Issuu on Google+

Le Journal de votre Ville

L’ECOUTE

BARCARES

NO 58

FEVRIER/MARS

2007

Dossier : Les seniors au Barcarès (p6 et 7) Vivre dans la région la plus attractive pour les aînés

SOMMAIRE ■ CLSH communal : :

INFOS

(p 2)

Vers un choix de politique de ville évolutive et adaptable au nombre croissant depersonnes de plus de 60 ans

On s’amuse au centre aéré !

■ Gymnastique volontaire (p 10) De nombreux retraités participent aux manifestations de la commune

A pied ou à vélo, l’important c’est de bouger

Les Toiles du Soleil Un tissu emblème de notre ville créé spécialement par Henri Quinta (p8) Histoire d’une usine hors du commun Pour le plaisir de bouger

■ Maison des Jeunes

(p 12)

Ca roule et ça glisse pour les ados

Journées Mondiales des zones humides Scolaires et Maison des Jeunes : A la découverte du patrimoine maritime. (p 3 et 12)

C’est bientôt…Le Carnaval! (p11) Soyez prêts pour le défilé traditionnellement décoiffant des 17 et 18 mars

Fête de

www.portbarcares.com

Samedi 31 mars à 20h et dimanche 1er avril à 12h MAS DE L’ILLE - Infos 04 68 86 16 56

REPAS NT DANSA


Edito du Maire a politique, c’est avant tout savoir s’adapter à la réalité du « terrain ». Notre pays vieillit, et notre département est devenu le plus âgé de France, c’est un constat. Les villes du littoral attirent plus que les autres les retraités, c’est un fait avéré ; ils ont « gagné leur place au soleil » et leur migration est inexorable, avec ce qu’elle engendre de changements dans la vie sociale locale. Aux villes concernées de considérer ce paramètre important, d’en exhausser les avantages et d’en réduire les inconvénients. Pouvoir disposer d’une maison de retraite au Barcarès, c’est le souhait de 98% de retraités Barcarésiens, selon le récent sondage réalisé par nos services. C’est aussi la perspective de 45 emplois immédiats. Ce projet, caressé depuis de nombreuses années par les municipalités qui se sont succédé, bénéficie de tout notre appui. Notre Conseil Municipal a déjà délibéré sur la réservation d’une zone d’implantation et nous sommes en contact avec plusieurs responsables de ces structures pour sa construction. Nous sommes prêts à concéder un prix préférentiel pour ce terrain afin d’alléger son amortissement et ses répercussions sur le tarif de la pension.

L

Mais toute cette bonne volonté ne suffit pas. Il faut aussi et surtout que ce projet puisse entrer dans le Schéma Gérontologique Départemental, dont relèvent les maisons de retraite. Car il ne s’agit pas, ce qui serait beaucoup plus simple, de construire une résidence privée que seuls les retraités les plus fortunés pourront se payer, mais de bâtir une vraie maison médicalisée, dont les prestations puissent être prises en partie en charge par les assurances sociales, et qui serait là pour accueillir les Barcarésiens devenus dépendants. Ce plan gérontologique est décidé par le Conseil Général et sera divulgué au mois de mai. Nous espérons une réponse positive, tout en sachant que de nombreuses communes ont formulé la même demande, et qu’il sera ardu de figurer parmi celles qui seront choisies par les services du Département. Nous vous tiendrons bien entendu informés de la suite donnée à ce projet. En attendant la maison de retraite, nous mettons tout en œuvre au Barcarès pour que la retraite à la maison se passe le mieux possible pour les personnes ayant des difficultés à se déplacer. Du portage des repas à domicile à la télé assistance, en passant par les commissions, les services municipaux veillent au confort et à la sécurité des personnes âgées. Elles représentent près du tiers de la population de notre commune et ce chiffre est appelé à augmenter, comme ailleurs sur le littoral. Il nous faut donc adapter la ville et les services qui lui incombent, par obligation ou par solidarité, à cette situation. C’est ce que nous nous efforçons de faire.

Il est également important de veiller à la préservation du lien intergénérationnel qui a malheureusement tendance à disparaître en France, comme vous pourrez le voir dans notre dossier. La fête des GrandsMères, que nous organisons chaque année, est l’un des moyens d’entretenir ce lien, voire de le créer, principalement entre des enfants dont les grands-parents sont loin, et des personnes âgées qui n’ont pas de famille dans la région. C’est toujours un moment très émouvant que ces rencontres… Vieillir le mieux possible au Barcarès, c’est aussi se bouger. Il n’y a qu’à voir autour de nous le nombre de seniors dont l’activité intense étonne plus d’un jeune. A vélo, à pied, dans la salle de gym, en pratiquant un sport, la dépense physique, nécessaire à tout âge et tant que la santé le permet, est source de bien-être et de longévité. Tous les accros du sport pourront d’ailleurs tester le nouveau parcours de santé qui sera bientôt opérationnel dans la grande pinède. Enfin, j’ai tenu à vous présenter dans ce numéro le tissu imaginé par M Quinta, le gérant de l’usine « Les Toiles du Soleil », spécialement pour notre ville. Il s’inspire de notre logo et sera une manière, nouvelle et originale, de porter les couleurs du Barcarès le plus haut et le plus loin possible. Joëlle Ferrand Maire du Barcarès

RETROSPECTIVES CENTRE AÉRÉ :

On s’éveille et on s’amuse au centre aéré Depuis le 7 novembre 2006, les enfants de 30 mois à 11 ans sont accueillis au Centre de Loisirs Sans Hébergement de la commune. out ici est fait pour permettre aux petits bouts de s’épanouir dans une ambiance chaleureuse : activités d’éveil, de création (réalisation d’objets), atelier cuisine, sorties, goûters, anniversaires,…. Les enfants (et les animatrices) ont de quoi s’occuper ici ! Pour la Noël, les enfants ont eu la joie d’offrir des assiettes en céramiques garnies de chocolats à leurs parents. Les plats avaient été peints par leurs soins durant les journées d’activités créatrices, et ils ont tout aussi sûrement participé à la dégustation des bonbons ! Deux couronnements ont eu lieu par la suite pour l’Epiphanie : Précilia et Jean ont pu se coiffer des superbes attributs royaux éphémères confectionnés par l’ensemble des enfants. Autre festivité, la Chandeleur a été dignement saluée par un délicieux après-midi crêpes. Enfin, Guillian a soufflé ses 3 bougies en compagnie de ses nouveaux copains et copines. Pour les principales sorties, les enfants se sont rendus au théâtre du Réflexe à Canohès pour un conte de Noël féerique et ont fait une petite visite au parc animalier des « Mouettes » au Barcarès. Ils y ont découvert de nombreux animaux dans un parc bien propre et correctement aménagé. Pour la suite, les responsables du Service Enfance et Jeunesse de la mairie ont concocté un superbe programme, avec, entre autres, un atelier cuisine sur la préparation des bugnettes et des gâteaux de Pâques et un atelier confection des masques du Carnaval du CLSH qui se déroulera le mercredi 14 mars. De nombreuses autres activités et sorties sont également en préparation. Renseignements et inscriptions auprès de Fabienne Balfagon à la mairie au 04 68 86 11 64 poste 136.

T

Guillian se souviendra de ses 3 ans fêtés avec plein de copains et copines Ambiance de fête pour le goûter de Noël

GALA DE CLÔTURE DE LA PATINOIRE :

Les patineurs barcarésiens nous ont « Greasé » !

Pas de doute possible, les jeunes de «Patinage et ballets barcarésiens» ont fait d’énormes progrès en neuf années d’existence de cette association, dont la dynamique Conchita Banet a récemment pris la présidence. Pour ce spectacle de clôture,ils nous ont présenté une chorégraphie très disco, orchestrée par les monitrices Kristel, Audrey, Sophie et Laetitia. Une

2

douzaine d’Olivia NewtonJones, accompagnées d’autant de John Travolta au féminin, encadraient le seul garçon de la bande, Gabriel, très à l’aise pour sa première année de patinage. Un public nombreux, bon enfant et ravi, a chaleureusement applaudi les performances des élèves et de leurs entraîneuses qui ont répété pendant tout le mois de février les différentes parties de ce gala, point final de la saison 2006/07 de la patinoire barcarésienne. Mais pour les enfants, les patins ne sont pas encore raccrochés, puisqu’ils vont bientôt se rendre à la patinoire de Montpellier pour un ultime plaisir, assorti d’une visite au Planétarium.

Grand écart flamboyant comme le ciel

Merci…et à l’année prochaine !


ENVIRONNEMENT :

ETAT CIVIL

Journées Mondiales des Zones Humides en Méditerranée NAISSANCES

Une approche de la vie maritime pour les scolaires l’occasion des Journées Mondiales des Zones Humides en Méditerranée, organisées du 29 janvier au 4 février, les enfants de l’école Jean Moulin ont pu avoir un aperçu des activités traditionnelles liées à la mer et aux lagunes. Cette année, actualité oblige (voir L’Ecoute n°57), c’est la voile qui était à l’honneur, avec les associations Velatina et le CNB Voile, présents toute la semaine sur le site du Village des Pêcheurs. Au programme, hormis les conférences et sorties proposées par le syndicat Rivage dans les autres communes entourant l’étang, une visite guidée des expositions ayant trait à la voile latine et à la pêche, puis atelier de matelotage, et enfin un petit tour sur les héros de ces journées, Praia, Rosa Maria, côté latin et O Barcarès côté sportif. Le week-end, ces animations ont été ouvertes à tous avec un atelier supplémentaire d’initiation à la pratique du sextant pour les adultes. Les associations Parlem Catala (culture catalane) et Comité des Feux de la Saint-Jean se sont gentiment jointes à la manifestation. Le bilan de ces journées s’est avéré très positif pour les enfants, ravis de découvrir un univers d’où les rêves de pirates n’étaient pas exclus… La magie des bateaux à voile, leur présence si intime opèrent sur tous les âges. Pour preuve, plusieurs ados de la Maison des Jeunes, tombés en amour pour le superbe Praia, sont prêts à venir donner un coup de main sur le chantier naval de rénovation du futur navire O Barcarès, avec peut-être à la clé, une petite croisière sur le cotre portugais. Les enfants ont, eux, apprécié d’abord et bien sûr le coffre aux trésors, contenant de magnifiques pièces dorées en chocolat, les différents ateliers, mais aussi la perspective pour les Cours Moyens de pouvoir apprendre la voile sur des optimistes et dériveurs avec le Club Nautique Barcarésien Voile.

A

Ce qu’ils en ont pensé et retenu : Chaque classe a fait un petit commentaire sur la demi-journée passée au village de pêcheurs et sur l’impression générale ressentie par le groupe.

Classe de CE1/CE2 : « Nous avons visité les cabanes de pêcheurs, il y avait une cabane en construction. La toiture de ces cabanes est réalisée à partir de roseaux. Nous en avons profité pour ramasser quelques coquillages dans les filets de pêcheurs et observer les poissons de la Criée. Certains, trop petits, ont été rejetés dans le port et mangés par les goélands.

Classe de CE2 : « Nous avons bien aimé apprendre comment se fabriquent les barques catalanes. On sait maintenant qu’elles sont faites avec du chêne vert et qu’elles font de 6 à 11m.Nous avons appris que les cabanes de pêcheurs sont fabriquées avec des ‘ sanils’. Nous avons vu des barques catalanes qui naviguent encore, notamment une qui date de 1904. Nous savons maintenant faire deux nœuds marins : le nœud de huit et le nœud de chaise.

Classe de CM1 « Nous avons vu beaucoup de choses lors de la sortie au port : les nœuds de marin, les voiles latines, la construction des cabanes de pêcheurs, comment on fait pour entrer un bateau dans une bouteille, ainsi que de beaux bateaux anciens, par exemple, le Rosa Maria et des photos de la vie des hommes au Barcarès avant. Cela nous a beaucoup plu, mais on aurait aimé voyager avec un des bateaux. On a bien aimé la visite du petit voilier avec le moniteur de voile.

A l’abordage du « O Barcarès »

Lionel CARCELLE né le 24/01/2007 Michel ALOYAN né le 12/01/2007 Maylis BELLENS-GIMENEZ née le 27/01/2007 Benoît ROSES né le 30/01/2007 Luna PAREDES née le 13/02/2007

MARIAGES Classe de CM2 : Mégane : “Mardi 30 janvier, nous sommes allés visiter le village des pêcheurs au port du Barcarès. Nous avons vu des baraques de pêcheurs en construction et d’autres déjà faites. Dans une de ces baraques, nous avons regardé les anciennes photos du village. Nnous avons aussi appris à faire des nœuds de huit et de chaise. On nous a aussi fait visiter de très vieux bateaux restaurés. Nous sommes montés dessus, c’était super ! Merci aux bénévoles de Vélatina.” Gabriel : « Il n’y a pas longtemps, avec la classe de CM2, nous sommes allés au port pour voir ce que font les bénévoles de Vélatina pour réparer les plus vieux bateaux. Ensuite, nous sommes allés dans une baraque de pêcheurs. Dans cette cabane, étaient disposés des maquettes, des tableaux, des photos, des anciens objets qu’on utilisait il y a longtemps et un poisson empaillé. On a vu dans cette cabane comment faire des bateaux à l’intérieur d’une bouteille et que les bateaux catalans portaient une voile latine. Après, nous sommes allés dans une autre cabane. Quelqu’un était devant une table où étaient disposées des cordes de marine. Le monsieur nous a demandé de faire le nœud de huit. On l’a réussi mais on a eu du mal à faire le nœud de chaise. Après, nous sommes allés sur les quais pour voir les bateaux. Le Rosa Maria a été rénové et il a été peint en noir et blanc. On en a vu un autre qui flottait mais qui n’était pas totalement rénové. Un monsieur a expliqué comment on fabriquait la coque à partir d’une voûte centrale qui était ornée de petites arrêtes. Après il nous a expliqué qu’il mettait une peinture spéciale pour protéger la coque des coquillages et des crustacés. » Bravo à tous les élèves et spécialement à Gabriel pour son remarquable exposé !

Marjorie VARNIERE et Gil MONTALBANO le 6/01/2007 Rosalia SCARDINA et Robert VILLEDIEU le 13/01/2007

DECES Marie LELIAS le 2/01/2007 François FAURE le 18/01/2007 Christian ONDIVIELA le 25/01/2007 Pierre ROCA le 1/02/2007 Alain PETITNICOLAS le 7/02/2007

A la chasse aux trésors !

classe de CE1 classe de CM1/CM2 classe de CM1

3


Des étoiles pour l’hôpital

En direct de la mairie ANIMATION :

Le Mas de l’Ille au Salon du Mariage e stand Barcarésien au Salon du Mariage du palais des Expositions de Perpignan, mis en place pour «vendre» le Mas de l’Ille, a été très prisé pendant les trois jours de la manifestation, du 2 au 4 février. De nombreux professionnels et organisateurs d’événements, toujours à la recherche de grandes salles, se sont montrés très intéressés par la capacité de notre mas. Chaleureusement accueillies par les hôtesses de l’Office du Tourisme et par

L

Un groupe très appliqué La chorale des enfants de l’école Jean Moulin, menée allegro par Josy Delonca, a participé au spectacle du 27 janvier « Des Etoiles pour l’höpital » à Saint-Laurent, au profit du service pédiatrie de l’hôpital Saint-Jean de Perpignan et de l’opération « Pièces jaunes ». Emus et attentifs, nos petits chanteurs, issus des classes de CM1/CM2 de M Ginestet et de CE2 de Melle Dalia, se sont montrés « au top » pour cette manifestation particulière. Le 1er février, les classes de CP, CE1 et CE1/CE2, ont également envoyé des émissaires, toujours accompagnés de leur prof de musique Josy, à Peyrestortes, pour un concert éducatif « Le Carnaval des animaux » de Saens, joué par le remarquable orchestre de Daniel Tosi. Ne manquez pas les prochains concerts des enfants de l’école pendant la semaine du Cirque du 23 au 28 avril au Barcarès.

Le Mas de l’Ille, une des plus grandes capacités du département

Salon du Fleurissement Urbain au Mas de l’Ille e 1er février 2007, l’association ADRAJEV (Association Départementale des Responsables et Agents de Jardins et Espaces verts) organisait son 4ème salon du Fleurissement Urbain dans les locaux du Mas de l’Ille, sur le thème-option « Jeux d’enfants ». Ce salon, qui connaît un succès grandissant, a chaque année pour cadre une ville différente. 46 communes (18 de plus qu’en 2006) et 42 fournisseurs, soit un total de plus de 200 personnes, ont partici-

L

pé à cette journée. Le but de l’opération est de parvenir à une concertation entre les communes pour le fleurissement du département. C’est l’occasion pour les responsables d’espaces verts de se connaître et d’échanger idées et conseils. Cette journée a satisfait tous les participants, qui ont apprécié l’accueil et l’organisation de ce salon, chapeautés par M Massonneau, responsable du service Espaces Verts du Barcarès et trésorier de l’ADRAJEV.

Duo féminin pour le récital du Conservatoire de musique du 1er février

Chaque détail doit être règlé

Deuxième réunion de travail le 8 février pour l’organisation du Barcagliss du 5 au 8 mai prochains, en présence de tous les responsables de services concernés, des présidents de Vélatina, du CNB Voile et du jet-ski et, bien sûr, des premiers intéressés, les membres du bureau de Barcateam. L’événement est pratiquement cadré ; il sera vraiment complet, avec la participation de quasiment tout ce qui glis-

SANTE :

4

Des participants satisfaits

Le nouveau Barcagliss bien lancé

Variations féminines

Trilles, onomatopées, rires, larmes, cris et chants… tant de sons aériens, rapides, appuyés ou stridents, qui nous feraient presque croire que le désir au féminin pourrait n’être que cela : virevoltes et volte-faces, insoutenable légèreté de l’être, né femme. Mais, comme le fredonne si bien la superbe Dorothée Pinto, soprano soliste de ce récital lyrique, sur l’air enjoué d’Irène de Strauss, «Je ne suis pas ce que l’on pense ». Ouf ! Les féministes peuvent baisser la garde, tout cela n’était juste qu’une comédie humaine, admirablement interprétée par Dorothée, accompagnée au piano par Emilie Carcy, aux doigts de fée et à la réplique acerbe, dans un centre culturel qui a magnifiquement rendu une acoustique parfaite. Toutes deux, très applaudies par un nombreux public, ont magistralement enlevé cet insolite récital tragi-comique , jouant, disant ou chantant la féminité, écrite par des auteurs et compositeurs illustres, et, à une exception près, exclusivement…masculins !

Bernard Gomez, chargé de sa commercialisation, 36 personnes ou sociétés ont pris une option (à confirmer) pour la location de l’une des salles du Mas de l’Ille cette année, soit une augmentation de 7% par rapport à l’an dernier. Même pourcentage d’augmentation d’ailleurs pour l’ensemble du Salon, qui a vu défiler plus de 3 000 visiteurs tout au long de ce weekend, et qui se confirme donc comme un très bon support de promotion pour le Mas.

SOS MUCOVISCIDOSE AIDE LES MALADES… … A VIVRE MIEUX La mucoviscidose est une maladie génétique grave, aujourd’hui encore incurable, mais non contagieuse. Elle se traduit par des troubles respiratoires (l’excès de mucus encombre les bronches et les alvéoles pulmonaires ) et digestifs (mauvaises digestion des aliments surtout les graisses). Depuis 1988, l’association SOS Mucoviscidose a pour objectif l’amélioration de la qualité de vie des mucoviscidosiques. Pour cela, elle apporte une aide morale aux malades et à leur famille (7 jours sur 7, 24 heures sur 24 au 01.64.63.15.04). Une assistante sociale assure une permanence tous les mercredis de 15h à 17h30 au siège de l’association. Pour les adhérents malades, SOS Mucoviscidose prend en charge le forfait journalier et les vitamines les plus courantes non remboursées par la sécurité sociale, propose un coup de pouce au sport et une aide aux vacances, prend en charge la mutuelle pour les adultes mucoviscidosiques non imposables, etc. SOS Mucoviscidose a besoin de vous tous ; elle est autorisée à recevoir des dons et legs déductibles, dans le cadre des dispositions légales. Vous pouvez aussi l’aider en devenant bénévoles ou correspondant locale. Pour connaître les coordonnées des correspondants locaux près de chez vous ou pour plus d’informations : www.sosmucoviscidose.asso.fr

se, navigue ou saute sur l’eau… pour un spectacle rarissime en France : un «Pool Wake-Board Party» en anglais pour le fun ou « Rassemblement de wake-boarders en bassins » en français dans le texte. L’organisation de la manifestation est affinée, chacun des participants à cette réunion y a trouvé sa place. Tout roule donc pour l’équipe de Barcateam …jusqu’à ce que ça glisse !


CONSEIL MUNICIPAL :

Conseil Municipal du 14 février : un menu copieux Un premier Conseil Municipal de l’année plutôt consistant avec le Débat d’Orientation Budgétaire et différentes délibérations 1) Débat d’orientation Budgétaire : Madame le Maire rappelle, en préambule du débat, que si l’action des collectivités locales est principalement conditionnée par le vote de leur budget annuel, leur cycle budgétaire est rythmé par la prise de nombreuses décisions. Le Débat d’Orientation Budgétaire constitue la première étape de ce cycle (base légale : Loi du 06/02/1992). Son objectif est de permettre à l’Assemblée délibérante de discuter des orientations budgétaires qui préfigurent les priorités qui seront affichées dans le budget primitif et d’être informée sur l’évolution de la situation financière de la collectivité. Il donne également aux élus la possibilité de s’exprimer sur la stratégie financière de leur collectivité. N B : La tenue du Débat d’Orientation Budgétaire est obligatoire pour les communes de plus de 3 500 habitants. Ce débat n’a aucun caractère décisionnel Madame le Maire évoque, dans un premier temps, les données nationales, et notamment le projet de Loi de Finances 2007, avant d’aborder le contexte intercommunal avec l’entrée dans la Communauté d’Agglomération Perpignan Méditerranée. Sont ensuite envisagés le budget de la Commune avec le résultat de l’exercice 2006 et le budget primitif 2007, puis les budgets annexes du port et du transport. Le Conseil Municipal, après avoir débattu, prend acte que le Débat d’Orientation Budgétaire a eu lieu.

2) Ouverture des crédits budgétaires à la section d’investissement du budget communal et du budget annexe du port Madame le Maire rappelle au Conseil Municipal que la planification des travaux d’investissement communaux doit tenir compte des contraintes de fréquentation saisonnière de la station. Afin de cadrer les délais de réalisation avant la saison, certains travaux doivent pouvoir être engagés avant le vote du budget primitif 2007 qui interviendra fin mars 2007. Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à la majorité des membres présents et représentés décide d’adopter les crédits susvisés qui seront inscrits au budget primitif.

3) Versement d’une avance sur subvention à l’association « Le Club des Petits Loups » Madame le Maire rappelle à l’assemblée que, sur l’exercice 2006, la commune a participé, à hauteur de 30 000 €, au financement des activités de l’association « Le Club des Petits Loups ». Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré à l’unanimité des membres présents et représentés décide d’approuver le versement d’une avance sur subvention de 7 600€ à l’association «Club des Petits Loups» avant le vote du budget primitif 2007.

4) Versement d’une avance sur subvention à l’association «Barcarès XIII» Madame le Maire rappelle à l’assemblée que sur

l’exercice 2006 la commune a participé à hauteur de 70 000 € au financement des activités de l’association BARCARES XIII . Considérant les besoins actuels en trésorerie de cette association, Madame le Maire propose de lui verser une avance sur subvention d’un montant de 35 000 € avant le vote du budget primitif 2007.Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré à l’unanimité des suffrages exprimés, décide d’approuver ce versement.

5) Facturation d’un repas réalisé par le restaurant communal Madame le Maire informe le Conseil que le restaurant municipal a réalisé un repas pour l’Association Départementale des Responsables et des Agents des Jardins et Espaces Verts à l’occasion de leur salon annuel qui a eu lieu le 1er février 2007 au Mas de l’Ille. Considérant le coût de la prestation qui sera facturé à l’Association comme suit : 200 repas au prix de 16 € soit 3 200 € TTC. Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré à la majorité des membres présents et représentés, autorise Madame le Maire à faire procéder à l’émission d’un titre auprès des organisateurs concernés.

6) Travaux au Mas de l’Ille : Construction d’un mur de Clôture. Attribution des marchés et autorisation de signature Considérant la Commission d’Appel d’Offres réunie le 5 février 2007 qui a procédé à l’ouverture des plis puis, les candidatures étant conformes, à l’ouverture des offres des candidats et demandé au maître d’œuvre (Monsieur ALBA, architecte) d’établir le rapport d’analyse ; considérant l’avis de la Commission d’Appel d’Offres réunie en séance le 14 février 2007 qui, au vu du rapport du maître d’œuvre et après concertation, a décidé d’attribuer les lots suivants :  LOT 1 : MACONNERIE : entreprise Maisons GUERREIRO pour un montant de 256 382,37 € HT;  LOT 2 : SERRURERIE : entreprise SERRURERIE DU VALLESPIR pour un montant de 47 640 € HT. Considérant le lot 3 relatif à l’électricité, en l’absence d’offres, la Commission d’Appel d’Offres a prononcé l’infructuosité et il est proposé de procéder à une nouvelle consultation selon la procédure adaptée, en accord avec l’article 59 du Code des Marchés Publics. Le Conseil municipal, après en avoir délibéré à l’unanimité des suffrages exprimés, décide d’approuver la relance de cette consultation, l’attribution des lots comme précisé ci-dessus et d’autoriser Madame Le Maire à signer les marchés correspondants et toute pièce relative à l’exécution des marchés .

Le Conseil Municipal, après en avoir valablement délibéré à la majorité des membres présents et représentés, décide d’approuver l’acquisition des lots commerciaux n° 252, 267, 268, 269, 284, 285, 286, 287, 298, 299, 300, 301 et 414 du Centre Commercial SUISSE ET BORDEAUX cadastré section AC n°150, pour une surface totale de 117 m2, pour un montant total de 10 000.00 € nets vendeur pour le foncier et 8 282.16 € pour les frais de copropriété non réglés à ce jour.

8) Avenue du Roussillon, pour la réalisation d’un rond-point. Acquisition par la commune de la parcelle cadastrée section AC, n°225 pour partie, propriété du syndicat des copropriétaires des Cabestans I et II Rappel : la maîtrise foncière est une des conditions essentielles à la réussite de l’aménagement de la voie de l’avenue du Roussillon en tant qu’entrée principale de la station dans le cadre de la réflexion sectorielle de re-dynamisation, et plus précisément de traitement des problématiques de la circulation et du stationnement, et que la Commune a engagé à ce titre une démarche visant à l’acquérir et l’intégrer à terme dans le domaine public communal. Le Conseil Municipal décide de confirmer le caractère d’intérêt général de l’aménagement du rond-point sus décrit et d’approuver le projet d’acquisition par la Commune d’une portion de la parcelle cadastrée section AC n°225, nécessaire à la réalisation du rond-point, et appartenant au Syndicat des Copropriétaires de la résidence CABESTANS I et II à la Commune pour l’euro symbolique, majoré des frais d’acte et divers.

9) Actualisation des statuts de Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération Considérant qu’à la suite de plusieurs modifications statutaires approuvées par le Conseil de Communauté, et compte tenu des arrêtés préfectoraux n°5878/2006 et n°5879/2006 en date du 20 décembre 2006, et n°5982/2006 en date du 26 décembre 2006, portant extension du périmètre de Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération et adhésion des communes de Baixas, de Calce et de Saleilles, il convient d’actualiser les statuts de PMCA. Le Conseil Municipal, considérant l’exposé de Madame le Maire, et après avoir pris connaissances des modifications statutaires, à la majorité des membres présents et représentés, décide d’approuver l’actualisation des statuts de Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération.

7) Centre commercial Suisse & Bordeaux : Acquisition de lots commerciaux Bénali Fatima

10) Aire de grand passage : gens du voyage

Madame le Maire rappelle les démarches engagées par la commune depuis plusieurs années pour maîtriser le foncier du Centre Commercial SUISSE et BORDEAUX, et ce afin de répondre à une restructuration commerciale nécessaire et identifiée comme telle dans le Projet Urbain en cours d’élaboration.

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à l’unanimité des suffrages exprimés, décide de donner un avis favorable à l’aménagement d’une aire de grand passage pour les gens du voyage, tel que proposé par les services de la Communauté d’Agglomération Perpignan Méditerranée sur le territoire communal.

CALENDRIER PREVISIONNEL DES ANIMATIONS DE PRINTEMPS 2007 MARS Samedi 17 et Dimanche 18 Mars “CARNAVAL” Samedi 31 Mars /Dimanche 1er Avril “FÊTE DE L’HUITRE” AVRIL Mardi 10 Avril : Conférence-débat de Jean Vilanove sur le Royaume de Majorque 14h30 Auditorium Dimanche 15 Avril “GRAND VIDE GRENIER” Dimanche 22 Avril “SANT JORDI” FETE DU LIVRE ET DE LA ROSE Dimanche 29 Avril / mardi 1er MAI “LES EMBLEMES DU ROUSSILLON” (Concours de Pétanque) MAI Week-end prolongé du 8 Mai Samedi 5 au Mardi 8 Mai “BARCA’GLISS” -Découverte gratuite des sports de glisse -Initiation au Wake-Board en Piscine « Pool Wake Board » -Initiation et démonstration avec des Champions de glisse Samedi 12 et dimanche 13 Mai “EXPOSITION MINERAUX ET FOSSILES” Week-end prolongé de L’ASCENSION Samedi 19 et Dimanche 20 Mai “SI T’ES MÔME” Animation enfant Samedi 19 et Dimanche 20 Mai “SALON DU 4X4” (Sous réserves) Week-end prolongé de PENTECÔTE Samedi 26 et Dimanche 27 Mai “BODEGA DEL MAR” (Sous réserves) JUIN Jeudi 31 Mai au Dimanche 3 Juin “SALON du TISSU CREATION et PATCHWORK » Jeudi 21 Juin CONCERT “LES BALADINS” au Centre Culturel Samedi 23 Juin “FEUX DE LA SAINT-JEAN”

EN AVANT-PREMIERE A PORT-BARCARES... 22 Juin en soirée “SPECTACLE HISTORIQUE” (Payant : 8€ / Gratuit – de 13 ans)

“LE BARCARES, Une ville, un destin” (Sur une scène de 35 m) Tous les mercredis au stade

Information importante CARTES ÉLECTORALES Toute personne inscrite sur les listes électorales du Barcarès, qui n’aurait pas reçu sa nouvelle carte d’électeur au plus tard le 31 mars, est invitée à se rapprocher du service « Elections » de la mairie au 04 68 86 11 64

Travaux sur le futur rond-point devant les Cabestans

Suisse et Bordeaux :Une palissade sera implantée cet été devant les commerces fermés

5


D O S S I E R Les seniors au Barcarès :

Vers un choix de politique de ville évolutive et adaptable au nombre croissant de personnes de plus de 60 ans La France vieillit, c’est certain. Au vu des statistiques, on pourrait croire que, par la volonté d’un mystérieux mauvais génie, dans notre région, on multiplie les rides plus vite qu’ailleurs…Bien sûr, c’est plutôt son attractivité qui est ici en cause. Retraite assurée et santé préservée, nombreux sont ceux qui font le choix de partir vers des cieux plus cléments et des modes de vie plus doux. Comme toute la côte Méditerranéenne, Le Barcarès connaît depuis quelques années un papy-boum sans précédent, changeant forcément les paramètres déterminant les politiques des villes. Un nouveau mode de vie : familles décomposées

enser sa ville, bâtir son avenir, c’est aussi s’adapter aux conjonctures locales, régionales, nationales et internationales pour essayer de lui donner les meilleures perspectives. Son développement et l’évolution de sa population sont, certes, étroitement mêlés. Mais les différents critères entrant en ligne de compte dans le choix, l’élaboration et l’évaluation d’une politique pour une ville dépendent d’une multitude de facteurs extérieurs et néanmoins décisifs, qu’il faut nécessairement intégrer dans l’estimation de son potentiel. Il convient dès à présent de s’adapter au vieillissement important et croissant de la population de notre département, qui est, d’après l’INSEE, le département le plus âgé de France, d’en considérer les inconvénients et d’en prévoir les conséquences.

P

La région la plus attractive pour les retraités

Lors de rassemblements de population, on peut constater son vieillissement

Le Languedoc-Roussillon connaît depuis quelques années le rythme de croissance le plus élevé de France avec un solde migratoire de + 1,24%. Parmi ces migrants venus d’autres régions ou de l’étranger, figurent de nombreux retraités issus principalement de la région Ile de France, région avec laquelle l’excédent migratoire est le plus important (environ 7 100 personnes pour 2004, tous âges confondus). En 1999 (derniers chiffres publiés par l’INSEE), les plus de 60 ans représentaient environ 25% de la population. L’indice de vieillissement (nombre de personnes de plus de 75 ans pour 100 personnes par rapport aux moins de 20 ans) était ici de 39,5%, contre 31,5% en France. Il y a fort à parier que, huit ans après, ces statistiques aient encore évo-

lué. On estime aujourd’hui à 32% à 35% le nombre de personnes de plus de 60 ans dans les stations littorales. Le renouvellement de la population, tous âges confondus, représente environ 17% tous les 5 ans dans une ville comme la nôtre, ce qui est considérable, puisqu’il induit que pratiquement le tiers de la population est renouvelé en 10 ans La part de la population active occupée ( en occultant les chômeurs) n’excède pas 30 à 35% de l’ensemble de la population. Ces chiffres, qui peuvent plomber l’atmosphère de la ville la plus charmante, montrent le poids économique qu’exercent dans notre région, victime de l’un des plus forts taux nationaux de RMIstes, ces « immigrés » du 3ème âge au pouvoir d’achat relativement bon.

Entretenir l’intellect, c’est important

Des seniors très impliqués dans les associations

Les nouveaux seniors : halte aux idées reçues Etre une grand-mère libérée, c’est pas si facile ! Difficile de parler de « personnes âgées » tant l’image que donnent d’eux-mêmes les nouveaux retraités s’éloigne du cliché que l’on garde tous dans un coin de sa mémoire, parfois via le cinéma, d’une mamie ou d’un papy assis au coin d’un bon feu dans la maison familiale et contant de belles histoires de jadis à leurs petitsenfants attentifs. «Quand vous serez bien vieille, le soir à la chandelle...» Rideau. Avance rapide. Play on. Si les enfants ont changé, leurs grands-parents aussi. La grand-mère, que l’on n’ose plus

6

appeler « mémé » depuis bien longtemps, a souvent un autre surnom que « mamie », pour la différencier de l’arrière-grand-mère, voire de la trisaïeule… Elle a du mal à trouver du temps pour faire les confitures et hésite à sacrifier ses « week-ends » pour garder le petit dernier. Mais aussi, elle a tellement de choses à faire, et plus une minute à elle entre son association culturelle, le cours de gym, les rendez-vous chez l’esthéticienne ou la coiffeuse, ses check-up réguliers, la séance piscine et les après-midis shopping avec les copines. Papy, lui, fait du vélo ou du jogging, va à la pêche, reçoit ses copains, entretient soigneusement son cholestérol, donne un coup de main sur les manifestations de son association favorite et peste de n’avoir même plus le temps de s’occuper de son jardin. Et puis, ils viennent d’acheter un ordinateur et apprennent à se ser-

La conception de la famille a évolué. Dans bien des cas, son éclatement, sa décomposition, sa recomposition, sont à l’origine d’une dispersion des liens familiaux et de la fin de la cohabitation des générations sous un même toit. 32% des ménages sont ici composés d’une seule personne et 4 Françaises de plus de 75 ans sur 5 vivent seule. Ces deux chiffres résument bien à la fois la situation, l’évolution des mentalités et l’ampleur et la difficulté de la tâche qui attend les politiques. Car, s’il est vrai que la plupart des retraités qui arrivent dans notre sud sont encore jeunes, en couple et dans un état de santé satisfaisant, ils sont, grâce aux progrès de la médecine et sauf mort rapide des deux conjoints, condamnés à vieillir, à se retrouver seuls (surtout les femmes qui ont une espérance de vie plus longue) et à perdre, dans de nombreux cas, leur autonomie. Pour se donner une idée de cet état de fait, il suffit de prendre les statistiques dont dispose la mairie et qui concernent les personnes inscrites sur les listes électorales. Où l’on constate que 42% de ces personnes ont plus de 60 ans (soit environ 1600), qu’entre 60 et 80 ans, l’équilibre hommes-femmes est respecté, qu’au-delà de 80 ans les hommes ne représentent plus qu’un gros tiers des effectifs et que nous avons au Barcarès 11 hommes et 19 femmes âgés de plus de 90 ans.

Chaleur humaine et proximité : ici, portage d’un colis de Noël par Mme le Maire à M et Mme Fleury vir d’Internet pendant les soirées d’hiver qui, entre parenthèses, ne sont finalement plus si froides, ni si longues. Le monde ne tourne plus exactement de la même manière, et leur génération, celle qui a « fait mai 68 », a quelque peu changé le cours du temps, mettant au placard toute culpabilisation, forcément culturelle. Vous l’avez compris, ce couple de retraités fictif est une caricature extrême de nos nouveaux seniors ; un autre cliché, qui, pas plus que le précédent, n’est adaptable à la généralité. Mais la bonne caricature s’appuie toujours sur des fondamentaux réels… La réalité, c’est que non seulement les retraités sont de plus en plus jeunes, mais que surtout ils se sentent jeunes et essaient de le rester. Et c’est tant mieux ! Il sera toujours temps, passé 85 ou 90 ans de se préoccuper de son devenir et non plus de son avenir…


COMMUNIQUÉ DE L’ADRRES :

Sondage barcarésien Nos services ont effectué un sondage auprès des retraités barcarésiens afin de mieux cerner leurs modes de vie et leurs attentes. 82% d’entre eux sont originaires d’une autre région ; la plupart ont connu Le Barcarès pendant les vacances et s’y sont installés à leur retraite pour le climat. Seulement 14% de ces Barcarésiens d’adoption ont de la famille dans le département. 96% de l’ensemble des retraités sont propriétaires de leur logement (82% d’une maison et 14% d’un appartement) ; 4% sont locataires. 10% d’entre eux sont originaires de Midi-Pyrénées, 8% proviennent de la région parisienne ; 8% sont nés en Afrique du Nord ; 6% en Rhône-Alpes et 6% en Normandie. Les Belges et les Suisses représentent 4% (2 et 2) des plus de 60 ans barcarésiens inscrits sur les listes électorales. Enfin, 98% de tous ces sondés sont tout à fait favorable à l’implantation d’une maison de retraite au Barcarès ; c’est même un souhait de la plupart qui aimeraient, en cas de perte d’indépendance, pouvoir finir leurs jours dans l’endroit qu’ils ont choisi à leur retraite et qui est devenu leur village…

« Consommation de vin rouge et maladie d’Alzheimer »

L’heure de la pétanque, c’est sacré !

Le projet d’une maison de retraite au Barcarès Les contacts sont pris, l’endroit est déjà choisi (à l’entrée sud du village), et la volonté municipale est là. Plusieurs gestionnaires spécialisés dans ces établissements sont intéressés et mis en concurrence pour sa construction. Oui, mais… l’implantation d’une maison de retraite ne dépend pas seulement des velléités de la ville qui l’accueille. Pour avoir une maison médicalisée subventionnée dont les prestations ne soient pas entièrement à la charge du pensionnaire, il faut également que la ville puisse entrer dans le Schéma Gérontologique Départemental, dont les choix sont basés sur des critères qui ne correspondent pas forcément aux besoins réels. Soyons clairs : des besoins, il y en a partout. Aujourd’hui, nous disposons dans le département de 3400 lits pour 56 structures habilitées. Selon l’INSEE, les personnes de plus de 85 ans, qui sont environ 11 000, devraient être plus de 18 000 en 2015. Pour être

sûr de pouvoir accueillir toutes les personnes âgées qui le nécessiteront d’ici 10 ans, il faudrait tripler la capacité, et donc le nombre des maisons de retraite. L’éternel problème « Qui va payer ? » se pose une fois de plus. Réponse actuelle : le Département. Mais pour celui des P.O., qui a le triste privilège de cumuler des taux de RMIstes et de personnes âgées les plus élevés de France, la prise en charge de maisons de retraite ne peut se multiplier à l’infini. Reste à évaluer les bons côtés de la création de maisons médicalisées : celle, simultanée, de centaines d’emplois, qui peut être considérée comme une véritable bouffée d’oxygène et un moyen de retenir ou attirer des personnes jeunes et actives. Nous vous tiendrons au courant de l’évolution du projet de maison de retraite au Barcarès, dès que le nouveau plan aura été mis en place par le Conseil Général, c’est-à-dire courant mai.

Les services aux personnes âgées Pour toutes les personnes âgées ayant des difficultés à se déplacer, le service social de la commune propose : - le portage des repas à domicile pour 5,35 € par jour - La prise en charge logistique des commissions de la personne, comme faire les courses pour elle, aller chercher ses médicaments. - Une aide pour les démarches administratives - La télé-assistance, gratuite pour les plus de 90 ans, 22,41€ par mois pour les personnes imposables, 15€ pour les non imposables. - Un service « Bibliothèque à domicile »

Télé-assistance

Pour tout renseignement, vous pouvez joindre le service social au 04 68 86 11 64 ; Conchita Banet au poste 110, Monique Delanoy au poste 210.

Fête des grands-mères ardi 6 Mars, un après-midi récréatif était proposé à toutes les grands-mères barcarésiennes par la municipalité et le service social. Les écoles maternelle et primaire, ainsi que la crèche, nous ont offert un spectacle rafraîchissant interprété par les enfants. Chants, danses et poèmes ont ravi les « mamies » et toutes les personnes présentes. Victor Hugo était mis à l’honneur par les plus grands, qui ont récité sans hésitation «Lorsque l’enfant paraît» et «Gronderie». Les maternelles, dans de superbes costumes de perroquets, ont enchanté toute l’assistance, tandis que les enfants de la crèche, craquants dans leurs costumes folkloriques, ont esquissé leurs premiers pas de danse sur scène. La troisième édition de cette « Fête des Grandsmères » s’est terminée autour d’un goûter, très apprécié de tous. L’émotion, ça creuse !

M

Quelques chiffres Il y a en France 3 fois plus de personnes âgées vivant seules qu’en 1962 31% des français de plus de 60 ans souffrent de solitude Selon une étude américaine, les personnes âgées vivant seules ont deux fois plus de risques d’attraper la maladie d’Alzeimer. 4 femmes âgées de plus de 75 ans sur 5 vivent seules (hommes : 2 sur 3) L’INSEE estime à 21,1% le pourcentage de personnes âgées de plus de 60 ans aujourd’hui, contre 20,1% il y a 10 ans. Les moins de 20 ans représentaient 33% de la population en 1970, contre 25% aujourd’hui En 1950, les personnes de plus de 60 ans représentaient 3,8% de la population ; en 2007, ce chiffre atteint 8,3%

L’Association pour la Diffusion des Résultats de la Recherche Scientifique mène une campagne d’information sur une découverte scientifique faite en 1997 qui prouve que les buveurs de vin rouge modérés (ceux qui se limitent à trois verres par jour) sont quatre fois moins exposés au risque de contracter la maladie d’Alzheimer que les non-buveurs. Les pouvoirs publics, tout entiers dans leur lutte louable contre l’alcoolisme, restent frileux dans la diffusion d’informations sur les propriétés thérapeutiques du vin, pourtant capitales. Nous publions ici un article de Francis Maurin, co-auteur du livre « Vertus du vin rouge ». « Une équipe de chercheurs newyorkais a découvert récemment (en 2005) que le resvératrol, substance que l’on rencontre en quantités notables dans le vin rouge, entraîne la dégradation des plaques d’amyloïde fibrillaire. La maladie d’Alzheimer se caractérisant par l’accumulation de ces plaques à la surface du cerveau, phénomène qui exerce un effet destructeur sur les neurones, on peut attribuer au resvératrol, donc au vin rouge, un effet curatif à l’égard de cette maladie. Cette découverte, qui n’a pas fait grand bruit jusqu’à présent, présente une importance considérable en raison de la prolifération inquiétante des cas d’Alzheimer qu’on a lieu de déplorer depuis la fin du XXème siècle. Il y a lieu de la rapprocher d’une étude publiée en 2005 par des chercheurs espagnols qui a établi en fonction d’expériences exécutées sur des rats, que le vin rouge protège contre les dégâts occasionnés au cerveau par les phénomènes d’oxydation. Il est également indispensable de citer à ce propos la très importante statistique publiée en 1997 par le professeur Orgogozo et ses collaborateurs, étude dont il résulte que les buveurs de vin dits modérés (ceux qui ne consomment que trois verres par jour) sont quatre fois moins exposés que les non-buveurs à contracter la maladie d’Alzheimer ! De telles découvertes peuvent paraître étonnantes, voire même incroyables. Elles ne devraient pourtant pas surprendre ceux qui connaissent les autres propriétés thérapeutiques du vin rouge. De très nombreuses études scientifiques ont en effet établi que la consommation de vin comporte des effets favorables sur plusieurs types de cancers, sur l’ostéoporose et sur le diabète de type 2. »* *Lire : F et P.-M. Maurin « Les vertus du vin rouge » (2005) Editions ADRRES, 6, rue Mizon –75015 Paris

Un spectacle toujours attendrissant

7


TRADITION

Les Toiles du Soleil : un nouveau tissu estampillé Le Barcarès De l’art de dépoussiérer une tradition et la rendre « branchée »…Tel pourrait être le slogan de cette entreprise, singulière dans son concept, attachante par son histoire, et exemplaire pour son développement. La fin du scénario pour cette usine de tissage du XIXème siècle aurait pu s’inscrire définitivement fin décembre 1993… mais alors… Françoise et Henri Quinta sont arrivés, et ont insufflé assez d’énergie pour lui permettre une superbe renaissance.

Une usine hors du commun Mais la notoriété, nouvelle et grandissante, des Toiles du Soleil ne s’est pas faite en un jour. En effet, le couple de repreneurs, Françoise et Henri Quinta, respectivement décoratrice et architecte d’intérieur, n’avait a priori aucune connaissance du secteur du tissage mécanique. Victimes heureuses d’un coup de cœur commun, leur première action a été de rebaptiser cette usine de ce doux nom, avant d’explorer toutes les capacités présentes et à venir, pendant deux années que l’on pourrait qualifier de round d’observation. Bien sûr, les mises aux normes de l’électricité et du chauffage ont été les premiers travaux réalisés dans des locaux vétustes «rappelant à l’époque l’univers de Zola», selon Henri Quinta. Mais, pendant ces deux ans de prise de contact facilitée par l’ancien chef d’équipe qu’ils avaient gardé, ce sont surtout leurs méninges qui ont fonctionné à vive allure : L’urgence, pour augmenter la rentabilité, était de dépoussiérer un produit, riche de tradition ancestrale, mais peu exploitable en l’état. Sans négliger la qualité de fabrication originale, la création de nouveaux tissus, plus chauds, aux couleurs catalanes et méditerranéennes, et leur utilisation sur de nouveaux objets, alliés à une politique commerciale solide et opportuniste, ont été les clefs d’un succès que les Quinta ne soupçonnaient même pas. Arrivés au bon moment, au bon endroit, à la bonne heure, avec, élément essentiel, les bonnes idées…et le coup de pouce de la presse locale et nationale, saluant justement cette initiative, qui aurait pu sembler, au départ, à contre-courant de l’économie mondiale.

Une ascension fulgurante En l’espace de 5 ans, l’usine intéresse de plus en plus de journalistes, certes, mais aussi de plus en plus de clients, démarchés sur différents salons, et principalement à Paris.

Les plus fortes ventes à l’exportation se font aujourd’hui vers le Japon. En effet, les Nippons sont très friands de l’artisanat français et les fournisseurs ont été particulièrement séduits par les produits des Toiles du Soleil. Si, en vous rendant à Tokyo, vous croisez une Japonaise avec un sac «tendance catalane», ne soyez pas surpris. D’autant que vous pouvez également tomber sur la boutique –authentique- installée en 2005 dans la capitale et qui sera bientôt suivie d’une deuxième… Les Australiens ont également flashé sur ces tissus peu ordinaires et bien de chez nous. A Melbourne ou à Sydney, il est de bon ton d’en posséder quelques exemplaires, que ce soit en éléments de déco ou en torchons. La « branchitude » parisienne n’est pas en reste, grâce à un show-room installé rue Jacob. Les Trois-Gros à Roanne ont, eux, adopté cette tendance depuis un moment. Et bien entendu la boutique « Maison Quinta » à Perpignan, superbe vitrine de ce savoir-faire catalan depuis une dizaine d’années. Bref, dans tous les coins du monde, il y a forcément quelqu’un intéressé par les produits de la vieille usine de ce bout du bout du Vallespir…dont les machines ont pour certaines plus de cent cinquante ans. Avouez que cela laisse rêveur !

Des machines impressionnantes

Un tissu pour Le Barcarès Plusieurs villes du département ont déjà adopté une toile de cette illustre maison, à la fois image de marque et bannière de leur commune. Pour Le Barcarès, M Quinta a créé en exclusivité un tissu basé sur les couleurs de notre logo, fondues dans un joli assemblage de rayures, alternant fines et larges, pour un résultat qui siéra aussi bien au linge de maison qu’aux accessoires extérieurs ou de plage. (voir dessin ci-dessus). Ces produits seront disponibles à l’Office du Tourisme dès le début de la saison 2007. Gageons qu’ils connaîtront un immense succès aussi bien auprès des touristes que des autochtones. Superbe idée de cadeau traditionnel ou souvenir, authentique et utile, de vacances dans notre station, notre futur blason trouvera certainement une place de choix chez tous les amoureux de notre commune.

Des milliers de bobines

Comment fabrique-t-on chez les Quinta ? ’abord dans le respect de la tradition. Le coton d’Amérique, variété de qualité supérieure, est acheté en France ou en Espagne. Il est ensuite teint «façon grand teint» par un teinturier (ça ne s’invente pas…), dans les coloris demandés précisément par les créateurs, en l’occurrence, M et Mme Quinta. Les fils, longs de 500 à 1000m arrivent en bobines à l’usine. Des dizaines de bobines différentes peuvent être nécessaires au tissage d’un seul tissu, selon son motif. Le nombre de bobines traduit la largeur des rayures. Il faut non seulement tenir compte du motif, mais aussi des nuances d’un même ton de couleur qui est souvent obtenu avec plusieurs fils différents… 4 300 fils peuvent être ainsi alignés, toujours dans un ordre très précis. Ces fils sont

D

M Henri Quinta dans la petite boutique de l’usine

8

passés à la main, minutieusement et un par un, sur l’ourdissoir par les ouvriers, créant ainsi la chaîne (longueur du tissu). Réceptionnés sur une ensouple (gros rouleau), ils sont insérés sur le métier à tisser où ils sont noués (pour les relier), toujours à la main. Il va sans dire que toutes ces délicates opérations prennent plusieurs jours pour un seul tissu. Enfin, le fil de la trame (largeur du tissu), préalablement enroulé sur une canette, ellemême glissée dans la navette, va passer entre les fils de la chaîne. De cet entrecroisement de fils, rythmé par la cadence des navettes et dans un bruit remarquable, naît la toile, sous nos yeux admiratifs et reconnaissants, puisque nous avons eu la chance de bénéficier d’une visite guidée par le maître des lieux en personne.


Ils ont choisi Le Barcarès

Marie-Claude et Ernest Roig, un duo de fonceurs Ces Catalans d’origine, qui ont toujours su faire leurs valises au bon moment, c’est-àdire au moment où ils en avaient envie, ne se sont jamais embarrassés de regrets ou d’inquiétudes en changeant de vie ou de région. Installés au Barcarès depuis 1971, soit quinze jours après que l’idée leur en soit venue, ils y ont créé en 1974 une entreprise de taxis-ambulances et se sont fermement et affectivement enracinés dans notre ville, posant définitivement leurs bagages… our à tour cigales ou fourmis, Marie-Claude et Ernest ont engrangé assez de bonheur, de chance, d’amour et de moyens pour vivre heureux, chantant l’été et se réchauffant l’hiver… mais ce qu’ils ont engrangé au maximum, ce sont les anecdotes, souvent amusantes, parfois époustouflantes, dont ils nous ont livré la substance la plus croustillante ici. Mais attention, que l’on ne s’y méprenne pas ! Leur côté cigale, hormis cette démangeaison cyclique qui les a menés quelquefois à « changer de vie » sans se poser de questions, n’a vraiment transparu qu’une fois leur retraite venue… Car Marie-Claude et Ernest sont des « bosseurs » dans l’âme. Confiants dans leur destin et dans leur force de travail, ils ont parfaitement assumé les risques qu’ils ont pris.

T

singe, cadeau de la sœur de Marie-Claude, hôtesse de l’air, ils emménagent à Châtillon. Ernest trouve une place de boulanger à Clamart, Marie-Claude travaille comme secrétaire dans une auto-école, puis comme … monitrice. Ils retrouvent à Châtillon quelques catalans « expatriés » et décident de monter une équipe de rugby à XIII, sport qu’Ernest a pratiqué dans sa prime jeunesse (NDLR : ce club de XIII existe toujours, et vient d’ailleurs jouer au Barcarès). Marie-Claude quitte l’auto-école et travaille dans une banque, ce qui lui laisse un peu de temps pour gérer la logistique de l’équipe. Mais ce n’est quand même pas un boulot de tout repos, puisqu’en temps que caissière elle sera par deux fois victime de braquage… dont l’un avec prise d’otages qui se terminera par la mort de l’un des malfrats.

Un parcours rocambolesque

Un « happy end » professionnel au Barcarès

Marie-Claude, née à Tunis, arrive à Pézilla de la Rivière dont sont originaires ses parents à l’âge de 11 ans, suite aux « événements » de la guerre d’Algérie. Elle rencontre Ernest au bal du village, juste avant de partir à Herbault dans le Loir-et-Cher pour une place d’éducatrice en IMP. Lui a vingt ans, habite au village voisin de Corneilla, est boulanger et fait son service militaire (qui durait, dans ces années troubles, deux ans) dans l’Armée de l’Air à Paris, en tant qu’entraîneur de judo et de boxe. Il y devient le compagnon de cellule favori de notre Vidocq national Claude Brasseur. Les deux trublions, plus espiègles que réellement rebelles, s’entendent à merveille pour s’évader toutes les nuits par le toit et aller faire des virées nocturnes dans la capitale, en « empruntant » parfois le véhicule de l’armée qu’Ernest conduisait lors de missions… Pendant ce temps, MarieClaude, tout aussi imaginative, rend visite à son chéri en tailleur bleu, très seyant, mais surtout identique aux uniformes de l’Armée de l’Air… et véritable laissez-passer.

Têtes brûlées mais pieds sur terre En 1959, nos deux tourtereaux se marient à Pézilla. Ernest travaille dans une boulangerie parisienne, où il décuple son salaire par rapport à sa belle province. L’argent du voyage de noces rajouté à une aide conséquente de leurs parents respectifs serviront à acheter un petit appartement rue de la Goutte d’Or. « C’est étrange ; malgré l’époque agitée et les attentats, nous avions dans ce quartier de Barbès un sentiment d’insécurité bien moindre que ses habitants d’aujourd’hui, » souligne le couple, soudain nostalgique. Retour aux folles années. Marie-Claude, qui a suivi Ernest, galère à trouver du travail, son seul baccalauréat en poche. Elle cherche un boulot de secrétaire-dactylo, mais n’a pas la formation requise. Qu’à cela ne tienne, elle loue une machine à écrire et en un week-end, apprend toute seule à s’en servir efficacement. Elle se présente le lundi à un entretien d’embauche chez un concessionnaire Simca gare de l’Est, omettant de dire qu’elle n’est pas vraiment dactylo. Plus rapide que les autres candidates au poste pour taper une lettre, elle est prise. Cette autodidacte deviendra en 6 mois secrétaire de direction avec 25 vendeurs à diriger. Entre-temps, le couple est devenu parents. L’un travaillant la nuit, l’autre le jour, ils alternent la garde du bébé. Ensuite, ils décident de se mettre à leur compte en achetant une boulangerie rue Davout, dans le XXème , affaire qui se révèlera être une grosse arnaque, les habitations du coin étant condamnées à être rasées. Malgré tout, dans ce quartier déserté, ils tiennent 7 ans avant de déposer le bilan. Avec pour tout bagage leur

Le Pain d’Autrefois A

ceux qui auraient pu douter du bien-fondé d’une boulangerie supplémentaire ouverte à l’année au Barcarès, il suffit d’opposer le succès de ce tout nouveau magasin, qui ne désemplit pas depuis son ouverture le 9 février 2007. Cette boulangerie-pâtisserie artisanale est détenue par la SARL La Miche Salanquaise, entreprise familiale composée de deux sœurs et leurs maris, Caroline, Audrey, Christophe et Sébastien. Elle fait également office de petite épicerie, avec un rayon fruits et légumes bien achalandé, de cave à vins (Le caveau de Cabestany) et d’épicerie fine avec des cafés précieux (sans être trop onéreux) et des huiles d’olive rares. Sébastien vous y reçoit avec un sourire engageant

Coup de blues ou coup de tête, la famille Roig décide en 1971 de venir s’installer au Barcarès, où ils venaient déjà pendant leurs vacances. Arrivés ici un vendredi d’automne 1971 sans avoir pris de contact préalable, tous les deux ont déjà un travail le lundi… Marie-Claude trouve une place à l’auto-école du canton puis devient secrétaire de chantier pour la construction de l’hôtel Lydia Playa, Ernest est boulanger à Saint-Laurent. Mais une idée les titille : il n’y a pas de taxis au Barcarès, et ils ont envie d’en créer un. Ce qui fut dit fut fait en décembre 74. En 1979, c’est le grand bond en avant avec l’achat de la 1ère ambulance d’occasion ; ils construisent leur maison, et l’entreprise de taxis-ambulances devient leur seule activité professionnelle. Grâce en partie à la proximité du centre héliomarin, ils peuvent développer leur activité jusqu’à avoir huit employés. Opérationnels 24h/24, Marie-Claude et Ernest n’hésitent pas à prendre le volant pour conduire les patients ou clients devenus leurs amis au fil du temps. Beaucoup de Barcarésiens se souviennent encore du dynamisme communicatif de l’une (également conseillère municipale à cette époque) et des tendres attentions de l’autre… En 1997, ils tournent définitivement la page en vendant leur entreprise. Pris d’une boulimie de voyages, ils achètent un camping-car et jouent les globe-trotters du Nord au Sud de l’Europe, suivant même le tour de France cycliste avec leur maison roulante. Avec leur bateau, ils iront jusqu’aux Baléares. Aujourd’hui, un peu calmés à respectivement 68 et 70 ans, ils suivent l’USAP, le tournoi de Roland Garros et toujours quelques étapes du Tour de France. Ils vont régulièrement skier, toujours avec leur campingcar. Toute l’année, Ernest pratique assidûment le tennis tandis que Marie-Claude surfe sur Internet. Roico et sa Roicotte, surnoms donnés par Claude Brasseur et ses copains de régiment, vont bientôt fêter leurs 50 ans de mariage. Comme ils le disent eux-même simplement : que du bonheur et de la chance...

et de réelles compétences en matière de vin et de pain. Si cette petite entreprise qui monte, qui monte, a choisi le Barcarès, pour son 2ème magasin ouvert à l’année (le premier est à Saint-Laurent), c’est d’abord pour se développer efficacement en donnant du travail à toute la famille, dans une ville en plein essor. Elle possédait déjà depuis deux ans une boulangerie ouverte en saison à La Pêcherie et cherchait à s’installer près du coeur du village. Difficile de trouver meilleure occasion que ce fonds de commerce situé 7, bd du golfe du lion, directement sur la place de la République. Cerise sur le (bon) gâteau, Sébastien vous y proposera une carte de fidélité.

9


SPORT & ASSOCIATIONS Barcarès XIII Junior : invaincus depuis le début de la saison Une motivation sans faille Qui l’eût dit, qui l’eût cru, il y seulement quelques mois, que cette toute nouvelle formation allait « casser la baraque » dans le paysage treiziste junior, a priori bien établi ? exigeants et intransigeants sur les entraînenvaincus en championnat et en coupe, ments. «Bien sûr que nous sommes satisfaits», tombeurs de l’équipe d’élite VillefrancheCahors en coupe Luc Nitard le 18 février par renchérit Guy. « On peut simplement regretun score sans appel et sous une pluie diluter que certaines équipes ne jouent pas le jeu à vienne, les garçons du Barcarès XIII ont du l’extérieur et se déplacent avec un effectif talent et de l’énergie à revendre. La dynaréduit à parfois moins de 10 joueurs, ce qui mique des victoires engrangées les rend plus enlève tout intérêt à la rencontre. Il est vrai sereins et plus appliqués de match en match. aussi que tous ne disposent pas comme nous Selon leur entraîneur, Patrick Saint-Sevin, d’un groupe de 26 jeunes, qui bénéficie de plus leur premier match à Toulouges, alors que le d’un coaching intéressant avec les conseils que groupe venait juste d’être formé, a été à la nous donne Jeff Ducatillon, le préparateur fois le déclencheur et le catalyseur de leur physique de l’équipe première. On peut dire parcours. « J’ai su de suite que nous avions en que leur entraînement est quasiment similaire à celui des ‘grands’, » conclut-il. Pas du main une bonne équipe. Malgré leur inexpérience à jouer ensemble et donc de nomgenre à enfler de la tête ou des chevilles, les Le Barcarès XIII juniors à l’entraînement. A g. Guy Campourcy, à droite le soigneur Jean-Claude breuses fautes de main, qui nous ont souvent entraîneurs du Barcarès XIII junior… qui Martinez et Patrick Saint-Sevin. privés de ballons, l’équipe s’est montrée intraiest quand même 1er de sa poule en table en défense et a mis un acharnement Nationale I devant Corbeil, et qualifié pour se aux joueurs, ils n’ont que des éloges pour leurs deux héroïque et solidaire à ramener la victoire. Enlever d’entrée ce les quarts de finale des deux coupes Tabouriech et Nitard. match contre une grosse équipe a été un élément déterminant coaches, Patrick, donc, et leur entraîneur physique, Guy Leur ambition ? Aller le plus loin possible… On ne peut que pour la suite. La qualité des joueurs a pu alors s’exprimer en Campourcy. Plutôt zens de nature, ce qui leur confère la sym- leur souhaiter : Bon vent ! confiance », analyse modestement Patrick. Car, si l’on s’adres- pathie et l’estime de tout leur groupe, ils restent rigoristes,

I

Belle fin de saison pour Mati Compétition Virage en épingle parfaitement négocié lors du dernier Rallye du Cathare

Une 4ème place méritoire au rallye des Fenouillèdes confirme l’équipe dans un bel optimisme : le bon compromis au niveau du réglage des

freins a enfin été trouvé. L’année aurait dû se terminer par une action barcarésienne, mais malheureusement, pour des raisons administratives, Mati n’a pu participer au Téléthon comme en 2005, prestation bénévole, bien entendu, et qui avait connu un franc succès. Une réunion des membres de l’association est prévue durant la saison d’hiver afin de réviser l’auto et les équipements, et de programmer ses participations aux courses 2007. Il faudra également changer l’aile droite et réparer le train avant droit suite à une sortie de route lors d’une spéciale du Rallye des Fenouillèdes. Grâce à l’assistance qui a su réparer rapidement, la voiture a pu finir le rallye. L’équipe d’assistance, cette année, n’a pas chômé sur les différentes courses, la patte d’embrayage au rallye du Vallespir, le réglage des freins durant le rallye des Cathares, un contrôle du train avant, un pare-choc et une aile à redresser au rallye du Fenouillèdes. L’équipage tient à remercier Rémi Delcayre, Stephan

Ortin et Nicolas Anastasi qui ont fait un travail formidable en très peu de temps tout au long de cette saison. On cite souvent l’équipage mais c’est aussi grâce à l’assistance, qui est présente avant, pendant et après les courses que le véhicule de course arrive à rivaliser avec ses concurrents. Le début d’année se traduit par la recherche de partenaires afin de clôturer le budget 2007. Le nouveau règlement permet d’installer de plus en plus de matériel sur les voitures, développant ainsi énormément leurs performances, mais toutes ces modifications ont un coût élevé. Les membres de Mati Compétition remercient ici tous leurs partenaires financiers qui leur permettent de prendre le départ et plus spécialement les 7 sociétés du Barcarès qui les soutiennent depuis plus de 4 ans. Pour tous les entrepreneurs ayant envie de donner une image sportive à leur société, une adresse : http://www.maticompetition.com ou un contact : Laurent MATIGNON au 06.76.90.17.83

Bouger, c’est la vie ! C’est en tout cas l’un des moyens de se sentir bien dans son corps, et cela, à tout âge. Si votre santé vous le permet, n’hésitez pas à rejoindre la gracieuse et nombreuse équipe de la Gymnastique volontaire dans sa salle du stade de la Mer, récemment entièrement réaménagée par la municipalité. Plusieurs cours par semaine vous y sont proposés, par trois animateurs différents. Vous pourrez également vous initier à la danse orientale ou rejoindre l’atelier de marche active créé en janvier.

Bouger,...dans la joie et la bonne humeur

Horaires : Lundi 10h /11h : tous publics ; 18h15/19h15 : tous publics ; 19h30/20h30 : jeunes Mardi 17h45/18h45 : stretching; 19h/20h : stretching Mercredi 9h à 10h: tous publics Jeudi 18h15/19h15 : gym douce ; 19h30/21h : gym active

SNSM : Remise de diplômes au centre de formation es premiers diplômes de la nouvelle école de formation de la SNSM ont été remis le 8 février aux élèves ayant passé l’AFPS (Attestation de Formation aux Premiers Secours), ainsi que des attestations de formation continue pour les élèves ayant opté pour le CFAPSE. Les jeunes gens présents ont été félicités pour leur sérieux. A leur tour, les élèves ont remercié le staff enseignant, M Laurent Bobo, instructeur national et M Roger Mas, responsable de la formation, ainsi que M Bernard Serna, directeur du centre de formation, pour la qualité des cours et la motivation des pédagogues. Ces premiers quatorze diplômes font donc partie de la première série d’examens organisés au Barcarès et seront suivis au printemps par le BNSSA (Brevet National de Sauvetage et de Sécurité Aquatique), également préparé ici. Tous les jeunes gens motivés par ces formations peuvent déjà s’inscrire pour la rentrée prochaine auprès de M Roger Mas au 06 60 12 13 01.

L

10

Le staff formation et Sabine la trésorière adjointe(ext g) parmi les jeunes diplômés.


Record « O » 66 : Expo-concert pour la lutte contre l’hémochromatose

Décollage du CNB Voile écidément, ça bouge au CNB Voile ! Après la remarquable 3ème place de l’équipe du O Barcarès au Championnat d’hiver, voilà maintenant que le président du club, Marc Loinard est nommé président du Comité Départemental de Voile. Certes, ce dernier challenge est plus stratégique que sportif, mais il était tout aussi incertain…Les enjeux et conséquences de cette élection, ainsi que les différentes actions menées par le bureau du CNB Voile au niveau régional, peuvent se révéler importants pour notre ville, qui serait ainsi à même de retrouver la place et la renommée qu’elle mérite en tant que cité lacustre. Pour l’heure, l’association nous informe de la tenue de son Assemblée Générale le 19 janvier. Dans les grandes lignes de l’année écoulée : le nettoyage façon tornade blanche réalisé par les membres sur le parc bateaux qui a permis de dégager 20 places de BER supplémentaires, le nouveau moteur de 50 CV du bateau comité et mouilleur en régate en remplacement de celui qui a été dérobé en avril 2005, le lifting complet

D

de l’habitable et l’achat de 5 voiles d’occasion. Au rayon super bonnes nouvelles, les excellents contacts avec la municipalité et la Capitainerie qui ont permis des avancées fulgurantes : mise à dispositions de places au port St Ange, en hors saison pour l’habitable et dans l’avantport en période estivale ; création d’un challenge habitable au printemps avec accueil d’autres bateaux régatiers des ports voisins ; création d’une activité Ecole de Sport Nautique le mercredi sur le bassin de la zone technique. En raison de la résurgence du club et de la motivation de ses membres, le parc à bateaux va être refait par la commune et des places sur le quai de La Coudalère vont être attribuées au CNB Voile, distinctement de celles de l’UCPA. Enfin, cerise sur le gâteau, la municipalité s’est engagée à financer l’acquisition d’un Classe 8 qui sera mis à la disposition du Club. De quoi faire voguer le CNB Voile vers une place de leadership de sa discipline… c’est en tout cas ce dont rêve, les yeux grand ouverts, Marc Loinard.

L’équipage UNSS du O Barcarès Avis aux voileux de tous bords Deux régates seront organisées au Barcarès le 22 avril et le 6 mai (pendant le Barcagliss). L’inscription des navires débutera le 15 mars. Contact : 04 68 35 34 41 ou 06 68 54 68 18 E-mail : marcloinard@hotmail.com ( communiquer votre adresse Internet pour les inscriptions et conditions) Tarif unique de 25€ par bateau et par journée.

Communiqué de l’UBAC Assemblée Générale 2007 e dimanche 21 janvier à 10h30 s’est tenue l’Assemblée Générale de l’UBAC à l’auditorium de la Maison des Associations, devant une nombreuses assistance et en présence du général Josz, président départemental du Souvenir Français, de M Ripoll, président départemental des Médaillés Militaires, de M Bocquel, président de l’Amicale des Anciens de la Légion Etrangère des P.O. et de M Carminati, adjoint au maire. Après les rapports De g. à d. : MM Gauthey, Sandra, Favre, moral et financier, Paul Montgaillard, Montgaillard, Josz et Carminati président de cette assemblée, a tenu dans une allocution ferme, à honorer la date du 5 décembre, comme date officielle pour celles et ceux qui sont morts pour la patrie en Afrique du Nord, et après le 19 mars 1962. Il a également appelé les membres de l’association à adhérer au Centre Départemental

L

de Mémoire destiné aux jeunes et qui verra le jour en 2008. Ensuite et conformément aux statuts, le Comité Directeur a démissionné pour être reconduit à l’identique et à l’unanimité. Soit : Présidente d’honneur : Mme Ferrand, maire du Barcarès, Président : Paul Montgaillard, Président délégué : Fernand Sandra, Vice-président : Gilbert Favre, Secrétaire : Pierre Gauthey, Trésorier : Bruno Disastri. M Josz a alors pris la parole et rappelé que l’Assemblée Départementale du Souvenir Français se tiendra le 16 septembre 2007 au Barcarès. M Carminati a félicité l’UBAC pour l’organisation impeccable des cérémonies officielles et son exemplarité dans le monde des combattants. Puis, le président a remis à M Josz, Mme Ferrand, M Favre, M Gauthey et M Croas la médaille et le diplôme d’honneur de l’association, avant d’inviter toutes les personnes présentes à un sympathique apéritif offert par l’UBAC.

Rendre aux Baladins un hommage… et ce qui leur appartient !

Chaque année, l’association Record « O » 66 organise une exposition-concert au profit d’une association caritative du département. Le 14 avril 2007, la manifestation qui se déroulera au Mas de l’Ille, aura pour thème les années 60. Les bénéfices seront versés à l’association venant en aide aux personnes atteintes d’hémochromatose, maladie génétique se caractérisant par un excès de fer dans le sang, détériorant les organes vitaux de l’organisme (1200 malades potentiels dans les P.O.). Lors de l’exposition, 400 pochettes de disques vinyles et de nombreux livres retraçant les grands succès de l’époque seront à la disposition du public. L’entrée est libre. Un concert des Bottles, groupe départemental ayant pour leader le musicien anglais Berkeley Wright, suivra, rendant un vibrant hommage aux Beatles. Le prix de l’entrée est fixé à 5 €. Vous pouvez réserver vos places auprès de l’Office du Tourisme du Barcarès. L’association Record « O » 66 ouvre cette manifestation aux personnes ou associations désirant exposer, pour, par exemple, vendre ou échanger disques, livres ou tous autres objets (peintures, réalisations artisanales,…) durant cette journée. Les personnes intéressées peuvent prendre contact avec Jean-Marie Rambert, le président de Record « O » 66, au 06 75 20 78 32.

Vide-greniers Des choeurs à l’unisson - en médaillon: M. Gilles THOMAS remet l’argent pour le Srilanka à M. J.L. RAMBALDINI uite à une malencontreuse coquille dans le numéro 57 de L’Ecoute, l’Ensemble Vocal des Baladins s’était vu démunir des 930€ généreusement récoltés lors d’un concert pour l’Asie au profit d’une autre association barcarésienne. C’est donc bien M Gilles Thomas, le président des Baladins qui, lors de la fête de l’Epiphanie, a remis cette somme destinée au village de Kalutara à M Jean-Luc Rambaldini qui se rendait au mois de janvier au Sri-Lanka. A cette occasion, Mme le Maire a remercié et félicité les Baladins pour leur générosité, leur dévouement et leur participation tout au long de l’année aux différentes manifestations barcarésiennes. Un ensemble de ‘cœurs’ Sous la direction du chef de chœur Jean Roux, accompagné au synthétiseur par Virginie Guy, ce groupe chantant et enchantant, profondément soudé, est composé d’une qua-

S

rantaine de choristes. L’association est soutenue par de nombreux membres bienfaiteurs, qui, s’ils ne savent (ou n’osent) donner de la voix, offrent en tout cas volontiers de leur temps et de leur talent pour l’aider dans ses animations (par exemple, pour la construction du char du Carnaval ou la confection d’affiches qu’affectionne particulièrement Jacky Guigard). N’hésitez pas à rejoindre ce bel ensemble vocal ; vous serez chaleureusement accueilli par les membres du bureau élu lors de l’Assemblée générale du 17 janvier : Gilles Thomas, président ; Micheline Martinez, vice-présidente ; Alain Buisson, trésorier ; Stan Wegrzynowski, secrétaire ; Bernadette Guigard, secrétaireadjointe. Contact : 04 68 50 36 98 ou par e-mail : baladins.barcares@orange.fr . Siège social : Hôtel de Ville- Bd du 14 juillet- 66420 Le Barcarès.

Le grand vide-greniers de printemps organisé par l’association «les Baladins du Barcarès» aura lieu le dimanche 15 avril sur le parking des Régates, entrée cours de la Méditerranée. Tarif : 10€ les 5m avec voiture, 6€ les 4m sans voiture payables sur place. Pas de réservation préalable.

11


JEUNESSE Qui a dit que les vacances étaient faites pour se reposer ? la Maison des Jeunes, les vacances ont rimé avec vitesse, vitesse et encore vitesse ! Vitesse sur glace avec un après midi patinoire (carrément givrant) , vitesse sur écran avec « t4xi » (décoiffant et hilarant), vitesse sur piste avec une course de karting à Torreilles (décapant). Après tous ces efforts physiques, la farniente a pris la relève, aidé il faut le dire, par un temps quasi printanier. Au programme, tournoi de pétanque sous le soleil, puis après midi récréatif où nous avons joué à des jeux de société. Puis, place à la gourmandise, avec au menu de délicieuses crêpes !!! Et enfin, pour digérer tout ça, il ne nous manquait plus qu’un week-end au Puigmal où nous attendaient des pistes, enfin enneigées !!

A

C’est à 8h, ce vendredi 23 février 2007, que le départ a été donné.

Des enfants sages

En tête, Fatima qui a frôlé l’excès de vitesse…

En voiture !

Les ados font du ski n soleil radieux nous a accueillis. Sur place, on s’organise : répartition des chambres, essayage du matériel, puis repas pris en bas des pistes. Détente, bronzette, on se repose avant d’attaquer les descentes. Ce premier jour est aussi une découverte pour Mélanie, Maëva, Tressy, Jordan, Osman et Raphaël. Après l’apprentissage, qui se déroule sous l’œil attentif de leur moniteur, les voilà prêts le lendemain à faire le grand saut sur des pistes un peu plus difficiles. Pour les confirmés, un petit rappel des bases, des règles de sécurité et c’est parti pour les pistes rouges. Le soir, après une bonne douche et un repas vite englouti (le grand air ça creuse!) c’est quartier libre avec une petite provision de gâteaux et bonbons. Jeux de société, papotage dans les chambres, disco dans la salle commune, bref, chacun a trouvé son compte. Minuit : extinction des feux, car le lendemain une nouvelle journée sportive nous attendait.

U

7h30 : après une nuit un peu courte, debout! On s’active, on refait les sacs, rangeons les chambres. 8h30 : petit déjeuner copieux et à 9h, à nous les dernières glissades du weekend et ce, jusqu'à 16h00. 16h30 : fatigués, nous retournons vers le Barcarès. 17h30 : la moitié du groupe s’est endormie dans le bus, les autres écoutent leurs lecteurs de musique, et c’est dans le calme que nous arrivons à destination. Un week-end au ski trop vite passé mais qui nous remplit d’agréables souvenirs. L’année prochaine, c’est promis, on partira 4 jours. Si tu veux toi aussi participer aux prochaines animations mises en place par le PIJ-MJ, viens t’inscrire en Mairie, auprès de Mme Odile Canal.

On reconnaît les « pros » !

En avant !

Pas facile de garder la pose…

Le club des 5 au Village des Pêcheurs

Et si tu essayais le futsal ? Le 8 février 2007, le P.I.J-Maison des Jeunes du Barcarès a ouvert ses portes à une formation destinée au personnel encadrant des Points Information Jeunesse du Département, engagés dans le projet Futsal 2007, conjointement mené par la Fédération Française de Football et le Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la vie Associative. Cette journée, qui se présentait sous la forme de différents modules théoriques et pratiques, a rassemblé près de 23 responsables et animateurs de P.I.J, afin de les sensibiliser à la pratique du Futsal au sein de leurs structures. M Chaussier, inspecteur de la Direction Départementale Jeunesse et Sports, assisté de M Prat conseiller technique, ont souligné toute l’importance de ce

Les participants à la journée de formation au futsal. En rouge, les formateurs, MM Prat et Chaussier projet qui vise en premier lieu à favoriser une mixité fille-garçon associative mais également sociale, en engageant des équipes mixtes d’ados dans le tournoi départemental. Cette discipline particulière véhicule aussi des valeurs sportives telles que le respect d’autrui, l’esprit d’équipe, ou encore le bon comportement face à l’adversaire. Durant les différents matches programmés pendant les vacances de Pâques, les jeunes participants pourront mettre en vie ces valeurs. Outre l’intérêt pédagogique, ce projet

doit permettre de modifier leur approche du rapport à l’autre, en créant des liens avec les membres des autres équipes engagées, et plus sûrement avec ceux de leur propre équipe. Au Barcarès, Fabien Mérignac, animateur du PIJ, met actuellement sur pied une équipe, que peuvent intégrer tous les garçons et les filles de 12 à 15 ans. Les entraînements ont lieu le mercredi et le samedi. Renseignements auprès de Fabien , PIJ, au 04 68 86 11 64 , poste 151.

Le journal “L’Ecoute” est un mensuel édité par la Mairie du Barcarès. Directeur de publication : Joëlle FERRAND- Rédaction : Françoise PELTIER, Claudie CUADRADO, Séverine GARCIES

12

Un petit coup de fatigue

Des jeunes attentifs aux explications de Régis Pujol, responsable de la construction des baraques de pêcheurs ors des récentes journées mondiales des Zones Humides, cinq adolescents ont tenu à participer au voyage dans le temps proposé par les membres de Velatina au Village des Pêcheurs. Mme Du Mouza leur a présenté « Praia », majestueux cotre qui trône depuis quelques semaines dans les eaux de notre port. Steven, Johnny, Osman, Raphaël et Jordan se sont même proposés pour une aide sur le chantier de rénovation avec, à la clé, la récompense suprême d’une petite croisière à bord du superbe navire qu’ils ont visité. Si les autorisations nécessaires sont accordées, pourquoi pas ?

L

P.A.O. : SAJE CONSEIL - Impression : IMPRIMERIE DU MAS - Photos : Mairie, O.M.T . Tirage : 3000 ex. - Dépôt légal en cours.


L'Écoute n°58 - Février / Mars 2007