Issuu on Google+

XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page1

ec ha nn - Joachim B hel Bojm - Bern a ic m M lt u A la s e B u r q e c rn e Ja ny Appel - W - Bertha Becher a Ajgengold n l e e ld g B o n G E n a n d a ld e o m ri g lt F n A e Moïse mbaum Abraham Ajg - Michel Bojm Marie Altmann n - Maria Dyme u u ty la la rs B B u r it B e rg rn m a e ia M W yr r M ra aum um Cla Rachel Beche m - Frieda Enge Feist - Fullenba m - Hannelore B u u s a a b si B e m l e G e d e ym lk ri a D F F a ri r te n - Ma - Rena Walter Leo Bah Cécile - Myriam Bursty er - Margit Blau rt h a c e lb B e l G e nna Goldberg h x A c a a M R n a rt r a e sm h a lb c e G e G B ie e n es - Eugé - Hélèn Joachim oldberg - Jacqu old ugénie Gasman G ullenbaum Clara E F c a t a in is Is e e st F k rn s o lic si B e G Bernhard raham Ajgeng auline Glick -G lbart - Pauline b e P A G el e p rt p a tt A le lb u y e a n G P e en tt B aule ann Gelbart engold Renate Falk - P e Gelbart - Max ann - Marie Altmann - Moïse Altm n lè é H echer Golda Ajg B rg e l e b h ld c o a G R ltm a A n r e ra es h F u c - Jacq im Be ltmann Goldberg Becher - Joach Golda Ajgengold baum Jacques A a m h e rt ld e o ym g B D en a jg m ri A u a a M B tyn Abraham nn nelore in - Myriam Burs bart Marie Altma del Baum - Han e el e st ri G F rn o ax r B M h a rd t B a ar h o b e rn el nn jm - Be élène G Walter L erg Moïse Altma lau - Michel Bo énie Gasman - H b B g ld u r o E e G rn e c m a W a au b Is n u lle la lara Fu oldberg Margit B - Gesis Feist - C berg - Frana G idt Benny Appel k ld m al o h F G sc e ld at ile o c en é G R C r e el ldberg - Wern r Frieda Eng Glick - Anna Go h Walter Leo Bah imon Goldberg p S e se lin u Jo a rg t P e es b rn ld rt o E a G lb emson achela Paulette Ge l Baum n - Hélène Jeruch a Goldberg - R so ri a em M ch eissmann Friede ru W rg Je e t b rg o er ld o lb eb A G g In s h e r u sc q le ir Jac annelore Baum Markus Hend dler - Helga H H en ss n H a s g an u ku e fm N ar au M y K rr a er d er - H i - Wern Martin Grunwal echer er -Rachel Rosn Noémie Kaminsk sn i o sk R in e Mesc Bertha B lf am in o K l W ég ie R is an u s o D L as n M b ah u es Hans K mie La Becher - Georg emson Joachim n Krauss - Noé élène Marxsohn h c H Ja ru f in Je p rt ew ko e L l in lb le A aë K af arkey her evy - R Marion aier - Hedwig M rnest Rachel Bec eufer - Helmut L E M L d a e n th fr so n er a B em M ch ki zi ru ka el - Je nia Lip Roger Len arz - Nathan Nab Adolf Lipka - Gé inski Margit Blau liw m n a M K io e L l p e ie p n id ili a h lfr D P E s Kahn e Mescz Gerti Licht ann Werner Blau erreicher - Han es Mass - Régin st fm rg e O au eo K G a n er n n n A h er o W t i xs eustad aminsk Hélène Mar el Bojm arl Rothschild - K umark - Erica N e K N er st sn rn Jan Krauss Mich o E R f el p h ss ko a ac in g R u le e K N s er n y o sn ri Harr - Naphtalie Ro m Bernhard Born ed Suss - Ma u er lfr a A B sn o re r R e e lo e m èl n u is n tr G a S - Isy ann -H Ernst Ottinger geborg Weissm r - Jürgen Schild Myriam Burstyn In te h a c h e rt jm a e o h B c B S l e h zy ki u ic zi lf - M er Len Hilda Safran - S ann - Louis Wo ie Laub - Rog Maria Dymemb e sm m n é is o lè e é N W H rg y o n e ir b e rk w g a Z wig M dwin gel Ellie Vistave - In fred Maier - Hed Zeidelmann - E n a e M c ri u ka a mark - Frieda En ip M L eu N ia n st é n rn G n E a -lm ka s e ip id L as e - Adolf ry Neug alk sraël Z han Nabel - Har Rosner Renate F irn - Elfride Lion at el w N h Z y ac z ill R ar W er liw n M sn ir o e w htalie R Philipp Simone Z Wolf Gesis Feist èle Rosner - Nap Régine Mescz is is G u s o L as er M g in es tt ss O rg u S st eo Alfred er - Ern asm Marxsohn G - Isy Strumer - Anna Oesterreich Zwirn Eugénie G ild er h in c m w S u d tr E n S e y rg Is n n Jü t a chter ar Zeidelm Erica Neustad n - Suzy Schae ann Hélène Gelb ann - Maurice a m fr lm lt a e A S id e a e Z ïs ild o l H ë M ra Is Wolf Altmann Karl Rothschild smann - Louis her Max Gelbart ltmann - Marie is A ec e B s W e el u h rg q o c ac b R e Ja g In er Bech engold Ellie Vistave lf Paulette Gelb Becher - Joachim old - Golda Ajg o a g W n th e is er jg u B A o L m m a n h au B ra an b nelore Weissm e Glick Willy Zwirn - A riedel Baum - Han tave - Ingeborg F is V r e ah lli B E llie Vistave Paulin E eo n L ei r ld st te o g al rn o W en B jg d A el p ar p h - Bern oldbe Abraham Benny A delmann Anna G irn - Willy Zwirn u - Michel Bojm ei w la Z Z B e ce n er ri o n au er im M S W n n u ir win Zw oldb eidelman Margit Bla Zeidelmann - Ed Altmann Cécile G uis Wolf - Israël Z e o ie L ric ar au M n M an n n m an ss an ei ltm m ldb eborg W cques A sraël Zeidel Becher Frana Go a Ajgengold - Ja Ellie Vistave - Ing ld im ld o h o G g ac en ld Jo jg o A g er en h am jg h J tha Bec ham A Zwirn - Abra Willy Zwirn Abra baum Goldberg elore Baum - Ber n n em an ir H w ym Z D e m ia n o au ar B M im S el Burstyn r - Fried Edwin Zwirn lette Goldberg - M rnstein - Myriam - Walter Leo Bah au o el P B p t d p ar ar A b h y el n n G er en B ax B M bart el Bojm Moïse Altmann ldberg man - Hélène Gel erner Blau - Mich as W G u ie la B én g ues Goldberg Go it u q g c E ar Ja M m au rg er b e h n b ec lle ld u B o Rachel erg - Isaac G ler Rachela Go b d is Feist - Clara F n ld e o es H G G s a u k n rk al ra a F F M e at en nwald oldberg Gold Frieda Engel - R midt - Martin Gru ldberg - Cécile G h o G sc a ld n o n Ajgengold Simon G A r e am k h rn e ra lic b G W A e lin rg ld u e o a b g P Ajgen n Gold hmi Gelbart Goldberg - Simo edel Baum Goldsc t Joseph Abraham ri la F es e h rn c r E a ah R B n so eo rg L e r em b ld Jeruch - Walte Maria Gold emson - Hélène Bernhard Grunwa n - Benny Appel ch an jm ru o ltm Je B A t e el er h ïs lb o ic A M M H ltmann er Blau Helga Hirsch Zwirn - Hendler argit Blau - Wern ltmann - Marie A in A M w d er es E h u ec cq n B Ja an el h m ld el ac o her - R r rice Zeid Golda Ajgeng her - Joachim Bec eidelmann - Mau Ingeborg Albert Je Z ec B ël ve a ra ta th Is is er V B lf e o lli m W E - Louis engold Hannelore Bau org Weissmann braham Hélène Je n - Abraham Ajg ir A eb g w n Z ir In w Z ve ve y ill ta ta is is W V V - Ellie Zwirn est Jo Bornstein - Ellie Zwirn - Simone raham Ajgengold in b w A d E n n ir oïse Altmann - Ern w an M Z m n y el ill d an W ei Z ltm A n ce ir ie ri w ar Z au n-M n-M n - Da Simone - Jacques Altman Bahr - Friedel Kah - Israël Zeidelman ld lf eo o o L g r W te en is al jg u o A W L a ld el n o p Benny Ap Weissman Ajgengold - G

SITE-MÉMO

RIAL

p m ca des s e l l Mi

AIN

M E D R U O P E IR MÉMO

DOSSIER DE PRESSE

www.campdesmilles.org


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page2

Mémoire

Éducation

Culture

Paroles d’enfants et d’adolescents … d’aujourd’hui

“Il est indispensable de con server ce site historique comme témoignag e de l’horreur de ces camps, en espérant que cela ne se reproduira plus.” Hajira, Sophia, Emilie

(…) “L’enfer au bout des rails La vie part en fumée Tout ça n’est pas détail Personne ne doit oublier.” (…) Pierre, Mélissa, Maud, Carmen et Marc

sur qué car on marchait m’a beaucoup mar n go wa au p m ca “Le trajet du mes et enfants.” rtés, hommes, fem po dé s de s ce tra es Sébastien les ancienn

“Cette visite m’a beaucoup émue, elle a marqué mon esprit et ma vision du monde pour longtemps ” Léa tà informer e ntinuer à s’ o c it o d n “O pour être la mémoire entretenir apable l dont est c a m u d t n conscie dre à insi appren a t e , e m m l’ho ui est en tte partie q e c r le ô tr n co nous..” chacun de Florence

“J’en av ais déjà parlé à m que c’ét on père ait une é qui m’a poque à dit demand o u b li er. Je lui é pourq u a o i i o n en vou aux juifs lait tant  ; il m’a que ça r é p o n du que voulaien les allem t garder ands les meille urs…” Ronan

> En arrière-plan de la couverture du présent document, la liste des noms des enfants et adolescents Juifs déportés des Milles en août et septembre 1942. Le plus jeune n’avait qu’un an.

2 D O S S I E R D E P R E S S E S I T E - M É M O R I A L D U C A M P D E S M I L L E S - Service Communication : Fondation du Camp Des Milles - Mémoire et Éducation


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page3

Sommaire

“Testament d’Auschwitz” ...................................................................................................................................................................4 Site-Mémorial du Camp des Milles : Un lieu témoin qui prend le relais des témoins.......................................5 1983 - 2012 : Un long combat contre l’oubli et l’ignorance .......................................................................................................6 Faire vivre un haut-lieu de mémoire et d’éducation ...............................................................................................................................7 Les missions du Site-Mémorial ........................................................................................................................................................................................9 Histoire, histoires d’un camp .........................................................................................................................................................................................10 Résister par la création : Artistes et intellectuels au Camp des Milles .............................................................................12 Trois volets … .................................................................................................................................................................................................................................14 …dans un parcours muséographique inédit ...............................................................................................................................................15 Un projet soutenu par les grands porteurs de la Mémoire

19

.......................................................................................................

3 Contacts Presse : ODILE BOYER - odile.boyer@campdesmilles.org - +33 (0) 6 13 24 24 25 - DINESH TEELUCK - dinesh.teeluck@campdesmilles.org - +33 (0) 6 78 99 74 63


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page4

Mémoire

Éducation

Culture

“Testament d’Auschwitz”

Nous les âmes errantes de nos 6 millions de martyrs, dont les cendres encore chaudes sont éparpillées dans les plaines lugubres de la Haute Silésie, Nous les mères juives, séparées sauvagement de nos petits, dont ils n’ont pas eu seulement pitié, Nous les vieillards, justes des saintes communautés, qui sommes morts dans les chambres à gaz en prononçant le nom de l’Eternel, Nous les innocents, les petits Daniel ou Myriam, les petits Maurice ou Sarah, souriant vers l’avenir qui semblait s’offrir à notre émerveillement, Nous les enfants, les frères et les sœurs de nos disparus, nous qui avons échappé miraculeusement à la tragédie de l’arrestation et de la déportation, mais qui n’avons pas connu la joie d’une adolescence entourée de nos parents chéris, Nous les héroïques défenseurs des derniers remparts du Ghetto de Varsovie, qui avons pu choisir de mourir en combattant plutôt que d’être traités et exterminés comme des bêtes, Et nous les derniers survivants de la Shoah, ultimes témoins de la barbarie nazie, qui avons touché le tréfonds de l’horreur, et dont les blessures se cicatrisent à peine, Nous léguons notre mémoire meurtrie : A nos jeunes héritiers de la Marche des Vivants et des Voyages de la Mémoire, ainsi qu’à leurs disciples. Vous qui avez voulu refaire l’itinéraire sanglant qu’a suivi le peuple Juif en pénétrant dans les camps d’extermination. Nous vous léguons notre Mémoire, à charge pour vous de la transmettre de génération en génération, afin que nul n’oublie, afin que nul ne doute, afin que nul ne nie ! Nous vous léguons notre Mémoire que nous avons reçue nous-mêmes par serment de nos familles et de nos camarades assassinés sous nos yeux. Puissent nos héritiers rappeler aux Hommes la folie exterminatrice d’une idéologie innommable contre un peuple qui n’aspirait qu’à la Paix ! Puissent-ils faire preuve de vigilance dans les années et siècles à venir, et ne pas en oublier pour autant la tolérance vis-à-vis des autres ! Puisse le Mémorial des Milles en Provence pour lequel nous nous sommes investis depuis des années, apporter à ceux qui le visiteront toute la dimension pédagogique recherchée pour faire barrage à la haine ! Puisse le flambeau de la Mémoire collective, que nous vous transmettons avant d’arriver au bout de notre voyage, vous protéger à tout jamais d’un nouvel AUSCHWITZ !

Denise Toros-Marter Déportée à 16 ans Présidente de l’Amicale des Déportés d’Auschwitz Marseille-Provence, Co-présidente de l’Association du Wagon-Souvenir des Milles

4 D O S S I E R D E P R E S S E S I T E - M É M O R I A L D U C A M P D E S M I L L E S - Service Communication : Fondation du Camp Des Milles - Mémoire et Éducation


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page5

Site-Mémorial du Camp des Milles :

Un lieu témoin qui prend le relais des témoins

Le Site-Mémorial du Camp des Milles est le seul grand camp français encore intact et accessible au public et l’un des rares lieux témoins en Europe qui raconte l'histoire tragique des internements et des déportations durant la Seconde guerre mondiale. Il fut donc d’abord, pour des hommes, des femmes et des enfants, un lieu d’angoisses, de souffrances et aussi de résistances, dont il faut se souvenir. Mais face aux crispations identitaires et aux racismes d'aujourd'hui et de demain, cette mémoire interpelle aussi chacun sur sa capacité à apprendre du passé, à penser son rapport à l’autre et à se sentir acteur de l’avenir collectif. Afin d'aider à cette nécessaire prise de conscience, et pour la première fois sur un lieu de mémoire, le Site-Mémorial du Camp des Milles, fournira des repères pluridisciplinaires et des clés de compréhension qui peuvent aider à être vigilant et à réagir à temps.

Droits réservés

Photo ancienne de la tuilerie - Mémorial de la Shoah/CDJC/AN/Paulmyer/Pirotte en source

Avec modestie mais avec fermeté, les anciens déportés et résistants ont souhaité la vigilance de chacun pour que ne se reproduisent plus demain, dans l’ordinaire des vies quotidiennes, les engrenages qu'ils ont connus et qui peuvent mener vers l’extraordinaire d’un crime de masse.

5 Contacts Presse : ODILE BOYER - odile.boyer@campdesmilles.org - +33 (0) 6 13 24 24 25 - DINESH TEELUCK - dinesh.teeluck@campdesmilles.org - +33 (0) 6 78 99 74 63


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page6

Mémoire

Éducation

Culture

1983 - 2012 Un long combat contre l’oubli et l’ignorance

1942 à 1982

1992

On ne parle pas du Camp des Milles dans la région. Mais des rescapés et certains acteurs comme le pasteur Manen (Juste parmi les Nations qui a livré son témoignage dans son journal “Au fond de l’abîme”), et quelques internés comme Lion Feuchtwanger (Le Diable en France, 1942) commencent à témoigner. Serge Klarsfeld travaille sur les noms des déportés des Milles ; en 1979, quelques universitaires d’Aix-en-Provence autour de Jacques Grandjonc commencent des recherches.

Après l’inauguration d’un Chemin des Déportés (1990), un Wagon-Souvenir d’époque est installé sur les lieux mêmes des déportations et abrite une petite exposition d’un collège marseillais. L’opération “Mémoire pour demain”, rassemble plusieurs milliers d’élèves autour de débats, projections de films, spectacles, expositions... Inauguration la même année aux Milles d'une école primaire au nom d'Auguste Boyer, Juste parmi les Nations, ancien gardien du camp.

1997 Sauvegardée puis restaurée, la “Salle des peintures murales” est classée monument historique. Son ouverture au public est confiée au Ministère des Anciens Combattants et Victimes de guerre.

2002 à 2009

1983 Face à l’annonce de la destruction de la “Salle des peintures murales” de l’ancien camp, d’anciens résistants et déportés, le Conseil Représentatif des Institutions juives de France (CRIF) et la Mairie d’Aix-enProvence se mobilisent et sensibilisent le gouvernement : la salle est protégée en urgence par une inscription à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

1985 Inauguration d’une stèle commémorative et naissance d’un Comité de coordination pour la sauvegarde du Camp des Milles et la création d’un Musée mémorial de la Déportation, de la Résistance et de l’Internement.

Un Comité de pilotage fonde l’Association “Mémoire du Camp d’Aix-les Milles” (2002) et œuvre à la conception d’un Mémorial ambitieux. L’ensemble du site (7ha) est inscrit comme Monument historique (2004). Les financements nécessaires, publics et privés, sont rassemblés (2006-2009) et le site est acheté.

Depuis 2009 La “Fondation du Camp des Milles Mémoire et Éducation” est créée et immédiatement reconnue comme établissement d’utilité publique par décret du Premier Ministre. Elle rassemble les Ministères de l’Éducation nationale et de la Culture, les collectivités locales et les associations concernées, ainsi que quelques grandes entreprises mécènes.

Juin 2012 Ouverture au public du Site-Mémorial du Camp des Milles à Aix-en-Provence, France.

6 D O S S I E R D E P R E S S E S I T E - M É M O R I A L D U C A M P D E S M I L L E S - Service Communication : Fondation du Camp Des Milles - Mémoire et Éducation


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page7

Faire vivre un haut-lieu de mémoire et d’éducation Le Camp des Milles est un haut-lieu de mémoire européen. Son Site-Mémorial veut être un lieu de souvenir mais aussi un espace vivant d’éducation et de culture. Singulier par son état de conservation et les traces qu’il livre de cette époque, il est reconnu comme Monument historique par le Ministère de la Culture et comme l’un des huit hauts- lieux de mémoire français par le Ministère de la Défense. Ce projet mémoriel a été entouré du soutien des plus grands témoins de cette période comme Madame Simone Veil et Messieurs Elie Wiesel ou Jorge Semprun.

1 - Entre 1939 et 1942, le Camp des Milles a connu un engrenage tragique d’internements d’étrangers et d’antifascistes de 27 nationalités, pour devenir finalement une antichambre d’Auschwitz avec la déportation de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants juifs dans le cadre de la Shoah. Ce site n’est pourtant pas un lieu d’horreurs. C’est une ancienne tuilerie, un lieu de travail ordinaire, au bout d’une rue ordinaire d’un village proche d’Aix-en-Provence. C’est dans cet “ordinaire” du quotidien que des gens “ordinaires” peuvent enclencher l’extraordinaire de l’assassinat programmé. C’est aussi un lieu où des hommes et des femmes, inconnus ou célèbres comme Max Ernst ou Hans Bellmer, ont su rester debout et résister à la déshumanisation, par le souci des autres ou par la création artistique dont de très nombreuses traces existent encore sur le site. Aujourd’hui ce camp est le seul des grands camps français d’internement et de déportation encore préservé et aménageable, et l’un des très rares au plan européen. Après trois décennies de combat pour sa mémoire, le site historique s’ouvre au public, mis en valeur par une combinaison originale de plusieurs options d’aménagement. Le Site-Mémorial a ainsi été conçu, principalement pour les jeunes, non seulement comme un musée d’histoire et un lieu de mémoire préservé, mais aussi comme un espace de culture patrimoniale et artistique et comme un “musée d’idées”, un laboratoire innovant dans son contenu comme dans ses dispositifs pédagogiques. 2- Se déployant à l’intérieur d’un impressionnant bâti de 15 000 m2 sur un espace de 7 ha, le parcours débute par un rappel de l’histoire. Celle du Camp des Milles et son contexte

7 Contacts Presse : ODILE BOYER - odile.boyer@campdesmilles.org - +33 (0) 6 13 24 24 25 - DINESH TEELUCK - dinesh.teeluck@campdesmilles.org - +33 (0) 6 78 99 74 63


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page8

Mémoire

Éducation

Culture

européen et mondial ; celle des personnes qui en ont été les acteurs. Est aussi présentée une collection de centaines de documents rares sur les enfants juifs déportés de France que Serge Klarsfeld a confiée à notre Fondation. Les vastes espaces d’internement sont présentés au plus près de ce qu’ils étaient à l’époque, avec une muséographie minimaliste. Puis un “espace réflexif” propose des acquis scientifiques pluridisciplinaires accessibles pour la première fois sur un lieu de mémoire. Sont ainsi livrées à la réflexion du visiteur des clés de compréhension des mécanismes individuels et collectifs qui ont conduit - et qui peuvent encore conduire - à l’horreur génocidaire comme à la résistance. Les engrenages dangereux se développent dans la durée et il convient donc avant tout d’apprendre à les lire en dynamique, à relier des faits qui, au jour le jour, peuvent sembler isolés, et à pouvoir ainsi réagir dès les commencements des processus dangereux. Le parcours intérieur prend fin devant le “Mur des actes justes”. Celui-ci montre la variété des actes de résistance et de sauvetage possibles et la grande diversité des hommes et des femmes qui nous ressemblent et qui ont su réagir efficacement, chacun à sa manière. En plus de la visite elle-même, des activités diverses sont proposées sur le site : des ateliers pédagogiques, des conférences et des débats, un centre de ressources et de formation, mais aussi des événements culturels destinés à compléter l’approche scientifique par le recours à l’expression artistique qui peut tenter de réduire ce qui a été appelé parfois “l’indicible” de l’horreur génocidaire. 3 - Ce qui est recherché ce n’est pas que le visiteur, en particulier le jeune visiteur, sorte du Mémorial accablé devant la noirceur des persécutions ; mais qu’il prenne conscience que, éclairé par ce passé tragique, chaque homme ou femme peut mobiliser ses qualités de vigilance et de résistance, et sa responsabilité en tant que personne face à l’autre et en tant que citoyen dans la société. De ce point de vue, l’histoire de la Shoah, ancrée dans les lieux, est un puissant révélateur de la modernité et de l’universalité des mécanismes sociétaux récurrents dont elle a été la combinaison la plus extrême et qui sont encore à l’œuvre aujourd’hui. Cette approche fondamentale nous permet alors, sur le site lui-même, des rapprochements éclairants avec le sort des Tsiganes et les génocides arménien et rwandais. Dans un monde marqué par les crispations identitaires, par les racismes et par les extrémismes, nous sommes ainsi en mesure d’opposer une solide convergence des mémoires à une très malsaine concurrence des mémoires. Pour garantir la qualité des contenus exposés, universitaires, chercheurs et experts reconnus ont travaillé sous l’autorité d’un Conseil scientifique international et pluridisciplinaire présidé par le Recteur de l’Académie d’Aix-Marseille. Leurs travaux de recherche se poursuivent dans le cadre d’un accord permanent avec l’Université. Aujourd'hui c'est la Fondation du Camp des Milles, Mémoire et Éducation, reconnue d'utilité publique, rassemblant l'ensemble des partenaires concernés, publics, privés et associatifs, qui est en charge de la bonne fin du projet et de la gestion du futur Site-Mémorial. Elle prend ainsi la suite d’un long combat contre l’oubli et l’ignorance initié il y a trente ans par d’anciens résistants et déportés. Il est de notre responsabilité commune de gagner le pari difficile que l’homme puisse apprendre de son passé et sache transformer la mémoire-révérence en mémoire-référence.

Alain Chouraqui Président de la “Fondation du Camp des Milles - Mémoire et Éducation” Directeur de recherche au CNRS 8 D O S S I E R D E P R E S S E S I T E - M É M O R I A L D U C A M P D E S M I L L E S - Service Communication : Fondation du Camp Des Milles - Mémoire et Éducation


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page9

Les missions du Site-Mémorial

Accueil des scolaires (écoles, collèges, lycées)

Ateliers pédagogiques

Centre d’éducation citoyenne

Activités artistiques

Site-Mémorial Conférences et débats

Activités de recherche

Centre de ressources

Centre de formation

9 Contacts Presse : ODILE BOYER - odile.boyer@campdesmilles.org - +33 (0) 6 13 24 24 25 - DINESH TEELUCK - dinesh.teeluck@campdesmilles.org - +33 (0) 6 78 99 74 63


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page10

Mémoire

Éducation

Culture

Histoire, histoires d’un camp Septembre 1939 à juin 1940 : un camp pour “sujets ennemis” L’histoire du camp débute sous la IIIe République, au début de la Seconde Guerre mondiale, lorsque le gouvernement français prend la décision d’interner les ressortissants du Reich, fussentils d’authentiques antifascistes ayant fui de longue date le nazisme qui sévit dans leur pays d’origine pour venir se réfugier en France. Considérés paradoxalement et tragiquement comme des ”sujets ennemis” les internés sont victimes d’un mélange de xénophobie, d’absurdité et de désordre administratifs ambiants et vivent dans des conditions très précaires. Dans le Sud-Est, ces étrangers sont internés dans la Tuilerie des Milles, alors désaffectée. Ce bâtiment industriel devient un camp d’internement sous commandement militaire français.

Juillet 1940 à juillet 1942 : un camp pour “indésirables” En juin 1940 s’ouvre une seconde période avec la défaite française et la signature de l’armistice. C’est là que se situe l’épisode du “train des Milles”, popularisé par le film de Sébastien Grall. A partir de juillet, sous le régime de Vichy, le camp est rapidement surpeuplé (3 500 internés à la fois en juin 1940). Au cours de cette période sont transférés aux Milles notamment les étrangers des camps du Sud-Ouest, et en particulier des anciens des Brigades internationales d’Espagne ainsi que des Juifs expulsés du Palatinat, du Wurtemberg et du pays de Bade. À partir de novembre 1940, le camp, passé sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, devient le seul camp de transit en France pour une émigration Outre-Mer, transit régulier ou illégal avec l’aide de particuliers, d’organisations ou de filières locales et internationales. Au fil du temps, les conditions d’internement se dégradent : vermine, maladies, promiscuité, nourriture insuffisante…

“Cette poussière qui s’accumulait partout et que tout le monde piétinait rendait le sol très inégal ; (…) et partout, partout, partout, la poussière était présente.” L. Feuchtwanger, Le Diable en France

> Etage réservé aux hommes 

Août et septembre 1942 : un camp de déportation des Juifs Une troisième période correspond aux mois d’août et septembre 1942 qui voit la déportation vers Auschwitz via Drancy ou Rivesaltes de plus de 2 000 Juifs, hommes, femmes et enfants. Vichy a accepté de livrer 10 000 Juifs de la zone dite “libre” à l’Allemagne. Au début du mois de juillet 1942, Laval propose d’inclure les enfants âgés de moins de seize ans dans les déportations.

10 D O S S I E R D E P R E S S E S I T E - M É M O R I A L D U C A M P D E S M I L L E S - Service Communication : Fondation du Camp Des Milles - Mémoire et Éducation


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page11

La ronde des enfants - Mémorial de la Shoah/CDJC/AN/Paulmyer/Pirotte en source

Le 3 août, le camp est bouclé. Femmes et enfants juifs de la région sont orientés vers les Milles pour rejoindre les autres internés avant d’être déportés. Ne sont pas épargnés les Juifs réfugiés politiques ou étrangers ayant servi dans l’armée française. Et une centaine d’enfants sont ainsi déportés à partir de l’âge d’un an. Au total, cinq convois sont constitués. Ces événements surviennent avant même l’occupation allemande de la zone Sud (11 novembre 1942). Quelques hommes et femmes courageux aidèrent les internés et les victimes de la déportation.

> Fillettes juives à l’Hôtel Bompard (Marseille) avant les transferts au camp des Milles 

Certains sont reconnus par Israël comme “Justes parmi les Nations” : Père Cyrille ARGENTI, Edmond et Nelly BARTOLONI, Auguste et Marie-Jeanne BOYER, Mgr CHALVE, André et Georgette DONNIER, Pasteur Marc DONADILLE et Françoise DONADILLE, Pasteur Charles GUILLON, Pasteur Henri MANEN et Alice MANEN, R.P Joseph Marie PERRIN, Abbé Fernand SINGERLÉ, Pasteur Gaston VINCENT et son fils Michel Au-delà du mois de septembre 1942, le camp, demeurant un centre de transit, vivote : ses derniers occupants, très peu nombreux, quittent ses murs de briques en décembre 1942. Le camp est officiellement fermé au début 1943, après avoir vu l’internement de plus de 10 000 personnes de 27 nationalités.

“Ce qui était particulièrement douloureux à voir c’était le spectacle des petits enfants. Car des ordres stricts furent donnés en dernière heure tels qu’au dessus de 2 ans, tous devaient obligatoirement partir avec leurs parents… Des enfants tout petits, trébuchant de fatigue dans la nuit et dans le froid, pleurant de faim… ; de pauvres petits bonshommes de 5 ou 6 ans essayant de porter vaillamment un baluchon à leur taille, puis tombant de sommeil et roulant par terre, eux et leurs paquets - tout grelottant sous la rosée de nuit ; de jeunes pères et mères pleurant silencieusement et longuement dans la constatation de leur impuissance devant la souffrance de leurs enfants ; puis l’ordre de départ fut donné pour quitter la cour et partir du train.” Pasteur Henri Manen aumônier du camp, Juste parmi les Nations, convoi du 2 septembre 1942

11 Contacts Presse : ODILE BOYER - odile.boyer@campdesmilles.org - +33 (0) 6 13 24 24 25 - DINESH TEELUCK - dinesh.teeluck@campdesmilles.org - +33 (0) 6 78 99 74 63


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page12

Mémoire

Éducation

Culture

Résister par la création :

Artistes et intellectuels au Camp des Milles Une caractéristique essentielle du Camp des Milles réside dans l’ampleur et la diversité de la production artistique réalisée par les internés, malgré les privations et le manque de moyens. Cette production est surtout abondante durant la première période du camp, entre 1939 et 1940. Mais on la retrouve avec une intensité variable tout au long de l’existence du camp, jusqu’à l’été 1942. Ce foisonnement s’explique incontestablement par la présence de nombreux artistes et intellectuels, dont certains bénéficient déjà d’une renommée internationale tandis que d’autres ne seront reconnus qu’après la guerre. Toutes les disciplines sont concernées : la peinture et le dessin (avec notamment Max Ernst, Hans Bellmer, Robert Liebknecht, Gustav Ehrlich dit Gus,  Eric Isenburger, Ferdinand Springer, Werner Laves, Leo Marschütz, Franz Meyer, Alfred Otto Wolfgang Schulze dit Wols, Max Lingner et Karl Bodek) ; la littérature avec des écrivains, poètes, traducteurs ou critiques (comme Alfred Kantorowicz, Golo Mann, Lion Feuchtwanger, Franz Hessel, Friedrich Wolf) ; la musique (avec le pianiste et compositeur Erich Itor Kahn, le chef d’orchestre Adolf Siebert, les chanteurs Ernst Mosbacher, Joseph Schmidt, Léo et Siegfried Kurzer…) ; le théâtre avec des comédiens, chansonniers, auteurs dramatiques et metteurs en scène  (comme Friedrich Schramm et Max Schlesinger) ; la sculpture avec Peter Lipman-Wulf… A leurs côtés, sont aussi présents des architectes (Konrad Wachsmann…), des professeurs d’Université, prix Nobel même avec Otto Meyerhof, prix Nobel de médecine en 1922, Thadeus Reichstein, prix Nobel en 1950 pour son invention de la cortisone, médecins, avocats, architectes ou journalistes mais aussi des députés ou hommes politiques allemands, autrichiens, italiens...

> Rez-de-chaussée, aile Ouest, entrée du Four “Die Katakombe” refuge de la vie culturelle au camp, du nom d’un cabaret contestataire de Berlin d’avant le nazisme

12 D O S S I E R D E P R E S S E S I T E - M É M O R I A L D U C A M P D E S M I L L E S - Service Communication : Fondation du Camp Des Milles - Mémoire et Éducation


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page13

> Salle des peintures murales - réfectoire des gardiens : “Le banquet des nations”, attribué à Karl Bodek, déporté des Milles et mort à Auschwitz

Parmi ces personnalités, beaucoup s’attachent à poursuivre leur activité, influencés par les circonstances extraordinaires et tragiques qui président à leur internement comme par le cadre même de la tuilerie. Ils donnent libre cours à leur créativité, parfois avec humour ou ironie, pour préserver leur dignité, tromper l’ennui, entretenir leur moral comme celui de leurs camarades ; parfois aussi pour s’attacher les faveurs d’un membre de l’administration. Des cours ou conférences sont donnés, des pièces de théâtre et des opéras sont joués. Les autorités se montrent d’ailleurs plutôt bienveillantes. Visitant un atelier réservé aux artistes, André Jean-Faure évoque “le Montmartre des Milles”. Des commandes officielles sont aussi parfois passées, comme la réalisation d’imposantes peintures murales pour le réfectoire des gardiens en 1941. Plus de 300 œuvres sont ainsi conçues au Camp des Milles. En outre, des centaines de traces, décorations ou graffiti anonymes ont été mis au jour. Ces artistes sont imprégnés des grands courants du début du XXe siècle. Ils marquent de leur empreinte l’histoire des Milles et sa mémoire. Les fameuses peintures murales réalisées par les internés, que l’on peut voir dans le réfectoire des gardiens, datent de l’automne 1940 - hiver 1941. La forte proportion d’intellectuels et d’artistes a en effet permis l’éclosion, sur place, d’une vie culturelle très active : théâtre, concerts, réalisations picturales… offrant aux internés une possibilité de résister moralement à leur situation, de s’abstraire mentalement et temporairement de l’enfermement qu’ils subissent. Une bibliothèque, des cours et des conférences sont autant de moyens d’occupation allant dans ce sens, de même que certaines activités artisanales.

13 Contacts Presse : ODILE BOYER - odile.boyer@campdesmilles.org - +33 (0) 6 13 24 24 25 - DINESH TEELUCK - dinesh.teeluck@campdesmilles.org - +33 (0) 6 78 99 74 63


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page14

Mémoire

Éducation

Culture

Trois volets…

Le Site-Mémorial du Camp des Milles œuvrera par tous moyens, en particulier en direction des nouvelles générations, afin de sauvegarder et de valoriser cet exceptionnel patrimoine historique et culturel, à dimension nationale, européenne et internationale.

Son action éducative et culturelle est destinée à renforcer la vigilance et la responsabilité des citoyens face au racisme, à l’antisémitisme et à tous les fanatismes : • en s’appuyant d’une part sur la mémoire et l’histoire de la Shoah et les crimes de masse commis pendant la Seconde Guerre Mondiale, ainsi que sur les résistances à ces crimes, • en tirant parti d’autre part des acquis scientifiques permettant de comprendre, dans un but de prévention, les processus individuels et collectifs qui peuvent conduire à ces crimes, ainsi que ceux qui permettent de s’y opposer.

Le projet retenu comprend trois volets dédiés à la connaissance, à l’émotion et à la réflexion, que les visiteurs découvriront eux-mêmes en trois temps, confortés par plusieurs dispositifs majeurs :

1 - UN VOLET HISTORIQUE • Explication historique du contexte général, européen, national, régional dans lequel s’inscrit l’histoire du Camp des Milles. • Information scientifique sur le site, son histoire et ses acteurs. 2 2

1

M. Iseppi

3

2 - UN VOLET MÉMORIEL • Ouverture au public des lieux historiques ayant servi à l’internement et à la déportation, dans et autour du bâtiment principal de la tuilerie. • Accès aux traces laissées par les internés et points forts de l’ancien camp. 3 - UN VOLET RÉFLEXIF • Espace de réflexion et d’investissement personnel sur la responsabilité individuelle et collective dans les mécanismes qui peuvent conduire au pire. • Accès aux conclusions d’expérimentations psychosociologiques sur la passivité, la soumission aveugle à l’autorité, les stéréotypes… passerelles entre hier et aujourd’hui. • Espace dédié aux “actes justes” de résistance et de sauvetage.

14 D O S S I E R D E P R E S S E S I T E - M É M O R I A L D U C A M P D E S M I L L E S - Service Communication : Fondation du Camp Des Milles - Mémoire et Éducation


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page15

…dans un parcours muséographique inédit

N

1-

Couloir d’entrée, sensibilisation et objectifs, accès aux ateliers pédagogiques et au centre de ressources

2-

Contexte historique mondial, européen, national et local

3-

Les trois époques du Camp des Milles

4-

La déportation et la Solution finale

5-

Visite des traces, dortoirs des internés

6-

Espace réflexif interactif : engrenage des périls et choix personnels

7-

Exposition nationale sur les enfants juifs déportés (Serge Klarsfeld)

8-

Cône de vision entre les dortoirs et les convois de déportés

9-

Salle des peintures murales

10 - Chemin des Déportés 11- Wagon-Souvenir et stèle commémorative

15 Contacts Presse : ODILE BOYER - odile.boyer@campdesmilles.org - +33 (0) 6 13 24 24 25 - DINESH TEELUCK - dinesh.teeluck@campdesmilles.org - +33 (0) 6 78 99 74 63


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page16

Mémoire

Éducation

Culture

1 - La présentation d’une information historique sur le Camp des Milles et ses acteurs Il est prévu d’apporter au public un bagage de connaissances historiques destinées à lui permettre d’appréhender le sens des lieux. Contrairement à de nombreux autres camps, celui des Milles n’a pas été créé ex nihilo. Dans le cadre de la Tuilerie, le visiteur doit avoir le sentiment d’évoluer dans ce qui fut un camp d’internement abrité par une usine, un lieu de travail ordinaire conduisant à l’extraordinaire. Différentes salles consacrées aux contextes - régional, français et européen - dans lesquels cette histoire s’inscrit aideront le visiteur à resituer la place du camp dans l’histoire générale (montée du nazisme, guerre, vichysme, Résistance, rafles et camps dans la région…), et dans les diverses phases répressives qui mènent de l’internement des ressortissants du Reich à la déportation des juifs. L’exposition portera ensuite essentiellement sur l’histoire des lieux et de ses acteurs : internés, déportés, autorités, Justes des Nations, gardiens, organisations humanitaires… Le Comité de pilotage de l’opération a confié au Mémorial de la Shoah la charge, à titre gracieux, de ce volet historique.

> Projet d’aménagement muséographique du volet mémoriel (vue de synthèse) : Le “dortoir” des internés, en l’état.

2 - La restauration, la préservation et l’ouverture au public des lieux historiques ayant servi à l’internement et au départ pour la déportation A l’intérieur du bâtiment principal de la Tuilerie, une muséographie très discrète laissera s’exprimer la force évocatrice des lieux préservés en l’état, et un espace d’environ sept hectares assurera l’unité et la cohérence des différents éléments historiques et pédagogiques du site. L’information historique recueillie auparavant par le visiteur devra lui permettre de donner tout leur sens aux espaces parcourus et d’en saisir la puissance émotionnelle. Elle lui permet aussi d’en comprendre la dimension diachronique, certains de ces espaces ayant connu diverses utilisations au cours des différentes phases de l’internement. Elle prépare enfin le volet d’éducation citoyenne du projet.

16 D O S S I E R D E P R E S S E S I T E - M É M O R I A L D U C A M P D E S M I L L E S - Service Communication : Fondation du Camp Des Milles - Mémoire et Éducation


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page17

3 - L’éducation citoyenne Ce troisième volet est destiné, en s’appuyant sur la force évocatrice de ce lieu imposant et sur le travail scientifique accumulé depuis la guerre, à renforcer la vigilance et la responsabilité du visiteur face à la permanence des grandes questions éthiques soulevées par le traumatisme civilisationnel de la Shoah dont ce lieu rend compte, par les autres crimes contre l’humanité de la dernière guerre, contre les Tsiganes notamment, et plus généralement par l’autoritarisme et le totalitarisme. Jusque-là, le visiteur s’est trouvé confronté au passé et à son poids émotionnel. Avec le volet qui s’ouvre, la mémoire-révérence devient mémoire-référence : le visiteur est invité à dépasser la distance qui le sépare du passé pour amorcer une réflexion pluridisciplinaire sur le présent et l’avenir prenant appui sur l’expérience historique. Bien entendu, tout lieu de mémoire concourt à l’éducation, voire à l’éducation civique. Mais ce volet, baptisé en l’état “Comprendre pour demain”, se veut ainsi être un temps réflexif complémentaire et largement innovant sur un lieu de mémoire. L’expérience semble montrer en effet que l’émotion sur le passé, l’information historique ou la référence rhétorique aux “leçons de l’histoire” ne suffisent pas ou plus toujours pour identifier et combattre les expressions sans cesse renouvelées du racisme, de l’antisémitisme, du fanatisme et de l’intolérance.

Il s’agit donc de susciter chez le visiteur une compréhension plus intime des situations et une réaction intellectuelle constructive en le faisant passer par les diverses étapes d'un parcours chrono-thématique qui propose des matériaux ou des résultats relevant d’approches et de disciplines variées, en plus de l’histoire. A partir de l’histoire spécifique du lieu, le caractère universaliste des éléments présentés sera illustré par les autres génocides avérés, arménien et rwandais. Dans cette perspective, trois grands thèmes de réflexion ont été définis par le Comité de pilotage : les résistibles engrenages des intolérances ; le basculement de la démocratie à l’autoritarisme ; la responsabilité individuelle et collective face au crime de masse. Cette étape réflexive, en relation directe avec la connaissance acquise dans les salles précédentes, peut s'apparenter à une station expérimentale au cours de laquelle, par divers moyens pédagogiques (films, archives sonores, création de scenarii, présentation de résultats scientifiques, dispositifs interactifs divers…), il participe au décorticage des mécanismes individuels et collectifs qui conduisent de la haine ordinaire au crime contre l’humanité, mais aussi de l’indifférence à la résistance. Le visiteur doit se trouver confronté à des situations historiques, mais aussi à des postures, à des schémas mentaux, à des réflexes intellectuels qui peuvent lui être familiers et dont il pourrait mesurer dès lors avec plus d'acuité les conséquences sociales, heureuses ou dangereuses.

17 Contacts Presse : ODILE BOYER - odile.boyer@campdesmilles.org - +33 (0) 6 13 24 24 25 - DINESH TEELUCK - dinesh.teeluck@campdesmilles.org - +33 (0) 6 78 99 74 63


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page18

Mémoire

Éducation

Culture

4 - Autres dispositifs majeurs de la visite Le parcours se poursuit par la salle d’expositions où sera installée la riche exposition nationale de Maître Serge Klarsfeld “1942-1944 : 11 000 enfants juifs déportés de France à Auschwitz”. Le Site-Mémorial accueillera en permanence cette grande exposition nationale, fruit d’une vie de recherche. Une collection exceptionnelle de documents rares. Émouvant dans un lieu d’où furent déportés une centaine d’enfants dès l’âge d’un an... Le visiteur aura ensuite accès aux espaces extérieurs du camp, comprenant des stations mémorielles, et à la Salle des Peintures (ancien réfectoire des gardiens). La visite se terminera par le parcours du chemin des Déportés, aboutissant au Wagon-Souvenir, sur les lieux même du départ pour la déportation. En complément de ce parcours, seront proposés, plus classiquement, un centre de ressources ainsi que des équipements (salle de diffusion, salles diverses…) permettant une large gamme d’activités culturelles, éducatives ou de formation, permanentes ou ponctuelles : ateliers, débats, conférences, concerts, prestations théâtrales ou artistiques, lectures… L’ensemble de ces manifestations vise à prolonger à la fois l’émotion, l’information et la réflexion du visiteur.

> Wagon-souvenir installé sur le lieu même de départ pour la déportation

Le public scolaire (Primaire-CM2, collège et lycées) sera accueilli dans le souci des programmes officiels (histoire, éducation civique, littérature, philosophie, histoire des arts, langues etc)… par des enseignants, des médiateurs, d’anciens déportés ou résistants, des bénévoles expérimentés. Des éléments préparatoires seront disponibles en complément de documents accompagnant la visite. Une coopération renforcée se met en place par convention entre la Fondation du Camp des Milles et l’Université depuis la création en mars 2010 d’un Institut Européen Pluridisciplinaire traitant notamment des effets des crises et déstabilisations sur les règles, droits et libertés. 18 D O S S I E R D E P R E S S E S I T E - M É M O R I A L D U C A M P D E S M I L L E S - Service Communication : Fondation du Camp Des Milles - Mémoire et Éducation


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page19

Un projet soutenu par les grands porteurs de la Mémoire Simone Veil, ancienne déportée “C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai visité le Camp des Milles et contemplé ces peintures, en pensant à la souffrance, mais aussi au courage de ceux qui les ont réalisées, avant de disparaitre dans « la nuit et le brouillard ». Souvenons-nous d’eux, préservons leurs dernières œuvres qui sont pour nous un message.” (Extrait du livre d’Or)

“Depuis le Camp des Milles plus de 2000 Juifs ont été déportés à Auschwitz où ils ont trouvé la mort pour la plupart d’entre eux. Il reste beaucoup de souvenirs ici et aussi des témoignages artistiques. Il faut y penser par fidélité mais aussi pour les femmes et les enfants qui se trouvaient parmi eux. Nous devons en tirer une leçon, pour que cela ne puisse jamais se reproduire. C’est pour cela que nous avons le projet de transformer cette usine désaffectée ou qui va bientôt l’être en un lieu d’histoire mais aussi de pédagogie. Pour que l’on n’oublie pas” La Provence (28/10/2003)

Elie Wiesel, Prix Nobel de la Paix Dans la presse “C’est un lieu de mémoire et j’ai passé ma vie à célébrer la mémoire. Mais un seul musée ne suffit pas, il faut un lieu de transmission… Et il y a urgence… A l’époque du camp, il y avait une telle haine. Aujourd’hui la haine a pris d’autres visages, mais c’est toujours la même haine” (…) Je ferai tout pour aider les promoteurs du projet. Il faut que ce soit maintenant un lieu de transmission. Il faut que chacun qui entre sorte changé, en tout cas sensibilisé, et bien sûr, je ferai mon possible pour aider. Il y a des ressources à mobiliser, des énergies à solliciter. Je suis convaincu que ce sera un lieu important, très important pour les siècles à venir.��� La Marseillaise (10/05/2006) Dans un courrier adressé à Alain Chouraqui “Tout simplement merci, (…) de votre travail si important pour que la mémoire, au moins elle, reste vivante (…)”

Serge Klarsfeld, Vice-président de la Fondation du Camp des Milles - Mémoire et Éducation "Le but visé par la création de ce mémorial, ...c’est de faire en sorte que les jeunes, les scolaires qui viennent se rendent compte de ce que c’est que de se laisser aller à être fasciné par les extrêmes. Il faut être véritablement mis en garde, et je crois qu’être mis en garde quand on est jeune… C’est extrêmement important."

19 Contacts Presse : ODILE BOYER - odile.boyer@campdesmilles.org - +33 (0) 6 13 24 24 25 - DINESH TEELUCK - dinesh.teeluck@campdesmilles.org - +33 (0) 6 78 99 74 63


XXX-Site memorial-Dossier presse 20P_Mise en page 1 18/01/12 14:31 Page20

ec ha nn - Joachim B hel Bojm - Bern a ic m M lt u A la s e B u r q e c rn e Ja ny Appel - W - Bertha Becher a Ajgengold n l e e ld g B o n G E n a n d a ld e o m ri g lt F n A e Moïse mbaum Abraham Ajg - Michel Bojm Marie Altmann n - Maria Dyme u u ty la la rs B B u r it B e rg rn m a e ia M W yr r M ra aum um Cla Rachel Beche m - Frieda Enge Feist - Fullenba m - Hannelore B u u s a a b si B e m l e G e d e ym lk ri a D F F a ri r te n - Ma - Rena Walter Leo Bah Cécile - Myriam Bursty er - Margit Blau rt h a c e lb B e l G e nna Goldberg h x A c a a M R n a rt r a e sm h a lb c e G e G B ie e n es - Eugé - Hélèn Joachim oldberg - Jacqu old ugénie Gasman G ullenbaum Clara E F c a t a in is Is e e st F k rn s o lic si B e G Bernhard raham Ajgeng auline Glick -G lbart - Pauline b e P A G el e p rt p a tt A le lb u y e a n G P e en tt B aule ann Gelbart engold Renate Falk - P e Gelbart - Max ann - Marie Altmann - Moïse Altm n lè é H echer Golda Ajg B rg e l e b h ld c o a G R ltm a A n r e ra es h F u c - Jacq im Be ltmann Goldberg Becher - Joach Golda Ajgengold baum Jacques A a m h e rt ld e o ym g B D en a jg m ri A u a a M B tyn Abraham nn nelore in - Myriam Burs bart Marie Altma del Baum - Han e el e st ri G F rn o ax r B M h a rd t B a ar h o b e rn el nn jm - Be élène G Walter L erg Moïse Altma lau - Michel Bo énie Gasman - H b B g ld u r o E e G rn e c m a W a au b Is n u lle la lara Fu oldberg Margit B - Gesis Feist - C berg - Frana G idt Benny Appel k ld m al o h F G sc e ld at ile o c en é G R C r e el ldberg - Wern r Frieda Eng Glick - Anna Go h Walter Leo Bah imon Goldberg p S e se lin u Jo a rg t P e es b rn ld rt o E a G lb emson achela Paulette Ge l Baum n - Hélène Jeruch a Goldberg - R so ri a em M ch eissmann Friede ru W rg Je e t b rg o er ld o lb eb A G g In s h e r u sc q le ir Jac annelore Baum Markus Hend dler - Helga H H en ss n H a s g an u ku e fm N ar au M y K rr a er d er - H i - Wern Martin Grunwal echer er -Rachel Rosn Noémie Kaminsk sn i o sk R in e Mesc Bertha B lf am in o K l W ég ie R is an u s o D L as n M b ah u es Hans K mie La Becher - Georg emson Joachim n Krauss - Noé élène Marxsohn h c H Ja ru f in Je p rt ew ko e L l in lb le A aë K af arkey her evy - R Marion aier - Hedwig M rnest Rachel Bec eufer - Helmut L E M L d a e n th fr so n er a B em M ch ki zi ru ka el - Je nia Lip Roger Len arz - Nathan Nab Adolf Lipka - Gé inski Margit Blau liw m n a M K io e L l p e ie p n id ili a h lfr D P E s Kahn e Mescz Gerti Licht ann Werner Blau erreicher - Han es Mass - Régin st fm rg e O au eo K G a n er n n n A h er o W t i xs eustad aminsk Hélène Mar el Bojm arl Rothschild - K umark - Erica N e K N er st sn rn Jan Krauss Mich o E R f el p h ss ko a ac in g R u le e K N s er n y o sn ri Harr - Naphtalie Ro m Bernhard Born ed Suss - Ma u er lfr a A B sn o re r R e e lo e m èl n u is n tr G a S - Isy ann -H Ernst Ottinger geborg Weissm r - Jürgen Schild Myriam Burstyn In te h a c h e rt jm a e o h B c B S l e h zy ki u ic zi lf - M er Len Hilda Safran - S ann - Louis Wo ie Laub - Rog Maria Dymemb e sm m n é is o lè e é N W H rg y o n e ir b e rk w g a Z wig M dwin gel Ellie Vistave - In fred Maier - Hed Zeidelmann - E n a e M c ri u ka a mark - Frieda En ip M L eu N ia n st é n rn G n E a -lm ka s e ip id L as e - Adolf ry Neug alk sraël Z han Nabel - Har Rosner Renate F irn - Elfride Lion at el w N h Z y ac z ill R ar W er liw n M sn ir o e w htalie R Philipp Simone Z Wolf Gesis Feist èle Rosner - Nap Régine Mescz is is G u s o L as er M g in es tt ss O rg u S st eo Alfred er - Ern asm Marxsohn G - Isy Strumer - Anna Oesterreich Zwirn Eugénie G ild er h in c m w S u d tr E n S e y rg Is n n Jü t a chter ar Zeidelm Erica Neustad n - Suzy Schae ann Hélène Gelb ann - Maurice a m fr lm lt a e A S id e a e Z ïs ild o l H ë M ra Is Wolf Altmann Karl Rothschild smann - Louis her Max Gelbart ltmann - Marie is A ec e B s W e el u h rg q o c ac b R e Ja g In er Bech engold Ellie Vistave lf Paulette Gelb Becher - Joachim old - Golda Ajg o a g W n th e is er jg u B A o L m m a n h au B ra an b nelore Weissm e Glick Willy Zwirn - A riedel Baum - Han tave - Ingeborg F is V r e ah lli B E llie Vistave Paulin E eo n L ei r ld st te o g al rn o W en B jg d A el p ar p h - Bern oldbe Abraham Benny A delmann Anna G irn - Willy Zwirn u - Michel Bojm ei w la Z Z B e ce n er ri o n au er im M S W n n u ir win Zw oldb eidelman Margit Bla Zeidelmann - Ed Altmann Cécile G uis Wolf - Israël Z e o ie L ric ar au M n M an n n m an ss an ei ltm m ldb eborg W cques A sraël Zeidel Becher Frana Go a Ajgengold - Ja Ellie Vistave - Ing ld im ld o h o G g ac en ld Jo jg o A g er en h am jg h J tha Bec ham A Zwirn - Abra Willy Zwirn Abra baum Goldberg elore Baum - Ber n n em an ir H w ym Z D e m ia n o au ar B M im S el Burstyn r - Fried Edwin Zwirn lette Goldberg - M rnstein - Myriam - Walter Leo Bah au o el P B p t d p ar ar A b h y el n n G er en B ax B M bart el Bojm berg Moïse Altmann man - Hélène Gel erner Blau - Mich as W G u ie la B én berg - Frana Gold g it ld u g o E ar G M m ile c au é er b C h n ec lle u B rg F lara Rachel a Goldbe : g - Rachela Go - Annaujourd’hui is Feist - C er b k es Les principaux soutiens due projet sont ld G lic o G G k c al F lin aa u e Is a at P en Gelbart Goldberg Frieda Engel - R Simon G Werner G Martin G g Jacques r Markus He e b d l o on G r Hirsch berg - Sim old G la e Le Site-Mémorial du Camp des Milles est un Grand Chantier de Marseille-Provence 2013 h c a R s e ku rg ar e M b ld d o al G w Maria l engold Albert Jer t - Martin Grun jg id A m h am sc h ld ra o b G d A er engold Goldberg - Wern n élène Je ph Abraham Ajg se Jo t es n - Benny Appel H rn Contacts Presse : E an e n ltm A so e ïs em o ch M ru Je - odile.boyer@campdesmilles.org an24n 25 est Jo èneBOYER H - +33 13 24 HélODILE arie(0)A6ltm ltmann - M Friedel Baum Ern ruchemson - DINESH A Je t es r u h er a lb cq B TEELUCK dinesh.teeluck@campdesmilles.org +33 (0) 6 78 99 74 63 A Ja o e h ld L sc o - Walter Helga Hir Golda Ajgeng

SE S E R P E D DOSSIER

Fondation du Camp des Milles - Mémoire et Éducation Ancienne Tuilerie des Milles - 40, chemin de la Badesse - BP 60006 - 13545 Aix-en-Provence Cedex 4 Tél. : +33 (0) 4 42 39 17 11

www.campdesmilles.org


Camp des Milles - Dossier de presse