Issuu on Google+


Trade for Development Centre - Coopération Technique Belge

Rédaction : Samuel Poos - Samuel.poos@btcctb.org Septembre 2010 La présente publication n’engage que la responsabilité de son auteur © CTB, agence Belge de Développement Editeur responsable : Carl Michiels, 147 rue Haute 1000 Bruxelles

Le tourisme équitable et solidaire. 2


Trade for Development Centre - Coopération Technique Belge

Table des matières INTRODUCTION ................................................................................................................................................ 5 QUELQUES DÉFINITIONS .................................................................................................................................. 7 CODES, CHARTES, CERTIFICATIONS .................................................................................................................. 8 LE CODE MONDIAL D’ÉTHIQUE DU TOURISME ...................................................................................................... 8 L'ALLIANCE EUROPÉENNE POUR UN TOURISME RESPONSABLE........................................................................... 8 ATR – AGIR POUR UN TOURISME RESPONSABLE ............................................................................................... 8 UNE CHARTE POUR METTRE DES BALISES.......................................................................................................... 9 EN QUOI LE TOURISME ÉQUITABLE EST-IL UNE TENTATIVE DE RÉPONSE AUX EFFETS DÉSTRUCTURANTS DU TOURISME DE MASSE ? .................................................................................................................................. 10 Différents acteurs concernés ...................................................................................................................... 10 Le tourisme équitable, un microtourisme ? ................................................................................................. 11 Un outil de véritable rencontre et de lutte contre la pauvreté ..................................................................... 11 Quelques spécificités par rapport au commerce équitable « classique » ................................................... 11 Quelques limites du tourisme équitable ...................................................................................................... 12 LE TOURISME ÉQUITABLE COMME MOYEN DE FAIRE REDÉCOUVRIR ET RELANCER L’ARTISANAT............................................................................................................................ 13 MINKA FAIR TRADE, AU PÉROU ...................................................................................................................... 13 MCCH, EQUATEUR ....................................................................................................................................... 14 PHU PHIANG .............................................................................................................................................. 14 LES ENJEUX D’UNE CERTIFICATION DU TOURISME ÉQUITABLE .......................................................................... 15 Un processus en cours d’Elaboration ......................................................................................................... 15 La question du label .................................................................................................................................... 15 Fair Trade in Tourism South Africa (FTTSA) .............................................................................................. 16 LE DIFFICILE RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT ................................................................................................. 17 LES GRANDS TOURS OPÉRATEURS VONT EMBOÎTER LE PAS ............................................................................. 17 TUI Pays-Bas, filiale du plus grand tour-opérateur au monde, lance un voyage "équitable" ..................... 17 QUELQUES TOURS-OPÉRATEURS « ÉQUITABLES » AU SUD ............................................................................. 18 AIPC : ASSOCIATION POUR L’INTÉGRATION ET LE PROGRÈS DES CULTURES - BOLIVIE ....................................... 18 APANI DHANI.............................................................................................................................................. 18 ALTERNATIVE TOURISM GROUP - PALESTINE ......................................................................................... 19 BIOPLANETA .............................................................................................................................................. 20 CEPODRA - PÉROU ..................................................................................................................................... 20 DÉSERT BLEU (MALI ) .................................................................................................................................... 20 ECO-BÉNIN.................................................................................................................................................... 21 FEKRITAMA (MADAGASCAR)............................................................................................................................ 21 GOU.TA.PAN.SOU (BURKINA FASO) ............................................................................................................ 22 JATARI (EQUATEUR) ...................................................................................................................................... 22 KNCU FAIR TOURISM PROJECT (KAHAWA SHAMBA) ....................................................................................... 22 LES COMPAGNONS RURAUX - TOGO ...................................................................................................... 23 MANO A MANO (PÉROU) ................................................................................................................................. 23 MANOS AMIGAS - PÉROU ........................................................................................................................... 23 PAPANGU - EQUATEUR ............................................................................................................................... 24 RESEAU DES COMPETENCES SANS FRONTIERES - CAMEROUN .......................................................... 25 QUELQUES ORGANISATIONS DE PROMOTION DU TOURISME ÉQUITABLE ET TOURS-OPÉRATEURS « ÉQUITABLES » AU NORD ...................................................................................................................................................... 26 TOURISME, AUTREMENT ................................................................................................................................. 26 ALTERVOYAGES ............................................................................................................................................ 26 CROQ’ NATURE ............................................................................................................................................. 26 Le tourisme équitable et solidaire. 3


LA ROUTE DES SENS ...................................................................................................................................... 27 ATES, L’ASSOCIATION POUR UN TOURISME EQUITABLE ET SOLIDAIRE ............................................................. 27 ANNEXE : CHARTE DU TOURISME ÉQUITABLE.................................................................................................. 28 LES PRINCIPES DU TOURISME ÉQUITABLE ........................................................................................................ 28 DÉFINITION DU TOURISME ÉQUITABLE ............................................................................................................. 28 LES ENGAGEMENTS DES ACTEURS DU TOURISME ÉQUITABLE............................................................................ 28

Le tourisme équitable et solidaire. 4


Introduction Le tourisme est le deuxième secteur économique pour les pays du Sud après le pétrole, et représente actuellement à peu près 10 % de l’activité économique mondiale. Cette industrie, devenue planétaire, est en pleine expansion. De 10 à 20 millions de déplacements touristiques hors des frontières nationales dans l’immédiat après-guerre, on est ainsi passé à quelque 200 millions de vacanciers internationaux en 1975, 500 millions en 1995, 900 millions en 2007 ! Et l’Organisation Mondiale du Tourisme prévoit 1,6 milliard de touristes en 2020. Le chiffre d’affaires du secteur devrait être alors de 2 000 milliards de dollars. De nouvelles perspectives de développement s’ouvrent ainsi dans les régions pauvres et structurellement faibles. Au cours de la dernière décennie, le rythme de croissance annuelle du nombre d’arrivées de 1 touristes dans les pays en développement a été supérieur à la moyenne mondiale. Leurs recettes touristiques ont plus que doublé entre 1992 et 1999. Le tourisme est devenu dans le même temps la principale source de devises des 49 PMA, si l’on excepte l’industrie pétrolière qui se concentre 2 essentiellement dans trois d’entre eux. Alors, le tourisme, la nouvelle panacée pour sortir les pays en développement de la pauvreté ? Sous certaines formes, il peut être un moteur économique puissant : apport de devises, création d’emplois, amélioration de la balance commerciale, stimulation des investissements, soutien aux services locaux, valorisation des ressources naturelles et culturelles, … Toutefois, le plus souvent, les pays du Nord restent les principaux bénéficiaires (compagnies aériennes, tours opérateurs, chaînes hôtelières.) et il ne profite qu’à une minorité de la population locale. Les effets positifs sont parfois largement compensés par des effets négatifs, déstructurants considérables :      

   

Des salaires très bas du personnel local dans l’hôtellerie, la restauration, l’animation, voire les transports, Le développement de réseaux de prostitution et du travail des enfants. Selon le Bureau international du travail, environ 20 millions d’enfants de moins de 18 ans travaillent dans le secteur touristique. L’importation de produits et de services du Nord pour offrir un service standardisé au Sud. Les tensions que peut susciter le développement d’une activité moderne dont les emplois vont entrer en concurrence avec les secteurs économiques traditionnels. Une pression directe sur les écosystèmes fragiles, provoquant la dégradation de l’environnement physique et perturbant la faune et la flore sauvages. Une concurrence pour l’utilisation de ressources rares, principalement le sol et l’eau. A titre d’exemple, un terrain de golf moyen en Thaïlande use autant d'eau que 60.000 habitants locaux par an… A Agadir au Maroc, on peut voir les pelouses des hôtels irriguées jour et nuit alors que 3 la population des quartiers périphériques de la ville n’a pas accès à l’eau potable. Le renchérissement du foncier induit par la pression touristique, Le rapatriement des bénéfices par les investisseurs étrangers. En Thaïlande, seuls 30% de 4 l’argent dépensé par les touristes revient au pays. L’accueil d’un nombre de touristes largement supérieur à la population locale, ce qui risque de désorganiser les sociétés traditionnelles. La perte de biodiversité, notamment par des constructions massives le long du littoral.

Franco Frangialli, secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme, 2003 Organisation mondiale du tourisme. 3 Jean-Marie Collombon, Tourisme et développement, inéluctable évolution, GRET. 4 Organisation mondiale du tourisme 1 2

Le tourisme équitable et solidaire. 5


Le tourisme, un antivoyage ? Dans son livre « Manuel de l’antitourisme », Rodolphe Christin dénonce les méfaits de l’industrie touristique. « Voyager, c'est obéir à une pulsion nomade, un peu libertaire, qui nous pousse à l'aventure, à la découverte, à la connaissance. Mais notre société de loisirs a fait du voyage un produit de consommation. On nous vend sur catalogue du soleil ou de la neige ; du divertissement ou de l'exotisme. La destination importe souvent moins que le prix, le confort, le service, le décor. La prestation touristique a remplacé l'esprit du voyage. (…) L'industrie touristique tend à gommer l'exotisme, en tant que choc culturel et esthétique, voire existentiel. Les transports sont organisés, les sites aménagés, les hôtels standardisés. (…). Le paradoxe du tourisme, c'est qu'il tue ce dont il vit. Partout sur la planète, on massacre l'environnement pour rendre les lieux « accueillants ». Côtes bétonnées, parkings, consommation d'eau à outrance. Les touristes représentent une infime minorité de la population mondiale, mais ils ont un impact majeur sur les lieux qu'ils visitent. Le tourisme exploite, pollue, détruit. (…) Peut-être faudrait-il voyager différemment. Privilégier le cheminement à la destination. Partir moins souvent, plus longtemps, moins loin. Certains se déculpabilisent en se tournant vers le tourisme « équitable » ou « durable ». Je ne doute pas de leur sincérité. Mais cela reste un produit touristique. Comment retrouver l'esprit du voyage ? En laissant place à l'imprévu, au vécu, à la rencontre. En tentant aussi d'être un peu plus lucides sur notre mode de vie. On part pour échapper à un quotidien pas toujours très exaltant. C'est peut-être ce quotidien qu'il faudrait réinventer. L'évasion réside parfois dans une simple balade près de chez soi. Le voyage, c'est une rêverie, une philosophie, une curiosité. »

Le tourisme équitable et solidaire. 6


Quelques définitions Il n’est pas facile de se retrouver dans le foisonnement de définitions d'un tourisme « autrement ». LE TOURISME SOCIAL dont le but est de favoriser l’accessibilité au tourisme pour le plus grand nombre et tend à évoluer vers des formes de tourisme solidaire. LE TOURISME SOLIDAIRE identifie des projets qui représentent de véritables projets de développement local. Soit le voyagiste soutient des actions de développement, soit une partie du prix du voyage sert au financement d'un projet de réhabilitation ou d'un projet social. Il insiste particulièrement sur :     

la sensibilisation des voyageurs et la préparation au voyage les possibilités de contact avec la population locale : rencontres, activités culturelles, logement chez l'habitant les problématiques environnementales : sensibilisation et responsabilisation des voyageurs, gestion des déchets, gestion des ressources l'implication dans un ou plusieurs projets de développement local déterminés par la population d'accueil 5 les retombées économiques locales .

LE TOURISME ÉQUITABLE : basé sur le modèle du commerce équitable, le tourisme met l’accent sur la juste rétribution des producteurs du Sud, la participation des communautés d'accueil, sur les prises de décisions démocratiques. Les bénéfices de ces activités doivent être perçus en grande partie localement et partagés entre les membres de la population autochtone. LE TOURISME RESPONSABLE, OU TOURISME ÉTHIQUE favorise des pratiques socialement et écologiquement plus respectueuses à la fois au sein des acteurs traditionnels du tourisme en mettant l’accent sur la responsabilité sociale des entreprises et la mise en place d’actions correctrices et en sensibilisant les touristes. LE TOURISME INTEGRE Le tourisme « intégré » fut à l’origine expérimenté en Casamance (Sénégal) à l’initiative du français Christian Sanglio. Il repose sur l’intégration des activités touristiques à la vie locale et au service du 6 développement. Précurseur du tourisme durable il s’oppose au tourisme enclavé. L’ÉCOTOURISME : La Société internationale d'écotourisme TIES définit l'écotourisme en tant que "voyage responsable dans la nature qui conserve l'environnement et soutient le bien-être des personnes locales." L'écotourisme ou tourisme vert consiste en un tourisme écologique dont l'objectif principal est de profiter de la nature, des paysages ou d'espèces particulières. L'activité doit faire prendre conscience 7 de la nécessité de préserver le capital naturel et le capitale culturel. LE TOURISME RURAL (gîte rural, vacances à la ferme, chambre d'hôte) : Le vacancier établit une relation étroite avec les habitants afin de faciliter les échanges et la compréhension mutuelle. Cette activité constitue une source de revenus complémentaires pour les exploitations agricoles ou les zones 8 rurales. LE TOURISME DURABLE : L’OMT a donné la définition complète du tourisme durable, en insistant sur la nécessité de rendre toutes les formes de tourisme durables. En termes simples, le tourisme durable peut être défini comme étant : « Un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil. » Ritimo, Cdtm34, 2005 http://www.tourmag.com/Tourisme-durable-un-ideal-de-solidarite-et-de-responsabilite_a11791.html 7 http://fr.wikipedia.org 8 Réseau Eco-consommation, le tourisme sous toutes ses coutures 5 6

Le tourisme équitable et solidaire. 7


Codes, chartes, certifications LE CODE MONDIAL D’ÉTHIQUE DU TOURISME Le Code mondial d'éthique du tourisme, adopté lors de l'assemblée générale de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) à Santiago du Chili le 1er octobre 1999, marque la volonté de promouvoir, partout dans le monde, un tourisme responsable et durable, au bénéfice de tous : les états, les opérateurs touristiques, les touristes mais aussi et surtout les populations locales. Le code comprend neuf articles définissant les "règles du jeu" pour les destinations, les gouvernements, les promoteurs, les voyagistes, les agents de voyages, les travailleurs du secteur et les touristes euxmêmes. Le dixième article traite du règlement des litiges en prévoyant un mécanisme d'application, ce qui est une première dans ce genre de code. Il s'agit d'une procédure de conciliation impliquant la création d'un Comité mondial d'éthique du tourisme composé de représentants de chaque région de la planète et de chacune des parties prenantes du secteur du tourisme (gouvernements, secteur privé, 9 travailleurs et organisations non gouvernementales).

L'ALLIANCE EUROPÉENNE POUR UN TOURISME RESPONSABLE L'EARTH (European Alliance for Responsible Tourisme and Hospitality) est le premier réseau européen sur le tourisme responsable, en tant que partenariat de développement. EARTH travaillera avec les organisations et les structures de tourismes responsables à travers toute l'Europe ; et représentera un centre de compétences et de professionnalisme qui aidera à la création de nouvelles initiatives et de 10 nouveaux partenariats dans le champ du tourisme responsable.

ATR – AGIR POUR UN TOURISME RESPONSABLE 11

L'association ATR regroupe 18 opérateurs du Tourisme , déterminés à s'impliquer dans le Tourisme Responsable et à améliorer leurs pratiques afin de minimiser les effets négatifs induits par leurs activités professionnelles. Ses membres se sont lancés dans une démarche de certification, élaborant un 12 référentiel à la fois exigeant (25 critères) et facteur de progrès . Ils ont inscrit leur démarche dans le cadre du code de la consommation et ont choisi d’être audités par un organisme indépendant agréé par l’Etat (Afaq-Afnor) : il s’agit de la première certification officielle française pour les voyagistes. Ils souhaitent en faire un outil de clarification pour le consommateur. Ils se sont ainsi engagés à :     

Réduire les effets pervers du tourisme en évitant les pièges de l’industrie touristique. Promouvoir un tourisme responsable, soucieux de la préservation des patrimoines culturels et de leur environnement. Sensibiliser les voyageurs à ces problématiques. Favoriser une plus grande transparence auprès des clients et veiller à la qualité des services proposés. Faire de leurs structures des entreprises citoyennes au sein desquelles l’humain est au coeur des préoccupations.

Cette démarche se veut être un instrument de progrès pour les entreprises ainsi qu'une clarification pour les consommateurs afin de mettre fin au foisonnement de déclarations d'intentions incontrôlées dans ce domaine.

Francesco Frangialli, Secrétaire général, Organisation mondiale du tourisme, Source en ligne: http://www.worldtourism.org/francais/frameset/frame_project_ethics.html 10 Plus d'information : www.earth-net.eu/ 11 Allibert, Atalante, Cavaliers du Monde, Chamina, clubaventure, Déserts, Intermèdes, La Balaguère, Nouvelles Frontières Aventure, Nomade, Saïga, Sans Frontières, Sindbad Voyages, Terres d’Aventure, Terre Voyages, Tirawa, Voyager Autrement, Voyageurs du Monde. 12 Disponible sur www.tourisme-responsable.org 9

Le tourisme équitable et solidaire. 8


UNE CHARTE POUR METTRE DES BALISES Pour encadrer le concept de tourisme équitable, la Plate-Forme française pour le Commerce Equitable a élaboré une charte du tourisme équitable, en collaboration avec plusieurs opérateurs engagés.13 Elle repose sur les principes suivants :     

13

un travail de recherche de partenariats sur le long terme avec les communautés d’accueil, les prestataires de services locaux et les organismes de promotion et de vente, l’existence d’une contractualisation concertée entre les parties, la mise en place d’activités touristiques dans l’optique d’un développement local et durable, avec notamment un réinvestissement des bénéfices réalisés, le respect d’une transparence vis-à-vis des modes de décision, des transactions financières, des comptes généraux, et de l’information aux voyageurs, le fait, pour les voyageurs, de se garder de toute attitude et toute intervention qui pourrait bouleverser les équilibres sociaux, culturels et écologiques des communautés d’accueil.

Voir texte complet en annexe.

Le tourisme équitable et solidaire. 9


En quoi le tourisme équitable est-il une tentative de réponse aux effets déstructurants du tourisme de masse ? Depuis les années ’80, le tourisme de masse concerne de plus en plus les pays en développement. Plusieurs personnes se sont dès lors interrogées sur les méfaits qu'il pouvait engendrer auprès des populations autochtones et ont donné naissance à la notion de tourisme équitable. A l’inverse du processus dominant des prix cassés et des décisions de dernière minute, le tourisme équitable cherche à respecter la vérité des prix, à trouver le « juste prix ». Ce prix équitable doit permettre d’assurer des rémunérations convenables et des prestations sociales conformes aux normes de l’Organisation internationale du travail, de couvrir les amortissements des équipements, de financer la formation des intervenants et de contribuer aux services de protection environnementale et culturelle. Les avances et le paiement rapide du solde ont pour but d’éviter l’endettement des opérateurs, de faciliter les anticipations et de sécuriser les investissements. Enfin la garantie de la stabilité du prix facilite les 14 anticipations sur le long terme. « Il faut appliquer au tourisme ce qui se fait déjà pour le commerce équitable des biens alimentaires. Les consommateurs sont prêts à payer un peu plus, à condition que le supplément profite directement aux 15 populations locales » . Dans le tourisme équitable, les communautés locales participent de façon prépondérante à l'évolution de la définition de ces activités (possibilité de les modifier, de les réorienter, de les arrêter). Elles participent aussi à leur gestion continue de façon significative. 16

DIFFERENTS ACTEURS CONCERNES Le tourisme équitable met en scène au moins trois catégories d’acteurs concernés (stakeholders) : les associations du nord, les organisations de base du sud et les touristes (clients/usagers). Les associations du Nord informent et sensibilisent aux méfaits du tourisme de masse, vendent des voyages solidaires et viennent en appui organisationnel aux populations du sud (structuration en collectif, appui à l’ingénierie des projets notamment). Les organisations du Sud produisent la prestation touristique, élaborent leurs projets de développement et réaffectent une partie des bénéfices tirés de l’activité touristique dans leur projet de développement. Les touristes participent directement ou indirectement au projet de développement. De la même manière que son cousin le «consommateur équitable», le touriste équitable est amené à repenser son rôle et à faire des efforts. En effet, ce dernier doit s'impliquer pour s'informer préalablement sur la situation politique, économique et sociale du pays visité. Il doit également laisser de côté ses préjugés pour permettre un respect mutuel et adopter un comportement respectueux des spécificités locales (en 17 termes de respect des usages, de la rareté de certains biens…).

Gilles CAIRE, Tourisme solidaire, capacités et développement socialement durable, 5e Conférence internationale sur l’approche des Capacités – Paris 11-14 septembre 2005 15 Les amis de Mamadou, Sénégal 16 Extrait de la charte française du tourisme équitable, voir annexe. 17 Remi Bellia, DESS Economie Sociale Co-organisateur du FITS, Nadine Richez-Battesti, Maître de conférences, CEFI, Tourisme solidaire : innovation et réseau Analyse comparée France-Italie, Colloque Les enjeux du management responsableUniversité Catholique de Lyon-18-19 juin 2004 14

Le tourisme équitable et solidaire. 10


LE TOURISME EQUITABLE, UN MICROTOURISME ? « A l’opposé du tourisme de masse, le tourisme équitable est d’abord du « micro-tourisme » dans des territoires non préalablement touristiques, très souvent ruraux. Il est régi par la règle dite des 3P : peu de visiteurs (des groupes constitués de cinq à une douzaine de personnes), peu de temps (en général le séjour sur place dépasse rarement 8 à 10 jours), peu de mois (l’accueil n’est pas permanent et volontairement saisonnier en dehors des périodes de travaux agricoles). Ce choix de la petite échelle provient de la recherche d’une moindre perturbation et déstructuration de la société locale et de la volonté de privilégier la qualité à la quantité du service, mais aussi de la démarche. C’est aussi une dimension optimale pour rendre accessible la notion de développement durable et l’assurance d’une cohésion sociale et d’un contrôle maîtrisé grâce à la proximité. Conjointement plutôt que de rentrer en concurrence « frontale » avec le tourisme traditionnel sur les grandes destinations il cherche au contraire le plus souvent à se différencier et à s’occuper des plus isolés. La « manne touristique » peut ainsi mieux irriguer le territoire, national ou régional, et lutter contre la désertification 18 humaine des territoires ruraux. » UN OUTIL DE VERITABLE RENCONTRE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE Ainsi, les conditions sont réunies pour des rencontres riches d’échanges entre les habitants et touristes qui n’exploitent pas les premiers mais qui leur fournissent des moyens de vivre dignement. Le respect mutuel et le désir de mieux connaître l’autre sont à la base de ces programmes, qui offrent une possibilité de plus dans le champ de la solidarité internationale. On passe d’une « citoyenneté en vacances » à une 19 « citoyenneté pendant les vacances ». On le voit, le tourisme équitable peut apporter sa pierre au but des Objectifs de développement du Millénaire des Nations Unies : la réduction de la pauvreté dans le monde d’ici 2015. Il répond également à la préoccupation du Parlement européen qui « insiste sur la nécessité de réinvestir les gains économiques engendrés par le tourisme dans le développement local; demande aux organisateurs de voyages de revoir leurs formules de voyages à forfait qui empêchent les communautés locales de bénéficier de retombées, et encourage ces voyagistes à recourir autant que possible aux 20 ressources matérielles et humaines locales, y compris pour les postes d'encadrement. » QUELQUES SPECIFICITES PAR RAPPORT AU COMMERCE EQUITABLE « CLASSIQUE » Dans le domaine de l’équitable, il existe des spécificités propres au tourisme par rapport à la production de biens alimentaires ou d’artisanat : 

Le déplacement du consommateur vers le produit et le contact direct avec le producteur. Les touristes doivent se déplacer auprès des lieux et donc des hommes qui y vivent pour consommer.

La simultanéité "production/consommation" qui implique une forte réactivité notamment en raison des évolutions possibles entre la création du produit et sa production/consommation.

La très forte implication du consommateur dans la production. Le client ne reçoit jamais complètement la même prestation.

L'immatérialité et l'impossibilité de tester avant la consommation. Pas d'échantillon. Le risque de se tromper est donc perçu comme élevé par le client et le rend très exigeant vis à vis de l'information et de la personnalisation de la réponse.

18

Gilles CAIRE, Tourisme solidaire, capacités et développement socialement durable, 5e Conférence internationale sur l’approche des Capacités – Paris 11-14 septembre 2005 19 Nassima Firosehousen, Flora Libercier, ibid. 20 Résolution du Parlement européen sur le tourisme et le développement (2004/2212(INI))

Le tourisme équitable et solidaire. 11


L'impossibilité de le standardiser complètement, comme pour l’artisanat et à la différence des 21 produits alimentaires. QUELQUES LIMITES DU TOURISME ÉQUITABLE

Comme pour le commerce équitable, les prix des séjours élevés en tourisme équitable sont un frein à leur développement.

Plusieurs questions sont posées mettant en lumière un danger d’acculturation des populations accueillantes, ou de transformation de leur culture en folklore. Une autre question porte sur 22 l’intérêt pour les populations locales d’être formées à des métiers de service.

« De par sa définition et sa finalité, le tourisme équitable ne peut exister que sous forme de micro 23 entreprise travaillant avec des projets et partenaires spécifiques et géographiquement limités »

« De plus, afin de respecter le principe de rencontre avec le mode de vie et les valeurs des populations locales, le tourisme équitable doit souvent s’accommoder d’un niveau général de prestations hôtelières moins élevé. Il paraît en effet difficile de pouvoir concilier rencontre équitable entre touristes du nord et autochtones du sud si les uns dorment dans un hôtel 4 étoiles avec piscine tandis que les autres vivent dans des maisons précaires sans eau ni électricité. Ces deux caractéristiques peuvent provoquer le désintérêt d’une très grande partie des 24 acheteurs potentiels » .

Françoise El Alaoui, Le Tourisme Equitable, 2002 Quelle contribution du tourisme « solidaire » au développement des pays africains ? Tours, Samedi 22 janvier 2005, Réunion proposée par Centraider et le réseau Afrique 37 Dans le cadre de la commission ‘Afrique’. 23 www.travel2world.be/pratique/pra_dossier_16.htm 24 www.travel2world.be/pratique/pra_dossier_16.htm 21 22

Le tourisme équitable et solidaire. 12


Le tourisme équitable comme moyen de faire redécouvrir et relancer l’artisanat « La vie en vase clos des clubs de vacances ne procure guère de contacts avec les petits producteurs locaux. Le tourisme récréatif reste prédominant et dépasse largement le tourisme itinérant de découverte. Mais même pour le tourisme culturel, l’encadrement « directif » des voyages organisés, où le temps est compté et les achats sont guidés, ne favorise pas non plus les contacts avec les plus petits producteurs. Le touriste n’entraperçoit souvent les zones de pauvreté que par le hublot lors de l’atterrissage et les travailleurs de l’économie informelle qu’à travers les vitres d’un car. Ainsi on estime qu’un voyageur au 25 forfait dépense deux fois moins en produits locaux qu’un touriste autonome. » Or, puisque les touristes consommateurs ont habituellement un pouvoir d’achat plus élevé que celui de la majorité des habitants des pays en développement, il y a là l’occasion unique de contacts marchands avec les petits producteurs locaux. Ces ventes de produits contribueraient à la naissance ou au soutien 26 de micro-projets d’artisans et de commerçants. Dans le petit monde de « l’équitable », la complémentarité entre tourisme et artisanat est déjà parfois mise en valeur. Plusieurs groupes de producteurs « équitables » organisent des activités touristiques.

MINKA FAIR TRADE, AU PÉROU En langue quechua, le concept de la "minga" ou "minka" désigne une manière de vivre en communauté fondée sur l'entraide et l'échange de produits. L'ensemble des terres appartient à la communauté et les travaux agricoles se font collectivement. Minka, une organisation de commercialisation, encourage des producteurs d'artisanat à maintenir les structures traditionnelles de la culture amérindienne, contribuant ainsi à freiner l'exode rural. Depuis 1977, Minka a tissé un réseau de producteurs à travers tout le Pérou, permettant aux artisans isolés des régions montagneuses de perpétuer les traditions artisanales andines. Minka aide les communautés excentrées à se fournir en matières premières, soutient la production, développe avec les artisans de nouveaux produits et recherche des débouchés sur le marché national et étranger. Minka organise avec les groupes, composés en grande majorité de femmes particulièrement pauvres, des programmes sociaux et des campagnes d'alphabétisation. Elle édite également un bulletin, facilement compréhensible, qui assure l'échange des informations entre les groupes 27 et approfondit les sujets d'intérêt général (nutrition, culture indigène...). Ces dernières années, Minka a développé une entreprise touristique qui offre aux voyageurs l’opportunité de venir constater de visu les effets du commerce équitable au Pérou. L’introduction du tourisme a apporté un changement dans les communautés. Le tourisme fournit trois types de revenus : par le paiement de services (repas, hébergement, transport, guidance,…), par la vente directe d’artisanat et au travers des donations de groupes de touristes. L’utilisation de l’argent perçu via les donations est décidée démocratiquement, avec un accent mis sur l’amélioration des équipements et infrastructures des communautés. Ces nouveaux revenus permettent également aux familles de producteurs de rester ensemble plus longtemps durant l’année. Les hommes étant moins obligés de partir travailler dans les villes et les mines avoisinantes, en laissant les femmes à la maison pour s’occuper du ménage, des enfants et continuer à produire de l’artisanat. Web page: www.minkafairtrade.com E-mail: ventas@minkafairtrade.com

Gilles CAIRE, Tourisme solidaire, capacités et développement socialement durable, 5e Conférence internationale sur l’approche des Capacités – Paris 11-14 septembre 2005 26 Gilles CAIRE, Tourisme solidaire, capacités et développement socialement durable, 5e Conférence internationale sur l’approche des Capacités – Paris 11-14 septembre 2005. 27 www.madeindignity.be 25

Le tourisme équitable et solidaire. 13


MCCH, EQUATEUR MCCH a deux principaux objectifs : équité du commerce et reconnaissance des différentes populations de la société équatorienne. MCCH a un réseau de magasins communautaires dans tout le pays qui s’accompagne de nombreuses activités qui génèrent des emplois : production et commercialisation du cacao, fonds de solidarité, promotion de l’artisanat. MCCH met à disposition de ses membres un large éventail de services : coopérative bancaire, formations techniques, campagnes d’alphabétisation et de sensibilisation au développement durable…. MCCH participe à la lutte pour la reconnaissance des droits des populations indigènes et l’égalité entre hommes et femmes. Maquita Cushunchic Tour Operator a été créé au sein de MCCH afin de développer une activité de tourisme équitable. Il existe une large gamme de possibilités, allant de la journée découverte jusqu’au tour complet du pays en 22 jours. Des formules adaptées existent pour des voyageurs recherchant la nature, l’aventure, la culture locale, la découverte de coopératives de travailleurs, etc.

www.fundmcch.com.ec

PHU PHIANG Phu Phiang est un tour-opérateur thaïlandais proposant des séjours personnalisés aux voyageurs montrant un intérêt spécifique pour l’artisanat, l’art ou d’autres traditions culturelles. Phu Phiang propose un tourisme bénéficiant directement aux communautés locales. Ce tour-opérateur invite les voyageurs à découvrir les différentes cultures et ethnies de la Thaïlande. Il les emmène à la rencontre des artisans pratiquant un commerce équitable afin qu’ils puissent se rendre compte de l’impact réel que peut avoir ce type de commerce dans les communautés rurales. Il cherche à montrer le vrai visage de la Thaïlande, celui qui n’est pratiquement jamais montré aux touristes. Phu Phiang évite le tourisme de masse et privilégie le voyage en petits groupes d’individus partageant des intérêts similaires.

www.phuphiang.com

Le tourisme équitable et solidaire. 14


Les enjeux d’une certification du tourisme équitable Chartes, codes de conduite, labels et certifications commencent à foisonner dans le secteur du tourisme ; ce qui pose le problème de la lisibilité pour le consommateur qui ne sait plus à quel logo se vouer. D’autre part, de nombreux opérateurs flairent là une opportunité de profiler à bon compte leurs activités dans le champ du développement durable. Alors, une certification pour le tourisme équitable est-elle nécessaire, souhaitable ? Les processus de certification peuvent jouer un rôle positif en proposant des plans d’actions d’amélioration continue aux entreprises participantes. Pour certifier un tourisme équitable, il est nécessaire de mettre en place des organismes spécialisés et indépendants n'organisant pas de voyage (l'indépendance est une condition indispensable dans un souci de réelle objectivité du contrôle). Mais les standards développés doivent être suffisamment élevés pour être pertinents et crédibles. Or c’est loin d’être toujours le cas en matière de labellisation touristique. Le label « Green globe 21 », le programme de certification le plus connu en matière de tourisme responsable est accusé par le WWF de « produire plus de confusion que de clarté ». « Green Globe 21 » permet en effet aux entreprises d’arborer son logo dès leur entrée dans le programme de certification. Un logo légèrement différent est octroyé lorsque la certification est acquise, mais il est peu probable que les consommateurs perçoivent la différence. Sur 500 sociétés, utilisant le logo « Green Globe 21 », seules 60 répondent aux exigences de 28 la certification. UN PROCESSUS EN COURS D’ELABORATION Actuellement, le processus d'élaboration du concept de tourisme équitable et de définition des critères n'est pas achevé et doit faire l'objet d'une participation active et d'une collaboration de toutes les parties prenantes. Il faut suivre l’exemple du commerce équitable - qui travaille à la fois sur la pratique et la théorie - et contribuer à l'application du concept tout en réfléchissant en permanence sur les moyens de l'améliorer et de le définir avec plus de précision. . 29 Pour Françoise El Alaoui, « il est évident que le concept ne peut pas être unique, il doit s'adapter à tous les cas de figure. Plus on généralise (les critères notamment) plus un concept perd de sa force et faillit à son application. Il conviendra peut-être d'envisager une véritable "déclinaison", selon les régions ou les cas (…). Il faudrait vraisemblablement plusieurs organismes de contrôle, externes, indépendants et transparents, selon que l'on considère le Nord ou le Sud, les entreprises touristiques ou les Etats, l'environnement ou le patrimoine, les populations ou les territoires... Quel organisme pourrait prétendre contrôler l'application des règles et critères du tourisme équitable à des domaines aussi différents que l'impact sociologique sur les populations, les dégradations de 30 l'environnement ou encore la réglementation sociale ? ». Et puis, d’autres questions se posent : Faut-il certifier le service (le voyage) lui-même ou les organisations, sociétés qui l’organisent ? Dans l’hypothèse d’une certification des sociétés, faut-il la délivrer aux organisations du Sud ou aux opérateurs du Nord ? Comment se fait le choix d’un certificateur tiers ? Et comment articuler les logiques de certification aux niveaux national et local.31 LA QUESTION DU LABEL En Belgique, le Centre de Recherche et d’Information des Organisations de Consommateurs 32 rappelait dernièrement que pour le Conseil (belge) de la Consommation (Avis 334) : "Peut être considéré comme label, le signe de qualité qui : Tourism Concern, Fair Trade in Bulletin 2 Corporate, automne 2000. Françoise El Alaoui, Le Tourisme Equitable, 2002 30 Françoise El Alaoui, Le Tourisme Equitable, 2002 31 PCFE – Plate-Forme française pour le Commerce Equitable 32 www.oivo-crioc.org/fr/ 28 29

Le tourisme équitable et solidaire. 15


    

Garantit une valeur ajoutée par rapport aux dispositions légales; Est octroyé par un organisme indépendant du producteur ou prestataire et qui exerce un contrôle a priori ou a posteriori régulier sur les produits ou services auxquels est conféré le label; Est conforme à un cahier des charges transparent et officiellement reconnu par les pouvoirs publics, et soumis au contrôle d'un organisme accrédité à cette fin par les pouvoirs publics; Est facilement identifiable et compréhensible par le consommateur; Informe de manière claire, non ambiguë et précise sur la valeur ajoutée."

Fair Trade in Tourism South Africa (FTTSA)

33

En terme de certification du tourisme équitable, pour une fois, le Sud à une longueur d’avance sur le Nord. En Afrique du Sud, Fair Trade in Tourism South Africa (FTTSA) encourage et publie les exemples de bonnes pratiques engagées par des prestataires d'Afrique du Sud en matière de tourisme équitable et responsable. 'Fair Trade in Tourism' apporte la garantie que la population dont le territoire, les ressources naturelles, le travail, les connaissances et la culture sont utilisés dans le cadre des activités touristiques, bénéficient également des retombées économiques de cette activité. En 1999, 'Tourism Concern', une organisation basée à Londres, lançait la formation d'un réseau international de 'Fair Trade in Tourism' qui aurait pour tâche principale : l'échange de travaux de recherches et d'informations. Le 13 Juin 2002, le label "Fair Trade in Tourism SA" est officiellement lancé en Afrique du Sud. C’est la première fois dans l'histoire du mouvement du commerce équitable qu'un label pour le tourisme durable est créé. Le 22 Octobre 2003, les premiers prestataires touristiques sont labellisés. « Début 2009, FTTSA certifiait plus de quarante produits touristiques comme des hébergements (lodges, otels, guest houses et des activités safaris, tours dans les townships, excursions…), mais pas de forfaits pour le moment, ni de voyagistes. FTTSA vis aussi bien le petits hébergements communautraires (sur la quarantaine, sept produits certifiéss appartiennent à des communautés) que les établissements de luxe 34 ou du tourisme classique. »

La Marque FTTSA La marque FTTSA est le premier symbole d'équité dans le monde de l'industrie touristique. Cette marque est attribuée aux prestataires de tourisme qui respectent strictement les critères suivants : - Salaires équitables et conditions de travail raisonnables, opérations touristiques équitables, redistribution des bénéfices. - Pratique de commerce équitable. - Respect des droits de l'homme, des cultures et de l'environnement. Les candidats à la marque FTTSA sont reconnus par exemple s'ils s'engagent dans l'achat de produits locaux, le développement local de compétences, l'aide en matière de santé et de prise de conscience en ce qui concerne le sida; mais encore la formation en matière d'environnement et le soutien aux communautés. Les prestataires touristiques mènent tout d'abord une auto-évaluation, une évaluation sur site par une tierce partie indépendante a lieu ensuite. Les résultats de cette évaluation sont par après discutés au sein d'un panel d'experts qui attribuera la marque ou pas. L'utilisation du label est rigoureusement contrôlée par l'équipe de FTTSA afin de maintenir des standards élevés.

33 34

www.fairtourismsa.org.za/ Bernard Schéou, Du tourisme durable au tourisme équitable. Quelle éthique pour le tourisme Demain ?, De Boeck, novembre 2009.

Le tourisme équitable et solidaire. 16


Le difficile respect de l’environnement Comme le souligne Keith Nurse « Le changement climatique soulève des défis particulièrement importants pour l’industrie touristique dans les pays en développement ; ce secteur est à la fois une victime (du fait de l’augmentation des risques sanitaires et de catastrophes naturelles) et un vecteur du changement climatique du fait de la contribution des transports aériens et maritimes aux émissions de 35 gaz à effet de serre » L’avion constitue le moyen de transport le plus polluant. Y recourir pour des voyages équitables, solidaires, est-ce vraiment durable ? Le tourisme, qui génère 60% du trafic aérien, pourrait être responsable de 5,3 % des émissions de gaz à effet de serre, les transports constituant environ 90 % de ce pourcentage. Selon les estimations, les avions représentent 2 à 3 % de la consommation totale de combustibles fossiles dans le monde et jusqu’à 3,5 % de l’effet de serre. Plus de 80 % de ces chiffres étant le fait de l’aviation civile. D’après les tendances actuelles, ces impacts devraient augmenter considérablement, le transport aérien étant l’une des sources d’émission de gaz à effet de serre qui s’accroît le plus 36 rapidement. « Beaucoup pensent qu’inviter les gens à voyager volontairement moins en avion n’apportera guère de résultats probants. Des voix s’élèvent par conséquent en faveur du recours à des quotas de vol par personne. Chacun pourrait, par exemple, voler 3 000 kilomètres par an et devrait donc économiser 37 quelques années avant de pouvoir se rendre au Cap (Afrique du Sud).

Les grands tours opérateurs vont emboîter le pas TUI Pays-Bas, filiale du plus grand tour-opérateur au monde, lance un voyage "équitable"

Depuis la mi-décembre, TUI Pays-Bas propose à ses clients un voyage haut en couleurs : le “Chocolate Tour” (le voyage chocolat) ; développé en collaboration avec l'organisation de développement Cordaid et le bureau de consultance Contour Projects. Ce voyage est un des résultats concrets de la nouvelle politique durable de TUI Pays-Bas, publiée depuis le 1er janvier 2009 sur www.tui.nl/duurzaamtoerisme (en néerlandais). La société TUI AG (Touristik Union International), dont le siège social est à Hanovre, est une entreprise allemande principalement présente dans le secteur touristique. Aujourd'hui, TUI est le plus grand groupe de tourisme au monde et est présent dans toute l'Europe. Il possède des agences de voyages, des agences réceptives, des hôtels, des compagnies aériennes, des navires de croisière et des toure 38 opérateurs. De plus, c'est une importante compagnie maritime de porte-conteneurs (4 rang mondial). Le “Chocolate Tour” est mis sur pied avec Conacado, une organisation de producteurs de cacao équitable, ce qui donne aux visiteurs la possibilité de voir comment fonctionn le commerce équitable dans la pratique. Mais c'est surtout pour les touristes la possibilité de mieux connaître la vie en République Dominicaine. Le “Chocolate Tour” fait partie du programme PASEO, qui aide les petits fermiers dans le développement de projets touristiques durables. Au total, 10 fermiers et plus de trente femmes ont été formées pour pouvoir accompagner et guider les touristes de manière professionnelle. Un département tourisme a été 39 créé au sein de Conacado pour mener à bien ce projet. Il ne serait pas étonnant que d’autres tours-opérateurs emboîtent le pas de TUI.

Keith Nurse, Commerce, tourisme et changement climatique, Eclairage sur les Négociations, Numéro 10, Volume 8 , Décembre 2009 – Janvier 2010, ICTSD, ECDPM. 36 Programme des Nations Unies pour l’environnement et Organisation mondiale du tourisme, Vers un tourisme durable, guide à l’usage des décideurs, 2006 37 Imagine, demain le monde, dossier « consommer durable, un acte de résistance aujourd’hui », septembre-octobre 2006. 38 Wikipedia 39 Chocolate tour: duurzaam én smaakvol toerisme, De Telegraaf, 29 décembre 2008. 35

Le tourisme équitable et solidaire. 17


Quelques tours-opérateurs « équitables » au Sud AIPC : ASSOCIATION POUR L’INTÉGRATION ET LE PROGRÈS DES CULTURES - BOLIVIE AIPC est une ASBL bolivienne dont l’objectif global est de mieux comprendre les différentes cultures afin d’en intégrer les valeurs et de les diffuser. A cet effet, l’association promeut l’intégration et favorise l’apprentissage, la communication ainsi que le dialogue. AIPC veut permettre à tous d’accéder à des opportunités d’éducation et de formation. Son action est principalement dirigée vers les jeunes. L’association considère comme prioritaires les programmes en relation avec l’éducation dans un contexte interculturel et les activités qui permettent la mobilité des personnes dans le monde. A travers son action, AIPC veut favoriser l’ouverture, le respect de la différence, le développement personnel, social et du travail afin que le jeune puisse affronter les défis de notre société avec davantage de réalisme et d’enthousiasme. Pour l’organisme, il est essentiel de s’occuper des jeunes ne disposant pas de gros moyens. Il développe à cet effet des outils d’éducation et d’intégration qui permettront aux adolescents de découvrir de nouveaux horizons. AIPC a développé 3 types de programmes : un programme d’intégration à travers la mobilité des personnes dans le monde, un programme d’intégration à travers la formation socio-culturelle et un programme d’intégration à travers l’emploi. Dans le cadre de son programme d’intégration à travers la mobilité, l’AIPC propose aux jeunes des séjours à l’étranger, du travail de volontariat dans des communautés ou des séjours permettant l’apprentissage des langues. L’association veut au moyen de ces initiatives aider les jeunes à s’ouvrir, favoriser la communication entre eux et leur apprendre à cohabiter avec respect et solidarité.

asogtcon@hotmail.com

APANI DHANI Apani Dhani est un prestataire touristique indien, actif au Rajasthan. C’est un engagement écologique profond et la recherche d’une vie saine qui ont incité ses fondateurs à créer cet organisme. Apani Dhani propose des séjours hors du commun, dans le respect de l’environnement et des populations locales. Son offre inclut des excursions guidées dans la région et des activités animées par les communautés locales telles que des cours de cuisine, des initiations aux arts ou à l’artisanat, des cours de langue hindi, etc. Apani Dhani a développé une politique économique, sociale et environnementale respectueuse des communautés locales. L’organisation s’est ainsi engagée à employer principalement des locaux et à favoriser la création d’emplois permanents. Elle offre des salaires et des conditions de travail équitable. Elle veille à instaurer des relations de travail durables avec des petites structures locales ou des familles pour assurer la redistribution des revenus engendrés par le tourisme. Elle incite les voyageurs à acheter l’artisanat directement chez les producteurs et tente pour sa part d’acheter localement chaque fois que cela est possible. Apani Dhani soutient des projets de développement locaux. Elle fournit aux voyageurs un code éthique à respecter et donne des informations relatives à la culture, à la région, à la politique et aux projets soutenus. Elle informe et sensibilise les agences de voyage avec lesquelles elle collabore. L’entreprise forme son personnel. Elle limite le nombre de participants afin de ne pas déranger les communautés qui les accueillent et de favoriser l’échange. Elle offre des repas traditionnels, à base de produits biologiques et utilise les énergies renouvelables (four solaire, chauffe-eau solaire, panneaux photovoltaïques). Elle collecte l’eau de pluie et sensibilise quant à la rareté de l’eau. Elle veut

Le tourisme équitable et solidaire. 18


également réduire au maximum la quantité des déchets. Elle encourage les voyageurs à participer à des activités non-polluantes. Par ailleurs, Apani Dhani soutient une ONG locale dont le but est de servir la communauté par l’éducation et la formation des moins privilégiés. Elle anime des ateliers et envisage d’initier une coopérative d’artisans locaux. http://apanidhani.com/french/apani/index.htm

ASSOCIATION DES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES PAYSANNES - MALI (partenaire de Tamadi) Bien implantée dans les régions de Ségou et de Mopti, au potentiel touristique particulièrement intéressant, l'AOPP s'est lancée, avec Tamadi, dans un projet de tourisme rural dans ces régions en espérant contribuer :     

à la valorisation de la culture rurale et de la culture malienne ; au renforcement des échanges culturels et sociaux entre le Nord et le Sud ; à la création de revenus supplémentaires pour les paysans ; à l'amélioration de l'habitat et du cadre de vie en milieu rural ; à la diversification des sources de financement des organisations paysannes locales et de l'AOPP.

www.tamadi.org - www.cnop-mali.org/article.php3?id_article=1

ALTERNATIVE TOURISM GROUP - PALESTINE ATG a été créé en 1995. Ce groupe œuvre pour la promotion d’un tourisme culturel et à caractère humain dans les territoires palestiniens. Son but est d’attirer un public toujours plus large et de l’accueillir à l’aide de guides locaux et d’infrastructures palestiniennes. L’offre d’ATG s’adresse à différentes églises, agences de voyage, tour-opérateurs et étudiants. ATG s’est spécialisé dans le tourisme offrant un aperçu historique, culturel, social, politique et religieux de la Terre Sainte. Le groupe veut par-là même encourager un tourisme plus engagé et améliorer de manière significative les connaissances des voyageurs étrangers. ATG propose également à des groupes d’effectuer du volontariat avec des ONGs palestiniennes. Elle organise d’autre part des programmes de rencontre avec des représentants palestiniens et israéliens pour comprendre davantage la situation politique complexe de ces 2 pays. Enfin, elle présente des programmes de randonnées dans le désert permettant de se faire une idée de la signification des textes bibliques. A travers ces actions, ATG veut promouvoir le voyage vers la Terre Sainte. Le groupe veut permettre au voyageur de rencontrer en personne les chrétiens, les musulmans et les juifs qui vivent dans les territoires palestiniens. Il espère de la sorte favoriser les échanges entre eux et permettre à chacun de mieux comprendre les aspirations politiques et spirituelles qui animent chacun. Il cherche à approfondir les connaissances des touristes sur les conséquences humaines du conflit israélopalestinien et sur le processus de paix entamé au Moyen-Orient. Il veut transformer l’engagement chrétien en action concrète. www.patg.org

Le tourisme équitable et solidaire. 19


BIOPLANETA Bioplaneta est un réseau national mexicain composé d’entreprises, de coopératives, d’ONGs et de diverses institutions. Elle a pour objectif général de promouvoir le développement durable, la conservation et la restauration de l’environnement ainsi que la solidarité. L’organisation a pour objectif spécifique de former les petits producteurs afin de les aider à maintenir la qualité et la production de leurs produits sur différents marchés. Elle défend un commerce juste et équitable. Depuis peu, Bioplaneta a développé un réseau d’entreprises écotouristiques. Ce réseau est déjà actif dans 5 Etats du sud du Mexique et développe actuellement son activité dans l’Etat du Chiapas. L’organisation veut promouvoir l’écotourisme comme alternative pour le développement durable des communautés. Cette pratique peut en effet générer des bénéfices environnementaux, sociaux et économiques. Bioplaneta cherche à préserver les ressources, tant naturelles que culturelles, et à répartir équitablement les revenus engrangés afin d’améliorer le niveau de vie des populations et de les rendre responsables de leur propre développement. Bioplaneta a récemment organisé un atelier d’introduction pratique à l’écotoursime afin d’expliquer quels en sont ses concepts et favoriser sa pratique.

www.bioplaneta.com

CEPODRA - PÉROU CEPODRA est un organisme fondé par un groupe d’indigènes Shipibos. Ceux-ci vivent au bord du fleuve Uyucali dans les provinces péruviennes de Uyucali et Loreto. Cette région est très riche culturellement et dispose d’une diversité biologique incommensurable. Les Shipibos possèdent des connaissances techniques en matière d’agriculture, de pêche, de communication sociale, d’éducation ou encore de médecine. Les jeunes Shipibos ont la possibilité de réaliser des études en production agricole et piscicole ou de devenir guide officiel de tourisme. Ce groupe intègre aussi des hommes et des femmes qui produisent de l’artisanat traditionnel avec des dessins authentiques à partir de matières issues de la forêt. L’objectif de l’organisme est d’améliorer sensiblement les conditions de vie de ces indigènes. CEPODRA veut promouvoir un développement qui n’affecte pas l’environnement de manière négative et prend en compte les différences entre les peuples. Elle veut développer de nouvelles capacités locales en droit, en tourisme, en production agricole et piscicole, dans le domaine de la santé, etc. Elle cherche également à perfectionner les techniques d’artisanat et d’ébénisterie. Elle veut défendre les droits et la propriété intellectuelle des peuples indigènes. CEPODRA a développé un programme de tourisme rural, solidaire et durable. Elle propose à des jeunes des séjours d’immersion culturelle. Son offre se compose aussi de camps éducatifs, de tours thématiques et d’écotourisme d’aventure. Le participant choisit de partager le logement, les coutumes, les formes de vie et les repas de la communauté. Des formules de logement individuel sont également disponibles. Le participant peut également suivre des cours afin d’apprendre la langue. Durant son séjour, il pourra observer le travail d’artisanat. L’organisme offre également des alternatives en ce qui concerne le travail volontaire et pré-professionnel. Le travail volontaire permet d’œuvrer à la conservation des ressources et à l’amélioration des conditions de vie des peuples indigènes. www.tremembe.unimondo.org/turismo/Download/2006/El_Cepodra_presentaz.pdf

DÉSERT BLEU (MALI ) Désert bleu, agence de voyage créée en 2006 au Mali, centre son activité sur la découverte du mode de vie des Touaregs. A travers ses circuits touristiques, elle souhaite faire connaître leur mode de vie, leur culture, et leurs traditions. Cette activité permet l’amélioration du niveau et des conditions de vie de ces

Le tourisme équitable et solidaire. 20


populations par la diversification de leurs revenus : environ une cinquantaine de touristes est accueillie chaque année. Désert bleu reverse 10% de ses bénéfices à l’association Tilwat « Nouveaux Espoirs ». Cette association créée par Terya So, La maison des amis (association française d’aide au développement), veut faciliter l’accès à l’éducation, la santé et à l’eau potable pour les populations Touaregs du nord du Mali. Une école a déjà été construite et compte 28 écoliers. Son agrandissement est programmé, de même que la mise en place d’une forme d’internat pour que les enfants puissent être scolarisés même lorsque le campement familial est loin de l’école. D’autres projets sont aussi à l’étude comme la construction de puits d’eau potable ou la création d’une coopérative d’achat de céréales. L’agence de voyage propose trois circuits à travers le Mali : tous font découvrir le mode de vie pastoral des Touaregs. Les trois circuits ont pour cadre le désert et les abords du fleuve Niger. Ils proposent des activités diverses (visites, rencontres d’artisans…) qui permettent aux voyageurs de s’immerger dans la culture Touareg. www.desertbleu.net - http://teryaso.free.fr/projets.php?cat=3&projet=7

ECO-BÉNIN Eco-bénin est une ONG créée en 1999 pour promouvoir le développement en valorisant les ressources naturelles à des fins écotouristiques. Elle mène des actions dans trois domaines principaux : l’assitanceconseil en matière d’éco-développement (via des études, des financements de projets et la création d’un cadre juridique adapté) ; la planification et la gestion de sites écotouristiques ; et l’organisation de programmes de formation. Eco-Bénin a notamment participé à la création d’un sanctuaire des singes monas, ainsi qu’à la création d’une plate-forme d’information pour les secteurs de l’artisanat et du design en Afrique de l’Ouest. Eco-bénin est très active dans la promotion du tourisme dans le pays. Elle propose différents circuits touristiques aux voyageurs, pour découvrir le pays au travers de randonnées et de rencontres avec les habitants. Ces circuits permettent de financer une partie des activités de l’ONG et sont une source de revenus pour les villages. Eco-bénin organise également de nombreuses activités pour faire connaître les différents sites aux tour-opérateurs, aux médias et au grand public. www.ecobenin.org - www.ecobenin.org/koussoukoingou

FEKRITAMA (MADAGASCAR) Fekritama est une organisation paysanne malgache qui apporte un soutien aux petits producteurs, commercialise leurs productions et organise des projets à caractère social. Elle a développé un plan d’action, le PASAPA, pour développer les filières (principalement les filières riz, maïs et arachide) et les coopératives agricoles, ainsi que pour défendre les droits des producteurs. A travers ce plan, Fekritama promeut l’utilisation d’énergies renouvelables, organise des campagnes de sensibilisation (sur la politique, sur le SIDA, etc.), lutte contre la corruption, et mène des projets de microcrédits, d’épargne et de renforcement des capacités des femmes. Le MATOR est un autre programme de tourisme rural développé par Fekritama, en collaboration avec Agriterra, un organisme hollandais qui s’occupe de la formation de la population, et l’organisme TAMADI qui commercialise les voyages. Le MATOR propose des séjours et trois circuits touristiques. Les séjours ont lieu à l’auberge d’Iarintsena dans la région de la Haute Matsiatra. Les circuits font découvrir les régions des Hautes Terres et du Menabe et permettent aux voyageurs d’aller à la rencontre des habitants et de la culture locale. Le

Le tourisme équitable et solidaire. 21


MATOR fonctionne comme une coopérative : c’est la population locale qui décide des dates et de l’organisation des voyages. www.tamadi.org - www.fekritama.mg

GOU.TA.PAN.SOU (BURKINA FASO) GOU.TA.PAN.SOU a été créée en 2001 par les habitants du village de Goubré au Burkina Faso pour développer le village et ses environs. L’association s’est fixée comme objectifs principaux : l’éducation, la santé et l’autosuffisance alimentaire. GOU.TA.PAN.SOU collabore avec l’asbl belge Afrique au cœur. Ce partenariat a permis la réalisation d’un grand nombre de projets : rénovation et agrandissement de l’école, alphabétisation de la population, octroi de micro-crédit, construction d’un moulin à grains, etc. Ce partenariat a aussi permis le développement d’un projet de tourisme solidaire : dix cases traditionnelles ont été construites pour accueillir les voyageurs. Les voyages sont organisés d’octobre à mars et comprennent un circuit touristique ainsi qu’un séjour de 5 à 6 jours dans le village de Goubré, pour découvrir sa culture et ses traditions. www.afrique-au-coeur.be/voyages.htm

JATARI (EQUATEUR) La fondation Jatari a été fondée par des indiens équatoriens de la région de Sagura. Elle promeut le développement durable des communautés dans le respect de leurs spécificités culturelles et de l’environnement. La fondation appuie notamment l’éducation et la formation universitaire des jeunes. Un projet de tourisme solidaire est en train de se mettre en place : des infrastructures et une maison du tourisme ont été construits et 18 guides ont été formés. Les voyages devraient être centrés sur la découverte du milieu et de la culture locale. Pour cela, Jatari fournit un appui au maintient de l’artisanat traditionnel et participe à l’organisation de 2 fêtes traditionnelles : le Kapak raymi et le Pawkan raymi. www.jatari.org

KNCU FAIR TOURISM PROJECT (KAHAWA SHAMBA) Kahawa Shamba qui signifie « plantation de café » en Kiswahili est un projet de tourisme communautaire. Il est initié et dirigé par la KNCU (Kilimandjaro Native coopérative Union) – une organisation de plus de 67 coopératives productrices de café, qui représentent un total d’environ 67.000 petits producteurs dans la région de Kilimandjaro. A la suite de la baisse des prix du café sur le marché mondial, la KNCU(1984) envisagea le tourisme comme une diversification d’activités, qui pourrait générer des revenus complémentaires pour ses membres. Le développement des produits touristiques était rendu possible par l’assistance financière et technique de Twin Trading (Royaume-Uni), Solidaridad et Contour Project (Pays-Bas). Au lieu de désherber les terres pour la culture de la tomate comme beaucoup d’autres agriculteurs, plusieurs familles ont mis à 40 contribution leurs parcelles de terrain pour construire des cabanes d’hébergement et de restauration.

www.kahawashamba.co.tz

40

Source : http://www.progresonetwork.org/media/docs/178.pdf

Le tourisme équitable et solidaire. 22


LES COMPAGNONS RURAUX - TOGO « Les compagnons ruraux » est une association créée en 2000. Il s’agit d’une organisation apolitique et sans but lucratif, de recherches et de consultations. Cette association œuvre pour une meilleure conservation du biotope et une meilleure intégration de la biodiversité dans les activités locales afin de favoriser le développement durable des communautés. Elle cherche à engager dans ses actions des ruraux. Pour cela, elle cherche avec eux des solutions aux problèmes environnementaux et socioéconomiques qu’ils rencontrent. Elle consacre une partie de ses moyens à la sensibilisation des jeunes, car elle considère que l’avenir de notre planète est entre leurs mains. Elle initie les communautés à l’auto promotion individuelle et collective afin de réduire la pauvreté. Les compagnons ruraux concentrent leurs activités sur la conservation de la biodiversité, l’éducation à l’environnement et au développement durable ainsi que le développement du monde rural. L’éducation au tourisme durable fait également partie de son champ d’action. A cet effet, l’association organise des stages internationaux en éducation à l’environnement, en agriculture, en foresterie, en tourisme durable ou encore en culture. Ces stages sont destinés aux acteurs du développement durable et aux étudiants étrangers cherchant à acquérir une expérience de travail dans un pays en développement tout en découvrant une culture différente de la leur. compagnonsruraux@yahoo.fr - www.web-africa.org/compagnonsruraux/

MANO A MANO (PÉROU) Mano a Mano est une association créée en 1993 pour aider au développement du Pérou. Elle agit dans deux bidonvilles de la banlieue nord de Lima : la Merced et los Jazmines. Son activité principale est centrée sur la formation et l’aide à l’éducation. Dans chaque bidonville, un centre d’accueil pour les jeunes et une bibliothèque ont été installés. Ces centres permettent d’aider les enfants à faire leurs devoirs et de les inciter à la lecture. Des formations et des séminaires d’informations sont aussi organisés pour les adultes : en 2007, ont eu lieu des formations sur l’artisanat, sur le respect de certaines normes d’hygiène,… Mano a Mano a aussi récemment installé une pharmacie qui permet l’accès aux soins dans les deux bidonvilles. Mano a Mano, dans toutes ses activités, met en avant la participation et l’intégration de la population locale : les centres d’accueil et les bibliothèques sont gérés par des jeunes du quartier, en contrepartie du financement de leurs études. Mano a Mano offre des chambres à louer pour les voyageurs. L’association de voyages solidaires D.E.P.A.R.T.S a intégré dans son circuit touristique un logement proposé par Mano a Mano. Ce système d’accueil a connu un franc succès : les prévisions du nombre de voyageurs ont été dépassées. http://limamam.ifrance.com - http://www.departs.org/spip.php?article15

MANOS AMIGAS - PÉROU Manos Amigas est une petite ONG ayant pour but de promouvoir le développement de pays fortement défavorisés, de participer à l’intégration sociale et culturelle de collectivités marginalisées et de sensibiliser ces communautés à l’écologie. Elle est principalement active au Pérou, dans la région de Darièn. Cette région accueille des populations de 3 ethnies différentes. Ces habitants vivent de l’agriculture de subsistance, de la chasse, de la pêche,

Le tourisme équitable et solidaire. 23


du commerce fluvial et de l’artisanat. La région manque cruellement de ressources économiques. Les enfants doivent bien souvent parcourir des kilomètres pour se rendre à l’école. La précarité sanitaire y est un problème important. Les habitants de la région satisfont tous leurs besoins (boissons, hygiène, latrines) dans le fleuve qui traverse la région. Dès lors, on constate une contamination de l’eau et du milieu ambiant. C’est sans compter toutes les maladies qui peuvent être liées à cette contamination. L’infrastructure médicale y est très sommaire. Nombreuses sont les femmes qui accouchent sans assistance médicale vue la distance qui les sépare des centres de santé. L’usage de la médecine traditionnelle prime sur celui de la médecine occidentale. Manos Amigas soutient différents projets dans cette région. L’association a contribué économiquement à un projet d’assainissement et de constructions de latrines dans plusieurs communautés, pour améliorer les conditions d’hygiène et éviter la contamination de l’eau. Manos Amigas a également soutenu un projet visant à développer un centre d’accueil pour femmes célibataires. Celles-ci ont bien souvent été rejetées ou abandonnées et se retrouvent sans assistance ni moyens. Les responsables du centre veulent responsabiliser ces jeunes femmes, les aider dans l’éducation de leurs enfants, créer des ateliers de formation et apprendre à ces mères un métier pour qu’elles puissent subvenir à leurs besoins. L’organisation a participé à d’autres projets : formation de petits paysans et éleveurs visant à l’amélioration économique et sociale de ces derniers ; production et commercialisation de poulets afin d’améliorer les conditions de vie de femmes indigènes ; création d’ateliers occupationnels pour personnes diminuées physiquement ; acheminement d’un réseau électrique vers une petite communauté ; projet culturel et sportif d’intégration de jeunes marginalisés, etc.

www.manosamigas.org

PAPANGU - EQUATEUR Papangu est une agence de voyages équatorienne spécialisée dans l’écotourisme communautaire. Elle dispose d’une expérience importante dans ce domaine. Elle est pionnière dans la réalisation d’expéditions touristiques incluant l’enseignement de la culture, des coutumes, de la médecine traditionnelle, etc. Elle œuvre pour la conservation et le développement de la région amazonienne en Equateur. Elle cherche à préserver plus particulièrement la faune et la flore de Pastaza, la région où elle est active. Face à l’économie d’exploitation et la destruction de la nature imposée par l’industrie pétrolière, l’écotourisme est de plus en plus envisagé comme une alternative de développement. Les grands groupes pétroliers, nationaux ou internationaux, sont une menace permanente pour l’environnement et l’écosystème de cette région. Les impacts environnementaux générés par cette industrie sont irréversibles. 1 200 000 hectares de terres ont déjà été détruits. On ne compte plus les contaminations chimiques, l’extinction d’espèces animales, les déformations organiques, etc. Les enfants et les femmes sont les plus affectés par cette pollution. En 2001, Papangu a connu le pire désastre de son histoire. Un incendie lamentable et dont l’origine reste encore inconnue a consumé en une paire d’heures le matériel et les efforts accumulés par l’entreprise pendant 8 ans. Les pertes s’élèvent à plus de 300 000 dollars. Les dirigeants de Papangu soupçonnent fortement qu’il s’agit d’un incendie criminel perpétré par l’industrie pétrolière. Papangu se relève aujourd’hui difficilement de la catastrophe. Elle lance un appel à la solidarité et recherche des aides afin de continuer son combat pour la conservation de la forêt amazonienne, de ses habitants, de ses ressources naturelles et de son patrimoine. Elle veut réactiver son engagement

Le tourisme équitable et solidaire. 24


envers l’Amazonie et surtout envers les communautés impliquées dans son écotourisme. Elle cherche à renforcer la confiance et l’auto estime de ces hommes et de ces femmes afin qu’ils ne renoncent jamais à leur droit à la vie, à la paix et à la santé. Elle lutte pour que la force spirituelle de ces peuples ne soit pas détruite par les intérêts mesquins d’entreprises transnationales ou d’Etat. www.tourism-watch.org/esp/4esp/4esp.ecoturismo/index.html

RENCONTRES D’AÏT AÏSSA (MAROC) L’association Kounouz a été créée en 2003 pour aider les femmes à se développer et à s’intégrer dans la société marocaine. Elle organise des cours d’alphabétisation et prend en charge l’enseignement préscolaire des enfants de moins de six ans. Elle cherche aussi à développer l’artisanat (par l’organisation de formations) et à moderniser l’agriculture et l’élevage : un programme d’amélioration génétique du cheptel est en train d’être mis en place et l’utilisation de nouvelles terres agricoles est à l’étude. Enfin, elle cherche à diversifier les revenus de la population locale en développant le tourisme local. L’association, en coopération avec l’association belge « Rencontres d’Aït Aïssa », organise des séjours de tourisme équitable, tournés vers la randonnée pédestre ou en VTT : les voyageurs sont logés chez l’habitant et peuvent donc s’immerger dans la culture locale tout en découvrant le paysage local. Des camps pour des mouvements de jeunesse sont aussi organisés par l’association, ce qui permet de sensibiliser les jeunes aux réalités vécus par les populations locales. www.aitaissa.be

RESEAU DES COMPETENCES SANS FRONTIERES - CAMEROUN RECOSAF est une association apolitique et sans but lucratif créée au Cameroun en 1994. Elle a pour objectif de promouvoir le tourisme social et le développement durable. Elle veut diversifier, innover et valoriser les ressources locales afin que le tourisme bénéficie aux communautés rurales et urbaines. Cette association est active dans la promotion du tourisme et de la culture, le soutien et l’organisation des artisans et la protection du patrimoine culturel. Elle veut également encourager l’apiculture et développer l’agriculture. Elle accorde aussi une place importante à la responsabilisation des jeunes et des femmes. Les outils utilisés sont l’information, la communication, l’éducation, la sensibilisation, la formation, l’assistance technique, l’étude et l’implantation de projets. Micro-projet communautaire dans un village d’accueil – © Echoway

41

RECOSAF est membre du BITS (Bureau international de tourisme social), une organisation qui défend les droits aux loisirs, aux vacances et au tourisme. Le BITS rassemble des associations actives dans plus de 35 pays. www.recosaf.venez.fr

41

http://www.bits-int.org/fr/

Le tourisme équitable et solidaire. 25


Quelques organisations de promotion du tourisme équitable et tours-opérateurs « équitables » au Nord TOURISME, AUTREMENT L’asbl Tourisme, autrement ne vend pas de voyages mais organise le Salon du Tourisme autrement, éthique et équitable, propose des informations, conseils, publications, liste d’opérateurs ayant participé au Salon, formations dans les écoles et à la demande d’opérateurs publics ou privés. www.tourisme-autrement.be

ALTERVOYAGES Deux associations de solidarité internationale : Mouvement d'Actions à Travers-Monde et Identité Amérique Indienne s'associent pour proposer des voyages alternatifs de découverte d'autres cultures. En 2009, la plate-forme Altervoyages organisera des voyages en Equateur, au Pérou, en Argentine, au Guatemala (en collaboration avec la coopérative Cafe Chorti) et en République Dominicaine. www.altervoyages.org

CROQ’ NATURE Depuis 1994, l’association Croq’Nature propose des produits touristiques alliant la découverte du désert à la rencontre avec ses habitants. L’assurance d’une distribution juste et optimale des revenus touristiques renforce considérablement la cohésion communautaire autours de ces projets et sensibilise la population sur leurs enjeux. Cette approche éthique permet notamment à Croq’Nature de préserver l’authenticité de ses séjours tout en professionnalisant les prestations de ses partenaires. Novethic a pu mesurer les effets positifs de cette approche dans le sud marocain. Le point de départ de l’aventure équitable de Croq’Nature se situe dans la ville sud marocaine de Zagora. En 1993, la rencontre entre Jean-Luc Gantheil - directeur et fondateur de l’association Croq’Nature - et la famille Azizi a profondément modifié le destin de cette famille de nomades sédentarisés. A l’époque, la famille Azizi était particulièrement démunie et faisait vivre difficilement ses 17 membres. Grâce au tourisme équitable, cette famille est aujourd’hui à la tête d’une véritable PME du désert qui fait travailler 25 personnes à l’année et jusqu’à 80 personnes en saison. « Nous devons notre développement au tourisme équitable» rapporte Naji Azizi, le gestionnaire de la famille. « Pour nous, il s’agit essentiellement de permettre à nos visiteurs de découvrir dans les meilleures conditions possibles le désert et la culture du nomadisme. La solidarité et la redistribution des richesses faisait déjà partie de nos valeurs, » ajoute-t42 il. www.croqnature.com

42

Source : Pierre-Marie Coupry, Novethic, mis en ligne le : 01/12/2004

Le tourisme équitable et solidaire. 26


LA ROUTE DES SENS43 Les Voyages solidaires, basés sur la rencontre et l’échange, feront découvrir au voyageur la richesse culturelle, humaine et environnementale des destinations proposées. Au programme : la rencontre avec les bénéficiaires des programmes d’aide. Ce sont les bénéficiaires qui mettent en place, animent et organisent l’accueil des voyageurs. Ils créent ainsi une économie directe, équitable, dont ils récoltent les fruits. Les profits réalisés par l’organisation de ces séjours (environ 10 à 20% du coût des voyages), ainsi que les autres moyens mis en œuvre par l’association, permettent le financement des Programmes d’aide. Destinations : Panama, Maroc, Laos. http://www.rtedsens.org/

ATES, L’ASSOCIATION POUR UN TOURISME EQUITABLE ET SOLIDAIRE En France, à l’initiative de l’UNAT (l’Union Nationale des Associations de Tourisme), s’est créée le 30 mai dernier, l’Association pour un Tourisme Equitable et Solidaire, ATES. 15 associations de voyages pionnières et engagées dans le tourisme solidaire depuis des années en sont les membres fondateurs avec l’UNAT, la fédération LVT (Loisirs Vacances Tourisme) et la Plate Forme du Commerce Equitable. L’objectif global de l’ATES est de soutenir, évaluer et promouvoir les projets et les acteurs du tourisme équitable et solidaire : un tourisme fondé sur un partenariat concerté et équilibré avec les populations locales visant à contribuer au développement des régions d’accueil. L’association est ouverte à tout organisme de voyages, répondant aux critères du tourisme équitable et solidaire établis par l’ATES, ainsi qu’à tout organisme ou personne qui soutient, par son action, ces formes de tourisme. En regroupant au niveau national les différents acteurs voyagistes et organisations partenaires du tourisme équitable et solidaire, l’ATES devient ainsi l’interlocuteur de référence et offrira désormais, en particulier auprès du grand public, une plus grande clarté et visibilité sur ce secteur en pleine croissance, son offre de voyages et ses retombées en terme de développement local. Les actions prioritaires vont porter sur la promotion, la communication ainsi que la démarche de qualité et de contrôle. ATES, 8, rue César Franck 75015 PARIS - Sandrine Bot – s.bot@unat.asso.fr - Tel : + 33 1 47 83 48 27 www.tourismesolidaire.org

43

www.ongd.lu/article.php3?id_article=288

Le tourisme équitable et solidaire. 27


Annexe : Charte du tourisme équitable44 Le voyage est un moyen privilégié de lien et de compréhension entre les peuples. Il doit permettre l'épanouissement du voyageur et de l'accueillant sur les plans personnels, culturels et économiques. Ses ressources doivent profiter équitablement aux populations d'accueil et contribuer au développement durable de leur territoire d'accueil. Les principes du tourisme équitable Par le développement des voyages de masse et la promotion de produits " packages " vendus tout compris, le voyageur est très souvent devenu un touriste consommateur. Cette " marchandisation " des voyages a généré de nombreux effets négatifs. C'est ainsi notamment qu'un petit nombre de toursopérateurs occidentaux très puissants imposent maintenant leurs règles, leurs prix et souvent leurs standards marketing aux pays d'accueil et aux prestataires de services locaux, tout comme à leurs clients. D'une opportunité d'établir des relations directes entre les hommes et les femmes de cultures différentes pouvant contribuer à la construction d'un monde plus solidaire, et celle de permettre à des populations et pays d'accueil de valoriser leur culture et de contribuer durablement à leur développement, le tourisme tend à devenir essentiellement un outil de profit pour quelques opérateurs privés. Inéquitable, cette tendance renforce et banalise les relations dominants/dominés en laissant peu de place à la prise en compte du respect de la diversité culturelle et des équilibres sociaux et naturels souvent fragiles. Placés dans ce contexte et sous la pression des règles et standards imposés, d'une part les petits prestataires locaux les plus défavorisés se livrent à une concurrence effrénée entre eux et banalisent leurs produits avec des conséquences déplorables tant pour eux-mêmes que pour leur environnement (social, économique, écologique, culturel), d'autre part, les populations peinent à trouver des espaces commerciaux et des interlocuteurs pour bâtir un tourisme qui les respecte et leur permet de vivre dignement. Face à ce constat, l'objet principal des adhérents à la présente charte du tourisme équitable est de travailler avec des communautés d'accueil, les prestataires de services et les voyageurs pour préserver leur dignité et leur autonomie dans une activité de rencontres et d'échanges, en maîtrisant le sens et la valeur de leurs actes. Dans ce cadre, les opérateurs du tourisme équitable travaillent en particulier avec des prestataires de services locaux (du lieu du voyage), respectant les valeurs sociales et culturelles de leur environnement, et opérant leur activité économique en prenant en considération le mieux possible des critères de développement durable (selon leur marge de manœuvre). Le tourisme équitable vise en parallèle à promouvoir des comportements responsables pour les voyageurs, notamment par une sensibilisation particulière à ses principes. Définition du tourisme équitable Le tourisme équitable est un ensemble d'activités et de services proposé par des opérateurs touristiques à des voyageurs responsables et élaboré par les communautés d'accueil, autochtones (ou tout au moins en grande partie avec elles). Ces communautés participent de façon prépondérante à l'évolution de la définition de ces activités (possibilité de les modifier, de les réorienter, de les arrêter). Elles participent aussi à leur gestion continue de façon significative (en limitant au maximum les intermédiaires n'adhérant pas à ces principes du tourisme équitable). Les bénéfices sociaux, culturels et financiers de ces activités doivent être perçus en grande partie localement, et équitablement partagés entre les membres de la population autochtone. Les engagements des acteurs du tourisme équitable Les différents acteurs de cette filière du tourisme équitable, et notamment les organismes qui assurent la promotion et la vente des produits de cette filière, peuvent être considérés comme des acteurs du tourisme équitable, s'ils respectent au moins les engagements suivants : 1/ Partenariat 1a/ Dans une approche de tourisme solidaire, les communautés d'accueil, les prestataires de services locaux et les organismes de promotion et de vente des séjours travaillent en partenariat sur le long terme. Ils valorisent les apports spécifiques de chacun en intégrant au mieux les coûts sociaux et 44

Charte élaborée par la Plate-forme française du commerce équitable

Le tourisme équitable et solidaire. 28


environnementaux. 1b/ Ils partagent équitablement entre eux les fruits de leurs activités menées en complémentarité.

2/ Contractualisation concertée 2a/ Toutes les parties prenantes doivent être consultées sur les projets de développement touristique (y compris les communautés résidentes non directement impliquées dans la réalisation des activités touristiques se déroulant sur leur territoire), et ceci préalablement à l'établissement de contrats de prestations de services respectant au moins les droits sociaux fondamentaux (convention de l'Organisation International du Travail), et toute réglementation locale d'usage plus protectrice pour les travailleurs. 2b/ L'établissement des prix des prestations, et en particulier des rémunérations des prestataires, fait l'objet d'un processus de négociation équitable, intégrant notamment le respect d'une concurrence non déloyale envers les prestataires locaux. De même, un acompte adapté, voire le règlement intégral en avance, peut être versé au prestataire local, si celui-ci ne dispose pas du fonds de roulement suffisant lui permettant de couvrir sereinement par lui-même les frais liés à la prestation. 3/ Développement local 3a/ Les activités touristiques proposées localement doivent être pensées et gérées pour contribuer directement au développement durable des communautés et territoires d'accueil. 3b/ Les bénéfices tirés de ces activités touristiques, en particulier ceux des organismes de promotion et de vente, sont réinvestis majoritairement dans des actions de développement local maîtrisées par les communautés d'accueil.

4/ Transparence 4a/ La transparence des modes de décisions, des transactions financières et des comptes généraux relatifs à toutes les activités est une caractéristique incontournable du tourisme équitable. C'est cette transparence qui permet à toutes les parties prenantes de participer effectivement aux débats et qui valide l'équité des différentes décisions. 4b/ Cette transparence inclut aussi une information de qualité des touristes préalablement à leur séjour. Cette information porte à la fois sur une description réaliste du contenu des prestations proposées (le marketing touristique basé sur la " vente d'un rêve " au touriste doit être banni) et sur une sensibilisation à la démarche particulière du tourisme équitable. 4c/ Enfin, cette transparence générale doit permettre le contrôle du respect des engagements pour chaque acteur déclarant son activité équitable. Ce contrôle pouvant être réalisé par toute personne ou tout organisme extérieur à l'organisation. 5/ Voyageurs responsables Le voyageur qui opte pour cette forme de tourisme est un consommateur responsable qui a pris conscience que son attitude et ses actes sur place peuvent être pour les populations d'accueil autant un facteur de développement qu'un élément déstabilisateur. En conséquence, il s'engage à se garder de toute attitude et de toute intervention qui pourraient bouleverser les équilibres sociaux, culturels et écologiques des communautés d'accueil et viendraient contrecarrer leurs dynamiques de développement. En particulier, il s'interdit tout don et intervention directe sur le lieu qui ne serait pas placé sous le contrôle des responsables des communautés d'accueil.

Le tourisme équitable et solidaire. 29


Trade for Development Centre

CENT RE D’ EXP ERTI SE C’est le centre d’expertise sur les thématiques d’aide au commerce, commerce équitable et commerce durable. - Collecte, analyse et production d’information (enquêtes d’opinion auprès des consommateurs, études de marchés,…) Animation d’un groupe de travail au sein de la plate-forme d’appui au secteur privé « Entreprendre pour le développement ».

APP UI AUX PRO DU CTE URS Le Trade for Development Centre est un outil d’appui aux organisations de producteurs. Il soutient les producteurs marginalisés, les micros et petites entreprises ainsi que les projets d’économie sociale inscrits dans des dynamiques de commerce équitable et durable. - Renforcement des capacités organisationnelles, techniques et productives Transmission d’informations pertinentes (sur les marchés, les certifications disponibles,…).

SEN SIBI LIS ATIO N Le Centre met en place des campagnes de sensibilisation à destination des consommateurs, des acteurs économiques et des pouvoirs publics belges. - Semaine du commerce équitable - Présence à différents salons, foires Site Internet www.befair.be

WWW.BEFAIR.BE

Trade For Development Centre Coopération Technique Belge (CTB) Rue Haute, 147 1000 Bruxelles 02 / 505 37 74

Le tourisme équitable et solidaire. 30


Le tourisme équitable et solidaire