__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

t i p t o p t e l a v i v. c o m

Le magazine du meilleur de la culture, des arts, de la mode et de la décoration, en France et en Israël EN VENTE NULLE PART

Ofra HAZA L’histoire d’une légende

Septembre 2020 | N o 56


Septembre 2020


L'ÉDITO

A lors que nous approchons des fêtes de Tishri, on se souviendra de cet été qui ne ressemblait à aucun

Laurent Dorf Directeur de la rédaction

autre. Et le monde reste plongé dans l’incertitude. Les touristes ne sont toujours pas invités à venir en Israël, les spectacles sont reprogrammés pour 2021, des restaurants, cinémas sont fermés. Cette crise sanitaire ne nous empêchera pas de publier ce 56e numéro, qui marque le début d’une sixième année de notre magazine et du site internet. Ce mois-ci, nous mettons à la "Une", une artiste israélienne, disparue il y a 20 ans. Ofra Haza fait partie de la légende des grandes stars d’Israël. Vous nous témoignez fidélité et affection pour notre magazine. Le sortir en cette période sanitaire évolutive reste un pari. Le magazine ne peut exister que par la présence d’annonceurs, que nous remercions ici très chaleureusement. Nous nous devons de penser à demain, pour vous accompagner. Le modèle évoluera certainement dans le futur. Nous en reparlerons. Mais ce qui ne changera pas, c’est la qualité de notre travail et du soin que nous

Sandrine Houta Directrice de la publication

apportons à sa conception, ce qui n’empêche en rien de rester une offre gratuite. Dans la tradition juive, les portes du ciel s’ouvrent à Rosh Hashana : le premier pas est fait. Le reste nous appartient. Nous revenons sur le déroulement de l’année écoulée, nos tentatives, nos réussites, nos dérapages, nos questionnements. Un compte de l’âme (‘heshbon nefesh) comme le dit si bien l’expression hébraïque. C’est un moment de recueillement, de demande de pardon, de prières. Un moment où l’on demande la santé, la prospérité, la sécurité et tout ce que l’on souhaite pour soi, ses proches, ses amis, et le reste de l’humanité avec une pensée tout particulière pour ce pays qui nous est cher, et nos jeunes Hayelim qui défendent la terre d’Israël. Nous souhaitons à nos lecteurs et à nos annonceurs, une douce et très belle année, remplie de bonheur, de réussite et de paix. Bonne lecture et Chana Tova

Comment nous trouver

SOMMAIRE INVITES 6

Ofra HAZA

CULTURE & LOISIRS 10 Billet d'Art 12 Déco 14 Mode

VOS RUBRIQUES 4 Le Consulat vous informe 16 Le Dvar Torah du Rav Prosper ABITBOL

Directrice de la publication : Sandrine Houta | Rédacteur en chef : Laurent Dorf Publicité : +972 (0)54 2619741 Graphisme : Yeochoua Allia : 0584322525@bezeqint.net Courriel : Contactiptoptlv@gmail.com Délai de remise des éléments publicitaires et rédactionnels du numéro d'Octobre 2020 : 25 Septembre 2020 La rédaction décline toute responsabilité d’une part quant au contenu des textes, qui n’engagent que leurs auteurs et d’autre part, des annonces publicitaires (comme la cacherouth des restaurants). La direction se réserve le droit de modifier, réduire les textes proposés. TipTopTelAviv le magazine, n’accorde aucune exclusivité. Les articles et maquettes publicitaires restent la propriété exclusive de TipTopTelAviv et ne peuvent être reproduits d’aucune façon sans accord préalable écrit. Ce magazine contient des enseignements de la Torah. Mettez le dans la Gueniza après lecture et évitez de l’introduire dans les endroits incompatible à son respect.

Septembre 2020

3


SERVICES

Votre Consulat Général vous informe

Que fait votre Consulat pour les Français victimes économiques du Covid-19 ? N

ombre de nos compatriotes résidant à l’étranger sont touchés par les conséquences économiques du Covid-19. La France a ainsi décidé dès avril de débloquer 50 millions d’euros d’aide sociale en faveur des Français de l’étranger qui font face à de graves difficultés en raison de l’épidémie du Covid-19 (chômage temporaire ou diminution conséquente de revenus). En Israël, le montant de cette aide s’élève à 207€ par adulte ou couple et à 138€ par enfant à charge. Afin de pouvoir bénéficier de cette aide, vous devez être inscrit au registre des Français de l’étranger. Simple et gratuite, l’inscription au registre peut être effectuée en ligne (plus de détails sur: https://il.ambafrance. org/Pour-faciliter-vos-demarches-inscrivez-vousau-Consulat Le dossier comprend un formulaire disponible sur le site internet du consulat et des justificatifs. Fin août, le Consulat est venu en aide à 77 familles représentant 316 personnes (adultes et enfants) pour un montant total de 47 000€. Le Consulat a également octroyé une subvention de 20 000€ au Fonds Social Juif Unifié (FSJU) et il travaille en étroite collaboration avec des associations, notamment Qualita, l’AFSNI, l’AFBTAR et l’ADIR.

4

Septembre 2020

Voyage en France des membres de famille de Français Dans le contexte du Covid-19, les membres de famille de Français souhaitant voyager en France doivent pouvoir prouver leur lien avec un ressortissant français. Les conjoints doivent disposer d’un acte de mariage français. A défaut, ils doivent fournir l’acte de mariage étranger avec sa traduction en français par un traducteur assermenté et un justificatif de vie commune (bail, facture d’électricité, etc.). Les enfants de moins de 21 ans d’un ressortissant français doivent avoir un passeport français en cours de validité. Nous vous invitons donc à faire le nécessaire : s’ils sont inscrits sur le livret de famille, en effectuant une demande de passeport s’ils ne sont pas inscrits sur le livret de famille et si vous n’avez pas déclaré leur naissance auprès du consulat, en contactant le service d’état civil. Les attestations notariées et apostilles sont inutiles pour voyager en France. Plus d’informations sur le site internet du consulat.

Soutien aux associations françaises La campagne 2021 du dispositif de Soutien au Tissu Associatif des Français à l’étranger (STAFE) est ouverte (date limite de retrait des dossiers : 30 octobre). Le STAFE appuie par des subventions du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères des projets portés par des associations françaises à l’étranger qui contribuent au rayonnement de la France et au soutien des Français à l’étranger et des publics francophones. Plus d’informations sur le site internet du consulat.


Septembre 2020


LEGENDE DE LA MUSIQUE

Il y a vingt ans, la voix de l’une des artistes les plus remarquables d’Israël était réduite au silence. Le 23 février 2000, Ofra Haza nous quittait. Elle avait 42 ans. La star a laissé un héritage singulier pour sa capacité à mélanger les styles de chant traditionnels yéménites et contemporains qui ont attiré des légions de fans dévoués en Israël et bien au-delà de ses frontières. Sa mort prématurée a également déclenché un débat sur la stigmatisation entourant le sida.

O

fra Haza est née dans une famille yéménite le 19 novembre 1957, dans le quartier pauvre de Hatikvah à Tel Aviv. La plus jeune d’une famille de neuf enfants, elle a commencé à chanter à l’âge de 12 ans et s’est fait connaître au début des années 70 avec Ga’agu’im (Désir). Après avoir servi deux ans dans l’armée israélienne, elle a enregistré son premier album solo et a attiré l’attention internationale lorsqu’elle a été élue deuxième au Concours Eurovision de la chanson de 1983 à Luxembourg avec "Chai", l’un des nombreux succès écrits par son manager Bezalel Aloni. Ofra Haza décrite comme la Madonna à l’âme sombre, notamment avec l’album " Shirei Teiman " (chansons yéménites) conçu comme un remerciement à sa famille - un album de poèmes dévotionnels et de chansons de rue transmises de ses ancêtres yéménites. L’album a touché le monde entier avec le tube, Im Nin’Alu (If The Doors Are Locked). Elle a continué à collaborer avec des stars internationales, comme le groupe Sisters of Mercy, Paula Abdul et Sarah Brightman. La chanson a dominé l’Eurochart pendant deux semaines en juin 1988, atteignant la première place en Allemagne de l’Ouest, en Finlande, en Norvège, en Espagne et en Suisse, et se hissant à la 15e place des charts américains et britanniques. Ce succès l’a propulsée vers ce qui est sans doute le plus haut niveau de succès jamais atteint par un musicien pop israélien à l’étranger, et Ofra Haza a déménagé à Los Angeles, apparemment prête pour une carrière internationale. 6

Septembre 2020

Un récent documentaire israélien explore la vie de l’artiste qui a contribué à changer la perception de la musique mizrahi. Il n’a pas été facile de raconter l’histoire complexe de sa vie, avec ses moments de triomphe et de tragédie, en seulement trois heures, mais le résultat est une histoire trépidante et captivante sur une femme à la fois incroyablement célèbre mais aussi extrêmement privée, voire mystérieuse. Alors qu’elle a enregistré une chanson yéménite, "Daw Da Hiya" avec Iggy Pop en 1992, sa carrière à l’étranger ne s’est pas développée. Le documentaire détaille comment son manager, a refusé de collaborer avec de nombreux producteurs de musique et artistes, avant finalement de retourner en Israël. On découvre également comment il la gardait isolée, la coupant de ses amis d’enfance et la décourageant de nouer de nouvelles relations, en particulier avec les hommes. Alors que certains accusent Aloni de traiter


Haza comme " une oie qui pond des œufs d’or ", le documentaire soulève la possibilité que Ofra Haza ait choisi de se concentrer sur sa carrière et n’ait pas été manipulée par son manager. Ofra Haza a également chanté sur la bande originale de plusieurs films, dont Le Prince d’Egypte et a joué le rôle de Yocheved. Lorsque le compositeur Hans Zimmer lui a présenté les dessinateurs, ils l’ont trouvé si belle qu’ils ont dessiné Yocheved pour lui ressembler. Ofra Haza était en effet très belle. Elle était douce, hospitalière et amicale mais elle semblait aussi très seule. Elle évoquait souvent son désir de s’installer et d’élever une famille alors qu’elle approchait de son 40e anniversaire. Ce thème est repris dans le livre Mikhtavim Ofra (lettres à Ofra), par Bezalel Aloni, qui raconte une conversation entre Haza et l’un de ses frères, alors qu’elle était au sommet de sa carrière et qui lui disait " tu n’as rien ! Tu n’es qu’une femme célibataire sans enfants! ". En juillet 1997, la chanteuse a épousé l’homme d’affaires Doron Ashkenazi. Le couple n’avait pas d’enfants. Au cours d’une carrière prolifique, Ofra Haza a sorti 16 albums d’or et de platine. Il faut réécouter l’interprétation fascinante de Yerushalayim shel Zahav lors des célébrations du 50e anniversaire d’Israël en 1998, pour se rendre compte de son timbre de voix si reconnaissable et atypique. Moins de deux ans plus tard, Ofra Haza gravement malade a été transporté d’urgence dans un hôpital de Tel Aviv. Ses fans ont maintenu une veillée 24 heures sur 24 pendant 13 jours. Lorsqu’elle est décédée en février 2000, sa mort a été signalée à la suite d’une "défaillance majeure d’un organe". Jusqu’à ce que Haaretz publie ce qui n’avait été que murmuré jusque-là, qu’Ofra Haza était morte des complications du SIDA. Ironiquement, certains

critiques ont déclaré que la publicité avait l’effet inverse. "Le refus de Mme Haza et de sa famille de révéler qu’elle était infectée par le VIH a amplifié la stigmatisation du sida et nous a ramenés 20 ans en arrière en diabolisant la maladie", a déclaré le Professeur Zvi Bentwich, chef de la clinique de lutte contre le sida à l’hôpital de Kaplan à Rehovot. Le Professeur a déclaré que Ofra Haza, "est littéralement morte de honte." Ayant préféré prendre des inhibiteurs de protéase auprès d’un médecin privé plutôt que de se faire soigner dans une clinique du sida d’un hôpital, Mme Haza a développé des complications au lieu de vivre avec le sida comme une maladie chronique." Il y avait des spéculations selon lesquelles elle aurait contracté la maladie de son mari, décédé d’une surdose de drogue environ un an plus tard. D’autres ont laissé entendre que c’était par transfusion de sang infecté qu’elle avait reçu dans un hôpital à la suite d’une fausse couche. Cependant, des amis interviewés dans le documentaire disent que Haza et Ashkenazi pensaient chacun avoir infecté l’autre. Des entretiens avec des membres de la famille révèlent que Haza a été gravement malade avec le virus pendant des années - elle a appris qu’elle avait le sida lorsqu’elle a suivi un traitement par FIV après une fausse couche et a subi un dépistage systématique du VIH - mais a refusé de se faire soigner. C’était à une époque où des traitements rétroviraux prolongeant la vie étaient déjà disponibles pour le VIH, mais Haza ne voulait pas les prendre, apparemment terrifiée à l’idée que son diagnostic devienne public. Ofra Haza est enterrée dans la section des artistes du cimetière Yarkon de Petah Tikva. Laurent Dorf

ABONNEMENT ANNUEL Vous résidez en France, en Israël ou ailleurs, vous aimez ce magazine, et souhaitez le recevoir dès sa publication, il vous suffit de vous abonner. Vous avez des proches à l’étranger et vous aimeriez leur adresser TipTopTelAviv, n’hésitez plus ! A découper, à photocopier ou à reproduire sur papier libre et à retourner avec votre règlement à : TipTopTelAviv / 1163- Nissim Aloni, 21. 62919 Tel Aviv. Israël.

BULLETIN D’ABONNEMENT A TIP TOP TEL AVIV NOM____________________________________________________ PRENOM___________________________________________________________________ ADRESSE_____________________________________________________________________________________________________________________________ CODE POSTAL__________________ VILLE_________________________ VILLE_________________________TEL ___________________________ MAIL ______________________________________ Abonnement 12 numéros par an : Pour l'Etranger 50 € Pour Israël 180 Nis OUI, je m’abonne et je verse la somme de________€ ou________Nis par chèque à l’ordre de TipTopTelAviv

Septembre 2020

7


DESTINATION PRESTIGE

Bien que les déplacements soient limités en raison de la crise sanitaire, il en reste qu’il n’est pas interdit de rêver et imaginer un séjour dans un des Palaces prestigieux de la planète! C’est l’histoire de ces établissements que nous vous proposons désormais de découvrir.

Le Monte-Carlo Beach, Une respiration entre pinède et Méditerranée, offerte par une nature luxuriante. E

n retrait de l’effervescence de la Place du Casino, le Monte-Carlo Beach s’avère rapidement être plus qu’un hôtel : sa piscine olympique et son spa en font un complexe centré sur les bains de mer, la relaxation, le bien-être et les sports d’eau. Dans sa courbure couleur terra cotta et sa sobriété stylistique, la façade du Monte-Carlo Beach souligne le contraste en tous points avec les bâtiments de style BeauxArts de la Place du Casino. Sans compter les cabines de plage et le ponton solarium qui ancrent la Société des Bains de Mer dans une nouvelle ère... place à la modernité.

du chic contemporain, qui sublime le lieu en lui redonnant l’esprit des villas méditerranéennes, associant la beauté du site à la modernité d’un art de vivre à la "French Riviera". Le Monte-Carlo Beach est une villa posée sur la mer pour respirer, prendre son temps et du plaisir dans un cadre à la beauté inspirante. A la fois connecté au cœur vibrant de Monaco et loin de l’agitation du monde, le MonteCarlo Beach est au plus près de la nature et offre des vues spectaculaires sur la Grande Bleue.

En 1928, l’ouverture du Monte-Carlo Beach donne lieu à une soirée d’inauguration mémorable. L’établissement devient ainsi le nouveau lieu de rendez-vous de l’élite artistique, musicale et culturelle. L’hôtel est conçu à la manière des villas californiennes dans un style Art Déco très pur. La géométrie incurvée du Monte-Carlo Beach épouse le littoral et le place à l’ombre de la pinède. La sobriété de ses lignes en fait un lieu de charme intimiste au luxe discret et élégant. Huit décennies plus tard, le Monte-Carlo Beach se réinvente sous le crayon de l’architecte et designer India Mahdavi, icône

Monte Carlo Beach Relais & Châteaux | Av. Princesse Grace | Roquebrune-Cap-Martin. France - Hôtel | T. +377 98 06 25 25 8

Septembre 2020


Septembre 2020

9


©Flavien Prioreau pour Artcurial

BILLET D'ART

LES FOIRES DʼART ET LES GALERIES MISENT SUR LA RÉALITÉ VIRTUELLE POUR RESTER CONNECTÉES AVEC LES COLLECTIONNEURS

P PHILIPPE COHEN

endant la période de confinement, les acteurs du marché de l’art ont dû innover pour compenser l’absence de ventes et la transition numérique déjà en route depuis plusieurs années s’est largement accélérée dans le secteur de l’art. Le fondateur de la foire d’art virtuelle "Untitled", Jeff Lawson, dans une interview récente publiée dans Artnet, suggère même que l’adoption de nouvelles technologies est vitale pour l’avenir du marché de l’art.

Dans le monde de l’art, valoriser la créativité reste l’objectif premier. Le marché de l’art avec ses multiples circuits de présentation et de vente d’œuvres d’art, quant à lui n’a pas pas toujours su créer des modèles commerciaux à la hauteur des progrès technologiques de la dernière décennie. En raison de problèmes essentiellement de confidentialité, la majorité des acteurs ont résisté longtemps à utiliser des plateformes de vente numériques, alors que cela est devenu une nécessité pour leur survie. Évidement la pandémie de COVID-19 a accéléré ce changement, et les galeries et les foires d’art ne pouvaient plus juste communiquer "online"et ont du très vite adopter de nouveaux modèles économiques et financiers en partenariat avec l’industrie du numérique, afin de créer des plateformes virtuelles pour remplacer les visites d’exposition. Dans mon dernier papier de juillet dans TipTop "le virtuel va-t-il définitivement prendre le relai de l’expérience physique de l’art ?" j’ai expliqué que seules les maisons de vente aux enchères, en particulier Christie’s et Sotheby’s, avaient anticipé l’importance du numérique dans ce marché bien avant l’arrivée de l’épidémie. Dans la bataille qui oppose Patrick Drahi, nouveau propriétaire de Sotheby’s, à François Pinault, propriétaire de Christie’s, c’est Sotheby’s qui sort gagnant au premier semestre en limitant sa baisse d’activité de 25% contre 30% pour Christie’s. Il faut signaler que les ventes de prestige organisées à huit clos et retransmises en live ont obtenu de très beaux résultats, mais malgré les efforts et l’ingéniosité déployés par les deux maisons de vente, ces dernières ont subi une baisse de volume des ventes de 40% par rapport à la même période en 2019. Elles progressent par contre de 500% pour les ventes en ligne sans catalogue, ce qui témoigne de l’intérêt

Vue extérieure de l’exposition "Beside itself" Montage en réalité virtuelle HWVR - © ArtLab et Hauser & Wirth 10

Septembre 2020

de nouveaux collectionneurs pour l’achat en ligne. L’objectif des maisons de vente est de rassurer acheteurs et vendeurs dans un contexte économique très incertain, en montrant que le marché reste malgré tout actif. Mon article du mois de juillet évoquait aussi les efforts déployés par la foire d’Art Basel qui a mis en place ses online viewing rooms. Je me suis personnellement connecté plusieurs jours de suite et je dois avouer que j’étais satisfait de la qualité des œuvres présentées et des efforts incroyables déployés par certaines galeries pour valoriser virtuellement les œuvres. Par contre j’ignore si le bilan pour les galeries a été vraiment positif, le volume des ventes réalisés restant l’indicateur clef de la bonne santé du marché. Le marché de la vente en ligne d’œuvres d’art existe depuis longtemps et de nombreux collectionneurs achètent régulièrement des œuvres d’art directement à partir de fichiers PDF avant de voir physiquement les œuvres pendant la foire. Pourquoi alors ne pas adopter une plateforme virtuelle qui valorise les œuvres d’art, afin qu’elles puissent être expérimentées dans un espace organisé ? Faire défiler des images sur son écran d’ordinateur peut être fatigant, et notre attention serait surement plus captivée en naviguant dans un environnement en réalité virtuelle immersif. Mais recréer par le virtuel l’expérience physique de l’art et le plaisir des rencontres au cours d’une foire n’est pas une tâche facile. Jeff Lawson, fondateur de la foire Untitled, Art Online - qui se déroule généralement à Miami Beach et à San Francisco en décembre et janvier, respectivement - a passé des mois à collaborer avec la plate-forme d’art numérique Artland basée au Danemark, pour développer un modèle de foire en réalité virtuelle. Ces plateformes doivent exister en complément des foires classiques, afin d’offrir aux galeries et aux artistes la possibilité d’atteindre


un public plus large. En utilisant les technologies les plus avancées et la modélisation architecturale 3D, elles permettent une expérience de réalité virtuelle immersive qui n’avait pas encore été réalisée dans le monde de l’art. À cette fin, Lawson souhaitait que l’espace Untitled, Art Online soit facilement navigable, avec des options pour se promener virtuellement à travers les allées et dans les différents stands, comme nous le faisons lors des visites de foires traditionnelles. Le format ne dépasse pas 40 galeries et il est suggéré aux galeristes de programmer des présentations avec un nombre limité d’œuvres, toutes accompagnées de descriptifs clairs avec un texte explicatif, la provenance et le prix. La prochaine génération de collectionneurs opère déjà dans la sphère numérique, ce qui favorise l’accès, la réactivité et la transparence. L’accessibilité d’une foire d’art virtuelle est une force de démocratisation pour les galeries et les collectionneurs : en créant une plateforme, la foire existe partout à la fois dans le monde. Mais les progrès technologiques ne doivent pas autoriser ces nouveaux modèles à se substituer aux modèles traditionnels car rien ne remplacera l’expérience physique de l’art, ni ne compensera l’importance des rencontres avec les artistes et les galeristes pendant les foires d’art, les biennales et les grands rassemblements artistiques. Et Lawson reconnait que Untitled, Art Online et Artland ont une mission technologique pour améliorer le marché, et ne peuvent pas totalement remplacer les modes d’exposition existants. Au cours des mois qui ont suivi la fermeture des galeries à cause de la pandémie de COVID-19, les procédés de réalité virtuelle (VR) - ainsi que ses formes associées de réalité étendue (XR) et augmentée (AR) – se sont répandus, bien sûr comme moyen de création (Acute Art), mais aussi comme outil pour compenser autant que possible la baisse des ventes en galerie. La transition vers l’espace virtuel a obligé les acteurs du marché de l’art à s’adapter aux défis - et aux possibilités - qui accompagnent ces supports largement inexplorés. "C’est une technologie qui en est encore à ses balbutiements", a déclaré Oliver Miro, le fondateur de l’application artistique VR Vortic. "Les gens commencent à comprendre ce que signifient les termes VR, XR et AR, mais au fur et à mesure que nous les développons, nous essayons toujours de comprendre : quels sont les meilleurs outils d’utilisation ? Comment pouvons-nous vraiment travailler avec nos artistes et cette technologie de la meilleure façon possible ?". Oliver Miro a lancé Vortic en mai afin de fournir aux collectionneurs et aux galeristes une plateforme permettant une interaction avec l’œuvre. L’application propose des expositions compatibles VR, AR et XR de galeries comme Victoria Miro (Londres), et David Zwirner (New York, Paris, Londres, Hong Kong) où les collectionneurs peuvent parcourir des représentations virtuelles d’œuvres physiques qui ont été composées en

© Untitled, Art Online & Art land

numérique, à partir de centaines de photographies haute résolution, permettant des vues plus complètes des œuvres. "L’une de nos principales forces réside dans les présentations 3D - être capable de se promener autour d’une sculpture", déclare Miro. Iwan Wirth, co-fondateur de la méga-galerie internationale Hauser & Wirth, a lancé sa propre plate-forme de réalité virtuelle HWVR en avril 2020, ArtLab. Pour sa présentation inaugurale HWVR, Hauser & Wirth a programmé l’exposition de groupe Beside Itself. "Chaque détail - texture, éclairage, cadrage - doit être soigneusement pensé."pour reproduire un espace virtuel de son futur espace sur l’île de Minorque. Les visiteurs peuvent même sortir à l’extérieur pour voir une grande araignée de Louise Bourgeois. Pour les galeries proposant des œuvres à vendre grâce à une plateforme en réalité virtuelle, l’économie des dépenses comme les frais d’installation, d’assurance, de transport ne compensera jamais la perte de la présence physique entre l’acheteur, le galeriste et l’œuvre. Afin de minimiser l’impact négatif de cette absence de rencontre, les galeristes devront assurer un rendu précis des œuvres, mais aussi s’efforcer de reproduire une ambiance dans ce nouvel environnement. Wirth dans une interview à artsy.net déclare :"Nous le complétons avec du matériel cinématographique et des archives incroyables ou des images provenant du studio de l’artiste. Tous ces éléments contribuent à raconter l’histoire d’un artiste et de son œuvre, et à donner vie à l’exposition en ligne. Le potentiel de HWVR est illimité, nous commençons tout juste à en explorer les applications potentielles." En déplaçant les stratégies commerciales vers le domaine du numérique, nous devons être conscients que les modèles financiers doivent également évoluer pour prendre en charge les différents coûts élevés de ce développement. Les frais de location de stands et toutes les dépenses habituelles durant les foires d’art pourraient être consacrés au développement technologique. Les dépenses des galeries changent également. Les frais de location d’espace, de transport, d’assurance et de vernissage pourraient être investis dans des photographies de grande qualité et des rendus vidéo ainsi que dans la production de supports numériques sur leurs artistes et leurs expositions. Nous avons déjà commencé à voir la migration du monde de l’art vers les formats en ligne. Cependant, pour l’essentiel, il s’agit d’une réaction due à la pandémie et le monde de l’art mobilise sa programmation et son contenu en ligne comme le seul moyen disponible pour rester connecté à son public. Il faudrait le faire de manière réfléchie et pas seulement pour "être en ligne". Néanmoins, nous devons toujours garder à l’esprit qu’une grande partie de l’art ne peut être expérimentée que par les visites d’exposition dans les Musées et les galeries. Nous devons donc rendre l’expérience numérique aussi convaincante et significative que possible pour retrouver et maintenir l’authenticité de l’expérience physique de l’art. https://www.artland.com/untitled-art-online https://www.vip-hauserwirth.com/online-exhibitions/hauser-wirth-menorca-in-vr/ Septembre 2020

11


DECO

S

ubmergés par de nouvelles envies, et encore plus par ces temps de covid où il fait bon de rester chez soi, on bichonne et on renouvèle son intérieur pour une ambiance cosy. Entre les teintes de l’automne hiver, les matières réconfortantes pour réchauffer son intérieur et les matériaux stylés, on ne sait plus où donner de la tête ! Découvrez notre sélection des nouveautés déco de l’automne-hiver 2020-2021, ou comment rendre son intérieur "instagrammable"!

BOIS CLAIR

Le bois clair est très présent dans les intérieurs scandinaves et c’est une valeur sûre ! Egalement adapté à un style plus "industriel", le bois clair peut revêtir les murs, le sol et même le plafond !

ÉLÉMENTS NATURELS

Les plantes d’intérieur et les matériaux naturels seront certainement les éléments clés des intérieurs de demain. Le bambou est déjà très populaire en ce moment et ce sera également le cas l’année prochaine. Tout comme le rotin, le bois et la pierre...

Quoi de neuf dans la maison cette nouvelle saison ? Par Sandrine Houta

FACE LINE ART

Vous n’en avez jamais entendu parler ? Il s’agit de dessins de visages et de personnes limités à quelques traits très simples. Cette nouvelle tendance prend de plus en plus d’importance !

UN ACCROCHE�REGARD

Pensez à un élément qui attire le regard, tel un lustre spectaculaire ou une sculpture ou encore une belle et grande peinture. Cela vous permet de rester sobre pour le reste...

MATÉRIAUX DURABLES

Le bioplastique pourrait bien être le nouveau matériau tendance. Les matériaux recyclés sont également très à la mode ! Un petit conseil en passant... Le bleu foncé fera sans doute son grand retour en 2021, qu’il s’agisse de vos murs ou de vos meubles, cette couleur apporte un peu plus de chaleur et de caractère que le noir. De plus, le bleu foncé est facile à combiner !

LE KAKI ET LE TERRACOTTA

La terracotta et le kaki seront omniprésents dans les collections automne-hiver 2020-2021. Une bonne occasion pour ceux qui n’auraient pas la main verte d’apporter, dès l’été indien terminé, des touches de teintes végétales dans la maison 12

Septembre 2020

LES FORMES ORGANIQUES FAÇON GALETS (ci-dessous)

Bonne nouvelle pour les nostalgiques d’un été passé au bord de l’eau. la déco plébiscite les courbes arrondies cet automne. Ainsi, on verra dans les nouvelles collections "des canapés aux formes organiques inspirées de galets, ou encore des fauteuils enveloppants et recouverts de laine bouclette, LA MATIÈRE de la saison. Un style réconfortant et confort., on observera une gamme de couleurs connectée à la nature, qui met en avant les tons neutres, comme l’écru, le beige ou le gris .


Septembre 2020

13


MODE & TENDANCES

"BEST OF" de la Rentrée !

Le soleil est encore bien présent mais l’automne approche à grands pas. Cet automne la mode se déploie sous toutes ses coutures, volumes ou épaules surdimensionnés, sequins, franges années 20, voici quelques silhouettes pour commencer déjà à rêver.

On s’emmitoufle dans une cape

ISABEL MARANT

GIVENCHY

VALENTINO

Gypset , le look bohème toujours aussi chic !

ÉTRO 14

Septembre 2020

CELINE

CHLOÉ


Les volumes à fond se feront remarquer, les épaules seront extra larges et les manches bouffantes.

ALEXANDER MC QUEEN

BALENCIAGA

RICK OWENS

Les carreaux se font plus fins , plus chics avec des coupes un peu british ou en version plus punk/rock GIVENCHY

GUCCI

DIOR

Des franges avec une ambiance années folles !

DIOR

JIL SANDER

PRADA

Toujours le noir Matrix

allure martiale

VALENTINO

Jabots et noeuds, symbole du style baroque

Lunette couleur orange

Vêtement Bijoux

Septembre 2020

15


TORAH 16

A Roch Hachana lĘźhistoire des juifs se confond avec celle du monde !

Septembre 2020


Septembre 2020

17


SOLIDARITE 18

LA LOTERIE SOLIDAIRE C

ette année la Fondation Casip-Cojasor, la plus importante Fondation d’aide sociale en France présidée par Eric de Rothschild, renoue avec une tradition historique des loteries de bienfaisance qui remonte à 1843. En achetant, vous ou vos ami(e)s, relations et familles qui sont en France, des billets de loterie à 26€ (reçu Cerfa), vous soutenez l’action sociale en faveur des plus démunis et gagnez des lots d’exception : une voiture Peugeot, des séjours ééjours en hôtels, des vols pour Israël, une montre connectée Apple et une montre en or Hermès pour femme, des bijoux, des soins La Sultane de Saba, un sac Céline, des vins de

Septembre 2020

grands crus et de nombreux autres lots. Votre générosité est essentielle à la pérennité de la solidarité juive et nous vous en remercions. Connectez-vous dès le 5 octobre 2020 sur : www.loterie-casip.fr. L’ L intégralité des fonds collectés sera affectée à l’action sociale de la Fondation Casip-Cojasor. Bonne chance ! Et merci à tous pour votre participation*. *Règlement disponible sur le site internet. La loterie est ouverte à toutes personnes physiques majeures, ou mineures avec autorisation du tuteur légal, résidentes en France Métropolitaine


Septembre 2020

19


Septembre 2020

Profile for Yoch

Tiptoptelaviv56.sept2020  

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded