__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

couverture 9_Mise en page 1 11/04/11 05:24 Page1

innorobo 2011 PARI GAGNÉ ! MAI - JUIN 2011 - NUMÉRO 9

N O U V E L L E S

T E C H N O L O G I E S

D U

F U T U R

LES ROBOTS ET L’ART - Le monde du spectacle - La robotique imaginée par les artistes

BD DVD News Livres Gadgets

1893

JAPON MAIS OÙ SONT LES ROBOTS ?

BOILERPLATE LE ROBOT SOLDAT

Les 8 et 9 mars 2011, un colloque rassemblant des chercheurs américains et japonais portait sur les robots d'intervention d'urgence.

LE 11 MARS 2011,

KAROTZ

LE JAPON ÉTAIT

RAVAGÉ !

LA ROBOTIQUE UN FORMIDABLE OUTIL PÉDAGOGIQUE

TEST DU ROBOMOW RL2000 L 11849 - 9 - F: 5,90 € - RD

UNE TONDEUSE AUTOMATIQUE

POUR LE SHOW LAPIN !


SEML Nouvelle du Parc du Futuroscope, société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance, au capital de 6.604.500 €, dont le siège social est situé BP 2000, 86130 Jaunay-Clan, inscrite au RCS de Poitiers sous le N° B 444 030 902. ©2009 Europacorp/TF1 Films Production/Apipoulaï Prod/Avalanche Productions/Images et effets 3D BUF.

7 à poitiers 220x300_Mise en page 1 18/10/10 13:02 Page1

s, Après les film

l’attraction !

futuroscope•com


1p edito9_Mise en page 1 10/04/11 23:39 Page1

édito

Planète Robots Édité par Les Éditions d'Acamar, 161, bd Henri-Sellier, 92150 Suresnes. Directeur de la publication : Philippe Seban seban@planeterobots.com Rédacteur en chef : Frédéric Boisdron boisdron@planeterobots.com Directrice de rédaction : Najet Ben Bassou bassou@planeterobots.com Rédacteurs : Nicolas Denis, Josèphe Ghenzer, Joe Pillow, Yves Martinez, Cédric Vasseur, Astroneo, Simona D'Attanasio Honiger, Screetch, Towanda, Cyril Drevet ainsi que l'association Caliban. Secrétaire de rédaction : Xul-otar Tellestim Direction artistique : Patrick Lusinchi

© 2 011 Les Éditions d'Acamar Dépôt légal à parution Diffusion MLP ISSN : 2106-3133 N° de commission paritaire : en cours Imprimé par Deaprinting, 28100 Novara - Italie La rédaction n’est pas responsable de la perte ou la détérioration des textes, fichiers ou photos qui lui sont adressés pour appréciation. La reproduction, même partielle, de tout matériel publié dans ce magazine est interdite. Une remarque, une idée, une question pour notre rubrique courrier : courrier@planeterobots.com Vous êtes une société, une association, un particulier, vous désirez nous soumettre un communiqué ou nous proposer un article de votre cru. Nous sommes à l'écoute de vos propositions et de vos candidatures pour intégrer notre équipe.

directeur.artistique@planeterobots.com

contact@planeterobots.com Publicité : Aabam Consulting, 161, boulevard Henri-Sellier, 92150 Suresnes. Tél. : 01 46 25 05 25 contact@aabam.fr

Merci, amis lecteurs, d'avoir été aussi nombreux à venir nous voir sur le stand de Planète Robots lors du salon INNOROBO de Lyon… Ce fut avec plaisir que nous avons reçu vos encouragements. Nous sommes repartis avec du baume au cœur et l'envie de continuer longtemps — très longtemps ! Ce salon a été également pour nous l'occasion de vous préparer quelques dossiers fort sympathiques pour les prochains numéros. Nous avons pris contact avec de nombreuses personnes (que nous rencontrerons dans les semaines et les mois à venir, afin de vous montrer avant tout le monde ce qui nous attend dans les prochaines décennies). Et malgré ce que l'on pourrait croire, la France et l'Europe ne traînent pas en queue de peloton dans le domaine de la robotique et dans celui de la domotique — bien au contraire… Votre magazine va donc vous plonger dans l'ambiance du premier salon européen de la robotique de services. De nombreuses photos ont été prises, rien que pour vos yeux ébahis. Gardez ce numéro précieusement, il sera une illustration parfaite des débuts de la robotique comme l’ont été les premiers salons de l'informatique dans leur domaine, au début des années 1980 (rappelez-vous les premiers micro-ordinateurs familiaux et l'époque où le Spectrum tenait le haut du pavé technologique !). Vous l’avez remarqué, nous avons accueilli quelques nouveaux membres dans notre rédaction. L’un d’entre eux a entamé une série d'articles qui tournent autour de l'art robotique. Il y a de la matière et Astroneo se révèle intarissable sur le sujet. Dans la même veine, Cédric va quant à lui vous montrer les robots qui opèrent dans le monde du spectacle. Rihanna ne s'en est toujours pas remise !… Boilerplate a été créé à l'époque victorienne. Il a participé à de nombreux conflits et a combattu sur le front durant la Première Guerre mondiale. Je vois déjà vos yeux s'écarquiller… Plongez donc dans la légende de Boilerplate ! Pour ce qui concerne les robots anciens, vous découvrirez à la fin de ce numéro le RobotArm de QuickShot (un bras robotisé qui ressemble aux bras industriels mais est piloté par le biais de manettes de jeux ou par ordinateur). Ce robot des années 1980 fonctionne à merveille et il est encore utilisé de nos jours sur d’antiques micro-ordinateurs MSX 8 bits !… Nous avons également testé pour vous un aspirateur Samsung au design très avancé et le Robomow RL2000, un robot tondeuse mastodonte capable d’effectuer une tonte programmée de votre pelouse pendant que vous sirotez votre verre de jus de fruits sur la terrasse… Bonne lecture et à bientôt ! ■Frédéric Boisdron

PLANETE ROBOTS N°9

I02-03


PLANÈTE

ROBOTS N O U V E L L E S

T E C H N O L O G I E S

D U

F U T U R

Mai / Juin 2011 - NUMÉRO 9

ÇA VIENT DE SORTIR

06 14 18

20

22 26

30

Robots News Tout ce qu'il faut retenir de ces deux derniers mois dans le monde étrange de la robotique. De la diffusion des Intelligences artificielles L'association Caliban nous transmet une chronique sur les limites qui existent entre l'artificiel inanimé et le vivant. Séismes et catastrophes nucléaires au Japon… Mais où sont les robots ? Le Japon, à ce jour maître incontesté de l'industrie robotique, a été frappé de plein fouet par des catastrophes qui ont chamboulé le pays à tout jamais. Les robots étaient-ils prêts à affronter ces nouveaux dangers ?… iRobot, un grand nettoyage de printemps Le fabricant de robots aspirateurs le plus connu, iRobot, dévoile ses nouveaux chevaux de bataille : une nouvelle gamme de Roomba, un tout petit Scooba et un robot de téléprésence. Une mission hors du commun C'est fait — le premier robot humanoïde spatial, Robonaut 2, mis au point par GM et la NASA, est parti prêter main-forte dans la Station spatiale internationale ! Karotz, c'est reparti pour le show... lapin Mindscape a repris le concept du Nabaztag, mais a entièrement retravaillé ses applications. Du coup, le lapin communicant le plus célèbre du monde a été rebaptisé Karotz. INNOROBO — Lyon fait son Robot Show INNOROBO, le premier salon de la robotique de services en Europe, a ouvert ses portes à Planète Robots, dont il était le partenaire. Compte-rendu photo de tout ce qu’il s’y est passé…

62

66 70

VIE QUOTIDIENNE

72 74

Interview : Pierre Seguin, de POB-Technology Un entretien avec Pierre Seguin, le fondateur de POB-Technology. Ses robots modulables se vendent à la pelle ! Nous l'avons rencontré pour qu’il nous en parle.

80 82

86

44 48 56

58

04

88 La robotique dans le monde du spectacle Les robots sont nés dans l'univers du spectacle avec la pièce de théâtre R.U.R. Aujourd'hui, plus que jamais, ils se montrent bien présents et proposent des tours de magie ou quelques entrechats en compagnie de stars du show-biz. Asimo fête ses dix bougies Cela fait déjà une décennie qu’Asimo est devenu LA référence en matière de robots humanoïdes. Retour sur son développement… La robotique imaginée par les artistes (I) — Un retour aux sources Première partie d'un gros dossier sur la robotique dans l'art. Ces damnés robots n'ont pas fini de faire irruption dans notre culture ! Solo Clean, la première autolaveuse pour grandes surfaces qui se déplace toute seule Il existe des robots qui nettoient votre sol (le Scooba est le plus connu des engins de ce type, mais ne s'attaque qu'à votre foyer)… Que faites-vous si vous possédez un gymnase ou une salle de spectacle ? Le Solo Clean va vous dépanner ! La robotique : un formidable outil pédagogique pour petits et grands La robotique, un vecteur de développement scolaire ? Pourquoi pas ? Une expérience profitable à tous…

I

PLANETE ROBOTS N°9

Tuto : Une application iPhone pour le robot POB Pob-Technology a créé des liens entre le smartphone de la pomme croquée et son robot. Tentons une première expérience… Tuto : Gérer la complexité en urbiscript Le langage Urbi de Gostai permet de créer des tâches parallèles. Voici un moyen de s'y mettre — par l'exemple.

GADGETS HIGH-TECH

LES DOSSIERS

40

Test : Robot aspirateur Samsung Navibot SR8855 Un nouveau robot aspirateur déboule sur le marché. Samsung est loin d'être un petit nouveau dans le monde de l'électroménager… Mais a-t-il réussi le virage de la robotique ? Robomow RL2000 — Une tondeuse automatique dotée d'un mode Manuel Robomow nous propose le RL2000, le haut de la gamme. Nous l'avons testé (enfin, c’est beaucoup dire : il a travaillé à notre place !).

TUTORIELS

PORTRAITS

38

La légende de Boilerplate : un robot soldat à l'époque victorienne Archibald Campion a présenté dès 1893 un robot soldat à l'Exposition universelle de Chicago. Quèsaco ? Quelles étaient ses possibilités ? La victoire, un travail d'équipe Voici la suite de notre dossier sur les robots footballeurs — nous continuons sur notre lancée et nous attaquons à la notion d'équipe ! Copie conforme ! Le Blue Brain Project est une étude du fonctionnement du cerveau humain qui vise à en créer une copie, au profit des robots du futur.

Gadgets et tendances à venir Une petite sélection de gadgets et d’autres produits dans le vent qui ont retenu notre attention. La curiosité est de mise… Concepts du futur Les objets de tous les jours constituent d'abord des concepts avant d'être ce qu'ils sont. Nous allons étudier, dans cette rubrique, les plus intéressants — ceux qui fourmillent dans la tête de nos designers.

OPEN YOUR MIND

90 94 96 98

Actus Ciné, DVD, BD, Livres Les robots sont partout, même à l'intérieur de votre bibliothèque, de votre vidéothèque et de tout ce qui finit par « thèque ». Florilège ! Rubrique Jeux Vidéo Histoire de ne pas louper ce qui se passe sur vos consoles de jeux et vos ordinateurs, voici la rubrique des fans de la manette ! P.U.M.A. : Segway sort ses griffes Quand Segway s'allie avec un constructeur automobile — cela donne un projet innovant de voiture futuriste sur deux roues. Vintage Robot : RobotArm SVI2000 Dire qu'en 1986, on pouvait acheter un bras robotisé pour son micro-ordinateur 8 bits et que ce dernier, déjà, pouvait être programmé. Pourquoi avons-nous attendu si longtemps pour renouveler l'exploit ?

Sommaire

1p sommaire9_Mise en page 1 10/04/11 18:40 Page1


Roomba-SantĂŠ_Mise en page 1 11/04/11 03:57 Page1


8p news9_Mise en page 1 11/04/11 03:27 Page1

NEWS mai / juin 2011 Robots

Le LAAS-CNRS, partenaire de Robotex pour la robotique terrestre et humanoïde Le projet Robotex fait partie des cinquante-deux lauréats de la première vague de l’appel à projets Équipements d’excellence lancé le 20 janvier 2011. Ce réseau, unique au monde, relie les meilleures équipes françaises de recherche académique et couvre l’ensemble des champs de la robotique. Le LAAS-CNRS (Laboratoire d'analyse et d'architecture des systèmes), basé à Toulouse, est notamment impliqué dans des thèmes comme la Robotique mobile, la Robotique humanoïde et les Interactions naturelles ; il y a acquis une expérience reconnue. Il va ainsi faire l’emplette de nouveaux robots (pour un montant de neuf cent mille euros), qui constitueront le support de recherches dans le contexte des systèmes multirobots, des robots interactifs et des robots humanoïdes. La robotique de production industrielle, la robotique médicale, la microrobotique et la nanorobotique s’ajoutent à la robotique humanoïde et la robotique mobile (terrestre, aérienne) pour former les cinq thèmes scientifiques explorés par le réseau Robotex. ◗ www.laas.fr

Syrobo se prépare pour demain Dans le cadre de la préparation du salon INNOROBO, le Syrobo, Syndicat français de la robotique, avait tenu une conférence de presse début février. Les principaux acteurs français du secteur y avaient précisé leur vision de la robotique. Tout d'abord, s’il existe des kits complets de programmation relativement abordables pour le particulier, concevoir un robot doté de facultés d'apprentissage reste du domaine des professionnels. Bien loin des délires de Star Wars, chaque robot est actuellement créé pour une fonction précise. Et quand la forme humaine se trouve privilégiée, c'est à une échelle inférieure à celle des humains, pour rassurer… Enfin et surtout, le meilleur est à venir, l'accélération technologique devant aboutir d'ici quelques années à la révolution de la robotique personnelle. « Aujourd'hui, regarder avec un petit sourire la technologie des robots en pensant que c'est un truc de gamins, c'est aussi ridicule que les gens qui regardaient le TI99/4A en se disant que c'était un gadget. Il y a une vraie révolution accélérée de la technologie », affirme Bruno Bonnell. ◗ www.syrobo.org

Pour ne rien rater ! Depuis septembre, à Moscou, un robot remplace (gratuitement) en classe un petit garçon atteint de leucémie… Stepan le contrôle de chez lui, via Internet. Le robot transmet au malade le contenu du cours de façon interactive, mais surtout lui permet de communiquer avec des enfants de son âge. Le robot peut rouler et bouger la tête de droite à gauche ; il est équipé d'une caméra, d'un micro et d'enceintes. Si au début, l'arrivée du robot a provoqué l'étonnement, il est maintenant parfaitement accepté — et tous, élèves, maîtresse et parents, se réjouissent de l'effet positif qu'il a apporté à la vie du jeune Russe. Il a fallu deux ans aux chercheurs pour le mettre au point. Ses concepteurs espèrent maintenant pouvoir développer ce formidable vecteur de bien-être social à domicile, pour les malades et les handicapés. ◗

EN BREF… À Nîmes, le lycée Dhuoda s'est offert un Nao, pour permettre aux élèves, de la seconde au BTS, d'apprendre à programmer des robots. Cette volonté a tout de même un prix : douze mille euros. À Sète, c'est le lycée Joliot-Curie qui se lance dans l'aventure. On annonce la sortie d'une version améliorée du robot Cougar10-L : le Cougar20-H. Alors que son grand frère pouvait détecter une présence humaine à la simple respiration ou aux battements du cœur (en posant un détecteur sur une paroi), le petit nouveau fait de même, mais à distance, dans un bâtiment de plusieurs étages. Ce robot se révèle très utile pour retrouver des personnes ensevelies… ou des ennemis — car il a été conçu pour l'armée américaine.

06

I

PLANETE ROBOTS N°9


8p news9_Mise en page 1 11/04/11 03:27 Page2

NEWS Robots mai / juin 2011 De la robotique industrielle… médicale La société Maquet Cardiopulmonary AG a créé un système de production robotisé d'oxygénateurs — des composants de circulation sanguine extracorporelle. Seuls les robots permettent d'obtenir la précision requise (+/- 0,02 mm) à cette vitesse de travail (les bras se déplacent à 11 m/s) et en production permanente, dans un environnement aseptisé. Malgré ces contraintes, l'accent a été mis sur la simplicité de la programmation, afin d'assurer sécurité et interopérabilité, comme le précise Gunter Baron, développeur de systèmes de perfusion chez Maquet: « Nous voulions une programmation simple et une production régulière. Il devait être possible d’utiliser divers types de robots avec des contrôleurs les plus identiques possibles. » Ce travail a été réalisé en collaboration avec Mitsubishi Electric. ◗ http://www.maquet.com

Mon infirmière est un robot L'hôpital d'Avesnes, dans le Pas-de-Calais, s'est doté d'un nouveau préparateur en pharmacie : Nono. Ce robot prépare automatiquement les doses médicamenteuses des résidents de la maison de retraite du centre hospitalier, à partir de leur dossier médical. Il les rassemble dans de petits sachets nominatifs, par prise. L'infirmière n'a plus qu'à les distribuer aux patients… Nono permet d'augmenter la sécurité de la délivrance des médicaments : un tiers des effets indésirables liés à une prise en charge médicamenteuse sont en effet dus à une erreur d'administration. L'investissement de l'établissement s'est élevé à cent quinze mille euros. Une vidéo présentant notre préparateur est disponible sur le site de L'Observateur de l'Avesnois. ◗ (www.lobservateurdelavesnois.fr). www.ch-avesnes.fr

Acroban, un robot à prendre par la main L’équipe de recherche Flowers de l’INRIA Bordeaux – Sud-Ouest, en collaboration avec le LaBRI (université Bordeaux 1), a conçu le premier robot humanoïde permettant de créer des interactions physiques fluides, intuitives et robustes, même avec des enfants. Pour être produit à plus grande échelle et répondre à des enjeux sociétaux comme le maintien à domicile des personnes âgées, un robot personnel doit être peu coûteux et suffisamment fiable pour être mis en contact avec des personnes (adultes comme enfants). Bien qu’initialement issu de la recherche fondamentale sur le mouvement et l’apprentissage, Acroban répond à ces deux objectifs et ouvre de nouvelles perspectives pour la robotique personnelle du futur. Il possède une colonne vertébrale et comporte des matériaux bio-inspirés, une structure pouvant se déformer doucement, la possibilité d'acquérir de nouveaux mouvements par l'apprentissage et un équilibre du corps inspiré de celui de l'être humain. Participent à cette belle aventure : l'INRIA (Institut national de recherche en informatique et en automatique), l'université Bordeaux I et le LaBRI (Laboratoire bordelais de recherche en informatique). ◗ http://flowers.inria.fr/acroban.php

EN BREF… Nao, le robot d'ALDEBARAN, a fait sa rentrée à l’école d’ingénieurs Polytech Annecy-Chambéry. Deux exemplaires participent à des projets d'étudiants et, au-delà, à des partenariats avec d'autres laboratoires et des entreprises. Ils devraient être bientôt rejoints par deux Pekee. D'ici là, les robots Nao auront déjà appris à préparer le café…

PLANETE ROBOTS N°9

I06-07


8p news9_Mise en page 1 11/04/11 16:58 Page3

NEWS mai / juin 2011 Robots

Nao entre à l'université ! Après l'université de Tokyo, l'université Paris Descartes est la deuxième à accueillir dans ses murs le petit Nao d'ALDEBARAN. Grâce à lui, les étudiants pourront travailler sur un support attractif pour développer leurs programmes d'Intelligence artificielle. Par exemple, un groupe d’étudiants mettra au point les algorithmes nécessaires pour que Nao puisse réussir une dictée. Il pourra alors écrire à la main ce qu’un humain lui dictera. Un autre groupe a pour projet de développer un programme permettant au robot de jouer aux échecs. Cela implique le développement d’un logiciel de jeu d’échecs, associé à la capacité pour Nao de reconnaître les pièces et de les déplacer sur les cases de l’échiquier. Axel Kahn, le président de l'université, a confié à l'AFP que son rêve est de pouvoir donner aux robots des « capacités d'interaction, je ne dirais pas d'empathie, de telle sorte qu'on commence à créer une minisociété de robots, que deux robots se reconnaissent l'un l'autre, interagissent l'un avec l'autre ». Dans un avenir plus proche, les robots Nao serviront aussi à concevoir des algorithmes de comportement communautaires, de traitement de la parole et d'interaction avec le monde réel. Avec, pour objectif de fond, d’en faire les aides de demain pour les personnes âgées ou handicapées. ◗ http://www.univ-paris5.fr/fre/Actualite/Nao-a-l-Universite-Paris-Descartes

Des robots miniatures comme auxiliaires médicaux Des robots miniatures pourraient effectuer des interventions ultraprécises au cœur de l'organisme : une équipe de chercheurs soutenue par le Fonds national suisse (FNS) travaille au développement de prototypes et s'apprête à tester une application concrète. Les instruments développés par l'équipe du professeur Brad Nelson de Zurich permettraient en principe d'opérer même… une mouche ! Bien que les recherches n'en soient encore qu'à leurs balbutiements, des robots miniatures autonomes pourraient bien se charger un jour de diverses interventions médicales à l'intérieur du corps (humain). Ces minuscules auxiliaires transporteraient en effet des substances actives jusqu'à l'emplacement requis au cœur des tissus, ou peut-être même procéder à des interventions chirurgicales minimes mais ultrapointues — et donc d'autant plus efficaces. Et ce qui ressemble, à première vue, à deux morceaux de sucre posés sur un petit piège à mouches, est en réalité un système très astucieux, conjuguant à la perfection nanotechnologies et champs magnétiques. L'intérêt principal de cette technique est de permettre à la chirurgie mini-invasive de franchir un nouveau cap : une petite incision dans une zone anodine du corps suffirait pour introduire les robots. Les chercheurs en font la démonstration avec l'œil humain, où un robot devrait bientôt servir au transport ciblé de médicaments dans le traitement des affections rétiniennes. ◗ www.snf.ch

Un robot contre le cancer Le CLARA, Canceropôle Lyon Auvergne Rhône-Alpes, soutient les projets innovants à travers des appels à projets intitulés Preuve du concept. L'un des projets sélectionnés consiste à mettre en œuvre un robot d'assistance à la chirurgie anticancéreuse. Le plus: mettre à disposition du chirurgien un robot porte-endoscope, qui lui permette d'accomplir ses actes en totale autonomie. Plus légère, plus compacte et positionnable à même le corps du patient, cette nouvelle génération de porte-endoscopes offre plus de précision et fournit une interface homme-machine extrêmement performante et à meilleur coût. Les chirurgies sont concernées par un tel équipement. Il a déjà été utilisé en clinique au cours de trois cents interventions et le programme Preuve du concept du CLARA a permis de l'évaluer dans le cadre de la chirurgie carcinologique. Plus exceptionnel encore: c'est à partir d'un robot conçu pour réaliser des tâches industrielles (assemblage, manutention, emballage,...) que ce nouveau modèle sera créé… ◗ www.canceropole-clara.com

EN BREF… À Dubai, deux hommes ont été arrêtés pour avoir fabriqué des robots jockeys truqués : ces derniers étaient munis d'un système pouvant envoyer des décharges à l'animal afin d'accélérer sa course. (Dans les Émirats, les robots remplacent les enfants dans les courses de dromadaires depuis 2005. Ils sont commandés à distance par un entraîneur qui suit la course en 4 x 4 !…) L'agence spatiale japonaise veut envoyer dans l'espace un robot humanoïde d'ici deux ans. Il devrait être doué de la parole et s'acquitterait de la surveillance du vaisseau et de celle de l'état de santé des astronautes.

08

I

PLANETE ROBOTS N°9


8p news9_Mise en page 1 11/04/11 03:27 Page4

NEWS Robots mai / juin 2011 Le vol du colibri Tout le monde a déjà admiré, du moins à la télévision, le vol stationnaire d'un colibri. La société AeroVironment, Inc. a fait mieux, en réussissant à reproduire ce type de vol avec un drone. La société travaille pour le compte d'une des branches de la recherche de l'armée américaine, la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency). Le prototype a seize centimètres d'envergure et pèse dix-neuf grammes. En démonstration, il a été capable de monter et de descendre verticalement, de se déplacer dans un bâtiment en passant simplement par les portes, de voler contre un vent soufflant par rafales. Il était piloté à distance, le pilote utilisant directement les images filmées par l'appareil pour le diriger. Le responsable du programme, le Dr Todd Hylton, a déclaré : « Le succès du programme NAV ouvre la voie à une nouvelle génération d'aéronefs dotés de l'agilité et de l'apparence de petits oiseaux. » ◗ À voir : la vidéo sur le site du constructeur (www.avinc.com).

Un chirurgien artiste Au Canada, les chirurgiens de l'Hôpital général juif de Montréal utilisent maintenant un robot Da Vinci dans le cadre du traitement des cancers gynécologiques. Le bilan du célèbre assistant de chirurgie est exceptionnel : les patientes opérées pour un cancer du col de l'utérus peuvent rentrer chez elles au bout de deux jours au lieu de sept, les pertes sanguines sont cinq fois moindres et les risques de complications ont été divisés par trois. Le traitement antidouleur est aussi plus léger. En définitive, même si le robot coûte cher (plus d'un million d'euros), l'ensemble des soins au patient se révèlent moins onéreux qu'en chirurgie classique. Seules quelques incisions sont nécessaires pour l'ensemble de l'appareillage et le chirurgien mène l'opération face à une représentation en trois dimensions, avec un champ opératoire agrandi dix fois. Qui plus est, le robot atténue les mouvements du chirurgien, pour éviter les tremblements. ◗ www.jgh.ca


8p news9_Mise en page 1 11/04/11 03:27 Page5

NEWS mai / juin 2011 Robots

Élémentaire, mon cher Watson !… Après Deep Blue, qui avait battu le champion du monde d’échecs en 1997, c’est aujourd’hui au tour de Watson, un autre superordinateur d’IBM (qui tire son nom du fondateur de la multinationale: Thomas J. Watson), de nous montrer toute l’étendue de son savoir et de ses capacités (compréhension du langage, réflexion et analyse contextuelle). En février dernier, il a fait la une de l’actualité en participant au jeu télévisé américain Jeopardy!, au cours duquel il a affronté Ken Jennings et Brad Rutter, deux spécialistes des jeux télévisés. La machine a nettement surpassé l’homme puisque sur les trois manches jouées, Watson en a remporté deux, en devançant très largement ses concurrents au total des gains cumulés, et concédé seulement un match nul. Watson a ainsi remporté le jackpot d’un million de dollars (qu'IBM s’est engagé à reverser à des œuvres de charité). Après ce test grandeur nature concluant, IBM a pour projet de développer ce type d’applications pour le monde de l’entreprise et estime que des versions commerciales de Watson, adaptées à différents secteurs d’activité (santé, vente, transport, etc.), pourraient être commercialisées d’ici deux ans. ◗ www.ibm.com/watson

À vos marques — prêts, partez ! Quatre petits robots (trois bipèdes humanoïdes et un robot roulant), mesurant chacun de trente à quarante-quatre centimètres et équipés de cinq batteries rechargeables, se sont affrontés lors du premier Robo Mara Full, un marathon (organisé par le spécialiste japonais en robotique Vstone) qui leur était exclusivement réservé et s’est déroulé en février dernier dans un gymnase, à Osaka. Après s’être échauffés comme il se doit en faisant des étirements et avoir salué les spectateurs, les quatre participants se sont ensuite vaillamment élancés sur une piste circulaire de cent mètres sur laquelle ils ont tourné quatre cent vingt-deux fois pour parcourir la distance requise (42,195 km), ce qui leur a pris au total quatre jours. Guidés par une ligne rouge tracée sur le sol, les concurrents n’étaient autorisés à recevoir une assistance humaine que pour réparer leurs servomoteurs et changer leurs batteries. En revanche, en cas de chute, ils devaient impérativement se relever sans assistance. L'objectif de cette compétition hors du commun était de tester la robustesse de leur mécanique et leur endurance, ainsi que leur fiabilité. ◗

ARTAS, le robot transplanteur de cheveux Restoration Robotics est une société qui met au point des dispositifs médicaux dédiés à révolutionner le domaine de la transplantation de cheveux. Restoration Robotics développe et s'apprête à commercialiser un système automatique de transplantation guidée par imagerie : ARTAS™. Il permet l'extraction d'unités folliculaires. Sous la direction d'un médecin et grâce à sa conception et sa facilité d'utilisation, ARTAS™ est capable de résoudre les défis techniques inhérents à l'extraction manuelle. ◗ http://www.restorationrobotics.com

EN BREF… Wu Ji, le directeur du Centre pour les sciences spatiales et la recherche appliquée de l'Académie des sciences chinoise (CSSAR) a déclaré qu'un robot chinois se poserait sur la Lune en 2013. En parallèle, les savants chinois travaillant également à la mise en orbite d'une station spatiale (2020), la convergence de ces deux programmes ouvrirait la voie au vol de taïkonautes à destination de notre satellite, en 2030.

10

I

PLANETE ROBOTS N°9


8p news9_Mise en page 1 11/04/11 03:27 Page6

NEWS Robots mai / juin 2011 PAL Robotics commence à distribuer son robot de service REEM Au cours de l'une des plus importantes foires commerciales d’Abu Dhabi (Émirats arabes unis), PAL Robotics a présenté la version commerciale de son robot REEM. Il a créé l'événement en aidant les visiteurs de la foire et en fournissant toutes sortes d'informations utiles, guidant les gens sur les stands et les sites clés du hall, ou simplement en les divertissant. Un tel succès a conduit l'équipe de Pal Robotics à préparer d’autres présentations de REEM. Non content d'offrir une assistance aux visiteurs lors des salons, ce robot pourra se révéler utile dans d'autres espaces publics comme les hôtels, les centres commerciaux, les musées, les aéroports ou encore les hôpitaux… ◗ http://www.pal-robotics.com

NEC expérimente une version simplifiée de PaPeRo pour faire de la téléprésence NEC voudrait commercialiser une version simplifiée de son robot PaPeRo pour servir dans des sessions de téléconférences. Le robot pourrait ainsi se révéler moins coûteux… L'opérateur contrôle le robot à distance par le biais de son PC et peut faire pivoter la tête du robot afin de regarder dans toutes les directions au cours de la réunion. La présence du robot en lieu et place d'un simple écran donne l’impression que l’espace est véritablement partagé sur le lieu de la conférence. Les essais ont confirmé que les gens estiment qu'il est plus naturel et plus facile de communiquer avec le robot, qui projette la voix de l'opérateur, qu'avec les systèmes de téléconférences classiques. Par le biais de ces systèmes, les entreprises pourront économiser du temps et des frais de voyage, tout en favorisant un partage plus efficace des informations. ◗ http://www.nec.co.jp/products/robot/en/index.html

Nao s'offre une nouvelle station de recharge Les robots qui sont en mesure de retrouver leur chargeur électrique quand leur batterie commence à faiblir sont déjà légion. Le nouveau chargeur développé par ALDEBARAN Robotics pour Nao se compose essentiellement d'une rallonge rétractable, qui sort du robot, si bien que ce dernier reste libre de continuer à interagir avec son propriétaire. Sinon, s'il n'a rien d'autre à faire et ira tout simplement s'asseoir et se détendre. Pour venir s'y connecter, Nao s'approche à pied de la base de rechargement, puis branche son dos sur le haut de ladite base. Un câble de chargement se connecte donc instantanément et il peut à nouveau bouger dans le périmètre que le câble lui permet. Quand la batterie du petit robot est pleine, il détache la prise d'un geste du bras et revient à son socle. ◗ http://www.aldebaran-robotics.com

EN BREF… Un robot sous contrôle : le site LiveRobotControl.com permet de contrôler un bras articulé, qui a pour mission d'empiler des blocs sur des emplacements définis. Vous avez trois minutes pour y parvenir, via une interface au moyen de laquelle vous modifierez les angles des articulations et les vitesses de déplacement du bras. À la clé : une prime de deux cents dollars pour les plus habiles…

PLANETE ROBOTS N°9

I10-11


8p news9_Mise en page 1 11/04/11 03:27 Page7

NEWS mai / juin 2011 Robots

Husqvarna crée la tondeuse à gazon robotique Automower 305 Compacte et spécifique pour les jardins et pelouses de petite taille, cette tondeuse à gazon est adaptée aux étendues herbeuses d’une superficie allant jusqu'à 500 m2 et est équipée d'une batterie lithiumion rechargeable. Elle pèse sept kilos, ce qui garantit que le gazon ne sera pas aplati et facilite les mouvements entre les différentes zones. Et comme toutes les tondeuses robotiques d'Husqvarna, ce nouveau modèle est doté d'un système antivol avancé, comprenant une alarme et un code PIN personnel, qui rend la machine inutilisable en cas de larcin. « À l'avenir, les tondeuses à gazon robotiques seront aussi communes pour les propriétaires que les lave-vaisselle le sont aujourd'hui », explique Towe Ressman, le responsable mondial de la conception chez Husqvarna. L’Automower 305 fertilise et coupe le gazon à la perfection, de façon totalement autonome et en utilisant moins d'énergie qu'une ampoule électrique. Le prix de vente recommandé est de 1 490 euros. ◗ corporate.husqvarna.com

Geminoid DK, un robot plus vrai que nature ! Le premier Geminoid, le HI-1, avait été créé en 2005 par le professeur Hiroshi Ishiguro (d’ATR) et Kokoro (Japon). Un Geminoid est un androïde, conçu pour ressembler exactement à son maître. Il est contrôlé par un système informatique qui reproduit les mouvements du visage de l'opérateur sur le robot. Geminoid DK est le premier robot du genre à être conçu en dehors du Japon. Il est destiné à faire progresser la science et la philosophie autour de la notion d'androïde, dans la recherche de réponses aux questions fondamentales, dont beaucoup ont également occupé les chercheurs japonais. Les plus importantes sont: Qu'est-ce qu'un homme? Qu'est-ce que la présence? Qu'est-ce qu'une relation? Qu'est-ce que l'identité?… Le Geminoid DK devra étudier et résoudre ces questions, tout en étudiant des domaines comme les affordances (possibilités d’actions sur un objet) émotionnelles ou les différences culturelles qui existent dans la perception des robots. ◗ http://geminoid.dk

Power Knee, une prothèse de genou robotisée La première et la seule prothèse de genou motorisée du monde, le Power Knee, fonctionne comme une extension intégrée de l'utilisateur, visant à rétablir la puissance des muscles perdus et la symétrie du mouvement, vitale pour ceux qui ont été amputés d’un membre. Il donne aux utilisateurs la capacité de couvrir de plus grandes distances et la confiance dans la négociation des obstacles et des pentes n'a jamais été aussi facile ! Monter et descendre des escaliers à pied se révèle maintenant possible. En fournissant une extension proposant l'élévation du talon, le Power Knee imite la proprioception disparue et la fonction musculaire. En outre, la technologie de batterie a été améliorée et permet aux utilisateurs de profiter des avantages uniques de cette prothèse toute la journée. ◗ http://www.ossur.com/?PageID=14255

EN BREF… Voici un petit robot coach (d’environ quarante centimètres) pour les régimes — Autom — qui, pour quelques centaines de dollars, encouragera son propriétaire quand ce dernier fera un régime… Une société sud-coréenne, Ilshim Global, a annoncé la commercialisation à partir de février d'un robot laveur de vitres. Il nettoie les deux faces en même temps grâce à un système d'aimants.

12

I

PLANETE ROBOTS N°9


8p news9_Mise en page 1 11/04/11 03:27 Page8

NEWS Robots mai / juin 2011 ARTEC - Coupe de France de robotique 2011 La dix-huitième édition de la Coupe de France de Robotique se déroulera cette année du 1er au 4 juin 2011 à La Ferté-Bernard (Sarthe). La Coupe de France de Robotique (tout comme la Coupe de Suisse, la Coupe de Belgique, la Coupe d'Espagne, la Coupe de Serbie, la Coupe d'Allemagne, la Coupe d'Autriche, la Coupe d'Algérie, la Coupe d'Angleterre, la Coupe de Roumanie, la Coupe d'Italie et la Coupe de la République tchèque), permet de retenir les trois équipes nationales qui participeront à la finale Eurobot. Parmi les trois équipes sélectionnées: les deux premières du classement et la troisième, choisie à la suite de l’attribution d’un prix spécial (jury, créativité, etc.). L’édition 2011 de cette compétition robotique internationale a pour thème Les Échecs. ◗ www.planete-sciences.org/robot

Les 4 et 5 mai 2011 à Kaunas (Lituanie) : Robots Intellect 2011 Le concours Robots Intellect est la première compétition du genre dans cette région de la Baltique. Le but de cette manifestation : susciter l'intérêt pour les systèmes de contrôle intelligents, l'électronique, la robotique, la mécatronique et l'Intelligence artificielle chez les jeunes du monde entier. Tout le monde est le bienvenu pour participer à cette compétition internationale. Votre robot sera chargé de trouver un « sac d'or » d'un kilogramme. L'équipe qui remportera le concours se verra attribuer la somme de neuf mille euros. ◗ http://www.robotsintellect.lt/en/

À La Rochelle, du 18 au 21 octobre 2011 : Journées nationales de la Recherche en robotique (JNRR) 2011 Les Journées nationales de la Robotique sont organisées tous les deux ans depuis 1999. Elles font le point sur les dernières avancées dans les principaux domaines de la robotique et se déroulent en sessions plénières. Le principe retenu est l’invitation d’orateurs qui présentent un état de l’art et des prospectives sur un sujet donné. Pour l’édition 2011, les sessions suivantes ont été retenues… — Robotique ambiante et communicante. — Robotique et santé. — Robotique et automatique. — Conception de structures avancées, microsystèmes et structures compliantes. — Robotique humanoïde. — Perception multimodale et bio-inspirée — Robotique cognitive. — Robotique de procédés. — Session vidéo. — Table ronde robotique-industrie: besoins et perspectives. jnrr2011.irccyn.ec-nantes.fr

EN BREF… ALDEBARAN a lancé un concours de programmation. À la clé, un Nao et la suite complète de l'environnement de programmation. Seul hic — mais de taille : l'heureux sélectionné devra tout de même débourser trois mille six cents euros pour entrer en possession de son lot ! Pour ceux que cela intéresse : www.aldebaran-robotics.com/

PLANETE ROBOTS N°9

I12-13


3p caliban9 article_Mise en page 1 11/04/11 03:42 Page1

Ça vient de sortir

DE LA DIFFUSION

DES INTELLIGENCES ARTIFICIELLES

14

I

PLANETE ROBOTS N°9


3p caliban9 article_Mise en page 1 11/04/11 03:42 Page2

“Les robots sont des machines bardées de capteurs, qui exploitent les données provenant de leur environnement pour fonctionner.” Que ce soient les médias, les professionnels ou les acteurs du monde de la robotique, tous s’accordent à dire que les robots personnels sont sur le point de débarquer dans les foyers ! On détaille même leurs diverses fonctions et les services qu’ils pourraient rendre. Et pourtant, lorsque l’on se balade sur les forums ou que l’on s’entretient avec des particuliers, les réactions sont surprenantes et pas si anodines… Pour les uns, les robots restent une utopie ou à la rigueur une possibilité à repousser dans un futur lointain. Leur exigence de complexité en termes d’intelligence et d’autonomie est tellement proche des robots de fiction qu’aujourd’hui tout le reste ressemble à une succession de gadgets. Pour les autres, les robots sont d’ores et déjà parmi nous par le biais des appareils domestiques. Sont cités en exemple les lave-linge, les mixeurs, les « robots » aspirateurs et, plus rarement, les robots serveurs ou les robots espions. Les humanoïdes, cependant, sont généralement considérés comme des joujoux de laboratoire. Il apparaît difficile de déterminer dans quelle proportion ces deux groupes se divisent sans des études spécifiques… Malgré cette distinction, les préoccupations paraissent globalement similaires. Mis à par t leur prix, elles concernent principalement l’utilité des robots, leur complexité et les rapports homme-machine. Après que nous avons recueilli quelques réponses à ces questionnements, un constat s’est imposé : l’idée de robots sociaux effectuant des tâches ménagères complexes se démocratise. Mais les robots conservent un aspect effrayant… La peur du Terminator n’est jamais très loin ! Si cet effroi revêt un caractère constant, on ne relève toutefois pas de sentiment antirobot. En fait, cette angoisse s’est déclenchée avec l’apparition des robots dans la littérature et le cinéma. C’est-à-dire avant même que leur existence ne devienne réelle. En creusant un peu la question, on discerne des craintes concernant les aspects technologiques, sans oublier les capacités physiques et intellectuelles. Et l’on se méfie, du point de vue philosophique, de l’inconnu que représente une créature sociale artificielle… DES PEURS… IRRAISONNÉES ? Les peurs provoquées par le côté physique sont assez simples à analyser. On craint généralement ce qui échappe à notre maîtrise — donc tout dépendra de la corpulence des robots et de leur esthétique. Mais les craintes dues à l’intelligence se révèlent un peu plus complexes. Faisons rapidement le tour de la question…

Les robots sont des machines bardées de capteurs, qui exploitent les données provenant de leur environnement pour fonctionner. Parmi ces informations existent celles, plus personnelles, qui concernent leur propriétaire. On retrouve donc des inquiétudes propres aux systèmes informatiques et se résumant à cette simple interrogation : Est-ce qu’un tiers pourra pirater mon robot, le transformant en un Big Brother mobile, capable d’accéder à mes données personnelles — et l’IA de ce robot serat-elle capable de se protéger toute seule d’attaques informatiques ? Il existe également des risques de détournement criminel des robots ou des retombées de l'Intelligence ar tificielle. Par exemple, on pourrait imaginer de petits robots trafiqués pour un cambriolage, espionnant pour le compte d’autrui, transportant des substances illicites, ou encore l’utilisation d’Intelligences artificielles dans des attaques et des cambriolages vir tuels. Après tout, une par tie de nos biens (comme notre compte en banque) relèvent déjà du numérique.

Le PaPeRo de NEC, un robot dont l'intelligence artificielle n'est que très primaire. Mais nous abordons tout juste la préhistoire de la robotique…

PLANETE ROBOTS N°9

I14-15


3p caliban9 article_Mise en page 1 11/04/11 03:42 Page3

Ça vient de sortir

“En ce qui concerne les questions philosophiques, il va falloir traiter de la place des créatures intelligentes non organiques, ce qui permettra de fournir un cadre éthique.” Enfin, il ne faut pas oublier les questions liées à la perte de contrôle de l'homme sur les machines. Autonomie et intelligence amèneront les robots à prendre des décisions qui leur sont propres. Il est donc for t probable que, face à une situation donnée, les choix apparaîtraient très différents selon qu’ils seraient pris par un robot ou par un humain. Par nature, une Intelligence ar tificielle fera le meilleur choix logique, mais rien ne garantit qu’il sera bon ou à notre bénéfice. Du moins, tant que les IA ne seront pas soumises à une quelconque législation… En ce qui concerne les questions philosophiques, il va falloir traiter de la place des créatures intelligentes non organiques, ce qui permettra de fournir un cadre éthique et légal propre à les insérer dans nos sociétés. Et sur tout se poser la question de notre humanité ! Aujourd'hui nous nous disputons encore sur ce qui fait notre différence les uns par rappor t aux autres. Introduire des créatures pensantes suscitera nécessairement des réactions épidermiques… L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE, UN ENJEU MAJEUR L’Intelligence artificielle constitue une technologie aux contours obscurs, intangibles et qui prend l’intelligence humaine comme repère. De ce fait, des questions se posent sur le niveau de confiance en une création humaine — qui pour la première fois de notre histoire aura la capacité d’interagir avec nous à un niveau jusque-là inédit. L’idée de créer des machines intelligentes a été le résultat d’une longue maturation, qui a suivi le développement des ordinateurs et de l’informatique. L’ordinateur est devenu un système de traitement de l’information de plus en plus performant et a conduit à la numérisation de pans entiers de nos sociétés. De ce constat nous déduisons que la pensée artificielle peut devenir une réalité. D’autre par t, avec l'avènement d’Internet et des nouvelles technologies, la quantité d'informations produites, diffusées et échangées a littéralement explosé dans le monde. Cette évolution s’accompagne d’une for te exigence des utilisa-

16

I

PLANETE ROBOTS N°9

Watson IBM utilise des processeurs d’une technologie proche de celle des Amiga modernes… Comme c'est étrange !…

Comme un enfant, iCub apprend de nouvelles choses chaque jour.

teurs pour une maîtrise plus rapide et plus simple. Face à la complexité manifestée par les attentes des utilisateurs, on constate l’avènement de nouvelles interfaces basées sur des techniques issues de la recherche en IA ou en robotique. Et bien que l’on conteste la faisabilité technique du projet des IA fortes, certains systèmes vir tuels intelligents démontrent qu’une nouvelle forme d’interface hommemachine de communication et d’échange, plus intuitive et plus ludique, est possible. Tels sont les fondements qui permettront l’adoption de la robotique de compagnie. L'Intelligence artificielle représente un enjeu majeur pour les décennies à venir car il s’agira d’atteindre un niveau crédible pour les applications et les usages qui s’annoncent. Aujourd’hui, IBM met au point des superordinateurs capables

d’incorporer des IA se mesurant au raisonnement humain — à l’exemple de Watson, présenté au Cebit de Hanovre en mars 2011. Des laboratoires et des universités travaillent à élaborer des Intelligences artificielles de plus en plus fines à destination de corps mécaniques ou non. (On peut citer les agents virtuels basés sur la technologie EVA, conçus dans les murs de l’Institut international du multimédia Léonard de Vinci, comme l’application en ligne Alicia — ou encore… l’Oracle de la Matrice.) Certes, techniquement, il reste beaucoup de chemin à parcourir et l’on ne souhaite pas décevoir avec des systèmes limités. Mais il faudra bien se résoudre à sor tir les IA des laboratoires. C’est le meilleur moyen de permettre aux gens de s’habituer aux machines « pensantes », d’en acquérir une vision plus réaliste et de booster la robotique personnelle… ■Association Caliban Venez parler de tout ça avec nous sur : http://www.cubernetes.com


En ogr Pr

Découvrez une nouvelle manière d’enseigner les sciences

Pourquoi un robot humanoïde? En fusionnant différentes matières comme les mathematiques, la physique et l’informatique, NAO est l’outil parfait pour enseigner les sciences et les technologies de manière fun et visionnaire, du lycée jusqu’à l’université. Apprendre en s’amusant c’est une chose, mais construire son savoir sur un outil à la pointe de l’innovation c’est préparer les métiers de demain. Enseignants, devenez pionnier d’une nouvelle ère technologique.

Comme 300 universités dans le monde, rejoignez la communauté NAO. www.aldebaran-robotics.com education@aldebaran-robotics.com

Tel: +33 1 77 371 752 Fax: +33 1 77 352 268

Découvrez notre programme Chat About, série de témoignages exclusifs et planetaires des utilisateurs de Nao:


2p japon_Mise en page 1 10/04/11 22:51 Page1

Ça vient de sortir

SÉISMES ET CATASTROPHES NUCLÉAIRES AU JAPON

MAIS OÙ SONT LES ROBOTS ?… Les 8 et 9 mars 2011 à College Station (Texas), s’est tenu un colloque rassemblant des chercheurs américains et japonais, qui portait sur les robots d'intervention d'urgence. Et le 11 mars 2011, le Japon était ravagé par une catastrophe naturelle des plus meurtrières, suivie d’un désastre nucléaire civil…

18

I

PLANETE ROBOTS N°9


2p japon_Mise en page 1 10/04/11 22:51 Page2

“Les robots japonais furent peu nombreux, au pays même de la robotique, à se faire remarquer lors des opérations de secours.”

Le PackBot, un robot démineur à l’origine a été expédié au Japon par iRobot pour travailler dans la centrale.

(comme dans le cas de la centrale nucléaire) lesdits bâtiments doivent avoir été conçus pour être visités par les robots. Hélas, ce n'est pas le cas de la centrale de Fukushima, construite dans les années 1970 ! Un responsable du secteur nucléaire coréen a également affirmé que les contraintes budgétaires freinent depuis longtemps le développement de l'assistance robotisée. Enfin, les autorités ne seraient pas convaincues de l’efficacité des robots dans des situations extrêmes. Le Japon, pays phare de la robotique domestique, a d’ailleurs moins investi que la France ou l'Allemagne dans les robots d'intervention sur centrale nucléaire, capables

Les robots japonais furent peu nombreux, au pays même de la robotique, à se faire remarquer lors des opérations de secours. Pourtant, à l'université de Sendai elle-même, dans une des villes les plus touchées par les catastrophes na-

Le robot serpent de Satoshi Tadokoro peut aider à retrouver des survivants.

Deux Warriors d’iRobot travaillent sur le site de la centrale.

SeaBotix, le sous-marin autonome. turelles, Satoshi Tadokoro, de l'université du Tohoku, a immédiatement offert l'assistance de son robot serpent. Ce dernier, muni d'une caméra, se révèle particulièrement utile pour l'exploration des bâtiments. À Tokyo, c'est l'équipe d'Eiji Koyanagi, le directeur adjoint de l'Institut de technologie de Chiba, qui a proposé l'aide de Quince, un petit robot à chenilles conçu pour porter secours aux personnes en difficulté dans des conditions de terrain extrêmes. Il communique par WiFi et VoIp — et peut détecter des composants chimiques. Et selon le ministère des Sciences japonais, deux robots, un détecteur de radiations — le Monirobo rouge —, et un autre, spécialisé dans la collecte de poussières et de gaz — le Monirobo jaune —, ont été utilisés sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima. Le Monirobo est commandé à distance, avec une portée d’un kilomètre. Il roule sur chenilles, possède un épais blindage et un bras qu'il utilise pour déblayer devant lui et recueillir des échantillons.

de supporter un fort taux de radiation et, pour certains, d’exécuter des travaux lourds. Si l’on excepte les sites hautement sensibles, les responsables des premiers secours insistent quant à eux sur le fait que face aux dégâts provoqués par le seul tsunami — très étendus mais sans enchevêtrements en profondeur — les êtres humains et les chiens se révèlent plus rapidement opérationnels. Les robots se révèlent seulement utiles s’il faut pénétrer dans des édifices élevés, complètement effondrés (ce qui, en l’occurrence, est peu fréquent). L'AIDE INTERNATIONALE L'armée américaine a envoyé un drone pour fournir des images précises des dégâts aux autorités japonaises. Elle avait également à disposition le robot sous-marin SeaBotix, aux fins d’étudier l'état des infrastructures immergées, comme il l'avait déjà fait à Haïti ; sans omettre

■Nicolas Denis

Pour plus d’informations : www.groupe-intra.com et aldebaran-robotics.com Pour aider le Japon : croix-rouge.fr/Japon

DES ROBOTS AUX POSSIBILITÉS ENCORE LIMITÉES De nombreuses contraintes pèsent toutefois sur l'utilisation des robots lors d’événements semblables. Tout d'abord, quand il s’agit de missions qui se déroulent à l'intérieur de bâtiments

des camions robotisés, pour atteindre si besoin le cœur de la centrale. Côté français, Henri Proglio, le P-DG d’EDF, a proposé d’envoyer des robots au Japon. En effet, après l'accident de Tchernobyl, un GIE (l’INTRA) a été créé en France (1988) à l'initiative d'EDF, du CEA et d'Areva. Il est destiné à « concevoir, fabriquer, exploiter et maintenir une flotte d'engins robotisés capables d'intervenir, à la place de l'homme, en cas d'accident nucléaire majeur, dans et autour des bâtiments industriels de ses membres ». L’INTRA a expédié au Japon cent tonnes de matériel, dont deux petits robots à chenilles, l’un pour l'intérieur de la centrale et l’autre pour l'extérieur. D’autre part, Bruno Maisonnier, le président d'ALDEBARAN Robotics, a décidé d'apporter sa contribution et de développer une gamme de robots d'intervention pour les situations dangereuses : « Il y a en ce moment un véritable besoin de robots chez nos partenaires japonais… ALDEBARAN Robotics est le leader mondial des robots humanoïdes marcheurs — et pourtant on ne peut pas aider. En effet, nos robots ciblent les marchés de la recherche, de l’éducation et de l'assistance à la personne ; ils n'ont pas été conçus pour les situations difficiles. Je suis terriblement frustré de ça — aussi ai-je décidé de développer immédiatement une gamme de robots marcheurs tout-terrain pour ces situations. »

Quince peut porter secours à distance.

PLANETE ROBOTS N°9

I18-19


2p irobot_Mise en page 1 11/04/11 03:35 Page1

Ça vient de sortir

IROBOT

UN GRAND NETTOYAGE DE PRINTEMPS ! Lors du dernier CES, iRobot a dévoilé sa nouvelle génération de robots domestiques (aspirateurs Roomba® 700 Series, nettoyeur de sol Scooba® 230 et un robot de téléprésence baptisé AVA), ce qui démontre une réelle volonté de développer des produits novateurs et performants capables de fournir aux consommateurs une meilleure qualité de vie — en leur rendant de vrais services au quotidien. qui proposent, pour certains d’entre eux, d’intéressantes spécificités et seront donc vendus à des prix différents. Leur système de nettoyage a été rendu beaucoup plus performant grâce à diverses modifications… Comme une tête de nettoyage qui enlève 20 % de particules fines en plus, deux filtres à air (de type HEPA) qui empêchent la poussière fine de s’échapper du bac, un parechocs plus sensible doté d’un nouveau revêtement en polymère (pour protéger les murs et le mobilier), mais aussi une meilleure gestion de la puissance et des logiciels (qui augmente de 50 % la durée de vie de la batterie). Une nouvelle fonction de va-et-vient leur permet désor-

Le Roomba 770 dispose du Dirt Detect Series 2, équipé à la fois d’un capteur acoustique et d’un capteur optique. LES NOUVEAUX ROOMBA SONT ARRIVÉS Alors que depuis 2002 le Roomba est le robot aspirateur le plus vendu dans le monde entier (avec plus de cinq millions d’exemplaires), iRobot n’a cessé de lui apporter bon nombre d’améliorations afin qu’il conserve sa place de leader. Les changements annoncés avec le lancement de la nouvelle série — 700 (la sixième

20

I

PLANETE ROBOTS N°9

génération) —, promettent une avancée significative pour un concept qui a déjà largement fait ses preuves et été récompensé à moult reprises. Même s’ils possèdent les mêmes caractéristiques que celles de leurs prédécesseurs, les Roomba 700 Series sont dotés de plusieurs innovations qui les rendent plus efficaces et plus faciles à utiliser. Dotés d’un nouveau design, ils se déclinent en trois modèles (760, 770 et 780)


2p irobot_Mise en page 1 11/04/11 03:35 Page2

“Leur système de nettoyage a été rendu beaucoup plus performant grâce à diverses modifications, comme une tête de nettoyage qui enlève 20 % de particules fines en plus…” mais de se concentrer et d'intensifier le nettoyage sur les zones les plus sales, tout en s’économisant sur celles qui sont propres. Quant à la puissance d’aspiration, elle a été maximisée afin de récolter davantage de cheveux (ou de poils d'animaux) et de débris divers dans le nouveau bac à poussière Aerovac™ Serie 2, afin d’éviter qu’ils ne restent agglutinés dans les brosses. Par ailleurs, ils sont équipés d’un système de détection capable de différencier les divers types de débris et d’adapter leur puissance d’aspiration en fonction de la taille et de la fragilité des saletés à ramasser. C’est ainsi que le 760 est doté du Dirt Detect Series 1, qui utilise un capteur acoustique, tandis que les 770 et les 780 disposent du Dirt Detect Series 2, équipé à la fois d’un capteur acoustique et d’un capteur optique. Les 770 et les 780 comportent quelques fonctionnalités supplémentaires par rapport au 760, comme un voyant lumineux indiquant que le bac à poussière est plein. Quant au 780, il se pilote grâce à une interface tactile située sur le dessus du robot. PETIT — MAIS PUISSANT ! En complétant sa gamme de robots nettoyeurs de sols avec le Scooba 230, iRobot s’est avant tout concentré sur la réduction de la taille, sans pour autant compromettre l’efficacité et la navigabilité. Plus compact (8,75 cm de haut et 16,25 cm de diamètre) mais plus puissant que son prédécesseur, il a été spécialement conçu pour se faufiler dans des espaces exigus comme les salles de bains ou les sanitaires, avec pour objectif d’en faciliter le nettoyage aussi bien autour

Le Scooba 385 et le tout nouveau Scooba 230, une différence de taille ! qu’en dessous du mobilier et des accessoires qui s’y trouvent habituellement. Son réservoir contient assez de produit de nettoyage pour récurer jusqu’à environ 45 m² de linoléum, de carrelage ou de parquet en une seule fois. Avec son mode de fonctionnement divisé en trois étapes (lavage, brossage et rinçage) il neutralise jusqu’à 97 % des bactéries rencontrées communément dans de tels endroits. Contrairement à ce qui se passe pour un nettoyage manuel effectué avec un balai-brosse et un seau, il utilise une solution propre pour laver les sols — et jamais d’eau sale. Son système de gestion de l’eau comprend un réservoir qui maintient en permanence, à l’intérieur du robot, la solution de nettoyage séparée de l’eau sale. Au fur et à mesure qu’il fait le mé-

Le Roomba 760, le nouvelle entrée de gamme des robots aspirateurs iRobot. — Le Roomba 780, le haut de la nouvelle gamme. — Le robot de téléprésence AVA d’iRobot.

nage, il laisse s’écouler sur le sol ladite solution de nettoyage, ce qui libère de l’espace dans une autre partie du réservoir pour y aspirer l’eau sale et ne pas la laisser sur le sol. Il utilise également une série de voyants lumineux et sonores pour signaler qu’il a fini son travail. Grâce à la technologie des murs virtuels (qui créent une sorte de barrière invisible à ne pas franchir), on est sûr qu’il restera dans la pièce à nettoyer — tandis que des capteurs lui feront automatiquement éviter les escaliers. UN PROJET PROMETTEUR Lors du CES 2011, iRobot a également présenté, un robot de téléprésence, baptisé AVA (le diminutif d’avatar). Avec sa tablette WiFi posée au sommet d’un mât, lui-même fixé sur une plate-forme dotée de trois roues, ce robot autonome peut ajuster de lui-même sa taille (allant d’environ 90 cm à 1,52 m de haut) pour se retrouver à la hauteur désirée. Il est doté de deux caméras de type PrimeSense, identiques à celles qui sont utilisées pour le Kinect de la Xbox 360, mais aussi de microphones, de haut-parleurs, de télémètres lasers, de capteurs acoustiques, ainsi que de pare-chocs, pour éviter de heurter des obstacles ou des personnes. Il peut se mouvoir dans toutes les directions et en plus de sa grande maniabilité et de sa grande vitesse, fonctionne grâce à n’importe quelle tablette tactile (ou sous Android). Il sera également possible d’améliorer son programme grâce à une myriade de nouvelles applications. Et plus besoin de télécommande manuelle : il vous suffira de taper sur l’écran de votre tablette tactile pour lui indiquer où se rendre ! Il est également capable d’apprendre, de cartographier en 3D son environnement et de réagir avec lui de façon autonome. À ce jour, aucune date de commercialisation n’est encore prévue pour l’AVA ; la gamme des Roomba 700 et le Scooba 230 vont sortir aux États-Unis dès ce printemps. ■Josèphe Ghenzer

PLANETE ROBOTS N°9

I20-21


3p robonaut_Mise en page 1 10/04/11 19:31 Page1

UNE MISSION HORS DU COMMUN

Ça vient de sortir

Prévue à l’origine pour la fin de 2010, la mission STS-133 n’aura finalement eu lieu qu’en février dernier — en raison d’une succession d’impondérables… La navette Discovery a pu enfin rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) ! Initialement prévu le 1er novembre dernier, le départ de la mission STS-133 a dû être repoussé de plusieurs mois en raison de divers problèmes. D’ordre technique (fuites d'hélium et d'azote dans le système de propulsion, fissures sur le réservoir externe entraînant des fuites d'hydrogène et irrégularités de tension sur les moteurs principaux). Et d’ordre humain (Stephen G. Bowen a dû remplacer au pied levé Tim Kopra après que ce dernier s’est fracturé la

22

I

PLANETE ROBOTS N°9

hanche lors d'une banale sortie en vélo, juste quelques semaines avant la date de lancement). Et se sont malheureusement ajoutées des conditions météorologiques instables au-dessus du Kennedy Space Center. Il aura donc fallu résoudre l’intégralité de ces problèmes, puis attendre des conditions climatiques plus clémentes, avant de pouvoir enfin faire décoller la navette spatiale Discovery le 24 février dernier. Deux jours plus tard, l’orbiteur réussissait parfaitement

son arrimage à l’ISS, permettant ainsi aux six astronautes de la mission STS-133 de rejoindre leurs collègues de l'Expédition 26, qui y résidaient depuis de nombreux mois. LE DERNIER VOL Cette mission très particulière, qui aura finalement duré treize jours (soit deux de plus qu’initialement prévu), entrera dans l’Histoire


3p robonaut_Mise en page 1 10/04/11 19:31 Page2

“Il pourrait servir dans le futur à explorer la Lune comme Mars et à y récolter toutes sortes d’échantillons géologiques grâce à un nouveau système de suspension.” de livrer différents matériels et fournitures — parmi lesquels figurait Leonardo, un module logistique multi-usages qui devait être amarré de façon définitive à l'ISS sur le nœud de jonction Unity (augmentant ainsi de façon significative l'espace pressurisé disponible à bord du complexe orbital et permettant également d’y effectuer toutes sortes d’expériences scientifiques : physique des fluides, biologie, biotechnologie…). Sans oublier ELC-4 (Express Logistics Carrier-4), une plate-forme extérieure de stockage de pièces détachées qui devait être installée sur la poutre S3, à l'extérieur de l’ISS. Leur installation respective a donc été réalisée au cours de deux sorties dans l’espace pendant lesquelles les astronautes ont également effectué diverses réparations et opérations de maintenance. Citons la relocalisation d’une pompe à liquide de refroidissement défectueuse, l’installation d'un câble d'extension J612 destiné à l'alimentation du module Leonardo et celle d'une extension vidéo sur le segment S3, afin de prendre en compte la fixation de la plate-forme ELC-4. Sans omettre le rapatriement dans la soute de Discovery d’une expérience européenne placée à l'extérieur du module Columbus, la mise en place d'un éclairage sur le chariot mobile CETA, l’installation d'une isolation sur la ligne fluidique d’un radiateur externe et la pose d’un cache pour l’objectif de la caméra du robot Dextre). Une bonne par tie de ces délicates manœuvres ont été réalisées grâce à l’aide des bras robotisés Canadarm2 (de l'ISS) et RMS (de la navette). À cela sont venus s’ajouter le transfer t du fret et la réalisation d’une expérience appelée Message in the Bottle, initiée par des scientifiques japonais, visant à emprisonner du vide spatial.

La station ISS était déjà équipée de deux bras robotisés canadiens Canadarm2.

LE SEPTIÈME PASSAGER…

à juste titre. En effet, il s’agit là du tout dernier vol de Discovery, après vingt-sept ans de bons et loyaux services (le premier s’est déroulé en août 1984, avec la mission STS-41D). L’orbiteur aura, au total, effectué trente-neuf missions avec plus de cinq mille sept cents rotations autour de la Terre, parcouru deux cent trente-huit millions de kilomètres dans l’espace et y aura passé trois cent soixantecinq jours en temps cumulé. Il est à noter que cette mission constituait l'avant-dernier vol du programme des navettes spatiales américaines (hors vol éventuel de la mission STS-135 — dont le budget n’a toujours pas été validé). Cette mission d’ordre logistique avait pour but

À bord de Discovery se trouvaient non seulement les six membres d'équipage (le commandant Steven W. Lindsey et le pilote Eric A. Boe, accompagnés de quatre spécialistes de mission : Stephen G. Bowen, Michael R. Barratt, Nicole Stott et Alvin Drew), mais aussi le premier robot humanoïde astronaute. Robonaut 2 (alias R2) a été élaboré en étroite collaboration par la NASA et General Motors, en vertu d'un accord de coopération ayant pour but de développer un assistant robotisé pouvant travailler en étroite collaboration avec les humains. Envoyer un robot humanoïde dans l’espace est un rêve dont la concrétisation aura pris une décennie, mais contrairement aux astronautes humains qui n’occupent l’ISS que pendant un temps limité, R2 a pour vocation d’en être un résident permanent. Avec un poids d’environ cent trente-six kilos, il se compose d'une tête et d'un torse avec deux bras et deux mains dotées de doigts d’une

étonnante dextérité. Quatre fois plus rapide que son prédécesseur, le Robonaut 1 (alias R1), il est plus compact, plus agile et possède une plus grande quantité de senseurs, ce qui lui donne la possibilité de manier une large palette d’outils avec la même précision que n’importe quel humain. Son casque, équipé de deux caméras HD, lui confère une vision tridimensionnelle et lui permet d’interagir avec son environnement. Le 6 février dernier, des millions de téléspectateurs ont pu le voir jouer les vedettes lors de ses débuts à la TV américaine au cours du show du Super Bowl. ADAPTATION Une fois extrait du caisson de transport — tout spécialement conçu pour l’occasion et baptisé de l’acronyme SLEEPR (Structural Launch Enclosure to Effectively Protect Robonaut) — dans lequel il avait été précautionneusement emballé pour résister aux importantes vibrations et à

PLANETE ROBOTS N°9

I22-23


3p robonaut_Mise en page 1 10/04/11 19:32 Page3

Ça vient de sortir

l’énorme accélération du décollage, R2 a rejoint Dextre, un autre robot déjà en service sur l’ISS et fabriqué par la Canadian Space Agency. Ce dernier consiste en deux longs bras articulés qui ont pour fonction d’effectuer des tâches que les astronautes ne sont pas en mesure d’assurer lors de leurs sorties dans l’espace. Alors que le robot Dextre est fixé à l’extérieur de la station, R2 ne sera opérationnel, dans un premier temps, qu’à l’intérieur du laboratoire Destiny de l’ISS, où seront testées ses capacités à accomplir en apesanteur tout un éventail de tâches simulées avec une autonomie de mouvement. (On

Cady Coleman à bord de l'ISS, juste après avoir sorti Robonaut 2 de son emballage. analysera également la façon dont il réagira aux radiations de la station et aux interférences électromagnétiques.) Il sera contrôlé tant par les astronautes de l’ISS que par les techniciens de la NASA qui disposent sur la Terre (au centre spatial Johnson de Houston) d’un de ses doubles. En fonction des données mesurées dans la station orbitale, les ingénieurs au sol seront alors en mesure de mettre à jour ses logiciels à distance, d’améliorer ses systèmes de détection et de commande puis de lui apprendre comment exécuter de nouvelles tâches. ÉVOLUTION

La NASA et GM travaillent déjà sur d'autres robots spatiaux, comme ce Robonaut monté sur quatre roues et destiné à l'exploration planétaire.

24

I

PLANETE ROBOTS N°9

À l’heure actuelle, R2 n’est qu’un prototype et ne dispose pas encore des protections indispensables pour sortir de la station et affronter des températures extrêmes. Diverses améliorations et modifications lui seront apportées plus tard, afin d’accroître le champ de ses capacités et de lui permettre d’effectuer les tâches de maintenance et d’entretien courantes à bord de la station. Si pour l’instant, il n’est encore que l’équivalent de la partie supérieure d’un corps fixée sur un socle, la prochaine étape consistera à lui procurer deux jambes. Il lui sera alors possible de se déplacer plus librement dans les couloirs de l’ISS et d’exécuter des sorties dans le vide sidéral pour aider les astronautes à procé-

der à diverses réparations et activités de maintenance. Il existe déjà quatre « Robonauts » et d’autres sont en cours de développement pour aider l’être humain, non seulement à travailler dans l’espace en manipulant toutes sortes d’outils, mais aussi à continuer d’explorer de nouvelles planètes. Plusieurs études ont été faites sur différents types de mobilité, de nouveaux designs et sur les capacités de ces robots à travailler dans l’espace. Des ingénieurs et des scientifiques de la NASA et de General Motors œuvrent ensemble à accélérer le développement de la prochaine génération de robots humanoïdes capables de travailler en étroite collaboration avec les humains et d’effectuer à leur place des tâches très répétitives, trop difficiles ou trop dangereuses, voire de participer à des expérimentations scientifiques. C’est ainsi qu’un rover doté de quatre roues — Centaur 2 —, développé au sein du projet Human Robotics Systems (HRS), a été testé l’an dernier dans le désert de l’Arizona. Couplé au corps d’un nouveau modèle de R2 plus léger, il pourrait servir dans le futur à explorer la Lune comme Mars et à y récolter toutes sortes d’échantillons géologiques grâce à un nouveau système de suspension (sans oublier la dextérité manuelle et digitale du Robonaut). ■Josèphe Ghenzer


LA ROBOLUTION EST EN MARCHE ! « Bruno Bonnell est un visionnaire » le Figaro - 7 juin 2010

« Evangélisateur dans l’âme » le Nouvel Observateur - mai 2010

« Enthousiasme et passion » Métro - avril 2010

« Son nouvel ouvrage, singulier et profondément convaincant à l’image de son auteur » le Lecteur - juin 2010

« Ce lyonnais crée les robots de demain » Métro - mai 2010

un LIVRE RéFéRENCE BLE INDISPENSA om c . lis o p bo o r w. w rw u s ble i n po Dis

Bruno Bonnell “Viva la robolution” - Editions JCLattès En vente en librairie - 297p. 19 € Disponible sur IPhone® et IPad®


3p karotz_Mise en page 1 11/04/11 03:10 Page1

Ça vient de sortir

KAROTZ

C'EST REPARTI POUR LE SHOW… LAPIN !

26

I

PLANETE ROBOTS N°9


3p karotz_Mise en page 1 11/04/11 03:10 Page2

Dernier-né d'une famille d'appareils communicants, le robot domestique Karotz sort enfin de son terrier, truffé de nouveautés aptes à séduire le grand public comme les développeurs d'applications. Gros plan sur ce drôle d'animal intelligent qui pourrait bien en avoir dans la coque… Les férus de gadgets design et high-tech connaissent sans doute déjà la bouille craquante de cette petite bête pas comme les autres, puisqu'elle est la progéniture du Nabaztag, fabriqué en 2005 par la société française Violet. Le Nabaztag fut équipé à l'origine d'une carte WiFi pour la connexion à Internet, puis dès l'année suivante d'un micro et d'une truffe pouvant lire les étiquettes radio RFID dans une version remaniée nommée Nabaztag : tag. La machine fut largement appréciée à l'époque pour les microservices pratiques qu'elle était capable de fournir.Au total, ce sont plus de cent cinquante mille exemplaires qui ont trouvé preneur sur notre seul territoire. Les autres objets imaginés par Violet, tel le Mir :ror (un lecteur sophistiqué de puces RFID) ou le Book:z (un ouvrage connecté à un PC en RFID), n'eurent malheureusement pas le même retentissement. Malgré l'énergie investie en 2009, la société mère du lapin fut toute proche de la cessation d'activité. Elle fut alors rachetée par le producteur, éditeur et distributeur de jeux vidéo Mindscape, qui entreprit de faire évoluer la bestiole afin de donner naissance à une nouvelle génération de Nabaztag. Après quinze mois de gestation, le rongeur, baptisé Karotz, a pointé le bout de son museau… QUOI DE NEUF, DOCTEUR ? S'il a hérité le physique — souvent primé par le passé — et le mouvement d'oreilles à 360° si caractéristiques de son ancêtre, le lapereau n'en est pas moins construit autour d'une architecture neuve. Côté hardware, le Nabaztag était doté d'un microcontrôleur de 64 Ko de Ram ; le Karotz profite, lui, d'un microprocesseur ARM 9, de 64 Mo de RAM et d'une mé-

mini-USB a été ajouté pour faciliter l'installation de l'appareil. En plus des multiples éléments dédiés à la personnalisation du robot (oreilles, autocollants), de nombreux accessoires RFID sont toujours de la partie, qu'il s'agisse des classiques lapins miniatures Nanoztag ou des nouveaux Flatnanoz plats et facilement transportables ; une fois configurés, ils lanceront les applications choisies par l'utilisateur. Enfin, Karotz va pouvoir accompagner ce dernier au sens propre comme au sens figuré : une batterie rechargeable, vendue séparément, rend l'animal parfaitement autonome — il est alors prêt à suivre son maître ! COMPAGNON DE VIE

Habillez Karotz pour la circonstance. moire flash interne de 256 Mo, ce qui lui permet d’utiliser un système Linux. Suivant les évolutions techniques actuelles, le matériel change aussi : on compte en effet une nouvelle carte WiFi b/g, un lecteur RFID, un haut-parleur placé dans le dos pour une meilleure restitution du son, une webcam orientable située au niveau du nombril et un microphone (installé désormais au sommet du lapin) pour la reconnaissance vocale. Et une large LED ventrale vient remplacer les quatre petites lampes du Nabaztag. Le port USB permet le branchement de clés (pour la lecture de fichiers musicaux notamment) ou de périphériques divers, comme un adaptateur USB/Ethernet. Un port

Ce n’est pas seulement au niveau matériel que Karotz réalise un bond en avant. Côté logiciels, les applications sont désormais embarquées alors qu'elles étaient jusqu'ici déportées sur un serveur pour le Nabaztag. Parmi celles qui se trouvaient déjà disponibles, certaines ont été remises au goût du jour ou bénéficient d'améliorations, à l'instar de l'application Météo qui, une fois activée, offre un bulletin plus complet avec prévision du temps du lendemain pour la ville de son choix. D'autres applications sont bien sûr totalement inédites et exploitent les nouvelles fonctionnalités de l'engin, mais toutes participent à faire du lapin tout à la fois un compagnon communicant, une aide ou une plate-forme multimédia. La pluralité des services renforce évidemment l'aspect utile du Karotz, qui se débarrasse ainsi de l'image de gadget qui collait à la peau du Nabaztag.Tourné vers les réseaux sociaux, votre petit camarade vous lira les statuts Facebook ou les derniers gazouillis postés sur Twitter au déclenchement des applications éponymes. Et grâce à des capacités de communication accrues et au support de la téléphonie VoIP, il sera possible de joindre un lapin depuis un smartphone. Au

PLANETE ROBOTS N°9

I26-27


3p karotz_Mise en page 1 11/04/11 03:10 Page3

Ça vient de sortir

LE KAROTZ, UN LABORATOIRE EXPÉRIMENTAL

Exemple de développement pour le Karotz.

Customisez à loisir votre lapin pour en faire votre compagnon idéal ! Oh, un lapin tout nu !

le cadre de quiz amusants et interactifs destinés aux enfants et à la famille, ou encore doux marchand de sable, au moment de restituer pour les plus jeunes une comptine ou une histoire enregistrée au préalable par les parents. LA COMMUNAUTÉ AVANT TOUT !

rayon vie quotidienne, Karotz permet de garder un œil sur ses proches et sur sa maison : son nez détecte la puce RFID que lui passerait par exemple un enfant rentré de l'école et envoie aux parents un SMS ou un e-mail rassurant et sa caméra peut observer ce que qu’il voit sur un écran d'ordinateur ou de smartphone. En ce qui concerne le multimédia, l'appareil peut logiquement servir de lecteur de flux RSS, de podcasts, de webradios (à présent sans les habituelles contraintes d’échantillonnage) ou de musiques.Véritable juke-box piloté par un contrôleur disponible sur smartphone et tablettes, Karotz sait aussi se montrer éducatif dans le domaine des langues, arbitre dans

28

I

PLANETE ROBOTS N°9

Pour présenter l'ensemble des services disponibles, Mindscape a mis en place sur le site officiel (www.karotz.com) un magasin d'applications. Une fois l'utilisateur connecté à son compte Karotz, il accède à l'Appz Store, télécharge des applications et les configure selon ses besoins. Les applications peuvent être enclenchées de plusieurs manières : par commande vocale, au passage d'un objet RFID, de façon planifiée ou périodique, avec des lancements plus ou moins espacés dans le temps. En dehors de cette boutique, l’éditeur entend surtout fédérer une communauté d’utilisateurs au moyen de minisites d’échanges, d’un blog, d’un forum et d’une formule donnant accès à certains avantages. Au sein de cette communauté, les développeurs d’applications peuvent se retrouver dans le Karotz Lab, un espace qui leur est réservé et où ils ont accès à l’API et aux SDK du Karotz pour créer et publier — moyennant validation — des applications sur la plate-forme Appz Store du site. Bien plus riche et innovant que son prédécesseur, il permet (et promet en tout cas) de faire

Lorsqu’on demande à Julien Cheype, l’architecte responsable de la plate-forme software du Karotz, et à Yoann Sculo, qui est chargé du système embarqué, ce dont pourrait être capable le fameux robot au faciès de lapin, leur réponse est unanime : les applications actuelles ne sont qu’une simple démonstration de ce que l’on peut faire via le Karotz Lab et tous deux attendent que les développeurs puissent concevoir leurs propres applications, jeux, services… Bien décidée à créer un produit que les utilisateurs pourront s’approprier et personnaliser, l’équipe a choisi de simplifier au maximum le développement, pour rendre accessible au plus grand nombre la création d’applications. Les personnes qui souhaiteraient se lancer là-dedans pourront choisir de les développer en embarqué, avec JavaScript, un langage de programmation connu et à la portée de tous. Les fonctions proposées par le SDK permettent de contrôler tous les périphériques de Karotz (oreilles, LEDs, lecteur audio, ASR, TTS, RFID, webcam, etc.). Les développeurs pourront également utiliser l’API REST, laquelle offre la possibilité de faire des applications sur un serveur et de piloter le léporidé à distance, le tout dans le langage que l’on veut (PHP, Java, Ruby, Python…). Quant aux utilisations futures de leur création, Yoann explique que « l'API permet de réaliser plein de choses ; on peut faire du Karotz un serveur de domotique et, à terme, on pourra même réfléchir au fait de pouvoir brancher d'autres périphériques au lapin et de les piloter via l’API, avec des capteurs ou bien des cartes de type Arduino ». Avis aux bidouilleurs !

beaucoup de choses, et le spectre des réalisations possibles ne devrait pas cesser de grandir. Comme quoi, avec les robots, il ne faut se fier ni à l’apparence, ni à la taille !… Site officiel : www.karotz.com ■Serge Lafarge


45p-pub-robotshop_Mise en page 1 12/02/11 01:20 Page1


8p innorobot_Mise en page 1 10/04/11 21:17 Page1

Ça vient de sortir

INNOROBO

LYON FAIT SON

ROBOT S HOW ! « Tu repars en voyage! » Ces quatre mots magiques du rédacteur en chef m’ont rendu immédiatement le sourire.Alors — où, cette fois? Los Angeles? Kuala Lumpur? Shanghai? Non, Lyon! En France… Je savais que c’était la capitale de la gastronomie, la ville des trois fleuves: le Rhône tumultueux, la Saône tranquille et le Beaujolais… gouleyant (selon Léon Daudet)! Je connaissais des mots et des expressions comme traboules, cervelle de canut et tablier de sapeur… Mais j’ignorais encore que la ville jaune et rose allait se transformer pendant trois jours en capitale du robot…

INNOROBO, voilà le nom de code du premier sommet européen de la robotique, qui se tenait à la Cité internationale, un complexe architectural conçu par le célèbre Renzo Piano. Le Syndicat de la robotique de services SYROBO a réussi le tour de force d’y faire tenir trois cycles de conférences et un salon où étaient exposés plus de cent robots. En bon Parigot, je partais avec un a priori, mais j’avoue que

30

I

PLANETE ROBOTS N°9


8p innorobot_Mise en page 1 10/04/11 21:17 Page2

“Jeudi 24 mars, 8h45 du matin… Je suis attendu gare de Lyon, d’où part un TGV spécial pour INNOROBO. À bord, je retrouve des collègues…” les gones m’ont bluffé. Voici le récit de mon escalade de ce sommet… EN BONNE COMPAGNIE… Jeudi 24 mars, 8 h 45 du matin… Je suis attendu gare de Lyon, d’où part un TGV spécial pour INNOROBO. À bord, je retrouve des collègues : Bruno Maisonnier, le président d’ALDEBARAN Robotics (cheveux en bataille car, explique-t-il, il vient de faire le trajet Lyon-Paris pour accueillir deux hôtes de marque). Ils ne sont autres que S. E. l’Ambassadeur de Corée, Monsieur Park, et Ronan Stephan, le directeur général de la Recherche et de l’Innovation au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ! Ils partent inaugurer le salon — pas mal pour un salon qui se tient en province… Après deux heures de conversations passionnantes, de siège en siège, j’apprends que la Corée est l’invitée d’honneur de l’événement et que ce dernier est parrainé par le ministère. Plusieurs stars internationales de la robotique s’y sont donné rendez-vous : Wendell Wallach (de Yale), Tandy Trower (le mastermind de Microsoft Robotics

LE STAND ALDEBARAN ROBOTICS — LE PLUS VISITÉ DU SALON !

ALDEBARAN a su présenter son robot Nao à la foule et aux médias médusés… Ce petit bonhomme de cinquante-huit centimètres est un véritable concentré technologique, bien connu des lecteurs de Planète Robots. Comme dans le pavillon français à Shanghai, lors de l'Exposition universelle, un groupe de Nao a exécuté une chorégraphie avec entrain et sous les applaudissements des visiteurs. Une version qui n'intégrait que le buste, dédiée aux universités et aux centres de recherche, y était également présentée. Mais nous avons eu beau chercher dans tous les recoins : impossible de mettre la main sur Romeo, le futur grand frère d'un mètre quarante de Nao. Seule une silhouette cartonnée manifestait sa présence et nous ne savons même pas s'il va ressembler à ce design. La seule chose que l'on nous a dite, c'est qu'un premier prototype pourrait être dévoilé dans les mois à venir…

PLANETE ROBOTS N°9

I30-31


8p innorobot_Mise en page 1 10/04/11 21:18 Page3

Ça vient de sortir De gauche à droite… Mindscape présentait son Karotz. — Le Reeti de Robopec a aimé faire des grimaces à ses visiteurs. — Nao d'Aldebaran Robotics, la star incontestée du salon. — La gamme Ollo de Robotis, parfaite pour démarrer son premier vrai robot ! — Quelques formes possibles avec le kit Bioloid de Robotis. — Wany Robotics et ses Pekee II.

Studio), Cynthia Breazeal (du MIT Robots Group) et bien d’autres… UNE ÉNERGIE PATENTE Un court voyage en bus et un Escalator plus tard, me voici débarquant dans un vaste hall qui pullule de visiteurs curieux de tout âge : des étudiants nonchalants, des porteurs de costumes sombres concentrés et des personnes plus mûres — le fameux Silver Market des Coréens. Tous sont captivés par les robots qui s’animent dans les stands… (Le Secrétariat général nous avouera, après la clôture, que presque dix mille visiteurs ont fréquenté le salon en trois jours, une vraie performance pour une première édition.) Ici, rien ne ressemble d’ailleurs à une première d’ailleurs, ni le lieu, lumineux et inspirant, ni la qualité de la présentation : les stands sont esthétiques et d’une rare élégance ; ni encore l’organisation : l’information se révèle claire et efficace. On est loin d’une fête de patronage dans une salle communale… Vive Lyon !

LE JAZZ DE GOSTAI — OMNIPRÉSENT !

Après avoir développé son célèbre langage de programmation — Urbi —, Gostai s'est attelé à la création de son propre robot, le Jazz. Se fondant sur leurs travaux pour Futur en Seine et sur le robot qui se baladait à travers les couloirs de la Cité des Sciences, la société a ressorti son carton à dessin et nous a proposé une promenade dans le salon en compagnie de ce robot de téléprésence. Avec ou sans écran représentant le pilote, il baguenaudait dans le salon en proposant parfois quelques douceurs sur un plateau. Comme le Rovio et le Spykee, le Jazz est piloté à distance et peut intervenir ainsi dans une assemblée ou faire un coucou aux enfants restés à la maison. (Les robots de téléprésence donnent l’illusion presque parfaite d’une présence physique durant les conversations téléphoniques. Le Jazz est également idéal pour surveiller des bureaux et des entrepôts.)

32

I

PLANETE ROBOTS N°9


8p innorobot_Mise en page 1 10/04/11 21:18 Page4

De gauche à droite… Le Pleo nouveau arrive ! Il était en démonstration à INNOROBO. — Un robot capable de guider un visiteur à travers une exposition et créé par la société coréenne CoreBell. — Le stand du CRIIF. — L’iRobi Q de Yujin Robot, un futur assistant dans les écoles ? — Shunk et son bras LWA3.

“Un court voyage en bus et un Escalator plus tard, me voici débarquant dans un vaste hall qui pullule de visiteurs curieux de tout âge: des étudiants nonchalants, des porteurs de costumes sombres concentrés et des personnes plus mûres — le fameux Silver Market des Coréens.” J’abandonne vite le cortège officiel pour rapidement faire le tour du salon. J’approfondirai plus tard certaines visites, mais je cherche pour le moment une ambiance globale et ne suis pas déçu. Les prototypes exclusifs côtoient les produits commercialisés et certains labos ont même sorti leurs drôles de machines : un simulateur d’accouchement pour l’entraînement des obstétriciens, un bébé robot pour affiner la kinésithérapie respiratoire, une tête bizarroïde qui simule les émotions humaines… Le Concours Lépine de la robotique est ouvert !… Les discussions sont vives, passionnées — et l’on peut sentir une énergie qui n’a rien à envier à celle que j’avais déjà constatée dans d’autres parties du monde. Et si, après tout, l’Europe relevait le pari robotique ? Une allée complète me ramène quelques mois en arrière : une quinzaine de stands coréens exposent le meilleur de leur pays et même des exclusivités : Robotis, par exemple, présente son DARwIn, le concurrent de notre Nao national, CoreBell est fier de Docent, le robot guide qui nous fait visiter les musées. Sans oublier Dasarobot et Yujin, qui exhibent les dernières versions du Genibo, le successeur d’Aibo et d’IRobi, déjà présent dans un millier d’écoles maternelles en Corée. J’en profite pour demander à ceux qui me reconnaissent — pour m’avoir vu à Robot World — ce qu’ils pensent de ce sommet à l'européenne… Tous sont unanimes : très professionnel et élégant ! Un vrai compliment car Robot World en est déjà à sa cinquième édition. Cocorobo !!! PRIS DANS LA SPIRALE ! Je me fais rattraper par la délégation locale, avec en tête Gérard Collomb, le sénateur-maire de Lyon, et Jean-Jack Queyranne, le président de la région Rhône-Alpes. Ils parcourent les allées et leurs convictions en matière de robotique se renforcent. Pionniers dans le soutien au secteur par leur participation au sommet, ils semblent

PLANETE ROBOTS N°9

I32-33


8p innorobot_Mise en page 1 10/04/11 21:18 Page5

Ça vient de sortir

“Bruno Bonnell, le président du SYROBO, mène la cérémonie tambour battant, enchaînant les discours en français, en anglais et en coréen. Une dernière photo et me revoici au cœur de la mêlée pour une revue de détail…” ravis de voir autant de sociétés de talent réunies dont certaines, loin d’être des régionales de l’étape, n’en sont pas moins du coin. Comme POB-Technology et sa gamme éducative, BioparHom et ses robots de diagnostic médical, Robopolis, qui dévoile SPARX, son premier robot de loisir et de drôles de dinosaures animés, les Pleo… Entraîné par la foule, je me retrouve face aux Androids, une troupe de danseurs de Villeurbanne, ville voisine. Ils m’invitent à entrer dans la grande salle d’inauguration où Colin Angle himself va recevoir des mains de M. Stephan le Čapek, l’oscar du sommet, pour sa contribution exceptionnelle à la robotique. Bruno Bonnell, le président du SYROBO, mène la cérémonie tambour battant, enchaînant les discours en français, en anglais et en coréen. Une dernière photo et me revoici au cœur de la mêlée pour une revue de détail… REVUE DE DÉTAIL Gostai présente pour la première fois au public son Jazz. Derrière ce nom musical se cache un robot de téléprésence qui ressemble à une version modernisée d’E.T. Jazz peut être piloté à distance via Internet et procure, comme le précise son créateur Jean-Christophe Baillie, le don de téléportation, rien de moins ! En fait, il s’agit de pouvoir, en pleine mobilité, communiquer avec des collaborateurs, des élèves ou des clients, à distance. Cette ubiquité permet d’éviter les voyages et les déplacements, tout en préservant un certain langage du corps, à l’inverse de la traditionnelle vidéoconférence. (Un robot utile et attractif pour cette jeune société parisienne qu’on ne voudrait pas, comme la rumeur le prétend, voir s’exiler aux États-Unis par simple dépit…) À Wany Robotics, la société montpelliéraine, pionnière de la robotique dans les centres de recherche, on m’interpelle avec un grand sourire. Je ne retiens qu’une seule information : elle a vendu quinze robots pendant le salon. Champagne pour plus tard !

34

I

PLANETE ROBOTS N°9

De gauche à droite… Apporter sa caisse à outils dans ce genre de salon est absolument indispensable ! — Un petit robot tout mignon de Dasarobot. — Un étrange objet communicant de FiveFive.


8p innorobot_Mise en page 1 10/04/11 21:18 Page6

DE BONNES SURPRISES À INNOROBO De haut en bas… À INNOROBO, on rencontrait de drôles de zozos ! Ici, le stand ItRI — Nao au repos. Il n’en pouvait plus !…

Parmi tous ces robots plus ou moins connus, il était surtout intéressant de découvrir des nouveautés encore peu médiatisées — voire présentées pour la première fois…

EOS Innovation. Cette entreprise de taille modeste nous a surpris par sa fraîcheur et sa motivation — liées certainement au caractère récent de son activité. Son robot EOne est un petit robot de téléprésence conçu dans l'esprit du Jazz et dans celui du Rovio ; EOS préfère le proposer pour la surveillance ou l'accueil des professionnels.

Induct. Une PME qui va faire parler d'elle dans les années qui vont suivre… Elle est venue présenter son prototype (tout à fait fonctionnel) de navette électrique, le Cybergo. Ce petit bus prévu pour transporter une dizaine de personnes peut se déplacer tout seul, même en pleine circulation. En cours de validation, le Cybergo pourrait commencer sa carrière dans les aéroports et les lieux touristiques. The Robot Studio. Son robot Ecce a intrigué les foules… Reprenant les principes de la biomimétique, il présentait donc une ossature et un système musculaire très proche des nôtres. S’il n’avait pas le handicap d’un œil unique, il pourrait entrer dans le domaine des robots définis par l'Uncanny Valley. TopChair. Les personnes à mobilité réduite sont parfois confrontées à des problèmes d'accessibilité. TopChair a créé une chaise roulante capable de franchir de nombreux obstacles (comme des escaliers). Pour accomplir cela, elle est équipée de deux chenilles en caoutchouc en plus des quatre roues motrices, plus classiques.

PLANETE ROBOTS N°9

I34-35


8p innorobot_Mise en page 1 10/04/11 21:18 Page7

Ça vient de sortir

De haut en bas… Heureusement, le Genibo de Dasarobot ne mord pas. — Bruno Bonnell, le fondateur du SYROBO et l’initiateur du salon INNOROBO.

“Les Chinois sont partout et aussi à INNOROBO ! Monsieur Patrick Wang m’accueille avec amabilité, fier de pouvoir présenter les robots taïwanais à la presse française. Il me donne le tournis tant sa conviction est profonde que Taïwan sera le premier fournisseur de robots d’ici vingt ans.” Un aquarium dans un salon de robotique, voilà qui semble peu banal… Mais c’est le stand de Robotswim, cette jeune entreprise qui fait danser des poissons robots en bancs, avec des effets de lumière ! Enthousiaste et rigoureux, Christophe Tiraby détaille ses inventions — mais je dois avouer que j’écoute ses propos d’une oreille distraite, tant mes yeux sont attirés par ces robots croquignolets qui, sous l’eau, semblent vivre dans leur biotope naturel. En face, un panneau signale la présence de l’ITRI, le CNRS taïwanais. Les Chinois sont partout et aussi à INNOROBO ! Monsieur Patrick Wang m’accueille avec amabilité, fier de pouvoir présenter les robots taïwanais à la presse française. Il me donne le tournis tant sa conviction est profonde que Taïwan sera le premier fournisseur de robots d’ici vingt ans. (À bien regarder tout ce qu’ils ont accompli sur les LCD et d’autres produits électroniques, il ne faut pas sous-estimer leurs légitimes ambitions…) Des musiques étranges captent mon attention et je découvre que le Nao d’ALDEBARAN Robotics et le Genibo de Dasarobot se font un jam sur leurs stands respectifs. L’humanoïde français dessine des ronds dans le ciel, tandis que les chiens robots coréens se dandinent en rythme. Un monde cocasse, vraiment — ou des humains applaudissent des machines programmées… Restons lucides — please ! Le micro général annonce alors le début de la conférence économique, que je ne voulais pas rater ; mais je la prendrai en route car je veux découvrir les véhicules Cybergo et Modulgo. Ils se garent seuls et savent trouver leur chemin. Induct, qui les produit, est la seule firme française à avoir par-

36

I

PLANETE ROBOTS N°9


8p innorobot_Mise en page 1 10/04/11 21:18 Page8

De haut en bas… le DARwin-OP de Robotis fait son show. — Vos serviteurs étaient bien sûr présents pour honorer dignement ce salon.

“En quelques slides, j’apprends que Taïwan et la Corée investissent des millions d’euros dans le développement de la robotique et que l’Europe doit se réveiller…” ticipé au DARPA Grand Challenge, le concours international des véhicules autonomes. J’ai eu une prémonition en les voyant: et si de nouveaux constructeurs automobiles allaient émerger? Les cartes étaient distribuées pour les voitures classiques — mais quid des véhicules autonomes qui peupleront nos rues? Je m’arrête aussi chez iRobot, le leader mondial de la robotique de services. L’équipe vient tout droit de Boston pour faire la démonstration d’engins plutôt insolites: les PackBots, qui sont quotidiennement utilisés sur les sites des opérations militaires, mais également en Haïti ou plus récemment à Fukushima pour la recherche de victimes ou d’autres tâches qui ne peuvent être exécutées par l’homme à cause de conditions extrêmes (radiations, chaleur, virus…). Le robot au service de l’Humanité — un beau concept! Comme je sais que mon billet de retour implique un départ à 17h30, je cours au Robot Market Focus, la conférence sur l’aspect économique de la robotique. En quelques slides, j’apprends que Taïwan et la Corée investissent des millions d’euros dans le développement de la robotique et que l’Europe doit se réveiller si elle ne veut pas être surclassée. Un marché qui d’après l’IFR, (la Fédération internationale de robotique) devrait être multiplié par trente en dix ans. De quoi créer des emplois, de la valeur et un souffle nouveau pour bon nombre d’entreprises… Pas le temps de traînailler, je range mon stylo pour… regarder ma montre — je dois décrocher ! Mais… je n’ai pas assisté aux EMM, les conférences sur la mécatronique, et à RoboLift, celle sur la prospective. Je n’ai pas non plus interviewé tous les héros de la robotique, tout ça parce que mon rédacteur en chef ne veut pas me signer une prolongation de séjour ? (En fait, si — mais je garde tout cela pour les prochains numéros. Je vous étonnerai encore !…) ■Yves Martinez

Pour découvrir l'ensemble des autres photos que nous avons prises lors du salon INNOROBO, visionnez la vidéo sur le lien suivant : http://tinyurl.com/innorobo2011

PLANETE ROBOTS N°9

I36-37


2p interview9_Mise en page 1 11/04/11 03:15 Page1

Portraits

Entretien avec Pierre Seguin, de POB-Technology

TOUT PASSE PAR L’IPHONE !

Depuis quelque temps, le dernier-né des robots de POB-Technology fait beaucoup parler de lui. L’équipe POB redouble d’efforts pour rendre la robotique intuitive et accessible à chacun. Planète Robots a rencontré Pierre Seguin, le fondateur et le président de POB. Pierre nous a ouvert les portes de POB et a pris le temps de nous expliquer sa dernière innovation pour rendre la robotique encore plus intuitive. Le concept est assez simple : utiliser un smartphone pour commander le robot. Nous avons déjà vu des choses avec l’AR.Drone de Parrot, mais là, l’utilisation est différente. Le robot de POB est d’abord un jeu de construction. Sur une base roulante, nous allons visser une mécanique. La fonction d’un robot étant toujours liée à sa mécanique, l’utilisateur va pouvoir créer toutes sortes de robots et tester immédiatement son fonctionnement grâce à l’iPhone. La première application de POB sur iPhone est un simple joystick. Il permet de commander les déplacements du robot et de commander la position de deux servomoteurs. L’iPad étant plus grand, nous pouvons commander huit servomoteurs. Pierre Seguin, devant des créations de POBTechnology : «On a trouvé un concept assez simple : utiliser un smartphone pour commander le robot.»

38

I

PLANETE ROBOTS N°9

Pour débuter avec le robot POB et son iPhone, il faut faire deux choses : télécharger l’application POB Joystick sur App Store et télécharger le logiciel de configuration WiFi pour application iPhone. Les deux applications étant totalement gratuites, il n’y a pas à hésiter. Une précision, si vous avez déjà un robot POB sans le module WiFi, vous pouvez vous procurer ce dernier sur le site de POB. Une notice très simple vous montrera comment le brancher sur la carte mère du robot. Cette opération ne prend que quelques minutes, c’est une simple question de vis à enlever puis à remettre. La notice est disponible sur le site www.pob-technology.com. L’utilisateur peut se connecter de deux façons au robot POB : soit en mode Ad-Hoc soit en mode Réseau étendu. La différence entre les deux est très simple : Ad- Hoc signifie que l’on va se connecter directement sur le robot


2p interview9_Mise en page 1 11/04/11 03:15 Page2

“En quelques minutes, on a réalisé un robot et on veut illico passer au suivant! Ceux qui souhaitent aller plus loin pourront utiliser le logiciel de programmation graphique…”

sans passer par un intermédiaire comme une box ADSL. Le mode étendu permet quant à lui d’échanger avec le robot en WiFi via une borne WiFi comme un routeur ou une box ADSL. Bref, laissez-vous guider par le wizard, c’est bien fait, et rapidement on a un robot qui bouge. Une fois la configuration de votre robot POB et celle de votre iPhone effectuées, vous pouvez lancer l’application POB Josytick sur votre iPhone et vérifier que le robot bouge lorsque vous déplacez le joystick. Maintenant la partie sympa consiste à réaliser un système mécanique avec deux servomoteurs. L’application la plus simple à réaliser est celle de la pince. Les deux curseurs de l’application POB Joystick permettent d’ouvrir ou de fermer la pince, de la faire monter ou descendre. Ce qui est étonnant avec ce système, c’est que l’on devient vite accro. En quelques minutes, on réalise un robot, mais ensuite on veut passer au suivant. Pour ceux qui souhaitent aller plus loin dans la réalisation de leur robot, vous pourrez utiliser le logiciel de programmation graphique Risbee, couplé à l’iPhone. En gros, chaque utilisateur peut associer une série d’instructions au joystick.

Ici, un iPhone peut piloter votre robot POB.

mêmes. Seuls quelques postes comme la conception finale des pièces plastiques sont externalisés. La mécanique, l’électronique, la programmation, tout se fait chez nous, dans nos locaux de Villeurbanne. Forcément, il en va de même de la conception de nos applications iPhone et iPad.

Ce qui est important dans une industrie naissante, c’est de recueillir la vision des acteurs de cette nouvelle révolution technologique. Pierre Seguin, le fondateur de POB-Technology en fait partie, comme le montre l’interview qu’il nous a accordée.

P.R. : Avez-vous ouvert votre protocole WiFi pour que d’autres puissent réaliser leurs propres applications ? P.S. : C’est la première chose à laquelle nous avons pensé. Toutes les informations nécessaires sont sur notre site Web. Si un programmeur pouvait inventer une application iPhone pour notre robot et devenir riche, toute l’équipe en serait très fière. L’esprit POB est de par tager au maximum, l’aventure POB, les connaissances, mais aussi la réussite des projets. P.R. : Quels sont tes projets pour l’avenir ? P.S. : L’avenir pour nous est assez simple.

Dans les prochains mois, nous allons exclusivement nous consacrer aux applications et à la commercialisation. Ces deux points sont très impor tants car les applications font connaître le produit, les ventes nous permettent de compter sur une communauté d’utilisateurs. Prochainement, grâce au travail réalisé par la société Probayes à Grenoble, nous allons rajouter à notre offre des technologies de géolocalisation. Imagine un robot qui sait où, chaque soir, trouver tes chaussettes pour les apporter à la panière à linge ! P.R. : En effet, c’est typiquement le robot qui pourrait faire du buzz ! P.S. : Et avec notre robot, toutes nos pièces mécaniques et la simplicité de nos logiciels et sans avoir de réelles compétences techniques, l’utilisation de notre robot POB est accessible à tous ceux qui sont désireux de se mettre à la robotique !… ■Propos recueillis par Joe Pillow

Planète Robots : Pierre, ton application POB Joystick est très sympa, mais te connaissant, tu ne vas pas te contenter de cette application ? Pierre Seguin : Effectivement. Nous allons développer de nouvelles applications très simples pour le robot POB. L’esprit consiste à se rapprocher de celle que nous avons programmée pour l’application poivre et sel. Un robot POB vient poivrer et saler un plat de raviolis, tout cela commandé par une application iPhone. P.R : À POB, vous concevez vos applications iPhone vous-même ou vous contactez un studio externe ? P.S. : À POB, nous faisons tout par nous-

PLANETE ROBOTS N°9

I38-39


4p spectacle_Mise en page 1 11/04/11 02:59 Page1

Aujourd'hui, la machinerie scénique est déjà très avancée et suit l'évolution des technologies. Nous allons découvrir ensemble l'état de l'art de ce sujet, les vedettes des shows « robotiques », leurs origines — et les avantages et les inconvénients de la robotique sur scène.

DES CÉLÉBRITÉS ROBOTIQUES FONT LEUR SHOW Le spectateur a ainsi pu découvrir sur scène Asimo, le plus célèbre des robots marcheurs de chez Honda, puis voir se dandiner sur des airs japonais les petits robots humanoïdes de chez Sony, les petits Rolly (toujours de chez Sony) — ou encore des centaines de lapins Nabaztag — pour des concerts uniques. En matière de « musique », Toyota a développé en 2004 un robot trompettiste qui joue de son instrument en insufflant de l'air par une bouche artificielle et en pianotant sur les pistons comme le ferait un être humain. Quelques années plus tard, à l’Exposition universelle de Shanghai, Toyota a présenté son premier robot violoniste (chaque mouvement de cet androïde demande un doigté et une précision exceptionnels), qui avait fait une première apparition en 2007. Quant à Asimo, il a remis ça en 2008 avec l'orchestre de Détroit, en endossant le rôle de maestro. Enfin Nao, en plus des compétitions de robots auxquelles il participe, a voulu aussi montrer ses capacités en matière de danse artistique sur le Boléro de Ravel (en juin 2010, également à l’Exposition universelle de Shanghai).

40

I

PLANETE ROBOTS N°9

DANS LE MONDE DU SPECTACLE

LA ROBOTIQUE

Les dossiers

Premières conclusions : on remarque que le robot n'a plus à se cacher dans les coulisses et mérite bien sa place sur scène au milieu des autres artistes. On peut monter de nos jours un véritable cabaret « robotique »… LES ORIGINES DE LA ROBOTIQUE SUR SCÈNE On a retrouvé des masques et des statues animés datant de l’Égypte ancienne, qui permettaient aux grands oracles d’asseoir leur pouvoir sur le peuple en donnant ainsi vie aux représentations des dieux. De tels mécanismes se sont diversifiés, les coulisses et la scène du monde du spectacle ont évolué en passant des poulies aux

moteurs à vapeur, puis électriques, et en employant aujourd'hui l'électronique et la robotique. Les dieux égyptiens ont ensuite laissé le champ libre à la science : après la recherche en laboratoire, on met en scène les avancées technologiques pour prouver la puissance de créativité de l'homme, mais aussi pour surprendre et étonner le spectateur qui vient pour décrocher du quotidien, rêver d'un futur plus ou moins proche où tout sera presque possible grâce à la robotique… De tous les artistes qui ont fait avancer la robotique sur scène, on peut citer le père de la magie moderne, Jean-Eugène Robert-Houdin (18051871). Il a joué un rôle très important dans


4p spectacle_Mise en page 1 11/04/11 02:59 Page2

“La robotique peut répondre au centième, (voire au millième) de seconde près à la chorégraphie qui lui est demandée.” il est évident pour lui de vouloir mélanger les deux. Avec pour trame un voyage à travers le Temps, le BeepMaster se présente avec ses assistants robotiques sur scène pour exhiber les magiciens de demain qu'il a rencontrés : le premier est un robot manipulateur spécialiste du close-up (magie rapprochée), capable de saisir un paquet de cartes et d'y retrouver celle que le spectateur a choisie avant de mélanger… Un deuxième, après avoir effectué une petite danse, montre une enveloppe contenant une prédiction… qu’il a apportée du futur. Sans oublier l'essentiel : le « programme » qui anime ce petit monde rempli de robots, dont l'algorithme sera déroulé avec l'aide des spectateurs pour arriver à un résultat… improbable — ou tout simplement « magique » ? http://magic.beepmaster.com Jack Barlett. Le magicien des temps modernes de la Cité des sciences et de l'industrie capte votre attention avec son show et capte aussi les mouvements, si bien que le spectateur ne sait plus faire la différence entre le réel et le vir tuel. La souris du PC avance toute seule pour se transformer en vraie souris, qui cherchera plus tard la carte d'un spectateur ! Sans oublier sa célèbre imprimante à pizza !… Tout y passe, ce qui permet de découvrir le futur des objets intelligents. Au cœur de la Cité des sciences et de l'industrie, Jack Barlett met en scène les dernières découver tes en matière de nouvelles technologies. http://wmpk.fnet.fr/

l'évolution de l'habit du magicien (plus de chapeaux pointus) et surtout promu la technologie ! Magicien et horloger, Robert-Houdin était passé maître dans la fabrication de véritables chefs-d'œuvre mécaniques qui laissent encore aujourd'hui pantois. À son époque, on ne parlait d’ailleurs pas de robots mais d'automates (un grand nombre d’entre eux ont gardé leurs secrets). Mentionnons le Voltigeur au Trapèze, l’Oranger merveilleux d'où s'envolaient des papillons mécaniques qui restituaient une bague disparue — et surtout le Pâtissier du PalaisRoyal : une petite boulangerie où les personnages s'affairaient en tous sens, manipulant farine, eau, sel et autres ingrédients et le specta-

teur pouvait finalement goûter la petite brioche que le pâtissier sortait triomphalement de sa boulangerie miniature. AUJOURD'HUI SUR SCÈNE… Mike Michaels. Mime, automate. Son show révèle un magicien arborant tous les traits caractéristiques du robot : mouvements saccadés, gestes raides, regard froid et fixe et un visage dont le maquillage laisse apparaître des rouages… http://www.mikemichaels.net BeepMaster (alias Cédric Vasseur). Magicien et fan de nouvelles technologies et de magie —

Marco Tempest. Célèbre « techno-illusionniste » suisse basé aux États-Unis, il s'est essayé en 1995 à un tour de magie classique de corde coupée en deux et raccommodée — avec pour assistant un robot industriel d'une demi-tonne. L'utilisation d'un robot de cette taille pour un tour de magie « classique » surprend et prouve que le robot peut être un assistant presque parfait (quoiqu'un peu encombrant). http://www.marcotempest.com/ Robotlounge. Vous vous souvenez de l’émission Incroyable Talent du 24 novembre 2010 ? Ce fut une première dans un concours télévisé : la présence sur scène d'acteurs « robotiques », des robots industriels parfaitement synchronisés sur une chorégraphie respectée au millimètre près. Un chef-d'œuvre ! http://robolounge.net

PLANETE ROBOTS N°9

I40-41


4p spectacle_Mise en page 1 11/04/11 02:59 Page3

Les dossiers

Robolounge a permis de montrer des robots industriels lors d'un show télévisé sur M6, « Incroyable Talent ». — Cent Nabaztag sur scène pour un concert: Nabaz’mob. Geminoid F. Un robot humanoïde japonais qui reste assis sur une chaise et donne la réplique à une actrice en chair et en os (Bryerly Long). La voix est en direct : une interprète en coulisse lui prête la sienne, tandis qu'une caméra imite les mouvements du visage. International Robotics. Avec ses modèles Sico, Millennia, etc., la firme propose en location plusieurs robots radiocommandés dont les principaux membres sont articulés et peuvent se mouvoir sur roues. Plus jeune, je me souviens avoir vu ce type de robot en ville, un peu avant les fêtes de Noël. Le père Noël qui officiait avait, malheureusement pour lui, beaucoup moins de succès que cette machine sur laquelle les enfants pouvaient monter pour danser une petite valse. Ce type de robot est également visible en France à la Cité des sciences et de l'industrie. Le robot Titan de la société RobotX. S'agit-il d'un costume perfectionné ou d'un véritable robot de deux mètres de haut sachant se déhancher sur des rythmes endiablés ? L'illusion est presque parfaite et la société aime laisser planer le doute sur la réelle identité (mécanique ou humaine ?) de son robot. Vous pourrez le croiser dans la rue ou aux côtés de la chanteuse Rihanna, sur scène. Avec son look SF, livré avec ou sans base de chargement mobile, il prend soudainement vie, chante du Sinatra, danse et s'amuse à faire peur aux petits comme aux grands enfants… http://www.robotx.co.uk/ Sans objet. Une création de la Compagnie 111 dans laquelle deux acrobates jouent avec un robot industriel. Soulevé dans les airs ou en équilibre, le monstre d'acier se fait dompter… Un spectacle poétique où le robot s'humanise ! RoboScreen. Une technologie qui a animé le Circle Tour de Bon Jovi (cinq robots industriels ABB se déplaçaient en harmonie avec la musique provenant des écrans qu’ils portaient sur un de leurs bras articulés). Et en 2009, des robots ABB avaient « joué » dans le film Terminator Salvation, avec Christian Bale. Le laboratoire robotique de l’université de Laval, en collaboration avec le Lantiss (Laboratoire des Nouvelles Technologies de l’Image, du Son et de la Scène) a conçu une scène composée d'une multitude de blocs de carrelage agencés par groupe de neuf et équipés d’un système hydraulique ; on peut les faire monter et descendre et l’on obtient alors une scène de spectacle dynamiquement reconfigurable.

42

I

PLANETE ROBOTS N°9

AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS DE LA ROBOTIQUE SUR SCÈNE Les avantages… Une précision accrue La robotique peut répondre au centième, (voire au millième) de seconde près à la chorégraphie qui lui

est demandée. Les différents capteurs (audio, vidéo, de contact) et détecteurs de mouvements permettent une synchronisation parfaite des effets scéniques. Le chorégraphe bénéficie ainsi d’une précision impossible à obtenir en temps normal. Une plus grande liberté pour l'artiste Beaucoup de numéros sont synchronisés sur


4p spectacle_Mise en page 1 11/04/11 02:59 Page4

d'œuvre nécessaire pour faire fonctionner tout ça — entre les petits réglages, les réparations, les préparations, la programmation, etc.) Elle est fragile… Même si certains robots apparaissent très imposants et semblent être de véritables monstres indestructibles, la réalité est tout autre : un sol trop glissant, une mouche qui se pose sur un des capteurs et c'est la catastrophe ! La robotique est encore en devenir et se révèle très sensible aux aléas du direct. Il existe cependant des solutions, comme doubler le nombre des capteurs, des caméras et des systèmes d'alimentation — mais cela se répercuterait sur le coût des installations.

Une scène dynamique créée par l'université de Laval. — Le Partner de Toyota joue en virtuose de son violon. une bande-son ou une bande-vidéo. L'artiste, à ce moment-là, ne doit pas perdre le fil, ne serait-ce qu'une seconde, sinon son show risque d'en pâtir. Avec la quantité de capteurs développés pour la robotique, ces soucis de synchronisation sont maintenant de lointains souvenirs : si l'artiste regarde son public d'un air triste, une caméra capte ses expressions faciales — et la musique adopte aussitôt des accents plus dramatiques ! Ou encore l'acteur ouvre une fenêtre — et l’on entend aussitôt les oiseaux gazouiller. Sans oublier ce que les spectateurs ne voient pas… Le changement de décor est un moment très sensible, souvent mal éclairé, avec des techniciens qui courent en tous sens, avec parfois des objets de plusieurs centaines de kilos à dé-

La robotique effraie… Nombreux sont ceux qui voient ces machines comme des Terminators venus ôter à l'être humain son essence même. Il faut également avoir conscience que l'utilisation d'un robot sur scène, aussi petit soit-il, réclame parfois la mobilisation d’une dizaine d'opérateurs cachés dans les coulisses. Sans compter le nombre de personnes nécessaires pour créer, développer et maintenir (après et avant le spectacle) l'installation robotique en état de fonctionnement… En conclusion, la robotique sur scène s'installe (doucement mais sûrement) et facilite la création de spectacles d'envergure, ce qui dans certains cas procure une plus grande liberté à l'artiste. Elle permet en outre de disposer d'attractions au caractère unique. Il faut bien comprendre aussi que cela ne veut pas dire simplement qu’un robot cabotine sur scène. En l’occurrence, la salle de spectacle elle-même devient une sorte de robot géant dans lequel l'artiste entre pour évoluer et où la robotique endosse le rôle de chorégraphe… ■Cédric Vasseur

placer, le sol à nettoyer des projections d'eau et autres… Cela constituerait un jeu d'enfant pour des robots industriels capables de travailler dans une quasi-pénombre aux infrarouges afin de déplacer bloc par bloc les éléments du décor ! Et une armée de robots nettoyeurs épargnerait aux artistes de glisser lors du numéro suivant… Les inconvénients… La robotique a un coût ! Asimo, par exemple, peut être loué pour environ 170 000 dollars par an. Le prix d'un robot industriel programmable de qualité est variable, mais il faudra de toute façon débourser plusieurs dizaines de milliers d’euros. (On ne compte pas ici les frais occasionnés par la main-

PLANETE ROBOTS N°9

I42-43


3p asimo_Mise en page 1 10/04/11 19:49 Page1

Les dossiers

ASIMO FÊTE SES

BOUGIES !

RETOUR SUR L'HISTOIRE D'UN ROBOT

EXCEPTIONNEL… Il y a vingt-cinq ans, Honda conçut le projet d’un robot humanoïde capable de remplir certaines tâches de la vie courante. Et le 31 octobre 2010, la société japonaise fêtait les dix ans de la première présentation d’Asimo, le produit de ce concept… UN DÉVELOPPEMENT QUI A PORTÉ SES FRUITS Dès 1986, alors que la recherche générale en robotique en était encore à ses balbutiements, la société japonaise Honda pensait déjà à l'avenir et créa un département voué à étudier le mécanisme de la marche humaine, afin de la reproduire sur un robot. C'est ainsi que la firme construisit ses premiers prototypes expérimentaux de robots marcheurs. Physiquement, ils ne ressemblaient qu'à une paire de jambes articu-

44

I

PLANETE ROBOTS N°9

lées, transportant une plate-forme informatisée. E0 (Experimental Model 0) naquit d’ailleurs en 1986. Il arrivait tout juste à poser un pied devant l'autre toutes les cinq secondes. Les robots E1, E2 et E3 comportèrent de considérables améliorations et atteignirent la vitesse de 3 km/h en 1991, grâce à une étude encore plus poussée des locomotions animale et humaine, le transfert de poids lors du déplacement apparaissant primordial. Et entre 1991 et 1993, E4, E5 et E6 stabilisèrent leur ambulation suivant le type de

sol détecté — même un sol inégal ne leur faisait pas peur. La vitesse atteinte s'approchait de 5 km/h. Mais il manquait un corps au-dessus de ces jambes… Lors de la seconde phase de fabrication de prototypes, Honda commença à ajouter des éléments. Le premier robot à posséder des bras fut le P1 (Prototype Model 1), d'une hauteur de 191,5 cm pour 175 kg. On le disait capable d'allumer et d'éteindre des interrupteurs, d’ouvrir des portes, d’attraper et de poser des objets. En


3p asimo_Mise en page 1 10/04/11 19:49 Page2

“Ses vingt-huit degrés de liberté et toutes les technologies dont il était bardé firent baisser sa vitesse de déplacement à 2 km/h. Quant à son autonomie, elle était de vingt-cinq minutes.” décembre 1996, ce fut au tour de P2 de subjuguer les foules passionnées par les robots de science-fiction. Il fut le premier à pouvoir avancer sans qu’un amoncellement de fils le suive constamment. Plus petit et plus lourd (182 cm pour 210 kg), P2 transportait sa propre batterie et son ordinateur de bord, était capable de monter et de descendre des escaliers — voire de pousser un chariot. Honda avait dépensé pas moins de cent millions de dollars pour son développement. Enfin P3, le dernier des prototypes d'Asimo, haut seulement d’un mètre soixante pour cent trente kilos, fit figure de poids plume lorsqu'il fut présenté en septembre 1997. Son informatique avait été en fait décentralisée, réduisant donc sa masse. P3 put donc s'immerger plus facilement dans un environnement humain. Ses vingt-huit degrés de liberté et toutes les technologies dont il était bardé firent baisser sa vitesse de déplacement à 2 km/h. Quant à son autonomie, elle était de vingt-cinq minutes.

Quant à son ordinateur de bord, il se trouvait logé dans son dos, à la ressemblance d’un astronaute transportant ses bouteilles d'oxygène. Le 15 décembre 2004, Asimo Next Generation sortit de la boîte de Pandore des chercheurs. Asimo 2 se révélait légèrement plus grand de dix centimètres pour à peine deux kilos de plus. Il fut le premier à être capable de courir à la vi-

tesse de 3 km/h. Et son Intelligence artificielle avait été largement revue à la hausse : il était désormais capable d'identifier des objets mobiles, de serrer la main tout en gérant sa force, de distinguer les voix des bruits parasites et de reconnaître des visages. Toutes ces avancées avaient pour finalité d'améliorer l'interaction avec les êtres humains. Il fut également le pre-

Deux des designs proposés lors du choix final. Le petit astronaute l'a emporté… Et c'est aussi bien!

ASIMO, LE MAÎTRE INCONTESTÉ DES ROBOTS HUMANOÏDES Le 31 octobre 2000, Honda présenta donc Asimo, bien plus petit que ses prototypes, qui gagnait également un degré de liberté et marchait à une allure ne dépassant pas 1,6 km/h. L'amplitude de ses mouvements et de ses épaules avait été grandement améliorée. Mesurant seulement 120 cm pour 52 kg, il prit le design quasi définitif d'un petit astronaute. Ses mains manifestaient une grande habileté et disposaient d’une force de pression de cinq cents grammes. Il possédait un pouce opposable qui lui permettait d'utiliser un téléphone portable ou de tenir un journal. Et son corps était constitué d'un alliage de magnésium recouvert d'une résine en plastique.

VARIATIONS AUTOUR DU NOM ASIMO — Acronyme d’Advanced Step in Innovation MObility (avancée supplémentaire dans l'innovation de la mobilité). — Asimo (prononcé « ashimo ») signifie « des jambes » en japonais. — Son nom rappelle celui de l'écrivain de science-fiction Isaac Asimov. D'après la société Honda, ce ne serait que pure coïncidence…

PLANETE ROBOTS N°9

I44-45


3p asimo_Mise en page 1 10/04/11 19:49 Page3

Les dossiers

LES PRODUITS DÉRIVÉS Durant toutes ces années de développement, le projet Asimo a permis de mettre au point différentes technologies — qui ont été réutilisées par la firme japonaise dans d'autres projets… — Un exosquelette miniature d'aide à la marche, qui se place sur la taille et les cuisses à l'aide d'une ceinture. Il permet de marcher sans fatigue pendant deux heures à une vitesse moyenne de 4 km/h. — Le Walking Assist Device, une amélioration du précédent exosquelette. Il assiste le marcheur de la ceinture jusqu'aux pieds. Il permet même de monter un escalier sans se fatiguer! — Le Honda U3-X, basé sur les technologies gyroscopiques déployées pour assurer l'équilibre d'Asimo. Il suffit de s'asseoir dessus, d'incliner son corps dans la direction voulue et de laisser l’U3-X faire le boulot.

Asimo, votre majordome?… Beaucoup y rêvent, en tout cas. — Asimo et les projets dérivés de sa technologie. mier modèle à se connecter à Internet pour aller chercher des informations. Quant à son autonomie, elle était passée de trente minutes à une heure. ASIMO SE TAPE L'INCRUSTE DANS L'ENVIRONNEMENT DES HUMAINS ! New Asimo, la troisième génération, naquit le 13 décembre 2005. Sa vitesse de course avait été médiatisée car elle doublait et passait à 6 km/h. Il apparaissait de plus capable d’exécuter

46

I

PLANETE ROBOTS N°9

des courbes en baissant légèrement le pied. Ses applications avaient en outre été adaptées à la vie de tous les jours : il pouvait assurer la réception dans une entreprise, guider et informer, tenir quelqu'un par la main et marcher en se synchronisant avec lui, manœuvrer un caddie de dix kilos, transporter un plateau-repas à une table sans rien renverser… On pouvait louer cette version pour cent soixante-dix mille dollars par an — une première ! Enfin, le 11 décembre 2007, la quatrième version d'Asimo fut mise au point. Légèrement plus

petit (120 cm pour 52 kg), le robot retournait se charger de lui-même à sa base quand sa batterie se vidait. Une liaison WiFi entre robots leur permettait de coordonner les tâches. Ce modèle se révélait aussi capable de laisser passer une personne qui lui barrait le chemin. Il n’a d’ailleurs toujours pas été commercialisé — une cinquième génération semble déjà se profiler à l'horizon et devrait être sous peu montrée à la presse… ■Frédéric Boisdron


L’ULTIME GAMME pour apprendre la robotique

U! A E V NOU MIUM

E R P D IOLOI

B

Le kit Bioloid Premium de Robotis vous permet d’assembler et de personnaliser un humanoïde aux performances de marche exceptionnelles. 18 servo-moteurs d’excellence et de nombreux capteurs (gyroscope, distance, IR et plus encore) peuvent être programmés pour des postures et mouvements selon votre inspiration créative. Possibilité de contrôle à distance.

L’évolution de la gamme Bioloïd se poursuit.

A partir de 349€ Disponible à la FNAC


8p test robots artistes_Mise en page 1 11/04/11 01:19 Page1

Les dossiers

48

I

PLANETE ROBOTS N째9


8p test robots artistes_Mise en page 1 11/04/11 01:19 Page2

LA ROBOTIQUE IMAGINÉE PAR LES ARTISTES (I) :

UN RETOUR AUX SOURCES Albert Einstein a dit : « L'imagination est plus importante que le savoir, car si le savoir concerne tout ce qui existe, l'imagination concerne tout ce qui existera. » Cette assertion remarquable, proférée par l’un des scientifiques les plus lucides du siècle dernier, illustre assez bien tout le besoin qui existe d’approfondir la robotique, à travers l’imaginaire des artistes, même si pour cela il se révèle nécessaire de s’éloigner pour un temps des idées toutes faites et des sentiers battus hantés par les scientifiques et les techniciens. Les artistes sont en fait les véritables pères fondateurs de la robotique… Nous allons donc partir à la découverte de la robotique à travers les chefs-d’œuvre d’artistes hors normes qui ont porté un regard créatif et novateur sur les robots.

PLANÈTE ROBOTS N°8

I48-49


8p test robots artistes_Mise en page 1 11/04/11 01:19 Page3

Les dossiers

“Trois Lois de la robotique, un code de comportement sécuritaire censé empêcher les robots de nuire aux humains et auquel se réfèrent, directement ou indirectement, les roboticiens d’aujourd’hui…”

« Nos écrivains et nos artistes sont les ingénieurs de l'esprit humain. » (Kim Il-sung) LA LITTÉRATURE OU LES VÉRITABLES ORIGINES DE LA ROBOTIQUE Le robot est défini comme un dispositif mécatronique (alliant mécanique, électronique et informatique) destiné à accomplir soit des tâches généralement dangereuses, pénibles, répétitives ou impossibles pour les humains, soit des travaux plus simples, mais en les réalisant mieux qu’un être humain. Bien que les ancêtres des robots soient les automates (machines automatiques dénuées d’intelligence), l’idée et le concept véritables du robot sont nés dans une pièce de théâtre intitulée R. U. R. (Rossum's Universal Robots, en français : Robots universels de Rossum), écrite en 1920 par l’auteur tchécoslovaque Karel Čapek — qui désigna lui-même son frère Josef, peintre et écrivain, comme étant l’inventeur réel du mot. On y voit évoluer un homme ar tificiel, doté d'intelligence et destiné à tenir le rôle d'ouvrier. Le mot robot vient du tchèque roboti, un verbe qui signifie « travailler de manière pénible, effectuer de lourdes tâches ». Ainsi l’homme s’est-il inventé un double ar tificiel pour le remplacer dans l’exécution de travaux fastidieux.

Hinokio, le robot « Pinocchio » — une sculpture faite d’un assemblage de bois et de titane.

« La vie est la source de la littérature et la littérature doit être fidèle à la vie… » (Gao Xingjian) Rossum, quant à lui, est un savant qui a découver t une substance chimique à par tir de laquelle il conçoit des êtres appelés robots, qui ressemblent à des humains mais sont voués uniquement au travail : aucune vie sociale, aucun loisir, aucun désir… Cependant, les hommes tentent d’utiliser lesdits robots pour faire la guerre ; ces derniers vont se révolter, prendre le pouvoir et détruire le reste de l’humanité. Radius, le leader des robots, proclamera : « Le pouvoir de l'Homme est anéanti. Un nouveau monde est né. C'est l'ère du robot. » Cette histoire a influencé moult œuvres littéraires et engendré une cer taine méfiance de l'Homme envers les dérives potentielles d’un robot apparemment plus parfait dans sa structure qu’un corps humain. Cette vision alarmiste, on la retrouve par exemple dans Metropolis (1926), de Fritz Lang, où un robot féminin superbement conçu, une créature sexy et maléfique nommée Futura, sème le trouble parmi des humains incapables de distinguer la supercherie… Futura, la reine perfide de Metropolis, une cité industrielle démesurée où les travailleurs hu-

50

I

PLANETE ROBOTS N°9

Asimov dans Runaround, une nouvelle dans laquelle il énonçait les Trois Lois de la robotique, un code de compor tement sécuritaire censé empêcher les robots de nuire aux humains et auquel se réfèrent, directement ou indirectement, les roboticiens d’aujourd’hui… 1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger. 2. Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi. 3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi. Asimov considérait que ces lois devaient être universelles pour les robots, qu’il percevait comme des outils de travail intégrant un protocole de sécurité à respecter. On raconte que lorsqu’il assista à la projection du film 2001, l’odyssée de l'espace, de Stanley Kubrick, il quitta bruyamment la salle au moment où, dans le film, l'ordinateur HAL 9 000 viole la première loi en s'attaquant à des humains… « Et tout le reste est littérature. » (Paul Verlaine)

Le premier robot mis en scène — dans la pièce de théâtre R. U. R. (Rossum's Universal Robots). mains seront finalement asser vis à leurs machines ! Cette dénonciation a inspiré également Les temps modernes, de Charlie Chaplin, et constituera un souci permanent pour toute l’évolution de la robotique. Le mot robotique (ensemble des études et des techniques de conception et de mise en œuvre des robots) fut introduit en 1942 par le célèbre écrivain de science-fiction Isaac

Les œuvres qui suivront, comme Planète interdite (1956), dont le scénario est inspiré de La tempête, de William Shakespeare, introduiront le concept du robot animé de bonnes intentions. Le Robby de Forbidden Planet, doté d'une bonne nature et capable d'humour, sera même si populaire qu'il sera mis en vente sous forme de jouets dans les magasins des États-Unis, donnant ainsi une nouvelle image du robot. « La littérature ne permet pas de marcher, mais elle permet de respirer. » (Roland Bar thes)


8p test robots artistes_Mise en page 1 11/04/11 01:19 Page4

ENTRETIEN AVEC

DANIEL ICHBIAH, ÉCRIVAIN ET JOURNALISTE

Daniel Ichbiah est un écrivain et journaliste français spécialisé dans les jeux vidéo, le multimédia, la musique, la robotique et l’auteur, notamment, de Robots, genèse d'un peuple artificiel (Éditions Minerva), publié au printemps 2005 et qui a reçu le prix Grand Public Roberval 2005. « J’ai toujours écrit, explique-t-il, j’aime écrire, décrire, raconter l’insolite, l’inhabituel pour casser la réalité un peu trop monotone de notre quotidien. J’aime l’art littéraire pour l’épanouissement personnel qu’il nous procure, avoir cette impression de suivre l’auteur dans un nouveau voyage, une nouvelle découverte et sentir notre esprit s’épanouir, sentir de nouvelles idées et connaissances, un éveil des consciences nous aidant à avancer, à progresser. »

LES BEAUX-ARTS : DESSIN, PEINTURE ET SCULPTURE « Le dessin est la base de tout. » (Alber to Giacometti) Bien que les automates aient existé depuis l'Antiquité, c’est le célèbre Léonard de Vinci qui aurait en 1495 dessiné le premier les plans d’un robot à forme humaine, en conver tissant les par ties de l’anatomie humaine en éléments mécaniques. En effet, ses carnets, redécouver ts dans les années 1950, contenaient les dessins détaillés d'un chevalier mécanique apparemment capable de se lever, de balancer les bras et de bouger sa tête et sa mâchoire. La structure était probablement inspirée des recherches anatomiques compilées dans son homme vitruvien. On ne sait pas s'il a vraiment tenté de construire ce robot… « Rien ne se construit sans être, ouvertement ou non, dessiné. » (Franck Hammoutène)

« Le bon critique est celui qui raconte les aventures de son âme au milieu des chefsd'œuvre. » (Anatole France)

Pacman, de Pong et de Space Invaders », poursuit-il avec ironie, repor tant l’arrivée des véritables androïdes à l’année 2020.

« Le robot est au ser vice de l’homme et va le changer. La robotique dans ce qu’elle a de plus avancé, comme les androïdes, va entrer dans nos foyers et révolutionner notre mode de vie au cours de cette décennie. Elle sera comme une forme d’art non figé, dit-il, comme un outil de transformation où chaque personne se fera une expérience différente comme dans les jeux vidéo, où chaque joueur se construit une aventure personnelle. »

« Ne crayonnez pas dans les marges d'un livre les bêtises que l'auteur a oubliées dans le texte. » (Léonce Bourliaguet)

« Ce qui vaut la peine d'être fait vaut la peine d'être bien fait. » (Nicolas Poussin) Mais aujourd’hui, le constat lui apparaît plutôt décevant… « Nous sommes totalement à la traîne, s’exclame-t-il. Des robots modernes comme l’aspirateur Roomba, le Robosapien ou Nao sont à des années-lumière des romans d’Asimov et des films de science-fiction du passé. Dans ce domaine, c’est la réalité qui doit rattraper l’imaginaire, mais la barre semble placée trop haut. Nous vivons aujourd’hui un énorme frein dans l’avancée de la robotique, alors que dans les décennies précédentes, l’informatique, Internet et les jeux vidéo, eux, ont très vite explosé et tenu toutes leurs promesses. En comparaison de l’ère du jeu vidéo, nous sommes encore à l’époque de

Selon lui, le robot est un outil au service de l’homme — mais un outil dénué de conscience… « Certains postulats sur les robots sont fumeux, affirme-t-il. Cela me révolte de voir des gens proclamer que les robots auront une âme : il n’y a pas de différence entre un robot et une machine à laver, cela doit rester un outil pratique pour l’homme et ne surtout pas remplacer l’homme dans ce qui fait son identité propre — sa conscience d’exister et sa créativité. D’ailleurs, je pense que certains roboticiens font une erreur énorme en cherchant à les rendre capables de nous remplacer dans tout ce que nous créons. Je ne crois pas aux androïdes employés à tout faire. S’il devait y avoir une trop grande intrusion du robot dans la créativité de l’homme, ledit robot finirait par être débranché… » Renseignements annexes Achève actuellement une biographie du fondateur d’Apple, Les quatre vies de Steve Jobs, qui sera très bientôt publiée aux éditions Leduc. E-mail : daniel@ichbiah.com Website : http://ichbiah.online.fr

ENTRETIEN AVEC

MICKAEL GOAPPER, PEINTRE Mickael Goapper, artiste polyvalent, après avoir suivi les cours d’une école d’arts appliqués, exerce aujourd’hui les métiers de décorateur, de dessinateur et de peintre. Il a fait ses premières armes dans la peinture en trompe-l’œil et le photoréalisme — jusqu’au jour où, lassé de « photocopier » le sujet, il décida d’intégrer à ses œuvres une touche plus personnelle et plus créative. « Le premier mérite d'un tableau est d'être une fête pour l'œil. » (Eugène Delacroix) Cet ar tiste collectionne et peint des robots jouets Tin Toys (en tôle, en cuivre, laiton, fer-

PLANÈTE ROBOTS N°9

I50-51


8p test robots artistes_Mise en page 1 11/04/11 01:20 Page5

Les dossiers

s’agite… « J’aime saisir les mouvements sur le vif, explique-t-il, observer et dessiner un instant brillant éphémère et le dépeindre coloré et pétillant dans le tableau. C’est ce qui m’a donné envie de faire de l’art ; je regrette qu’aujourd’hui on soit un peu trop enfermé dans la reproduction technique à l’aide d’outils informatiques ou industriels et qu’il y ait de moins en moins de place pour les beauxarts, leurs matières, leurs principes et leurs mouvements. Ne finissons pas comme des robots, vivons ! » « Il ne faut pas peindre ce qu'on voit, il faut peindre ce qu'on sent. La ligne du dessin doit toujours être un peu la ligne du cœur… prolongée. » (Henri Jeanson)

Un détail d'une toile gigantesque de Mickael Goapper. blanc ou acier, composés de pièces luisantes soudées, de diodes, de luminaires et décorés de peintures représentant des circuits, des engrenages et des figures ar tificielles cocasses). « Le robot est pour moi comme un jeu ou un jouet. J’aime bien, dit-il, le côté candide et raide de ces robots des années 1950 et 1960, leurs petits circuits et engrenages dessinés et peints sur leur corps métallique en forme de boîte, souvent carrée et grossière. C’est vraiment l’image qu’on se donne des robots. J’ai décidé de les peindre sur mes tableaux car j’avais envie de leur faire vivre une aventure et je voulais dépeindre sur toile toute leur raideur, en contraste avec un monde en constant mouvement naturel autour de lui ; je voulais mettre en avant ce décalage entre le robot et le monde vivant. » « La peinture, c'est très facile quand vous ne savez pas comment faire. Quand vous le savez, c'est très difficile. » (Edgar Degas) Ses tableaux sur toile font environ quarante centimètres de large et jusqu’à un mètre de haut ; ils représentent au moins trois jours de travail plein et un investissement d’une centaine d’euros en matière d’outils (pour chacune de ses œuvres). « Comment je peins ? Dans un premier temps, je prépare le fond de ma toile en blanc et je dessine l’environnement, puis l’arrière-plan — que je peins ensuite à l’acrylique de façon réaliste. Je dessine alors au premier plan mon robot et le peins toujours à l’acrylique. Une fois l’ensemble terminé, j’en viens aux explosions de couleurs avec des glacis à l’huile, à l’essence et

52

I

PLANETE ROBOTS N°9

D’après lui, on devrait toujours pouvoir voir le travail créatif de l’ar tiste, sa signature et sa touche personnelles — comme une sor te de transparence dans la construction de l’œuvre et cela, quelles que soient la technique et la technologie utilisées, qui doivent rester de simples outils au ser vice de l’homme et de son imagination. Renseignements annexes S’est lancé dans d’autres sujets de peinture, plus centrés sur le quotidien urbain (notamment le travail dans la restauration). E-mail : mgoapper@hotmail.fr Website : http://mikatoiles.ar tblog.fr/

Une partie de l'œuvre de Mickael Goapper s'inspire des Tin Toys. au siccatif — et je réalise mes effets de jets de couleurs à la peinture à l’huile. Enfin, je vernis l’ensemble. » « L'exactitude n'est pas la vérité. » (Matisse) Il se plaint que les ar tistes et les graphistes contemporains se confinent un peu trop dans la technique, négligeant l’ar t imprécis des gestuelles, des coups de pinceaux ou des crayonnés, caractéristiques de traits décousus et spontanés rendant l’œuvre plus naturelle, incer taine — et donc plus humaine —, un savoir-faire qui, selon lui, doit être conser vé dans son ar t. « L'artiste ne doit pas copier la nature mais prendre les éléments de la nature et créer un nouvel élément. » (Paul Gauguin) Dans ses œuvres, on obser ve bien ce contraste entre, au premier plan, le sujet peint plutôt carré, raide et statique et, en arrière-plan, un monde réel et vivant qui

LA SCULPTURE DE ROBOTS GRANDEUR NATURE — LES MECHAS Terminons la première par tie de cette série sur la robotique ar tistique par la présentation de quelques mechas. Le concept de base : la mise en scène de robots télécommandés ou pilotés par un humain, voire par une Intelligence ar tificielle… — Tetsujin T-28 est un gigantesque robot classique inspiré du manga éponyme, écrit et illustré par Mitsuteru Yokoyama en 1956.

Tetsujin T-28, à Kobe.


8p test robots artistes_Mise en page 1 11/04/11 01:20 Page6

“Le Gundam géant a été inspiré par le célèbre manga d’animation japonaise créé par Yoshiyuki Tomino et Hajime Yatate pour le studio Sunrise en 1979.”

Détail de la sculpture Gyro d'Amatome.

Le Gundam RX-78 à Tokyo. Ce monument de métal de dix-huit mètres de haut, qui pèse cinquante tonnes, fut construit et installé au Japon, dans la ville de Kobe où il est encore exposé dans le parc Wakamatsu. À l’origine, Tetsujin T-28 fut le premier manga à mettre en scène un robot géant de métal, surpuissant et doté d’attaques spéciales dévastatrices — oui, bien longtemps avant Goldorak (ou Grendizer pour les intimes) ! Dans l’histoire de Gigantor (le nom anglais de Tetsujin T-28), les professeurs Kaneda et Shikishima s’étaient impliqués, au cours de la Seconde Guerre mondiale, dans la fabrication de robots de guerre. Cependant, à la fin du conflit, ils décidèrent de mettre au point un robot chargé de préser ver la paix et de combattre le crime. Shoutarou, le fils du professeur Kaneda, se mit aux commandes de Tetsujin et combattit les machines démoniaques du professeur Franken et celles d’autres vilains. (La version anime pour la télé connut deux versions, en 1980 et en 2004.) — Le Gundam géant a été inspiré par le célèbre manga d’animation japonaise créé par Yoshiyuki Tomino et Hajime Yatate pour le studio Sunrise en 1979. Ce colosse de dixhuit mètres de haut, fait d’un assemblage de plastique renforcé de fibre de verre monté sur une structure d’acier fut construit par la société Hasbro et installé au Japon, près de Tokyo, puis un temps déplacé et exposé dans la ville de Shizuoka avant d’être de nouveau redéployé et amélioré à Tokyo pour le trentième anniversaire de la série Gundam. Ce manganime à gros succès et objet de nombreux produits dérivés, propose dans sa narration divers éléments classiques de la

science-fiction (guerres spatiales, univers scientifiquement avancés, robots surarmés) — à l’image de séries concurrentes comme Macross ou Evangelion.

ENTRETIEN AVEC

AMATOME

(ALIAS FRANK FESQUET), UN SCULPTEUR AUX DOIGTS D’ACIER

Frank Fesquet est sculpteur et illustrateur graphiste indépendant dans diverses disciplines (jeux vidéo, décoration, prints, etc.). Il a suivi une formation intense et complète de dessin et d’arts appliqués à l’École Penninghen. Enfant des années 1980, il a baigné dans le monde commençant de l’informatique et de

la cyberculture imaginaire et ludique avec les jeux vidéo, le cinéma de science-fiction et la bande dessinée, disciplines dans lesquelles il est devenu un maître à l’âge adulte. « Aujourd’hui, créer, c’est mon oxygène, dit-il, je me considère comme un explorateur de divers univers artistiques ; chaque année je dois créer quelque chose pour me remettre en question… » Membre d’un club de fans bricoleurs (amateurs de robots R2D2 et autres droïdes de Star Wars), il por te sur la robotique le regard du novice amusé et parfois moqueur. « J’adore leur mécanique et leur esthétique, mais je suis plus fasciné quand cela sert vraiment à l’homme et que cela ne finit pas par le rendre flemmard, oisif ou passif ! » Son œuvre : une armada d’une quinzaine de droïdes variés, entièrement ar ticulables et interactifs (notamment dotés de jeux de son et lumière déclenchés à la voix), d’une taille de cinquante à quatre-vingt-quinze centimètres environ et d’un poids de trois à neuf kilos, faits d’aluminium et d’inox à 95 %. Ces robots sont nés de l’assemblage et du taraudage (création de pas de vis) d’une centaine de pièces métalliques, de composants électriques et de luminaires…

PLANETE ROBOTS N°9

I52-53


8p test robots artistes_Mise en page 1 11/04/11 01:20 Page7

Ça vient de sortir

La sculpture Kaizer d'Amatome.

« Le langage de la sculpture est un néant prétentieux s'il n'est pas composé de mots d'amour et de poésie. » (Ossip Zadkine) Fait surprenant, chaque modèle possède des caractéristiques physiques qui lui sont propres et s’identifie par son nom d’adoption. Autre aspect remarquable : chaque figurine respecte bien les propor tions, les règles de base et d’harmonie du dessin des personnages. Il en est de même pour le degré de liber té des mouvements des membres et pour le choix des composants, employés en raison de leur analogie avec l’anatomie humaine — un véritable travail d’orfèvre ! « Avec l'ère des machines, beaucoup d'esprits se croient robots. » (Louis Pauwels) « Tout artiste doit être un bon dessinateur, explique-t-il, faites attention à la pensée collective, trop assistée par les nouvelles technologies, provoquant des lacunes dans les bases de l’art ; un infographiste ne doit pas se comporter comme un ouvrier qui tourne les boulons sans être créatif, un bon infographiste est d’abord un bon illustrateur. » « Un tableau ne vit que par celui qui le regarde. » (Picasso) À la question de savoir s’ils marchent, il ré-

54

I

PLANETE ROBOTS N°9

pond : « Oui, avec votre imagination. On essaie d’apporter du plaisir à l’œil, un plaisir esthétique, un réveil des sens et l’imagination est pour moi une petite déformation de la réalité, explique-t-il. Je me vois plus comme un Gepetto en train de fabriquer des marionnettes mécaniques ornées de luminaires (à la manière d’un sapin de Noël qui scintille et amuse la foule). J’essaie de faire du beau — pas de l’utilitaire. » « Il faut compter, dit-il, trois à quatre mille heures de travail, soit dix heures par jour et vingt jours par droïde — sans compter les travaux de recherche des composants et des pièces adéquats, le tout pour un investissement d’une dizaine de milliers d’euros. Il est difficile aujourd’hui d’être un artiste créatif, cela demande beaucoup de sacrifices de temps et d’argent, une indépendance et une liberté de travailler impossibles dans ce contexte social sans passion et une foi et une confiance en ce que l’on fait. Le milieu underground recèle un potentiel d’artistes créatifs énorme, mais on ne leur permet pas de vivre de leur art. Ils se retrouvent souvent exploités par certains producteurs et diffuseurs peu scrupuleux, qui ne pensent qu’aux bénéfices. En travaillant sur ces droïdes avec le soutien de l’Institut Le Cadre d’Olivier (que je remercie en passant), j’ai pu me rendre compte à quel point il est rare de nos jours de trouver de vrais

Le dormeur (Astro Boy) par Amatome.

exposants — passionnés, actifs et impliqués dans leur participation. » Quelle impression garde-t-il de ce travail fascinant ? « Toute la tristesse du monde, répond-il. L’artiste se pose des questions et essaie d’y répondre par le moyen de son art. Une société sans artistes est une société qui se meurt. »


8p test robots artistes_Mise en page 1 11/04/11 01:20 Page8

“Enfant, des années 1980, il a baigné dans le monde commençant de l’informatique et de la cyberculture imaginaire et ludique avec les jeux vidéo.”

Renseignements annexes Une nouvelle exposition d’Amatome, alias Frank Fesquet, intitulée God Is a Computer se tiendra du 18 avril au 7 mai 2011. Ses droïdes seront exposés pour la première fois à Paris, au Cadre d’Olivier (6, rue de la Cerisaie – 75004 Paris). Contact presse : Vinciane Wegnez — Design Planet Sherwood Tél. : 01 41 38 86 53/06 86 82 46 31 E-mail : presse@designplanet.fr Website : http://www.amatome.com

ENTRETIEN AVEC

JODA MASTA (ALIAS JOHAN ROCHETEAU), DÉCORATEUR ET DESIGNER DE MATÉRIAUX

E-mail : johan.design@hotmail.fr Website : http://www.creabook.com/johanrocheteau

Joda Masta aurait-il été inspiré par le film Star Wars ?

nant de ferrailleurs ou de pièces laissées à l’abandon auxquelles je redonne un second souffle, une nouvelle vie… Je travaille le métal et le bois, usant de boulons, de vis, de perçage, de fraisage et d’un poste à souder. Dans mes œuvres, je veux que les gens prennent autant de plaisir à les regarder que j’en ai pris à les créer. » Et d’après lui, la robotique doit servir l’être humain : « C’est un très bon moyen de venir en aide à l’homme à plusieurs niveaux, s’il est bien utilisé. Je suis impressionné par la robotique de science-fiction au cinéma et par la bande dessinée, tout comme par la domotique. Je pense que la robotique sera de plus en plus présente dans notre quotidien, dans l’univers de tout un chacun. »

Dans la seconde par tie du dossier, nous continuerons à explorer des pistes propices à la réflexion et à l’imagination — toujours à l’aide de guides provenant du monde artistique (notamment du cinéma et de l’animation). « Le cinéma, c'est l'opéra du vingtième siècle. On a tous les arts : les écrivains, les acteurs, les décorateurs, les chefs opérateurs, les musiciens — pour faire une œuvre totale. » (Jules Petit-Senn) ■Astroneo

Une des œuvres de Joda Masta.

« Le décor n'est-il pas le complément indispensable de l'œuvre ? » (André Antoine) Johan Rocheteau est un jeune décorateur qui achève ses études d’architecture d’intérieur et de design à l’IFAT (Plescop, Morbihan). « Je m’intéresse à la beauté des matériaux, affirme-t-il, au plaisir de créer des pièces et de laisser s’exprimer leurs matériaux. Touche-àtout, je suis attiré par tout et je cherche à lier mes divers univers culturels au design et à la décoration… Je porte sur ma discipline un regard d’enfant toujours curieux et passionné et je suis très reconnaissant envers mes professeurs qui m’ont beaucoup appris et m’ont toujours encouragé à créer, à réinventer les choses — à mettre au point des objets hors du commun, originaux et non classiques, qui doivent sortir de la production de masse. »

Renseignements annexes Son projet ar tistique consiste à introduire la robotique dans le monde de la décoration d’intérieur, du mobilier et de l’architecture. Il invite tous ceux qui par tagent son idée à le rejoindre dans cette aventure… N’hésitez donc pas à le contacter !

L’auteur… Astroneo (alias Cheikhna Diouf), « imaginieur » (designer et ingénieur) et membre fondateur de l’association Art-Tech International (une communauté d’artistes, d’ingénieurs et de roboticiens).

Transformers 3.

« Quand on ne peut pas changer le monde, il faut changer le décor. » (Daniel Pennac) Ses robots de décoration font une soixantaine de centimètres de hauteur pour un poids d’une dizaine de kilos : « Ce sont des assemblages de pièces de récupération, prove-

PLANETE ROBOTS N°9

I54-55


1p exalis solo_Mise en page 1 11/04/11 03:05 Page1

Les dossiers

SOLO CLEAN, LA PREMIÈRE AUTOLAVEUSE POUR GRANDES SURFACES

QUI SE DÉPLACE

TOUTE SEULE…

L’entretien des équipements sportifs constitue un souci majeur pour les collectivités… Les horaires d’ouverture, l’étendue des surfaces à nettoyer et les exigences sanitaires sont les trois variables d’une équation difficile à résoudre quotidiennement…

Le Solo Clean nettoie les grandes surfaces (comme les salles de sport) en parfaite autonomie. Comment diable assurer, sans intervention humaine directe, le contrôle d’un robot de nettoyage sur une distance cumulée d’environ deux kilomètres, avec en fin de parcours une marge d’erreur inférieure au centimètre ?… L’équipe d’Exalis, qui avait déjà travaillé à la mise au point de robots automatiques pour le nettoyage des

Le Solo Clean, ici en mode Manuel, est prêt à être utilisé.

bassins et des piscines publiques, a relevé le défi et conçu un nettoyeur de salles de sport lui aussi complètement automatique. Après deux ans de recherche et de développement, le choix des concepteurs s’est fixé sur le guidage par gyroscope. Le comptage de la distance parcourue, les données recueillies par le gyroscope, l’asservissement des moteurs, la gestion du demi-tour et bien d’autres informations sont transmises à un microcontrôleur qui a pour tâche d’associer ces données au programme informatique et gère aussi la tête de nettoyage. Bien que le savoir-faire apparaisse très complet et technologiquement sophistiqué, l’utilisation du robot demeure d’une grande simplicité : en effet, seuls deux boutons (Marche et Arrêt) font fonctionner l’engin…

temps (tout en dégageant de nouvelles plages horaires pour les utilisateurs assidus des équipements sportifs). Son prix reste raisonnable, puisqu’il se situe dans la fourchette haute de ceux des autolaveuses traditionnelles présentes sur le marché, alors qu’il est le seul à pouvoir fonctionner de manière complètement automatique, de jour ou de nuit, sans la moindre présence humaine. Il bénéficie en outre de plusieurs programmes de nettoyage préenregistrés (selon la dimension et les spécificités de chaque gymnase). Il se révèle ainsi possible de nettoyer jusqu’à cinq salles de sports différentes en automatique ! Et cerise sur le gâteau — si la fantaisie vous en prend —, rien ne vous empêche de l’utiliser manuellement… ■Joe Pillow

DES AVANTAGES CERTAINS La machine de nettoyage greffée sur le Solo Clean est équipée d’un système de brossage contrarotatif, choisi pour son efficacité, sa compacité et sa facilité d’entretien — qui permettent aux responsables et au personnel de nettoyage de réaliser un important gain de

56

I

PLANETE ROBOTS N°9


pub-ziclean_Mise en page 1 11/04/11 05:19 Page1


4p robot ecole_Mise en page 1 10/04/11 23:59 Page1

C’est pour enseigner l’informatique industrielle à des élèves ingénieurs que j’ai commencé à « utiliser » la robotique. Au fil des années, un robot industriel s’est invité à mes travaux pratiques et des robots Lego sont arrivés en support de mes cours en amphithéâtre…

LA ROBOTIQUE

Les dossiers

Plus que de simples outils pédagogiques, les robots ont toujours su enseigner, en intéressant et en motivant les étudiants. En matérialisant ce lien parfois inexistant entre théorie et pratique, entre monde virtuel et monde réel, la robotique crée du concret. Elle permet d’expérimenter la rigueur car elle ne pardonne pas les erreurs qui peuvent provoquer des dégâts matériels importants. « Tu me dis et j’oublie, tu m’enseignes et je me souviens, tu m’impliques et je comprends… » Ce proverbe de Confucius renferme le sens de l’utilisation de la robotique dans la pédagogie. Perçue comme un domaine complexe par les élèves, à cause du nombre de technologies différentes qu’un robot peut intégrer, la robotique contribue à la valorisation des jeunes, qui arrivent à dire que — ça marche ! Depuis deux ans, j’expérimente la robotique autrement. Pendant une journée, une soixantaine d’enfants de CE2 envahissent l’école. Ils découvrent ce qu’est un robot, en partant de l’univers de la bande dessinée et du cinéma, puis passent par un atelier de programmation de robots Lego et une démonstration de robotique industrielle. Un jeu de piste sur le site de l’école leur permet aussi de toucher aux disciplines de la robotique en

58

I

PLANETE ROBOTS N°9

E L B A D I M R UN FO OUTIL E U Q I G O G PÉDA S T I T E P R POU ! S D N A R G ET

visitant les départements. De plus, un atelier de fabrication d’un robot en matériel recyclé les plonge dans les problématiques de conception, en réfléchissant sur l’architecture « perceptiondécision-action ». Et à la suite de cette journée, plusieurs interventions ont lieu dans leur école ; l’histoire et les applications de la robotique y sont abordées. Enfin, une synthèse et une remise de trophées et de diplômes viennent clôturer l’expérience. « Ce projet, étalé sur l’année, permet, de par l’expérimentation concrète de la robotique, par les enfants eux-mêmes, d’appréhender beaucoup plus facilement la notion », explique Colette Barry, une des maîtresses. Les enfants s’intéressent à la robotique et se passionnent en voyant

des objets qui n’appartenaient jusqu’alors qu’à leur imaginaire — un imaginaire qui se concrétise et qui fonctionne sous leurs yeux. Si un énorme décalage existe entre ce qu’ils expérimentent et les Goldorak et les Transformers, il ne semble pas avoir la moindre importance. Les enfants montrent simplement leur étonnement de pouvoir toucher, comprendre et faire par eux-mêmes des objets qu’ils n’ont jamais vus. Et c’est ce qui compte avant tout. Ainsi, la terminologie de base est maîtrisée : des mots comme capteur, paramètre et tâche entrent dans leur vocabulaire. « Pour nous un robot, c’est quelque chose qui peut faire des choses pareilles, mais sans s’épuiser, et aussi des choses que l’on ne peut pas


4p robot ecole_Mise en page 1 10/04/11 23:59 Page2

“Paroles d’enfants: — Pour nous un robot, c’est quelque chose qui peut faire des choses pareilles, mais sans s’épuiser et aussi des choses que l’on ne peut pas faire… — Un robot, c’est quelque chose d’électrique qui sert à faire les tâches ménagères.”

Les enfants se passionnent pour la robotique.

faire… Un robot, c’est un objet qui a plusieurs capteurs avec lesquels il peut faire des actions… Pour nous, un robot est fait avec de l’informatique, des matériaux, de l’électronique et dedans il y a des puces… Un robot, c’est une machine qui est programmée pour faire tout ce qu’on dit. » Beaucoup de leurs travaux montrent la robotique du futur, la robotique de service. Les robots inventés vivent à la maison avec eux. Le parallèle entre le système homme et le système robot est effectué sans cesse. Garçons et filles prennent goût à la technologie. Finalement, un robot n’est pas si compliqué que ça ! Et encore une fois, la magie opère : à beaucoup d’enfants (parfois en échec scolaire), la robotique parle. Certains m’ont de-

mandé : « Qu’est-ce qu’il faut faire pour devenir [ingénieur] comme toi ? » DÉTAIL DES ACTIVITÉS EFFECTUÉES PAR LES ENFANTS Les conférences Afin d’acclimater les enfants au monde de la robotique, je leur montre des extraits de BD comme Les Pixels, Malinky Robot, Spirou et Fantasio et Robert le Robot (pour n’en citer que quelques-unes). Je discute avec eux de leurs comportements, des tâches qu’ils accomplissent et de leur niveau d’autonomie par rapport à leur créateur, à partir de la question : « Pourquoi est-ce un robot ? » Des extraits vidéo (Les temps

modernes, de Charlie Chaplin, I, Robot, Hinokio et Avatar) permettent d’alimenter le dialogue, toujours très animé : nous discutons alors de l’évolution des machines, aussi bien dans l’imaginaire que dans la réalité. Cela va de la mise en scène d’une machine peu flexible aux robots androïdes et aux mechas ; les enfants touchent à cet instant du doigt la relation de l’homme avec la technologie. Et pour pousser le raisonnement, je propose aux enfants des images en les questionnant : « Est-ce que c’est un robot ? » Il est très étonnant de constater que les oui fusent à la vision des sèche-cheveux et des machines à laver, car « c’est électrique et en métal ». Tout ce qui a la forme d’un robot est bien évidemment un robot, même s’il s’agit d’un jouet radiocommandé… C’est à partir de cet instant que nous ouvrons les portes vers le monde des robots. Leur anatomie est décortiquée : je démonte un Cybot. Leur comportement est observé : une tortue, un crocodile et un humanoïde en Lego réagissent à l’environnement. Des enfants sont pris en otage sur l’estrade et leurs copains observent avec amusement que pour accomplir des tâches simples comme attraper une balle derrière une bougie (allumée), il est nécessaire d’utiliser les informations des capteurs. Ils découvrent, émerveillés, que derrière chaque action, il y a une décision, et que pour prendre une décision, il se révèle nécessaire de posséder la

PLANETE ROBOTS N°9

I58-59


4p robot ecole_Mise en page 1 10/04/11 23:59 Page3

Les dossiers

“Paroles d’enfants: — Un robot, c’est plein de morceaux de ferraille que l’on colle d’une façon pour former un robot en forme d’animal ou d’un homme. — Un robot, pour moi, sert à faire le ménage.” perception. La boucle est bouclée ! Le lien et le parallèle entre les expériences vécues dans leur propre corps et les petits robots qu’ils ont vus jusqu’alors sont vite établis. L’atelier de programmation Lors de la première journée, l’atelier de programmation est organisé autour de Scratch, un logiciel gratuit qui permet la programmation simple et visuelle d’animations vidéo. Un tutoriel très détaillé permet aux enfants de réaliser le programme d’un robot suiveur de ligne, doté de deux capteurs de ligne sur la moustache, à gauche et à droite. L’atelier est coencadré par des élèves ingénieurs : la présence de ces « grands frères » et de ces « grandes sœurs » a beaucoup stimulé les enfants, qui les ont immédiatement adoptés comme repères, et a vraiment contribué à la bonne réussite de la journée. L’atelier a beaucoup plu aux enfants, qui se sont sentis capables de programmer, tout en comprenant mieux la signification de ce mot. J’ai cependant remarqué qu’il a manqué de « concret ». L’animation a donc évolué vers la programmation de robots Lego, le but étant d’exécuter le programme réalisé sur un vrai robot. J’ai associé un aspect ludique à cet exercice en créant un scénario type mission de sauvetage et en m’inspirant des travaux d’une école canadienne. Une vidéo donne le cahier des charges : il faut sauver un agent secret blessé dans un bâtiment ennemi… La démonstration de robotique industrielle « Un robot est fort, rapide et précis. » C’est ce que les enfants retiennent de la démonstration que je leur propose dans ma salle de travaux pratiques où se trouve un robot industriel Kuka de deux cent cinquante kilos se déplaçant à deux mètres/seconde. Ils observent d’abord ce géant se mouvoir doucement dans son espace de travail — toute l’assemblée en reste bouche bée. Puis le robot effectue un déplacement à droite et un autre à gauche, façon « prise et dépose », très lentement au début, et je demande alors aux enfants d’effectuer le même mouve-

60

I

PLANETE ROBOTS N°9

Simona D’Attanasio Honiger en pleine explication. ment et d’en suivre le rythme. Petit à petit, le robot, imperturbable, accélère son mouvement, tandis que parmi les enfants c’est le fou rire qui s’installe. La leçon est comprise… Il ne me reste plus qu’à leur montrer que ce géant musclé et puissant peut aussi être très bête : lors d’un cycle de palettisation, je déplace la palette et le robot

dépose la pièce… par terre ! La surprise est alors énorme ! Le jeu de piste « Pour nous, un robot est fait avec de l’informatique, des matériaux, de l’électronique et dedans il y a des puces… » Les enfants qui ont écrit cette


4p robot ecole_Mise en page 1 10/04/11 23:59 Page4

Les enfants de l’école élémentaire Alain-Savary de Colomiers, encadrés par leurs maîtresses (Colette Barry et Karine Fournié), qui ont accepté avec enthousiasme de préparer ce projet robotique et d’y participer, permettant ainsi aux enfants de faire une expérience unique et très enrichissante. des robots domestiques : ils distribuent des bisous si on se sent seul, ils apportent le journal, font le ménage (il y en a beaucoup !), surveillent la maison et la protègent des intrus ; ils s’occupent accessoirement des personnes âgées.

À l’ICAM Toulouse, des élèves programment trois robots Tribot Lego Mindstorms NXT 2.0 pour participer à une compétition à la fin de la séance. phrase ont bien pensé au jeu de piste. Pour commencer, ils reçoivent le plan de l’école et des différents départements scientifiques. Le plan de l’école leur permet de localiser les départements. Et le plan des départements leur indique par une croix la position d’une affiche illustrant la contribution du département en question à la conception de plusieurs types de robots. Chaque équipe reçoit ensuite une fiche avec un robot et des cases à remplir, une par département — et la course est lancée ! Un vrai moment de défoulement instructif et à organiser impérativement à la pause de midi… L’atelier de conception Lors de la deuxième partie de la journée, les enfants doivent réaliser un robot par eux-

mêmes. Ils sont organisés en équipes de quatre à cinq encadrées par un élève de l’école. Ils disposent de feuilles et de rouleaux de carton, de papier, de bouchons, fil de fer, ciseau, ruban adhésif et colle. Le corps du robot est un élément en polystyrène. Les enfants peuvent consulter plusieurs livres de robotique à leur portée ; j’ai également préparé un manuel de conception, qui leur propose une liste de capteurs, modes de locomotion, environnements et différents champs d’applications possibles. Les enfants doivent compléter des « fiches conception », dans lesquelles ils identifient le domaine d’application de leur robot, justifient le choix du système de locomotion et des capteurs, puis détaillent les fonctionnalités. À quelques exceptions près, les robots conçus par les enfants sont

Les interventions dans leur classe La « journée robotique » se révèle très intense: les enfants sont littéralement bombardés de concepts nouveaux, sont constamment étonnés et vivent à leur niveau des expériences extraordinaires. Pour que les idées mûrissent et que leur mémoire agisse, il est très important de revenir sur les concepts, par la répétition et l’approfondissement, ainsi que par un changement de point de vue. C’est pour cette raison que j’organise plus tard des interventions dans leurs classes. Pour faire le lien avec la journée vécue, nous construisons ensemble le schéma d’un robot en collant des étiquettes (perception, décision, action, environnement, électronique, informatique, mécanique, matériaux, productique). Nous observons une fois encore les robots Lego de la conférence — sous une lumière nouvelle. Les enfants sont maintenant capables de définir la tâche exécutée par les robots et les moyens mis en œuvre en termes de capteurs. Nous reprenons la présentation initiale et les enfants comprennent maintenant qu’un sèche-cheveux n’est pas un robot, parce qu’« il n’a pas de cerveau, il n’est pas programmable et ne réagit pas à son environnement ». Pour faire le lien avec leur programme scolaire, nous étudions la robotique en fabriquant, à l’aide de ciseaux et de colle, une frise historique allant des machines de Léonard de Vinci aux derniers robots humanoïdes et mettant en évidence des étapes clés comme l’invention du mot robot, du microprocesseur et des Trois Lois d’Asimov. Afin de leur donner une vision encore plus large, nous regardons un montage vidéo des applications de la robotique dans le monde : les robots de l’espace, militaires, chirurgiens, humanoïdes, les microrobots… provoquent l’étonnement — comme si cela ne pouvait pas exister pour de vrai ! L’année dernière, les enfants ont organisé la kermesse de l’école autour de ce projet robotique, par la réalisation d’affiches et de dessins qui ont décoré les classes. Cette année, leur travail de conception sera évalué et publiquement récompensé par un trophée… en forme de robot !… ■Simona D’Attanasio Honiger1 - Née en 1971, elle est ingénieur électronique et diplômée de l’université de Bologne (Italie). Elle a effectué un doctorat en robotique à Pise. En France depuis 2000, elle a intégré en 2002 l’ICAM Toulouse, une école d’ingénieurs généralistes (arts et métiers), où elle enseigne l’informatique industrielle aux élèves ingénieurs de deuxième année.

1

PLANETE ROBOTS N°9

I60-61


3p boiler-plate_Mise en page 1 10/04/11 23:49 Page1

Les dossiers

LA LÉGENDE DE BOILERPLATE

UN ROBOT SOLDAT À L’ÉPOQUE VICTORIENNE Boilerplate, un homme mécanique développé par le professeur Archibald Campion durant les années 1880, fut présenté à l'Exposition universelle de Chicago (Columbian World’s Fair) de 1893. Construit dans un petit laboratoire de ladite ville, c’était un prototype de soldat conçu pour « éviter la mort d'hommes dans les conflits des nations ». Seul de son espèce, ce combattant d’élite a traversé certaines des grandes batailles de l’Histoire. Boilerplate restera une étape technologique méconnue — l’ironie du destin, sans doute… LE PROFESSEUR ARCHIBALD BALTHAZAR CAMPION : UN GÉNIE OUBLIÉ DE LA SCIENCE Né le 27 novembre 1862, Archibald était un enfant très curieux, doté d’un appétit vorace pour le savoir sous toutes ses formes. Ses premières influences et ses héros furent les plus grands inventeurs de l’époque. Sa sœur aînée Lily, considérée comme très progressiste, se maria à Hugh McKee en 1870. La cour qu’entreprit Hugh auprès de Lily ressembla à une entreprise de longue haleine, ce qui construisit un lien très fort non seulement entre Hugh et Lily, mais également avec Archibald. Lorsque McKee périt en participant à l’expédition américaine de 1871 contre la Corée, Archibald Campion fut considérablement marqué. Il déclara bien longtemps après que Boilerplate avait été pensé « pour résoudre les conflits des nations sans que les hommes ne meurent ». Quelques mois plus tard, un autre événement allait bouleverser la vie d’Archibald Campion. Ses parents comptèrent en effet parmi les centaines de victimes du grand incendie de Chicago. Son père était le brillant Robert Campion, le patron de la première société de la ville à produire des machines à calcul différentiel. Malheureusement, la succession fut maigre. Afin de résoudre ses problèmes d’argent, Archie trouva très vite un emploi comme opérateur à la Société de téléphonie de Chicago. Malgré un côté turbulent, il développa de nombreux talents dans le domaine de la mécanique et dans celui des mathématiques. Ces derniers, renforcés par son obsession de la technologie, allaient lui apporter gloire et richesse. En 1882, il déposa de nombreux brevets sur les conduits valvulaires et les systèmes électriques polyphasés. En seulement trois ans, les redevances de Westinghouse Electric firent d’Archibald un millionnaire. C'est avec

62

I

PLANETE ROBOTS N°9


3p boiler-plate_Mise en page 1 10/04/11 23:49 Page2

“Rétrospectivement , il est difficile de comprendre comment une invention révolutionnaire comme Boilerplate, proposant une telle avancée technologique, a pu passer relativement inaperçue.” cette manne qu'il finança son projet suivant : Boilerplate. Puis en 1886, il cessa brusquement de déposer des brevets et devint un personnage reclus. Deux ans après, il construisit un petit laboratoire à Chicago et commença à fabriquer son homme mécanique. Quand il fit une demande pour obtenir un espace d’exposition dans la salle des machines de la Columbian World's Fair de 1893, il révéla toute l’étendue de son projet aux organisateurs, qui furent assez impressionnés pour lui attribuer un des meilleurs emplacements — près de l'entrée… Mais malgré la grande popularité dont bénéficia Archibald Campion, très peu de documents nous sont parvenus le concernant — lui et la création qui faisait sa fierté. Après la destruction présumée de Boilerplate en 1918, son nom finit par sombrer dans l’oubli. Il mourut dans la ville où il avait vu le jour (Chicago, Illinois), le 30 octobre 1938… BOILERPLATE RÉVÉLÉ AU PUBLIC Boilerplate (littéralement « plaque de chaudière ») fut présenté au public le 23 mai 1893, dans la salle des machines de l’Exposition universelle de Chicago (Illinois). La salle des machines était l'un des quatorze plus gros bâtiments (qui abritaient plus de soixante-cinq mille exhibitions). Parsemée de lagunes et traversée de canaux et de chaussées connectant des édifices blancs de style classique, la foire constituait une sorte de ville idéale, parfaitement ordonnée. Et des bateaux électriques, équipés des piles à combustible d’Edward Fullerton (la même technologie que celle qui alimentait Boilerplate), sillonnaient les eaux. À l'intérieur de la salle des machines, le stand d'Archibald apparaissait minuscule en regard des rangées interminables constituées par le grand rassemblement de ce qui se faisait de mieux en matière de dispositifs mécaniques et d’outils divers. Car on y trouvait de grandes attractions — comme une centrale électrique de pointe qui générait assez d’énergie pour alimenter toute la foire. Et la nuit, les fêtes foraines étaient éclairées par des lampes électriques, grâce à un système proche de notre courant alternatif — développé par Nikola Tesla, un ami d’Archibald. Le monde n'avait jamais rien vu de tel jusque-là !… « Dans les couloirs gigantesques de la salle des machines, à l'Exposition universelle, l'acmé du progrès des arts mécaniques au XIXe siècle a été atteint, et les artisans de tous les mondes civilisés apprennent quelque chose des avantages pratiques mis au point par le génie des plus grands inventeurs du monde. La remarquable machine anthropomorphe du professeur Campion (qui stimule l’imagination et laisse envisager des bénéfices variés pour l’humanité) est peut-être la plus admirée… » Henry Davenport Northrop, Histoire illustrée de l'Exposition universelle (Union Publishing House, 1893). Rétrospectivement, il est difficile de comprendre comment une invention révolutionnaire comme

Le comic de Paul Guinan sur Boilerplate. Boilerplate, proposant une telle avancée technologique, a pu passer relativement inaperçue. Mais l'époque présentait tant d'événements, de nouveautés, de célébrités et tant de cultures exotiques qu’un automate adoptant l’apparence humaine n’était qu’un arbre parmi d’autres dans la forêt. Il y avait trop de concurrence ! « Pauvre Archie…. Il ne s’était attendu ni à un succès immédiat, ni à la notoriété. Il voulait seulement faire connaître son invention et stimuler l'intérêt et le potentiel que son invention représentait pour des applications militaires et commerciales. La foire, semble-t-il, était précisément le pire endroit pour les débuts de son soldat automate. Nous avons découvert une nouvelle ironie engendrée par les temps modernes : dans un lieu où chaque chose est un émerveillement, rien n'est un émerveillement. » (Lily Campion, lettre à Paula Vincent datée du 27 novembre 1893).

BOILERPLATE — LE SOLDAT L'homme mécanique a participé à la plupart des conflits de son époque, soit en tant qu'observateur, soit en tant que combattant… — La guerre hispano-américaine (1898). Lorsque les États-Unis déclarèrent la guerre à l'Espagne, Archibald Campion vit là une occasion de démontrer les capacités de combat de sa création. Conscient de la fascination que Theodore Roosevelt éprouvait pour les dernières technologies, Campion lui câbla un message demandant que Boilerplate fût inclus dans une unité de volontaires. Après l’acquiescement de ce dernier, Campion et son automate firent à la fin du mois de juin le voyage de Chicago à Tampa par chemin de fer. Le 24 juin 1898, Boilerplate entama donc sa carrière militaire…

PLANETE ROBOTS N°9

I62-63


pub-pic-blanc_Mise en page 1 11/04/11 16:52 Page1

POUR VOS VACANCES d’ÉTÉ

HÔTEL LE PIC BLANC UN DES PLUS BEAUX HÔTELS

DE L’ALPE D’HUEZ L’île au soleil

HMC l'Alpe d'Huez - Hôtel Le Pic Blanc Quartier des Bergers 38750 L'Alpe d'Huez Téléphone : 04 76 11 42 42 - Fax : 04 76 11 42 43 hotel.pic.blanc@hmc-hotels.com - www.hmc-hotels.com


3p boiler-plate_Mise en page 1 10/04/11 23:49 Page3

mencer par sa disparition mystérieuse lors de la Première Guerre mondiale. Il semble clair que les Allemands étaient intéressés par une telle technologie. Ils ont dû le capturer pour le démonter et étudier ses secrets. Pour preuve, il suffit de remarquer le stade avancé atteint par leurs industries seulement vingt ans plus tard. Une nation battue et désarmée en 1918 n'aurait pas pu construire les premières fusées téléguidées et les avions à réaction, sans un grand coup de pouce. La technologie de Boilerplate leur a servi de tremplin. »

— La guerre russo-japonaise (1904-1905). Le 8 février 1904, Archibald Campion et Boilerplate se retrouvèrent à Port-Arthur, en Mandchourie, lorsque l’attaque des Japonais eut lieu. (Ironie du sort, au moins six mois plus tôt, le professeur et sa création avaient séjourné au Japon car ils figuraient dans une délégation américaine d’inventeurs.) L’empire du Soleil-Levant, lassé de la politique expansionniste du tsar en Corée et en Mandchourie, avait résolu de réduire Port-Arthur par voie de mer et voie de terre. Boilerplate et son créateur étaient rattachés aux observateurs militaires américains, qui restèrent jusqu'à ce que les Russes se rendent, le 2 janvier 1905.

BOILERPLATE, UNE LÉGENDE MODERNE La légende de Boilerplate n’est malheureusement qu’une légende… Vous m’en voulez de ne vous le dire que maintenant ?… Oui — mais le rêve, cela fait du bien ! Quand j’ai découvert cette histoire, j’y ai presque cru, tellement le site original de Paul Guinan apparaissait probant. J’ai voulu, amis lecteurs, vous faire fantasmer comme j’ai fantasmé en le parcourant. Vous pouvez tirer également une leçon de cet article : tout ce qui paraît vrai sur le Net peut relever du montage ou du canular. Soyez donc sur vos gardes (mais je crois que je prêche des convaincus) !

— L’expédition punitive contre Pancho Villa (1916). Le 16 mars, Pancho Villa mena un raid contre Columbus (Nouveau-Mexique). Lui et ses combattants brûlèrent une partie de la ville et tuèrent dix-sept personnes . Quelques jours plus tard, le président des États-Unis, Thomas Woodrow Wilson, décida de monter une expédition punitive sous le commandement du général Pershing, afin de poursuivre Villa jusque sur le territoire du Mexique. Lourdement équipée et armée, elle bénéficiait d’un soutien aérien et du renfort de… Boilerplate, qui rencontra même Pancho Villa et ses hommes (ils n’en revinrent pas de pouvoir discuter avec un homme de métal déguisé en simple paysan afin de s’introduire dans leur camp) ! — La Première Guerre mondiale. Au cours de l'offensive allemande du printemps 1918, la ville de Paris fut bombardée par de l'artillerie positionnée à plus de 120 km, alors qu’à cette époque un canon classique ne dépassait guère les 40 km de rayon d’action. Les dommages matériels furent minimes, mais l'effet psychologique se révéla dévastateur. C’est à nouveau le général Pershing qui utilisa Boilerplate pour une mission de sabotage contre ce qui était considéré encore comme un seul canon (la Grosse Bertha). L’homme de fer rejoignit secrètement la forêt de Coucy, près de Laon, où il réussit en fait à mettre hors d’usage trois canons, les Pariser Kanonen, à l’origine des tubes de gros calibre destinés au croiseur Ersatz Freya, dont la construction avait été interrompue. Le sabotage ne fut pas découvert et les servants germaniques sautèrent avec leurs gros tubes au déclenchement des tirs suivants… LA DISPARITION DE BOILERPLATE Toujours en France, le 2 octobre 1918, le général Pershing ordonna à la 77e division US du corps expéditionnaire américain d'avancer à travers la forêt d'Argonne. Un bataillon mixte d'environ cinq cent cinquante hommes se dirigea vers la vallée de Charlevaux. Dans la sylve dense et sous une pluie incessante, les unités alle-

■Screetch

Boilerplate en compagnie des Rough Riders. — Boilerplate avec l'expédition Challenger dans l’océan Antarctique en 1875. mandes réussirent à encercler les forces américaines et à les couper de tout secours extérieur. Le 5 octobre, le « bataillon perdu », ainsi qualifié par la presse, se retrouva privé d’eau et de nourriture. Le lendemain, Pershing chargea Boilerplate du maximum de vivres et de munitions qu'il pouvait porter, afin de percer les lignes allemandes, de repérer l'emplacement exact des troupes américaines et de distribuer ce qu’il avait emporté. L'homme de métal remplit sa mission avec succès et le 7 octobre, il participa à une attaque destinée à dégager le bataillon perdu. C’est au cours de cette opération qu’on perdit toute trace de lui… L'absence du héros mécanique ne fut remarquée que bien plus tard, au crépuscule. On crut d’abord qu’il avait été anéanti par un obus d'artillerie — mais même un coup direct aurait dû laisser des fragments, qu’il fut impossible de retrouver… (Inévitablement, pendant des décennies, des gens déclarèrent avoir entrevu Boilerplate dans les rues de Chicago !) Et beaucoup ont spéculé sur le sort de ce véritable passe-partout… Voici une théorie émise par Tom Turner : « Certains documents secrets nous donnent des indices sur l'histoire ultérieure de Boilerplate — à com-

Paul Guinan est un auteur génial de comic books et a créé sur Internet un site relatant les aventures vécues par des robots à l’époque victorienne, en adoptant une écriture proche de celle d’un historien professionnel. Et le personnage de Boilerplate a pris une place prépondérante dans son œuvre. (Boilerplate était avant tout destiné à être un héros de bande dessinée — mais sa réputation a été principalement faite par le biais du site. Le studio de cinéma Paramount aurait déjà pris une option pour une adaptation cinématographique…) Retrouvez Boilerplate sur le site de son créateur, Paul Guinan : www.boilerplaterobot.com La première bande dessinée dérivée de la légende de Boilerplate est disponible en version originale sur Amazon.fr (Boilerplate : History's Mechanical Marvel) : http://amzn.to/dTMA2m

PLANETE ROBOTS N°9

I64-65


3p football_Mise en page 1 10/04/11 20:22 Page1

Les dossiers

LA

VICTOI R

E

UN TRAVAIL D’ÉQUIPE !

Dans le numéro précédent, nous avions admiré un athlète complet : le robot footballeur. Mais même un grand sportif ne serait rien sans le support d’une équipe soudée et d’une stratégie évoluée…

Avant la compétition, la préparation.(Photo RFC Stuttgart)

66

I

PLANETE ROBOTS N°9

Bien au-delà de l'intérêt immédiat pour le football, le travail sur les collaborations entre robots intéresse tous les chercheurs et les industriels de ce domaine car un travail collaboratif efficace peut seul permettre d'envisager la réalisation de tâches qu'un seul robot ne pourrait accomplir. Il aboutit également à une plus forte évolutivité, portée par le groupe — dont la composition et la structure peuvent être modifiées — et non plus par l'individu. Les systèmes « multi-robots » se révèlent enfin plus sûrs : chaque individu contrôle le travail collectif et la panne de l'un d'entre eux peut être corrigée par une simple réorganisation. Ces systèmes sont donc utilisés dans de nombreux domaines,

en particulier dans l'exploration de milieux pas ou peu connus, ou dangereux. Le problème semble toutefois plus complexe qu’il n’y paraît. Et parmi les nombreuses questions qui se posent aux chercheurs, les plus élémentaires méritent réflexion… — Comment assigner des rôles aux différents robots du système de façon dynamique ? — Comment assigner des tâches à ces rôles ? — Quelles sont les données à échanger ? INTERACTIONS ET INFORMATION En ce qui concerne la RoboCup, apparaissent avec les années des algorithmes de plus en plus complexes… Des chercheurs portugais, dirigés


3p football_Mise en page 1 10/04/11 20:22 Page2

“Là où deux animaux peuvent se donner des informations sur leur position et leur comportement réciproque, les robots échangent directement leurs données environnementales.” lieu, attaquant (ce rôle est réservé à un seul joueur, à chaque instant). La situation est réévaluée en permanence afin de redistribuer les rôles, principalement ceux de l’attaquant et des milieux. L'assignation des rôles est réalisée « localement », par chaque robot, toutes les quarante millisecondes, et le positionnement global par l'entraîneur, toutes les secondes… La ligue humanoïde (www.robocup.org). robot enregistre ses informations propres de perception dans sa base de données et émet toutes les cent millisecondes ces données à destination de l'ensemble des autres robots de son équipe. Ce point apparaît très important, car il y existe là une différence fondamentale entre la perception partagée entre êtres vivants (humains inclus) et celle que partagent les robots. Là où deux animaux peuvent se donner des informations sur leur position et leur comportement réciproque, les robots échangent directement leurs données environnementales. Tous ont donc une connaissance complète des informations disponibles. (Les informations dont le robot dispose déjà peuvent être contrôlées.) D’ailleurs, chaque robot ayant une vision partielle du terrain de jeu, une image beaucoup plus complète de ce dernier est donc reconstituée et partagée entre tous les joueurs et l'entraîneur. De surplus, les robots communiquent leur position et leur vitesse, celles du ballon aussi, sans omettre leur rôle et leur comportement. Ces données partagées permettent au robot et à son entraîneur de choisir le comportement adapté. L'équipe des chercheurs d'Aviero a établi une liste de comportements disponibles… — Le déplacement jusqu’à une position définie sur le terrain, toujours la même. — Le déplacement jusqu’à une position relative, en fonction de l'état de la partie en cours. — Le déplacement pour intercepter la balle. — Le déplacement avec la balle. — Le déplacement pour envoyer la balle. — Le déplacement pour recevoir la balle. — Le comportement spécifique du gardien de but. De la même façon, il existe toute une bibliothèque de rôles disponibles : gardien de but, miLes robots footballeurs peuvent avoir différentes formes (www.robocup2010.org). par Nuno Lau1, de l'Institut d'électronique et de télématique d'Aviero, ont conçu les méthodes de coordination de la CAMBADA, une équipe participant à la RoboCup dans la Middle Size League (voir numéro précédent). Dans cette ligue, les robots jouent par équipes de cinq, ont une taille maximale de quatre-vingts centimètres et doivent être complètement autonomes. Un ordinateur (baptisé « entraîneur »), placé à l'extérieur du terrain, complète l'équipe. Chaque

Le match vu par l'entraîneur (www.robocup.org).

Ligue micro : une autre façon de tester les stratégies (www.robocup2010.org). LA STRATÉGIE Afin de pallier et de prendre en compte les événements qui se produisent au cours d’un match (un problème technique ou une expulsion par l'arbitre), les rôles sont distribués dynamiquement. Le rôle de gardien de but se trouve toujours assigné au même robot. Pour les autres, la distance de chacun par rappor t à la balle est calculée et le robot le plus proche du ballon s'arroge le titre d'attaquant. Les autres adoptent le rôle de milieux. Tout cela est donc le lot de chaque robot, toutes les quarante millisecondes. Quant à l’entraîneur, il décide de la stratégie à mettre en place, chaque seconde. Une pondération est affectée à chaque robot, en fonction de deux positions cibles. — La position d’attaque, avec un poids décroissant selon la distance par rapport au ballon. — La position de défense, avec un poids décroissant selon la distance par rapport à la position défensive prédéfinie pour l'équipe. Cette pondération permet d'optimiser le temps de calcul, en traitant prioritairement les joueurs proches des meilleures positions. Mais pour établir une stratégie, d'autres solutions existent. Une équipe hispano-américaine travaille ainsi sur la notion d'états. (Une base de données contient un ensemble de situations déjà vécues ; le logiciel doit y puiser en cherchant celle qui est la plus proche de la situation actuelle, afin de décider de la meilleure solution à adopter.) L’ÉVALUATION Toutes les secondes, l'entraîneur enregistre la totalité des informations disponibles dans un journal. À

PLANETE ROBOTS N°9

I66-67


3p football_Mise en page 1 10/04/11 20:22 Page3

Les dossiers

E R I O T C I LA V UN TRAVAIL D’ÉQUIPE ! l'issue du match, ce journal est analysé. Les données extraites relèvent de plusieurs ordres… — Des statistiques sur le match lui-même (temps passé dans les différentes phases, comme l'attaque, la défense, etc.). Ces chiffres, globaux, peuvent avoir des incidences sur le développement du robot. L'équipe portugaise a ainsi remarqué que ses joueurs passaient beaucoup trop de temps à stopper le ballon et a investi dans l'amélioration matérielle du robot pour corriger cela. — L’extraction et le renforcement des comportements pertinents. OÙ EN EST-ON ? Les recherches portent par exemple sur la mise en place de séquences entre plusieurs joueurs. Par exemple, en phase d’attaque et entre deux robots, il s'agit pour eux d'échanger rapidement deux rôles, l'un de passeur et l'autre de receveur, jusqu'à parvenir à une position de tir au but. Les chercheurs portugais travaillent également sur des procédures d'adaptation des comportements de plusieurs robots dans le cas des remises en jeu du ballon. Un important travail reste à mener sur l'analyse des comportements… des adversaires — trop souvent oubliés (à l'heure actuelle, beaucoup de simulations prennent seulement en compte des opposants statiques). L’ENTRAÎNEMENT Les ligues de simulation prennent toute leur impor tance pour tester à moindres frais et rapidement les algorithmes compor tementaux. De nombreux travaux sont actuellement consacrés à une question impor tante, celle de savoir quel est le niveau de détail idéal pour une simulation. Et une équipe de recherche de l'université de Darmstadt (Allemagne), dirigée par Mar tin Friedmann 2 , vient de trouver une solution intéressante. Ils proposent que les différents niveaux des détails restent en permanence disponibles, mais que l'un d'entre eux soit choisi en fonction du contexte (modélisation de la posture d'un joueur ou du style jeu d'une équipe) et

Un autre exemple de match de la Ligue humanoïde (www.robocup2010.org).

68

I

PLANETE ROBOTS N°9

La Ligue des petits ! (www.robocup2010.org). des capacités de traitement. Les chercheurs ont mis les vidéos de cer taines simulations en libre téléchargement sur leur site (http://www.dribblers.de/murosimf). LE FOOTBALL ET… AU-DELÀ Jouer au ballon sur un terrain — c'est bien, mais qu'est-ce que cela nous offre vraiment ? L'intérêt des recherches actuelles réside dans l’exploitation, en dehors des stades, des algorithmes ainsi créés. Ainsi que nous l'avons vu, les chercheurs ont rapidement dû orienter leurs travaux vers des procédures ouver tes, dans lesquelles les rôles et les compor tements du robot évoluent sans cesse en fonction des interactions avec l'environnement — comme c’est le cas pour n'importe quel individu ou animal dans son existence quotidienne. Ces recherches devraient donc rapidement trouver leurs applications, pour des robots destinés à adopter des comportements complexes. Elles appor tent des réponses dans deux domaines primordiaux de la robotique : le comportement du robot (individuellement, en milieu « réaliste ») et les interactions entre robots en vue d'effectuer une tâche. Parce qu'il n'y a pas que le foot dans la vie !… ■Nicolas Denis

QUELQUES LECTURES Concernant les chercheurs cités… — 1 Progress in Artificial Intelligence : 14th Portuguese Conference on Artificial Intelligence, EPIA 2009, Aveiro, Portugal, October 12-15, 2009, Proceedings. Éditeur : Springer-Verlag. — 2 Article Simulation of Multi-Robot Teams with Flexible Level of Detail dans Simulation, Modeling, and Programming for Autonomous Robots : First International Conference, Simpar 2008, Venice, Italy, November 3-6, 2008 Proceedings. Éditeur : Springer-Verlag. Et en français, mais plus pointue… Modélisation et simulation à base d'agents. Exemples commentés, outils informatiques et questions théoriques, d’Alexis Drogoul, Jean-Pierre Treuil et Jean-Daniel Zucker (Dunod).


pub-pic-blanc_Mise en page 1 11/04/11 04:41 Page1


2p blue brain project_Mise en page 1 10/04/11 22:57 Page1

Les dossiers

BLUE BRAIN PROJECT

COPIE CONFORME

Après la révolution médicale engendrée par le décryptage du génome humain à la fin du XXe siècle, les recherches sur la modélisation du cerveau, menées depuis quelques années par un consortium international regroupant un large panel de chercheurs (neurobiologistes, physiciens, informaticiens et roboticiens), s’annoncent comme le grand défi scientifique de ce nouveau siècle… DES SOURIS ET DES HOMMES Fruit de plusieurs millions d'années d'évolution, le cerveau apparaît de loin comme l'organe le plus complexe… Le cortex cérébral (ou néocortex) des mammifères est une enveloppe extérieure ayant l’apparence d’une écorce grise plissée de deux millimètres d’épaisseur, qui recouvre les hémisphères cérébraux et assure les fonctions cognitives supérieures. C’est là que s’établissent les fonctions neurologiques élaborées, sensorielles et motrices de l’individu — mais aussi que se situent les différentes aires (de la réflexion, de la conscience, etc.). Chez l’homme (mais aussi chez la souris et le rat), le cortex se compose de six couches distinctes superposées de neurones. Ces couches horizontales se distinguent par le type de neurones présents ainsi que par les connexions qu’ils établissent avec les zones voisines ou plus éloignées. Des études fonctionnelles effectuées dans les années 1960 ont montré que ces neurones s’organisaient aussi verticalement en unités fonc-

70

I

PLANETE ROBOTS N°9

Après tout, il reste encore d'autres intelligences à étudier, comme l'intelligence partagée et l'intelligence asociale. tionnelles, appelées colonnes corticales. Chacune d’elles est un cylindre de cortex de deux millimètres cubes contenant en moyenne dix mille neurones ayant pour point commun de traiter l’information et de réagir de manière similaire aux mêmes stimuli sensoriels. Cette organisation

en colonnes est présente dans toutes les parties sensorielles et motrices du cortex. Au cours de l'évolution, ces colonnes corticales se sont multipliées chez l'homme, jusqu’à atteindre environ un million. Elles sont connectées les unes aux autres, de proche en proche, mais aussi à grande distance, d’une aire cérébrale à une autre ou d’un hémisphère à l’autre. C’est encore un plus grand nombre de synapses qui assurent les communications entre les cellules nerveuses. Arriver à reproduire virtuellement en 3D ces colonnes corticales, puis à les connecter, aboutirait à la modélisation du cerveau… LE PROJET BLUE BRAIN Initialisé en 2005 dans le cadre d’une collaboration entre l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et IBM, le projet Blue Brain, qui a pour objectif de reproduire virtuellement un cortex humain avec toutes ses caractéristiques, consiste dans un premier temps à réaliser la réplique numérique en 3D d’une colonne corticale. Une fois cette étape franchie, l'étude sera


2p blue brain project_Mise en page 1 10/04/11 22:57 Page2

“Fruit de plusieurs millions d'années d'évolution, le cerveau apparaît de loin comme l'organe le plus complexe… ” étendue à plusieurs colonnes puis à l'ensemble du cortex. Cependant, simuler le fonctionnement du cerveau au niveau cellulaire ne se révèle pas chose facile en raison de sa complexité et de sa structure délicate, ainsi que des centaines de milliers de paramètres qui doivent être pris en compte. C’est pourquoi, afin d’aider les scientifiques travaillant sur ce projet à travers le monde, on a fait appel pour la première fois dans l'histoire des neurosciences aux capacités d'un supercalculateur : le Blue Gene d'IBM, déjà utilisé pour simuler la structure tridimensionnelle et le fonctionnement des protéines. Lors du démarrage du projet, l’EPFL utilisait le Blue Gene/L, comprenant huit mille cent quatrevingt-douze processeurs et effectuant vingtdeux mille huit cents milliards d’opérations par seconde (22,8 téraflops) avant d’acquérir en 2009 la deuxième génération de Blue Gene : le Blue Gene/P, doté de seize mille processeurs et d’une capacité de 53,5 téraflops, ce qui restait encore très insuffisant pour modéliser l’ensemble d’un cerveau, avec ses cent millions de neurones. Pour y arriver, il sera donc nécessaire de démultiplier la capacité de mémoire des supercalculateurs ainsi que leur puissance de calcul. IBM (ou un de ses concurrents) devra donc impérativement concevoir des supercalculateurs encore beaucoup plus performants — mais surtout repousser leurs limites en termes de consommation électrique. L’ART ET LA MANIÈRE En suivant une démarche de rétro-ingénierie afin de reproduire le plus fidèlement possible la mécanique du cerveau, le projet Blue Brain se démarque résolument de toutes les autres ap-

Comment recréer l'intelligence humaine à l'intérieur d'une puce ? proches cognitives et des théories de l'Intelligence artificielle. Sa méthode consiste à collecter en laboratoire des données in vivo. C’est ainsi que depuis une dizaine d’années, l’EPFL accumule une gigantesque base de données comprenant des milliards d’informations biologiques concernant la morphologie, le com-

Qu'est ce que l'Intelligence artificielle ? Après tout, certains ordinateurs sont déjà capables de battre n'importe quel champion d'échecs. portement électrique ainsi que la connectivité des neurones chez le jeune rat — et à partir de laquelle les simulations sont effectuées. Ces données sont d’abord transformées en une série d’équations mathématiques reproduisant le plus fidèlement possible le comportement électrique du neurone avant d’être mises en ordre au moyen d'un logiciel spécialisé combinant deux programmes américains (le Neocortical Simulator et le Neuron). Une plate-forme de simulation fait ensuite fonctionner ensemble ces neurones numériques en 3D, qui se mettent alors à communiquer. UN AVENIR PROMETTEUR En 2007, la modélisation de la corticale d’un rat a été réussie. Fin 2010, le consortium scientifique proposait le Human Brain Simulation Project (HBSP), un projet encore plus vaste que le Blue Brain. Son objectif : non seulement simuler et comprendre le cerveau humain, mais aussi construire de nouveaux mégacalculateurs — bien plus performants et nettement moins gourmands en énergie — qui seraient capables d’imiter les réseaux de neurones, d’accélérer le développement d’outils de diagnostic des maladies cérébrales ou encore d’intégrer des cerveaux artificiels à l’intérieur de robots (neurorobotique). Si les financements nécessaires sont débloqués, la simulation de la première colonne corticale humaine pourrait être réalisée vers 2015-2020 et celle d’un cerveau humain entier vers 2030. Si ce premier cerveau artificiel voit effectivement le jour d’ici une vingtaine d’années, sera-t-il alors en mesure de penser par lui-même ? Telle est la question…

LA MÉDECINE DU FUTUR À terme, il deviendrait donc possible de faire apparaître sur un écran 3D la réplique numérique exacte d’un cerveau humain, puis de zoomer à l’intérieur en se faufilant dans l’enchevêtrement de milliards de cellules nerveuses, reliées les unes aux autres par des milliards de connexions. D’un seul clic de souris, on pourrait envoyer une impulsion dans une zone délimitée, afin d’y observer le trajet de l’influx électrique le long des fibres nerveuses, tout en visualisant les échanges chimiques au niveau des synapses. On pourrait ensuite réitérer cette même procédure, mais cette fois avec un modèle de cerveau numérique atteint d’une pathologique spécifique (Alzheimer, Parkinson, autisme, dépression profonde, désordres neurologiques ou psychiatriques, etc.) et y découvrir quelles sont les modifications anatomiques et/ou électriques du réseau qui lui sont propres ainsi que les synapses défectueuses. En arrivant à réparer virtuellement ces dysfonctionnements, il serait alors possible de mettre au point des médicaments capables de guérir bon nombre de ces maladies. Tel est l’outil révolutionnaire et futuriste qui verra peut-être le jour dans quelques décennies… ■Josèphe Ghenzer

PLANETE ROBOTS N°9

I70-71


2p test samsung_Mise en page 1 10/04/11 22:06 Page1

Les dossiers

TEST TEST TEST TEST TEST TEST TEST

ROBOT ASPIRATEUR

SAMSUNG NAVIBOT SR8855 Après des tests initiaux sur le marché asiatique, la firme coréenne Samsung lance enfin son robot aspirateur automatique. D'emblée, elle place la barre très haut — en annonçant un engin plus performant et plus intelligent que les modèles que nous avons pu voir jusqu'à présent. Qu'en est-il vraiment ?… UN LOOK ATTRACTIF Pas de grande surprise dans la forme du robot, mais la première impression lorsqu’on le découvre au déballage est extrêmement favorable. Tout le monde s'accorde à dire que les matières et le design raffiné — aux couleurs proposant des dégradés de bleu et de noir — apparaissent plutôt réussis. Deuxième découverte : plusieurs accessoires sont fournis dans la boîte (deux murs virtuels, une télécommande, un filtre et un jeu de brosses [latérales et principale] supplémentaires). Cela constitue un bon point pour la marque mais évidemment, l'on devine que ce cadeau sera répercuté sur le prix d’achat… Toutefois, il se révèle toujours agréable de se rendre compte que l'investissement est justifié par ces apports ! PREMIER CONTACT Nous connaissons tous une certaine impatience lorsque nous venons d'acquérir un nouvel appareil et que nous voulons le mettre en marche sans consulter la notice ! Cela constitue aussi un bon test pour connaître le degré d'intuition de

72

I

PLANETE ROBOTS N°9

La politique commerciale de Samsung a toujours su parsemer ses visuels de jolies Coréennes. l'appareil… Eh bien, le Navibot s'en sort moyennement… L’écran sensitif et les termes anglais déroutent un peu au début — mais au bout de quelques essais, on arrive à le faire démarrer (après avoir pris soin de sélectionner le mode Automatique). AU TRAVAIL ! On note tout de suite une originalité dans ses

déplacements, ce qui fait toute la différence par rapport à ses congénères. En effet, le robot se déplace de manière réfléchie. Il possède une caméra embarquée qui effectue une cartographie en temps réel (à raison de trente images par secondes) et définit ainsi de manière précise les zones à nettoyer accessibles. Son système de Visionary Mapping lui permet d’optimiser ses déplacements et, par conséquent, de gagner du temps. Mais contrairement à un autre robot aspirateur dont les déplacements sont aléatoires (ce qui lui impose de repasser plusieurs fois à un même endroit et donc de ramasser ce qu'il aura laissé au premier passage), le Navibot, lui, ne fera qu’un seul passage. Sur le plan de l'efficacité, toutefois, subsiste un petit hic — dû sûrement au fait qu'il est équipé d’une raclette trop courte et pas assez souple, ce qui l’empêche de nettoyer en profondeur (surtout les tapis et les moquettes). Il apparaît néanmoins d’une grande efficacité sur les sols lisses (comme le linoléum). On retrouve comme chez ses concurrents le mode Spot (1,5 x 1,5 m), très utile pour net-


2p test samsung_Mise en page 1 10/04/11 22:06 Page2

“Pas de grande surprise dans la forme du robot, mais la première impression lorsqu’on le découvre au déballage est extrêmement favorable.” robots de sa catégorie, avec un bon point pour ses deux filtres inclus aux normes HEPA (haute capacité d’absorption des micropar ticules). Quant aux murs vir tuels, ils sont deux fois plus gros que ceux du Roomba, mais la distance contrôlée (jusqu'à quatre mètres) compense largement ce désagrément. De plus, il gère à la fois le mur virtuel et la porte virtuelle, qui cantonnent l’aspirateur dans une pièce tant que ce dernier n'a pas terminé son nettoyage — avant de lui ouvrir de passage vers la suivante. Et sur le plan sonore, il se révèle des plus silencieux (beaucoup moins de décibels, donc, qu'avec un aspirateur classique).

toyer une zone délimitée et le mode Manuel, très agréable à utiliser : on peut amener sans difficulté le Navibot là ou l’on veut vraiment qu'il aille. Il dispose aussi d'un mode Maxi, qui le fait travailler jusqu'à épuisement de la batterie, d'un mode Différé (pour le faire démarrer à une heure bien précise) et d'un mode Quotidien pour une programmation journalière. La taille du bac à poussière est assez comparable à celle de ceux des autres

NOTRE AVIS Le Navibot de Samsung apporte de réelles avancées grâce à sa capacité de se localiser dans un environnement et de gérer de manière méthodique ses déplacements. Nous avons là un robot tout à fait satisfaisant, auquel il ne faudrait pas grand-chose pour nettoyer de façon vraiment performante et devancer ses concurrents. La firme se démarque par des petites astuces bien pensées comme ce clapet — très apprécié des personnes qui ne supportent pas la poussière — qui permet de vider le bac du robot en aspirant directement la saleté au moyen d’un aspirateur traditionnel. Bien pensée également, l'idée de doubler les deux brosses latérales et de les avoir faites suffisamment longues pour permettre de ramasser le plus possible de choses lors de son passage… On regrettera toutefois sa mauvaise gestion des obstacles, qui l'empêche de longer les murs et les meubles. (Il se détourne dès qu'il les détecte, alors que l'espace entre lui et l'obstacle reste important. Il faut alors passer en mode EDGE pour contraindre le robot à se rapprocher des meubles et des plinthes.) Son trajet s’effectue en quadrillage, un élément positif — mais dans la pratique on aurait aimé qu'il passât au moins

Le Navibot SR8845 est moins joli et moins équipé. deux fois au même endroit (pour être sûr qu'il n’ait rien oublié). Enfin, en ce qui concerne les problèmes engendrés par les franges de tapis et les fils (bien connus des robots aspirateurs), le Navibot a finalement du mal à se sortir de situations somme toute simples — là ou un autre parviendrait, certes avec difficulté, à s'en sortir malgré tout…

■Najet Ben Bassou Les plus… Son temps de charge : deux heures. Un gain de temps grâce à son système de Visionary Mapping. Son autonomie : 120 m². Son design et ses finitions soignées. Les moins… Il ne passe qu'une seule fois au même endroit. Il n’est pas très intuitif. Il ne nettoie pas d'office les coins et le long des murs. Il n’a pas de poignée.

DÉTAILS TECHNIQUES Capacité du bac à poussière : 0,6 l Dimensions : 93 x 355 mm Programmable : oui Fonctions : départ différé, programmation quotidienne Modes : Automatique, Spot, Maxi, Manuel Retour automatique à son chargeur : oui Mur virtuel : deux (mur virtuel et porte virtuelle) Détecteur d'obstacles : oui Capteur anticollision : oui Détecteur de vide : oui Autonomie : 90 min Chargement batterie : deux heures Filtration : HEPA 11 Télécommande : oui Poids : 4 kg Prix : entre 350 et 450 €

Pourquoi passer soi-même l'aspirateur quand ce dernier peut fonctionner en toute autonomie ?

(Le Navibot de Samsung se décline en deux versions : le Navibot SR8855, livré avec deux murs virtuels, et le Navibot SR8845, livré avec un seul mur et qui ne propose pas de fonction de nettoyage quotidien.)

PLANETE ROBOTS N°9

I72-73


4p test RL2000_Mise en page 1 10/04/11 19:11 Page1

Les dossiers

74

I

PLANETE ROBOTS N째9


4p test RL2000_Mise en page 1 10/04/11 19:11 Page2

TEST DU ROBOMOW RL2000

UNE TONDEUSE AUTOMATIQUE DOTÉE D’UN MODE MANUEL

Plus besoin de suer sang et eau pour ratiboiser les pelouses en employant des tondeuses salissantes et rétives… Vive le Robomow RL2000, de la gamme Friendly Robotics !

PLANÈTE ROBOTS N°8

I74-75


4p test RL2000_Mise en page 1 10/04/11 19:11 Page3

Les dossiers

Le Robomow RL2000 sur sa base de chargement.

Il y a environ un an, je pensais encore : « L’herbe pousse trop vite ! Encore un coup de chaleur à prendre pour tondre cette pelouse ! » Mais l’homme de la situation était venu à mon secours — pas en tondant la pelouse à ma place, mais en me faisant une proposition vraiment malhonnête : l’utilisation d’un robot tondeuse. J’avais donc testé l’Automower Solar Hybrid d'Husqvarna. La première chose à faire fut de délimiter le terrain au moyen d’un câble (mur vir tuel pour le robot) et de protéger les par terres de fleurs. Un premier essai fut fait en posant le câble à l’aide de piquets… mais il fut rapidement sectionné par le robot. Maladresse de notre par t ? Toujours est-il que nous décidâmes de recouvrir ce câble de terre en creusant de petits sillons. Une obligation avant de regarder cette tondeuse fonctionner véritablement seule et sans un bruit ! En définitive, nous obtînmes une magnifique pelouse, bien tondue… Cer tes, l’Automower fit preuve d’une cer taine lenteur (en manuel, nous serions allés plus vite), mais peu impor tait puisque nous avions gagné du temps pour nous reposer ou pour nous livrer à d’autres activités… INSTALLATION DU ROBOMOW RL2000 Cette année, on me propose de tester une tondeuse concurrente, le Robomow RL2000 de la gamme Friendly Robotics. De prime abord, ses trois lames posées en arc de cercle me font penser qu’elle va travailler

76

I

PLANETE ROBOTS N°9

Laissez les robots travailler à votre place ! plus rapidement que l’Automower — qui était équipée d’un axe compor tant seulement trois petites lames. En revanche, autant l’Automower se révélait très légère, autant

celle-ci paraît très lourde. Heureusement, on a prévu une batterie amovible, ce qui permet de séparer la tondeuse proprement dite du robot lors du transpor t. Malgré cela, il faut être deux pour la por ter — mais une fois sur le terrain, ce n’est plus un problème… Le robot est livré avec sa station de recharge et on retrouve le câble à poser, avec les piquets. Pour ma par t, j’ai réutilisé le câble enterré l’an dernier, ce qui ne m’a pas permis de vérifier si la tondeuse le coupait hors du sol. Une règle est aussi fournie, qu’il faut utiliser pour régler la distance entre le câble et le bord de la pelouse, un mur ou les bordures fleuries (nous nous sommes rendu compte qu’il était impératif d’utiliser cette règle car si la distance est trop cour te entre le câble et vos fleurs, vous pouvez leur dire adieu !). Et si votre terrain se compose de plusieurs par ties, vous devrez utiliser le commutateur de périmètre. Le robot pourra alors travailler dans une zone située à l’écar t de la station de base. Détail important, sur le dessus de la tondeuse se trouve une télécommande reliée au robot par un fil (c’est aussi votre tableau de bord) — qui permet d’opérer tous les réglages nécessaires avant l’utilisation : choix du jour de la tonte, du temps de travail, de la zone, etc. MODE DE FONCTIONNEMENT Une fois le tout installé, il ne reste plus qu’à laisser travailler la machine, sans oublier de régler la hauteur de la coupe. Le robot quitte alors sa base et commence le travail


4p test RL2000_Mise en page 1 10/04/11 19:11 Page4

PLANÈTE ROBOTS N°9

I76-77


4p test RL2000_Mise en page 1 10/04/11 19:11 Page5

Les dossiers

Installez le câble de délimitation autour de la zone de tonte.

Elle tond, pas vous !

Utilisation du Robomow RL2000 en suivant le câble, ce qui lui permet de faire les bordures. Une fois le tour de terrain terminé, il s’attaque au reste de la surface. La première chose que l’on note, c’est que, contrairement à l’Automower, le Robomow fonctionne selon des mouvements triangulaires (dont on peut modifier l’angle), mais aussi de manière aléatoire, à la manière d’un Roomba. De plus, il tond aussi bien en marche avant qu’en marche arrière ! La tonte se fait donc de manière assez rapide sans qu’il ait besoin de passer trop de fois au même endroit. Cependant, il n’est pas totalement silencieux (mais tout de même moins bruyant qu’une tondeuse manuelle), ce qui nuit à la contemplation, un verre de jus de fruit à la main. On peut de toute façon le mettre en mode « économique » et réduire ainsi légèrement la nuisance sonore. Dès que le travail est terminé, le robot retourne à sa base en longeant le câble.

Comme tous les robots tondeuses, le Robomow fonctionne selon le système du mulching : l’herbe coupée très finement est redéposée sur la pelouse (et se transformera rapidement en engrais). Plus besoin de la ramasser ! Autre avantage, mon terrain n’est pas des plus plats mais cela ne pose aucun problème au Robomow. L’année dernière, la délimitation de terrain destinée à protéger cer taines plantes et des arbrisseaux interdisait au robot de passer par tout. Par conséquent, j’avais été obligé de finir le boulot avec un coupe-bordures manuel… Mais il faut croire que Friendly Robotics a eu vent de mon problème puisque le RL2000 me procure une solution que je trouve tout à fait adaptée ! Grâce à la télécommande, je peux utiliser la tondeuse manuellement, ce qui permet de la téléguider et de la faire passer là où les câbles périphériques lui interdisaient d’aller ! Le guidage de

Programmez les jours et heures de travail du robot.

ce robot, comparable à la manipulation d’un pad de jeux vidéo, reste assez simple et ne demande pas d’effor t par ticulier. Et si le temps change, ne vous inquiétez pas : ce robot ne craint pas les intempéries. Il possède une fonction « capteur de pluie » qui lui permet soit d’arrêter la tonte, soit de continuer son travail dans l’herbe humide. Il comprend aussi une fonction de protection des enfants (elle interdit donc aux plus jeunes — ou aux personnes étrangères — de l’activer). Cer tes, ce n’est pas la plus silencieuse des tondeuses, mais elle permet d’obtenir des par terres nets. Et l’option manuelle, facile d’utilisation, autorise des finitions impeccables, ce qui n’était pas le cas de l’Automower. En fait, lorsque je contemple ma pelouse, c’est un grand sourire de contentement que j’affiche. En clair, essayer cette tondeuse — c’est l’adopter pour ne plus s’en passer ! ■Towanda

DÉTAILS TECHNIQUES Marque : Friendly Robotics Dimensions : 89 x 67 x 32 cm Poids avec batterie : 35 kg Puissance de la tonte : 450 W (trois moteurs de lames de 150 W chacun) Puissance motrice : 150 W (deux moteurs de roues de 75 W chacun) Surface couverte : jusqu'à 2 000 m2 Largeur de coupe : 53 cm Hauteur de coupe : 26 à 63 mm Pente maximale : 15° Vitesse : 1,8 km/h Niveau sonore : 85 dB Prix : environ 2 300 €

78

I

PLANETE ROBOTS N°9


Nouveau

le magazine qui rend intelligent

TECHNOLOGIE

ENVIRONNEMENT

SCIENCE

ESPACE

TRANSPORT

INTERVIEW

Loic Peyron Patrick Merel Emporter son Dick génome Jean-Pierre

dans son le iPhone monde HISTOIRE Skippers à travers

8 7 Répon3

à vosses

question s Energy drink

À consommer avec ultra modération !

Les réseaux sociaux

Comment protéger sa vie privée

Les avions hypersoniques

Plus rapide qu’un missile ?

Les Pandas

NOUVELLE ÉNERGIE, NOUVELLES CATASTROPHES ?

Pourquoi sont-ils accrocs aux bambous ? Gab_pub 220x297_planet.indd 1

EN SAVOIR + LE FILTRAGE D’INTERNET LES CASCADES AU CINÉMA LES ÉOLIENNES LES LIBELLULES

LE SOLEIL LE PIANO PAYPAL LES JET-SKIS

N°11 - mai 2011

M 09975 - 11 - F: 4,90 E

3:HIKTTH=ZUY^U^:?k@a@b@l@a;

Prix Export : Bel/Lux/DOM 4,90 € - Suisse 10 CHF Tom 800 XPF - Canada 9,80 CAD

31/03/11 12:20:09


2p tuto9_Mise en page 1 10/04/11 23:21 Page1

Tutoriels

Ce tutoriel va vous exp l

iquer comm

LE ROBOT P O PI NC E CON B D’U N E T PAR I PHON RÔLÉE E… ent équiper

La batterie n’est pas indispensable au bon fonctionnement du montage, mais un robot sans fil (que l’on ne relie pas au secteur via un bloc d’alimentation externe), c’est quand même plus pratique !… Il vous faut aussi télécharger le logiciel de configuration WiFi du robot POB ainsi que l’application POB Joystick sur l’App Store. Pour configurer votre matériel, il vous suffit de lancer et de suivre les étapes de configuration WiFi, de réunir l’ensemble des pièces mécaniques et d’entamer le montage.

POUR RÉ ALISER L E TUTOR IL VOUS IEL, FAUT… — Un rob o — Deux s t POB. ervomote u — Les piè ces méca rs de chez POB. n iques du k « pince » it — Un iPh de POB. one ou un iPod touc — Une ba h. tterie 7,2 V et un ch argeur VE X

.

1. Il faut commencer par monter la grande plaque de support servomoteur avec deux équerres sur une plaque de 8*8 trous. Cette plaque viendra se visser sur le dessus du robot POB lors de l’étape finale.

2. Fixez la grande crémaillère sur la plaque de support servomoteur. Pour y parvenir, vous devez utiliser des paliers. Ces paliers font quelques dixièmes de millimètre de plus que l’épaisseur de la crémaillère.Tout cela permet de la maintenir tout en facilitant son coulissement.

80

I

PLANETE ROBOTS N°9


2p tuto9_Mise en page 1 10/04/11 23:21 Page2

3. Assemblez séparément la pince. Montez d’abord le servomoteur sur le petit support ad hoc. Ensuite, vissez en sandwich les engrenages, pincez et utilisez les paliers. Pour finir, vissez l’engrenage de la pince.

4. L’étape finale consiste à visser avec une équerre la pince de la crémaillère, puis la grande plaque de 8*8 trous sur le dessus du robot POB.

5. Le câblage des servomoteurs se révèle assez simple : il suffit de les relier aux connecteurs 1 et 2, à l’arrière du robot POB. Peu importe l’ordre, dans l’application POB Joystick — il n’existe que deux ascenseurs. Attention : pour relier le servomoteur de la pince, il vous faudra utiliser une rallonge.

6. Votre robot est prêt à fonctionner : allumez le robot POB, connectez-vous à lui au moyen de votre iPhone et lancez l’application POB Joystick.

Une fois que votre robot sera en état de marche, nous vous invitons à l’équiper de capteurs et à utiliser le logiciel de programmation graphique Risbee, afin d’associer des séquences de comportement autonome. Un bouton de l’application POB Joystick (placé en bas et au milieu) fait apparaître quatre boutons poussoirs. Utilisez-les donc pour exécuter vos comportements élaborés avec Risbee. Joe Pillow

ver rez retrou Vous pour de notre tutoriel partie eur" la seconde un robot rapport 0. e 1 ir "Constru te Robots numéro è dans Plan PLANETE ROBOTS N°9

I80-81


4p urbiscript_Mise en page 1 10/04/11 19:39 Page1

Tutoriels

GÉRER LA COMPLEXITÉ DU PARALLÉLISME

EN URBISCRIPT Vous connaissez sans doute la plate-forme robotique open source Urbi, qui permet de contrôler facilement des robots via une architecture de composants C++ (UObject), un middleware et un langage de script dédié à la robotique, urbiscript… La programmation en urbiscript repose principalement sur des constructions événementielles et parallèles. Ces approches diffèrent de la programmation classique, essentiellement linéaire, et sont plus adaptées aux problématiques rencontrées par un robot : il devient plus facile de réagir à un stimulus extérieur, d’exécuter plusieurs actions en parallèle et de contrôler l'exécution d'une tâche en arrière-plan. Cependant, une telle architecture peut devenir complexe à maîtriser : une tâche peut être déclenchée par un événement extérieur à tout moment, plusieurs tâches peuvent accéder en parallèle à un même composant du robot et certaines tâches peuvent être stoppées arbitrairement… Ce tutoriel propose des constructions types et les bonnes pratiques pour répondre à ces problèmes et écrire du code urbiscript réactif et parallèle, à la fois puissant et robuste. Nous prendrons pour exemple la gestion des déplacements d'un robot à roues différentielles, comme le Pioneer, le WiFiBot ou le robot Jazz de la société Gostai, créatrice d'Urbi. CONTRÔLE PARALLÈLE DES MOUVEMENTS Une des forces d'urbiscript est de permettre simplement de créer des tâches séquentielles ou parallèles. Le séparateur habituel “;” n'exécute la commande de droite que lorsque celle de gauche est terminée, comme dans la plupart des langages de programmation. Urbiscript introduit notamment les séparateurs “&” et “,” (qui lancent la commande de gauche en arrière-plan et continuent en exécutant celles de droite immédiatement).

82

I

PLANETE ROBOTS N°9

// Définissons une fonction affichant deux messages à une // seconde d'intervalle. function greetings() { echo("Hello"); sleep(1s); echo("How are you?"); }; // Avec ';', Urbi attend la fin de greetings pour continuer. greetings(); echo("Goodbye"); [00000000] *** Hello [00001000] *** How are you? [00001000] *** Goodbye // Avec ',', Urbi continue immédiatement. greetings(), echo("Goodbye"); [00001000] *** Hello [00001000] *** Goodbye [00002000] *** How are you? Supposons que nous voulions écrire une fonction go pour notre robot, le faisant avancer de la distance passée en argument. Dans un langage de


4p urbiscript_Mise en page 1 10/04/11 19:39 Page2

programmation classique, une telle fonction déclencherait probablement les moteurs et rendrait la main immédiatement, afin de permettre à l'appelant de faire autre chose pendant le mouvement. Si l'on voulait attendre la fin du mouvement, il faudrait certainement vérifier régulièrement si le robot est arrêté, ou encore attendre un événement signalant la fin du déplacement. En urbiscript, grâce à la présence du séparateur “&”, la bonne pratique consiste à écrire une fonction bloquante, qui ne rendra la main que lorsque le robot sera arrivé. Ainsi, l'utilisateur de la fonction peut très simplement choisir d'attendre la fin du mouvement ou de continuer immédiatement. // Avancer d'un <mètre>, puis dire "Bonjour". robot.go(1); robot.say("Bonjour!"); // Reculer d'un <mètre>, tout en disant "Je m'en vais". robot.go(-1) & robot.say("Je m'en vais"); Partant de ce principe, la fonction robot.go pourrait dans notre cas s'écrire ainsi : function robot.go(var distance, var speed = 1) { // Démarrage du déplacement, en avant ou en arrière selon // le signe de la distance. robot.speed = speed * distance.sign; // Attente de la fin du mouvement. Sur un vrai robot, il // faudrait bien sûr se baser sur l'odométrie par exemple, // mais dans notre cas "parfait" une simple attente suffit. sleep(distance.abs / speed); // Arrêt du robot. robot.speed = 0; }; // La fonction robot.turn s'écrit de façon similaire. function robot.turn(var angle, var speed = 0.2) { robot.turnSpeed = speed * angle.sign; sleep(angle.abs / speed); robot.turnSpeed = 0; };

CONTRÔLES DE TÂCHES GRÂCE AUX TAGS Urbiscript permet de contrôler les tâches en arrière-plan à l'aide de tags, par exemple en les stoppant. // Afficher "ping" toutes les secondes, en arrière-plan grâce // à la virgule finale, le tout étant tagué par le tag // "someTag". someTag: every (1s) { echo("ping"); }, [00000000] *** ping [00001000] *** ping [00002000] *** ping // Arrêter la tâche every en arrière-plan. someTag.stop; Il est important que nos fonctions de mouvement respectent la sémantique de l'arrêt, pour que l'on puisse faire par exemple… // Avancer de 100 mètres en arrière-plan. movement: robot.go(100), // Finalement, annuler le mouvement après une certaine distance. movement.stop; Cependant, notre version actuelle de robot.go ne fonctionnera pas correctement. En effet, si elle est stoppée pendant le sleep, la vitesse du robot ne sera jamais remise à zéro. Stopper notre fonction go va donc laisser le robot avancer à tout jamais, ce qui n'est clairement pas le comportement attendu : il doit s'arrêter. Heureusement, il est possible pour du code urbiscript de réagir lorsqu'il est stoppé. Un tag.stop équivaut à un jet d'exception dans le code stoppé. Urbiscript supporte les exceptions de façon similaire à Java ou Python par exemple, en fournissant try, catch, finally... Il n'est pas possible de rattraper l'exception qui stoppe une tâche (et donc d'« annuler » le stop), mais la sémantique de finally est respectée, et son exécution est garantie quelle que soit la raison de sortie du bloc try (y compris un stop). Il est donc possible d'améliorer notre fonction robot.go ainsi…

Grâce au parallélisme fourni par urbiscript, il est d'ores et déjà possible de combiner nos mouvements… // Faire un quart de tour sur soi-même, puis avancer d'un mètre. robot.turn(0.25); robot.go(1); // Faire un quart de tour sur soi-même et avancer d'un mètre en // parallèle, ce qui fait donc un mouvement en courbe. robot.turn(0.25) & robot.go(1); // Patrouiller en carré. function robot.patrol() { loop // Répéter à l'infini. { robot.go(1); robot.turn(0.25); }; };

PLANETE ROBOTS N°9

I82-83


4p urbiscript_Mise en page 1 10/04/11 19:39 Page3

Tutoriels

GÉRER LA COMPLEXITÉ DU PARALLÉLISME

EN URBISCRIPT function robot.go(var distance, var speed = 1) { try { robot.speed = speed * distance.sign; sleep(distance.abs / speed); } finally { // Quelle que soit la raison de sortie, il est garanti que le // bloc finally sera exécuté. Le robot s'arrêtera bien suite // à un stop. robot.speed = 0 } }; La fonction robot.turn est à modifier de façon similaire pour garantir que le robot cesse de tourner après un stop. Cela fait, il devient possible de contrôler le comportement de notre robot avec des tags. // En arrière-plan, lancer la patrouille du robot, avec le tag // "patrol". patrol: robot.patrol(), // Arrêt de la patrouille. Le robot stoppera net où il se trouve. patrol.stop; GESTION DE LA CONCURRENCE Urbiscript permettant très facilement de lancer des tâches en arrière-plan ou à la suite d’un événement extérieur, il n'est pas rare de voir plusieurs comportements se déclencher simultanément et parfois tenter d'accéder à une unique ressource en même temps. Par exemple, que se passe-t-il si deux tâches tentent de déplacer le robot dans une direction différente ? Le robot Jazz, par exemple, sait retourner à sa base de chargement lorsque ses niveaux de batterie sont faibles. Dans sa version sécurité, Jazz sait patrouiller et investiguer une intrusion éventuelle s'il détecte un mouvement. Si tous ces comportements se déclenchent simultanément, les déplacements du robot vont devenir complètement erratiques. // Rentrer à la base lorsque la batterie est inférieure à 10 %. at (robot.battery < 0.1) robot.gotoDockingBase(); // Si un mouvement est détecté, investiguer l'intrusion // potentielle. at (robot.camera.movementDetected) investigateIntrusion(); Une des fonctionnalités apportées par urbiscript pour résoudre ce type de problématiques est le classique mutex, qui empêche deux blocs de code d'être exécutés en même temps. En urbiscript, un mutex est un tag : si du code tagué par le mutex est déjà en train de s'exécuter, tout nouveau code tagué par le mutex attendra qu'il ait fini avant de commencer.

84

I

PLANETE ROBOTS N°9

var robot.movement = Mutex.new; // Rentrer à la base lorsque la batterie est inférieure à 10 %. at (robot.battery < 0.1) robot.movement: robot.gotoDockingBase(); // Si un mouvement est détecté, investiguer l'intrusion // potentielle. at (robot.camera.movementDetected) robot.movement: investigateIntrusion(); Grâce à notre mutex, le robot n'essaiera jamais de poursuivre un intrus tout en rentrant à la base et inversement. Si la batterie tombe en dessous de 10 % pendant qu'il investigue un mouvement suspect, il attendra la fin de son enquête pour rentrer à la base, ce qui semble être un comportement raisonnable. En revanche, s'il détecte un mouvement tandis qu'il rentre à la base, il l'ignorera jusqu'à être arrivé, puis repartira enquêter. Ce comportement est toujours préférable à un déplacement chaotique, mais n'est pas idéal. Nous voudrions probablement arrêter notre retour à la base et enquêter. Avec un simple stop sur notre mutex (qui est un tag), nous pouvons arrêter toute autre forme de mouvement avant de commencer une enquête. // À la <détection> d'un mouvement... at (robot.camera.movementDetected?) { // Arrêter tout autre déplacement. robot.movement.stop; // Investiguer. robot.movement: investigateIntrusion(); } Maintenant, si le robot voit un intrus tandis qu'il rentre se recharger, il s'interrompra pour le poursuivre. Cependant, il ne reprendra pas son retour à la base à la fin de son enquête, puisque nous l'avons stoppé. En effet, la construction at ne se déclenche que lorsque sa condition (robot.battery < 0.1) devient vraie. En la remplaçant par un whenever, elle se déclenchera tant que la condition est vraie et le robot recommencera un retour à la base après son enquête. Il suffit de penser à ne pas relancer le retour en boucle si le robot est déjà sur sa base, et le tour est joué. whenever (robot.camera.movementDetected && !robot.docked) robot.movement: investigateIntrusion(); Et voilà ! Grâce à ces techniques et aux fonctionnalités parallèles et réactives d'urbiscript, nous avons maintenant un comportement complexe et robuste pour notre robot — sous la forme d'un code court et lisible. Notre robot agira de façon logique même si plusieurs événements extérieurs incompatibles interviennent simultanément. ■Joe Pillow


1p abonnement9_Mise en page 1 11/04/11 04:33 Page1

ABONNEMENT D’UN AN 6 NUMÉROS Abonnement réservé à la France métropolitaine.

35€ OFFRE EXCEPTIONNELLE ABONNEMENT D’UN AN 6 NUMÉROS

EN CADEAU

UN HUB LUMINEUX 4 PORTS USB 2.0 CADEAU QUI VOUS SERA ENVOYÉ DANS LES 30 JOURS SUIVANT VOTRE DEMANDE D’ABONNEMENT.

BULLETIN DE COMAXIOME ABONNEMENT PRESSE - PLANÈTE ROBOTS - LENGARVIN - 06390 COARAZE TÉL :

0820 20 18 10 (0,09

CENTS/MN)

- OU TÉL : 04 92 00 05 72 - FAX : 04 93 79 31 56 - ADRESSE MAIL : Abo@Axiomegroup.biz

❏ Je m’abonne à Planète Robots pour 1 an soit 6 numéros pour 35 euros ❏ Je paye par chèque à l’ordre d’AXIOME ❏ Je paye par carte bancaire (Visa, Eurocard, Mastercard) ❏ Je paye par mandat ou virement administratif Société ................................................................................... Nom ....................................................................................... Prénom ..................................................................................

❏ Je désire une facture (adresse courrier électronique impérative dans ce cas)

Nom du titulaire si différent celui de l’abonné ................................................................................................ N° de carte

Profession (facultatif)............................... Âge (facultatif) ..............

Expire le

Adresse ..................................................................................

Cryptogramme

................................................................................................ Code postal ............................................................................

3 derniers chiffres au dos de votre carte

Signature et date obligatoires des parents pour les mineurs

Ville ................................................ Pays ............................. Téléphone fixe (facultatif) ...................................................... Téléphone portable (facultatif) ............................................... E-mail ..................................................................................... PLANETE ROBOTS N°9

I84-85


2p news gadgets9_Mise en page 1 10/04/11 22:32 Page1

NEWS GADGETS & TENDANCES Ă&#x20AC; VENIR

UNE ENCEINTE STĂ&#x2030;RĂ&#x2030;O BLUETOOTH AVEC OPTION MAINS LIBRES Voici une enceinte stĂŠrĂŠo Bluetooth sans fil, compacte (11,5 x 6,2 x 1,8 cm), extrafine et au design ĂŠlĂŠgant, pour partager votre musique ou vos conversations tĂŠlĂŠphoniques. De la taille d'un smartphone, elle diffuse un son de qualitĂŠ grâce Ă ses 2 x 1 W RMS. Comme elle est facilement transportable dans une poche, vous utiliserez votre BBS300 pour ĂŠcouter la musique de votre tĂŠlĂŠphone â&#x20AC;&#x201D; ou de votre MP3 en mode sans-fil ou en filaire (câble inclus) â&#x20AC;&#x201D;, mais aussi comme kit mains libres autonome (avec sa batterie lithium polymère permettant huit heures de conversation â&#x20AC;&#x201D; trois cents heures en veille) dans votre voiture, grâce Ă  son micro dotĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;un dispositif de rĂŠduction de bruit DSPâ&#x20AC;Ś Prix :69,90 â&#x201A;Ź

LE GS-TD1 DE JVC, UN CAMĂ&#x2030;SCOPE POUR TOURNER SES PROPRES FILMS EN 3D JVC ĂŠtend sa gamme de camĂŠscopes HD Everio et lance en France le GS-TD1, un camĂŠscope qui offre un enregistrement 3D en vrai Full HD (1920 x 1080 pixels) grâce Ă une conception Ă  double objectif, sans rĂŠglage particulier. En effet, ces deux objectifs capturent de vĂŠritables images en 3D, Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;instar de vos yeux. Son ĂŠcran LCD haute rĂŠsolution â&#x20AC;&#x201D; de 3,5 pouces et de 920000 pixels â&#x20AC;&#x201D;, convivial et intuitif, restitue les images en 3D sans quâ&#x20AC;&#x2122;on ait besoin de porter des lunettes spĂŠciales. Vous vĂŠrifiez ainsi, en temps rĂŠel, les scènes que vous tournez. Ensuite, il suffit de graver vos vidĂŠos en 3D sur des disques Blu-ray ou des DVD AVCHD, puis de les visionner sur votre tĂŠlĂŠviseurâ&#x20AC;Ś 3D. Vous pouvez ĂŠgalement les partager sur des sites de rĂŠseaux sociaux comme YouTubeâ&#x201E;˘ â&#x20AC;&#x201D; grâce au logiciel fourni. Prix :1799â&#x201A;Ź

86

I

PLANETE ROBOTS N°9

ANYBOOK READER: IL LIT DES HISTOIRES POUR VOS ENFANTS â&#x20AC;&#x201D; AVEC VOTRE VOIX!â&#x20AC;Ś Franklin lance un concept innovant, totalement dĂŠdiĂŠ aux enfants : lâ&#x20AC;&#x2122;AnyBook Reader. CombinĂŠ Ă des autocollants via un système de reconnaissance optique, ce lecteur-enregistreur vocal numĂŠrique donne Ă  votre rejeton la possibilitĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;entendre votre voix lui conter des histoires chaque fois quâ&#x20AC;&#x2122;il en a envie ! IdĂŠal pour le rassurer quand vous nâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtes pas lĂ  et pour encourager lâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage de la lectureâ&#x20AC;Ś Prix :Ă partirde50â&#x201A;Ź

LE MAGIC CUBE DE CELLUON â&#x20AC;&#x201D; SOURIS ET CLAVIER DU FUTUR ! Lâ&#x20AC;&#x2122;iBluek ne vous botte pasâ&#x20AC;Ś Retrouver un clavier classique Ă lâ&#x20AC;&#x2122;heure de lâ&#x20AC;&#x2122;iPad nâ&#x20AC;&#x2122;est pas votre tasse de thĂŠâ&#x20AC;Ś Le Magic Cube est fait pour vous car il remplace Ă  la fois votre clavier et une souris multitouche! En effet, ce boĂŽtier Bluetooth se place devant lâ&#x20AC;&#x2122;ordinateur et projette un clavier sur votre tablette. Il vous suffit de taper sur ce clavier virtuel pour prendre des notes. Et pour dĂŠplacer le curseur, bougez simplement votre doigt (ou vos doigts) pour atteindre une icĂ´ne, zoomer une image ou cliquer sur un lien, par un simple tapotement sur le bureau. AssurĂŠment moderneâ&#x20AC;Ś Prix :noncommuniquĂŠ

IBLUEK TRANSFORME VOTRE IPAD EN ORDINATEUR PORTABLE Si taper sur un clavier vous manque, ne cherchez pas plus loin! Utilisez votre iPad comme un ordinateur portable en le glissant simplement dans l'iBluek: cet accessoire combine les fonctions dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtui de protection et de clavier sans fil. Avec son clavier très fin (seulement 2,54 cm), son petit format et son faible poids, il reste totalement fidèle au principe nomade de lâ&#x20AC;&#x2122;iPad. Prix :99â&#x201A;Ź

VOLTITUDE, UN VĂ&#x2030;LO Ă&#x2030;LECTRIQUE DANS UN COUTEAU SUISSE Quand je partais en colonie de vacances, jâ&#x20AC;&#x2122;avais toujours sur moi un petit Swiss Knife. Avec mes camarades, nous comparions le nombre de fonctions de chacun de nos couteaux. Certains ĂŠtaient ĂŠquipĂŠs dâ&#x20AC;&#x2122;une fourchette, de ciseaux, dâ&#x20AC;&#x2122;une loupe, dâ&#x20AC;&#x2122;une scie, etc. Plus tard, on a retrouvĂŠ la clĂŠ USB dans cet ensemble de gadgets. Maintenant, Voltitude, une sociĂŠtĂŠ suisse, prĂŠsente une bicyclette ĂŠlectrique du mĂŞme nom. Elle se plie comme mon couteau suisse quand jâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtais gamin! Et en reprend mĂŞme


2p news gadgets9_Mise en page 1 10/04/11 22:32 Page2

Screetch le â&#x20AC;&#x153;look and feelâ&#x20AC;?. Lâ&#x20AC;&#x2122;engin se plie et se dĂŠplie dâ&#x20AC;&#x2122;une seule main! (Accessoirement, le Voltitude peut rouler Ă 25 km/h sur une distance de trente kilomètres. Il lui est possible de rouler partout â&#x20AC;&#x201D; enfin lĂ  oĂš un vĂŠlo classique peut passer.) Prix :nonencorecommuniquĂŠ SNAK, LE CLAVIER ULTIME POUR NAVIGUER SUR LES SERVEURS SOCIAUX

Plus particulièrement crĂŠĂŠ pour ĂŞtre utilisĂŠ sur Facebook, le Social Network Access Keyboard propose dix-neuf touches supplĂŠmentaires permettant des liens directs avec les outils de Facebook. Il est ainsi possible, par le biais dâ&#x20AC;&#x2122;un seul bouton, de dĂŠboucher dans la messagerie, les notifications, l'ĂŠdition de profil, les groupes, les codes de confidentialitĂŠ ou encore les photos, les jeux et le chargement de photos et de vidĂŠos. Une touche est aussi consacrĂŠe aux dĂŠveloppeurs d'applications dudit Facebook. Malheureusement, ce clavier nâ&#x20AC;&#x2122;est distribuĂŠ quâ&#x20AC;&#x2122;aux Ă&#x2030;tats-Unis (car uniquement disponible en QWERTY). Prix :29,99 $ NECONOâ&#x20AC;Ś QUI SE MĂ&#x2030;FIERAIT Dâ&#x20AC;&#x2122;UNE CAMĂ&#x2030;RA CACHĂ&#x2030;E DANS UN MIGNON PETIT CHAT ?â&#x20AC;Ś Il paraĂŽt que lâ&#x20AC;&#x2122;on a inventĂŠ Internet pour ĂŠchanger des photos de femmes en petite tenue et de chats tout mignons en

train de parler bizarrement â&#x20AC;&#x201D; les lolcatsâ&#x20AC;Ś Le Japon, encore plus cinglĂŠ que nous de ces fourrures vivantes, a crĂŠĂŠ le Necono, un minuscule appareil photo numĂŠrique de trois millions de pixels, capable de filmer en VGA et prĂŠsentant lâ&#x20AC;&#x2122;apparence dâ&#x20AC;&#x2122;un fĂŠlin craquant. Mais ses capacitĂŠs ne s'arrĂŞtent pas lĂ : des aimants placĂŠs sous ses pattes vont laisser tout loisir aux espions en herbe de lâ&#x20AC;&#x2122;accrocher partout afin de filmer en toute impunitĂŠ. Qui donc se mĂŠfierait de lui ?â&#x20AC;Ś Prix :140â&#x201A;Ź

chaĂŽne â&#x20AC;&#x201D; comme ça, pour faire le malin! Quelques minutes après, vous dĂŠcidez de revenir Ă votre chaĂŽne et lĂ , les piles de la tĂŠlĂŠcommande refusent de donner un dernier choc ĂŠlectriqueâ&#x20AC;Ś Vous lâ&#x20AC;&#x2122;avez dans le baba! Mais comme vous ĂŞtes intelligent (cela peut arriver, mĂŞme quand on est fan de footâ&#x20AC;Ś), vous disposez de piles Nopopo et filez dans les toilettes pour finalement les recharger au moyen dâ&#x20AC;&#x2122;une petite pipette. Bon, je sais, mon texte est racoleur mais il ne dĂŠcrit que la vĂŠritĂŠ!â&#x20AC;Ś Car il suffit dâ&#x20AC;&#x2122;utiliser un liquide relativement fluide (urine, jus dâ&#x20AC;&#x2122;orange ou quelques gouttes dâ&#x20AC;&#x2122;eau) pour redonner pleine puissance auxdites piles! Elles sont rechargeables environ cinq fois et ont une puissance de 500 mA â&#x20AC;&#x201D; câ&#x20AC;&#x2122;est suffisant pour une zappette mais trop peu pour un baladeur MP3â&#x20AC;Ś (La technologie utilisĂŠe est lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlectrolyse de lâ&#x20AC;&#x2122;eau.) Prix :8 â&#x201A;Źlelotdequatrepiles

EGO, UN BATEAU Ă&#x2030;LECTRIQUE AVEC VUE SOUS-MARINE Raonhaje, une sociĂŠtĂŠ corĂŠenne a dĂŠveloppĂŠ lâ&#x20AC;&#x2122;EGO, un bateau semi-submersible qui, vu de la surface, ressemble Ă la fois Ă  un trimaran obèse et Ă  un pĂŠdalo. Mais il va vous permettre de profiter du meilleur de lâ&#x20AC;&#x2122;air et de la merâ&#x20AC;Ś Les deux coques flottantes supĂŠrieures vous invitent Ă  vous allonger sous un romantique coucher de soleil en compagnie de votre dulcinĂŠe. Puis le lendemain matin, pourquoi ne pas descendre lâ&#x20AC;&#x2122;escalier pour atteindre la coque centrale immergĂŠe (poste de pilotage et poste dâ&#x20AC;&#x2122;observation en mĂŞme temps) et dĂŠcouvrir les couleurs satinĂŠes des poissons qui vous entourent ? Lâ&#x20AC;&#x2122;EGO se conduit aussi simplement quâ&#x20AC;&#x2122;une automobile (il faudra

quand mĂŞme passer le permis bateauâ&#x20AC;Ś cĂ´tier). Les grandes vitres sont en acrylique et vous pourrez vraiment dĂŠcouvrir la vie marine de près â&#x20AC;&#x201D; avec la sĂŠcuritĂŠ dont vous ne bĂŠnĂŠficiez pas en plongĂŠe. Prix :noncommuniquĂŠ GETPOWERPAD, UN CHARGEUR UNIVERSEL SANS FIL

Le chargeur universel GetPowerPad vous permet de recharger Ă peu près la totalitĂŠ de vos produits ĂŠlectroniques: mobiles, ebooks, consoles de jeux, etc. Il vous suffit de connecter â&#x20AC;&#x201D; parmi les dix adaptateurs fournis â&#x20AC;&#x201D; votre matĂŠriel au chargeur universel, qui rechargera votre appareil directement depuis la plate-forme GetPowerPad, toujours selon le principe du rechargement par induction. Et il vous restera toujours trois autres emplacements pour recharger d'autres appareils en mĂŞme temps. Le GetPowerPad peut ĂŠgalement sâ&#x20AC;&#x2122;allier avec une coque de protection pour iPhone. Prix :25 â&#x201A;Ź LES SYSTĂ&#x2C6;MES DE CONTRĂ&#x201D;LE PRODIGY PMC-3 POUR VOTRE DOMOTIQUE La technologie du sans-fil de Crestron permet d'envoyer les signaux Ă  des centaines de mètres Ă  travers des planchers et des murs sans recourir Ă  des passerelles distinctes, ce qui rend le PMC-3 encore plus polyvalent et la mise en place de l'infrastructure encore plus facile. Le clavier sans fil Prodigy P-CBDEX, qui se connecte directement au système de contrĂ´le PMC3, apporte la polyvalence d'un système de commande de l'ĂŠclairage et d'un système audio multiroom, tandis que le nouveau clavier d'ĂŠclairage sans fil Prodigy PKPLEX permet de piloter simplement les commutateurs sans fil, les variateurs et les systèmes de contrĂ´le d'ĂŠclairage Prodigy. Prix :noncommuniquĂŠ

NOPOPO â&#x20AC;&#x201D; DES PILES QUE Lâ&#x20AC;&#x2122;ON RECHARGE EN URINANT DESSUS! Imaginez-vous devant la tĂŠlĂŠvision en train de regarder un match, une bière Ă la main. Ă&#x20AC; la mi-temps, vous zappez sur une autre

PLANETE ROBOTS N°9

I86-87


1p concepts9_Mise en page 1 10/04/11 23:36 Page1

NEWS Innovations & Concepts du futur

SOLAR WIND : À LA FOIS PONT ET CENTRALE DE PRODUCTION ÉLECTRIQUE Le Solar Wind est un pont équipé d’un système de création d’énergie hybride, combinant énergies solaire et éolienne. Le concept utilise l'espace qui subsiste entre les piliers d’un viaduc déjà existant en y intégrant des turbines éoliennes, devenues un élément du décor. Sa finalité : se transformer en un véritable écrin de verdure favorisant les promenades, le long duquel alterneront des points de vue et des serres solaires entièrement autosuffisantes. (Les visiteurs pourront s’arrêter et acheter les produits cultivés dans lesdites serres.) L'asphalte sera remplacé par un revêtement de plastique, recouvrant un réseau dense de cellules solaires — une technologie déjà en service aux États-Unis. L'ensemble du système est capable de produire environ quarante millions de kilowatts-heure par an — assez d'énergie pour alimenter environ quinze mille foyers. Ce concept a reçu le Second Prix du concours Solar Park South International.

SYNAPTICS FUSE, UN TÉLÉPHONE QUI SE PILOTE DANS LE DOS Le téléphone Fuse est le fruit d’une collaboration entre Synaptics, Texas Instruments, Immersion, TheAlloy et TAT. Le dispositif d'interaction s'étend au-delà de l'expérience classique d’un utilisateur sur un écran tactile. Fuse introduit la navigation par le toucher de l’arrière du téléphone, ce qui améliore la facilité d'utilisation lors du contrôle d'une seule main, tout en n’obstruant pas la vue de l'écran. Il permet également le multitouche en haute résolution. On a pu le voir en janvier 2010 au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas et en février 2010 au Mobile World Congress, à Barcelone.

Designers: Francesco Colarossi, Giovanna et Luisa Saracino

NAUTIC SLEEPER, UNE CARAVANE… BATEAU Le Nautic Sleeper se présente comme un concept de caravane amphibie. Prévue pour deux personnes, elle peut entrer dans l’eau pour servir de petit flotteur côtier. Elle est munie de compartiments pour la nourriture, les vêtements et autres babioles — et dispose d’un accès intérieur ou extérieur. Idéale pour de petits séjours en pleine nature, elle devra être remorquée par un simple canoë, par exemple, car le Nautic Sleeper ne possède pas de moteur propre. Designer: Ruben Oya

STREETFLYER OU COMMENT VOLER À CINQUANTE CENTIMÈTRES DU SOL Voler comme un oiseau sans quitter le sol, voilà le dernier-né des sports récréatifs ! Le StreetFlyer procure à son utilisateur le sentiment de planer à cinquante centimètres du sol, sans les dangers occasionnés par la pratique du parapente, par exemple. Il utilise un cadre léger en fibre de carbone, propulsé par la simple force humaine. Un prototype pourvu d’un moteur se trouve actuellement en cours de réalisation, sous le nom de Moeve. Le mécanisme de direction actuel s’apparente à celui des bicyclettes — cependant, un autre, plus proche de celui d’un parapente, est à l’étude. Designer: Dr Carsten Mehring

88-89

I

PLANETE ROBOTS N°9

NEOS, UNE MOTO MODULAIRE GARANTISSANT UNE PLEINE SÉCURITÉ Neos a été conçu pour le XXIe siècle, mêlant les caractéristiques d'une moto monoplace et celle d’un side-car muni d’un système modulaire. Cet ensemble apporte ainsi beaucoup de sécurité, tout en offrant des sensations fortes. Le résultat : un véhicule qui vous entraîne bien au-delà de l’imagination ! Son aspect futuriste ne nuit en rien à ses fonctionnalités, qui sont sans égales. Cette moto s'adapte parfaitement à la circulation en ville. L’engin est également équipé d’un système d’airbags et d’une cellule de sécurité, pour une meilleure protection du conducteur. Designer: Daniel Munnink

EAZ, UN CLONE DU SEGWAY SUR LEQUEL ON PEUT S’ASSEOIR Le Segway ne manque pas d’intérêt, mais présente quelques défauts : il est impossible de s'asseoir dessus et sur une longue distance, cela peut poser problème. Par conséquent, il ne peut être utilisé par une personne handicapée. Le designer français Grayson Stopp a donc mis au point un scooter multifonctionnel, sûr et rapide, EAZ, qui permet un déplacement sans effort. Conçu tout d’abord pour les personnes modérément handicapées, il peut également servir à un valide désireux de voyager assis. Ce véhicule à deux roues dispose d'un design minimaliste, mais n’en est pas moins élégant et fonctionnel. Designer: Grayson Stopp


1p concepts9_Mise en page 1 10/04/11 19:01 Page2

NEWS Innovations DESKPETS UNE

FUTURE INVASION ?

Au début des années 1980, les robots jouets ont fait rage puis ont disparu peu à peu quand ont déboulé les consoles de jeux. Mais depuis que le Robosapien a rouvert la voie en 2004, ils font leur come-back ! De nombreuses sociétés ont saisi l’aubaine réprésentée par cette nouvelle manne et d’autres ont été créées pour l’occasion, comme MyDeskPets… ment à une blatte en train de s’extraire de la centrale de Fukushima. Avec ses yeux lumineux et sa manière démente de lui courir entre les pattes, il a épouvanté mon chat, qui a exécuté des bonds à faire pâlir un cabri des montagnes !… (Il est pourtant habitué à découvrir, chaque jour que Dieu fait, de nombreux compaDes insectes radiocommandés Nous avons donc reçu les deux premiers modèles créés par MyDeskPets, le Skitterbot et le Trekbot. Pas vraiment des robots pour ce qui est de l’autonomie, ces deux bestioles apparaissent plutôt comme des jouets radiocommandés au design futuriste… Toutefois, leurs caractéristiques tiennent de celles qui sont gnons robotisés à la maison.) Sa vitesse, sa forme et sa démarche sont parfaits pour faire de bonnes blagues à des personnes qui tremblent un peu à l’idée de se voir pourchassées par un insecte de cet acabit !…

la saga Star Wars. Il est doté de deux roues géantes et inclinées, ce qui fait que son « corps » paraît tout petit en comparaison… Comme le Skitterbot, il se déplace très rapidement — et lorsque le bulbe central perd son centre de gravité, il se met à tournoyer entre les deux roues, ce qui procure un effet « boîte de nuit » quand toutes les lumières sont éteintes…

Le Trekbot, un petit véhicule qui a du punch. constitutives d’un robot : technologie, rapidité et aspect. Ces deux modèles se rechargent d’une bien étrange manière : par le biais d’une télécommande, ellemême reliée à un port USB de votre ordinateur. (On peut en effet éjecter une prise USB mâle, dissimulée dans la coque, de ladite télécommande.) Plus de piles à recharger ou à acheter — et de nos jours la plupart des foyers ont au moins un port USB libre de temps en temps ! Du coup, nous ne comprenons pas pourquoi la télécommande réclame trois petites piles boutons. Ne pouvaitelle pas se charger également par le biais de sa tête USB ? (Ces piles coûtent de plus assez cher.) Le Skitterbot, un cafard très speed Original dans son déplacement, le Skitterbot avance avec célérité, grâce à ses six petites pattes, et ressemble étrange-

Le Skitterbot, le cafard robot, est arrivé ! Le contrôle du robot se fait donc par le biais de la petite télécommande. La prise en main n’est pas immédiate car elle ne fonctionne pas selon la logique qui est celle de la plupart des jouets télécommandés. Une pression suffit pour lancer une direction (avant, arrière, droite, gauche) et le Skitterbot ne réagit que lorsque l’on appuie sur une autre direction ou bien si l’on presse le bouton du milieu, ce qui provoque l’arrêt de notre ami électronique.

Ces deux jouets apparaissent très sympathiques, même si l’on s’en lasse assez rapidement, ce qui est la dure loi subie par ce type de gadgets. Ensuite, il suffit de faire preuve d’humour et d’en profiter, comme moi, pour effrayer un animal domestique ou la femme d’un collègue ! Cela lui procure tout de suite un intérêt à plus long terme… À Planète Robots, nous sommes fans de ces bidules et nous attendons la suite ! Miam !…

Le Trekbot, un bulbe en balade Abandonnant l’aspect insectoïde — tout en conservant les mêmes principes pour le rechargement et la télécommande —, le Trekbot adopte, lui, l’apparence d’un véhicule bizarre venu en droite ligne de PLANETE ROBOTS N°9

I88-89


3p news medias9_Mise en page 1 10/04/11 20:33 Page1

NEWS DVD, BD, livres, ciné Cinéma

MILO SUR MARS « Sors les poubelles ! Mange tes brocolis ! » Qui a besoin d’une mère — de toute façon ?… Dans ce long métrage d’animation en images de synthèse, Milo (voix de Seth Green), neuf ans, découvre à quel point sa mère (voix de Joan Cusack) lui manque lorsqu’elle est enlevée par les Martiens, qui planifient le vol de mamans pour qu’elles s’occupent de leurs propres enfants. Milo sur Mars (Mars Needs Moms) raconte la quête de ce gamin pour la sauver — une aventure délirante qui va le conduire à embarquer clandestinement à bord d’un vaisseau spatial, à naviguer sur une planète élaborée comportant plusieurs niveaux et à combattre contre toute une nation alien et son Supervisor (voix de Mindy Sterling). Avec le soutien d’un fou de technologie, d’un humain clandestin du nom de Gribble (voix de Dan Fogler) et d’une Martienne rebelle, Ki (voix d’Elisabeth Harnois) — Milo finira bien par retrouver sa mommy, de toutes les manières possibles et imaginables… Réalisateur : Robert Zemeckis┃Distributeur : Walt Disney┃Sortie : 11 mai 2011

Exposition

STANLEY KUBRICK — L'EXPOSITION À LA CINÉMATHÈQUE

Hommage à un cinéaste visionnaire. Initialement créée par le Deutsches Filmmuseum, en étroite collaboration avec Christiane Kubrick, Jan Harlan et The Stanley Kubrick Archive, Stanley Kubrick, l’exposition, qui se tiendra dans les murs de La Cinémathèque française du 23 mars au 31 juillet, nous propose une immersion dans chacun des univers de ce cinéaste hors du commun. Afin de mieux appréhender son processus de création, de nombreux éléments de préparation de ses films nous sont présentés (documents de recherche, correspondances, scenarii, découpages techniques, plans de travail, esquisses, croquis de production, dessins d'architecture, photographies de tournage, costumes et accessoires) ainsi que diverses maquettes à grande échelle — dont celle de la station orbitale de 2001, l'odyssée de l'espace. À cela s’ajoute toute une documentation sur ses projets non finalisés, comme Napoléon et Aryan Papers. L’exposition comportera aussi une rétrospective de l’intégralité de ses films et des rencontres, des conférences et des tables rondestraitant différents thèmes. Lieu : La Cinémathèque française (Paris)┃Du 23 mars au 31 juillet 2011

DVD

STANLEY KUBRICK — L'INTÉGRALE Parallèlement à l’exposition consacrée à Stanley Kubrick qui se tiendra à La Cinémathèque française jusqu’au 31 juillet, Warner Bros lui rend un vibrant hommage avec la sortie d’un coffret de dix-neuf DVD, qui se présente sous la forme d’un album. On y trouvera ses douze films dans leur version la plus complète (Le baiser du tueur, L’ultime razzia, Les sentiers de la gloire, Spartacus, Lolita, Docteur Folamour, 2001, l’odyssée de l’espace, Orange mécanique, Barry Lyndon, Shining, Full Metal Jacket, Eyes Wide Shut), le tout accompagné de Stanley Kubrick — A Life in Pictures, un documentaire réalisé par Jan Harlan qui retrace la carrière du mythique cinéaste par le biais d’archives inédites. À cela vient s’ajouter un livre de référence sur l’ensemble de son œuvre : Les archives de Stanley Kubrick. Par ailleurs, à partir du 1er juin, une rétrospective nationale permettra de voir en salles sept de ses films (Lolita, 2001, l’odyssée de l’espace, Orange mécanique, Barry Lyndon et Shining dans sa version US jamais encore sortie en salles dans l’Hexagone, Full Metal Jacket et Eyes Wide Shut) en copies 35 mm et surtout, pour la première fois, numériques. Réalisateur : Stanley Kubrick┃Distributeur : Warner Bros┃Sortie : 23 mars 2011

90

I

PLANETE ROBOTS N°9


3p news medias9_Mise en page 1 10/04/11 20:33 Page2

ciné, livres, BD, DVD

NEWS

Josèphe Ghenzer et Screetch

Blu-ray

LA TRILOGIE ROBOCOP

En attendant l’hypothétique remake du cultissime RoboCop, annoncé à diverses reprises par la MGM, on peut toujours se replonger dans la trilogie originelle (initiée en 1987 par Paul Verhoeven), qui est ressortie au début de l’année en Blu-ray et HD. (Darren Aronofsky a en effet préféré renoncer au projet pour s’envoler vers d’autres cieux avec Black Swan, avant d’aller se faire les griffes sur The Wolverine, et l’on parle désormais, pour la réalisation, du réalisateur brésilien José Padilha — à qui l’on doit Troupes d’élite et sa suite.) Même si les effets spéciaux de l’époque nous semblent désormais forcément dépassés, on y retrouvera toujours avec plaisir les affres éprouvées par Alex Murphy, un vaillant policier respectueux de la loi, laissé pour mort après une intervention qui a mal tourné… Il a été transformé à son insu en cyborg après qu’on lui a volontairement effacé tous les souvenirs de sa vie précédente — afin de le rendre plus obéissant. Réalisateurs : Paul Verhoeven, Irvin Kershner, Fred Dekker┃Distributeur : MGM┃ Sortie : 5 janvier 2011

Série

ROBOCOP : DIRECTIVES PRIORITAIRES

Protéger et servir RoboCop est décidément à l’honneur en ce moment, puisque la chaîne de télévision Direct Star a récemment diffusé sur son antenne RoboCop : Directives Prioritaires. L’action de cette minisérie canadienne, créée en 2000, mais ne comptant malheureusement qu’une seule saison de quatre épisodes de quatre-vingt-dix minutes chacun (Dark Justice, Meltdown, Resurrection et Crash & Burn), se déroule une décennie après celle de la trilogie d’origine. Le fils d’Alex Murphy travaille désormais au sein même de l’OCP. Reprogrammé par le Trust (un groupuscule occulte ayant pour objectif de s’emparer du pouvoir à Delta City) après des années de bons et loyaux services, RoboCop a reçu de nouvelles directives : servir le public, protéger l’innocent, faire respecter la loi et éliminer John Cable (son ancien partenaire et meilleur ami). Après Peter Weller (RoboCop 1 et 2) et Robert John Burke (RoboCop 3), c'est au tour de Page Fletcher d’endosser cette fois-ci le costume métallique du flic mi-homme, mi-robot. Réalisateur : Page Fletcher┃Chaîne : Direct Star

Livre jeunesse

MES P’TITS DOCS — LES ROBOTS Les robots sont présentés aux enfants. (Qu’est-ce qu’un robot ? Comment les robots sont-ils fabriqués ? À quoi les robots servent-ils ? Comment les robots de demain serontils ?) Les gamins se posent tout un tas de questions sur les robots, qui interviennent déjà dans leur quotidien. Les jouets, les jeux vidéo, les médias et lesdits robots sont donc présents dans leurs esprits. Cette collection pour jeunes enfants curieux peut se lire dès l’âge de trois ans. (Le petit livre de trente-deux pages à la couverture cartonnée pourrait même apprendre certaines choses aux parents !…) Auteurs : Stéphanie Ledu et D. Balicevic┃ Éditeur : Milan┃Sortie : 2 février 2011

PLANETE ROBOTS N°9

I90-91


3p news medias9_Mise en page 1 10/04/11 20:34 Page3

NEWS DVD, BD, livres, ciné Par Josèphe Ghenzer et Screetch

BD

FINAL INCAL #2 : LOUZ DE GARA

La saison finale du best-seller mondial de SF ! Le tome I de Final Incal reprenait l'histoire (qui n'avait jamais été conclue) d'un album dessiné il y a dix ans par Moebius (Après l'Incal, vendu à près de cent mille exemplaires et aujourd'hui épuisé). Jodorowsky et Ladrönn réparent aujourd'hui cette injustice et nous livrent un nouvel épisode totalement inédit. Un John Difool écartelé au sens propre puisque notre anti-héros de science-fiction, doué d'ubiquité, est devenu quatre fois lui-même, arborant donc quatre facettes fort différentes de sa personnalité. Quelle sera celle qui primera ? Stimulé par le graphisme spectaculaire de Ladrönn (qui donne là sa pleine mesure), Jodorowsky renoue avec les personnages marquants du cycle principal de L'Incal. (À noter qu'une édition de luxe en noir et blanc est prévue.) Auteurs : Alexandro Jodorowsky et Ladrönn┃Éditeur : Les Humanoïdes Associés┃Sortie : mai 2011

BD

LES PIXELS ET LES ROBOTS

Après Les Pixels, chasseurs de monstres, voici le retour de nos amis vifs, dynamiques et pétillants. Égarés dans un parc, les Pixels sont poursuivis et capturés par de bien étranges robots. Quels sont donc ces deux savants fous qui vivent dans un mystérieux château ? Dans quel but construisent-ils une inquiétante armée de robots ? Les Pixels, dans ce deuxième épisode, se retrouvent embarqués dans une guerre où deux armées de robots, celle de leur ami le professeur Cyclotron et celle des savants fous, vont s'affronter. Pour sauver le monde, ils n'hésiteront pas à s'armer des gadgets électroniques les plus épatants et à user de toute leur malice. Marc Wasterlain nous ravit une fois encore avec son trait nerveux et son imagination débridée. Auteur : Marc Wasterlain┃Éditeur : Mosquito┃Sortie : 7 janvier 2011

Jeux vidéo

SKYLANDERS SPYRO'S ADVENTURE

La mémoire dans la peau Avec Skylanders Spyro’s Adventure, dont la sortie est prévue à l’automne, Activision va insuffler un deuxième souffle à l’industrie du jeu vidéo et du jouet. Grâce à une technologie innovante, le joueur téléportera par l’intermédiaire du Portail de Pouvoir des jouets du monde réel dans le jeu vidéo, où ils prendront alors vie. Chaque figurine à collectionner possédera des pouvoirs uniques et, grâce à sa mémoire interne, sera en mesure de sauvegarder toutes les actions qu’elle effectuera dans chaque partie et pourra les reproduire ensuite — où qu’elle aille. L’intrigue a été confiée aux deux scénaristes de Toy Story, ce qui constitue un gage de qualité. Développeur : Toys For Bob┃Éditeur : Activision┃ Support : Nintendo Wii┃Sortie : fin 2011

92

I

PLANETE ROBOTS N°9


Sans titre-1.indd 1

5/04/11 19:42:48


1p jeux video9_Mise en page 1 10/04/11 23:32 Page1

NEWSjeux vidéo

vet par Cyril Dre

GUNDAM THE 3D BATTLE Fils spirituels de Goldorak (Grendizer de son nom japonais), les Gundam sont les robots les plus célèbres des mangas et dessins animés nippons. Leur look est si proche de la perfection et un tel rêve pour un amateur de robots qu’ils se prêtent particulièrement à des adaptations en jeu vidéo.

Et aussi

NINTENDO 3DS : Bandai, la société de production historique de la série, ne s’y est pas trompée: rien que pour la génération actuelle de consoles — Wii, PS3, XBOX 360, DS et PSP — onze jeux Gundam ont déjà vu le jour… Gundam The 3D Battle est le dernier en date et sort de l’ordinaire par le fait même qu’il est le premier pour la toute nouvelle Nintendo 3DS. Et donc, pour le coup, le premier Gundam en « relief ». Comme tous les battle games de cette estampille, il s’agit d’un jeu de combat en duel dans lequel vous affrontez les Gundam adverses sur une zone de bataille en 3D. Dextérité du pilotage de ces stars robotiques, réflexes et talents de stratège sont donc requis pour exceller dans ce jeu. Le « relief » de la 3DS offre une spatialisation un peu plus visuelle, mais n’ajoute rien à la jouabilité du ludiciel. L’immersion apparaît donc plus prononcée que dans les épisodes précédents (pour ceux qui arriveront à y jouer avec le « relief » activé… sans avoir mal aux yeux). Malheureusement ce titre, sorti le 25 mars dernier au Japon, a peu de chance d’être un jour édité en France car les Gundam n’y sont pas très populaires. Reste la possibilité de le récupérer en import ou sur place, mais attention: la 3DS est zonée et une 3DS française ne pourra lire que des cartouches achetées en Europe, et vice versa pour les consoles et les jeux japonais. Pourtant, voir nos Gundam préférés se détacher du décor, ça vaut vraiment le coup et cela mériterait presque l’achat d’une 3DS japonaise!!! Gundam The 3D Battle (Nintendo 3DS) Éditeur : Namco Bandai

94-95

I

PLANETE ROBOTS N°9

ATTENTION LES YEUX! La DS vient à peine d’arracher le titre de console de jeux la plus vendue de l’histoire que sa remplaçante, la 3DS, arrive pour la faire oublier! Avec une nouveauté qui fait déjà couler beaucoup d’encre: un écran en relief, qui ne réclame pas l’utilisation de lunettes spéciales…

Question look, c’est un peu la déception: elle conserve quasiment le même design que la DS. Et dispose donc toujours de deux écrans, avec une ouverture ressemblant à l’orifice proposé par une huître qui bâille. Le petit écran du bas reste tactile, celui du haut est plus grand et en « relief ». Et il faut reconnaître que l’effet apparaît bluffant, hormis pour les 13 % de la population qui souffrent de divers problèmes oculaires; quant à la majorité des joueurs, ils vont rester pantois devant l’impression de profondeur que cela offre. En contrepartie, cela fatigue énormément les yeux; Nintendo préconise de ne pas faire jouer les moins de sept ans (!) et propose aux autres de faire des pauses toutes les demi-heures. Mais la firme de Kyoto a pensé à tout: si vous sentez que vos yeux en prennent un coup pendant une partie, un bouton situé

sur le côté droit de l’écran permet de diminuer l’effet ou même de désactiver complètement le relief et de jouer comme sur une console normale. Pour l’instant, il n’existe pas encore de jeux mettant en scène des robots dans la sélection des titres qui accompagnent la sortie française de la 3DS, mais de grands classiques comme Super Street Fighter IV 3D Edition, Nintendogs, PES (foot) et Ridge Racer 3D (course automobile) seront sur les rangs. À noter au passage un gadget très addictif, le StreetPass. Si votre 3DS reste en veille dans votre poche et que vous croisez un quidam porteur (évidemment) de cette console, les deux machines échangent, sans votre intervention, des données et se livrent même à des miniduels automatiques. Le gros point noir reste le prix: à 249 €, cette console très tendance, mais pas beaucoup plus puissante que celle qu’elle remplace, fait déjà grincer beaucoup de dents et les plus patients attendront la sortie en fin d’année de la Sony NGP (la PSP 2), qui a été présentée il y a deux mois et s’annonce, elle, particulièrement puissante… Metal Gear Solid 3DS.


1p jeux video9_Mise en page 1 10/04/11 23:32 Page2

La DS vient à peine d’arracher le titre de console de jeux la plus vendue de l’histoire que sa remplaçante, la 3DS, arrive pour la faire oublier !

PLANETE ROBOTS N°9

I94-95


2p voiture 9_Mise en page 1 10/04/11 23:09 Page1

Par Cyril Drevet, journaliste TV

Open your mind

P.U.M.A. : SEGWAY SORT SES GRIFFES !

Segway, l’inventeur du Personal Transporter (PT) — l’un des engins roulants les plus étonnants de ces vingt dernières années — récidive avec un prototype encore plus fou ! Dérivé de la technologie du PT et développé en collaboration avec General Motors, le P.U.M.A. pourrait bien, lui aussi, révolutionner la mobilité urbaine… Le P.U.M.A. (Personal Ultra Mobility and Accessibility — en français : « véhicule à très haute mobilité et accessibilité ») est un prototype présenté l’année dernière et qui n’a pas fini de faire parler de lui… Il reprend la technologie gagnante qui a fait le buzz autour du Personal Transpor ter, pour aboutir à la conception d’une plate-forme générique destinée à un petit véhicule urbain encore plus mobile qu’une moto. On retrouve donc le principe génial, presque magique, qui permet à la plate-forme des PT de tenir en équilibre sur deux roues grâce à des gyroscopes et à une batterie de capteurs et d’ordinateurs… Ce n’est pas pour rien que le PT Segway est né dans la Silicon Valley et qu’il a attiré l’attention de figures de l’infor-

96

I

PLANETE ROBOTS N°9

Le P.U.M.A. peut tout à fait embarquer deux personnes.

matique comme Steve Jobs ou Bill Gates ! Mais si le Segway classique apparaît, au sens strict, comme un monoplace, le P.U.M.A. peut, lui, empor ter deux adultes côte à côte. Pour l’instant, sur le prototype, une sorte de coque ar ticulée protège les passagers des intempéries, un peu comme sur les télésièges récents des stations de ski. Mais son concept consiste sur tout, encore une fois, à ser vir de plateforme à différents constructeurs qui y appliqueront leur propre design de cabine. Pour l’illustrer, Segway et GM ont dévoilé quatre études de style dessinées par les studios australiens, allemands et américains du constructeur automobile. Quant aux coques, elles sont en fibre de carbone, afin d’allier légèreté et solidité.


2p voiture 9_Mise en page 1 10/04/11 23:09 Page2

“Mais pour bien comprendre ce que représente le P.U.M.A., il faut revenir sur le produit phare de Segway : le Personal Transporter.”

Prototype du P.U.M.A. en test il y a déjà un peu plus d'un an.

Des Segway en liberté.

UN GROS SEGWAY Mais pour bien comprendre ce que représente le P.U.M.A., il faut revenir sur le produit phare de Segway : le Personal Transpor ter. Cer tains le définissent comme un « monopod » — une drôle de trottinette perchée en équilibre sur deux roues. Un bras articulé permet de contrôler les mouvements du PT : on se penche légèrement en avant… et il démarre. Et plus on se penche, plus il avance vite. Quand on se redresse, il s’arrête et part en marche arrière si l’on se penche délicatement en… arrière (vous avez compris le principe !). Il en est de même pour la direction, en inclinant le manche vers la droite, le PT tourne dans cette direction — et inversement sur la gauche. On ne peut pas rêver plus intuitif et il faut bien reconnaître que pour ceux qui comme nous ont eu la chance de l’essayer, cela devient rapidement une véritable drogue… Alors pourquoi ne voyons-nous pas cet engin si attractif circuler partout ? La faute à un prix de vente déraisonnable (entre six

mille et huit mille euros !) pour une machine qui ne peut être qu’un véhicule d’appoint ou pour les loisirs ! De plus, les batteries coûtent bonbon et le système de stabilisation est une véritable « usine à gaz » à la consommation onéreuse. Le P.U.M.A., quant à lui, propose un volant un peu plus classique et ses performances le destinent à une utilisation purement urbaine. Avec une vitesse maximale de quarante kilomètres à l’heure et quarante kilomètres d’autonomie, il est condamné à circuler dans le centre-ville des grosses agglomérations. (Quarante kilomètres, cela veut dire vingt kilomètres aller et vingt kilomètres retour…) Pour l’instant, Segway et GM continuent de développer le P.U.M.A. tout en déclarant que c’est l’un des moyens de transport que l’on pourrait voir proliférer en 2030 (autant dire pas tout de suite). Dommage car de nombreux automobilistes pourraient craquer pour ce véhicule alternatif, si son prix n’était pas aussi élevé que celui du Personal Transporter… ■

PLANÈTE ROBOTS N°9

I96-97


1p vintage9_Mise en page 1 10/04/11 23:28 Page1

La boîte un peu défraîchie du robot.

VINTAGE Les robots grand public

LE ROBOTARM SVI 2000 UN BRAS ROBOTISÉ CINQ AXES POUR LES ORDINATEURS DES ANNÉES 1980

Le MSX, un standard de micro-ordinateurs ayant eu un certain succès au Japon dans les années 1980, m'a toujours attiré. Non pas à cause de sa technologie dépassée ou de sa logithèque très nippone, mais parce qu’il est le seul ordinateur grand public de l'histoire qu’on ait doté d’un bras manipulateur robotisé…

1 986

Un robot piloté comme un jeu vidéo Jaune comme les robots de FANUC présentés dans notre dernier numéro, le RobotArm est encore aujourd'hui adulé par de nombreux fans. Il était fabriqué par QuickShot, un fabricant de manettes de jeux pour ordinateurs et consoles. Haut d'une trentaine de centimètres, l’engin, avec ses quatre axes et sa pince, pouvait être piloté tant bien que mal à l'aide de deux manettes au format standard de l'époque, le format Atari. (Le pack Alpha constituait un ensemble ad hoc pour cette opération, avec ses deux manettes QuickShot I incluses.) Un meilleur pilotage par ordinateur Il valait mieux utiliser la cartouche de programmation Rogo, qu’il fallait introduire dans le port cartouche de votre MSX, puis vous reliiez deux câbles à votre robot, prêt alors à être dirigé. Une fois l'ordinateur allumé, on pouvait donc, par le biais d'une interface de commande en ligne (pas par Internet, of course — par lignes de commandes à entrer au clavier) piloter son robot. Il se révélait ainsi possible de programmer le robot au moyen de commandes simples (exemple : BC 100 — Faire tourner la base dans les aiguilles d'une montre pendant cent unités de temps). La

98

I

PLANETE ROBOTS N°9

MSX, baba cool, Pong et un robot ! C'est-y pas beau ? programmation était structurée comme celle du Logo (rappelez-vous la Tortue, si vous étiez encore à l'école à l’époque de l’IPT, avec les ordinateurs Thomson). D'ailleurs ce nom, Rogo, ressemble étrangement à… Logo — vous ne trouvez pas ? Une fois votre programme terminé et testé, vous sauvegardiez le tout sur cassette (ou disquette si vous étiez plus riche). Un bras encore utilisé de nos jours On ne va pas vous affirmer qu'il est encore utilisé tous les jours — loin de là ! Mais les fans de MSX et du RobotArm continuent de développer des applications pour ce dernier. Tout d'abord, ce bras robotisé créé pour MSX a été adapté à d'autres ordinateurs de l'époque comme le Commodore 64 ou, plus récemment, sur PC — en utilisant le port parallèle. Et des langages bien plus évolués que le Rogo ont vu le jour pour permettre de le piloter. Dans un rassemblement récent d'utilisateurs de MSX, un RobotArm a même pris les commandes du célèbre jeu vidéo Pong. Il invitait les humains à jouer contre lui ! En fait, le RobotArm piloté par le jeu… pilotait lui-même la manette d'un des deux joueurs — et l’humain prenait l'autre commande. Voilà un robot des années 1980 qui s'en sort toujours aussi bien, un véritable exploit !

■Screetch

LE MSX — LA PREMIÈRE TENTATIVE DE STANDARDISATION DE L'INFORMATIQUE PAR MICROSOFT

Bien avant le PC et son système Windows, Microsoft avait déjà tenté de mondialiser sa marque en manifestant la volonté de créer un standard unique pour l'informatique personnelle. Le MSX (Machines with Software eXchangeability ou MicroSoft eXtension), fut créé en 1983. De nombreuses sociétés, principalement japonaises, s’engouffrèrent dans ce projet et sortirent leur propre MSX : Canon, Casio, Panasonic, Philips, etc. Ce projet apportait un gros plus à l’époque : la compatibilité entre les ordinateurs ! En effet toutes les bécanes qui sortaient à ce moment-là étaient incompatibles, même celles de marque identique ! La norme incluait un système d'exploitation Microsoft, le MSX-DOS, et un Basic, également conçu par Microsoft. Mais le succès de ces machines ne dépassa guère les frontières de l'archipel japonais. La dernière mise à jour des normes date de 1990, avec le MSX Turbo R. Depuis, la société est allée jusqu'à pratiquement nier l'existence de ce standard, boudant ainsi des années de ses propres travaux…


1

26/11/2010

M ��

genibopub.pdf

16:55:49

Le meilleur ami électronique de l’homme

A m�� �� j����!

C

M

J

CM

MJ

CJ

CMJ

N

E L B

A lus M M inc

A B GR t UR

I

T N E

O en R P em

pp o l ve é M d E de R IE me T EN Systè

Demandez le programme! Disponible sur www.robopolis.com


Roomba-SantĂŠ_Mise en page 1 11/04/11 04:11 Page1

Profile for Planète Robots

Planète Robots numéro 9  

Mai / Juin 2011

Planète Robots numéro 9  

Mai / Juin 2011

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded