Page 1

ROBOTS

PLANÈTE

JANVIER - FÉVRIER 2020 - NUMÉRO 61

LE MAGAZINE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

2020

DOSSIER SPÉCIAL RÉALITÉ VIRTUELLE

OCULUS QUEST LE MEILLEUR DES DEUX MONDES ?

EXPLORATION

SPATIALE

DE NOUVEAUX ROBOTS

L’I.A. RÉVOLUTIONNE

LE GAMING

LES ROBOTS

planeterobots.com

L 11849 - 61 - F: 6,50 € - RD

FONT DU SKI

01-Couv-61.indd 1

FAITES-VOUS MASSER

par un robot

LES RUPTURES TECHNOLOGIQUES en 2020

AVANT-GARDE La robotique dans le nucléaire

09/12/2019 14:51


« — Les machines font de leur mieux. » « — Ouais, mais c’est tout c’qu’elles peuvent faire. Quand y a pépin, l’homme, lui, doit faire plus que son mieux, sans ça il est foutu. » Isaac Asimov (écrivain) – Hérédité, recueil de nouvelles Noël sur Ganymède.

é di t o

Et si la réalité virtuelle était le fameux « grand filtre » du paradoxe de Fermi ? Enrico Fermi, prix Nobel de physique en 1938, a émis l’idée que si d’autres civilisations existaient dans l’univers, compte tenu de son âge, certaines se seraient déjà étendues dans leur galaxie et nous aurions dû déjà en rencontrer. Or, jusqu’à preuve du contraire, ce n’est toujours pas le cas. Pourtant, il est de plus en plus évident que la vie n’est pas une exclusivité terrestre, d’où le paradoxe. En 1966, l’économiste américain Robin Hanson propose une réponse à ce paradoxe par la notion d’un « grand filtre ». Ce « grand filtre » serait un événement majeur, une barrière, que rencontrerait toute civilisation lorsque celle-ci tenterait d’aller au-delà de l’exploration des planètes de son système solaire. Cela peut-être une notion de distance infranchissable, des civilisations qui s’effondrent avant d’atteindre cette possibilité ou des notions qui ne sont pas encore à notre portée. Durant toute son histoire, l’humanité a eu soif d’exploration et s’est toujours étendu au-delà des frontières qu’elle connaissait. Elle a ainsi fini par coloniser l’ensemble des continents, même le glacial et inhospitalier Antarctique. Puis l’humain s’est attaqué à l’espace proche et à la Lune. La prochaine étape semble être Mars avant d’explorer probablement les astéroïdes et les lunes de Jupiter. La curiosité fait partie intégrante de l’humanité. Nous entrons dans une nouvelle ère de l’histoire humaine, où la réalité peut être complétée par une infinité de mondes virtuels à explorer. Encore en manque de réalisme aujourd’hui, mais que seront nos mondes virtuels dans cinq ans, dans vingt ou cent ans ? Et si notre soif d’exploration était assouvie par la réalité virtuelle ? Pourquoi dépenser des milliards à développer de nouvelles ­­technologies alors qu’avec un casque virtuel, nous pouvons visiter des univers entiers en un claquement de doigt ? L’exploration de l’univers réel pourrait finalement perdre de son intérêt auprès du public, absorbé dans une multitude de mondes bien plus excitants que la réalité, stoppant net l’expansion de notre civilisation. Et si l’arrivée de la réalité virtuelle provoquait les mêmes conséquences sur l’ensemble des civilisations avancées de l’univers ? Cela pourrait répondre au paradoxe de Fermi ?

n Frédéric Boisdron

Suivez-nous sur : facebook.com/planeterobots twitter.com/planeterobots instagram/planeterobots planeterobots.com LinkedIn.com/planete-robots PLANÈTE ROBOTS N°61

03-Edito-61.indd 2

I02-03 09/12/2019 14:51


Janvier / février 2020 – N°61

SOMMAIRE T E C H N O L O G I E S

N O U V E L L E S

D U

F U T U R

ÇA VIENT DE SORTIR

CAHIER INDUSTRIEL

INNOVATIONS DU FUTUR

08 Robots News

42 N  ucléaire : comment les robots

72 Prospective 2020

Tout ce qu’il faut retenir de ces deux derniers mois dans le monde étrange de la robotique.

ont su se rendre indispensables

Le nucléaire s’est robotisé et ne pourra plus revenir en arrière.

ÉVÉNEMENTS

ROBOTIQUE DE SERVICE

13 C  hirurgie robotisée : inauguration

46 Les robots font du ski

du GRECO

Emmanuel Macron a lancé le Groupement de recherche et études en chirurgie robotisée.

14 R etour sur Robomeetings

Doit-on s’attendre à rencontrer des robots sur les pistes et dans les stations ?

52 A  rmes létales autonomes : sur la rampe de lancement

Smart Industry

Entretien avec Frédérique Macarez, maire de Saint-Quentin

18 La nouvelle compétition robotique Des robots sauvent des vies dans des bâtiments dangereux et des grottes.

NOTRE DOSSIER Notre guide des différentes solutions de réalité virtuelle.

38 Le droit des robots

La 3D confrontée à la problématique des données personnelles.

40 Laval, capitale de la réalité virtuelle Laval Virtual le rendez-vous de la VR.

Planète Robots Lexing Éditions 58 boulevard Gouvion-Saint-Cyr 75017 Paris Directeur de la publication Alain Bensoussan Rédacteur en chef Frédéric Boisdron frederic-boisdron@planeterobots.com Rédacteurs Me Alain Bensoussan, Christelle Boudet, Éric Bonnet, Alain Clapaud, Nicolas Denis, ­Josèphe Ghenzer, Darine Habchi, Screetch et Richard Seltrecht.

Un deux en un à l’efficacité partagée.

62 T rois petits robots Silverlit pour les plus petits

Un drone qui ne casse rien, un robot qui crache de l’eau et un robot programmable au toucher.

Photos : Couveture : Oculus / Facebook, Shutterstock

04-05

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

66 C  omment l’intelligence artificielle va conquérir le monde du gaming

L’I.A. au service du gaming, mais également en tant que joueur.

Secrétaire de rédaction Louise Santonnax Graphiste Delphine Darier Publicité Béryl Bréas breas@planeterobots.com Cédric Célestin cedric-celestin@planeterobots.com Chloé Sanchez chloe-sanchez@planeterobots.com © 2020 Lexing Éditions Dépôt légal à parution Diffusion MLP ISSN : 2106-3133

Une façon unique de traiter le verre.

82 Q  uelles technologies pour nos batteries du futur ?

Quelles technologies pour remplacer nos batteries lithium-ion actuelles ?

90 D  es nouveaux robots d’exploration

60 Ecovacs Deebot Ozmo 950

Le meilleur des deux mondes.

80 Glassomer

du bien-être

Comment offrir du bien-être au sein d’une entreprise ?

34 O  culus Quest

Des structures télécoms 3D végétalisables.

88 N  ews spatiales

ROBOTS LUDIQUES

22 La réalité virtuelle en 2020

78 Art & Fact Innovation

Les robots entrent également dans l’armée, pour le meilleur ou pour le pire ?

58 L es robots masseurs à la recherche

de la DARPA

Quelles seront les ruptures technologiques de 2020

L’espace est un véritable nid pour les nouvelles technologies robotiques.

spatiale

La NASA travaille sur le LEMUR et ses dérivés.

93 T AK-ONE

Un automate de stockage modulaire pour le petit commerce

96 N  ews gadgets

Des gadgets toujours à la pointe de la technologie.

98 N  ews concepts

Pas encore des produits, mais des designs dignes d’intérêt.

OPEN YOUR MIND

94 Bibliographie

Sélection de livres qui ont retenu notre attention.

N° de commission paritaire : 0423 K 90181 Imprimé en Italie La rédaction n’est pas responsable de la perte ou la détérioration des textes, fichiers ou photos qui lui sont adressés pour appréciation. La reproduction, même partielle de tout ­matériel publié dans ce magazine est interdite.

Suivez-nous sur : Facebook : facebook.com/planeterobots Twitter : twitter.com/planeterobots Instagram : instagram/planeterobots LinkedIn : LinkedIn.com/planete-robots Google+ : goo.gl/oASjqN Web : planeterobots.com

Une remarque, une idée, une question pour notre rubrique courrier : courrier@planeterobots.com +33 (0)6 19 13 44 46 Vous êtes une société, une association, un particulier, vous désirez nous soumettre un communiqué ou nous proposer un article de votre cru. Nous sommes à l’écoute de vos propositions et de vos candidatures pour intégrer notre équipe : contact-pr@planeterobots.com

I

PLANÈTE ROBOTS N°61

04-Sommaire-Ours-61.indd 4

09/12/2019 14:47


Facebook se lance à son tour dans l’aventure robotique

Une plateforme modulaire, mobile et autonome

Un short biomécanique qui aide à la marche et la course

En collaboration avec le bureau d’étude mécanique Usitech et sa filiale Occion spécialisée en électronique et automatismes, la société Wyca Robotics a développé une plateforme modulaire, mobile et autonome, baptisée Elodie, qui est principalement destinée aux intégrateurs. Grâce à son système de fixation polyvalent ainsi qu’à des ports de communication informatique haute vitesse (40Gb/s), ils pourront installer sur sa partie supérieure divers équipements en fonction de leurs besoins spécifiques et de ceux de leurs clients. Mesurant 50 cm de haut et 35 cm de diamètre, Elodie est équipée de caméras 3D et d’infrarouges, d’un lidar d’une portée de 30 m, de batteries LiPo qui lui confèrent une autonomie de 8 heures, d’une base de recharge rapide et automatique, d’un système de connexion IoT (wi-fi, 4G, LoRa), de maintenance préventive, d’un système de traitement des données clients sur place ainsi que de capteurs à ultrasons et d’une I.A. pour reconnaître les lieux et interagir avec l’environnement. Sa capacité d’emport de 150 kg lui permet d’accueillir des casiers pour transporter des charges, des caméras pour réaliser des inventaires, des écrans pour de la téléprésence ou encore des bras robotisés pour la manutention. w

Une équipe de chercheurs du Wyss Institute d’Harvard et de l’université Nebraska Omaha a mis au point une sorte d’exosquelette polyvalent et portable, se présentant sous la forme d’un short biomécanique, qui a la spécificité de pouvoir efficacement aider la personne qui le revêt aussi bien à marcher qu’à courir. Ce dispositif, qui ne pèse que 5 kg et dispose d’une autonomie de 10 km, est composé d’éléments textiles portés à la taille et aux cuisses ainsi que d’un système d’actionnement mobile attaché au bas du dos qui est contrôlé par un algorithme capable de détecter le passage de la marche à la course (et inversement) et de s’adapter automatiquement à ce changement d’allure. Plus de 90% de son poids est situé près du centre de gravité du corps. Cette approche de la concentration du poids, combinée à l’interface souple du vêtement, minimise la charge énergétique ainsi que les restrictions de mouvement de l’utilisateur. L’équipe l’a testé avec succès sur des personnes aussi bien en salle sur un tapis roulant qu’en extérieur sur diverses configurations de terrain (sol plat, colline, piste d’athlétisme…) ainsi qu’avec différentes allures de marche et de course, ce qui a prouvé la polyvalence du système. w

© Wyss Institute - Harvard University

© Wyca Robotics

© Facebook

Suite au scandale Cambridge Analytica, Facebook peine à embaucher auprès des diplômés d’universités prestigieuses. Yann Le Cun, directeur de recherche en intelligence artificielle chez Facebook estime que le développement de robots en interne est « essentiel pour attirer les meilleurs chercheurs et ingénieurs dans ce domaine ». Facebook a ainsi présenté trois projets robotiques qui permettront d’affiner les travaux d’intelligence artificielle au sein du groupe : un hexapode capable d’apprendre par lui-même, un robot doué de curiosité pour aller plus loin dans la création et un dernier projet autour du sens du toucher. w

PLANÈTE ROBOTS N°61

08-13-News-Actus-Greco-61.indd 11

I10-11 09/12/2019 15:11


Salon

Robomeetings Smart Industry Retour sur la 3e édition

Les 13 et 14 novembre 2019 s’est déroulée à Saint-Quentin (Aisne), territoire pilote en robonumérique, la troisième ­édition de la Convention d’Affaires Robomeetings Smart Industry, organisée par l’Agglo du Saint-Quentinois. Dédié aux professionnels, cet événement gratuit rassemble chaque année les experts de la robotique et des innovations numériques.

C

omme nous l’explique le maire de Saint-Quentin, Frédérique Macarez, dans l’interview qu’elle nous a accordé l’Agglo du Saint-Quentinois ambitionne, dans le cadre de sa stratégie de développement économique, de devenir la référence territoriale en matière de robotique. En 2014, elle a créé le néologisme « robo­numérique », combinaison entre la robotique (industrielle et

14-15

de service) et le domaine numérique (savoirfaire et innovations). C’est la même année qu’elle décide de réunir à Saint-Quentin les exper ts de ces domaines et lance la première Convention d’Affaires Robomeetings Smart Industry : 48 exposants, 25 inter venants, 750 par ticipants sur les deux jours et plus de 300 mises en relation professionnelles. L’édition 2019 aura une nouvelle fois été couronnée de succès avec des chiffres en

hausse par rappor t aux éditions précédentes. La Convention d’affaires Robomeetings Smart Industry, c’est : - une soirée Networking : rencontres et échanges entre professionnels, conférences et tables rondes (le mercredi), - une journée de conférences, démonstrations, présentations de robots, rendez-vous et rencontres sur les stands (le jeudi). La croissance des entreprises locales et l’arrivée

I

PLANÈTE ROBOTS N°61

14-17-ITW-RobotMeetings-61.indd 14

09/12/2019 14:56


Événements

© DARPA

L’entrée de la mine pour les épreuves de 2019.

La nouvelle compétition robotique de la DARPA Le DARPA Subterranean Challenge vise à promouvoir de nouvelles approches et technologies robotiques destinées à naviguer, cartographier, et effectuer rapidement des recherches dans des environnements souterrains complexes. UN SACRÉ DÉFI À RELEVER Lancé en décembre 2017 par un appel à candidatures, le DARPA Subterranean Challenge a pour objectif de développer de nouvelles technologies ainsi que des solutions en matière d’autonomie, de perception, de mise en réseau et de mobilité permettant aux militaires et aux premiers intervenants civils de cartographier, naviguer et effectuer rapidement des recherches dans des environnements

18-19

souterrains complexes (notamment des réseaux de tunnels créés par l’homme, des réseaux urbains souterrains et des réseaux de grottes naturelles) potentiellement dangereux pour les humains au cours d’opérations de combat ou d’interventions de sauvetage après une catastrophe mais aussi, peut-être un jour, dans le cadre de l’exploration souterraine de grottes et de tubes de lave sur de lointaines planètes, lunes ou astéroïdes.

Le DARPA Subterranean Challenge se subdivise en deux circuits distincts : l’un, baptisé Systems Track dans lequel les équipes doivent développer des systèmes novateurs et faire la démonstration de leurs capacités en participant physiquement à plusieurs épreuves qui auront lieu sur différents parcours élaborés dans des environnements de terrain réalistes, tandis que dans l’autre, baptisé Virtual Track, les équipes devront développer des logiciels et des algorithmes utilisant des modèles

I

PLANÈTE ROBOTS N°61

18-21-Subterranean-Challenge-61.indd 18

09/12/2019 15:13


© Oculus/Facebook

Dossier : La Réalité virtuelle en 2020

La Réalité virtuelle en 2020 Le secteur de la réalité virtuelle et des technologies immersives au sens large (réalité augmentée, 3D… ) connaît une croissance sans précédent : comme le souligne Laurent Chrétien, directeur général de Laval Virtual, dans l’entretien qu’il nous a accordés, alors qu’on tablait plutôt, encore récemment, sur des projections à l’horizon 2025 à 200 milliards d'euros de chiffre d’affaires global du secteur, on se situerait plutôt aujourd’hui sur des projections autour 600 milliards. La commercialisation de casques de réalité virtuelle pour le grand public y est certes pour beaucoup – on pense bien sûr à l’Oculus Quest de l’entreprise créatrice éponyme rachetée par Facebook 2 milliards de dollars en 2014 - mais ce sont surtout les possibilités offertes par ces technologies avancées dans tous les domaines qui 22-23

ont permis de conquérir l’ensemble des secteurs économiques, lesquels sont bouleversés par les opportunités de développement qu’elles offrent : de l’industrie du tourisme à celle de l’automobile en passant par la médecine, l’aviation, l’architecture, la sécurité ou encore la maintenance industrielle, ce sont autant de marchés qui se créent. Loin de se cantonner à un seul environnement ludique, la réalité virtuelle implique une prise en compte de ses spécificités au sein de l’entreprise et une adaptation des règles traditionnelles à la virtualisation des processus industriels et de service qu’elle propose. L’heure semble plus que jamais venue de faire se rencontrer les mondes numériques et physiques par une superposition d’effets virtuels au monde réel.  n E.B.

I

PLANÈTE ROBOTS N°61

22-23-Intro-RV-61.indd 22

09/12/2019 14:57


Dossier

Plutôt qu’envoyer ses collaborateurs à l’autre bout du monde pour assister à une réunion, il y avait la possibilité de faire des sessions de réunion en vidéoconférence. Mais en dehors de la salle où se produit cette réunion, le participant distant a difficilement accès au reste du bâtiment. La réalité virtuelle permet d’aller beaucoup plus loin. Le visiteur, tranquillement assis avec son casque virtuel peut s’immerger totalement dans un local grâce à des caméras 360° situées sur place, qui peuvent, pourquoi pas, être mobiles grâce à des robots de téléprésence (ou avatars). Mieux encore, tous les participants, où qu’ils soient situés sur Terre, peuvent entrer virtuellement dans un univers commun et chacun peut voir l’avatar

26-27

numérique de chaque collaborateur. En plus de créer une réunion 100 % virtuelle, les participants peuvent tourner autour d’une maquette en 3D d’un véhicule, d’une pièce à usiner ou d’une chaîne de production pour en discuter. La maintenance et le contrôle industriel pourraient faire un virage massif vers la réalité augmentée. Quoi de mieux qu’une véritable encyclopédie intelligente des cas de panne et des points de contrôle à effectuer pourrait accompagner un technicien de maintenance. Si en plus, cette encyclopédie montre en temps réel ce que le technicien doit faire pour détecter la panne et même la réparer, c’est un gros plus. Aujourd’hui, la technologie existe avec la réalité mixte. Du texte et des images 3D se superposent

au regard du technicien. Une pièce à vérifier ou à désolidariser pourra être mise en évidence par un changement de couleur, une notification pourra également être affichée pour éviter toute erreur ou tout oubli pouvant provoquer un incident ou un retard sur la tâche en cours. Pour cela, le technicien pourra soit porter un casque de réalité augmentée/ mixte ou bien des projecteurs afficheront ces informations directement sur les pièces qu’il regarde. L’industrie du marketing a une grosse carte à jouer également dans ce domaine. À l’heure où les gens font tout pour faire disparaître la publicité de leur champ visuel (passage sur les plateformes de vidéo à la demande payantes, stop pub sur les boîtes aux lettres et les butineurs Internet, etc.), il existe un

I

PLANÈTE ROBOTS N°61

24-33-Solutions-RV-61.indd 26

09/12/2019 14:58


La réalité virtuelle en 2020

Casque + console de jeu

Casque autonome

Casque + ordinateur

Casque + Smartphone

© HTC

HTC Vive Focus Plus (HTC) Le Vive Focus Plus est un casque conçu pour le milieu professionnel. Le fait qu’il soit autonome permet de facilement le transporter pour un déploiement en salle de formation ou en itinérance. Son processeur embarqué Qualcomm Snapdragon 835 permet assez de puissance pour une utilisation sur des univers virtuels complexes. Le suivi se fait sans capteurs externes et ses manettes dérivent des modèles précédents de la marque, quoique légèrement améliorés. Résolution : 2 880 x 1 600 pixels à 75 Hz. Champs de vision : 110 ° Magasin d’applications : Viveport, Vive Wave Prix : 830 €

Oculus Go (Facebook)

© Oculus/Facebook

Casque d’initiation, l’Oculus Go permet d’avoir un vrai casque de réalité virtuelle autonome avec un nombre assez conséquent d’applications, comme celle de l’expérience au jeu vidéo en immersion. Attention, faute de room scale, les déplacements du joueur ne sont pas pris en compte, uniquement les mouvements effectués par la tête dans toutes les directions. Sa manette, plus proche d’une télécommande que d’un Oculus Touch, perd toute l’ergonomie offerte par ses concurrents plus évolués. La hauteur de la manette n’est pas prise en compte, seulement sa direction. À réserver aux personnes plus intéressées par l’expérience (sommaire) en VR que pour le jeu. Il peut devenir un excellent moyen de visionner le résultat de vos films provenant d’une caméra 360° ou pour visionner des vidéos YouTube 360°. Résolution : 2 560 x 1 440 pixels à 72 Hz Champs de vision : 101 ° Magasin d’applications : Oculus Go Store Prix : 220 €

Oculus Quest (Facebook)

© Oculus/Facebook

Dédié au jeu, ce casque autonome a tout pour prendre une part significative sur le marché. Il dispose d’une logithèque déjà très achalandée mais va bénéficier dans les mois à venir d’un câble permettant de le relier à un PC afin de bénéficier de sa logithèque VR (et une qualité graphique rehaussée) comme n’importe quel casque filaire. L’Oculus Quest bénéficie d’un suivi de grande qualité grâce à ses caméras embarquées et ne nécessite dont pas de capteurs. Les manettes Oculus Touch restent ce qui se fait de mieux en matière de contrôleurs. Début 2020, le casque pourra également accéder au suivi des mains non équipées de contrôleurs rendant l’expérience plus immersive. Voir notre test complet dans ce même numéro. Résolution : 2 880 x 1 600 pixels à 72 Hz. Champs de vision : 100 ° Magasin d’applications : Oculus Quest/Go Store, Oculus Rift Store (avec câble Oculus Link en option) Prix : 450 € PLANÈTE ROBOTS N°61

24-33-Solutions-RV-61.indd 31

I30-31 09/12/2019 14:58


Dossier

Venez-vous battre au sabre laser dans l’univers Star Wars avec trois épisodes de Vader Immortal.

Oculus Quest

Le meilleur des deux mondes Après avoir révolutionné la réalité virtuelle sur ordinateur (Oculus Rift), puis à l’aide d’un smartphone (Gear VR), Oculus se démarque de nouveau dans un casque VR autonome. Plus de fil à la patte vers un PC. Mais la puissance de calcul embarquée est-elle suffisante ? DE L’OCULUS GO À L’OCULUS QUEST Facebook avait déjà proposé un premier casque VR autonome, l’Oculus Go (testé dans Planète Robots n°53. Celui-ci était un très bon moyen pour s’initier à la réalité virtuelle sans avoir à débourser pour un gros PC et un casque coûteux, ni à perdre en facilité et confort visuel en utilisant un casque muni d’un smartphone. La puissance intégrée et le contrôleur unique ne permettaient pas l’immersion dans des jeux évolués mais étaient parfaits pour des

34-35

expériences diverses comme le visionnage de vidéos 360° ou la visite virtuelle et interactive de l’annexe d’Anne Franck. Pour améliorer le concept, Oculus a sorti au printemps dernier l’Oculus Quest, un casque de réalité virtuelle principalement dédié au jeu vidéo. Son design venant à l’essentiel reprend celui de l’Oculus Go, mais avec un aspect premium grâce à sa coque recouverte de tissus comme le Daydream de Google.

UN CASQUE VR BIEN PENSÉ Le casque est livré avec deux Oculus Touch, un pour chaque main. Très ergonomiques, avec une bague de suivi sur le dessus, ils comportent chacun trois boutons sur le dessus (X, Y, Menu pour le gauche, A, B, Home pour le droit), un joystick analogique avec bouton intégré, une gâchette et un grip pour attraper les objets virtuels. Ils sont maintenus avec une dragonne à votre poignet mais ne sont pas maintenus dans la main avec une sangle, comme sur certains

I

PLANÈTE ROBOTS N°61

34-37-Test-Oculus-Quest-61.indd 34

09/12/2019 14:57


par Alain

Bensoussan

La réalité virtuelle et la réalité augmentée peuvent utiliser des appareils spécifiques comme des casques, mais peuvent également être diffusées par de simples smartphones.

Elles trouvent de nombreuses applications professionnelles comme en témoigne le dossier que consacre ce numéro de Planète Robots à la réalité virtuelle. Elles se déclinent dans la santé (assistance au chirurgien et au patient), la formation du personnel à des gestes à risques (sécurité civile, maintenance nucléaire), l’industrie (modélisation et conception de prototypes, simulation de conditions de production), l’urbanisme (gestion technique des bâtiments), la culture et le tourisme (visites virtuelles de musées, de lieux historiques reconstitués ou de pays lointains), etc. Elles constituent une aide à la prise de décision tant dans un contexte personnel (achat immobilier par exemple), que professionnel où elles répondent à des enjeux de productivité et de sécurité dans la réalisation des opérations. Selon le GIV (Global Industry Vision), le pourcentage d’entreprises qui utiliseront la réalité virtuelle ou augmentée devrait croître de 10 % d’ici 2025 et générer des revenus

de 1 300 milliards de dollars américains au cours de la prochaine décennie (giv@2025, août 2019). Mais ces innovations ne doivent pas se faire au détriment des utilisateurs, qui n’ont pas toujours le contrôle ni la connaissance de certaines utilisations de leurs données p ­ ersonnelles. LA MODÉLISATION COMPORTEMENTALE ET LA PROTECTION DES DONNÉES Les technologies immersives ne peuvent être mises en œuvre hors de tout cadre juridique. Un ensemble de règles contraignantes au ­niveau européen s’appliquent déjà ou sont pertinentes dans le cadre de la mise au point, du déploiement et de l’utilisation de telles technologies dans la mesure où elles exploitent des données à caractère personnel. Ces technologies permettent de collecter des données très précises sur leur utilisateur. Elles modélisent son comportement, utilisent son expérience sensorielle et visuelle en enregistrant ses moindres réactions, sa manière de se déplacer et d’agir. Ces interactions

sont autant d’informations qui permettent d’identifier, directement ou indirectement, une ­personne. Le règlement général sur la protection des données de l’Union européenne impose à toutes les entreprises des pays de l’UE de nouvelles règles de protection strictes de la vie privée et des données personnelles. Ces dernières doivent être collectées pour des finalités bien identifiées et préalablement explicitées auprès des personnes concernées. Les données doivent en outre être protégées pour éviter leur exploitation à des fins commerciales, voire leur revente à des sociétés tierces (fournisseurs de contenus Internet notamment) à l’insu des utilisateurs. Ces règles ont un impact significatif sur les entreprises du monde entier ayant recours à des technologies immersives, tant au sein de l’UE que dans les autres pays. Elles s’appliquent en effet à tout organisme traitant les données personnelles de « résidents européens », que les responsables soient établis ou pas dans l’Union européenne. l PLANÈTE ROBOTS N°61

38-39-Rubrique-droits-61.indd 39

I38-39 09/12/2019 14:57


Complétez votre collection Commandez les revues que vous souhaitez recevoir

Numéro 25

Numéro 26

Numéro 27

Numéro 28

Numéro 29

Numéro 30

Numéro 31

Numéro 32

Numéro 33

Numéro 34

Numéro 35

Numéro 36

Numéro 37

Numéro 38

Numéro 39

Numéro 40

Numéro 41

Numéro 42

Numéro 43

Numéro 44

Numéro 46

Numéro 47

Numéro 48

Numéro 49

Numéro 50

Numéro 51 PLANÈTE

ROBOTS

Numéro 45

PROSPECTIVE 2040 LA TÉLÉ-PRÉSENCE

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2019 - NUMÉRO 60

LE MAGAZINE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

NOËL 2019

INCENDIE DE NOTRE-DAME COLOSSUS A COMBATTU LES FLAMMES

NOTRE SÉLECTION DE ROBOTS

LES ROBOTS AU COEUR

IMPRIMEZ VOS ROBOTS EN 3D !

DE LA LOGISTIQUE

- RD

Numéro 53

Numéro 54

Numéro 55

Numéro 56

Numéro 57

Numéro 58

Numéro 59

L 11849 - 60 - F: 6,50

Numéro 52

planeterobots.com

CES ROBOTS

QUI RÉVOLUTIONNENT LE MILIEU MÉDICAL

STAR WARS

Lego étend sa gamme

DES ROBOTS

fabriqués avec du matériel de récupération

Numéro 60

LE LIDAR

un œil perçant pour connaître son environnement

BULLETIN DE COMMANDE à découper ou photocopier et à retourner à : PLANÈTE ROBOTS - LEXING ÉDITIONS, 58 BOULEVARD GOUVION-SAINT-CYR 75017 PARIS o Je paye par chèque à l’ordre de « Lexing Éditions » o Je désire une facture (adresse courrier électronique impérative dans ce cas)

Société ................................................................................... Nom ........................................................................................ Prénom ................................................................................... Profession (facultatif)............................... Âge (facultatif).............. Adresse .................................................................................. ................................................................................................ Code postal ............................................................................ Ville ................................................. Pays .............................. Téléphone fixe (facultatif) ........................................................... Téléphone portable (facultatif) ................................................... E-mail .....................................................................................

Je désire commander le ou les numéro(s) suivant(s) :

Cochez la case correspondante

o n°1 o n°2 o n°3 o n°4 o n°5 o n°6 o n°7 o n°8 o n°9 o n°10 o n°11 o n°12 o n°13 o n°14 o n°15 o n°16 o n°17 o n°18 o n°19 o n°20 o n°21 o n°22 o n°23 o n°24 o n°25 o n°26 o n°27 o n°28 o n°29 o n°30 o n°31 o n°32 o n°33 o n°34 o n°35 o n°36 o n°37 o n°38 o n°39 o n°40 o n°41 o n°42 o n°43 o n°44 o n°45 o n°46 o n°47 o n°48 o n°49 o n°50 o n°51 o n°52 o n°53 o n°54 o n°55 o n°56 o n°57 o n°58 o n°59 o n°60 Nombre de magazines cochés ...... x 6,50 € = .......... + participation aux frais d’envoi : 6 € : 1 numéro commandé 10 € : 2 à 10 numéros commandés Au-delà de 10 numéros, nous contacter : contact@planeterobots.com Total : .......... Exemple : 4 magazines cochés 4 x 6,50€ = 26€ + 10€ d’envoi = 36€ PLANÈTE ROBOTS N°61

57-Anciens-numéros-61.indd 57

I56-57 09/12/2019 15:01


Imaginé par Calty Design Research en collaboration avec Toyota Innovation Hub, le Concept-i est une voiture électrique autonome (de niveau 4), dotée de quatre places et dont les portes s’ouvrent à la verticale. Elle embarque une I.A., baptisée Yui, qui a été conçue pour communiquer avec le conducteur et ses passagers ainsi qu’avec l’environnement extérieur par le biais de messages lumineux. Au fil du temps, Yui apprendra à construire une relation avec le conducteur qui ira au-delà de l’apprentissage de ses horaires et de ses habitudes de conduite. La voiture exploitera différentes technologies pour mesurer l’émotion du conducteur, en fonction du lieu et du moment, et anticipera ses besoins. Pour favoriser la sécurité routière, Yui utilisera des technologies de pointe en les combinant à des stimuli visuels et haptiques pour développer la communication en fonction des réactions du conducteur, qui aura le choix entre une conduite autonome ou manuelle, mais l’I.A. continuera à surveiller constamment son attention ainsi que les conditions routières afin d’augmenter, si nécessaire, la part de conduite autonome pour le relayer ou l’aider à gérer des conditions de conduite dangereuses. Yui transmettra les informations essentielles par la lumière, le son et le toucher. À l’occasion des JO 2020 à Tokyo, le Concept-i servira de relais dans le parcours de la flamme olympique et ouvrira l’épreuve du marathon. Designers : Calty Design Research / Toyota

98-99

L’OUVERTURE DU PREMIER CENTRE DE RECHERCHE SUR LA BIOTECHNOLOGIE EN MILIEU BÂTI

© HBBE - Assia Stefanova

CONCEPT-I, LE NOUVEAU CONCEPT-CAR DE TOYOTA

organisé autour de trois thèmes centraux : le métabolisme de la construction, la construction vivante et les environnements microbiens. Il comprendra deux laboratoires de recherche : le Micro-Design Lab, basé à l’université de Northumbria, et le Macro BioDesign Lab, basé à l’Université de Newcastle. Par ailleurs, une maison biologique expérimentale, baptisée OME, va être construite

Grâce à un financement de huit millions de livres, des chercheurs de l’université de Newcastle et de l’université de Northumbria ont récemment ouvert le HBBE (Hub for Biotechnology in the Built Environment) dans le but de développer des biotechnologies pour créer une nouvelle génération de bâtiments vivants qui répondront à leur environnement en utilisant des matériaux d’ingénierie vivants pour réduire les processus de construction industriels devenus inefficaces. Ces futurs bâtiments vivants seront ainsi capables de métaboliser les déchets, réduire la pollution, générer de l’énergie ainsi que des produits et moduler leur microbiome pour améliorer la santé et le bien-être des habitants. Le HBBE est

sur le campus de l’université de Newcastle afin de servir d’installation pour tester et mettre en valeur les recherches novatrices du HBBE. Designers : HBBE

AI : TRAIL, UN CONCEPTCAR D’AUDI ÉCLAIRÉ PAR DES DRONES

Lors du dernier salon de l’automobile de Francfort, Audi a présenté un nouveau concept-car tout-terrain au design futuriste, baptisé AI:TRAIL Quattro, qui, entre autres choses, a pour particularité d’être dépourvu de phares. En effet, ce véhicule électrique autonome, de niveau 4, est équipé de cinq drones électriques de forme triangulaire et sans rotor, baptisés Audi Light Pathfinders. Ces drones ultralégers, qui sont dotés de leds, peuvent voler devant le véhicule pour éclairer la route, tout en ne consommant que peu d’énergie. Chacun d’eux embarque une caméra qui permet de filmer et d’envoyer, par wi-fi, sur un écran situé sur le tableau de bord les images de l’état de la route pour aider le conducteur à repérer d’éventuels dangers. Ils sont capables d’atterrir sur le toit du véhicule (ou sur une galerie de toit) pour s’arrimer à des stations d’accueil où ils peuvent se recharger par induction. Ils se coordonnent de manière automatique et volent généralement au moins par paire mais, en cas de besoin, ils peuvent aussi tous se regrouper pour fournir un éclairage renforcé ou illuminer les alentours du véhicule. Le conducteur peut aisément les contrôler grâce à un logiciel installé sur son smartphone. Designers : Audi

© Audi

© Toyota

News concepts

I

PLANÈTE ROBOTS N°61

98-News-Concepts-61.indd 98

09/12/2019 15:08

Profile for Planète Robots

Planète Robots N° 61 | 13 pages | janvier-février 2020  

Découvrez le numéro 61 de Planète Robots du début de cette année 2020

Planète Robots N° 61 | 13 pages | janvier-février 2020  

Découvrez le numéro 61 de Planète Robots du début de cette année 2020

Advertisement