Page 1

UNIVERSUM

Juin 2014

TOP100 2014

SWISS STUDENT SURVEY

Les employeurs suisses les plus attractifs  Interview

de 16 top employeurs  Ce qui rend Google si populaire

UNE COLLABORATION ENTRE

UNI__Cov_P001_X0 1

ET

03.06.14 09:08


The opportunity of a lifetime www.pwc.ch/careers

Grow your own way Chez nous, tu poursuis une carrière à ta mesure, enrichie par une formation continue individualisée et professionnelle et par un coaching «on & off the job». Au sein de notre réseau mondial qui compte 184’000 spécialistes, tu traites des projets exigeants, d’envergure nationale et internationale, et crées de la valeur ajoutée pour nos clients. Tu côtoies les meilleures équipes et plus de 60 nationalités. Nous attendons de ta part une soif de connaissances et une grande envie d’apprendre, une ouverture à la nouveauté et le sens des responsabilités. Il est essentiel pour nous que tu aies l’esprit d’équipe, car c’est en équipe que se crée la meilleure valeur ajoutée. Voici le deal : Nous offrons beaucoup et attendons beaucoup en retour. Curieux ? Vas voir sous: www.pwc.ch/careers. © 2014 PwC. All rights reserved. “PwC” refers to PricewaterhouseCoopers AG, which is a member firm of PricewaterhouseCoopers International Limited, each member firm of which is a separate legal entity.

HC_Grow_Marta_F_195x270.indd 1

28.04.2014 13:29:55


Chères lectrices, chers lecteurs Le choix du bon employeur est d’une importance décisive pour bien aiguiller sa carrière. Car nous avons tous notre personnalité propre et des préférences ainsi que des objectifs de carrière très personnels. S’il n’en est pas tenu compte dans le travail au quotidien, la frustration est de rigueur. Ce n’est que chez l’employeur adéquat que les critères énumérés peuvent être mis en harmonie et qu’il est envisageable d’atteindre une satisfaction personnelle et de développer pleinement son potentiel. La quête d’un poste de travail exige que l’on s’en préoccupe sérieusement et c’est un processus très émotionnel au fil duquel Universum tente d’assister les jeunes talents. Les classements des employeurs peuvent être utiles pour se procurer des informations quant au choix de l’un d’entre eux. Mais souvent les futurs employés se demandent sur quels classements ils sont censés miser. C’est une question que nous nous posons nous aussi, chez Univer-

sum, et de manière critique. Pour nous, les aspects méthodologie, indépendance, transparence et pertinence de l’échantillon ont une priorité absolue. L’Universum Student Survey Suisse 2014 se fonde sur un nouveau record de 11  151 diplômés universitaires issus de multiples parcours académiques. Avec ses plus de 700 000 participants dans le monde entier, l’Universum Student Survey constitue la plus grande et la plus importante étude d’évaluation d’employeurs. Dans ce cadre, l’attractivité des employeurs est établie par le biais d’un sondage et traduite dans un classement TOP 100 des divers parcours académiques. Par ailleurs, Universum évalue systématiquement les objectifs de carrière, les ressorts d’attrait, respectivement les facteurs de décision dans la recherche d’employeurs, l’aptitude à la communication et les plans professionnels des étudiants. Le magazine Universum TOP 100 énumère aussi bien les classements Universum que les découvertes décisives issues des questionnaires adressés cette année aux étudiants suisses. Par ailleurs, les employeurs sélectionnés se présentent par le biais d’interviews personnelles. Avec un tel concept, nous vous offrons l’opportunité de lire de vraies histoires de vrais collaborateurs et de vous faire de la sorte une idée exclusive de la culture de chaque employeur. Je vous souhaite une lecture passionnante, de nouvelles perspectives en rapport avec votre carrière et plein de succès pour votre avenir – peut-être auprès d’un des employeurs les plus attractifs de Suisse.

04

L’aimant Google Pour les diplômés issus de différentes filières, le groupe IT est l’employeur le plus attractif.

08

L’attractivité des entreprises L’étude d’Universum montre selon quels critères les diplômés choisissent leur employeur.

10

Universum Top 100: le ranking Le classement des employeurs les plus plébiscités répartis dans sept différentes catégories.

19

Les employeurs en interview De l’Administration fédérale à UBS: les top entreprises se présentent et dévoilent ce qu’elles offrent et ce qu’elles attendent des jeunes diplômés.

Yves Schneuwly

Photos: Jorma Müller, Keystone

Yves Schneuwly, directeur Universum Suisse

Je me réjouis de recevoir vos réactions: yves.schneuwly@universumglobal.com

Impressum Publisher: BILANZ, Axel Springer Schweiz AG, Förrlibuckstrasse 70, Postfach, 8021 Zurich, www.bilanz.ch, Tél. 043 444 55 20, en collaboration avec Universum Communications Switzerland AG, Mülhauserstrasse 50, 4056 Bâle, Tél. 061 385 55 00, Fax 061 385 55 99, www.universumglobal.com Rédaction: Erik Nolmans, Ruedi Arnold Art Director: Wernie Baumeler Maquette: Michael Müller Production: Susann Tamisier, Christian Wapp Rédaction photos: Remo Lötscher, Susanne Borer Photos: Jorma Müller Correction: Samira Payot Traduction: Gian Pozzy Annonces: Sandra Bruderer, Tobias Hunziker, Désirée Michel Impression: Swissprinters AG, Zofingen Universum Group: Group CEO Petter Nylander, CEO Switzerland Yves Schneuwly, Universum Project Manager: Simone Heusler, simone.heusler@universumglobal.com, Universum Account Manager: Nelly Riggenbach Hasler, nelly.riggenbach@universumglobal.com, Yves Schneuwly, yves.schneuwly@universumglobal.com, Louis de Montmollin, louis.demontmollin@universumglobal.com, www.universumglobal.com, www.careerstep.ch

2014  |  Universum Top 100  3

UNI__Edi_P003_X0 3

03.06.14 09:07


Google

4  Universum Top 100 | 2014

UNI__Goo_P004_X0 4

02.06.14 17:26


L’aimant Google Aucune entreprise n’est plus attractive aux yeux des étudiants. Une visite au centre de recherche de Google, à Zurich, explique pourquoi.

I

ls se nomment «Zooglers», avec un Z comme Zurich, où se situe le plus grand centre de recherche et de développement du groupe IT hors des Etats-Unis. Google est arrivé à Zurich il y a tout juste dix ans, avec à l’époque deux collaborateurs. De nos jours, sur le site industriel où Hürlimann brassait jadis sa bière, ils sont 1300 employés venus de 75 pays. Des développeurs de logiciels, conseillers à la clientèle, avocats, spécialistes RH, professionnels de la communication. Une bonne partie d’entre eux sont ingénieurs, issus de diverses filières. Les offres d’emploi sont libellées comme suit: «Enterprise Technical Solutions Engineer, Cloud Technology», «Software Engineer, Site Reliability Engineering, University Graduate» ou «Information Security Incident Response Enginer». Ceux qui ne comprennent pas ce que cela veut dire ne seront jamais des «Googlers». L’entreprise, qui occupe 50 000 personnes de par le monde, reçoit 2 millions de candidatures par an. Ceux qui obtiennent un emploi au terme d’un processus d’embauche à plusieurs niveaux peuvent se vanter de figurer parmi les meilleurs de leur branche.

La seule station de métro à Zurich. Les pièces chez Google sont élaborées à l’exemple de cette imitation d’une station de métro.

Dans le classement d’Universum, Google figure deux fois au premier rang des employeurs les plus attractifs (business et IT) et une fois au deuxième rang (ingénieurs). Aux yeux des étudiants en sciences humaines et sociales, Google figure au quatrième rang et, pour ceux en sciences naturelles, au cinquième. Aucune autre entreprise ne s’en tire aussi bien, aucune n’est arrivée aussi vite au sommet. Google est entré sur la liste des employeurs les plus attractifs pour la première fois en 2008 et occupait alors le quatrième rang aux yeux des économistes. Il ne lui a fallu que six ans pour atteindre le sommet. Apparemment, à en croire l’étude d’Universum, Google propose exactement ce que les étudiants attendent de leur premier •

Photo: Keystone

au top depuis six ans

2014  |  Universum Top 100  5

UNI__Goo_P005_X0 5

02.06.14 17:26


Google

Pauses créatives. Des lounges font partie de Google au même titre que des petites pièces pour téléphoner ou des conversations à deux. Pour les pauses, des baby-foot et des billards sont à disposition.

de transats permettant de faire une petite sieste ou de se remettre d’un jetlag est à disposition. Dans un atelier, les ingénieurs qui voudraient, pour changer, créer des objets concrets peuvent scier, limer et raboter. La question s’impose: est-ce qu’au fond quelqu’un travaille chez Google? Oui, ça travaille. Tous ces agréments sont plus que de la garniture: l’environnement doit contribuer à ce que le travail fasse plaisir; il doit inspirer, si possible proposer beaucoup d’opportunités de se rencontrer par hasard et de discuter des idées. Google vit de ces idées, ce serait un crime de les balayer sous le tapis. Chaque Googler peut aujourd’hui encore envoyer un courriel à Larry Page et recevra une réponse. Les questions ne sont pas importunes, elles sont bienvenues. Exemple: TGIF, autrement dit «Thanks God it’s Friday».

idées révolutionnaires Ce moment célébré dans tous les bureaux Google du monde entier permet aux collaborateurs d’échanger dans une ambiance détendue, de s’informer sur les nouveautés chez Google (Suisse) et de discuter les idées. Il s’agit souvent d’idées révolutionnaires. Larry Page, le cofondateur de Google, explique: «Une bonne partie de mon travail consiste à orienter l’attention des collaborateurs sur des trucs révolutionnaires.» Et accessoirement à partager les valeurs de

Photos: Keystone

• employeur: un équilibre vie privée-vie professionnelle intact, des défis intellectuels, des équipes et des chefs dont ils puissent s’inspirer, un caractère international et le tout dans une ambiance de travail aussi agréable que possible. Est-ce vraiment le cas? Jetons un coup d’œil dans l’«Engineering Hub» de Zurich qui se différencie fondamentalement des paysages de bureaux des autres entreprises. Les «Zooglers» travaillent dans un monde à part. Dans les bâtiments, les lounges occupent un vaste espace. L’une ressemble à la bibliothèque d’un bon vieux club anglais. L’autre à une jungle avec des alcôves sous les arbres, la troisième a été conçue comme une gigantesque malle. Dans d’autres espaces, on se sent comme lors de la percée du tunnel du Gothard ou dans une station de métro. Il y a partout des machines à café, des distributeurs de boissons et de snacks de toute sorte. C’est gratuit. Les Googlers mangent et boivent aussi aux frais de la princesse dans les trois restaurants, asiatique, méditerranéen et américano-suisse où les plats sont délicieux. Petit-déjeuner, repas de midi ou du soir, mangés sur place ou rapportés à la maison: tout est gratuit. Google investit dans ses collaborateurs et les encourage à prendre des pauses durant la journée. Ils peuvent faire une heure de fitness, se recentrer dans une salle de méditation ou bénéficier d’un massage. Un espace assombri avec des aquariums et toute une rangée

6  Universum Top 100 | 2014

UNI__Goo_P006_X0 6

02.06.14 17:26


l’entreprise. Au nombre de ces dernières: l’utilisateur a la priorité, vite vaut mieux que lentement, bien vaut mieux que moins bien, on peut gagner de l’argent sans faire de tort à quiconque. Et ce que les étudiants apprécient en particulier: «On peut être sérieux sans porter de complet-veston.» A Zurich, centre de développement pour l’Europe, le MoyenOrient et l’Afrique, les complets-veston sont rares. Ici sont nées d’importantes contributions au développement du service de courriel Gmail, à la plateforme vidéo YouTube et au service de cartes en ligne Google Maps. Leur fonction de navigation a été développée pour une bonne part à Zurich, de même que l’Agenda Google Calendar numérique. Le Priority Inbox, qui classe les messages Gmail en fonction de leur importance, est l’œuvre des «Zooglers». L’équipe Google de Zurich travaille sur la Content ID, un service de protection des droits d’auteur sur YouTube, et bricole de nouvelles opportunités de pub innovantes pour la plus grande plateforme vidéo du monde. Ce sont les Zurichois qui ont permis que le spot publicitaire au début du film puisse être supprimé au bout de 5 secondes et que, dans ce cas, le client n’ait rien à payer. Et quand Google Now fait en sorte que l’utilisateur sache toujours ce qui figure aujourd’hui à son agenda, où il doit se rendre et comment y aller le plus efficacement possible, les gens de Zurich y ont beaucoup contribué.

Photos: Keystone

malin et orienté objectif Travailler chez Google, écrivait le magazine Bilanz, c’est «être jeune, passionné de boulot, heureux de faire des expériences et avoir foi dans les technologies». Google, pour sa part, décrit le collaborateur idéal d’une façon un peu plus réservée: il faut être malin et orienté objectif, s’intégrer activement, se confronter avec passion aux problèmes de Google et participer au développement de l’entreprise. Les collaborateurs organisent largement leur travail tout seuls, car ils doivent réfléchir en entrepreneurs. Ils n’ont pas besoin de quelqu’un qui leur prescrive quand ils doivent travailler. Certains arrivent tôt, d’autres tard. Les uns travaillent jusque tard dans la nuit, d’autres prennent leur soirée. Ce qui n’empêche pas que bon nombre de «Zooglers» se sentent chez eux au bureau (qui n’est justement pas vraiment un bureau), y passent une partie de leurs loisirs, y nouent des amitiés, fassent du sport avec les amis et discutent. Tous ne veulent ou ne peuvent pas séparer strictement leur vie privée du travail. Et comme il y a là des gens du monde entier, dont beaucoup débarquent à Zurich, Google leur propose une sorte de patrie, un lieu de travail et de vie. Il y a beaucoup à faire dans l’empire Google. Les collaborateurs ne se laissent pas pourrir leur plaisir au travail par l’adversité, et les problèmes sont discutés. Quand on travaille ici, on est trop intelligent pour juger futiles les questions éthiques. L’entreprise doit-elle apprendre le droit à l’oubli comme le demande la Cour européenne de justice? Faut-il éliminer des résultats du moteur de recherche les références obsolètes, sans intérêt ou nuisibles à la réputation? Les Googlers le feront, de même qu’ils ont supprimé en peu de temps, les visages et les numéros d’immatriculation de Street View. Google n’a pas le droit de tout faire, alors que l’on dirait bien que Google sait tout faire. Et pour en faire partie, il faut savoir faire plein de choses. La procédure d’embauche, perfectionnée au fil des ans, indique si quelqu’un est bienvenu ou non. Au premier entretien avec un recruteur succède un entretien téléphonique, puis un nouvel entretien dans l’une des filiales. Ces prises de contact ne sont pas gérées par un seul responsable du

personnel: quatre ou cinq autres Googlers dialoguent aussi avec le candidat. Ils vérifient bien davantage que la seule qualification professionnelle pour le poste proposé, qui doit de toute façon être exceptionnelle. Le candidat sait-il inspirer et mobiliser une équipe? Comment réfléchit-il? Comment aborde-t-il la solution à un problème? S’adapte-t-il à l’entreprise et à son style, le «Googleyness»? Afin que les inclinations et les aversions personnelles ne jouent pas de rôle, les impressions des intervieweurs sont transmises à un comité indépendant avant qu’il ne soit décidé si le candidat trouvera sa place dans le cercle des Googlers.

le succès rend attractif La procédure ne paraît pas dissuasive, comme le montre le nombre de candidats. Plusieurs raisons à cela. D’une part, ce ne sont pas les défis qui manquent. Ensuite, cela fait plaisir de travailler dans une entreprise qui marche: en 2013, le chiffre d’affaires de Google a atteint presque 60 milliards de dollars, le bénéfice plus de 12 milliards. Et au premier trimestre 2014, le chiffre d’affaires a augmenté de 19%, à 19 milliards de dollars, par rapport au même trimestre de l’année précédente. Le fait que Google collecte les données que nous lui offrons, qu’il les relie, les combine et les rende accessibles à un maximum de gens est devenu une banalité. En réalité, Google fait bien davantage: il n’est pas de problème que l’on ne puisse résoudre par le biais du bon algorithme. Nombre de ces problèmes sont déjà résolus. Le moteur de recherche devient toujours plus intelligent et répond aujourd’hui à 3 milliards de questions par jour. Le navigateur le plus installé est Chrome. Google Books donne de la visibilité à des œuvres scientifiques au tirage confidentiel dans les régions les plus périphériques. Le système d’exploitation Android, le réseau Google+, les tablettes et smartphones Nexus, les millions de vidéos sur YouTube, Gmail, Picasa, les lunettes Google Glass: tout cela est signé Google, sans • doute le groupe le plus puissant du monde.

google en chiffres www.google.com Fondée: le 4 septembre 1998 Fondateurs: Larry Page et Sergey Brin Siège: Mountain View, Californie Effectif dans le monde: environ 50 000 Effectif en Suisse: quelque 1300 Chiffre d’affaires 2013: 59,8 milliards de dollars Bénéfice 2013: 12,2 milliards de dollars Filiales: plus de 70 dans plus de 40 pays Qui peut postuler: des ingénieurs issus de nombreuses filières, des diplômés des sciences humaines, sociales et sciences naturelles, des juristes et bien d’autres Information pour les candidats: www.google.com/about/careers/locations/zurich/

2014  |  Universum Top 100  7

UNI__Goo_P007_X0 7

02.06.14 17:26


RANKING

Ce qui rend les employeurs attractifs

A

ucune étude n’illustre mieux que l’Universum Student Survey les objectifs de carrière et ce que les étudiants attendent de leur premier employeur. C’était déjà le cas en 2000 quand la société suédoise Universum a publié pour la première fois les résultats d’un sondage effectué auprès des étudiants suisses. La construction d’une carrière, le développement de la personnalité, les voyages et la formation continue étaient les objectifs de vie essentiels des personnes interrogées. Les principaux objectifs de carrière étaient l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, le caractère international de l’emploi et l’opportunité de se confronter à des défis

passionnants. La possibilité de concilier la profession avec la vie privée, en particulier la famille, fut auparavant, et pour longtemps, une attente des femmes surtout. Mais il y a quatorze ans, les hommes ont eux aussi pris de la distance avec l’idée de travailler non-stop pour assurer un train de vie approprié, alors que les femmes enterraient leurs plans de carrière au plus tard après la naissance de leur premier enfant. Universum présente aujourd’hui l’étude suisse pour la 15e fois. Au début, 1520 étudiants y avaient pris part. En 2014, ils sont plus de 11 000 issus de 40 universités et HES. L’Universum Student Survey est ainsi de loin la plus grande et significative étude concernant les étudiants. Au fil de toutes ces années, le désir d’un équilibre entre

8 UNIVERSUM TOP 100 | 2014

UNI__Top_P008_X0 8

02.06.14 18:01

Photos: Stock 4B

Des tâches passionnantes, mais pas au détriment de la famille et de la vie privée: tel est le principal objectif de carrière des étudiants. Il influence le choix du premier employeur au terme des études.


Photos: Stock 4B

vie professionnelle et vie privée est resté intact. C’est l’objectif prioritaire, suivi du besoin de se confronter sans cesse à des défis à son travail. Les entreprises qui promettent l’un et l’autre sont en tête des préférences exprimées par les étudiants. En 2000, c’était Swissair, aujourd’hui c’est Google (voir «L’aimant Google, en page 4). A l’époque, les employés de Swissair jouissaient de privilèges aujourd’hui impensables, ils étaient bien payés et pouvaient rêver d’une carrière internationale avec d’excellentes chances de grimper dans la hiérarchie. Les étudiants ne se doutaient alors pas plus que les autres que la grande compagnie helvétique serait littéralement à terre une année plus tard déjà. Swiss n’est arrivée qu’en 2003 parmi les employeurs les plus attractifs: entre-temps elle s’est hissée du 19e au 10e rang. Le classement des employeurs idéaux repose sur les attentes au premier poste de travail après les études. Les étudiants espèrent qu’une atmosphère de travail positive et encourageante favorisera leur développement personnel sans que leur vie privée en souffre. Quand cet aspect est assuré, les diplômés des diverses facultés fixent d’autres objectifs. Pour les économistes, par exemple, une carrière dirigeante compte plus que pour les ingénieurs qui, c’est leur nature, préfèrent pouvoir développer de nouveaux produits. C’est ce qu’ils souhaitent trouver en particulier chez ABB, Google et aux CFF. Les étudiants en économie d’entreprise pensent pouvoir atteindre au mieux leurs objectifs chez Google, Nestlé et UBS. Les branches préférées sont très différentes. Pour les économistes, c’est le consulting, l’industrie financière et les médias; pour les ingénieurs, c’est l’énergie, la construction et le développement. Alors que ces objectifs de carrière à moyen et long terme sont restés les mêmes durant des années, les priorités secondaires changent d’année en année. En 2008, une activité entrepreneuriale était le troisième objectif de carrière, l’an dernier ce n’était plus que la sixième priorité mais elle a repris un rang cette année. Le besoin d’un emploi sûr est passé du septième au troisième rang. L’activité internationale est tombée du troisième rang en 2012 au sixième aujourd’hui. La rémunération a gagné en importance, encore que les attentes en matière de premier salaire se confinent dans des limites raisonnables. Les étudiants en économie d’entreprise espèrent un salaire annuel de 79 000 francs, les ingénieurs 77 000, les informaticiens 86 600. En 2000 déjà, bien plus de la moitié des étudiants s’attendaient à un salaire inférieur à 80 000 francs. Mais d’autres critères de choix sont plus importants que le salaire: le premier employeur doit promettre une ambiance de travail positive, des opportunités d’évolution, des supérieurs et des collègues dont on puisse s’inspirer.

Cet Award a été remis aux employeurs les plus attractifs lors du Employer Branding Event suisse «Universum Award 2014».

L’étude Universum organise en Suisse auprès des étudiants le plus grand sondage sur les thèmes «perspectives de carrière et attractivité des employeurs». Avec un total de 11 151 diplômés supérieurs, l’enquête a battu un record en 2014. Les objectifs de carrière examinés se fondent sur «Career Anchors» d’Edgar Schein, professeur émérite du Massachusetts Institute of Technology (MIT), un des concepteurs de la psychologie et du développement de l’entreprise. Les participants établissent dans un premier temps le classement pour eux prioritaire de neuf objectifs de carrière empiriquement importants. Pour établir l’Universum Top 100 Ranking, les étudiants choisissent parmi 130 entreprises et organisations jusqu’à cinq employeurs de leur point de vue idéaux. La liste repose sur les résultats de l’année précédente, varie en fonction du cursus d’études des participants et permet par ailleurs de nommer librement d’autres employeurs. Sur la base de ce choix, les participants ont indiqué cette année un total de 37 332 évaluations qu’ils associent à celles d’un employeur «idéal». L’ensemble repose sur le modèle développé par Universum des quatre «moteurs de l’attractivité de l’employeur» avec un total de 40 critères qui constituent ensemble l’attractivité d’un employeur.

Le listing des ranking

10

Top 100 Business

11

Top 100 Engineering

12

Top 100 Humanities

13

Top 100 Natural Sciences

14

Top 50 IT Top 50 Health/Medicine

15

Top 20 Law

2014  |  Universum Top 100  9

UNI__Top_P009_X0 9

02.06.14 18:01


ranking

BUSINESS +

1

51 Accenture

1

52 Deutsche Bank

– 16

p. 35

=

0

53 HSBC Private Bank

– 12

4 Credit Suisse

p. 27

=

0

54 Siemens

5

5 PwC

p. 33

+

2

55 Roland Berger

+

4

6 Swatch Group

=

0

56 Hyatt

+

5

7 LVMH

+

4

57 Chopard

3

8 McKinsey & Company

=

0

58 H&M

2

9 L'Oréal Group

=

0

59 SRG SSR

+

9

+

3

60 Zurich Insurance Group

6

61 La Poste

+

2

62 InterContinental Hotels Group

13 Procter & Gamble

1

14 Coca-Cola Suisse

+

3

10 SWISS 11 EY (Ernst & Young)

p. 29

12 The Boston Consulting Group

Rang 2 Business: Nestlé.

+ 11 –

9

5

63 Lombard Odier & Cie

8

64 Booz & Company

+ 19

p. 32

15 Richemont (Luxury Industry)

+

3

65 Victorinox

16 Administration fédérale

=

0

66 PostFinance

– 29

p. 19

1

17 Banque nationale suisse

7

67 Hilti

+ 10

18 Goldman Sachs

+

3

68 Coop

5

19 Novartis

4

69 Manor

2

20 J.P. Morgan

+

9

70 AXA Winterthur

8

nv

-

71 Allianz Suisse

+

9

+

4

72 Mondelez International

+ 26

3

73 La Mobilière

1

5

74 IATA (Int. Air Transport Assoc.)

8

– 22

21 World Economic Forum 22 Swiss Tourism 23 KPMG 24 SBB CFF FFS

Rang 3 Business: UBS.

+ 14

1 Google 2 Nestlé 3 UBS

Rang 1 Business: Google.

Variation Rang 2013

p. 25

25 Lindt & Sprüngli

2

75 Logitech

26 Migros

+

2

76 Emmi

27 ICRC

2

77 Accor

+ 12

28 Unilever

+

2

78 HP

29 Microsoft

7

79 Swiss Life

+ 11

6 2

30 Swisscom

+

3

80 Feldschlösschen Boissons

7

31 IBM

+

3

81 Bosch Groupe Suisse

+

5

32 Four Seasons

1

82 Schindler

+

3

33 Glencore

+ 10

83 British American Tobacco p. 21

8

34 Banque Julius Baer

2

84 Bühler

+ 26

35 Roche

+

4

85 Syngenta

+

7

36 ABB

– 12

86 Bayer

4

– 10

87 Fossil

nv

-

=

88 BASF

37 Deloitte

p. 28

38 Kuoni

0

39 Johnson & Johnson

+

6

89 Givaudan

40 Heineken

+

6

90 Thomson Reuters

41 Swiss Re

+

6

91 BNP Paribas

p. 23

+ 11 + 14 nv

-

– 10

42 Pictet & Cie

+

2

92 Barry Callebaut

nv

-

43 Bain & Company

+

8

93 Baloise Group

+

1

44 Swarovski

+

4

94 Holcim

6

45 Raiffeisen

– 10

95 Helvetia Assurances

+ 20

46 IKEA

96 OC Oerlikon

+

47 Mandarin Oriental Hotel Group

+ 13

97 Banque Cantonale Vaudoise

– 13

48 Philip Morris International

8

98 Alpiq

+ 19

49 Morgan Stanley

+

9

99 Partners Group

+

2

50 Banque Cantonale de Zurich

=

0

+

7

4

100 Implenia

8

10  Universum Top 100 | 2014

UNI__Ran_P010_X0 10

03.06.14 09:02

Photos: Keystone (3), DR

Variation Rang 2013


Engineering Variation Rang 2013 1 ABB

=

0

51 Emch+Berger

+

2 Google

+

2

52 Swisscom

– 16

=

0

53 Helbling Technik

+

2

54 Deloitte

3 SBB CFF FFS

p. 25

4 CERN 5 Siemens

3

55 ThyssenKrupp Presta

6 Alstom

1

56 EY (Ernst & Young)

7 Nestlé

+

3

57 HP

nv p. 28 p. 29

2 -

+ 28 +

9

7

8 Bombardier

=

0

58 Trumpf

nv

-

=

0

59 SUVA

nv

-

10 Novartis

+ 15

60 Accenture

+ 26

11 IBM

4

61 Givaudan

+ 41

12 Pilatus Aircraft

1

62 Georg Fischer (GF)

13 The Boston Consulting Group

+ 11

63 Migros

6

14 Roche

+

64 CSEM

nv

-

15 Implenia

+ 14

65 Swiss Re

16 Swatch Group

4

66 DuPont

4

17 Stadler Rail

2

67 Bayer

6

18 Hilti

=

0

68 Unilever

+

2

3

8

p. 30

+ 10

+ 14

69 Procter & Gamble

– 18

+ 12

70 OC Oerlikon

– 24

4

71 Geberit

1

72 Noser Engineering

23 ICRC

+

3

73 IATA (Int. Air Transport Assoc.)

+ 19

24 Microsoft

1

74 Endress+Hauser

+ 15

25 Alpiq

– 12

75 Schneider Electric

+

26 Bosch Groupe Suisse

76 Lindt & Sprüngli

– 28

19 Axpo p. 23

21 McKinsey & Company 22 Administration fédérale

p. 19

27 Swissgrid 28 SWISS

7

nv

-

77 Sonova (Phonak)

8

78 PwC

5

nv

-

+ p. 33

3

+ 12

2

79 Synthes

+

5

30 Schindler

+

1

80 Dell

+

8

31 Holcim

1

81 BOBST

+

9

82 DSM

33 Sulzer

+

2

83 Meyer Burger

=

0

84 World Economic Forum

34 UBS

p. 35

-

– 28 nv

-

– 21

85 Emmi

36 BKW

+

1

86 Hamilton

37 IKEA

+

2

87 AXA Winterthur

+ 25

+ 14

+ 30

nv

-

38 Sensirion

=

0

88 Swiss Life

39 Losinger Marazzi

+

1

89 Roland Berger

– 15

40 Medtronic

+

2

90 KPMG

+

7

41 SR Technics

+ 18

91 u-Blox

nv

-

+

8

92 Coop

0

p. 27

– 11

43 Leica Geosystems

=

44 BASF

– 11

94 SICPA

45 Caterpillar

– 17

95 Lonza Group

46 Cisco Systems

96 Philip Morris International

– 19

47 Gruner

+ 29

48 Rheinmetall Air Defence

+ 25

98 La Poste

49 Romande Energie

2

99 Pfizer

+

8

nv

-

100 Clariant

+

6

50 Richemont (Luxury Industry)

1

Rang 4 Engineering: CERN.

– 12 nv

35 Logitech

42 Credit Suisse

Rang 3 Engineering: CFF.

3

29 Johnson & Johnson

32 Zühlke Engineering

Rang 1 Engineering: ABB.

– 13

9 RUAG

20 Bühler

Photos: Keystone (3), DR

Variation Rang 2013

+ 30

93 Zurich Insurance Group p. 34

97 EMS Chemie

+ 26

nv p. 32

4 -

– 38

2014  |  Universum Top 100  11

UNI__Ran_P011_X0 11

03.06.14 09:02


ranking

Humanities 0

51 PwC

=

0

52 Allianz Suisse

+ 31

3 Swiss Tourism

=

0

53 Raiffeisen

+

4 Google

=

0

54 Procter & Gamble (P&G)

– 15

=

0

55 Emmi

+

1

56 KPMG

– 20

7 SWISS

+

2

57 Helsana

+

8 Nestlé

2

58 Roland Berger

+ 23

p. 19

5 SRG SSR 6 SBB CFF FFS

p. 25

5 2 8

nv

-

59 Accenture

+ 29

2

60 Pictet & Cie

+

3

11 L'Oréal Group

=

0

61 Banque Julius Baer

+

3 2

12 Lindt & Sprüngli

+ 14

62 Glencore

13 LVMH

+

9

63 Banque Cantonale de Zurich

+ 29

1

64 J.P. Morgan

+ 32

15 Kuoni

+

1

64 Bayer

+

16 Coca-Cola Suisse

2

66 Swiss Life

– 11

14 UBS

p. 35

5

17 Swatch Group

7

67 Bain & Company

+ 15

18 Swisscom

+

1

68 La Mobilière

– 12

19 Novartis

2

69 Logitech

20 Microsoft

=

0

70 Touring Club Suisse (TCS)

– 27

+

9

70 Zurich Insurance Group

– -9

7

72 British American Tobacco p. 21

– 15

23 Banque nationale suisse

+

2

73 Deloitte

+

24 Credit Suisse

3

21 Swarovski 22 La Poste

Rang 3 Humanities: Swiss Tourism.

p. 33

10 Migros

9 World Economic Forum

Rang 2 Humanities: ICRC.

– 14

=

2 ICRC

1 Administration fédérale

Rang 1 Humanities: Administration fédérale.

Variation Rang 2013

p. 32

p. 28

8

7

74 Philip Morris International

– 41

25 IKEA

– 13

75 Hyatt

– 13

26 Richemont (Luxury Industry)

8

76 AXA Winterthur

+

27 H&M

4

77 Hilti

+ 23

28 Chopard

+

1

78 Goldman Sachs

29 Unilever

+ 18

79 Lombard Odier & Cie

– 12

30 Coop

2

80 Feldschlösschen Boissons

2

31 Roche

+

4

81 Schindler

7

+

2

p. 27

9 5

82 HP

– 42

+ 18

83 Solution Providers

+ 16

34 IATA (Int. Air Transport Assoc.)

+ 14

84 Givaudan

+

35 Four Seasons

+

3

85 Vifor Pharma

+ 37

36 ABB

4

86 Mondelez International

37 Manor

6

87 HSBC Private Bank

– 12

32 EY (Ernst & Young)

p. 29

33 Swiss Re

38 IBM

– 11

88 Tetra Pak

39 McKinsey & Company

+ 10

89 Aldi Suisse

40 Thomson Reuters

nv

-

90 Lonza Group

5 2

– 16 p. 20

+ 17 + 24

41 The Boston Consulting Group

+ 27

91 Syngenta

– 37

42 Johnson & Johnson

– 18

91 Orange

– 16 – 16

+

3

91 BASF

nv

-

94 Sonova (Phonak)

45 Mandarin Oriental Hotel Group

3

95 OC Oerlikon

46 Adecco Group

+ 13

96 Axpo

– 30

47 InterContinental Hotels Group

3

96 Holcim

+ 18

43 Heineken 44 Fossil

48 Siemens

3

98 Panalpina

49 Victorinox

+

1

99 Helvetia Assurances

50 PostFinance

9

nv

-

+ 20

nv

-

1

100 Deutsche Bank

+

5

100 Morgan Stanley

nv

-

12  Universum Top 100 | 2014

UNI__Ran_P012_X0 12

03.06.14 09:02

Photos: Keystone

Variation Rang 2013


Natural Sciences Variation Rang 2013 1 Novartis

=

0

51 Alstom

2 Roche

=

0

52 Deloitte

3 Nestlé

+

1

53 Alpiq

4 CERN

1

54 SRG SSR

– 26

=

0

55 RUAG

=

0

56 Swissgrid

=

0

57 KPMG

5 Google 6 Administration fédérale

p. 19

7 Bayer

– 13 p. 28

+ 12 6

+ 19 nv

-

8 Syngenta

+

2

58 Pilatus Aircraft

=

0

59 La Poste

+

9

2

60 DSM

+

6

+

9

61 Baloise Group

+ 11

p. 35

11 Pfizer

+ 27 p. 32

+

1

62 Richemont (Luxury Industry)

13 Johnson & Johnson

+

1

63 Dell

14 IKRK

+

1

64 Romande Energie

– 10

15 The Boston Consulting Group

+

8

64 British American Tobacco p. 21

+ 32

16 SBB CFF FFS

12 Credit Suisse

p. 27

nv

-

1

+

1

66 CSEM

nv

-

17 Swiss Re

1

67 Philip Morris International

+

3

18 ABB

=

0

68 Bosch Groupe Suisse

+ 34

p. 25

19 BASF

8

69 Cisco Systems

=

20 McKinsey & Company

+

4

70 Sulzer

+ 35

5

71 Leica Geosystems

– 31

21 Actelion

+

22 Microsoft

+ 10

72 BKW

23 Vifor Pharma

+ 16

73 EMS Chemie

24 Lonza Group

+

74 Axpo

5

– 11 nv

-

– 24

25 Migros

– 13

75 Oracle

– 15

+

7

76 Straumann

+ 35

27 Siemens

+

3

28 Givaudan

+ 13

77 Accenture

– 28

78 PostFinance

+ 11

29 Lindt & Sprüngli

8

79 IKEA

– 28

30 Coop

3

80 Rheinmetall Air Defence

+ 24

31 Zurich Insurance Group

+ 17

80 ThyssenKrupp Presta

+ 11

82 Hamilton

33 Raiffeisen

+ 11

83 Stadler Rail

-

8 9

84 Implenia

+

+ 22

85 Roland Berger

+ 23

36 Swiss Life

+ 41

86 HP

+

2

37 Clariant

87 Helvetia Assurances

2

38 Allianz Suisse

+ 14

88 Centre hospitalier uni. vaudois

nv

-

– 14

89 Bühler

40 Swisscom

+ 38

90 Man Investment Group

=

41 Procter & Gamble (P&G)

+ 30

91 Solution Providers

+ 25

39 Emmi

nv

S. 33

-

1

p. 23

– 30 0

42 Bombardier

+ 51

92 ELCA Informatique

nv

-

43 SWISS

+

92 Uni.-Kinderspital beider Basel

nv

-

– 22

92 Hôpital universitaire Bâle

nv

-

95 Hilti

– 14

44 Logitech 45 EY (Ernst & Young)

p. 29

3 8

46 DuPont

+ 27

96 Open Systems

+

2

47 AXA Winterthur

– 12

96 Swiss Tropical and Public Health Inst. nv

-

48 Sensirion

– 14

98 Sonova (Phonak)

– 40

+ 16

99 Holcim

– 54

49 PwC 50 SUVA

p. 33

nv

-

100 SR Technics

Rang 7 Natural Sciences: Bayer.

+ 18 nv

35 Medtronic

34 World Economic Forum

Rang 2 Natural Sciences: Roche.

0

26 Unilever

32 Swatch Group

Rang 1 Natural Sciences: Novartis.

+ 22

9 IBM 10 UBS

Photos: Keystone

Variation Rang 2013

nv

-

2014  |  Universum Top 100  13

UNI__Ran_P013_X0 13

03.06.14 09:02


ranking

Health

Variation Rang 2013

Rang

1 Google

=

0

1 Hôpital universitaire Berne

-

2 IBM

=

0

2 Hôpital universitaire Zurich

-

3 Microsoft

=

0

3 Clinique Hirslanden

-

4 CERN

+

1

4 Hôpital universitaire Bâle

-

5 Swisscom

1

5 Hôpital des enfants Zurich

-

6 UBS

p. 35

+

4

6 ICRC

-

7 SBB CFF FFS

p. 25

+

1

7 Hôpital cantonal Winterthour

-

8 Oracle

2

8 Novartis

-

9 Cisco Systems

2

9 Swiss Tropical and Public Health Inst.

-

10 Logitech

1

10 Roche

-

11 Accenture

+ 11

11 Hôpital cantonal lucernois

-

12 SAP

+

1

12 Hôpitaux uni. de Genève

+

1

13 Centre hospitalier uni. vaudois

+

1

14 Hôpital cantonal Saint-Gall

4

15 Uni.-Kinderspital beider Basel

-

16 ABB

+

8

16 Clinique psych. univ. Zurich

-

13 Administration fédérale

p. 19

14 Nestlé 15 Credit Suisse

Rang 3 IT: Microsoft.

p. 27

-

17 Siemens

+ 17

17 Hôpital cantonal Aarau

-

18 McKinsey & Company

+

7

18 Ostschweizer Kinderspital

-

19 PostFinance

1

19 Nestlé

-

+ 11

20 Bayer

+ 37

21 Administration fédérale

 p. 19 -

22 HP

– 10

22 Hôpital cantonal Grison

-

23 Dell

7

23 Centre hospitalier Bienne

-

24 Swatch Group

7

-

25 ICRC

+

3

24 Service psych. enfants et jeunes canton de Zurich (KJPD)

26 ELCA Informatique

+

9

25 CERN

-

1

26 Hôpitaux soleurois SA (H-SO)

+

5

27 HFR – hôpital fribourgeois

8

20 PwC

p. 33

21 The Boston Consulting Group

27 EY (Ernst & Young)

Rang 5 IT: Swisscom.

 p. 26 -

28 Deloitte

p. 29 p. 28

29 SWISS 30 La Poste

p. 32

31 Migros 32 Zühlke Engineering 33 Namics 34 Roche

 p. 31 -

28 Vifor Pharma

-

– 10

29 Hôpital cantonal zougois

– 12

30 Hôpital du Valais / Spital Wallis

-

5

31 Johnson & Johnson

-

-

32 Migros

-

3

33 Hôpital neuchâtelois HNE

-

34 Hôpital cantonal Baden

-

7

35 Hôpital cantonal Bâle campagne

-

-

36 Service uni. psychiatrique Berne

-

nv +

35 Novartis

– -6

36 Swiss Re

+

37 World Economic Forum

-

nv

38 Pilatus Aircraft

+ 29

37 Psych. intégrée Winterthour

39 Zurich Insurance Group

+ 11

38 Hôpitaux Schaff house

-

40 RUAG

4

39 Pfizer

-

41 SRG SSR

3

40 Medtronic

-

42 Bombardier

+

6

41 EOC Ente ospedaliero cantonale

-

nv

-

42 Hôpital cantonal Liestal

-

+

3

43 Services psychiatriques Argovie 

-

nv

-

43 Swissgrid 44 Procter & Gamble (P&G)

44 Genolier Swiss Medical Network

-

46 Open Systems

– 23

45 Psychiatrie lucernoise

-

47 Johnson & Johnson

+

46 Clinique uni. psych. Bâle

-

48 Medtronic

+ 55

47 Hôpital cantonal Uri

-

49 KPMG

+

7

48 Hôpital cantonal Nidwalden

-

50 IATA (Int. Air Transport Assoc.)

+

2

49 Hôpital cantonal Glaris

-

50 Synthes

-

45 Hamilton

6

14  Universum Top 100 | 2014

UNI__Ran_P014_X0 14

03.06.14 09:02

Photos: Keystone (3), DR (3)

Rang 2 IT: IBM.

IT


LAW Variation Rang 2013 1 Administration fédérale

p. 19

2 ICRC 3 Nestlé 4 Lenz & Staehelin 5 UBS

p. 35

6 SWISS 7 EY (Ernst & Young)

p. 29

=

0

= =

0

=

0

0

=

0

+

9

=

0

8 Homburger

+

1

9 Novartis

+

4

10 Credit Suisse

p. 27

2

11 PwC

p. 33

=

0

12 Banque nationale suisse

6

13 Baker & McKenzie

3

14 L'Oréal Group

+

6

15 Swisslegal

3

16 Schellenberg Wittmer

+

3

17 SBB CFF FFS

p. 25

+ 14

18 Pestalozzi Rechtsanwälte

4

19 Bär & Karrer

3

20 Lindt & Sprüngli

+

4

Primés: Les gagnants ont reçu des prix attrayants tels un week-end à Barcelone, des vacances en Suisse ou un stage.

Concours recherche talents

Photos: Keystone (3), DR (3)

Avec «Student of the Year», Universum et ses entreprises partenaires s’engagent à encourager la relève. Par le biais du concours «Student of the Year», Universum met en contact des étudiants avec des entreprises renommées. En Suisse, cette année, les partenaires parrains sont Avaloq, Axpo et Vifor Pharma. «Nous avons opté pour cette promotion de la relève afin de faire connaissance avec des étudiants intéressants, pourvus de profils hors du commun, et bien sûr pour accroître ultérieurement notre notoriété d’employeur», explique Jost Gloor, Head Global Sourcing & Recruitment chez Vifor Pharma. Et Karolin Heinz, Recruiting Specialist chez Avaloq, ajoute: «Student of the Year représente pour nous une plateforme idéale pour entrer en contact avec des étudiants de manière interactive.» Avaloq, Axpo et Vifor Pharma recherchaient des étudiants motivés, issus de diverses filières d’études, porteurs d’idées intéressantes. «Nous avons proposé une tâche qui constituait un défi et attendions des contributions enrichissantes et des approches de solution combinant la théorie et la pratique», détaille Julia Ramseier, spécialiste junior

Development & HR Marketing chez Axpo. Ainsi, dans la catégorie Energie, il fallait imaginer une approche de la future distribution d’énergie au niveau européen. Dans la catégorie IT, les participants ont dû concevoir une simplification en matière de solutions de logiciels bancaires mobiles et basés sur la Toile. Outre une distinction prestigieuse, les gagnants de cette année ont remporté des prix attrayants, tels un weekend à Barcelone, des vacances en Suisse et un stage bien rémunéré. Ces prix ont été remis par les représentants des entreprises lors des Universum Awards, une occasion unique de nouer de précieux contacts avec des responsables du personnel. Pour tout savoir sur les gagnants et le concours:

Scan me! 2014  |  Universum Top 100  15

UNI__Ran_P015_X0 15

03.06.14 09:02


ranking

top employeurs Les déclencheurs* les plus importants qui font l’attractivité des employeurs pour les diplômés en science économique et des futurs ingénieurs. Et les entreprises chez lesquelles ils espèrent trouver leur bonheur. Des leaders qui encouragent mes compétences:

Des missions variées et diversifiés:

BUSINESS 

Engineering 

1 KPMG

1 McKinsey & Company

2 The Boston Consulting Group (BCG)

2 The Boston Consulting Group (BCG)

3 McKinsey & Company

3 Zühlke Engineering

4 Deloitte

4 ICRC

5 PwC

5 Google

6 Zurich Insurance Group

6 Implenia

BUSINESS Engineering 

Top Newcomers

Rang  21 World Economic Forum

nv

87 Fossil

nv

90 Thomson Reuters

nv

92 Barry Callebaut

nv

Rang  27 Swissgrid

nv

50 Richemont (Luxury Industry)

nv

53 Helbling Technik

nv

58 Trumpf

nv

59 SUVA

nv

Highest Climbers Variation Rang 2013

7 Roland Berger

7 Losinger Marazzi

72 Mondelez International

+ 26

8 Bain & Company

8 SWISS

84 Bühler

+ 26

9 Accor

9 Pilatus Aircraft

95 Helvetia Assurances

+ 20

64 Booz & Company

+ 19

98 Alpiq

+ 19

10 Mondelez International

10 Stadler Rail

Un environnement de travail créatif et dynamique:

BUSINESS 

Engineering 

Variation Rang 2013 61 Givaudan

+ 41

88 Swiss Life

+ 30

1 Google

1 Google

93 Zurich Insurance Group

+ 30

2 Givaudan

2 Logitech

47 Gruner

+ 29

3 H&M

3 Zühlke Engineering

54 Deloitte

+ 28

4 Logitech

4 Swatch Group

5 L’Oréal Group

5 Pilatus Aircraft

6 Coca-Cola Suisse

6 CERN

7 SRG SSR

7 Leica Geosystems

8 Mondelez International

8 IKEA

9 Fossil

9 Losinger Marazzi

10 Swatch Group

10 McKinsey & Company

1 Nestlé 2 Google 3 UBS 4 Credit Suisse 5 McKinsey & Company 1 ABB

Des défis ambitieux:

BUSINESS 

Universités

2 CERN

Engineering 

1 Booz & Company

1 The Boston Consulting Group (BCG)

2 The Boston Consulting Group (BCG)

2 Zühlke Engineering

3 Bain & Company

3 CERN

4 Goldman Sachs

4 Google

3 Google 4 Alstom 5 SBB CFF FFS

Hautes écoles spécialisées

5 McKinsey & Company

5 Credit Suisse

1 Google

6 Glencore

6 Hilti

2 Nestlé

7 Roland Berger

7 Pilatus Aircraft

3 UBS

8 Morgan Stanley

8 McKinsey & Company

4 Credit Suisse

9 Leica Geosystems

5 Swatch Group

9 Swiss Re 10 J.P. Morgan

10 Stadler Rail 1 ABB 2 Siemens

* Les rankings de l’image sont basés sur des modèles scientifiquement prouvés des 40 déclencheurs de l’attractivité de l’employeur d’Universum. Ces 40 critères sont regroupés en quatre catégories: réputation et image de l’employeur; qualité du travail; l’homme et la culture; salaire et perspectives de carrière.

3 SBB CFF FFS 4 Google 5 Alstom

16  Universum Top 100 | 2014

UNI__Ran_P016_X0 16

03.06.14 09:02


Les top employeurs se présentent. Lisez leurs INterviews: Administration fédérale .................. 19

Deloitte .............................................. 28

ALDI SUISSE ...................................... 20

EY (Ernst & Young) ........................... 29

British American Tobacco ............... 21

Georg Fischer ................................... 30

Bühler ................................................. 23

hôpital fribourgeois ......................... 31

BNP Paribas ...................................... 24

La Poste Suisse ................................ 32

CFF ...................................................... 25

PwC .................................................... 33

CHUV ................................................... 26

SICPA .................................................. 34

Credit Suisse ..................................... 27

UBS ..................................................... 35

2014  |  Universum Top 100  17

UNI__Int_P017_X0 17

02.06.14 17:28


Montrez-nous vos Montrez-nous points positifs.vos points positifs.

La Suisse, notre entreprise.

www.emploi.admin.ch

La Suisse, notre entreprise.

www.emploi.admin.ch


HUMANITIES

Administration fédérale

Scan me!

L’Office fédéral de la santé publique offre un grand choix de thématiques et une combinaison rare entre politique, spécialisation et communication.

RANG

1

ies

it Human

Ursula Koch, Master of Science, Master of Organizational Development & Coaching, dirige la Division des programmes nationaux de prévention à l’OFSP.

«NOTRE TRAVAIL INFLUENCE DIRECTEMENT LA VIE QUOTIDIENNE DE LA POPULATION» _Quel type de diplômé(e)s des hautes écoles l’OFSP recherche-t-il? Surtout des médecins? Ursula Koch: L’Office fédéral de la santé publique n’emploie que peu de médecins et davantage de pharmaciens, chimistes, économistes, juristes et spécialistes des sciences sociales. Par conséquent, notre besoin en diplômés est très hétérogène. Dans ma division travaillent aussi bien des spécialistes de la communication que des experts de la prévention ou des politologues. _Vous suivez actuellement une formation continue. Cela fait partie d’une carrière à l’OFSP? Une formation continue constante est essentielle pour le développement des collaborateurs et de notre unité. C’est le cœur de notre stratégie de RH. C’est pourquoi l’Administration fédérale, et dans mon cas l’OFSP, soutient une formation continue ciblée par des offres diverses, internes et externes. Et c’est ainsi que ma formation à la Harvard Medical School me

permet d’apporter les connaissances les plus récentes et des idées innovantes dans la politique de la santé et d’édifier un réseau international. _Une carrière internationale à l’OFSP est-elle possible? Une activité dans un contexte international est possible. Dans certains cas spécifiques, il arrive qu’on soit délégué dans une organisation internationale ou une université étrangère. Pour mettre en œuvre notre politique de la santé extérieure, nous collaborons étroitement avec elles. _De quoi doivent disposer les candidat(e)s, outre leur qualification particulière? Ma division est responsable de la mise en œuvre de multiples mesures de lutte contre les maladies chroniques. Nos programmes sont appliqués en collaboration avec les acteurs les plus divers des domaines de la santé, de l’économie, du social, des transports, de

la formation et de la justice en une approche multisectorielle. Cela exige un large spectre de compétences, avant tout en matière de gestion de projet et de santé publique, ainsi qu’une compréhension des structures politiques. Par ailleurs, des compétences personnelles et sociales, le sens des responsabilités, l’aptitude à la communication et au travail en équipe ainsi que la disposition au changement sont essentiels. _Pourquoi des diplômé(e)s universitaires devraient-ils/elles postuler auprès de l’Administration fédérale? C’est simple: on ne trouve nulle part ailleurs une telle diversité de thématiques. Une telle combinaison de travail politique, de spécialisation et de communication en relation avec tous les domaines de la santé. Le travail est très porteur de sens, car notre activité a des effets immédiats sur la vie quotidienne de la population. Il est très gratifiant de fournir jour après jour une contribution à la santé et au bien-être des habitants de notre pays.

INFOS www.stelle.admin.ch Effectifs: 37 000 employés Besoins en personnel: Nous cherchons des employés de tous les secteurs et métiers pour des postes en Suisse et à l’étranger Pour entrer dans l’entreprise: Embauche directe ainsi qu’environ 500 places de stage qui couvrent tous les domaines Envoi de candidature: Les candidatures peuvent être déposées directement dans notre e-Recruiting-System sur notre site

2014 | UNIVERSUM TOP 100 19

UNI__PR__P019_X0 19

02.06.14 17:28


business

ALDI SUISSE

Scan me!

Fabienne Schürmann et Martin Hagen, responsables régionaux de vente chez ALDI SUISSE, ont pris tôt dans leur carrière des responsabilités et chacun encadre aujourd’hui cinq filiales avec une soixantaine de collaborateurs.

Fabienne Schürmann et Martin Hagen sont responsables régionaux de vente chez ALDI SUISSE

«Chaque jour est différent, c’est ce qui rend le travail si passionnant!» _Qu’est-ce qui vous a incités à poser votre candidature chez ALDI SUISSE? Martin Hagen: J’ai toujours voulu assumer la responsabilité de collaborateurs et les motiver dans leurs tâches. Chez ALDI SUISSE, cette opportunité m’a été donnée tout de suite après les études, une chance unique! J’en tire aussi des avantages: un contrat de durée indéterminée, un salaire d’entrée à six chiffres, un iPhone et une Audi A4 neutre, aussi pour mon utilisation personnelle. _Comment avez-vous vécu le processus de candidature? Fabienne Schürmann: Il a été extrêmement simple. Après un entretien d’embauche avec le directeur, j’ai passé une journée découverte avec un responsable régional de vente expérimenté, ce qui m’a permis d’avoir une idée du domaine d’activités. Puis j’ai eu un entretien avec le responsable du personnel et ensuite je faisais déjà partie de l’équipe!

_Comment avez-vous été préparé à votre rôle? Martin Hagen: J’ai accompli une formation d’un an orientée sur la pratique et complétée par des séminaires. Durant ce temps, j’ai pu observer des responsables régionaux de vente, j’ai travaillé trois mois dans des filiales, notamment en Autriche, puis j’ai assumé des remplacements de vacances et, finalement, ma propre région de vente. Je n’aurais pas pu imaginer une meilleure préparation! _Comment se présente votre journée type? Fabienne Schürmann: Cela n’existe pas, car chaque jour est différent (elle rit). C’est justement ce qui rend le travail si passionnant! Je visite chaque jour deux ou trois filiales, je m’octroie une vue d’ensemble du magasin et je vérifie les chiffres clés. En outre, je discute les sujets du jour avec la direction de la filiale et m’entretiens avec des collaborateurs de leur travail ou de leur contrat.

_Quelles formations continues vous propose ALDI SUISSE? Martin Hagen: Nous participons régulièrement à des formations dans le cadre de la ALDI SUISSE Académie où un vaste éventail est proposé: depuis des cours sur le droit du travail, en passant par la gestion de conflit, jusqu’aux séminaires de gestion de management de plusieurs jours. _Comment jugez-vous vos opportunités de carrière? Fabienne Schürmann: J’apprécie qu’ALDI SUISSE fasse prioritairement appel aux ressources internes pour ses postes de direction. Divers plans de carrière s’offrent à nous, tel un poste de dirigeant dans les domaines de la vente, de l’administration, des achats, de la logistique et du développement des filiales. _A qui conseilleriez-vous de postuler? Martin Hagen: A des personnalités dynamiques qui aiment travailler avec les gens et apprécient l’autonomie. Fabienne Schürmann: Sans oublier qu’il faut aussi être résistant, car le job est très exigeant et lié à une grande responsabilité.

Infos www.aldi-suisse.ch Effectifs: Environ 2250 en Suisse, plus de 82 000 dans le monde Besoins en personnel: Diplômés d’université ou haute école spécialisée. 15 à 30 postes annuels pour de jeunes diplômés. Pour entrer dans l’entreprise: Accès direct comme responsable régional de vente, cursus d’études intégrées en entreprise (Master dual), stage de management Envoi de candidature: recruiting@aldi-suisse.ch, recruiting.aldi-suisse.ch

20  Universum Top 100 | 2014

UNI__PR__P020_X0 20

02.06.14 17:29


business

British American Tobacco Switzerland

Scan me!

BAT encourage ses collaborateurs à dépasser leurs limites. Les personnalités ouvertes et ambitieuses y trouveront d’excellentes opportunités d’évolution.

Sandrine André, Corporate Finance Manager, et Philippe Gordon, National Key Account Manager, British American Tobacco Switzerland (BAT)

«Pour les nouveaux collaborateurs, bat applique la devise ‹bring your difference›» _A vos yeux, en quoi BAT est-il un employeur «unique»? Sandrine André: Pour moi, ce qui est unique ici, c’est de sentir jour après jour que je travaille pour une entreprise véritablement internationale: quand on arrive chez BAT, on collabore dès le premier jour d’après la devise «Bring your difference» avec des personnes de diverses cultures et nationalités et au background différent. La diversité est activement vécue et encouragée. Philippe Gordon: Dans mon domaine, le marketing, les défis quotidiens sont plus grands que dans bien d’autres domaines. C’est cela qui rend le travail chez BAT aussi exceptionnel: nous travaillons dans un contexte très réglementé, qui exige de nous une attitude particulièrement responsable et la recherche de solutions toujours optimales. _Outre la qualification professionnelle, qu’attend BAT des candidats?

Sandrine André: Les futurs collaborateurs de BAT doivent être très ouverts d’esprit. En outre, ils sont appelés à analyser différentes situations de manière rapide, affronter les défis avec beaucoup d’énergie et doivent savoir inspirer autrui. Enfin, l’esprit d’entreprise est la condition sine qua non pour réussir, car, chez BAT, on peut et on doit être à même de prendre rapidement des responsabilités. Philippe Gordon: De telles qualités sont en effet plus importantes que le type d’études que l’on a faites. Personnellement, j’ai fait des études d’ingénieur avant d’être engagé dans le département marketing de BAT, un domaine qui m’était au premier abord étranger. Mais, on m’a fait pleinement confiance et, après une phase de mise à niveau intensive, la responsabilité d’une région m’a été confiée. C’était extrêmement motivant. _Comment décririez-vous la culture d’entreprise de BAT?

Philippe Gordon: Très ouverte. Ici, tout un chacun peut et doit communiquer ses opinions et ses propositions. Sandrine André: Cette ouverture se reflète aussi dans les opportunités de carrière illimitées chez BAT. Changer de fonction, de domaine ou même de pays n’a rien d’extraordinaire au sein de l’entreprise. Personnellement, j’ai travaillé en France, aux Pays-Bas et en Angleterre. _Que fait BAT pour la formation continue de ses collaborateurs? Sandrine André: L’offre de formation est énorme: sur place comme à l’étranger, «on the job», par le biais d’e-learning ou de cours. Quand on a envie d’évoluer chez BAT, on a toutes ses chances et on est soutenu pour le faire. Mais la volonté doit provenir des collaborateurs eux-mêmes: ils savent mieux que quiconque quelle voie ils entendent emprunter. Philippe Gordon: J’ai par exemple passé une semaine dans notre centre de formation de Londres pour me perfectionner en matière de négociation et de vente. C’était génial, notamment parce qu’il y avait là des collaborateurs du monde entier et que j’ai ainsi pu étoffer mon réseau international.

Infos www.bat.ch / www.bati.com Effectifs: 620 employés en Suisse, 55 000 dans le monde Besoins en personnel: Avant tout des économistes d’entreprises axés sur le marketing et la finance Pour entrer dans l’entreprise: BAT propose aux jeunes diplômés un programme de formation et des stages. Les candidats expérimentés postuleront directement aux postes mis au concours Envoi de candidature: www.bat-careers.com

2014  |  Universum Top 100  21

UNI__PR__P021_X0 21

02.06.14 17:30


Occasionally, we also build machines. Bühler is the global technology partner for food processing, chemical process engineering and die casting. Within this value chain, Bühler possesses unlimited process exper tise, knows the markets and market opportunities and supports customers with facility planning and construction, training, financing, product development and much more. In short, Bühler provides ideal solutions for even the most complex requirements, so that each customer can realize its vision and achieve growth in the market while benefiting from the company’s commitment to a better world – when dealing with precious raw materials, energy and food safety. www.buhlergroup.com

Innovations for a better world.


ENGINEERING

Bühler

Scan me!

En arrivant avec une passion pour les technologies innovantes, il y a moyen de s’épanouir chez Bühler tout en améliorant le niveau de vie de la population mondiale.

RANG

20

ing

er Engine

Ian Roberts est responsable Corporate Technology et membre de la direction du groupe Bühler

«CELA FAIT DU BIEN DE TRAVAILLER À DES SOLUTIONS POUR UN MONDE MEILLEUR» _La devise de Bühler est «Innovations for a Better World». Qu’est-ce que cela signifie pour les jeunes diplômés qui débarquent chez vous? Ian Roberts: Où que vous travailliez au sein du groupe, vous contribuez dès le premier jour à notre objectif de procurer à la population de la planète un bon niveau de vie dans le cadre naturellement limité des ressources disponibles. De nos jours, du fait du gaspillage et des pertes, un tiers des denrées alimentaires ne parviennent pas au consommateur, ou n’ont pas la qualité requise. _Pensez-vous que le développement durable est important pour les jeunes diplômés? Pour les diplômés des hautes écoles, il est très attrayant de trouver avec nous des solutions à ces problèmes. Innovations techniques, de processus et de services: nos contributions à l’amélioration de l’efficacité énergétique et au traitement minutieux des denrées alimentaires sont durables.

_Qu’attendez-vous des diplômés, outre un excellent niveau d’études? Qu’ils aient la passion de développer avec nous des solutions pour affronter les défis de notre monde. _Avec plus de 10 000 collaborateurs dans 140 pays, Bühler a créé cinq Learning Centers sur plusieurs continents. Vos collaborateurs en Suisse perçoivent-ils qu’ils œuvrent dans un contexte international? Je suis Britannique et dans mon équipe travaillent des Brésiliens, des Chiliens et des Allemands. Nos collaborateurs en formation ont l’opportunité de faire un séjour de plusieurs mois dans diverses succursales à l’étranger, par exemple en Chine. Les diplômés qui débarquent chez nous peuvent s’attendre à collaborer avec des gens de cultures diverses, à transmettre leur savoir, à apprendre énormément des autres et à travailler à l’étranger dès le début de leur carrière.

_Comment faites-vous pour être toujours à la pointe de la technologie? Cela est dû à nos collaborateurs, à leur passion pour l’innovation. Nous travaillons aussi étroitement avec les hautes écoles. Exemple: l’Innovation Contest auquel participent des étudiants des Ecoles polytechniques de Lausanne et Zurich. Chaque choix de carrière, qu’il soit à la direction ou en tant que spécialiste, doit permettre à nos collaborateurs de se développer et d’accroître leur potentiel. _Apparemment, ça vous réussit. Bühler a beaucoup de succès. Oui, c’est un grand bonheur de travailler à des solutions pour un monde meilleur dans une entreprise à succès. Nous pouvons contribuer à façonner l’avenir de millions de personnes. Quand on apporte sa passion pour l’innovation, la technologie et le développement durable, on peut s’attendre chez nous à d’énormes satisfactions.

INFOS www.buhlergroup.com Effectifs: >10 000 (Bühler dans le monde entier) Besoins en personnel: Automation dans la technologie de processus et de mécanique, la gestion d’entreprises, l’électrotechnique, la technologie de l’information, le management Pour entrer dans l’entreprise: Bühler offre des stages intéressants ainsi que des possibilités d’embauche dans un projet Envoi de candidature: www.buhlergroup.com - Career

2014 | UNIVERSUM TOP 100 23

UNI__PR__P023_X0 23

02.06.14 17:31


business

BNP Paribas (Suisse) SA

Scan me!

BNP Paribas, actif dans la gestion de fortune et le financement de matières premières, accorde un soin particulier à la formation de ses nouveaux talents et à l’évolution professionnelle de ses collaborateurs.

Igor Joly, Chief Administration Officer et Claire Hébert Stauss, Head of Learning & Development

«Les mobility days permettent à chacun de réfléchir à son orientation» _Quelle est la politique du groupe en Suisse en matière de formation? Claire Hébert Stauss: La formation, garante de la performance, est un pilier important. Nous travaillons avec nos experts internes sur le partage des meilleures pratiques, mais également avec des cabinets spécialisés. Nous disposons d’une plateforme elearning qui nous permet de proposer différentes méthodologies pédagogiques. Afin de soutenir la croissance de notre banque, notre politique de formation est orientée vers le développement des talents et des compétences des collaborateurs. En ce qui concerne les stagiaires, nous privilégions la formation sur le terrain en leur confiant des projets concrets et en les confrontant à des challenges professionnels. _Comment envisagez-vous la mobilité professionnelle des jeunes diplômés? Claire Hébert Stauss: La jeune génération

est impatiente et veut aller très vite, à l’image de l’évolution du monde bancaire d’aujourd’hui. Notre rôle consiste à faire patienter ces jeunes diplômés tout en entendant leurs aspirations. Chez nous, les jeunes effectuent des stages de six à vingtquatre mois dans les différents secteurs de la banque avant qu’on ne les oriente selon leurs aspirations. _Quelle est la vision du groupe en matière de gestion de carrière et de mobilité professionnelle? Igor Joly: Les métiers de la banque se spécialisent toujours plus vite. Il est primordial d’encourager l’évolution professionnelle de nos collaborateurs au sein du groupe. Lorsque nous recrutons, nous recherchons d’abord à l’interne. Notre vision repose sur la transversalité. Cela signifie que les personnes ne sont pas figées dans un secteur ,et que certaines fonctions mènent à d’autres responsabilités. D’ailleurs, nous avons lancé

cette année les «Mobility Days», dont l’objectif est de permettre à chacun d’entre nous de réfléchir à l’orientation de sa carrière. _Dites-nous-en un peu plus sur ces «Mobility Days». Claire Hébert Stauss: Proposées pour la première fois cette année dans 12 pays où nous sommes présents, ces journées ont pour but de promouvoir les possibilités d’évolution professionnelle au sein du groupe. L’idée consiste également à faire le point sur les défis du monde professionnel de demain. Au mois de mai, nous avons organisé à Genève différentes conférences sur la valorisation et le transfert de compétences, la gestion de «l’infobésité» et les enjeux de la mixité dans le leadership. De juin à décembre, nous proposons des ateliers de marketing de soi qui permettent de se préparer aux interviews et aux changements de postes. En outre, nous mettons en place des rencontres avec les managers des différents départements dans le but d’améliorer la compréhension de chacun des différents métiers de la banque.

Infos www.bnpparibas.ch Effectifs: 190 000 dans près de 80 pays dont 1700 en Suisse Besoins en personnel: Jeunes diplômés de différentes filières (finance, économie, GTSA, etc.) Pour entrer dans l’entreprise: Etre au bénéfice d’un diplôme universitaire spécialisé ou équivalent; capable d’initiatives; à l’aise dans plusieurs langues, créatif et enthousiaste Envoi de candidatures: swiss.graduates@bnpparibas.com www.bnpparibas/recrutement Social Media: Twitter, LinkedIn, Facebook

24  Universum Top 100 | 2014

UNI__PR _P024_X0 24

02.06.14 17:35


IT

CFF

Scan me!

Plus de 100 grands projets IT par an et un environnement IT avec plus de 1000 applications: les CFF sont un eldorado pour des spécialistes IT et des jeunes diplômés ambitieux.

Peter Kummer est CIO et membre de la direction du groupe CFF

«Les cff offrent l’occasion de façonner l’avenir des transports publics» _Qu’est-ce que cela signifie d’être le CIO de l’entreprise de chemins de fer au réseau ferré le plus densément utilisé du monde? Peter Kummer: Merci de me tendre la perche. C’est bien sûr fantastique. Aux CFF, l’informatique joue un rôle central, sans les IT rien ne fonctionnerait plus de nos jours. Si nous voulons continuer d’accroître la capacité du réseau ferré suisse, nous ne pouvons le faire qu’à l’aide de développements innovants dans les IT– ou alors de l’extension coûteuse de l’infrastructure. En tant que CIO, je vois évidemment l’avenir surtout dans les IT: la technologie plutôt que le béton. _Toujours plus de jeunes diplômés trouvent que les IT appliquées au CFF sont une affaire passionnante. Dans l’actuel classement d’Universum, les CFF ont encore gagné un rang auprès des étudiants en informatique (2014: 7e rang, 2013: 8e). Qu’est-ce qui différencie l’informatique des CFF des IT d’autres entreprises?

La nouvelle me fait extrêmement plaisir. Et je peux aisément la comprendre, car l’informatique des CFF est unique en son genre, ne serait-ce que par sa taille et le nombre de projets IT. Nous réalisons chaque année plus de 100 projets IT pour un volume global de 200 millions de francs. Nous développons la stratégie IT, nous coordonnons le portefeuille d’innovation IT et nous exploitons le paysage IT avec plus de 1000 applications. L’éventail s’étend de solutions standard scomme SAP jusqu’aux développements individuels hautement spécialisés. Avec un millier de collaborateurs, nous sommes un des plus grands employeurs IT de Suisse. Quelque 170 développeurs sont employés dans le seul secteur de l’ingénierie logicielle. Notre installation SAP est une des plus grandes du pays et l’importance stratégique des IT ne cesse de croître au sein du groupe. Cela tient au fait que les grandes innovations

naissent souvent dans les IT et que ces dernières acquièrent ainsi un rôle clé. _Quels talents recherche CFF Informatique? Des ingénieurs logiciels, des architectes IT, des analystes d’affaires et des gestionnaires de projets polyvalents, qui assument des responsabilités et respectent leurs collaborateurs. Idéalement, ils sortent de l’Uni, d’une EPF ou d’une HES. Nous cherchons des ­ spécialistes ambitieux et des jeunes diplômé(e)s désireux de développer avec nous des solutions IT propres à faire bouger la Suisse. _Et que propose CFF Informatique à ses collaborateurs? Des projets passionnants dans un environnement système complexe. Pour bon nombre de ces projets, tel le développement de la carte des transports publics (TP), il en va tout simplement de l’avenir du système suisse des TP. Nous proposons l’occasion unique de contribuer à façonner cet avenir et d’écrire l’histoire avec nous. En outre, nous offrons des conditions d’emploi attrayantes, de superbes programmes Trainee et des plans de carrière individuels passionnants sur de multiples axes.

Infos www.cff.ch Effectifs: CFF: 31 000 dont CFF Informatique: 1000 Besoins en personnel: Des ingénieurs et des informaticien(ne)s, des spécialistes de l’économie, du droit et des sciences naturelles avec un accent porté sur l’informatique. Pour entrer dans l’entreprise: Postulation directe, programme Trainee, stage en haute école. Envoi de candidatures: Directement sur le site sous www.cff.ch/jobs

2014  |  Universum Top 100  25

UNI__PR _P025_X0 25

02.06.14 17:50


HEALTH & MEDICINE

CHUV

INFOS

Centre hospitalier universitaire d’envergure internationale et hôpital aux valeurs humanistes, le CHUV mise sur la formation et la spécialisation de ses collaborateurs.

Antonio Racciatti, directeur des ressources humaines _Quelles qualifications recherchez-vous chez vos futurs collaborateurs? Antonio Racciatti: Nous attendons de nos collaborateurs qu’ils puissent mettre en pratique une expertise pointue dans leur domaine de spécialisation. Nous souhaitons aussi qu’ils soient tournés vers l’innovation pour faire émerger de nouvelles façons de travailler. Au CHUV, le développement

des compétences transversales telles que la communication, la collaboration interprofessionnelle et le management est indispensable. Il faut aussi faire preuve d’«attitude service» et d’empathie au quotidien. _Qu’est-ce qui distingue le CHUV des autres hôpitaux de Suisse? Fleuron local, national et international, le CHUV offre un environnement à la pointe. Des synergies étroites existent avec l’EPFL, l’UNIL et les hautes écoles, ainsi qu’avec les start-up de la «Health Valley» qui s’étend du Valais à Genève. Nous mettons l’accent sur la formation, avec près de 200 apprentis dans 25 métiers différents et des milliers de journées de stage par année. Enfin, ce qui fait notre force, c’est d’être à la fois un centre universitaire d’envergure internationale et un hôpital proche des gens. _Comment peuvent évoluer vos collaborateurs?

www.chuv.ch Effectifs: 10 500 employés Besoins en personnel: Médecins, infirmiers, biologistes, physiothérapeutes, ergothérapeutes, laborantins, spécialistes (RH, IT, finances, économistes, architectes), notamment Pour entrer dans l’entreprise: Le CHUV participe à l’enseignement (pré/post gradué) des professionnels de la santé; places de stage Envoi de candidatures: www.chuv.ch/chuv_home/emploislist.htm

Nous avons introduit une culture qui valorise le développement des collaborateurs, car en chacun pousse une graine d’innovation! Concrètement, nous proposons 42 spécialisations médicales pour obtention d’un titre FMH, quatre spécialisations en soins infirmiers, un MBA en management, un catalogue avec 150 offres de formation continue (domaines cliniques, communication, techniques, gestion), dix partenariats avec les HES et l’UNIL pour des formations certifiantes (CAS, DAS) et des stages à l’étranger.

Votre contact:

Universum dit MERCI Universum remercie les 11 151 étudiants, de plus de 40 grandes écoles ainsi que de nombreux partenaires permettant la réalisation de la plus grande étude d’Employer Branding en Suisse. Nous félicitons cordialement les employeurs suisses les plus attractifs de leurs succès.

universumglobal.com UNI__PR__P026_X0 26

02.06.14 17:42


BUSINESS

Credit Suisse

Scan me!

Des clients contents partout dans le monde sont la base du succès du Credit Suisse. C’est avec des collaborateurs proactifs et responsables que nous atteignons ce but.

RANG

4

ss Busine

Antje Post est Head Business Risk Management, Private Banking Western Europe, Credit Suisse

«DE NOS JOURS, LES GÉNÉRATIONS COLLABORENT PLUS QUE JAMAIS»

_Qu’est-ce qui vous motive et vous fascine particulièrement dans votre tâche actuelle? Antje Post: Pour les missions liant business et compliance, je peux apporter exactement le savoir et l’expérience que j’ai acquis dans diverses fonctions et divers domaines auprès du CS. Même si l’on n’a pas d’emblée 100% des aptitudes spécifiques nécessaires et qu’il faut encore les acquérir «on the job», le CS en offre l’opportunité. On se sent ainsi bien soutenu pour affronter des défis. Précisément pour les novices, c’est une option sensationnelle. _Comment percevez-vous les changements dans le secteur bancaire? Les banques doivent se réinventer. La mondialisation et la numérisation entraînent une nouvelle concurrence. La régulation et les tendances techniques constituent un champ de tension. Je trouve que le CS est

bien équipé pour ça. De nos jours, plus que jamais auparavant, on voit les générations travailler au coude-à-coude et collaborer. Cela répond aux souhaits et aux besoins de la clientèle qui, après tout, est aussi composée de plusieurs générations. _La génération dite Y arrive dans le monde du travail. En quoi cela touche-t-il le CS? Elle a des opportunités fantastiques de concrétiser ses attentes et ses souhaits professionnels. Le CS se voue très délibérément à cette génération, par exemple à l’aide du réseau Next Generation, grâce auquel de jeunes collaborateurs peuvent établir le contact entre eux et apprendre de leurs cadres. J’ai, moi aussi, participé au «Reverse Monitoring»: là, des collaborateurs expérimentés se voient dotés d’un jeune mentor qui les conseille suite aux questions soulevées par la différence des générations. J’ai

finalement regardé le CS d’une autre façon à travers les yeux de ces jeunes collègues. _Quels ont été les moments clés de votre carrière? Ce qui a été crucial, c’est que la banque voulait absolument de moi et m’a taillé un poste sur mesure qui convenait aussi bien à l’entreprise qu’à moi. Puis, j’ai pu acquérir une vaste expérience dans de multiples fonctions, y compris à l’international, et j’ai été promue Managing Director après peu de temps. Et cela bien que j’aie une personnalité plutôt carrée. Pour moi ce fut une grande preuve de confiance. _Quel conseil donneriez-vous à une personne qui voudrait entrer aujourd’hui au CS? Si un savoir spécialisé est important, ce qui compte encore plus c’est le comportement et la méthodologie au travail, ainsi que l’horizon que les diplômés se sont forgé. S’ils apportent la bonne attitude et les capacités adéquates, ils ont toutes les chances de faire au CS une carrière qui correspondra à leurs vœux et à leurs besoins. Sans oublier une forte dose de sens des responsabilités.

INFOS www.credit-suisse.com Effectifs: 46 000 dans le monde / 17 900 en Suisse Besoins en personnel: Nous sommes ouverts aux diplômé(e)s de tous les cursus d’études Pour entrer dans l’entreprise: Stages et stages d’été pour étudiant(e)s. Career Start ou programmes d’analyste pour jeunes diplômé(e)s. Envoi de candidatures: www.credit-suisse.com/careers

2014 | UNIVERSUM TOP 100 27

UNI__PR _P027_X0 27

02.06.14 17:51


BUSINESS

Deloitte

Scan me!

Pour Deloitte, les collaborateurs sont l’atout le plus précieux. Des projets internationaux, les défis des missions ainsi qu’une formation ciblée offrent d’excellentes perspectives de carrière. RANG

37

ss Busine

Joelle Herbette, directrice Audit au sein du département Industrie et Services chez Deloitte à Genève

«NOTRE STRUCTURE JEUNE ET DYNAMIQUE PERMET DE SAISIR DES OPPORTUNITÉS»

_Quelles qualifications sont recherchées par Deloitte chez ses futurs collaborateurs? Joelle Herbette: Nous recherchons des jeunes diplômés de formation Master, ou éventuellement Bachelor, avec une spécialisation dans l’un de nos principaux métiers que sont l’audit, la fiscalité, le droit, le conseil et le corporate finance. Au-delà du diplôme, nous attachons une importance particulière à l’expérience professionnelle acquise au préalable soit par le biais de stages ou d’activités associatives. Nous visons des profils ambitieux, motivés, aux fortes capacités d’analyse, de synthèse, d’intégration et capables de se surpasser. _Qu’est-ce que Deloitte offre à ses employés de plus qu’une autre entreprise? Dynamisme, valeur ajoutée, diversité culturelle et fortes ambitions de croissance. Faire partie d’une entreprise qui a plus que dou-

blé son chiffre d’affaires au cours des six dernières années représente une aventure extraordinaire. Les opportunités de carrière et de développement y sont nombreuses, pour tous ceux qui se donnent les moyens de les saisir. _Ces opportunités, quelles sont-elles? Pouvezvous expliquer comment Deloitte permet à ses employés d’évoluer? Au-delà des formations, un système de mentoring et counselling existe pour accompagner et guider chacun de nos employés dans leur développement professionnel et personnel. Notre structure jeune et dynamique leur permet également de saisir des opportunités et responsabilités en dehors de leurs attributions principales et de leur zone de confort, et ce quel que soit le niveau hiérarchique, ce qui facilite une évolution de carrière plus rapide.

_Quelles recommandations donnez-vous afin de pouvoir rapidement gravir les échelons? N’ayez pas peur de vos opinions. Exprimezvous et montrez que vous comprenez les enjeux du marché et de la gestion des ressources de l’entreprise dans laquelle vous évoluez. _Quelles sont les formations internes offertes? Plutôt techniques au début, elles sont ensuite complétées par des formations permettant de développer les compétences managériales et de leadership de nos employés. Nous leur donnons aussi accès aux examens diplômants, soit d’expertise comptable ou fiscale. _De quelle manière Deloitte se projette dans l’avenir? En se positionnant comme l’un des acteurs principaux dans le domaine de l’audit et du conseil sur le marché suisse. Continuer à avoir les bonnes ressources au bon moment est essentiel pour nous permettre d’atteindre nos objectifs.

INFOS www.deloitte.ch Effectifs: plus de 1100 en Suisse, environ 200 000 dans le monde Besoins en personnel: 150 à 200 diplômés par an dans les domaines de l’Audit, de la fiscalité, du Corporate Finance et du Conseil Entrer dans l’entreprise: Stages et immersion directe pour les étudiants et jeunes diplômés Envoi de candidatures: www.deloitte.com/careers

28 UNIVERSUM TOP 100 | 2014

UNI__PR _P028_X0 28

02.06.14 17:52


BUSINESS

EY (ERNST & YOUNG) Les collaborateurs d’EY contribuent à créer un monde plus performant façonné par la compréhension mutuelle: «building a better working world».

RANG

11

ss Busine

Dr Barbara Aeschlimann dirige les RH chez EY

«DÉCOUVRIR DE NOUVEAUX HORIZONS ET ÉDIFIER UN PRÉCIEUX RÉSEAU» _EY s’engage en faveur d’un «better working world». Concrètement, ça veut dire quoi? Barbara Aeschlimann: Notre objectif est de faire avancer les choses et de les améliorer notablement: pour nos 175 000 collaborateurs, pour la société et bien sûr pour nos clients. Nous nous mobilisons jour après jour à cette fin. Par notre savoir-faire et nos prestations, nous entendons renforcer la confiance en l’économie et les marchés financiers, optimiser les processus opérationnels et favoriser la croissance. Ce dernier point crée les conditions pour de nouveaux investissements. _En dehors de leurs compétences particulières, en quoi de jeunes diplômés peuvent-ils y contribuer? Ils peuvent apporter beaucoup, avant tout leur engagement et leur passion. Chez EY, il faut sans cesse aborder et maîtriser des situations et des tâches nouvelles. Cela exige un engagement personnel élevé. Par

ailleurs, des équipes formidables nous assistent. Chez EY, indépendamment de votre position, vous faites toujours partie d’une équipe. Car les missions que nos clients nous assignent sont en général tellement complexes que nous ne pouvons les maîtriser qu’en combinant ad hoc les professions et les spécialisations nécessaires. _La diversité vous importe. A cet égard, faitesvous surtout allusion au caractère international de votre entreprise? Aussi. Mais la diversité a bien plus de signification. EY a une culture d’entreprise inclusive dans laquelle la diversité est vue comme un atout et non comme un effet secondaire, où les gens se voient proposer les mêmes opportunités, indépendamment du sexe, de l’âge, de la couleur de la peau et de l’identité sexuelle. Chez EY œuvrent des gens avec des systèmes de valeurs et des formations différents. En se complétant mutuellement, ils s’inspirent et se

motivent mutuellement. Ils contribuent ainsi à édifier un monde plus performant, façonné par la compréhension mutuelle. _Qu’est-ce qui rend EY unique en tant qu’employeur pour des diplômés? Au sein d’EY, les jeunes diplômés obtiennent une excellente formation dont ils bénéficieront durant toute leur vie professionnelle. Ils seront promus et encouragés en fonction de leurs aptitudes et de leurs objectifs et profiteront de nos programmes de formation complémentaire et continue exhaustifs. Dans le cadre de missions à l’étranger et de tâches sur des projets internationaux, EY offre à ses collaborateurs l’opportunité de découvrir de nouveaux horizons. Chez nous, des nouveaux venus peuvent étendre leurs perspectives et se constituer un précieux réseau. Tout cela entraîne qu’ils peuvent faire partie leur vie durant d’EY, un des plus grands réseaux d’affaires du monde, peu importe qu’ils passent chez un de nos clients ou à la concurrence ou qu’ils fondent leur propre entreprise.

INFOS www.ey.com/ch Effectifs: 2085 en Suisse, 175 000 dans le monde Besoins en personnel: Quelque 300 jeunes diplômés pour l’année fiscale 2013/2014 Pour entrer dans l’entreprise: Stages ou embauche directe dans tous les domaines; Training on the Job en relation avec des formations intensives spécialisées et de personnalités. Envoi de candidatures: www.ch.ey.com/careers - Job Search

2014 | UNIVERSUM TOP 100 29

UNI__PR__P029_X0 29

02.06.14 17:53


ENGINEERING

Georg Fischer (GF)

Scan me!

Pour le groupe innovateur GF, l’esprit d’équipe est une des clés du succès et l’environnement idéal pour le développement des jeunes talents.

RANG

62

ering

Engine

Peter Ziswiler est Head Corporate HR chez GF

«LE TRAVAIL D’ÉQUIPE EST UN ÉLÉMENT PORTEUR DE NOTRE CULTURE D’ENTREPRISE»

_En tant qu’entreprise vieille de plus de 200 ans, qu’est-ce que Georg Fischer (GF) offre d’attrayant à de jeunes diplômés? Peter Ziswiler: Les trois divisions de Georg Fischer sont actives dans des segments tournés vers l’avenir, tels le transport de l’eau, la mobilité et les technologies de l’information et de la communication. Une carrière chez GF ouvre la perspective de collaborer à des innovations durables. _Pouvez-vous fournir des exemples de travaux et de recherches chez GF? Chez GF Piping Systems, nous développons des solutions pour le transport sécurisé de l’eau, sans déperditions ni contaminations. Chez GF Automotive, nous développons de nouveaux matériaux et des structures qui rendent les véhicules plus légers, de sorte qu’ils causent moins d’émissions polluantes. Sur les machines de haute précision de GF

Machining Solutions, nous fabriquons par exemple des pièces extrêmement complexes pour des moteurs d’avions ou pour la production de tablettes et de smartphones. _Que peut proposer GF de concret à de jeunes professionnels au sortir de leurs études? En collaborant avec les meilleures universités, par exemple avec l’EPFZ, nous savons précisément ce qui importe aux yeux des jeunes talents. Nous offrons, d’une part, un environnement international, qui propose à chacun une vaste marge de manœuvre tout en concédant une certaine marge d’erreur. En ce moment, ce n’est pas qu’en Chine mais également en Allemagne et en Suisse que GF investit des millions de francs dans de nouveaux processus et des sites de production modernisés. Par ailleurs, le travail d’équipe est un élément porteur de la culture d’entreprise chez GF.

_Par quelles activités une entreprise qui compte des dizaines de nationalités dans ses effectifs, soutient-elle le travail d’équipe? Vu que le travail en équipe est pratiqué au premier chef par le management et qu’il est explicitement exigé, les salariés de toutes les divisions suivent les formations continues correspondantes: l’an dernier, plus de 30 000 journées de formation ont été dispensées dans le monde entier. Il est essentiel que les collaborateurs travaillent ensemble sur tous les continents et puissent exécuter des mandats ensemble, hors hiérarchies, sexes et générations. Nous distinguons un travail d’équipe exceptionnel selon son importance par une récompense annuelle pour la meilleure contribution à la mise en œuvre de notre stratégie d’entreprise. Pour chaque division, il y a chaque année un kilo d’or à gagner. Nous ne cessons d’être surpris et enchantés de voir avec quelle inventivité et quel engouement les équipes se mettent au boulot et développent des solutions pour nos clients.

INFOS www.georgfischer.com Effectifs: quelque 2500 en Suisse, environ 14 000 dans le monde Besoins en personnel: Ingénieurs (H/F, construction machines, science des matières, électrotechnique, etc.) et économiste (H/F) Pour entrer dans l’entreprise: Embauche, stages, thèses Bachelor ou Master Envoi de candidatures: personal@georgfischer.com www.georgfischer.com/jobs Social Media: LinkedIn, XING, Twitter et Facebook

30 UNIVERSUM TOP 100 | 2014

UNI__PR__P030_X0 30

02.06.14 17:54


HEALTH & MEDICINE

hôpital fribourgeois

Scan me!

Etablissement dynamique dans une région bilingue, l’hôpital fribourgeois (HFR) offre à ses collaborateurs un cadre de travail aux nombreuses possibilités.

RANG

27

& Health e n i c i Med

Annick Kalantzopoulos est directrice des Ressources humaines de l’HFR

«UN HÔPITAL DE TAILLE IDÉALE ET PROCHE DES PATIENTS» _Quelles qualifications recherchez-vous chez vos futurs collaborateurs? Annick Kalantzopoulos: Des compétences professionnelles précises, une motivation au changement – un élément important puisque l’HFR s’est donné une nouvelle stratégie 20132022 –, et des compétences sociales élevées. Nous veillons aussi à ce qu’ils se retrouvent dans les valeurs de l’hôpital: engagement, solidarité et respect. _Quels sont les besoins de l’HFR en personnel? Essentiellement du personnel soignant et médical, ainsi que pour les activités de support (administration, finances, RH, logistique, etc.). Avec 600 recrutements et plus de 1000 stagiaires par an, nous sommes le premier employeur du canton de Fribourg. _Qu’est-ce que l’HFR a à offrir de plus que les autres hôpitaux suisses? En premier lieu, sa taille est un atout: l’HFR est suffisamment grand pour couvrir 90%

des prestations médicales, tout en restant un hôpital de taille idéale et proche des patients. D’autre part, la renommée de nos médecins-chefs et la qualité de la formation font de notre hôpital un centre de formation reconnu. Autre avantage de l’HFR: son bilinguisme dû à sa situation géographique, entre la Suisse romande et alémanique. _Existe-t-il une philosophie HFR? Notre but est d’offrir un bien-être non seulement à ses patients, mais aussi à son personnel. Afin d’atteindre cet objectif, nous avons mis en œuvre plusieurs mesures, telles que les enquêtes de satisfaction, les journées d’accueil, les déjeuners avec la direction, la boîte à idées, les ateliers d’échanges entre les apprentis et la direction, etc. _Comment permettez-vous aux collaborateurs d’évoluer? Nous avons mis sur pied un système d’évaluation du personnel pour définir le poten-

tiel d’évolution des collaborateurs. Au sein de la direction des soins, nous venons de lancer un programme de relève des cadres afin d’identifier les personnes susceptibles d’accéder à des postes clés et de les former en amont. Nous avons aussi créé un fonds pour la relève médicale, qui permet aux médecins d’aller dans d’autres hôpitaux, sur le principe du fellowship. _Quelles formations internes sont proposées? Outre les formations spécialisées pour les infirmiers et infirmières proposées par le centre de formation des soins, la liste est longue: tâches de management, prévention et gestion des absences, orientation patient/ client ou encore école du dos, qui permet de prévenir les douleurs dorsales chroniques… Sans compter les formations techniques et les cours d’allemand et de français. _Un conseil pour un candidat à un poste à l’HFR? Montrer ce qu’il peut apporter à l’hôpital en tant que professionnel, mais aussi en tant que personne.

INFOS www.h-fr.ch Effectifs: 3000 collaborateurs Besoins en personnel: Personnel soignant et médical, mais également de support (administration, finances, RH, logistique, etc.) Pour entrer dans l’entreprise: Environ 1000 stages à pourvoir chaque année pour des jeunes provenant de toutes filières, programme de formation. Envoi de candidatures: www.h-fr.ch > emploi

2014 | UNIVERSUM TOP 100 31

UNI__HOP_P031_X0 31

02.06.14 17:56


business

La Poste Suisse SA

Scan me!

La Poste opère sur les marchés de la communication, de la logistique, des services financiers grand public et du transport de voyageurs. Elle emploie quelque 60 000 collaborateurs dans plus de 100 métiers.

Yves-André Jeandupeux est responsable du personnel et membre de la direction du groupe

«Ce qui compte, c’est la volonté de faire bouger les choses»

_Lors du recrutement, veillez-vous davantage à l’orientation des études ou à la personnalité des diplômés des hautes écoles? Yves-André Jeandupeux: Ce qui compte, c’est la personnalité, l’intérêt et la volonté de faire bouger les choses. Du fait qu’en tant que groupe diversifié nous sommes actifs sur plusieurs marchés (communication, logistique, finances et transports publics), nous recherchons des diplômé(e)s de diverses filières d’études telles qu’économie, informatique, sciences humaines et sociales. _Quelles sont les opportunités d’embauche des jeunes diplômés auprès de La Poste? Il y a l’accès direct à une profession ou des stages. Notre programme «Trainee» est très apprécié: les diplômés des hautes écoles travaillent pendant dix-huit mois dans divers domaines opérationnels et du management et se font ainsi une image concrète de l’en-

treprise. Ce programme est extrêmement bien perçu. _Qu’est-ce qui attend les «trainees» à La Poste? La Poste est en plein processus de développement et de transformation. Il y a quinze ans encore, nous faisions partie de l’administration fédérale. Ce qu’il en reste, c’est le mandat d’assurer la desserte de base. Mais La Poste fonctionne aujourd’hui comme une entreprise privée. Nous agissons en fonction du marché et des besoins en constante évolution de la clientèle. Le seul passage de la communication physique au numérique nous place devant de gros défis. Dans ce processus, les «trainees» ne sont pas de simples spectateurs, ils y prennent une part active. Ils collaborent à des projets passionnants et assument très tôt des responsabilités. _Les novices ressentent-ils quelque chose de l’offensive innovante de La Poste?

Nous opérons dans un environnement complexe avec un grand nombre d’acteurs: politique, autorités de régulation, partenaires sociaux, clients et collaborateurs. Et cela sur des marchés en rapide mutation. Cela implique que nous devons développer nos services et produits en ajoutant toujours davantage d’intelligence. Nous sommes donc tributaires de gens capables de développer des idées pour de nouveaux modèles d’affaires, de nouveaux produits et services. Les «trainees» sont impliqués depuis l’idée jusqu’au modèle d’affaires et assurent une contribution précieuse à l’innovation. _Pour toujours plus de diplômés, il est important que leur travail a du sens, tout en parvenant à le concilier avec leur vie privée. La Poste est connue pour être impliquée socialement, fournissant une contribution importante à la société et à l’économie. Et comme nous souhaitons que tous puissent donner le meilleur d’eux-mêmes, nous prenons les attentes des collaborateurs au sérieux. Je pense aux divers modèles de formes de travail ou à la gestion active de la santé.

Infos www.post.ch Effectifs: environ 60 000 (53 000 en Suisse, 7000 dans le monde) Besoins en personnel: Issus des sciences sociales et humaines et de l’économie, ainsi que des informaticiens informatique et informaticiens économiques Pour entrer dans l’entreprise: L’entreprise propose un programme Trainee pour tout le groupe ainsi qu’un programme IT Trainee. Places de stages et embauche directe. Envoi de candidatures: jobs.post.ch

32  Universum Top 100 | 2014

UNI__PR__P032_X0 32

02.06.14 17:57


BUSINESS

PwC

Scan me!

Chez nous, la règle est: Grow your own way. Nous offrons aux jeunes diplômés une carrière sur mesure ponctuée de formations continues personnelles ou spécialisées ainsi qu’un coaching ciblé «on & off the job». RANG

5

ss Busine

Michaela Christian Gartmann est Territory Human Capital Leader chez PwC Suisse

«GROW YOUR OWN WAY – UNE CARRIÈRE SUR MESURE CHEZ PWC» _Que fait PwC Suisse pour être un employeur attrayant pour les jeunes diplômés? Michaela Christian Gartmann: Chez nous, la règle est: «Grow your own way.» Nous offrons aux jeunes diplômés une carrière sur mesure ponctuée de formations continues personnelles et spécialisées ainsi qu’un coaching ciblé «on & off the job». Au sein de notre réseau mondial, ils travaillent sur des projets exigeants de clients nationaux et internationaux et cela crée de la valeur ajoutée à nos clients. Cela en travaillant de manière proche avec des collaborateurs de plus de 60 nationalités. _Qu’est-ce qui attend un nouveau collaborateur chez PwC Suisse? Un «deal» personnel qui décrit ce que chacun peut attendre de PwC Suisse, ce que PwC Suisse lui offre et ce que cela signifie de faire partie de PwC Suisse. Les collaborateurs peuvent ainsi rapidement prendre des responsabilités, assumer des tâches diversi-

fiées et suivre une carrière conforme à leurs besoins personnels. En échange, PwC Suisse attend que le collaborateur ait une soif de connaissance, d’apprendre, qu’il soit ouvert à la nouveauté et qu’il aime endosser des responsabilités. En outre, il est très important pour nous qu’il aime le travail d’équipe. _Cela exige une grande flexibilité? Oui. C’est pour cela que PwC Suisse a introduit il y a quelques années déjà le modèle de temps de travail annuel. Avec celui-ci, nous répondons le mieux possible aux souhaits et aux besoins de tous les intéressés, c’està-dire des collaborateurs, des clients et de l’entreprise. En tant que «people business», l’environnement, dans lequel nos collaborateurs peuvent donner le meilleur d’euxmêmes, est un facteur essentiel du succès. Nous savons que les besoins varient selon l’âge, la carrière et la situation personnelle de chacun. PwC Suisse met tout en œuvre

pour leur donner satisfaction dans l’esprit de «Grow your own way», sans oublier les exigences de l’entreprise et de la clientèle. _«Grow your own way»: le développement personnel et la formation continue des collaborateurs «on & off the job» sont essentiels pour l’employeur comme pour l’employé. Par quoi cela se traduit-il chez PwC Suisse? Cela se passe, d’une part, «on the job» dans une culture de coaching et de feedback prononcée et, d’autre part, par l’apprentissage et des formations continues, des programmes d’avancement spécifiques et diverses opportunités d’emploi et de carrière aux niveaux national et international. Les talents qui souhaitent faire carrière chez PwC Suisse se voient proposer un tremplin pour leur futur. Pour atteindre leur premier niveau de cadre, par exemple, ils passent par un «Development Center». Au moment de ce bilan de compétences, les candidats peuvent reconnaître des forces et des faiblesses dont, peutêtre, ils n’étaient pas conscients jusqu’alors. En outre, ils découvrent comment la suite de leur carrière peut se dérouler et être encouragée à leur mesure.

INFOS www.pwc.ch Effectifs: 2618 en Suisse, 180 000 à l’international Besoins en personnel: Environ 200 diplômés des hautes écoles et 60 stagiaires l’année prochaine Pour entrer dans l’entreprise: PwC propose des stages et des possibilités d’engagement aux diplômés des hautes écoles et aux professionnels des domaines de l’audit, du conseil juridique et fiscal et du conseil économique Envoi de candidature: www.pwc.ch/careers

2014 | UNIVERSUM TOP 100 33

UNI__PR__P033_X0 33

02.06.14 18:00


BUSINESS

Scan me!

SICPA

INFOS

Leader international des solutions de sécurité pour les gouvernements et les banques centrales, SICPA est une société ouverte sur le monde et à la pointe de la technologie.

Guido Gianasso, Chief Human Resources Officer _Quels sont les besoins de SICPA en personnel? Guido Gianasso: Nous recherchons des ingénieurs et spécialistes de pointe pour le volet recherche et développement. Nous recrutons aussi dans le «business development» et les ventes. Avec un modèle «Business to Government», nous engageons souvent des anciens employés d’organisations inter-

nationales ou gouvernementales. Pour les fonctions centrales, nous engageons des personnes ayant une expérience qualifiée dans la finance, l’IT et les RH. _Quelles qualités recherchez-vous chez vos futurs collaborateurs? SICPA souhaite que ses employés aient un esprit entrepreneurial. Ils doivent aussi être flexibles et proactifs. L’intelligence culturelle est une autre qualité importante à nos yeux: avec des bureaux dans 32 pays, nos collaborateurs doivent être en mesure de comprendre la culture et les exigences des clients et des collègues d’horizons divers. _Comment SICPA permet-elle à ses employés d’évoluer? SICPA sait reconnaître la valeur ajoutée de chacun. Une personne apportant des idées et des solutions pourra ainsi voir sa carrière évoluer très rapidement. SICPA est aussi

www.sicpa.com Effectifs: 3000 personnes dans le monde dont 1200 en Suisse Besoins en personnel: Chimie, informatique, mécanique, électronique, physique, supply chain, finance, sales & marketing, ressources humaines et bien d’autres encore Envoi de candidatures: www.sicpa.com/expertiseinnovation/careers

cosmopolite et ouverte sur le monde: rien qu’aux ressources humaines, 40 collaborateurs de 20 nationalités cohabitent. Elle offre par conséquent de réelles possibilités de carrière internationale. _Quelles formations proposez-vous? Nous offrons des formations techniques de pointe et plusieurs programmes de management (leadership, gestion de projet et des équipes, éthique, intelligence culturelle). Grâce à un partenariat avec l’IMD à Lausanne et la Harvard Business School, nous offrons aussi des programmes de formation à distance de grande qualité.

elle édition Ne manquez pas la nouv Career avec une d’Universum Women in que des success analyse du marché ainsi supplément stories d’entreprise – le ne 2014 BILANZ Special en autom

Votre contact:

Universum – précurseur et pionnier en « employer branding » Universum est une société de conseil indépendante spécialisée en « employer branding ». Nous vous offrons des solutions d’études de marché, de conseil et de communication sur mesure – en Suisse mais aussi au niveau mondial.

universumglobal.com UNI__PR__P034_X0 34

02.06.14 17:59


BUSINESS

UBS

Scan me!

Forte de ses 150 ans d’expérience, UBS offre ses services à une clientèle privée, institutionnelle et d’entreprises dans le monde entier, ainsi qu’aux clients de la banque de détail en Suisse. RANG

3

ss Busine

Susanne Thellung, responsable clientèle privée pour la région Suisse centrale d’UBS

«IL Y A CHEZ NOUS DES COLLABORATEURS AUX TRAJECTOIRES LES PLUS DIVERSES» _Qui pose sa candidature chez vous au terme de ses études? Susanne Thellung: Nous ne nous focalisons pas sur un cursus d’études particulier: de l’économie d’entreprise à l’architecture, il y a chez nous des collaborateurs aux trajectoires les plus diverses. Chez UBS, il existe des postes formidables pour tout le monde. La personnalité est aussi importante que l’orientation des études, voire plus. Il nous faut des collaborateurs qui aient à la fois de l’esprit et du cœur; qui apportent de la joie et de la passion outre leurs connaissances professionnelles; qui aiment les gens et apprécient le contact avec le client. _Comment les jeunes diplômés débutent-ils leur carrière chez UBS? Bon nombre d’entre eux arrivent chez nous par le biais de notre programme de formation pour diplômés universitaires, le «Graduate Training Program» qui dure dix-huit

mois pendant lesquels les collaborateurs s’initient à divers domaines. Personnellement, j’ai d’abord travaillé projet par projet, dans l’analyse d’entreprises, puis dans un domaine comprenant beaucoup de contact avec la clientèle qui correspondait à mes aptitudes. En travaillant avec des collaborateurs expérimentés, on sent ce qui compte pour nous: la collaboration est vitale pour notre culture et le succès de l’entreprise. _L’activité bancaire est en pleine mutation depuis des années. Pour vous, est-ce un atout ou un inconvénient? Je trouve que c’est idéal pour de jeunes gens. Je suis moi-même arrivée chez UBS en des temps très difficiles et j’ai vu quelles opportunités naissaient du changement. J’ai eu la chance de diriger un vaste secteur à 34 ans déjà. C’est très enrichissant de participer activement au changement. _Est-il difficile pour une femme de faire carrière?

UBS s’investit beaucoup en faveur de la promotion des femmes et s’attache à donner aux femmes exactement les mêmes chances qu’aux hommes. Par expérience, je peux le dire: si on le désire, on peut faire carrière dans cette entreprise en tant que femme. Chez nous, les femmes ont six mois de congé maternité et nous nous efforçons de créer un environnement dans lequel le travail à temps partiel est possible sans conséquences négatives. _Que fait UBS pour la formation et le développement des collaborateurs? La motivation de se former et se développer continuellement est indispensable. Nous avons notre propre université, la «Business University», nous encourageons l’apprentissage des langues et avons beaucoup de collaborateurs qui suivent des formations. Il ne faut pas voir cette offre comme un buffet où chacun se sert selon ses envies et son humeur. Chaque collaborateur est incité à élaborer un plan de développement qui sera discuté au moins une fois l’an avec ses supérieurs. Mais l’initiative de se perfectionner et se développer doit venir de chacun.

INFOS www.ubs.ch/graduates Effectifs: 22 000 en Suisse 60 000 dans le monde Besoins en personnel: UBS cherche continuellement des stagiaires et des spécialistes dans tous les domaines bancaires Pour entrer dans l’entreprise: Stage mensuel (trois à six mois), Stage d’été (10 semaines), programme de formation pour diplômés universitaires (dix-huit mois) ou embauche directe. Envoi de candidatures: www.ubs.com/graduates

2014 | UNIVERSUM TOP 100 35

UNI__PR__P035_X0 35

02.06.14 17:58


Réussir, tout simplement. FABIENNE SCHÜRMANN, Responsable régionale des ventes & plongeuse

«J’aime la variété. Chez ALDI SUISSE, je plonge chaque jour dans le monde passionnant du commerce de détail et je peux développer de nouvelles stratégies au cœur des évènements.» www.jobs.aldi.ch

Simple comme ALDI. ALDI_AGK_Inserat_BilanzBeilage_195x270_0514_fr_V2.indd 1

21.05.14 08:24

Universum TOP 100 French Swiss Student Survey 2014  

Les employeurs suisses les plus attractifs. Une collaboration entre BILANZ et Universum.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you