Issuu on Google+

Viktor Gardsäter / Xavier Brisoux / David Cousin / Cécile Toulza / Laurence Guenoun / Aldo Nonis / Adelaide Ivánova / Nishi / Philippe Bernard / Sidonie Koch / Suze Myers / AK-LH / Antoine Huot / Mohamed Kahouadji

ISSUE 170510


S O M M A I R E


DAY BY DAY

PLACES

SILENCE

TRANSMISSION

TRANSPARENCE

REVERIES

DOLL

« DIARY » de Viktor Gardsäter INTERVIEW de l’artiste Xavier Brisoux

« VU EN VILLE » de David Cousin INTERVIEW de l’artiste Cécile Toulza

« GARDIENNES » de Laurence Guenoun INTERVIEW de l’artiste Aldo Nonis

« MY GRANDMOTHER » de Adelaide Ivánova INTERVIEW de l’artiste NISHI

« DEGENERES » de Philippe Bernard INTERVIEW de l’artiste Sidonie Koch

« INFINITY » de Suze Myers INTERVIEW du studio de création AK-LH

« DOLLSTAR » de Antoine Huot INTERVIEW de l’artiste Mohamed Kahouadji


DAY BY DAY


&

INTERVIEW « DIARY » de Viktor Gardsäter INTERVIEW du styliste Xavier Brisoux


V I K T O R G A R D S Ä T E R

DIARY UN JOURNAL… Je pense que le journal que je tiens sur mon site internet est extrêmement important pour mon art. Il y a un forum où je publie mes photos quotidiennement. Si je n’avais pas ce forum, je suis sûr que je ne me baladerais pas avec ma caméra à l’épaule 24 heures sur 24 comme c’est le cas aujourd’hui. C’est également l’endroit idéal pour publier des photos qui n’ont pas leur place dans le portfolio mais qui ont quelque chose d’intéressant. Dans le cas contraire, beaucoup de mes clichés resteraient sur mon disque dur ou sur négatif. LES GENS… Ma photographie aborde parfois des sujets comme la solitude dans les grandes villes, la recherche du sens de la vie et du bonheur. Il y a tellement de gens, et c’est si dur de créer un lien. PROJETS… J’ai un projet de livre et une série de photos de plateau en route, mais je n’en suis qu’au début. Je travaille également sur un scénario. Je vous préviendrai quand j’aurai terminé !


A DIARY… I think that my diary on my site is extremely important for my photography. It is a forum for my daily pictures and if I didn’t have that forum, I’m sure I wouldn’t have a camera on my shoulder 24/7 witch I have now. It’s also a great place to put pictures that doesn’t fit into the portfolio but still got something. Otherwise a lot of them would just stay on a hard drive or as a negative. PEOPLE… My photography often deals with topics such as loneliness in the big city and the search to find meaning and happiness. There are so many people, still so hard to connect. PROJECTS… I have a future book project and a film still-series project going on, but it’s still very early in the process. I am also working on a film-script. I let you know when it finished! http://www.gardsater.se/


X A V I E R B R I S O U X

INTERVIEW DES MATIERES ? La laine d’abord, parce que ça me semble être l’essence même de la maille. Le cachemire quand je n’ai pas besoin d’être dans des réalités de prix trop serrés, car c’est la fibre la plus légère et douce mais aussi la plus chaude. Plus récemment, un fil de nylon transparent pour jouer sur des « absences » et pour la lumière que ce fil crée. TON INSPIRATION ? J’ai besoin d’une histoire pour commencer une collection, il faut que je me l’approprie, que je puisse en « raconter » ma version à travers les pulls que je crée. L’inspiration peut donc venir d’un conte, d’un mythe, mais aussi de notions plus conceptuelles comme l’idée du temps qui passe. Dès que je perçois une certaine poésie je suis inspiré. Même la physique quantique a été à l’origine d’une collection ! À cela s’ajoute l’envie de réinventer certains classiques des vêtements de maille, dans la forme, dans les points, de jouer des codes et de les détourner. Pour cet été j’ai envisagé l’absence comme donnant du sens aux choses. En jouant avec les transparences, j’ai évoqué des pièces du vestiaire qui n’étaient pas là, comme un débardeur dessiné sur le pull. Pour l’hiver prochain c’est le mythe de Pénélope qui tapisse le jour et détapisse la nuit qui a été au démarrage de la collection. TES PROJETS ? En plus de travailler sur la collection de l’été 2011, qui sera basée sur l’idée « tout ne tient qu’à un fil », je suis en train de développer un accessoire pour le site adam&eve projects, et une collaboration avec un autre artiste de cette communauté est en préparation.


YOUR MATERIALS ? The primary material is the wool, because it has the similar essence and characteristics as mesh. I used to use cashmere, when I did not need to be so frugal. The cashmere fiber is the lightest and gentlest, but also the warmest. More recently, I’ve been using a transparent nylon thread to play on the transparency and the light that the threads create. YOUR INSPIRATION ? I need a story to start a collection; I take the story, then I express my own version through all the sweat and work that I create. Inspiration can come from a tale, a myth, but also more conceptual notions such as the idea of passing time. As soon as I sense a certain poetry, I am inspired. Even quantum physics have been the source of a collection. Along with all this, I desire to reinvent the classics of mesh clothing in its form and in its stich; a desire to play around with the codes and turn all the rules inside out. For this summer, the concept of ‘absence’ will be giving meaning to the collection. In playing with ‘transparency,’ I evoked classic pieces that are not worn in the typical sense, such as a tanktop drawn over a sweater. For the next winter collection, I was really inspired by the myth of Penelope, veiled by day, unveiled only by night. YOUR PROJECTS ? I am working on the summer 2011 collection, which will be based on the idea “everything only holds together by a thread.” I am also in the process of developing enhancements to the site Adam&Eve Projects. A collection with an artist of this community is also in preparation. www.xavierxbrisoux.com


PLACES


&

INTERVIEW « VU EN VILLE » de David Cousin INTERVIEW de l’artiste Cécile Toulza


D A V I D C O U S I N

VU EN VILLE VOTRE INSPIRATION... Mon exploration de la ville et du quotidien s’inspire des travaux des situationnistes au travers de la psychogéographie, de la dérive et du détournement. D’autres auteurs ont contribué à ouvrir et nourrir mon regard : Georges Pérec, Italo Calvino, François Bon, Jean Rolin, Michel Foucault... L’URBAIN... Marcher, éprouver, interpréter, voilà ce qui fonde le cœur de ma démarche. Il s’agit de faire du quotidien une expérience sensible où l’ordinaire ne va plus forcément de soi. Longer les murs, cheminer en bordure. Fouiller le résiduel des rues, le regard aimanté par les couleurs, les formes et la lumière. La ville se dévoile alors dans l’invisible de son décor, pas si familier que ça. VOS PROJETS À VENIR… En parallèle à ma recherche artistique, je réalise de la photographie d’architecture et j’interviens pour des collectivités locales, dans des quartiers d’habitat social, pour engager des interventions artistiques qui impliquent les habitants. Dépayser le regard sur les espaces ordinaires du quotidien, amener les habitants à porter un regard différent sur leur quartier, s’interroger sur ce que ces lieux racontent de la mémoire vivante de ceux qui l’habitent. Quels sont les imaginaires qui s’y projettent ? Voici quelques-unes des pistes qui sont explorées dans le cadre de ce travail. La démarche artistique intervient pour mettre des mots et des images sur ce qui est habituellement tu, et qui constitue pourtant la singularité d’un quartier, pour rompre avec le poids des habitudes qui le banalisent ou avec les images stigmatisantes imposées de l’extérieur, pour provoquer des occasions de rencontres et d’échanges...


YOUR INSPIRATION... My explorations and observations of ‘daily life’ in the city builds upon the work of the situationists through psychogeography and the science of the dérive and the drift. Furthermore, authors such as Georges Perec, Italo Calvino, François Bon, Jean Rolin, Michel Foucault have all opened my eyes and sharpened my vision. THE URBAN… To walk, to experience, to interpret—that is what builds the core of my process. It is about experiencing daily life through your own particular sense and emotions, that the ordinary no longer seems to be so ordinary. To walk along the walls, on the edges of the city. To dig up the residues of the street, to gaze upon the entrancing colors, shapes and lights. The city reveals itself from the invisibility of its décor, that it is no longer so familiar and quotidien. YOUR PROJECTS TO COME… In parallel to my artistic research, I take photographs of architecture, and I reach out to local communities in various social housing areas, in order to engage in artistic ‘interventions’ that involve the people. I strive to disorient people’s perspectives on ordinary, every day landscapes, to encourage inhabitants to see their own neighborhoods in a different way, and to wonder what these places say about the memories of those who inhabit them. The artistic process intervenes to juxtapose words and pictures on what is usually silenced, and what constitutes the uniqueness of the neighborhood. It is an attempt to break with the burden of habits that trivialize and stigmatize images that are “foreign”--imposed from the outside... and also to cause opportunities of meeting and exchange. http://www.vuenville.com


C E C I L E T O U L Z A

INTERVIEW CETTE NOUVELLE SÉRIE... Inspiration urbaine : transformer en couleurs nos structures urbaines avec une bonne dose d’imagination façon «Toulza». TES SOURCES D’INSPIRATION... Ma vie, mon combat quotidien, ma famille. TES PROJETS... Le Salon Art Shopping au Carrousel du Louvre en Juin prochain que j’attends avec impatience et le Salon International des Arts et des Lettres en octobre 2010.


THIS NEW SERIES… An urban inspiration: transforming our colorful urban landscape with a good dose of imagination the “Toulza” way. YOUR SOURCES OF INSPIRATION… My life, my daily struggle, my family. YOUR PROJECTS… There is the Salon--Art Shopping at the Carrousel du Louvre next June which I’ve been waiting with impatience...and the “International Salon of Arts and Letters” in October 2010. http://ceciletoulza.unblog.fr


SILENCE


&

INTERVIEW « GARDIENNES » de Laurence Guenoun INTERVIEW de l’artiste Aldo Nonis


L A U R E N C E G U E N O U N

GARDIENNES CETTE SERIE… Une visite privée de l’Ermitage à St Petersbourg. L’endroit est incroyable, majestueux. Plus de 300 photos avec plusieurs séries qui s’en détachent. Celle-ci en fait partie. CES FEMMES… Dans presque chaque salle, une gardienne. Assise. À côté d’œuvres sublimes. Une grande solitude s’en dégage et parfois un côté totalement décalé. TES PROJETS… D’autres séries, d’autres voyages…


TELL US MORE ABOUT THIS SERIES… This was taken during a private visit to the Hermitage in St Petersburg. It’s an amazing, majestic place. I took more than 300 photos, from which different series stand out. This is one of them. THESE WOMEN, WHO ARE THEY… In nearly all the rooms you can find them seating there, next to wonderful pieces of art. They radiate a sense of solitude and look a bit out of place too, sometimes. WHAT ARE YOUR PROJECTS… More photos, more travelling… http://www.laurenceguenoun.com


A L D O

INTERVIEW

N O N I S

OU PUISEZ VOUS VOTRE INSPIRATION ? Pour la série des « Masques », qui sont au cœur de ma production actuelle, j’utilise un vocabulaire inspiré des masques africains et de masques appartenant à d’autres cultures pour traduire des thèmes contemporains (Le Psy, l’Animateur, l’Aviateur…) ou intemporels (Le Couple). Quand l’œuvre est terminée, je m’aperçois qu’elle véhicule plus de sens que ceux que j’avais voulu exprimer initialement. Elle devient alors, pour moi, un miroir de ce qui me passionne ou m’obsède.

COMMENT PROCEDEZ VOUS ? Je pars généralement d’une image qui me vient à l’esprit, je vois la sculpture en trois dimensions mais elle va évoluer dès que mes mains interviennent pour la réaliser : l’imaginaire se conjugue alors avec l’espace et la matière. Au début, je « fais » la sculpture mais, à un moment donné, la sculpture s’impose à moi, me prend la main et s’installe. Plus elle s’impose à moi, plus elle aura un effet émotionnel sur celui qui la regardera.

VOS PROJETS ? Je travaille actuellement sur un masque qui m’a été « commandé ». C’est une expérience nouvelle qui intègre les attentes du commanditaire dans la génération de l’œuvre. Par ailleurs, je découvre l’univers de la joaillerie en travaillant avec Martine Nissen à la transposition en bijoux de l’une de mes œuvres « Le Couple ».


WHAT IS THE PROCESS ? I usually begin with an image that comes to my mind naturally; I see the sculpture in three dimensions but it evolves as soon as my hands intervene to create it: the imagination thus works with space and matter. In the beginning, I “create” the sculpture but at some point, the sculpture imposes itself on me; it takes my hands and moves them. The more it affects me, the more the sculpture will have an emotional effect over those who behold it. WHERE DO YOU FIND YOUR INSPIRATION ? For my series called “Masks”, which is the heart and soul of my current production, I use a visual vocabulary inspired by African masks, as well as masks of other cultures to translate contemporary themes (The Psychic, The Leader, The Aviator...), as well as timeless themes (The Couple). When the work is finished, I realize that it conveys more meaning than what I had originally wanted to express. It becomes, for me, a mirror of all the things I love or obsess over. YOUR PROJECTS ? I am currently working on a mask that was “commissioned.” This is a new experience for me, where I have to integrate the expectations of the sponsor into the artistic creations. I’ve also discovered the world of jewelry while working with Martine Nissen in transposing jewelry to one of my works for “The Couple.” Reportage photo @ Philippe Charliat www.nonis-gallery.com


TRANSMISSION


&

INTERVIEW « MY GRANDMOTHER » de Adelaide Ivánova INTERVIEW de l’artiste NISHI


A D E L A I D E I V á N O V A

MY GRANDMOTHER VOTRE GRAND-MÈRE... ...s’appelle aussi Adelaide ! C’est une couturière et une combattante, une Scorpion de 89 ans qui m’a appris qu’il y a toujours une fin heureuse aux évènements. UN SUJET TRÉS PERSONNEL... Mes amants ont toujours été mes sujets préférés. Après tout, ce sont eux qui pimentent ma vie. VOS FUTURS PROJETS… Je travaille en ce moment sur une série représentant des victimes de violences sexuelles dans la haute société.


YOUR GRAND MOTHER... Is also Adelaide, seamstress and fighter, a 89 year old scorpio who taught me that there’s always a happy ending. A VERY PERSONNAL SUBJECT... My lovers are always my dearest subjects. They make life worth it, after all. YOUR FUTURE PROJECT… I’m photographing a series about victims of sexual violence on high society. http://www.flickr.com/adelaideivanova


INTERVIEW QU’EST-CE QUI VOUS INSPIRE ? «Hayaku ningen ni naritai» (c’est-à-dire, « je veux être humain au plus vite »). Cette citation est tirée d’un manga que j’adorais quand j’étais enfant. Youkai Ningen, un monstre inhumain, répétait souvent cette phrase dans les différents épisodes. J’étais beaucoup plus intéressé par la manière dont les personnages étaient dessinés que par les intrigues, aussi intéressantes soient-elles. L’utilisation de l’encre Sumi m’a beaucoup inspiré et poussé à devenir un artiste.

N I S H I

QUELLES TECHNIQUES UTILISEZ-VOUS ? J’utilise des outils et des matériaux variés, comme la peinture en spray et le papier Washi ; toutefois, la plus grande partie de mon travail est réalisée au pinceau japonais et à la peinture Sumi. Le travail ci-dessous, par exemple, a été peint sur du bois. J’aime peindre sur le bois pour deux raisons. Premièrement, j’aime adapter l’image que j’ai dans la tête au grain du bois. Cela a une grande influence sur la manière dont je positionne mon pinceau sur le bois. Deuxièmement, j’aime la façon dont la peinture Sumi agit sur les imperfections naturelles inhérentes à cette matière. La peinture Sumi fait de vous un artiste discipliné, car toute erreur est irrattrapable. Une fois que le pinceau est sur la toile, on ne peut plus effacer ce qu’on a tracé. Chaque coup de pinceau crée son propre style à chaque fois. J’aime cette idée. QUELS SONT VOS PROJETS ACTUELS ? Je suis en train de peindre de nouvelles œuvres.


WHAT INSPIRES YOU ? ÂŤHayaku ningen ni naritaiÂť (or, I want to become human as quickly as possible) This is a quote from a Manga that I liked when I was a kid. Youkai Ningen, an inhuman monster, often said this through out the various story lines. As interesting as the story lines were, I was more interested in how these characters were drawn using Sumi-ink. That was the inspiration to become an artist. WHAT TECHNIQUES DO YOU USE ? I use various tools and materials, such as Spray paint and Washi-paper, however, most of my work is created using a Japanese brush and Sumi-paint. The work featured above, makes use of a wooden canvas. I like using this canvas for two reasons. Firstly, I like the interchange with the image I have in my head, and the way the grain of the wood acts as a frame, and influences how I put the picture on to the wood. Secondly, I like how the Sumi-paint interacts with the natural imperfections inherent in this medium. Sumi-paint makes you a disciplined artist, as it is unforgiving of errors. Once the individual brush stroke is on the canvas it cannot be undone . One stroke creates it`s own style every time. I like that feeling. WHAT ARE YOUR CURRENT PROJECTS ? I am making a new art works. www.myspace.com/nishi89


TRANSPARENCE


&

INTERVIEW « DEGENERES » de Philippe Bernard INTERVIEW de l’artiste Sidonie Koch


P H I L I P P E B E R N A R D

DÉGÉNÉRÉS COMMENT EST NEE CETTE SERIE ? J’ai une fascination pour la clarté et le blanc ; le blanc qui émerge. En photographie, le blanc, c’est le plein de lumière, la saturation, l’overdose. Je suis attiré par ce blanc-là, vain témoignage de ce qui a été. Tout à la fois un éblouissement et le signe d’une disparition. Cette série est née au début de l’été 2008. Tranquillement installé chez des amis, je me détends. Le soleil, implacable, marque bien les ombres sur le sol. Peu à peu, ma perception des choses se modifie. Les bruits s’estompent, l’environnement se dissipe. Seule la lumière me parvient, écrasante. Mentalement, je la détourne ; elle efface les éléments alentour, ne laissant poindre que les spectres de nos ombres. Poussé par la nécessité, je les photographie. À ce moment-là, les couleurs vives ne sont pas encore apparues. Mais j’ai conscience que s’ouvre un grand champ des possibles. Je viens de passer la frontière des apparences pour basculer de l’autre côté, dans un autre monde plus intérieur. La lumière a effacé les traces tangibles du visible pour mieux révéler l’intériorité des ombres, offrant ainsi une réinterprétation du sujet. LA SÉRIE DÉGÉNÉRÉS, CE N’EST QUE DE LA TECHNIQUE ? Les images parlent d’elles-mêmes. La technique n’est qu’un outil au service d’une finalité. J’aurais très bien pu les construire en peinture ou avec de la matière, comme me l’a suggéré une commissaire d’exposition. Pourtant, dans cette série, la technique fait également partie de la démarche. Elle utilise les mêmes chemins que ceux empruntés lors de la lecture de l’image. Via la surexposition, l’excès de lumière enlève ce qui appartient au domaine du visible et fait apparaître ce qui est dans l’ombre. C’est ce même processus d’effeuillement qui se retrouve dans notre perception des images ; elles montrent l’intériorité humaine, comme si chaque individu avait été défait de ses couches. D’un côté la face cachée des ombres, de l’autre la face cachée de l’homme. Technique et œuvre se rejoignent. DES PROJETS ? Je continue à explorer l’univers des Dégénérés et de leur intériorité : des parties de corps, des confrontations, des mises en contexte, … Je propose des créations qui mêlent performance et arts plastiques. « Âme à corps » fait vivre au public des expériences qui leur permettent de se rencontrer intimement sans se voir. Je collectionne et associe des photos vernaculaires.


HOW WAS THIS SERIES STARTED? I am fascinated by clarity, by the colour white. In photography, white means full light, saturation, overdose. I am attracted to this colour, at the same time dazzling and trace of a disappearance. This series was born in the summer of 2008. I was sitting down with friends, relaxing. A merciless sun was drawing sharp shadows on the floor. Gradually, my vision changed. Noises become faint, my surroundings pale. Implacable light reaches me. In my mind, I push it away. It erases whatever is around me, and only lets through the shadows. I feel the need to “photograph” them. At that point, the vibrant colours do not exist yet. I am aware of a great many possibilities though. I have just walked across the realm of appearances towards a world that is more personal. The light has somehow erased the tangible marks of the visible to better reveal the interiority of the shadows, thus presenting us with a reinterpretation of the subject. IS THIS SERIES ABOUT TECHNIQUES? The images speak for themselves. Any technique is but a tool, I could have created them with paint or other media, as a curator suggested to me. In this series, however, the technique is an integral part of the work. The reading of the image uses the same methods. The excess of light due to over-exposure takes away the visible and brings forward what is in the shadows. It works the same way as our human process of layering an image; it shows what is inside, as if each individual had had their layers taken off. On the one hand the dark side of shadows, on the other hand the dark side of humanity. I think that technique and concept do meet in this series. WHAT ARE YOU PROJECTS? I carry on exploring the Dégénérés universe: parts of bodies, confrontations, contextualization… I offer creations that mix together visual and performance art. “Ame à corps” allows the public to meet themselves without seeing themselves. I also collect and associate vernacular photographs. http://phili.ber.free.fr/


S I D O N I E K O C H

COLLAGES TES SOURCES D’INSPIRATION ? Tout ce que je vois, que je vis, que j’entends, que j’avale dans ma tronche, en passant de la petite info pathétique et mémère du journal de 13h00 jusqu’au truc qui va engendrer de grosses, mais alors très grosses, conversations super méga musclées avec mes potes… En général, tout est bien qui finit bien mais j’exorcise et me calme sur un collage. TON UNIVERS ? Mon univers est fait de l’utopie d’un monde virtuel dans lequel je respire jour après jour, et qui me fait avancer tant bien que mal là où je veux aller… Comme j’aime aller jusqu’au bout des choses, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, je m’en prends en général plein la tête… Mais j’ai ma fille, ma famille et mon chien pour me ramener sur Terre quand besoin est. TES PROJETS ? Travailler à créer beaucoup plus que je ne le fais actuellement, coller coller coller !!!!!!!! Et m’investir à fond dans le collectif Atelier MGE aussi... Partir à la recherche d’artistes indépendants et passionnés est pour moi passionnant, donc je vais m’investir à fond dans cette direction ! À bon entendeur....


YOUR SOURCES OF INSPIRATION ? All that I see, experience, hear, inhale, breathe—in the telling of the small, banal bits of information, to my grandmother’s stories from the 1:00 afternoon paper, all the way up to the thing that gives prolific birth, to the conversation of gigantic proportions with my mates. In general, all is well that ends well, but I can exorcize and calm myself down when working on my collages. YOUR WORLD ? My world is created from the utopia of a virtual world in which I breathe day after day, and that vision somehow keeps me going to where I want to go. Yet as I like to finish things, whether they are good or bad, I somehow let it all go to my head. However, I have my daughter, my family and my dog to bring me back to Earth when necessary. YOUR PLANS ? To work harder and create much more than I do right now: to paste, paste, paste!!!!!!!! and to fully invest myself in the collective studio MGE... To set out and find independent artists and enthusiasts is exciting for me, so I am going to push myself in that direction... if you catch my drift. http://lescollagesdesid.blogspot.com/


REVERIES


&

INTERVIEW « INFINITY » de Suze Myers INTERVIEW du studio de création AK-LH


S U Z E M Y E R S

INFINITY VOTRE INSPIRATION ? Je suis inspirée par tout ce qui m’entoure : la ville que j’habite, les livres que je lis, les endroits où je voyage et surtout, les gens qui partagent ma vie... A PROPOS DE VOTRE SERIE : INFINITY. Quand ils sont rassemblés, ces clichés représentent les moments de ma vie où j’ai ressenti le caractère infini du monde. Il y a eu des moments où je me suis sentie vivante, invincible, presque immortelle – la jeunesse même. J’ai pris tous ces clichés le même été, l’été où j’ai enfin ouvert les yeux et vu de la beauté dans tout. À travers ces photos, je me suis rendu compte que même les choses les plus simples, naturelles, et décrépies avaient toutes une beauté propre quand on les regardait d’une certaine manière. Elles ont été prises dans les lieux les plus ordinaires – une piscine, une baignoire, un champ à côté d’une autoroute – cependant chacune d’elles m’a permis de voir mon propre monde de manière différente. C’est pour moi le sentiment d’une perspective nouvelle et éclairée qui ne peut être décrite qu’en un seul mot : infinité. PROJETS A VENIR, SOUHAITS POUR LE FUTUR ? Je n’ai pas vraiment de projet à venir, mais je voudrais produire une autre série dans la même veine qu’ « Infinity ». En ce qui concerne mes souhaits, tout ce que je veux c’est continuer à prendre des photos jusqu’à ce que mort s’en suive. Faire ce que j’aime jusqu’à la fin : c’est tout ce que je peux souhaiter.


INSPIRATION ? I am inspired by everything that surrounds me—the town I live in, the books I read, the places I travel, and most importantly, the people in my life. ABOUT THE SERIE: INFINITY These photographs, when put together, represent times in my life where I have felt that the world is infinite. They are moments when I have felt alive, invincible, and as if I could live forever—the quintessential elements of youth itself. They were shot over a single summer, the summer that I began to open my eyes and see beauty in everything. Through these photos, I was able to see that simple, natural, even ordinary and decrepit things all had a definite beauty when looked at in certain manner. They are taken in the most ordinary of places—a swimming pool, a bathtub, even a field on the side of the highway—yet each and every one of them has allowed me to see my world in a different way. It is this feeling of a brightened and new perspective that can only be described by a single word: infinity. UPCOMING PROJECTS, WISHES FOR THE FUTURE ? I don’t have any official projects coming up, but I plan to create another series simliar to “Infinity”. As for my plans for the future, I just want to continue taking photographs for the rest of my life. I think that is all I can ask for and more: to do what I love until the day that I die. http://www.flickr.com/photos/ohsuzette/


INTERVIEW VOTRE STUDIO DE CREATION ? Studio de création et d’éditions graphiques créé à Paris en 2008, AK-LH apporte une note de fraîcheur contemporaine dans le monde de la décoration d’intérieur. Entre graphisme, peinture et art urbain, son style atypique et innovant provoque les sens et porte un regard neuf sur les arts décoratifs.

A K L H

VOS SOURCES D’INSPIRATION ? Nos sources d’inspiration sont l’humain, la vie, le monde en mouvement, nos mondes imaginaires... et, bien sûr le graphisme actuel, différents mouvements picturaux comme le surréalisme, le pop art, le nouveau réalisme, le street art et bien d’autres artistes, de Jérôme Bosch à Picasso. VOS PROJETS ? En termes de projets, la nouvelle collection de linge de maison Garden, de nouveaux modèles de trousses et 3 nouveaux Aklhètes seront présentés aux professionnels lors du prochain salon Maison & Objet. La présentation presse de la collection Garden est prévue pour le mois de juin dans une galerie parisienne. La collaboration avec Branex Design se renforce avec de nouveaux projets communs. Et des projets de collaboration avec d’autres interlocuteurs sont également en cours.


YOUR ART STUDIO ? My studio for designs and graphic publications was established in Paris in 2008. AK-LH brings a fresh, contemporary touch to the world of interior design and decoration. Between graphic design, painting and street art, it’s atypical and innovative style provokes the senses and brings a new persective on the decorative arts. YOUR SOURCES FOR INSPIRATION ? Our sources of inspiration are human beings, life, the changing world, our imaginary worlds...and of course contemporary graphic designs, different artistic movements such as surrealism, pop art, new realism, street art and plenty of other artists from Jérôme Bosch to Picasso. YOUR PROJECTS ? In terms of projects, there is the new linen collection frm the Garden house, new model kits, and three new Aklhètes will be presented to professionals during the next salon of Maison & Objet. The press conference of the Garden Collection will take place in June, at a gallery in Paris. The collaboration with Branex Design grows stronger with the new, joint projects. Collaborative projects with other stakeholders are also underway. http://www.ak-lh.com


DOLL


&

INTERVIEW « DOLLSTAR » de Antoine Huot INTERVIEW de l’artiste Mohamed Kaouhadji


A N T O I N E H U O T

DOLLSTAR UNE HISTOIRE TRISTE... Sans vouloir trop en dire sur la fin, il y a volontairement une alternative optimiste proposée au spectateur. Cette histoire très triste peut bien se finir et, même si elle nous emporte dans une ambiance sordide et cruelle, elle est racontée avec une certaine poésie, la version longue est sur mon site. L’ANTI MODE... Ou l’image de rêve qu’ont ces jeunes filles qui, finalement, ne veulent qu’une chose, être aimée. Ce sont généralement les plus belles qui ont le moins confiance en elles, alors un métier qui leur offre sur un plateau brillant, des millions de regards... Mais à quel prix. TES PROJETS... Pleins de séries sur papier, il faut les moyens et le temps. Sinon je suis de très près l’évolution de la vidéo dans les reflex numériques, la possibilité de faire des histoires avec une qualité cinéma m’excite.


A SAD STORY… I don’t really want to spoil the ending, but I deliberately offer the viewer an optimistic alternative. This sad story, told with poetry, can end well and takes us on a cruel and sordid journey. You can see the long version on my site. ANTI FASHION… Yes, it is the dream these young women share and who, after all, only want to be loved. Generally, it is always the prettiest who have the least self confidence, so a job that offers them a shining pedestal to face millions of admiring gazes… but there is always a price to pay. WHAT ARE YOUR PROJECTS… I’d like to do loads of series on paper, but I need time and funding for that. Otherwise I am closely following the evolution of video capacities in digital cameras; I am quite excited at the prospect of creating stories with a quality that approaches that of cinema. www.antoinehuot.com www.photographe-architecture.net


M O H A M M E D K A H O U A D J I

INTERVIEW TES SOURCES D’INSPIRATION ? Les mangas, les jeux vidéos, la B.D. (Enki Bilal), le pop art, le surréalisme (Magritte, Dali), la figuration narrative (Rancillac, Erro), le monde dans lequel nous vivons. COMMENT CREES-TU? TA TECHNIQUE ? Je peins à l’acrylique, bombes et encres. Je réfléchis mes maquettes plusieurs mois à l’avance pour les grandes toiles, puis j’apporte quelques modifications au fur et à mesure de mon avancée. Je m’inspire du monde qui nous entoure, les pubs, l’actualité. J’aime quand les toiles racontent une histoire. TES PROJETS ? Une exposition à Berlin, une au centre d’art contemporain de Salzbourg, une galerie parisienne l’année prochaine.


WHAT ARE YOUR SOURCES OF INSPIRATIONS ? Mangas, video games, graphic novels (Enki bilal), pop art, surrealism (Magritte, Dali), figurative narration (Rancillac, Erro), the world we live in. HOW DO YOU CREATE, WHAT IS YOUR TECHNIQUE ? I paint with acrylic media, with spray and ink. I think about the maquettes a few months beforehand for the large format work, and then I modify slightly while I progress. I am inspired by today’s world, the adverts and the news. I like it when the work tells a story. WHAT ARE YOUR PROJECTS? I have a show in Berlin, one at the Centre for Contemporary Art in Salzburg and I’ll be contracted with a gallery next year. http://www.mohamedkahouadji.com


Ont participé à ce numéro : Laurence Guenoun : Directrice de Publication Vanessa Coquelle : Rédactrice en chef Jörg Fischer : DA / Graphiste Candice Nguyen : Communication & Publicité Éric Battistelli : Charge du Mecenat Mathieu Drouet : Contremaitre / Webmaster Antonin Varnusson : Iconographe Christophe Dillinger : Traduction Erin Kim : Traduction Thomas Branconier : Traduction Colette Blanc : Correctrice Français Photo Couverture : Eleonora Strano ©

Plateformag Copyright 2010 Tous droits réservés Toutes les images, photos diffusées sur Plateformag appartiennent à leur auteurs respectifs



Numero 17