a product message image
{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade

Page 1

ROBOTS

PLANÈTE

MARS - AVRIL 2020 - NUMÉRO 62

LE MAGAZINE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

SPÉCIAL

CES L’I.A. 2020 ET LA 5G

10 ANS

AU COEUR DE L’INNOVATION

NAO, Asimo, Partner, Atlas... RETOUR SUR 10 ANS

planeterobots.com

L 11849 - 62 - F: 6,50 € - RD

DE ROBOTIQUE

DOSSIER SPÉCIAL

LES ROBOTS MARCHEURS BIPÈDES, QUADRUPÈDES, EXOSQUELETTES...

LES ROBOTS D’OCCASION en 2020

LES ROBOTS DE LA MAISON

Cuisine, aspirateurs…

AVANT-GARDE L’informatique quantique


« — Mais un ordinateur, c’est essentiellement la

même chose qu’un robot. — L’ordinateur n’est pas humaniforme et n’impose pas sa présence. Quelles que soient les analogies technologiques, ils constituent, psychologiquement, des mondes différents. » Isaac Asimov (Écrivain) – Les Robots et l’Empire (1988)

é di t o

Je n’en reviens toujours pas d’avoir déjà passé plus de dix ans sur Planète Robots. Nous en avons écumé des salons, des constructeurs et des conférences pour vous rapporter les dernières nouveautés en matière de robotique, mais aussi à propos de l’ensemble des nouvelles technologies du futur : impression 3D, réalité virtuelle, voitures autonomes ou volantes et même tourisme spatial. Nous avons à cœur de vous transmettre l’état de l’art technologique de ce que pourrait être notre vie quotidienne dans un an, cinq ans ou vingt-cinq ans. Certes, celui-ci change presque quotidiennement, l’actualité, les découvertes et les abandons entrent en scène et chamboulent tout. Si vous nous demandiez de dessiner ce que serait la robotique dans les dix prochaines années, nous serions bien incapables de vous en dresser, avec certitude, le niveau technologique et commercial. Nous ne pourrions vous fournir que quelques pistes grâce à notre analyse des dix précédentes années de parution de Planète Robots, mais il n’y aurait rien de certain. Nous pourrions prophétiser que la robotique et les intelligences artificielles auront probablement bien évolué, qu’elles feront désormais partie de votre quotidien, au bureau comme à la maison. Attendez-vous à ce que des robots viennent livrer vos colis, que des voitures autonomes se mêlent à la circulation, que les robots laveurs de vitres soient enfin au point et que vous passiez plus de temps avec vos amis et votre famille pendant que vos robots et assistants intelligents s’occupent de vos tâches quotidiennes. Cela reste des suppositions, bien évidemment. Mais une chose est certaine : toute l’équipe des rédacteurs, les travailleurs de l’ombre (correction, mise en page, édition, etc.), et moi-même, nous ferons tout pour que dans dix ans, vous continuiez à lire Planète Robots, que ce soit en version papier, électronique ou holographique ! Rendez-vous en 2030 ! n Frédéric Boisdron

Rédacteurs : Me Alain Bensoussan, Éric Bonnet, Alain Clapaud, Nicolas Denis, Josèphe Ghenzer, Darine Habchi, Cédric Vasseur et Nicolas Vimard. Suivez-nous sur : facebook.com/planeterobots twitter.com/planeterobots instagram/planeterobots planeterobots.com LinkedIn.com/planete-robots PLANÈTE ROBOTS N°62

I02-03


Mars / avril 2020 – N°62

SOMMAIRE T E C H N O L O G I E S

N O U V E L L E S

ÇA VIENT DE SORTIR

NOTRE DOSSIER LES ROBOTS MARCHEURS

08 Robots News

Tout ce qu’il faut retenir de ces deux derniers mois dans le monde étrange de la robotique.

14 Accident de l’Uber Car

Le transporteur « n’a pas fait de la sécurité une priorité absolue ».

42 L es robots quadrupèdes Toujours plus agiles et solides.

48 L e retour des robots bipèdes Pour évoluer avec les humains, rien ne vaut des humanoïdes.

52 A  tlas de Boston Dynamics De la simple marche aux figures de gymnastique évoluées.

ÉVÉNEMENTS

16 G  lobal Industrie

Le salon se réorganise et met la transition écologique et énergétique à l’honneur.

54 R emarcher grâce à un exosquelette connecté au cerveau

Quand les technologies de la robotique font marcher une personne tétraplégique.

18 R etour sur le CES 2020

L’I.A. et la 5G redéfinissent le futur de l’innovation.

ROBOTIQUE DE SERVICE

58 L es robots s’immiscent

dans nos foyers et nos jardins

Tour d’horizon des types de robots qui équipent peu à peu nos foyers.

SPÉCIAL 10 ANS DE PLANÈTE ROBOTS

24 Dix ans de Planète Robots

66 L e robot Gita

Le robot caddie de compagnie.

Un magazine en constante évolution.

28 L a personne-robot

CAHIER INDUSTRIEL

68 F aut-il acheter ses robots industriels d’occasion ?

Sept ans déjà.

Même les constructeurs ont maintenant une activité « Refurb » !

30 Dix ans de robotique

Une série de témoignages sur ces dix dernières années.

ROBOTS LUDIQUES

74 L e drone soccer

L’e-sport qui déferle en France.

Planète Robots Lexing Éditions 58 boulevard Gouvion-Saint-Cyr 75017 Paris

76 BeepAI

Une intelligence artificielle connectée qui apprend à programmer !

INNOVATIONS DU FUTUR

78 Les pépites high-tech pour la cuisine Tout sur la cuisine connectée.

86 Q  uand l’informatique quantique avance L’informatique quantique sort des laboratoires pour être proposée aux entreprises.

91 L es drones dans l’art

Ils sont dans l’air du temps, alliés technologiques ou agents artistiques intelligents.

92 N  ews spatiales

L’espace est un nid pour les nouvelles technologies robotiques.

96 N  ews gadgets

Des gadgets toujours à la pointe de la technologie.

98 N  ews concepts

Pas encore des produits, mais des designs dignes d’intérêt.

OPEN YOUR MIND

94 Bibliographie

Sélection de livres qui ont retenu notre attention.

N° de commission paritaire : 0423 K 90181 Imprimé en Italie

Directeur de la publication Alain Bensoussan Rédacteur en chef Frédéric Boisdron frederic-boisdron@planeterobots.com

Secrétaire de rédaction Louise Santonnax Graphiste Delphine Darier Publicité Béryl Bréas breas@planeterobots.com

La rédaction n’est pas responsable de la perte ou la détérioration des textes, fichiers ou photos qui lui sont adressés pour appréciation. La reproduction, même partielle de tout ­matériel publié dans ce magazine est interdite.

Rédacteurs Rédacteurs : Me Alain Bensoussan, Éric Bonnet, Alain Clapaud, Nicolas Denis, Josèphe Ghenzer, Darine Habchi, Cédric Vasseur et Nicolas Vimard.

© 2020 Lexing Éditions Dépôt légal à parution Diffusion MLP ISSN : 2106-3133

I

PLANÈTE ROBOTS N°62

F U T U R

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Photos : Couveture : Freepik Shutterstock

04-05

D U

Une remarque, une idée, une question pour notre rubrique courrier : courrier@planeterobots.com +33 (0)6 19 13 44 46

Vous êtes une société, une association, un particulier, vous désirez nous soumettre un communiqué ou nous proposer un article de votre cru. Nous sommes à l’écoute de vos propositions et de vos candidatures pour intégrer notre équipe : contact-pr@planeterobots.com Suivez-nous sur : Facebook : facebook.com/planeterobots Twitter : twitter.com/planeterobots Instagram : instagram/planeterobots LinkedIn : LinkedIn.com/planete-robots Google+ : goo.gl/oASjqN Web : planeterobots.com


En 2020, Planète Robots fait peau neuve ! Planète robots se lance un nouveau défi print et numérique UN NOUVEAU SITE INTERNET

UNE NOUVELLE FORMULE PAPIER

Depuis le 1er janvier, notre nouveau site est en ligne.

À l’occasion de notre prochain numéro (n°63, mai/juin 2020), qui sera en kiosque le 18 avril 2020, Planète Robots lance une nouvelle formule print.

www.planete-robots.com Nouveau design, nouvelle maquette, nouvelles fonctionnalités, nouveaux contenus… Il s’agit en réalité d’une refonte complète du site visant à apporter  : ■ un meilleur confort de lecture ; ■ une navigation plus fluide et plus intuitive ; ■ des temps de chargement optimisés ; ■ une meilleure hiérarchie de l'information ; ■ une complémentarité optimisée avec le magazine ; ■ un meilleur partage des contenus sur les réseaux sociaux. Conçu dans une approche responsive, il permet également une consultation « multicanal » optimisée : ordinateur, smartphone, tablette…

Nouvelle maquette, nouvelle Une, rubriques repensées, chemin de fer plus lisible et mieux hiérarchisé, ouverture aux enjeux algorithmiques et à l’intelligence artificielle, cette formule rénovée vise à proposer : ■ de nouvelles rubriques donnant la parole à des acteurs, un secteur et/ou des leaders d’opinion (interviews, tribunes, bloc-notes) ; ■ des dossiers thématiques pratiques incluant des benchmarks et bancs d’essai ; ■ une meilleure respiration de la maquette apportant un confort de lecture optimisé.

UNE OFFRE DISPLAY POUR NOS ANNONCEURS À l’heure où les vecteurs publicitaires se diversifient (print, Web, brand content…), notre nouveau site offre à nos annonceurs le choix entre des supports plus créatifs de display (images et vidéos de différents formats et tailles.)

ANNONCE Planète Robots recherche un chef de publicité (H/F) print et digital. Missions : ➜ Prospecter, développer et gérer un portefeuille d’annonceurs et les fidéliser ; ➜ Elaborer et gérer le plan de prospection ; ➜ Participer activement à la définition et à la mise en oeuvre de la stratégie de développement du chiffre d’affaires publicitaire en concertation avec le directeur de publication ;  ➜ Assurer le reporting et les analyses auprès de ce dernier ; ➜ Participer à la création de nouveaux outils d’aide à la vente ;   ➜ Assurer la promotion et la valorisation du magazine sur les salons et autres événements extérieurs Poste en CDI basé à Paris 17e Envoyer CV à : contact-pr@planeterobots.com

Suivez-nous sur : facebook.com/planeterobots twitter.com/planeterobots instagram/planeterobots planeterobots.com LinkedIn.com/planete-robots

PLANÈTE ROBOTS N°62

I04-05


Renault a testé un service à la demande de ZOE autonomes sur le campus de Paris-Saclay

© Sarcos Robotics

© Jean-Brice Lemal

Le nouvel exosquelette de Sarcos Robotics

British Airways teste des robots pour aider les clients dans l’aéroport d’Heathrow

© British Airways

Conçu par Sarcos Robotics, le Guardian XO est un exosquelette, doté de 24 degrés de liberté, qui permet à son utilisateur de soulever et de déplacer de lourdes charges pesant jusqu’à 90 kg, tout en ayant la sensation qu’elles en pèsent vingt fois moins. Il suffit d’une minute pour le revêtir et ne nécessite qu’une formation rapide avant de pouvoir l’utiliser. Il ne s’attache qu’aux pieds, à la taille et à la poitrine. Ses bras ne fonctionnent que si son utilisateur saisit fermement les manettes de commande sinon ils se verrouillent ce qui permet à l’utilisateur de libérer ses mains quelques instants pour manipuler un panneau de contrôle ou d’effectuer une autre tâche. Il est également équipé de divers capteurs lui permettant de détecter les mouvements du porteur pour les accompagner en douceur. Il a été conçu pour limiter sa vitesse de déplacement et ne reproduire que les mouvements possibles avec le corps humain afin d’éviter tout risque d’accident. Il est équipé de deux batteries de 500 W, échangeables à chaud, ce qui lui confère une autonomie de deux à huit heures, selon l’utilisation qu’on en fait. Il est destiné aussi bien à un usage militaire qu’industriel comme la construction, la logistique ou encore l’aviation. La compagnie Delta Air Lines vient d’ailleurs d’en commander. w

Dans le cadre du projet Paris-Saclay Autonomous Lab, le Groupe Renault a récemment procédé, avec un panel d’une centaine de personnes, à une expérimentation de son service à la demande de ZOE Cab électriques, autonomes et partagées, sur le campus urbain de Paris-Saclay. L’objectif de cette expérimentation était de tester ce service au niveau technique ainsi qu’au niveau de son acceptabilité par les clients pour leurs déplacements au quotidien mais aussi de définir, en fonction des retours utilisateurs, les adaptations nécessaires à effectuer (sur le service, l’application mobile et les véhicules) afin de pouvoir ensuite proposer le meilleur service. Les utilisateurs pouvaient appeler un véhicule en temps réel ou le réserver grâce à une application spécifique, baptisée Marcel Saclay, en indiquant leur point de départ, leur destination ainsi que le nombre de passagers. Selon l’endroit où ils se trouvaient au moment de la réservation, l’application dirigeait les clients vers le point de rencontre le plus proche en leur précisant le temps d’arrivée du véhicule. Ce service desservait douze points de rencontre et de dépose, choisis à proximité des lieux les plus fréquentés sur le campus et qui ne gênaient pas la circulation des autres usagers de la route. Une fois à bord du véhicule, les utilisateurs pouvaient suivre leur trajet sur l’application et connaître l’heure d’arrivée au point de dépose. Les ZOE Cab pouvaient, si nécessaire, s’arrêter en chemin pour prendre un autre passager désireux d’effectuer tout ou partie du même trajet. w

La compagnie aérienne British Airways va tester à partir de février des robots autonomes dotés d’une I.A. au sein du terminal 5 de l’aéroport d’Heathrow pour effectuer des tâches simples afin de permettre à son personnel de se concentrer sur les requêtes plus complexes de ses clients. Conçus par la société BotsAndUs, ces robots, baptisés Bill, sont programmés pour interagir directement ou via un écran tactile avec les passagers dans une douzaine de langues en utilisant la dernière technologie de traduction, afin de pouvoir répondre à des milliers de questions, y compris à des informations concernant les vols en temps réel. Ils sont également équipés d’un système de géolocalisation et de dizaines de capteurs pour surveiller en permanence leur environnement sur 360° ce qui leur permettra de se déplacer librement et en toute sécurité dans le terminal de l’aéroport, tout en escortant les clients vers des endroits spécifiques comme les cafés, les restaurants, les zones d’enregistrement ou encore les toilettes du terminal. Ils mesurent 1,22 m de haut, disposent d’une autonomie de huit heures et retournent tout seuls se recharger lorsque c’est nécessaire. w PLANÈTE ROBOTS N°62

I08-09


Le droit des robots

ACCIDENT DE L’UBER CAR : LE TRANSPORTEUR « N’A PAS FAIT DE LA SÉCURITÉ UNE PRIORITÉ ABSOLUE »

U

© Hollis Bennett

Selon l’enquête du régulateur américain des transports, c’est un enchaînement d’événements dus à une « culture de la sécurité inadéquate » qui a contribué à l’accident de la voiture autonome d’Uber qui a coûté la vie à une piétonne en mars 2018.

Uber Car, le projet de véhicule autonome as a service de Uber.

ber ATG « n’a pas fait de la sécurité une priorité absolue » : c’est ce que dénonce le National Transportation Safety Board (NTSB), le régulateur indépendant américain dans un rapport d’enquête publié en novembre 20191, à propos d’un accident lors duquel un véhicule autonome a été incapable d’anticiper et de réagir face à un événement « hors scénario », à savoir un piéton imprudent. Pour mémoire, une femme de 49 ans qui marchait de nuit à côté de son vélo a été mortellement renversée par un taxi autonome d’Uber (un SUV Volvo modèle XC90) en phase de test dans l’État de l’Arizona, alors qu’elle traversait la chaussée. Dans le rapport d’enquête, on peut lire que « bien que l’ADS (Automated Driving System) ait détecté le

14-15

I

PLANÈTE ROBOTS N°62

piéton près de six secondes avant l’impact, le système ne l’a jamais répertorié comme piéton – ni n’a prédit correctement sa trajectoire en tant que piéton traversant en dehors des clous ou cycliste ».3 De l’aveu du transporteur, le système « n’avait pas la capacité de classer un objet comme piéton à moins que cet objet ne se trouve à proximité d’un passage pour piétons ».4 La conception du système n’incluant pas la prise en compte des piétons traversant hors des clous, il l’a initialement classée comme un « autre objet », c’est-à-dire un objet inconnu auquel aucun objectif n’est assigné. Au cours des secondes qui ont précédé l’impact, il a changé plusieurs fois la classification de l’objet (alternant entre véhicule, vélo et autre), sans être en mesure de prédire correctement sa trajectoire ni sa vitesse…

UN SYSTÈME DOTÉ DE CAPACITÉS AUTOMATISÉES LIMITÉES EN CAS DE SITUATION D’URGENCE Lorsque le système a déterminé qu’une collision était imminente, environ une seconde et deux centièmes avant l’impact, « la situation dépassait les spécifications de réaction du système de freinage de l’ADS » rapporte le NTSB. En réalité, pour ne pas interférer avec le pilotage automatique d’Uber, les systèmes anticollision équipant en série les Volvo XC90 étaient désactivés lorsque le véhicule fonctionnait en mode autonome. Les enquêteurs ont fait procéder à de nombreux tests reproduisant les circonstances de la collision et ont conclu que l’activation de ces systèmes aurait permis de sauver la piétonne.


Événement

Retour sur le CES 2020 L’I.A. et la 5G redéfinissent le futur de l’innovation Le rideau est tombé sur l’édition 2020 du plus grand salon au monde de la high-tech sur un constat : à l’heure des algorithmes et de l’hyperconnexion, l’intelligence artificielle va plus que jamais redessiner les contours de l’innovation. Avec l'Internet rapide et les réseaux de cinquième génération comme formidable accélérateur des avancées technologiques de demain.

O

n ne présente pas l’incontournable et toujours très influent CES (Consumer Electronics Showcase) de Las Vegas. Avec plus 220 000 m2 et 4 400 exposants internationaux (dont plus de 400 entreprises françaises), l’édition 2020 a accueilli du 7 au 10 janvier 170 000 visiteurs venus du monde entier pour découvrir plus de 20 000

18-19

I

PLANÈTE ROBOTS N°62

produits dévoilés tant par les géants mondiaux de la Tech que par des start-up innovantes de toutes tailles. En filigrane de ce gigantesque show, un leitmotiv : l’innovation révolutionne les marchés pour un monde meilleur.  I.A., IOT ET CONNECTIQUE L’édition 2020 aura une nouvelle fois couver t l’intégralité du spectre de la transition digi-

tale qui bouleverse les contours des marchés et l’­ensemble des modèles économiques. Une chose est sûre : à l’heure où tout devient intelligent, les villes comme les voitures et les maisons comme les vêtements, l’I.A. était partout cette année à Las Vegas et sera à coup sûr l’élément technologique clé au cours des années  à venir : les grands noms (Bell, Delta Air Lines, L’Oréal, NBC


© Bryce Vickmark

Dossier

Le robot Mini Cheetah en compagnie de ses créateurs.

au robot la maîtrise de l’équilibre pour pouvoir mieux s’adapter aux variations de planéité du sol. « Je me suis aussi intéressé aux robots marcheurs. Ils semblent être la meilleure approche d’utiliser le même moyen de locomotion pour faire évoluer les robots dans l’environnement proche humain. Faire un robot bipède me semble toujours trop complexe si l’on souhaite que la marche soit vraiment fluide. Par ailleurs, le robot peut chuter assez facilement et d’autres contraintes font que son utilisation est assez limitée pour l’instant. Cela reste du domaine des grandes entreprises ou des universités. Quant à la réalisation d’un robot hexapode, elle est beaucoup plus accessible. Cependant, l’allure reste celle d’un insecte et cela n’est pas très élégant. Il nécessite, en revanche beaucoup d’actionneurs », ajoute Guy Feuilloley. Ses deux robots sont terminés, il a actuellement, un nouveau projet de quadrupède.

44-45

I

PLANÈTE ROBOTS N°62

MICRO SPOT, UNE RÉPLIQUE DE SPOT, LE ROBOT DE BOSTON DYNAMICS « En flânant sur les sites où l’on peut trouver des fichiers STL (fichier pour impression 3D), je suis tombé sur un robot quadrupède qui était la réplique de Spot de chez Boston Dynamics mais en plus petit. Tout le châssis était disponible, mais aucune source code n’était fournie. L’objectif de faire un robot quadrupède est un nouvel exercice pour moi. Tous mes robots fonctionnent essentiellement avec des chenilles. Cependant, je voulais vraiment comprendre et étudier le principe de locomotion et me l’approprier pour d’autres projets futurs. Grâce à ce moyen de déplacement, je peux lui faire franchir des parcours sur des environnements à obstacles, avec plus de facilité que mes autres robots actuels », précise Régis Foubet, passionné de robotique et créateur de Micro Spot.

Il s’agit d’un projet de longue haleine. Aujourd’hui, son robot est capable de se mettre debout et de se coucher. Il est conscient que la partie marche et mouvement sera sans doute plus complexe à réaliser. « Ce projet est purement personnel afin d’apprendre en expérimentant. Pour moi ce robot est une base d’apprentissage qui va me servir à comprendre ce type de déplacement et de mettre en corrélation les capteurs qu’il embarque afin de se déplacer sans recourir à une aide externe », ajoute Régis Foubet. Pour asservir tous ces angles de liberté, ce robot est équipé de douze servos moteurs reliés à une carte I2C. Pour corriger son assiette, un gyroscope a été installé ainsi que deux sonars pour éviter les obstacles qu’il pourrait rencontrer sur son passage. Une caméra servira à la reconnaissance d’objets. Tous ces éléments ont été raccordés à un


© Tim LaBarge

Dossier

Le retour des robots bipèdes Quoi de plus naturel qu’un robot se déplaçant sur deux jambes ? Notre corps étant ainsi fait, notre logique de conception, à travers notre imaginaire, semble aller dans ce sens. Pourtant, nous pourrions profiter des avancées de la robotique pour imaginer d’autres moyens de déplacement moins énergivores. Mais les robots de notre futur quotidien vont à l’arrivée, inéluctablement évoluer dans notre monde de bipèdes. La marche sur deux jambes est peut-être le moyen de locomotion le plus adapté, en définitive. UN NOUVEL ÉLAN Depuis que les robots existent dans nos romans, nos bandes dessinées ou nos films, ils ont généralement une forme très humanoïde. Les robots ne sont-ils pas une évolution d’un fantasme inhérent à l’humanité : créer des êtres artificiels à notre image. Ceux-ci ont souvent été décrits comme des alter ego construits pour nous servir, nous divertir ou être de parfaits

48-49

I

PLANÈTE ROBOTS N°62

compagnons quand ce n’est pas pour faire la guerre à notre place. C’est pourquoi, les jouets de nos enfants et les robots ,vitrine des grandes marques automobiles japonaises (Honda, Toyota) ont adopté la forme humanoïde et donc bipède pour promouvoir leurs technologies et communiquer sur une culture futuriste. Pour montrer les capacités de la marque Honda, Asimo

a été développé en interne depuis le milieu des années 80 jusqu’en 2018. Ce robot fut jusqu’à l’arrivée d’Atlas de Boston Dynamics, le robot bipède le plus évolué au monde et chaque présentation publique était digne d’un concert d’une star du rock. Vers 2015, un constat des entreprises du milieu concluait sur le fait que la bipédie était trop énergivore et manquait de souplesse pour une


Robotique de service

© Piaggio

Avec ses couleurs flashy et son design entre le droïde et le compagnon de cuisine, vous ne passerez pas inaperçu avec Gita.

Le robot Gita

le robot caddie de compagnie Si vous êtes souvent encombré avec de nombreuses choses à porter, Gita peut être la solution : ce robot coffre transporte vos effets en vous suivant à la trace. UN ROBOT CADDIE Si vous êtes amateur de deux-roues, le nom de Piaggio ne vous est peut-être pas inconnu : la société fondée en 1884 et implantée à Pontedera, près de Pise, produit le mondialement célèbre scooter Vespa. Il semble donc logique que Gita tire donc son nom du mot italien signifiant «  sortie  » ou « excursion ». L’objectif de ce robot compagnon est de vous délester des charges inutiles en vous suivant à la trace.

66-67

I

PLANÈTE ROBOTS N°62

Gita peut ainsi aider son propriétaire à por ter les courses ou l’accompagner avec son matériel lors d’un rendez-vous professionnel. Gita utilise ses capteurs et ses senseurs afin de vous identifier et vous suivre. L’assistant va ensuite emprunter le même chemin que son propriétaire en prenant en compte le tracé de la route et les obstacles ainsi que la circulation et les passants. Le robot pourra vous suivre même sous la pluie, mais gare à vos affaires

prévient le constructeur : le couvercle de Gita n’est pas étanche. Son design épuré et ses roues futuristes lui donnent un aspect de droïde venu tout droit d’une œuvre de science-fiction. Le bolide se déplace à une vitesse maximum de six milles par heure soit un peu moins de dix kilomètres par heure. Le robot s’active avec un bouton central permettant d’activer la fonction « Pair » et débuter la reconnaissance.


© CK Liew

Robots ludiques

Un quadricoptère adapté pour le drone-soccer.

Le drone soccer

l’e-sport qui déferle en France Le drone soccer, un e-sport tout droit venu de Corée du Sud, débarque en France. Le concept est de jouer en équipe de trois à cinq personnes et permet de rebondir en toute sécurité sur le sol, contre les murs… Un e-sport qui promet un avenir des plus compétitifs et éducatifs.

L

e drone soccer qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’un drone ballon permettant de s’initier à un jeu de balle en équipe, sur terrain. Une partie dure environ entre trois et quatre minutes. Ce nouveau sport est né à Séoul, en Corée, il y a plus de deux ans. En France, cet e-sport est rattaché à la FFAM, Fédération Française d’Aéromodélisme. Les équipes sont composées de trois à cinq joueurs, selon les niveaux. Elles peuvent être mixtes ou mélangées avec des personnes valides ou à mobilité réduite. Il ne s’agit pas d’une activité purement physique. « Il suffit de savoir piloter et de diriger son drone. Chaque joueur en possède un. Cependant, un seul drone qui a le rôle de ballon a le droit de marquer dans des buts en forme de cerceaux, appelés donuts. Ils sont suspendus en l’air comme une fenêtre,

74-75

I

PLANÈTE ROBOTS N°62

mais arrondis. Les autres joueurs sont attaquants ou défenseurs. Leurs drones empêchent l’autre équipe de marquer en se cognant les uns aux autres. Pour les compétitions de haut niveau la cage fait sept mètres de large par quatorze mètres de long et cinq mètres de haut. Les buts se trouvent à trois ou quatre mètres du sol. Les parois de la cage servent aussi à rebondir. », explique François Routhiau, cofondateur du LUDyLab, un laboratoire d’exploration accessible à tous. Il invite à découvrir le drone indoor, l’Escape game, la réalité virtuelle, et fait office de fablab, d’espace de coworking et de coliving. DRONES DE PETITE OU DE GRANDE TAILLE Il existe divers engins pour la pratique du drone soccer. Ceux pour la compétition sont généralement grands,

en forme de ballon qui mesure environ cinquante centimètres de diamètre. « Les personnes qui n’ont pas encore acquis le geste peuvent utiliser des engins de vingt centimètres de diamètre, généralement très légers et qui ne pèsent que quatre-vingts grammes », précise François Routhiau. Accessible de 14 à 77 ans, le drone soccer crée une passerelle entre le physique et le virtuel. En effet, il ne s’agit plus de manipuler son bolide ou son joueur derrière un écran, mais réellement d’affronter d’autres joueurs / pilotes dans les conditions réelles, en trois dimensions et en gravité « palpable ». C’est le premier sport d’équipe par drone venu de Corée du Sud qui comptabilise déjà plus de 340 équipes officielles en Asie et 30 000 pilotes. Pour les engins de compétition, les joueurs fabriquent leur propre machine, mais la boule de protection est identique pour tous. Par ailleurs, les amateurs peuvent s’entraîner


L’intelligence artificielle peut inquiéter sur l’opacité de certains modèles. Souvent

nées est primordiale pour avoir un bon modèle. Ici une partie du travail de BeepAI consiste à se lancer dans l’apprentissage de la programmation comme un développeur débutant, en expérimentant de petits jeux d’instruction, tout en étant en compétition avec lui-même sur des milliers, voire des millions d’instances simultanément ! Les meilleures instances sont classées, sélectionnées notamment grâce à des algorithmes génétiques. Véritable signature de BeepAI, il est possible aujourd’hui de créer une série de « graphes » afin de créer une animation et voir comment se construit la solution à un problème donné.

on regrette que la machine trouve une solution, mais est incapable d’expliquer son raisonnement à un être humain. ou saisir un objet. En plus de pouvoir se connecter à un véritable robot, BeepAI peut également se connecter à son jumeau numérique avec le moteur de simulation physique Bullet de Blender par exemple. L’avantage du jumeau numérique est de réaliser chaque mouvement des milliers, voire des millions de fois plus rapidement qu’un modèle physique réel et aussi de pouvoir se réinitialiser instantanément.

P.R. : L’avenir est à la mutualisation des instances, BeepAI suit-elle ce chemin ? C.V. : Chaque instance de BeepAI peut communiquer avec un Cloud spécialisé, nommé BeepCloud, une bibliothèque de programmes remplie au fur et à mesure des solutions trouvées avec BeepAI permettant à chaque programme de se reposer sur les résultats des autres instances de BeepAI. Le BeepCloud dispose depuis sa dernière version d’une interface Web conviviale pour permettre l’accès rapide à ses principales fonctions et données.

P.R. : Quelle est la genèse de BeepAI ?

Cédric Vasseur écrit régulièrement dans nos pages.

P.R. : BeepAI peut-elle avoir des applications dans la robotique ?

noyau, BeepAI adopte également aujourd’hui une architecture extensible grâce à un nouveau système de plugins. Les premiers plugins implémentés : CV (Computer Vision), HTTP, Robot, ... permettent respectivement l’analyse d’images, récupérer ou injecter des données via le Web, utiliser des capteurs et moteurs robotiques... BeepAI est capable aujourd’hui d’apprendre à programmer un robot pour actionner correctement une série de moteurs pour se déplacer



n Propos recueillis par Joe Pillow

© Institut de Technologie de Karlsruhe

C.V. : Les applications en robotique sont nombreuses : cobotique, voitures autonomes, etc., l’intelligence artificielle permet d’offrir des capacités d’adaptation à la machine. Le résultat étant du « code », il est possible d’envoyer directement ce code à une machine (système embarqué) pour la rendre autonome et rien de plus pour limiter les problèmes de temps d’exécution et de mémoire par exemple. En complément des instructions atomiques du

C.V. : BeepAI est avant tout un projet personnel dans lequel j’expérimente de nombreux outils d’intelligence artificielle, de machine learning, de deep learning et de robotique. BeepAI n’a pas vocation à remplacer un développeur, ni envoyer une fusée dans l’espace, on en est loin. BeepAI offre des pistes de réflexion sur le futur de l’intelligence artificielle., de la programmation ou de la robotique. Ce projet démontre qu’il est possible de rendre explicable, tout du moins pour un développeur, le résultat d’une intelligence artificielle., créer une petite ferme de calcul personnelle sur un environnement hétérogène sans passer par un des géants du Web habituel (GAFA).

BeepAI génère des graphes animés des solutions trouvées. PLANÈTE ROBOTS N°62

I76-77


ABONNEMENT D’UN AN TS PLAN

32€

39€

ÈTE RO B O

6 NUMÉROS

JANVIE R - FÉVR IER 202 0 - NUMÉ RO 61

LE M AGA

Abonnement réservé à la France métropolitaine.

ZINE

DES N OUV

VOLUTIO

SPÉCIAL RÉALIT VIRTUELL É E

EXPLOR A

TION SPATIA LE VEAUX RO

NNE

0 € - RD

obots.c om planeter

DE NOU

ING

BOTS

LES ROB par un robo t

GIES

2020

LE GAM

FAITES-V OU MASSERS

NOLO

DOSSIER

E ME DES D ILLEUR MONDEESUX ? L’I.A. RÉ

61 - F: 6,5

S TEC H

OCUL QUESTUS L

OFFRE EXCEPTIONNELLE

L 11849 -

ELLE

OTS

FONT D

LES R PT URES TECHNOULO GIQUES en 20 20

U SKI

AVANT

La robotiq-GARDE le nucléaireue dans

ABONNEMENT D’UN AN

6 NUMÉROS

BULLETIN DE COMMANDE à découper ou photocopier et à retourner à : AXIOME ABONNEMENT PRESSE - PLANÈTE ROBOTS - AXIOME GROUP SAS 13 BD GAMBETTA 06000 NICE TÉL :

0820 20 18 10 (0,09

cents/mn)

- OU TÉL : 04 93 44 06 96 - FAX : 09 70 06 11 86 - SITE WEB : www.directabo.com

o Je m’abonne à Planète Robots pour 1 an soit 6 numéros pour 32 euros o Je paye par chèque à l’ordre d’AXIOME o Je paye par carte bancaire (Visa, Eurocard, Mastercard) o Je paye par mandat ou virement administratif Société ................................................................................... Nom ........................................................................................

o Je désire une facture

(adresse courrier électronique impérative dans ce cas)

Prénom ...................................................................................

Nom du titulaire si différent celui de l’abonné.........................

Profession (facultatif)............................... Âge (facultatif)..............

N° de carte

Adresse .................................................................................. ................................................................................................ Code postal ............................................................................ Ville ................................................. Pays .............................. Téléphone fixe (facultatif) .......................................................

Expire-le Cryptogramme

3 derniers chiffres au dos de votre carte

Signature et date obligatoires des parents pour les mineurs

Téléphone portable (facultatif) ................................................ E-mail ..................................................................................... PLANÈTE ROBOTS N°62

I84-85

Profile for Planète Robots

Planète Robots N° 62 | 13 pages | mars-avril 2020  

ÇA VIENT DE SORTIR 08 Robots News Tout ce qu’il faut retenir de ces deux derniers mois dans le monde étrange de la robotique. 14 Accident de...

Planète Robots N° 62 | 13 pages | mars-avril 2020  

ÇA VIENT DE SORTIR 08 Robots News Tout ce qu’il faut retenir de ces deux derniers mois dans le monde étrange de la robotique. 14 Accident de...

Advertisement