livret des médaillés 2020

Page 1

Les laurÊats de prix d’excellence

2020


Cette édition 2020 des prix d’excellence sera en tout point exceptionnelle. Tout d’abord car il s’agit de la première organisée par Université Côte d’Azur en tant qu’établissement expérimental. Et la diversité des recherches menées par chacun et chacune d’entre vous est le reflet de la réussite de la politique de site co-construite par Université Côte d’Azur avec tous les acteurs de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation de notre territoire, en étroit partenariat avec les collectivités. Ensuite car malgré un contexte sanitaire contraint, la quantité et la qualité des lauréats n’ont pas failli durant cette année. Alors que nous aurions pu craindre un ralentissement des activités de recherche, ce livret est le témoignage des efforts de la communauté universitaire et scientifique pour assurer une continuité scientifique même en temps de crise. Je vous félicite toutes et tous chaleureusement et vous remercie de faire rayonner Université Côte d’Azur. Jeanick Brisswalter Président d’Université Côte d’Azur


Othmane BELMOUKADAM Doctorant Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria)

#ÉTUDIANTS-DOCTORANTS-POSTDOCTORANTS ​

Best paper award - 16th International Conference on Network and Service Management (CNSM2020) The Internet has changed drastically in recent years, multiple novel applications and services have emerged, all about consuming digital content. In parallel, users are no longer satisfied by the Internet’s best effort service, instead, they expect a seamless service of high quality from the side of the network. This has increased the pressure on Internet service providers (ISP) in their effort to efficiently engineer their traffic and improve their end-users’ experience. Content providers from their side, and to further protect the content of their customers, have shifted towards endto-end encryption (e.g., TLS/SSL), which has complicated even further the task of ISPs in handling the traffic in their network. The challenge is notable for video streaming traffic which is driving the Internet traffic growth, and which imposes tight constraints on the quality of service provided by the network depending on the content of the video stream and the equipment on the end-user premises. Video streaming relies on the dynamic adaptive streaming over HTTP (DASH) protocol which takes into consideration the underlying network conditions (e.g., delay, loss rate, and throughput) and the viewport capacity (e.g., screen resolution) to improve the experience of the end user in the limit of available resources. Nevertheless, knowing the reality of the encrypted video traffic is of great help to ISPs as it allows taking appropriate network management actions. In this work, we propose an experimental framework able to infer fine-grained video flow information such as chunk sizes from encrypted YouTube video traces. We also present a novel technique to separate video and audio chunks from encrypted traces based on Gaussian Mixture Models (GMM). We evaluate our technique with real chunk sizes (Audio/Video) collected through the browser using the Chrome Web Request API. Then, we leverage these results and our dataset to train a model able to predict the class of viewport (either SD or HD) per video session with an average 92% accuracy and 85% F1 score.


Lesly-Ann DANIEL Doctorante

#ÉTUDIANTS-DOCTORANTS-POSTDOCTORANTS ​

Prix Jeunes Talents France, L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science

De plus en plus souvent les données sensibles sont confiées à des logiciels (nos transactions bancaires, nos données de santé, etc.). Il est donc crucial de s’assurer de la sécurité de ces applications. Or, il existe un type d’attaques, appelées « attaques temporelles », qui permet à un attaquant d’extraire des données sensibles manipulées par un programme en mesurant son temps d’exécution. La thèse de Lesly-Ann porte sur la vérification logicielle pour la sécurité. En particulier, elle s’intéresse à la vérification des logiciels cryptographiques contre les attaques temporelles. Elle a développé un outil, Binsec/Rel, qui lui a permis de vérifier des implémentations cryptographiques contre ce type d’attaques et de trouver de nouvelles vulnérabilités.


Marta Prieto GARCIA Doctorante Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (IPMC) Université Côte d’Azur/CNRS

#ÉTUDIANTS-DOCTORANTS-POSTDOCTORANTS ​

Prix Jérôme Lejeune – Jeune Chercheur 2020 The Marta’s PhD project aims to unravel the pathophysiological consequences of a missense mutation in the FMR1 gene identified in Fragile X Syndrome (FXS) patients. FXS is the most frequent form of inherited Intellectual Disability (ID) and a leading monogenic cause of autism for which there are no effective therapies available. This disorder is typically caused by an abnormal expansion of CGG repeats within the 5’UTR of the FMR1 gene, resulting in its transcriptional silencing and consequently, the loss-of-expression of the Fragile X Mental Retardation Protein (FMRP). FMRP is an RNAbinding protein that transports mRNAs in granules along dendrites to the base of active synapses for local translation in an activity-dependent manner. A hallmark of FXS is the overabundance of immature dendritic protrusions, leading to synaptic transmission and plasticity deficits. Several FMR1 missense mutations were recently identified in FXS patients. Among them, three unrelated patients presented the same R138Q mutation, including one female. Interestingly, this mutation localizes close to one of the active sumoylation sites of FMRP, the lysine 130 (K130) residue. We showed that the mGlu5R-dependent sumoylation of FMRP triggers its dissociation from mRNA granules, allowing the release and local translation of its mRNA targets which in turn, regulate spine maturation and elimination. We thus hypothesized that the R138Q mutation may alter the mGlu5R-dependent FMRP sumoylation and consequently, its synaptic function, thereby participating in the aetiology of FXS in these patients. To this purpose, we generated an FMR1 R138Q knock-in (R138Q-KI) mouse model. During her PhD, IMarta contributed to the characterization of this novel mouse model at the molecular, cellular, electrophysiological and behavioural levels.


Duncan GILBERT Doctorant Institut de Physique de Nice (INPHYNI) Université Côte d’Azur/CNRS

#ÉTUDIANTS-DOCTORANTS-POSTDOCTORANTS ​

Prix de la meilleure affiche - 54ème Congrès du Groupe Français de Rhéologie

Les récents travaux sur la rhéologie des suspensions ont permis de mettre en évidence la présence de contact entre les particules. Dans le cas de sphères dures, la compréhension du fonctionnement de ces contacts est en bonne voie. Néanmoins dans le cas de particules élastiques molles, la connaissance sur ce sujet est nulle. Dans ce contexte, l’équipe dans laquelle travaille Duncan a fabriqué et étudié une suspension modèle de billes de silicone et a montré la présence de l’effet très important de l’élasticité. Cette étude va permettre d’améliorer considérablement la compréhension et la résolution de nombreuses problématiques des suspensions plutôt élastiques qui présentent un intérêt important pour des applications industrielles.


Lou MATEO Doctorante Institut de Chimie de Nice (ICN) Université Côte d’Azur/CNRS

#ÉTUDIANTS-DOCTORANTS-POSTDOCTORANTS ​

Prix : « coup de coeur » récompensant la meilleure présentation orale sur le thème « recherche et innovation »

L’angiogenèse et l’inflammation sont primordiales dans le développement et la progression tumorale. Un axe proangiogénique et pro- inflammatoire : la voie des CXCL-ELR+/CXCR est particulièrement sollicitée dans le cancer et notamment dans le cancer du rein métastatique. A l’heure actuelle, il existe des traitements efficaces mais qui ne permettent pas la guérison de ce cancer. Lou a ainsi travaillé sur le développement de petites molécules originales capables d’inhiber l’interaction ligands/récepteurs (CXCL/CXCR1-2) afin d’avoir une action duale : à la fois antiinflammatoire et anti-angiogénique. Les études biologiques ont permis de révéler une molécule « hit ». Une campagne in vivo sur des poissons- zèbres est envisagée afin d’étudier sa capacité à entraver l’angiogenèse.


Hernando III SALAPARE Doctorant Nature Inspires Creativity Engineers (N.I.C.E. Lab) Université Côte d’Azur

#ÉTUDIANTS-DOCTORANTS-POSTDOCTORANTS ​

Graduate Student Award, European Materials Research Society (E-MRS) Spring Meeting 2019 – Symposium R: Smart materials for green buildings and vehicles: toward energy efficiency, energy utilization, and a healthy interior environment

Hernando Salapare III avait pris l’initiative de conceptualiser et d’exécuter une recherche préliminaire sur la modification par plasma de différents matériaux polymères en imitant les structures de différentes feuilles de plantes (comme Calathea makoyana et Nelumbo nucifera) pour obtenir différentes mouillabilités en fonction de la postfonctionnalisation prévue des polymères. Il s’agit d’une partie préliminaire de sa thèse réalisée lors de sa première année de doctorat. La thèse fait partie du projet de recherche intitulé « Bioinspired Oleophobic Self-Cleaning Surfaces for Automotive Interior Environment », réalisé en collaboration entre N.I.C.E. Lab - Université Côte d’Azur, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Renault et Faurecia.


Onur TASAR Doctorant Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria)

#ÉTUDIANTS-DOCTORANTS-POSTDOCTORANTS ​

Best Paper Award at EARTHVISION Workshop (Large Scale Computer Vision for Remote Sensing Imagery), in conjunction with the Computer Vision and Pattern Recognition (CVPR) 2020 Conference

La génération automatique de cartes à partir d’images satellites est requise pour un large éventail d’applications telles que la navigation ou la conduite autonome. Les approches récentes d’apprentissage automatique ne parviennent pas à générer des cartes précises en raison de divers facteurs tels que les conditions atmosphériques et la variabilité intra-classe. J’ai proposé une nouvelle approche de standardisation des images basée sur un réseau adverse génératif qui rend similaires les distributions de couleurs des images collectées en différents endroits. Ainsi, avant d’utiliser un modèle d’apprentissage, la standardisation des images avec l’approche proposée rend les modèles plus robustes et leur permet de générer de meilleures cartes.


Laurence BEAUDE Ingénieure recherche et développement Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria)

#PRIX-DE-THÈSE ​

Prix de la région Sud 2019

La compréhension des écoulements souterrains est importante pour de nombreuses applications comme l’évaluation et l’exploitation des ressources du sous-sol (eau, géothermie, ressources minérales, hydrocarbures…) ou le stockage des déchets nucléaires. La thèse de Laurence Beaude, en collaboration avec le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), était dédiée à la modélisation et à la simulation des écoulements en milieux poreux et ses applications à la géothermie haute énergie. En particulier, elle a permis le développement d’un outil numérique quantitatif permettant de simuler la formation et le fonctionnement d’un système hydrothermal, c’est-à-dire des circulations de fluides souterrains transportant de l’énergie sous forme de chaleur.


Fabien FERRARI Docteur en Chirurgie Dentaire Faculté de Chirurgie Dentaire Centre Hospitalier Universitaire de Nice (CHU Nice)

#PRIX-DE-THÈSE ​

Prix de la Fondation des Gueules Cassées - Académie Nationale de Chirurgie Dentaire

Le travail de Fabien Ferrari a porté sur le développement des technologies numériques dans le domaine de la chirurgie réparatrice mandibulaire au sein de l’Institut Universitaire de la Face et du Cou de Nice de 2016 à fin 2018. Les reconstructions mandibulaires sont des interventions difficiles de longues durées qui nécessitent une grande rigueur et une extrême précision car chaque étape opératoire peut entrainer l’échec du traitement. L’apport de techniques de modélisation et d’impression 3D a permis l’amélioration de la précision et la reproductibilité des gestes augmentant significativement la qualité de vie des patients et le travail des équipes opératoires. Ces techniques ont été mises en lumière à la suite des attentats de Paris en novembre 2015 mais s’adressent principalement aux patients atteints de tumeurs malignes ou bénignes de la mandibule. Ces travaux ont également reçu le prix NEXTDentiste de l’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire et le prix Odontologie du Groupe Pasteur Mutualité.


Aurélia HEURTEUX Docteure en Sciences de Gestion Groupe de Recherche en Management (GRM) Université Côte d’Azur

#PRIX-DE-THÈSE ​

Prix de thèse - Association pour le Développement de l’Enseignement et de la Recherche sur la Responsabilité Sociale de l’Entreprise (ADERSE), 2020

Au cours de ses travaux de thèse, Aurélia Heurteux, s’est intéressée aux différents outils de pilotage tels que les budgets, les coûts et les tableaux de bord intégrant les principes du développement durable au sein des métropoles françaises. La gestion des métropoles rendant un service public ne peut être identique à celle du secteur privé et les outils de gestion sont susceptibles d’être modifiés. Ces travaux ont également mis en lumière certains leviers permettant la transition vers un territoire plus durable, tels que la communication entre les différents acteurs, la volonté politique et celle des agents, la prise en compte de l’opinion des habitants, la place du service de développement durable dans l’organigramme de la métropole. Certaines métropoles ont mis en place de tels leviers et outils de gestion. Cependant d’autres se servent du développement durable comme un moyen de communication, un moyen de se protéger vis à vis de leurs parties prenantes, ce qui amène à un écart entre le discours et l’action (hypocrisie organisationnelle).


Enzo PIPONNIER Maître de conférences Laboratoire Motricité Humaine, Expertise, Sport, Santé (LAMHESS) Université Côte d’Azur/Université de Toulon

#PRIX-DE-THÈSE ​

Prix de thèse 2020 - GDR Sport et Activité Physique

Les travaux de thèse d’Enzo Piponnier, réalisés sous la direction de Vincent Martin et Sébastien Ratel (Université Clermont Auvergne, Laboratoire AME2P), se sont intéressés aux facteurs pouvant expliquer les différences de fatigue entre les enfants et les adultes. Plus spécifiquement, ces travaux ont porté sur les différences de force et de profil métabolique entre enfants et adultes et sur leurs potentielles implications dans les différences de fatigue entre ces deux populations. Les résultats de ces travaux montrent que la force ne serait pas le facteur principal contrairement au profil métabolique qui semble être impliqué de façon importante dans les différences de fatigue enfant-adulte. L’enfant semble être donc moins fatigable que l’adulte à cause de son métabolisme plus oxydatif.


François PIROT Post-doctorant Laboratoire d’Informatique, Signaux et Systèmes de Sophia Antipolis (I3S) Université Côte d’Azur/CNRS Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria)

#PRIX-DE-THÈSE ​

Prix de thèse Graphes « Charles Delorme »

Le problème de coloration de graphes est une modélisation théorique permettant de résoudre une grande variété de problèmes d’ordonnancement, d’allocation de ressources, ou encore logistiques. Les travaux de thèse de François Pirot ont porté sur ce problème dans les graphes épars, c’est-à-dire des graphes ayant une faible densité locale d’arêtes. En conjuguant méthode probabiliste et analyse structurelle, ses travaux ont permis la mise au point d’une nouvelle méthode permettant de mieux cerner le comportement de la coloration de graphes dans ce contexte.


Emilio CRUCIANI Post-doctorant Laboratoire d’Informatique, Signaux et Systèmes de Sophia Antipolis (I3S) Université Côte d’Azur/CNRS Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria)

#JEUNES-CHERCHEURS ​

Facebook Testing and Verification Award

Software testing évalue la qualité des produits logiciels en les exécutant avec des entrées spécifiques pour trouver des comportements inattendus dus à des bugs. Certains tests, cependant, peuvent réussir/échouer de manière non déterministe en raison de problèmes externes tels que des pannes matérielles, la latence du réseau, le caractère aléatoire, la concurrence. Ces tests sont appelés « flaky » et nécessitent des ressources supplémentaires à gérer par les développeurs de logiciels. Nous avons proposé FLAST, un outil entièrement automatisé qui évalue si les tests sont flaky avec une efficacité élevée et des coûts négligeables, qui aide les développeurs à les détecter rapidement et réduit les dépenses des éditeurs de logiciels.


Hind SABRI Post-doctorante Laboratoire Interdisciplinaire Récits Cultures Et Sociétés (LIRCES) Université Côte d’Azur

#JEUNES-CHERCHEURS ​

Grand Prix de l’Association Académique pour la Recherche Historique et Sociologique dans le Domaine de l’Energie Hind Sabri chercheure Postdoctorante en Anthropologie, associée au laboratoire Interdisciplinaire Récits, Cultures et Sociétés d’Université Côte d’Azur, au sein de la Maison des Sciences de l’Homme et Chercheure invitée au Centre Jacques Berque de Rabat. Hind Sabri travaille sur la question de l’eau dans les zones de montagnes de l’Arrière-Pays Niçois en France et du Haut Atlas au Maroc. Sa thèse en Anthropologie, soutenue en 2016, concernait le sujet de l’eau patrimoine et objet de conflits et de partage, en particulier « La gouvernance locale de l’eau d’irrigation entre logiques et stratégies des acteurs et enjeux des interventions étatiques dans la vallée d’Amizmiz (Haut Atlas Occidental- Maroc) ». Désormais, elle continue ses recherches postdoctorales qui s’inscrivent dans une envergure internationale. Désormais, elle continue ses recherches postdoctorales qui s’inscrivent dans une envergure internationale. Son projet de recherche s’intitule : « L’Eau et le Pouvoir dans le Bassin Méditerranéen : Une approche comparative entre deux modèles de gestion sociale de I’eau d’irrigation : L’arrière-pays niçois (Sud- Est de la France) et le Haut Atlas Central du Maroc ». Ce prix de l’Association Académique pour la Recherche Historique et Sociologique dans le Domaine de l’Energie reconnait le parcours de recherches d’Hind Sabri pour la publication de son livre sur « Les communautés de la Vésubie, Etat, Eau Et Communautés Locales : Etude Anthropologique », paru en 2018 aux Editions l’Harmattan. Cette étude est le fruit d‘une enquête ethnographique de longue haleine. Dans ces moyennes montagnes des Alpes, l’eau continue de rester stratégique pour les communautés locales. Cette recherche porte non seulement sur les dynamiques sociales que suscitent les systèmes de gestion de l’eau d’irrigation dans la Vallée de la Vésubie mais aussi l’introduction complexe de l’EDF (Electricité de France) dans la gestion des eaux de plusieurs vallées du Sud-Est français. La production de l’hydro-électricité dans ce contexte local a eu des effets considérables sur l’évolution des structures hydrauliques, sociales et politico-économiques. Cette étude d’anthropologie d’une dynamique socio-historique et sociogéographique jette un regard sur une page méconnue de la vie française.


Irène KOPELMAN Artiste invitée Institute for Research on Cancer and Aging, Nice (IRCAN) Université Côte d’Azur/CNRS /Inserm

#PRIX-DOMAINE-ARTISTIQUE ​

The Bellagio Arts & Literary Arts residency Award The award Irene Kopelman received consists in the participation in the 4-week residency program at the Bellagio Center, adjacent to Lago di Como in Italy, for a period of processing material and development that gives her the time and concentration necessary to reach new solutions for a series of art works. The Bellagio award entails the revision of her Field Notes with the aim of propelling a whole series of new projects. Over the past decade, Irene’s artistic practice has centered around the close collaboration with scientific institutions such as the current project titled ‘ If we were to look at regeneration with a different eye’ funded by the Advanced Research Program at Université Côte d’Azur. The project has been initiated as an artistic-scientific collaboration with the Röttinger and Tiozzo Labs from the Institute for Research on Cancer and Aging, Nice (IRCAN– UCA, CNRS, INSERM) and the Laboratoire de Biologie du Développement de Villefranche (LBDV/IMEV – SU, CNRS), respectively. What these collaborations entail, is her co-observation of the subject that researchers study and the exercises they perform during field trips and laboratory work. This knowledge and her personal experiences are subsequently recorded by means of drawing, documenting and writing. Thanks to the great opportunity provided by The Rockefeller Foundation Bellagio Center Residency Program Irene Kopelman will have the time and concentration to revise all the notes and initial productions made during her time in Nice and to cross such material with her previous projects, thus helping her to make some exceptionall steps towards new relevant artworks.


Pierre ALLIEZ Directeur de recherche Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria)

#MEILLEUR-PAPIER ​

Best Paper Award at EARTHVISION Workshop (Large Scale Computer Vision for Remote Sensing Imagery), in conjunction with the Computer Vision and Pattern Recognition (CVPR) 2020 Conference La segmentation sémantique d’images satellite est requise pour la génération automatique de cartes au format matriciel ou vectoriel. Des progrès spectaculaires en termes de précision ont été obtenus grâce à l’apprentissage profond réalisé par des réseaux neuronaux convolutifs. Néanmoins, la capacité de ces réseaux à généraliser est insuffisante car leur performance dépend de la représentativité des données d’entraînement. Disposer de données représentatives pour segmenter à l’échelle du monde entier est un défi car les divers effets atmosphériques, les variations intraclasse et les conditions d’acquisition font que les images collectées sur différents sites exhibent des distributions très différentes. Ce projet de recherche explore l’adaptation de domaines pour accroître les capacités de généralisation des modèles d’apprentissage profond. La majorité des méthodes existantes abordent le cas où un unique domaine source est adapté à un domaine cible. Dans ces travaux, Pierre Alliez aborde le problème de l’adaptation de domaines multi-sources, dans lequel un réseau adverse génératif apprend à standardiser les domaines sources et cibles de manière à ce que toutes les données exhibent des distributions similaires. Les domaines sources ainsi standardisés sont utilisés pour classifier et segmenter les domaines cibles standardisés. Il devient possible d’apprendre à segmenter sur plusieurs villes d’un pays dont on dispose de données d’apprentissage, pour segmenter les villes d’autres pays.


Minh Duc HUA Chargé de Recherche CNRS Laboratoire d’Informatique, Signaux et Systèmes de Sophia Antipolis (I3S) Université Côte d’Azur/CNRS

#MEILLEUR-PAPIER ​

Editor’s Choice paper for May 2020 - Revue Elsevier Automatica — Kimura Best Paper Award pour l’année 2020 - Revue Asian Journal of Control

Minh Duc HUA est Chargé de Recherche du CNRS, ingénieur diplômé de l’Ecole Polytechnique. Il s’intéresse à développer des théories de l’Automatique pour des applications robotiques aériennes et sous-marines. Ses travaux récents sur les observateurs non-linéaires sur les groupes de Lie pour l’estimation de l’homographie, un problème classique de la vision par ordinateur, abordent ce problème par une approche automatique originale permettant d’améliorer grandement la performance et la robustesse par rapport à des approches classiques. En se basant sur ces algorithmes, il a développé le logiciel HomographyLab qui fait l’objet d’un transfert de technologie à la société ECA Robotique pour des applications robotiques sous-marines.


Ilrike MAYRHOFER Professeure des Universités Groupe de Recherche en Management (GRM) Université Côte d’Azur

#MEILLEUR-PAPIER ​

Prix « Top Auteur 2020 » - Centrale de Cas et de Médias Pédagogiques, Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris Le Prix « Top Auteur 2020 » est décerné par la Centrale de Cas et de Médias Pédagogiques à l’enseignant-chercheur dont les nouveaux cas publiés ont connu la plus large diffusion auprès des établissements d’enseignement supérieur en 2019. Ulrike Mayrhofer reçoit cette distinction pour la réalisation de plusieurs études de cas pédagogiques : « ATOM, une petite entreprise multinationale » ; « Heimburger : une PME face aux grands groupes de l’agro-alimentaire » ; « Lacoste, la marque au crocodile à l’international » ; « Le monde de Swarovski ». Ulrike Mayrhofer a développé une expertise reconnue dans la publication d’études de cas en sciences de gestion. Elle a réalisé une cinquantaine de cas pédagogiques en collaboration avec des start-up, des petites et moyennes entreprises, et des grands groupes. C’est la quinzième fois qu’elle reçoit le prix « Top Auteur » : près de 120.000 étudiants ont travaillé sur ses études de cas pendant leur formation aux pratiques du management. Directeur des Etudes de l’Executive MBA (Master of Business Administration) de l’IAE Nice, Ulrike Mayrhofer explique son intérêt pour la méthode des cas : « L’écriture de cas pédagogiques permet d’enrichir nos activités d’enseignement et de recherche. Les cas publiés portent sur des sujets d’actualité auxquels sont confrontées les entreprises. Les étudiants sont exposés à des situations réelles qu’ils doivent analyser avant d’élaborer des recommandations managériales ».


Michel BUFFA Maître de conférences

Jerome LEBRUN Chargé de recherche CNRS Laboratoire d’Informatique, Signaux et Systèmes de Sophia Antipolis (I3S) - Université Côte d’Azur/CNRS Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria)

#MEILLEUR-PAPIER ​

Best paper award, WebAudio Conference 2019, Trondheim Lors de la cinquième édition de la WebAudio conference qui s’est tenue fin Décembre 2019 à Trondheim, Michel Buffa et Jerome Lebrun ont obtenu le Best Paper award pour leur article portant sur une méthode permettant de concevoir simplement des instruments et effets audio performants directement dans un navigateur Web, travail mené dans le cadre du projet de recherche ANR WASABI. Michel Buffa est maître de conférence HDR à l’Université Côte d’Azur, membre de l’équipe-projet Wimmics, commune à I3S/INRIA. Son coauteur est Jerome Lebrun chercheur CNRS en poste au laboratoire I3S. En participant à l’émergence du standard WebAudio avec le W3C, à la création d’un standard de plug-ins audio pour le Web, et en établissant des collaborations avec d’autres laboratoires comme l’IRCAM (Paris) ou le GRAME (Lyon), ils ont contribué à la naissance de la Musique Assistée par Ordinateur (MAO) par navigateurs Web (FireFox, Chrome, Opera, ...). Certains logiciels dont ils sont auteurs sont aujourd’hui commercialisés par le CNRS et disponibles dans l’environnement de travail audio-numérique ampedstudio.com Le projet WASABI (Web Audio Semantic Aggregated in the Browser for Indexation) consiste à construire une base de métadonnées sur deux millions de chansons de musique populaire en agrégeant et en structurant des données culturelles issues du Web de données, de l’analyse audio et de l’analyse des paroles. Des applications Web, basées sur le standard émergeant WebAudio, exploitent cette base de données et s’adressent à des compositeurs, des écoles de musique, des écoles d’ingénieurs du son, des musicologues, des diffuseurs de musique et des journalistes. Le projet WASABI a pour partenaires UCA/Wimmics, l’IRCAM, Deezer, Radio France et la PME Parisson.


Marie-Catherine MARS Professeure associée EDHEC Business School Groupe de Recherche en Management (GRM) Université Côte d’Azur

Victor MEJIA Maître de conférences Groupe de Recherche en Management (GRM) Université Côte d’Azur

#MEILLEUR-PAPIER ​

Prix AFM-CCMP du Meilleur Cas Pédagogique en Marketing 2020 Comment bousculer les codes sur un marché aussi traditionnel que celui du parfum ? Comment aller au-delà des « simples » innovations de formes (formats nomades, diffuseurs, bijoux parfumés…) ? La marque Foamous, créée par Stéphane et Christiane Varak, s’est penchée sur la question en proposant une innovation radicale, par laquelle la gestuelle même du parfum change. Conçue avec des parfumeurs grassois, ce parfum en « mousse » possède les mêmes qualités qu’un parfum traditionnel en offrant des bénéfices additionnels (4% d’alcool, hydratation). Elle cible les ados et préados entre 8 et 16 ans avec un univers rassurant « années 60 ». La marque a rapidement trouvé son marché à l’étranger, notamment en Corée du Sud, Japon et Brésil, mais a du mal à conquérir l’hexagone. Ce cas pédagogique propose aux apprenants de réfléchir au lancement d’une marque disruptive selon 3 axes de travail : une analyse de la marque sur son marché (segmentation, ciblage, positionnement), une analyse qualitative d’entretiens semi-directifs réalisés auprès de deux groupes (15 jeunes adultes, 15 ados et préados) pour proposer des recommandations marketing pour la gamme existante ; et une réflexion sur le développement futur de la gamme Foamous. Ce cas a été réalisé avec les étudiants de l’EDHEC INTERNATIONAL BBA 2e et 3e années, et a permis à la marque des améliorations concrètes et réelles (comme une amélioration du packaging, une meilleure distinction des senteurs…).


Benoit MIRAMOND Professeur des Universités Laboratoire d’Electronique, Antennes et Télécommunications (LEAT) Université Côte d’Azur/CNRS

#PRIX-INNOVATION-ET-RECHERCHE-APPLIQUÉE ​

Trophée 2019 de recherche fondamentale - Pôle de Compétitivité SCS

Benoît Miramond est Professeur au laboratoire LEAT où il dirige le groupe de recherche eBRAIN qui travaille sur l’Intelligence Artificielle bio-inspirée et les architectures neuromorphiques. En 2019 ses travaux sur les réseaux de neurones à spikes ont montré qu’une approche bio-inspirée de l’IA pouvait réconcilier performance applicative et efficacité énergétique. En étudiant simultanément les questions de codage de l’information dans les réseaux biologiques, d’apprentissage machine bio-inspiré et de conception de circuits électroniques neuromorphiques il a montré qu’il était possible de faire de l’IA autrement. Ses résultats ont été publiés dans plusieurs conférences et revues internationales majeures dans la communauté Neuromorphique. Ils ont également conduit à une architecture de processeur neuronal spécialisée pour les réseaux de neurones à spikes qui a été brevetée puis intégrée pour la première fois dans un satellite expérimental envoyé dans l’espace en décembre 2019 pour la mission Soyouz VS23. Ce premier prototype démontre ainsi la pertinence de cette approche pour des contextes embarqués (at the edge) même extrêmes. Le groupe eBRAIN de Benoît Miramond travaille maintenant à l’amélioration de ce prototype avec ses différents partenaires académiques et industriels autour de l’Institut 3IA Côte d’Azur où il porte la chaire d’IA bioinspirée.


Jean-Paul AMPUERO Directeur de Recherche IRD Chaire d’Excellence Université Côte d’Azur Laboratoire Géoazur (GEOAZUR) Université Côte d’Azur/CNRS/IRD/OCA

#NOMINATIONS ​

American Geophysical Union Fellow Les travaux de Jean-Paul Ampuero concernent principalement la modélisation et l’imagerie des tremblements de Terre. Il a rejoint Université Côte d’Azur avec une Chaire d’Excellence en 2017, après 10 ans comme Professeur au California Institute of Technology. Ses résultats théoriques majeurs portent sur la nucléation des séismes, la rupture en milieux hétérogènes et endommagés, et la mécanique des très grands séismes. Il a aussi apporté à la sismologie computationnelle des méthodes numériques d’ordre élevé pour simuler la rupture, notamment la méthode des éléments spectraux, et à la sismologie observationnelle des méthodes de haute résolution pour imager la rupture par retro-propagation avec antennes télésismiques. Avec ces outils, il a mis en évidence la complexité des grands séismes tout en proposant des cadres mécaniques pour expliquer leurs caractéristiques inattendues. Il est également un pionnier de l’étude des signaux gravitationnels produits par les séismes, de l’utilisation de réseaux denses de capteurs s’appuyant sur des technologies émergentes, et de la mécanique de la fracture appliquée à la compréhension de la sismicité induite. L’élection au College of Fellows du American Geophysical Union, la plus grande société savante en géosciences, est réservée chaque année à moins de 0.1% de ses membres et reconnaît leurs contributions exceptionnelles à la communauté des sciences de la Terre et de l’espace par des percées, découvertes ou innovations dans leurs disciplines.


Sylvain ANTONIOTTI Directeur de recherche CNRS Institut de Chimie de Nice (ICN) Université Côte d’Azur/CNRS

#NOMINATIONS ​

Membre distingué junior - Société Chimique de France Le titre de « Membre Distingué Junior » de la Société Chimique de France est décerné chaque année parmi ses sociétaires à une personne de moins de 45 ans étant à l’origine de travaux représentant une avancée notable dans un des domaines de la chimie ou ayant démontré une action significative dans le domaine industriel. Le titre de « Membre Distingué Junior » a été attribué à 6 personnes cette année, et ce pour une période de cinq ans. Les recherches du groupe animé par Sylvain Antoniotti ont évolué au fil du temps depuis la méthodologie de synthèse catalytique à des approches multicatalytiques diversifiées : catalyse organométalique, biocatalyse, organocatalyse et récemment nanocatalyse. Les réactions et synthèses efficaces et sobres qui en découlent sont combinées avec la chimiodiversité des substances naturelles renouvelables et de nouvelles technologies comme la chimie en flux continu. Il en résulte des approches de chimie durable transversales applicables à plusieurs domaines comme l’accès à des ingrédients odorants innovants, à des actifs cosmétiques, à des précurseurs de médicaments ou de matériaux, partiellement ou totalement biosourcés et produits avec une forte minimisation des déchets et de la consommation d’énergie. Ses recherches ont conduit à de nombreuses publications et conférences en France et à l’étranger, ainsi que plusieurs brevets d’invention internationaux et sont au cœur du projet de création de la start-up C.O.D. (Cannabinoids on demand).


Alice GODFROY Maîtresse de conférences Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des arts vivants (CTEL) Université Côte d’Azur

#NOMINATIONS ​

Nomination à l’Institut Universitaire de France - membre junior

Un nouveau besoin d’improviser se fait jour dans nos sociétés post-modernes. Un besoin devenu de première nécessité au-devant des crises politique, écologique, sanitaire, économique que nous traversons, de l’inconnu qu’elles convoquent et de cette profonde instabilité du monde qu’elles révèlent. Or, celles et ceux qui sont le plus à même de nous initier à la pratique de l’improvisation et à ses énigmes – les improvisateurs – ne sont que très rarement consultés ; la réponse artistique qu’ils portent étant fort brouillée par les discours qui réduisent l’improvisation à un slogan de marketing. Le projet d’Alice Godfroy vise à ouvrir un nouveau champ de recherche sur l’improvisation, en complémentant l’aplomb culturaliste des Improvisation Studies anglo-saxonnes par une approche phénoménologique et un ancrage somatique des agirs improvisés. Il s’agit de penser l’acte d’improviser – sa puissance critique, son repère ontologique, ses enjeux écologiques, ses modèles d’action collective, les nouveaux paradigmes du penser, de l’agir et du transmettre qu’il construit – à partir des savoirs experts et incorporés des artistes improvisateurs. L’ambition consiste à développer un pôle de recherches transdisciplinaires en improvisation qui mobiliserait un réseau international de chercheurs et d’artistes et s’adosserait à la dynamique déjà initiée à Nice à travers l’Improvisation Summer School et le Master Arts sous-parcours « Improvisation en danse ».


Christophe RAUFASTE Maître de conférences Institut de Physique de Nice (INPHYNI) Université Côte d’Azur/CNRS

#NOMINATIONS ​

Nomination à l’Institut Universitaire de France - membre junior

Les recherches de Christophe Raufaste à l’Institut de Physique de Nice se situent au croisement de la matière molle, de la mécanique des fluides et de la physique non linéaire. En collaboration avec ses collègues Franck Celestini, Médéric Argentina et Nathalie Fraysse de l’équipe « fluides complexes », il développe une thématique autour de la mécanique d’objets fortement déformables dont les comportements dynamiques sont singuliers et sensibles aux conditions de sollicitation. Parmi quelques exemples de sujets on peut noter les écoulements au sein des mousses liquides, la superpropulsion de projectiles élastiques ou encore la locomotion chez les poissons.


Josiane ZERUBIA Directrice de Recherche Inria Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria)

#NOMINATIONS ​

IAPR Fellow 2020 — Docteur Honoris Causa - Université de Szeged (Hongrie) Depuis ses études d’ingénieur à Grenoble INP et son doctorat au Laboratoire Lassy de l’UNS-CNRS sur « la représentation et le traitement de signaux bruités », Josiane Zerubia s’est spécialisée en traitement du signal et des images, en utilisant des modèles stochastiques. Elle travaille également sur l’apprentissage profond, l’apprentissage statistique et les techniques d’optimisation. Elle a été responsable de l’équipe-projet Ariana commune à Inria, au CNRS et à l’UNS via l’UMR I3S, qui travaillait sur les problèmes inverses en télédétection et imagerie biologique de 1998 à 2011. Puis de 2012 à 2016, elle a poursuivi ses recherches au sein de l’équipe Ayin, dédiée aux modèles spatio-temporels en traitement d’image haute résolution avec des applications en télédétection et en dermato-cosmétologie. Enfin, elle a créé une équipe de recherche exploratoire début 2020 sur le thème de la télédétection et de l’intelligence artificielle embarquées pour le « New Space ». Elle a co-édité un livre en anglais sur les modèles mathématiques pour le traitement d’image en télédétection chez Springer début 2018. Elle est « Fellow » de l’IEEE depuis 2003, et de l’EURASIP depuis 2019, et a été nommée « IEEE SPS Distinguished Lecturer » en 2016. Les sociétés savantes IAPR, EURASIP et IEEE sont éditrices des principales revues en reconnaissance de forme, traitement du signal et des images, et intelligence artificielle. Josiane Zerubia a été invitée à donner de nombreuses conférences plénières et plus de 130 séminaires en France et a l’étranger. Elle a été nommée Docteur Honoris Causa de l’Université de Szeged en Hongrie en juillet 2020.


Raphaël ZORY Professeur des Universités Laboratoire Motricité Humaine, Expertise, Sport, Santé (LAMHESS) Université Côte d’Azur/Université de Toulon

#NOMINATIONS ​

Nomination à l’Institut Universitaire de France - membre junior

La défaillance musculaire est un processus central de la perte d’autonomie chez la personne âgée. Beaucoup plus complexe qu’une simple perte de masse musculaire (sarcopénie), ce phénomène aux caractéristiques phénotypiques et physiopathologiques multiples nécessite d’être mieux compris et surtout mieux prévenu. L’objectif du projet est donc de mieux comprendre les mécanismes de la défaillance musculaire chez les personnes âgées et d’identifier des biomarqueurs avec une approche multidimensionnelle (Machine Learning) intégrant des marqueurs fonctionnels, d’imagerie et biologiques (épigénétiques et métabolomiques). Nous visons ensuite à déterminer si ces biomarqueurs peuvent prédire les effets de l’activité physique chez les personnes âgées afin de développer une approche personnalisée de la prévention.


Quentin BLETERY Chargé de Recherche IRD Laboratoire Géoazur (GEOAZUR) Université Côte d’Azur/CNRS/IRD/OCA

​ #ERC-PROJETS-EUROPÉENS

Starting Grant - European Research Council (ERC)

Quentin Bletery étudie les séismes à travers le monde. Ces évènements qui rythment la vie des hommes depuis toujours, et tuent régulièrement des centaines de milliers d’entre eux, sont toujours relativement mal compris. Ils sont le résultat du glissement soudain de deux plaques tectoniques l’une par rapport à l’autre le long de grandes failles mais sont, dans l’état actuel des connaissances, impossibles à prévoir. Quentin Bletery propose d’utiliser la technologie émergente de l’Intelligence Artificielle pour explorer la possibilité de la prévision des grands séismes et a reçu pour cela une bourse de l’European Research Council (ERC).


Luca CALATRONI Chargé de recherche CNRS Laboratoire d’Informatique, Signaux et Systèmes de Sophia Antipolis (I3S) Université Côte d’Azur/CNRS Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria)

#ERC-PROJETS-EUROPÉENS

H2020 RISE project NoMADS (Nonlocal Methods for Arbitrary data Sources) Luca Calatroni est chargé de recherche CNRS au laboratoire I3S. Il travaille au sein de l’equipe Morpheme dont les thématiques de recherche sont à l’interface entre les mathématiques appliquées et la biologie. Il a effectué ses études en mathématiques à l’Université de Pavie en Italie. Il se rend ensuite en Angleterre pour sa thèse en modèles mathématiques pour le traitement d’images à l’Université de Cambridge. Il est ensuite Post-doc Marie SkłodwoskaCurie à l’Université de Gênes en Italie et Lecteur Hadamard au Centre des Mathématiques Appliquées de l’École Polytechnique à Paris. Il est recruté au I3S en tant que Chargé de Recherche CNRS en 2019. Sa recherche porte sur la modélisation mathématique des problèmes d’imagerie, sur leur solution numérique par algorithmes efficaces et leur applications à plusieurs disciplines comme la microscopie, les neurosciences computationnelles et la restauration digitale des œuvres du patrimoine artistique. L’objectif du projet NoMADS est de développer des modèles et des algorithmes efficaces qui peuvent exploiter judicieusement les grandes bases de données qu’on a à disposition aujourd’hui. L’aspect principal du projet NoMADS est l’utilisation des techniques d’optimisation et de modélisation capables de fournir une description complète des images en reliant les informations pas forcement en proximité spatiale, afin d’obtenir un ensemble plus informatif de caractéristiques et relations parmi tous les pixels dans l’image. Grace à la collaboration avec plusieurs partenaires académiques et industriels internationaux, ce projet vise à la fois à un avancement théorique et algorithmique et à l’utilisation de ces nouvelles techniques dans plusieurs contextes comme, par exemple, l’imagerie biomédicale.


Agnese SEMINARA Directrice de recherche CNRS Institut de physique de Nice (INPHYNI) Université Côte d’Azur/CNRS

#ERC-PROJETS-EUROPÉENS

ERC Consolidator Physics informed algorithms for sensing and navigating turbulent environments Imaginez être entouré d’eau. Il y a une cible, vous ne pouvez pas la voir mais elle laisse forcement des empreintes dans l’eau: vous sentez son odeur et les courants d’eau qu’elle génère en se déplaçant. Comment atteindre la cible? Les organismes vivants résolvent ce problème régulièrement pour trouver de la nourriture ou échapper au danger. Mais quels sont les calculs qu’ils enchaînent pour traiter ces signaux complexes? La turbulence est à la fois le problème et la solution: elle transporte loin les odeurs et les courants, mais en même temps elle les brise en poches isolées et imprévisibles. Agnese Seminara s’occupe de navigation turbulente chez le poulpe, les rongeurs, l’anémone de mer, les champignons, le poisson... Sa curiosité pour ce problème provient de son travail sur les champignons et la souri. Les champignons se déplacent en dispersant des millions de spores dans l’atmosphère. L’équipe d’Agnese Seminara a démontré que l’éjection de spores est contrôlée minutieusement mais leur survie en atmosphère est dictée par la turbulence. Ils avancent l’hypothèse que les champignons sentent la turbulence ou son proxy et qu’ils mettent en place des strategies de libération des spores adaptées à la turbulence atmospherique. Les souris ont un odorat extraordinaire et l’équipe a démontré qu’elles localisent la source d’une odeur malgré les turbulences. Ils ont demontré que la nature on-off des signaux d’odeurs turbulents est une haie majeure mais en même temps elle peut fournir des informations utiles.


Maxime SERMESANT Chargé de recherche Inria Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria)

​ #ERC-PROJETS-EUROPÉENS

Projet H2020 SimCardioTest (2021-2024)

Le projet européen SimCardioTest vise à accélérer l’utilisation de la modélisation cardiaque dans la conception et le test des dispositifs médicaux et des médicaments cardiaques. Ceci sera fait à travers l’utilisation d’une plate-forme cloud qui permettra aux industriels de lancer des études cliniques in-silico. Le jumeau numérique cardiaque mis en place permettra de réduire l’utilisation des expérimentations animales et d’accélérer les études cliniques. L’innovation médicale devrait donc être facilitée et rendue plus accessible. C’est très important pour que les nombreux patients de troubles cardiaques puissent avoir accès à de nouvelles thérapies. Ce projet coordonné par Inria rassemble 10 partenaires académiques et industriels, en Europe et aux États-Unis, pour une durée de 4 ans et un budget de 8 millions d’euros. C’est une très belle reconnaissance de l’expertise d’Inria dans ce domaine et des travaux que Maxime Sermesant mène sur ce sujet depuis plus de vingt ans.


Tatiana THEODOROPOULOU Chargée de Recherche CNRS Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (CEPAM) Université Côte d’Azur/CNRS

#ERC-PROJETS-EUROPÉENS

ERC Consolidator Grant Projet MERMAID : Marine Ecosystems, Animal Resources and Human Strategies in Ancient Mediterranean: Integrated Studies on Natural and Societal Resilience Dans une ère où les grands questionnements autour de notre avenir nous amènent à chercher notre histoire, les différentes disciplines étudiant les sociétés humaines sont appelées à s’ouvrir et à proposer une façon plus actualiste de lire les informations du passé. L’étude de la relation des sociétés humaines avec le milieu marin dans le passé s’avère particulièrement cruciale dans une aire géographique comme la Méditerranée, densément habitée depuis la préhistoire, confrontée aujourd’hui à un écosystème marin fragilisé par les pressions environnementales et humaines. Ce paysage palimpseste offre une archive unique. Les squelettes de poissons et les coquilles d’invertébrés marins découverts dans les fouilles archéologiques constituent non seulement les vestiges de l’exploitation halieutique du passé mais aussi des archives paléoenvironnementales précieuses. MERMAID produira une synthèse sans précédent des pêcheries anciennes, couvrant plusieurs millénaires et zones biogéographiques. Grâce à une approche pluridisciplinaire innovante (archéozoologie, biologie marine, analyses isotopiques, géomorphologie, paléoclimatologie) réunissant plusieurs chercheurs au sein du CNRS/UCA, on va suivre l’évolution sur la longue durée des écosystèmes marins sous l’effet de grands changements environnementaux, on va rechercher les premiers impacts humains sur ces écosystèmes, ainsi que la façon dont les sociétés anciennes ont adapté leurs stratégies d’exploitation suite à ces changements. Le but est de contribuer à une évaluation globale des interactions entre les pressions climatiques et humaines et l’écosystème marin méditerranéen du passé pour mieux comprendre, d’une part, la fragilité ou la résilience de celui-ci, et, d’autre part, les modes alternatifs d’adaptation des sociétés à ces processus.


Elena CABRIO Maitresse de conférences

Serena VILLATA Chargée de recherche CNRS Laboratoire d’Informatique, Signaux et Systèmes de Sophia Antipolis (I3S) Université Côte d’Azur/CNRS Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria)

#ERC-PROJETS-EUROPÉENS

ArgumeNtaTIon-Driven explainable artificial intelligence fOr digiTal mEdicine

ANTIDOTE encourage une vision intégrée de l’IA explicable, où les caractéristiques de bas niveau du processus d’apprentissage profond sont combinées avec des schémas de plus haut niveau propres à la capacité d’argumentation humaine. La vision intégrée d’ANTIDOTE est soutenue par trois considérations : dans les architectures neuronales, la corrélation entre les états internes du réseau (par exemple, les poids assumés par les nœuds individuels) et la justification du résultat de la classification du réseau n’est pas bien étudiée ; les explications de haute qualité sont essentiellement basées sur des mécanismes d’argumentation, qui sont, dans une large mesure, indépendants des tâches ; dans des contextes réels, fournir des explications est par nature un processus interactif, où un dialogue explicatif a lieu entre le système et l’utilisateur. En conséquence, ANTIDOTE exploitera les compétences interdisciplinaires dans trois domaines, à savoir l’apprentissage profond, l’argumentation et le dialogue, pour soutenir une vision plus large et innovante de l’IA explicable. Bien qu’elles envisagent une approche générale à l’IA explicable, Serena Villata et Elena Cabrio se concentreront sur un certain nombre de tâches d’apprentissage profond dans le domaine médical, où le besoin d’explications de haute qualité pour la délibération des cas cliniques est essentiel.


Lucile SASSATELLI Maitresse de conférences Laboratoire d’Informatique, Signaux et Systèmes de Sophia Antipolis (I3S) Université Côte d’Azur/CNRS

Charles BOUVEYRON

Professeur des Universités Laboratoire Jean-Alexandre Dieudonné (LJAD) Université Côte d’Azur/CNRS Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria)

Frédéric PRECIOSO

Professeur des Universités Laboratoire d’Informatique, Signaux et Systèmes de Sophia Antipolis (I3S) Université Côte d’Azur/CNRS Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria)

Fabien GANDON

Directeur de recherche Inria Laboratoire d’Informatique, Signaux et Systèmes de Sophia Antipolis (I3S) Université Côte d’Azur/CNRS Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria)

​ #ERC-PROJETS-EUROPÉENS

AI4Media: A European Excellence Centre for Media, Society and Democracy AI4Media is one of the four European Centres of Excellence in Artificial Intelligence (AI), selected in the ICT-48 call of H2020 and aiming at building a Vibrant European Network of Excellence Centres in AI. AI4Media aspires to become a Centre of Excellence and a wide network of researchers across Europe and beyond, with a focus on delivering the next generation of core AI advances to serve the key sector of Media, to make sure that the European values of ethical and trustworthy AI are embedded in future AI deployments, and to reimagine AI as a crucial beneficial enabling technology in the service of Society and Media. AI4Media gathers 30 European partners, including 10 universities, 10 research centres and 10 companies. 3IA-UCA is one such partner, positioning 3IA Côte d’Azur at the core of European excellence in AI. Researchers involved are I3S and INRIA members: Lucile Sassatelli (scientific leader coordinating the participation of 3IA-UCA), Charles Bouveyron, Elena Cabrio, Fabien Gandon, Damien Garreau, Frédéric Precioso, Michel Riveill, Serena Villata. Beyond its strong research ambitions, AI4Media will provide cascade funding opportunities for external partners and develop an International AI Doctoral Academy with strong ties to industry.


Martine REGERT Directrice de Recherche au CNRS Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (CEPAM) Université Côte d’Azur/CNRS

Stéphane AZOULAY Maitre de conférences HDR Institut de Chimie de Nice (ICN) Université Côte d’Azur/CNRS

Isabelle THERY-PARISOT Directrice de Recherche au CNRS

© Thierry Passerat

Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (CEPAM) Université Côte d’Azur/CNRS

#ERC-PROJETS-EUROPÉENS

projet MSCA-ITN-2020 - Innovative Training Networks European Joint Doctorate ChemArch Le projet MSCA-ITN-2020 - Innovative Training Networks – European Joint Doctorate ChemArch est un programme de formation doctorale en archéologie biomoléculaire appliquée aux artefacts préhistoriques (Archéochimie et Bioarchéologie). Il met en synergie quatre partenaires européens : le CNRS/Université Côte d’Azur (CEPAM et ICN), l’Université de York (UK), l’Université de Barcelone (ESP) et l’Université de Copenhague (DNK). En permettant le recrutement de 15 étudiants en doctorat, il ambitionne de former la prochaine génération d’archéo-chimistes / archéologues biomoléculaires, en les dotant de compétences interdisciplinaires en chimie analytique, bioarchéologie et archéologie. Il répond à un enjeu de formation interdisciplinaire et propose une offre cohérente et harmonisée entre les partenaires européens. ChemArch contribuera à promouvoir la mobilité internationale afin de créer un réseau de laboratoires spécialisés européens ayant une expertise complémentaire et une portée mondiale.


Manuel BOUTET

Maître de conférences Groupe de Recherche en Droit, Economie, Gestion (GREDEG) Université Côte d’Azur/CNRS

Barbara MEAZZI Professeure des Universités Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC) Université Côte d’Azur

Serge Lorenzo MILAN

Maître de Conférences Laboratoire Interdisciplinaire Récits Cultures Et Sociétés (LIRCES) Université Côte d’Azur

Marcin SOBIESZCZANSKI

Maître de conférences HDR Laboratoire des Sciences de l’Information et de la Communication (SIC.Lab) Université Côte d’Azur

Jean-François TRUBERT Professeur des Universités Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des arts vivants (CTEL) Université Côte d’Azur

​ #ERC-PROJETS-EUROPÉENS

Innovative European Puppetry / INEPUP Le projet Innovative European Puppetry se prévaut, dans le cadre de Creative Europe 2018, d’une coopération transnationale (Théâtre de la Massue, Nice ; Université Côte d’Azur ; Théâtre national de la marionnette, Vidin ; Centre européen de gestion culturelle, Rome) afin de développer des outils numériques pour la valorisation du patrimoine de la marionnette, d’améliorer les méthodes de fabrication et les compétences des étudiants et des jeunes marionnettistes et de contribuer au renouvellement de cet art ancien. Le projet s’appuie sur la production théâtrale « Le petit théâtre du bout du monde » du Théâtre de la Massue, un cas d’école idéal qui permettra de tester le potentiel d’innovation de recherche et de création d’activités spécialement conçues dans ce cadre.

Le spectacle en question est une pièce expérimentale de théâtre de marionnettes pour adultes qui explore les thèmes de la frontière et des migrations, de la soutenabilité et de la démocratie. Il est conçu pour deux types de publics, l’un physiquement présent pendant la représentation, l’autre connecté par le biais d’une application de jeu web spécialement conçue à cet effet. Les deux publics interagissent avec le déroulement de la pièce, et chaque représentation devient alors un spectacle unique, tandis que cette interactivité entraîne les publics dans un processus créatif qui leur permet également de partager leurs impressions avec les artistes après la représentation. Cette interaction fera par ailleurs l’objet d’une étude sociologique, tandis que l’histoire singulière de la marionnette d’avant-garde sera approfondie lors d’un colloque organisé par Université Côte d’Azur les 25 et 26 novembre 2021, apportant ainsi une valeur ajoutée décisive au projet.


François DELARUE Professeur des Universités Laboratoire Jean-Alexandre Dieudonné (LJAD) Université Côte d’Azur/CNRS

#PRIX-ACADÉMIQUES

Prix Joseph Doob 2020 - American Mathematical Society Le prix Joseph Doob 2020 a été décerné à l’ouvrage en deux volumes intitulé : Probabilistic Theory of Mean Field Games with Applications, I and II, écrit par René Carmona (Université de Princeton) et François Delarue (LJAD) et publié en 2018 par Springer-Verlag dans la série Stochastic Analysis and Applications. Le prix leur a été remis le 16 janvier 2020 à Denver. Le livre donne un panorama des origines et des avancées récentes de la théorie des jeux à champ moyen, initiée il y a 15 ans par Jean-Michel Lasry (Université Dauphine) et Pierre-Louis Lions (Collège de France) et utilisée pour modéliser et comprendre le comportement collectif d’individus mobiles et rationnels. Les individus sont dits mobiles parce que leur état personnel évolue avec le temps; ils sont dits rationnels parce qu’ils cherchent, chacun, à améliorer cet état propre. Un des défis de tels modèles tient à leur complexité : les individus sont sensibles aux choix des autres. Les applications sont nombreuses : les individus peuvent être des individus physiques dans une foule ou dans un trafic routier ; ils peuvent être aussi des agents économiques ou encore des robots. Le contenu mathématique du livre est à l’intersection de plusieurs domaines, dont la théorie des processus en probabilités, la théorie des jeux, les équations aux dérivées partielles et le calcul des variations.


Uriel FRISCH Directeur de Recherche CNRS émérite Laboratoire Joseph-Louis Lagrange (LAGRANGE) Université Côte d’Azur/CNRS/OCA

#PRIX-ACADÉMIQUES

Prix Euromech 2020 Uriel Frisch est un physicien français spécialiste de la mécanique des fluides, de l’astrophysique et des mathématiques appliquées connu pour ses travaux sur la turbulence appliquée à l’astrophysique. Le Prix EUROMECH 2020 (European Mechanics Society) récompense l’ensemble de sa contribution scientifique remarquable dans le domaine de la mécanique des fluides, de la MHD et de la turbulence. Travaux les plus importants : Intermittence et singularités complexes Les données expérimentales sur la turbulence développée indiquent que les dérivées d’ordre élevé présentent des bouffées. Depuis les travaux de Batchelor et Townsend, on appelle cela de l’intermittence. Ils ont montré que les bouffées sont associées à des singularités à temps complexes. Multifractalité Les expériences de turbulence indiquent qu’aux échelles spatiales où le forçage et la dissipation sont négligeables, les moments des incréments de vitesse varient comme des lois en puissance de la séparation. Toutefois l’exposant varie non linéairement avec l’ordre. Il s’agit d’une forme nouvelle d’intermittence qui peut s’interpréter comme la compétition d’une infinité de dimensions fractales. Hydrodynamique sur réseaux Uriel Frisch et ses collaborateurs ont montré qu’il existe des automates cellulaires de von Neumann sur des réseaux appropriés qui simulent la dynamique des équations de Navier-Stokes. Des variantes, utilisant les mêmes réseaux, mais avec l’approximation de Boltzmann sont maintenant fréquemment utilisés pour la modélisation numérique des écoulements autour des véhicules et des avions. Reconstruction cosmologique et transport optimal Le mouvement de la matière noire en cosmologie à grande échelle est gouverné par les équations d’Euler-Poisson. À ces échelles, l’application lagrangienne est le gradient d’une fonction convexe. Le problème de reconstruction cosmologique, à savoir reconstruire l’histoire de l’Univers à partir de la répartition des masses actuelles, devient, par un résultat de Y. Brenier, un problème de transport optimal au sens de Monge. Ce dernier peut être simulé très efficacement comme un problème d’assignation optimal. Quelques distinctions Élu correspondant (1994) puis membre de l’Académie des sciences (2008). Prix Lewis Fry Richardson de l’Union européenne des géosciences (2003). Prix de mécanique appliquée Modesto Panetti e Carlo Ferrari de l’Académie des sciences de Turin (2010). Prix EUROMECH (mécanique des fluides) 2020.


Patricia REYNAUD-BOURET Directrice de Recherche CNRS Directrice de l’institut interdisciplinaire NeuroMod Laboratoire Jean-Alexandre Dieudonné (LJAD) Université Côte d’Azur/CNRS

#PRIX-ACADÉMIQUES

Prix Pierre Faurre - Académie des Sciences Notre cerveau est composé de centaines de milliards de neurones. Ces cellules qui émettent des signaux électriques, appelés potentiels d’action ou spikes, sont organisées en de gigantesques réseaux complexes que l’on n’observe que très partiellement. Quelques neurones sont ainsi enregistrés simultanément au cours du temps et les enregistrements révèlent des comportements surprenants statistiquement parlant. L’émission de spikes peut être synchronisée ou non et cela varie au cours de la tâche accomplie par l’animal. Plus généralement, une partie du code neural est cachée dans cette dépendance statistique entre neurones, que l’on appelle aussi la connectivité fonctionnelle. Grâce aux processus de Hawkes, ces graphes peuvent être reconstruits pour comprendre au mieux en quoi consiste cette dépendance. On peut ensuite utiliser ces reconstructions pour décoder l’activité enregistrée et prédire l’action effectuée ou le stimulus perçu. On obtient ainsi une quantification du pouvoir codant d’une région ou d’une autre dans le cerveau pour une information ou une tâche. Bien sûr ce taux va évoluer au cours de l’apprentissage. Cette phase d’apprentissage est un défi statistique en soit car modéliser ce qui se passe lors de cette phase et valider le modèle, même au niveau purement comportemental, nécessite de manipuler des données dépendantes et non stationnaires. On espère à terme pouvoir intégrer aux modèles comportementaux, l’évolution au niveau neuronal de la trace mnésique.


Fabien FERRERO Professeur des Universités

Leonardo LIZZI Maître de Conférences

Laboratoire d’Electronique Antennes et Télécommunications (LEAT) Université Côte d’Azur/CNRS

#PRIX-ACADÉMIQUES

European School of Antennas (ESoA) Best Teacher Award Ce prix récompense le travail réalisé par Fabien Ferrero et Leonardo Lizzi dans le domaine des antennes miniatures, intégrées et agiles pour les applications de l’Internet des Objets. La croissance exponentielle des usages et des applications liées aux objets connectés nécessite la conception, l’intégration et la mesure d’antennes toujours plus nombreuses dans des objets de plus en plus petits. Les performances des systèmes rayonnants sont contraintes par les lois de la physique et seules des optimisations fines et des intégrations complexes permettent aux systèmes sans fil de communiquer sur de longues distances. L’ensemble de ces travaux est disseminé chaque année à des doctorants internationaux par l’intermediaire de l’Ecole Européenne sur les Antennes (ESoA) organisée par EurAAP. Le prix de meilleur enseignant Européen ESoA a été reçu par Fabien Ferrero et Leonardo Lizzi dans le cadre du cours ARIA (Antenna and Rectenna for Internet of Things Application) qui a eu lieu le 4-8 Novembre 2019.


Gaël CRISTOFARI Directeur de recherche Inserm Institute for Research on Cancer and Aging, Nice (IRCAN) Université Côte d’Azur/CNRS/Inserm

#GRANDS-PRIX-EN-BIOLOGIE-ET-MÉDECINE

Prix Henry et Mary-Jane Mitjavile – Académie Nationale de Médecine

Au sein de l’Institut de Recherche sur le Cancer et le Vieillissement de Nice (IRCAN), Gaël Cristofari dirige l’équipe « Rétrotransposons et plasticité du génome ». Ses recherches portent sur des fragments d’ADN, qui peuvent proliférer et s’insérer à de nouvelles positions chromosomiques, appelés éléments transposables ou « gènes sauteurs ». Particulièrement actifs dans les gamètes et lors du développement embryonnaire précoce, ils sont à l’origine d’une part importante des variations génétiques entre individus, avant d’être éteints dans les tissus adultes. Ils sont néanmoins réactivés dans près de la moitié des cancers solides où ils contribuent à la plasticité des génomes tumoraux. Plus récemment, il a été montré qu’ils sont aussi impliqués dans le vieillissement et certaines maladies neurodégénératives. Gaël Cristofari a introduit de nouvelles approches de génomique pour cartographier la position des éléments transposables dans le génome humain, et pour identifier les copies actives parmi les centaines de milliers qui sont défectives. Récemment, l’équipe de Gaël Cristofari a disséqué les mécanismes qui régissent la préférence d’intégration de nouvelles insertions dans le génome humain. Ses travaux ont ouvert la porte à l’étude des facteurs tissulaires ou environnementaux qui peuvent réactiver les éléments transposables, et aident à identifier les insertions potentiellement dommageables, un enjeu majeur pour la médecine génomique.


Christine LEBRUN-FRENEY Neurologue au CHU de Nice, Responsable CRCSEP, Coordinatrice équipe URRIS Unité de Recherche Clinique de la Côte d’Azur (UR2CA, UCA) Centre Hospitalier Universitaire de Nice (CHU Nice)

#GRANDS-PRIX-EN-BIOLOGIE-ET-MÉDECINE

Prix d’excellence - Société Française de Neurologie Le syndrome radiologique isolé est une nouvelle entité qui a été définie par l’équipe du Pr Lebrun-Frenay en 2009 par des critères diagnostiques propres. Il s’agit de la découverte fortuite d’anomalies de la substance blanche sur une IRM cérébrale ou médullaire, dont la forme, la topographie et le nombre sont compatibles avec les critères diagnostiques radiologiques de sclérose en plaques. Les personnes qui ont un diagnostic de RIS ont un examen neurologique strictement normal et par définition aucun antécédent de signes ou symptômes cliniques qui pourraient évoquer une maladie démyélinisante. Il s’agit donc d’une forme de sclérose en plaques infraclinique. L’équipe a établi sur une cohorte internationale, la stratification du risque de developper une maladie clinique à 5 et 10 ans. L’âge inférieur à 37 ans, l’inflammation du liquide cephalorachidien, la présence de lésions de la fosse postérieure et de la moelle sur l’I.R.M, sont des marqueurs de mauvais pronostic lorsqu’ils sont notifiés au moment du diagnostic. L’équipe du Pr Lebrun-Frenay a mis en place et coordonne un groupe de travail pour le suivi prospectif de tous ces patients dans les centres experts de sclérose en plaques au travers le monde et en France en particulier pour posséder des cohortes prospectives à des fins épidémiologiques. L’identification de biomarqueurs à ce stade infraclinique des maladies démyélinisantes devrait mettre en lumière des points sensibles sur le passage de la forme préclinique à la forme clinique, rémittente ou progressive, de la sclérose en plaques.


Juliette RAFFORT-LAREYRE Médecin Biologiste, Praticien Hospitalier Centre Méditerranéen de Médecine Moléculaire (C3M) Université Côte d’Azur/Inserm Laboratoire de Biochimie du Centre Hospitalier Universitaire de Nice (CHU Nice)

#GRANDS-PRIX-EN-BIOLOGIE-ET-MÉDECINE

Prix de l’Académie Nationale de Médecine - lauréat 2020 Prix de la Société des Eaux Minérales d’Evian-les-Bains

Médecin Biologiste, Juliette Raffort-Lareyre est spécialisée dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires. Titulaire d’un doctorat en Sciences, elle a effectué son parcours scientifique à l’Université de Cambridge (RoyaumeUni), au Centre de Recherche Cardiovasculaire (Paris, Hôpital Européen Georges Pompidou) et au C3M à Nice. Ses travaux de recherche portent sur la compréhension des mécanismes physiopathologiques impliqués dans le développement des anévrismes de l’aorte et l’identification de biomarqueurs. Elle a reçu un Prix de l’Académie Nationale de Médecine pour ses travaux sur l’impact du diabète dans le développement de l’anévrisme. En effet, alors que le diabète est un facteur de risque cardiovasculaire bien établi, les études épidémiologiques suggèrent un effet protecteur dans la maladie anévrismale. Les études réalisées par le Dr Raffort-Lareyre ont permis de mieux comprendre l’impact de l’insulino-résistance et l’implication des micro-ARNs dans la relation négative entre diabète et anévrisme.


Jean-Ehrland RICCI Directeur de recherche Inserm Centre Méditerranéen de Médecine Moléculaire (C3M) Université Côte d’Azur/Inserm

#GRANDS-PRIX-EN-BIOLOGIE-ET-MÉDECINE

Grand Prix de la Fondation de France Le corps humain est composé de milliards de cellules qui prolifèrent, se différencient et meurent. Les cellules cancéreuses, en revanche, prolifèrent de façon anarchique et refusent de mourir. Bien que très diverses, les cellules cancéreuses ont un certain nombre de caractéristiques communes, notamment elles possèdent une manière différente de produire leur énergie (métabolisme). Ainsi de nombreux inhibiteurs des voies métaboliques ont été développés dans le but de sensibiliser les cellules tumorales aux traitements. Malheureusement l’utilisation de ces inhibiteurs chez l’Homme n’a pas été à la hauteur des espérances. L’équipe de Jean-Ehrland RICCI étudie le rôle du métabolisme énergétique sur la prolifération et la réponse des cellules cancéreuses aux traitements. L’équipe a pu mettre en évidence un lien entre le métabolisme des cellules cancéreuses et leur capacité à échapper aux traitements ainsi qu’au contrôle par le système immunitaire. Récemment l’équipe a découvert un facteur prédictif unique de la réponse aux inhibiteurs métaboliques de patients souffrant d’un lymphome B permettant ainsi de proposer de nouvelles options thérapeutiques. Les travaux de l’équipe, à l’interface entre la recherche clinique et la recherche fondamentale, contribue à mieux caractériser les mécanismes mis en place dans la régulation du métabolisme des cellules tumorales et ainsi de proposer de nouvelles voies thérapeutiques pour les patients présentant une résistance aux traitements actuels.


Nicolas DESNEUX Directeur de Recherche INRAE Institut Sophia Agrobiotech (ISA) Université Côte d’Azur/CNRS/INRAE

​ #HIGHLY-CITED-RESEARCHERS

Highly cited researcher Nicolas Desneux a été classé dans le top 1 % des chercheurs les plus cités pour 2019 et 2020 dans la base de données Web of Science, dans la catégorie Plant and Animal Science. A la tête de l’équipe Écologie des Communautés inféodées aux agroécosystèmes, ses projets de recherches s’inscrivent dans le cadre du biocontrôle et plus globalement de la lutte intégrée, ceci via trois axes thématiques principaux : la formalisation d’interactions biotiques directes et indirectes se produisant dans des agroécosystèmes d’intérêts majeurs, les facteurs de spécialisation des parasitoïdes utilisés en lutte biologique (notamment classique), et l’étude des effets sublétaux de composés pesticides sur les arthropodes (bénéfiques, non-cibles ou ravageurs). Une partie de ses travaux est issue d’une intense collaboration internationale avec ad minima 15 instituts (ou universités) répartis sur le globe (notamment États-Unis, Italie et Chine). Ses travaux collaboratifs, réalisés notamment avec des instituts chinois de pointe tels que l’Académie chinoise des Sciences agricoles (CAAS), l’Académie chinoise des Sciences (CAS) ainsi que l’Université d’Agriculture de Chine (CAU), ont donné lieu à la publication d’une centaine d’articles scientifiques en collaboration avec la Chine depuis 2010, avec notamment des publications de premier plan dans Nature, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, Annual Review of Entomology et Biological Reviews. Nicolas Desneux figure parmi les 10 français ayant reçu cette distinction dans la catégorie Plant and Animal Science. Cette liste établie par les experts de l’Institute for Scientific Information pour le Web of Science Group, la base de données de publications scientifiques la plus accréditée au monde, attribue un prix annuel aux chercheur.es qui ont produit plusieurs travaux au cours des dix dernières années (2009-2019) et qui se classent dans le premier 1 % des citations par domaine et par année dans Web of Science, démontrant une influence significative de la recherche au niveau mondial parmi leurs pairs. L’analyse est menée en distinguant 21 domaines scientifiques différents : de la médecine clinique à la physique, des mathématiques aux sciences agricoles, etc., chacun ayant un seuil différent pour entrer dans la fourchette de 1 %. Cette année, 6389 chercheur.es ont été identifié.e.s dans le monde, avec 160 Français.e.s, dont 14 chercheur.e.s INRAE.


Patrice GENEVET Chargé de Recherche CNRS Centre de Recherches sur l’HétéroEpitaxie et ses Applications (CRHEA) CNRS

#HIGHLY-CITED-RESEARCHERS

Highly cited researcher Patrice Genevet a été classé dans le top 1 % des chercheurs les plus cités pour 2019 et 2020 dans la base de données Web of Science. Les projets de recherche étudiés par son équipe concernent l’étude de l’interaction lumière-matière à l’échelle nanométrique. S’appuyant sur les propriétés de diffusion de la lumière par des nanostructures, ses travaux de recherche ont notamment permis de réaliser une nouvelle génération de composants optiques tels que les lentilles plates, les déflecteurs de lumières ou des hologrammes, i.e. des composés optiques aux propriétés parfois surprenantes. Ces composants sont appelés des métasurfaces optiques. L’une des réalisations les plus marquantes est la généralisation des lois de la réflexion et réfraction afin de diriger la lumière dans des directions contrôlées à l’aide d’une interface nanostructurées. Patrice rejoint le CNRS en 2015 avec l’obtention d’une bourse ERC starting Grant pour réaliser des composants metasurfaces fonctionnels dans le visible. Il reçoit le prix Aimé-Cotton en 2017 et obtient en 2019 l’ERC Proof of Concept pour l’utilisation de métasurfaces dans des appareils de télémétrie LiDAR. Ce genre d’intégration de composants métasurfaces dans des systèmes optiques occupe aujourd’hui une bonne partie des activités de recherche de son équipe. Ses recherches ont donné lieu à la publication d’environs 80 d’articles scientifiques depuis 2010, avec notamment des publications de premier plan dans Science, Nature Nanotechnologies, Nature Materials, Science Advances, Nature Communications et Physical Review Letters.


Jean MAZELLA Directeur de recherche CNRS Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (IPMC) Université Côte d’Azur/CNRS

​ #HIGHLY-CITED-RESEARCHERS

Highly cited researcher Jean Mazella co-dirige à l’IPMC avec Catherine Heurteaux l’équipe « Neuropeptides, Pathologies Cérébrales et Thérapeutiques » dont les projets de recherches sont centrés sur des peptides (neurotensine, spadine) qui possèdent des activités biologiques impliquées dans des concepts thérapeutiques de certaines pathologies d’origine cérébrale (dépression, AVC) et d’origine périphérique (cancers, diabètes). Parmi ses résultats, on peut citer le clonage de deux des trois récepteurs de la neurotensine (NTSR2 et NTSR3 également nommé sortiline), l’identification et la caractérisation de la spadine, un nouveau type d’antidépresseur à activité rapide. Jean Mazella a également déposer cinq brevets sur le concept spadine. La licence de ces brevets a permis la création d’une start-up (3P3D pour Private Public Partnerships for Drug Discovery and Development) dans laquelle Jean Mazella est Conseiller Scientifique. Une partie des résultats scientifiques est issue d’une longue collaboration internationale avec l’Institut Neurologique de Montréal (19 articles en commun avec le Professeur Alain Beaudet, ex président des Instituts de Recherche en Santé du Canada, IRSC). Ses travaux scientifiques ont donné lieu à plus de 120 publications et brevets dans des revues de premier plan telles que Proceedings of the National Academy of Science, Trends in Pharmacological Sciences, Journal of Neuroscience (6), Gastroenterology, PloS Biology, Pharmacology &amp.


Jean-Louis NAHON Directeur de recherche CNRS Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (IPMC) Université Côte d’Azur/CNRS

#HIGHLY-CITED-RESEARCHERS

Highly cited researcher Après avoir obtenu son premier doctorat (Université Paris XI Orsay) en 1981, Jean-Louis NAHON a rejoint le CNRS en 1982 en tant qu’associé de recherche sous contrat et il est devenu chercheur statutaire en 1984 (Institut d’Enzymologie, Gif/Yvette). Il a soutenu un second doctorat (doctorat d’État) en 1985 et il a réalisé un post-doctorat comme chercheur invité au Salk Institute (San Diego, Californie, États-Unis) de 1987 à 1989. Depuis son retour en France en Septembre 1989, il dirige une équipe à l’Institut de pharmacologie moléculaire et cellulaire (IPMC). Il est actuellement Directeur de Recherche au CNRS. Au cours des 20 dernières années, deux programmes de recherche ont été développés dans son équipe : - la caractérisation des gènes dits « spécifiques » des primates, fonctions cérébrales et neuropathologies ; - les effets de l’inflammation aigue ou chronique sur les réseaux neuronaux contrôlant la prise alimentaire : rôles des neuropeptides (MCH en particulier) et des cytokines/chimiokines. Ces deux programmes sont maintenant fusionnés autour du thème du contrôle central de l’homéostasie énergétique en utilisant des modèles de souris « humanisées ». À ce jour, il est cosignataire de 102 articles scientifiques, dont certains hautement cités, publiés dans des revues internationales de prestige (Science, Nature Neurosci, PloS Biology, PNAS,...). Ses travaux ont aussi donné lieu à trois brevets internationaux. Il a donné 230 séminaires/ conférences depuis 1981 dont 6 « Conférences Plénières » dans des Congrès Internationaux. Il a reçu 4 Prix/récompenses en 1987-1989 (NATO fellowship, LNCC fellowship, Philippe Foudation fellowship, CNRS-NSF award), la Prime d’Excellence scientifique du CNRS (20122015) et il est lauréat du Prix Camille Woringer de la FRM (2016). Depuis 2019 il a été classé dans le top 1% des chercheurs les plus cités au monde dans la base de données Web of Science dans la catégorie Pharmacology and Toxicology. Depuis 1990, il a exercé de nombreuses responsabilités en tant que membre nommé ou élu au sein du Comité national de la recherche scientifique et de divers organismes d’évaluation nationaux (INSERM, prix Danone, prix SNE-Servier, AERES/HCERES) et internationaux (Wellcome Trust-UK, FNRS-Belgique, FNRS-Suisse, Université Laval-Canada). De janvier 2012 à janvier 2017, Jean-Louis Nahon a été nommé Directeur de la Station de Primatologie-SdP. À ce titre, il a participé à la direction / coordination des travaux sur les plates-formes de SdP au niveau régional (GIS IBISA FE- Plateforme PSN Rousset-Marseille), nationale (GIR-Celphedia) et internationale (Réseau européen EUPRIMNet II, CMP Kunming, Chine). Depuis janvier 2018, il est Directeur de l’IPMC.


Tatiana BUDTOVA Directrice de Recherche CNRS CEMEF - Centre de mise en forme des matériaux MINES ParisTech /CNRS

#MÉDAILLE-CNRS

Médaille d’argent du CNRS

Il y a une quinzaine d’année l’équipe de Tatiana Budtova a commencé à développer des nouveaux matériaux, les bio-aérogels. Les aérogels sont des matériaux nanostructurés, hautement poreux, avec une très faible densité (autour de 0.1 g/cm3) et très haute surface interne de pores (plusieurs centaines de m2/g). Nos bio-aérogels sont à base de polymères biosourcés (cellulose, amidon, chitosane), sans aucun composant toxique. Leurs domaines d’application varient entre l’isolation thermique et matériaux pour catalyse jusqu’à matrices pour la libération contrôlée de principes actifs et scaffolds biomédicales. « Je suis très honorée par cette récompense, la médaille d’Argent CNRS. Je voudrais souligner qu’elle est le fruit d’un travail d’équipe : sans mes collègues et leur soutien, et surtout sans mes doctorants et post-doctorants, toutes ces réalisations n’auraient pas été possibles ».


Louise PURDUE Chargée de recherche CNRS Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (CEPAM) Université Côte d’Azur/CNRS

​ #MÉDAILLE-CNRS

Médaille de Bronze CNRS 2020 Louise Purdue travaille sur l’histoire de l’homme et de l’environnement sur la longue durée, et notamment sur l’histoire de l’agriculture depuis l’émergence des grandes civilisations, il y a environ 5000 ans. Ses travaux visent à restituer l’évolution des paysages cultivés et des ressources exploitées par l’homme, l’eau et les sols, sous l’effet des contraintes climatiques et socio-économiques. Sa démarche, systémique et pluridisciplinaire, combine des approches et méthodes propres à la géoarchéologie, la géomorphologie, la pédologie et la micromorphologie des sols. Elle travaille dans des milieux contraignants aux ressources rares, notamment en milieu semi-aride et semi-tropical, et identifie, au cours de missions de terrain qui combinent des prospections, carottages et sondages, d’anciens espaces cultivés et structures hydrauliques (canaux, puits, citernes, etc..). Ces derniers sont échantillonnés, datés et étudiés en laboratoire. Les travaux de Louise et son équipe sont clés pour discuter de l’adaptation ou la résistance des sociétés agricoles aux changements climatiques notamment. Louise a obtenu une ANR Jeune Chercheur en 2016 pour comprendre l’histoire de l’émergence, des mutations et de la durabilité des oasis, espaces cultivés et irrigués depuis des millénaires, en Péninsule Arabique (EAU, Oman). Elle poursuit sa recherche aujourd’hui en Arabie Saoudite (Oasis d’Al Ula), au Guatemala et dans le sud-est de la France.


Sophie ABELANET Ingénieure d’études CNRS Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (IPMC) Université Côte d’Azur/CNRS

Frédéric BRAU

Ingénieur de recherche CNRS Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (IPMC) Université Côte d’Azur/CNRS

Sameh BEN AICHA Ingénieur d’études CNRS Institut de Biologie Valrose (iBV) Université Côte d’Azur/CNRS/Inserm

#MÉDAILLE-CNRS

Cristal Collectif du CNRS Initié en 2017, le projet MutImage répond à un besoin essentiel pour gérer des projets en imagerie biologique. Développé en partenariat avec l’Institut Français de Bioinformatique (IFB), il offre un outil précieux aux laboratoires des sciences de la vie d’Université Côte d’Azur ainsi qu’aux stations marines du réseau EMBRC – France. Pour faire face à l’augmentation d‘images générées en sciences de la vie, l’équipe du projet MutImage a déployé OMERO, une solution logicielle permettant l’édition et la gestion d’images de microscopie, sur l’infrastructure cloud de l’IFB. Cet outil, conçu pour le partage des images, permet aussi à la communauté locale de bénéficier des outils d’analyse d’images développés sur la plateforme MICA (Microscopie imagerie Côte d’Azur) et de les coupler à la puissance de traitement des images disponible dans le cloud de l’IFB. Depuis janvier 2019, la base de données OMERO est accessible à toutes les équipes des sciences de la vie d’Université Côte d’Azur. Depuis son lancement, les utilisateurs ont été multipliés par trois pour plus de 70 000 images stockées. En outre, plus de 140 formats de fichiers d’images sont pris en charge, dont les principaux formats des microscopes commerciaux. Ce projet initialement créé pour les laboratoires de recherche en biologie et santé de la région Côte d’Azur a été étendu au réseau EMBRC France, le Centre national de ressources biologiques marines. Grâce à la synergie des membres de l’équipe, le projet MutImage est en mesure de fournir un outil fonctionnel d’excellente qualité en termes de fonctionnalité et de stockage des images, à une large communauté scientifique.


#UCAPrixExcellence


Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.