Issuu on Google+

\

pnÉsnrrettox

Nous avons rassemblé dans cet ouvrage la quasi totalité des discours importants . et dcs conlérences de Patrice Lutnumba, entre décembre 1958 et sa nort en janvîer 1961. Nous avons respecté lordre chrornlogique de ces textes aftn d'éclairer d'une manière plus sûre I'extraordinaire rapidîté tévolution d'un pays, I'ex-Congo belge, passant du rêgime colonial à I'indéperdance en une période politique de moiw de quatre années.

Cette anthologie des textes de P. Lumumba illustre d'une manière précise lhistoire de cette décolonisation; pû la voix d'un hommc qui, dès le debut dc la vîe politique congolaise fut incontestablement le tribun d'exception.

Nous n'écrirons pas sa vie, d'autres l'ont tenté déjà. Iw tentionncllement nous n'avons voulu présenter que sa patolc et ses prises de position au creux des événcrnents politîques. De simples textes de liaison permettent de situer le moment ou le cadre dans lequel il s'exprime. Pour I'histoire détaillêe des faits eux-mêmes il laut se reporter aux, owrages spécialisés, tels les

cinq volumes: CONGO 1959, CONGO 1960, et CONGO 196l publiés par Ie Centre de Recherchc et d'Information

Socio-Politiqucs (C.R.I.S.P.) à Bruxelles. Nous remercions le Centre d'avoîr bîen vàulu rassembler Ia presque totalité de ces textes et de nous avoîr communîqué les discours enregistrés inédits. a

aa

Patrice Lumwnba est né le 2 juillet 1925 à Onalua, tenitoire de Katako-Kombe daw Ie San Kuru Kasaï. Il était de race otetela, Commis dc 3" classe à la sous,Perception des Postes il


à des périodiques cornûrc < La Croix du > et < La Voix du Congolois >, dirige des cercles et groupemenls culturels, pailicipe à des enquêtes scientifrques avec des chercheurs (l). D'abord au Cercle Libéral, puis à collabore d.ès 1952 Congo

(syndicatisme des tonctionnaires), il est en octobre 1958 I'un des promoteurs du M.N.C. (Mouvement National Congolais), premier grand parti suprt-ethnique du Congo (2). Décembre 1958 sera Ia première grande date polïtique d'u Conpo, avec la participation de MM. Lumumba, Diomi et Ngalula, à la Conlérence d'Accra. Puis ce fut l'émeute du 4 janvier 1959, et le démanage éblouissant d'une politisation accêlérée qui va couvrir le Congo tout entîer iusqu'à I'indé' pendance, Ie 30 iuin 1960. Ensuite, la tragédie commence le 7 juittet avec la mutinerte de la Force Publique et la rupture des relalions diplomatiques avec la Belgique, décluée < ogres-

|APIC

seur >.

Dans cette incroyable tourmÊnte Lurnumba apparaît com' nrc un orateur plus passionné Ete iamais, La seconde partie du volume retrace cette époque agitée qui se termincra pour lui d'une tnanière tragîque. Il mourra assassiné au Katanga Ie 17 ianvier 1961.

ANNÉE

1958

Pour la première fois dans I'histoire du Congo des militants noirs participaient à une conférence internationale panafricaine, A la suite de l'Exposition Universelle du Bruxelles en 1958, les congoTals avaient exercé unc pression décisive qui ébranla le paternalisme belge, Malgré I'opposition dc I'administration co' loniale, le Gouverncur Général, sur le conseil de Bruxelles, autorisa le dêpart d'une délégation à Accra. Une ère nouvelle commcnçait au Congo et I'Afrique, par la voix de Lumumba, allait entendre cet éveil d.'un peuple qui, deux ans plus tard, ,suscilera des remous à l'échzlle mondiale.

I. V. L. DISCOURS PRONONCÉ PAR PATRICE LUMUMBA PRÉSTDENT DU MOUVEMENT NATIONAL CONGOLAIS A LII CONFÉRENCE D'ACCRA 11 DÉCEMBRE 1958 Nous remercions les organisateurs de la Conférence du Rassemblement des Peuples africains de I'aimable invitation qu'ils ont bien voulu adresser à notre mouvement. Nous tenons

rendre hommage à Son Excellence le Premier Ministre N'Krumah et au peuple ghanéen, pour I'accueil fraternel qu'ils nous ont réservé. Nous remercions également les représentants des peuples indépendants ici présents, pour la défense qu'ils n'ont cessé de prendre en faveur du Congo dans les assises internationales. Qu'ils trouvent ici, au nom de tous nos compatriotes, I'ex-

à

(1) Voir Présence Alricaine, no 40, 1962 (P. Clément)' et Présence Afriàaine. ler trimestre i961 (J. Van Lierde). ' el n cette époque. seule i'Abako, dirigée par J. Kasavubu rassemble les bàÉongo sur ûne bÂse ethnique dans là prbvince de Léopoldville. 8

pression de notre sincère gratitude.


SITUATION AC'TUELLE DU CONGO Jusqu'à la fin de lnannée dernière, il n'existait aucun conseil délibéralif au Congo. Tous les organes du Pays étaient - et consultatifs. sont encore - mois de janvier de cette année, une modification Depuis le fut apportée dans la structure politique du pays, notaûment par li création des communes dans certaines villes du Congo' Une législation similaire a été votée et sera mise en applicltion dans lis circonscriptions rurales dans le courant de I'année prochaine. Mais les nouveaux décrets sur lorganisation des villes et des circonscriptions ne consacrent pas encore une autonomie complète à ces institutions. Dans les conseils des villes, comme dans tous les autres organes consultatifs du pays, 11 a étê institué un système dg Tt; prEsentation paritaire entre la minorité européenne et la majorité africaine. Ce qui, inutile de le souligner' est antidémocratique. Se rendanf compte de l'évoiution acquise par les populations et des revendications maintes fois formulées par les administrés, la Belgique a envoyé dernièrement une commission chargée de s'informér, sur place, des aspirations du peuple Nous croyons, pour notre part, qu'à cette occasion, le pays s'est prononcé en faveur de I'auto-détermination. G gouvernement belge a promis de se prononcer solennellement à ce sujet, le mois Prochain.

NOTRE PROGRAMME D'ACTION

Le

<

Mouvement National Congolais >, 9uê nous repré-

sentons à cette grande conférence, est un mouvement politique' constitué à la daæ du 5 octobre 1958. Cette date marque, pour le peuple congolais, une étape

décisive dans la voie de son émancipation. C'est vous dire âvec quelle sympathie la naissance de notre mouvement a étê ac' cueillie par la population. Notre mouvement a pour but fondamental la libération du peuple congolais du régime colonialiste et son accession à I'indépendance.

Nous fondons notre action sur la Déclaration Universelle

10

droits galântis à tous les citoyens et estimons des Nations Unies par la Charte de I'humanité que le Congo, àn tant que société humaine, a le droit d'accéder des Droirs de I'Homme

au rang des peuples libres. Nous désirons voir établir dans notre grand pays ur Etat démocratique moderne, assurant la liberté, la iustice, la paix sociale, la toléranc4, le bien-être et légalité des citoyens, sans

discrimination aucune. Dans une motion que nous avons adressée récemment au ministre du Congo, à Bruxelles, nous avots clairement stipulé et beaucoup d'autres de nos compatriotes I'ont également -fait que le Congo ne pouvait plus être considéré comme une -, ni d'exploitation ni de peuplement, et que son accession colonie, à I'indépendance était la condition sine qua non de la paix. Dans notre action pour la conquête de l'indépendance du Congo, nous n'avots cessé de proclamer que nous n'étions contre personne, mais uniquement contre la domination, Ies injustices et les abus, et que nous voulions tout simplement nous tibérer des entraves du colonialisme avec toutes ses conséquences.

Ces injustices et I'idiot complexe de supériorité qu'aftichent des colonialistes, sont, comme cela ressort clairement des rapports troublants des autres délégués, à la base du drame de

l'Occident en Afrique. En plus de cette lutte pour la libération nationale dans le calme et la dignité, notre mouvement s'oppose de toutes ses lorces à la balkanisation du territoire national sous quelque prétexte que ce soit. De toutes les interventions qui ont précédé la nôtre, il s'est dêgagé une chose pour le moins curieuse et à laquelle n'a échappé aucun peuple colonisé: c'est la patience et cette bonté de cæur proverbiales dont les Africains ont fait preuve depuis des millénaires et ce en dépit des vexations,'des exactions, des discriminations, des ségrégations et des tortures de tous genres. Iæ souffle libérateur qui traverse actuellement toute I'Afrique ne laisse pas le peuple congolais indifiérent. La conscience

politique qui, jusqu'à ces derniers moments, était latente, se manifeste, s'extériorise et s'afûrmera davantage dans les mois à venir. Nous sommes ainsi assurés de I'appui des masses et de la réussite dans les efforts que nous entreprenons. Cette conférence historique, qui nous met en contact avec 11


lcs hommes politiques qualifrés de tous les pays africains et du monde entier, nous révèle une chose: malgré les frontières qui nous séparent' malgré nos différences ethnlques, nous uooo.'ru même conscience, la même âme qui baignô jour et nuit dans I'angoisse, les mêmes soucis de fairè de ce continent africain un continent libre, heureux, dégagé de I'inquiétude, de la peur et de toute domination colonialiste. Nous sommes particulièrement heureux de constater que cette conférence s'est fixé comme objectif : la luttç contre tôus les facteurs internes et externes qui constituent un olstacle à l'émancipation de nos pays respectifs et à r'unification de rAfrique.

Parmi ces facteurs, on trouv€ notamment, le colonialisme, l'impérialisme, le tribalisme et le séparatisme religieux qui, tous, constituent une entrave sérieuse à l'éclosion-d'une^ société africaine harmonieuse et fraternelle. C'est pourquoi nous crions vivement avec tous les délégués :

A

bas le colonialisme et I'irrtpérialisme.

A

bas le racismc et le ffibalismc.

Et vive Ia nation

congolaise, vive t'Afrïque indépendante.

A

son relour d'Accra, devant une loule de l0 000 peret ses amis rêalisent le premier grand meeting politique de l'histoire congolaise. C'est le texte de ce dis-

sonncs, Lumurnba

cours que nous publions.

Il laut rappeler qu'à ce moment toute la province de Léopoldville et la capitale sont déjà extrêmement sensibilisées par I'action politique de l'Abako dont les cellules couvrent tout le Bas-Congo et constituent pour I'adminîstration une masse hostile et revendicative.

DISCOURS PRONONCÉ PAR P. LUMUMBA A LÉOPOLDVILLE LE 28 DÉCEMBRE 1958 Je vous remercie au nom du Mouvement National Congolais

d'être venus nombreux au premier meeting que nous tenons depuis la constitution de notre Mouvement. Cette assistance nombreuse est un signe certain de I'espoir que vous mettez au Mouvement National Congolais et aux buts qu'il compte poursuivre avec persévérance et ténacité. Aussi, nous efforcerons-nous, à partir d'aujourdhui et tout au long de notre actionn de ne pas décevoir les patriotes qui nous font conûanoe par leur appui et leur soutien. La conférence d'aujourd'hui se divisera en deux parties: dans la première partie, nous donnerons le compte rendu fidèle et authentique des travaux de la Conférence du Rassemblement des Peuples Africains auxquels nous venons de prendre part; dans la deuxième partie, ûous vous exposerons le programme d'action de notre Mouvement. Ce programme, nous voulons le réaliser avec la collaboration active de tous les Congolais : hommes, femmes et enfants.

t3


C'est lors de la première célébration de I'anniversaire de I'independance du Ghana, à la suite des échanges de vue des leaders africains rassemblés à Accra à cette occasion solennelle, que naquit l'idée d'une conférence de tous les peuples africains. Cette idée s'est confirmée à la Conférence des Etats Africains indépendants, conférence qui s'est tenue à Accra au mois d'avril 1958 et s'est concrétisée par la création d'une Commission Préparatoire. Cette commission s'est immédiatement mise à la tâche et

grâce à elle, la première Conférence du Rassemblement des Peuples Africains vient de se tenir à Accra du 5 au 13 décembre,

Cette conférence historique a groupé les représentants des organismes politiques, nationalistes, syndicats, etc... de tous les territoires africains dépendants et indépendants. La quantité et la qualité de ses participants venus de tous les coins du monde, font de la Conférence d'Accra une conférence populaire et représentative.

Par suite de cette représentativité et de I'identité des

vues

rencontrées, la Conférence a formulé et proclamé la philosophie du Pan-Africanisme. Elle a indiqué dans le même ordre d'idées, les voies de la révolution pacifique africaine. Elle s'est fixée

coûlme but de formuler des projets concrets, de définir les tactiques et la stratégie de cette révolution par rapport: lo) au colonialisme et à I'impérialisme ; 2o) au racisme el aux lois et pratiques discriminatoires ; 3o) au tribalisme et au séparatisme reljSigul ; 4") à la position de la chefferie: a) sous ie régime colonial; b) dans une société démocratique libre. D'une manière génêrale, la Conférence a dénoncé, pour la combattre avec efficience, la vieille anne qu'utilisent les tenants du colonialisme pour imposer la dominàtion: < diviser pour régner ), cette tactique qui, devant la prise de conscience des masses africaines, s'adapte, prend des détours subtils pour frapper plus que jamais, briser la volonté d,unité et de libération des peuples autochtonesn imposer la dépendance économique qui est le fondemenl 4s I'impérialisme inteinational. Vu I'importance des questions traitées, cinq Commissions furent créées au sein de la conférence en vue d'Jpprofondir les problèmes soulevés et de présenter au congrès dàJ conclusioas pratiques et réalistes. Les attributions de ces Commissions sont les suivantes :

t4

Commission n" I : La question du colonialisme et de l'impérialisme en Afrique. Les torts qu'ils ont causés et comment les connaltre. Commission no 2 : La question du racisme et les lois et pratiques discriminar'attribution des terres aux Africains .- L'adoption toires. du suffrage universel dans tous les territoires africains sans discrimination aucune basée sur la race, la tribu, la croyance ; I'instruction ou la fortune. Mise en application de la Déclaration Universelle des Droits de I'Homme dans tous les pays Africains. Commission no 3 : La question du tribalisme et du séparatisme religieux, gd constituent aussi les ferments de division sur lesquels s'appuyent avantageusement les colonialistes pour mieux asseoir leur La situation des institutions traditionnelles sous domination. - coloniale et dans la société démocratique libre. la domination Cornmission no 4 : La question de I'ajustement des frontières africaines. La fusion ou confédération des groupements d'états régionaux dans une communauté d'Etats-Unis d'Afrique. Commission n" 5 : Cette Commission fut chargée de l'établissement d'une organisation permaflente, embryon des futurs Etats-Unis d'Afrique.

Iæs cinq commissions siégeaient séparément et chacune d'elles présenta ses recommandations à l'Assemblée Générale. Iæs résolutions déûnitives de la Conférence furent discutées et prises au cours d'une session plénière. Pour veiller à la réalisation de ces résolutions et à la conti. nuité du travail entrepris, un Secrétariat Permanent fut crée. Celui-ci aura son siège à Accra. La conférence procéda également à la nomination des Membres du Comité Directeur, qui sont au nombre de quinze. Ces membres assument des responsabilités très grandes car ils veillent sur les destinées de toute I'Afrique. La Mission du Comité Directeur ainsi que les buts et objectifs de la Conférence soût les suivants : a) promouvoir I'entente et I'unité entre les peuples d'Afrique ;

l5


b) accélérer la libération de I'Afrique de I'impérialisme et du colonialisme ; c) mobiliser I'opinion mondiale à I'appui de la libération dc I'Afrique. Préconiser des moyens et méthodes concrets pour

entendre notre voix, la voix du peuple congolais. ll est grand temps que le peuple congolais prouve au monde qu'il a conscience des réalités de I'autonomie cadeau que prépare et lui promet le gouvernement. Cette autonomie là, nous n'en voulons

réaliser ces objectifs

pas.

;

continent.

Il est temps que les congolais des centres et de l'intérieur fassent connaître au monde qu'ils ne sont nullement divisés mais qu'ils sont unis pour une même et juste cause. Il est temps que le peuple congolais sorte de son sommeil, qu'il rompe le silence et domine l'intimidation pour manifester pacifiquement mais résolument que I'on doit compter avec lui. Certaines personnes font croire aux Congolais non avertis que faccession du pays à l'indépendance provoquera la fuite des capitaux étrangerso des perturbations au pays, parce qu'il n'y a pas encore de techniciens noirs, etc... Nous croyons pour notre part et nous nous basons ici sur pourtant moins I'expérience vécue par d'autres pays africains développés que le nôtre au moment où ils prirent les rênes de leurs pays en mains nous croyons donc que I'accession du - stabilisera l'économie congolaise de Congo à I'indépendance même qu'elle constituera une garantie certaine pour les inves-

C'est pourquoi notre Mouvement s'opposera toujours, de toutes ses forces à la balkanisation du territoire national sous

tissernents étrangers. En effet, le réinvestissement sur place de tous'les bénéfices

quelque prétexte que ce soit. Mesdames et Messieurs, toutes les forces du pays doivent se mobiliser en vue de hâter la réalisation des objectifs que nous venons de définir pour le bien-être de tous. Nous adressons un vibrant appel à tous les patriotes congolais, à toutes les associations et groupements organisés de

réalisés

j1

d) développer l'esprit de communauté parmi les peuples d'Afrique en vue de favoriser la naissance des Etats-Unis

i.r

d'Afrique.

)

fl

ti f'

Voilà exposés dans leurs grandes lignes, les buts résolutions de la Conférence Pan-Africaine d'Accra.

et

les

-t

I

En conclusion, la conférence demande I'indépendance immédiate de toute I'Afrique et proclame qu'aucun pays en Afrique ne peut rester sous la domination étrangère au-delà de 1960.

La Conférence du Rassemblement Africain d'Accra marque une étape décisive vers la pleine affirmation de la personnalité africaine, vers l'unité totale de tous les peuples frères de notre

s'unir autour du Mouvement National Congolais, lequel snadresse à tous les Congolais, sans distinction de tribu, de sexe ou

de religion.

L'objectif du M.N.C. est d'unir et d'organiser les masses la lutte pour I'amélioration de leur sort, la liquidation du régime colonialiste et l'exploitation de I'homme congolaises dans

par I'homme.

Nous invitons tous nos compatriotes de toutes conditions, leurs tendances ou leurs divergences actuelles ou passées, à mettre en commun nos énergies et notre courage pour réaliser le regroupement nécessaire et indispensable sans lequel nous ne pourons nous afflrmer ni faire

et quelles que soient

l6

par les entreprises nationales, I'accélération du pro-

gramme d'industrialisation, I'octroi par l'état congolais de nom-

breuses bourses d'études

aux nationaux,

la suppression du

cautionnement actuel de 50 000 frs pour tout Congolais désirant

aller se perfectionner à l'étranger, I'octroi de nombreux prêts aux classes moyennes congolaises, I'organisation d'un enseignement obligatoire et gratuit à tous les degrés, le développement des paysannats et coopératives dans les milieux ruraux, la suppression radicale de toutes les discriminations légales, I'enthousiasme au travail provoqué par I'octroi de salaires décents et la jouissance des libertés humaines, tout cela nous prouve, Mesdames et Messieurs, que I'accpssion du Congo à findépendance apportera un plus grand bien-être aux habitants de ce pays, bien-être qu'ils ne peuvent trouver pleinement sous le régime actuel. S'il existe, en ce moment, des Européens qui pensent pouvoir assurer la pérennité du régime de sujétion, nous ne pouvons que le regretter...

l7


",rit:tËitlDfÈ

Si, au contraire, le sens et la légitimité de notre lutte sont compris par des hommes sincèrement décidés à nous épauler fraternellement et à contribuer à fédiûcation de notre pays pax leur travail honnêtè et par I'apport de leur capital financier et technique, alors, les Congolais le noteront avec intérêt et ils considéreront ces hommes comme des amis véritables du pays. Le rêve actuel de l'Afrique, de toute I'Afrique, - y ssf de devenir un continent libre, indépencompris le Congo que tous les autres continents du monde même titre dant, au que tous les hommes et tous les peuples voulu a le créateur car soient libres et égaux.

J-

Il nous reste, maintenant, Mesdames et Messieurs, I vous présenter le progra:nme d'action de notre mouvement. Le Mouvement National Congolais d'inspiration typiquement africaine a pour but fondamental la libération du peuple congolais du régime colonialisie et son accession à I'indépendance.

Ce mouvement n'a aucune attache ni avec le gouvernement ni avec toute autre organisation politique d'organisation euro' péenne comme certains détracteurs le font croire dans les coulisses.

Ce ne sont là que des manæuvres de noyautage qui sont la spécialité des détracteurs. Notre mot d'ordre est de bien faire et laisser dire. Nous combattons pour la vêtité'et la justice. Cette vérité triomphera, même si elle est piétinée aujourd'hui. Nous fondons notre action sur la Déclaration Universelle droits garantis à tous les citoyens de dss Droits de I'Homme - des Nations Unies ; et estimons I'humanité par la Charte que le Congo en tant que société humaine, a le droit d'acoéder âu rang des peuples libres.

Nous voulons dire adieu à I'ancien régime, ce régime qui prive les nationaux de la jouissance des droits politiques reconnus à toute personne humaine et à tout

d'assujetissement

citoyen libre.

Nous voulons que notre pays, notre grand pays ait une autre physionomie, physionomie d'un peuple libre, beureux, dêgagê de I'inquiétude, de la peur et de toute domination colonialisæ.

r8

Dans une rnotion que nous avons adressée au Ministrp du Congo à Bruxelles, nous avons insisté sur le fait que le Congo ne peut plus être considéré comme une colonie ni d'exploitation ni de peuplement et que son accession à I'indépendance était la condition sine qua non de la paix. Dans notre action pour la conquête de I'indépendance du

Congo, indépendance que nous voulons totale, nous n'avons cessé de proclamer que nous n'étions contre personne mais uniquement contre la domination, les injustices et les abus et que nous voulons tout simplement nous libérer des entraves du colonialisme avec tôutes ses conséquences. Ces injustices et ces abus, s'ils persistent malgré nos protestations répétées, seraient à la base du divorce éventuel de la Belgique et du Congo et des troubles sociaux que pourraient connaître ce pays. Le peuple congolais a droit à son indépendance au même titre que les autres peuples du globe. C'est un droit fondamental, naturel et sacré qu'aucune doctrine ne peut lui disputer, aucune puissance lui arracher. C'est également en vertu de ce droit qu'il décidera lui-même des limitations de détail à consentir dans I'exercice de I'indépendance, pour son propre bien, pour celui de ses membres ou celui de tout I'ensemble humain. C'est aussi en vertu de ce droit que le Congo déterminera librement les rapports qui le lieront à la Belgique. L'indépendance effective dans I'interdépendance des nations

libres, la libération totale du Congo de toute forme de tutelle: vollà ce à quoi aspire notre peuple, et cnest cela qu'il appartient aux patriotes sincères de proclamer au grcnd jour. C.e serait une honte, une grande honte pour les habitants qu'en et surtout pour l'Administration belge de ce pays - où Ia conscience universelle condamne -la domicette époque nation d'un peuple paf un autre, le Congo soit encore maintenu sous le régime d'un empire colonial.

L'euvre de colonisation entreprise par

la Belgique

au

Congo doit être limitée dans le temps et dans l'espace. A notre avis, cette limiæ est largement atteinte. Nous voulons nous libérer pour collaborer avec la Belgique dans la liberté, l'égalité et la dignité. La collaboration n'est pas possible dans les rapports de sujétion. Les Congolais doivent jouir immédiatement et pleinement de I'exercice des libertés

l9


,

ANNËE

Représentants) et du Conseil de législation (futur Sénat du Congo), elle ne comprend pas que le Gouvernement ait txé des délais pour la constitution des conseils inférieurs et tron pour les organes supérieurs: La txation d'une date pour la constitution des organes supérieurs est d'une importance capitale pour les habitants; c'est le seul facteur qui donnera confiance à chacun.

1959

Le 4 janvier 1959 de graves incidents éclatent à Lêopoldville, la rêpression fait plusieurs dizaines de victimes. Cette

émeute surgit comme un coup de tonnerre dans cette c oasis de paix > congolaise et la presse métropolitaine est en plein désarroi. Les leaders de I'Abako sont arrêtés. Le 13 janvier, le Roi Baudouin et Ie gouvernement belge,

prennent posîtion sur I'avenir politique et administratîl d,u Congo: 4 notre résolution est aujourd'hui de conduire les popuIatîons congolaises à I'indépertdance dans ,la prospérité et Ia paix >, Le 13 fêvrier, P. Lumumba remet une note au Ministre du Congo:

Nous croyons que le Gouvernement, sur logique, a tout avantage à frxer ce délai.

3. CR]É,ATION D'UNE COMMISSION

(LÉOPOLDVTLLE)

1. ÉLECTIONS AU SUTTREGE UNIVERSEL Au moment où l'Administration étudie les mesures d'application des réformes envisagées, le M.N.C. demande, pour ce qui concerne les élections : le système de prêsentation des listes plurinominales et I'organisation des éIections sw le plan cornrnunal. Il doit en être de même pour les circonscriptions et les

psycho-

L'ÉVOLUTION

POLITIQUE Pour la meilleure orientation de la politique envisagée, le M.N.C. demande I'installation à Léopoldville d'une Commission Politique à laquelle participeront effectivement des Congolais.

Cette Commission, qui fonctionnera indépendamrnent de I'Administration congolaise, aura pour mission de veiller à I'application stricte de la nouvelle politique et de suggérer directement au Ministre toutes solutions qu'elle jugerait utilos pour accélérer la mise en place des institutions envisagées dans

la déclaration

TROIS REVENDICATIONS DU M.N.C.

A

le plan

gouvernementale.

Le développernent des organisations politiques s'accrolt sans cesse au Congo et les partis se multiplient. Mais Lumumba, pratiquem.ent seul pwmi les leaders, reste convaincu que les contacts internationaux ont une efficacité précieuse pour la lutte des congolais. Il décide donc de partir à lbadan,

territoires.

Le M.N.C. s'oppose au

système de morcpllement des competites et sections électorales. circonscriptions munes en

2. CONSTITUTION DU CONSEIL SUPÉRTEUR ET DU CONSEIL DE LÉGISLATION La population dans son ensemble, désirerait savoir la date de la constitution du Conseil supérieur (future Chambre des 22

23

';'.:'llrlfi l''i+1 it


EXPOSÉ DE PATRICE LUMUMBA A LA SÉANCE DE CLOTURE DU SÉMTNAIRE INTERNATIONAL D'IBADAN (Nigeria) LE 22 MARS 1959 ORGANISÉ PE,N LE CONGRÈS POUR LA LIBERTÉ DE I.A CULTURE

ET L'UNIVERSITÉ D'IBADAN

L'UNITÉ AFRICAINE ET L'INDÉPENDANCE NATIONALE Je remercie le < Congrès pour la Liberté et la Culture > et l'Université d'Ibadan pour I'aimable invitation qu,ils ont bien

I

voulu m'adresser pour assister à cette Conférence Internationale où l'on discute du sort de notre chère Afrique. C'est une satisfaction pour moi de renèontrer ici plusieurs Ministres Africains, des hommes de lettres, des syndicalistes, des journalistes et des personnalités internationales, qui s'intéressent aux problèmes de I'Afrique. C'est par ces contacts d'homme à homme, par des rencontres de ce genre que les élites africaines pourront se connaître et se

rapprocher afin de réaliser cette union qui est indispensable

pour la consolidation de I'unité africaine.

En effet, l'unité africaine tant

l

il

souhaitée aujourd'hui par

tous ceux qui se soucient de I'avenir de ce continent, ne sera possible et ne pourra se réaliser que si les hommes politiques et les dirigeants de nos pays respectifs font preuve d'un eqprit

de solidarité, de concorde et de collaboration fraternelle dans la poursuite du bien commun de nos populations. C'est pourquoi l'union de tous les patriotes est indispensable, surtout pendant cette période de lutte et de libération. Iæs aspirations des peuples colonisés et assujettis sont les mêmes ; leur sort est également le même. D'autre part, les buts poursuivis par les mouvements nationalistes, dans n'importe 24

quel territoire africain; sont aussi les mêmes. Ces buts, c'est la libération de I'Afrique du joug colonialiste. Puisque nos objectifs sont les mêmes, nous atteindrons l'acilement et plus rapidement ceux-ci dans I'union plutôt que dans la division. Ces divisions, sur lesquelles se sont toujours appuyées les puissances coloniales pour mieux asseoir leur domination, ont au suicide et elles contribuent encore largement contribué de l'Afrique.

-

-

Comment sortir de cette impasse ? Pour moi, il n'y a qu'une voie. Cette voie, c'est le rassemblement de tous les Africains au sein des mouvements populaires ou des partis unifiés. Toutes les tendances peuvent coexister au sein de ces partis regroupement national et chacun aura son mot à dire tant cle dans la discussion des problèmes qui se posent au pays, qu'à la direction des aftaires publiques. Une véritable démocratie fonctionnera à l'intérieur de ces partis et chacun aura la satisfaction d'exprimer librement ses opinions.

Plus nous serons unis, mieux nous résisterpns à I'opà la corruption et aux manæuvres de division auxquelles se livrent les spécialistes de la politique du < diviser

pression,

pour régner >. Çe souhait d'avoir dans nos jeunes pays des mouvements

ou des partis unifiés ne doit pas être interprété comme une tendance au monopole politique ou à une certaine dictature. Nous sommes nous-mêmes contre le despotisme et la dictature. Je veux attirer l'attention de tous qu'il est hautement sage de déjouer, dès le début, les manæuvres possibles de ceux qui voudraient profiter de nos rivalités politiques apparentes pour nous opposer les uns aux autres et retarder ainsi notre libéra-

tion du régime colonialiste. L'expérience démontre que dans nos territoires africains, I'opposition que certains éléments créent au nom de la démpcratie, n'est pas souvent inspirée par le souci du bien génê:ral; la recherche de la gloriole et des intérêts personnels en est le principal, si pas I'unique mobile. Lorsque nous aurons acquis l'indépendance de nos pays et que nos institutions démocratiques seront stabilisées, c'est à ce 25


". tlt'I

/

moment là seulement que pourrait se justifier I'existence {un régime politique pluraliste. ,'

L'existence

i i

I

d'ure opposition intelligente, dynamiqr/e et

constructive est indispensable afin d'équilibrer la vie politique et administrative du gouvernement au pouvoir. Mais ce moment ne semble pas encore venu et ce serait desservir le pays que de diviser aujourd'hui nos efforts. Tous nos compatriotes doivent savoir qu'ils ne serviront pas I'intérêt général du pays dans des divisions ou en favorisant celles-ci, ni non plus dans la balkanisation de nos pays en de petits états faibles. Une fois le territoire national balkanisé, il serait difficile de réinstaurer l'unité nationale. Préconiser I'unité africaine et détruire les bases mêmes de cette unité, n'est pas souhaiter I'unité africaine. ri

tt

Dans la lutte que nous menons pacifiquement aujourd'hui pour la conquête de notre indépendance, nous n'entendons pas chasser les Européens de ce continent ni nous accaparer de leurs biens ou les brimer. Nous ne sommes pas des pirates. Nous avons au contraire, le respect des personnes et le sens du bien d'autrui. Notre seule détermination et nous voudrions que I'on nous compr lisme de I'Afrique. Nous avons longtemps souffert et nous voulons respirer aujourd'hui l'air de la liberté. Le Créateur nous a donné cette portion de la terre qu'est le contitreût africain ; elle nous appartient et nous en sommes les seuls maltres. C'est notre droit de faire de cp continent un continent ' de la justice, du droit et de la paix. L'Afrique toute entière est irrésistiblement engagê.e dans uue lutte sans merci contre le colonialisme et I'impérialisme. Nous voulons dire adieu à ce régime d'assujetissement et d'abâtardissement qui nous a fait tant de tort. Un peuple qui en opprime un autre n'est pas un peuple civilisé et chrétien. L'Occident doit libérer I'Afrique le plus rapidement possible. L'Occident doit faire aujourd'hui son examen de conscience et reconnaître à chaque territohe colonisé son droit à la liberté et à la dignité. l

26

Si les gouvernements colonisateurs comPrennent à temps nos aspirations, alors nous pactiserons avec eux, mais s'ils r'obstinent à considérer I'Afrique comme leur possession, nous Berons obligés de considérer les colonisateurs coilrme ennemis dc notre éàancipation. Dans ces conditions' nous leur retirerons avec regret notre amitié,

Je me fais le devoir de remercier ici publiquement tous les Européens qui n'ont ménagé aucun effort pour aider nos populations à s'élever. L'humanité tout entière leur saura gré pour la magnifique ceuvre d'humanisation et d'émancipation qu'ils sont en train de réaliser dans certaines parties de I'Afrique. Nous ne voulons pas nous séparer de I'Occident, car nous savons bien qu'aucun peuple au monde ne peut se suffire à luimême. Nous sommes partisans de I'amitié entre les races, mais I'Occident doit répondre à notre appel. Les occidentaux doivent comprendre que I'amitié n'est pas possible dans les rapports de sujétion et de subordination. Les troubles qui éclatent actuellement dans certains territoires africains et qui éclateront encore ne prendront fin que si les puissances administratives mettent fin au régime colonial. C'est la seule voie possible vers une paix et une amitié réelles entre les peuples africains et européens.

*

*|l

Nous avons impérieusement besoin de I'apport financior, technique et scientifique de fOccident en vue du rapide développement économique et de la stabilisation de nos sociétés. Mais les capitaux dont nos pays ont besoin doivent s'investir sous forme d'entraide entre les nations. Les gouvernements nationaux donneront toutes les garanties voulues à ces capitaux étrangers.

Les techniciens occidentaux auxquels nous faisons un pressant appel viendront en Afrique non pour nous dominer mais bien pour servir et aider nos pays. Les Européæns doivent savoir et se pénétrer de cette idée que le mouvement de libération que nous menons aujourd'hui à travers toute I'Afrique, n'est pas dirigé contre eux, ni contre leurs biens, ni contre leur personne, mais simplement et uniquement, contre le régime d'exploitation et d'asservissement que 27


./ nuut nc voulons plus suppofter. S'ils acceptent de mettre imrnédiatement fin à ce régime instauré par leurs prédécesseurs, nous vivrons avec eux en amis, en frères.

Un double effort doit être fait pour hâter l'industrialisation de nos régions et le développement économique du pays. Nous adressons un appel, dans ce sens, au)r pays amis afin qu'ils nous envoient beaucoup de capitaux et de techniciens. Le sort des travailleurs noirs doit aussi être sensiblement amélioré. Les salaires dont ils jouissent actuellement sont nettement insuffisants. Le paupérisme dans lequel vivent les classes laborieuses est à la base de beaucoup de conflits sociaux que I'on rencontre actuellement dans nos pays. A ce sujet, les syndicats ont un grand rôle à jouer, rôle de défenseurs et d'éducateurs. ll ne suffit pas seulement de revendiquer faugmentation des salaires, mais il est aussi d'un grand intérêt d'éduquer les travailleurs afin qu'ils prennent conscience de leurs obligations professionnelles, civiques et sociales, et qu'ils aient également une juste notion de leurs droits. Sur le plan culturel, les nouveaux états africains doivent faire un sérieux effort pour développer la culture africaine. Nous avons une culture propre, des valeurs morales et artistiques inestimables, un code de savoir-vivre et des modes de vie propres. Toutes ces beautés africaines doivent être développées et préservées avec jalousie. Nous prendrons dans la civilisation occidentale ce qui est bon et beau et rejetterons ce qui ne nous convient pas. Cet amalgame de civilisation africaine et européenne donnera à l'Afrique une civilisation d'un type nouveau, une civilisation authentique correspondant aux réalités africaines.

Des efforts sont aussi à faire pour la libération psychologique des populations. On constate chez beaucoup d'intellectuels, un certain conformisme dont on connaît les origines. Ce conformisme provient des pressions morales et des mesures de représailles qu'on a souvent exercées sur les intellectuels noirs. Il sufûsait de dire la vêritê pour que I'on fut vite taxé de révolutionnaire dangereux, xénophobe, meneur, étément

à surveiller, etc. Ces manæuvres d'intimidation et de corruption morale doivent prendre fin. Il nous faut de la véritable littérature et une presse libre dégageant I'opinion du peuple et non plus ces brochures de propagande et une presse muselée. 28

la Culture > J'espère que le < Congrès pour la Liberté de nous aidera dans ce sens. nous Nous tendons une main fraternelle à I'Occident' Qu'il de et l'égalité de principe du preuve la

Oooo" aujourd'hui sur l9s l'amitié des races qo" ,Ët ûls nous ônt toujours enseigné la dans f*.t O" f'ecot, irincipe inscrit en grands caractères Africains Les néctaration Univeiselle^des Droits de fHomme' de la citoyens autres les tous que titre même A"i"*i i""ft, au tu-ittut.u-ui',',deslibertésfondamentalesinscritesdanscette Nations néclaration et des droits proclamés dans la Charte des Unies.

La période des monopoles des races est révolue'

fdans La solidarité africaine doit se concrétiser auiourd'hui pour bloc un former devons Nous les faits et dans les actes.

prouver au monde notre fraternité' '--pou, ce faire, ie suggère que les gouvernements déjà indépays non pendants apportent toute leur aide et appui aux encore autochtones.

-

Pour favoriser les échanges culturels et le rapprochement ent; les pays d'expression française et ceux d'expressionetande l'ensèignement du français il"i;, it'tauarait rendretoutes conLa les écoles d'Afrique' i;;gÉt obligatoire dans de comnaisîance de ées deux langues supprimera les difficultés

auxquelles se treurtènt les Africains d'expression rencontrent' uoÀfuit" et ceux-d'expression fr-ançaise lorsqu'ils se C'Jst là un facteur important d'interpénétration' dans Les barrières territôriales doivent aussi être supprimées des I'intérieur à Africains le sens d'une libre circulation des

À"i*tioo

états africains. b.t bourses d'études seraient également à prévoir en faveur d'étudiants des territoires dépendants' ie profite de I'occasion qui m'est offerte pour rendr-e publi-

ouement hommage au D" kwamé Nkrumah et à M' Sékou +;;;;î'^*ir réu"ssi à libérer nos compatriotes du Ghana et de

la Guinée.

L'Afrique ne sera vraiment libre et indépendante - tant qo'oo" putti" qo"t.onque de ce continent restera sous la domination étrangère. 29


.nrlt{.lti

Je conclus mon intervention par ce vibrant appel:

Ce tut entre autes Ie cas dans les textes rédigés pm les fin avril. De mêrnc, Ie 20 avril 1959, llnterlédérale précisait dwu son mernorandum: < Il convient détudier les modalités d'applicatbn fu la d.éclaration du 13 janvier, au sein d.e commîsleaders de l'Abako à Bruxelles le 16 mars et

Africains, levons-nous

I

Africains, unissons-nous

!

la main

avec ceux qui veulent nous aider pour faire de ce beau continent un continent de la liberté et de la justice.

Africains, marchons main dans

A ce moment les partis politiques congolais sont d,ivisés sur les questions du tédéralisrne et de I'unitarisme. Le 9 mats le ministre van Hemelriick décidait dc libérer les leaders d'e I'Abako, mais ce pafii restait résolument décidé à prornouvoir la constitution de la République du Kongo Central. Huit organisalïons décidèrent alors de tenir le premîer congrès des partis unitarisles à Bukavu du 9 au 12 avril. La thèse lumumbiste y lut partagêe par MM. Iléo et Kalonii par exernple. A l'issræ de ce Congrès Lumumba déclaia: AU CONGRÈS DE LULUABOURG (avril

59)

Deux points essentiels se sont dégagés. D'abord le fait que l'assemblée s'est prononcée unanimement en faveur de I'Unité du Congo et en faveur de la Constitution d'un Gouvernement unitaire. Cætte position, acceptée par tous, va certainement et dès aujourd'hui déforcer les rnaniBuvres de certaincs personnes

sions comprenant des Congolais venus de tous les lnrtzons, des Belges d'Atrique et de Belgiquc>. Le 1I avrtl P. Lurnurnba réclane encore unc négociation politique : A la suite des travaux du Congrès et des résolutions adoptées, nous comptons dès maintenant négocier avec la Belgique; nous espérons que celle-ci sera consciente et suffisamment vigilante pour admettre la nécessité et la légitimité de ces négociations que nous voulons entamer au nom du peuple congolais. Il convient de ne pas oublier qu'il y va de f intérêt supérieur de la Belgique. On ne peut plus dénier aux organisations politiques actuelles du Congo et qui viennent de se prononcer à l'issue des débats auxquels nous avons assisté, leur caractère représentatif de I'opinion noire. Refuser à ces organisations politiques le dialogue et les négociations qu'ils sollicitent au nom de la paix, serait décevoir non seulement ceux qui peuvent aider la Belgique à la réalisation de sa politique nouvelle, mais aussi toutes les fractions de la population qui expriment leur confrance aux dirigeants de ces organisations. Un refus de Ia Belgique de négocier avec ces dirigeants serait catastrophique.

qui ont souvent préconisé la constitution tâtats fêdéraux, ce qui condulsait à une a balkanisation > rapide du Congo. C'est 1à un point capital. Le deuxième point principat c'est que le

Congrès s'est égalemeut prononcé unanimement en faveur de la constitution d'un Gouvernement congolais pour janvier 1961. @ocuments Belga-Congo).

Ainsi qu'il ressort des textes du 13 ianvier, la < nouvellc politique > belge se situe dans Ia ligne de l'octroi de mesures tendant à Ia démouatisation puis à I'autonomie du Congo. Les groupements politiques congolais n'ont pas tardé à revendiquer des consultatiorc réciproques, puis de véritables né' gociatïons sur I'avenir du pays. 30

3t


nffil "ir i, I

li li it lr rl ir

lr ii tl

LUMUMBA A PRÉSENCE AFRICAINE

iii ll I

i'

iil

Nous avons choisi la date de janvier 1961. Nous avons ainsi deux ans pour nous préparer et nous sommes convaincus qu'après deux ans, nous serons à même d'assumer les responsabilités de notre pays avec les Belges à côté de nous pour nous aider, pour guider nos pas. Si la Belgique nous comprend, si la Belgique prend ce væu en considération, ce v@u du peuple congolais, la Belgique aura droit à notre amitié. Iæ peuple aura

la conviction qu'au moment où nous avons estimé que nous étions capables de nous diriger, les Belges ne se sont pas opposés. Au contraire, ils nous ont aidés, ils nous ont guidés. La question des relations futures entre la Belgique et le Coirgo ainsi

Le 22 avril 1959, invité par le Cercle du Libre Examen' Patrice Lumumba faisait une longue conlérence suivie d'un débat à \'(J.L.B. (Université Libre de Bruxelles)' Trois iours plus tard, le 25 avril Ie Présid.ent du Mouvement National 'Congolais reprenait son exposé aux Amis de Présence Afri' catnà Q). C'est ce deu:xième exposé que nous publions ici' Toutefois, ce message est privé de son introduction à Ia suite d,'un incident technique provoqué lors de I'enregistremcnt d'c I'exposé (2). Lumumba frt de nombreuses conférences en Belgique, touiourc suivies paï'un public considérable' Il aîmait ,into"t* les milieux les plus d.ivers et refusait larouchement de se laisser annexer par aucun Sroupe ou parti' La Tribune de Présence Africaine était exceptionwlle car pendant deux Ms elle monopolisa pratiquement tous les débats publics a'ec les leaders congolais des divers partis.

CONGO DE DEMAIN

Nous avons des hommes capables qui n'attendent quo I'occasion pour travailler. Je suis allé dernièrement en Guinéo: au Gouveinement, il y a on7Ê ministres, et sept secrétùcl d'Etat qui sont assimilés aux Ministres. Parmi ces dix-huit ministrei il y en a seulement trois qui ont étÉ à I'Université I les autres oni fait des études moyennes, ils ont travaillé, ils ont acquis une certaine expérience, et la Guinée elle-même a falt appel aux techniciens français qui les aident au point dc -rnra aiôit, au point de vue économie, au point de vue agronomiquo et dans tous les domaines. Et je pense qu'il y a moyen aujour'

'

d'hui de constituer un Gouvernement congolais. 11) Auiourd'hui installés no 40, rue du Champ'de-Mars, Bruxellee I iii enies la conférence se tlnt un débat avec le public dont nou! renre)nârns'l'essentiel, II était mené par Jean Van Lierde, fondateur des Anll de' Présence Africaine en Belgique et directeur de la revue uoeæBIatlolt

32

sera résolue d'elle-même.

Il n'y aura aucune difficulté.

C'est

nous-mêmes qui pourrons dire : voilà, dans ce domaine, nous avons encore besoin de la Belgique, nous avons encore besoin des techniciens européens. Mais si le peuple belge, le Gouvernement belge, refusent de prendre nos revendications en considération, qu'arrivera-t-il comme conséquences ? fæ Gouvernement entretient l'amertume, entretient un climat de mécontentement permanent, et quoi que l'on dise, quoi que l'on veuille, nous aurons malgré tout notre indépendance. Au stade flnal, qu'est-ce que l'on va dire : la Belgique s'est toujours opposée à notre émancipation. Aujourd'hui, fini, séparation... Et voilà le problème. On nous demande des garanties, les'financiers, les colons. Ces garanties, tout dépend d'eux-mêmes, parce que, avoir notre indépendance ne signifie pas que nous allons nous accaparer des bien des belges; nous ne so[lmes pas des voleurs, nous avons le sens du respect de la propriété d'autrui. Il s'agit d'un gentlemen's agreement de droit international, et lorsqu'un citoyen se trouve dans une autre nation, il faut que l'on puisse garantir ses biens, sa personne. Voilà le problème tel que nous le concevons.

Doncn nous voulons avoir aujourd'hui I'indépendance de notre pays. Nous voulons avoir aujourd'hui la direction de notre pays pour que nous puissions, sur un pied d'égatité, établir des accords entre la Belgique indépendante et le Congo indépendant, et ainsi on peut entretenir I'amitié entre les deux peuples.

Je suis très content de rencontrer ici de jeunes belges qui partagent nos conceptions, des jeunes belges progressistes qui sont d'accord avec nous, qui sont d'accord pour demander demain la nationalité congolaise et qui se met, lent à nos côtés. C'ept un encouragement. Ceh prouve 33


,ii

l'.

rii

l

,#l[r

it i,i

Jean Van Lierde remercie Patrice Luiiumba pour

qunils sont mécontents, qu'ils désapprouvent fattitude certains belges qui sont au Congo. Je ne veux pas liser: au C6ngo, on trouve des Belges - certains f taires, certains colons, certains médecins, certains q"i ont toujours traité les Africains avec dignité' Mais i -n'esf h qu'une minorité. La maioritén pourquoi tæs g"lges qui sont au Congo croient que, demain' quaÛ$ Noirs sàronf indépendants, ils vont s'accapater de tous-, ' biens. On trouve encore cette réaction dans la classe des européens, même après la politique, même après la c ratlon du 13 ianvier. Ils disent I < Ce sont ces noirsJà qui

ili ,i

prendre nos places demain, et nous, où est-ce que noris bù est-ce que nous irons ? > Voilà la réaction de tous colons. Il y en a qui sont disposés à changer aujourd'hui; en a qui né veuleni pas changer, qui sabotent même.la qui viËnt d'être définie par la Belgique-jusqu'à ql point qu'il

ll

uvant.

mécontentement gérr&a\ aujourd'hui au Congo' Et devons avoir le courage de. dénoncer ces intrigues, - cÆ$

nn

næuvres qui se dessinenl au

Est-ce qae vous pouvez dire quelque chose à propos O. - que votre mouvement a avec d'autres partis ayant le les liens nûme but au Congo, s'ils existent ?

iongo. Il y a encore certains

péens quis'acharnent à diviser les noirsn à les.opposer les en â,r* autres. On endort certains Africains à certaines pour faire des déclarations, pour s'attaquer

ici

de la population.

Nàus voulons réaliser notre indépendance dans I'unioû'llffi'L' tous. Nous voulons que les ltelges cessenl cene pouuquç.i9E'.r diuirioo. Il faut qu'ils nous comprennent et qu'ils 1e getteqfi l't

(

ll

t" )

nos côtés. C'est ainsi que nous pourrons construire la ôngolaise dans l'amitiê de tout le monde. J9 p:lt"'. i$: *oîi"tioo, j'ai I'optimisme que matgré tout, malgré tes insiilÇri les manæuvres d,intimidation, les menaces, nous avons cololll notre voie, notre lutte, toujours dans la non-violencor c! lC pense que les événements qui se sont produits le 4 ian3iyr !f, vont pâs se représenter. Nous-même réprouvons la vlol€ûd' Nous avons cnoisi une armà po"t notre luite, et cette armo'ddrt la non-violence, parce que nous croyons qu'on peut arrfior ùil toot p.t des moiens paciûques. Cnest cela lotre l.uttg, .?l *bt p.*ô""i J" o"-i"at i'uppoi moral de tous les amis de l'hun* ii quellc, qgq.,, oitg, à" tous ceux qui croient que les êtres humains, t^--- ^^-Itdrr''l -^:. conditlç leur que soit quelle soit la couleur de leur peau, au m0ûl jouir libertés, mêmes des sociale, peuvent et doivent (Applaudissemêtrtl)' l'humanité. de titre qua tous les citoyens f

"

34

son

exposé. Il lait savoir que ce dernier est prêt à répondre N.x questions qui lui seront posées. II signale que Patrice l"umumba, dans son exposé, a touché aux points les plus wnslbles, aux problèmes spécialement discutés dans I'opinion helge, non seulement dans I'opinion métropolitaîne rnais égale,ncnt dars I'opinion des Européens d'Afrique. La plupart d'es problèmes soulevés par Patrice Lumumba sont évidetnment très Iruves, notamment ceux relatils aw rnanæuvres de certains nous en avons ouropéens à l'égwd de leurs lrères congolais presse et Présence la métropolitainÊ, dans vu assez d'éclns pris pour souvent des vérité, a la cette lutte dans Africaine, beaucoup et d'attaques qui beaucoup lui ont coû,té ltositions d'lnjures, Mais, comme I'a dit Lumumba, il taut passer sur tout rçla et voir sirnplement les perspectives d'avenir, telles qu'il les a dégagées, et surtout avec les moyens pacifiques qu'il a tnis en

Nos liens sont des liens d'amitié et de .collaboration R. - avec tous les partis et tous les gloupements qui pourfruternelle ruivent le même objectif que nous. Il existe aujourd'hui de petits pnrtis politiques. Il y en a beaucoup qui naissent tous les jours ct, À travers tout cela, il y a la manæuvre des Européens qui poussent les Congolais à créer tous les jours de petits partis politiques qui poussent cornme des champignons, tout sitnplemcnt dans le but de jeter de la confusion. Pour déjouer ces nrnnæuvres, nous avons organisé un congrès à Luluabourg où krus les partis politiques étaient invités, et nous avons expliqué rl tout le monde que I'objectif que nous poursuivions êtait le rrrême : servir I'intérêt général du pays. Puisque I'objectif est le nrôme, c'est-à-dire la libération du pays, I'indépendance du pays, I'trurquoi nous diviser alors ?

Nous avons donc réalisé un front commun et nous avons voté une résolution pour I'accession du Congo à I'indépendance,

lxrur la constitution du Gouvernement congolais au mois de lnnvier 1961. Tous les partis politiques ont signé, se sont prononcés pour cette date, 'et nous avons fixé le deuxième 35


l$ffli' -l ll[,: ,,i. lit

I

congrès, qui aura lieu au mois d'octobre de cette année-cii pfécisément pour élaborer une plate-forme électoralé, de tellpt manière que 1à où il y a un, deux ou trois partis politiques semble, on puisse dresser une seule liste électorale. Là où n'y a qu'un parti comme le nôtre, qui a déjà des sections tout le territoire du Congo, alors ce parti se présentera toui;rt seul. Tout cela, évidemment, c'est I'union pour la poursuite de nos libertés.

a.

M. Lumumba, quelle opinion avaient à ce mome4t't':i

- sur le rôle qu'ils seraient appelés à jouer et qu'ilqr,, les Africains aimeraient jouer dans I'exercice de I'organisation internationale ? ':

je

pense en particulier à I'O,N,U., aux institutions spécio, -lisées, I'Unesco, I'Organisation Mondiale de Ia Santé, le B.I.T.

etc... Ie voudrais vous poser deux questions: Beaucoup ' dientre- nous aimeraient savoir qui discute ces problèmes èn Afrique en ce mornent ? Quelles dispositions ont été prises jusqu'à présent par le Gouvernemznt belge et par les Africains àux-mêmes ai sujet de cette 'question ? Est-ce que les Africains t' en entendent parler à Ia Radio ? Par exemple les textes fonda- ' mentaux, notamnxent les textes relatifs à Ia Déclaration d.es Droits de I'Homme, ont-ils déià été traduits dans certaines langues africaines

A

?

votre sens et au sens de beaucoup d'Africains, il serait utile que certains rapports soient établis entre Ie Parlement belge et les leaders des divers partis politiques congolais. Dans certains pays cela se passe en particulier en Angleterre qui n'ont rien de gouvernemental ont, certaines organisations avec des moyens extrêmement réduits, pu organiser des contacts (exemple : I'Afrîcan Bureau de Londres qui a pour but de rnettre en rapport des Atricains avec les parlementaires britanniques de quelque parti que ce soit. Il s'est donc formé une sorte de noyau de parlementaires pour les questions alricaines et coloniales. Ie vous serais très obligé de préciser un peu à quel point vous pensez, quand vous parlez des rapports entre les chzls politiques congolais et les parlementaires belges, que ces rapports seraient utiles à la lois au)c uns et aux autres ?

R. Pour ce qui concerne I'O.N.U. et les institutions - la population du Congo n'a absolument aucune spécialisées, connaissance, ni du progràmme, ni de ce qui se discute en 36

,

faveur du Congo. Et très souvent, il n'y a que quelques intellectuels qui se renseignent par ci par là pour avoir soit une documenta[ion, soit une information. Le Gouvernement ne prévoit aucun programme d'information à ce sujet. Lors de la réunion qoe nout venons de tenir dernièrement à Conakry, au Comité de la Conférence panafricaine, nous avons étudié ce problème et j'ai précisément émis un væu qu'on doit transmettre à I'O.N.U. polr que I'on puisse modifier la Charte des Nations Unies dans ce sens, parce qu'il y a une discrimination très nette entre les territoires sous tutelle et les territoires non autonomes. comme le Cameroun, Dans le cas des territoires sous tutelle - année une Commission chaque le Togo et le Ruanda-Urundi va sur place interroger les de I'O.N.U. de tutelle se déplace, chefs et la population pour s'enquérir des aspirations et de leurs plaintes éventuelles. Il y a ainsi un contrôle permanent' Pour ce qui concerne le Congo et les autres territoires non-autonomes, il n'y a pas de contrôle et chaque fois, par exemple, que la Belgique ou un autre pays est interrogé à ce propos, il est

.

l

.1

'-1

i

ce sont des affaires intérieures >. Cela peut camoufler certains abus et nous 'avons dit: ce n'est

répondu que

<

évidemment pas palc€ que ces Africains ont été colonisés par les Allemands, et que les Allemands ont été chassés par d'autres après, que maintenant, ce sont eux qui sont les mieux colonisés, parce qu'ils sont sous tutelle de I'O.N.U. Et nous avons demandé

qu'un même statut régisse tous les territoires africains. Il faut qu'on puisse modifier la Charte dans ce sens, parce que nous sommes des êtres humains au même niveau que les peuples des autres territoires africaius. Il faut qu'il y ait un contrôle penrianent de I'O.N.U. dans tous les territoires africains. I1 faut qu'on puisse prendre une date détnitive, et que dans deux ans, tous les territoires africains deviennent indépendants dans le cadre de la paix internationale qui est inscrite dans la Charte des Nations Unies.

.',:1

lorsque je

l

à

Paris, j'ai voulu suis descendu A ce sujet, l'Unesco afin d'avoir une le représentant de prendre contact avec parce que d'inaugurer un secrétanous venons documentation, riat permanent du Mouvement National. Il nous faut une documentation suffisante pour savoir ce qui se fait à I'O.N.U., et connaître les résolutions et les interpellations. Nous aurons ainsi une Vue générale des problèmes concernant le Congo et

,l'Afrique, pour notre information personnelle, et je pense que

37

,.]

I

I


je vais entrer en contact

avec les personnes intêressées.

Il

n'existe aucun programme en ce sens de la part du Gouvernement. Nous voulons donc faire un effort personnel cat chez nous, partout, toute la population est avide de savoir ce qui se passe à I'O.N.U. et dans les organisations spécialisées.

Ie pense que, dans le cadre du Service d'Information de |O,N.U, il est prévu dautres mouvernents, torganisation privée non gouvernementale, par exemple les organisatiow de jeunesse, Ies partis politiques, etc... et que, notamment, on envoie, dans certains cas, une docurnentation. Est-ce que vous connaissez des bibliothèques ou des organisations qui auraient

O.

obtenu déjà cette documentation

?

R. Je ne connais pas. Ce que je sais, c'est que la plupart des bibliothèques qui sont organisées au Congo sont des bibliothèques de I'Etat où il y a précisément une certaine censure. On

-

.ne met dans ces bibliothèques que ce que le Gouvernement désire mettre, et les Congolais n'ont pas cbnûance. C'est pour cette raison que, partout où il y a des bibliothèques officielles dirigées par I'administration il y a peu de fréquentation de congolais ; ceux-ci préfèrent commander des livres dp leur choix plutôt que d'aller dans une bibliothèque où ils ne trouvent que des romans et des petits livres où ils n'apprennent rien. Pour ce qui concerne les contacts avec les parlementaires c'est très important, parce qu'aujourd,hui les partis politiques, tels qu'ils sont organisés, représentent valablement I'opinion de

la

population.

constamment

{

I I I

Il

faut que ces partis politiques puiisent

en rapport avec les

être

parlementaires, puissent éclairer les parlementaires sur les problèmes du pays, srir l'évolution du pays. L'administration elle-même, quelle que soit sa bonne foi, n'est pas en mesure de connaître les problèmes du pays, parce que très souvent, même quand les parlementaires vont au Congo le Groupe du travail on invite des chefs coutumiers qui -sont les interlocuteurs valables de I'administration. Or, ces chefs coutumiers ne disent que ce qui fait plaisir à I'administrateur, au commandant, ils ne disent famais ô qu'ils pensent et jamais ce que pense le peuple, à tel point qrr, padementaires sont très souvent induits en effeur et que "", les conclusions mêmes de leurs travaux, de leur visite au ôongo, ne reflètent pas toujours I'opinion de la population. Or les 38

partis politiques, gd n'ont aucung attache avec le Gouvernpment, qui sont neutres, qui représentent valablement I'opinion de la population pourraient éclairer d'une façon efficiente le Parlement belge d'où la nécessité, pour le Parlement, d'admettre des négociations, d'admettre des dialogues entre les parle' mentaires et les leaders politiques. Ie voudrais savoir, selon vous, quelles peuvent être O.

psyclnlogiques qu'à pu provoquer le retour de les ,réactioru M. Cornélis ctu ptys, d'une part dans les milieux blancs et, ilautre part, dans les milieux africains ? (L) R. Les réactions de la population européenne ont été des réactions de joie parce que la population européenne a demandé le maintien de M. Cornélis. On a même dépêché une délégation qui devait rencontrer le Ministre, le Roi, à ce sujet là. Il y a eu des pétitions qui ont circulé pour demander son maintien. Pour ce qui concerne la population congolaise, ie ne sais pas quelles ont été ses réactions psychologiques, parce qu'au moment où le mandat de M. Cornélis a été confirmé, au moment où il est rentré au Congo, je n'étais plus au Congo et je ne peux pas vous dire quelle a été alors la réaction de la population congolaise. Monsieur Lumumba, vous avez parlé de l'éducation a. - dcs macses congolaises qui serait certainement orgapolitique nisée par le Mouvement congolais ou par les partis politiques. Ie voudrais vous demander si vous avez un progratnrne à ce sujet et sl vous pouvez nous Ie préciser aujourd'hui.

R. Notre programme à ce sujet se situe dans le cadre National Congolais. Nous avons déjà des secdu Mouvement tions à Léopoldville. Dans chaque cornmune nous avons une section, et des sections sont déjà créées dans beaucoup de provinces du Congo, et cela continuera jusqu'à la fin de I'année. Nous aurons ainsi des sections au chef-lieu de chaque territoire, dans tous les postes de I'intérieur, et chaque fois qu'auront lieu des discours ou des causeries instructives dans quelque domaine que ce soit, nous les ferons ronéotyper. Les sections provoquent

(1) N.D.L.R.

Il

s'âgissaif du Gouverneur général.

39


,j : ;-["TT-J[î$!

,.:

I

I

.i

des assemblees générales, au sein desquelles Se forrnent les membres. Les membres discutent la conférence, émettent des objections, et nous allons obliger, dans le cadre des organisations locales, les dirigeants à organiser très souvent des causeries

et des exposés. Evidernment, dans les prochains mois, nous comptons éditer un journal du parti, qui servira d'organe de liaison entre le parti et les membres.

Pour ce qui concerne le problème de la

jeunesse; nous

allons également déjà commencer les mouvements de jeunesse, car la jeunesse congolaise est presque abandonnée et nous devons nous occuper de son encadrement et de son éducation. Nous aurons ainsi des sections dans chaque commune, dans chaque territoire, ainsi qu'une organisation sur le plan national.

Et nous aurons également

cela

a déjà

commencé

des

- leur - ont leurs problèmes qui sections de femmes. Les femmes sont propres. De cette façon, nous pourrons canaliser toutes

les couches de la population,. y compris les femmes et la jeunesse, et, par le contact ded journaux et des exposés, vul-

gariser pour ainsi dire les prograûrmes d'éducation civique pour la population. Pour cela, je fais appel à nos étudiants qui sont en Belgique ; non seulement ils vont travailler pour leur formation personnelle, mais, dans le cadre de ces programmes, il

serait souhaitable qu'ils puissent faire certaines études et he. remettent des suggestions soit pendant mon séjour, soit qu'ils les envoient à Léopoldville. Ils ont pu suivre ici, en Belgiq-ue, l'organisation de la jeunesse et des mouvements de femmes, et je pense qu'ils peuvent créer une certaine documentation. Nous aurons à ce sujet des discussions permanentes entre les universitaires qui sont en Europe et nos organisations au Congo. Très souvent aussi, lorsque quelqu'un rentrera en vacances, il pourra nous écrire, nous irons I'accueillir à son arrivée, nous le pré' senterons et il fera une causerie dans la ville sur tel ou tel sujet. C'est de cette façon, je pense, que la conscience de chaque élément, de chaque intellectuel, s'éveillera. Il faut que nous nous intéressions de plus en plus à cette formation de la population. Jean van Lierde : La questîon qui vient dêtre posêe rencontre effectivement beaucoup d'interrogations dans la presse belge du fait que, dans I'ensernble, sur les douze organisations

40

poli.tiques qui existent au Congo, on a vu très peu de programmes politiques extrêmenrent développés. Mais il faut tout de même signaler que le M.N,C. notamment, soit par Présence

de Léopoldville, soit par d"autres moryns, a déjà donné plusieurs interprétations de sa peruée devant la dêclaration gouvernernentale, et que, d'autre part, le Parti Démocrate Congolais vient de publier en 15 points un prograrnme très détaillé d'analyse à propos de la déclaration gouvernaptentale. D'autres partis encQre' notamment après Ie Congrès de Luluaboûrg, ont apporté plusieurs éléments. 'Mais il laut dire que la presse métropolitaine n'est nullement généreuse pour publier cela et il faut évidemment chercher dans les petites revttes spécialisées pour trouver la pluport des détails concernant les programmes des partis politiques congolais. Mois je pense que, dans les mois à venir, et notarnmznt dans Ia rnesure où vont se regrouper plusieurs des fractions qui constituent aujourd'hui l'éventail politique congolais, on trouvera de plus en plus tous les points, que les congolais eux'mêmes doivent d'ailleurs encore approfondir, des difiérents program' Cougolaise, hebdomadaire

mes politiques.

Q.

(M. Aronstein)

Les différents partis

politiques

- qui se sont réunis-à Luluabourg se sont mis d'accord congolais

pour demander ou pour prévoir pour tanviet 1961 la création et la formation d'un Gouvernement congolais. Ie voudrais demander à M. Lumumba si ce Gouvernemznt congolais, dahs son esprit et dans I'esprit de ses collègues sera un Gouvernernent lormé dans un Etat du Congo tout à fait îndépendant ou s'il envisage une formule transitoire d'un gouvernement iouissant d'uræ autonomie assez large mais pas absolue, tout en restant encore dans le cadre de la souveraineté belge, cornrne cela a été Ie cas dans I'Alrique lrançaise et en Alrique britannique notam' ment (I).

R. nette.

(P. Lumumba) A ce sujet' notre position est Il- ne s'agit pas d'une- séparation brutale avec l'adminis-

tration belge, parce que nous savons que, dans beaucoup de

(1) Cette question était posée pâr le secrétaire général de des Droits de I'Homme.

la Liguo

4t


#{' I'r''

de devoir passer assez vite, avec des rnoyens însulfuants peut' êtr:e au début, d'une situation économiquement encore peu dévetoppée à l'élaboration d'un pays moderne, et si ce ptocessus tésitirne aussi, ie n'en discute p6 un instant, ne pourrait pas aioir comrne conséquence presque inéluctable I'instauration de ce qdon appelle par euphémisme un pouvoir fort et de ce que I,oi peut appeler aussi dans une certairæ nrcsure une dictature. Il y-a dani certains états récemment protnus à l'indépendance en Afrique certaîns exemples qui peuvent peut-être autoriser et s'il n'y a pas Ià un risque pour le respect cette crainte scrupuleux des droits de l'homtne au Congo, tout au mains au début ae son existence de nation indépendante, un problème auquel M. Lumumba s'est déclaré aussi attaché que nous'

domaines encore, nous aurons besoin de l'expérience de la Belgique, mais ce que nous demandons, c'est la constitution d'un Gouvernement congolais au mois de janvier 1961. Uue fois ce gouvernement constitué, et par la voix de ses représentants valables, c'est ce gouvernement qui va étudier la formule tnale soit: adopter I'indépendance totale, soit entretenir certain$ liens avec la Belgique. Supposons par exemple' en ce qui concerne la défense, l'armée ou le Ministère des Affaires étrangères, que nous n'ayons pas suffisamment de cadres à ce moment là, ce qui est bien possible. Même si le gouvernement est constitué, cette aide pourrait être assurée par la Belgique. Mais tout cela évidemment dépend des négociations éventuelles

et des propo-

sitions qui pourraient nous être faites par le Parlement belge, et à la lumière des exposés des uns et des autres, je pense que I'on arrivera à une formule rationnelle qui sera beaucoup plus profitable au Gouvernement congolais.

R. A ce sujet, je pense que je dois vous parler franche- souvent interrogé même des travailleurs ordinaires, et ment. J'ai fait ainsi un sondage d'opinions. Je leur ai demandé: s Quand nous aurons findépendance, pensez-vous que nous devrons reprendre ces propriétés ? > Ils m'ont répondu: < Non, pourquoi ies reprendre ? Ce que nous voulons, c'est notre liberté. Nous n'avons aucune envie de leurs propriétés; nous pensons peutêtre que lorsque nous serons indépendants, les conditions yont changèr, nouJ aurons peut-être beaucoup plus de possibilités et nous serons aussi riches que les Européens >. Je ne pense pas qu'il y ait de risque à ce sujet parce que' honnêtement, j'ai souvent parlé avec des personnes issues des différentes couches de la population, et elles n'ont aucune intention en ce domaine. Mais, comme vous l'avez très bien souligné, il est possible que certaines conventions que la puissance coloniale avait prises ne soient pas compatibles avec l'évolution

(M. Aronstein) Si j'ai bien compris l'idée de 0. il s'agit en ianvier 1961 d'un dans son esprit, M, Lumurnba, gouvernenrcnt qui détiennc la souverairæté et qui négocierait I

I

d'égal à égal avec le gouvernement belge sur le régime dêfiniti| ou le régime tutur du Congo et des relatioru entre la Belgiquc et le Congo. D'autre part, Iors de l'exposé fait pw M, Lumumba à I'Université de Bruxelles, il a déclaré, répondant à une question

au sujet des investissements et des intérêts belges au Congo que, cornrne il I'a dit ici, il n'était pas question ni d'expropriation ni d'appropriation mais que, bien entendu, le Gouvernement congolais une fois constitué, usant de sa souveraineté, iugerait quels sont lcs engagetnents pris par la puissance coloniale, sans consultation bien entendu dns autochtones qui devraient être respectës et quels sont ceux qui, selon le gouvernement congolaÎs, dcvraient laire I'obiet d;unc révision. Ie voudrais lui poser la question suivante : Ie ne conleste pas une seconde la lésitimité de cette position, Mais je voudrais savoir s'il n'a pas quelques craintes quant à une possibilitê de crise êconomique au Congo si une situation de ce genre était créée, c'est-à-dire rt un certain climat d'insécurité, au point de vue économîque tout au moins, s'y irnplantait, et si alors le Congo ne rïsquerait pas de se trouver dans une certaine mesure placé dans une rttuafion qu'ont connue beaucoup de pays de I'Est de I'Europe, à savoir 42

.

ou I'intérêt de I'Etat congolais et qu'on puisse arriver à une révision pormale, que la Belgique ou n'importe quel pays du monde pourrait faire. Mais tout cela fera l'objet de négociations, de discussions, de conventions pour ne pas léser une partie ou une autre. Même en ce qui concerne la sécurité des investissements, cela dépend de la manière dont le Gouvernemgnt belge, à partir d'aujourd'hui, accélèrera notre accession à I'auto-détermination. Je peux vous dire : oui, je vais vous donner des garanties. Mais si le peuple a I'impression actuellement qu'il est brimé, s'il a I'impression que la puissance belge veut à tout priÎ retarder 43


.,.

son éma:rcipation, alors, le jour où ce peuple aura Ia souven. raineté, brutalement, ce sera"une ;; fd, de la rancune qui aura été entretenie "rpe"r.O"^";d;;;; i u plus question, dira le peuple, ces gens so.nt méchant, ; arpri. des années nous avons revendiqué nos droits, et ils n'ont jÂ;r vouru C'est par la force ou par une lntervention nous res donaer. quelconque, que nous avons notre indépendance ; ils n,ont pas été gent*.e noL égard >. Cela, c,est-une véritê, le Ministre l,a dit encore hier. Mais si,' po-ur ii"rÀl ","rt-r"*i*ental, î n,y a aucune bruralté, aucune hostitiré vis_à_viJ de l,administrution u;re",l;îîrà i7 y a certainement A., ,uroJirutioor. Nous supposons que, dans les re*iroires qui sonr déjà;;;;;es, il y a des te*itoires qui sont indépendantr,. il y qri;;; Ie devenir, er on doir espérer que, d'ici "; "

i

querquès

iL-.

'i' l.

li'' ii I

I

[, I

*oe"i,-toiï Ie

,"rriroire deviendra indépendanr. Mais qu'e;r-ce q"; ;;;;;nstarons ? Aujourd,hui, le Congo esr un ae-i^lernie;1.';"iË fius u.riere, au poinr de vue de l,émancipation politique. quÂ; on va à Bràzzavjlle, développé qu. ieopoiouiuJ a àus poinrs-;de vue, on i_oTr -abbétrouve des ministres,

I

des àéputés, un ministre... Au Congo,.c,est zéio. fÉ it pr.ssionû que les;;;Ë; Belges ne veulent pas nous élever. aror. oo-"oÂo,"o., à douter de sincérité de la Belgique. 'a Mais si maintenant nous formulons des

revendications et que la Belgique dise: u D,accord,--o*, uou, donnons vofre Gouvernement autonome, mais nou, uoutoos la sécurité et ne pas perdre ce que nou.s avons investi uu ôoogo, * ;;;;";; voulons y invesrir maintenant ù; Ë;;toppemenr

économi_ âlors Ie p""gl9 aura ainsi rÀtu"tioo. !u" euand uous avons " demandé au debut de ,*u"raineté, ils nous ont po**i, ious 1-t ,", arrromariqueT"ot,.-1""o,r"

dire que, même pour des raisons morales, its ont i"r_" f* yeux sur certaines conventions, mais il y a une compensatio; * ô;ili; bienfaits que ces hommes. nous ont fâits, on leur a laissé ceci: les Betges auront la priorité p"* Ë Lvestissements et, au point de vue engagemeol des tr"ioi"i.or. ù"i, ,ou, cela dépend de la manière dont la Belgique--;;;i;_""r accède à nos désirs. Sinon tout le reste seia-résolu .uo, uu"* crainte. que je vous dis, ce sont-mes ,roti-r"t. piotonds et ce sont Ce les du peuple..No, seotinrents iont changer flfimentg. si nous sommes déçus par le régime. 0. - Vous avez dit hier que la population, qui êtait au

:

moiru de 30 millions d;habitants, est tombée à 5,5 miltions. Oà a-t-on trouvé ces chifires ? Quel est I'homme qui a'fait unc enquête à cette époque

?

R. J'ai la joie de vous répondre: Lisez dans un ouvrage intitulé-< L'averir du Congo est menacé ,, gui a été écrit par M. Delcommune, I'un de ceux qui ont construit le Congo. C'est un ancien ouvrage qui se trouve dans les bibliothèques ofûcielles du Gouverncment. Est-ce que vous croyez que la masse congolaise O. s'intéresse vraiment à ce probtème politique dont vous venez de

-

nous entretenir et la confiance qu'elle vous fait n'est-elle pas tout simplement un désir de retrouver sa dignité ?

La masse congolaise tout entière, aussi bien celle des R. grands -centres que de I'intérieur, s'intéresse activement à ce problème, et la masse est même beaucoup plus révolutionnaire que nous. La masse est craintive par peur des représailles

- masse t'ose pas toujours mais elle est derrière nous. La devant un commissaire de police, devant un administrateur pour présenter ses revendications, mais 'quand nous sommes avec la masse, c'est la masse même qui nous pousse, elle voudrait aller beaucoup plus rapidement que nous. Mais nous, en hommes raisonnables, nous réfléchissons et pensons que non, qu'il faut au moins... -s'exprimer

Vous allez comparaître comtne des sortes de traîtres a. - de la masse à vouloir un peu freiner ? aux yeux

R. Mais non, parce que cette masse, nous avons le devoir -de l'éduquer, de I'informer, et de lui dire : < D'accord, votre désir est légitime, mais il y a des inconvénients >. Et la masse comprend et la masse nous suit. Jean van Lierde ; Je crois qu'apparaissent plus facilement cotnme traîlres ceux'qui essaient de faire une < collaboration > qui n'est pas lort prisée par la population et dont on a yu certairu cas récemmcnt.

44 45


r{[[ I

I,

tii il

Est-ce que le Mouvemcnt National Congolais ada. mettrait- que des blancs s'affilient à son mouvement ?

rI ,ri.

ii

,tt

:i[ it

I ll ril

ili

'

dans les différents territoires. C'est ainsi par exemple que, pour ce qui concerne I'Afrique du Sud, où on connaît une mauvaise foi notoire, où on n'a pas beaucoup de raisons d'espérer pour la libération des Africains qui y vivent, on a décrétê le boycottage et les pressions économiques, de telle manière que, de la part de tous les Etats indépendants qui pourraient aider

R. Le Mouvement National Congolais n'est pas un - anti-blanc. Il n'est mouvement non plus raciste. Seulement, si un Ëuropéen sincère, dont nous connaîtrions les intentions, voulait venir dans notre mouvement, le Comité étudierait la question et prendrait une'décision. Mais il est bien entendu que nous ne pouvons pas accepter des opportunistes ou des espions qui Viendraient là uniquement pour essayer de noyauter le mou-

économiquement à des échanges, il y aurait le boycottage des marchandises en provenance ou à destination de I'Afrique du Sud. Certains Etats occidentaux sont également d'accord avec nous et vont agir dans la même direction, sans peut-être s'exprimer publiquement. Des pressioûs morales s'exerceront égale-

vement.

il lil lr

O.

L,I

péens ? -

i'i ,i

ii

il, ,l

ii

Il

est dilfi.cite

de connaite la sincérité

des

ment. Iæ peuple va penser et dire qu'il ne peut plus être question d'exploitation, que I,O.N.U. est là, que les instances internationales sont là. Ces gens seront accablés d'imprécations anonymes. Puis, sur le plan intérieur, le peuple prendra conscience qu'il ne peut plus être question d'asservissement politique, et qu'il lui faut se libérer. Alors, je pense que ces états civilisateurs et chrétiens vont quand même comprendre qu'ils n'ont aucun intérêt à détenir par la force une pottique qui, malgré tout, doit s'effondrer tôt ou tard. L'intérêt, par exemple, de ces puissances, ce n'est pas de dominer politiquement ces populations, mais de garantir les intérêts économiques, des financiers, des commerçants, de tous ceux qui ont investi de l'argent au Congo. J'en ai vu beaucoup qui me disent: < Monsieur Lumumba, votre indépendance économique, vous pouvez l'avoir dès demain. Nous sommes d'accord. Tout ce qui nous préoccupe c'est que nos investissements que nous avons faits au Congo soient en sécurité, et que l'on sache qu'on ne va pas nous faire du tort. Pour ce qui concerne votre indépendance politique, du moment que norn avons l'assurance que tout c€la sera bien, mais c'est nousmêmes qui allons faire des pressions auprès du Gouvernement

Euro-

R. Nous la connaissons, parce que les Européens qui sont au- Congo y sont depuis quelques années. Nous savons comment ils se comportent vis-à-vis des Africains. Et si tel ou tel Européen a toujours été ami des Africains, il n'y a pas de problème, on I'accepte. Mais si I'on sait qu'il a toujours été réactionnaire à notre émancipation et qu'il ne vient aujourdtui que par une espèce d'opportunisme, alors on sait parfaitement que c'est de l'hypocrisie, Une personne, qui n'a pas pu venir - une questîon que I'on envoyé va poser:

à la conférence,

.a

Dans ses résolutions finales, Ia Conlérence dAcoa O. prévoit- notamment I'indépendance totale de I'Afrique pour 1960. Or, tous les territoires alricains ne seront pas libérés de la tutelle coloniale à cette date. Ce sera le Congo évidemmcnt. IIÂ seront donc en opposition avec Ia Résotulion. En tant que membre du Comité perrnanent d'Accra, pouvez-vous nous dire si le Comité permanent a envisagé une action, des mesures pow hâter I'indépendance de ces divers territoires ? euelles rnêswês,, auvertes ou clandestines ? rri

irl

ii rl ii r

R.

Evidemment,

résolutions catégoriques ont ét6' - à la Conférence des prises et, d'Accra, il y avait les représentants de

presque tous les Etats déjà indépendants. Il y avait aussi leg rçpré$entants de certaines puissances internationales. Et le Conlté

permanent est

I

rl I

'l I I

46

là pour veiller à I'application de cette politiqræ

,'

,

i

i

pour que vous obteniez votre indépendance, parce que dans un gouvernement déjà indépendant, les capitaux ont beaucoup plus de sécurité que lorsqu'on pense toujours < Que va-t-il se passer demain, que va-t-il se passer après ?

>

Je suis allé en Guinée et j'ai vu des Français qui m'ont dit: < Monsieur Lumumba, nous sommes maintenant mieux que dans I'ancienne administration française. Nous sommes mieux servis par l'administration africaine que pax les anciens fonctionnaires français. Et maintenant, dans un Etat déjà indé47


t.',:

, pendant, le Gouvernement nous fait même des faveurs que h puissance coloniale ne nous faisait pas >. Et j'ai entendu.€€ ;', iungage même au Ghana. Et j'ai vu encore plusieurs demandes de Français qui craignaient que les Guinéens ne se déchalnent

.,',. positions dans certains territoires. Très souvent, lors de mes

'll' i'

rappelle bien qu'ils '' 't sont tous rentrés au lendemain de I'indépend-ùce, même après ,; l'indépendance, mais ces gens ott commencé encore à demander même au Gouvernement guinéen l'autorisation de rentret. J'ai vu plusieurs demandes de ce genre dans les ministères. Et je ne penie pas qu'il y ait un pays civilisé, à I'heure actuelle, qui puisse encore, d'une façon systématique, projeter malgré tout d'assujettir ces peuples-là. Je ne le pense pas, je ne le crois Pâs, ', à moins qu'en Afrique du Sud, au Portugal.

et n'accaparàt leuis biens. Tout cela

'

' .it

voyages à travers I'Afrique, j'ai vu des Africains de pays indépendants qui vont à I'O.N.U. et qui m'ont dit: < La Belgique, c'est une mauvaise puissance >. Chaque fois, même en ce qui

conçerne

la

France, que

l'on

condamne

pour sa

mauvaise

gestion, la Belgique a toujours voté du côté de ces gens-là. Et ces puissances colonialistes forment un bloc là-bas au sein de I'O.N.U. pour toujours défendre leurs positions. Cela a fait un tort immense à la Belgique et cela a pu avoir des répercussions au Congo. Ce que vous avez souligné est tellement important que je pense que la Belgique doit faire attention, parce que tout ce qu'elle fait à I'O.N.U. est surveillé de près par les populations

au Congo.

1.

dire que, pour I'Afrique du Sud, il grands hommes politiques en Belgique qui sont de bons amis des dirigeants de I'Alrique du Sud, souvent bien reçus ici, et il laut.dire dans notre dossîer d''accusation que la Belgique, trop souvent, à I'O.N.U. et à ln Commission de tutelle, a voté seule aux côtés de I'Alrique du Sud contre plurteurs motions qui étaient laites par les pays afroasiatiques pour la libération des peuples africains. Ceci'est à inscrire au tableau noir de Ia politique belge sur le plan international. Ie sais que nous n'avors pas été très nombreur' pend.ant des années, à dénoncer cette attitude paternaliste de la Belgique à I'O.N.U., mais ie crois qu'il faut le répéter et sou' ,i, haiter surtout qu'elle prenne fin et qu'on ne voie plus trop souvent les délégués belges à la Cornmission de tutelle voter aux côtés'de t'Afrtque du Sud. Jean van Lierde :

Il faut

y a encore plusieurs

'

R.

(M. Lumumba)

A

ce sujet là, je me permets de

préciser- que je me rappelle- les votes de

:ii,''. ;;:

lll ili',

ii:' , i

ri' rl,' lt.

i-,

..

.

'

^

la Belgique en faveur de l'Afrique du Sud. Cela a fait un tort énorme au Congo' Quand la presse I'a rapporté, je voyais dans tous les cafés des Africains qui disaient : < La Belgique se met d'accord avec I'Afrique du Sud, donc la Belgique veut instaurer la même politique au Congo, et on a vu déjà des tendances au Katanga, où ces gens veulent faire une seconde Afrique du Sud >. Cela a fait un tort immense auprès de la population et I'on apprécie fort mal de voir très souvent la Belgique s'allier à une telle puissance parce qu'elle est impérialiste, pour maintenir ses 48

fe voudrais tout de même mettre M. Lumumba un O. peu en- garde contre cet heureux et joyeux optimisme qu'il nourrit dans lindépendance qui est promise au Congo belge, et lui dire de se mêfier un petit peu de ce qu'il appelle le coloniaIisme et qui est une lorce qui est loin d'être rnorte. Alors, ie voudrais lui demander s'il envisage certaines rnesures au Congo pour les blartcs qui s'y trouvent, Ie vais vous dire très simplement qu'ici, chez nous, quand on parle des blancs qui se trouvent au Congo, on dit : < ça y est, l'heure du glas a sonné, on va tous les < loute > à la porte,.. > C'est le langage de la rue.

Ie

cortprends très bien votre sentiment et votre opinion. à lait d'accord avec eux. Seulemcnt, je pense que votre mouvement devrait tout de même un peu appuyer sur cet aspect du problème en disant aux Belges qui sont là-bas, surtout aux petits qui, cornme vous I'avez sî bien dit, craigncnt pour leur situation stable souvent, (leur avenir assuré au bout de dzux ou trois contrats) que vous r1E voulez pas, comme ils peuvent se I'imaginer, Ies < flanquer > à la porte, avec annes et bagages, parce qu'on les a assez vus. . Evidemment, je dois dire que ie vous trouve très optimiste dans ce sens que vous croyez que I'indépendance vû donncr au peuple congolais sa souveraineté, il y a unÊ question qui se pose tout de suite. Il laut voir les choses dans lew dëroulement. Le Parlement congolais est constitué. Vous créez un gouvernernent et votre Parlement crée des lois. II est tout à fait certain qu,e I'une des premières choses que vous devez faire, c,est

le

suîs tout

49


,ii

.

'ïf it ;l

il ii

ii ii

il ti

ii

ii il ;l I

ii I

cssurer un minimum dtinstructîon à Ia ieunesse congolaise, c'est une chose que nous avons lait ici également. Si vous voulez érnanciper votre peuple, si vous voulez élever son niveau, îl faut commenrer par lui apprendte à lire et à écrire. Deuxîème chose : peut-être la d.euxième est-elle plus importante que la prernière. C'est d'élever le niveau de vie des travailleurs et Ià, je pense que rapîdement vous rencontrerez les lorces col.onialistes, même si elles nÊ sont pas dans votre gouvernement, parce que dire < élever le niveau de vie >, c'est dire également < diminuer les dividendes > et awsi les rapports des capitaux investis pour les grands trusts belges, cotwne I'Union minière du Katanga, que tout le monde connaît, pour ne citer aue celle-là. Il est certainzment vrai que, là-bas commê ici, quoique rlous soyons indépendants, nous rencontrons, chaque toïs que Ies travailleurs veulent obtenir une am.é,lioration de leur niveau de vie, une rêsistance très sérieuse, et chez votts, ce sera (cer-

tainement comtne chez nous. C'est dailleurs dans cet état d'esprit évidemment non affirmë que I'on raconte dëjà ici: < Mais otti, une fois qu'ils seront les maîtres chcz eux, les Congolais, comrnent en sortiront-ils ? IIs vont commencer pal exiger, poser des revendications démagogiques. Ils n'en sortiront pas, ce sera la pagaille, ce sera I'anarchie... Ce sera le désordre t et certains vont jusqu'à dire que Ie iour ot\ vous aurez votre indépendance, vous allez vous entredéchirer. Moi, je vous Iivre les opinîons en vrac, îls sont quand même encore tort aniérés. Mais je vous le dis, ainsi vous savez qu'on le pense, et le dois vous dire que, mêmc dans les milieux gouvemementau)q malgré les beaux sowires qu'on vow tait,-il y a beaucoup de gens qui, dans le lond, se dîsent: on va encore tenir un peu ces gens en laisse, on va leur donner un petit morceau de sucre,,. Et c'est pour cela que je vous dîs d'ouvrtr l'æil. (Aæ,lamation). Je vous comprends. Précisément, en R. (M. Lumumba) - de la population, regardez ce qui ce qui concerne finstruction est wai: il y a un an, au Conseil du Gouvernement, on a réduit le budget de I'enseignemeût alors que, dans un pays colonisé, le budget de I'enseignement doit être le plus important. C'est avec I'argent que'nous pouvons former des cadres, former des techniciens. Or, on réduit déjà. Mais si nous avons demain notre pays en main, le budget qui sera le plus important, le mieux .l r.l ,,

50

fourni, ce sera le budget de I'enseignement. Dans notre prograrnme, il est prévu que nous pourrons envoyer en Europe 1 000 étudiants par province, ce qui fait 6 000 étudiants qui étudieront dans les universités européennes, dans les écoles spécialisées, dans les écoles techniques et professionnelles. Et tout ceci grâce à I'argent qui sera bloqué d'abord par priorité: enseignement, formation des cadres, bourses d,études gratuites. Aujourd:hui, que fait-on ? Oo mesure : telle année, on va former des universitaires, I'année suivante autre chose, etc.,. Et les fonds, eh bien nous les aurons parce que, pour le moment, toutes ùos richesses et toutes ces matières premières, tout ce qui constitue le revenu national, nous n'en bénéficions presque pas, ou dans une part insignitante. Mais si nouç avons notre pays dernain, le revenu national sera consacré exclusive-

ment à améliorer les conditions de vie des travailleurs. Comment voulez-vous que nous puissions améliorer les conditions de vie des travailleurs tant que nous avons la puissance coloniale qui rafle tous les bénéfices. Je suis parfaitement d'accord avec vous.

Réponse

à M.

Lumumba: Mais vous

le

pourrez par le

moyen des lois que vous crêerez, par votre parlement. Jean van Lierde : Oui, ce sera exactement le même problème que celui qui s'est posé à la classe ouvrière en Belgique qui, au début, n'avait pas non plus de représentation parlementaire. Puïs il y en a eu une. Elle s'est même lqissêe rnanger un petit peu par Ie régime , disons qu'elle s'est embourgeoisée...

O.

La force colonialiste se laissera-t-elle déposséder ? Jean van Lierde : Mais iI nc s'agit pas de déposséder. Les *usts dans la métropole ne sont pas dépossédés, que je sache, pourtant le standing des populations continue à s,élever. Au

sujet des revendications de la gauche, on ne peut pas dîre qu'au. jourd'hai les trusts et les haldings soient supprimés en Belgîque, au contraire, depuîs 30 arx, ils n'ont fait que s'accroître. Alors, je tæ vois pas pourquoi un Etat alricain va échapper à uræ telle évolution progressive. Sauf s'il prend une mesure radicale s1 ç'ss1 Ià I'allusion de M. Aronstein de passer - voie tune plus rqdicales et de se mettre sur la à des solutions planification, d'une socialisation de l'économîe. 51

1,

. i"


Ir'

I

liiii tit

lL'. t, r.ir

I

O.

ii' ;r ii

1,.

il, ii

t,

,ii.

Pouvez-vous me

revenu -congolais

citer

les

chifires de la réparlition du

?

augrnente proportionnellement,

au total, le pourçentage est

en

augrnentatîon.

a.

L'

a été accueilli te statut unique par

les

R. Je ne suis malheureusement pas économiste. Jç ne connais-pas les chiftres, mais ils sont publiés.

Alricains

M. Aronstein. * II n'y a qtiunLe étude qui ait été laite sur l.a répartiîion du revenu congolais. C'est celle de la Banque centrale du Congo belge et du Ruanda-Urundi, qui a été publiêe dans le courant de I'année dernière. Sur un revenu annuel global de 60 milliards, la moitié de ce revenu va aux Congolais, I'autre moitié va aux entreprises et aux impôts, Voilà grosso-modo la répartition. On peut peut-être la contester parce que ce sont des statistiques extrêmement dîffi.ciles à faire.

Le statut unique a êté accueilli avec R. (M. Lumumba) plaisir uniquement par -les agents du gouvernement, parce qu'il ne profltait pas du tout aux employés du secteur privé. Alors, par après, je sais que cela n'a pas suscité un grand enthousiasme malgré tout ; mais qu'est-ce qui est arrivé maintenant ? Il y a une dévaluation des fonctions. Ceux qui avaient été nommés rédacteurs ou agents territoriaux n'exerçaient pas les mêmes fonctions que les rédacteurs européens du même grade. Alors maintenant, j'ai vu des rédacteurs à Léopoldville qui ne veulQnt plus qu'on les appelle ainsi, qui disent : < Je suis un simple commis, on nous a blagués, il n'y a rien du tout, on nous a donné simplement des grades. On nous a intégrés pour faire de la politique alors qu'au point de vue prestige, nous n'exerçons pas les mêmes fonctions que les rédacteurs européens >. Conséquence: le statut unique perd son sens et il n'est plus apprécié même par ceux qui en ont bénéficiê'. Et i'il parlé de cela au Ministre.

Comrnent 7

11r,.

i lr i.. ril ;,.r

'l'i ,il

lrl

'

Jean van Lierde : Ce sont les mêmzs statistiques, terribleTnent déprimantes, qui nous disent que 30 000 européens travaillant au Congo ont des revenus équivalents ou supérieurs à I 200 000 salariés noirs. A[ors, il taut laire très attention pa.rce que la thèse du Gouvernement belge, même celle défendue par M. P.H. Spaak, était de dire qu'en tait, le Congo coûlait à la Belgique. Or une très grosse thèse de 500 pages, publiée par un prolesseur de I'Université de Bruxelles, dérnontrait qu'en fait, le Congo n'avait iamais rien coûté à la

Il

Belgique...

O.

Et cæla, c'est wai. Le Congo est la seule colonie au monde qui a enrichi la métropole, alors que, partout, c'est la métropole qui a versé de I'argent à fonds perdu

R.

Oui, parce qu'il ne savait rien du tout. Je I'ai mis au

O.

M. Lumumba, il lerait bien de nous prendre A-t-il de bons conseillers noirs ?

Patrîce Lumumba:

-

52

?

- parce que ce sont de petits faits qui se passent au courant, Congo et qu'il ignore. Il faut l'éclairer.

pour le développement des colonies. Aronstein : La diflérence entre le Congo et les autres colonies, c'ëst que le gouvernernent belge n'investit pas au Congo. Iusqu'à présent, le budget congolais s'est sulfi à lui-même, tandis que, dans dautres pays, il y avait d'importantes subventions du gouvernement mêtropolitain aux budgets locaux (Angleterre par exemple). Mais tous ces pays coloniaux, bîen en: tendu,. ont fait des investissements qui ont rapportê beaucoup d'argent. I'ajoute qu'en ce qui concerne la répartition du revenu national congolais, bien que la part des indigènes soit certaînement insutfuante, nous sornrnes tous d,'accord là-dessus, elle

semblait d'accord

coruëillers,

cornrne

Je ne pense pas. Il n'a que des conseillers européens R. qui I'induisent en erreur. Q. ;- Ie ne sais pas si les indigènes, enfin, ceux qui habitent dans les villages indigènes, lont partie de cette masse.

R. O.

-

Dans quel domaine par exemple

?

Vous parlez au plan potitiquc

?

Vous disiez que 53


toute la masse était derrière vous, Nous voudrions savoïr, sî même dans les villages, les enfants sont aussi emballés pour cette indépendanre et cette libération?

R. Oui, dans les villages aussi. C'est pour cela que j'ai dit que-nous comptions organiser dans les prochains mois des sections dans les villages. Dans les villages importants, nous comptons organiser le plus rapidement possible des sections qui sçront dirigées par des agronomes, par des assistants médicaux, des instituteurs. Aussitôt que je serai rentré au Congo, si nous avons des possibilités financiètes, nous allons enseigner la masse parce que, si on ne le fait pas ce qui se passe maintenant tl y a des colons qui sont à -I'intérieur qui essaient d'opposer

les populations rurales aux populations urbaines. Jean van Lierde : Est-ce que ce n'est pas iustetnent, peutêtre indirectement, le problème que vous voulez poser, Monsieur I'Abbé ? en parlant des chefs traditionnels, par exemple, qui auraient une autre vision dè l'évolution politique que les leaders actuels des mouvements ou des groupements ? En Belgique, vows savez qu'en 1830,95 Vo du peuple était étranger à l'élaboration du statut de I'indépend.ance. Et une grande, partie de la populatîon belge aujourd'hui aurait beaucoup de mal à s'y reconnaître dans tous les organes administratifs, dans tous les textes législatifs, puisque mêmc des parlementaires s'y perdent.

Q.

+ M. Lumumba, je voudrais vous demander si vous

comptez étenàre votre action au Ruanda-Urund.i ? Avez-vous déjà eu des contacts avec

R.

euJc ?

Oui, nous avons déjà un noyau au Ruanda-Urundi. au Ruanda-Urundi. Ils nous ont écrit pour nous dire qu'au Ruanda-Urundi, évidemment, ils ne jouissaient pas des mêmes droits que les habitants du RuandaUrundi, mais qu'ils y sont implantés définitivement, et qu'il faut qu'on fasse quelque chose. Nous sommes en rapport constant avec les gens du Ruanda-Urundi. Au Congrès de Luluabourg, il y avait deux représentants du Ruanda-Urundi qui étaient venus en voiture du Ruanda-Urundi jusqu'à Luluabourg, ce qui prouve la conscience qu'ils ont de ce problème. Il y avait un Congolais et un Ruandais. Le Ruandais qui était là avait posé

- 000 Congolais Il y a 36

54

la question de la constitution d'une fédération entre le Congo devenu indépendant et le Ruanda-Urundi devenu indépendant. Donc,:nous avons déjà une action un peu profonde en RuandaUrundi, dans les milieux des Congolais qui habitent là-bas.

Lumumba, je voudrais vous demander: Vous laisse-t-on une certaine liberté pour exposer au Congo, dans les villes et dans les comrnunes, vos efforts, votre point de vue'? Avez-vous le droit d'organiser des meetings et de tenir des

a. - M.

contérences publiques

?

R. Oui, nous en avons le droit, mais très souvent nous sommes- brimés. Vous vous souvenez de ce télégramme que

j'ai

envoyé au Ministre et qui a été reproduit dans toute la presse belge. Pour pouvoir, par exemple, réunir un meeting public, il faut solliciter l'autorisation auprès du Premier bourgmestre et, très souvent, ce dernier demande le nombre des organisatons, leur nom, leur adtesse, et des chinoiseries telles que, très souvent mais non parce qu'il y aura beaucoup de - le nombre approximatif de ceux qui vont gens il faut dire - au meeting, et nous sommes séiieusement brimés à ce assister sujet là. Evidemment, je peux dire que nous avons des libertés quand

il

s'agit de réunions privées. Là, nous n'avots pas besoin

d'autorisation.

Dans les grandes villes, il y a un peu plus de liberté, mais à l'intérieur pas du tout. Je connais un commis qui vient d'être ou a été condamné parce qu'il a voulu organiser une section du M.N.C. à Inongo. On I'a poursuivi. Il a eu des epnuis inextricables. Donc, vous voyez que ce n'est pas une garantie au Congo.

O. Congo

R.

-

Auriez-vous

plus de tiberté en

Belgique qu'au

?

-

Voilà.

Jean van Lierde ; Ie crois qu'ils en ont plus à Léopoldville par exemple que les militants du Centre de Regroupernebt 6!ricain de Bukavu où la plupart sont cassés de I'administration et 55


i"{ iL

i.

irr

ilit

'

rli !,

ri

,i.. I

I

ll

ir' 'i i

ont beaucoup de mal à pouvoir continuer à tenir leurs réunions d.u CEREA, le mouvement qui s'est constitué au Kivu. Il ne laut pas d)autorisation en Belgique pour tenir des meetings ou des conférences. N'importe qui peut tenir des conlérences en Belgique et il ne doit rendre de comptes à personne.

r | ",

,l

J-

;.i

,'l

Pendant son séiour à Bruxelles, P. Lumumba envoie un droit de réponse au quotidien démocrate-chrétien de Léopold' ville. Bruxelles, le 28 avril 1959.

i,

Monsieur le Directeur du < Courrier d'Afrigue

,t

foi dans'le chef de la presse coloniale. En effet, tout le monde sait qu'au cours de ma conférence, je me suis insurgé, non contre les leaders de fAbako mais contre

:

1") les propos de M. Van Hecke, Bourgmestre de Léopoldville, qui, à Bruxelles, a traité les Noirs d'< énergumènes >, et 2o) les dirigeants de l'Interfédérale qui se sont permis d'attaquer les leaders de I'Abako, notamment MM. Kasa-Vubu, féd&ale se sont laissés manæuvrer par des Blancs pour humilier leurs frères Bakongo, alors que nous devons tous nous unir pour construire notre pays. J'ai protesté aussi sur le fait qu'aucun Bourgmestre Bakongo n'ault êtê invité à accompagner le groupe des notables actuellement en Belgique. J'ai attirê l'attention de Monsieur le Ministre sur une telle politique discriminatoire.

Monsieur le Directeur,

Droit de réponse.

Un abonné métropolitain de votre journal et qui a assisté à la conférence que j'ai donnée le 22 avnT à l'Université Libre de tout en m'exprimant Bruxelles, vient de me communiquer - > du 24 avril 1959 le < Courier d'Afrique son indignation

- avez reproduit incorrectement dans lequel vous

le résumé de

cette conférence. Ce qui est plus grave et qui frise de la méchanceté, Cest que vous vous êtes permis de délormer singulièrement mes paroles. Cela ne m'étonne guère, car je connais la campagne sournoise qu'on mène contre moi au Congo, soit directement' soit par des voies détournées. Et pour cause ! Parce que je désire, ensemble avec les autres combattants de la liberté, défendre la cause de notre peuple.

On peut tout faire et nous démolir, mais la vérité finit toujours par triompher. Le peuple lui-même le constatera. Je

détiens maintenant des preuves irrécusables.

Le troisième paragraphe de I'article publié dans voûe journal contient cette phrase fort curieuse (produit de I'invention de mes détracteurs) : <Le chel du M.N.C. a également protesté 56

assisté à ma conférence

s'étonnent de constater une pareille mauvaise

Je me suis élevé sur le fait que les dirigeants de I'Inter-

>

Léopoldville

Concerne :

En Belgique, tous ceux qui ont

Kanza et Nzeza.

8.P.2700

i

énergiquement contre I'attitude des leaders de I'Abako qui séjourrcnt en Belgique, leur reprochant notamment d'humilier leurs frères noirs >.

D'autre part, au cours de sa conférence du vendredt 24 avril, j'ai demandé publiquement à Monsieur le Ministre Van Hemelrijck d'envisager le retour de M. Kasa-Vubu et de tous les exilés politiques. Ces derniers doivent reprendre une vie normale au pays. Leur contribution est nécessaire dans la mise en place de nouvelles institutions annoncées. Monsieur le Ministre m'a répondu affirmativement et je le remercie de sa compréhension. En Belgique, beaucoup de milieux ont apprécié la position que j'ai prise publiquement en faveur des leaders de I'Abako et toute la presse métropolitaine en a fait état. Comment puis-je à la fois défendre mes frères Bakongo, réclamer leur retour au Congo, et les condamner en même temps ?

L'Agence Belga, que vous citez en tête de votre communiqué, conteste les aftrmations mensongères que vous m'attribuez. læ communiqué diftusé par cette agence et dont je possède une copie intêgrale, en fait d'ailleurs foi. et il faut que tous vos lecteurs le sachent Je vous conûrme

-

57


t.,

11il' ,!i

:

r) il"

i,

i ,i. il

une fois pour toutes

que les leaders du M.N.C. resteût soli- frères Bakongo, qu'avec tous ceux qui daires, tant avec leurs luttent pour le bien supérieur du Congo. Toujours conscient du rôle que je me suis assigné, je ne me laisserai jamais intimider par la campagne d'obstruction et de calomnie qui est dirigée contre moi. Ni les menaces, ni les insultes, rien ne rr'arrêtera. Pour éclairer davantage votre lanterne, je joins à la présente copie d'un compte-rendu authentique qui a été publié dans la presse belge au sujet de ma conférence. Je vous serais obligé de bien vouloir le publier in extenso dans votre prochaine édition. Cela permettra à vos lecteurs de se rendre compte de toutes les paroles que j'ai prononcées au cours de ma conférence. I-e présent droit de réponse sera publié en même temps que

le compte-rendu dont question

Nous ne croyons pas qu'il soit le moment de se liwer à des arrestations sur la base de I'article 75 bis. Nous doutons fort qus c€s mesures soient de nature à ap-

porter

la paix

dans ce pays

et à

préserver

le

prestige de

I'adnrinistration. Iæ remède, dans le différend politique opposant les Baluba aux Lulua, ne réside pap dans la voie dans laquelle veulent s'engager les autorités judiciaires du Kasaï. Iæs solutions se

trouvent ailleurs.

Nous sollicitons votre prompte intervention pour

M. Kalonji soit relaxé. (Télégramme adressé Ministre):

par le

Président

que

du M.N.C. au 13

aott

1959

ci-dessus.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Directeur, I'assurance de

ma considération très ditinguee. Patrice LUMUMBA. Hôtel Central 3, Rue de la Bourse Bruxelles. il

Le 4 août

1959 le gouverneur dc la provtnce d.u Kasaï I'arrestation des leaders baluba et plaçait Albert à Kalonji en résidence forcée à Kole. L'administration voulait aussi décapiter Ie M.N.C. Kasai au moment même où elle proposait un colloque avec les partis politiques sur la question des élections. C'était aussi le début d'un tragique conflit entre baluba et lulua dont le caractère ira s'accentuant iusqu'après I'indépendance en juin 1960. Lumumba allait réagir immédiatement devant ces événements' 4 aort rg5g

procédait

PROTESTATION DE M. P. LUMUMBA

.

Nous pensons que M. Kalonji, en sa qualité de sénateur, n'aurait pas dû être arrêté, dans une affaire aussi banale (haine

raciale) sans que le ministre du Congo ait êté préalablement'

LA POSITION DU M.N.C.: BOYCOTTAGE DES ÉLECTIONS

Le Comité Directeur du Mouvement National Congolais porte à la connaissance de tous ses membres et sympathisants qu'il vient d'être informé de la condamnation à 4 mois de prison de plusieurs membres du M.N.C. de la Section Provinciale du Kasaï, à la suite des événements de Luluabourg. Il en appelle à la solidarité de tous les Congolais pour manifester leurs sentiments de patriotisme à l'égard de ceux qui souffrent pour la cause nationale. Le M.N.C. ne participera à aucun dialogue avec I'administration tant que ses militants seront détenus pour une affaire dans laquelle les responsabilités de l"administration sont pleinement engagées. Le M.N.C. ne participera pas aux prochaines élections tant que: 1') les futurs institutions ne seront pas organisées démocratiquement; 2") le Gouvernement belge n'aura pas txé la date de la constitution du Gouvernement Congolais ; 3") ses militants seront détenus. (Publié par Présence Congolaise,le 15-8-59).

consulté. 58

59


I

ii

',li' ll

ii-.

l'

* I-e but de notre mission à Luluabourg est de prendre contact avec vous, en tant que Chef de la Province, et égale( ment, avec les différentes couches de la population affn de ( trouver un terrain d'entente sur la situation qui règne actuelle( ment dans la Province du Kasai. < f.e but essentiel de cette mission est d'aboutir, par voie < de négociations auxquelles nous voulons procéder, à l'apaise< ment des esprits et à la réconciliation des deux groupes anta< gonistes, notamment les Lulua et les Baluba. <

Le 16 juillet 1959 une

scission avait éclaté au sein du MM. Iléo, Adoula, Kimbimbi, Nguete et Ngalula qui lormaient une direction collégiale qfin de restreîndre le pouvoir de lait que s'attribuait P. Lumumba par son action permanente. Celui-ci, dès le lendemain, réunissait une assemblée extraordinaire pour rejeter les dêcisions de ce < Comité Central >. Mais le M.N.C. dès ce moment allait se partager en deux tendances nettes, d'une part celle du M.N.C, Lumumba dont I'objectif restait tout le Congo, et celle du M.N.C. Kalonji qui s'identifiait uniquernent aux baluba du Kasdî et- de Léopoldville. Malgré cet antagonisme, Lumumba d.écida de partir à Luluabourg pour défendre Kalonji qui venait

M.N.C., provoquée par

d'être incarcéré.

<

Il

résulte des renseignements recueillis dans différentes

( sources, que la tension politique actuelle, est provoquée par < l'arrestation arbitraire de Messieurs Albert Kalonji, Evariste < Kalonji et Albert Nyembwe, lesquels n'ont commis d'autre < crime que de défendre légitimement et pacifiquement leurs < idées politiques.

c

Aucun acte délictueux ûe semble avoir été commis

à

c I'exercice de ces libertés. <

< La population, tant de Luluabourg que des autres régions du Congo, est fortement indignée des mesures prises par votre

< administration.

Ces mesures sont une cause directe d'énervement actuel la Province du Kasaï, en particulier, et dans I'ensemble < du Congo, en général. c Nous croyons qu'il est possible d'arriver à un règlement <

< dans

NOTE DU M. N. C. suR LA SrruarroN PoLrrrQUE a LULUABOURG 12 AOUT 1959

c pacifique de ces incidents. <

Pour mieux accomplir notre mission, pouvons-nous vous

q demander:

'l

Comme on le sait,

M. Patrice Lumumba, Bertin Tumba

et Barthélémy Mujanayi, respectivement Président Général du Mouvement National Congolais, Vice-Président de l'Interf éd&ale et Délégué du Mouvement Solidaire Muluba se sont rendus à

'::

.t I

.1 1r

'r' I

i

Luluabourg le vendredi 7 août afin d'examiner, sur place, la situation qui vient d'être créée au cheflieu de la Provincp du Kasaï, par I'arrestation de Messieurs Albert Kalonji, Evariste Kalonji et Albert Nyembwe, leaders du M.N.C. et du Mouvement Solidaire Muluba. Vendredi soir, la délégation a été reçue par le Gouverneur de Province, Monsieur de Jaegher. L'entretien a duré une heure

et demie. Dans une lettre remise au Gouverneur, les leaders de Léopoldville se sont exprimés, entre autres, dans ces termes : 60

1") de bien vouloir nous fournir des explications précises sur les préventions mises à charge de Messieurs Albert Kalonji, Evariste Kalonji et Albert Nyembo ? 2") de nous renseigner sur le nombre exact des personnes

qui sont arrêtees à ce jour pour les mêmes faits, car il nous revient que plusieurs autres personnes sont.incarcérées depuis ces deux derniers jours: 3') de nous autoriser exceptionnellement à tenir une réunion générale à laquelle nous inviterons toute la population africaine de Luluabourg, de même que les représentants de I'administration. Un service d'ordre peut être requis pour la circonstance. Cette conférence, destinée à la pacification des esprits, aura des effets bénéfiques. < Dans le même ordre d'idées, nous avons demandé à 61

'a


ti|

'lii' il

ii,

<

Monsieur le Premier Bourgmestre de nous déliwer des laisser-

( passer pour notre cfuculation nocturne au-delà des heures du < couvre-feu.

Iæ laisserçasser a été refusé aux membres de la délégation, de même que I'autorisation de tenir une réunion d'information. Les mesures de couvre-feu et d'interdiction de rassemblement sont encore maintenues. Selon des renseignements dignes de foi, I'Administration ne lèvera ces mesures tant que la délégation politique de Léopoldville restera à Luluabourg, principalement M. Lumumba dont on craint qu'il proûtera de ces réunions pour

endoctriner la masse. Contrairement à ces mesures, la délégation a de nombreux et fructueux contacts avec la population africaine. Dans une requête adressée de Luluabourg au Ministre du Congo et de Ruanda-Urundi, Messieurs Lumumba, Tumba et Mujanayi écrivent ceci : c L'Administration semble rejeter notre collaboration et ( toutes les suggestions que nous lui avons faites dans le but < d'apaiser les esprits et d'aboutir à la réconciliation des deux < groupes antagonistes. < Tout ce qui est fait à ce jour démontre que I'Administra< tion préfère maintenir un climat de terreur et d'inquiétude < parmi population plutôt que de remédier à la situation. < Les mesures qu'elle a prises sont considérées excessives par

la

la population. Les arrestations s'opèrent un peu partout et certains fonctionnaires noirs de I'Administration sont égale( ment écroués. < Nous vous prions instamment de prendre la situation en < mains et de bien vouloir: donner ordre pour que les leaders politiques arrêtés et - soient mis en liberté. Cette libération apportera la paix exilés dans la Province. Tant que ces gens seront détenus et exilés, un malaise, qui risque de snaccentuer dans les semaines à venir, persistera. L'Administration ne gagnera rien en maintenant une pareille situation. envoyer une Commission d'Enquête au Kasai car la - est très confuse. situation < Nous nous employons à conseiller la population poru < qu'elle garde son calme et son sang-froid. c

<

c

< Nous attendons impatiemment votre réponse afin de pouvoir informer la population.

62


irl

'd

j

'':,I I,

I li

( Nous vous faisons confiance et espérons que votre action ( I)ersonnelle conEibuera bientôt à l'apaisement des espdts. Mercredi 12 aoit, Monsieur Lumumba a eu une communication téléphonique avec le Cabinet du MinistTe à Bruxelles pour insister sur l'urgence des mesures à prendre. Indépendamment de cet entretien téléphonique, tion a envoyé le télégramme suivant au Ministre : CONFIRMONS NOS NOMBREUSES DÉMARCHES

TroNs tÉrÉpHoNrQuss

ET

cE JouR PoPULArroNs

la

délêga-

COMMTJNICA-

KAsAr FoRr

AGITÉES ARRESTATIONS INJUSTIFTÉTS TNEPSNS POLITIQUBS STOP INSISTONS AUPRÈS VOTRE HAUTE AUTORITÉ LEI.'R LIBÉRATION

IIInÉDIATE EN v(,Ë, É,vrrsn rRouBLEs cRAvEs srop cnrrB rrsÉRAÎION INDISPENSABLE RÉTABLISSEMENT CALME STOP ATTENDONS IMPATIEMMENT VOTRE NÉCISTON STOP RESPECTS.

Délégué Mouvenænt Solidaire Muluba *-- Délégué Intertêdérale Lumumba Président Mouvernent Natiorul. -

Mujanayi

Tumba

It y a un calme relatif à Luluabourg. Les esprits sort fort agités. La population attend impatiemment la réponse du Ministre aux démarches de la délégation venue de Léopoldville. Celle-ci quitte Luluabourg æ jeudi 12 août pour une première tournée de propagande à travers la Province. Luluabourg,

le 12 août

1959.

P. Lumumba.

LETTRE

d.e

PATRICE LUMUMBA à JEAN VAN LIERDE

Août

1959.

Mon cher Jean, Je t'écris cette note de Luluabourg où je suis arrivé depuis le 7 courant. Plusieurs leaders du M.N.C. sont arrêtés. Ils n'ont cornmis aucun délit, c'est une oppression colonialiste destinée à décapiter le M.N.C. Mais peine perdue, car ces mesures nous valent la sympathie de tout le monde, même de ceux qui nous 63


riri

étaient opposés. Les afûliations abondent tous les jours" Iæs Chefs coutumiers s'inscrivent tous les jours au M.N.C. Tous les membres du conseil de Luluabourg sont arrêtés. Je t'envoie un petit rapport relatant partiellement les faits. Je pars en tournée demain et serai à Léo vers la fin du mois. La dissension au sein du M.N.C. a été provoquee par les colonialistes. Les traîtres sont exclus et vomis par les populations. Mon journal sortira avant la ûn du mois. Je t'écrirai quand je serai à Léo. Bien sincèrement, Patrice.

LETTRE A JEAN VAN LIERDE Luluabourg,

Mon cher

le 7

septembre 1959.

Jean,

Je t'envoie copie d'un compte-rendu du meeting que j'ai tenu à Luluabourg ce dimanche passé. Tu trouveras également ci-incluse copie d'une importante motion qui a été votée par I'assemblée.

Je te prie instamment de faire publier cette motion par la je pense que la presse congolaise en gardera silence. Il faudrait Ia remettre au camarade Glinne pour publication dans a La Gauche >. Je poursuis ma tournée de propagande dans la Province du Kasaî. J'ai fait ici plus de 1 mois et rentre à Léopoldville le 12 courant. Plus de 60 chefs se sont ralliés au M.N.C. ; je déjoue Ies manæuvres de lâdministration. J'ai enregistré paftout un presse car

succès éclatant.

As-tu reçu la lettre que au début du mois d'aott ? J'attends

je t'avais envoyê de Léopoldville

le plaisir de te lire. Bien sincèrement,

P. Lumumba. B.P. 8201 Léo. 64

TOTIRNÉE DE PROPAGANDE DE M. LUMUMBA DANS LA PROVINCE DU KASAI une longue tournée de propagande dans le District de -{nrès Kabinda, Monsieur Patrice Lumumba, président Général du M.N.C. est rentré à Luluabourg le vendredi 4 septembre. Il a tenu, Ie dimanche 6 septembre un meeting publià devant une foule évaluée à plus de six mille personnes.-piusieurs présidents des sections M.N.c. de I'intérieur ainsi que certains Membres du Conseil de Province du Kasai étaient présents. Iæ leader du M.N.C..fit un tour d'Ëorizon sur la situation p:1itiq.:.actuelle laquelle se détériore de plus en plus au Congo. L'Administration belge veut faire des bongolais uniquemJnt ce qu'elle veut qu'ils soient et non ce que ces derniers ïulent être..C'est pour cela qu'elle a rejetê toutes les résolutions qui ont été votees au congrès de Luluabourg et qu'elle rejette aussi toutes les propositions qui lui sont faites par Ës partis politiques congolais. Nous sommes devant une pôritique d'impositioi et aucune collaboration n'est possible dans unè telle itmosphère. Le Congo n'est plus un empire de silence. Il faut que I'on iiroo" compte_de notre présence et de nos avis. Nous i'avons jamais refusé de collaborer avec I'Administration mais c,est elle"qui a toujours rejeté la main que nous lui tendions I elle n'a de spr_ pathie que pour des hypocrites et des flatteurs qui l,induisent constamment en eneur dans le seul but de sauvegarder leurs intérêts personnels. Nous n'avons aucune hostilité a rcgara ces Européens. Dans leur propre intérèt, ces derniers dàivent se mettre de notre côté pour combattre le régime colonialiste qui ne plus avec l'évorution du pays. Toute æuvre de coloii-cadre sation doit avoir une fin. plusieuis- puissances, notamme6 l4 Franoe et l'Angleterre ont déjà libéré leurs anciennes colonies. La- Belgique doit faire de même. Si efle accepte de mettre im_ médiatement fin au régime colonial, elle n,aurf que droit à notre amiqié la plus sincère. Nous respecterons tous ies qu'elle a pris au nom du congo et tous t r ioueùi."rreoi, "og"g.roi, étrangers garantis. Aucun Èuropéen poura ne Ctrc Oé_seront p_ossédé de ses biens, les congolais ne sont pai des brigands. {ou9.somryes partisans de I'ordre, du respecf des personîes ei des biens d'autrui. une fois notre indépeobao." obienue, toutes les barrières entre la Belgique et le iongo seront supprimées. 6s


L1

La cjrculation

sera libre. Les Belges se senthont au Congo comme chez eux et les Congolais se sentiront également en Belgique comme chez eux. Nous sommes partisans de I'amitié entre les peuples. Si un divorce éventuel pouvait se produire entre la Belgique et le Congo ce ne sera pas la faute des Congotais ni de la Belgique. Iæs responsables ne seraient que les quelques groupes qui veulent exploiter les richesses du Congo à leur seul profit et au détriment de la collectivité ; ces groupes

l i I i I I

I

:l I I

I

I I I

I

font de sérieuses pressions sur le Gouvernement pour le maintien du régime colonial. Ce serait aussi la faute de certains fonctionnaires qui ne poursuivent, dans ce pays, que leur intérêt propre. Ces quelques fonctionnaires ont la nostalgie du temps passé et ne conçoivent pas que les Congolais puissent diriger le pays en leur place. Ces retardataires vivent dans un sérieux drame psychologique. Ils oublient cependant que l'évolution ne fait pas de marche en arrière et que la conscience universelle condamne maintenant les croisades coloniales et toute politique de domination et d'exploitation d'un homme par un autre. M. Lumumba déclara que lois de sa tournée de conférences en Belgique, de jeunes Belges lui ont promis de venir nombreux oftrir leurs services au Gouvernement Congolais aussitôt que celui-ci sera constitué et qu'ils accepteraient même des traitements moindres à ceux des fonctionnaires actuels ; ces jeunep Belges sont mus par un idéal: aider et servir le jeune 'peuple congolais.

Iæ Congo n'est pas la propriété des Belges, c'est un pays comme tout autre. La notion selon laquelle Léopold II avait légué le Congo à ta Belgique est fausse car même au point de vuc droit, on ne peut pas léguer un peuple à un autre mais bien un objet matériel. D'une part on nous dit que la Belgique nous a délivrés de I'esclavage et d'autre part on nous déclare que le Congo, avec ses habitants et ses ressources a été légué à la Belgique sous forme d'un pays conquis. La Belgique doit donc avouer qu'elle nous a plongés dans un nouvel esclavage camouûé. On parle aussi de I'annexion du Congo à la Belgique. Cgtte annexion est arbitraire. Si la Belgique prétend avoir < acheté > le Congo nous aimerions en connaître le coût. Nous ferons la collecæ pour rembourser cette dette afin gue nous soyons libres. Pour nous, le Congo est un pays libre mais on a simplement abusé de notre ignorance pour nous exploiter. M. Lumumba fit part à I'assemblée de ce que tous les chefs 66

coutumiero qu'il a contactés sont partisans de la libération immédiate du Congo. Il a déclaré en outre que plus de 8O Vo de la population du Kasaî sont pour le M.N.C. et que ces gens n'attendent qu'un mot d'ordre pour agir. M. Lumumba a aussi dêclaÉ que le M.N.C. est un Mouvement de rassemblement populaire et de libération nationale. Sa doctrine, certes révolutionnaire, est basée sur la non-violence. Le leader du M.N.C. a annoncé le lancement d'un vaste plan d'Action Positive en vue de la libération immédiate du Congo. Il a fait appel a lunion de tous les Congolais pour la meilleure réussite de cet objectif. Répondant à cet appel, certains partis politiques régionaux qui fonctionnent au Kasaï ont fusionné avec le M.N.C. Tout Luluabourg, qui s'est donné rendez-vous au meeting du leader du M.N.C. a vivement applaudi M. Lumumba aux cris <

Vive Lumumba, Vive Kalonjin nous sommes derrière vous,

même dans la misère n.

de la séance M. Lumrlmba proposa à fassemblée Motion. Celle-ci fut approuvée aux acclamad'une l'adoption tions frénétiques de la foule et elle a été contresigné€ par les membres du Comité provincial M.N.C., les Présidents des sections M.N.C. de I'intérieur venus à Luluabourg et par certains membres du Conseil de Province dont notamment le Chef de Secteur Pene Sengha du Territoire de Katako-Kombe. Voici ladite notion:

A la fin

Luluabourg, le 6 septembre 1959,

Lâssemblée générale du Mouvement National Congolais, tenue à Luluabourg le dimanche 6 septembre 1959 sous la présidence de Monsieur Patrice Lumumba, président National du M.N.C. a voté les résolutions suivantes.: Attendu que par sa déclaration du 13 janvier 1959 la Belgique a reconnu au peuple c.ongolais le droit d'aecéder à I'indépendance et de disposer de lui-même ; Attendu que les populations du Congo ont accueilli cette avec enthousiasme mais qu'elles réclament, depuis déclaration plus de 7 mois, à ce que le Gouvernenent belge fixe les étapes nécessaires pouvant conduire le Congo à cette indépendance; Attendu que devant I'attitude équivoque des Autorités

-

67


,tl,

t,

,ll''

;

'1 i

1i ,il' li. :i

ii

il. ts I

,l

I

belges, les Partis Politiques Congolais, après des études sérieuses et réfléchies, ont présenté plusieurs motions aux Chambres belges et que celles-ci n'y accordent la moindre attention ;

Attendu que

le Ministre du

Congo vient d'offrir sa a rejeté sa proposition visant à la fixation d'un timing précis en vue de la constitution des assemblées au plan national et la formation d'un gouvernement congolais pour 1960 ; Attendu que ce refus délibéré du Gouvernement belge va à- l'encontre des aspirations du peuple congolais et qùe cette attitude prouve à suffisance que la vague promesse de I'indépendance contenue dans la déclaration gouvornementale du 13 janvier n'est qu'un instrument de propagande ; Attendu que findépendance du Congo fut reconnue par les -puissances internationales en 1885 et que celle-ci est fêtée le 1* juillet de chaque année ; Attendu que le Congo n'est pas une colonie belge mais un -Etat indépendant, ayant son drapeau propre et qui fut arbitrairement privé de la jouissance de sa souveraineté après la mort du Roi Léopold II, en 1908 ; Attendu que le Congo, en tant qu'Etat indépendant ne - être annexé à un autre Etat par une décision pouvait unilatérale ; Attendu que les élections que l'Administration compte - au Congo à la fin de l'année ne visent que le prolongeorganiser ment du régime colonialiste, régime que les populations de ce pays ne veulent plus supporter. Conformément aux désirs exprimés à maintes reprises par les populations du Congo, I'assemblée réclame la passation des pouvoirs entre les mains des Congolais. Elle adjure le Parlement belge de tenir compte des aspirations politiques des populations et de I'engagement que la Belgique avait pris vis-à-viç

démission du

fait que le

Gouvernement belge

des puissances internationales. La présente Motion est votée conformément aux stipulations de l'article 73 de la Charte des Nations Unies dont ta Belgique est signataire. L'assemblée vote en outre de ne pas participer aux élections antidémocratiques qui seront organisées à la fin de I'année tant qu'une décision n'est pas prise pour la formation du Gouvernement Congotais (1). (1) -J. van Lierde possède également l'original de cette motion avec - dizalnes les de signatures, ce dossier lui avait été remis par P. Lumumba.

68

POÉSIE DE P. LUMUMBA

Lumumba était un orateur infatigable, séduisant les foules, mais it avait également conscience de la puissance dcs écrîts et d.u rôle primordial de la presse. Marqué par la littérature négroalricaine il publia cette unique poésie dans le iournnl de son parti.

PLEURE, O NOIR FRÈRE BIEN-AIMÉ O Noir, bétail humain depuis des millénaires Tes cendres s'éparpillint à tous les vents du ciel Et tu bâtis jadis les temples funéraires Où dorment les bourreaux d'un sommeil éternel. Poursuivi et traqué, chassé de tes villages, Vaincu en des batailles où la loi du plus fort, En ces siècles barbares de rapt et de carnage, Signifiait pour toi I'esclavage ou la mort, Tu t'étais réfugié en ces forêts profondes Où I'autre mort guettait sous son masque fiévreux Sous la dent du félin, ou dans l'étreinte immonde Et froide du serpent, t'écrasant peu à peu' Et puis s'en vint le Blanc, plus sournois, plus rusé et lapace

Qui échangeait ton or pour de la pacotille, Violentant tes femmes, enivrant tes guerriers, Parquant en ses vaisseaux tes garçons et tes filles. Le tam-tam bourdonnait de village en village Portant au loin le deuil, semant le désarroi, Disant le grand départ pour les lointains rivages Où le coton est Dieu et le dollar Roi Condamné au travail forcé, tel une bête de somme 69


De l'aube au crépuscule sous un soleil de feu Pour te faire oublier que tu étais un homme

On t'apprit à chanter les louanges de Dieu. Et ces divers cantiques, en rythmant ton calvaire Te donnaient I'espoir en un monde meilleur... Mais en ton cæur de créature humaine, tu ne demandais guère Que ton droit à la vie et ta part de bonheur. Assis autour du feu, les yeux pleins de rêve et d'angoisse Chantant des mélopées qui disaient ton cafard Parfois joyeux aussi, lorsque montait la sève Tu dansais, éperdu, dans la moiteur du soir. Et c'est là que jaillit, magnifique, Sensuelle et virile comme une voix d'airain Issue de ta douleur, ta puissante musique, I-e jazz.,.aujourd'hui admiré dans le monde En forçant le respect de l'homme blanc, En lui disant tout haut que dorénavant, Ce pays n'est plus le sien, comme aux vieux temps. Tu as permis ainsi à tes frères de race De relever la tête et de regarder en face L'avenir heureux que promet la déliwance. Les rives du grand fleuve, pleines de promesses Sont désormais tiennes. Cette terre et toutes ses richesses Sont désormais tiennes. Et là haut, le soleil de feu dans un ciel sans couleur, De sa chaleur étouffera ta douleur Ses rayons brûlants sècheront pour toujours La larme qu'on coulé tes ancêtres, Martyrisés par leurs tyranniques maîtres, Sur ce sol que tu chéris toujours.

Et tu feras du Congo, une nation libre et heureuse, Au centre de cette gigantesque Afrique Noire. P. Lmnmæe.

LETTRE

dE

PATRICE LUMUMBA à JEAN VAN LIERDE

Mouvement National Congolais

M.N.C. Direction Générale Secrétariat National

B.P. 8201 Léopoldville

Mon Cher

Jean,

Je me trouve actuellement à Accra, où je suis venu assister

à une réunion du Comité Directeur de la Conférence Pan Africaine. La conférence s'est clôturée le 9-10 et je rentre au Congo ce vendredi 16-10 pour repartir aussitôt sur Stanleyville. As+u déjà le journal L'indépendance qve j'édite. Je t'envoie la déclaration que j'ai faite de même que les Résolutions de la Conférence (1). Patricp Lumumba. 13-10-59

DÉCLARATION PAI:flE PAR M. PATRICE LUMUMBA MEMBRE DU COMITÉ DTRECTEUR DË LA CONI'ÉRENCE DES PEUPLES AFRICAINS ET LEADER DU MOUVEMENT NATIONAL CONGOLAIS (Congo Belge) a

Cette poésie de Lumumba a été publlée par le Joumal IND.EPENDANCE, organe du M. N, C., en septembre 1959.

La situation au Congo s'améliore

de jour en

jour en ce

qui

(1) Le 13-10-59, P. Lumumba envoie d'Accra ce mot d'accompâgnement à Jean Van Lierde ainsi que le texte de son discours dans la capitale du Ghana.

70

7t


l

'

!i[

'll

'')

.r..

:l

,l

iil'

ii

i

iil

li I'

concerne la lutte du peuple pour son indépendance. I-es tentatives de l'Administration pour annihiler ce mouvement populaire d'émancipation qui se dessine dans tous les coins du pays, rencontrent de plus en plus un échec fatal. La Belgique a toujours pratiqué au Congo une politique paternaliste qui consistait à étouffer, ptr I'enseignement, la

radio et une forte propagande de presse, la conscience des populations. Aujourd'hui encore, la radio officielle ne sert qu'à

diffuser du matin au soir, de la musique de danse, des cantiques religieux et la propagande de I'Administration coloniale. Il n'y a rien qui est fait dans le sens de l'éducation populaire des masses.

i

Alors que d'autres territoires évoluaient politiquement, le Congo stagnait à cause de la politique d'immobilisme de l'Administration belge. Par une action dynamique et courageuse de quelques leaders nationalistes, le peuple congolais est sorti brusquement de sa

I

torpeur. Partout au pays, même dans les villages les plus reculés de la brousse, la population' crie Indépendance. Et cette indépendance, notre peuple veut l'obtenir sans aucun retard. Le Mouvement National Congolais, qui est un mouvement de rassemblement populaire et de libération nationale, connaît de jour en jour un succès sans cesse grandissant. Les manæuvres de noyautage exercées par I'Administration à l'égard de notre Mouvementn de même que la brutale répression déclenchée à l'endroit de nos militants dont certains sont aujourd'hui en prison, toutes ces manæuvres ne font qu'accentuer le nationalisme des Congolais.

Devant la poussée populaire qui veut à tout prix briser les chaînes du colonialisme, la Belgique a êté obligée de proclarner notre droit à l'indépendance. En reconnaissant, par sa déclaration solennelle du 13 janvier i

i

I

1959,

le droit du peuple congolais

dance,

la Belgique a reconnu en même temps à ce peuple le

d'accéder

à

I'indépen-

droit d'élaborer sa propre constitution et de former son propre gouvernement par des élections entièrement libres. C'est, dans ces conditions ieulement que le Congo pourra accéder râpidement et réellement à son indépendance. Nous déclarons par ailleurs à I'opinion mondiale, .que I'indépendance du Congo fut reconnue par les puissances internationales en 1885, et que cette indépendance est fêtée au 72

juillet de chaque année. Le Congo possède encore aujourd'hui son drapeau propre lequel fut également reconnu par les puissances internationales. Nous réclamons simplement la passation des pouvoirs aux mains des nationaux conformément au principe de la libre disCongo

le

1""

position des peuples à se gouverner eux-mêmes. Les projets élaborés actuellement par l'Administration visent la constitution d'une communauté belgo-congolaise. Ces projets prévoient, pour la formation de futures assemblées provinciales, 6O 7o des membres élus et 40 7o des membres nommés. Le Gouvernement belge veut donc constituer un gouvernement fantoche sur lequel il aura la main-mise. C'est pour cette raison que notre Mouvement, appuyé par ses membres et sympathisants, a décidé de s'abstenir aux élections anti-démocratiques qui vont se dérouler à la fin de l'année, notre seul souci étant de voir le Congo accéder sans aucun retard au rang des peuples libres. Il est surprenant de constater que la Belgique, après avoir décidé de notre accession à I'indépendance, veut nous imposer un système électoral et des réformes semi-démocratiques qui ne cadrent nullement avec le sentiment national. Peut-on déduire que sa déclaration du 13 janvier n'a êté qu'un instrument de propagande destiné à tromper I'opinion internationale

?

Conscients des dangers qui menacent notre pays suite à l'attitude équivoque de I'Administration, nous tiendrons à la fin de ce mois d'octobre un important Congrès au cours duquel notre Mouvement prendra des décisions importantes. Un deuxième Congrès, réunissant tous les partis nationalistes partisans de l'indépendance immédiate, se tiendra également deux jours après celui du M.N.C. Nous allons nous concerter en vùe de mener une action commune dans la voie de la libération du Congo. Nous sommes partisans d'une réelle collaboration avec la Belgique dans le cadre des échanges commerciaux et culturels entre nos deux pays indépendants. Mais la Belgique doit savoir que cette collaboration ne sera pas possible dans les rapports de sujétion comme il en est encore le cas aujourd'hui. Nous savons que, quoi qu'il arrive la cause que nous dé-

fendons triomphera. L'évolution ne

fait pas de marche en 73


t

J

ira

'

'l

[t{ril,

li li

il

arrière. Le continent africain doit être libre et indépendant au même titre que les autres continents, Notre obiectif demeure : L'indépendance immédiate du Congo;

- La Constitution des Etats Unis d'Afrique ; - La coopération économique avec tout pays ami. -Nous adressons un appel solennel à tous les pays libres et

i

aux adversaires de I'esclavage afin qu'ils soutiennent la du peuple congolais.

cause

'j

':l

VrveNr t'[.rDÉpBNDeNcE ET l'uNltÉ

i

tl

AFRIcAINES

,i

A

I

ses LE coLoNIALIsME Accra, le 9 octobre 1959

P. LurrtuMse.

Le 14 octobre 1959 malgré le risque de boycott le gouvernernent belge décide de maintenir les électiow de décembre pour les conseils communaux et les conseils de territoire. Le 16 octobre le ministre du Congo fixe un calendrier prévoyant la mise en place d'un gouvernernçnt congolais et d'assernblées na' tionales en 1960. Du 23 au 28 octobre le M.N.C. tient son Congrès national à Stanleyville, capitale de la province Orientale. Le 29 un nouveau Congrès s'ouvre avec la participation d'autres rnowements: le CEREA, le Pani du Peuple,le M.N.C., I'Union de la leunesse et I'U.N.A.R. Qtarti nationaliste de Ruanda). Tous dêcident de ne point participer aux élections. Le 30 octobre I'administration déclenche une répression policière contre les nationalistes. Bilan: 30 morts et une cen' taine de blessés. Le 1"' novembre P, Lumumba est arrêté sut ordre du gouverneur. Ces événements ptovoquent un reviretnent du M,N.C. qui décide alors de particîper aui êlections dc décembre et qui emportera à Stan 90 7o des voix' Lumumba explique ci-dessous la situation.

LES É\rÉNEMENTS DE STANLEWILLE VERSION DES FAITS,. ÉTABLIE PAR M. PATRICE LUMUMBA

le 31 octobre 1959

I.

Je démens formellement les informations mensongères la Radio Congo Belge dans la journée du samedi

diffusées par

31 octobre 1959 selon lesquelles j'aurais pris la fuite suite aux qui se sont produits vendredi à Stanleyville.

événements 74

75

nrrr' ùi,r

'ir

-.tlTïTï


ilil,, li; il

i

Le

cornmuniqué officiel publié par I'Administration ajoute

d'autre part que les émeutes ont éclaté à la suite d'une réunion que le M.N.C. aurait tenue. Ces informations, inspirées par les besoins de la propagande colonialiste, ne servent qu'à induire en erreur l'opinion publique et internationale sur les incidents de Stanleyville dont I'Administration coloniale qui les a minutieusement préparés porte I'entière responsabilité. Ces incidents ont éclaté non à la suite d'une réunion tenue par le M.N.C., mais entre les gendarmes et la population, au moment où nous tenions à huis-clos et dans un local privé, une réunion du Congrès Extraordinaire des Partis Politiques Congolais. En effet, ces incidents se sont produits une heure avant I'ouverture de la séance plénière que nous organisons chaque soir à I'intention du public. Comme les gendarmes commençaient à tirer sur la foule qui attendait I'ouverture de la séance, je suis alors descendu en compagnie de tous les congressistes et du représentant de l'Agence France-Presse aux fins d'obtenir la cessation du feu. Aussitôt qu'ils nous ont vu .iwancer vers eux aux acclamations de la foule, les geqdarmes européens commencèrènt à tirer dans notre direction. Nous nous sommes ensuite repliés pour regagner le local

où nous tenions la réunion. Pendant plus d'une heure, les gendarmes ne faisaient que lancer des grenades lacrymogènes sur la maison où nous nous trouvions. Comme toutes les voies d'accès conduisant à mon domicile étaient littéralement coupées par d'énormes barrages de militaires armés, j'ai dû devant cetté impossibilité passer la nuit chez un ami. Tout au long du chemin, la foule ne faisait que m'applaudir, et ce, au vu des gendarmes qui n'ont osé m'arrêter devant la réaction de la population. Je n'ai aucun motif de m'enfuir car je n'ai commis aucun acte délictueux et ce serait d'ailleurs une lâcheté pour moi, que de capituler devant la brutale répression injustement déclenchée

par I'Administration dans le seul et unique but d'intimider et de réprimer la population décidée à conquérir son indépendance immédiate, par des moyens pacifrques.

En tant que combattant de la liberté, je préfère mourir de76

bout et patriotiquement pour la juste cause que défend notre Mouvement.

Contrairement aux calomnies odieuses de l'Administration locale, nous n'avons jamais incité la population à commettre des actes répréhensibles, notre doctrine étant basée sur la nonviolence.

Mais nous l'avons toujours et à la frn de chaque séance exhortée au calme comme en témoignent d'ailleurs les infor-

mations parues dans la presse. Le seul mot d'ordre que nous donnons à nos militants et nous en avons le droit dans le cadre de nos activités politiques c'est de se mobiliser dans un esprit de solidarité pour faire triompher l'aspiration unanime du peuple congolais, à

savoir L'INDÉPENDANCE IMMÉDIATE

ET

TNCONDI-

TIONNELLE. Constatant visiblement que toutes les couches de la population se rallient à la thèse que nous défendons, et devant l'échec certain qu'elle va rencontrer en décembre si elle organisait les élections que nous refusons au nom du peuple, I'Administration monte des complots destinés à: 1o masquer les défaillances de sa mauvaise politique ; 2" tenir à I'ombre sous des prétextes les plus fallacieux d'atteinte à la streté de I'Etat, d'incitation à la haine raciale, à la violence, etc... tout nationaliste congolais qui n'adhère pas aveuglément à sa néfaste politique ; 3o endiguer le succès toujours croissant que rencontre le M.N.C. auprès des populations opprimées ; 4o exercer de violentes pressions sur la population afin d'obliger celle-ci à voter contre son gré. C'est la même tactique utilisée lors des émeutes de Léopoldville que I'Administration est en trâin d'utiliser en ce moment à Stanleyville, c'est-à-dire : préparer soigneusement les incidents, provoquer une population qui vit paisiblement chez elle, protter de sa réaction pour procéder à des massacres et chercher ensuite des responsables ailleurs.

Ce procédé classique est loin de résoudre le

problème

congolais. Il est vraiment criminel, pour une puissance qui se proclame

à endeuiller inutilement le pauwe peuple qui ne demande que de jouir de la LIBERTÉ et de gérer son patrimoine. TUTRICE, de continuer

77


ltri;

{,F x,r 'ilil

I I

il

iiii, ,li

,

I

ii 'i

I

I

i,

iiI

En connaissance parfaite de tous ces éléments, je saurai répondre, mais en présence de mon avocat. J'espère que mon point de vue est conforme aux garanties

Je m'élève avec indignation contre ces procédés inhumabs. La Belgique doit RÉPARER les graves torts et les injustices

.

criantes qu'elle a commis dans ce pays, par la proclamation immédiate de I'Indépendance du Congo. Stanleyville, le 31 octobre 1959 (S) P. Lumumba.

qu'offre la loi à la défense. Je ne refuse nullement de répondre à votre convocation. Je suis à votre entière disposition. Veuillez agrê,er, Monsieur le Procureur du Roi, I'assurance de ma considération très distinguée.

I I

it

ii li

Le même iour P. Lumumba adressait une lettre au Procureu,r

P.

du Roi concernant le mandat de comparution. Stanleyville,

Lumnrca,

Président National du M.N.C.

le 31 octobre

1959.

Monsieur le Procureur

du Roi à Stanleyville

i

Monsieur le Procureur, Concerne

:

votre mandat de comparution du 30-10-59.

l-e mandat de comparution que vous avez .lancé à ma charge en date du 30 octobre et par lequel vous m'invitez de me présenter devant vous, à 11 heures, ne m'a été remis qu'à 16 h. 30, par l'entremise de Monsieur Henri Tshimbalanga. J'étais absent au moment où le Commissaire s'est présenté à mon domicile. Ce dernier avait remis le mandat à Monsieur Tshimbalanga à 15 h. 15' avec mission de me le transmettre. C'est à 16 h. 30' donc que le mandat m'était parvenu. Comme les bureaux administratifs et du Parquet se ferment à 16 h. 30', il re m'a plus été possible de comparaître en votrc Cabinet. Je vous ai immédiatement écrit une lettre dans laquelle je vous donnais toutes les précisions. C-ette lettre n'a pu vouc parvenir. Devant la confusion qui règne et les calomnies perpétrées à mon adresse, je ne comparaîtrai pas volontairement. J'attends une assignation pour connaître les faits exacts qul

t'

*

,fi'

'it i..,

t

j

K I

me sont imputés. 78

79


fli[ animees par un même idéal: la compréhension et le rapprochement humains (1). J'en garde un souvenir réconfortant. As-tu reçu la lettre que je t'avais écrite d'Accra, peu avant mot retour au Congo, en octobre dernier ? Mon procès passera le 18 janvier, devant le Tribunal de

:,

'1,

Première Instance de Stanleyville.

Le 3 novembre le Ministre du Congo annonce un Colloque avec les partis à Lêopoldvillc. Du 11 au 14 novembre un congrès se tient à Coquilhatville pour londer le p.N.p. (parti National du Progrès) qui apparaît aussitôt comtne un outil aux mains de I'administration coloniale pour enrayer la vague nationaliste. Le 20 novembre le Roi fait appel aux < solutions unanimes> etle 22le cartel AbakoP.S.A. M.N.C./K publieun memorandum sur les structures lutures du Congo. Le 26 novembre le Ministre annonce unc vaste < Table Ronde > pour janvier 60 et le 15 décembre il en trace le progratnme. Le 27 les partis lédéralistes organisent leur Congrès à Kisantu. Mais P. Lumumba est en prtson, de sa cellule il poursuit son action.

LETTRE de PATRICE LU1UUMBA

à

attendant,

je respire

de détention préventive depuis le 1"" novembre, et cela se du procès. Je garde mon sangfroid et ma foi dans I'avenir de notre Pays. Ma conscience ne me reproche rien, L'orage passera, et puis, ce sera le beau prolonge jusqu'à l'ouverture

temps.

Comme

la

je te I'ai expliqué à Bruxelles, mon objectif

reste

:

non-violence.

Je te prie de m'envoyer 20 (vingt) nouveaux livres, les plus la librairie à I'adresse de mon frère :

intéressants qui sont dans

Louis Lumumba

c/o

Avocat Rom

BP 29

Stanleyville.

Adresse-moi la facture avec copie à la Direction provinciale du M.N.C.

BP. 355 Stanleyville, pour règlement. Tu voudras

bien faire- l'expédition par avion et par colis recommandés (2). J'espère que tu te portes'bien et que j'aurai le plaisir de te

revoir. C'est avec le même entrain qu'on slembrassera et qrie l'on devisera sur la rue Belliard. Je te prie de bien vouloir présenter à nos amis communs un

JEAN VAN LIERDE

Patrice Lumumba Président National du M.N.C. Détenu à la Prison de Stan.

Stanleyville, le

En

derrière les barreaux de la prison de Stanleyville. Je suis en état

cordial salut.

Bien amicalement, Patrice.

24

dê*æmbre 1959

Mon Cher Jean, I

lt. l,i

t; ri

I'

i'

Dans le malheur, comme dans le bonheur, on ne pout pas oublier ses amis. C'est pour te dire que, malgré la dure épreuve que je traverse pour le moment non sans courage d'ailleurs, je pense souvent à toi et aux -nombreux entretiens que nous eûmes lors de mon dernier séjour à Bruxelles. Je me rappelle particulièrement de nos causeries à Liège et à la rue Belliard causeries au cours desquelles on sentait - humaine entre monter la chaleur des personnes qui sont 80

(1) P. Lumumba parle du Centre de Présence Africaine où se tenaient tous les débats avec les leaders noirs. (2) N.D,L.R. Lumumba était assoiffé de culture et, chaque fois qu'il

liure Africain,le service de librairie des ,{mis de Présence Atrîcdine. commandait des dizaines d'ouvrages pour lui, Ies cadies de sôn parti et les sections provinciales. passait au

il jl 't'

!

81


i-dtll ii

ii

ll It lr

ll

ii i

il ii ti

iil. l1

iri

fl

iii

li, t

ïr

Lors cles événements de Stanleyville, le gouverneur de la province, Monsieur Leroy, fit une longue déclaration qui fut re-

prise intégralement dans la presse et à la radio, Cette déclaration imputait la responsabilité des événements à Fatrice Lumumba, Président du M.N.C., qui fut arrêté et in' carcéré depuis à la prison de Stanleyville. C'est de cette prison qu'a été expédié ce message : Patrice Lumumba réfute les allégations du gouverneur. Les éléments que Patice Lumumba apporte ici doivent h.âter sa libération. Est'il sauhaitable que le leader du puti qui a recrnilti 90 pour cent des suffrages dans toutes les bommunes de Stanleyville lors des' récentes élections ne soit pas assis â la table ronde qui discutera de I'avenir du Congo ?

SUn LES TNCTDENTS de STANLEYVILLE LA -__VÉRITÉ RÉiÙTATroNs DU DrscouRs PRoNoNcÉ LE 3.11-1959 PAR LE GOUVERNEUR DE LA PROVINCE ORIENTALE SUR LES INCIDENTS DE STANLEYVILLE

4'

rl

<

< li

i

i I

ahnéa: Le Gouverneur déclare:

Le Congrès commencé le vendredi 23 oclobre se déroula

à peu près de façon normale, jusqu'au mercredi soir (obserm"rctedi soir fut le 28-10 date de clôture du

o vation: 1" < Congrès).

n ...Et les pouvoirs publics, malgré une tension croissanto, malgré certaines provocations et menaces de désordre lais-' < sèrent le congrès poursuiwe ses travaux >.

<

Rélutation: 1o) Par cette déclaration, le Gouverneur reconnaît que, du vendredi 23, date d'ouverture du congrès, au mercredi 28 octo* 82

bre, date dc clôture du congrès, celui-ci s'est dérou!é normalement. En Éahté,le congrès fut clôturé sans le moindre incident, le service d'ordre ayant êtê organisé par nos propres soins. A la fin de chaque séance, nous exhortions les membres à observer une discipline exemplaire et à veiller particulièrement au maindont I'Adtien de l'ordre. La preuve en est que les incidents ministration est seule responsable, ne se sont produits que dans la soirée du vendredi 30 octobre, soit deux jours après la clôture de notre congrès. 2') Si, comme I'affirme le Gouverneur de Province, des provocations et des menaces de désordre avaient été perpétrées par le Congrès, les pouvoirs publics n'auraient certainement pas laissé celui-ci poursuiwe ses travaux sans intervenir pour mettre les choses au point. Et s'ils avaient constaté une < tension croissante ), je ne pense pas non plus que les pouvoirs publics auraient laissé accroître une pareille tension sans prendre contact avec les responsables du congrès. Ou bien, les pouvoirs publics n'ont pas rempli leur mission qui est de veiller au maintien de I'ordre social, ou bien ils n'ont rien constaté d'anormal depuis I'ouverture jusqu'à la fermeture du congrès. Cette dernière hypothèse est la seule valable' purce que conforme à la vérité: les pouvoirs publics n'ont rien constaté d'anormal, c'est pour cela qu'ils ont laissé le congrès poursuivre ses travaux jusqu'à la fin. et nous l'avons signalé à temps au Ce qui est vrai - gendarmes avaient délibérément créé Gouverneur, est que les et alimenté une certaine tension au sein de la population, juste au moment où nous tenions le congrès. Deux de nos congressistes, MM. Kanyinda, délégué. du M.N.C. Elisabethville et Kashamura, Président gênêral du Centre de Regroupement Africain de Bukaw, furent malmenés par la police, I'un ayant reçu des coups de matraque et ayant été renversé dans la boue, I'autre ayant étê menacé d'un revolver par un commissaire de police européen. Ils n'ont absolument rien fait qui pouvait justifier de telles molestations. Devant ces'actes de provocation, nous avons adressé sur'le' champ un télégramme de protestation au Gouverneur de Province, en précisant dans ce- télégramme, que ses gendarmes étaient en train de provoquer la population, de semer la panique pour procéder ensuite à la répression en cas d'une moindre réaction des Congolais. Nous savions bien que c'était par des 83


['trlli,i

ti

tentatives de ce genre que I'Administration préparait les répressions.

Notre recours au Gouverneur resta sans réponse et nous n'avons pas compls les raisons de son silence à notrè alerte. Ëtait-ce un coup monté dont l'exécution en était à ses débuts ? En tout cas, le silence du Gouverneur était significatif. Trois ou quatre jours après notre télégramme, des incidents malheureuxl savamment préparés par certains fonctionnaires de I'Administration, éclataient à la stupéfaction générale. Il est clairement démontré que le Gouverneur de Province porte personnellement une part de responsabilité dans ces incidents : au lieu de répondre à notre appel et de remédier immédiatement à la situation, il a laissé ses agents continuer à fomenter et à préparer une barbare répression à l'égard des populations. I

:

Une trentaine de Congolais littéralement Conséquence massacrés par des balles ces gens étaient tués uniquement par des commissaires de police et gendarmes européens. Aucun militaire noir n'a tiré sur les Congolais.

-

,i I

't I

I

5" alinéa: Iæ Gouverneur

dit:

< Disons en passant que la phrase relative à la participation de nombreux chefs coutumiers est une exagération énorme. < 22 chefs de la Province orientale délégués par leurs pairs < étaient descendus à Stanleyville pour désigner ceux d'entre < eux qui feraient partie de la commission de contrôle des

<

< élections. < Que le

M.N.C. les accapare, c'est ingénieux, mais d'une < probité contestable, et les Chefs ont réagi vigoureusement en < adressant à Bruxelles un message de protestation >. Rétutation: Plusieurs chefs coutumiers, membres du M.N.C., venus de différentes régions de la Province d'autres venant des provinces du Kasaï et du Kivu ont- effectivement participé aux

i

ll

- chefs arrivèrent malgré l'optravaux du Congrès. Certains position, suivie des menaces de représailles, des Administrateurs de leurs régions. Les 22 chefs dont parle le Gouverneur dans son discours et qu'il a fait venir à Stanleyville, n'ont absolument rien à voir 84

avec les chefs qui ont assisté à notre congrès. Læs journalistos européens, qui assistaient à notre congrès, ont bien vu ces chefs, donf certains portaient leurs médailles et insignes officiels : la presse possède la liste de ces chefs. I-e, Gouverneur déclare que ses < invités >, les 22 chefs ont adressé un message de protestation à Bruxelles. Ce message a été suggéré et rédigé par le Cabinet du Gouverneur de Province, dans le seul but de biouiller les cartes et de faire croire au Ministre et à I'opinion publique métropolitaine que des chefs û'ont pas assisté au congrès M.N.C. Personne n'ignore à Stanleyville que la plupart des chefs

sont afflliés au M.N.C. ; I'Administration a vainement essayé de les détourner, mais les chefs, comme leurs sujets, considèrent le M.N.C. comme le mouvement qui représente le mieux leur opinion et qui défend le mieux leurs intérêts' La preuve en est donnée par la victoire écrasante que le

M.N.C. vient de remporter aux élections et ce, malgré

les

manæuvres d'obstruction de I'Administration. En lisant le discours du Gouverneur de la Province orientale,

on se demande si les Autorité de Stanleyville ont le souci Ia vêrité.

de

8" alinéa: Le Gouverneur déclare : < Accéder au désir du congrès c'était ajourner les élections, << reporter la mise en place des institutions, donc retarder f in< dépendance >.

Réfutation: L'interprétation du Gouverneur est erronée. En demandant I'ouverture des négociations avant les élections, le congrès voulait au contraire voir accélérer le processus de I'indépendance. En d'autres mots, le congrès se référait au message ministériel du 16 octobre 1959 et dans lequel le Ministre de Schryver précisait que < la Belgique nnentend pas imposer au Congo des formules toutes faites >. En langage clair, le message du Ministre devait être discuté, notamment quant aux réformes qu'il préconisait. Puisque les réformes et le sytème électoral préconisés par le Ministre n'ont pas rencontré I'approbation de la population, le congrès a estimé nécessaire de demander I'ouverture immédiate des négociations avant le déroulement des élections : 85


c'était

la seule voie possible pour sortir de l,impasse. Un

dialogue franc et loyal, tenu entre le Ministre et les dirigeants des partis politiques, devait indubitablement dissiper les équivoques et réconcilier les parties. C'est dans cet esprit que notre

au Ministre contenait, en autres, cette phrase : ( L'INTÉRÊT SUPÉRIEUR DU CONGO ET DE LA BELGIQUE MILITE EN FAVEUR DE CES NÉGOCIATIONS T. En efiet, nos deux pays le Congo et la Belgique ont intérêt à chercher ensemble- des solutions constructives-à nos télégramme

problèmes communs. Cela implique que les dirigeants belges doivent se dépouiller de leur tendance à vouloir toujours imposer. Cnest là que réside le mal. C'est là I'origine du mécontentement des Congolais et du malaise politique. Nous n'avons, en aucune occasion, conçu la solution du problème congolais ou l'accession du Congo à I'indépendance, sans passer par la voie des négociations pacifiques avec la Belgique.

et

amicales

9", 10" et 11. alinéas, L" Goou.rneur déclare: c Devant l'attitude du Ministre, M. Lumumba sortit de la c réserve qu'il s'était dans une certaine mesure imposée. Et le < mercredi 28 à sa séance quotidienne, il alimenta son auditoire < de propos tels que ceux-ci: < Le Congrès National du M.N.C. a décidê que Ie divorce ( avec la Belgique est prononcé à partir d'aujoùrd'hui. Nous c marcherons contre la Belgique. On vient de publier un décret < où l'on dit que ceux qui sabotent les élections on les mettra < en prison. Nous n'avons pas voulu utiliser la violence, mais ( pour votre frère opprimé et qui souffre ne votez pas. Tous c ceux qui veulent I'indépendance immédiate ne se présente. ( ront pas au bureau de vote, parce que ce sera votre suicide. < Aujourd'hui, jusqu'à I'indépendance congolaise, un mot < d'ordre : pas de collaboration : désobéissance civile, lutte c pour le peuple ; pas d'élections, tout le monde doit boycotter c les élections. Vous tous qui êtes ici à la fin de l,année n,allez ( pas voter. Si vous le faites c'est que vous êtes contre I'indé< pendance.

c

Et pour finir une menace envers les Congolais. c Si quelsa carte du M.N.C. c,est qu'il ne veut pas

< qu'un n'a pas < I'indépendance

).

86

Phrase grosse de sous-entendus >.

Ici, le Gouverneur ne cherche qu'un but: justifier

devant

I'opinion publique, les mesures de répression brutale que son Administration a cru devoir prendre à l'égard de la population noire; le Gouverneur, principal responsable de cette farouche répression, veut aussi se disculper, en essayant de trouver un bouc-émissaire en ma personne. Partisan acharné de la démocratie, je n'ai jamais refusé des élections mais contre quoi je m'insurgeais, c'est contre des élections anti-démocratiques qui prévoyaient 40 Vo des mem40 Vo des sièges que I'Administration coloniale bres nommés - par des nominations arbitraires. Avec un tel a voulu se réserver système électoral le Congo ne pouvait pas avoir des assemblées démocratiques et vraiment représentatives : l'indépendance que la Belgique nous a promise n'avait donc plus aucuû sens. Ou bien la Belgique se prononce sincèrement en faveur de et nous croyons qu'elle a été I'indépendance du Congo proclamation du 13 janvier ; dans ces conditions, sincère dans sa conséquente avec elle-même et ne pas la Belgique devait être pous imposer un système électoral quelconque ou une forme quelconque de gouvernement. C'est au peuple congolais qu'il de préparer, avec le conet qu'il appartient appartenait - de l'Administration, - sa propre Constitution; cours technique c'est au peuple congolais qu'il appartient également de former son propre gouvernement et ses propres assemblées par des élections entièrement libres. D'un côté la Belgique nous promettait I'indépendance, donc la démocratisation du Congo, et de l'autre côté, le Ministre du Congo nous proposait un simulacre de démocratie, donc le maintien déguisé du statut colonial. Il y avait là une incompatibilité et nous voulions que les choses soient tirées au clair. Je n'ai jamais dit que je vais marcher contre la Belgique ou

que nous marcherons contre la Belgique, parce que je sais pertinemment bien que l'écrasante majorité de la population belge de la métropole est contre I'oppression des Noirs : je I'ai constaté à chacun de mes voyages en Belgique. Le peuple belge de Ia métropole n'approuve pas du tout le statut colonial auquel est aszujetti aujourd'hui le Congo, un régime d'asservissement où tout un peuple de 14 millions d'habitants est commandé dictatorialement par une petite oligarchie économique. Je sais, pour en avoir fait personnellement I'expérience, que le peuple

87


|-ilii ri

il

belge de la métropole n'a pas des visées impérialistes, et que si ça ne dépendait que de lui, nous n'aurions pas, nous Congolais, tous ces malheurs que tous connaissons aujourd'hui. Nos tortionnaires sont au Congo, avec quelques tireurs de ceux-là qui ne visent que leurs dividendes ûcelle en Belgique coloniales et capitalistes. C'est une dans de grosses sociétés minorité de quelques prébendiers qui est à la base de notre calvaire. Je sais qu'après I'indépendance du Congo, nous ferons appel à de nombreux Belges de la Métropole de venir nous aider au Congo, comme beaucoup de jeunes congolais iront se spécialiser

ll rl

et se former en Belgique Partisans de I'amitié entre les peuples, nous prouverons que nous demain une fois notre gouvernement installé - pas des racistes ou des anti-Blancs. -Les racistes, ne sommes qu'ils soient Blancs ou Noirs, ne sont que des idiots : c'est la valeur humaine qui compte, le reste n'est que de la mystiûcation. l-e, Congo indépendant ntj pourra pâs, en ces temps modernes, vivre isolé : il doit entrer dans le concert des nations libres, dans le cadre d'une franche coopération économique et scientifique. Mais il est indispensable que le Congo puisse jouir, sans trop attendre, des prérogatives de sa souveraineté. Notre intention est, après la proclamation de notre indépendance, de conclure un traité d'alliance avec la Belgique, mais sur un pied d'êgahté et en toute liberté : nos deux nations seront unies sous le Congo et la Belgique indépendantes - et d'une collaboration fraternelle. le signe de l'amitié Telles sont nos intentions à l'égard de la Belgique. Mais les fonctionnaires coloniaux, qui ont perdu aujourd'hui la confiance des populations pour s'être toujours conduits au Congo comme dans un pays conquis, ces fonctionnaires coloniaux s'ingénient à tromper I'opinion métropolitaine: ils nous présentent comme étant des ennemis de la Belgique, alors qu'en réalité, nous ne le sommes pas. Nous ne sommes pas contre les Belges, mais uniquement, contre les agissements des fonctionnaires coloces fonctionnaires coloniaux et dictateurs niaux. Ce sont gâchent I'amitié entre la Belgique et le Congo, ce sont -eux{lui qui aigrissent les Africains, ce sont eux qui procèdent aux tueries, ce sont eux qui bafouent journellement la dignité de I'homme noir, ce sont eux qui démoralisent les Congolais, ce

li I

I

I I

88

sont eux qui troublent les espriti de même que la paix sociale,

ce sont eux qui enlèvent à l'æuvre belge en Afrique

son

caractère humanitaire, ce sont eux qui donnent l'impression aux Noirs que la Belgique est une nation colonialiste. Cette vérité, on la camoufle: elle est camouflée par des rapports de I'Administration coloniale, elle est travestie pal unp ttrutne de journaux édités au Congo et qui ont, pour consigne: défendre ieurs bailleurs de fonds, cacher la vérité, induire l'opinion métropolitaine en erreur, chanter les louanges de I'administration coloniale pour ne pas la trahk, combattre méchamment les nationalistes noirs qui condamnent les injustices des Blancs et réclament la jouissance des libertés humaines pour

leurs frères, les traiter d'agitateurs, extrémistes, anti-belges, communistes, agents de Moscou, recevant des mots d'ordre d'Accra, de Guinée, etc. etc. Un théâtre bien monté, une propagande bien orchestrée et menée de concert par la radio et la presse coloniales.

læs quelques Congolais, qui se laissent corrompre, qui disent toujours des mensonges aux Blancs pour acheter leur sympathie et s'assurer quelques petites faveurs, ceux qui touchent de I'argent pour aller faire de la propagande antinationale, qui signent aveuglément des textes rédigés à l'avance, I'Administration et la presse les présentent commê < les seuls

amis des Belges >, les < interlocuteurs valables >, les gens intelligents, les < modérés >. Mais ces mêmes modérés, ces marionnettes, une fois qu'ils se trouvent parmi les Congolais, disent le contraire de ce qu'ils disent aux Blancs. Ce sont des hommes à double visage ! Et c'est avec ces hypocrites que I'Administration et les coloniaux préfèrent traiter. A Stanleyville notamment, tous ces hypocrites que l'Administration a toujours présentés comme des représentants valables de la population, viennent tous d'être balayés aux derrtières élections. Nommés depuis des années Membres du Conseil de Province et du Conseil de Gouvernement, parce qu'ils étaient bons pour défendre l'Administration, les élections qui ont < écarté > ces anciens Conseillers du Gouvernement - démontrent que ces messieurs ne représentaient nullement la -population et qu'ils n'ont jamais eu la confiance de celle-ci. Mais toutes ces vérités, I'opinion belge de la métropole les ignore : elles triompheront tôt ou tard. 89


#r

t

l2a alirLéa: Le Gouverneur poursuit: < J'ai d'abord pensé que déçu par la réponse du Ministre < M. Lumumba avait perdu son sang-froid. Mais depuis j'ai < appris qu'il avait reçu à l,étranger des leçons de technique < révolutionnaire. J'ai personnellement la conviction que toutes < ces outrances étaient préméditées et que M. Lumumba a < délibéremment voulu l'émeute pour creuser entre Noirs et < Blancs un fossé de sang >.

On veut faire du Congo une réserve nationale d'où les Noirs ne peuvent sortir, de leur propre intitiative, au risque de se -voir traiter comme un vil espion au service de puissances étrangères. Le discours du Gouverneur, à cet égard, n'est autre chose qu'une forme déguisée de propagande pour décourager les Congolais désireux de sortir du Congo. Le Gouverneur ne saurait pas non plus justifier sa < conviction r, selon laquelle j'ai délibérément et par préméditation, voulu l'émeute pour creuser entre noirs et blancs un fossé de

Rêlutation:

sang.

C'est une accusation gratuite, mêlée de calomnies. Le Gouverneur ne saurait fournir la moindre preuve coillme quoi j'ai reçu à l'étranger des leçons de technique révolutionnaire.

Il

suffit, pendant la période coloniale actuelle, qu'un Noir du Congo fasse un voyage en Europe ou dans un àutre pays africain, pour qu'il soit accusé a priori de tous lee pdches possibles et inimaginables. s'il h'est pas accusé d'aller récevoir des leçons de technique révolutionnaire comme le déclare - dira qu'il est le Gouverneur dans son discours on allé - Américains i. < vendre le Congo aux Russes, ou aux Depuis que j'ai pu au prix nombreuses entraves - congo pourdeassister administratives sortir du des réunions - pan-africaines consacrées auxàproblèmes internationales ou de I'Afrique ou du Congo, je suis considéré par tâdministration coloniale et les fonctionnaires coloniaux, comme une brebis galeuse. Simplement par préjugé. Mais quand les mêmes fonctionnaires, les mêmes Européens envoient certains Congolais à Rome, en Allemagne, en Améri_ que, en Belgique ou dans certains pays africains, ils ne les accusent pas; ils ne fes accusent pas parce que ces Congolais ont reçu leur < bénédiction >. Quand des parlementaires ou des hommes politiques belæs vont €n Amérique, en Russie, en France, en Egypte, èn Araùie, en Chine, en Pologne, est-ce pour y recevoir des mots d'ordre ou des leçons de technique révolutionnaire ? Est-ce commettre un péché que de sortir du Congo, pour aller apprendre, s'instruire, se former et prendre des -coniacts avec d'autres groupements humains ? Accuse-t-on les Blancs du Congo qui effectuent souvent des voyages à l'étranger ? 90

Est-ca moi qui ait donné ordre aux gendarmes européens de procéder à des massacres sur la personne des Noirs ? N'est-

ce pa. IAdministration qui, ne trouvant aucun moyen {e m'airêter et de noyauter mon parti, a proflté de la tenue de

notre Congrès.pour déclencher une répression afin de pouvoir mettre la main sur moi ? Les Congolais n'ont rien fait, les membres de mon parti ne se sont livré à aucune voie de fait. Je n'ai jamais dit à la population de se rebeller contre les pouvoirs publics. Les Congolais sont tués, avec la plus grande cruauté, -parce qu'ils se sont affiliés au M.N.C., parce qu'ils ont crié: INDÉPENDANCE. Le Gouverneur avait cru que son règne 6gi1 fini, parce quoau lieu de I'acclamer, les Noirs de sa Province m'acclamaient: s Vive Lumumba ! Vive notre Ministre >, il a été blessé dans son amour-propre, c'est pourquoi il a 'ordonné la répression ainsi que mon arrestation' Telle est la v&itê, connue de tout le monde. Telle est la vérité que le Gouverneur de Stanleyville essaie d'étouffer de toutes ses forces.

Si j'avais délibérément voulu l'émeute, pourquoi aurais-je un télégramme de protestation au Gouverneur de Province (télégramme auquel il ne voulut donner aucune suite) adressé

lorsqtie ses gendarmes commençaient à brutaliser les Congolais ? Si j'avais voulu l'émeute, pourquoi ai-je un jour abandonné le Congrès pour amener, chez le Procureur du Roi et demander

à

celui-ci d'ouvrir une enquête, une personne qui avut ênê palr un com-

grièvemeut blessée au moyen d'une arme ? missaire de police européen

-

Si je voulais l'émeute comme I'affirme le Gouvernellr, sans d'ailleurs apporter

la moindre preuve

- ie

J

n'aurais pas 91


'

r

,; ,'11;,' i'fr$.r;l t r \' ' ll

:.

1

I

fait toutes ces démarches

auprès du Gouverneur et du Procureur du Roi pour requérir leur intervention Rien, dans mes actes comme dans ma conduite, ne prouve

que je suis un candidat émeutier. Il est fort curieux, qu'un Gouverneur de Province, fonctionnaire public, puisse publiquement me porter de telles accusations, dénuées de tout fondement. La seule explication que l'on puisse donner à cette légèreté, est que le Gouverneur, devant la difficulté de justifier ses actes et le bien-fondé des massacres de Stanleyville, a cru devoir user

d'un subterfuge: trouver un bouc émissaire en ma personne pour consacrer ainsi le complot quri a étê savamment monté. Jamais, en aucune occasion, je n'ai prêché la viôleuce au sein du M.N.C. Bien au contraire, j'ai toujours condamné la violence, la brutalité et I'injustice ; je ne peux pas utiliser moimême ce que je réprouve chez les autres, notamment la violence.

Je ne fais que déplorer amèrement les méthodes barbares que I'Administration a employées à l'égard d'une population pacifique, non armée, et qui ne lui demande qu'une chose: la jouissance de la LIBERTÉ. Il n'y a rien qui a pu juStifier l'emploi des armes contre la population; celle-ci était calme. 13" alinéa : Le Gouverneur <

...Jeudi soir

la

réunion

dit:

fut plus exaspérê encore.

De

< nombreux assistants ovationnaient, en agitant des lances et des < machettes, et fut question d'une descente vers le centre de

il

<_la

ville pour le lendemain

>.

Réfutation: Jeudi, fut le 29-lO-59, jour d'ouverture du Congrès extraordinaire organisé par les 5 partis potitiques suivants : Centre de Regroupement Africain, dont la direction se trouve à Bukavu, Parti du Peuple, dont la direction est à Léopoldville, Fédération Générale du Congo, dont la direction est"à Elisabethville, Union Nationale Ruandaise, dont la direction est au Ruanda-Urundi et le Mouvement National Congolais. Le Congrès du M.N.C. était clôtué le 2g-10-59, dans le calme le plus absolu. A la séance d'ouverture de ce congrès extraordinaire, 6 92

discours furent prohoncés respectivement par MM' Weregemere et Kashamura, iout deux délégués du Centre de RegroupemenJ Africain, Æib;, du Parti du Peuple, Michel Rwagasana, SecrétÂli géneral de I'Union Nationale Ruandaise, Emmanuel Nzuzi,-délégué de I'Union de la Jeunesse du Congo, et par moimême.

ces différents discours étaient des exposps faits sur l'orientation de notre progamme Politique' Au cours de cette séance, il n'a jamais été question d'une < descente vers le centre de la ville pour le lendemain >, c'est-à-

dire pour la journee du 30 octobre. I1 s'agit là d'une gros-s9 imagination. Qï'alions-nous faire en ville ? Y chercher quoi ? pour quel but ? Et pourtant, contrairement aux calomnies du Gouverneur, il aucune descente vers le centre de la ville le lendemain o,y u "o I'imagination Gé SO-rOl. cette descente ne résidait que dans du Gouverneur, Le 30 octobre, les Congolais se trouvaient dans leur cité ; nous tenions une réunion dans une maison privée lorsque, tout d'un coup, nous avons entendu retentir des détonations de fusils: la répression était déclenchée, sans aucune raison ni explication. ôuelques instants après, le quartier Mangobo .où nôs tenions le côngrès ét'ot placé sous l'occupation militaire, des cadavres gisaieni par ci par là. 11 n'y a eu aucun soulèvement qui a pu justifiei cette descente militaire t c'ét'.t le fruit d'un complot monté à l'avance. Pour 1e Gouverneur, c'est commettre un crime que d'ovationner et de manifester de l'enthousiasme au cours d'une réunion

?

Ce que le Gouverneur appelle de I'exaspération, pour ce qui concèrne notre réunion du jeudi 29 octobre, n'est qu'une àanifestation de 1a joie, de I'exultation, les Congolais se réjouissaient en nous promettant leur total appui dans la poursuite de notre objectif : l'indépendance immédiate du Congo' Le ralliement des masses populaires autour du M'N'C' n'a pas fait plaisir au Gouverneur et à son administration; ils en ètaient inquiets, parce que nous condamnons le régime colonial et ses conséquences. Le Gouverneur n'a pas assisté à nos réunions ; aucun fonctionnaire ne se trouvait non plus à la séance du jeudi 29 octobre, comment le Gouverneur peut-il alors affirmer péremp93

l l

l

j


'l

,

{lril .ti.,. Ir it

'+

ii ;i il:.)

',1' rl

rri

'rf 'i:l' l11l I

'li

,ili

toirement ( qu'il a été question d'une descente vers le cetrtre de la ville >. C'est une invention. Ne redoutant aucun démenti parce qu'il m'avait réduit au silence en me jetant en prison - le Gouverneur a sciemment induit I'opinion publique en erreur.

: Læ Gouverneur poursuit : < La propagande du M.N.C. s'accompagne et personne ne c I'ignore à Stanleyville de la formation de groupes d'intimidac tion qui obligent les Congolais à payer la carte du M.N.C. < On ne compte plus dans ce parti les adhérents obligés r. 13s alinéa (suite)

.iri

ii I

!

t,i ,l il

I

I

'i

Rélutation: C'est une affirmation gratuite. Aucun Congolais ne s'est plaint à ce jour auprès des Autorités d'avoir été I'objet de manæuvres d'intimidation quelconques par les membres du M.N.C. Jamais une personne nna été contrainte ou obligée à s'affilier au M.N.C. Si nous luttons pour la LIBERTÉ, c'est pour que chaque citoyen congolais puisse jouir de sa liberté et de ses droits de citoyen. Cette liberté implique, pour chaque homme, le droit de penser, de choisir, d'agir, selon les directives de sa conscience et des règles établies. La véfité est celle-ci : malgré les brimades de l,Administra" tion et la campagne d'obstruction dirigée contre notre Mouvement, le M.N.C. a connu et continue à connaître un succès de plus en plus croissant. Pour nous combattre, pour endiguer la montée du M.N.C. l'Administration soutient visiblement certains partis politiques dont certains sont de sa propre inspiration ; mais tous ces partis échouent lamentablement: les Congolais s'en méfient. C'est librement que les Congolais s,affilient au M.N.C., librement qu'ils payent leurs cartes, hommes et femmes.

cnest

C'est librement que toute la population a voté pour le M.N.C. et que celui-ci a remporté une victoire écrasante aux élections du 20 décembre : 9O Vo des sièges enlevés par le M.N.C. dans toutes les communes congolaises de Stanleyville. Les fonctionnaires ont surveillé la régutarité des élections: le vote a été libre. Les insinuations du Gouverneur ne sgnt pas du tout fondees. Iæs faits sont là ! 94

alinéa : le Gouverneur dit: L'agitation causée par Lumumba et ses 4 ou 5 mille < clients > habituels jetait les 100 mille habitants de Stanley< ville dans une dangereuse inquiétude >.

1#

<

Rélutation:

Je n'ai créé aucune agitation. Je n'ai pas 4 ou 5 mille r à Stanleyville ; mais toute la population est affiliée au M.N.C. : les preuves sont là. C'est tout le peuple congolais < clients

qui réclame son indépendance et non seulement les habitants de Stanleyville. L'atmosphère politique de Stanleyville, est celle qu'on enregistre dans tous les centres du Congo : c'est le fait d'une évolution inéluctable. 15" alinéa: le Gouverneur déclare:

la prison qui s'élève de la ville et vendredi à la frn de I'après-midi,

q Cette nerqosité gagna les détenus de

( au cæur même

< 500 détenus refusèrent de regagner paisiblement leurs locaux, <

brisèrent les lits métalliques

et s'armant des barres

de fer

< ainsi récupérées se rebellèrent >.

Observation: La prison se trouve à quelques kilomètres du lieu où nous tenions le Congrès. Aucun congressiste n'a eu des contacts avec les prisonnierc, personne d'entre nous n'a été à la prison. La révolte des détenus doit trouver sa cause ailleurs. Ce n'est pas la preinière fois que les détenus se révoltent dans la prison de Stanleyville: des cas analogues se sont déjà produits. C'est le comble des calomnies, que de vouloir mettre sur mon compt€, la rébellion des détenus. 16" alinêa: le Gouverneur poursuit: t Les esprits étaient survoltés. Il aurait été criminel de < laisser Lumumba et son congrès poursuivre sa campagne < d'excitation. La police fut donc chargée d'occuper le local où < Patrice Lumumba haranguait quotidiennement les populations < et qui, notons-le était une salle communale >.

Rélutation: L,e Congrès M.N.C. et moi-même n'avons

fait aucune cam95


pagne d'excitation. fæ Gouverneur se contredit d'ailleurs, puisque dans le 4" alinéa de son discours il dit ceci : a Le Congrès commencé le vendredi 23 octobre se déroula d'une façon à peu près normale, jusqu'au mercredi soir... Et les pouvoirs publics, malgré une tension croissante, malgré certaines provocations et menaces de désordre laissèrent le congrès poursuivre ses fra-

vaux ).

Le Congrès M.N.C., ouvert le 23 octobre, s'est clôturé le mercredi 28-10-59 : il n'y eut aucun incident, et l'Administration ne nous a rien reproché. On ne pouvait plus parler du Congrès M.N.C. parce qu'il tut clôturé le 28-10-59. Le 29 octobre s'ouvrait un autre Congrès: le congrès extraordinaire organisé par 5 partis politiques nationalistes (C.E.R. E.A. U.N.A.R. Fédération Générale Parti du Peuple du Congo M.N.C.). Le 30 -octobre, soit deux jours après la clôture du Congrès M.N.C. et cependant que le Congrès Extraordinaire tenait ses assises, l'Administration déclenchait son opération: ce fut la

: I

l

répression dirigée sans aucun motif valable contre la population. Il est donc absurde de dire comme le dit le Gouverneur: - Lumumba et son Congrès < il aurait été criminel de laisser poursuivre sa campagne d'excitation >.

.t i

,i

.

[,

Ce n'était pas le Congrès de Lumumba, ce n'est pas Lumumba qui tenait le congrès, mais bien: le Congrès des partis politiques, organisé par les 5 partis nationalistes déjà cités. Et ces cinq partis politiques en assumaient collectivement la responsabilité. Mais le Gouverneur, subtilement, visant toujours son but: arrêter Lumumba, ne parle pas du < Congrès extraordinaire des partis >, ne cite pas les autres partis politiques avec qui nous tenions ce congrès ; il ne parle que de < Lumumba > comme si Lumumba personnifiait les 5 partis. Il ne parle pas des six discours prononcés au cours de ce congrès et dans la même soirée du 29-IO, il ne parle que du seul discours de Lumumba. Suivant en cela I'exemple du Gouverneur, le Parquet fait de même. C'est une manière spéciale de rendre la justice dans les colonies. L'opinion publique noire a vainement réclamé I'envoi d'une commission parlementaire d'enquête pour établir les responsa96

bilités, le'Gouvernement belge ne donne aucune suite à cette Et pour cause ! Le cartel < Abako-M.N.C.-P.S.A. > a, lors de son récent séjour en Belgique, demandé aux Ministres du Congo loenvoi d'une commissiôn d'enquête. Des motions analogues ont êté présentees au Roi par différents groupements, au cours de son voyage d'étude au Congo. Sa Majesté va-t-elle aussi refuser que la lumière soit faite autour de cette affaire et du massacre d'une trentaine de demande.

Congolais ?

CONCLUSION Je ne suis, ni directement, Tri indirectement responsable des incidents de Stanleyville. Toute la population de Stanleyville plaidera cette innocence.

L'Administration ne voit pas d'un bon æil le succès que

remporte le M.N.C. et qui va toujours grandissant, elle ne voit pas c€ succès d'un bon æil parce que, selon I'Administration, le M.N.C. est un mouvement révolutionnaire, qui dévoile ses erreurs au grand jour. L'Administration craint que le M.N.C. grâce à ce succèsn ne soit au pouvoir ou n'ait une forte participation au pouvoir, dès la mise en place des institutions nationales et d'un gouvernement congolais. C'est pourquoi I'Administration prend toutes les mesures pour décapiter le M.N.C. avant l'issue finale, notamment, en jetant en prison ses chefs de file. L'Administration doit-ellç se servir de la justice comme d'un instrument de vengeance privé à l'égard des leaders qui n'approuvent pas entièrement sa politique ? Est-il opportun, qu'au moment même où nous cherchons les bases solides d'une vraie démocratie, I'Administration liwe, aux leaders nationalistes, son dernier assaut de la répression ? Est-ce là vouloir l'amitié entre nos deux peuples ? Est-ce en procédant aux massacres, en nous brandissant des revolvers, des mitraillettes, des canons, que I'amitié s'établira entre les Belges et les Congolais ? Est-il humain qu'une Administration qui se dit chrétienne et civilisée, se comporte de la sorte à l'égard des populations qu'elle a pris la charge d'êlever, de protéger et d'émanciper ? 97


i

*

$tl'i

ii ti

li i.l

ii i; i

'1,

,l il :'i:

'ii riit

r

"[l ri' 'i^

t!

de ses armées, organise continuellement des expéditions punitives contre des populations non armées et pacifiques ? Des populatious qui, durant 80 ans, ont accordé leur hospitalité aux

arrivent à Bruxelles dès le 9. Le 13 la liste est publiée, il y aura 81 congolais invitês, 43 efrectils et 38 suppléants, mais aussitôt les pariis nationalistes protestent contre la répartition arbitraire des sièges. De sa prison Lumumba suit attentivetnent les événe'

Belges ?

ments.

Est-il équitable, qu'une administration, abusant de la force

Est-il raisonnable que, pour des questions d'amour-propre ou pour quelques intérêts égoïstes et privés, on foule I'intérêt général de la Nation aux pieds ? Est-il acceptable que quelques individus, dans la poursuite de leurs intérêts personnels ou pour la sauvegarde de quelques petits privilèges mal compris, continuent à briser les tens de I'amitié entre le Congo et la Belgique ? Est-il concevable que la Belgique, qui assume, à l'égard du Congo, une lourde responsabilité morale sur le plan international, laisse faire ses fonctionnaires coloniaux, comme ils le

,i

font aujourd'hui ? N'est-il pas temps de crier haro sur ces ignobles actes de

t; il' !-

lèse-humanité ? C'est dans l'amitié, sans hainè, que je poursuis mon objectif, qui est: le triomphe de la liberté et de la justice au Congo.

i

iI

iti i

LETTRE DE PATRICE LUNIUMBA ADRESSÉE DE SA PRISON A ;TEAN VAN LIERDE Stanleyville,

le 13 janvier

1960

Mon Cher fean, C'est avec un réel plaisir que j'ai reçu ta charmante lettre pour laquelle ' je te remercie bien. Je m'excuse d'avoir mis beaucoup de jours avant de te répondre. J'étais fort occupé ces derniers jours en vue de mettre au point les détails de ma défense.

Détenu à la

Stanleyville, le 27 dêæmbre 1959. P. Lutrfinrse Président National du M.N.C. prison de Stanleyville pour avoir revendiqué

I'indépendance du Congo.

*

l.i

ANNÉE

i,i i' !" I

T960

Une année décisive s'ouvre pour le Congo. L'agitatîon politique s'étend des villes aux carnpagnes. Le 3 janvier le Roi Baudouin rentre à Bruxelles, après sa tournée au Congo. A Stan il avait été accueilli par les rruÆses criant < Libérez I.umumba ! > Le 5 le gouvernernent belge prépare la lîste des puticipants à la prochaine Table Rondc dont les premiers delégués ltoîrs 98

Maître Jean Auburtin, du Barreau de Paris, qui doit assumer ma défense, est arrivé à Stanleyville le 9 courant. Maitre Rolin, empêché par ses devoirs parlementaires, s'est fait remplacer par Maltre Marres, qui vient également d'arriver de Bruxelles. Ce dernier est un ancien avocat de Stan. Un autre avocat de Stan, Maître René Rom est joint à Maîtres Auburtin et Marrès et les trois avocats assurerott conjointement ma défense. C'est lundi 18 janvier que le procès s'ouvre. Je n'ai rien fait qui puisse justifier mon exil. Je n'ai commis aucun crime, aucun délit, que d'avoir revendiqué notre indépendance. Cette indépendance est notre droit sacré que la Belgique ne nous conteste pas. C'est par des moyens pacifiques de non-violence que'nous avons toujours entendu réaliser cette indépendance. Mes avocats dégageront la vêritê pour que la lumière soit portee devant le monde. Malgré ces contrariétés, qui sont toujours possibles dans surtout pour cerDr qui ne la vie des leaders nationalistes je reste fidèle chantent pas le catéchisme du colonialisme ma famille, à ma vocation. Si j'ai tout sacrifié (ma situation? mes loisirs), c'est pour servir notre Patrie. 99


'*l'ii,

il ,., ilr;

rr'l I

ii I :,

rl. I

ii

i

J'ai reçu la facture pour les liwes. J'ai donné,ordre à mon comité de te faire un mandat. Ajoute également sur la liste I'ouvrage de Chomé dont tu m'as annoncé la parution, de même que la biographie sur Gandhi (1). Si tu as trouvé de nouveaux livres, tu peux encore m'envoyer une seconde facture. Si I'expédition n'est pas faite, tu peux conserver les livres et je les ferai enlever par un de mes hommes qui viendront participer à la conférence de la Table Ronde (si personnellement je n'étais pas libéré). J'ai envoyé Mobutu (2) chez toi au sujet des livres, mais la commission dont je l'avais chargé ne pouvait plus s'exécuter, car M" Auburtin à qui il devait remettre les liwes, était déjà venu à Stan. Veux-tu écrire à mon secrétaire, Joseph M'Buyi B.P. 8201 Léopoldville 1 pour qu'il te fasse parvenir régulièrement un numéro du journal (abonnement gratuit), de même que les numéros parus antérieurement s'il y en a encore. Les malheureuses palabres auxquelles tu avais assisté de loin, ont été suscitées par les gêns que tu connais. La maxime < divide ut regnes > n'a jamais perdu son sens. En tout cas, ce ne fut que le feu de paille car tu I'as bien constaté après les résultats des élections. Ce succès n'est que le prélude pour une victoire finale et décisive. Dans toute organisation, il y a et il y alua toujours des défections. Dans chaque parti politique, il y aura toujours des indécis, des renégats, des déviationnistes (3). Ce qui est arrivé au M.N.C. au début est une épuration, ou plutôt une sélection nécessaire, car deux idéologies ne peuvent pas coexister ensemble. Moi, je préconise I'Unité, les Kalonji, Ngalula et Ileo préconisent la division. Dès sa constitution en octobre 1958, le M.N.C. a opté pour I'unitarisme. Au Congrès tenu au mois d'avril 59 par les différents partis politiques réunis à Luluabourg, nous avons réaffumé cette position et tous les partis présents I'ont adoptée. Toute la doctrine du M.N.C. est basée sur I'unité du Congo. Et si aujourd'hui, les dissidents ont

opté pour le fédéralisme de Kasa-Vubu, c'est uniquement par d'opportunisme. Ayant été rejetés par toutes les sections M.N.C. à cause de leur acte de trahison à l'égard du Parti, s'écroulant de plus en plus, ils sont allés se mettre sous les ailes de I'Abako pour flatter les sentiments tribaux. ERfin, nous reparlerons de tous ces problèmes de vive voix quand nous aurons looccasion de nous revoir. Crois, mon Cher Jean, à mes sentiments de parfaite amitié.

P. Lumumba.

I

:l

Il

: t La Passion de Simon KimC'est ce même Mobutu qui flt le coup d'État de septembre 1960 comme chef de l'armée. (3) Il s'agit d'un débat qui flt suite à la scission au sein du M.N,C. (1)

l

bangu -(2)s.

100

s'agissait de I'ouvrage de Chomé

101


',,,,1t

];i

M.N.C., le Ministre du Congo avait répondu par une ûn de nol recevoir. Cette attitude négative déconcerta et le M.N.C. et tous ceux qui avaient placé leur confiance au Ministre du Congo.

La Conférence de la Table Ronde doit s'ouvrir b 2A ianvier. Les délégués du M.N.C. exigent la libération de lew président et sa présence à Bruxelles.

POSITION DU M. N. C. LUMUMBA FACE A LA qONTÉRENCE DE LA TABLE RONDE La délégation du < Mouvement National Congolais >, composée de:

MM. Victor Nendaka, Vice-Président National; Joseph M'Buyi, Secrétaire National ; Jean Yamba, Président provinoial du M.N.C. /Katanga; Joseph Kasongo, Président provincial du M.N.C. /Province Orientale ; Jean Finant Vice-Président provincial du M.N.C. /Pmvince

Orientale (1) : invités par le Gouvernement belge pour participer à la Conférence de la Table Ronde, communique ce qui suit à I'opinion publique belge.

Le Congrès National du M.N.C. réuni au mois d'octobre dernier à Stanleyville, avait demandé au Ministre du Congo I'ouverture des négociations en vue de trouver une solution équitable au problème congolais, étant donné que la politique préconisée par Monsieur De Schryver dans son message du 16 octobre 1959, n'a rencontré l'adhésion d'aucun parti du Congo. Aux propositions constructives du Congrès National (1) N,D.L.R. V. Nendaka se séparera de Lumumba en aVril 1960 et deviendra chef de la Streté en septembre, G. Kasongo deviendra président !_t !a Chqqlre des Représentants en juin 1960, élu-par tous les^alliés du M.N.C.

J. Mbuy aurait été assassiné en octobre 1960 et G. Finant

assassiné

to2

sera

le 13-2-1961 à Bakwanga, capitale du Sud-Kasaï de M. I(alonji.

Devant cette situation, le Congrès National M.N.C. s'est vu obligé d'adopter une opposition aux projets par lesquels le Ministre du Congo voulait imposer au Congo des institutions semi-démocratiques.

A la suite de cette opposition manifestée par le Congrès National du M.N.C. à l'égard des projets ministériels, I'Administration locale a procédé à I'arrestation de Monsieur Patrice Lumumba, Président National du M.N.C. Le Congrès extraordinaire des partis nationalistes, réuni à Stanleyville le 29 octobre et qui groupait, outre le M.N.C., le c Parti du Peuple ,, le u Centre de Regroupement Africain >, 1'< Union Nationale Ruandaise ,, la u Fédération Générale du Congo > et < I'Union de la Jeunesse du Congo >, le congrès extraordinaire .des partis adopta la même opposition que celle du M.N.C. Il en fut de même pour tous les autres partis politiques du Congo.

Devant cette opposition générale que manifesta le Pays à le Ministre De Schryver se décide d'aller au Congo et cela, à la suite des incidents que son Administration avait provoqués à Stanleyville. Dès son retour en Belgique, le Ministre du Congo déclarc ceci devant le Parlement belge : < Je voulais voir sur place si tous les détails du programme arrêté en octobre étaient toujours valables. Je voulais aussi engager des pourparlers (pourparlers qu'il a refusés d'engager avec Ie M.N.C....). Evoquant la Conférence de la < Table Ronde >, qui fut décidée suite à la demande pressante du Parti Socialiste Belge et suite également aux événements de Stanleyville, le Ministre du Congo dit entre autres ceci: q Le Gouvernement voudrait y voir siéger des membres des deux Chambres et fait appel, pour ce faire, aux présidents de celles-ci. Il souhaite aussi y voir les représentants qualifiés des plus grandes tendances du Congo. Ceci permettra d"entendre la voix des Congolais à un moment décisif afin de préparer un programme qui sera soumis aux Chambres, r7 'faut écourter la ses projets,

,

103

I

I


r"

' ii

t{Ilfri

',

: ',1,,,i,,.i1

''ll

I

r,ii"l i.,.'

t-,

{:

t: ,li

I i

'l' ,ti l.

ii rl

i.

i I LJ

il I

,:t it r'i I

i

i i lr

iil I

I

:' i1 l

i

i

:l

r

"

période de transition, cela paraît ,indisperuable et souhaité par tous (le Ministre désavoue donc son projet du 16-10-59 auquel Conférenc.e... s'est opposé le Congrès National MN.C....) -La pratiques pour aurait pour objectif de trouver des formule$ avancer les élections législatives: Dans cette éventualité, la mise en place des institutions centrales pourrait être avancée de plusieurs mois... Selon le væu de beaucoup, le suffrage unipourrait être appliqué aux élections législatives et versel direct

provinciales jumelées (alors que le Ministre proposait en octobre 1959 des élections provinciales au second degré...). Il y a intérêt, je le répète, à accélérer la procédure. Ce que nous voulons, c'est répondre aux desiderata de la population. On est frappé de la prise de conscience de celle-ci. Même la brousse est éveillée au régime éIectoral et représentatif. I'espère que les idées se clarifieront afin que la < Table Ronde > de ianvier puisse être fructueuse et qu'cwec Ia collaboration de tous, le Congo puisse jouir de son indépendance en 1960, ce que nous lui souhaitons, eutant que lui-mêtne, de tout cæur et en toute

Congo, la délégation M.N.C. invitée par le Gouvernement, ne participera pas à la Conférence de la < Table Ronde > tant gue son Président National, M. Pâtrice Lumumba, n'est pas libéré. La délégation M.N.C. fait appel à la sagesse des milieux politiques belges et à la solidarité de tous les délégués congolais pour qu'une solution, compatible avec f intérêt supérieur du Congo et de la Belgique, soit trouvée sans retard. Les membres M.N.C, déclarant ne pas souscrire aux travaux de la Conférence de la < Table Ronde > auxquels leur leader incontesté, M. Lumumba, n'aura pas participé.

Fait à Bruxelles, le 20 janvier 1960. J. M'Buyi, J. Yamba, J. Kasongo, J.P. Finant,

V'

Nendaka.

loyauté.

Le M.N.C. salue avec plaisir la compréhension dont le Ministre du Congo vient de faire preuve. Ce revirement politi que donne aujourd'hui raison au M.N.C. Dès lors, le M.N.C. ne comprend pas pourquoi son Président National, Monsieur Patrice Lumumba, doit encore être maintenu en prison pendant que le Ministre lui-même vient de désavouer ses anciens projets au sujet desquels M. Lumumba fut jeté brutalement en prison. Le Congrès des partis politiques unitaristes réuni à Bukavu du 6 au 9 janvier 1960 et groupant: le M.N.C., le C.E,R.E.A., I'ASSORECO, le Front de l'Unité Bangala, I'Union Congolaise et plusieurs Chefs coutumiers, avait adressé un télégramme à Sa Majesté le Roi Baudouin le priant de bien vouloir faire participer Monsieur Lumumba à la Conférence de la < Table Ronde >.

Toutes les populations du Congo insistent à cé sujet. Le cartel Abako a émis, plus d'une fois, un væu analogue. I-e Congo ne comprend pas le refus des Autorités coloniales, et particutèrement du Ministre du Congo, à faire libérer Monsieur Lumumba. Au nom de ses centaines de milliers de membres et de ses nombreuses sections fonctionnant dans toutes les Provinces du 104

105


Avenue Busumero, no A.-12, immatriculé à Stanleyville,, le vol' tr L954; carte d'immatriculation no 3 16 septembre -de Stanleyville, en détention préventive' F''2 i

Prévenu d'avoir:

I t, I

ROLE PENAL N" 13 330

-

DE STANLEYVILLE SÉANT EN IVIATÊRE RÉPRESSIVE ET AU PREMIER DEGRÉ A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT

Audience Publique

du VINGT-ET-UN JANVIER

1960

En cause : LE MINISTÈRE PUBLIC contre :

Patrice, Hemery, fils de Tolenga, en vie, et de Amatu, Julienne, en vie, marié à Opongu, Pauline, né à Onalua (territoire de Katakokombe, district du Sankuru), le 2 juillet 1925, Président du M.N.C., Directeur du Journal Indépendance, résidant à Léopoldville, Commune Kalamu,

LUMUMBA

106

* publics, notamment en prononçant dans la salle des fêtes o àe h commune, ouvefte à quiconque, devant un public supé< rieur à 1 000 personnes, un discours dont le texte est repris < intégralement au dossier (cotes 11 à 19 el2l à 33): * â) excité les populations contres les pouvoirs établis, en < disant entre autres et non limitativement: ( a) ...notre télégramme avant de nous parveur a êté < conûsqué par l'Administration de Stanleyville >' < b) ... tunaona télégramme anotoka ya ministre 0T R9i < <

des belges anasema anaonesha wazi kama babelge habataki

kutupa independance Yetu < .-..

traduàion:

>.

il y a un télégramme qui vient de nous

< arriver du Ministre du Roi des Belges dont le texte démontre < clairement que les Belges ne veulent pas nous donner notre < indépendance >.

frères, chers frères, est-ce que voqs ( -peur ? Est-ce que'vous avez peur de la mort ? I

( c)

LE TRTBUNAL DE PREMIÈRE INSTANCE

Y

octobre

( 1959,-par des diicours tenus dans des réunions ou lieux

Au momcnt où s'ouvre la Table Ronde à Bruxelles, Patrice Lumumba passe devant le Tribunal de Stan. Celui-ci base nettement son jugement sur des bandes enregistrées clandestinement pqr la Sûreté. Nous avons voulu, malgré leur longueur, publier intégralement les attendus de ce jugement, car ils illustrent d'une manière adrnirable I'indécente réalité de Ia justice coloniale. Le prévenu fut condamné à six mois de servitude pénale au moment même où tous les leaders nationalistes exigèrent sa libération à la Table Ronde de Bruxelles ! TEN/G. - 42 130. R.M.P. N"

à Stanleyville, Commune Mangobo, le 28

( I.

LE PROCÈS. LUWIUMBA A STAN.

c

d)

... chers

LYez

...nous vous demandons une seule chosg, c'est de vous

( occuper de nos enfants, nous les laissons à'votre charge et < nous marchons contre la Belgique et nous marcherons contre ( cette politique, il faut que ce pays soit libéré sans retard r' ( e) ... la fausse promesse contenue dans la déclaration gou< vernementale du 13 janvier n'est quoun instrument de propa< gande destiné

à tromper I'opinion publique internationale >'

0 ils ont installé deux bases militaires : une à Kamina, < I'autre à Kitona ; pourquoi toutes ces bases, c'est pour vous o

< < n

...

intimider, c'est pour vous opprimer. Toutes ces bases militaires quellè est leui utilité ici en Afrique ? Les Noirs sont des

liommes paisibles, les Noirs sont des hommes paciflques' qui allons-nous nous battre ? Toutes ces bases, toutes ( ces atmes qui sont là, qui sont dirigées contre nols ? < Mais nous sômmes décidés. On ne peut pas retenir l'élan < d'un peuple décidé. Nous attendons la mort aujourd'hui, < demain, on ne sait pas quand. Pour nous la mort ne c Contre

107


ffi#i .,.

ii lr

( compte pas. Tout ce .qui compte c'est la liberté. Et quand ( nous allons mourir demain avec vous, on va alors à Stanley< ville, à Luluabourg, à Coq, paftout, élever .des, monumepts < pour les victimes du colonialisme. Marchez n,ayez pas <peur!> < g) ... Aujourd'hui par I'action néfaste, incompréhensible << d'un petit gouvernement dictateur, au pouvoir en Belgique, ( conservateur, on s'oppose à tout, on détruit l,amitié, d'abord < entre le Congo et la Belgique et ensuite entre les Congolais < et les Belges installés dans ce Pays... >. < h) ... Vous allez entendre que les colonialistes ont payé < quelqu'un pour nous lancer des flèches empoisonnées. Mais < tout cela c'est un honneur pour notre Pays >. < i) ... A bas le conseil du Gouvernement Belge (slogan < rêpétê par la foule). u k) ...Kama tunaomba nyie, kama tunskufa kesho mulinde watoto wetu muzuri (ndio). Tutakufia nyie na hatuwezi kuona woga. Babelge ba balikuya na bale bitu mukubwa basoldat < bunduki maneno ya kuuna syie kama tukasema tupate inde< <

< pendance yetu

'. < ,.. traductior?.'

nous vous demandons

si

nous mourons

< demain de garder nos enfants convenablement. Nous allons < mourir pour vous et nous ne craignons pas. Les Belges sont < venus avec leurs gros engins, avec des soldats armés de fusils < pour nous tuer nous disons que nous voulons obtenir < notre indépendance >.

si

u 1) ...Syie munyie tutafanyia indépendance yetu hatuan< galie tena babelge. (cris et hourra de la foule rès prolongés)... < kesho ... kesho ao siku ingine wakafunga moya kati yetu, nyie < wote musimame. Kama ku munyororo nyie bote muingie ku ( munyororo ... bakamuua nyie bote mumfuate ku kabuli >. < Traduction.. nous mêmes nous allons mettre sur pied notre < indépendance, sans plus nous occuper des Belgei... Si on < emprisonne un des nôtres, vous tous levez-vous ! Si on le met < en prison, vous tous ertttez en prison ! Si on le tue, vous tous

la tombe >. Infraction définie et sanctionnée à l,article 186 du Code Pénal, Liwe II. < b) Méchamment et publiquement attaqué la force obliga< toire des lois ou provoqué directement à y désobéir en disànt < entre autres et non limitativement: < suivez-le à <

108

< <

( m) ...Iæ Congrès national du M.NC. a décidé que le divorce d'avec le Congo et la Belgique étart prononcé à partir d'aujourd'hui

>.

la force du Pays, toutes nos énergies, nous les mobilisons au seryice < ds la révolution congolaise >. i o) ...Vous recevrez chaque jour des mots d'ordre et nous < le cachons pas. Le plan d'action poltique que nous lançons < à partir d'àujourd'hui et nous allons le poursuivre et c'est u fini, le divorce est prononcé, il est consommé. La Belgique va < nous tuer par des balles >. < p) ... E1 en avant, à la marche ! Dès aujourd'hui et < l'avènement de I'indépendance congolaise, mots d'ordre: pas < de collaboration ! désobéissance civile ! lutte pour le peuple <

n)

... Toutes nos femmes, tous nos enfants, toute

<<

< congolais... Tous nous serons des frères de misère, des frères < de combat, des frères de victoire ! > ' < Infraction définie et sanctionnée à I'article 191 du Code < Pénal, Liwe II. < c) incité la population de s'abstenir de voter ou à émettre < en général un vote uni, en disant entre autres et non limita' < tivement: ( q) ... Boycottez les élections 11 ne faut pas voter, parce

!

( que vous votez contre le Pays, votez contre la.nation,

votez

< Contre vous-mêmes, votez contre f indépendance nationale >. < r) ... Ukakwenda kuvoter iko maana unakatala indepen-

dance Mutu munyie anakwenda kuvoter anaitika kama kila < siku kubakia ku utumwa >. < traduction: Si vous allez votet, c'est que vous refusez <

!.,. Celui-là même qui

se déplace pour voter jour >. l'esclavage dans < accepte de rester chaque 1'92 du Décret I'article à sànctionnée < Infraction déûnie et < de 7 octobre 1959. < II. à Stanleyville, commune Mangobo, le 29 oc- par des discours tenus dans des réunions ou lieux < tobre !959, < publics, notamment en prononçant dans la salle des fêtes de < cette commune ouverte à quiconque, devant un public supé< rieur à 1 000 personnes, un discours dont le texte est re< produit intégralement au dossier (cotes 34 à 52): < a) excité les populations contre les pouvoirs établis, en < disant entre autres et non limitativement : ( a) (à propos de la caution imposée selon lui aux seuls

< I'indépendance

109


ffii" I

i, I

,i ,N; ,tr

fi

ll I i

i i I

l

l il i

t

i

i I

(

c Congolais) ... et alors dans ces conditions, nous allons tou( jours, nous allons êae maintenus dans I'obscurantisme et dans < I'obscurité la plus noire... Et dès I'instant où les Noirs de cp < Pays parvenaient à sortir du Congo, à aller seulement en < Uganda, ils seraient devenus ... des éléments suspects ). b) (à propos de l'arrestation d'un délinquant de droit " < commun) ... Ce matin, dans le but de réprimer la population, a un group€ de commissaires de police, brandissant les armes < aujourd'hui devant le marché, jetant la panique ... >. < c) ... Ce soir, la nuit, des camions pleins de gendarmes... < tout cela provocation préméditée. Devant les positions que < nous avons prises et qui sont vos positions, l,Administration < veut à tout prix provoquer des incidents, provoquer les Noirs, < les reléguer ou les massacrer peut-être, mais tout cela ne doit ( pas nous eftrayer. Est-ce que vous avez peur ? >. ( d) ...Vous êtes considérés comme une volaille qu'on doit ( tuer comme ça, comme une poule. Qu'avons-nous fait ? < qu'avons-nous fait ? Quel crime avons-nous commis ? Avons< nous provoqué l'Européen ? .:. Dans notre pays, pourquoi ( est-ce qu'on provoque ? Nous, nous n'avons pas d'armes >. < e) ... Nous allons mourir pour le Pays. Et à cause de < notre sang qui va couler demain, vous serez molestés >. o f) ...Munaona leo si wazungu na soldats walikuya hapa a sasa hivi walirudia.. bacomissaires. Maneno tulikuya watu < wengi. Hawakikimbia ? Mulipiga babo ? Lakini ngufu tu yenu { ya watu wengi habakukimbia hapa sasa hivi kuondoka yote ? < Mungikuwa \ryatu tanu pale wangifunga niye kamba. Munaa ona, munaona, uzuri ya ngufu ya siye wote kuikala fasi < moya ). < traduction: n'avez-vous pas. vu aujourd'hui les Blancs et < les soldats qui sont venus ici à I'instant même : ils sont re< tournés les commissaires. C'est parce que nous étions nomq breux. Ne se sont-ils pas enfuis ? Les avez-vous frappés ? < Mais notre force n'est-elle pas d'être nombreux ? Ne sJ sont< ils pas enfuis d'ici pour partir tous ? Si vous aviez été seule-

q ment au nombre de

5 là, ils vous auraient arrêtés. Vous voyez, vous voyez I'avantage en force que nous avons de rester tous < ensemble dans un même endroit >. c g) ... Sikia wale watu ni parti ingine. Hatwiko sawa na < babo wanatusabote independance yetu. Wale watu ingine læta

(

< anabatuma I I

I

i

Leopoldville YEKI munamujua ye iko. Banak-

< wenda kule ku Concordia ile nyumba I-eta anayenga ku ba < evolués. Musikie walisema kule walifanyia réunion walisema < sisi hatutaki indépendance ).

< traduction: Ecoutez ! Ces gens sont d'un autre parti et nous ne leur ressemblons pas... Ils sabotent notre Indépendance. Ces gens là que I'Etat a envoyés à Léopoldville, ( YEKI, vous le connaissez, ils sont là-bas au < Concordia >, < cette maison que l'Etat a construite pour les évolués... En< suite ils se sont réunis là-bas et ils ont dit dans leur réunion: < <

< Ecoutez ! < qu'ils ont

Ils ont dit là-bas, ils ont dit là-bas, dans la réunion faite : nous ne voulons pas I'indépendance >. ( h) ..Musikie ninasema muliona neno moya wazungu < walitaka kutuua leo bwana moya ndugu yetu moya, nduku < yetu moya Commissiare de Police anamupiga bundiki hapa; < mye munyiewe nilimubeba. Banatafuta sasa hivi maneno < ikuye batuue. Lakini hatuogope. Babo iko na bunduki siye < twiko na mukono. Mukono 'yetu itatosha. Ninasema nyie <

wenyie munaona woga. <

traduction: Aujourd'hui un de nos frères, un de nos

< frères a étê: la cible d'un coup de feu tiré par le Commissaire < de Police, ici. Moi-même j'ai porté la victime... Ils cherchent < maintenant prétexte pour venir nous massacrer, mais < n'ayons pas peur. Eux, ils ont des fusils, nous nous avons nos < mains. Nos mains suffiront ! Je vous le demande à vous est< ce que vous avez peur ? >.

un

<

Infraction définie et sanctionnée à I'article 196 du Code

< Pénal, Liwe II. < b) Méchamment et publiquement attaqué la force obliga< toire des lois ou provoqué directement à y désobéir, en disant

( entre autres et non limitativement : ( i) ... Les partis natiorialistes vont étudier au cours de ce < Congrès, comment nous allons former nous-mêmes, sans ( aucune intervention de I'Administration notre gouvernement < provisoire qui aura pour tâche d'abord de préparer le projet < de constitution qui sera soumis au référendum de la popu< lation. Une fois que ce projet est adopté, on prépare les < élections vers .la destination d'un Gouvernement représentatif, < élu par le peuple et pour le peuple >. ( j) ... Ce Congrès extraordinaire a pour but principal de < former, de constituer un front commun de libération natio< nale r.

110 111


I i#. I

lllii, ';i;ii,i ;",

' ri,]

ri. iit

u k) ...Nous perdons visiblement notre énergie, au lieu de poursuivre notre but qui est I'indépendance immédiate et la libération du Pays >. < l) ... Aujourd'hui, la colonisation belge a pris fin, a pris < frn, c'est fini ! Inakuisha ! Aujourd'hui c'est un autre pro< gramme, c'est une autre voie. Nous avons toujours marché en ( avant et en avant, c'est fini, il y a. un danger là ! Ne conti< nuons pas, nous allons tourner le dos à la Belgique >. < m) ... Munye kwenda ku kitabala aenda. Kitabala ilçs rlini < tunapenda iikale dini ya watu weusi >. < traduction: Celui qui veut aller au kitawala y aille. Le < kitawala > est la religion que nous voulons voir devenir la < religion des noirs >. < fnfraction définie et sanctionnée à l'article 191 du Code < <

< Pénal,

Livre II

>.

Vu la procédure à charge du prévenu ci-dessus: Vu l'assignation donnée au prévenu en personne par exploit de I'huissier Honoré Lifungula de Stanleyville en date du dixhuit décembre 1959 d'avoir à comparaître à I'audience publique du dix-huit janvier 1960 de la présente juridiction; Vu l'appel de la cause à ladite audience à laquelle le prévenu comparaît en personne, assisté de ses conseils, Maltre Auburtin J. du barreau de Paris, Maître Rom, Avocat à Stanleyville et Maître Marrès, Avocat à Stanleyville qui déclare comparaître loco Maître Rolin du barreau de Bruxelles, empêché; Vu l'agrégation de Maître Auburtin par le Tribunal de

ti

céans ;

Vu l'incident opposé in limite litis par la défense, en les personnes de Maître Auburtin et Maître M4rrès, et la jonction de cet incident au fond: Oui

lte

prévenu en son interrogatoire

;

Oui les témoins en leurs dépositions ; Vu I'instruction faite à cette audience et

la

remise contra-

dictoire pour continuation à I'audience du mercredi vingt janvier 1960; Vu la comparution des parties à cette audience comme cidevant

:

Oui le prévenu en ses explications ; Oui le Ministère Public en ses conclusions et réquisitions,

tt2 i; I

t.

qu'il dépose sur les bancs, et tendant à ce qu'il plaise au Tribunal: 1. Déclarer réguliers les moyens de preuves employés. 2, - Condamner le prévenu pour chacun des deux discours prononcés, à deux ans de servitude pénale principale soit au cumul à quatre ans de servitude pénale prinsipal.. Condamner le prévenu aux frais de I'instance et donner mainlevée des diverses saisies opérées au cours des instructions. : Appliquer i'article 14 b du Code Pénal Oui le prévenu en ses dires et moyens de défense présentés tant par lui-même que par ses conseils ; Sur quoi, le Tribunal après en avoir délibéré, prononce à I'audience publique de ce jour, le jugement suivant: Attendu que la défense, in limite litis, a déposé des conclusions tendant à voir dire la citation entachée de nullité, le Tribunal se déclarer non saisi par pareil exploit et renvoyer le prévenu des poursuites sans frais en ordonnant sa mise en liberté immédiate; Qu'elle n'a pas émis d'objection à ce que cet incident soit joint au fond; Quant à Ia cause de nullité invoquée : Attendu que la défense affirme que I'exploit de citation ne mentionne nulle part le moyen qui fut employé pour recueillir les paroles prêtées au prévenu; Qu'en conséquence, même si l'argument soulevé était fondé quod non la citation est valable et a valablement saisi le

Tribinal; pu'en

conséquence,

il y a lieu d'aborder le fond, mais

qu'avant de ce faire, il est nécæssaire d'examiner la validité du mode de preuve employé, non quant à la saisie du Tribunal, mais quant à I'acceptation, par le Tribunal de ce mode de preuve comme pouvant servir à conviction; Attendu que le mode de preuve incriminé est un magnétophone employé à l'insu du prévenu; l. Auendu qlue la défense soulève comme premier moyen - réunions au cours desquelles les discours furent enreque les gistrés n'étuent pas publiques ; qu'elles étaient réservées aux seuls membres du Mouvement National Congolais et que le prévenu, en qualité de Président de ce parti, était au sens légal du terme le chef de la maison dans laquelle les réunions étaient 113


fl,

'#llir;

lLl

lr' ll

'i, iLr,,

:i'

,,1'

ii |

i :'1. '1i

i:; 1"j

tenues

; qu'il

eut fallu un. mandat de perquisition pour y

pénéffer contre le consentement du chef de la maison ; Attendu qu'il n'est pas contesté que plus de millE personnes assistaient à ces réunions ; qu'il n'est pas contesté que plusieurs journalistes et journalistes photographes y assistaient égaleme.nt' même sur l'estrade où siégeait le comité ; qu'il n'est pas contesté que les portes sont restées ouvertes; qu'il n'est pas contesté que beaucoup de personnes, tant mineures qu'adultes qui n'étaient

membre de ce parti, ni membre d'un parti unitariste, y assistaient également ; que bien qu'il soit affirmé que la carte de membre du parti était exigée à I'entrée, il n'est pas contesté que ce contrôle ne gest pas effectué i 9ue, d'ailleurs, I'eut-il êté et n'y aurait-il eu comme présents que des membres ordinaires du parti, il n'en restait pas moins, coûlme des autres constatations précisées plus haut, que les réunions incriminées remplissaient les conditions voulues pour être publiques arD( yeux de la loi ; Que d'ailleurs, le prévenu lui-même voulait que son discours soit public, car il proclame (cote 12, traduction cote 22\ < Ie < suis debout ici sur la place de Stanleyville devant vous tous, < nos frères, nos amis, nos enfants, les blancs de I'Etat, les < journalistes européens. Toute la terre entière écoute... > ; Attendu, d'ailleurs, qu'il n'est pas prétendu que le Mouvement National Congolais soit un cercle privé; que des conditions spéciales n'étaient pas exigées des candidats pour qu'ils se fassent membres ; qu'il n'y avait ni présentation, ni ballotage ; que, soutenir dès lors que la réunion du 28 octobre 1959, qualifrée de réunion plénière de clôture du Congrès du Mouvement National Congolais et de la réunion plénière des partis nationalistes da 29 octobre 1959, se sont tenues en prM, constitue une affrmation dénuée de tout fondement et contredite par les faits ; Attendu que la défense soulève comme deuxième III. moyen -que le Code d'instruction criminelle ou de procédure pénale énonce limitativement les moyens de preuve qu'il admet, soit témoignages, aveux et procès-verbaux outre pièces et docu-

ni

,ll

ments régulièrement saisis, dans des cas définis les expertises et explorations corporelles : Attendu que, bien qu'elle ne le précise pas, il est à présumgr que la défense se fonde sur les articles 21,22,25, 26,28,29, 30 et 31 du Code de Procédure Pénale ; qu'elle a soin de ne pas

tt4

invoquer I'article 2 du Code de Procédure Pénale qui précise que les Officiers de Police Judiciaire reçoivent c les dénoncia' c tions, plaintes et rapports qui sont relatifs aux infractions < qu'ils ont mission de rechercher r ; qu'elle a également soin de ne pas invoquer l'article 2 de ÏArrêté Royal du 22 décembre 1934 coordonnant les Décrets sur I'Organisation Judiciaire qui prescrit < qu'en matière répressive, le Ministère Public re< cherche les infractions anx lois, aux décrets, arrêtés, ordon< nances et règlements qui sont commises sur le territoire de la < Colonie. I1 reçoit des dénonciations, fait tous les actes d'ins< truction et saisit le Tribunal > ; qu'elle omet également de parler de I'article 27 da Code de Procédure Pénale qui permet aux ( Officiers du Ministère Public pendant tout le cours de < I'instruction de procéder à la saisie des objets... pouvant < servir à conviction ou à décharge > ; Attendu qu'il en résulte que, même sur une dénonciation anonyme, le Ministère Public a h devoir d'ouvrir une instruction ; qu'en outre, si la preuve de l'infraction peut résulter de I'audition d'une bande de magnétophone, il a le devoir de saisir aette bande;

Attendu qu'il ne peut être sérieusement sollicité que le Tribunal rejette cp mode de preuve, car un enregistrement sur bande est une reproduction de la parole humaine concrétisée par un moyen mécanique sonore, de même qu'un écrit est une reproduction de la parole humaine concrétisée par un moyen mécanique manuel i qu'il a exactemeût la même valeur comme moyen de preuve et est du reste plus fidèle dans la reproduction que ne I'est l'écrit même sténographié ; Attendu qu'à I'appui de cette opinion, le Tribunal se fonde sur I'opinion de Comte, Procureur Général du Parquet de la Seine qui, dans son avis reproduit dans la Revue Internationale de Crtminologie et de Police Technique, Année 1951, page 70 et suivantes, dit : < Dans une âffaire péqale, toute preuve est < admissible, seule compte I'intime conviction du Juge. On ne ( peut donc rejeter à priori ni la preuve testimoniale (orale), < ni la preuve littérale (écrite), ni la preuve obtenue par un < moyen moderne tel que le magnétophone, cinéma, photo, ( etc... r. Qu'tl ge fonde aussi sur fopinion de Blondet, Conseiller à la Cour d'Appel de Chambéry (Semaine luridique, Année 1958. I Doctrine 1419 Juris. Classeur Périodique) qui écrit: q Nous 115


< avouons L

ne pas comprendre le bruit qu'on fait àutour

du

car ce moyen de preuve ne nous paraît pas de difficultés spécifiques. Nous ne voyons pas, par < exemple, ce qui empêche la Police d'enregistrer, à I'insu des ( orateurs, les discours proférés dans une réunion publique, < alors que, {ans la même hypothèse, il est certain qunun ins< pecteur déguisé pourrait se glisser dans I'assistance, graver < dans sa mémoire des propos délictueux ou les prendre dis< magnétophone,

< soulever

en sténotypie > ; Attendu, enfin, que, dans le cas d'espèce, il n'est pas contesté que des journalistes pouvaient prendre l'entièreté des discours, soit directement, soit en sténographie ; que des photographes pouvaient (et ont) perpétué les scènes pour la postérité ; que, dès lors, rien n'empêchait un tiers qui n'eut doailleurs aucune difficulté pour se faire admettre aux deux réunions avec ses appareils, de conserver pour la postérité l'audition de l'entièreté des deux discours qui furent notés par des tiers pendant que des tiers photographiaient les orateurs; que la défense n'objectant pas que les journaux relatant les discours, et les photographies décrivant les scènes soient versés aux débats; I'on ne voit pas pour quel motif elle fasse objection à ce que la < crètement

bande sonore le soit également ; IIII. Attendu que la défense déclare enfin que l'enre- ne lui a pas été communiqué gistrement et que le Tribunal ne peut baser sa conviction que sur des pièces et documents qui ont été mis à la disposition des parties de sorte que celles-ci aient pu'en apprécier et discuter à I'audience le sens et la portée : Attendu qu'il est inexact de déclarer que I'enregistrement n'a pas été communiqué ; que le prévenu I'a auditionné en entier à plusieurs reprises ; qu'il a été à la disposition des conseils régulièrement déposé au Greffe i eue, s'ils n'ont pas demandé avant débats son audition, ils n'ont qunà s'en prendre à eux-mêmes; Attendu, par ailleurs, que le magistrat instructeur a fidèlement reproduit et consigné en procès-verbal toutes les parties audibles des discours, telles qu'elles découlent des bandes enregistrées ; que, dès lors, la défense n'ayant pas demandé au Tribunal I'audition des bandes, le Tribunal se basera sur les procès-verbaux de I'Officier du Ministère Public ; cotes 11 à 19 pour le discours du 28-10-1959,21 à 23 pour les parties de

tt6

cg même discours prononcées en Kiswahili et'leur traduction

;

côtes 34 à 48 pouile discours du 29-10-1'959 et 49 à 52 pour

la traduction dôs parties de ce discours prononcées en Kiswahili.

*

*tf

Quand au

fonl:

avoir, en proionçant le discours du 28 octobre 1959, prononcé des paroles constitutives d'infraction aux articles 186 et 191 du

Codà pénat et I92 drt Décret du 7 octobre 1959 et, en prononçant le discours du 29 octobre t959, prononcé des paroles- constitutives d'infraction aux articles 186 et 191 du Code Pénal: Attendu que pour la facilité et la clarté des débats, le Tribunal a donné ies lettres de a à r aux phrases reprochées au prévenu et libellées dans la prévention I et ses subdivisions; qu'il a donné les lettres de a à m aux phrases reprochées au irévenu et libellees dans la prévention II et ses subdivisions; ' Attendu que les discours iont reproduits dans leur entièreté, sous réserve de certains mots soit inaudibles, soit incompréhensibles ; que le prévenu conteste certains mots, en reconnalt la plupar! àais prètend, dans ce cas, que ou le sens, ou fesprit ont été soit dénaturés, soit incompris ; Qu'il nie avoir prononcé les phrases citées en prévention uo f1u, b, h, i, ; ll/d (première partie) ; g (première partte) ; qu'il ne se souvint pas d'avoir prononcé les phrases citées en prévention aa I/1 (deuxième et troisième partie), 9, o, P, r (deuxième partie), l[/e, 1; ' Qu'il ist à noter qu'après avoir nié avoir prononcé les phrases oitées à la prévention sous /a et b, le Tribunal lui fit i".*q,r"t qu'il paraissait ne pas avoir le courage de ses opinions lorsqu'il commença par nier avoir prononcé la,nhrase citée en prévèntion à l/c; que le prévenu se reprit alors et leconnut avoir prononcé la plupart des autres phrases, ou ne s'en souvint plus

;

Attend,u que le prévenu admet que, chargé par le Comité du Parti de prononcer, le 28 octobre 1959, un discours au public réuni en assemblée plénière, discours exposant lo {,!o' iutions du Comité, il n'écrivit pas son discours, rnais l'lnprovisa; qu'il improvisa de même le discours qu'il prononçt .l

l?


..i rqliï

ffi; le lendemain au Congrès des partis nationalistes appelés, depuis; partis unitaires ; Attendu, dès lors qu'il n'est pas étonnant que le prévenu oe se souvienne pas d'avoir prononcé certains mots ou certainos

I qu'il peut même ne pas s'être rendu compte d'oû avoir prononcé ; qu'il a pu parfaitement être surpris, en s'entendant, lors de I'audition des discours enregistrés faite cours de I'instruction préparatoire, car il est notoire que improvisateurs, dans l'ardeur de leur éloquence, prononcent parfois des mots ou des phrases dont ils n'ont aucun souvenir phrases

après

,l

;

Attendu que, pour donner tous apaisements à la défense, plusieurs témoins ont été entendus sous la foi du serment, plus spécialement sur les phrases contestées par le prévenu; Que les témoins, Finant, Tawiti, Aloba .et Malaba ont confirmé avoir entendu la phrase reproduite aa l/a de la cita. tion et niée par le prévenu ; Que les témoins, Finant, Tawiti, Weregemere, Aloba, et Malaba ont de même confrrmé avoir entendu la phrase reproduite au ll/b de la citation et niée par le prévenu ; Que le témoin Aloba a confirmé avoir entendu la phrase reproduite au ll/d de la citation et niée par le prévenu; qu'il a de même confirmé celle reprise au ll/g de la citation et niée par le prévenu; Attendu que plusieurs témoins, devalt le Tribunal, n'avaient plus aucun souvenir ou des souvenirs fort imprécis ; que, toutefois, les témoins Weregemere, Nenkada, Gbenye, Kasongo et Nzuzi ont confrrmé et se sont référés aux déclarations qu'ils ont faites au cours de l'instruction préparatoire ; Que, de plus, le témoin Finant confirme avoir entendu les phrases reprise aa I/c, i et j, le témoin Tawiti confirme avoir entendu les phrases reprises au I/j, ll/b, c, f et h (sauf la fin), le témoin Gbenye confrrme avoir entendu la phrase reprise au l/m, le témoin Aloba confirme avoir entendu les phrases reprises au I/g, m, q, \ II/b (outre celles déjà citées), le témoin Malaba contrme avoir entendu les phrases reprises au I/c, e, f, i, j de la citation, le témoin Songolo confirme avoir entendu les phrases reprises au I/m et q de la citation, mais en précisant qu'en les prononçant, le prévenu n'était que le porteparole du comité; Qu'il Ésulte, par conséquence, de I'intruction et des débats, 118

que les phrases reprises dans la citation ont bien été prononcéeo

par le prévenu; Qu'il importe dès lors de rechercher si et dans quelles mesures, elles sont constitutives d'infraction à la loi pénale ; Attendu que les phrases incriminées ne doivent pas être sorties entièrement de leur contexte qu'il y a lieu de les entendre ou de les lire en même temps que tout le ou les dis' cours ; qu'en procédant ainsi le Tribunal constate que le discours du 28 octobre est une diatribe contre I'Administration belge et la politique du gouvernement belge et une incitation à ne pas participer au vote pour les élections proches, qu'il excitait le public, spécialement par la méthode du dialogue direct avec la foule et la reprise en chæur par la foule de certains slogans ; que cette excitation ne pouvait être dirigée que contre dAdministration belge et la politique du gouvernement belge ; que le prévenu a d'ailleurs également dit: (cote 13) < Chers frères, aucune collaboration n'est plus possible avec la Belgique. Nous allons proclamer notre indépendance aujourd'hui... > ; que le discours da 29 octobre était plus nuancé et moins direct, tout en n'étant pas d'une pondération exemplaire ; Attendu que le prévenu déclare avoir fréquemment fait des discours de même portée et de même teneur, qu'il estime ne pas avoir dépassé les bornes permises en matière politique ; Attendu que I'article I du Décret du 17 août 1959 précise : q La liberté de répandre sa pensée est garantie dans les limites fixées par Décret r ; quoun autre Décret de même date fixe les limites quant aux écrits ; que, quant aux paroles, c'est I'Ordonnance Législative du 2 septembre 1959, constituant les actuels articles 186 et 191 du Code Pénal, qui est toujours en vigueur et toujours d'application ; qu'il en résulte que les discours incriminés ne sont licites que s'ils ne constituent pas des excitations contre les pouvoirs établis (art. 186) ou des attaques méchantes contre la force obligatoire des lois ou des pro' vocations directes à désobéir (art' 191); Attendu que le prévenu ne conteste pas que son discours du 28 octobre contenait des attaques contre I'Administration belge et corffe le Gouvernement belge nommé par le Roi et ayant obtenu le vote de confiance des Chambres ; qu'il ne peut être contesté que I'Administration belge représente actuellement le pouvoir établi étant I'organe de l'Exécutif ; qu'il ne peut être contesté que le Gouvernement belge est également le pouvoir 119

I

l


t_

r$tii ,1; I

i. I

it. l'i 'I

i

'I

i: :

I

i i

I

:

former eux-mêmes leur gouvernement provisoire ; en déclarant < Aujourd'hui la colonisation belge a pris fin, c'est frni, inaku wislha, Aujourd'hui, c'est un autre programme' c'est une < autre voie. Nous avons toujours marché en avant, c'est fini, il < y a un danger là ! Ne continuons pas, nous allons tourner le u âos à la Belgique > le prévenu provoquait directement la désobéissanee à h fôrce obligatoire des lois, puisqu'en ordre principal cela voulait dire qu'il ne reconnaissait plus la loi sur le Gàuvernement du Congo Belge et qu'il ne fallait plus la reconnaître (art. 191 du Code Pénal) ; Auendu qu'il y a lieu d'apprécier différemment les peines à prononcer pdur bs deux séries d'infractions ; qu'il n'est pas èontestable qu'une seule peine doit être prononcée pour chaque

établi puisqu'il est approuvé par le Parlement, émanation de la Nation i eue, dès lors, en ponctuant dans son discours leq slogans, repris par la foule et cités aux préventions I/i et j: < A bas le Conseil du Gouvernement belge , et < A bas la

politique de I'Administration belge > (qu'elle soit colonialiste ou non), le prévenu excitait la foule contre les pouvoirs établis et commettait une infraction à l'article 186 du Code Pénal; qu'en proclamant que le divorce était prononcé avec la Belgique ou le gouvernement belge ; en déclarant qu'il mobilisait toutes les forces au service de la révolution congolaise et en prêchant la désobéissance civile et pas de collaboration, il provoquait directement à désobéir aux lois et attaquait méchamment la force obligatoire des lois (art. 191 du Code Pénal) ; Attendu, en outre, qu'il n'est pas contesté que le prévenu a incité la population à ne pas participer au vote ou à émettre un vote négatif (art. 192 du Décret du 7 octobre 1959) ; Attendu que le Tribunal estime ne pab devoir préciser plus outre quels sont les autres mots .ou phrases qui seraient indivi-

duellement, constitutives d'infraction; que la précision de quelques phrases les plus caractéristiques sufûsent et démontrent les intentions du prévenu; que vouloir prendre chaque phrase hors de son contexte ou même dans son contexte, rechercher quel pouvoir est attaqué, quelle loi I'on incite à désobéir, est un procédé dangereux et risque d'amener la confusion ; que la prévention l/a, b, c es.t suffisamment établie par la motivation reprise plus haut: Attendu que le discours prononcé le 29 octobre fait I'objet de la préventionll/a, b; et tombe sous le coup des articles 186 et 191 du Code Pénal seulement que procédant comme rl a êtê fait pour le discours du 28 octobre l'on constate, comme déjà dit plus haut, qu'il est plus modéré et nuancé ; que toutefois, il ne peut être contesté que le prévenu a excité la population contre la police et la gendarmerie en gên&al, non seulement sans s'assurer de la légitimité et de la nécessité de leur intervention dans l'arrestation d'un criminel de droit commun, mais encore en dénaturant cette intervention ; que les commissaires de police et les gendarmes sont des organes des pouvoirs établis, chargés de faire respecter les lois et qu'en excitant la population contre eux le prévenu commettait une infraction à l'article 186 du Code Pénal ; Qu'en outre, en déclarant que les partis nationalistes allaient 120

discours

I

;

Qu'en ce qui concerne le discours du 28 octobre, il importe de tenir compte non seulement de la violence de passages ; qu'il faut tenir compte de I'effet que les "etiains paroles violentes peuvent avoir sur une population qui, notoireinent, surtout dans la masse, manque de maturité politique et se laisse emporter facilement par des paroles ou phrases lancées à I'emporte-pièce ; qu'il faut aussi tenir compte de ce que cæ discours était bilingue ; que quantité d'auditeurs ne comprenaient pas ou mal le français ; que d'autres ne connaissaient que le Kiswahili local, communément appelé le Kingwana; que, d'autres probablement ne comprenaient que le lingala; qu'enfin, l'auditoirè, venu pour entendre un orateur de grande renommée, était prêt à I'enthousiasme et à I'excitation même s'il ne comprenait rien de ce qui était dit et même si l'orateur n'avait fait lancer avec ardeur et fougue que de banals lieux communs I qu'il y a lieu également de tenir compte de ce paradoxe conienu dans le décret électoral qui, dans un article déclare quo le vote est libre et qu'il n'est pas obligatoire, mais qui dans un autre article sanctionne de peines celui qui incite à ne pas voter quelqu'un qui n'est pas obligé de voter ; Attendu que le Ministre Public réclame une peine particulièrement sévère pour ces infractions ; que les seuls motifs invoqués sont les antécédents judiciaires du prévenu et le fait qu'il a contraint le pouvoir d'user de la fôrce pour rétablir le Attendu, quant aux antécédents judiciaires, que si ceux-ci doivent intervenir, ils ne le peuvent que quant aux circonstances

12l


il,h*rÈ t,

attéûuantes- ou quant à

pfyg:l I I

'tI

la condamnation conditionnelle; que le bien que condamné de droir commun, n,est pas un -

récidiviste spécifique; que ra nature des infraétioo,

iù- o-

prochées est totalement différente de celles qui ont entraîné condamnation précédente ;

la

Attydy que lg fait qu'il a dû être fair usage de la forcp

I

i

rl I I I

I I

i

1

I I

I I

pour rétablir re calme doii être apprécié égalemJnt t"o-t compte de ce qui n'a pas été f.ut pôur mainienir te "o calme avant que les discours n'aient été prononcés et pendant tout" ta àuré" du Congrès ; que la déposiiion du témoù NenOar<a tc"[ f i+l est significative à ce sujet lorsqu'il déclara .o*-.oi il ; ; agir en les forces di l'ordre, lors des événements _Belgique, provoqués par Ia guerre scolaire; Attendu qu'il semble que c'est la première fois qu,il faille en infligeant des sanctioni pénales, âéterminer où s,arrête ia liberté de parole et quand paroie devient ,"Uurr.i*-qo,ro effet les textes invoqués et""tte à appliquer sont I'Ordonn*._toi du 2 septembre 1959 formanr'tès aiictes rg6 nouveau; ùi nouveau du code pénar; Ie Décret du 7 0ctobre 1g5g formant le code élecroral et re Décret du 17 aott 1959 g**tirr*t it liberté de répandre..sa pensée i qu,il y a lieu, ia, forr,?, ,, montrer modéré et d'espérer que la leçon portera ses fruiis ; la peine à prononcer pour les infractions coûtenues Q\ dans le premier discours doit être plus sévère qo. ^ne ""U" â prononcer pour le second que le second, ; en effet, contient dans son ensemble que très peu de phrases qui tombent sous le coup de la loi ; Attendu-.qu,il y a lieu de préciser, à I'intention du prévenu, qu1 les discours prononcés in faveur de l'indépenaui"" Y rooi parfaitement légitimes, puisque promise par ù déclaration Royale, les discours tendant à t i" concréiiser *r,r-,oîô* dance.par.d:l-moyens. qui n9 sont pas ceux détermiré";;i; pouvoirs érablis .1 et n-e résurtenf pas du fair du régii;te"r, tombent sous le coup de la loi; - Atteldu que le dossier produit devant le Tribunal comporte de nombreux devoirs qui sônt relatifs à des faits È- iô octobre et jours suivants, faits qui ne sont pas "o.mi, reprochés au prévenu ; qu'il ne serait pas équiiable de mettre ces frais à sa qu'il n'est pas pôssible de les déterminer uu"" :h?.g:.; tuoe ètant donné que certains procès_verbaux "*""ti enchevêtrent les 122

souverainement la répartition comme il sera déterminé ci-dessous: Attendu que les objets saisis n'ont servi qu'à convictiori ; qu'il n'y a pas lieu de les contsquer:

faits ;. que

le Tribunal apprécie

Par ces motils:

Vu les articles 2, 5, 7 à 9, 16 et17,20,186 et 191 du

Code Pénal.

Le Code de Procédure

Pénale.

Les Décrets coordonnés sur I'Organisation Judiciaire et la compétence.

L'article I92 du Décret du 7 octobre 1959.

LE TRIBANAL STATUANT CONTRADICTOIREMENT Oui le Ministère Public en ses réquisitions ; Ioignant I'incident au fond; Déclare la citation à prévenu valable ; Se déclarc valablement saisi; Dit les infractions telles que libellees établies : Ez conséquence, Condarnne le prévenu du chef de Ia préventign I/a, b, c, par application des dispositions de I'article 20 du Code Pénal et sur bases indifféremment de l'article 186 ou de I'article 191 du Code Pénal puisque des peines comminées par la loi sont identiques, à une peine de quatre mois de servitude pénale principale ; Condamne le prévenu du chef de la prévention IIla et b pÉt application des dispositions de I'article 20 du Code Pénal, $tt,'t, bases, indifféremment des articles 186 ou 191 du Code Péna[ à une peine de deux mois de servitude pénale principale; Prononce le cumul des peines, soit six mois de pénale principale: Dit n'y avoir lieu à application de l'article l{/b da l

Ordonne mainlevée de la saisie pratiquée sur tous leo inscrits aux R.O.S. du Greffe sous les numéros 815?n 8179 et 8244 (l à26); Met w tiers des frais exposés jusqu'à la citatioo paraître et taxés à vingt-neuf mille sept cent

I il


{ili

i, i I

i ll

il

i

.

,":' soit ncul mille neul cent huit lrancs 30 centimes, à charge de la colonie ; Condamne le prévenu au solde des fraiso taxés en totalité à cinquante deux mille trois cent quatre vingts francs, soit quarante deux mille quatre cent septante-et-un francs 70 centimes ou sept iours de contrainte par corps en cas de non paiement dans le délai légal: Prononce I' arrestation immédiate ; Ainsi jugê et prononcé en audience publique drr yingt-et-un janvier 1960, à Stanleyville, où siégeaient Messieurs : Baron Guy le Maire de Warzee d'Hermalle Juge-

-

Président,

-

Orbaen Joseph et Delvaux Charles Ministère Public,

: .

i.

poings- ei iamle; est sorti aujourd'hui vers 12 heures, animal' brutalisé un liés, torse et pieds o.,', o*tporté-comme destination inrme pour police li A" et jeté dans un to*goo

Il

connue.

l'*yrtèr.

m'accable totalement

qor.-ôt"'àt"i"o.-p au"1 9"nt 1-s12 qu a-t-il encore fait

."t To",,11TéX-"'i:3I: lointaine localité ? Où I'amène-

?

sans précisions Il est évident que ie n'entends pas demeurer prison' la malgrésur --- le sort de mon camarade et cede me fixer d'urgence sur ce avoir la bonté

ï*f"t-uous n'aurait pas de point, Maître, car tnu prétence à Stanleyville témoin' i"ns, ---- ,att. mon Premier i" uoo, présente, Maître, mes salutations'

ftesssrnv Jean Greffier-adjoint.

-Le Greffier-adjoint, J. Roseeuw.

Iæ Juge-Président,

N'zouzzr E.C.

Baron G. le Maire de Warzee d'Hermalle.

(s) N'zouzzr Prison Centrale Stan'

Pour copie certifiée conforme Iæ Grefûer, M. Picard.

EN

LE TRANSFERT DE LUMUMBA A JADOTVILLE Le 22 janvier éclate un nouveau scanlale. L'administration coloniale décide secrètement le translert dz Lumùmba à Ia prison de ladotville au Katanga. Un de ses co-détenus prévient imrnédiatement lavocat Rom

(l).

Stanleyville,

le 22 janvier

1960

Maître, C'est avec une profonde amertume et une inquiétude nerveuse que je sollicite d'urgence auprès de vous, des renseignements sur le sort du président Lumumba Patrice. (1) N.D.L.R. Cette lettre émane du compagnon de Lumumba, secrétalre-général des-Jeunesses M.N.C., arrêté au lendemain des événements d'octobre 1959. E, Nzuzi gera exécuté à Bakwanga en février 1961.

t24

D

BET

TÉLÉGRAMME DES AVOCATS AU PROCUREUR pATRIcE LUMTMBA coNsuLTANT sgs coNsEILs PouR É'ruor rr ÉVsNruErrE pÉcrstoN APPEL

,uou*"*, RENDU 21 rlNvlnn

SES CONSEILS OBTINRENT RENDEZ'VOUS

DREDI cINQ HEURES

OFFICIEL POUR CE VEN'

vIsITE AYANT ÉrÉ nerusÉE HIER

JETJDI A

pnÉvnxu FUT TRANsFÉRÉ euATRE HEuRES ,to"-*o"ousrANT JADoTVILLE sANs PRIsoN A MIDI ùr,crcRÉ LUI cE VENDREDT sroP coNslAvocATs sns eNrÉnrE'uRE o"""*i* coN-suLTATIoN pÉneNss Br DRorrs Aux ATTETNTE GRAvE rArr Êtne "g*"*t pAcrFIcATroN ESPRIÎS A LAQUELLE AvoNs coLLABoRÉ GUVRE "" TAI'X MINIME PEINE STOP RAPPELONS MOTIVATION JUGEMBNT pÉpr'lcpMeNr slx MoIs sroP AUcIIN ÉrÉrasNr NE rusrrFlE . INTERVENTIoN pnÉvrNu srop soLLIcIToNs uRGENcE vorRE ROM ET *"'OUN TI'TVTÉPIAT STANLEWILLE' STOP AVOCATS "O* uennÈs "-'--^---Exp. Maîtres Rom et Marrès, avocats à Stanleyville' le 22 iatvier 1960' r25


't,l

uil{i

i

I

l 1

i

t :i 'i"

t

TÉLÉGRAMME DE LUMUMBA

A

SES AVOCATS

Maîtres Rom et Marrès Stanleyville

MAITRES RoM BT u,lnnÈs STANLBwTLLE

BS 5862/533 jadotville

xrçu

ll9 24 llOO

rÉ,rÉcRAMME vous REMEncre oÉuencuEs EFFEcruÊss srop AI peMANoÉ Br rxsrsrÉ REcEvorR vorRE vrsITE AvANT oÉp*r MArs AUToRtrÉ,s sreN s'y opposÈnnNT FARoUcHEMENT srop FUs rnaNsrÉnÉ JADoTvTLLE DANS coNDrrroNS ABoMTNA-

Le t9 ianvier, afin de déiouer les mant'æuvres d'e I'adminis' un tration, Ies leaders congolais à ta Table Ronde constitucnt libération la exigent Front Commun et toit* l"t détégations à- iu^u*ba, par la voix notamment de I' Kasavubu' I' Bolikango et A. Kashamura. Ma{sré I'avis délavorable donné 1Lr le Gouvernemcnt de Ceieiot à Léopold.vilie, Lumumba est libéré le 24 ianvierpar accla4té d'Elisabethville !adotville. Il quitte l'aiérod.rome Ie 25' Il y est des milliers d'e Congolais et il anive à Bruxelles par lean accueitli par le Câmité du M'N'C, mais également M'N'C'/ ioi ti"rà" qui est chargé par Ie cartel Abako-P'S'A' de. (dzvenu l'ennetni Kalonii av-ec'Albert saluer î.e K de venir à provisoire"' iuÀumUs) afin de concrétiser leur réconciliation la Table Ronde.

BLES c'EST pIEDs NUs sANs cHEMIsE MENorrEs Atx poINGs qu'oN ME JETA DANs AvIoN oN ME MALTRAITA JUseuB rNrÉnlrtn AVION EN I\tE TORDAT\T LE COU STOP SOUFFRB SUITE TORTT RES

suBIEs srop rous MEs oBtETs nrsrÉ,s pRIsoN srAN ET NE possÈon AUcLJNE cHEMIsE REcHANGB srop pnrÈnE RETIRER MEs AFFAIREs pRIsoN ET LEs coNFIER tuoN rnÈns srop suls rNcencÉnÉ JADoTVTLLE DANs pRrsoN DANcEREUX nÉsBnvËB ExcLUsTvEMBNT pRIsoNNIERS DRoIT coMMUN ET cE st{ oÉprr MON STATUT JI.JRIDIQUB GARDE MON SANG-FROID

ET

NATURE

MA

CONDAMNATION STOP

Lurnnasa. ,l

FAITE PAR M. PATRICE LUIUUMBA DÉCLARATION ------PitÉsrDENT NATToNAL Du M' N' c' RoNDE À-tA sÉaNcE DE LA rABLE 1960 (1) DU MERCREDT 27 JANVTER une Je tiens d'abord à remercier le peuple belge qui refusa ceux à joignant efforts ses et, Congo au poUtiq"" de répression en lutte pôut son Indépendanct: 3 p"Ttt à;pËù" coniolais -ce qui me permet aujourd'hui de participel à lu rnu ïUetutio", joue l?avenir du Conférence de la- < Table Ronde > où se

-

Congo.

que ma libération ne peut avoir tous les autres-prisonniers politiques congolais

ïe tiens ensuite à signaler

a" iro. q*-si

son (1) Ce texte inédit que P. Lumumba remlt à Jean Van Lierde'à PoRonde Table à la prononcé pas flnalement frit iÉtriiéilui, aniùZ

litlque. t26

"e

w

Iil fl

"fi .ït

..,r

tll r'iii


I I

'1 'i'

N{tl

'':

t

.

i

t j I i I

I f

,i

l

I

l I

l I

I

:t, j I I

'l ,i

I

'I

il ri

i ri

sont aussi libérés.

Il y a aujourd'hui encore des milliérs de

Bruxelles le jour même de ma libératiod, des milliers de personnes sont venues me crier leur joie de savoir qr.re dans quelques jours le Congo sera libre. Hier encore emprisonné et battu, je prends place aujowd'hui parmi mes frères à la < Table Ronde >. Je participe à ces travaux sans rancune et sans amertume. Nous allons tous ensemble, dans I'union des cæurs et des sentiments travailler à la construction d'un puissant et fier état congolais au cæur de l'Afrique noire.

prisonniers et de nombreux procès sont en cours, cela le peuple belge I'ignore.

Si certains leaders politiques ont été libérés parce que l'opinion étut aletée, il faut aussi que les innombrables militants tant du M.N.C. que des autres partis politiques et qui sont actuelleme,nt encore persécutés sans qu'on le sache, voient une amnistie immédiate mettre un terme à la répression dont ils sont I'objet. Il faut prendre d'urgence les mesures propres à mettre un terme au climat d'oppression et d'inquiétude actuel. Le M.N.C. prend note avec une immense satisfaction de la reconnaissance du principe de l'indépendance immédiate. Il réclame, avec tous les autres partis politiques la proclamation de I'Indépendance à la date du 1.'" juin 1960. Cette indépendance, nous voulons qu'elle soit une indépendance réelle et non une indépendance de façade. Nous voulons aussi, dans I'intérêt suprême de nodre pays, que le Congo indépendant soit r;ni. Cette unité est non seulement nécessaire mais indispensable à I'harmonieux développement économique, social et politique du Congo. Cette unité doit s'accompagner d'une large décentralisation qui tiendra compte de la diversité que présente la grande nation congolaise. Iæ Congo est aujourd'hui pratiquement sous le régime militaire. Nous ne comprenons pas qu'au moment même où le gouvernement belge s'incline devant la nécessité de reconnaltre I'indépendance immédiate du Congo, son Administration renforce sa politique de répression à l'égard de la population congolaise. C-ette situation paradoxale doit prendre fin. Elle ne peut qu'être génératrice de nouveaux incidents, préjudiciables à des bonnes relations entre la Belgique et le Congo. Il faut que la mise en place des institutions nouvelles se fasse dans une atmosphère de sérénité et de paix sociale. Nous estimons que lorganisation future du Congo doit être loæuvre d'une Assemblée élue au suffrage universel appelant aux-élections les hommes et les femmes âgés de 18 ans. Il est indispensable de prendre à la réunion de la q Table Ronde > les mesures nécessaires pour assurer effectivement la liberté et la régularité de ces élections qui ne pourront plus, en aucune manière, se faire sous le contrôle et la pression de I'Administration.

A I'Aéroport I

P. LutrluMse Président National du M.N.C.

Le soir de la séance où lut fixêe la date de I'indépendance,

une réunion fut organisée par M. Lumumba et plusieurs autres délé gations congolaises (chef s couturniers, A ssoreco, Conakat...) pour célébrer l'événement. M. Lumumba y frt la déclaration suivc

Nous nous sommes réunis ce soir, dit-il, pour nous réjouir de l'indépendance du Congo, dont la date vient d'être fixée solennellement au 30 juin 1960. C'est une date historique pour notre cher et beau pays. Depuis 80 ans, la Belgique a aidé le Congo. Depuis 80 ans, la population du Congo a étê en contact permanent avec les Belges. La Belgique a réalisé en Afrique une æuvre magnifique et nous sommes sincèrement fiers d'en être les bénéficiaires. Mais comme dans toute entreprise humaine, tout doit évoluer. Depuis ces dernières années, le peuple congolais était inquiet, réclamait sa libération du régime colonialiste. Cette période a été suivie d'hésitations, de mécontentements, de malentendus. Un fossé s'élargissait de plus en plus entre les Belges et les Congolais, entre la Belgique et le Congo.

':t !t

d'Elisabethville où je me suis embarqué pour

I' .,

128

i

i

L

Ti

II

Ce qui vient de se passer, ces dernières années, nous devons le considérer comme une page d'histoire. Et je ne puis laisser passer ce jour sans d'abord remercier le Roi qui par son cou-

a voulu réaliser et poursuiwe l'æuwe de Léopold II et s'est rendu sur place au Congo pour se rendre compte personnellement de la situation et voir que le peuple

rage, , sa volonté,

t29


u*,,1 I

iI il il

ll ii ti

ii ,ll

ii

ll ii

{l

li

ii tr

lr t

li

congolais

lui était attaché, mais voulait jouir sans tarder

des

prérogatives de sa souveraineté. L'indépendance ne signifie pas la rupture avec la Belgique' ni I'expulsion des Belges au Congo. Elle signiûe que le peuple congolais est devenu majeur et qu'il veut diriger lui-même son pays avec le concours toujours renouvelé des Belges. Demain, le peuple congolais va assumer ses responsabilités. Il prendra, dans cette tâche, I'avis de la Belgique. Il peut rester conûant dans sa destinee.

Pourquoi

la

conûance, de paix sociale. Nous nous efforcerons d'instaurer au Congo le calme, la dignité, I'ordre. I-es méthodes doivent changer et contribuer à I'amélioration des conditions des travailleurs congolais. Je rends hommage au Ministre du Congo, au Premier Ministre, à tous les ministres et les parlementaires qui se sont prononcés sur la date de notre indépendance.

Tout notre peuple de 14 millions d'habitants partage

avec

nous notre joie.

Belgique ne pourrait-elle pas réaliser ce que

d'autres nations ont réalisé ? Je citerai le cas du Ghana devenu totalement indépendant sans perdre ses liens avec la GrandeBretagne. Nous disons ici publiquement que nous allons assurer aux entreprises européennes, belges et autres, la sécurité des biens et des personnes. Nous avons le respect des biens et des personnes.,Nous ne sommes pas des pirates. On ne psut pas concevoir que demain nos populations vont saccager cê qui a étê têahsê ou s'approprier ce que les Belges possèdent là-bas. Ce que nous demandons, c'est que les Belges du Congo puissent s'adapter à la

nouvelle situation et se mettent non seulement au service du peuple congolais mais au service de I'humanité. Les Belges seront les premiers fiers de nous et pourront dire que nous avons réalisé quelque chose de magnifique. Nous voudrions dire, et nous insistons particulièrement, que les fonctionnaires coloniaux abandonnent leur mentalité vis-à-vis des Africains. Ceux qui ne veulent pas s'adapter à l'évolution du pays doivent quitter le Congo. Ceux qui veulent rester au pays auront notre amitié la plus sincère. Mesdames et Messieurs, nous vous exposons nos sentiments. Nous voulons une intégration sincère et franche. Nous allons prouver demain que l'amitié entre les peuples n'est pas un mot en lleir et que bien que nous n'ayons pas été suffisanment préparés, c'est sans aucune haine, avec modestie, que nous allons diriger notre pays en faisant appel à des techniciens et des conseillers belges.

Nous aurons des coopératives de paysannat et, demain, les Belges qui veulent venir au Congo trouveront chez nous un accueil fraternel et pourront, avec les paysans congolais, construire la nation congolaise. Il faut pour cela un climat de 130

131


i: 1. r'r |

ln,i ,

1.

.

'

i

" :'' 'it

r

r'"

j'

,t

il,

Profitant de son séiour en Belgique Lumumba s'itnposa utæ des tournéà d.e conférence's afin d.e convoincre l'opinion belge peuples' deux les entre réalités nouvelies d'e la collaboration Doué d;une résistance physiqtrc peu comrnune il était capable

1

it, ifl

ii

li' 1l

iii,

I 'liti rl

il ri

ll

P. Lumumba prend aussitôt une part prépondêrante aux travaux de la Table Ronde, il y dénoncera ouvertemznt les rnanæuvres de coulisses des conseillers europêeru de Ia Conakat de Moïse Tshombe, qui tentent de briser I'unité congolaise. A litre documentaire nous publions ici une lettre du Cabiræt du Ministre du Congo afin d'éclairer le point de vue olficiel concernant le procès Lumumba et ses suites.

urNrsrÈnr

DU

coNco

BELGB

ET DU RUANDA-URT]NDI fi

Cabinet du Ministre

AVS/MB

li

.f,

t:

.il

Bruxelles,

I

ewegistrée.

CONTÉRENCE DE M' PATRICE LUMUMBA FAITE LE 6 FÉVRTER 1960, A r.A TRTBUNE DES A AMIS DE PRÉSENCE AFRICAINE D A BRtrxELLES I'auditoire sous la direction de avec débat d'un (auivie Jean Van LIERDE)

il

i,'

âe tavaitler pend'ant des-semain'es à ta caderæe de 16 ou 18 Inuræ par iàur. Sa rapidité de iugement et de décision' sa ses adveriorit it" Iràppe potitique étonnaient constamment signifr'catifs débat un et exposé un i"i repreno* saires, Nous avec Lumumba, c'est la transcription littérale de la bande

le 29-I-1960

lr i

DE LA PRISON A LA TABLE RONDE

Messieurs,

ir.

,lt

ii

ii.

li'

Afr. Lumumba Patrtce. Monsieur le Ministre me charge de l,honneur de vous accuser réception de votre lettre du 22 janvier 1960 et de Ia copie de lettre adressée à Monsieur le Gouverneur. Eu égard à la libération provisoire de M. Lumumba et au fait qu'en sa qualité de délégué de son parti il assiste à Bruxelles aux travaux de la Table Ronde, Monsieur le Ministre considère qu'il ne faut pas revenir sur certains faits d'un passé récent. Tel est d'ailleurs le væu exprimé par le M.N.C. Veuillez agrêer, Messieurs, I'assurance de ma considération 6gs distinguée. Le Chef de Cabinet,

L'année passée, je suis venu en Belgique pour organiser une townée de conférences. I-e but de mon voyage était d'exposer au peuple belge les rnaies aspirations du peuplg congolais' Je

dans cette même salle que\s. étaient ces "*poié aspirations. i" oo.tt ai dit que le peuple congolais ne--v9{1it fto. ruppotter le régime côloniat qui constituait un défi à la

uoot ui

dignité humaine.

Congon après cette tournée de conférences, j'avais abandonné mes fonctions pour me mettre entièrement au servic.e du peuple congolais. J'ai rencontré beaucoup de difû-

En rentrant au

beaucoup d'ennuis, abandonnant ma fem' me et mes quatre enfants, courant dans tous les coins du pays cultés,

j'ai iencontré

pour préparer Messieurs J. Marrès et

Avocats Stanleyville

132

A.

Denis,

la

population, pour édifier politiquement et

civiquement la PoPulation.

très bien que la Belgique s'est prononcée en du Congo, par sa déclaration du 13 I'indépendance faveui de

ïour tuu.i

133


janvier. Mais c'était une indépendance élastique, aùcune date n'a .été précisée. Nous avons' ptercote prusieurs motions au Ministre du Congo ; nous avons récla.g a .uinto-,.p.ir", qu'on nous précise quand le Congo accèdera i;àA;;;. A la suite de cela, vers la n r- A" I,année, ànou. uuànr 1"iu un Congrès à Stanleyville.. Ce_ Congrès a réuni t", ,"prer*t#, des-différentes provinces du. Congol Il y avait plus di q"ui*" chefs coutumiers qui avaient îrrirte' à ce Congral,--tvoo, avons décidé de participer aux éIections du mois aJ al.ÀÉr" 1959, mais à condition que le Ministre ouvre des négocia_ p_ïce que, dans son message du 16 l*: *-":_lor-rs, seplembre 1959, le Minisrre avait précisé qu,il /aurait A"U"ia des élections communales et territo.iJ", a' mois de décembre 1959, ensuite, au mois de mars 1960, les conseiller, ;;-._;_ naux et territoriaux pourraient se concerter pour désigner les conseillers provinciaux et vers le mois oe septemur"- iôob,'' y aurait un Gouvernement central présidé pâr b coonÀL* général et ce n'est qu'après quatre 'unr -qu'on pourrait envisager l'indépendance du ôongo. Nôtre Congrès n,a pu. Ao loot marqué accord à ce projet àu Gouvernement. Nous avons alors demandé au Ministre dtuvrir i-.eàiuÀent des négociations avec nous. Le Ministre nous a répondu par une fiî;;;;; recevoir. A la suite de. cette réponse négâtive, l; il;;; décidé de ne pas sou-scrire uu prâ;"i-àudouu._"rn;, î;;"; que nous ne concevions pas qu,un Gouvernement congolais pouvait encore être présidé par un Gouverneur général. Nous avions compris par là.que ce n,était pu, un" vraie indépendance qu'on nous promettait. Et nous avons dit qu'it rarait-rr---urii projer qui camounuii r" -uirii"iâu i?Ëu; llijîl"T':.:oter_ce coronral au conso. Nous avons revendiqué l,indépendâce du.coigo.. r-" Ë;uruiilî e,"i, debout, route ra 1ùidilr" Tù; population exigeait l'indépendaùe immédiate et qu'à travers le pays, Iei hommes, les femm",nous avons dit .t f", nous allions tous nous mobiliser au service "nfurrir, ae fa ,euJ,rtiî congolaise, au service de Ia révolution pacifiq;";-;;;;;; notre doctrine, comme.je-I'ai exposé dans cette salle, cornme je toujours exposé dans toutes ,eunioo. .l'ai. notre doctrine fondamentare est basée sur "o,la non-violence. A ce sujet, voyant que la population etait aiaccorA avec milliers et des milliers-de personnr, _ p"iron", ";;,'(d"; u""t;;l;il; suivre I'administration on a voulu à- tout "" prix m,arrêter.

iliffi;

-)

134

L'Administration locale a monté de toutes pièces un tel complot. On nous a envoyé un émissaire de la Streté, qui est venu avec un magnétophone ; on a enregistré mes discours. Après avoir enregistré tous mes discours, on a apporté le magnétophone au Parquet et, immédiatement après, on a lancé à ma charge un mandat d'amener. On m'a dit: < Vous allez venir au bureau du Procureur du Roi >. Alors que nous tenions encore, en dehors du Congrès M.N.C. qui s'est clôturé le 29 septembre, le 28 plutôt, nous avons ouvert le 29 un autre congrès qui groupait 6 partis politiques. Il y avait une délégation du RuandaUrundi, et ces partis politiques venaient de tous les coins du Congo et tous ces partis ont eu la même position et I'on a dit : < Lumumba est un élément dangereux parce que partout, il voit la population le suivre. Si nous le laissons en liberté, nos projets vont échouer, parce que la population va le suivre. Il faut I'arrêter >. Comme il n'y avait aucune possibilité de m'arrêter, c'est alors, comme je vous l'ai expliqué, qu'ils ont monté de toutes pièces la répression sur la population de Stanleyville. A un moment donné, nous tenions une réunion à huis clos dans une niaison privée. Nous avons entendu des détonations de flsils, c'était le début de la répression. Immédiatement après, on voyait des cadavres qui gisaient un peu partout, c'était la panique générale, l'inquiétude, on se. demandait: pourquoi, qu'a-f-on fait ? Alors, pendant des jours, j'ai été dans une maison. J'ai dit: < On va voir ce qui va se passer >. On me cherchait partout. Et après des jours, quand il y eut un peu de calme, je sortis. Et au moment où la répression a commencé, je suis sorti, j'al demandé de cesser le feu. J'ai dit: < Messieurs, il n'y a aucune raison de vous comporter de la sorte >. On tirait dans ma direction. Bien quoimmatriculé et juridiquement assimilé aux Européens, on m'a arrêté brutalement, on m'a jeté dans un petit cachot noir, on m'a fait coucher sur des planches et ce n'est que lorsque j'ai protesté et demandé une couverture, que I'on m'en a donné une. Une semaine après, on m'a transféré aq camp militaire où j'ai passé un mois dans un W.C. douche où il n'y avait aucune ouverture. Il n'y avait même pas moyen d'avoir de I'aération. J'ai écrit au Procureur du Roi que j'étais logé dans des conditions horribles. Rien du tout. Il a fallu I'intervention de mes enfants auprès du Gouverneur général, du Procureur génêral pour que, finalement, après des mois, on me fasse sdrtir de ce camp militaire pour m'emmener à la prison 135


,l,i

r{fi

i. I

le 12 décembre dans

I il ii

des conditions un peu meilleures que celles que j'ai connues. On a tout fait pour briser mon moral mais je savais que, dans tous les pays du monde, la liberté est l'idéal pour lequel, de tous temps, des hommes ont su combattre et mourir et j'ai fait le choix : celui de servir ma patrie. J'ai accepté tous les ennuis avec courage. Finalement, je passe devant le tribunal mais, avant cela, le Gouverneur, deux iours après mon arrestation diffusait des discours en disant: c Lumumba a cherché à créer un fossé de sang entre Blancs et Noirs et Lumumba a reçu des leçons de technique révolutionnaire à l'étranger >, gu€ c'êtait moi qui avais excité les populations. Toutes les calomnies étaient possibles, j'at êté bafoué, vilipendé, et traîné dans la boue tout simplement paxce que j'ai revendiqué la liberté pour notre pays. Je n'ai jamais été contre le Blanc, je n'ai jamais été contre les hommes, mais contre quoi je me suis toujours insurgé, c'est contre f iojustice. C'est contre ce régime qui était dépassé. Je passe devant le tribunal. On a fait des enquêtes, on a fait venir plusieurs témoins et tous, unanimement, ils ont déclaré que ce n'est pas Lumumba qui est à la base des événements de Stanleyville. < Il ne nous a jamais incité à faire quoi que ce soit > et que j'ai toujours prêché le calme. Alors, lorsque j'ai comparu devant les juges, on ne voulait pas du tout qu'on fasse la moindre allusion aux tragiques événements du 30 octobre: on ne voulait pas du tout qu'on parle des événements sanglants du 30 octobre: simplement parce que Lumumba a prononcé des

il avait dit: la politique coloniale belge >. Parce que dans ses il a dit : < Nous allons tous mobiliser nos femmes et

discours incendiaires, parce que, dans ses discours, <

'l I

i

A

discours, nos enfants au service de la révolution congolaise n ; parce i1ue, dans ses discours, il a truté le Gouvernement belge de gouvernement conseryateur et dictateur ; parce que, dans ses discouls, Lumumba a attaqué le prestige de l'administration du Congo, parce que Lumumba a incité la population à ne pas voter. Toutes ces accusations étaient réduites à zéro et si j'ai été condamné à six mois de prison, c'est uniquement pour gue, publiquemento on ne dise pas que c'est l'administration qui est coupable ; c'étut un prétexte, je n'étais pas du tout coupable. C'est I'administration locale qui a préparé la répression, c'est le Gouverneur de Stanleyville qui est responsable de ce qui est

arrivé

rj

t36 t l I

bas

à

Stanleyville. Une trentaine de Congolais

ont

êtê

y littéralement massacrés, sans aucune raison plausible' It n avaitaucun il n'y africaine, uuui, uo"oo" agitation à la Cité soulèvement, abiolument rien, tout était calme' Mais, 1u- Congo' à"poi. àr. années, pour avoir.la sympathie de I'administration ou do certains milieux coloniaux, il faut toujours faire des co-urlà ùtt"r, il faut toujours dire amen; il faut toujours dire oui pays' son défendre veut quand on Mais non. où il faut dire quand on veut défendre la liberté, immédiatement' on vous utn"n" une étiquette révolutionnaire: excitateur, voyou, toutes les étiquettes possibles.

éuéo.-.nts, le Ministre s'est rendu au Congo, il ".r^ u * i.. réalités. Ensuite, le Roi s'est rendu au Congo, directemeot à destination de Stanleyville. Il a constaté lui-même que la population ne voulait plus supporter le régime colonial' Le jo"t nre*" de l'arrivée du Roi, il y avait des milliers et des rtili"rt de personnes qui sont allées à la prison et qui onJ dit: prison->' < Nous uooioot que Lumumba sorte aujourd'hui de la fln{eet' compte rendu s'est Roi Partout, à travers le pays, le on-s'est l'incompréhension, après ment, après des malentàndus, rendu à l'évidence : il faut que le peuple congolais soit libre. c'est alors qu'on a coirvoqué la conférence de la Table Ronde. Je suis passé au tribunal le 18 janvier 1960' Le 21, i'êtus condamné. Le Pto"urew du Roi a demandé quatre ans de Rpres

prison.; le Gouvernement me condamne à six mois' Le jour *êot., alors qu'on avait pris une décision pour interdir"- tol! .ur."*bl"-.nt de plus de cinq personnes' lorsque j'avais été condamné, il y avait plusieurs milliers de personnes qui so-nt allées à la priion, ils I'ont entourée en disant: < Si Lumumba ne sort pas de la prison, alors cela va aller très mal >' I-e 22, un jour après ma condamnation, j'étais dans m3 chambre, pieds nus, en singlet, sans chemise, je lisais, je vois le directeur de la prison qui arrive en disant: < Nous vous apportons une mauvaise nouvelle >. Je pensais que c'était peutCiie un membre de ma famille qui était décédê.Il était ac' compagné d'un groupe de Commissaires. 11 me dit : < Vouc deve? atbr à Jadotville immédiatement >. Je lui dis : < Com' ment cela est-il possible ? > 11 dit : < Oui, vous devez partir r. Je dis : < Mais èomment je vais partir comme cela... Il auralt fallu me prévenir ne fût-ce qu'un jour à I'avance pour quo l-9 puisse t-bufltt mes affaires et voir mes avocâts >, < Non,.ll i'".t pu, question >. Je dis : << Est-ce que vous voulez lrrlil

m


"wT 4,I t

t

,l

t I

I

;I

vemr mes avocats ? r. c Il n'est pas question de voir vor avocats >. Immédiatement, on est venu, jttais maltraité "omfe vous voyez (1). On m'a enlevé, fe n'ai même pas marché. De jusqu'à jeté prison la la camionnette, on q'a comme un moræau de bois. On m'a emmené à la plaine d'aviation. On me fait

sortir de là directement, on m'a jeté dans I'avion. On m'a tordu le cou. J'ai été malmené, toutes mes affaires sont restées dans la prison. Je suis arrivé à Elisabethville sortant de l'avion comme un bandit, où certains Européens s'amusaient à me photographier (2) et, de là, je suis allé directement à Jadotville où on m'a jeté à la prison des dangereux, qui est réservée uniquement aux condamnés de {roit commun ou aux gens qui sont condamnés à mort, à perpétuité... On m'a enfermé làôas. Lorsque la population a appris que j'étais maknené, immédiatement après, il y a eu plusieurs centaines de personnes qui ont entouré la prison de Jadotville. L,es autorités locales étaient compréhensives. J'ai pu recevoir au moins 100 visiteurs le même jour, le deuxième jour, j'ai reçu encore beaucoup de personnes qui venaient de Bukama, d'Elisabethville, d'un peu partout, et le troisième jour, on m'apportait la nouvellE que ie devais partir pour Bruxelles. Alors, je n'avais rien, je n'avais pas d'habit, je n'avais pas de souliers, je n'avais absolument rien. L'Administration a dt me procurer un costume et tout ce qui était nécessaire pour m'habiller. Les Africains se sont cotisés et m'ont acheté le reste des habits. Je quitte Jadotville en compagnie du Commissaire de District avec des jeeps militaires. Arrivé à la plaine d'aviation, il y avait au moins 10 000 congolais qui criaient, qui étaient très contents, qui, partout, devant le commissaire provincial, disaient: < A bas le colonialisme, à bas les colons, vive l'indépendance immédiate r, et c'était une autre atmosphère. Les journalistes sont venus m'interroger pour savoir quelles étaient mes impressions. Et je leur avais dit: c Mais, Meçsieurs, vous pouvez dire à la population du Congo et'principâlement aux Européens, que je ne garde aucune rancune, que cela c'est la page de l'histoire, et que je m'en vais à Bruxelles pour (1) I-umupba portqit des pansements aux poignets. (2) La nuit qui précéda son assassinat, c'est-sui ce même aérodrome -gu'il_sera -battu-et torturé par les gendarmes katangais de M. Munongo le 17 janvier 1961. Des merôenaires-étaient présents.-

138

défendre les intérêts''du pays, les intérêts du Congo, et qu'il ù'entre pas dans mes intentions d'exploiter ma misère person' nolle, dbxploiter toutes les injustices dont i'ai é:tê victime pour gâcher les relations futures entre le Congo et la Belgique >' Je suis arrivé à Bruxelles, j'ai pris part aux travaux de la Conférence de la Table Ronde et ma position au cours de la Conférence reste inchangée. Cette position c'est I'indépendance totale et réelle du Congo. A partir du 1"" juillet 1960, le Congo accèdera au tang de peuple libre. C'est le 1* juillet, que I'Indépendance,du Clnæ fut ieconnue par les puissances internationales en 1885 et le 1"'

juiltet de chaque année, findépendance du Congo est fêtée dans notre pays. Le 1"" juillet, nous allons disposer de ûoÛsmêmes (1).

Quel sera maintenant le processus de I'indépendance du Congo ? J'ai présenté une proposition à la Commission qui est ctrargée de l'étude des structures de l'Etat congolais. Actusllement, chez nous, au Congo, la population n'a plus confiance en I'administration coloniale actuelle. Il faut que, pendant la période transitoire, à partir de maintenant jusqunau 30 juin' qu'une commission exécutive puisse assumer certaines charges

apaisements aux populations. I"e Ministie a marqué son accord à cette proposition. et à I'issue dp cette conférence, il y aura une commission permanente com' posée de douze membres, dont 9 resteront ici à Bruxelles et 3 seront détachés auprès du Gouverneur général. Cette Com* mission avec le Ministre, ensemble, va étudier les textes ins-1q'il tutionnels qui vont régir I'Etat congolais. Suite à la propositiEp de M. le Sénateur Rolin, cette commission va en même tem.ft étudier, élaborer les projets de la Constitution congolaise, aSç qu'une fois la Conùtuante installée après le 30 juin, cei,tô Ôonstituante puisse avoir une base de travail' Il y aura en p1ûd au Congo une Commission dans chaque province composée''dâ trois membres. Maintenant, f indépendance politique est acquitq. Nous ne pouvons plus suspecter la sincérité et les bonnes intpb' tions du Gouvernement belge. Qu'allons-nous faire dans CIctb

pour pouvoir donner des

(1) N.D.L.R. Pour les problèmes constitutionnels évoqués aprtrr ll convieirt de lire l'ouvrage tlir professeur Périn : t Les lnstitutioll ;.qlltll ques du Congo Indépendânt au 30-6-60. t (Éditions de I'Institut PoUUqUa eongolais, Léopoldville.)

1t9

i

,d


l$tl

"li i I

L,

,f ,. t" ! I

'll.' rl

ii ;li

il' ii l

li

iii I

ll li ii tl

lr

lt

li iil

'l.i ,,1' i

:i 'l I

lii I

It

i\

'

perspective de I'indépendance du Congo ? Nous savons très bien que I'indépendance politique ûe sera pas profitable à notre peuple si elle n'est pas accompagnée immédiatement d'un développement économique harmonieux, stable et prospère. I1 faut que cette indépendance signifie pour nous I'amélioration des conditions de vie des Congolais et nous allons nous atteler

dans les jours à venir à instaurer au Congo un climat de confrance, d'ordre, de collaboration non seulement pour les Congolais eux-mêmes mais également pour les Congolais et les Européens installés chez nous. Pour nous, I'indépendance

ne signifie pas I'expulsion des qui sont au Congo, poru nous, l'indépendance ne signifie pas rupture de nos relations avec la Belgique. Nous savons très bien que le peuple belge de la métropole, depuis

Européens

des années, a toujours condarnné le régime colonial auquel était assujetti tout un peuple de 14 millions d'habitants. Nous savons très bien que chaque fois que nous venons en Belgique, partout les femmes, les enfants, les hommes nous ascueillent à bras ouverts. Nous savons très bien gue nos frères congolais, qui sont installés depuis des années en Belgique, n'ont jamais souffert, ne se sont jamais plaints en ce qui concerne les relations avec les Belges. Nous avons rencontré des difficultés et quelques ennuis, mais c'est précisément auprès de quelques colons, auprès de quelques Européens qui sont chez nous au Congo. Nous ne voulons pas généraliser. Il y a certains Belges qui nous ont toujours compris, il y en a certains qui nbnt jamais voulu se prononcer en notre faveur tellement ils avaient peur de la réaction de certains retardataires. Mais pour nous, tous ces Européens vont rester chez nous, ceux qui ne voudront pas s'adapter à l'évolution du pays, le chemin est ouvert, ils n'ont qu'à choisir: ou bien rester chez nous et s'adapter à l'évolution du pays, ou bien s'ils ne veulent pas s'adapter à ce nouvel ordre, alors, ils retourneront en Belgique. Mais ceux qui voudront travailler avec nous, nous leur assurons la sécurité de leur personne et de leurs biens. Nous savons uès bien que les entreprises européennes qui sont au Congo sont indispensables pour le développement du pays et c'est pour cette raison que notre Gouvernement, qui sera installé dans quelques mois, va garantir à ces entreprises, va garantir à ces Europêns qui seront domain les artisans du progrès économique, conme nous I'avons constaté, dans certains territoires d'Afrique. Pour-

t40

quoi la Belgique ne serait-elle pas capable de réaliser en Afri' que ce que d'autres nations ont réalisé' Depuis I'accession du Ghana à l'indépendance, la population européenne a triplé et quand vous allez aujourd'hui au Ghana, vous trouvez une interpénétration réetle. Il n'y a pas de problèmes entre Blancs et Noirs. Il y a un problème entre les hommes et demain chez nous, au Congo, le problème qui se pose' ce n'est plus un problème de Blancs ou de Noirs, c'est le problème de la compréhension, le problème de la construction du Congo. Et cette construction, nous voulons la faire avec des Belges, avec tout autre Europeen de bonne volonté, de bonne foi qui veut s'installer chez nous. Vous savez très bien que, depuis 80 ans, les Noirs du Congo ont toujours aocueilli les Belges à bras ouverts. Notre pays est hospitalier. Aujourd'hui, tout Européen installé chez

nous peut aller à la chasse, peut aller n'importe où, peut s'égarer dans la forêt, on trouvera toujours des Africains pour I'accueillir. Nous ne sommes pas des racistes, nous ne sommes pas des xénophobes, nous sommes des hommes compréhensifs, des hommes qui ont été blessés dans leur dignité humaine depuis des annees par l'attitude incompréhensive de certaines personnes. Je crois pouvoir modestement traduire les sentiments de'mes frères du Congo. Ces sentiments, c'est ce que je vous expose maintenant. Ce que nous voulons instaurer au Congo, c'est une nation fraternelle, une société homogène et nous allons faire tout notre possible pour combattre, pour détruire tous les vestiges du colonialisme et du tribalisme. Aujourd'hui, la nation congolaise s'élève contre certains éléments qui voient d'un mauvais æil cette évolution, qui veulent susciter partout des oppositions. C'est ainsi que, sous le camouflage du mot < fédéralisme > on veut opposer les populations du Congo. Pour nous, < fédéralisme, unitarisme > sont toutes des formules politiques qui sont valables. Mais, au Congo, ce que nous voyons aujourd'hui, ceux-là qui préconisent le fédéralisme, ce n'est pas en réalité cela qu'ils préconisent, c'est le séparatisme. Ce qui se passe au Katanga, ce sont quelques colons qui disent: < Ce pays devient indépendant et toutes ses richesses vont servir à cette grande nation, la nation des Nègres. Non, il faut le Katanga, état indépendant >, de telle manière que, demain, c'est le grand capitalisme qui va économiquement dominer les Africains. Et c'est cela le danger. Même 141


, l,"rrq

{,t I

'ii 'i'i

autour de la Conférence de la Table Ronde, les tractations de coulisses, l'état-major de certains milieux se sont installés sur place et ont fait tout pour nous opposer les uns aux autres. Et alors, cette indépendance que nous avons toujours réclamée, quelle est sa signifrcation si, demain, c'est pour échouer sous d'autres tutelles ? Quclle est la signification de cette indépen-

dance

si, demain, c'est pour nous déchirer entfe nous

au

Congo ? (1)

'il

C'est pour cette raison que nous défendons énergiquement la thèse de I'Unité, parce que le fédéralisme au Congo suppose et signifie clairement le séparatisrne ethnique, que, demain, pour être élu, chaque leader va se mettre à la tête de son clan, de sa tribu, et alors qu'est-ce qui va arriver des six provinces érigées en République ? La coruption auprès de chaque chef dlétat: il y en a qui viendront et vous donneront beaucoup d'argent pour faire telle usine, il y en a qui diront là-bas: q Mais votre province est très riche, il ne faut pas accepter que l'argent aille là-bas ) et on va .ainsi créer des divisions, des dissensions entre nous. Et la population, la masse populaire ne proûtera pas du tout de cette indép€ndance. Nous sommes certains que le Congo, dans son unité politiqud et économique actuelle va jouer un rôle de premier plan au sein de I'Afrique. Aujourd'hui, c'est le moment des grands ensembles. Avant, nos populations vivaient isolées. Par l'action de Léopold II, ces populations ont été rassemblées et, depuis 80 ans, nous vivons groupés ensemble. Et partout, quand je vais dans mes tournées à travers le pays, même dans des régions où je n'ai jamais été, des chefs me disent: < Depuis 80 ans, nous sommes dirigés par un Gouvernement, on peut dire par un Gouvernement unitaire. Pourquoi devons-nous refuser demain d'être dirigés par nos propres fils ? > Ce ne sont pas les Congolais qui demandent le fédéralisme.

Il y a d'autres motils et c'est pourquoi nous le condamnons

;

nous ne voulons pas que cette indépendance que nous réclarnons et que nous venons de conquérir serve à quelques intlividus, serve à quelques groupes financiers, nous voulons que

(1) N.D.L$. Les événements trâgiques de 1960 ont prouvé avec clarté la lucidité de P. Lumumba vis-à-vis du Katanga.

t42

cette indépendance serve à toutes les couches de la population congolaise. Et demain, je suis ceftain que'ce sera la fierté du peuple belge d'avoir réalisé une grande æuvre de I'Afrique et ce serait une très grande honte, immédiatement, si la Belgique s'étant prononcée pour I'indépendance du Congo il y avait des troubles, il y avait des désordres, il y avait des luttes intestines entre nous, et que les autres disent : < La Belgique, depuis 80 ans, vous n'avez pas réussi à former des hommes >. Voilà ce qui se passe. Ce serait une honte, c'est comme un parent qui a élevé un enfant, qui a voulu éduquer cet enfant et qui, aujourd'hui, apprend que cet enfant a tué, que c'est un voleur, ce parent ne serait jamais fier... C'est la même chose pour la Belgique et clest pourquoi nous voulons dire clairement que nous ne voulons pas que le Gouvernement soit sous I'influence de quelques milieux financiers qui ne voient le Congo que sous l'angle des dividendes à partager au Congo.

Aujourd'hui, le Congo de papa, des chercheurs d'or est fini. C'est le passé. Aujourd'hui, c'est un nouveau Congo et nous voulons redoubler nos efforts, créer de grandes coopératives, des paysannats et, demain, nous allons supprimer toutes ces barrières douanières et nous ferons appel aux jeunes Belæs qui voudront venir chez nous au Congo. Qu'ils sachent qu'qp

grand avenir les attend là-bas. Les jeunes Belges, qu'est-co qu'ils ont encore à faire ici ? (applaudissements). C'est là-bas qu'il faut construire, c'est là-bas qu'il faut créer. Alors nous les invitons amicalement. Nous n'avons pas suffisamment de cadres.

Et c'est pour cette raison que j'ai demandé au Ministre et je lui ai encore fait une proposition pour I'accélération

que des

cadres. Comment allait-on donc nous remettre notre indépendance ? Où sont les hommes ? Il faut que, dès maintenant

plusieurs Congolais viennent en Belgique, fassent des stages dans tous les cadres possibles pour que, le 1'" juillet, nous ayons des hommes pour assumer des responsabilités et nous voulond que des instituteurs, des médecins, des juristes, des paysano belges aillent au Congo demain et, ensemble, avec les paysmn' I 'i congolais, montent des machines agricoles et leur montrÊût'',' ;r, comment il faut faire des plantations. Nous savons très biui;r qu'il y a beaucoup de Belges animés de bonnes intentions, ,qfl! ont toujours cherché à aller au Congo, mais, ceux qui o[l , voulu monopoliser tout au Congo ont toujours fait des barrapr. Mais, pour nous, c'est frni ces barrages et nous vous faisortll ,

,

,

[ltl

,


nous vous adressons un appel solennel et fraternel de

, considérer la femme comme une servante, jouent un rôle

la part

du peuple congolais.

du

ïoy",

dans quelles perspectives nous voyons l'indépendance Congo. Nous Atons Combattre. Maintenant il y a {es

de corruption auprès des Congolais dans certains milieux ou nations. I1 y en a qui sont ici, qui essaient de cor' rompre l'un ou I'autre d'entre nous' nous allons combattre tout cela. Nous voulons honnêtement construire notre pays,

-*æuui". i

'l

i

'l

l,l I

tt rl

li 'i t,; I

liti t:

ll

ii, ,l i i

i 'l I

I I

,I I

nous venons de conquérir ces libertés. Je dois sincèrement rendre hommage à la Belgique. Je pense que c'est la première fois dans I'histoire de la colonisation, qu'une colonie saos transition aucune, accède au rang d'Etat souverain et, aujouç d'hui il n'y a plus de palabre entre la Belgique et le Congo. La période de la domination a pris fin, c'est fini, c'est passé. Aujourd'hui, s'instaure une ère nouvelle, la deuxième phase de l'évolution du Congo s'inscrit dans le cadre d'ute coopération

dans l,honnêteté. Je dois remercier les membres de cette grande maison de la liberté. cette maison (Amis de Présence Africaine)

pour mo| bien qu'elle soit petite. Elle est grande -tu p.tttè" expansive, par tout ce qui est fait, chaque fois que les-Africains viennent, ils ont des contacts humains' Ces àotu"tt que j'ai avec vous' ce n'est pas une conférencen Cest un échange dé vues. Nous avons besoin de vos conseils' Chaque fois que nous quittons le Congo et que nous arrivons ici, dans cette maison, nous connaissons une autre atmosphère' Il y a cette chaleur humaine communicative (rires dans la salle où la température était élevée, tant il y avait du monde)' Nous sommes partisans de famitié entre les peuples, il faut que c€tte amitié soit reelle et ce sens réel, nous le rencontroirs ici parmi vous et, demain, vos jeunes filles qui sont ici, viendront chez nous coilune assistantes sociales pour éduquer nos jeunes filles congolaises. Demain, nos efforts doivent se conôrétiser dans le cadre d'une évolution harmonieuse de nos l'évolution populations et nous voulons que cette évolution surtout de nos fèmmes qui a été un peu néglig9 principale - colonial, nous voulons que nos femmes aient le ioot f" régime même degré d'éducation que nous, parce que lorsqu'on civilise un homme, on ne civilise qu'un individu, mais quand on civilise une fernme, on civilise toute une famille, toute une génération' Et nous voulons que demain beaucoup de jeunes filles congolaises viennent en- Belgique pour apprendre, et nous voulons que beaucoup de jeunes filles belges viennent chez nous au ôongo pour enseigner' pour instruire nos filles. Et, c'est pour cette raison, dans ce cadre de l'égalité entre les hommes et les femmes, que le < Mouvement Congolais > revendique pour- les femmes les mêmes droits politiqùt. qo" les hommËs. Nous avons fait une proposition que, pour les prochaines électioN, les hommes et les femmes âgés de 18 ans puissent y participer' Mais certains milieux réactionnaires, ceux qui veulent touiours est grande

p.

économique entre nos deux pays indépendants, entre la Belgique et le Congo et je vous assure que la nature, la viabilité de ces relations futures entre le Congo et la Belgique dépend surtout des Europeens et des Belges. Nous sommes très bien disposés à l'égard de la Belgique, mais ce que nous déplorons,

c'est I'attitude de certains Européens qui sont installés chez

nous et qui, par leur comportement, portent gravemett atteinte aux relations entre la Belgique et le Congo. Mais je suis certain qu'avec les efforts que nous allons faire, même ceux qui étaient incompréhensifs, comprendront que leur intérêt est au Congo, est de composer avec les Congolais et nous allons demander à tous d'aider le Congo, d'aider le futur gouvernement congolais à démarrer et à construire le pays. Nous n'avons aucune mauvaise intention à l'égard de nos frères européens. Nous allons prower demain que nou6 comprenons très bien les phases de I'a,rritié entre les peuples. Et nous allons concrétiser cela par des actes, non seulement des paroles, Je suis certain que I'opinion publique, I'opinion belge de la jeunesse intellectuelle et ma-' nuelle, cette opinion, la presse, la jeunesse, je suis convaincu ,'

que l'opinion belge va se mobiliser en favew du futur Etat,i I

f

ât

tr $ ir. jr.

r44

dans

ce complot et s'opposent à ce plan. Je suis certain qu'au Congo, lorsque je vais rentrer, je vais mener une campagne tapageuse en faveur de la femme congolaise (applaudissements). Mesdames, Messieurs, vous voyez les quelques idées générales: notre souci constant, la jouissance de nos libertés les plus fondamentales, sans aucune restriction. Et après une lutte dure,

s

,ii.

,t

Ë,

congolais. Je pense que les Belges n'hésiteront pas à nous aideiill et à conduire nos pas. Demain, dans 10 ans, dans 20 ans, 5O ans, nous serons très ûers, les Belges et les d'avoir réalisé dans la concorde et I'entente réciproque gtandeur au centre de cette Afrique Noire qui demeurait continent my.stérieux.

d

{

'rl

:l


l'

fr{,rii

ii

li lr

ri 1i

it li

l; tl

;i ri

i;

"it

t:

,,:I;' lt ri

il"

i' lr

li ll il ri

,rl 'ii i

Mesdames, Messieurs,

répondre à I'une ou I'autre question que vous voudrez bien nre

poser. Notre population nous attend aujourd'hui avec impatience et enthousiasme. Demain, lorsque nous allons construire notre union nationale, lorsque nous allons chanter notre [berté, lors de la proclamation de l'indépendance' nous vous fixons rendez-vous, nous allons vous adresser une invitation et c'est avec vous que nous allons proclamer l'indépendance du grand Etat Congolais. (Acclamations). Jean van Lierde remercie très vivement Patrice Lumumba et introduit le débat en donnant la parole à la salle :

M. Lumumba, vous avez d.it que vous étiez hostile O. au principe du Fédéralisme ? Est-ce que vous croyez que le Congo, tel qu'il est, c'est-à-dire aussi vaste qu'il est, aussi difié' rent qu'il est selon les régions, puisse être administré d'une manière elficace au départ d'un Gouvernement central? Est-ce que vous seriez opposé par exemple à six Républiques ? Est-ce que vous seriez opposé à un Etat, type Etats-Unis d'Amérique où il ne s'agit pas de république, rnais d'états qui ont un certain nombre d'institutions propres et au-dessus donc un Gouvernement |édéral, ce ne sont donc pas des républiques. Seriez-vous opposé à six états qui auraient certaines attributions ?

R.

I

il I

I

i

je me mets à votre disposition pour

Ma conception est la suivante: nous aurons un Etat, central. Et les provinces actuelles, chaque un Gouvernement province aura son autonomie, donc Gouvernement central d& centralisé, avec des entités provinciales actuelles qui vont iouir d\rne certaine autonomie et de pouvoirs délimités et à la réunion d'aujourd'hui à la Commission, même ceux qui préconlsaient le fédéralisme se rallient à cette conclusion qu'il est indispensable de maintenir I'unité politique et économique du Congo, mais que les provinces jouiraient d'une certaine autonomie et d'un certain pouvoir pour des matières d'intérêt provincial. Donc, il est indispensable que chaque province soit administrée par une assemblée provinciale et par un exécutif qui sera dirigé par un Commissaire du Gouvernement central. Et nous sorrlmes tous arrivés à cette conclusion qui donne satisfaction à ceux qui préconisaient le Fédéralisme. '1.46

O. * Dans votre esprit, c'est quelque chose d'assez analoguc à I'organisation des Etats-Unis d'Amérique ? Je ne connais pas l'organisation des Etats-Unls, mais

R.

ce que- nous voulons, c'est délimiter quelles sont les com' péænces dg pouvoir central et quels sont les pouvoirs des provinces.

Vous .avez

O.

pwlé des groupements

financiers'. Ie pas pour

- savoir si un gouvernement congolais n'aurait voud.rais

tâche de nationaliser les groupements financiers pour empêcher justement leur action nélaste cornmc cela se lait dans tous les 'pays sous-d.éveloppés, ou bien avez-vous une autre solution à 'cepoint d.e vue ? Concrètement, vous avez d'es sociétés de clvmins de fer, au Congo, est-ce que vous trouvez qu'il est nëcessaire pour le Gouvernement congolnis de les nationaliser ou bien de nationaliser les sociétés d'électricité ?

Dans la periode actuelle, le Congo ne peut se développer sans capitaux. Cela, c'est un point. Et dans- notre

R.

ptogrrnime politique, nous n'avons pas du tout prévu la

nationatisation. Ce que uous voulons donc coest que le1 petiles entreprises européennes actuelles continuent leur action; les sociéiés qui soni actuellement installées au Congo vont égale-

ment continuer leur action. Mais ce que le Gouvernement

congolais demandera, c'est que la répartition du revenu national soii faite' d'une façon équitable et que findustrialisation du Congo soit basée sur la satisfaction des besoins des populations et aiors, d'une façon intelligente et très sage, nous ne voulons pas de principes disant: On va nationaliser ou bien on va faire

ceci ou-cela. Nous allons étudier l'orientation que nous allons donner à notre Gouvernement sans devoir tout brutaliser au début parce que nous risquons alors d'avoir une certaine crise ou des ennuis. Je suis coovaincu que le futur Gouvernement congolais étudiera sérieusement et d'une façon très attentive ce problème.

Q.

*

M. Lumumba, ie

voudrais revenir

à la question

des

structures. Est-ce que vous êtes partisan d'une seconde Chambre dans laquelle il y aurait reprêsentation paritaire des diffêrentes unîtés formant Ie Congo 7

t47

13


R.

Oui, c'est-à-dire que cela a été ma proposition per-

- Nous aurons deux Chambres: nous aurons d'abord la sonnelle. Chambre des Représentants ou des Députés, qui comprendra 135 députés, donc 1 député par 100 000 habitants. Ces députés seront élus par suffrage universel direct. Ensuite, nous aurons le Sénat. Comme il y a des provinces qui sont moins peuplées que les autres, nous avons dit que pour donner satisfaction à toutes les provinces, il y aura 12 sénateurs par province, ce qui nous en donne 72. En plus de cela, il y aura un sénateur coopté par province. Il y aura donc une représentation égalitaire de toutes les provinces au Sénat. M. Lumumba, il mc semble qu'à ce rnoment là, vous O. - à la structure lédérale arriverez type parce que je crois que I'opposition n'est pas entre fédéralism.e et état unitaire, mais bien entre lédéralisme et conf édéralisme, et que ceux qui tendent vers le séparatisme seraient plutôt partisans d'un conlédéralisme où les pouvoirs de l'Etat, lormant la Confédération, sont beaucoup plus étendus. Mais, je ne sais pas, parce que la conclusion à laquelle- nous sommes arrivés est un gouvernement unitaire fortement décentralisé. Voilà la conclusion.

R.

a.

Au

êtes opposé à un fédéralisme fait, par la Conakat ou à celui proposé par le Kasai ?

proposé

R. Le fédéralisme proposé par la Conakat est réactionnaire et c'est vraiment du séparatisme (1).

le

vous

Jean van Lierde :

plus

Au fond, je crois qu'ils sont arrivés à une

position de médiation entre les positions fédéralistes, du Cartel, par exemple, puisque celles de la Conakat sont manilesternent assises sur des intentions sépwatistes ; à une médiation entre ces positions du Cintel et celles du pouvoir unitaire, mais, cornrne le dit très bien Lumumba, de toute façon, il failait

(1) N,D.L.R. Lumumba voyait très clairement. dès ce moment. ce qui allait éclater au grand jour en juillet 1960, à savoii une sécession Kaiangâise provoqrrie_par_les européens et qui sera soutenue par touslesracistes et les colonialistes du mondl. 148

qui concernait le sauvegard* sur le plan d'e I'unité tout ce même pouvoir politique ou les questions écoyomiques de Ia par les pas traité soit ne supérieur Àin;er" que t;enseignemeni au cela va àe soi. on ne va pas laire six universités iiiii""ri, c'est là' 'ëiiià t'iri entendu, mais, dans tout ce domaine il I'a exéviiemment I'Etat centratisé qui décidera' Comme y une concession aurc ;;iq";i, t;, b plan d.es provinces, il auraprovinciaux' p,rinqipes féd.éiaux sur le plan des pouvoirs

Et c'est à ce sujet même que les Patrice Lumumba' Cartel Abako ont leconnu' et nous du et leaders de la Conakat que les droits de prospection conclusion, soirmes arrivés à cette iociétés minières' tout cela des par exemple des concessions, avons parlé notamment nous et central pouvoir appartient au qu'il y a certaines parce Inga > de et iutinièt" Ai^ t'o Union ces richesses fédéralismeo ce qu'avec qui croyaient piouio."t pas à[aient noùs appartenir. Nous avons dit qu'il -n'en est collmul' patrimoine question, les ricirèsses du Congo, c'est leAoii profiter à toutes les côuches de la populatiol' Ç'e.1t ]e "'*fu donc le Gouvernement central qti " -11-".11: "àntrul, iegard sur toutes ces sociétés et Inga' Kanza a marqué son ;;;;, la Conakat également (1). C'est donc un grand point

;;";t

t

acquis aujourd'hui.

O.

M. Lumumba, vous

avez souligné

le danger qu'il y

àvait de- rencontrer une dictature des capitaux belges au congo, pas soulevé ;;;t i; crois qu'il y a un problème que vous n'avezpas provenir peut ne en ce sens que cette situation des capitaux qu'au seulement des capitaux belges, mais vous savez très bien qui actuelle-. existe sein de la Conférence de la Table Ronde

mentàBruxelles,ilyad.esintérêtsdepuissanceétrangèrequi sont certoinement très vils, Il ne lait pas I'ombre d'un doute qu'il y a des contacts qui s'établissent entre les représentants des toit de Moscou ou des Etats-Unis' mais il iranits pays, que

q)'au""d.elà de cette question de I'indépendance du prê""rkt, Congo, I y à des questions économiques qui iouent un rôle près de produit que congo le pas oublier ii"âeio"i. Il ne fâut

7"t

(1) Daniel Kanza remplaçait à aispairi de la Table Ronde.

ce

moment pour l'Abako'

J'

Kasa-Vubu

t49


'

-'l

t{{

1

45 % de Ia production du cuivre, etc... il y a certainemeil dss capitaux étrangers qui s'y intéressent, Ne pensez-vous pas qu,îl y a aussi un danger de dictature des capitaux de ce côté là?

o. - Est-ce que vous croyez vrairnent que vous avez toute la population alricaine derrière vous, mêmc quand vous dé' lendez le droit de vote d.es femmes

I

?

1

R.

Il y a certainement

et je I'ai dénoncé au- dans un message qu€unj'aidanger jourd'hui adressé aux populations du Congo et j'ai dit ici moi-même: il y a certains délégués à la Conférence qui se sont envolés déjà pour aller dans dnautres pays que je ne veux pas citer. C'est ce que j'ai dit: nous allons combattre toutes ces manæuvres de corruption. C'est un danger certain. Cela commence, il y en a qui viennent : < Ecoutez, nous allons vous aider, etc... les Belges n'ont pas assez d'argent pour développer le Congo car c'est un grand pays >. C'est un grand danger et c'est pour cela que j'ai dénoncé publiquement ces vues dans un message adressé au Congo.

O.

M. Lumurnba, vous avez dit que

économique

19 développement

et social devait accompagner le développement politique. Le M.N.C., votre parti, a-t-il déià un progratnrne

R.

Moi, j'ai dit que ce n'est pas vrai puisque-

temmes- sont recensées au même titre que les hommes' Pour moi, ce sont des prétextes inutiles. On veut simplement écarter les femmes, mais tous les jeunes gens instruits comPrennent qu'on n'est plus de l'ancien temps où fon voulait chaque fois considérer la femme comme quelque chose qui doit rester en arrière et je sais qu'il y a un courant de telle manière que j'ai

déjà lancé, sur le plan national, une grande organisation, I'u Union des femmes démocratiques du Congo >, donc une organisation politique qui groupe les femmes et, partout, les femmes commencent à s'agiter, à réclamer I'indépendance et je sais qu'au mois de décembre, lorsque nous avons tenu notr€ congrès, il y a une femme qui a prononcé un grand discours en disant: < Si nous ne votons pas alil( prochaines élections, nous allons saboter ces élections >.

fixé à ce sujet ?

ii I

I

:i I

R. Evidemment, en tant que parti politique, nous avons un programme sur le plan politique, sur le plan social et sur le plan économique, parce que les trois vont toujours de pair. II n'y a aucun parti politique qui puisse avoir une raison d'être slil n'a pas un programme rationnel dans tous ces donaines. Ce programme, nous allons le diftuser lors des prochaines élections pour montrer à la population d'une façon netùe: voici notre programme économique, notre progr:rnnme social et c€ que nous allons faire si, demain, nous étions au pouvoir, parce que jusqu'ici il y a une différence. Je sais très bien que lorsque je suis venu I'année passée, même au Congo, on m'a toujours demandé: <Mais oui, vous rêclamez toujours I'indépendance, mais où est votre progrzrmme politique et économique ? J'ai dit : < cela ne sert à rien tant que nous ne sommes pas au pouvoir, vous allez prendre ce programme pour mettre dans le tiroir, pour le mettre au panier, pour le jeter >. Voici le moment où nous allons présenter à la population notre programme sur le plan économique et sur le plan social, mais avant tout, il fallait obænir l'indépendance politique qui conditionne le reste. 150

les

(Rires dans

la

salle).

a. - M. Lumumba,

tout à l'heure, vous avez laît allusion la Belgique et le Congo et vous avez entre aux relations futures que ces relations restent très étroites. que souhaitiez vous dit présent ? Sous une lorme atwà les concevez'vous Comment logue à celle qui existe dans la communauté française ou bien dans te Commonwealth britannique ? Avez-vous une idée à ce sujet ?

R.

J'ai vraiment une idée. Je sais comment doivent

s'établir- ces relations, mais comme nous ne sommes pas encore arrivés à un accor{ je ne peux pas formuler mes intentions personnelles puisque je veux que cela soit pris dans le cadre

avec tous mes amis, et que je n'ai pas l'habitude de prendre des rpositons personnelles surtout en ce moment où nous sommes en train de négocier avec la Belgique.

d'un accord

unanime

Lumumba, vous êtes extrêmement génêreux en o. ce qui concerne Ia situation des Blancs au Congo que vous 151

l


rtflr I

I I

t,

voulez à peu près tous conserver là-bas. Pour I'intérêt du Congo lui-mêm.e, je mc pose cependant deux problèmes :

le premier, c'est celui de I'administration (tumulte), uræ qui a été colonialiste, n'est-ce pas un danger adrninistration pour I'indépendance du Congo ; ls ssçsnd, c'est celui de récupérer au bénéfice de toute Ia population du Congo la part de la propriété et la terre qui a été distribuée, pour ne pqs dire autre chose, d'une façon assez légère. Est-ce que la récupération de la terre congolaise par petits et grands morceaux ne va pas poser des problèmes qui vont perturber la situation de certains coloniaux, petits ou grands, vivant là-bas ?

ti

R. Pour la question des fonctionnaires, il est certain qu'il y -a beaucoup de fonctions qui devront être confiées aux Africains à partir du 1* juillet. Il y a certains fonctionnaires qui deviendront pour ainsi dire inutiles parce que, d'abord, ils coûtent très cher et que nous ayons des Africains qui ont les aptitudes nécessaires pour remplir ces fonctions et que cela coûte tout de même moins cher à l'Etat congolais. Mais, d'une part, je sais qu'il y a des fonctionnaires actuellement au Congo qui vont remplir le rôle de conseillers et de techniciens et nous allons prendre un accord avec le Gouvernement belge, dans le cadre de I'assistance technique de la Belgique au Congo, pour que ces fonctionnaires restent chez nous. Nous allons leur garantir un statut spécial dans le cadre du statut que le nouveau gouvernement va prendre, parce qu'il n'est pas question de remballer tous les fonctionnaires qui sont actuellement au Congo et il faut quand même des hommes pour les remplacer.

Il

faut que cela soit fait d'une façon

progressive, parce que nous ne voulons pas donner I'impression que, pour nous, I'indé-

pendance signifie l'accaparement des pouvoirs et, comprenez que c'est délicat, dans notre intérêt, il faut que cela se fasse d'une façon très intelligente ; chaque fois qu'il y a un Africain qui peut remplir ce rôle, certainement par priorité on va lui confier cette fonction et je connais beaucoup de fonctionnaires qui mê disent qu'ils veulent servir le jeune Etat congolais avec la même loyauté qu'ils ont toujours servi le gouvernement belge. Je sais qu'il y en a qui ne se sont pas toujours bien comportés vis-à-vis des Congolais, mais soyez certains que le lu' juillet, ils vont tous slanger leur comportement. (applaudissements)

il est certain Pour ce qui concerne la que$ion des terres' régions' s'est de beaucoup qo"-iuOalnistration coloniale,'dans Congolais' Sous.le accaparée des terres qui appartiennent aux terres pour les ces pris a on ;;"'.t" de terres Ao^À*iui*, Ëilï;t1'oî"- tuio" arbitraire et âe grandes11concessions est normal même qui ne sont pas exploitées. aujourd'hui' toutes ces anciennes conventions' ces con;;;; p;itt" réviser suprême des populations du Congo' Mais irut, Ount l'intérêt je -songe .à J',* uut côté, il faut tenir compte, par exemples' qui oni de travaillent' ;" ;;i"" " entreprises qui soli là-et qui dire: de raison pas une ru liuio-a'*rrnrè inAçne. Ce n'est prend on et indépendant < Messieurs, c'est un"gouvernement pas' nous ne touf ce que vous aviiz ici > : Cela ne se fait tout ce qui accaparer slmrnâ Ëut o"t pirates pour nous -de aux Euiopéens. Mais il y a de grandes-concessions' des "pp;"i"ti pài-"ttÀpr", le Comité national du Kivu' des hectares'-indiaux qui appartiennent Oô, milliers d'hectares iriUirrrcela c'est gènes, il"i eSt normal qu'on puisse- reprendre cela' pas a pouvons ne nous début, je au dit I'ai iertain mais, comme pringrands de ou Tgnes grandes de il;; uo âËput,, énoncer prétention et'. perèip"r,' dir" qu^'on va nationaliser' Je n'ai pas la je ne peux pas préjuger sonnellement, en tant que simple leader, installé des intentions du CËuvernement congolais qui sera demain.

la Cons' Q. - I'en arrive à ceci. C'est au point de vue de Ie ne étudiée' être titution. C'est Ia pièce maîtresse qui devra vous, mais'.enfin' sa$ pÀ si vous avez déià un avant'proiet-

ami Lumumba avez'encore Ie temps ounnt I'indépendance' cher esprit révoluun que parce i'ai --j, uou, appelle comme cela de I'homI'exploitation pour résoudre tionnaire cornme vous grand' est que monde ie veux le *t i* I'homme. Mais ie dis la Consde avant-proiet un aurez lait it r'p* cela, quand vous y aura il ans' 25 que d'ici monde au iitrtion, tâchei de montrer un créer allez Vous Congo' au changé d'e bien quelque chose conprendre des à pas seulement bornez norurl Ent. Ne vous prendre' seillers en Belgique, iI y en a autre pûrt à

Commentallez.vousétiminerlesche|scoutumiers?Ilsont pour le's un pouvoir absolu sur leur tribu, n'est-ce pas ? Alors' éliminer, cela va être lort difficile' 153

152


i

l'll

I I

i

l

Et pour le sufirage universel, vous êtes d'accord ? Pow le vote d'un budget pour les cultes

t;

?

I

Jean van Lierde rappelle qu'il faut poser les questions sans respecter les opinions

I

les commenter, qu'il faut être bref et diverses.

R. Pour la première question, je vous remercie de vos conseils- lorsque vous dites qu'il faut dans vingt-cinq ans que le Congo soit grand. L'exploitation de l'homme par I'homme ? Pour cela, je dis: pour nous l'indépendance politique ne signifie rien si elle n'est pas accompagnée imrnédiatement d'un développ€ment économique et celui-ci doit être basé sur la satisfaction des besoins de I'homme. Sincèrement, je peux vous dire que nous allons redoubler d'efforts potu que cette indépendance soit réelle, pour que cette indépendance profite aux populations, pas simplement la jouissance des libertés, mais améliorer les conditions de vie des populations et, dans le cadre de I'entr'aide entre les peuples, un point de we 'culturel ou technique. Ici, en Belgique, vous avez des techniciens qui viennent d'Amérique, de France, d'un peu partout. Vous avez même dans les mines des ltaliens qui sont ici pour vous aider et pourtant, ils ne sont pas Belges ils ne sont pas chassés. -De la même manière, chez nous, au -Congo, il est un fait que les Belges sont les premiers qui sont venus ; ils ont beaucoup fait au Congo et, par priorité, je pense qu'ils ont droit à une certaine compensation morale de ce qu'ils ont fait au Congo, mais cela n'exclut pas que nous allons faire appel à d'autres nations amies comme lE font tous les peuples du monde, puisque nous vivons actuellement dans la période de I'interdépendance entre nations.

L'autre

question

: sur les autorités coutumières. Nous

n'allons pas chasser les chefs mais nous voulons que les chefs marchent ensemble avec nous, que les chefs comprennent la nécessité de l'évolution. C'est ainsi que, dans notre organisation politique, beaucoup de chefs se sont affiliés et ce sont eurmêmes qui sont entrés dans nos cadres et ont constitué des sectioùs un peu partout. Donc, nous allons réserver une place de choix dans le cadre du Congo indépendant aux chefs traditionnels qui ont une autorité sur les populations. Nous allons réformer les institutions coutumières actuelles et, dans notre prograrnme, au lieu de toutes ces chefieries créées depuis 1933

t54 I

ri

I i I

i

par I'administration coloniale, nous voudrioûs que les chefferies par actuelles soient transformées en coûlmutes rurales dirigées traditionnels. chefs des seront des bourgmestres de droit qui Pourt qui conceroe fe vote d'un budget P!$ les cultes' je ne sais pât t" que le Gouvernement congolais fera' mais dais notre Constitution, nous allons garantir i J crrtuio que, -cultes. c'est cela la démoqatie occidentale que la liberté des nous allons appliquer aussi chez nous, Donc, nous respectons et le Gouvertement doit garantir cela les opinions d" "ùucon sa Constitution. dans

O.

maire ? -

pri' Que cornptez'vous laire pour I'enseignement

Aujourd'hui, I'enseignement primaire est encore déPour un jeune état comme le Congo, la première préoccupation, c'est de former les hommes' de I'enseignement sera Et c'est pourquoi -plusje pense que le budget des hommes, des former faut Il important. le budget le et tout techniques professionnelles, teehniciens; dônc des écoles et pas d'hommes t'avoûs nous cela parce que, actuellement, queL creer de contenté simplement s'est que Ë régime colonial q'ues écoIes primaires, moyennes mais il n'y' a pas d'écoles Ce ne irofessionnelles et techniques qui sont indispensables' conspeuvent qui bureaucrates des ou pur intellectuels des ,oot truirJ un pays et je vous assure que, dans notre Gouvernement futur, la tôuie première préoccupation sera le dévelopement des écoles, non seulement pdmaires, mais surtout techniques- et professionnelles, parce que nous avons déià deux univ^ersités qui sont suffisantes ; mais nous allons développer même -à liintérieur, même dans la brousse, fenseignement primùe de sorte que d'ici un ou deux ans, I'enseignement primaire soit rendu obligatoire.

R.

ficient. -Et puis, il est insuffrsant.

O.

R.

Awez-vous sulfisonment de persontæl

-

j'adresse

Nous allons recruter le personnel. un appel aux jeunes Belges, qui

nécessaires.

O.

?

Et c'est pourquoi ont les aptitudes

Tout à lheure, vous avez pailé de la valeur ile

certains- contrats, mais si vous vous permettez

de douter de la 155


ffr,

LI

it

valeur de certains centrats, ie crois que vous pouvez douter de tous les contrats. Si le Gouvernement futur doute de certains contrats, pourquoi ne pourrait-il pas douter de tous les contrats qui ont été laits dans le passé ?

R. Je pense que, logiquement, on ne peut pas sortir du - au général. Ce n'est pas parce qu'il y a deux ôu trois particulier contrats qu'on doit reviser que, pour cela, il faut généraliser. Il y a des contrats qui doivent être revisés. I1 y a certains contrats qui doivent être respectés qui ne sont pas du tout incompatibles avec l'intérêt du futur Gouvernement,

Monsieur Lumumba, I'année dernière, rt je me souO. - en mars, je pense que vous avez-lait une conlérence viens bien, à I'Université de Louvain et, à I'issue de celte conférence, dans un débat qui avait suivi commc celui-ci, je vous avais posé la question de savoir si, d'après vous, les bruits selon lesquels

M. Kasa-Vubu entendait faire un Bas-Congo complètement séparé du Congo et lié au Bas-Congo trançais, rt ces bruits étaient fondés; vous rn'avez répondu que non, qu'il n'en était rien. Ie désirerais savoir si, aujourd'hui, vous partagez encore cette opinion. I'aimerais aussi vous poser une question qui me pwaît très valablc certainement : Quel est, d'après vous actuel-

Kasa-Vubu ? C'est certainement une question que tout le monde a tendance à se poser sur ce suiet

lement,

le problème de

ditions qu'il faut remplir pour obtenir la--nationalité congolaise' Tout Bùge comme tàut Èuropéen installé au Congo peut d9par la mander ù naturalisation. S'il iéunit lês conditions fixées les que politiques droits èonrtitotion, il jouira des mêmes que les ce à pas opposés nationaux. Donc, nous ne sommes ils contraire, au congolaise, iirrg*-"p*nt pour la nationalité congolaise' patrie la à ptoit*toitt leui attachement

Pour compléter Ia question dans Ie même .o,rdre O. d'idies, un Français qui va s'établir dans un pays d'Afrique' partie di b Ôommunauté, garde la citoyenneté de la ioito"i 'commuÀauté. II ne perd' pas sa nationalité française' Est-ce qu'un Belge qui choisirait la nationalité congolaise garderait en même temps la nationalité belge ou bien est-ce que vous possible ? concevez là double appartenance cornme une chose Réponse d.'un Conseiller du M'N'C' (Evariste Loliki): Ie crois que la question que vous posez est simple' Elle ne peut

que si l'on admàttait demain une communauté b"lgo-.oogolaise dans le sens d'une communauté française' Ceù n'esi pas encore tranché, c'est une question future gui. se ,egb.u entre le Gouvernement futur et le Gouvernement belge. question Càmme on ne I'a pas encore téglêe, je crois que cette être

tr^anchée

qui est mal venue et nè peut être posée à un homme politique n'est pas encore un Ministre. (acclamations)'

actuellement,

Des questions sur la double nationalité sont posées'

' R. Personnellement, j'ai beaucoup d'estime pour mon ami Kasa-Vubu. Nous avons lutté ensemble pour la libération du Congo du régime colonial. En ce qui concerne ses intentions, je ne peux pas les juger, je ne veux pas émettre une opinion à son égard. (Acclamations).

Lorsque le Congo sera indépendant, les Belges, qui - auront-ils accès à la nationalilé congolaise, travailleront, aurontils le droit de vote, Monsieur Lumumba?

O.

R.

Il

est certain que même au point de vue droit inter- dans notre Constitution, nous allons prévoir national, les con156

. Jean van Lierde fait remarquer que nous ne devons pas

essayer aujourd'hui de résoudre le problème de la double natiônatté iaissant au Gouvernement congolais le soin de fixer des lois qui existent d'ailleurs dans tous les pays'

O.

-

Que sont les enlants belges nés au Congo

?

Les enfants belges nés au Congo, je pense qu'ils

R.

garaent-la nationalité belge ; juridiquement, ils ont la nationalité belge.

O.

-

Et après I'indéPendance

?

157


fili, t

R.

tentions-!

Après I'indépendance, cela dépendra de leurs in-

R. I

Jean van Lierde : Ils auront probablement Ie droit ùoption è un certain âge, comme aillews.

O.

Ie

voudrais savoir ce que pewe Monsieur Lumumba du rnaintien éventuel du statut unique, On a lait appel aux techniciens européens qu'ils soient belges ou autres. Ie voudrais savoîr ce que pense Monsieur Lumumba de la possibilité éconornique de maintenir dans les années à venir le statut unique au Congo. Ie prends par hypothèse, pour simplifier le problème, deux individus : un Congolais et un Européen ayant exacternent les mêmes fonctions et les mêmes capacitês et ayant le même traiternent ou un traitetnent difiérent. Ils sont tous deux indispensables à l'économie du Congo..

(Patrice Lumumba) Je pâsse la parole à mon ami R. qui va répondre (1).

- R. Je pense que la question du statut unique n'est pas à poser.- Si vous avez besoin d'un Français aujourd'hui dans une société belge, où il est nécessaire, est-ce que vous le mettez dans le mQSe'statut, exactement comme le Belge ? Non. Dès lors, je ne vois pas pourguoi vous posez cette question. Il sera unique pour les Congolais. Si un Belge veut entrer dans I'administration et que, par exemple, dans I'administration, on exige la nationalité congolaise, Ie Belge qui ne sera pas dans le statut unique, on lui fera un contrat ou bien il ne seia même pas admis dans I'administration. Donc, la question du statut

ruuque ne se pose pas.

O.

On demande quel est le sort réservé à la base de

R.

C'est la première entreprise que nous allons nationa-

Karnina- après l'indépendance, (murmures).

liser au-Congo. (rires et applaudissements).

.

(1) E. Loliki deviendra en 1961 secrétarre général aux A{Iaires étian-

gères.

158

tique

>

*

Jean van Lierde

(1).

-.

Elle ne s€ra donc plus c Atlan-

I

''i{ ti

.rl I

i,,; I

I'arrive au pied du lit. Il n'y a pas d'enfants ici. A O. - tnoment, quand vous aurez I'indépend.ance totalë bien un certain nc sais pas si le mariage est admis au Congo entendu - ie je suppose qu'à un certain moment, entre Blancs et Noirs - mafiages sont-ils admis entre Blancs et cela va être admis ? Les Noirs au Congo ?

I

R. r,,,

-

Je pense que l'amour n'a pas de frontière. (Rires et applaudissements).

Jean van Lierde remercie encore très vivement Patrice Lumumba d'avoir bien voulu répondre à toutes les questlbns posées. Il lance un appel non seulement pour les techniciens que réclame Lumumba mais aussi pour soutenir c Les Amis de Présence Africaine >. (applaudissements).

LORS DE LA TABLE RONDE POLITIQUE A BRUXELLES

Le 4-2, M.

Lumumba dépose unl proposition qu'il a MM. Iléo et D. Kanza: l'issue de ses travaux la Conférence de la c Table procMera' à la désignation d'une Commission Exé-

élaborée Ia veille avec <

A r

Ronde cutive.

Composition: C.ette commission sera composée de 21 membres choisis par les délégués à la < Table Ronde >.

Il y

qui seltnt

aura un président belge, ayant le rang de Ministre

(1) Ler bases militaires belges au Congo suscitèrent de vives oppoeitlonr dana la gauche belge, car on estlmait qu'elles ne pouvalent servlr qu'à la stratégle impérialiste. D'autre part des prolets gouvernementaux tentalent do modiflerl'artlcle 1or, alinéa 4 de la Constitution belge qui stlpule que souls deq volontaires peuvent être envoyés au Congo dans les bases. Le Coneell d'État ayait donné le 21-1-59 un àvls lavorablo au projet du 12 aott 1958 du Minlstre de la Défense Nationale. Mais en 1959 une campagne do presre lut déclenchée par les organisations de gauche contre tout envol de soldatc au Congo. Elle fut couronnée de succès of le gouvernement abandonna heureusément se6 projets de préparation pour une { guerre coloniale r éventuelle. 159


tl ,l

{ i

Plénipotentiaire chargé de mission spéciale. Sa désignation devrà avoir à la fois I'agrément des délégués congolais et du Gouvernement belge. Il y aura un vice-président congolais. Un groupe de la commission, composé de six membres congolais et d'un membre belge, restera à Bruxelles. Il sera dirigé par le vice-président de la Commission. I1 travaillera en collaboration constante avec le Ministre du Congo. Un second groupe, composé du Président, de 12 membres congolais et d'un membre belge, résidera au Congo. Il travaillera en contact étroit avec le Gouverneur Général. Certains de ses membres pourront être envoyés en mission spéciale. Missions : La Commission a pour missions: a) de veiller au respect des recommandations de la Table Ronde ;

et

Belgique et le Congo ; c) droit d'assurer la direction des mécanismes prévus pour

le contrôle des élections ; d) droit de déléguer ses membres avec mission d'information ou d'enquête à tout endroit où la chose apparaîtrait coûlme nécessaire.

L'Administration mettra à la disposition de la Commission, tous les moyens matériels nécessaires à l'exécution de ses 160

A I'occasion de la discussion sîr la structure de I'Etat, un incident sisnificatif éclata entre la Conakat et M. Lumumba, lequel s'en prit directement aux conseillers belges dc la Conakat (séance du I1-2): < Nous avons longtemps réclamé f indépendance de notre pays, dit-il. Cette indépendance est maintenant acquise et elle sera proclamée le 30 juin. Nous ne pouvons plus douter de la sincérité des intentions de la Belgique. Nous la remercions, elle et le Ministre du Congo. Le 1"" juillet le Gouvernement congolais jouira de toutes les prérogatives de sa souveraineté. Il faut cependant regretter les influences très occultes qui se manifestent autour de cette Conférence. Sans elles, les travaux seraient déjà terminés. Mais cela n'a pas été possible à cause du jeu de coulisses de certains conseillers européens qui servent les intérêts de groupes financiers et de puissances étrangères, au lieu de se préoccuper du Congo. C'est pourquoi, dit I'orateur, je demande que tous les conseillers européens quittent cette Confétence (Mouvement). M. Lumumba ajoute qu'il sait que certains conseillers sont soudoyés pour saboter la Conférence. En signe de protestation, dit-il, je quitte la séance avec tous mes Délégués >.

décisions

b) de veiller au respect des droits de I'homme et plus particulièrement de la liberté individuelle, des libertés de té' unionn d'association et dninformation, de la liberté de propagande électorale, de la protection des biens et des personnes; c) de veiller à ce que ne soient pas prises sans son accord des mesures de nature à engager gravement I'avenir du Congo; d) de faciliter le développement d'une atmosphère de calme, de concorde et de paix au Congo. Prérogatives de la Commission: a) droit de s'opposer à la prise de mesures qui lui apparaîtraient comme contraires aux décisions de la Table Ronde ou de nature à porter préjudice à la régularité des élections ou à I'avenir de I'Etat congolais ; b) droit de proposer au Ministre, au Gouverneur Généial, aux Gouverneurs de Province et aux autorités locales, toute mesure susceptible de garantir l'exécution des décisions de la Table Ronde, de promouvoir de meilleures relations entre la

tâches >.

*

*rf

li ,t ,.,J

L,i

',

11

i,,

i,l;

t

.ll

1i,t

M. Lumumba fait une déclaration significative le l5-2: < L'Etat congolais garantira à chaque homme la sécurité de ses biens

et de sa personne.

Nous voulons qu'on sache nos intentions : les Europeens installés chez nous et qui voudront s'adapter à l'évolution du pays ne peuvent s'inquiéter de quoi que ce soit. Nous voulons qu'ils restent et qu'ils aident le futur Gouvernement congolais dans la construction du pays. D'autres qui viendront encore s'installer au Congo trouveront un peuple frère qui les attend. Par contre, les Européens qui ne voudront pas s'adapter à l'évolution du pays et se soumettre aux lois de notre Gouvernement, devront rentrer chez eux. La période de domination est ûnie. Nous commençons celle de la coopération et de l'entraide entre les peuples. Le Ministre du Congo, parlant au nom.du Gouvernement belge et de ses compatriotes installés au Congo, nous demande 161


1ll, r [r i,/

lt ii

I'

I 1

'1

\i

I I

ii i I. I

,I

I ll

i

des garanties en faveur des Européens et des biens qu'ils ott investis chez nous. Nous nous rallions aux idées du Ministre et sommes disposés à prendre à ce zujet uoe position nette et claire. A notre tour, nous signalons au Ministre que la situation reste inquiétante au Congo. Bien que la date de la proclamation de I'indépendancæ est flxee, certains fonctionnaires de I'Adminis-

LES DÉCLARATIONS FINALES,

tration continuent leur politique de brimades et d'oppression à l'égard des populations. Nous recevons Presque chaque jour des doléances inquiétantes à ce sujet et cela se passe dans tous les coins du pays. Dans I'intérêt supérieur des relations futures entre nos deux pays indépendants, les fonctionnaires qui portent atteinte à celles-ci doivent immédiatement quitter le Congo >.

A LA CONFÉRENCE DE LA TABLE RONDE (20 FÉVRIER 1960)

M. PATRICE LUMUMBA (M.N.C.). En ce moment où nous clôturons la Conférence de la Table Ronde, nous nous permettons de prendre la parole, au nom du

Mouvement National Congolais, pour vous manifester nos sentiments.

Nous sommes particulièrement satisfaits des résultats des négociations que nous venons d'avoir avec les représentants du gouvernement et du parlement belges' Nous avons réclamé l'indépendance immédiate et inconditionnelle de notre pays. Nous venons de l'obtenir. Nous avons demandé que cette indépendance soit totale et réelle. Iæ gouvernement belge, accédant à notre désir, nous a assuréi de ce gue la Belgique ne se réservera aucune compétcnce à partir du 30 juin 1960. A cette date, le Congo accédera à la souveraineté internationale. Et c'est avec fierté que le gouvemement congolais et le gouvernement belge siégeront côte

à côte aux

assemblées internationales

où ils défendront

leurs

intérêts communs.

,i

162

r(

I d

u

Nous avons Éclalrr.iê qu'à partir de maintenant jusqu'au 30 juin, les Congolais soient étroitement associés à la direction du pays. Nous venons d'obtenir satisfaction par la création des collèges permanents auprès du Ministre du Congo, du Gouverneur général et des Gouverneurs de province. A partir d'aujourd'hui iusqu'à la proclamation de notre indépendance, la direction politique et administrative du Congo sera assumée collégialement par les Congolais et les représentants de la Bel163


lr r

!i I

't: t

'i rf

I

rl

I

i' :l

I

I I ,

i/ I

,l

gtque. Rien ne pourra plus se décider, aussi bien en Bèlgique qu'au Congo sans notre assentiment. Ces résultats magnifiques, obtenus par des négociations pacifiques et amicales, nous réjouissent profondément. La Belgique a compris le prix que nous attachons à notre liberté et à notre dignité humaine. Elle a compris que le peuple congolais ne lui est pas hostile mais qu'il réclamait simplement l'abolition du statut colonial qui faisait la honte du xx" siècle. La bonne volonté et la bonne foi des représentants belges à la Conférence de la Table Ronde ont été remarquables. Nous n'avons rencontré aucune opposition systématique de la part des parlementaires belges. Nous pouvons dire que la Conférence de la Table Ronde a pratiquement été dirigée par les Congolais, car chaque fois qu'ils se mettaient d'accord sur I'un ou I'autre point, les délégués du gouvernement et du parlement belges s'y ralliaient. Nous leur en sommes tous reconnaissants. Nous rentrons maintenant chez nous < avec I'indépendance en poche >, fiers d'apporter à notre peuple la joie de se sentir libre et indépendant Alors que nos frères du Kenya, du Nyassaland, d'Afrique du Sud et d'Angola luttent encore en ce moment pour leur accession à I'autonomie, nous accédons, sans transition aucune, au rang d'Etat souverain. Le lait pour la Belgique d'avoir libéré te Congo du régime colonial que nous ne supportions plus, lui vaut I'amitié et I'estime du peuple congolais.

a dirigé les débats de la Table Ronde avec patience et un profond esprit de compréhension. Nous rendons aussi hommage à ce grand et éminent juriste qu'est Monsieur le Ministre Rolin ; sa contribution personnelle ious a été des plus précieuse durant tous les travaux de la Conférence.

Nous remercions également à cette occasion le Ministre Van Hemelrijck, qui a posé les premiers ialons de Ïindépendance congolaise. Nous espérons qu'il sera présent à la proclamation de I'indépendance du Congo et qu'on ne lui jettera plus de tomates

(l).

Le fait d'avoir clôturé cette Conférence dans la concorde et à la satisfaction de tous les délégués congolais, est un bon présage pour les relations qui s'établiront demain entre le Congo èt la Belgique. Ces relations seront établies sous le sceau de I'amitié et de I'entraide entre nos deux pays. L'indépendance qui sera proclamée dans quatre mois n'est que la piemière étape de notre émancipation. Après avoir conquis notre liberté politique après plusieurs mois de lutte, nos efforts doivent tendre actuellement : 1o) à instaurer, dans tous les coins du Congo, un climat de confiance et de catne, afrn que la mise en place des institutions

toute forme d'hypocrisie. Nous prouverons ainsi au monde entier que la notion de l'amitié entre les peuples a une signifiçation réelle. Aujourd'hui, nous allons oublier toutes les fautes du passé, toutes les causes de nos dissensions, pour ne voir que cet avenir merveilleux qui sourit devant nous. Nous prions Monsieur le Premier Ministre d'être notre interprète auprès de Sa Majesté le Roi Baudouin et de lui dire combien nous lui gardons notre sympathie et notre amitié. Nous espérons qu'Il rehaussera de sa présence la proclamation de notre indépendance. Nous remercions Monsieur le Ministre du Congo et tous les

nouvelles se fasse dans une atmosphère de joie et de collaboration fraternelle; 2') à liquider tous les vestiges du colonialisme, notamment par la suppression, sans délai, de toutes les traces de discrimination raciale et des lois injustes instaurées sous le régime colonial; 3') à mettre immédiatement fin à I'oppression dirigée actuellement, dans certaines régions du Congo, contre les populations locales ; 4o) à consolider I'indépendance nationale par la création d'une économie nationale stable et prospère. Notre indépendance n'aura de sens que si elle contribue à améliorer les conditions de vie des masses laborieuses et paysannes. Nous combattons également toutes les tentatives de morcellement du territoire national. La gtandeur du Congo est basée sur le maintien de son unité politique et économique. Aux Européens vivant au Congo, nous leur demandons de

parlementaires belges de nous avoir écoutés. Nous remercions également Monsieur le Ministre

(1) N,D.L.R. Lumumba lait ici allusion aux colons voulâiént abattre le lVlinistre du Congo.

Cette amitié, nous voulons qu'elle soit durable et dégagée de

t64

Lilar, qui

du Kivu

qul

165


ti I

rester chez nous et d'aider le jeune Etat congolais dans ra construction du pays. Nous avons besoin de leur concours. Nous leur garantissons la sécurité de leurs biens et de leurs persontes. C'est avec erD( que nous voulons créer la nation congolaise au sein de laquelle chacun aura sa part de bonheur et de satisfaction. Iæs portes du Congo seront largement ouvertes aux hommes de bonne volonté qui sont disposés à nous aider. Par contr€, nous n'accepterons pas chez nous des gens ou des puissances qui ont des visées impérialistes. Nous préférons la liberté dans la pauvreté à la richesse dans la domination. læs biens investis au Congo seront respectés, car nous sonmes un peuple honnête. Aux fonctionnaires belges, travaillant actuellement , au Congo, nous leur demandons de servir demain notre gouvernement avec la même loyauté qu'ils ont servi le gouvernem€nt belge. Ils seront tous fiers d'avoir contribué, dans un esprit d'humanisme, à une ceuvre de reconstruction nationale. Jeune Etat, nous aurons besoin des conseils et du concours technique de la Belgique. Nous espérons fermement que ce concours ne nous sera pâs refusé.

Nous adressons un appel fraternel à la jeunesse belge, à la I'Etat congolais. Vous

jeunesse démocratique, de venir servir

trouverez chez nous un peuple frère qui

a

besoin d'autres

frères.

Aux chcfs coutumiers, nous leur demandons d'admettre les et de coopérer, avec les leaders politiques, à la construction du pays. Nous leur réservons une place nécessités de l'évolution

honorable dans les futures institutions. Aux citoyens congolais, nous leur demandons de siunir et de conjuguer leurs efforts pour construire, au centre de, I'Afrique noire, une grande nation unie, forte, travailleuse et prospère. Vive le Congo indépendant

Vive la Belgique. Vive I'amitié entre nos deux peuples. Après Ia Table Ronde les dîverses résolutions commencent à se concrétiser dans les faits. Le I mars une loi est promulguée consacrant Ia création des Collèges Exécurtfs pour la période transitoire iusqu' à I'indépendance. Le 14 mnrs le Gouverneur installe lc Collège Exécutil

t66

Général où se trouvent MM, Lumumba, Kasavubu, Ùolya, Kashamura, Nyangwile et Mwamba. Les 3 et 4 avril Lumumba organise le Congtès de Luluabourg (Capitale d,u Kasali) avec les lulua et une dizainc d'orga' nisations duKasa:i. Lesrésolutions sontunitaristes et'dès ce mæ ment Lumumba réussit à coaliser avec lui tous ceuJc qui ræ sont pas membres du M.N.C. Kalonii. Les 10 et 11 avril, Lumumba préside Ie Congrès dc Coquilhatville (capitate de I'Equateur); les I et 2 mai il parti' cipà au Congrès d'Inongo (Lac Léopold Il). Le 19 avril iI est de nouveau à Accra.

DÉCLARATION DE M. LUMUMBA A ACCRA (19-4-1960)

Je dois ici féliciter l'esprit de compréhension dont le Goufait preuve à cette occasion. La Belgique a compris que le peuple congolais ne lui était pas hostile, -mais qu'ilréclamait simplement le changement du régime et la fln de

vernement belge a

I'injustice.

Cette indépendanoe sera totale, et dans troiq mois, notre pays accédera à la souveraineté internationale. Je dois souûgner qu'il n'y a aucun pays en Afrique qui a conquis son indépendance avec plus de rapidité et de facitté que le Congo. Iæ Ghana a dt lutter durant dix ans pour obtenir sou indépendance. L'Algérie, qui lutte depuis plus de 5 ans, les armes à la main, n'a pas encore obtenu sa liberté' Il en est de même de nos frères du Cameroun, du Kenya, du Nyassaland, de I'Afrique du Sud de la Rhodésie, de I'Angola, du Mozambique, etc... ...La Belgique, qui a compris que le Congo appartient aux Congolais, bénéfice aujourd'hui de nombreuses sympathies en

Afrique. < Les Belges sont loyaux et courageux, me disent tous les Africains que je rencontre depuis mon arrivée à Accra. Partout où nous verrons les Belges, nous les accueillerons à bras

ouverts >, ajoutent-ils...

* ** 167


, I

A

ce moment une tension se développe au Congo, suite aux conflîts ethniques entre lulua èt baluba, à fagitation ncrvew;e

qui sévit au Maniema et au Bas-Congo. Les milieux européens sont inquiets et demandent dcs renforts militaires pour les protéger, I'Abako réclame un gouvernement provisoire ; Lumumba dérnissionw du Collège Exécutil dont il réclame la translormation en gouvenrcment provisoire et demande que l'élection d.u chel de l'Etat soit faite ut suftrage universel direct.

Le M.N.C. est en pleinc expansion et son caractère <national > en |ait une puissance pour les élections de mai 1960. Le 14 mai îl téléphone sa porttion à I'Agence Belga à Bruxelles, DÉCLARATION DU 14 MAI Malgré toute ma bonne volonté et mon désir de collaborer il ne m'est plus possible de cautionner la politique actuelle du gouvernement qui est dangereuse et conduira à des situations explosives. J'ai prouvé à plusieurs reprises ma bonne foi. J'ai averti le Ministre et le G.G. mais ils n'ont pas réagi. Au cours du séjour du Collège Exécutif Général à Stan, jtai donné ma démission mais elle ne fut pas acceptée. Pour redresser la situation, le M.N.C. exige: primo I'expulsion d'une cinquantaine de Blancs, dont certains membres de fAdavec I'Administration,

ministration, qui fomentent des troubles. Ce sont les mêmes Blancs qui huèrent M. Scheyven lors de son passage à Stan. Le G.G, dit que des sanctions furent prises, mais c'est I'expulsion qu'il aurait fallu exiger. Secundo la situation est telle qu'il n'est pas certain que le Congo arrivera au 30 juin sans incidents graves. C'est pourquoi le M.N.C. exige la transformation immédiate du Collège Exécutif Général en gouvernement central provisoire et celle des Collèges Exécutifs Provinciaux en Gouvernements provinciaux provisoires. Le M.N.C. a pris également la décision de s'élever et de rejeter la décision de la Table Ronde prévoyant la désignation du chef d'Etat par deux Chambres réunies. Depuis des semaines des manæuvres de coulisses se font et nous craignons qu'elles ne reprennent de plus belle après les élections. Nous craignons que le Chef d'Etat désigné par les deux Chambres n'ait pas I'agrément de la population et que le Congo connaisse alors des troubles plus graves encore que cerDK qu'il connaît déjà. 168

I-e Chef d'Etat doit être désigné par le peuple et c'est pourquoi le M.N.C. préconise la désignation directe' Il faut que iâdministration trbuve une solution en proposant par exemple deux bulletins de vote, un pour le chef d'Etat et fautre pour les éloctions législatives. Nous poussons ici un cri d'alarme. c'est mainteouot a h Belgique de prendre ses responsabilités. Quant à moi, j'ai fait l'impossible pour prévenir le Ministre et le G.G. Je suii chargé d'une mission par le Collège Exécutif et je resterai à Stanleyville afrn de pouvoir me rendre partout où ma présence sera nécessaire par suite des événements éventuels. Je pinsais me rendre à Bruxelles où je suis appelé mais c'est impossible en raison du refus du Ministre et du G.G. de prendre des décisions. Malgré le sabotage dont mon parti est victime ie suis certain qu'il remportera une large majorité dans la Province Orientale ; je serai ainsi présent pendant les opérations électo' rales qui, jè I'espère, se dérouleront dans le calme et normalement.

(Publié par < Le Courrier d'Afrique >, 14-15 mai 1960.)

Le 16 mai Ie Roi désigne M- Ganshol van der Meerch cornme Ministre chargé des Afiaires Générales en Afrique' Cette désignation était suspecte aux yeux de Lumumba, car îl y voyait une tentative de recourir à la force contre les Con'

ù

golais.

Dans une déclaration faite à I'agence Belga le 18 mai, M, Lumurnba raidissait son attitude. A ses deux revendications précédentes concetnant le gouvernement provisoire et l'élection présidentielle au suffrage direct, il aioutait : < le départ imméd.iat des troupes métropolitaines de même que celles qui oc' cupent actuellement les bases de Kitona et de Kamina., Il s'agit là d.'un afiront à l'égard de la Force Publique du Congo. Il s'agit là aussi d'un afiront' à l'égard du Général lanssens. La Force Publique avec ses milliers de soldats congolais et ses officiers belges sulfit amplernent > (l). M. Lumumba accusait I'Ad.ministration et les magistrats des commissions de contrôle d'avoir talsifié les élections, de connivence avec les mcmbres du P.N.P. < L'obiectif principal du gouvernement belge, aioutait

(1) e L'Avenir r 19 mai

1960.

169

.rri,Hï!


M. Lumamba, est dc voir se constttueî un gouverncnt'ent |ûw toclte sur lequel il aura la mainmise >, En terminant sa déclaration, M. Lurnumba exhortait.ses pûtisans à manilester publÏquement et à descendre darc Ia rue pour réclarner le retrait dc toutes les troupes belges du Congo. < La libération imntédiate du pays et la passation immédiate des pouvoirs, Cest la seule voîe possiblè pour éviter l'éclatement d'incidents graves, dont la Belgique supportera la'responsabilité morale sur le plan inter-

national

>.

L'agitation inhérente à la campagrc pour les élections provinciales, puis pour les électïoru législatives suscite des rnesures militaires de la pan du colonisateur. Le général lanssens qui dirige Ia Force Publique s'estirne le grand maître de l'ordre public et proclame des banalités irrttantes qui attirent finalement la réplîque de Lumumba. C'est ce même général qu'on retrouve en Belgique, en 1961 et 1962, faisant I'apologie de |O.A.S. et participant aux actions des groupes colonialîstes et d'extrêrne droite.

ARTICLE DV STANLEYVILLO$

: ' r

Après les déclarations du Général Janssens, Lumumba : c c'est moi qui ai rétabli I'ordre >. Le président du M.N.C. met la F.P. @orce Publique) en

déclare

Suîte

à

I'interview du. Gênéral lanssens que nous (Nons d,e M. P. Lurnumba la mtse aa point

publiée hier, nous recevons suivante.

Il va sans dire que nous laissons à I'auteur du texte qui suit Ia responsabilité de ses affirmations. Contrairement aux déclarations équivoques faites par le Cgnéral Janssens à son représentant de la presse, le rétablissement de I'ordre à.Stanleyville et dans l'ensemble de la Province 170

ton de la

Force

, Ctst grâce à ma présence à Stanleyville, à mes appels in-

c€ssants à la Radio et au cours de réunions publiques, que I'on doit I'amélioration de la situation qui se détériorait de jour en jour dans cette province. Les opinions, exprimées par le Général fanssens dans sa déclaration, ne sont pas du tout conformes à la vérité. Traiter de gens a malhonnêtes ) ceux qui condamnent des répressions brutales et barbares au Congo, déclarer que des gens ( honnêtes > ne cessent de réclamer plus de gendarmes et des gendarmes partout, c'est s'accuser devant l'opinion publique congolaise.

La F.P. provoque des troubles... Selon le Général Janssens, la Force Publique n'a iamais le moindre méfait. Nous pouvons lui dire que c'est la Force Publique qui est à la base des troubles du 4 janvier à Léopoldville, et du 30 octobre 1959 à Stanleyville. Ce sont les gendarmes de la Force Publique qui ont provoqué ces incidents et noû la population noire. Les preuves sont là, et le Général Janssens aura difficile à se justifier (1). J'ai dit au Général au cours de I'entretien que j'eus avec lui il y a 3 jours, que j'étais capable de remettre de I'ordre à Stanleyville et dans I'ensemble de la Province Orientale. Sans la présence d'aucun gendarme et sans qu'une seule balle soit tiréç sur les Congolais.

Mais est incapable de ramener I'ord.re,

accusation:

La F.P. a suscité les émeutes de Léo et de Stan, mais est incapable de rétablir I'ordre au Kasdi...

i' , i: i' I

Orientale est l'@uvre exclusive du M.N.C. Et Publique.

La Force Publique s'est d'ailleurs montrée incapable de mettre de l'ordre au Kasaï. Malgré loccupation militaire de plusieurs mois, des troubles sanglants continuent dans cette province. Ce que le Général appelle c chantage glossier r, n'est autte chose qu'une dénonciation honnête des abus et des actes brutaux commis par la Force Publique dans beaucoup de régions du Congo: des expéditions punitives injustifiées, suivies de massa(1) N.D.L.R. En jutllet 1960 touto la débâcle congolalse sera égale-

ment jlrovoquée par la F. P. mutinée contre le gouvernemelt et conlolntement contre leg officiers belges.

17t


cres, d'arrestations et condamnations arbitraires, tel est le bilan de I'action combinée de la Force Publique et de I'Administration. Depuis plus d'un an, le Congo vit dans un climat permanent d'inquiétude et de terreur. Les armes du Général Janssens ne changeront rien à cette situation si ce n'est la passation immédiate des pouvoirs aux mains des nationaux. Si c La Force Publique ne cède pas au chantage ,, comme le dit le Général Jansens, nous pouvons lui dire que le peuple congolais, épris de sa libération, ne cédera pas non plus à I'intimidation et aux menaces de la Force Publique.

Patrice Lutrtutrlsa. (Paru dans le Stanleyvillor's, Stanleyville, 25 mai 1960).

LETTRE A JEAN VAN LIERDE

La tension électorale croît sarts cesse, mais l'absence de Lumumba à I'Exécutil Général complique encore les possibilités d'enrayer un processus de dégradation. I. Van Lierdc lui demande de rentrer à Léo pour reprendre sa tâche à f Exécutîl dans un rnoment grave. Il répond aussitôt : P. LuuuruBn Président National

du M.N.C.

27-5-60

Mon Cher Jean, Je viens de recevoir ton aérogramme du 25 courant.

Je continue la lutte en vue de la liquidation totale du vie dure aux fascistes surtout au

colonialisme. Je mène une Général Janssens.

J'ai le peuple derrière moi. J'espère remporter une victoire pour l'ensemble de la province orientale et dans beaucoup de régions du Congo On nous sabote, mais,je tiens le coup... Je compte regagner Léo sous peu pour reprendre mes écrasante

fonctions.

t72

lrijr$iîi'r;rlli'l$r

ii

l',lJjlii

",iiÎt

l

.'.*rj:,

****çirt* **a!*# *'ffi


r;;

,li I i

J'interviendrai pour que tu viennes aussitôt aux fêtes de I'indépendance. Tuleras mieux de me le rappeler à temps (1)' Bien cordialement Patrice. Stan,

l'..l'.,,

.$|i*t

PRISE DE POSITION DU M.N.C. (31-5)

iif.

fs{te{l ' &r Ar ta***i* *'.t r

.

,

:lf

.l-.,

i

,,r,.tf!

le 27-5-60

Ayant remporté une victoire écrasante, tant aux élections législatives que provinciales pour I'ensemble de la Province Oiientale, sJmajôrité s'élevant à 99, 5 p.c., le M.N'C' formera bientôt un gouvernement homogène basé sur la saine démocratie. La victoire remportée par le M.N.C. confirme la confiance des autorités coutumières et des masses populaires à l'égard de notre parti. C-ette victoire constitue également un déirenti formel aux accusations méchantes et médisances dont le M.N.C. et ses dirigeants furent I'objet de la part des adversaires. Le M.N.C. remercie vivement les chefs coutumiers et toutes les couches de la population de la confiance qu'ils viennent de lui témoigner. læs élus du M.N.C. mettront tout en Guwe pour ne pas décevoir leurs électeurs. Læ gouvernement M.N.C. fera appel à tous les éléments de valeur, quelle que soit leur appartenance politique, pour leur confier des responsabilités. Lés élus du M.N.C. ne seront pas au service du parti, mais de la nation tout entière. Le gouvernement M.N.C. assurera à tous les citoyens, congolais ou ewopéens, la protectiou de leurs biens et de leurs personnes. Sa politique est basée sur I'instauration de I'amitié sincère entre les tribus et les races >. <

CONFÉRENCE DE PRESSE DE M. LUMUMBA < Je suis rentré hier à Léopoldville, après une absence de 30 jours. J'ai, ensemble avec mes collègues du Collège exécutif gén&al, parcouru toutes les provinces du Congo.

(1) N.D.L.R. II faut préciser que cette lnterventiol s'explique par le fait'que, depuis longterips, J' Vân Lierde est rlnterdit de séjourr eu Congo.

r73


J'ai constaté, au cours de nos déplacements et des entretiens que tous etmes avec tous les milieux, tant congolais qu'européens, qu'un climat d'inquiétude et d'insécurité régnait partout. Ce climat, que je déplore de tout mon cæur, était provoqué

par 2 sources: 1o) certains militants politiques qui étaient peu sûrs d'euxmêmes n'avaient, corntne programme électoral, que des attaques de personnes. L'indépendance, pour eux, signiûait I'organisation

de luttes intertribales, de bandes terroristes, et de guerres fratricides. Les tueries du Kasaï et de Léopoldville, organisées par des personnes bien déterminées et que I'Administration essaie de couvrir pour des raisons de haute politique, nous offrent des preuves irrécusables;

2") mécontente du succès que devaient remporter les nationalistes, I'Administration coloniale menait, dans les coulisses, une campagne bien orchestrée en faveur de certaines personnes qui avaient ses sympathies. Cette campagne se poursuit jusque dans lès hauts milieux belges. L'objectif poursuivi est le suivant: écarter de la direction du pays, les'nationalistes, qui ont pourtant la confiance du peuple, et hisser au pouvoir

certaines

marionnettes, dans le seul but de servir certains intérêts occultes.

Convaincu que les milieux officiels voulaient à tout prix placer un gouvernement fantoche au Congo, afrn de saper ainsi I'indépendance nationale, le peuple congolais a rêagi et continue à réagir avec énergie. Il s'agit ici {'une lutte entre les forces de libération représentées par les partis nationalistes d'une part, et les forces de

domination représentées par l'administration coloniale d'autre part.

Ce sont ces tractations de coulisse malaise actuel.

qui sont à I'origine du

fæs élections, bien que très mal organisées, viennent, de montrer le vrai visage du Congo : tout le peuple est derrière le M.N.C. Notre succès va toujours grandissant. Partout où le M.N.C. s'est présenté aux élections, il a eu du succès. Et si nous sommes absents dans certai:res régions bien déterminées, c'est parce que nous n'avons pas eu le temps matériel de nous organiser et de pousser notre propagande électorale. En plus des voix remportées aux élections, nous avons encore des millions de Congolais qui font appel à nous. parti majoriAu nom de la démocratie, c'est le M.N.C.

-

174

qui taire aux élections par rapport à tous les autres partis - des doit former le gouvernement. C'est au M.N.C. que le Roi Belges doit faire appel pour la formation du gouvernement' C'est au M.N.C. qu'il appartient, comme cela se fait dans tous les pays du monde, de consolider sa majorité.

fùe

appel à des partis minoritaires Pour

On n'a vu nulle paxt au monde un leader d'un parti minoritaire former le gouvernement ou être désigné comme chef de l'Etat. Qr, que se passe-t-il aujourd'hui ? L,e gouvernement belge et le Palais Royal veulent absolument écarter le M.N.C. Ils poussent actuellement des fractions minoritaires à se coaliser sur des bases artificielles, aûn de désigner un gouvernement fantoche gû, je I'affume, s€ra repoussé demain par le peuple si les manæuvres de coulisse actuelles réussissent.

Si la Belgique s'est prononcée pour I'indépendance du Congo, son intention cependant est de voir un gouvernement qui serait à sa remorque. J'ai découvert que le Gouverneur Général, le Ministre du Congo et tous les milieux officiels belges sont en train de mener un jeu dangereux: ils ont déjà ( leurs r candidats pour le poste de chef de l'Etat et celui de premier ministre. Des ballons d'essai ont déjà été lancés dans la presse avec la complicité de certains journalistes. Oro ces personnês pour qui ils travaillent ne représentent qu'elles-mômes ou

de

petits groupes isolés.

C'est pour atteindre cet objectif que le gouvernement belge nous impose le système bicaméral et l'élection du Chef de I'Etat par les Chambres. Si la Conférence de la Table Ronde a approuvé les pro. positions du gouvernement belge, c'est parce que l'administration coloniale a envoyé à cette Conférence dans le seul but de soutenir ses thèses des personnes -qui ne représentent nullement le pays. Les délégués du P.N.P., qui étaient majoritaires à la Conférence, sont presque tous rejetés par le peuple: aucun des principaux dirigeants de ce parti gouvernemental n'a réussi aux élections. On n'a vu nulle part au monde I'ancienne puissance organiser et diriger les élections qui consacrent I'indépendancg d'un pays. Cela n'a pas de précédent en Afrique Quand la Belgique avait conquis son indépendance en 1830,

t75


.l:

ce sont les Belges eux-mêmes qui avaient d'abord constitué un gouvernement provisoire. C'est ce gouvernehent provisoire qui a prêpaÉ des élections démocratiques pour la désignation d'un gouvernement représentatif. Ce ne sont pas les Hollandais, anciens dominants, qui avaient ptépaÉ les élections après la

libération de la Belgique. Iæ gouvernement belge fait tout pour que le Congo connaisse demain des troubles graves, Nous voulons que la paix règne au Congo et que les Européens installés ici continuent à vivre avec nous. Nous sommes partisans de I'amitié entre les peuples. Nous ne visons que I'abolition du régime colonialiste. Le Congo a besoin de la présence européenne, des capitaux et des techniciens étrangers. Nous ne refusons personne chez nous. Aucun Européen ne sera brimé au Congo. Personne ne sera dépossédé. L'indépendance du Congo profitera à tous les habitants, Blancs et Noirs. Si nous nous comprenons biea, si nous passons l'éponge sur nos rancunes et les erreurs du passé, nous pourrons édiûer une grande Nation dans ce pays, une Nation au sein de laquelle seront bannis à jamais I'injustice, la haine et le désordre. Nous sommes certains de trouver I'appui de tous les amis de la liberté et de l'Afrique, pour nous aider dans la construction de notre pays. Nous sommes certains de trouver des amis partout. Nous demandons à tous les frères de mettre

fin aux rivalités et dissensions actuelles. L'heure de I'union a sonné pour le

plus grand bien de notre peuple. Ce serait bommettre un crime contre le pays que de ne pas dénoncer publiquement les manæuvres actuelles du gouvernement,belge. Nous n'avons jamais parlé deux langages. Nous ne cherchons aucune popularité dans les milieux belges. Si I'on veut sauver l'avenir du Congo, on doit abandonner le jeu actuel. Au nom des millions de Congolais que mon Parti représente aujourd'hui, je réclame : 1o) le retrait immédiat des troupes belges envoyées récemurent au Congo. Ces troupes sèment la panique dans Ïesprit des Congolais. Ces troupes ne sont là que pour intimider notre peuple qui ne cherche qu'à jouir de sa Libertê;

2")

le

retour immédiat

du

Ministre Ganshof van der

Meersch. Sa présence au Congo ne s'explique pas 176

;

3o) l'élection du Chef de I'Etat au suffrage universel direct

;

4") la formation du gouvernement par le parti ayant remporté la victoire aux élections par rapport aux autres partis politiques

;

5") la confection d'un nouveau drapeau national. Nous rejetons le drapeau approuvé par le Collège exécutif général et qui est d'inspiration colonialiste. Notre amitié reste acquise à la Belgique. Mais la Belgique ne doit pas décevoir notre peuple. Nous voulons un gouvernement réellement représentatif et élu démocratiquement >. (publié dans Indépendance le 15-6).

Pour s'opposer aux rnanæuvres anti-M.N.C. Lumumba crée les éléments d'un bloc nationaliste homogèræ. Le 10 iuin un

protocole est signé.

PROTOCOLE DU CARTEL LUMUMBA (10.6) <

En

présence des intrigues

qui se trament

actuellement

entre, d'une part, .l'ancienne puissance coloniale et, d'autre part, des partis minoritaires pro-colonialistes intrigues tendant à - qui jouissent inécarter les partis et les leaders nationalistes dubitablement de la confiance unanime du peuple ; Considérant que la libération du Congo eit l'æuwe exclusive des partis nationalistes, et que le salut du peuple congolais repose actuellement dans le regroupement de ces forces nationalistes et démocratiques du Pays ;

Attendu que ce regroupement des forces populaires

est

indispensable pour faire échec aux manæuvres des impérialisûes tendant actuellement à la désignation d'un gouvernement fantoche néo-colonialiste ; Attendu que les résultats des élections démontrent clairement que le peuple a voté pour les partis nationalistes et que ces derniers commettraient un crime s'ils n'unissaient pas leurs forces autour d'une grande alliance;

En vue de déjouer toutes les manæuwes de division

et

d'assurer en même temps une victoire tnale sur le colonialisme

belge,

le

Mouvement National Congolais (M.N.C.), le Parti 177


:li

solidaire Africain (P.s.A.), le Centre de Regroupement Africain (Cêrêa) et la Balubakat, ont décidé : 1") de se grouper etr vtre de Ia formation d'un gouvernement central anti-colonialiste ; 2") & conclure un pacte d'amitié et de solidarité capable de sauvegarder I'unité politique et économique du Pays ; .l"-) de combattre toutes les manæuwes de division et de séparatisme susceptibles de provoquer féclatement du Congo et des troubles sociaux au PaYs; 4") de défendre, au sein des institutions nationales, une politique commune, tant sur le plan de la politique générale, que sur le plan économique et social. Tout autre parti respectant les clauses du présent Profocole pourrait faire pàrtie de I'Alliance nationale ainsi constituée. Dans le but d'éviter tout déviationisme entre les partis frères, un Comité de coordination sera constitué' Pioportionnellement aux voix obtenues par chaque parti, la

répartition des sièges pour la formation d'un gouvernement ."ottul est établie conformément au tableau annexé au présent Protocole.

Les partis signataires de ce Protocole s'engagent fonnellement à respecûer scrupuleusement les clauses de leur accord' Fait à Léopoldville, le 10 iuin 1960. pour le Parti solidaire Africain Pour le Mouvement National

A.

Congolais

Gizenga.

Pour la Balubakat

R. Mwamba.

P. Lumumba. de RegrouPement Centre le Pour Africain

A.

Kashamura.

1I iuin, le Comité M.N.C.-Lumumbare' listes, maîs se déclate prêt à constituer un gouveftEnænt Le

lendemain

prenà. le th,ème dcs ma.næuvres belges conlre les panis natîona-

d'union nntionahe :

POSITION DU COMITÉ DU M.N.C.

-

LUMUMBA

( L€ M.N.C. dénonce le$ manæuvres qui se trament

actuel-

lement dans les coulisses eatre, d'une part, l'ancienne puissance coloniale eto d,autre part, certains partis minoritaires pro-colo178

manæuwes tendant à écarter conEe la volonté du nialistes - partis et les leaders nationalistes qui jouissent indupeuple, les

bitablement de la confiance unanime de la population. Le M.N.C. estime que ces manæuvres savamment entretenues par certains milisux du gouvernement belge, constituent un sabotage sournois'contre I'indépendance nationale, et qu'en agissant comme ils le font actuellement, ces milieux ne cherchent qu'à nuire aux bonnes relations entre La Belgique et le Congo. Le Comité National du M.N.C., dénonce également les manæuvres du Ministre Ganshof van der Meerch qui, pendant son séjour à Léopoldville, a noué des contacts secrets avec certains milieux congolais dans le seul but de les dresser contre le M.N.C. Si le M.N.C. a obtenu une majorité aux élections par rapport à tous les autres partis politiques, et ce malgré une campagne sptématique d'obstruction, de dénigrement et de sabotage menée à son égard depuis de nombreux mois, c'est que le peuple lui fait confiance. Cette confiance ne fait que grandir au jour le jour et en ce moment, le M.N.C., grâce à son alliance avec des partis nationalistes luttant pour la waie libération du pays, dispose d'une majorité voulue pour former le gouvernement, qui ne sera pas un gouvernement fantoche Convaincu d'avoir des millions d.e Congolais derrière lui et d'être appuyé par le peuple, le M.N.C. est prêt, avec tous les nationalistes congolais, à prendre des responsabilités. IÆ M.N.C. n'a jamais entendu écarter les autres partis, fussent-ils minoritaires, de la gestion du pays. Ce contre quoi il s'insurge, c'est contre des manæuwes de comrption et de division quT a toujours dénoncées dans I'intérêt supérieur du pays. Si certains croient pouvoir réaliser I'indépendance du Congo à leur seul profrt, le M.N.C. quant à lui, désire voir réaliser cette indépendance dans I'intérêt de toutes les couches de la population.

Le M.N.C. adresse un ultime appel à tous les frères Congolais afin de se regrouper et de réaliser la concorde nationale r. Le 13 juin sera une joprnée d.êcisive car Ie Ministre charge M. Lumumba d'wrc mission d'information en yue de la consr titution du premier gouvernement congolais. M, Ganshol

sera

t79


ri

,

i:

I

t,

^

i

,:. , :

.

,':.j: ,t.', ..r..."."',i

. f

', /.i" .

i.

.i

immêdiatement assailli par la mÊute des ultras pour avoir pris

nÉrsNsB NATToNALE srop pÉrÉcuÊs KATANGAIS

cette décision.

apnÈs FoRMATIoN cowERNEMENT PRovINcIAL TsgoMBÉ-ruolss

ARRTVBRoNT

PRÉsrDBNr cÉwÉ,n* coNAKAT

M. LUMUMBA A LA RECTMRCI{E

M. Lumumba répondra le lendemain, 15-6: AI coNSULTÉ aurnr,s pARTIs poLITTQUES sun vorne pÉ'sn

D'UNE FORMULE D'UNION (13.6)

Le ministre m'a offert de me charger d'une mission d'in' formation, en vue de la constitution d'un gouvernement con<

l. I

li. 'i

I

I i;

golais. J'ai accepté. La réussite de cette mission dépend évidemment des cofltacts que je vais avoir avec tous les partis. Dès à présent cependant, je puis vous dire que je possède déjà, grâce à I'importante représentation parlementaire de mon parti et à ses alliances, la majorité politique nécessaire à la constitution d'un gouvernement légal. Cette majorité, je vais m'efforcer maintenant de l'élargir le plus possible, en vue de la formation d'un gouvernement de large union nationale' Ceci est d'ailleurs conforme à la politique d'unité nationale du M.N.C. et j'entends n'exclure de mes consultations aucune des représentations de I'opinion qui se sont manifestées dans les résultats des élections. J'ai la certitude que, grâce aux contacts que je vais avoir avec les chefs de partis, beaucoup d'appréhension que I'on avait visà-vis de moi seront dissipées. Il faut que I'on sache que je

n'utiliserai pas ma majorité pour écarter qui que ce soit. La politique de mon parti tient en peu de mots : concorde gén&ale, ordre, sécurité et confiance. Je fais appel, à cet êgatd, à tous les Européens, afin qu'ils restent dans le pays. Leur personne et leurs biens seront respectés. Nous voulons fêter avec eux, dans la joie et la bonne volonté mutuelle, I'indépendance du Congo. Nous conclurons un pacte d'amitié avec la Belgique. Ce sera un pacte positif, conclu en toute liberté et dignité, de part et d'autre. Nous nouerons ensemble des accords loyaux, prottables aux deux parties >. Assez curieusement, c'est la Conakat qui parmi les partis fêdéralistes, accepters le premier d'envisager son entrée dans le gouvernetnent central. Le 14-6, M. Tshombé envoie un télégramme à M. Lumumba: soMMEs prsposÉs pARTIcIpER FoRMATIoN GowERNEMENT cEN-

TRAL, coNDrrloNs sINE euA NoN PRIMo nÉsenvBn

MINISTÈRE

AFFATRES ÉCOLOMTQUSS CECr VA DE SOr ÉCOttOtr,IIE CONGO ÉraUr coNnlrtoNlÉB pAR AppoRT KATANcA sroP sBcLtNDo urNrsrÈnB

180

STOP CES DERNIERS MARQUENT LEUR ACCORD CONFIER CONAKAT

uwrsrÈne AFFAIREs É,coxoMreues Er vIcE-PnÉ'sroBNcB cHAMBRB DEs nBpnÉ,snnreNTs srop vous pRIB TENIR coMPTE PosITIONS AUTRES PARTIS ET ACCEPTER CE COMPROMIS STOP SANS CONCESSIONS MUTUELLES ENTRE PARTIS IL SERAIT DIFFICILE CONSTITUER GOWERNEMENT UNION NATIONALE QUI SAWERA AVENIR PAYS STOP COMPTE BEAUCOUP SUR VOTRE ESPRIT COM. pnÉHeNstoN AFIN soRTIR coNco DANs IMPASSE AcTUELLE sroP ON NOUS REPROCHERA DEMAIN SI NOUS NE PARVË,NONS PAS AUJoI,JRD'HUI Nous ENTENDRE srop pRrÈnB ME cABLER nÉ,poNsB URGENCE CAR DOIS REMETTRE RAPPORT CE SOIR AU MINISTRE FULLSTOP LUMUMBA

Du 13 au 1à iuin Lumumba réunit une maiorité large pour son gouvernement, mais le Ministre Ganshof, irnpressionné par le nombre apparent des opposants et soumis à des pressions énormcs du monde colonrial, estimc la mission de Lumumba terminée... et désigne I. Kasavubu le 17 comme lormateur ! Aussitôt la ternpérature politique s'élève à Léo, le M.N.C. attaque violemment le Ministre.

RÉACTION DE M. LUMUMBA (17-6)

A LA MISSION KASAVUBU

jeux étaient faits contre moi dès le départ. La preuve en est que, malgré la majorité établie de 84 sièges à la Chambre, que j'avais groupés en ma faveur au cours de mes consultations, le ministre a qui j'en ai donné connaissance, non seulement était virtuellement décidé à ne tenir compte ni de cette majorité ni de toute autre, mais m'avait même convoqué une heure avant I'heure prévue pour me faire savoir purement et simplement que puisque je n'avais pas, solon lui, réalisé la formule d'union nationale envisagée, il se voyait au regret de devoir me retirer ma mission d'informateur. Un < ...Malheureusement, les

181


et je viens de le recevoir à I'instant même -de iai é" connaissance d'un communiqué émanant du cabinet M. Ganshof, suivant lequel M. Kasavubu était chargé à ma place, et cette fois d'une mission de formateur' Je vous invite à èonsidérer simplement les chiffres: le parti de M. Kasavubu détient 12 sièges à la Chambre et le rnten 42.11 est bien évident que les jeux étaient faits d'avance' On a donné à Lumumba une irission d'informateur pour sauver la face. Il était bien entendu que, quelque résultat qu'il obtienne, il ne pourrait, jamais êtr.e desigoC comme formatèur. Le choix de M. Kasavubu, et quoique sa majorité restreinte rende impossible tout gouvernement d'union nationale autre que celui que j'ai essayé de constituer, a é:té décidé: à Bruxelles, lors du passage du leader de I'Abako qui allait inviter le Roi à assister aux fêtes de I'indépendance ; et je n'hésite pas à dire que c'est le palais de Bruxelles plus que te ministre résident, lequel n'a agi ici que par ordre, qui m'a ênartê alors que j'allais réussir, parce qu'il ne fallait pas que peu plus tard

je

réussisse >.

POSITIONS

DU CARTEL LUMUMBA

(20-6)

La dernière conférence de presse de M. Kasavubu' déclare M. Kashamlua, a fait état de I'accord de mon parti et également du P.S.A. en ce qui concerne la formation gouvernementale projetee par le leader de l'Abako. I'ai été reçu par M. Kasavubu, c'est exact, mais ce fut pour voir rejeter les

revendications que j'apportais au nom de tous les élus provin-

ciaux du Kivu et de mon parti, le Céréa. Nous demandions trois portefeuilles : la Défense nationale, I'Information et un secrétariat d'Etat (1). On nous accorderait simplement les Travaux publics. J'ai refusé la participation de mon parti. Voilà la vérité. Je proteste, ajoute M. Gizenga, cootre I'abus qu'a fait M. Kasawbu du nom du P.S'A. dans son énumération des partis qui le suivent. Je lui avais délégué M. Mulele, vice-prési dent du Parti, pour une prise de contacts à sa demande et à (1) Il semble en effet gue M. Kashamura ett accepté de participer au gàrivernement de M. Kaslavubu si cclui-ci lui avait confié le portefeuille de l'Information.

r82

titre de simple information. A mon étonnement, M. Kasavubu n'a pas reçu M. Mulele, mais lui a prêftêtê trois interlocuteurs de mon parti non désignés: MM. Kamitatu, Kimvay et Mangobo, dont j'attends encore les rapports. Il est donc erroné de dire que le P.S.A., dont je suis le président, ait pu donner son accord de participation au gouvernement dc M. Kasavubu. De son côté, M. Lumumba dêclarc :

Nous considérons .d'avance son gouvernement, s'il le forme, comme un gouvernement < fantoche > issu de I'occulte complicité du gouvernement belge et dirigé contre les partis <

nationalistes du Congo et, en tout premier lieu, contre le mien. Nous ne pouvons faire confiance évidemment à un tel gouvernement dont les inspirations ont fait fi, à la base, de toute règle démocratique et constitutionnelle en désignant pour le former, non pas le leader du parti numériquement le plus important issu des élections, mais celui d'un parti minoritaire et qui, pour réussir de justesse, devra s'appuyer sur'un certain nombre de partis plus ou môins grands. Que dirait-on, en Belgique, si I'on y procédait de la sorte ? Je le répète : le gouvernement belge poursuit au Congo une æuvre de division et d'éclatement. Nous verrons de quoi demain sera fait >. Le soir, un nouvel entretien eut lieu entre le lormateur et le leader M.N,C, Aucun accord. ne put se rêaliser. M. Lurnumba en donna Ia relation suivante à I'agence Belga:

VERSION DE M. LUMUMBA DE SES ENTRETTENS AVEC M. KASAVUBU (21-6) < J'ai rencontré une fois encore M. Kasavubu parce que j'ai le souci de voir constituer, le plus tôt possible, le gouvernement dont le Congo a un besoin urgent et parce que je ne me refuse à aucun acte de bonne volonté. J'y étais encouragé par l'entretien que les leaders des partis alliés au mien et moimême avions eu le matin même avec le ministre, M. Ganshof van der Meersch, qui m'avait dit qu'il était indispensable que M. Kasavubu et moi-même arrivions à nous entendre. Je ne demandg pas mieux, dit M. Lumumba, dans I'intérêt national. Après un examen rapide en commun de la situation, nos alliés et moi-

183


même avions suggéré à M. Ganshof van der Meçrsch que M. Kasavubu, dàns I'entente envisagée, devînt chef de I'Etat et que je fusse moi-même premier ministre, étaut entendu que dani la"formation de mon équipe, je tenais compte aussi largement que possible des désirs de M. Kasavubu et de ses propres proalliés. L ministre nous dit au terme de l'entretien : < Vos M. à transmettre les vais positions paraissent raisonnables. Je ajoute croire, de fondé >. J'étais kasavubu^ et les appuyer M. Lumumba, que ûa- rencontre avec M' Kasavubu ce lundi soir refléterait c;s intentions et permettrait un accord entre le leader de I'Abako et moi. Hélas, je vous avoue ma déception. M. Kasavubu s'est contenté de me confirmer qu'il revendiquait, en échange de notre collaboration éventuelle, la place de chef d'Etat etlne concédait celle de Premier Ministre, mais qu'il ne pouvait être question que je forme moi-même l'équipe minisiéri.[". M. Èasavubu disposait, lui, d'une équipe gouverne-je mentale mise au point pàr lui et ses alliés. I1 fallait que I'accepte. C'était impossible' On n9 voit pas bien un Premier Minisire travaillant en confiance avec une équipe qu'il n'a pas choisie lui-même et qui comprend en l'occurence la plupart de ses adversaires. M. Kasavubu me déclara qu'il avait des engagement à cet êgatd vis-à-vis des alTés du Cartel de l'Union Nationale. J'aurais pu en dire autant, ajoute M' Lumumba, gui souligne que l,entrètien de lundi soir a donc été absolument néga;if. Ird. Kasavubu, dit-il, m'a parlé de le revoir à la même heire mardi soir. Mais je me demande quelle utilité il y aurait à une nouvelle rencontre entre nous dans de telles conditions ? Devant cette situation, ajoute le leader du M'N'C', j'accuse moins M. Kasavubu lui-même que le ministre Ganshof qui, à mon avis, continue à jouer le jeu de duplicité du gouvernement belge, qui me considère comme dangereux et ne désire pas que ie fornË un gouvernement avec des hommes choisis par moi' Sans doute, dit M. Lumumba, à Bruxelles, préfère-t-on voir le Congo sans gouvernement le 30 juin, plutôt que d'avoir un gouvernement Lumumba.

Dans ces conditions, dit encore le leader du M'N'C', il n'y aura sans doute pas non plus de chef de fEtat le 30 juin' Car ce n'est pas mon groupe ni ses alliés évidemment qui vont voter son investiture, si celle-ci n'a pas leur agrément. Ainsi probablement le quorum requis ne pourra-t-il être atteint' I'ai- la conscience tranquille, conclut M. Lumumba, car nous avons 184

tàut fait dans le sens de la solution d'union nationale. Au gouvernement belge maintenant de prendre ses responsabilités >.

Le rnardi

2I

iuin se situe une ëpreuve décisive pour les

I. Kasavubu n'avaït pu réussir rassembler une maiorité avec le cartel d'Union Nationale (anti-M,N.C.) mais seul un vote net des Chambres, rnêrne pour unc question ennexe, pouvait éclaircir le rapport de forces réel. Or, le 21'la Chambre devait élire son bureau et l'épreuve se révèle victorieuse pour le Bloc Nationaliste dont tous les canL., A.N.C., didats furent élus grâce à la coalition M.N.C, Coaka; Reko, C.E.R.E.A., Balubakat, P.S.A. et-Unimo (1). Immédiatement le Ministre Ganshof retirait sa mission à M. Kasavubu et désignait cette lois Lumumba comme tormateur du gouvernement,

lorces en présence, On a vu que

à

PROPOSITION DE M. LUMUMBA A M. KASAVUBU (22-6)

Me référant à notre entretien d'hier, au cours duquel je vous ai fait part de mon désir ardent de vous voir participer dans le gouvernement que je suis appelé à former, je me suis <

mis immédiatement en rappoft avec les responsablès des partis qui ont accepté de collaborer avec le M.N.C. dans la formation de ce gouvernement.

Tous les partis alliés ont décidé de tenir compte de I'importance de llAbako et de lui confier ainsi un des portefeuilles les plus importants de notre gouvernement, notamment celui des Affaires Etrangères. En plus, rl a été décidé également de confrer à l'Abako le portefeuille des Classes Moyennes et du Développement Rural. Indépendamment de ces deux ministères, il y aura également la répartition à faire pour des postes diplomatiques ainsi que

celle des sièges dans les organismes parastataux. Tous les partis désirent ardemment vous voir assumer les fonctions de Ministre des Affaires Etrangères dans la première équipe gouvernementale. (1) Rappelons que le P. S. A. était dirigé par A. Gizenga et C. I(amitatu; l'Unimo par Justin Bomboko ; la Balubakat par Sendwe, rival deTshombé au Katanga. 185


,

,,

i Quant à l'élection de Chef de l'Etat; cela dépendra surtout de I'appui unanime de tous les élus, auprès de qui tous ne manquerons pas d'intervenir. Clomme 1è aois déposer mon rapport ce soir vers 19 heures,

puis-je vous prier dé bien vouloir me donner votre réponse oenoitin" avant cette heure ainsi que les noms des titulaires de chaque portefeuille attribué à votre parti. bans fattente du plaisir de vous lire, je vous prie de

dans les 8 jouts, aucun candi'dat n'a obtenu les 2/3 de voix des Chnnbres réunies. Or, dès le premier scrulin, il y a équitibre des votes pour les 2 candidats: I. IMo (M.N.C. K.) et A. Mahamba (M.N.C.L.)' Firwlernent I. Iléo l'ernporte par 41 voix contre 39, mais tous les autres postes du bureaa reviennent au bloc lumum.biste,

LB GOUVERNEMENT DE M. LUMUMBA

croire, Cher Collègue, en mes sentiments les plus cordiaux.

P. Lutrlulrse Mernbre du Collège exécutif général r.

Le'jeudi 23 iuin avant-midi, le formateur déclare à presse

la

:

c Mon équipe ministérielle est pratiquemett formée.

RÉPONSE DE

M. KASAVUBU A M. LUMUMBA (22'6)

J'ai I'honneur de porter à votre connaissance que l'Abako ne peut participer à ce gouvernement si elle n'a pas les Affaires Intêrieurès, leJ Finances et un portefeuille de ministre d'Etat comme convenu hier soir, compte tenu également d'une t6parti' tion équitable des portefeuilles parastataux et diplomatiques. En ce qui concerne le chef d'Etat, je ne puis pas accorder ma confianôe tant que des garanties n'auraient pas été données. En outre, les Bakongo sont décidés à former une 7" provinoe autonome souveraine dans une confédération d'un Congo uni.

Faut-il qu'après avoir été seul maître de la Chambre, le

rJ

Sénat soit confié à un autre parti ? Cela vous pennettra un équilibre de vos chambres. Autrement vous risquez de marcher unilatéralement dans vos décisions et de compromettre les intérêts de la minorité. Veuillez croire, Cher Collègue, à l'assurance de ma considé-

li

ration la plus distinguée.

I

li'

J. Klsrwnu.

'lli ri t,t

i

il

l{

il : I

ri t

i

Ces négoçiations pennanentes manilestent clairement l'écroulement des proiets du cartel anti-Lumurnba. Le leader M.N.C. dispose dès ce matin du 22 d'un proiet gouvernemental, mais l'élection du bureau du Sénat I'après-midi revêt unc granàe importance, car le Président élu devient, nux terrnes d.e la loi fondarncntale du 19 mai 1960, le clæl provîsoire de I'Etat si,

Daus un esprit de réconciliation et de concorde, j'ai fait aux principaux leaders du cartel d'Union nationale des propositions concrètes que les différents groupes ont examinées' Dans la soirée, je disposais de I'accord de principe de la Conakat et du P.N.P. L'Abako et le Puna ont également exprimé le désir de cellaborer avec moi, mais mes propositions devaient encore être examinées. En ce qui concerne l'Abako, le problème qui se pose est celui de I'attribution d'un portefeuille bien déterminé et la can-

didature de M. Kasavubu au poste de chef de l'Etat. Du côté du Puna, M. Bolikango a également posé sa candidature comme chef de I'Etat. J'ai répondu à ces leaders que la désignation se faisait par les assemblées congolaises et que la chose essentielle qui importait pour moi était la constitution le plus rapidement possible d'un gouvernement congolais stable. Je dois revoir MM. Kasawbu et Bolikango, ce matin.., >

APPUI DE M. LUMUMBA A LA CANDIDATURE BOLIKANGO (23-6. 14 h.

50)

< J'ai de'nombreux contacts avec M. Kasawbu. Je lui avais proposé deux ministères, les Affaires Etrangères et les Classes Moyennes. Il désirait les Finances, le secrétariat d'Etat à I'Intérieur et un poste de ministre d'Etat. M. Kasavubu a posé une autre condition. Il a exigé un engagement écrit avec tous les

partis politiques pour qu'on vote sur son nom à la présidence de I'Etat. Læs autres partis n'ont pas marqué leur accord sur

I

il

I

I

I

i

r86

187


1..

cette obligation. Il avait dit dans sa lettre également que la province serait autonome et souveraine. Tous nos efforts ont échoué. Il avait posé sa candidature comme chef d'Etat. Je tiens à rendre hommage aux autres partis pour leurs efforts et I'esprit dans lequel ceux-ci ont étê réalisés. M. Bolikango a posé sa candidature comme chef d'Etat. Ie l'appuie personrællemcnt (I) et je pense que les autres le feront aussi. Maintenant, l'équipe gouvernementale est composée. Elle se présentera à 22 h. devant les Chambres pour obtenir la conûance. C'est un gouvernement démocratique, d'union nationale. Tous les Africains et les Européens seront en sécurité. Je compte sur I'effort de tous, de la Belgique, des Belges, pour mener à bien la tâche qui nous attend >. Ce même jour vers 16 heures, Kasavubu reprend contact avec Lumumba et lui ofire enfin les ministes de I'Abako. Ceue nouvelle soulage instantanément la capitale qui craignait un soulèvernent des bakongo au cas où leur l.eader serait écarté. Dès lors, Lumumba peut solliciter la confiance de la Chambre où il se prêsente à 22 heures. Nor.rs sornnrcs à sept jours de la proclamation de I'indépendance... et il obtiendra cette confiance, après un scrutin conlus et un débat qui n'êtait guère à la hauteur des événements. Le lendemain au Sênat, son investiture lut rapide et spectaculaire (60 voix pour, 12 contre et 8 absten-

:i'i

i[:

I

tions).

DU PREMIER MINISTRË DEVANT LA CHAMBRE (23-6)

DISCOURS

'. ' '. ' ; ': ;'

Monsieur le Président, Chers Collègues, Mesdames, Messieurs,

congolaise qu'ont manifestée tous les élus devant le danger qui nous menaçait. Vous avez été les premiers à faire comprendre à tous le devoir d'union et de solidarité. Nous avons I'honneur de présenter devant le Parlement du Congo, le prèmier gouvernement congolais qui est composé comme suit: 1. Premier Ministre et Ministre de la Défense Nationale:

Lumumba Patrice. 2. Vice-Fremier Ministre: Gizenga Antoine. 3. Ministre des Affaires Etrangères: Bomboko Justin'

4. Ministre du Commerce Extérieur: Bisukiro Marcel. 5. Ministre résident en Belgique (chargé des Relations entre le Congo et la Belgique) : Delvaux Albert. 6. Ministre délégué à IO.N.U. : Kanza Thomas' 7. Ministre de la Justice: Mwamba Remy. 8. Ministre de I'Intérieur: Gbenye Christophe' 9. Ministre des Finances: Nkayi Pascal. 10. Ministre des Affaires économiques: Yav Joseph (1), 11. Ministre de la Coordination Economique et du Plan: Kabangi Alois. 12. Ministre des Travaux Publics: Ilunga Alphonse. 13. Ministre des Communications : Songolo Alphonse. 14. Ministre de I'Agriculture : Lutula Joseph. 15. Ministre du Travail: Masena Joachim. 16. Ministre des Classes Moyennes : Mbuyi Joseph. 17. Ministre de la Santé Publique: Kamanga Grégoire. 18. Ministre des Mines : Rudahindwa lîdmond. 19. Ministre des Affaires Foncières: Mahamba Alexandre. 20. Ministre des Affaires Sociales : Ngwenza Antoine. 21. Ministre de I'Education Nationale et des Beaux-Arts: Mulele Pierre. 22. Ministre de l'Information et des Affaires Culturelles: Kashamura Anicet.

La crise qui risquait de mettre en péril les destinées de

23. Ministre de la Jeunesse et des Sports: Mpolo Maurice. Secrétarîats

(1) Un teill signé de M. Lumumba circula à Léopoldville, attestant -llappqi du- formateur à la candidature de M. Bolikangô aux foirctlons de

i

chef de

i

ri'

,

-sgiet.

il

likango.

I

l'Etat.

Ivlâis Lumumba n'exigeant pas

tEtat.

1. Secrétaires d'Etat

à la

Présidence

:

Mobutu foseph,

Lumbala Jacques.

la discipline de parti à ce

était évident que le M. N. C.; à ceiroment, ne pouvaitïoter Bo-

(1) N. D.

L. R. Il s'agit bien d'un ministre

Conakat.

i

il

i

i I I

rl"

188

189


ffi' iI

2.

tI

Secrétaire

André.

3.

Secrétaire

d'Etat aux Affaires

Etrangères:

d'Etat au Commerce Extérieur:

Mandi

Nous ,nous sommes trouvés unanimes dans nos premiers combats contre le colonialisme. Nous nous sommes trouvés unanimes

Kiwewa

Antoine.

4. Secrétaire d'Etat aux Finances : Tshibangu André. 5. Secrétaire d'Etat à la Justice: Liongo Maximilien. 6. Secrétaire d'Etat à I'Intérieur: Batshikama RaphaëI. 7. Secrétaire d'Etat à la Coordination Economique et au Plan : Nguvulu Alphonse. 8. Secrétaire d'Etat à la Défense Nationale : Nyembo Albert.

9. Secrétaire d'Etat à l'lnformation turelles : Bolamba Antoine.

et aux Affaires

Messieurs,

læ Gouvernement auquel vous allez donner vos sufttages, est un gouvernement honnête, loyal, fort, populaire, qui re' présente I'entièreté de la Nation, choisi par vous-mêmes, pour

Cul-

servir les intérêts de la Patrie. Tous les membres de mon équipe

et moi-même, nous nous engageons formellement à ce que ce Gouvernement reste un gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Fort de cet appui populaire,'ce gouvernement aura pour souci de maintenir intacte, envers et contre tout, I'intégrité du

1. Ministre d'Etat, Membre du Conseil des Ministres

Grenfell Georges.

2. Ministre d'Etat, Membre du Conseil des Ministres

Kisolokele Charles.

territoire et la Nation dans son unité. Toutefois, il envisage de manière réaliste les aménagements qu'impose l'étendue du territoire et sa grande diversité. Les divisions administratives de I'ancien régime doivent pouvoir être modifrées, suivant une procédure légale, de manière à ce que chaque citoyen trouve le bonheur au milieu des siens. Ce gouvernement aura pour souci de faire régner lnordre, sans faiblesse, partout dans le pays ; mais, dans I'accomplissement de cette tâche, il respectera toujours, comme un bien sacré, les droits imprescriptibles de I'Homme et du Citoyen. Ce Gouvernement s'imposera comme premier devoir de conduire les masses populaires, sur les voies de la justice sociale, du bien-être et du progrès, avec le souci d'éviter les aventures qui amènent les catastrophes que nous voulons éviter à notre

3. Ministre d'Etat, Membre du Conseil des Ministres

Bolya Paul.

4. Ministre d'Etato Membre du Conseil des Ministres

Genge André.

Voici tautre part les Commissaires qui ont été proposés : Province de Léopoldville: Kama Sylvain. Province de l'Equateur: Fumu Tamusu. Province du Kasai: Kalonji Isaac. Province du Katanga: Sendwe Jason. Province du Kivu: Sangara Hubert. Province Orientale : Muzungu Christophe. ai ,i,

li

Messieurs,

peuple.

i''l iir

lti iri

t: ;i

','

rt li

I

rl

l

I

frères

Nous nous sommes trouvés, alliés et saanilnss, à la Table Ronde, au sein du Front Comrnun. Aujourd'hui, dans la victoire, dans le triomphe, nous nous retrouvons alliés et unanimes : le peuple entier s'en félicite,

Ministères d'Etat.

lii

à pleurer nos

morts.

En ce moment historique, qu'il me soit permis de rappeler la longue et la douloureuse lutte que tous les Congolais, unis dans un même élan de libération, ont menée jusqu'à son victorieux dénouement.

Nous ne désirons plus connaître de nouvelles formes de dictature. Ce gouvernement aura pour souci de maintenir d'nmicales relations avec tous les pays étrangers, mais il ne succombera pas à la tentation de facilité de s'intégrer dans l'un ou I'autre des blocs qui se partagent actuellement le monde; mais aussi, il n'hésitera pas à prendre sur le plan international, et plus

Nous nous sommes trouvés unanimes, épaule contre épaule, dans notre opposition à un régime politique gd, à certains moments, méconnaissait la direction du courant de l'histoire.

I I

ï

190

:l#

I

{:

I

'ii

I

I

I I I

i,

t9t


IqrïrTflJE!

spécial€ment en ce qui concerne l'Afrique, le parti d'une cause noble et juste.

nationale avec d'autres pays d'Afrique, cet inmense continent se réveille et tend ses regards vers le progrès. Par I'union, par la solidarité, le peuple congolais conqrrcra

Messieurs,

Au nom du Gouvernement du Congo, au nom du

son destin.

peuple

congolais, certain aussi d'être l'interprèté de tous les me-mbies de ce Parlement, je m'adresse maintenant et plus spécialement à nos âmis belges et je leur dis ceci : ' Vous avez, durant trois quarts de siècle, construit dans ce Pays une æuvre immense ; certes, elle ne fut point toujours à I'abri de toutes critiques ; mais maintenant que se sont tues les outrances électorales, il faut reconnaître qu'elle constitue I'inébranlable fondement sur lequel nous allons ensemble ériger notre Nation. Iæs missionnaires les premiers, rejoints ensuite par les enseignants laïcs, ont propagé dans tout le pays, dans des conditions difficilqs, I'enseignement sans lequel ce qui arrive aujourd'hui n'aurait pas été possible. Pendant trois quarts de siècle, les colons, les industriels, les compagnies se sont engagés dans la mise en valeur du Pays. C'est avec eux que nous allons construire bientôt la grande

Il

jour,

Messieurs,

dépend de chacun de nous, de notre travail de chaque que ce destin soit heureux et vraiment digne de notre

peuple.

C'est avec fierté que je vois le Congo, notre patrie, prendre place au rang des peuples libres. Puis-je vous demander, Chers Frères, en ce jow solennel où le Congo accède à son indépendance totale, où un gouvernement démocratique s'installe, où la justice s,établit, où chacun jouit désormais de sa liberté totale, où le soleil rejaillit dans ce pays pour faire place à I'obscurantisme séculaire du régime colonial, de crier avec moi: Vive le Congo indépendant. Vive le Congo Uni.

Vive la Liberté.

Nation Congolaise. Plus que jamais, nous aurons besoin du concours des Belges

et de tous les hommes de bonne volonté; nous mettrons tout eD æuvre pour que la coopération qui oommencera demain bénéûcie à tous. Les missions religieuses seront assurées de pouvoir continuer leur apostolat, gràæ, à la liberté d'opinion et de culte qui sera garantie par notre Constitution. Iæs membres de l'ancienne Administration coloniale, ayant cédé leurs pouvoiis de commandement aux Congolais, resteront par leurs conseils et leur expérience les plus sûrs garants d'une saine gestion de Ia chose publique.

Eafrn, vous comprendrez que je termine eû vous exprimant I'émotion qui m'étreint. Les membres du premier gouvernement du Congo se trouvent devant une lourde tâche, dont ils mesurent toute la complexité. Nous avons devant nous un pays immense, aux possibilités extraordinaires. Nous avons avec nous nn peuple jeune, résolu, intelligent et capable de s'égaler aux autrei nitioni. Nous avons le privilège de prendre le départ de notre vie 192

rd

t{

t93


fi je voudrais arriver à vous le faire à vous le faire aimer. Car le Congo indépendant est un pays neuf et débordant d'enthousiasme, un pays où sans doute jamais. C-e pays,

til .l'i,'

I .,1

lli 't:f

Le 24 juin

Kasavubu était élu Chel de lEtat pqr unc écrasante majorité et avec I'appui unanirne du Bloc Nationaltste lumumbiste. Du côté belge on se déclarait satistait de I'en' semble des résultats mais M. Tshombé dès ce soir du 24 attaquait Ie gouvernement Lumumba, alors que des rnembres de la Conakat étaient au gouvefticrnent. Le 29 juin le traité d'amitié était sigrÉ par les gouvernements belge et congolais. P. Lumumba s'adressait à la Belgique sur les ondes de la R.T.B.

I'amitié de nos deux peuplee désormais égaux se traduiEe par une fructuouse coopération économique, ecientilique et culturella. >

vous avez besoin de noue. Nous souhaitons que

Si je m'adresse aujourd'hui au peuple belge au nom de la nation congolaise et du premier gouvernement que cette nation s'est donné, c'est pour .parler comme on parle à un peuple ami, c'est pour faire connaître, à vous tous qui m'éCest aussi coutez, ce qu'est vraiment le Congo indépendant - des événepour apaiser les inquiétudes que la marche rapide ments au cours de ces derniers moiso a pu faire naître dans vos cæurs. Pour le plus grand nombre d'entre vous le Congo est un pays lointain, où le cours de votre existence ne vous mènera'

chacun s'est désormais donné pour tâche de travailler avec la persévérance et la foi qui soulèvent les montages. Ce climat d'extraordinaire idéal que nous vivons en ce moment, je voudrais que vous soyez ici, aujourd,hui, avec moi, pour reisentir I'intense fièvre, pour apprécier notre unanime vôlonté de fge du Congo un pays grand et prospère. Capable d'occuper dans I'Alrique et dans le monde la place prépondérante quilui revient. Le régime colonial a désormais pris fin, et ce régime, je

suis ûer de le rappeler, nous l,avons combattu de toutes nàs forces dans ce qu'il avait de despotique et d'humiliant. Mais notre victoire n'a pas été, pour la Belgique, une défaite. Au contraire, j'en suis intimement convaincu notre lutte n'a pas peu ryrvi à rappeler aux Belges eux-mêmes que, peuple epris- de liberté, la Belgique, digne de son passé, a tenu à mettre fin à un régime que rien ne pouvait justifier. < Des derniers mois que nous venons de viwe, la Belgique est sortie grandie aux yeux du monde, en mettant fin au régime que notre peuple ne voulait plus supporter. Heureux aboutissemênt d'ailleurs d'une æuvre à laqueile, justement pour avoir lutté de toutes nos forces contre ce qu'elle avait fini par avoir d'odieux, nous voulons rendre hommage ici pour ce qu;elle a eu de grand :t de généreux. Car, voudrions-nous mêmè oublier qul. b, Belges ont accompli sur notre sol, que les aérodromes "" et les routes, les ports et les ponts, les hôpitaux et les écoles seraient là pour nous le rappeler, cornme nous le rappelleraient aussi ces homnes. mêmes longuement formés à l'Àsprit de travail qui caractérise le peuple belge, et devenus aujourd'hui grâce à àt esprit, capables de diriger eux-mêmes leuri destinées=. pourtant, si, au nom du peuple congolais, je n,hésite pas à parler de la reconnaissancg que ressent mon pays enverJ b vôtre, je veux vous demander ici, que vous, les Belges, ne doutiez ias des Congolais. Je voudrais que vous compreniez la peùe qui m'étrcini gua"q je vois vos compatriotËs résidant au Congo rapatrier dans I'affolement leurq femmes, leurs enfants, leu-rs biens. les plus précieux. Vous {ui avez vu des dizaines, des centaines d'entre nous parcourir la Belgique au cours de ces derniers mois, pouvez-vous croire un instànt que nous soyons des sauvages avides de viol et de pillage ? i'affirme ici âvec

M. LUMUMBA : < La Nation Congolaise a relusé d'être d,ominée indéIiniment par la Belgique. Mais le Congo ind6pendant voit dans la Belgique une Nation-Sæur à qui nous disons : nous avons beeoin de vous comme

Voici le texte de I'allocution radiophonique adrcssée au peuple belge, sur les ondes de I'I.N.R., par M. Lumumba, président du Conseil des ministres :

comprendre,

I

<

' ',i

194 1.1

195 1l

ti t''I

,

',1'

I'l

'lT ,it,thtr

.

;


Tf'.

ii" toute I'honnêteté que me dohne mon titre de chef de gouvernement, avec toute l'honnêteté aussi d'un homme et d'un père de famille : I'ordre sera maintenu dans le pays et les personnes comme les biens trouveront au Congo la plus complète garantie de sécùrité, La nation congolaise a refusé d'être dominée indéûniment par la Belgique, mais le Congo indépendant voit dans la Belgique une nation sæur à qui nous disons : nous avons besoin de vous comme vous avez besoin de nous. Nous souhaitons que I'amitié de nos deux peuples désormais égaux se traduise par une fructueuse coopération économique, scientiûque et culturelle. Et j'adresse ici un pressaût appel aux jeunes enseignants et techniciens belges désireux de venir au Congo accomplir loyalement une tâche dont le dévouement et I'idéalisme trouveront leur juste rémunération. Jeunes Belges qui mt{-

coutez, il y a encore bien des ponts à lancer, des à ouvrir, des écoles à bâtir. I1 y a aussi des centaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants qui attendent de vous que vous les aidiez à vivre une vie meilleure, à se hisser plus haut sur l'échelle des valeurs humaines. Allez-vous refuser de les entendre ? Je m'adresse aux investisseurs, je leur ai dit : aideznous à développer les immenses ressources que recèle notre grand pays et que nous'ne pouvons laisser improductives. Vos mines, vos chantiers, vos usines trouveront dans le Congo indépendant la juste récompense que leur vaudra la richesse qu'ils apporteront à notre pays car il ne faut pas se méprendre sur la politique que nous comptons suiwe : autant nous lutterons contre les privilèges immérités, autant nous protégerons les investissements servant réellement au développement du revenu national. Le Congo, qui s'est voulu indépendant, n'en désire pas pour autant être isolé du reste du monde. A tous ceux qui voudront collaborer loyalement avec lui, le Congo tend la main de I'amitié. Et c'est mon désir profond et sincère comme c'est celui de mon gouvernement et de la nation congolaise tout entière que cette main tendue, la Belgique soit la première à la prendre et à sceller ainsi entre vous et nous le pacte d'une inroutes

dissoluble fraternité.

LA JOURNÉS OU 30 JUIN

Vint alors I'inoubliable iournêe du 30 iuin 1960 où se déroulèrent les cêrémonies de la proclamation de I'indépendance de la République du Congo. Le Palais de la Nation était rnerveilleux, face au fl.euve où I'on apercevait sur I'autre rive Brazzaville. Une loule énorme de diplomates et de journalistes avait pris place dans I'enceinte de la Chambre, aux côtés des parlementaires congolais. Le Roi Baud.ouin, arrivé la veille, prononça un discours dont le ton paternaliste inita les nationalistes. Le Président Kasavubu lui répondit cependant avec diplomatie.

le premier ministre Lumumba prit du micro, annoncé par Ie Président de la Chambre M. Kasongo et ce, contrairement au progratnme établi en com' mun pa{, les autorités belges et congolaises. Nous allions vivre une minute de vérîté ! En quelqucs ins' tants I'atmmsphère du Patais changea, tous les militants anticolonialistes admiraïent cet éloquent courage du leader; par contre tout Ie corps ad.ministratil des pseudo-décolonisateurs était atterré dcvant ces uuelles vérités lancées à la tace d.u rnonetque et du monde, Dès ce moment les groupes racistes avdent décidé d'abatte cette étonnante figure de la révolution Puis soudaincmcnt,

possession

alricaine.

DISCOURS DE PATRICE LUMUMBA,

PREMIER MINISTRE Congolais et Congolaises,

Combattants de l'indépendance aujourd'hui victorieux, Je vous salue au nom du gouvernement congolais,

t96

197


{t ltl

ll ;

A

magnifrques pour les blancs et des paillotes croulantes pour les

côtés,

nofus, qu'un noir u'était admis ni dans les cinémas, ni dans les restaurants, ni dans les magasins dit européens ; qu'un noir voya-

vous tous, mes amis, qui avez Lutté sans relâche à nos je vous demande de faire de ce 30 juin 1960 une date illustre que vous garderez ineftaçablement gravée dans vos cæurs, une date dont vous enseignerez avec fierté la signification

à vos enfants, pour que ceux-ci à leur tour fassent connaître à leurs ûls et à leurs petits-fils l'histoire glorieuse de notre lutte pour la liberté. Car cette indépendance du Congo, si elle est procla:née aujourd'hui dans l'entente avec la Belgique, pays ami avec qui nous traitons d'égal à égal,-nul Congolais digne de ce nom ne pourra jamais oublier cependant que c'est par la lutte qu'elle a été conquise (applaudissements), une lutte de tous les jours, une lutte ardente et idéaliste, une lutte dans laquelle nous n'avons ménage ni nos forces, ni nos privations, ni nos souffrances, ni notre sang. Cette lutte, qui fut de larmes, de feu et de sang, nous en sommes fiers jusqu'au plus profond de nous-mêmes, car ce fut une lutte noble et juste, une lutte indispensable pour mettre fin à I'humiliant esclavage qui nous étâit imposé par la force. Ce que fut notre sort en 80 ans de régime colonialiste, nos blessures sont trop fraîches et trop douloureuses encore pour que nous puissions les chasser de notre mémoire. Nous avons connu le travail harassant, exigé en échange de salaires qui ne nous permettaient ni de manger à notre faim, ni de nous vêtir ou nous loger décemment, ni d'élever nos enfants comme des êtres chers.

Nous avons connu les ironies, les insultes, les coups que nous devions subir matin, mitli et soir, parce que nous étions des nègres. Qui oubliera qu'à un noir on disait < tu ), non certes comme à un ami, mais parce que le < vous > honorable était réservé aux seuls blancs ? 'Nous avons connu que nos terres furent spoliées au nom de textes prétendument légaux qui ne faisaient que reconnaître le droit du plus fort ? Nous avons connu que la loi n'était jamais la même selon qu'il s'agissait d'un blanc ou d'un noir: accommodante pour les uns, cruelle et inhumaine pour les autres. Nous avons connu les souffrances atroces des relégués pour opinions politiques ou croyances religieuses ; exilés dans leur propre patrie, leur sort était waiment pire que la mort elle-même. Nous avons connu qu'il y avait dans les villes des maisons 198

geait à même la coque des péniches, aux pieds du blanc dans sa cabine de luxe. Qui oubliera enfin les fusillades où périrent tant de nos frères, les cachots où furent brutalement jetés ceux qui ne voulaient plus se soumettre au régime d'une justice d'oppression et d'exploitation (applaudissements) (l). Tout cela, mes frères, nous en avons profondément souffert. Mais tout cela aussi, nous que le vote de vos représentants

élus

a

agréés

pour diriger notre cher pays, nous qui

avons

souffert dans notre colps et dans notre cæur de I'oppression colonialiste, nous vous le disons tout haut, tout cela est désormais fini. La République du Congo a étê proclamée et notre pays est maintenant entre les mains de ses prepres enfants. Ensemble, mes frères, mes sæurs, nous allons commencer une nouvelle lutte, une lutte sublime qui va mener notre pays à la paix, à la prospérité et à la grandeur. Nous allons établir ensemble la justice sociale et assurer que chacun reçoive la juste rémunération de son travail (applaudissements).

Nous allons montrer au monde ce que peut faire fhomme noir quand il travaille dans la liberté et nous allons faire du Congo le centre de rayonnement de I'Afrique tout entière. Nous allons veiller à ce que les terres de notre patrie profitent véritablement à ses enfants. Nous allons revoir toutes les lois d'autrefois et en faire de nouvelles qui seront justes et nobles.

Nous allons mettre fin à l'oppression de la pensée libre et faire en sorte gue tous les citoyens jouissent pleinement des libertés fondamentales prévues dans la déclaration des Droits de l'Homme (applaudissements). Nous allons supprimer efficagement toute discrimination (1) Dans le texte stencilé, la phrase était diITéremment libellée: * ...les cachots où furent brutalement jetés ceùx gui avaient échappé aux balles des soldats dont les colonialistei avaient tâit t'outil de téui à.m]nàtioii-i. Rappelons en effet qu'il y eut 3 versions différentes de ce discours, Pour tous ces événements de l'année on doit se reporter aux 3 tomes de Cqngo 1960, édités par le C.R.LS.P. 16, rue aux Lainès, Bruxelles, 1.

199


{'i' rl:

quelle qu'elle soit et donner à chacun la juste place que lui vaudra sa dignité humaine, son travail et son dévouement au pays.

Nous allons faire régner non pas la paix des fusils et des baionnettes, mais la paix des c€eurs et des bonnes volontés (applaudissements).

Et pour tout cela, chers compatriotes, soyez strs que nous pourrons compter non seulement sur nos forces énormes et nos richesses immenses, mais sur I'assistance de nombreux pays étrangers dont nous accepterons la collaboration chaque fois qu'elle sera loyale et ne cherchera pas à nous imposer une

politique quelle qu'elle soit (applaudissements). :1

;t

Dans ce domaine, la Belgique qui, comprenant enfrn le sens de I'histoire, n'a pas essayé de s'opposer à notre indépendance (l) est prête à nous accorder son aide et son amitié, et un traité vient d'être signé dans ce sens entre nos deux pays égaux et indépendants. Cette coopération, j'en suis sûr, sera profitable aux deux pays. De notre côté, tout en restant vigilants, nous saurons respecter les engagements librement consentis. Ainsi, tant à I'intérieur qu'à I'extérieur, le Congo nouveau, notre chère République que mon gouvernement va créer, sera un pays riche, libre et prospère. Mais pour que nous arrivions sans retard à ce but, vous tous, législateurs et citoyens congolais, ie vous demande dd m'aider de toutes vos forces. Je vous demande à tous d'oublier les querelles tribales qui nous épuisent et risquent de nous faire mépriser à l'étranger. Je demande à la minorité parlementaire d'aider mon gouvernement par une opposition constructive et de rester strictement dans les voies légales et démocratiques (2). Je vous demande à tous de ne reculer devant aucun sacrifice pour assurer la réussite de notre grandiose entreprise. Je vous demande enfin de respecter inconditionnellement la vie et les biens de vos concitoyens et des étrangers établis dans notre pays. Si la conduite de ces étrangers laisse à désirer, notre

(1) Dans le texte stencilé, la phrase était : r la Belglque même qui, comprenant enfln le sens de l'histoire, n'a plus essayé... r. (2) Dans le texte stencilé, flgurait lci une phrase non prononcée: r Je vous demânde à tous de ne pas réclamer du jour au lendemain des augmentations de salaires inconsidérées avant que je n'ai eu le temps de. mettre sur pied le plan d'ensemble par lequel je vais assurer la prospérité de la nation r.

200

justice sera prompte à les expulser du territoire de la République; si par contre leur conduite est bonne, il faut les laisser en paix, Çar eux aussi travaillent à la prospérité de notre pays. L'indépendance du Congo marque un pas décisif vers la libération de tout le continent africain (applaudissements) (l). Voilà, Siie, Excellences, Mesdames, Messieurs (2) rres chers compatriotes, mes frères de race, mes frères de lutte, ce que j'ai voulu vous dire au nom du gouvernement en ce jour magnifique de notre indépendance complète et souveraine (applaudissements).

Notre gouvernement fort, national, populaire, sera le salut de ce pays.

J'invite tous les citoyens congolais, hommes, femmes et à se mettre résolument au travail en vue de créer une économie nationale prospère qui consacrera notre indépen-

enfants,

dance économique.

Hommage aux combattants de la liberté nationale ! Vice I'indépendance de I'Unité africaine ! (3) Vive le Congo indépendant et souverain! (Applaudissements prolongés).

Après ce discours, I'acte déclarqnt I'accession du Congo à I'indépendance lut signé par MM. Eyskens et Lumumba, premiers ministres, et ensuite par MM, Wigny et Bomboko, rninistres des Afiaires étrangères de la Belgique et du Congo:

DÉCLARATION CONJOINTE DES GOUVERNEMENTS CONGOLAIS ET BELGE Le Congo accède, ce jour, en plein accord et atnitié avec Ia Belgique, à l'indépendance et à la souveraineté internationale. Léopoldville, le 30 juin 1960.

Le Premier ministre de Belgique, Le Prernier ministre du Congo,

G. Evsrsxs.

P. Luuuuna.

(1) La phrase r L'indépendance... alrlcain r a 6té ajoutée par M. Lumumba au moment de l'allocution ; elle ne flgurait pas dans le texte

stencilé.

(2) Lgs mots r Sire, Excellences, Mesdames, Messieurs r ne flgurâient pas dans le texte stencilé, (3) r Vive I'indépendance et I'unité africaine r ne flguraient pas dans

le texte stencilé.

20r


lirl

ril

Le ministre des Le ministre des Afiaires étrangères de Belgique, Affaires ëtrangères du Congo, J. BoMsoro. P. Wrarv Lumumba lui-même fut étonné des réactions provoquées par son discours. Le roi Baudouin, humilié voulait quitter Lêopoldville, mais J. Bomboko parvint à mettre les choses au poirtt en demandant au premier ministre de < préciser sa pensée > lors du déjeuner qui allait commencer et où se retrouvaient tous les invités de rnarque. P. Lumamba prononça donc l'allocution < compensatoire > gue voici :

LA MUTINERIE DE LA FORCE PUBLIQUF L'enthousiasme eJctraordinaire qui animait tout le monde aux lêtes de I'indépendance fut de courte durée. Dès le 5 iuiltct une tragédie efrroyable commençait au Congo par la mutinerie des soldats de la F.P. ceux-là précisément qui avaient tant souflert du racisme des offrciers blancs et de I'autocrafisme du Général lanssens qui était maintenu en fonction cependant. Ces émeutes allaient bientôt couvrir plusieurs centres de provinces après avoir éclaté d'abord dans le Bas-Congo. Dès le 6 juillet à 7 heures 30 du matin, M. Lumumba prononça I'allocution suivante au camp Léopold II, devant les troupes et en présence du Général lanssens :

<

Au moment où le Congo

accède

à

l'indépendance, le

gouvernement tout entier tient à rendre un hommage solennel au Roi des Belges et au noble peuple. qu'il représente pour I'action

accomplie ici en trois quarts de siècle. Car je ne voudrais pas que ma pensée soit mal interprétée (applaudissements). I.e chef de l'Etat se recueillera avec Sa Majesté le Roi devant les tombes des pionniers comme devant la statue de I éopold II, premier souverain de I'Etat indépendant du Congo (applaudisements). Depuis leur époque s'est édifiée une ville dont nous sommes fiers, que messieurs les membres des délégations étrangères ont pu admirer et qui n'est qu'un aspect du Congo moderne. Ces réalisations magnifiques, qui font aujourd'hui la fierté du Congo indépendant et de son gouvernement, c'est aux Belges que nous les devons (applaudissements). A ce Congo, la Belgique a reconnu I'indépendance sans retard et sans restriction, une indépendance complète et totale.

Nous souhaitons que cette politique réaliste, qui fait aujourd'hui I'honneur de la Belgique à travers le monde entier, aboutisse à une collaboration durable et féconde entre deux peuples indépendants, souverains, égaux, mais liés par I'amitié. Je lève mon verre à la santé du Roi des Belges, (applaudissements).

Vive le Roi Baudouin, Vive la indépendant >.

202

Belgique, Vive le Congo

<

En tant que Premier Ministre et Ministre de la

Défense

nationale, je viens vous apporter le salut du gouvernement. J'y ajoute mes remerciements à la Force publique, devenue au-

jourd'hui notre armée nationale, pour la façon dont elle a maintenu l'ordre durant ces derniers mois. Nous voulons que notre armée soit une armée de qualité, comparable à celles d'autres nations indépendantes. Læ premier gouvernement de la république du Congo a un grand désir: celui de vous témoigner la confiance du pays et d'apporter des améliorations sensibles à votre situation sociale. En attendant l'élaboration d'un nouveau statut de notre armée, j'ai une bonne nouvelle à vous annoncer: tous les gradés et soldats sont promus, à la date du 1"' juillet 1960, à un grade supérieur, sauf pour les recrues des centres d'instruction ; c'est-à-dire le soldat de deuxième classe sera soldat de première classe, le soldat de première classe devient caporal, le caporal devient sergent, le sergent devient premier sergent, le premier sergent devient sergent-major, le sergentmajor devient premier sergent-major et le premier sergentmajor devient adjudant. Les promotions ultérieures se feront suivant les mérites de chacun. La nouvelle réforme envisagée pour I'armée supprimera toute trace de discrimination raciale parmi les militaires. J'insiste particulièrement sur la discipline qui doit régner parmi les militaires. Cette discipline est nécessaire si nous voulons que notre république ait une armée de valeur ce qui fera la fierté de la nation. Je vous rappelle que

-

203


I '

i

ir

;i,

les représentants du gouvernement parmi vous sont vos officiers, vos sous-officiers et vos gradés, lesquels ont prêté serment de servir notre pays avec loyauté, Offlciers, sous-officiers, gradés et soldats, j'ai confiance en vous pour conduire ce pays vers de meilleures destinées >. (1)

I

l' 't. 'l I

:i ,l I I

Les soldats ne s'estiment pas satislaits et multiplient les actes d'indiscipline. Tour à tour MM. Kashamura et Lumurnba s'adressent alors, par radio, à la population: < Comme vous le savez, la situation est très grave, il y a eu une révolte de militaires à Thysville et Léopoldville. I-es ennemis de notre indépendance ont provoqué partout des troubles et ont créé un malaise à I'armée. Nous devons tous, comme des frères, lutter contre les ennemis de I'intérieur et de l'extérieur. Le Conseil de cabinet s'est réuni sous la présidence de M. Lu-

mumba pour examiner

la

situation. Je donne la parole au

Premier Ministre qui doit vous adresser un message >.

Le Premier Ministre déclare à radio-Léo : < J'ai un message important à adresser à la population. Le Conseil des ministres a examiné la situation grave qui s'est créên, au sein de l'armée depuis hier soir. Le Conseil a notamment examiné les causes directes des troubles et, après délibération, a pris les mesures suivantes pour y faire face : 1o) des promotions sont prévues en faveur des militaires congolais en vue de leur permettre d'accéder à la direction de I'armée nationale. Une commission spéciale est créée pour examiner le nouveau statut des cadres de I'armée, indépendamment de ces mesures ; 2") des mesures sont prévues contres les officiers et sous-officiers européens qui sont à la base de I'excitation des militaires congol4is. Nous avons eu, ce matin, un entretien avec M. Van den Bosch, chef de la mission diplomatique belge, que

j'ai mis au courant de la situation et à., .*..r."s

prises ;

3o) les militaires arrêtés qui se trouvent dans les cachots seront immédiatement libérés ; 4') ie vais me rendre aujourd'hui, en compagnie du ministre de la Justice, M. Justin Mwamba, et de MM. Kamitatu et Diomi, respectivement président et viceçrésident du gouvernement provincial de Léopoldville, à Thysville pour y prendre contact avec les militaires révoltés. Notre retour est prévu pour cet après-midi. Le Conseil des ministres s'est également penché sur la situation politique, économique et sociale du pays. L'objectif du gouvernement est de confier des postes de commande dans tous les secteurs, tant de I'administration que de I'armée et de la police, à des Congolais. C'est de cettq façon seulement que nous allons prouver que le Congo est réellement indépendant. Des réformes profondes sont envisagees dans tous les secteurs. Mon gouvernement ne négligera aucun efiort pour que, dans quelques mois, quelques semaines, notre pays ait une autre physionomie >. Ce message a été répété par la radio dans les difrérentes langues véhiculaires du Congo.

Le 7 juillet la population européenne s'afiole en apprenant les violences dont ont été victimes certaines. lamilles dans Ie Bas-Congo. Daw la nuit du 7 au 8 unz peur réciproque ie"ue stupidement dans I'angoisse, noirs et bluncs, les uns s'attendant à voir atterrir les parachutistes belges, les autres croyant apprendre l'arrivée d'avioru russes à la plaine dc Niîli I La période des complots irnaginaires s'ouvre et elle d.eviendra rapidement obsédante pour les acteurs du drame, Lumurnba accuse des olfrciers belges de saboter la République et de chercher à I'assassiner ; les mutins de leur côté veulent abattre le premier ministre et chasser le Général lanssens. Ils sont à la lois contre les blancs et contre les < politiciens >, Les autorités sont submergées par cette anarchie inattendue, Lumumba et Kasavubu, quelques rninistres courageux, courent partout afr.n de calmer les troupes et rassurer les populations. Ils se rendent

1l iuillet, toute la population européentæ voulant fuir devant les bandes de mutins. Lumumba négocîe alors avec Ie consul de Belgique au Kasaï car il veut que les belges restent sur place. alors à Luluabourg le

ii

-_ (1) Pro,pos de M. Patrice Lumumba, Commission de coordination Brup. 35. relles,

204

205


il I'

ll

,,

t;

11

.1,

1"*

LETTRE DE M. LUMUMBA A M. SWINNEN (Luluabourg

-

Veuillez agrénr, Monsieur le Premier Ministre, I'expression de ma très haute considération.

Kasai)

M.

République du Congo Cabinet du Premier Ministre

A

Monsieur le Consul Général, Suite à I'entretien que vous avez eu avec nous à I'aérogare

de Luluabourg ce lundi 11 juillet 1960, j'ai I'honneur

du Kasai. 2") toute nouvelle réquisition de troupes devra être soumise à accord préalable de notre part. 3o) les troupes belges n'agiront pas d'initiative mais se conformeront aux ordres du Commandant de Place appartenant à I'Armée Nationale et responsable devant mon gouvernement. 4') I'action des troupes belges cessera dès que I'ordre en sera donné par le gouvernement de la République du Congo. Veuillez agréet, Monsieur le Consul Général, I'expression de ma très haute considération. Fait à Luluabourg, le 11 juillet 1960. Le Premier Ministre et Ministre de la Défense Nationale. P. LuMuMna. A Monsieur le Consul Général de Belgique à Luluabourg. REPONSE DU CONSUL DE BELGIQUE l

Monsieur le Premier Ministre, J'ai I'honneur d'accuser la réception de votre lettre par laquelle vous marquez votre accord sur le maintien des troupe.s

206

oiulif*itlil

l

u"

2." LETTRE DE M. LUMUMBA A M. SWINNEN République du Congo Cabinet du Premier Ministre Luluabourg, le 11 juillet 1960. Monsieur le Consul Général, J'ai I'honneur d'accuser la réception de votre lettre de ce jour. Je marque mon accord de principe pour que les troupes métropolitaines belges en opération'.à Luluabourg restent au moins pendant deux mois dans la Province du Kasaï et dans les conditions que vous souhaitez. Cet accord devra toutefois être confirmé par écrit dès que vpus m'aurez faft paft de I'acceptation, par votre gouvernement, des conditions que j'ai posées dans la lettre que je vous ai adressée ce jour. Je vous çonfirme la volonté de mon gouverûement d'assurer par tous les moyens dont il dispose, la sécurité et la protection de nos amis belges avec lesquels nous voulons vivre en paix. Je déplore, au nom du gouvernement de notre République, les actes inadmissibles que certains militaires se sont permis à l'égard des Européens vivant dans cette Province. Notre ministre de la Justice, M. Mwamba, a donné ce jour des instructions formelles au Procureur du Roi pour que des enquêtes judiciaires soient immédiatement ouvertes à l,égard de tous les éléments coupables.

En vous exprimant ma sincère sympathie à Ïégard de tous vos concitoyens, je vous prie d,agréet, Monsieur le Consul

Général, I'assurance de ma très haute considération.

belges au Kasaï moyennant l'acceptation de certaines conditions.

J'examine ces dernières et vous ferai connaître mon point de vue à leur sujet, lors de votre passage à l:aérodrome

Tli,il,"off'î"

Congo.

de

marquer mon accord à votre proposition visant à permettre aux troupes métropolitaines belges actuellement en opération à Luluabourg de rester sur place aux conditions suivantes sur lesquelles j'insiste formellement ; 1') les troupes métropolitaines auront comme seule mission d'aider l'armée nationale congolaise à assurer le maintien de l'ordre, le respect des personnes et des biens dans la Province

Monsieur re premie,

SwTNNBN,

A

Patrice LuMr.rMu, Premier Ministre et Ministre de la Défense Nationale de la République du Congo. Monsieur le Consul Général de Belgique à Luluabourg. 207

l


"ri

ir l'

l

,.i

ALLOCUTION DE M. LUMUMBA AUX POPULATIONS DE LA RÉPUBLIQUE

REPONSE DU CONSUL DE BELGIQUE

Luluabourg,

le 11 juillet

1960.

Monsieur le Premier Ministre, Comme suite à ma lettre de ce jour par laquelle j'accusais la réception de votre missive du'1l juillet, j'ai I'honneur de vous faire savoir que j'accepte les condition posées à la présence des troupes belges au Kasaï, sous réserve toutefois, primo de lnaccord ultérieur de mon gouvernement que je n'ai pas pu consulter par suite des circonstances et secundo de la modification du paràgraphe no 4 comme suit:

( No 4. Aûn de permettre aux esprits de se calmer, les troupes belges resteront au moins deux mois en la province du Kasaî. La Belgique se réserve toutefois le droit de les retirer avant I'expiration de ce terme si elle le juge utile. Veuillez agrênr, Monsieur le Premier Ministre, I'expression de ma très haute considération.

M.

SwrNNrN,

Consul gên&al de Belgique.

A son Excellence Monsieur Patrice Lumumba, Premier Ministre de la République du Congo. Le même jour Lumumba lance un nouveau message sur la situation.

208

< Une enquête est en cours sur les causes de ces incidents. Jusqu'ici, on peut dire qu'il sont dus à deux causes principales. Primo : le refus systématique de l'ancien commandant en chef dg la Force Publique, le général Janssens, de donner des postes de commande aux soldats congolais. Nous avons eu des difficultés pour faire comprendre au général Janssens que l'Independance du Congo ne serait pas totale si I'africanisation n'était pas complète, tant dans I'administration qu'à I'armée. Nos propositions constructives ont êtê systématiquement écartées. C'est à la suite d'un refus identique de la part du collège exécutif général que j'ai été amené à donner ma démission de ce collège. J'ai toujours protesté contre I'incompréhension de I'administration qui voulait donner au Congo une indépendance sans changer le moins du monde I'ancienne structure colonialiste. La deuxième cause est due à l'intervention, au sein de I'armê,e, de certains parlementaires de la minorité. Une commission d'enquête parlementaire, présidée par M. Kasongo, président de la Chambre, s'en occupe. Le Gouvernement congolais ne peut tolérer que le pays vive dans un climat d'inquiétude à la suite des agissements de certains. Nous avons réclamé I'Indépendance pour que règnent au Congo la paix et l'ordre. Nous voulons construire notre pays, non le désintégrer. Le premier devoir du Gouvernement est d'assurer I'ordre et la tranquilité, afin de promouvoir I'essor économique de notre pays. Les Congolais qui se rendent et séjournent en Belgique sont bien aocueillis, il est inconcevable quï n'en serait pas de. même pour les Belges habitant le Congo. Nous avons demandé I'indépendance pour gérer nous-mêmes notre pays. Nous avons

2W


\t&

ii;li

il .: ,l il

besoin, pour le faire, du concours des Européens. Nous ne pouvons tolérer qu'ils soient I'objet de violences et de sévices' Mais, nous voulons édifler nous-mêmes notre pays et confler à des Africains tous les postes de commande dans l'armée et I'artmffis1131ion >. Le Premier Ministre a donné ensuite lecture des promotions et nominations intervenues dans le cadre de I'armée congolaise, notamtnent à Léopoldville, Matadi, Moanda, Thysville, Boma et Banane. Il en sera de même dans tous les cadres et dans toutes les provincæs du Congo. C'est la seule manière de prouver au monde que notre Indépendance est totale' Dans les jours qui viennent, nous poursuivrons notre action pour changer la physionomie de notre pays. Nous demandons aux fonctionnaires congolais de nous faire confiance, comme nous leur faisons confiance.

i a

Le Gouvernement congolais ne tolérera pas qûe les troupes belges viennent au Congo sans notre consentement. En outre, les troupes qui s'y trouvent ne peuvent Pas intervenir sans notre consentement et ne peuvent agir qu'avec I'approbation du Gouvernement congolais. Nous venons d'apprendre que le Gouvernement belge a envoyé des troupes au Congo et qu'elles sont intervenues. La responsabilité de la Belgique est grande. Nous nous élevons avec force contre cette mesure qui met en danger les bonnes relations entre les deux pays. Nous faisons appel à tous les Congolais pour défendre notre République contre ceux qui veulent la menacer >.

Le Il juillet 1960 au soir, éclate alors l'événement qul va peser d'une manière d.écisive sur la vie de la

désormais

République du Congo. Tshombé proçlame I'indépendance du Katanga et recrute immédiatement à la tête de ses troupes et d.e ses gendarmes des officiers belges, avant d'embaucher plus tard des mercenaîres et les paras tortionnaires venus d.'Alger. Il invoque I'indépendance pour combattre Lumumba < I'instigateur des troubles n (!) en le dênonçant comme un agent du communisme international ! A ce moment se produit un incident capital qui va conduire MM. Kasavubu et Lumumba à rompre avec la Belgique et annuler les accords de la veille à Luluabourg. . Le 12 juillet en effet te chef de I'Etat et le premier ministre se rendent à Elisabethville, mais des rninistres Katangais et des officiers belges înterdisent leur atterrissage dans la capitale Katangaise. Le dialogue entre Munongo et Kasavubu fui dramatique. Dès lors le chef de I'Etat allait avoir une attitude

intransigeante vis-à-vis des Belges car avair été trahî, Le 14 c'était la rupture.

îl

estiTnait à juste titre

Paru dans l'Essor du Congo, Elisabethville 12 juillet 1960, p. 8). <

RITPTIIRE DES RELATIONS DIPLOMATIQUES AVEC LA BELGTQUE (14-7-60)

Le, I4-7

à

14 heures, le gouvernement belge recevait le lui adressé de Kindu par MM. Kasavubu

télégramme suivanto

et Lùmumbâ: sUITE pREMtÈnB vrot,,lrtoN FLAGRANTE pAR LA BELGIeuE DU rnarrÉ D'aMrrrÉ coNcr,u LE 29 ruw 1960 AvEc LA nÉrunrqur DU coNco DANs sA cLAUsE rnÉvovaxr qur LEs rRoupEs

2ro

2tt ti


,t

,tiI!t: t!l ii, .l: l'l

,l

ll I

i, fl i

ir

l;,

,a

{,

BBLGES NE PEWENT ÊTNB UTTTTSÉSS SUN LE TERRITOIRE NATAL CONGOLAIS QU,A LA DEMANDE EXPRESSE DU GOWERNEI,IENT DE LA RÉPUBLIQUE DU CONGO, ET SECONDEMENT, A L,ATTÉINTB DB

des messages qui me signalent que la situation s'aggrave ;

L,INTÉGRITÉ DU TERRIToIRB NATIoNAL QUE LA BELGIQUE vIENT

Ministre, la situation est plus grave que vous ne I'imaginez, si dans 3 minutes vous n'êtes pas là, c'est la mort de tout le monde >. Ce matin j'ai reçu une note émanant de M. Luyeye, Secrétaire particulier du Chef de I'Etat, et ainsi libellée : < Je viens à I'instant d'être informé de ce que les paras belges viennent d'appréhender quelques militaires congolais des prévotés militaires en jeep et sans armes sur le Boulevard Albert 1"", et les ont enfermés dans l'Etablissement Jules Van Lancker, sis

DE COMMETTRE EN SUSCITANT LA SECESSION DU KATANGA AT-. TEINTE DONT I,ES PREWES SONT, PREMIÈREMENT, L,INTERDIC: TIoN D,ATTERRIR SIGNIFIÉ,E AU CHEF DE L'ÉTAT, LE MARDI 12 JUILLET A ÉLISABETHVILLE PAR LES TROUPES BELGES QUI Y

LA

i

SONT ACTUELLEMENT INSTALLÉES,

\

D'uN oFFIcIER BELGE pôÛfi. assunER LE coMMANDEMENT MrLI-

ti i

t,

I I

;' I

SECUNDO

NOMINATION

TAIRE AU KATANGA NOTRB GOWERNEMENT A DÉCIDÉ EN CONSÉQUENCE DE L,ACTE D,AGRESSION POSE CONTRE LA RÉPUBLIQUE DU CONGO DE ROMPRE TOUTES RELATIONS DIPLOMATIQUES AVEC LA BELGIQUE A DATER DE CE JOUR 14 JUILLET I,960 LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU coNco J. KASAWBU. LE PREMIER MINISTRE ET MINISTRE DB LA DÉFENSE NATIONALB

P.

EXPOSÉ DE M. LUMUMBA A LA CHAMBRE LE 15 JUILLET 1960 SUN LA SITUATION$DE LA RÉPUBLIQUE Exposé de M. Patrice Lumumba, Premier ministre, sur la situation générale de la Rêpublique, et spécialement du Kasai, du Katanga et de Léopoldville.

M. Lumumba: M. le Président, chers députés, je suis très content de me trouver aujourd'hui parmi vous poru vous relater la situation telle qu'elle s'est présentée. Si j'ai demandé au Président de m'accorder immédiatement la parole, c'est parce que je viens de recevoir de mon

212

cabinet

faut

avenue Cerckel >.

Une autre note me signale : << Læs troupes belges ont tiré sur des civils devant l'hôtel Meurling, il y aurait deux tués >. Voilà pourquoi, mes chers amis, je vous ai dit que nous sommes devant une situation grave. Je suis très content et très satisfait du contrôle sévère que vous exereez sur le Gouvernement parce que s'il n'en était pas ainsi, celui-ci, non seulement commettrait des erreurs, mais y persisterait. I-e Gouvernement est l'émanation. Deux ou trois jours après f installation du gou-

LIJMT.IMBA.

Le chcf de l'Etat et le premier ministre continuaient leur tournée dans le pays. Ils rentrèrent de Kindu le 14 juillet. La veille ils avaient appris par la radio que Ia prise de Njiti par les paras belges avait causé < plus d'un millier de morts congolais > et ils avaient Iait appel à I'U.R.S.S. Le 15 juillet la Chambre est réunie et Lumumba y lait un Iong exposé, suivi de débat.

il

que je rentre immédiatement au Bureau pour I'examiner. Je vous lis la note que je viens de recevoir: < M. le Premier

vernement, alors que nous étions occupés à rédiger notre déclaration gouvernementale, detrnandant l'avis, de tel ou tel parle,

mentaire parce que nous voulons une politique nationale qui rencontre I'approbation de tout le monde, juste en ce moment éclatent des troubles graves. Deux jours après la proclamation de l'indépendance, j'ai invité le Général Janssens à qui j'ai dit: < Au nom du Gouvernement, il faut immédiatement procéder à des réformes dans l'Armée Nationale >. Des délégations de militaires venaient

chez moi, d'autres m'écrivaient à ce sujet. Ils exigeaient des Le Général n'a pas voulu accepter mes propositions. Entre autres choses, je lui ai demandé de nommer chaque soldat à'un grade immédiatement supérieur, dans ce cas ceux qui sont Premiers Sergents-Majors par exemple deviendraient automatiquement Adjudants et ainsi de suite. Nous avons déjà constitué quatre commissions qui, avec le concours de la Cham-

réformes.

bre, élaborera un nouveau statut pour I'Armée Nationale. Quant aux structures administrations, je me demande d'abord si oui ou non nous allons maintenir les limites ou les divisions administratives actuelles telles qu'elles existent, étant donné que selon les résolutions prises lors des réunions de la Table Ronde,

2t3


-%$ L

I'

:l

,i

l

ri

'iI

1

f.i ir l,

l: .l

ti !, ll I

I

'i l

t,

il

est dit qu'après le 30 juin 1960, les gouvernements provin- I ciaux, en accord avec le Gouvernement Central, peuvent pto. céder à des nouvelles limites administratives. Nous avions envisagé un nouveau statut des fonctionnaires. D'après notro programme gouvernemental, ne seront admissibles à ce statut que les nationaux iongolais ou des personnes qui auront acquiË Ia nationalité congolaise. Il est inconcevable qu'après I'indépindance du Congo, les fonctionnaires belges et ôongolais jouiJsent d'un même statut, alors çden Belgique même, il n,y a que les Belges et les Belges seuls qui peuvent être admis sous le- statut des fonctionnaires de I'Etat, leur Constitution est explicite à ce sujet. Nous ferons de même au Congo, car chez eux, un cotrgolais peut détenir 10 diplômes sans jamais être admis sous le Ètatut de fonctionnaire belge. Ils ont l,audace d'exiger des

! c'est inconcevable. Nous examinions tous ces problèmes avec I'intention de soumettre nos suggestions aux Chambres lorsque les troubles éclatèrent. Pourquoi les soldats se sont soulevés ? Le Général

garanties chez nous I

I

Janssens leur disait que malgré I'indépendance

du Congo, aucun changement n'interviendrait dans I'Armée. D'autres les vexaient

également. C'est suite

à

ces vexations que les troubles ont

éclaté au Camp Léopold.

Iæ Président de la Chambre des Représentants, celui du Sénat, le Chef de I'Etat et moi nous nous étions rendus à travers le pays pour examiner la situation de près. Nous avons dû alors courir partout. Iæ Chef de I'Etat et moi-même sommes partis étudier la situation de Thysville puis celle plus dramati-

quedeMatadi.Sinousn,yétionspasarrivés,chersfrères,je vous assure que nous aurions connu des heures plus graves qu'aujourd'hui. Nous nous sommes rendus à Bananè, h situation n'y était pas moins grave i à Moanda et Boma de même. Nous avons confié le commandement de l,Armée aux Congolais et à titre de couseillers avons mis à leur côté des officiers betges qui jouissaient de leur confiance. Nous avons pris toutes les mesures nécessaires.

Le Ministre de la Justice qui nous avait accompagnés dans nos enquêtes avait lancé ce communiqué: < Le Ministre de la fu{ice de la République du Congo, M. Mwamba, arrivê ce jour à Matadi où ils accompagne le Chef de I Etat et le premier

yi{s1r9, porte à la

connaissance

du public qu'une

enquête

judiciaire est ouverte à charge des congolais militaires on ôivils

2t4

,

I

qui se seraient livrés à des actes arbitraires et inadmissibles à fégard des européens dans le Bas-Congo. Les parquets de tvtàtadi et de Boma poursuivront leur enquêtes sans désemparer. Le Gouvernement congolais ne peut, au nom de la justice, tolérer de pareilles atteintes à la dignité humaine et au droit des gens. Le ôouvetnement est résolu à protéger la sécurité des p.tsooo"s, des natifs coilrme cles étrangers, et à sévir sévèrement tous ceux qui veulent troubler I'ordre public et la tranquillité des citoyens >. Nous avons rédigé ce communiqué avec I'approbation du Chef de I'Etat et du Gouvernement pour prouver que pour nous, c'est la justice qui compte, et que si réellement des congolais civils ou militaires ont molesté des blancs, ils devraient être punis. Nous avons convoqué un magistrat à qui le Ministre de la Justice a demandé d'ouvrir des enquêtes, car il ne fallait pas que le désordre créé donne l'impression d'un coup monté, prépaft à l'avance ; que nous a-t-il répondu ? Je ne suis pas en mesure de mener des enquêtes. C'est vous dire que partout à travers le pays, nous n'avons pas la justice en mains. A notre retour des pertubations nous étaient signalées de tous côtés. Iæ Chef de I'Etat et moi-même sofirmes dirigés à Luluabourg où des munitions avaient été'distribuées à tous les européens. Nous avons provoqué des réunions avec nos militaires et les officiers belges au service de notre armée. Plusieurs de ces derniers abandonnaient leur poste. C'est un sabotage systématiquement organisé. A l'Ecole Centrale de Luluabourg comme dans tous les camps et compagnies nous avons confié le commandement uniquemen! aux militaires congolais : le colonel est devenu conseiller militaire suite à la demande des soldats congolais. Les officiers indésirables dans l'armée, donc refusés par les soldats, partiront. Nôus avons ainsi redressé la situation à Luluabourg en confiant'le commandement à cinq militaires congolais. Pow leur nomination, nous nous sommes référés à I'assentiment de tous les militaires ; ils étaient d'ailleurs satisfaits. Nous avons demandé aux membres du Gouvernement Provincial de nous faire des propositions dans I'immédiat pour que dans I'Administration les mêmes mesures soient prises également, sans aucun retard. Vous n'êtes pas sans ignorer qu'au Congo, toute lAdministration est effectivement entre les mains des fonctionnaires

2t5

l


i'i I

l'

tl".

t.

i-

'

"'t'

'

1

:

belges. Cette situation ne peut pas durer. Il faut que dans toute I'Administration territoriale les Chefs de Service soient des congolais, et que les européens qui resteront avec nous soient des conseillers techniques. Ce n'est plus le moment de laisser les pouvoirs politiques aux fonctionnaires belges comme il en est le cas aujourd'hui, 15 jours après notre accession à l,indépendance. Nous entendons des suggestions. Nous avons reçu à Luluabourg des délégués Baluba. Venus nous demander la création {'une province uniquement à eux. Elles nous ont exprimé leuf mécontentement sur le comportement partial de certains rfrèmbres du Gouvernement du Kasai. Ils estimaient que la division de cette province était le seul moyen. Ils estimaient que c'était le seul moyen de faire renaître la paix au Kasaï. Je leur ai proposé au nom du Gouvernement, d'accepter la solution trouvé pour le Bas-Congo où l,on désirait aussi deux provinces. Nous leur avons demandé de I'admettre ne fût-ce que provisoirement en attendant une solution ultérieure. C'est ainsi que j'ai suggéré à M. Ngalula, sur avis

favorable du Chef de l'Etat, de devenir Vice-président du Gouvernement Provincial comme I'est devenu M. Diomi dans la province de Léopoldville. Ces agissements trahissant des dissensions internes font notre honte. Il faut que nous nous entendions, il faut que nous prouvions aux Européens que les Congolais sont capables de s'entendre et de faire iégner I'ordre et la paix entre les tribus. J'ai encore proposé que dans le territoire Baluba, I'on me présente des candidats qui seraient nommés immédiatement administrateurs dans les territoires dont ils sont originaires. Ainsi les populations Luba, au lieu d,être pa, "o-mandées certains fonctionnaires qui se conduisent mal à leur égatd, seront administrées par des gens de leurs tribus, lesquels ion_ naissent leur mentalité. Une autre proposition que je leur ai faite était de me présenter des candidats aux pôstes- diptomatiques ou de I'Administration Centrale, car notre souci est de faire participer toutes les ethnies à la gestion du pays. Et là où I'européen a échoué, nous tâcherons de touchei ie sentiment humain pour que nous arrivions à trouver une solution. D,ailleurs la création éventuelle, d'une autre province est de la compétence du Parlement. Qu,ils fassent des propositions concrètes pour la délimitation de leur nouvellè province. Des commissions seront créées pour les examiner.

2t6

Nous avons fait venir un avion militaire à bord duquel se trouvaient le Commandant Nkokolo du camp Léopold II ainsi qu'une délégation de six militaires. J'ai demandé à cette délégation de se rendre au Katanga pour prévenir leurs camarades des réformes tTès importantes que le Gouvernement Central préparaii pour l'Armee, de notre arrivfe prochaine au Katanga, i.,tr faire comprendre la nécessité de faire régner l'ordre "t paftout afin de montrer aux étrangers, aux européens, que noos tommes à même de gérer les affaires de notre Pays. A Elisabethville, tout juste avant fatterrissage, l'avion a reçu des troupes belges, I'ordre de ne pas atterrir, le

son arrivee

à

Katanga étant devenu indépendant.

Si I'avion atterrissait quand même, continuait loordre,

les

membres de son équipage seraient faits prisonniers. Les offrciers belges qui étaient à bord de l'avion répondirent

à leurs

compatriotes

:

<

Ecoutez' nous sommes

à court d'es-

sence, nous voulons descendre faire le plein >. L'avion était autorisé à atterrir. Aussitôt après I'atterrissage, des soldats belges sont allés, armes en main, dire à la délégation de ne pas débarquer: < Nous sommes venus ici uniquement pour prendre contact avec nos amis militaires congolais. Des mesures très importantes viennent d'être prises à Léopoldville. Les Chefs de I'Etat et du Gouvernement sont en route et nous voulons que I'ordre règne. Nous sommes venus parce qu'ils ne pourront pas écouter les blancs, il faut que nous leur parlions en tant que frères. Si vous ne voulez pas, mettez-nous ne fût-ce gu'en communication téléphoniciue avec le Président du Gouvernement Provincial >. Non, répondirent les Belges vous ne le pouvez pas, rentrez immédiatement, sinon vous serez faits prisonniers. Si le Chef de I'Etat et le Premier ministre arrivent, ils seront aussi faits prisonniers, parce que le Katanga est devenu indépendant. , Rentrée à Luluabourg, Ia déIégation nous a tout rapporté de cet incident. J'ai immédiatement convoqué I'Administrateur de la Sûreté et lui ai imposé de dresser un rapport officiel. C.e procès:verbal devait être établi par cet Administrateur qui est belge pour qu'on ne puisse pas contester plus tard sa v&acitê. Voici le libellé du procès-verbal: < Ce jour, 12 juillet 1960, nous Wercet (?) Charles, Admi-

nistrateur Adjoint de la Sûreté, avons, sur instructions du Premier ministre Lumumba de la République du Congo, acté 217


t'

;;

til

les déclarations des personnes suivantes : Nkokolo Justin, i Commandant du Camp Léopold II à Léopoldville: r Hier/ lundi, 11 juillet 1960, je me suis rendu par avion militaire, avion piloté par 3 ofûciers belges, à Elisabethville aûn d'[r

contrôle disant que j'étais à court d'essence et qu'il m'était i1n' possible d'atteindre un aérodrome en dehors du Katanga. Ils m'ont autorisé d'atterrir pour faire le plein. Une fois au sol je me suis dirigé vers la'tour de contrôle pour contacter Par téléphone les membres du Gouvernement Provincial. Eu ge moment rnême, la tour de contrôle a reçu un télégramme du Gouvernement Provincial du Katanga pour interdire l'atterrissage de l'avion en spécifiant que si nous atterrissions, il devait nous faire prisonniers. Je leur ai dit de la tour que la délégation resterait dans I'avion et que je repartirai dès que le plein serait fait, étant donné la décision du Gouvernement Provincial. J'ai jugé bon de repartir immédiatement après avoir fait le plein afin d'éviter des incidents. L'aérodrome était gardé militairement par des troupes métropolitaines. Il est exact qu'au moment où j'ai quitté I'avion, plusieurs militaires armés s'en sont approchés >. L'Administrateur-Adjoint de la Sûreté et tous les autres sont

rétablir I'ordre et cela d'après les instructions de M. le premicr ministre Lumumba. L'avion survolait la plaine d'Elisabethville vers 11 heures 05'. Par radio, le Commandant de bord était averti que plus personne .venant de Léopoldville ne pouvait atteffir à Elisabethville. Sur. instance de ce {ernier, I'avion a quand même pu atterrir. Lorsque je suis descendu de I'ayion j'ai remarqué que torrte la plaine d'aviation était entourée de militaires belges. Plusieurs de ces mililsiles se sont dirigés vere nous, armes à la main. J'ai demandé de me rendre au camg militaire, cela m'a été interdit. Ils m'ont dit que tous les militaires congolais étaient gardés par les militaires belges. J'ai ensuite demandé de m'entretenir avec le Président du Goulernement provincial du Katanga M. Tshombé; cela m,a êtê également interdit et il a étê: prêcisé que si je me rendais chez M. Tshombé je serais fait prisonnier. On m,a spécifié que M. Tshombê étatt en conférence en vue de déclarer le Katanga

témoins.

indépendant. c Dès que

la chose serait officielle, les troupes rhodésiennes frontière entreraient dans le territoire du Katanga. On me tt remarquer que la nouvelle selon laquelle le Président de la République et son Premier ministre avaient I'intention de se rendre à Elisabethville était déjà connue, €t que dans le cas où ils arriveraient, ils seraient faiis prisonniers. Le Commandant de bord a téléphoné de la plaine afin d'obtenir de M. Tshombé qu'il reçoive ia délégation que jo conduisais; cela nous fut également refusé. On mna intimé de quitter im-

se trouvant

à la

médiatement Elisabethville sinon

je

serais

fait

prisonnier.

Déclaration signée. M. Dartot (?) Claude, Commandant de bord

du 15 juillet, voici sa déclaration; ( J'ai piloté le D.O.B. du 15 en pro-unc

venance de Luluabourg pgur Èfsabethville. J'avais à bord

' .

:'

délégation de soldats du Camp Léopold dirigée par M. Nko- ' kolo, Commandant du camp Léopold II. Ayant ma radio défec- ', tueuse, ce n'est qu'en survolant E'ville que j'ai pu contacter h tour qui me signifia qu'il était fort question dtinterdire tous les' aérodromes du Katanga aux avions ayant à bord des déléga- 1, tions venant de Léopoldville. J'ai alors répondu à la tour &i. :, ' ,

,

,218

Après avoir reçu ces rapports, j'ai décidé qu'il fallait absolrrment que nous nous rendions irnmédiatement à Elisabethville, paxce que le Chef de l'Etat a prèté: serment devant la Chambre, devant la Nation tout entière de protéger et de sauvegarder l'intégdté du Territoire National, et que 's'il ne prenait pas des dispositions, la Nation allait lui demander des comptes ; le Gouvernement d'ailleurs doit également veiller à cela. S'il faut mourir, nous mourrons, nous devions nous rendre au Katanga en tant que comptables de la Nation. Nous sommes descendus à Kamina sans prévenir personne;, à la descente d'avion, tous les militaires belges préænts et beaucoup d'européens civils qui étaient à la plaine nous ont crié plusieurs fois ( macaques >. Ils nous insultaient d'une façon incroyable. Le Colonel Van Lierde (?) Commandant de la Base est venu, et je lui ai dit: < Commandant, nous sommes dans urt Pays souverain, j'accompagne le Chef de I'Etat que vous appelez chez vous Roi. Il est inconcevable, alors que nous vous hébergeons dans notre pays que vo$ officiers et tous ces gens-là puissent se permettre d'insulter d'une façon aussi honteuse notre chef de l'Etat. I,o Commandant m'a répondu: < Vous atriez mieux fait de nous prévenir de votre arrivée plutôt que d'arriver ainsi précipitamment à Kamina-Base >. Alors sur ce, il nous a 219


.:'.1:Jj

'.

amenés à l'entrée de l:aéroport où se trouvaient ces européens. Nous sommes entrés dans un petit bureau et il nous a priés de ne pas sortir de la plaine. J'ai demandé la raison, il nous a répondu qu'une tension Égnait dans la ville. Cette tension, nous

venions précisément pour la faire tomber. Nous avons alors commencé à poser des questions : < Etesvous au courant du traité que notre Gouvernement avait signé avec la Belgique et aux termes duquel les troupes belges, tant

des deux bases installées aç Congo que Métropolitaines, ne pouvaient agir qu'à la demande expresse de notre Gouvernenent ? > Il nous a répondu : J'en suis au courant mais pas officiellement. < Depuis quand êtes-vous au courant de cette décision ? > Il y a une semaine. < Avec l'autorisation de qui avez-vous envoyé des troupes à Luluabourg ? > C'est un secret militaire. < Bon ! Finalement il nous dit: < Si vous avez besoin de renseignements, il faut vous adresser au Gouvernement belge et à mon Chef le Général Gheysen, Commandant en Chef des Forces Métropolitaines >. Nous avons tenu à avoir des preuves. Four cela nous avons fait un procès-verbal que le Ministre de la Justice a immédiatement dressé: <. L'an 1960, le 12" jour du mois de juillet, nous soussignés Mwamba Remy, Ministre de la Justice de la RépubliquJ du Congo nous trouvant ce jour à Kamina-Base où nous accompagnons le Chef de I'Etat M. Joseph Kasavubu, et le premier ministre et ministre de la Défense Nationale, M. patrice Lumumba, avons constaté les faits suivants: En voyage pour Elisabethville venant de Luluabourg, nous sommes descèndus à Kamina-Base à la demande du Chef de l,Etat et du premier ministre, dans le but de prendre contact avec les autorités militaires de la base. Dès notre descente d'avion à 17 h. 45, heure locale, le Chef de I'Etat, le premier ministre et leur suite ont été accueillis par des insultes << macaques >. < Ces insultes furent lancées par des militaires belges de la base auxquels soest mêlé un groupe de civils européens, Ces insultes furent répétées trois fois et ce, en présence du Commandant de la base, le Colonel Van Lierde (?). Le premier ministre et ministre de la Défense Nationale fit remarquer au Commandant de la base les insultes graves qui venaieni d'être proférées à l'égard du Chef de I'Etat et sa suite. Celui_ci répondit que cela était le fait d,un groupe d,europêns et que nous aurions dt prévenir de notre arivêe plutôt que d,arriier 220

inopinément à Kamina. [æs témoins de cet incident sont MM. Yava Joseph, Ministre des Affaires Economiques; Lumbala, Secrétaire d'Etat à la Présidence, Kini Emmanuel, Chef de Cabinet du Président de la République, Angelo Henri, attaché de Presse à la Présidence du Conseil, N'Tumawako Jean-Marie, Radio-Reporter au Ministères de I'Information et des Affaires Culturelles.

En foi de quoi nous avons dressé le présent procès-verbal de constat aux jour, mois et acte dessus. Après lecture, les <

témoins signent avec nous >. Après cela, le Chef de I'Etat a alors demandé au Commandant de la base de mettre immédiatement un avion de la base à notre disposition avec un groupe de militaires belges pour veiller à notre sécurité. Nous allons tout droit à Elisabethville, a précisé le Chef et le Commandant de la base a répondu qu'il ne pouvait pas nous prêter cet avion et qu'il devait se référer à Léopoldville.

Nous avons alors dit

:

Monsieur, nous avons signé avec

vous un traité d'amitié et de coopération. Quand le Chef de I'Etat demande votre concours, ne perdez pas votre temps à

vous adresser pour I'accord à votre Gouvernement. Si le roi Baudouin venait chez nous pour nous demander notre aide, pensez-vous qu'un Membre de notre Gouvernement pourrait le faire attendre afin d'obtenir I'avis du Gouvernement ? Où est votre esprit de collaboration dont vous avez toujours parlê? Finalement, le'Commandant entra en communication avec le Général Gheysen' qui était à Léopoldville. Celui-ci a ê*ê d'accord de nous donner un avion < DAKOTA >. Au même moment, j'ai proposé au Président qui m'a approuvé, que les troupes belges rentrent endéans les deux heures dans leurs champs et qu'en attendant que le Gouvernement et le Parlement prennent une décision, aucun militaire belge ne pouvait sortir de la base. A ce sujet, nous avons ft:dtgé'un communiqué en ces termes

.

:

Le Chef de la République du Congo et le Premier Ministre et Ministre de la Défense Nationale donnent ordre aux houpes métropolitaines belges actuellement en opération à I'extérieur des concessions des bases de Kitona et de Kamina: 1") de rentrer dans les dites endéans les 2 heures; 2') de ne plus sortir des limites des concessions des dites <

bases.

22t

l'.t


< I-e Chef dd lEtat et le Chef du Gouvernement Congolais prennent I'engagement d'assurer, avec leun propres forces armées, la sûreté des nationaux belges et des européens en gên&al. Ces ordres sont donnés en vertu du traité d'amitié et d'assistance qui a ��té sigoé le 29 jtuin 1960 entre le Gouvernement belge et le Gouvernement congolais. < Fait à Kamina-Base à 18 heures 26, Ie 12 juillet 1960, signé par le Chef de I'Etat et moi-même >.

Communication

On me signale ici de mon cabinet à Léopoldville que des troupes belges continuent à tirer devant le building Otraco : il y aurait 4 morts. Cet ordre donné, nous avons pris I'avion, mais quel aviop nous a-t-on donné ? Alors qu'il y a des avions convenables de voyage, on présente à notre Chef de I'Etat un avion sans sièges, un avion de parachutistes dans lequel il était difficile de nous asseoir ! Ce n?est pas cela qui nous préoccupait mais un moyen de transport. Nous sommes partis de Kamina à 20 h., pour Elisabethville où nous sommes arrivés vers 22 h ? Et avant notre atterrissagE; on a éteint les lumières. I-es militaires belges qui y étaient, oÉt donné I'ordre à I'aviateur de ne pas atterrir. Pourquoi ? Parce que le Katanga était indépendant. Le Chef de I'Etat et le Premier Ministre ne peuvent pas y mettre les pieds, disaient-ils. En survolant la ville, nous leur avons dit : le Chef de I'Etat doit descendre, il est dans son territoire et il est dans son pays. Il est inconcevable que les militaires belges puissent défendre au Chef de l'Etat de descendre chez lui. C'est comme si le Roi Baudouin faisait voyage à travers la Belgique, et qu'un Monsieur quelconque lui disait: Baudouin vous ne descendez pas ici parce que ce pays ne vous appartient pas. Malgré notre insistance, ils ne voulaient rien écouter. Nous avons dû rebrousser chemin. Quinze minutes après qu'on nous ait refusé d'atterrir, le pilote nous informa qu'il venait de recevoir I'ordre de nous conduire directement à Luluabourg et de ne plus revenir à Kamina. Nous lui avons demandé de quel droit oi oserait nous imposer chose pareille ; nous avions laissé notre avion et notre pilote .à Kamina, nous devons donc y rentrer, avons-nous rétorqué au pilote. En réalité, notre intention était de descendre à Kamina pour prendre une voiture, et regagDer

Etisabethville, franchir les 200 krns par la route, même s'il fallait mourir. Le pilote nous a emmenés, malgré nous, comme des prisonniers jusqu'à Luluabourg où nous sommes arrivés à 3 heures du matin. Nous y avons passé la nuit €t y avons pris de nouveaû contact avec les Membres du Gouvernement Pro' vincial. L'avion de commandement nous a rejoint le matin. Nous avons pris la décision de visiter tout le pays, parce que partout les Belges montaient des complots. Nous nous sommes rendus à Kindu, au Maniema, d'où nous avions reçu,beaucoup

de

télégrammes réclamant

notre présence.

A

notre

arrivée,

I'atmosphère était tendue mais il n'y avait pas encore d'incidents. Vous vous rappellerez que l'état d'exception et d'occupa-

tion militaire qui y avait été dêcrêtê avant I'indépendance y était encore en vigueur après I'indépendance du Congo. Des gens étaient brimés, les militaires fouillaient partout, semant la panique et la terreur. Immédiatement nous sommes entrés en contact avec quelques membres du Gouvernement Provincial, et nous avons pris des mesures pour lever, dans I'immédiat,

l'état d'exception au Manierna afin de permettre ainsi aux gens de vivre paisiblement. Nous avons alors procédé aux nominations dans le cadre de I'Armée et avons donné toutes les directives pour que I'ordre soit rétabli, que les européens vivent en sécurité même s'ils se comportaient d'une façon incorrecte à notre égard. Nous avons obtenu la fidélité des mittaires, des membres du Gouvernement et de la population. La situation s'était détendue. Nous sommes partis de Kindu hier à 12 h. 5 à destination de Stanleyville où les blancs continuent également à monter une campagne de désobéissance générale et d'excitation dans I'Armée ainsi que dans d'autres domaines. Nous avons demandé au pilote l'heure à laquelle nous arriverons à Stanleyville; il nous a répondu: 13 heures et demie.

A

14 heurcs nous étions encore en fair. Eûonné, je dis au Président que je ne comprend pas ce qui se passait; on nous avait dit qu'à t heure et demie nous serions à Stanleyvillc, il était déjà 2 heures ! Le Président alla demander de nouveau au pilote I'heure d'arrivée à Stanleyville, puisque celle prévue était déjà écoulée. J'ai reçu, répondit le pilote, I'ordre de vous conduire directement à Léopoldville. Le Président lui ordonna d'aller immédiatement atterrir à Stanleyville. A mon tour, je m'adresse ainsi à I'aviateur ! c Nous savons

222 223


\

bien que vous êtes Belge, aujourd'hui cet avion .appartient au Chef de I'Etat et au Gouvernement du Congo. Vous êtes au service du Gouvernement congolais, vous ne pouvez en aucune façon passer outre les ordres du Chef de l,Etat sous prétexte que vous avez reçu des ordres d,une puissance étrangère, qui n'est autre que la Belgique. Nous sommes maintenant inAOpen_ dants, la Belgique est aussi un pays indépendant au même iitre que la France, I'Amérique, etc. Ce que vous faites est un acte

de haute trahison

>.

Le pilote fit alors semblant d,obéir traça un long détour qui nous fit penser que nous rentrions à Stanleyvilb] tout d"un coup, nous avons atterri à Léopoldville et de force comme des prisonniers. Nous avions déjà averti Stanleyville par télégramme de notre arrivée. Toute la population et les membres du Gouvernement nous attendaient à la plaine d,aviation depuis 14 heures.

Nous sommes arrivés à N'Djili hier vers 16 heures et demie. Nous avons trouvé sur place une clique de l,armée belge sous le commandement du général Kiino (1) qui s,était airisi pré_ senté. << Général Kimo de Bruxelles accompagné du Général Gheysen ; Monsieur le Chef de I'Etat voulèz-vous passer les troupes en revue ? >. Il n,en est pas question, répondis_je. . < J'insiste que vous passiez les troupes en rewe >. Je répétais : Monsieur, il n'en est pas question. Vous envoyez ces troupes en violation de nos accords pour venir occuper mililrT3grl noire pays, et vous avez le Courage de demander que le Chef de l'Etat et le Chef du Gouvernem;nt vous les passênt en revue ? Cela signifierait que nous approuvons la présJnce de ces militaires ici. I-e Général Kimo dit alors au Chef de I'Etat : < Savez_vous que cette plaine est sous mon commandement et que je peux vous faire prisonnier? >. _ {ier, ici à Léopoldville, ce Général belge a menacé le Chef de l'Etat de le faire prisonnier ! Je lui ai répondu : < Monsieur, sachez que vous n'êtes pas chez vous. Vous àvez des armes, des munitions, nous n'en avons pas ; nous n'avons que nos mains >. Le Général Gheysen m'a rétorqué: < Monsiôur, sachez que c'est moi qui commande la plaine. Nous sommes ici pour vôus

(1) 224

Il

s'agit du général Cumont (N.d.l.R.)

protéger >. Nous n'avons pas besoin de votre protection, ai-je protesté. Allez protéger les Belges chez vous. < Assassins, nous injuria-t-il, vous laissez violer les femmes belges ici ? >.

Il tint d'autres vilains propos à l'égard du Chef de I'Etat et à moi-même. Il termina: <. Voulez-vous que le sang coule à Léopoldville ? > Alors le Président lui répondit : <, Messieurs, si vous avez soif de sang, faites-le couler, mais je vous préviens qu'il re coulera pas ! > Nous avons alors pris route pour la ville tout en promettant de rentrer le jour même à Stanleyville. Nous sommes allés immédiatement à I'Agence Sabena demander un avion. Le préposé nous dit d'aller trouver d'abord M. Dieu, le Directeur Général qui marqua cependant son accord. A sa question de savoir où nous voulions aller, je répondis que nous avions besoin de cet avion pour aller à l'intérieur du Congo, et qu'il n'avait pas besoin de connaltre notre destination exacte. Renseigné, le Directeur Général M. Dieu alla demander la bénédiction des troupes belges pour voir si elles étaient d'accord de nous donner un avion Sabena ! Ce procédé d'agir m'amena à téléphoner ceci au Directeur Général: M. Dieu, je ne vous saisis pas, vous êtes une société commerciale ; notre Etat a des participations dans cette société. Quand le Chef de I'Etat ou le Premier Ministre désirent acheter du pain, le boulanger doit-il d'abord se référer à I'accord des troupes belges ? M. Dieu nous donna ûnalement un avion. Je lui ai demandé de nous envoyer à la plaine de Ndolo, puisque je savais que notre vie était en danger et qu'à deux reprises déjà nous avions risqué la mort.

Venez

ici à NDjili, repondit M. Dieu. J'ai pris toutes les

dispositions, j'ai obtenu I'accord des troupes belges qui sont ici pour. vous protéger, il ne se passera rien. Nous avons coûsenti. A notre arrivée à I'aérodrome, nous sommes tombés dans un ridicule guet-apens. Les troupes belges

nous regardaient d'un petit air particulier. Aussitôt, tous les européens qui étaient à la plaine nous ont encerclés et nous ont traités de < macaques ), ( assassins >, < voyous ), ( voleurs ), etc... certains me crachaient sur la figure, me tiraient la barbe, un autre m'a pris mes lunettes en me bousculant. Nous avons 22s


[' F Ii

i:.

Fi

enduré d'autres humiliations, sous les yeux anusés des soldats

I

i

belges.

i'I i

Chers députés, vous ne vous imaginez pas les scènes auxquelles nous venons d'assister depuis 10 jours ! Pensez qu'un Chef d'Etat et un Chef de Gouvernement d'un pays indépendant ont, sur leur propre territoire, été traînés aiusi dans la boue, insultés, injuriés publiquement par des étrangers ! Des journalistes étrangers étaient présents. Au lieu d'en parler, ils viennent chez nous demandér des déclarations, des conférences

i'i

ii: 'ii l, I

ii,t' i

lr

|'' ii

ii ;ii' lr

lri

il,

iii iii, jr:' l: .,

i

i.

ri

i,

-

de presse ! Qu'allons-nous faire ? Nous sommes retournés tous chez le Chef de l'Etat, chez qui nous avons passé la nuit. Je m'excuse, de ne vous avoir pas dit qu'au cours de notre séjour à Luluabourg, nous avions envoyé le télégramme suivant à I'Organisation des Nations Unies, à I'adresse de M. Bunche, Secrétaire Général-Adjoint, actuellement à Léopoldville, avec copie à notre Gouvernement. < Le Gouvernement de la République du Congo sollicite envoi urgent par Organisation des .Nations Unies tune aide militaire. Notre requête est justifiée par envoi au Congo des troupes rnétropolitaines belges en violation traité d'amîtié signê entre la Belgique et République du Congo le 29 juin 60 stop. Aux termes de ce traité les troupes nE peuvent intervenir que sw demande ex,presse da Gouvernernent congolaîs stop. Cette furnande n'a iamais été formulée par Ie Gouvernement de la République du Congo stop. Considérons action belge non sollicitée comrne un acte d'agression contre notre pays stop. Cause rêelle de la plupart des troubles être provocations colonialîstes stop. Accusons Ie Gouvernemznt belge avoîr minutieusement préparé sécession du Katanga dans le but de garder la mainnîse sw notre pays stop >, Avant de continuer je vous rappelle que le Gouvernement belge vient de nonnmer un Général belge comme Commandant en Chef de ltArmée au Katanga. Aux termes des résolutions prises à la conférence dc la Table Ronde et de la loi fondamentale, le Congo et ses six provinces actuelles constituent une entité indivisibte. I-e Congo a été reconnu comme un Etat Indépendant dans son Unité actuelle. La Belgique prépare des plans de sécession de la Province du Katanga, sa source de richesse. Comment peut-on concevoir que la Belgique qui a re-

connu notre Pays cornme un Etat indépendant, la Belgique qui a signé l'acte de reconnaissance de l'Indépendance ici devant la Nation Congolaise, prépare la sécession du Katanga ? Tshombé a procïamé I'indépendance de cette province ! La Belgique envoie des troupes au Katanga, empêche au Chef de I'Etat et au Chef du Gouvernement d'y atterrir, y nomme un Général Belge comme Chef de I'Armée. Fort de cela, Tshombé se dit qu'il dispose maintenant des troupes pour s'opposer au Gouvernement Central. Voyez-vous I'attitude de la Belgique et de son Roi ? < Notre Gouvernement, appuyé par le peuple Congolais refuse d.'être placé devant un lait accompli rêsultafi d.e la conspiration tramée par un impérialiste belge et un pefit gtoupe de leaders katangais stop. Ecrasante majorité popula,tion katangaise être opposée à Ia sêcession qui signifie perpéfi,.aion déguisée du régime colonialiste. L'aide militaire, sollicitée a pour but essentiel protection du territoire national congolais contre actuelle agression extérieure qui menace la paix internaûonale stop, Insistons vivement sur extrême urgence envoi troupes O.N.A. au Congo Full stop >, Signé par le Chef de I'Etat et moi-même, ce télégramme est pani à I'O.N.U. Ensuite nous avons envoyé à I'Ambassadeur de Belgique, au Vice-Président du Conseil des Ministres ici, au Premier Ministre à Bruxelles, au Ministre Belge des Afraires Etrangèresn le télégramme suivant : < Suite l") A la violation flngrante par la Belgique du Traité d'amitié conclu le 29 juin 1960 avec Ia République du Congo dans sa clause prévoyant que les troupes belges ne peuvent être utilisées sur le territoire congolais qu'à la demande expresse du Gouvernement et 20) A lintégrité en suscitant la sécession du Katanga.

En tête dont les preuves sont: < l")L'interdiction d'atterrir signifiée au Chel d.e I'Etat Ie mardi '12 à Elisabethville par des troupes belges quî s'y <

iuillet sont actuellement installées. 2") La nomination d'un officier belge pour assurer Ie commandement militaire au Kaffinga. Notre Gouvernement a décidé en conséquence de I'acte dagression posé conffe la République du Congo, de rompre toutes relations diplomatiques avec la Belgique à dater de ce jour 14 juillet 1960. Signé le Prêsident de la République > (Applaudissements).

,.1

,l

226

227


Chers députés vu I'urgence, nous avons demandé au Chef de I'Etat de se pronorrcer; câr s'il avait fallu chaque fois venir au Parlement alors que le Pays sombrait, nous aurions vu le pire. C'est ainsi que nous avons rompu les relations diplomatiques avec la Belgique. L'Ambassade de Belgique doit être fermée. Tous les diplomates belæs doivent rentrer chez eux (Applaudissements).

ir

Après le départ des troupes belges, y compris celles des deux bases de Kitona et Kamina, nous examinerons alors la reprise éventuelle des relations diplomatiques avec ce pays. Nous ne pouvons pas entretenir des relations avec un. payi qui nous attaque aujourd'hui, qui nous occupe militairement, car c'est une honte pour la Nation. Aujourd'hui que I'indépendance au Congo est reconnue, les Chefs de I'Etat et du Gouvernement sont insultés, injuriés, on s'attaque à notre vie, nos populations vivent dans la terreur, toutes les avenues sont occupéei par les militaires belges .qui continuent à nous tuer.' pouvons-nous continuer à vivre avec ces gens chez nous ? Non, non, non, sur tous les bancs. - le Président: M. Un peu de calme, Messieurs... M. Lumumba : En ce qui concerne le traité d'amitié dont le député Weregemere a dit que le Gouvernement ne pouvait signer sans I'accord préalable du parlement, je dois dire que le Gouvernement l'a signé parce qu'une résolution en ce sens avait été prise lors des conférences de la Table Ronde. Tous les leaders I'avaient approuvée. Cette résolution avait été admise, parce que la Belgique comptant une majorité des gens qui ne représentaient pas la Nation mais qui étaient à la solde.-Vous le savez très bien. Que dit cette résolution ? Un traité d,amitié sera signé entre les Gouvernements belge et congolais avant le 30 juin. Qui l'avait alors voté ? C'est vous qui êtiez délégaês -signé à la Table Ronde. C'est pourquoi nous avons ce traiié et je vous assure qu'il nous coûte beaucoup d,efforts pour le modifier. Si nous vous présentons le projet que la Belgique nous avait soumis, vous seriez étonnés d'en prendre connaissanre. Il n'étaLt pas élaboré sans les Congolais qui composaient à Bruxelles la Commission politique à qui la negique prom€ttait déjà beaucoup. On peut se demander pourquôi-les gens approuvent la totalité du contenu de ce projet. Heureusement, nous avions apporté d'importants amendements. Vous pourriez vous en rendre compte. 228

', En ce qui concerne les forces

armées, le traité stipule : Outre qu'il soit valable pour une durée minimum de 10 ans >. Voyez-vous'qu'ils voulaient que leurs troupes restent ici éternel<

lement

?

Nous avons eu beaucoup de peines à réfuter certaines clauses. L'article 6 amendé par nous devient: < Toute intervention militaire des forces belges stationnées dans les bases du Congo ne pourra avoir lieu que sur demande expresse du ministre congolais de la Défense Nationale. Des

accords ultérieurs fixeront la modalité des reprises des bases militaires belges au Congo et préciseront les formes de coopération souhaitées entre les deux Gouvernements >.

La Belgique voulait laisser ses bases sans que le Gouvernement congolais puisse avoir mainmise sur elles. Pas question, avons-nous réagi, ou bien ces bases doivent partir immédiatement ou elles restent, à condition de ne pas intervenir dans nos affaires. Plus tard, nous saurrons soumettre au Parlement un projet de reprise de cBs bases pour y instruire nos enfants et former les cadres de nos forces aériennes. Notre Gouvernement doit les prendre. Si la Belgique n'est pas d'accord, qu'elle les emporte chez elle. Ce traité, nous I'avons sigrré, il vous appartient de voir si ce que nous avons fait sert les intérêts de la Patrie. Pour ce qui est des troubles, chers honorables députés, ie vous affirme que c'est un coup monté. Je conviens que certains ministres se sont peut-être mal conduits lors des événements, mais aucun ministre n'est responsable, de la situation actuelle. Pourquoi les difficultés présentes ? I-es Occidentaux ont voulu que notre Gouvernement soit-à la solde des impérialistes. Des traités nous ont été proposés en grand nombre. J'ai décidé de ne point signé ces accords nuisibles et défavorables aux intérêts de notre pays, parce qu'ils ne signifieot rien d'autre que la domination économique du Congo par les groupes financiers de la Belgique. Suite à notre refus catégorique, la Belgique veut nous nuire aujourd'hui. Chaque fois que l'on nous proposait un accord, nous répondions : <I-e Parlement doit d'abord se prononcer ). Mais non, réagissaient les Belges, vos Représentânts à lâ Table Ronde Economique et les Membres de la Commission Politique l'ont déjà approuvé. En fin de compte, nous déclarions que cela n'engageait pas notre pays. 229


'.

;|

tii;

ll'' t:i

i.ii' il' ;'

Iti

llr Iii ili, ilt ftl

ili' Iii l[; lirl

lli

ll,,

ll;

lli' ii; ti

.iii'

lil rr

l

.tir

'

Etant un Gouvernement Nationaliste, qui ne vise que l'intérêt de la Patrie, ceux qui convoitent noJ richesses tentânt de provoquer I'anarchie, démoraliser les Membres du Gouvernement pour finalement monter la population contre nous etl faire tomber notre Gouvernement. - Ili se serviront alors de marionnettès qui n'hésiteront à signer aveuglément n,impoJe quel accord pour placer le Congo sous une tomination étran_ gère. Voilà la vérité. Si le Chef de I'Etat et moi n'avions pas pratiqué la politique de présence à travers le pays pour calmir tâ peupte, tui aooi", courage, relever le' moral dans I'armée, je -vous jure que le congo connaîtrait une situation que vous êtes lôin de'vous

imaginer.

- Les Belges nous sabotent partout. Un exemple : Iæs Membres du Gouvernement provincial du Kiw sdnt venus nous trouver à Kindu pour nous dire que certains Administrateurs avaient emporté une encaisse de zboo 000 frs. t es documents sont brûlés dans la plupart des services. L'argent disparaît, des techniciens coupent parfois des lignes de communication ou les sabotent. Qui sait si dans quelques jours nous o'ut.rron, pi,r, d'eau ni d'électricité ? Vous oe vous rendez pu, .ornp,, aJ-* qui se fait derrière vous. Ici à Léopoldville, vous o, uou, presque compte de rien, mais àlez à travers fe pays i ry-ndez_ C'est horrible, ce qui s'y passe. Je vous assure qu" ,i continue, dans deux semaines nous n'aurons même pas suffi_ ""la samment d'argent pour payer nos fonctionnaires et vor.is n'aurez même pas 10 francs d'indemnité. C,est le chaos, c'est la crise. Il nous faudra 5 ans pour sortir de cette impasé r-.'indépendance politique qu,on nous a donnée de la main gauche, on veut la retirer de la main droite par la domination

économique.

Le Parquet n'existe des magistrats de Luluabourg, par exemple ont fermé les -plus, bureaux du parquet avant de s,en-arier. Des-techniciens quittent, ils s'en vont. ia radio de r"ruuu"url fo1c,!i9nne plus. Iæs Communications entre Luluabourg

3e.

Léopoldville ont été

A

-'---ë interrompues. le technicien européen de l'Information

ei

Léopoldville avait tout fermé et emporté les clefs. rô rai fait repêchei par un avion de la streté. Lorsque je lui ai reproché de ses acæs it m'a répondu : < j'étais parti parce que j'avais faim ). Je lui J 230

répondu: ce n'est pas vrai vous aviez prévu que si vous étiez reité ici, vos machinations auraieît ét6 découvertes. Quand les événements ont éclatê, un groupe de belgos armés s'est introduit dans ma résidence pour me tuer. Gest aux militaires congolais qui les ont arrêtés que ie dois la vie. Au moment où nos militaires ont arrêté ces m3$aiteurs, I'Ambassadeur de Belgique était encore chez moi. Il était 1 heure du matin. < M. l'Ambassadeur Van den Bosch, lui ai-je dit, vous êtes témoin. Voici vos concitoyens venus pour m'assassiner. Allez-vous le nier? )' Il ne pouvait même pas ouvrir la bouche ! L'Ambassadeur de Belgique m'a répondu qu'il accuserait le Gouvernement congolais à I'O.N'U. et qu'il préviendrait ses frères de I'O.T.A.N. donc les Forces Atlantiques et consorts. J'ai ici la lettre que l'Ambassadeur avait adressée au VicePremier Ministre en mon absence. En voici le texte. < Léopoldville, le 14 juillet 1960. c M. Gizenga, Vice-Président du Conseil des Ministres à Léopoldville. < Monsieur le Vice-Président, < Au cours de la réunion qu'il a tenue dans la soirée du 13 juillet, le Gouvernement congolais a bien voulu exprimer lç désir de voir la Belgique évacuer les troupes qui se trouvent à I'aérodrome de N'Djili et à Léopoldville le 14 juillet avant 5 heures du matin... > (Vous voyez donc que le Gouvernement, pendant notre absence, a dêhbérê. Il a précisé que l'ordre d'évacuation devait être accompli avant 5 heures du matin). Cet ordre formel, la Belgique a refusé de I'exécuter. Au cours de la même réunion, M. Kanza, ministre chargé des Affaires à I'O.N.U. a également fait savoir que le Congo avait adressé une lettre au Conseil de Sécurité au sujet de la présence des troupes belges sur notre territoife. Le Gouvernement avait porté plainte à I:O.N.U. contre la Belgique. Le Conseil de Sécurité a pris à ce sujet les décisions suivantes: (Considérez dêià le genre de décisions du Conseil de Sécuritê).

1") Retrait des troupes belges; des troupes de |O.N.U. Le délégué permanent de la Belgique à I'O.N.U. a précisé que les troupes belges resteraient en place tant que les troupes

2') Envoi

231

l

I


tl','i

i'

i.', ril

.,

rl' i

i.

rii,

.t.i i

.:i

rl

,j ,t

,

I I

rl ll I rl

ri

r i\ .,ii

i'ir

.-

de I'O.N.U. n'auraient pas la situation bien en mains. Ce qui signifie en d'autres termes : tant que les troupes de I'O.N.U. n'auront pas la situation en mains, nous ne partons pas ! pourquoi dire < situation en mains > ? Nous avons notre armée, nous ne demandons que les troupes de I,O.N.U. ; les troupes belges doivent partir. < Non ! nous ûe partoûs pas tant que nous n'aurons pas la situation en mains > disent les Belges. Que cela signifie ? Cette déclaration qui n'a pas rçcueilli I'approbation de la Tunisie et de l'U.R.S.S. a été expressément approuvée par les autres pays membres du Conseil. et notamment les Etats-Unis ! Ce pays approuve donc que la Belgique maintienne ses bases au Côngo parce qu'il y possède des intérêts économiques. En conséquence le Gouvernement belge par I'entremise de son Ambassadeur, me prie de vous communiquer sa décision que voici: 1') La Belgique est prête à appliquer les décisions de I'Organisation des Nations Unies. (La Belgique est donc prête à appliquer ces décisions parce qu'elle est appuyée par I'Améiique : iI laut que les troupes belges restent !!) 2") La Belgique s'engage en conséquence à retirer ses troupes d'intervention quand et où I'ordre public aura êtê suffisamment rétabli par les troupes de I'O.N.U. 3") Les troupes belges resteront sur place tant que cela sera nécessaire pour assurer la sécurité. 4") Le Gouvernement belge demande au Gouvernement congolais de collaborer de son côté au rétablissement de la sécurité (La Belgique nous donrrc des leçons à présent). 5") Il attire sa bienveillante attention sur les graves responsabilités que le Gouvernement congolais encourrait s,il contrevenait à la décision de la plus haute instance internationale. (Elle nous rnenace de représailles, de sanctions si nous ne nous pliions pas à sa décision appuyée par les Etats-Unis). Le Gouvernement congolais doit notamment éviter toutes les mesures de provocation inutiles et toutes excitations dangereuses. 6o) Désireux de donner un premier témoignage de son souci d'adhérer aux décisions de I'O.N.U. le Gouvernement belge saisira l'occasion de I'arrivée demain 15 juillet à Léopoldville des gardes des Nations Unies pour faire partir un nombre équivalent des membres des forces belges. Si donc aujourd'hui 20 000 militaires de 232

|O.N.U. arrivent,

20 000 Belges devront pafth. Autrement le problème- n'est pas ré$olu : puiique les Belges ne peuveût plus rester ils font appel à leurs àUies-a I'O.N.U. pour les relayer.

Cette lettre datée d'hier et signée par fAmbassadeur Van den Bosch constitue une déclaration de guerre contrs nous. Voyez-vous jusqu'où vont les intentions de la Belgiqu! pays urrrl, h Belgique notre < frère >, la Belgique de coopération et des traités à'amitié ? Voyez-vous dans quelle situation le Gouvernement belge nous place 15 jours après notre indépendanç alors que nous auonJ besoin de connaître notre bonheur de vivre en paix ? Tout ce qui précède met notre gouvernement et vous-mênies dans I'impoJsibilité de travailler en toute séréntê; aussi dans ces conditions le gouvernement ne peut élaborer son programme et le soumettre à I'approbation du Parlement pour quJ chacun de nous d'après notre politique, qu'il soit ministre ou député, travaille dans un esprit d'équipe, en tant qu'enfant

du mème Pays de sorte que notre jeune Nation

puisse se en ce réels changements de qu'il s'opère constater développer et pays. La Belgique nous bloque malheureusement, nous ne pouvons plus rien faire. Depuis le début des incidents, le Chef de l'Etat et moimême ne dormons ni ne mangeons suffisamment. Je propose donc l'approbation de I'Assemblée, et suivant la procédure : 1') de rompre toutes relations diplomatiques avec la Belgique, fermer fAmbassade belge et en congédier immédiate-

ment le Corps diplomatique (Applaudissements). 2') le tetour immédiat des forces de I'O.N.U' (qui arriveront aujourd'hui): s'il est exact qu'elles viennent opérer confor; mémeni alu( arrangements pris avec la Belgique et que celle-ci nous a communiqués; 3o) que oes forces ne restent au Congo qu'au cas où elles se conlorméraient aux décisions du Gouvernement congolais, notamment celles qui consistent à ne point servir les intérêts de

la Belgique ; 4o) que le Gouvernement accepte les services des forces ghanéennes s'il estime que réllement elles ne viennent pas collaborer avec les Belges, mais qu'elles viennent plutôt nous aider dans un esprit de fraternité.

Nous avons eu des entretiens avec I'Ambassadeur du Ghana. Leurs troupes arrivent aujourd'hui à 15 heures. Le 233


",iil

I

l. tt

Iii't'i lrlr, i i'l; tir.i

i,l'i

iiiii ii,i' i,,l'

.llr

,]

I

lir

ii,.ii

i'r.:

iiiii

l

,1

.l

.:i télégramme_ que

le

Gouvernement de ce pay6 nous

des troupes ghanéennes pour voyager à bord de son avion sous la protection des militaires ghanéens et congolais. -.-

a envoyé est rédigé dans un style très diplomatiqur. Noo. O.*"oO.roi, ofûciellement cet après-midi aux troufes belges d'évacuerlîe teffitoire de notre République endéans ris tz hiures, contormèment aux dispositionJ prisô et upprouuér, par le parlement. Je présume ce délai raisonnable -pour leui donner le temDs matériel de s'organiser et de partir (Murmures ,;

eû accord .avec le ehef de fEtat, la sécession du l(atanga, car elle viole la loi fonda' mfrtut". Cette sécession n'est d'ailleurs pas I'initiative des Congolais, mais plutôt celle de la Belgique qui en est à la base. Noui proposons au Parlement de prononcer de toute urgence la

Le

";;;;i; M. le Président: Un peu de calme, s,il vous plait ; la situation est grave, mes chers frères. Disons plutôf d.:;; forces-d'agression se retirent immédiatement I'aérodromen et qu'elles partent demain matin.

cités^

et

dissements).

Mes chers honorables députés, avec émotion et larmes aux yeux, je viens de vous dresser la situation sombre, la situation dramatique que connaît ce pays qui nous a vu naître, ce pays qoe noui aimons tous et que nous espérons, en toute fierté, à

M. Lumumba:

Nous réclamons également le reûour au Congo de tous nos biens; de notre patrlmoine national q-oi ;; encore conûsqué en Belgique (Applaudissements). Nous iomp_ tons: tous .les parastataux, tout notre argent; toutes nos richesses qui sont bloquées. On nous a tràmpés qu,on allait effectuer ce transfert le 30 juin, vous vous ffi qu'ici nous n'avons rien reçu ; nous devons soumettre "o'.o"i.ora le prôcès au Tribunal International de La Haye. Devant cette situatiol glave, j'ârnqnce au parlement que le Chef de l'Etat et m.oi-même projetons d,effectuer ;; voyage incognito dans I'intérêt de la pahie. Nous devons Ërl,; ious rendre aujourd,hui à Stanleyville ; nous vous tiendrons au

I'instar du Ghana et de

la

Guinée après leur indépendance,

construire beau et grand, la Belgique nous place devant une mauvaise situation. Nos enfants et nos femmes pleurent, tout notre peuple pleure. Nous comptons beaucoup de vous ; il faut que nous travaillons la main dans la main pour enrayer cette situation. Il suffit d'une moindre dissension entre lous pour qu€ le colonialisme s'en saisisse pour provoquer des troubles à travers le pays. Vous l'avez constaté, les partis belges se sont solidarisés contre rous' Ils organisent des déûlés et crient par-

courant de nos découvertes dans une semaine, parce que si nous

tout: < Vive le Général Janssens ! Vive le Général Janssens ! > oe fasciste-là !... J'espère, chers frères, que nous travaille-rons dans la solidarité. Nous n'avons pas d'armeso mais nous

ne faisons pas cela, chers frères, dans une ,"rduio,

f" Coogo ;. trouve sans sous, sans électrjcité, sans rien du tout.- Les garanties sont celles-ci.: à du Chef O": i,flrt, _la suggestion -d*

234

Gouvernement,

révocation du Gouvernement Provincial du Katanga, de décréter un état d'exception dans cette province et d'envoyer un Commissaire Extraordinaire, doté de pleins pouvoirs (Applau'

de

nous avons demandé à IO.N.U. Uiro vouloir mettre un avion à la disposition du président de la République, p;; qu'actuellement les avions qui nous transportent sont com_ mandés par des pilotes,. oftcièrs belges. Ceux_ci oou, toot p-_ mener conme des prisonniers. Hier, ils nous ont conduits . 9o-mme des prisonniers et nous ont ramenés malgré il; t Léopoldville. Dans ces conditions, collment pouvons-nous avoir encore confiance dans I'aboutissement de nos voyages ? Le chef de f'Etat insiste, et dans l'intérêt de la patrie, âr"prroaru encore des contacts avec le peuple qu,on excite à tralvers le pays. Nous devions arriver hier à Stanleyville, oou. o y ,o__ mes pas arrivés. Nous avons pris un arrangement avec le Général du Ghana qui arrive ce ioir à 17 heures et demie avec

,.|

';'

s'oppose à

bancs).

de nos

ii,il'

1j

t

allons faire appel à toute nation amie qui veut bien nous aider. Nous en appellerons, s'il le faut, au diable ; nous pratiquerons toujours notre politique de neutralité. Nous ne voulons aucune influence dans notre payso mais cooffrer avec n'importe qui' Chers honorables députés voilà la situation. Je vous remercie encore de la confiance que vous faites au Gouvernement élu par vous-mêmes. Pour ce qui concerne la conduite des minis' ires, je n'approuverais jamais qu'un membre de notre Gouvernement se iônduise d'une façon incorrecte et indigne vis-à-vis de la Patrie. Quant à l'utilisation des voitures officielles, i'd donné ordre à tous les ministres, leurs chaufieurs en sont informés, de rentrer au garage ces voitures dès 18 heures et leru ai demandé de ne pas verser dans la mégalomanie. I"es minis: tres doivent vivre avec le peuple. Si I'un d'entre eux veut faire

235

'


I

. ii i ilil

rll.' li ii

ili, i,,1.'

Ji'

.t: ;fl

ii,li

:i' iit,

ir i'

'l'

i,'

' . ,l-

i, 'i

ri

'li

i.l rl

.,', trl-

i,i'

rl

,t

rri.

'

des promenades il n a qu,à s,acheter une voiture et en dehors des heures de travail, it ttmptoieru-à-".t efiet. J,ai dit à tous les chauffeurs que si après 1'g he;; un ministre vous faisait travailler, vous devez lui exiger le pailment aes neures-r"ppfe_ mentaires. Nous ne devons pà, pusr". -ie,aux yeux du peupb frur

des remplaçants de-s cotoniatisies. voitures ofôcielres ont été achetês avec Ïargent Au p.upf". lfoûe gouvernement est ' l'émanation du parlenient un esprit vraiment patriotique__que j'ai écouré tes ", "Ëri'o-"rs oe irau. rr-àep,irg, Kqu: IVeregemere et tousobservations les autres. ils s indigne"i-â" fu conduite de certains ministres, .1e prenJs acte de cela. C,est au Parlemenr à examiner la siruaii;n à" pfu, près er à; ,o;;r", certaines mesures à prendre. Je veux fe Gouvernement col_ iue labore avec le parlement un o,equ ip" <eiltoua*rr, .dans me4ts). I-e nombre des victimes "rpiii des incidents ,!i"-î[îio, communiqué, nous effectuons actuellement """J une enquête à ce sujet. læ Gouvernement à.envoyé n;r*tu d; Ëï;;-cJoào où avec le ministre. Kisolekela, î poirruu une enquête appro_ fondie pour connaitre le nom'br"'d" prrronnes tuées par les Belges. J'ai reçu ce matin une communication iaàprràri* à" Nguvulr qui me signalait qu" i-u, tes miliraires du Bas_ ff. congo onr Ie moral uas J its dem;de;il tour prix Ie déparr des rroupes belges et le secours des troupes soit du Gh_;, ;itè I'O.NU. pour remonter leur moral, ^"* t", ,roop"Jî" id;" ont déjà occupé m'itairement re port -et penet.ini *;"â i" cité civile. , Yoyez-vous, on signale -nous -etioo"maintenant qu,il y a eu des tués au moment où nous À iuluabourg. i\";r-;;;, accélérer l'enquête car tous ces cas de mort feroit froùi"tîù procès... Nous devons inventorier tous-les auprès du Gouvernement belge. D;s quelques jours aussitôt que nous aurons connu le nombre exaci et l,identité aes victimes nous en ferons part au parlement. fo* qui;;;; la Défense Nationale, le dois ,""on"uirr" que "" o"\ é:ê commises par certains membres â"'*oocertaines ereurs Coou;;;;; 9t.je te déplore. Je sais qu,ils n,ont pu. ioolour. foi,.c'est pour cette raison que je ï. ,upprU" "gi;; ;;;;; avoir dit ici et expliqué à d'autres personnes que le Gouvernemn t a été saee . de décider que le aépartement d; devait pas êrre confié i un individu it pou-ouit ilîîr; pour provoquer des rroubles dans le "ui pays. Eiant do;tfiTl ;;

Gil ""il*;

ù-il;;;îffiili:

.:,,

'..'...

confié au Conseil des Ministres, personne ne,peut en prendre

seul la responsabilité. Moi-même, je suis un simple Président du Conseil. Je ne pourrais en aucune façon prendre une décision ou aller négocier avec n'importe qui, sans I'accord du Conseil

des Ministres. Il est inadmissible que I'on confie le Ministère de la Défense Nationale à un individu déterminé qu'on pourrait corrompre par 5 000 000 de francs pour provoquer un coup d'état militaire. Vous devez prévoir ce qui pourrait arriver dans cre pays.

Iæs membres du Gouvernement doivent respect au Parlement et reconnaître leur tort. Mais de grâce, que le Parlement ne cherche pas à entraver sans raison I'action du Gouvernement. Quand quelqu'un commet une erreur, il faut qu'il I'admette. Je me solidarise à ce propos avec le Parlement et, croyez-moi, tous ensemble, nous allons exercer le contrôle des

activités ministérielles.

M. le

Président: Je crois que dorénavant, nous allons

appliquer des sanctions.

M.

Lumumba, Premier ministre: S'il vous plaît, M. le

Président, chers honorables députés, la situation est grave, des gens meurent et on m'attend de toute urgence à mon cabinet. J'aurais aimé vous exposer à vous représentants du peuple, plus longuement la situation du Congo. Une dizaine de minutes suffit

pour que celle-ci devienne dramatique. Je vous demande d'examiner des mesures pratiques à prendre. Entre temps, si vous avez une question importante

à me poser, je vais y

répondre avant de partir. Quant aux autres questions de détail concernant le Gouvernement je laisse à votre disposition M. Gizenga, le Vice-Président du Conseil. Cependant, au cas où I'un ou l'autre d'entre vous estimerait que je réponde personnellement et tout de suite à sa question, je suis à son entière disposition. M. le Président, au nom du Chef de I'Etat et du Gouvernement, vu la situation dramatique, je vous demande afin d'accél&er les opérations, car nous sommes waiment en état de guerre de donner des pouvoirs spéciaux au Gouvernement et à I'exercice desquels vous vous adjoindrez quelques parlementaires. Un rapport chronologique sera rédigé par cette commission à l'intention de la Chambre ; cela pour éviter la procédure normale trop lente. Il faudrait inscrire la question à I'ordre du jour et ensuite délibérer. Nous sommes en état de

236 237


'i'jt

guerre, les décisions doivent être prises sans aucun retard.

Après les interventions de MM. Madud.u et Kame, concernant les déplacements nombreux du Chel de l'Etat et du Premier ministre, celui-ci répond:

M. Lumumba, Premier ministre : Chers honorables députés, j'ai compris vos remarques qui sont fondées. Il est évident que dans tous les pays du monde la vie d'un Chef du Gouvernement, la vie du Chef de" I'Etat, la vie d'un député même est très précieuse. Cel,ao je le conçois très bien. Mais, croyez-le bien, ce n'est pas pour notre plaisir que nous nous déplaçons si fréquemment. La situation est telle que totre présence s'avère nécessaire dans oertains endroits. J'ai tant de nouvelles que je ne pourrais pas vous apprendre en séance publique. Qui est le responsable du pays ? C'est le Parlement. Si vous faites confiance au Chef de I'Etat et au Chef du Gouvernement, soyez assurés que ce qu'ils vous proposent est dans fintérêt de la Nation. Plusieurs éléments des événements vous échappent, Malheureusement, je ne puis pas vous les révéler dans une séance publique. C'est très bien de prendre

1t

il I

;

fl.

l

des mesures de protection spéciale, il le faut même; nous pourrions par exemple voyager à bord d'un avion non belge sous escorte de militaires étrangers. Un des membres du Gouvernement M. Songolo, vient de dire qu'on a envoyé un télégramme annonçant que la situation est calme à Stanleyville et qu'il n'est plus nécessaire d'y aller ; je suis bien convaincu que'1 ce télégramme n'émane pas du Gouvernement Provincial, parce que le Président de ce Gouvernement vient de nous quitter à peine à destination de Stanleyville où il nous attendra. Je vous citerai encore un cas: Quand nous sommes arrivés à Kindu, nous avions reçu un télégramme signé par le Ministre de l'Intérieur. Après enquête, nous avions découvert que le télégramme n'émanait pas de ce Ministre. Un groupe de gens lancent des télégrammes pour essayer de semer la confusion. Savez-vous qu'à Stanleyville et à travers tout le Congo, certains européens préparent des coups terribles ? Si nous n'avions pas été à Matadi et au Kasai, je vous jure que nous aurions encore connu des troubles que vous êtes loin de réaliser. Notre présence suffisait pour calmer la population soulevée et désarmer la population blanche qui complote notre ruine. Des télégrammes 238

lI i

ll

ûe v€nez a émanartt de plusieurs militaires nous disent : Si vous vrai' >' C'est éclater put-"oCeuot'une heure, des troubles vont

rétablit, ît taut une mission ée pacification. La situation se arrivent' l'Ètat et du Gouvernement ;;;;; oJ t", Chefs desouci. Nous pouvons être d'accord avec

Je comprends votre de petits Parlement, et rester dans nos résidences comme à nous premiers les serez vous rois, mais quant tout s'aggravera nous voulez Vous explications' UiaÂer, à nous demandei des autre-se à temps qui de inactifs des iÀ*oUitit". et faire de nous hier les càntentent de petites commissions conrme le faisaient

le

colonialistes

!

Au cours de nos déplacements' nous découvrons pas mal Chef de complots entretenus par des fonctionnaires belges' Le àr I nrât prend alors àes décisions immédiatement' Qu'une elle se commission nous accompagne partout où nous irons'

politique r"nOtu compte qu'il noui fùt rnener actuellement une sur insister dois Je ày"Àiq", u'gi, sans le moindre retard. pas "t voulons ne si-.nous te tait lue no, voyages s'impo9e1! la reiponsaUiiité d'un déroulement désastreux

"nAo.r.r'a"main àe ia situation. si toutefois, la chambre persistait dans sa décision, nous rentrerons tranquillement nous reposet chacun dans sa résidence.

Iu!. Sendwe prend, la parole et te Président fûit ensuite In mise au point suivante :

M. le Président: Pour compléter ce que M' Sendwe vient que de dire, j'attire I'attention de M. le Premier ministre srr ce iu ptettn." au Congo de M. Hennequiaux est dangereuse' En Au àiii f" preuve : j,éiais avec lui en mission à Stanleyville. ville, cette de cours de'notre vi;iæ aux trois camps militaires ,.tutqoé alors qu'il préparait un coup' Il3 noylu. :t:9: Î i'ui 'stanteyvinË et le Conseil1er du Gouvernement Provincial s'était "pour m'accompagner dans les Uélés. J'ai refusé d'abanoffert donnei M. Hennequiàui parce que j'avais reçu I'ordre de ae premier ministre de faire n;, it laisser. Je âemandè alors au des troupes belges' renvoyots Si nous personne' surveiller cette Force publique. la de ofûciers les également ii iuot ,"ouoy"i M. Lumùmba, Premier ministre: Je prends la parole pour

'

répondre au Président et à I'honorable député Sendwe'

Je pdrtage le point dé vue de ce dernier et, croyez'moi' 239


je

comprends votre souci. La situation de Stanleyville nous a été communiquée par beaucoup de télégrammes. Ce que dit le Président de la Chambre est exact. On continue en effet à opprimer la population dans la Province Orientale. Iæs militaires, les officiers et les sous-officiers, et les fonc-

tionnaires belges ont encore tous les pouvoirs en mains et certains membres du Gouvernement Provincial n'ont pas assez d'autorité pour s'imposer à eux. Vous voyez que ce voyage est absolument nécessaire. Le calme règne encore à Stanleyville, mais il suffit d'un rien pour que toute la Province Orientale baigne dans le sang. La population s'est rendue compte du danger qu'elle courait, Cest pourquoi elle a fait appel au Chef de I'Etat et à moi pour mettre de I'ordre entre autres dans I'armée où des soldats nous proposeront eux-mêmes des gradés de leur confiance pour remplacer les officiers blancs. Hennequiaux ainsi que tous les autrps officiers ne sont plus aimés des militaires. Il en est de même des cadres de I'administration pour certains fonctionnaires dont la

peine de révocation relève du pouvoir central. Laissez-nous partir ce soir pour Stanleyville y mettre dg I'ordre, nous reviendrons

le lendemain. fe suis persuadé qu'aucun danger ne

nous guette de ce côté-là. Nous prendrons les dispositions nécessaires et au lieu de continuer le voyage jusqu'à Bukavu comme prévu,' nous nous arrêterons à Stanleyville pour retourner à Léopoldville le lendemain. Un débat s'ouvre alors entre le Présidcnt et MM. Gbenye, Kashamura et Kalonji. C'est pour celui-ci que M. Lumumba

lait une dernière mise au point. M. Lumumba, Premier Ministre: Je réponds à I'intervention très sensée de I'honorable député, M. Kalcinji. Il cite des points précis. M. Kalonji me reproche de n'avoir pas donné ordre aux membres du Gouvernement d'agir et prendre certaines mesures pendant mon absence. J'ai donné des directives nécessaires. Notre équipe gouvernementale travaille dans un véritable esprit d'équipe, c'est dire que nous dirigeons le pays collectivement.

Le Premier Ministre peut être

ï

absent, mais alors le VicePremier Ministre présidera les réunions du Conseil et prendra des décisions. Le Conseil des Ministres tenait régulièrement des réunions et a décidé le 14 à 5 heures du matin l'évacuation

en mon complète des troupes belges. Cétte décision prise pas la considère absence montre bien que Ë Goou"ttttment ne prononcer se porir indispensable ;6;;". du Premier iulinittr" 11 est sur un cas urgent; il est Minisire comme un autre' régucontact en pas.été tô*iàur" qo" î, Gouvernement n'ait que les découle omission lier avec le Parlement. De cette Les faisait' Gouvernement le Parlementaires ignoraient ce que que rapports n'ayanipas été étroits, vous avez eu f impressi-on cptte de remetcions vous Nous le Conseil n'a pas travaillé. cette remarque ; et personnellement, je pense qu'à I'avenir pas' irrégularité ne se reproduira de b'autre part, M. Kalonji a relevé qu'en Europe le Chef l'assenqu'avgc déplacer se peut ne l'Etat ou du Gouvernement e-rreur' ii-"nt à" Parlement. Je pense qu'il commet une petite effectué précipitamment avait niaudouin Roi L'année dernière le un voyage au Congo Belge. Interpellé, le Ministre du congo avait iépondu n'avoir été au courant de ce voyage' De plus, M. Collard, Chef de I'opposition avait manifesté son indgnation à ce sujet en demandant au Gouvernement poutquoin'avait-il pas saisi son bloc de ce voyage' d'Etat Je vous dis, moi, que dans certains cas' un homme peut se déplacer sans être expressément autorisé' Le Roi Baudouin était venu précipitamment pajce quo I'intérêt de ses sujets était en jeu. se déplace' Quand le Chef du Gouvernement ou de I'Etat pas le ton et averti être en c'est le Gouvernement qui doit Premier Iæ I'Exécutif' de domaine Parlement, car cela est âu Ministre, dans le cadre de la politique du Gouvernement dont il est responsable, peut noy"get autà1t qu'il le veut' même 10 au iois par four. Il n'est pas t'enu d'en demander la permission purËment, le rôle de ce dernier étant de contrôler I'action du au Gouvernement et de voter des lois' Si je vous ai tenus qu: courant de ce que j'ai fait, Cest parce 9fe ie- veux. je n'y 1:Ts etals travaillions dans un esprit de franche collaboration ; pas obligé.

M. Kalonji a dit que I'Armée est mal organisée'- C'est

évident, car comme

il viint de le déclaret tantôt, notre héritage

a été iaboté. peine que nous rous sommes installés le 30 juin, comment voulez-vàus avoir le même jour I'Armée en mains et afianger tout le reste ? C'est tout à fait impossible'

A

I

i I

i

240

241


rii il;ri."' f

ilr

liitf' il i,il ilrll ll;ii i r|li

ilil, irltit' r:

l

Il

liii

it ili ill,ii

liill lr il: i

lr

rii , rli I tt ; , lr ri:li

r,

li' 1L

l,l

tlil Irii

rlil

,'l .t

i;il;., i

,i"

ri

rl).. ,

.

Si même j'avais un progr:rmme et que je vous I'avais présenté le 30 juin, croyez-vous qu'il aurait pu empêcher les belges de comploter ? Jamais de la vie. Qu'est-ce qu'un programme gouvernemental ? C'est la ligne de poûtique que détermine le Gouvernement: sur le plan politique, telle ligne de conduite par

le pays, créer des travaux, des coopératives, etc... ; sur le plan social; telle autre ligne de conduite. VoiIà en gén&al le programme doun Gouvernement. Or, dans quelles circonstances nous sommes-nous trouvés ? Iæ Gouvernement a été formé au dernier moment avec toutes ses tractations. Le Gouvernenlent s'installe, un Gouvernement de coalition et d'union nationale. Aurait-il été logique de prendre le programme du M.N.C. et I'imposer à l'équipe gouvernementale ? Non, évidemment. Chaque parti qui compo$e le Gouvernement devait donner son programme et de tous les différents programmes présentés, nous devrions en réaliser un seul. Mais que voulez-vous, trois jours après notre installation, des troubles éclatent et nous .n'avions même pas encore de Bureaux. Comment voulez-vous que nous ayons pu présenter un programme dans de telles circonstances ? Soyez humains et logiques. Vous seriez à notre place, vous ne pourriez pas faire autrement. Iæ programme est là bien que nous ayons nos idées et notre politique, nous ferons appel à quelques parlementaires compétents pour collaborer à son élaboration, car celui-ci ne sera ni un programme de Lumumba, ni un programme du Gouvernement, mais celui du Pays, celui de la Nation. Nous sommes une jeune Nation et nous ne devons pas initier exactement les méthodes occidentales. En Occident, on prétend que le pouvoir législatif, le pouvoir exécutif, le pouvoir judiciaire sont séparés. Il existe des attributions propres au Gouvernement où le Parlement ne fieut s'funmiscer: tout ce qui concerne le Gouvernement, toutes ses mesures. Est-ce pour cela que nous allons aussi appliquer ce que nous avions vu en Europe: le Sénat et la Chambre qui s'immisçaient dans les attributions exclusives du Gouvernement ? Mais moi, je pense qu'étant donné que nous construisons ce pays ensemble, nous ne devons pas appliquer toutes ces méthodes occidentales. Un parlementaire par exemple, pêut venir chez moi et me présenter un candidat qu'il juge bon élément pour lui trouver une place dans lAdministration. Travaillons conme les enfants d'un même père; construisons exemple développer

242

notre pays

et avec des Institutions Nouvellgs'

un.

système

typiquement -"-frou, africain. r ul p^roiavons été dans I'impossibilité de p-résenter + penoant entermes gramme. Dites-nous, si nous nous étions qr5 alors programme' les iours, rien que pour élaborer ce pass"é ?serait-il se que pays le $s ; dans ir""ir"t'c"ruiuilni nous avons pris les ministres que vous uoy", o, dorment Pas ; Nous arrêtons hgures' 18 de puttit ;;;". dà

noirs, enfreignent cetl:. mesure: et de policiers pour de éqlipe ôtt"q* *f"fËtre a une Tilitaires poul faire. du tort' arrêter tous ceux qot ptoiittnt de I'obscurité police parce iiri.-A"r*"nt pai ils'font la sentinelle, ils font<lamoi' ie suis.le des bolrgeois' que si nous oour -"rt*. "o*1"" d'en'vover seulement des Ministre >, si nous noot "oottotons des fonctionnaires qur ordres à des commiss"iit.'""Àpàtt, à jamais -à ne sont là que pour nous saboier, nous n'arriverons et le Ministres nous-mêmes C'*i calme. le foutquoi, remettre aller calmer le Chef de l'Etat, a"t."naànt i fu Cite pour l'Adminispat Peuple, parce que noot ntuoos même "ntor" mains des les entre est présent' tration en mains. f*i, lotqo'à mise en la accélérer voulons iloot fonctionnaire. conDarlernentaires "oropt.ot' certains si pl".t Att hommes partout -et le peuvent ils à nous naissaient des élémenlts cafaUts 'ug!é'"t' etc"' tel service' i;i.";;;t candidats à la Sûreté, dans tel ou ces hommes parmettrons Nous tant' faut Des candidats, il en sa. vie administrative et que il ;il que'le congo reprenne puisse.alors' à tête rep-osée' ;;;;*p"nsable ft Ë suite a sa .confi3oce qui iuirJ upp"f^à on conseiller, à un tecfrnicien service' Tout son de ooo, f;uiA"t dans le domaine technique cela, nous devons le faire à temPs' remplacer Croyez-vous qne si notre équipe se faisait rétablirait se situation la aujourd'hui pu, *"- nouve[e équipe

"oonr"-f.i-a blancs ou ioot-"tui q"i,

comm€ Par enchantement

?

mêm"t difficultés que nous' peut-êt1e même Cest olos eraves què les nôtres' Tout ce gue nous demandons parlement Gouvernement. le et le entre eooit. i;;ffi";;tioo -nr-à|"i. suqeestiols chaque fois qu'un de vous.a quelques ] nous trouver' Si vienne qu'il pas qo'it-o'tiésite ; ï""t-iiti"r"r, allez dans son vous avez une proposition à iaire à un Ministre ' trouver ou me Cabinet, s'il n'ést pas d'accord avec vous' venez si trous que parce p"ût de vue au Parlement;

Elle aura

t.,

ô-;;;;;

243


i:lil,

il'i

jIillli'l: rlili

"ril r,:l[ ,iiii lirir

ilill

lralvaillols séparément, nous n'en sortirons pas. I-e programme doit aussi venir de vous; si vous avez nr"rd", iae.r, Jiopor"r_ les nous. Si par un exemple, uo p"ri"-entaire proposait au Gouvemement un point suile-plan C*oorniqu.; ,i"'rr"tq ; pont"' et que le Parrement noui l'ordonnait, nous nous exécuterons. Vous voyez que le programme aep"oa nous, mais de vous aussr. "oi;;"Ë;ï;

Le 19 juillet Lumumba est à Stanleyville et iI y

i'ii

deux discours-prograrnmes.

prcnonce

( 1)

[,

,i,

,il,

f

'l

r. ALLOCUTION A STANLEYVILLE

(19-7-60)

I

ir

i

L'Unité congolaise.

I

,[]

< ...Nous avons déjà écaræ certains éléments, nous continuerons encore. Nous voulons que le Congo soit un pays vraiment libre, un pays où les habitants blancs et noirs, vont viwe en paix. La charité humaine, la fraternité, nous devons réaliser cela dans notre pays. Les Européens qui sont restés chez nous, il faut les protéger, il faut montrer que le peuple congolais est un peuple honnête; il n'y a plus de Bakongo, de Bangal4 il n'y a plus de Wagenia, nous n'avons qu'un peuple libre. Nous sommes tous des citoyens et nous devons sauvegarder I'unité nationale. Hier les Européens ont voulu nous diviser; ils ont voulu diviser les Bakongo et les Bangala, ils ont voulu diviser Kasavubu et Lumumba; et nous prouvons à tous ces gens que nous sommes aujourd'hui unis (applaudissements). Et nous allons sauvegarder notre unité nationale, car c'est cette unité qui fera du Congo une grande nation au centre de I'Afrique ; et le Congo va jouer demain un grand rôle pour libérer le reste de I'Afrique. Nous voulons que le continent africain soit un continent libre >.

,i, t,

(1) Nous reprenons textuellement les termes de tels qu'ils lurent enregistrés sur place.

ces discours improvisés,

244 245


I

L'égalitê des sexes.

Et nos femmes qui sont là-bas, qui nous entendent et qui nous écoutent, nous voulons que nos femmes soient à côté de <

Il ne faut plus écarter les femmes. Nous voulons viwe avec nos femmes sur un pied d'égalité >.

nous.

L' alric ani s ati o n

r ap id.e.

dans Il ne faut pas qu'ut seul Européen soit troublé à lané soit hostile qu'un-seul.èri oit"ù"fffr,e' Il ne iuut iut méchahts hier'

Orientale.

iùffiffi

Èuropéen. Môme

if iaut bs accueiilir comme des frères, il faut prouvef votrg (1). bonté - --_ô,.ri vous qui allez faire I'honneur de notre République, jeune- pays ; nous c'est vous qui ai'ez faire la gloire de notre

et nous allonJsurmonter les obstacles actuels' allons ---J" traverser ai toujours dit: nous n'avons pas d'armes' Nous

ooo,

Nous voulons confier aujourd'hui le commandement aux Congolais, dans l'armée, dans l'administration, dans la police, tous les postes de direction. Et les Européens qui resteront avec <

nous, seront de simples conseillers. Nous voulons' que ces dirigeants assument leurs fonctions avec conscience, avec compétence, avec patriotisme ; et tout

I

\.

':

i.l

ii ir I

Congolais, qu'il soit Kasavubu, Lumumba, qui ne veut pas travailler pour la cause nationale, nous devons l'écarter. Nous voulons des gens honnêtes, des gens qui travaillent pour la patrie. Nous voulons que dans quelques mois on dise: < Vraiment, le Congo est un pays libre >. Et celui qui est nommé aujourd'hui commissaire en chef, ou le commandant de la Force Publique, même s'il ne connaît pas ,le français, il va parler en swahili ou lingala nous avons notre ; flamand national (rires et applaudissements. Uhuru !). Nous allons visiter maintenant les troupes militaires, le camp de police; nous aurons des contacts avec les fonctionnaires congolais ; nous allons procéder aujourd'hui à la nomination des administrateurs, des commissaires, des juges. Tous -aujourd'hui les postes doivent être occupés par des Congolais, et pas demain (applaudissements). Et alors, tous ensemble, chers frères, chères sæurs, les travailleurs comme les employés, les intellectuels comme les manuels, les riches comme les pauvres, les Africains comme les Européens, les catholiques comme les protestants, les kimbanguistes comme les kitawalistes, unis ensémble, nous allons construire une grande nation >.

il

Appel à I'ordre :

ii

r)

rl

if

-c

Il faut que la province Orientale soit une province rl ne faut plus le moindre trouble dans la irovince

modèle. 246

àux-là qui étaient

porr libérer-nofie m'avez écouté; aujourd'hui le pays est libéré'

n'avons pas besoin'd'armes. Mobilisons-nous

puyt.

Vo"t

Ùnuro est là (applaudissements, < Uhuru > !)' vous donne encore un mot d'ordre' C'est de Aujourd'hui'ji -régort I'orâre dans la Province Orientale, c'est de faire fuir" q ,ègo"t li paix. Quiconque qui vient chez vous vous dit: allons noirlà ceattaquer blanc, un il;d"; io ttr, alons attàquer I'ennemi p.N.p., c'est cela, dit qui vous cêlui puË q",if était du liberté (applaudissements). Et vous-mêmes, vous allez àr "ott" qui lance des pierres' si fu police. Si vous voyez un iuitu "nf*t une femme' il train d'insulter qui en est noot ooyt, quelqu'un Et si (applaudissements). police la à faut fariêter, ou'famener encore allez vous directives, mes suivre et vous allez m'obéir constater. que nous serons au deuxième stade et nous allons continuer

r.

L' inv e stiss eme nt humain. <

Demain, c'est

le travail. Tous les dtômeurs, nous

allons

Il faut nous laisser un peu le temps' Ce que le Congo est devenu indépendant que

nous occuper de vous.

n'est pas parce I'argenl esi tombé du ciel ou va tomber du ciel, oe n'est pas vrai. L'argent, nous allons le sortir par notre propre travail' Nous devons doubler nos efforts. Nous devons boire maintenant < une > bouteille de bière pour les Qtassage inaudible) au lietr de deux bouteilles. Nos femmes doivent travailler, tout le monde aux champs. Nous devons nous mobiliser pour créer une économie nationale, une économie rurale prospère. Ne croyez pas qu'avec des capitaux qui viendront de l'étranger, le Congo va (1) N.D.L.R. On remarquera que Lumumba dans son flef prêche le calmè-alors que les événements sont graves.

247


ir 1i

,:i

'iii i

tiili li.i

se développer. Ce n'est pas vrai. Les capitaux sont nécessaires, mais d'abord, nous devons travailler nous-mêmes. Notre efiort. Au travail et nous allons combattre I'oisiveté, la paresse. Suiveznous. Nous avons le plaisir de vous présenter ici Monsieur Djin, ambassadeur du Ghana, qui vient vous apporter le salut du peuple du Ghana (applaudissements, Ghana, Uhuru).

li i,

C'est vous dire que les peuples africains sont aujourd'hui unis. Læs peuples africains indépendants ne sont pas contre l'Occident, ne sont pas contre l'Europe, mais nous sommes pour l'amitié entre les anciennes puissances et nos pays. Les Européens ont beaucoup fait en Afrique et nous reconnaissons

i

leurs efforts.

ri:'

',,':i

Ir

,ii' ri

i I

,i l

i I

'I I

i''

Nous demandons simplement qu'ils comprennent la nécessité d'une évolution inéluctible. Les troup€s ghanéennes sont arrivées au Congo pour vous aider, pour faire régner I'ordre dans ce pays. Chers frères, chères sæurs, suivez-nous, marchez avec nous, nous allons mettre de l'ordre (acclamations). > (Transcription littérale de la'bande enregistrée sur place.)

i,,

i, I

'rt,

,

2. ADRESSE AUX MILITAIRES DE STANLEYVILLE: AFRICANISATION DE L'ARMÉE ET ROLE DES

.i ;

i

BELGES (t9-7-6O)

< Avant de faire l'appel des militaires à qui nous avons confié le commandement de notre armée nationale, je me permettrai, au nom du gouvernement, de faire quelques préci-

sions.

Le fait pour notre gouvernement de confier le commandement de notre ârmée aux nationaw( ne signifie pas du tout l'écartement des officiers et sous-officiers belges qui sont parmi nous et qui demain vont aider les dirigeants congolais à bien diriger I'armée. L'Armée Nationale Congolaise doit son organisation actuelle aux officiers belges qui, durant 80 ans, ont lutté à côté de nous pour faire de ce Congo un grand pays libre. Le Congo est devenu un pays indépendant. Ses structures politiques, militaires, sociales et économiques doivent également 248 L'

i i

i.

,i il"

pays changer En fonction de cette indépendance' Dans tous les du direction la indépendant, pays' devienf lorsqu'un du ionde,'ett" même' cela et nationaux des mains airx ôon."p"Vt O"it ôoufotmément aux principes du droit public et interne cosme

du droit international. Cest au pays devenu indépendant de faire appel aux hommes, aux techniciens, aux offrciers qui ont ra cooûân""; et cette confiance, nous la plaçons avant tout aux officiers belges qui sont parmi nous. Si nous avons un conflit politique uoioutd''nui une" le gouvernement belge, cela ne doit "nos

relations entre nous et les Belges installés^dans pas affecter pays, ou entre nos militaires et les officiers et sous-ofûciers "e UeËes qui sont parmi eux. A travers les erreurs, il faut voir Iho-mme, il faut voir l'élément humain. Et je peux dire- aux officiers qui sont aujourd'hui parmi nous: il y en a qui ont

pris la fuite, il y en a qui sont partis parce qu'ils n'avaielJ Put ia conscience iranquilè. Il y a des officiers et sous-officiers belges qui sont restés parmi les militaires congolais avec cou'tu{", pât"" qu'ils veulent encore servir ce pays ; à ces officiers, toor itut disons: notre gouvernement vous fait confiance' nous comptons beaucouP sur vous. Nous savons que nos officiers, peut-être' manquent encore d'expérience dans tel ou tel domaine, mais c'est vous qui allez les aider. tes mauvais éléments, il y en a aussi parmi nous. I1 y en a parmi les offlciers belges, il y en a parmi les fonctionnaires, àans tous les pays du monde; on ne peut pas généraliser' tr faut que ces mauvais éléments s'en aillent, ce sont eux qui infectent Ë vie ici au Congo. Et une fois restés entre nous, les gens qui sont tous décidés de poursuivre la même æuvre de la construction de la grande nation congolaise, je suis convaincu que nous ferons une æuvre, une Guvre pour laquelle le peuple congolais et le peuple belge sont flers' Nous ne voulons pas donner fimpression que ce que nous faisons aujourd'hui, c'est dirigé contre I'homme blanc; mais non. C'est la mise en place des institutions nouvelles en fonction de cette indépendance que nous avons conquise en amitié avec la Belgique. Et si la Belgique

commet des erreurs aujourd'hui, nous ne voulons pas I'imiter. C'est à elle-même de se compromettre. Et quand nous disons Belgique, ce n'est pas la Belgique tout entière, mais les quelques hommes au pouvoir, les quelques hommes qui ne voient dans ce pays que I'exploitation, la domination et quelques intérêts 249


rill tl I

il i

il ll rt,ii

iii

iiiii ll.r.

le peuple belge, dais son ensemble et quând nouf :ç::9: a[ons enYry lcelgique, nous reçoit toujours à bras ouveris. Et nous voulons le peuple belge sache qu" t peuplo -ryrnputÈ'le mygue .eu9

toujours lu et quj tes oificË; ::lg:luir.tui Delg9s qul sont ici puissent demain, çonme ils liont fait par le passé, aider nos officiers à bien diriger cette nouvelle armée

ALLOCUTION DU 20 JUILLET

congolaise >.

(Transcription littérale de la bande enregistrée sur place.)

M. LUMULBA : rt Depuis dix jours le Chef de l'État et moi-mêmo parcourons le pays en tous sens-Pour prêcher le calrie. (...) La Befgi(ue qui reconnaissait

Lier l'Indépendance du Gongo, sabote aujourd'hui cette lodépendance.

>

ll

La rad.io nntionale congolaise a difrusê mardi soir 20 iuiltet à 22 h. 30, une allocution de M. Patrice Lumumba, \premier ministre, en voîci le lexte intégral :

ir i;

;i

l:i

tl

Mes chers compatriotes, < Nous venons de rentrer ce soir à Léopoldville, après un séjour de deux jours à Stanleyville, où je me suis rendu avec le chef de I'Etat samedi passé. Pendant ces deux jours nous avons procédé à des nominations importantes, dans le cadre de I'armée, de la police ainsi que de fadministration. Lors de notre arrivée à Stanleyvitle, la situation était particulièrement calme dans la province orientale. Mais, poursuivant leur missiou d'agression et de provocation, les troupes belges ont été parachutées à Bunia lundi, à 14 h. 30. Elles ont immédiatement ouvert le feu sur les troupes congolaises. Deux militaires congolais ont été tués. En outre, Ies troupes belges se sont emparées des armes et munitions appartenant à notre armée nationale. Iæs rhêmes actes ont été commis à Coquilhatville, où il y a eu un militaire et un policier tués, et à Kindu. Iæs troupes belges provoquent partout la panique et llnquiétude à travers le Congo. < Partout où elles arrivent, elles attaquent nos troupes par surprise. Depuis dix jours, le chef de l'Etat et moi-même parcourons le pays en tous sens, pour prêcher le calme et examiner la situation de plus prèp. Notre présence à I'intérieur du Congo a étê bénéfrque à beaucoup d'égards et nous a permis de dé-

250

25t


'-

couvrir beaucoup de complots, qui risquaient de plQnger notre pays dans une situation plus grave que I'on croit. A coEstater les actes commis aujourd'hui par le gouvernement belge dans notre pays, on ne peut croire un seul instant les discours que nous tenait hier ce même gouvernement. La Belgique qui reconnaissait, hier, I'indépendance du Congo, sabote aujourd'hui cette indépendance. Les mêmes ministres de la Belgique qui signaient, le 30 juin, devant toutes les nations réunies, devant la nation congolaise, I'acte reconnaissant au Congo I'accession à la souveraineté internationale, ce sont les mêmes ministres qui, quelques jours après I'indépendance du Congo, nous envoient des troupes d'occupation. Le gouvernement belge qui inscrivait dans la loi fondamentale que le Congo forme, avec ses six provinces actuelles, une entité politique indivisible et indissoluble, est le même qui, dans le seul but de garder I'Union Minière, provoque la sécession du Katanga. La preuve des actes criminels de la Belgique au Congo est clairement établie par I'arrestation du général Lundula Victor, qui a été nommé par le chef de l'Etat et qui se trouvait à Jadotville et qui est aujourd'hui prisonnier à Elisabethville, par la nomination d'un commandant en chef belge au Katanga, par I'envoi de troupes belges et d'émissaires spéciaux dans cette province. < Une chose est certaine, la Belgique s'est condamnée en face du monde entier. Ses plans échoueront. Le vaillant peuple congolais sortira victorieux. Nous préférons mourir pour notre liberté plutôt que de vivre dans encore I'esclavage. Toutes les forces vives de ce pays sont mobilisées pour sauver I'honneur de leur patrie et défendre courageusement I'indépendance de leur pays. Un courant de solidarité en faveur de la jeune république du Congo se manifeste de plus en plus. Chaque jour, nous recevons de tous les coins du monde des messages d'affection et de solidarité pour la juste cause que nous défendons. L'histoire ne fait pas de marche en arrière. Le peuple congolais ne reculera devant aucun obstacle pour extirper de son sol tous les vestiges de colonialisme et de l'impérialisme. Rien ne compte pour nous, pour le gouvernement congolais que vous avez élu que I'intérêt de notre nation. Et c'est ce seul intérêt que notre gouyernement s'est décidé de défendre jusqu'au bout, même au prix de la vie de ses membres. < Dans une lettre que nous avons adressée au secrétaire des Nations Unies, lettre signée par le chef de l'Etat et moi-même, 252

'.-

I

pour le nous avons donné un dernier délai farrivée au Congo' des que' qis p;;;; belges. on nous t se retirer' Il y troupes de l'o.N.U', [t-;;"p* ïelges.a^llaient sont au congo i"t.i'oopes?3

;;il;;';;" semaine lot i,;;Ëil;.-c;

lo*'N'u' retirer' Elles continuent et les troupes bleges ie veulent put t" aujouroolui qu" oo'i' uuon' donné expire pas donner sait ne J'n"fî-r*u",, a z+-tttiitt' si I'O'N'U' dans verra se gouvern€ment satisfaction à notre peuple, notre

d'autres immédiatement appel à des troupes I'occupation sous vivre à nations. Nous ne p";;;; ""ntinuer

ËîËffi

arluir"

puissanc.e éqaugère ffiiJ;; ti io;ottinc. d'unepuLtqu" du Congo

i""1L?lt:-o*: J'informe t'opinion ": provrnce ou La Congo' pas du que le Katanga ne se détachera du droit pobl" i"E o: Katanga fait, tant ou point Aè 31 Congo indépendant' Tout q"'#il;bi"f, p*lt intégrante du deviendra pas juste comme la prov'nce O'inv-ep en Belgioue ne ne plus' noi fevreld'1a indépendante, la province du Katangu' et riche grand Notre indépendante dans ,ln-ôoogu inCépendant' dans le plan premier de Davs restera uni, poo,-1oËi oo iot" ion"ttt des nations libres d'Afrique' debout' avec vous' < Mes chers compatriotes, nous sommes territoire national' notre AgflnOre l'intégrité de i*t "ïîtit, pou.encore un marché conquis' pays au Congo urr Ceux qui voient Le tromPent' se I'or' âe international où ils viennent chËrcher travailses femmes' ses enfants' un pays libre' Ses Congo est-r*rË.iu"tt, du q

t"

Ërti; ."t

défendront, P.arce que les richesses

Et nous allons les exploiter-nousappartiennent' èil";t; -f^uire du Congo une glande nation prospère au ;à;tt poo, les pays occidentaux qui

Pi demain, Centre de l'Afrique "àit". pour chercher nous envient auiourJ'hui, viendront chez nous sommes un nous gue parce accueillir les asile. Nous allons pays pacifique'

'-'uïiu"

>' ia république souveraine et indépendante du Congo

Baud'ouin s'ad'resse au peuple belge < I'afireuse cruauté-> < avec uræ infinie t istesse > et d'énonce < qi; ,aui, au congo,- àais iI salue les ethnies entières > (celles qui < mous ont conservê leur amitié > ' ài - xoto"so) I* zi iuiîtet avant son départ pour New York' le premicr mînistre congolais parle à la radio de Léopoldville'

Le 2I iuittet Ie Roi

253


DISCOURS

A LA RADIO DV

troupes ennemies qlrittent immédiatement lE pays', fai ûnaledu Parlement, de nre rendre Pcrson' -"ni dé"idé, avec liaccord gôuvernellernent à New York pour défendre la thèse de notre du réalités les sur internationale nemênt et éclairer I'opinion -ongo. Mon départ a été annoncé à New York par les soins de ù. le secrétaire général adjoint dE I'O'N'U', qui se trouve Je quitte .Léopold{lle--auioypour le moment à iéopoldville. -Etats-Unis.

22.7.60

M. LUMUMBA : ( Vous fêtez aujourd.'hui le départ dee eurernis de notre Patrie. Quand je vais' revenir avoc les techniciens, les professeurs, Ies ingénieurs daas tous les cad.res nécôssaires, alôrs norjÉ alons effr.oyer les meilleurs de nos fils pour aller apprendre à l'étrangen, _poll que dans cinq-ans, fe Con!ô puisse avorr ses teclrniciens dans tous les domaines. ))

, je

< Mes chers compatriotes, c'est avec une vive émotion que m'adresse à vous aujourd'hui pour vous annoncer une im-

portante et excellente nouvelle. Cette nouvelle vous réjouira. Cette nouvelle vous réconfortera

_ _ 1 Dès le jour où notre jeune république souveraine et indépendante fut brutalement attaquée par Ës troupes belges,

li '\

nous avons immédiatement réagi. Chaque jour qui pàssait, mon gouvernement, solidairement avec le chef de l,Etai, a adressé des appels incessants à I'o.N.u. Le conseil de sécurité avait répondu à par I'envoi de ses troupes au Congo. La _notre appel

Belgique devait, conformément

à la

décision

du Conùil

de

Securité de I'O.N.U., retirer ses troupes du Congo. Iæ gouverne_ ment belge, soutenu par ses groupes financieri et les- ennenis

de notre liberté, n'a pas voulu reJpecter la décision de la plus

haute instance internationale.

Notre gouvernement avait décidé d,envoyer de toute ggelge une délégation à New york. Celle-ci étaii composée de <

I

I rl

if.

l\

i

M. Thomas Kanza, ministre délégué à I'O.N.U., ,i eoOrà Mandi, secrétaire d'Etat aux Affairés étrangères. it ffi le gouvernement renouvelair son appel à fô.N.U. ,t"'qJlè; "qo" 254

I-e président de la Chambre à'hui à desrination des députés et sénateurs, quelques parlementaire, délégation et une m'accompagDegouvernement du membres que quelqueJ ainsi ront dans ôe vôyage. A 5 h. 40 ce matin, i'ai reçu une com' de New York, qui nous annonce une munication téléphonique -Conseil de Sécurité, gloupant toutes les grande victoire. Le iations du monde entier, vient de voter à l'instant même une

résolution importante, aux termes de celle-ci les troupes belges doivent quittér le territoire de notre république demain, ou au plus tard le surlendemain. Deuxièmement' le pseudo-gouvernement indépendant du Katanga ne sera jamais et jamais reconnu par I'O.N.U. I-e Katanga appartient intégralement à la républi' que du Congo. Le secrétaire général de I'O.N'U., qui arrivera a I-"o lundi prochain, veillera particulièrement à I'intégrité du territoire natiônal et à lévacuation des troupes belges. Telle est, mes chers compatriotes, la victoire gue nous vedons de rem' porter aujourd'hui. La vérité, je I'ai toujours dit, finit toujours

par triompher. Cette vérité est que le Congo, pays de nos ancêtres, nous appartient. Iæ Katanga également. c Il y a deur jours, je vous parlais à la radio. Je parlais à la presse internationale, qu€ la Belgique va échouer. Ses complots également. La Belgique a, effectivement, essuyé une défaiæ

aujourd'hui à fO.N.U. c La Belgique y est allée nous âccuser. La Belgique y eet allée accuser notre gouvernement. La Belgique nous a envoyé

des troupes . d'occupation.

Le monde entier nous a

rendu

justice. Le monde entier nous a donné raison. I-es spoliateurs de nos richesses, auteurs du ptan de sécession du Katanga, ces criminels qui ont détruit l'amitié entre le Congo et la Belgique,

et

chrétienne, regretteront leur bêtise. Notre frère qui a voulu servir les intérêts de nos ennemis, les Tshombé, intérêts de l'étranger, les intérêts des colons du Katanga, les intérêts des égoïstes, au lieu de servir les intérêts de son pays,

amie

de sa patrie, de ses frères noirs, Tshombé sera demail jugé par 2J.5

l


1j1

;:':"r.

lr li lill

:''',"

iii:-

r1;

,'i ""

;ril'l r,iii:

r

ii

I'

'i:iil,

tauréo dans cette province, se réjouiront aujourd'hui d'apprendre que I'O.N.U., n'est pas d'accord avec ce que la Belgique a fait. J'invite chacun à boire ce soir un verre de bière pour fêter cette victoire. Nous ne gardons aucune rancune vis-à-vis des Belges, nous allons prouver demain que le Congo est un pays pacitque, un pays patient, un peuple honnête, qui ne demande autre chose que de viwe en paix avec les Blancs. < Nous savons très bien que beaucoup de Belges qui sont en

'

ll:ii'

'll

ri'.

;I rll,,

Belgique n'approuvent pas

1.'

|

i,

!

i,, .f'. ,li

l:

I

t^ I

i

f, t'; l:

i:

le peuple. Les populations du Katanga qui nous télégraphient chaque jour pour désapprouver Tshombé, et condamner ses actes criminels, se réjouiront aujourd'hui d'apprendre que le Katanga reste dans le cadre d'un Congo uni. Les populations du Katanga {iui craignaient la domination congolaise ins-

,"'

'

du tout la politique du gouverne-

ment au pouvoir. < Quand nous nous rendons en Belgique, nous sommes toujours accueillis à bras ouverts par les Belges, par leurs femmes, par leurs enfants. Nous.voudrions également que les Belges qui restent chez nous, les Belges de bonne volonté, soient protégés, soient accueillis de même manière qu'ils nous accueillent chez eux. Ceux qui ne voient au Congo qu'un pays où I'on vient chercher de I'or, ces gens-là ne voient au Congo que le partage des dividendes des sociétés coloniales, ce sont ces gens-là, ces quelques groupes financiers égoïstes, le gguvernement au pouvoir en Belgique, qui ont été à la base de ce complot et de cette situation que nous connaissons aujourd'hui. < C'est I'ambassadeur là, qui est en partie responsable de ce qui est arrivé aujourd'hui. La Belgique a reconnu I'indépendence du Congo, qui a inscrit dans la Loi Fondamentale que

les six provinces actuelles, constituent une entité politique indivisible et indissoluble, cnest la même Belgique qui envoie des troupes d'occupation au Katanga. C'est la même Belgique qui envoie un émissaire spécial auprès de Tshombé, c'est la même Belgique qui prepare le plan de sécession du Katanga, dans le seul et unique but d'avoir l'Union Minière, d'avoir la main-mise sur notre pays. Nous invitons toutes les populations de ce pays de garder leur calme, et de suivre nos mots d'ordre. Nous voulons que les Européens restent avec nous, spécialement les techniciens, les ingénieurs, les instituteurs les agronomes, etc... Les techniciens, nous voulons qu'ils restent. Iæs gens qui ne sont pas indispensables doivent rentrer chez eux.

'c Nous sommes arrivés au Katanga, le chef de lnEtat et moimême. Les Belges nous ont chassé. A 10 heures dtr soir, nous survolions la plaine d'aviation du Katanga. Ils ont éteint la lumière ils ont dit que le Katanga était indépendant. Voulant descendre à Kamina, nous avons laissé notre avion. On nous a conduit comme des prisonniers à Luluabourg. Alors qu€ nous voulions procéder à des nominations importantes dans le cadre de I'armée, de la police et de l'administration. < Nous voulons que tous les administrateurs de territoires, à travers tout le pays, soient des Congolais, tous les commissaires de district soient des Congolais. Avec le complot qu'il a monté avec les fascistes du Katanga, ils veulent que tous les administrateurs et commissaires de -districts restent encore des Èelges. Ils veulent instaurer une dictature économique au Katanga, vis-à-vis des intérêts de la masse populaire. Aujourd'hui, notre frère Tshombé va regretter. Le Katanga ne sera jamais indépendant, le Katanga reste une province congolaise, une province de notre république. Ceux qui ont monté des complots contre notre république, ceux qui ont commis cette atteinte contre la sûreté extérieure de notre Etat, seront jugés demain par la justice de notre république. Nous avons prêté serment, le chef de I'Etat et moi-même, vis-à-vis de la nation tout entière de sauvegarder I'unité et fintégrité de ce pays. C'est cette unité, c'est cette force qui fera du Congo, une grande puissance, une grande nation, au centre de I'Afrique noire. On a voulu nous diviser le chef d'Etat et moi-même. Parce que diviser pour régner. Nous avons compris. Depuis lors, entre le chef d'Etat, M. Kasavubu, et moi-même il y a unité de vue, unité de logique, solidarité et même pas une aiguille ne peut entrer entre nous dans nos relations. C'est cette force qui a fait que nous avons parcouru le pays, connaissant la faim, le froid, la chaleur, descendre plus près de la masse, parler avec notre population, et risquer notre vie, échapper aux attentats, et cette forge, cette unité entre le Chef d'Etat et moi, c'est cela qui fait la force du Congo d'aujourd'hui. C'est cette unité, qui a fait que nous avons protesté, au jour le jour, près de I'O.N.U., exigeant le départ immédiat des troupes'belges, des troupes ennemies, des troupes d'occupation, et aujourd'hui fO.N.U. nous a,écoutés, et nous avons dit que s'il n'y avait pas moyen d'obtenir satisfaction immédiatement, nous allons faire appel aux troupes soviétiques et afro-asiatiques. Nous ne serons jamais des communistes

l' I I

2s6

257

l l

.l

i


et nous ne sommes pas des communistes' contrairement à la campagûe de destruction et d'obstruction que des ennemis de

notre indépendance ont menée à travers le pays. Nous sommes simplement des Africains. Nous ne voulons subir aucune influerrce extérieure, nous ne voulons rien ni des doctrines d'importation occidentale ou russe' ou américaine. Le Congo reste ie Congo. Nous sommes des Africains. Nous voulons faire du Congo une grande nation libre. Nous ne voulons pas sortir d'une dictature pour tomber sous une autre dictature. Nous nc sommes pas ce qu'on pense de nous parce que nous sommes des honnêtes gens.

1,, ,li 1.,

't.

rl rt, il

Intègres, si nous avions voulu vendre notre pays, toucher de I'argent des mains des impérialistes, comme on nous le proposait, il n'y aurait pas de changement, il n'y aurait pas d'ennuis aujourd'hui. C'est parce que nous avons voulu servir les intérêts de notre peuple, de notre nation, rien ne compte pour nous que défendre notre pays, servir la nation. CeuxJà qui veulent composer avec les capitalistes, c'est leur travail, toucher des millions d'argent, c'est leur travail, leur conscience le leur reprochera. Aujourd'hui, chers frères, vous voyez les bienfaits de I'unité. Nous demandons à nos députés, à nos sénateurs, à la population tout entière de s'unir, de suivre notre exemple, pour que tous ensemble, les enfants de ce pays uni, les tlavailleurs et les intellectuels, les riches et les pauvres, les hommes et les enfants, les garçons et les filles, nous allions construire un grand Congo, un Congo fort, pour libérer le reste de I'Afriqug,

i

pour libérer nos frères qui sont encore sous la domination étrangère, chers frères, I'ceuvre que nous poursuivons l'æuwe

de la libération nationale, de la construction de la patrie c'est lme æuwe que je pourrais dire, une æuvre divine, ceux qui nous attaquent, aujourd'huin nous devons leur pardono"t. 1rg ' 'i Européens qui restent avec nous, il faut viwe avec t* *trro16 1;, des fières. Ii faut les accueillir chez nous, nos ennemis partiront. ,;l < Nous allons expulser tous les élérnents indésirables, qui veulent encore vous maltraiter, qui veulent encore vous op* primer. Nous resterons avec des amis, les Belges et des Euro- ,, péens de bonne volonté, de bonne foi, ceux-là qui comprennent que le Congo a changé, que le Congo appartient aux Congolaist que ce sont les Congolais qui doivent diriger leur pays. Ceuxlà doivent rester, et nous fgrons encore appel à d'autres nationsj d'autres Belges qui sont en Belgique, et qui, certainement n'ap ,

;l

258

du prouvent pas ce que sont en train de faire l'es membres 19 gouvernement au pouvoir, qui veulent,-n'est-ce pas' vo5 q-e. Congo est encore * ptyt conqui-s' Je- me rends auiourd'hui aux Etats-Unis avec ooé OeÉgæion de vos dirigeants' Nols pour- les allons avoir des contacts uu"" 6"ao"oup de milieux en-valeur mise la ffoÙferrr". qui concernent I'industrialisation, triàe notre pâys. Beaucoup de techniciens^sont partis' Nos cha-1tage du fait a On b;*"* soir'aujourd'hui sans magistrats' On a voulu saboter notre indépendance, nous sommes 1à deque bouts, nous allons serrer la ceinture et nous allons montrer non et fils ses de le travail giutr_unis par ont été construits i". parce qu'ils ont tendu la main quelque part' La révolution française vois 1à coinnaissez, c'est avec le travail de chaque citoyen, de chaque citoyenne, que 11 France a été construitô. ta réiolution belge, en 1830, ils ont chassé les Hollandais de chez eux, les Belges ont travaillé et chaque iour ils disent la Belgique est un peuple travailleur et nous également i. p"oprt "onfoluit, nous sommes une grande nation' plus gl*Ar^qu" la Ée[ique plus riche que la Belgique, alors demain prouvons que nous pouvons construire notre Congo, sans devoir ilendier l'ârgent qùqu" part avec I'effort de chacun et coest de cette façon ieubÀent que nous pourrons sauver cette grande pattie, chers frères, chèies sæurs' chers citoyens, voilà le mes,"g" qo" je vous adresse quelques heures avant le départ pour bs- gàts-Ûois : restez unis, buvez' amusez-vous fêtez ce soir notre victoire, amusez-vous, fêtez aujourd'hui le départ des ennemis de notre patrie, et alors quand je vais revenir avec les techniciens, auec d"s professeurs, avec les ingénieurs, dans--tous les cadres nécessaires, et alors nous allons envoyer les meilleurs de nos fils pour aller apprendre à l'étranger pour que dans ciùq ans, le Côngo puisse avoir ses techniciens dans tous les domaines. Les ennemis qui nous sabotent aujourd'hui, viendront demain à la porte du Congo pour nous demander l'hospitalité et nous leur dirons : le peuple congolais est un peuple ûer, sans rancune. Vous pouvez teîttet chez nous, chers irèrês, je vous invite de suivre ce mot d'ordre et de vous réjouii et de ne pas brutaliser les Européens, de ne pas lancer des cris hostiles, mais de les accue,illir chez nous. < Il faut un nouveau climat aujourd'hui pour la relauce économique, il faut que les désordres cessent, ce désordre a été provoqué par les ennemis, et je pense que vos dirigeants ont

259


défendu vos intérêts aujourd'hui, et vous allez nous écouter. Blancs et Noirs qui sont dans ce pays, nous allons construiie ensemble notre patrie. < Vive la République du Congo; < Vive la liberté r. lDè_s

son arrivée aux Etats-Unis

avec les journalistes.

iI organise une rencontre

DE PATRICE LUMUMBA CONTÉRENCE DE PRESSE A NEW.YORK EN DATE DU 25 JUILLET 1960 Cest avec plaisir vous Pour vous parler des que je me trouve uoio*O;ui parmi pour prendre du congo.;;t"il i""o u* F'tâts-unis Messieurs les représentants de

oroblèmes

ffiffi*il;

la presse'

;"""Ë;rér"î"- aJra"r

lîiffi ;"" "oj""nyËË""ot"t demander son appur pour que les

des. Nations

unies, lui

et des événements du Congo

belges quittent im-t1ou991 Répr1b[que afin.que t" médiatement le territoTrlJ"ltt" les. troupes belges restequ; soit immédiatement tZl"UfL' Tant Congo la paix ne sera pas- rétablie' la paix au Congo est cotrLe rétablissement àe, iordre ât de t'oop""' Je-vais vous faire un tout

l*

;; ;"

ditionné par le retruit-À-"es

olutôt aux questions petit exposé pur". qut-3-"ïietat"iep"ndre -ou" faut que 1'oPinion^intervoo, voudrez uËo'ï" pott''. î1 la situation au Congo' sur Tiit""* ."îr-*in."-*"Jiilot.'0" d'entre vous conilto;ô-iu- ie,i'e soit rétablie' Beaucouo du Congo a irlyers lel naissent le Congo "îît-L"Jtt-t"tsparfois qui publient des dépêches d'Agencesl C"ï àepê"tt"s qui ne sont pas toujours exactes' par la.presse belge' pæ l'agence "nàt"t Une campago" u-ctcii"ic" l'opinion publique en erreur' a" pi"rre ËtÀ", pour induirJ Ët aujouid'hui cest le grand grossir démesurémet;;' T;;id*ts' coogo qui a-été colonisé pendant iour. Vous en amitié "oonu*'"J-i" Depuis sb ans nous avons vécu Lï"* nît";;Ë;; c'hez arrivés sont Belses g"ËIt' ii-qt*d.I"-t sincèré avec les Aujourd'hui iuverts' bras à nous, nous r", uuolî'a|cu;iltt chez nous parmi nos populations encore les Belges qti "i""tt des Africains' Alors ne se sont iamais piuiott du comportement de l'émancipation que les Français, i"*-eogruit i'-ocgupaient belge ne faisait fadminiitration politique de leurs. iârl"rtËi des progrès ont été réalisés rien. Par cottre, f""t"tont"it que

t I

ti l) l.'

261 260


au de vue du développement économique et social au Congo. Ces efforrs qui ont -été réalisés pu, f., n"fj", J f", étrangers installés chei nous, nous les reconnaissons. Mais rien n'a êté fait en ce qui conc€rne l,émancipatio" pofitiq* L. Congolais. Nous avons mené une lutte acharne. pou.'ùùér", lotre pays du statut coroniar, pour faire du congo io libre,.un pays indépendant. Notre politique a Cîe "ootioàt Uasge sor-ta non-violence, et c'est d.ans ce1 qu" nous avons toujours travaillé ; et malgré les brimades,"rpiit i., uirertutions arbitrail;;i* condamnations, nous ne nous sommes jamais aecourages.-Nous avons lutté jusqu'au.bo-ut, jusqu,au mômenr of fa nËi!iù; reconnu notre droit à r'auto-détermination. Nous nous ,o.*"," réunis à Bruxelles autour de la conférence de ra table ,oooq-àt c'est autour de cette que l,indépeoduo."-àuè;;ô'" été frxée au_30 juin :g{ér:T" 1960. Nous ,o**., rentrés au Congo, on u y2ê rr collège exécurif générar et des cotèges prouii.iÀ qui devaient assumer du mois de janvier au 30 juin la direction politique et administrative du congo. Nous avons travaillé au sein de ce Collège, nous- avons ptéônisé beaucoup O" ,Jtoir", qui n'ont pas été réalisées- Depuis le mois Ae mois de juin 1960, I'Adminiitration Uelge, ;anvler l;ù;;;" Ë goou",ro.il.;, belge n'ont prariquement rien fait p""i f""ifit", h;u;;;;;; pouvoirs aux mains des Congolais. l-es cadres ;;;;; G;;; -; créés comme cela se fait dais d,autres colonies l"rr;;; puissance administrante se décide pour-iu."rrrioo point

.l

t:i,'

i:i i, I

A,*-iuy. à

l'indépendance.

A

travers lâfrique,

dépendance,

les pays qui ont accédé à l,in_ .tous. Ieur aôcession a. t,iri#periduo". , ,"ùo"^'iîe

précédée_d'une période d,organisatior, o,"i, étê.f.att. Le_ 30 juin nous avons accédé à Ia souveraineté inter_

"" C"r;;;;; ;;

1* juillet, uucuo cudre o,étui, ytioryte. Africains. L,administration, la poti"", -t,*_ée, tout et absolu_ ment tout et à cent pour cent était encore aux mains des seurs fonctionnaires belses. Le mécontentement ne pouvait Das _ tarder' c'est alors rue les m'itaires oni""ige 0., réformes dans I'armée. Bien avait I'accession ;;" iionr, à trois reprises, demandé au Général Jansens, .o*rouio*i en chef de la Force Publique, qu,il nous fasse un ;1";;;g*isarion et d,africanisation de.l'armée, Chaque toir, et .î pre*À;r-ë;: vernement Gên&a[ iI nous répondait "" quï n,était p", à;"."oà avec les réformes que nous uuioo. ,oùsuge"r, q; -JJ"il

!9

262

";;;;ï;,

",

Gouvernement responsable issu des élections pouvait donner des mots d'ordre dans l'armée. Nous avons patienté, le gouvernement a été installé le 30 juin. Moi-même en tant que Premier Ministre et Ministre de la Défense Nationale, j'ai de nouveau

déclaÉ au général qu'il fallait absolument prévoir des 16formes et que si ces réformes ne se faisaient pas immédiatement, nous pouvions assister dans quelques jours à une révolte dans les cadres de I'armée. Parce que les militaires croyaient que I'indépendance ne profitait qu'aux cadres civils. Et en réalité nous avons des Congolais qui étaient des conseillers provinciaux, des députés, des sénateurs, des ministres, aussi y compris le Chef de l'Etat. Mais pour ce qui concerne I'arméen aucune promotion n'a êté réalisée. Je recevais des doléances tous les jours des militaires, je recevais des visites tous les jours, et chaque fois j'en parlais au Général ou au colonel Van Hoorebeck qui était mon chef de cabinet pour la défense nationale. Et chaque fois je me heurtais à une fin de non recevoir. Le Général disait aux militaires qu'< aucun changement ne pouvait intervenir dans l'armée >. Et je peux vous dire que le mécontentement des militaires congolais a été entretenu et provoqué par des ofûciers belges. Après quelques jours, il y a eu la révolte que vous connaissez tous. Cette révolte n'était pas tout un mouvement de haine dirigé contre les officiers belges, c'êtauit une revendication légitime, c'est suite aux erreurs psychologiques et politiques graves qui ont été commises par le gouvernement et des officiers belges. Aussitôt que ces événements sont intervenus, nous sommes allés nous-mêmes, le Chef de I'Etat et moi dans les camps militaires, dans le Bas-Congo, à Thysville, à Matadi, à Banana, à Moanda, à Boma, pour examiner sur place la situation, et procéder à des nominations des Congolais. Ët quand nous sommes arrivés à Matadi, nous étions accompagnés du Ministre de la Justice et nous avons donné des instructions précises aux magistrats belges d'ouvrir immédiatement une enquête. Le consul général nous avait signalé que des femmes blanches auraient été inquiétées dans leur dignité, et dit que si reellement des actes inadmissibles avaient été commis, QUe ce soit à l'égard des femmes blanches, des européens comme des africains, le gouvernement et la justice

nous. avons

devaient prendle immédiatement des mesures. Parce que notre gouvernement doit protéger tous les nationaux comme tous les

étrangers sans distinction aucune,

et nous devons veiller

au

263


,i

xétablissement de I'ordre à travers le pays. Des instructions

rti,

.,i

ont n'y a aucun

,

' été données aux magistrats, parce qu'au Congo il magistrat noir. Toute la magistratuie est aux mains des Belges. Depuis que nous avons donné ces instructions, et en insistant i pour gue des mesures immédiates soient prises, aucun fautif n'a été anêté. Et cela suppose que les faits qui nous ont été signalés ne semblent pas tout à fait exacts. Le Ministre des Affaires Etrangères de Belgique est venu déclarer ici au Conseil de Sécurité que des femmes blanches auraient été violées. Je m'excuse du termë, mais il a été employé et j,aimerais que la vérité soit rétablie. Mais jusqu'ici aucun coupable n,a été anètê, bien que les magistrats, qui sont tous des Belges, disposent de tous les pouvoirs, et que nous avons donné des instructions. On a répàndu des mensonges pour jeter le discrédit sur notre gouvernement, sur notre pays. Le peuple congolais est un peuple honnête. Depuis 80 ans, aucun européen n,a êtê tué chez !, nous parce que le Noir ne I'aimait pas. Depuis, 80 ans, les Européens ont toujours vécu parmi nous, même isolément, ils n'ont jamais été inquiétés. Ce qui s,est produit au Congo, s,est produit à travers le monde. La population dans son entiéreté n'a pas du tout participé à ce mouvement. La population garde son calme et sa confiance dans ses dirigeants. pdor noor Ie peuple congolais, l'indépendance ne signifie pas l'expulsion des euio1Éens, ou I'expropriation de leurs biens. L'indépendance que nous conquise par notre lutte signifie simplement que -avons nous devions disposer de nous-mêmes et construire notre patie, dans la concorde, dans la collaboration et en amitié avec les Bslges et les étrangers installés chez nous. Notre gouvernement a pris position dès son installation pour entretenir des relations correctes avec tous les pays amis. Cette position reste intacte, notre amitié vis-à-vis du peuple belge reste également intacte. Nous ne voulons pas du tout incriminer la Belgique en tant que

pays. Quand nous nous rendons en Belgiquè, nous uuôo,

toujours été accueillis à bras ouvefts par les Belges, les femmes, les enfants et toutes les couches de la population. Et quand lei Belges venaient chez nous, il ont toujours égalemeni chaque fois été accueillis. Et nous-mêmes nous avons invité le roi âes lelqeg et les plus hautes autorités de la Belgique d'assister aux festivités de notre indépendance. Bien qu'on prévoyait des choses pires pour le 30 juin, ce fut un calme absolu. ctst dans l'allégresse et I'enthousiasme que I'indépendanen a été pro_ 264

des festivités de notre clamée. Blancs et Noirs se sont réjouis Belges chez-nous ioJeproauore. Nous avons accueilli le roi des librettir"' aucun incident ne s'est passé"Nous-avons gouvernele """"-t" ,t" ouité d'amitié et d'assistance avec ffi;gtté Comment peut*"oi ùËrg", nous n'avons subi aucune pression' se soient on explique, qu" qodques jours après-, ces incidents d'être aujourd'hui nroduits ? Comment p"it-"" nous cïndamner

-ri"rg"t,

qu" nout-*êmes hier avons sipé ce ffiiË"ï"rlr;, été cachée' Ori taité ? ll y a une causè, cette cause vous a faux aspects' des sous ;;;r présenté les problèmes du Congo représentants les Messieurs " iait chez nous, à;;;;avons dans tous les pays' On se

c'est ce qui a été,fut révolutioo iti to Amérique' les peuples longtemps ont dû lutter pour se libérer' et c'est grâce à -cette "àîôoitgt intt" ooUt" que le peuple américain est devenuetcedequ'il est liberté iustice' ;futd'h;i eË qu'ici Ën Àmérique, pay-s de pour leur construire efforts ieurJ conjugué tous les citoyens ont ; gt*Ot nation. Et on nôii CgAt-e1t 1a révolution française mais les noirs' de b]an3s...ou de questionpas là ii;t avait pr*iui, ont aû lutter pour mettre fin à-l'injustice,1i tl"-Ït:i a tation. Et on sait ce que la France a fait aujourd'hut-gtace Belgique que la sait également ce ;;ï; ;;"; i" tibeité' ondomination étrangère; et Cest qr la de libérer ;i'"i

J, d p."rr",

;;p;;û-J;ïa

i

ôt'se se rappelle iS30 qo" la Belgique est devenue indépendante' On pour lew lutter dt tn"f"*^"o, la révàlution russe' Eux aussi ont liberté. pour.sa ffi;té:-uÀriqo" egurrr"nt lutte aujourd'hui a pas n'y il Congo' âu Je peux vous assurer que c!9-z nous quoi contre Ce blanc' ao io"i de haine à l'égarâ de I'homme innous à continuerons nous nous nous soûlmes iniurgés et domination la contre encore c'est contre I'injuslice, .**i;;, un i"lri.tiiie", c'est contre la duperie' Le peuple congolais.est en vivre d9 que chose autre demande oeuple paciûque, qui ne uu." les Européens, et avec les citovens de ;;ii;;;iiiie de Sécurité i*"" les nationalités. Nous renùrcions le Conseil se retirent belges troupes les que pour unanimement quîu ce vote de autour "oie constaté a qu'ol solidarité âo co"go. cette rtuoitËptouve réellement que le gouvernement belge est fautif' proou" r3eflement que I'esp]it -9]i ? :fué toutes les nations sentiments ioi"r uotoor du Cionseil de Sécurité, ce sontetdesvis-à-vis. de à,u-i ie et de solidarité vis-à-vis du Congo signé avorrs que nous iÀ6;" iout entière. Au terme du traité 26


,ii rilil il 11 r,i flr j: :

ri,

l;i i.

t:

iii :ii I'r

lii

l:i

li l,l

I'

le 29 juin avec le gouvernement belge, I'article 6 précise que les troupes belges ne -peuvent d'aucune façon interveair au Congo qu'à la demande expresse du gouvernemert congolais. Cette demande n'a jamais été formulée pat notre gouvernement. Même si nous pouvions un certain moment nous trouver dans des difficultés pour assurer la protecton des habitants, tout cç que le gouvernement belge pouvait faire, c'est de nous proposer I'envoi de ses troupes. Et conformément à ce traité nous devions demander I'intervention, I'aide de la Belgique. Or la Belgique ne nous a pas du tout consultés, Trois ou quatre jours après la signature du traité, là Belgique a foulé ce traité au pied, le gouvernement belge a violé ce traité. Il nous a envoyé des troupes d'occupation sous le prétexte le plus fallacieux de protéger les Belges. Le gouvernement belge a profité, alors que c'est lui-même qui est fautif, des troubles qui se sont prodriits au Congo, de n'avoir pas prévu, de n'avoir pas du tout èréé des cadres et de nous avoir accordé I'indépendance sans préparation aucune. De nous avoir accordé l,indépendance sani qu'aucun cadre soit créé. Et ce traité d'amitié, qu'est-ce qu,il signifre aujourd'hui si ce- n'est de l'hypocrisie, si ce n'est de la duperie. i,es troupes belges aujourd'hui arrivent au Congo d,une ùçon massive ei à travers le Congo, même là où aucun européen n,a été inquiété. Et quand les troupes arrivent, la premièrè chose à faire, c,est ouvrir le feu sur les troupes congolaises, tuer quelques miliiaires, s'accaparer des armes et munitions qui appartiennent à notré armée, des armes qui ont étê achetées avec notre argent. Êt aujourd'hui le Congo vit dans un climat de ærreurlt dln-

quiétude.

Le Chef d'Etat et moi-même, quand nous arrivons dans une localité, nous mettons de I'ordre. beux jours après les troupes belges arrivent pour détruire ce que nous auonJ construit. La situation au Katanga est un coup préparé minutieuse_ ment depuis quelques. mois par le gouvernêment belge. On se sert de M. Tshombé comme un instrument de pripagande, comme un paravent,.parce que l,intention de la Belgique c'est

d'avoir I'union Minière, c'eit d'avoir la main mise-sir notre je reçois des télégrarnmes venant du Katanga. L'écrasante majorité de cette population est contre la sécession du Katanga. t-a maior{lé écrasante de cette population condarirne sévèreienii";;;;;: pays. Nous avons des preuves. Chaque jour

266

nement belge et Tshombé pour I'acte criminel qui a été

g1tit

Og"laruit que le Katanga est un pays indépendant' Ici aux "o dans le monde entier on trompe sciemment Etats_unis "oànl" iopi"ioo internationale: que la sécession du Katanga est I'exprâr.ioo de la volonté des populations^de c€tte province. Il.n'en êst absolument rien. Si on-p|uvait même organiser un référendum au Katanga poot savoit si la population est pour la séces-

sion, on oetrait que cette population, au contraire' est pour I'unité du pays. Là preuve la plus tangible que -c'est ul coup g9u; prê;paré pui i" gouueto"-"nt belge résulte- du fait que Ie général un o"-"-tot belge a envoyé il n'y a pas longtemps belge au Katanga pour assuter le commandement en Chef des tto.rp"t du Katanga. La deuxième preuve c'est que le So-u-v9rne*"ni b"lg" vieni encore d'envoyer un émissaire spécial au Katanga, lour prendre contact avec M. Tshombé' La troisième prrruJ c'èst lorsque le 1'2 juillet le chef d'E'tat et moi-même quittâmes Luluabourg pour nous rendre à Elisabethville, nous ô.-et descendus à Kamina pour demander au commandant des bases avec I'autorisation de qui il a envoyé des troupes à Luluabourg et paftouto alors qu'il y avait un traité qu'il connaissait parfaitèment bien. Quand nous sommes descendus à Kamina, les militaires belges qui sont à Kamina nous ont insultés que nous étions des macaques, que nous étions des voyous. Chef d'un Etat souverain et Chef du gouvernement, les beiges que nous appelions nos amis nous insultaient, publiquement, sur notre propre sol. Nous avons quitté Kamina pour Elisabethville. Nous sommes arrivés à 10 heures du soir, et quand nous avons voulu atterrir les troupes belges ont éteiût la lutnière de la plaine d'aviation. Que si nous descendions, le Chef de I'Etat et moi-même, ils allaient nous faire prisonniers puisque le Katanga était devenu indépendant, et sous I'occupatiou des troupes belges. Nous avons insisté que nous devions absolument descendre, l'aviateur nous a dit qu'il n'y a pas moyen de descendre parce qu'il ne savait plus voir la plaine. Nous avons été obligés de rebrousser çhemin sans atterrir et après 10 minutes l'aviateur nous a dit qu'il a reçu ordre de nous rametrer tout droit à Luluabourg, alors que nous devions descendre à Kamina où nous devions prendre notre avion. On nous a ramenés comme des prisonniers, nous sommes allés à Kindu et à travers le pays pour mettre de I'ordre, et arrivés à Léopoldville nous avons trouvé le Général Cumont qui a déclaré 267


I

,l ;l

au chef de I'Etat et à moi-même qu'il pouvait nous faire prisonniers parce que la plaine d'aviation de N'Djili lui appar-

:1

tenait et qu'il en était le maître. Aujourd'hui encore je viens de lire une dépêche, tout de suitq, avant d'entrer ici; et dans cette dépêche le gouvernement belge vient de nommer encore un Chef

d'état-majorauprèsdeTshombéetcegên&alafaitune déclaration qu'il va rester au Congo encore peut-être pour 18 mois. C'est pour vous dire, Messieurs les représentants de la presse, que ce qui est préparé au Katanga ne vient pas des Africains. Mais que contrairement à ce qu'on publie tous les jours, Monsieur Tshombé n'est pas premier ministre du Katanga, c'est un port iilégal du titre. Et la presse belge lui donne ce titre pour tromper I'opinion internationale que Monsieur Tshombé est premier ministre. Il n'est pas premier miuistre, il est président du gouvernement provincial qui jouit simplement d'une autonomie administrative dans le cadre de la loi fondamentale qui a été prêparée par le gouvernement belge. La pro-

vince du Katanga comme les

5

autres provinces du Congo

forme un tout indissoluble. Et d'après la Loi Fondamentale, la Loi Fondamentale qui est l'émanation des résolutions de la Table Ronde de Bruxelles, cette conférence à laquelle avaient assisté les leaders du Katanga y compris Monsieur Tshombé, il est bien précisé que le Congo avec ses 6 provinces actuelles constitue une entité politique indissoluble et indivisible. Et c'est dans cette unité politique et économique que le Congo a accédé à la souveraineté internationale. Et il est impensable qu'on puisse parler d'un Katanga indépendant alors que le Katanga c'est une partie de la République du Congo. C'est comme si

aujourd'hui un monsieur disait qu'une partie de la France devient indépendante, c'est un non sens. C'est comme si on disait aujourd'hui que la province d'Anvers en Belgique devient indépendante, c'est un non sens. Donc les intentions de la Belgique c'est d'avoir le Katanga, province la plus riche parce que sans le Katanga et sans. le Congo et selon ce qu'elle dit elle-même, la Belgique ne peut pas viwe. Et nous voulons, et notre peuple est décidé de défendre son intégrité territoriale. Le Congo ne sera pas du tout divisé, le Congo restera uni. Et c'est ça qui fera du Congo une grande puissance au centre de l'Afrique. J'ai eu le plaisir de m'entretenir avec Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies, et j'ai eu le plaisir de lire la réponse de Monsieur le Secrétaire Général adressée à Mon268

Général

réponse'- M' le Secrétaire Et dans cette le Katanga lt"lifo: .d" -:":onnaltre lui disait qu'il n'est'^n* q* partie intégrante le Katanql:fait comme indépendant d;; de position la e^t position cette de la République du ôngô et

sieur Tshombé.

at Conseil de Sécurité' Et l'orsanisation des N"Ë;:"Û;itt' nou-s sommes très satisfaits' voulons coopérer Le Congo ot o"oi-ii? niYt" isolé,-1ous les Etats-Unis' sue voulons Nous avec tous les pays du mônde' puyt' afncains' i"t lo:ls disposées à nous la France, la Belgique, l'Angleterre' nution' qui--pnt l'Union Soviétique, tÀtes tes de notre indéaider puissent nous ;tà; Ë-;-1" -t:l"Li"tn de notre pavs' pour la mise Ën valeur des richesses ;;;;;;i nous' Le Congo est un pays Nous ne refusons ptttono" chez rraternelle' Nous reconnaissons ,eJ r" de la technique' Je le progrès a, la "-'""Jtr-;-it"tt*ttion'et contrairement à ce oous âu Congo vous assur€ qo" "nt'dJhaine à l'égard du blanc' il n'y ou'on a dit.io;ii.i'i ";;t;;timent " r"' re ste 1o c alis g 9"': ;; :'Hî pourrar général' Je"19-:-11 "il'e' mouvement un pu' l'armée ; et ce a qu'on tort du faire "'"'i nous etcore vous dire que c'est pour on Et Européens' des du départ organisé on rnoon.tJit ;#t"i et ainsi pour- répandre pr,otoi'ip"Ë-o*t a mobilisé 4". ^éoogolais"*étus train de chasser les en sont l'erreur en disant t i"' ce Nou* n'avons pas du tout souhaité Européens de chez "o*' vu certains fonctionnaires déoart massif a"' E îÀpà"n'; "t i'ai ce qui vient de se vrai;-sue aî-"!iiJ-t,.rr ;:iËJ i"u""oup de fonctionnaires belges ne ;;; faire au Congo "'tt; des Noirs' Et le gouverveulent pas travai[er ËÀ"t fu direciion po'ition c'est oue tous les fonctionnement belge avait ptit-u"" ô"ngo' Mis ces fonctionnaires naires belge. o"uuitÏtï "*tî po'rr travailler dans le cadre Belgique en réclamaient de rentrer liindépendance' beaucoup de de la compenguatioi il*-":""it il faut qu'on nous pose ioo",ioo"uires belges me demandaient: fonctionnaire et agent q"b; J"t*ot à chaque il;ffi;; Congo' soit de retourner en "t belge d'opter solt de rester au ne oous. aJnner cette possibilité' Belgique. Et si on ;";û;" votre dans sabotages y ait des vous étonne, pu' âttuin iu'il de-s fonctionnaires ont proflté qÉ Ëii tîJ" et administration. seul'but d'obtenir la compénétration de cette situation ;;1; de continuer leur serpour dire qo'it, ,oiiïans I'impossililiti massif' Ne croyezdépart le vice en Afrique et alors d'organiser

ilïo;;

Àâ*"u;;;;;

ï

;'i

t

îi"J,*

269


vous pas qu€ tous les Belges qui sont rentrés en Belgique ont été molestés. Il n'en est rien. Il n'est pas du tout vrai. Certes, il y a certains Belges, et nous le reconnaissons, qui ont été secoués dans ce mouvement des militaires. Nous avons pris toutes les mesures voulues jusqu'ici pour protéger les Européens et les nationaux. Et c'est pourquoi immédiatement après avoir constaté c.es troubles, nous avons fait appel à I'O.N.U. pour

solliciter une assistance militaire. Des troupes de I'O.N.U. sont déjà sur place. Mais bien que les troupes de I'O.N.U. soient sur place, les troupes belges ne veulent pas quitter le Congo. Elles continuent leur agression vis-à-vis de notre République. Et si la paix est ébranlée aujourd'hui au Congo, ce n'est,pas la faute des Congolais, c'est la faute des Belges. Je vous assure, Messieurs, je pourrais dire c'est un pari, mais si les troupes belges quittent le Congo aujourd'hui, cinq minutes après leur départ, l'ordre est complètement rétabli, la paix rétablie et la collaboration entre Blancs et Noirs rétablie également. Mais tant que les troupes belges resteront au Congo pour poursuivre leur action, leur agression, il n'y aura pas de paix au Congo. Et c'est pourquoi je suis venu, accompagné du Président de la Chambre des représentants, du vice-président du sénat, d'une délégation du gouvernement, au nom du chef de I'Etat,

au nom du parlement au nom du peuple tout entier pour à M. le Secrétaire Général au Conseil de Sécurité, que les troupes belges quittent immédiatement le territoire de demander

notre République. La présence des troupes belges au Congo ne s'indique pas si ce n'est pour provoquer et exciter les Congolais. Iæs populations sont à bout de patience.

Nous savons bien que l'indépeudance politique que nous

venons de conquérir ne sera pas du tout profitablè à notre Congo, à notre pays, si elle ne s'accompagne pas immédiatement d'un développement économique rapide et harmonieux. Aujourd'hui, notre programme est de mettre en valeur les richesses de notre pays, c'est de mettre tout Ie monde au travail, parce que ce n'est pas parce que le pays est devenu indépendant que I'argent va tomber du ciel. Et notre programme, è'est de créer- de vastes coopératives à travers le pays pour sortir nos populations de l'économie de subsistance. créei une économie natiol{g et rurale prospère et stable. Et à cet égard nous avons sollicité I'assistance technique de I'o.N.u. pour procéder à des études, voir les possibilités économiques du- pays, créer de nou_ 270

je suis optimist" 1l-"l1 veaux cadres' Et je suis convaincu, et avec le concours qur volonté notre programme, avec notre quelques mois' le l"r- ,ilià assuré ;; i;t pays amis, dans Et dans un au' ôongo"iiva rlprendre une vie noimale et rapide'

la presse interdans deux ans, quand les représentants- de trouveront là-bas' nalionale viendront parcourir lie Congo' ils un peuple pa3ifiqu3' ;;-;;;* de l'Afrique, un peuple joyàux'sont les intentions de n'i Cést 9à, @ di f"* tendra ta àain. et de notre peuple' ;otre --- gouvernement que notre gouvernement était incapable déclaré ont ceîains était incompétent' Mesde travailler et que ooo"'lountrneàent -cles slogans de propagande' On,nous Jùô "t .r" ,or,t là que ici aux Etàts-Unis et ailleurs comme si nous étions et chasser "ïGt"iet inJiuiOus qui n'ont pour seul programme : détruire â"i pense qu'on pas ce sommes rle les blancs. Il n'en est rien' Nous

des nationade nous, nous sommes simplement des nationalistes'

continueront à lutter pour lttté "t.qy libre et indépendant' puy. réellement faire de notre pays .rn au même niveau que nationalistes d"t ù* to--"t tirnil"rntof

iistes qui ont longtemps

du outiooAi.t , u*é.i"uins, ceux-là qui se sont mis à la tête nationalistes Àoovemeot de libération ;-au même titre que les parce t."oçui*, les nationalistes russes, les nationalistes belges' qui meneurs eu-quelques a;â";;;";;. b monde il y a toulours contre sommes se sont mis à la tête de leur pays' Nous ne

i.r

personne.

En Afrique, tout ce qui est progressiste, tout ce qui tend faut uo pÀgtt. Ëst qualifié de communiste, de destructeur' Il voys qubn ce tout ;;"j"fi faire dis courbettes et accepter onâ to", ce que les colonialistes vous offrent. Alors là-bas ils vont vous louér. Nous sommes simplement des hommes honoélrr, ooo, ne voulons fiomper personne et nofte seul obiectif a étê : libérer notre pays, "ooltr.rire une nation libre et indépendante chez nous. 1.é11à est la vérité qu'on a voulu piétiner et cette vérité on peut la cacher mais elle ûnira toujours par triompher. Notre politique, c'est le neutralisme positif. Nous n'accôpærons aucune aiàe'de la part des pays qui voudraient venir chez nous instaurer un autre régime de domina"o"orJ tion..Nous ne voulons pas sortir du régime colonial pour tomber sous une autre dictatuie. Nous ne voulons pas la dictature chez nous, nous voulons la démocratie, la waie démocratie qu'on voit par exemple ici aux Etats-Unis, où toutes les philosophies 27r


,lli .t

,,1t,

:lii i,i

iil

'lilii t,; L

Lit'l,i itlr. :ri, I

i

'll

sort respectées, où chacun est respecté dans sa dignité et dans ; c'est ce qu€ nous voulons faire au Congo. Nous sommes contre la dictature paxce que nous sommes un peuple qui a longtemps souffert de l'oppression. On ne construit jamais une nation dans la rancune. Le passé c'est le pass��. Si les Belges étaient sages, si les Belges étaient compréhensifs, si les Belges étaient psychologues, ce qui arrive aujourd'hui aurait pu être évité. Nous leur avom tendu une main fraternelle d'un peuple frère, il repoussent notre main par une répression incompréhensible. Le Congo, pays souverain et pays indépendant, est occupd militairement aujourd'hui par la Belgique. Ce que nous n'allons pas supporter, pas plus que la France et les Etats-Unis et toute autre nation. C'est au nom, messieurs, de la religion, de la conscience universelle de la civilisation que vous nous avez enseignée que nous protesterons toujours et que nous protestons contre cette agression injuste, contre cette domination. Et nous espérons que I'opinion internationale, il faut que cette opinion soit élairée. Je fais confiance à I'intégrité de la presse ici présente pour que ces vérités . soient rétablies. Il y a eu toute une campagne bien orchestrée à travers le monde, à travers la presse américaine, française, par la radio, pour présenter faussement les problèmes du Congo. CeIa, messieurs, c'est manquer de charité envers I'Afrique. Le continent africain tout entier n'est pas opposé à I'Occident. L'Afrique n'est pas opposee aux Etats-Unis, I'Afrique n'est pas opposée à I'Union Soviétique, I'Afrique n'est contre personne, I'Afrique demande simplement à ces puissances de reconnaître son droit, son droit à l'indépendance et à la dignité. C'est tout ce que I'Afrique vous demande, messieurs. Et si vous savez répondre à I'appel de I'Afrique, appel à la fraternité dans la dignité et la liberté et dans la légalité, si les puissances étrangères peuvent répondre sincèrement à cet appel de I'Afrique, Je peux vous dire que la paix internationale est sauvegardée, je peux vous dire que dans quelques jours on'ne ses droits

parlera plus de Blancs ou de Noirs, mais de citoyens de I'huma-

nité qui poursuivent tous le même but, le progrès de ,cette humanité. Voici les quelques paroles que j'avais à vous dire et à vous adresser. Je me mets à votre disposition pour répondre aux questions que vous voudrez éventuellement me poser.

0. 272

-

M. le Premier Ministre,

que pourriez-vous nous dire

vos prolcts au Canada et aux Etats-Unis et qui svez-vous envie d.e voir, en particulier à Washington, du Gouverncment américain ?

fu

R.

Je suis aux Etats-Unis tout d'abord pour prendre Général et demander son appui pour

contact-avec le Secrétaire

que les troupes belges quittent immédiatement notre pays' et j;ai annoncé mon iniention de poursuivre mon voyag: au Canaâa et j'irai également à Washington pour aller présenter mes hommages ati président Eisenhower et le remercier des efforts que le ieuple américain n'a cessé de prodiguer pour le progrès de 1Afiique. Je ne suis pas venu ici pour prendre contact avec ,ro gtou$ privé quelconque, mais le 9'gltretiendrai avec tout gro.rpe, avec toute autre personne qui désirerait prendre conâ"t âu"" moi pour discuter l'une ou I'autre question intéressant notre pays. avez-votts demandé au Sed'es Nations Unies de prendre de rnuvelles "rétàre rnesures âfin a, hâter te dêpart des troupes belges au-delà des væux qui sont exprinxés dans la résolution adoptée la semaine dernière par Ie Conseil de Sécurité ?

O.

M. le Premier Ministre,

- général

J'ai demandé au Secrétaire général d'activer le reR. trait des troupes belges. Je lui ai dit que le 14 juillet le cons,eil de Sécurité ivait pris une résolution demandant le retrait des

troupes belges et que depuis lors le gouvernement belge n'a pris aucune mesure, et que le 22 juillet le Conseil de Sécurité a confirmé la même résolution en demandant au Secrétaire Général de prendre toutes les mesures nécessaires pour gue c€s troupes quittent le pays. Et j'ai dit à M. le Secrétaire général que si jJ suis venu, il n'est plus question peut-être de vouloir ùop négocier, il n'y a qu'un problème qui se pose : les.troupes belges se trouvent déjà au Congo, beaucoup de nations ont répondu à I'appel des Nations Unies ; il n'y a plus aucune raison, il n'y a plus aucune justification pour que les troupes belges restent encore au Congo. Et je lui avais demandé s'il pouvait même me fixer la date limite pour l'évacuation totale des troupes belges. Le Secrétaire gên&al m'a assuré qu'il ne ménagera aucun eftort, et c'est dans cet esprit qu'il va se rendre demain à Bruxelles pour prendre contact avec le gouvernement 273


i,i

tl.

ij. rT

t:

:i[li I

.i'1 : r.

ti" ri

'ir'

de Belgique et jeudi prochain

il

sera à Léopoldville. Je vais le rejoindre après môn couf, séjour ; le Secrétaire général repassera à Léopoldville le 5 août pour me rencontrer, et je peux dire que d'après les assurances qu'il m'a données M. le Secrétaire général a compris la gravité du problème et I'urgence quoil y a à liquider les troupes belæs du Congo.

Je voudrais vous demander, M. le premier rninistre, O. - de M. Detwiller dont il a été fortement questî.on ces à propos iours-ci. Pourriez-vous nous dire quand vous avez pris contact avec luî pour la première fois. Etait-ce avant la rebellion, et, d,'autre part, quel est exo,ctement le genre de contrat qui est signê avec lui par vous probablement pour le moment ?

Le M. dont vous me parlez est arrivé à Léopoldville R. ie n'y -voyais aucun inconvénient, que ce qui nous intéresse

Il m'a exprimé son désir de présenter un plan pour la mise en valeur des ressources d'énergie du Congo. Et je lui avais dit que je ne voyais aucun inconvénient, que ce qui nous intéresse nous, le gouvernement, c'est la mise en valeur rationnelle des ressources de notre pays. Nous lui avons simplement marqué un accord de principe. Parce que le Gouvernement doit étudier son programme, son projet d'une façon approfondle et ce n'est

que lorsque la Commission ministérielle m'aura présenté ses conclusions que je pourrai soumettre ce projet à la ratification du Parlement. Donc c'est une simple mission d'exploration que le monsieur dont vous me parlez a présentée. Il n'y a aucun accord déûnitif parce que le Parlement doit encore discuter du prograûrme, tout juste comme demain n'importe qui peut venir au Congo me demander de faire telle ou telle chose, j'accepterai, pourvu que tout cela soit compatible avec les intérêts de notre pays et que la chose se passe d'une façon honnête.

O.

M. le Premier

Ministre,

à

propos du retrait dzs

troupes-belges, j'aimerais savoir si des demandes concrètes ont été présentées aux Belges d.'après lesquelles elles devraient se retirer de certaines régions pour qae les troupes des Nations Unîes entrent dans ces régions, et i'aimerais savoir si les Belges ont relusé de faire droit à ces requêtes,

R.

Nous avons plus de quatre fois, plus de cinq fois je pourrais- dire, demandé par des notes diplomatiques au gouver274

ses troupes' La oremière demande nement belge de retirer toutes -rir" été signée par le Chef de officielle est datée dt ii"Ëtft;'

I

petite- motion nous avon$ iËot "t moi-même; et dans cette se replieoS-.9"ot demandé rout d,abord-;";J;r troupËs.belges à Kitona notamment Ésemæs êté des concessions qui f"t'i"tt troupes les donc le 12' et à Kamina et que pou' le lendemain'

quittôr définitivement le congo' qti-1T-l:Ï qu, L* présence- n'était pas du tout necessalre de I'O'N'U' qui puisque nous avons tait appel aux troupes nouveau renouvelé nofte étaient déià arrivéer. Noo' àvons Oe d'abord la chambre des demande. Le partemenl-r'"rt té*i, unanime demandant le retrait rvoté ,i* ;;;;r;* 'notioo belges et ce fut le immédiat dans les 12 heures, des troupes et à I'unanimité a rèuni re itiu"i-i" si"at s'est des départ le -immédiat la voté une deuxième ."tl* réclamant également demandé ott ;;;;;-t"iges. ræs J""*-cttu*utes avec la Belgique tant ;;;;; o" ilt,t. relations diplomatiques Ces décisions' le Congo' quitté pas que les troupes n'auront gouvernement au *t-oniquées fdt il;t'l;r-;;;; r'e Secrétaire unies' "nuqo" ;Ë; ;; Secrétaire=Jenerar 9:t.I"t::;: fait la même a Bunch' M' rcopoldvilt, qui.J [ Ëàrieii gouvernement "ai"int du gouvernement belge' Mais le ;h;." uoptet des désisions prises belge ne veut pas *f""fi""t ni vii-à-vis vis-à-vis du Conseil souverainement Par notre gouvernement'.ni Nous avons épuisé de Sécurité. r, go*À*?nt belge persiste' lOrganisation des to"tG *"yens-de nlgociation pu"nqot et aujourd'hui nous Nations Unies et ooti" Goooernement, et *otÀr, en face d'on, -ut'uaise volonté notoire de la part du

;ù;d";;tnt ;;;i. ;t-é

îiltilË. i"

gouvernement belge. d''aller M. le premier ministre' avez'vous I'intenlion y solpour Canada dans d'autres pgrys qie les Etats-Unis et le

O.

liciter uræ assistance êconomique

R.

?

que Moi-même je n'ai pas beaucoup de temps parce

de ie dois-rentrer immédiatement à Léopoldville où beaucoup mission nous alions envoyer Mais iilÉ;;;attendent. 'ne pourra aller en dehors du Congo' mais, Cest

i.oootiqu" qui délêgation qui va partiro moi-môme je n'ai pas beauro" de temPs' coup"tttË

275


ti i, ,l

ii' ir

li,

l

M. le premier

ministre, après le retrait des troupes que les troupes des Nations Unies devraîent également se retirer ou rester encore deux semnines à peu près

O.

pensez-vous belges, -

ou quelques semaines

?

R. Après le retrait des troupes belges, nous aimerions que les- troupes des Nations Unies restent encore au Congo. D'abord pour contribuer au rétablissement complet de fordre, et ensuite aider notre jeune armée dans son organisation. Et lorsque nous aurons jugé que la mission des troupes de I'O.N.U. n'est plus nécessaire, nous allons en faire part à M. le Secrétaire général pour les rappeler.

M, le premier ministre, I'on dit dans le New York O. - vous avez signé un contrat avec le < Congo interTimes que national management company > et est-il eJcact que vous avez signé des documents avec M. Detwiller ? R. Je conûrme la réponse que je viens de donner tout - Je vous avais dit que nous avions à I'heure. marqué un accord de principe, parce que nous ne voulons refuser personne chez nous, et que le projet qui a été présentê par ce monsieur fera I'objet d'une étude par la Commisiion ministérielle et ensuite on soumettra le dossier au Parlement ; et ce n'est que lorsque le Parlement aura ratifié le projet qu'il y aura une signature definitive. Si je comprends bien et si beaucoup de mes collègues cornprennent bien, lorsque les troupes belges disent qu'elles se retirent, elles ne se retirent pas du Congo, elles se retirent à

I'intérieur du Congo, dans ce qu'elles appellent leurs bases militaires. Ie voudrais vous demander cette question en deux parties : Premièrement bases

:

Reconnaissez-vous

leur droit de se re-

?

Reconnaissez-vous

quent ce droit

le traité au terme duquel

elles revendi-

?

R. Je peux vous répondre que les intentions du gouvernement-belge correspondent exactement à ce que vous dites. 276

inbtaller ses

"n Nous sommes sans l'accord de leurs gouvgrneqrents' intersouveraineté b à itgae un Etat souverain, oJo' uuoot le avec du traité que nous avons signé

;;;t"gt"

nationale. Au termo paragraohe de I'article 6 gouvernement belge, le deuxièrne a exprimé le parle de la reprise. Donc notre go"ut'o"t"nt que nous ne sommes pas du désir de reprendre ces bases parce soient installées chez ;; Jù;c;J qo" irr-uur"s^ étrangères tt'u put du tout le droit et nous. Donc l" gooo"'o'ment'belge fopinion je pense qo" t'orgaoi,utio; des liations Unies comme atd'une 1à s'agit iotËiourio"uf" est-d'accord avec nius qu'il pour c'est et internationale, ,.i* âugt** à notre souveraineté vous éclairer sur tous ces pour je venu suis que oti" tuiJo"

Problèmes' O.

donner M- le Premier Ministre' Pourr iez-vous nous que les,

uræ date iusqu'à toq,;ii

vous seriez disposé à attendre et de tout le Congo ? Si troupes belges soient retirêes dzs bases pas vos dates' vos délais' betge ne respecte -ir"i-iou, à I'Union Soviétique ttoupes d'es disposé à iemander ? expulser les à aid'er pour vous autre pays

ii;";;*;;rment ou à tout

a.

tirer- sur ces

quitter le Congo mais se Les troupes belges ne veulent pas et de Kamina' Notre replier dans ces uu.".ïm tuses de.Kitona de ces bases' immédiate a demanâJ ièuu""u'ion souvernement -;"";""i;i;;;Jb"Ë" ses d'installer droit tout pu1 du f3 "ptut pollr'ra ne belge "'" gouvernement qu" le bases chez nous. Pas France ou en Grandebases uri. Btâtt-Uoir,

une deuxième Jusqu'ici, le Conseil de Sécurité a voté - qoi^ Aemanae que 19s troupes belges se- retirent résolution unanime exprimée p-"t l" immédiatement. pevant cette volonté fes nations du monde' ie ô;ttil-J; Ccr*ite [ui teunit toutesdu Conseil de Sécurité ou ne peux pu. .orp""',' les inæntions "s""ietuit" déoétut. Et ie suis convaincu que 19s troupes â" de sécurité ,, pti", arnun; b décision du conseil ilg;;;; je peux vous dire Et ;; A;,* imméaiâtement notre territoire' lieu que-au parce dessert' oue l'entêtement d; ta nebique la relades renouer de et a .o;t à sasner à avec nous, le gouvernement belge continue tions d'amiti deux nos entre fossé le étargirà J"Ào.", de plus ,o ptÉ et peut s'entêter auiourpays. Et nous savons q". -ê-9 "UÎ Alors capituler' put ça sera trop tard Belgique n"itu

R.

iT.[Ë;dr;dù" é

d'hui la

*

277


pour songer encore à I'amitié entre nos deux peuples. Cest Ia Belgique qui doit faire le choix: ou rompre définitivement avec le Congo ou renouer encore des relations. Et dans cette deuxième hypothèse il n'y a qu'une solution, c'est de retirer immédiatement toutes ces troupes,

y compris

des bases.

le retrait immédiat Vous dites que vous d'emandez O. æmps nttendrezde betces ai êo'ngo' des troupes "o^bien songez? îï^-r-Aî"u ,onl I"' ie6t o*quels vous R. belges

a.

M. le premier ministre,

récemment, plusieurs - ont établi un lien entre le destin du monde et hommes d'état celuî de I'Afrique d'aujourd'hui, par exemple natre prernîer rninisîe, M. Nehru, a dit que I'Alrique qui était enchaînée et soumise à la pression étrangère iusqu'à ce jour rompait ces liens et ouvrait une ère nouvelle, l'ère de I'Alrique dans le monde, La semaine dernière, M. Hammarskjoeld au Conseil de Sécurité, parlant de la question du Congo, a dit que I'avenir de cette organisation c'est-à-dire les Nations Unies était lié à I'avenir de I'Afrique, et I'Afrique, dans les conditions actuelles pourrait bien signifier Ie monde, Monsieur, en tant que I'un des grands dirigeants de I'Alrique d'aujourd'hui, auriez-vôus I'obligeance de commenter ces déclarations du Secrétaire général et de notre premier minis-

tre M. Nehru?

R. Je peux commenter dans ce sens et cela correspond - à ce que j'avais dit tout à peu près à I'heure que l,Afrique n'est pas opposée à l'Occident, aux Etats-Unis, à l,Union Soviétique ou à toute autre nation, que I'Afrique ne demandait qu'une chose, c'est d'être libérée complètement afin qu'en toute liberté nous puissions collaborer avec I'Occident. Et si je fais interpréter encore davantage cette déclaration coest dans cet esprit.

Je I'ai souligné dans d'autres termes: si la BelgiquJ te

in'Îédiats' si les toupes Les délais, quand je dil. si elles partent aujourMais Ûit"' Ormuio partent

d'hui c'est mieux.

O.

-

fAfrique. Nous voulons que I'Afrique soit libre, que I'Afrique. soit un grand continent au même titre que tous les autres continents. Et c'est à l'Occident de faire le choix.

M.le premier ministre'

Û été avancêe d.e Iaire dù conao Unis du Congo ?

que pensez-vous de I'idée qui une union fédérée' les Etats-

avancée' Nous ne Cette idée, je ne sais pas qui la aura c""gJ rédéré mais d'un conso uni' Il dy indéafricains pays des oeut-être o"s cooreiir-æions qu'entre avoir uo a i i",,érieur dï congo nous voulons

R.

"""ià;;Jir" ffi-""ï ,î*

seul PaYs unitaire. ques-

M. le premier ministre' en réponse à d'autres du Canada' pourriezfipns it-vous semble' ptu' ouotl fait état O.

rend're nous dire quanà vous allez vous que vous esPérez en retirer ?

vous

au Canada et ce

cette semaine Je pense que c'est dan-s le courant de je veux me Si Canada' au rendre me m'a souveût attiré et rendre au Canada c'est parce que ce pays

R.

queî uuir-ptàUutlement

particulières' J'espèt: ryï"Ï--y-Ïi: iui "., des sympathies^ si je ne saurai pas trouver :ur pi?ce voir tontrer des amis- et

qui voudraient bien suelques techniciens d'e*p'eitioo française u"oii trauailer au Congo'

veut encore, elle peut maintenir I'amitié entre elle et le peuple

congolais et même avec d'autres peuples africains. farce que je connais des pays d'Afrique qui ont rompu des relations d'amitié aujourd'hui avec la Belgique pour le problème du Congo. Et je peux dire que si fO.N.U. échoue dads I'affaire du Congo, c'est l'échec vis-à-vis de toute l'Afrique. parce que l,Afrique ne pardonnera pas à I'O.N.U. de n'avoir pas trouvé une sohition Lupiq.. Parce que le problème du Congo c'est le problème de

"'t*'

O.

prernier miùistre' comment vous proposez' -résoudre là questton que pose Ia sécession du Katanga?

R.

M. le Secrétaire général de I'O'N'U' m'a parlé

,oid,

M. te

qu?il

Etat congolair n" ,;ugit- pas d'un fuiunlu inîépendant mais d'un

I'heure quo âr r"îCp"tlique du Côngo' Jè-vo11 ai dit tout à pas do-pto'

oo .ornpiot monté put ta Belgique'-Il n'y.a problème.l c'Êct blème du Kàtanga, il n'y a qu'un seul l' vous dire quo b encore pôurrai Je retrait des troupes t"lges" ;;;û général de 1u Belgique de la province de I'Equatcru, t6tll

.t.t

nl

278

' ' ,l-:,.i


' .1

i i

I I

:.'

la menace et des pressions, a voulu faire signer par le Président du gouvernement provincial de Coquilhatville un document proclamant I'indépendance de I'Equateur lui disant que la Belgique allait mettre à sa disposition des troupes belges comme on vient de le faire au Katanga. Et le président du gouvernement de I'Equateur n'a pas du tout voulu et je possède ce document. C'est vous dire que partout la Belgique essaie par la corruption et la menace de provoquer l'éclatement du Congo. Il n'y a pas de problème du Katanga, il n'y a que celui des troupes belges qui opèrent aujourd'hui au Congo.

a.

M.. le premier ministre, tout à I'heure en parlant de

- extérieure du Congo, vous avez dit que c'est une la politique politique qui tend à la neutralité positive, à la reconnaissance des droits et de la dignité de I'homme. Ie voudrais vous poser une question, la question suivante : qu'elle est l'attitude du

à légard des autres mouvements de libérqtion en Afrique, comftte par exemple en Algérie, et comptez-vous reconnaître le gouvernernent provisoire algérien ?

gouvernernent congolais

R.

Pour notre gouvernement, I'Algérie est un peuple

- peuple frère qui lutte pour sa liberté et sa dignité. Et frère, un nous suivons avec sympathie cette lutte héroïque et noble du peuple algérien. Notre souhait, notre désir le plus ardent, c'est de soutenir moralement l'Algérie pour qunelle puisse accéder à son indépendance; et de dire à la France de reconnaître les droits sacrés du peuple algérien de disposer de lui-même dans le cadre d'amitié entre les peuples et du principe contenu dans la déclaration universelle des droits de l'homme.

M. le premier tninistre, est-ce que yous comptez sur O. - éconornique de I'Union Soviétique et quelle est votre une aide ûltitudg à l'égard du communisme ? Pour nous le peuple congolais, l'Union Soviétique est un peuple comme tciute autre nation. Les questions d'idéologie ne nous intéressent pas. Notre politique de neutralisme positit nous recommande de traiter avec toute nation qui a des intentions nobles et qui ne viendrait pas chez nous dans le but d'instaurer une autre domination. Je vais préciser encore davantage mes intentions à ce sujet car on parle toujours de

R.

280

deux blocs ne nous intéresse deux blocs. La question de ces inietttt" c'est l'élément humain; pas non plus. Ce * il le demeurons' Nous avons ffir-sÀil. des Airicains et nous oo*" morale et nous en sommes frers' ;*;ili;ôti"-

"t

En vue de la situation du Congo .i":5"-.'i:i,:::::, maintenant tnnepencolonie belge, est-ce que votre Répu.blique O.

sur le plan commercial dante va chercher a'l-'iutro^ sp\cialei Commun en Europe ? avec le groupe d.es pays d'u Marché

du tout de collaNotre gouvernement ne refuse pas porrrra contribuer à I'expansion borer avec tout groupement qui jeune République' à"onoÀiqut de notre

R.

poser d'eux M. le premier ministre' ie voudrais et dans occide-ntale technique questions. Le Congo-'lii p'i'e de

Q.

vous envisager d'avoir recours si de.s i'aimerais savoir également

cette situation i'aimerais i'avoir

à des Noirs *neririiit. Et

si

au gouvernement du individ'us pourrrienl'ifr'ti ti"u - services -C;;s; et iomment ils pourraient les ofirir' Cest avec

Pour ce qui concerne les Noirs américains' R. que nous les lecevrons Urui.oop àe ptaisir et de sympathie oous ?u Congo' même- lt: po: chez nous. Vous savez qo'

"ht" américains et iUettrées.tottg"it toujours à..leys frères d'Amérifrères nos l'autre où qu'elles disent touloirJt "" lout

pJ".*

Ëueviendroot"netiiiu"'."1-'-lf.:::t*ïLfiyffiïJffi

:

écr lès Noirs américains, ils peuvent nous

mentetc,estàbras.ouvertsqu'ilsserontaccueillischeznous.

M. le premier tninîstre' il y a parmi la population O. - d'e votre poys environ trois mille ressortissants grecs' ,uro)érrn, renseignements sur leur Ie vous prie d'e *, it'i ti vous avez d'es gouvernement sort

et

quelles

envers eux

sont les intentions lutures de votre

?

les Les Grecs jouissent de la sympathie de toutes aux mêlés sont - au Congo-parce qu'ils ne se iamlis popiriutioo, "q;ttù;t politiquesl Ei tes Grecs ont contribué beaucoup au il y en ô;;i"pp"funt économique du pays et jusqu'aujourd'hui

R.

28r


rt; ii

,tfli' '; ll,l :i

ri

ii

a qui vivent parmi nous qui sont très heureux et ne s'inqulètent pas du tout.

il

I

'l

)irl .l i

;ii I,i rl

]ir ,i :

,i I

i

tl I l

,l

O.

M. le premier ministre, vous

nous avez

dit taut

à

que vous êtes venu pour demander à M. Hammarskioeld I'heure de laire le nécessaire pour que les troupes belges se retïrent dc votrc pays. Et vous avez eu une très longue conversation avec M. Hammarskjoeld hier, vous en avez une autre ce tnatin, ceci suppose donc que vous avez traité avec lui d'autres questions

la Belgique'-nous Devant la violation de ce traité par la Belgique ; avec toutes ,"tu,iont diplomatiques avons rompu que nors alors c'est et parties soient -i"ptitt ;usqo'à o qu" ses troupes n'a traité Ce relations' de ces allons réexaminer la

R.

iltilJ-À ;t

;

Belgique fayant juridique ou valeur aucune plus ne présente

ite ratne par te parlemenr; la

dêtruit,

il

pratique Pour nous.

que le problème d'ordre militaire. Tout à I'heure i'ai demand.ê au secrétariat de me dire quel êtait le sujet de votre conversation avec M. Harnmarskjoeld, ils m'ont dit : nous ne pouvons rien vous dire, M. Lumumba vous dîra tout. Ie vous pyis 4r* de me dire quel était le sujet de ces conversations.

:, I

lr i

.,i

R. Nous avons des idées principalement sur des - militaires et échangé questions ensuite surr d'auties qùestions dans le cadre de I'assistance technique, et demain nouia[ons publier un communiqué général qui vous dira la nature des coitacts que j'ai eu avec le secrétaire générar et les conclusions auxqueûes nous soulmes arrivés.

M. le

prernier ministre, êtes-vous bien sûr que ta b rôle et la riission dont vous avez parlé et combien de temps sera nêcessaire à votre avis pour que les troupes des Natîons unies remprrssent

O.

-

présence des Nations unies au congo jouera

cette ,nissîon

?

R. Je suis que les troupes des Nations Unies - bien leurcertain rempliront mission si les troupês berges se retirent. La durée, ng peut pas la fixer maintedant, -ài, ie suis certain -on que c9la, se fera le plus rapidement possible si les iroupe, UrfgÀ se retiraient conformément à notre àésir. Pourriez-vous.n.ous dire, M. Ie premîer mînistre, quel O. - actuel du traité d'amitié est l'état conio-Bergique qi"i Ài

l'êtat de vos relations diplomatiques m,ec"la nelsîque. "t 282

283


rl

'lr

La sécession Katangaise, bien plus que les rnutineries, disloque d'une manière croissante les chances de la République. Dans la < province du cuivre > tous les opposants (Balubakat, unitaristes ou lumumbistes) sont arrêtés, les gendmmes de Munongo font plusieurs victimes et Lumumba est prévenu que les militaires belges dirigent ces opérations. Mais à Léopoldville on parle de complots pour renverser le gouvernement Lumumba; dans divers milieux pro-belges I'opposition cherche à se structurer contre lui. Dans la presse et au Sénat, wrc campagne hypocrite et pernicieuse se développe proclamant que le chel du gouvernernent favorise l'implantation du communisme au Congo. En Belgique la presse est déchalnée contre Kasavubu et Lumumba; des agents secrets colportent des rumeurs pour tenter de dresser I'un contre l'autre le clrcl d.e I'Etat et le premier ministre. Le problème de I'intervention de |O.N.A. provoque à la fois des espoirs et des craintes. L'appel des deux leaders à ,'U.R.S.S, le 14 juillet ne visait qu'un obiectif, contraindre I'O.N.U. à agir plus vite pour aider le gouvernement congolais à réaliser sa tâche. Lumumba revient sur cette question le lendemain de son retour à Léopoldville.

CONFÉRENCE DE PRESSE (e-8-60) L' intervention <

A LÉOPOLDVILLE

militaire belge.

Messieurs les représentants de la presse,

gouvernement a convoqué cette conférence pour faire savoir au pays et au monde entier sa position, sa détermination et sa politique. L'agression du gouvernement belge, car il s'agit reellement d'une agression, le gouvernement, au nom de la République, le proclame solennellement, nous n'avons pas voulu

284

le Chef y répondre par la violence' Nous avons immédiatement' Conseil Le Unies' aux Nations de ÏEtat et moi-mêmt, î"ii après Et "pptr demande' notre de Sécurité s'est réuni poo' "iuminer les tous d'objectivité, esprit avoir examiné ra sitoation, dans un pris unq unanimement ont ;"*ù-du Conseil de'Sécurité belge Congo par l'envoi 1u ili;,ion pou. "ooau.o"' raction de retirer ro.N.u; en demandani à la Belgiqle ;;il;;;A n'a pas belge gouvernement Le ; ,;"tp"t agressives du Congo' retirer.ses .".p""Ë*,i" décision- I1 a piétend"-.1"-tl:" pourrait situation la auront I'o'N'u' de t*tip"t q"" 1*.q". i".

ffi;;;

âÀ.'1" *" "r uu"" t" Conseil

,joi* rendu aux Etats-Unis poYt tt:ngt :"-t-t-17 de Sécurité et le secrétaire général' L: -uonj:eu le 22 juillet'- I1 a de Sécurité .'"rt ,euoi pour la deuxième fois' au secrétaire confirmé sa décision irécédente' Il a demandé avec le gé"âtJ a" prendre touies les mesures en collaboration la rérapidement congolais pour faire appliquer ;;;;;;t de Sécurité' Conseil du iolution n:Yv:au refusé à respecter belge s'est gouvernement Le -de York, j'ai reçu de1 inf31; cette décision. Avant Ae luitter New

il y 11ait -{éjà mations du secrétariui a"t Nations Unies; 10 000 soldats contre Congo îiG5 militaires de I'O.N'U' au s'explique pas ne belges troupes i"rgï.. o""" i" présence des un maintenant trouve Belgique La du-tout, d'aucune manière. à.la fait-appel qui a TsLombé c'est que nouvel argument et dit qu'avant' elle ;;tutq"; î"ur lui "ouây"' des *tloupe;' Alors le gouverne-ment oisa:it que c'est pour protéger les Belqes' Donc le Conseil de Et problème' b âept"J"t belge ne fait que dans ii.i.tirg a demandé à tàutes les nâtions de ne pas s'ingérersauveies affaires intérieures du pays' Et il faut absolument g*a"tl;o"ité et l'intégrité ie-ritoriale de la République' Tous j'ai contactés {9nt Ës me-bres du Consleil de Sécurité que comme Etat reconnu ;à.l.tt q"" jamais le Katanga ne .seran'approuvera la.-séceFrttJSp*aâ"i,'que jamai, uutoit" nation faction pays n'approuvera sion du Katanga, que iamais aucun de la Belgique au Congo >' Contre la sécession.

a été reconnue par les puisunitaire et le Congo est sa structure sances internationâles dans <

La

République du Congo

*j"*A'fr"i

un état souverain, unitaire, au même titre que la 285


riii "i :il

i

l;,

]|l

France, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis. Et au point de vue aroii, it ng peur lamai.s.êtrg question que le ratang';; qi,*, partie quelconque se détache. J'ai constaté que I'objectif visé par la Belgique est de pro_ voquer par tous les moyens l,éclatement du Co-ngi. Lu n"igiqu, a enlevé nos réserves d;or qui se trouvaient a*J"otr" Uuo"qi" , la Belgique a enlevé notre -argent. ÀvJc norre argent, la Belgique veut maintenant créer une banque au Kataiga.'O".a oo yol-e llarqen! du peupie congolais po* utt", remettrJ au {aLga le fruit de la corruption colntre la nation. Tshombé ;;;;;, * franc, son parti nôn plus. Et ta moooaie qu,on est tenté de oé:l :l Katanga,- c'est l,argen, qo, t" gouvernement belge a soutiré de nos caisses et qu'fa r"-ir ei.iombé. o]î'" i"i"i. vu dans l'histoire de la c-olonisation en Afrique une se trahit d'une manière aussi scandareuse;tl;"tr nation oui qui a toujours vécu avec elle. Et c,est grâce au Congo que la Belgique€sr ce qu'elre est aujourd'hui.-Ë, uo" q,îÀtiÀ-a" vie ou de morr nlfgiq"g. pour"'..t elle, ce n,esr pas le ryï]i. qui compte, ce ne sont pas des vies humaines Tït:_.-"^lgolais qur comptent, c,est I'U.nio-n Minière, i,*g"oi à;ïË;; 'Coneo. comptent. Ft c'est ça le drame du ","rt Je reçois tous les jours, ici a I,jo, j,étais aux Etats_ Unis, des télégrammes venant du iu*d Katanga où Ia population pleure : < Monsieur- le premie, n4i"f*", ne nous abandonnez pas >. < Monsieur Ie ?remier Min;'r"q' nous demandons au gouvernement central de. nous envoyer d", troup", de I,O.N.U. au Katanga, de nous d1livrgj, purr" q"r*à,"",r.""rrôË; Belgique a organisé au Katànga r:-i; gouvernement belge prétend aujourd'hui c,esr pà'r"" qulit y a 20000 citovens -que qui travaillenr au Katanga q;Ii-;

après 80 ans de collaboration fructueuse, on ne peut pas aujourd'hui dire que les Congolais veulent massacrer les Belges (1). On ne peut pas dire qu'aujourd'hui les Congolais sont contre les Belges, mais le gouvernement belge, qui sait très bien que saos le Congo la Belgique ne saura vivre, que sans le Congo des dizaines de milliers do Belges n'auraient plus de travail en Belgique, que sans le Congo la Belgique va perdre la face. Et je peux le dire, au nom du gouvernement, que tout c€ que la Belgique nous a obtenu par la force elle le perdra. Mais ce qu'elle avait obtenu par l'amitié, elle I'obtiendra. Aujourd'hui, le peuple congolais, qui n'a aucune haine, aucune hostilité à i'égard des Belges et des étrangers, est décidé à défendre ses intérêts parce que le Katanga, c'est notre pays. læ Katanga, c'est notre patrie. Les richesses du Katanga sont nos richesses. Tout ce qui est dans le Congo nous appartient. La Belgique a orchestré une campagne de mensonges, de calomnies à travers

;ii'nriit"

protéger >.

le monde. Des agences de presse ont été mobilisées pour montel une campagne de dénigrement à l'égard de notre gouvernement. On présente le gouvernement cofilms un gouv€rnement incapable >.

Contre toute lorrne de tutelle.

i-a!""ir-ï*iï;ri::

service des impérialistes, la presse catholique qui écrit que nous voulons que tous les cadres soient des cadres de I'O.N.U., que tout ce qui doit se faire au Congo, doit se faire sous le couvert de I'O.N.U. Ce qu'ils veulent maintenant, c'est une reconquête. On a parlé déjà. C'est parce que, au Congo, les Congolais sont incapables, il n'y a pas de cadres, et, dans ces conditions, tous les postes supérieurs dans I'administration, dans les finances,

Le peuple congolais et le peuple belge. < C'est absolument faux. Aucun européen n,est en danger au Katanga' Et le oeupre oâ'à'u.uo, haine à r,éeard des Blancs. L,Union ùr"r9.19 "ongoiuir ?_r""ii*.'i"".rionné. Les èon_ golais ont toujours travailré. p, îî'ihion Minière a réussi aujourd'hui, c'est grâce au travail des Noiis. Des Noirs, dont la majorité vienr de cinqprovince, Ou ôÀË Et ce sonr ces Noirs des cinq provinces cuïo"go q,ri ii. iJratanga en vareur. Er "* 286

On prétend que le peuple

congolais est un peuple inet certaines nations occidentales, jusqu'au sein de I'O.N.U., ont déclaré que le peuple congolais n'est pas mtr pour I'indépendance. Et certains ont voulu utiliser I'O.N.U. soi-disant pour placer le Congo sous le statut international, soi-disant pour que, pendant 1.5 ans, I'O.N.U. doive gérer le pays. Jusque y compris la presse congolaise qui est au <

capable de se gouvern€r

T ifi (1).

N.D.L.R. Il laut souligner

dra_matiques,

en eflet que pendant tous ces événements

sur I'immensité- du territoiie ôongolais, aouie

eurooeèrii

seulement furent tués, dont plus de la moltié aù Katânga d'aillàuri,-----

287


r I'ri,

[,

.

ti l1

,li.

i

dans I'armée, doivent être occupés par.I'O.N.U. Et je le dis aujourd'hui, au nom du gouvernement, au nom de la Nation, que le Congo ne deviendra jamais une colonie de I'O.N.U. et ne sera jamais un pays placé sous la tutelle de I,O.N.U. Le Congo est un pays souverain, au même titre que tous les pays ocèidentaux et les Etats-Unis (applaudissements). Et nous renonçons à toute assistance de I'O.N.U. Nous voulons la coopération, nous ne voulons pas de la charité

(applaudissements) >.,,

<

Dans la nation congolaise, les congolais doivent gérer eux_

Au

gouvernement, ious les postes- de com_

mande aux Africains. Et contrairement à ce qu;on pense, nous sommes capables de gérer nous-mêmes notre puyr. Nous savons qu'il y a des Congolais qui sont dans les milieux ruraux, même illettrès, mais qui sont ?,excellents ;à-i"il;;il. Ë; nous allons prouver au monde que le Congo, qui a lutté pour sa libération totale est capable de se dirigei. Nàus n,accef,tons aucune intervention, d'où qu'elle vienne >.

Religion et Etat.

aujourd'hui, le gouvernement belge a mobilisé des fonds pour acheter des mécontents, des aigris à travers le pays, qui, jour par jour, dans leurs journaux, dans leur presse, montent une campagne organisée contre le gouvernement, contre la nation. Des évêques abandonnent leur mission d'évangélisation pour s'ingérer dans les affaires de I'Etat (applaudisse-

,- < Nous-mêmes, dans le cadre de notre souveraineté, nous allons faire appel à des techniciens que nous prendrons pâftout,

où nous voulons, aux Etats-Unis, en Russie,

Et

ments).

Læs Missions abandonnent leur mission pour mener une campagne d'obstruction à l'égard de l'Etat. Jour par jour, nous nous voyons insultés à travers leur presse. Ils ont porté gravement atteinte à la sûreté de I'Etat (applaudissements), ils ont commis des infractions graves. Notre gouvernement a fermé les yeux. Notre tolérance est utilisée aujourd'hui... (passage inau-

dible). Alors que même en France aujourd'hui, pays

L' as sistance techniquc.

en Frùce, en

B.elgique, au Ghana, en Guinée. Nous-mêmes, nous allons les sélectionner. Des techniciens qui viendront ici, non sous des afparences trompeuses pour essayer de saboter notre indépendance, mais des techniciens qui viendront, non pour dominer,

mais pour servir, selon les directives du gorivernement Ju congo. Nous savons que l'action de ra Belgiq-ue est une action concertée. Ce n'est que les puissances qui ont Aes intérêts in_ directs au C9nSo. guj ont des actions dais I'Union Miniè;e; ;; soutiennent la Belgique dans son action agressive. voiià'la yérité. Tous les jours, la presse, la radio frirçaises le gouvernement de ta République. on nous traite a'in.upâùt", "tt"q*;; parce gue nous avons refusé le régime communauté du genre de la France (applaudissements). On nous.attaque parce que nous ne voulons plus de'sujétion. 288

corruption. On a voulu nous acheter, on a voulu m'acheter moimême, par des millions. J'ai refusé. Je n'accepterai pas un centime porr mon peuple (applaudissements) >'

<

Pour une alricanisation radicale. mêmes leur pays.

On nous attaque paxce que les membres du gouverûement congolais sont des hommes honnêtes qui n'acceptent pas la

de

démocratie et de civilisation, chaque jour qui passe, ce n'est pas pour exagérer, combien de fois le gouvernement français ne saisit-il pas des journaux qui attaquent la politique du gouvernement. Et aujourd'hui, au nom de la démocratie et de la liberté, on détruit le moral du peuple. On se permet tout. Et à partir d'aujourd'hui, le gouvernement prend sbs responsabilités (applaudissements).

Norls sommes un gouvernement légal, élu par le peuple; peuple le tout entier a placé sa confiance en nous, en notre politique. Et personne ne peut contester l'autorité du gouvernement central (applaudissements). Et à partir d'aujourd'hui, le gouvernement prendra des mesures énergiques, radicales contre qui que ce soit, qu'il soit blanc ou noir, s'il fait de l'obstruction dans ce pays. Ceux qui écrivent leurs journaux pour détruire notre Etat, seront poursuivis pat la justice du pays (applaudissements). Et ce n'est pas comme les ennemis de la liberté et de I'indépendance'du Congo, proclamer la dictature, ce n'est pas la dictature, c'est la vraie démocratie (applaudissements). Parce que la démocratie, c'est quoi ? D'abord la protection des 289


i

l'i lri l

,l

, ,i,

ir

citoyens, le respecr de I'autorité établie. Et quiconque attague I'autorité du gouvernement est co'tre ra démocratie, contre la nation' Iæs anti'nationaux, déjà oæ-ràr"riiairËï"i touchent I'argent des.coloniali"rt"r, rt-"Ic cet argent qu,ils ont touché ils écrivent des saretés. Âojoutà'rtui des mouvements soidisaur des mouvernents familiaux ioîï*à attaquer le gouvernement au nom des""rn"iid"i ligues, des jocistes, des groupemenrs carhoriques, ils ""i"goveulent aétiuire' r" Iaise, nous n'allons riu., i911r", "Jà", ;;il irppt""dissemenrs). C'est Ia séparatiàn de I'Eglise et de l,Etat. Notre gouvernem€nt ne và jamais s,ingérer dans les affaires de IEglise. Nous n'alronr i,oiii.r", i"-uiJ-"r"î dans les affaires de I'Eglise' c'est ra-Iibetie a"r ;;i;rr qrt sera garantie dans notre Constitution. Les, catholiqu.. uoii prier chez eux, les protestants vont Drier- chez eux, les timtanguirtes oont-iriJi chez eux, tes kitàwafi*", uo* ïË ffi; eux, chacun priera dans son église. Et l,Erar proté;;;-;;i;, ciroyens. Et te gou_ vernement ne Deut d,aucune façon tolérer-qu,on s,immisce dans les affaires ae I Etat qui sont d; d";;i;; sj o1 yeut pour t9 Corrgo ;"ïË;'faitexctusif de l,Etat. pendant 80 ans sous te régime cotoniat, r" pJupi" ,tô;". Nous ne vovons.31guo"'"uà" .târJ'j.u*, nous que l,intérêt du peuple, et non t'intéret d"r';îil Ënrn"i.r. ou de l,Eglise de ceci ou cela. Nous_même;; éduqués aujourd'hui dans res ËËo*s enfants sont encore ao"t iror-J.nrédennes et occidentales. Nous ne voulons pas qubn fasse au Congo ce qubn fait en Belgique, Ia dictature o, r fgnili, *i tî gouu"_ement. Et c'est un gouvernement catholigue, et ce soot ces milieux catholiques qui ont, durant g0 retardé l'gmancioation_d'ug.fason--sysïjmatique, politiqul ;r-,c;il;. Ce sont ces gens ans. qui disaient qu'it nà frn"ii ;;;il;#ï;; poritique au congo parce que la pofitique teur permettra i, *iri-"r-]î Ër-.;"Jii ces mêmes milieux cath.[d;-;;';;;ux qui, même récem.ment, pendant la gf"ctorJ3,-iêchaient contre les "*fugl, nationalistes, prêchaieni Éê." ï"oiË'rt"ravubu, contre Lu_ mumba, contre tous les outioo"tirt"rqii uoutui"ot travailler pour le peuple. *ol:..]: sache une fois pour toutes, _dt-r";, ;ilti[irrro, pour qu,on le oou, contre personne. A peine arrivé hier, r" ouii, o".ro_Àr, r";r*i; ie déjà (ici 2 mors compréhensibles) qui me disait; ;ù.-i";;"mier Ministre, in_ nous vous demandons instamment avec votre gouvernement de nous 290

ti;;oij"

protéger contre toutes ces manæuwes des gens malhonnêtes qui

veuleit détruire notre paF parce que vous travaillez pour la vraie indépendance du Congo. Et nous vous faisons conûance >' Les tendances sécessionnistes. <

Il y en a qui parlent de faire de leur province

telle ré-

publique ; tel Etat; il n'en sera jamais question (applaudissements). On a parlé (mot incompréhensible) quoune fraction des Bakongo va proclamer son indépendance; il n'en sera ja'mais question (applaudissements). Iæ Chef de I'Etat lui-même, M. Kasawbu, président de I'Abako, a prêté serment devant la nation tout entière, qu'il va veiller à I'unité du pays, qu'il va sauvegarder f intégrité territo-

riale.

Et je

sais que Kasavubu n'est pas d'accord avec

ces

fascistes. Je sais que Kasavubu est un homme intègre, un homme honnête qui voit les intérêts du pays. Mais il y a quelques mécontents qui, parce qu'ils n'ont pas obtenu des postes ministériels au gouvernement central travaillent contre Kasavubu et contre le pays (applaudissements). La veille de mon départ aux Etats-Unis, on est venu me signaler qudu'un venu de Brazzaville: < M. le Premier Ministre, on m'a cité le nom de quelques membres de I'Abako qui sont allés comploter avec Youlou, en disant, il faut nous soutenir, nous voulons proclamer une partie du Bas-Congo indépendant et nous allons avec vous, Youlou, former un Etat >. J'ai immédiatement mis le Chef de l'Etat au courant de ce petit mouvement de sédition mené pat ses ennemis. Et pour ces petites manifestations ; ils disent qu'ils ont voté la méfiance au gouvernement. Ils n'ont pas à voter la méfiance au gouverûement parce qu'il ne leur revient pas de voter c€tte méfiance au gouvernement (applaudissements). C'est une fraction de quelques Bakongo qui sont contre Kasavubu, qui sont contre le gouvernement, qui sont contre la patrie, qui sont soudoyés par les colonialistes, qui sont payés par les catholiques pour faire de I'obstruction et du désordre au pays. Je rends hommage au Chef de I'Etat, M. Kasavubu, homme intègre, avec lequel nous fiaveillea3o dans un esprit d'équipe, pour sauver ce pays. Nous I'avons démontré depuis le début des incidents, à travers le Bas-Congo, le Kasai, Kivu, Province Orientale, au risque

de notre vie. 11 y a même la presse impérialiste qui,

va

291


I

ll

ii:"i*:,.._.-^fi:i*bu

3:

I

se

rrouve sous la coupe de Lumum-

*,il:Ë,ffffiffi; I *li:ï,1.. 1",::,.1ou,,,etn",.-r;; t_:*lç ffi *"T,îo; :i #i

*

ff*:"",r.11,",;, iii.T,lîJ- Ti. lr,. L:,réussironr ta_J,

I )

i*l;il3,.iJ:: :::: i; ïït?."ffi

::r I

ffiiilij: ;;;,ïi"l#,ii::

Ëfi; .;ù ô!:,ii'li#*TiX-:

;t.,1i'i:î?i::..1î:ru;";A*i";;,;r"-d;iliô:fi la liberté (applaudissements) >. L'aide arnéricaine et l,exemple des U.S.A..

i1

li,

i

I.

J

. <-Lorsque j'étais_aux Etats-unis, j,ai pris des contacts avec tous les milieux, et après uuoi, oUt"oir-toutes les assurances de -Coogo, toutes les nations, en faveur

O" j,ai êté invité par le gouvernement américain. Je me .ui, ,Joârr, a ri*rr'r."*,"n"# ," gouvernement américain m,a réservé un accueil digne, qu,on réserve un accueil t.a, .îut"uiJ*, à un ctref d,Etat. Dix_neuf coups de canons ont étê tirés. ràus tei membre,

du gouverne_ ment étaient présenrs. J'ai été i"eé ït on loge les hôtes de marque de Ia Maison Blanche. M;t, protesré ; pourquoi l" go.ru"rnln'""î Ë gouvernement belge a ;_;:ii";;#"u" accueil aussi disne.à-in nègre ",nerîJ" ?..:-"(.lr* et applaudissements). Le gouvern"r.it b"k" ;--;;';#â, qu,on ait réservé'n aussi digne f u.l l;-;;;;"r"ement :r^.ïil_accueil qu,on*aurait ^"|r* congotais, te meme fait pou, i" Roi Baudouil, ïffi;testé officiellemenr. Vous voyezi M;J;r, l,esprir mesquin du gouvernemenr betæ: au momenr où ra B"Éq;';;r,iirî.iiï,i! avec Ie peuple congolais, uu ,nàÀr* i'h n.bique demande Ia collaborarion du oguplg uu"loment où Ia Belgique (mots inaudibles) m;inte"i,"ooeoilr, j# à"iir.^ c'est au où ra se déshonore vis_à-vis du peuple "",r,ril;:ll,t rends hommage au gouvernement ;;;;iJ, qui l,observe. Et ie des-Etats_Unis pouruu préhension. J,ai eu à", ,ii, i"rurrctifs avec Ie "o__ gou_ vernement américain "ntm,a "ti"i, assuré O"-tout" l,aide nécessaire :uj en faveur du Conso- irr" ,"".-prr""r-il.r" vérité,on peut Ia cacher, on peur ri torp'rea-;iJ;;; IJirou^ par triomoher. noa,pas perdu }_-yld" entier Congo. Le Chôf au gouvernement "oonuoouu congolais, qu.ol présentait ;;._rî; ,"ril;J comme un destructeur, a été i.cu ,ur-;;

,"il;;;nr

1ii

lr l

tous les chefs d,Etat des pays

partour, on "d;#;; m'a teàoignera;#;

LI

i"i"fii,t:'rffi;

o,.o;éd;;,"i."";

confiance.

J,ai

eu

des contacts avec des milieux même financiers américains qui m'ont fait des propositions concrètes pour venir au Congo. Le gouvernement américain m'a offert trois cents bourses pour le peuple congolais. Vous voyez que la Belgique nous détruit, la Belgique nous sabote, la Belgique vole notre argeût, mais nous aurons de I'aide ailleurs. Et nous avons encore beaucoup d'or dans le sous-sol congolais (rires, applaudissements). Et je remercie les Etats-Unis qui ont joué un rôle important dans I'histoire de I'humanité. Ce qui se fait au Congo s'est passé aux Etats-Unis où il y avait ce mouvement de sécession. Et j'ai comparé cette situation avec la situation du Congo. D'abord, la lutte que le peuple américain a menée contre le colonialisme des impérialistes. Et les anciennes colonies qui se sont installées en Amérique ont lutté pour mettre fin à l'oppression, à I'exploitation mercantile. Toutes ces anciennes colonies se sont libérées. Et c'est la même lutte que nous avons menée aujourd'hui, hier, contre les impérialistes pour notre liberté. Et ensuite, après la libération, ils ont connu le mouvement de sécession, ils ont lutté de nouveau pour I'unification de I'Amérique, pour l'unité américaine. Et les fascistes, les traîtres à la patrie ont échoué, et l'unité américaine est 1à. Et c'est cette unité, Cest cette victoire pour la liberté, pour le progrès qui a fait des anciennes petites colonies une grande puissance, une grande puissance qui domine aujourd'hui les anciens exploitants. Et le Congo avec ses richesses, ses potentialités, le Congo va devenir une grande nation, puissante, économiquement, politiquement. Et la grande nation congolaise va recevoir chez elle les Belges qui voudront venir chez nous. Et nous allons les accueillir à bras ouverts, parce que nous sommes des hommes pacifiques. Et jusqu'aujourd'hui, aucun membre du gouvernement n'a de haine à l'égard des Belges. Il n'y a aucun gouvernement qui est contre les Belges ou contre les Blancs en général. Nous sommes simplement contre ce régime d'exploitation; nous sofilmes uniquement contre ces man@uvres qui visent à provoquer l'éclatement du Congo pour que les impérialistes aient encore la main-mise sur notre pays. A part cela, nous r€stons sur notre chemin: amitié avec tout le monde etvoyez que nous avons toujours le sourire, et chaque fois que les journalistes arrivent ici, nous les accueillons à bras ouverts; chaque fois que les Européens arrivent chez nous, dans nos bureaux, nous les recevons. I1 y a encore des Belges

292 Il l

iii

293


I

L

,ii

qui ont nos filles aujourd'hui comme épouses ; il n'y a personne qui est allé enlevé sa fille chez les Belges, parce qu'elle ne voulait pas vivre avec les Belges. Il y a encore des Belges qli sont dans nos Cabinets ; chefs de cabinet adjoint, (mots inaudibles), qui sont magistrats à la Cour. Il est là, il travaille dans un esprit de collaboration et de fraternité avec les membres congolais qui sont dans mon câbinet. Si vous allez dans les autres ministères, il y a des Belges qui travaillent, des Belges de bonne foi et de bonne volonté. Cela est une preuve, Messieurs, que nous ne sommes pas contre les Belges. Nous sommes contre les mauvais esprits uniquement >.

ri

L'unité et la personnalité africaincs. <

Ensuite,

j'ai

effectué

un voyage à travers I'Afrique à la

demande des Chefs d'Etat africains.

Je suis arrivé en Tunisie. En Tunisie, Son Excellence le Président Bourguiba m'a assuré de tout son concours ; nous avons signé avec lui un communiqué de solidarité des peuples africains.

De la Tunisie, je suis allé au Maroc où Sa Majesté MohamV m'a invité spécialement. J'ai reçu un accueil chaleureux, un accueil fraternel, Sa Majesté m'a assuré de tout son concours. Il m'a donné un avion qui m'a accompagni jusqu'ici avec une équipe de techniciens. De là, je me suis rendu en Guinée, où j'ai été accueilli à bras ouverts par le Président Sékou Touré. Presque tous les membres de l'Assemblée se sont présentés pour venir combàttre (applaudissements). Des milliers, des centaines de Guinéens, sont tous des volontaires pour venir servir le naed

Congo.

De la Guinée, je suis allé au Libéria où j'étais également invité par le Président Tubman, un homme très sage, qui m'a assuré du même appui et m'a dit : < Nous aussi; au début, mais nous avons connu les mêmes ennuis ; les Américains avaient voulu, ceux qui étaient là, pas les vrais Américains, faire la même situation qu'ils ont fait au Congo. Nous avons lutté. Vous réussirez >, m'a-t-il assuré. c [æ Libéria est à votre disposition. Et vous aurez tout. Et 294

porr libérer le Katanga' nous s'il faut aller lutter par les armes ni"t Otoo. > (applaudissements)' où i'ai reçu Ie même Du Libéria, i. 'oi'-"UC au Ghan-a du dhana est mobilisé p""prt. soutien, le même upp"i' eîà"li" passé au Togo' hier' et Son ttd là;l; ;t en faveur du congo' Olympio'-m a assuré du même Excellence le Premier *iJtit'liEmoereur d'Ethiopie' appui