Page 1

JULIA ROBERTS

INDOMPTABLE

FASHION TENDANCES DE L’ÉTÉ LES COUPS DE CŒUR DE LA RIVIERA

L 13425 - 7 - F: 8,00 € - RD

Special Cannes PORTRAITS

FASHION | BEAUTY | TENDENCY | CULTURE | TRAVELS | LIFESTYLE

DE STARS

SUMMER | ÉTÉ


RCS Bourg-en-Bresse 545 920 076

CULTURE MUSIQUE

85, rue du Bac 5, avenue Matignon 75007 Paris 75008 Paris 01 45 48 54 13 01 42 25 94 19

25, rue du fbg St-Antoine 99, avenue du Maine 75011 Paris -2- 75014 Paris 01 40 01 00 05 01 43 21 65 70

41, rue de la République 69002 Lyon 04 78 42 24 63

2, quai Général Sarrail 69006 Lyon 04 78 24 90 90


CULTURE MUSIQUE

CE SONT LES FRÈRES BOUROULLEC QUI SONT DERRIÈRE CE C ANAPÉ. Canapé Ploum de Ronan et Erwan Bouroullec.

-3-


MARC ROUGEMOND Président Directeur Général l Chairman m.rougemond@prestige-international.fr

PIERRE GISCOURS Rédacteur en Chef | Editor in Chief p.giscours@prestige-international.fr ANDRE BERCOFF Éditorialiste | Editorialist andre@prestige-international.fr KENNETH JOHNSON Conseiller de la Rédaction | Editing Advisor kenneth@prestige-international.fr PAUL EMMANUEL BONNET DES ARNOUX Directeur des Relations Extérieurs | Director of External Relations pba@prestige-international.fr JARL ALÉ DE BASSEVILLE Directeur de Création | Creative Director ale@prestige-international.fr YORAM ZERBIB Directeur du developpement | Director of Development yoram@prestige-international.fr Tourisme Chantal Cascalès, chantal@prestige-international.fr, Carole Schmitz Art & Culture Bernard Gouttenoire b.gouttenoire@prestige-international.fr • Anna Palhavi • Laurence Maire lm.paris@lux-and-shine.fr Décoration Shirley Gagliardini shirley.gagliardini@prestige-international.fr Gastronomie Paul Emmanuel Bonnet Des Arnoux bda@prestige-international.fr • Pierre Giscours pgiscours@prestige-international.fr Évasion Pierre Giscours pgiscours@prestige-international.fr • Bernard Van de Kerckhove bernard@prestige-international.fr • Frédéric Aillery Automobiles Bernard Van de Kerckhove bernard@prestige-international.fr Business, Actualités, News Natalie Gatti ngatti@prestige-international.fr, Florence Batisse-Pichet florence@prestige-international.fr • Carole Schmitz • Delphine Lancrenon • Victoria Lapresles • Michel Godet michel.godet@prestige-international.fr • Jérômine Kalfon gg1245@prestigeinternational.fr • Virginie Bloch • Princess Julia Althea Basseville • Catherine Delmas catherine@prestige-international.fr Mode Mademoiselle Charlotte • Patricia Campagne • Marz Atashi • Irma Birka •Yohanna Edge • Kinga Sunny • Patrycia Matysiak • Cécile Bensimhon • David Duval • Megan Kelley Conception et réalisation graphique Lucille Guigon Traduction Julia Willard Artistes l Artists Ali Madhavi, Françoise Nielly, Hiroko Koshino, Lana Kova, Joan Van Mullem, galerie Laurence Esnol, Amparo cao Département Mode l Fashion Departement Jarl Alé de Basseville Photographes l Photographers Elias • Nicolas Guerin • Isshogai • Sandra Fourqui • Bruno Fournier • Jérémy Zaessinger • Chrisma Lan • Stephane Martinelli • Andres acuna • Y. zerb • Eniko Szucs • Adam Balcerek • Andrea Radutoiu • Vitchi Vi • Scott William • Tyler Kandel • Cédric Canezza Stylistes l Fashion Stylist Patrice Dufour, Patricia Campagne, Marz Atashi, Irma Birka, Yohanna Edge, Cameron Carpenter, Zazou Gruss, Tara Ziegfeld Coiffure & maquillage l Hair & Make up Inesa Parfenii • Christian Attuly @ B agency • Pierre François Carasco @ Anne Ramirez Agency • Eszter Györi • Malene Kirkegaard • Corinne Lebreton @ B agency • Mickaël Jauneau @ Aurélien • Helen Anderson • Sienree Du • Marisa Machado • Raphael Pita • Frederic Kebabbi • Stéphanie Peterson • Nelson Vercher • Lynn Taylor • Christian Marc • Marc Villeneuve • Sarah Laidlaw • Flavio Nunes Modèles l Models Adeline /DMA • Lauriane/UPModels • Camille/Angels French Riviera-Monaco Office Prince Allens Tally - 17 rue Notre Dame de Lorete 98000 Monaco - Tél +37793252147 Publicité Marc Rougemond marcrougemond@prestige-international.fr CAROLINE BARCLAY Directrice du Développement caroline@prestige-international.fr VERONIQUE KALFON Marketing / Events vero@prestige-international.fr Abonnement l Subscriptions And Back Issues contact@prestige-international.fr Remerciements: Laetitia Mességué, Stéphane Kossmann, Hotel Royal Evian

PRESTIGE INTERNATIONAL MAGAZINE l ISSUE 7 l SUMMER/ÉTÉ 2012 contact@prestige-international.fr / www.prestige-international.fr Édité par Montaigne Partners S.A.S - 26 Avenue Montaigne 75008 PARIS Tél. +33 (0)9 60 11 04 46 / +33 (0)6 23 08 83 83 Dépot legal : 2e trimestre 2012 • Imprimé en C.E

-2-


The essence of sheer luxury.

w w w. c o n s t a n c e h o t e l s . c o m


SOMMAIRE

Summary SUMMER ISSUE

Photo Julia Roberts par Alain Rolland www.imagebuzz.be

-30-

VOLTAIRE

-32POLO

-34-

VINCENT COLIN

-38PIERINI

-40-

MIAMI BEACH

-54IT BAG

-58BEAUTY

-66-

MADEMOISELLE CHARLOTTE SHOPPING

FASHION | BEAUTY | TENDENCY | CULTURE | TRAVELS | LIFESTYLE

-70-

-6-

BLADE RUNNER

ANDRE BERCOFF

-8-

-78-

ROLAN MOURET

ALAIN ROLLAND

-82-

-14-

DUPLICITY

KYLE EASTWOOD

-90-

-18 -

DOLCE DALIGNE

LAURA PAUSINI

-100-

-22-

ERIC JIMENEZ

PADOVANI

-102-

-24-

THE EIGHTY EIGHT

DAN ROUYER

-112-

-26-

PETER LINDBERGH

FREDERIC BOUIN

-114-

-28-

CERJ LALONDE

-4-

ILE MAURICE PHOTOS


SOMMAIRE

Sommaire ÉTÉ 2012 -122-

-194-

JULIA ROBERTS

GENEVE

126

-198-

THE GIRL WHO…

SPICES ISLAND

134

-202-

ERIC PERCEVAL

FORT MYERS

-138-

-206-

COURCHEVEL

PHUKET

-140-

-208-

DEEP GARDEN

MERCEDES

-148-

-212-

HARALD HEIDER

DONT TELL MY

-150-

-214-

MASCULIN FEMININ

SPECIAL RIVIERA

-158-

-234-

THE COLOGRAPH

SPECIAL CANNES

SPECIAL CANNES | PORTRAIT DE STARS | LES COUPS DE CŒUR DE LA RIVIERA -162-

GRAND HOTEL

-171-

VAINCOURT MAISON

-172-

TYLER KANDEL

-180-

GUY SAVOY

-184-

CHABICHOU

-186-

INSTANT D'OR

-187COBEA

-188CUBA


BILLET D'HUMEUR

An Emotion!/!a Minute Facebook, Twitter, smart phones and tablets… there has been an influx of media and accompanying sounds and images to keep humans connected and available at all times of day and night. And yet we have to admit that nothing could replace the anticipation of going to or the ambiance of the theatre. There’s nothing quite like that moment when the lights dim and one’s cinematic genius appears on the screen before you. Jean-Luc Godard rightfully reminded us that we must lower our eyes to watch TV, but a show on the big screen requires a real opening of them. There is no substitute, despite all of the day’s technological advances, for the great emotion that comes over you when the images, music, and words completely surround you, like a wonderful rejuvenating experience of past, present, and future. When cinema is successful - and God knows the flops outnumber the masterpieces – the viewer experiences an array of emotions all at once that can ultimately change not only his perspective but also his life. The fact that no French or American films won at this year’s Cannes Film Festival, which seems to have been more geared toward a highly specialised audience than for a broader market this year, really shouldn’t matter; for those that won the awards certainly earned them. But not having seen any of palms given out, we will have to judge ourselves, film by film. In the mean time, hurry and see On the Road, Prometheus, and if you still haven’t seen it since its release a year ago, Lars von Trier's masterpiece Melancholia. "On the black screen during my sleepless nights, that’s when I make my films," sang Claude Challe. And this is the case now more than ever. ANDRÉ BERCOFF blog: andrebercoff.com WRITER AND JOURNALIST / ECRIVAIN-JOURNALISTE MOST RECENT BOOK / DERNIER LIVRE PARU : QUI CHOISIR (EDITIONS FIRST).

24 émotions!!/!seconde Internet peut déferler, et Facebook et Twitter, et les smart phones et les tablettes : le Niagara des moyens de communication permet aux sons et aux images d’atteindre les humains, trop humains, partout où ils sont, à toute heure du jour et de la nuit et quelle que soit la situation dans laquelle ils se meuvent. Force cependant est d’avouer que rien ne remplacera le climat d’attente d’espérance et de fête, à la fois intime et collective, qu’offrent les salles obscures. Belle appellation, dans la mesure où il convient que les lumières s’éteignent complètement, pour accueillir la clarté scintillante de la création, dont l’autre nom est cinéma. Jean-Luc Godard rappelait justement, il n’y a guère, qu’il fallait baisser les yeux pour regarder la télévision et les hausser quand il s’agit de grand écran. Rien ne remplacera en dépit des avancées technologiques, la formidable émotion qui vous envahit quand les images, la musique, les mots vous enserrent, vous accompagnent, tel un merveilleux bain de jouvence dans les histoires d’hier, d’aujourd’hui ou de demain. Le 7e Art quand il est réussi ¬ et dieu sait si les daubes sont plus nombreuses que les chefs d’œuvre ¬ ce sont vingt-quatre émotions à la seconde qui peuvent, à la limite, changer non seulement votre regard mais votre vie. Peu importe dès lors, les résultats d’un Festival de Cannes qui semble plus avoir été, cette année, confectionné pour des cinéphiles ultra spécialisés, que pour une cible plus large ; qu’aucun film français ou américain n’ait été récompensé n’a aucune espèce d’importance, à partir du moment où les œuvres primées méritaient de l’emporter. N’ayant vu aucune des palmes distribuées, nous jugerons sur pièce. En attendant, précipitez-vous pour voir Sur la route, Prometheus et, si vous ne l’avez pas encore découvert, cet absolu chef d’œuvre sorti il y a moins d’un an qui est le Melancholia de Lars von Trier. « Sur l’écran noir de mes nuits blanches, où je me fais du cinéma », chantait Claude Nougaro. Plus que jamais faisons de même.

-6-


by

Réservoir & Mathi’s

Accès : Carte membre - clubducinema@gmail.com Le Réservoir Mary de Vivo 16 rue de la Forge royale, 75011 Paris Tel: 01 43 56 39 60 www.reservoirclub.com

Le Mathi’s Jacques Demri 3, Rue de Ponthieu, 75008 Paris Tel +33 01 42 25 73 01 www.paris-hotel-mathis.com


SCREENING ON

ALAIN ROLLAND ALLAIN ROLLAND, photographe

photographe

photographer Born in Brussels on 5 April 1965, I come from a family of artists; my father Herbert Rolland was an actor and theatre director and my mother Nicole Dumez a storyteller. In the late 1940s, my father and his parents immigrated to New York where they lived for many years. My father and grandparents have always told me that the 1950s era in American history always fascinated me. When I was 16 I had my first trips to New York and California. Amazed, I captured every moment of this journey with a small camera that hasn’t left my side since. Thus my love for photography was born. Many years later after studying photography in Brussels, I decided to follow in the footsteps of my father in Los Angeles. It was 1992, I was 27 years old, and a tour that was scheduled to last 12 months ended up lasting 18 years. I spent the first three years learning English and doing odd jobs like being waiter, valet parking, and teaching French... all the while attempting to break through as a photographer.

Né à Bruxelles le 5 avril 1965. Issu d’une famille d’artistes ; d’un père comédien et directeur de théâtre, Herbert Rolland et d’une mère conteuse Nicole Dumez. Fin des années 40, mon père et ses parents émmigrent à New York où ils habitent de nombreuses années. Dès mon plus jeune âge, je suis fasciné par l’Amérique des années 50 que me conte mon père et mes grands-parents. C’est à l âge de 16 ans que je découvre New York et la Californie lors d’un voyage en famille. Emerveillé, je saisi chaque instant de ce périple avec un petit appareil photo qui ne me quitte plus. De là est né mon amour pour l’objectif. C’est bien plus tard, après des études de photographie à Bruxelles que je décide de partir sur les traces de mon père à Los Angeles. Nous sommes en 1992, j’ai 27 ans : un périple programmé sur 12 mois qui durera 18 ans. Les trois premières années se succèdent entre l’apprentissage de l’anglais et des petits boulots : serveur, valet de parking, prof de français, …tout en tentant de percer comme photographe.

It was a meeting with Christopher Lambert that really launched my career. The French actor gave me the chance to shoot at his home in Beverly Hills… a five-minute meeting that eventually got me a double page spread in Paris Match. In the process, I met the person who would become my American agent and Hollywood began to open its doors to me. Suddenly I was covering all the film openings, award shows, concerts, etc. My photos made many magazines, and started getting published in others around the world. I also became a correspondent for Angeli in Los Angeles, which published my photos for 15 years. In total today, I have more than one hundred thousand photos of Hollywood in my archives!

C’est ainsi que lors d’une rencontre avec Christophe Lambert, qui marquera le lancement de ma carrière, l’acteur français m’offre la chance d’un photoshoot dans sa maison de Beverly Hills, Cinq minutes de rendez-vous qui me vaudront une double page dans Paris Match. Dans la foulée, je rencontre mon agent américain et les portes d’Hollywood s’ouvrent à moi. Soirées après soirées, je couvre toutes les avant-premières de film, les Awards, les concerts….mes clichés se multiplient, ils font la une de nombreux magazines, c’est l époque où les magazines du monde entier en raffolent. Je deviens également le correspondant de l’Agence Angeli à Los Angeles qui pendant 15 ans diffusera mes images. Au total aujourd‘hui mes archives comptabilisent plus de cent mille clichés du tout Hollywood !

The year 2011 marked a turning point in my career. I’m back in Belgium, strengthened by my experience in America, and have created the agency «ImageBuzz», a platform that feeds American, British, French, Spanish and Monacan photo productions. The American dream lives!

2011 marque un nouveau tournant dans ma carrière. De retour en Belgique, fort de mon expérience américaine, je crée l’agence « ImageBuzz », une plateforme qui se nourrit aujourd’hui de productions photos américaines, anglaises, françaises, espagnoles et monégasques. Le rêve américain existe !

BY PRINCESS JULIA ALETHEA BASSEVILLE

-8-


SCREENING ON

-9-


PHOTOGRAPHIE

-10-


PHOTOGRAPHIE

-11-


-12-


-13-


CULTURE MUSIQUE

KYLE EASTWOOD

Jazzing it Up!

Ca va jazzer!! !

Surname: Eastwood, First name: Kyle, Profession: Musician… Yes, you’re right; it is indeed the son of the famous Clint Eastwood, and with the same nonchalance and determination. He’s tall with a mischievous look, a charming smile, and also appears to have a certain timidity about him. He’s lived in Paris now for several years, where he claims to be able to find greater inspiration and freedom. Currently on tour with his fourth album Songs from the Château that undoubtedly attests to his place in the upper echelons of Jazz...

— Nom : Eastwood, Prénom : Kyle, Profession : Musicien… Oui, vous ne vous trompez pas, il est bien le fils du célèbrissime Clint, même nonchalance et même détermination. Grand, l’oeil malicieux, le sourire charmeur, il laisse aussi paraître une certaine timidité qui est loin d’être feinte. Installé à Paris depuis quelques années, il dit trouver là davantage d’inspiration et de liberté. Actuellement en tournée avec Songs from the Château, son quatrième album qui atteste sans conteste sa personnalité dans les hautes sphères du jazz…

Talk a little bit about this album Songs from the Château ? Kyle Eastwood : I started writing this album last year when I was on tour with the group. Once I was finished we tested some songs here and there to see people’s reactions. This also allowed us to adjust some arrangements before going on to finalise the album. And when the time came to record the tracks, I found myself not wanting to do it locked in a traditional studio. Then a friend of mine told me about a Bordeaux château whose owners were leaving for the summer where I could stay for a while. As you can imagine, there was no studio out there. So we recorded under “ live ” conditions. This ultimately inspired the title : Songs from the Chteau. What are your first memories of music and Jazz ? My first memories of music and Jazz are linked to my parents who are both music lovers. I loved to watch my dad play piano… And when he wasn’t playing to an instrument, he was listening to music. So music has always been a big part of my life… Jazz, Blues, Johnny Cash, Count Basie, Duke Ellington, Miles Davis. And he even took me to some concerts where I was definitely the youngest one there… On top of all that, I also had the chance, thanks to my dad, to meet some of the greats during my childhood. All that is to say that music quickly became a prominent part of my life. Sounds like you inherited your love for Jazz from your father? Yes, my dad loves Jazz and passed it on to me. Jazz has always been a part of my life. The first concert my dad ever took me to was one of Count Basie’s. I was a kid and by far the youngest person there, but the swing really got to me. It was the best. I was loving the bass, the double bass, the percussion…

Parlez nous de cet album « Songs from the château » ? Kyle Eastwood : J’ai commencé a travailler sur l’écriture de cet album l’an passé alors que je sillonnais les routes en tournée avec mon groupe.. Une fois celle-ci achevée nous avons, çà et là, testé certains morceaux afin de sonder la réaction du public. Cela nous a aussi permis de réajuster certains arrangements avant de passer à la finalisation de l’album. Et puis lorsqu’enfin l’heure était venu de passer à l’enregistrement, je n’avais pas envie de me retrouver enfermé dans un studio traditionnel. C’est alors qu’un de mes amis m’a proposé de m’installer dans un château du bordelais dont il connaissait les propriétaires qui allaient en être absents tout l’été. Comme vous pouvez l’imaginer, il n’y avait là bas pas de studio. Nous avons donc enregistré dans des conditions de “live”. Cela m’en a au final inspire le titre : “Songs from the château”. Quels sont vos premiers souvenirs de Jazz et plus largement de musique ? Mes premiers souvenirs de jazz et plus généralement de musique, sont lies à mes parents qui tous deux sont de grands mélomanes. Cela me fascinait de regarder mon père jouer du piano… Et lorsqu’il ne jouait pas d’un instrument, il écoutait de la musique. Il y a ainsi toujours eu beaucoup de musique dans ma vie… du jazz, du blues, Johnny Cash, Count Basie, Duke Ellington, Miles Davis. Et puis il m’emmenait assister à certains concerts où il n’était pas rare que je sois le plus jeune… Pour finir j’ai également eu la chance toujours grâce à mon père de rencontrer certains de ces grands artistes au cours de mon enfance. Tout cela fait que la musique est rapidement devenue pour moi une évidence. On dit que vous avez hérité de votre père cette passion pour le Jazz ? Oui, c’est exact mon père est un passionné de jazz et il

-14-


CULTURE MUSIQUE

-12-

-15-


CULTURE MUSIQUE

Is it because Jazz is so feeling based that it is so attractive to you? Yes, this is not always a perfect music, the chords are moving, changing, from one musician to another they are played differently, but that’s all good, and that’s what’s exciting, exciting and satisfying with this type of music. It’s almost telepathic. It seems like you put a bit of humour in your Jazz that it had kind of lost. Thank you. That is something I strive to do. Jazz is different from other types of music. It’s permissive, open, and yet Jazz itself is often too serious about itself.

m’a transmis le virus. Le jazz fait partie de ma vie depuis toujours. Le premier concert auquel mon père m’a emmené fut un concert de Count Basie, j’étais tout gamin et sans doute le plus jeune dans la salle, mais cela swinguait et me faisait vraiment vibrer, c’était fabuleux. J’adorais la basse, la contre-basse, les percussions… Est parce que le jazz est plus une musique de « feeling » qu’il vous attire tant ? Oui, ce n’est pas toujours une musique parfaite, les partitions bougent, évoluent, d’un musicien à l’autre elles se jouent différemment, mais cela reste bon, et c’est ce qui est exaltant, excitant et satisfaisant avec cette musique. C’est presque télépathique.

Besides Jazz, what type of music do you listen to? Everything… rock, R’n’B, funk… Let’s talk about you… is Eastwood a hard name to carry? Hard to say since I grew up with it, of course (laughs)… But I definitely wouldn’t complain about having it!

Je trouve que dans votre interprétation du jazz vous mettez un certain humour que cette musique a un peu perdu… Merci, c’est en tout cas ce que j’espère parvenir à faire. Le jazz est une musique très différente des autres, très permissive, très ouverte, et pourtant le milieu du jazz est souvent trop sérieux et trop centré sur lui-même en effet !

What is the hardest thing about being Clint’s son? Nothing… Living with someone who is famous has its advantages and disadvantages. I’ve just learned to deal with it, and I try to keep my own life separate, and make good music. However, I will say I’m very proud of everything my father has accomplished.

En dehors du Jazz, quel genre de musique écoutez-vous ? Toutes sortes de musiques très différentes… du rock, du R’n’B, du funk…

What do you two have in common? And how are you different? We have the same taste with a lot of things, from music to movies to food. We also have a lot of personality traits that are the same. I guess I’m maybe less of a careerist than he had to have been at my age.

Parlons de vous, Eastwood est-ce quelques fois un nom difficile à porter ? Difficile de répondre à cette question dans la mesure où j’ai grandi avec ce nom (rires)… Mais je ne m’en plains pas trop à vrai dire !

What bothers you most about your dad and vice versa? My dad’s not very demonstrative… There’s nothing really wrong with that, it’s more a question of generation, I’d say. As for what he doesn’t like about me, I would have to suggest you ask him directly. Anyway, he’s definitely a very tolerant father! You’re also a father. What kind of dad are you? According to my daughter, I guess I’m pretty “ cool ”! She and I have a good relationship. What does the word “ star ” mean to you? Woo! Big question… I’d say a star is someone who is famous for what he has accomplished or for his talent. But the word is over-used today, if you ask me. It’s really too bad. What is most essential in your life? My family, music, films, and calm. If you could change something about your personality, what would it be? Maybe I’d choose to be less timid… How far would you go for love? All the way! What’s one word that soothes you? “ Yes ” (laughs)

www.kyleeastwood.com

BY CAROLE CHIARONI

Qu’est ce qui est pour vous le plus compliqué dans le fait d’être le fils de Clint ? Rien… Il est certain que vivre dans l’entourage de quelqu’un de connu à ses avantages et ses inconvénients. Je fais avec et j’essaie de garder le cap sur ma propre vie, et faire de la bonne musique. Mais ie peux néanmoins dire que je suis très fier de ce qu’a accompli mon père. Quelles sont vos points communs ? Vos points de divergence ? Nous avons les memes goûts sur beaucoup de choses, que ce soit la musique, le cinéma, la nourriture. Pas mal de traits de caractere commun également. Je suis peut-être moins « carieriste » qu’il a pu l’être à mon age. Quel est le défaut de votre père que vous supportez le moins et vice versa ? Mon père n’est généralement pas très démonstratif, pas très expensif… Ce n’est pas vraiment un défaut mais davantage une histoire de génération. Quant à ce qu’il ne supporte pas chez moi, il serait plus sage de lui poser directement la question. Ce que je peux dire c’est que c’est un père très tolerant ! Vous êtes père aussi, quel genre de père êtes vous ? Il parait que je suis un père assez « cool » selon ma fille ! En tout cas, j’ai de bonnes relations avec elle. Qu’évoque le mot « star » pour vous ? Wahoo ! Vaste question… Je dirais qu’une star est une personne célèbre pour ce qu’elle a accompli, une personne reconnue pour son talent. Mais ce mot est aujourd’hui un peu galvaudé me semble-t-il… Et cela est bien dommage ! Quelles sont les choses essentielles dans votre vie ? Ma famille, la musique, le cinéma, le calme… Si vous aviez la possibilité de changer quelque chose à votre personnalité, que serait-ce ? Peut être ferais-je en sorte d’être moins timide… Jusqu’où iriez vous par amour ? Jusqu’au bout ! Un mot qui pourrait vous adoucir ? « Yes » (rires).

-16-


-17-


CULTURE MUSIQUE

LAURA PAUSINI The Voice La voix

Her voice is sultry, her gaze is fiery and her smile full of sunshine. Currently on tour in France, the beautiful Italian gave us some of her time to share a little about herself… — Sa voix nous fait chavirer, son regard est de braise et son sourire plein de soleil. Actuellement en tournée en France, la belle italienne nous accorde un tête à tête et nous livre quelques confidences… You’re the Italian voice that the French love. So what do you love about France? Laura Pausini: France is a wonderful country, culturally rich and having an art de vivre that is rare. I am deeply in love with Paris; it is surprising and enchanting all at once. I also love the south of France where I spend a lot of time with my friends. Grasse is my favourite city, but I would love to see more of the north of France, which I’m not too familiar with at this point. You often do duets. James Blunt, Helene Segara, Eros Ramazotti, Michael Bublé… Is it a different emotion ? Yes indeed. It’s really something to do a song with your idols. I have to say I’m one lucky girl. And I sure hope the future will bring me even more great duet opportunities. You are the only Italian woman in history to have won a Grammy and three Latin Grammys. Are these things important to you? Yes indeed. You could also add my NRJ award to that list! (Laughs) To be recognised and awarded for doing what I do is wonderful, even if it’s not the goal of my work and my passion. The awards certainly make me proud. You have already sold more than 75 million albums. What do you think is the key to your success? Oh, I think that figure is a little high, no ? I think it’s more accurate to say I’ve sold 50 million albums, which in itself is extraordinary and for me a real gift from God. As for the key to my success, I would say there isn’t one. I would just say I’m a determined and fortunate person. How do you choose whom to collaborate with and which songs go on your albums? I usually write with a group of friends. The themes I touch on are brought up by personal experiences that have brought up emotions from the depths of me. Those I collaborate with are thus those who know me well, who engage me emotionally, and those who share my passion. What parts of your albums are autobiographical ? It’s all autobiographical! Everything I sing about was inspired by my own life. This has always been the case.

Vous êtes la voix italienne que les français adorent. Et vous qu’aimez vous en France. Laura Pausini : La France est un pays magnifique, riche de culture et possédant un art de vivre hors du commun. Je suis vraiment amoureuse de Paris, c’est une ville sublime et surprenante. J’aime également beaucoup le sud de la France où je passe beaucoup de temps avec mes amis… Grasse est d’ailleurs ma ville préférée, il y fait bon vivre… Mais je serais également très curieuse de découvrir le nord de la France que je ne connais pas encore. Vous faites souvent des duos… James Blunt, Hélène Segara, Eros Ramazotti, Michael Bublé… Est-ce une autre émotion? Oui, tout à fait. C’est une émotion particulière que de partager une chanson avec vos idoles. Je dois reconnaître que je suis une fille très chanceuse… et j’espère que l’avenir m’offrira d’autres belles opportunités de duos. Vous êtes la seule italienne de l’histoire à avoir remporté 1 Grammy Award et 3 Latin Grammy Awards… Est ce important pour vous les récompenses ? Oui c’est exact, vous pouvez d’ailleurs y ajouter un NRJ Award !!! (rires). Je suis bien sur très fière de ces récompenses. Etre reconnue par ses pairs et être récompensée est très important quand bien même ce ne soit pas le but de mon travail et de ma passion. Recevoir un Award quel qu’il soit vous donne de la fierté. Vous avez déjà vendu plus de 75 millions d’albums, quelle est selon vous la clef de votre succès ? Oh il me semble que ce chiffre est quelque peu exagéré… Je pense qu’il serait plus juste de dire que j’ai vendu aux environs de 50 millions d’albums, ce qui est déjà extraordinaire et qui pour moi est un cadeau de dieu… Quand à la clé de mon succès, je ne crois pas en posséder une, je dirais simplement que je suis une fille chanceuse et déterminée. Comment se fait le choix de vos collaborations, puis le choix de vos chansons sur vos albums ? Généralement l’écriture de mes chansons se fait avec un groupe d’amis. Les thèmes abordés sont issus de mes expériences personnelles car j’ai besoin de ressentir

-18-


CULTURE MUSIQUE

-19-


CULTURE MUSIQUE

les émotions au plus profond de moi… Mes collaborateurs sont donc des personnes qui me connaissent bien, qui captent mes émotions et qui partagent ma passion. Quelle est la part d’autobiographie dans vos albums ? Ce n’est que de l’autobiographie ! Tout ce que je raconte dans mes chansons, et ce depuis le tout début, est inspiré par ma propre vie. En 2006 vous avez sortie un single pour célébrer la journée de la Femme… Pourquoi ? Je pense que les hommes et les femmes sont égaux. Les femmes ont aujourd’hui conquis une vraie place dans la société et célébrer « La Femme » pour ce à quoi nous aspirons est un véritable plaisir bien plus qu’un devoir. Qu’est ce qui vous a poussé à devenir chanteuse ? Rien ne m’y a poussée… Je suis née ainsi. Jamais enfant, je ne me suis demandée ce que je pourrais faire plus tard… Je savais aussi loin que remontent mes souvenirs, que je deviendrai chanteuse. Bien sur, je ne songeais pas alors à devenir célèbre, je voulais simplement chanter… Le reste n’est que la conséquence de mon travail. « Faire l’actrice », comme on dit, ne vous a jamais intéressé ? Non jamais. Je suis incapable de jouer la comédie, d’interpréter un personnage dont les sentiments ne seraient pas réels et surtout ne seraient pas les miens. Il m’est impossible de pouvoir prétendre être une autre même si cela est par jeu. Je ne peux exprimer que ce que je ressens vraiment. Et mes fans l’ont compris et savent parfaitement que tout ce que je ressens se lit clairement sur mon visage.

In 2006 you released a single to celebrate Women’s Day. Why? I believe men and women are equal. Women have come a long way in establishing their place in society and celebrating women and all we aspire to is more a pleasure and honour than anything. What pushed you to become a singer? Nothing really pushed me to it… It’s just who I am. When I used to think about what I would do when I grew up, I always knew I’d be a singer. I didn’t dream of being famous, just being a singer… the rest is simply the result of living my dream. Have you ever wanted to be an actress? No, never. I could not play someone that didn’t seem real or had feelings that I did not share. For me, it would be impossible to pretend to be another, even if it’s just “ playing ” a role. I can only express what I genuinely feel, myself. And I think my fans understand that and know perfectly well that what I feel is written all over my face.

J’ai lu que vous étiez fan de l’AC Milan ! D’où vous vient cette passion ? (Rires…) Oui c’est exact ! Cette passion là m’a été transmise par mon cousin Simone lorsque je n’étais encore qu’une petite fille… et elle ne m’a pas quittée !!! D’ailleurs pour moi l’équipe de l’AC Milan est la meilleure … Quelle est votre définition du luxe ? Flâner au lit, le téléphone déconnecté, sans emails ni aucune nuisance d’aucune sorte… Ce qui, soyons honnête, n’arrive quasiment jamais !!!

I read that you’re a fan of AC Milan. Where does this come from? Laughs. Yes, I am! I got it from my cousin Simone when I was a little girl, and my love for it has never left me. AC Milan is the best!

Quel est votre luxe ? Dormir, manger et faire l’amour en écoutant Sadé dans une chambre avec vue sur mer par une belle journée de printemps avec un homme qui m’aime du même amour et de la même passion qu’au premier jour !

What is your definition of luxury? Lay around in bed all day, phone off, no emails, no nuisances of any kind… That which we get basically never!

Quel est le luxe dont vous ne pourriez vous passer ? Je ne suis pas très attachée aux choses matérielles. Je dirais que la seule chose dont je ne pourrais me passer c’est moi même !!!

What is your luxury? Sleep, eat, and make love while listening to Sadé in a room that overlooks the sea on a beautiful spring day with a man who loves me as much as he did when we first met! What luxury could you not give up? I’m not really very attached to material things. I would say the only thing I couldn’t do without is myself!

-20-

BY CAROLE CHIARONI


Paris-Maurice : le plus beau drive du monde avec

it Transport gratu golf*. de votre sac de Mordus de golf, Air Mauritius vous donne toutes les raisons de vivre à fond votre passion sur les superbes fairways de l’Ile Maurice. Un choix exceptionnel d’horaires avec jusqu’à 18 vols non-stop par semaine de nuit ainsi que le transport gratuit de votre sac de golf. Traitement VIP aux aéroports Roissy Charles de Gaulle 2F et à Maurice pour les passagers voyageant à bord de notre nouvelle classe Affaires, sans oublier à tout instant, la légendaire hospitalité mauricienne.

*1 pièce jusqu’à 20 kg, au départ de 14 villes en France.


CULTURE MUSIQUE

HENRY PADOVANI HENRI PADOVANI

PUNK YEARS Born in Corsica, Henry Padovani has loved the guitar since the young age of 14, after he saw the Beatles and Jimi Hendrix on television, even though his mother forbade him from listening to such “ wild music ”. No doubt the pure fact that it was forbidden made it even more interesting for him. He dove head first into the rock world and all that England had to offer at the time. In high school, he put together his own band that would eventually play at end-of-the-year parties. Not surprisingly though, he failed his final exam. It was only the next year, after the band had broken up, that he passed it. In Aix-en-Provence, Henry met an English chap who invited him along on holiday with him. What was meant to last only a couple of weeks ended up lasting several years. For him, punk meant complete freedom. “ We were the kings of London! ” We went to concerts every night, including those of would-be famous bands like the Clash, the Sex Pistols, the Only Ones, the Heartbreakers, X-Ray Spex… In 1977, they themselves started to play in little clubs. Sometimes it was a smash, sometimes not. Henry was kind of the leader of the pack. He knew all the best spots, he could get in free anywhere, he knew everyone, and the club owners were always glad to see him whenever he popped by. THE “ SECRET POLICE MAN ” In 1977, Stewart Copeland, Gordon Sumner (aka Sting), and Henry Padovani tried their hand at forming a band they called The Police, but the group found itself in the midst of a punk music scene that wasn’t theirs. When guitarist Andy Summers came on the scene, the group got even further from the punk style. Henry and Andy didn’t have the same musical tastes, so Henry quickly left the group. “ I was kind of out of it then. I was angry with London. ” Henry then started playing with Wayne County and the Electric

LES ANNÉES PUNKS D'origine Corse, Henry est un passionné de guitare depuis l'âge de 14 ans. C'est après avoir vu pour la première fois les Beatles ou Jimi Hendricks - alors que sa mère lui interdit catégoriquement d'écouter « cette musique de sauvage » à la télévision - qu'il découvre sa passion. Vous imaginez bien qu'à 14 ans, l'interdit attire Il fonce tête baissée dans le monde du rock, vibrant au rythme des musiques directement arrivées d'Angleterre. Il crée son premier groupe au lycée et joue aux bals de fin d'année. « On a lamentablement raté le bac ». Prévisible « Mais nous l'avons bien entendu eu l'année suivante, le groupe s'étant séparé. » C'est à Aix-en-Provence qu'Henry rencontre un anglais qui lui propose de le rejoindre pour les vacances. Ce qui n'était censé durer que deux semaines durera finalement plusieurs années. Il intègre le mouvement punk, synonyme de liberté totale. « Nous étions les rois de Londres ! Nous allions tous les soirs aux concerts de groupes devenus mythiques tels que les Clash, les Sex Pistols, les Only Ones, les Heartbreakers, les X-Ray Spex... En 1977, ils commençaient tous et jouaient dans de petits clubs. Certains ont percé, d'autres non Mais tous étaient de la même famille. » Henry est alors élu Leagger of the year. C’est le mec qui connaît tous les bons plans, celui qui entre partout « gratos », qui connaît tout le monde et qui ravit les organisateurs de soirées brannchées quand il passe, ne serait-ce qu'un moment. THE « SECRET POLICE MAN » En 1977, Stewart Copeland, Gordon Sumner (alias Sting) et Henry Padovani se prennent au jeu et décident de former le groupe The Police. Mais le groupe se trouvait dans un mouvement punk qui n'était pas le leur. Quand le guitariste Andy Summers est arrivé, le groupe s'est encore plus éloigné du contexte punk-rock. Henry et Andy n'ont pas les mêmes attentes musicales. Henry décide très vite de quitter le groupe. « J'étais dans un autre délire. J'étais un déchaîné de Londres ». Henry joue alors avec les Wayne County and the Electric Chair et Kim Wilde pour ne citer que ceux-là. Il fonde le groupe Flying Padovanis avec lequel il joue encore aujourd'hui. Il insistait à chaque concert pour que le groupe Police soit en première partie, toujours dans cette volonté de rester solidaire et d'aider ses amis proches. Finalement, Henry souhaite vivre d'autres expériences. Il laisse la scène musicale de côté et suit de loin l'ascension du groupe The Police aux États-Unis. L’HOMME AUX MULTIPLES FACETTES Producteur. Quand Miles Copeland, frère de Stewart, monte le label IRS Records, il propose à Henry de devenir directeur international et vice président. Ensemble, ils gèrent R.E.M., les Bangles, les Go-go's, Les Cramps, etc… Ils signent ce qu'ils aiment. Jamais ils n'ont cherché à dénaturer les groupes.

-22-


Chair and Kim Wilde, to name a couple. He then founded and still plays with the group Flying Padovanis. He used to insist that the Police open for them, as a way of helping his good friends. In the end, Henry wanted other things for himself so he left the music scene and watched from a distance as the Police gained popularity in the United States. THE MANY FACETS OF HENRY PADOVANI Producer: When Stewart’s brother Miles Copeland founded IRS Records, he asked Henry to be his international director and vice president. Together, they manage REM, the Bangles, the Gogo’s, the Cramps, etc. They sign only the bands they really like and always keep the essence of the groups. Manager: In 1994, Henry took the position of managing of Zucchero for the next five years. Although they had much success, he pulled back wanting to be with his young daughter more as she was growing up. He then focused more on his own career and came out with a solo album in 2005. Solo guitarist: On his first solo album À croire que c’etait pour la vie, he asked Stewart Copeland and Sting to join him to record the song Welcome Home. It was a success, and eventually they played for 80,000 people at the Stade de France in 2008. He is currently working on his next album. Writer: Henry came out with his autobiography Secret Police Man in 2006 (Flammarion). He was also part of the jury on the X-Factor in 2011, where he coached and judged those in the group category. HENRY ON THE RED CARPET Henry also gained notoriety in 2006 with the film Ici Najac, à vous la terre (Cannes Film Festival nominee), for which he composed the music. In 2010, we saw him again in the film Rock’n’roll… Of Corse in which he discusses his life in London and on the music scene. Henry is currently linked to the film Cinéphile de notre temps (Cannes Film Festival Classic Cinema nominee 2012) for which he wrote the music. Notable people such as Bertrand Tavernier, Gilles Jacob, Eddy Mitchell, and Thierry Fremont are involved in this film, which looks at the history of French filmmaking. In it, you hear the likes of Padovani from the 40s, 50s, 60s, and 80s. Marilou et les Garcons perform songs typical of those eras, but it was Henry who taught the band to unlearn what they know in order to create a legit sound. It entailed using different recording devices, different instruments, different methods and styles, and indeed different arrangements… All that so that the viewer would be transported in time.

BY DELPHINE LANCRENON

Manager. En 1994, Henry devient manager de Zucchero pour les cinq années à venir. Le succès était au rendez-vous. Mais Henry décide finalement de revenir aux sources. Il souhaite voir sa fille de 3 ans grandir. Il se consacre à sa propre carrière et sort son premier album solo en 2005. Guitariste solo. C'est à l'occasion de son premier album solo À croire que c’était pour la vie qu'il propose à Stewart Copeland et Sting de reformer le groupe The Police de 1977 pour un titre. La chanson Welcome Home est un franc succès. Ils joueront devant 80 000 personnes au stade de France en 2008, pour la plus grande joie du trio. Son prochain album est en cours de production. Écrivain. Henry sort son autobiographie Secret Police Man en 2006 aux éditions Flammarion. Jury de l’émission X-Factor en 2011, il coachera et jugera les prestations des candidats de la catégorie « groupe ». HENRY SUR LE TAPIS ROUGE Sa première montée des marches a lieu en 2006, avec le film Ici Najac, à vous la terre, sélection officielle du Festival de Cannes, dont il a composé la musique. Il monte les marches pour la seconde fois en 2010 au bras de sa fille Fédora avec le film Rock’n’Roll...Of Corse!. Henry nous raconte la vie qu'il a partagée avec tous ces musiciens depuis ses débuts à Londres. Henry produit actuellement la musique du film Cinéphile de notre temps, sélection officielle du Festival de Cannes dans la catégorie « Ciné Classique » en mai 2012. De grands noms tels que Bertrand Tavernier, Gilles Jacob, Eddy Mitchell ou Thierry Frémont participent à ce film populaire qui retrace l’histoire du cinéma français. Nous aurons le privilège d'en écouter la bande originale travaillée par Henry Padovani sur les sons des années 40, 50, 60 et 80. Le groupe Marilou et les garçons interprètera des musiques typiques de ces années là, écrites et composées pour l'occasion. Henry leur « apprend à désapprendre » les bases pour se mettre dans la peau des musiciens de chaque décennie. Adaptation des matériels d'enregistrement, des instruments, des méthodes, des styles, des arrangements Pour que le spectateur soit littéralement transporté dans le temps.

-23-


NIGHT

DAN MARIE ROUYER Dan Marie Rouyer has become a key player in the Parisian nightlife scene over the years. Modern-day chamberlain that he is, he has the fortune of not only witnessing but also organising many events and meetings in the capital. He is a leader in upscale party planning and masters his job with the appropriate mix of audacity and taste. His name is forever linked to the goings on of Paris’ Left Bank.

— Dan Marie Rouyer est devenu au fil des années une personnalité de la nuit parisienne. Organisateur de soirées dans la ville de Paris, ses rencontres nocturnes et la bonne humeur quotidienne dont il est témoin lui font peu à peu prendre conscience de son rôle de chambellan des temps modernes. Il se charge de mener nos soirées de main de maître et mixe les genres avec audace et goût. Son nom est aujourd'hui indubitablement associé à la Rive Gauche huppée de la capitale. DAN, DAN MARIE ROUYER Dan Marie Rouyer, your go-to guy for Paris nightlife scoop, has a thin build, light blue eyes, short grey hair, and a flirtatious smile. Always dressed with a hint of eccentricity, his elegance and style surely catches some eyes. Born in the North, he grew up in part in Africa, on the Comoros. He lived in New York, Brussels or even Cape Town before settling permanently in Paris in the early 2000s. “ I’ve always loved going out. I love partying. ” Described as a nice and open guy, he has always partied without really realising how much. “ I would invite some friends over and have dinner parties and bigger events at my place. ” Eventually his home could no longer sustain the size of the parties and not wanting to have any problems with the neighbours, he turned to his friend David Guetta with whom he began to organise events at Les Bains Douches. “ It worked great! My goal was to make my mark on the capital. ” You might run into him riding through Paris on his scooter, although luxury cars are his preference. The life of Keith Richards interests him and, perhaps unsurprisingly, the film The Party is one of his favourites. For him, luxury means friends and free time. That is, that which cannot be purchased. He reads our magazine because it encourages dreaming. Prestige Magazine: “ It’s the result of a requiring excellence that leads to excellence ”. YOUR MISSION, SHOULD YOU DECIDE TO ACCEPT IT “ I started by creating the Circle of Paris Cabarets. I have always been friends with Franck Clérico and his brother Carl (owners of the Moulin Rouge, Lido etc…). The early 2000s were not easy times. Foreigners had all but deserted Paris following the terrorist attacks, and everyone’s general feeling was a little uneasy. The Lido needed a new image, one that was alluring, young, and spoke of being connected. My first mission, and I accepted it gladly, was to bring the best of the best to the Lido. Incredible shows followed by even more incredible parties that were like who’s who events. In just a few years: mission accomplished. The Lido is now more central than ever to Parisian nightlife. This mythical place allowed me to create my image and expand my network.” DAN’S ANGELS “ After that, I worked with the private club Castel, a very exclusive spot popular in fashion and the showbiz circles. That is where I came up with the Night of the Princesses idea. Once a month I had an incredible team come together and bring all their friends. My princesses, in every industry from in fashion and finance to law, were well known women on the Parisian nightlife scene. In short, it consisted of all the people on the chic Parisian night scene… those who know everyone and is friend with everyone. It was

SON NOM EST DAN, DAN MARIE ROUYER. Dan Marie Rouyer, votre agent de reconnaissance de la nuit parisienne, a une carrure assez mince, des yeux bleus clairs, des cheveux gris et courts et un sourire enjôleur. Toujours vêtu avec un soupçon d'excentricité, son élégance et son style vous séduiront, mesdames. Né dans le nord, il a grandi en partie en Afrique, aux Comores. Il a vécu à New York, Bruxelles ou encore Cape Town avant de s’installer définitivement à Paris au début des années 2000. « Je sors depuis toujours, j’aime la fête. » Décrit comme un mec sympa, ouvert, il a toujours fait la fête sans s'en rendre compte. « J’invitais des potes, organisais des soirées et fêtes chez moi ». Jusqu'au moment où sa renommée a dépassé ses murs… Ne voulant pas avoir de soucis de voisinage, il s’est tourné vers son ami David Guetta avec qui il a commencé à organiser des soirées aux Bains Douches. « Ca a super bien marché ! Mon but premier était d'apporter ma pierre à l'édifice de la capitale ». On le croisera sur son 2 roues dans Paris, même s'il préfère les belles voitures. Il s'intéresse à la vie de Keith Richards dont il lit la biographie et l'un des films qui lui parle le plus est The Party. Pour lui, le luxe c'est les amis, le temps libre. C'est tout ce qui ne peut être acheté. S'il lit notre magazine, c'est parce que c'est un magazine qui vend du rêve. Un magazine de prestige « C'est le résultat d'une exigence qui mène à l’excellence, à l'envergure internationale, ouvert sur le monde ». VOTRE MISSION, SI VOUS DÉCIDEZ DE L'ACCEPTER « J'ai commencé en créant le Cercle des Cabarets Parisiens. J'ai toujours été très ami avec Franck Clérico et son frère Carl (propriétaires du Moulin Rouge, du Lido etc.) Au début des années 2000, c’était une époque un peu triste. Les étrangers avaient déserté Paris suite aux attentats et l'ambiance internationale était un peu maussade. Le Lido avait besoin de s'ébrouer, d'avoir une image un peu plus branchée, plus pétillante, plus jeune. Ma première mission, et je l'ai acceptée à cœur joie, était de faire venir le tout Paris qui brille et qui cotille au Lido. Spectacles aux mille couleurs suivis de soirées incroyables auxquels le tout Paris branché assistait. Mission accomplie en quelques années. Preuve en est, le Lido est aujourd'hui plus ancré que jamais dans la vie nocturne Parisienne. Ce lieu mythique m'a permis de me créer une image et d'agrandir mon réseau. » DAN’S ANGELS… « J'ai ensuite collaboré avec le club privé CASTEL, établissement très sélect connu dans les milieux de la mode et du show bizz, où j'ai imaginé la soirée des Princesses. Je réunissais une fois par mois une équipe de choc qui avait pour mission de communiquer sur la soirée et d'inviter tous leurs amis. Mes anges, mes princesses étaient des femmes considérées comme les égéries

-24-


NIGHT

“!I work in the night world and I love gossip.!” «!Je travaille dans le monde de la nuit et j’adore les potins.!» all people who love to party, don’t take things too seriously, are fun, and are always the last to leave… Hence the name Princesses! Not in the noble sense of the word, but rather the Parisian sense. I wanted to be sure it never got boring. Some of the princesses were indeed true aristocrats, while others were real princesses of the night and party scene.” DEVIL’S ADVOCATE The Princesses concept lasted for several years and had its share of success. It was so popular that eventually men wished also to have an evening dedicated to them. Thus, the idea of Sales Gosses, a natural extension of the Princesses concept, was born. A “sale gosse” is a guy whom one should avoid falling in love with at all costs. One whom you’d never take home to mum. It’s the kind of guy who comes from a good family, who has everything to succeed but there is excess all around (too much success, too much beauty, too much of everything…). The guys were always dressed to the nines and put in the spotlight by none other than Dan Marie Rouyer. MIDNIGHT IN PARIS The magic of the Capital thrives on those who aspire to live new experiences through such parties. ** Modernity and social buzz at the Café Germain. The Costes brothers did it again with this colourful and unconventional design space that was imagined by India Mahdavi. It regularly welcomes the hippest people of the left bank and has become part of the tight circle of trendy Parisian places to go out. ** At No Comment, a former favourite spot for a little debauchery, you’ll find a more intimate atmosphere. Associated with Rouyer’s right bank alter ego Rocco de Robien, this spot now welcomes a refined and elegant group of clients. Some changes were made to add a sense of chic and sexiness with hints of the No Comment of old. Dodge the alcoves, peak into secret rooms or the smoking room, or just laugh, dance, and have fun! ** Inspired by the Parisian salons of the twenties, the second edition of the bar Cointreau Privé can be found at Paris’ Golden Triangle. Dan and Rocco welcome guests to this very private bar designed by Alexis Mabille for an evening of sipping classic cocktails such as the Cointreaupolitan, the Side-Car, and the Singapore Sling. ALL ABOUT VERSAILLES Created with Sasha Guitry in mind, Dan tells us about Versailles in his own way in an sort of anachronistic atmosphere. This is where our friend Dan has organised THE party everyone in Paris talks about. The Princess Ball is a rock costume ball, which brings together aristocrats, socialites, those in the know, and the bourgeois. Once a year, Dan likes to reclaim his position as chamberlain and makes us all into princes and princesses for a night. Everyone participates, from the courtesan to the princess and the marquis to the nobleman. The highly-anticipated annual event was held this March 24 at the Royal Pavilion, with its grand rooms decorated for the Royal Court of the 18th Century. PARIS, CITY OF LIGHTS? “ I think that there is still work to do. Cities like Berlin and London are much more open. Paris is a city that makes you dream. Paris is like a mini representation of what is hip and a place where you can always do great things. We made a real impression back in the day with Les Bains Douches and Le Palace, and it stuck with everyone. We’re trying today to go further and higher. It was a task made more difficult by the political and social situation in France and the world. But that’s what we’re here for… Let the party go on!”

BY DELPHINE LANCRENON

de la nuit parisienne. Elles étaient toutes dans la mode, la finance, la magistrature... Bref, toujours des pointures indépendantes habituées aux lieux chics parisiens, qui connaissaient tout le monde et avaient le monde entier pour amis. Très fêtardes, qui ne se prennent pas au sérieux, rigolotes, elles finissent toujours les dernières, enfin des princesses quoi. Pas au sens noble du terme mais au sens parisien. Je ne voulais en aucun cas que cette soirée devienne ennuyeuse. Certaines d'entre elles étaient bien entendu de vraies aristocrates, d’autres de vraies princesses de la nuit et de la fête. » L’AVOCAT DU DIABLE… « La soirée des Princesses a été un concept déjanté qui a duré plusieurs années et a eu son lot de succès. À tel point que les hommes ont souhaité eux aussi avoir une soirée qui leur était dédiée. La soirée des Sales Gosses, extension naturelle de la soirée des Princesses est née. Un Sale Gosse, c’est le mec dont il ne faut pas tomber amoureuse. Celui que l'on ne veut pas présenter à sa mère. Ce sont ces types de bonne famille qui ont tout pour réussir mais il y a du trop partout (trop de succès, trop beau, trop de trop…). Mes Sales Gosses étaient, en somme, des Dutronc. » Ces messieurs ont revêtu leurs plus beaux atours et sont devenus ambassadeurs éphémères de cette institution des années 60, mise au goût du jour par un Dan Marie Rouyer à l'image du comte de Montesquiou. MIDNIGHT IN PARIS La magie de la capitale opère sur notre homme qui aspire à vivre et nous faire vivre de nouvelles expériences au fil de ses soirées. ** Modernité et mondanités au Germain. Dan devient la caution germanopratine de la famille Costes et investi le dernier né de Thierry Costes. Lieu au décor design, haut en couleurs et atypique imaginé par India Mahdavi, accueillant les plus branchés de la Rive Gauche. Le Germain a intégré le cercle fermé des lieux hype et tendance de la capitale. ** Ambiance plus intime avec le No Comment, ex haut lieu de libertinage parisien. Associé à Rocco de Robien, son alter égo de la rive droite, nos deux dandys recevront en ce lieu le tout Paris raffiné et élégant. Orientation changée pour en faire un écrin chic et sexy avec quelques clins d'œil au No Comment de l'époque. Déambulez sous les alcôves, dans les chambres secrètes ou le fumoir inchangés et riez, dansez, amusez-vous ! ** Inspiré des salons parisiens des années folles, la deuxième édition du bar éphémère Cointreau Privé a choisi de s’installer dans le triangle d’or parisien. Dan et Rocco nous ouvrent les portes de ce bar très privé imaginé par Alexis Mabille le temps d'une soirée pour siroter des cocktails intemporels tels que le Cointreaupolitan, le Side Car ou encore le Singapour Sling. SI VERSAILLES M'ÉTAIT CONTÉ ! À l’image de Sasha Guitry, Dan nous conte Versailles à sa manière, dans une atmosphère anachronique. Voilà bien cinq ans que notre ami organise LA soirée dont tout le monde parle à Paris. Le Bal des Princesses, c'est un bal costumé 18e rock et décalé, réunissant les aristos, les mondains, les branchés et les bourgeois. Une fois par an, Dan aime revêtir son habit de chambellan qui anoblit la capitale et nous transforme tous en Princes et Princesses le temps d’une nuit. Tous jouent le jeu, de la courtisane à la princesse ou du marquis au gentilhomme. Le rendez-vous annuel tant attendu a eu lieu ce 24 mars au Pavillon Royal, avec ses grands salons rappelant la Cour Royale du XVIIIe siècle. PARIS, CAPITALE DES LUMIÈRES ? « Je pense qu’il y a du boulot. Il y a d’autres villes telles que Berlin ou Londres qui sont beaucoup plus ouvertes. Maintenant, Paris est certainement le lieu qui fait le plus rêver. Paris est aujourd'hui un petit laboratoire de tendances intéressant et on peut toujours y faire de belles choses. Nous nous sommes démarqués à l'époque avec les Bains Douche et le Palace. C'est resté dans l'inconscient de chacun. Nous essayons aujourd'hui, avec nos bâtons de pèlerins, d'aller plus loin et plus haut. Tâche rendue difficile par la conjoncture politique et sociale actuelle en France et dans le monde. Mais nous sommes là pour ça. Que la fête continue ! »

-25-


PORTRAIT

Bien qu’il ait refusé d’être interviewé dans le passé, Frédéric Bouin récemment nous a permis de lui rendre visite dans son appartement dans la Trump Tower sur 5th Avenue donnant sur Central Park à New York. Son histoire est une véritable illustration de ce qu’on appelle « le rêve americain».

FREDERIC BOUIN American Dream

Le rêve américain Although he has declined to be interviewed in the past, Frederic Bouin recently allowed us to visit him in his Trump Tower apartment on Fifth Avenue overlooking New York’s Central Park. His story is an illustration of what many refer to an the “American dream”. Frederic arrived in the United States at the age of 19 1/2 with $100 in his pocket, and knowing little English. He survived by quickly learning enough English to do all kinds of odd jobs, like selling umbrellas on the streets of New York City, where he first landed and stayed for two months. Then, after a few years in Los Angeles trying to break into the movie business as a writer and director, he moved back to NYC in 1986, where he got a job at the Circle Gallery, a public company with 35 galleries all over the United States employing a large number of commissionpaid art consultants. Frederic became Circle Gallery’s number one art consultant within his first two weeks, and during his first year there, he proceeded to more than double the business of the prior top art consultant in the company’s entire 25-year history. This got the attention of the competition, who tried to lure him away with very attractive offers, which included a position as president of another public company in the same field. He even got offers from clients to run their businesses. Yet he remained loyal to Circle Gallery, where he continued to set new records. At the age of 30, though, he left Circle Gallery as a new millionaire to start his own art consulting business. Frederic confines the scope of his business to impressionist, modern, and contemporary period artists, mainly from the United States and Europe. This eliminates the issue of authentification, which is more difficult with old masters and antiques. Business grew as he quickly became known as someone with the uncanny skill of being able to time the art world market and pick the right artist at the right time. For example, when other dealers were telling collectors that Basquiat’s paintings were overpriced, he was recommending his clients purchase

Frédéric est arrivé aux États-Unis à l'âge de 19 1/2 avec 100 $ dans sa poche, et sans connaissance de l’anglais. Il a survécu en apprenant rapidement suffisamment l'anglais pour faire toutes sortes de petits boulots, comme vendre des parapluies dans les rues de New York, où il a atterri et est resté pendant deux mois. Puis, après quelques années à Los Angeles pendant lesquelles il tentait de percer dans le milieu du cinéma en tant que scénariste et réalisateur, il est retourné à New York en 1986, où il a obtenu un emploi au Circle Gallery, une société publique avec 35 galeries partout dans les États-Unis qui emploient un grand nombre de consultants d'art commission-payés. Frédéric est devenu le top consultant chez Circle Gallery d'art, lors de ses deux premières semaines, et durant sa première année là-bas, il se mit à plus de doubler le chiffre d'affaire de l'entreprise de consultant d'art pour la première fois en 25 ans d'histoire. La concurrence ayant remarqué ses succès, ils lui envoient des offres très attractives, y compris un poste de président d'une autre société publique dans le même domaine. Il a même reçu des offres de clients pour gérer leurs entreprises. Pourtant, il est resté fidèle au Circle Gallery, où il a continué à établir de nouveaux records. À l'âge de 30 ans, cependant, il a quitté Circle Gallery comme un nouveau millionnaire pour démarrer sa propre entreprise de consultation d’art. Frédéric limite le cadre de son activité aux artistes période impressionniste, moderne et contemporaine, principalement en provenance des États-Unis et en Europe. Cela élimine ce problème d'authentification, qui est plus difficile avec les maîtres anciens et d'antiquités. Son succès est arrivé parce qu’il est rapidement devenu connu comme quelqu'un avec un talent d'anticiper le marché. Par exemple, lorsque d'autres concessionnaires disaient les collectionneurs que les peintures de Basquiat ont été surévaluées, il recommandait à ses clients de les acheter. Effectivement, un an plus tard, les prix avaient doublé et est passée à 10 fois le coût initial au bout de cinq ans. Quand j'ai demandé, «pensez-vous que des gens paient trop pour l'art ? » Répondit-il, «il vaut mieux payer plus cher pour une bonne peinture que d'acheter une peinture médiocre pas cher, même d’un artiste bien connu. Savoir naviguer dans le monde de l'art c'est un art en soi, si votre intention est de faire un bon investissement. « il a compris très tôt que, même si un client n'achète pas de l'art pour l'investissement, il est toujours préférable de les encourager à choisir parmi un potentiel de pièces d'investissement bonnes, plutôt que par des artistes qui seraient un long shot. Cela est particulièrement vrai après la crise financière, en raison du manque de confiance dans les banques et les marchés boursiers. Dans un tel environnement, l’art attire l'attention beaucoup plus qu’avant, et Bouin croit que ce qui se passe dans le marché de l'art au cours des 20 prochaines années sera quelque chose que nous n'avons jamais vu auparavant. La demande est croissante, alors que les réserves se raréfient. La crise financière a donné lieu à de nouveaux records aux enchères d'art à travers le monde, par conséquent, il est un art en moins bonne disponibilité, il est plus important que jamais de savoir comment identifier les «bon art». En raison de son excellente feuille de route, les clients de Frédéric lui font confiance, et il n'a jamais eu un procès intenté contre lui. De nombreuses années de faire des affaires sur une poignée de main (jusqu'à présent, il n'a jamais signé aucun contrat, sauf un accord envoi), mais toujours à la hauteur de sa parole, il s'est bâti une réputation de fiabilité qui est l'une des clés de son succès. En plus de cela, ses clients

-26-


PORTRAIT

them. Sure enough, a year later the prices had doubled and increased to 10 times the original cost after five years.

n'ont jamais perdu de l'argent sur un tableau. Cependant, il est prudent en informant ses clients que l'art n'est pas liquide, et à seulement investir de l'argent dont ils n'ont pas besoin pour vivre. Il leur dit qu'ils doivent détenir le pouvoir: « Si vous n'êtes pas en mesure de vendre de l'art au prix que vous demandez maintenant, vous allez vendre plus tard pour plus cher. » Il a expliqué que certains marchands d'art de grande envergure disent aux gens que l'art est liquide s'ils ne se soucient pas ce qu’ils obtiennent pour cela aux enchères, et à cet égard, c'est exact. C’est vrai qu’il y a suffisamment de ventes aux enchères à travers le monde pour obtenir de l'argent pour l'art dans les trois à six mois.

When I asked, “do you think people are overpaying for art?” he answered, “better to overpay for a good painting than to buy a mediocre painting cheap, even from a well known artist.” He went on to say “it’s an art in itself to be able to navigate the art world if your intention is to make a good investment.” He realized early on that even if a client isn’t buying art for investment, it is always better to encourage them to choose among potential good investment pieces, rather than from artists who would be a long shot. This is especially true after the financial crisis, because of the lack of confidence in banks and stock markets. In this environment art is getting much more attention, and he believes that what happens in the art market over the next 20 years will be something we have never seen before. Demand is increasing, while supply is becoming scarcer. The financial crisis has resulted in new record highs at art auctions around the world, and consequently there is less good art available, making it more important than ever to know how to identify “good art”. Because of his excellent track record, Frederic’s clients trust him, and he has never had a lawsuit brought against him. Many years of doing business on a handshake (so far he has never signed any contract except a consignment agreement), yet always living up to his word, he has built a reputation of reliability that is one of the keys to his success. On top of that, his clients have never lost money on a painting. However, he is careful to inform his clients that art isn’t liquid, and advises only investing money they don’t need to live on. He tells them they must have holding power: “If you are not able to sell art at the price you are asking now, you will sell later for more.” He explained that some large-scale art merchants will tell people that art is liquid if they don’t care what they get for it at auction, so in that respect it is true. Indeed there are enough auctions around the world to get cash for art within three to six months. Frederic has worked hard over many years learning enough about art to effectively guide his clients toward the right or “safe” pieces. He is not an art historian, nor does he know all the new artists that are constantly appearing on and disappearing from the art scene. He is also not credentialed to authenticate paintings. His talent, or what his former company called “magic”, is in analysing and understanding undervalued artists. Frederic works from his Trump Tower apartment and his home in Florida. He is married with a son. His marriage could easily be made into a movie, but he didn’t want to talk about it.

Frédéric a beaucoup travaillé pendant de nombreuses années d'apprentissage assez sur l'art pour guider efficacement ses clients vers l'achat de pièces sécuritaires. Il n'est pas historien d’art, et il ne connaît pas tous les nouveaux artistes qui ne cessent d'apparaître et de disparaître sur de la scène artistique. Il n'est pas non plus accrédité pour authentifier des tableaux. Son talent, ou ce que son ancienne entreprise appele «magie», consiste à analyser et comprendre les artistes sous-évalués. Frédéric travaille à partir de son appartement Trump Tower et sa maison en Floride. Il est marié avec un fils. Son mariage pourrait facilement être transformé en un film… mais il ne voulait pas en parler. Lorsque nous avons demandé pourquoi il ne choisit pas de vivre et de travailler en France, nous avons obtenu une réponse triste de l’ancien Parisien, qui a de graves préoccupations au sujet de l'état des choses en France aujourd'hui. Il estime que le seul espoir pour la France de devenir un pays prospère et puissant à nouveau c’est d'attirer des investissements, et de créer de l'incitation et de l'espoir pour les gens à réussir. Il veut que la France devienne une sorte de « paradis fiscal », plutôt que d'augmenter les impôts de plus en plus et chasser les entrepreneurs qui pourraient embaucher des personnes. Il s'interroge sur l'effet qui en résulterait si la France était de copier un système fiscal comme Hong Kong, de ne pas imposer les revenus inférieurs à un certain niveau, et d'envisager un impôt forfaitaire de 15 % sur les personnes qui paient des impôts, assortie d'une garantie que les taxes ne vont pas augmenter pour les 100 prochaines années. Il pense que les réformes comme celleci peuvent résoudre le problème du chômage et de ramener la dette et les déficits, car «la France est encore le pays le plus visité au monde, et aimé par beaucoup». Tout cela en collaboration avec le gouvernement français et une meilleure gestion des dépenses. Il pense que ca lancerait le retour des Français en France, et inciterait les étrangers à venir vivre et investir en France aussi. Si cela devait arriver, il pense que la France pourrait être superbe et une grande puissance dans le monde.

When we asked why he doesn’t choose to live and work in France, we got a rather sad response from the former Parisian, who has grave concerns about the state of things in France today. He feels that the only hope for France to become a thriving and powerful country again is to attract investment and create incentives and hope for people to become successful. He feels this could be done by making France a sort of ”tax haven”, rather than raising taxes again and again and driving away entrepreneurs that could be hiring people. He ponders the effect that would result if France were to copy a tax system like that of Hong Kong, which only taxes those with incomes above a certain level, and to consider a flat tax of 15 % on people who would pay taxes, coupled with a guarantee that taxes will not go up for next 100 years. He thinks reforms like that would resolve the unemployment problem and bring down debt and deficits because “France is still the most visited country in the world, and loved by many”. All this together with the French government managing spending better, he feels, would initiate the return of French people to France and attract foreigners to come live and invest in France as well. If this were to happen, he thinks France could be a great force in the world.

-27-

BY PIERRE GISCOURS


ART

CERJ LALONDE,

21st CENTURY POST"MODERN ARTIST

-28-


ART

BY NATALIE GATTI

Artiste post-moderniste du XXI! e Cerj Lalonde’s artistic approach being largely conceptual makes him the epitome of a 21st Century artist: he expresses the intense tension of this polyphonic world, always oscillating between aesthetics and philosophy. Beyond his colour work, he wishes to be a sort of messenger in this changing world we live in. His paintings are explosions of colours and shapes, fully controlled because very intellectualized. Influenced by cubism, constructivism, and minimalist art, he has formulated a post-modernist style that pays tribute to them all. His works are largely abstract and with geometric lines, and he prefers to focus on large flat areas of colour and then add texture. Yet behind the apparent simplicity hide signs of riddles he’s left for us to decipher. He even conveys this in the installations of his art, where he continues to play with his images. Everything is real, yet nothing is true. This is no different in Cerj Lalonde’s works. As an illusionist, he engages us with the apparent ease of geometric precision, but when one enters into communion with his conceptual vision, the visionary artist opens doors to a fractal and infinite world. Much like Baudelaire, symbolist poet that he was, Cerj Lalonde sees every artist as a sort of beacon of light. He too wishes to be a bearer of light and meaning.

La démarche artistique de Cerj Lalonde, parce qu’elle s’inscrit dans une approche conceptuelle, fait de lui l’archétype de l’artiste du xxie siècle : il exprime la tension éclatée et polyphonique de notre monde, oscillant en permanence entre esthétisme et philosophie. Au-delà de son travail chromatique, il se veut messager existentiel d’un siècle en mutation. De ses toiles jaillit une explosion de couleurs et de formes, entièrement maîtrisée parce que très intellectualisée. À la fois héritier du cubisme, de l’art minimaliste et du constructivisme, il a transcendé ces influences qu’il revendique, et qui le situent dans un courant post-moderniste. Dans ses œuvres qui font la part belle aux lignes abstraites et géométriques, il aime à privilégier les grands aplats de couleur et soigner les effets de texture. Pourtant, derrière une apparente simplicité se cachent des signes tels des énigmes qu’il nous donne à décrypter. C’est dans le même esprit qu’il déploie des installations de ses propres images, organise des happenings et se fait vidéaste, autant d’expressions pour se jouer des images et les détourner. Tout est réel, rien n’est vrai. Il en va de même des œuvres de Cerj Lalonde. Tel un illusionniste, il nous piège avec l’apparente facilité de la précision géométrique, mais si l’on entre en communion avec sa vision conceptuelle, l’artiste visionnaire nous ouvre des portes d’un monde fractal et infini. De même que Baudelaire, poète symboliste, voyait dans tout artiste un phare ou Rimbaud un voyant, Cerj Lalonde se veut porteur de lumières et de sens.

Born in Quebec in 1954, Cerj Lalonde was a curator for several years after studying art history and anthropology. He now lives in Miami and exhibits his work worldwide.

Né au Québec en 1954, Cerj Lalonde après ses études en histoire de l’art et en anthropologie a été conservateur pendant plusieurs années. Il vit désormais à Miami et expose ses œuvres, depuis 1979, dans le monde entier.

His latest news: Facing Sky exhibit at Art Basel Miami Beach 2013, a monumental ephemere artwork of one million square meters, whose material will give birth to 1 million unique multimedia interactive interconnected 1x1m artworks, sold and spreaded all over the World.

Son actualité : Facing Sky une œuvre éphémère monumentale d’un million de m2 dont l’exposition est prévue à l’occasion d’Art Basel Miami Beach 2013, dont la toile donnera naissance à 1 million d’œuvres uniques multimédia interactives interconnectées d’1x1m, vendues et diffusées dans le monde entier.

Learn more: www.cerjlalonde.com - www.artbaselmiamibeach.com

Pour en savoir plus : www.cerjlalonde.com - www.artbaselmiamibeach.com

-29-


VOLTAIRE CHRONICLES

J’ai craqué pour une nouvelle ligne de maroquinerie haut de gamme pour que nous soyons aussi élégants que nos maîtresses ! La créatrice s’appelle Anne G. Sa passion des chiens remonte à son enfance. Elle a imaginé une collection de colliers et laisses à la fois pour chiens, et aussi pour mes ennemis, les chats. Sa muse ? La belle Shana ! Shana est une Wippet raffinée à l’image de sa maîtresse. Voici ce qu’elle m’a expliqué sur les coulisses de la collection : « Je me suis prêtée aux essayages de tous les prototypes conçus par ma maîtresse. Je ne me plains pas car j’ai évidemment la chance d’avoir un modèle de chaque et dans toutes les couleurs ! Je suis une vraie princesse… Et si tu veux mon avis, le modèle Paname est de loin le plus chic, mais le plus complexe est le Mutin qui été un vrai casse-tête car chaque bouton est cousu à la main. » Jamais, je n’ai touché un cuir aussi doux et délicat pour mon petit cou. Du chevreau ! Jamais, je n’ai vu des boucles et mousquetons de cette qualité. Et des couleurs bicolores qui respectent notre look sans nous ridiculiser ! Cognac, rouge, noir, rose fuschia, blanc… Unie ou bicolore, la ligne Anne G propose trois modèles qui ont nécessité chacun des heures de travail… Tout est fabriqué de façon artisanale en France. Cela mérite d’être salué et surtout, pour une fois, les gros gabarits ne sont pas oubliés puisqu’il existe toutes les tailles de colliers, du XXS type Chiwawa au XXL type Boxer Français. Et parce que rien n’est trop beau pour nous, le modèle phare est le collier Paname serti de dizaines de cristaux Swarovski entièrement cousus à la papatte ! Et cet été, la tendance sera aux « Marcels » canins tandis que maîtresses et enfants auront une gamme de teeshirts avec des silhouettes de chiens et chats en Swarovski.

Voltaire CHRONICLES

Spring edition april 2012 / Édition de printemps

Mon coup de cœur pour Anne G, haute couture canine et féline

TARIFS : • de 135 à 165 euros TTC pour les colliers • de 64 à 74 euros TTC pour les laisses En vente sur le site www.anneg.fr Retrouvez toutes mes chroniques sur blog :

http://blogs.cotemaison.fr/chronique-de-voltaire/

I have fallen for a new line of high-end leather goods that make us just as glamourous as our masters! Anne G is the designer, and she has had a passion for dogs since her childhood. She has come up with a collar and leash collection for both dog, and my enemies, cats. Her muse and inspiration? The darling Shana! Shana is a refined Wippet just like her master. Here’s what she told me about the collection: “ I tried on all the prototypes my master came up with. I can’t really complain since I am lucky enough to have one of each design and in every colour! I’m a real princess… And if you want my opinion, the Panama is by far the most chic of all of them, but the most complex is the Mutin, since it was the biggest headache with all those hand-stitched buttons. ” I had never felt such soft leather around my neck. Never had I seen such great quality buckles and hooks. There are also two-tone ones that fit our respective styles without making us look ridiculous. Cognac, red, black, pink, fuchsia, white… Solid or multi-coloured, Anne G offers a line of three models that each required hours and hours of work. Everything is handmade in France, and that alone deserves a lot of credit. Big dogs for once have not been overlooked, as all sizes of collars are available from XXS (Chihuahua) to XXL for French Boxers. And since nothing is too good for us, the she has also made a Panama collar set with dozens of hand sewn Swarovski crystals! This summer look for “ Marcels ” which gives masters and children a line of t-shirts with of dogs and cats all decked out in Swarovski. PRICES: • from 135 to 165¤ TTC for collars • from 64 to 74¤ TTC for leashes Available at: www.anneg.fr Visit my blog for all my chronicles:

BY NATALIE GATTI

http://blogs.cotemaison.fr/chronique-de-voltaire/

-30-


WORLD PREMIERE

GREEN GT H2,

Green competition GREEN GT H2, la compétition verte The GreenGT H2 is the first prototype electric/hydrogen competition car. The GreenGT H2 project was selected in June 2011 by the French Automobile Club de l'Ouest (ACO), as an innovative project. GreenGT was invited to participate on the June 3rd Test Day of the 2012 Le Mans 24 Hours event. As the autonomy of lithium/ion batteries was found to be the improvement with the most potential on GreenGT's previous prototypes, hydrogen very quickly became the preferred option. In 2011, a 100 kW fuel cell that can be mounted in both competition and road cars was developed under GreenGT’s guidance. This fuel cell system has been tested and is now operational. Since then, GreenGT has begun the construction of a new high power fuel cell system that provides a linear power of 340kW, or 460Hp. In parallel, a new lightweight twin-engine powertrain, providing up to 400kW or 540Hp, has been developed for this prototype. Control electronics and telemetry of the last generation will ensure the very best performance of the prototype on the track. To comply with FIA regulations and safety standards, a specific chassis has been designed. This was built for GreenGT by WR, well known to Le Mans fans, in compliance with the new technical constraints required for GreenGT and its innovative concepts. BY PIERRE GISCOURS

La GreenGT H2 est le premier prototype de compétition électrique/ hydrogène. Le projet GreenGT H2 a été sélectionné par l’ACO en juin 2011, comme projet innovant. GreenGT est invité à participer le 3 juin, à la journée de test des 24 Heures du Mans 2012. L’autonomie des batteries lithium/ion s’étant avérée le point perfectible des précédents prototypes de GreenGT, l’hydrogène s’est imposé très rapidement. GreenGT a fait développer en 2011 une pile à combustible de 100kW qui peut être intégrée dans une voiture de course ou de route. Cette pile à combustible a été testée et est opérationnelle. Depuis lors, GreenGT a lancé la construction d’une nouvelle pile à combustible de forte puissance qui fournit 340kW linéaire, soit 460Cv. En parallèle, une nouvelle chaîne de traction bimoteurs, légère et développant jusqu’à 400kW soit 540Cv a été développée pour ce prototype. Quant à l’électronique de contrôle et la télémétrie de dernière génération, elles permettront de garantir un comportement parfait du prototype sur la piste. Pour être conforme au règlement et aux normes de sécurité FIA, un châssis spécifique a été conçu. Pour le compte de GreenGT, WR, bien connu des passionnés manceaux, en a réalisé la construction en respectant les nouvelles contraintes techniques imposées par GreenGT et ses concepts innovants.

-31-


POLO NOBILITY A NOBLE ORIGIN Polo was created in Mesopotamia some 2500 years ago and dates back to the domestication of the horse. In Persia where it got its first real notice, it was restricted to only the best warriors, princes and kings. From Persia, popularity of this team sport spread east to India, in particular, where the British discovered it in the mid-19 th Century. The English then adopted and adapted it to their liking, and thus it became known in the west. But it was in Argentina, a country with a long equestrian tradition, that polo saw its glory days as soon as it “ arrived ” in the late 19 th Century. The game is played on horseback from about 1.5 m up on a grassy 275m by 145m field. Each team has four players who use a mallet to hit an 8cm ball to score a goal on the opposing team. Polo is a very fast game; it requires a real mastery of horse riding, as well as accuracy, strategy, strength, and team spirit. As for the horses, they are trained starting at the age of three for several years in order to have the endurance and speed, but also the calm and stability necessary to serve their riders. The horse must be able to respond to even the slightest demands of its rider. The human / animal relationship is obviously very important. A real symbiosis occurs between the two, allowing an impressive connivance.

La noblesse du polo UNE NOBLE ORIGINE Le polo fut créé en Mésopotamie il y a près de 2500 ans. Autant dire que ce sport remonte à la domestication du cheval. C’est en Perse que ce jeu d’adresse exceptionnel connaît ses premières heures, où il est réservé aux meilleurs guerriers, aux princes et aux rois. De Perse, ce jeu d’équipe s’étend à tout l’Orient, notamment en Inde où les Britanniques le découvrent au milieu du xixe siècle. Les Anglais l’adoptent et l’adaptent à leur convenance puis le répandent en occident. C’est en Argentine, pays aux grands espaces et de tradition équestre que le polo connaît ses heures de gloire, dès son importation à la fin du xixe siècle. Ce jeu se pratique à dos de cheval d’environ 1 mètre 50 au garrot sur un terrain gazonné de 275 m sur 145m. Chaque équipe est composée de quatre joueurs qui doivent, à l’aide d’un maillet, frapper une balle de 8cm de diamètre pour l’envoyer entre les poteaux délimitant les buts de l’équipe adverse. Le polo étant un jeu extrêmement rapide, il exige de chaque joueur une maîtrise exceptionnelle de l’équitation, beaucoup d’adresse et de précision, de stratégie, de force ou encore d’esprit d’équipe. Quant aux chevaux, ils sont entraînés dès l’âge de 3 ans pendant plusieurs années afin d’avoir la capacité d'endurance, de vitesse en pointe, mais aussi le calme et la stabilité nécessaires au jeu de leurs cavaliers. Le dressage doit permettre au cheval de répondre aux moindres sollicitations de son cavalier. La relation homme / animal devient alors très importante. Une véritable symbiose s’opère entre les deux, permettant une connivence indispensable.

PASSIONS OBLIGÉES En France, il n’y a que très peu de communication pour les non avertis. Les lieux principaux où l’on peut admirer un match de polo sont à Deauville, à Saint-Tropez ou encore à La Beaule. Certains jeunes cavaliers, comme Aurélien Moisan, 16 ans et demi, ont souhaité y jouer régulièrement. Vous l’aurez compris, pour jouer au polo, il faut au préalable connaître l’univers du cheval ! C’est à l’âge de 3 ans qu’Aurélien a commencé à faire de l’équitation dite classique dont du saut d’obstacle. Il découvre ce sport combatif avec des yeux émerveillés à Deauville avec son père. Grand coup de cœur puisqu’il le pratique depuis bientôt 5 ans. Son père n’a pu que l’encourager dans sa volonté de se surpasser. La relation père-fils est ici très forte. Gilles Moisan accompagne son fils depuis le début. Il le soutient, le conseille, l’accompagne à chacun de ses entraînements. Par ce sport, il lui transmet des valeurs d’éthique, de dépassement de soi, de patience, de fair-play… C’est un sport très difficile qui demande des années d’expérience et d’y consacrer beaucoup de temps. Voyant son fils se passionner pour

-32-


IMPASSIONED PLAYERS In France, if you’re not a big polo fan, you may not hear much about it. The main spots to catch a match are Deauville, Saint-Tropez or La Beaule. At the age of 16 ½, Aurélien Moisan plays regularly. Now, it goes without saying that to play polo, it is necessary to have first mastered riding a horse! At the age of three, Aurélien began taking so-called classical riding lessons, which includes jumping. He first discovered this sport in Deauville with his father and promptly fell in love with it. His father was clearly pleased with such a strong desire to succeed at something. This fatherson relationship is very strong. Gilles Moisan has accompanied his son to every practise and event since the beginning. He also serves as a supporter and adviser to his son. Through polo, he teaches his son values of ethics, patience, and fair-play… It is a very difficult sport that requires years of experience and a great deal of time. When he saw his son’s passion for the sport, he decided to buy him a polo horse, Pato, with whom a relationship of trust was quickly built. Aurélien was able to tame the animal himself, and their mutual complicity not surprisingly elevates the level of play. They have participated in various competitions such as exhibition games and major tournaments between French clubs. Together, they train at the polo club at Chantilly under one of the best polo coaches of France, Pascal Jamet.

MAKING IT ACCESSIBLE Pascal’s goal is to make polo more accessible in France, a task he’s been working on for nearly 20 years. He knows all the ins and outs of the game. The polo world has its own organization reminiscent of the feudal system: sponsors, coaches, and players are the new warlords, riders and knights. And the annual budget of a polo team is significant! Polo matches are played in six parts and riders change horses for every part. This means it’s necessary to have 24 horses… From start to finish it’s so complex that it automatically weeds out everyone but the very best players. Pascal works with the French Federation of Horse Riding and the French Federation of Polo to modernise and make the sport more accessible to people. France is currently one of the only countries where the game is rather easily accessible, thanks to paddock-polo. This variation is played on a smaller field and therefore can be practised at many equestrian centres at any time of year. It also allows younger players to develop their game without ruining their parents’ pocketbooks. Polo is a noble and prestigious sport, not only in terms of budget it requires, but also in the relationship of the rider with his horse. Today’s younger generation has the good fortune to learn about the game of polo as well as experience it firsthand.

ce sport, il décide de lui acheter un cheval de polo, Pato, avec qui une relation de confiance a pu se tisser rapidement. Aurélien a su apprivoiser l’animal et leur complicité élève le niveau de jeu. Ils ont participé à différentes compétitions telles que des matchs d’exhibition ou de grands tournois entre clubs français. Ensemble, ils s’entraînent au polo de Chantilly sous les conseils avisés de l’un des meilleurs entraîneurs de polo de France, Pascal Jamet. DÉVELOPPER CE SPORT La volonté de Pascal est de rendre le polo plus accessible en France. Il y travaille depuis bientôt 20 ans. Il connaît toute la logistique nécessaire à l’exercice de ce jeu. Le monde du polo a son organisation propre qui rappelle le système féodal. Patrons, petiseros et joueurs ( payés par les patrons pour intégrer leur équipe ) remplacent seigneurs, écuyers et chevaliers. Le budget annuel d’une équipe de polo est énorme ! Un match de polo se joue en 6 parties et les cavaliers changent de monture à chaque partie. Cela implique de posséder 24 chevaux par équipe… Organisation complexe qui ne permet qu’à de très bons joueurs d’intégrer des équipes. Pascal tente de moderniser et de rendre ce sport plus accessible, en association avec la fédération française d’équitation et la fédération française de polo. La France est actuellement l’un des seuls pays où le jeu est à la portée de tous les cavaliers, grâce au développement du paddock-polo. Cette variante n'exige qu'une surface de terrain moindre et peut donc se pratiquer dans de nombreux centres équestres, été comme hiver. Cette discipline permet notamment aux juniors de se perfectionner en ne grevant pas le budget de leurs parents. Le polo est un sport noble et prestigieux, non seulement en termes de budget mais aussi dans la relation du cavalier avec son cheval. La jeune génération a aujourd’hui le prestige de vivre le polo et de découvrir ce sport plein de promesses.

-33-

BY DELPHINE LANCRENON


DESIGN

VINCENT COLIN Precision and simplicity!

Précision et simplicité!! Although one might describe Vincent Colin as a rather reserved and discreet man, he is still a passionate, rigorous and precise artist. Since childhood, he has been intrigued by interesting objects, much due to trips to flee markets with his father. After meeting the very eclectic Olivier Gagnère who does decorative arts in the purest sense, Vincent decided to dive into the field despite never having been formally trained. His preference is to work primarily with natural materials. In 1995, he created Édition Limitée with the help of Frederick Caille, which features objects designed by contemporary artists.

— D’un naturel plutôt réservé et discret, Vincent Colin est artiste passionné, rigoureux et précis. Dès son enfance, il prend conscience de l’existence des objets grâce à un père publicitaire avec qui il parcourt les puces. Autodidacte du design, c’est sa rencontre avec le très éclectique Olivier Gagnère, lequel travaille dans la plus pure tradition des arts décoratifs, qui le décidera à faire le grand plongeon. Son domaine de prédilection demeure les matières naturelles. En 1995, il créé avec la complicité de Frédérique Caillé, la société Édition Limitée qui présente des objets conçus par des créateurs contemporains.

How has your work evolved since your first project? Vincent Colin : My first pieces were either individual pieces or made in small series and weren’t for any specific place or person. Today, my creations are custom made after a request by a specific place or brand. What have been the most important steps in your career up until now? One of the biggest chandeliers I’ve done was for the French embassy in Beruit. My first collaboration with a big name in hospitality was with Oustau of Baumanière. Then, of course, the creation of Édition Limitée was a big one, too. Which of your projects has given you the most personal satisfaction and why? My work for Virebent, which was a special opportunity to use the materials and my own savoir-faire in a deeper way. It also showed me a new way of looking at the relationship between the materials used and the bigger picture. How would you describe your strong points as a designer? My sensitive relationship with what I’m working on. I feel I succeed at giving people a place they can feel at harmony with. Which architects or designers inspired you to get into this type of work? Antique dealer and decorator Jif Collin, where I first learned about materials and their histories, designer Olivier Gagnère, whose school is the best and only one I attended, and designer architect Ettore Sottssas. Which direction is design heading these days, in your opinion? I think people are looking more for a human element. We’re also seeing a return to a stronger savoir-faire as well as basic materials.

Comment a évolué votre travail depuis votre premier projet jusqu’a vos projets d’aujourd’hui? Vincent Colin : Mes premiers objets étaient des créations en petites séries ou pièces uniques réalisées sur des savoir-faire artisanaux sans destination précise. Aujourd’hui, ils répondent à une demande de création originale pour un lieu spécifique ou une marque. Quels sont les étapes les plus importantes de votre carrière jusqu’à ce jour? L’ambassade de France à Beyrouth un des premiers grands lustres que j’aie réalisé. L’Oustau de Baumanière, ma première collaboration avec un grand nom de la restauration et de l’ hôtellerie. La création d’Édition Limitée,un laboratoire de savoir-faire et de forme unique Quels projets vous ont donnés le plus de satisfaction personnelle, et pourquoi? Mon travail pour Virebent, une occasion unique d’entrer dans la matière et le savoir-faire de façon sensible, et qui m’a donné un nouvel angle de réflexion pour aborder le rapport entre la création et la matière sur l’ensemble de mon travail. Comment décririez-vous vos points forts en tant que designer? Le rapport sensible à l’objet, créer un objet humain en harmonie avec son habitat. Quels sont les architectes ou designers qui vous ont donné envie de faire ce métier ? Jif Collin antiquaire et décorateur, ma première bibliothèque des objets, des matières et de leur histoire, Olivier Gagnère, designer, la seule école que j’aie faite et la meilleure. Ettore Sottssas, architecte designer, l’école de la liberté Selon vous vers quoi tend le design aujourd’hui ?

-34-


DESIGN

Précision et simplicité!! ! Je pense que le design tend aujourd’hui vers une recherche d’humanité. On assiste aussi à un retour au savoir faire et aux matières. Quelle est votre définition du mot design ? Des objets pour le plus grand nombre réalisés industriellement, afin de rendre ces objets accessibles. N’est ce pas un terme un peu galvaudé ? Les productions dans des pays à moindre cout de main d’œuvre ont modifié le différentiel entre coût industriel et coût manuel, bouleversant les contraintes de création, le temps devient abordable, permettant le retour de l’ornementation, ou l’apport de différents savoir-faire sur un même objet. What is the definition of the word “ design ”? Pieces that are for the most part made industrially, so that they’re more accessible. Isn’t that a bit of a hackneyed way to put it? Production in countries with lower labour costs has changed the cost differential between mass-produced and handmade costs, which alters the constraints of creation. Time is thus more affordable, and it’s the expertise on the piece then that is what varies. What are your principal influences right now? The search for humanity through savoir-faire, the materials, and how they’re used. Also, the search for identity through a trademark look in a world where images, shapes, and styles circulate quickly. What is your best decorating advice? Make your choices according to what you like, not what others might think. Define each space starting with lighting, as it can serve as a frame on certain objects and areas. Is recognition important to you? No, the real reward is when the space and the objects come together as one and the effect is long-lasting. What influences you? All those emotions that our memory keeps from our curiosity. Do you consider architecture and design to be forms of art? Sometimes, when there is also something aesthetic in the usage.

Quelles sont pour vous les principales influences du moment ? La recherche d’humanité à travers, les savoir-faire, la façon et l’importance des matières. La recherche d’identité à travers la signature, dans un monde ou tout circule, les images, les formes et les styles. En terme de décoration, quel est le meilleur conseil à donner ? Faire son propre choix et non celui du regard des autres, le choix de l’identité sur la tendance. Définir les différents espaces et commencer par la lumiere, c’est l’armature des usages et des objets. Les récompenses sont elles importantes pour vous en terme de reconnaissance ? Non, la récompense c’est quand le lieu et les objets ne font plus qu’un et perdure dans le temps. Quelles sont vos influences ? Toutes les émotions que notre mémoire garde de notre curiosité. Considérez vous l’architecture et le design comme un art ? Parfois quand il n’est pas qu’usage et parle à nos sens. Sur quels types de projets travaillez vous actuellement ? D’une part sur des projets en bois, pour Édition Limitée. Et d’autre part sur la réalisation de lustres et d’appliques pour des chantiers privés. Quelle est votre définition du chic et de l’élégance ? C’est la synergie entre harmonie, savoir-faire et émotion !!!

-35-


DESIGN

What are you currently working on? Some wood stuff for Édition Limitée along with some chandeliers and sconces for private jobs. How would you define chic and elegant? It’s the synergy of harmony, savoir-faire, and emotion. Do you still find surprises in the architecture and design worlds? Yes, in every city, every house, every shop, and every drawer. What do you think about when you’re working on a new project? Is it the practical aspect or the desire to make something unique? Let’s just say I try to consider all factors including the place it will be and who will be using it. Do you have a motto? Imagine the desire of another. What do you dream about? Travelling, discovering new things, and savouring them all. How would you define your work? Adapting a desire into something workable. What do your home sweet home look like? An enormous library with a few nomadic pieces. Y a-t-il encore des surprises dans le domaine de l’architecture et du design ? Dans chaque ville, chaque maison, chaque boutique, chaque tiroir.

BY CAROLE CHIARONI

A quoi pensez vous lorsque vous travaillez sur un projet ? à l’aspect pratique ou à la volonté de réaliser quelque chose d’unique ? Disons que j’essaie avant tout de trouver l’évidence, par rapport au lieu et à ses usagers. Avez vous une devise ? Imaginer le désir d’un autre. Quels sont encore vos rêves ? Voyager, découvrir, déguster. Comment définiriez vous votre travail ? Adapter une envie à un usage. A quoi ressemble votre « home sweet home » ? Une grande bibliothèque et quelques objets nomades.

-36-


LE PRÉSIDENT, Caton et moi… Bien avant que François Hollande ne devienne le nouveau Président de la République, une avalanche d’articles biographiques a légitimement déferlé sur les ondes, le papier et le Web. On a ressorti notamment l’un des enregistrements du leader socialiste à France Inter, où il disait : « Nous autres, gens de droite ». C’était il y a presque trente ans… Toutes sortes de versions plus ou moins tronquées, partielles ou partiales ont été données de l’épisode Caton. Je crois être pas trop mal placé pour en parler, étant l’auteur, en 1983, des deux livres signés sous le pseudonyme de Caton : « De la Reconquête » et « De la Renaissance » parus aux éditions Fayard. En fait, il s’est agi d’un détournement de commande avec l’accord des protagonistes. Flash back : à l’automne 1982, mon ami Jacques Attali, alors conseiller spécial de François Mitterrand, me dit que le président avait pensé à moi pour un livre de politique-fiction qui pourrait sortir à l’occasion des municipales de l’année suivante. En effet, j’avais écrit en 1977, sous le pseudonyme de Philippe de Commines, « Les 180 jours de Mitterrand » qui racontait ce qui se serait passé en cas de victoire de la gauche aux législatives de 1978. Dans ce cas – à l’époque considéré comme fort probable Mitterrand aurait été le Premier ministre de Giscard. Le livre fut à l’époque un best-seller. Cinq ans plus tard, je réfléchis ; je n’avais nulle envie de refaire un livre du même genre : on ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve. Deux jours plus tard, je propose à Attali un pamphlet où un homme de droite, après la défaite de 1981, fait le bilan d’un an et demi de la gauche au pouvoir, et flingue à la Kalachnikov, la droite qui a permis que cela se fasse. Je trouve le pseudonyme de Caton, le titre « De la Reconquête » et le slogan : « Pour vaincre la gauche, il faudra se débarrasser de la droite ». Je l’écris en octobre-novembre 1982 ; le livre sort en janvier 1983.Une précision à ce propos : « De la Reconquête » démontre bien que le tournant de la rigueur n’a pas eu lieu en 1983 comme le prétend la quasi-totalité des historiens et des journalistes, mais bien en été 1982, quand Jacques Delors annonce « la pause des réformes ». Ce que disait Caton le censeur et le cynique, entre autres, c’est qu’il fallait se débarrasser de ces leaders de droite incapables

et que, contrairement aux grands discours mitterrandiens et gouvernementaux, la gauche allait admirablement gérer l’économie de marché, ce qu’elle fit. Le livre devint un best-seller et pendant un an, tout le monde se demandait qui était Caton, devenu l’auberge espagnole des fantasmes politiques de l’époque. J’avais demandé à Attali que quelqu’un m’aide pour les chiffres : ce fut François Hollande qui travaillait alors, de même que Ségolène Royal, dans son équipe rue de l’Elysée : je rencontrai un jeune homme brillant, plein d’humour, déjà carré dans un corps rond, que je vis très souvent dans les dix années qui suivirent. Fin 1983, toutes les radios demandent des interviews de Caton : pas question pour moi d’intervenir, puisqu’un certain nombre de journalistes connaissaient ma voix. J’ai donc demandé à François Hollande de se faire le porteparole de Caton, ce qu’il fit avec brio. D’où l’allusion à la droite. Mais, je peux évidemment certifier que ni à l’époque, ni a fortiori aujourd’hui, François Hollande ne pouvait être qualifié d’homme de droite. Il s’est agi, tout au long, d’une analyse – la première en date – de la réconciliation de la gauche avec le capitalisme et Caton a eu du succès parce qu’il fut le premier à la décrire en détail. Tout le reste est « litres et ratures » comme disait Antoine Blondin…

ANDRÉ BERCOFF ECRIVAIN-JOURNALISTE andrebercoff.com

-37-


DESIGN

ANTOINE & ROBERT PIERINI: In the name of father, and son, and glass. Au nom du Verre, du Père et du Fils Near the village of Biot, in an area well-known for glassblowing, a former 18th Century olive oil mill has become a wonderful gallery. Windows open onto a universe full of colour, a universe where the work of father and son comes together.

— Au pied du village de Biot, la cité des verriers, un ancien moulin du xviiie siècle est devenu une merveilleuse galerie. Les vitrines s’ouvrent sur un univers haut en couleur, celui d’un père et son fils en osmose.

With stone walls all around, a collection of two men’s glassworks filtering the day’s light lie atop cubes and pillars of immaculate white. The artists are of course Antoine and Robert Pierini. Their art, whilst each original, is not necessarily distinguishable as being by father or son. An informed eye could easily pick out whose is whose. For this, you’d have to know the story of Robert, the father, who arrived here in 1968 at the age of eighteen to learn the art at the famous Verrerie de Biot founded by Eloi Monod a dozen years earlier. It was only after having acquired the foundation of this demanding work that he moved here. After all, he was already spending hours on end in front of the fires here. Gradually, however, tired of repetitive movements, he took ontrying to make his own creations. While traditional vases and pieces continue to be made daily, it’s the use of gold chloride, oxides, sulphates and nitrates that add something extra to the new and ever more sophisticated pieces. A GLORIOUS DAY IN 1979 Born in 1979, Antoine always stuck close to his father. He loved to impress his schoolmates with his balls of mixed colours. However, this was not initially the business that he intended to go into, as he instead began on a high-level sports training path. He could have become an athlete or a coach if the gestures he had seen so many times and learned to do with patience, had already mapped out his fate. The same discerning eye can see

Sous les voûtes de pierre, sur des cubes d’une blancheur immaculée, reposent de nombreuses œuvres de verre filtrant la lumière dans un balai lumineux. Signées par Antoine et Robert Pierini, sans signe distinctif si ce n’est leur originalité, elles mêlent leur destin sans laisser deviner qui du père ou du fils les a créées. Un œil averti pourrait vite mettre un prénom sur ces pièces d’une beauté élégante. Il faudrait pour cela connaître l’histoire de Robert, le père, arrivé au village en 1968 à l’âge de dix-huit ans pour apprendre le métier dans la célèbre Verrerie de Biot fondée par Eloi Monod une douzaine d’années plus tôt. Ce n’est qu’après avoir acquis les bases d’un art exigeant qu’il s’installe ici pour faire de « l’alimentaire » comme il aime à se souvenir quand les heures défilaient devant les fourneaux en fusion. Peu à peu cependant, lassé de gestes répétitifs, il se prend au jeu de la création. Et tandis que les vases et pièces traditionnelles continuent de faire le quotidien du verrier, le chlorure d’or, les oxydes, les sulfates et les nitrates jouent un ballet subtil dans des pièces nouvelles, toujours plus évoluées. UN BEAU JOUR DE 1979 Né en 1979, très tôt Antoine trainait dans les pattes de son père. Quel plaisir de fondre ses premières billes dont les couleurs ravissent les copains à l’école. Pour autant, ce n’est pas à ce métier qu’il se destine, se dirigeant vers le sport de haut niveau dont il apprend aussi les bases. Il aurait pu devenir un sportif ou

-38-


DESIGN

that the son did not follow exactly in his father’s footsteps, and that his work tends to be more sculpted, much like other great master glassworkers, like Dale Chhuly and William Morris, for example, whose work he enjoys. It's also no surprise that Antoine wanted to pursue other creative paths; yet it was important to remain a real craftsman while becoming an artist with other aspirations. When asked by luxury hotel Cap d'Antibes Beach Hotel to add some of his work to the walls of this Relais and Chateaux hotel, he did so seeing that it serves as additional decor that contributes more than they expected. He says he is proud this simple decorative aspect allows him to add his note to the magic of the place. Yet, in the calmness of the family gallery, their creations sit there together, united under a single spotlight, while father and son work together not far away. It is not uncommon for Antoine’s son Rafael, almost eight years old now, to come watch the two work. He himself has already mastered a few of the gestures and even made his first pieces: perhaps we will soon be adding another name to this generational saga. BY BERNARD VAN DE KERCKHOVE

un enseignant si les gestes qu’il avait vus tant de fois et appris à faire avec patience, n’avaient pas tracé pour lui son destin. Le même œil averti constaterait alors que le fils n’a pas suivi tout à fait la voie paternelle et que les pièces qu’il présente sont plus sculptées que façonnées, à l’image des grands maîtres verriers internationaux qu’il a rencontré : Dale Chhuly et William Morris par exemple, dont il aime le travail. Et c'est sans surprise que le fils a voulu suivre d'autres chemins créatifs, s’ouvrant au monde pour rester un artisan modèle tout en devenant un artiste. Quand, sollicité par une hôtellerie de prestige: le Cap d'Antibes Beach Hôtel, il pose ses œuvres sur les murs du Relais et Châteaux, créant un supplément au décor qui n’attendait plus qu’elles, il affirme cette volonté de dépasser le simple aspect décoratif pour ajouter sa note à la magie des lieux. Pourtant, dans la douceur tranquille de la galerie familiale, leurs créations sont bien là, ensemble, unies sous un même projecteur, interpellant l’amateur, tandis que le père et le fils travaillent de concert à quelques pas de là. Il n’est pas rare que Rafaël, bientôt huit ans, le fils d’Antoine et petit-fils de Robert, vienne ici les regarder œuvrer. Il maîtrise déjà quelques gestes et a même exécuté ses premières pièces : on pourra bientôt ajouter un prénom à cette saga fusionnelle.

Verrerie du Vieux Moulin, Robert and Antoine Piérini, Route de la mer, 06410 Biot Tel. : 04 93 65 01 14

www.antoinepierini.com www.robertpierini.com

-39-


CULTURE MUSIQUE

iz m a i M Rainer Her

TEREAU ET ∆ PHOTOGRAPHE: SÉBASTIEN COT SISLEY AT ARTIST-MANAGEMENT.N ON MAKE UP: HELEN ANDERS FOR & R HAI ∆ OUR M DUF I.CO RICE IAM PAT LSM N: RÉALISATIO S AT MEGAMODE ORDMODELS.COM AND FRANCE ∆ MODELS: JACKLYN AT WWW.F NCUSPRODUCTIONS.COM NPI BRIA : CUS PIN N TO BRIA PRODUCTION: SPECIAL THANKS

-40-


CULTURE MUSIQUE

-41-


CULTURE MUSIQUE

Visière en coton et plexi PAULE KA Collier en jeans et métal ELIOT BIJOUX Montre WIZE&OPE, sandales en veau Velours et python, DIOR Top Jonathan Sanders for ESCADA SPORT Culotte haute de bain ERES

-42-


CULTURE MUSIQUE

-43-


Collier à empiècements graphiques en résine ELIOT BIJOUX, sac « Hickor » en cuir métalissé BARBARA BUI, Bagues trio et bracelets plexi MARION GODART. Maillot de bain ERES.

CULTURE MUSIQUE

-44-


CULTURE MUSIQUE

-45-

Frances a des solaires "Wayfarer"en acétate multicolore RAY-BAN Collier fleur en gros grain et metal multicolore. PAULE KA, bracelets en maille LES CERISES DE MARS sandales en cuir métallisé GUCCI Assemblage de maillots de bain 1 et 2 pieces, JOG Jacklyn porte un maillot de bain ERES


CULTURE MUSIQUE

Collier pierres façon corail & turquoise et ras du cou corail porté doublé en bracelet, le tout MARION GODART Bracelets en résine façon corail UBU Sandales en cuir et plateau liège BUFFALO Large tee shirt en coton DIESEL, maillot de bain ERES

-46-


CULTURE MUSIQUE

-47-

Sac transparent en gomme FURLA Montre en silicone, OPEN WATCH Solaires en titane translucide, LOTHO Bracelets en resine quartz frosty UBU Joncs en résine beige nacrée MARION GODART Sandales à sangles en cuir façon croco GUY LAROCHE Maillot de bain drapé et tressé ESCADA


Collier à empiècements en céramique et plexi Pochette matelassée en cuir, bracelets en céramique le tout DIOR, sandales en cuir et python BARBARA BUI Maillot de bain drapé THAPELO

CULTURE MUSIQUE

-48-


CULTURE MUSIQUE

-49-

Lunettes solaires en plexi PAULE KA Ras du cou et bracelet en cuir tressé et médaillon joncs Scoubidou et perles en argent CAROLINE BAGGI Sabots en cuir et clous DIESEL Maillot de bain drapé en jersey imprimé batik PLEIN SUD


CULTURE MUSIQUE

Capeline en coton JACQUES LE CORRE Collier effet plastron en corde tressé IRM DESIGN Montre bracelet en silicone OPEN WATCH joncs Scoubidou métal à perles blanches et argent CAROLINE BAGGI Sandales à sangles en cuir vernis PAULE KA Surmaillot de bain en mousseline PLEIN SUD Culotte haute de bain ERES

-50-


CULTURE MUSIQUE

-51-

Capeline en coton et lin GUESS by MARCIANO Maillot de bain THAPELO


CULTURE MUSIQUE

Collier en cuir et turquoise patinée UBU, ceinture jupe en cuir et mousseline PLEIN SUD, bracelets en résine façon turquoise UBU, jonc rond en résine vert nacré et manchette ivoire plate, le tout MARION GODART, bagues turquoise et quartz UBU, sandales en veau velours, PLEIN SUD. Maillot de bain PLEIN SUD.

-52-


BARBARA BUI : barbarabui.com BOTTEGA VENETA : bottegaveneta.com BUFFALO : buffalo.fr COLINE BAGGI : carolinebaggi.com DIESEL : diesel.com DIOR : dior.com ELIOT BIJOUX : elliotbijoux.com ERES :eresparis.com ESCADA : escada.com FURLA : furla.com GUCCI : gucci.com GUESS : guess.com GUY LAROCHE : guylaroche.com IRM DESIGN: irmdesign.fr JACQUES LE CORRE : jacqueslecorre.com JOG :jogswimwear.com LES CERISES DE MARS : lescerisesdemars.com LOTHO : lotho.fr MARION GODART : mariongodart.com OPEN WATCH : openwatch.fr PAULE KA : pauleka.com PLEIN SUD pleinsud.com RAY BAN : ray-ban.com THAPELO : thapelo-paris.com UBU : ububijoux.com UNA STORIA : fleurus.fr WIZE & OPE : wizeandope.fr

-53-


SHOPPING

Leather shoes Chaussures en cuir vernis PRADA 660 ¤

One more way to stay hip with my selection of...

It-Bag & It-Shoes! The handbag, like the pump, is a symbol of feminine elegance. Designers show their creativity through putting out bags that are current, and thus desirable enough to be found in the hands of top fashionistas. Here is a collection of bags and shoes that will surely get you noticed this summer. After all, isn’t the epitome luxury carrying a luxury handbag!?

— Le sac à main est un symbole de l’élégance féminine, tout comme l’escarpin. Les créateurs font preuve de créativité afin que leur modèle soit celui du moment, mais pour l’être, le petit sac doit se pavaner entre les mains des Fashionistas. Voici une panoplie de sac et de chaussures pour ne pas passer inaperçue pendant l’été ! N’est-ce pas le comble du luxe que de porter un sac à main de luxe !? BY MARZ ATASHI

Suship Speedy North-South LOUIS VUITTON 780 $USD

Pink suede and satin clutch with rhinestones « Belleville » Clutch ( Pochette) : Coque métallique satin et daim rose, broche strass DSQUARED2 780 euros .

-54-


SHOPPING

Bag in saffiano leather Sac en cuir saffiano PRADA 1 995 euros

Encore un moyen de

Platform open bootie in pink python and patent calfskin Sandales-bootie ouverte à plateforme en python et cuir vernis rose CHRISTIAN DIOR 910 euros

rester branchées avec ma sélection de…

Pink/zebra asteroid pump Asteroïd rose / zébré CHRISTIAN LOUBOUTIN 1095 euros Merry-Go-Round Pump in Calf Leather LOUIS VUITTON US$1000

"Lady Dior" quilted purple lambskin case for IPAD® with zipper Étui zippé "lady dior" pour IPAD® en agneau matelassé violine, surpiqûres cannage CHRISTIAN DIOR 690 euros

Alma BB monogrammed bag in candy apple striped patent leather Alma BB en cuir Monogram Vernis rayures pomme d'amour. LOUIS VUITTON 1540 $ USD

Suede and patent crocodile leather « Toronto » Handbag (Sac à main) Peau de crocodile vernie et daim DSQUARED2 2 600¤

-55-


SHOPPING

Bag in saffiano leather Sac en cuir saffiano

PRADA

1895 euros

Leopard wedge black leather sandal Trotolita noir : cuir, pony léopard,

CHRISTIAN LOUBOUTIN 450 euros

Fuchsia Anémone sunglasses Lunettes de soleil Anémone fuchsia

LOUIS VUITTON

540 $ USD

Wedge sandal in light and dark natural larch Sandale compensée en mélèze naturel clair et foncé

BURBERRY PRORSUM 895 euros

Patent leather and leopard print Perth handbag « Perth » Handbag (Sac à main) : Sac en cuir vernis et façon léopard

DSQUARED2

850 euros

Wedge sandal in light and dark natural larch Asteroïd marron, cuir et python

CHRISTIAN LOUBOUTIN

-56-

1095 euros


B LU DES CARAÏBES UN BLU SOPHISTIQUÉ. RADISSON BLU. DES PLAGES DE SABLE IMMACULÉ. DES JARDINS LUXURIANTS. DES CHAMBRES RAFFINÉES D’INSPIRATION EURO-CARIBÉENNE. UN SPA ET UNE PISCINE DE LUXE. C LE RESTAURANT ET LE LOBBY BAR. UNE CUISINE FABULEUSE. DES GENS FABULEUX. VOTRE OASIS BLU.

DES HÔTELS OÙ TOUT DEVIENT POSSIBLE! radissonblu.com/resort-stmartin

UNE PISCINE, RADISSON BLU RESORT MARINA & SPA, ST. MARTIN

É C H A P P E Z- V O U S


CULTURE MUSIQUE

LES IT de l'été

PHOTOGRAPHER: ANNA DABROWSKA ∆ WRITTEN BY: MARZATASHI ∆ HAIR AND MAKE-UP: FLAVIO NUNES -MODS HAIR MANICURE: ALEX LEFORESTIER-SYBILLE KLEBER ∆ RETOUCHES: ROSINE HUDBERT ∆ REMERCIEMENTS AU STUDIO LA PLATEFORM ∆ MODELS: CHANEL: JULIE@NEW MADISON LIPS AND NAILS: IRINA@TRENDS ∆ TANNING AND HAIR: ANTHEA@CITY

-58-


CULTURE BEAUTY MUSIQUE

This June, Prestige International presents summer favourites for 2012: CHANEL BEAUTY sends us deep in a sort-of modern and pure romanticism with this pastel line...

— En ce mois de Juin, Prestige International vous présente le coup de cœur de l'été 2012 : CHANEL BEAUTY nous plonge directement dans un romantisme moderne et pur avec cette gamme pastel… TWIST AND SPRAY fits easily in the palm of your hand, perfect for those quick primps! Ladies, this mini perfume spray is a must have in your purse this summer! Twist and Spray eau de toilette, set of 3 refills 20 ml, Chanel, 65¤. Bring freshness and fantasy to your bath this season with CHANEL N° 19 BODY CREAM, a real experience for the senses. Its soft and creamy texture melts into the skin and gives it an intense aroma. It’s a perfect way to keep the fragrance throughout the day. 150g pot, Limited Edition. CHANCE EAU TENDRE - Flowery and fruity! A cocktail bursting with tangy and tender notes, warmed by the round and feminine notes of white musk. Grapefruit and quince finish it off. Chance Eau Tendre, 100 ml, Chanel, 57¤.

The legendary N° 19 perfume has been revisited this year, and is now in a powder version. This fragrance, named for the birthday of Gabrielle Chanel, also known as Coco, is less earthy and muskier. It features strong mandarin notes, jasmine and iris at the core, and white musk and Tonka bean to finish. Perfume Chanel N° 19 powder, 80 ml of 50 ¤, 100 ml for 115 ¤. THE CHANEL Roses Ultimate Limited Edition nail colour features a range of colours from the pinkish beige "Frisson 543" a pearly white in "545 Attraction". Nail colour Frisson N° 543, Chanel, 13 ml, 20 ¤. The exceptional Chanel N° 19 Cream is like a subtle invitation to something more. It has a rich and creamy texture and both hydrates and softens the skin while leaving it delicately perfumed.

Twist and spray qui tient dans le creux de la main pour saisir la chance instantanément! Mesdames ce mini vaporisateur parfum est un must have à glisser dans votre sac à main et faire en sorte qu’elle ne vousquitte pas! Eau de toilette Twist and Spray, Set de 3 recharges vaporisateur sac 20 ml, Chanel, 65 euros. Fraîcheur et fantaisie s'invitent dans votre ligne de bain ! crème pour le corps n°19 CHANEL, véritable expérience sensorielle, sa texture douce et onctueuse fond sur la peau et la parfume intensément. Un geste idéal pour prolonger le sillage de la fragrance tout au long de la journée. Pot en verre, 150g, Édition limitée. Chance eau tendre Fleuri fruité! Un cocktail éclatant aux notes tendres et acidulées, réchauffépar la note ronde et féminine du Musc Blanc. Pamplemousse et Coing colorent la constellation de leurs notes vertes et fruitées. Chance Eau Tendre, 100 ml, Chanel, 57 euros.

-59-

Le mythique Eau de parfum N°19 est revisité cette année dans une version poudrée. Nomméainsi en référence au jour de naissance de Gabrielle Chanel, dite Coco, la fragrance se fait moins verte et plus musquée. Accords de mandarine pour la note de tête, absolu de jasmin et iris pour le cœur, muscs blanc et fève tonka pour le fond. Eau de parfum n° 19 poudré Chanel, 80 euros les 50 ml, 115 euros les 100 ml. Les vernis cremes CHANEL de l'édition "Roses Ultimes" dégradant ses nuances jusqu'au beige rosé "543 Frisson"qui s'allège en un blanc nacré "545 Attraction". Le vernis Frisson N°543, Chanel, 13ml, 20 euros. Crème N°19 CHANEL, une crème d'exception, douce invitation à la volupté. D'une texture riche et onctueuse, la Crème N°19 pour le Corps hydrate et adoucit la peau tout en la laissant délicatement parfumée.


BEAUTY

Glamour has no more secrets for you, become chic and “fatale” in an instant with these beauty products. Do your nails in the same colour as your lips - red or coral - this chic and prestigious is super hip this season.

— Le glamour n’a plus de secrets pour vous, devenez chic et fatale en un instant beauté unique. Se faire les ongles de la même couleur que la bouche, en rouge, ou corail, s’il vous plaît, c’est l’attitude chic et prestigieuse qui décoince un look trop sage. The TOM FORD makeup packaging is plain yet luxurious and shapes come from an Estee Lauder influence. Ultra Shiny Lost Cherry Gloss N° 08, Tom Ford, $45 True Coral lipstick N° 09, Tom Ford, $48 The Small Wonders of Yves Saint Laurent! Rouge Pur Couture lipstick No. 41, YSL, 30¤. Manicure Couture Edition 8, Spring 2012, YSL, rose & orange duo, 30¤ Givenchy Forbidden Red lipstick is a cosmetic marvel, which shows once again how high-end Givenchy is. On lips, it’s a truly enriched and intense colour. The darkness of the red becomes all the more vibrant. Forbidden red lipstick N° 56, GIVENCHY,

24¤. Summer Time by Chanel, an ultra-feminine collection! Lip Glossimer N° 337, Chanel, $30 Holiday nail colour N° 617, CHANEL, 22¤ Inspired by today’s young woman, Rouge In Love is the new ready to wear lipstick. Rouge In Love N° 159 lipstick, LANCOME, 26¤ Rouge In Love N° 377 lipstick, LANCOME, 26¤ Dior Summer Mix Nail Colour Collection 2012 Cosmo N° 178 (pink), DIOR, 24¤. Calypso N° 158 (coral red), DIOR, 24

Les packagings du maquillage TOM FORD, sont sobres tout en étant luxueux et les formes ont bénéficiéde l’expérience du groupe EsteeLauder. GlossUltra Brillant LostCherry n°08, Tom Ford, 45$ Rouge àlèvres TrueCoral n° 09, Tom Ford, 48$

vibrant. Rouge àlèvres Rouge Interdit n°56, GIVENCHY, 24 euros. SummerTime de CHANEL, une collection ultra-féminine! Lèvres Scintillantes Glossimern°337, CHANEL, 30$ Le vernis Holiday n°617, CHANEL, 22 euros

Les petites merveilles d’YVES SAINT LAURENT! Le Rouge àlèvres Pur Couture n°41, YSL, 30euros. La Manucure Couture Edition 8, Printemps 2012, YSL, le duo rose & orange 30euros.

Inspiré des désirs des jeunes femmes d'aujourd'hui, Rouge In Love est le nouveau rouge à lèvres "prêt à porter". Rouge à lèvres Rouge In Love n°159, LANCOME, 26 euros Rouge à lèvres Rouge In Love n°377, LANCOME, 26 euros

Le Rouge Interdit de GIVENCHY, est une pure merveille de cosmétique, qui montre une fois encore le luxe associéàGivenchy. Sur les lèvres, une couleur enrichie, intensifiée. Le rouge dans ses gammes foncées devient

-60-

Vernis Dior Summer Mix Collection 2012 Cosmo n° 178 (pink), DIOR, 24 euros. Calypso n° 158 (coralred), DIOR, 24euros


-61-


CULTURE BEAUTY MUSIQUE

Between those dips in the sea and pool, the sand and sun, the summer does a real number on your hair! If you’re not careful, your hair will become brittle and rough... and there’s nothing sexy about that.

— L'été, entre les bains de mer, la piscine, le sable et le soleil, vos cheveux en prennent plein la tête ! Vous vous retrouvez très vite avec du foin ou une serpillière à la place des cheveux... Ici ma sélection pour être fraiche et pétillante sous le soleil ! For shiny healthy hair in summer, here’s an amazing oil suitable for every type of hair, including colour-treated hair. Elvive Extraordinary oils, L'OREAL PARIS, bottle of 100ml, 14¤90¤ Who doesn’t love a cream shadow? This delicately iridescent Givenchy blush balm is an all-in-one for the eyes, cheekbones and décolleté. It catches the light and has a natural finish. Ombre à Fleur de Peau Luminescent Cream Eyeshadow, GIVENCHY, 5g, 32¤ The new YSL Opium. New ingredients have just been added to this new version of Opium: orange blossom, pink peppercorn and mandarin essence, resin, white flowers... All these come together to make it more fresh, more radiant and more sensual than the original. Opium Vapeurs de Parfum, YSL, 125ml, 90¤ The Teint Idole Ultra 24h foundation promises long lasting colour and comfort. An impeccable finish without any reapplication necessary for 24 hours, regardless of the climate conditions. Uniform matte finish guaranteed. Teint Idole foundation, 14 Brownie, LANCOME, 42¤

Pick this up before leaving on vacation! Tom Ford's collection features a large number of neutral, dark, and bright colours, all very elegant! This one is ultra-feminine. Toasted Sugar Nail Polish 02 (naked), TOM FORD, 30 ¤ For those who do not wish go unnoticed, Dior Beauty has a collection of four punchy nail colours that will appear all summer on fashionistas’ nails: Lagoon (blue), Acapulco (yellow), Cosmo (pink) and Calypso (coral). Nail polish Acapulo N° 118, DIOR, 24¤ Natural Radiance Colour & Glow Powder! This is the first powder of its kind to dazzling shades with flesh tones for a radiant fresh glow. Diorskin Nude powder N° 004, DIOR, 50¤

Pour avoir des cheveux en pleine forme et brillants pour l'arrivée de l’été, voici l’huile absolument extraordinaire, adaptée pour chaque nature du cheveu, dont les cheveux colorés. Huiles Extraordinaires Elsève, L’OREAL PARIS, 14 euros 90 le flacon de 100ml.

On craque sur l’ombre sous forme de crème. nacres de Givenchy onctueux, ce baume blush délicatement iriséest un tout-en-un, à poser sur les pommettes et sur le décolleté, il capte la lumière, avec un fini tout en naturel. Ombre à Fleur de Peau, GIVENCHY, 32euros, 5g. Le nouveau YSL Opium. De nouveaux ingrédients viendront s’ajouter à cette nouvelle version d’Opium: fleur d’oranger, l’essence de poivre rose et de mandarine, résine, fleurs blanches… "Opium Vapeurs de Parfum" qui se veut plus frais, plus éclatant et sensuel que l’original. Opium Vapeurs de Parfum, YSL, 90 euros, 125ml. Le fond de teint Teint Idole Ultra 24H,promet une longue tenue et un confort optimal. Une tenue irréprochable sans aucune retouche pendant 24h, peu importe les aléas de la journée (chaleur, humidité…) et un teint mat, naturel et unifié. Fond de Teint Idole, 14 Brownie, LANCOME, 42euros À se procurer absolument avant de partir en vacance!La collection Tom Ford proposera de nombreuses teintes

-62-

nude, sombres ou éclatantes de couleur, mais toujours très élégantes! Voici l’un de ces vernis ultra féminins.Vernis àongles Toasted Sugar 02 (naked), TOM FORD, 30 euros Pour celles qui ne souhaitent pas passer inaperçu, Dior Beauty leur propose une collection de 4 vernis pop acidulés qui habilleront les ongles des fashionistascet étéqui portent le nom de Lagoon(blue), Acapulco(yellow), Cosmo(pink) et Calypso(corail). Vernis à ongles Acapulon° 118, DIOR, 24euros. Poudre Couleur & Eclat effet Bonne Mine! La 1ère Poudre Couleur et Eclat Dior qui associe des teintes coup d’éclat à des nuances peau pour une bonne mine vibrante de sensualité. Poudre Diorskin Nude Tan n°004, DIOR, 50euros.


CULTURE MUSIQUE

-63-


CULTURE BEAUTY MUSIQUE

With all this summer beach prep, you won’t be making any faux pas... After all, it is the best place to get noticed. Here Prestige International shares a few more tips on the finishing touches.

— Cet été sur la plage, vous n'avez pas le droit à l'erreur... Mais comme c'est le meilleur endroit pour vous faire remarquer !! Prestige International vous refile plein de conseils pour assurer et pour vous ôter tous vos complexes !

Un bronzage sur mesure avec Le package Dior Bronze! Au cœur de la nouvelle gamme de soins DIOR BRONZE, le complexe exclusif Tan-Protectassure une protection optimale, tout en favorisant dès la première application l’apparition d’un hâle durable, naturel et lumineux. Lait Protecteur Sublimant corps FPS15, DIOR BRONZE, 200ml, 38euros. Crème protectrice sublimant visage FPS 50, DIOR BRONZE, 50ml, 30euros. L’huile somptueuse éclat naturel visage et corps, DIOR BRONZE, 100ml, 40 euros. Protégez-vous du soleil grâce àce sérum anti-âge! Un soin luxe àappliquer le soir qui rend la peau incroyablement douce. Sérum Re-Nutriv, ESTEE LAUDER, 30ml, 110 euros Pour L’été, Estée Laudersort le parfum Bronze Goddess, avec un flacon à la texture de grains de sable dorées.

Parfum Bronze Goddess ESTEE LAUDER, flacon 100 ml, 55 euros. Un geste rituel tellement féminin. Une sensation aérienne et soyeuse sur le visage. En étéun nuage de poudre de soleil sur les joues est la plus délicieuse façon de mettre en valeur votre teint. Soleil Tan, sable beige 907, CHANEL, 15g, prix sur demande. Collection SummerTime de Chanel: Vernis, Delightn°607, CHANEL, 22 euros. On se fait la gambette caramel avec cet autobronzant qui séduira même les plus réfractaires. Avec sa formule teintée et sa texture mousse, il est en effet très facile àappliquer. L'effet zèbre ne passera pas par vous ! Mousse teintée auto-bronzante, Sublime Bronze de L'Oréal Paris, 14,73euros.

A custom tanning package with Dior Bronze! At the heart of the new line DIOR BRONZE, is Tan-Protect, which provides optimum protection while promoting the appearance of a sustainable, natural and light tan from the first application. Beautifying Protective Suncare Body SPF15, DIOR BRONZE, 200ml, 38¤ Beautifying Protective Suncare Face SPF 50, DIOR BRONZE, 50ml, 30¤ Self-tanning Oil - Natural glow Face and Body, DIOR BRONZE, 100ml, 40¤ Protect yourself from the sun with this anti-aging serum! This is a luxury treatment for evening application that makes the skin incredibly soft. Re-Nutriv serum, ESTEE LAUDER, 30ml, 110¤ For summer, the Estee Lauder fragrance Bronze Goddess comes in a bottle that feels and looks like golden sand. ESTEE LAUDER Bronze Goddess fragrance, 100 ml bottle, 55¤

-64-

A feminine ritual, an airy and silky sensation on the face… A little powder on those sun-kissed cheeks the best way to enhance your complexion. Soleil tan, sand beige N° 907, CHANEL, 15g, price on request Chanel Summer Time Collection: Nail polish, Delight N° 607, CHANEL, 22¤ Even the most stubborn would fall for this look. With its tinted formula and foamy texture, Sublime Bronze is very easy to apply. No zebra look for you! Tinted Self Tanning Foam, Sublime Bronze L'Oreal Paris, 14.73 ¤

BY MARZ ATASHI


CULTURE MUSIQUE

-65-


SHOPPING

LE SHOPPING de Mademoiselle Charlotte!:

«!Marilyn Rétro$» MARYLIN glamour

d nt an d fro leate ur figure p h o it ss w alance y eed. t x dre b ande ress will k guaran evant, p s t wais e. This d inine loo e sur le d ouler d e h é Cinc e necklin ultra fem ne, pliss i saura m sultat u r ré squa ifully. An élasthan lamour q rée. Un ¤) t n g ib beau cintrée e toilette nt équil OUX (2 030 e e R Robe re carré arfaitem HERVÉ LE p ! lu enco houette » assuré sil une oupidou p « pou

Cotton and silk scarf. Tied on the side, you’ll appear with that indisputable sense of femininity. Foulard coton et soie. Noué sur le côté, ce foulard signera votre toilette d’une féminité indiscutable… FORGET ME NOT (225 ¤)

Yellow gold 9 cts / 18 cts bee earrings with gray, yellow, and black diamonds. These precious bees with draw eyes right to your face. Boucles d’oreille Abeilles en or jaune 9 cts/18 cts, diamants gris, jaunes, noirs. Ces abeilles précieuses feront de votre visage un lieu où il peut faire bon butiner… DELFINA DELETTREZ (5 625 ¤)

ses l glas re casua il, montu e s e h le ses. T ttes de so tes s la g ion. t n . Lune press nd su s lune d rou a soft look ractée, ce à votre ex e m a fr e nt ur Thick e your fac sion déco la douce iv de er will g ronde, v ndeur et se ro épais ont de la er donn (235 ¤) OT MOSC

Silve r, Energ enamel, a n is and q e your lo d leather o u r verm irky piec k with th uby red c e is e u votre il, argent Manchet contemp ff e te o t et dé enue ave t émail dy cuir roug rary c calé n DELFIN ce bijou amisez e, co A DEL ETTRE ntempor ain Z (1 15 0 ¤)

Turquoise Nappa leather shoes. A pair of shoes that will enhance your femininity and accentuate your calves. Escarpins en cuir Nappa turquoise avec embout bleu marine. Une paire d’escarpins qui soulignera votre féminité et galbera votre mollet. GIUSEPPE ZANOTTI (395 ¤)

-66-


SHOPPING

MARYLIN champêtre Silk-lined lace dress with boat neckline. This fluid and light dress is perfect for certain builds and ideal for those with warm skin tones. Robe en dentelle doublée de soie, encolure bateau fluidité, légèreté et douceur… cette robe valorisera les menus gabarits. Parfait pour celles de tonalité chaude… ERDEM (2 525¤)

Embroid ere This orig d minaudière (14 ina x Minaudiè l accessory will b 20 x 3,5 cm) rin re accessoir -livre en toile bro g out the Marily n dée (14 eo x 20 x 3,5 in you! les indisp riginal, cette min cm) audière ensables co d OLYMPIA LE e la Maryl ntiendra in que vo TAN (1 090 us êtes ! ¤)

Anorex ys these b unglasses. H id utterfly frames e your seduc vous d ti issimu lerez v . Lunettes de ve eyes beh ces lun otre ind sole ettes p apillon regard de sé il « Anorexy . THIERR d » Y LASRY uctrice derriè re (335 ¤ ) Lambsk in le with adju ather flap bag st Word ove able strap, 13 x 15 cm r the sho bag will u hold you lder, this mini r essentia can acco ls and m secret re pany you on all those ndez-vo us ! Sac en cuir d à rab ’ag 13 x 15 c neau, lanière aju at m. st ce mini sa Porté en bando able, uliè c contie ndra votr re, nécessa ire e strict dans vos et vous accomp ag ba EMILIO PU lades les plus se nera CCI (950 ¤ crètes ! )

Pixel polyamide ballerina shoes. This must-have brings a touch of craziness and wisdom all at once Ballerines pixel en polyamide. Cet incontournable apportera une touche de folie à votre style un peu sage parfois… REPETTO, Spring-Summer 2012 Collection (165 ¤) / collection Printemps-Eté Ecru and red cotton ton heart bag. This retro heart takes us back to days of a bit less style sophistication. hi ti ti Sac S cœur en coton écru et rouge cœur rétro pour un style de jour moins sophistiqué. EDITH A. MILLER (250 ¤)

-67-


SHOPPING

MARYLIN chic

Belted printed silk dress with round neck Gives a nice silhouette to more voluptuous women. Ideal for hose with cooler skin tones. Robe en soie imprimée, ceinturée, col rond structurera les silhouettes voluptueuses et féminines. Idéal pour celles de tonalité froide… VIKA GAZINSKAYA (2 210 ¤)

Flash ca m especia era. Immortali lly se avec fla those red carp every momen sh t, e de vos m . Immortalisez t ones. Appare il photo ch o des Ma ments d’intim aque instant rches… it LOMOGR é à la montée APHY (10 0 ¤)

Studded suede bag (32 x 25 cm). Retro symbol that it is, this bag can be a timeless companion. Sac en cuir de veau clouté (32 x 25 cm). Symbole rétro à lui seul, ce sac deviendra votre compagnon intemporel. VALENTINO (1 785 ¤)

e rativ -l'œil, deco with d trompe h c t e clu ct lope . Unexpe its own. t n enve n e PVC ted glov e of art o avec ga tendu, e C c t croch g is a pie pe en PV e l’œil ina seul. p a i p this b tte envelo het trom d’art à lu t c e Poch tif en cro st un obje ra e déco ochette ¤) p 10 cette ROCHA (2 NE SIMO

0¤) , 2 (95 ndals suede r 201 a e s m n d o pyth ather an ring-Sum oes tone le h Sp Two- peckled llection , these s s o h c h , u it y o t c eal w rd l eté souliers a a H im e p tach Pierr a little an glam ap re, cuir le » : ces r lo a With d to you hon bico e « anim d t h … will a les en py une touc e toilette / a r s r vot er 2012 ¤) Sand u velour u o m m a 50 et ve nt de gla ring-Sum 2012 (9 ro é p t e S t E , o Y s d D temp E HAR PIERR tion Prin c e ll o c

Remerciements à Colette www.mademoiselle-charlotte.com

-68-


ALINA Grey and silver, silk sequinned body suit RAMI AL ALI HAUT COUTURE Black and silver, flower printed high heels CORRADO DE BIASE MARIA EMILIA Light Blue, metallic dress RAMI AL ALI HAUT COUTURE Black leather high heels NUNC

-70-


Blader story e n n u R ADAM BALCEREK NCY ∆ PHOTOGRAPHY: @ MADEMOISELLE AGE NA ALI OOK.BLOGSPOT.FR / ∆ D IA-B AN RIC ILIA PAT EM P:// RIA HTT MODEL: MA PATRYCJA MATYSIAK G: LIN STY ∆ / TAKABAYAHI RI COM NO EK. T: LIS CER N.COM/ ∆ HAIR STY HTTP://WWW.ADAMBAL AN HTTP://WWW.MADE-IN-MI KAG KIM NA NG AN T: YOU AN IST MIN P: ASS N MAKEU OGSPOT.FR / ∆ FASHIO I.BL ASH BAY AKA RIT NO HTTP://

-71-


CULTURE MUSIQUE

MARIA EMILIA Silver Neckleace and cuff LETEO&BLET Black Satin Dress NEVRA KARACA

-72-


CULTURE MUSIQUE

-73-

MARIA EMILIA Silver flower printed Sweat CORRADO DE BIASE Elastic silver and green leggings AGNIESZKA MACIEJAK Black and silver, flower printed high heels CORRADO DE BIASE Golden earrings HERVE VAN DER STRAETEN Yellow and silver plastic neckleace AGNIESZKA MACIEJAK


CULTURE MUSIQUE

MARIA EMILIA Black wool jacket with black leather collar KAROLINE LANG Green and Black leather stripes top LIE SANG BONG Golden skeleton bracelet BERNARD DELETTREZ

-74-


CULTURE MUSIQUE

-75-


CULTURE MUSIQUE

ALINA Red Satin Dress JUAN HERNANDEZ DAELS Long black silk dress JUAN HERNANDEZ DAELS Red leather belt AZZEDINE ALAIA

-76-


INTERVIEW

ROLAND MOURET For his first collection with Robert Clergerie, Roland Mouret has designed the perfect shoe: timeless and all the while retaining the creativity, quality and spirit of the brand. Very cinematic and often inspired by classic movies, this collection transcends time and trends with the help of inspiring legends like Catherine Deneuve in Belle de Jour , Faye Dunaway in Eyes of Laura Mars, and Michele Morgan in Port of Shadows. Designed for the sensual, sexy and confident woman, the collection includes different heights of heels and luxurious materials for a " very Robert Clergerie ” look, from pumps to waders. With a colour palette that ranges from ochre to deep green, the collection stays true to the aesthetics of the Robert Clergerie brand. The search for purity in the design, minimalism and simplicity are the keywords of the expertise of Robert Clergerie. The models are distinguished by the originality of his stylistic approach. Roland Mouret’s style adds much to the brand by injecting modernity and sensuality, while maintaining the reputation and expertise. " Made in France " by Robert Clergerie. Roland Mouret says: " Being named Creative Director of Robert Clergerie is an incredible opportunity for me. This is a much loved and respected collection, as is Robert Clergerie, himself. This is a chance for me to work with a real master, and participate in the special relationship that women have with their shoes.

Portrait par Malaika Marie Jeanne

ROLAND MOURET

Pour sa première collection Robert Clergerie, Roland Mouret a imaginé la chaussure idéale, hors du temps, tout en conservant la créativité, la qualité et l’esprit de la marque. Très cinématographique, souvent inspiré par des films classiques iconiques, la collection transcende le temps et les tendances en s’inspirant de légendes telles que Catherine Deneuve dans Belle de Jour, Faye Dunaway dans Les yeux de Laura Mars et Michèle Morgan dans Quai des Brumes. Conçue pour une femme sensuelle, sexy et sûre d’elle, la collection comprends différentes hauteurs de talons, des volumes architecturaux ainsi que des matières luxueuse pour des silhouettes extrêmement désirables et « très Robert Clergerie » : des brogues aux escarpins en passant par des cuissardes. Avec une palette de couleurs qui s’étend des couleurs ocre aux verts les plus profonds, la collection est fidèle à l’esthétique de Robert Clergerie. La recherche de pureté dans le design, de minimalisme et de simplicité sont les mots d’ordre du savoir faire de Robert Clergerie. Les modèles se démarquent par l’originalité de l’approche stylistique. L’esthétique de Roland Mouret fait passer une nouvelle étape à la marque en lui injectant modernité et sensualité, tout en conservant la réputation et l’expertise. « Made in France » propre à Robert Clergerie. Roland Mouret commente : « Être nommé Creative Director de Robert Clergerie est une incroyable opportunité. C’est une collection majeure, très aimée et respectée, tout comme l’est Robert Clergerie. C’est une chance pour moi de travailler avec un tel maître, ainsi que participer à la relation très particulière qu’ont les femmes avec leurs souliers.

-78-


INTERVIEW

You are a real dress master, and the inventor of the " Galaxy Dress ", which is primarily worn by the most fashion-forward people like Victoria Beckham, Dita Von Teese, and Katy Perry… Today you are fashioning shoes for Robert Clergerie. Talk a little about this new collaboration. I have known Robert Clergerie for 25 years. He’s like a spiritual father to me. He is someone who taught me lines, how to work in bulk, as well as how to construct a shoe. Vous êtes le maître de la robe, et l'auteur de la Galaxy Dress ; qui est notamment portée par les peoples les plus pointus comme Victoria Beckham, Dita Von Teese ou encore Katy Perry… Aujourd'hui vous visez les chaussures et dessinez pour Robert Clergerie, expliquez nous cette nouvelle collaboration. Robert Clergerie c'est un rapport d'héritage, cela fait 25 ans que je connais Robert car je faisais partie de cette jeune équipe qui travaillait avec lui. J'ai appris de Robert comme un père spirituel. C'est quelqu'un qui m'a appris les lignes, les manières de travailler les volumes, et l'architecture de la chaussure.

Tell us a little about your relationship with Mr Robert Clergerie. What's good about working at Clergerie, is that I'm not here to break everything down only to recreate it. I'm just waking up a dream that had been sort of forgotten. This is a team effort; I don’t manage people… I'm really here to lead the team to a way of rethinking the shoe-garment relationship. The shoe that has been a somewhat forgotten accessory, but we are very proud that they appeared at the fashion shows of Yohji Yamamoto, Helmut Lang, etc…! But for Clergerie, shoes and clothing have always been closely linked. I’ve recently designed a collection or the shoe becomes more like contemporary clothing, at its core... The shoes are meant to be worn with designer clothing. Tell us about Romans workshops. They are really exceptional! Romans used to be a shoemaking mecca and now only the Robert Clergerie factory remains. We can’t do everything at Clergerie, but what we do do is unique, well-crafted, and luxurious. What does “ Made in France ” mean to you? It’s a savoir-faire, a certain level of taste, an attitude even that goes into the production. If you look at what’s made in Italy, for example, you see that it’s much lighter, more commercial, more international, and even banal. Made in France has this know how that reeks of knowledge, fashion, haute couture, and the French mentality, which is proud of this savoir-faire. It’s very precise, really. For me, it’s real taste. How is the A / W 2012-13 collection different from the previous Robert Clergerie collections? What are the key aspects in this next collection? This time we opened our eyes a little wider: we played with shoe heels, mixed materials and colours, asked what could be paired with what... That was all Robert’s intention. When asked if he wanted a cobbler or someone in fashion to head up artistic direction, he chose someone from the fashion world. Robert loved my work, and I think him choosing me was what was best for the brand. As I said, there is nothing to break down, rather just things to wake up and a need to shake some things up. High heels reached new highs in the 90s, I think between 12.5 and 14.5 cm. It was the style of the time, but it’s

Parlez nous de votre relation avec Monsieur Robert Clergerie? Ce qu'il y a de bien dans mon travail chez Clergerie, c'est que je ne suis pas la pour tout casser et tout recréer. Je suis juste là pour réveiller une histoire qui s'est un peu endormie. C'est un rapport d'équipe, je ne dirige pas, je suis vraiment là pour amener cette équipe à repenser la chaussure proche du vêtement... La chaussure qui a été un peu oubliée mais il y a une chose qui est génial chez Robert c'est qu'il a été l'un des chausseurs de Thierry Mugler, des défilés de Yohji Yamamoto, d'Helmut Lang... etc…! Clergerie et le vêtement ont toujours été très proches. Dernièrement j'ai dessiné une collection où la chaussure se rapproche du vêtement contemporain, à son niveau de base... C'est une chaussure qui se porte avec un vêtement de créateur. Parlez nous des Ateliers à Romans. C'est un savoir faire qui est exceptionnel ! Romans était un haut lieu de la fabrication de chaussure et à présent il n'y a plus que l'usine de Robert Clergerie. Il a un savoir faire unique, on ne peut pas tout faire chez Clergerie, mais ce qu'on fait est unique, artisanal et luxueux. Selon vous que signifie « Made in France » ? C'est un savoir-faire, un goût, c'est une attitude dans le produit, c'est quelque chose qui a du terroir aussi dans le vêtement, exemple, la production italienne est beaucoup plus légère, internationale, commerciale, banale... Le Made in France a ce savoir faire, on sent les années d’éducation, de la mode, de la haute couture, et de cette mentalité française qui est fière de son savoir-faire. C'est vraiment très précis. Pour moi le « Made in France » a le gout de la terre...

-79-


INTERVIEW

Comment la collection A / W 2012-13 est elle différente des précédentes collections de Robert Clergerie - Quels sont vos principaux critères pour la prochaine collection ? Elle est réveillée, on a ouvert les yeux un peu plus grand, on s'est posé des questions sur les tiges des chaussures, aller un peu plus loin, mélanger les matières et les couleurs, questionner quels vêtements pourraient être portés avec… Pour Robert cela était son intention. Quand on lui a demandé s'il voulait un chausseur ou quelqu'un qui vient de la mode pour reprendre la direction artistique ; il a répondu qu'il préférerait quelqu'un issu de la mode. De plus Robert aimait mon travail, et je pense que son choix était le plus intéressant par rapport à la marque. Maintenant la marque cible la création pour éviter le coup de pompe. Comme je dis il n'y a rien à casser, juste à réveiller et a secouer certaines choses qu'on pense qui ne sont pas de Robert Clergerie alors que c'est bien du Robert Clergerie ; comme par exemple son talon-virgule, qui a été un travail de précision dans une tige très fine, bon c'est sur que c'était un talon de 75mm, mais à l'époque c'était la vraie hauteur de talons. Les années 90 ont amené une hauteur de talons beaucoup plus haute, je pense dans les 12,5 à 14,5cm. Enfin c'est une tendance ! Aujourd'hui on y revient, mais tout est déjà fixé. Il est vrai qu'une actrice hollywoodienne qui mesure 1,50m les bras levés elle se mettra jamais en plats, elle aura toujours besoin de ses plateformes. Et un mannequin d'1,80m qu'on va photographier en dehors car c'est une It-girl, elle est élancée, elle a mangé trois pommes, elle peut être en chaussures plates ce sera super beau. Donc ces rapports de corps et de masse, c'est tellement établi, qu'on ne peut pas dire qu'on se dirige que sur le mannequin ou que sur les actrices. Il faut prendre les deux et produire pour les deux... C'est le travail qui est interessant dans une collection.

sometimes hard to reverse. It is true that a 1.50 m Hollywood actress with her arms up will never wear flats, since she’ll always need platforms. And a 1.80 m model looks super in flats. The weight / height ratios varying as they do, we must make shoes for everyone... This is the interesting work in a building a collection. You’ve said your inspiration for shoes comes from architecture and cinema. What historical monuments or films have inspired you? First of all, there’s Paris, which is an incredible point of reference, and then I really like war times and post-war times, plus the 60s era in terms of inspiration for Clergerie. These were times when women need to be elegant and mobile at the same time. This idea of comfortable movement is very important to Clergerie. Robert loves matching a certain hardness ( like his wood block heels ) with the sensitivity of the feminine. I think Robert has always believed that women are very hard inside, beings that could survive more easily than men. His shoe work has always reflected this idea of women, and I am in complete agreement with this vision, that a Clergerie shoe must meet their needs. Do you plan to make a shoe line for men? Yes, under another Clergerie group brand called Joseph Fenestrier. It gotten a little outdated, so we’re updating the styles before we launch it. But first we have to define the target market for men since it’s completely different from the women’s market. Design only or price-wise too? I’m an independent designer, so I have to think of the design and the price both. I love Chanel, the creativity and the “commerciability” of the double C; it’s the brand’s biggest asset really. I think you’ve got to make pieces that a woman will actually wear, since it has no purpose if its only “ of value ” on a stage.

Vos modèles de chaussures sont soit d'inspiration architecturale soit cinématographique. Quels monuments historiques ou films vous ont inspiré? Déjà il y a Paris, c'est une référence, et les périodes que j'aime par dessous tout pour Clergerie ce sont les périodes de troubles, guerre, après guerre, révolution étudiante de 68 jusqu'à 69. Ce sont des moments où les femmes doivent êtres élégantes et en même temps il faut qu'elles soient indépendantes et qu'elles puissent se bouger, qu'elles puissent courir, c'est très important pour Clergerie cette idée de mouvement confortable. Robert aime beaucoup ce rapport de dureté, (ses talons en bloc de bois) et la sensibilité des femmes. Je pense que Robert a toujours pensé que les femmes sont des êtres très durs à l'intérieur qui peuvent survivre plus facilement que les hommes. Et donc son travail sur la chaussure a toujours eu ce rapport très sublimatoire de la femme, je suis en total accord avec cette vision, où la chaussure Clergerie doit pouvoir leur permettre d'assumer leur propre besoin. Envisagez vous de créer une ligne de chaussure pour homme? Oui, il y a la marque Joseph Fenestrier, qui appartient au groupe Clergerie. Elle a pris un peu de poussière et qu'on est en train de remettre au goût du jour avant de développer la Clergerie homme. Mais la il faut définir la cible car l'homme est un marché complètement différent de celui de la femme. Le design seulement ou les prix aussi? Je suis un créateur indépendant, je dois donc m'occuper du design mais aussi des prix. Je suis un grand fan de Chanel, Le double C, créativité et commerciabilité, C'est tout à fait normal et ça c'était le « grand atout de Chanel ». Je considère qu'un produit doit exister dans le dressing d'une femme et s'il n'existe que sur un podium, ce produit n'a aucune vie ! Selon vous que devrait toujours avoir une femme dans son dressing? Je pense qu'il doit toujours y avoir des outils de séduction, car je pense que le dressing d'une femme existe à côté du dressing de son ou sa partenaire. J'adore les choses

-80-


INTERVIEW

qui sont un peu impossibles, j'aime l’idée de rester toute ma vie avec la même personne, et pour arriver à ca il faut des outils pour surprendre l'autre.

What do you think a woman should always have in her wardrobe? I think there should always be some sexy pieces in it. I like surprising pieces because the idea of having one mate your whole life is appealing to me, and for that to be possible you’ve got to be able to constantly surprise him or her. Do you think the modern woman can be elegant without wearing heels? There are certain things that are important for men such as the shape and size of the calf and the ratio of muscle to fat. Dita Von Teese told me that she always keeps a certain amount of cellulite on her bum because she realises that it needs to move in order to catch the eyes of men as well as women, who then see themselves in her. But I think a woman who is always in flats becomes too much like a mate for a man. For a man, a woman in heels all the time is an object of luxury or pleasure. So if a woman wears both, in flats to be mates and in heels for a sexy surprise, she’s exhibiting a power men do not have ! Men are always in flats; and what is expected of a man is much less than what this contradiction expected of a woman. How did you get your eye for clothing and this desire to dress women? As a child, didn’t you want to be a priest? A priest, yes, but even more than that a butcher (laughs), because my father was a butcher. We are always attracted to certain things based on our talents. When I was in catechism as a kid, the nuns associated my drawing talents with a gift from God, and thus I associated religion with creativity. For me at that time, religion was creative, but I have since changed my mind. And it was much more important for me to pursue my creative side. I have done lots of different jobs over the years, and they have all served me, but the day I became a designer is the day I truly began to feel myself. Do you want to move to Paris? I suppose anything is possible. Not everything can be easily made in France. The type of work done in France is really specific and is more for luxury products than contemporary ones. We need to be able to meet different requirements. I'm French, I live in London, and I’ve never known the 35-hour workweek. I do know that those types of restrictions make it very difficult to build a company. I do, however, believe in the value of the Made in France label, so we must find a balance.

Pensez vous que la femme moderne peut être élégante sans forcement porter des talons? En tant qu'homme, enfin, de la façon dont les hommes voient les femmes il y a le rapport de masse qui est important pour l'homme, la cambrure du mollet, le rapport entre les muscles et la graisse. J'avais une discution avec Dita von Teese qui me disait qu'elle garde toujours une certaine quantité de cellulite sur ses fesses, car quand elle tape dessus il faut que cela vibre et elle se rend compte que cela fait pétiller les yeux des hommes et en même temps ceux des femmes, qui se retrouvent en elle. Ensuite je pense qu'une femme tout le temps à plat, pour un homme ça devient un pote... Pour un homme, une femme tout le temps en talons, c'est un objet de luxe ou de plaisir. Et enfin si une femme commence à jouer avec les deux, en plat pour être pote et en talons pour surprendre son homme, ça c'est un pouvoir que les hommes n'ont pas ! Les hommes sont toujours en plat, ce que l'on attend d'un homme est beaucoup plus simple et ce que l'on attend d'une femme c'est cette contradiction. Qui est ce qui vous a donné le goût du vêtement et l'envie d'habiller les femmes (étant jeune vous vouliez devenir Prêtre) ? Prêtre, mais surtout boucher (rire), car mon père était boucher. On est attiré par certaines situations par rapport à ses talents, plus jeune j'allais au catéchisme et je dessinais là-bas et les bonnes sœurs associaient automatiquement mes talents à un don de Dieu, et j'associais créativité et religion. Pour moi à l'époque la religion était créative, aujourd'hui j'ai changé d'avis. Il était beaucoup plus important pour moi d'assumer ma créativité. Je suis passé par différents métiers qui m'ont tous servis par la suite, et du jour ou je suis devenu créateur, c'est vraiment le métier où je m’épanouis pleinement. Souhaitez-vous vous installer à Paris ; vous n'envisagez pas de vous délocaliser ? Tout est possible, on vit dans un monde où il faut s'adapter à certains produits, s'il est impossible de les produire en France il faut se poser quelques questions. Les qualités de travail en France sont vraiment spécifiques et se rapprochent plus d'un produit de luxe que d'un produit contemporain. Et dans une collection il faut pouvoir toucher tous les groupes, et s'adapter. Cependant je suis Français et je vis à Londres, les 35 heures je ne connais pas, travailler avec une usine aux 35 heures ne permet pas un développement international qui est nécessaire pour une compagnie. Et en même temps il est important d'avoir une création made in France, il faut donc savoir équilibrer. Pourquoi êtes vous parti à Londres ? Londres est un pays ou on peut commencer plus facilement, c'est un pays où les charges patronales n'existent pas, où l'ursaff n'existe pas quand on est travailleur indépendant, on peut commencer à travailler sans avoir reçu une pile de factures à payer. C'est une île donc c'est une culture qui s'intéresse à et qui supporte ses talents. Ensuite je pense que les meilleurs années à Paris c'était les années 80, d'ailleurs ce n'est pas un hasard si ce sont toujours les même références aux créateurs des années 80 dans les magazines de mode.

Why did you move to London? It’s easier to start out in London, as there aren’t the labour costs there are in France. Here, you can actually start your company without a stack of bills to pay on the first day. I think the fact that it’s an island translates to being more nurturing of talents. I also think the best years in Paris it were the 80s. It’s certainly no coincidence that they’re always referencing 80s designers in fashion magazines.

BY MARZ ATASHI

-81-


CULTURE MUSIQUE

-82-


CULTURE MUSIQUE

y t ci i l Dup TOIU : ANDREEA RADU Y PHOTOGRAPHER IST: KINGA SUNN YL ST ∆ W LA ID LA H RA SA P: EU HAIR AND MAK LAMODELS.COM TT BARABAS ∆ MODEL: NIKOLE

-83-


CULTURE MUSIQUE

CELINE Blouse and pants

-84-


CULTURE MUSIQUE

-85-

KIKI DE MONTPARNASSE Tuxedo lingerie GUCCI Thigh high boots CELINE Blouse and pants


CULTURE MUSIQUE

-86-


CULTURE MUSIQUE

-87-

ADRIANE VINTAGE Hat KIKI DE MONTPARNASSE Corset CAROLINA HERRERA Skirt


DUPLICITY

BURBERRY Dress GIVENCHY Bracelet CELINE Blouse L-O-V-E Diamond necklace

-88-


DUPLICITY

-89-


CULTURE MUSIQUE

e c l o D d'Aligre

& JOE BEAUTÉ YORN USE PAUL ARTIST: VICHIKA UP EAK CY M ∆ L MODELS AGEN HANNA EDGE ION EDITOR: YO RIA PAZ @CRYSTA SH MA FA S: ∆ EL . VI OD HI M ∆ TC : VI USE OPALIS PHOTOGRAPHER U-PIE MAKE UP GE VILLENEUVE @TO RC MA : IST YL ON: CHRIS LESA ST UC HAIR POST PROD TI

-90-


CULTURE MUSIQUE

-91-

- LE PRIMEUR DU MARCHÉ D’ALIGRE Robe courte en crepe Georgette blanche, buste en dentelle froncée ELIE SAAB (SS12) Créoles pampilles plâtre blanc JEAN-PAUL GAULTIER (SS12) Collier fin blanc à pampilles en crochet et perles JEAN-PAUL GAULTIER (SS12) Foulard en bandeau imprimé DSQUARED2 Petite besace Camel SALVATORE FERRAGAMO


CULTURE MUSIQUE

- ÉPICERIE JEMAA BEN OMRANE Top court zippé impression python beige & blanc AZZEDINE ALAIA (SS 12) Jupe 5 volants plissés coton sable AZZEDINE ALAIA Sandales cuir de veau taupe à chaines DIOR (SS12) Créoles « Napoléon » en or jaune DEAR CHARLOTTE BY VANESSA PINONCELY

-92-


CULTURE MUSIQUE

- TABAC D’ALIGRE Top croisé vert indigo BURBERRY PRORSUM (SS12) Jupe crayon à rayures tissées beige & vertindigo BURBERRY PRORSUM (SS12) Ceinture en cuir vert à noeud (SS12) Manchette écru SONIA RYKIEL À la main gauche Bague « Nirvana » turquoise SWAROVSKI À la main droite Bague or rose et Crystal noir MAWI Escarpin en python WALTER STEIGER À droite sur la chaise Cabas vert canard en cuir tressé COACH

-93-


CULTURE MUSIQUE

- FRUITS & LÉGUMES BIO Robe bustier en piqué stretch anis PAULE KA (SS12) Lunettes acétate JUST CAVALLI (SS12) À gauche Manchette en pierres vertes SYVIA TOLEDANO (SS12) Large Manchette « Byzance » SYVIA TOLEDANO (SS12) Pochette bandoulière en cuir perforé orange AZZEDINE ALAIA (SS12) Carré de soie « twilly » HERMES

-94-


CULTURE MUSIQUE

- BOULANGERIE DOULIAC Boléro en tulle de soie brodé « blé » CLAUDINE IVARI (SS12) Sur la tête Ceinture en bandeau beige & blanc LACOSTE (SS12) Ceinture camel liseret doré fermoir papillon PATRIZIA PEPE Collier en silicone rose poudré EK THONGPRASERT Jupe plissée en soie BCBGMAXAZRIA (SS12) Àdroite Pochette en cuir caramel sur plexi patiné MAISON MARTIN MARGIELA Bracelet doré à plumes léopard MOYE & DA Bottes « Halona » ajourées en cuir et peau HERVÉ LEGER(SS12)

-95-


CULTURE MUSIQUE

- LE VERGER D’ALIGRE – MARCHÉ BEAUVAU Débardeur jersey à volants noirs AZZEDINE ALAIA (SS12) Jupe noire à fleurs jaune BLUEMARINE (SS12) Sous la jupe Jupon court blanc FIFI CHACHNIL Créoles « Napoléon » en or DEAR CHARLOTTE BY VANESSA PINONCELY Manchette “Pomme à croquer” Doré NICOLAS THEIL Bracelet taupe SONIA RYKIEL Sandale en cuir jaune talon en bois ELIE SAAB

-96-


CULTURE MUSIQUE

-97-

- LA PLACE DU MARCHÉ D’ALIGRE Robe en maille flotté fine Violette MAISON RABIH Escarpin NANDO MUZZI (SS 12) Pochette orange WALTER STEIGER (SS12)


PORTRAIT ERIC JIMENEZ

Portrait of a makeup magician

ÉRIC JIMENEZ, WORLD MARKETING DIRECTOR FOR URBAN DECAY COSMETICS Portrait d’un magicien du maquillage

Eric Jimenez, directeur marketing monde de la marque Urban Decay Cosmetics

World Marketing Director for Urban Decay Cosmetics, Éric Jimenez is a real ambassador of the well-known American brand. He’s always on the go around the world, and it was during a recent stop in Paris that I met him. “ Makeup has always interested me. My first memory? A little case of samples that my mom used; she was an Avon saleswoman. I was five years-old. ” So what led him to a career in cosmetics and perfume? “ Women! I love to watch them and listen to them, like they’re stars. It makes them even more beautiful. It’s so fun to try to figure someone out based on her smile, her voice, or a look. ” He’s a real magician when it comes to using the Urban Decay lines. Now found all over the world, especially at Sephora and an online site launched in 1998, Urban Decay was created by Sandy Lerner, co-founder of Cisco Systems. She preferred flashier colours. Her eccentricity really paid off. At the time, there were a million shades of pink, but no purple, and certainly no green. She brought loads of new colours onto the scene, creating a real revolution. Everyone including the fashion world started to take notice. Another point Éric emphasised: “ The quality of the products is impeccable, and the use of pure pigments and the fact that we do no testing on animals are key to what we’re about. ” In 2000, the brand became part of LVMH then was eventually rebought by three savvy businessmen brothers. A success story that lacks no colour or surprise. Learn more at: www.urbandecay.com

Du tac au tac avec Eric Jimenez 1 Une couleur ? Le rouge qui incarne passion et chaleur 2 Un animal ? La panthère insaisissable. 3 Une fleur ? La tulipe perroquet rouge et jaune. J’aime ce contraste. 4 Une partie du corps ? Les mains pour le toucher et le contact avec l’autre. 5 Un parfum ? Tom Ford - Oud Wood. Une fragrance puissante et sauvage.

6 Un pays ? La France est ma 2e maison. J’aime son art de vivre. 7 Une boisson ? Une coupe de champagne français est une gorgée de bonheur. 8 Un fruit ? Le fruit de la passion pour son goût et sa texture unique. 9 Une ville ? New York, une métaphore de jungle urbaine, source d’énergie et aussi carrefour de la mode 10 Un film ? Valentino, the last emperor. Un hymne à un sublime créateur.

Back and forth with Eric Jimenez 1 Colour? A red that speaks of passion and warmth. 2 Animal? The elusive panther. 3 Flower? Red and yellow parrot tulip. I love the contrast. 4 Body part? Hands for touching. 5 Scent? Tom Ford’s Oud Wood. A powerful and wild fragrance 6 Country? France is

my second home. I love the art de vivre here. 7 Drink? A flute of French champagne and a gulp of happiness. 8 Fruit? Passion fruit for its unique texture and flavour. 9 City? New York: the epitome of an urban jungle, a major source of energy, and a fashion crossroad. 10 Film? Valentino, the Last Emperor. A tribute to an amazing designer.

BY NATALIE GATTI

Directeur marketing monde de Urban Decay Cosmetics, Éric Jimenez est l’ambassadeur de la célèbre marque américaine. Il enchaîne ainsi les voyages dans toutes les capitales ; de passage à Paris, je l’ai rencontré. « Le maquillage m’a toujours fasciné. Mon premier souvenir ? Une mallette remplie d’échantillons dont ma mère se servait : elle était conseillère Avon. J’avais cinq ans. », confie-t-il. Ce qui a guidé sa carrière dans l’univers des cosmétiques et des parfums ? « Les femmes ! J’aime les observer et les écouter, qu’elles soient stars ou anonyme pour les rendre encore plus belles. Cerner une personnalité à travers un sourire, une voix, un look autant d’indices qui vont m’inspirer. » Tel un magicien, il aime jouer avec les combinaisons des matières et couleurs des gammes Urban Decay Cosmetics. Aujourd’hui diffusée dans le monde entier, principalement par les enseignes Sephora et par un site marchand lancé en 1998, la marque Urban Decay Cosmetics a été créée par une femme, Sandy Lerner, co-fondatrice de Cisco Systems. Elle rêvait de couleurs flashy. Son excentricité a été payante. S’il y avait sur le marché des centaines de nuances de roses pour un vernis à ongles roses, point de violet ni de vert. En 1996, elle se lance avec une gamme de rouges à lèvres et de vernis à ongles. Audace des verts, des noirs, des rouilles… des paillettes et du brillant ! C’est la révolution. Une philosophie du maquillage s’impose. Les médias s’en emparent ainsi que l’univers de la mode. Autre point sur lequel insiste Eric : « La qualité des produits avec par exemple le choix de pigments purs et le fait que nous en faisons aucun test sur les animaux sont essentiels. » En 2000, la marque est entrée chez LVMH pour être finalement rachetée par trois frères, hommes d’affaires avisés. Une success story qui ne manque ni de pigments, ni d’éclat. Pour en savoir plus : www.urbandecay.com

-98-


PORTRAIT ERIC JIMENEZ

-99-


The Eighty-Eight CULTURE MUSIQUE

PHOTOGRAPHER: ISSHOGAI ∆ FASHION EDITOR: YOHANNA EDGE ARDÈS-GUISOT ∆ MODELS: CARLA MOURE FOR KARIN AGENCY, PASCAL LUCCHINI FOR KARIN AGENCY

∆ MAKE-UP ARTIST & HAIR STYLIST: PIERRE FRANÇOIS CARASCO@ ANN RAMIREZ AGENCY ∆ ASSISTANT PHOTOGRAPHER: JULIE GILDENMANN ∆ ASSISTANT STYLING: EMMA BONFILS ∆ ASSISTANT SHOPPING: MARGAUX REBIN ∆ POST PRODUCTION: BENEDIKTE MESLIN Remerciement à “ pour vous les princes “ (http://www.pourvouslesprinces.com/ ) pour la mise à disposition de l’ancien appartement de la Païva.

PASCAL Polo perforé kaki BALLY (FW12/13) Ceinture grise DANIEL HECHTER (FW12/13) Pantalon en laine à carreaux CHRISTIAN LACROIX (FW12/13) Veste grise en flanelle SOMETHING (FW12/13) Casquette grise « Stealth » UNITED NUDE (FW12/13) Carré de soie petits carrés rouge MAISON F Mitaine en crochet beige GLOVE STORY (FW12/13) Autour du cou Collier lacet et croix swarovski noir CURIOSITY BOX Sautoir argent TOBIAS WISTISEN Chaussette noir en fil d’écosse LE CHAUSSETIER Derby en veau nubuck perforé blanc cassé PAUL & JOE (FW12/13)

CLARA Robe grise col français en cuir YVES SAINT LAURENT Veste tweed en laine grise CHRISTIAN DIOR Ceinture en cuir noir « défilé fall12 » CHRISTIAN DIOR Pochette en cuir blanc perforé AZZEDINE ALAIA Chapeau Cloche gris DDP WOMAN

-100-

À la main gauche Manchette plâtre sur piercing blanc JEAN-PAUL GAULTIER Gant en cuir vieilli silver GLOVE STORY Collant voile noir FALKE Escarpin vernis noir WALTER STEIGER (FW12/13)


CULTURE MUSIQUE

PASCAL Chemise blanche en coton avec détails de plis sur les manches YVES SAINT LAURENT (FW12/13) Gilet en col “V” en flanelle de laine YVES SAINTLAURENT (FW12/13)

-101-

Autour du cou Cravate grise ERMENEGILDO ZEGNA Sautoir pendentif branche d’arbre enargent NICOLAS THEIL (FW12/13) Sautoir seringue en argent NICOLAS THEIL (FW12/13) Pantalon de costume gris DIOR HOMME Chapeau de feutre noir DIOR HOMME


CULTURE MUSIQUE

CLARA Robe vert foncé imprimée / brodée LOUIS VUITTON (PREFALL W12) Borsalino en feutre & chaine ESCADA (FW 12/13) Sautoir “Baroque”en or blanc et or jaune 18 carats, onyx et diamants CHANEL JOAILLERIE Ceinture en cuir vernis SONIA RYKIEL (FW 12/13) Cardigan rafia vert AZZEDINE ALAIA Jupe tulle VALENTINO RED (FW 12/13) Collant « Cactus » FALKE Escarpin noir nœud SALVATORE FERRAGAMO (PREFALL W12) Bague “Matelassé Perles” en or jaune 18 carats serti de 108 diamants taille rond pour un poids total de 1,3 carat et 13 perles de culture CHANEL JOAILLERIE Micro gants en cuir noir DSQUARED2 Manchette en argent & or DELFINA DELETTREZ Cravache en cuir noir EMMANUEL UNGARO VINTAGE Micro gants en cuir noir DSQUARED2v

-102-

PASCAL Costume croisé en laine marine et rayures de tennis KARL LAGERFELD (FW12/13) Chemise rayée grise et blanche ERMENEGILDO ZEGNA (FW12/13) Boutons de manchettes en acier & cristal Jet Hematite SWAROVSKI (FW12/13) Cravate motif Paisley noir vert & blanc ETRO (FW12/13) Carré de soie blanc MAISON F (FW12/13) Chapeau « Calypso » Taupé Feutre véritable ALMIRE PARIS (FW12/13) Chevalière argent noirci TOBIAS WISTISEN CHEZ L'ECLAIREUR Chevalière argent gravée épée TOBIAS WISTISEN CHEZ L'ECLAIREUR Chaussette noir en fil d’écosse LE CHAUSSETIER Mocassins « Thomas » cuir noir à bout silver LOUBOUTIN


CULTURE MUSIQUE

CLARA Pendants d’oreilles ruban spinelle CHANEL JOAILLERIE Jupe nylon rose et tulle noir avec motif fleurs VALENTINO RED Combinaison Noire en dentelle de calais ERES Boléro en mousseline de soie rose poudré PATRIZIA PEPE Nuisette « Babydoll » noir rebrodée de dentelle mis en caracco JEAN-PAUL GAULTIER FOR LA PERLA Ceinture cuir bi-color rose et noir ESCADA Escarpin open toes noires brodées avec perles et ruban RENÉ CAOVILLA Tour de cou "Dany" en dentelle noire URBAN SKIN CHEZ GLAZEDSHOP Bague « Soleil » grosse pierre et diamants CHANEL JOAILLERIE Pochette léopard COACH Manchette “Pomme à croquer” argent noirci NICOLAS THEIL Bague « roses » ROBERTO COIN PASCAL

-103-

PASCAL Pantalon velours marron print flowers GUCCI (FW12/13) Ceinture en cuir vieilli choco DSQUARED2 (FW12/13) Chemise moutarde BILL TORNADE (FW12/13) Noeud papillon MAISON F (FW12/13) Cardigan maille bordeaux à coudières ROBERTO COLLINA Echarpe soie imprimée Bordeaux & Camel GUCCI (FW12/13) Chevalière argent « Épine » PATRICK MOULIN Chaussette noir en fil d’écosse LE CHAUSSETIER Mocassins cuir kaki à plumes noires & blanches ETRO


PASCAL Manteau 3/4 bleu pétrole SMALTO (FW12/13) Broche "flower" choco GUCCI (FW12/13) Echarpe bleu pétrole SMALTO (FW12/13) Chapeau de paille & ruban bleu marine CERRUTTI Lunettes carrées "Industriel Touch" LANVIN Noeud papillon EDEN PARK Chemise grise à motifs gris ETRO (FW12/13) Cardigan maille pied de poule gris & jaune pâle PAUL & JOE Pantalon moutarde DSQUARED UOMO (FW12/13) Chaussettes Jaune paille en fil d’écosse LE CHAUSSETIER Derby « Askin » à boucles cuir caramel BALLY Bracelet ciseau argent ERIC TIBUSCH POUR CLIOBLUE

CULTURE MUSIQUE

CLARA Robe en crêpe de soie bi-color GUCCI Ceinture cuir vernis papillon GUCCI Foulard "Donnie " rouge & noir DSQUARED2 Manchette argent & or avec obsidienne noire URIEL SALAS Bracelet “Diva Living” art déco FREY WILLE Large Manchette « Byzance » SYVIA TOLEDANO Pochette en cuir caramel sur plexi patiné MAISON MARTIN MARGIELA Bague “Shangai” pavée de pierres ROBERTO COIN Collant «Mastic» FALKE Escarpin Léopard ICE ICEBERG

-104-


CULTURE MUSIQUE

PASCAL Manteau 3/4 bleu pétrole SMALTO (FW12/13) Broche en rose choco GUCCI (FW12/13) Echarpe bleu pétrole SMALTO (FW12/13) Chapeau de paille & ruban bleu marine CERRUTTI Lunettes carrées "Industriel Touch" LANVIN Noeud papillon EDEN PARK Chemise grise à motifs gris ETRO (FW12/13) Cardigan maille pied de poule gris & jaune pâle PAUL & JOE Pantalon moutarde DSQUARED2 (FW12/13) Bracelet ciseau argent ÉRIC TIBUSCH POUR CLIO BLUE

-105-

CLARA Robe en crepe de soie bi-color GUCCI Foulard "Donnie " rouge & noir DSQUARED2 Manchette argent & or avec obsidienne noire URIEL SALAS Bracelet “Diva Living” art déco FREY WILLE Large Manchette « Byzance » SYVIA TOLEDANO Pochette en cuir caramel sur plexi patiné MAISON MARTIN MARGIELA Bague “Shangai” pavée de pierres ROBERTO COIN


CULTURE MUSIQUE

-106-


CULTURE MUSIQUE

PASCAL Manteau 3/4 bleu pétrole SMALTO (FW12/13) Broche en rose choco GUCCI (FW12/13) Echarpe bleu pétrole SMALTO (FW12/13) Chapeau de paille & ruban bleu marine CERRUTTI Lunettes carrées "Industriel Touch" LANVIN Noeud papillon EDEN PARK Chemise grise à motifs gris ETRO (FW12/13) Cardigan maille pied de poule gris & jaune pâle PAUL & JOE Pantalon moutarde DSQUARED2 Chaussettes Jaune paille en fil d’écosse LE CHAUSSETIER Derby « Askin » à boucles cuir caramel BALLY Bracelet ciseau argent ÉRIC TIBUSCH POUR CLIO BLUE

-107-

CLARA Robe en crèpe de soie bi-color GUCCI Ceinture cuir vernis papillon GUCCI Foulard "Donnie " rouge & noir DSQUARED2 Manchette argent & or avec obsidienne noire URIEL SALAS Bracelet “Diva Living” art déco FREY WILLE Large Manchette « Byzance » SYVIA TOLEDANO Pochette en cuir caramel sur plexi patiné MAISON MARTIN MARGIELA Bague “Shangai” pavée de pierres ROBERTO COIN Collant mastic FALKE Escarpin poulain léopard ICE ICEBERG


CULTURE MUSIQUE

-108-

CLARA Serre tête à plumes autour du chignon GEORGES RECH Robe « Igloo » en tapisserie « Nuite » JEAN-CHARLES DE CASTELBAJAC Long jupon noir FIFI CHACHNIL Large ceinture cuir noir ESCADA (FW12/13) Pochette satin noir brodée de strass VALENTINO GARAVANI Manchette « Pomme à croquer » argent NICOLAS THEIL Bague or rose et Crystal noir MAWI Bague papillon or jaune et diamants P.HOLLAND CHEZ WHITE BIRD Bracelet gris SONIA RYKIEL Collant voile arabesques & fleurs noir FALKE Escarpin « Pensée 20 Specchio » cuir vernis argent « COLLECTION CAPSULE » (série limitée) LOUBOUTIN


CLARA Robe bandage blanc & tulle HERVÉ LEGER Corset 13 cm croute velours craquelé blanc JEAN-PAUL GAULTIER Manteau fourrure blanche BLUEMARINE Minaudère "miroir" argenté SALVATORE FERRAGAMO Au sol Escarpin dentelle et strass NANDO MUZI Collier "Perles et Noeud" en or blanc 18 carats, serti de 4 diamantstaille poire pour un poids total de 4 carats, 160 diamants taillebrillant pour un poids total de 21.7 carats et 42 perles de culture d'Indonesie CHANEL JOAILLERIE Bague "Ruban Beryl" en or blanc 18 carats serti de 1 béryl rosetaille rond de 41 carats et 341 diamants taille brillant CHANEL JOAILLERIE

CULTURE MUSIQUE

PASCAL Veste et pantalon de smoking MAISON MARTIN MARGIELA (FW12/13) Chemise blanche avec ganse noir col DSQUARED2 UOMO (FW12/13) Gilet Gabardine noir SOMETHING (FW12/13) Echarpe satin de soie noir MAISON F Nœud papillon noir CERRUTTI Chaussures veau glacé noir KENZO

-109-


PORTRAIT

PETER LINDBERGH “Captors of moments”

Le «!Capteur d’instants!» “For me the most important thing is to create interesting images.” That is the philosophy of Peter Lindbergh, one of the most popular and requested photographers in the fashion world. Thanks to his uncanny ability to capture moments in time, he is part of a group of ten top photographers, though you’d seldom hear him mention it. He really has an eye for subjects and composition, and his vision is timeless and current. He views women with an appreciation for their sensual beauty. Coming into this profession by chance really, Peter Lindbergh is above all an observer, and no detail escapes this man. And yet, his success in the photography and fashion worlds have not gotten to his head… quite the contrary, really. Open, accessible, and always smiling, M Lindbergh is incredibly generous and perfectly comfortable in the world in which he operates. For him, creating is a chance to express feeling, emotion, or a combination of ideas. His photographs are powerful and full of contrasts and melancholy. A truly genuine gentleman! Peter Lindbergh grew up in East Germany in the heart of the prairie and rivers. At that time, he had only one thing in mind: to leave. He found a way to leave relatively early, and headed to Switzerland, and eventually Berlin. The idea of travelling and wandering appealed greatly to him. He initially wanted to become a painter and enrolled at the fine arts school, and it wasn’t until later while working as an assistant that he discovered photography. His immediate love for the medium, led to the obvious choice of sticking with photography. His impeccable style is shaded with sensuality and emotion. And in taking his photographs, he works with one sole desire: "To make something beautiful. "What inspires him? Anything and everything, but most certainly not "manufactured fashion", which he finds results in more of the same type of pictures. He prefers to find his ideas elsewhere. Being the observant person he is, he likes to tell stories through his images, and for him, fashion photography is a fantastic vehicle to express what he wants to say. He has always loved black and white photography for its tradition and because of how the light in black and white photos sculpts faces, but it is now colour that has taken over his portfolio at about 70%. His portraits are a benchmark for photography and beyond that show the general respect he has for the image of women. Women feel trapped by the pressures of society nowadays, and want to look young at all costs. M Lindbergh finds this to be a shame because, for him, it is precisely the markings left by time that make a woman beautiful. For the photographer, a woman is the most beautiful of creations. Much more interesting than men, he finds them brave, delicate, and sensitive. In short, he adores them... Learn more at / Pour en savoir plus : www.peterlindbergh.com BY CAROLE CHIARONI

« Pour moi le plus important c'est de créer des images. », tel est le crédo de Peter Lindbergh l’un des photographes les des plus demandés et les plus appréciés de la planète mode. Maîtresfaçonneurs d'images, il appartient au cercle très fermé des quelques dix photographes stars, un statut dont il ne se vante guère. À nul autre pareil, il cisèle ses sujets avec œil parfait. Son regard sur les femmes est d’une sensuelle beauté. Sa vision en est actuelle et intemporelle. Venu à la photo par hasard, comme il se plaît à le rappeler, Peter Lindbergh est avant tout un observateur, aucun détail ne lui échappe. La photo et la mode ne lui sont pas montées à la tête, bien au contraire. Ouvert, accessible, toujours souriant, l’homme est d’une incroyable générosité et d’une parfaite lucidité quant au monde dans lequel il évolue. Pour lui, la création est la naissance de quelque chose qui vient d’un sentiment, d’une émotion, ou d’une combinaison d’idées. Ses

photos sont puissantes, pleines de contrastes et de mélancolies ça et là. Rencontre avec un gentleman qui ne triche pas ! Il a grandi en Allemagne de l'Est, au cœur des prairies et rivières. À cette époque, il n’avait qu’une idée en tête : partir. Ce qu’il a fait relativement rapidement, direction la Suisse, puis Berlin. L’idée de voyager de se balader le séduisait. Il a d’abord eu envie de devenir peintre, et s’est inscrit aux Beaux-Arts, découvrant la photo que bien plus tard en acceptant un travail d’assistant. L’envie de se consacrer à la photo lui est dès lors apparue comme une évidence. Son style irréprochable est teinté de sensualité et d'émotion. C’est ainsi qu’il voit ceux qu’il photographie, n’ayant qu’une envie : « Les rendre beaux ». Ce qui l’inspire ? Tout et rien, mais surtout pas la « machine mode », car selon lui, elle inspire à tous les mêmes images ! Il se plait à aller chercher ses idées dans un autre circuit. Très observateur, il aime raconter des histoires au travers de ses images. Pour lui, la photo de mode est un véhicule fantastique pour exprimer ce que l’on a envie de dire. Artiste, il l’est et a toujours voulu l’être. Mais être artiste pour Peter Lindbergh, c’est avant tout un état d’esprit lié à une manière de travailler et d’avancer dans son travail. S’il a longtemps affectionné la photographie en noir et blanc, presque par tradition et parce qu’il la façon dont la lumière du noir et blanc sculpte les visages, c’est à présent la couleur qui a pris le dessus à 70 %. Ses portraits sont une référence en matière de photo et bien plus encore,ils temoignent du grand respect qu’il a de l'image de la femme. Une femme qu’il trouve aujourd’hui coincé par des diktats, et voulant paraître jeune à tout prix. Cela le désole, car ce qui fait la beauté d’une femme ce sont justement les empruntes laissées par le temps. Pour le photographe, la femme est la plus belle des créations. Bien plus intéressantes que les hommes, il les trouve courageuses, fines, sensibles. Bref, il les adore…

-110-


PORTRAIT

-111-


CULTURE MUSIQUE

History from Ile Maurice

PHOTOGRAPHE: SCOTT WILLIAM ∆ ASSISTANT PHOTO: JULIEN BEAN ∆ STYLISTE: MARZ ATASHI ∆ ASSISTANT STYLE: SAMUEL MAJID FETHAZZAR MAD/COIF: MARIE MICHELLE BEDASSY ∆ MODEL: DOMINIQUE LAMON @ ICEMODELS ∆ PRODUCTION: AGENCE GRAND BAIE VISHAL SOWBUNT REMERCIEMENT: MTPA KARL MOOTOOSAMY ET ROBERT DESVAUX DE OFFICE DE TOURISME DE L'ILES MAURICE HOTEL GRAND GAUBE LUX* ILES MAURICE

-112-


CULTURE MUSIQUE

-113-

Robe mousseline corail DSQUARED2 Serre taille cuir JEAN PAUL GAULTIER Chaussures python BARBARA BUI Manchette PHILIPPE FERRANDIS


MODE

Serre taille PERLA by JEAN PAUL GAULTIER Jupe en soie JEAN PAUL GAULTIER Bonnet YVES SAINT LAURENT VINTAGE

-114-


CULTURE MUSIQUE

-115-

Robe dentelle brodée ERIC TIBUSH COUTURE Maillot corail DANIEL HECHTER Escarpins ELIE SAAB Lunettes JEAN PAUL GAULTIER


CULTURE MUSIQUE

-116-


CULTURE MUSIQUE

-117-

Body soie DSQUARED2, chapeau paille DANIEL HECHTER


CULTURE MUSIQUE

Robe longue JEAN PAUL GAULTIER Ceinture rose PATRIZIA PEPE Bonet YVES SAINT LAURENT VINTAGE Chaussures en python BARBARA BUI

-118-


CULTURE MUSIQUE

-119-

Pantalon blanc brodé EMANUEL UNGARO Pochette cuir Robe longue JEAN PAUL GAULTIER Maillot corail HECHTER Veste branche imprimée JEAN PAUL GAULTIER escarpins ouverte fluo JEAN MICHEL CAZABAT


FOCUS

JULIA ROBERTS Fancy Free Star

Julia Roberts!: une Star libre

Julia Fiona Roberts was born in Smyrna, Georgia in 1967. As a young girl, she imagined a very different life for herself than one as an internationally-known actress. Julia was studying journalism when her brother, Eric Roberts, first had some success in Hollywood. She then decided to try her luck and made her first appearances in TV movies, commercials and low budget films. Her first major roles were in Satisfaction and Mystic Pizza in 1988. But it was her interpretation of Shelby Eatenton in Steel Magnolias – the 1989 drama by Herbert Ross - that got her an Oscar nomination and a Golden Globe award. Then, in 1990, the Pretty Woman won our hearts when she played opposite Richard Gere. This role earned her an Oscar nomination for Best Actress and won her a "People's Choice Award" for Favourite Actress. Her role in The Pelican Brief, in which she co-starred with Denzel Washington, solidified her status as an international star. Finally in 2001, she won an Oscar for Best Actress for her role as the title character in Erin Brockovich. At that point, she became the highest paid actress in Hollywood, only to be eventually dethroned by the young Reese Witherspoon.

Julia « Fiona » Roberts est née à Smyrne, en Géorgie aux ÉtatsUnis d’amérique et non dans l’ex URSS en 1967. Jeune, elle s’était imaginé une toute autre vie que celle d’actrice internationalement connue. Julia fait des études de journalisme quand son frère, Éric Roberts, connait un certain succès à Hollywood. Elle décide alors de tenter sa chance et fait ses premières apparitions dans des téléfilms, des spots publicitaires et des films à petits budgets. Elle tiendra ses premiers rôles importants dans Satisfaction et Mystic Pizza, en 1988. Elle connaît son premier succès grâce à son interprétation de Shelby Eatenton dans Potins de femmes - comédie dramatique d'Herbert Ross, 1989 - qui lui vaut d'être citée aux Oscar et de remporter le Golden Globe. Mais notre Pretty Woman gagne le cœur d’une nouvelle audience aux côtés de Richard Gere, en 1990. Ce rôle lui vaut d’être nommée à l'Oscar de la meilleure actrice et de gagner le « People’s Choice Award » pour le titre d’actrice favorite. L'Affaire Pélican, dans lequel elle donne la réplique à Denzel Washington, conforte son statut de star internationale. Elle obtient en 2001 l'Oscar de Meilleure Actrice pour son rôle dans Erin Brockovich, seule contre tous. Elle devient l’actrice la mieux payée de tout Hollywood, avant de se faire détrôner par la jeune Reese Witherspoon.

More recently we have seen Julia in films with Jessica Alba, Anne Hathaway, etc. in Valentine's Day, before her part opposite Tom Hanks in Larry Crowne. In the recent Mirror Mirror, we see a humorous interpretation of the Queen that shows the versatility of her talent. We are eagerly awaiting her next two films: the first, a family drama with Meryl Streep called August: Osage Country, is planned for 2013.

Julia Roberts a abordé des registres variés comme le cinéma fantastique (L'Expérience interdite), le thriller (Les Nuits avec mon ennemi), le policier (Duplicity), le drame (Le Choix d'aimer) ou le psychologique (Closer). Dans un registre plus sombre elle a été la servante du Docteur Jekyll dans Mary Reilly, de Stephen Frears. Plus légèrement, elle joue dans la superproduction Hook, de Steven Spielberg, dans laquelle elle est une malicieuse fée Clochette, mais aussi dans Le mariage de mon meilleur ami en compagnie de Cameron Diaz et Rupert Everett ou encore tombe amoureuse de Hugh Grant dans Coup de Foudre à Notting Hill. Elle joue aux côté de Brad Pitt, George Clooney ou Matt Damon dans Ocean Eleven (2001) et Ocean Twelve (2004). Plus récemment, nous l’avons vue aux côtés de Jessica Alba, Anne Hathaway etc. dans Valentine’s Day, elle a joué aux côtés de Tom Hanks dans « Il n’est jamais trop tard » et nous avons pu observer son humour et son talent dans « Blanche Neige », pour ne citer que ceux-là... Nous attendons tous avec impatience ses deux prochains films. Le premier, un drame familial, est prévu pour 2013 : « August: Osage Country ». Elle donnera la réplique notamment à Meryl Streep. Le second est le reflet de la société homosexuelle des années 80 et de ses travers tels que, bien entendu, le SIDA qui est devenu le complément d’objet direct de la sexualité dans son ensemble.

The second is a look at the homosexual culture in the 80s and the role AIDS has played in modern society’s conversation about sexuality (The Normal Heart).

BY DELPHINE LANCRENON

Julia Roberts has played in all kinds of movie genres including Sci-Fi (Flatliners), thriller (Sleeping with the Enemy), romance (Duplicity), drama (Dying Young) and psychological drama (Closer). She showed a darker side as the Dr. Jekyll’s housemaid in Mary Reilly, directed by Stephen Frears. In a more light-hearted parts, she starred as mischievous Tinkerbell in Steven Spielberg’s blockbuster Hook, and also in My Best Friend’s Wedding alongside Cameron Diaz and Rupert Everett. We fell even more deeply for her when she played opposite Hugh Grant in Notting Hill. Then, of course, there’s the Ocean’s series in which she plays alongside Brad Pitt, George Clooney and Matt Damon in Ocean's Eleven (2001) and Ocean’s Twelve (2004), both big hits.

-120-


JULIA ROBERTS

-121-


JULIA ROBERTS

-122-


JULIA ROBERTS

-123-


ANDREEA RADUTOIU CULTURE MUSIQUE

NIKKI RICH Leather cut out gown LOUISE GREEN Black / white hat - www.louisegreen.com GLYNNETH B Necklace and bracelets - www.glynnethb.com EVIL PAWN JEWELRY Black beaded “Demonia” necklace - www.evilpawnjewelry.com EVIL PAWN JEWELRY Black feather and flower “november corset choker” - www.evilpawnjewelry.com LOREE RODKIN Gold / diamond chain necklace

.

-124-


ANDREEA RADUTOIU CULTURE MUSIQUE

The girl y a w a n a r o h w s u c r ci e h t m fro USING UTOIU ∆ MAKEUP: LYNN TAYLOR PHOTOGRAPHER: ANDREEA RAD STINEAGENCY.COM CELE FOR C MAR N ISTIA CHR : ETICS ∆ HAIR CREME DE LA MER AND MAC COSM - PHOTOGENICSMEDIA.COM IST: MEGAN KELLEY ∆ MODEL: ALLI STYL ∆ TS DUC PRO ERER FURT E IOS WEST USING RENE STUD 59 PIER TO NKS THA IAL * SPEC ∆ PHOTO ASST.: BUCK ZARAFA ∆

-125-


CULTURE MUSIQUE

MARK BELFORD COUTURE Black gown with lace cut out WHAT KATIE DID Red satin opera gloves GLYNNETH B. Choker necklace, shoulder harness piece, and all cuffs - www.glynnethb.com LOREE RODKIN Ring

-126-


CULTURE MUSIQUE

-127-

MARK BELFORD COUTURE Black gown with lace cut out WHAT KATIE DID Red satin opera gloves GLYNNETH B. Choker necklace, shoulder harness piece, and all cuffs - www.glynnethb.com LOREE RODKIN Ring


GEORGES HOBEIKA COUTURE

Pink long sleeve dress WHAT KATIE DID Pink, black corset LOUISE GREEN Pink feather head piece www.louisegreen.com

CULTURE MUSIQUE

-128-


CULTURE MUSIQUE

-129-

MARK BELFORD COUTURE Red bow WOLFORD ”twenties“ fishnets JEROME C. ROUSSEAU Multi-color black bootie


CULTURE MUSIQUE

BASIL SODA Puckered sequined vest - www.basilsoda.com WOLFORD High wasted lace panty and sheer tights FORNARINA Over the knee black suede boot - www.fornarina.com LOUISE GREEN Black top hat with feather and floral detail - www.louisegreen.com BLEU GARTERS Red satin «versailles» garter - www.shopbleugarters.com LOREE RODKIN(3) Diamond / gold tennis bracelets, ring

-130-


CULTURE MUSIQUE

-131-

VALERJ POBEGA Leather corset gown CONTRARIAN NY Feathered tule wrap - www.contrarianny.com LOREE RODKIN Diamond ring GLYNNETH B. Earrings - www.glynnethb.com


FOCUS ON

ÉRIC PERCEVAL

Photographe : Y.ZERB

Tell us about your professional background, your agency Contrebande, and what led you to create this agency. My name is Eric Perceval, and I’m 49 years old and married with two children, I created Contrebande Agency 15 years ago (in 1997). For a short time I served as Director of Unam (Union National des Agences de Mannequins). From the beginning, we have tried to offer something different from our competitors by way of a kind of “compartmentalisation” based on the desires and demands of advertisers, fashion houses, and directors. We’ve created several sort-of sub agencies including one for kids (Teen Agency) and one for seniors (Masters). We were the first in France to specialise in non-traditional looks since there was a real demand for it yet nobody was offering it. We are also a talent agency for actors and artists of all types. We also have one of Europe’s biggest sports agencies, with more than 100 disciplines. And we’re not done yet. In 2011 we created a menswear branch called ROCK, and we also plan to open one for celebrities. At the end of this year we’ll launch a womenswear department, as well. We’d like to have it so each section has its teams each with their specialty. Is it the personality of the director who leads the will of the star structure or is it that’s changing market, adapting to it? Do you have competitors that have the same type of structure? It’s a mix between my personality and the market research I’ve done. The fact that I was not formally trained in this profession encouraged me to approach things differently. I made it a point to find out with customers were looking for, which all

Merci de nous présenter votre cursus professionnel, l’agence Contrebande et ce qui vous a amené à créer cette agence. Éric Perceval 49 ans marié 2 enfants, j’ai créé le groupe d’agence il y a 15 ans (en 1997). Très rapidement j’ai occupé la fonction de directeur de l’Unam (Union National des Agences de Mannequins). Nous avons essayé de développer depuis la création une offre originale et différente de celle de nos concurrents en mettant en place un « compartimentage » en fonction de la demande des publicitaires, des maisons de coutures, des réalisateurs : nous avons créé une agence enfant (Teen Agency) une agence séniors (Masters), nous avons été les premiers à faire en France, une agence spécialisé dans « les tronches » (look hors normes) car c’était une vraie demande des publicitaires et personne n’avait cette offre. Nous sommes également agent artistique pour les comédiens et tous types d’artistes que nous proposons aux directeurs de casting pour les longs métrages, les fictions et le théâtre. Nous avons également une agence sportive, une des plus importantes d’Europe, qui représente aujourd’hui plus de 100 disciplines. Nous n’avons pas terminé notre travail, nous avons créé en 2011 une agence mode homme qui s’appelle ROCK, nous allons également ouvrir une agence pour les célébrités. Fin 2012 nous allons lancer le département mode femme. C’est un parti pris dès le départ d’avoir créé une gestion en étoile avec un back office et des fronts offices différents avec chacun leur spécialité. Est-ce la personnalité du directeur qui entraine cette volonté de structure en étoile ou est-ce que c’est l’évolution du marché,

-132-


FOCUS ON

my competitors could have done so long ago. I was really the first to do it at the time. There are obviously some limitations sometimes, but no other has as much success as we have. What do you consider Contrebande’s biggest strength? Our main strength is selectivity. We have a method and very specific criteria, we reject a lot of people: 99 % of unsolicited applications that we receive are rejected. We’re also very efficient with the screening process: when we make a solicitation we send exactly what the client is looking for, and that often makes all the difference.

Qu’est-ce que vous considérez être la principale force du groupe Contrebande ? La principale force est la sélectivité. Nous avons une méthode et des critères bien spécifiques, nous refusons énormément de monde: 99 % des candidatures spontanées que nous recevons sont rejetées. Egalement un très important travail de présélection en amont : lorsque nous répondons a un casting nous envoyons exactement ce que demande le client et c’est souvent ce qui fait la différence et qui emporte la décision.

The theme of ISSU7 is cinema; what are the links between the modelling and film worlds? And what is the evolution of this relationship through the years? Ten years ago yet there was still no link between the two industries, really. We had a talent agency called Contre-bande Film for those who were strictly actors in theatre and film, and there was never any link modelling part. Over time we’ve see an evolution; more and more models are also becoming actresses. We have models that began their careers in television (Julia Vignali from La Matinale on Canal +, for example). The walls keep tumbling down, and the industries continue to meld together in the same way that you see more and more actors partnering with brands, and models branching out to other media as well.

Le thème de l’ISSU 7 est « à travers le cinéma » : quels sont les liens entre le mannequinat et le monde du cinéma, quelle est l’évolution de ce lien à travers les années ? Il y a 10 ans encore il n’y avait aucune interpénétration entre les 2 domaines on avait une agence artistique appelée Contrebande Film pour les comédiens purs, théâtre et le cinéma il n’y avait jamais de lien avec la partie mannequin. Avec le temps on voit une évolution, on voit que de plus en plus de mannequins passe de l’autre côté et deviennent comédienne. Nous avons des mannequins chez nous qui ont commencé une carrière à la télévision (Julia Vignali à « la matinale » sur Canal +), de plus en plus toutes les cloisons sont tombées, de la même manière que les comédiens acceptent de plus en plus de faire de la publicité, des mannequins commence à faire de l’animation, des émissions télé, de la comédie.

Why is this? It’s first and foremost an attempt for models and actors to broaden their base, to say I’m a model but I can do anything, contrary to popular belief I can have a film role and do much more than just modelling. Similarly, 15 years ago, actors never had partnerships with brands, but now you see it all the time. Directors and producers are more likely these days to give models a shot. We have many examples within the agency of models moving on to other things: Frederic Bel, for one, was a model with us, but is now an actor. Who is the best actress or model in your opinion? In other words, who is a great success story in this industry? That’s a tough one (laughs). Unlike 15 years ago, there aren’t three or four top models anymore (such as Cindy Crawford and Elle MacPherson) but rather loads of girls have plenty of work, so I would say there is no real “Model of the Year” per se. On the other hand, there are a few standout French actors like Mathieu Kassovitz and Guillaume Canet, who are both actors and directors. For me, Canet is a great example: very talented both in front of and behind the camera. Others worth mentioning are Testu Delpi, Maiwenn; now there’s a success story. In the U.S., I would consider people like Ron Howard great successes. This is a time multi-talented artists, one in which people are free to explore multiple creative avenues like photography, music, painting, etc. This is probably due to social networks and the Internet, as the artists feel free to put themselves out there without necessarily expecting to appeal to the majority. Many of them find sudden viral success through these paths. Do the Internet, social networks and simply being able to promote oneself easily these days not pose a problem for modelling agencies? That could be the case if agencies and agents do not adapt very quickly. Just look at the music industry and all the major labels that didn’t adapt… what a disaster! Contrebande has a blog and Facebook both, and we are very connected and also are very adaptive in the

l’adaptation à celui-ci ? Etes-vous aujourd’hui les seuls à couvrir tous ces domaines ou est-ce que vous avez des concurrents qui ont le même type de structure ? C’est un mélange entre ma personnalité et l’étude de marché, le fait que je ne vienne pas de ce métier m’a amené à tout de suite chercher à sonder le marché, à me demander ce que les clients recherchaient, tous mes concurrents auraient pu le faire depuis longtemps or j’étais le premier à le faire à l’époque. Depuis, évidement, certains nous ont imité, mais aucun n’a autant d’enseignes que nous (8 au total).

Pour quelles raisons ? Il s’agit tout d’abord d’une demande des mannequins et comédiens d’élargir leur assiette, de se dire je suis mannequin mais je peux faire autre chose, contrairement à l’imaginaire collectif je peux avoir un vrai rôle au cinéma, je veux saisir d’autres opportunités. Parallèlement il y a 15 ans, les comédiens ne faisait pas de pub par crainte de se ‘’griller’’ or aujourd’hui même les plus grands comédiens font des pub et cela ne gêne plus personne. De l’autre côté les donneurs d’ordre (réalisateurs,producteurs) sont de plus en plus nombreux à se dire « pourquoi pas un mannequin ». On a beaucoup d’exemples au sein de l’agence, de mannequins qui font une carrière : Frédéric BEL qui était mannequin chez nous est maintenant comédienne. Quelle est pour vous la meilleure comédienne ou le meilleur mannequin autrement dit qu’elle est le symbole de la réussite (ou l’exemple) professionnelle dans ce milieu ? Question difficile (rire). A la différence d’il y a 15 ans, il n’y a plus 3 ou 4 grands Tops ((Cindy Crawford, Elle MacPherson) mais énormément de filles qui travaillent donc je dirai qu’en ce moment il n’y a pas vraiment de « Model of the Year ». Par contre pour les comédiens, notamment français, il y a des gens comme Mathieu Kassovitz, Guillaume Canet qui sont acteurs et réalisateurs et ça c’est extraordinaire Je pourrai également citer Testu, Delpi, Maiwenn, ça c’est la vrai réussite. Pour moi Canet est l’exemple typique : excellent comédien et excellent derrière la caméra. Aux États-Unis il y a des gens comme Ron Howard. Nous sommes à l’époque des slacheurs (artistes

-133-


FOCUS ON

way we work. However you have to also see that working with us adds value: we do schedule management, contract management, negotiations, as well as career management. How do you recruit your models and how does one become a model? There are several ways: • Unsolicited applications: almost all are rejected immediately, and those that aren’t are offered an appointment, at which point we decide. • Referrals: photographers, casting directors, clients, bookers who will link us up with potentials models. • Our personal searches: every member of the agency distributes cards to people who could have potential and seem interested while living their own personal lives (on transportation, at parties and restaurants). • Events: contests, or with children, for example, who are in partnership with a major brand (like Toys R Us); or with ROCK (menswear) with a major magazine. What do you think of current “fashion” exchanges between agencies in different countries (especially Asia)? How are the conditions where the models are sent? What is your opinion on these new opportunities? We use this type of exchange because some models are sometimes not ready for the French market but we think they will do well in London, Tokyo, Milan, or New York. Anyway, it’s a good experience for the models – especially beginners to make a look book and some editorials. Concerning working conditions, there is definitely a wide range across agencies of what is seen as acceptable. Not that long ago, we had problems with an Italian agency that had housed our models in an awful place, and we immediately decided get the girls back to Paris. We make it a point to make our models feel welcome when they come here, so we offer large apartments in central Paris, but it is true that some agencies are less scrupulous. This is also what makes the difference between good and average agencies, for when a model is well housed and well treated she will obviously return to work with you. What is the best way in your opinion to identify the talents of tomorrow? I’ll continue doing the opposite of most of my colleagues; they will tell you that the jackpot is Eastern countries (Russia, Belarus, Ukraine etc.) where there is so much poverty that parents don’t hesitate to send their children away for a chance at making it big… even those who haven’t finished school. I find the French market is full of girls from Eastern Europe and that they are all alike: very cold. We prefer those who come from North America, Scandinavia, Brazil, and Italy. And those with a real personalities.

BY YORAM ZERBIB

multi talents) qui cumulent expo photo, musique, peintures etc. Ce décloisonnement est probablement dû aux réseaux sociaux et à internet car les artistes se disent si j’arrive à promouvoir ce que je fais en me mettant en avant seul sans nécessairement faire appel au majors et du coup il y a des gens qui explosent seuls dans différents domaines. Est ce qu’internet, les réseaux sociaux et le fait de pouvoir se promouvoir seul ne condamnent pas les agences de mannequins ? Ça pourrait le devenir si les agences et agents ne s’adaptent pas très vite, par exemple dans le domaine de la musique les grandes majors ne se sont pas adaptés et ça a été une catastrophe ! Chez Contrebande nous avons un blog, un Facebook par agence nous gardons le lien permanent et adaptons également notre manière de vendre. En revanche l’agent lui-même ne mourra jamais pour moi, car s’il est bon et compétent, il apporte une valeur ajoutée : gestion des plannings, gestion des contrats, négociations, mais également gestion de la carrière en faisant faire aux acteurs, et comédiens, les bons choix. Comment recrutez-vous vos mannequins et comment devient-on mannequin ? Il y a plusieurs canaux : • les candidatures spontanées : la quasi-totalité sont refusées, une toute petite partie est retenue, on leur propose un rdv et là on décide. • les prescripteurs: les photographes, les directeurs de casting, les clients, les bookeurs qui vont repérer directement les personnes intéressantes et nous les présenter. • notre recherche personnelle : tous les membres de l’agence dans leur vie personnelle (transports, soirées, restaurants) distribuent des cartes a des personnes susceptibles de correspondre à une demande. • les évènements : des concours par exemple pour les enfants en partenariat avec une grande marque (Toys R Us) ; ou pour ROCK (mode homme) avec un grand magazine. Que pensez vous de la « mode » actuelle des échanges entre agences de pays différents (Asie notamment) ? Les conditions d’accueil sont-elles bonnes ? Votre opinion sur ces nouvelles opportunités ? On utilise ce type d’échange car certains mannequins ne sont parfois pas adaptés pour le marché français mais on pense qu’elles vont marcher à Londres, Tokyo, Milan, New-York c’est également une bonne expérience pour les mannequins notamment les débutantes pour se faire un book, des éditos pas seulement des tests. Concernant les conditions de travail, il est évident qu’il y a des différences selon les agences partenaires. Il y a peu de temps nous avons eu des problèmes avec une agence italienne qui avait très mal logé nos mannequins, nous avons immédiatement décidé de les faire rentrer à Paris. Nous mettons un point d’honneur à bien loger et accueillir nos mannequins dans de grands appartements au centre de Paris,mais il est vrai que certaines agences sont moins scrupuleuses. C’est ce qui fait aussi la différence entre les bonnes et les moins bonnes agences car quand un mannequin est bien logé et bien traité elle a envie de revenir chez vous. Quel est pour vous l’eldorado pour repérer les talents de demain ? Je vais prendre le contrepied de la plupart de mes confrères, ils vous diront que l’eldorado ce sont les pays de l’Est (Russie, Biélorussie, Ukraine etc.) car dans ces pays il y a tellement de pauvreté que les parents n’hésitent pas à vous envoyer des enfants même ceux en âge d’être scolarisé. Moi je trouve au contraire que le marché français est saturé de filles de l’Est alors qu’elles sont toutes pareilles, très froides. Nous préférons celles qui viennent d’Amérique du nord, des pays scandinaves, du Brésil, d’Italie avec une vraie personnalité.

-134-


FASHION EVENT COURCHEVEL

-135-

Photographe : Y.ZERB Make Up/coiffure : Inesa Parfenii DA : Anna Belyasova


FASHION EVENT COURCHEVEL

FASHION EVENT AT COURCHEVEL

Chaque année les agences Casta Model Management (Russie) et To Be Models (Milan) organisent d’importants évènements dans le monde de la mode : l’idée principale consiste à organiser un rendezvous dans un lieu prestigieux (nous avons choisi Courchevel ). Tout d'abord un rendezvous entre amis ainsi que des agences de mannequins de différents pays, des stylistes ( étrangers et russes ), des mannequins, des artistes. Cette année nous avons créé Photographe : Y.ZERB Make Up / coiffure : Inesa Parfenii un concept qui a réuni un petit groupe de DA : Anna Belyasova mannequins venues de différents pays : miss Costa Rica 2011 Johanna Solana, vicemiss d’Espagne 2011 Ana Crespo et des mannequins d’Argentine, de Colombie, d’Espagne, et du Brésil. Nous avons organisé des séances photos avec des robes conçues par de célèbres stylistes russes comme la nouvelle collection de Ksenia May.

Each year two agencies, Casta Model Management (Russia) and To Be Models (Milan), organise events in the fashion world with the primary goal being to facilitate meetings among modelling agencies from different countries, stylists (foreign and Russian), models, and artists in a prestigious location (we chose Courchevel). This year we have created a concept that brought together a small group of models from various countries: Miss Costa Rica 2011 Johanna Solana, Vice Miss Spain 2011 Ana Crespo and models from Argentina, Colombia, Spain, and Brazil. We organised a photo shoot complete with dresses designed by famous Russian designers such as Ksenia May’s new collection.

* Partenaire principal : l’agence Casta Models dirigée par Vladislav Metrevel : L’objectif principal de notre agence est de rechercher dans le monde entier des mannequins, futurs top models et les lancer pour une grande carrière. Pour cela, le mannequin doit commencer par gravir les échelons, et cela signifie un investissement important, du travail, du mental, de l’apprentissage ce qui amène rarement le mannequin en couverture d’un magazine ou à un défilé. Les ateliers photos : Comme nous l'appelons ainsi : Nous pouvons voir les filles venant de différents pays apprenant le métier, à poser et à faire face aux demandes des photographes. Cela peut nous donner aussi la possibilité de mieux appréhender l'avenir et le potentiel professionnel des mannequins. De plus le mannequin n’est pas juste un modèle mais une personne à part entière et l'agence se doit de créer un réseau autour du mannequin avec l'ensemble des professionnels, ce qui exige des qualités importantes et permet de révéler les traits de personnalités de chacun au quotidien et faire connaître ces mannequins dans des shows télévisés où l’on peut obtenir de nombreux contacts et propositions spécifiques. Vladislav Metreveli a mis 20 ans pour développer son business en Russie.

* Principal Partner: Casta Models led by Vladislav Metreveli The main goal of our agency is to search worldwide for future models and supermodels to help launch their careers. To get there, a significant investment is required, including labour, mental coaching, and basic apprenticeships that, even then, rarely lead a magazine cover or a fashion show appearance. “ Photo Workshops ”, as we call them: we help girls from different countries learn the trade and how to meet the varying demands of photographers. This gives us a sense of the model’s potential and future in the industry. Because a model is much more than just a model, it’s the agency’s job to create a network of industry professionals around her. We wish to showcase each one’s individuality by way of promotion and television shows. Those offer great opportunities for finding new contacts and proposals. Vladislav Metreveli took 20 years to develop his business in Russia * Organisation: Anna Belyasova, fashion and event planning professional. Anna is currently working on a collaboration between Latin America and Europe. She looks to artists (singers, actors) to help make this annual event known and hopes to make it key in the fashion world. It also serves as a kind of meeting between friends where they can discuss various projects, make plans, organise photo shoots, and exchange experiences and ideas, etc… Last year we worked with Argentina and Brazil, this year we have been collaborating with Costa Rica, Colombia and Spain. We hope to achieve something great again next year with many partners!

* Organisation : Anna Belyasova, professionnelle de la mode et de l'événementiel. En ce moment Anna développe une collaboration entre l’Amérique latine et l’Europe. Elle invite des artistes ( chanteurs, acteurs ) pour rendre cet évènement annuel connu et bientôt incontournable dans le monde de la mode. C’est aussi une sorte de meeting entre amis où nous pouvons discuter de différents projets, faire des plannings, organiser des séances photos, et échanger ses expériences et ses idées etc… L’année dernière nous avons travaillé avec l’Argentine et le Brésil, cette année nous développons cette collaboration de travail avec le Costa Rica, la Colombie et l’Espagne. Nous espérons réaliser quelque chose de génial l’année prochaine avec de nombreux partenaires !!!

BY YORAM ZERBIB Links / Lien : Casta Models: www.castamodels.ru / Photographer / Photographe : Y. ZERB www.yzerb.com

-136-


FASHION EVENT COURCHEVEL

-137-

Photographe : Y.ZERB Make Up/coiffure : Inesa Parfenii DA : Anna Belyasova


Deep to the garden

CULTURE MUSIQUE

PHOTOGRAPHY: BY EDWIN TSE ∆ MAKEUP: BY STEPHANIE PETERSON ∆ HAIRSTYLING: BY NELSON VERCHER FOR AGENT OLIVER ∆ MODEL: LUANA TEIFKE FOR ONE MANAGEMENT ∆ STYLING: BY SHANNA NICOLE AND ELISSA AIMEE FOR ARTIST BY TIMOTHY PRIANO

Slip and jacket ANNA SUI

-138-


CULTURE MUSIQUE

-139-

Dress and shoes CHRISTIAN DIOR


CULTURE MUSIQUE

Dress ROBERTO CAVALLI Jacket ANNA SUI

-140-


CULTURE MUSIQUE

-141-

Dress MULBERRY Jacket ANNA SUI


CULTURE MUSIQUE

Jacket BOTTEGA VENETA Dress ANNA SUI Shoes CHRISTIAN DIOR

-142-


CULTURE MUSIQUE

-143-

Jacket BOTTEGA VENETA Dress ROBERTO CAVALLI


CULTURE MUSIQUE

Dress and jacket ANNA SUI

-144-


CULTURE MUSIQUE

-145-

Gown KAUFMANFRANCO


PORTRAIT

HARALD HEIDER HARALD HEIDER,

Directeur département lunettes

Born in Rhénanie-Palatinat (Allemagne), Harald Heider had a rather traditional student life, which included studies in translation. Eventually, he settled in Paris and took over the export department at Alain Mikli. After getting his Master’s in International Affairs Management, he became director of exports for Beausoleil. In July 2010 he took the Head of Eyewear position at Zilli.

— Né en Rhénanie-Palatinat (Allemagne), Harald Heider suit un parcours scolaire traditionnel marqué par des études de traduction. Il s’installe ensuite à Paris et devient responsable export chez Alain Mikli. Il intègre ensuite un master en management des affaires internationales et devient directeur export de Beausoleil, avant d’occuper le poste de directeur du département lunette chez Zilli depuis juillet 2010 How long has Zilli Men existed? Zilli was founded in 1970. What exactly do you do at Zilli? I am currently head of eyewear. Where is the Zilli flagship store in Paris? Our shop is at the heart of the Golden Triangle at 48 rue François 1er, in the 8th arrondissement. Russia is an important market for your brand, why? Russia and all of the former soviet countries are key in our business. M. Schimel was wise enough to forge a path there 20 years ago and they have been important to our business ever since. There’s quite the love story between the Russians and the Zilli brand. In which other countries is Zilli sold? We have boutiques in London, Milan, Rome, as well as Switzerland, Austria, and Germany. How long has Zilli had an eyewear line? We started this endeavour a little more than three years ago. At first, we were focused primarily on sunglasses. Following that, we launched a line of optical frames that we sell to high-end opticians around the world. What kind of man is drawn to Zilli glasses? He’s one who is around 30 years old who appreciates comfort and quality craftsmanship. Besides that, he’s no doubt someone who is always looking to be at his best. What sort of marketing does Zilli do and what do you have planned for the future? We currently reach our customers through traditional avenues such as magazine adverts. In the future, we would like to have a spokesperson, someone who embodies our brand. Tell us a little about founder Alain Schimel. Alain Schimel is an exceptional chap with a real vision and one who knew how to transform a little company from Lyon into an international one of luxury and refinement. He’s true to himself and what he wants and encourages us to push ourselves every single day. What kinds of events are Zilli involved in and why? We’ve been a sponsor of the Biennale de Lyon for many years and we also support the Villa Medicis in Rome. One of our leitmotivs is to enhance the link between culture and the individual.

Eyewear department manager Depuis quand existe la marque pour homme Zilli ? La maison ZILLI a été fondée en 1970. Quelle est votre fonction auprès de la société Zilli ? Actuellement j’occupe le poste de directeur du département lunette. Ou se trouve le fleuron Zilli à Paris ? Notre boutique se trouve en plein cœur du triangle d’or, 48 rue François 1er, dans le 8e arrondissement. La Russie est un marché important pour votre marque, pourquoi ? La Russie et tous les pays de l’ancienne Union Soviétique sont des marchés très importants. M. Schimel a fait le pari il y a 20 ans de conquérir le marché russe et depuis nous enregistrons un fort développement sur ce marché. Il y a une réelle histoire d'amour entre le peuple russe et la marque Zilli. Dans quels autres pays la marque Zilli est-elle présente ? Nous avons des boutiques à Londres, à Milan, Rome mais également en Suisse, Autriche, et en Allemagne Depuis quand développez-vous la ligne de lunettes ? Nous avons commencé à développer une gamme de lunettes il y a un peu plus de 3 ans. Au début nous commercialisions uniquement des montures solaires dans notre réseau de vente. À la suite de cela nous nous sommes lancé dans une gamme de montures optique que nous commercialisons auprès des opticiens haut gamme dans le monde entier. À quel type de clientèle masculine s’adresse la marque Zilli ? Le profil type est celui du trentenaire qui cherche le confort allié à la qualité de matières exclusives. Au delà du bien être, je pense que l’homme Zilli recherche le bonheur. Quelle mode de communication avez vous mis en place pour Zilli et que souhaiteriez-vous faire dans l’avenir ? Actuellement nous communiquons d’une manière classique à travers des pages de publicité et du publi-rédactionnel. Dans l’avenir nous souhaiterions trouver un ambassadeur de marque, un homme incarnant les valeurs et l’univers de notre marque. Que pouvez vous nous dire du fondateur Alain Schimel ? Alain Schimel est un homme ayant des qualités exceptionnelles, un véritable visionnaire qui a su transformer une petite entreprise lyonnaise en une prestigieuse enseigne de luxe. Il reste fidèle à ses convictions et nous apporte tous les jours un nouvel élan afin de surpasser notre savoir faire. À quels types d’événements participez-vous et pourquoi ? Nous participons depuis de nombreuses années à la Biennale de Lyon en tant que sponsor et nous soutenons également la villa Medicis à Rome. Un de nos leitmotiv c’est le plaisir lié à la culture propre à chaque individu.

Quels sont les célébrités internationales qui pourraient incarner l’image de Zilli ? Il y a de nombreuses célébrités qui pourraient incarner Zilli, je verrai surtout Brad Pitt, Ryan Gosling, Robert Downey Jr. ou Michael Fassbender.

Which international celebrities exemplify Zilli? There are many, but I would say for sure Brad Pitt, Ryan Gosling, Robert Downey Jr. or Michael Fassbender.

-146-

BY PRINCESS JULIA ALETHEA BASSEVILLE


PORTRAIT

-147-


CULTURE MUSIQUE

-148-

Veste en laine mélangée COS Chemisier en soie VIKTOR & ROLF Collier articulé en métal YVES SAINT LAURENT Leggin en laine SOPHIA KOKOSALAKI Escarpins en cuir vernis ANTONIO BERARDI Chapeau en feutre MAISON MICHEL


CULTURE MUSIQUE

Masculin / Féminin PHOTOGRAPHER: CHRISMA LAN ∆ CONCEPTION VISUEL: TUAN TAIKO ∆ MODEL BEN GRIMES@ FORD STYLIST DAVID DUVAL ∆ HAIR: FREDERIC KEBBABI @ B-AGENCY ∆ MAKE UP: RAPHAEL PITA@ B-AGENCY ∆ ASSISTANTS PHOTOGRAPHE: OLIVER, CYRIL, THIERRY ∆ MERCI À : STUDIO DAYLIGHT, CAROLINE ET STÉPHAN, PATRICIA LAGRANGE, PARIS, B-AGENCY, DAVID, OLIVIA, SERENA BONNEFOI

-149-


CULTURE MUSIQUE

Chemise en coton gaufré et pantalon oversize en coton YVES SAINT LAURENT Nœuds papillon en soie CERRUTI Ceinture en métal doré VERONIQUE LEROY Bracelet en perles de verre PATRICK MOULIN Bague boule sertie de strass DANIEL SWAROVSKI

-150-


CULTURE MUSIQUE

-151-

Veste Bolero à paillettes GEORGES CHAKRA Chemise à poignets mousquetaires et cravate oversize en coton LIMI FEU


CULTURE MUSIQUE

Top soutien gorge en lannière de coton tressé HIROKO KOSHINO

-152-


CULTURE MUSIQUE

-153-

Cape en laine mélangée Antonio Berardi Chemise en organza de soie Viktor & Rolf Collier « Flash » en strass Daniel Swarovski Pantalon large en laine & soie Gianfranco Ferré Ceinture de smoking en soie Cerruti


Gilet en soie & viscose CERRUTI 1881 Combi-pantalon en laine mélangée LIMI FEU Débardeur en jersey de soie TROSMAN Collier cadenas en strass DANIEL SWAROVSKI Escarpins compensés brodés de perles JIL SANDER

-154-


CULTURE MUSIQUE

-155-


PORTRAIT

The ColoGraph

Romain,Colourist,Founder of ROMAIN COLORS The Colographe

When you enter into colourist Romain’s Parisian salon, you’re immediately immersed in an enchanted and timeless universe where a fairy sits on the counter next to a huge harp-shaped vase with exotic and colourful flowers. Gilded mirrors face leather chairs, warm tones on thick fabrics hanging before the windows give the space a boudoir feel, or at least that an intimate and private place. And suddenly Romain appears smiling in jeans and a collector Michael Jackson T-shirt. A surprising contrast with the decor. Yet it is his universe, a child’s universe he has recreated with a contemporary twist. That is his signature look. We’re here at Romain Colors, the Paris’s top colourist still working with special colouring products. Each colour job is personalised and mixed from natural pigments, and gives rise to natural and sophisticated shades.

— Quand on franchit la porte du coloriste parisien Romain, on est plongé dans un univers enchanté et atemporel où une fée malicieuse surgit sur le comptoir, à côté d’un immense vase en forme de harpe présentant des fleurs exotiques et colorées. Des miroirs dans des cadres dorés imposants font face aux fauteuils en cuir, des tons chauds et des tissus épais suspendus devant les fenêtres donnent l’impression d’être dans un boudoir, du moins un endroit intimiste et privé. Et d’un coup apparaît Romain, souriant en jean et T-shirt collector de Michael Jackson. Surprenant contraste avec le décor. Pourtant il s’agit bien de son univers, un univers d’enfance qu’il a recrée en y apportant une touche contemporaine. Telle est sa signature et son image. Nous sommes ici chez Romain Colors, le coloriste de Paris travaillant encore de manière artisanale avec une méthode de coloration douce. Chaque coloration est personnalisée, faite sur-mesure à partir de pigments naturels, donnant lieu à des nuances naturelles ou plus sophistiquées.

How did you become a colourist? I started when I was 16 at my uncle’s salon in Brittany. I wanted to move to Paris, though, because I knew everything would be more accessible here: fashion, a network, etc… At 22, I opened my own salon on the Left Bank near Le Bon Marché.

Comment êtes vous devenu coloriste ? J’ai commencé dans le cadre familial à l’âge de 16 ans dans le salon de mon oncle en Bretagne. J’ai voulu m’installer à Paris parce que je savais que tout serait plus à portée de main : la mode, le réseau etc… À 22 ans j’ai ainsi ouvert mon salon, sur la rive gauche près du Bon Marché.

What differentiates you from other colourists in Paris? I was one of the pioneers of soft colouring. I’m distinguished myself apart from my colleagues who used conventional, more chemical dyes, and those who use the vegetable dyes, not allowing full-on processing. My idea was to take a middle path, to adopt alternative techniques of semi-vegetable colouring (also known-as organic). This type of dye gave me a wider range with which to create the tailor-made colours specific to each woman and each hair shade. For me a beautiful colour job must be almost undetectable.

Qu’est ce qui vous différenciait des autres coloristes lorsque vous vous êtes installé à Paris ? J’étais un des pionniers de la coloration douce. Je me suis démarqué de mes confrères, ceux qui utilisaient des colorants classiques, plus chimiques, et ceux qui avaient recours aux colorants végétaux, ne permettant pas de réelle transformation. Mon innovation fut d’emprunter un chemin intermédiaire, d’adopter des techniques alternatives de coloration semi-végétale (dite aussi organique). Ce type de colorant m’a offert un panel plus large permettant de créer du sur-mesure, des nuances propres à chaque chevelure et chaque femme. Pour moi une belle coloration doit être quasi indétectable.

Where does your passion for hair colouring stem from? All throughout my childhood, colours were a big part of my life. My cousin Christophe Lazé was an illustrator and I was always fascinated by his work. It was one of my first memories, even. It was his father who was a hairdresser. I was immediately drawn to all the tubes of colours in the salon and always wanting to touch them. Hair was simply another way of playing with and using colour. What are your primary sources of inspiration? My main sources of inspiration are Celtic tales that I heard when I was a child that remind me of my childhood in Brittany and the beauty and nature that is everywhere there. I’ve always appreciated the

D’où vient cette passion pour les couleur ? Durant toute mon enfance les couleurs faisaient parties de mon entourage. Mon cousin Christophe Lazé était illustrateur et j’étais fasciné lorsqu’il colorisait ses planches de dessin. C’était mes premiers souvenirs. Mon oncle, lui, était coiffeur. Les tubes de couleur dans son salon m’ont tout de suite attiré et donné envie de toucher les couleurs. Le cheveu était ainsi un moyen d’expression pour arriver à la couleur. Quelles sont vos principales sources d’inspiration ? Mes principales sources d’inspiration sont les contes celtiques,

-156-


PORTRAIT

Vêtements et accessoires DIOR • Photographe : Vincent de Marly

-157-


PORTRAIT

Photo issue du film « Le Colographe » Coiffure : Sébastien Poirier avec les produits Catwalk by TIGI Make up : Sébastien Poirier avec les produits M.A.C. Cosmetics Photographe : Leny Guetta

que l’on me racontaient pendant mon enfance et rattachés à mon histoire bretonne, ainsi que la nature et la beauté qui s’en dégage. J’ai beaucoup appris également des œuvres de Michel Pastoureau, seul historien de la couleur qui m’a permis de comprendre l’évolution des mentalités face aux langages codés que sont les couleurs. Quelle est votre plus grande réussite ? Une de mes plus grandes réussites date de 2007 lorsque la célèbre rédactrice en chef du Vogue France, Carine Roitfield, m’a consacré une pleine page titré «Le coloriste impressionniste », consécration que je n’avais pas espérée, j’en étais très fier. works of Michel Pastoureau, a sort-of colour historian, through which I learned the deep meanings that colours can carry. What is your biggest success story? One of my biggest successes was in 2007 when the famous editor in chief of Vogue France, Carine Roitfield gave me a full page in the magazine entitled “ The Impressionist Colourist ”. It was a complete surprise and a massive honour. Is it true that Romain Colors is almost 10 years old? Indeed there will be a party in October 2012 to celebrate our tenth birthday. There will be an evening all about colour where I’d like to invite a few master colourists from fashions houses, fellow colourists, and why not Michel Pastoureau... I would also like to have a hair fashion show where I’ll invite several artistic hairdressers to work off a sort-of enchantment theme. The crowning moment will be the screening of the film that I began co-directing in 2011 with Éric Lamy Let’s hear a little more about this film. It is a kind of triptych and is entitled “ The Colographe ”. The film is a colourful journey between Tunisia, Paris and the lands of Brocéliande. It consists of three short films, each being linked to a colour, that tell the story of what each means to me. You always participated in the Brune Blonde Exposition at the French Film Library that took place from October 2010 to January 2011. This retrospective was on the representation of women through the eyes of great directors and the colour of their hair in particular. On the evening of the opening I was asked to do a live representation on the aesthetics from film scenes that inspired me most as a colourist. What other profession might you be interested in? Astronomer. What brings out your prestige? Ostentatious luxury. Your favourite film? Mulholland Drive. Your favourite director? I really like David Lynch’s stuff and his aesthetic approach to the sophisticated and glamourous woman. What I really love is that he’s not just a director, he’s also a photographer, drawer, and painter.

J’ai entendu dire que c’est bientôt les 10 ans de Romain Colors… En effet, en octobre 2012, une fête sera organisée pour les 10 ans de Romain Colors. Il y aura une soirée avec une conférence sur la couleur où j’aimerais inviter quelques maîtres teinturiers des grandes maisons de couture, des confrères coloristes, et pourquoi pas Michel Pastoureau… Je souhaiterais également organiser un défilé de coiffure, où j’inviterais plusieurs artistes coiffeurs à travailler sur le thème de la féerie. Le tout sera couronné par la projection du film que j’ai commencé à co-réaliser en 2011 avec Éric Lamy. Pouvez-vous nous parlez un peu plus de ce film ? Il se présente sous la forme d’un triptyque qui s’intitule « Le Colographe ». Ce moyen métrage est un voyage coloré entre la Tunisie, Paris et les terres de Brocéliande. Il se compose de trois courts métrages dont chacun correspond à une couleur et les symboliques qu’elles m’évoquent. Vous avez également participé à l’exposition Brune Blonde à la cinémathèque française qui a eu lieu de octobre 2010 à janvier 2011. Cette rétrospective portait sur la représentation des femmes à travers le regard de grands réalisateurs et plus particulièrement sur la couleur de leur chevelure. A l’occasion de la soirée du vernissage on m’avait demandé de réinterpréter, sous forme de performance live, l’esthétisme fort des scènes de cinéma qui m’avaient le plus inspiré en tant que coloriste. Quelle autre profession auriez-vous aimé exercer ? Astronome. Que vous évoque le prestige ?Le luxe ostentatoire, mais le prestige c’est aussi la renommée. Votre film préféré. Mulholland drive. Votre réalisateur préféré. J’aime beaucoup le cinéma de David Lynch, l’esthétisme qu’il aborde vis-à-vis de la femme sophistiquée et glamour. Ce que j’aime particulièrement chez lui, c’est qu’il n’est pas seulement réalisateur mais aussi photographe, dessinateur et peintre. Un homme ou une femme que vous admirez particulièrement. Pourquoi ? Leonard de Vinci, le génie polyvalent par excellence. BY PRINCESS JULIA ALETHEA BASSEVILLE

Someone you admire a lot and why? Leonardo de Vinci, a versatile genius of excellence.

-158-


photos © www.sxc.hu

Et si l’impossible n’existait pas ?

Le créateur d’évènements sur mesure www.soleidad.com


CULTURE MUSIQUE

LAURIANE : top + jupe DIOR, shoes CHRISTIAN LOUBOUTIN CAMILLE Robe DIOR, shoes GIUSEPPE ZANOTTI ADELINE : Top + jupe DIOR Shoes GIUSEPPE ZANOTTI Bijoux : LES PERLES DE NOA

-160-


CULTURE MUSIQUE

«Grand Hotel!! » (Oscar du meilleur film en 1932 )

PHOTOGRAPHE : Y.ZERB ∆ MAKE UP /COIFFURE : INESA PARFENII ∆ STYLISME : CECILE BENSIMHON ∆ ASSISTANT : CEDRIC CANEZZA ∆ MODELS : ADELINE@DMA / LAURIANE@UPMODELS / CAMILLE@ANGELS ∆ REMERCIEMENTS : HÔTEL ROYAL À ÉVIAN ***** PALACE

-161ROYAL PARC EVIAN


Bodies: AMERICAN APPAREL LAURIANE : Shoes CHRISTIAN LOUBOUTIN ADELINE ET CAMILLE : Shoes GIUSEPPE ZANOTTI Lunettes : CHANEL Bijoux: LES PERLES DE NOA

CULTURE MUSIQUE

-162-


CULTURE MUSIQUE

-163-


CULTURE MUSIQUE

-164-


CULTURE MUSIQUE

CAMILLE Robe LES PETITES Shoes blanches CHRISTIAN LOUBOUTIN LAURIANE Haut blanc LES PETITES Jupe blanche DIOR Shoes GIUSEPPE ZANOTTI

-165-

ADELINE Robe CHRISTIAN DIOR Shoes blanches CHRISTIAN LOUBOUTIN Bijoux : LES PERLES DE NOA


ADELINE : Maillot BIP BIP LAURIANE : Maillot CHRISTIAN DIOR CAMILLE : Chemise blanche nouée LES PETITES Bijoux : LES PERLES DE NOA

CULTURE MUSIQUE

-166-


CULTURE MUSIQUE

-167-


Robe, pantalon et top : JEAN PAUL BENIELLI Couture ADELINE : shoes GIUSEPPE ZANOTTI LAURIANE : shoes CHRISTIAN LOUBOUTIN Bijoux : LES PERLES DE NOA

CULTURE MUSIQUE

-168-


ACCESSORIES

MAISON VAINCOURT: accessory for the glamorous woman

La maison Vaincourt sert l’image glamour des femmes Remember the wild ride through the U.S. in Thelma and Louise (starring Geena Davis and Susan Sarandon) and the scene where Louise pulls a gun out of her belt to escape rape? This cult classic scene glorifies the feminine. Belts, of course, have their practical use, but also serve to accentuate the figure of a woman and emphasise her silhouette. Gervex’s Rolla painting depicts the less desirable side of cinching our waists. But still there’s something so sexy about a string of leather perfectly fitted around a beautiful woman, such as a Hollywood actress like Julia Roberts in Notting Hill… A chic and sensual detail on the female body. The newly created Maison Vaincourt has created pieces that are reminiscent of “ the beautiful French belt ”, with the refinement and sophistication of Parisian fashion. They feature beautiful silver buckles on topstitched quality leather. The hottest accessory for women is not yet ready to fall by the wayside, and from New York to Paris, those beautiful and itty bitty worldly women will continue to sport leather belts around their waists, all to show off those beautiful figures. BY LAETITIA MESSÉGUÉ

Souvenez-vous de la cavale effrénée à travers les ÉtatsUnis de Thelma et Louise avec Geena Davis et Susan Sarandon et de la scène ou Louise sort de sa ceinture son révolver pour échapper au viol. Une scène culte qui revendique le féminin. La ceinture sert la taille mais elle sert aussi l’image des femmes et souligne leur silhouette. On n’a pas fait mieux depuis le corset de « Rolla » dans la peinture de Gervex. Un lien de cuir si admirablement ajusté sur les reins des femmes et des actrices de Hollywood lorsqu’elles décident de lâcher leurs diamants sur canapé, pour le jean ceinturé comme Julia Roberts dans Coup de foudre à Notting Hill. Ce coté féminin qui embellie d’un détail chic et sensuel le corps de la femme. La Maison Vaincourt nouvellement créée, participe de cette volonté de remettre au gout du jour le savoir faire de « la belle ceinture à la française » avec tous les codes du raffinement de la mode parisienne. De belles boucles en argent enchâssées par des liens de cuir surpiqués de qualité.La légende de l’accessoire le plus sexy pour les femmes n’est pas prêt de s’éteindre, et sur toutes les avenues du monde, de New York à Paris, les belles mondaines au taille de guêpes, continueront à chalouper un lien de cuir autour des reins, silhouettes désirables et désirées des regards qui se posent sur leur jolie atout, une ceinture serrée au millimètre.

Rosanna Arquette

-169-


CULTURE MUSIQUE

The female Serpent

PHOTOGRAPHER: TYLER KANDEL ∆ ∆ PHOTO ASSISTANT: QUINN LIPTON HAIR: SIENREE DU @ CELESTINE AGENCY ∆ ∆ MAKE-UP: MARISSA MACHADO @ CELESTINE AGENCY STYLING: JENNA TODEY ∆ MODEL: CASSANDRA SMITH @ NEXT MODEL MANAGEMENT

-170-


CULTURE MUSIQUE

-171-

Boots: R. RENZI FOR GIANMARCO LORENZI Lingerie: WHAT KATIE DID Coat: MARC BY MARC JACOBS Bracelet: MELINDA MARIA Ring: SHAYOON ABOO


FASHION

-172-


Dress: SACHIKA Bracelet: JOAN HORNIG Earrings/Bracelet: MELINDA MARIA Shoes: CHRISTIAN LOUBOUTIN

CULTURE MUSIQUE

-173-


Dress: SACHIKA Bracelet: JOAN HORNIG Earrings/Bracelet: MELINDA MARIA Shoes: CHRISTIAN LOUBOUTIN

CULTURE MUSIQUE

-174-


CULTURE MUSIQUE

-175-


Shorts: SACHIKA Bag: MARC BY MARC JACOBS Boots: R. RENZI FOR GIANMARCO LORENZI

CULTURE MUSIQUE

-176-


CULTURE MUSIQUE

-177-


Dress: SACHIKA Necklace: SHAYOON ABOO Ring: HOUSE OF HARLOW

CULTURE MUSIQUE

-178-


TABLE ÉTOILÉE

GUY SAVOY

A decorated master

As soon as you pass through the slatted wood and glass door on rue Troyon, you enter another world… one of fine food and atmosphere.

Dès la grande porte en caillebotis de bois et de verre franchie, rue Troyon, vous entrez dans un autre monde… de gastronomie et d’ambiance.

-180-


TABLE ÉTOILÉE

GUY SAVOY, un maître dans les étoiles

Stone, wood and leather accompanied by warm colours make up the décor and help put you at ease right away. You’re not at your regular neighbourhood resto… No, you are at the triple Michelin star restaurant Guy Savoy. Guy has trained under such chefs as Jean Michel Wilmotte, which surely plays a role in the conviviality of the place and the joy the food is for the senses.

La décoration de pierre, bois et cuir avec des couleurs chaudes vous met à l’aise de suite. Vous n’êtes pas dans un lieu conventionnel mais chez Guy Savoy, 3 étoiles Michelin, qui a su avec le concours de Jean Michel Wilmotte, faire de son restaurant un lieu propice a la convivialité et au bonheur des sens.

From the start of the meal, there’s a seamless dance of staff at your service. They work with such grace and elegance, you might not even notice they’re there. Everything about this place is indicating we’re about to have a fantastic meal. Selecting the dishes will surely be the hardest part. A caviar amusebouche to start, just to awaken the taste buds… And light and harmonious as the taste is, it certainly succeeds. The stuffed roasted red rullet sits in a sauce that has the perfect consistency and lets the flavours develop beautifully your mouth. The roasted lobster with raw and cooked hearts of palm in lobster sauce looks just as good as it tastes. We start to wonder how

Dès l’apéritif, c'est un ballet de maîtres d’hôtel et de serveurs, pour vous servir avec grâce et élégance une flute de champagne qui prend toute sa dimension car elle est servie frappée, ce qui n ‘est pas si courant. On ne résiste pas au bonheur de penser que seul quelques privilégiés nous accompagnent et que nous allons passer un moment d’exception. Et le temps de choisir les plats n’en est pas moins un. Jugez plutôt : amuse-bouche au caviar pour commencer, excitation des papilles, on se dit que le prélude est grandiose, tout en légèreté et en osmose, puis tout petit pois, superbe, et ensuite rouget-barbet rôti-farçi, jus aux foies d’une grande rigueur dans sa cuisson précise qui laisse les arômes se développer magnifiquement en bouche.

-181-


TABLE ÉTOILÉE

GUY SAVOY

long this perfection can continue… The quality of ingredients and level of cooking obviously make a big difference. We pause and take a breather and joke a bit with the chef, who has come out to verify that everything is to our liking. Just like in his favourite sport, rugby, Chef believes cooking also requires everyone to be a team player and leave nothing to chance. The artichoke soup with black truffles, and mushrooms and truffle brioche pastry are marvels in their own right. The scent alone is fantastic. We just keep tasting and hope this experience will not cease. What a joy! It would be difficult not to use strong qualifiers when talking about this level of taste, service, and attention. We had hesitated coming to this Parisian institution, but now we regret not having come sooner! The engaging personality of the chef along with his extraordinary talent get us thinking about our next visit. Maybe we’ll find the special lunch menu at 110 euros perfect for a special occasion and be able to return sooner than expected. Thank you, Guy. www.guysavoy.com

BY MARC ROUGEMOND

Le homard rôti et cœur de palmier cru et cuit, jus concentré au corail de homard n’en n’est pas moins superbe dans sa présentation et ses goûts exquis. On se demande si cela va continuer longtemps sur ce rythme et on est pas déçu par le niveau de qualité des produits et des cuissons qui visiblement font une grande différence. On respire un peu, on blague deux secondes avec le chef, qui n’hésite pas à venir vérifier si tout va bien vers les tables pour mieux relancer ses troupes en cuisine.Comme au Rugby, son sport favori, où on sait travailler en équipe, et ne rien laisser au hasard pour ne pas subir le jeu. La soupe d’artichaut à la truffe noire, brioche feuilletée aux champignons et truffes, est une pure merveille et ses odeurs riches nous ravit. On ne se lasse pas de la déguster avec délectation tant les parfums montent en bouche avec une impression que cela ne va jamais s’arrêter ! Le bonheur. Comment ne pas user des qualificatifs les plus forts quand on est a ce niveau de dégustation, de service, d’attention. Longtemps nous avions hésité à franchir les portes de cette institution parisienne mais force est de constater que nous regrettons maintenant de ne pas être venu plus tôt ! Et l’attachante personnalité du chef et son talent nous font réfléchir à la prochaine date de notre venue. Peut être que le menu spécial du midi à 110 euros, un vrai cadeau pour quelques couverts seulement nous permettra de revenir plus tôt que prévu. Merci Guy. www.guysavoy.com

-182-


NEWS | HOTEL

48 HEURES AT OMM HOTEL, a 5-star design hotel for a luxurious break in barcelona 48 heures a l’hotel omm, un 5 etoiles design pour une escapade de luxe à barcelone

Why the OMM Hotel? Eight years after it first opened its doors, it’s still one of the most frequented 5-star hotels in the city. Ideally located just 10 minutes from Ramblas, it combines luxury, design and well-being seamlessly. The OMM’s concept, despite the modernity of its architecture feels lively, thanks to its bay windows that look onto the street. Once you’ve checked in and dropped off your bags with the help of your butler, pause in the lobby to take in the coloured couches surrounding the urban fireplace exactly what you need for a cosy city style… Books and newspapers are everywhere, and in the middle of it all is none other than: the bar… the place where it all happens. And this one changes as the day goes by. In the afternoon, take the time to munch on tapas, then later on in the day it’s the “place to be” for hip Barcelonans, many on their way to the club. And if you’re not so much a barfly, have a seat at one of the tables to relax a bit. If you like, you can even reserve a table at the nearby MOO restaurant. Mood lighting is all around and a lovely bay window at the back looks out onto the chef’s vegetable garden. My personal favourite is the breakfast buffet with all you can eat tapas, ham, and champagne. With 91 guest rooms and several suites (50 to 65m2), the OMM has a sort-of boutique hotel feel to it and certainly shows off the passion and talent of each member of the family, which owns and operates the Hotel as well as many restaurants. The attention to comfort, elegance, and quality is truly evident everywhere you look. The room decor, the spa with its Hammam and Turkish sauna, and everything else are reflections of this Barcelonan state of mind. And should the weather keeps your from the rooftop pool, be sure to go take in the view onto Casa Milà, a must-see before you go trace the steps of Gaudi… Hotel Omm - Rosselló 265 08008 Barcelona / Barcelone Tel. 0034 93 4454000

Pourquoi choisir l’hôtel OMM ? Huit ans après son ouverture, il est un des hôtels 5 étoiles contemporains les plus cotés de la ville. Idéalement situé à 10 minutes des Ramblas, il combine luxe, design et bien-être, en toute discrétion. Ouvert sur la rue avec ses grandes baies vitrées, le concept de l’Hôtel OMM, malgré la modernité de son architecture respire la convivialité. Une fois passé la réception, et vos bagages déposés en chambre par votre butler, faites une halte au lobby : des canapés colorés autour d’une cheminée très citadine juste ce qu’il faut pour apporter la petite touche cosy et une flambé citadine… Partout des livres et journaux à consulter. Au centre de ce grand volume : le bar. Carrefour de toutes les commandes passées auprès des serveurs, il se métamorphose au fil des heures. En milieu d’après-midi, il vous tend les bras d’abord pour une dégustation de tapas, plus tard dans la soirée, il est « the place to be » pour tous les barcelonais branchés qui se rendent à la discothèque. Mais si vous n’êtes pas un pilier de bar, choisissez alors l’une des tables pour vous restaurer ; les plus gourmets pourront réserver au restaurant gastronomique, le MOO, situé dans le prolongement. Partout flotte une lumière tamisée ; la baie vitrée au fond donne sur le jardin potager du chef. Mon coup de cœur : le buffet somptueux du petit-déjeuner avec des tapas à volonté, jambon et champagne ! Avec ses 91 chambres et plusieurs suites de 50 à 65m2, le OMM est dans l’esprit d’un boutique-hôtel et incarne la passion et le talent de chacun des membres de la famille, propriétaire de l’hôtel, également à la tête d’un groupe de plusieurs restaurants. Partout, on sent le souci du confort, de la qualité et de l’élégance. Reflet de cet état d’esprit : la décoration des chambres, du spa avec son parcours de jets glacés. Et même si la météo non estivale vous empêche de profiter de la piscine du de la terrasse du dernier étage, appréciez la vue sur la casa Milà, à visiter impérativement avant que vous ne partiez sur les traces de Gaudi… BY NATALIE GATTI

www.hotelomm.es

-183-


HÔTEL EN VUE

LE CHABICHOU revisited by… Michel Rochedy revu et corrigé par… Michel Rochedy

The beautiful village of Courchevel boats an impressive 14 4and 5-star hotels among them being the twice Michelin-starred Le Chabichou. The director of the Hotel, Michel Rochedy, needs no introduction. The soon-to-be 75 year-old has been in Courchevel for the past 50 years and still never tires of building buzz around what’s happening at “his” luxury hotel, the latest being about the winter opening of an 1800 m2 spa, built entirely under the ski runs, with an investment of 7 million Euros! That large spa is the Banya Spa, which was built below ground due to a lack of space, is a veritable technical masterpiece, with an insulating layer so as not to melt the snow! It also has a special system to prevent release of chlorine from the pool into the atmosphere. Facilities are of course ultra modern and guests will love the ice bath and other features. There is a lovely pool plus an amazing salt cave where you can fill your lungs with sea air through the salt spray system. Next to the Banya Spa is the new restaurant Le Chabotté, featuring Chef Michel Rochedy “co-chef” for over 20 years, Stéphane Buron. The restaurant has a different feel to it, and is geared more toward a younger crowd. The decoration is contemporary and the prices much more reasonable than in the rest of Courcheval. But among the best reasons to go to Chabichou are to see Rochedy and his wife Maryse, who surveils everything (not to mention his son Nicolas and wife Jessica). Together the team offers an experience that lives up to its two-star rating for its gourmet cuisine (since 1984), ever-satisfying its loyal and hungry customers. It isn’t Michael Rochedy’s style to follow food trends, but rather stay true to his culinary tradition while being innovative with certain dishes in his own way. Spider crab with a citrus and fennel jelly, rock crab roasted with orange served sushi-style, Blue Lobster in a warm honey vinaigrette with rocket salad… indeed there are many seafood dishes on the menu, none of which Rochedy allows to degrade with the high altitude. This beautiful white castle is just beautiful and welcoming as always, and so long as Michael Rochedy is there to watch over his baby with that bright and mischievous eye that characterises him, this place with continue doing what it does so well.

Courchevel, la belle, forte de ses 14 hôtels 4 et 5 étoiles compte dans ses rangs le plus atypique des hôtels de Luxe, étoilé deux fois au Michelin, sous la houlette de son mentor, Michel Rochedy, qu'on ne présente plus, et pourtant encore une fois, il fait l'actualité. Fort de ses 50 ans de Couchevel, cet ardéchois au cœur et à l'amitié fidèle, 75 ans bientôt, ne se lasse pas d 'entreprendre au point de faire le Buzz de l 'hiver en ouvrant un Spa de 1800 m2, entièrement construit sous les pistes, avec un investissement de 7 millions d'euros !!! Avis aux jeunes entrepreneurs. Il fallait quand même le faire ce Banya Spa, car faute de place, il a été construit sous les pistes qui dévalent sur le centre de Courchevel. Inutile de dire que c 'est une prouesse technique, avec sa sous couche isolante pour ne pas faire fondre la neige ! et ses installations de déchloramination pour éviter tout rejet de chlore de la piscine dans l'atmosphère. Les installations évidemment sont ultras modernes et les clients apprécieront le bassin d'eau glacé, comme dans le grand nord. Superbe piscine, et même une étonnante grotte de sel pour se remplir les poumons d'air marin grâce a un système de pulvérisations salines. À côté du Banya Spa, Le Chabotté, nouveau restaurant supervisé par Stéphane Buron, le chef adjoint de Michel Rochedy depuis plus de 20 ans, est parti pour capter une nouvelle clientèle plus jeune qui appréciera outres les plats moins sophistiqués du Gastronomique, une décoration fraiche et contemporaine et des prix sans rapport avec la folie de Courchevel. Mais il faut bien le dire, on va au Chabichou pour son maitre des lieux et Maryse, sa femme qui veille à tout, (sans oublier le fils Nicolas et sa femme Jessica ) et sa cuisine gastronomique deux étoiles depuis 1984, qui ne cesse de satisfaire une clientèle fidèle et gourmande. Tout le mérite de Michel Rochedy est de ne pas céder aux modes de la gastronomie et de garder sa tradition culinaire tout en innovant certains plats a sa manière. L'araignée en coque fine, gelée d'agrumes, tourteau rôti à l'orange en sushi, homard bleu en vinaigrette tiède miel sucrine, jus de roquette, autant de plats de la mer qui démontre que l'altitude ne nuit pas chez les Rochedy. Ce beau châlet tout blanc est toujours aussi magnifique, l'accueil aussi chaleureux, et nul doute que c 'est pas près de s 'arrêter tant Michel Rochedy veille sur son bébé avec l'œil vif et coquin qui le caractérise. Un sacré Monsieur.

BY MARC ROUGEMOND

-184-


-185-


NEWS | RESTAURANT

COBEA, MICHELIN RATED IN 2012 …la consécration par 1 étoile au guide Michelin 2012

Characterised by his inventive style, Phillippe Bélissent (formerly of Chez Laurent, Ledoyen, and the restaurant at L’Hôtel) has taken the reigns at Cobea (Père Lapin’s former restaurant). This year, Philippe Bélissent and Cobea together were awarded their first star by the Michelin Guide. Chef Bélissent’s talent shows in his creative and unique cuisine, which also reveals his desire to express his extensive skills in the kitchen. The Cobea restaurant is decorated in a contemporary style – even Gustavian you might say, with many alcoves where couples and groups can sit and chat in privacy... It also features an open kitchen, allowing each diner to observe Chef Bélissent as he creates his masterpieces. Jérome Cobou takes care of the rest with special attention to mouth-watering amuse-bouches, seaweed butter, sourdough bread, and more. The lunch menu is available for 38¤. Other offerings include a 4-courses menu for 55¤ and an 8-courses menu for 95¤. Chef is always reinventing the menu, so you’ll want to return frequently… Meals here are, of course, best accompanied by your choice of a glass of wine and finished off with a delicious dessert (8-16¤). COBEA 11, Rue Raymond Losserand – 75014 Paris Tel : 01 43 20 21 39 / www.cobea.fr Open Tuesday through Saturday for lunch and dinner / Ouvert du mardi au samedi, déjeuner et dîner Horaires / Hours: 12:15 – 13:45 and 19:15 – 21:45

BY CHANTAL CASCALES

Avec une cuisine sage et inventive et quelques mois d’ouverture, Philippe Bélissent, ( après être passé par les cuisines de Chez Laurent et Ledoyen, ancien chef du restaurant de l’Hôtel,) récompensé par une étoile, a pris les fourneaux du nouvel établissement Cobea ( ancien restaurant du Père Lapin ). Philippe Bélissent, le Chef du restaurant Cobea, se voit attribuer sa première étoile par le Guide Michelin en 2012 ! Il forge son talent en approfondissant une cuisine exigeante, révélatrice de son désir d’exprimer son savoir-faire. Le restaurant Cobea décoré dans un esprit contemporain un petit peu « gustavien » dans les tons de gris avec des petites alcôves pour pouvoir se parler sans que les voisins puissent vous écouter… et une cuisine ouverte où le client peut voir officier le Chef Philippe Bélissent dont la cuisine inventive se pare de superbes produits qui font le délice des palais aguerris. Le service est tenu et dirigé par l’associé du Chef Jerôme Cobou, celui-ci offrant un service « grand train » : de multiples petites attentions, amuse-bouches remarquables, beurre d’algues, pain au levain etc… Les menus se déclinent de 38 ¤ le déjeuner et 55 ¤ (4 services) et 95 ¤ (8 services). Des plats sans cesse renouvelés (ex : une raie remarquablement cuite avec ses câpres et son jus citronné, un véritable délice sans oublier ses formidables farandoles de desserts, et aussi la possibilité d’un choix de vin au verre (8 ¤ à 16 ¤).

-186-


NEWS | RESTAURANT

L’INSTANT D’OR, A RESTAURANT WORTH L’instant d’or, un restaurant déjà en or… Its weight in gold... Just steps from the Champs Élysées, across from the famous Georges V, is a new restaurant that is already getting much attention. The entry is immaculate with its white glossy décor, its grand chandeliers, and beautiful stately chairs... You’ll be both seduced and surprised by the level of sophistication in this space. The classic style of Frederic Duca’s cuisine will have your mouth watering with the thought of his mushroom ravioli with celery and bacon or his lobster spaghetti with squid ink. Red wine “ Baba ” cake is the perfect end to such a meal that no doubt will have met every expectation, thanks to the attentive staff. Already a hotspot for those in the know, and with this level of quality, it won’t surprise you that a reservation is a must. À deux pas des Champs Élysées, en face du sacro saint Georges V, ce nouveau restaurant n’en sera pas un de plus ! Car force est de reconnaitre que des l’arrivée, tout vous promet l’excellence. L’accueil, digne des belles maisons, le décor blanc laqué immaculé, les lustres grandioses, les chaises, exceptionnelles, bref vous serez seduit et aussi surpris d’un tel degré de sophistication. Comme par la cuisine de Frederic Duca, un habitué des grandes maisons étoilees, qui saura vous séduire par son classicisme depouillé avec ses ravioles de champignons, lard, céleri ou son homard et spaghetti à l’encre de seiche. Le baba au vin rouge complète ce diner parfait ou rien ne dérape, comme le service dilligent. Déjà une belle adresse où tout Paris se presse.Pas étonnant que sans reservation vous allez devoir aller diner plus loin… L’Instant d’Or, 36 avenue Georges V, Paris 75008 - Tel 01 47 23 46 78 Fixed menus / Menus 42-49 , Menu prices from 85 to 108 .

BY MARC ROUGEMOND

-187-


TRAVEL

CUBA

-188-


TRAVEL

Recently at a dinner at home in Rio this winter, someone started talking about Cuba. It was a big surprise for me that someone would love this island nation so much, since I had such a negative image of it in my head… mass tourism, huge hotels or worse, allinclusive deals, average restaurants... so I listened carefully and thought to myself I could use a break from Rio, so why not go have a look at Fidel and Raoul’s home country... Once everyone had left, I jumped on my computer to send a few emails to friends to see who would be up for the trip (I hate travelling alone) and to figure out where to stay in Havana. After looking all over for hotels in Havana, which I will say has little to offer apart from the Parque Central, which at least decent with some sense of service, I came upon a website: www.havanacasaparticular. com. To my great surprise, it was a sit with a huge selection of houses and apartments for rent. I liked the idea of renting a house, even though I thought it wasn’t allowed in Cuba, much more than staying in a hotel. It would be way for me to be more integrated with the Cubans. So I go ahead and send an email to Alberto and Orlando, the two gentlemen who opened the agency, and explained my wishes and my criteria for a house. I thought it would be some time before I received any response, after all it is a Cuban company, but to my surprise, less than an hour later, I had received a list of potential houses. I confess I had a great laugh over some of the houses, but once I arrived Cuba I understood better why some were the way they were... Finally after a few emails to refine my request I had it narrowed down to a sublime penthouse with private pool on the Malecon (the seafront promenade in Havana) or a 50s house with incredible architecture and a beautiful tropical garden. I opt for the house.

Et voilà déjà un hiver de plus de passé. Et ceci sans presque avoir le temps de dire ouf!!!! Mais bon j'avoue que le fait de passer mes hivers sous le soleil aide peut-être à quelque chose. Lors d'un diner à la maison à Rio cet hiver, un invité commence à nous parler de Cuba. Pour moi c'est une grande surprise qu'un de mes invités aime autant l'île de Fidel car j'en ai un souvenir plus que négatif. Tourisme de masse, hôtels monstrueux où seul le all-inclusive existe, restaurants où la nourriture n'en avait que le nom… Donc je commence à écouter d'une oreille discrète et me dis « tiens mon grand, vu que tu commences a tourner en rond à Rio, pourquoi ne pas aller jeter un oeil chez Fidel et Raoul... » Une fois tout mon petit monde parti, je me jette sur mon ordinateur, commence par envoyer quelques emails à certains de mes amis pour voir si ils sont partants ( oui je déteste voyager seul ) et voir où on peut dormir à La Havane. Après avoir fait le tour de l'offre hôtelière de La Havane, qui je l'avoue n'a toujours rien de passionnant, à part l'hôtel Parque Central qui semble être en bon état et connaître un sens du service. Je tombe par le plus grand des hasards sur un site web www.havanacasaparticular. com. À ma grande surprise, un choix énorme de maisons et d'appartements à louer. Tiens, l'idée de louer une maison, chose que je pensais toujours interdite sur Cuba, me séduit beaucoup plus que de descendre a l'hôtel. Une façon pour moi de vivre plus près des cubains. J'envoie de suite un mail à Alberto et Orlando, les deux personnes qui ont ouvert cette agence, en leur expliquant mes souhaits et mes critères. Je me suis dit : « Mon garçon tu travailles avec une société cubaine, prends ton temps avant d'avoir la moindre réponse. » Et bien là, grosse surprise, moins de une heure après mon mail, j'ai déjà une réponse avec un choix de quelques maisons. Là j'avoue que j'ai eu quelques très grands fous rires sur certains intérieurs de certaines maisons… Car j'avoue qu'il y a matière à rire. Mais une fois à Cuba on comprend mieux pourquoi… Enfin après quelques emails pour affiner ma demande j'ai le choix entre un sublime penthouse avec piscine privée sur le Malecon ( la promenade du front de mer de La Havane ) ou une maison années 50 avec une architecture incroyable et un jardin tropical magnifique. Je me décide pour la maison.

-189-


TRAVEL

The guys confirm my reservation and send me details on the various documents I will need to enter this caribbean island. Basically you just need a tourist visa and a certificate of medical insurance, without which you’ll be put back on the plane you arrived in. Before leaving, I phone my friend Rémi (the person who was talking about Cuba to me in Rio) requesting some advice before I leave. His only advice was to take two suitcases, one being full of the snacks I like best since there is nothing like that there. He also suggested bringing soap and stuff like mosquitoes repellent and sun block along with some basic meds since those aren’t easily attained either... At first I thought he was messing with me, but eventually I decide to follow his advice, and boy am I glad I did. I arrive at the Havana airport after a ten-hour flight. Seeing that there’s no priority line for business class passengers, I wait in line for a good hour; let’s face it, there’s no messing with Cuban immigration. Once past immigration, it was off to find my bags. Now that was a sight I’d never seen before. Like a real Easter egg hunt, the bags come from every which way, some were on the ground, etc. I manage to find my two suitcases and finally get out of there. Rémi’s friend Alberto is waiting for me outside, since he will be my driver for my entire stay, and we go rent a car since I'd completely forgotten to book one! Lucky for me, there’s an agency with one available. I leave Alberto with the car paperwork and go to change some money and there again is a long line. I begin to understand how key it is to be patient if one wants to have a good holiday in certain less-developed countries. Now with some CUC in my pocket and the suitcases in the trunk, we head out in the old apple green Chevy. Love it! On our way to the house, we pick up my friend who arrived the night before. The owners greet us there and explain the rules of the casa. We’re told if we invite foreigners over, there’s no problem at all, whereas if we invite Cubans that’s a different issue. Only one Cuban per person staying in the house is allowed, and each one needs to leave his or her identity card with the concierge. Hmm, I’m beginning to feel the freedom from the revolution… The house is as I expected it to be: sublime architecture,

Les garçons de l'agence me confirment ma réservation et m'envoient un petit mail sur les différents documents à avoir pour rentrer dans cette île des caraïbes. Juste savoir qu'il vous faut un visa touristique et un certificat d'assurance médicale. Sans ces deux petits papiers et bien on vous demande gentiment de reprendre le même avion et retour a la case départ. Avant de partir, je passe un coup de fil a mon cher ami Rémi (la personne qui dinait chez moi à Rio) pour lui demander un ou deux conseils avant mon départ. Son seul conseil a été : « Tu as droit à deux valises. Et bien dans la deuxième apporte de quoi manger avec toi, genre gâteau, chocolat et toutes les petites choses que tu aimes car sur place il n'y a rien. Et aussi de quoi te laver et te protéger des moustiques, soleil et quelques médocs de base car, pareil, il y a rien non plus… » Au départ je me suis dit il se fout de moi, mais bon je décide de suivre son conseil, et je peux vous promettre qu'il est plus que bien avisé. Allez hop dans l'avion et après 10 heures de vol me voilà arrivé à l'aéroport de La Havane. Ici pas de passage prioritaire pour la classe affaire, tout le monde loge à la même enseigne, il faut dire que c'est un avant goût de toutes mes vacances a Cuba. Tout le monde est logé à la même enseigne, donc une bonne heure de queue car on ne rigole pas avec l'immigration cubaine. Une fois passée la guérite, là c'est la chasse à la valise !!! Jamais vu un tel chahut pour trouver ses bagages, cela sort de partout, les bagages sont sur le sol etc. etc... Enfin, une chasse à l'oeuf de Pâques. Je réussi à repérer mes deux valises et, ouf, je sors enfin. Dehors m'attend Alberto, un ami de Rémi qui va me servir de chauffeur pendant tout mon séjour, et là on décide de louer une voiture car j'avais tout simplement oublié d'en réserver une !!! Une chance pour moi, je trouve une agence qui en avait une de libre. Pendant que je laisse Alberto remplir le contrat de location je me décide à aller changer un peu d'argent et là encore c'est la queue qui m'attend. Je commence à comprendre qu'au pays de la révolution avoir de la patience est une chose obligatoire pour pouvoir passer de bonne vacances. Allez, voilà quelques CUC dans la poche, les valises dans le coffre, je me met au volant de la voiture et je suis Alberto qui lui est au volant de sa sublime vieille Chevrolet vert pomme, J'ADORE… Au passage je récupère un de mes amis qui est arrivé la vieille au soir et direction la maison où nous attendent les propriétaires qui nous font visiter et nous expliquent les us et coutumes de la casa particular. C'est à dire que si vous voulez inviter des étrangers à diner ou autre chez vous : aucun problème, si vous voulez inviter des cubains, là c'est autre chose. C'est un cubain par personne résidant dans la maison et à l'entrée chaque cubain doit avoir sa carte d' identité et la laisser au gardien. Hummm je commence à sentir la grande liberté de la révolution… Enfin la maison est comme je l'attendais : architecture sublime, jardin et piscine, un bonheur, et la décoration intérieure est bien, à la cubaine, c'est à dire un mélange de tout et de rien, mais avec un certain goût… On défait nos valises et direction La Havana Vieja. C'est une ville sublime qui s'offre à nous, une ville où le temps s'est arrêté il y a 54 ans. Un défilé permanent de vieilles voitures américaines plus sublimes les unes que les autres. On se demande comment les cubains font pour les entretenir. Mais elles roulent toutes parfaitement. Encore un coup de ces Harry Potter de cubains... La Havana Vieja est un mélange de style extraordinaire du xive au xviiie, des bâtiments majestueux aux petites maisons colorées. La ville n'est qu'un éventail de couleurs pastels, un bonheur pour les yeux avec au dessus de moi un ciel d'un bleu azur. On va vers le Capitole, c'est une copie de celui de Washington en miniature qui nous attend. À côté, l'opéra de La Havane, qui malheureusement comme la majorité des bâtiments de la ville tombe jours après jours en décrépitude. Mais on l'imagine sublime et plein d'activité à la grande époque. À l'intérieur plus de chant lyrique ou de ballet mais une exposition très contemporaine d'un groupement d'artistes cubains. Le contraste des œuvres exposées avec les moulures

-190-


TRAVEL

garden and swimming pool, with good Cuban interior décor. That is, a mixture of everything and nothing, but with taste… We unpack our bags and head towards La Havana Vieja, a beautiful place where time seems to have stopped 54 years ago. There’s constant stream of old American cars each more impressive than the last; one can’t help but wonder how the Cubans manage to maintain them. But they all run perfectly. Havana Vieja is a mix of extraordinary style with majestic buildings and small colourful houses alike. The city is a feast for the eyes with its azure blue sky and range of pastel colours. We head toward the Capitol, which is really just a mini of the one in Washington. Next to that is the Havana opera house, which like most buildings in the city is in great disrepair. Still, we imagine the way it must have once been full of activity and absolutely beautiful. The opera house is no longer used for musical performances but rather a contemporary exhibition of a group of Cuban artists. There is quite a contrast in the exhibited works from mouldings to large tapestries. Dying of thirst, we go to the roof of the Ingleterra Hotel and opt for a mojito after considering a daiquiri at the Floridita, the birthplace of the famous cocktail. We do not regret our choice as to the view of the sunset from the hotel roof is perfect. It’s almost like all of Havana Vieja lit a thousand lights just for us. Coming down from the roof, we find the streets bustling with people, Cubans and tourists alike. At each corner is a makeshift band or radio, but they all have one thing in common: salsa. Everybody is dancing and chatting; it’s such a treat. We decide to continue roaming the streets even if or stomachs growl! Eventually we arrive at Bario Chino, in Chinatown, I think, yet no Chinese seem to live there. We don’t see a single tourist anymore, just Cubans and restaurants with more or less Chinese name and decor. Our dear Alberto had told me we should try La Flore de Loto. Hmm... I hadn’t really planned to eat Chinese food my first night in Havana, but hey, why not? It’s a very old Chinese restaurant you can hardly find in Europe anymore, with its plastic Buddhas, aquarium wall... and at the tables all Cubans! Perhaps it’s a little known secret.

et autre grosses tapisseries très, mais alors très, rococo est très drôle. Mort de soif, nous partons boire notre premier mojito sur le toit de l'hôtel d'Ingleterra après avoir hésité avec un daiquiri au Floridita, le berceau de ce fameux cocktail. Nous ne regrettons pas notre choix car au couché du soleil la vue du toit de l'hôtel d'Ingleterra est parfaite. Nous avons l'impression que toute La Havana Vieja s'embrase de milles feux pour nous. Et en descendant de notre perchoir, cela n'était pas qu'une impression, car les rues jusque là encore calmes sont noires de monde, cubains de tous âges, touristes. À chaque coin de rue, soit un orchestre improvisé, soit un poste radio, mais un seul mot d'ordre c'est salsa. Tout le monde danse, parle… un vrai bonheur. Nous décidons de continuer à errer dans les rues même si notre estomac crie famine!!! Nous arrivons au Bario Chino. Je crois le seul quartier chinois où ne vit aucun chinois. Ici plus un seul touriste à l'horizon, juste des cubains, les restaurants ont tous des noms plus ou moins venus de la lointaine chine et la décoration qui va avec. Notre cher Alberto nous dit qu'on devrait aller a la Flore de Loto. Humm... Je ne dis rien mais c'était pas du tout dans mon planning du premier soir à La Havane de manger chinois, mais bon pourquoi pas. On pousse la porte du restaurant et là je me demande mais où suis je ? La salle, une salle d'un très vieux restaurant chinois qu'on ne peut plus trouver en Europe, avec son panel de bouddhas en plastique, d'aquarium au mur…. aux tables : que des cubains ! Bon, on y est, on y reste et la surprise au menu pas un seul mets de l'empire du soleil levant… Que des spécialités cubaines, viandes, langoustes, poissons… On décide de commencer par une langouste grillée et ensuite une brochette de boeuf. Qui ne risque rien n'a rien ! Et là, deux surprises nous attendent, la première est que c'est très très bon et la deuxième la taille des portions. On peut manger facilement à deux sur chaque plat. Affamé comme nous sommes nous arrivons malgré tout à tout finir. Un pur bonheur et encore plus quand nous arrive la note,12 euros par personne. On vote pour élire la Flore de Loto comme notre cantine officielle à La Havane. Allez, après diner un dernier petit verre rapide. Notre Alberto nous fit la surprise de nous conduire à la partie rose du Malecon. Rose car c'est la zone gayfriendly de La Havane. Comme accueil friendly trois policiers mais ils ne sont là que pour les cubains, nous touristes on existe même pas à leurs yeux. C'est parfait pour le premier soir car j'aurai largement à faire avec la charmante police cubaine lors de mon séjour pour défendre mes amis cubains qui étaient avec nous. Et oui les cubains ne sont pas bien vus en compagnie des touristes et surtout il faut prendre leur défense lors des contrôles car sinon c'est une amende, un procès verbal et au deuxième c'est la prison pour un à cinq ans. VIVA LA LIBERTAD comme le crient tous les panneaux de propagande castriste. La partie rose du Malecon c'est un film de Pedro Almodovar en plein air. Tout y est réuni, les familles avec les enfants, les travestis, les transsexuels, les gays, les fashionistas, enfin la mode à cuba s'est arrêtée aux années 80 mais elle fait son effet. Tout le monde est soit autour de la cafétéria qui sert de bar ou le long de la mer. Ce soir là, il doit y avoir au bas mot plus de mille personnes. Aucune agressivité, que des sourires et de la joie et tout le monde discute avec tout le monde. On apprend où à lieu la fête légale et celle qui ne l'est pas… Motivé par la propagande faite sur la fête illégale on décide d'aller y faire un saut. On embarque avec nous quatre Cubains et hop direction les extérieurs de La Havane vers les champs de canne à sucre. En plein champ une sono, un bar, un show travesti sur une estrade faite de caisses de bois et tout le monde boit du rhum et s'amuse. Résultat des courses, retour a la maison à sept heures du matin ! Au réveil, c'est 35 degrés donc plage. Pas besoin d'aller à l'autre bout de l'île pour trouver des plages paradisiaques, la playa del este qui est à 10 minutes de La Havane est parfaite. Longue de 10 kilomètres, sable blanc, eau turquoise a 28 degrés, palmiers et dunes en arrière-plan. Voilà un transat,

-191-


TRAVEL

On the menu are nothing but Cuban specialties: meat, lobster, fish... We decide to start with grilled lobster and then a skewer of beef. The surprises keep coming, the first being that everything is very good and the second is the size of the portion. We easily share each dish, and since we arrived so hungry, we of course managed to finish everything. We are satisfied to say the least, and the bill was the icing on the cake: 12 ¤ per person. We agree that La Flore de Loto will be our go-to restaurant in Havana. After dinner, we decide to go for one last drink. Alberto surprises us by taking us to the pink area of the Malecon. It’s called pink because it’s the gay friendly area of Havana. There are three policemen who welcome us warming, as they’re only there for the Cubans; it’s like we tourists don’t even exist. It’s okay for this first night because otherwise I would have my work cut out for me with the Cuban police during defending my Cuban friends who were with us. Indeed the police are suspicious of Cubans in the company of tourists and you must defend them at the controls because otherwise there can be fines, court appearances, and even prison time involved. VIVA LA LIBERTAD as all the Castro propaganda signs say. This area of the Malecon is like a Pedro Almodovar film. Here everyone is together, from families with children, to transvestites, transsexuals, gays, and fashionistas. Fashion stopped in Cuba in the 80s, and yet it still has its effect. Everyone is either around the bar or along the beach, and there must be at the very least more than 1000 people. Everyone is all smiles and chatting with each other. We hear of a couple of other parties, one legal and one not... There’s a certain allure to the idea of an illegal party, so off we go. We head out with our four Cuban friends toward the sugar cane fields, where we find an open field with a sound system, a bar, a transvestite show on a stage made of wooden crates. Everyone was having a grand old time and drinking rhum. Not surprisingly, we didn’t make it home until 7 am! When we awake, it’s already 35 degrees, so naturally we head to the beach. No need to go to the other end of the island for beautiful beaches, the Playa del Este, just 10 minutes from Havana is perfect. It’s ten kilometres long with white sand and 28-degree turquoise water, palm trees, and dunes nearby. We’re set on this deck with a book and a nap. At the beach we meet some lovely people from Trinidad who invite us to dine at their home that evening. They talk to us with such love for their hometown that we decide to go the next day. Upon awakening, we discover the surprise that Trinidad is over 200 km from Havana. Oh well, though, we’re going anyway. We stop in the first travel agency we see to book a hotel for the night there and go on our way. On the highway, if you can call it that, we see horse drawn carriages, tractors, and people selling cheese etc… on the side of the road. It really is hard to call this a highway, though, since it has holes so deep you could inter someone! After the highway we hit an area where everything that walks seems to be crossing the road: goats, chickens, sheep, humans... Meanwhile we’re going 150 km/h since Alberto, Cuban that he is, doesn’t know how to drive slowly. More than four hours after driving through the island’s sublime nature, we arrive in Trinidad. It was the second city built by the conquistadors and is as beautiful as ever. The streets are both paved and dirt, and not a single car can move here. No city is as colourful with its yellow, red, pink, and blue everywhere. In the evening, the church square is filled with locals as well as tourists who gather around a fabulous band to dance and drink that famous rhum. Just be sure not to repeat our mistake in Trinidad of staying at the Alcon Hotel. You’d be better off sleeping at the home of one of the locals or renting one of the charming casas. When I wake up, broken up thanks to the dreadful bed, decide I have no desire to return to Havana by car. I see there’s nothing

un livre et une sieste. Sur la plage on rencontre des personnes adorables qui nous invitent à diner chez eux le soir même. Ils sont originaires de Trinidad. Ils nous parlent avec un tel bonheur de leur ville d'origine que nous décidons d'y aller le lendemain. Au réveil, la surprise est que Trinidad est à plus de 200 kilomètres de La Havane. Pas grave on y va quand même. On s'arrête 2 minutes dans la première agence de voyage pour réserver un hôtel pour la nuit sur place et hop en route. L'autoroute, enfin si on peut dire une autoroute pour Cuba, nous fait découvrir les joies des voitures tirées par les chevaux, des tracteurs qui font demi-tour, des gens qui vendent du fromage etc. etc... C'est tout sauf une autoroute et avec en prime des trous dans lesquels on peut enterrer un homme !!! Après l'autoroute arrive la nationale et là, c'est la traversée des chèvres, poules, moutons, humains et toute chose qui marche. Tout cela à 150 km/h, car Alberto en bon Cubain ne sait pas conduire doucement. Apres plus de quatre heures d'un voyage épique au milieu d'une nature sublime, nous arrivons à Trinidad. Une merveille, la deuxième ville construite par les conquistadors reste dans son jus. Les rues sont soit pavées soit en terre battue. Pas une voiture ne peut circuler, on est tous pieds nus à visiter palais, églises, maisons coloniales. La ville n'est que jaune, rouge, rose, bleu et le soir sur la place de l'église c'est tout le village et les touristes qui se retrouvent autour d'un orchestre digne du social club pour danser et boire le fameux rhum. Ah oui, une chose surtout, si vous allez visiter Trinidad ne faite pas notre erreur, c'est à dire l'hôtel Alcon, au secours. Choisissez plutôt de dormir chez l'habitant il y a des centaines de casa particular à Trinidad toutes plus charmantes les unes que les autres. A mon réveil, cassé en mille morceaux par le lit effroyable, je ne me vois pas du tout faire le retour à La Havane en voiture. Je vais voir s'il y a un vol pour rentrer, rien avant le lendemain mais il y a un vol qui part dans 1 h pour Cayo Largo. Allez, je décide de faire un Trinidad-Cayo Largo, rester sur l 'île et rentrer ensuite sur La Havane le lendemain. Je suis encore heureux de ce choix de dernière minute. Car je suis arrivé sur l'une des trois plus belles plages que j'aie jamais vue au monde, et je peux vous l'assurer, je suis un spécialiste des plages. Surtout ne restez pas comme tous les touristes sur la plage de votre hôtel, prenez le petit train qui longe la côte et descendez au terminus. Vous arriverez sur un banc de sable blanc vierge, une mer qui est comme un lac, l'eau transparente, on se demande même si elle existe tellement elle est claire. Sur la plage nous attendaient quelques tortues de mer que notre présence n'a absolument pas dérangée et une fois dans l'eau jusqu’à la taille, au fond sur ce sable blanc des étoiles de mer d'un rouge flamboyant, d'une taille de plus de 50 centimètres et des myriades de poissons de toutes les

-192-


TRAVEL

until the next day but there is a flight that leaves in one hour to Cayo Largo. I decided to go for it and return to Havana the next day. I am still thrilled with this last minute decision because I arrived on one of three most beautiful beaches I have ever seen in the world, and we know I’m a specialist in beaches. Definitely branch out from the hotel’s beach and take the little train that runs along the coast to the end where you’ll find nothing but white sand and crystal-clear water. There are a few sea turtles on the beach, but our being there doesn’t seem to bother them one bit. In the water, we see bright red starfish that had must be around 50 centimetres as well as a myriad of fish of all colours. Heaven on earth, and so few people even seem to know about it. I’m so disappointed we have already arranged our flight back to Havana the next day! I could live for months on such a beach! Back in Havana, we head back to Playa del Este to continue perfecting our golden colour. On the way back we pick up more hitchhikers. There are so many of them, you’d think hitchhiking was the national sport in Cuba. But it really is a great way to chat with the locals and make friends. One of them mentions that we’ll be experiencing frente frio (bad weather) tomorrow and suggests going to Viñales the next day. We leave the next morning from Havana with the possibility to ship our car because this “ bad weather ” is more a mini tropical storm. There are 20 centimetres of water in the streets and we can’t see more than 10 metres in front of us, but Alberto is fearless and says “ no passa nada, vamos a Viñales”. Lucky for us, the storm passes and leaves behind a sort-of purply sky. We arrive in beautiful Viñales, which is a valley where the earth is blood red, and there is tobacco and sugar cane everywhere. Indeed, it’s so beautiful that it’s a UNESCO World Heritage site. To get a better view of this extraordinary place, we get on horseback and ride for more than 4 hours between rock formations. This is a place where time really seems to have stopped; it is full of surprises at every turn. The weather having returned to beautiful and sunny, we start suffering from heat exhaustion on our horses. We head back to our air-conditioned car and go for a refreshing swim in the natural pools at Las Terrazas. Finally, back to Havana for one last stroll through the old city centre. Cuba is definitely worth visiting, just be sure not to wait until the country opens. It will surely happen one day and I hope for all Cubans many will come visit because it is true that the architecture, the beaches, the colours, and nature are a significant part of Cuba, but the fact that the island remains in an era the rest of us left behind long ago changes everything. What a joy to walk through the streets of a city without seeing Zara, McDonald’s, H&M, Starbucks or any other ubiquitous brand. What a pleasure that you can talk to people on the streets, since they’re not at home in front of their TVs... Yet I do feel fortunate because I am still a tourist and I know when I feel like leaving the island and returning to the modern world I can do it at any time. But hey what do you expect… as the radio and local newspapers say, we’re still in year 54 of the revolution Cuba!

BY FREDERIC AILLERY

couleurs. Le paradis et tout cela pour à peine vingt personnes. Pourquoi avoir déjà pris notre vol de retour pour La Havane le lendemain !!! Je pourrais vivre des mois sur une plage pareille !!! De retour à La Havane, retour à Playa del Este pour garder notre couleur dorée. Sur le chemin du retour on prend comme à notre habitude des auto-stoppeurs car l'autostop devrait être classé comme sport national à Cuba. Mais c'est une façon géniale de discuter avec les locaux et de faire des connaissances. Justement l'un d'eux nous annonce l'arrivée du frente frio pour demain ( c'est a dire du mauvais temps ) donc nous conseille d'en profiter pour aller faire un tour à Viñales le lendemain. Chose dite, chose faite, on quitte La Havane le lendemain matin avec une option bateau pour notre voiture car pour du mauvais temps c'est une mini tempête tropicale. 20 centimètres d'eau dans les rues, on ne voit pas à plus de 10 mètres mais Alberto n'a peur de rien et nous dit « no passa nada, vamos a Viñales. » Pour notre chance l'orage passe et laisse place à un ciel mi-figue mi-raisin. Nous arrivons à Viñales et là c'est la nature qui vous offre un de ses plus beau spectacle. C'est une vallée où la terre est rouge sang, les mogotes, les cultures de tabac, et de canne à sucre font toute la beauté de cet endroit classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Pour mieux rentrer au milieu de cette nature sublime, nous louons des chevaux et c'est une balade de plus de quatre heures entre ses formations rocheuses, les paysans qui cultivent leur terre avec encore pour seule aide les boeufs qui nous font voyager dans un autre lieu et une autre époque. Le temps s'est vraiment arrêté sur cette île pleine de surprise. Le temps est revenu au très beau et on commence à souffrir de la chaleur sur nos chevaux. On décide de remonter dans notre voiture climatisée et d'aller nous baigner dans les piscines naturelles de Las Terrazas pour nous rafraichir. Puis retour à La Havane pour une dernière balade dans le vieux centre. Surtout n'attendez pas que le pays s'ouvre, il va sûrement s'ouvrir un jour, et je l'espère pour tous les Cubains, pour aller le visiter car il est vrai que l'architecture, les plages, les couleurs, la nature est une partie non négligeable de Cuba, mais le fait que l'île vit à une époque qui n'est pas la nôtre fait tout. Quel bonheur de se promener dans les rues d'une ville sans voir un Zara, un Mac Donald's, un H&M, un Starbucks ou autre enseigne que l'on retrouve partout. Quel bonheur aussi de pouvoir discuter avec les gens qui sont tous dans la rue le soir et pas collés devant leur ordinateur avec internet et les chats... Enfin je dis quel bonheur car aussi j'y suis en tant que touriste et je sais que quand je souhaiterai quitter l'île et retrouver le monde moderne je pourrai le faire du jour au lendemain. Mais bon que voulez vous, comme le dis la radio ou les journaux locaux, nous sommes à Cuba en l'an 54 de la révolution !!!

-193-


TRAVEL

GENEVA: A WORLD APPART

GENÈVE!: un dépaysement immobile After accepting the challenge to rediscover this city I’ve lived in since I was 20, I do a quick run though on what Geneva has to offer. I know the best spots big and small, all the “ must sees and dos ”, have tested all the beaches (yes, beaches!), and know the words on all the lighted pavers at place du Molard by heart. It’s best, though, for this “ mission ” to start fresh and try to see Geneva with a new and neutral eye. For the weekend, I’ll slip into the mindset of a curious and knowledgeable tourist looking to discover.

— J’ai accepté un défi : faire découvrir ma ville. Moi qui vis ici depuis l’âge de 20 ans et qui connais les petites et les grandes adresses, les bons plans, qui ai testé toutes les plages ( eh oui, les plages ! ), moi qui sais par cœur les mots gravés sur les pavés lumineux de la place du Mollard, je n’ai pas d’autres solutions pour remplir ma mission que de redécouvrir Genève à travers un œil neutre et neuf et la raconter en me glissant pendant 24 heures dans la peau d’une touriste curieuse et surtout très bien informée.

An historical place Geographically, Geneva is ideally located being a stone’s throw from a slew of European capitals. You can get here easily by train or plane. Having decided to leave the clichés of chocolate, banks, and watches out of the talk of this wonderful Swiss city, I decide to explore Geneva from a historical perspective, thus choosing the Beau Rivage (1) for my weekend. The Sissi Beau-Rivage is a legendary hotel that faces the blue waters of Lake Geneva and the Jet d’eau. My suite is unique not only because the decor is ultra luxurious and refined or because it has a killer view (no pun intended), but because this is where Empress Elizabeth of Austria stayed on her trips to Switzerland. I'm in the room of Sissi, herself… amazing but true (2). It was on the nearby dock that she was stabbed and that the grandmother of the current hotel owner tried unsuccessfully to revive her. As I come snap out of daydreaming about the Empress in this room, I realise it’s time to meet my friends in the lobby for a shopping spree around town. Shopping fit for a princess The hunt is on and off we go to Geneva’s most chic shopping street, the rue du Rhône. We see all the big names in jewellery lined up and waiting patiently for those limousines that will unload a plenitude of customers looking to spend. The window displays at Graff, Fabergé, Van Cleef & Arpels catch my eyes, as does the newly renovated Bulgari store. There’s so much to see on in this street where the shops seem to alternate between and fine watches and haute couture. Each door has a sort of gatekeeper camped out front, and even my best smile is apparently not enough for a response… but at least they hold the doors for me! Once I’m in, I pop by Omega (3) where I try the iconic Ladymatique, then another beauty at Audemars-Piguet, and of course a quick round at Patek Philippe where they tell me to be sure and visit their museum, a collector’s heaven. On the clothing side of things, they have it all. A lovely saleswoman explains to me that spring will be ultra chic and festive, as many shops are planning makeovers and will be celebrating their

Un palace mythique

Avant tout Genève est géographiquement située à un saut de puce de toutes les capitales européennes, donc, trop facile d’y accéder par les airs ou à bord du TGV. Bien décidée à me tenir loin des clichés « chocolat, banque, montre », je veux découvrir Genève sous un angle historique en commençant mon séjour à Beau-Rivage (1), un hôtel de légende qui fait face aux eaux bleu nuit du lac Léman et au jet d’eau. Ma suite est unique, pas seulement parce que sa décoration est ultra luxueuse et raffinée, ni parce qu’elle dispose d’une vue à tomber, mais parce que c’est dans cette suite qu’Elisabeth d’Autriche séjournait lors de ces voyages en Suisse. Je suis dans la chambre de Sissi, incroyable mais vrai (2). C’est en face sur le quai, qu’elle a été poignardée et que la grand-mère de l’actuelle propriétaire de l’hôtel a tenté sans succès de lui donner les premiers soins. Cette parenthèse historique refermée je rejoins mes amis dans le lobby bien décidée à écumer toutes les boutiques de la ville. Shopping de princesse

La chasse est ouverte et commence par la rue du Rhône la plus chic de Genève. Les grands noms de la bijouterie sont tranquillement alignés et attendent sans inquiétude l’arrivée certaine des limousines qui déchargeront une quantité vertigineuse de clients ne regardant pas à la dépense. J’ai les yeux qui brillent en découvrant les pièces uniques de chez Graff, Fabergé, Van Cleef & Arpels ou dans la toute récemment rénovée boutique Bulgari. Impossible de tout voir dans cette rue où alternent haute-horlogerie et haute-couture. Les cerbères campés devant chaque porte ne m’impressionnent pas, je me fends de mon plus beau sourire mais ne reçois pour seule réponse que le clic-clic de la porte qui se déverrouille. Ok je rentre : élégance chez Omega (3) où j’essaye l’emblématique Ladymatique, arcades en pierres et verre chez Audemars-Piguet, un petit tour chez Patek Philippe où l’on me conseille de visiter le musée du même nom qui fait la joie des collectionneurs. Du côté

-194-


TRAVEL

1

2

-195-


TRAVEL

4

4

5

5

6

6

-196-


TRAVEL

des vêtements toutes les grandes marques sont là ; difficile d’en faire la liste. Une adorable vendeuse m’explique sur le ton de la confidence que le printemps sera ultra chic, people et festif puisque de nombreuses boutiques vont faire peau neuve et célébrer leur réouverture à grand renfort de champagne et d’égéries glamour à souhait. Impossible de terminer ma session de shopping sans passer par Victorinox (4) la célèbre marque de couteaux suisses qui crée des collections ultra pointues de vêtements sport chic.

3 respective re-openings with champagne and certain fashion icons. Of course I cannot end this shopping session without passing through the famous Swiss army knife brand Victorinox (4), which also makes an attractive collection of chic sportswear.

Gourmandise bienfaisante À l’heure du déjeuner, mes amis m’entrainent chez Qibi, un restaurant au concept très urbain qui s’affranchit fièrement des diktats de l’industrie agroalimentaire en proposant des plats savoureux sans lactose, sans gluten ni matière grasse animale. En lisant la carte je réalise que je vais me régaler d’un avocat crémeux au citron, de lentilles beluga au vinaigre de cidre et betteraves en texture puis d’un bœuf confit à l’anis étoilé, légumes de saison et compotée de patate douce. Le dessert je le prendrais chez After the Rain, un spa urbain dont la fondatrice, Isabelle Nordmann, très inspirée par la Suisse, son pays d’origine, a été pionnière dans le lancement des soins gourmands au chocolat. Pour moi, ce sera enveloppement et bain de chocolat. Moment de rêve, pure détente au cœur de la ville où le calme contraste avec l’agitation des rues de Genève que je retrouve en sortant.

Feel-good indulgences At lunchtime, my friends take me to Qibi, an urban restaurant that is committed to offering fresh and delicious dishes without lactose, gluten or some animal propducts. I decide on a creamy avocado with lemon juice, beluga lentils in cider vinegar and beets and beef confit with star anise, seasonal vegetables and sweet potato compote. We grab dessert at After the Rain, an urban spa whose founder Isabelle Nordmann, played a role in using gourmet chocolate for spa treatments. I opt for a chocolate wrap and a chocolate bath. This is such a dream… pure relaxation in the centre of the city where the buzz of the city can be all but forgotten. An evening out Back to Beau-Rivage. I prepare for my evening event at Nonolet – a hotspot for a night out here - in my lovely bathroom suite back at the Sissi. In true Geneva fashion, this is quite the international evening, so it’s not surprising when an Argentinean starts speaking to me in German and hear languages all night I never even knew existed. I actually forgot how to say thank you in Tajik, sorry! Now it's time for a casual gourmet burger dinner at Calamar (5). The Calamar features a post-sixties vintage lounge where they show 50s Hollywood and French New Wave films. Next we head to Weetamix, a club with the most unlikely of locations, but worth a stop nonetheless. We go for a massive change of atmosphere- one of clubbers, die-hards, even. Electro is a great place to catch world-renown DJs playing their most popular tracks. Then we go for one last drink at a favourite of the late-nighters, Java Club, and I’m off to fall asleep in my luxurious bed and dream about this wonderful Geneva day. Arty times On tap for today: Old Town and its cathedral, the contemporary art gallery Opera Gallery for the Mr. Brainwash exhibit, and a private tour of Eleanor Cardozo’s workshop (6). Cardozo is an English-born sculptor based in Geneva and whose works, which are exhibited all over the world, use gymnasts to highlight the beauty of the human body. One of them will be on display at London's Olympic Games. What a fabulous weekend this has been bashing around Geneva with its lake, its parks with old trees, its relaxed way of life, but also the excitement of a city marked by the ebb and flow of people from around the world.

Soirée animée Retour à Beau-Rivage. Dans la salle de bain de Sissi je me prépare pour un sympathique after work au Nonolet, un haut lieu des soirées genevoises, là-bas, les banquiers tombent enfin la cravate, ouf…! Je vis une soirée internationale à l’image de la ville lorsque je me fais aborder en allemand par un Argentin ou que j’entends parler des langues dont je ne soupçonnais même pas l’existence. J’ai d’ailleurs oublié comment dire merci en Tadjik, sorry. C’est l’heure d’un dîner décontracté au Calamar (5), je découvre avec gourmandise les burgers maison dans le cadre branché d’un lounge vintage post sixties où passent en boucle des films hollywoodiens des années 50 ou des œuvres de la Nouvelle Vague. La suite aura lieu au Weetamix, un club à l’emplacement improbable, entre un concessionnaire et un entrepôt. Changement d’ambiance, là on est chez les clubbers, les vrais. Soirées Electro quasi confidentielles lors desquelles les DJ les plus pointus de la planète diffusent leurs plus gros tracks. Un dernier verre au Java Club le repère de la jeunesse dorée et je m’endors dans de beaux draps en rêvant au lendemain. Arty moments Au programme, la Vieille Ville et sa cathédrale, la galerie d’art contemporain Opera Gallery pour une exposition de Mr Brainwash et la visite privée de l’atelier d’Eleanor Cardozo (6), sculpteur d’origine anglaise installée à Genève et dont les œuvres, présentées à travers le monde, soulignent la beauté du corps humain à travers la représentation de gymnastes, l’une d’entre elles est exposée à Londres à l’occasion des Jeux Olympiques. J’ai aimé ce week-end passé dans ma ville. Genève, ces parcs aux arbres séculaires, son lac, sa douceur de vivre mais aussi la frénésie d’une ville rythmée par le flux et le reflux des personnes venues du monde entier.

BY NATACHA BORRI

-197-


TRAVEL

Spices’ island AN OTHER PHILOSOPHY

L’île aux epices, Sankhara, une autre philosophie… Set on an isolated a beach on the eastern coast of Mauritius, Sankhara embodies the greatest of all luxuries: serenity. Let go and recharge with your family in an exceptional villa where you’ll feel right at home, thanks to the attentive personnel.

— Discrètement posé au bord d’une plage isolée de la côte Est de l’Ile Maurice, Sankhara incarne le luxe suprême :celui de la sérénité. Lâcher prise, se ressourcer auprès des siens dans une villa d’exception où l’on se sent chez soi, choyé par un personnel attentif…

-198-


TRAVEL

sankhara: a different philosophy “ making many one ” Sankhara is a truly a dream… It is a nonstop journey to a sublime place where happiness lives in the eternal present. Sankhara is above all else the story of a man… A modern-day explorer. And this is where, on the wild coast of Mauritius on the Poste Lafayette lagoon, he created Sankhara.

sankhara : une autre philosophie « ce qui réconcilie le tout en un » Sankhara est un rêve suspendu entre deux rives… C’est un voyage sans escales vers un sublime ailleurs où le bonheur se vit dans l’éternel présent. Sankhara c’est avant tout l’histoire d’un homme… Un explorateur des temps modernes ! Et c’est là, sur la côte sauvage de Maurice sur le lagon de Poste Lafayette, qu’il créa Sankhara.

Sankhara: The Art of living “ Surrender to harmony ” In 2009, the two dream villas were built, thoughtfully situated on a blue lagoon and far from the noise of the city and away from prying eyes. Here, the ocean is gentle like the caress of a loved one. Hear the waves outside crash and fall back into a peaceful purr. Dive into the warm waters of the lagoon and walk along the beach as you feel you’re the only one in the world. Rare moments like that are precious few and ones to which only Sankhara has the secret. Pass through the heavy wooden door to Sankhara and let time go into suspension as you become intoxicated with the smell of plumeria.

Sankhara : un Art de Vivre « Succombez à l’harmonie » C’est en 2009 qu’il fit construire deux villas de rêve, délicatement posées au bord d’un lagon bleu turquoise, à l’abri des clameurs de la ville et loin des regards indiscrets. Ici, l’océan est doux comme une caresse. Les vagues tenues en respect par le récif s’écrasent au loin dans un ronronnement apaisant. Plonger dans les eaux chaudes du lagon, se promener le long d’une plage sauvage avec le sentiment d’être seul au monde, ou presque, ce sont des instants rares et précieux dont seule Sankhara a le secret. À peine a-t-on franchi la lourde porte en bois de Sankhara que le temps s’étire sans jamais s’étioler sous les effluves enivrants des frangipaniers.

Villa Tiara (5 bedrooms) and Villa Almira (3 bedrooms) are the embodiment of the perfect mix of culture and serenity. Particular attention has been paid to their decoration: a Sadharan-Mauritius fusion for the former, Sadharan-Moroccan fusion for the latter. Materials were carefully selected in order to maintain a simplistic feel in the spaces. Many are luxury pieces made with fine local materials and made by local artisans: the external walls of villas are basalt blue, entry doors are teak, and rosewood and other woods from Madagascar and South Africa were used for flooring and interior doors. Mauritian turquoise slate was used in the swimming pools, while natural black stone and pebbles were brought in for the bathrooms. Colour was used playfully yet with subtlety in the villa interiors. Sensual and shimmering tones vary from one room to another, including azure blue, soft mauve, pale pink, and almond green. The bespoke furniture was designed with maximum elegance and comfort in mind. On the walls of the Almira Villa, abstract works by famous Mauritian painter Krishna Luixon serve as a tribute to the

Villa Tiara (5 chambres) et Villa Almira (3 chambres) sont l’incarnation du métissage culturel et de la sérénité, si chers à leur propriétaire. Un soin tout particulier a été porté à leur décoration : fusion balino-mauricienne pour la première, fusion balino-marocaine pour la seconde. La simplicité étant l’apanage de l’élégance, les matériaux ont été soigneusement choisis. Point de luxe ostentatoire mais des matières nobles travaillées par des artisans locaux : les murs externes des villas sont en basalte bleu, teck pour les portes d’entrée et les bardos, kiat et palissandre de Madagascar et d’Afrique du Sud pour les parquets et les portes intérieures, ardoise turquoise de l’Île Maurice pour les piscines, pierre noire naturelle et galets pour les salles de bains… Quant à la décoration intérieure, la couleur est jouée avec subtilité. Les tons chatoyants et sensuels varient d’une chambre à l’autre, tantôt bleu azur, tantôt mauve tendre, rose pâle ou vert amande… Le mobilier a été conçu sur mesure pour apporter le maximum d’élégance et de confort. Sur les murs de la Villa Almira, des œuvres

-199-


TRAVEL

artistic wealth of the island. Each villa has direct access to the beach, its own garden, a private swimming pool, a jacuzzi, a massage area, and a hammam at the Tiara Villa.

sankhara: exceptional people “ a real vocation is to do what you love ” Every day, the chef, butler, and two housekeepers exhibit true Mauritian qualities with their guests though their respective talents, passions, and expertise. They provide all the care and attention one would expect of a five-star hotel but with a delightful extra bit of soul. The Sankhara team takes each guest’s stay very seriously and genuinely wish to make this stay an unforgettable dream. Arlando the chef is originally from Mauritius. Inspired by his home island, he especially likes fusion cuisine where the flavour is matched only by his creativity and use of fresh products. After studying at the Ecole Hôtelière de Maurice and working in several five-star hotels, Arlando joined the Sankhara Villas as Executive Chef. Fusion dish specialist and perfectionist at heart, Chef puts together his dishes with great care. “ I love spices ” he says. “ The heat helps them release their scents and mesh seamlessly with my products. I give very great attention to taste and aesthetics of my dishes. Indeed, I aspire to serve something that, in a single bite, can elicit a wide range of strong emotions from my guest. ”

sankhara: when dreams becomes reality “ to imagine is to elevate what is already there ” To commemorate this trip, the Sankhara team has attempted to make sure guests have an unforgettable experience in which each moment is a welcomed surprise. A mix of Mauritian and Balinese architecture, the Tiara Villa is exemplifies sobriety and elegance through the fine materials with which it was built and furnished. • Features 5 bedrooms with queen and king size beds. Each room

abstraites du célèbre peintre mauricien Krishna Luixon, sont un hommage à la richesse artistique de l’île. Bien que chaque villa possède un accès direct à la plage, chacune dispose également d’un jardin, d’une piscine privée, d’un jacuzzi, d’un pavillon de massage et d’un hamman pour la Villa Tiara.

sankhara : des hommes d’exception « la vocation, c’est d’avoir pour métier sa passion » L’harmonie ne serait absolue sans ces hommes et ces femmes qui veillent à vous faire la vie douce avec cette gentillesse, cette discrétion et ce naturel propres aux Mauriciens. Chaque jour, le chef cuisinier, le majordome, et deux gouvernantes offrent à leurs hôtes ce qu’ils ont de plus précieux : leur talent, leur passion et leur savoir-faire. Ils s’attachent à leur procurer tous les soins et toutes les attentions dignes d’un hôtel 5 étoiles mais avec ce petit supplément d’âme qui fait que l’on se sent chez soi. En effet, grâce à sa belle humeur et à des surprises quotidiennes, l’équipe de Sankhara prend à cœur de transformer ce séjour en un rêve inoubliable. Arlando, le Chef cuisinier, est originaire de l’Île Maurice. Inspiré par le métissage de son île, il affectionne tout particulièrement la cuisine fusion où le raffinement des saveurs n’a d’égal que sa créativité et le respect des produits frais. Après des études à l’Ecole Hôtelière de Maurice et un passage dans plusieurs hôtels cinq étoiles, Arlando a rejoint les Villas Sankhara en tant que Chef Exécutif. Spécialiste des plats fusions, ce perfectionniste dans l’âme, travaille ses plats avec un grand soin. « J’adore les épices » confie-t-il. « Sous l’effet de la chaleur, elles libèrent leurs parfums et fusionnent avec mes produits. J’accorde une très grande attention au goût et à l’esthétique de mes plats. En effet, je souhaite qu’une simple bouchée puisse susciter une panoplie d’émotions fortes chez mon invité ».

-200-


TRAVEL

has an en suite bathroom • The Tiara Villa can accommodate up to 14 people • Balinese-Mauritian architecture and Zen decoration • 550 m2 of living area with verandas and tropical gardens facing the turquoise lagoon • Length of the beach: 2 km; distance from the villa: 50 metres

Sankhara : quand le rêve devient réalité « Imaginer, c’est hausser le réel d’un ton… » Afin d’immortaliser à jamais ce séjour, l’équipe de Sankhara a souhaité que ses hôtes vivent des journées inoubliables en les transportant dans un monde fabuleux où le rêve n’a d’égal que les surprises à chaque instant renouvelées.

__________

Symbiose de l’architecture balinaise et mauricienne, la villa Tiara a choisi la sobriété et l’élégance de matériaux nobles, gage suprême d’un luxe raffiné. • Propriété de 5 chambres avec des lits en queen et king size Chaque chambre possède une salle de bain attenante. • La Villa Tiara peut accueillir jusqu’à 14 personnes • Architecture et décoration balino-mauricienne axée sur le zen • 550 m2 de surface habitable avec varangues et jardins tropicaux faisant face au lagon turquoise • Longueur de la plage : 2km ; devant la villa : 50 mètres

The Tiara Villa, the Almira Villa (two separate villas) Services included during your stay • Rates are in euros, and are per night including rental of the villa, services and government taxes • The five-bedroom villa can accommodate up to 14 people • The three-bedroom villa can accommodate up to 9 people Villa rental includes breakfast • English breakfast • Bottled water in room • Butler service • Room service • Beach Service • Villa cleaning services • Crepes or fruit skewers served with tea or coffee each afternoon • Kayaks and pedal boats • Gym with Proteus machines • Cradle • Extra beds (1,98m x 1,16m) • Low season rates including breakfast from 1,000 ¤ per night • High season rates including breakfast from 2,200 ¤ per night The pleasures available to indulge in on Mauritius are endless: helicopter rides, dance performances, children’s shows, golf outings, tea plantation visits, more islands, spa, etc. To make all this possible, a remarkable team is available for anything you may desire. Armelle and his team are at your disposal and make your stay as enjoyable as possible. Sankhara Poste Lafayette, Ile Maurice Tel: +230 410 5268 Fax: +230 410 5242 E-mail: info@sankhara-villas.com Web site: www.sankhara-villas.com Getting to Mauritius AIR Mauritius (6 flights from Charles de Gaulle/week) • Flights in cooperation with Air France • Operated by Air France Air Mauritius Reservations / Information: Tel : 0.890.710.315 (0,15¤ TTC/min) Web site: www.airmauritius.fr

__________ La Villa Tiara, La Villa Almira (Deux villas separées) Services compris pendant votre séjour • Les tarifs sont en euros, par nuit incluant la location de la villa, les services et les taxes gouvernementales • Le complexe de cinq chambres à coucher peut héberger jusqu’à 14 personnes • Le complexe de trois chambres à coucher peut héberger jusqu’à 9 personnes La villa a une formule de location de la villa + petit déjeuner. • Le petit-déjeuner anglais • Les bouteilles d’eau en chambre • Le service de majordome • Le service du Chef cuisinier • Service de plage • Nettoyage de la villa • Les crêpes ou brochettes de fruits servis avec le thé ou le café dans l’après midi • Kayaks et Pédalos • Gym incluant les machines cardios Proteus et d’haltérophilies Proteus • Berceau • Les lits supplémentaires (1 m 98 x 1 m 16) dans la salle de télévision • Les tarifs en basse-saison incluant le petit déjeuner : à partir de 1000 euros la nuit (soit 7 000 ¤ la semaine) • Les tarifs en haute-saison à partir de 2 200 ¤ la nuit incluant le petit déjeuner : ... Et les Plaisirs en plus Que l’on peut offrir a Maurice, helico, spectacle de danse, spectacle pour enfants, gol, oiseaux et rando, la route du thé vert, les îles, massage etc… Pour vous offrir tout cela, une équipe remarquable est à votre disposition pour tous vos souhaits, Armelle et son équipe sont à votre entière disposition et vous prépareront un voyage de rêve. Pour aller à l’Ile Maurice : AIR Mauritius(6 vols de charles de gaulle/semaine) * • Vols en codeshare avec Air France : • opérés par Air France avec leur flotte, Réservations / Informations Air Mauritius : Tél : 0.890.710.315 (0,15 ¤ TTC/mn) Site internet : www.airmauritius.fr

BY CHANTAL CASCALES

-201-


TRAVEL | FORT MYERS

FORT MYERS, Another side of Florida Fort Myers, l'autre Floride... In southwest Florida on the Gulf of Mexico, the Fort Myers, Sanibel Island and its archipelago has several very distinct areas including the beautiful islands of Sanibel and Captiva. Far from the skyscrapers of the big city, this region is a heaven of ecological wonders with its flora and fauna protected unlike anywhere else. Not far from the friendly little town of Fort Myers is a lovely museum called the Art of the Olympians Museum, run by the great Bob Beamon, the Olympic long jump champion in Mexico City ’68. You may even see him around; he’s hard to miss at almost two metres. This museum contains the art, paintings and sculptures of former Olympic champions-come-artists. The entrance even features a life size photo of Bob doing his historical jump in Mexico. The Edison Museum is a few miles down the road, and there you can find exhibits on the great inventor’s electricity discovery as well as his many other inventions that changed the world. There is plenty to see of Edison’s discoveries, but just in case you’re craving more, Henry Ford’s “ work ” is also here, including the first automobile, the Model T. These two friends who changed the face of America and the world lived next door to one another, and those who wish to can visit their homes to this day. Sanibel is next and can be accessed by a bridge that is only open at set times. The small but charming island is a little reminiscent of St. Bart’s. Take the mornings to enjoy walks along the beach gathering seashells and observe the many birds that seem to watch over the fauna and flora. The shells are so plentiful on the

Au sud-ouest de la Floride sur le Golfe du Mexique, la région de Fort Myers, l'île de Sanibel et son archipel comptent plusieurs zones très distinctes dont les iles de Sanibel, exceptionnelles, et celle de Captiva. Loin des gratte-ciels des mégalopoles américaines, cette région est un havre de paix écologique avec une faune et une flore protégée comme nulle part ailleurs. Quand vous quitterez la petite bourgade sympathique de Fort Myers, n'oubliez pas de visiter le Musée des Arts Olympiens, présidé par l'immense Bob Beamon, champion Olympique de saut en longueur à Mexico 68, que vous aurez surement la chance de croiser du haut de ses presque 2 mètres. Un grand moment. Ce musée recèle tous les arts, peintures et sculptures des anciens champions olympiques devenus artistes. Un bon moment de sport artistique et l 'honneur de croiser Bob qui trône en photo géante à l 'entrée avec son saut mythique et spectaculaire de Mexico. Quelques kms plus loin, vous serez séduit par le musée EDISON, du nom de son inventeur célèbre qui inventa l'électricité et tant d'autres choses incroyables, dont vous ne vous lasserez pas de découvrir sur place. Des inventions qui ont changé le monde. D'autant que son ami Henry Ford est présent lui aussi dans ce musée avec ses automobiles et la fameuse première Ford T qui est l'ancêtre de l'auto. Deux amis qui ont changé la face de l'Amérique et du monde. Deux pionniers qui habitaient côte à côte et dont vous pourrez visiter les maisons pleines de souvenirs et de charmes anciens.

-202-


TRAVEL | FORT MYERS

beaches, it’s almost unreal. Time seems to stop here, and on the balcony of your Ocean Reach Condominium, you will surely be happy gazing upon the horizon from your terrace, cocktail in hand, of course. Owner Drew Doyle will love hearing you speak French and gladly give you ideas on places and museums to visit. It wouldn’t be a true Florida holiday without a visit to Key West and a trip over the magnificent Overseas Highway, the 100-plus mile bridge over the sea. It’s a real wonder. The narrow streets and small houses of Key West make it seem like America is far far away. It’s like a little sliver of the Caribbean with Hemingway still present – you can even visit his former home. Just a few steps away is the Marquesa Hotel, a wonderfully peaceful haven in the heart of Key West. The Marquesa is a boutique hotel with a certain Caribbean charm to it, complete with a swimming pool nestled amidst coconut and palm trees. As the lovely owner is currently preparing to reopen the restaurant, you can take your cocktails to enjoy in the sun. This hotel is a must if you visit Key West. Then, look closely as you enter Islamorada or you might miss your turn for the little-known gem Moorings Resort, a collection of bungalows and Caribbean style villas on the beach. Here everything is stylish, calm and pure delight. The beautiful yet simple houses are incredibly charming, and you’ll surely be captivated by the view from your patio or living room, especially with that glass of rosé in hand... This place is so awe-inspiring, nothing could possibly disturb the tranquillity that surrounds you. There’s no bar, no restaurant… just a beach, coconut palms, a hammock, an Olympic swimming pool surrounded by flowering trees and bushes, and especially no unsightly road signs. It’s no wonder rich New Yorkers love this French-owned place. This is truly a place not to be missed. BY MARC ROUGEMOND

www.fortmyers-sanibel.com To see and visit : / À Voir et Visiter www.corkscrew.audubon.org www.shellmuseum.org www.captivacruises.com www.edisonfordwinterestates.org www.floridastateparks.org/loverskey/ www.crowclinic.org

www.fws.gov/dingdarling/ www.tarponbayexplorers.com Hotels and restaurants www.coconutpoint.hyatt.com www.fortmyersembassysuites.com www.verandarestaurant.com www.oceanreach.com www.hotelftmyers.com

Puis direction Sanibel, où après avoir franchi le pont qui s'ouvre à heures fixes, vous plongez sur l'île qui parait minuscule tant les routes et les maisons rappellent presque St Barth. Une île résidentielle, écologique à souhait, où vous pourrez le matin recueillir à pleines mains les coquillages échoués sur la plage et dont les oiseaux sont comme les gardiens de la faune et la flore. Ils sont si nombreux sur la plage que tout semble irréel. Le temps semble s'être arrêté à Sanibel Island et sur votre balcon de l'Ocean Reach Condominium, vous serez heureux de contempler l'horizon de votre terrasse, votre cocktail en main. Drew Doyle, la propriétaire, sera en joie de vous écouter parler français et saura vous donner les bonnes adresses des innombrables lieux et musées a visiter. Impossible de séjourner en Floride sans passer par Key West et sa magnifique route des Keys qui vous conduit sur les mythiques ponts sur la mer pendant des miles et des miles, le bonheur des yeux. Key West, égale à elle même, avec ses petites ruelles et ses maisons de poupées qui font penser que l'Amérique est bien loin. Un petit coin de Caraïbes avec Hemingway toujours présent dans les mémoires tellement son empreinte est grande, à commencer par sa maison à visiter absolument. À deux pas du Marquesa Hôtel, hâvre de paix en plein cœur de Key West, une boutique hôtel au charme caribéen avec sa piscine lovée au milieu des cocotiers et palmiers, et des terrasses où vous passerez des moments simples et détendus autour d'un cocktail local. Sa propriétaire discrète et adorable prépare la réouverture du restaurant parmi les meilleurs et nul doute que cet hôtel est incontournable si vous passez par Key West. Le sable des plages pourrait vous manquer alors en route pour Islamorada où vous ne le savez pas, car rien ne l 'indique, se trouve un bijou Moorings Resort, un ensemble de bungalows et de villas style Caribéen sur la plage. Ici tout n'est que style, calme et privilège. Des maisons si simples et si belles qu'elles sont d'un charme inouï et vous serez captivé par la vue de votre terrasse ou de votre séjour, un verre de rosé à la main... Un lieu sublimissime où rien ne vient troubler votre quiétude, pas de bar, pas de restaurant, juste une plage, des cocotiers, un ponton avec hamac, une piscine olympique dans le parc fleuri et surtout pas de panneaux sur la route pour trouver le lieu. Autant dire qu'ici seul les privilégiés que vous serez seront invités a séjourner. Pas étonnant que les riches New Yorkais raffolent de cette adresse, tenue par un Français, et que nous nous lassons pas de visiter. Garder cette adresse pour vous car vraiment il ne faut pas la gâcher. www.marquesa.com

-203-

/

www.themooringsvillage.com


TRAVEL | FORT MYERS

! Marquesa Hotel

! " Mooring Hotel

-204-


Sales@prestige-international.fr -205-


NEWS DE RÊVE

LOVE AT FIRST SIGHT

WITH THE PAVILIONS PHUKET, A FIVE"STAR VILLA HOTEL

Coup de cœur pour THE PAVILLIONS PHUKET un Hotel Villas 5 étoiles Despite what we may think we already know about it, the island of Phuket is full of beautiful surprises. If you decide to stop over there even if just for 48 hours, I suggest you make a point to stay at Pavilions Phuket (Relais & Chateaux), a beautiful property just 20 minutes from the airport and removed from the tourist beaches. After check-in in the enormous lobby, your butler will lead you by buggy to your villa. Such class! This ensures luxury and, of course, privacy. You have a choice among 49 villas with garden and pool. Then you must decide if you want oceanfront or to be more in the midst of luscious nature. Should you choose the former, you will have a private spa available right in your “home”! A 7 km long wild beach is also accessible by shuttle. This area belongs to Gordon Oldham, a Brit who fell in love with Asia. He invested in a few hotel projects, first in Bali then in Phuket. This epicurean is deeply dedicated to his passions, and that includes decoration. He called on designer René Ozorio for a sober yet refined and chic look for The Pavilions. As for food, he hired chef Alec Lomas who specialises in Thaï cuisine. An absolute enchantment. There’s no risk of being bored, as there are many activities to participate in including weekend workshops with themes like “ Passions ” with introductions to meditation, yoga, fragrances, chocolate, music, and dance. Then answer that call from the jungle by taking a ride on the back of an elephant or engage in the thrill of a tree climbing. You will experience supreme luxury here, that feeling of being alone in the world… The Pavilions is certainly a must if you’re in the area, and ideal for a honeymoon.

Au-delà de ses clichés, l’île de Phuket réserve de belles surprises. Si vous décidez de faire une escale de 48 heures ou plus, je vous invite à séjourner au Pavilions Phuket (Relais&Châteaux), une belle propriété située à 20 mn de l’aéroport, et préservée des plages touristiques. Après le rituel de l’accueil, dans le vaste lobby, votre butler vous conduira à votre villa en buggy ! La grande classe ! Intimité et luxe garantis. Vous aurez le choix parmi 49 villas avec jardin et piscine privative à débordement : option entre sur la mer ou sur la nature luxuriante. Pour la deuxième série d’entre elles, fraîchement livrées et inaugurées fin 2011, vous bénéficierez d’un spa privé, pour des soins à domicile ! Une plage sauvage longue de 7 km est également accessible par une navette. Ce domaine appartient à Gordon Oldham, un britannique qui eu un coup de foudre pour l’Asie. Il a investi dans des projets hôteliers, d’abord à Bali puis à Phuket. Cet épicurien se consacre ainsi à ses passions : la décoration bien sûr. Il a fait appel au designer René Ozorio pour un parti pris sobre, raffiné et chic. Pour la gastronomie, il s’est entouré du chef Alec Lomas qui revisite la cuisine thaï. Un enchantement. Aucun risque de s’ennuyer, vous aurez même la possibilité d’opter pour une formule week-end incluant des ateliers très personnalisés sous le thème « Passions » : initiations à la méditation, au yoga, au parfum, au chocolat, à la musique ou encore à la danse. Et comment résister à l’appel de la jungle avec une promenade à dos d’éléphant ou encore aux sensations fortes d’une séance d’accro-branche ? Vous éprouverez, le luxe suprême : la sensation d’être seul au monde à Phuket… Assurément une parenthèse de plénitude absolue, idéale pour une lune de miel.

Learn more at: www.thepavilionsresorts.com Advice: Reserve at www.temptingplaces.com Tel: + 33 (0)1 53 04 03 97 This site created by Laurence Onfroy has a selection of over 120 boutique-hotels all over the world. Here you can get the best available rate when you reserve and take advantage of exclusive offers that have been negotiated with each hotel.

Pour en savoir plus : www.thepavilionsresorts.com Mon conseil : réservation sur www.temptingplaces.com Tél. : + 33 (0)1 53 04 03 97 Ce site créé par Laurence Onfroy offre une sélection de plus de 120 boutique-hôtels dans le monde entier. Vous pourrez ainsi accéder aux meilleurs prix Internet disponibles au moment de la réservation et bénéficier d’avantages exclusifs négociés avec chaque boutique-hôtel.

BY NATHALIE GATTI

-206-


NEWS DE RÊVE

-207-


AUTOMOBILE

MERCEDES Une étoile parmi les étoiles

A star among stars

In a little over a year, Mercedes has almost completely renewed its line from Class A to Class S, including convertible versions. As summer looms, we decided to head to the Riviera to try out the Mercedes line, and not a single one of them disappointed. — En un peu plus d’un an, Mercedes a presque totalement renouvelé sa gamme, de la Classe A à la Classe S, sans oublier les versions cabriolets. Tandis que l’été se profile, c’est donc à ciel ouvert que nous avons sillonné la Côte d’Azur : les modèles sont tous exceptionnels.

-208-


AUTOMOBILE

-209-


AUTOMOBILE

It would be wrong to think that it’s only in the warmest countries that they sell roadsters and convertibles. Rather, it is the nordic and anglo-aaxon countries where these sell best, as if drivers look for even the slightest ray of sunshine to enjoy their cars. However, the months of use are numerous enough, and when the sun shines long enough on your wonderful view, you’re good from at least spring to autumn. During an excursion between Monaco and Saint-Tropez at the beginning of a wonderfully sunny spring, we reacquainted ourselves with the Mercedes line, not missing a single version. Mercedes doesn’t put out “ small ” cars, but you can start with the “ least big ” one. So the third edition SLK it was, out early last year, that we hit the road. With its “ Magic Sky Control ” you’ve got a remote-controlled glass vario-roof that goes from dark-to-light with the flip of a switch. We happily began with the 200 (4 cyl: 184 hp), followed by the 250 intermediate version (4 cyl 204 hp), the dream 350 (6 cyl 306 hp), then reach the stars with the SLK 55 AMG and its powerful eight-cylinder (421 hp). From 39,900 to 87,300 ¤. The cabriolet: for the family or the couple? If you’re travelling with your family, the E Class convertible is the most appropriate for you. There’s something really incredible about this car, even when it’s sitting still! One minute you’re seduced by its look, and the next it’s the car’s power that gets you. Only the basic version, the 200 Blue Efficiency, features the sixspeed manual gearbox and all others; the 250, 300, 350, 500 have the famous automatic transmission 7G-Tronic Plus for levels that rise from single to double, from 204 to 408 hp. From 48,300 to 80,450 ¤. Beyond that you have the new SL with three versions so far: the SL 350 V6 with a 305 hp gas engine and the SL 500 V8 with 435 hp (120,700¤), gas as well, which has such a sweet sound. In June, the supercharged 63 AMG (537 hp) will show up just in time (look out, the SL 65 AMG is scheduled for October!). Since this one is a real novelty, let’s pause for a moment on the legendary 300 SL. It has an upright grille, a more “ dynamic ” bumper, LED daytime lights, long hood, contoured lines with hints of sportiness, and

Il serait faux de croire que c’est dans les pays les plus chauds que se vendent les cabriolets et autres roadsters. Bien au contraire, ce sont les pays nordiques et anglo-saxons qui monopolisent les ventes, comme si les automobilistes attendaient le moindre rayon de soleil pour découvrir leur voiture. Pour autant, les mois d’utilisation sont assez nombreux, quand la luminosité du ciel apporte un éclairage merveilleux sur un panorama qui ne l’est pas moins, du printemps à l’automne. C’est en visitant tous les palaces de notre dossier spécial, entre Monaco et Saint-Tropez, au début d’un printemps ensoleillé, que nous avons redécouvert la gamme et toutes les versions décapotées: du bonheur. Il n’y a pas de « petite » voiture chez Mercedes, mais il faut bien commencer par celle qui figure comme la « moins grosse » du genre au catalogue. C’est donc avec le SLK, troisième du nom, tout juste arrivé en début d’année dernière que nous prenons la route. Avec son « Magic Sky Control », toit panoramique à luminosité variable télécommandé électroniquement, même quand il ne fait pas très beau le ciel reste bleu ! On peut commencer à se faire (réellement) plaisir avec le 200 (4 cyl 184 ch), lui préférer (nettement !) la version intermédiaire avec le 250 (4 cyl 204 ch), pour rêver (totalement) avec le 350 (6 cyl 306 ch) et rejoindre les étoiles avec le SLK 55 AMG et son puissant huit cylindres (421 ch). De 39 900 à 87 300 ¤. Le cabriolet en famille ou en couple ? Si vous voyagez en famille le Cabriolet de la Classe E est le plus approprié. Cette voiture a vraiment une allure folle, même en break ! Et le fait de se découvrir n’enlève rien à son élégance. Là encore, l’offre s’étage, toute en puissance. Seule la version de base, la 200 Blue Efficiency, est dotée de la boite manuelle à six rapports et toutes les autres : 250, 300, 350, 500 disposent de la fameuse boite automatique 7G-Tronic Plus, pour des puissances qui s’étagent du simple au double, de 204 à 408 ch. De 48 300 à 80 450 ¤. Dans un autre registre, le tout nouveau SL, avec seulement trois versions pour l’instant : le SL 350, doté du V6 essence de 305 ch, le SL 500 dont le V8 de 435 ch (120.700¤), toujours en essence, émet une jolie sonorité annonciatrice de plaisirs infinis, surtout ailleurs, et enfin, en ce mois de juin, le très survitaminé 63 AMG

-210-


CULTURE MUSIQUE

two chrome exhaust pipes. Options include exterior colours (like the newly available cerusite gray), as well as choice of rim size (17 or 18 inches), its interior leather (such as nappa leather, available for 3,700¤), which comes in black, ginger beige, espresso brown, crystal grey, Nappa porcelain or bengal red. The trims come in aluminium, burl walnut, black ash or pale poplar brown. After that, you make your à la carte selection of the extensive menu: electric windscreen, the multimedia pack, a Harman Kardon system, an analogue TV (200 to 3,800¤), the AMG Sports package (7,000¤). If all that is not enough, go for the special “Edition 1” series (130,000¤ for the 350, 150,900¤ for the 500) and you will surely not regret it! From 99,900 to 176,900¤. SLS… Dream Initials Still talking roadsters, we’ve got the undisputed star in the SLS. How fitting that it was at the Cap Ferrat Grand Hotel that we encountered this one in a riot of decibels as she was demonstrating her powerful V8 and 571 hp (650 Nm)managed by the automatic sport gearbox AMG SPEEDSHIFT DCT with four programs as well as a Race Start function... Don’t even bother looking in the catalogue for other versions because there aren’t any… Only colour differences: Designo mystic White II, AMG Le Mans red, the Magno Monza grey, or Sepang brown. On top of that, there are of course certain customisations you can make like rim size, AMG Performance details, Sport Ride Control suspension, and leather sports steering wheel details, etc... Mercedes has proven itself in every car it puts out as being a leader in breakthrough technology. The company seems to be tending toward more powerful but lighter cars, yet all engines are considered superb in terms of fuel consumption and CO2 emissions. The sky and the stars are truly grateful!

(537 ch), arrivent tout juste (Le SL 65 AMG est prévu en octobre !). S’agissant d’une véritable nouveauté, on peut s’arrêter un instant sur la digne héritière de la mythique 300 SL. On soulignera la nouvelle ligne, avec sa grille de calandre verticale, son pare-choc plus dynamique, ses feux de jour à LED, son long capot, ses lignes latérales profilées avec ses larges prises d’air sportives, pour retrouver les deux sorties d’échappement chromées, derniers signes de puissance contenue. On appréciera sûrement le coloris gris cerusite mat Shape, disponible pour la première fois chez Mercedes, pour choisir enfin ses jantes à 10 ou 15 branches (17 ou 18 pouces), son intérieur cuir, cuir Nappa, éventuellement étendu (Option : 3 700 ¤), noir, beige gingembre, marron expresso, gris cristal, rouge Bengale ou Nappa porcelaine. Les inserts décoratifs seront en aluminium, en ronce de noyer, en frêne noir ou en peuplier marron clair ; vous aurez choisi le pare-vent électrique, aurez opté pour le Pack Multimedia, avec son système Harman Kardon et sa télévision analogique (200 à 3 800 ¤), le Pack Sport AMG (7 000 ¤) ou, plus exclusif encore, vous aurez été conquis par la série spéciale « Edition 1 » ( 130 000 ¤ pour la 350, 150 900 pour la 500) et vous serez comblés ! De 99.900 ¤ à 176 900¤… SLS…des initiales de rêve Toujours dans le domaine du roadster, mais dans la catégorie supérieure, la SLS fait figure de star incontestée. C’est justement au Grand Hôtel du Cap Ferrat qu’elle avait été présentée, dans une débauche de décibels car elle entendait bien faire montre de puissance avec son V8 de 571 ch (650 Nm) piloté par la superbe boite de vitesses automatique sport à 7 rapports SPEEDSHIFT DCT AMG avec 4 programmes de conduite et fonction Race Start … Ne cherchez pas au catalogue, il n’y a pas d’autre version, seulement des peintures différentes, du Designo Mystic White II, le rouge AMG Le Mans, le gris Monza ou le brun Sepang et des aménagements personnalisés, comme les jantes de 19 ou 20 pouces, le train de roulement Performance AMG, la suspension Sport Ride Control, ou encore le détail comme le volant sport en cuir… Ce qui n’est pas un détail, c’est que Mercedes, quelle que soit la voiture, a fait preuve d’une avancée technologique importante, avec des puissances accrues pour des voitures allégées, dont « tous » les moteurs ont gagné de l’efficacité en se montrant exemplaires sur le plan des consommations de carburant et les émanations de CO2. Le ciel… et les étoiles, leur en sont reconnaissants ! www.mercedes-benz.fr

www.mercedes-benz.fr

-211-

BY BERNARD VAN DE KERCKHOVE


NIGHT

«!Don't Tell my…!!» Self Made Man Cyril Péret, born in Paris, left school at an early age and began doing his own thing at the age of 17. His first jobs were in the food and fashion industries. He made a reasonable living and frequented many of Paris’ best clubs, where he eventually would meet people like Thierry Klemeniuk, Alé de Basseville, Chayan Khoi and Frédéric Beigbeder at clubs like les Bains Douches and Le Palace. At the age of 19, he followed his first love to Miami for a season. He quickly created his own American dream thanks to his vibrancy and intelligence. It all happened because Sean Penn, Mick Hucknall of Simply Red, and Thierry Klemenuik were all owners of one of Miami’s best clubs, and they thought Cyril would be a good person to organise Bash, their VIP party. It was his job to personally attend to stars like Johnny Depp, Linda Evangelista, Antonio Banderas, and more. In 1998, he was asked to do public relations for Nicky Beach, also in Miami. At the insistence of his Parisian friends, he decided to return to France and became Artistic Director of ManRay from 1999 to 2006. Then the Miami team was at it again when they organised one of their biggest shows (including Jamiroquai, David Bowie, Alicia Keys, U2) and movie premieres (such as for Gangs of New York). “ That was really exciting for me, and those seven years were among the best of my life ” says Péret. In 2007, Cyril came up with the idea of the “ supper club ”, where you can eat, dance, and party. He created Sens along with Benjamin de Marigny, and did that for over three years. Cyril came up with another project in a similar vein with Gilbert Costes a few years later. Advertising companies often call upon Cyril to help launch new projects, or want to publicise a film’s release. He is friends with movie and music celebrities including Ben Harper, Mickey Rourke, Owen Wilson, Jude Law, Ben Stiller, etc… Love Story " Working at night is a full-time job. And I love my job. I like to please people. Before all this, I was a party animal. I acquired the

Self Made man Cyril Péret Paglinghi est né à Paris. Il a quitté l’école assez jeune et est rentré dans la vie active dès sa 17ème année. Ses premiers jobs furent dans la restauration, la confection et la mode. Il gagne sa vie tout à fait convenablement et fréquente rapidement les clubs branchés Parisiens. Il y rencontre des personnalités emblématiques de Paris telles que Thierry Klemeniuk, Claude Challe, Alé de Basseville, ou Grace Jones aux Bains-Douches ou au Palace notamment. À 19 ans, il décide de suivre son premier amour à Miami, en Floride, pour la saison. Son rêve américain devient vite réalité grâce à son entrain et à son intelligence. En effet, Johnny Depp, Mick Hucknall des Simply Red et Eric Omores, propriétaires de l’un des clubs les plus branchés de Miami, lui proposent de gérer la partie VIP de leur établissement, le Bash ». Il s’occupera personnellement de stars reconnues mondialement telles que Johnny Depp, Jennifer Lopez, Mickey Rourke, Antonio Banderas et plus encore… En 1998, on lui propose de s’occuper des relations publiques du Nikky Beach, toujours à Miami. Suite à l’insistance des amis parisiens, il décide de revenir en France et prend la direction artistique du ManRay de 1999 à 2006. La fine équipe de Miami est à nouveau réunie et organise les plus gros show-case (avec U2, Alicia Keys, David Bowie, Jamiroquai), les avant premières de grands films (tels que Gangs of New York). « Ça a été l’europhorie et ces 7 années font partie des plus belles années de ma vie. » En 2007, Cyril décide de développer un nouveau concept de « supper club ». Endroit où l’on dîne, où l’on danse, où l’on fait la fête. En trois mots : « Dine, Dance, Drink ». Il crée le Sens et s’en occupe pendant une période d’environ 3 ans. Dans le même esprit, Cyril fonde le Matignon avec Gilbert Costes quelques années plus tard. Les bureaux de presse font aujourd’hui souvent appel à Cyril pour un lancement de produit, une avant première de film… Il fréquente les stars du cinéma ou de la musique telles que Ben Harper, Mickey Rourke, Owen Wilson, Jude Law, Ben Stiller, Jessica Alba etc… Une histoire de cœur « La nuit, c’est un métier à part entière. Et mon métier, je l’aime. J’aime faire plaisir aux gens. Avant ça, j’étais un fêtard. J’ai acquis le côté business au fur et à mesure, mais j’ai toujours fait ça avec le cœur. C’est ce qui fait la différence. J’ai toujours considéré que la réussite d’une soirée, c’est le cocktail des genres. J’ai toujours aimé mélanger les bobos avec les friqués, les mannequins, les gays, les lookés… J’ai commencé en tant que relations publiques, puis je suis devenu organisateur. Puis je me suis intéressé aux chiffres, aux aspects artistiques. J’ai appris comment construire un planning en fonction des grands événements de la mode, du cinéma, à gérer le personnel… C’est une réelle gestion de projet avec un vrai back office. J’ai eu la chance de travailler auprès des plus grands et d’être épaulé par des personnes compétentes. Mon réseau m’est fidèle. Quelque soit la soirée que j’organise, je sais qu’ils me suivront. Tout le monde voit le côté paillette de la vie nocturne. Mais il ne faut pas oublier le revers de la médaille. Nous avons beau avoir un carnet d’adresse gros comme ça et connaître le monde entier, il est parfois possible que l’on se sente un peu seul. Mais ma fille de 5 ans, Lilou, et sa mère, me permettent de trouver un équilibre ! » Don’t Tell My Booker « L’idée nous est venue en écoutant nos amies modèles me supplier de ne pas dire à leur agent qu’elles étaient sorties, parce qu’elles avaient des castings, shootings ou autre le lendemain ». La soirée Don’t Tell My Booker est née à Miami en 1998 en association avec son fidel ami et partenaire Stevie Ben Hamron. Cyril développe le concept aux Bains-Douches pendant 1 an de 1998 à 1999 aux côtés de David et Cathy Guetta. Soirée hebdomadaire à l’époque,

-212-


NIGHT

business knowledge little by little, but everything I did I always did it with passion. And that’s what makes the difference. I always considered that a successful party included a mix of genres. I always liked to mix “ average people ” with rich people, models, gays, hotties... I started in PR and then I got into the organising and planning side. Eventually I got more interested in the numbers aspect of the parties as well as the artistic aspects. I learned how to build a schedule based on major fashion events, film openings, and how to manage the staff... I have been lucky enough to work with some of the biggest names and with many capable people. My network continues to be loyal to me. Whatever the event I’m organising, I know they’ll be there for me. Everyone sees the glittery side of working this kind of job, but there is also downside. I have an enormous contact list, of course, but it is still possible to feel a little lonely sometimes. But my five year-old daughter Lilou and her mother help me find a balance! " Don’t Tell My Booker " The idea came while listening to my model friends beg me to not to tell their agents they had gone out, because they had castings, shootings or whatever the next day." The “Don’t Tell My Booker ” party was conceived in Miami in 1998. Cyril developed the concept for Les Bains Douches over a year and a half in 1998 and 1999. It started as one evening per week and was frequented by the hippest people of Paris and elsewhere. Designers, top models, photographers, agents, etc… have made the evening a major event in the fashion world. The invitations were dotted with excuses that young models were telling their agents as to why they had not done the casting: " I forgot my book ", " I’m sick "… Nonsense excuses, really. We invited Metro, Next, Elite, AMJ... Then the evening gained momentum and has spread beyond France to Los Angeles, Miami, New York, Bali, Sao Paulo, Dubai, Moscow, Saint Tropez, Cannes, London... We only do the event five or six times per year worldwide, but each makes an impact. The core of Don’t Tell My Booker is the mixture of art, fashion and music... We bring in the best DJs, designers, artists, and models. Three years ago, we decided to organise an annual gala in Paris for the Red Cross. We are now looking to do the same in New York. Don’t Tell My Booker is also the name of his upcoming clothing brand. Thus far, the promotional t-shirts have been very successful. Products include t-shirts, jackets, and accessories, and are for both women and men and will be available soon online, then eventually in stores, too. A portion of the proceeds will go to the Red Cross. Cyril in a few words Cult film? Blues Brothers. Favourite books? He likes reading about spirituality. Prestige? It’s what is hidden; what makes one dream. Is Paris really the City of Lights? " I have travelled a lot, and can see that Paris is truly one of the most beautiful cities in the world. We are in a great country here, even if there is a clear lack of certain services and the cost of living is very high. The problem with Parisians is that they just don’t make life easy. Fortunately, people like us are here to mix different people and to help overcome social, sexual, and racial barriers… " Cyril has always been welcoming and offered support and a smile. People go out to have a fun and maybe even magical experience. It offers them the opportunity to escape for a night. In short, Cyril does whatever it takes to add colour to our nights.

BY DELPHINE LANCRENON

elle était fréquentée par les plus branchés de Paris ou d’ailleurs. Designers, top modèles, photographes, agents, etc… ont fait de cette soirée un événement incontournable du monde de la mode. Les cartons d’invitation étaient truffés des excuses que les jeunes modèles de 18 ans trouvaient pour dire à leurs agents qu’elles n’avaient pas fait le casting : « J’ai oublié mon book », « je suis malade »… Des bêtises de gamine quoi. On a invité Marylin, Ford, Next, Metro, IMG… Puis la soirée a pris de l’ampleur et a dépassé les frontières françaises pour s’installer à Los Angeles, Miami, New York, Bali, Sao Polo, Dubai, Moscou, Saint Tropez, Cannes, Londres… Nous ne faisons pas trop de soirées (5 à 6 par an dans le monde) mais chacune d’entre elle a son impact. Le noyau dur de Don’t Tell My Booker, c’est le mélange de l’art, de la mode et de la musique… Nous attirons les meilleurs DJ, designers, artistes, modèles. Nous avons décidé il y a 3 ans d’organiser un gala annuel au profit de la Croix Rouge Française de Paris. Nous sommes en train de réfléchir au développement du même diner de gala sur New York pendant les collections. Don’t Tell My Booker sort dès aujourd’hui sa ligne Remain Stylish with don’t tell my booker couture, la nouvelle la ligne vintage inspirée « by rebellious having fun. Already taboo, yet dangerously irresistible ! » DTMB est aussi reconnue par les médias comme étant un « brand » international qui produit des lieux mais aussi un lifestile et produit des événements de haute qualité pour une clientèle exclusive internationale. Les produits seront vendus dans un premier temps en ligne et l’éventualité d’une boutique physique par ville est à l’étude. Une partie des gains sera d’ailleurs reversée à la Croix Rouge française de Paris. Cyril en quelques mots Son film culte ? Les Blues Brothers. Ses lectures ? Il aime se renseigner sur la recherche spirituelle comme Le livre Tibétain de La Vie et la Mort. Paris capitale des lumières ? « Moi qui ai beaucoup voyagé, je trouve que Paris est vraiment l’une des plus belles villes du monde. Nous sommes dans un pays extraordinaire. Même si on constate un manque de service et un coût de la vie très élevé. Le problème des Parisiens c’est qu’ils ne se rendent pas la vie facile. Heureusement que les gens comme nous sommes là pour mélanger les gens, dépasser les barrières sexuelles, raciales, sociales... » Cyril a toujours offert son accueil, son accompagnement, son sourire. Les gens sortent pour voir du rêve, de la magie, du plaisir. Il leur offre la possibilité de s’évader le temps d’une nuit. En un mot, Cyril fait tout pour donner de la couleur à nos nuits. Cyril Peret et Don’t Tell My Booker n’ont pas fini de nous faire rêver. To be continued...

-213-


hotel fairmont monaco

-214-


ADRESS BOOK RIVIERA

The Amazing

CÔTE D'AZUR

La Côte d’Azur de l’exception

The countless awards and honours say it all: the Riviera boasts many of the world’s top hotels and finding Michelin-rated cuisine is no hard feat. After all, the côte d'azur collectively has the largest number of rated restaurants. True to its name, Prestige International visits the most beautiful places in the region for this issue.

— Les récompenses et distinctions en attestent : les palaces de la riviera cumulent les atouts ; le guide Michelin le démontre : la côte d’azur compte le plus grand nombre de restaurants étoilés. Qui peut le plus peut le plus encore ? Fidèle à son titre, Prestige International a visité les plus belles adresses de la région.

-215-


ADRESS BOOK RIVIERA

hotel metropole

louis xv monaco

-216-


ADRESS BOOK RIVIERA

hotel metropole

MONACO, WHERE EVERY DAY IS SOMETHING DIFFERENT The principality has made an international reputation for itself and always lives up to it. Unlike other cities that dot the Mediterranean, Monaco seems to only have establishments that merit high praise. Those that are part of the Société des Bains de Mer are the leaders, what with the Hôtel de Paris being the dream that it is with its new paint job and its incredible presidential suite, the discreet yet luxurious Hermitage with its new design by Pierre Yves Rochon, and the Monte Carlo Bay, gleaming on its artificial lagoon. All these make for a place where hospitality is truly at its best. And we’d be remiss not to mention the updated Fairmont and the oh-so-refined Metropole. What’s more is that each of these places doubles as a haven for incredible cuisine. The three-Michelin star Louis XV is the only restaurant on the Riviera that can boast such an honour. With cuisine by Alain Ducasse and the gilded room of the Louis XV at the Hôtel de Paris, one can scarcely find a drawback here. Then there’s the Hermitage’s Vistamar with its exquisite cuisine by Joel Garault; the Joel Robuchon restaurant, which enjoys a rating of two stars from Michelin with chef Christophe Cussac, as well as the nearby exotic Japanese cuisine at the Yoshi, which is also highly praised. Marcel Ravin’s Blue Bay is worth a trip as is Meilleur Ouvrier de France Philippe Joannes’ Horizon, which sits on the rooftop terrace of the Fairmont.

MONACO. L’EXCEPTION EST QUOTIDIENNE. Depuis longtemps la principauté s’est faite une réputation internationale et elle ne faillit pas. Contrairement aux autres cités qui jalonnent le pourtour méditerranéen, il n’y a ici que des établissements méritant l’attention. Bien sûr, ceux de la Société des Bains de Mer tiennent le haut du rocher et si l’Hôtel de Paris, majestueux dans ses nouvelles peintures, avec sa suite présidentielle, l’Hermitage, discret dans son luxe tranquille et ses nouveaux atours sous la signature de Pierre Yves Rochon sous la coupole signée Gustave Eiffel, le Monte Carlo Bay, rutilant sur son lagon artificiel, font les beaux jours d’une hôtellerie hors du commun, ne pas évoquer le Fairmont et ses travaux remarquables, le Métropole et son empreinte raffinée, serait oublieux de références aussi prestigieuses. Et comme l’exception ne peut pas être unique, toutes les enseignes se doublent de signatures gastronomiques à l’image. Le Louis XV, seul trois étoiles Michelin de la Riviera, expose ses produits uniques sous la signature d’Alain Ducasse et les ors de la salle du Louis XV au nom explicite, dans l’Hôtel de Paris ; Joël Garault délivre des leçons de simplicité culinaire en donnant des cours de gourmandise autour du poisson dans le décor entièrement refait du Vistamar à l’Hermitage ; Joël Robuchon fait coup double en cumulant les étoiles dans des univers différents au Métropole : d’un côté la vivacité exemplaire d’une cuisine ouverte confiée à Christophe Cussac pour deux étoiles Michelin, de l’autre l’exotisme d’une cuisine japonaise également étoilée, dans un décor évocateur, au Yoshi. Les autres chefs ne sont pas en reste quand Marcel Ravin épice la cuisine du Blue Bay dans l’hôtel éponyme et que Philippe Joannès, Meilleur Ouvrier de France, apporte depuis quelques semaines son talent aux différents restaurants du Fairmont, déjà sur les traces de ses pairs en investissant le toit terrasse de l’hôtel et son fameux restaurant : l’Horizon.

-217-


ADRESS BOOK RIVIERA

A HOTEL, FINE DINING, SPAS, AND SERVICES... Take the long walk through the marble corridors of the Hotel de Paris or the Hermitage and you’ll come upon the Thermes Marins de Monte Carlo where nothing but divine treatments await you. A little further on, you’ll spot tarps that cover part of the Metropole while they work on the pool and spa (Monte Carlo Espa) for a few weeks. The design of the spa was entrusted to Karl Lagerfeld and there’s no doubt it will be true to his reputation, and bring somewhat of a contrast to the décor of the hotel, done by Jacques Garcia. Even further on is the spa at The Fairmont: the Willow Stream, which is not only something to see, perched there on the Mediterranean, but also an experience to behold. Finally at Monte Carlo Bay, the Cinq Mondes Spa can be found right next to a lagoon that flows through lush gardens. We could easily list some of what these heavens have in common: the valets service, concierges, bars, exemplary service, not to mention the five casinos with their elegant tables and tempting slot machines, international shows, Jimmy'z, the nightclubs... But the main thing they have in common is a promise of security that is not made in vain. With such extensive systems in place, people always feel free to leave their precious luxury cars on display, and women feel free to put on their most expensive jewellery.

UNE HÔTELLERIE, UNE GASTRONOMIE, DES SPAS, DES SERVICES… En faudrait-il encore que tous les mêmes en rajouteraient. Longeriez-vous les couloirs de marbre de l’Hôtel de Paris ou de l’Hermitage que vous arriveriez sans peine, en plongeant dans leur profondeur luxueuse et silencieuse, aux Thermes Marins de Monte Carlo pour des soins divins. Un peu plus loin, les bâches qui recouvrent une partie du Métropole cachent pour quelques semaines encore les travaux de la piscine et du spa (Monte Carlo Espa) dont l’environnement a été confié à Karl Lagerfeld et seront sûrement fidèles à la renommée du personnage, apportant sa différence au décor de Jacques Garcia qui a signé celui de l’hôtel. Plus loin encore le spa du Fairmont : le Willow Stream domine la Méditerranée avec grandeur, au sens propre comme au figuré. Au Monte Carlo Bay enfin, le spa Cinq Mondes prend ses aises au milieu des jardins, près du lagon qui les traverse. On pourrait ainsi reprendre la même liste et citer un par un les atouts communs : des voituriers efficaces, des concierges disponibles, des bars accueillants, un service exemplaire, sans oublier les cinq casinos, leurs tables élégantes et les machines à sous tentantes, la salle des étoiles et ses spectacles internationaux, le Jimmy’z, la discothèque de toujours… Mais il y a le plus que chacun sait trouver dans ses lieux : la sécurité, et ce n’est pas un vain mot, quand les plus belles voitures n’ont pas peur de s’exposer, les plus jolies femmes de sortir leurs bijoux et que l’exception en est alors vraiment une.

metropole monaco table robuchon

-218-


ADRESS BOOK RIVIERA

metropole monaco table robuchon / hotel fairmont monaco restaurant l'horizon

-219-


ADRESS BOOK RIVIERA

cap estel eze

THE EXCEPTIONAL PART OF RIVIERA Each city prides itself on its local wonder. Eze will soon be honoured when its beloved Château de la Chèvre d'Or finds its ranks up with the Cap Estel. Two different places with one common asset: prestige. On one hand, there’s a castle in the real sense of the word, that overlooks the Mediterranean sea and has a long history that includes royalty as well as big names in arts and entertainment, and on the other is a luxury establishment that hides its assets behind high gilded gates. One also a cuisine that reaches new heights with two-star chef Fabrice Vulin, who is inspired by his time in Morocco as well as the Provencal sun. The other with seasoned chef Patrick Raingeard, who would love to have the star he received some time ago in Monaco get him recognised for his current work.

LA CÔTE D’AZUR DE L’EXCEPTION LONGE LE LITTORAL Chaque cité s’enorgueillit de compter dans ses murs un établissement renommé. Mais l’exception mérite l’exceptionnel. C’est ainsi que la sélection se fait sévère à l’heure des choix. Eze sera à l’honneur quand le Château de la Chèvre d’Or trouve son pendant avec le Cap Estel. Deux endroits différents mais un atout commun : le prestige. D’un côté un château, au sens propre du terme, dominant la Méditerranée avec panache et racontant une longue histoire qui mêle les têtes couronnées et les grands noms des arts ou du spectacle, de l’autre un établissement luxueux qui cache ses atouts récents derrière de hautes grilles dorées. D’un côté encore une gastronomie qui prend aussi de la hauteur avec Fabrice Vulin, chef inspiré par sa présence au Maroc comme par le soleil de la Provence et qui a réussi à maintenir les deux étoiles conférées par le Michelin depuis longtemps, de l’autre toujours un chef aguerri, Patrick Raingeard, qui aimerait que celle qu’il avait acquis il y a quelques temps à Monaco puisse venir bientôt ensoleiller son travail actuel.

-220-


ADRESS BOOK RIVIERA

FROM CAPE TO CAPE Saint Jean Cap Ferrat draws people from all over. Here, the Royal Riviera proves that even behind that façade, the gardens are as extraordinary as in the song and the gastronomy by chefs Bruno Bloch and Alain Parodi has reached perfection. Further, in the heart of one of the most beautiful enclaves in the region, in the middle of the array of beautiful properties, the Grand Hotel du Cap Ferrat states definitively and with pride that it is the only true "palace" on the coast, or at least the only one that was dubbed as such officially. Here, service is extraordinary and amenities are unending with the wonderful new suites, the luscious spa (Carita), and cuisine by Meilleur Ouvrier de France Didier Aniès. Everything about this establishment from its gardens, to the Dauphin Club and pool, to its large terrace beneath the pine trees, to its sumptuous private villa Rose-Pierre, (a 550 m2 space decorated by Alberto Pinto on 7000 m2 of gardens), deserves this rare award.

DE CAP EN CAP De cap en cap, Saint Jean Cap Ferrat dresse le sien. À sa porte, le Royal Riviera tient à montrer que derrière sa grande façade dans les tons roses, les jardins sont aussi extraordinaires que dans la chanson et que la gastronomie, interprétée en duo par Bruno le Bloch et Alain Parodi, a trouvé le ton juste. Plus loin, au cœur de l’une des plus belles enclaves de la région, au milieu de propriétés toutes plus belles les unes que les autres, le Grand Hôtel du Cap Ferrat affirme avec orgueil qu’il est le seul vrai « palace » de la côte, en tout cas le seul ayant reçu officiellement le qualificatif. Hôtellerie de très haut niveau, avec des nouvelles suites merveilleuses, son spa (Carita) en parfaite harmonie, sa gastronomie enlevée avec un Meilleur Ouvrier de France : Didier Aniès, tout dans cet établissement, jusqu’à ses jardins, son club Dauphin et sa piscine, sa vaste terrasse sous les pins centenaires, sa villa somptueuse villa privée : Rose-Pierre, 550 mètres carrés décorée par Alberto Pinto sur 7000 m2 de jardins, mérite cette distinction rarissime.

hotel riviera saint-jean cap ferrat

-221-


ADRESS BOOK RIVIERA

cap d'antibes

NICE, THE FORGOTTEN ONE One could easily leave Nice out of this conversation with its traditional hospitality and all-but-lack of prestige. But that would be a pity for the Negresco, which is indeed a little behind in telling its story, but fortunately it has the famous " royal suite " that sits under the symbolic dome conceived in 1913 by Edward Niermans. Little did they know, it would become the emblem of the Palace. Chef Jean Denis Rieubland, Meilleur Ouvrier de France, received a second star for his legendary restaurant Le Chantecler this year, only adding to the Negresco’s assets.

NICE LA GRANDE OUBLIÉE On pourrait tout à fait faire un bond prodigieux pour laisser Nice dans son sillage et oublier son hôtellerie classique manquant par trop de prestige. Ce serait cependant dommage pour le Negresco qui raconte son histoire avec un temps de retard, même si les travaux de ces dernières années tendent à le faire enfin entrer dans un millénaire qu’il a longtemps refusé. Sûrement dommage pour cette façade qui méritait que l’envers de son décor fût dans l’esprit de conquête des aventuriers du tourisme moderne. Heureusement, il y a la « suite royale », sous le dôme symbolique imaginé en 1913 par Edouard Niermans et devenu l'emblème du Palace, tout comme le cinquième étage et son service VIP et sa gastronomie avec Jean Denis Rieubland, Meilleur Ouvrier de France qui a su redonner cette année une seconde étoile au restaurant légendaire : le Chantecler. Au Cap d’Antibes, les grands noms de l’hôtellerie se bousculent. L’endroit est beau, la baie tranquille. Au début du cap, près de la cité balnéaire animée, le Belles Rives semble sorti des années folles sans avoir pris une ride. On s’attendrait à croiser Scott Fitzgerald sur la jolie terrasse tandis que le piano entonne les grands classiques d’un jazz éternel. Pascal Bardet, encore auréolé de son passage comme chef au Louis XV à Monaco, apporte depuis peu son talent à une table élégante. Le ponton s’avance sur la Méditerranée pour proposer ses joies renouvelées et si un Riva venait accoster on ne serait même pas étonné de cet anachronisme intemporel. Un peu plus loin, le tout nouveau complexe hôtelier des « pêcheurs » (Cap d’Antibes Beach) bel établissement labellisé Relais et Châteaux, est fier de montrer sa nouvelle plage. La gastronomie étoilée, signée par un autre MOF : Philippe Jego, se fait légère et méditerranéenne le midi pour prendre de la hauteur en soirée et s’installer en terrasse dans un univers de bulles colorées par le jeune maître verrier Antoine Pierini. Plus loin encore, dans un vaste parc boisé qui semble plonger ses racines dans la mer, l’Hôtel du Cap Eden Roc n’en finit pas de briller et d’affirmer qu’il est un des plus beaux établissements au monde.

All the big hotel names want to be in Cap d'Antibes. The location is beautiful and the bay quiet. At the beginning of the cape, near the lively seaside city, the Belles Rives seems like something straight out of the roaring twenties. You’d almost expect to run into F. Scott Fitzgerald on the lovely terrace while the jazz classics play endlessly on the piano. Pascal Bardet, former chef at the Louis XV in Monaco, has recently brought his talent here and brings the same high level of cuisine as always. A little further on you’ll find the new Cap d'Antibes Beach, a beautiful Relais et Chateaux property, complete with a new and gorgeous beach. The Michelin-rated cuisine is by yet another MOF, Philippe Jego, and is light and Mediterranean at lunch but is heightened in the evening for those who settle on the terrace to be surrounded by the works of master glassblower Anthony Pierini. Still further, in a huge wooded park is the Hotel du Cap Eden Roc, which never ceases to amaze and is without contest one of the loveliest establishments in the world.

hotel negresco

-222-


ADRESS BOOK RIVIERA

CANNES: A HOTEL FESTIVAL The famous Croisette is home to all of Cannes’ luxury hotels. And the options are always changing. The Carlton will soon close its historical doors for many months of work under the leadership of its new owner, while the Martinez seems to be waiting desperately for someone to get its muchneeded renovations under way; the JW Mariott Cannes (formerly Palais Stéphanie, formerly Noga Hilton), plays to the American stars while forgetting its Mediterranean ties. Only the Grand Hotel and the Majestic are up to date and hold a great presence. Two opposite worlds that cultivate this difference but share a common spirit of quality and service. At the Majestic, the second wing, completed two years ago, added some much-needed beautiful suites. Here, you’re very close to the ever-important Palais des Festivals. The U Spa and the famous brasserie are here as well. On the other side of the street sit the casino and slot machines and act as a nice alternative to the beach and the famous pier.

CANNES : UN FESTIVAL HÔTELIER La cité des festivals aligne ses palaces sur la célèbre Croisette. L’offre est changeante, toujours en mutation. Alors que le Carlton va bientôt fermer ses portes historiques pour de longs mois de travaux majestueux sous la houlette de son nouveau propriétaire, alors que le Martinez semble attendre – désespérément – que le sien engage enfin un programme de rénovations nécessaires ; que le JW Mariott Cannes, ex Palais Stéphanie, ex Noga Hilton, joue les stars américaines en oubliant ses attaches méditerranéennes, seuls le Majestic et le Grand Hôtel ont une véritable actualité et une présence accrue. Deux univers opposés, qui cultivent cette différence mais revendiquent un même esprit de qualité et de services. Au Majestic, la deuxième aile, achevée il y a deux ans, vient compléter une offre pléthorique, avec de très jolies suites, toujours au plus près du Palais des festivals. Le U Spa, comme le Fouquet’s, célèbre restaurant brasserie, sont des signatures communes aux établissements du groupe, auxquelles il conviendra d’ajouter la Petite maison de Nicole, autre référence gourmande. De l’autre côté de l’avenue le casino et ses machines à sous sont une alternative à la plage et son célèbre ponton : il en faut pour toutes les heures de la journée.

TIARA YAKTSA HOTEL

-223-


ADRESS BOOK RIVIERA

MAJESTIC

GRAND HOTEL CANNES

The Grand Hotel is where people come to truly relax. It’s a bit off the Croisette in large tranquil gardens strewn with works of art. It’s Cannes’ tallest hotel and has become more and more refined since its recent renovation. The Art Deco décor is attractive and is planned as an addition to the top floor suites, as well. Young Michelin star-rated chef Sébastien Broda offers his talent at the restaurant and does not disappoint.

Au Grand Hôtel, la cité a pris ses habitudes. On vient ici prendre du recul, au sens propre du terme, un peu en retrait de la Croisette, dans de vastes jardins tranquilles parsemés d’œuvres d’art. Plus haut hôtel de Cannes, l’établissement a peaufiné depuis ces dernières années sa rénovation. On apprécie cet ensemble Art Déco qui va s’installer dans les suites merveilleuses au dernier étage pour des moments magiques. Sébastien Broda, jeune chef étoilé, pose son talent sur la carte du restaurant comme celle de la plage, que du bonheur.

Finally, there is a place where glowing rocks sit with the backdrop of an azure sky, at the natural border between the Maritime Alps and the Var. In the middle of some private homes lies one final burst of tourism, a small and charming luxury hotel, adorned with assets from a colourful Orient. The Tiara Yaktsa, a complicated name for a simple pleasure, sits in the silence of beautiful gardens only disturbed by birdsong and the gentle caress of Mediterranean... this one is more subdued but still exceptional.

BY BERNARD VAN DE KERCKHOVE

Quand l’Esterel dresse ses roches rougeoyantes sur fond de ciel d’azur, frontière naturelle entre les Alpes Maritimes et le Var, la côte du même nom essaime encore quelques rares maisons comme pour laisser la nature s’installer avec beauté sur ses flancs abruptes. Au milieu d’elles, dernier sursaut d’un tourisme maîtrisé, un petit hôtel de luxe et de charme, paré d’atouts venus d’un Orient coloré, vient clore une liste idéale. Le Tiara Yaktsa, un nom compliqué pour un bonheur simple, vient achever cette promenade de rêve dans le silence de ses beaux jardins seulement troublés par le chant des oiseaux et les douces caresses d’une Méditerranée assagie… mais toujours exceptionnelle.

-224-


ADRESS BOOK RIVIERA

À MONACO : Société des bains de Mer (SBM) Hôtel de Paris : Place du casino Tel. : 00 377 98 06 30 00 Hôtel Hermitage Square Baumarchais Tel.: 00 377 98 06 40 00 Monte Carlo Blue Bay: 26 av Princesse Grace Tel.: 00 377 98 06 02 00 www.montecarloresort.com Hôtel Métropole Monte Carlo 4 avenue de la Madone Tel. : 00 377 93 15 15 15 www.metropole.com Hôtel Fairmont Monte Carlo : 12 avenue des Spélugues Tel. : 00 377 93 50 65 00 www.fairmont.com/fr/montecarlo Thermes Marins de Monte Carlo 2, avenue de Monte-Carlo Tel +3 77 98 06 69 00 www.thermesmarinsmontecarlo.com

À EZE Cap Estel 1312, avenue Raymond-Poincaré 06360 Eze-bord-de-mer Tél. : +33 (0)4 93 76 29 29 www.capestel.com Château de la Chèvre d’Or Rue du Barri 06360 Eze Village Tel : +33 (0)4 92 10 66 66 www.chevredor.com À SAINT JEAN CAP FERRAT (06230) Royal Riviera 3 avenue jean Monet +33(0)4 93 76 31 00 www.royal-riviera.com Grand Hôtel du Cap Ferrat 71 Boulevard du Général de Gaulle Tel. : +33 (0)4 93 76 50 50 www.grand-hotel-cap-ferrat.com

À NICE (06000) Hôtel Negresco 37 Promenade des Anglais Tel.: +33 (0)4 93 16 64 00 www.hotel-negresco-nice.com AU CAP D’ANTIBES (06160) Hôtel Belles Rives 33 Boulevard Edouard Baudoin Tel. : +33 (0)4 93 61 02 79 www.bellesrives.com Cap d’Antibes Beach Hôtel 10 Bd du Maréchal Juin Tel. : +33 (0)4 92 93 13 30 www.ca-beachhotel.com Hôtel du Cap Eden Roc Boulevard JF Kennedy Tel: +33 (0)4 93 61 39 01 www.hotel-du-cap-eden-roc.com

-225-

À CANNES (06400) Grand Hôtel 45 La Croisette Tel. : +33 (0)4 93 15 45 45 www.grand-hotel-cannes.com Hôtel Majestic Barrière Cannes 10, La Croisette Tél: +33 (0) 4 92 98 77 00 www.lucienbarriere.com/majestic À THÉOULE Hôtel Tiara Yaktsa 6 Bd de l'Esquillon Tel : +33 (0)4 92 28 60 20 www.tiara-hotels.com


RIVIERA FAVOURITES

MARC ROUGEMOND’S

Personal Favourites Les Coups de Cœur de Marc Rougemond Le Grand Hotel / Suite Jacuzzi

The Riviera itself needs no introduction. The region acts as home to numerous establishments that proudly “teach” the French art de vivre. It’s with great pleasure that we share with you some of the top addresses on the beautiful Côte d'Azur.

— La Riviera, on ne la présente plus, mais au fil des années nous sommes à chaque fois émerveillés par ces belles maisons qui portent haut les couleurs de l'Art de Vivre à la Française. Nous avons toujours la même passion à vous les présenter au fil de notre voyage sur cette magnifique Côte d'Azur.

-226-


The first stop is the Majestic in Cannes where the valets are always busy out front. The red cars set the tone and there is no compromise one luxury! The entry is no exception, and it’s clear this is a Barrière Group property. The concierges are as affable you would expect from a top hotel. The Junior Suite on the 6th floor features fun black and white zebra carpeting as well as an extra large bathroom and a terrace looking onto the swimming pool and the Croisette below. But now it’s time to head for Chateau Eza in Eze, an historic 12th Century town. Feel free to leave your car with the valet at the bottom of the old town, and he’ll take care of everything. The climb up dozens of steps through the medieval streets to reach the Château Eza is your first sign that this recently renovated destination is a special place. The romantic restaurant, with its view overlooking the sea to Beaulieu Sur Mer, seems suspended above the cliffs. One-star chef Axel Wagner is indeed a talented chef who offers a creative menu to tempt your senses. No doubt that the second is just around the corner. A few dozen metres further, Le Chevre d’Or and its flowercovered cornice greet you. This famous establishment is one of the jewels of the Riviera, with its breathtaking view and its modern rooms. The Jean Cocteau Suite is a model of tradition and modernism, featuring beautiful archways, high-tech equipment, and a breathtaking view of the most beautiful bay in the world. The restaurant also benefits from this magical location, and since the arrival of two-Michelin starred chef Fabrice Vullin, the Chevre d’Or has reassumed ranking as one of the Riviera’s top restaurants. During his time in both Switzerland and Morocco, Chef Vullin was considered the best in the country. He is settled here now with assistant chef Ronan Kervarrec, whose future together looks promising. There is sea bass, crab, and Aquitaine

Chèvre d'or / Menu Caviar

Première escale Le Majestic à Cannes, les paillettes plein la tête nous arrivons dans cette belle entrée où les voituriers s'affairent. Les bolides rouges donnent le ton, ici on ne badine pas avec le Luxe! Le hall est aussi de la même veine, fidèle a la tradition du Groupe Barrière. Et les concierges sont dans leur rôle, toujours disponibles et affables comme dans les grandes maisons. La Junior Suite du 6e étage avec sa moquette zébrée noir et blanc est dynamisante, sa salle de bains extraordinaire avec une taille XXL et sa terrasse plongeante sur la piscine vous fait dominer la croisette. Mais déjà le départ pour Château Eza à Eze, une destination historique du xiie siècle. Vous laisserez votre bolide en bas de la vieille ville au voiturier qui s'occupe de tout.

Cap Estel / restaurant

Votre montée des marches dans les ruelles médiévales pour atteindre le Château Eza est le signe des privilégiés pour cette demeure récemment rénovée, pour sublimer le lieu. Le restaurant, romantique a souhait, avec sa vue plongeante sur la mer jusqu'à Beaulieu sur mer, semble suspendu au dessus des falaises. Cela ne vous fera pas oublier la cuisine créative des 5 mondes d'Axel Wagner, cuisinier talentueux qui fort de sa première étoile consolidée, vogue vers les sommets... nul doute que la deuxième est a la porte. Quelques dizaines de mètres plus loin, en contrebas, La Chèvre d'Or, et sa corniche d'arrivée paysagees et fleuries. Un palace qui est un des fleurons de la Côte d'Azur, avec sa vue également époustouflante et ses chambres modernes. La suite Jean Cocteau est un modèle de tradition et de modernisme avec ses voutes en forme de troglodytes, ses équipements haute technologie, et sa vue imprenable sur la plus belle baie du monde. Le restaurant aussi profite de cette magie d'emplacement et depuis l'arrivée de Fabrice Vullin en cuisine, 2 étoiles au Michelin, la maison a repris le

Majestic / Spa

-227-


RIVIERA FAVOURITES

La chèvre d'or

caviar on a bed of creamy risotto served cold, and the Wagyu Auskobe beef with grilled Landes foie gras… everything is truly delicious. As are the fresh scallops with black truffles, to be followed by the delectable desserts and accompanied by nothing short of diligent service. Philippe, the sommelier for the past 25 years will share his passion for his extensive cellar with you, leaving you to return to your room satisfied by a fabulous dining experience at this place that is clearly seeking recognition for its excellence with that coveted third star. No doubt it will be deserved. We leave the magical hilltop that is Eze for another legendary place on the Côte d'Azur, St Paul de Vence. This town is an enchanting maze of medieval alleys, with this famous spot under the trees and ritual games of petanque. Yves Montand’s presence looms over one of the most beautiful villages in France and the 5-star Relais & Chateaux St. Paul Hotel in the centre of old town is a must-visit. Its cosy atmosphere is unmistakably of this region, with its mix of Provencal and 16th Century charm. The Junior Suites are very spacious and comfortable, the bathrooms magnificent in white marble… here one can’t help but feel good. A certain calmness emerges from this refined establishment and despite a recent change of chef, the quality remains. All in all, a real Relais & Chateaux-worthy experience. Next stop La Colle sur Loup, by Alain Llorca, the sensational chef who has weathered many a storm and being the good “captain” he is, brought the boat successfully back to shore. His brother John Michael is one of the best pastry chefs in the Riviera, and

rang qui a toujours été le sien parmi les grandes tables de la Côte d'Azur. Le chef passé par la suisse et le Maroc, ou il était considéré comme le meilleur du pays, a trouvé ses marques et son adjoint Ronan Kervarrec, promis au plus bel avenir. Son loup, tourteau, caviar d'Aquitaine sur un lit de risotto crémeux servi glacé, et le boeuf de luxe « Wagyu Auskobe » au foie gras des Landes grillé sont une pure merveille,tout comme les St Jacques de pleine mer à la Truffe Noire de Mr Gallis, les desserts inouïs et le service diligent. Philippe le sommelier depuis 25 ans saura vous communiquer sa passion de sa cave et vous rentrerez dans vos appartements comblés par cette table qui ne se cache pas de vouloir accéder au plus haut rang, la troisième étoile. Nul doute que ce sera mérité. Le Menu tout au caviar à 520 ¤ + accord mets et champagne Laurent Perrier à 180 ¤ promet d'être le must de l'été. Nous quittons ce rocher magique d'Eze pour retrouver un autre lieu mythique de la Côte d'Azur, St Paul de Vence, dans un dédale de ruelles médiévales, avec cette fameuse place sous les platanes et la pétanque rituelle d'Yves Montand. Sa présence plane sur un des plus beaux villages de France et l'hôtel Le St Paul, Relais Châteaux 5 étoiles, est l'incontournable et unique Palace a l intérieur de la vieille ville. Son atmosphère feutrée séduit immédiatement et l'ambiance provençale, avec ce savant mélange de Provence et de xvie siècle, est d'un charme fou. Les Junior Suites sont très spacieuses et confortables, les salles de bains en marbre blanc magnifiques, et l'on se sent bien.Une quiétude se dégage de cette bâtisse raffinée et malgré un changement de chef la table reste de qualité.Nous retiendrons aussi l'accueil digne des Relais Châteaux. Direction La Colle sur Loup, chez Alain Lorca, le prodige de la Cote, passé par toutes les tempêtes et qui en bon capitaine a redressé le bateau. Le retour de son frère Jean Michel, un des meilleurs pâtissiers de la Riviera, en cuisine accompagne cette renaissance couronnée d'une étoile au Michelin. L'Homme a retrouvé son talent souvent inégalé et en bon compétiteur qu'il est on est persuadé que c est pas finit.. Les diners sur la belle terrasse vue sur la vallée et St. Paul, vont vite redevenir incontournables. Autre prodige installé depuis peu sur la Cote, Denis Fetisson,

-228-


RIVIERA FAVOURITES

↑ Le Saint-Paul ↓ La chèvre d'or

-229-


RIVIERA FAVOURITES

Le Grand Hotel / la plage

now joins this Renaissance man crowned with one Michelin star in the kitchen. This is a story of a man who discovered his almost unequalled talent and continues to strive for further greatness. Dinners on the terrace overlooking the valley and St. Paul will surely soon become must-dos when in this area. Another prodigy recently settled on the coast is Denis Fetisson, a student of Yannick Alleno, who had won two stars at the Cheval Blanc in Courchevel. We find him at the heart of the village of Mougins in the kitchen of his new baby, La Place des Mougins. This completely renovated space has just two floors, parts of which are dedicated to its seminar room, private bar, and pastry shop. With his new post, he also acquired Roger Verge’s L’Amandier, in the heart of the village. Denis Fetisson supervises the Nice-inspired cuisine, but it is Didier Chouteau, former chef of the Feu Follet, who is chef at L’Amandier. With a distinct modernism and enthusiasm, Denis Fetisson truly delights with his menus at both restaurants. Let us not forget this restaurant that will no doubt be a great success and soon enjoy its first star. A few kilometres further, the Grand Hotel de Cannes and Park 45 restaurant await us with talented young chef Sebastien Broda. The beautiful hotel that calls itself home to the fantastic restaurant features pop art décor that is truly captivating. The diligent staff and its director Hugues Raybaud are always attentive to your every whim. The 11th floor room with Jacuzzi and outdoor terrace as well as an exceptional view of the bay is alone worthy of the five stars. And yet it’s so quiet and seemingly far removed from the Croisette. The renovated rooms are also very popular with an international clientele who love the location. But there’s more than that to love; there is parking in the heart of Cannes plus that Michelinstarred restaurant, Park 45. This is one of the best restaurants in town and its chef is undeniably a seafood master: flaked crab, creamed sardine with lime, Savora mustard foam, avruga, cremolatta crunch, and the razor clam croquettes, langoustine in

disciple de Yannick Alleno, qui avait décroché deux étoiles au Cheval Blanc a Courchevel, on le retrouve au cœur du haut village de Mougins aux commandes de son nouveau bébé, La Place de Mougins. Entièrement rénovée, la maison de deux étages compte une salle de séminaires, un bar privé et une pâtisserie. Avec son associé il a aussi acquis L’Amandier qui fut la seconde adresse de Roger Vergé au cœur du village. La supervision de la cuisine, d’inspiration niçoise, sera également assurée par Denis Fétisson avec aux fourneaux Didier Chouteaux, ancien chef du Feu Follet.Denis Fetisson, nous a enchanté par sa cuisine, son modernisme et son enthousiasme, n'oublions pas cette adresse qui va rencontrer un grand succès et bientôt sa première étoile... Quelques kilomètres plus bas, le Grand Hotel de Cannes nous attend pour un nouveau rendez vous gourmand avec Sebastien Broda, jeune chef bourré de talent. Mais avant ce diner, ce bel Hotel avec sa Déco pop art saura séduire par son naturel, le staff diligent et son directeur Hugues Raybaud toujours à l'écoute de vos moindres désirs et d'un bon mot. Nous avons aimé la chambre terrasse jacuzzi du 11e etage, avec sa vue exceptionnelle sur la baie, digne des stars de Cannes, et le calme en retrait de la Croisette de son jardin. Les chambres rénovées sont aussi tres prisées d'une clientele internationale qui apprécie la position, le parking privé au cœur de Cannes et son restaurant étoilé, le Park 45. Une des bonnes tables de la ville, avec son chef qui du haut de ses deux mètres maitrise a la perfection les produits de la mer : Tourteau émietté, crémeux de sardines au citron vert, écume moutarde savora, avruga croquant cremolatta, langoustine en kadaif, et le couteau en cromesquis sphère de petits pois, marmelade de kumquat sont de pures merveilles. La Canette de Mr Verzeni en croute de noisettes du Piémont et d 'épices douces sont aussi d'une cuisson parfaite a la hauteur des ambitions de la maison. De quoi ravir les plus exigeants qui loin du tumulte de la Croisette connaissent les bonnes adresses.Le chef supervise aussi la cuisine de la plage privée

-230-


RIVIERA FAVOURITES

↑ Cap Estel ↓ Grand Hotel

-231-


RIVIERA FAVOURITES

kadaif pastry, peas and kumquat marmalade sphere are both pure marvels. Mr Verzeni’s duckling in a sweet spice and hazelnut crust also display the abilities of the chef. If that’s not enough, he also oversees the kitchen for the private beach and dock where guests can enjoy the quiet setting accompanied by discreet service. A good place that Brigitte Bardot enjoyed when she visited Cannes. Monaco, star of all stars, is celebrating an unusual birthday this year: 25 Years of Alain Ducasse's flagship restaurant the Louis XV. This restaurant is truly the best of the best and is just one more reason to visit the Hotel de Paris in Monte Carlo. After 25 years of loyal service, Franck Cerruti now oversees the kitchens of the Hotel de Paris. Right beside him is Dominique Lory, who took over the reins at the age of 33 to ensure the safety of this landmark’s three Michelin stars. They have concocted a delicious menu for this famous birthday celebration. Just as soon as you go through the door, the Louis XV strikes you with its beauty and elegance. The room features majestic gilded ceilings that invite you further into this culinary landmark. Appetizers include: mini pasta and pain-bagnat with vegetables, San Remo prawns, pot of spelt, red mullet and zucchini trumpets, roast lamb, selection of cheeses, bitter citrus, hot Piémont hazelnut soufflé, sweets and chocolate… in short a symphony of choices to be accompanied by a selection of wines from the sommelier and a 2002 Dom Perignon for aperitif. It would be impossible not to be taken with this place that has honoured French cuisine for 25 years and hold the highest of standards in international gastronomy. Nestled in Eze Bord de Mer, at the heart of the Riviera between Nice and Monte Carlo, is an intimate and discreet hotel called the Cap Estel. Getting here takes a little work, as there are no signs to guide you; it’s a private address that only insiders know. After passing through the gate, you follow the road that leads you to a private Gatsby-like dwelling. Everything here is luxury and peaceful, and there is a certain serenity that one feels just being here. Discretion and efficiency are key at the Cap Estel. Look out a south-facing window and the sea lies there crystal blue as far as the eye can see. The 100-m2 suites have all been individually designed and are beautifully decorated in every style. Its unique location at the edge of a cliff has made this hotel a favourite of its South African owner who, unable to inhabit, transformed into these incredible guest suites. The spa is a must for a rejuvenating facial treatment or a metal phytobiodermie treatment. Julie Anne will cater to your every need. The infinity pool has fantastic views over the bay and park and makes you want to stare at the horizon for hours. We mustn’t forget the amazing Patrick Raingeard, Michelin star holder from his time at the Mandarine du Port Palace in Monaco, who has developed a contemporary Mediterranean cuisine with the likes of scallop carpaccio with beets and other wonders of the sea. His creativity is infused in each of his dishes, which are always fresh and a real pleasure for the senses. The Cap Estel is without question one of the finest properties on the Côte d'Azur.

BY MARC ROUGEMOND

et de son magique ponton ou les clients apprécieront le calme et le service très privé. Une bonne adresse que Brigitte Bardot connaissait bien avant nous quand elle venait a Cannes... Monaco, star des stars, et son rocher magique fête cette année un anniversaire pas comme les autres : les 25 ans du Louis XV, le vaisseau amiral d'Alain Ducasse, maitre parmi les maitres, qui a fait de cette maison le trésor de son empire gastronomique.Et le passage obligé des chefs du groupe si vous voulez gagner du galons. Franck Cerruti apres 25 ans de bons et loyaux services supervise maintenant les cuisines de l'hôtel de Paris, et Dominique Lory a repris a 33 ans les rênes de la célèbre maison pour conserver ses trois étoiles. Et concocter ce fameux menu d'anniversaire qui émerveille la clientèle internationale. Émerveillement est le mot qui caractérise cet établissement mythique de Monaco, dès que vous passez la porte du restaurant. La salle majestueuse avec ses plafonds dorés a l'or fin, vous envoute et vous rend impatient d'aller plus loin dans ce rendez vous gastronomique. En amuse bouche, mini pain bagnat et fines pâtes imprimées de légumes,gamberoni de San Remo, cookpot de petit epautre, rougets et courgettes trompettes, agneau de lait rôti a la cheminée,selection de fromages, agrumes en amertume, soufflet chaud aux noisettes du Piémont, mignardises et chocolat, bref une symphonie accompagnée de sélection de vins du Sommelier a chaque plat et d'un Dom Perignon 2002 a l'apéritif. Comment ne pas être respectueux d'une telle maison qui depuis 25 ans a honoré la cuisine Française et porter haut les standards de la gastronomie internationale. Cap Estel, nichée a Eze, au cœur de la Côte d'Azur entre Nice et Monte Carlo, est une adresse intime et discrète est à l'abri des regards. D'ailleurs, votre arrivée par la route vous promet de chercher un peu, pas de panneaux pour vous guider. Une adresse confidentielle que seul les initiés connaissent. Le portail somptueux franchi, la route descendante vous annonce la maison privée digne de « Gatsby le Magnifique ». Ici tout est luxe, calme et volupté serait encore commun, tant vous avez l'impression sereine d'exister. L'accueil est discret et efficace, et quelques instants plus tard la mer a perte de vue sur la terrasse de votre suite.Plein sud, les suites de 100 m2, toutes personnalisées, sont merveilleusement décorées dans tous les styles. Un emplacement unique au bord de la falaise a fait de cet hôtel maison un coup de cœur d'un propriétaire Sud Africain qui, faute de pouvoir l'habiter, l'a transformé en maison d'hôtes de très grand prestige. Le Spa est incontournable pour un soin de visage rajeunissant, le soin métal phytobiodermie, qu'Anne Julie saura vous prodiguer avec efficacité. Résultat etonnant. La piscine a débordement offre une vue fantastique sur la baie et le Parc somptueux bénéficie d'un horizon a perte de vue. Sans oublier la table étonnante de Patrick Raingeard qui fort de son étoile gagnée au Mandarine du Port Palace de Monaco développe une cuisine méditerranéenne contemporaine a l'image de son carpaccio de St Jacques aux betteraves. Créativité, fraicheur, tout est pour le plaisir des sens. Une bien belle maison que ce Cap Estel qui c'est bien certain est une des plus belles propriétés de la Côte d'Azur.

-232-


RIVIERA FAVOURITES

En passant par Nice, le Beaurivage , ses 118 chambres et suites décorées par Jean Michel Wilmotte saura vous séduire avec ses juniors suites avec terrasses en plein cœur de la Promenade des Anglais. Sa plage privée exclusive et son restaurant de grande qualité avec vue superbe sur la mer complète ce plaisir de descendre au Beaurivage.

Louis XV © Thomas Dhellemmes

CARNET D'ADRESSES : La Place de Mougins Place du Cdt Lamy 06250 Mougins www.laplacedemougins.com Tél. : +33 (0)4 93 90 15 78 La Chèvre d'Or Eze village 06360 Tél. : +33 (0)4 92 10 66 66 Reservation@chevredor.com Grand Hotel 45 La Croisette 06430 Cannes Tél. : +33 (0)4 93 38 15 45 Info@grand-hotel-cannes.com

Cap Estel 1312, avenue Raymond Poincaré 06360 Éze-bord-de-mer Tél. : +33 (0)4 93 76 29 29 Fax : +33 (0)4 93 01 55 20 contact@capestel.com Restaurant Alain Llorca 350 Route de St. Paul 06480 La Colle sur Loup Tel 04 93 32 02 93 Réservations@alainllorca.com

Majestic Barrière 10, la Croisette 06400 Cannes Tel 04 92 98 77 00 www.lucienbarriere.com

Le Louis XV Hotel de Paris, Place du Casino 98000 Monaco LelouisXV@Alain-ducasse.com

Château Eza Rue de la Pisé 06360 Eze Village Tél. : +33 (0)4 93 41 12 24 Info@chateaueza.com

Le Beaurivage 24 rue St François de Paule 06300 Nice Tél (+33)(0) 4 92 47 82 82 info@nicebeaurivage.com

Le Saint Paul 86 Rue Grande 06570 Saint Paul Tél. : +33 (0)4 93 32 65 25 Reservation@lesaintpaul.com

-233-


Reese Whiterspoon

SPECIAL CANNES

Star Portraits CANNES FILM FESTIVAL BY STÉPHANE KOSSMANN

-234-


SPECIAL CANNES

-235-


SPECIAL CANNES

-236-


SPECIAL CANNES

-237Miss Univers


Jessica Chastain

SPECIAL CANNES

-238-


SPECIAL CANNES

Mary de Vivo productrice du Carlton Cinéma Club Mathi's Réservoir entourée de la chanteuse libanaise Tania Kassis et de Caroline Scheufele, Présidente de Chopard.

La Chanteuse américaine Franki Love au piano du CCC

CARLTON

cinéma club BY MARY DEVIVO PHOTOGRAPHER: FRANCIS DEMANGE

-239-239La star internationale kilye Minogue présente à Cannes pour "Holly Motors" de Leos Carax avec Mary de Vivo.

L'acteur John Cusack à la fête du film "paperboy"de lee Daniels, dont il est l'un des héros


The beautiful Gary Dourdan venu spécialement de los Angeles a également fait escale au carlton cinéma Club et nous a offert un concert privé pour y présenter son nouvel album.

L'équipe du film Maniac, le producteur Thomas langmann, le réalisateur Franck khalfoun, le scénariste, Alexandre Aja, et le comédien Elijah Wood dans le rôle principal.

L'acteur Robert Pattinson, est venu pour fêter le film de David Cronemberg « Cosmopolis » à la plage du Carlton Cinema Club, la plage incontournable du festival de Cannes.

Mary de Vivo pose avec Zac Efron l'un des acteurs de Paperboy, très décontracté.

-240-


CULTURE MUSIQUE

-243-


C’EST UN DES 1 253 832 TOGO VENDUS DANS LE MONDE.

RCS Bourg-en-Bresse 545 920 076

Canapé Togo de Michel Ducaroy.

85, rue du Bac 5, avenue Matignon 75007 Paris 75008 Paris 01 45 48 54 13 01 42 25 94 19

25, rue du fbg St-Antoine 75011 Paris 01 40 01 00 05

99, avenue du Maine 75014 Paris 01 43 21 65 70

41, rue de la République 69002 Lyon 04 78 42 24 63

2, quai Général Sarrail 69006 Lyon 04 78 24 90 90

PRESTIGE INTERNATIONAL Magazine  

LUXURY FASHION AND LIFESTYLE MAGAZINE

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you