodolfo a expliqué qu’il avait manqué 181


VERSION DE TRAVAIL

le bon bus et que le suivant était retardé. « Ne t’inquiète pas Rodolfo mais tente d’être ici avant 9h30 surtout les premiers jours puisque tu ne maitrises pas encore la fréquence des bus. Tu dois faire attention d’être présent avant l’ouverture du magasin ». Rodolfo s’est excusé et a dit que cela n’arriverait plus. Le troisième jour, Rodolfo est arrivé à 18h l’après-midi au magasin de reprographies. Il s’est excusé et disant qu’il avait mangé avec sa tante et qu’ils avaient tellement apprécié le repas que le temps fila sans qu’ils s’en aperçoivent. Le conseiller lui a dit : « Je ne suis pas là pour te remplacer Rodolfo. Je suis là pour t’apprendre et t’aider en cas de problèmes pour t’adapter à ton lieu de travail. ». Il ajouta : « Il y a beaucoup d’employés ici et tout le monde arrive à l’heure sur le lieu de travail. En plus, il y a beaucoup de personnes qui recherchent un emploi de ce type et qui n’ont pas eu la chance que tu as eu. La prochaine fois, tu es viré. » Le conseiller a téléphoné aux parents de Rodolfo pour leur expliquer la situation et leur demander d’aider leur fils. Il a passé plus de 12 ans sans étudier ni travailler et il a besoin d’être secoué. Il y a un changement dans sa vie : il est passé d’une période où il ne faisait rien à une phase lors de laquelle il travaille toute la journée. Rodolfo a besoin d’être encouragé. L’ensemble des employés du magasin de reprographies effectue le travail à la place de Rodolfo quand il est en retard. Ils sont très gentils avec lui et, dans le magasin, tout le monde s’entre-aide. Rodolfo est sûr de cet aspect et il sait que ses collègues le couvriront pour ses retards. Au final, une semaine après son arrivée dans le magasin il est arrivé en retard trois fois le matin et deux fois l’après-midi. Le conseiller a préparé un programme pour Rodolfo avec ses devoirs, y compris le contrôle des horaires de bus : « c’est ta vie Rodolfo, tu as encore une chance si tu ne l’as saisie pas, je dirai au patron de te virer. Tu dois respecter le contrat, le travail et l’ensemble de tes collègues qui arrivent à l’heure tous les jours ». Le conseiller recommanda à Rodolfo « de ne pas arriver même avec une minute de retard. ». Le jour suivant, Rodolfo est arrivé à 9h45 (seulement 15 minutes de retard) ; le conseiller était au magasin : « Désolé Rodolfo, je ne te laissera pas mettre à mal le travail d’autres personnes handicapées employées dans cette société. Tu es allé trop loin… ».

Travail préliminaire : L’attitude du conseiller est-elle adéquate ? Proposez d’autres solutions possibles. 182


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I- Questions sur le cas 1/ Pensez-vous que le conseiller a été trop dur avec Rodolfo ? Rodolfo a-t-il besoin de plus de temps pour s’adapter à sa nouvelle situation ? 2/ Pourraient-ils explorer d’autres alternatives, lesquelles ? 3/ Est-il pertinent de la part du conseiller d’avoir pris une décision qui était du ressort du patron ?

II- Questions d’ordre général sur le conseil 1/ Quelles sont les étapes qu’il faudrait respecter afin que le bénéficiaire réussisse son intégration dans une entreprise ? 2/ Quel rôle le conseiller doit tenir dans ce type de situation? 3/ Pensez-vous que le conseiller devrait retarder sa prise de décision lorsqu’elle est motivée par de la colère ou, à l’inverse, est-ce que cette colère est bénéfique pour le bénéficiaire ?

183


VERSION DE TRAVAIL

Rosemarie Thèmes abordés: Gestion du temps, Gestion de l’information, Pensée critique, Accompagnement à la recherche d’emploi, Communication Rosemarie a 54 ans. Elle a quitté l’école à l’âge de 14 ans sans diplôme (EQF2). Elle dit seulement qu’elle a eu une enfance chaotique mais n’aime pas s’étendre sur cette période. Elle a commencé à travailler en gardant des enfants à leur domicile. Elle a ensuite eu d’autres jobs (vente, câblage électronique…). De 21 à 48 ans, elle fut assistante maternelle et elle travailla pour six familles différentes. Ce métier lui plut. A l’âge de 47 ans, elle eut des problèmes de santé et sa pathologie fut diagnostiquée un an plus tard. Elle fut soignée au cours de quatre années suivantes et un traitement approprié fut finalement mis en place. Quand Rosemarie eut 52 ans, son état de santé s’était stabilisé et elle reprit son activité à temps partiel : elle faisait les sorties d’écoles c’est-à-dire qu’elle allait chercher des enfants à la sortie des cours puis les ramenait chez eux où elle les faisait goûter et les surveillait tandis qu’ils faisaient leurs devoirs. Ensuite elle les baignait et attendait avec eux le retour des parents. Bien qu’il ne s’agît que d’un temps de travail limité à quatre heures par jour, elle ne tint qu’une année car elle était trop épuisée. S’occuper d’enfants demande de l’énergie et Rosemarie a réalisé qu’elle n’en n’avait plus. Elle n’a jamais clairement mentionné son handicap: elle ne voulait manifestement pas en discuter et je ne lui ai jamais posé de questions à ce sujet. En revanche, j’ai dû lui demander quelles étaient ses contre-indications médicales et elle m’en a donné la liste : elle devait éviter le port de charges, le travail dans la chaleur, être attentive et prudente dans l’utilisation de sa main gauche (tremblements, transpiration) et tenir compte de sa fatigabilité. De plus, elle avait un traitement pour dépression et devait tenir compte de ses effets secondaires, notamment du ralentissement de ses réflexes.

A son arrivée, Rosemarie s’occupait depuis un an d’une vieille dame, à raison de quelques heures par jours. Bien que son emploi du temps fût léger, elle n’était pas bien. Elle disait que c’était une activité trop triste et qu’elle n’avait pas envie de continuer. Quand elle s’était rendue compte qu’il lui fallait réfléchir à une reconversion professionnelle, Rosemarie avait pris rendez-vous avec son conseiller du département Handicap et c’est ainsi qu’elle nous avait été adressée pour un accompagnement.

184


VERSION DE TRAVAIL

Au début de la prestation, Rosemarie déclara qu’elle ne voyait qu’une seule possibilité de reconversion: devenir Agent d’accueil. Elle ajouta cependant que dorénavant, ce type de poste supposait la maîtrise des nouvelles technologies. Ce n’était pas son cas mais elle se disait prête à apprendre. Comme le temps passait, il devenait évident que Rosemarie prenait plaisir à venir au centre : elle vivait avec ses chiens et voyait peu de gens. Elle n’avait pas de réelles discussions avec la dame dont elle s’occupait, aussi était-elle très heureuse de rencontrer les autres participants lors des sessions collectives et semblait-elle apprécier nos entretiens individuels. Comme elle réfléchissait à sa reconversion, elle s’inscrivit à des cours du soir pour s’initier à la micro-informatique. Cependant, elle réalisa rapidement que, si elle était contente d’apprendre à utiliser un ordinateur, elle n’était pas du tout attirée par un métier en nécessitant une pratique régulière, voire quotidienne. Considérant ses centres d’intérêt, Rosemarie envisagea un métier en lien avec les animaux : elle avait toujours vécu avec des chiens et s’est plu à imaginer qu’elle aurait une vie agréable si elle pouvait travailler entourée d’animaux. Du fait de son bas niveau de formation (EQF 2) et de sa fatigabilité, Rosemarie ne pouvait envisager de faire des études supérieures. Elle était toutefois à même de suivre une formation courte. Elle avait l’habitude de conduire ses chiens au salon de toilettage et eut envie de faire un stage pratique dans ce type de structure. Elle demanda à la toiletteuse qui s’occupait de ses chiens et qui était la propriétaire du salon, si elle voulait bien l’accueillir pour une durée de trois semaines et celle-ci accepta. Il était entendu qu’il s’agissait d’un temps partiel, à raison de 4h par jour. Rosemarie quitta notre centre en vue de son stage avec plaisir et légèreté. Pourtant, lorsque j’appelais sa tutrice quelques jours après le début du stage, elle me dit que Rosemarie était très gentille et de bonne volonté mais qu’elle semblait profondément triste et perdue dans ses pensées. La semaine suivante, la tutrice déclara que Rosemarie s’était absentée à plusieurs reprises. Elle ajouta qu’elle pensait que la stagiaire ne pouvait pas s’épanouir dans ce métier, même si elle aimait les animaux et plus particulièrement les chiens. J’ai pu m’entretenir deux fois avec Rosemarie au cours de cette période mais elle ne m’a pas dit grand’ chose.

185


VERSION DE TRAVAIL

La dernière fois que j’ai eu sa tutrice, à la fin du stage, elle m’a appris que Rosemarie s’était montrée de plus en plus triste. Elle estimait qu’elle n’était pas prête à travailler et qu’il fallait avant tout qu’elle soit aidée à sortir de cet état dépressif.

Quand elle revint au centre, Rosemarie était en effet plus que morose. Elle avait pensé qu’elle serait heureuse entourée d’animaux mais venait de se rendre compte que cela ne suffisait pas. Elle avait passé tout le temps seule avec la toiletteuse et toutes deux parlaient peu. Les clients entraient pour « déposer » leur chien et ne restaient qu’une ou deux minutes afin de donner quelques directives puis repartaient. Cela se passait presqu’aussi rapidement lorsqu’ils revenaient le chercher et payer. Rosemarie a compris qu’elle manquait cruellement de relations humaines. Même si elle aimait les chiens, elle avait besoin d’échanger, d’écouter et d’être écoutée par d’autres personnes. Lors de notre dernier entretien individuel, Rosemarie fit le constat qu’elle avait toujours manqué de contacts humains dans sa vie professionnelle. Elle adorait les enfants mais ne pouvait pas discuter de tout avec eux. Il devint de plus en plus évident pour elle qu’une psychothérapie était souhaitable. Jusque là, son état dépressif avait simplement été considéré comme un « bobo » curable avec des pilules mais, il était clair qu’elle avait besoin d’autre chose. Se rangeant à l’avis de sa tutrice, Rosemarie admit qu’elle n’était pas prête à retravailler. Il fut décidé qu’elle ferait la demande d’un accompagnement pour une psychothérapie et qu’elle s’inscrirait dans un hôpital de jour pour participer à des ateliers créatifs avec d’autres adultes. Elle avait, par ailleurs, l’intention de continuer son initiation à la bureautique.

Travail préliminaire: Dans le cas de Rosemarie, l’accompagnement n’aboutit pas à l’élaboration d’un projet professionnel. Expliquez pourquoi il peut pourtant s’avérer très utile pour son avenir.

186


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas

1/

Rosemarie a quitté l’école à l’âge de 14 ans sans diplôme. Cependant, elle a travaillé sans interruption de 15 ans à 48 ans et sa vie professionnelle a été linéaire. Quelles sont, selon vous, les principales difficultés rencontrées par une personne ayant travaillé 33 ans dans le même domaine et devant envisager une reconversion?

2/

Sa première piste de réorientation a été de passer de la garde d’enfants à l’aide aux personnes âgées. Comment expliquez-vous cette option quasi spontanée ?

3/

L’état dépressif de Rosemarie n’avait apparemment pas vraiment été pris en compte avant son arrivée au centre (même si elle avait un traitement). C’est pourtant le principal obstacle à son reclassement professionnel. Avez-vous souvent rencontré ce type de situations ?

I I – Questions d’ordre général 1/

Avez-vous déjà rencontré une personne handicapée mentionnant son manque de relations humaines dans la vie professionnelle? Pensez-vous que beaucoup de gens souffrent du manque d’échanges dans leur travail ?Comment faciliter les échanges entre participants lors des séances collectives ?

2/

Il arrive que des personnes handicapées ne souhaitent pas évoquer leur pathologie(s). Comment être aidant sans devenir intrusif ?

3/

Quels sont les signes pouvant aider à repérer qu’un bénéficiaire souffre de profonde dépression ?

187


VERSION DE TRAVAIL

Sara Thèmes abordés: Démarche créative, Gestion de l’information, Travail en équipe, Sara a 21 ans et vit depuis 1,5 an avec son petit ami chez les parents de celui-ci. Elle a grandi dans une famille réduite (mère, frère et beau-père). Elle a un handicap visuel qui s’aggrave d’année en année. A l’école primaire, elle a porté des lunettes pour être capable de suivre et de rester au niveau. Puis elle entra au Lycée technique où elle apprit le métier d’Auxiliaire de puériculture. Sa vision continua à se réduire de façon drastique au cours de cette période et elle eut besoin de supports techniques particuliers pour être en mesure de poursuivre ses études. Elle obtint son diplôme (EQF 4) et comprit au cours des stages qu’elle effectua sur le terrain qu’il ne lui serait pas possible de travailler en école primaire ou dans d’autres structures accueillant des enfants car elle ne pouvait pas voir ce dont ils avaient besoin. C’est pourquoi elle s’inscrivit au Pôle Emploi pour trouver un poste compatible avec son état de santé. Voici la liste des critères et/ou exigences qu’elle mit en avant: - Elle devait travailler dans un petit bureau: quand il y a trop d’espace, elle a du mal à s’orienter - Le bureau doit être bien éclairé et, si elle doit être amenée à se déplacer dans différentes pièces, il est souhaitable que celles-ci aient le même niveau d’éclairage. Si ce n’est pas le cas, ses yeux ont beaucoup de difficulté à d’adapter aux différents niveaux d’éclairage et cela la fatigue énormément. - Il ne fallait pas que des objets traînent au sol car elle risquait de trébucher. Sara a fait un stage en pharmacie: elle a réceptionné les médicaments et vérifié les préparations d’ordonnance. Pour ce faire, elle a utilisé une loupe car elle avait besoin de déchiffrer les numéros des différents produits. Son horaire de travail était de 10 h à midi, du lundi au vendredi car elle avait estimé qu’elle ne pouvait pas se concentrer plus de deux heures sans faire de pause. Lors de la première semaine de stage, elle sentit que ses yeux étaient fatigués mais ne ressentit pas de douleurs. Les choses se passèrent de la même façon au cours des deux semaines suivantes. Tous les bureaux de la pharmacie étaient bien éclairés, ce qui simplifiait les choses pour Sara. Le personnel travaillait dans un petit nombre de pièces et le magasin lui-même était également de taille réduite. Au début, le personnel de la pharmacie était positif et désireux de donner à Sara l’opportunité de trois semaines d’immersion avec des tâches simples à réaliser. Toutefois, au cours de la troisième semaine, le directeur déclara qu’il n’était pas possible d’intégrer une autre personne à l’équipe du fait de l’étroitesse des lieux et il mit fin au stage.

188


VERSION DE TRAVAIL

Sara commença un autre stage dans un salon d’esthétique. Elle devait accueillir les clients, répondre au téléphone, prendre les rendez-vous, ce genre de choses. Au début, l’horaire de travail était de 11h à 13h les lundis, mardis et jeudis. L’idée était que l’employeur augmente peu à peu le temps de travail si tout se passait bien pour elle. Les jours de travail avaient été choisis avec la conseillère en partant du principe qu’il serait souhaitable que Sara ait, si possible, un jour de repos entre deux jours de travail pour récupérer.

Cependant Sara commença à se sentir mal. Elle était angoissée dans les transports en se rendant sur son lieu de travail alors qu’elle était très heureuse du poste en lui-même une fois qu’elle était sur place. Les tâches qui lui incombaient étaient relativement gérables. L’accueil des clients se passait très bien et la mise en place d’un programme avec des grands caractères lui permit d’être plus à l’aise pour la prise de rendez-vous. En revanche, Sara trouvait qu’elle ne connaissait pas assez les produits pour être en mesure de conseiller les clients et elle en éprouva du stress, se blâmant elle-même pour cela. Sa tutrice insista sur le fait qu’elle n’était pas obligée de conseiller les clients alors elle cessa de le faire et prit l’initiative de nettoyer les cabines entre deux soins. Son horaire de travail fut étendu et elle travailla de 10 h à 15h (dont une heure de repas) les lundis, mardis et jeudis. Sara insista sur le fait qu’il lui fallait absolument une heure de repos au cours de ces cinq heures pour que ses yeux puissant récupérer. Pourtant, à partir du moment où elle adopta cet horaire plus important, Sara se sentit de plus en plus fatiguée et eut besoin de davantage de repos en rentrant à la maison. Elle eut des migraines. Son état psychologique se dégrada et il fut décidé qu’elle aurait des rendez-vous réguliers avec sa conseillère tous les quinze jours. Malheureusement, au bout de quatre entretiens, sa conseillère fut mutée dans une autre structure et une autre conseillère lui fut attribuée. L’état de Sara empira et elle eut des crises de larmes au salon. Au début du stage, sa tutrice lui avait dit qu’elle pouvait rester aussi longtemps qu’elle le souhaitait mais qu’il n’y avait aucune possibilité d’embauche. C’est la raison pour laquelle Sara n’avait pas reçu de formation spécifique et ne pouvait pas effectuer les différents soins prodigués à la clientèle. Au bout de trois mois, le stage se termina car son état psychologique empirait et elle eut une attaque de panique alors qu’elle se rendait au salon. On lui conseilla de prendre contact avec sa conseillère et celle-ci l’orienta sur un médecin qui la mit en arrêt maladie. Durant tout le temps que la seconde conseillère Emploi l’accompagna, il fut sans cesse question de la reprise d’études comme moyen d’évoluer. Aujourd’hui, Sara est toujours en arrêt-maladie et elle continue être suivi par le service Psychologie. Elle n’est toujours pas prête à intégrer le marché de l’emploi

Travail préliminaire: Pensez-vous que le stage aurait dû être interrompu plus tôt pour éviter que la santé mentale de Sara ne se détériore davantage ? 189


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions spécifiques au cas

1/ A votre avis, aurait-il été nécessaire d’organiser des réunions entre l’employeur, la conseillère et le service de psychiatrie qui suivait Sara? Si oui, de quelle façon ces réunions auraient-dues être conduites ? 2/ Pensez-vous qu’une alternative au stage aurait pu être proposée à Sara ? Si oui, quelle démarche aurait-elle été la plus appropriée ?

3/ Estimez-vous qu’il soit judicieux que Sara reprenne ses études lorsqu’elle ira mieux ou pensez-vous qu’il serait plutôt souhaitable de lui donner l’opportunité de découvrir d’autres métiers et d’autres environnements pour qu’elle puisse juger des métiers compatibles avec son handicap visuel ?

II – Questions d’ordre général 1/ Pouvez-vous citer cinq métiers compatibles avec un handicap

visuel?

2/ Si vous êtes non voyant ou déficient visuel, vous avez en général besoin d’aménagement de votre lieu de travail. Vers quel organisme pouvez-vous vous tourner pour obtenir des informations à ce sujet ?

3/ Si l’employeur accepte de prendre un stagiaire en précisant dès le départ qu’il n’y a aucune chance d’embauche dans l’entreprise, pensez-vous qu’il soit judicieux d’y placer un bénéficiaire pour une mise en situation?

190


VERSION DE TRAVAIL

Simon Thèmes abordés: Gestion du Temps, Pensée Critique, Démarche Créative, Travail en Equipe, Suivi en entreprise

Simon a 22 ans et est atteint de trisomie 21. Il a obtenu un diplôme professionnel de niveau 2 (EQF). Il a un léger handicap intellectuel et des déficits sensoriels (surdité partielle et hypermétropie). Malgré des difficultés d’élocution, Simon communique très bien. Il a acquis un vocabulaire assez large et prend plaisir à apprendre des mots et à faire de nouvelles phrases. Simone est le plus jeune de sept enfants (âgés de 22 à 35 ans). A l’âge d’un an, Simon et sa famille déménagèrent dans une grande ferme d’élevage ovin. Tandis que sa famille n’avait pas de parents à proximité susceptibles d’aider, Simon a reçu beaucoup de soutien à l’intérieur du cocon familial, notamment dans ses jeunes années où il a bénéficié du modèle et du support de ses frères et sœurs. Sa trisomie 21 fut diagnostiqué à la naissance et il a pu profiter de services spécifiques de prévention basés sur l'usage jeux collectif et de la ludothèque ainsi que le recours bien que restreint à l'orthophonie. Quand le responsable du parking local a eu besoin d’un ramasseur de caddies, j’y ai vu une opportunité pour Simone qui recherchait alors un emploi. L’entreprise organisa des entretiens individuels de façon à ce que les candidats puissent présenter leurs compétences. Elle avait aussi prévu des formateurs pour les aider pendant la période de prise de fonctions. A l’issue de l’entretien, le directeur de l’entreprise locale de parkings accepta de le prendre en stage. Je l’ai préparé à sa nouvelle activité. Quand il a pris son poste, à raison d’un jour par semaine pour commencer, Simon a continué à être accompagné car il fallait s’assurer qu’il ait les compétences nécessaires au service clients et qu’il maîtrise les règles de sécurité indispensables au travail dans un parking très encombré. A cause de sa trisomie 21, Simone est plus lent que ses pairs ; il peut seulement suivre des instructions simples et a des difficultés de concentration. Il a du mal à organiser son travail journalier et a besoin qu’on lui rappelle les choses. De plus, sa petite taille et ses membres courts rendent difficiles certains postures de travail. Ses collègues essaient de l’aider en abaissant les bancs, en lui procurant un siège adapté à sa taille, des marches pour atteindre les étagères et en faisant en sorte que les outils de travail soient à sa portée.

191


VERSION DE TRAVAIL

A présent, Simon est en stage 28 heures par semaine sur cinq jours. Il a toujours le sourire et un mot agréable pour chaque client. Il a tout le soutien dont il a besoin et ses collègues adorent travailler avec lui. L’un des managers a même constaté qu’il avait une influence positive sur l’ambiance de travail. Son directeur souhaiterait l’embaucher et lui proposer un poste permanent à temps partiel, à condition qu’il gère mieux son temps et puisse planifier sa journée de travail de façon structurée et habituelle, immuable

Travail préliminaire : Sur le lieu de travail, différents facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour aider les personnes atteintes de trisomie 21 à gérer leurs déficience. Ce qui implique l’aménagement des tâches et de l’environnement qui sont variables selon les possibilités de chaque personne. Citez-en au moins trois.

192


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/ Comment aider Simon à organiser sa journée de travail de façon structurée et routinière? 2/ Quels types de moyens mnémotechniques utiliseriez-vous pour l’aider à activer sa mémoire ? Feriez-vous appel aux technologies adaptatives ? 3/ Quel type de Formation peut-on proposer aux collègues/partenaires dans l’accueil de personnes trisomiques ? II – Questions générales relatives à l’accompagnement 1/ Le stage et la formation sur le tas : pourriez-vous présenter les opportunités et les bénéfices liés à ce type de démarches ? 2/ Quel type de prestations ou de subventions existe-t-il dans votre pays pour aider les jeunes atteints de ce type de handicap à trouver du travail? 3/ Quelles sont les possibilités d’insertion professionnelle dans votre pays pour les personnes atteinte de trisomie 21

193


VERSION DE TRAVAIL

Sven Thèmes abordés: Analyse de la demande, Pensée critique, Démarche créative, Suivi en entreprise Sven avait 9 ans lorsqu’il a été séparé de ses parents à cause de leur vie dans la drogue et la criminalité. Il fut placé en maison d’accueil et il changea plusieurs fois de famille au cours des années qui suivirent.

Il avait toujours été très actif, ce qui lui posa des difficultés en familles d’accueil. Il fut diagnostiqué hyperactif à l’âge de 21 ans, ce qui expliqua son comportement. Un traitement lui fut prescrit pour stabiliser sa pathologie.

Peu de temps après, il fut adressé à un conseiller Emploi. Ils discutèrent tous deux de ses centres d’intérêt et établirent son profil professionnel, lequel faisait apparaître que Sven avait besoin d’être accompagné pour trouver un emploi où il puisse mettre en pratique sa force physique et son côté très actif. Sven déclara qu’il voulait travailler dur de façon à être fatigué en quittant son poste en fin de journée.

Son conseiller lui trouva un emploi dans un garage : Sven devait changer les pneus et réaliser des tâches simples telles que remplir l’eau du lave-glace, changer les essuie-glaces, etc. Sven adorait les voitures et prit plaisir à ce travail. Les jours où il avait beaucoup de pneus à changer répondaient parfaitement à son besoin d’être fatigué en fin de journée.

Au début, tout se passa bien mais, au bout de quelques semaines, le conseiller fut informé que Sven avait commencé à oublier certaines choses : il oublia de remplir des lave-glaces et de visser les boulons de roues qu’il changeait. De plus, il était moins concentré et se promenait dans le garage pour parler avec ses collègues, disant qu’il pouvait réaliser des tâches plus complexes. Certains d’entre eux le mirent à l’épreuve mais Sven ne réussit pas les tests tandis que d’autres s’irritaient plus ou moins de sa vantardise. Il apparut également que Sven s’était absenté plusieurs jours sans prévenir l’employeur.

194


VERSION DE TRAVAIL

Confronté à cela, Sven dit au conseiller qu’il avait des problèmes d’argent et qu’il ne pouvait se payer le transport domicile-lieu de travail. Il lui apprit aussi qu’il avait arrêté son traitement pour hyperactivité. Il ajouta qu’il pouvait se débrouiller sans cachets, ceux-ci le ralentissaient et lui donnaient des vertiges, dit-il.

Le conseiller découvrit par ailleurs que Sven avait mal géré son appartement, ne payant pas le loyer, et qu’il était sur le point de voir son bail résilié.

Le conseiller réalisa qu’il y avait beaucoup de choses qui n’allaient pas dans la vie de Sven et se demanda comment faire : Par quoi commencer et que faire concrètement au cours de l’accompagnement ?

Travail préliminaire:

De quel type d’accompagnement Sven a-t-il besoin? Qui peut le lui apporter ?

195


VERSION DE TRAVAIL

Questions

I – Questions spécifiques au cas

1/

Quel type d’aide pouvez-vous apporter dans le garage où travaille Sven? Précisez.

2/

Comment l’employeur peut-il aider Sven?

3/

Parmi tous les aspects pour lesquels Sven a besoin d’aide, comment pouvezvous définir les priorités?

I I – Questions d’ordre général

1/

Lorsqu’une personne refuse de suivre son traitement, entraînant ainsi des problèmes sur le lieu de travail, est-il judicieux de continuer à l’accompagner ? comment peut-on continuer l’accompagnement ?

2/

Comment maintenir le bénéficiaire dans l’objectif de trouver un emploi quand d’autres problèmes émergent?

3/

Si un bénéficiaire estime que vous n’avez plus à le suivre en entreprise, devezvous vous conformer à son désir?

196


VERSION DE TRAVAIL

Tobias Thèmes abordés : Analyse de la demande, Droit des personnes handicapées, Pensée critique, Communication Tobias est un jeune homme de 17 ans vivant dans un petit village. Il a des difficultés d’apprentissage et a quitté l’école sans avoir terminé son cycle d’études secondaires ; il a un niveau 2 (EQF). Les raisons qui l’ont conduit à arrêter ses études ne sont pas claires. Il vit avec sa mère qui a souhaité qu’il prépare, à domicile, son diplôme de fin d’études secondaires. Tobias est encore en contact avec l’école, simplement parce qu’il y est inscrit mais elle n’intervient en aucune façon dans sa formation. Nous envisageons de rencontrer Tobias en terrain neutre où nous espérons qu’il se sentira plus à l’aise et en sécurité. Notre partenaire participe à l’entretien. Notre intention est de faire connaissance sans condition et de proposer nos services. Nous prévoyons de nous retrouver 3 ou 4 fois afin de déterminer le meilleur moyen pour Tobias de trouver un emploi en adéquation avec ses besoins et ses goûts.

Notre premier entretien a lieu dans le bureau de notre partenaire en présence de celui-ci. La mère de Tobias souhaite y participer, ce que nous acceptons. Nous présentons notre approche et notre intention. L’entretien dure une bonne heure au cours de laquelle Tobias montre des difficultés de concentration. Nous utilisons quelques uns de nos outils et parvenons à nous faire une bonne idée de la personnalité de Tobias. Nous établissons un plan d’action avec Tobias et lui remettons quelques exercices qu’il devra réaliser à la maison et qu’il devra rapporter lors de l’entretien suivant. Tobias se montre très intéressé mais recherche l’approbation de sa mère. Nous décidons d’un commun accord que celle-ci ne participera pas à l’entretien suivant mais qu’il peut-être bon qu’elle l’accompagne car Tobias n’aime pas les transports en commun. Nous serons amenés à prendre cet aspect en considération et à le travailler avec Tobias de façon à ce qu’il acquière de l’indépendance et qu’il soit autonome dans ses déplacements. Nous arrêtons une date pour le prochain entretien auquel Tobias est censé se présenter avec les exercices et échangeons nos numéros de téléphone.

A la date prévue pour le deuxième entretien, nous recevons un appel de la mère de Tobias qui nous apprend qu’il ne se sent pas bien et qu’ils sont tous deux grippés. Je tente de joindre Tobias et y parviens après plusieurs essais. Il demande que nous passions par sa 197


VERSION DE TRAVAIL

mère pour tout contact ou décision et clôt la conversation de façon abrupte en disant qu’il va informer sa mère de notre appel et lui demander de nous rappeler. Quelque temps après, nous arrivons à joindre sa mère et elle nous explique que Tobias n’aime pas parler au téléphone ; nous fixons une nouvelle date de rendez-vous.

La semaine suivante, Tobias se présente à l’entretien avec sa mère mais il n’a pas préparé les exercices demandés. Nous passons beaucoup de temps sur cette question du travail à préparer à la maison car nous souhaitons comprendre comment continuer notre accompagnement. Nous nous entretenons avec Tobias sur ces centres d’intérêt, sa vie sociale, ses amis et parents et nous essayons de savoir si, parmi ses proches, il y en a qui travaillent et ce qu’ils font. Tobias a beaucoup de mal à nous parler et vérifie toutes ses réponses avec sa mère. Finalement, nous nous mettons d’accord sur le fait que, moi, sa conseillère, vais lui préparer une série de visites d’entreprises afin que Tobias puisse se faire une idée du type d’activités existant dans son proche environnement, qu’il établisse une liste de celles qui l’intéressent et me l’envoie par mail. Je contacte plusieurs entreprises relativement proches de son domicile et leur présente l’objet de mon appel. L’une des plus grosses entreprises refuse la visite car l’âge minimum requis est de 18 ans, ne serait-ce que pour la visite. Une autre entreprise accepte et nous donne rendez-vous. Cependant, trois jours avant la date prévue, je reçois un appel de cette entreprise qui souhaite avoir davantage d’informations sur Tobias. Il s’avère qu’il a un passif de délinquant et n’est par conséquent plus le bienvenu. La visite est annulée. Je trouve une autre entreprise mais on me demande un peu de temps pour réfléchir à la visite. Je suis finalement informée qu’elle ne souhaite pas donner suite. J’apprends également que la mère de Tobias est allée les voir pour poser des questions. Je poursuis mes recherches d’entreprises à visiter et tente en même temps de joindre Tobias, sans succès. La mère ne répond pas non plus. J’organise une visite avec une autre entreprise et l’informe de mes démarches précédentes ainsi que de leurs résultats. Je préviens l’employeur qu’il y a un gros risque que la visite n’ait pas lieu mais il accepte quand même de nous rencontrer. Je contacte Tobias par SMS et nous nous mettons d’accord pour la visite. Tobias ne se montre pas le jour J et je visite seule l’entreprise. L’employeur, reste, malgré tout, ouvert à l’idée d’une autre visite. J’essaye à nouveau de joindre Tobias, sans plus de succès et appelle notre partenaire pour lui apprendre ce qui s’est passé. La recherche pour Tobias n’a rien donné. Nous décidons de la fin de son accompagnement. 198


VERSION DE TRAVAIL

Travail préliminaire :

Analysez la relation mère/enfant dans ce cas, est-elle aidante pour Tobias ? Comment gérer un passif de criminalité ?

QUESTIONS

I – Questions relatives aux cas

1/ Pensez-vous qu’une autre démarche aurait pu être tentée pour faciliter la communication entre le conseiller et le bénéficiaire ? 2/ Selon vous, était-ce une bonne idée de faire participer la mère de Tobias entretiens? 3/ Est-il possible de croire à l’envie de Tobias de travailler quand on propos et son comportement?

aux

considère ses

II – Questions générales 1/ Est-il possible de rechercher des informations sur un fichier criminel dans votre pays ? 2/ Dans l’affirmative, quel moment vous semble-t-il le plus approprié pour cette recherche? A votre avis, faut-il en informer un futur employeur ? 3/ A votre avis, les parents et amis sont-ils un atout ou un obstacle pour un conseiller?

199


VERSION DE TRAVAIL

Yann Thèmes abordés: Analyse de la demande, Démarche créative, Travail en équipe, Communication La première fois que j’ai rencontré Yann, j’ai été très embarrassée lorsque j’ai découvert dans son dossier la mention “Orientation en milieu protégé”. Son conseiller au service Handicap avait fait une erreur en nous adressant ce monsieur car notre centre accompagne exclusivement des personnes devant travailler en milieu ordinaire. J’ai informé Yann de cette erreur mais il m’a répondu qu’il souhaitait travailler en milieu ordinaire et était certain qu’il en était capable. Très désireux de me convaincre, il m’a raconté son parcours.

---------------------------------------------------“J’ai 45 ans. J’ai quitté l’école au cours du deuxième cycle secondaire pour raisons familiales. J’ai commencé à vendre des vêtements sur les marchés et en boutique de dégriffés J’ai essayé de décrocher le baccalauréat (niveau 4 EQF) en suivant des cours par correspondance tout en travaillant mais je n’avais pas le temps de préparer correctement mes examens et j’ai échoué.

A l’âge de 20 ans, j’ai été embauché comme employé polyvalent dans un supermarché. J’ai occupé ce poste pendant un an puis j’ai dû partir pour effectuer mon service militaire. J’ai été affecté à l’armurerie et j’ai passé mon permis poids lourds. A la fin du service militaire, je suis retourné au supermarché où j’avais travaillé mais je n’ai pas eu envie d’y rester et j’ai démissionné au bout de quelques mois.

Pendant un an, j’ai surtout fait de l’intérim (comme manœuvre). Puis, j’ai réalisé qu’il me fallait apprendre un métier. J’aimais la rigueur, la logique, le travail sur informatique et les chiffres. Je me suis par conséquent orienté vers la Comptabilité et j’ai obtenu deux certificats professionnels dans ce domaine (de niveau 5 EQF). Pourtant, je n’ai pas trouvé d’emploi dans ce secteur et me suis 200


VERSION DE TRAVAIL

vu contraint de saisir la première opportunité car j’avais besoin de travailler. J’étais par ailleurs habitué à mener une vie active. C’est ainsi que j’ai successivement exercé les fonctions de valet de chambre en hôtellerie, représentant pour une association aidant les aveugles et serveur dans un restaurant. Je suis ensuite retourné dans le secteur de la distribution comme Employé polyvalent et suis resté deux ans dans le même magasin. Cependant, tandis que je travaillais, j’ai commencé à me sentir mal sans comprendre ce qui m’arrivait. J’entendais des voix, notamment des voix me disant de me tuer. J’étais effrayé et j’ai cherché de l’aide mais il ne se trouvait personne pour m’aider dans mon entourage. Finalement, ne sachant plus que faire, j’ai démissionné. Au cours des mois suivants, j’ai quand même rencontré des médecins qui m’ont soigné. Deux ans plus tard, j’étais stabilisé et me sentais prêt à reprendre la vie active avec un traitement approprié. J’ai repris un emploi temporaire pendant six mois. Puis, j’ai été embauché comme Employé polyvalent dans une station-service. J’avais à m’occuper des ventes, des relations clientèle, des commandes, de la gestion du stock et de la formation des nouveaux employés. J’ai aimé ce métier et l’ai exercé avec succès sous tous ses aspects pendant dix ans. Puis, de nouveau, j’ai eu des bouffées délirantes et j 'ai été en arrêt maladie pendant trois ans. En conséquence de quoi, j'ai été licencié pour raison d’inaptitude médicale. Pendant mon arrêt maladie, j’ai été soutenu par une association pour les personnes handicapées ayant des problèmes psychiatriques et j’ai participé à divers ateliers : théâtre, informatique,… J’ai également effectué un stage comme aide de cuisine mais n’ai pas du tout aimé cette activité et m’en suis détourné. Deux ans après ma démission, j’étais stabilisé et prêt à retourner au travail avec pour seule recommandation médicale la nécessité d’éviter les situations stressantes. J’ai rencontré mon conseiller habituel au service Handicap pour demander un accompagnement. Je pensais alors que ce serait une bonne idée de revenir à mon orientation initiale : la comptabilité. En considérant mon dossier, mon conseiller a remarqué que j’avais été récemment orienté vers le milieu protégé mais qu’il n’y avait pas de postes.. C’est pourquoi, il a décidé

201


VERSION DE TRAVAIL

d’indiquer « Agent administratif » comme métier choisi dans mon dossier car c’était, selon lui, le métier le plus proche de « Comptable ». Quelque temps plus tard, mon conseiller m’a adressé à votre centre pour un accompagnement à l’emploi. Je suis très heureux d’apprendre que vous vous occupez de personnes devant travailler en milieu ordinaire car je sais que je réussirai si j’ai la chance d’essayer ». -----------------------------------------------------------------------

Après avoir écouté l’histoire de Yann, j’ai réalisé qu’il connaissait très bien le monde du travail et qu’il avait toujours été employé en milieu ordinaire. Il avait même été capable, après son premier arrêt maladie, quinze ans plus tôt, de reprendre un poste à responsabilités et d’y réussir brillamment pendant dix ans. J’ai appelé son conseiller au service Handicap et, après une conversation à bâtons rompus, nous nous sommes mis d’accord pour conclure qu’il méritait qu’on lui donne sa chance. Nous avons décidé qu’il ferait un stage dans un service comptabilité de façon à pouvoir évaluer ses capacités à se débrouiller en milieu ordinaire.

Travail préliminaire: Yann veut reprendre un emploi en milieu ordinaire. Mettez en relief ses forces et faiblesses au regard de ce désir.

202


VERSION DE TRAVAIL

QUESTIONS

I – Questions relatives au cas 1/

Yann semble à l’aise lorsqu’il évoque ses problèmes psychiatriques. Il parle avec beaucoup de lucidité de ce qui lui est arrivé et ne montre ni honte ni embarras. D’après votre expérience, ce comportement est-il courant parmi les personnes reconnues handicapées pour désordres mentaux ?

2/

Estimez-vous la profession de Comptable compatible avec ses contreindications médicales ?

3/

En dépit de ses importants problèmes de santé, Yann totalise, à 45 ans, 19 ans d’expérience professionnelle. A votre avis, que cela nous dit-il de son tempérament ?

I I – Questions générales 1/

Avez-vous déjà été confronté(e) à une personne orientée en milieu protégé et désirant travailler en milieu ordinaire? Si oui, qu’avez-vous fait ? Si non, comment vous y prendriez-vous ?

2/

3/

Avez-vous été confronté à la situation opposée, c’est-à-dire à une personne orientée en milieu ordinaire et désirant intégrer le milieu protégé ? Si oui, que s’est-il passé ? Etes-vous à l’aise pour vous entretenir avec les prescripteurs d’actions d’accompagnement ? Avec les autres types d’interlocuteurs ?

203

Livre recar fr  

Recueil de 60 Cas pratiques pour les conseillers auprès des personnes en situation de handicap développé par le partenariat européen RECAR c...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you