Issuu on Google+

comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 1

FEVRIER 2013

Magazine

Dossier : L'accueil pĂŠriscolaire pour tous !

16-24 mars : Femmes dans la ville m a g a z I n E

D ’ I n F o R m a t I o n s

m u n I c I p a L E s


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 2

4-5 Evènement Cherbourg, terre de cirque 6 Evènement L’Europe, au pied de l’île Pelée 7 portrait Samuel Gourfink, la danse mémoire 8-9 Evénement Femmes dans la ville : le plaisir… au féminin ! 10-11-28 En bref 12 association L’Amicale cycliste d’Octeville s’ouvre aux plus jeunes ! 18-19 24 heures avec... Le musée de la Libération 20 sports Le Challenger fête ses 20 ans sommaire 21 culture 2013 : l’année Jacques Demy

8-9

13

Dossier

18-19

20

L’accueil périscolaire pour tous !

22 Economie Cherbourg-Octeville dans le vent des EMR 23 t ribunes de l’opposition 24 Développement durable EcoJardin : Cherbourg-Octeville primée 7 fois 25 t ravaux Terrains Halley : bientôt un gymnase et une résidence 26 Economie Nouvelle antenne de la chambre des artisans 27 solidarité Alzheimer : un nouveau service à domicile 29 Infos pratiques Horaires et numéros de téléphone 30-31 Retour sur Cherbourg-Octeville en images


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 3

Jean-michel Houllegatte maire de cherbourg-octeville

Editorial La Ville a mis en place, début septembre, une nouvelle organisation du temps périscolaire. Désormais, l’offre est identique dans les 14 écoles élémentaires de la ville et tous les enfants, quels que soient leurs quartiers, origines, moyens… bénéficient du même service sur le temps du midi, après l’école et le mercredi.

25

FEVRIER 2013

Magazine

Dossier : L'accueil périscolaire pour tous !

16-24 mars : Femmes dans la ville M A G A Z I N E

D ’ I N F O R M A T I O N S

M U N I C I P A L E S

La jeunesse est notre ressource et notre avenir. A ce titre, nous devons l’accompagner au mieux et l’aider à prendre en main son destin. Ce nouveau service va dans ce sens, tout comme la création d’un guide 12-25 qui permet aux adolescents et jeunes adultes d’avoir toutes les adresses utiles pour leur scolarité, leur emploi, leurs loisirs, leur logement… A travers sa politique jeunesse et l’ensemble des services proposés du passeport jeunes à la politique de musiques actuelles, en passant par la Réussite éducative, les Arvej, le positionnement sur les emplois

“Cherbourg-Octeville Magazine” - numéro 147. Bimestriel d’informations municipales. BP 823 - 50108 Cherbourg-Octeville Cedex Téléphone 02 33 87 88 89 http://www.ville-cherbourg.fr courriel : mairie@ville-cherbourg.fr Directeur de la publication : Jean-Michel Houllegatte. Rédaction, coordination : Service Communication Photos : JM Enault, S Armengol, C Manquillet, R Uyama, N Baruch, B Dewaele, G Delahaye, M Pataut, N Hachimi, J Tardi, Ciné Tamaris, D. Sohier Mise en page : Imprimerie Municipale Conception : Libre Cours, Caen Impression : Léonce Deprez Nombre d’exemplaires : 23 000. Dépôt légal : à parution. Le magazine municipal est imprimé sur papier PEFC

d’avenir… - la municipalité accompagne les jeunes Cherbourgeois-Octevillais tout au long de leur parcours. Outre l’attention portée à la jeunesse, notre Ville s’affirme solidaire, avec la création, en partenariat avec la Fondation du Bon Sauveur, d’un nouveau service à domicile pour soutenir et soulager les familles des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Solidaire toujours avec le festival Femmes dans la ville qui mettra en avant les femmes du 16 au 24 mars. Enfin, la ville se veut toujours plus attractive, dynamique et durable : elle vient s’obtenir le label EcoJardin pour sept parcs et espaces naturels. Elle est aujourd’hui la seule ville en Normandie à avoir décroché ce label qui récompense l’excellence en matière de gestion durable.

Cherbourg Octeville

3


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 4

Evènement

Cherbourg, terre de cirque

Du 7 au 30 mars, Cherbourg-Octeville vivra au rythme de Spring, festival des nouvelles formes de cirque. Un événement porté par La brèche, pôle national des arts du cirque, et qui permet d’aller à la rencontre du cirque d’aujourd’hui. Un des temps forts de l’édition 2013 : le spectacle Capilotractées dans lequel deux Finlandaises remettent l’art de la suspension par les cheveux au goût du jour.

«Nous sommes à un moment important de l’histoire du cirque. Un moment heureux où l’on sent le nouveau cirque entrer dans une période de maturité», analyse Yveline Rapeau, directrice de La brèche. Arrivée il y a tout juste un an, forte d’une belle expérience à la Halle de la Villette à Paris, Yveline Rapeau perçoit parfaitement le frémissement à l’œuvre dans le cirque contemporain. Et le

dynamisme qui anime les créations actuelles, c’est avec le public qu’elle entend le partager. «Les spectateurs qui viennent à La brèche connaissent le principe du «work in progress», cette présentation d’un travail encore en cours. Ils apprécient cette invitation à partager le temps d’un artiste, encore aux prises avec ses questionnements. Avoir la chance de pouvoir assister au processus de fabrication est un privilège. Mais cela est d’autant plus intéressant, si par ailleurs le public assiste à des spectacles aboutis, comme c’est le cas avec Spring ou avec les Escapades, notre nouveau rendez-vous», précise la nouvelle directrice, consciente du rôle de médiateur que La brèche se doit de jouer auprès du public.

Tout peut faire cirque Car le cirque a changé de visage. Exit les lions en cage de notre enfance, disparus les clowns aux costumes bariolés. «Le nouveau cirque est une discipline qui a une trentaine d’années. C’est très peu par rapport au théâtre

4

ou à la danse», reprend Yveline Rapeau. Si la discipline s’est d’abord construite en opposition au cirque traditionnel, elle s’est désormais affranchie de tout risque de catégorisation.

au rythme des saisons En décembre dernier a eu lieu la première édition des Escapades d’hiver, créations sous chapiteau, prémices d’un voyage miniature. En juin, suivront les Escapades d’été, petites formes circassiennes, présentées dans le cadre du temps fort Toi cour moi jardin proposé par Le Trident, scène nationale de CherbourgOcteville, dans des lieux non conventionnels. Un vent de liberté souffle sur le cirque, et Cherbourg-Octeville en est le témoin privilégié. «Ces escapades viennent rythmer l’année», souligne Yveline Rapeau. Jusqu’alors, La brèche donnait rendez-vous à son public lors de son grand festival printanier, Spring, ainsi qu’à l’occasion des présentations de travaux d’artistes en résidence, une particularité qui fait toute la richesse de ce lieu atypique.


daises

comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 5

Cherbourg, terre de cirque

Evènement spring : ce qu’il faut voir

Cette année, Spring offre une carte blanche à Yoann Bourgeois qui présentera trois spectacles à CherbourgOcteville.

«Tout peut faire cirque aujourd’hui. Sa force est de se réinventer en permanence», conclut-elle. Et la programmation de Spring en est la démonstration.

Un festival unique en France Si c’est bien à La brèche que Spring prend sa source (une grande partie des spectacles programmés sont le fruit de résidences effectuées dans ce lieu de création), les représentations s’étendent à toute la région BasseNormandie. Caen, Saint-Lô, Flers, Coutances, Argentan... : cette mobilité fait de Spring le seul festival de cirque en France à l’échelle régionale. Impossible de chercher à faire entrer les dix-huit spectacles de la programmation 2013 dans des thématiques strictes. Tout au mieux voit-on se dessiner des grandes familles, comme celle qui vient flirter avec la magie. Pas de lapin dans le chapeau avec Une carte ne nous sauve pas la vie pour

rien de Belkhéïr Djénane, mais un panel d’histoires qui se racontent au fil des numéros de prestidigitation. Jouer avec un objet ou avec un agrès sont, là encore, des composantes connues du cirque. Mais le cirque nouveau genre joue du décalage comme dans Capilotractées, spectacle signé de deux artistes finlandaises, l’une fildefériste, l’autre trapéziste, toutes deux suspendues par leurs cheveux longs. Cet ancien numéro de foire prend une toute autre couleur lorsque la lenteur de la danse dans les airs s’installe, et que les corps semblent en apesanteur.

Le festival Spring battra son plein du 7 au 30 mars. Le point sur les spectacles programmés à Cherbourg-Octeville. Soirée de gala, samedi 9 mars à 20h30, et dimanche 10 mars à 16h, La brèche, rue de la chasse verte Wu weï, vendredi 15 mars à 19h30, samedi 16 mars à 20h30 et dimanche 17 mars à 16h, La brèche, rue de la chasse verte Qui-vive, mardi 19 mars à 20h30, mercredi 20 mars à 19h30 et jeudi 21 mars à 20h30, le Vox, avenue de Paris Capilotractées, vendredi 22 mars à 20h45, Théâtre des Miroirs, La Glacerie Clowns and Queens, samedi 23 mars à 20h30, lieu à déterminer Carte blanche à Yoann Bourgeois, vendredi 29 mars à 19h, La brèche, rue de la chasse verte L’art de la Fugue, samedi 30 mars à 20h45, La brèche, rue de la chasse verte

l’artiste, L’art de la fugue, le spectacle qui l’a révélé au public, révèle son goût du vertige. Dernier opus, la carte blanche offerte par La brèche, où pendant trois heures, repas compris, le 29 mars, Yoann Bourgeois et ses amis vont convoquer tous les cirques pour une ambiance très cabaret. Nouveau cirque, nouveaux plaisirs. Spring – Festival des nouvelles formes de cirque, du 7 au 30 mars 2013. Contact : www.festival-spring.eu

Carte blanche à Yoann Bourgeois Pour cette nouvelle édition, le choix a été fait de s’attarder le temps de trois spectacles sur l’univers d’un artiste en particulier. C’est le jeune Yoann Bourgeois qui ouvre le bal. Acrobate, acteur, jongleur, danseur, c’est vers la Chine que s’est portée son exploration du cirque acrobatique. Si Wu Wei questionne le corps vieillissant de

5


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 6

Evènement

L’Europe, au pied de l’île Pelée

La Coupe d’Europe et le Championnat de France universitaires des J80 se disputeront à Cherbourg-Octeville du 11 au 17 mars prochains. Le Trophée de l’île Pelée réunira plus de deux cents navigateurs. Trente-deux équipages français, anglais, allemands, italiens, espagnols… s’affronteront dans la rade.

Créé en 1994, le Trophée de l’île Pelée ne dépassait alors pas les frontières régionales. «Nous avions décidé de profiter du plan d’eau exceptionnel de la grande rade pour organiser une série de régates réunissant des étudiants bas-normands. A l’époque, les épreuves se déroulaient sur deux week-ends», se souvient Olivier Gosselin, organisateur de l’épreuve et professeur d’éducation physique sur le site universitaire.

re

urge la gnae la rapde la eanaux uses en nt à

Très vite, les artisans du Trophée souhaitent lui donner de l’ampleur. Ils choisissent de proposer une seule épreuve, sur trois jours. «Nous avons ainsi créé la Coupe de France universitaire. En 2006, nous avons décidé de choisir un seul modèle de bateau, en l’occurrence le J 80, pour tous les équipages. Le Championnat de France universitaire est né cette année là. L’année suivante, des étudiants étrangers étaient invités à y participer. Nous venions de donner naissance à la Coupe d’Europe universitaire.»

une nnes ance otodes chetion urorons ville célé-

La formule, depuis, est restée la même. Trente-deux équipages peuvent y participer. Des régates sont proposées

6

tous les jours dans la grande rade, à proximité de l’île Pelée. «Les concurrents doivent parcourir une ou plusieurs boucles autour de trois bouées sur une distance d’environ 1,5 mille. Les équipages n’ont pas le droit à l’erreur. Il faut aller très vite, utiliser au mieux le bateau et faire preuve de tactique, résume Olivier Gosselin. Ils réussissent des performances incroyables. Plusieurs participants se sont élevés dans les premiers rangs de la hiérarchie mondiale.»

Six régates par jour Pour pimenter l’épreuve, les organisateurs ont choisi cette année d’organiser, en amont, des régates qualificatives dans différents ports, sur un week-end et un minimum de trois manches. Le tableau final se déroulera à Cherbourg-Octeville, du 11 au 17 mars. Près de deux cents participants sont attendus. «Nous aurons une majorité d’équipages français mais nous accueillerons également des Suisses, Belges, Anglais, Espagnols, Italiens et Allemands.» Tous se rencontreront au moins une fois. Seize d’entre eux seront au départ de

chaque régate. «Nous prévoyons au moins six régates par jour. Les équipages participent ainsi à un véritable championnat. C’est vraiment le meilleur qui gagne !» Deux classements sont prévus : un uniquement français pour le Championnat de France et un classement général pour la Coupe d’Europe. «C’est l’une des particularités de l’épreuve.» Plus de 50 bénévoles sont mobilisés tout au long de la compétition. «Nous ne pourrions rien faire sans eux. Leur soutien est précieux, tout comme celui de la Ville de CherbourgOcteville qui mobilise également ses équipes pour nous aider dans notre préparation.» Contact : Olivier Gosselin au 06 64 90 86 56

Samue les pla


e

comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 7

Samuel Gourfink, la danse mémoire

portrait Marié à une danseuse japonaise dont il partage la culture, le chorégraphe cherbourgeois Samuel Gourfink a choisi de revenir s’implanter à Cherbourg-Octeville pour y enseigner la danse. Portrait.

ade. Samuel Gourfink (à gauche) et ses collaborateurs présenteront leur dernière création, Quarantaine, sur les planches du Théâtre à l’italienne le 22 mars prochain.

«La danse ne fait pas partie de la culture traditionnelle normande.» Le constat pourrait sembler brutal si le danseur et chorégraphe qu’est Samuel Gourfink n’était lui-même Normand. «Alors qu’il y a dans la culture normande une forte tradition de chant, on note l’absence de danses folkloriques codifiées et répertoriées comme telles. Donner ce goût de la danse, former non seulement des danseurs mais aussi un public, sont des choses qui me tiennent à cœur.» Un projet qu’il compte mener à bien grâce à ses collaborateurs (Reiri Miyashita, Anne Fleury, Benoît Curmer, Cyriac Lejeun) et au soutien des acteurs de la vie culturelle locale. «J’ai la conviction que de grands projets chorégraphiques verront le jour dans notre cité.»

L’exception qui confirme la règle Né en 1969, Samuel Gourfink est le parfait contre-exemple du danseur passé par un long et douloureux apprentissage de la danse. «J’avais seize ans lorsque j’ai pris mon premier

cours de danse classique à l’école de l’opéra de Nice». L’adolescent, dont les parents ont quitté Cherbourg, n’a alors jamais pris de cours. Il se retrouve alors avec des fillettes de six ans qui, comme lui, débutent. Deux ans plus tard, élève doué, il intègre le conservatoire national supérieur de Lyon qu’il quitte en tant que danseur soliste. La carrière professionnelle des danseurs est à l’image de cette fulgurance : à 30 ans, en 2000, Samuel Gourfink revêt le nouveau costume de professeur de danse et de chorégraphe et c’est Cherbourg-Octeville qu’il élit comme port d’attache.

Quarantaine «J’ai toujours su que je reviendrais vivre ici. J’aime cette ville, elle m’apaise», poursuit le chorégraphe qui la met à l’honneur dans sa prochaine création. Quarantaine, une commande de Mona Guichard, directrice de la Scène nationale de CherbourgOcteville, rassemble près de cinquante comédiens, figurants et danseurs, professionnels et amateurs. Spectacle

déambulatoire présenté le 22 mars prochain au Théâtre à l’italienne, il met en scène un aspect oublié de la ville portuaire, lorsqu’elle accueillait près de 40 000 migrants par an, au début des années 20. L’Hôtel Atlantique, qui a vu séjourner en ses murs des aspirants au nouveau monde, passagers de 3e classe, mis en observation - au cas où ils auraient le typhus notamment - et venus pour beaucoup des pays slaves, bruissait alors de langues multiples et étrangères. Toute la ville était au diapason, vivant au quotidien cette mixité culturelle.

Quarantaine sera présenté le 22 mars à 20h30 au Théâtre à l’italienne. Le chorégraphe danseur présentera également Solitude collective, une autre création soutenue par la Ville de Cherbourg-Octeville et la Scène nationale, les 13 et 14 mars au Vox.

Contact : 02 33 88 55 55

7


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 8

Evènement

Femmes dans la ville : le plaisir… au féminin !

Du 16 au 24 mars 2013, le festival Femmes dans la ville abordera le thème du plaisir… au féminin avec un programme éclectique : concerts de Clarika et Liz Cherhal, spectacles, conférencesdébats… mais aussi, un village santé/bien-être au féminin. La salle des fêtes accueillera, du 16 au 22 mars, le village du festival Femmes dans la ville et celui de La Cherbourgeoise le 23 mars.

Le festival Femmes dans la ville s’est imposé comme l’un des temps forts des manifestations cherbourgeoisesoctevillaises. Aventure collective qui réunit chaque année près de 200 bénévoles, il s’adresse à tous les publics et explorera, pour sa 14e édition du 16 au 24 mars, le thème du plaisir au féminin à travers spectacles, concerts, projections, conférences…

Clarika, Liz, Ovidie et les autres Parmi les spectacles, les concerts de Clarika, qui présentera son nouvel album La tournure des choses, et de Liz Cherhal avec Il est arrivé quelque chose. Autre rendez-vous à ne pas rater, Capilotractées réalisé en coproduction inédite avec La brèche,

pôle national des arts du cirque de Basse-Normandie : un spectacle des Finlandaises Sanja Kosonen et Elice Abonce Muhonen qui remet au goût du jour la suspension du corps

par les cheveux ! Sans oublier la projection de la comédie romantique Oh my God, réalisée en 2011 par Tanya Wexler et qui raconte l’aventure du jeune Anglais qui inventa le

Les temps forts de la programmation Samedi 16 mars 20h30 : De 5 à 7, comédie musicale d’ouverture. Théâtre de la Butte Dimanche 17 mars 16h : De 5 à 7, comédie musicale d’ouverture. Théâtre de la Butte Lundi 18 mars 18h : Projection du film Oh my god ! Cinéma Odéon 19h30 : Table ronde sur le plaisir féminin. Salle des fêtes Mardi 19 mars 20h30 : Clarika en concert. Théâtre des miroirs (La Glacerie) Mercredi 20 mars 20h30 : La forêt danse, suivie de Water closet, théâtre. Théâtre de la Butte Jeudi 21 mars 20h30 : Liz Cherhal en concert. Salle Imagin’arts (Querqueville) Vendredi 22 mars 20h30 : Capilotractées, spectacle de cirque. Théâtre des miroirs (La Glacerie) Samedi 23 mars 10h-18h : Village de la Cherbourgeoise. Salle des fêtes Dimanche 24 mars 15h : La Cherbourgeoise Programme détaillé sur ville-cherbourg.fr

8

Venez


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 9

Femmes dans la ville : le plaisir… au féminin !

Evènement

un village en cœur de ville Cette année encore, l’organisation propose un village du festival, salle des fêtes, place centrale. Ouvert tous les jours de 9h à 18h (sauf le dimanche), il accueille les tables-rondes, débats, rencontres… et permet d’acheter ses billets pour les spectacles du soir, ainsi que le Pass festival, qui donne accès à tous les spectacles programmés pendant le festival. Lieu d’échanges et de convivialité, il accueillera également le village de la Cherbourgeoise samedi 23 mars. Contact : ville-cherbourg.fr femmesdanslaville.com

ui de La Venez nombreuses participer à la 4e édition de La Cherbourgeoise, dimanche 24 mars !

vibromasseur. La projection sera suivie d’une table-ronde sur le plaisir féminin avec Jean-Claude Picquard, sexologue clinicien à Montpellier, Ovidie, réalisatrice et productrice de films, et Laurence Bellanger, sexologue à Cherbourg-Octeville. D’autres rencontres et discussions autour de la sexualité et du plaisir sexuel seront également proposées. Enfin, des conférences permettront d’aborder l’engagement au féminin, la condition des femmes de la Seconde Guerre mondiale à nos jours ou l’histoire des femmes d’ici venues d’ailleurs avec la participation des Wonderwomen Européennes.

Autre temps fort, le spectacle d’ouverture du festival proposé par les habitantes et habitants. «Nous tenons à ce que les habitants continuent à être parties prenantes du festival», souligne Frédéric Bastian. Une soixantaine de personnes, âgées de 7 à 77 ans, travaille actuellement sur la création d’un spectacle : De 5 à 7, sous la direction de Michel Beurton.

Un week-end santé

récoltés sera reversée à l’association Cœur et Cancer pour son action en faveur des femmes victimes du cancer du sein dans le Cotentin». L’année dernière, ce rendez-vous a réuni près de 1 200 marcheuses et coureuses et permis de récolter 3 300 €. Pour sa 14e édition, le festival a invité Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes. A suivre…

Mais le festival Femmes dans la ville, c’est aussi un week-end santé, bienêtre et sport avec l’installation d’un village qui permet de s’initier à la zumba, au taï-chi-chuan, au rugby féminin…, de rencontrer un nutritionniste ou une esthéticienne, de se renseigner sur le cancer du sein, de s’informer sur les effets du tabac… Le festival se terminera le dimanche 24 mars par La Cherbourgeoise, petite sœur de la Parisienne, devenue une course/marche féminine populaire et incontournable du calendrier cherbourgeois. «Comme les années précédentes, la totalité des fonds

9


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 10

En bref

Mois de la photo

La rue de la polle en chantier A la demande de la Ville de Cherbourg-Ocetville, la Communauté urbaine de Cherbourg a entrepris, début janvier, la réfection d’une partie de la rue de la Polle. «Nous refaisons les réseaux, eaux pluviales, assainissement, gaz, trottoirs et chaussée, explique Michel Louiset, maire-adjoint aux travaux. D’ici six mois, la rue sera remise aux normes, avec des trottoirs de 1,40 mètre de largeur et des quais de bus accessibles aux personnes handicapées.» Autre évolution : le passage en Zone 30 et le déplacement des arrêts de bus plus près du lycée Millet. Les aires de stationnement seront maintenues et augmentées d’une place.

Le cinéma fête le printemps Rendez-vous du 17 au 19 mars pour la 13e édition du Printemps du Cinéma : pendant 3 jours, la place de cinéma est au tarif unique de 3,50 € pour tous les spectateurs, tous les films, à toutes les séances et dans les deux cinémas de la ville, le Méga CGR et l’Odéon.

Du 29 mars au 11 avril, le Club photo du Nord-Cotentin organise la 11e édition du Mois de la Photo, événement annuel qui regroupe les œuvres de photographes amateurs normands et bretons, autour de thématiques communes. Cette année, le thème retenu est «La ville». Une catégorie «Libre» est également ouverte. Pour l’occasion, l’invité d’honneur, Baptiste Almodovar, photographe cherbourgeois-octevillais, auteur du livre Cherbourg un jour, proposera sa vision de la ville. L’exposition est ouverte du mardi au dimanche de 15h à 18h et le samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h, salle des fêtes, place centrale. L’entrée est gratuite. Contact : 06 29 32 84 72 ou contact.cpnc@laposte.net

Rue d’alsace : la démolition a commencé Lancée en 2002, l’Opération de Renouvellement Urbain prévoyait la démolition de 414 logements répartis sur sept immeubles de l’AmontQuentin : les 304 premiers logements ont été démolis entre 2007 et 2008, laissant place à de nouveaux bâtiments, plus modernes, confortables et à faible consommation d’énergie. Reste l’immeuble B 25, rue d’Alsace, et ses 110 logements. Les familles ont toutes été relogées avant de lancer la déconstruction en septembre dernier.

10

La démolition, confiée au maître d’œuvre Ad’Ingé, en lien avec l’entreprise Lennuyeux et Lefoll, devrait durer neuf mois. «Dans un premier temps, nous procédons à la déconstruction intérieure. Nous enlevons les équipements sanitaires, les portes, les moulures PVC, les sols, les cloisons. Lorsque cette phase sera terminée et qu’il ne restera plus que le squelette, l’immeuble sera abattu. Selon le planning établi, cette opération devrait avoir lieu au cours du second

trimestre 2013», explique Daniel Lereculey, président de Presqu’île Habitat qui a choisi d’utiliser du matériel très perfectionné afin de limiter les nuisances pour les riverains. «La démolition sera faite à l’aide d’une pelle munie d’un bras de 42 mètres, équipé d’un système d’arrosage. La poussière sera ainsi plus facilement canalisée.» Contact : Presqu’île Habitat au 02 33 87 84 00


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 11

Le carnaval 2013 mélange les cultures

En bref seniors : à vos agendas ! Le nouveau programme à destination des plus de 60 ans est sorti ! «Nous recensons, tous les semestres, l’ensemble des activités culturelles, sportives et de loisirs proposées au public senior, explique Frédéric Bastian, maire-adjoint aux solidarités et à la cohésion sociale. Ce programme regroupe les visites guidées, spectacles, sorties… proposés entre février et septembre.»

Les 22, 23 et 24 février, le carnaval battra son plein dans les rues de CherbourgOcteville. Au programme : défilés, bal des enfants, bataille de confettis, animations, grillades… autour du thème «Les traditions festives du monde». Le vendredi, deux défilés partiront à 17h15 de la place des Justes et de la Maison Olympe de Gouges pour rejoindre le théâtre de l’œuf. «Comme le veut la tradition, nous remettrons les clés de la ville aux enfants», explique Guylaine Godin, maire-adjointe aux fêtes et cérémonies. Des animations musicales et la crémation du bonhomme carnaval viendront rythmer cette fin de journée. A partir de 19h, petits et grands pourront se restaurer et participer au bal parents-enfants donné à la Maison Olympe de Gouges. Le samedi, rendez-vous en costume pour le défilé de la salle des fêtes vers la plage verte. «Nous brûlerons le bonhomme carnaval sur le port, souligne Christian Pineau, président de l’association en charge de l’événement. Et un bal des enfants sera donné à 16h30 salle des fêtes.» Le soir, les animations continueront puisqu’un bal country sera donné salle des fêtes à partir de 20h et un grand bal populaire sera proposé dès 20h place de Gaulle. A vos costumes !

Parmi les temps forts à ne pas rater : le spectacle de cirque Soirée de gala à La brèche le 10 mars, la visite guidée de la dernière exposition du Point du Jour le 12 mars, la sortie au cabaret O Roches le 25 avril, la croisière Cherbourg-Omonville le 1er juillet… Le programme est disponible aux accueils des deux mairies, dans les clubs, associations et commerces de la ville (pharmacies, cabinets médicaux…), et sur www.villecherbourg.fr.

Contact : 02 50 70 41 48

Le site de la Ville en allemand

gim’éole s’installe à Lyon

Outre le français et l’anglais, le site internet de la Ville de CherbourgOcteville est désormais disponible en allemand. «Nous avons tenu à ce qu’il soit traduit afin qu’il soit notamment accessible à nos amis de Bremerhaven, notre ville jumelle», explique Jean-Claude Magalhaes, maire-adjoint aux relations internationales. Les informations sont régulièrement mises à jour afin d’informer nos voisins d’Outre-rhin de l’actualité de la ville. Le site en allemand est accessible sur villecherbourg.fr/de

Lancé en 2008 à Cherbourg-Octeville, le concours national Gim’éole prend ses quartiers à l'IUT de Villeurbanne pour cinq ans. «L’IUT Cherbourg Manche a été à l’initiative de ce concours, mais l’idée, lors de sa création, était aussi de le faire voyager», explique Philippe Grangeret, enseignant en charge du concours. Ce concours, destiné aux étudiants issus des filières Génie Industriel et Maintenance (GIM), vise à récompenser la meilleure éolienne urbaine.

«Chaque année, pendant le concours, des dizaines d’éoliennes urbaines expérimentales, conçues par des étudiants, sont testées en soufflerie. Celle qui a le meilleur rendement l’emporte». Cette année, l’IUT Cherbourg Manche présentera deux éoliennes, les 22 et 23 mars. Des travaux qui permettent d’avancer sur le projet d'installation d'un réseau d'éoliennes urbaines en partenariat avec la Ville de Cherbourg-Octeville.

11


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 12

association

L’Amicale cycliste d’Octeville s’ouvre aux plus jeunes !

L’Amicale cycliste d’Octeville vient tout juste de lancer une école de vélos pour les plus jeunes. Présentation de cette association particulièrement dynamique.

Parmi les nouveautés 2013, la création par l’ACO d’une école de vélos pour jeunes.

Fondée en 1976, l’Amicale Cycliste d’Octeville (ACO) compte, avec 145 licenciés (cyclistes et cyclotouristes), parmi les clubs phares de la région. Aujourd’hui, le club est à une période charnière de son histoire. L’année 2012 s’est terminée avec la défection de deux coureurs importants du club et du même coup la fin de l’aventure en DN 3, le meilleur niveau bas-normand. L’équipe première repart donc au niveau inférieur. Mais, qu’à cela ne tienne, les dirigeants ont su rebondir et miser sur l’avenir en créant en novembre dernier la première école de vélo de toute l’histoire de l’Amicale.

Slalom, code de la route et mécanique... «Il s’agit d’apprendre à des jeunes de 6 à 14 ans à se débrouiller au mieux dans tous les aspects du vélo, explique le président du club, Gilles Gaumain. On commence à les initier au stade Jean Tesson ou encore sur les pistes aménagées de la Butte, à l’abri des routes. Il découvrent ainsi les passages d’obstacles, le slalom, mais aussi d’autres facettes de la discipline, comme le code de la route ou la

12

mécanique». Cinq garçons et une fille se sont déjà lancés dans cette aventure, mais les nouvelles inscriptions sont possibles tout au long de l’année. Deux séances sont organisées chaque semaine, le mercredi de 14h30 à 16h et le samedi de 10h à 12h.

Des encadrants diplômés «La seule condition pour se joindre au groupe est de savoir pédaler, poursuit Gilles Gaumain. Cette initiative est vraiment dans l’esprit de l’Amicale. C’est avant tout une bande d’amis qui essaie de faire vivre au mieux cette structure.» Pour cela, tous les encadrants sont diplômés. Ce qui permet, en plus de l’école, d’accompagner des équipes autant sur route que sur piste. Un engagement durable qui a déjà permis au club de s’offrir un palmarès remarquable, qu’il s’agisse des 10 titres de champions de Normandie en 2011 ou encore le titre national de Jessie Groult en 2006 !

Contact : 06 89 99 19 12

solidar’idées, l’aide au quotidien Association à vocation sociale, Solidar’idées se consacre pour le moment à la vente de légumes, d’œufs et de volailles. «Nous travaillons avec des petits producteurs locaux et ne proposons que des légumes de saison, explique Marie-France Frichet, sa présidente. Les commandes se font au cours de la semaine, la livraison s’effectuant la semaine suivante. Généralement, nous disposons d’une trentaine de variétés de légumes et fournissons une vingtaine de paniers par semaine.» Aujourd’hui, l’association souhaite passer à la vitesse supérieure, en proposant des cours de cuisine et la vente de poissons. L’association, qui dispose de locaux, 19 bâtiment Les Lilas, résidence Charcot Spanel, a également ouvert une petite bibliothèque de quartier. «Nous sommes agréablement surpris. Les gens viennent régulièrement chercher des livres. Solidar’idées devient ainsi un lieu de rencontres et de discussions. Les adhérents aiment s’y retrouver autour d’un café.» Solidar’idées est ouvert le mardi et le jeudi de 9h à 11h et de 14h à 18h et le mercredi de 14h à 17h Contact : 02 33 01 10 28


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 13

Dossier L’accueil périscolaire pour tous ! Depuis la rentrée, la Ville de Cherbourg-Octeville propose un accueil périscolaire harmonisé dans ses 14 écoles primaires. Temps du midi, accueil du soir, mercredis loisirs : tout a été pensé pour répondre aux besoins des familles… et des enfants !

13


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 14

Dossier

Rencontre avec le périscolaire

Depuis la rentrée, l’accueil périscolaire est identique dans les 14 écoles élémentaires de la ville. Présentation du fonctionnement général du dispositif et de ses nouveautés.

Les ani et activ Une des activités proposées le soir après l’école reste l’aide aux devoirs.

Ouvrir le même service à tous les enfants, quels que soient leurs quartiers, écoles, moyens, origines… Telle est l’ambition de la Ville de CherbourgOcteville avec le nouveau dispositif d’accueil périscolaire. «Depuis la rentrée, les 14 écoles élémentaires bénéficient du même service d’accueil périscolaire, explique Daniel Jouanne, maire-adjoint à l’éducation. Le nouveau marché que nous avons passé avec les Francas de la Manche stipule que l’offre d’activités et d’animations devra être identique dans toutes les écoles de la ville.» Aujourd’hui, outre le matin, l’accueil périscolaire se déroule sur le temps du midi, le soir après l’école et jusqu’à 18h et le mercredi après-midi. «Notre marché comprend également des

L’accueil périscolaire en chiffres - Coût pour la ville : 945 000 € / an - Recettes : 60 000 € / an - 38 animateurs Francas

14

options pour fournir un service le mercredi toute la journée».

Goûter, récré et aide aux devoirs Après la journée d’école, les enfants qui le souhaitent sont pris en charge par les équipes d’animation. «C’est notamment ce service que nous avons harmonisé sur les 14 écoles élémentaires. Avant, les élèves cherbourgeois ne bénéficiaient que d’une étude surveillée. Désormais, l’accueil est réparti en trois temps : le goûter équilibré, la récréation, et l’aide aux devoirs. Les animateurs proposent également, pour ceux qui le souhaitent, des activités de détente et de découverte.» Le midi, le dispositif a également été harmonisé sur les 14 écoles. Les animateurs prennent en charge les enfants et organisent des activités socio-éducatives, en dehors des temps de repas, toujours assurés par le personnel de la Ville. «Nous leur demandons de faire de l’interclasse un moment de détente, de convivialité, de

récupération et de quiétude, souligne Daniel Jouanne. Ils proposent également des activités en lien avec des thématiques d’actualité développées par la Ville : Semaine du goût, Noël, par exemple…» Le mercredi après-midi, six structures sont mises à disposition pour l’accueil des 3-13 ans : le village des enfants, la Maison Olympe de Gouges, la Maison Flora Tristan, la Maison Françoise Giroud et les écoles Tourville et Dujardin. Au programme : des activités ludiques et éducatives sur des projets pédagogiques annuels, des sorties, des rencontres… «Nous souhaitons que cet accueil dépasse la garderie et qu’il soit un véritable lieu de découvertes.»

Un nouvel accueil le mercredi A ces prestations viennent s’ajouter de nouveaux dispositifs, notamment l’accueil des 6-13 ans le mercredi, toute la journée, au centre Picquenot ou au Village des Enfants. Les enfants


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 15

Rencontre avec le périscolaire

Dossier

Les animateurs des Francas se réunissent régulièrement pour travailler sur les contenus des animations et activités proposées aux enfants.

rencontrent d’autres enfants, venant d’autres quartiers, et partagent des activités ludiques, accessibles et adaptées.

Une nouvelle activité hors les murs Enfin, le prestataire propose une nouvelle activité hors les murs. «Nous avons constaté que des moins de 14 ans pouvaient se trouver livrés à

eux-mêmes, explique Daniel Jouanne. Or notre service de prévention spécialisée s’adresse plus particulièrement aux 14-21 ans. Deux animateurs des Francas ont donc pour mission d’aller à la rencontre des plus jeunes là où ils se trouvent». Contact : Direction Enfance Jeunesse au 02 33 87 87 15

Les Francas de la manche Mouvement d'éducation populaire, la Fédération nationale des Francas est une association complémentaire de l'école, reconnue d'utilité publique et agréée par les ministères de l’Éducation nationale, et de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative. Elle compte 82 associations départementales. Créée en 1951 dans la Manche, l’association départementale développe des projets éducatifs à destination des enfants et des jeunes. Au total, l’association intervient auprès d’une quinzaine de collectivités (communes, communautés de communes, associations), proposant des accueils de loisirs et du temps périscolaire. Aujourd’hui, l’association compte plus de 90 salariés qui participent aux accueils des mercredis, du matin, midi et soir en périscolaire et pendant les vacances scolaires. L’association a également entamé un travail de réflexion, avec les collectivités, sur l’aménagement des rythmes scolaires.

15


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 16

Dossier

Périscolaire : un dispositif équitable

L

La Ville a harmonisé l’accueil périscolaire : les 14 écoles élémentaires bénéficient des mêmes prestations. Avec une nouveauté : les mercredis loisirs en journée complète. Présentation avec le maire-adjoint à l’éducation, Daniel Jouanne. «Nous tenons à ce que les goûters pris après l’école soient équilibrés et variés», explique Daniel Jouanne, maire-adjoint à l’éducation.

Comment fonctionne le dispositif d’accueil périscolaire ? La Ville a passé un marché public pour la gestion du temps périscolaire. Jusqu’à présent, il ne concernait que l’ancien territoire octevillais et le quartier de la Brèche du Bois. Le nouveau marché, conclu pour la rentrée 20122013 avec l’association des Francas de la Manche, se veut plus large et ambitieux : désormais, le dispositif d’accueil périscolaire est harmonisé dans les 14 écoles élémentaires de la Ville. Tous les enfants bénéficient du même service, quels que soient leurs quartiers, école, moyens… Aujourd’hui, 38 animateurs assurent cet accueil sur les temps du midi, mais aussi après l’école jusqu’à 18h, et les mercredis. Nous avons, par ailleurs, harmonisé la grille tarifaire. Le tarif appliqué aux familles pour ce service est fonction du niveau de revenus et de la composition familiale. Quelles sont les nouveautés ? La plus grande nouveauté reste l’extension du dispositif à l’ensemble des écoles. Jusqu’à présent, les élèves scolarisés sur le territoire cherbourgeois ne bénéficiaient que de l’étude surveillée. Les parents demandaient régulièrement

16

un élargissement de ces activités pour leurs enfants. C’est maintenant chose faite. Tous les enfants sont désormais pris en charge par les animateurs pour un premier temps de détente et de décompression, suivi d’un temps de travail scolaire. La Ville continue également de proposer gratuitement les Arvej, activités sportives, culturelles ou de loisirs après l’école. Autre nouveauté : la création des mercredis loisirs. Notre nouveau prestataire propose un accueil en journée tous les mercredis, hors vacances scolaires, au centre Picquenot ou au Village des Enfants. Parallèlement, l’accueil le mercredi après-midi est maintenu sur six sites de la ville. Enfin, les Francas proposent des interventions hors les murs : les animateurs emmènent les enfants à la rencontre d’autres acteurs du quartier. En complément, des animateurs vont également au-devant des jeunes absents des lieux d’accueil. Objectif : les amener vers les structures adaptées à leurs besoins. Quels sont les enjeux de cet accueil ? Le temps de l’enfant peut se trouver aujourd’hui morcelé entre les diffé-

rents intervenants qui jalonnent sa journée : la famille, l'instituteur, l’animateur, le moniteur de sport, … Notre objectif est donc de tisser des liens entre ces intervenants : nous voulons à la fois que chacun respecte les besoins de l’enfant et les demandes de sa famille, mais aussi que les enfants respectent des règles communes, quel que soit l’intervenant. Nous travaillons donc en concertation, pour une plus grande lisibilité pour les parents et pour les enfants. Ainsi, si certains ont besoin d’une aide aux devoirs, d’autres, au contraire, ne souhaitent qu’un temps ludique, les devoirs étant faits à la maison avec les parents. Les deux options existent. Par ailleurs, nous assistons, depuis de nombreuses années, à une évolution des rythmes scolaires. Aujourd’hui, les enfants passent plus de temps dans les structures d’accueil périscolaires. Nous avons donc un véritable rôle à jouer dans l’éducation et l’accompagnement des enfants. Notre objectif est bien de dépasser la simple garderie pour proposer des projets cohérents, éducatifs, tout en étant ludiques, le midi, le soir après l’école ou le mercredi.

Trenteplastiq


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:32 Page 17

Les Arvej, un trésor d’activités

Dossier Chaque trimestre, près de 1 000 enfants profitent gratuitement des 34 activités sportives, culturelles ou de loisirs mises en place par la Ville après l’école. Un succès qui ne se dément pas au fil des ans.

uanne,

Trente-quatre activités sont proposées gratuitement par la Ville après l’école. Parmi celles-ci, l’art plastique.

Depuis des années, les Arvej (Aménagements du rythme de vie des enfants et des jeunes) permettent à tous les enfants scolarisés du CP au CM2, de s’initier à une multitude d’activités sportives, culturelles ou de loisirs. «Cette année, nous avons un panel de trente-quatre activités qui vont de la découverte de l’athlétisme à la pratique de l’allemand par le jeu, en passant par les ombres chinoises, l’informatique, l’astronomie, le handball, la danse africaine, le basket, le rugby, le speed-ball, la flûte à bec, le judo ou les échecs, explique Daniel Jouanne, maire-adjoint à l’éducation. Et chaque trimestre, les propositions d’activités changent. Nous essayons néanmoins de conserver un équilibre entre les activités culturelles et sportives proposées.» A chaque rentrée, de nouvelles activités sont proposées. Elles correspondent toujours aux attentes du jeune public. La zumba, par exemple, a fait cette année ses premiers pas. Et cela marche très fort. «Nous sommes obligés de limiter le nombre de

participants. Suivant les activités proposées, nous disposons d’un potentiel de 5 à 20 places.»

70 % des scolaires inscrits Cette opération connaît un franc succès puisque 70 % des enfants s’inscrivent aux Arvej, soit près de 1 000 enfants par trimestre. «Les quatorze écoles primaires de la ville sont concernées par ces activités qui débutent généralement après les vacances d’automne et se prolongent jusqu’au mois de juin.» Mais les Arvej, comment ça marche ? Un programme spécifique est proposé à chaque école en début de trimestre. Les enfants, selon leur âge, ont le choix entre plusieurs activités et peuvent en choisir une ou deux. Ils suivent ensuite les initiations au rythme d’une heure environ par semaine. «Nous proposons quotidiennement seize activités, ce qui représente 67 ateliers différents chaque semaine, poursuit Daniel Jouanne. Au total, les enfants peuvent suivre jusqu’à six activités sur l’année

scolaire. Toutes ces initiations sont, bien entendu, gratuites.» Pour ces activités, la Ville de Cherbourg-Octeville travaille avec 18 associations partenaires. «Chacune met des animateurs qui encadrent l’activité, en précisant les règles du jeu.» Une opération intéressante pour elles car les Arvej sont aussi là pour faire naître des vocations. «On a souvent vu des enfants partir ensuite dans les clubs pour poursuivre l’activité sportive ou culturelle de leur choix.» Pour Daniel Jouanne, l’avenir des Arvej se présente sous les meilleurs auspices. «Avec la réforme des rythmes scolaires qui se prépare, les ARVEJ pourraient bien être de plus en plus le terrain privilégié de rencontres de nos jeunes élèves avec leur future vocation sportive, ludique, artistique ou culturelle... Un bel avenir !» Contact : Nathalie Blanchet au 02 33 87 87 50

17


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 18

24 heures avec...

Le musée de la Libération

Installé sur les hauteurs du fort du Roule, le musée de la Libération a rouvert ses portes début février. L’occasion de (re)découvrir le rôle de Cherbourg pendant la Seconde Guerre mondiale et de profiter du panorama ! Tous les dimanches, le musée est gratuit. Venez profiter de ses collections et de sa vue imprenable sur la rade depuis ses 117 mètres de haut !

Démontage d’exposition En 2012, le musée a présenté Passé sous silence : prisonniers de guerre allemands en Cotentin (1944/1948). L’exposition a connu un vif succès avec 8 500 visiteurs. Elle a été démontée en décembre dernier : les objets ont été sortis des vitrines et reconditionnés pour être restitués aux musées ou particuliers prêteurs. Une opération qui nécessite une très grande précaution, compte tenu de la valeur et de la fragilité de certains objets.

18

Bienvenue au musée Le musée accueille chaque année près de 10 000 visiteurs, dont la moitié sont étrangers. Parmi ceux-ci, les plus nombreux sont les Anglais, suivis des Allemands. L’entrée est gratuite le dimanche et pour les moins de 26 ans : l’occasion de faire une sortie en famille, peu onéreuse et historique. Et en semaine, ceux qui le souhaitent peuvent bénéficier gratuitement des commentaires éclairés d’un guide.

acquisition Chaque année, le musée complète ses collections. Parallèlement aux dons qui proviennent notamment de particuliers, le musée achète régulièrement des objets témoignant du second conflit mondial à Cherbourg et dans le Cotentin. Les acquisitions sont soumises à une commission régionale qui vérifie la provenance des objets et leur intérêt pour le musée. Dernière acquisition en date : la tenue d’un travailleur forcé de l’organisation allemande Todt.

Le mus


e sur la

comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 19

Le musée de la Libération

24 heures avec...

Visite guidée

Le musée de la Libération compte 900 pièces témoignant de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

place aux scolaires Les musées de Cherbourg-Octeville disposent d’un service pédagogique : un enseignant, détaché par l’Education Nationale, peut accompagner les classes dans la découverte des musées de la ville. Cet intervenant – Yann Lautridou – travaille également les dossiers en amont avec les enseignants. Le dispositif est d’autant plus pertinent qu’il s’adresse notamment aux collégiens dont le programme comprend la Seconde Guerre mondiale. Yann Lautridou peut être joint au 02 33 23 39 54.

L’inventaire ou récolement Le musée relevant du label des «Musées de France», l’équipe a pour obligation légale, depuis 2002, de dresser tous les dix ans un état des lieux de la collection. Il s’agit en fait de décrire, photographier, mesurer, numéroter chaque pièce et de vérifier sa concordance avec les inventaires anciens. Au musée de la Libération, ce travail a été engagé : cinq cents des neuf cents pièces du musée ont déjà été répertoriées.

Deux fois par mois, un guide du musée vous permet de découvrir l’exposition temporaire en cours. Une démarche qui permet d’aller plus loin dans la compréhension de la période. Ces visites peuvent se faire en groupe ou individuellement sur rendezvous, sans condition d’inscription. Cette année, environ 300 personnes y ont participé.

préparation d’exposition Chaque année, le musée propose une exposition temporaire : la responsable, Michelle Baudry, consulte les sources historiques et identifie les objets dont disposent d’autres établissements, et qui sont susceptibles de servir la thématique qu’elle souhaite mettre en avant. Cette année, le musée consacre son exposition temporaire à l’entre-deux-guerres, Des années folles aux années noires. Cherbourg dans l'entre-deux-guerres. A découvrir notamment : des documents d’époque, des photos, des vêtements mais aussi de la musique des années 20 et 30… L’exposition est ouverte du 7 mai au 30 novembre 2013.

19


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 20

Le Challenger fête ses 20 ans

Du 23 février au 3 mars, le complexe sportif Chantereyne accueillera le 20e Challenger La Manche-Cherbourg. Un tournoi de tennis qui compte aujourd’hui parmi les 10 tournois français les plus importants. L’édition 2012 du Challenger a été remportée par Josselin Ouanna.

Le plus grand tournoi de tennis normand prépare sa 20e édition. Le Challenger La Manche-Cherbourg se déroulera en effet du 23 février au 3 mars au complexe sportif Chantereyne. On attend à cette occasion un plateau exceptionnel : près de 80 matchs et 12 000 spectateurs en 9 jours ! «Le tournoi cherbourgeois, que la Ville soutient activement, est sans conteste l’un des grands temps forts du sport dans le Nord-Cotentin, explique Franck Tison, maire-adjoint

aux sports. Sur les vingt dernières années, le Challenger a déniché les meilleurs joueurs du monde, de Nadal, en 2003, à Tsonga, en 2007, en passant par Djokovic, en 2005, ou Ferrer». Doté de 50 000 dollars, le tournoi permet au vainqueur d’empocher 90 points ATP et 6 150 € de gains. Mais ce n’est pas tout. «Le tournoi de Cherbourg s’est forgé, au fil des années, une réputation qui tient beaucoup aux conditions dans lesquelles

piscines : attention aux changements d’horaires Les piscines Chantereyne et de la Butte restent ouvertes pendant les vacances scolaires. Attention toutefois aux modifications d’horaires (voir page 29) ! «Nous adaptons les horaires aux besoins des habitants, explique Franck Tison, maire-adjoint aux sports. C’est pourquoi nous ouvrons la piscine Chantereyne le dimanche après-midi pendant les vacances.» Rendez-vous donc les dimanches 3 et 10 mars de 9h à 13h et de 15h à 18h pour profiter des grands bains, de la pataugeoire et de l’espace détente. Par ailleurs, la Ville propose des stages de natation d’une semaine pour les 6-12 ans sur ses deux sites pendant les deux semaines de vacances. «La piscine Chantereyne propose ces cours du lundi au vendredi, à 15h, 16h et 17h, la piscine de la Butte du mardi au vendredi, à 14h, 15h et 16h.» Enfin, les adultes ayant peur de l’eau peuvent participer au stage «Ce n’est pas la mer à boire». Au programme : des jeux aquatiques pour apprendre à maîtriser et dominer son appréhension. Ce stage se déroulera du 25 février au 1er mars à la piscine Chantereyne, de 12h à 13h15. Les inscriptions sont obligatoires pour les stages. Contact : piscine Chantereyne au 02 33 53 18 42 et piscine de la Butte au 02 33 53 07 22.

20

les joueurs sont accueillis ici», explique son directeur Alain Thiebot.

Radars au service et tableaux électroniques L’équipe des bénévoles du tournoi met évidemment tout en œuvre pour que la vie des joueurs soit la plus facilitée possible en dehors des courts. Mais tout est aussi conçu à Chantereyne pour que le tournoi soit à la hauteur des grands rendez-vous internationaux avec notamment des radars au service, des tableaux électroniques de résultats ou encore la mise à disposition d’un cabinet médical.

Il n’y a pas que les pros... L’esprit du tournoi se manifeste enfin, en marge des matchs, avec la traditionnelle journée des écoles de tennis, qui permet aux jeunes de découvrir d’autres facettes de leur sport, mais aussi l’organisation d’un tournoi de mini-tennis ou enfin plus largement l’accueil des centres aérés venus de tout le Cotentin. Contact : Alain Thiébot au 06 16 54 04 21 ou 06 14 10 07 03

©Ciné Tamaris 1992

sports


2013 : l’année Jacques Demy

Jacques Tardi, Le Lézard, 1990 © D. Sohier 2012

comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 21

culture

©Ciné Tamaris 1992

En 1963, Jacques Demy tournait Les Parapluies de Cherbourg. Cinquante ans après, la Ville fête l’événement, en lien avec Ciné Tamaris et la Cinémathèque française.

2013 sera l’année Jacques Demy. La Cinémathèque française lui rend hommage du 10 avril au 4 août à travers une rétrospective, Le monde enchanté de Jacques Demy. A la clé : extraits de films, photos, peintures, dessins et sculptures créés par Demy et par les artistes dont il s’est inspiré : Jean Cocteau, David Hockney, Alexander Calder, Niki de SaintPhalle, Raoul Dufy... Parallèlement, Ciné Tamaris - la société familiale qui restaure et diffuse les films de Jacques Demy et Agnès Varda - a entrepris la numérisation du film Les Parapluies de Cherbourg, avec le soutien - entre autres - de la Ville de Cherbourg-Octeville. Le film pourra ainsi continuer à être présenté dans les salles équipées en numérique. La sortie est attendue cette année.

Retrouvez l’ambiance des Parapluies Enfin, la Ville organise une série d’événements. Elle recrée ainsi un parcours de visite à travers dix lieuxphares du film : la boutique, la gare, l’ancienne station Esso, le théâtre à

l’Italienne, la cour Marie… «Des claps de cinéma proposant un commentaire et une photo du film ponctueront le parcours qui pourra être effectué seul ou dans le cadre des visites guidées gratuites organisées par l’office du tourisme», explique Lydia Thieulent, adjointe à la culture. Ces visites guidées seront suivies de la projection gratuite du film. Du 19 au 21 juillet, Cin’Etoiles sera consacré aux comédies musicales avec une soirée Catherine Deneuve en ouverture. Vous pourrez retrouver des anecdotes et des commentaires sur le film dans les vidéos réalisées par la société Biplan et mises en ligne sur ville-cherbourg.fr ou sur facebook.com/villedecherbourg. Des rendez-vous avec votre parapluie seront proposés cet été par la Ville avec le photographe Baptiste Almodovar. Une exposition photos de Jean-Marie Lezec sera organisée à la bibliothèque Jacques-Prévert. L’Odéon prépare une quinzaine du film chanté fin septembre. D’autres rendez-vous sont en cours d’élaboration avec les associations, le Trident, le SPIP (Service pénitentiaire d’insertion et de probation)…

Retrouvez vidéos et plaquette des visites guidées en flashant le QR-code suivant : Réservez vos places à la Cinémathèque sur cinematheque.fr ou fnac.com

Jacques t ardi invité de la Biennale du 9e art Le musée Thomas-Henry étant fermé pour travaux, c’est dans le décor XIXe des Salons de l’Hôtel de ville que se déroulera la 7e Biennale du 9e art, du 29 juin au 1er septembre. Avec comme invité, le dessinateur Jacques Tardi, auteur des Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec. La guerre et ses atrocités sont l’un des thèmes récurrents de ce fils de militaire dont le dernier album Moi, René Tardi, prisonnier au Stalag IIB, est sorti fin 2012 à partir des notes prises par son père durant la Seconde Guerre mondiale. Son style expressionniste lui a valu deux Eisner Awards décerné au Comic Con de San Diego en 2011 et le Grand prix du festival d’Angoulême en 1985 pour l’ensemble de son œuvre. A suivre...

21


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 22

Economie

Cherbourg-Octeville dans le vent des EMR

Cherbourg-Octeville prépare son avenir dans les Energies Marines Renouvelables (EMR) : les plus grands, comme DCNS, sont déjà positionnés sur cette filière, et d’autres sociétés, comme Sofren Group, se développent ici de manière remarquable. La société Sofren Group, implantée dans l’ancien hôpital maritime, propose des conseils en stratégie industrielle et ingénierie dans les domaines des EMR.

DCNS a, depuis plusieurs années déjà, engagé sa marche en avant vers les énergies hydroliennes et espère clairement générer 1 000 emplois dans ce secteur d’ici 2016. La direction a notamment validé la prise de contrôle d’Open Hydro, considérée comme la start-up la plus performante du monde dans ce domaine. Par son intermédiaire, DCNS entend ainsi développer, à Cherbourg-Octeville, un dispositif d’éoliennes très lourdes qui se fixent dans les fonds marins. Leurs pales, permettant de produire de l’électricité à moindre coût, tournent au ralenti pour perturber au minimum le milieu marin. Dans le même temps, la société Sofren Group, créée à Cherbourg et aujourd’hui installée dans les locaux de l’ancien hôpital maritime, fournit du conseil en stratégie industrielle, management de projets ou encore ingénierie, pour les secteurs du nucléaire, du pétrole Oil&Gas mais aussi des énergies renouvelables, non seulement en France mais aussi à l’étranger. Elle compte 200 salariés

22

dont bientôt une trentaine à CherbourgOcteville. La société travaille déjà sur d’autres projets, notamment avec EDF et Alstom. Or ces grands donneurs d’ordre sont très intéressés pour leurs projets à venir par l’enracinement de Sofren à Cherbourg-Octeville. Cette dernière devrait donc rapidement être sollicitée pour intervenir en assistance de ces maîtres d’ouvrage. «Cette filière qui se structure est incontestablement un plus pour toute la région, explique Anne-Laure Feral, responsable de département du groupe. Il y a très peu de chantiers qui offrent de telles perspectives aujourd’hui en France. Nous avons donc vocation à nous étendre et donc à embaucher, tout en entretenant le cercle vertueux qui garantit la satisfaction de nos interlocuteurs. C’est d’autant plus enthousiasmant que cette innovation industrielle est très stimulante pour nos collaborateurs.» Cet engouement industriel est également partagé, dans la filière, par la

société Tydalis. Installée dans les locaux de l’incubateur d’entreprises, toujours à Cherbourg-Octeville, elle a reçu en décembre le prix de l’innovation pour son hydrolienne à turbine. Ses ingénieurs ont mis au point «une sorte d’hélicoptère dont le rotor est immergé. La machine cherche ellemême les courants les plus adéquats.» Le système est d’ores et déjà opérationnel. Précisons enfin que 100 machines de ce type, réparties sur 2 km² dans le Raz-Blanchard, permettraient de fournir en électricité une ville comme Caen.


tratégie

comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 23

t ribunes de l’opposition cherbourg-octeville, un nouveau cap

changements Tour d’horizon Une nouvelle année débute, cela nous rapproche des prochaines élections municipales de 2014 dans l’ensemble des communes de France et par conséquent à Cherbourg-Octeville. Dans cette optique, faisons un point concernant l’actualité locale de ce début 2013. Commerces vacants : En effet, la presse locale a fait ses gros titres concernant le nombre important de commerces vacants dans l’hypercentre de Cherbourg. Evidemment le contexte économique maussade et les nouvelles façons de consommer, entraînent cette situation. Cependant soyons réalistes, la municipalité ne peut pas se cacher seulement derrière la crise qui serait la cause de cette situation. La vérité c’est que les rues de Cherbourg, principalement dans son secteur historique, sont d’une tristesse affligeante et dans un état de vétusté impressionnante. Ce n’est pas avec des fresques de couleurs sur le sol ou plutôt des rustines qui redonneront des couleurs économiques et une grande attractivité au centre de Cherbourg. Dans les années à venir il faut absolument lancer un grand projet ambitieux et réaliste de restructuration de ce quartier. Siège de la C.U.C : Tout va bien à la Communauté Urbaine de Cherbourg avec des travaux qui débuteront en Septembre 2013 et qui coûteront 2,5 Millions d’euros pour sa rénovation… Décidément la Communauté Urbaine ne connaît pas la Crise ! Evidemment, le bâtiment a besoin de se mettre aux normes. Mais pourtant, après la restructuration des locaux de la Communauté Urbaine dans années 2000 passant de rue Noël à la rue Tour-Carrée ou à la construction d’un bâtiment flambant neuf rue de la Marine ; nous pouvons le souligner une fois de plus, la Communauté Urbaine de Cherbourg aurait dû dès les années 1990 engager une réflexion concernant sa gestion immobilière pour éviter les sommes astronomiques injectées pour ses locaux administratifs. Jean Michel Houllegate et la manif pour tous : C’était l’affaire de ce début d’année. La gauche locale se divise concernant cette question très importante pour l’avenir de la France du «mariage pour tous». Nous tenons à saluer le courage du Maire de Cherbourg concernant cette question quand nous savons que le gouvernement actuel fait tout son possible pour détruire la cellule familiale. Plus que jamais, les français doivent maintenir la pression face à ce gouvernement. Les français doivent demander d’appliquer un référendum concernant cette question de la Famille afin de lancer véritablement un débat démocratique.

Notre ami Jean Levallois a choisi de quitter le Conseil municipal de Cherbourg-Octeville et notre famille politique. Nous tenons à le remercier chaleureusement pour son engagement à nos côtés tout au long de ces dernières années et nous respectons sa décision personnelle. Il en est ainsi de la vie politique où chaque famille connaît à certains moments des difficultés et des désaccords. Nous souhaitons la bienvenue à Rozenn Champain qui saura s’investir au sein du Conseil municipal comme elle l’a toujours fait depuis plusieurs années dans la vie locale, et ce avec la force de convictions qu’on lui connaît. Au-delà des difficultés qui ont été les nôtres, nous savons nous rassembler sur les valeurs essentielles qui fondent notre société. C’est ainsi que l’opposition locale a pris part au grand mouvement national contre le projet de loi autorisant le mariage homosexuel. Cette question dépasse d’ailleurs les frontières traditionnelles de la droite et de la gauche. Nous tenons à cet effet à saluer le courage politique du maire de Cherbourg-Octeville qui s’est engagé à soutenir les valeurs fondamentales de la famille que nous partageons. Formulons le vœu qu’en 2013, chacune et chacun puissent exprimer en conscience ses convictions personnelles indépendamment du clivage partisan.

Liste «pour un nouveau cap» (ump) : géraldine morlet, Rozenn champain, sophie Héry, Fabrice Huet

Municipales 2014 : A l’approche de ces élections Municipales, plusieurs voix se font entendre. Au sein de l’opposition municipale de Cherbourg-Octeville nous plaidons pour une réflexion de projet à projet. Mais surtout nous défendrons la vision d’une liste qui ne soit pas simplement monochrome politiquement. En effet, il faut pour ces élections une liste «Arc-en-ciel» de rassemblement, d’union municipale de la Droite Républicaine en passant par le Centre ! Une liste et un projet qui correspondra au Cherbourg-Octeville du 21e siècle ! CONTACTER OU RENCONTRER L’OPPOSITION MUNICIPALE : Groupe Changements Hôtel de Ville - Bureau de l’Opposition Municipale 2 Place République 50100 Cherbourg-Octeville Téléphone bureau : 02 33 87 88 57 Courriel : contact@cherbourg-autrement.fr Site Internet : www.cherbourg-autrement.fr

Liste «changements» (ump) : Hervé corbin, maurice Humbert, Régine Villedieu

23


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 24

Développement durable

EcoJardin : Cherbourg-Octeville primée 7 fois

Créé en 2012, le label EcoJardin récompense la gestion responsable des parcs et espaces naturels. La Ville de Cherbourg-Octeville a reçu ce label pour quatre de ses parcs et trois de ses espaces naturels. Une belle performance ! Cherbourg-Octeville est la seule ville normande dont les espaces verts sont labellisés EcoJardin.

Lancé en début d’année dernière, à l’initiative de Plante et Cité, centre technique national d’expérimentation en espaces verts, de 9 grandes villes françaises, du CNFPT et de réseaux professionnels, le label EcoJardin vise à encourager une gestion respectueuse de l’environnement, à valoriser le travail des jardiniers gestionnaires des espaces verts et à sensibiliser les usagers aux problématiques du développement durable ainsi qu’aux pratiques écologiques des espaces verts. «Nous voulons, à travers cette distinction, inciter les jardiniers à trouver des solutions techniques innovantes pour lutter contre les maladies et ravageurs des plantes, pour gérer les plantes et la flore envahissantes dans le respect de l’environnement et de la santé des agents et des habitants», affirme Jean-Claude Antonini, président de Plante et Cité. En juin dernier, Cherbourg-Octeville a fait acte de candidature. «Pour être retenus, il nous a fallu fournir un dossier très précis, détaillant toutes les actions que nous menons depuis des années : de la gestion de l’eau au traitement des mauvaises herbes, en passant par le paillage, la valorisation des plantes vivaces ou la gestion des espaces naturels. L’écolabel ressemble en tous points aux certifications Iso

24

mises en place dans le monde de l’industrie», rappelle Yvan Dupont, conseiller municipal délégué à l’embellissement de la ville. En octobre dernier, CherbourgOcteville a reçu la venue de spécialistes qui ont passé une demijournée sur les sept sites qui avaient fait acte de candidature. «Ils ont découvert notre politique, nous ont questionnés et ont observé nos méthodes de travail.» A l’arrivée, la commission nationale n’a attribué en France que 56 labels dont sept pour Cherbourg-Octeville : le Vallon Roquettes-Bucaille, le Vallon sauvage, le bois du Maupas, le parc des Ravalet, le jardin public, le parc Liais et le jardin du foyer Prévert. Une belle performance pour toute l’équipe des jardiniers qui monte sur la seconde marche du podium, avec autant de parcs primés qu’à Paris. CherbourgOcteville est ainsi la seule ville de Normandie à avoir sa gestion durable récompensée.

«L’attribution de ces sept labels nous fait très plaisir, mais elle vient surtout récompenser le travail d’une équipe qui a engagé depuis plusieurs années de nombreuses actions en faveur du développement durable : nos services

n’utilisent plus de produits chimiques, les plantes ne sont plus arrosées, le paillage naturel mis sur les massifs est fait avec les tailles d’arbres et d’arbustes... Une telle reconnaissance nationale ne peut que nous inciter à continuer à respecter la Nature et la chaîne alimentaire, donc la santé humaine», souligne Yvan Dupont. Ce label est valable trois ans. Avant même qu’il ne soit renouvelé, les jardiniers se sont déjà fixé un nouvel objectif pour juin prochain : que tous les espaces verts de la ville en disposent.

Labels pEFc/Fsc Bois destiné au chauffage, bois de construction, parquets, meubles, papier : l'achat de tous ces produits n'est pas anodin. Pour acheter responsable, faites confiance aux labels PEFC et FSC qui vous garantissent que le bois utilisé est issu de forêts gérées durablement. Si le label FSC concerne essentiellement le bois exotique (teck, acajou, ébène, palissandre…), le label PEFC, lui, s'applique surtout aux bois issus d'Europe et d'Amérique du Nord. Pour en savoir plus : http://ecocitoyens.ademe.fr/mes-achats

La con l’été 20


e

comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 25

Terrains Halley : bientôt un gymnase et une résidence

t ravaux Le projet de construction d’une salle de gymnastique et d’une résidence équipée d’appartements pour personnes handicapées moteur avance. Les travaux devraient débuter au printemps prochain.

La construction de la salle de gymnastique sur les anciens terrains Halley démarrera en juin et s’achèvera à l’été 2014.

En 2011, la Ville de CherbourgOcteville a lancé une étude d’urbanisme autour d’une de ses propriétés, les terrains des anciens entrepôts Halley. Objectif : étudier la faisabilité d’un projet d’aménagement qui comprendrait d’une part la construction d’une salle de gymnastique et d’autre part la cession d’une partie du terrain à la Fédération Autonomie et Habitat pour la construction d’une résidence dont une partie des logements serait réservée à des personnes handicapées moteur. Maire-adjoint aux sports, Franck Tison suit avec un intérêt tout particulier le projet de construction de la salle de gymnastique. «Ce projet, qui était attendu depuis longtemps, nous permettra à la fois de répondre aux besoins du club gymnique cherbourgeois, mais aussi des scolaires qui pourront ainsi pratiquer toutes les disciplines de ce sport dans les meilleures conditions.» Le gymnase disposera d’une salle de 1 200 m² ainsi que de locaux annexes pour les vestiaires, la salle mixte

baby gym et adultes, un bureau, une salle de réunion et des locaux de rangement. Aujourd’hui, le permis de construire est déposé. Les travaux devraient donc débuter en juin et se poursuivre jusqu’à l’été 2014. Pour mener à bien ce projet, la Ville participe à hauteur de 2,15 M€. «Cet équipement sera à très haute performance énergétique, proche des critères BBC : des panneaux solaires amèneront une partie de l’énergie nécessaire pour l’eau sanitaire, avec une ventilation double flux, et le chauffage se fera par une chaudière gaz avec un nouveau procédé de tube radiant à eau chaude en plafond.» Une attention particulière sera également portée aux aménagements extérieurs. Parallèlement au projet de salle de gymnastique, la Ville a cédé une partie des terrains à la Fédération Autonomie et Habitat pour la construction d’une résidence, en partenariat avec le bailleur social Presqu’île Habitat. Vingt-quatre logements (T2, T3 et T4) seront construits, dont une partie sera réservée à des personnes en situation de handicap moteur,

fortement dépendantes : elles vivront de manière indépendante mais pourront faire appel 24 heures sur 24 à une auxiliaire de vie qui sera présente dans l’immeuble.

«Notre objectif est d’inviter les collectivités à s’engager sur de tels projets, qui favorisent la mixité et l’insertion sociale par l’habitat de personnes en situation de handicap, explique Henri Le Pargneux, qui suit le projet cherbourgeois-octevillais. Nous avons déjà implanté ce genre de résidence à Caen, au Havre et démarrons la construction d’un immeuble dans la Creuse.» Un projet qui requiert la participation de nombreux acteurs. «Pour le projet cherbourgeois-octevillais, nous nous appuyons sur de nombreux partenaires : outre la municipalité et Presqu’île Habitat, le Conseil général de la Manche et l’Association des Paralysés de France sont impliqués et ont participé à la définition et la mise en œuvre de cette résidence.» Les travaux débuteront en avril pour une durée de dix-huit mois.

25


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 26

Economie

Nouvelle antenne de la chambre des artisans

u

La chambre de métiers et de l’artisanat a ouvert, en septembre, une antenne à destination des artisans. Objectif : faciliter leurs démarches en mettant à disposition services et informations sans avoir à se rendre à Coutances.

Parmi d’Alzh

Que ce soit pour créer une entreprise, développer un projet ou obtenir des informations sur l’aide à la gestion, la formation d’apprentis, ou les mesures environnementales, les artisans ont souvent besoin d’une réponse de proximité. C’est tout l’enjeu de l’ouverture de la nouvelle antenne de la chambre de métiers à Cherbourg-Octeville, rue Gambetta et inaugurée le 4 janvier dernier par le ministre délégué aux Affaires européennes, Bernard Cazeneuve. «Lorsqu’il était maire, Bernard Cazeneuve s’était beaucoup investi dans ce projet, explique JeanMichel Houllegatte, maire de Cherbourg-Octeville. La députée

Geneviève Gosselin et moi-même avons ensuite pris le relais.» L’antenne est installée dans des locaux mis à disposition par la Ville, sur le même site que le nouvel Office du Commerce et de l’Artisanat. «La ville offre désormais un véritable lieu de ressources et d’animations pour conduire une nouvelle stratégie de dynamisation du commerce et de l’artisanat.»

Stages et formations continues Dispensant désormais les artisans de se rendre systématiquement au siège

Quoi de neuf sur le quartier des Bassins ? Le centre commercial Les Eléis ouvrira ses portes en avril prochain, permettant de découvrir de nouvelles enseignes. Si le parking central a dévoilé ses 200 premières places, les espaces publics et jardins du nouveau quartier sont en bonne voie : pilotés par la Shéma, les travaux d’aménagement de la place Jacques Hébert, devant le centre commercial, ont démarré en novembre 2012 et la première moitié de la place sera livrée pour l’ouverture des Eléis fin avril. Les travaux de l’autre partie sont programmés pour la livraison de l’hôtel haut de gamme fin 2014. Les travaux d’aménagement des Jardins de la Divette se dérouleront à partir de septembre 2013 pour une ouverture prévue au printemps 2014. Enfin, l’aménagement du secteur Carnot, de la rue Jacques Rouxel et de la place Louis Darinot (à l’est de l’avenue Carnot) sera réalisé d’ici juillet prochain.

26

de la chambre de métiers à Coutances, «la nouvelle antenne permet aussi de proposer des stages préparatoires à l’installation, des formations continues en informatique, en anglais, en comptabilité ou encore en ressources humaines», explique le président de la chambre, Jean-Denis Meslin.

Un succès immédiat Depuis l’ouverture en septembre, sans aucune publicité, l’antenne a déjà reçu plus d’une centaine de personnes en rendez-vous individuels ou en réunions collectives. C’est la marque évidente du besoin auquel répond cette vitrine de la chambre dans la ville. Un enjeu d’autant plus fort que ce secteur, comme l’a rappelé le maire, est «l’un des plus grands pourvoyeurs d’emplois, qui plus est, non délocalisables». L’antenne est ouverte 44 rue Gambetta le lundi, sans rendez-vous de 10h à 12h30, et sur rendez-vous les autres jours.

Contact : 02 33 76 62 62 www.artisanat50.fr


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 27

Alzheimer : un nouveau service à domicile

solidarité La plate-forme d’accompagnement et de répit entre en service. Objectif : soulager les familles des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou apparentée, grâce au soutien d’un professionnel à domicile.

Parmi les activités proposées directement au domicile des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer : des jeux pour préserver les capacités cognitives des malades.

Beaucoup de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou apparentée vivent encore dans leur famille. Pour les proches, qui les accompagnent quotidiennement, la tâche est souvent lourde et prenante car elle nécessite une surveillance 24 heures sur 24. Pour les soulager, la Ville de Cherbourg-Octeville a ouvert, il y a quelques années, l’accueil de jour Becquerel qui accueille, quelques heures par semaine, ce public. Afin de compléter ce dispositif, elle vient de lancer, en partenariat avec la Fondation du Bon Sauveur et dans le cadre du plan national Alzheimer 2008/2012, une plate-forme d’accompagnement et de répit dont le siège se trouve à l’Ehpad la Quincampoise. Son principe de fonctionnement est simple : les aidants (enfants, conjoints…) qui souhaitent être remplacés pendant quelques heures peuvent faire appel à cette plate-forme. Un agent spécialisé est alors envoyé au domicile de la personne malade, remplaçant ainsi temporairement l’aidant. «Nous assurons uniquement l’accompagnement de la personne, explique Sandie Lemonnier, la jeune coordinatrice du service. Nous ne

sommes pas là pour faire la cuisine, la toilette ou le ménage. En revanche, nous proposons des activités ludiques, des promenades ou tout simplement des échanges avec elle.» L’agent peut se rendre sur place entre 8 et 20 heures, du lundi au vendredi. Son temps d’intervention va d’une heure à une journée complète. On peut faire appel à lui de manière régulière ou exceptionnelle. «Un aidant qui pratique une activité à l’extérieur peut le solliciter toutes les semaines. Cela peut aussi se limiter à une seule intervention. Nous sommes là pour aider, soutenir, conseiller dans les situations les plus difficiles, favoriser le maintien de la vie sociale et relationnelle entre des personnes malades et leurs soutiens familiaux. Nous essayons aussi de contribuer à préserver les capacités fonctionnelles, cognitives et sensorielles des personnes malades.» Le service, pour le moment, n’est ouvert qu’aux familles de malades domiciliés dans la Communauté urbaine et la communauté de communes Douve Divette. Les gardes débutent début février. Coté tarif, il sera demandé aux familles 5 € de l’heure.

«Ce nouveau dispositif complète l’offre que nous mettons en place depuis des années sur CherbourgOcteville, souligne Frédéric Bastian, maire-adjoint aux solidarités et à la cohésion sociale. Nous disposons désormais de services adaptés aux besoins de ce public, de l’Accueil de jour à l’Ehpad.» Contact : Sandie Lemonnier, au 02 33 42 38 09 ou au 06 74 08 88 14

un forum sur la maternité Vous attendez un bébé ou vous avez accouché ces derniers mois ? Participez au forum La venue de bébé, vendredi 15 février de 14h à 20h, salle des fêtes, place centrale. Des professionnels de santé (sages-femmes, orthophonistes...), et des représentants d’organismes (CAF, CPAM, MSA, RSI...) et d’associations vous informeront, sur les stands ou lors des ateliers, sur vos droits dans le cadre de l’assurance maladie, des prestations familiales et de l’action sociale, la prévention dans le domaine de votre santé et celle de votre bébé, l’alimentation pendant la grossesse, l’allaitement...

27


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 28

En bref

Musée fait le mur : votez pour votre tableau préféré !

Intergénération : tout un programme ! Dans le cadre de ses animations, la crèche des P’tits Loups a mis en place un échange intergénérationnel entre les enfants la fréquentant et les résidants de l’Ehpad La Quincampoise. Une action amorcée en 2012 et qui se poursuit cette année. «En janvier, les enfants se sont rendus à l’Ehpad pour partager la galette des rois faite maison, explique Dominique Guilbert, responsable de la crèche Les P’tits Loups. En février, l’échange continue avec une visite des résidants à la crèche pour une crêpe party !» D’autres rendez-vous sont prévus en mars et avril, avec notamment la fête des grands-parents ou la chasse aux chocolats perdus dans le jardin de la crèche.

un guide pratique pour les 12-25 Début janvier, la Ville de CherbourgOcteville a sorti un nouveau guide pratique à destination des 12-25 ans. A l’intérieur, les informations pratiques sur les services ouverts aux jeunes, du logement au transport, en passant par les loisirs, les organismes de formation ou les juniors associations. «Notre objectif était de proposer un guide exhaustif qui leur facilite la vie, explique Muriel Jozeau-Marigné, maire-adjointe à la jeunesse. Il recense toutes les adresses des services disponibles sur la ville.» Ce guide vient compléter le Guide de l’enfance, qui recense l’ensemble des activités ouvertes aux 3-11 ans, et sera mis à jour tous les ans. Il est actuellement disponible aux accueils de la mairie, des espaces solidaires, au service jeunesse… Retrouvez-le également sur villecherbourg.fr

28

Pour la 2e édition de l’exposition Le musée fait le mur du 1er juin au 1er septembre, direction Octeville avec une trentaine de tableaux sélectionnés par les habitants. Vous pouvez aussi participer à cette sélection ! Rendez-vous du 11 au 22 février sur la page Facebook de la ville (facebook.com/villedecherbourg) pour voter pour La boutique du barbier chirurgien, d’un artiste anonyme, d’après Jan Brueghel le Jeune ou pour Méléagre présente à Atalante la hure du sanglier de Calydon, attribué à Anton Van Dyck. Une reproduction grandeur nature du tableau sélectionné sera ensuite accrochée dans le quartier des Provinces pendant toute la durée de l’exposition. A vos claviers ! La page Facebook de la ville est également accessible à partir de la page d’accueil de ville-cherbourg.fr

Les naissances en recrudescence ! L’année 2012 a été marquée par une augmentation des naissances : 2 101 enfants (1 053 garçons et 1048 filles) ont vu le jour l’année dernière. Parmi les prénoms les plus usités : Emma, Lilou et Louise pour les

filles et Nathan, Hugo et Léo pour les garçons. L’année a également été marquée par une baisse des mariages (101 en 2012 contre 121 en 2011).

Le portrait à l’honneur Du 24 février au 19 mai, Le Point du Jour propose l’exposition Humaine du photographe Marc Pataut. «L’exposition est essentiellement une recherche sur le portrait de trois femmes du nord, explique Béatrice Didier, co-directrice du Point du Jour. L’artiste s’est concentré sur leur visage en évacuant tout décor, jusqu’à réaliser des nus avec l’une d’entre elles.» Des photographies réalisées dix ans auparavant dans la ville proche de Sallaumines seront également présentées. Contact : Le Point du Jour au 02 33 22 99 23 ou lepointdujour.eu


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 29

!

Horaires et numéros de téléphone

Infos pratiques

mairie@ville-cherbourg.fr www.ville-cherbourg.fr

Les bibliothèques

Hôtel de ville

Place de la République BP 823 50108 Cherbourg-Octeville Cedex Tél. 02 33 87 88 89 Fax : 02 33 87 88 88 Mardi et jeudi : de 8h15 à 17h entre 12h15 et 13h30 uniquement Services Accueil, Etat-Civil, Population Lundi, mercredi, vendredi : de 8h15 à 12h15 et de 13h30 à 17h Samedi : de 9h à 12h (Services Accueil, Etat-Civil, Population et une permanence au Secrétariat Général) Services situés à l'hôtel de ville ou à proximité : Etat civil : 02 33 87 88 20 Population (élections, logement) : 02 33 87 88 22 Culture : 02 33 87 89 26 Services techniques : 02 33 87 88 90 Développement économique et commerce : 02 33 87 89 14 Point d'accueil insertion-centre : 02 33 01 50 60 Relations publiques et promotion : 02 33 87 88 30 Ressources humaines : 02 33 87 89 60 Service 3e âge 02 33 01 50 60 ou 02 33 01 50 71 Services financiers : 02 33 87 88 70 Service communication : 02 33 87 88 32

piscine chantereyne

Période scolaire Lundi de 12h à 13h30 et de 17h15 à 19h15 Mardi de 12h à 13h30 et de 17h15 à 19h Mercredi de 14h à 18h Jeudi 12h à 13h30 et de 17h15 à 19h Vendredi de 12h à 13h30, de 17h15 à 19h et de 20h30 à 22h Samedi de 14h à 18h Dimanche de 9h à 13h Vacances scolaires Lundi de 14h à 18h Mardi de 12h à 18h Mercredi de 14h à 18h Jeudi de 12h à 18h Vendredi de 14h à 20h Samedi de 14h à 18h Dimanche de 9h à13h et de 15h à 18h (sauf le 24 février : 9h-13h)

Bibliothèque Jacques-prévert mairie de la Butte

Place René Cassin Tél. 02 33 87 88 89 Fax : 02 33 87 87 30 Du lundi au vendredi : de 8h15 à 12h15 et de 13h30 à 17h (Services Accueil, Etat-Civil, Population) Services situés à la mairie de la Butte ou à proximité : Etat civil : 02 33 87 87 32 Population (élections, logement) : 02 33 87 87 32 Citoyenneté : 02 33 87 87 26 Education : 02 33 87 87 33 Petite enfance et jeunesse : 02 33 87 87 43 Point accueil insertion : 02 33 87 87 06 Points associations : 02 33 87 87 56 Solidarité : 02 33 87 87 20 Sports : 02 33 87 87 07 Service d'hygiène et de santé : 02 33 87 87 60 Centre Communal d’Action Sociale rue Paul Talluau 02 33 01 50 60 Espace Brassens rue du G. de Gaulle 02 33 87 87 06

piscine de la Butte

Période scolaire Lundi de 17h à 18h15 Mardi de 12h à 13h30 et de 17h à 18h45 Mercredi de 15h à 17h Vendredi de 17h à 18h45 et de 20h30 à 21h45 Samedi de 10h à 11h45 et de 15h à 17h30 Dimanche de 10h à 12h15 Vacances scolaires Lundi de 14h à 18h Mardi de 14h à 18h Mercredi de 14h à 18h Jeudi de 14h à 18h Vendredi de 10h à 11h45 et de 14h à 19h30 Samedi de 10h à 11h45 et de 14h à 18h Dimanche de 10h à 12h15

urgences : Hôtel de police, 2 rue Val de Saire. Tél. : 02 33 88 76 76 - Pompiers : 18 Police Secours : 17 - S.A.M.U : 15 - Secours depuis tous les portables : 112

Espace René Le Bas - Bat. A 61, rue de l’Abbaye Tél. 02 33 23 39 40 Mardi et vendredi : 13h-18h Mercredi et samedi : 9h-17h

Bibliothèque Raymond-Queneau Place de Bourgogne 50130 Cherbourg-Octeville Tél. 02 33 44 73 73 Mardi, jeudi et vendredi : 13h-18h Mercredi et samedi : 10h-17h

Bibliothèque des sciences 21, rue Bonhomme Tél. 02 33 53 28 06 Mercredi et vendredi : 14h-17h Samedi : 9h30-11h et 14h-16h30

Les musées

musée d'art t homas-Henry Fermé pour travaux. Les équipes du musée vous accueillent 22, place Napoléon. Tél. 02 33 23 39 30

muséum Liais Parc Emmanuel Liais Tél. 02 33 53 51 61

musée de la Libération Fort du Roule Tél. 02 33 20 14 12

Les musées sonts ouverts du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h et le dimanche de 14h à 18h

police municipale et objets trouvés

22 rue de la Bucaille Tél. : 02 33 10 05 10 Du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à 17h

suggestions, idées, réclamations... : la ville est à votre écoute au numéro vert : 0 800 050 100 29


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 30

Retour sur

1 décembre er

Cherbourg-Octeville en images

7 décembre

décembre

Le chocolat pour tous

port chantereyne au salon nautique

Les quartiers fêtent la fin d’année

Samedi 1er décembre, la Maison Olympe de Gouges a accueilli près de 90 personnes pour sa deuxième animation autour du chocolat. «L’idée est de permettre aux gens de se rencontrer et d’échanger autour d’une activité plaisir, explique Frédéric Bastian, maire-adjoint aux solidarités et à la cohésion sociale. De nombreux participants en ont également profité pour apprendre à faire des chocolats pour les refaire à leurs familles pendant les fêtes.»

Du 7 au 16 décembre, cinq agents de Port Chantereyne se sont relayés sur le stand du Salon nautique de Paris. Un stand commun Manche - Calvados, qui présentait les ports de plaisance et les stations nautiques de ces 2 départements. «Cette présence permet de développer l'image et la notoriété du port auprès des plaisanciers, de présenter aux visiteurs le bassin de navigation et la région ainsi que les offres de forfaits de stationnement saisonniers du port, explique Michel Louiset, maire-adjoint au port. Plus de 240 000 visiteurs ont été accueillis au Salon nautique, ce qui en fait un vecteur important de communication pour le développement de l'image de Port Chantereyne, et plus largement de notre région.»

Promenades en calèche sur Octeville Bourg, décoration de sapins en centreville, déambulations sur l’AmontQuentin, projection d’un film d’animation dans le quartier Sud-Est, spectacle dans le quartier Val de Saire... : cette année encore, les conseils de quartier se sont fortement mobilisés autour des fêtes de fin d’année. De nombreuses animations pour petits et grands ont été organisées à travers la ville. «Nous soutenons fortement ces initiatives qui font vivre nos quartiers», explique Jean-Claude Magalhaes, maire-adjoint à la citoyenneté.

30

q


e

née

-

ae

ts et

comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 31

Cherbourg-Octeville en images

14 décembre

23 décembre

Retour sur

19 et 20 janvier

Les conseils de quartier en ag

père noël à cherbourg-octeville

Les anciens fêtent les rois

Avec 147 inscrits en 2012, les conseils de quartier ont connu cette année une évolution très positive. «Les conseils de quartier permettent aux habitants d’être de véritables acteurs de la ville, explique un des conseillers. Nous sommes davantage associés aux dossiers, notamment sur la voirie et l’aménagement des espaces verts, et nous avons l’impression d’être plus écoutés par les élus. C’est très appréciable !» Parmi les points à améliorer : la visibilité des conseils de quartier et la mobilisation sur les réunions interquartiers.

Plusieurs centaines d’enfants accompagnés de leurs parents se sont déplacés pour voir le père Noël arriver par la mer. A bord de sa calèche, il a ensuite sillonné la ville, distribuant bonbons et friandises précédé de groupes musicaux. Une formule qui a fait ses preuves, tout comme les animations de Noël proposées sur le marché place de Gaulle par l’association Union Cherbourg Commerces et la Ville. «Plusieurs centaines de personnes assistent chaque année au spectacle de lancement des festivités de fin d’année ainsi qu’aux embrasements de la fontaine», explique Guylaine Godin, maire-adjointe aux fêtes et cérémonies.

Près de 1 000 personnes ont répondu à l’appel de la mairie pour partager la traditionnelle galette des rois, samedi 19 et dimanche 20 janvier derniers, salle Montécot et complexe sportif Chantereyne. Un temps fort des animations proposées par la Ville de Cherbourg-Octeville au public senior et qui connaît chaque année un réel succès. «Nous ne manquerions ce rendez-vous pour rien au monde, souligne un des participants. Nous nous retrouvons chaque année autour d’une part de galette et d’un orchestre, c’est très sympa !»

31


comagazine147_comagazine106.qxd 28/01/2013 15:33 Page 32


Mag de janvier 2013