Page 1

20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

BEST OF CLIPPINGS 2018


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

AUSTRALIA


Finnovating and Mipim Proptech Europe sign an agreement for the internationalization of start-ups propertyportalwatch.com/finnovating-mipim-proptech-europe-sign-agreement-internationalization-start-ups March 7, 2018

A meeting was recently organized in Madrid led by Mipim Proptech Europe and Finnovating, in which more than thirty Spanish proptech startups met. Finnovating and Mipim Proptech Europe joined forces to support start-ups in the real estate business. Both companies have closed an agreement to support proptech companies in their area. A meeting led by Mipim Proptech Europe and Finnovating was organized in Madrid, in which more than thirty Spanish proptech startups met to explain the opportunity to participate in the event, since it is presented as a point of synergy and fundraising. In addition, Finnovating presented the first PropTech observatory where they explained through data the situation of the Proptech in Spain. After the success achieved in the Mipim PropTech New York, co-organized with MetaProp NYC, Mipim PropTech has launched to replicate the event in Europe, which will take place in Paris on June 20 and 21. "Spain currently has 189 startups PropTech being one of the countries with the largest number of initiatives in Europe. The pending issue is the internationalization of these companies so that they gain size, for this reason, from Finnovating, we are collaborating with Mipim, to open the local ecosystem globally, "says Rodrigo GarcĂ­a de la Cruz, CEO of Finnovating.

1/1


France’s PropTech trying to make Viewber essential for real estate agents propertyportalwatch.com/france-proptech-trying-to-make-viewber-essential-for-real-estate-agents June 21, 2018

21 June 2018 By Editor 0 Comments NEWS, News PropTech has recently had a very exciting time. They conducted their first MIPIM PropTech conference in Paris and comes right as PropTech is being seen as one of the world's largest technological force at other property focused conferences. Now that we’ve arrived here, with an enormous dedicated technology event, hosted by one of the world’s most established and respected real estate organisations, surely the debate can be put to bed once and for all; technology is indeed good and vital for the future success of the property industry. I’ll talk more about MIPIM next week, I’m sure, but for now I want to talk about an article which caught my eye this week, an interview with my old boss, Pete Rollings, now a nonexecutive director at Viewber. Viewber’s work is something I don’t think I’ve ever spoken about in this column at length, so I thought I should dig a little deeper, and report my thoughts back to you. Pete Rollings has me to thank for everything he has! First, a word about Pete Rollings. As managing director of Foxtons between 1997 and 2005, Pete was my boss during my time as an agent. He was instrumental in Foxtons’ rapid growth, and then went on to acquire Marsh & Parsons before selling it a decade later for a cool £53 million.

1/1


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

AUSTRIA


ACROSS | The European Retail Real Estate Magazine across-magazine.com/mipim-proptech-europe-summit-meeting-property-technology April 17, 2018

Taking place in Paris, June 20-21, 2018 and organised by Reed MIDEM, a subsidiary of Reed Exhibitions, MIPIM PropTech Europe’s conference programme will focus on “Unexpected Value.” During the two-day event, speakers will discuss the role of Proptech in terms of value creation, how to develop the best partnerships between tech and real estate companies and how to involve technology at every level of the property value chain. MIPIM PropTech Europe will act as a bridge between the worlds of property and tech so that they can build together the cities of tomorrow. To draw all participants out of their comfort zone and trigger discussions between property and technology, the two days of conferences will be made up of short, interactive formats. The conference programme will consist of some 30 sessions divided into two categories: Panel sessions giving a voice to property and tech leaders to provide a forwardlooking vision of the sector. Practical, highly-targeted sessions giving pride of place to concrete cases and shared experiences. After the successful MIPIM PropTech New York edition held in October 2017 in partnership with Metaprop NYC, the inaugural MIPIM PropTech Summit is expected to attract around 1,500 delegates from 40 countries “The property sector is currently undergoing an unprecedented technology shift, reinforced by changing user expectations. The stakes are particularly high as property is one of the largest sectors of the world economy and has a direct impact on the nature of tomorrow’s cities,” commented Filippo Rean, Director of Reed MIDEM’s Real Estate Division. “With this new European-based event, our ambition is to create a market place that can help forge a common language between all the players that are imagining the cities of the future, both from the real estate and the new technology sectors,” he added. Data collection and analysis underlie many technological innovations at all levels of a real estate project. Among the first startups registered for MIPIM PropTech Europe are England’s Asset Mapping, France’s Kel Quartier and Germany’s Nestpick. These three startups use data for very different purposes: Asset Mapping offers a building management solution to make it cheaper to operate more environmentally friendly and healthier buildings for its occupants; Kel Quartier uses open data to provide geolocalized data to help real estate players select the best locations, and Nestpick is a furnished housing aggregator in Europe.

1/2


What exactly is MIPIM Proptech Europe? The digital revolution in the property industry has been on MIPIM’s agenda for several years now, both in the conference programme and in the exhibition space with the MIPIM Innovation Forum existing since 2013. MIPIM PropTech Europe will be the first European event to bring together decision-makers from both startups and technology companies for two days of networking with leaders from the property sector. In terms of property, MIPIM PropTech Europe will cover the entire property value chain – developers, architects, marketers, investors, and managers – for all asset classes: residential, commercial, industrial, hotel, leisure and office. There are an estimated 2,000 proptech startups around the world, and the number is constantly growing. From financing to construction via transaction management, building management, maintenance and occupancy, these companies offer innovative solutions to traditional real estate issues. More broadly, these new technologies will help build future cities that are more connected but also more sustainable, as they consume less energy and can limit greenhouse gas emissions. Among the tech solutions most frequently offered by proptech startups are the Internet of Things, virtual reality, BIM, 3D and big data. Technologies related to new methods of financing and insuring property as well as crypto-currencies are taking a growing part in proptech and will be widely discussed at MIPIM PropTech Europe. For more information on MIPIM PropTech Europe, see www.mipim-proptech.com

2/2


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

BELGIUM


PAYS :Belgique PAGE(S) :3

Libre Immo [Le]

SURFACE :5 %

29 mars 2018

Salon Mipim PropTech. Après le lancement du Mipim PropTech à New York en octobre 2017, Reed Midem, organisateur des salons Mapic et Mipim (Cannes, respectivement en novembre et en mars) lance le Mipim PropTech Europe à Paris en juin prochain. 11 Le secteur de l'immobilier connaît un virage technologique sans précédent, renforcé par l'évolution des attentes des détaille-t-il dans un communiqué. D'où un renforcement de son offre pour mieux coller à cette nouvelle donne, offre déjà élargie par ailleurs à l'organisation d'un Mapic Italy et China comme d'un Mipim UK, Asia et Japan, petits frères de leurs aînés cannois.

Tous droits de reproduction réservés


L’immobilier 2.0 en représentation à Paris lesoir.be/162394/article/2018-06-14/limmobilier-20-en-representation-paris

Mis en ligne le 14/06/2018 à 06:00

La semaine prochaine, la Ville Lumière accueillera le premier Mipim Proptech Europe. Une occasion pour les start-up centrées sur les nouvelles technologies liées à l’immobilier d’expliquer de quoi sera fait notre futur. Aujourd’hui, la smart-city, ou ville « intelligente » est entrée dans le langage courant. Les nouvelles technologies liées à l’immobilier seront au centre du Mipim Proptech à Paris. D.R. Dans le secteur de l’immobilier, tout le monde connaît le Mipim, le grand raout international de l’immobilier qui a lieu chaque année à Cannes. Mais qui connaît le Mipim Proptech Europe ? Peu de monde. Cet événement se tiendra la semaine prochaine à Paris, et c’est une première en Europe (il est né l’an dernier à New York). Organisé sur deux jours, il réunira les professionnels de l’immobilier autour d’un sujet majeur aujourd’hui : la proptech. De quoi s’agit-il ? Celle-ci recouvre les nouvelles technologies qui s’adressent directement à l’immobilier, un secteur dont on sait qu’il est fondamental pour l’économie. Dans les allées du Palais des congrès parisien, on parlera beaucoup d’intelligence artificielle qui facilite l’analyse de l’information, de la réalité virtuelle, de l’internet des objets, de la robotique, de la blockchain, de cybersécurité, de big data, de crowdfunding, on en passe et des meilleures… Autant de termes qui font déjà partie de notre quotidien, parfois sans qu’on n’en sache rien, et qu’il va falloir un jour assimiler pour de bon parce qu’ils ne nous lâcheront plus. L’immobilier, qu’il soit belge ou international, voit ses contours tracés par de nouvelles frontières : celles de la révolution technologique et de l’évolution des besoins des utilisateurs des bâtiments et des villes. Nos nouveaux besoins en termes d’habitat et d’habitudes de vie se nourrissent des nouvelles technologies. Il suffit de voir les techniques déjà mises au point dans certains bâtiments dits « intelligents ». Le Mipim Proptech mettra en relation tout ce qui gravite autour de ce nouveau monde : des start-up mais aussi des sociétés qui ont déjà pris le train en marche. Des acteurs belges figurent parmi la liste des exposants : Citons Co-Libry, Cloudalize, Facility lockers, Meraki-D, Ownnr.io, Roeku ou Vimeraki. Des « immobiliers » purs et durs comme Immobel, Equilis ou Cofinimmo feront eux aussi un crochet par Paris. 1/2


Ce sera l’occasion pour eux de mettre en avant leur savoir-faire et de vendre leur produit. Mercredi, sur le coup de 17h15, un représentant belge viendra d’ailleurs faire un panorama complet de la proptech en Belgique. Le Mipim Proptech parisien attend 1.500 participants, 1.000 sociétés provenant de 40 pays et plus de 100 conférenciers. Ce n’est encore qu’une goutte d’eau par rapport au Mipim cannois, mais c’est une goutte d’eau qui vise à devenir un océan… paolo leonardi

2/2


L’immobilier sera numérique ou ne sera plus lesoir.be/166305/article/2018-07-05/limmobilier-sera-numerique-ou-ne-sera-plus

Mis en ligne le 5/07/2018 à 08:20 Par Paolo LeonardI (5… ans)

La révolution numérique dans le monde de l’immobilier est devenue une réalité… qui n’a plus rien de virtuel. Elle s’est exposée à Paris à l’occasion du Mipim PropTech, premier salon du genre en Europe. Suivez le guide… pas (encore) très averti.

Le premier Mipim ProTech consacré aux technologies de l’immobilier s’est tenu dans une ambiance bon enfant à Paris. Vu la conjoncture, notre petit doigt nous dit que ce ne sera pas le dernier... - D.R. Bienvenue dans le monde des start-up immobilières ! Le dernier étage du Palais des Congrès rassemble une fourmilière de petites sociétés qui y ont établi leurs quartiers le temps du Mipim PropTech, le premier salon européen dédié aux nouvelles technologies de l’immobilier. Une quarantaine de stands s’y côtoient sur des espaces exigus. Les organisateurs ne cachent pas leur inquiétude car une première, c’est toujours un moment délicat. Une chose est sûre : les start-up ont répondu présent et la moyenne d’âge chute de manière vertigineuse par rapport aux autres grands événements organisés par Reed Midem (le Mipim cannois en tête). Ce qui est plutôt bon signe… Reste à savoir si les visiteurs, parmi lesquels des émissaires du monde immobilier belge, comprennent ce qu’ils voient. Et là, du moins si vous avez passé la trentaine, c’est une autre paire de manches. Car les panneaux qui reprennent les noms des start-up participantes ne sont en rien éloquents : British Pearl, Lightfi, Sensorberg, Snapkin, Spaceti, Strata… La liste peut être prolongée à l’infini. Pour savoir ce qu’elles font, faut demander, point final. Alors, forcément, on s’accroche aux slogans comme à des bouées de sauvetage. Et là, impossible de rater l’un d’entre eux : « Lequel a la plus grande ? » Fallait oser. Déontologie oblige, on signalera que la phrase est accompagnée d’un astérisque qui renvoie à deux 1/3


mots : « superficie, terrasse… ». Avec une phrase choc de ce genre, qui attire journalistes et visiteurs comme un ours sur un pot de miel, on en oublierait presque de regarder le nom de la start-up… Premier comparateur de logements neufs en France, Ikimo9 a été créé par Elisabeth Julien, une femme qui a passé vingt ans dans le secteur de l’immobilier. L’idée lui est venue de recenser tous les biens neufs mis sur le marché dans l’Hexagone. Pour chaque logement, de chaque résidence, de chaque promoteur, Ikimo9 détaille le prix exact, le prix au mètre carré, la superficie et l’exposition du bien, la date de livraison, la disponibilité en termes de parking ainsi qu’un plan et une brochure du bien disponibles en accès libre, ce qui veut dire que l’internaute ne doit pas révéler son nom pour avoir accès à l’information. « Nous mettons en relation le promoteur et le client qui peut prendre rendezvous avec lui via notre site, explique à ce sujet Thibaut Aerts, 24 ans et toutes ses dents, qui s’exprime en sa qualité de responsable marketing d’Ikimo9. Nous passons des partenariats avec les promoteurs qui nous fournissent toutes leurs informations et nous ne sommes rémunérés que s’il y a vente, via une commission de 3 %. De son côté, l’acheteur reçoit un cadeau d’une valeur de 0,3 % du prix d’achat. »

Pas de pub Le site d’Ikimo9 ne présente aucune publicité. Il a été créé pour fournir l’information la plus détaillée possible, le plus rapidement possible. « Aujourd’hui, 90 % des recherches immobilières passent par internet, poursuit notre interlocuteur. L’information doit être obtenue vite et simplement. Si vous voulez acheter un nouvel ordinateur, il vous sera facile de l’obtenir. Si vous voulez acheter de l’immobilier, vous aurez beaucoup plus de difficultés à trouver exactement ce que vous recherchez. Ce qu’il manquait dans le secteur, c’est un Amazon de l’immobilier neuf… » Ikimo9 se charge aussi de fournir aux promoteurs une représentation claire et attrayante de leur produit sur internet. « Si vous vouliez un appartement 3 chambres avec exposition sud à Bordeaux avec livraison en 2019, vous étiez immanquablement arrêté à une résidence avec un prix “à partir de”, des logements “de 2 à 4 chambres” et une zone géographique vague, insiste Thibaut Aerts. Avec Ikimo9, la recherche d’un bien immobilier n’a jamais été aussi facile. » Grâce à des partenariats noués avec des promoteurs nationaux, régionaux et même locaux, Elisabeth Julien réussit à proposer aujourd’hui plus de 20.000 logements sur sa plateforme, soit 40 % de l’offre en neuf sur toute la France. Basée à Paris et à La Ciotat, la start-up emploie dix personnes. Si elle va à la rencontre des promoteurs pour élargir sa base de données, le chemin inverse se vérifie de plus en plus sur le terrain. Actif en France, Ikimo9 commence à lorgner d’autres pays. La start-up est à la recherche de contacts étrangers qu’elle développerait en franchisés. Trois ans après sa création, la start-up va bientôt dépasser les dix ventes par mois, mais cela ne suffit pas à la rendre pour l’instant rentable.

2/3


Sa créatrice mise beaucoup sur une levée de fonds de plus d’un million d’euros pour, notamment, engager un « data scientist », comprenez une personne qui parviendra à mettre de l’ordre pour exploiter encore davantage la masse de données que reçoit Ikimo9. « Le secteur de l’immobilier souffre du manque de confiance de l’utilisateur envers les promoteurs, conclut Elisabeth Julien. Ceux-ci veulent tous la réalité virtuelle et la 3D mais ils continuent à travailler avec des sites qui ne donnent aucune information sans que l’internaute n’ait introduit au préalable ses coordonnées personnelles. Il y a là un manque évident de transparence, assorti qui plus est d’une recherche de profit puisque ces coordonnées sont ensuite revendues. L’innovation démarre par l’usage. Avant d’utiliser les drones ou toute autre technologie, il faut d’abord que les gens aient accès à l’information… » Subitement, une lumière jaillit dans cet univers feutré de nouvelles technologies, de réalité virtuelle, de blockchain, de data, de cybersécurité, de… qui vous carbonise le cerveau. Et la chaleur estivale qui règne au-dehors du Palais des Congrès n’y est pour rien. On l’avoue modestement : cette dernière déclaration de la patronne d’Ekimo9 résonne comme une évidence qui fait du bien par où elle passe. Surtout pour nous… A quoi ça sert? Par Paolo Leonardi

Des solutions pour tout Histoire de mieux comprendre (si ce n’est déjà fait…) l’univers de la Proptech parisienne, voici reprises ci-dessous les 6 start-up citées dans l’article et leur utilité. British Pearl (Royaume-Uni) : plateforme rendant accessibles les placements immobiliers à partir de 100 livres sterling. Lightfi (Royaume-Uni) : utilise l’internet des objets pour rendre les immeubles intelligents grâce à la mise en place de détecteurs spéciaux. Sensorberg (Allemagne) : permet de numériser des bâtiments complexes afin de les rendre plus connectés à leurs utilisateurs et de fournir des espaces intelligents. Snapkin (France) : propose un service de modélisation 2D/3D aux professionnels du bâtiment et de l’architecture. Spaceti (Tchéquie) : solution qui mélange des détecteurs d’intérieur et d’extérieur afin d’optimiser au mieux les espaces au quotidien. Strata (Royaume-Uni) : service d’ameublement pour biens immobiliers, du studio au bureau d’entreprise.

3/3


4 Dossier | Technologie

Semaine du 5 au 11 Juillet 2018 | Libre Immo

Pros de l’immobilier et start-up ne font pas toujours bon ménage

© E. MEGRET – IMAGE&CO

A l’occasion du Mipim Proptech Europe, qui a pris ses quartiers à Paris fin juin, professionnels de l’immobilier et start-up ont eu l’occasion de se rencontrer et d’échanger. Quand ils levaient le nez de leurs appareils connectés…

Epinglé

“Il faudrait s’accorder sur ce qu’est une smart city” Figure publique. Parmi les personnalités présentes à la première édition du Mipim Europe Proptech figuraient certains chefs d’entreprise de renom (dont le patron de Bouygues Immobilier, François Bertière, ou celui de British Land, Chris Grigg) et autres experts internationaux (Rand Hindi, fondateur de la startup Snips, Jessica Barker, experte en psycho-sociologie de la cybersécurité, Jamie Woodruff, hacker éthique…) mais aussi une figure publique, Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris. L’élu a participé, entre autres représentants d’organisations publiques et privées, à la conférence consacrée aux “Villes et technologie : atteindre des objectifs durables” afin de débattre de la manière dont la collecte de données et son analyse peuvent aider les villes à mettre en œuvre des infrastructures de nouvelle génération.

Dialogue difficile. D’après Jean-Louis Missika, l’un des premiers objectifs de la Ville de Paris en matière de défis environnementaux est d’être “carbon-free” d’ici 2025. Un enjeu qui suppose notamment une “meilleure collaboration entre les start-up, les sociétés privées et les autorités publiques” a-t-il insisté. “Quand une start-up met au point une technologie ou un service intéressant, il faut lui donner la possibilité de mettre en place les solutions trouvées”, a-t-il détaillé. Ce qui n’est pas si facile à réaliser dans les faits. L’adjoint à la Maire de Paris a évoqué pour l’expliquer (mais sans trop s’attarder), le dialogue difficile avec Uber, Airbnb ou même Google au sein de la capitale française. Data. Ceci étant dit, l’un des enjeux de taille pour prétendre à devenir une “smart city” est la collecte de données, cette fameuse “data” qui était sur toutes les lèvres au salon. Car, en tant qu’autorité publique ayant la charge d’une ville aussi grande et peuplée que Paris,

“il vous faut absolument savoir ce qu’il se passe dans vos rues”, a-t-il précisé. C’est-àdire, sur le plan de la mobilité, par exemple, comment les gens se déplacent dans la ville, quels sont les tracés qu’ils empruntent, quelle est leur utilisation des transports publics, etc.

Définition. Reste encore à s’accorder sur ce qu’est une “smart city” et donc, in fine, à la façon dont les données vont être collectées et, surtout, analysées. “Tout le monde veut une ville intelligente, mais en réalité, personne n’utilise la même définition”, a expliqué l’élu. “Le défi aujourd’hui est d’établir une relation équilibrée entre secteur public et privé afin de mieux appréhender les données qu’une ville est susceptible de collecter, et de développer un cadre autour des besoins de ses habitants. Cela dit, il faut convaincre et embarquer les citoyens sur ce projet. L’intégration de la société civile dans les discussions sera, à mon sens, essentielle ces dix prochaines années pour parvenir à concrétiser la ville intelligente.”


5 Ils se sont rencontrés et... jaugés fin juin au Mipim Proptech de Paris. Dossier Frédérique Masquelier QUOIQU’IL AIT RECHIGNÉ à suivre la lame de fond qui secoue d’autres secteurs économiques depuis de longues années déjà, l’immobilier s’est enfin décidé à vivre avec son temps et à investir dans la technolo­ gie. Sans doute pour rattraper son re­ tard, il s’en acquitte même massive­ ment depuis deux, trois ans, tous les décideurs convenant qu’il est de­ venu impossible de ne pas être à l’écoute des nouvelles tendances. Le Mipim, Marché international des professionnels de l’immobilier (28 éditions, mi­mars, Cannes) ne pouvait y échapper. Il a d’abord amorcé le mouvement sous d’autres cieux plus avant­gardistes, à New­ York, avec un salon spécifique des­ tiné aux “Proptech” – les “Property technologies”, ces technologies au service de l’immobilier : le Mipim Proptech NYC, organisé depuis 2017. Pour son baptême du feu, il a réuni pas moins de 800 profession­ nels issus de 30 pays. Certes, on est loin des quelque… 25 000 partici­ pants au Mipim cannois, mais tout de même. L’organisateur Reed Midem qui a réalisé pour l’occasion un partena­ riat avec MetaProp NYC, un incuba­ teur de start­up lié à l’immobilier, s’est dit enchanté de ce succès et a donné suite à l’événement dont la seconde édition est prévue le 6 no­

vembre prochain. Tandis que, dans l’intervalle, il a transposé son initia­ tive sur le Vieux continent. Le Mi­ pim Proptech Europe s’est tenu les 20 et 21 juin dernier à Paris et a ras­ semblé… 1 500 participants de 47 nationalités différentes. Les Belges étaient de la partie, s’imposant en 3e place des pays les plus représentés. Les délégués de 36 sociétés ont fait le déplacement, la plupart coiffés d’une casquette de promoteur (AG Real Estate, Equilis, Immobel…), d’investisseur (Cofinimmo, Leasin­ vest…) ou encore de start­up (Facili­ tyLockers, Co­libry, Ownnr.io...). Entre immobilité et innovation Au menu des discussions et échan­ ges entre participants, mais aussi de la centaine de conférences program­ mées, figuraient les “smart cities” et autres “smart buildings”, l’intelli­ gence artificielle, l’Internet des ob­ jets (IoT), la réalité virtuelle et son homologue augmentée, la technolo­ gie de la blockchain, etc. Néanmoins, quelle que soit la technologie décrite ou mise en avant, ce sont surtout les rapports entre l’immobilier et les proptech qui étaient au centre des débats. Dans le chef des visiteurs, en tous les cas, les questionnements étaient clairement axés sur l’apport tangible de ces technologies au secteur et sur les conditions de leur implémenta­ tion. L’une des conférences était même consacrée à cette question fonda­ trice et fondamentale de l’adapta­ tion de l’immobilier à un environ­ nement évoluant à toute vitesse. Car c’est bien là le nœud du problème : il est délicat pour une industrie par es­

sence aussi concrète et… immobile qu’est celle de la brique de faire place à l’innovation. “Le problème”, indiquait l’un des orateurs, Chris Grigg, CEO de British Land, entre­ prise de développement et d’inves­ tissement immobilier majeure au Royaume­Uni, “c’est que si vous faites une erreur, ce sont vos clients, les occu­ pants des immeubles, qui en pâtissent. Sans oublier que l’erreur en question est là pour longtemps puisque le cycle de vie d’un immeuble est long. Cela gé­ nère une attitude conservatrice face au changement.” “Les start­up fonc­ tionnent sur un modèle différent, celui du test&learn”, répliquait Coen van Oostrom, fondateur et CEO d’Edge Technologies, société de logiciels néerlandaise. “Faire des erreurs ou échouer fait partie du jeu. La prise de décisions est donc nécessairement plus rapide qu’au sein du secteur immobi­ lier car les enjeux sont différents. Si une start­up se plante, ses fondateurs sont susceptibles de rebondir en lançant tout autre chose dans la foulée.” Ce qui est plus délicat en immobilier... Délais et enjeux opposés La différence d’enjeux est d’autant plus importante entre les parties qu’outre les coûts de développe­ ment, les délais de maturation et de construction d’un projet immobilier sont souvent interminables, entre les demandes de permis et la durée même du chantier. “Il y a 15 ans, il fallait 10 fois plus de temps qu’aujourd’hui pour développer un lo­ giciel”, a souligné Coen van Oos­ trom. “Si on suit cette logique, alors qu’il y a 15 ans, il fallait 18 mois pour construire un immeuble, aujourd’hui l’opération devrait pouvoir se conclure

en… 1,8 mois. Force est de constater qu’on en est loin.” Mais la lenteur des délais n’est pas seule en cause dans les relations par­ fois antagoniques entre immobilier et technologie. “En immobilier, c’est à l’expérience des employés et à leur con­ naissance pointue du marché qu’on reconnaît leur valeur”, reprend Coen van Oostrom. “Dans les start­up ‘te­ ch’, ce n’est pas nécessairement le cas. Les bons éléments sont généralement des jeunes, motivés, avides de succès et de croissance, qui ont la capacité de penser et de faire les choses différem­ ment.” “Ces deux profils sont différents mais pas opposés pour autant”, nuance pour sa part Chris Grigg. “Ils peuvent être complémentaires. Tout est une question d’équilibre dans la composition d’une équipe de travail.” Baisser ses attentes Avec ceci, met en garde Coen van Oostrom, que si les décideurs im­ mobiliers se montrent réticents à s’associer avec une ou plusieurs proptech, c’est aussi que celles­ci ont tendance à promettre des résul­ tats qu’elles ne sont pas toujours sû­ res d’obtenir. “Le monde de l’immobi­ lier doit s’assurer que ses clients béné­ ficient des meilleurs services et donc, baisser ses attentes par rapport à la start­up”, détaille­t­il. “Pour ce faire, le bon compromis est de prendre des parts dans une start­up et de trouver un accord pour tester la technologie à l’étude dans un ou plusieurs immeu­ bles. Une fois qu’elle est au point, la start­up aura gagné une référence de renom et la possibilité de tester son produit, tandis que le promoteur béné­ ficiera d’une plus­value pour son im­ meuble et, in fine, pour ses clients.”

Un smart building modèle “serait déjà obsolète à sa livraison” d’être simple à mettre en place, à l’occasion de travaux de rénovation, par exemple”, souligne M. Lirzin. Le second service est lié à la mobilité. Il cible les parkings des immeubles à appartements, au sein desquels Gecina a fait installer des bornes de recharge pour voitures électriques, mais aussi un système de location d’emplace­ ments de stationnement à court et long terme. “Des bornes connectées à l’entrée permettent aux utilisateurs de s’identifier et de se voir offrir les deux services”, décrit l’expert.

concerne quelques dizaines d’unités de logement et s’étale sur 6 mois à un an. La seconde étape sera la généralisation des technologies ayant fait leurs preuves à l’ensemble du portefeuille rési­ dentiel de Gecina, qui effectuera son bilan en analysant très scrupuleusement la valeur ajoutée de chaque service. “Des études montrent que les occupants de nos immeubles y restent en moyenne 7 ans”, pointe M. Lirzin. “Ces techno­ logies doivent donc se justifier sur le long terme.” Outre les trois services d’ores et Valeur ajoutée déjà testés, Gecina planche sur Enfin, le troisième service con­ d’autres technologies, parmi les­ cerne les résidences étudiantes de quelles un système d’intervention Gecina. “Nous nous sommes rendu rapide pour le ‘reporting’ d’inci­ compte que les étudiants recevaient de dents techniques; la numérisation moins en moins de courrier, mais de ses immeubles couplée au FRANCK LIRZIN plutôt des colis”, explique Franck placement de capteurs afin de Directeur Exécutif Lirzin. “Nous envisageons donc d’y réaliser des “jumeaux virtuels”, soit Résidentiel chez Gecina installer des boîtes aux lettres connec­ des maquettes 3D permettant de tées afin qu’ils reçoivent aisément visualiser et d’interpréter en temps leurs commandes effectuées sur Internet. L’avantage réel les données récoltées (température, qualité pour nous étant aussi de gagner des mètres carrés de l’air, gestion du trafic dans les espaces…); des dans les lobbys, les boîtes aux lettres n’étant pas casques de réalité virtuelle pour les visites à attribuées.” Leur quantité est moindre puisqu’el­ distance des appartements; des thermostats les s’ouvriront grâce à un code envoyé sur les connectés pour mieux contrôler la consomma­ smartphones de l’étudiant et du livreur et seront tion d’énergie et, in fine, limiter les émissions de donc interchangeables. CO2; etc. Lancée fin 2017, début 2018, cette phase de test F.Ma. D.R./GECINA

La société d’investissement immobilier cotée (SIIC, l’équivalent de notre SIR belge, société immobilière réglementée) française Gecina a pris le pli d’“inscrire l’innovation durable au cœur de sa stratégie” et, ce faisant, de transformer son parc d’immeubles en ‘smart buildings’. Ce qui n’est pas peu dire, celle­ci étant à la tête d’un patri­ moine d’actifs valorisés à 19,6 milliards d’euros (fin 2017), presque exclusivement (93 %) situés en Ile­de­France. La majorité d’entre eux sont des bureaux (80 %), mais la foncière possède aussi du résidentiel (16 %). Soit près de… 10 000 unités, tout de même, 6 400 appartements et plus de 3 000 logements étudiants. “Les technologies au service de l’immobilier for­ ment un domaine très nouveau pour nous”, con­ vient Franck Lirzin, directeur exécutif Résidentiel chez Gecina, invité par ailleurs en tant que confé­ rencier au Mipim Proptech Europe. “Ce n’était pas dans notre ADN, qui est purement immobilier.” Une relative novicité qui n’empêche pas la foncière de se rapprocher de grands groupes et d’une série de start­up pour monter des projets pilotes basés sur la technologie de l’Internet des objets (IoT). “Nous procédons en mode ‘test&learn’.” Il ne s’agit pas de “construire une cathédrale”, un smart building modèle, car il “serait déjà obsolète à sa livraison”. Le premier des trois services sur lesquels tra­ vaille Gecina a trait aux prises électriques con­ nectées et contrôlables à distance via un appareil mobile. “C’est une technologie qui a l’avantage


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

BRAZIL


Poluição em locais de trabalho pode ser reduzida com internet das coisas epocanegocios.globo.com/Tecnologia/noticia/2018/06/poluicao-em-locais-de-trabalho-pode-ser-reduzida-cominternet-das-coisas.html June 20, 2018

Paris é sede nesta penúltima semana de junho do MIPIM Prop Tech 2018, encontro voltado a tecnologias para o mercado imobiliário. Entre algumas novidades apontadas por empresas e palestrantes, o smart buildings, uma versão robusta da internet das coisas, surge como tendência mais próxima da realidade do mercado atual. Uma das inovações nessa área consiste em melhorar ambientes de trabalho por meio do uso de big data e sensores. A britânica Asset Mapping, por exemplo, tem um sistema de leitura em tempo real de temperatura, qualidade do ar e luminosidade. "Verificamos basicamente a poluição dentro de um prédio", diz Steve Smith, diretor global da companhia. O escaneamento dos dados é feito com sensores simples, como explica Smith. Os valores são transformados em informações em interfaces que juntam mapas de calor a gráficos que dão até resultados sobre produtividade. O nível de cognição de uma pessoa, por exemplo, pode ser calculado ao cruzar os números com estudos acadêmicos utilizados pela empresa. Os índices sonoros são os únicos elementos que não entram na conta. "Por conta de questões com privacidade e áudio, ainda não encontramos uma boa solução para isso", diz Smith. Mesmo assim, a Asset Mapping já tem seu sistema funcionando em mais de cinquenta prédios no Reino Unido. Outra empresa que oferece esse tipo de serviço é a Kandu. Em vez de criar uma rede que se acopla a outros equipamentos, contudo, a startup condensou sensores em um único dispositivo. "O Kandu é um médico do espaço de trabalho", diz Guillaume Lecamp, diretor da startup agregada à Saint Gobain — gigante francesa da construção civil. Com cara de copo térmico para café, o aparelho faz uma leitura da poluição do ar e da poluição do som do ambiente próximo ao redor. A avaliação leva duas semanas e basta que o Kandu esteja no local específico de trabalho — a mesa do escritório, por exemplo. A partir da fase de diagnóstico, a empresa oferece ajustes e mesmo reformas para sanar os problemas. O dispositivo, que funciona a bateria, conecta-se a uma rede móvel da Kandu para transmitir as informações necessárias para análise. Por 300 euros, o aparelho é enviado ao local de trabalho onde ele poderá ser usado por até um mês. Os ajustes ou mesmo a reforma que podem suceder o diagnóstico ficam por decisão e conta da contratante.

1/1


Ramo imobiliário arrisca primeiros usos do blockchain ademi.org.br/article.php3

Época Negócios, Felipe Maia, 21/jun Incensado como uma revolução, o blockchain ainda parece distante de mercados tradicionais que fazem uso de ferramentas digitais - caso do ramo imobiliário. Há projetos, no entanto, que tentam encurtar essa distância, mesmo que isso seja feito em pequena escala. Alguns deles foram apresentados durante a MIPIM PropTech 2018, conferência de tecnologia voltada ao mercado imobiliário, realizada em Paris. O Brickblock, por exemplo, é um sistema de contratos inteligentes voltado a investimento em propriedades físicas. Baseada em Ethereum, a plataforma permite que um edifício, por exemplo, passe por um processo similar a uma abertura de capital online. "Dessa maneira, você pode ter investidores do mundo todo", afirma Gonzalo Slik, diretor da empresa. Engana-se, porém, quem pensa que apenas os tubarões de sempre podem aplicar dinheiro nesse sistema. "Investir é caro e, geralmente, as pessoas que fazem parte disso são grandes investidores", explica Slik. "Mas nessa plataforma, você pode investir cinco reais e ainda assim tirar vantagem dessa oportunidade." Segundo o diretor, a companhia contabiliza mais de um bilhão de investimentos até o momento numa faixa de aportes que vai de US$ 6 a US$ 6 milhões. O público varia também: de novatos em busca de novos fundos de aplicação a investidores experientes tentando inovar sua cartela de negócios. Segundo Slik, o mercado latino-americano de investimentos imobiliários ainda é subestimado, por isso há um grande potencial para capital estrangeiro. Duas empresas brasileiras - a RFM e a TRX - farão uso do serviço nos próximos meses, de acordo com o diretor. As possibilidades do blockchain somada às altas somas financeiras que circulam pelo ramo imobiliário dão origem a outras plataformas similares à Brickblock. É o caso da Leasum Partners, que funciona sob a mesma dinâmica de investimentos baseado em um sistema descentralizado. Contratos inteligentes, outro aspecto frequentemente atribuído ao blockchain, também devem virar realidade em breve no mundo da compra e venda de imóveis. Durante o evento, a empresa de pesquisa e desenvolvimento HBS Research fez uma demonstração do que seria uma transação imobiliária por meio do blockchain. Michael Sigda, um dos diretores da empresa, explica que a ideia do protótipo é colocar na mesa de negociações virtual tudo aquilo que aconteceria numa negociação no papel. "Investidores, segurança, tudo pode ser feito dessa maneira", diz Sigda. Segundo ele, até 2020 mesmo os pagamentos poderão ser realizados e registrados via blockchain.

1/2


Como a realidade virtual está mudando o mercado imobiliário epocanegocios.globo.com/Empresa/noticia/2018/06/como-realidade-virtual-esta-mudando-o-mercado-imobiliario.html June 23, 2018

Já triviais no mundo dos games, experiências de imersão como realidade virtual ou realidade aumentada continuam a adentrar outros setores da indústria de tecnologia. O ramo imobiliário é um desses que vem adotando essas ferramentas com adicionais sofisticados e preços atrativos para consumidores e empresas. Alguns dos projetos foram apresentados durante a MIPIM PropTech, conferência de tecnologia realizada em Paris nesta penúltima semana de junho. Todos têm em comum o objetivo: transformar a rotineira experiência do "visite o decorado" em algo mais próximo do real, fator que pode ser determinante para o cliente decidir. "No Cazaquistão, uma de nossas parceiras recentemente vendeu 40% das unidades de um edifício com ajuda desse sistema", explica Ashton Kehinde, gerente de negócios da The Parallel. A empresa britânica cria modelos completos de edifícios em realidade virtual, da calçada à parede. Ao colocar os óculos — conectados a um computador e pareados com dois rastreadores de localização —, o cliente entra no que seria o bairro onde estará sua nova casa. Ao usar os botões, ele passeia entre áreas comuns e chega a seu apartamento. Diferentes texturas, reflexos, sombras e jogos de iluminação dão veracidade ao modelo virtual. Kehinde explica que a equipe da The Parallel é formada por arquitetos e desenvolvedores. O projeto de virtualização de uma planta leva dois meses e custa cerca de cinquenta mil euros. O valor, que depende do tamanho da modelização, pode parecer alto, mas o gerente discorda. "Uma maquete, que é apenas um modelo, pode custar até trinta mil euros", afirma. A francesa Quartus também desenvolve experiências de imersão virtual para o setor imobiliário. Uma consiste em um aplicativo que, rodando em um tablet, posiciona móveis virtuais em ambientes reais por meio da realidade aumentada. A outra faz concorrência à Parallel, mas o grupo francês adicionou diferenciais além dos óculos estereoscópicos. 1/2


Durante um passeio pelo modelo 3D de apartamento, é possível se sentar em um sofá de couro e sentir o vento de uma janela aberta, o calor de um forno aceso e mesmo o cheiro de um bolo assando. O esquema é simples: a sala real por onde o cliente se movimenta tem um aparelho que libera odores e calor, um sofá de verdade e um ventilador comum. A ilusão está feita com os óculos de realidade virtual e as imagens que vem aos olhos. Segundo Renaud Marco, diretor da área de realidade virtual da companhia, essas novidades ajudam o cliente a decidir na hora de comprar um dos bens mais importantes de sua vida. Além disso, elas contribuem mais com a realidade do que pode parecer. "Nesses modelos, não é possível aumentar o tamanho da unidade", diz ele. "O que você vê é a metragem real do apartamento".

2/2


amcltd.com.br/imprensa/noticia/como-a-realidade-virtual-esta-mudando-o-mercado-imobiliario

26/06/2018 - 00h02 Como a realidade virtual está mudando o mercado imobiliário Época Negócios Novos dispositivos levam até cheiro e calor ao mundo 3D e mudam a experiência de compra de apartamentos Já triviais no mundo dos games, experiências de imersão como realidade virtual ou realidade aumentada continuam a adentrar outros setores da indústria de tecnologia. O ramo imobiliário é um desses que vem adotando essas ferramentas com adicionais sofisticados e preços atrativos para consumidores e empresas. Alguns dos projetos foram apresentados durante a MIPIM PropTech, conferência de tecnologia realizada em Paris nesta penúltima semana de junho. Todos têm em comum o objetivo: transformar a rotineira experiência do "visite o decorado" em algo mais próximo do real, fator que pode ser determinante para o cliente decidir. "No Cazaquistão, uma de nossas parceiras recentemente vendeu 40% das unidades de um edifício com ajuda desse sistema", explica Ashton Kehinde, gerente de negócios da The Parallel. A empresa britânica cria modelos completos de edifícios em realidade virtual, da calçada à parede. Ao colocar os óculos — conectados a um computador e pareados com dois rastreadores de localização —, o cliente entra no que seria o bairro onde estará sua nova casa. Ao usar os botões, ele passeia entre áreas comuns e chega a seu apartamento. Diferentes texturas, reflexos, sombras e jogos de iluminação dão veracidade ao modelo virtual. Kehinde explica que a equipe da The Parallel é formada por arquitetos e desenvolvedores. O projeto de virtualização de uma planta leva dois meses e custa cerca de cinquenta mil euros. O valor, que depende do tamanho da modelização, pode parecer alto, mas o gerente discorda. "Uma maquete, que é apenas um modelo, pode custar até trinta mil euros", afirma. A francesa Quartus também desenvolve experiências de imersão virtual para o setor imobiliário. Uma consiste em um aplicativo que, rodando em um tablet, posiciona móveis virtuais em ambientes reais por meio da realidade aumentada. A outra faz concorrência à Parallel, mas o grupo francês adicionou diferenciais além dos óculos estereoscópicos. Durante um passeio pelo modelo 3D de apartamento, é possível se sentar em um sofá de couro e sentir o vento de uma janela aberta, o calor de um forno aceso e mesmo o cheiro de um bolo assando. O esquema é simples: a sala real por onde o cliente se movimenta tem um aparelho que libera odores e calor, um sofá de verdade e um ventilador comum. A ilusão está feita com os óculos de realidade virtual e as imagens que vem aos olhos. Segundo Renaud Marco, diretor da área de realidade virtual da companhia, essas 1/2


novidades ajudam o cliente a decidir na hora de comprar um dos bens mais importantes de sua vida. Além disso, elas contribuem mais com a realidade do que pode parecer. "Nesses modelos, não é possível aumentar o tamanho da unidade", diz ele. "O que você vê é a metragem real do apartamento".

2/2


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

DENMARK


estatemedia.dk/dk/2018/06/22/1-3-tror-ikke-ledelsen-ejendomsbranchen-digital-kompetent June 22, 2018

MIPIM PROPTECH: 4 ud af 5 tror på, at den teknologiske udvikling kommer til at få stor betydning for ejendomsbranchen fremover. Men næsten hver tredie er usikker på, om den eksisterende ledelse kan håndtere udfordringerne Kamilla Sevel Mipim Proptech er netop slut. Messen i Paris satte fokus på teknologi i ejendomsbranchen og præsenterede en lang række nye innovationer, som enten har ramt eller vil ramme branchen. Minim har selv lavet en undersøgelse af branchens fortrolighed med ny teknologi, og den viste, at branchen langt hen ad vejen har noget at komme efter. 4 ud af 5 tror på, at den teknologiske udvikling får afgørende betydning for ejendomsbranchen, men hver tredie føler sig ikke overbevist om, at deres nuværende ledelse har kompetencer til at håndtere transformationen. Omkring 1.500 deltagere var tilmeldt det første Mipim ProptechEU, der også var ramme for en lang række pitches fra håbefulde start-ups; folk med gode ideer, som venter på at blive “opdaget”. Kun 5 danskere var tilmeldt den allerførste Mipim PropTech og kunne dermed høre om de nye teknologier og hvordan branchen løser dem udenfor Danmarks grænser. Adm. direktør i Cobblestone, Rasmus Juul-Nyholm, var en af dem: – Temaet og begreberne er meget løse og udefinerede. På Mipim PropTech lod man begrevet dække over innovation og nytænkning generelt, og det spændte derfor meget bredt fra forretningsudvikling, hvor fokus var meget på co-working til rå nørdet tech, hvor der var meget fokus på VR, smarte sensorer, modellering og datafangst, siger Rasmus Juul-Nyholm og fortsætter: – Jeg har fundet 2-3 relevante tekniske produkter, som vi skal hjem og kigge mere på, og der var nogle ret inspirerende oplæg. Det var sjovt at se nogle af de up-comming små proptech’s og deres idéer. Desuden gjorde det udtalte fokus på nye coworking-koncepter og servicerede bygninger indtryk. I miljø’et er der en meget sikker forvisning om at det er den vej, ejendomsbranchen skal. Man begynder at tale om Realestate-As-a-Service parallelt til SSA – Software aS a Service, og det er interessant. Tanken om at Wework, eller 1/2


en anden spiller, måske kan ”lave en Amazon” på hele kontormarkedet, er måske lidt eksotisk – men – en gang var Amazon også bare en boghandel, siger Rasmus JuulNyholm.

2/2


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

FRANCE


[VIDEO] Le Mipim Proptech Europe lancé en juin 2018 à Paris businessimmo.com /contents/90805/video-le-mipim-proptech-europe-lance-en-juin-2018-a-paris 09/11/2017

© Reed Midem Reed Midem, qui organise le Mipim, le Mipim UK, le Mipim Asia Summit et le Mipim PropTech NYC Summit, annonce aujourd’hui le lancement du Mipim PropTech Europe. Ce nouvel événement se tiendra sur deux jours, les 19 et 20 juin 2018 à Paris. Reed Midem a organisé le premier Mipim PropTech NYC Summit en 2016, en partenariat avec MetaProp NYC, incubateur leader de startups PropTech, basé aux Etats-Unis. En octobre 2017, la deuxième édition a accueilli 820 participants de 550 sociétés implantées dans 33 pays et a été l’événement phare de la NYC Real Estate Tech Week. 50 % des participants étaient issus du secteur de la technologie, 40 % du secteur immobilier, 10 % étaient des investisseurs et sociétés de capital-risque. Le Mipim PropTech Europe adaptera le concept de New York tout en intégrant une vaste zone d'exposition où start-up et sociétés technologiques pourront présenter leurs derniers projets et idées innovantes. Ce salon couvrira l’ensemble de la chaîne de valeur de l’immobilier ainsi que les différentes classes d’actifs : résidentiel, commercial, industriel, hôtelier, loisirs et bureaux. Parmi les secteurs technologiques représentés, citons l’analyse de la data, l’investissement et le financement participatif, les villes intelligentes, la technologie du bâtiment, le BIM, la 3D/réalité virtuelle et la blockchain. « La contribution des nouvelles sociétés tech dans le secteur immobilier mondial devient indéniable, explique Filippo Rean, directeur de la division immobilier de Reed Midem. L’intérêt croissant de l'industrie immobilière pour le secteur tech – tendance de fond que nous avons abordée ces dernières années au MIPIM à Cannes, confirmé par le succès des deux premières éditions du PropTech Summit à New York – nous ont conforté dans notre décision de lancer un événement dédié au PropTech en Europe. » En 2015, la thématique à l’honneur du Mipim Cannes était « la révolution digitale ». Bon nombre de sociétés du secteur immobilier avaient alors déclaré n’avoir jusqu’alors jamais été confrontées à des start-up et sociétés technologiques de renom sur un évènement professionnel. « Si le secteur immobilier a mis du temps à intégrer les nouvelles technologies dans sa réflexion stratégique, il rattrape rapidement son retard et la technologie appliquée à l’immobilier est désormais un secteur en plein essor. À Paris, l’année prochaine, les participants du Mipim PropTech Europe issus de l’immobilier traditionnel pourront découvrir les projets technologiques les plus innovants du marché. En parallèle, les startups et sociétés tech présentes à cet évènement pourront rencontrer les professionnels de l’immobilier susceptibles d’accélérer leur développement », conclut Filippo Rean. Business Immo était à la deuxième édition du Mipim PropTech NYC Summit, en octobre dernier. Filippo Rean en dresse le bilan. 1/2


Bureau 15/03/2017

[VIDEO] Reed Midem et Metaprop NYC vont organiser un Mipim PropTech Summit Ă New York

2/2


PAYS :France PAGE(S) :16

Journal du Grand Pa 15 janvier 2018 - N°4141

SURFACE :5 % PERIODICITE :Hebdomadaire

En bref Coulisses Mipim

PropTech.

Paris

N e w Y o r k . La 2 9 édition

PropTech Europe se tiendra les 19 et 20 juin prochains. mière

édition

construit digitale

après

du Mipim à Paris La pre-

de cet événement

autour

de la révolution

appliquée

à l'immobilier

s'est tenue à New York, le 11octobre 2017, avec Balsan,

au programme,

président

Robin Rivaton

d'Advancity,

Henri et

(PRE).

Tous droits de reproduction réservés


24 janvier 2018 - N°6368

PAYS :France

RUBRIQUE :L'entretien

PAGE(S) :24,25,26,27

DIFFUSION :192749

SURFACE :215 %

JOURNALISTE :Cesar Armand

PERIODICITE :Quotidien

L'ENTRETIEN

« L'IMMOBILIER DEVIENT UNE INDUSTRIE MOBILE » (ROBIN RIVATON) CESAR ARMAND

ET PHILIPPE

MABILLE

Robin Rivaton a lancé le 23 janvier, en présence du secrétaire d’État Julien Denormandie, le rassemblement de l’innovation dans l’immobilier. L’ex-conseiller économique de Bruno Le Maire, passé par la région Île-de-France avec Valérie Pécresse, dévoile son plan d’action 2018 pour la révolution numérique dans ce secteur majeur de l’économie. LA TRIBUNE - Vous avez lancé le 23 janvier Qu'est-ce que c'est au juste ?

le grand rassemblement

de la Real Estech.

ROBIN RIVATON - La Real Estech, nom de l'association que nous lançons officiellement cette semaine, a vocation à rassembler l'ensemble des acteurs de l'innovation dans l'immobilier. Ce nouveau label au sein de la French Tech repose sur quatre segments : le financement, la construction, la propriété - de la gestion à la vente - et l'occupation du bien. Notre objectif consiste à recenser, étudier et promouvoir les multiples innovations du secteur. Il y avait bien les fintech pour la finance mais pas encore d'emblème ni de bannière commune pour l'immobilier. Nous nous fixons trois missions : l'évangélisation - informer, si vous préférez -, la connexion, via des événements rassemblant les startups du secteur qui rencontrent beaucoup de barrières à l'entrée, et la coopération et la recommandation auprès des pouvoirs publics.

Tous droits de reproduction réservés


24 janvier 2018 - N°6368

PAYS :France

RUBRIQUE :L'entretien

PAGE(S) :24,25,26,27

DIFFUSION :192749

SURFACE :215 %

JOURNALISTE :Cesar Armand

PERIODICITE :Quotidien

L'événement du 23 janvier est aussi une opération de lobbying vis-à-vis des acteurs immobiliers et de la construction. Le mouvement d'innovation est européen et mondial, mais Paris se trouve au

cœur par le dynamisme de son écosystème innovant que j'ai pu mesurer au salon CES Las Vegas. Notre association Real Estech Europe, co-fondée avec Vincent Pavanello, est partenaire du Reed Midem qui organise le Mipim [Marché international des professionnels de l'immobilier, ndlr] à Cannes. Dans la foulée, aura lieu, en juin 2018, le premier Mipim PropTech à Paris. Les Américains parlent d'ailleurs de Proptech ou de Real Estate Tech. C'est une satisfaction pour nous de faire jouer à la France un grand rôle. Qui sont justement

les acteurs

aujourd'hui

en France

?

Aujourd'hui, 400 startups sont déjà référencées avec 3500 emplois à la clé sur les quatre segments évoqués précédemment. Elles se concentrent principalement sur l'aspect gestion vente-location avec, pour l'essentiel, des plateformes bifaces et communautaires qui améliorent l'offre et la demande. C'est le segment le plus facile, de l'agence de location courte durée, comme les conciergeries autour d'Airbnb, à l'agence immobilière qui propose des outils de visualisationimmersion avec la réalité virtuelle. Il existe une limite à ce modèle : le marché est très fragmenté, peu dans la publicité. À cette première vague d'entrepreneurs,

peine à changer d'échelle et investit s'ajoutent des promoteurs-

constructeurs plus âgés, dotés de dix-quinze à vingt ans d'expérience dans leur domaine, qui se lancent sur la promotion, l'urbanisme sur l'habitat neuf et le process de production. Ils misent sur les logiciels de coordination des chantiers, comme la maquette numérique ou l'amélioration des relations promoteurs-clients. Aussi obtiennent-ils des gains de productivité bien supérieurs. Cela peut donc avoir un impact économique considérable ! Pourquoi

ce mouvement

d'innovation

n'arrive

que maintenant

?

Actuellement, 90 % des intrants d'un bien immobilier, des matériaux aux financements en passant par les RH, se situent en général à moins de 50 kilomètres. Demain, avec la numérisation d'un côté et la préfabrication de la construction de l'autre, cette valeur ajoutée va devenir mobile. Ainsi, avec les plateformes de réservation, 20 % de la valeur des hôtels est déjà passée à une délocalisation fiscale. Si vous ajoutez la numérisation des transactions immobilières et de la maintenance, imaginez les impacts fiscaux et sociaux potentiels ! Nous sommes dans un moment où la technologie va rendre possible la transformation de l'industrie immobilière locale en industrie mobile. Tous ces acteurs et leurs employés se demandent comment réagir face à cette « évaporation » d'une partie de leur valeur ajoutée. Peut-on

dire que la Real Estech

« ubérise

» le rôle de l'État

?

L'immobilier rapporte en effet beaucoup d'argent à l'État mais il demeure un acteur très important dans la libération du foncier. C'est le produit le plus rare et le plus important au monde. La présence de l'État n'est donc pas anormale. Tout le monde veut habiter au même endroit et c'est

Tous droits de reproduction réservés


PAYS :France

RUBRIQUE :L'entretien

PAGE(S) :24,25,26,27

DIFFUSION :192749

SURFACE :215 %

JOURNALISTE :Cesar Armand

PERIODICITE :Quotidien

24 janvier 2018 - N°6368

pourquoi il nous faut travailler en coopération avec les pouvoirs publics. Aujourd'hui, le problème de cette réglementation, c'est qu'elle empêche déjà les acteurs traditionnels de produire à certaines conditions. La loi Logement innovations...

en cours de préparation

ne semble

pas non plus se préoccuper

de ces

Pas trop pour l'instant en effet, mais nous poussons pour que ces sujets soient pris en compte dans le projet de loi élan, Évolution du logement et aménagement numérique. En attendant, des normes, sous prétexte de protéger le consommateur à un instant T, se sont retournées contre lui en devenant des barrières à l'entrée et en empêchant de nouveaux acteurs d'arriver. Par exemple, la loi Duflot a ouvert à la concurrence le marché des syndics de copropriété mais cela est resté extrêmement ténu. Nous pourrions aller beaucoup plus loin avec une numérisation, des fichiers centralisés, des données plus transparentes, ou encore sur les différentes règles de majorité dans les copropriétés qui restent très lourdes à gérer administrativement. Savez-vous qu'il existe encore des lois sur la détention de diplômes pour devenir syndic ou agent immobilier ? À la fin, tout cela a un coût que les gens payent ! Quels sont les métiers

les plus menacés

et comment

peuvent-ils

s'en sortir

?

C'est l'intermédiaire qui a accès à l'information. Le marché immobilier actuel est très intermédié entre les courtiers, les agents, les mandataires... Plus l'information va devenir transparente, plus les gens prendront des décisions sans passer par un intermédiaire. En réalité, tous les acteurs peuvent voir leurs positions remises en cause, y compris dans la construction. Ensuite, pour que ces startups deviennent des acteurs importants et plus connus du grand public, il va falloir qu'elles soient financées. Elles ont déjà levé à travers le monde 12 milliards d'euros de fonds en 2017, dont 5 milliards pour WeWork et Compass : 60 % des levées se font aux États-Unis, 20 % en Asie, 5 % au Royaume-Uni, 5 % en Europe continentale et 10 % ailleurs. C'est un secteur encore très compliqué avec des marchés fractionnés assez localisés. Si les startups de la Real Estech ont explosé sur le marché américain, c'est parce qu'elles sont très bien financées. Le plus grand acteur possède 10 % du marché. De même, avec la plateformisation, les trois premiers représentent au moins la moitié de la valeur. L'Américain OpenDoor, qui rachète leurs biens aux particuliers, a obtenu 200 millions d' equity [actions] et 400 millions de dettes pour financer ses acquisitions. Entre la mobilité professionnelle et la vie privée, c'est un réel service. La française Homeloop cherche, elle, encore à trouver suffisamment de capitaux propres pour se développer.

Qu'en est-il pour l'activité

des agences

immobilières

?

Elles sont aussi soumises à ce risque de disruption, surtout sur les marchés métropolitains, où on trouve des solutions avec une forte valeur ajoutée. Le temps des gens est en effet amélioré et

Tous droits de reproduction réservés


PAYS :France

RUBRIQUE :L'entretien

PAGE(S) :24,25,26,27

DIFFUSION :192749

SURFACE :215 %

JOURNALISTE :Cesar Armand

PERIODICITE :Quotidien

24 janvier 2018 - N°6368

optimisé grâce à la technologie. Par exemple, l'époque des commissions au pourcentage n'a plus aucun sens. Prenez Purple Bricks qui pratique une commission fixe quelle que soit la surface : ils font le même travail, les mêmes photos et la même vente en ligne, sauf qu'ils laissent les visites à la charge du propriétaire. D'une commission entre 2 et 5 % du prix de vente, elle passe à un montant fixe compris entre 900 et 1 100 dollars. Se Loger est depuis 1995 la première

Real Estech française

en position dominante

sans avoir

beaucoup changé son service. Mais l'immobilier devient désormais un bien, un marché et une industrie comme les autres. Le logement est moins chargé de symboles et de représentations liés à la propriété qu'avant ; de même que du point de vue industriel, le leader a des parts de marché toujours plus conséquentes, et ce malgré une réglementation toujours extrêmement lourde. Et à l'échelle

du Grand Paris ?

N'oublions pas que ces services viennent en complément, et non en remplacement, des services actuels. D'un strict point de vue économique, dans les métropoles comme à Paris, où les prix sont plus conséquents, ils s'incorporent dans la prestation. Ces services fonctionnent en outre sur une forte rotation du parc, beaucoup plus forte dans ces zones tendues que dans les territoires périphériques d'où les habitants ne peuvent pas partir. Les droits de mutation pénalisent en effet le marché et figent les gens chez eux. Une mesure de justice économique et sociale serait de les moduler selon la valeur du bien. En Floride,

des maisons

sont payées en bitcoin.

Va-t-il bouleverser

la gestion

patrimoniale

?

Nous n'en sommes pas encore là. Le secteur immobilier actuel est encore loin en termes d'innovation, hormis sur la patrie construction. Il n'y a pas encore d'intelligence artificielle, de blockchain ou de bitcoin. Si Doctolib nous permet déjà de prendre rendez-vous en ligne pour aller chez le médecin, ce n'est pas encore le cas pour prendre rendez-vous en agence.

Tous droits de reproduction réservés


PAYS :France

RUBRIQUE :I n n o v a t i o n

PAGE(S) :12,13

DIFFUSION :192749

SURFACE :6 %

JOURNALISTE :C. A

PERIODICITE :Hebdomadaire

25 janvier 2018 - N°237

INNOVATION

CEQUE PÈSE DÉJÀ LAREAL ESTECH ENFRANCE elonunpremierbaromètreréaliséparKPMG, dévoilélorsdu premier sommetdel’innovation del’immobilierle23janvier,laRealEstechen France, c’estdéjà400startupset3500emploispourseulement 0,5%de partsdemarchédel’immobilier. Originaires deParisà58%,cesjeunespousses travaillentprincipalement danslesdomaines delaconstruction et dufinancement-investissement (64%)avecunemoyenne de11collaborateurs. Dansdessecteursquipèsent18%delavaleurajoutéedel’économie nationaleet dansunpaysoùlelogementestle premierpostededépenses des ménages, ellestraitentbeaucoup dubigdata(44%),del’intelligenceartificielle(18%)et dela réalitévirtuelle(12%).Enlienavec86%desentreprisesétabliesquifontdéjàappelà ellespour«marquerlepassage dela créationdenouveaux bienset servicesàl’adoptiondenouveaux usages», selonlesmotsduprésidentdeGecina,BernardMichel,ellespartagentla mêmevisionsurl’analyse dubigdata,à77%danslesstartupscontre70%

S

danslesstructuresexistantes.Or,mêmesi touslesacteurssontconcernés,du promoteur-bâtisseurà l’occupant,leslevéesdefondssefont majoritairement (47%)enachat-vente-location. Ainsi,enseptembre2016, ManoMano, spécialistedela ventedeproduitsdebricolageet dejardinage,a levé60millionsd’euros.Commeledit encoreBernardMichel,«il fautmaintenantgagnerdesparts demarchépourconvertirceslevées defondsenréussitesindustrielles». Pourpeserdanslacompétitionmondiale,cesjeunespoussesdoivent doncencoreespérerdesfinancementssupplémentaires. Sien plusdes grandsgroupes,lespouvoirspublics,lesfédérationsprofessionnelles et lesinnovateurssejoignentà l’effort, leslicornesdel’innovationdansle secteurde l’immobilier verrontle jour.Lepremiersommetdu genre, MipimPropTech,quisetiendraàParisenjuin2018enpartenariatavec RealEstechEurope,doit enêtreladémonstration. C.A.

Tous droits de reproduction réservés


Pourquoi la PropTech débarque en Europe businessimmo.com/contents/94853/pourquoi-la-proptech-debarque-en-europe

Le Mipim Proptech de New York, le 11 octobre dernier © D.R. Le Mipim s'intéresse depuis de nombreuses années aux impacts de la révolution numérique sur l'industrie immobilière, convaincu que notre société change de paradigme et que l'immobilier n'échappera pas à cette nouvelle donne. Cela s'est traduit notamment par la création, il y a deux ans, d'un forum dédié à la PropTech à New York. Mais, pourquoi la PropTech est-elle autant d'actualité ? La PropTech recouvre les technologies nouvelles qui adressent les sujets traditionnels de l'immobilier. Ce dernier est face à une nouvelle frontière qui intègre à la fois une révolution technologique mais aussi une évolution des besoins des utilisateurs des bâtiments, et plus largement de la ville. Il existe une réelle convergence entre la révolution numérique et les évolutions sociétales car ces dernières se nourrissent de technologie. La grande opportunité qui s'offre aujourd'hui à l'immobilier est de pouvoir s'appuyer sur le numérique et le digital pour intégrer et répondre aux nouvelles attentes des utilisateurs de la ville de demain. La PropTech embarque toute une série de nouveaux acteurs, aussi bien des start-up que des sociétés établies qui se positionnent dans le secteur de l'immobilier. On voit ainsi émerger des sociétés qui ont développé de nouvelles approches basées sur le big data, la réalité virtuelle, le crowdfunding, la blockchain, l'intelligence artificielle … Elles impactent toute la chaîne de valeur, du financement à la construction en passant par la gestion de la transaction, du bâtiment, de la maintenance et de l'occupation, et plus largement de la conception de la ville. Les enjeux sont d'autant plus colossaux que l'immobilier est l'un des plus grands secteurs de l'économie mondiale, en conséquence l'un de ceux qui peut offrir le plus d'opportunités aux sociétés de la tech et aux investisseurs en Capital Venture qui commencent à investir dans ce domaine.

Pourquoi Paris ? Avec le Mipim PropTech, notre ambition est de créer un lieu qui contribue à forger un langage commun entre tous les acteurs qui réfléchissent à la ville de demain, issus du secteur de l'immobilier ou de celui des nouvelles technologies. Notre rôle sera de favoriser les contacts, les échanges, les partenariats et la mise en valeur de nouvelles solutions. Aujourd'hui, nous pensons que le secteur de la PropTech est mûr pour traverser l'Atlantique et s'ouvrir à l'Europe en se posant plus spécifiquement à Paris. Pourquoi Paris ? D'abord, c'est une ville-monde, attractive et parfaitement connectée à toute l'Europe. Ensuite, parce que la capitale française incube un vivier de start-up, la French Tech étant reconnue au niveau international comme l'a prouvé la dernière délégation au CES de Las Vegas. Moteur de l'innovation, en particulier pour les sujets autour de la ville, Paris est aussi l'une des métropoles les plus recherchées sur le marché 1/2


immobilier européen. Enfin, si le Mipim est présent aux quatre coins de la planète, c'est la première fois que nous lançons un événement à Paris. Et la communauté immobilière ne s'y est pas trompée en réservant un accueil très positif à cette initiative. Voir le site du Mipim PropTech Europe

2/2


PAYS :France

DIFFUSION :(6000)

PAGE(S) :14-15

JOURNALISTE :Gaël Thomas

SURFACE :147 % PERIODICITE :Mensuel

1 mars 2018 - N°143

Filippo

Rean, Reed Midem

ambition : créer un lieu qui contribue à forger un langage e

Après la 2 édition du Mipim PropTech NYC Summit en octobre dernier, Reed Midem lance le Mipim PropTech Europe, qui se tiendra les 19 et 20 juin à Paris. Filippo Rean, directeur de la division immobilier, expose le concept de ce nouvel événement. Par Gaël Thomas

Business Immo : Quelle est la genèse du Mipim PropTech ? Filippo Rean : Nous avons testé le concept au Mipim dès 2015 en choisissant la révolution digitale comme thématique du salon. Dans la lignée, nous avons initié le Mipim Innovation Forum où nous avons pu mesurer un véritable changement de paradigme pour l'industrie immobilière avec l'arrivée de nouveaux acteurs et de nouvelles solutions autour de la ville intelligente, l'optimisation des espaces, des bâtiments connectés... En 2016, nous avons lancé un événement à huis clos à New York, en association avec MetaProp, qui a réuni 350 professionnels immobiliers et acteurs des nouvelles technologies. Nous avons réédité le Mipim PropTech Summit en octobre dernier avec plus de 800 participants, l'équivalent de 500 sociétés issues de 33 pays du monde, qui démontre que la montée en puissance des technologies dans l'immobilier ne se limite plus aux États-Unis.

BI : Pourquoi avoir choisi pourquoi Paris ?

à Paris, son choix s'impose par le fait que c'est une villemonde attractive, parfaitement connectée à toute l'Europe, reconnue sur le plan international pour être un moteur de l'innovation, en particulier sur les questions de la ville. C'est enfin l'un des marchés les plus recherchés par les investisseurs et opérateurs immobiliers européens. BI : Quels sont les objectifs Europe ?

du Mipim

PropTech

FR : Notre ambition est de créer un lieu qui contribue à forger un langage commun entre tous les acteurs qui réfléchissent à la ville de demain, issus du secteur de l'immobilier ou de celui des nouvelles technologies. Notre rôle sera pédagogique, en captant et en amplifiant les signaux faibles qui permettront d'imaginer un futur différent pour les villes et les immeubles qui les composent. Il sera aussi de favoriser les contacts, les échanges, les partenariats et la mise en valeur de nouvelles solutions, car toutes les initiatives du Mipim restent dédiées au business.

l'Europe ? Et surtout,

FR : Si les États-Unis ont pris une certaine avance dans la PropTech, l'Europe commence à rattraper son retard. Les acteurs traditionnels ont pris conscience que l'innovation technologique impactait l'ensemble de la chaîne de valeur de l'immobilier et bouleversait en profondeur leur modèle. Quant

BI : Quels sont les enjeux et les opportunités de marché que la PropTech ouvre pour les acteurs immobiliers traditionnels ? FR : Selon l'incubateur MetaProp, il existe quelque 2 000 startup travaillant dans l'univers de la PropTech. C'est deux fois plus qu'en 2016. Une étude de KPMG estime à 20 Mds$ le

Tous droits de reproduction réservés


PAYS :France

DIFFUSION :(6000)

PAGE(S) :14-15

JOURNALISTE :Gaël Thomas

SURFACE :147 % PERIODICITE :Mensuel

1 mars 2018 - N°143

ACTUS

montant des levées de fonds des start-up à l'horizon 2020. Lévaluation de certaines start-up de la PropTech a mis en évidence des montants très importants, à l'exemple des portails d'annonces Trulia (3,5 Mds$) et Zoopla (1,5 Md$) ou encore la fusion entre VTS et Hightower, plate-forme de gestion de datas, évaluée à 300 M$. De plus en plus d'acteurs immobiliers deviennent des investisseurs dans la PropTech en direct ou dans des fonds de capital venture, à l'image de CBRE, Hines ou Prologis, entre autres, qui ont tous investi dans le fonds Fifth Wall Ventures pour un montant global d'environ 110 M$. Cette dynamique n'est plus cantonnée aux États-Unis. Nous sentons réellement un mouvement de fond s'opérer en Europe sur le capital venture dans la PropTech.

BI : Quels seront les temps forts de la première édition du Mipim PropTech ? FR : Le Mipim PropTech Europe est d'abord un forum qui s'appuie sur un programme de conférences de plus de 30 sessions qui répondront à des questions aussi diverses que l'évolution des usages dans les immeubles et de ses impacts sur l'organisation des espaces, ou encore l'utilisation de la blockchain pour favoriser une ville plus collaborative. Ces conférences se déclineront en panels de grands témoins, en pitch de start-up, en masterclass exposant des cas pratiques soumis à la critique, positive comme négative, des utilisateurs. Nous voulons aussi ouvrir des discussions autour d'échecs sur de nouvelles technologies dans le cadre

d'ateliers. Nous aurons également une partie dédiée aux nouvelles technologies, de la blockchain au BIM, de l'IoT à la réalité virtuelle... Lensemble de ces conférences sera décliné sur le niveau 3 du palais des Congrès avec deux grands auditoriums, des salles dédiées pour les ateliers, une agora ouverte et une zone de présentation où nous allons retrouver une soixantaine de stands et corners avec une large participation de start-up.

BI : Combien de visiteurs première édition ?

attendus pour cette

FR : Nous attendons 1 500 visiteurs et exposants sur cette première édition, soit près du double de notre événement de New York. Nous aurons une solide représentation française, mais également des délégations anglaises, allemandes, Scandinaves. Nous travaillons dans ce sens avec l'ensemble des associations de la PropTech en Europe.

BI : Faut-il parler de PropTech ou de Real Estech ? FR : Ce sont deux néologismes qui recouvrent les mêmes items. Ce débat sémantique ne doit pas cacher les enjeux autour des nouvelles technologies qui adressent des sujets allant bien au-delà de l'immeuble. Demain, ils impacteront la gestion de la ville et redéfiniront les espaces urbains et leurs usages. La technologie en est la cause et l'outil, en aucun cas la finalité.

Tous droits de reproduction réservés


Quel appétit des investisseurs pour la PropTech ? businessimmo.com/contents/95959/quel-appetit-des-investisseurs-pour-la-proptech March 12, 2018

La PropTech est un secteur nouveau et qui évolue très vite, ce qui rend encore compliquée une estimation globale des montants investis dans les sociétés du secteur. Cependant, selon Venture Scanner, sur une base de plus de 1 600 sociétés, la totalité des levées de fonds cumulées pour celles-ci s'élève à 46 Mds$ sur la période 2011-fin 2017. Ce qui est frappant, c'est la véritable envolée des levées de fonds ces dernières années, notamment en 2017, avec plus de 12 Mds$ selon la même source, et près de 8 Mds$ en 2016. Cependant, nombre de ces levées de fonds sont encore très concentrées sur une poignée d'entreprises qui ont collecté des montants exceptionnels, à l'exemple de WeWork, une société de mise à disposition de locaux et de services de coworking qui a levé un montant global de 6,9 Mds$, dont 5,2 Mds$ en 2017. Bien qu'elles totalisent près de la moitié des fonds levés en 2017, ces levées exceptionnelles ne doivent pas cacher la vitalité de l'industrie. En effet, si l'on considère la totalité de la chaîne de valeur de l'industrie immobilière, y compris la construction, on estime à plus d'un millier les start-up qui ont effectué une levée de fonds depuis 2012. Outre les accélérateurs et les fonds de capital-risque, des investisseurs traditionnels en immobilier ainsi que des acteurs de l'immobilier commencent à investir dans le secteur de la PropTech. Pour ces derniers, c'est un moyen d'accélérer l'intégration de la technologie dans leur activité, mais également de faire entrer dans l'entreprise une culture de l'innovation et du changement. Ces sociétés investissent dans le secteur de la PropTech soit directement, soit indirectement via des fonds de capital-risque. Ainsi, en 2017, CBRE, Prologis, Hines, Lennar, Equity Residential et d'autres acteurs de l'immobilier ont investi environ 110 M$ dans le fonds de capital-risque dédié à la PropTech, Fifth Wall Ventures. En France, les montants ne sont pas encore aussi élevés. Parmi les start-up françaises qui ont réussi les plus grosses levées de fonds, on trouve Habiteo, un outil de digitalisation 3D pour les promoteurs immobiliers, pour un montant de 6 M€ en novembre 2017. Ou encore Meero, spécialiste de la photographie professionnelle, très présent sur le secteur de l'immobilier, qui a levé 15 M€. Ces deux sociétés seront d'ailleurs exposantes au Mipim. J'y ajouterais HABX, plate-forme dédiée à la co-conception de logements, qui a levé 10 M€ auprès de deux fonds de capital-risque. Autre exemple français intéressant, Spallian, qui propose un accompagnement sur mesure dans la création, la projection et l'analyse de bases de données complexes, comme par exemple la projection cartographique de données. Spallian a réalisé une levée de fonds de 2,8M€ auprès de la Caisse des dépôts (CDC), la SCET, sa filiale, et Bouygues Immobilier Recherche et Développement, société de venture capital de Bouygues Immobilier, en octobre 2017. À l'origine, la PropTech concernait plus particulièrement le secteur de l'immobilier résidentiel et le B2C, ce qui explique pourquoi les segments en aval de la chaîne de valeur 1/2


sont les mieux couverts (marketing, vente, utilisateurs). Ainsi, les sociétés qui proposent des solutions d'aide à la vente et à la location sont celles qui ont attiré les plus gros montants d'investissement. L'intégration de la technologie dans les autres secteurs de la chaîne de valeur est arrivée plus tard en raison des enjeux plus importants au niveau financier, de la sécurité et des investissements à long terme. On constate maintenant l'intérêt grandissant des investisseurs pour ces autres secteurs qui proposent des solutions renforçant l'efficacité de l'immobilier telles que les objets connectés, la réalité virtuelle, l'intelligence artificielle ; le Big Data étant, quant à lui, présent à tous les niveaux de la chaîne de valeur car c'est l'un des piliers de toute la transformation de l'immobilier. Au Mipim, le club Innovation & Immobilier animera une conférence capsule le mercredi 14 mars, de 15h15 à 16 h - Innovation trends Room, sur le thème "The future, fiction or Real Estate ?". Pour obtenir le programme, cliquez ici. Le club tiendra également une capsule "The PropTech Village", le jeudi 15 mars de 9h30 à 13h, niveau -1 du Palais des Congrès, zone Innovation Forum, Lounge visitors.

2/2


Du BIM à l’IOT, ces nouvelles technologies qui s’invitent dans l’immeuble businessimmo.com/contents/96971/du-bim-a-l-iot-ces-nouvelles-technologies-qui-s-invitent-dans-l-immeuble

Point de vue de Filippo Rean, Reed MIDEM Publié le 09/04/2018 à 17:07 Qu’est-ce qu’un immeuble intelligent ? Avant tout celui dont la gestion est assurée de la manière la plus efficace grâce à la technologie. Mais, cela ne suffit plus. Bureaux flexibles, boutiques éphémères…un bâtiment doit désormais s’adapter aux exigences et aux attentes de ses utilisateurs. Or, la technologie peut justement jouer un rôle décisif, et ce, à partir de la conception même du bâtiment avec le BIM (Building Information Modelling). A son niveau le plus élaboré, le BIM doit permettre à tous les professionnels qui travaillent sur la réalisation d’un immeuble – architecte, bureau d’études, société de construction, prestataires, client final – de travailler sur une même plateforme d’information et une même maquette 3D. Il devient de plus en plus sophistiqué et intègre désormais des données recueillies à partir des comportements des utilisateurs afin de concevoir des espaces et des bâtiments plus adaptés. La prise en compte des besoins et du confort des utilisateurs est renforcée par l’internet des objets ou IoT (Internet of Things), un moyen de mesurer ou contrôler à distance des infrastructures et donc d’ajuster au mieux leur fonctionnement. C’est le cas par exemple de systèmes de chauffage, de climatisation ou d’éclairage, permettant au passage de faire des économies d’énergie. L’internet des objets, grâce aux capteurs de données en temps réel, est surtout un outil pour assurer la maintenance prédictive de toute ou partie de l’immeuble. Ces nouvelles technologies dans les immeubles n’étaient auparavant accessibles qu’aux grandes entreprises en raison de leur coût important d’installation et de maintenance. Aujourd’hui, grâce à la technologie sans fil, elle devient beaucoup plus agile, accessible à tous et peut même se financer grâce aux économies qu’elle génère. De plus, elles peuvent s’adapter aux bâtiments existants à moindre de coûts. L’engouement se mesure également par l’intérêt des entrepreneurs. Selon une étude de Venture Scanner, l’IoT est le secteur de la proptech qui rassemble le plus grand nombre de startups dans le monde (20%). Les nouvelles technologies permettent aussi une optimisation de l’utilisation des espaces grâce à une batterie d’applications qui gèrent aussi bien les salles de réunions, les places de parking, la dynamique des espaces de travail à partir de l’exploitation des données sur leur utilisation, et s’attaquent même à l’amélioration du confort des occupants. A l’exemple de la startup norvégienne Airthings qui propose des capteurs de qualité de l’air pour contribuer à créer un environnement plus sain. Qui pour gérer ces nouvelles technologies au sein de l’immeuble ? Le pilotage des capteurs peut être assuré soit par le facility manager, comme la société norvégienne Disruptive Technologies qui propose des mini-capteurs pour réguler très finement de 1/2


nombreux paramètres d’un immeuble, soit directement par l’utilisateur comme avec la société Sensorbeg qui permet de commander à distance des capteurs via son téléphone portable. L’intelligence artificielle permet d’aller encore plus loin car c’est l’ordinateur luimême qui commande les capteurs en fonction d’une série de paramètres. L’IA devient nécessaire lorsqu’il s’agit de coordonner entre eux plusieurs objets connectés pour qu’ils puissent communiquer entre eux : coordonner l’éclairage, l’ouverture des portes, le chauffage, les volets roulants pour savoir quel système doit fonctionner quand. Qu’est-ce qu’un immeuble intelligent ? C’est un immeuble qui, au-delà des économies, apporte une valeur ajoutée d’usage pour l’utilisateur et une plus-value pour le propriétairebailleur.

2/2


MIPIM PropTech Europe : place à "l’unexpected value" cfnewsimmo.net/L-actualite/Interview/MIPIM-PropTech-Europe-place-a-l-unexpected-value Sophie Da Costa @cfnewsimmoinfra

April 23, 2018

MIPIM PropTech Europe Les 20 et 21 juin prochains, Reed MIDEM, filiale de Reed Exhibitions, organise le premier événement européen, dont CFNEWS IMMO est partenaire, qui rassemblera sur deux jours les décideurs de l’immobilier et ceux des start-ups et entreprises technologiques. Entretien avec Sara Rozenfarb, Director of New Business and Strategy pour la division immobilière de Reed MIDEM. CFNEWS IMMO : Que met-on derrière le terme "PropTech" ? Sara Rozenfarb (en photo ci-dessous) : C’est le terme anglo-saxon pour "property technology" (soit la technologie appliquée à l’immobilier) et il recouvre toutes les nouvelles technologies de l’immobilier, software ou hardware, qui ont bouleversé le secteur. Ce terme adresse toute la chaîne de valeur de l’immobilier, de l’aménagement jusqu’au client final, et c’est ce que nous souhaitons mettre en avant à l’occasion de cette première édition du Mipim PropTech Europe. Ce premier événement européen portera sur toutes les classes d’actifs (bureau, commerce, logistique, hôtellerie, loisirs, résidentiel…) et tous les métiers de l’immobilier pouvant répondre à cette transformation digitale. CFNEWS IMMO : Comment avez-vous pensé le déroulement de ce salon ? Sara Rozenfarb : Nous avons conçu une segmentation en trois univers : le contenu, la zone d’exposition, et les événements, avec toujours le souci de créer un dialogue entre les acteurs de la PropTech et ceux de l’immobilier. C’est ce que nous traduisons dans la "market place", en faisant le choix de mêler ces deux mondes, pour que ces professionnels se mélangent, échangent, se rencontrent. Nous pensons que c’est le bon moment pour qu’ils travaillent ensemble. Pour établir le programme de conférences, nous avons choisi la thématique de "l’unexpected value": celle liée aux usages, au capital humain, à la valeur immatérielle. On pourra y retrouver tous les sujets tournant autour des objets connectés, de la réalité virtuelle, de l’intelligence artificielle, du BIM, de la data… CFNEWS IMMO : Quels formats avez-vous imaginé pour favoriser ce dialogue ? Sara Rozenfarb : Essentiellement des formats qui permettent ces échanges et la confrontation des expériences. Tout est fait pour que les gens se parlent entre eux. Aux côtés des classiques keynotes, nous avons ainsi imaginé des master class, des "fail academy" et des "pitch inversés". Pour les "fail academy", ce n’est pas l’idée de l’échec que nous souhaitons mettre en avant mais au contraire, montrer comment on apprend, on rebondit de toutes ses expériences. Pour les "pitchs inversés", ce sont les professionnels de l’immobilier qui vont pitcher devant les start-up pour expliquer leurs besoins. CFNEWS IMMO : Quels sont, à date, les chiffres de cette première édition ?

1/2


Sara Rozenfarb : Nous attendons 1 500 participants originaires de 40 pays, dont 45% de start-ups et d’entreprises technologiques, 45% de professionnels de l’immobilier (constructeurs, développeurs, brokers, collectivités…) et 10% d’investisseurs ou VCs. Mais au-delà de ces chiffres, notre objectif est de satisfaire nos clients à travers le contenu et la mise en relation de tous ces acteurs.

2/2


Pinql, La Nouvelle Pépite Française De La Proptech ! forbes.fr/technologie/pinql-la-nouvelle-pepite-francaise-de-la-proptech Brandvoice

May 1, 2018

Au cours d’une soirée, trois amis entrepreneurs décident de lancer une application mobile de rencontre entre propriétaires et locataires. C’est la naissance de Pinql, nouvelle pépite française de la Proptech et outil communautaire qui entend bien rester au service de ses utilisateurs. Récit d’une success story. Ce sont les idées les plus simples qui fondent les success stories. D’un côté, il y a trois amis – Andréa, David, Ryan – qui ambitionnent de rajeunir le secteur de la location. De l’autre, il y a un contexte en forme de signal d’alarme : 15 millions de personnes souffrent de la crise du logement en France (Fondation Abbé-Pierre). C’est en parlant de leurs galères respectives que les trois potes ont eu l’illumination : et si la technologie donnait un coup de pouce au marché locatif ? De là est née l’appli Pinql, comme une évidence. Plus qu’une histoire de start-up, c’est une affaire d’amitié. Andréa, David et Ryan ont usé ensemble les bancs de la maternelle, fait les 400 coups, et grandi dans un monde de plus en plus connecté. Tropisme technologique aidant, tous trois ont pris les chemins de l’innovation : Andréa Bensaid en direction du marketing digital et du SEO, David Oussadon du côté de la communication, Ryan Woo en lançant une start-up spécialisée dans l’immobilier… en Chine. Goût marqué pour l’exotisme, ou manifeste d’une génération qui ne connaît plus de frontières ? C’est que la planète est décidément trop petite pour les « Y », habitués à y voir un gigantesque terrain de jeu. Mais tout n’est pas aussi simple. Le monde est une autoroute à plusieurs vitesses. Dans cette analogie, l’immobilier est cantonné à la file de droite, réservée aux véhicules lents. « Alors que la plupart des secteurs économiques mettent déjà un pied dans le futur, l’immobilier végète encore au Moyen Âge », fait remarquer David. Andréa abonde dans son sens : « Le marché de l’immobilier a beau faire sa mue ces dernières années, il continue d’accuser un énorme retard. Il fallait faire quelque chose pour débloquer cette situation. » Au cours d’une soirée, les trois amis d’enfance se racontent leurs galères de logement. David et ses longues heures d’attente dans les cages d’escalier parisiennes, avec cinquante autres candidats à la location. Andréa qui se rappelle avoir passé plus de temps au téléphone avec les proprios que dans les apparts eux-mêmes. Au cours de la conversation (pas au coin du feu, mais autour d’un bon dîner), le germe Pinql est planté dans le sol. Il ne tardera plus à croître. Rationaliser le processus de location Pour les jeunes entrepreneurs d’aujourd’hui, l’enjeu se résume à une équation simple : un problème + une technologie = une solution. Il n’y a rien que l’innovation ne puisse transformer en profondeur. Y compris un secteur aussi figé que l’immobilier. Avec Pinql, les trois amis entendent rationaliser un processus qui brille par son anachronisme. David : 1/3


« On peut communiquer avec n’importe qui sur la planète, commander n’importe quel type de nourriture et travailler sans bouger de son canapé. Mais pour louer un appart, il faut encore en passer par des agences immobilières ou des portails d’annonces. Pas de choix : soit tu casses ta tirelire, soit tu te lances dans un parcours du combattant. Il fallait changer ça. »

C'est l'heure de pointe : -60€ sur les boîtiers Coyote ! Ne vous faites plus piéger par les bouchons ! Alertes, trafic, navigation, roulez en sérénité avec Coyote. Profitez des Coyote Days sur le web et en boutique Coyote, jusqu'au 02/05/18 seulement. D’où l’idée de concevoir une appli mobile. Pour que l’outil soit plus intuitif, ergonomique et pratique. Pour que les utilisateurs s’en saisissent en quelques gestes. Mais pas n’importe quelle appli : elle devait s’inspirer des outils de dating façon Tinder. Après tout, qu’est-ce que le marché locatif, sinon une rencontre entre un propriétaire et un candidat à la location ? Si les « matches » mettent en relation les gens qui cherchent l’amour, les « shakes » de Pinql tissent des liens entre ceux qui ont besoin d’un toit et ceux qui en proposent. Toujours en s’appuyant sur le concept de l’affinité. On parle d’ailleurs de « loc’affinity », « la mise en contact des personnes entre elles de façon fluide et sécurisée », précise David. Plus qu’une application mobile, Pinql est un cheval de Troie. Une manière de faire entrer la tech dans la Cité de l’immobilier pour mieux la transformer de l’intérieur, avec le concours de ceux qui en bénéficient le plus. Une façon de rappeler que la révolution digitale locative répond d’abord à un enjeu humain. « On a une responsabilité sociétale », avance David Oussadon. « Pinql s’attache à simplifier un marché vital pour la population. Nos objectifs économiques ne pèsent pas lourd face aux 15 millions de Français touchés de plein fouet par la crise du logement. » C’est précisément pour cette raison que Pinql n’entend modifier sa course à aucun prix. Alors que ses concurrents cèdent progressivement aux sirènes des professionnels, l’appli n’a pas l’intention de rogner sa dimension communautaire. « L’outil a été conçu pour se mettre au service des particuliers, et il restera au service des particuliers », affirme Andréa. Il est des business qui entendent gagner de l’argent. Et d’autres qui ambitionnent de changer la vie des gens. Pinql est de ceux-là. En cela, l’appli s’inscrit pleinement dans la Proptech, ce collectif de startups proposant des produits et services innovants pour le marché immobilier. Pinql sera d’ailleurs présente au MIPIM Proptech Europe, la grand-messe dédiée au secteur qui se tiendra les 20 et 21 juin au Palais des Congrès de Paris. Le succès inattendu de Pinql… y compris pour ses fondateurs ! Le succès rapide rencontré par Pinql, une fois lancée sur l’AppStore et Google Play, a abasourdi la planète immobilière. En peu de temps, l’outil entre dans le club très fermé des applis les plus téléchargées sur le magasin Apple, qui la met régulièrement dans ses coups de cœur. En vertu d’un bouche à oreille positif, Pinql est téléchargée plusieurs fois par jour, sans appui publicitaire. Mais les premiers surpris restent ses fondateurs. « On savait que notre appli répondait à un besoin prégnant », reconnaît Andréa. « Mais on ne s’attendait pas à ce que les utilisateurs l’adoptent aussi vite. Ni à ce qu’ils s’y connectent dix, vingt, 2/3


trente fois dans la journée pour checker leurs shakes. » Cette réussite tient aussi à la dimension universelle de l’outil, qui englobe la plupart des modes locatifs. La colocation Pinql, par exemple. Dans les grandes métropoles, les loyers élevés ont conduit à l’émergence de la colocation. Les locataires y voient une chance d’habiter en cœur des villes sans se ruiner, tout en partageant une expérience de vie communautaire. Les proprios y voient l’occasion de doubler le nombre de garants. En bref, tout le monde peut trouver logement à son goût. Pinql est une appli vivante, qui se nourrit d’un double besoin : satisfaire ses utilisateurs et anticiper leurs attentes. « La mise en place du projet n’a pas été une sinécure », raconte Andréa. « Il a fallu contourner de nombreux obstacles et optimiser nos services, pour qu’ils collent de près aux usages. » Un tâtonnement qui fait office d’expérience. Et qui conduit la fine équipe à regarder constamment vers l’avenir. Aujourd’hui, Pinql vient de signer un partenariat avec l’un des plus gros acteurs de l’assurance. Demain, l’appli pourrait proposer des services toujours plus précis et efficaces. Avec, à la clé, la dématérialisation complète du processus locatif dans les dix ans à venir. Et sans jamais renier sa dimension communautaire.

3/3


PropTech : un vent salubre ! immoweek.fr/green-et-innovations/actualite/proptech-un-vent-salubre May 4, 2018

Il y a encore quelques mois, on trouvait des questions (que nous nous posions nous-même parfois d’ailleurs !) ou des titres comme « La propTech peut-elle réinventer notre relation à l’immobilier ? » (Maddyness) ou « Les proptech, pas encore une évidence » (« Les Echos »). Filippo Rean, directeur de la division immobilier de Reed Midem, qui est notre invité lundi 7 mai dans le « 12 Minutes Immoweek » sur Radio-immo (à découvrir en replay sur le site immoweek.fr) nous livrait aussi son témoignage sur un amphi presque vide sur le sujet au Mipim il y a deux ans… et un grand auditorium rempli par 800 personnes cette année sur la même thématique. On ne peut plus, en effet, parler de « gadget », de simple curiosité ou s’affranchir de la question en affirmant « l’immobilier, c’est de la pierre » ou « l’immobilier n’aime pas (avec sa variante n’est pas conçu pour) l’innovation »… Rien ni personne, que ce soit les professionnels eux-mêmes (et bien au-delà des seuls agents déjà massivement impactés), les immeubles ou les entreprises du secteur, ne peut échapper à la tornade Proptech. L’initiative de Reed Midem, qui après son premier rendez-vous US à New York (la deuxième édition américaine aura lieu à l’automne), organise les 20 et 21 juin prochain, au Palais des Congrès, son « Mipim Proptech Europe », et dont Immoweek est le partenaire, vient à point nommé. Avec plus de 1 500 professionnels attendus, on pourra ainsi prendre la mesure des changements en cours et à venir. Car, aujourd’hui, ceux qui resteront à l’écart prendront, sans doute, un retard difficile à rattraper par la suite. Rendez-vous donc dès lundi pour écouter Filippo Rean… et fin juin pour ce moment où la modernité va balayer nos vieilles certitudes. Un vent salubre ! Pascal Bonnefille Directeur de la publication

1/1


radio.immo/broadcast/135477-LE-12-IMMOWEEK-F-REAN-REED-MIDEM

7 mai 2018 à 8h15, durée : 12 minutes LE 12' IMMOWEEK - F. REAN, REED MIDEM Animé par : Pascal BONNEFILLEValérie GARNIER Invité(s) : Filippo REAN

1/1


Solen : une appli pour mesurer la lumière lejournaldugrandparis.fr/solen-appli-mesurer-lumiere Jacques Paquier

May 14, 2018

Solen signifie soleil en suédois. Tout un symbole pour cette start-up parisienne dont l’appli mesure la luminosité des locaux, bureaux, logements… « L’idée nous est venue en cherchant des terrasses ensoleillées », raconte Clément Henry, un des trois cofondateurs de la start-up, hébergée dans l’accélérateur du Bon coin, non loin de la gare de l’Est. Les trois ingénieurs, qui se sont rencontrés en doublant leur formation d’un cursus en école de commerce, créent d’abord Sunspot. L’appli permet aux sunspoteurs de connaître le degré de luminosité d’un lieu en tapant son adresse. Chacun peut aussi poster des photos, à partir desquelles la société déduit la qualité de l’ensoleillement. « Notre conviction est que le degré de lumière et d’ensoleillement d’un lieu agit directement et fortement sur la santé et l’humeur de ses occupants », poursuit Clément Henry. Sunspot ne trouvera pas de modèle économique. Ni les utilisateurs, ni les cafetiers ne sont prêts à payer pour la consulter. Mais les trois créateurs de l’appli décident de la transposer dans l’immobilier. Avec succès. Foncia en a équipé l’ensemble de ses agences, pour chacun de ses mandats exclusifs. Square Habitat et L’adresse se sont également dotés de cette application.

Luminosité naturelle Solen permet d’indiquer, pour chaque logement, chaque local, une durée d’ensoleillement quotidienne, de même que la qualité de la luminosité naturelle. « Ces données sont difficilement mesurables à l’œil nu, ni comparables d’un site à un autre, parce que l’on n’effectue pas forcément ses visites à la même heure », indique Clément Henry. Solen permet, en outre, de prévoir l’évolution de la lumière au fil des jours et des saisons, en se basant sur la trajectoire du soleil. La courbe solaire apparaît en réalité augmentée, in situ, sur son portable : effet saisissant garanti. Solen éclaire la scène française de la Real Estech popularisée par Robin Rivaton, dans son ouvrage L’immobilier de demain*. La start-up vient de lever un million d’euros, auprès de la BPI notamment, sous la forme de participations, et compte désormais 14 salariés. Elle a séduit des promoteurs, à l’instar de Bouygues immobilier, Kaufman & Broad ou Ogic, qui peuvent ainsi ajouter ces informations à leurs produits – Solen sachant calculer la luminosité des locaux à partir de leurs plans. Après le Mipim à Cannes en mars dernier, la start-up sera au Mipim PropTech, à Paris en juin 2018. Et compte bien nouer des partenariats internationaux à cette occasion. * L’Immobilier de demain, La Real Estech des rentiers aux entrepreneurs, Editions Dunod, 2017. 1/2


La data, nouveau dada de l’immobilier businessimmo.com/contents/98074/la-data-nouveau-dada-de-l-immobilier May 14, 2018

La disponibilité et l’analyse des données liées aux immeubles permettent de plus en plus de placer l’utilisateur final au centre des métiers de l’immobilier, de la conception de l’immeuble jusqu’à sa gestion. Cela se fait via les données produites par les utilisateurs eux-mêmes, collectées souvent grâce à l’introduction de l’internet des objets dans nos immeubles, à l’exemple de la gestion de la température ou des espaces partagés à travers des indicateurs de présence. La data est désormais récupérées et valorisées à tous les niveaux de l’immobilier, de la construction à la gestion d’un immeuble, jusqu’à l’analyse des investissements. Par exemple en croisant des informations liées à l’immeuble lui-même et à la zone où il est implanté, on peut évaluer selon plusieurs critères l’attractivité d’un quartier voire d’une rue. Ainsi, la société Kel Quartier met à disposition de multiples données pour aider les acheteurs à cibler le quartier qui correspond le mieux à leurs critères. L’analyse des données livre aux gestionnaires de biens immobiliers des outils qui leur permettent d’optimiser la gestion de leurs biens. C’est l’un des services que proposent HBS Research ou encore Deepki– deux sociétés qui exposeront au Mipim PropTech Europe – la dernière mettant plus particulièrement l’accent sur l’efficacité énergétique. L’utilisation et l’exploitation de la data transforment les métiers de l’immobilier car ils font appel à de nouvelles compétences. On peut citer en exemple la maquette numérique (BIM) dont l’objectif est de servir à la création mais aussi à l’exploitation du bâtiment. Cette maquette doit réunir tous les éléments d’information liés à la construction de l’immeuble et se transmettre de l’architecte au propriétaire et/ou au facility manager. Tout au long de la vie de l’immeuble, elle doit donc être mise à jour. Le Big Data vient se greffer à la maquette pour mieux connaître la vie du bâtiment et de ses utilisateurs et permettre ainsi une gestion prédictive. Ainsi la capacité d’un asset manager à gérer les données d’un immeuble pourrait devenir pour un investisseur un critère supplémentaire d’évaluation de ce bien. A l’échelle de la ville, le Big Data apporte une nouvelle dimension à la planification urbaine. L’analyse des données permet, par exemple, de quantifier et de cartographier les flux journaliers de population ou d’identifier l’adéquation entre le nombre d’enfants par quartier et celui des écoles, et ainsi mieux prévoir les infrastructures et l’emplacement des constructions. De manière plus prospective, les recherches actuelles sur le véhicule autonome comptent aussi un volet important d’analyse des données. En effet, selon une étude du Boston Consulting Group, un des éléments essentiels de l’intégration des véhicules autonomes dans la ville sera de disposer d’une plate-forme digitale qui permettra de visualiser l’ensemble du réseau de transport et ainsi gérer le trafic et proposer, en temps réel aux usagers, le meilleur moyen de transport disponible. Au-delà de tous ces nouveaux usages qui vont transformer notre quotidien et la ville de demain, se pose la question de l’encadrement nécessaire pour assurer un équilibre entre utilisation des données et protection de la liberté individuelle. Parallèlement aux nouvelles 1/2


règlementations mises en place par les gouvernements, on voit émerger des métiers autour de la cybersécurité immobilière qui vont aller de pair avec la digitalisation croissante de nos sociétés.

2/2


S. Rozenfarb : « La transition numérique du secteur immobilier est incontournable » lejournaldugrandparis.fr/s-rozenfarb-transition-numerique-secteur-immobilier-incontournable Fabienne Proux

May 22, 2018

Les 20 et 21 juin 2018, le palais des congrès de Paris accueillera la 1re édition européenne du Mipim PropTech. Ce rendez-vous organisé par Reed Midem, leader dans l’organisation de salons immobiliers internationaux professionnels, vise à faire se rencontrer acteurs de l’immobilier et sociétés technologiques. Sara Rozenfarb, directrice de la stratégie et des nouveaux développements pour la division immobilier de Reed Midem, en explique l’origine et l’objet. Pour quelles raisons Reed Midem s’intéresse-t-il aux nouvelles technologies ? La montée en puissance des nouvelles technologies impacte toute la chaine de valeur de l’immobilier, qu’il s’agisse de la planification urbaine, la ville intelligente, les levées de fonds, la construction, la commercialisation et la gestion d’un bâtiment. De même, tous les secteurs sont concernés : résidentiel, tertiaire, logistique, commercial, ainsi que tous les professionnels (architectes, promoteurs, investisseurs, aménageurs…). Bref, la transition numérique du secteur immobilier devient incontournable.

Sara Rozenfarb. © S. D’halloy – Image & Co

Quelles actions mettez-vous en œuvre pour accompagner cette transition ? Depuis cinq ans, la société Reed Midem a intégré cette thématique dans ses salons immobiliers Mipim et Mapic à Cannes. Pour sensibiliser les acteurs de l’immobilier à la transformation digitale, nous avons ainsi lancé une compétition de start-up développant des outils dédiés à ce secteur d’activité. Fin 2016, nous avons décidé de tester aux ÉtatsUnis une manifestation pilote qui a abouti à l’organisation à New-York en octobre 2017 de la 1re édition du Mipim PropTech. Une 2e édition est d’ores et déjà programmée le 6 novembre 2018. En quoi consiste le Mipim PropTech ? Il s’agit de faire se rencontrer les professionnels de l’immobilier et les sociétés œuvrant dans les nouvelles technologies appliquées à l’immobilier, deux mondes totalement différents qui ne parlent pas le même langage. Au MIPIM PropTech, les premiers pourront 1/2


exprimer leurs besoins et découvrir des innovations, les seconds mieux comprendre les attentes de ces derniers et promouvoir leurs solutions. À la suite du succès de l’édition américaine, nous dupliquons le modèle en Europe et plus précisément à Paris les 20 et 21 juin. Contrairement à New York où l’événement ne dure qu’une journée pour s’adapter au format américain des conférences, le rendez-vous parisien durera deux jours. Pourquoi avoir choisi Paris ? Paris dispose de nombreux atouts : facilité d’accès et bénéficiant d’une vraie dynamique autour de l’innovation, notamment technologique, largement soutenue par l’action gouvernementale. Enfin, le marché immobilier parisien est l’un des plus dynamiques d’Europe. A qui s’adresse le Mipim PropTech ? A tous les professionnels de l’immobilier, aux sociétés technologiques ayant déjà fait leurs preuves, aux investisseurs traditionnels de l’immobilier et à ceux se consacrant au soutien financier des start-up (venture capital). Les start-up plus ou moins matures pourront présenter leurs solutions, services, outils appliqués aux secteurs de l’immobilier (plateformes de gestion de projet, drones, BIM…) dans l’espace d’exposition où seront également présentes des sociétés immobilières ayant des innovations à présenter. L’essentiel est que tous les professionnels se mélangent et nouent des contacts. Un important programme de conférences animera également les deux jours du Mipim PropTech autour de la thématique « unexpected value » ou comment avec la technologie la valeur des biens immobiliers évolue vers les valeurs financière, technologique, humaine, d’usage et immatérielle.

2/2


Préparer l’avenir de l’immobilier – Interview de Filippo Rean stonup.com/blog-article/interview-filippo-rean By Stonup

May 30, 2018

Le MIPIM PropTech Europe aura lieu le 20-21 Juin 2018 au Palais des Congrès de Paris, et Stonup est partenaire de cette première édition européenne. En attendant de retrouver Cyril sur scène et notre équipe sur le salon, nous avons échangé avec Filippo Rean – Directeur de la division Immobilier de Reed MIDEM, pour évoquer l’avenir du salon et du secteur immobilier…

M. Rean, après plusieurs éditions du MIPIM, pourquoi un salon dédié à la proptech ? Depuis 1990, le MIPIM s’est imposé comme le grand rendez-vous annuel des professionnels de l’immobilier du monde entier. Le MIPIM est une véritable place de marché qui favorise le dialogue entre professionnels de toute la chaine de valeur de l’immobilier et apporte un éclairage nouveau sur l’actualité du secteur au niveau international et les nouvelles opportunités. Le MIPIM s’intéresse depuis de nombreuses années aux impacts de la révolution numérique sur l’industrie immobilière, convaincu que notre société change de paradigme et que l’immobilier n’échappera pas à cette nouvelle donne. Cela s’est traduit notamment par la création, en 2013, d’un pavillon dédié aux entreprises technologiques : le MIPIM Innovation Forum, puis par la mise à l’honneur de la « Révolution digitale » comme thématique du programme de conférences en 2015. Enfin, nous avons lancé l’an dernier à New York un événement dédié à la proptech, le MIPIM PropTech NYC, qui a été très bien accueilli, et nous continuons cette année avec le lancement du MIPIM PropTech Europe les 20 et 21 juin à Paris. Aujourd’hui, l’importance de la technologie dans l’immobilier est évidente tant pour les sociétés immobilières que pour les sociétés tech. Les enjeux sont d’autant plus colossaux que l’immobilier est l’un des plus grands secteurs de l’économie mondiale, en conséquence l’un de ceux qui peut offrir le plus d’opportunités aux sociétés de la tech et aux investisseurs en Capital Venture qui commencent à investir dans ce domaine. Avec le MIPIM PropTech, notre ambition est de créer un lieu qui contribue à forger un langage commun entre tous les acteurs qui réfléchissent à la ville de demain, issus du secteur de l’immobilier ou et de celui des nouvelles technologies. Notre rôle sera de favoriser les contacts, les échanges, les partenariats et la mise en valeur de nouvelles solutions. 1/4


Comment envisagez-vous le développement de MIPIM Proptech ? Après New York l’an dernier, nous lançons cette année le MIPIM PropTech Europe à Paris, il est un peu prématuré de parler de nouveaux lancements pour le moment. Cependant, il faut noter que nous organisons depuis 3 ans maintenant la Startup Competition qui met à l’honneur les startups les plus prometteuses et innovantes pour faire évoluer l’écosystème de l’immobilier. L’édition 2018 va faire étape dans trois hauts-lieux de la proptech : New York, Londres et Hong Kong pendant les MIPIM organisés dans ces pays.

L’émergence de la proptech pousse-t-elle l’immobilier à se tourner vers la R&D pour développer ses propres technologies ? Les grands groupes immobiliers sont nombreux actuellement à intégrer dans leur structure des nouvelles technologies ou à investir dans des startups. Il est important de noter que tous ces groupes se dotent de départements innovation dont le rôle est d’intégrer les nouvelles technologies dans leur activité. Les incubateurs qui sont créés par ces groupes sont aussi un bon moyen de se positionner à la source de l’innovation.

La technologie prend de plus en plus de place, après les vagues fintech, edtech; elle investit l’immobilier à chaque bout de la chaîne – de la proptech à la maison connectée… Selon vous, quelles sont les technologies qui impactent le plus le secteur immobilier ? La proptech recouvre les technologies nouvelles qui répondent aux besoins de l’immobilier. Ce dernier est face à une nouvelle frontière qui intègre à la fois une révolution technologique mais aussi une évolution des besoins des utilisateurs des bâtiments, et plus largement de la ville. Il existe une réelle convergence entre la révolution numérique et les évolutions sociétales car ces dernières se nourrissent de technologie. La grande opportunité qui s’offre aujourd’hui à l’immobilier est de pouvoir s’appuyer sur le numérique et le digital pour intégrer et répondre aux nouvelles attentes des utilisateurs de la ville de demain. Parmi les technologies qui ont un impact sur l’immobilier, le big data est certainement la plus présente car les données sont désormais récupérées et valorisées à tous les niveaux de l’immobilier, de la construction à la gestion d’un immeuble, jusqu’à l’analyse des investissements. Ainsi l’analyse des données livre aux gestionnaires de biens immobiliers des outils qui leur permettent d’optimiser la gestion de leurs biens. La disponibilité et l’analyse des données liées aux immeubles permettent aussi de plus en plus de placer l’utilisateur final au centre des métiers de l’immobilier. A l’échelle de la ville, le big data apporte une nouvelle dimension à la planification urbaine. L’analyse des données permet par exemple de quantifier et de cartographier les flux journaliers de population ou d’identifier l’adéquation entre le nombre d’enfants par quartier et celui des écoles, et ainsi mieux prévoir les infrastructures et l’emplacement des constructions. Ainsi l’utilisation et l’exploitation de la data transforment les métiers de l’immobilier car ils font appel à de nouvelles compétences.

2/4


Le BIM (Building Information Modeling) est une technologie qui peut jouer un rôle décisif dans l’immobilier car il permet à tous les professionnels impliqués dans la réalisation d’un immeuble – architecte, bureau d’études, société de construction, prestataires, client final – de travailler sur une même plateforme d’information et une même maquette 3D. Il devient de plus en plus sophistiqué et intègre désormais des données recueillies à partir des comportements des utilisateurs afin de concevoir des espaces et des bâtiments plus adaptés. Tout au long de la vie de l’immeuble, cette maquette virtuelle doit donc être mise à jour. Le big data vient se greffer à la maquette pour mieux connaître la vie du bâtiment et de ses utilisateurs et permettre ainsi une gestion prédictive. L’internet des objets ou IoT (Internet of Things) est aussi une technologie importante car elle peut avoir un impact direct sur le confort des utilisateurs qui peuvent mesurer ou contrôler à distance des infrastructures et donc ajuster au mieux leur fonctionnement aux besoins. C’est le cas par exemple des systèmes de chauffage, de climatisation ou d’éclairage, permettant au passage de faire des économies d’énergie. L’internet des objets couplé à l’intelligence artificielle permet aussi, grâce aux capteurs de données en temps réel, d’assurer la maintenance prédictive de tout ou partie de l’immeuble. Les technologies liées à la finance, telles que la blockchain, font leur entrée dans le monde de l’immobilier et de son financement, mais il est encore trop tôt pour en évaluer leur impact.

Selon vous, comment l’appétence des grands groupes vis-à-vis de la Proptech va-t-elle évoluer dans les années à venir ? Pourrait-on voir certains acteurs de l’immobilier développer leurs propres technologies ? Le secteur de la proptech est sorti de l’ombre. Cela est manifeste notamment lorsque l’on regarde la véritable envolée des levées de fonds pour ce secteur ces dernières années, notamment en 2017, avec plus de 12 Mds$ selon Venture Scanner, et près de 8 Mds$ en 2016. Des investisseurs traditionnels en immobilier ainsi que des acteurs de l’immobilier commencent ainsi à investir dans le secteur de la PropTech. Pour ces derniers, c’est un moyen d’accélérer l’intégration de la technologie dans leur activité, mais également de faire entrer dans l’entreprise une culture de l’innovation et du changement. Ces sociétés investissent dans le secteur de la PropTech soit directement, soit indirectement via des fonds de capital-risque. Ainsi, en 2017, CBRE, Prologis, Hines, Lennar, Equity Residential et d’autres acteurs de l’immobilier ont investi environ 110 M$ dans le fonds de capital-risque dédié à la PropTech, Fifth Wall Ventures.

Enfin M. Rean, quels sont les apprentissages faits sur le marché à travers les différentes éditions ? L’édition de New York du MIPIM PropTech nous a montré qu’il y avait un vrai besoin de rencontres et de dialogue entre le monde de l’immobilier et celui de la technologie et que c’est ensemble qu’ils pourront construire la ville de demain. Nous avons reçu un accueil

3/4


très positif de la part du monde de l’immobilier et de la technologie, aussi bien pour l’édition de New York que celle de Paris, et nous sommes très heureux de la participation de Stonup à cette première édition. Retrouvez-notre équipe au MIPIM PROPTECH EUROPE !

4/4


LegaLife participera au Mipim Proptech Europe affiches-parisiennes.com/legalife-participera-au-mipim-proptech-europe-8013.html

le 08 juin 2018 - Anne MOREAUX - Immobilier - Profession Après avoir conquis le marché juridique, LegaLife s'attaque au marché des promoteurs immobiliers. Pionnière dans la rédaction automatisée de documents juridiques en ligne, la jeune legaltech sera présente à la première édition du Mipim Proptech Europe, salon dédié à l'immobilier et à la technologie, qui se tiendra au Palais des Congrès à Paris, les mercredi 20 et jeudi 21 juin prochains.

Fondée en 2013 par François Marill et Thomas Rivoire, deux anciens camarades de promo d'HEC dont le second est devenu notaire, et le polytechnicien Olivier Adam, Legalife est la première legaltech à avoir proposé en France la rédaction automatisée des documents juridiques 100 % en ligne. Après avoir conclu à l'automne dernier un partenariat avec Azko, une filiale de Secib, le leader français du développement de logiciels pour cabinets d'avocats, la legaltech s'attaque au marché des promoteurs immobiliers et des notaires. Depuis octobre dernier, elle a développé une activité dite proptech (property technology, services des start-up de l'immobilier) qui simplifie et digitalise entièrement le processus de vente en Vefa (Vente en état futur d'achèvement, également appelée achat sur plan). Elle permet ainsi d'accélérer le délai de traitement des dossiers entre la réservation en bureau de vente et la signature de l'acte de vente chez le notaire, tout en of-frant aux acquéreurs une expérience d'achat digitalisée.

Acheter son appartement sur le net La start-up a en effet « décliné son outil de génération de documents juridiques en ligne en développant une solution spécifique de digitalisation du processus de vente en Vefa pour les promoteurs immobiliers », commente Thomas Rivoire. « On digitalise tout le processus d'achat d'un bien immobilier neuf », ajoute ce dernier. L'acquéreur peut ainsi réserver son appartement enquelques minutes directement depuis le bureau de vente du promoteur ou en ligne chez lui sur le support de son choix : ordinateur, tablette ou smartphone. Le contrat de réservation, entièrement automatisé, est spécifique pour chaque programme immobilier. L'acquéreur est alors guidé tout au long du processus par des questions très simples jusqu'à la signature électronique qui a valeur légale.

1/3


Ce partenariat exclusif a été conclu en vue d'associer la technologie respective développée par Legalife et FoxNot (qui automatise la transmission d'informations entre les études de notaires et leurs clients) dans une offre commune proposée aux notaires afin de fluidifier et d'accélérer la rédaction des actes de ventes en Vefa. Le principe est simple : créer une passerelle numérique directe entre les promoteurs immobiliers, les acheteurs et les notaires.Cet outil a été développé en un peu moins d'un an par une équipe de développeurs et de juristes. Son coût est variable, ce qui permet de s'adapter à la taille du promoteur.

Processus simplifié pour le promoteur et le notaire Grâce à la technologie de LegaLife, le promoteur immobilier passe l'ensemble de son processus de vente au zéro papier. La start-up offre une plateforme complète de digitalisation du processus de la vente immobilière dans le cloud qui se connecte à la plupart des solutions existantes (CRM, gestion des stocks, site internet). Les acteurs de la vente (acquéreur, promoteur, notaire) disposent d'un compte administrateur leur permettant de suivre l'avancement des dossiers et d'être notifiés en temps réel des actions à effectuer par chacune des parties prenantes.

Une passerelle numérique entre promoteur, notaire et acheteur. « Les promoteurs nationaux commercialisent des centaines de programmes et doivent donc signer de nombreux contrats en peu de temps, puis assurer un suivi rigoureux tant auprès de l'acheteur que du notaire, LegaLife est la solution idéale pour gérer ces problématiques », explique Thomas Rivoire. Les commerciaux et acquéeurs n'ont plus à passer un temps considérable à compléter à la main, parapher et signer les trois exemplaires de contrat de réservation. L'acquéreur a également accès à un compte personnel, avec lequel il peut échanger avec le promoteur et le notaire jusqu'à la livraison de son appartement. L'outil de suivi se met à jour automatiquement et en temps réel en fonction des réponses apportées au 2/3


questionnaire du contrat de réservation, des fichiers uploadés, des vidéos, des dates programmées, etc. Et cela jusqu'à la livraison du programme.

Nouveau standard de marché LegaLife a déjà commercialisé sa solution auprès de plus de 20 promoteurs immobiliers, dont Quartus, Bricqueville, le groupe Alsei, Demathieu Bard ou encore Constructa. Elle a, par ailleurs, noué un partenariat exclusif avec la start-up FoxNot afin de mieux accompagner les notaires dans la création de l'acte de vente. La start-up complète ainsi la technologie développée par FoxNot – qui s'applique dans l'immobilier ancien – en connectant sa propre technologie à la BoxNot. Les clients notaires de FoxNot peuvent ainsi bénéficier d'une passerelle entre lepromoteur en charge du programme immobilier neuf et leurs propres outils métiers afin de rédiger les actes de vente. Les acheteurs et les promoteurs peuvent quant à eux suivre les actions des notaires sur chacun de leurs dossiers de vente. Les délais s'en retrouvent sensiblement raccourcis. Cet espace digital est protégé de façon classique avec un cryptage certifié ASSL et des mots de passe. « Nous instaurons un standard de marché ; les innovations technologiques vont se multiplier dans le secteur afin de répondre aux besoins de la profession, mais aussi des particuliers. Nous prévoyons à cet égard d'intégrer de nouvelles fonctionnalités, comme la prise de rendez-vous en ligne, afin de simplifier le parcours clients », indiquent François Marill et Thomas Rivoire. Les partenaires s'attendentà ce que cet outil de digita-lisation soit bien reçu chez les promoteurs et les études de notaires qui manquaient de logiciels capables de se connecter à leurs outils métiers, GenApi, Fiducial et Fichorga pour ces derniers. Après en avoir fait la promotion au récent Congrès des notaires, à Cannes, les cofondateurs de LegaLife seront présents au Mipim Proptech Europe, prochainement à Paris.

3/3


La smart city : qui va en tirer la valeur ? businessimmo.com/contents/99238/la-smart-city-qui-va-en-tirer-la-valeur June 11, 2018

Point de vue de Filippo Rean, Reed MIDEM Publié le 11/06/2018 à 17:36 Les zones urbaines ne cessent de croître et d'évoluer en même temps que les attentes de leurs habitants pour une meilleure qualité de vie, de meilleurs services et infrastructures. La promesse de la ville intelligente, c’est celle de la ville connectée au bénéfice aussi bien des citoyens, des autorités publiques que des entreprises privées. Elle doit être le fruit de la convergence de nombreuses données issues de sources très diversifiées. Grâce à la technologie, les villes peuvent tendre vers plus d’efficacité et mieux répondre aux besoins des habitants. Depuis quelques années, le marché de la smart city est devenu une vraie réalité. La connectivité omniprésente, grâce à l’internet des objets, permet de transformer enfin la masse de données en informations exploitables et de gérer ainsi, de manière plus efficace et plus durable, les problématiques autour de l’énergie, des déchets, de l’eau, des infrastructures publiques, sportives et culturelles... Dans ce domaine, on peut citer les initiatives de start-up comme Vu.City qui propose de cartographier des données pour mieux les comprendre, ou encore Kel Quartier qui aide les acheteurs à cibler le quartier qui correspond le mieux à leurs critères. L’exploitation des données dans la ville devrait permettre, à terme, de fluidifier la circulation en gérant de manière globale tous les moyens de transport disponibles et les proposer en temps réel aux habitants. Elle sera ainsi la base pour la mise en place de véhicules autonomes dans la ville. La technologie dans la ville renforce également la démocratie participative en permettant de favoriser les interactions entre les autorités locales et les citoyens, mais aussi avec toutes les autres organisations publiques (médicales, enseignement, entreprises…) et donc mieux répondre aux aspirations des habitants. C’est ce que propose par exemple la société française Spallian, qui développe une solution de citoyenneté connectée. Ces sujets concernent toutes les grandes métropoles internationales et seront discutés dans le programme de conférences du Mipim PropTech Europe, avec des invités prestigieux tels que Carrie Lam, cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Aaron Renn du Manhattan Institute for Policy Research, un institut de recherche américain dont la mission est de développer et de diffuser de nouvelles idées autour de la politique de la ville, et Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris. Du côté des entreprises, les nouvelles technologies ouvrent énormément d’opportunités de développement de nouvelles activités, notamment pour les sociétés technologiques dans le big data, l’internet des objets, l’intelligence artificielle et même les robots avec les véhicules 1/2


autonomes. À l’image de ce qui se passe dans le secteur de l’immobilier, elle va faire émerger de nouveaux métiers et de nouvelles compétences.

2/2


radio.immo/broadcast/142548-Premier-plateau-Innovation-technologique-dans-l-industrie-immobilière

12 juin 2018 à 18h22, durée : 28 minutes Premier plateau : Innovation technologique dans l'industrie immobilière Inscrivez-vous au MIPIM Proptech Europe 2018 : https://europe.mipim-proptech.com/en/attend.html Animé par : Sylvain LEVY-VALENSI Invité(s) : Filippo REANPhilippe BOYERChristophe BURCKARTEduardo LARRAINJean-Marc TORROLLION 28:19 Le 12 Minutes Immoweek - LE 12' IMMOWEEK - F. REAN, REED MIDEM

1/1


radio.immo/broadcast/142549-Deuxième-plateau-Les-nouvelles-solutions-les-nouveaux-projets

12 juin 2018 à 18h53, durée : 29 minutes Deuxième plateau : Les nouvelles solutions, les nouveaux projets Inscrivez-vous au MIPIM Proptech Europe 2018 : https://europe.mipim-proptech.com/en/attend.html Animé par : Sylvain LEVY-VALENSI Invité(s) : Filippo REANJean-Marc TORROLLIONBlaise HEURTEUXFrank HOVORKAVincent PAVANELLO

1/1


MIPIM PropTech Europe : un Français en finale de la Startup Competition businessimmo.com/contents/99437/mipim-proptech-europe-un-francais-en-finale-de-la-startup-competition June 15, 2018

La première étape de la MIPIM Startup Competition 2019, organisée en partenariat avec Metaprop NYC, aura lieu la semaine prochaine pendant le MIPIM PropTech Europe à Paris. Cette année, parmi 73 dossiers de 24 pays, six start-up ont été sélectionnées pour présenter leurs projets le 20 juin : _ British Pearl (Royaume-Uni) est une plate-forme qui rend accessible les placements immobiliers à partir de £100 en tant qu’actionnaire ; _ Lightfi (Royaume-Uni) utilise l’internet des objets pour rendre les immeubles intelligents grâce à la mise en place de détecteurs spéciaux ; _ Sensorberg (Allemagne) permet de numériser des bâtiments complexes afin de les rendre plus connectés à leurs utilisateurs et de fournir des espaces intelligents ; _ Snapkin (France) propose un service de modélisation 2D/3D aux professionnels du bâtiment et de l’architecture disposant d’un scanner 3D ; _ Spaceti (République tchèque) est une solution proptech qui mélange des détecteurs d’intérieurs et d’extérieurs afin d’optimiser au mieux les espaces du quotidien; _ Strata (Royaume-Uni) est un service d’ameublement pour biens immobiliers, du studio au bureau d’entreprise. Les start-up sélectionnées seront divisées en deux groupes. Le premier groupe présentera ses projets de 12h15 à 13h en salle Havane, et le second groupe de 14h45 à 15h30 également en salle Havane. Cinq minutes de présentation leur seront accordées suivies de cinq autres minutes de questions et réponses face au jury.

1/1


MIPIM PropTech Europe frenchweb.fr/mipim-proptech-europe/328562 June 18, 2018

Le MIPIM Proptech Europe est l’évènement européen qui réunit décideurs de tous les secteurs de l’immobilier et décideurs de startups et entreprises technologiques pour identifier les besoins et les opportunités de collaboration, trouver un langage commun et créer de nouvelles règles du jeu communes. Le MIPIM PropTech Europe, c’est un espace d’exposition entièrement dédié aux sociétés tech ainsi qu’un programme de conférences composé d’une quarantaine de sessions qui aborderont des sujets aussi divers que la smart city, la blockchain, l’intelligence artificielle, l’investissement dans la proptech, la fintech, la cybersécurité ou encore les femmes dans la proptech. Parmi les conférenciers prestigieux de la tech, on peut citer Rand Hindi, figure de proue de l’intelligence artificielle, Jessica Barker, experte britannique en cybersécurité ou encore Jamie Woodruff, hackeur éthique américain. 1 500 participants de 40 pays sont attendus à cette première édition. Rendez-vous à ne pas manquer cette semaine, les 20 et 21 juin au Palais des Congrès de la Porte Maillot. Pour en savoir plus: www.mipim-proptech.com.

1/1


19/06/2018


0012314205

67789

ÿÿ ÿ 78  ÿ  8ÿ  8  ÿ ÿ9 8 ÿ

D~~txvnÿyz{{l|}}µµµknxux~zukjr}€ stuvwxuuÿyz{{lu|}}stuvwxuuknxux~zukjr}€ xw{rxlrxwxtruÿyz{{lu|}}stuvwxuuknxux~zukjr}xw{rxlrxwxtru}vwqxklzl€ u{Dr{tlÿyz{{lu|}}stuvwxuuknxux~zukjr}xw{rxlrxwxtru}u{Dr{tl}vwqxklzl€ ‚ƒ„…

†‡‡ˆ‰Š‹ŠŒÿÿ3+0ÿ*72%./)+/0ÿ/.)+4)&/*%+ .02.%53*/0ÿ43.ÿ8$%&'&()*+

‘U’“‚”ÿ•’–‘ÿ—”„„_˜™™ššš›•‘œ‘ƒ”’œ›“™ž’…“Ÿ‚• œ„‘œ™ Ÿ‘¡›_”_¢ £¤¤¥¦§¨ÿ©nPÿª«}¬­ÿ®ÿ̄¬|¬¬©°MHÿ®ÿ±QRFÿJP ¯¬}¬­ÿ®ÿ¬²|³´

nPHÿSFKNHKOSMQNHÿMeeQgMJMGFPHÿfPeKNfPNSÿPSÿmdNGFPNSÿEJdSiQFPÿfPÿfQORePNSHkÿnKÿSPOiNQJQmMPÿgJQOhOiKMNÿJPHÿOQNHPFoPÿfPÿeKNMGFPÿHdORFMHdPÿPS HRFSQRSÿmKFKNSMSÿJPRFÿMNSdmFMSdkÿpÿqr

#$%&'&()*+ÿ-)./+0.ÿ/.)1)*$$0ÿ)10&ÿ2$34*03.4ÿ)&/03.4ÿ50 $6*77%8*$*0.ÿ2%3.ÿ2.%2%40.ÿ3+ÿ%3/*$ÿ20.70//)+/ÿ56090&/30. 56*72%./)+/04ÿ/.)+4)&/*%+4ÿ43.ÿ8$%&'&()*+:ÿ;0ÿ50.+*0.ÿ04/ 2.<40+/<ÿ$0ÿ=>ÿ?3*+ÿ@ÿ$)ÿ&%+A<.0+&0ÿBC-CBÿ-.%2/0&(: DEFGHÿJKÿLMNKNOPÿQRÿPNOQFPÿJPHÿSFKNHEQFSHTÿUVWXYXZ[\]ÿ_[`a]b`TÿJcdSQMJPÿeQNSKNSPÿfPÿJK SFKNHLQFeKSMQNÿgJQOhOiKMNÿPNÿjFKNOPTÿHPÿEPNOiPÿHRFÿJcMeeQgMJMPFkÿlQRFÿSQROiPFÿOPÿHPOSPRF SFGHÿMNSPFedfMdÿPSÿPNOQFPÿEPRÿfMmMSKJMHdTÿPJJPÿKÿOiQMHMÿfPÿFPEFQfRMFPÿRNPÿSFKNHKOSMQN 119    8 1     11220502 ! 2" " 78  "  8" 7789

"  8  " "9 8 "403 

014


9

ÿÿ,

= ÿ 7  ABC ÿ ÿ ()*+,-+ÿ/+ÿ0123ÿ5ÿ6)ÿ7+889:;ÿ/+6778 ÿ6<9((+ 6+8ÿ >?@ D 8EFÿ G1 181 ÿ( ÿ0 Hÿ9Iÿ 889J,K ÿLÿÿM:,6:N;+ M966);7:,-JIÿ/+ÿOPQÿDO:79KJKÿP:;79R-+ÿQS:;;)98+HÿLÿ6)ÿ8:79KJKÿ/+ÿN+8J9:;ÿ/+ÿT:-J+U+,966+ V-9(:;9)6ÿWX>YG

0012314205

Z[\]^_`\aÿcdefg\ÿh^ei\ÿ[\ÿjeÿ^ae]kec^_l]

Q:-8ÿ/+ÿ6)ÿ7:;UK-+;7+ÿmnonpÿrstouvwxÿy,9ÿ-K,;9Jÿ6+8ÿ)7J+,-8ÿ/+ÿ6<9((:=969+-ÿLÿV)-98Iÿ+66+ /+z)9Jÿ-K9JK-+-ÿ+;ÿ/9-+7Jÿ+Jÿ8,-ÿ6)ÿ=6:7{7|)9;ÿXJ|+-+,(ÿJ:,J+8ÿ6+8ÿKJ)T+8ÿ)S);Jÿ(+;KÿLÿ6) 89N;)J,-+ÿ/+ÿ7+ÿ7:;J-)JGÿV:,-ÿSÿT)-z+;9-IÿJ:,8ÿ6+8ÿ)7J+,-8ÿ7:;7+-;K8ÿT)-ÿ6<:TK-)J9:;ÿ:;JÿKJK -K,;98ÿ5ÿ6<)7|+J+,-ÿ+Jÿ6+ÿz+;/+,-Iÿ()98ÿ),889ÿ6<KJ,/+ÿ;:J)-9)6+ÿA,/:Jÿ}ÿ)88:79K8ÿ)9;89ÿy,+ ~MOÿW+8+)-7|Iÿ,;+ÿ+;J-+T-98+ÿ8TK79)698K+ÿ/);8ÿ6)ÿN+8J9:;ÿ/+ÿ/:;;K+8ÿ9((:=969R-+8G ÿQ<:=*+7J9UÿKJ)9Jÿ/<9/+;J9U9+-ÿ7|)y,+ÿKJ)T+ÿ/+ÿ6)ÿJ-);8)7J9:;ÿ)9;89ÿy,+ÿ6+8ÿT:9;J8ÿ/+ÿU-97J9:; y,+ÿ6)ÿ=6:7{7|)9;ÿT:,--)9JÿU6,9/9U9+-ÿ€Iÿ9;/9y,+ÿ‚utn‚vÿƒvsvu„n…‚Iÿ7:U:;/)J+,-ÿ/+ M6:7{7|)9;ÿV)-J;+-G † ÿ ÿ ‡ÿˆ 8 ÿÿÿ     ÿ 8 ÿ8 ‰8 ÿ ÿŠ‹ÿ8ÿ7  #119    8 1     1 

" "9  1 "02Œ!0"9 8 ""

    " 8 "8 ‰8 " ""‹"8"7 "0352Œ'

Žeccla[\aÿkgaÿj\kÿ[lcg\]^k

Q+8ÿJ-);8)7J9:;8ÿ9((:=969R-+8ÿ/+();/+;Jÿ+JÿNK;R-+;JÿT6KJ|:-+ÿ/+ÿ/:7,(+;J8IÿJ:,8 +88+;J9+68ÿLÿ6<)z);7K+ÿ/+8ÿ;KN:79)J9:;8ÿ7:((+ÿLÿ6)ÿ89N;)J,-+ÿ/,ÿ/+)6GÿQ)ÿJ+7|;:6:N9+ =6:7{7|)9;ÿ6+8ÿwt‚vs‘vÿ’vÿp…‚n“svÿ”w•sn”vÿvuÿ•sut•uÿ–…s…‚unuÿ—v•sÿn‚u”–snu”GÿÿQ+,9;87-9TJ9:;ÿ/);8ÿ6)ÿ=6:7{7|)9;ÿT+-(+Jÿ/+ÿ8<)77:-/+-ÿ8,-ÿ6)ÿ7|-:;:6:N9+ÿ/+8ÿ/:7,(+;J8Iÿ/+ 8<)88,-+-ÿy,<968ÿ;<:;JÿT)8ÿKJKÿ(:/9U9K8ÿ+Jÿ/:;7ÿy,+ÿJ:,Jÿ6+ÿ(:;/+ÿ8+ÿ-KUR-+ÿ=9+;ÿ),ÿ(˜(+ 7:;J+;,ÿ€Iÿ+™T:8+ÿš;J:9;+ÿ›+-+Jœ9);G ÿ?:,8ÿN)N;:;8ÿ/+ÿ6)ÿ7:;U9);7+Iÿ()98ÿ8,-J:,Jÿ/,ÿJ+(T8Iÿ)88,-+ÿY97|)+6ÿO9N/)Iÿ/9-+7J+,-ÿ/+ ~MOÿW+8+)-7|Gÿšz+7ÿ6<:,J96ÿy,+ÿ;:,8ÿ)z:;8ÿ/KT6:SKIÿ;:,8ÿT:,--:;8ÿ+™K7,J+-ÿ+;ÿ/+,™ÿ(:98 ,;+ÿJ-);8)7J9:;ÿy,9ÿ),*:,-/<|,9ÿ+;ÿT-+;/ÿ89™Gÿ€ š,/+ÿ-);JIÿ/9-+7J-97+ÿNK;K-)6+ÿ)/*:9;J+ÿ7|+œÿOPQIÿ+8J9(+ÿy,);JÿLÿ+66+ÿy,+ÿ6)ÿJ+7|;:6:N9+ +8JÿÿJ-R8ÿT-:(+JJ+,8+Iÿ()98ÿy,+ÿ6+8ÿ)7J+,-8ÿ/,ÿ()-7|Kÿ;+ÿ8:;JÿT)8ÿJ:,8ÿ)88+œÿ()J,-+8 T:,-ÿ6<9;JKN-+-ÿLÿ7:,-JÿJ+-(+ÿ€G

#119    8 1     11$% &%8 #2'&'

119    8 1     11220502 ! 2" " 78  "  8" 7789

"  8  " "9 8 "403 

414


Au Mipim PropTech, EP déploie de nouveaux services avec de grands acteurs de l’immobilier lemoniteur.fr/article/mipim-proptech-ep-deploie-de-nouveaux-services-avec-de-grands-acteurs-de-l-immobilier.1977189

le 19/06/2018 | EP, spécialiste dans les solutions digitales, dévoile de nouveaux services, développés en partenariats avec des acteurs de l’immobilier comme Vousfinancer.com ou Maisons France Confort. Elles seront présentées au Mipim PropTech Europe, qui démarre ce mercredi 20 juin Porte Maillot, à Paris. EP poursuit son développement. Après l’acquisition de la start-up Kadran, qui a inventé les enchères dégressives dans l’immobilier, la société spécialisée dans la digitalisation des travaux de gain d’énergie continue de se déployer dans la PropTech. Ce secteur regroupe des entreprises innovantes dans l’habitat, l’immobilier et la construction. Aussi, en amont du salon Mipim PropTech Europe, qui se tient Porte Maillot à Paris ces 20 et 21 juin, et dont le but est de réunir les décideurs de tous les secteurs de l'immobilier et les entreprises innovantes, EP Solution dévoile une série de partenariats avec de grands acteurs de l’immobilier, fruit d’un long travail de 18 mois. « Notre objectif est de développer une offre EP Solutions à destination des acteurs du BTP et de l’immobilier pour les aider à créer leurs propres services », dévoile Pierre Leroy, l’un des cofondateurs de la société lancée en 2007. Maisons France Confort (MFC), Capifrance, Vousfinancer.com, Kadran… tous ont noué des partenariats avec EP afin de répondre à leurs différents besoins.

Avec Maison France Confort : améliorer la recherche foncière Avec le leader de la construction de maisons individuelles, EP a aidé à développer un outil digital pour améliorer la recherche foncière. « Nous construisons de plus en plus en zones urbaines. Aussi, nous devons augmenter notre maîtrise du foncier, observe Gwenaël Cernay, responsable digital du groupe MFC. L’enjeu est de permettre à nos commerciaux d’identifier plus rapidement les terrains. » Dès septembre prochain, 300 commerciaux devraient utiliser la plateforme mise en place par les deux partenaires.

Avec Capifrance : développer un carnet numérique Autre association, celle d'EP et du réseau d'agences immobilières Capifrance, afin de développer un carnet numérique du bâtiment, baptisé Carneo. « Notre ambition est d’aider un propriétaire à gérer son patrimoine, et de conserver tous les documents liés à son entretien et sa rénovation », présente Philippe Buyens, directeur général de Capifrance. Pour le réseau, il s’agit de mettre en place une « carte d’identité du bien immobilier ». 1/2


Objectif : donner un gage de transparence pour les futurs acquéreurs du logement. Le nouveau service sera lancé en octobre prochain.

Avec Vousfinancer.com : fidéliser les clients De son côté, le courtier Vousfinancer.com compte travailler avec Izigloo, plateforme développée par EP, qui facilite la mise en relation des artisans avec les particuliers en cas de travaux. « Nos clients, après nous avoir consulté pendant 3 à 6 mois pour des conseils en crédit immobilier, ne reviennent que de manière ponctuelle, au moment de la vente de leur logement », signale Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.com. Avec Izigloo, le courtier entend fidéliser sa clientèle en lui fournissant un accompagnement supplémentaire, que ce soit au niveau de la réalisation des travaux ou encore du changement de fournisseurs.

Avec Kadran: devenir leader européen de l’enchère immobilière Enfin, Kadran, dont la société a été rachetée par EP, entend obtenir plus de mandats exclusifs pour ses clients, mais aussi optimiser le parcours de la transaction immobilière et faciliter le dépôt d’offres exclusives. « Notre objectif à terme est de devenir le leader européen de l’enchère interactive », anticipe Eliott Godet, cofondateur de Kadran. La start-up s'intègre ainsi au nouveau panel de services proposé par EP à ses clients. Avantage pour la jeune pousse : « EP nous apporte une data structurée et valorisée, ce qui simplifie nos futurs développements », complète Alexandre Hottiaux, l’autre cofondateur de Kadran. De son côté, EP n’entend pas en rester là et compte sur le Mipim PropTech pour nous nouer de nouveaux partenariats. En parallèle, la société a été à l’initiative de la création de French PropTech, association qui promeut de jeunes pousses issues des mondes de l’immobilier et du BTP. « A l’origine, 18 start-ups avaient rejoint notre réseau. En moins de 48 heures, il y avait 70 acteurs », comptabilise Pierre Leroy, cofondateur d’EP.

2/2


Un salon pour réunir les professionnels de l'immobilier et de la technologie batiactu.com/edito/un-salon-tech-immobilier-53326.php June 19, 2018

RENDEZ-VOUS. Les 20 et 21 juin 2018 se tient à Paris le Mipim Proptech Europe, salon dédié aux échanges entre professionnels de l'immobilier et des nouvelles technologies. Faire le lien entre les nouvelles technologies et le secteur de l'immobilier. C'est l'objectif que se fixent les organisateurs du salon Mipim proptech, qui se tiendra les 20 et 21 juin 2018, au palais des congrès de Paris. "La proptech recouvre les technologies nouvelles qui adressent les sujets traditionnels de l'immobilier", nous informent-ils dans un communiqué de presse. "La grande opportunité qui s'offre aujourd'hui à l'immobilier est de pouvoir s'appuyer sur le numérique et le digital pour intégrer et répondre aux nouvelles attentes des utilisateurs de la ville de demain." Ces technologies en pleine expansion sont le big data, la réalité virtuelle, le crowdfounding, la blockchain ou encore l'intelligence artificielle. "La proptech impacte toute la chaîne de valeur, du financement à la construction en passant par la gestion de la transaction, du bâtiment, de la maintenance et de l'occupation, et plus largement de la conception de la ville", assurent les organisateurs.

1/1


22 //

Mercredi 20 juin 2018 Les Echos

START

UP

Z

10

MILLIONS D’EUROS

La start-up télécom Onoff vient de boucler une levée de fonds auprès d’Idinvest, OneRagtime, Breega Capital Meusinvest et Leansquare. Créée par Taïg Khris, cette jeune pousse permet à des personnes d’utiliser des numéros de téléphone virtuels lorsqu’ils sont en déplacement.

L'APPLI

Roland Garros à peine achevé que les amateurs de tennis vont pouvoir profiter de la saison pour parfaire leur coup de droit. Les Déchaînés, une start-up spécialisée dans la réservation de court de tennis, vient de rejoindre la nouvelle promotion de l’incubateur parisien Le Tremplin et veut aider les 3 millions de pratiquants non inscrits dans un club. Sans engagement, elle leur propose 4.000 créneaux par mois en Ile-de-France et à Rouen pour un tarif minimal de 11 euros.

7,7

MILLIONS DE DOLLARS

Avec sa solution d’authentification d’identité, le finlandais Kaarel Kotkas a su convaincre des investisseurs de renom : Taavet Hinrikus, Ashton Kutcher et le Y-Combinator font partie de ceux qui vont accompagner la start-up Veriff dans son développement.

Tiller s’arme pour anticiper la concentration de son secteur SERVICES La start-up, qui propose un système de caisse enregistreuse sur tablette, vient de lever 12 millions d’euros. Une enveloppe de 8 millions est mise à disposition dans les dix-huit prochains mois pour mener des acquisitions. Guillaume Bregeras @gbregeras Pour Tiller, l’heure a sonné. Positionnée sur le marché de la caisse enregistreuse pour restaurant avec une solution complète sur tablette, la start-up parisienne veut anticiper le mouvement de concentration qui va encore s’amplifier dans les toutes prochaines années. Elle s’est donc appuyée sur Ring Capital, ainsi que sur ses investisseurs historiques 360 Capital Partners et Omnes Capital pour rassembler 12 millions d’euros dès maintenant, ainsi qu’une enveloppe supplémentaire de 8 millions d’euros qu’elle pourra déployer dans les dix-huit prochains mois si besoin. « Nous avons pris le leadership en France, mais nous voulons continuer et le prendre également en Europe », assure Dimitri Farber, cofondateur de Tiller. Pour cela, l’entreprise créée en 2004 également par Josef Bovet et Vincent Oliveira, doit renforcer sa présence dans les pays continentaux. Déjà à l’œuvre en Espagne et en Italie avec des équi-

pes dédiées, elle cumule par ailleurs déjà 5.000 clients dans 35 pays différents. « Nous avons atteint une belle vitesse de croisière avec un modèle d’abonnement qui génère des revenus récurrents et nous permet d’être rentables, explique Dimitri Farber. Mais nous devons anticiper l’arrivée des poids lourds américains dans les deux ou trois prochaines années. » Ces poids lourds en question interviennent sur un pan plus large que celui de la simple caisse enregistreuse, mais possèdent des moyens colossaux. Lightspeed, fondé en 2005, a réalisé une levée de fonds de 166 millions de dollars en octobre dernier. Square, quant à lui, est coté depuis 2015. Pour ces deux cas de figure, leur entrée sur le marché européen entraînera des rachats ou des difficultés pour les acteurs locaux les plus fragiles.

BLOCKCHAIN Blockchain Partner travaille avec plusieurs acteurs de l’immobilier pour proposer un outil permettant d’effectuer d’importantes transactions sur blockchain. Ce dernier est présenté ce mercredi à la conférence Mipim PropTech. Déborah Loye @Loydeborah

30.000 clients d’ici à 2020

« Notre position nous permet d’envisager des acquisitions dans les prochains mois et c’est aussi pour cela que nous avons réalisé un tour de table », assure le cofondateur de Tiller. Pas question d’investir aux Etats-Unis non plus, comme le font souvent les start-up à ce stade de développement. Avec 7,5 millions de commerçants répartis en Europe, le terrain de jeu est encore très vaste pour la jeune pousse tricolore. Car il n’est plus question de se contenter des restaurateurs comme clients – ils constituent 80 % de son chiffre d’affaires actuellement. « D’ici à 2020, nous voulons compter 30.000 commerçants parmi nos clients », affiche Dimitri Farber. Il doit donc multiplier cette base par six dans les dix-huit prochains mois, ce qui paraît compli-

Pour venir compléter son équipe de 150 salariés, Tiller va recruter une centaine de personnes dans les douze prochains mois, dont une majorité de profils tech. Photo Tiller qué sans réaliser d’opération de croissance externe… Pour concrétiser cette ambition, Tiller va recruter une centaine de personnes dans les douze pro-

6%

C’est la part du marché des commerçants français équipés d’une caisse enregistreuse sur tablette, selon Tiller.

chains mois (150 employés à ce jour), dont une majorité de profils tech, détaille le jeune entrepreneur : « Pour chacun des pays, nous nous appuierons sur un country manager, comme ce fut le cas en Espagne. Cette personne a passé quatre mois en France avec nous, mais elle opère ensuite directement sur place. » En toile de fond, la volonté aussi de renforcer également la plate-forme produit. Elle propose aujourd’hui 200 fonctionnalités (encaissement, prise de commande mobile, analyse des data, etc.) et

veut s’appuyer sur d’autres acteurs pour élargir cette offre, au programme de fidélité par exemple. De quoi être en position de force lorsque le marché subira sa prochaine phase de concentration, à l’échelle internationale cette fois.

À NOTER

Tiller avait lancé l’incubateur La Frégate en 2017, dédié aux restaurateurs. 13 projets y ont été incubés et une trentaine d’autres le seront lors des douze prochains mois.

L’appétit de Feed dépasse les frontières françaises dont bénéficient les marques de grande distribution », explique Anthony Bourbon, qui a signé il y a quelques semaines un partenariat avec Monoprix pour proposer ses recettes dans 500 points de vente à Paris, Nantes, Marseille ou Bordeaux. « Notre communauté est en outre très active et réagit vite lorsque

FOODTECH La jeune foodtech vient de lever 15 millions d’euros auprès d’Alven et Otium Brands pour accélérer son internationalisation.

Feed vise les 10 millions d’euros de chiffres d’affaires cette année.

Elle compte s’attaquer à l’Europe puis aux Etats-Unis. Basile Dekonink @Bdekonink C’est un tour de table à la mesure de l’appétit de Feed. Moins d’un an après avoir levé 3 millions d’euros auprès d’Otium Brands et Senseii Ventures, la foodtech officialise ce mercredi un nouveau financement de 15 millions d’euros, mené par Alven et destiné à soutenir ses ambitions internationales. « C’est une levée de fonds destinée à accélérer la croissance, mais nous aurions pu nous en passer », assure Anthony Bourbon, le fondateur et CEO de cette start-up officiellement lancée début 2017. Feed propose

Anthony Bourbon (à droite) et le chef Thierry Marx ont développé une nouvelle gamme de produits pour Feed. Photo Feed « une alternative saine et équilibrée à un repas classique » sous forme de barres, de boissons et de shakers pour ceux qui n’ont pas le temps ou la possibilité de se restaurer convenablement. Ce positionnement lui assure déjà des revenus confortables : la jeune pousse est rentable selon son fondateur, et vise les 10 millions d’euros de chiffre d’affaires cette année après avoir réalisé « plusieurs millions » en 2017. « Nous pouvons atteindre les 100 millions

Une grosse transaction immobilière reproduite sur blockchain

d’ici deux ou trois ans », avance le startuppeur. Pour y parvenir, Feed a élaboré une recette bien précise. La start-up conjugue d’abord deux canaux de ventes, l’e-commerce (qui représente la majorité du chiffre d’affaires aujourd’hui) et les points de vente physiques. Les 40 références sont désormais disponibles dans plus de 1.000 points de vente, grâce à des partenariats conclus avec Franprix, Super U, Leclerc ou Auchan. « Nos produits renvoient une image de modernité

nous sommes disponibles dans un nouveau magasin. » C’est l’autre pilier de la stratégie de Feed : une présence très forte sur les réseaux sociaux, en particulier Facebook et Instagram, et une communication taillée pour chaque cible. Les campagnes comprennent « 200 publicités différentes lancées simultanément sur les réseaux sociaux, avec des photos et des textes adaptés en fonction du public », décrit Anthony Bourbon. Pour animer la communauté désormais forte de 200.000 abonnés, la start-up dispose en interne de trois personnes dédiées à la création ainsi que de community

managers, de communicants et de spécialistes du trafic Internet. L’équipe de Feed (35 personnes) devrait accueillir une vingtaine de recrues d’ici à la fin de l’année. « Nous allons engager des country managers ainsi que des community managers natifs des pays dans lesquels nous voulons nous implanter », détaille le CEO, qui assure réaliser 20 % du chiffre d’affaires à l’international sans communiquer. La foodtech, qui vise cinq pays européens d’ici à la fin de l’année, est depuis quelques mois « en discussion avec des distributeurs, des investisseurs et des groupes de l’agroalimentaire. » Les Etats-Unis pourraient être ciblés dès 2019. Feed y retrouverait alors son rival Soylent, 72,4 millions de dollars levés depuis 2012 et « en pleine réflexion pour étendre son offre à d’autres pays », précise son service de communication. « Bien que le concept soit le même, ils ont une vision très pragmatique, chimique de la nutrition. Cela leur a posé de gros problèmes dans le passé », estime Anthony Bourbon, qui n’exclut pas de réaliser un nouveau tour de table à cette occasion. Pour la foodtech et son fondateur, l’appétit vient en grandissant. n

Après la finance ou encore les transports, Blockchain Partner, l’étoile montante de la transformation blockchain en France, se penche sur l’immobilier. Pour toucher ce secteur très intermédié et encore peu digitalisé, il a choisi de reproduire une transaction majeure de 2017 : la cession de l’immeuble In/Out (35.000 m2), situé à BoulogneBillancourt, par SFL (Société Foncière Lyonnaise) à la société de gestion de portefeuille Primonial REIM. Lors de la conférence Mipim PropTech, qui réunit les acteurs de l’immobilier à Paris, il devait réitérer en direct et sur la blockchain Ethereum toutes les étapes ayant mené à la signature de ce contrat. Pour y parvenir, tous les acteurs concernés par l’opération ont été réunis : l’acheteur et le vendeur, mais aussi l’étude notariale Oudot & Associés ainsi que HBS-Research, une entreprise spécialisée dans la gestion de données immobilières. « L’objectif était d’identifier chaque étape de la transaction ainsi que les points de friction que la blockchain pourrait fluidifier », indique Antoine Yeretzian, cofondateur de Blockchain Partner.

Pléthore de documents

Les transactions immobilières demandent et génèrent pléthore de documents, tous essentiels à l’avancée des négociations comme à la signature du deal. La technologie blockchain les conserve de manière sécurisée et surtout garantit leur intégrité. « Leur inscription dans la blockchain permet de s’accorder sur la chronologie des documents, de s’assurer qu’ils n’ont pas été modifiés et donc que tout le monde se réfère bien au même contenu », expose Antoine Yeretzian. « Nous gagnons de la confiance, mais surtout du temps, assure Michael Sigda, directeur de HBS-Research. Avec l’outil que nous avons déployé, nous pourrons exécuter en deux mois une transaction qui aujourd’hui en prend six. » Aude Grant, directrice générale adjointe chez SFL, estime quant à elle que la technologie est « très prometteuse, mais que les acteurs du marché ne sont pas tous assez matures pour l’intégrer à court terme ». n


02/07/2018

L’immobilier passe (enfin) en mode PropTech - Urban Utopia

L’immobilier passe (enfin) en mode PropTech Fabrique de la ville

20 juin 2018

La 1ère édition européenne du Mipim PropTech a réunit les 20 et 21 juin au Palais des Congrès de Paris quelque 1 500 professionnels de l’immobilier issus de 45 pays. Reed Miden a réussi son pari de faire se rencontrer sociétés innovantes et acteurs traditionnels de l’immobilier. Visiter virtuellement un appartement, découvrir une application de suivi de chantier, se familiariser avec la blockchain, ou encore visionner la maquette 3D d’une opération d’aménagement à RueilMalmaison, telles sont les diverses expériences proposées aux professionnels de l’immobilier dans le cadre de la 1ère édition du Mipim PropTech. Initié par la société Reed Midem, ce rendez-vous a vocation à faire se rencontrer acteurs traditionnels et sociétés innovantes de l’immobilier. Une gageure et une urgence tant le secteur est en retard, comme le confirme une enquête réalisée par les consultants James Dearsley and Eddie Holmes, fondateurs de PropTech Consult (Royaume-Uni). « Le marché de l’immobilier semble le dernier secteur à avoir engagé sa transformation digitale et beaucoup de chemin reste à parcourir », insiste James Dearsley. Résistance au changement Si 82 % de la centaine de professionnels sondés assurent que les technologies digitales vont avoir un impact majeur sur leur activité, « plus d’un tiers remettent ensuite en question la capacité actuelle des dirigeants à positionner leur entreprise pour qu’elles puissent s’adapter à ces changements », explique James Dearsley. Cependant, deux tiers jugent leur direction « prête à changer de modèles économiques et à faire évoluer leurs métiers ».

https://urbanutopia.eu/limmobilier-passe-enfin-mode-proptech/

1/5


02/07/2018

L’immobilier passe (enfin) en mode PropTech - Urban Utopia

Sarah Rozenfarb, directrice de la stratégie et des nouveaux développements de Reed Midem. ©JGP

Les ressources humaines sont les principaux obstacles au changement cités par les professionnels interrogés, avec en particulier une pénurie de compétences techniques et une résistance générale au changement. Plus de 85 % des personnes sondées jugent de plus que les technologies numériques « pertinentes » pour leur activité, mais un quart n’a toujours pas engagé de stratégie officielle en la matière.  Deux tiers des entreprises s’associent avec des partenaires externes pour faciliter la digitalisation de leurs modèles économiques. C’est tout l’intérêt du Mipim PropTech. « Délivrer du contenu éducatif et disruptif » Pendant deux jours, les 20 et 21 juin, quelque 1 500 participants venus de 45 pays dont une cinquantaine d’exposants ont en effet eu la possibilité de mettre en relation leurs besoins pour les uns et leurs technologies de pointe pour les autres. « On est là pour délivrer du contenu éducatif et disruptif via par exemple des retours d’expériences de transformation digitale réussie », prévient Sarah Rozenfarb, directrice de la stratégie et des nouveaux développements de Reed Midem. Des chantiers de construction à la commercialisation, les innovations présentes au Mipim PropTech rayonnent large. L’autrichien PlanRadar propose par exemple une application permettant d’assurer le suivi d’un chantier. « Lorsqu’il visite une construction en cours, l’architecte ou le chef de chantier travaille à partir d’une modélisation 2D et relève sur un smartphone ou une tablette tous les problèmes en les localisant », explique Rudolf Pistora, directeur des ventes. « Il peut également prendre une photo, des notes et envoyer le tout à un ou plusieurs interlocuteurs pour leur demander d’intervenir ».

https://urbanutopia.eu/limmobilier-passe-enfin-mode-proptech/

2/5


02/07/2018

L’immobilier passe (enfin) en mode PropTech - Urban Utopia

Rudolf Pistora, directeur des ventes de PlanRadar.©JGP

Alors qu’il fallait jusqu’à présent 7 heures pour accomplir la visite et le rapport correspondant, PlanRadar fait gagner un temps considérable en associant les deux actions et se targue de compter plus de 2 000 clients dans 29 pays. Plateforme de cartographie KelFoncier de son côté a mis au point en 2016 une application pour aider les promoteurs à trouver des fonciers disponibles. « Nous superposons deux mille paramètres issus des cadastres, PLU et autres zonages réglementaires de manière à s’assurer qu’un foncier potentiel est constructible », explique Sabrinne Molina, ingénieur foncier chez KelFoncier qui a été créé par la société parisienne KelQuartier, un fournisseur de contenus de sites web pour les professionnels de l’immobilier. « Nous sommes les seuls à proposer ce service à l’échelle de la France, et même des DOM-TOM », ajoute Sabrinne Molina. En mesure de gérer des projets à l’échelle d’une ville entière, Vectuel présente quant à lui sa technologie permettant de réaliser des maquettes 3D de villes et de territoire, qui intéressent tant les aménageurs que les promoteurs. Créé en 2004, Vertuel n’a rien d’une start-up, « nous sommes une entreprise innovante », précise Teïlo François, directeur grand comptes de la société parisienne qui vient de lancer une plateforme de cartographie. « Nous nous situons entre Google map et les outils de cartographie techniques », indique Teïlo François, « nos cartes sont interactives et esthétiques ». De quoi séduire les professionnels de l’immobilier pour positionner leurs références.

https://urbanutopia.eu/limmobilier-passe-enfin-mode-proptech/

3/5


02/07/2018

L’immobilier passe (enfin) en mode PropTech - Urban Utopia

Teïlo François, directeur grand comptes de la société parisienne Vectuel.©JGP

« Immersion totale » Côté commercialisation, FPX, filiale du promoteur Quartus, propose en avant-première une expérience inédite de visite virtuelle d’un appartement, technologie qui sera commercialisée fin 2018. « Il s’agit d’un véritable outil d’aide à la vente », explique Cyril Villalonga, directeur général de FPX. « L’espace de commercialisation classique disparait et est remplacé par une maquette virtuelle dans lequel le client est en immersion totale ». Tout l’avantage tient aussi à la possibilité de s’affranchir totalement du lieu physique pour présenter des programmes dans la France entière et de concevoir l’appartement de ses rêves en temps réel. « La présence au Mipim PropTech permet d’échanger avec des start-up et des promoteurs d’horizon très variés », fait valoir Sandrine Lesperat, directeur de la communication de Quartus qui annonçait dès le début d’après-midi ce mercredi avoir eu des contacts avec des start-up présentant de nouvelles technologies. « Nous rencontrons d’autres sociétés qui cherchent à jouer des partenariats », renchérit Sabrinne Molina de KelFoncier, « c’est un salon hyper spécialisé auquel nous devions participer ». De quoi réjouir Sarah Rozenfard, « c’est tout l’objet de notre démarche ».

Sur la cinquantaine d’exposants au Mipim PropTech, figurent des start-ups, des sociétés de technologies innovantes et de capital investissement.©JGP https://urbanutopia.eu/limmobilier-passe-enfin-mode-proptech/

4/5


Au Mipim PropTech, Ikimo9 veut devenir le « booking » de l’immobilier neuf lemoniteur.fr/article/au-mipim-proptech-ikimon9-veut-devenir-le-booking-de-l-immobilier-neuf.1977239

le 20/06/2018 | La start-up, en pleine levée de fonds, veut développer un outil dédié aux promoteurs immobiliers. Objectif, les aider à affiner leurs produits, la communication réalisée autour des programmes immobiliers, mais aussi mieux connaître l’état de la concurrence sur un territoire donné. La start-up Ikimo9, qui propose une plateforme de comparaison des logements neufs proposés à la vente, veut devenir « le booking de l’immobilier neuf ». Pour y parvenir, la jeune pousse qui propose près de 20 000 lots à la vente et qui travaille avec près de 150 promoteurs, doit mieux se faire connaître des particuliers. Cela passera par le financement de campagne de communication sur Google et Facebook.

Dix ventes par mois En parallèle, la start-up lancée en 2015 souhaite mettre à profit toutes les données collectées dans le cadre des lots qu’elle permet de vendre. « Depuis janvier nous dépassons les dix ventes par mois, dévoile Elisabeth Julien, fondatrice d’Ikimo9 qui compte 20 ans d’expérience dans l’immobilier neuf. Nous cumulons beaucoup de données. D’ici à la fin de l’année, nous voulons proposer un outil aux promoteurs qui leur expliquerait ce qu’il se passe réellement sur les lots vendus. Pourquoi est-ce qu’ils se vendent mieux dans tel territoire ? Nous pouvons même leur proposer un ranking, pour qu’ils aient une vision transparente des prix pratiqués sur le marché. Toutes ces informations leur permettront d’affiner leurs produits, d’affiner la communication autour de leurs programmes immobiliers et de mieux connaître la concurrence. » Enfin, Ikimo9 est en pleine levée de fonds. « Nous aimerions la boucler durant l’été. » Avis aux intéressés présents au Mipim Proptech les 20 et 21 juin à Paris Porte Maillot…

1/1


Mipim Proptech : les acteurs franciliens se frottent aux nouvelles technologies lejournaldugrandparis.fr/limmobilier-passe-enfin-mode-proptech Fabienne Proux

June 20, 2018

Pendant deux jours, les professionnels de l’immobilier tiennent salon au Palais des Congrès de Paris, les 20 et 21 juin 2018, pour se préparer à leur transformation digitale. Pour sa 1re édition européenne, le Mipim Proptech a réussi son pari de faire se rencontrer sociétés innovantes et acteurs de l’immobilier. Visiter virtuellement un appartement, découvrir une application de suivi de chantier, se familiariser avec la blockchain, ou encore visionner la maquette 3D d’une opération d’aménagement à Rueil-Malmaison, telles sont les diverses expériences proposées aux professionnels de l’immobilier dans le cadre de la 1re édition française du Mipim Proptech. Initié par la société Reed Midem, ce rendez-vous a vocation à faire se rencontrer acteurs traditionnels et sociétés innovantes de l’immobilier. Une gageure et une urgence tant le secteur est en retard, comme le confirme une enquête réalisée par les consultants James Dearsley et Eddie Holmes, fondateurs de Proptech consult (Royaume-Uni). « Le marché de l’immobilier semble le dernier secteur à avoir engagé sa transformation digitale et beaucoup de chemin reste à parcourir », insiste James Dearsley.

Résistance au changement Si 82 % de la centaine de professionnels sondés assurent que les technologies digitales vont avoir un impact majeur sur leur activité, « plus d’un tiers remettent ensuite en question la capacité actuelle des dirigeants à positionner leur entreprise pour qu’elle puisse s’adapter à ces changements », explique James Dearsley. Cependant, deux tiers jugent leur direction « prête à changer de modèles économiques et à faire évoluer leurs métiers ». Les ressources humaines sont le principal obstacle au changement cité par les professionnels interrogés, avec en particulier une pénurie de compétences techniques et une résistance générale au changement. Plus de 85 % des personnes sondées jugent de plus les technologies numériques « pertinentes » pour leur activité, mais un quart n’a toujours pas engagé de stratégie officielle en la matière. Deux tiers des entreprises s’associent avec des partenaires externes pour faciliter la digitalisation de leurs modèles économiques. C’est tout l’intérêt du Mipim Proptech.

« Délivrer du contenu éducatif et disruptif » Pendant deux jours, les 20 et 21 juin, quelque 1 500 participants venus de 45 pays dont une cinquantaine d’exposants ont en effet la possibilité de mettre en relation leurs besoins pour les uns et leurs technologies de pointe pour les autres. « On est là pour délivrer du

1/3


contenu éducatif et disruptif via par exemple des retours d’expériences de transformation digitale réussie », prévient Sarah Rozenfarb, directrice de la stratégie et des nouveaux développements de Reed Midem. Des chantiers de construction à la commercialisation, les innovations présentes au Mipim Proptech rayonnent large. L’autrichien PlanRadar propose par exemple une application permettant d’assurer le suivi d’un chantier. « Lorsqu’il visite une construction en cours, l’architecte ou le chef de chantier travaille à partir d’une modélisation 2D et relève sur un smartphone ou une tablette tous les problèmes en les localisant, explique Rudolf Pistora, directeur des ventes. Il peut également prendre une photo, des notes et envoyer le tout à un ou plusieurs interlocuteurs pour leur demander d’intervenir. » Alors qu’il fallait jusqu’à présent 7 h pour accomplir la visite et le rapport correspondant, PlanRadar fait gagner un temps considérable en associant les deux actions et se targue de compter plus de 2 000 clients dans 29 pays.

Plateforme de cartographie KelFoncier de son côté a mis au point en 2016 une application pour aider les promoteurs à trouver des fonciers disponibles. « Nous superposons 2 000 paramètres issus des cadastres, PLU et autres zonages réglementaires de manière à s’assurer qu’un foncier potentiel est constructible », explique Sabrinne Molina, ingénieur foncier chez KelFoncier qui a été créé par la société parisienne KelQuartier, un fournisseur de contenus de sites web pour les professionnels de l’immobilier. « Nous sommes les seuls à proposer ce service à l’échelle de la France, et même des DOM-TOM », ajoute Sabrinne Molina. En mesure de gérer des projets à l’échelle d’une ville entière, Vectuel présente quant à lui sa technologie permettant de réaliser des maquettes 3D de villes et de territoires, qui intéressent tant les aménageurs que les promoteurs. Créé en 2004, Vectuel n’a rien d’une start-up, « nous sommes une entreprise innovante », précise Teïlo François, directeur grand comptes de la société parisienne qui vient de lancer une plateforme de cartographie. « Nous nous situons entre Google map et les outils de cartographie techniques, indique Teïlo François, nos cartes sont interactives et esthétiques. » De quoi séduire les professionnels de l’immobilier pour positionner leurs références.

« Immersion totale » Côté commercialisation, FPX, filiale du promoteur Quartus, propose en avant-première une expérience inédite de visite virtuelle d’un appartement, technologie qui sera commercialisée fin 2018. « Il s’agit d’un véritable outil d’aide à la vente », explique Cyril Villalonga, directeur général de FPX. « L’espace de commercialisation classique disparaît et est remplacé par une maquette virtuelle dans lequel le client est en immersion totale ». Tout l’avantage tient aussi à la possibilité de s’affranchir totalement du lieu physique pour présenter des programmes dans la France entière et de concevoir l’appartement de ses rêves en temps réel.

2/3


« La présence au Mipim Proptech permet d’échanger avec des start-up et des promoteurs d’horizon très variés », fait valoir Sandrine Lesperat, directrice de la communication de Quartus qui annonçait dès le début d’après-midi le 20 juin avoir eu des contacts avec des start-up présentant de nouvelles technologies. « Nous rencontrons d’autres sociétés qui cherchent à nouer des partenariats », renchérit Sabrinne Molina de KelFoncier, « c’est un salon hyper spécialisé auquel nous devions participer ». De quoi réjouir Sarah Rozenfard, « c’est tout l’objet de notre démarche ».

3/3


Au Mipim PropTech, Deepki veut faire connaître son dossier numérique du bâtiment lemoniteur.fr/article/au-mipim-proptech-deepki-veut-faire-connaitre-son-dossier-numerique-du-batiment.1977229

le 20/06/2018 | La jeune société veut créer « un double numérique » des bâtiments, s’internationaliser et boucler une levée de fonds d’ici la fin de l’année. La société Deepki, qui était jusqu'à présent spécialiste de l'efficacité énergétique grâce à l'analyse de données, a d'autres ambitions. Et leur atteinte passe par sa présence au Mipim PropTech, qui ouvre ses portes ce mercredi 20 juin Porte Maillot, à Paris. « Jusqu’à présent notre travail consistait à collecter les données, les centraliser et les mettre à la disposition de nos clients, notamment en matière de performance énergétique. explique Clémence Michel, responsable marketing de la jeune pousse, qui compte 50 salariés et 120 clients.. Mais ces derniers ont besoin que nous les aidions dans d’autres domaines, comme la gestion de l’eau, la maintenance, la gestion des déchets, toujours grâce à la collecte des données. » La start-up a créé, à l’aide de toute la data générée par un immeuble, un dossier numérique du bâtiment. « Ce double numérique d’un bâtiment est en réalité un logiciel qui retrace la vie d’un bâtiment, poursuit Clémence Michel. Ce logiciel est intelligent, parce qu’il donne des conseils grâce à des algorithmes. Par exemple, si votre objectif consiste à réduire les charges de votre parc immobilier, le dossier numérique du bâtiment explique concrètement où sont les économies à réaliser et quels types de travaux vous pouvez mener. »

Une deuxième levée de fonds pour s’internationaliser Autre ambition : le développement à l’international. « Jusqu’à présent nous n’intervenions qu’en France, mais nous avons ouvert un bureau en Italie au premier semestre 2018 nous pensons en ouvrir un autre en Espagne d’ici à la fin de l’année », détaille la responsable marketing, qui estime que « les besoins des acteurs européens sont similaires à ceux des Français ». Le développement à l’international se fera avec l’aide des clients « qui ont des bureaux à l’étranger et qui nous poussent à nous déployer. Mais nous avons aussi besoin de se faire connaître dans l’ensemble des pays. » D’ailleurs, une deuxième levée de fonds (après celle de 2016) devrait être bouclée d’ici la fin de l’année. Objectif « renforcer le développement à l’international et renforcer la R&D. Nous allons démarrer le tour de table. Et nous sommes tout à fait ouvert à l’idée d’accueillir des investisseurs étrangers. »

1/2


Mipim PropTech Europe : le top départ lancé ce matin ! immoweek.fr/bureaux/actualite/mipim-proptech-europe-le-top-depart-lance-ce-matin June 20, 2018

Les startup et décideurs de l’immobilier (dans tous les sens du terme) ont rendez-vous depuis ce 20 juin matin et jusqu’au 21 au soir pour le premier Mipim PropTech Europe, dont Immoweek est partenaire presse et qui se tient au Palais des Congrès de la Porte Maillot. Ambiance « meet up » et échanges formels (et informels) rythment la journée. Le Mipim PropTech Europe, c’est aussi un espace d’exposition entièrement dédié aux sociétés de la tech, ainsi qu’un programme de conférences composé d’une quarantaine de sessions au cours desquelles sont abordés les sujets de la « blockchain », l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle et augmentée, la finance dédiée ou encore la cybersécurité. Au Mipim PropTech, l’anglais est la norme, comme partout dans la jungle des jeunes pousses. Dans ce nouveau monde, on constate aussi que les femmes restent, pour l’heure, très minoritaires… A noter que l’ouvrage de Robin Rivaton (dont vous trouverez une contribution dans notre magazine) et Vincent Pavanello, « Make real estate great again », version américaine de leur ouvrage publié l’année dernière, est remis gracieusement lors du PropTech. Catherine Bocquet

1/1


« C’est le bon moment pour le secteur immobilier de se convertir au digital » (Mipim PropTech Europe) businessimmo.com/contents/99573/c-est-le-bon-moment-pour-le-secteur-immobilier-de-se-convertir-au-digital-mipimproptech-europe June 20, 2018

En direct du Mipim PropTech Europe (Paris) - D’après une étude publiée aujourd’hui à l’occasion de la première édition du Mipim PropTech Europe, « c’est le bon moment pour les entreprises du secteur de l’immobilier de saisir les opportunités offertes par les nouvelles technologies ». Menée par James Dearsley et Eddie Holmes, influenceurs de la proptech et fondateurs de PropTech Consult l’étude a recueilli le témoignage de plus de 100 professionnels européens du secteur sur le thème de la transformation digitale. Selon ses auteurs, ces résultats démontrent que, avec l’impact grandissant des nouvelles technologies sur la transformation du secteur de l’immobilier, de nombreux efforts restent à fournir pour convertir le secteur immobilier au digital. « Le marché immobilier semble être l’un des derniers secteurs à s’être engagé dans la transformation digitale, et à en juger par cette étude, il y a encore du chemin à parcourir. Avec 82 % des personnes interrogées qui pensent que les technologies numériques auront un impact majeur sur leur activité, plus d’un tiers remettent ensuite en question la capacité actuelle des dirigeants à positionner leur entreprise pour qu’elles puissent s’adapter à ces changements », explique James Dearsley. « Les difficultés liées aux ressources humaines sont le principal obstacle au changement cité par les professionnels interrogés. Deux des trois principaux obstacles énumérés sont la pénurie de compétences techniques et une résistance générale au changement, ce qui laisse à penser qu’il reste encore beaucoup de travail à accomplir dans ce domaine», ajoute-t-il. Plus de 85 % des personnes interrogées jugent les technologies numériques pertinentes pour leur activité. Pourtant, un quart des entreprises n’ont toujours pas mis en place de stratégie officielle en la matière. Concernant l’avenir, 82 % des personnes interrogées ont déclaré que le digital aura un impact modéré à majeur sur leur entreprise ces cinq prochaines années, et 50 % des dirigeants estiment que les technologies rendront leur modèle économique obsolète dans la même échelle de temps. La plupart des professionnels considèrent cette évolution rapide comme une opportunité pour innover : ils sont 72 % à convenir que la disruption digitale donnera naissance à de nouveaux produits et services dans le secteur, et plus de 65 % à estimer qu’elle les aidera à se démarquer de leurs concurrents. Quelques autres constatations : Près de 70 % estiment que cela favorisera l’interaction avec les clients et que cela réduira les coûts d’exploitation. Près d’un tiers remettent en question la capacité de leur direction actuelle à gérer la 1/2


transition des modèles économiques, tandis que deux tiers déclarent que la leur est prête à changer de modèles économiques et à faire évoluer leurs métiers. Deux tiers des entreprises s’associent avec des partenaires externes pour faciliter la digitalisation de leurs modèles économiques. Pour Filippo Rean, directeur de la division immobilier chez Reed Midem, « les conclusions de cette enquête apportent un éclairage passionnant sur les différentes manières dont la technologie est en train de disrupter secteur de l’immobilier. Les chiffres démontrent le rôle moteur de la technologie dans l’évolution du secteur. Le MIPIM PropTech Europe constitue à ce titre un rendez-vous incontournable pour en débattre et préparer l’avenir de l’immobilier ».

2/2


radio.immo/broadcast/143959-Arnaud-BOUZINAC-MIPIM

20 juin 2018 à 14h15, durée : 5 minutes Arnaud BOUZINAC, MIPIM Animé par : Erick CALA Invité(s) : Arnaud BOUZINAC

1/1


radio.immo/broadcast/144159-Arnaud-BOUZINAC-MIPIM

21 juin 2018 à 16h24, durée : 4 minutes Arnaud BOUZINAC, MIPIM Animé par : Erick CALA Invité(s) : Arnaud BOUZINAC

1/1


Au Mipim PropTech, Pimp my Room se met à la conquête des professionnels de l’immobilier lemoniteur.fr/article/au-mipim-proptech-pimp-my-room-se-met-a-la-conquete-des-professionnels-de-limmobilier.1978589

S.V. | le 21/06/2018 | La start-up, dont le service de décoration sur-mesure est en ligne depuis avril 2017, compte nouer des partenariats avec des constructeurs, des promoteurs ou encore des agences immobilières. Après les particuliers, les professionnels. C’était le sens de la venue de Pimp My Room au Mipim PropTech, salon qui se déroule les 20 et 21 juin à Paris. Depuis avril 2017, la startup propose un service de décoration sur-mesure via une plate-forme en ligne. « Les personnes qui souhaitent re-décorer une pièce de leur logement vont sur Pimp My Room et nous envoie des esquisses de plan et des renseignements sur leurs goûts et inspirations. Puis, nous leur délivrons une première proposition une à deux heures après », présente Olivier Dreano, président de Pimp My Room. La start-up, qui s’adresse principalement aux particuliers, compte franchir une étape supplémentaire en élargissant son champ de clientèle aux promoteurs, constructeurs et agences immobilières. « Le service que nous proposons peut être intégré à l’expérience client des sociétés immobilières. Nous pouvons intervenir en amont ou en aval des programmes immobiliers, avance Olivier Dreano. C’est un ‘plus’ que les enseignes de promotion vont apporter à leurs clients. » Jusqu’ici, la jeune pousse, composée de cinq décorateurs, traite entre 5 et 10 projets par jour. La prestation de base, sur une pièce, coûte 89 euros. « Il s’agit de propositions de décoration. Nous ne sommes pas dans de l’exécution de travaux », prévient le fondateur de la start-up. A terme, Pimp My Room compte traiter de 1 000 à 2 000 projets par an. « En plus de nous développer sur la partie B2B, nous envisageons également nous étendre à l’international », conclut Olivier Dreano.

1/1


Mipim PropTech : Solen veut éclairer les promoteurs sur la conception des logements lemoniteur.fr/article/mipim-proptech-solen-veut-eclairer-les-promoteurs-sur-la-conception-des-logements.1978519

Sophie Vincelot | le 21/06/2018 | La jeune pousse, spécialisée dans la mesure de la luminosité et de l’ensoleillement des appartements et maisons, veut aider les promoteurs à optimiser la luminosité des logements dans leurs programmes neufs. Solen veut apporter ses lumières aux acteurs de l’immobilier. C’est dans ce sens que la start-up, qui mesure via une application mobile la luminosité et l’ensoleillement d’une maison ou d’un appartement, compte proposer un nouveau service aux promoteurs, dans le cadre du salon Mipim PropTech. « Nous voudrions les aider sur la conception de leurs programmes en leur présentant des techniques pour optimiser la luminosité de leurs logements », annonce Clément Henry, cofondateur de la start-up fondée il y a deux ans. Jusqu’ici, Solen collaborait principalement avec des agences immobilières. « Nous travaillons à partir de photos prises à l’intérieur d’un appartement ou d’une maison, puis en fonction de la taille et de l’emplacement des fenêtres, nous pouvons déterminer la luminosité d’un logement, explique Clément Henry. Cela permet à des agences de rassurer leurs clients. »

Quadrupler le nombre d’analyses Depuis un an, à la demande de certains promoteurs, la jeune pousse travaillait avec eux sur la phase de commercialisation de programmes neufs. « Pour les clients, il est parfois difficile de se projeter à l’intérieur d’un logement vendu sur plan. Ils ont besoin d’un outil apporté par une tierce personne de confiance », complète le cofondateur de Solen. La start-up passe désormais à la vitesse supérieure. Forte d’une levée de fonds d’un million d’euros réalisée en janvier 2018, Solen profite du Mipim PropTech pour rencontrer de potentiels clients promoteurs. « Nous avons analysé plus de 6 000 logements, nous voudrions tripler, voire quadrupler ce nombre en 2018 », révèle Clément Henry. A moyen terme, la jeune société compte conquérir de nouveaux marchés, comme celui de la maison individuelle et du tertiaire.

1/1


Au Mipim PropTech, Quartus teste sa technologie de visite virtuelle lemoniteur.fr/article/au-mipim-proptech-quartus-teste-sa-technologie-de-visite-virtuelle.1978514

Sophie Vincelot | le 21/06/2018 | Le groupe immobilier renforce sa stratégie d'innovation et présente à l’occasion du Mipim PropTech son offre de visite virtuelle, composée d’une immersion dans un appartement virtuel et d’un service de réalité augmentée. Quartus veut faire un pas supplémentaire dans l’innovation. Après le SIMI en décembre, la Maddy Keynote en février et le Mipim en mars dernier, le groupe immobilier profite du Mipim PropTech, qui se déroule les 20 et 21 juin à Paris, pour présenter et tester son offre de visite virtuelle. « Nous donnons deux possibilités à nos clients : unevisite d’appartement immersive à l’aide d’un casque et de commandes vocales et un service de réalité augmentée filmée en temps réel à l’aide d’une tablette », présente Frank Hovorka, directeur de la stratégie de Quartus. Ces innovations, déployées dans le cadre de programmes de logements neufs, visent pour la société à « renforcer son expérience client ». « Nous nous engageons à ce que les dimensions présentées dans le cadre de la visite immersive ou du service de réalité augmentée soient le plus exact possible », continue Frank Hovorka. Les plans ainsi projetés, dans une bulle de vente pour la visite immersive ou dans un appartement témoin pour la réalité augmentée, sont à tout moment modifiables par le client.

Une technologie inspirée du jeu vidéo Pour parvenir au résultat final, Quartus se base sur la technologie développée par sa filiale FPX (First Personal Xperience), qui s’inspire du jeu vidéo. « Au-delà de rendre une image la plus fidèle possible, nous avons procédé à un vrai travail sur l’expérience cognitive pour la visite immersive, en faisant notamment une recherche d’odeur suffisamment expressive, à l'instar d'un gâteau sortant du four, mais qui puisse rester neutre aussi », explique Cyril Villalonga, directeur FPX. En outre, la société a mis en place un système mêlant un air chaud/froid, afin de recréer les sensations de l’extérieur, par exemple, depuis le balcon d’un appartement. Déjà accessible dans quelques espaces de ventes Quartus, les deux innovations devraient connaître un large déploiement en fin d’année. Car pour le groupe immobilier, le temps de l’expérimentation auprès des clients doit d’abord faire son œuvre. « Nous avons fait trois expériences de ces services, et à chaque fois des améliorations ont pu être apportées », complète Cyril Villalonga. Pour Quartus, le développement de ces technologies correspond à une stratégie d’innovation plus large. « Nous entendons simplifier la chaîne immobilière entre nos clients et nous. C’est pour cela que nous avons mis en place, par exemple, "Comme un 1/2


dimanche" », présente Frank Hovorka. Ce service, destiné à l’ensemble des usagers du quartier (habitants, travailleurs et chalands), consiste à installer des conciergeries en bas d’immeubles. Un moyen pour Quartus de « réhumaniser les copropriétés ».

2/2


Se réinventer… ou disparaître ! immoweek.fr/bureaux/actualite/se-reinventer-ou-disparaitre June 21, 2018

Arrivé au troisième étage du Palais des Congrès de la Porte Maillot, l’ambiance du « Mipim Proptech Europe » est aux antipodes des stéréotypes qui collent encore à la peau des startup – puisque c’est bien elles qui nous intéressent lors de ce rendez-vous. L’ambiance est studieuse ; les stands, peuplés de trentenaires (à peine) en chemise-jeansbaskets en grandes discussions, souvent dans un franglais de technophile quand ce n’est pas carrément en anglais ; les lieux d’échanges bourdonnent doucement et on dit que les « meetups » sont « productifs » et « enrichissants » (dans tous les sens du terme). Là, pas de « show off », pas d’étalage technologique, mais tout de même quelques bouteilles de bières ! Si bien qu’au final, on retient une atmosphère de convivialité, de salon à l’échelle humaine et propice aux échanges. Un franc changement pour les habitués du Palais des Congrès en décembre… ou de la Croisette en mars. Et c’est pour un mieux ! Les échanges dans la PropTech – autrement appelée « real estech » – façonnent les partenariats, et c’était le sujet d’une table ronde – un « talk », les échanges se font en anglais – intitulée « RE & Tech : creating mutually beneficial partnership ». Animé par Matthew Partridge, fondateur et dirigeant de Infabode, cet événement rassemblait Cyril Aulagnon, partner de Stonup ; Giuseppe Donvito, partner de P101 Venture ; Bernard Michel, président de Real Estech Europe et Tanguy Quero, « digital regional director » de JLL pour la région EMEA. Bien sûr, le partenariat est le choix idéal lors des premiers échanges entre une entreprise « traditionnelle » immobilière et une startup et l’intérêt de ces collaborations n’a pas été une seule fois démenti. « C’est même la raison qui nous a poussé, Robin Rivaton et moi-même, à créer Real Estech Europe » indique Bernard Michel. « Notre métier industriel est directement exposé à de nombreux changements : dans notre manière de consommer, de travailler, de vivre, d’éduquer les futures générations… Les nouveaux modes de vie, la mobilité, la mixité amènent les entreprises classiques à chercher des relais de croissance ». Et les startup, grâce à leur souplesse (« lightweight »), leur manière de simplifier l’approche face à un défi (aller à l’essentiel), permettent de redonner de la dynamique, de la compétitivité aux entreprises traditionnelles du secteur. Et elles l’ont bien compris, les partenariats se multiplient depuis plusieurs mois maintenant. En revanche, attention à bien respecter l’équilibre « win-win » de tels partenariats : les quatre intervenants sont unanimes sur ce point, trop de partenariats se nouent dans une logique unilatérale de communication, marketing, voire de « greenwashing ». « Les startup sont agiles et si vous les traitez mal, elles vous laisseront en plan avec une coquille vide » prévint Cyril Aulagnon. En conclusion, les intervenants partagent l’idée que ce mouvement de « real estech » n’en est qu’à ses balbutiements ; mais avertissent les modèles 1/2


traditionnels : « ceux qui ne s’adaptent pas, ceux qui ne se réinventent pas, disparaîtront ». « Ye be warn’d ! »… Jean-Baptiste Favier

2/2


MIPIM PropTech Europe : le meilleur est à venir cfnewsimmo.net/L-actualite/Tete-d-affiche/MIPIM-PropTech-Europe-le-meilleur-est-a-venir Sophie Da Costa @cfnewsimmoinfra

June 22, 2018

La première édition du MIPIM PropTech Europe Un salon plein de promesses. Voilà ce qui transparaît chez tous ceux qui sont venus pour la première fois fouler les allées du MIPIM PropTech Europe, qui vient de se tenir au Palais des Congrès de Paris. C’était un pari. Lancer le tout premier salon européen dédié aux nouvelles technologies de l’immobilier. La bien nommée PropTech, qui bouleverse tous les codes du marché et les habitudes des professionnels de l’immobilier. Le pari était d'autant plus audacieux qu’il y a moins d’un mois, la capitale accueillait Vivatech, LA grand messe des nouvelles technologies dans la capitale et pour laquelle de nombreux professionnels de l’immobilier font le déplacement. Il n’empêche, après les succès des éditions new-yorkaises, Reed Midem a lancé son premier MIPIM PropTech Europe (dont CFNEWS Immo est partenaire) et, à l’heureuse surprise des visiteurs, bon nombre d’internationaux ont fait le déplacement pour sentir l’air de la disruption à Paris. C'est l'une des forces de l'organisateur, qui a marqué un autre bon point : attirer des visiteurs très qualifiés « ayant de vrais besoins », comme le confie un exposant. « C'est encore un petit salon, mais déjà très qualitatif, assure Blaise Heurteux, associé fondateur d'HBS Research (ci-dessous). Le MIPIM donne enfin une légitimité aux acteurs du digital dans l'immobilier. »

Des points à améliorer Pari réussi avec, comme souvent pour une première, des points à améliorer. Le faible nombre d’exposants (une cinquantaine au total) et l'absence remarquée de grandes figures de l’immobilier français ou du monde des start-ups n'ont pas échappé aux visiteurs. Pour autant, ceux venus prendre la température de la PropTech à Paris se sont distingués par leur connaissance des nouvelles technologies et leur volonté d'ajouter de nouvelles briques à leurs compétences digitales. Parmi ceux venus en force, l'équipe de l'ensemblier urbain Quartus ou celle de JLL, présents pour démontrer qu’ils travaille à réinventer leur métier et mettre en place leurs propres disruptions. « Nous sommes là parce que nous aimons l’innovation et que nous mettons en place des initiatives concrètes comme l'initiative

1/2


Concrete, le lancement de notre fonds venture ou nos applications Nxt Office et Nxt Retail », souligne ainsi Marie-Laure Leclercq de Sousa, directeur du département Agence de JLL.

Des innovations venues de l'intérieur S'il est vrai que la disruption en immobilier n'est pas le fait d'acteurs traditionnels, mais de (jeunes) entrepreneurs extérieurs au marché, il serait néanmoins faux d’affirmer qu’aucun professionnel de l’immobilier ne développe de nouvelles technologies. Deux exemples : HBS Research, qui a lancé son nouvel outil dédié aux investisseurs, le Dynamic Portfolio Management (DPM), une solution associant un logiciel, de la data et des services dans un objectif d’optimisation des performances du parc immobilier ; et la start-up Olarchy, qui associe plusieurs acteurs de l’immobilier à Blockchain Partner, un spécialiste de la transformation blockchain pour adapter cette nouvelle technologie au processus de transaction immobilière. Ambitieuse, elle est déjà à la recherche de fonds pour développer sa solution.

Les donneurs d'ordre attendus Cette première édition est-elle génératrice de business ? « Notre stand a été rentabilisé en un contrat ! », confie un exposant, qui a déjà fait le déplacement à New-York et n’aurait manqué pour rien au monde cette première édition parisienne. « Elle a le mérite d'exister et est un véritable forum d’échanges pour que nous apprenions à nous connaître, à comprendre ce que nous faisons et à voir comment nous pouvons travailler ensemble », confie un visiteur. « Ce qui est certain, c’est que pour faire du business, il faut parler aux donneurs d’ordre. Ce sont eux qui concrétisent tous ces échanges et font qu'ils ne se traduisent pas en un projet supplémentaire. Et plusieurs donneurs d'ordre sont venus. » Un bon premier cru, qui en appellera à l'évidence un second. « L'idéal serait que la prochaine édition se tienne dans un lieu qui soit plus à l'image de la PropTech, plutôt que le Palais des Congrès, très représentatif de l’immobilier traditionnel. » A voir si cette suggestion sera retenue.

2/2


[VIDEO] La 1ère édition du Mipim PropTech Europe attire 1 500 participants businessimmo.com/contents/99708/video-la-1ere-edition-du-mipim-proptech-europe-attire-1-500-participants June 22, 2018

La première édition du Mipim PropTech Europe, organisée les 20 et 21 juin derniers à Paris, a réuni 1 500 participants provenant de 47 pays. À cette occasion, plus de 100 conférenciers ont exprimé leur point de vue sur la situation actuelle et les grandes opportunités du secteur de la proptech. « Nous avons aujourd'hui à la fois des startups qui proposent des innovations technologiques au secteur immobilier, et des investisseurs prêts à intégrer la proptech dans leur portefeuille, explique Filippo Rean, directeur de la division immobilier de Reed Midem, qui a lancé le Mipim PropTech à New York et en Europe. Le moment ne pouvait être mieux choisi pour lancer le Mipim PropTech Europe, point de connexion entre immobilier et technologie » Plus de 150 investisseurs internationaux ont participé au premier MIPIM PropTech Europe, parmi lesquels Aareal Bank, Aberdeen Standard Investments, AEW, Allianz Real Estate, APG, Australian Super, AXA IM Real Assets, Bouwinvest, ING, Ivanhoe Cambridge, La Française, NREP, Patrizia, PGGM, TH Real Estate et Union Investment. Un panel de représentants d’organisations publiques et privées s’est aussi retrouvé autour de la thématique « Villes et technologie : atteindre des objectifs durables», pour débattre de la manière dont la data et son analyse peuvent aider les villes à mettre en œuvre des infrastructures de nouvelle génération, a expliqué Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris. Le défi aujourd’hui est d’établir une relation équilibrée entre secteur public et privé afin de mieux appréhender les données qu’une ville est susceptible de collecter, et de développer un cadre autour des besoins de ses habitants. Cela dit, il faut convaincre et embarquer les citoyens sur ce projet. L’intégration de la société civile dans les discussions sera, à mon sens, essentielle ces dix prochaines années pour parvenir à concrétiser la ville intelligente. » Trois têtes d’affiche internationales de la tech sont notamment intervenues lors du Mipim PropTech Europe pour sensibiliser les professionnels de l’immobilier aux thématiques de l’intelligence artificielle et de la cybersécurité. Rand Hindi, fondateur de la startup Snips et figure de proue de l’intelligence artificielle, a attiré l’attention sur le fait que les objets connectés dotés de l’intelligence artificielle pourraient nous libérer des dangers de la technologie. « L’intelligence artificielle est logique et donc prévisible, ce qui nous permettra de garder le contrôle si nous l’utilisons. Bien qu’elle soit parfois imparfaite, la logique suit un algorithme. L’objectif est donc de rendre l’intelligence artificielle si intuitive que l’on pourra rester hyper connecté presque sans s’en rendre compte ». Lors de cette première édition du Mipim PropTech Europe, l’organisateur Reed Midem a annoncé son intention de créer une association dédiée aux femmes de la proptech pour mettre à profit les expériences passées, partager les meilleures pratiques et alimenter le 1/2


débat public sur des thématiques les concernant. Le Mipim PropTech Europe était la première étape de la Mipim Startup Competition 2019, organisée en partenariat avec Metaprop NYC. Les deux gagnants sélectionnés par le jury sont Sensorberg (Allemagne) et Spaceti (République Tchèque). Les deux prochaines étapes auront lieu ensuite à New York et à Hong Kong pendant les Mipim organisés dans ces pays. La grande finale se tiendra lors du Mipim 2019 à Cannes.

2/2


25/06/2018

Startups et immobilier, des rapports encore balbutiants L'immobilier a beau être un secteur conservateur, il a ses startups: mais si des tentatives fleurissent à tous les maillons, du BTP aux agences, elles peinent à imprimer un mouvement d'ampleur en France. "En France, quand on cherche un appartement, c'est largement sur le Bon Coin... Ca m'étonne qu'il n'y ait pas eu plus de startups qui se sont créées pour aller lui faire concurrence: on peut faire tellement mieux avec la technologie qu'on a !", s'étonne auprès de l'AFP Emilie EliceLabel, cofondatrice de la startup américaine FrontDoor. Mme Elice-Label, dont l'entreprise propose aux agents immobiliers d'évaluer l'intérêt de leurs potentiels clients à partir des informations laissés par ces derniers, était de passage tout récemment à Paris pour la première édition d'un salon organisé sur les nouvelles technologies par le marché international des professionnels de l'immobilier (Mipim). Ce salon est sans commune mesure avec son grand frère généraliste, rendez-vous annuel du secteur à Cannes: alors que plus de 20.000 professionnels étaient présents en mars dans le sud de la France, seules 1.500 personnes étaient attendues la semaine dernière à Paris. "L'immobilier investit peu dans les technologies par rapport à d'autres secteurs", reconnaît auprès de l'AFP Cyril Aulagnon, fondateur du cabinet de conseil spécialisé Stonup. "Il n'y a pas de foncière qui investit plus de 0,25% de son chiffre d'affaires dans les nouvelles technologies." Signe du caractère embryonnaire de la tendance, son nom ne fait même pas consensus. Alors que l'on parle communément de "fintech"


pour les startups financières, l'immobilier hésite entre "proptech" terme retenu par le Mipim - et "real estech", référence à "property" et "real estate" qui peuvent chacun désigner le secteur en anglais. Le spectre est large. Parmi les startups présentes au Mipim de Paris, certaines s'adressent aux promoteurs comme Vectuel, qui propose de visualiser des projets en 3D, certaines aux grands propriétaires comme Deepki, qui compile les données de parcs immobiliers pour limiter les charges et les dépenses d'énergie, tandis que d'autres facilitent numériquement les démarches juridiques des notaires et des agents immobiliers, telles MyNotary et Legalife. C'est un autre secteur qui fait figure de précurseur, le BTP, qui recourt de plus en plus au "building information modeling" (BIM): il s'apparente à une maquette numérique en trois dimensions qui peut servir de test pendant tout le cycle de construction, voire au-delà. - Timides levées de fonds "La construction est assez en avance sur le sujet: les gros promoteurs ne se passent plus de maquettes numériques. C'est beaucoup plus simple de numériser quand ça n'existe pas encore...", admet Clémence Michel, responsable de la communication chez Deepki. Deepki, qui compte parmi ses clients des foncières comme Icade ou des grands groupes comme l'opérateur de télécoms Orange, a levé pour l'heure 2,5 millions d'euros et ne "communique pas" sur sa rentabilité. La somme est plutôt élevée pour un groupe français. Ils sont rares à avoir dépasser les 10 millions, comme le spécialiste du "BIM" Finalcad, ou Habiteo, qui propose de visiter des logements en 3D. C'est très loin de groupes américains qui ont dépassé les 100 millions d'euros, voire les 500 comme le site d'annonces immobilières Compass ou le californien Opendoor, qui vise à ubériser les agents immobiliers. "Ceci complique les perspectives des centaines de startups timidement financées à base d'enveloppes d'un ou deux millions d'euros", souligne une analyse des Echos Etudes. "Les grandes multinationales françaises de l'industrie immobilière (...) y allouent des moyens insuffisants."


Les observateurs évoquent plusieurs pistes pour expliquer ces difficultés. Mme Elice-Label remarque que l'immobilier français manque d'une base de données unifiée comme celle des agents américains, tandis que M. Aulagnon souligne qu'il est difficile de s'étendre à grande échelle vu les différences de fiscalité et de réglementation entre pays européens. Quant à l'avenir, certains acteurs traditionnels du marché restent sceptiques au-delà du début actuel d'effervescence. "C'est toujours très brillant sur le papier mais (...) de nombreux modèles arrivent sur le marché sans être aboutis et capotent", juge auprès de l'AFP Benjamin Nicaise, qui a participé à sa propre révolution technologique, celle de la fin des années 1990, en créant la plateforme d'investissements immobiliers Cerenicimo et dirige son groupe depuis plus de vingt ans. "Dans notre métier la révolution numérique, c'est très très long", conclut-il.


Startups et immobilier, des rapports encore balbutiants challenges.fr/economie/startups-et-immobilier-des-rapports-encore-balbutiants_596646 June 25, 2018

Des visiteurs au marché international des professionnels de l'immobilier (Mipim), le 13 mars 2018 AFP/Archives - VALERY HACHE L'immobilier a beau être un secteur conservateur, il a ses startups: mais si des tentatives fleurissent à tous les maillons, du BTP aux agences, elles peinent à imprimer un mouvement d'ampleur en France. "En France, quand on cherche un appartement, c'est largement sur le Bon Coin... Ca m'étonne qu'il n'y ait pas eu plus de startups qui se sont créées pour aller lui faire concurrence: on peut faire tellement mieux avec la technologie qu'on a !", s'étonne auprès de l'AFP Emilie Elice-Label, cofondatrice de la startup américaine FrontDoor. Mme Elice-Label, dont l'entreprise propose aux agents immobiliers d'évaluer l'intérêt de leurs potentiels clients à partir des informations laissés par ces derniers, était de passage tout récemment à Paris pour la première édition d'un salon organisé sur les nouvelles technologies par le marché international des professionnels de l'immobilier (Mipim). Ce salon est sans commune mesure avec son grand frère généraliste, rendez-vous annuel du secteur à Cannes: alors que plus de 20.000 professionnels étaient présents en mars dans le sud de la France, seules 1.500 personnes étaient attendues la semaine dernière à Paris. "L'immobilier investit peu dans les technologies par rapport à d'autres secteurs", reconnaît auprès de l'AFP Cyril Aulagnon, fondateur du cabinet de conseil spécialisé Stonup. "Il n'y a pas de foncière qui investit plus de 0,25% de son chiffre d'affaires dans les nouvelles technologies." Signe du caractère embryonnaire de la tendance, son nom ne fait même pas consensus. Alors que l'on parle communément de "fintech" pour les startups financières, l'immobilier hésite entre "proptech" - terme retenu par le Mipim - et "real estech", référence à "property" et "real estate" qui peuvent chacun désigner le secteur en anglais. Le spectre est large. Parmi les startups présentes au Mipim de Paris, certaines s'adressent aux promoteurs comme Vectuel, qui propose de visualiser des projets en 3D, certaines aux grands propriétaires comme Deepki, qui compile les données de parcs immobiliers pour limiter les charges et les dépenses d'énergie, tandis que d'autres facilitent numériquement les démarches juridiques des notaires et des agents immobiliers, telles MyNotary et Legalife. C'est un autre secteur qui fait figure de précurseur, le BTP, qui recourt de plus en plus au "building information modeling" (BIM): il s'apparente à une maquette numérique en trois dimensions qui peut servir de test pendant tout le cycle de construction, voire au-delà. - Timides levées de fonds 1/2


"La construction est assez en avance sur le sujet: les gros promoteurs ne se passent plus de maquettes numériques. C'est beaucoup plus simple de numériser quand ça n'existe pas encore...", admet Clémence Michel, responsable de la communication chez Deepki. Deepki, qui compte parmi ses clients des foncières comme Icade ou des grands groupes comme l'opérateur de télécoms Orange, a levé pour l'heure 2,5 millions d'euros et ne "communique pas" sur sa rentabilité. La somme est plutôt élevée pour un groupe français. Ils sont rares à avoir dépasser les 10 millions, comme le spécialiste du "BIM" Finalcad, ou Habiteo, qui propose de visiter des logements en 3D. C'est très loin de groupes américains qui ont dépassé les 100 millions d'euros, voire les 500 comme le site d'annonces immobilières Compass ou le californien Opendoor, qui vise à ubériser les agents immobiliers. "Ceci complique les perspectives des centaines de startups timidement financées à base d'enveloppes d'un ou deux millions d'euros", souligne une analyse des Echos Etudes. "Les grandes multinationales françaises de l'industrie immobilière (...) y allouent des moyens insuffisants." Les observateurs évoquent plusieurs pistes pour expliquer ces difficultés. Mme Elice-Label remarque que l'immobilier français manque d'une base de données unifiée comme celle des agents américains, tandis que M. Aulagnon souligne qu'il est difficile de s'étendre à grande échelle vu les différences de fiscalité et de réglementation entre pays européens. Quant à l'avenir, certains acteurs traditionnels du marché restent sceptiques au-delà du début actuel d'effervescence. "C'est toujours très brillant sur le papier mais (...) de nombreux modèles arrivent sur le marché sans être aboutis et capotent", juge auprès de l'AFP Benjamin Nicaise, qui a participé à sa propre révolution technologique, celle de la fin des années 1990, en créant la plateforme d'investissements immobiliers Cerenicimo et dirige son groupe depuis plus de vingt ans. "Dans notre métier la révolution numérique, c'est très très long", conclut-il.

2/2


Startups et immobilier, des rapports encore balbutiants lepoint.fr/economie/startups-et-immobilier-des-rapports-encore-balbutiants-25-06-2018-2230150_28.php June 25, 2018

L'immobilier a beau être un secteur conservateur, il a ses startups: mais si des tentatives fleurissent à tous les maillons, du BTP aux agences, elles peinent à imprimer un mouvement d'ampleur en France. "En France, quand on cherche un appartement, c'est largement sur le Bon Coin... Ca m'étonne qu'il n'y ait pas eu plus de startups qui se sont créées pour aller lui faire concurrence: on peut faire tellement mieux avec la technologie qu'on a !", s'étonne auprès de l'AFP Emilie Elice-Label, cofondatrice de la startup américaine FrontDoor. Mme Elice-Label, dont l'entreprise propose aux agents immobiliers d'évaluer l'intérêt de leurs potentiels clients à partir des informations laissés par ces derniers, était de passage tout récemment à Paris pour la première édition d'un salon organisé sur les nouvelles technologies par le marché international des professionnels de l'immobilier (Mipim). Ce salon est sans commune mesure avec son grand frère généraliste, rendez-vous annuel du secteur à Cannes: alors que plus de 20.000 professionnels étaient présents en mars dans le sud de la France, seules 1.500 personnes étaient attendues la semaine dernière à Paris. "L'immobilier investit peu dans les technologies par rapport à d'autres secteurs", reconnaît auprès de l'AFP Cyril Aulagnon, fondateur du cabinet de conseil spécialisé Stonup. "Il n'y a pas de foncière qui investit plus de 0,25 % de son chiffre d'affaires dans les nouvelles technologies." Signe du caractère embryonnaire de la tendance, son nom ne fait même pas consensus. Alors que l'on parle communément de "fintech" pour les startups financières, l'immobilier hésite entre "proptech" - terme retenu par le Mipim - et "real estech", référence à "property" et "real estate" qui peuvent chacun désigner le secteur en anglais. Le spectre est large. Parmi les startups présentes au Mipim de Paris, certaines s'adressent aux promoteurs comme Vectuel, qui propose de visualiser des projets en 3D, certaines aux grands propriétaires comme Deepki, qui compile les données de parcs immobiliers pour limiter les charges et les dépenses d'énergie, tandis que d'autres facilitent numériquement les démarches juridiques des notaires et des agents immobiliers, telles MyNotary et Legalife. C'est un autre secteur qui fait figure de précurseur, le BTP, qui recourt de plus en plus au "building information modeling" (BIM): il s'apparente à une maquette numérique en trois dimensions qui peut servir de test pendant tout le cycle de construction, voire au-delà.

Timides levées de fonds

1/2


"La construction est assez en avance sur le sujet: les gros promoteurs ne se passent plus de maquettes numériques. C'est beaucoup plus simple de numériser quand ça n'existe pas encore...", admet Clémence Michel, responsable de la communication chez Deepki. Deepki, qui compte parmi ses clients des foncières comme Icade ou des grands groupes comme l'opérateur de télécoms Orange, a levé pour l'heure 2,5 millions d'euros et ne "communique pas" sur sa rentabilité. La somme est plutôt élevée pour un groupe français. Ils sont rares à avoir dépasser les 10 millions, comme le spécialiste du "BIM" Finalcad, ou Habiteo, qui propose de visiter des logements en 3D. C'est très loin de groupes américains qui ont dépassé les 100 millions d'euros, voire les 500 comme le site d'annonces immobilières Compass ou le californien Opendoor, qui vise à ubériser les agents immobiliers. "Ceci complique les perspectives des centaines de startups timidement financées à base d'enveloppes d'un ou deux millions d'euros", souligne une analyse des Echos Etudes. "Les grandes multinationales françaises de l'industrie immobilière (...) y allouent des moyens insuffisants." Les observateurs évoquent plusieurs pistes pour expliquer ces difficultés. Mme Elice-Label remarque que l'immobilier français manque d'une base de données unifiée comme celle des agents américains, tandis que M. Aulagnon souligne qu'il est difficile de s'étendre à grande échelle vu les différences de fiscalité et de réglementation entre pays européens. Quant à l'avenir, certains acteurs traditionnels du marché restent sceptiques au-delà du début actuel d'effervescence. "C'est toujours très brillant sur le papier mais (...) de nombreux modèles arrivent sur le marché sans être aboutis et capotent", juge auprès de l'AFP Benjamin Nicaise, qui a participé à sa propre révolution technologique, celle de la fin des années 1990, en créant la plateforme d'investissements immobiliers Cerenicimo et dirige son groupe depuis plus de vingt ans. "Dans notre métier la révolution numérique, c'est très très long", conclut-il.

2/2


Startups et immobilier, des rapports encore balbutiants france24.com/fr/20180625-startups-immobilier-rapports-encore-balbutiants June 25, 2018

L'immobilier a beau être un secteur conservateur, il a ses startups: mais si des tentatives fleurissent à tous les maillons, du BTP aux agences, elles peinent à imprimer un mouvement d'ampleur en France. "En France, quand on cherche un appartement, c'est largement sur le Bon Coin... Ca m'étonne qu'il n'y ait pas eu plus de startups qui se sont créées pour aller lui faire concurrence: on peut faire tellement mieux avec la technologie qu'on a !", s'étonne auprès de l'AFP Emilie Elice-Label, cofondatrice de la startup américaine FrontDoor. Mme Elice-Label, dont l'entreprise propose aux agents immobiliers d'évaluer l'intérêt de leurs potentiels clients à partir des informations laissés par ces derniers, était de passage tout récemment à Paris pour la première édition d'un salon organisé sur les nouvelles technologies par le marché international des professionnels de l'immobilier (Mipim). Ce salon est sans commune mesure avec son grand frère généraliste, rendez-vous annuel du secteur à Cannes: alors que plus de 20.000 professionnels étaient présents en mars dans le sud de la France, seules 1.500 personnes étaient attendues la semaine dernière à Paris. "L'immobilier investit peu dans les technologies par rapport à d'autres secteurs", reconnaît auprès de l'AFP Cyril Aulagnon, fondateur du cabinet de conseil spécialisé Stonup. "Il n'y a pas de foncière qui investit plus de 0,25% de son chiffre d'affaires dans les nouvelles technologies." Signe du caractère embryonnaire de la tendance, son nom ne fait même pas consensus. Alors que l'on parle communément de "fintech" pour les startups financières, l'immobilier hésite entre "proptech" - terme retenu par le Mipim - et "real estech", référence à "property" et "real estate" qui peuvent chacun désigner le secteur en anglais. Le spectre est large. Parmi les startups présentes au Mipim de Paris, certaines s'adressent aux promoteurs comme Vectuel, qui propose de visualiser des projets en 3D, certaines aux grands propriétaires comme Deepki, qui compile les données de parcs immobiliers pour limiter les charges et les dépenses d'énergie, tandis que d'autres facilitent numériquement les démarches juridiques des notaires et des agents immobiliers, telles MyNotary et Legalife. C'est un autre secteur qui fait figure de précurseur, le BTP, qui recourt de plus en plus au "building information modeling" (BIM): il s'apparente à une maquette numérique en trois dimensions qui peut servir de test pendant tout le cycle de construction, voire au-delà. "La construction est assez en avance sur le sujet: les gros promoteurs ne se passent plus de maquettes numériques. C'est beaucoup plus simple de numériser quand ça n'existe pas encore...", admet Clémence Michel, responsable de la communication chez Deepki. 1/2


Deepki, qui compte parmi ses clients des foncières comme Icade ou des grands groupes comme l'opérateur de télécoms Orange, a levé pour l'heure 2,5 millions d'euros et ne "communique pas" sur sa rentabilité. La somme est plutôt élevée pour un groupe français. Ils sont rares à avoir dépasser les 10 millions, comme le spécialiste du "BIM" Finalcad, ou Habiteo, qui propose de visiter des logements en 3D. C'est très loin de groupes américains qui ont dépassé les 100 millions d'euros, voire les 500 comme le site d'annonces immobilières Compass ou le californien Opendoor, qui vise à ubériser les agents immobiliers. "Ceci complique les perspectives des centaines de startups timidement financées à base d'enveloppes d'un ou deux millions d'euros", souligne une analyse des Echos Etudes. "Les grandes multinationales françaises de l'industrie immobilière (...) y allouent des moyens insuffisants." Les observateurs évoquent plusieurs pistes pour expliquer ces difficultés. Mme Elice-Label remarque que l'immobilier français manque d'une base de données unifiée comme celle des agents américains, tandis que M. Aulagnon souligne qu'il est difficile de s'étendre à grande échelle vu les différences de fiscalité et de réglementation entre pays européens. Quant à l'avenir, certains acteurs traditionnels du marché restent sceptiques au-delà du début actuel d'effervescence. "C'est toujours très brillant sur le papier mais (...) de nombreux modèles arrivent sur le marché sans être aboutis et capotent", juge auprès de l'AFP Benjamin Nicaise, qui a participé à sa propre révolution technologique, celle de la fin des années 1990, en créant la plateforme d'investissements immobiliers Cerenicimo et dirige son groupe depuis plus de vingt ans. "Dans notre métier la révolution numérique, c'est très très long", conclut-il. © 2018 AFP

2/2


Les acteurs de l'immobilier apprennent à travailler avec les start-up [analyse] lemoniteur.fr/article/les-acteurs-de-l-immobilier-apprennent-a-travailler-avec-les-start-up-analyse.1978749

F.M., avec AFP | le 25/06/2018 | Immobilier, BIM, Numérique Le Mipim Proptech a montré que, si les interactions entre groupes immobiliers et start-up se multiplient, le mouvement n'a pas encore atteint le secteur dans son ensemble. L'immobilier a beau être un secteur à cycle long, la plupart de ses acteurs structure une démarche d'innovation auprès des start-up, pour créer de nouveaux services, fluidifier la chaîne de production... Un mouvement apparu nettement lors de la première édition du Mipim Proptech 2018, qui s'est conclue vendredi 22 juin, mais qui peine à atteindre le secteur dans son ensemble en France. C'est notamment vrai dans le B2C. "En France, quand on cherche un appartement, c'est largement sur le Bon Coin... Cela m'étonne qu'il n'y ait pas eu plus de start-up qui se sont créées pour aller lui faire concurrence: on peut faire tellement mieux avec la technologie qu'on a !", s'étonne Emilie Elice-Label, cofondatrice de la pépite américaine FrontDoor, qui propose aux agents immobiliers d'évaluer l'intérêt de leurs potentiels clients à partir des informations laissés par ces derniers.

Investissements faibles des foncières Le Mipim Proptech, il est vrai, est encore sans commune mesure avec son grand frère généraliste de Cannes : alors que plus de 20 000 professionnels étaient présents en mars dans le sud de la France, seules 1500 personnes étaient attendues la semaine dernière à Paris. "L'immobilier investit peu dans les technologies par rapport à d'autres secteurs", analyse Cyril Aulagnon, fondateur du cabinet de conseil spécialisé Stonup. "Il n'y a pas de foncière qui investit plus de 0,25% de son chiffre d'affaires dans les nouvelles technologies." Signe du caractère embryonnaire de la tendance, son nom ne fait même pas consensus. Alors que l'on parle communément de "fintech" pour les start-up financières, l'immobilier hésite entre "proptech" - terme retenu par le Mipim - et "real estech", référence à "property" et "real estate". Le spectre est large. Parmi les startups présentes au Mipim de Paris, certaines s'adressent aux promoteurs comme Vectuel, qui propose de visualiser des projets en 3D, certaines aux grands propriétaires comme Deepki, qui compile les données de parcs immobiliers pour limiter les charges et les dépenses d'énergie, tandis que d'autres facilitent numériquement les démarches juridiques des notaires et des agents immobiliers, telles MyNotary et Legalife.

1/2


Levées de fonds timides Le BTP dans son ensemble, en revanche, semble avoir amorcé une transformation de plus grande envergure, à la faveur de l'essor du BIM. "La construction est assez en avance sur le sujet: les gros promoteurs ne se passent plus de maquettes numériques. C'est beaucoup plus simple de numériser quand ça n'existe pas encore...", admet Clémence Michel, responsable de la communication chez Deepki. La jeune pousse, qui compte parmi ses clients des foncières comme Icade ou des grands groupes comme Orange, a levé pour l'heure 2,5 millions d'euros et ne "communique pas" sur sa rentabilité. La somme est plutôt élevée pour un groupe français. Ils sont rares à avoir dépasser les 10 millions, comme le spécialiste du "BIM" Finalcad, ou Habiteo, qui propose de visiter des logements en 3D. Quant à l'avenir, certains acteurs traditionnels du marché restent sceptiques au-delà du début actuel d'effervescence. "C'est toujours très brillant sur le papier mais (...) de nombreux modèles arrivent sur le marché sans être aboutis et capotent", juge Benjamin Nicaise, qui a participé à sa propre révolution technologique, celle de la fin des années 1990, en créant la plateforme d'investissements immobiliers Cerenicimo et dirige son groupe depuis plus de vingt ans. "Dans notre métier la révolution numérique, c'est très très long", conclut-il.

2/2


Filippo Rean (Reed Midem) : quand le monde de l’immobilier rencontre celui de la technologie immoweek.fr/green-et-innovations/interview/filippo-rean-reed-midem-quand-le-monde-de-limmobilier-rencontre-celuide-la-technologie June 25, 2018

Identifier et accompagner le développement des startup les plus prometteuses du secteur des nouvelles technologies appliquées à l’immobilier : c’est le défi que s’est lancé Filippo Rean en proposant le premier salon de la PropTech en France. Le directeur de la division immobilier de Reed Midem a accordé à Immoweek, dans le cadre de son émission hebdomadaire sur Radio Immo, « Le 12 Minutes Immoweek », une interview « spéciale PropTech » que nous publions ci-dessous. Pourquoi ce salon et quelle est l’idée précisément ? L’idée de ce salon, le PropTech, est d’accompagner et idéalement d’accélérer l’évolution de l’industrie immobilière vers les nouvelles technologies. Nous existons déjà au travers du Mipim qui est notre salon phare à Cannes. Nous avons plus précisément expérimenté, pour la première fois, le PropTech à New York l’année dernière. Ce salon a rencontré un réel succès alors qu’il s’agissait, initialement, d’un simple pari pour voir si ce projet pouvait, ou non, fonctionner. Nous avons réuni 800 personnes de très haut niveaux et, surtout, deux mondes : celui de l’immobilier et celui de la tech. Nous avons donc décidé de déployer ce projet à Paris, d’abord pour l’industrie globale, mais aussi et plus particulièrement pour l’industrie européenne immobilière qui est aujourd’hui tout à fait légitime en la matière.

Pourquoi avoir choisi Paris ? Pour plusieurs raisons. Nous estimons surtout qu’aujourd’hui Paris réuni toutes les conditions pour organiser un salon comme le PropTech. D’abord, d’un point de vue de l’industrie immobilière française au regard de sa vitalité et sa vivacité, mais aussi grâce à son positionnement très dynamique et attractif en matière de développement des nouvelles technologies. L’ouverture de la France, ainsi que le soutien des acteurs publics dans ce 1/3


type de démarche nous a réellement conforté dans notre choix avec, évidemment, comme objectif d’ouvrir in fine le plus possible notre événement à d’autres pays. Nous sommes donc très heureux d’organiser à Paris la première édition du PropTech Europe.

Qu’attendez-vous de ce salon ? Tout d’abord, d’un point de vue conceptuel, nous souhaitons vraiment construire du lien et un langage commun entre le monde de l’immobilier et celui des nouvelles technologies. Ensuite, en terme de chiffre et pour parler d’attentes plus concrètes, nous annonçons 1 500 (chiffre à réactualiser) participants. Le nombre de participants est d’ores et déjà supérieur à celui de New York, où nous prévoyons de réitérer l’opération en novembre prochain dans un cadre qui sera élargi, reflet d’une réelle tendance de fond positive émanant d’une industrie immobilière demandeuse de ce type de rencontre, indispensable à l’échange et au partage avec l’univers des nouvelles technologies, acteur majeur des sujets d’avenir. Il s’agit là d’une complémentarité indéniable entre deux secteurs jouant un rôle dans l’évolution du monde d’aujourd’hui et de demain et d’une opportunité pour chacun de mettre en avant ses ambitions sur des sujets intimement liés tout en contribuant au PIB de différents pays. On est donc parti, initialement, de l’idée un peu secondaire que les nouvelles technologies pouvaient jouer un rôle dans l’industrie immobilière et aujourd’hui cette idée est, d’après vous, LE sujet numéro 1 ? Une anecdote : il y a deux ans, nous avons lancé ce que l’on appelle une « startup competition » dédiée aux startup du PropTech, qui s’est déroulée dans l’ensemble de nos événements aux quatre coins du globe, rythmée par quatre étapes et une finale se déroulant au Mipim en 2016. Pourtant annoncé en fanfare, seulement 30 personnes ont répondu présentes, dont nos propres équipes et les startup participantes… Pour le Mipim de 2017, nous avons dû réserver le grand auditorium du Palais des Festivals et il n’y avait pas moins de 800 personnes. Une anecdote qui illustre très bien l’intérêt et l’engouement très prononcé autour de ce sujet…

Quelques chiffres en termes d’exposants et de participants ? Nous attendons entre 50 et 60 exposants, dont la plupart appartiennent au monde technologique. Nous attendons, égalelment, entre 1 500 et 2 000 participants (à actualiser), dans le cadre d’une très forte composante contenue en termes de conférences, d’ateliers, de « keynote », de tables rondes, de débats autour des succès et, parfois, des échecs que peuvent engendrer la netocracie (pouvoir exercé par ceux qui maîtrisent les nouvelles technologies [ndlr]). C’est donc un événement beaucoup plus concentré sur la partie « networking » qu’au Mipim.

Les professionnels s’accordent à dire que nous vivons une véritable révolution technologique, mais est-ce que vous vous observez également une révolution comportementale ? Oui et ce, de la part des professionnels comme des utilisateurs. On parle beaucoup de technologie, mais en réalité, les nouvelles technologies sont seulement des moyens et nous avons à faire avec une évolution beaucoup plus profonde, c’est-à-dire sociétale, de 2/3


l’utilisation des immeubles et de la ville, d’où découle et fait monter en puissance ce que l’on appelle aujourd’hui la PropTech. Il ne faut donc pas se focaliser simplement sur les comportements eux- mêmes, mais sur la façon dont ils prennent forme. Les bureaux partagés constituent un bon exemple. Il s’agit d’une offre qui correspond bien à cette tendance « disruptive », où la relation qu’entretient l’utilisateur avec les bureaux et, plus largement le résidentiel, est beaucoup plus profonde. Nous pouvons même parler de mutation vis-à-vis de la propriété en général.

Pensez-vous que les professionnels eux-mêmes, qui participent à vos salons, vont être touchés également par cette révolution numérique ? Oui, la révolution est là, mais elle se traduit surtout par le fait de mettre l’utilisateur au centre des préoccupations et d’en faire un élément déterminant quant aux finalités des projets entrepris. C’est sur le citoyen que se recentre l’activité des professionnels, ce qui suppose aussi pour ces derniers de savoir et/ou de pouvoir adapter leurs compétences en conséquence. Il s’agit donc là d’un sujet fondamental, qui soulève la question de l’adaptabilité de l’industrie de l’immobilier qui, au-delà du fait d’adhérer aux nouvelles technologies, va devoir apprendre à s’équiper et à initier son propre personnel à cette « rupture 2.0 » dans laquelle nous vivons actuellement, pour parvenir à voir toujours plus loin dans l’avenir. Il paraît donc évident que c’est en travaillant dans la complémentarité que les acteurs du secteur de l’immobilier, des nouvelles technologies, mais aussi les acteurs historiques comme Google et Sisko, parviendront à faire évoluer les immeubles et la ville en harmonie avec la mutation constante des comportements d’aujourd’hui et de demain.

3/3


Mipim PropTech Europe ou quand l’immobilier et la technologie se connectent… immoweek.fr/bureaux/actualite/mipim-proptech-europe-ou-quand-limmobilier-et-la-technologie-se-connectent June 25, 2018

Organisée sur deux jours à Paris les 20 et 21 juin derniers, la première édition, en France, du Mipim PropTech Europe a réuni pas moins de 1 500 participants venus de 47 pays et plus de 150 investisseurs internationaux. Ainsi, les leaders internationaux de l’immobilier, des technologies et du capitalrisque s’y sont rencontrés. Plus de 100 conférenciers ont exprimé leur point de vue sur les grandes opportunités du secteur de la proptech. La thématique « Villes et technologie : atteindre des objectifs durables » a réuni des représentants d’organisations publiques et privées pour « débattre de la manière dont la data et son analyse peuvent aider les villes à mettre en oeuvre des infrastructures nouvelle génération ». Aaron Renn, senior fellow au Manhattan Institute for Policy Research (institut de recherche dont la mission est de diffuser de nouvelles idées autour de la politique de la ville) a évoqué « l’importance d’adopter un état d’esprit urbain ». Pour lui, « les villes ne peuvent être dupliquées. Chacune a sa propre histoire : la culture d’un lieu, c’est comme l’air que l’on respire… Ce sont des aspects qui font qu’une ville ne ressemble a aucune autre. La valeur de la marque d’une ville, c’est probablement la valeur totale de son parc immobilier ». De nombreux autres sujets ont été étudiés lors de cette première édition en France comme l’innovation dans l’environnement bâti, la cybersécurité, la data et l’analyse… A noter : Reed Midem a annoncé son intention de créer une association dédiée aux femmes de la proptech pour « mettre à profit les expériences passées, partager les meilleures pratiques et alimenter le débat public sur des thématiques les concernant ». Immoweek, dans son dernier magazine (juin 2018), consacre tout un dossier sur cette première édition en France. Retrouver ici, le dossier et l’interview de Filippo Rean. Nous avons aujourd'hui à la fois des startups qui proposent des innovations technologiques au secteur de l'immobilier et des investisseurs prêts à intégrer la proptech dans leur portefeuille. Le moment ne pouvait être mieux choisi pour lancer le Mipim PropTech Europe, point de connexion entre l'immobilier et la technologie. Valérie Garnier

1/1


Start-up et immobilier, des rapports encore balbutiants capital.fr/entreprises-marches/startups-et-immobilier-des-rapports-encore-balbutiants-1294673 June 25, 2018

AFP/Archives/VALERY HACHE L'immobilier a beau être un secteur conservateur, il a ses startups: mais si des tentatives fleurissent à tous les maillons, du BTP aux agences, elles peinent à imprimer un mouvement d'ampleur en France. "En France, quand on cherche un appartement, c'est largement sur le Bon Coin... Ca m'étonne qu'il n'y ait pas eu plus de startups qui se sont créées pour aller lui faire concurrence: on peut faire tellement mieux avec la technologie qu'on a !", s'étonne auprès de l'AFP Emilie Elice-Label, cofondatrice de la startup américaine FrontDoor. Mme Elice-Label, dont l'entreprise propose aux agents immobiliers d'évaluer l'intérêt de leurs potentiels clients à partir des informations laissés par ces derniers, était de passage tout récemment à Paris pour la première édition d'un salon organisé sur les nouvelles technologies par le marché international des professionnels de l'immobilier (Mipim). Ce salon est sans commune mesure avec son grand frère généraliste, rendez-vous annuel du secteur à Cannes: alors que plus de 20.000 professionnels étaient présents en mars dans le sud de la France, seules 1.500 personnes étaient attendues la semaine dernière à Paris. "L'immobilier investit peu dans les technologies par rapport à d'autres secteurs", reconnaît auprès de l'AFP Cyril Aulagnon, fondateur du cabinet de conseil spécialisé Stonup. "Il n'y a pas de foncière qui investit plus de 0,25% de son chiffre d'affaires dans les nouvelles technologies." Signe du caractère embryonnaire de la tendance, son nom ne fait même pas consensus. Alors que l'on parle communément de "fintech" pour les startups financières, l'immobilier hésite entre "proptech" - terme retenu par le Mipim - et "real estech", référence à "property" et "real estate" qui peuvent chacun désigner le secteur en anglais. Le spectre est large. Parmi les startups présentes au Mipim de Paris, certaines s'adressent aux promoteurs comme Vectuel, qui propose de visualiser des projets en 3D, certaines aux grands propriétaires comme Deepki, qui compile les données de parcs immobiliers pour limiter les charges et les dépenses d'énergie, tandis que d'autres facilitent numériquement les démarches juridiques des notaires et des agents immobiliers, telles MyNotary et Legalife. C'est un autre secteur qui fait figure de précurseur, le BTP, qui recourt de plus en plus au "building information modeling" (BIM): il s'apparente à une maquette numérique en trois dimensions qui peut servir de test pendant tout le cycle de construction, voire au-delà. - Timides levées de fonds 1/2


"La construction est assez en avance sur le sujet: les gros promoteurs ne se passent plus de maquettes numériques. C'est beaucoup plus simple de numériser quand ça n'existe pas encore...", admet Clémence Michel, responsable de la communication chez Deepki. Deepki, qui compte parmi ses clients des foncières comme Icade ou des grands groupes comme l'opérateur de télécoms Orange, a levé pour l'heure 2,5 millions d'euros et ne "communique pas" sur sa rentabilité. La somme est plutôt élevée pour un groupe français. Ils sont rares à avoir dépasser les 10 millions, comme le spécialiste du "BIM" Finalcad, ou Habiteo, qui propose de visiter des logements en 3D. C'est très loin de groupes américains qui ont dépassé les 100 millions d'euros, voire les 500 comme le site d'annonces immobilières Compass ou le californien Opendoor, qui vise à ubériser les agents immobiliers. "Ceci complique les perspectives des centaines de startups timidement financées à base d'enveloppes d'un ou deux millions d'euros", souligne une analyse des Echos Etudes. "Les grandes multinationales françaises de l'industrie immobilière (...) y allouent des moyens insuffisants." Les observateurs évoquent plusieurs pistes pour expliquer ces difficultés. Mme Elice-Label remarque que l'immobilier français manque d'une base de données unifiée comme celle des agents américains, tandis que M. Aulagnon souligne qu'il est difficile de s'étendre à grande échelle vu les différences de fiscalité et de réglementation entre pays européens. Quant à l'avenir, certains acteurs traditionnels du marché restent sceptiques au-delà du début actuel d'effervescence. "C'est toujours très brillant sur le papier mais (...) de nombreux modèles arrivent sur le marché sans être aboutis et capotent", juge auprès de l'AFP Benjamin Nicaise, qui a participé à sa propre révolution technologique, celle de la fin des années 1990, en créant la plateforme d'investissements immobiliers Cerenicimo et dirige son groupe depuis plus de vingt ans. "Dans notre métier la révolution numérique, c'est très très long", conclut-il.

2/2


L'interview Habiteo - Episode #1: Filippo Rean nous parle d'un immobilier puissant ! pro.habiteo.com/interview1-mipim-proptech-filippo-rean June 26, 2018

Habiteo était présent au salon Mipim PropTech qui s’est tenu les 20 et 21 juin dernier. Après 2 éditions à New York, Reed Midem a décidé de créer une version européenne. Sur sa lancée de “start-up nation”, la France s’est imposée comme le pays devant accueillir l’évènement.

Filippo Rean : un immobilier « puissant » Pour connaître les tendances de l’immobilier de demain, nous avons interrogé les participants du salon. Exposants, visiteurs, promoteurs, start-up, investisseurs,… ils se sont tous prêtés au jeu. Ils ont ainsi partagé avec nous leur vision de le relation client et de immobilier de demain. Filippo Rean, Directeur du salon MIPIM et de la division immobilier de Reed Midem, nous a fait l’honneur de venir nous livrer sa vision.

Ce sera l’adoption de certaines technologies déjà disponibles dans d’autre secteurs Selon lui, la prochaine innovation immobilière est en fait déjà là : « On achètera en passant en ligne avant, en choisissant le quartier avant tout et après en simulant les différents appartements et sa propre vie en se projetant dedans avec beaucoup plus d’informations qu’aujourd’hui. » Et il ajoute : « Ce sera l’adoption de certaines technologies qui sont déjà disponibles dans d’autres industries qu’il faut juste importer dans l’industrie immobilière. » Pour Filippo Rean, la relation va devenir de plus en plus double. D’un côté il y aura une relation intermédiée par les outils en ligne. De l’autre coté le face to face : « Le coté personnel va devenir encore plus important. »

Les femmes dans la PropTech : une opportunité Et quand nous parlons Diversité, Filippo Rean considère la présence de plus en plus visible des femmes dans la PropTech comme une « opportunité dans un secteur qui est plutôt à dominante masculine. La Proptech je pense est une brèche et c’est une façon pour les femmes de prendre beaucoup plus de place dans le monde de l’immobilier dans sa totalité. »

1/2


PAYS :France

DIFFUSION :40642

PAGE(S) :26

JOURNALISTE :Barbara Kiraly

SURFACE :39 % PERIODICITE :Hebdomadaire

29 juin 2018 - N°5981

Au Mipim PropTech, chacun cherche sa perle rare Le salon a permis aux start-up de séduire une nouvelle clientèle : les promoteurs.

9 est dans une ambiance feutrée, loin du gigantisme de son grand frère Mipim, que s'est déroulé les 20 et 21 juin le Mipim PropTech. Pour sa première édition en France, le salon a ouvert ses portes au palais des congrès de Paris. Et, ambiance start-up oblige, l'événement a fait place aux échanges plus ou moins formels entre professionnels de l'immobilier et des nouvelles technologies. Blockchain, intelligence artificielle et réalité virtuelle ont rythmé les journées des congressistes.

C

• Barbara Kiraly et Sophie Vincelot

ai Retrouvez toutes les annonces surwww.lemoniteur.fr/mipim-proptech/

vv

Tous droits de reproduction réservés


La tech au service de l'immobilier

08/07/2018

latribune.fr/entreprises-finance/industrie/biens-d-equipement-btp-immobilier/la-tech-au-service-de-l-immobilier784159.html Par César Armand

Faire gagner du temps et donc de l'argent aux grands groupes et aux métiers traditionnels de l'immobilier, un nombre croissant de startups de la "real estech" s'orientent dans cette direction. Il ne s'agit plus seulement de concurrencer ces entreprises installées, mais de les aider à améliorer leur process. Ainsi, depuis 2001, Drooms met à disposition d'investisseurs des datarooms, des coffresforts virtuels, pour échanger des documents confidentiels. Conséquence des recherches des uns et des autres, de l'IA suggère même des éléments clés à consulter. « Même 17 ans après, dans n'importe quelle foncière, on va trouver des tonnes de papier, s'agace son Pdg, Alexandre Grellier, alors que ce manque de transparence entraîne des coûts très élevés ! » L'opérateur américain JLL a déjà signé un partenariat avec lui, considérant que cette technologie « fluidifie et sécurise » les échanges d'informations. La blockchain, cette autre infrastructure informatique décentralisée qui permet d'enregistrer des données dans une chaîne de blocs sécurisée (à l'image du bitcoin), est également utilisée par les acteurs de l'immobilier. Olarchy entend ainsi faciliter les relations entre les différentes parties prenantes, en s'assurant de la chronologie, de l'origine et de la véracité de l'information stockée. De même, à moyen terme, cet acteur immobilier veut utiliser la blockchain dans la gestion locative. « C'est une architecture très simple qui encrypte les informations. À terme, une transaction entre particuliers pourra se faire en un mois, contre trois actuellement », assure Michael Sigda, fondateur d'Olarchy et directeur du développement d'HBS Research. Fin 2018, HBS Research lancera, elle, un outil pour aider les entreprises à optimiser leur déménagement, en croisant une quarantaine de micro-indicateurs, comme l'état de vétusté du bien sur le point d'être quitté ou la croissance de la société à l'instant T. Toujours pour le partage de l'information, Legalife entend réduire la paperasse lors de l'acquisition de programmes neufs. « Vous signez un contrat de réservation avec un appartement sur plan en quatre exemplaires paraphés et signés de cinquante pages que le commercial envoie au siège avant que le promoteur ne le contresigne », explique son président François Marill. « Maintenant, un commercial vous le fait signer électroniquement sur sa tablette, l'envoie au promoteur qui le réexpédie au client en recommandé électronique. »

Un "bureau digital du notaire" 1/3


MyNotary, plateforme collaborative entre acheteurs, vendeurs, notaires, banques, assurances et agents, entend, elle aussi, offrir de la transparence entre tous. Des promoteurs peuvent s'offrir ce service pour 49 à 79 euros par transaction de même que les juristes ont le droit de souscrire au « bureau digital du notaire », un endroit unique pour constituer et déposer le dossier de A à Z. Sans oublier le client qui peut poser des questions à tous ses interlocuteurs tout au long de la procédure. En matière de vente là encore, Flatsy propose un outil de prise de rendez-vous à la manière de Doctolib et met à disposition des agents formés par elle-même et rémunérés à la visite. « Souvent, les gens veulent prendre des rendez-vous en dehors des horaires d'ouverture, de même que cela prend beaucoup du temps aux agents d'organiser des visites et de venir les faire », précise son CEO, Alexis Chauffert-Yvart. Les agences, elles, déboursent un forfait de visites illimitées de 290 euros dans le grand Paris et de 210 euros à Lyon, Aix-Marseille, Bordeaux et Nantes. Également en coordination avec les agents immobiliers, CD & B tente, lui, de résoudre l'équation entre des entreprises qui veulent toujours moins de surfaces pour moins cher et des collaborateurs qui souhaitent davantage d'espaces pour être plus efficaces au bureau. Mohamed Sahily, directeur général adjoint, affirme vouloir « casser ce modèle et rechercher de l'efficience ». Grâce à un outil de modélisation, le futur utilisateur des lieux renseigne l'immeuble dans lequel il va installer les siens et aménage virtuellement l'espace comme il l'imagine. D'autres encore utilisent les applications smartphone pour améliorer la communication interne entre professionnels souvent inaccessibles et particuliers. CityLity, parmi d'autres usages, met, par exemple, en lien syndics et copropriétaires, voire le prestataire de services et l'habitant, pour faire économiser des dépenses de charges à tous. « Quelqu'un voit une fuite, il prend une photo, l'envoie au plombier, ils chattent ensemble, et l'opérateur se déplace, raconte André May, cofondateur. Finies les deux visites : l'une pour voir, l'autre pour réparer l'incident. »

Un dossier numérique du bâtiment Enfin, plusieurs startups de la real estech veulent améliorer l'usage des occupants. Deepki collecte les données des différents acteurs habituellement « complètement diffuses, éparses, silotées », selon les mots de sa responsable marketing et communication, Clémence Michel, et en fait un dossier numérique du bâtiment qui rend l'information intelligible. Par exemple, les données énergétiques contextualisées avec les autres activités peuvent permettre de détecter des gisements d'économie. « On parle déjà de valeur verte et bientôt, avec la surveillance du bâtiment, on évoquera sa valeur numérique », avance Clémence Michel. À cet égard, BIM My Project mêle ces deux aspects. Un chef de chantier a désormais la possibilité de revêtir, sous son casque de protection, un casque de réalité mixte, c'est-àdire un casque qui projette un hologramme de la maquette numérique sur l'environnement

2/3


réel. Cela permet de contrôler les avancées des travaux en direct, et notamment des lots techniques (tuyauteries, évacuations de l'air) qui, s'ils ne sont pas réalisés correctement, coûtent cher en temps et en énergie dépensés.

Mieux vivre dans l'entreprise Marie Schneegans connecte les salariés entre eux via son application Workwell, qui se décline en différents services. Le premier d'entre eux, "Never Eat Alone", qu'elle lance de San Francisco après avoir elle-même toqué à la porte des bureaux de ses collègues pour faire connaissance pendant ses stages d'étudiante, séduit aussitôt les groupes du CAC 40 français. Depuis, elle a noué des partenariats avec d'autres jeunes pousses comme Foodchéri qui livre de la nourriture au bureau, ou Mapwize qui offre un plan aux nouveaux arrivants qui souhaitant se repérer dans leur nouvel environnement de travail.

3/3


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

GERMANY


PAYS :Allemagne

JOURNALISTE :Us

PAGE(S) :17 SURFACE :22 %

22 mars 2018

Auf die USA folgt Europa: Wegen großen Anklangs von Mipim-Proptech in den USA wird es im Juni ein Zusatzevent in Paris geben. Über 100 Referenten werden erwartet. Die Nachfrage nach dem Proptech-Event in New York war so groß, dass wir uns entschlossen haben, eine europäische Variante der Veranstaltung zu starten", sagte Mipim-Direktor Ronan Vaspart am Mittwoch vergangener Woche auf der Immobilienmesse in Cannes. Stattflnden soll das europäische Proptech-Event am 20. und 21. Juni im Palais des Congres in Paris. Erwartet werden rund 1.500 Gäste aus 40 Ländern, rund 100 Referenten sind geladen. "Der Wissensdurst der Immobilienbranche in Bezug auf das Thema Proptech ist groß", erläuterte Filippo Rean, Direktor der Real Estate Division beim Messeveranstalter Reed Midem. Zwar solle es auch auf der eigentlichen Mipim weiterhin einen Innovationsbereich geben. Der sei ein guter Ausgangspunkt für alle, die sich erstmals mit dem Thema Proptech beschäftigen, sagte Rean und fügte hinzu: "Für vertiefte Informationen brauchen wir jedoch kleinere, spezialisierte Formate." Im Gespräch mit der Immobüien Zeitung erläuterte Rean seine Sicht auf die europäische Proptech-Szene. "Wir erleben in Europa ein enormes Interesse an Technologiethemen seitens der Immobilienbranche." In Paris soll es zwar durchaus kurze Vorstellungen einzelner Proptechs geben, der Schwerpunkt liegt jedoch neben klassischen Vorträgen auf alternativen Informationsformaten. Dazu zählen unter anderem eine Fail Academy, in der Start-ups ihre Erfahrungen mit gescheiterten Projekten erläutern, sowie sogenannte Reverse Pitches, bei denen sich etablierte Immobilienunternehmen bei den Proptechs vorstellen statt umgekehrt, wie es sonst üblich ist. us

䀀䂏쀀쁲䀀䂏�Ṱ2�⍌䀀䂏쀀쁲䀀䂏�Ṱ荨᪐譬⇐‫ﷰ‬⍇⍚㶀휊䀠2⛀⍑䀀䂏쀀쁲䀀䂏�Ṱ寸Ვ譬⇐‫ﷰ‬⍇⍚㶀휊䀠 㾁ᨍa‫⋙ﻐ‬䀀䂏쀀쁲䀀䂏�Ṱ䏨Ṳ譬⇐‫ﷰ‬⍇⍚㶀휊䀠䁂䎖沋᫧䂈䁂᪠�휤䂇Ea저䂋ᤀ∭릐º切䂣ᨍr‫⋙ﻐ‬䀀䂏쀀쁲䀀䂏�Ṱ쓘⊠譬⇐‫ﷰ‬⍇⍚㶀휊䀠䁂䎖沋᫧䂈䁂᪠�휤䂇Er 쓘⊠2˰⋭䀀䂏쀀쁲䀀䂏�Ṱ᰸Ṿ譬⇐‫ﷰ‬⍇⍚㶀휊䀠0˰⋭䀀䂏쀀쁲䀀䂏�Ṱ쓘⊠譬⇐‫ﷰ‬⍇⍚㶀휊䀠1˰⋭䀀䂏쀀쁲䀀䂏�ṰⅈṾ譬⇐‫ﷰ‬⍇⍚㶀휊䀠8˰⋭䀀䂏쀀쁲䀀䂏�Ṱ쓘 ˰⋭䀀䂏쀀쁲䀀䂏�Ṱ✘Ṿ ˰⋭䀀䂏쀀쁲䀀䂏�Ṱ쓘⊠-˰⋭䀀䂏쀀쁲䀀䂏�ṰⶸṾ譬⇐‫ﷰ‬⍇⍚㶀 Ṿ譬⇐‫ﷰ‬⍇⍚㶀휊䀠2胠⋭䀀䂏쀀쁲䀀䂏�Ṱ㲘Ṿ譬⇐‫ﷰ‬⍇⍚㶀휊䀠/胠⋭䀀䂏쀀쁲䀀䂏�Ṱ䒸Ṿ譬⇐‫ﷰ‬⍇⍚㶀휊1胠⋭䀀䂏쀀쁲䀀䂏�Ṱ䴸Ṿ譬⇐‫ﷰ‬⍇⍚㶀휊䀠8땀⋭䀀

䀀䂏쀀쁲䀀䂏�Ṱ

Tous droits de reproduction réservés


Kongressmesse in Paris MIPIM PropTech Europe build-ing.de/nachrichten/detail/mipim-proptech-europe Ulrike Takácsy

April 18, 2018

Im letzten Jahr in New York, in diesem Jahr in Europa: die MIPIM PropTech Europe wird von Reed MIDEM, einer Tochtergesellschaft von Reed Exhibition, organisiert. In diesem Jahr steht sie unter dem Motto „Unexpected Value“ und bringt wichtige Entscheidungsträger aus dem Immobiliensektor und innovativen Technologieunternehmen zusammen. Erwartet werden rund 1.500 Teilnehmer aus 40 Ländern. Im Rahmen der zweitätigen Veranstaltung wird besprochen und diskutiert, welchen Stellenwert PropTech innerhalb der Immobilien-Wertschöpfungskette einnimmt und wie sinnige Partnerschaften zwischen Technologie- und Immobilienunternehmen entstehen können. Welche neuen Technologien gibt es, in welchen Bereichen ist ein Einsatz sinnvoll, welche Erfahrungen konnten bereits gesammelt werden?

BIM, Big Data & Co. Mittlerweile gibt es in Deutschland circa 200 PropTechStart-ups. Weltweit sind es etwa 2.000. Sie bieten verschiedene technische Lösungen für Building, Information Modeling (BIM), Big Data, das Internet der Dinge, Virtual Reality und 3D. Im Fokus der Unternehmen stehen aber auch Technologien im Zusammenhang mit neuen Finanzierungs- und Versicherungsmethoden oder Krypto-Währungen. Ein spannender Mix an Innovationen, der auf der Kongressmesse ausführlich präsentiert und besprochen werden soll. Mithilfe dieser neuartigen Technologien kann der Städtebau zukünftig nachhaltiger und stärker vernetzt erfolgen. Auch Treibhausgase lassen sich so minimieren. Das Konferenzprogramm besteht aus etwa 30 Sitzungen. Sie sind in zwei Kategorien unterteilt: Podiumsdiskussionen, die Technologie- und Immobilienentscheidern eine Stimme geben, um eine zukunftsweisende Vision des Sektors zu vermitteln Praktische Formate, bei denen konkrete Anwendungsfälle und gemeinsame Erfahrungen im Vordergrund stehen

MIPIM PropTech Europe im Blick Die digitale Revolution hat auch den Bereich Immobilienwirtschaft fest im Griff. So steht das Thema bereits seit einigen Jahren auf der Agenda der MIPIM. Die MPIM PropTech Europe ist die erste Messe, welche das Networking von Technologie und Start-upUnternehmen mit führenden Immobilienunternehmen in den Mittelpunkt stellt. Hier treffen sich Architekten, Vermarkter, Investoren und Manager, um von ihren Innovationen und Erfahrungen gegenseitig zu profitieren und Synergien erfolgreich zu nutzen.

1/2


MIPIM PropTech Europe

26/04/2018

ibusiness.de/termine/tm/3248874104.html

Der iBusiness Honorarleitfaden ist das Standardwerk für Auftraggeber und Agenturen. Er listet auf 200 Seiten detailliert die bezahlten Preise für sämtliche 87 interaktiven Gewerke. MIPIM PropTech Europe ( 20.06.18 bis 21.06.18 ) Art der Veranstaltung: Ort: Datum: Veranstalter: URL: E-Mail: Telefon: Eintritt/Gebühr: Voranmeldung erwünscht:

Messe Paris 20.06.18 bis 21.06.18 Reed MIDEM www.mipim-proptech.com proptech@oseon.com 040-22 81 70 01-13 Besucher: 490 Euro, Startups: 350 Euro ja

MIPIM PropTech Europe: Gipfeltreffen für Immobilien und Technologie zum ersten Mal findet in diesem Jahr vom 20. bis 21. Juni die "MIPIM PropTech Europe" in Paris statt. Die Kongressmesse bringt nun auch in Europa wichtige Entscheidungsträger aus allen Immobiliensektoren mit innovativen Technologieunternehmen zusammen, in erster Linie Immobilienunternehmen, PropTech-Start-ups und Investoren. Die Messe wird von Reed MIDEM, einer Tochtergesellschaft von Reed Exhibitions, organisiert und findet unter dem Motto "Unexpected Value" statt. Nach der erfolgreichen MIPIM PropTech New York im Oktober 2017 in Partnerschaft mit Metaprop NYC, erwartet die erste MIPIM PropTech Europe rund 1.500 Teilnehmer aus 40 Ländern. Während der zweitägigen Veranstaltung diskutieren die Referenten die Rolle von PropTech innerhalb der Immobilien-Wertschöpfungskette und wie sinnige Partnerschaften zwischen Technologieund Immobilienunternehmen entstehen können. Im Sinne reger Diskussionen zwischen der Immobilien- und Technologiebranche, werden die beiden Konferenztage in kurzen, interaktiven Formaten abgehalten. Das Konferenzprogramm besteht aus etwa 30 Sitzungen, die in zwei Kategorien unterteilt sind: "Podiumsdiskussionen, die Technologie- und Immobilienentscheidern eine Stimme geben, um eine zukunftsweisende Vision des Sektors zu vermitteln. "Praktische, zielgerichtete Formate, bei denen konkrete Anwendungsfälle und gemeinsame Erfahrungen im Vordergrund stehen. "Die Immobilienbranche befindet sich derzeit in einem nie da gewesenen Technologiewandel, der durch veränderte Erwartungen der Nutzer verstärkt wird. Dabei 1/2


steht viel auf dem Spiel, da der Immobiliensektor einer der größten Pfeiler der Weltwirtschaft ist und einen direkten Einfluss auf die Städte von morgen hat", kommentiert Filippo Rean, Direktor der Reed MIDEM Real Estate Division. "Mit dieser neuen, europäischen Veranstaltung rufen wir einen Ort ins Leben, der eine gemeinsame Sprache zwischen Immobilienbranche und Technologie vorantreibt." Zu den ersten Start-ups, die sich für MIPIM PropTech Europe angemeldet haben, zählen das englische Asset Mapping, das französische Kel Quartier und das deutsche Nestpick. Diese drei Start-ups nutzen Daten für sehr unterschiedliche Zwecke: Asset Mapping bietet eine Gebäudemanagementlösung, um den Betrieb umweltfreundlicher und nachhaltiger Gebäude für ihre Bewohner zu vereinfachen; Kel Quartier nutzt frei-verfügbare Daten, um Immobilienunternehmen bei der Auswahl der besten Standorte zu unterstützen; und Nestpick ist eine Online-Plattform für möblierte Wohnungen und Zimmer. Was steckt hinter der MIPIM PropTech Europe? Die digitale Revolution in der Immobilienwirtschaft steht seit einigen Jahren auf der Agenda der MIPIM, sowohl im Konferenzprogramm als auch im Ausstellungsbereich, mit dem seit 2013 bestehenden MIPIM-Innovationsforum. Die MIPIM PropTech Europe ist die erste europäische Veranstaltung, die Technologie- und Start-up-Unternehmen zum Networking mit führenden Immobilienunternehmen zusammenbringt. Die MIPIM PropTech Europe wird die gesamte Immobilien-Wertschöpfungskette abdecken - von Entwicklern und Architekten über Vermarkter, Investoren und Manager, bis hin zu den verschiedenen Nutzungsklassen, wie Wohnen, Gewerbe, Industrie, Hotel, Freizeit oder Büro. Weltweit gibt es schätzungsweise 2.000 PropTech-Start-ups, zirka 200 davon in Deutschland. Tendenz steigend. Zu den am häufigsten von PropTech-Start-ups angebotenen technischen Lösungen gehören Big Data, das Internet der Dinge, Virtual Reality, Building Information Modeling (BIM) und 3D. Aber auch Technologien im Zusammenhang mit neuen Finanzierungs- und Versicherungsmethoden sowie KryptoWährungen nehmen bei PropTech einen immer größeren Platz ein und werden auf der MIPIM PropTech Europe umfangreich diskutiert. In Zukunft werden diese neuen Technologien dazu beitragen, nachhaltige und stärker vernetze Städte zu bauen, die sogar die Treibhausgasemissionen minimieren können.

2/2


heise.de/developer/termine/MIPIM-PropTech-Europe-4058671.html

MIPIM PropTech Europe Termin 20.06.2018 (2018-06-20T00:00:00) bis 21.06.2018 (2018-06-21T00:00:00), ganztags Thema PropTech-Start-ups erobern den deutschen Markt Die Welle der Digitalisierung hat auch die Immobilienbranche erreicht. Gab es im März 2016 in Deutschland noch 80 sogenannte PropTech Start-ups waren es im Dezember 2017 bereits 200. Die Zukunft der Immobilienwirtschaft und der Stadtentwicklung gehört ganz klar den PropTechs. PropTech steht für Property = Eigentum und Technology = Technik und umfasst Produkte und Dienstleistungen an der Schnittstelle von Immobilien und Technologie. Vom 20.-21.06 findet in Paris zum ersten Mal die MIPIM PropTech Europe statt. Die Kongressmesse knüpft an ihren Erfolg in New York an, wo sie bereits 2017 erstmalig stattfand, und bringt nun auch in Europa wichtige Entscheidungsträger aus allen Immobiliensektoren mit innovativen Technologieunternehmen zusammen, in erster Linie Immobilienunternehmen, PropTech-Start-ups und Investoren. Ort Paris Veranstalter Reed MIDEM Web http://www.mipim- proptech.com

1/1


immobilien-zeitung.de/1000053696/deutsche-iot-loesung-sensorberg-setzt-sich-in-paris-durch

Deutsche IoT-Lösung Sensorberg setzt sich in Paris durch

Aaron Block (MetaProp NYC) gratuliert den Vertretern der in Paris gekürten Finalisten für die Mipim Start-up-Competition, Aakash Ravi (COO Spaceti) und Stefan Scheuerle (CRO Sensorberg), mit Mipim-Direktor Ronan Vaspart (v.l.). Quelle: Immobilien Zeitung, Urheber: Ulrich Schüppler Auf der ersten Mipim Proptech Europe in Paris hat es Sensorberg, ein Plattformanbieter für das Internet der Dinge (IoT) im Gebäude, in die Endrunde der Start-up-Competition geschafft. Die Veranstaltung selbst ist bisher vor allem ein Schaufenster für die französische Proptech-Welt. "Wir befinden uns im vierten Jahr eines Wettbewerbs, der mittlerweile drei Kontinente umfasst", sagte Aaron Block, Mitgründer des US-Accelerators MetaProp NYC und Moderator der Mipim Start-up-Competition mit Blick auf die gewachsene Bedeutung des Preises. Zum ersten Mal fand der europäische Vorentscheid für diesen internationalen Wettbewerb im Rahmen eines neu geschaffenen Mipim-Events namens Proptech Europe in Paris statt. Von den sechs Bewerbern qualifizierten sich zwei Unternehmen aus dem Bereich IoT für die Endausscheidung, die kommenden März in Cannes stattfindet. Eines davon ist das deutsche Proptech Sensorberg, das eine Plattform entwickelt hat, mit deren Hilfe Dienste wie Zugangskontrolle und Raumbuchung mobil gesteuert werden können. Der zweite gekürte Endrundenteilnehmer heißt spaceti, sitzt in Prag und hat ein ganz ähnliches System auf den Weg gebracht, wenn auch mit unterschiedlichen Schwerpunkten. Beiden gemeinsam ist, dass die Lösungen bei einer möglichst effizienten Indoor-Navigation ansetzen und offen sind für die Hardware unterschiedlicher Hersteller. Trend zu offenen Systemen spürbar 1/2


Mit der Auszeichnung zweier flexibel nutzbarer IoT-Plattformen folgen die Juroren der Start-up-Competition einem aktuellen Trend. Denn auf den Panels und Vorträgen der Mipim Proptech Europe wurde deutlich, dass der europäischen Immobilienbranche mit Insellösungen wenig gedient ist. Um gegen Google, Amazon und asiatische Internetunternehmen zu bestehen, sind die einzelnen europäischen Start-ups viel zu klein. "Wir brauchen größere Spieler auf dem Markt, die mit mehr Kapital ausgestattet sind als bisher, wenn wir den Kampf um die Datenhoheit nicht auch in der Immobilienbranche gegen das Silicon Valley verlieren wollen", sagte Maurice Grassau, CEO des deutschen Proptechs Architrave, das auf Software für Dokumentenmanagement spezialisiert ist. Messeveranstalter Reed Midem zumindest hat sich einiges einfallen lassen, um Proptechs und etablierten Unternehmen die Zusammenarbeit zu erleichtern: Neben gut 40 Vorträgen, Diskussionen und Workshops mit internationalen Experten zum Thema Digitalisierung zeigen in Paris mehr als 50, überwiegend einheimische Start-ups den über tausend Besuchern ihre Konzepte. Deutsche Aussteller sind nur wenige zu sehen, vielerorts wird ausschließlich französisch parliert. Die deutschen Proptech-Vertreter wiederum sind vor allem als Besucher angereist. "Die Standpreise sind für ein Start-up nicht unerheblich", sagt ein deutscher Teilnehmer. Da wollten einige offenbar erst mal schauen, ob eine solche Veranstaltung in Paris das Potenzial hat, mehr als ein reines Familientreffen der französischen Start-up-Welt zu sein.

Verwandte Nachrichten

2/2


News deal-magazin.com/news/74145/MIPIM-PropTech-Immobilien-und-Technologie-ruecken-naeher-zusammen

25.06.2018 MIPIM PropTech: Immobilien und Technologie rücken näher zusammen Globale Marktführer der Bereiche Immobilien, Technologie und Risikokapital trafen bei der 1. MIPIM PropTech Europe zusammen, um ihre jeweilige Branche fit für die nächste Stufe zu machen und den europäischen Immobilienmarkt für die Zukunft vorzubereiten. An der zweitägigen Veranstaltung in Paris nahmen rund 1.500 Teilnehmer aus 47 Ländern teil, darunter über 100 Referenten, die den aktuellen Stand und das Zukunftspotenzial der aufstrebenden Immobilientechnologiebranche diskutierten. „Heutzutage haben wir sowohl Start-ups, die bisher ungeahnte Lösungen für die Immobilienbranche bieten, als auch Investoren, die daran interessiert sind, PropTech in ihr Portfolio aufzunehmen, sodass der Zeitpunkt für den Start der MIPIM PropTech Europe nicht besser hätte gewählt sein könnte, um die Verzahnung zwischen diesen beiden Branchen herzustellen," sagte Filippo Rean, Direktor der Real Estate Division der Reed MIDEM, der die MIPIM PropTech Events in New York und Europa einführte. Investieren in PropTech Über 150 internationale Investoren nahmen an dieser ersten Veranstaltung teil, darunter Aareal Bank, Aberdeen Standard Investments, AEW, Allianz Real Estate, APG, Australian Super, AXA IM - Real Assets, Bouwinvest, ING, Ivanhoe Cambridge, La Française, NREP, Patrizia, PGGM, TH Real Estate sowie Union Investment. Das Zusammenspiel von Immobilien und Technologie Auf der Podiumsdiskussion zum Thema „Zur Geschichte von Innovation im Bauwesen“ (A History of Innovation in the Built Environment) bestätigte Roma Agrawal, die gemeinsam mit renommierten Architekten Wolkenkratzer entworfen hat, darunter The London Shard, das höchste Gebäude Westeuropas voller technologischer Innovationen, das Bestehen einer Dichotomie zwischen der Länge des Lebenszyklus eines Gebäudes und der Einführung neuer „Notfall“-Technologien: „Die Herausforderung besteht darin, dass ein Gebäude in der Zeit ab der Vision für das Gebäude bis zu seiner Fertigstellung manchmal schon veraltet ist. Als Ingenieure müssen wir enger mit Technologieunternehmen zusammenarbeiten und unsere Strukturen so offen und flexibel wie möglich gestalten, um neue Technologien zu ermöglichen.“ Die Strategie der Immobilienwirtschaft Chris Grigg, CEO von British Land, sprach mit Immobilienmanagern bei einer Podiumsdiskussion zum Thema „Anpassung des Immobiliensektors an das sich rasch wandelnde Umfeld“ (How real estate is adapting to a rapidly changing environment) über die neue Rolle der Immobilienwirtschaft und wie diese Veränderungen vorhersehen und insbesondere auch umsetzen kann: „Wenn Sie auf dem Immobiliensektor einen Fehler 1/3


machen, ist dieser lange Zeit sichtbar, was eine konservative Haltung gegenüber Systemveränderungen fördert. Disruptive Technologien werden die Entwicklung in der Branche beschleunigen.“ Smart City Eine interessante Podiumsdiskussion mit Teilnehmern aus öffentlichen und privaten Einrichtungen mit dem Titel „Städte und Technologie: Nachhaltige Ziele erreichen“ (Cities & technology: achieving sustainable goals) befasste sich mit der Frage, wie Datentechnologie und -erfassung Städten helfen können, die nächste Generation von Infrastrukturen bereitzustellen. „Jeder will eine intelligente Stadt, aber jeder versteht etwas anderes darunter. Die Herausforderung besteht momentan darin, wieder ein ausgeglicheneres Verhältnis zwischen dem öffentlichen und dem privaten Sektor zu schaffen, um ein besseres Verständnis aller von einer Stadt zu messenden Daten zu erhalten und den Bedürfnissen der Verbraucher gerecht werdende Rahmenbedingungen zu schaffen. Hierfür müssen wir jedoch die Gesellschaft mit ins Boot holen, und aus meiner Sicht ist eine offene und öffentlich geführte Debatte die wichtigste Voraussetzung in den nächsten zehn Jahren, um einen weiteren Schritt in Richtung Smart City zu gehen“ , sagte Jean-Louis Missika, Stellvertretender Bürgermeister von Paris. Hauptredner Aaron Renn, Senior Fellow am Manhattan Institute for Policy Research und mit der Entwicklung und Verbreitung neuer Ideen für städtisches Leben befasst, sprach über die urbane Einstellung: „Städte lassen sich nicht andernorts duplizieren. Jede Stadt hat ihre ganz spezifische Geschichte zu erzählen. Die Kultur eines Ortes ist wie die Luft, die wir atmen, und macht das aus, wodurch sich Städte voneinander unterscheiden.“ Carrie Lam Cheng Yuet-ngor, Regierungschefin der Sonderverwaltungszone Hongkong, führte vor den Teilnehmern der MIPIM PropTech Europe aus, dass der für Hongkong im vergangenen Dezember vorgestellte Stadtentwicklungsplan „Smart City“ PropTechUnternehmen eine Vielzahl von Möglichkeiten zur Ansiedlung in der Region biete. „Wir brauchen mehr (technische) Kompetenz“, sagte die Regierungschefin. Carrie Lam führte aus, dass das Projekt für das Guangdong, Hongkong und die Bucht von Macau umfassende Gebiet mit 68 Millionen Einwohnern die Schaffung eines globalen Technologie und Innovationszentrums von Weltrang vorsieht, zu dem auch PropTechStart-ups gehören sollen. Cybersicherheit und KI Drei internationale Technologieführer hielten Keynote-Vorträge auf der MIPM PropTech Europe, um das Bewusstsein der Immobilienexperten für künstliche Intelligenz und Cybersicherheit zu schärfen. Rand Hindi, Gründer des Start-up-Unternehmens Snips und maßgeblicher KI-Experte, sprach darüber, wie uns die Bereitstellung verbundener Objekte mit KI von den Gefahren der Technologie befreien könne: „KI ist eine logische Intelligenz, und solange wir es mit logischer Intelligenz zu tun haben, können wir sie beherrschen, da sie berechenbar bleibt. Die Logik mag bisweilen fehlerhaft sein, aber sie basiert auf einem Algorithmus. Das Ziel besteht also darin, die KI so intuitiv zu gestalten, dass man selbst umfassend vernetzt bleiben kann, ohne das Gefühl zu haben, angebunden zu sein.“ 2/3


Sowohl Jessica Barker, Cybersicherheitsexpertin und Mitgründerin von Redacted Firm, als auch Jamie Woodruff, der führende ethische Hacker in Europa, waren einer Meinung, dass es bei der Cybersicherheit immer eine menschliche Komponente gibt, die kompromittiert werden kann. „Wir können nicht erwarten, dass jemand Verantwortung für die Cybersicherheit übernimmt, wenn wir ihm nicht die richtigen Werkzeuge an die Hand geben. Hier muss ein ausgewogenes Verhältnis zwischen technologischen und menschlichen Abwehrmaßnahmen gefunden werden“, sagte Barker. Daten und Analytics Daten sind für den Entscheidungsprozess unerlässlich. Vor diesem Hintergrund lag der Schwerpunkt der Diskussion über Daten und Analytics größtenteils auf dem Bedürfnis nach mehr Transparenz. Delphine Grison, Executive Director des Bereichs Marketing and Business Intelligence bei CBRE France, sagte: „Je stärker Sie Dinge automatisieren, desto mehr brauchen Sie Menschen, um sie zu verstehen. Wir müssen die richtigen Fragen stellen und versuchen, dem Markt den Wert der Daten zu erklären, denn wenn man sich der Entwicklung verschließt, hinkt man um Jahre hinterher.“ Eine Livedemonstration der ersten Immobilientransaktion auf Grundlage der Blockchaintechnologie mit dem Ziel verbesserter Fluidität, Transparenz und Zuverlässigkeit einer Immobilientransaktion wurde von HBS Research auf der MIPIM PropTech Europe vor einem gut besuchten Auditorium durchgeführt. Vereinigung für Frauen in der PropTech Während der 1. MIPIM PropTech Europe kündigte der Veranstalter Reed MIDEM seine Pläne zur Gründung einer Vereinigung für Frauen in der PropTech an. Ziele der Vereinigung sollen die Nutzung von Business Cases, der Austausch bester Praktiken und die Förderung der öffentlichen Diskussion von Themen im Zusammenhang mit Frauen in der PropTech sein. MIPIM-Start-up-Wettbewerb Die erste Phase des gemeinsam mit Metaprop NYC veranstalteten MIPIM-Start-upWettbewerbs 2019 fand auf der MIPIM PropTech Europe statt. Sensorberg (Deutschland) und Spaceti (Tschechische Republik) wurden als Gewinner der ersten Runde des Wettbewerbs 2019 bekannt gegeben. Die weiteren Runden werden dann in New York und Hongkong bei den dortigen MIPIM-Veranstaltungen ausgetragen. Das große Finale findet auf der MIPIM 2019 in Cannes statt.

3/3


Sensorberg qualifiziert sich bei MIPIM Startup Competition für Finale in 2019 konii.de/news/sensorberg-qualifiziert-sich-bei-mipim-startup-competition-fur-finale-in-2019-201806277261

Deutschland, 27.06.2018 | 39 Views Berlin, 27. Juni 2018 – Die auf die Digitalisierung kommerzieller Wohn- und Bürogebäude spezialisierte Sensorberg GmbH hat sich auf der ersten MIPIM PropTech Europe in Paris für die Endrunde der MIPIM Startup Competition in 2019 qualifiziert. Vor einer Fachjury pitchten insgesamt sechs PropTechs aus verschiedenen europäischen Nationen um den Einzug ins Finale des internationalen Wettbewerbs. Neben Sensorberg aus Berlin setzte sich auch das PropTech Spaceti aus Prag gegen die Konkurrenten durch. Beide europäischen Finalisten treten im März 2019 auf der MIPIM in Cannes dann gegen die Sieger aus den Vorrunden in New York und Hongkong an. Die MIPIM Startup Competition kürt in Kooperation mit dem US-Accelerator MetaProp NYC seit vier Jahren innovative, vielversprechende PropTechs. Die Vorrunden finden mittlerweile auf drei Kontinenten statt. Erstmals wurde der europäische Vorentscheid in diesem Jahr im Rahmen des neuen Veranstaltungsformats MIPIM PropTech Europe ausgetragen. Rund 80 PropTechs hatten sich im Vorfeld für die Teilnahme an der Vorrunde beworben. Sechs wurden ausgewählt, um ihr Geschäftsmodell in Paris näher vorzustellen und sich den Fragen der Fachjury zu stellen. Bei der Beurteilung der Tech-Unternehmen waren verschiedene Kriterien ausschlaggebend: die Fähigkeit, einen tatsächlichen Bedarf innerhalb der Immobilienwirtschaft zu decken, die Skalierbarkeit der jeweiligen technischen Innovationen und das Potenzial, die digitale Lösung global profitabel anzubieten. „Wir freuen uns natürlich sehr, dass wir die Jury in Paris mit unserem Geschäftsmodell überzeugt haben“, sagt Stefan Scheuerle, CRO von Sensorberg. Das 2013 gegründete PropTech digitalisiert über eine eigens entwickelte Plattformlösung den Zugang und die Nutzung von Gebäuden. Über so genannte Access Hubs, die mit der Plattform verknüpft sind, können Mieter oder Bewohner der betreffenden Immobilien via Bluetooth- oder NFC-Verbindung zum Smartphone Türen oder Schließfächer öffnen, Aufzüge bedienen, Konferenzräume buchen oder Licht, Temperatur und Luftqualität in einzelnen Zimmern regeln. Eigentümern, Bestandshaltern und Betreibern von Co-Workingoder Co-Living Spaces hilft die Auswertung von Nutzungs- und Auslastungsdaten wiederrum dabei, ihre Gebäude effektiv und effizient zu verwalten. „Das ist neben der verbesserten Nutzererfahrung der Mieter ein ganz zentraler und zukunftsweisender Punkt für die Branche“, sagt Scheuerle. Seinen Kunden stellt Sensorberg sowohl Hard- als auch Software zur Verfügung. Durch die offene Plattform lassen sich verschiedene Komponenten und Systeme, die bereits in Benutzung sind, miteinander verknüpfen. Zudem können jederzeit weiteren Sensoren, Aktoren oder anderen Steuerelemente nachträglich drahtlos integriert werden. Scheuerle: 1/2


„Unsere Plattform ist dadurch maximal flexibel und individualisierbar. Damit bieten wir unseren Kunden einen sehr hohen Mehrwert.“ Mit Blick auf die anstehende Finalrunde im März in Cannes bewertet Scheuerle die Chancen von Sensorberg auch deshalb sehr gut. Zudem sei die Plattform sehr einfach zu handhaben. Scheuerle: „Das macht es für Unternehmen, die sich erst langsam der Digitalisierung zuwenden, sehr einfach, von ihr zu profitieren.“

2/2


Hongkong plant eigenes Silicon Valley immobilien-zeitung.de/146915/hongkong-plant-eigenes-silicon-valley

Digitales | 28.06.2018 Von Ulrich Schüppler Carrie Lam Cheng Yuet-ngor, Regierungschefin der Sonderverwaltungszone Hongkong, stellte auf der Mipim Proptech in Paris die Pläne für einen asiatischen Technologie-Hub vor, der in der Guangdong-Hongkong-Macao Bay Area angesiedelt sein soll. "Dieses Gebiet umfasst 68 Mio. Menschen und soll künftig der Region um San Francisco sehr ähnlich werden", sagte Lam. Schon heute bildet die Gegend mit elf großen Datencentern und ebenso vielen Internettiefseekabeln eines der größten Internetcluster in der asiatischpazifischen Region. Die Bay Area erzielt 12% des chinesischen Bruttoinlandprodukts und zieht 20% der Auslandsinvestitionen der Volksrepublik an. "Ein Problem ist bisher jedoch mangelnder Platz für Forscher", ergänzte Lam. Abhilfe schaffen soll ein Technologiepark namens Lok Ma Chau Loop an der Grenze zur chinesischen Provinz Shenzen. Dafür sind 87 ha Bauland und 1,2 Mio. m² Bruttogrundfläche vorgesehen, 2021 soll der erste Abschnitt fertig sein. Geforscht werden soll hier unter anderem an künstlicher Intelligenz und Smart-City-Technologie.

1/1


Schöne neue Wohnkonzepte – Proptechs an die Macht t3n.de/news/schoene-neue-wohnkonzepte-1090176 Filippo Rean Filippo Rean, Direktor der Real Estate Division arbeitet seit…

1. Mehr Transparenz bei der Immobiliensuche Der Wohnungsmarkt ist in deutschen Großstädten hart umkämpft, sodass sich die Suche nach einem passenden Objekt oft sehr schwierig gestaltet. Interessenten, die Ausschau nach einer Immobilie zum Kauf halten, müssen zudem in der Regel noch eine überteuerte Maklerprovision einkalkulieren. Neue Immobilienplattformen bringen Transparenz in das Immobiliengeschäft und eröffnen Interessenten Alternativen zur herkömmlichen Immobiliensuche und hohen Courtagen. So bietet der Wohnungsvermittler Nestpick auf seiner Plattform Usern in über 100 Städten direkt Wohnungen oder Zimmer zur Vermietung an – und das weltweit. Der Anbieter richtet sein Angebot vor allem an Studenten, die beispielsweise aufgrund eines Auslandssemesters eine bezahlbare Bleibe im Ausland benötigen. Über die Suchmaske der Plattform kann der User genau definieren, zu welchen Konditionen und zu welchem Zeitpunkt ein Zimmer oder eine Wohnung benötigt wird. Auch für ganz spezifische Probleme bei der Immobiliensuche gibt es inzwischen Lösungen. So legen Käufer und Mieter immer größeren Wert auf ausreichend Tageslicht im Wohnraum. Daher hat das französische Unternehmen Solen eine Softwarelösung entwickelt, die den Nutzern die Möglichkeit gibt, die Sonneneinstrahlung in Gebäuden zu ermitteln. Dabei wird die Immobilie mit Sensoren ausgestattet, mit deren Hilfe die Sonneneinstrahlung gemessen wird. Via App können die Nutzer zusätzlich per Virtual Reality die Immobilie besichtigen.

2. Co-Living statt nur Coworking: Wohnen und Arbeiten unter einem Dach Der Trend des „Collaborative-Livings“, kurz Co-Living, dehnt sich mittlerweile auf viele Lebensbereiche aus. Zum Beispiel in Form innovativer Wohnprojekte wie das Co-Living Hamburg. Die Initiatoren sehen ihre Wohngemeinschaft als einen Ort für junge Gründer und Kreative, die das gemeinsame Wohnen und Arbeiten in den Vordergrund stellen. Das Konzept geht damit weit über das bereits etablierte Coworking hinaus. Ziel des Projektes ist es, junge Unternehmensgründer von Anfang an mit Gleichgesinnten in Austausch zu bringen. Wie bei einer herkömmlichen Wohngemeinschaft können sich Interessenten via Onlineplattform für ein Zimmer bewerben. Vor allem für Menschen, die trotz hoher Mieten zentral leben und arbeiten wollen, sind solche Büro- und Wohngemeinschaften der ideale Ort.

3. Mehr Nachhaltigkeit durch Apps und neue Technologien

1/3


Smarte Apps für das eigene Energiemanagement setzen sich zunehmend durch und bieten die Möglichkeit, Energiekosten im Blick zu behalten. Nach Download der App „Energieverbrauchs-Analysator“ können Nutzer zur Beispiel eine beliebige Anzahl von Verbrauchszählern eintragen. Die Verbrauchsdaten können dann über die vier Schaltflächen „Zähler“, „Werte“, „Trend“ und „Statistik“ abgerufen werden. Die Funktion „Statistik“ vergleicht sogar den Verbrauch und die Kosten mit dem Vorjahr. Darüber hinaus kann die App anhand der zuvor eingegebenen Daten berechnen, wie hoch der Energieverbrauch pro Stunde, Tag, Woche, Monat oder Jahr ist. Außerdem erkennt sie automatisch, wenn ein Zähleraustausch stattgefunden hat und weist den Nutzer darauf hin. Das Anlegen des neuen Zählers ist daher nicht nötig.

4. Weniger Planungsfehler mit Building-Information-Modeling (BIM) Building-Information-Modeling – kurz BIM – zählt zu den neuesten Methoden, um die Planung von Gebäuden digital durchzuführen. Bauherren und Planer können durch sie noch enger zusammenarbeiten, da alle Projektbeteiligten während des gesamten Planungsprozesses auf das Gebäudemodell zugreifen können. Architekten und Planer profitieren zudem vom besseren Informationsaustausch zwischen den beteiligten Projektpartnern, da durch die zentrale Datenhaltung und die Verwendung eines BIMGebäudemodells alle bauspezifischen Daten auf dem aktuellen Stand sind. BIM-Lösungen wie die von Trimble sind sogar in der Lage, basierend auf den Dateneingaben Bauprojekte visuell darzustellen. So können Bauherr und Planer planungsrelevante räumliche Themen leichter besprechen.

5. Kampf gegen Wohnungsleerstand Obwohl in vielen Großstädten akuter Wohnungsmangel herrscht, gibt es zahlreiche Objekte, die leer stehen und unbewohnt bleiben. Laut der überregionalen Wochenzeitung Die Zeit werden allein in Hamburg bis 2030 schätzungsweise über 2.300 Wohnungen leerstehen. Plattformen wie leerstandsmelder.de machen auf diese Verschwendung von Wohnraum aufmerksam. Jeder Bürger kann auf einer interaktiven Karte vermerken, wo es in seiner Stadt leerstehende Gebäude gibt. Nutzer der Plattform können zudem Vorschläge veröffentlichen, wie aus ihrer Sicht der Leerstand sinnvoll genutzt werden könnte. Auch gemeinnützige Vereine wie etwa „Schnittstelle5 Raum für Stadtentwicklung“ in Mainz setzen sich dafür ein, Immobilieneigentümer für das Thema Zwischennutzung statt Leerstand zu interessieren. Die Plattform wird aktuell vor allem von Theatern, Vereinen und andere kulturellen Gruppen frequentiert, um Räume für Zwischennutzungen von wenigen Tagen bis zu mehreren Monaten zu finden. Statt einer Miete fällt lediglich eine geringe Nutzungspauschale an. Für Kultureinrichtungen eine gute Alternative, aber auch für private Personen eine gute Möglichkeit, um zumindest kurzfristig an bezahlbaren Wohnraum zu gelangen.

Fazit Die Digitalisierung ist nun auch in der Immobilienbranche angekommen. Dass junge 2/3


Proptech-Startups nun endlich damit angefangen haben, die Planungswerkzeuge, Plattformen und Transaktionen auf den neuesten Stand zu bringen, war schon lange überfällig. Um weiterhin am Markt zu bestehen, müssen nun auch herkömmliche Immobilienunternehmen ihre Prozesse optimieren. Jedoch ist dies nicht als Bedrohung anzusehen, sondern viel mehr eine herausragende Chance für die Immobilienwirtschaft. Denn es lassen sich ausnahmslos alle Wertschöpfungsprozesse in der Immobilienbranche effizienter gestalten, woraus sich eine Menge Vorteile für alle Markteilnehmer und Nutzer ergeben. Angesichts der rasanten technologischen Entwicklung ist es für Immobilien- und Technologieprofis unerlässlich, sich besser kennenzulernen, um die Zukunft der Immobilienwirtschaft gemeinsam zu gestalten. Der Autor

Filippo Rean ist Direktor der Real Estate Division und arbeitet seit 2010 bei Reed MIDEM und organisiert mit seinem Team Veranstaltungen wie die MIPIM PropTech Europe, die vom 20.6. - 21.6. in Paris stattfindet. Filippo ist Absolvent der Polytechnique School of Turin und besitzt einen MBA von Harvard.

3/3


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

HUNGARY


portfolio.hu/ingatlan/varos/veszelyben-az-ingatlanos-cegek-jovoje-a-sajat-vezetoik-miatt.289802.html

Veszélyben az ingatlanos cégek jövője a saját vezetőik miatt 2018. június 23. 08:30

Nem lehet eleget hangsúlyozni, hogy a technológia milyen mértékben fogja hamarosan átalakítani az ingatlanpiacot, azok pedig akik ezt figyelmen kívül hagyják, pillanatok alatt elveszíthetik piacvezető pozíciójukat. Az alábbiakban öt fontos kérdést járunk körül, amelyek a MIPIM PropTech Europe párizsi konferenciáján hangzottak el, ahol kollégánk a Property Forum képviseletében személyesen követte az eseményeket.

A mesterséges intelligencia megváltoztatja a technológiák használatát Az internethez csatlakozó eszközök száma hatalmas robbanás előtt áll. Ma még nehéz megmondani, hogy milyen területeken fogjuk ezt leginkább használni, de az biztos, hogy a mesterséges intelligencia (AI) észrevétlenül fog a mindennapi életünkbe beépülni. Bár az AI képes bármilyen logikai feladatot elvégezni, jelenleg úgy tűnik, hogy soha nem lesz képes érzelmi intelligenciával rendelkezni, így ez az a terület, ahol továbbra is az emberi hozzáadott érték a legértékesebb.

Még mindig a proptech életciklusának elején vagyunk Annak ellenére, hogy már rengeteg proptech cég létezik, még mindig a ciklus elején járunk. A proptechbe fektetett tőke mennyisége gyorsan növekszik, és ez a jövőben is folytatódni fog. Szerencsére úgy tűnik, hogy az ingatlanos cégek nyitottabbak a proptech cégekkel való együttműködésre, mint a bankok a fintech cégek megjelenésekor voltak. A proptechstartupokkal való együttműködés a nagyobb cégeket is segítheti a megújulásban, ezáltal a versenyképesség megőrzésében.

Az ingatlanpiacon ez már az érett szakasz Az ingatlancégek esetében reális esély van egy jövőbeli visszaesésre. Azok a cégek maradhatnak csak sikeresek, akik képesek lesznek megtalálni az egyensúlyt a megújulás 1/2


és a meglévő képességek között.

Ha valaki nem mozdul, már most lemarad Bár elsőre nem biztos, hogy logikusnak tűnik, a nagyvállalatoknak érdemes a leendő konkurenciáikba befektetni. A proptechek ugyanis segíthetnek a nagy tanácsadó cégeknek megérteni, hogy a jövőben milyen ügyféligényeket kell majd kiszolgálniuk.

Az egész iparágnak digitálisnak kell lennie Nem elég az egyes vállalatok digitalizálása, az egész ingatlanpiacnak digitálisnak kell lennie. Minden vállalat számára elengedhetetlen, hogy valami olyat hozzon létre, amire a felhasználóknak 10 év múlva szüksége lesz. Sajnos az ingatlancégek vezetői - a PwC globális felmérése alapján - nem foglalkoznak eléggé a technológiai fejlődés ütemével, és kevésbé hajlandók pénzt költeni a technológiai fejlesztésekre.

2/2


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

ITALY


Aperto a Parigi il primo “MIPIM PropTech Europe” : è tempo che anche la real estate industry spinga meglio sulla tecnologia internews.biz

New research released on the opening day of MIPIM PropTech Europe in Paris suggests that real estate companies need to do more to embrace opportunities presented by new technology. The research was produced for MIPIM PropTech Europe by proptech influencers James Dearsley and Eddie Holmes of PropTech Consult. The survey was completed by over 100 European industry professionals that attend MIPIM real estate events and presented a range of questions on the subject of digital transformation. The results show that while new technologies are having a significant effect in terms of transforming many aspects of the property industry, there is still much progress to be made in embracing the digital evolution of the sector. Over 85% of respondents stated that digital technologies are relevant to their business, and yet a quarter of companies still have no official digital strategy in place. Looking to the future, 82% of respondents said that digital technologies will have a moderate to major impact on their businesses within the next five years, with 50% of executives believing that their current business models will be rendered irrelevant by technology within the same timeframe. This rapid evolution is seen by many as an opportunity for innovation, with 72% of respondents agreeing that digital disruption in the industry will bring the possibility of new product lines and services, whilst over 65% believe it will help them to stand out among competitors. Other results include: Nearly 70% believe it will improve customer interaction and lower operating costs Nearly 1/3 of those surveyed questioned their existing management’s capacity to handle the transition in business models. This is despite 2/3s stating that they believed their management teams are open to changing the business models and operations 2/3 of businesses are teaming up with third parties to help them with the digitalisation of their business models Filippo Rean, Director of the Real Estate division, Reed MIDEM, said: “The results of this survey give a fascinating insight into the ways in which technology is disrupting the property industry. The figures show that tech is a driving force in the evolution of the sector, and MIPIM PropTech Europe sits at the centre of it, facilitating discussion and promoting the future of property.”

1/1


Highlights dalle Property & tech industries convenute a Parigi per il MIPIM PropTech Europe internews.biz

Global leaders in real estate, technology and venture capital came together at the inaugural edition of MIPIM PropTech Europe, to take their business to the next level and build the future of property in the European Market. The two-day event, held in Paris, hosted some 1,500 attendees representing 47 countries, among them over 100 speakers who discussed the current state and future potential of the burgeoning real estate technology industry. “Today we have on the one hand startups who are providing incredible solutions for the real estate industry and we also have investors who are keen to incorporate proptech into their portfolios, so the timing couldn’t be better for the launch of MIPIM PropTech Europe to make the connection between these two industries,” commented Filippo Rean, Director of the Real Estate Division of Reed MIDEM, who has launched MIPIM PropTech events in NY and Europe. Investment in proptech Over 150 international investors attended the inaugural event including representatives from Aareal Bank, Aberdeen Standard Investments, AEW, Allianz Real Estate, APG, Australian Super, AXA IM – Real Assets, Bouwinvest, ING, Ivanhoe Cambridge, La Française, NREP, Patrizia, PGGM, TH Real Estate and Union Investment,etc. The real estate/technology tango Speaking on the panel session “A History of Innovation in the Built Environment,” Roma Agrawal, who has designed skyscrapers with renowned architects, including The London Shard, the tallest building in Western Europe packed with technology innovations, acknowledged that there is a dichotomy between the length of a building’s life cycle and the adoption of ‘emergency’ new technology. “It’s a challenge. From the time that a vision is conceived for a building, to completion, it’s sometimes already out of date. As engineers, we need to be better at engaging with technology companies, and need to make our structures as open and flexible as possible to allow for new technologies,” Agrawal noted. The property industry’s strategy Chris Grigg, CEO of British Land, spoke with a CEO-led panel of property executives on “How real estate is adapting to a rapidly changing environment,” about the new role of property players and how they can anticipate and, above all, implement these transformations. “If you make a mistake in real estate it’s there for people to see for a long time, breeding conservatism in attitudes toward changing the system. Disruptive technologies will speed up the movement of things in the industry.” Smart cities An impressive panel session made of public and private entities, entitled “Cities & technology: achieving sustainable goals,” discussed how data technology and its measurement can help cities deliver the next generation infrastructure. “Everyone wants a 1/3


smart city but nobody really uses the same definition. The challenge today is to reinvent a more leveled public-private relationship in order to get a better understanding of all the data a city could be measuring and develop a framework around consumers’ necessities. To achieve this, however, we need to get society onboard and, from my point of view, an open, public conversation is the most important thing in the next 10 years to take a step further into smart cities,”explained Jean-Louis Missika, Deputy Mayor of Paris. Keynote speaker Aaron Renn, Senior Fellow, Manhattan Institute for Policy Research, tasked with developing and disseminating new ideas on urban life, spoke of the importance of adopting an urban state of mind,“Cities cannot be duplicated anywhere else. Every city has a story to tell about itself. The culture of a place is like the air that we breathe…the things that make a city unlike any other. The value of a city’s brand is probably the total value of its real estates.” The Honorable Mrs. Carrie Lam Cheng Yuet-ngor, Chief Executive of the Hong Kong Special Administrative Region told MIPIM PropTech Europe delegates that the Hong Kong Smart City Blueprint, launched last December, provides plenty of opportunities for proptech companies looking to set up in the region. “We need more (tech) talent” the Chief Executive acknowledged. Carrie Lam noted that the Guangdong, Hong Kong, Macao Bay Area project, covering 68 million people, is committed to developing a world class global technology and innovation hub that would include proptech startups. Cybersecurity and AI Three international technology leaders delivered keynote speeches at MIPIM PropTech Europe to raise awareness among property professionals about artificial intelligence and cybersecurity. Rand Hindi, Founder of the start-up Snips and a leading figure in AI, highlighted how providing connected objects with AI could free us from the dangers of technology. “AI is a logical intelligence and as long as we are dealing with logical intelligence we will be able to control it, as it remains predictable. The logic may be flawed at times, but it follows an algorithm. So the aim is to have AI so intuitive that you can stay hyper connected without feeling connected yourself.” Both Jessica Barker, cybersecurity expert and Co-Founder of Redacted Firm, and Jamie Woodruff, Europe’s No.1 Ethical Hacker, agreed that when it comes to cybersecurity, there is always a human element that can be compromised. “We ask too much of people to take responsibility for cybersecurity without giving them the proper tools. A balance needs to be struck between the technological and human defenses,” said Barker. Data and analytics Data is crucial for the decision making process. With this in mind, the conversation surrounding data and analytics largely focused on the need for increased transparency. Delphine Grison, Executive Director – Marketing and Business Intelligence, CBRE France argued that “The more you automate things, the more you need humans to make sense of them. We have to ask the right questions and we try to explain to the market the value of data, because if you don’t get on board you’re going to be years behind.”

2/3


A live demo of the first real estate transaction on blockchain aiming to improve the fluidity, transparency and reliability of a real estate transaction, was conducted by HBS Research at MIPIM PropTech Europe to a packed auditorium. Women in proptech association During the inaugural edition of MIPIM PropTech Europe, event organizer Reed MIDEM announced its plans to set up a women in proptech association. The association will aim to leverage business cases, share best practices and enrich public debate on subjects related to women in proptech. MIPIM Startup Competition The first stage of the MIPIM Startup Competition 2019, organised in partnership with Metaprop NYC, was held at MIPIM PropTech Europe. Sensorberg (Germany) and Spaceti (Czech Republic), were announced as the winners of the first stage of the 2019 edition, which will now move to New York and Hong Kong during the MIPIM events held in these countries. The MIPIM Startup Competition grand finale will take place at MIPIM 2019 in Cannes. Source : Company

3/3


07/07/2018


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

NORWAY


estatenyheter.no/2018/06/28/norsk-proptech-selskap-markerte-seg-i-paris June 28, 2018

AIRTHINGS: Fra høyre Anders Follerås, Head of Sales in Europe, Pippa Boothman, VP of Marketing og Erlend Bolle, CTO i Airthings.

Norsk Proptech-selskap markerte seg i Paris Airthings satser på økt luftkvalitet i næringsbygg, og har nylig vist frem sin innovasjon på MIPIM Proptech Europe. Silje Rønne Nyheter torsdag 28. juni 2018 4:00 (Oppdatert 27. juni 2018 23:48) Det norske Proptech-selskapet Airthings kom nylig hjem fra Paris etter å ha deltatt på MIPIM Proptech Europe. Ettersom de i år vant den norske eksportprisen, som ble delt ut av næringsministeren, har trenden blitt enda tydeligere: Både nordmenn, europeere og amerikanere ønsker å ta i bruk teknologien. CTO i Airthings, Erlend Bolle, forklarer at de har utviklet et komplett økosystem for innendørs luftkvalitet, der Wave Plus og Hub er de nyeste produktene i porteføljen. Wave Plus er en måler for å innendørs luftkvalitet. – Selv med sine seks sensorer integrert har Airthings klart å levere et produkt som går flere år på batteri og kommuniserer trådløs med resten av økosystemet. Dette gjør selve installasjonen veldig enkel, hvor det ikke er behov for å strekke lange kabler for å installere produktet, noe som gjør det veldig egnet for eksisterende og nye bygg, forklarer han. LES OGSÅ: Proptech-selskap inn i Norge Airthings Hub kan samle inn data fra opptil 50 Wave-enheter samtidig, og sende disse til Airthings Cloud hvor data kan vises på en app eller i et web dashboard. 1/2


– Dette gjør hele brukeropplevelsen fra installasjon til visualisering av måleresultater helt sømløs. Dette er relevant for de som driver med næringseiendom ettersom det gir fullstendig kontroll på alle parametere som temperatur, luftfuktighet, radon, CO2, VOC og trykk til en hver tid og fra hvor som helst, sier han og fortsetter: – Dette er viktig for å kunne sjekke at driften av bygget gjøres på en god måte og kunne forbedre innendørs luftkvalitet, noe som igjen er viktig for brukerne av bygget. Suksess på MIPIM Proptech Dette var første gang Airthings deltok på MIPIM Proptech, og selskapet opplevde det som en suksess. – Airthings hadde egen stand på MIPIM, noe som gjorde at vi fikk snakket med masse potensielle kunder og partnere. Vi fikk også muligheten til å kjøre en «FlashTalk» hvor vi presenterte Airthings og vår nye løsning, sier Bolle. Airthings har globale ambisjoner, derfor var dette en viktig møteplass for dem. – Responsen fra utlendingene har vært overveldende! Det er mye spennende som skjer i proptech om dagen, men godt å se at vi henger veldig godt med på bevegelsene i markedet generelt, samtidig som vi klarer å tilby de beste løsningene for måling av luftkvalitet, sier han og understreker at det ikke er tvil om at fokus på luftkvalitet er økende i bransjen i og utenfor Norge. LES OGSÅ: Europas 25 beste PropTech start-ups er kåret – At løsningen vår er så enkel i installasjon og bruk er noe som falt i veldig god jord hos de som ble presentert for den. Dette er en bransje som i lang tid har vært preget at proprietære løsninger, og da blir en så innovativ og komplett løsning veldig godt mottatt. Airthings er allerede i gang med flere store kunder etter messen, der det er noen som vil ha kontroll på flere hundre kontor de har spredt over hele kloden og andre som har litt mer lokal tilhørighet, sier Bolle. – Hvordan ser dere på proptech i Norge? Hva er fremtiden i næringsbygg? – I Norge skjer det mye spennende innen proptech! Og vi opplever at kundene er veldig åpne for nye løsninger som kan forenkle deres hverdag og gi nye muligheter for drift og besparelser. Airthings ser for seg en fremtid i næringsbygg der våre sensorer blir en naturlig integrert del av bygget. Ikke bare for å kunne ha oversikt over luftkvaliteten til en hver tid, men også hvor vårt system gjør en smarte optimaliseringer av hvordan bygget driftes for å spare penger samtidig som man klarer å ivareta en god opplevelse for leietaker.

2/2


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

ROMANIA


Do You Have a Question? warehouserentinfo.ro/article/warehousemarket-news/interview-of-filippo-rean-director-of-the-real-estate-division-ofreed-midem-mipim-and-mapic-markets-1 June 7, 2018

Interview of Filippo Rean, director of the real estate division of Reed MIDEM MIPIM and MAPIC markets. With his expertise, he speaks to us about his vision of PropTech and enlightens us on the trends to follow. 1. Could you give us your definition of PropTech? Proptech deals with new technologies that address traditional property issues. Property has reached a new frontier that involves both a technology revolution and a shift in needs of building users, and more generally urban dwellers. There is a real convergence between the digital revolution and societal developments in technology. The great opportunity for the world of property today is to be able to rely on digital innovation to meet the new expectations of tomorrow's city users. Proptech brings on board a whole series of new players, both startups and established companies that are positioning themselves in the property sector. New companies are developing new approaches based on big data, virtual reality, crowdfunding, blockchain, artificial intelligence... Many technologies can change the real estate industry and proptech impacts the entire property value chain, from financing, transaction management, building, and maintenance to occupancy, construction and more broadly urban design. 2. What are the big trends for PropTech in 2018? Experts consider that about 2,000 proptech startups of serious ambition exist and it is only the beginning of the process. A handful of companies have raised exceptional amounts, such as WeWork, a company providing premises and coworking services, that raised $5.2 billion in 2017. Proptech was originally focused on the residential property sector and B2C, which explains why the downstream segments of the value chain are better covered (marketing, sales, and users). This means that companies that offer sales and rental assistance solutions have attracted the largest amount of investment. Integrating technology into other sections of the value chain came later due to the greater financial, security and long-term investment challenges. There is now a growing interest among investors in these other sectors, which offer solutions that enhance the effectiveness of property, such as connected objects, virtual reality and artificial intelligence; meanwhile big data is present at all levels of the value chain, as it is one of the pillars of the entire transformation of the property sector. Technologies linked to funding of property, via blockchain for example, are starting to emerge in the market. 1/2


3. What are the start-ups you recommend to keep an eye on? Among the technologies that have an impact on real estate, big data is certainly the most present because data is now recovered and valued at all levels of real estate, from construction to building management, up to investment analysis. The German startup Drooms, for example, provides a virtual dataroom that offers property owners an ongoing secure, structured, and centralised location for storing documents in the all stages of the asset life cycle. New technologies equally make it possible to optimize the use of space by means of a battery of applications that manage meeting rooms, parking spaces, and the dynamics of work spaces based on the use of data; and they even improve the comfort of occupants. But who will manage these new technologies inside the building? Sensors can be controlled either by the facility manager, as proposed by the Norwegian company Disruptive Technologies, which offers mini-sensors to finely regulate many building parameters, or directly by the user with Sensorberg, for example, that can let you control sensors remotely via a mobile phone. 4. What differentiate MIPIM PropTech from the rest of the MIPIM events? MIPIM is the global leading event for real estate professionals. Since 1990, it brings together in Cannes the international real estate community to discuss and share their points of view, shed new light on the global context and how to draw opportunities from it. MIPIM has always been at the forefront of new trends in the property industry. In 2013, MIPIM created a specific exhibition pavilion dedicated to proptech companies. The MIPIM brand is now a global one as there are MIPIM events in the UK, Hong Kong, New York and Paris. MIPIM PropTech Europe will be the first European event to bring together decision-makers from both startups and technology companies for two days of networking with leaders from the property sector. We want to create a platform that can forge a common language between all the players who are thinking about the city of tomorrow, both in the property and in the new technologies sectors. Our role will be to encourage contacts, discussions, partnerships and the development of new solutions. With more than 30 countries represented, MIPIM PropTech Europe is already a very international event. This international feature is also nourished by the sister event in New York City, another important hub for the Proptech industry. The first edition of MIPIM PropTech NYC last year received overwhelmingly positive feedback, and many commended the wide range of real estate tech covered as well as the combination of real estate industry delegates, the tech community, and public officials. The second annual MIPIM PropTech will take place on November 6, 2018, at The Metropolitan Pavilion.

2/2


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

SPAIN


Finnovating y Mipim Proptech Europe firman un acuerdo para la internacionalización de ‘start-ups’ ejeprime.com/mercado/finnovating-y-mipim-proptech-europe-firman-un-acuerdo-para-la-internacionalizacion-de-startups.html

Diario de información económica del sector inmobiliario 08 MAR 201814:08 n El pasado 1 de marzo se organizó en Madrid un encuentro liderado por Mipim Proptech Europe y Finnovating, en el que se reunió a más de treinta startups proptech españolas. Finnovating y Mipim Proptech Europe unen fuerzas para apoyar a las start ups del negocio inmobiliario. Ambas compañía han cerrado un acuerdo para apoyar a empresas de proptech en su internacionalización. El pasado 1 de marzo se organizó en Madrid un encuentro liderado por Mipim Proptech Europe y Finnovating, en el que se reunió a más de treinta startups proptech españolas para explicarles la oportunidad de participar en el evento, ya que se presenta como un punto de sinergia y captación de financiación. Además, Finnovating presentó el primer observatorio PropTech dónde explicaron mediante datos la situación de las Proptech en España. Tras el éxito conseguido en el Mipim PropTech New York, coorganizado con MetaProp NYC, Mipim PropTech se ha lanzado a replicar el evento en Europa, el cual tendrá lugar en París el próximo 20 y 21 de Junio. “España cuenta hoy con 189 startups PropTech siendo uno de los países con mayor número de iniciativas de Europa. La asignatura pendiente es la internacionalización de estas compañías para que ganen tamaño, por este motivo desde Finnovating estamos colaborando con Mipim, para abrir el ecosistema local a nivel global” indica Rodrigo García de la Cruz, consejero delegado de Finnovating.

1/1


0123420315

6789Ăż 8 7Ăż7

ÿÿÿ67 8ÿ79ÿ78ÿ98

()*)(Ăż*,-*./01Ăż/2,-*/3Ăż/4Ăż1-,5Ăż6/Ăż72/Ăż85Ăż)9624.,)5Ăż)9(-:)8)5,)5Ăż56-*./Ăż85 ./09-8-;<5Ăż>?@AB@>A?CĂż Ăż 2DEĂżDFGHEĂżIDHGJKILEMINDĂżOFPQIMEREĂżGQĂżRSEĂżRGĂżQEĂżIDEFLFTEMINDĂżRGĂż()*)(Ăż*TUO.GMVĂż/FTUOGĂżGD *ETSJĂżJFLIGTGĂżWFGĂżQEJĂżGXOTGJEJĂżRGQĂżJGMKUTĂżIDXUPIQIETIUĂżRGPGDĂżVEMGTĂżXYJĂżOETEĂżEOTUHGMVET QEJĂżUOUTKFDIRERGJĂżWFGĂżOTGJGDKEDĂżQEJĂżDFGHEJĂżKGMDUQULSEJZ Ăż Ăż [\Ăż^_`abc^d\e^f_ĂżghaĂżia\j^k\lĂżm\i\ĂżnoponĂżpiqmraesĂżthiqmaĂżmqiĂżjqbĂż^_gjha_e^\lqiabĂżlaĂżmiqmcaesĂżu\vabĂżwa\ibjaxĂżx tll^aĂżyqjvabĂżlaĂżpiqmraesĂżzq_bhjc{Ăż[\Ăża_ehabc\ĂżghaĂżeqvmjac\l\ĂżmqiĂżv|bĂżlaĂż}~~Ăżmiqgab^q_\jabĂżlaĂżj\Ăż^_lhbci^\ ahiqma\ĂżhaĂż\b^bca_Ăż\Ăża`a_cqbĂż^_vqÂ&#x20AC;^j^\i^qbĂżnoponĂż\ĂżjqbĂżhaĂżia\j^k\iq_Ăżh_\Ăżbai^aĂżlaĂżmiadh_c\bĂżbqÂ&#x20AC;iaĂżajĂżcav\ĂżlaĂżj\ ci\_bgqiv\e^f_Ăżl^d^c\j{ [qbĂżiabhjc\lqbĂżvhabci\_ĂżhaĂżb^ĂżÂ&#x20AC;^a_Ăżj\bĂż_ha`\bĂżcae_qjqd \bĂżabc|_Ăżca_^a_lqĂżh_ĂżagaecqĂżb^d_^g^e\c^`qĂża_Ăżeh\_cqĂż\Ăżj\ ci\_bgqiv\e^f_ĂżlaĂżvhesqbĂż\bmaecqbĂżlaĂżj\Ăż^_lhbci^\ĂżlaĂżj\Ăżmiqm^al\lÂ&#x201A;Ăż\Â&#x192;_Ăżs\xĂżvhesqĂże\v^_qĂżmqiĂżiaeqiiaiĂżm\i\Ăżjqdi\i Ăżj\Ăża`qjhe^f_Ăżl^d^c\jĂżlajĂżbaecqi{ u\vabĂżwa\ibjaxĂżbaÂ&#x201E;\jfÂ&#x2026;ĂżÂ&#x2020;tjĂżvaie\lqĂż^_vqÂ&#x20AC;^j^\i^qĂżm\iaeaĂżbaiĂżh_\ĂżlaĂżj\bĂżÂ&#x192;jc^v\bĂż^_lhbci^\bĂża_Ăżm\b\iĂżmqiĂżh_\ ci\_bgqiv\e^f_Ăżl^d^c\jÂ&#x201A;ĂżxĂżlaĂżabc\Ăż^_`abc^d\e^f_Ăżm\iaeaĂżhaĂżcql\` \Ăżca_avqbĂżvhesqĂże\v^_qĂżmqiĂżiaeqiiai{ĂżtjĂżÂ&#x2021;Â&#x2C6;Â&#x2030;Ăżla jqbĂża_ehabc\lqbĂżeiaaĂżhaĂżj\bĂżcae_qjqd \bĂżl^d^c\jabĂżca_li|_Ăżh_\Ăżdi\_Ăż^vmqic\_e^\{ĂżtjĂż^vm\ecqĂża_ĂżbhbĂż_adqe^qbÂ&#x201A;Ăżc\jĂżĚ&#x20AC;ak ba\Ăżh_\Ăżmiaqehm\e^f_Â&#x201A;ĂżxĂżv|bĂżlaĂżh_Ăżcaie^qĂżehabc^q_\Ăżj\ĂżaÂ&#x160;mai^a_e^\Ăż\lv^_^bci\c^`\ĂżaÂ&#x160;^bca_caĂżm\i\ĂżqgiaeaiĂżh_Ăż_adqe^q haĂżmhal\Ăż\l\mc\ibaĂż\ĂżjqbĂże\vÂ&#x20AC;^qbĂżÂ&#x2020;{ Â&#x2020;zh\_lqĂżbaĂżjabĂżmiadh_cfĂżeh|jabĂżai\_Ăżj\bĂżmi^_e^m\jabĂżÂ&#x20AC;\iiai\bĂżm\i\ĂżajĂże\vÂ&#x20AC;^qÂ&#x201A;Ăżj\bĂżehabc^q_abĂżlaĂżmaibq_\j _ha`\va_caĂża_e\Â&#x20AC;ak\iq_Ăżj\Ăżej\b^g^e\e^f_{Ăż[\Ăżg\jc\ĂżlaĂżs\Â&#x20AC;^j^l\labĂżcÂ&#x2039;e_^e\bĂżxĂżh_\Ăżiab^bca_e^\Ăżda_ai\jĂż\jĂże\vÂ&#x20AC;^qÂ&#x201A;Ăżx\Ăżha lqbĂżlaĂżj\bĂżciabĂżÂ&#x20AC;\iiai\bĂżmi^_e^m\jabĂżbhd^aia_ĂżhaĂżs\xĂżvhesqĂżci\Â&#x20AC;\Â&#x152;qĂżmqiĂżs\eaiĂża_Ăżabc\Ăż|ia\ĂżÂ&#x2020;Â&#x201A;Ăż\diadfĂżwa\ibjax{ n|bĂżlajĂżÂ&#x2021;Â?Â&#x2030;ĂżlaĂżjqbĂża_ehabc\lqbĂż\g^ivfĂżhaĂżj\bĂżcae_qjqd \bĂżl^d^c\jabĂżbq_Ăżiaja`\_cabĂżm\i\ĂżbhĂż_adqe^qÂ&#x201A;ĂżxĂżb^_ avÂ&#x20AC;\idqÂ&#x201A;Ăżh_\Ăżeh\ic\Ăżm\icaĂżlaĂżj\bĂżavmiab\bĂż\Â&#x192;_Ăż_qĂżeha_c\Ăżeq_Ăżh_\Ăżabci\cad^\Ăżl^d^c\jĂżqg^e^\j{Ăżn^i\_lqĂżs\e^\ĂżajĂżghchiqÂ&#x201A; ajĂżÂ&#x2021;Â&#x2C6;Â&#x2030;ĂżlaĂżjqbĂża_ehabc\lqbĂżl^Â&#x152;qĂżhaĂżj\bĂżcae_qjqd \bĂżl^d^c\jabĂżca_li|_Ăżh_Ăż^vm\ecqĂża_ciaĂżvqlai\lqĂżaĂż^vmqic\_caĂża_Ăżbhb _adqe^qbĂżla_ciqĂżlaĂżjqbĂżmifÂ&#x160;^vqbĂże^_eqĂż\Â&#x201E;qbÂ&#x201A;Ăżeq_ĂżajĂżÂ?~Â&#x2030;ĂżlaĂżaÂ&#x152;aehc^`qbĂżeiaxa_lqĂżhaĂżbhbĂżvqlajqbĂżeqvaie^\jabĂż\ech\jab bai|_Ăż^iiaja`\_cabĂż\Ăże\hb\ĂżlaĂżj\Ăżcae_qjqd \Ăżla_ciqĂżlajĂżv^bvqĂżmj\kqĂż{Ăżtbc\Ăżi|m^l\Ăża`qjhe^f_ĂżabĂżĚ&#x20AC;^bc\ĂżmqiĂżvhesqbĂżeqvq h_\Ăżqmqich_^l\lĂżlaĂż^__q`\e^f_Â&#x201A;Ăżeq_ĂżajĂżÂ&#x17D;Â&#x2C6;Â&#x2030;ĂżlaĂżjqbĂża_ehabc\lqbĂż\eamc\_lqĂżhaĂżj\Ăż^_caiihme^f_Ăżl^d^c\jĂża_Ăżj\Ăż^_lhbci^\ Â&#x20AC;i^_l\i|Ăżj\Ăżmqb^Â&#x20AC;^j^l\lĂżlaĂż_ha`\bĂżj _a\bĂżlaĂżmiqlhecqbĂżxĂżbai`^e^qbÂ&#x201A;Ăżv^a_ci\bĂżhaĂżv|bĂżlajĂżÂ?Â?Â&#x2030;ĂżeiaaĂżhaĂżjqbĂż\xhl\i|Ăż\ bqÂ&#x20AC;iab\j^iĂża_ciaĂżeqvmac^lqiab{Ăż{ĂżÂ?ciqbĂżiabhjc\lqbĂż^_ejhxa_Â&#x2026; Â&#x2018;Ăżz\b^ĂżajĂżÂ&#x17D;~Â&#x2030;ĂżeiaaĂżhaĂżvaÂ&#x152;qi\i|Ăżj\Ăż^_cai\ee^f_Ăżeq_ĂżajĂżej^a_caĂżxĂżialhe^i|ĂżjqbĂżeqbcabĂżqmai\c^`qb Â&#x2018;Ăżz\b^Ăż}Â&#x2019;Â&#x201C;ĂżlaĂżjqbĂża_ehabc\lqbĂżehabc^q_fĂżj\Ăże\m\e^l\lĂżlaĂżbhĂż\lv^_^bci\e^f_Ăż\ech\jĂżm\i\Ăżv\_aÂ&#x152;\iĂżj\Ăżci\_b^e^f_Ăża_ jqbĂżvqlajqbĂżeqvaie^\jab{ĂżtbcqĂż\Ăżmab\iĂżlaĂżhaĂżÂ&#x2C6;ĂżÂ&#x2019;ĂżÂ&#x201C;Ăż\g^iv\_ĂżhaĂżeia \_ĂżhaĂżbhbĂżah^mqbĂżlaĂżdabc^f_Ăżabc|_Ăż\Â&#x20AC;^aicqbĂż\ e\vÂ&#x20AC;^\iĂżjqbĂżvqlajqbĂżlaĂż_adqe^qĂżxĂżj\bĂżqmai\e^q_ab Â&#x2018;ĂżÂ&#x2C6;Â&#x2019;Â&#x201C;ĂżlaĂżj\bĂżavmiab\bĂżbaĂżabc|_Ăż\bqe^\_lqĂżeq_ĂżcaieaiqbĂżm\i\Ăż\xhl\ijqbĂżeq_Ăżj\Ăżl^d^c\j^k\e^f_ĂżlaĂżbhbĂżvqlajqb eqvaie^\jab Â&#x201D;^j^mmqĂżÂ&#x2022;a\_Â&#x201A;Ăżl^iaecqiĂżlaĂżj\Ăżl^`^b^f_Ăż^_vqÂ&#x20AC;^j^\i^\ĂżlaĂżÂ&#x2022;aalĂżnowtnÂ&#x201A;Ăżl^Â&#x152;qÂ&#x2026;ĂżÂ&#x2020;[qbĂżiabhjc\lqbĂżlaĂżabc\Ăża_ehabc\ qgiaea_Ăżh_\ĂżĚ&#x20AC;^b^f_Ăżg\be^_\_caĂżlaĂżj\bĂżgqiv\bĂża_ĂżhaĂżj\Ăżcae_qjqd \Ăżabc|Ăż\jcai\_lqĂżj\Ăżmiqm^al\l{

 22 7897 8 77

7 2!" 88 #!$%3&'&5

121


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

THE NETHERLANDS


financieel-management.nl/artikel/technologie-breekt-de-vastgoedsector-open-

Technologie breekt de vastgoedsector open De redactie - 21 juni 2018 Digitalisering staat in de vastgoedsector nog in de kinderschoenen, maar nieuwe technologische toepassingen (onder de naam PropTech) zullen innovatie een impuls geven. PropTech maakt de vastgoedmarkt vooral transparanter. Dankzij bijvoorbeeld big data is de waarde van panden beter te bepalen en neemt het risico voor beleggers af; sensoren zorgen voor een optimaler gebruik van panden en betere energieprestaties. Dit verhoogt naar verwachting de waarde. Dit concludeert het ING Economisch Bureau in een vandaag gepubliceerde studie naar de gevolgen van nieuwe technologieën op de vastgoedsector. Het Economisch Bureau heeft het onderzoek uitgevoerd in aanloop naar de MIPIM PropTech Vastgoedbeurs in Parijs. Vastgoedmarkt nog nauwelijks digitaal De vastgoedsector staat tot nu toe niet bekend als innovatief. Dat blijkt onder meer uit het feit dat een koper of huurder zich vaak wel online oriënteert voor een nieuwe woning, maar de rest van de transactie offline doorloopt. Op basis van bijna 24.000 respondenten van de ING Vraag van Vandaag blijkt dat slechts twee procent van de consumenten hun koop/ of huurcontract digitaal ondertekende. Belemmeringen voor innovatie in vastgoed De groei van de arbeidsproductiviteit in de sector heeft lange tijd stilgestaan. In vergelijking tot andere sectoren wordt nauwelijks geïnvesteerd in onderzoek en ontwikkeling. Belangrijke verklaringen daarvoor zijn: - Lange levensduur van vastgoed: nieuwe technologieën vervangen daardoor maar langzaam de oude. - Kapitaalintensief: Dit maakt het toetreden van startende ondernemers met een goed idee moeilijk. - Niet transparante markt: Ieder vastgoedobject is anders en er is relatief weinig openbare informatie beschikbaar. Daardoor is er minder directe concurrentie op de vastgoedmarkt en dat verlaagt de urgentie om te innoveren. Nieuwe technologieën stimuleren innovatie Dankzij nieuwe technologieën (zoals bijvoorbeeld sensoren, big data en data analytics) kan de vastgoedsector nu wel makkelijker innoveren. Onder de naam PropTech zijn er nieuwe technologische toepassingen mogelijk. Investeringen in PropTech-bedrijven zijn dit decennium vertienvoudigd en de verwachting is dat deze de komende jaren verder toenemen. Transparanter, een betere bezetting en extra services 1/2


PropTech maakt vastgoed vooral transparanter. Verdere ontwikkeling van digitale marktplatformen voor vastgoed zorgen ervoor dat marktpartijen elkaar eenvoudiger vinden. Daardoor dalen de transactiekosten en de waarde van panden is door data analytics steeds beter te bepalen. De bezetting van bijvoorbeeld kantoorpanden verbetert door beter inzicht in het gebruik door sensoren. Door middel van een app zijn vrije werkplekken eenvoudiger te vinden. Tot slot is winst te behalen bij het digitaliseren van het administratieve proces. Kans op hogere waarde door PropTech PropTech kan uiteindelijk de waarde van vastgoed verhogen door: - Hogere huuropbrengsten doordat de huurder bereid is een hogere prijs per m2 te betalen dankzij de hogere kwaliteit van het pand, mogelijkheden tot efficiëntere bezetting en lagere energielasten. - Lager risico voor vastgoedbeleggers. Big data verbeteren de waardebepaling van vastgoed. Bovendien neemt de liquiditeit van vastgoed toe door verdere ontwikkeling van platformen. Ten slotte verlagen Smart Buildings de kans op leegstand, omdat deze gebouwen aantrekkelijker zijn voor huurders. Gebruikers profiteren, makelaars in het nauw Zetten we alle nieuwe PropTech-toepassingen op een rijtje, dan blijkt dat vooral gebruikers profiteren. Een Smart Building voldoet beter aan hun wensen en stelt hun in staat de bezetting beter te regelen. Verhuurplatformen maken kortere huurperiodes en lagere transactiekosten mogelijk. De traditionele rol van de makelaar staat daardoor onder druk. Platformen kunnen deze rol verder digitaliseren en overnemen. Om goed aan te sluiten op de veranderende vraag en de mogelijkheden die PropTech bieden, zullen vastgoedbeleggers steeds meer gaan lijken op ondernemers”, aldus ING Sector Banker Jan van der Doelen”, “Hij kijkt dan naar meer dingen dan de waarde van het pand, looptijd van het huurcontract en kredietwaardigheid van de huurder”. Een vastgoedondernemer heeft een business model waarmee hij meerwaarde creëert en zorgt voor een blijvende vraag naar zijn “Space as a Service”.

2/2


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH 2018 Publication: Property EU Date: 24 June 2018 URL: https://bit.ly/2Mw0UAS


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH 2018 Publication: Property EU Date: 24 June 2018 URL: https://bit.ly/2Mw0UAS


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH 2018 Publication: Property EU Date: 24 June 2018 URL: https://bit.ly/2Mw0UAS


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH 2018 Publication: Property EU Date: 24 June 2018 URL: https://bit.ly/2Mw0UAS


vastgoedjournaal.nl/news/36423/mipim-proptech-paris-investeringen-in-proptech-komen-op-gang

Beleggersregister Zoek in de grootste databank van beleggers naar potentiële kopers van uw vastgoed. Circa 700 beleggers hebben al duizenden zoekprofielen aangemaakt. Wie zoekt wat in welke plaats? Ga naar Beleggersregister

MIPIM PropTech Paris: Investeringen in PropTech komen op gang

De allereerste MIPIM PropTech in Parijs is achter de rug. Holland ConTech & PropTech was erbij, als een van de Europese partners. Hans Dijkstra en Wouter Truffino gingen drie dagen op verkenning. Een verslag van drie zeer inspirerende dagen. Dag 1: De Openingsparty De officiële opening van MIPIM PropTech begint op dinsdag in (Franse) stijl. Hans en Wouter zijn uitgenodigd bij restaurant Faust aan de Seine en maken kennis met de strategie directeur Sara Rozenfarb en marketingmanager Débora Atala. Hierna begint het netwerken met de vele startups & scale-ups, ecosystemen uit verschillende landen en diverse corporate organisaties die daadwerkelijk met PropTech aan de slag zijn. Vanuit Nederland zijn er 74 deelnemers aangemeld, wij schatten dat er een kleine 60 aanwezig waren. De Nederlandse groep is 50-50 verdeeld in PropTech’s en corporate organisaties. Holland ConTech & PropTech laat vanaf deze plek een ‘orange footprint’ achter: follow the popular PropTech buttons (oranje PropTech hartjes op foto) en je weet wie we zijn tegengekomen. 1/3


Dag 2 (20 juni): Artifical Intelligence en Dutch PropTech Diner De eerste echte dag van het event start om 11:00 met de openingskeynote over Artificiële Intelligentie (AI). Waanzinnig inspirerend verhaal en duidelijk uitgelegd hoe AI daadwerkelijk alles en alle sectoren ingrijpend gaat veranderen; óók de vastgoedsector. Huib Boissevain van Annexum vertelde ons dit al eerder tijdens een interview begin mei. Daarna een sessie waarbij een aantal Europese ecosystemen, waaronder het Nederlandse Holland ConTech & PropTech, werden voorgesteld aan de deelnemers van deze eerste MIPIM PropTech editie. Na deze sessie, snel door naar de grote zaal waar Coen van Oostrom (EDGE Technologies) in een panel zat en uitleg gaf over vernieuwing en de toekomst. Coen: “De prijs van onroerend goed is extreem ouderwets, het is nog steeds meestal 'prijs per m²', misschien soms 'prijs per bureau', wat niet veel anders is. Wat we moeten doen is een manier vinden om de productiviteit echt te meten en die te correleren. Dit zal de bedrijfsmodellen sterk verbeteren.” Hans Dijkstra heeft inmiddels alle aanwezige startups en scale-ups met een stand gesproken (o.a. Assetti, Exquance, Spaceflow, Brickblock, PlanRadar en Axeon360). Toen was het langzaam klaarmaken voor de sessie ‘The Dutch PropTech Insights’, door Holland ConTech & PropTech (Wouter). We deelden een 10-tal Nederlandse PropTech voorbeelden, die daadwerkelijk het verschil aan het maken zijn en waar wij best wel trots op zijn. En zoals jullie inmiddels van ons gewend zijn, wisten we ook in Parijs met een energizer de deelnemers te activeren. ‘s Avonds ontvingen we onze gasten voor het Dutch PropTech Diner. Samen met 22 deelnemers werd het een gezellige avond waar naast kennismaking ook inhoudelijk werd gesproken over het vernieuwen van de markt door nieuwe technologie. Het rapport van ING ‘PropTech verlaagt risico’s en verhoogt waarde’, dat op dinsdag vóór de MIPIM is uitgekomen, werd aan de hand van een 3-tal stellingen besproken. Het is te gezellig aan tafel om er daadwerkelijk een conclusie uit te trekken, dus dat pakken wij graag op in Nederland. Dag 3 (21 juni): Aaron Block en investeringsfondsen voor PropTech De dag begint vroeg met een invite only PropTech influencer ontbijt. Alle partners van MIPIM PropTech waren hiervoor uitgenodigd, wat ervoor zorgde dat iedereen rustig de tijd had om de strategieën in elkaars landen met elkaar te delen en van elkaar te leren. Het viel ons trouwens op dat steeds meer deelnemers van de MIPIM met onze oranje buttons (de hartjes zijn allang op) liepen. In de ochtend loopt Wouter, Aaron Block, founder van MetaProp NYC tegen het lijf. Aaron is de man die, vlak voor de MIPIM, een nieuw investeringsfonds van 40 miljoen dollar voor PropTech lanceerde. Ook in Europa komen er steeds meer fondsen, die specifiek investeringen in PropTech realiseren. Deze financiële mogelijkheden gaan ervoor zorgen, dat de versnelling de nabije jaren toch echt op gang gaat komen. Ook op de slotdag mag Holland ConTech & PropTech een sessie moderaten, deze keer met VC’s en Startups. De zaal wordt in tweeën verdeeld, 7 VC’s tegen 30 startups. Het is rennen geblazen voor de aanwezige PropTech bedrijven die op zoek zijn naar funding. 2/3


Nieuwe scale-up bekendgemaakt Tijdens deze laatste dag mogen we ook een nieuwe Nederlandse scale-up bekend maken die zich heeft aangesloten bij het ecosysteem van Holland ConTech & PropTech. En wat voor een scale-up, het is namelijk Physsee! Super trots en dankbaar dat ik deze samenwerking mag bekrachtigen met een (solar) energieke foto samen met Maarten de Haas. Een van de laatste keynotes gaat over blockchain. Het thema waarvoor in Nederland iedereen massaal uitloopt wordt behoorlijk op scherp gezet door een uitspraak: “90% van de blockchain projecten die in het nieuws komen, hebben helemaal geen blockchain technologie nodig om opgelost te worden maar kunnen worden opgelost met een andere technologie”. Hatsa dat hakt er even in! De hype is nu wel voorbij als het gaat over blockchain en het wordt tijd dat wij met echte voorbeelden naar buiten komen. Conclusie na 3 dagen Parijs PropTech staat op de agenda en de investeringen komen nu echt op gang. De beurs was zeer inspirerend en het programma zat goed in elkaar. Natuurlijk zijn er wel een aantal verbeteringen denkbaar. Een van die verbeteringen ligt bij onszelf. Volgend jaar willen wij meer first-movers en innovators meenemen naar Parijs vanuit corporate organisaties. Nederland heeft op een paar gebieden een voorbeeldfunctie voor Europa omdat wij op kop lopen op diverse thema’s en op andere binnen PropTech zeker niet achter lopen. Met ruim 500 Nederlandse startups & scale-ups krijgen wij zelf regelmatig de vraag hoe het komt dat wij zo vooroplopen met innovatieve ontwikkelingen en ondernemerschap. Het is dus goed om te zien waar de rest van Europa mee bezig is op het gebied van PropTech. Wij vinden het ook inspirerend om ons te omringen met mensen die daadwerkelijk aan het vernieuwen zijn. Dit was een uitgelezen kans om 2,5 dag met een peer-group van Nederlanders te sparren over hoe je gezamenlijk in de thuismarkt kansen kan pakken. MIPIM PROPTECH PARIS 2019 Wil je volgend jaar mee naar Parijs? Tijdens een gesprek met de directeur MIPIM PropTech wisten wij te ontfutselen, dat volgend jaar in dezelfde periode wederom dit event wordt georganiseerd. Indien je aanwezig wilt zijn tijdens de volgende MIPIM PropTech 2019 in Parijs, kun je een mail sturen naar ramona@contechproptech.nl. Wij zorgen ervoor dat je als eerste een kortingscode ontvangt. Je kan je natuurlijk ook alvast aanmelden voor het Dutch PropTech Diner. Deze keer maximaal 50 deelnemers (dan zit het restaurant La Famiglia namelijk vol). Maar nu eerst op naar Expo Real in oktober en MIPIM PropTech New York in november. Zien wij je daar? Holland ConTech & PropTech ondersteunt organisaties die met technologie, innovatie en digitale transformatie koploper zijn of willen zijn, zodat er meer winst en nieuwe omzet wordt gecreëerd voor een toekomst vaste business. Meer weten? Bezoek http://www.contechproptech.nl/

3/3


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

UNITED KINGDOM


PropTech Today: These are the UK events you have to attend estateagenttoday.co.uk/breaking-news/2018/1/proptech-today-these-are-the-uk-events-you-have-to-attend

By James Dearsley I have high expectations for this year’s PropTech events and property conferences. Those that I attended in 2017 demonstrated a real step forward in our industry’s understanding of how to thrive in a digital world. They were well attended, well curated and increasingly diverse in their vision. For the first time, I began to see real communication and mutual understanding between traditional property professionals and their technological peers. As such, this year promises to be even better, and my list of 2018 events is getting longer by the day; I think we’re looking at around 70 events around the globe. Because there’s so much to get to grips with, I thought it might be helpful if I gave you a quick breakdown of the handful of events that I think are particularly worth making sure you get to. By no means is that to say these are the only events worth your time, but they are ones which I think offer a varied, universally appealing programme and promise to have great educational value. I’m also going to focus, with one exception, only on events in the UK - a short trip to Paris shouldn’t be missed for the value you will receive.

MIPIM PropTech Europe, Paris 20th-21st June, tickets start at 400 Euros Paris isn’t in the UK, but it is only a train journey away and this is quite simply the single most important event of 2018. If you only go to one this year, make sure it’s this one. 2018 is the inaugural year for MIPIM’s conference dedicated exclusively to PropTech (they dabbled in it last year with three smaller events dotted around the globe). This event promises to be totally enormous, both physically and figuratively, with 1,500m² dedicated to hosting the key players of the property and technology industries, for a showcase of radical innovation. With an anticipated guestlist of over 1,500 names, and representatives from over 1000 companies, this is the year’s best opportunity to meet the industry's key decision-makers and gain unrivalled insight into property’s cutting-edge technology. As well as all of the usual panel discussions, keynote speeches, workshops and networking sessions, the event will also host the first leg of the MIPIM Startup Competition. To register, visit the website. There’s also still time to get in and showcase your startup at the event. 1/2


MIPIM 2018: Smart technology dominated discussions onofficemagazine.com/architecture/item/5251-mipim-2018-smart-technology-dominated-discussions By Elissaveta Marinova

Cannes might be known for its red carpet glamour and constant stream of sunshine, but in March it was something else entirely that brought the coastal French city to life. With a whopping figure of 26,000 real estate, city and political leaders who gathered over from over 100 countries, this year’s MIPIM made quite a splash. Not surprising, really, that the world’s leading international real estate business, conference and networking event drew a crowd of such amplitude – 2017 was, after all, a record year for real estate investment in Europe, according to CBRE, with volumes totalling €291bn. And with 5,400 investors pooling in, there certainly was a lot of room for discussion. Among the key talking points were, of course, the growth in real estate investment expected this year and investment strategies set on targeting cities over countries, but hot topics like urban development and tech were discussed at length too. “This year, tech is increasingly integrated into the MIPIM programme,” said MIPIM director Ronan Vaspart. Conference discussions on topics like self-driving cars having an impact on cities and millennial expectations of future smart houses placed technology at the forefront of MIPIM. Now seems like a good time to mention that MIPIM has also launched a new event in Paris this June, called MIPIM PropTech. “Technology is increasingly providing innovative solutions and ideas for the real estate sector,” says Reed MIDEM’s real estate director Filippo Rean, “and MIPIM PropTech Europe will be a unique opportunity for real estate leaders, tech companies and investors to come together to discuss tech trends and do business.” Naturally, a MIPIM review would be incomplete without the mention of the flamboyant MIPIM Awards. Worthy contender of the Cannes Film Festival, the gala ceremony at the Grand Auditorium of the Palais des Festivals saw the Feltrinelli Foundation and Microsoft House in Milan snatch the Best Of ce & Business Development award. Designed by Herzog & de Meuron with developer COIMA, the Feltrinelli Building houses Microsoft’s Italian headquarters, with interiors by Milan-based studio DEGW. Other finalists in this category included Chongqing Sunac One Central Mansion Sales Of ce by AOE, Real 2 in Peru, designed by Ateliers Jean Nouvel, and the acclaimed Bloomberg European HQ in London featured in our April issue.

1/1


REED MIDEM | MIPIM PROPTECH Publication: Place Tech Date: 20 June 2018

URL: https://placetech.net/news/doors-open-on-first-mipim-proptech-europe/


REED MIDEM | MIPIM PROPTECH Publication: Place Tech Date: 20 June 2018

URL: https://placetech.net/news/doors-open-on-first-mipim-proptech-europe/


REED MIDEM | MIPIM PROPTECH Publication: Place Tech Date: 20 June 2018

URL: https://placetech.net/news/doors-open-on-first-mipim-proptech-europe/


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH EUROPE 2018 Publication: PIE Mag Date: 21 June 2018

URL: https://pie-mag.com/news/mipim-proptech-bouygues-immobilier-bets-on-machine-learning/


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH EUROPE 2018 Publication: PIE Mag Date: 21 June 2018

URL: https://pie-mag.com/news/mipim-proptech-industry-leaders-need-to-know-their-tech-abcs/


REED MIDEM | MIPIM PROPTECH Publication: CoStar Date: 22 June 2018

URL: https://bit.ly/2yxU1gi


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH 2018 Publication: The Negotiator Date: 22 June 2018

URL: https://thenegotiator.co.uk/proptech-mipim-paris-consult/


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH EUROPE 2018 Publication: PIE Mag Date: 25 June 2018

URL: https://pie-mag.com/news/mipim-proptech-covivio-pursues-innovation-labs-in-france/


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH 2018 Publication: Place Tech Date: 27 June 2018

URL: https://placetech.net/news/anybody-who-says-blockchain-has-no-value-will-be-wiped-out-aaron-block/


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH 2018 Publication: Place Tech Date: 27 June 2018

URL: https://placetech.net/news/anybody-who-says-blockchain-has-no-value-will-be-wiped-out-aaron-block/


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH 2018 Publication: Place Tech Date: 27 June 2018

URL: https://placetech.net/news/anybody-who-says-blockchain-has-no-value-will-be-wiped-out-aaron-block/


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH 2018 Publication: Place Tech Date: 27 June 2018

URL: https://placetech.net/news/anybody-who-says-blockchain-has-no-value-will-be-wiped-out-aaron-block/


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH 2018 Publication: Property Week Date: 29 June 2018 URL: https://bit.ly/2MxjM2r


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH 2018 Publication: Property Week Date: 29 June 2018 URL: https://bit.ly/2MxjM2r


MIPIM PROPTECH | MIPIM PROPTECH 2018 Publication: Property Week Date: 29 June 2018 URL: https://bit.ly/2MxjM2r


20-21 juin 2018 Palais des Congrès, Paris mipim-proptech.com

UNITED STATES


22/06/2018

TECHNOLOGIE IMMOBILIÈRE

First ever MIPIM PropTech Europe delivers unexpected value Yesterday concluded MIPIM’s first ever tech focused event in Europe. Having long been an organizer of the world’s premier property event held every year in Cannes, France, the fact that they are now putting together conference that focus exclusively on technology says a lot about the direction of the industry. It is becoming harder to talk about the built world, how it is designed, constructed, transacted and managed, without talking about the innovations that are being used to change every process in the value chain.


The event kicked off with a rather opulent cocktail party held in a famous club under what many consider to be the most beautiful bridge in Paris (being the most beautiful anything in Paris is a feat in itself as the entire city seems to be constructed with aesthetics as the main design principle). In true Parisian style the party went rather late into the night and was filled with seemingly endless amounts of champagne and horderves that seemed more like works of art than snacks. The next day began with a speech from Rand Hindi (pictured above), 35-year-old founder of Artificial Intelligence startup Snips. His firm develops voice platforms for connected devices, enabling companies to add a voice assistant to their products, bypassing the big guys like Google and Amazon. He explained that AI is not really new technology as much as it is the convergence of increased computing power and the availability of vast quantities of data. Eventually Hindi expects AI to become invisible, operating without fanfare much like electricity. But until then, he admits the technology can be threatening and kind of creepy. The future of AI is a liberation of people from technology, Hindi hopes. No one wants to live in the dystopian world of cold, overbearing technology so often imagined by science fiction writers. "We don't want to be oppressed by tech all of the time," said Hindi. "The real promise of technology is having all the benefits of being hyperconnected without feeling connected yourself." "The real promise of technology is having all the benefits of being hyper-connected without feeling connected yourself."

After a packed day of speakers from various sectors of the property industry, it was concluded by a keynote speech co-organized with Propmodo from Senior Fellow at the Manhattan Institute, Aaron Renn. MIPIM’s theme for this week’s event is “unexpected value,” something that Aaron spoke to on the city level. Since the value of properties are based on the market demand, they are often tied to the sentiment towards the city and neighborhood that they are in. In Aaron’s view, cities often miss the mark in branding themselves by trying to display themselves as similar to other popular cities, with young urban socialites on bikes, rather than embracing their idiosyncrasies. One of his examples is Brooklyn. The young hip(ster) population of the formerly industrial borough embraced the working class, artisanal activities and styles that


had been shunned by midwestern small towns. “It is as if the midwest threw away their history and Brooklyn picked it up out of the trash, dusted it off and ran with it,” he said during his keynote. Rather than try to show themselves as posh and trendy his suggestion is that cities and neighborhoods embrace their quirks. After the event a number of after parties were held, including one at a WeWork on Paris’ famous shopping Mecca, Champs Elysee. This particular location boasts being Thomas Jefferson’s home during his time in the city. Something makes me think that he would have been happy to know that it is now being used as a place where innovators work and play. The next morning started off with a keynote presentation co-organized with Propmodo by Roma Agarwal, award winning engineer of The Shard, Western Europe’s tallest tower. Drawing on innovation stories from her recently published book, Built: The Hidden Stories Behind Our Structures, Roma highlighted a few of the amazing individuals who have contributed to the evolution of buildings. From Henry Bessemer's process for refining iron into strong steel, to Elisha Otis's safety brake that made high-rise elevators possible, Roma assures us that, "The possibilities are limited only by our imaginations — for whatever we can dream up, engineers can make real." "The possibilities are limited only by our imaginations — for whatever we can dream up, engineers can make real."

Roma appears frequently in documentaries and news media and actively promotes engineering, scientific and technical careers to young people and under-represented groups such as women. In fact, following the keynote, she also delivered an inspirational speech to kick-off a MIPIM women in PropTech networking session. The day of seminars, panels and networking was highlighted by a live demonstration by Jamie Woodruff, one of Europe’s top “ethical hackers.” As a way of pointing out possible security flaws he talked about some of his previous hacks and even demonstrated how easy it is to compromise smart devices by hacking a video camera at a nuclear testing site live on stage. He warned that the weak link in most modern hacks isn’t hardware or software, but the people at organizations tasked to use them. Having secure buildings, devices and data systems is only possible if employees are


trained on security protocol. It was a stark reminder of the limits of technology when left to the folly of human behavior. Over the two days of the event a startup competition was held. This is one of the three stops on a global competition tour that will ultimately crown a winner at MIPIM Cannes on the 12-15th of March next year. The winners from this event were Spaceti and Sensorberg. As to be expected from a seasoned organization like MIPIM, the event was amazingly well run and well attended. If you would like to see for yourself how MIPIM is raising the level of events in the PropTech space then you should look into attending their next event in New York City on November 6th for the New York Real Estate Tech Week. Until them, au revoir.

Best of clippings MIPIM PropTech Europe  
Best of clippings MIPIM PropTech Europe  
Advertisement