Page 1

N°4 FÉV-MARS 2008

Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

& Numérique : Cap vers l’excellence

& Rendez-vous de l’entreprise : Le sens de l’efficacité

& L’immobilier d’entreprises en pleine croissance

“Avec le haut débit, on gagne vraiment en efficacité.” Véronique Newland, PDG de New Vision Technologies www.seine-et-marne-invest.com


Instantané Seine-et-Marne par Yann Piriou

La forêt de Fontainebleau au petit matin.

Sommaire Actualité 04

Dossier “ Numérique : cap vers l’excellence ” 07

• Les Rendez-vous de l’entreprise : le sens de l’efficacité • L’attractivité : un facteur clé du développement économique • Compétitivité : des soutiens sous différentes formes pour les PME locales • Mutations économiques : quels enjeux pour la Seine-et-Marne ? • Actualités – agenda • Actualités – en pratique

• La Seine-et-Marne tient le bon cap • L’Internet à très grande vitesse arrive • Interview de Patrick Cocquet, Délégué général de Cap Digital • Très haut débit : quels avantages pour les entreprises ? • Interview de Véronique Newland, PDG de New Vision Technologies

Enjeux 11

Success stories 14

• Matière grise : un labo qui décortique les matériaux • Quartiers d’affaires : IE 77, un outil pour inciter les promoteurs à bâtir • À la carte : l’immobilier d’entreprises en pleine croissance

• Chocolaterie Chapon à Chelles : la recette du succès • Elcimaï Informatique à Melun : des sommets de croissance Pour plus de renseignements : smdev@seine-et-marne-invest.com ou 01 64 14 19 00


Fév-Mars 2008 Trajectoires

03

Edito

L’économie numérique au cœur de l’attractivité seine-et-marnaise Par Gérard Eude, Vice-président du Conseil général de Seine-et-Marne et Président de Seine-et-Marne Développement

P

ermettez moi tout d’abord de vous souhaiter, au nom de l’équipe de “ Seine-et-Marne Développement ” ainsi que de tous les collaborateurs de “ Trajectoires ”, une excellente année 2008 pour tous vos projets, en particulier ceux porteurs de développement économique pour nos entreprises et pour l’ensemble des Seineet-Marnais. J’ai souhaité, pour ce quatrième numéro, mettre en valeur un aspect nouveau du développement économique seine-et-marnais, celui de l’économie numérique qui se développe rapidement sur l’ensemble de notre département. Du Nord au Sud et d’Est en Ouest, des initiatives nouvelles, petites et grandes, apparaissent, réunies par un point commun : l’utilisation des réseaux numériques. Bien sûr, cette mutation a été encouragée par le Conseil général qui, dès 2004, a pris conscience des enjeux d’aménagement du territoire liés à ces nouvelles technologies et a su mettre en place une politique innovante de partenariat public-privé pour accélérer les équipements nécessaires à la desserte de l’ensemble de la Seine-et-Marne. Depuis lors, on assiste à la création de nouveaux usages dans tous les domaines, personnels et familiaux, services à la personne… Ils sont souvent créateurs de valeur et porteurs de développement économique et d’emplois. Je pense à ce réseau de créateurs d’entreprises, à cet artisan du sud Seine-et-Marne qui a pu développer une politique à l’exportation ou à cette “ start-up ” de Marne-la-Vallée, championne française des jeux vidéo. Toutes ces initiatives auraient été impossibles

Du Nord au Sud et d’Est en Ouest, des initiatives nouvelles, réunies par l’utilisation des réseaux numériques. sans un accès efficace aux réseaux numériques. L’adhésion du Département au pôle de compétitivité à vocation mondiale, “Cap Digital ”, permet aux entreprises seine-et-marnaises des secteurs des technologies de l’information et de la communication, de l’e-formation ou du multimédia de pouvoir participer à des projets de recherche coopératifs qui permettront à l’Île-de-France de renforcer son attractivité. Ce numéro présente également les conclusions des “Rendez-vous de l’entreprise ” que nous avons organisés avec la Chambre de Commerce et d’Industrie. Elles démontrent l’utilité des dispositifs mis en place pour renforcer l’attractivité du territoire et la compétitivité des entreprises. Elles soulignent aussi la nécessité d’améliorer encore le travail en réseau avec tous les partenaires pour mieux anticiper sur les mutations économiques.

D Vous souhaitez nous faire part de vos réalisations, projets : Contact : smdev@seine-et-marne-invest.com

Tableau de bord

1,9

TAUX DE CHÔMAGE Août 2007 Seine-et-Marne : 6,2 % Île-de-France : 7,5 % France : 8 %

INDICE DE DYNAMISME Septembre 2007 (sur un an courant)

ÉVOLUTION DU TAUX DE CHÔMAGE

ÉVOLUTION DE L’INDICE

en Seine-et-Marne

en Seine-et-Marne 2,5

10

8,1 %

8,3 %

8

7,7 %

2

6,7 %

2,1

1,9

6,2 %

1,7

1,9

Au 15 novembre 2007 : 384 dossiers en cours 90 implantations 2 674 emplois concernés

10,4 % TAUX DE CRÉATION D’ENTREPRISES Septembre 2007 (sur un an courant)

ÉVOLUTION DU TAUX DE CRÉATION D’ENTREPRISES en Seine-et-Marne 12 10

1,5

Source : Seine-et-Marne Développement

6

8,9 %

9,2 %

9,7 %

2005

2006

10,4 %

8 6

1

4

BILAN DE L’ACTIVITÉ “IMPLANTATION” DE SEINE-ETMARNE DÉVELOPPEMENT

4 0,5

2

0

2

2003

2004

2005

2006

Août 2007

Source : SPE 77

0

2004

2005

2006

2007

Source : Seine-et-Marne Développement

0

2004

2007

Source : Seine-et-Marne Développement


04

Actualités

Les Rendez-vous de l’entreprise : le sens de l’eYcacité Les 2èmes Rendez-vous de l’entreprise organisés par Seine-et-Marne Développement et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Seine-etMarne ont rassemblé des dizaines d’acteurs économiques locaux, en octobre dernier, à Melun. Quatre grands axes d’actions ont été retenus. Optimiser la cohésion des entreprises seine-et-marnaises. Tel était le but des 2 èmes Rendez-vous de l’entreprise. Le Conseil général, via Seine-et-Marne Développement et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Seine-etMarne, a invité les acteurs économiques du département : entreprises, institutionnels, réseaux d’aide et d’accompagnement, partenaires financiers et immobiliers. Cette journée de réflexion avait pour but d’identifier de grands axes d’actions autour desquels fédérer ces acteurs. Avec, en toile de fond, l’ambition du développement économique. “Lorsque tout le monde effectue le même geste dans la même direction, ce geste gagne en efficacité”, martèle Jean-Charles Herrenschmidt, le vice-président de la Chambre de Commerce et d’Industrie. Quatre propositions ont été retenues. Gérard Eude,

président de Seine-et-Marne Développement, les rappelle : “Créer un observatoire du développement économique ; développer l’offre foncière et immobilière pour les entreprises et les PME en particulier ; créer des filières d’excellence pour des activités comme les éco-bâtiments ; enfin, renforcer l’image du département en mettant en avant des initiatives dynamiques et innovantes.” Trois entreprises ont reçu un trophée dans les catégories : attractivité, compétitivité et mutations économiques. Deux d’entre elles font partie du pôle de compétitivité “Ville et Mobilité Durables”. Une façon d’aller dans le même sens.

D

www.seine-et-marne-invest.com www.cci77.cci.fr

L’attractivité : un facteur clé du développement économique Comment développer l’attractivité du territoire ? C’était la question posée dans le cadre de l’une des tables rondes des Rendez-vous de l’entreprise. Parmi les réponses envisagées : une meilleure écoute des besoins fonciers et immobiliers des PME.

“La qualité de mes relations avec les acteurs locaux a été déterminante.” Thierry Jacquet, PDG de Phytorestore

Facteur clef du développement économique, l’attractivité d’un territoire, c’est sa capacité à attirer et à maintenir des emplois, des investissements, des habitants et à rayonner au-delà de ses frontières. L’attractivité de la Seine-et-Marne est bonne. La preuve : en 2006, pour une entreprise qui disparaissait, deux nouvelles sociétés voyaient le jour. Les secteurs géographiques les plus demandés ? En priorité, Marne-la-Vallée, les zones proches de l’A104, Roissy et Sénart. Et la plus grande part de la demande (plus de 85 %) concerne des bureaux de moins de 300 m2. Autant dire que l’implantation de Phytorestore sur 104 ha à la Brosse Montceaux fait un peu figure d’exception. Cette entreprise de biotechnologie utilise

les plantes pour traiter la pollution atmosphérique. Conséquence logique, elle a donc besoin de grandes surfaces – serres et terres agricoles – pour cultiver les végétaux dont elle a besoin et mener toutes les expérimentations utiles. Lauréat du trophée de l’Attractivité, son PDG a été séduit par l’importance des surfaces encore disponibles dans le département mais également par la qualité de ses relations avec les acteurs locaux. Et c’est bien en répondant à la demande des PME en matière foncière et immobilière que le département développera son attractivité.

D

www.phytorestore.com


Fév-Mars 2008 Trajectoires

05

Actualités

Compétitivité : des soutiens pour les PME locales Les entreprises ont d’autant plus besoin de soutien pour maintenir leur compétitivité que, dans 95 % des cas, ce sont des PME. En renforçant leur capacité d’investissement et d’innovation, en soutenant les filières et les pôles de compétitivité, on les aide à se placer sur la scène internationale. Grâce à ses entreprises, la Seine-etMarne est le premier exportateur d’Îlede-France vers les États-Unis. Mais il est possible de les aider à améliorer encore leurs performances afin qu’elles continuent à jouer les tout premiers rôles. Plusieurs pistes se dessinent. Développer les aides à l’exportation, à la création et à la pérennité des entreprises. Appuyer les principales filières : la logistique, le bâtiment, la mécanique et l’aéronautique. Soutenir et encourager enfin les pôles de compétitivité et l’innovation, garants d’une réussite à l’international. Aereco, l’entreprise de fabrication de systèmes de ventilation qui a reçu le trophée de la Compétitivité, investit ainsi 15 % de son chiffre d’affaires dans la recherche

“Nous réalisons 42 % de notre chiffre d’affaires à l’export.” Laurent Jardinier, PDG de Aereco

et le développement et dans l’industria- réalise 42 % de son chiffre d’affaires lisation de ses machines et consacre 5% (32 millions d’euros) à l’export. Qui de sa masse salariale à la formation dit mieux ? professionnelle. Du coup, cette PME de 209 personnes se montre très perwww.aereco.fr formante : présente dans 9 pays, elle

D

Mutations économiques : quels enjeux pour la Seine-et-Marne ? Quelles sont les mutations auxquelles les filières économiques vont être confrontées ? Quels sont leurs atouts pour y faire face ? Et comment appréhender au mieux ces évolutions pour mieux s’y adapter ? Le troisième atelier des “Rendez-vous de l’entreprise” a jeté vers l’avenir un regard lucide et vigilant.

“Nous avons sauvegardé 300 emplois.” Frédéric Fayard, PDG de Rioglass

Les délocalisations ne sont pas une fatalité. L’exemple de la reconversion du site de Thomson Videoglass de Bagneaux-sur-Loing en est la preuve. Promis à la fermeture pour cause de dégradation de la demande du secteur, cette usine de fabrication de verres pour téléviseurs a trouvé un repreneur. L’espagnol Rioglass, qui

travaille pour Volkswagen, l’adaptera au marché des pare-brise automobiles. À la clé : 300 emplois sauvegardés. Cet exemple de reconversion réussie a reçu le trophée “Mutations économiques” des 2èmes Rendez-vous de l’entreprise. L’industrie n’est pas le seul secteur s’apprêtant à affronter d’importantes mutations dans un

futur proche. La logistique va faire face à la concurrence des départements limitrophes et aux enjeux liés à la réduction des émissions de CO2. Le tourisme va devoir trouver de nouveaux débouchés. Le secteur du commerce doit gérer les équilibres entre le développement de très grands centres commerciaux (l’offre la plus dense de la région) et les menaces sur le commerce de proximité. Enfin, pour profiter de la croissance annoncée, les services (aux personnes et entreprises) devront d’abord résoudre les difficultés de recrutement et de qualification de la main-d’œuvre. Autant d’enjeux passionnants que ces “Rendez-vous” auront contribué à mieux appréhender.

D

Rioglass : 01 60 55 40 00

EN BREF… Hologram Industries La société de Bussy-Saint-Georges spécialisée dans les étiquettes holographiques pour billets de banque et pièces d’identité vient d’être récompensée pour la qualité de ses produits et leur potentiel commercial. Son PDG, Hugues Souparis, a reçu le “Brian Monaghan” lors de la conférence Holo-pack Holoprint de Hongkong.

La Région expose son stand écolo Le stand de l’Île-de-France (sur lequel Seine-et-Marne Développement occupait 50 m2) au salon Pollutec Horizons a été récompensé pour sa conception écologique. Une première ! Il a reçu un trophée pour ses cloisons et son mobilier en carton recyclable, son éclairage basse consommation et son utilisation de papier limitée : sur le salon, la Région a privilégié les supports de communication électroniques.

Le Conseil général labellisé Agenda 21 Le Conseil général a reçu le label “Agenda 21 local France” décerné par le ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables. Il récompense les actions menées en matière de développement durable. En France, seuls sept départements possèdent un tel label.

Séminaires au château de Blandy Prestigieux château du XIXe siècle entièrement restauré, Blandy-lesTours offre un cadre d’exception pour accueillir vos séminaires et repas d’affaires. Tous renseignements : tel : 01 60 59 17 80 email : chateaudeblandy@cg77.fr

Aide au commerce rural Le Conseil général soutient le commerce rural. Les communes de moins de 2 000 habitants peuvent bénéficier d’une subvention allant jusqu’à 30 000 euros maximum pour maintenir ou créer une activité commerciale.


06

Actualités - agenda 28 janvier 8ème Synapses à St Pierre-lès-Nemours L’association Pôle Sud 77 organise un débat sur le thème de l’innovation technologique, de 17h à 19h30 au centre socio-culturel, rue du Clos St-Jean. Le grand témoin est Luc Dohan, directeur des recherches et des technologies du groupe SEB. Participent également Ludo Van Der Heyden, professeur à l’Insead, et Michel Franz, de l’École des Mines. Pour en savoir plus : www.polesud77.asso.fr

31 janvier Lancement du site www.77international.fr Seine-et-Marne Développement inaugure dans ses locaux, à Melun, son site dédié à l’exportation : www.77international.fr. Ce site d’informations sur les marchés internationaux permet d’accéder à plus de 5000

fiches sur 80 pays.

6-7 février Salon des Entrepreneurs, à Paris Seine-et-Marne Développement, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Seine-et-Marne et les deux pépinières d’entreprises, “Entreprendre à Sénart” et “ Aéropôle” seront présents au Salon des Entrepreneurs, au Palais des Congrès de Paris.

8 février Inauguration de la pépinière d’entreprises de Fontainebleau “Pays de Fontainebleau entreprises”, la pépinière d’entreprises de “Fontainebleau-Avon”, voit le jour dans les locaux de l’Insead. Créée avec le Conseil général, Seine-etMarne Développement, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Seine-et-Marne, le Medef, l’Esigétel et l’École des Mines, elle dispose de 428 m2 - 9 bureaux et une salle de

réunion - pour accueillir de jeunes gratuites, pour les aider dans leurs pousses. projets.

20 février

11 au 14 mars

Rencontres de l’innovation à Roissy-CDG

Salon MIPIM

Aéropôle, la pépinière d’entreprises de Roissy-Charles-de-Gaulle accueille les premières Rencontres de l’innovation. Au programme de cette journée destinée aux porteurs de projets innovants : conférences sur l’innovation et les pôles de compétitivité le matin et l’après-midi, ateliers sur le financement, la fiscalité, la propriété industrielle. Pour en savoir plus : www.aeropole_roissy.com

21 février

Au sein de l’espace Paris Région, qui regroupe une quarantaine de partenaires, Seine-et-Marne Développement exposera les opportunités à saisir à l’Est de Paris, aux côtés des Établissements Publics des deux villes nouvelles de Seine-et-Marne - Epasénart et Epamarne/Epafrance. Le MIPIM (Marché International des Professionnels de l’Immobilier) est le premier forum mondial des professionnels de l’immobilier, en même temps qu’une place de marché internationale.

Les rendez-vous des créateurs Journées portes ouvertes pour les créateurs d’entreprises dans les pépinières de Seine-et-Marne. Au programme, rencontres d’experts (banquiers, assureurs, expertcomptables…), individuelles et

D D

p.montin@seine-et-marne-invest.com

www.seine-et-marne-invest.com

Actualités - en pratique Comptabilité en ligne pour les TPE

Innovation : les La mécanique aides européennes simplifiée en quelques clics

Solos, artisans, dirigeants de TPE ou d’associations, votre comptabilité en ligne pour 10 euros par mois. C’est le service que propose le nouveau site Internet : macompta.fr. Créé par un manager et un expert comptable, et mis en ligne par la junior entreprise des étudiants de l’ESIEE de Marne-la-Vallée, ce site propose une interface de comptabilité très simple d’utilisation qui ne demande pas de connaissance des logiciels spécialisés. Le chef d’entreprise bénéficie d’un accès sécurisé à ses données et à un tableau de bord complet (suivi de la trésorerie, du C.A, etc.). Originalité : en se connectant, son expert comptable peut contrôler ces chiffres et les récupérer. Un service à suivre de près.

L’Union européenne vient d’adopter son septième programme cadre pour la recherche et le développement (PCRD). Entre 2007 et 2013, ce sont 50,5 milliards d’euros qui seront consacrés par l’UE à la recherche en Europe ! Chercheurs et laboratoires sont concernés. Mais pas seulement : une partie de ces fonds est réservée aux entreprises et aux PME notamment. Pour se retrouver dans les méandres des réglementations et des aides communautaires, deux sites Internet indispensables : le premier permet de télécharger les dossiers de réponse aux appels à projet ; le second dispense toute l’information nécessaire avant de concourir. Attention, l’appel à projet “Recherche au bénéfice des PME” (doté de 92 millions d’euros) sera clos le 11 avril. Connectez-vous vite.

D www.macompta.fr

D http://cordis.europa.eu www.eurosfaire.prd.fr

Le saviez-vous ? Depuis plus de

quarante ans, le Cetim (Centre technique des industries mécaniques) met à la disposition des entreprises du secteur des mécaniques son expertise dans plus de vingt domaines différents. Usure des composants, réduction des bruits et des vibrations, choix des matériaux, analyse des défaillances… les ingénieurs du Cetim aident les professionnels à innover et à améliorer leurs procédés de fabrication. Mais le Cetim propose aussi des formations dans plus de sept domaines, dont l’environnement, l’organisation et la sécurité (liste exhaustive classée par thèmes ou par filières sur le site Internet) ainsi que des logiciels de calcul de dimensionnement de l’appareil de production et de résistance des matériaux.

D www.cetim.fr

Macompta.fr : toute la compta en ligne pour 10 euros par mois.

Le Cetim : aider les professionnels à innover et à améliorer leurs procédés de fabrication.


Fév-Mars 2008 Trajectoires

Dossier

Numérique : cap vers l’excellence Très orientée vers les nouvelles technologies, la Seine-et-Marne accueille certains des acteurs majeurs du secteur. Logique, donc, que le Conseil général adhère à Cap Digital, le pôle de compétitivité axé sur les applications numériques. D’autant qu’il a fait de l’Internet à grande vitesse sa priorité. Sous son impulsion, Sem@for77, le plus grand réseau de fibre optique en France, s’apprête à voir le jour. Grâce à lui, c’est Internet multiplié par cent !

En haut : Walt Disney Studios®, le parc d’attractions dédié au cinéma et aux effets spéciaux. En bas : avec Sem@for 77, la Seine-et-Marne disposera du plus grand réseau de fibre optique de France.

07


08

Dossier Numérique : cap vers l’excellence

La Seine-et-Marne tient le bon cap Le département compte toujours plus d’acteurs incontournables du numérique : sociétés privées, laboratoires de recherche, Grandes Écoles. En adhérant à Cap Digital et en investissant dans l’Internet à très haut débit, le Conseil général réaffirme que les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) figurent en tête de ses préoccupations.

CAP DIGITAL EN CHIFFRES

100

C’est le nombre de projets labellisés par Cap Digital en deux ans d’existence et qui ont reçu un soutien financier.

90 millions d’euros

C’est le total du montant des crédits attribués aux adhérents de Cap Digital depuis sa création. Ces aides viennent en support à des projets (une centaine) qui représentent au total plus de 230 millions d’euros d’investissement !

341

C’est le nombre d’adhérents que Cap Digital compte à ce jour (dont plus de 270 TPE / PME).

300 milliards d’euros

C’est ce que représente le marché mondial du numérique. En France, le chiffre d’affaires des industries du contenu numérique est évalué à 12 milliards d’euros.

160 000

C’est le nombre d’emplois du numérique en Île-de-France, soit 47 % du nombre total d’emplois de la filière.

n signal fort. En rejoignant Cap Digital, le Département réaffirme le rôle majeur qu’il joue dans le développement des nouvelles technologies. Cap Digital est un pôle de compétitivité à vocation mondiale créé il y a trois ans en Îlede-France, autour du thème des contenus numériques. Que recouvre-t-il ? Les jeux vidéo, l’image, le son et l’interactivité (d’ailleurs, avant d’être rebaptisé Cap Digital, le pôle s’appelait IMVN : “Images Multimédia et Vie Numérique”). D’autres thèmes ont été ajoutés : l’ingénierie des connaissances (c’est-à-dire les outils de recherche et d’indexation dans d’énormes bases de données comprenant du texte, des images et du son) ; le patrimoine numérique (avec la numérisation du patrimoine culturel et la représentation des villes en 3D) ; l’éducation numérique (production de contenus) et, enfin, les services et les usages (comme les technologies de communication sans fil et l’Internet à très haut débit).

U

Concurrencer l’Asie L’objectif du pôle ? Mettre en réseau une filière économique structurée autour des grandes entreprises et des PME, des laboratoires de recherche, des universités et des Grandes Écoles. “L’Île-de-France regroupe entre 70 et 80 % de l’économie des contenus numériques du territoire national, souligne Patrick Cocquet, le délégué général de Cap Digital (voir page cicontre). Paris et sa région doivent se montrer aussi forts que des régions émergentes comme Hong-Kong, Shangaï ou Séoul.” Le but ultime d’un tel pôle reste de favoriser la recherche et l’innovation, porteuses d’activités et d’emplois. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que la Seine-et-Marne ait rejoint le pôle. Le département

L’installation du haut et du très haut débit.

compte en effet quelques-uns des acteurs majeurs du secteur. En termes de contenus et de divertissements, Eurodisney fait figure de géant avec son second parc d’attractions Walt Disney Studios® notamment, dédié au cinéma et aux effets spéciaux. Dans un tout autre registre, on trouve Hologram Industries. Cette société de Bussy-Saint-Georges fabrique les hologrammes placés sur les passeports et les pièces d’identité. Hugues Souparis, son PDG, vient d’être récompensé à Hong-Kong pour la haute qualité d’innovation et le potentiel commercial de ses produits. Une distinction qui donne une idée de l’excellence technologique mise en œuvre dans l’entreprise. Idem dans les jeux vidéo avec Eversim (basée à Noisiel), qui a développé l’an dernier, pour l’éditeur Mindscape, “Mission président”, un jeu de simulation géopolitique.

l’univers des contenus numériques : l’ESIEE, l’Esigetel, le CSTB et l’Université de Marne-la-Vallée. Et parfois, ce beau monde se retrouve. C’est le cas avec “Terra Magna”, projet labellisé par Cap Digital (voir page 11). Deux entreprises (Moviken et Tecdev) et deux laboratoires seine-et-marnais (Institut Gaspard Monge et CSTB) travaillent sur cette représentation de la région en 3D. Preuve du savoir-faire local. Une expertise qui n’est pas prête de s’arrêter. Le Conseil général a investi pour que toutes les communes du département aient un accès à l’Internet haut débit. C’était une priorité. “La disponibilité des services en haut débit est un enjeu majeur pour la compétitivité des entreprises. Elle conditionne l’accueil et le développement de nouvelles activités”, rappelle Bertrand Caparroy, Viceprésident du Conseil général chargé de l’aménagement numérique. Et Du côté de la recherche, le départe- demain, le très haut débit arrive en ment n’est pas en reste. Bon nombre Seine-et-Marne, via la fibre optique. des Grandes Écoles et des laboratoires Encore un signal fort. qui y sont implantés participent à


Fév-Mars 2008 Trajectoires

09

Dossier Numérique : cap vers l’excellence

1 145 km : un réseau de fibre optique accessible à toutes les entreprises du département.

L’Internet à très grande vitesse arrive Internet à très haut débit débarque en Seine-et-Marne à partir du premier trimestre 2008. Les travaux réalisés par Sem@for77 pour créer un réseau de fibre optique se poursuivent toute l’année. À la clé : une couverture totale du département et des tarifs à la baisse. e premier mérite de Sem@for 77, c’est de démocratiser l’Internet très haut débit en le mettant à la portée de tous les Seineet-Marnais. Car, si la fibre optique et les 10 Mégabits/s qu’elle autorise (débit impossible à atteindre par ligne téléphonique) existaient déjà grâce aux réseaux de France Télécom, “ces réseaux sont situés le long des grands axes routiers”, explique Jean-Noël de Watter, le PDG de Sem@for77.

L

La réalisation d’un réseau complet visait deux objectifs qui, tous deux, ont été atteints : une baisse significative des tarifs d’une part et la couverture de l’ensemble du territoire de l’autre. Au titre du premier objectif, Nicolas Aubé, PDG de Céleste (l’un des fournisseurs d’accès qui proposera des abonnements aux entreprises

dès le premier trimestre 2008), confirme : “Mes tarifs sont presque deux fois inférieurs à ceux des lignes optiques de l’opérateur historique.” Sa gamme de services varie de 1 Mégabit/s à 1 Giga (1 000 Mégas), et offre, par exemple, 10 Mégas symétriques garantis pour 900 euros par mois. Par rapport à une ligne téléphonique à très haut débit classique, au coût similaire, la fibre permet en outre des débits bien supérieurs. “Surtout, elle garantit un flux constant. Aucun risque d’être coupé”, assure le manager qui promet même de payer des pénalités si Céleste ne respecte pas ses engagements. La fibre, une fiabilité à toute épreuve. Second objectif : couvrir tout le département, y compris les zones les moins rentables. D’une longueur maximale de 1 145 kilomètres, le réseau posé par Sem@for77 est l’un

des plus grands en France. Toutes les entreprises pourront s’y raccorder. “Les zones blanches identifiées seront traitées dans les six mois après la fin des travaux, en novembre 2008. L’objectif est qu’il n’en reste pas une seule”, confirme Ariel Turpin, le “Monsieur TIC” du Conseil général. “Avec un réseau aussi étendu, aucune commune ne sera distante de plus de dix kilomètres des lignes de fibre optique. Facile dans ces conditions de s’y connecter. Et par ailleurs, les 346 zones d’activités du département seront elles aussi connectées. Les premiers bénéficiaires restent les entreprises. ”

D

LA FIBRE OPTIQUE EN CHIFFRES 1 145 C’est, en kilomètres, la longueur totale du réseau de fibre optique installé.

De 10 à 1 000 C’est, en Mégabits/s, le débit Internet auquel la fibre donnera accès.

74 millions C’est, en euros, le montant total de l’investissement nécessaire. Sem@for77 verse 44 millions d’euros, le Conseil général et le Conseil régional 15 millions chacun.

www.Sem@for77.fr www.celeste.fr

Interview Cap Digital : “Faire de la créativité et de l’innovation la marque de fabrique francilienne”

Patrick Cocquet Délégué général de Cap Digital

Quel est l’objectif de Cap Digital ? PC : Le but de ce pôle de compétitivité est de fédérer les acteurs franciliens du secteur des technologies numériques afin de leur donner une meilleure visibilité à l’international. Il existe chez nous beaucoup d’acteurs de premier plan capables de remporter la compétition face aux places fortes asiatiques. Nous voulons faire de la créativité et de l’innovation la marque de fabrique de Paris et de sa région. Notre force c’est la créativité artistique, le design…

Quel rôle peut jouer la Seine-etMarne au sein de ce pôle ? PC : La Seine-et-Marne est associée à deux pôles, Cap Digital et Ville et Mobilité Durables. Elle tire un véritable trait d’union entre eux. Et l’on voit bien, avec le projet Terra Magna notamment, comment les technologies numériques peuvent se mettre au service du développement urbain.

Combien d’adhérents comptez-vous ? PC : Nous comptons plus de 340 adhérents dont 270 PME. Mais Cap Digital est un pôle ouvert. Si nous voulons faire émerger des projets et des idées, notre point fort doit rester l’échange. Les entreprises qui veulent faire partie de notre écosystème peuvent encore nous rejoindre.

D

www.capdigital.com


10

Dossier Numérique : cap vers l’excellence

Très haut débit : quels avantages pour les entreprises ? L’Internet très haut débit ouvre de fantastiques perspectives de gains de productivité. Ses applications dans les entreprises sont nombreuses : visioconférences, sécurisation des données, mise en réseaux de sites éloignés, etc. Grâce à la fibre optique, ces possibilités seront la norme de demain.

LES CHIFFRES CLÉS

1 million

C’est le nombre de connexions très haut débit existant à l’heure actuelle en Europe. Au Japon, elles dépassent déjà dix millions !

346

C’est le nombre de zones d’activités qui seront raccordées au réseau très haut débit de fibre optique Sem@for77.

10 km

C’est la distance maximum qui séparera les communes du nouveau réseau de fibre optique : tout le monde y aura accès !

oujours plus vite. Avec l’Internet très haut débit (via la fibre optique), une nouvelle étape est franchie dans les technologies numériques. “ Pour les professionnels, la fibre optique c’est l’avenir, jure un fournisseur d’accès qui va exploiter le nouveau réseau dans le département. Dans cinq ans, la technologie DSL, par fils de cuivre téléphoniques, sera dépassée. Les entreprises choisiront leur implantation en fonction des accès possibles à l’Internet très haut débit. Car c’est un véritable accélérateur de business.”

Au programme : d’importants gains de temps et de productivité.

Un accélérateur de business Les usages professionnels offerts par le très haut débit se révèlent en effet infinis : tout devient possible quand la question du débit n’est plus un souci. Exemple concret : le PDG d’un bureau d’études expliquait tout récemment que grâce à la fibre optique, il travaille avec sa filiale roumaine aussi vite que si elle se trouvait “ à la porte à côté ”. Le développement du travail collaboratif lui permettra même de réduire de moitié le temps de conception et de réalisation des presses d’emboutissage

qu’il destine à l’industrie automobile. Un gain de productivité tout à fait décisif. Autre exemple, souvent cité : celui de l’industrie aéronautique où les sous-traitants sont sélectionnés de plus en plus souvent en fonction de leur capacité à pouvoir travailler en réseau et à s’envoyer par e-mail plans, maquettes et images très lourdes aussi facilement que s’il s’agissait d’un fichier Word. Le très haut débit permettra également de développer le recours au multimédia (avec des applications dans la visioconférence et la vidéosurveillance),

T

de diminuer les coûts de télécommunications grâce à la voix sur Internet en haute définition, et d’améliorer la sécurité en autorisant le duplicata et la sauvegarde à distance de bases de données très volumineuses. Avec un tel débit, le Département hisse son offre numérique au même niveau que celle de Paris et de la première couronne. Un véritable avantage compétitif pour les entreprises locales.

D

www.seine-et-marne.fr

Interview “ Piloter des machines à distance grâce à la fibre optique. ”

Véronique Newland PDG de New Vision Technologies (mesures et contrôles par systèmes optiques) Implantation : Cité Descartes à Champs-sur-Marne Création : 2001 Chiffre d’affaires : 300 000 euros

Le haut débit est-il indispensable pour votre entreprise ? VN : De plus en plus ! Pour nous, le haut débit est un minimum. Nous écrivons des programmes de pilotage de caméras et nous sommes donc amenés à transmettre beaucoup de données à nos clients, à effectuer des allers et retours pour corriger nos logiciels et à envoyer et recevoir des quantités astronomiques d’images pour porter des diagnostics. Sans ADSL on ne pourrait pas travailler.

L’arrivée de la fibre optique représente-t-elle un plus pour vous ? VN : Sans aucun doute. Elle nous permettra par exemple de prendre en main des machines et de les piloter à distance… à condition bien sûr que tout le monde soit connecté : nous et nos clients !

D

www.new-vision-tech.com


Fév-Mars 2008 Trajectoires

11

Enjeux Matière grise

Un labo qui décortique les matériaux Le Mocad de Champs-sur-Marne est un laboratoire transversal du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment). Ses recherches en mathématiques et en modélisations servent à simuler des phénomènes physiques et à étudier l’interaction des fluides sur les structures des bâtiments. Elles trouvent des applications dans l’ensemble des départements du Centre. e Mocad est au service de la réalité virtuelle. Il ne fabrique pas d’images de synthèse. Ses calculs mathématiques effectués par ses ordinateurs sont exploités par les autres laboratoires du CSTB qui, quant à eux, produisent des images numériques pour des simulations en 3D. Installé à Champs-sur-Marne, le laboratoire “Modélisation, calcul et développement” (Mocad) était, à l’origine, intégré au département “Feu et structure” du CSTB. Il fait aujourd’hui partie du département Technologies de l’Information et Diffusion du Savoir (TIDS). En 2005, il a été associé au laboratoire “Environnement Virtuel Enrichi” (EVE) pour former la division MOCEVE. “Nous effectuons des calculs complexes servant à recréer des phénomènes physiques multiples”, explique Bruno Hilaire, 40 ans, l’ingénieur en mécanique qui dirige le Mocad. Ainsi, les opérations croisent par exemple les différents paramètres (thermiques, hydriques et mécaniques) à l’œuvre lors de l’incendie d’une structure en béton. “Des pics de pression se forment et se déplacent sous l’effet d’une réaction hydrique. En calculant le front des pressions, nous sommes en mesure d’évaluer les risques d’éclatement et de calculer les dommages irrémédiables causés aux structures et ce, même s’ils ne sont pas visibles”. Autre exemple d’application : l’interaction d’un fluide sur les structures d’une construction. Ces opérations calculent comment un ouvrage exposé à un vent très fort, bouge, oscille et modifie éventuellement l’écoulement de l’air en créant de nouvelles pressions qui vont peser sur sa structure, voire l’endommager.

L

Bruno Hilaire, dirigeant du Mocad.

du bâtiment et de la construction. Le CSTB, auquel il est rattaché, est d’ailleurs le principal centre de recherche du secteur. Directement placé sous la tutelle conjointe du ministère du Logement et du ministère de l’Écologie, l’établissement se tient en permanence à la pointe de l’innovation. Ses équipes mettent au point des nouveaux matériaux, calculent leur résistance au climat (en soufflerie) et au feu, mènent des recherches sur l’acoustique et travaillent également dans le domaine de l’urbanisme. Il dispose pour cela d’équipements high-tech comme la salle “Le Corbusier” : une impressionnante salle de projection en 3D, capable de reconstituer entièrement des phénomènes climatiques. Parmi ses réalisations les plus notables : des études sur le comportement au vent du toit du Stade de France et les façades de verre du Parlement européen de Strasbourg. À la pointe de l’innovation Le CSTB, dans son ensemble, Le Mocad étudie donc les phéno- dispose d’un budget de 78 millions mènes d’interaction entre fluide, d’euros et emploie quelque 750 matériaux et structure dans le secteur personnes.

Mesure scientifique de l’acoustique d’un bâtiment.

Le projet Terra Magna Comment les bruits du trafic routier se propagent-ils ? De quelle façon la pollution se diffuse-t-elle ? Le projet Terra Magna vise à répondre à ces questions en images. Grâce à des logiciels de cartographie, il s’agit de numériser l’Île-de-France pour évaluer les impacts acoustiques d’un chantier, les risques de pollution en fonction des vents mais aussi la répartition thermique en cas de fortes chaleurs. Vaste projet sur trois ans qui mobilise toute la région et deux pôles de compétitivité. C’est d’ailleurs dans le cadre de Cap Digital que le Département subventionne le CSTB pour ses recherches dans Terra Magna.

Pôles de compétitivité L’équipe du Mocad, elle, n’en compte que six. Mais elle collabore avec les autres pôles du CSTB ou travaille pour des industriels. Le Mocad est encore adhérent à trois pôles de compétitivité : System@tic, Ville et Mobilité Durables et Cap Digital. C’est dans le cadre de ce dernier qu’il participe à Terra Magna (voir encadré). “Dans ce projet, nous transmettons les résultats de

nos calculs aux personnes chargées des images virtuelles. Nous travaillons surtout à la mise au point d’un nouveau standard de données pour les systèmes d’information géographique afin de fluidifier le passage entre les calculs et la réalité virtuelle.” Là encore, il ne fabrique pas les images, mais les rend possibles.

http://mocad.cstb.fr


12

Enjeux Quartiers d’affaires

IE 77, un outil pour inciter les promoteurs à bâtir Bâtir, c’est possible. Aménagement 77, la société d’économie mixte (SEM) du Conseil général, a créé une société d’investissements immobiliers pour construire des locaux professionnels dans les secteurs du département qui en manquent. Et inciter les promoteurs privés à investir sur ces mêmes aires. 2 lettres + 2 chiffres Deux lettres et deux chiffres pour “Immobilier d’entreprises en Seineet-Marne”. Créée par Aménagement 77, la Caisse des dépôts et consignations et deux autres banques, IE77 est une société d’investissements immobiliers. Elle construit, dans des zones géographiques où les promoteurs sont rares, des locaux qu’elle loue ensuite aux sociétés dont les demandes étaient jusque-là restées sans réponse. “Elle est née suite à une étude menée dans le département pour identifier les besoins en immobilier d’entreprises”, rappelle Michel Portes, le directeur d’Aménagement 77. Cette étude scinde le territoire de Seine-et-Marne en 3 catégories suivant l’intérêt manifesté par les promoteurs : la zone 1 est dite “Dynamique” et concerne des secteurs comme Marne-la-Vallée et Roissy ; la zone 2, “Médiane”, concerne Meaux, Melun et Fontainebleau. La zone 3 “Atone”. IE 77 s’occupe en priorité de cette troisième - un territoire principalement situé dans le Centre, l’Est et le Sud de la Seine-et-Marne. À la recherche des niches Pour cette structure semi-publique (son conseil d’administration réunit, outre Aménagement 77, des banques, la Caisse des Dépôts et Consignations et le Conseil général à travers Seineet-Marne Développement), les impératifs de rentabilité sont moins prégnants que dans le secteur privé. Elle peut donc investir sur des niches que le marché évite. C’est le cas, par exemple, à Provins. Dans un secteur, où la ville doit bientôt aménager un parc d’activités (la future zone du Durteint), IE 77 fait construire 1000 m2 de bureaux. Ces locaux de haute qualité (bâtiments à faible consommation d’énergie et espaces verts) seront loués à NCH France, une entreprise chimique. Employant 56 salariés, celle-ci menaçait de quitter la ville faute de locaux disponibles.

IE 77, EN CHIFFRES ET EN DATES 40 %

C’est la part du capital d’IE 77 que la Caisse des Dépôts détient. Les autres actionnaires de la société sont le Crédit agricole (20 %), le CIC (20 %), Aménagement 77 (19 %) et Seine-et-Marne Développement (1%). Construction d’un immeuble de bureaux, route de Bray à Provins.

1200

C’est à terme le nombre global d’emplois générés par la ZAE. La première réalisation d’IE 77 en cinq dates : Les bureaux sur plan - élévation nord.

Janvier 07 création d’IE 77. Septembre 07 dépôt de la demande de permis de construire pour la réalisation de 1000 m2 de bureaux à Provins. Novembre 07 autorisation de construire accordée. Janvier 08 démarrage des travaux sur un terrain de 2 900 m2 dans la future zone d’activités du Durteint.

Les bureaux sur plan.

En partenariat avec la municipalité (qui a cédé les terrains à un prix plancher), IE 77 a donc entrepris le chantier, NCH s’engageant à occuper la moitié des bâtiments pendant au moins six ans. Une seconde opération concernant 4 000 m2 d’ateliers est en cours à Meaux et quatre autres projets verront le jour dans les prochains mois. “Notre objectif n’est pas de

constituer un patrimoine immobilier, conclut Michel Portes, mais de montrer aux investisseurs privés que des opérations en zone “Atone” peuvent se révéler rentables afin de les inciter à bâtir.”

D

01 64 37 24 59 contact@amenagement77.fr

Septembre 08 livraison prévue des bureaux à NCH France.


Fév-Mars 2008 Trajectoires

13

Enjeux A la carte

L’mmobilier d’entreprises en pleine croissance L’attractivité d’un territoire se mesure aussi par son aptitude à attirer les capitaux. Selon une étude d’Explore, en association avec BusinessImmo, la Seine-et-Marne a attiré l’an dernier de nombreux investisseurs dans tous les secteurs de l’immobilier tertiaire.

L’INVESTISSEMENT IMMOBILIER LES POINTS FORTS

Saint-Pathus

Moussy-le-Neuf

aéroport roissy cdg

• Opérations diversifiées : Les 33 transactions enregistrées en 2007 par Business Immo/Traitement Explore portent sur une surface totale de 1 148 325 m2 dont 796 350 m2 en projet.

Meaux

Mitry-Mory Claye-Souilly Chelles

Champs sur-Marne

Noisiel

Montévrain

Serris

Paris Lognes

Collégien CroissyBeaubourg

Emerainville PontaultCombault

BussySaint-Georges

Coulommiers

Marne-la-Vallée

• Performances en hausse : En 2006, le rendement locatif net des bureaux était de 7,2 % ; en ce qui concerne les locaux d’activités et les entrepôts, le rendement locatif était de 7,5 % (source IPD).

La Houssayeen-Brie

Brie-Comte-Robert aéroport orly

Combs-la-Ville Lieusaint

Sénart Nangis

Melun Vaux-le-Pénil Dammarie-les-Lys

• Montant des investissements : 242 millions d’euros, c’est la somme cumulée des vingt opérations dont le montant est connu.

• Base de données : Implantion77.com, la base de données de Seine-et-Marne Développement, répertorie les offres foncières et immobilières. Elle publie également la liste des projets en cours.

P

Types d'actifs selectionnés : Bureaux Entrepôts Centres commerciaux Varennes-sur-Seine

Fontainebleau

Unités de production Retail parks

MontereauFault-Yonne Nemours

Locaux mixtes

D

www. implantation77.com


14

Success stories Chocolaterie Chapon à Chelles

Chapon c’est quoi ? 20 salariés 2,3 millions de chiffre d’affaires

+ 10 % de croissance par an

Les dates 1986 Fondation du premier laboratoire de Patrice Chapon, dans la cave du pavillon de ses parents à Lagny-sur-Marne

1993 Ouverture de la boutique de Chelles

2001 Lancement de la première boutique parisienne, avenue Mozart, dans le 16ème arrondissement

2007 Patrice Chapon récompensé par un Awards au salon du chocolat pour son praliné amandes aux baies roses de poivre de Madagascar et nougatine

Patrice Chapon, Maître chocolatier.

La recette du succès La chocolaterie Chapon est reconnue pour ses produits de très haute qualité. Réalisées à partir des meilleures fèves de cacao, ses ganaches et pralines font un malheur dans le monde entier. Un succès qui a démarré dans la cave d’un pavillon de banlieue. Comme tous les contes de fées de la nouvelle économie, l’histoire commence dans une cave. Celle du pavillon des parents de Patrice Chapon, à Lagny-sur-Marne. C’est là qu’il ouvre son premier laboratoire de fabrication de… chocolat. Le maître chocolatier travaille la matière première le matin, vendant l’après-midi le fruit de son labeur en direct aux boulangers et aux boutiques intéressés. Un jour, il ouvre une échoppe dans un coin du labo pour écouler surplus et invendus de tablettes et de bouchées fourrées de praline ou de pâte d’amande. L’affaire marche si bien que quelques années plus tard, il se décide à ouvrir un vrai commerce, à Chelles. La chocolaterie

“L’artisanat haut de gamme reste prisé par un public de connaisseurs, friand de nouveautés et doté d’un fort pouvoir d’achat.” Patrice Chapon, maître chocolatier.

Chapon vient de naître. Quinze années plus tard, elle compte deux autres adresses à Paris, dans les beaux quartiers : avenue Mozart dans le 16ème et rue du Bac dans le 7ème arrondissement. Ses produits sont également en vente dans les grands magasins de la capitale (au Bon Marché et aux Galeries Lafayette). Mais on trouve aussi les ganaches et les pralinés Chapon un peu partout dans le monde : au Canada, à Dubaï et en Europe et jusque dans les boutiques de décoration. Un jour, l’artisan a eu l’étonnante idée d’exposer sa collection de chocolats au salon Maison & Objets, où cet amoureux de la décoration venait régulièrement flairer l’air du temps. Succès immédiat : “On y trouve une clientèle friande de produits alimentaires de qualité. Nous y avons doublé cette année notre chiffre d’affaires.” Patrice Chapon reste un habitué des innovations. Il se régale de nouveaux produits : après la crème de praline, une pâte au sel fumé et aux pistaches, à déguster sur de la glace ou des tartines de pain, il lance les boules à chocolat chaud, des minis truffes toutes prêtes, à mélanger au lait chaud pour obtenir en deux coups de cuillère un

chocolat fort et onctueux. Ses clients adorent. “Le public a soif de gourmandises et de sucreries.” Chez Chapon, il est gâté. Dès le départ, Patrice Chapon oriente ses bouchées vers le hautde-gamme où la demande reste forte et régulière. Il propose donc des produits de très haute qualité fabriqués à partir de fèves des meilleures origines : Vénézuela, Equateur, Colombie, Madagascar et Tanzanie. L’ultime défi, c’est la torréfaction du cacao. “Si la maison Chapon ne l’effectue pas encore, le projet est dans les cartons”, assure le fondateur, tombé dans le chocolat “par hasard” après une formation de pâtissier et une carrière qui l’a notamment conduit chez un glacier londonien fournisseur officiel en sorbets de sa gracieuse majesté. Le laboratoire de Chelles pourrait bientôt s’agrandir d’un atelier de transformation des précieuses cosses. Avec à la clé, l’embauche de plusieurs salariés. Le conte de fée continue !

D

www.chocolat-chapon.com


Fév-Mars 2008 Trajectoires

15

Success stories Elcimaï Informatique à Melun

Des sommets de croissance Installée depuis plus de quinze ans à Melun, Elcimaï a gravi un à un les échelons du succès. Ce groupe a su se diversifier pour éviter la bulle Internet et se tourner vers l’ingénierie industrielle. Un virage qui lui a réussi et l’a hissé au sommet de sa catégorie dans la région. C’est l’histoire d’une escalade. En 1985, lorsqu’il quitte Clermont-Ferrand, où il vient d’achever ses études d’ingénieur, pour s’installer en région parisienne, Pascal Denier raconte qu’il a choisi Melun pour sa proximité avec Fontainebleau et ses rochers d’escalade. Ce manager pratique alors la varappe. Et s’il a aujourd’hui raccroché les chaussons, il se rend à l’époque plusieurs fois par semaine sur les sites de Barbizon, la Gorge aux Chats ou 95.2, pour s’exercer sur les célèbres blocs. Vingt ans plus tard, c’est à la tête de sa société qu’il gravit à présent des sommets de croissance. Baptisée Elcimaï en référence aux falaises du même nom, sises dans le Var, l’entreprise est une SSII (une Société de Services en Ingénierie Informatique). Spécialisée dans l’assistance technique et l’infogérance, elle gère donc l’informatique de production comme l’informatique commerciale de ses clients. Ces derniers ont pour nom Ricoh, Motul, Bel. Pour les entreprises, l’infogérance est très pratique puisque le prestataire s’occupe de tout. Le pli de l’externalisation est pris, la vague gonfle et les affaires d’Elcimaï fonctionnent à merveille. Ses courbes de croissance forment des pentes abruptes : 5 millions en 2000, 14 en 2003, 25 en 2006. Et 32 millions l’an passé.

“En ingénierie industrielle, nous sommes passés de la simple maîtrise d’œuvre à la définition de projets globaux.” Pascal Denier, PDG d’Elcimaï. À tel point qu’en 2000, Elcimaï rachète une société d’ingénierie industrielle. Encore une nouvelle étape franchie. Les synergies entre les deux métiers sont d’ailleurs beaucoup plus fortes que ce que les apparences laissent croire. Voilà Elcimaï capable d’offrir à présent une prestation complète. Un industriel veut construire une nouvelle plateforme logistique ? Le groupe melunais définit sa taille optimum ainsi que la meilleure

Pascal Denier, PDG d’Elcimaï.

localisation possible. Elle supervise sa construction et déploie même finalement l’outil de gestion informatique du stock. Un service global, véritable avantage compétitif qui a récemment séduit Havana Club (groupe Pernod-Ricard). Elcimaï a réussi à concevoir un site au milieu des champs de cannes à sucre cubains là où les géants du bâtiment avaient échoué. Dans ce domaine, Elcimaï travaille pour les secteurs de la pharmacie, l’agro-alimentaire et la distribution. Ultime col à gravir : celui de la notoriété. Profitant d’une opportunité, Elcimaï a déboursé cette année 100 000 euros pour sponsoriser le voilier de Dimitri Deruelle au championnat de France. Le bateau termine second, pari gagné. Là encore, Pascal Denier a eu le nez creux. “C’est à la fois un gage de solidité pour nos clients et un surcroît de notoriété puisque des contacts avec de nouveaux prospects ont été noués. Les retombées médiatiques sont fortes et une telle course nous permet également de nous faire connaître par les élèves des grandes écoles. Enfin, c’est un ressort de communication interne.” Et Elcimaï n’en est encore qu’aux premiers pas de son ascension...

Elcimaï c’est quoi ? 200 salariés 32 millions de chiffre d’affaires en 2007

+ 15 % de croissance du chiffre d’affaires entre 2005 et 2007

Les dates 1992 Création d’Elcimaï informatique, basée à l’origine dans l’appartement de Pascal Denier, le fondateur

2000 Rachat d’Ouroumoff ingénierie (qui devient Elcimaï ingénierie en 2008) : diversification de l’activité de l’entreprise dans l’ingénierie industrielle et logistique

2007

D

www.elcimaï.com

Elcimaï sponsorise le bateau de Dimitri Deruelle inscrit au championnat de France à la voile en équipage, lequel, pour sa première participation, termine deuxième


77 c’est eux

77 c’est eux, c’est une collection de portraits renouvelée à chaque parution. Des acteurs économiques de tous horizons, public comme privé, jeunes et moins jeunes, artisans locaux, entrepreneurs internationaux... tous unis par leur confiance dans l’avenir de la Seine-et-Marne.

Laurence Bobe

Christophe Longour

Françoise Cosson

Gérante de Bobe à St-Pierre-lès-Nemours (usinage de céramiques techniques) :

Directeur associé “ CENTURY 21 Cerim Entreprise et Commerce ” à Vert Saint-Denis :

Commerciale à Aménagement 77 (SEM) :

“ Depuis le sud du département, nous travaillons pour des clients répartis partout en France. Notre activité connaît une très forte croissance : + 15 % en 2006 et + 30 % en 2007 ! ”

“ Entre Melun, ville-préfecture, et la ville nouvelle de Sénart, qui devient le pôle d’activité important du sud est francilien, l’immobilier d’entreprises est un secteur dynamique et porteur pour de nombreuses années.”

Armel Loko

Elisabeth Le Masson

Frédéric Cavan

Conseiller en création d’entreprises au Cidff 77 et coanimateur de Dynamique Femme, un club de créatrices :

Responsable de la délégation à l’environnement et au développement durable, aéroports Paris-CDG et Bourget :

Directeur du développement économique et des activités à l’EPA Sénart :

“ Depuis 1999, nous encourageons l’entreprenariat féminin à travers nos actions d’information, de conseil, d’accompagnement et de mise en réseau des créatrices.”

“Notre ambition est de dynamiser la coopération économique et sociale et les échanges entre les parties prenantes, notamment grâce aux forums des métiers, lancés en 2007.”

“ Nous diversifions le tissu économique de Sénart. Notre objectif est de générer 1 500 à 2 000 emplois par an dans les dix prochaines années. ”

Françoise Callin

Emmanuel Pasqualini

Claire Raquin

Fondatrice de www.marmottine.com, boutique en ligne de bijoux de créateurs tendances à Bussy-Saint-Georges :

Directeur de la Secapem (systèmes d’entraînements au tir) à Ozoir-la-Ferrière :

Co-fondatrice de Solution Carton à Sénart, conception d’emballages sur mesure et lauréate du concours du meilleur business plan de l’entreprise à fort potentiel :

“ Sur le net, l’évolution est exponentielle. J’ai de nouveaux clients tous les jours. Pour réussir, il faut être organisée, croire en son projet et ne pas compter ses heures. ”

“ Pour l’export, les institutionnels locaux sont très performants. Seine-et-Marne Développement a financé une étude pour nous aider à aller en Amérique latine et la CCI nous a invités à un salon allemand. ”

“ Le département présente un fort potentiel d’implantation d’entreprises. Aménagement 77 développe des parcs d’activités pour les accueillir.”

“ En nous installant dans la pépinière d’entreprises de Sénart, nous avons accru notre clientèle : nous touchons toute l’Île-de-France en plus de la Bourgogne, notre région d’origine. ”

Trajectoires est édité par Seine-et-Marne Développement, agence pour le développement économique du Conseil général de Seine-et-Marne • Directeur de la publication Gérard Eude • Comité de rédaction François-Xavier Deflou, Dominique Marinov • Rédacteur en chef Patricia Montin • Journaliste Sébastien Pierrot • Réalisation agencebeaurepaire.com • Photos yannpiriou.com • Hôtel du Département 77010 Melun Cedex • Contact p.montin@seine-et-marne-invest.com • seine-et-marne-invest.com • Imprimeur : Printed and Co 77500 Chelles • Imprimé sur du papier recyclé Cyclus couché print • N°ISSN 1958-837.


Trajectoires n°4  

Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne FÉV-MARS 2008 VéroniqueNewland, PDGdeNewVision Technologies N°4

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you