Page 1

N° 23

Les fascicules

Comment renforcer l'autonomie associative, tout en appelant à un renouveau de l'action publique ?

Guide pratique et théorique Ouvrage collectif, sous la direction de Samuel Bonvoisin

Prix : 5 euros 1


2


Remerciements Nous tenons à remercier particulièrement le Conseil Régional d’Île de France et le Conseil Régional Nord-Pas de Calais, car sans leur appui la rédaction de ce guide n'aurait pas été possible. Nous remercions aussi toutes celles et ceux qui ont participé au Parcours de l’Autonomie Associative, et qui ont donné de leur énergie et de leur temps pour faire de cette expérimentation un succès. Nous remercions particulièrement pour leur travail de rédaction : Erika LAROUZE, Maxime COBBAERT, Isabelle MOURAGNON, Déborah REGNAULT, Hélène ALLAIN, animateurs du Parcours de l’autonomie associative en Île-de-France, et Olivier NOEL, Samuel BONVOISIN, animateurs du Parcours de l’autonomie associative dans le Nord-Pas-de-Calais, membres de RECIT et du CAC. Enfin, nous remercions pour la relecture attentive qu'elles ont fait de cet ouvrage : Laure FORESTER, Magali AUDION, Véronique LECOMTE et Sophie CHARVET, administratrices de RECIT.

3


4


Table des matières Comment renforcer l'autonomie associative, tout en appelant à un renouveau de l'action publique ?............................................1 Remerciements..........................................................................................3 Table des matières.........................................................................................................5 Pourquoi ce guide ?.....................................................................................................10

1 Qu'est-ce qu'un parcours de l’autonomie associative?...........12 Pourquoi organiser un parcours de l’autonomie associative ?....................................14 A qui s'adresse le parcours ?.......................................................................................15 La participation au parcours..................................................................................15 Deux démarches complémentaires.........................................................................15 Une pédagogie émancipatrice.....................................................................................16 L’autonomie, une notion politique..............................................................................17

2 Préparation et mise en place...................................................20 Constitution d’une équipe d’animation et de réflexion...............................................21 La mobilisation des participants.................................................................................22 Réalisation de documents de communication ........................................................22 L'importance de la mobilisation par les participants eux-mêmes..........................22 Des soirées de lancement.......................................................................................22 Extrait de tableau de bord......................................................................................23 Une première sélection d'expériences enrichissantes.................................................24

3 Les étapes du parcours............................................................26 Exemple de déroulement d’une soirée de lancement..............................................27 La soirée de lancement................................................................................................28 Définition des cadres de la réflexion......................................................................28 Choix des expériences............................................................................................28 Organisation des visites..........................................................................................28 Les rencontres de terrain.............................................................................................29 Conduite des entretiens et rédaction des comptes rendus...........................................30 Objectifs..................................................................................................................30 5


Renseignements pratiques......................................................................................30 Principaux éléments qu'on peut retrouver..............................................................30 ...............................................................................................................................30 Des séances pédagogiques pour appréhender un sujet complexe...............................32

4 La valorisation du parcours....................................................34 Exemple de déroulement d’un séminaire de mise en commun...............................35 Les séminaires de mise en commun............................................................................36 Restitution par chacun de ses rencontres...............................................................36 Lecture transversale et débat sur les conditions de l'autonomie des associations rencontrées.............................................................................................................36 Synthèse des fiches d’expériences..............................................................................37 Analyse du contenu des interventions.....................................................................37 Synthèse et rédaction..............................................................................................37 Revoir collectivement ce premier travail................................................................37 Des outils pour s'interroger.........................................................................................39 Un horizon : l'autonomie des associations.............................................................39 Prendre du recul sur notre autonomie associative ................................................39 Les logiques instituantes (voir tableau 1 p. 38) .....................................................39 Le positionnement associatif par rapport au changement institutionnel (voir tableau 2 p. 42) .....................................................................................................40 Faire connaître plus largement les expériences porteuses d'autonomie......................43 Des guides pratiques utilisables à distance ...........................................................43 Une base de données consultable par Internet.......................................................43 Des formations pour démultiplier ..............................................................................44 les actions porteuses d'autonomie...............................................................................44

5 Quelques pistes renforcer l'autonomie des associations.........46 Introduction : Note de cadrage du parcours ...............................................................47 de l'autonomie* associative.........................................................................................47 Le contexte..............................................................................................................47 Observation d’un nouvel élan associatif................................................................47 Des pratiques à interroger ....................................................................................48 Approche théorique (1) : la notion d'autonomie.........................................................49 Définitions..............................................................................................................49 6


Dimensions.............................................................................................................49 Autonomie et individualisme..................................................................................50 Difficultés de l’autonomie......................................................................................50 Autres éléments.......................................................................................................51 Bibliographie de l'autonomie associative....................................................................52 Approche théorique (2) : La gouvernance démocratique...........................................53 Définitions, concepts (gouvernance, démocratie, cité)..........................................53 Enjeux.....................................................................................................................54 Définition : Qu'est-ce qu'une association ?............................................................55 Approche théorique (3) : Associations et dialogue institutionnel...............................56 Éléments généraux sur l’État social.......................................................................56 Aujourd’hui : la crise de l’État social....................................................................57 Approche théorique (4) : Économie Sociale et Solidaire ?.........................................60 Les champs de l’ESS...............................................................................................60 L’utilité sociale.......................................................................................................61 Histoire de l’ESS face aux pouvoirs publics..........................................................63 ESS et décentralisation...........................................................................................64 Les difficultés rencontrées, les réponses proposées....................................................66 La place du projet politique....................................................................................66 L’autonomie est d’abord individuelle avant d’être collective................................67 L’autonomie financière dans le projet politique....................................................68 Quelle est la légitimité politique d’une association par rapport aux pouvoirs publics ?..................................................................................................................69 Le bénévolat au cœur de la problématique associative..........................................70 Expliciter la portée globale des actions.................................................................72 L'information, clé de la participation.....................................................................72 L'accès à des formations émancipatrices...............................................................72 Le rôle de l'image dans une nouvelle éducation populaire....................................73

Conclusion.................................................................................74 Inventer et expérimenter de nouvelles voies pour le « faire ensemble ».74

7


8


Pourquoi ce guide ? Depuis sa création, RECIT travaille à la mutualisation des expériences, des méthodes et des outils contribuant à une éducation émancipatrice, directement ou indirectement. Ce travail a montré que d'innombrables actions porteuses d'alternatives sont menées dans ce sens sur le terrain, et que nombre d'entre elles nécessitent peu ou pas de moyens publics. Même si leurs acteurs en ont rarement conscience, ces actions toutes réunies sont porteuses d'un changement d'ensemble pour notre société. Bien entendu, ces actions ne peuvent pas constituer à elles-seules une solution de remplacement aux engagements publics nécessaires pour renforcer les actions associatives au service de l'intérêt général. Il est donc nécessaire d'accompagner les associations porteuses d'alternatives dans une évaluation de leur contribution à l’intérêt général. Les associations constituent un apport essentiel à la citoyenneté parce qu’elles rendent possible une participation collective et permanente à la vie sociale. Elles contribuent à l’intérêt général et participent à la réalisation des actions publiques. Elles produisent des richesses matérielles et immatérielles qui échappent ou sont réduites par les logiques comptables. De plus, notre société est parasitée par de nombreux impensés et représentations collectives (en particulier véhiculés par la science économique dominante) sur la richesse et la concurrence. Les indicateurs chiffrés joue un rôle primordial dans ces impensés et la formation du jugement autour du « bon » du « bien » et des médias supports de circulation rapide de ces représentations collectives. Il y a donc nécessité de trouver des processus qui permettent de convenir ce que produit l’activité, mais surtout ce qui lui donne sens. Nous vous proposons, avec ce fascicule, de parcourir les étapes de la préparation et du déroulement d'un parcours de l'autonomie associative en essayant de répondre à la question « Comment renforcer l'autonomie associative, tout en appelant à un renouveau de l'action publique ? ».

9


10


1 Qu'est-ce qu'un parcours de l’autonomie associative?

11


12


Pourquoi organiser un parcours de l’autonomie associative ? Ce Parcours est né de la volonté d’apporter des réponses face au contexte de crise traversé par les associations. En essor important depuis les années 1970, le monde associatif est désormais en recul depuis plusieurs années, comme le montre la disparition de nombre d’associations, ainsi que la baisse de l’emploi associatif. Ces difficultés interrogent notamment beaucoup le rôle de l’État, dans le rapport qu’il entretient face aux associations, en termes de soutien et d’encadrement. Le contexte actuel de crise économique, et plus globalement l’influence de l’idéologie néolibérale mènent à la réduction de ses financements, à des politiques de mises en concurrence par les appels d’offre, à des obligations croissantes de se conformer aux normes marchandes, etc. Ces évolutions de l’attitude des pouvoirs publics face au monde associatif sont notamment symbolisées par la publication par décret de la circulaire Fillon en janvier 2010, ce qui a conduit à la constitution du Collectif des Associations Citoyennes. Cette circulaire tend à assimiler l’ensemble des associations au monde marchand, et révèle le désintérêt et la méconnaissance de l’État envers les associations de petite et moyenne tailles. Cette situation suscite des dilemmes existentiels dans les associations, qui sont souvent confrontées au choix de se conformer et de trahir leur projet politique, ou de s’exposer à des difficultés croissantes qui mettent en péril leur survie. Ces difficultés ne se limitent cependant pas aux rapports entretenus avec l’État. Elles sont en lien de manière générale avec les progrès croissants de l’idéologie marchande dans l’ensemble de la société. Le parcours de l’autonomie associative souligne les difficultés à susciter et à articuler l’engagement bénévole, les effets négatifs d’une technocratisation des associations en termes de mixité sociale et de participation démocratique, etc. De manière générale, elles posent la question de la capacité des associations à incarner les aspirations des citoyens, ainsi qu’à les faire vivre démocratiquement. L’ambition de ce parcours est donc de montrer les enjeux de la question de l’autonomie, pour permettre aux associations de mieux prendre conscience des choix qui leur appartiennent, et être davantage maîtres d’une situation qu’elles subissent actuellement. Il vise à permettre aux associations d’atteindre une meilleure cohérence entre ce qu’elles sont et ce qu’elles font, c’est-à-dire de mieux réaliser leur projet politique dans leur action et leur fonctionnement.

13


A qui s'adresse le parcours ?

Le parcours rassemble une pluralité d’acteurs pour mener une réflexion ouverte. Pour permettre une réflexion complète et globale, nous avons considéré qu’il était nécessaire de l’enrichir en confrontant les diverses positions et expériences qui concernent le monde associatif. Il s’adresse donc : •

aux acteurs associatifs qui aspirent à questionner et développer leur autonomie, à mener une démarche plus cohérente avec leurs valeurs ; à échanger avec d’autres acteurs associatifs qui partagent cette préoccupation et à mutualiser leurs expériences

aux collectivités territoriales qui aspirent à mener des politiques respectueuses de la singularité des associations et de l’alternative qu’elles cherchent à incarner

aux élus qui aspirent à enrichir leurs connaissances des enjeux du monde associatif

aux citoyens en général qui s’intéressent à l’engagement associatif

La participation au parcours L’implication dans le parcours repose d’abord sur la participation aux réflexions communes et débats organisés au cours des bilans d’étape. Les participants sont également invités à participer aux visites d’associations. Ils rencontrent ainsi d’autres structures, et contribuent à la réalisation des entretiens et à la rédaction du compte rendu qui en rassemble les éléments essentiels.

Deux démarches complémentaires Le projet s’est organisé autour de deux Parcours distincts, l’un mené en Île-de-France, l’autre dans le Nord-Pas-de-Calais. Ces Parcours ont adopté des démarches différentes qui se complètent l’une l’autre. Ces orientations ont été guidées par les différences de sensibilité au sein des deux équipes, qui ont cherché à aborder la question de l’autonomie par deux biais distincts. Elles sont également le fruit des aspirations différentes des participants de l’Île-de-France et du Nord-Pas-de-Calais, qui ont orienté les parcours en se les appropriant.

14


Une pédagogie émancipatrice

L’approche privilégiée par RECIT est celle d'une pédagogie émancipatrice. Une des conditions de réussite de l'opération est de sortir des méthodes d'animation traditionnelles (basées sur l'instauration d'une dualité maître/élève) en « donnant à voir », en facilitant les rencontres avec des acteurs. Dans les formations classiques, les formateurs considèrent souvent qu’ils ont un savoir à dispenser sans prendre le temps de connaître les savoirs et les questions des personnes auxquelles ils s’adressent. A l’opposé, le principe retenu pour le parcours est basé sur un dialogue à partir des questions, du vécu et du croisement des savoirs des uns et des autres. Cette approche est d’autant plus fondamentale qu’elle s’applique ici à un questionnement sur la notion d’autonomie. L’autonomie signifie étymologiquement « capacité à édicter ses propres lois », elle renvoie à la capacité à mener sa propre démarche, en se soustrayant aux contraintes extérieures. Afin de réellement interroger la notion, il donc est essentiel que le fonctionnement du Parcours s’organise lui-même autour d’un principe d’autonomie individuelle, à partir de l’implication de chaque participant. Dans ce cadre, nous avons considéré qu’il était fondamental de partir de l’expérience des acteurs associatifs, en menant systématiquement les réflexions à partir de visites d’associations. Ces expériences permettent souvent de sortir du « pré-pensé », et de coller à la réalité des enjeux vécus par les acteurs associatifs. Elles présentent également une multitude d’initiatives originales qui cherchent à répondre à ces enjeux, et qui enrichissent considérablement la réflexion. Faciliter la parole, développer l’écoute, créer des situations de coopération permet à chacun de trouver sa place, de gagner en autonomie, tout en agissant dans le respect de l’autre, avec et pour eux. Il s’agit bien d’une formation par l’action citoyenne, vers l’action citoyenne.

15


L’autonomie, une notion politique Parler d’autonomie consiste à pointer directement une fonction qui est propre à l’homme en tant qu’elle dépend entièrement de sa raison. En effet, c’est parce que l’individu se connaît en tant que sujet qu’il est en capacité de se penser, on retrouve le fameux « Je pense donc je suis » du « Discours de la méthode » de Descartes. L’autonomie est une figure particulière de liberté. La philosophie politique est le point départ nécessaire à toute réflexion sur l’autonomie car elle a le mérite d’avoir réfléchi aux tenants et aux aboutissants de cette notion qui aujourd’hui encore définit l’humanisme juridique sur lequel repose tous nos fondements démocratiques. Pour penser l’autonomie, il nous fallait au préalable en saisir la signification profonde pour en comprendre la portée au niveau politique, social, économique, associatif. Dans la cosmologie ancienne, celle de Platon ou d’Aristote, l’autonomie (en grec : autonomia ou eleutheria) est conçue comme inhérente à la citoyenneté, prérogative d’un petit nombre mais qui déjà prenait pour définition le fait de ne pas être soumis à une domination extérieure. Le monde se comprend comme un tout, imposant un ordre prédéterminé. Ainsi, selon Aristote, le droit des citoyens consistant à exercer collectivement une part de la souveraineté se fonde sur l’organisation d’une nature au sein de laquelle « certains sont faits pour commander et d’autre pour obéir » (Le Politique). La volonté humaine, se donnant à elle-même ses lois et se soumettant à l’autorité qu’elle reconnaît, n’apparaît pas dans ces fondements. La « Liberté des Modernes » suppose une conception de l’humanité comme capacité d’autonomie constitutive de l’humanisme moderne. L’être humain se conçoit et s’affirme comme la source de ses représentations et de ses actes en tant que sujet (fondement rationaliste) et comme auteur (volontarisme). « L’homme n’a d’autre législateur que lui-même » (Sartre, in L’existentialisme est un humanisme). L’idée d’autodétermination présente chez les modernes, donne le sens pleinement politique de l’autonomie, elle l’étend de la Cité à la personne pour que cette dernière en constitue le fondement même. Cette conception de la liberté en termes de volonté autonome, mérite ici toute notre attention car on la confond souvent avec la notion d’indépendance. Si l’on se réfère à Kant, grand penseur de la subjectivité moderne, l’autonomie a une signification intrinsèquement morale. Il développe ainsi la conception d’une morale du devoir, opposée aux morales du bonheur (voir les utilitaristes), incarné par une volonté qui se prend elle-même pour objet au lieu de la quantité de plaisir ou de bonheur procuré au plus grand nombre. 16


A ce niveau de la philosophie pratique nous retrouvons les tensions qui traversent l’autonomie et donc la modernité. La logique globale peut être interprétée en termes d’émancipation vis-à-vis du poids des traditions et des hiérarchies naturelles portant l’individu comme valeur suprême. Pour autant, autonomie et indépendance ne peuvent se confondre. Cette dernière fait prévaloir une liberté sans contraintes ou entraves donc sans règles poussant l’individu à ne se préoccuper que de lui-même. La raison purement instrumentale n’interroge pas les fins mais fait de la volonté son propre but. L’éthique de l’indépendance cultive ainsi un idéal d’autosuffisance définissant une liberté sans règles. Or ce n’est pas le cas de l’autonomie. L’autonomie est dépendante des lois humaines qui sont auto-fondées, elle est auto-institution de la loi. Elle représente ainsi un idéal dans lequel l’individu est dépendant de normes et de lois, à condition qu’ils les acceptent librement. Cela révèle d’autre part, qu’à partir du moment où l’on accepte de respecter des règles, on accepte simultanément la relation à l’autre ce qui implique de penser la coexistence. L’individu qui se suffit à lui-même parait alors bien loin. Autodétermination et démocratie sont donc intrinsèquement liées. L’autonomie suppose ainsi que l’on s’arrache à ses penchants primaires égoïstes pour se penser comme membre d’un monde commun dans lequel on reconnaît la subjectivité des autres. L’inter-subjectivité est l’une des conséquences de cette logique autonome car elle se fonde de manière essentielle sur la communication.

17


18


2 PrĂŠparation et mise en place

19


Constitution d’une équipe d’animation et de réflexion La première étape est de constituer une équipe d'animation. Celle-ci peut se constituer à partir de 2 composantes : - Deux ou trois personnes disposant d'une expérience en matière d'animation et de conduite de projet suffisante pour assurer le pilotage de l'opération. - Deux ou trois autres personnes disposant d'un peu de temps afin d'assurer un travail de mobilisation et de suivi des participants, et éventuellement de prendre rendez-vous avec des associations. La taille de cette équipe est donc fonction de la situation, de 3 personnes au minimum à 5 ou 6. L'équipe d'animation aura 3 missions principales : - effectuer un premier repérage des associations porteuses d'autonomie - mobiliser les participants - animer les temps de mise en commun du parcours Pendant le déroulement du parcours, l'équipe d'animation fait le point des rendez-vous pris, de la réussite de leur déroulement et progrès réalisés, afin de préparer les séances de mise en commun. C'est elle qui tire le bilan est réalise l'évaluation au moment important du parcours.

20


La mobilisation des participants La mobilisation des participants est l’élément essentiel de la réussite d'un parcours. Le processus de mobilisation nécessite une durée de trois à quatre mois. À partir d'un noyau initial de personnes motivées, il faut en effet se donner le temps de faire comprendre la démarche aux acteurs locaux et aux personnes que l'on souhaite mobiliser.

Réalisation de documents de communication Il est important d’avoir de bons supports de communication (plaquettes, affiches, tract) et de diffuser l’information (affichages, presse spécialisée, revue interne RECIT, réunions d’information). Les collectivités et les associations peuvent également apporter leur soutien via leurs propres outils de communication. Une fois réalisés, ces outils de communication rendent plus efficace la prise de contact avec les acteurs locaux et augmentent la crédibilité de la démarche auprès de tous.

L'importance de la mobilisation par les participants eux-mêmes Les participants eux-mêmes peuvent contribuer au travail de mobilisation. Une fois qu’ils s’investissent dans le parcours, depuis sa préparation à sa fin, les participants en parlent autour d’eux, et ce bouche à oreille, de « pair à pair », est essentiel pour une mobilisation sur le long terme. Par ailleurs, une première expérience de « visite de terrain » est souvent un puissant levier de mobilisation, car elle permet d'entrer dans le parcours par le concret. C'est pourquoi il est important de bien communiquer sur les premières dates de rendez-vous pris avec les associations visitées.

Des soirées de lancement Des soirées de lancement ont été mises en place avec les premiers participants inscrits. Elles ont permis à chacun de se présenter, d'entendre ce que font les autres, de commencer à constituer des binômes et d'entrer dans l'action.

21


Extrait de tableau de bord (Parcours de l'autonomie Île-de-France, 2013)

Expérience

Date

Les Babayagas 08/02

Université populaire 92

Lieu

Description

Montreuil

Équipe

Contact

Hanna, Isabelle, Déborah, Hélène

Saint-Denis du

Collectif sans Etiquette

Paris

Un collectif de citoyens sans étiquette politique, femmes et hommes indépendants, issus de la société civile française, de diverses origines, de différentes croyances, de différents statuts sociaux, indignés par les tentatives de division, de diversion des Français à l’heure où il question de survie de notre économie, de notre lien social, de notre morale.

http://www.lessans etiquette.fr

Association « Sauvons le grand écran »

Paris

Association de défense du complexe cinématographique « Grand écran Italie » menacé de destruction au profit de surfaces commerciales dans le 13ème arrondissement de Paris.

www.sauvonsle grandecran.org

« Intermèdes Robinson »

Curry Vavart

33 Avenue d'Italie, 75013 Paris

Longjumeau L’association Intermèdes Robinson Hanna réunit tous ceux qui à un degré ou un autre s’intéressent et s’investissent dans notre action de développement social éducatif. Paris

Maxime

28 rue des Marguerites 91160 Longjumeau http://assoc.interm edes.free.fr contact@curry-vava rt.com

22


Une première sélection d'expériences enrichissantes Il existe sur chaque territoire de nombreuses associations développent des stratégies en vue de maintenir et/ou développer leur autonomie. Mais elles sont souvent peu visibles, peu connues. Le premier travail de l'équipe d'animation est de détecter ces expériences, de sélectionner les plus significatives et de contacter les acteurs. Pour un groupe d'une vingtaine de participants, il est suffisant de disposer d'une douzaine d'expériences proposées au départ, en les sélectionnant selon différents critères : •

des rapports étroits entretenus avec les pouvoirs publics (Emmaüs, Le Pas de Côté)

un investissement particulier dans l’espace médiatique (Babayagas)

un aménagement particulier des engagements bénévoles (Passe à ton voisin, Les Voleurs)

un travail de reconnaissance particulier auprès des élus (Curry Vavart)

des expérimentations radicales en termes d’autonomie (Ephata, NDL)

Concrètement, il est proposé de construire un tableau simplifié précisant les grandes lignes de chaque association, en quoi elles sont porteuses d’autonomie et donnant les coordonnées d'une personne contact. Ce nombre est suffisant pour démarrer car les participants seront invités à compléter ce tableau en faisant part des actions qu'ils connaissent. Ce tableau pourra ainsi être complété au fur et à mesure du déroulement du parcours. Tout au long du Parcours, nous avons recherché des associations qui nous semblaient correspondre à des enjeux importants concernant la question de l’autonomie. Larges au début, nos critères de sélection se sont affinés au fur et à mesure de l’avancée de notre questionnement, ou portés provisoirement sur un thème plus précis.

23


24


3 Les ĂŠtapes du parcours

25


Exemple de déroulement d’une soirée de lancement Durée : 2h30 18h00

Tour de table de présentation et explication de la démarche

18h30

Présentation des différentes associations retenues. Les expériences qui sont présentées mettent en jeux différents aspects de l'autonomie associative.

19h15

Associations complémentaires apportées par les participants

19h45

Choix des premières expériences à rencontrer par groupe de deux ou trois personnes

20h15

Explications complémentaires pour éclaircir les points obscurs et répondre aux questions sur la manière de fonctionner

20h30

Fin de la soirée

26


La soirée de lancement La session initiale permet aux participants de se présenter et de faire connaissance (motivations, attentes). C'est pourquoi cette soirée doit avoir avant tout un caractère convivial. Elle permet aussi de préciser les finalités du parcours (individuelles et collectives), de préciser ensemble les méthodes de travail sur le terrain. Il ne s'agit donc pas de présenter un programme « tout bouclé », mais d'apporter un fil directeur, des idées et des rendez-vous possibles pour co-construire avec les participants le parcours de l’autonomie. Cela suppose de la part de l'équipe d'animation une attitude d'écoute et de valorisation des propositions, parfois à préciser, émanant des participants.

Définition des cadres de la réflexion Des premiers éléments concernant la notion d’autonomie sont présentés par l’équipe d’animation, puis débattus avec l’ensemble des participants. Ceux-ci expriment leur ressenti, leur vision des enjeux et leurs attentes envers la réflexion menée dans le cadre du Parcours. Les premiers cadres de la réflexion sont établis en commun, pour être réinterrogés par la suite au cours des bilans d’étape.

Choix des expériences De nombreuses expériences associatives sont repérées par les participants, par le bouche à oreille et par le répertoire des expériences déjà constituées par RECIT. Les participants sont également porteurs des expériences proposées, et de ce fait le parcours est aussi un espace de mutualisation des expériences d'autonomie. Une vingtaine d’expériences sont retenues de façon à montrer la variété et la richesse des enjeux.

Organisation des visites Les participants se répartissent par groupes de 2 ou 3 pour aller à la rencontre des associations. Chaque équipe reçoit une page de présentation de l'action, avec quelques informations sur son contenu (de 3 lignes à une page), les coordonnées d'une personne contact et le plus souvent un lien vers une page Web pour en savoir plus. Les participants reçoivent aussi une « fiche de saisie des observations » qui servira de guide d'entretien lors de la rencontre et de base pour la rédaction du compte-rendu. Cette démarche sera répétée ensuite lors de chaque séminaire de mise en commun.

27


Les rencontres de terrain Les équipes constituées lors de la soirée de lancement prennent rendez-vous avec la personne contact et organisent elles-mêmes la rencontre. Elles informent le plus tôt possible l'équipe d'animation de la date et du lieu prévu afin que celle-ci puisse ouvrir la rencontre à d'autres personnes potentiellement intéressées. Certaines associations peuvent en effet accueillir d'autres personnes, alors que d'autres ne permettent pas de s'ouvrir au-delà du binôme. L'équipe d'animation informe ensuite de façon régulière (par exemple chaque mois) les participants et personnes potentiellement intéressées des rencontres en cours en les invitant à rejoindre le Parcours, ce qui peut se traduire par quelques participants supplémentaires à certaines rencontres.

28


Conduite des entretiens et rédaction des comptes rendus Objectifs Le compte rendu des observations répond à 3 objectifs : - transmettre les informations collectées sur l'historique, les objectifs, les actions menées. - donner des éléments d'analyse sur les difficultés rencontrées, les résultats obtenus, le caractère autonome de l'association rencontrée. Ces éléments serviront lors de la mise en commun à faire une lecture transversale des expériences pour esquisser les contours de l'autonomie associative. - permettre à ceux qui le souhaitent de prendre des contacts, tisser des liens et constituer une amorce de réseau Pour cela, l'expérience des parcours précédents montre que le plus simple est de rédiger un texte de façon « littéraire », en ayant à l'esprit quelques éléments qu'on doit retrouver, sans pour autant remplir un tableau.

Renseignements pratiques Il est nécessaire de noter en tête de la fiche la composition du groupe, le nom de l'association, la date de l'entretien, les personnes rencontrées et de décrire la forme de la rencontre.

Principaux éléments qu'on peut retrouver NB. Il n'est pas nécessaire de répondre à toutes ces questions, ni de les traiter dans l'ordre. Nous cherchons ici à donner une idée du type d'interrogation qu'on peut se poser quand on se pose la question de l'autonomie, ce qui est notre objectif final.

Quelles est votre projet politique ? Quelles sont vos principes et vos valeurs ?

Quelle est l'action menée ? Son historique, ses objectifs, ses réalisations

Quelles sont les difficultés rencontrées et les résultats obtenus dans la réalisation de vos actions ?

Quel type de relation entretenez-vous avec les pouvoirs publics ?

Quels sont vos moyens ? Quelles sont vos sources de financement ? 29


Vous appuyez-vous sur du travail salarié ? Comment s’articule-il avec les engagements bénévoles, existe-t-il des tensions ?

Comment est organisé le rôle de chaque membre en interne ? Comment s’organise la participation démocratique ?

Diriez-vous que votre association est autonome ? Si oui/si non, en quoi ? (en termes d’organisation interne, de moyens, autres)

Qu'est-ce qui entrave cette autonomie, qu’elles en sont les limites ? Quelles contraintes ou influences pensez-vous subir ? Diriez-vous que vous êtes plus ou moins autonome qu'avant, et pourquoi ?

Quels sont les enjeux principaux de l’autonomie selon vous ? Quelles actions avez-vous mené pour y répondre, et avec quel succès ?

NB. Ces questions servent pour un entretien avec les auteurs de l'expérience, mais une partie déterminante des réponses peut provenir de l'observation des pratiques, voire de la participation aux actions.

30


Des séances pédagogiques pour appréhender un sujet complexe Pour élargir le cercle des participants et rendre visible la démarche, il est très utile que l'équipe d'animation informe chaque mois les membres et sympathisants du réseau des rencontres en cours en les invitant à rejoindre le Parcours. Cela se traduit en général par un ou deux participants supplémentaires à certaines rencontres. Au-delà des participations effectives, ces annonces ont suscité un vif intérêt pour la problématique abordée, et ont permis de mettre en lumière le besoin pour certains d'acquérir un certain nombre de connaissances nécessaires pour pouvoir aborder la question de l'autonomie associative. La complexité du sujet abordé a suscité l'envie de donner naissance à un groupe de réflexion, dont l'activité a pris la forme d'une préparation intellectuelle pour que chacun puisse échanger au même niveau. Ces moments de réflexion et d’apprentissage réciproque ont permis d’échanger concrètement et de confronter nos points de vue. A partir de recherches individuelles et de lectures (Hély, Laville, Castoriadis, etc.), le groupe a procédé à un retour collectif à la philosophie politique pour l’investir dans les problématiques associatives (cf. chapitre 5). Cette démarche de « séances pédagogiques » a permis à certains membres qui ne se sentaient pas assez « forts » pour participer au Parcours de le rejoindre en douceur, par un processus d’éducation populaire et citoyenne.

31


32


4 La valorisation du parcours

33


Exemple de déroulement d’un séminaire de mise en commun Durée : 3h 18h00

Tour de table de présentation de chacun et du déroulement de la soirée.

18h30

Présentation des associations rencontrées. Les participants aux visites restituent à l'ensemble du groupe le contenu de l’entretien réalisé et les éléments intéressants qu’ils en ont tirés. Après chaque restitution, une courte réflexion commune est engagée autour de ces éléments

20h00

Lecture transversale des expériences. Une réflexion commune est engagée sur la question de l’autonomie à partir des enjeux qui en sont ressortis

20h45

Choix d'une nouvelle série d'associations à rencontrer. Les participants sont invités à proposer de nouvelles visites de structures, et à y participer

21h

Fin de la soirée

34


Les séminaires de mise en commun

Les séminaires de mise en commun ont pour premier objectif de mutualiser les observations des participants, de restituer l'essentiel des rencontres et d'en faire une lecture transversale. Elles ont également pour objectif de répartir les rendez-vous à venir avec les nouvelles expériences participant au parcours et d'ajuster la méthode.

Restitution par chacun de ses rencontres Le plus simple est de procéder à un tour de table, chaque groupe parlant brièvement des rendez-vous auxquels il a participé. Le danger est dans la longueur des exposés et donc du tour de table, car il faut garder un temps suffisant pour une lecture transversale des expériences. Afin de limiter le temps de restitution, il est fortement conseillé de réserver une dizaine de minutes pour que chaque groupe prépare sa restitution orale. Deux méthodes peuvent être proposées : - surligner les passages les plus importants du compte rendu écrit ; - remplir une courte fiche d'exposé selon un modèle transmis par les organisateurs (voir ci-joint). On proposera aux groupes de ne pas restituer par le menu tout ce qu'ils ont vu mais de souligner les éléments qui permettent d'appréhender la manière dont l'association envisage son autonomie, et les moyens mis en œuvre (cf. fiche de saisie des observations).

Lecture transversale et débat sur les conditions de l'autonomie des associations rencontrées Un temps suffisant doit être préservé au débat d'ensemble par rapport aux trois questions centrales du parcours : quelles sont les conditions de l'autonomie de l'association ? Qu'est-ce qui entrave cette autonomie ? Diriez-vous que vous êtes plus ou moins autonomes qu'avant ? Pourquoi ? L'expérience montre cependant que ce débat nécessite un travail de synthèse préalable de la part de l'équipe d'organisation, en reprenant chacun des comptes rendus d'expériences pour en faire une analyse de groupe : discerner les invariants et les groupes de réponses similaires. C'est pourquoi plusieurs séminaires de mise en commun sont nécessaires, avec une démarche itérative entre les temps d'analyse et de synthèse et le débat en grand groupe.

35


Synthèse des fiches d’expériences Les comptes rendus d'expériences représentent une matière très riche dont il est essentiel d'analyser le contenu pour identifier les invariants et les groupes d'expériences similaires.

Analyse du contenu des interventions On propose ici de procéder en 5 étapes : 1) analyser les interventions par item, chaque item correspondant à une idée, un exemple, un développement logique. 2) faire des fiches par sujet. Les items se rapportant à un même sujet (par exemple "quelles pratiques de coopération ?") sont repris, avec indication de source (qui a dit cela), soit à l’ancienne sur une feuille (collage des phrases manuscrites soit en identifiant des paragraphes sur un document informatique). Il ne faut pas craindre d'être trop analytique, même si certains sujets ne sont abordés que par une seule expérience. 3) Donner un titre provisoire à la page, qui résume le sujet abordé (par exemple, « Le bénévolat au cœur de la problématique associative »). Ce titre peut évoluer avec l'apport de nouvelles interventions sur le même sujet. Il est conseillé d'écrire au crayon si on travaille manuellement.

Synthèse et rédaction 4) Une fois l'analyse terminée (cela peut conduire à une centaine de fiches, voire davantage), regrouper progressivement les fiches portant sur des sujets voisins en donnant un nom à chaque regroupement. A travers ce travail, on cherche à assembler les fiches selon un ordre logique, puis à les regrouper par grands chapitres. Cela amène à remanier le titre de certains paragraphes. 5) La rédaction de la synthèse peut alors s'effectuer partie par partie, avec en synoptique les idées émises sur chacun des sujets. Quand on restitue le travail collectif du groupe, il n'est pas opportun de dire systématiquement "qui a dit quoi". Mais il est utile de citer des exemples, ainsi que quelques phrases, pour rendre la synthèse plus vivante. Les noms donnés aux fiches et aux regroupements contribuent à définir les titres des paragraphes et des chapitres.

Revoir collectivement ce premier travail Cette première synthèse est nécessairement incomplète et subjective, car elle traduit la vision du rapporteur. Il est donc essentiel de la mettre en débat lors d'un second séminaire de restitution. Une seconde version de la synthèse pourra être rédigée en tenant compte de ces échanges.

36


37


Des outils pour s'interroger Un horizon : l'autonomie des associations Par une alternance de rencontres d'associations - diverses par leur forme, leur taille et leur objet- et de temps de mise en commun et d'analyse, le groupe a pu dégager des pistes afin d'interroger la notion d'autonomie associative, dans sa complexité. L'élément central de cette réflexion semble être la nécessaire prise de conscience qu'il n'existe pas de « recette » en matière d'autonomie : les poncifs du genre « il faut mobiliser des bénévoles », ou « il faut avoir recours au financement privé » ne valent pas sans un réel retour à l'identité de l'association et à son projet. Transformés en injonctions venant de la part de partenaires ou d'institutions, ils deviennent paradoxalement des vecteurs de perte d'autonomie, car ils modifient en profondeur les logiques instituantes de l'association. Cela a été observé à maintes reprises au cours de notre parcours, et se traduit notamment par une perte sens pour une part (sinon la totalité) des personnes mobilisées au sein de l'association.

Prendre du recul sur notre autonomie associative L'autre apport, sans conteste, de ce parcours, est la découverte et l'appropriation collective d'outils d'analyse socio-économique des associations, tirés notamment des travaux de Jean-Louis Laville. Ces outils, remaniés pour les besoins de notre démarche, se sont révélés être de précieux alliés pour comprendre les équilibres recherchés par les associations afin de préserver/développer leur autonomie.

Les logiques instituantes (voir tableau 1 p. 38) Ce sont les conceptions partagées qui organisent l'association, chaque logique combine discours et pratique. Ces logiques s'alimentent d'acceptions différentes de la solidarité, qui induisent des représentations distinctes de l'action collective, du rapport entre les espaces public/privé, de la production, et enfin des relations entre créateurs, usagers, de l'accès au statut de membre. Les associations étudiées dans le cadre de notre démarche de recherche-action procèdent clairement à partir de conceptions partagées qui révèlent parfois des ambiguïtés : - Solidarité : lien volontaire entre égaux. Il est remarquable que la notion d'entraide est mise en avant dans des associations dont les logiques instituantes sont plutôt proches de l'aide (au sens de bienfaisance, compassion à l'égard des plus démunis). Au contraire dans les exemples analysés, la notion d'usager ou de bénéficiaire est quasiment absente, et chacun participe librement en tant que membre à une action pour soi. Les usagers sont les membres en réalité : nous sommes plus proches de la logique d'entraide.

38


- Action collective : les associations étudiées n'adoptent généralement pas de position politique partisane ou activiste. Cependant, on peut considérer que leur projet est sous-tendu par une logique de mouvement. En terme d'action collective, l'objectif de transformation sociale est en effet largement partagé. - Représentations de la production : la poursuite de l'objectif de l'autonomie, telle que présentée dans la bouche même des responsables associatifs rencontrés, passe souvent par une dépendance moindre à l'action politique, et révèle souvent une contradiction entre les discours et les actes (confusion entre indépendance et autonomie). En effet certaines associations revendiquent de s'inscrire pour partie dans l'économie de marché, et pour une autre part dans celle de la redistribution. Mais elles ne semblent pas opposer ces sources de financement, mais plutôt les rassembler en opposition aux activités « non-marchandes » (mobilisation des bénévoles, activités réalisées uniquement sur la base d'un partage de temps). On observe finalement une tension entre des pratiques qui tendent à s'éloigner des valeurs de l'association (ex : aider le « client » à obtenir des subventions pour pouvoir se faire payer ; la veille sur de nouveaux marchés pour la vente de prestations, etc...) et des activités plus « pures » qui sont financées indirectement par les activités marchandes et servent de « caution éthique ».

Le positionnement associatif par rapport au changement institutionnel (voir tableau 2 p. 42) Notre travail d'analyse nous a souvent conduit à positionner les associations étudiées dans des « entre-deux » : c'est à dire que le positionnement de l'association est à la croisée d'au moins deux logiques, ce qui dans certains cas fait ressortir les tensions internes aux responsables associatifs quand aux pressions entraînant une forte évolution de la place des associations dans la société. - Résister à l'intérieur du cadre D'une manière générale, les tactiques de résistance à l'intérieur d'un cadre institutionnel sont le résultat de situations subies par les associations (baisse du montant d'une subvention, contraintes administratives nouvelles, réorientation des projets de l'association, etc...). L'isolement, le manque de solidarité entre associations (elles se considèrent souvent comme concurrentes, et l'institution peut jouer délibérément le jeu de la compétition) provoquent des replis vers des stratégies de survie égoïste. Il est exceptionnel que des associations s'organisent entre elles afin d'agir à l'intérieur d'un cadre, par exemple pour négocier des règles de fonctionnement avec l'institution. Le plus souvent cela provoque soit un éclatement de l'activité productive de l'association (voir paragraphe sur la production) ou plus simplement une transformation radicale de l'association et l'apparition d'un nouveau projet associatif de fait. - Agir sur le cadre

39


Les stratégies explicites d'intervention sur le cadre nous ont semblé être de deux natures : tourner le dos au politique ou tenter de dialoguer avec l'institution. Tout se passe comme si la fracture de plus en plus apparente entre la sphère politique et la sphère culturelle s'accompagnait d'une apparition d'associations de plus en plus affranchies des règles de fonctionnement jugées pertinentes pour un dialogue avec l'institution basé sur les règles de celle-ci : des directions collégiales, des associations sans représentants, ou avec des représentants tirés au sort, etc... Ces nouvelles formes de gouvernances sont autant de tentatives pour interroger l'institution elle-même, mais elles émergent souvent dans un contexte de défiance vis-à-vis de la sphère politique. La déconstruction peut alors aller jusqu'à des choix radicaux dans les formes d'action (désobéissance civique ou civile), ou simplement conduire à une désinstitutionnalisation croissante des collectifs humains. A l'inverse, certaines associations s'engagent dans une stratégie de dialogue permanent avec l'institution. Il s'agit de démarches d'expérimentation, qui interrogent à la fois la sphère politique et la sphère culturelle, et tentent de dégager des pistes pour une co-élaboration des politiques publiques. C'est un chemin exigent, parfois vécu comme une nécessité pour conduire l'association sans s'écarter du projet ni rejeter l'institution. Il en résulte souvent un essoufflement lié à la différence de temporalité et à la fragilité structurelle de ces organisations associatives.

40


41


Faire connaître plus largement les expériences porteuses d'autonomie L’objectif est de faire prendre conscience au plus grand nombre qu’ils n'y a pas de fatalité, et que les associations disposent souvent de plus de marge de manœuvre qu'elles ne le croient pour agir. Pour cela, la vertu de l’exemple et de la démonstration est irremplaçable. C’est pourquoi il est proposé, à partir des premiers innovants qui ont déjà mis en œuvre des actions porteuses d'autonomie, de « faire tache d’huile », pour que les expériences, une fois connues, soient reprises par d'autres associations. On peut également supposer que le développement de la crise va entraîner une plus forte demande d’information et d’accompagnement pour construire des démarches conduisant à plus d'autonomie.

Des guides pratiques utilisables à distance Un guide pratique peut être élaboré pour être transmis à la demande sous forme papier ou numérique. Il comprendra des fiches-expériences présentant les expériences visitées, des outils et conseils méthodologiques, des contacts et des éléments de réflexions permettant de mieux comprendre avant d’agir (par exemple sur la gouvernance, sur le dialogue avec l'institution, etc.).

Une base de données consultable par Internet Tous ces éléments peuvent aussi être rendus disponibles sur un site web afin de rendre visible les expériences, proposer des méthodes en cohérence avec les finalités, organiser la mutualisation des expériences, organiser les liens avec d’autres sites en rapport avec le contenu proposé.

42


Des formations pour démultiplier les actions porteuses d'autonomie

Pour démultiplier l'action et d'élargir le cercle des convaincus, des formations peuvent être organisées en utilisant les résultats du parcours de l'autonomie associative. De nombreux modules de formation ont par exemple été organisés par le Collectif des Associations Citoyennes pour former des personnes-ressources aux enjeux de la réforme territoriale, de la mise en place de la directive « services » européenne, etc... Ces formations doivent donner une large place au vécu des participants, à la description d'expériences qu'ils connaissent et à la réflexion sur leur vision de la notion « d'autonomie ». Au cours de ces formations, on pourrait envisager :  Un travail sur des expériences significatives parmi celles qui ont été visitées.  Un travail sur le sens des mots, notamment « émancipation », « autonomie », « indépendance », « faire ensemble », « projet », « gouvernance », etc.  Une réflexion sur le lien entre la théorie et la pratique, autour de la question « comment renforcer l'autonomie de notre association ? »  La transmission de savoir-faire pratiques pour savoir comment agir localement, notamment : ◦ Utiliser le répertoire des actions réalisables sans moyens publics (fascicule n°14 de RECIT) ◦ Organiser d'autres parcours de l'autonomie ◦ Créer un groupe local du Collectif des Associations Citoyennes ◦ Se former à de nouvelles pratiques de gouvernance participative avec l'Université du Nous

43


44


5 Quelques pistes renforcer l'autonomie des associations Synthèse des observations réalisées en 2012-2013 (dans le cadre du parcours de l'autonomie en Île-de-France et en Nord-Pas de Calais)

Note à l'attention du lecteur : Il ne s'agit pas de procéder dans ce chapitre à une analyse statistique à partir de l'expérimentation menée par RECIT, mais de mettre en évidence les éléments les plus significatifs, afin de donner quelques pistes pour le développement de l'autonomie associative, à l'intention de ceux qui souhaiteraient s'inspirer de ce travail.

45


Introduction : Note de cadrage du parcours de l'autonomie* associative *Droit, fait de se gouverner par ses propres lois (définition issue du petit Robert)

Le contexte Avec la fondation de l’État social et l’émergence d’une solidarité « instituée », chaque politique nouvelle a permis l’essor de nouvelles familles d’associations : le tourisme social, l’éducation populaire et les sports avec le Front populaire, les associations du social et du médico-social, les MJCs et l’animation rurale avec l'application du programme du Conseil national de la Résistance, la formation professionnelle avec la loi de 1971, etc… Dans cette dynamique, les années 70 et 80 ont vu l’accroissement par les pouvoirs publics des moyens adressés aux associations pour l’accompagnement et la mise en œuvre de ces nouvelles politiques nationales. Cependant, on assiste aujourd'hui à une attaque de l’état social. Il reste encore une partie de l'édifice, mais chaque jour voit de nouvelles destructions. La « crise » systémique mondiale que nous connaissons est l'instrument de l’offensive du néolibéralisme. Cette situation ne peut que continuer et s’aggraver en vertu de la suprématie d’un modèle économique, qui place toujours l'humain au second plan au profit de ses logiques marchandes et de sa course effrénée et sans fin au profit, qui est sa seule raison d'être. Ce système gangrène et menace inexorablement tous les fondements du vivre ensemble et de notre modèle social. Dans ce contexte qui va se traduire pour le monde associatif par un désengagement (que cela soit par une baisse des subventions publiques ou un accroissement des marchés publics) des pouvoirs publics. Les prochaines années seront particulièrement difficiles et de nombreuses associations vont connaître l’impasse. Cette situation est aussi la conséquence parfois d’un fonctionnement interne qui ne les a pas préparé à ces difficultés : insuffisance démocratique dans les prises de décision, éloignement vis-à-vis du projet associatif et répétition mécanique à l'identique d'actions d’année en année, vieillissement et insuffisance de renouvellement des dirigeants, refus de la confrontation et du conflit, prise de pouvoir par les techniciens...

Observation d’un nouvel élan associatif Cependant, on observe également un renouveau de l'action associative. Dans de nombreux domaines, face aux difficultés, des formes d'autonomie associative se développent avec l'émergence d’un nouvel élan associatif. En effet, parfois des citoyens 46


et des associations prennent l’initiative, décident d’agir ou de continuer par eux-mêmes parfois sans aucun moyen public sur la seule force de l’engagement. Elles tendent alors à se libérer de fonctionnements issus de modes de financement pour se réapproprier le choix de s’organiser, de décider et de faire. Elles dépassent alors une façon souvent très classique et très limitée de s’inscrire dans le droit d'association, le droit à l'initiative, et l'exercice de la responsabilité. Elles sont souvent moins attachées aux aspects formels, à la hiérarchie des fonctions. L’organisation associative est basée sur la priorité donnée au bénévolat et à l'engagement citoyen, l'ouverture aux non adhérents, la participation de tous à la vie associative et aux décisions. C’est souvent alors l’occasion d’un retour à un projet politique de l’association. Celui-ci redevient l’objet d’un questionnement, il est alors amené à évoluer. Ces actions retrouvent spontanément une dimension politique qui avait parfois été perdue, avec une dimension d'éducation populaire et une exigence de transformation, d’émancipation des individus. Elles (ré) inventent des réseaux pour construire des synergies nouvelles, mutualiser, se regrouper pour échanger leurs idées, leurs pratiques, de manière à construire à travers leurs actions et leur démocratie interne une réelle alternative solidaire.

Des pratiques à interroger Nombre d’entre elles ne souhaitent pas pallier au désengagement de l’État et des collectivités territoriales, au contraire elles questionnent le service public dans le sens d’un renouvellement des choix et modalités d’intervention. Ces actions peuvent aujourd’hui questionner l'idée qu'une politique publique ne se construit pas uniquement à partir du sommet, elle se construit dans un dialogue à la fois conflictuel et constructif avec les associations. Néanmoins, ces transformations ne peuvent advenir que si les associations se revendiquent comme des lieux publics de rencontre de citoyens. La prise de conscience de cette dimension politique au delà d’infléchir un fonctionnement ou de construire des alternatives, peut permettre d'aller dans le sens d’une co-construction des politiques publiques à partir d'associations dont l'activité délibérative est assumée. Leur expression peut alors rencontrer les interrogations des responsables publics concernant les incertitudes démocratiques.

47


Approche théorique (1) : la notion d'autonomie Définitions Autonomie : très forte diversité des définitions de ce concept (Santé, politique, économie, société) Etymologie du mot autonomie ; il provient de deux mots grecs : auto, « soi-même », et nomos, « loi » ou « règle ». Définition en philosophie morale : faculté d'agir par soi-même en se donnant ses propres règles de conduite, sa propre loi. L'autonomie est synonyme de liberté, elle se caractérise par la capacité à choisir de son propre chef sans se laisser dominer par certaines tendances naturelles ou collectives, ni se laisser dominer de façon servile par une autorité extérieure. En sociologie : l’autonomie est relationnelle (on est plus ou moins autonome face à l’Autre et l’extérieur). L’autonomie s’oppose à l’hétéronomie (soumission aux règles extérieures) et à l’anomie (absence de toute règle). En politique : l’autonomie est le droit de s’administrer, c’est-à-dire un pouvoir limité et spécifique. Elle s’oppose à l’indépendance qui est le droit d’agir librement en toutes circonstances.

Dimensions Selon Ronan Le Coadic, elle est la combinaison de trois éléments : -faculté de choisir par soi-même (et d’émettre ses propres normes) -capacité d’agir sans l’intervention d’un tiers -disposer de ressources nécessaires à la réflexion et à l’action →Liberté de choisir et d’agir pour soi, et à un second niveau d’agir sur l’extérieur et les autres (contribuer à changer les règles sociales) De plus, l’autonomie ne prend tout son sens qu’en combinant ces trois dimensions : -l’individu, -le groupe choisi -la société globale →Il y a continuité entre autonomie individuelle et collective Selon Le Coadic, c’est « la faculté et la capacité concrète pour les individus d’effectuer les choix et de réaliser les actions qui leur importent, en s’appuyant sur leur auto-réflexion, 48


sans que des formes de manipulation, de tromperie ou de coercition viennent interférer dans leurs choix et leurs actions »

Autonomie et individualisme L’autonomie est liée à l’individualisme. L’individualisme n’est pas en soi un phénomène négatif, c’est le fait que l’individu prime de plus en plus sur les appartenances collectives ou les statuts (« je suis un individu avec ses propres aspirations, pensées, etc. avant d’être de la classe ouvrière, d’être un catholique, etc. »). C’est un processus historique très ancien du développement du principe de liberté individuelle contre la tradition, l’ordre et les statuts sociaux qui primaient sur l’individu. Ex : la libération sexuelle qui permet une plus grande autonomie de l’individu.

Difficultés de l’autonomie L’hétéronomie autoritaire décline (État, famille, Églises, etc.), ses institutions ne peuvent plus imposer sans discussion leur conception du monde et de la vie, ni assigner autoritairement sa place à chacun. Mais, il y émergence d’une hétéronomie plus profonde et insidieuse (médias, consumérisme, conformisme, etc.). L’autonomie est liée à une idée de vulnérabilité, qui peut rendre l’individu conformiste. →Lien avec les associations : Idée d’isomorphisme des associations. La liberté d’association de 1901 laisse la possibilité de créer ses propres règles et statuts d’association, mais dans les faits il y a adoption par quasi toutes les assos du même statut-type. Aussi, il y a parfois mimétisme des règles de fonctionnement des entreprises lucratives en général (idée de performance, d’efficacité, etc.). L’autonomie est le fruit d’un travail sur soi et collectif (ex : la domination masculine, où les comportements sexistes sont ancrés en soi et nécessitent un travail et une réflexion). →Il y a dès lors nécessité d’un travail d’émancipation, un rôle important de l’éducation et des échanges des savoirs et des pratiques, mutualisation. L’autonomie doit s’appuyer sur des moyens pour devenir autonomie réelle, c’est aussi une capacité matérielle, ancrée dans le réel. Le savoir est aussi une forme de moyens : connaître et comprendre les règles extérieures permet de faire de réels choix face à elles, de les refuser, mais aussi d’agir (ex : connaître ses droits pour les faire appliquer). →Certaines associations reposent sur une activité qui demande en soi des moyens importants (ex : réinsertion sociale et professionnelle), elles ont des besoins de moyens différents des associations militantes notamment. Mais, idée d’Illitch sur les « outils conviviaux » : certains outils rendent dépendants et desservent en eux-mêmes l’autonomie qu’ils sont censés servir. Le but d’un outil est de servir la personne qui l’utilise pour façonner le monde extérieur. Certains outils rendent dépendants en devenant une fin en soi, en exigeant d’obéir à leur propre logique pour les 49


entretenir, et au final desservent l’individu qui ne suit plus son propre projet, ni sa propre logique (ex : le prêt à intérêt qui oblige pendant X années à mener une certaine vie pour rembourser) →Idée des financements associatifs par l’Etat qui obligent les associations à obéir aux règles et logiques imposés pour les obtenir et les préserver, et qui au final ne servent plus et même desservent le projet politique de l’association. Préserver un financement devient un but en soi et éloigne du projet politique. Voir quels moyens sont utilisables, en quoi ils aliènent plus qu’ils ne servent, et en quoi il y a possibilité de les développer (les activités ou projets de certaines associations aspirent à se développer en partie par les moyens matériels, dans le cadre du projet politique). Question (posée pendant la réunion) de l’éthique. Quand y a-t-il compromis, quand y a-t-il compromission ?

Autres éléments L’autonomie est relative →Dès lors, le projet d’autonomie est plus ou moins radical, plus ou moins ambitieux, plus ou moins étalé dans une démarche progressive (la légitimité est dans la démarche et sa recherche sincère). L’autonomie absolue n’existe pas, mais peut servir d’utopie (ex : genre). L’autonomie est relationnelle →Enjeu de la reconnaissance pour les associations, pour être considérées comme partenaires sociaux, avoir une liberté d’action reconnue et préservée, des financements, une législation qui permet des possibilités, etc. On est autonome « par rapport à », l’extérieur doit être pris en compte. Comment obtenir cette reconnaissance ? (question encore des compromis contre les compromissions, faut-il parler le langage de l’Etat pour être reconnu et jusqu’à quel point ?) L’autonomie évolue →L’intérêt d’avoir un projet politique fort qui prime sur les moyens, c’est la souplesse, la réactivité, le fait d’avoir une capacité à s’adapter. L’autonomie ne peut pas être imposée (« sois autonome » rend l’individu non-autonome, c’est l’injonction paradoxale). →Idée de l’impact et du contexte de l’autonomie d’une association. Dans certains cas, accepter de devenir autonome c’est faire le jeu de ce qu’on combat (ex : désengagement de l’Etat). Il faut prendre en compte cette réalité dans le cadre de deux dimensions : la dimension réactive (projet à court terme) et la dimension de transformation de la société. Il faut penser le projet politique plus général, à long terme, la visée de transformation de la société (l’utopie).

50


Bibliographie de l'autonomie associative Sur l’intérêt général et l’utilité sociale : http://calenda.org/189221 Pour sortir des « lieux communs » et étayer notre connaissance des associations ( et de leurs difficultés ), l’étude récente (octobre 2012) proposée par le Cabinet DELOITTE et Viviane Tchernonog ( CNRS) : http://www.inextenso.fr/Documents/Marches/Associations/dossier-associations-mutationcrise-economique.pdf Des définitions sur l’autonomie proposées par l’université paris 5 : http://wiki.univ-paris5.fr/wiki/Autonomie Une définition tirée du "Nouveau dictionnaire critique d’action sociale" : http://www.recit.net/IMG/pdf/autonomie_nouveau_dictionnaire_critique_d_action_social e.pdf Encore des définitions mais proposées par Maxime Cobbaert (RECit) : http://www.recit.net/?Autonomie-quelques-elements-pour Encore sur l’autonomie : Un article de Cornélius Castoriadis ( pour moi un maitre à penser) sur la question de l’autonomie politique : http://1libertaire.free.fr/castoriadis.html Sur L’économie sociale et Solidaire un article de Jean Louis Laville : http://licencemoess2010.unblog.fr/files/2010/02/281039053.pdf mais aussi Matthieu Hely : http://www.laviedesidees.fr/L-economie-sociale-et-solidaire-n.html Sur l’emploi associatif toujours par Matthieu Hely : http://www.laviedesidees.fr/Quelle-professionnalisation-pour.html Sur les menaces qui pèsent sur les associations, services publics et métiers d’intérêt général : une tribune co-écrite par le Cac et le Collectif l’appel des appels : http://www.associations-citoyennes.net/?p=725

51


Approche théorique (2) : La gouvernance démocratique Définitions, concepts (gouvernance, démocratie, cité) Gouvernance : idée d’un pouvoir décentré, principe d’acteurs multiples. La prise de décision ne se limite pas aux instances statutaires, elle concerne l’ensemble des parties prenantes (Parties prenantes de l’association : élus, salariés, bénévoles, bénéficiaires, adhérents, bailleurs. Acteurs externes : l’Etat, les usagers) -Eléments plus précis sur la gouvernance : Wiki : Malgré la multiplicité des usages du mot, il semble recouvrir des thèmes proches du « bien gouverner ». Chez la plupart de ceux qui, dans le secteur public ou privé, emploient ce mot, il désigne avant tout un mouvement de « décentrement » de la réflexion, de la prise de décision, et de l'évaluation, avec une multiplication des lieux et acteurs impliqués dans la décision ou la co-construction d'un projet. Il renvoie à la mise en place de nouveaux modes de pilotage ou de régulation plus souples et éthiques, fondés sur un partenariat ouvert et éclairé entre différents acteurs et parties prenantes, tant aux échelles locales que globales. Le mot a disparu pendant des siècles avant de réapparaître dans un contexte très différent à partir des années 1930 : celui de l’entreprise, à travers l'expression de corporate governance (Gouvernance d'entreprise). C'est donc à partir du secteur privé qu'a resurgi la notion, qui désignait alors un mode de gestion des firmes fondé sur une articulation entre le pouvoir des actionnaires et celui de la direction. Il s'agit alors de poser la question du type d’acteurs impliqués dans la prise de décision au sein de l’entreprise, et de leur mode d’interaction. Après, utilisé pour démocratie participative de proximité, etc. Mot qui vient du monde de l’entreprise, signifie mécanismes et contrôles des décisions. Mais, diversité des sens, pluralité des discours. Idée d’« interaction d’une pluralité d’acteurs ». Pour la CPCA : Gouvernance = fonctionnement des instances de représentation, modalités de décision, choix des outils de gestion, utilisation des technologies de l’information. Enjeux selon la CPCA : ouverture des instances aux usagers, aux bénéficiaires, renouvellement des dirigeants, régénération de l’engagement bénévole (notamment par outils de communication).

52


Laville : Le mot de gouvernance peut être réapproprié par les associations. Du coup, c’est l’« ensemble des mécanismes qui permettent un alignement du fonctionnement des associations sur les objectifs et valeurs du projet associatif ». Comment rendre cohérent la fin et les moyens ? Problème : imposé de l’extérieur, par le législateur, pour imposer contrôle et compétence, inspiré par les principes normatifs des entreprises. →Problème de la notion de gouvernance : à la fois elle peut correspondre et être utile aux associations si elles se la réapproprient, et à la fois la notion est imprégnée des significations qui appartiennent au monde de l’entreprise, et de l’Etat. Démocratie : De manière très générale : « le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple » (Lincoln). Mais, quelle forme de ce pouvoir ? Démocratie aujourd’hui : démocratie représentative. Sorte de compromis entre pouvoir du peuple, méfiance envers le peuple, et dimension pratique de la prise de décision : c’est le pouvoir du peuple, mais régulé et simplifié. Le peuple choisit ses représentants, qui ont des compétences, se consacrent à la prise de décision, et n’agissent pas dans l’émotion (temporalité du long terme). Autres possibilités : insertion de démocratie directe (Suisse), mandat impératif, tirage au sort (Athènes), réfundums à la de Gaulle (gouvernement plébiscitaire), etc. Mais, crise de la représentation : les citoyens ne se sentent pas représentés dans leurs aspirations politiques (absence de pouvoir réel du peuple), il y a l’idée qu’une « caste » confisque le pouvoir (les représentants ne sont pas représentatifs du peuple). Aspiration à une démocratie plus directe, participative, contrôlée par les citoyens.

Enjeux -Question des discriminations/mixité (genrée, sociale, générationnelle, etc.). Ex des femmes : 1/3 des femmes présidentes, 17% quand employeur de plus de 50 salariés. Alors que 66% des effectifs salariés. Causes : définition des critères du poste, discrimination par les enfants, causes classiques dans la société en général. Solution passe aussi par nouvelles logiques de coopération et de partage des responsabilités, de gestion du temps et d’organisation : co-présidence, présidence tournante ou alternée. Ex des jeunes : Les jeunes se méfient de plus en plus des institutions, et se tournent vers des modes d’engagement différents. Il faut transformer les organisations pour prendre ce phénomène en compte. Ex de la LDH qui favorise la création d’associations au fonctionnement différent par des jeunes, associations qui intègrent son réseau. →Ce sont des enjeux majeurs dans le monde associatif : il y a un gros problème de renouvellement des structures dirigeantes (CPCA, Tchernonog, etc.). Montre danger de déconnexion avec les besoins des usagers et les aspirations des acteurs. 53


Tchernonog : L'accès au bénévolat et le renouvellement des structures dirigeantes. Les difficultés à trouver des dirigeants bénévoles pour renouveler les structures dirigeantes sont très fréquentes puisqu’elles concernent 53% des associations ; c’est la principale difficulté relevée. Les difficultés liées à la recherche de bénévoles ayant les qualifications utiles à l’association concernent quant à elles 33% des associations, si l’on ne tient pas compte des difficultés concernant les dirigeants bénévoles.

Définition : Qu'est-ce qu'une association ? La forme associative (définie par la loi de 1901) est très fortement libérale et flexible. Définition : « L'association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d'une façon permanente, leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que de partager des bénéfices. Elle est régie, quant à sa validité, par les principes généraux du droit applicable aux contrats et obligations. ». Elle est définie par un principe de liberté dans son but et dans son organisation, ainsi que dans son évolution. Les règles juridiques auxquelles elle est soumise dépendent de son activité, pas de son statut. Conclusion : rien ne garantit l’application réelle de principes démocratiques dans une association. L’ESS se revendique de principes, mais ceux-ci ne correspondent pas forcément aux pratiques. Par contre, la liberté associative est facteur de création et d’innovation.

54


Approche théorique (3) : Associations et dialogue institutionnel Éléments généraux sur l’État social -Etat social, Etat régalien Etat-Providence/Etat social : Etat qui intervient activement dans les domaines économique et social dans le but d’assurer un bien-être à ses citoyens et de les protéger contre un certain nombre de risques liés à la vie en société. -L'Etat social : un compromis entre libéralisme (économique) et socialisme Libéralisme politique : Notre société est fondée sur le libéralisme politique. //Individualisme : le tout ne l’emporte pas sur les parties (l’individu n’est plus contraint par un système qui le dépasse, mais précède tout système social et politique qu’il peut créer librement pour faire valoir et organiser ses droits. Libéralisme économique : XVIIIème : Théorie de la régulation autonome de la société dans ses pratiques économiques et sociales, l’égoïsme individuel permet l’efficacité pour tous. Le marché se régule par lui-même et permet le développement économique. L’Etat n’est là que pour assurer la fluidité des échanges et garantir le bon fonctionnement du mécanisme marchand (Etat régalien). Ce sont les fondements philosophiques de la réflexion économique contemporaine. Il y a différents courants, qui admettent une plus ou moins grande intervention étatique pour réguler le marché et réduire les inégalités (Keynes prône l’intervention étatique pour réguler le marché). Socialisme : Rupture avec le modèle de la société industrielle fondée sur le capitalisme et la société de marché, critique du mode de production qui engendre des inégalités et injustices. Milieu XIXème : Marx propose une approche scientifique et historique, radicale. Au début XXème et notamment à partir de 1917, il y a rupture entre socialisme réformiste (social-démocratie) et communisme. Après la 2GM, le socialisme en général est en position de force, les sociaux-démocrates sont au gouvernement et mènent des réformes sociales (sécurité sociale, nationalisations). Années 1970’, le socialisme domine le communisme pour la première fois. Le socialisme aujourd’hui est confronté à un problème d’identité : comment proposer une alternative en « régulant » seulement le capitalisme ? -La question de la place de l'Etat dans la liberté individuelle, comparaison internationale (USA) L’Etat social repose sur l’idée d’égalité réelle. La reconnaissance de droits ne permet pas mécaniquement de les exercer, il faut aussi des conditions matérielles suffisantes pour 55


pouvoir le faire. Quand les conditions matérielles n’existent pas, la reconnaissance de droits ne donne qu’une illusion d’égalité et de liberté. Ex en genre : on donne le droit de travailler aux femmes, mais elles sont enfermées dans leur rôle maternel et rien n’est fait pour la garde d’enfants (//Allemagne). Dans la conception libérale, la protection sociale (ou trop de protection sociale) est une atteinte aux libertés individuelles. C’est aux individus de s’organiser pour répondre à leurs besoins, l’Etat doit être limité. Idées liées : dépendance des individus à l’Etat (dérive autoritaire), déresponsabilisation des individus, « culture de l’assistanat », chacun est responsable de sa situation (figure du mauvais pauvre), etc. Comparaison internationale : USA. Idée d’Etat régalien (Etat minimum) pour respecter la liberté des individus. La solidarité est assurée par la société civile (les communautés, les associations, etc.). D’où l’hostilité au Obama Care, l’attachement au port des armes, etc.

Aujourd’hui : la crise de l’État social -Création de l'Etat social (1945), une protection sociale adaptée au contexte des « Trente Glorieuses » (salariat à temps plein, plein emploi, croissance, etc.) Etat social naît réellement en 1946 : système généralisé de sécurité sociale pour l’ensemble de la population. Il reprend en grande partie les initiatives associatives et de l’économie sociale (coopératives, mutuelles, associations). Naît d’un contexte : influence de la guerre, de la crise économique de 1929, de la paupérisation liée à l’industrialisation. L’intervention de l’Etat apparaît comme indispensable. Aussi pression des revendications socialistes. 1946-1974 : apogée de l’Etat-Providence. Fondé sur le compromis solidariste qui permet de penser une intervention de l’Etat sans trahir le postulat libéral. Théorie économique du keynésianisme, qui permet une réconciliation entre l’économique et le social, entre le libéralisme et le socialisme. -La crise actuelle de l’Etat social en France Bouleversements économiques survenus à partir du début des années 1970. Le chômage augmente fortement, la précarité du travail se développe, la production s’organise de manière croissante sur la flexibilité du travail, entraînant notamment le développement du temps partiel. Ces transformations du marché de l’emploi provoquent l’exclusion d’un nombre croissant d’individus du système de protection sociale, qui n’est plus adaptée. L’Etat-Providence entre en crise. -Néo-libéralisme, New public management

56


Néolibéralisme : retour à un libéralisme radical, à la fois politique et économique à partir des années 1970 (guerre froide, crise de l’Etat-Providence). Le compromis de l’Etat-Providence est de plus en plus critiqué par un courant politique et économique néolibéral. Importants succès : Thatcher, Reagan, FMI, OMC, Banque mondiale, dans une certaine mesure l’UE. Néolibéralisme = ensemble d’analyses d’inspiration libérale qui partagent un socle d’idées communes : dénonciation du développement excessif de l’Etat-Providence et de l’intervention publique dans l’économie ; promotion de l’économie de marché au nom de la liberté de l’individu et de l’efficacité économique. Prône la dérégulation des marchés, qui doivent se réguler par eux-mêmes par le jeu de la concurrence (allègements fiscaux, flexibilité du marché du travail, etc.), et la réduction de l’emprise du secteur public au profit du secteur privé (privatisations, suppression de l’Etat-Providence, réduction dépenses publiques, etc.). New public management : principe néolibéral d’introduire le marché dans l’action publique pour le rendre moins coûteux et plus efficace (dès les années 1970). Management d’entreprise, évaluation de l’action publique selon normes marchandes. Plusieurs formes : mise en concurrence entre services, privatisations, délégations de service public aux associations, etc. (Ex de la réinsertion sociale où entraîne qu’on n’aide plus que les moins exclus ; ex de la politique du chiffre dans la police qui fait qu’on arrête plus que les petits fumeurs de joints, etc.). Différences entre public et privé sont atténuées, voire contestées : la primauté est accordée aux résultats. -Crise de légitimité de l'Etat, nouveaux mouvements sociaux -Nouveaux mouvements sociaux : 1960’ : contestation sociale nouvelle, ne reposant plus uniquement sur un rapport au travail et au mode de production, mais sur la défense de valeurs non matérialistes. Mai 68 : féminisme, régionalisme, écologisme, dimension anti-institutionnelle. Autres formes de contestation exprimant un conflit qui se déplace de la production des richesses vers celle des connaissances, des savoirs, des représentations et des identités. Enjeu conflictuel de la dimension culturelle (participation démocratique, liberté sexuelle, écologie) au détriment de la dimension matérielle (salaires, conditions de travail, etc.). Désir de participation démocratique pour une multitude de groupes sociaux (noirs, homosexuels, etc.). Les acteurs de NMS sont intégrés au système, qui les a produits (étudiants de mai 68). Formellement : contestation de l’organisation hiérarchique (comme le syndicalisme), préférence pour fonctionnement horizontal, réseau, glorification de la démocratie directe. Changement des valeurs revendiquées : revendication identitaires voire existentielles, résistance au contrôle social, plus grande autonomie en marge du pouvoir. Répertoire 57


d’actions plus radical. Inventivité dans les modes d’action : médiatisation, apports de pratiques culturelles diverses (mises en scène, etc.). Plus que de conquérir l’Etat, il s’agit de s’en affranchir (syndicats voulaient le pouvoir), de se libérer de ses pesanteurs, affirmer une existence en dehors de lui. Mais, retour des préoccupations matérialistes dans période de crise. L’Etat n’est plus l’ennemi principal, mais le marché. Le caractère très idéologique se transforme en pragmatisme des revendications. Le rapport à la violence s’est atténué, le temps de la désobéissance civile a remplacé l’affrontement direct. -Crise de légitimité de l’Etat dans les années 1980, liée à son incapacité à produire de la solidarité, son action sociale serait inefficace. Organisée, rationnelle et programmée, elle annihilerait la volonté de l’individu. Idée de déresponsabilisation, désinvestissement de la question publique à cause du monopole de l’Etat. Faut moins d’Etat ? Comment permettre plus de participation citoyenne ? Depuis les années 1980, l’Etat cherche appui sur la société civile, les collectivités locales et les citoyens pour lutter contre l’exclusion et remobiliser la solidarité locale. -Dépolitisation : à partir des années 1970/1980, il y a crise de la citoyenneté, les exclus et précarisés s’éloignent des structures partisanes ou syndicales, désinvestissent le politique et les isoloirs. Désormais également, le social est de plus en plus pensé en termes de droits individuels (les droits à…), et non plus de manière collective et structurelle. L’Etat social devient de plus en plus « Etat des droits de l’homme » (droit au logement, droit à la santé, droit au travail, etc.) -Démocratie locale, décentralisation, changement d’échelle de la citoyenneté (locale et mondiale) -La démocratie locale peut se définir comme le pouvoir de décision transféré dans certains domaines de compétences par un État à une collectivité locale ou régionale dotée elle-même d'institutions démocratiques : province, région, département, ville, etc. Le principe de subsidiarité, qui vise à donner la responsabilité des décisions à la plus petite entité capable de résoudre le problème, est donc au cœur du concept de « démocratie locale ». -Citoyenneté plurielle : l’individu a plusieurs appartenances, l’Etat-nation n’est plus le seul espace politique de référence.

58


Approche théorique (4) : Économie Sociale et Solidaire ? L’économie sociale et solidaire s’inscrit dans un courant plus large de remise en cause du système économique néolibéral. En effet, ses penseurs sont issus de diverses disciplines universitaires (sociologie, écologie, géographie, économie ou encore sciences politiques) et de divers courants politiques, plutôt de gauche à l’origine. Les frontières politiques dans lesquelles il s’insère sont beaucoup plus larges. Apparue dans les années 70, fin des « Trente Glorieuses », en plein moment de remise en cause des modèles économiques existants, l’ESS représente un secteur économique de plus en plus important depuis une quinzaine d’années. Selon Alain Caillé dans la revue du Mauss, trois voies alternatives possibles au système néolibéral sont « plausibles et acceptables » : l’économie informelle, le tiers secteur et l’économie solidaire. Nous pouvons nous demander si l’économie sociale et solidaire (ESS), peut être définie comme un système économique alternatif au capitalisme ou comme un tiers secteur, au côté du secteur public et du secteur privé, au sein de l’économie française. Pour Jean-Louis Laville, c’est en reconnaissant la pluralité des voies économiques que nous pourrons créer un système de coexistence plus ou moins pacifique. Ces voies sont : l’économie de marché, l’économie publique et l’économie solidaire.

Les champs de l’ESS Dans l’Economie Sociale et Solidaire, On peut distinguer 4 types de champs de l’ESS, qui représentent différentes formes de structures possibles : les associations de loi 1901, les coopératives, les mutuelles et les fondations. Dans le cadre des entreprises actionnaires, appelées « sociétés anonymes », celui qui possède la plus grosse part possède également le plus de voix et/ou de poids dans l’entreprise. Dans ce type d’entreprise, la possession d’actions donne accès à différents droits : notamment ceux de nomination, d’orientation politique et économique de l’entreprise, dans le partage du profit et des dividendes, etc. L’écart de salaire, entre le salaire le plus bas et le salaire le plus élevé, est beaucoup moins élevé dans l’ESS que dans les autres secteurs (privé et public compris). Avec l’ESS, on suppose que l’idée d’association de personnes au sein d’une entreprise peut être conçue différemment que dans le cadre des sociétés anonymes, qui sont des associations de capitaux. Dans les coopératives, on a une répartition égale des bénéfices au sein de l’entreprise. La prise de décision repose sur un fonctionnement démocratique. Les coopératives d’activité et d’emploi ont une logique où les travailleurs sont propriétaires de la structure. Parfois, la coopérative est thématique, parfois, elle est pluridisciplinaire. SCOPE : Société Coopérative et Participative. Dans celle-ci, tout le monde à une part égale dans la répartition des bénéfices. 59


SCIC : Société Coopérative d’Intérêt Collectif. Dans ce genre d’entreprise, il y a différents collèges de décision : les salariés, les bénévoles, les clients ou encore les collectivités locales. Les associations de loi 1901 : « L'association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d'une façon permanente, leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que de partager des bénéfices ». L’association repose sur un principe de liberté, qui entraîne une forte diversité des structures. Mutuelles : Dans le cadre d’une mutuelle, c’est le client qui prend des décisions. Au sein des mutuelles, l’assemblée générale est composée de tous ses membres, un membre=1 voix. Ce n’est pas le capital investit qui permet d’avoir plus de poids dans celle-ci. La fondation représente l’acte par lequel une ou plusieurs personnes physiques ou morales décident l’affectation irrévocable de biens, droits ou ressources à la réalisation d’une œuvre d’intérêt général et à but non lucratif. Ayant replacé l’ESS dans le champ économique, nous allons maintenant nous intéresser à l’utilité sociale, qui est une notion centrale pour mieux comprendre représente

L’utilité sociale L’utilité sociale est une notion centrale de l’ESS, elle renvoie à une vision multidimen sionnelle de la valeur créée, au-delà de la valeur monétaire sur laquelle se fondent l’économie en générale Une définition simple à retenir est celle de l’économiste Jean Gadrey auteur du rapport de 2003 intitulé « Utilité sociale des organisation de l’ESS »…Pour lui, est « d’utilité sociale l’activité d’un organisme (…) qui a pour résultat et objectif « de contribuer à la réduction des inégalités économiques et sociales, y compris par l’affirmation de nouveaux droits, à la solidarité (nationale, internationale ou locale) et à la sociabilité, à l’amélioration des conditions collectives du développement humain durable (dont font partie l’éducation, la santé, la culture, l’environnement et la démocratie) ». Il faut savoir que l’utilité sociale d’une structure est liée à la nature de l’action qu’elle réalise, mais également à ses processus de mise en œuvre et à ses modes de fonctionnement. Il n’y a pas de définition unique de l’utilité sociale, mais plusieurs grandes thématiques à partir desquelles chacun – en fonction des valeurs et du contexte préalablement définis – pourra élaborer sa propre démarche Cinq dimensions sont fréquemment retenues pour construire des critères d’utilité sociale : •

Dimension territoriale : ancrage territorial, animation du territoire, Proximité

60


Dimension politique et sociétale : Co-construction de l’intérêt général, citoyenneté active, démocratie participative.

Dimension écologique Promotion de pratiques respectueuses de l’environnement

Dimension économique : Efficacité, création d’activité, réponse à un besoin

Dimension sociale : insertion, égalité d’accès, mixité, diversité

L’une des difficultés liée à l’utilité sociale réside dans sa mesure son évaluation : comment mesurer et évaluer l’utilité sociale ? Les réseaux et structures de l’économie sociale et solidaire (ESS), souvent en partenariat avec des représentants des pouvoirs publics, se sont lancés dans des démarches expérimentales d’évaluation de leur utilité sociale.

Leurs attentes sont multiples : • Montrer la pluralité des effets positifs produits par leur action sur la société, • Trouver leur place par rapport au secteur lucratif et à son mode de régulation, • Participer à la définition de ce qui est utile pour la société, • Remédier au fait que les critères traditionnellement utilisés dans le cadre des procédures d’évaluation, se réduisent souvent à des valeurs comptables qui se révèlent insuffisantes pour rendre compte des effets générés par ces structures.

Il n’y a pas de référentiel codifié ou universel permettant de le faire mais il est possible, malgré la diversité des secteurs d’intervention et des structures juridiques (coopératives, mutuelles et associations) de l’économie sociale et solidaire, de dégager un « tronc commun » de critères et de types d’indicateurs pour mesurer l’utilité sociale. De nombreux acteurs et réseaux d’acteurs de l’ESS, représentants nationaux, régionaux ou locaux, certains financeurs privés, ont mis en place des outils méthodologiques, pour évaluer et/ou mettre en place dans les structures des démarches d’utilité sociale. 61


Histoire de l’ESS face aux pouvoirs publics -

Aujourd’hui, l’approche de l’ESS est fortement basée sur le local.

Historiquement, on peut dégager 3 grandes phases. Chacune s’appuie sur une pensée utopique et sur un développement institutionnel ; chacune développe un rapport différent avec le marché capitaliste et l’Etat. 1.

XIXème siècle : « Utopie de la micro-république communautaire ».

Elle repose sur les coopérations de production et les sociétés de secours mutuelles. Il y a antagonisme et conflit permanent avec l’Etat : les communautés sont pensées comme des lieux alternatifs à la société extérieure qui génère pauvreté, inégalités, anomie. L’Etat les interdit ou les réprime. Ex: phalanstères, ce sont des lieux de vie qui comprennent l’usine, mais aussi l’habitat, la culture, la consommation, un système d’assurance sociale. 2.

Fin XIXème - 1ère moitié XXème : « Utopie de la république coopérative ».

Elle repose sur les coopérations de consommation et les associations d’usagers. L’ESS devient régulateur et partenaire de l’Etat dès 1914, qui l’intègre (sécurité sociale en 1945, système de mutuelles, etc.). L’Etat et l’ESS deviennent complémentaires. L’ESS se développe fortement, mais s’éloigne de son utopie alternative, elle devient un secteur spécifique. Actuellement, nous sommes dans une 3ème phase : 3.

Depuis la 2nde moitié XXème : « Utopie de la méso-république »

Il y a une nouvelle approche qui s’est développée à partir de la décolonisation, avec les mouvements tiers-mondistes qui cherchent un développement en dehors des modèles US et soviétique. Les sociétés sont déstructurées par la colonisation, on cherche une restructuration par le développement d’un tissu local. L’ESS mise sur un développement endogène et autocentré (on part du local, du territoire) : -La coopération devient l’expression d’une collectivité locale (non plus d’un groupe professionnel) -On renoue avec l’intérêt général (non plus pour une population spécifique), perçu à partir du local (intérêt local) -On renoue avec la plurifonctionnalité (non plus une seule activité), -On cherche à se mettre en réseau avec des partenaires multiples (intercoopération).

62


L’Espace est donc celui du territoire et de l’inter-territorialité, des liens sociaux quotidiens, de la proximité géographique ou économique. On agit à partir du territoire, on adopte une approche par réseaux. Du coup, on se base sur le développement des associations locales, sur de nouvelles formes de coopératives. Exemples à l’international : kibbutz israélien, ujamaa tanzanien, ejidos mexicains, association villageoise de développement sénégalaise. Aujourd’hui, l’ESS s’appuie sur les valeurs de : -Respect des communautés, préoccupation sociale et égalitaire -Principe démocratique, participation -Préoccupation écologique, préservation de la nature On retrouve ces éléments autour de la valeur transversale du développement durable, c’est-à-dire un développement basé sur : -le respect de l’environnement naturel -une approche sociale qui vise à satisfaire les besoins de chacun (égalitaire) Cette approche a un intérêt particulier dans le cadre des problèmes auxquels sont confrontés les pays industrialisés : -Elle permet de recréer lien social dans une société individualiste où les membres sont atomisés, en danger d’exclusion. Elle permet une relation directe et de proximité, un processus d’appropriation par les personnes de leur quotidien, du territoire. Elle permet de renouer avec une solidarité locale. -Avec la crise depuis la fin des « Trente Glorieuses », on assiste à une augmentation croissante de la pauvreté. L’approche de l’ESS répond à la nécessité de lutter contre les inégalités par une action plus individualisée, par le développement des solidarités, et par une plus forte proximité que celle de l’Etat. -Elle permet de répondre également à une préoccupation écologique croissante.

ESS et décentralisation Jusque 1870, il y a hostilité et entraves par l’Etat, qui entretient avec l’ESS un conflit permanent. Lors de la « Troisième République », l’Etat reconnaît la société civile (loi 1901) et les initiatives de l’ESS (mutuelles, etc.). Il les intègre (sécurité sociale 1945). Depuis les années 1970/1980, L’Etat en France reprend cette préoccupation du local (décentralisation, individualisation des aides comme dans le « contrat d’insertion-RMI, etc.). Se met alors en place ce que Pierre Rosanvallon nomme la « Société de la particularité » : il développe les partenariats, la contractualisation. Du coup, les pouvoirs publics accordent un soutien important à l’ESS et aux associations, par des : -Incitations financières (subventions à hauteur de 56% du budget) 63


-Partenariats : mise en œuvre des politiques sociales en partenariat avec l’ESS (insertion, développement local, etc.). Avec la décentralisation (1982 lois Deferre, Acte II en 2003, Acte III actuellement), ces politiques sociales sont en grande partie confiées aux collectivités territoriales. Une forte intégration se développe entre ESS et collectivités territoriales, qui s’appuient de plus en plus sur l’ESS et les associations, par délégation et subvention. Elles sont de plus en plus utilisées comme intermédiaires entre l’aide sociale publique et les citoyens. On peut prendre comme exemple le domaine l’insertion : la décentralisation de 2003 fait du département le chef de file de l’ensemble du dispositif RMI (dans son volet allocation et insertion). Dans ce cadre, les présidents des conseils généraux créent des partenariats locaux avec les organismes d’insertion (épicerie solidaire, espace insertion…). Une enquête 2006 de la DREESS met en lumière la forte augmentation des partenariats noués avec les structures d’IAE (Insertion par l’Activité Économique) : entre 2005 et 2006, les partenariats avec l’AFPA (Association pour la Formation Professionnelle des Adultes) sont passés de 21% à 39% ; et près de 93% des départements finançaient le fonctionnement des établissements d’IAE. Des problèmes se posent : en plus des réductions des dépenses de l’Etat dans une perspective néolibérale et de la cadre du New public management, les collectivités territoriales reçoivent des transferts de ressources trop faibles. Du coup, il y a une volonté de privatiser les services publics en les déléguant à moindre coût aux associations, qui deviennent simples prestataires. L’Etat l’intègre par la sous-traitance, il réduit son soutien, impose de plus en plus d’obli gations, impose les normes gestionnaires d’entreprises classiques, met en concurrence (appels à projets). Pour reprendre le cas de l’insertion, les départements font de l’accès au travail leur princi pal enjeu (au détriment de l’insertion sociale), cherchent à réduire le taux de pauvreté par l’incitation aux emplois précaires, l’activité à tout prix, etc. Ils imposent cette politique aux associations de l’ESS. Du coup, le rapport de l’ESS à l’Etat est remis en question et tend à redevenir conflictuel. Les structures de l’ESS tendent à rejeter de plus en plus leur statut de sous-traitantes, de gestionnaires des politiques de l’Etat. Elles contestent leur manque de légitimité en tant que partenaire civil et social, dans le cadre d’une relation très inégalitaire. Elles exigent d’être mieux reconnues comme forces de proposition, dans leur rôle d’innovation, de révélateur des besoins, etc., et que leur liberté/spécificité soit mieux reconnue.

64


Les difficultés rencontrées, les réponses proposées La place du projet politique Le projet politique est la base fondamentale de l’autonomie, dans le sens où il constitue une volonté propre d’agir collectivement sur le monde, qui n’est pas simple imitation ou commande imposée de l’extérieur. Ce projet politique doit articuler les aspirations individuelles dans la démarche collective, il doit pouvoir être partagé par chacun pour être porté par l’ensemble des acteurs et se renouveler. La question de la participation démocratique est dès lors centrale. Les expériences ci-dessus montrent une pratique humaine, centrée autour de l’idée de « faire avec », plus que de « faire pour ». Ces éléments posent la question de la mise en œuvre du projet associatif et des conditions dans lesquelles il se réalise. Elle renvoie d’abord aux moyens matériels que le projet nécessite, ou qu’il aspire à développer pour mettre pleinement en œuvre son projet. Elle renvoie d’autre part à l’aspect institutionnel qui nous interroge sur la réalité de cette autonomie : par rapport à qui est-elle effective, et quelles sont les influences et les obligations imposées par l’extérieur ? Qu’est ce qui sous-tend ce que l’on fait ? Le point de départ de la réflexion est la notion de projet politique associatif. Le projet se définit comme une anticipation opératoire, individuelle ou collective, d'un futur désiré. Le "projet politique" renvoie donc au sens de l'action, du pourquoi on agit. Le projet politique engage toujours deux visions : une vision particulière de l'homme, et une vision de la société qui en découle. C’est donc s'interroger sur ce qu'est l’homme, la femme, l'enfant, et s'interroger aussi sur la manière dont les personnes s'organisent entre elles afin de faire société, de mettre en place des projets et de les mener à terme ensemble. Par exemple, l'éducation populaire cherche à ce que chacun puisse construire les savoirs et les aptitudes pour comprendre les mutations de la société, agir et contribuer à la transformer. Dans cette optique Récit se définit comme un lieu de rencontres, d'échanges et de débat où se développe une meilleure compréhension de la société et une conscience citoyenne. La pensée précède toujours l'action. Le projet politique de l’association est donc toujours premier, et engage dans un second temps le développement de moyens d’action. Le projet politique donne sens au fait qu'il trouve une chose discriminante, et cherche alors à véhiculer une certaine vision de la société. La notion de « politique » est tirée de la philosophie grecque. La cité grecque s'est construite en opposition aux groupements reposant sur la parenté (où le père, le chef de 65


famille avait le pouvoir absolu). Il en résulte que chez les Grecs, la sphère politique (domaine public), s'oppose à la sphère familiale (privée). Le projet politique se définit alors comme la manière dont les personnes sont organisées dans la cité.

L’autonomie est d’abord individuelle avant d’être collective Le projet politique de l’association est une initiative citoyenne qui s’organise pour se construire en projet collectif. Il repose sur une pensée citoyenne autonome, cherchant à s’incarner dans une action visant un but collectif : contrecarrer une injustice et mettre en place un lieu de vie plus digne dans le cas des Babayagas, venir en aide à un public défavorisé pour le secours catholique, lutter contre la destruction d’un territoire pour Notre dames des landes. Ainsi le projet associatif est l’autonomie de base, c’est lui qui donne sens aux actions portées par l’association. Dès lors, l’association perd de son sens lorsqu’elle s’éloigne de l’éthique citoyenne qui l’a fait naître, pour poursuivre sa propre finalité de fonctionnement. C’est le danger posé par la raréfaction des financements publics, qui mettent les associations en danger, principalement celles qui ne fonctionnent qu’avec des petits budgets, en les incitant à privilégier l’aspect financier de l’autonomie au détriment de l’aspect politique. "Pour être autonome, il faut d'abord le vouloir, se concevoir comme un être libre et se rebeller contre tout ou partie des normes et des directives dont on est l'objet. L'autonomie est d'abord une question d'identité, de projet, d'image de soi" (Philippe Perrenoud). L'autonomie individuelle, c'est la capacité à s'étonner, refuser et s'indigner. L'individu est à la base du projet politique, et la capacité de l'individu à développer sa pensée autonome est le levier de la vie associative. Le collectif permet alors d'organiser cette pensée, d'établir un projet, et de mettre en place une action. Les moyens doivent servir le projet politique. On peut s'inspirer de la notion d’ « outils conviviaux » d'Ivan Illich: le sens d’un outil est de servir à mettre en place un projet, à façonner le monde ; il ne doit pas devenir un moyen aliénant qui exige d'obéir à sa propre logique au détriment du projet (ex: le prêt à intérêt). L'autonomie doit rester un moyen, elle ne doit jamais devenir une fin en soi . L'autonomie positive est celle qui se tourne vers l'intérêt collectif, sous peine de dériver vers un mouvement "sectaire", car l'intérêt est alors tourné vers le groupe et non vers l'intérêt général. L'autonomie doit garder sa dimension citoyenne en restant au service du projet et de la société. Se pose également la question de l’éthique. "La fin ne justifie pas le moyens": les moyens doivent respecter les valeurs, les principes du projet afin de ne pas perdre son éthique, c’est-à-dire sa vision morale du monde.

L’autonomie financière dans le projet politique Les associations représentent 80 % des emplois de l'économie sociale et solidaire. Mais 66


sur 1 300 000 associations, seules 165 000 associations sont employeuses, la plupart avec un ou deux salariés. Et 30 000 associations comptent plus de 10 salariés et concentrent 85 % des emplois. Ce sont ces dernières qui intéressent aujourd'hui les pouvoirs publics. Les actions associatives ont souvent besoin d’être soutenues par des moyens financiers, qui ne doivent pas assujettir le projet politique de l’association à une demande institutionnelle, mais lui permettre de se réaliser dans la proposition qu’il aspire à apporter à la société. Les moyens financiers doivent servir la réalisation du projet, ils ne doivent pas aliéner l’autonomie politique qui constitue sa raison d’être. Ces éléments nous amènent à considérer la logique de marché vers laquelle les politiques publiques évoluent de manière croissante. Le monde associatif est désormais de plus en plus confronté aux appels à projets et aux marchés publics, qui les mettent en concurrence et détournent la logique de coopération et de travail en réseau qui en font des associations citoyennes. L’une des solutions évoquées, celle des moyens de financements privés par le mécénat, a débouché sur plusieurs interrogations. Le mécénat n’est pas une pratique très commune en France, contrairement à des pays comme le Canada. En quoi est-il conciliable de requérir un financement auprès d’une multinationale comme Total, quand l’association œuvre dans le développement durable et la préservation des milieux naturels par exemple ? Le mécénat pose ainsi la question de l’éthique, qui s’articule avec le projet associatif. L’association n’a pas vocation à servir de caution morale à certaines entreprises marchandes, et on peut se demander si ce type de mécénat ne contribue pas à terme à gommer la spécificité de ses valeurs, et à diluer son projet. L'Etat déconsidère les petites associations et impose des normes qui ne leur correspondent pas, car elles sont essentiellement tournées vers les grosses structures. De plus, l’Etat semble globalement souffrir d’une méconnaissance générale du monde associatif et de ses pratiques. Prenons l'exemple du plan comptable imposé aux associations, qui ne prend pas en compte leur particularité et n'est donc pas adapté. Plus précisément, le fonctionnement en coopération (par exemple Recit) ne rentre pas dans les cases de ce plan comptable. Pourquoi l’Etat entretient-il cette image fausse du monde associatif ? Quelle légitimité l’Etat accorde-t-il aux associations, et en particulier aux petites structures ? Considère-t-il que seules les grosses structures ont de l’importance, du fait qu’elles sont productives et « sérieuses », c’est-à-dire conformes aux normes attendues ? Certaines dérives existent également dans le monde associatif car certaines entreprises s'organisent en associations afin d'obtenir certains avantages (fiscaux), sans porter aucun projet politique (ex : les crèches). Est-ce un facteur de l'image négative des associations qu’entretient l'Etat, en ce sens qu'elles peuvent être considérées comme des organisations qui détournent le sens associatif à des intérêts financiers, et susciter dès lors une méfiance générale ? Face au manque d'intérêt que l'Etat porte aux associations et du fait d’un manque de 67


subventions, les associations doivent chercher d’autres solutions pour survivre. On arrive à certains schémas où la question de l'éthique entre en jeu (notamment la question du mécénat par les grandes entreprises, comme « Total »). L’association s’appuie sur des principes matérialisés dans une chartre. Il ne s'agit pas d'une ligne de conduite, la charte n'indique donc pas comment agir. Il faut donc une articulation cohérente entre principes et pratiques, qui sont deux notions bien distinctes. Une grande problématique des associations est donc d'avoir des valeurs et de réussir à les mettre en pratique, sans suivre la logique selon laquelle « la fin justifie les moyens ».

Quelle est la légitimité politique d’une association par rapport aux pouvoirs publics ? Le principe même d’une association est de permettre à l’individu de vivre sa citoyenneté. C’est dans ce sens que l’on interprète le monde associatif comme l’espace entre l’Etat et l’individu. L’association incarne donc une forme primordiale de liberté citoyenne, en tant qu’elle est l’expression d’une volonté individuelle tournée vers une finalité qui la dépasse et en même temps dans laquelle elle cherche à s’épanouir. Les apports des associations à la société sont riches et divers, ils doivent être reconnus et favorisés, et non pas instrumentalisés par les pouvoirs publics. L’action associative peut répondre à une injustice ou à un besoin qu’elle constate sur le terrain, et remplir en cela un rôle de service public qui n’est pas ou peu assumé par l’Etat. Elle peut se concevoir comme une initiation citoyenne génératrice de lien social, permettant un meilleur dialogue entre les habitants à l’échelle d’une ville ou d’un quartier, favoriser la participation et l’engagement dans l’espace public, etc. Dans tous les cas cependant, il ne lui appartient pas d’être instrumentalisée par les pouvoirs publics, et de participer à une privatisation du service public à moindre frais, en servant d’opérateur privé qui obéirait à des commandes. L’association est et doit rester un espace de liberté, qui doit être soutenu en tant que tel. Son apport social est fondamental, il doit être mieux reconnu, de même que la légitimité des associations en tant qu’interlocutrices. Cela nous conduit à nous interroger sur le bénévolat et ses formes actuelles. L'association est l'espace entre l'individu et l’État, sans lequel la démocratie serait incomplète. L'intérêt général ne peut être réduit à la parole de l’État, ni à la somme des intérêts individuels, il nécessite l’espace intermédiaire où se situe l'action associative. L'espace entre l'individu et l'Etat ne doit pas être une compilation d'intérêts particuliers: la légitimité des associations à intervenir dans le débat public tient à leur projet citoyen.

68


Dans le contexte français, l’État est très centralisateur. Dès lors, ce qui est initiative citoyenne s’est fait historiquement par elle-même et contre l’État. Avec la décentralisation et l’émergence de la question de la démocratie de proximité, les associations et l'initiative citoyenne ont eu davantage de reconnaissance dans le rôle public. La légitimité des associations repose également sur leurs dimensions méritoires. Il existe plusieurs critères qui rendent le monde associatif "méritoire": sa capacité d'innovation, sa gratuité qui les situent dans une autre échelle de valeur davantage liée à l'engagement, etc. Pour celles qui disposent de salariés, la distinction entre bénévoles et salariés incarne la tension entre la professionnalisation nécessaire de l'action et l'engagement qui lui donne sens, et qui garantit la pérennité des valeurs associatives. La légitimité des associations exige une bonne articulation entre les principes et la pratique, c’est-à-dire l’éthique. La question se pose aussi du rôle tenu par les instances représentatives du monde associatif (la CPCA d’une part, et d’autre part par le Haut Conseil, qui constituent une architecture institutionnelle). De quelles possibilités de dialogue avec les pouvoirs publics ces instances disposent-elles, afin de légitimer le projet politique des associations, de promouvoir leur autonomie pour ne pas les transformer en prestataires de service? "La légitimité s’impose dans les démocraties occidentales par la souveraineté populaire, l’expertise, l’institutionnalisation, la conviction morale et l'efficacité."(Anne Marie Gingras)

Le bénévolat au cœur de la problématique associative Assistons-nous à une baisse du bénévolat ou simplement à un changement des formes d’engagement associatif ? Selon différentes enquêtes (notamment de Viviane Tchernonog), le bénévolat est en expansion continue, et augmente à un rythme soutenu. Selon ces études, il n’y a pas de crise du bénévolat, mais une forte croissance. Cependant, le bénévolat évolue. Il y a une trentaine d’années, le bénévolat était lié à l’idéologie et au militantisme. Ses trois foyers étaient : les syndicats, les mères de famille qui n’avaient pas d’emplois salariés, et enfin les séniors. Aujourd’hui, le troisième groupe est majoritaire : les bénévoles sont de plus en plus âgés, et les retraités jouent un rôle de plus en plus important au sein des associations. L’évolution du gisement du bénévolat pose actuellement question, et renvoie à la question fondamentale de l’engagement des jeunes. Comme l’illustre notamment l’exemple de Notre-Dame-des-Landes, les jeunes sont de plus en plus méfiants envers les institutions, préfèrent s’engager dans un cadre horizontal et peu formel (réseau), se mobilisent pour des causes ponctuelles, et adhèrent moins à des idéologies classiques globales. Il semblerait que les jeunes préfèrent ces modes d’action parce qu’ils sont plus individualistes et que ces fonctionnements préservent mieux leur liberté et leur individualité propre. Un enjeu important pour les associations consiste dès lors à comprendre et s’adapter à ces nouvelles formes d’engagement, pour pouvoir renouveler 69


leurs membres. Comment faire évoluer les conditions et les moyens de faire vivre le bénévolat ? La convivialité est un facteur important de mobilisation, qui facilite les échanges et crée le désir de partager. Elle offre les conditions optimales pour générer la solidarité et l’envie d’agir au sein du collectif. D’autre part, il est important de favoriser les rapports intergénérationnels qui décloisonnent les rapports humains et donnent une autre dimension au dialogue. L’animation du réseau constitue également un enjeu important, pour parvenir à faire coïncider les aspirations : tout ne se passe pas à Paris et de nombreuses personnes sont en demande, se proposent pour donner un coup de main et participer à des actions. Il s’agit là d’un réel enjeu pour les associations. L’engagement interroge sur les pratiques internes de l’association par rapport à son adéquation au projet démocratique. On retrouve d’abord l’enjeu de la mixité sociale qu’il s’agit de favoriser, pour que les responsabilités ne soient pas monopolisées par des catégories sociales particulières. Cette question est renouvelée aujourd’hui par la professionnalisation croissante des associations, qui exigent de plus en plus de compétences spécifiques, en favorisant l’implication des plus diplômés au détriment des moins diplômés. Se pose la question également d’autres formes d’inégalités qui nuisent à la participation démocratique, comme celle de l’accès aux femmes aux postes de direction, qui reste très faible. De même, on exige de plus en plus de compétences des bénévoles, qu’on affecte de manière croissante à des tâches précises, sans forcément prendre bien en compte leur aspiration à participer de manière générale à la vie de l’association. D’autre part l’engagement bénévole est parfois incompris quand il suscite une attitude de consommation plus que de participation. Ceci ne peut être considéré comme une généralité mais simplement comme un constat. Il s’agit de manière plus générale à lutter contre l’atomisation de la société, et une forme de résignation sociale, qui tend à accepter les inégalités, en lien avec les principes néo-libéraux qui tendent à considérer les pauvres comme responsables de leur misère, ou comme des individus à sacrifier inévitablement pour relancer la croissance. En termes de constat, dans une organisation syndicale, on assiste à une méconnaissance du rôle réel de ce que peut ou ce que doit représenter une organisation syndicale. Les jeunes générations qui intègrent une tranche d’âge assez large viennent souvent chercher une prestation, un conseil, un service, voir une protection. De ce fait, l’âme du militantisme s’en trouve fortement diluée, et en conséquence le renouvellement des personnes et des instances en est impacté. La question de la confiance aux institutions et à leurs représentants est une vraie question. Le fait de voir siéger un grand nombre de retraités dans des instances en termes de pouvoir décisionnel et non en termes de transmission interpelle. Cependant, un élément semble avoir un impact, le fait d’organiser et de faire participer les nouveaux adhérents à des formations permet de stabiliser l’engagement de certains d’entre eux.

70


La question du bénévolat s’est majoritairement orientée vers l'éventuel désengagement associatif des jeunes. Si on considère que les jeunes sont des personnes entre 18 et 30 ans, c'est à dire entre la majorité et l'entrée dans la vie active ou de famille, comment expliquer ce phénomène éventuel? Tout d'abord il peut s'agir d'un profond désintérêt pour la politique qui pourrait sans doute se confirmer en confrontant les jeunes au sujet par une simple question: "la politique se fout de vous, qu'en pensez-vous?". Un second impact important est le libéralisme politique, qui s'incarne dans une vision où l'individu est privilégié sur le tout (individualisme). Il faut bien différencier d'abord le libéralisme politique et le libéralisme économique. Le libéralisme économique repose sur le droit et la capacité de l’individu à poursuivre son intérêt égoïste, pour être productif. Dans ce dernier cas l'individualisme est dans l'excès. Il s'agit ici de s'interroger sur le terme "individualisme" qui est souvent mal interprété et synonyme d' "égoïsme". L'individualisme politique pose surtout la question du "qui suis-je?", il permet à l'individu de préserver sa liberté, de s'indigner et de protester.

Expliciter la portée globale des actions Il est essentiel en particulier d'expliciter la portée globale des actions qu'on mène. De nouveaux types de relations peuvent s'instaurer au sein de l'association et plus largement dans la société sur la base de valeurs communes partagées (solidarité, réciprocité,…) dès lors que tous font le lien avec ce qu'ils vivent et les actions qu'ils mènent. Ce rapprochement ne peut se faire qu'au quotidien. Il est une des premières sources de motivation dans la durée.

L'information, clé de la participation Pour que les membres de l'association deviennent participants, il est nécessaire qu'ils soient tenus informés en temps réel des projets, des actions en cours, des difficultés rencontrées. L'information est le premier degré de la participation. Elle n'a de sens que si elle débouche sur la participation au projet aux décisions.

L'accès à des formations émancipatrices Des formations émancipatrices sont mises en place malgré des conditions parfois difficiles : absence, fatigue, difficultés multiples, manque de matériel, manque de place et de moyens. Les conditions de vie dans les foyers ou dans les cités empêchent des activités scolaires ou artistiques suivies : travaux pénibles, peu rémunérés, exigence de « flexibilité ». Ce sont les mêmes obstacles qui rendent plus difficiles les relations au sein de la famille, des groupes ou des associations. Malgré cela, il existe une forte motivation pour comprendre la complexité, se donner les moyens d'accéder à de meilleures postes par la formation professionnelle, passer le permis 71


de conduire, préparer un CAP. Ici et là on voit se créer des ateliers d'informatique, des bibliothèques, des espaces de débat. Plusieurs types de formation sont nécessaires. Les unes permettent de comprendre la complexité, d'analyser les situations et de remonter à la cause des événements. Les autres permettent de répondre à des besoins liés à la vie quotidienne : apprendre à lire et écrire, apprendre à s'exprimer. D'autres enfin sont des clés de la participation citoyenne : apprendre à animer, à faire du travail de groupe, à rendre compte.

Le rôle de l'image dans une nouvelle éducation populaire. Aujourd'hui, l'image devient déterminante pour donner à voir et transmettre. Ce peut être un court-métrage sur des entretiens réalisés, qui présente ce qu'il est possible de faire en matière de mutualisation d'expériences et d'action citoyenne, un atelier vidéo et graphisme pour apprendre à créer des affiches et des outils de communication, ou un reportage sur l'action réalisée qui permet de la visualiser auprès des élus. Un travail de diffusion des méthodes serait nécessaire pour faciliter la maîtrise des outils qui restent nouveaux pour beaucoup.

72


Conclusion Inventer et expérimenter de nouvelles voies pour le « faire ensemble » Les associations constituent l'un des piliers de notre société. Sur les territoires, elles contribuent à la démocratie et à la participation citoyenne. Beaucoup de projets n'ont pu voir le jour qu'avec le soutien des collectivités et de l’État. Cependant, ces appuis sont aujourd'hui remis en cause par le tarissement des financements publics. Pourtant, plus la crise globale s'aggrave, plus ces associations citoyennes sont indispensables pour résister, inventer des alternatives et contribuer à l’émergence d’une société plus humaine. Dans ce contexte, L'autonomie associative doit se développer. Les associations citoyennes doivent agir par elles-mêmes, construire des synergies, mutualiser, se regrouper pour échanger leurs idées, leurs pratiques, de manière à construire une réelle alternative. Cependant, tout n'est pas possible sans moyens publics. C’est pourquoi les associations citoyennes doivent à la fois compter sur leurs propres forces pour agir autrement quand les moyens publics font défaut, et se battre pour un renouveau de l'action publique. Cela nous incite à travailler sur le sens des actions, sur leur portée globale. Nous espérons le faire avec vous tous. Construire un parcours de l'autonomie c'est accepter de s'interroger sur nos pratiques associatives, notre capacité à prendre des décisions, à entreprendre, à revenir au sens de nos actions. C'est aussi découvrir ensemble de nouvelles voies pour le « faire ensemble », qui pourront être discutées, débattues, expérimentées... Le parcours de l'autonomie associative constitue ainsi un lieu pour faire le point avec d’autres sur nos motivations à agir, dans un contexte de confiance et de dialogue entre pairs. Il permet aussi de mieux connaître notre territoire et de constituer un réseau relationnel avec les autres membres du groupe et avec les expériences rencontrées. Nous vous souhaitons de belles réussites dans la construction de votre parcours !

73


74


75


Les associations constituent un apport essentiel à la citoyenneté parce qu’elles rendent possible une participation collective et permanente à la vie sociale. Elles contribuent à l’intérêt général et participent à la réalisation des actions publiques. Elles produisent des richesses matérielles et immatérielles qui échappent ou sont réduites par les logiques comptables. De plus, notre société est parasitée par de nombreux impensés et représentations collectives (en particulier véhiculés par la science économique dominante) sur la richesse et la concurrence. Les indicateurs chiffrés joue un rôle primordial dans ces impensés et la formation du jugement autour du « bon » du « bien » et des médias supports de circulation rapide de ces représentations collectives. Il y a donc nécessité de trouver des processus qui permettent de convenir ce que produit l’activité, mais surtout ce qui lui donne sens. C'est pourquoi RECIT a mené, entre 2011 et 2013, un programme de recherche action pour inventorier les actions porteuses de coopération, de solidarité, de développement durable et de participation citoyenne, c'est-à-dire d'alternatives à la logique dominante, porteuses d'autonomie pour les associations. Nous vous proposons, avec ce fascicule, de parcourir les étapes de la préparation et du déroulement d'un parcours de l'autonomie associative en essayant de répondre à la question « Comment renforcer l'autonomie associative, tout en appelant à un renouveau de l'action publique ? ».

Achevé d’imprimer le 1er mars 2014

RECIT (Réseau des Ecoles de Citoyens) recit@recit.net - http://www.recit.net/ 108, rue Saint Maur 75 011 PARIS (France) Tél : 06 88 14 71 83

Prix : 5 euros 76

23 comment renforcer l'autonomie associative  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you